Version classiqueVersion mobile

Campements mésolithiques en Bresse jurassienne

 | 
Frédéric Séara
, 
Sylvain Rotillon
, 
Christophe Cupillard

Chapitre 1. Présentation

1. Presentation

Sylvain Rotillon et Frédéric Séara

Résumé

Les deux sites étudiés sont situés dans les plaines alluviales du Doubs et de la Seille, en aval des derniers reliefs du Jura, dans la partie orientale du fossé bressan. Le bassin-versant du Doubs est vaste tandis que celui de la Seille est peu étendu. Choisey se trouve en position marginale par rapport au champ d’activité du Doubs au Tardiglaciaire et à l’Holocène, à la différence de Ruffey-sur-Seille. Ces deux sites s’insèrent dans un ensemble de sites mésolithiques, en grottes ou en abris, fouillés dans la région : Rochedane, Ranchot, Bavans...

L’étude des différentes occupations reconnues à Choisey et Ruffey a été menée en privilégiant les données relatives à l’organisation spatiale.

Texte intégral

1.1 Le cadre géographique et géologique

S.R

1.1.1 Le contexte régional

1Les gisements mésolithiques de Choisey/Aux Champins et de Ruffey-sur-Seille/À Daupharde ont été mis au jour lots de fouilles préventives occasionnées par la construction de l’autoroute A 39 Dole/Bourg-en-Bresse. Les deux sites sont localisés en Franche-Comté, dans le département du Jura. Le premier est situé à 5 km au S-O de Dole, le second à 10 km au N-O de Lons-le-Saunier (fig. 1).

FIG. 1
Localisation des gisements mésolithiques sur le tracé de l’A 39.

2Le contexte géographique est celui de la marge orientale du fossé bressan, plaine qui s’étend à l’ouest du massif montagneux jurassien. Le relief est peu contrasté : les altitudes des interfluves sont inférieures à 300 m et les fonds de vallées sont à environ 200 m NGF. Les rivières qui drainent la région sont des affluents ou des sous-affluents de rive gauche de la Saône. Les gisements sont localisés dans les plaines alluviales du Doubs et de la Seille, à l’aval immédiat des derniers reliefs de la montagne, sur la rive droite de ces cours d’eau.

3Le fossé bressan correspond à une dépression tectonique dont le colmatage s’est mis en place au Tertiaire et au début du Quaternaire. Le réseau hydrographique actuel incise les dépôts du Quaternaire ancien. Ces derniers sont de plus en plus fins du nord vers le sud, ils passent de cailloutis dans la forêt de Chaux, au débouché du Doubs dans le fossé, à des formations marneuses à proximité de la Seille. Les reliefs environnants sont calcaires et marneux (formations du Jurassique dans le cas du Doubs, du Trias et du Jurassique pour la Seille), à l’exception du massif cristallin de la Serre, constitué de granité, gneiss et eurite (fig. 2).

FIG. 2
Le contexte géologique nord bressan.

4Le réseau hydrographique régional est structuré par le Doubs et la Seille, qui constituent les principaux affluents de la Saône issus du massif jurassien. Le régime d’écoulement est de type pluvio-nival, caractérisé par de hautes eaux hivernales et de basses eaux estivales ; un minimum secondaire affecte le mois de janvier en raison de la rétention nivale. Les crues peuvent survenir à n’importe quelle saison.

5Le climat régional est plutôt humide, avec des précipitations moyennes comprises entre 800 et 1 000 mm sur la Bresse jurassienne et la forêt de Chaux. Même en plaine, la neige joue un rôle non négligeable, puisqu’il en tombe en moyenne entre 50 et 75 mm par an. Les températures sont assez contrastées, les hivers peuvent être rigoureux, les étés très chauds. Le climat est marqué par un effet de continentalité.

6Dans cet espace régional, a priori assez homogène, les deux gisements occupent des localisations très différentes. Choisey/Aux Champins est situé dans la partie aval d’un bassin-versant vaste et complexe (superficie supérieure à 5 000 km2), à la limite entre le bassin du Doubs et celui, très modeste, de la Blaine, petite rivière qui s’écoule à quelques dizaines de mètres au nord du site. Ruffey-sur-Seille/À Daupharde se situe beaucoup plus près des sources de la Seille, dans un bassin-versant d’environ 200 km2.

1.1.2 Le site de Choisey/ Aux Champins et la partie nord du Finage

7Le site de Choisey/Aux Champins est localisé dans le vaste espace alluvial, entre le Doubs et la Saône, en amont de leur confluence (fig. 2). Des nappes alluviales étagées constituent l’interfluve entre ces deux cours d’eau ; on distingue plusieurs niveaux de terrasses, mal calés chronologiquement (fig. 3). Cette plaine s’étend au sud du massif de la Serre et forme une microrégion appelée localement le Finage. La topographie monotone de cet espace masque une structure assez complexe, élaborée par les divagations du Doubs et de son affluent principal, la Loue. L’étude de ce secteur, qui forme un ensemble cohérent sur le plan géomorphologique, est délicate à mener à travers le cas d’un site unique, pas forcément représentatif de l’ensemble de l’histoire sédimentaire holocène d’une aussi vaste région. Nous avons donc utilisé les données issues de fouilles réalisées entre 1993 et 1998 dans le Finage afin de replacer le site dans le contexte environnemental le plus large possible ; ces informations sont complétées par un dépouillement des sondages de la Banque du sous-sol du BRGM sur les communes de Gevry, de Molay et d’une partie de celle de Tavaux, entre la route nationale 73 et le Doubs (fig. 4).

FIG. 3
Choisey/Aux Champins. Le contexte géologique du nord du Finage. Localisation des gisements mésolithiques.

FIG. 4
Choisey/Aux Champins. Localisation des sites de la plaine du Finage et des sondages de la Banque du sous-sol utilisés.

1.1.2.1 La partie nord du Finage et la plaine alluviale du Doubs

8En amont de Dole, le Doubs s’écoule dans une vallée relativement étroite, d’une largeur variant entre 500 et 2 000 m, encadrée par les reliefs des Avants-Monts au nord et les dépôts plio-quaternaires de la forêt de Chaux au sud. Le site de Dole correspond à un rétrécissement ponctuel de la vallée lié à l’existence d’un pointement calcaire en rive gauche, face aux Avants-Monts (fig. 3). Vers l’aval, le paysage s’ouvre et le cours d’eau débouche dans la vaste plaine du Finage. Il n’existe alors plus d’obstacle pour contenir les divagations de la rivière. Tout cet espace jusqu’à la Saône a été balayé à différentes époques par le Doubs et la Loue.

9La rive droite du Doubs présente un ensemble de terrasses fluvio-lacustres et alluviales dont l’âge est mal précisé. La basse terrasse, de 5-8 m d’altitude relative, témoigne d’une confluence entre la Saône et le Doubs à la hauteur de Saint-Jean-de-Losne. Cet épisode serait d’âge würmien pour certains auteurs (Fleury, Monjuvent 1984), plus ancien pour d’autres (Campy 1984b). Ce n’est que par la suite que le Doubs s’est ouvert un passage vers le S-O.

10Lors des phases les plus récentes du Würm, qui seules nous intéressent ici, les divagations de la rivière se produisent dans un espace encore vaste, d’une largeur partout supérieure à 5 000 m. La bande active historique de la rivière est quant à elle nettement plus restreinte, mais elle s’étend sur une largeur rarement inférieure à 1 000 m et qui peut dépasser 3 000 m.

11L’étude de la topographie de la plaine nous indique que le Doubs a entaillé profondément le fond de vallée à l’aval de Choisey, s’écoulant dans une véritable gouttière, comme « attiré » par la Loue qui constitue ainsi le niveau de base local. Cette incision souligne l’importance de la Loue dans l’organisation de l’écoulement du Finage ainsi qu’une fixation déjà ancienne des grandes lignes du tracé du Doubs. Des cours d’eau comme le Cleux et la Sablonne, qui prennent naissance dans la plaine, utilisent vraisemblablement d’anciens tracés abandonnés du Doubs. Ces rivières suivent l’axe de ce dernier avant qu’il ne s’oriente vers le sud en direction de la Loue, à la hauteur de Gevry ; elles sont de plus alimentées, en partie au moins, par une nappe issue du Doubs dont la circulation a pu être mise en évidence entre Gevry-Molay et Tavaux (Collin 1967). La Blaine, qui s’écoule au nord du site de Choisey/Aux Champins, ne se joint pas au Doubs tout proche mais bifurque vers l’ouest pour confluer avec la Saône : en effet, ce petit cours d’eau manque d’énergie pour se frayer un chemin dans les alluvions mises en place par le Doubs ; il s’écoule dans un premier temps en marge de ces dépôts alluviaux avant de divaguer dans la plaine du Finage.

12Ainsi, l’organisation du réseau de drainage actuel dans le Finage paraît en grande partie guidée par les dépôts mis en place par le Doubs lors de la dernière période froide (âge retenu pour la basse nappe alluviale sur les cartes géologiques de Dole et de Seurre). L’épaisseur de ces dépôts est difficile à préciser car les sondages ne permettent pas toujours de distinguer les différentes nappes graveleuses. L’épaisseur moyenne des alluvions, notées Fz sur la carte de Dole, est d’environ 9 à 10 m (Chauve et al. 1979). En dehors de la bande active historique, la partie superficielle de cette formation est constituée d’une argile ou d’un limon argileux qui incluent les vestiges archéologiques étudiés ; localement, des paléochenaux au colmatage plus grossier entaillent cette couverture fine.

13L’absence de contraintes topographiques et l’étendue de l’espace impliquent que les zones de sédimentation se sont déplacées en fonction de la position du Doubs (ainsi que de celle de la Loue et, dans une moindre mesure, des autres cours d’eau). Les formations fines superficielles ne sont ainsi pas synchrones à l’échelle du Tardiglaciaire et de l’Holocène. La structure des dépôts est plus complexe que pourraient le laisser penser au premier abord la topographie et la texture des sédiments.

1.1.2.2 Le site de Choisey/Aux Champins

14Le site de Choisey/Aux Champins est localisé dans la plaine alluviale du Doubs, dans un secteur à la topographie monotone qui forme la séparation entre les bassins-versants de la Saône et du Doubs (fig. 3). La Blaine, petit ruisseau qui prend sa source au pied du massif de la Serre, passe au nord du site et va confluer avec la Saône en amont de Saint-Jean-de-Losne ; le canal du Rhône au Rhin reprend en grande partie l’axe de cette petite vallée. L’existence sur le site de paléochenaux de la Blaine n’est ainsi pas forcément à exclure.

15Le Doubs s’écoule actuellement à un peu plus d’1 km au S-E du site. La limite de sa bande active en rive droite est à cet endroit très proche du lit mineur (fig. 4). Lors des fouilles de l’A 39, des vestiges du Campaniforme et du Bronze ancien ont été mis au jour entre le Doubs et la RN 5 à Gevry/Longues Raies, de même qu’un site du Néolithique moyen I à Gevry/Fin Combey (communication orale de V. Ganard). La conservation de ces artefacts, préservés en position première, nous assure de l’ancienneté de la position actuelle de la bande active du Doubs, du moins dans ses grandes lignes. Cependant, il n’est pas exclu que des bras de crue aient divagué et soient venus recouper le site. On observe ainsi sur photo aérienne de nombreux chenaux, généralement de dimensions restreintes par rapport au Doubs ; leur tracé est plus ou moins net, certains sont de type à méandre, d’autres tendent plus nettement vers un style en tresse.

16Le secteur de Choisey/Aux Champins est ainsi à l’écart du champ d’activité habituel du Doubs depuis déjà plusieurs millénaires mais n’est pas totalement hors d’atteinte d’événements exceptionnels. On peut toutefois penser que ce type de perturbations a cessé depuis au moins la période gallo-romaine. À partir de ce moment, la réalisation de la voie Chalon-Besançon, Factuelle RN 73 (Chouquer 1993), a formé une digue qui a réduit les possibilités d’écoulement pour les bras de crues et interdit pratiquement tout apport sédimentaire en provenance du Doubs.

1.1.2.3 Les autres sites mésolithiques du Finage

17À l’échelle du Finage, le site de Choisey/Aux Champins ne nous dévoile qu’une partie infime de la stratigraphie de la plaine. Nous avons donc élargi nos investigations en reprenant les données stratigraphiques des autres gisements mésolithiques. Les occupations de Choisey-Damparis/Carrefour de Gevry et de Gevry/Aérodrome sont aussi localisées en rive droite, mais elles sont plus proches du Doubs (fig. 4) ; elles sont donc susceptibles d’avoir connu, au moins récemment, une histoire sédimentaire différente, sans doute plus marquée par des processus récents.

18Dans le cas de Choisey/Aux Champins, nous nous situons à environ 750 m de la rivière. D’après la carte topographique (Dole 3224 ouest), le site est en marge d’une forme de relief à convexité orientée vers l’aval, qui pourrait correspondre à un petit cône alluvial. Sa disposition permet de penser qu’il pourrait s’agir d’une construction élaborée par un bras diffluent du Doubs qui ne doit rien à la Blaine. L’effet de digue joué par la voie romaine/RN 73 a contribué à isoler le gisement de pratiquement tout apport sédimentaire à partir du Doubs lors de la période historique.

19Dans le cas de Gevry/Aérodrome, le cours d’eau n’est qu’à une centaine de mètres. Le site est cependant hors de la bande active, ce qui explique sa conservation. Le secteur se trouve en marge de la gouttière à l’intérieur de laquelle le Doubs s’écoule. La RN 5, qui passe à l’est en rive droite de la rivière, n’a pas joué le rôle protecteur de la RN 73 car elle est de création récente (seconde moitié du XXe siècle) ; en revanche, elle reprend le tracé de digues du XIXe siècle. Ainsi, les apports sédimentaires à partir du Doubs ont pu se poursuivre jusqu’à une date récente.

1.1.3 Le site de Ruffey-sur-Seille/ À Daupharde et la vallée de la Seille

20Le site de Ruffey-sur-Seille s’inscrit dans la plaine d’inondation de la Seille (fig. 5), en avant des derniers reliefs du Jura. Le bassin-versant de la Seille, qui couvre 2 260 km2, présente la particularité d’être orienté perpendiculairement aux lignes directrices du relief et de recouper successivement trois ensembles géomorphologiques (fig. 6). La Seille est une rivière à pente marquée (2,7‰ en moyenne entre Nevy-sur-Seille et la Saône-et-Loire), affluente de rive gauche de la Saône qu’elle rejoint à La Truchère (71) après un parcours de 110 km.

FIG. 5
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Vue aérienne du site. La Seille s’écoule de la gauche vers la droite. Le bas de la parcelle cultivée de forme triangulaire marque la limite du versant. À l’arrière-plan, on distingue le village de Juhans.

FIG. 6
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Le contexte lithologique du bassin-versant de la Seille. D’après la carte géologique Lons-le-Saunier à 1/50 000.

1.1.3.1 Structure d’ensemble du bassin-versant

21À l’échelle régionale, on peut distinguer trois ensembles de relief qui ont une incidence sur les processus d’érosion et de sédimentation du site étudié. D’est en ouest, on rencontre successivement le plateau lédonien, le Vignoble et la plaine de Bresse.

Le plateau lédonien

22C’est une surface tabulaire de calcaires du Bajocien et du Bathonien (Jurassique moyen), d’environ 10 km de large sur 35 km de long, d’orientation générale N-E/S-O. L’altitude moyenne de ce plateau varie entre 500 et 600 m ; le pendage est orienté vers l’est.

23Il s’agit d’un plateau karstique entaillé par des vallées profondes, les reculées, qui se terminent abruptement vers l’amont par une paroi verticale. Les formations marneuses imperméables du Lias affleurent à la base de ces falaises ; le toit de ces marnes correspond à un niveau de sources. Les têtes de vallées sont généralement le lieu d’exsurgences et des rivières au débit déjà soutenu sortent alors du plateau. Les cours d’eau sont encadrés sur quelques kilomètres par ces parois verticales qui constituent un canyon large d’1 km ou plus à son sommet. Le fond de vallée n’excède pas quelques centaines de mètres, compte tenu de la présence de terrasses et de talus d’éboulis qui réduisent l’espace laissé aux divagations de la rivière. L’essentiel de la charge solide grossière transportée par la Seille est issu de ces falaises calcaires.

Le Vignoble

24Cet ensemble collinaire correspond au chevauchement du Jura sur la Bresse. Les collines sont de faible altitude, entre 300 et 400 m. La base de ces collines est majoritairement constituée par des formations tendres du Trias et du Lias (marnes, argiles, calcaires marneux) et leur sommet est couronné par des lambeaux de calcaires du Bajocien. La disposition générale est celle d’un relief cloisonné dont les lignes directrices sont guidées par des failles. Cet ensemble se présente sous la forme d’un alignement de chaînons orientés N-N-E/S-S-O, recoupés perpendiculairement par la Seille : celle-ci est obligée de franchir ces reliefs en cluse, créant ainsi une succession de resserrements et de dilatations de la vallée.

La plaine de Bresse

25Il s’agit d’un fossé d’origine tectonique à mise en place et comblement complexes mais de topographie assez simple et monotone. Les altitudes varient autour de 210-220 m ; les principales vallées entaillent cette surface d’environ 10 à 20 m. Le paysage est assez vallonné, avec des interfluves marqués par des niveaux imperméables rendant les terrains plutôt humides. Les fonds de vallées, dès que la pente s’atténue, sont marqués par une nette tendance à l’hydromorphie.

1.1.3.2 La vallée de la Seille

26La particularité de cette vallée est la forme en plan de sa plaine alluviale faite de resserrements et de dilatations. L’étroitesse de la reculée limite les divagations latérales du cours d’eau et canalise les écoulements. Après les falaises calcaires du Jurassique, la plaine alluviale se développe aux dépens des dépôts tendres du Trias : la vallée s’épanouit alors une première fois. Un nouveau rétrécissement se forme à la hauteur d’Arlay, puis une nouvelle dilatation correspond à la plaine d’Arlay, unité géographique dans laquelle est localisé le site étudié. Ces évasements constituent des secteurs dans lesquels l’énergie canalisée de la rivière en amont va pouvoir se dissiper latéralement et favoriser la mise en place d’importants dépôts alluviaux. En aval de Voiteur et d’Arlay, des nappes alluviales ont été édifiées, formant une terrasse sensu stricto dans le premier cas, une basse nappe dans le second. Cette particularité a une incidence sur la mise en place des dépôts sur le site étudié car ce dernier est localisé directement en aval d’un resserrement.

1.1.3.3 La plaine d’Arlay et le site d’À Daupharde

27La plaine, ou val, d’Arlay est constituée par un vaste cône alluvial partiellement entaillé par différents chenaux (fig. 7). En étudiant les courbes de niveau et leurs irrégularités, on peut déterminer les cheminements potentiels des écoulements depuis la mise en place du cône. Cette construction alluviale en forme d’éventail très aplati est assez fraîche, peu retouchée dans son ensemble. En revanche, à partir de Bletterans, l’ensemble de la plaine est disséqué.

FIG. 7
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Structure de la plaine de la Seille dans le val d’Arlay. Localisation du site d’après la carte IGN Lons-le-Saunier à 1/25 000 et la carte géologique Lons-le-Saunier à 1/50 000.

28Les versants sont dominés par les argiles à chailles qui viennent en placages sur des dépôts plus anciens du Secondaire affleurant principalement dans la zone du Vignoble. Ces argiles constituent une source de sédiments fins pour le cours d’eau ; ces matériaux sont décarbonatés. Plus à l’ouest, les versants sont dominés par les formations fines bressanes qui n’ont pas d’incidence sur la dynamique sédimentaire du site, les fines étant sans doute majoritairement exportées vers l’aval.

29Le site est localisé sur la rive droite de la Seille, en marge de sa bande active historique. La rivière a incisé la plaine holocène ; tout l’espace compris entre À Daupharde et le versant correspond ainsi au secteur d’activité historique de la Seille. Cette incision a permis de préserver les dépôts antérieurs. Malgré la proximité du cours d’eau, le site d’ À Daupharde est hors d’atteinte des divagations et des changements de lit de la rivière car il domine légèrement le fond de vallée ; seuls quelques bras secondaires ont pu le sillonner lors de crues exceptionnelles. Le potentiel de conservation sur le site est assez élevé ; par contre, sur la rive gauche, il est nul puisque cette zone fait partie intégrante de la bande active récente de la Seille.

30Du fait de l’éloignement du site par rapport au versant, puis de son isolement par la Seille, les dépôts qui constituent sa stratigraphie sont tous d’origine alluviale et seule une évolution postdépositionnelle a pu modifier leur nature. Seule une érosion subactuelle et actuelle par les labours a pu porter atteinte aux dépôts alluviaux, la Seille n’ayant retouché que de façon marginale cette partie de sa plaine. Cependant, les pentes sont trop faibles pour avoir provoqué des érosions importantes par ruissellement. Le potentiel de conservation, au moins pour les périodes anciennes, est donc assez élevé : les vestiges sont enfouis suffisamment profondément, à plus d’1 m sous le sol actuel, pour ne pas avoir été perturbés par le travail agricole.

1.2 Le contexte archéologique régional

F. S.

31La Franche-Comté, d’une superficie de 16 189 km2, possède de très nombreuses cavités karstiques. Rapidement identifiées comme étant des sites archéologiques potentiels, elles firent l’objet de fouilles qui permirent de dresser un premier cadre chronologique et culturel. Dès les années 1880, la découverte de sites mésolithiques de plein air dans la vallée de la Saône (Gasser 1901) marque une première étape de la recherche sur le Mésolithique régional. Ce n’est qu’à partir des années 1970 que vont avoir lieu les premières véritables fouilles, comme celles de l’abri de Rochedane à Villars-sous-Dampjoux dans le Doubs (Thévenin 1982b), de l’abri des Cabônes à Ranchot dans le Jura (Cupillard, David 1995) et des abris de Bavans dans le Doubs (Aimé 1993).

32Parallèlement à ces investigations en milieu karstique, de nombreuses prospections pédestres révélèrent l’existence d’un tissu d’occupations de plein air relativement dense sur l’ensemble du territoire de la Franche-Comté. Faute de pouvoir faire des reconnaissances plus poussées, il a été impossible de définir leur contexte de conservation et de préciser leur organisation spatiale. Ce dernier point n’a pu être que très partiellement envisagé pour les occupations en abri ou en grotte, en raison de leurs conditions de sédimentation généralement peu favorables à un enfouissement rapide des vestiges et de leur configuration, qui provoque la superposition des occupations à l’origine d’une composition archéologique des niveaux souvent aléatoire.

33Les données acquises à partir des grottes et abris constituent les seuls points d’ancrage chronologique et la seule base d’un cadre chronostratigraphique qui paraît assez bien assuré (Thévenin 1990a). Le cadre culturel, déterminé à partir des assemblages typologiques, montre la présence de différents groupes humains du Préboréal à l’Atlantique ancien.

34Le Préboréal, de 9200 à 8030 av. J.-C., constitue le cadre environnemental du Mésolithique ancien, dont l’industrie comprend des segments de cercle effilés, des triangles isocèles, des triangles scalènes, des pointes à base naturelle et des pointes à base transversale. Cet assemblage typologique fut reconnu à partir de quelques gisements, dont les principaux sont l’abri sous bloc de la Grosse Roche à Giromagny dans le Territoire de Belfort (Girard, Jaccottey 1992), l’abri de Rochedane à Villars-sous-Dampjoux dans le Doubs, niveau A3 (Thévenin 1982b), ou encore le gisement de plein air de Champey en Haute-Saône (Sainty 1972) (fig. 8).

FIG. 8
Localisation des principaux gisements mésolithiques franc-comtois.

35Le Boréal, de 8030 à 6900 av. J.-C., marque le passage à la phase moyenne du Mésolithique qui se traduit par une réduction du nombre des armatures à deux types que sont les pointes à base transversale et les triangles scalènes. Les pointes à base transversale vont se diversifier d’un point de vue morphologique ou stylistique, ce qui traduit ainsi la présence de différents groupes. Les nombreuses occupations en grotte et en abri ou de plein air évoquent une fréquentation intense de la région avec les abris de Bavans dans le Doubs, couches 6 et 7 (Aimé 1993), l’abri des Cabônes à Ranchot dans le Jura, couche Aoc, l’abri inférieur de Chataillon à Bart dans le Doubs, niveau 6 (Pétrequin et al. 1983), ainsi que l’abri de Gigot à Bretonvillers dans le Doubs, ensemble C3 (Vuaillat et al. 1984) (fig. 8).

36L’Atlantique ancien, de 6900 à 4880 av. J.-C., correspond à la fin du Mésolithique, elle-même divisée en deux phases ; la première (Mésolithique récent) est caractérisée par la généralisation du trapèze et par l’amélioration des techniques de débitage qui assure une production de lamelles plus régulières. La phase finale (Mésolithique final) se définit par le développement d’armatures aux caractères évolués, dont une des formes régionales les plus caractéristiques appartient au type de Bavans (Aimé 1989b). Les principaux gisements régionaux sont les abris de Bavans dans le Doubs, couche 5 (Aimé 1993), l’abri de Roche-Chèvre à Bretonvillers dans le Doubs (Baudais et al. 1993), l’abri de Gigot à Bretonvillers, ensemble C2 (Vuaillat et al. 1984), l’abri de la Roche aux Pécheurs dans le Doubs (fouilles en cours, C. Cupillard), le gisement de plein air d’Aillevans/En Fonteneille en Haute-Saône (Jaccottey 1995) et le gisement de plein air de Saint-Vit/Les Champs Traversains dans le Doubs (David et al. 1983) (fig. 8).

37Le besoin de définir un cadre chronostratigraphique, indispensable à l’étude du Mésolithique régional, suscita un intérêt tout particulier pour l’étude des gisements stratifiés en abri ou sous le porche des grottes. Cette étape, nécessaire pour les besoins de la recherche et en partie conditionnée par des moyens d’investigations limités, non adaptés à l’exploration de gisements de plein air, s’est soldée par un décalage des connaissances qui se rapportent à ces deux types d’implantation. C’est essentiellement avec le développement de l’archéologie préventive que la mise en œuvre de moyens devint suffisante pour permettre la mise au jour des premiers grands gisements mésolithiques de plein air, tels que ceux de Ruffey-sur-Seille et de Choisey.

1.3 Du diagnostic à l’enregistrement des données

F. S.

38La généralisation des opérations d’archéologie préventive, associée aux caractères particuliers des sites mésolithiques, impose une réflexion sur les modalités techniques de détection à mettre en œuvre. En effet, si les grands travaux d’aménagement du territoire provoquent la fouille de plus en plus fréquente de sites préhistoriques, force est de constater la rareté des gisements mésolithiques étudiés à ces occasions. La mise en place de stratégies d’approche appropriées, par des équipes pluridisciplinaires, peut constituer une première phase de réaction à cette faiblesse. En effet, si les travaux d’aménagement sont l’occasion de nombreuses fouilles archéologiques, ils doivent également permettre d’expérimenter différentes méthodes d’approche en tenant compte des critères de configuration des gisements (par exemple, le site de plaine), de la composition archéologique du ou des niveaux (présence de faune, de structures, position primaire ou secondaire des vestiges), du cadre stratigraphique (degré d’enfouissement)...

1.3.1 La détection des sites

39Si, à l’occasion de chaque opération, la prospection pédestre reste un outil d’investigation privilégié, elle demeure une méthode de repérage partiel qui ne permet la perception que de la partie directement visible d’un gisement et non celle des sites enfouis, non repérables en surface. Cette première phase de terrain, appelée prédiagnostic dans le cadre de l’A 39, occasionna la découverte d’indices lithiques attribuables au Mésolithique sur les communes de Bény, dans l’Ain, et de Vers-sous-Sellières, dans le Jura (Gourgousse et al. 1994).

40La définition de zones tests à partir des données archéologiques issues des prospections et de l’étude documentaire, mais également à partir des données géomorphologiques, constitua le préalable à la réalisation des sondages. Les sondages réalisés sur les zones qui avaient livré des indices mésolithiques révélèrent la non-conservation de niveaux, démantelés par l’érosion mécanique ou/et l’érosion naturelle. En effet la détection en surface de vestiges lithiques, sur les points hauts, souligne l’impact plus marqué des phénomènes érosifs sur ce type de topographie. La révélation d’indices de surface semble ainsi marquer le démantèlement plus ou moins profond des niveaux archéologiques.

41La phase de détection des gisements, ou diagnostic, consiste à pratiquer des tranchées stratigraphiques et des décapages plus ou moins extensifs (fig. 9). La première étape du diagnostic est celle du repérage, qui passe par une approche mécanique fine imposée par la présence de structures associées à ces occupations, mais surtout par les dimensions parfois très réduites des objets archéologiques (lithiques, esquilles d’os...). La seconde étape est l’évaluation qui vise à définir l’extension du site, la séquence archéologique représentée et les conditions de conservation des vestiges (position primaire ou secondaire). Cette phase ultime du diagnostic fait déjà partie intégrante de la fouille et doit anticiper sur cette dernière par la mise en œuvre d’une approche classique par investigations manuelles et d’un enregistrement systématique tridimensionnel.

FIG. 9
Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Plan de synthèse des données du diagnostic et de la fouille.

42Parmi les nombreux enseignements se dégage celui de la nécessaire application de règles de conduite indispensables à la détection des sites mésolithiques. La phase d’étude d’impact doit s’accompagner d’une prise en compte de la géomorphologie, afin d’évaluer au mieux les conditions de conservation archéologiques des formations superficielles. En effet, la définition des cadres naturel, géographique et sédimentaire ainsi que des contextes de sédimentation favorables à la fossilisation des sites constituent le principe de base pour un diagnostic efficace. Négliger ce préalable, en engageant une reconnaissance mécanique, limite les possibilités de détection d’occupations non repérées. L’importance de cette étape fut à maintes fois soulignée dans le cadre de l’archéologie préventive avec entre autres des opérations menées en Picardie comme sur les autoroutes A 16 ou A 5 (Deloze et al. 1994). Grâce à une collaboration étroite entre archéologues et spécialistes des paléoenvironnements occasionnés, sept sites paléolithiques furent découverts. La systématisation de ces approches à caractère plus naturaliste tend à souligner le potentiel énorme des vallées pour la conservation de gisements mésolithiques. Les vallées possèdent généralement des dépôts sédimentaires importants qui obligent bien souvent à réaliser des sondages profonds et systématiques. Ces derniers doivent être pratiqués par des équipes adaptées aux contraintes du terrain et sensibilisées au problème d’identification d’occupations préhistoriques. En effet, le caractère très ténu des vestiges mésolithiques, associé bien souvent à l’absence de lisibilité stratigraphique des niveaux, implique une certaine expérience du contexte particulier des occupations préhistoriques.

43Les deux sites mésolithiques de l’A 39 furent détectés en plus ou moins parfaite adéquation avec la méthodologie d’approche évoquée précédemment. Si le site de Ruffey-sur-Seille a fait l’objet d’un diagnostic imposé et réalisé en fonction de critères scientifiques et techniques précis, les occupations mésolithiques de Choisey furent identifiées de manière tout à fait fortuite, à l’issue de la fouille de niveaux protohistoriques. Ce dernier cas de figure est lié à la méconnaissance des données géomorphologiques, à l’absence de sondages profonds systématiques et à une équipe de diagnostic peu familiarisée aux problèmes de détection de sites préhistoriques.

1.3.2 Méthodes de fouille et d’enregistrement

44L’étude d’un site mésolithique de plein air en contexte de grands travaux impose de nombreuses contraintes techniques, liées à la nature de l’intervention, au caractère extensif du gisement (25 000 m2 à Ruffey-sur-Seille, 5 000 m2 à Choisey), à la nature des vestiges mis au jour et au temps impartis (neuf mois de terrain et six mois d’étude pour Ruffey-sur-Seille, cinq semaines de terrain et un mois d’étude pour Choisey).

45Le caractère extensif des occupations impliqua d’importants décapages à la pelle mécanique, d’une surface de 25 000 m2 pour le site de Ruffey-sur-Seille et de 1 500 m2 pour le site de Choisey. Le décapage à la pelle mécanique constitue une étape déterminante qui conditionne la manière dont peut se dérouler la phase des fouilles. Il doit être suffisamment précis pour favoriser une approche manuelle rapide du niveau archéologique et doit ainsi répondre à des normes qui s’opposent à des considérations d’ordre esthétique liées à l’obtention de belles surfaces planes.

46L’intervention mécanique se limita au niveau d’apparition des premières pièces archéologiques, en raison d’une part de leurs dimensions (une investigation mécanique plus poussée peut se solder par un démantèlement du niveau archéologique) et d’autre part de la présence de restes de faune que seule une fouille classique permet de dégager dans de bonnes conditions. Si certains gisements paléolithiques frirent fouillés dans leur quasi-totalité à la pelle mécanique (Deloze et al. 1994), cette stratégie du « tout mécanique » est complètement inadaptée aux sites mésolithiques.

47Le caractère extensif du site de Ruffey-sur-Seille et la présence de plusieurs niveaux d’occupations situés entre 0,40 m (niveaux protohistoriques) et 0,80 à 1,30 m (niveaux mésolithiques) motivèrent la mise en place d’un décapage spécifique qui a évité les secteurs incisés par les paléochenaux et est passé par la réalisation de caissons de 1 000 à 3 000 m2. Les observations stratigraphiques et archéologiques ainsi recueillies à partir de ces derniers ont orienté les décapages en les élargissant et en reliant certaines de ces zones.

48À cette première phase d’approche qui vise à avoir une vision globale du terrain se substitua une approche manuelle fine dont l’objectif est l’exploration exhaustive des secteurs de fouille. Cette étape classique a pour principale finalité d’étudier des surfaces d’une trentaine de mètres carrés qui, grâce à la conservation en place des témoins archéologiques, permettent l’observation de leur distribution spatiale. Le tamisage ne fut pas réalisé en raison de la plasticité du sédiment à dominante argileuse et de l’énorme quantité qu’il aurait fallu traiter.

49Les techniques d’enregistrement furent élaborées dès la phase de diagnostic où fut reconnue rapidement la spécificité des occupations d’À Daupharde. C’est pourquoi un enregistrement rigoureux des données paraissait indispensable à l’étude de l’organisation spatiale des occupations et à leur restitution graphique. Chaque pièce fit l’objet d’un enregistrement en trois dimensions, soit par relevé classique à 1/5, à partir d’un carroyage métrique calqué sur les repères Lambert, soit par photographies verticales, soit par relevé au théodolithe laser.

50Chacune de ces méthodes possède ses avantages et ses inconvénients et a pour point commun d’assurer l’obtention directe ou indirecte des coordonnées Lambert de chaque objet (fig. 9). Le relevé classique a pour principal avantage de permettre la visualisation spatiale de chaque objet et peut être réalisé par tous les membres de l’équipe de fouille. En revanche, il implique, après coup, un recalcul des coordonnées Lambert, opération longue et fastidieuse. La photographie verticale, réalisée avec un appareil 6 x 6, fut employée dans de rares cas qui ont nécessité une visualisation extrêmement précise des objets en situation. Elle implique une logistique adaptée avec la présence d’un laboratoire photo et le recalcul des coordonnées Lambert afin d’intégrer les objets à un système d’enregistrement commun. Le relevé au théodolithe laser est synonyme de précision et de rapidité. Il fut largement utilisé pour les secteurs à faible densité ou pour certaines zones où une intervention rapide devait être réalisée. Si, par cette méthode, on obtient immédiatement les coordonnées Lambert ainsi que l’altitude en NGF de l’objet, il n’est pas possible de le visualiser en situation dans l’espace.

51Il est donc nécessaire, en raison de la durée de l’intervention, d’adopter un système d’enregistrement efficace, qui soit à la fois rapide et adapté au contexte de conservation, mais qui doive surtout répondre de la manière la plus efficace aux problématiques de fouille. C’est dans cette optique que furent définies et appliquées les techniques de fouille et d’enregistrement mises en œuvre sur les sites mésolithiques de l’A 39.

52Le prélèvement du mobilier, lié aux techniques d’enregistrement, fut réalisé objet par objet avec attribution d’un numéro d’ordre. Cette étape se déroula de manière tout à fait classique et précéda le marquage de la totalité des objets. La présence d’éléments exceptionnels, comme le bucrane d’aurochs ou l’incinération, nécessita leur prélèvement en bloc en vue d’une étude ultérieure hors du cadre du terrain.

53La qualité de l’enregistrement permit d’élaborer une base de données qui intégra les éléments de spatialisation (coordonnées Lambert) et la nature de chaque objet. L’analyse spatiale réalisée de façon plus ou moins détaillée sur la quasi-totalité des zones fouillées est largement tributaire de l’outil informatique, le seul à favoriser une bonne approche de l’organisation spatiale de gisements, grâce à la restitution des informations sur plan. En l’absence de table traçante, cette étape fut réalisée grâce au logiciel Deltagraph Pro 3-5 sous la version Macintosh.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 Localisation des gisements mésolithiques sur le tracé de l’A 39.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 2 Le contexte géologique nord bressan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 3 Choisey/Aux Champins. Le contexte géologique du nord du Finage. Localisation des gisements mésolithiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 4 Choisey/Aux Champins. Localisation des sites de la plaine du Finage et des sondages de la Banque du sous-sol utilisés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21438/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende FIG. 5 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Vue aérienne du site. La Seille s’écoule de la gauche vers la droite. Le bas de la parcelle cultivée de forme triangulaire marque la limite du versant. À l’arrière-plan, on distingue le village de Juhans.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21438/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 6 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Le contexte lithologique du bassin-versant de la Seille. D’après la carte géologique Lons-le-Saunier à 1/50 000.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21438/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende FIG. 7 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Structure de la plaine de la Seille dans le val d’Arlay. Localisation du site d’après la carte IGN Lons-le-Saunier à 1/25 000 et la carte géologique Lons-le-Saunier à 1/50 000.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21438/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 8 Localisation des principaux gisements mésolithiques franc-comtois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21438/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 9 Ruffey-sur-Seille/À Daupharde. Plan de synthèse des données du diagnostic et de la fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21438/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search