Version classiqueVersion mobile

Campements mésolithiques en Bresse jurassienne

 | 
Frédéric Séara
, 
Sylvain Rotillon
, 
Christophe Cupillard

Chapitre 2. Le cadre chronostratigraphique

2. The chronological and stratigraphical framework

Sylvain Rotillon, Christine Oberlin et Dominique Sordoillet

Résumé

De longues coupes ont été réalisées afin d’observer les formations alluviales. Plusieurs ensembles sédimentaires constituant des « séquences » ont pu être définis : deux à Choisey et quatre à Ruffey. Le calage chronologique s’est appuyé sur des datations au radiocarbone effectuées dans les niveaux d’occupation et sur des tufs, qui ont permis de dater les paléochenaux.

À Choisey, l’histoire sédimentaire enregistrée est courte et couvre une partie du Dryas récent et le début de l’Holocène jusqu’au Boréal. Les vestiges mésolithiques s’insèrent dans deux ensembles proches de la surface. Des structures protohistoriques perturbent le niveau supérieur.

La stratigraphie de Ruffey, entaillée par de nombreux paléochenaux, est plus complexe. L’enregistrement sédimentaire est continu du Dryas récent au Subboréal. Le contexte sédimentaire des occupations du Mésolithique ancien et du Sauveterrien est différent de celui du Mésolithique récent.

Texte intégral

2.1 Méthodes et techniques

2.1.1 Les travaux de terrain

S.R.

1Une plaine est par essence un milieu de sédimentation varié, fonctionnant de manière complexe dans le temps et l’espace (Lewin 1978). Trois grandes unités géomorphologiques, qui correspondent à des milieux de sédimentation particuliers, se distinguent dans ce contexte : les chenaux, les berges et la plaine d’inondation. Chaque unité génère des dépôts sédimentaires avec des lithofaciès généralement caractéristiques. La base du travail de terrain consiste donc en une reconnaissance et en une détermination des faciès sédimentaires. Ces derniers se différencient en fonction de leur granulométrie, mais surtout en fonction de leur structure interne (type de litage, dimensions...) et des relations avec les autres faciès (contact érosif, passage graduel ou abrupt). Autrement dit, chaque corps sédimentaire individualisé se caractérise autant par son homogénéité de faciès que par ses différences vis-à-vis des autres corps.

2La description sur colonne stratigraphique, selon un modèle unidimensionnel, ne peut rendre compte de la complexité des conditions de dépôt. Il n’existe pas de séquence verticale idéale qui caractérise un type particulier de chenal (Collinson 1978) et encore moins une plaine dans son ensemble. Les sondages ponctuels, en particulier dans ce contexte de cours d’eau de piémont à activité latérale non négligeable, ne sont pas suffisants pour étudier l’histoire sédimentaire des plaines. Les données ont ainsi été obtenues grâce à la réalisation de coupes de la plus grande longueur possible compte tenu des contraintes de terrain puisque seules de longues coupes permettent d’étudier la complexité des dépôts alluviaux et de prendre la mesure de leur variabilité (Macaire 1990). Ces coupes ont atteint presque systématiquement la grave, dont la mise en place est attribuée au Pléniglaciaire (fig. 10). L’objectif était d’avoir la vision la plus large des corps sédimentaires et de leurs relations géométriques. Le relevé de très longues coupes, atteignant pour certaines près de 300 m de long, ne peut se faire avec la même précision que les relevés des niveaux archéologiques pour lesquels chaque pièce est cotée en NGF. Le but des coupes est ici de comprendre la stratigraphie de la plaine et de caractériser les différents milieux. Ce sont les observations de terrain qui permettent généralement de faire le lien entre un corps sédimentaire donné et un niveau archéologique.

FIG. 10
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Vue de la partie sud de la coupe est. Au premier plan, le chenal 6.

3Par ailleurs, le tracé des paléochenaux sur le site de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde a été relevé avec une précision relative. Les tracés sont extrapolés d’après les observations de terrain et quelques points de référence pris au théodolite : ici, ce sont les données archéologiques qui précisent souvent le tracé de détail. L’objectif du plan est, là encore, de comprendre la géométrie d’ensemble du site et non pas d’interpréter ses moindres détails. Sur le site de Choisey/Aux Champins les tracés n’ont pas été relevés sur le terrain, hormis sur le secteur de fouille par l’équipe archéologique.

4Pour la description de ces corps sédimentaires nous utilisons en partie la typologie mise au point par Miall (1978 ; 1985 ; 1996) qui reprend la terminologie des figures de stratification d’Allen (1963). La caractérisation des corps sédimentaires a d’abord été réalisée in situ, à partir d’une détermination visuelle des couleurs et d’une analyse granulométrique tactile ; des unités élémentaires ont ainsi été déterminées. Mis à part les dépôts anciens de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde, attribués au Dryas récent, les corps sédimentaires représentés étaient suffisamment tranchés, les formes facilement observables, pour permettre leur analyse stratigraphique et la compréhension de leur mode de mise en place. Les corrélations stratigraphiques ont été établies en prenant en compte les informations issues des coupes et les données en plan des niveaux de décapage.

5Dans le cas de Choisey/Aux Champins, le contexte stratigraphique est beaucoup moins tranché. Les variations latérales sont très faibles et, verticalement, les différences sont peu marquées. Les limites observées sur le terrain sont beaucoup plus subjectives, en partie en raison des conditions d’intervention. L’opération a été en effet réalisée en deux temps, laissant exposés à l’air les niveaux superficiels de la stratigraphie. Cette différence d’humidité a perturbé l’observation des corps sédimentaires, la limite de dessiccation se superposant aux limites stratigraphiques : les analyses granulométriques en laboratoire ont été nécessaires pour préciser les ensembles sédimentaires.

6Après avoir décrit et caractérisé chaque corps sédimentaire, nous avons regroupé les dépôts appartenant à des unités géomorphologiques homogènes en ensembles, en fonction de leur âge et de leur mode de dépôt. Ainsi, nous distinguons des ensembles qui correspondent à des paléochenaux et d’autres à des dépôts de plaine d’inondation ; les dépôts de berge, quant à eux, n’ont pas été reconnus. Les formations de colmatage de chenaux sont subdivisées en hiérarchisant les surfaces de discontinuité entre les différents sous-ensembles sédimentaires ; on distingue ainsi les microformes des mésoformes (Lewin 1978) et on fait ressortir les différentes phases de fonctionnement des paléochenaux, matérialisées par une reprise d’érosion au sein des dépôts qui les comblent. Dans les formations de débordement, ce sont les variations de faciès qui nous ont permis d’individualiser des sous-ensembles.

7Outre leur nature, ces unités géomorphologiques diffèrent de par l’intervalle de temps qu’elles englobent. Les paléochenaux ont généralement une période de fonctionnement limitée. Celle-ci peut aller de l’instantané, lors d’une crue par exemple, à une durée plus longue de quelques siècles, voire quelques millénaires. Il importe alors de faire la part entre les formes de très courte durée de vie, pas toujours représentatives d’une dynamique générale, de celles plus durables qui nous renseignent sur les conditions d’écoulement et leur évolution. Seules ces dernières structures ont fait l’objet d’une étude détaillée. En ce qui concerne les dépôts de débordement, l’enregistrement concerne un intervalle de temps plus long. Bien que leur mise en place soit très discontinue dans le temps et l’espace, les crues ne recouvrent pas toujours les mêmes terrains en fonction de leur puissance et des changements de tracé des chenaux ; ces dépôts nous fournissent un fil conducteur pour reconstruire les grandes tendances de l’évolution du fond de vallée.

8Le but poursuivi ici est de reconstituer les milieux de sédimentation à partir des figures élémentaires de stratification. Ces dernières sont supposées refléter les processus opérant en fonction de conditions environnementales spécifiques (Brierley 1996). Chaque type d’environnement génère en effet des lithofaciès caractéristiques, même s’il n’est pas toujours aisé de déterminer le style fluvial à partir du seul enregistrement sédimentaire (Brierley, Hickin 1991). Les évolutions postsédimentaires ont été précisées grâce à des études micromorphologiques. En complément de l’approche stratigraphique, nous nous sommes appuyés sur la morphologie des paléochenaux, en tenant compte de variables clés comme le rapport largeur/profondeur ; ce dernier est révélateur des processus au sein du chenal au même titre que la nature du matériel transporté et constitutif des berges (Schumm 1960). La largeur d’un chenal est une variable très réactive qui va s’adapter rapidement à de nouvelles conditions d’écoulement (Leopold, Wolman 1957). Le tracé en plan, lorsqu’il a pu être observé directement, est une autre donnée fondamentale dans cette étude : il éclaire sur la dynamique de ces paléochenaux. Ainsi, la distinction des milieux de sédimentation et des dynamiques passées permet de préciser les conditions environnementales générales régnant lors des différentes phases du Mésolithique et des autres périodes d’occupations, mais aussi de mieux comprendre les évolutions postérieures aux implantations.

9Une fois repérés et caractérisés, les ensembles sédimentaires ont été regroupés afin de dégager les grandes étapes de la construction des plaines. Bien que leur durée et leur ampleur diffèrent, toutes les séquences suivent la même logique. Elles sont définies essentiellement à partir des dépôts de débordement, les paléochenaux ne permettant généralement que d’apporter des précisions sur leur fonctionnement. Elles débutent par une phase d’alluvionnement marquée par une aggradation notable de la plaine, puis ces apports ralentissent et une phase de pédogenèse, plus ou moins longue, prend le relais. Il s’agit donc de séquences qui présentent un granoclassement décroissant vers le haut. Quatre séquences ont été distinguées à Ruffey-sur-Seille/À Daupharde, deux à Choisey/Aux Champins.

10Les analyses ont principalement concerné les niveaux archéologiques afin de reconstituer les milieux de sédimentation, mais aussi les processus postsédimentaires. Ce sont donc les faciès fins de « limon de débordement » qui ont fait l’objet de la majorité des analyses, les formations de colmatage de chenal n’étant pas étudiées spécifiquement. Les stratégies ont varié entre Choisey et Ruffey-sur-Seille en raison des différences liées au terrain. Les variations latérales étant moins importantes à Choisey, l’échantillonnage a pu être fait de façon plus classique, sous forme de colonnes stratigraphiques. A Ruffey-sur-Seille, la variabilité était très forte et les prélèvements ont été effectués en différents points, à proximité des secteurs fouillés pour contrôler les corrélations stratigraphiques de terrain.

2.1.2 Les datations par le radiocarbone

C. O.

2.1.2.1 Principes et méthodes

11Les atomes de 14C, produits de façon continue dans la haute atmosphère, s’oxydent rapidement en gaz carbonique et sont incorporés dans toutes les matières carbonées vivantes ou minérales, par photosynthèse pour les végétaux, par alimentation pour les animaux ou par absorption pour les carbonates. Vivants, les animaux et les végétaux présentent la même activité 14C que l’atmosphère. La possibilité de dater par le 14C tient au fait que celui-ci étant un isotope instable radioactif, sa teneur dans les matières carbonées décroît régulièrement avec le temps, dès le moment de leur dépôt. Dater un échantillon consiste donc à mesurer le taux de 14C résiduel et à le comparer à celui qu’il avait lors de sa « mort », cette dernière valeur étant fournie par l’activité d’un échantillon de carbone moderne.

Matériel mesuré et moyens de mesure

12Si tous les matériaux contenant du carbone sont susceptibles d’être datés, encore faut-il connaître l’origine du carbone qu’ils contiennent. Toutes les matières végétales formées directement par photosynthèse ne posent pas de problème, de même pour les ossements dont la matière organique, conservée dans la trame des os sous forme d’acides aminés, est facilement extraite.

13Les grandes masses de concrétion calcaire que constituent les tufs sont des matériaux particuliers. Leur développement important, leur rapidité de formation, leur stratification assez régulière et le fait qu’ils s’inscrivent souvent dans la stratigraphie des dépôts continentaux environnants font qu’il est souvent intéressant de les dater. Le carbonate de calcium qui les constitue est fréquemment assez compact et il est souvent possible de choisir des éléments d’apparence saine sur lesquels il n’y a pas besoin de faire de nettoyage particulier (Evin 1992 : 57). Des séries d’analyses sur des échantillons prélevés sur des profils à travers une même formation tuffeuse ont montré une très bonne cohérence des résultats, sous réserve d’une hypothèse émise sur la valeur de leur teneur originelle en radiocarbone (Srdoc et al. 1980). Nous avons eu l’occasion d’utiliser ce matériel sur le site de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde.

14La sélection des échantillons à dater a été faite sur les sites de Choisey et de Ruffey-sur-Seille en tenant compte de la fiabilité des matériaux pour la datation. Le choix s’est donc porté sur les charbons de bois lorsque ceux-ci étaient abondants, les coquilles de noisettes, les ossements et les tufs. Pouvant recourir aux deux méthodes de datation (accélérateur et classique), nous n’avons pas été limités par la quantité d’échantillons disponibles. Tous les échantillons soumis à la datation ont été sélectionnés de telle sorte qu’ils soient bien représentatifs des événements archéologiques à dater : en effet, il vaut mieux faire une datation par accélérateur sur une coquille de noisette issue d’un foyer plutôt que ramasser toutes les coquilles de noisettes autour du foyer pour dater celui‑ci.

15Tous les échantillons ont été préparés au laboratoire de Lyon, à l’exception des échantillons d’ossements. En effet, en raison de leur mauvaise conservation, nous avons eu recours à la datation par accélérateur. Le laboratoire de Lyon n’étant pas encore équipé pour la préparation des petits échantillons d’os, ceux-ci sont envoyés directement au Radiocarbon Accelerator Unit (Oxford, Royaume-Uni).

16Pour éliminer les contaminations par du carbone secondaire (acides humiques, carbonates secondaires), les échantillons de charbons ainsi que les coquilles de noisettes ont subi un traitement chimique préalable. Ce nettoyage acide et basique peut entraîner la perte de 10 à 90 % de l’échantillon de départ, selon son état de conservation. En fonction de la quantité disponible après traitement, les échantillons ont été datés soit par la méthode classique (environ 1 g de carbone) au laboratoire de Lyon, soit en spectrométrie de masse par accélérateur (environ 1 mg de carbone) aux laboratoires d’Oxford et de Tucson (Department of Geoscience, Tucson, Etats-Unis).

La calibration des dates

17On sait que sous le terme de « calibration », on désigne l’opération qui consiste à ramener en années réelles les dates BP (« before présent » c’est-à-dire avant 1950 suivant les conventions internationales) que donnent les mesures des teneurs en 14C. Il est maintenant possible de corriger toutes les dates 14C postérieures à 18000 BP. La conversion dans le calendrier en années réelles permet d’exprimer le résultat sous la forme d’un intervalle de dates entre lesquelles la date a 95 chances sur 100 de figurer, sans que le point milieu soit le plus probable.

2.1.2.2 Résultats des datations

18Toutes les dates présentées ici sont exprimées en BP, en tenant compte du fractionnement isotopique qui survient soit au cours des processus d’assimilation du carbone par les végétaux, soit au cours de processus physico-chimiques tels que la dissolution du gaz carbonique atmosphérique dans l’eau et qui induisent des enrichissements ou des appauvrissements d’un isotope par rapport aux autres. Le fractionnement est décelé par la mesure du rapport des deux isotopes stables 13C/12C. La calibration a été effectuée à l’aide du logiciel Calib 3.0 (Stuiver et al. 1993) où les âges sont donnés en années calendaires (av. J.-C.). Les échantillons portant la référence du laboratoire Ly-xx ont été préparés et comptés à Lyon par la méthode classique ; les autres ont été préparés à Lyon et envoyés soit à l’accélérateur d’Oxford (Lyon-xx [OxA]) soit à l’accélérateur de Tucson (Lyon-xx/AA-xx). OxA-xx (Lyon-xx) correspond à la référence des échantillons d’os préparés et comptés à Oxford.

2.2 Calage chronostratigraphique des niveaux géologiques

Le site de Choisey/Aux Champins

19Plusieurs échantillons d’ossements ont été prélevés pour dater les occupations mésolithiques car les charbons de bois ne sont présents qu’à l’état de traces. Mais du fait du lessivage important des sols de ce site, le collagène n’a pas été conservé et les datations de ce fait ont été impossibles à réaliser. Nous ne disposons donc que d’une datation faite sur coquille de noisette (éch. Cl no 1) : 9175 ± 70 BP (Lyon-244 [Oxa]), soit entre 8343 et 8060 av. J.-C.

Le site de Ruffey-sur-Seille/ À Daupharde

20Trente datations ont été effectuées sur ce site (tabl. I), sans compter les datations sur tuf, dont dix-neuf sur les niveaux mésolithiques (fig. 11). La multiplication des dates a été décidée en raison du caractère extensif de l’occupation du site, de la position stratigraphique en mosaïque des niveaux mésolithiques et de l’absence, dans quelques cas, de repères typologiques qui permettent de préciser le cadre chronologique de certaines zones.

Référence

Nature

Référence

Âge 14C

Âge corrigé

échantillon

laboratoire

(ans BP)

(av. J.-C.)

Struct. 31 no 24

charbon de bois

Ly-7359

2500 ± 65

784 – 420

Struct. 37 no 23

charbon de bois

Ly-7358

2505 ± 90

799 – 409

Struct. 51 no 26

charbon de bois

Lyon-243 (OxA)

2635 ± 60

902 – 552

Struct. 36 no 20

charbon de bois

Ly-7355

2720 ± 50

975 – 808

Struct. 1

charbon de bois

Ly-7268

2730 ± 40

955 – 813

Struct. 3 no 18

charbon de bois

Ly-7354

2740 ± 65

1029 – 807

Chenal 1 no 27

charbon de bois

Ly-7361

3220 ± 75

1658 – 1317

Struct. 20 no 22

charbon de bois

Ly-7357

4440 ± 65

3327 – 2924

Struct. 17 no 25

charbon de bois

Ly-7360

4735 ± 50

3629 – 3379

Struct. 54 no 21

charbon de bois

Ly-7356

5625 ± 55

4588 – 4357

Néo. moyen I no 1

os

OxA-6541 (Lyon-171)

5790±120

4910- 4391

R1 no 31

os

OxA-6777 (Lyon-380)

6560 ± 75

5576 – 5326

R1 no 2

os

OxA-5642 (Lyon-172)

6760 ± 80

5746 – 5479

R1 no 32

os

OxA-6776 (Lyon-381)

7650 ±160

6956 – 6136

Ind. no 33

os

OxA-6775 (Lyon-382)

7960 ± 90

7041 – 6580

R2 F19 no 6

charbon de bois

Ly-7352

8230 ± 95

7453 – 7013

R2 F20 no 11

coquille de noisette

Lyon-218 (OxA)

8515 ± 65

7667 – 7436

R2 no 10

coquille de noisette

Lyon-217 (OxA)

8655 ±130

7949 – 7464

R2 F52 no 14

coquille de noisette

Lyon-240 (OxA)

8690 ± 80

7910 – 7551

R2 no 16

coquille de noisette

Ly-7353

8710± 110

7956 – 7539

R2 no 12

coquille de noisette

Lyon-238 (OxA)

8735 ± 85

7940 – 7572

R2 F39 no 5

coquille de noisette

Lyon-213 (OxA)

8765 ± 65

7944 – 7598

R2 no 7

coquille de noisette

Lyon-214 (OxA)

8795 ± 65

7966 – 7618

R3 F54 no 34

charbon de bois

Lyon-410/AA-23362

8855 ± 65

8013 – 7705

R3 F53 no 15

coquille de noisette

Lyon-241 (OxA)

8980 ± 80

8117 – 7791

R4 no 17

coquille de noisette

Lyon-242 (OxA)

9005 ± 80

8182 – 7922

R3 F41 no 35

coquille de noisette

Lyon-411/AA-23363

9055 ± 65

8221 – 7977

R4 no 9

coquille de noisette

Lyon-216 (OxA)

9135 ± 75

8332 – 8032

R4 F36 no 13

coquille de noisette

Lyon-239 (OxA)

9210 ± 85

8397 – 8065

R3 F54 no 8

coquille de noisette

Lyon-215 (OxA)

9210 ± 70

8378 – 8087

TABL. I
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Résultat des datations 14C sur les niveaux archéologiques.

FIG. 11
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Plan de répartition des datations par le radiocarbone effectuées sur les niveaux d’occupation mésolithiques.

21Pour permettre la comparaison des résultats obtenus, nous avons reporté sur une même figure les intervalles de temps définis pour chaque datation des niveaux mésolithiques (fig. 12). On observe que :

  • six datations correspondent bien au Mésolithique ancien ; en revanche, Ly-7353 semble légèrement rajeunie, sans que l’on puisse expliquer ce rajeunissement par des pollutions récentes pour un échantillon de coquilles de noisettes ;

  • huit datations ont été faites sur le niveau du Mésolithique moyen dont sept correspondent parfaitement bien à cette phase culturelle ; l’échantillon Ly-7352 peut être, malgré le prétraitement chimique, rajeuni car l’échantillon traité était très petit et, de ce fait, plus sensible à d’éventuelles traces d’acides humiques résiduelles ;

  • quatre datations ont été réalisées sur le niveau du Mésolithique récent : il semble que deux d’entre elles (OxA-5642 et OxA-6777) correspondent bien à cette attribution culturelle en situant cette occupation aux environs de 5500 ans av. J.-C. ; les deux autres (OxA-6775 et OxA-6776) assurent la transition avec la série des dates précédentes.

FIG. 12
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Les datations des niveaux mésolithiques.

22Comme le site a été perturbé par de nombreux paléochenaux, il semblait intéressant d’essayer de positionner ces derniers chronologiquement par rapport aux différentes occupations. Le seul matériau datable dont on disposait sur le site pour ce type de structure était le tuf. Nous avons vu que ce matériau pouvait être utilisé pour la datation avec une bonne fiabilité. Les datations obtenues (tabl. II) sont cohérentes avec ce qui était attendu et avec celles précédemment obtenues.

Chenal

Référence échantillon

Référence laboratoire

Âge 14C (ans BP)

Âge corrigé (av. J.-C.)

5

tuf 4 pt 235

Ly-7363

8810 ± 60

7972 – 7644

5

tuf 9 pt 242

Ly-7879

8790 ± 65

7963 – 7612

5

tuf 13 pt 252

Ly-7878

9000 ± 70

8109 – 7941

8

tuf 10 pt 243

Ly-7362

5855 ± 55

4865 -4564

11

tuf 11 pt 244

Ly-7364

9735 ± 65

9042 – 8653

TABL. II
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Résultat des datations 14C dans les paléochenaux.2.2 Calage chronostratigraphique des niveaux archéologiques

2.2.1 Le site de Choisey/ Aux Champins

S. R.

2.2.1.1 Présentation

23L’approche du terrain a été guidée par les contraintes techniques liées aux décapages archéologiques. La gestion du stockage des déblais n’a pas permis de procéder à un décapage extensif de l’emprise, ce qui a limité la possibilité de suivre en plan les paléochenaux observés en coupe. Le gabarit et l’orientation des chenaux sont de ce fait difficiles à préciser. Cette vision fragmentaire n’a cependant que peu affecté notre étude : les paléochenaux sont peu nombreux, marginaux par rapport au Doubs, et les dépôts de débordement sont très peu différenciés latéralement. La grande homogénéité de ces formations, qui apparaît clairement sur les diagrammes de texture (fig. 13), a limité les problèmes de corrélations stratigraphiques d’une coupe à une autre.

FIG. 13
Choisey/Aux Champins. Diagrammes de texture des dépôts de débordement : 1 sable ; 2 sable limoneux ; 3 sable argileux ; 4 limon léger sableux ; 5 limon moyen sableux ; 6 limon sablo-argileux ; 7 limon argilo‑sableux ; 8 limon léger ; 9 limon moyen ; 10 limon argileux ; 11 argile sableuse ; 12 argile ; 13 argile limoneuse ; 14 argile lourde (d’après Duchaufour 1991).

24Quatre coupes ont été réalisées, trois sur le site de Choisey/Aux Champins et une sur celui de Choisey/L’Ormoy (fig. 14). Les trois premières sont parallèles et globalement redondantes compte tenu des faibles variations latérales de faciès des dépôts de débordement ; la dernière est perpendiculaire et recoupe essentiellement des chenaux non datés. Nous ne présenterons ici que les coupes 2 et 3 (fig. 15) qui se révèlent être les seules exploitables ; la coupe 4 est présentée plus loin (cf infra § 2.2.3.2, fig. 29). La coupe 2 recoupe un important chenal dont le fonctionnement est daté par le radiocarbone ; une étude micromorphologique permet de préciser la nature et l’évolution des sédiments de la partie supérieure de la coupe, postérieurement aux installations mésolithiques. Pour les dépôts antérieurs à ces occupations, la description de terrain n’est pas assez précise pour que l’on puisse en faire une étude détaillée. Cette coupe est éloignée des vestiges archéologiques les plus anciens qui ne peuvent être repositionnés en stratigraphie. En revanche, nous disposons d’un calage stratigraphique pour la phase la plus récente du Mésolithique, ce qui permet les corrélations entre les coupes 2 et 3. Cette dernière, située en limite du secteur de fouille, a fait l’objet d’analyses granulométriques grâce à deux colonnes stratigraphiques qui détaillent de la base au sommet la texture des sédiments (fig. 16). C’est sur ces analyses granulométriques que reposent nos interprétations. Elles permettent de délimiter de façon plus objective les corps sédimentaires, alors que nous ne disposons pour les autres coupes que des observations de terrain, pas toujours précises.

FIG. 14
Choisey/Aux Champins. Plan de localisation des principales coupes et des prélèvements.

FIG. 15
Choisey/Aux Champins. Coupes 2 et 3 ; les numéros des strates renvoient au tabl. III, B et A (coupe 3) à la fig. 16.

FIG. 16
Choisey/Aux Champins. Stratigraphie schématique de la coupe 3 (colonnes granulométriques A et B, fig. 15) et variation avec la profondeur du taux de sable et d’argile.

FIG. 16
Légende des coupes géomorphologiques de Choisey/Aux Champins

25Au total, douze ensembles sédimentaires principaux ont été distingués entre la fin du Pléniglaciaire et l’Actuel. L’ensemble des données issues des coupes est présenté sous forme synthétique dans le tableau III. Le détail du comblement des paléochenaux n’est pas plus approfondi car ces derniers interfèrent peu avec les occupations humaines.

TABL. III
Choisey/Aux Champins. Synthèse de l’information stratigraphique. En grisé, les ensembles correspondant à des paléochenaux.

2.2.1.2 Stratigraphie du site

S.R., avec la coll. de D.S.

26L’élément le plus marquant sur ce site est la très faible variation de texture des sédiments (fig. 13). L’ensemble des dépôts de débordement est très homogène, constitué par des argiles, sans marque de stratification conservée. De nombreux caractères lithologiques secondaires ont pu être observés macroscopiquement pratiquement depuis la base des coupes, comme des revêtements d’argiles associés aux parois des agrégats, des nodules carbonatés et des pseudo-mycéliums. Les limites entre les ensembles sédimentaires observés sur le terrain sont très ténues, toujours graduelles ; on passe insensiblement d’un corps sédimentaire à un autre.

27Seuls les chenaux au colmatage graveleux, comme le chenal 3, se repéraient nettement. Pour les autres, le comblement est d’une texture identique à celle des dépôts de débordement (chenal 5, fig. 17) et seule la présence d’un mince lit plus grossier à la base du creusement ainsi que des traces d’hydromorphie ont permis de les distinguer. Le chenal 6 n’apparaît d’ailleurs pas en coupe car il ne fut observé qu’au sol lors de la fouille par l’équipe archéologique.

FIG. 17
Choisey/Aux Champins. Diagramme de texture des dépôts de la coupe 3. Comparaison entre le colmatage du chenal 5 et les dépôts de débordement (cf. légende fig. 13).

28Pour objectiver notre découpage en ensembles sédimentaires, nous nous sommes fondés sur deux profils verticaux, constitués à partir des analyses granulométriques, qui présentent la variation du taux d’argile et de sable avec la profondeur. Ces interprétations ont été ensuite extrapolées à l’ensemble de la coupe 3, mais non à la coupe 2 pour laquelle nous ne pouvons que suivre les observations de terrain. Si la distinction entre les ensembles 2, 3 et 4 n’a pas été faite sur le terrain, elle doit exister malgré tout compte tenu des faibles variations de faciès observées.

Ensemble 1

Description

29Cet ensemble correspond au plancher des différentes coupes ; il n’a donc été observé qu’en superficie. Il s’agit de graviers calcaires pris dans une matrice sableuse, dont le calibre varie approximativement de 1 à 5 cm. Aucune structure sédimentaire ni aucune variation de faciès significatives n’ont pu être observées.

30Le toit de ces dépôts grossiers est irrégulier, présentant des ondulations très amples. Il n’est généralement pas retouché lors de la mise en place des ensembles ultérieurs, sauf ponctuellement par les paléochenaux les plus importants, comme le chenal 3 ou les chenaux observés sur la coupe 4 (non représentée). Les remaniements postérieurs à la mise en place apparaissent ainsi limités.

Datation

31Ces dépôts sont attribués de façon relative au dernier Pléniglaciaire. Leur mise en place implique l’existence d’un cours d’eau de forte énergie, a priori non ou mal chenalisé, qui a pu divaguer sur cette plaine, conditions réunies lors d’un pléniglaciaire. Suivant les auteurs, la datation de ces alluvions varie. Pour M. Campy (1984b), cette nappe alluviale est à rattacher au complexe des moraines externes et serait donc antérieure au Pléniglaciaire supérieur. Pour R. Fleury et G. Monjuvent (1984), ces dépôts sont postérieurs au Würm ancien et antérieurs au Tardiglaciaire. Nous retiendrons un âge pléniglaciaire supérieur pour cet ensemble qui est directement recouvert par des alluvions tardiglaciaires.

Ensemble 2

Description

32Il s’agit d’un corps de structure massive, de couleur brun sombre soutenu. Les agrégats sont peu nets, de dimensions décimétriques. Le sédiment est compact, peu affecté par les bioturbations. La texture est un peu plus sableuse que celle des ensembles suivants, ce qui permet de le distinguer. L’épaisseur est de quelques dizaines de centimètres sur la coupe 3 (fig. 16).

Datation

33Aucun artefact archéologique n’était contenu dans cet ensemble. En revanche, l’analyse malacologique a permis d’attribuer ce niveau au Tardiglaciaire (cf. infra Limondin-Lozouet, annexe 1), soit à l’Allerød, soit au Dryas récent.

Ensemble 3

Description

34La transition avec l’ensemble 2 est très progressive et peu marquée. La couleur ne change pas et seule la quasi-disparition des sables et l’augmentation corrélative des argiles, qui représentent plus de 60 % de l’échantillon, permet de distinguer les ensembles 2 et 3 (Fig. 16). Sur le plan macroscopique, l’organisation est peu différente. Les agrégats ne sont pas nets, de dimensions décimétriques. Les indices de bioturbation sont plus nombreux, avec en particulier l’existence de quelques vides, de dimensions millimétriques. En revanche, aucune trace de cryoturbation n’a été observée. L’épaisseur est variable, d’environ 50 cm en moyenne sur la coupe 3.

Datation

35La position stratigraphique de cet ensemble permettait de penser qu’il datait du Tardiglaciaire, attribution confirmée par les malacofaunes qui placent cet épisode de sédimentation pendant le Dryas récent (cf. infra Limondin-Lozouet, annexe 1), dans sa totalité ou durant son épisode terminal, de tendance plus humide.

Ensemble 4

Description

36Cet ensemble, au sein duquel les vestiges mésolithiques du niveau C2 étaient incorporés, n’est pas très différent du précédent sur le plan granulométrique. Les variations de proportion des sables, limons et argiles sont infimes et peu significatives. La couleur et la structure diffèrent un peu. De la base vers le sommet, le corps s’assombrit, tirant vers le gris foncé sans qu’il y ait de changement net de la teinte de base. Il n’y a pas eu de dosage effectué, mais cette coloration pourrait indiquer un taux de matière organique supérieur à celui des ensembles antérieurs. La structure est toujours polyédrique, les vides sont plus nombreux, les agrégats de dimensions plus réduites, mais ils restent encore peu nets. Le sédiment apparaît moins massif que précédemment. Les bioturbations sont importantes ; l’espèce Cecilioides acicula croît dans le spectre des malacofaunes, ce qui constitue un indice de bioturbation car elle vit sous terre en profitant des vides du sol (Puisségur 1976). Cet ensemble est parfois interrompu par des chenaux contemporains, ou immédiatement postérieurs, de sa mise en place (chenaux 5 et 6). Son épaisseur est relativement régulière, de l’ordre d’une vingtaine de centimètres. Le toit de cette formation semble faiblement ondulé, au moins sur la coupe 3 où le contact avec l’ensemble 6 est le plus net.

Datation

37Les vestiges mésolithiques inclus dans cet ensemble n’ont pu être datés en raison de la non-conservation du collagène (cf. supra Oberlin, § 2.1.2.2). D’après la typologie, les industries retrouvées seraient contemporaines du Préboréal (cf. infra Séara, § 4.1). Les malacofaunes de cet ensemble appartiennent sans équivoque à l’Holocène (cf. infra Limondin-Lozouet, annexe 1). La continuité stratigraphique avec les niveaux tardiglaciaires, les arguments malacologiques et archéologiques nous amènent donc à attribuer un âge préboréal à ce corps sédimentaire.

Ensemble 5

38Il est constitué par le chenal 5 (fig. 14) qui entaille l’ensemble 4 et est recouvert par les dépôts de l’ensemble 6 ; une présentation plus complète en est proposée dans le tableau III.

Ensemble 6

Description

39Cet ensemble est identifié sur les coupes 2 et 3. La granulométrie est un peu plus grossière, le taux d’argile passe sous le seuil de 50 %, proche de celui de l’ensemble 2. La couleur est brun-jaune, plus claire que celle du corps sous-jacent ; la limite entre les deux est cependant graduelle. La structure est polyédrique, avec des agrégats de petite taille. A la base, des précipitations calcitiques de type pseudo-mycélium se rencontrent de façon assez diffuse ; de couleur blanc laiteux, elles tranchent avec le sédiment encaissant. L’épaisseur est variable, quelques dizaines de centimètres ; elle est plus importante lorsque l’ensemble 4 est légèrement déprimé ou au-dessus du chenal 5.

Données micromorphologiques

40Le sédiment n’est pas totalement décarbonaté. La microstructure est polyédrique à bioturbée avec une porosité formée par des chenaux et des fractures. L’agrégation biologique est attestée par des striotubules.

41Le squelette est sablo-limoneux et peu trié. Les constituants minéraux sont abondants. Les grains, subarrondis à subanguleux, sont constitués de quartz, de calcaires, de feldspaths et de chailles. Les constituants organiques sont rares, quelques petits charbons, mais aucun os ni phytholithe n’a été observé. Les constituants anthropiques sont absents. La matrice est riche en micrite.

42Les traits postsédimentaires comprennent des revêtements argilo-limoneux brun-jaune poussiéreux et microlités, de 100 μm d’épaisseur moyenne. On observe aussi quelques revêtements carbonatés, micritiques à microsparitiques, qui correspondent à des manchons racinaires, ainsi que des nodules carbonatés. On trouve enfin des imprégnations ferrugineuses peu développées.

Datation

43Au sommet de cet ensemble ont été retrouvés des vestiges du Mésolithique. Une date de 9175 ± 70 BP [Lyon-244 (OxA)], soit entre 8343 et 8060 av. J.-C., a été obtenue pour cette phase d’occupation sur des coquilles de noisettes (non localisées lors du prélèvement). Ces dépôts se seraient donc mis en place durant le Préboréal, ce qui est compatible avec l’analyse malacologique {cf. infra Limondin-Lozouet, annexe 1). Cette datation n’est pas sans poser problème : l’industrie mésolithique semble mieux s’accorder avec le contexte industriel du Mésolithique moyen de type vallée du Doubs, contemporain du Boréal (cf. infra Séara, § 4.1). Cette date unique, obtenue sur un matériel non localisé, n’est donc pas pleinement satisfaisante. Cependant, l’analyse typologique de l’industrie ne peut à elle seule nous conduire à la rejeter, aussi retiendrons-nous une mise en place probable de ces dépôts lors du Préboréal, même s’il est possible que la sédimentation se soit poursuivie au-delà de cette période, lors du Boréal.

Ensemble 7

44Il est constitué par le remplissage d’un chenal important, le paléochenal 3 (tabl. III), qui entaille tous les dépôts jusqu’à la grave würmienne (ensemble 1).

Ensemble 8

Description

45La limite avec l’ensemble sous-jacent est à nouveau très peu marquée (elle n’apparaît pas nettement non plus en lame mince). La texture redevient très argileuse, avec près de 65 % d’argile ; la part des sables augmente légèrement, sans toutefois entraîner un changement notable de granulométrie : les changements restent une question de nuance (fig. 13, 16). La couleur est brune, plus sombre que celle du corps précédent. L’épaisseur varie entre 20 et 40 cm. La structure est beaucoup plus nette, de type polyédrique, constituée par des agrégats de dimensions assez réduites (centimétriques). Latéralement, il existe des variations subtiles de faciès : au-dessus du chenal 3 (ensemble 7b), on passe assez progressivement, en quelques centimètres, du colmatage du chenal à cet ensemble. De nombreux éléments grossiers sont inclus dans cet ensemble, dispersés sur toute son épaisseur. On trouve en particulier des nodules carbonatés, des charbons de bois, des fragments d’os, des pierres. Une grande partie de ces éléments est d’origine anthropique.

Données micromorphologiques

46Le sédiment est beaucoup plus décarbonaté que celui de l’ensemble 6. La microstructure est polyédrique, subanguleuse à bioturbée. La porosité est importante, essentiellement sous la forme de chenaux biologiques et de fractures, mais quelques cavités d’entassement existent aussi. L’agrégation d’origine biologique est moyennement exprimée par des déjections de lombrics et des striotubules.

47Le squelette est moyennement abondant (20 à 30 % du sédiment) et assez régulièrement réparti sur toute la hauteur de la lame. Les constituants minéraux sont essentiellement des sables fins et des limons anguleux à subarrondis formés de quartz, feldspaths, calcaires altérés, silex ou chailles, micas et oxydes. Les sables grossiers sont plus rares, constitués de calcaires altérés ou de quelques fragments de roche d’origine granitique. Les constituants organiques sont surtout représentés par des charbons (< 500 µm, 5 à 10 %). On trouve quelques fragments osseux blancs, plus ou moins dissous et roulés, et de rares phytolithes. Les constituants purement anthropiques sont plus nombreux au sommet de la lame et représentés par des tessons roulés.

48La matrice présente une composition et une coloration variables d’un point à un autre avec un mélange d’unités millimétriques à centimétriques, dont les limites sont nettes ou diffuses selon les cas. Les unités les plus nombreuses sont brun-jaune, poussiéreuses, à motif de biréfringence nuageux à réticulé, essentiellement argileuses ; elles sont plus ou moins riches en particules micritiques et contiennent des particules charbonneuses. On trouve aussi quelques unités brunes, brun orangé à rougeâtre, oxydées, peu biréfringentes, à poussières charbonneuses et enfin de rares unités gris-jaune à brun-gris. Elles ont un assemblage de biréfringence cristallique, sont riches en micrite et contiennent des microcharbons.

49Les traits postsédimentaires comprennent de nombreuses imprégnations ferrugineuses à contour diffus (in situ) ou net (remaniées), des plages décolorées (marques de lessivage), quelques revêtements ferrugineux (ferriargilanes). Les traits les plus fréquents sont constitués par des revêtements et colmatages argileux, poussiéreux brun-jaune, microlités (orientés parallèlement aux parois des vides), à teinte de biréfringence jaune.

Datation

50Les vestiges archéologiques contenus dans cet ensemble sont datés du Bronze final. Leur diffusion est importante sur toute l’épaisseur de ces dépôts mais ils sont principalement localisés au sommet. De nombreuses structures en creux (fosses diverses, fours à pierres calcaires chauffantes) ont été mises au jour (Simonin 1996). Ces traces d’occupations nous semblent nettement postérieures à la mise en place des sédiments. La distribution des artefacts archéologiques est liée à l’activité anthropique (creusement des fosses et des fours, travail du sol...), ce qui s’exprime par des éléments plus nombreux au sommet de la lame étudiée. L’absence de limite nette avec l’ensemble 6 et l’homogénéité des malacofaunes (qui n’enregistrent pas d’ouverture nette du milieu [cf. infra Limondin-Lozouet, annexe 1]) viennent renforcer l’idée d’une mise en place de l’ensemble 8 dans la continuité de l’ensemble sous-jacent. De plus, il n’y a pas de séparation nette entre ces dépôts et ceux de l’ensemble 7b qui colmatent le paléochenal 3. La base de ce colmatage est datée de 8610 ± 90 BP, soit 7905 à 7490 av. J.-C. (Archéolabs, datation AMS ETH-15298), l’ensemble 8 est donc plus récent, mais doit se mettre en place dans la continuité des sédiments qui comblent ce bras, compte tenu de l’absence d’hiatus sédimentaire. Nous retiendrons un âge boréal pour ces dépôts, sans pouvoir préciser l’époque d’arrêt de la sédimentation.

Ensemble 9

51Il correspond à un chenal à remplissage graveleux qui entaille en partie les dépôts de l’ensemble 8 (chenal 7).

Ensemble 10

52Il s’agit d’un autre chenal, le paléochenal 4, plus difficile à cerner car, bien qu’il recoupe l’ensemble 8, il est perturbé par de nombreuses structures archéologiques en creux et par le décapage du terrain qui a tronqué les niveaux supérieurs avant le relevé de la coupe. Il paraît cependant antérieur à l’ensemble 11 (fig. 15, tronçon BC).

Ensemble 11

Description

53Cet ensemble n’est pas représenté sur tout le site. Son développement est variable, il va de quelques centimètres à moins de 0,5 m. La limite avec l’ensemble 8 est assez nette ; la couleur est brune à brun-jaune, la texture est légèrement plus grossière (le taux d’argile est à peine supérieur à 50 %, la part des sables dépasse 20 %), la structure est plus aérée, plus grumeleuse. De nombreux éléments grossiers se rencontrent dans toute l’épaisseur du corps ; il s’agit de fragments de céramiques et de concrétions calcitiques de type pseudo-mycélium. La limite avec l’ensemble 12 sus-jacent est progressive.

Datation

54Des structures de La Tène s’ouvrent à la base de cet ensemble puis, dans l’épaisseur du corps, les tessons sont d’âge galloromain. On peut donc dire que cet ensemble se met en place après, ou pendant, les occupations laténiennes. À ce stade, il est par contre difficile de préciser la fin de cette phase de sédimentation. Compte tenu de la proximité avec la surface et de la mise en culture, il est probable que les pratiques culturales ont entraîné en profondeur les vestiges gallo-romains : ces sédiments ont ainsi pu se déposer avant ces installations.

Ensemble 12

55Il correspond à l’horizon cultural actuel, mal observé car généralement décapé ou perturbé par les tas de déblais et la circulation des engins de chantier.

2.2.1.3 La position stratigraphique des niveaux mésolithiques

56Les vestiges de la phase la plus ancienne du Mésolithique (niveau C2) se rencontrent au sommet de l’ensemble 4. L’altitude moyenne d’apparition de ces témoins d’occupation est à environ 194,7 m NGF, avec une dispersion verticale limitée de l’ordre d’une dizaine de centimètres (fig. 18). La profondeur de ce niveau par rapport à la cote du terrain naturel (un peu en dessous de 196 m NGF) et même par rapport aux occupations protohistoriques (environ 0,5 m) permet de penser que la dispersion n’est pas due à des perturbations anthropiques postérieures mais à des phénomènes naturels comme la bioturbation. Aucune structure archéologique ne vient interférer avec ces vestiges ; en revanche, deux chenaux secondaires (fig. 14, chenaux 5 et 6), dont un seul fut repéré en coupe, incisent le niveau d’occupation.

FIG. 18
Choisey/Aux Champins. Projection verticale du matériel des occupations des niveaux C1 et C2.

57Les vestiges de la seconde phase du Mésolithique (niveau C1) s’inscrivent au sommet de l’ensemble 6. Les artefacts archéologiques sont peu denses, répartis sur une surface importante, à une altitude assez constante aux alentours de 195,1 m NGF (fig. 18). Ce niveau paraît mal conservé en raison de la proximité avec les occupations protohistoriques. De nombreuses structures en creux perturbent ces témoins. L’activité anthropique, depuis la Protohistoire au moins, a ainsi contribué à déstructurer ce niveau d’occupation.

2.2.2 Le site de Ruffey-sur-Seille/ À Daupharde

S.R.

2.2.2.1 Présentation

58L’approche de terrain s’est faite grâce à la réalisation de deux coupes à peu près perpendiculaires à l’axe de l’écoulement (fig. 19, 20, 21). Des coupes complémentaires, n’ayant pour objectif que de préciser les tracés des paléochenaux et éventuellement de confirmer les corrélations stratigraphiques, n’ont pas été relevées (fig. 19).

FIG. 19
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Plan de localisation des principales coupes et des prélèvements.

FIG. 20
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Coupe est. (Voir légende page suivante.)

FIG. 21
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Coupe centre. (Voir légende page suivante.)

FIG. 21
Légende générale des coupes géomorphologiques de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde

59À l’aval d’Arlay, la plaine de la Seille est particulièrement large, même pour sa partie récente mise en place lors du Tardiglaciaire et de l’Holocène. Elle s’est construite par extension latérale autant que par aggradation verticale, recouvrant progressivement les dépôts graveleux qui constituent le cœur de cet espace. La conséquence est que les différents secteurs de la plaine n’ont pas toujours évolué au même rythme.

60Une observation de surface sur la plaine d’Arlay ainsi qu’une étude de photo-interprétation ont permis de préciser les limites de la plaine holocène de la Seille dans sa partie méridionale. Ces informations ont été complétées par un suivi rapide des premiers travaux autoroutiers en dehors du secteur fouillé. Les données de sondages réalisés par le Centre d’études techniques de l’Équipement (CETE) apportent des informations complémentaires mais difficilement utilisables puisque les descriptions sont trop peu précises pour nos objectifs et ne peuvent refléter les relations entre les différents corps : la finalité des sondages géotechniques reste trop éloignée de nos intérêts de géoarchéologie pour que leurs données soient vraiment utilisables.

61Entre la fin du Pléniglaciaire et l’Actuel, dix-sept ensembles sédimentaires principaux ont été distingués. Afin d’alléger le texte, les données issues des coupes sont synthétisées dans le tableau IV. En ce qui concerne les dépôts fins de débordement, les variations à l’échelle du site sont mineures et la description fournie dans le tableau est représentative de l’ensemble de ces dépôts. En revanche, les colmatages de chenaux présentent une plus grande diversité de faciès d’une coupe à l’autre. Dans ce cas, la description repose principalement sur la coupe présentant la meilleure conservation du colmatage, les données des autres coupes servant surtout à nuancer ou à confirmer cette description. Par exemple, le chenal 1 est très bien conservé sur la coupe est, suite à la migration latérale du chenal lors de son fonctionnement ; nous disposons ici d’un enregistrement sur le long terme. Sur la coupe centre, ce chenal ne s’est pas déplacé et les différentes phases de fonctionnement s’oblitèrent les unes les autres ; de ce fait, l’information est plus incomplète. Nous présentons ci-dessous de façon plus détaillée les données concernant les niveaux mésolithiques ; le détail du colmatage des chenaux n’est pas repris car il n’apporte pas d’autre information à ce sujet.

TABL. IV (p. 45-48)
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Synthèse de l’information stratigraphique. En grisé, les ensembles correspondant à des paléochenaux.

62Nous avons utilisé des données quantitatives pour caractériser les paléochenaux. Plus les chenaux sont récents, plus les données morphométriques sont précises. Un paramètre clé pour percevoir les changements de dynamique fluviale est la largeur du cours d’eau qui réagit rapidement aux modifications des conditions d’écoulement (Leopold, Wolman 1957). En contexte stratigraphique, ces données ne sont pas toujours aisées à obtenir : les coupes sont généralement obliques par rapport à l’axe des chenaux, ce qui tend à augmenter artificiellement leur largeur. Pour évaluer cette largeur, nous avons utilisé le tracé en plan lorsque le chenal a pu être suivi sur une assez longue distance et pris les mesures au sol dans les tronçons les plus rectilignes du tracé. Une dernière difficulté vient de la délimitation du chenal, en particulier lorsque différentes phases de fonctionnement se succèdent dans le même espace. Nous avons pris en compte la largeur de chaque chenal lorsque celle-ci a pu être déterminée sans ambiguïté. La position des paléochenaux ne paraît pas répondre à une logique évidente. On ne constate pas de déplacement progressif du chenal vers sa position actuelle, mais une mobilité sur l’ensemble de l’espace étudié sans orientation préférentielle. La position n’est donc pas ici un critère d’âge.

63Les différents paléochenaux n’ont été observés le plus souvent que ponctuellement à l’emplacement des coupes. La variabilité des colmatages est très importante pour un même chenal, en fonction des conditions hydrodynamiques du comblement et des reprises d’érosion au sein d’une même unité. Une partie importante du travail de terrain a consisté à établir des corrélations entre les différentes formes de chenaux afin de reconstituer une cartographie fiable et une chronologie relative en tenant compte des recoupements.

2.2.2.2 Contexte stratigraphique et sédimentologique des niveaux archéologiques

S.R., avec la coll. de D.S.

64Nous ne présentons ici que les ensembles 5 et 8, en relation avec les vestiges du Mésolithique. Des données analytiques viennent préciser la nature pédosédimentaire de chaque ensemble. Pour disposer d’une vue générale des dépôts sur le site d’À Daupharde, l’essentiel des données stratigraphiques est présenté dans le tableau IV.

Ensemble 5

Présentation

65Cet ensemble se met en place pendant le Préboréal et le Boréal. Les différentes dates obtenues sur matériel archéologique ou sur tuf dans les chenaux fournissent un bon calage chronologique (cf. supra Oberlin, § 2.1.2). Trois sous-ensembles peuvent être différenciés (numérotés 5a, 5b et 5c). Les deux premiers apparaissent principalement comme des variations de faciès, limités dans leur extension. Le dernier, qui contient les vestiges archéologiques, est le plus caractéristique ; l’essentiel de l’étude descriptive qui suit lui est consacré (pour l’interprétation des données cf. infra Rotillon et al., § 3.2.2).

66Les niveaux du Mésolithique ancien (R4), du Sauveterrien ancien (R3) et moyen (R2), dont l’attribution chronologique est discutée plus loin (cf. infra Séara, § 4.1.4), sont inclus dans des dépôts subhorizontaux argileux brunâtres assez épais, généralement supérieurs à 0,5 m lorsqu’ils ne sont pas tronqués (sous-ensemble 5c). On n’observe pas d’hiatus stratigraphique entre les différents niveaux archéologiques. L’ensemble apparaît très homogène avec une limite basse peu marquée, qui passe progressivement à l’ensemble sablo-limoneux 3b, et une limite haute tranchée, avec un passage abrupt à des dépôts plus limoneux de couleur plus claire (ensemble 8) ou directement à une couche brun sombre (ensemble 10). Le corps sédimentaire présente une structure fragmentaire de type prismatique. La présence d’artefacts mésolithiques a conduit à réaliser une étude micromorphologique du sous-ensemble 5c.

67Cet ensemble est fréquemment recoupé par différents paléochenaux qui en perturbent la lecture. Entre les chenaux 1 et 2, sur la coupe est (fig. 20), il présente une variation de faciès (sous-ensemble 5a) : en bordure des paléochenaux 13 et 14, on observe une coloration particulièrement foncée, tirant vers le noir lorsque le matériau est humide. Cette coloration se dissipe latéralement assez rapidement, en 5 à 6 m environ. Cette particularité a justifié une analyse micromorphologique de ce sous-ensemble, diagnostiqué sur le terrain comme étant un paléosol. Au nord du chenal 14, cette variation de faciès est sensible, quoique nettement atténuée. D’autres variations sont sensibles dans cet ensemble. Sa couleur est moins soutenue et son développement moins important et plus irrégulier en rive droite du chenal 11 (sous-ensemble 5b). Son toit est irrégulier, il présente une paléotopographie faite de microreliefs et de microdépressions. L’épaisseur est ainsi variable. L’ensemble est affecté d’une pente générale vers la Seille actuelle.

Position des niveaux archéologiques

68Un autre facteur de différenciation concerne les niveaux archéologiques représentés, bien que tous soient inclus dans le sous-ensemble 5c. Aux artefacts du Mésolithique ancien étaient superposées des occupations du Sauveterrien moyen. Les autres vestiges ne se recouvraient pas, donnant l’image d’une répartition en mosaïque. Le niveau R4 est localisé en marge orientale de l’emprise, entre les chenaux 6 et 9, sans atteindre de façon attestée la coupe centre (des vestiges mésolithiques non datés ont pu être observés dans cette coupe). Le niveau R3 est localisé à l’ouest de la coupe centre, entre les chenaux 5 et 11 (fig. 21). Le niveau R2 est le plus étendu avec deux ensembles bien séparés spatialement, le premier dans le même secteur que la phase ancienne, le second entre les chenaux 3 et 7, au centre-ouest de l’emprise. En plus de ces niveaux, calés grâce à des dates 14C, des vestiges non datés se retrouvent entre les chenaux 1 et 2.

Analyses granulométriques

69Quatre analyses granulométriques ont été effectuées dans des contextes différents afin d’évaluer les variations de faciès au sein du sous-ensemble 5c (fig. 22). Ces analyses n’ont pas été multipliées compte tenu de l’extension du site. Les échantillons ont été prélevés à la base de 5c, juste au-dessus de 3b et de 2c, et à proximité des niveaux archéologiques R4 et R3. En complément, des analyses diffractométriques ont été réalisées sur ces dépôts fins ainsi que deux analyses micromorphologiques.

FIG. 22
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Diagramme de texture des échantillons du sous-ensemble 5c (cf. légende fig. 13).

70La granulométrie montre que les échantillons de la base (échantillons X2 et G12) sont similaires : les argiles sont largement dominantes (plus de 58 %) mais, à plus de 18 %, la part des sables reste importante. L’échantillon X8, à la base de cette couche, en limite de colmatage d’un chenal, est légèrement différent : la part des sables est plus faible (environ 11 %), celle des argiles légèrement supérieure (67 %). Pour le niveau R2, les sables ne sont plus représentés, l’échantillon étant constitué grosso modo de 2/3 d’argiles et de 1/3 de limons. On a globalement un affinement du sédiment de la base au sommet, les variations latérales étant limitées sauf cas particulier, comme pour X8.

Analyse aux rayons X

71La dffiactométrie montre qu’il n’y a pas de différence notable entre les minéraux argileux constituant les sous-ensembles 5a et 5c. Ils sont constitués en majorité de smectite et d’interstratifiés ; la kaolinite représente environ 25 % des échantillons. Des traces de vermiculite sont présentes. La seule différence vient du rapport illite/smectite, plus élevé pour l’échantillon 2 (sous-ensemble 5a) que pour l’échantillon 3 (sous-ensemble 5c), mais restant dans les deux cas inférieur à 1. Le dernier échantillon a été prélevé en fin de colmatage du paléochenal 13. Le cortège argileux est différent, l’illite et la smectite sont mieux représentées, au détriment de la kaolinite et des interstratifiés. On ne retrouve plus de trace de vermiculite. Parmi les minéraux insolubles, la présence de goethite est à noter (Reynier 1995).

Analyse calcimétrique

72L’analyse calcimétrique montre que le taux de carbonate de calcium est assez bas dans le sous-ensemble 5a (6 % du total de l’échantillon). Il devient plus important pour le sous-ensemble 5c (13-14 % au-dessus du précédent, 20 % en fin de colmatage du paléochenal 13). Ces résultats sont apparemment en contradiction avec les données de la micromorphologie, mais la proximité du paléochenal, dont les limites sont assez diffuses, a pu influencer le résultat de cette analyse. Le pourcentage de matière organique est très faible, tournant autour de 4 ‰ pour les deux ensembles ; la terre arable en contient quatre fois plus.

Données micromorphologiques (sous-ensemble 5c)

73Le tri granulométrique de l’échantillon est assez mauvais, avec une prédominance de la fraction limono-argileuse sur la fraction sableuse ; il est en revanche meilleur que pour le sous-ensemble 5a dans lequel différentes populations granulométriques sont représentées, des argiles jusqu’aux petits graviers. Trois types d’unités pédosédimentaires, qui résultent chacun de processus sédimentaires et pédologiques propres, forment le dépôt :

  • des unités brunâtres oxydées, peu biréfringentes, subarrondies ou subanguleuses, de 400 pm à 4 mm ;

  • des unités argileuses brun-jaune, à biréfringence unistriée, souvent sous la forme d’intercalations entre les unités brunes précédentes ;

  • quelques rares et petites unités argilo-carbonatées.

74La microstructure est massive à porosité en chenaux, l’agrégation est pratiquement nulle. La porosité est moyenne à importante avec de nombreux chenaux racinaires. Le squelette, peu représenté (10 à 20 %), l’est encore moins que dans le sous-ensemble 5a. Il est formé de sables grossiers anguleux à arrondis, constitués de quartz, de calcaires très altérés, de fragments de chailles, de sables fins et de limons quartzeux et calcaires. La matrice est essentiellement constituée d’argiles ; elle montre un motif de biréfringence indifférencié (unités brunâtres) à unistrié (unités brun-jaune). L’ensemble est peu carbonaté (moins que le sous-ensemble 5a).

75Les traits pédologiques comprennent de très nombreuses déjections sparitiques de lombrics, plus ou moins altérées. D’épais revêtements argilo-limoneux brun-jaune microlités recouvrent les parois des vides et les comblent presque totalement. On trouve aussi des papules et intercalations argileuses brun-jaune, des ponctuations et imprégnations diffuses d’oxydes et quelques agrégats oxydés remaniés.

Ensemble 8

76Cet ensemble se met en place pendant l’Atlantique ancien. Sa limite inférieure est marquée par un contact tranché avec l’ensemble 5 défini précédemment, dont la mise en place prend fin lors du Boréal ; sa limite haute est constituée par le paléosol contenant les occupations du Néolithique moyen I, datées de l’Atlantique récent.

77Le niveau R1 est inclus dans un ensemble de dépôts fins, communément appelés limons de débordement. Il s’agit ici d’argiles limoneuses, de structure homogène, compacte, et de couleur brun-jaune. L’épaisseur de ce corps est décimétrique alors qu’il s’étend sur plusieurs dizaines de mètres. Il est plus épais aux abords du chenal 6 et disparaît au sud du chenal 1. Il s’amincit à proximité du chenal 13, sans que la variation de l’épaisseur soit linéaire. Sur la coupe centre, les variations ne paraissent pas s’organiser par rapport à la proximité ou à l’éloignement du chenal 6. Les plus fortes épaisseurs de sédiments sont localisées dans la partie nord. La corrélation entre ces épaisseurs et un chenal observé sur le terrain, ce qui pourrait indiquer l’origine des débordements, n’est pas évidente.

78Le contact basal avec les corps sédimentaires sous-jacents est généralement très tranché sauf lorsque cet ensemble surmonte un paléochenal. De la même façon, le contact sommital est bien tranché, souligné par un changement de couleur très net.

79L’échantillon micromorphologique RM 3, localisé sur la coupe est, présente la base de ces dépôts. Les processus pédologiques y sont beaucoup moins développés que dans l’ensemble 5 et témoignent d’une reprise de l’alluvionnement. Nous utiliserons les données de ce prélèvement micromorphologique comme caractéristiques de l’ensemble.

80Un paléochenal important, le chenal 6, interrompt cet ensemble et pourrait être contemporain de sa mise en place. Les autres chenaux sont plus tardifs, ils entaillent aussi l’ensemble 11.

2.2.2.3 Localisation des vestiges

81Les vestiges du Mésolithique ancien sont situés dans le contexte du sous-ensemble 5c, parfois en contact presque direct avec la grave calcaire. Nous nous plaçons donc au début de la mise en place de cet ensemble, alors que la sédimentation commence à concerner des espaces de plus en plus étendus. Le mobilier archéologique est localisé au N-E du secteur de fouille. Le niveau moyen d’apparition est à environ 213,2 m NGF. Les paléochenaux de l’ensemble 6 apparaissent un peu plus au sud, environ 50 cm plus bas. Ils peuvent être contemporains ou légèrement antérieurs aux occupations de cette phase ancienne.

82Les vestiges du Sauveterrien ancien sont aussi inscrits dans le sous-ensemble 5c. Cependant, ils ne sont plus en contact avec la grave calcaire même lorsque cette dernière est directement sous-jacente. Les zones d’occupation se sont déplacées à l’ouest du secteur de fouille. Les vestiges apparaissent à une altitude plus basse que ceux de R4 en raison de leur position plus en aval. La différence d’altitude a priori paradoxale s’explique ainsi par la dénivelée de la plaine mais aussi par la proximité des paléochenaux 13 et 14 (ensemble 6) qui correspondent topographiquement à un secteur déprimé. Le chenal 5 passe en limite du secteur d’occupation.

83Les vestiges du Sauveterrien moyen sont toujours inclus dans le sous-ensemble 5c. Localement, les artefacts peuvent être très proches de la grave calcaire, en particulier dans la partie ouest du site. Dans la partie nord, les vestiges sont superposés à ceux du niveau R4. La sédimentation s’est donc poursuivie depuis les premières occupations. La dénivelée de ces éléments est conforme à la pente d’ensemble de la plaine, du N-E vers le S-O. Le mobilier est réparti sur une surface plus importante que pour les autres niveaux, mais le sud du secteur de fouille est toujours un espace sans matériel archéologique.

84Les vestiges du Mésolithique récent se retrouvent exclusivement dans le nord du site, au sein de l’ensemble 8. Les occupations doivent se poursuivre hors emprise, vers l’est. Des éléments attribuables au Mésolithique récent ont été trouvés dans la tranchée de la coupe centre : il s’agit de vertèbres d’aurochs attribuées à cette phase du Mésolithique en raison de leur état de conservation et de leur position stratigraphique. L’extension des vestiges vers l’ouest apparaît ainsi limitée.

85Pour toutes les phases du Mésolithique représentées, aucun vestige n’a été retrouvé dans la partie sud du site. Quelques restes de faune se trouvaient dans le contexte du sous-ensemble 5c, mais jamais en association avec des éléments lithiques. La question se pose de savoir si l’absence de vestiges dans ce secteur est liée aux contraintes du milieu ou aux hasards de l’implantation.

2.2.3 Corrélations chronostratigraphiques entre les plaines du Finage et de la Seille

S.R

86Lorsque l’on compare les sites de Choisey/Aux Champins et de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde, ce qui ressort de prime abord est la différence de qualité de l’enregistrement sédimentaire. La diversité des corps sédimentaires est beaucoup plus grande sur le second site, aussi bien sur le plan textural que sur le type de faciès ; les différentes phases chronologiques sont globalement mieux représentées à Ruffey-sur-Seille. La continuité des dépôts est plus grande, la série est moins lacunaire. La part des dépôts de débordement dans l’enregistrement stratigraphique est beaucoup plus importante à Choisey, ce qui explique la plus grande monotonie des coupes.

87Le site de Ruffey-sur-Seille est recoupé par de nombreux paléochenaux, dont certains ont le gabarit de la Seille actuelle. On n’observe rien de similaire à Choisey, où les chenaux sont peu nombreux et toujours de dimensions modestes par rapport au Doubs actuel. Ces derniers ne sillonnent le secteur que de façon occasionnelle durant l’Holocène : on en retrouve la trace essentiellement lors du Préboréal et du Boréal, un seul chenal est postérieur au Boréal et antérieur au Bronze final (aucune date n’est disponible, si ce n’est une fourchette large, soit entre le Boréal et le Subboréal). En revanche, il ne semble pas que le site de Ruffey-sur-Seille connaisse une interruption durable des écoulements avant la fin du Subboréal.

88La question de la représentativité du site d’À Daupharde peut se poser lorsque l’on rapporte l’importance du secteur fouillé aux dimensions de la plaine de la Seille. Ce problème est encore plus net dans le cas de la plaine du Doubs. Pour pallier en partie cette difficulté, nous utilisons les données issues des fouilles du Saumoduc Poligny-Tavaux (Labeaune, Nowicki 1997) et du Carrefour de Gevry (Séara 1998) lors desquelles d’autres gisements mésolithiques ont été mis au jour, ainsi que certaines fouilles récentes pour lesquelles nous avons eu un accès direct sur le terrain comme Tavaux/En Marjoux (Nowicki 1997) et Tavaux/Aéroport (Ganard 1998). Afin d’élargir notre vision de cette plaine du Finage, ces données sont complétées par l’utilisation de sondages de la Banque du sous-sol (fig. 3, 4).

2.2.3.1 Comparaison des contextes stratigraphiques des niveaux archéologiques

S.R., avec la coll. de D.S.

Le Tardiglaciaire

89Il n’y a pas de vestiges d’occupations datés de cette période, mais les dépôts du Tardiglaciaire constituent le soubassement d’une grande partie des plaines de la Seille et du Doubs. Ces dépôts présentent une physionomie très différente entre les deux sites, mais semblent moins diverger lorsque l’on considère la plaine du Doubs dans son ensemble. Si la série est plus complète à Ruffey-sur-Seille, c’est surtout la texture des sédiments qui les distingue : des argiles à Choisey, des sables argileux, des limons sableux et des argiles (ainsi que des passées graveleuses) à Ruffey-sur-Seille. La datation de ces niveaux est relative, mais paraît dans les deux cas assez fiable. Il y a une bonne continuité avec les phases sédimentaires plus récentes, qui elles sont datées par l’archéologie ou le radiocarbone, et, dans le cas de Choisey, le spectre malacologique est cohérent avec cette attribution chronologique (cf. supra § 2.2.1 et infra Limondin-Lozouet, annexe 1). Cependant, l’absence de calage chronologique précis nous conduit à ne comparer que la dernière chronozone du Tardiglaciaire. Il est possible que l’Allerød soit représenté sur les deux sites mais nous n’en avons pas la preuve.

90Le Dryas récent est enregistré sur les deux sites mais il est caractérisé par des dépôts argileux à Choisey alors que cette phase est plus grossière à Ruffey-sur-Seille. Dans les deux cas on observe une décroissance granulométrique de la base vers le sommet (fig. 23), mais les valeurs de début et de fin ne sont pas les mêmes. Les éléments grossiers représentent jusqu’à 70 % des échantillons de la base à Ruffey-sur-Seille (éch. Gl, non représenté) et les argiles n’atteignent que 45 % au sommet (éch. G11). À Choisey, les valeurs correspondantes sont de 11,8 % pour les sables (éch. S42) et de 65,2 % pour les argiles (éch. S46). L’hydromorphie qui caractérise la base des dépôts dans le premier cas ne se manifeste pas dans le second où l’ensemble du corps apparaît plutôt oxydé. L’épaisseur de cet ensemble est du même ordre de grandeur, environ 1 m, mais la variabilité est beaucoup plus grande à Ruffey-sur-Seille, le toit de la grave étant plus irrégulier sur de courtes distances. De telles variations doivent s’observer sur la plaine du Doubs, mais à une échelle tout autre, comme les autres sites fouillés récemment dans le secteur nous l’apprennent.

FIG. 23
Diagramme de texture comparatif des échantillons des ensembles 2 et 3 de Choisey/Aux Champins et 3b de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde (Dryas récent). Évolution de la texture depuis la base du corps sédimentaire jusqu’à son sommet, correspondant au contexte du Préboréal (cf. légende fig. 13).

91La tranchée du Saumoduc, sur le site de Gevry/Aérodrome, présente, d’après nos observations, un niveau attribuable au Dryas récent de physionomie très proche de celui de la plaine de la Seille (fig. 24). Ces dépôts sont directement sous-jacents aux occupations du Mésolithique ; on passe sans discontinuité d’un ensemble à l’autre. Ces sédiments correspondent à des colmatages de dépressions au sein de la grave et ne semblent pas être mis en place par des écoulements très érosifs ; ils surmontent sans l’entailler un niveau plus argileux, d’apparence très proche de celui du sous-ensemble 2c d’À Daupharde (tabl. IV). Le contexte stratigraphique et topographique de ces dépôts apparaît ainsi comparable à ce que l’on observe à Ruffey-sur-Seille.

FIG. 24
Gevry/Aérodrome. Log stratigraphique depuis la grave à proximité des vestiges du Mésolithique (relevé d’après photographie). Proposition de calage chronologique d’après analogies avec les corps sédimentaires de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Les couleurs sont indiquées pour un sédiment sec, les textures sont évaluées tactilement.

92Sur le site du Carrefour de Gevry, le Tardiglaciaire n’a pas pu être individualisé. Les vestiges lithiques les plus anciens sont proches d’un niveau graveleux, qui semble différent de la grave würmienne individualisée à Choisey/Aux Champins (ensemble 1) car il est mieux stratifié (stratifications de type oblique) et plus différencié sur le plan textural (vers le sommet, de petites cuvettes sableuses et sablo-limoneuses s’intercalent dans les graviers). Ces graviers passent sans transition à un niveau graveleux épais comparable à l’ensemble 1 de Choisey/Aux Champins.

93L’étude des sondages de la Banque du sous-sol apporte un éclairage complémentaire. Sur le site de Gevry/Aérodrome, l’altitude d’apparition du niveau attribué au Dryas récent dans la tranchée du Saumoduc était comprise entre 2,5 et 3,5 m sous la cote du terrain naturel. À des altitudes relatives comparables, on retrouve dans la plaine du Finage des corps sédimentaires similaires : des sables fins argileux (fluants ou humides), calcaires, de couleur claire (gris-beige à blanchâtre). Ces sables ont été observés dans une position stratigraphique équivalente sur le site de Tavaux/En Marjoux. À la base, ou au sein de ces dépôts suivant les cas, un niveau plus organique s’individualise parfois. Ensuite, à une profondeur comprise entre 3,5 et 5,5 m suivant les sondages, on passe à une formation plus grossière (sables, graviers et galets) comparable, sur le plan textural au moins, à l’ensemble 1 de Choisey/Aux Champins. Dans les autres sondages, le toit de cette dernière formation est à une profondeur moins importante.

94Nous avons reporté l’altitude d’apparition de cette grave et réalisé une carte en courbes de niveau de ces dépôts. Les alluvions grossières subaffleurantes ont été attribuées à la bande active historique du Doubs sur la base de l’étude des cartes anciennes et des données de terrain. Les dépôts sableux semblent combler des dépressions au sein de la grave. Sur la figure 25, nous proposons une ébauche de cartographie de la plaine du Finage au Dryas récent. Il ne s’agit là que d’une hypothèse, le maillage des sondages est encore trop peu dense et il manque des dates pour renforcer le schéma. On observe cependant une organisation des dépôts sableux, qui pourraient correspondre à des paléochenaux du Doubs et de la Loue, et des dépôts graveleux sur lesquels les formations fines de débordement se seraient progressivement mises en place. La variabilité est ainsi importante dans ce secteur, mais pour la mettre en évidence il faut prendre en considération des espaces plus vastes que la surface limitée d’un unique site archéologique. Compte tenu du caractère parcellaire des zones étudiées, on observe une diversité de faciès entre les deux zones géographiques. Cette diversité existe à l’échelle du Finage mais aussi entre les plaines du Doubs et de la Seille. On retrouve ici la marque de la différence d’échelle entre les deux espaces. Les dimensions de la plaine du Doubs sont telles que les milieux de sédimentation sont plus variés, mais aussi que les évolutions postdépositionnelles n’ont pas été similaires à l’échelle de la plaine. On peut ainsi noter qu’il semble exister un gradient dans ces dépôts, dans le sens d’un affinement granulométrique vers le nord. Cette vision est peut-être faussée par la faiblesse quantitative des observations. En revanche, la plaine de la Seille paraît plus homogène, avec des formations plus grossières.

FIG. 25
La plaine du Finage en rive droite du Doubs actuel lors du Dryas récent. Topographie du toit de la grave et hypothèse de tracé du Doubs et de la Loue.

Le Préboréal-Boréal

95Pour cette période, les niveaux mésolithiques ne sont pas exactement dans le même contexte stratigraphique. La différence la plus notable provient de l’existence d’une variation du contexte sédimentaire entre les niveaux mésolithiques C2 et Cl à Choisey, alors que la continuité prime à Ruffey-sur-Seille. Cette différence apparaissait clairement sur le terrain, où l’on pouvait sans ambiguïté distinguer les niveaux dans le premier cas, ce qui était rarement possible dans le second.

96Pour les occupations du Mésolithique ancien, on peut mettre en relation l’ensemble 4 de Choisey avec le sous-ensemble 5c de Ruffey-sur-Seille. La part des argiles semble assez comparable dans les deux cas, autour de 60 %, mais les sables sont mieux représentés à Ruffey-sur-Seille, avec plus de 10 % contre un peu plus de 5 % à Choisey. On retrouve ainsi une texture un peu plus grossière dans la plaine de la Seille, comme pour les dépôts attribués au Dryas récent. La couleur est différente, la coloration brune étant plus soutenue sur le site d’À Daupharde. La structure sédimentaire est assez similaire, de type prismatique avec des agrégats de grandes dimensions. Le contexte du Mésolithique moyen diffère plus nettement d’un site à l’autre. Si pour A Daupharde ces occupations s’inscrivent dans la continuité stratigraphique, avec un affinement des dépôts vers le haut, aux Champins on change de corps sédimentaire avec un niveau plus grossier dans lequel les argiles représentent moins de 50 %, les sables pouvant dépasser les 10 % au sommet. L’évolution entre les deux sites est donc différente, même s’il ne s’agit pas d’une inversion majeure de tendance (fig. 26).

FIG. 26
Diagramme de texture comparatif des échantillons des ensembles 4 et 7 de Choisey/Aux Champins et 5c de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde (Préboréal-Boréal) (cf. légende fig. 13).

97L’analyse micromorphologique permet de préciser encore cette différence entre les deux contextes. À Choisey, les dépôts contenant les vestiges du Mésolithique moyen apparaissent beaucoup moins évolués qu’à Ruffey-sur-Seille, où la pédogenèse est déjà au stade de FLUVIOSOL brunifié. Cette différence s’explique par le faible taux de sédimentation enregistré à À Daupharde, qui permet une évolution pédologique continue, contrairement à Choisey où l’alluvionnement se poursuit à un rythme plus soutenu, même s’il n’est pas très important.

98Les vestiges du Mésolithique mis au jour à Gevry/Aérodrome sont inclus dans un contexte sédimentologique assez proche de celui du niveau C2 d’Aux Champins et des niveaux R4 à R2 d’À Daupharde. Le sédiment est argileux, de coloration brune, plutôt compact, mais la rapidité de l’intervention et l’absence d’analyse rendent difficiles les comparaisons. Le niveau d’occupation est daté du Boréal, aux environs de 8700 BP. Ces dépôts se sont donc mis en place lors du Préboréal et du Boréal. On ne retrouve pas de façon nette le changement textural observé à Choisey/Aux Champins, aucune analyse granulométrique n’a été faite qui le mette en évidence. En revanche, une lentille graveleuse interrompt localement cet ensemble. Elle témoigne d’un événement hydrodynamique plus important, qui perturbe par endroits ces dépôts fins. Cet événement est peut-être en relation avec la mise en place de sédiments un peu plus grossiers lors de la fin du Préboréal sur le site d’Aux Champins mais nous ne disposons pas d’éléments pour confirmer cette corrélation. D’autres chenaux au comblement plus fin (sables fins) entaillent cet ensemble depuis le sommet : ils sont donc postérieurs à sa mise en place. Le haut de la stratigraphie est en grande partie inutilisable par manque de relations géométriques entre les différents corps sédimentaires, ce qui interdit toute reconstitution chronostratigraphique.

L’Atlantique

99On ne retrouve pas d’occupations du Mésolithique récent dans les secteurs fouillés du Finage (du moins pas de façon attestée puisque les industries du Carrefour de Gevry restent mal calées) et les phases d’alluvionnement contemporaines de l’Atlantique ne sont pas clairement identifiées, peut-être par manque de datation. À Choisey/Aux Champins, nous n’avons pas reconnu de dépôts mis en place lors de l’Atlantique (cf. supra § 2.2.1.2).

100Sur le site du Carrefour de Gevry, deux concentrations de pièces lithiques ont été distinguées. L’industrie est assez pauvre, mais le débitage lamellaire et les matières premières utilisées (du silex du bassin tertiaire de Haute-Saône) ainsi que l’absence de céramique plaident plutôt pour des vestiges mésolithiques (Séara 1998). Il existe pourtant une datation 14C, effectuée sur de rares charbons de bois associés aux silex, qui donne un âge atlantique au niveau inférieur, 5895 ± 65 BP, soit 4913 à 4592 av. J.-C. [Lyon-487 (OxA)]. Les vestiges du niveau inférieur sont dans un contexte sédimentaire de limons sableux brun-jaune, dans une position plus tout à fait première (un foyer est par exemple en partie démantelé). La structure de cet ensemble est massive à la base et devient plus fragmentaire vers le haut ; des nodules calcitiques de type pseudo-mycélium sont présents en grand nombre à la limite inférieure des agrégats. Ces dépôts sont dans la continuité de la fin du colmatage d’un chenal graveleux qui incise à peine la grave würmienne. On passe progressivement vers le haut à un corps plus argileux, visuellement proche du contexte sédimentaire du niveau supérieur, mais le raccord stratigraphique entre ces deux ensembles n’a pu être vérifié. Les restes de malacofaune sont peu nombreux. Les indices de bioturbation ainsi que la trace de processus postsédimentaires d’origine pédologique (présence de pseudo-mycéliums) nous incitent à considérer la date obtenue avec prudence. Les charbons sont peu nombreux, de petite taille, dans un milieu ayant subi une évolution pédologique ; ce sont autant d’arguments pour accréditer l’attribution culturelle de ce niveau. Sur le plan chronologique, il est difficile de caler cette occupation : nous pouvons avoir affaire à des dépôts du Boréal ou de l’Atlantique ancien.

101Le second niveau n’est pas superposé au premier ; il est localisé plus à l’ouest, à une altitude relative d’environ 30 cm au-dessus de ce dernier. Il existe encore moins d’éléments pour attribuer un âge à ces vestiges et leur conservation est mauvaise. Les éléments lithiques sont essentiellement des éclats. Le contexte sédimentaire est différent de ce que l’on observe pour le niveau inférieur. La texture est argileuse, légèrement sableuse au toucher. La couleur tire vers le brun. La structure, plus massive vers la base, est polyédrique avec des agrégats de petite taille au sommet. Au-dessus, on passe à des limons fins de couleur gris-beige. Les structures protohistoriques s’ouvrent au sommet de ces limons ; ces derniers se sont donc mis en place entre l’Atlantique (ou le Boréal) et le Subboréal, limites incluses, ce qui correspond à une fourchette trop large pour être utilisée.

102Des tessons du Néolithique moyen bourguignon ont été trouvés dans un contexte sédimentaire plus sableux, au N-O de la bande fouillée. Des traces de paléochenaux sont visibles sur photographie aérienne dans ce secteur ; il est vraisemblable que les artefacts néolithiques ont été piégés dans un de ces derniers.

103À proximité du tracé actuel du Doubs, sur le site de Choisey/Fin Combey, des vestiges du Néolithique moyen I ont été retrouvés en épandage sur un niveau de sol archéologique, voisinant avec des tessons du Bronze ancien (information orale V. Ganard 1998). Dans ce secteur, nous ne pouvons donc mettre en évidence un alluvionnement notable après la seconde moitié de l’Atlantique récent au moins.

104Le site de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde, qui connaît une accrétion lors de l’Atlantique ancien, semble ainsi dans une position originale en comparaison avec la plaine du Finage pour laquelle aucun événement comparable ne peut être clairement identifié. Il faut relativiser cette différence. Compte tenu de son étendue, la plaine du Doubs est encore imparfaitement connue et il faudrait disposer de données supplémentaires pour pouvoir conclure. De plus, la rareté des calages chronologiques pour une grande partie des coupes étudiées rend délicates ces comparaisons. Cependant, nous avons pris en considération plusieurs sites qui couvrent une partie des terrains en rive droite du Doubs, en amont de la confluence avec la Loue, ce qui renforce la représentativité de nos observations.

Le Subboréal et le Subatlantique

105On peut observer à nouveau des divergences entre les deux microrégions pour ces dernières phases chronologiques.

106À Choisey/Aux Champins, nous n’avons pas pu mettre en évidence de dépôts d’âge subboréal. L’alluvionnement reprend sur le site après les occupations de La Tène, soit lors du Subatlantique. Ces dépôts sont peu épais et paraissent d’extension limitée.

107A Choisey/L’Ormoy, les vestiges du Bronze final prennent place au sommet de sables limoneux non datés, mais le niveau d’ouverture des structures n’est pas conservé et doit se trouver dans l’horizon cultural. Le recouvrement des occupations est très réduit, peut-être nul.

108Au Carrefour de Gevry, le niveau d’apparition des artefacts protohistoriques et gallo-romains diffère peu. L’enfouissement est maximal à proximité de la RN 73 mais, lorsqu’on s’en éloigne, les vestiges apparaissent sous l’horizon cultural actuel, le niveau de sol archéologique n’est alors pas conservé, comme le montre la destruction d’une voie romaine perpendiculaire à la voie Chalon-Besançon (RN 73 actuelle). On peut ainsi considérer qu’il n’y a pas eu de recouvrement notable depuis les occupations protohistoriques dans ce secteur ; le recouvrement plus important près de la route nationale, ancienne voie romaine, s’explique sans doute par un effet d’ackerberg.

109Les vestiges du Bronze final (début du premier âge du Fer ?) mis au jour lors de la fouille du Saumoduc se localisaient au sommet d’une couche argileuse brun-ocre, entre le canal du Rhône au Rhin et Tavaux-Cité (Labeaune, Nowicki 1997). La stratigraphie de ce secteur est très homogène. Sous ce niveau argileux on trouve des dépôts de même texture, de coloration gris-bleu, marque d’hydromorphie. La limite entre les deux n’est pas nette et semble liée à une évolution postdépositionnelle plus qu’à une différence de corps sédimentaire. Compte tenu de cette évolution, il paraît vraisemblable que ces dépôts sont nettement antérieurs aux vestiges qui les surmontent ; nous ne pouvons donc leur attribuer un âge subboréal. Dans l’horizon cultural, ainsi que dans certaines structures en creux, des tessons gallo-romains ont été trouvés. Ces derniers occupent donc une position stratigraphique peu différente de celle des artefacts protohistoriques, on peut ainsi considérer qu’il n’y a pas eu d’apport sédimentaire conséquent dans cette partie du Finage lors du Subatlantique.

110Sur le site de Tavaux/En Marjoux, le niveau d’apparition des structures du Bronze final est identique à celui des fossés gallo-romains (Nowicki 1997) ; il ne semble pas que l’alluvionnement ait été important sur ce site non plus lors du Subatlantique.

111On peut ainsi noter que le contexte sédimentaire des vestiges protohistoriques change d’un point à l’autre de cet espace. Il semble cependant que plus on s’éloigne du cours du Doubs, plus les corps sédimentaires s’affinent, plus une différenciation en horizons devient nette. On peut aussi noter que les dépôts sont toujours antérieurs aux occupations, l’alluvionnement n’étant manifestement pas contemporain des installations et, à part pour Choisey/Aux Champins, il n’y a pas de recouvrement de ces vestiges lors du Subatlantique.

112À Ruffey-sur-Seille, on observe une reprise de l’alluvionnement postérieure aux occupations du Néolithique moyen bourguignon et antérieure aux installations du Bronze final. Cette nouvelle phase d’accrétion ne concerne pas l’ensemble du site de la même façon : on observe une augmentation des dépôts de l’ensemble 15 du nord vers le sud de l’espace fouillé. Il existe donc une période d’alluvionnement contemporaine du Subboréal. En revanche, les vestiges gallo-romains apparaissent à un niveau comparable à celui des structures protohistoriques ; l’alluvionnement paraît limité lors du Subatlantique, le recouvrement de ces derniers éléments est peu important.

113On peut ainsi noter que l’on ne peut pas identifier de dépôts mis en place lors du Subboréal dans le Finage, en rive droite du Doubs, contrairement à ce que l’on observe dans la plaine de la Seille. Lors du Subatlantique, la situation est comparable dans les deux cas avec une absence, ou une faiblesse, de l’alluvionnement. En revanche, il faut souligner le cas particulier de Choisey/Aux Champins qui ne s’inscrit pas dans cette logique générale et qui connaît une légère accrétion après le second âge du Fer.

2.2.3.2 Les phases d’écoulement

114Nous avons noté, en reconstituant la chronologie des paléochenaux, que les écoulements ont eu lieu quasiment en continu sur le site d’À Daupharde depuis le Préboréal, et même depuis le Dryas récent, alors qu’ils ont été moins fréquents à Choisey ; ils ont eu un fonctionnement plus bref, essentiellement lors du Préboréal et du Boréal (fig. 27). Nous allons mettre en relation les gabarits de ces paléochenaux et la nature de leur colmatage.

FIG. 27
Phases d’activité des paléochenaux reconnus dans les plaines du Doubs et de la Seillle durant l’Holocène. En grisé, les phases de péjoratio climatique.

Les paléochenaux du Préboréal-Boréal

TABL. V et FIG. 27

115Sur le site de Choisey/Aux Champins, le chenal 5, sur la coupe 3 (fig. 14), n’a pu être observé que partiellement ; il entaille le niveau d’occupation C2 tout en étant recouvert par le niveau C1, il est donc d’âge préboréal. Il est délicat d’obtenir une idée de la géométrie hydraulique d’un tel chenal sur une observation aussi limitée. L’orientation est elle aussi difficile à préciser ; sur la longueur de l’observation, le chenal semble s’écouler du S-E vers le N-O, à moins que ce ne soit l’inverse et qu’il s’agisse d’un paléochenal de la Blaine. Le colmatage est dominé par les fines et présente des marques d’hydromorphie.

TABL V
Comparaison des chenaux contemporains des phases ancienne et moyenne du Mésolithique ; l/p rapport largeur/ profondeur.

116Sur la coupe 1, le chenal 2, au colmatage de même texture, incise également C2. Le profil en travers de cette forme est très dissymétrique, avec une incision marquée en rive gauche et une pente plus douce en rive droite. Les relations géométriques avec les autres corps sont cependant imprécises et rien ne vient confirmer que ce chenal est contemporain du précédent. Le rapport largeur/profondeur peut être estimé autour de 10 (largeur de 15 m et profondeur de 1,5 m environ). La forme est un peu tronquée par le chenal 1 mais, comme elle n’est pas recoupée dans l’axe et que sa largeur est ainsi en partie surestimée, les imprécisions tendent à se compenser et l’approximation du rapport largeur/profondeur doit être assez bonne. L’orientation n’a pas été relevée précisément sur le terrain.

117Le chenal 6, observé lors de la fouille du niveau archéologique C2, n’a été relevé qu’en plan. On ne connaît donc pas son profil en travers et l’on ne peut que subodorer la texture de son colmatage : s’il n’a pas été vu en coupe, on peut penser qu’il se distinguait mal du sédiment encaissant, ce qui transparaît sur les photos de la surface de fouille, tout comme le chenal 4. Son orientation, pratiquement méridienne, est par contre reconnue précisément.

118Le chenal 3, qui sillonne le site, a fonctionné lors du Boréal. Une date radiocarbone obtenue sur du charbon de bois à la base du sous-ensemble 7b (fig. 15) donne 8610 + 90 BP (Archéolabs AMS ETH-15298), soit entre 7905 et 7490 av. J.-C. Le matériel est principalement constitué d’éléments grossiers structurés en larges cuvettes entrecroisées. On peut distinguer trois phases principales de fonctionnement (sous-ensembles 7a, 7b et 7c). Ce paléochenal est entaillé par un autre bras, large et peu érosif, postérieur au Boréal et antérieur au Subatlantique, sans que l’on puisse caler cet épisode précisément (ensemble 10). Nous pouvons estimer que le rapport largeur/profondeur est inférieur à 15 (largeur d’environ 15 m, profondeur d’environ 1 m) à partir du tracé au sol du chenal et de sa profondeur mesurée sur la coupe 2. Le chenal présente un tracé en plan très légèrement sinueux, il suit une orientation générale pratiquement E/O.

119Le chenal 1, observé sur la coupe 1, est en partie recouvert par les dépôts de l’ensemble 8. Le colmatage est constitué par des graviers pris dans une matrice limoneuse, sans stratification nette. Le chenal est peu profond (moins d’1 m) et assez large (près de 18 m) mais nous ne connaissons pas l’obliquité du bras par rapport à la coupe ; le rapport largeur/profondeur peut ainsi être estimé autour de 20, en retenant qu’il s’agit vraisemblablement d’une valeur exagérée compte tenu de la non-reconnaissance du tracé en plan. Ce bras est peu érosif, les dépôts fins sous-jacents ne sont pratiquement pas incisés. La position stratigraphique place l’activité de ce chenal vers la fin du Boréal, avant la mise en place de l’ensemble 8.

120Le chenal 7, observé sur la coupe 3, apparaît comme une grosse lentille sablo-limoneuse qui incise très légèrement les dépôts antérieurs. Son rapport largeur/profondeur est comparable à celui du chenal 3, de même que sa position stratigraphique.

121Sur le site du Carrefour de Gevry, un chenal est antérieur à l’occupation attribuée au Mésolithique (niveau inférieur). Suivant le calage chronologique retenu, ce paléochenal peut être daté soit du Boréal soit de la fin de l’Atlantique ancien. Nous retenons la première hypothèse comme la plus vraisemblable compte tenu des arguments présentés plus haut (cf. supra § 2.2.3.1). Les dimensions du chenal ne peuvent être précisées car il n’a pas été observé dans son intégralité. Il s’agit cependant d’une forme peu profonde (environ 1,5 m), qui incise peu les graviers de base. Le colmatage s’affine vers le haut : on passe de graviers sableux à la base, organisés en stratifications obliques, à une alternance de lentilles de graviers et de sables puis à des limons sableux et enfin à des argiles. Nous sommes assez proches d’une séquence de colmatage « idéale » d’un chenal à méandres (Cojan, Renard 1997) ; il serait cependant aventureux de tirer des conclusions définitives sur cette seule coupe.

122A Ruffey-sur-Seille, les chenaux datés du Préboréal et du Boréal correspondent d’abord au complexe du paléochenal 11 (ensemble 4), aux chenaux 13 et 14 (ensemble 6) et au chenal 5 (ensemble 7) ; le chenal 10 est rattaché à cet ensemble de par sa position stratigraphique mais n’a pas pu être observé dans des conditions satisfaisantes pour être intégré à cette étude (il est situé en limite d’emprise).

123Le chenal 11 est constitué d’une succession de bras dont l’activité s’échelonne depuis le début du Préboréal jusqu’à l’Atlantique ancien. Le rapport largeur/profondeur des différents lits évolue depuis des valeurs élevées, supérieures à 25, jusqu’à des valeurs assez faibles, inférieures à 10. Le colmatage est variable en fonction des différents bras, la tendance étant à une décroissance non linéaire de la taille du matériel sur l’ensemble de la période.

124Les chenaux 13 et 14 sont datés approximativement du début du Préboréal et ont un rapport largeur/profondeur élevé, d’environ 20. Le colmatage est principalement constitué de limons. Le chenal 5 est en eau principalement lors du Boréal, même si son creusement peut être un peu antérieur. Le rapport largeur/profondeur passe d’un peu moins de 10 au début du fonctionnement à 5 environ dans sa dernière phase. Le colmatage est plutôt grossier, à dominante sableuse.

125Nous avons pu noter que les dimensions des paléochenaux de la Seille lors du Préboréal-Boréal étaient inférieures à celles de la rivière actuelle. Ce constat est encore plus net dans le cas du Doubs. Les formes que l’on observe sont, même pour le chenal le plus important, d’un gabarit très inférieur à celui du cours d’eau actuel, ce qui les rend pratiquement incomparables. La largeur du Doubs peut atteindre une centaine de mètres avant la confluence avec la Loue, soit un rapport d’au moins 1 à 6 avec le chenal 3. La profondeur actuelle dépasse largement 2 m. Le colmatage de ces chenaux est aussi différent de ce que le Doubs transporte. C’est très net pour les chenaux 2, 5 et 6, un peu moins pour les chenaux 1, 3 et 7. Dans le premier cas, il n’est d’ailleurs pas certain que nous soyons en présence de bras du Doubs plutôt que de la Blaine : en effet, leurs dimensions absolues, la texture du remplissage et l’orientation paraissent plus compatibles avec un paléoécoulement en provenance de ce dernier cours d’eau.

126Les dimensions et le colmatage des paléochenaux de la Seille ne divergent pas autant du cours actuel. On ne retrouve pas de chenaux comblés par des fines sur le site d’À Daupharde. Les dimensions des chenaux les plus importants pour cette période sont plutôt dans un rapport de 1 à 2 avec la rivière actuelle. Les formes restent globalement comparables.

127La comparaison des dimensions relatives des paléochenaux des plaines de la Seille et du Doubs nous montre que le chenal 3 de Choisey est assez proche du chenal 11, sous-ensemble 4d, de Ruffey-sur-Seille ; les dimensions absolues sont très nettement supérieures dans le premier cas. Le colmatage est un peu plus grossier à Choisey, les figures de stratification sont nettement plus larges. On ne peut cependant pas se servir de ces relations pour conclure à un quelconque synchronisme des deux formes tant que la nature même du chenal n’est pas précisée : en effet, un bras de crue n’est pas comparable à un bras d’écoulement plus régulier. Le premier ne représente qu’un phénomène ponctuel, ses dimensions ne renvoient qu’à l’événement formateur qui n’est pas toujours représentatif des conditions d’écoulement habituelles ; le second enregistre un temps plus long et rend mieux compte de ces conditions.

Les autres chenaux, de l’Atlantique au Subatlantique

128La comparaison des autres chenaux observés dans la plaine du Finage se heurte au problème de leur calage chronologique. Pour cette longue période, ils sont nettement moins nombreux, en particulier dans la plaine du Doubs, mais aussi sur le site de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde ; dans ce cas, on ne retrouve plus de traces de chenaux actifs en parallèle comme lors du Préboréal et du Boréal (fig. 27).

129À Choisey/Aux Champins, seul le chenal 4 est postérieur au Boréal, sans que l’on puisse être plus précis sur sa période d’activité, si ce n’est qu’il n’était plus fonctionnel lors des occupations protohistoriques. Ce chenal incise en partie les dépôts de l’ensemble 7 (paléochenal 3). Il s’agit d’un bras peu érosif, large et peu profond (25 x 0,5 m). Le colmatage est constitué par des graviers fins pris dans une matrice limoneuse, ou argileuse, brune. Plusieurs structures archéologiques en creux s’ouvrent à son sommet et viennent en perturber la lecture et l’interprétation.

130À l’ouest du site, sur le tracé d’une future bretelle d’accès au carrefour de Gevry, de nombreux sondages ont révélé que les variations latérales de faciès sédimentaires sont importantes. Les graviers sont proches de la surface, des formes de creusement sont visibles, colmatées par des graviers fins, des sables ou des limons sableux (Schneider 1998a). La rareté des vestiges archéologiques n’a pas rendu possible une étude plus approfondie de ce secteur et aucune coupe longue n’a été réalisée. On peut cependant remarquer que ces dépôts observés en coupe correspondent à des paléochenaux visibles sur les photographies aériennes du secteur : il s’agit d’un ensemble de chenaux en tresse, dont le fonctionnement est a priori contemporain, comme les connexions entre les différents bras permettent de le penser.

131Dans un des sondages, des tessons du Néolithique moyen bourguignon permettent de caler approximativement l’activité de ces chenaux. Nous avons affaire à une phase d’activité contemporaine ou postérieure de ces occupations, soit de la transition Atlantique récent-Subboréal.

132Vers l’aval, dans la tranchée du Saumoduc, on retrouve un grand nombre de petits chenaux à l’ouest de la D 321 et au nord de la N 73. Dans ce secteur, les graviers sont très proches de la surface (1 à 2 m de profondeur maximum), surmontés par quelques décimètres d’argile rouge puis par des dépôts un peu plus grossiers (il n’existe aucune analyse granulométrique sur ces sédiments). Ces alluvions sont recoupées par une dizaine de chenaux, d’une largeur et d’une profondeur variables, de 4 m à près de 50 m de large (mais ces derniers ne sont pas forcément recoupés dans l’axe) et de 0,5 à 2 m de profondeur. Le colmatage varie, d’argiles sableuses à des graviers fins ; les limons sableux et les sables fins sont les sédiments les plus fréquents (Schneider 1997).

133Aucun élément de datation ne permet de caler avec certitude ces chenaux. On peut cependant noter qu’ils se situent dans la continuité de ceux observés sur le site du Carrefour de Gevry. La proximité géographique entre ces deux ensembles est très grande et l’étude de la topographie renvoie à un schéma fonctionnel cohérent (fig. 28). Les écoulements sont rassemblés sur quelques bras de tresse proches les uns des autres sur le premier site puis divergeant : des chenaux s’individualisent alors et couvrent un espace étendu, en forme d’éventail, à la convexité tournée vers l’aval. Ces chenaux incisent peu, le matériel transporté tend à s’affiner vers l’aval. Nous avons ici un cône alluvial mis en place par un bras diffluent du Doubs.

FIG. 28
La plaine du Finage. Restitution du cône alluvial construit en rive droite du Doubs entre la fin de l’Atlantique récent et le Subboréal. Les flèches indiquent les axes d’écoulement supposés (tirets) ou reconnus (traits pleins).

134Les chenaux observés sur le site de Choisey/L’Ormoy peuvent être replacés dans ce schéma. Des formes imbriquées de chenaux qui se recoupent les uns les autres ont été observées (fig. 29). Les faciès sédimentaires ne peuvent être précisés car nous n’avons pas de données sur les stratifications, mais il s’agit de chenaux à dominante graveleuse, larges et peu profonds, qui semblent assez caractéristiques de bras de tressage. On observe d’ailleurs de tels chenaux sur les photographies aériennes du secteur.

FIG. 29
Choisey/L’Ormoy. Coupe 4.

135On constate ainsi, à partir de ces trois sites, que plus on progresse vers l’ouest, mieux les chenaux s’individualisent alors que le gabarit du matériel transporté tend à décroître. Ce dernier élément est un des critères de reconnaissance pour identifier un cône alluvial dans les séries sédimentaires anciennes (Hérail 1984). La proximité géographique entre les trois ensembles de chenaux rend peu probable l’existence de phases d’écoulement différentes.

136Sur le site de Ruffey-sur-Seille, à partir de l’Atlantique ancien, on n’observe plus, comme c’était le cas lors du Préboréal et du Boréal, de chenaux actifs simultanément sur des périodes longues. Hormis lors de l’Atlantique récent, il y a toujours un paléochenal qui traverse le site étudié. À certaines reprises cependant, les chenaux sont plus nombreux et témoignent alors d’une activité fluviatile plus importante.

137Le premier de ces épisodes est calé précisément grâce aux vestiges archéologiques. Il se produit à la fin de l’Atlantique récent et est contemporain des occupations du Néolithique moyen bourguignon (une datation effectuée sur une fosse sans matériel archéologique et à l’écart des vestiges donne 3629 à 3379 av. J.-C. [Ly-7360] ; cette culture est datée plus généralement de la première moitié du IVe millénaire [Briard 1989]). Deux chenaux à colmatage grossier, de dimensions restreintes par rapport à la Seille actuelle, sillonnent le site. Le premier, le chenal 2, a un profil en travers très irrégulier, un rapport largeur/profondeur proche de 10 et se divise en plusieurs bras. Le second, le chenal 4, de dimensions plus modestes, est pratiquement rectiligne.

138Le second épisode concerne la totalité de la plaine de la Seille. Trois paléochenaux sur le site d’À Daupharde (chenaux 7, 9 et 12) ainsi qu’une dizaine sur le site d’Arlay/La Croix Borée (Séara 1994) peuvent lui être rattachés (dans ce dernier cas, tous les chenaux ne sont pas datés mais sont vraisemblablement contemporains). Le matériel contenu dans ces chenaux est postérieur à l’Ëpicampaniforme, soit postérieur à 2000 av. J.‑C. environ.

139Entre les deux secteurs, plaine du Finage et val de Seille, on constate qu’à la fin de l’Atlantique récent se produit un épisode de forte activité fluviale. Le nombre de chenaux augmente à Ruffey-sur-Seille alors que le Doubs construit un cône alluvial marginal. Les deux phénomènes ne sont pas nécessairement parfaitement synchrones, mais le parallélisme est intéressant à souligner. En revanche, le second épisode observé dans le cas de la Seille au cours du Subboréal ne semble pas avoir d’équivalent dans le Finage.

2.2.3.3 Conclusions

140La différence d’échelle est très nette entre les deux secteurs. En ce qui concerne le Finage, l’enregistrement stratigraphique apparaît dilaté dans l’espace. Il est impossible de reconstituer l’ensemble de la chronostratigraphie à partir du seul site de Choisey/Aux Champins ; la prise en compte des autres sites n’est pas suffisante, la diversité des contextes sédimentaires est importante et les lacunes restent nombreuses. En revanche, dans la plaine de la Seille, l’enregistrement est moins lacunaire, ce qui nous permettra de fournir un schéma plus cohérent de la dynamique de colmatage. Compte tenu de l’étendue des secteurs de sédimentation dans la plaine du Doubs, la multiplication des éléments de datation est un préalable pour pouvoir aller plus loin dans les interprétations.

141Un autre point concerne l’absence de certaines périodes dans la stratigraphie. La lacune de l’Atlantique et du Subboréal est sans doute liée à un déplacement des zones de sédimentation vers un autre secteur de la plaine. Il paraît en effet improbable que cette période ne soit pas représentée dans les dépôts mis en place par le Doubs alors qu’ils représentent un développement important dans la plaine de la Seille (cf. infra § 3.2).

142Une opposition essentielle entre Aux Champins, et plus largement les sites du Finage en rive droite du Doubs, et À Daupharde vient de la nature des paléochenaux observés. Dans le premier cas, aucune des formes recoupées ne peut correspondre à un bras d’écoulement durable de la rivière, les dimensions étant incompatibles avec un tel fonctionnement. Dans le second, certains chenaux sont de dimensions comparables à celles de la Seille actuelle et pourraient correspondre à une paléo-Seille. Nous sommes donc dans des positions différentes au sein de la plaine alluviale, en position marginale dans le cas du Finage, au sein de la partie active à Ruffey-sur-Seille. Cette différence de positionnement a des conséquences sur la dynamique du colmatage ainsi que nous le verrons plus bas (cf. infra § 3.2).

143Le contexte stratigraphique des niveaux mésolithiques semble assez différent d’un site à l’autre, tout particulièrement pour les phases moyennes. Les différents niveaux sont nettement séparés à Choisey alors qu’ils ne le sont pas à Ruffey-sur-Seille. On retrouve un schéma plus classique de superposition des niveaux archéologiques dans le premier cas, alors que dans le second on a une répartition en mosaïque. Les sites ne peuvent être ainsi rigoureusement comparés ; les changements de contexte sédimentologique traduisent des évolutions différentes lors de l’Holocène. Il n’y a pas de repère stratigraphique qui soit valable à l’échelle régionale.

Table des illustrations

Légende FIG. 10 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Vue de la partie sud de la coupe est. Au premier plan, le chenal 6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 11 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Plan de répartition des datations par le radiocarbone effectuées sur les niveaux d’occupation mésolithiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 12 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Les datations des niveaux mésolithiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 13 Choisey/Aux Champins. Diagrammes de texture des dépôts de débordement : 1 sable ; 2 sable limoneux ; 3 sable argileux ; 4 limon léger sableux ; 5 limon moyen sableux ; 6 limon sablo-argileux ; 7 limon argilo‑sableux ; 8 limon léger ; 9 limon moyen ; 10 limon argileux ; 11 argile sableuse ; 12 argile ; 13 argile limoneuse ; 14 argile lourde (d’après Duchaufour 1991).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 14 Choisey/Aux Champins. Plan de localisation des principales coupes et des prélèvements.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 15 Choisey/Aux Champins. Coupes 2 et 3 ; les numéros des strates renvoient au tabl. III, B et A (coupe 3) à la fig. 16.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende FIG. 16 Choisey/Aux Champins. Stratigraphie schématique de la coupe 3 (colonnes granulométriques A et B, fig. 15) et variation avec la profondeur du taux de sable et d’argile.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 16 Légende des coupes géomorphologiques de Choisey/Aux Champins
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende TABL. III Choisey/Aux Champins. Synthèse de l’information stratigraphique. En grisé, les ensembles correspondant à des paléochenaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende FIG. 17 Choisey/Aux Champins. Diagramme de texture des dépôts de la coupe 3. Comparaison entre le colmatage du chenal 5 et les dépôts de débordement (cf. légende fig. 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 18 Choisey/Aux Champins. Projection verticale du matériel des occupations des niveaux C1 et C2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 19 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Plan de localisation des principales coupes et des prélèvements.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 20 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Coupe est. (Voir légende page suivante.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende FIG. 21 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Coupe centre. (Voir légende page suivante.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende FIG. 21 Légende générale des coupes géomorphologiques de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL. IV (p. 45-48) Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Synthèse de l’information stratigraphique. En grisé, les ensembles correspondant à des paléochenaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende FIG. 22 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Diagramme de texture des échantillons du sous-ensemble 5c (cf. légende fig. 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 23 Diagramme de texture comparatif des échantillons des ensembles 2 et 3 de Choisey/Aux Champins et 3b de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde (Dryas récent). Évolution de la texture depuis la base du corps sédimentaire jusqu’à son sommet, correspondant au contexte du Préboréal (cf. légende fig. 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 24 Gevry/Aérodrome. Log stratigraphique depuis la grave à proximité des vestiges du Mésolithique (relevé d’après photographie). Proposition de calage chronologique d’après analogies avec les corps sédimentaires de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Les couleurs sont indiquées pour un sédiment sec, les textures sont évaluées tactilement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 25 La plaine du Finage en rive droite du Doubs actuel lors du Dryas récent. Topographie du toit de la grave et hypothèse de tracé du Doubs et de la Loue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende FIG. 26 Diagramme de texture comparatif des échantillons des ensembles 4 et 7 de Choisey/Aux Champins et 5c de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde (Préboréal-Boréal) (cf. légende fig. 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 27 Phases d’activité des paléochenaux reconnus dans les plaines du Doubs et de la Seillle durant l’Holocène. En grisé, les phases de péjoratio climatique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL V Comparaison des chenaux contemporains des phases ancienne et moyenne du Mésolithique ; l/p rapport largeur/ profondeur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 28 La plaine du Finage. Restitution du cône alluvial construit en rive droite du Doubs entre la fin de l’Atlantique récent et le Subboréal. Les flèches indiquent les axes d’écoulement supposés (tirets) ou reconnus (traits pleins).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 29 Choisey/L’Ormoy. Coupe 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21453/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

Auteurs

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search