Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Seconde partie. Le dispositif pariétal

Chapitre 6. Les procédés techniques de la sculpture pariétale solutréenne

6 Technical processes in Solutrean parietal sculpture

Capítulo 6. Los procedimientos técnicos de la escultura parietal solutrense de Roc de Sers

Résumé

Une attention particulière est portée ici aux caractères techniques qui contribuent à l’homogénéité culturelle du dispositif pariétal. L’analyse diachronique développée à partir des recherches effectuées sur les systèmes technologiques des productions sculptées aurignaciennes, gravettiennes et magdaléniennes, révèle la transmission contrôlée des procédés techniques adoptés par les sculpteurs solutréens. Cependant, si des règles techniques établies dès l’Aurignacien constituent un fonds technologique dont la pérennité est assurée par une codification des normes gestuelles, la part de l’innovation technologique de la société solutréenne a été la plus forte au cours du Paléolithique supérieur. Pour la première fois, et en raison du rôle éminemment complexe du support, il convient de parler véritablement de sculpture pariétale. La reconstitution de la chaîne technique de la frise du Roc de Sers conduit à dégager des solutions technologiques originales, qu’il convient de mettre en rapport avec l’intégration du support à l’œuvre. Ces nouveaux procédés, que sont le haut-relief, le demi-relief, le relief par réserve et la retaille, attestent qu’à partir du Solutréen, la distribution des ombres propres et l’incidence des ombres portées représentent indéniablement une part importante et innovante de la composition, la lumière ayant été délibérément utilisée comme élément plastique. S’agissant de la retaille des sculptures, l’analyse technologique des différents tracés a montré que celle-ci fut toujours partielle et au moins trois séquences dans la mise en place du dispositif pariétal peuvent être envisagées.

Texte intégral

1L’étude des procédés techniques appliqués à la mise en forme des figurations du dispositif pariétal a mis en évidence des conventions et solutions technologiques, les unes originales, les autres récurrentes, impliquant des interactions entre les représentations et révélant le haut degré de technicité des groupes solutréens qui occupèrent ce versant de la vallée du Roc. Ces faits constituent un apport fondamental à la caractérisation de l’art solutréen du Roc de Sers. Afin de mettre en valeur cette spécificité technologique, il convient de procéder à une analyse comparative avec les processus techniques qui déterminent les figurations pariétales et « semi-pariétales » (Delporte 1990 : 136) sculptées sur support rocheux des sites aurignaciens, gravettiens, solutréens et magdaléniens (tabl. XI). Cette confrontation permettra d’appréhender les convergences comme les divergences entre les différentes productions artistiques et de révéler les innovations solutréennes, qu’il faudra envisager par rapport aux autres systèmes techniques et aux systèmes sociaux et culturels solutréens au sens large.

2Le tableau XI fait état du contexte chronoculturel des œuvres sculptées du Paléolithique supérieur et des principaux travaux ayant fourni des données d’ordre technologique. L’ensemble de ces informations, enrichies d’une observation directe de la plupart des originaux, constitue le cadre référentiel de l’analyse comparative des différents processus techniques.

Sites

Attribution chronologique

Nature du support

Sculptures

Approche technologique

Abri du Renne (métairie de Belcayre,
Thonac, Dordogne)

Aurignacien

Bloc

Anneaux (7)

Delage 1949 : 15

Abri Blanchard (Sergeac, Dordogne)

Aurignacien

Blocs et paroi

Animal indéterminé, anneaux (30)

Delluc, Delluc 1978a : 171-178, pl. 1, 2, 4 ; 1978b : 237,
238, fig. 15, 419

Abri Castanet (Sergeac, Dordogne)

Aurignacien

Blocs

Anneaux (7)

Delluc, Delluc 1978a : 178-182, pl. 3, 4 ; 1978b : 263-265, fig. 29 ; 268-270, fig. 32

Abri Cellier (Tursac, Dordogne)

Aurignacien

Bloc

Vulves

Delluc, Delluc 1978b : 351-356, fig. 79-81 ; 401, 403, fig. 94 ; 1989b : 32, 33, fig. 2 ; 1991 : 135-137, fig. 100

Grand Abri de La Ferrassie (Savignac-de-Mi remont,
Dordogne)

Aurignacien

Bloc

Phallus et motif de type vulvaire

Peyrony 1934b : 58, fig. 58 ;
Delluc, Delluc 1978b : 287-289, fig. 46

Abri de Fongal (Peyzac-le-Moustier,
Dordogne)

Aurignacien ou
Gravettien ?

Blocs

Anneaux

Delluc, Delluc 1978a : 182 ;
1991 : 150, 151, fig. 106

Grotte du Roc de Vézac (Vézac, Dordogne)

Aurignacien

Paroi

Signes

Aujoulat 1984 : 244

Grotte de La Cavaille (Couze-et-Saint-Front,
Dordogne)

Gravettien

Paroi

Mammouths

Delluc, Delluc 1991 : 113-116, fig. 89-91

Abri Labattut (Sergeac, Dordogne)

Gravettien

Blocs

Cheval, anneaux

Delluc, Delluc 1985 : 234-268, 706-709,
822-869 ; 1989b : 35, 36, fig. 5 ;
1991 : 155-157, fig. 108-110

Abri de Laussel (Marquay, Dordogne)

Gravettien

Fragments de paroi

Humains, anneaux (5)

Lalanne 1912 : 129-149, fig. 7 ;
Delporte 1973 : 123-125, fig. 2 ;
1979 : 60-66, 247-249, fig. 135 ;
Delluc, Delluc 1978a : 182-184 ;
1989b : 32, 34, fig. 3 ; 1990 : 217
1991 : 182-193, fig. 133-137 ;
Breuil 1985 : 279-281, fig. 317
321 ; Roussot 1981 : 200 ; 1984a :
167, 168 ; 1995 : 221-227, 4 fig.

Abri du Poisson (Les Eyzies-de-Tayac,
Dordogne)

Gravettien

Paroi et bloc

Salmonidé et anneaux

Peyrony 1950 : 341 ;
Delluc, Delluc 1978a : 182 ; 1989b : 35,
36, fig. 4 ; 1991 : 218-220, fig. 159

Grotte de Pair-non-Pair (Prignac-et-Marcamps, Gironde)

Gravettien

Paroi

Cheval (dit Agnus dei), anneaux

Delluc, Delluc 1989b : 35, 37, fig. 6 ;
1991 : 79-82, 108, fig. 55-57

Grotte de Bernous (Bourdeilles, Dordogne)

Aurignacien, Solutréen ?

Paroi

Mammouth

Delluc, Delluc 1979 : 39-45, 4 fig. ;
1984b : 86-88, fig. 2 ; 1989a : 32,
33, fig. 1 ; 1991 : 28-30, fig. 6

Abri du Fourneau du Diable (Bourdeilles, Dordogne)

Solutréen

Bloc

Figures animales et vulves

Peyrony 1932a : 54-62, fig. 43-
48 ; Delluc, Delluc 1989b : 39, 40, fig. 9 ; 1991 : 312, 314, fig. 220, 221

Abri Movius (Les Eyzies-de-Tayac,
Dordogne)

Solutréen (?)

Paroi

Bouquetin et anneaux

Delluc, Delluc 1986a : 604-610, fig. 2-7 ; 1989b : 38, 39, fig. 8 ;
1991 : 306, 307, fig. 219

Laugerie-Haute est (Les Eyzies-de-Tayac,
Dordogne)

Solutréen

Paroi

Anneau

Abri des Marseilles
Laugerie-Basse (Les Eyzies-de-Tayac,
Dordogne)

Magdalénien

Bloc

Cheval et anneau

Tosello 1996b : 65-68, fig. 1-3

Abri du Cap Blanc (Marquay, Dordogne)

Magdalénien

Paroi

Chevaux, bisons, animaux indéterminés, anneau

Roussot 1981 : 200 ; 1994a : 13-
17, ill.

Abri de la Chaire à Calvin (Mouthiers-sur-Boëme,
Charente)

Magdalénien

Paroi

Chevaux, félin, animaux indéterminés

Sonneville-Bordes 1963 : 186, 187 ;
Bouvier 1984 : 181-188, 2 fig. ;
Lévêque, Vandermeersch 1984 :
576, 577, 1 fig.

Abri du Roc aux Sorciers (Angles-sur-l’Anglin,
Vienne)

Magdalénien

Paroi

Bisons, chevaux bouquetins, félins, humains, anneaux

Pinçon, lakovleva 1997

Abri Reverdit (Sergeac, Dordogne)

Magdalénien

Paroi et blocs

Cheval, bisons, animaux indéterminés, anneaux

Grotte de Comarque (Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil, Dordogne)

Magdalénien

Paroi

Chevaux, vulves, tracés indéterminés

Delluc et al. 1981 : 15-86, fig. 8-56

Grotte du Mammouth (Domme, Dordogne)

Solutréen-Magdalénien (?)

Paroi

Mammouths

Delluc et al. 1983 : 34-57, fig. 24-40

Grotte du Pigeonnier (Domme, Dordogne)

Solutréen-Magdalénien (?)

Paroi

Herbivores

Delluc et al. 1983 : 57-74, fig. 43-51

Grotte de Puymartin (Marquay, Dordogne)

Solutréen-Magdalénien (?)

Paroi

Chevaux

Grotte de Saint-Cirq (Saint-Cirq-du-Bugue,
Dordogne)

Magdalénien (?)

Paroi

Bison, animaux indéterminés

Delluc et al. 1987 : 370-374, fig. 6, 7, 12, 13

Abri de La Madeleine (Plazac, Dordogne)

Magdalénien

Blocs

Anneaux

Grotte d’Isturitz (Saint-Martin-d’Arberoue [et] Isturits,
Pyrénées-Atlantiques)

Solutréen (?),
Magdalénien (?)

Paroi

Renne, bouquetins, ours, animaux indéterminés

Grotte de La Magdeleine (Penne, Tarn)

Magdalénien (?)

Paroi

Humains

TABL. XI
Tableau bibliographique synthétique du contexte chrono-culturel et technologique des œuvres sculptées du Paléolithique supérieur.

3Cette approche diagnostique des principaux aspects technologiques observés sur les surfaces de ces pans de paroi prend en compte la hiérarchie des procédés techniques élaborée en fonction des modes opératoires par A. Leroi-Gourhan (1943 : 162-173), L. Pales et M. Tassin de Saint-Péreuse (1969 : 27-45), H. Delporte (1973 : 119-129), M.‑T. Baudry et D. Bozo (1990 : 194-207), D. Vialou (1979a : 145-285), L. Mons (1990 : 317-327), B. et G. Delluc (1984a : 519-529 ; 1986b : 17-22 ; 1989c : 25-28 ; 1989e : 181-183 ; 1989f : 259 ; 1991 : 15-19), B. et G. Delluc, M. Lejeune et F. Soleilhavoup (1986a : 801-804 ; 1986b : 17-22), B. et G. Delluc avec la collaboration de E. Bazile-Robert, B. Galinat, F. Guichard et M. Ozanne (1983 : 7- 80). Une connaissance approfondie de la transformation mécanique du calcaire, obtenue par les protocoles expérimentaux définis par B. et G. Delluc (1978b : 215-221 ; 1986b : 17-22 ; 1989c : 25-28 ; 1991 : 15-19), a conduit à la mise au point de conventions analytiques et terminologiques. Cette codification a contribué à la désignation des procédés mis en œuvre dans la réalisation des figurations du dispositif pariétal. Dans le même temps, nous avons entrepris un travail expérimental visant principalement à appréhender la « réactivité » du calcaire du Turonien supérieur. Cette étude, qui reprenait les paramètres établis par B. et G. Delluc, a permis de réunir un certain nombre de données techniques qui ont facilité l’identification des microtraces produites par le passage de l’outil du sculpteur solutréen et ont consolidé leur interprétation. La sculpture grandeur nature ou demi grandeur nature ne nécessite pas nécessairement les moyens d’analyse qui interviennent aujourd’hui dans les travaux orientés vers la recherche de l’origine et des phases d’élaboration des gravures sur supports mobiliers (D’Errico 1989 ; D’Errico, Villa 1997 ; Fritz 1999). En effet, les impacts de l’outil à la surface de ce « solide stable » (Leroi-Gourhan 1943 : 162) qu’est le calcaire, sont immédiatement accessibles lors d’une étude à vue et permettent de reproduire la gestuelle du sculpteur.

6.1 Le support

4L’érosion en abri-sous-roche du front de falaise qui limite la vallée du Roc sur son versant nord, et dont l’évolution a recoupé les conduits karstiques de faible extension que sont les grottes du Roc et de la Vierge, a déterminé des discontinuités lithologiques propres au calcaire de l’assise turonienne (cf. § 1.1.3). Ces discontinuités correspondent aux rythmes sédimentaires de la transgression du Crétacé supérieur et se traduisent par des joints sub-horizontaux et des diaclases qui délimitent des bancs métriques et décimétriques. En conséquence, les parois des abris-sous-roche offrent une nette asymétrie qu’utilisent les corrosions et dissolutions engendrées par les sources pérennes pour façonner et compartimenter le karst (cf. § 1.1.3 et 3.3.2).

5Cette lithologie particulière contraste avec le galbe émoussé que donnent les calcaires coniaciens (tabl. XII), plus homogènes et plus denses, de la région de La Quina (Gardes-le-Pontaroux, Charente) et du Périgord noir (Delluc, Delluc 1991 : 21-25). Les déterminismes climatiques de la morphogenèse des abris-sous-roche ont conduit, postérieurement à la phase d’habitat solutréenne, au recul des fronts rocheux par l’effondrement progressif de blocs anguleux et parfois très volumineux (plusieurs mètres cubes). Ces masses calcaires ont été démantelées au cours des fouilles de 1951 (cf. chap. 2) et la reconstitution morphologique des abris est de ce fait impossible aujourd’hui. Toutefois, l’observation des fragments de la frise sculptée fournit quelques données concernant la forme initiale des parois de l’abri-sous-roche intermédiaire et de l’extrémité ouest du dispositif pariétal encore en place au moment de la découverte des sculptures (cf. § 3.3.5).

TABL. XII
Tableau comparatif de l’environnement géologique des sites à sculptures pariétales paléolithiques. C : Coniacien ; S : Santonien ; A : Angoumien ; M : Maestrichien ou « Campanien » ; As : calcaire à Astéries ; J : Jurassique ; OC : Oxfordo-Callovien ; T : Toucasia de l’Urgo-Aptien.

6Les levés de coupe et les données métriques de la face supérieure des fragments sculptés indiquent que le dispositif pariétal a été réalisé dans une zone de l’abri-sous-roche où les parois étaient, dans l’ensemble, relativement verticales. Une sensible concavité traduit, dans la plupart des cas, la morphologie du fond de l’abri et l’amorce du toit surbaissé et/ou celle du plancher. Les dièdres de la roche, comme ses dépressions, révèlent la nature des irrégularités qui modelaient la surface des parois. Ces particularités morphologiques ont conditionné l’emplacement des figurations et la mise en forme des masses corporelles de certaines figures animales (bison-sanglier et chevaux Ch. 1 , Ch. 3 ; ovibos-bison ; bouquetins Bo. 2, Bo. 3, Bo. 5), ce qui conduit à envisager l’art pariétal sculpté du Roc de Sers comme un art de contour.

7Les volumes suggestifs de la roche et les variations de la lumière naturelle, comme celles de la lumière artificielle, ont en effet constitué des paramètres incontournables dans la mise en place du dispositif pariétal. Sous cette tautologie se cache le fondement technique de la sculpture pariétale, qui fait que chaque figure est originale. La forme est dépendante de l’intégration du support et il s’agit là d’une véritable innovation graphique et technique, qui verra son développement au Magdalénien, notamment à La Chaire à Calvin, à Angles-sur-l’Anglin et au Cap Blanc (cf. tabl. XIX).

8Cette intégration matérielle atteste que le choix du support et le choix figuratif sont corrélatifs, et revêt un caractère éminemment symbolique. La puissance animale est ainsi traduite à son extrême par le jeu de la lumière sur la surface calcaire, et la clé du choix de l’emplacement de ces figures sur la paroi est incontestablement dans ce rapport volume naturel-anatomie. C’est ainsi que, dans la majorité des cas, il est possible de rapporter précisément quelques-unes des courbes naturelles de la surface calcaire à des zones intermusculaires. Le bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1 est sans aucun doute la figure la plus représentative de cette intégration du support à l’œuvre. Quatre dépressions conséquentes de la roche modèlent le corps de l’animal : la plus grande se développe le long du rachis thoraco-lombaire et s’intercale entre le muscle brachiocéphalique, qui caractérise l’hypertrophie musculaire du garrot, et le muscle tenseur de la cuisse ; deux autres dépressions contiguës sont localisées au niveau de l’aine et au départ de la ligne abdominale. Elles correspondent à l’espace intermusculaire logé entre le muscle pectoral, situé dans ou sur la partie antérieure et latérale du thorax, le muscle tenseur de la cuisse et le biceps de la cuisse. Ce concept témoigne de la capacité à structurer les formes observées dans un espace plastique et constitue ainsi une avancée dans la maturation de l’expression graphique des volumes.

9Chacun des éléments ressentis correspond à des données graphiques et scéniques précisément conçues et voulues par l’auteur solutréen. Aucune ligne de sol n’est indiquée, et pourtant, les animaux et les humains ne semblent pas flotter dans l’espace, car le sculpteur a utilisé au maximum les reliefs naturels qu’offrait la paroi dans la zone inférieure de l’espace graphique. En position ascendante sur un plan imaginaire incliné de 20°, moins de 3 cm séparent le cheval Ch. 1 du bison-sanglier qui le précède sur le fragment ABC. La disposition de ces animaux donne l’illusion qu’ils franchissent un obstacle non matérialisé dans la roche.

10Une convexité de la surface a servi de support à la tête du cheval Ch. 3 du fragment ABC, qui apparaît sur un plan différent de celui du corps, suivant un angle ouvert de 135° environ, et donne ainsi l’illusion que le cheval regarde sur le côté droit. Cette inclinaison de la tête est particulièrement bien visible en se plaçant en arrière de l’animal. L’auteur solutréen a résolument saisi l’opportunité de cette forme de la paroi pour opérer une torsion de l’image et lui conférer ce mouvement.

11L’emplacement du bouquetin Bo. 5 à l’extrémité ouest de la frise (fragment R) a fait l’objet d’un cadrage maximal afin d’exploiter au mieux un dièdre de la roche. La masse de l’ avant-train est figurée sur le pan est du dièdre, tandis que le reste du corps est sculpté sur l’autre pan. La convexité du dièdre crée un angle arrondi qui confère au garrot et à l’épaule droite un volume supérieur aux autres régions anatomiques. En vue de profil, le corps est masqué par le dièdre et tout se passe comme si l’animal surgissait d’un escarpement rocheux. Afin de donner à sa figuration des proportions correctes, le sculpteur n’a pas hésité à pratiquer une déformation de l’image en fonction de l’axe de vision de trois quarts de l’observateur, afin que celle-ci puisse être vue sans distorsion. Sur le même fragment, l’auteur solutréen semble volontairement n’avoir pas délinéé l’appendice céphalique et le segment cervical du bison Bi. 5, car la convexité naturelle de la surface calcaire suffit à traduire le volume de ces deux régions anatomiques. Toute la puissance de l’animal est concentrée dans cet avant-train et les variations de la lumière incidente laissent deviner le décrochement dorsal très élevé, lequel porte haut et fort le garrot.

12L’attention de l’observateur est inévitablement focalisée sur la masse volumineuse de la crinière de l’ovibos-bison du fragment F, qui utilise un dièdre important de la roche. L’intégration de cette convexité tend à créer un effet de profondeur du corps, qui apparaît ainsi en retrait par rapport à l’avant-main, laquelle ne semble plus faire partie intégrante de la roche, alors que le corps est encore solidaire de celle-ci. L’intégration de cette particularité morphologique de la pierre donne l’impression que l’animal est traité en haut-relief, alors que la technique du relief différentiel, combinée avec un tracé recticurviligne de contour à un bord modelé et un bord abaissé, a suffi à la traduction de ce volume d’une véracité anatomique remarquable.

13Un relief de la paroi est mis à profit pour créer un effet de profondeur et de perspective de l’une des empaumures du renne Re. 1, tandis que se développe sur les deux pans d’un dièdre l’appendice caudal du bison Bi. 4. Ces régions anatomiques ne peuvent être saisies dans leur entier, le déplacement de l’observateur et celui de la source d’éclairage étant nécessaires.

14Le rôle du support est donc éminemment complexe. Il est le premier élément organisateur de la construction graphique du dispositif pariétal et dénote un développement considérable du travail conceptuel dans l’élaboration graphique. Pour la première fois, il convient de parler véritablement de sculpture pariétale.

6.2 La mise en relief

15Conformément à une logique visuelle, les techniques du bas-relief ont été employées pour circonscrire les silhouettes et en exprimer les volumes, le rôle dévolu à la gravure étant plus discret et limité à la représentation des détails anatomiques. La nature des bancs calcaires du Turonien supérieur a contribué pour une grande part au choix de ces techniques. Composé d’une abondante population de Radiolites lumbricalis, ce calcaire tendre est impropre à supporter des incisions fines, aiguës, de section angulaire, comme le précise H. Coquand : « Le têt de la coquille est toujours converti en chaux carbonatée spathique, et comme la valve inférieure, qui est en même temps la plus longue, est ordinairement restée vide, il résulte qu’on aperçoit dans toutes les pierres de taille qui proviennent de ce niveau, un nombre infini de tubulures qui les déparent, mais qui deviennent pour les géologues un de ses guides les plus sûrs » (1858 : 438). Cette « texture » spécifique de la roche réagit alors sur le « burin » de silex en donnant une irrégularité aux traits. En revanche, homogène dans sa cassure, cette pierre se laisse tailler avec la plus grande facilité. En d’autres termes, une solution particulière fut recherchée pour réaliser chaque représentation en fonction des formations superficielles du support, de sa morphologie et enfin de la vocation figurative de chaque technique.

16Le terme « bas-relief », ainsi qu’il est défini dans le vocabulaire technologique général mis au point par les historiens de l’art (Baudry, Bozo 1990), est en partie impropre au dispositif pariétal sculpté du Roc de Sers, comme il l’est à l’ensemble des sculptures paléolithiques. Appliqué à des œuvres relatives à l’Antiquité et à des périodes plus récentes, il désigne un relief dont les différentes formes en saillie sont mises en valeur par l’abaissement total du fond, qui est plat, convexe ou concave. Or, au Roc de Sers, au Fourneau du Diable, à l’abri Movius, au Cap Blanc, à la Chaire à Calvin, à Angles-sur-l’Anglin, à Reverdit, à Comarque, au Mammouth, au Pigeonnier, à Puymartin, à Isturitz et à la Magdeleine, la majeure partie des sculptures est mise en relief par un aplanissement essentiellement limité au contour. Cette spécificité de l’art pariétal sculpté paléolithique le désigne comme un art de contour.

17Il convient dorénavant de définir cet aménagement de surface par une terminologie adaptée à ce type de sculpture : lorsque la surface de dégagement périphérique forme un angle droit avec le bord interne du tracé de contour, il convient d’employer l’expression « relief à dégagement plan », tandis que si la surface exopérigraphique forme un angle constant avec ce bord interne, le relief est dit « relief à dégagement oblique » ; cette dernière formule a été proposée par l’institut d’art préhistorique de Toulouse (Barrière et al. 1988). Enfin, et plus rarement, lorsque le relief dont le fond sur lequel se détachent les formes est concave, il est dit « relief à fond de cuvette » (Baudry, Bozo 1990 : 505) ou « relief en bassin » (Delporte 1984 : 581 ; 1990 : 137). La mise en relief de l’arrière-train du cheval Ch. 1 est l’exemple le plus significatif de cette recherche d’une profondeur de champ. Ce procédé est essentiellement employé pour la mise en valeur de certaines parties anatomiques et donne l’illusion de l’extension des figures en profondeur. Une petite cuvette tend à abaisser le fond et à mettre fortement en relief le volume de la tête du bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1, celui des deux têtes animales indéterminées Ind. 6, Ind. 7 et enfin celui de l’humain Hu. 2. Dans ces cas précis, on ne peut exclure également que cette surface dégagée ait servi à soustraire les formes aux effets malencontreux des ombres portées, dont le sculpteur avait sans doute connaissance puisqu’il s’est joué de ces incidences sur les reliefs musculaires des animaux. À l’instar de ce type de relief, le relief à dégagement plan n’est jamais utilisé seul, mais toujours combiné avec le relief à dégagement oblique. L’obliquité de la zone de dégagement présente une constante de 120°. La largeur de cette surface exopérigraphique oscille entre 0,4 et 15,4 cm maximum suivant la volonté du sculpteur de mettre en relief les contours stricts de son sujet ou sa surface extérieure (tabl. XIII).

Figure

Largeur de la zone de dégagement (cm)

Bi. 1-Sa. 1
Ch. 1
Ch. 2
Ch. 3
Bi. 2
Ch. 5
Ch. 6
Ind. 6
Ind. 7
Ov. 1-Bi. 3
Hu. 2
Ch. 7
Ois. 1
Bo. 1
Re. 1
Re. 2
Bo. 2-Bo. 3
Bi. 4
Bo. 5
Bo. 6
Bo. 7
Bo. 8

0,5-6
0,5-15,4
6,7
1,5-7,5
1,6-7,6
0,4-5
0,4-5
0,8-2,6
1,4-2,8
0,4-8,2
0,5-4,6
0,4-1,8
4,5
1-2
1,4-2,6
1,2-5
0,5-11
0,4-5
0,8-7,7
1,4-2,2
1,3-5,3
0,5-5,4

TABL. XIII
Tableau récapitulatif de la largeur de la zone de dégagement des sculptures.

18Au Roc de Sers, l’abaissement plus ou moins conséquent de la surface exopérigraphique désigne sept formes de relief. Les profondeurs sont variables suivant l’importance accordée à telle partie anatomique ou à telle autre par l’exécutant. Les valeurs spécifiques à chaque type de relief correspondent à un minimal concernant le premier chiffre et à un maximal pour le second (tabl. XIV.)

TABL. XIV
Les tracés destinés à la mise en relief des figures.

19Le relief gravé : le contour du sujet est délinéé par un tracé à section recticurviligne asymétrique dont la profondeur du bord interne oscille entre 0,2 et 1,9 cm. Le sujet est traité dans le même plan que celui du support.

20Le relief modelé : le contour du sujet est délinéé par un tracé à section recticurviligne à un bord modelé, dont la profondeur du bord interne oscille entre 0,2 et 1,2 cm. Le sujet est traité dans le même plan que celui du support.

21Le relief semi-méplat : le contour du sujet est cerné par un tracé à section recticurviligne à un bord modelé ou abrupt et un bord abaissé, dont la profondeur oscille entre 0,2 et 1,7 cm. Le relief est à dégagement plan et s’élève sensiblement au-dessus du plan du support.

22Le demi-relief : le contour du sujet est obtenu par un tracé à section recticurviligne à un bord modelé ou abrupt et un bord abaissé, dont la profondeur est comprise entre 1,8 et 5 cm. Le relief est à dégagement plan, oblique, ou en cuvette, et représente environ la moitié du volume réel de la figure.

23Le haut-relief : le contour du sujet est obtenu par un tracé à section recticurviligne à un bord modelé et un bord abaissé, dont la profondeur est supérieure à 5 cm. Le relief est à dégagement plan et représente plus de la moitié du volume réel de la figure sans excéder les trois quarts de son volume.

24Le relief différentiel (Delporte 1988b : 58, 59) : ce procédé permet de distinguer les plans par amoindrissement de la surface destinée à apparaître en arrière-plan. Le dégagement est plan et oscille entre 0,2 et 2,3 cm. Cette solution technologique est comparable à celle qui, en peinture pariétale, à Lascaux par exemple, supprime le raccord entre un membre et le corps ou entre deux membres d’un animal.

25Le relief par réserve : ce procédé de taille directe consiste, pour obtenir un relief, à dégager le plan du fond tout autour des figures ou des motifs réservés. Le dégagement du plan du fond s’effectue par un tracé à section recticurviligne à un bord modelé et un bord abaissé, dont la profondeur peut atteindre 1 cm environ. Cette taille de réserve, à deux plans (plan de surface et plan du fond), proche de la taille d’épargne propre à la gravure sur bois, confère au relief un aspect plat ou semi-méplat et peut être à fond de cuvette ou à fond plat.

26Le tableau XV met en valeur la combinaison de ces différents reliefs pour chaque figuration sculptée et témoigne ainsi des solutions envisagées pour le traitement des silhouettes. En définitive, il ne se dégage aucune convention particulière témoignant d’une association des reliefs spécifique au dispositif pariétal. Cependant, nous constatons que les associations complexes de plusieurs types de reliefs sont exceptionnelles : le bison Bi. 4 regroupe cinq formes de reliefs (relief gravé, relief modelé, demi-relief, relief différentiel et relief par réserve), et le bouquetin Bo. 5 en compte quatre (relief gravé, demi-relief, relief différentiel et relief par réserve). Quinze figures sont élaborées à partir d’un seul type de relief, tandis que l’association de deux reliefs peut être observée sur douze représentations. Enfin, la combinaison de trois formes de relief concerne neuf figurations.

TABL. XV
Tableau récapitulatif des reliefs spécifiques à chaque figuration sculptée.

27Cette traduction de la perspective, dite « conceptuelle » (Baudry, Bozo 1990 : 378) par opposition à la perspective géométrique employée à partir de l’Antiquité classique, témoigne ici d’un haut degré de technicité. Les procédés technologiques, employés seuls ou associés, qui contribuent à créer certains effets de profondeur, sont attestés à l’Aurignacien de façon extrêmement ponctuelle : abri Blanchard, bloc 7 (Delluc, Delluc 1978b : 237, 238, fig. 15) ; abri Cellier, bloc 6 (ibid. : 351-356, fig. 79-81) ; Grand abri de la Ferrassie, bloc 3 (ibid. : 287-289, fig. 46) et au Gravettien, plus fréquemment : grotte de La Cavaille, mammouths (Delluc, Delluc 1991 : 113-116, fig. 89-91) ; abri Labattut, cheval (ibid. : 155-157, fig. 108-110) ; abri de Laussel, représentations humaines (Delporte 1979 : 60-66, 247-249, fig. 135 ; Delluc, Delluc 1991 : 182-193, fig. 133-137) ; abri du Poisson, salmonidé (ibid. : 218-220, fig. 159) ; grotte de Pair-Non-Pair, cheval (dit Agnus dei) (ibid. : 79-82, fig. 55- 57) ; grotte des Bernous, mammouth (ibid. : 28-30, fig. 6). Le demi-relief et le haut-relief n’apparaissent réellement qu’à partir du Solutréen et cette évolution technologique est sans doute à mettre en rapport avec l’intégration du support à l’œuvre.

28Le tableau XVI fait état de la prééminence du demi-relief (29 %) dans la construction du dispositif pariétal du Roc de Sers et de l’apparition de l’emploi du haut-relief (4 %). Les solutions technologiques que sont le relief différentiel (19 %) et le relief par réserve (13 %) reflètent une avancée technique où semble intervenir un système de valeurs différent de la suggestion volumétrique, telle qu’elle est exprimée par les autres formes de relief, proche d’un effet pictural.

Relief

Fréquence

%

relief gravé
relief modelé
relief semi-méplat
demi-relief
haut-relief
relief différentiel
relief par réserve

13
7
7
21
3
14
10

17,5
9
9
28
4
19
13,5

TABL. XVI
Fréquence des différents types de reliefs.

6.3 Les phases d’élaboration des sculptures

29L’étude analytique des fragments sculptés par l’observation directe, confrontée aux données issues de l’expérimentation, a conduit à la désignation des procédés mis en œuvre dans la réalisation des figurations du dispositif pariétal. Un découpage séquentiel des interventions subies par la surface calcaire autorise une modélisation technique de la sculpture, depuis la préparation de l’espace graphique jusqu’à l’exécution finale du sujet.

6.3.1 Préparation des surfaces et mise en place de la composition

30Au Roc de Sers, les particularités morphologiques du support, révélées par les variations de la lumière naturelle, ont vraisemblablement précédé la taille directe, procédé fondamental de la sculpture. Ces images mentales nées de l’observation des parois de l’abri-sous-roche n’excluent pas le fait qu’un important travail préparatoire (esquisses et études dessinées, élaboration de modèles de petites dimensions en relief ou en ronde-bosse) ait pu guider le sculpteur. Il est possible également que les grandes lignes de la composition aient été directement inscrites à la craie, au manganèse, au charbon, puis à l’outil sur la zone choisie, et ne furent modifiées que très progressivement en tenant compte des résultats obtenus.

31L’examen des surfaces endopérigraphiques ne révèle la présence d’aucune esquisse préparatoire avant la mise en relief des figures ; le dégagement des surfaces exopérigraphiques et le puissant raclage de finition du support ont contribué à effacer irrémédiablement ces tracés, dans l’hypothèse de leur mise en place. Néanmoins, la rectification suggestive de la croupe du cheval Ch. 5 constitue sans doute un indice de l’existence de ces esquisses et de la technique de mise en place des silhouettes. Un tracé finement piqueté en série linéaire droite, qui n’apparaît que sous les variations de la lumière incidente, dessine la croupe corrigée de l’animal. Le Solutréen jugea sans doute assez claire son intention pour se contenter de ce repentir, qui ne fut suivi d’aucune transformation de la précédente configuration de l’arrière-train. Il est possible aussi de supposer des intentions symboliques indépendantes d’une recherche graphique. Cette approche des formes est également observable sur le cheval Ch. 6. Un tracé sinueux et parallèle au rachis est grossièrement piqueté (percussion lancée punctiforme perpendiculaire) et semble être une première ébauche de la croupe, laquelle fut rectifiée par la suite, étant trop convexe, comme ce fut vraisemblablement le cas pour le cheval Ch. 5. Ceci expliquerait la vigueur du tracé de contour du segment thoraco-lombaire, le sculpteur souhaitant sans doute attirer l’attention sur cette nouvelle ligne anatomiquement plus « correcte ». Cette zone piquetée peut être également rapportée à une ébauche de la zone de dégagement, qui ne fut pas abaissée entièrement. L’identification d’une taille préparatoire des surfaces, ayant pour but d’en faire disparaître les rugosités et leur conférer un aspect régulier, est rendue difficile en raison d’un raclage intensif de la roche, destiné à estomper les impacts de piquetage et les tubulures correspondant à la valve inférieure des Radiolites lumbricalis. Toutefois, l’expérimentation a montré que cette intervention qui précède la sculpture laisse assez peu de traces. B. et G. Delluc précisent que cette transformation préalable du support peut être obtenue par deux procédés simples : la percussion lancée diffuse et l’égrisage. « La percussion lancée diffuse, à l’aide d’un gros galet mousse, obliquement appliqué sur la surface permet d’éliminer les aspérités les plus aiguës et enlève de fins éclats. Perpendiculairement appliquée, cette percussion permet, avec quelque patience, d’écraser les reliefs gênants qui se transforment en une poudre très fine. Pour peu que les meurtrissures se chevauchent, il ne demeure pas de cicatrice palpable ; seule est visible la différence de teinte liée à la destruction du calcin. À côté de ce galet mousse, contondant, un galet à extrémité plus pointue peut être utilisé par percussion lancée soit oblique soit perpendiculaire ; lorsque les points d’impact sont isolés, avec ce type de galet, il peut demeurer une minime dépression, allongée ou ronde, témoin de la taille. Il est possible qu’ait été utilisé, parfois, un pic donnant à ces surfaces un aspect non plus martelé, mais plus profondément piqueté. L’égrisage au galet, avec ou sans intervention de sable de rivière, ou l’adoucissement à l’aide de sable de rivière humide frotté avec le plat de la main (percussion posée punctiforme oblique) permet de parfaire la régularité de la surface » (Delluc, Delluc 1978b : 218, 219).

32Compte tenu du caractère grenu du calcaire, de la plus ou moins forte intensité du frottement, et de l’état de conservation des fragments, recouverts le plus souvent d’un épais concrétionnement ou présentant des altérations dues à l’exfoliation de la pierre, les cicatrices des coups de pics préalables ne demeurent que partiellement par endroits sur le corps des animaux, témoignant ainsi de ce travail de régularisation du support. Ce type d’impact est bien visible notamment sur la cuisse du bison-sanglier Bi. 1‑Sa. 1 du fragment ABC, et il n’est pas improbable que la dépression formant une large cupule irrégulière, située sur la fesse de l’animal, ait été provoquée par une tentative de mise en forme de la surface dans cette zone. Ce dégauchissage par percussion lancée diffuse, à l’aide d’un galet pointu, implique de grandes précautions, toute erreur ayant un caractère irrémédiable, comme on peut supposer que ce fut le cas pour cette figure. L’artiste solutréen réussit néanmoins à atténuer légèrement cette concavité par un puissant raclage. D’autres exemples attestent cette mise en forme préalable du support : plusieurs groupes de points d’impact réalisés à l’aide d’un galet à extrémité pointue, en percussion lancée punctiforme perpendiculaire, sont visibles dans certaines zones, comme l’encolure et la cuisse du cheval Ch. 1 , bien qu’une couche de brèche très résistante recouvre la presque totalité de l’animal. Ces cicatrices rondes ont conservé une certaine profondeur malgré un raclage accentué de la surface calcaire. Les mêmes impacts ont conduit au traitement préalable du support destiné à la mise en relief anatomique de la silhouette du jeune boviné Bov. 1 : dégagement de la saillie de l’épaule et du coude, délimitation de la région céphalique. Enfin, la surface du fragment G est surchargée d’une profusion de traits incisés, antérieurs à la réalisation des figures, et l’on peut s’interroger sur le rôle de ces tracés « parasites » : sont-ils le résultat d’une préparation qui était destinée à estomper les aspérités de la roche, ou ne reflètent-ils pas une volonté de composer un fond graphique et créer un espace total ? L’absence de tels tracés sur les autres fragments de la frise et la fragmentation de cette partie du dispositif pariétal ne permettent pas de privilégier l’une ou l’autre hypothèse.

6.3.2 L’exécution des tracés : gestes et séquences gestuelles

33De façon générale, en sculpture, les différentes étapes techniques de la mise en relief des figures sont rarement observables, la transformation du support étant telle qu’il est difficile d’en préciser les procédés d’exécution. Seule l’expérimentation, confrontée aux méthodes ou procédés de la taille directe employés encore aujourd’hui (Baudry, Bozo 1990 : 147-159 et 194-210), a permis de reproduire et définir les principales séquences gestuelles nécessaires à la réalisation de ces tracés définitifs (Leroi-Gourhan 1943 : 47-64 ; Delluc 1978b : 219-221 ; Baudry, Bozo 1990 : 194-210).

34La mise en place d’une seconde ligne dorso-lombaire appartenant à un bison acéphale (Bi. 3) de profil à droite, qui utilise l’arrière-train de l’ovibos Ov. 1, est riche d’enseignement, car pour la première fois, la succession des étapes techniques de réalisation d’une sculpture paléolithique est connue. De même que la ligne thoraco-lombaire du cheval Ch. 5, le contour de ce second rachis est ébauché par un tracé à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen en série linéaire droite (percussion lancée punctiforme perpendiculaire). La régularisation du bord interne du tracé par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage), telle qu’on peut l’observer sur le contour de la majorité des représentations sculptées de la frise, n’a pas été effectuée à la suite de cette esquisse et donne ainsi l’impression d’un inachèvement. Ce travail en cours nous a permis de constater que, dans le même temps, le sculpteur a délimité la surface exopérigraphique de la silhouette par un piquetage superficiel, l’abaissement de cette zone devant intervenir en second lieu. Ces données fondamentales autorisent à envisager la possibilité que ces deux premières étapes aient pu être appliquées systématiquement lors de la mise en place de l’ensemble des figurations sculptées de la frise. Elles rendent compte également de la nature des tracés utilisés au cours de ces différentes phases techniques. Sur cette base, il est possible de définir les séquences qui ont conduit à la finition des sculptures (tabl. XVII).

Phases d’élaboration

Sculpture

Procédés techniques

Effets visuels

1

Taille préparatoire

Percussion lancée diffuse
Percussion lancée punctiforme perpendiculaire
Percussion posée oblique

Dégauchissage de la surface calcaire

2

Travail préparatoire

Esquisses
Modèles ?

Mise en place des grandes lignes de la composition

3

Ébauche des contours
Ébauche de la surface exopérigraphique

Percussion lancée punctiforme perpendiculaire
Percussion lancée punctiforme perpendiculaire

Tracé à section recticurviligne,
à un bord modelé et à un bord abaissé
en série linéaire droite
Piquetage superficiel en série linéaire droite

4

Dégagement des contours
Abaissement de la surface exopérigraphique

Percussion lancée punctiforme perpendiculaire et oblique
Percussion lancée punctiforme perpendiculaire et oblique

Relief semi-méplat, demi-relief et/ou haut-relief
Relief à dégagement plan, oblique ou à fond de cuvette

5

Régularisation du versant interne des contours
Régularisation de la surface exopérigraphique

Percussion posée perpendiculaire (raclage) ou percussion lancée punctiforme perpendiculaire à l’aide d’un outil mousse
Percussion posée perpendiculaire (raclage) ou percussion lancée punctiforme perpendiculaire à l’aide d’un outil mousse

Unification des saillies et des creux, correction et modelage des contours
Unification des saillies et des creux

6

Régularisation de la surface endopérigraphique

Raclage et/ou percussion posée oblique diffuse (égrisage au galet), punctiforme (adoucissement au sable), ou mixte

Uniformisation des traces de raclage et des impacts de piquetage

7

Mise en place des détails anatomiques internes

Percussion lancée punctiforme
perpendiculaire et oblique
Raclage et/ou percussion posée oblique diffuse

Tracés à section angulaire, angulaire asymétrique à un bord modelé,
courbe, taille de réserve

8

Mise en place des éléments peints

Ponctuations digitales

Points

TABL. XVII
Les phases principales d’élaboration des sculptures.

35Le rôle de la percussion et ses déclinaisons (percussion posée, percussion lancée et percussion circulaire) est prépondérant en sculpture. Ainsi que le soulignait A. Leroi-Gourhan : « Fendre, marteler, tailler, polir, diviser la matière pour la recomposer ensuite sont les fins qui absorbent le meilleur de l’intelligence technique. Pour toutes ces fins, un seul moyen s’est offert : la percussion » (Leroi-Gourhan 1943 : 46). Suivant les applications réservées à un type de percussion ou à un autre, l’expérimentation a montré que les outils employés n’étaient pas les mêmes, la panoplie du sculpteur étant composée, selon toute probabilité, d’outils de silex à extrémité distale sommairement aménagée en pic, essentiellement ; d’éclats de silex, éventuellement aménagés en burin ; et de petits galets plats (Delluc, Delluc 1978b : 219). D’une façon générale, la taille du calcaire de l’assise Turonien supérieur n’exige pas d’outils d’un certain poids, comme c’est le cas pour les pierres plus dures. En revanche, l’ordre d’utilisation de ces outils semble avoir été rigoureux en regard des différentes phases de transformation de la matière (cf. § 3.4.1).

36La percussion lancée punctiforme perpendiculaire ou oblique intervient dans la majorité des séquences techniques de mise en relief des figures et nous retiendrons la définition qu’en donne A. Leroi-Gourhan : « La percussion oblique est précise et ses résultats limités, la percussion perpendiculaire est violente et peu utilisable dans un travail précis, la percussion oblique posée correspond au maximum de douceur et de contrôle de l’outil, la percussion perpendiculaire lancée au maximum de force et à l’absence relative de mesure dans les résultats » (Leroi-Gourhan 1943 : 52). Lorsque l’outil lancé aborde perpendiculairement le plan à tailler, il provoque un éclatement de la matière. « Le bras accompagne l’outil (et souvent un manche qui allonge le bras) dans une trajectoire plus ou moins longue, il assure l’accélération de la partie percutante qui arrive avec une grande force sur le point attaqué » (ibid. : 48). Les traces qu’il laisse sont des cavités plus ou moins larges, disséminées ponctuellement sur la surface du matériau. Si l’outil attaque le matériau sous un angle aigu, il provoque une « perte de substance » (ibid. : 52) et non un éclatement : les traces se présentent alors sous l’aspect de creux étroits et allongés (Baudry, Bozo 1990 : 194).

37Ébauche des contours. L’ébauche des contours est réalisée par un tracé à section recticurviligne peu profond, à un bord abaissé, obtenu par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire, en série linéaire droite, ainsi que le démontre l’analyse technique de la ligne dorso-lombaire du bison Bi. 3. Un piquetage superficiel en série linéaire droite, exécuté par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire, précède la mise en forme des figures en relief gravé et/ou modelé.

38Ébauche de la surface exopérigraphique. La surface exopérigraphique est délimitée dans le même temps par un piquetage superficiel en série linéaire droite, réalisé par percussion lancée punctiforme perpendiculaire. Les éclats sont larges, peu profonds et ne se chevauchent guère.

39Dégagement des contours et abaissement de la surface exopérigraphique. Les contours sont dégagés ensuite par un piquetage répété des bords internes, par percussion lancée punctiforme perpendiculaire vigoureuse, en série linéaire droite. Simultanément et de façon progressive, les bords externes sont abaissés obliquement. À ce moment de la séquence, le tracé recticurviligne est dit « à versants piquetés » (Delluc, Delluc 1978b : 220). Une première régularisation des traits peut être effectuée sur les deux bords à petits coups d’outil mousse. La surface exopérigraphique est alors abaissée vigoureusement par percussion lancée punctiforme perpendiculaire et oblique, suivant l’effet visuel recherché, le relief et la profondeur de champ que le sculpteur souhaite donner à sa composition (relief à dégagement plan, relief à dégagement oblique ou relief à fond de cuvette). Dans certaines zones, une percussion énergique et réitérée a pratiquement fait disparaître les bords de chaque impact par écrasement et confère à la surface calcaire un aspect vaguement égrisé. Le relief gravé et le relief modelé sont obtenus par un raclage essentiellement perpendiculaire au plan du support, ce qui contribue à transformer le pointillé en trait continu large régularisé, à section recticurviligne asymétrique (cheval Ch. 8), ou à un bord modelé (oiseau du fragment G), selon la morphologie de l’outil, son orientation, le nombre de passages et la pression exercée par le sculpteur.

40Régularisation du versant interne des contours. Suivant les cas, le sculpteur a procédé à une régularisation plus ou moins intensive du versant interne des tracés, par un raclage essentiellement perpendiculaire au plan de travail. Compte tenu de l’angle d’attaque, de l’intensité et de la répétition du passage de l’outil, les impacts de piquetage disparaissent ou demeurent partiellement. Au niveau des parties anatomiques offrant un arrondi physiologique (galbe de la fesse, ligne thoraco-abdominale, croupe, garrot, épaule, ligne fronto-nasale), on note, pour la plupart des figures, que la lèvre interne des tracés est émoussée et offre parfois un modelé harmonieux, tandis que pour le reste de la silhouette, elle est abrupte et forme un angle droit avec la surface endopérigraphique. S’agissant des encornures des bouquetins Bo. 2, Bo. 3, Bo. 5, le sculpteur a volontairement conservé ces cupules en série qui servent l’illusion des nodosités spécifiques de l’espèce. C’est ainsi qu’en faisant varier l’incidence lumineuse, la lèvre interne du trait de contour apparaît légèrement crantée. La régularisation de la zone de dégagement est exécutée à l’aide d’un outil mousse ou par percussion posée linéaire perpendiculaire superficielle.

41Ce travail de modelage des traits de contour et de régularisation de la zone de dégagement des figures empêche la lumière de frapper une arête trop aiguë ou de dessiner une ombre trop nette. Suivant l’orientation de la source d’éclairage, les silhouettes, délimitées par des plans diversement orientés, sont en quelque sorte dissoutes ou interrompues par ces « accidents ». Prise séparément, chaque partie paraît avancer ou reculer dans l’espace, mais n’offre à l’œil aucune netteté ni aucun repos.

42La nature tourmentée de la surface semble avoir été recherchée également par le sculpteur, lequel n’a pas volontairement, à plusieurs reprises, cherché à en estomper les aspérités. Ce parti pris graphique tend à animer la pierre par de multiples effets de contraste. Elle semble ainsi vibrer et conférer au mouvement et au corps des animaux et des humains une plus grande véracité. Ce choix conforte l’idée que l’auteur solutréen a délibérément utilisé la lumière comme élément plastique. Le fond n’est plus une surface inerte, ainsi qu’il en était à l’Aurignacien et encore au Gravettien, et les jeux d’ombre et de lumière tendent à l’animer comme les volumes qu’il contribue à mettre en relief. Il existe entre les clairs vifs, correspondant aux parties saillantes et les ombres fortes des creux, une variété de tons plus ou moins clairs, plus ou moins foncés, ce qui fait dire de ces sculptures qu’elles ont « de la couleur ».

43Procédé du relief différentiel. À l’aide d’un outil plus mince, une percussion lancée punctiforme perpendiculaire, moins vigoureuse que celle qui est appliquée à la mise en relief des contours, donc mieux maîtrisée en surface comme en épaisseur, a permis la réalisation du relief différentiel, qui aboutit à l’expression des volumes et des mouvements. En diminuant progressivement l’épaisseur de la zone destinée à apparaître en second plan, le sculpteur réussit à donner l’illusion d’une profondeur de champ plus importante qu’elle ne l’est en réalité et d’une véracité parfois surprenante. Ce procédé est utilisé pour la mise en relief des membres, du poitrail et de la ligne ventrale de la plupart des animaux. Il intervient plus spécifiquement dans la traduction de la saillie du masséter, du volume de l’épaule et de la tubérosité humérale des chevaux Ch. 1 , Ch. 3, Ch. 6, du scrotum du bison Bi. 4 et des bouquetins Bo. 1, Bo. 2, Bo. 5, du pelage et de la couronne du sabot du bison Bi. 2 et enfin du pli du grasset du renne Re. 1. Le même procédé a permis également la mise en relief de la cuisse du membre inférieur gauche et du membre supérieur gauche de l’humain Hu. 1, par un raclage dont les stigmates sont visibles en lumière rasante. L’épaisseur de la cuisse du membre inférieur droit fut amoindrie sur quelques millimètres et paraît donc en retrait par rapport à son homologue gauche. Un abaissement des deux segments (cuisse et jambe) aurait provoqué l’oblitération de cette région anatomique peu dégagée. La mise en relief de la crinière de l’ovibos-bison du fragment F, qui utilise un dièdre de la roche, a été obtenue par la technique du relief différentiel, le dièdre ayant été aplani sur une largeur de 5 cm et une épaisseur de 2 cm en moyenne, depuis la base de l’encornure jusqu’au sommet du garrot. Cet amoindrissement de la densité du calcaire matérialise le bord gauche de l’encolure, qui se trouve en retrait par rapport au bord droit. L’intégration de cette particularité morphologique de la pierre donne l’impression que l’animal est traité en haut-relief, alors que le procédé du relief différentiel, combiné avec un tracé recticurviligne de contour, à un bord modelé et un bord abaissé, a suffi à la traduction de ce volume d’une véracité anatomique remarquable.

44La combinaison du relief différentiel et du tracé recticurviligne asymétrique est exceptionnelle et renforce l’idée du haut degré technique à l’origine de la réalisation du dispositif pariétal. Cette association de deux procédés, dont la mise en œuvre et le résultat sont profondément différents, a servi à la mise en forme de l’animal indéterminé Ind. 8 situé sur le corps du bison Bi. 3. Le corps est délinéé par un tracé recticurviligne asymétrique, tandis que l’avant-main est traitée en relief différentiel, avec amoindrissement de l’épaisseur de la cuisse du bison Bi. 3. Par cet artifice, l’auteur solutréen réussit à dégager la masse corporelle de l’animal sans dénaturer la silhouette sous-jacente. La discrétion caractérise cette figure, qui ne peut être saisie qu’en lumière rasante.

45Régularisation de la surface endopérigraphique et mise en relief des masses musculaires des animaux. La percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage) intervient avant la mise en place des détails anatomiques internes gravés. Elle consiste principalement, par le déplacement énergique d’un tranchant, à effacer les traces d’outils, à unifier les saillies et les creux et à corriger et modeler les contours. Un outil, semblable à celui qui est utilisé pour le dégagement et la régularisation du versant interne des contours, a pu être employé pour cette opération, de même qu’un galet. Selon la puissance du frottement et le nombre de passage de l’outil, les micro-aspérités spécifiques du calcaire turonien sont plus ou moins estompées et les masses musculaires des animaux plus intensément modelées et mises en relief. L’orientation des traces laissées par l’outil, le plus souvent parallèles et obliques de haut en bas et de la droite vers la gauche, qu’il convient de saisir en lumière rasante en raison du recouvrement des fragments par la calcite, dénote une très grande régularité et une précision dans l’exécution.

46Ce travail de finition n’a pas été systématique, comme nous l’avons constaté pour le façonnage du versant interne des tracés ; il est à noter en effet que certaines traces d’outils ou certaines aspérités naturelles du calcaire ont été maintenues intentionnellement. C’est ainsi qu’un puissant raclage, pratiqué sur l’ensemble du corps du bison Bi. 4, a contribué à la mise en forme des reliefs ostéomusculaires, à l’exception de l’encolure et du garrot, pour lesquels l’auteur solutréen a volontairement conservé la nature bosselée du calcaire, afin de traduire l’aspect laineux et ondulé de cette toison. Les variations de la lumière incidente dans cette région anatomique donnent ainsi l’illusion d’une véritable crinière frisée, telle qu’elle est observable chez l’animal vivant. Sur le fragment ABC, la surface exopérigraphique qui cerne le membre antérieur gauche du cheval Ch. 2 n’a pas fait l’objet d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire, et contraste ainsi fortement avec la zone de dégagement du membre antérieur gauche du bison Bi. 2, contiguë à cette dernière, dont le travail de finition a été particulièrement soigné. Cette surface exopérigraphique, qui peut être qualifiée de surface exopérigraphique de retaille, car sa mise en forme contribua à transformer l’extrémité droite de cette partie du dispositif pariétal, semble avoir été volontairement conservée telle quelle après sa mise en forme, afin de donner l’illusion d’une séparation nette entre les deux figurations. Le dièdre artificiel, que produisit l’abaissement de cette zone de dégagement, fait ainsi apparaître le cheval Ch. 2 sur un autre plan que le membre isolé du bison. Cette limite graphique et technique est accentuée et mise en valeur par les jeux de la lumière incidente.

47Uniformisation des traces de raclage et des impacts de piquetage. L’égrisage produit des incisions plus fines que le raclage et moins décelables au toucher. On peut supposer qu’il a été pratiqué à l’aide d’agents à granulométrie fine susceptibles de laisser des stigmates discrets sur la matière : un galet (percussion posée oblique diffuse), un bloc de bioxyde de manganèse (cf. § 3.4.3), du sable (percussion posée oblique punctiforme), ou une combinaison de ces matériaux complémentaires (égrisage mixte). Il contribue à uniformiser les impacts de piquetage et les traces de raclage, que l’on devine encore sous la lumière incidente, et atteste l’attention particulière qui fut portée au travail de finition de certaines parties anatomiques. Seules les têtes du bison-sanglier et des chevaux Ch. 3 et Ch. 6 témoignent de cette intervention. D’autres parties anatomiques ont pu subir ce traitement spécifique, mais leur recouvrement par la calcite empêche une lecture précise de ce procédé.

48Mise en place des détails anatomiques internes. Les détails internes sont peu nombreux et n’ont pas fait l’objet d’un rendu anatomique très poussé en raison de la nature du calcaire du Turonien supérieur, dont les formations superficielles sont impropres à la réalisation de gravures fines et aiguës, de section angulaire. Cependant, le minimum de tracés qui caractérise ces éléments semble avant tout répondre à des conventions graphiques telles que nous les avons définies à l’issue de l’étude des figurations sur support mobilier (cf. § 3.4.4). Si les interventions précédentes ont été effectuées à l’aide d’outils puissants (percuteurs de silex aménagés en pics), ces éléments ont été traduits vraisemblablement par des outils minces et tranchants (éclats de silex aménagés en burin, par exemple) et ne peuvent être appréhendés qu’en lumière rasante en raison de leur discrétion. Les tracés, qui ont été réalisés avec un soin particulier, sont de nature variée (incisions à section angulaire, angulaire asymétrique, à un bord modelé, incisions à section courbe asymétrique, relief par réserve [section recticurviligne à un bord modelé et un bord abaissé]) et ne semblent pas être spécifiques à une catégorie d’éléments anatomiques (tabl. XVIII), à l’exception du procédé du relief par réserve, que le sculpteur a privilégié pour le rendu des cornes et du scrotum. L’observation en lumière rasante de ces détails anatomiques mis en relief par réserve permet de reconstituer les différentes étapes techniques qui ont abouti à leur réalisation. Une percussion punctiforme perpendiculaire en série linéaire droite serrée, dont les cupules arrondies sont encore visibles par endroits, a contribué au dégagement plan des contours et atteste de la précision de ce travail. Étant donné la taille des éléments, une percussion posée oblique punctiforme (adoucissement au sable) semble à l’origine de l’uniformisation des aspérités de la surface.

TABL. XVIII
Synthèse des détails anatomiques mis en forme pour chaque figuration du dispositif pariétal.

49L’œil du bouquetin Bo. 5 est également mis en relief par réserve, mais contrairement aux autres éléments anatomiques offrant le même modelé, le piquetage ayant conduit à l’abaissement du pourtour de cet organe n’a pas été suivi d’un travail d’unification des saillies et des creux. Cette conservation volontaire des traces du passage de l’outil, destinées sans doute à animer la surface calcaire, nous informe sur l’une des étapes techniques de ce procédé. Les impacts de piquetage allongés attestent d’un travail par percussion punctiforme oblique en série linéaire droite serrée, vraisemblablement réalisée à l’aide d’un pic de silex assez mince. Le contour de l’œil est en relief à dégagement oblique et son diamètre présente un volume supérieur à la moyenne, apparaissant ainsi démesuré par rapport à la tête. Outre cette proéminence, sans doute voulue par l’auteur solutréen car elle tend à conférer à l’animal une attitude menaçante, la percussion employée par ce dernier ne lui aurait pas permis d’obtenir un contour moins large. La même technique de percussion a été utilisée pour circonscrire l’œil surdimensionné de l’humain Hu. 2.

50L’œil de l’ovibos-bison du fragment F combine deux techniques. Le contour est traité par une incision à section angulaire asymétrique, tandis que l’apophyse orbitaire frontale et le bord orbitaire zygomatique sont mis en volume par réserve et forment ainsi une auréole périphérique. Ce relief n’est perceptible que sous une seule incidence lumineuse (lumière rasante projetée depuis le bord supérieur du fragment).

51Un raclage réitéré à l’aide d’un éclat de silex mince et mousse a permis d’obtenir des traits à section courbe, inférieure au demi-cercle. B. et G. Delluc précisent que l’utilisation d’un petit galet plat semble être le meilleur procédé technique (Delluc, Delluc 1978b : 220). Le long de la crête cervivo-dorsale de l’ovibos-bison du fragment F, le pelage est matérialisé par de longs (2 à 5 cm) et fins tracés à section courbe asymétrique, approximativement parallèles et obliques, répartis régulièrement sur la largeur du bord droit de la crinière. Leur irrégularité, due aux micro-aspérités de la roche, participe de la connotation statique-dynamique de la silhouette, donnant l’impression d’une toison en mouvement, repoussée vers l’arrière par la propulsion avant de l’animal. Cette masse villeuse n’a pas été matérialisée sur le bord gauche de l’encolure, sans doute en raison de la morphologie du support, moins plan à cet endroit et plus irrégulier.

52Les tracés des poils de la queue et du pinceau caudal du bouquetin Bo. 5 offrent une plus grande régularité, car le sculpteur procéda à une uniformisation préalable de la surface par une percussion posée perpendiculaire. Ces détails internes sont délinéés par trois longues incisions parallèles longitudinales à section courbe.

53La matérialisation de la barbe et de la masse villeuse pectorale des bisons Bi. 2 et Bi. 4, ainsi que le pelage ventral du renne Re. 2, a été précédée d’un léger aplanissement de la surface calcaire par percussion posée perpendiculaire, afin de conférer à ces régions pileuses une certaine profondeur et les circonscrire dans un espace distinct des autres parties anatomiques. Ce raclage contribua dans le même temps à unifier les aspérités de la roche et permit une traduction plus nette des tracés à section angulaire.

54La profondeur des tracés à section angulaire et angulaire asymétrique est fonction de la mise en valeur de l’élément anatomique. C’est ainsi que la bouche du bison-sanglier du fragment ABC et les tracés interdigités des pieds du même animal, de même que ceux du bison Bi. 2 et de l’ovibos-bison du fragment F, ont été surcreusés afin d’intensifier leur volume et leur conférer une plus grande véracité.

55La bouche des chevaux Ch. 1 , Ch. 3, Ch. 4, Ch. 6 et celle du bouquetin Bo. 8 sont soulignées par une incision à section angulaire, à un bord modelé obtenu par percussion posée perpendiculaire. Par ce procédé, l’auteur solutréen réussit à donner l’illusion du volume des lèvres. Un effet visuel identique est donné aux pavillons des oreilles du bison-sanglier, des chevaux Ch. 3 et Ch. 6 et du bouquetin Bo. 5.

56Les yeux sont proportionnels aux mensurations des animaux, à l’exception de l’œil de l’ovibos-bison et de l’humain Hu. 2, et de celui du bouquetin Bo. 5. L’incision est à section angulaire ou angulaire asymétrique et témoigne d’une sûreté d’exécution, les reprises étant inexistantes. Cet organe, d’une grande finesse, exige une incidence lumineuse spécifique, qu’il est difficile de saisir instantanément. S’agissant des yeux des chevaux Ch. 1 et Ch. 6, ainsi que du naseau de ce dernier animal, l’auteur solutréen s’est contenté d’une simple cupule obtenue par l’impact de l’outil orienté perpendiculairement sur le plan du support.

57Mise en place des éléments peints. Les cinq points rouges circulaires, peints à proximité de la tête animale Ind. 6 et à une dizaine de centimètres au-dessus de la croupe du cheval Ch. 6, témoignent de la partition entre sculpture et peinture dans le dispositif pariétal du Roc de Sers. Leur alignement horizontal strict ne permet pas d’envisager l’application simultanée des cinq doigts d’une main, préalablement enduits de colorant. En revanche, une exécution de ces tracés au doigt semble plausible.

58La découverte, dans le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge, d’un petit galet calcaire oblong (long. 85 mm ; larg. 36 mm ; ép. 19 mm), présentant à son extrémité la plus arrondie une zone colorée rouge délavée, témoigne peut-être d’une utilisation de cet objet comme applicateur de colorant, à la manière d’un pinceau, ou comme broyeur destiné à brasser la peinture et à en assurer l’homogénéité (fig. 158). Il porte sur ses parties actives des facettes d’abrasion allongées et de nombreux stigmates de percussion qui attestent sa fonction probable de polissoir. Les incisions parallèles, en sillons profonds, issues d’une percussion posée perpendiculaire, peuvent sans doute être associées à un travail de la pierre. Des traces charbonneuses sont visibles sur l’un de ses bords et une profonde dépression circulaire, qui affecte la zone colorée, conserve sur sa bordure externe d’infimes traces d’un rouge plus dense. L’emplacement de cet objet dans l’unité d’habitation du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge ne permet pas d’envisager son association directe avec le dispositif pariétal, en raison de l’occupation plus tardive de cette partie du versant de la vallée du Roc (cf. § 3.3.5). Il constitue cependant un témoin exceptionnel de cette activité technique associée à la préparation de peinture, sans que l’on puisse exclure totalement l’idée de son utilisation dans le cadre de la mise en place du dispositif pariétal, compte tenu des méthodes de fouilles pratiquées et du conditionnement ultérieur des témoins archéologiques. Le pigment brun rouge utilisé dans les deux cas est, selon toute probabilité, l’hématite (oxyde de fer de formule chimique Fe203), que l’on trouve en grande quantité aux alentours du site, dans les sables tertiaires des forêts d’Horte et de Rochebeaucourt. Il s’agit d’une hématite brune, qui tapisse l’intérieur de la variété d’oxyde de fer appelée « géodésique » ou « réniforme » (Coquand 1858 : 93) (cf. § 3.1.1.1). Si un prélèvement d’un échantillon de ce pigment était possible, une détermination chimique élémentaire, effectuée au microscope électronique à balayage (MEB), permettrait de confirmer ou infirmer cette hypothèse. Cette méthode permettrait également de déceler la présence éventuelle d’un mélange d’éléments et d’une association avec un liant.

FIG. 158
« Broyeur-polissoir » (MAN 75 073). (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

59Creusement des anneaux. Le procédé employé pour le creusement des anneaux est identique à celui qui est décrit par B. et G. Delluc à propos des anneaux aurignaciens des abris Blanchard et Castanet, sur la base des résultats obtenus à la suite d’une mise en forme expérimentale (Delluc, Delluc 1978b : 178). Une préparation par percussion lancée punctiforme oblique fut suivie d’une rotation axiale alternative (percussion posée punctiforme circulaire), ce qui a contribué au dégagement de deux cônes opposés, et à l’effacement des stigmates de percussion.

6.3.3 La retaille : un procédé à caractère chronologique

60Le procédé de la retaille, qui consiste à modifier la forme primitivement donnée d’une représentation sculptée, ne semble pas apparaître avant le Solutréen. Dans l’ensemble de la production sculptée pariétale postgravettienne, c’est au Roc de Sers et à Angles-sur-l’Anglin que ce particularisme est le mieux affirmé d’un point de vue technologique et symbolique.

61La retaille de l’ovibos Ov. 1 est sans doute, d’un point de vue technologique et symbolique, la plus complexe. Les différentes étapes qui ont conduit à la modification de cette silhouette ont pu être analysées grâce à son oblitération partielle et informent sur l’une des applications de ce procédé. Dans un premier temps, le sculpteur procéda à la suppression du bord inférieur de l’encolure, dont ne subsiste qu’une profonde dépression triangulaire en arrière de la tête. La conservation des traces de cet acte de destruction volontaire indique que celui-ci a été effectué par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire en série linéaire droite, très vigoureuse. Le bord gauche de l’avant-bras du membre antérieur droit et la pointe du coude ont été affectés par ce travail de percussion, et l’on peut s’interroger sur l’objectif du sculpteur à ce moment-là : a-t-il décidé de ne pas poursuivre cette modification, qui aurait conduit à l’effacement du bras et de l’avant-bras, et conserver ainsi le membre malgré sa déformation ou, au contraire, l’oblitération partielle de cette partie anatomique correspond-elle à un début de retaille de la poitrine, qui n’a pas fait l’objet d’une reprise par la suite ? L’abaissement superficiel de la région thoracique, par percussion lancée punctiforme perpendiculaire, a été volontairement achevé à la hauteur du membre antérieur droit et conforte ainsi la première hypothèse, que corrobore la conformation de la ligne thoraco-abdominale : la retaille par percussion lancée punctiforme oblique de cette région anatomique, destinée à la modification de sa largeur, n’a pas été non plus totalement achevée, la surface calcaire n’ayant pas été complètement aplanie. Les limites de cette première ligne ventrale apparaissent ainsi en « négatif » par rapport à la nouvelle ligne, pour laquelle le sculpteur a reproduit la même forme tronconique et massive. Un puissant raclage par percussion posée perpendiculaire aurait sans doute contribué à l’effacement complet de cette surface, mais comme pour le membre antérieur droit, les intentions du sculpteur étaient autres.

62Dans le même temps, l’auteur solutréen détruisit entièrement le membre postérieur gauche, duquel ne subsiste qu’une empreinte, visible en lumière rasante. Les impacts de piquetage dans cette zone sont très larges et circulaires ; ils témoignent de l’intensité de la percussion lancée punctiforme perpendiculaire. Une entaille oblique située au niveau du pli du grasset peut être rapportée à ce détail anatomique. Son décalage par rapport à la jambe droite est dû à la diminution de cette dernière par la suppression progressive du membre postérieur gauche.

63Cette série de retailles contribua à la mise en forme d’une seconde figure animale, laquelle, si elle avait été achevée, aurait conduit à l’oblitération de la presque totalité de l’ovibos. Ainsi que nous l’avons évoqué précédemment au sujet de la succession des étapes techniques de la mise en place d’une sculpture, cet animal, dont la silhouette est déterminée par le contour de sa ligne dorso-lombaire, utilise l’arrière-train de l’ovibos, depuis l’attache de la queue. Les intentions du sculpteur semblent avoir été de créer une véritable figure composite mi-ovibos, mi-bison, l’attribution du second animal reposant sur la conformation des membres communs aux deux figurations et aux deux genres. Contrairement aux animaux composites exécutés d’emblée, comme le bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1, cette agrégation, qui résulte de la reprise d’une figuration préexistante, est exceptionnelle par le caractère temporel qu’elle véhicule et qu’il est possible de saisir grâce au procédé de retaille des éléments anatomiques destinés à la mise en forme définitive de cette silhouette inédite.

64À l’opposé de cette figure composite, les étapes techniques de la retaille du bison Bi. 2 ne sont pas accessibles en raison de son oblitération presque totale par le cheval Ch. 3. En effet, ne subsistent de cette représentation que le membre antérieur gauche, la pointe de l’épaule et une partie de la toison pectorale. La réalisation de la surface exopérigraphique que possèdent en commun le membre antérieur gauche du cheval Ch. 2 et le protomé du cheval Ch. 4, en dépit de la fracturation du pan de paroi, est à l’origine de la suppression de la tête de l’animal. Cette surface exopérigraphique conjointe peut alors être qualifiée de surface exopérigraphique de retaille, car elle a conduit à la modification de cette partie du dispositif pariétal. Un piquetage très vigoureux, réalisé par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire et oblique, destiné à la mise en relief du membre antérieur gauche du cheval Ch. 2, a entamé nettement une partie de la zone de dégagement du membre antérieur gauche du bison, créant ainsi un dièdre longitudinal artificiel entre les deux zones de dégagement. Ce travail de la pierre n’a pas été suivi d’une régularisation des aspérités provoquées par l’intensité de la percussion et contraste fortement avec la surface exopérigraphique du bison, dont l’uniformisation a été conduite à une sorte de perfection esthétique. Le sculpteur semble avoir voulu délibérément conserver un témoin de cette retaille, sans qu’il soit possible de statuer sur les raisons de cette décision : le membre antérieur gauche du bison a-t-il été intégré à la nouvelle construction graphique, ou n’a-t-il seulement qu’un rôle de repère symbolique et temporel ? D’un point de vue strictement graphique, son intégration dans l’ensemble structuré de cette partie du dispositif pariétal ne répond à aucune réalité, mais il convient de garder à l’esprit que cette retaille partielle est sans doute loin d’être aléatoire.

65La confrontation de ces deux formes de retaille avec les autres témoins graphiques modifiés par ce procédé permet de tenter une reconstitution des phases principales de la mise en place des sculptures du dispositif pariétal. De ces étapes de réalisation sont exclues les figures isolées Bo. 1, Re. 2, Bi. 4 et celles trop fragmentaires Ois. 1, Ind. 11.

66• La première phase, dont les témoins sont encore visibles dans le registre inférieur de l’ensemble A du fragment ABC (Ind. 1-Ind. 5), de l’ensemble B du fragment F (Ind. 9, Ind. 10) et dans le registre supérieur droit du fragment O (Ind. 13), concerne la mise en place de formes sculptées qui furent par la suite oblitérées dans leur presque totalité par les sculptures du bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1, des chevaux Ch. 2, Ch. 8, Ch. 9 et du bouquetin Bo. 2. À ce niveau se situent les limites floues entre le reliquat de sculptures antérieures, d’esquisses devenues inutiles et d’éléments structurés témoignant d’une autre dimension symbolique, dont la nature figurative échappe complètement à la compréhension.

67• La seconde phase correspond vraisemblablement à la réalisation du bison Bi. 2. Il est possible que cette figuration animale n’ait pas été la seule mise en place à ce moment dans la construction graphique, comme le laisseraient penser les convergences morphostylistiques existant entre ce membre antérieur de bison et ceux de l’ovibos Ov. 1, lequel a été retaillé également en partie. Le renne Re. 1, dont l’arrière-train a été oblitéré en partie par la perforation d’un anneau, peut sans doute être rapporté à cette seconde phase.

68• La troisième phase est la plus importante, puisqu’elle paraît regrouper la plupart des figurations animales. L’oblitération du bison Bi. 2, celle de l’arrière-train du renne Re. 1, comme la retaille de l’ovibos Ov. 1, semblent témoigner de cette nouvelle orientation symbolique.

69Ces différentes phases paraissent cohérentes en regard du traitement des figurations et attestent l’homogénéité du dispositif pariétal. Elles témoignent également d’une évolution dynamique de la mise en place de la composition, qu’il est sans doute concevable de rapporter à des changements conceptuels, sans qu’il soit pour autant possible de déceler une transformation des codes graphiques et du système technique. La frise sculptée semble donc être vraisemblablement l’œuvre d’un seul groupe solutréen. La transmission des normes techniques de la représentation graphique a pu jouer pleinement dans la réalisation d’une partie du dispositif pariétal par un autre groupe solutréen, ce qui suggérerait l’idée d’une compréhension et d’un respect des codes graphiques établis à la base (tradition technique et sémantique).

6.4 Ombre, lumière et modelé

70En sculpture, l’alliance de la lumière et de l’ombre concourt à la création, à la mise en valeur et à la destruction des formes inscrites dans la roche. Ainsi que le souligne M.-T. Baudry : « Les œuvres sculptées sont toujours à la merci de la lumière qu’elles reçoivent, contrairement aux peintures dont les lumières sont fixées une fois pour toutes par le peintre » (Baudry, Bozo 1990 : 392). Indissociables du support, la lumière et l’ombre sont des éléments organisateurs incontournables de la construction du dispositif pariétal. L’éclairage naturel ou artificiel détermine deux sortes d’ombres : l’ombre propre et l’ombre portée. « L’ombre propre est celle qui donne du corps à chaque volume et qui résulte de l’inclinaison ou du creusement des différentes surfaces constitutives des formes » (ibid. : 392). Dans le relief, elles soulignent les volumes qui correspondent aux creux. « L’ombre portée est celle que projettent les différents éléments d’une figure sur la surface d’un mur, sur le sol, ou sur un fond (figure en haut ou demi-relief) » (ibid. : 392). Dans le relief, elles détachent les figures sur les fonds.

71La distribution des ombres propres et l’incidence des ombres portées représentent, comme nous l’avons évoqué au sujet du choix du traitement des surfaces, une part importante et innovante de la composition des reliefs. Le sculpteur solutréen n’ignorait pas les procédés optiquement efficaces du modelé et de l’ombre portée, et réussit à créer une illusion de profondeur réelle. Dans l’ensemble, compte tenu des sources de lumière recensées, de la morphologie des surfaces et de la nature du support, les ombres et les lumières étaient principalement destinées à souligner l’importance de certains volumes (reliefs ostéomusculaires) et à créer de forts contrastes entre les saillies et les creux, ce qui contribua à accentuer l’impression de mouvement des figures et à animer les formes. À partir du Solutréen, la lumière a délibérément été utilisée comme élément plastique.

72En raison de son emplacement dans le fond de l’abri-sous-roche intermédiaire, la frise sculptée ne devait recevoir que faiblement la lumière solaire en fonction de l’avancée de l’encorbellement rocheux, qui créait un obstacle à la diffusion de cette dernière dans la totalité de l’abri. Cette luminosité indirecte contribuait vraisemblablement, à certains moments de la journée où le soleil était à son zénith ou déclinant, à estomper certains reliefs, ôtant l’illusion de leurs saillies et de leur éloignement respectif, ainsi que nous l’avons constaté à l’abri du Roc aux Sorciers, à Angles-sur-l’Anglin. Les parties du dispositif pariétal disposées obliquement par rapport au fond de l’abri (ensemble B du fragment ABC, ensemble A du fragment F, et plus particulièrement l’humain Hu. 1, le fragment R, et peut-être d’autres fragments pour lesquels il est aujourd’hui impossible de statuer sur leur emplacement dans l’abri) bénéficiaient au contraire de cet impact lumineux et offraient des plans distincts. Au crépuscule, la lumière artificielle diffusée par les grands foyers, dont le rôle « luminaire » semble indéniable en plus de leurs fonctions domestiques premières (cf. § 3.3.1 et 3.3.2), prenait sans doute le relais de la lumière naturelle, offrant alors un découpage particulier à la composition, dégageant plus nettement encore les différents plans. Étant donné l’intensité supposée de ces foyers, leur emplacement face à la paroi sculptée et leur utilisation simultanée ou alternée, les ombres portées provoquées par cette luminosité directe et mouvante ne devaient sans doute pas nuire totalement à l’effet général et dénaturer les formes et la perspective, mais au contraire révéler certaines figurations et certains détails exigeant cette incidence lumineuse spécifique.

73Outre l’emploi de ces deux sources lumineuses complémentaires, qui permettait d’avoir une vue d’ensemble de la composition pariétale, la découverte d’une lampe-godet en calcaire, de forme ovalaire, atteste l’existence d’une troisième source ayant pu contribuer à la mise en valeur partielle de la frise sculptée. La cuvette, d’un diamètre de 104 x 102 mm et d’une profondeur de 25 mm, est irrégulière et porte des traces nettes d’un piquetage. Elle est prolongée à l’une de ses extrémités par une « gouttière » (long. 33 mm ; larg. 36 mm ; prof. 19 mm), qui semble naturelle (Beaune 1987 : 164). La cuvette présente un fond incliné, la partie la plus profonde étant opposée à cette gouttière. Le pourtour de la cuvette est nettement rubéfié et quelque peu charbonneux. La rubéfaction atteint par endroits 5 mm d’épaisseur. Le fond et les flancs sont légèrement rubéfiés et des traces charbonneuses existent aux abords de la gouttière. S.A. de Beaune précise que le charbon n’a pu être prélevé en raison de la croûte de calcite le recouvrant (Beaune 1987 : 164). La lumière produite par une telle lampe est faible, inférieure à celle d’une bougie, et l’association de ce luminaire à d’autres moyens d’éclairage portatif, comme les torches, les plaquettes naturelles à plan concave, oblique ou horizontal (lampes à circuit ouvert), a sans doute permis aux Solutréens d’atteindre un éclairement de la paroi sculptée pouvant couvrir une surface comprise entre 1 m et 1,50 m au plus, sans pour cela remplacer la lumière émise par les foyers, d’une intensité lumineuse supérieure. La fabrication expérimentale de lampes-godets en calcaire local, dont seule la cuvette a été façonnée, nous a permis de corroborer cette observation au cours de l’utilisation nocturne de ces luminaires à l’abri du Roc aux Sorciers, à Angles-sur-l’Anglin. Ces deux sources lumineuses artificielles ne sont pas incompatibles, la première présentant la particularité remarquable d’être portative et maniable. Elles constituent un lien fondamental entre l’art et l’habitat, lequel conforte l’idée que « L’art, la roche et le lieu ne sont pas des concepts séparables » (Lorblanchet 1988 : 277 ; 1993a : 80). Elles ont contribué directement à la mise en place du dispositif pariétal et à sa « mise en lumière » occasionnelle ou quotidienne.

74D’un point de vue technologique, les sculpteurs solutréens du Roc de Sers ont usé des mêmes moyens et procédés techniques que ceux qui ont été employés par les sculpteurs aurignaciens et gravettiens de la vallée de la Vézère. La différence majeure entre ces productions artistiques réside dans la combinaison complexe de ces procédés et des effets visuels recherchés, qui ont conduit à enrichir ce système technique de la sculpture pariétale. Au Solutréen, comme en témoigne la synthèse des innovations technologiques de la sculpture paléolithique (tabl. XIX), on assiste à une maîtrise complète de ce système technique, lequel ne sera pas ponctué de changements au Magdalénien. La part de l’innovation technologique de la société solutréenne a été ainsi la plus forte au cours du Paléolithique supérieur. Ces nouveaux procédés que sont le haut-relief, le demi-relief, le relief par réserve et la retaille attestent que la distribution des ombres propres et l’incidence des ombres portées représentent indéniablement une part importante et innovante de la composition, la lumière ayant été délibérément utilisée comme élément plastique.

Synthèse des innovations technologiques de la sculpture paléolithique pariétale et sur blocs.

Table des illustrations

Légende TABL. XII Tableau comparatif de l’environnement géologique des sites à sculptures pariétales paléolithiques. C : Coniacien ; S : Santonien ; A : Angoumien ; M : Maestrichien ou « Campanien » ; As : calcaire à Astéries ; J : Jurassique ; OC : Oxfordo-Callovien ; T : Toucasia de l’Urgo-Aptien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende TABL. XIV Les tracés destinés à la mise en relief des figures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende TABL. XV Tableau récapitulatif des reliefs spécifiques à chaque figuration sculptée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende TABL. XVIII Synthèse des détails anatomiques mis en forme pour chaque figuration du dispositif pariétal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 158 « Broyeur-polissoir » (MAN 75 073). (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21302/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende TABL. XIX
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21302/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search