Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Conclusions

8 Conclusions

Capítulo 8. Conclusiones

Résumé

Les résultats de cette étude permettent de conclure que le site d’habitat du Roc de Sers est dorénavant un gisement clé pour la mise en place des cadres référentiels de l’art paléolithique. Les données réunies et réinsérées dans le cadre contextuel du Solutréen supérieur contribuent largement à la connaissance des comportements socioculturels des groupes solutréens de la vallée du Roc. Elles renouvellent également la perception de l’art en relation avec l’habitat et fournissent les termes de comparaison avec les sites solutréens franco-ibériques. Enfin, elles confirment l’intérêt et l’importance de l’intégration de l’art à des cultures déterminées par des systèmes techno-économiques complexes et tendent à mettre en valeur les rapports entre art et société tout en renforçant le concept de régionalisation.

Texte intégral

1L’étude des témoins de l’activité humaine au cours du Paléolithique supérieur ne se satisfait plus d’approximations, ni de généralisations aléatoires, c’est pourquoi les recherches actuelles sur les sites d’habitat nouvellement découverts intègrent tous les paramètres pertinents pour l’analyse. Ce travail de recherche a montré qu’une approche analogue devrait être entreprise systématiquement pour les gisements anciennement fouillés, dont les faits archéologiques souffrent de ne pas être insérés dans leur cadre naturel et qualifiés dans le temps culturel. Les données déterminant les comportements sociaux des groupes préhistoriques à travers leur technologie lithique et osseuse « ont largement dépassé la définition des processus d’acquisition et de fabrication pour aborder le vaste champ d’investigation palethnologique. » (Garanger et al. 1992). Elles constituent ainsi un registre de connaissances dont la richesse référentielle permet de pallier, de façon systémique, les carences inévitablement provoquées par les méthodes de fouilles en tranchée stratigraphique et par la perception du concept de site d’habitat tel qu’il était envisagé dans la première moitié du siècle.

2L’orientation de cette étude consacrée au site d’habitat solutréen du Roc de Sers s’est voulue résolument « palethnologique » et ainsi, pour la première fois, l’espace habité et la structuration des dépôts ont pu être appréhendés et partiellement reconstitués par la considération des faits graphiques et des comportements symboliques des hommes qui se sont succédé dans cette vallée charentaise. En effet, les fragments sculptés, qui participent de l’originalité de ce site, ont inspiré des hypothèses qui ont été constamment confrontées à la réalité des faits archéologiques. Cette nouvelle perspective de recherche a permis de cerner plus précisément l’identité symbolique des groupes du Solutréen supérieur de cette partie de la Charente. Il conviendra à l’avenir de s’intéresser à la définition d’une identité solutréenne régionale, en confrontant ces données avec celles obtenues à la grotte du Placard et dans la vallée de la Dronne (nord de l’Aquitaine), par la reprise de l’étude du site du Fourneau du Diable, mais également dans la vallée de la Vézère, à Laugerie-Haute, l’abri Movius, Puymartin, Badegoule, La Mouthe, fouillés trop tôt.

3Quelles sont la nature et l’originalité de cette identité symbolique solutréenne de l’est de la Charente ?

4L’attribution pariétale des fragments sculptés contribue principalement à l’originalité de cette identité. Le caractère unique de ce dispositif pariétal sculpté reflète une disparité conceptuelle entre les productions artistiques aurignaciennes et gravettiennes et la production solutréenne. En effet, pour la première fois au Paléolithique supérieur, il est possible de parler véritablement de sculpture pariétale, et d’infirmer la thèse d’un « art sur blocs » envisagée par le Dr Henri-Martin et nombre de préhistoriens à sa suite, bien que fût découverte, en 1951, une partie de la frise encore en place sur le banc rocheux où elle avait été exécutée. Un argument déterminant, en rapport avec les faits graphiques, a montré que dans tous les cas, l’espace graphique n’est jamais délimité et qu’une grande partie des sculptures est incomplète du fait de la fracturation naturelle qui se produisit au cours du démantèlement de l’abri-sous-roche intermédiaire. Cette observation confirme ainsi que le décor se poursuivait au-delà du cadre formel des fragments et que l’espace graphique originel était plus important, occupant en partie ou en totalité le fond de l’abri. D’emblée, il est apparu que les constructions symboliques constitutives de l’unité présumée du dispositif pariétal étaient plus complexes que celles qui furent envisagées dans les travaux précédents.

5L’apport de la dimension spatiale à l’analyse chronostratigraphique a permis d’envisager une reconstitution dynamique des relations spatio-temporelles entre trois unités d’habitation réparties sur une portion du versant nord de cette vallée : le talus sous-jacent à la grotte du Roc, la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire et le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Les interprétations restent très ponctuelles faute de pouvoir considérer des entités cohérentes dans lesquelles sont rassemblés la plupart des outils et des déchets de fabrication, tous les restes osseux conservés et les autres types de vestiges, tels les objets de parure et l’art mobilier. Mais il a été néanmoins possible de définir quatre phases d’occupation, que l’on peut suivre diachroniquement, celles-ci étant directement corrélées aux comportements socioculturels des groupes solutréens. Ces résultats, qu’il sera indispensable de compléter par l’apport des analyses technologiques, archéozoologiques et par la reprise des fouilles dans les zones supposées préservées du gisement, tendent toutefois à favoriser la thèse d’une occupation permanente et prolongée du site d’habitat. Cette hypothèse est corroborée par l’existence du dispositif pariétal sculpté.

6D’un point de vue topographique, le développement de la frise a été estimé à une dizaine de mètres environ. Elle surplombait la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire vers l’est et le talus sous-jacent à la grotte du Roc vers l’ouest. Les fragments ABC et S en fixaient les limites, ce qui permet d’envisager une linéarité de la composition, bien que des incertitudes demeurent quant à l’emplacement de certains fragments malencontreusement déplacés au cours des travaux de terrassement (G, H, I, JK, LMNN’, O et P).

7D’un point de vue stratigraphique, la frise représente le véritable fil directeur de la reconstitution des deux principales phases d’occupation des trois unités d’habitation, au cours desquelles deux épisodes ont été déterminants d’un point de vue conceptuel et chronologique.

8Le premier épisode est le plus complexe. La date 14C obtenue le situe à 19230 ± 300 BP [Gif-3609] et atteste que les sculptures sont plus anciennes qu’une partie de cette occupation. En revanche, elles peuvent être rapportées au Solutréen supérieur en regard des résultats de l’étude du matériel archéologique de cette zone. Après la réalisation de la frise, les groupes solutréens ont continué d’occuper de façon permanente ou temporairement l’unité d’habitation du talus sous-jacent à la grotte du Roc, faisant abstraction de la zone ouest de la frise. Cette zone sculptée fut recouverte progressivement par le dépôt anthropique, sans qu’il ait été possible de déceler aucune interruption stratigraphique et culturelle. Des conventions, établies par des règles sociales propres, semblent avoir été délibérément choisies et transmises par les groupes successifs. Ceci explique que seule la partie de la frise située à la hauteur de la plate-forme intermédiaire, sans contact direct avec la couche archéologique, ait été entièrement démantelée.

9Le second épisode correspond à l’effondrement progressif de la partie est de la frise au cours de l’occupation de l’abri-sous-roche intermédiaire, ou peu de temps après son abandon par les Solutréens. Ce processus naturel a été observé sur une longueur d’une vingtaine de mètres entre les deux grottes, témoignant ainsi de l’extension de la ligne d’abris et de la contemporanéité du recul du front rocheux sur l’ensemble de cette partie du versant. Contrairement à la zone ouest, le dépôt anthropique n’atteignait pas cette partie du dispositif sculpté, ce qui explique qu’elle ait subi nettement ce démantèlement. La datation d’un échantillon de charbon, prélevé sur le fragment F, permet de situer cet épisode vers la fin du Solutréen, la date AMS ayant donné 17 090 ± 160 BP. La plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire fut donc inaccessible à ses occupants pendant un laps de temps encore indéterminé. Cependant, l’étude des faits archéologiques indique qu’il se produisit un déplacement de l’habitat vers les deux autres parties du site. Il est vraisemblable que le début de l’occupation du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge a été effectif à la suite de cette première phase de recul du front rocheux. Cette hypothèse est corroborée par les observations recueillies sur le matériel archéologique, qui s’inscrit dans les modèles du Solutréen supérieur et révèle ainsi l’unité techno-économique du site d’habitat. Le talus sous-jacent à la grotte du Roc constituait toujours une zone habitable.

10À la lumière des informations apportées par les deux datations, il est possible d’envisager l’existence de plusieurs occupations de ces deux unités d’habitation antérieurement à l’effondrement du surplomb rocheux. Cependant, il convient de considérer avec prudence l’homogénéité de ce dépôt, qui peut être constitué de plusieurs niveaux d’occupation n’ayant pas été reconnus à la fouille. Afin d’étayer ces résultats, il sera nécessaire d’effectuer une nouvelle série de datations à partir d’échantillons osseux provenant des trois unités d’habitation. Ces données permettront de déterminer la phase à laquelle se rattachait la base du dépôt anthropique dans cette partie du site, et de préciser le début de l’occupation de l’unité d’habitation du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. L’occupation du site du Roc de Sers marque ainsi le milieu et l’amorce de la fin de la culture solutréenne dans cette zone géographique bien définie.

11L’ensemble de ces résultats, corroboré par les observations recueillies sur cinq matériels archéologiques fondamentaux (industrie lithique et osseuse, faune, art mobilier et parure), a conduit à mettre en valeur l’unité techno-économique du site d’habitat, qui s’inscrit dans les modèles du Solutréen supérieur. Un travail interdisciplinaire, en relation avec les études actuelles menées en France et en Espagne sur le système techno-économique complexe du Solutréen, contribuera à préciser le contexte technologique du Solutréen supérieur charentais, base indispensable à la connaissance du comportement des groupes de chasseurs-cueilleurs qui occupèrent cette zone orientale de la Charente. L’examen des déchets de taille et l’analyse de l’état d’usure des armes et des outils permettront sans doute de mieux cerner les diverses stratégies d’exploitation de la matière première lithique et osseuse, et le type d’économie de ces groupes. Une étude lithologique appréhendera plus précisément leur comportement à l’égard de la matière première et les implications qui en découlent à propos de la structuration de l’espace régional et de l’espace habité.

12L’étude du cadre naturel et archéologique ayant défini l’espace solutréen et abouti à la caractérisation de l’espace pariétal par la reconnaissance de la composition de l’espace graphique, l’analyse descriptive des représentations sculptées constitua le deuxième moment de cette recherche. L’analyse a été conçue de manière à distinguer les caractères graphiques pertinents des représentations selon des critères stables autorisant les comparaisons. Une attention particulière fut portée aux caractères techniques, car nous avons vu qu’ils contribuent à l’expression de chacune des figurations et fondent leur formulation stylistique, impliquant des interactions qui sont à l’origine de l’homogénéité culturelle du dispositif pariétal. À l’issue de l’analyse de ces éléments constitutifs de la composition, et indépendamment de toute considération sur les thèmes et les orientations symboliques, nous avons mis en évidence une interdépendance entre le choix des particularités morphologiques du support, la composition graphique de l’espace pariétal dans son état actuel et le choix de la technique d’expression des formes.

13La morphologie particulière de cet abri-sous-roche a joué en effet un rôle fondamental dans la rythmique de la composition. Indépendamment d’une répartition thématique des figurations, un découpage de la construction graphique a été indéniablement opéré par le sculpteur solutréen. Il traduisit ainsi un espace total, qui est révélé par l’intégration des reliefs de la paroi. Plusieurs exemples montrent que la signification n’était pas seulement véhiculée par les relations entre les thèmes, mais aussi, et peut-être de façon primordiale, par les relations entre les thèmes et le support.

14La distribution thématique des unités graphiques corrobore cette « géométrisation » de l’espace. C’est ainsi que nous avons pu mettre en évidence la construction du dispositif pariétal en deux ensembles originaux. Ces ensembles sont déterminés par les espèces les mieux représentées quantitativement, lesquelles s’enrichissent d’adjonctions figuratives et abstraites particulières. L’ensemble 1 est représenté par le Cheval et l’ensemble 2 par le Bouquetin. Le thème Bison donne les fondements de ces constructions symboliques en intervenant systématiquement dans les deux ensembles.

15Cette définition spatiale de la composition, délimitée naturellement, a permis de dégager dans ces ensembles des panneaux fortement structurés et organisés sur plusieurs plans parallèles, mais symboliquement indissociables par le thème qui les caractérise. Leur formulation particulière a autorisé la reconstitution partielle du dispositif pariétal. Cette tentative a fait apparaître une organisation linéaire discontinue de la composition, malgré les nombreux vides graphiques subsistants.

16Les particularités morphologiques de la paroi ont conditionné l’emplacement des figurations, mais également la mise en forme des masses corporelles de certaines figures animales. Le bison-sanglier est sans doute la figure la plus représentative de cette intégration du support à l’œuvre, où la puissance animale est traduite à son extrême par le jeu de la lumière sur la surface calcaire. Cette dépendance de la forme au support est une véritable innovation graphique et technique qui verra plus tard son développement au Magdalénien. Elle conduit à désigner l’art sculpté du Roc de Sers comme un art de contour, car la mise en relief par aplanissement est essentiellement limitée au contour.

17Un autre point fondamental dans la mise en valeur de l’identité symbolique des Solutréens de la vallée du Roc concerne les procédés et innovations techniques mis au point par les sculpteurs. En reconstituant les phases techniques de la mise en place des figures, nous avons mis en évidence qu’au cours du Paléolithique supérieur, c’est au sein de la société solutréenne que l’innovation technologique a été la plus forte et le rôle du support éminemment complexe. D’un point de vue technologique, les Solutréens ont usé des mêmes procédés techniques que ceux qui avaient été employés par les Aurignaciens et les Gravettiens de la vallée de la Vézère ; une codification des normes gestuelles est vraisemblablement à l’origine de la transmission contrôlée de ces procédés. La différence entre ces productions artistiques est essentiellement la combinaison complexe de ces procédés et des effets visuels recherchés. Les Solutréens ont abouti ainsi à des solutions techniques originales : le haut-relief, le demi-relief, le relief par réserve et la retaille. Ces nouveaux procédés combinés attestent qu’à partir du Solutréen, la lumière a été délibérément utilisée comme élément plastique. La maîtrise des ombres propres et des ombres portées représente indéniablement une part innovante de la composition des reliefs.

18L’association de ces solutions techniques reflète un système de valeurs différent de la suggestion volumétrique, telle qu’elle est exprimée par les autres formes de reliefs, proche d’un effet pictural. S’agissant de la retaille des sculptures, l’analyse technologique des différents tracés, confrontée aux résultats de l’étude morphostylistique des représentations, a montré que celle-ci fut toujours partielle. Cette oblitération fragmentaire de la forme primitivement donnée des figurations nous a permis alors d’envisager au moins trois séquences dans la mise en place de la construction graphique et symbolique du dispositif pariétal, sans qu’il soit cependant possible d’estimer le laps de temps écoulé entre la réalisation et la retaille des sculptures. Néanmoins, ces différentes phases paraissent cohérentes en regard du traitement technique et morphostylistique des figurations, et il est sans doute concevable de rapporter la frise sculptée à un seul groupe solutréen. Une autre hypothèse n’exclut pas qu’une partie du dispositif pariétal ait pu être réalisée par un autre groupe solutréen ; nous pensons alors que la transmission des normes techniques de la représentation graphique a joué pleinement, avec un respect des codes graphiques établis à la base. Ce haut degré de technicité a libéré le sculpteur solutréen des contraintes matérielles, en permettant un meilleur contrôle des séquences gestuelles, et a contribué ainsi à la mise en place de conventions stylistiques significatives de l’unité techno-stylistique du dispositif pariétal et de l’homogénéité culturelle du « sanctuaire ». Le troisième moment de la recherche fut celui de la caractérisation de ces conventions graphiques appliquées à chacun des thèmes et de l’analyse des constructions symboliques du dispositif pariétal.

19À l’exception des figures composites spécifiques au Roc de Sers et uniques dans l’art paléolithique (bison-sanglier et ovibos-bison), les figurations participent du fonds commun, témoignant ainsi d’une pensée cohérente qui a conduit à leur réalisation. Le Cheval et le Bouquetin sont les espèces les mieux représentées quantitativement et cette réalité numérique reflète l’organisation particulière de la composition. Le thème Bison existe dans les deux ensembles et sa liaison avec les espèces dominantes donne les fondements de la construction symbolique du dispositif pariétal, où l’homme, non dénué d’une expression bestialisée, n’est pas totalement exclu, de même que la symbolique abstraite, suggérée par l’association exceptionnelle d’un signe de type 4 (alignement de cinq points) à un cheval.

20La tendance à l’expression réaliste des animaux et des humains a justifié la généralisation d’une approche anatomique pour les représentations complètes mais aussi partielles ou réduites à des segments. Cette étude anatomique détaillée conduisit à une classification zoologique qui a permis de situer le rapport entre les représentations et la faune effectivement présente dans la région, et celle qui fut chassée et consommée par les Solutréens de la vallée du Roc. Les résultats de cette étude demanderont toutefois à être vérifiés par l’analyse archéozoologique de cet assemblage faunique. Nous avons vu que pour l’ensemble de la frise, huit types d’animaux ont été identifiés et classés au niveau de l’espèce pour certains, du genre et de la famille pour d’autres.

21Cette approche s’est avérée essentielle pour la détermination des conventions graphiques spécifiques au dispositif pariétal et leurs déclinaisons. Au nombre de six, elles constituent le dernier référent chronoculturel de cette identité symbolique solutréenne. Enrichi des données techniques et chronostratigraphiques, l’ensemble de ces conventions stylistiques constitue un cadre référentiel fondamental pour la définition de l’art pariétal du Solutréen supérieur. S’il existe quelques convergences graphiques avec les productions sculptées attribuées à l’Aurignacien et au Gravettien, comme le profil absolu ou la minimalisation du remplissage interne, la plupart des conventions appliquées à la mise en place de la composition traduisent une véritable transformation de l’expression graphique. Ces changements conceptuels sont particulièrement bien établis par la technique d’expression que représente la sculpture. En effet, la sculpture synthétise et réunit les codes graphiques en une structure homogène et de faible extension.

22La recherche constante d’une traduction de la perspective et du mouvement des volumes dans l’espace est à l’origine des schémas de construction des figures. En mettant en évidence les solutions graphiques, les effets visuels et les partis de construction complexes, témoignant d’une connaissance très précise des modèles, nous avons constaté que les Solutréens étaient parvenus à transgresser certaines contraintes optiques. Ils ont ainsi accédé à une maîtrise de la troisième dimension et à une assimilation perspective du support. Outre l’emploi de la perspective biangulaire oblique, qui contrarie les lois de l’équilibre par le rabattement à 45° de certains éléments anatomiques, les Solutréens ont tenté et réussi la superposition de deux figures en deux plans évidents. Le sabot du membre postérieur droit du cheval Ch. 1 chevauche ainsi la croupe du cheval Ch. 2, sans qu’il y ait eu modification de l’un ou de l’autre sujet. Ces procédés représentent une avancée considérable dans le domaine de la sculpture pariétale.

23Il est important de noter que si toutes les espèces ont fait l’objet d’un traitement technique relevant des mêmes procédés, toutes n’ont pas nécessairement reçu un traitement stylistique identique. Il existe des silhouettes pour lesquelles la formulation graphique est réduite à ses éléments essentiels. Ces exemples attestent une diversité stylistique et témoignent de la richesse des schémas de construction graphique des Solutréens. Ceux-ci ont su combiner représentations figuratives très précises et figures presque schématiques. L’analyse techno-stylistique de ces figurations « non conventionnelles » a montré qu’il n’est pas possible de les extraire de la composition sans faire éclater le dispositif pariétal, tant les imbrications des données techniques et stylistiques sont manifestes. Cela renforce l’hypothèse d’une mise en place de la composition réalisée en plusieurs étapes, que vient corroborer l’utilisation de la retaille.

24Par la mise en valeur de la nature pariétale des fragments sculptés et l’attribution au Solutréen supérieur du dispositif qu’ils composent, le site d’habitat du Roc de Sers est dorénavant un gisement clé pour la mise en place des cadres référentiels de l’art paléolithique. Les données réunies et réinsérées dans le cadre contextuel du Solutréen supérieur contribuent largement à la connaissance des comportements socioculturels des groupes solutréens de la vallée du Roc. Ces données renouvellent la perception de l’art en relation avec l’habitat et fournissent les termes de comparaison avec les sites solutréens franco-ibériques. Elles confirment l’intérêt et l’importance de l’intégration de l’art à des cultures déterminées par des systèmes techno-économiques complexes et tendent à mettre en valeur les rapports entre art et société tout en renforçant le concept de régionalisation.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search