Version classiqueVersion mobile

Campements mésolithiques en Bresse jurassienne

 | 
Frédéric Séara
, 
Sylvain Rotillon
, 
Christophe Cupillard

Préface

André Thévenin

Texte intégral

1C’est dans le cadre de fouilles préventives, en 1994-1995, avant les travaux d’implantation et de construction de l’autoroute A 39 Dole/Bourg-en-Bresse, que les gisements mésolithiques de Choisey et de Ruffey-sur-Seille ont été découverts et fouillés dans des conditions optimales, grâce au suivi administratif attentif de Christophe Cupillard, ingénieur au service régional de l’Archéologie de Franche-Comté. On ne peut que se féliciter de cette opération de grande envergure, menée de main de maître, et couvrant une période préhistorique où la phase de terrain est particulièrement difficile et délicate, du fait de l’extrême petitesse d’une grande partie du matériel récolté. À cela s’est ajoutée, dans l’esprit de la recherche actuelle, une réelle volonté de comprendre l’organisation spatiale des occupations humaines.

2Ces deux grands chantiers de fouilles s’inscrivent dans la suite des travaux sur le Mésolithique réalisés depuis une trentaine d’années dans l’est de la France. Certes, ils empiétaient largement sur la période précédente, l’Épipaléolithique, mais ils étaient réalisés dans des domaines fermés, tels que grottes ou abris sous roche, où l’espace domestique étriqué ne peut être appréhendé que très rarement, du fait des superpositions d’habitats et des bouleversements répétés liés à ces mêmes structures. En fait, il s’agissait alors de constituer en priorité un cadre chronostratigraphique cohérent et à large fenêtre chronologique : seuls les grottes et les abris sous roche à fort développement et puissance de remplissage permettaient cette approche, où le cours du temps pouvait être mesuré, ou du moins apprécié, et l’évolution de l’outillage saisie en un lieu bien déterminé. Si les structures d’habitat n’étaient simplement qu’esquissées, leur absence était compensée par des informations de premier ordre sur la chronologie, sur l’environnement (faune et flore), sur l’outillage... La recherche a été ainsi particulièrement féconde dans l’est de la France à partir des années 1960, d’autant qu’elle a été bien mise en évidence par toute une suite de tables rondes ou de colloques, dont le dernier en date s’est tenu à Besançon en 1998 sur le thème des « Derniers chasseurs-cueilleurs du Massif jurassien et de ses marges (13500-5500 avant Jésus-Christ) ». Ce colloque international de Besançon avait d’ailleurs pour but de montrer l’état d’avancement des recherches sur cette période charnière avant l’apparition des balbutiements de l’agriculture et de l’élevage, et que les découvertes récemment effectuées à Ruffey-sur-Seille et à Choisey venaient d’enrichir de façon spectaculaire. La publication des actes de ces tables rondes et de ces colloques a largement contribué à mieux faire connaître cette période où l’homme se dote, pour chasser un gibier en domaine désormais forestier, d’une arme efficace : l’arc et la flèche.

3Les sciences dites annexes, en fait indispensables, comme la palynologie, avaient toujours été mises en œuvre dans les premiers travaux avec plus ou moins de succès. Tout élément trouvé en fouilles était étudié, qu’il s’agisse de la microfaune, de l’avifaune ou de la malacologie, avec les inévitables datations radiocarbone, qui n’ont pas toujours donné les résultats escomptés : désormais le choix et la nature de l’échantillon à dater ont permis de résoudre avec succès les difficultés rencontrées. Pour ce qui est de Ruffey-sur-Seille et de Choisey, toutes les disciplines ont été sollicitées et, dans l’étude paléoenvironnementale, l’accent a été particulièrement mis sur la dynamique du colmatage des fonds de vallée : les implantations humaines y sont en effet remarquables, par leur situation en plaine alluviale inondable du Doubs et de la Seille. Il faut signaler à ce propos l’excellent travail de Sylvain Rotillon qui a su décrypter les différentes phases et les épisodes successifs de la dynamique hydrologique des deux bassins et de l’histoire sédimentaire régionale. Cette recherche, longue et plutôt fastidieuse, était absolument indispensable et fondamentale pour bien repérer, à la fois dans le temps et dans ce type d’espace géographique, les différentes occupations mésolithiques et les stratégies d’implantation. Bien que la fréquentation de ces deux sites n’ait été finalement qu’occasionnelle, elle concerne cependant tout le Mésolithique et, à la superposition presque idéale des occupations en grotte ou en abri, on peut opposer celle très aléatoire, pratiquement insaisissable, de celles de plein air et, qui plus est, mésolithiques. L’épingle dans la meule de foin !

4Depuis quelque temps, il apparaissait très souvent que, faute de pouvoir faire des subdivisions stratigraphiques fines, on considérait l’ensemble des documents recueillis lors de la fouille (industries lithiques ou autres, ossements...), principalement dans les niveaux archéologiques en milieu fermé (grotte, abri), comme le résultat d’activités d’individus constituant un seul et même groupe, avec parfois l’ajout discret, mais reconnu, de quelques éléments allochtones. Des propositions pour réinterpréter les données avaient été faites, mais sans pouvoir en faire la démonstration. Les fouilles de Ruffey-sur-Seille et de Choisey ont démontré avec force qu’il fallait reconsidérer les problèmes : le groupe dispose d’armatures spécifiques, constituées généralement d’une partie perforante et d’une barbelure ; des groupes d’affinité culturelle différente peuvent coexister. On ne sera donc pas surpris de constater au Préboréal un peuplement particulièrement contrasté, où se côtoient un Mésolithique ancien dérivé de l’Ahrensbourgien (Choisey C2), un Sauveterrien ancien (Ruffey-sur-Seille R3), ainsi qu’un Mésolithique ancien (Ruffey-sur-Seille R4), sans segment, contrairement à de nombreuses séries de l’est de la France, et qui est rattaché au Beuronien A de la vallée supérieure du Danube et du coude du Rhin. Cet état de fait, qui disparaît au Boréal, est lié à la crise climatique du Dryas récent, qui a provoqué certainement quelques mouvements des populations d’amplitude plus ou moins grande.

5Dans l’ensemble des recherches, le grand mérite qu’il faut reconnaître à Frédéric Séara, outre sa maîtrise à diriger avec sûreté et sagesse de grands chantiers, c’est d’avoir abordé avec bonheur les problèmes liés à la structuration des unités d’habitation, approche délicate tant les témoins sont peu nombreux. Il faut bien reconnaître que l’organisation spatiale au Mésolithique était jusqu’alors le parent pauvre de la recherche préhistorique, car rarement abordée faute de gisements favorables pour cette approche. A Ruffey-sur-Seille et à Choisey, l’ensemble des caractères tirés de la faune et la répartition spatiale des différents éléments recueillis évoquent généralement des occupations que l’on peut assimiler à des campements de chasse de durée assez courte, mais suffisamment longue pour avoir imprimé sur le sol une structuration bien marquée des espaces domestiques et de leurs abords. On est loin des palimpsestes en grotte ou en abri sous roche, mais la conduite de la fouille y est tout autant délicate. Pour ajouter à ces « exploits » archéologiques, il faut ajouter la découverte sur le site d’À Daupharde, à Ruffey-sur-Seille, d’une sépulture à incinération, l’un des rares cas connus du Mésolithique européen.

6En conclusion, Ruffey-sur-Seille, Choisey, deux grands gisements, très bien fouillés et étudiés... et l’on peut souhaiter que la récolte soit encore abondante en Franche-Comté.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search