Version classiqueVersion mobile

Campements mésolithiques en Bresse jurassienne

 | 
Frédéric Séara
, 
Sylvain Rotillon
, 
Christophe Cupillard

Chapitre 5. Synthèses et hypothèses

5. Synthesis and hypotheses

Sylvain Rotillon et Frédéric Séara

Résumé

Notre étude montre le grand intérêt, voire la nécessité, d’une collaboration entre archéologues et spécialistes du paléoenvironnement. Un contexte alluvial apparaît un cadre privilégié pour la conservation d’occupations mésolithiques.

Les appartenances culturelles des différents groupes soulignent le rôle de carrefour de la Franche-Comté et la complexité du peuplement mésolithique dans cette région. L’économie d’acquisition des matières premières et des ressources carnées indique la fréquentation de larges territoires et une hiérarchisation des sites, comme en témoignent les occupations de Ruffey.

Texte intégral

5.1 Pluridisciplinarité et méthodologie

1Comme l’a montré l’étude des gisements mésolithiques de plein air de Ruffey-sur-Seille et de Choisey, la recherche actuelle en Préhistoire ne peut se passer d’analyses spécialisées qui visent la reconstitution du cadre environnemental et une approche plus fine du domaine archéologique. La collaboration de chercheurs dont les disciplines concernent la sédimentologie, la micromorphologie des sols, la palynologie, la malacologie, les datations, la géomorphologie mais également la typologie et la technologie lithique, l’archéozoologie, l’anthropologie, l’analyse spatiale et la détermination de l’origine des matières premières a apporté un éclairage nouveau sur ces populations de chasseurs-cueilleurs de l’Holocène et sur leur environnement. Cette importante avancée pour la recherche régionale et nationale a pu se faire grâce au caractère privilégié de l’intervention qui a bénéficié de moyens humains, techniques et financiers à la hauteur du caractère exceptionnel de ces gisements. La rareté des approches pluridisciplinaires sur d’autres sites s’explique par l’insuffisance des moyens mis en œuvre.

2Le mode d’analyse des gisements de Choisey et de Ruffey-sur-Seille a été dicté par leur remarquable conservation et par les perspectives archéologiques qu’ils supposaient. Ainsi, l’ensemble des études spécialisées a caractérisé différents aspects complémentaires, comme celui du cadre naturel ou de la palethnographie de ces campements.

3Les densités relativement fortes en vestiges lithiques et osseux, les surfaces importantes à traiter, le tout associé à des durées d’intervention parfois réduites, ont impliqué la recherche de méthodes de travail adaptées aux contraintes de la fouille mais conservant la rigueur indispensable à l’étude de sites préhistoriques. Pour ce faire, l’approche mécanique visant à dégrossir le terrain a dû rapidement se substituer à une approche plus fine et plus classique. La performance de l’enregistrement a été augmentée par l’utilisation de procédés modernes comme le théodolite laser, indispensable à l’emploi étendu de l’outil informatique.

4Cette modernité s’est également traduite par la réalisation de décapages extensifs sur plusieurs milliers de mètres carrés et par la pratique de reconnaissances stratigraphiques complètes qui ont permis de préciser le potentiel archéologique du domaine alluvial jusqu’alors méconnu dans nos régions.

5.2 Les données paléoenvironnementales

5.2.1 Éléments de l’histoire sédimentaire du Würm au Subatlantique

5La base des stratigraphies étudiées est attribuée pour les deux sites au dernier Pléniglaciaire. L’ensemble de la sédimentation à dominante fine se met en place lors du Tardiglaciaire et de l’Holocène. Le manque de calage chronologique précis rend assez délicate l’étude des premiers dépôts datés du Tardiglaciaire. En revanche, pour l’Holocène, les datations absolues et relatives par la présence des niveaux archéologiques autorisent une reconstitution plus détaillée. La représentation de cette période diffère d’un site à l’autre. L’Holocène est presque intégralement contenu dans les archives sédimentaires de Ruffey-sur-Seille alors que seul son début est enregistré à Choisey.

6Le Pléniwürm se traduit par une dynamique fluviale de forte énergie qui construit une plaine à la topographie contrastée. Les dépôts sont constitués de graviers sableux à Choisey et de galets à Ruffey-sur-Seille. Lors du Tardiglaciaire, la sédimentation est plus contrastée, à la fois dans l’espace et dans le temps. Dans le Finage, la nature des dépôts varie en fonction de la position au sein de la plaine ; ils s’affinent lorsque l’on s’éloigne du chenal. Dans le cas de la Seille, on observe surtout une alternance de phases sédimentaires grossières et fines. Malgré cette différence, la tendance semble bien être la même pour les deux espaces : à la fin du Pléniwürm ou au début du Tardiglaciaire, il y a une réduction de la bande d’activité du cours d’eau ainsi qu’une incision. La charge transportée reste grossière. Avant le Dryas récent (lors du Bølling ou de l’Allerød), les écoulements sont moins compétents, les dépôts plus fins et un sol peut se développer dans les points bas de la plaine. Le Dryas récent correspond à une forte décharge détritique qui se traduit par des dépôts sablo-limoneux sur le site de Ruffey-sur-Seille et argileux sur celui de Choisey, localisé plus loin du chenal.

7Les ensembles sédimentaires du Préboréal et du Boréal apparaissent sans hiatus majeur dans la plaine de la Seille alors qu’ils sont moins homogènes à Choisey. Le Doubs s’éloigne de ce secteur à la fin du Boréal ou au début de l’Atlantique et le gisement ne subit plus qu’une évolution selon des processus subaériens. Un nouvel épisode de sédimentation concerne marginalement ce secteur au début de la période historique. L’occupation du Bronze final IIIb prend place sur une surface mise en place lors du Préboréal et du Boréal.

8L’Atlantique est caractérisé à Ruffey-sur-Seille par une importante séquence limoneuse et se subdivise en une phase ancienne, avec une occupation du Mésolithique récent, et en une phase récente, avec une occupation du Néolithique moyen I. Quant au Subboréal, il s’accompagne d’une occupation du Néolithique moyen bourguignon, du Campaniforme et de l’Épicampaniforme. Le tout début du Subatlantique est marqué par une occupation du Bronze final IIIb. Comme le montre la longue chronologie de la fréquentation de ces gisements, ces contextes alluviaux sont des secteurs privilégiés pour l’étude de la Préhistoire récente ; en l’état actuel de la recherche, ils semblent être les seuls à permettre la détection et l’étude d’occupations de plein air stratifiées. Ce fait, souligné à la suite de la préreconnaissance du tracé autoroutier, a été vérifié en partie à l’occasion des sondages, qui ont montré l’absence de conservation de niveaux mésolithiques sur les buttes et collines, particulièrement sensibles aux phénomènes d’érosion.

9L’histoire sédimentaire, dont le bilan est positif, peut se résumer à un colmatage du fond de vallée par des fines. Pour autant, le rythme et l’importance de ce colmatage se distinguent d’une plaine à l’autre.

10Les facteurs qui expliquent ces différences sont à la fois généraux et locaux. Le premier relève du bassin-versant : l’échelle des deux bassins n’est pas la même et les sites n’occupent pas une position similaire. Choisey/Aux Champins se trouve très à l’aval dans le bassin du Doubs, dont la superficie dépasse les 5 000 km2 en ce point. L’enregistrement stratigraphique intègre alors des phénomènes affectant l’ensemble de ce bassin et d’autres très locaux. En général « l’augmentation de la taille de l’unité géomorphologique ne fait pas qu’étendre la complexité des interactions entre les paramètres physiques mais réduit la sensibilité du milieu » (Mitchell, Gerrard 1987 : 178). À Ruffey-sur-Seille/À Daupharde, la superficie du bassin-versant est à peine supérieure à 200 km2, ce qui permet de suivre de manière plus précise les variations de l’environnement dans l’enregistrement stratigraphique.

11La position de ces sites au sein de ces bassins de taille très différente apporte un second élément de différenciation. Dans le cas de la Seille, nous nous situons dans une logique de transit sédimentaire dominant, avec des débordements limités et une mobilité du chenal encore assez importante. Les taux d’accrétion sont faibles, mais la destruction par les paléochenaux limitée. Dans le cas du Doubs, la logique est celle de l’accumulation, ce qui s’observe par le fait que les dépôts grossiers mis en place au Würm sont partout masqués par une couverture fine ; cette couverture rapportée à la superficie du Finage représente un volume sédimentaire considérable. Par cette différence de position, la nature de l’enregistrement stratigraphique est donc différente, ce qui rend les comparaisons délicates.

12Les facteurs locaux correspondent à la taille de la vallée et à la position du site dans cette vallée. Quoique de dimensions importantes, la plaine de la Seille, en aval d’Arlay, demeure moins vaste que celle du Finage ; ce constat est encore plus net, si l’on ne prend en compte que l’espace occupé par les dépôts alluviaux postwürmiens. Au droit des sites, l’ordre de grandeur de la plaine de la Seille est de quelques centaines de mètres de large, alors qu’il est de quelques kilomètres pour le Doubs. Cette différence se ressent dans les secteurs de sédimentation. Pour la Seille, on observe la superposition des corps alluviaux au fil du temps. Le Doubs est caractérisé par une juxtaposition et les secteurs de sédimentation ont tendance à se déplacer en fonction des changements de tracé de la rivière. La plaine du Finage correspond, au bout du compte, à une mosaïque complexe et encore mal décryptée de milieux de sédimentation d’âges et de nature différents : l’enregistrement stratigraphique peut alors varier rapidement d’un point à l’autre de la plaine. Dans le cas de la Seille, mis à part les paléochenaux qui viennent perturber la stratigraphie, la réalisation d’un log type qui synthétise la construction de la plaine au Tardiglaciaire et à l’Holocène ne conduit pas à une trop grande perte d’informations. Des variations existent par rapport à ce schéma mais elles demeurent limitées.

13À l’intérieur de cet espace de plaine alluviale, les sites n’ont pas une localisation équivalente. Le site d’À Daupharde se trouve au cœur de la partie active de la vallée, affectée directement par les changements de tracé de la rivière, ce qui aboutit localement à une stratigraphie complexe, perturbée par de nombreux paléochenaux. En revanche, le site d’Aux Champins est en marge de la plaine « active », ce qui limite les perturbations liées à la dynamique fluviale et simplifie l’enregistrement stratigraphique.

14On se trouve ainsi dans une situation a priori un peu paradoxale : la stratigraphie la plus complexe est celle qui permet la reconstitution la plus complète du remplissage alluvial de la vallée, en fin de compte assez simple. L’enregistrement le plus simple ne permet pas cette reconstitution d’un processus qui s’avère plus complexe. Le paradoxe n’est en fait qu’apparent et lié à un problème d’échelle. À Choisey/Aux Champins, la stratigraphie est de lecture assez aisée, mais l ’échantillonnage est peu représentatif de la complexité du colmatage général de la plaine du Finage. À Ruffey-sur-Seille/À Daupharde, on est dans la situation inverse. La prise en compte de ce phénomène d’échelle est capitale pour connaître les limites de nos interprétations.

15Les phases d’incision, qui provoquent un déstockage massif des dépôts alluviaux et donc une érosion pouvant compromettre la conservation des vestiges archéologiques, sont peu nombreuses. On n’en distingue aucune sur le Doubs dans le secteur étudié et une seule sur la Seille à la fin du Subboréal ; cette incision ne concerne qu’une portion de la vallée, ce qui permet une bonne conservation des dépôts antérieurs. Cette partie de la plaine, qui correspond au gisement d’À Daupharde, évolue par la suite comme une basse terrasse, occasionnellement touchée par les crues. Pour les deux sites, les secteurs préservés sont de dimensions importantes.

16Sur les terrains étudiés, un chenal actif n’est jamais très éloigné des occupations du Mésolithique. Les apports en sédiments sont ainsi assurés lors de débordements sous forme de limons qui vont permettre une fossilisation des vestiges. L’évolution « postinstallation » implique une période assez longue, sous des conditions subaériennes, qui se traduit par une conservation plutôt médiocre de la faune et des autres témoins périssables. Le recouvrement est lent mais permet malgré tout une fossilisation des vestiges à une profondeur suffisante, pour qu’ils ne soient pas perturbés par les occupations ultérieures. Ainsi, c’est seulement ponctuellement et par le creusement de fosses, par exemple, que les installations postérieures vont atteindre les niveaux mésolithiques : seules les structures en creux du Bronze final à Choisey ont atteint le niveau Cl. Les conditions de conservation sont donc très bonnes pour étudier l’organisation spatiale. Les perturbations restent limitées à une légère dilatation verticale des vestiges selon des processus de nature pédologique.

5.2.2 Le contexte alluvial : un milieu de conservation très variable

17Il ne faudrait pas généraliser à partir des exemples présentés ici et conclure que le milieu alluvial est systématiquement un bon contexte de conservation. D’après l’échantillonnage constitué par ces deux espaces, et en prenant en compte les vallées de la région explorées, soit lors des travaux de l’A 39, soit à l’occasion de recherches personnelles (S. Rotillon), on peut essayer de brosser le tableau des fonds de vallée de la Bresse jurassienne propices à une bonne préservation. Deux conditions sont nécessaires pour qu’un potentiel de conservation existe : le taux de sédimentation doit être suffisant pour que les sites soient préservés par fossilisation et les processus d’érosion limités à l’échelle de la vallée pour assurer la conservation des vestiges.

18Pour avoir des taux de sédimentation suffisamment importants, il faut se situer vers l’aval dans le bassin-versant. Les têtes de vallée correspondent principalement à des zones de départ de matériel, dans lesquelles le bilan est généralement négatif (Schumm 1977). Ce n’est qu’à partir du moment où la pente s’atténue que la sédimentation devient dominante par baisse de l’énergie disponible pour le transport de la charge solide. La valeur de pente critique est fonction du matériel transporté, elle ne peut donc pas être précisée dans l’absolu. Dans le cas du Finage, on se trouve à l’aval, dans un espace largement ouvert où la rivière perd rapidement de son énergie et va déposer sa charge. Le cas de la Seille est assez proche, mais le fait que l’on soit encore assez en amont se traduit par une sédimentation limitée et donc par des taux d’accrétion très faibles.

19La largeur de la vallée peut atteindre une taille critique qui empêche une accumulation sédimentaire suffisante pour fossiliser les sites : plus l’espace se dilate, plus les secteurs de sédimentation se morcellent et, au bout du compte, en chaque point, peu de sédiments se déposent durant l’Holocène. Le volume sédimentaire peut être important quand on prend en compte l’ensemble de la plaine, mais par unité de surface le bilan est faible. Le Finage correspond à ce cas de figure. L’espace est vaste et la sédimentation très discontinue. Les lacunes sont la marque de cette discontinuité, ainsi que l’importance de la pédogenèse dans le secteur de Tavaux-Cité. Le site d’Aux Champins se trouve dans une position privilégiée pour la conservation des vestiges mésolithiques, car la sédimentation est contemporaine ou immédiatement postérieure aux installations, ce qui a permis un recouvrement avant que des mises en valeur de l’espace aient pu détruire ces témoins. On peut facilement envisager que, pour d’autres secteurs de la plaine, les dépôts du Préboréal ou du Boréal aient été plus proches du niveau de sol actuel et aient connu une destruction par le travail de ce sol. Ce problème ne se pose pas pour À Daupharde puisque l’aggradation concerne tout le site, la plaine postwürmienne a même tendance à s’étendre vers le nord.

20Pour que les reprises d’érosion, manifestées par des incisions, soient limitées, il faut que la vallée soit suffisamment large pour que ces phénomènes ne concernent pas l’ensemble de la plaine. Les petits vallons présentent ainsi généralement un colmatage récent, souvent subatlantique, comme l’ont montré de nombreux sondages réalisés sur l’autoroute (Richard 1996). Des vallées comme celle de l’Orain, affluent de rive gauche du Doubs, présentent un colmatage récent, sans doute en grande partie postgallo-romain ainsi qu’une étude des berges sur les communes de Le Deschaux et de Rahon nous l’a révélé. Dans de telles vallées, il semble que des déstockages sédimentaires se soient produits lors de l’Holocène en raison de la faiblesse des possibilités d’accumulation alluviales : le bassin fournit plus de sédiments que les vallées ne peuvent en contenir, ce qui provoque de temps en temps des incisions qui évacuent le surplus de matériel. Dans ce contexte, la probabilité de trouver des dépôts du Préboréal ou du Boréal semble assez faible.

21La non-conservation de ces niveaux peut aussi résulter d’une érosion par divagation latérale du cours d’eau. Un cours d’eau d’assez haute énergie va construire sa plaine tant par aggradation verticale que par accrétion latérale. Ce phénomène implique une grande mobilité du cours d’eau qui empêche la bonne conservation de dépôts anciens. La bande active du cours d’eau tend à se confondre avec la vallée elle-même. Ce phénomène s’observe sur la basse vallée de la Loue pour laquelle les divagations récentes ont perturbé la stratigraphie. À l’aval de Parcey, les diagnostics préalables aux travaux autoroutiers, comme le suivi de la tranchée du Saumoduc, ont montré que l’ensemble de la plaine était constitué par des galets et graviers de mise en place récente. La reconnaissance de la bande active du cours d’eau est un préalable indispensable à la réalisation de sondages dans ce type de contexte. Le problème se pose de la même façon sur la basse vallée du Doubs, particulièrement en aval de la confluence avec la Loue. Le seul tracé du chenal actuel est insuffisant pour délimiter les secteurs de conservation potentielle.

22Ces quelques remarques constituent un préalable à toute prospection des espaces alluviaux qui peuvent être très favorables à une bonne conservation des vestiges archéologiques par les accumulations alluviales. En revanche, il faut tenir compte de la dynamique du cours d’eau, toutes les plaines ne possédant pas le même potentiel de conservation. Les conditions présentées paraissent nécessaires à l’existence d’un tel potentiel. Elles ne garantissent cependant pas la détection d’occupations, car encore faut-il que l’Homme se soit installé dans ces fonds de vallée !

23La définition d’un fort potentiel archéologique en milieu alluvial permet de rapprocher la Franche-Comté de régions comme le nord de la France ou le Bassin parisien, pour lesquelles la fouille de gisements préhistoriques de plein air, et plus précisément mésolithiques, se pratique depuis plusieurs années. Jusqu’à une date récente, la faible reconnaissance des occupations de plaine alluviale ne permettait de les assimiler qu’à « une forme à peine remarquable du cas général » (Rozoy 1978 : 9. 1088). Mais, principalement grâce à la mécanisation des méthodes d’investigations, ce contexte a pu être exploré et la richesse de certains de ces milieux reconnue.

5.2.3 Modalités de conservation des sites de plein air : de nouvelles considérations

24Les données stratigraphiques d’Aux Champins et d’À Daupharde définissent un contexte favorable à la préservation des occupations. On est loin de l’image fréquente de ces gisements de plein air souvent perturbés, donnée par des recherches menées sur des secteurs et des milieux bien spécifiques. Les exemples les plus significatifs se rencontrent dans le centre et le nord du Bassin parisien avec des sites sur sable à très faible niveau de stratification. Les cas sont nombreux : Roc-La-Tour II, à Monthermé dans les Ardennes (Rozoy 1978), la Sablonnière, à Coincy‑l’Abbaye dans l’Aisne (Parent 1973), l’Allée Tortue II, à Fère-en-Tardenois dans l’Aisne (Parent 1967). La fréquence élevée des occupations en milieu sableux peut s’expliquer par l’aspect attractif de ce contexte d’implantation, mais résulte également du caractère subjectif du choix du lieu d’investigation, lié à des critères purement techniques dont la facilité de tamisage. Comme le souligne J.-G. Rozoy : « il faut dire que la facilité de recherche dans les sables est telle que les fouilles en d’autres terrains sont rares ». Ceci s’est traduit précocement par la « loi des sables » (Clark 1970).

25Des occupations de plein air sur d’autres sols plus lourds ont été reconnues, mais principalement à partir de ramassages de surface. Les mentions de sites stratifiés sont rares et, jusqu’à une date récente, le seul exemple en France était le « camp » mésolithique de Gramari, à Méthamis dans le Vaucluse, également en contexte alluvial (Paccard 1971).

5.2.4 Un cadre chronostratigraphique de mieux en mieux assuré

26La caractérisation des unités sédimentaires ainsi que leur calage chronologique définit un cadre chronostratigraphique de référence pour le Mésolithique de l’est de la France. Cette volonté de constituer un cadre chronostratigraphique régional s’est traduite par la fouille d’occupations en grottes et en abris. Parmi les exemples, nous pouvons citer celui de l’abri de Rochedane ou encore celui de la grotte du Mannlefelsen. Ces tentatives de corrélation entre occupations humaines et cadre environnemental ont conduit de nombreux chercheurs à travailler sur des gisements qui par nature s’y prêtaient. Les abris ou parfois les entrées des grottes ont constitué des lieux privilégiés d’investigations aboutissant dans certains cas à des stratigraphies importantes comme au Cro du Cluzeau à Rouffignac, en Dordogne (Barrière 1973 ; 1974), à La Baume de Montclus, dans le Gard (Rozoy 1978, fouille Escalon de Fonton 1976).

27L’établissement d’une stratigraphie locale à partir des sites de Choisey et de Rufifey-sur-Seille a permis d’isoler des repères stratigraphiques. Les argiles et limons du Mésolithique ancien de C2 sont caractérisés par la présence fréquente de concrétions tubulaires carbonatées qui soulignent systématiquement la base du niveau d’occupation. Les mêmes observations, réalisées sur les sites voisins de Gevry et de Choisey/l’Ormoy, contribuent à définir cette fossilisation de réseau racinaire comme un repère stratigraphique intéressant vraisemblablement une large superficie de la plaine du Doubs. Sur le site d’À Daupharde, les repères stratigraphiques sont plus nombreux et se composent :

  • d’un sol hydromorphe dans le fond de certaines dépressions, daté probablement de l’Allerød malgré l’absence de vestiges archéologiques ;

  • d’une unité quasi horizontale argileuse brunâtre, qui illustre un stade pédogénétique évolué apparenté à un FLUVIOSOL brunifié. Cet ensemble a livré les vestiges d’occupations du Mésolithique ancien et moyen ;

  • d’un paléosol de la seconde moitié de l’Atlantique. Constitué de limons argileux gris sombre, il marque le passage entre la séquence mésolithique et l’occupation néolithique.

28La définition d’un cadre chronostratigraphique aussi complet, à partir de sites de plein air, revêt un caractère novateur pour la recherche archéologique régionale et marque l’apport d’informations complémentaires aux données stratigraphiques obtenues à partir des occupations en grotte et en abri (Rochedane, Bavans, Ranchot).

29Malgré la difficulté de déterminer l’impact du milieu physique sur le choix, la nature et le type d’implantation, il convient de préciser le type d’environnement contemporain de chaque occupation. En effet, l’évolution du milieu s’est accompagnée, sur le site de Ruffey-sur-Seille, par le déplacement des zones propices aux implantations. Cette répartition particulière de type mosaïque n’est pas représentée sur le site de Choisey, où domine la superposition d’occupations.

30L’ensemble de ces données à caractère naturaliste n’a pris sa véritable signification que grâce aux datations radiocarbone, dont le nombre s’explique par la volonté de constituer une base chronologique détaillée et bien documentée. La base régionale existante, obtenue à partir des seules occupations de milieu karstique, comportait des hiatus importants concernant en particulier le Préboréal, caractérisé chronologiquement par les seuls sites de Rochedane, couche A4, et d’Oberlarg, couche Q. Les datations obtenues et la cohérence des résultats constituent une série de références pour l’est de la France qui couvre la seconde moitié du Préboréal, la première moitié du Boréal et l’Atlantique ancien. Cependant, l’absence de datation est à regretter pour l’occupation de C2 dont le faciès industriel reste calé de manière imprécise. Il est toutefois possible d’envisager une datation assez haute dans le Préboréal puisque le niveau C1 sus-jacent est daté de la seconde moitié du Préboréal (fig. 292).

31Si le cadre chronologique du Mésolithique de l’est de la France a pu être précisé, force est de constater que certains vides subsistent. La seconde moitié du Boréal n’est attestée sur le site de Ruffey-sur-Seille que par une seule datation qui, il faut le souligner, a été effectuée à partir de charbons de bois, alors que les autres l’ont été à partir de coques de noisettes brûlées. Le cadre chronologique ainsi obtenu est d’autant plus solide que l’ensemble des occupations présente de nombreuses garanties d’homogénéité.

5.3 La culture matérielle

5.3.1 L’outillage lithique, marqueur culturel privilégié

32Les données quantitatives et qualitatives des industries se sont révélées propices à leur caractérisation technologique et typologique, elle-même favorable à la détermination de leur origine culturelle. Le Mésolithique, rapidement identifié comme la culture par excellence des chasseurs à l’arc, a fait l’objet de nombreuses études typologiques au caractère souvent exhaustif, soulignant l’intérêt tout particulier accordé aux armatures de flèches. Aussi l’analyse de l’outillage est-elle apparue comme le seul véritable moteur de la connaissance de ces populations. Malgré cette assertion : « la comparaison des cultures préhistoriques nécessite, bien qu’elle ne s’y réduise certes pas, l’étude détaillée des industries qui en sont une composante importante » (Rozoy 1978 : 27), force est de constater que notre perception du Mésolithique se limite trop souvent à son seul cadre industriel. L’évolution typologique du Mésolithique de Choisey et de Ruffey-sur-Seille est marquée par la réduction du nombre des armatures de flèches, qui s’achève par l’utilisation exclusive du trapèze. La définition des caractères typologiques propres à chaque niveau d’occupation a permis d’identifier l’existence de faciès industriels inédits dans la région. C’est le cas de l’industrie de C2, qui appartient à un Mésolithique ancien dérivé de l’Arhens bourgien, mais également de R4, beuronien, et de R3, sauveterrien. Ces données caractérisent la pluralité de l’origine du peuplement régional, vraisemblablement en relation avec le rôle de carrefour de la région. En effet, sa position géographique et la disposition des reliefs l’ouvrent à des influences diverses. En débouchant sur le couloir Saône-Rhône au S-O et sur la vallée du Rhin par la porte de Bourgogne au N-E, la vallée du Doubs est une voie de communication privilégiée entre l’est et le couloir rhodanien. Au N-O, le passage avec le Bassin parisien se fait par l’intermédiaire du plateau de Langres. Au S-E, le Jura plissé ne constitue pas une barrière infranchissable entre la France et la Suisse. Le caractère ouvert de la région est particulièrement bien illustré sur le site de Ruffey-sur-Seille où se succèdent deux occupations à affinités culturelles distinctes. La première, dominée par les armatures à base transversale et les triangles isocèles, appartient au Beuronien A, d’origine septentrionale. La seconde, caractérisée par la présence de triangles scalènes, de triangles isocèles et de pointes de Sauveterre, appartient au complexe sauveterrien, culture méridionale par excellence. Cette alternance de fréquentation sur ce même lieu suggère la coexistence de groupes différents sur une même aire géographique, mais surtout le caractère attractif interculturel de certains gisements comme celui d’À Daupharde. Cette diversité d’influences culturelles nuance la conception d’A. Thévenin (1996) qui fait de la Franche-Comté du Mésolithique ancien une région appartenant à une bande E-O, échappant aux influences septentrionales et méridionales. Dans un tel contexte, il paraît difficile d’isoler les marqueurs régionaux des processus évolutifs industriels, difficulté accrue par la durée assez courte de ces occupations de plein air : en effet, elles ne permettent que l’examen d’un moment précis de la vie de ces groupes, illustré par une petite partie de leur outillage et de leurs rejets.

FIG. 292
Cadre chrono-industriel du Mésolithique de l’est de la France.

5.3.2 La technologie lithique : un domaine d’étude à développer

33L’autre volet de l’examen du cadre industriel est constitué par la technologie lithique, discipline à part entière pour le Paléolithique, réduite trop souvent pour le Mésolithique à des considérations qualitatives concernant le caractère plus ou moins régulier du débitage. La caractérisation des différentes productions en termes morphométrique, morphologique et technologique constitue la condition sine qua non à une confrontation efficace des différents ensembles. C’est seulement dans cette optique d’analyse qu’ont pu être précisées certaines des tendances évolutives des modes de production au Mésolithique. La rareté des études dans ce domaine n’autorise pas encore la généralisation des caractères évolutifs dégagés.

34Les phases anciennes et moyennes sont dominées par des systèmes productifs sensiblement identiques. Le débitage est pratiqué à partir de nucléus prismatiques à un plan de frappe lisse sans préparation spécifique, en utilisant une percussion directe dure. Il vise l’obtention de lamelles ou d’éclats répondant à des exigences tantôt morphométriques (niveau R3), tantôt morphologiques (niveau R4). La grande rupture technologique apparaît avec le Mésolithique récent qui se caractérise par une production lamellaire dominée par la régularité. Le débitage, pratiqué à partir de nucléus prismatiques à un plan de frappe, facetté, à bord cannelé, est effectué à la percussion indirecte. Ces variations technologiques s’accompagnent également de la présence ou de l’absence de la technique de fracturation par microburin, attestée dans les phases anciennes et récentes, mais quasiment absente de la phase moyenne. Une approche plus dynamique a été obtenue par le biais des remontages, pratiqués également, entre autres, sur les sites des Gripons, à Saint-Ursanne en Suisse (Pousaz 1991), d’Hangest Gravière II nord (Ketterer 1992) ou de Rormyr II en Norvège (Skar, Coulson 1990). Cette technique d’analyse a surtout été mise en application durant les dix dernières années : le retard dans ce domaine, par rapport au Paléolithique supérieur, s’explique par une prise de conscience tardive de son intérêt mais également par le caractère beaucoup plus fastidieux des remontages dans un cadre industriel mésolithique.

5.3.3 Une connaissance encore partielle de la culture matérielle

35À l’instar de la plupart des occupations en milieu terrestre, notre connaissance du cadre matériel est réduite par les conditions de conservation qui ont détruit tout vestige en matériau périssable, à l’exception de l’industrie osseuse. Cette dernière, dont l’existence était envisageable sur les sites de Ruffey-sur-Seille et de Choisey, n’a pas été mise en évidence. Au Danemark, en Angleterre ou encore en Russie, les marécages tourbeux ont permis de découvrir des témoins remarquables, façonnés à partir de matières végétales. Parmi les sites les plus exceptionnels, nous pouvons mentionner ceux de Star Carr en Angleterre (Clark 1954), de Nizhneye Veretye I en Russie (Oshibkina 1990) ou de Svaedborg au Danemark (Petersen 1971), mais également l’unique site français à avoir livré des vestiges osseux, à Noyen-sur-Seine, en Seine-et-Marne (Mordant et al. 1993).

36Si l’industrie lithique nous renseigne sur un plan technique et culturel, elle ne constitue qu’une facette d’un outillage dont la diversité apparaît de manière incomplète dans nos régions.

5.4 Le domaine socio-économique

5.4.1 Approche des systèmes économiques

37L’ensemble des vestiges possède également une valeur extrinsèque qui permet de définir des systèmes économiques dont les plus évidents concernent les matières premières siliceuses et la chasse. Leur définition implique dans certains cas l’adjonction d’analyses spécifiques comme la pétrographie, dont l’apport dépasse le seul cadre industriel. En effet, la détermination de l’origine des matières premières nous renseigne sur une notion essentielle qui est celle du territoire. Les occupations de Ruffey-sur-Seille, en étroite relation avec les ressources locales, s’opposent à celles de Choisey où l’apport de matières premières à partir de sources éloignées joue un rôle plus important. Ce caractère est particulièrement sensible pour l’occupation de C2 où la majorité des matières provient du bassin tertiaire de Haute-Saône et une partie probablement de Olten en Suisse. L’importation à partir de sources éloignées est également attestée au sein de l’occupation de R4, avec quelques éléments en provenance du bassin tertiaire de Haute-Saône et du secteur de Pontarlier. Cette occupation à affinité septentrionale est la seule du gisement d’À Daupharde à avoir livré des matières premières du nord de la Franche-Comté. Les industries à affinités sauveterriennes sont quant à elles caractérisées par l’utilisation de la chaille locale et du silex en provenance de Cesancey, situé au sud du gisement. C’est au Mésolithique récent que la chaille locale a été le plus utilisée. En l’état actuel des données, les approvisionnements les plus lointains semblent appartenir au Mésolithique ancien, ce qui pourrait correspondre à des exigences qualitatives particulières nécessitant un approvisionnement spécifique ou à d’autres paramètres, culturel par exemple.

38Aucun indice ne permet de conclure à des contacts de longue distance. Nous pensons en particulier aux coquilles fossiles, fréquemment trouvées dans les habitats mésolithiques (Vionnaz en Suisse, Bavans dans le Doubs).

5.4.2 Analyse palethnograhique et caractérisation spatiale des occupations

39L’analyse palethnographique de ces campements mésolithiques de plein air a permis de dégager les très grandes lignes de leur organisation spatiale. Elles constituent, malgré leur caractère sommaire, une avancée considérable par rapport au niveau de connaissances que l’on avait dans ce domaine, résumé bien souvent à la description des seules structures de combustion et à la considération du diamètre occupé. La structuration spatiale mésolithique, comparativement à celle du Paléolithique supérieur, est le résultat de caractères spécifiques. Le module d’implantation, constitué par l’unité d’activités, définit le campement qui peut se composer de plusieurs unités. Cette répétition peut se traduire par un caractère extensif, que l’on avait généralement tendance à expliquer par un phénomène d’agrégation de campements successifs. L’étude des occupations de Choisey et de Ruffey-sur-Seille nuance cette considération et a conduit à la définition d’une règle spatiale qui est celle de la complémentarité. Elle s’appuie en particulier sur les remontages qui mettent souvent en relation plusieurs unités d’activités. L’étude spatiale a posé plus de questions qu’elle ne permettait d’en résoudre : la principale concerne le problème de l’espace domestique, composant essentiel de l’organisation spatiale du Paléolithique supérieur. En effet, sur le site d’À Daupharde, rien ne permet de le définir et son existence même peut dans bien des cas paraître douteuse. Il est donc impossible de préciser le type d’abri, s’il s’agit de tente ou de cabane, voire même si sa conception correspond bien à ce schéma puisqu’il est tout à fait possible qu’il se superpose partiellement au territoire domestique, lieu d’exercice de l’ensemble des activités. Cependant, cette superposition paraît peu probable en raison des nombreux témoins qui jonchent le sol, rendant cette surface inconfortable. En l’état actuel de la recherche, il serait hasardeux de généraliser l’ensemble de ces conclusions car il est impossible d’évaluer si l’organisation ainsi définie correspond au schéma classique ou à une variante. En effet, plusieurs paramètres peuvent avoir une incidence importante sur l’organisation des campements : les contraintes du milieu d’implantation, la saisonnalité et la durée de l’occupation, la nature des activités, le nombre d’individus ainsi que les usages coutumiers. Cependant, il nous semble probable que de grandes règles spatiales président à l’organisation de ces campements (s’agit-il de celles dégagées à partir de notre étude ?) et se traduisent de manière différente en fonction des paramètres cités précédemment.

5.4.3 Un réseau de sites complémentaires

40La spécialisation des occupations de Ruffey-sur-Seille, liée au prélèvement et au transport de certaines parties anatomiques d’espèces particulières, confère à ce gisement un certain statut. Ce constat permet d’amorcer une réflexion d’ordre économique : la hiérarchisation des sites, définie à partir de leur nature. Elle permet de distinguer 4 types de sites : le site d’habitat, que l’on peut subdiviser en camp de base, camp temporaire et halte de chasse, le site d’abattage, le site de boucherie et le site d’inhumation (Pathou-Mathis 1994). II est possible d’y adjoindre une autre catégorie : l’atelier de débitage. Cette conception correspond assez bien à un mode de vie nomade qui suggère l’existence d’un lieu de vie plus permanent et probablement plus structuré, comme le camp de base, ravitaillé à partir de différents camps de chasse tel que celui d’À Daupharde. Ces données permettent d’envisager l’existence d’un « réseau » de sites complémentaires.

41Cette complémentarité fonctionnelle pourrait également se caractériser par l’opposition entre les occupations en grotte et en abri et celles de plein air. Si les données paraissent insuffisantes dans ce domaine, il est possible de faire un certain nombre de constatations fondées sur les différences qualitatives du mobilier en présence et sur le type de structure. Ainsi, dans les grottes et abris, industrie osseuse et parures sont fréquentes (Bavans dans le Doubs, Ranchot dans le Jura, Vionnaz en Suisse). La présence de nombreux foyers, comme à Bavans, atteste une densité d’occupation importante, confirmée par les données quantitatives de l’industrie lithique. Pour ce site, il est difficile de parler de camp de base car le contexte stratigraphique permet difficilement de déterminer le rythme d’implantations : il peut correspondre à la succession plus ou moins rapprochée de nombreuses petites occupations. Il faut également insister sur le fait que les seules traces de superstructures dans l’est de la France et en Suisse ont été mises en évidence dans ce milieu karstique : il s’agit de l’abri du Mannlefelsen à Oberlarg et de l’abri Freymond en Suisse. Ces données sont à elles seules insuffisantes pour définir l’existence d’un camp de base. En outre, leur présence pourrait traduire un environnement climatique assez dur et caractériser ce que l’on pourrait considérer comme des camps d’hiver.

42Cette complémentarité de sites implique l’existence de territoires souvent délicats à déterminer en raison des différents niveaux de perception. En évaluant leur diamètre entre 80 et 300 km, J.-G. Rozoy (1978) exprime cette difficulté facilement explicable par un mode de vie nomade lié à une fréquentation de secteurs géographiques dont la variation est la conséquence de la nature des activités pratiquées. Cependant, cette définition de territoire nécessite l’identification des groupes humains et implique des attributions chrono-culturelles sans équivoque. Cette base indispensable est malheureusement loin d’être constituée. Selon Y. Taborin, le territoire peut être subdivisé en « territoire familier » et en « territoire lointain » (Taborin 1989). Le premier est l’aire de circulation régulière et fournit la plus grande partie des ressources alimentaires du groupe ; le second, fréquenté occasionnellement, est principalement orienté vers la satisfaction des besoins sociaux, culturels ou religieux. Pour nos régions, le meilleur indicateur territorial résulte de l’analyse pétrographique qui, grâce à la détermination des lieux d’approvisionnement, permet d’envisager l’existence de territoires importants comme pour le Mésolithique ancien de Choisey ou de Ruffey-sur-Seille. Cette analyse traduit une évolution marquée par la réduction de ce territoire d’approvisionnement à mesure que l’on avance dans la séquence mésolithique. Illustre-t-elle la tendance générale ?

5.4.4 Des pratiques funéraires variées

43La découverte sur le site d’À Dauphardc d’une sépulture à incinération datée du Mésolithique moyen ne semble pas modifier la nature de l’occupation et le statut du gisement. Malgré l’extrême rareté de ce type de témoin en contexte mésolithique, son caractère unique lui confère une valeur anecdotique, qui nous renseigne cependant sur des rites funéraires assez mal connus. La présence d’os humains incinérés en contexte domestique soulève davantage de questions qu’elle n’apporte d’éléments de réponse. Les pratiques funéraires, inhumation et crémation, posent le problème de leur cadre chronologique et de leur contemporanéité, de leur appartenance culturelle et de leur application à des contextes particuliers. En effet, en l’état actuel de la recherche, l’inhumation, pratique la mieux reconnue, se rencontre aussi bien sur des sites d’habitat comme celui de la Chaussée-Tirancourt, à Samarra dans la Somme (Ducrocq étal. 1991), que sur des sites à vocation funéraire comme celui du Parc du Château à Auneau, en Eure-et-Loir (Verjux 1992). La crémation représentée sur les sites de la Chaussée-Tirancourt ou de Vionnaz en Suisse semble ne caractériser que le contexte domestique. Quelles sont l’origine et la signification de cette dualité que les quelques données archéologiques permettent tout au plus d’illustrer ?

44Les nombreuses problématiques soulevées par les sites mésolithiques de l’A 39 soulignent l’importance de ce type de gisements pour une réévaluation de nos connaissances. L’acquisition de données à caractère ethnographique constitue une avancée importante dans la recherche sur le Mésolihique. Au-delà des différentes analyses et des résultats obtenus, il paraît désormais possible d’envisager une réflexion portant sur le domaine socio-économique, pour lequel les progrès seront vraisemblablement les plus significatifs dans les années à venir. Ces nouvelles perspectives de recherche constituent un des effets directs de l’essor de l’archéologie préventive au cours de ces dernières années.

Table des illustrations

Légende FIG. 292 Cadre chrono-industriel du Mésolithique de l’est de la France.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search