Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Seconde partie. Le dispositif pariétal

Chapitre 5. Inventaire descriptif et analytique des représentations

Descriptive and analytical inventory of sculptural representations

Capítulo 5. Inventario descriptivo y analítico de las representaciones

Résumé

Les 14 fragments sculptés, gravés et peints recueillis sur la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire et dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc sont décrits dans l’ordre de leur découverte en respectant la désignation alphabétique établie par le Dr Henri-Martin. Le dénombrement final des unités graphiques abouti à : 27 figures animales, 10 tracés indéterminés, 4 figures animales indéterminables, 2 humains, 5 signes peints et 3 anneaux, soit un total de 51.

La tendance à l’expression réaliste des animaux et des humains a justifié la généralisation d’une approche anatomique, aussi bien pour les représentations complètes que pour les figurations partielles ou réduites à des segments. Cette étude anatomique détaillée conduit à une classification zoologique qui permet de situer le rapport entre les représentations et la faune effectivement présente dans la région, et celle qui fut chassée et consommée par les Solutréens de la vallée du Roc. Pour l’ensemble de la frise, huit types d’animaux ont été identifiés, puis classés au niveau de l’espèce pour certains, du genre et de la famille pour d’autres.

À l’exception des figures composites spécifiques au Roc de Sers et uniques dans l’art paléolithique (Bison-Sanglier et Ovibos-Bison), les figurations participent du fonds commun. Le Cheval et le Bouquetin sont les espèces les mieux représentées quantitativement et cette réalité numérique reflète l’organisation particulière de la composition. Le thème Bison existe dans les deux ensembles et sa liaison avec les espèces dominantes donne les fondements de la construction symbolique du dispositif pariétal, où l’homme, non dénué d’une expression bestialisée, n’est pas totalement exclu, de même que la symbolique abstraite, suggérée par l’association exceptionnelle d’un signe de type 4 (alignement de 5 points) à un cheval.

Cette approche s’est avérée essentielle pour la détermination des conventions graphiques spécifiques au dispositif pariétal et leurs déclinaisons.

Texte intégral

1L’étude chronostratigraphique du site d’habitat a mis en évidence l’origine pariétale des quatorze fragments sculptés, gravés et peints recueillis sur la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire et dans le talus sous‑jacent à la grotte du Roc (fig. 65), au cours des fouilles réalisées par le Dr Henri‑Martin entre 1926 et 1931 (cf. § 3.3.1 et 3.3.2 ; Tymula 1998). Les fragments de la frise sont décrits dans l’ordre de leur découverte en respectant la désignation alphabétique établie par le Dr Henri-Martin (tabl. X).

FIG. 65
Plan de répartition des fragments de la frise sculptée d’après le Dr Henri-Martin (Arch. H.-M. carnet : 107). AB suidé et cheval ; C jument et bovidés mutilés ; C’ jument – altérations profondes ; D jument et cheval superposés ; F bœuf musqué – la charge ; G oiseau ; H bovidé incomplet ; I rhinocéros – peinture ; JK renne ; LMNN’ renne ; O bouquetins affrontés ; P bison.

Fragment

no

Intitulé

Abréviation

fig. no

Fragment ABC

no 1
no 2
no 3
no 4
no 5
no 6
no 7
no 8

Boviné inédit
Bison-Sanglier
Cheval
Cheval inédit
Tracés indéterminés
Cheval
Membre antérieur gauche de bison
Cheval incomplet

Bov. 1
Bi. 1-Sa. 1
Ch. 1
Ch. 2
Ind. 1 à 5
Ch. 3
Bi. 2
Ch. 4

68, 69, 71
68, 69, 72, 73
68, 69, 74, 75
68, 69, 76, 77
68, 69
78, 79, 81, 82
78, 79, 83
78, 79, 84

Fragment C’

no 9

Cheval

Ch. 5

85, 86, 87, 89, 90

Fragment D

no 10
no 11
no 12
no 13

Cheval
Vestige d’une tête animale indéterminée
Tête animale inédite indéterminée
Points rouges inédits

Ch. 6
Ind. 6
Ind. 7

91, 92, 93, 95, 96
91, 92, 93, 97
91, 92, 93, 98
91, 92, 93, 99, 100

Fragment F

no 14
no 15
no 16
no 17
no 18
no 19
no 20
no 21

Ovibos-Bison
Animal indéterminé
Figuration humaine
Figuration humaine
Tête de cheval
Cheval
Cheval
Tracés indéterminés

Ov. 1-Bi. 3
Ind. 8
Hu. 1
Hu. 2
Ch. 7
Ch. 8
Ch. 9
Ind. 9 et 10

102, 103, 105, 106, 107
102, 103, 105, 108
102, 103, 109, 110
102, 103, 105, 111
102, 103, 105, 112
102, 103, 113
102, 103, 105, 114
102, 103

Fragment G

no 22
no 23

Oiseau
Animal indéterminé

Ois. 1
Ind. 11

115, 116, 117
115, 116

Fragment H

no 24

Bouquetin incomplet

Bo. 1

118, 119, 121

Fragment I

122

Fragment JK

no 25
no 26
no 27

Renne incomplet
Anneau à plat inédit
Tracés indéterminés

Re. 1
A. 1
Ind. 12

123, 124, 125
123, 124, 126
123, 124, 127

Fragment LMNN’

no 28

Renne incomplet

Re. 2

128, 129, 130, 131

Fragment O

nos 29, 30
no 31
no 32
no 33

Bouquetins affrontés
Protomé de bouquetin inédit
Ébauche d’un anneau d’angle
Tracé indéterminé

Bo. 2, Bo. 3
Bo. 4
A. 2
Ind. 13

132, 133, 134, 137, 138
132, 133, 134, 139
132, 133, 134, 140
132, 133, 134

Fragment P

no 34
no 35

Bison
Tracé indéterminé

Bi. 4
Ind. 14

142, 144
142

Fragment R

no 36
no 37
no 38
no 39

Bouquetin
Protomé de bouquetin inédit
Bison acéphale inédit
Anneau d’angle

Bo. 5
Bo. 6
Bi. 5
A. 3

145, 147, 148
145, 147, 149
145, 147, 150
145, 147, 151

Fragment S

no 40
no 41
no 42

Bouquetin acéphale
Protomé de bouquetin
Bison

Bo. 7
Bo. 8
Bi. 6

152, 154, 155
152, 154, 156
152, 154, 157

TABL. X
Inventaire des figurations du dispositif pariétal, a suivant l’ordre de leur présentation dans ce chapitre.

Abréviation

Intitulé

no

page no

A. 1
A. 2
A. 3

Anneau à plat inédit
Ébauche d’un anneau d’angle
Anneau d’angle

no 26
no 32
no 39

193
206
221

Bi. 1-Sa. 1
Bi. 2
Bi. 4
Bi. 5
Bi. 6

Bison-Sanglier
Membre antérieur gauche de bison
Bison
Bison acéphale inédit
Bison

no 2
no 7
no 34
no 38
no 42

144
157
207
220
225

Bo. 1
Bo. 2, Bo. 3
Bo. 4
Bo. 5
Bo. 6
Bo. 7
Bo. 8

Bouquetin incomplet
Bouquetins affrontés
Protomé de bouquetin inédit
Bouquetin
Protomé de bouquetin inédit
Bouquetin acéphale
Protomé de bouquetin

no 24
nos 29, 30
no 31
no 36
no 37
no 40
no 41

189
200
205
214
219
223
225

Bov. 1

Boviné inédit

no 1

141

Ch. 1
Ch. 2
Ch. 3
Ch. 4
Ch. 5
Ch. 6
Ch. 7
Ch. 8
Ch. 9

Cheval
Cheval inédit
Cheval
Cheval incomplet
Cheval
Cheval
Tête de cheval
Cheval
Cheval

no 3
no 4
no 6
no 8
no 9
no 10
no 18
no 19
no 20

148
151
153
159
162
165
182
183
184

Hu. 1
Hu. 2

Figuration humaine
Figuration humaine

no 16
no 17

178
181

Ind. 1 à 5
Ind. 6
Ind. 7
Ind. 8
Ind. 9 et 10
Ind. 11
Ind. 12
Ind. 13
Ind. 14

Tracés indéterminés
Vestige d’une tête animale indéterminée
Tête animale inédite indéterminée
Animal indéterminé
Tracés indéterminés
Animal indéterminé
Tracés indéterminés
Tracé indéterminé
Tracé indéterminé

no 5
no 11
no 12
no 15
no 21
no 23
no 27
no 33
no 35

153
168
168
176
185
187
194
206
212

Ois. 1

Oiseau

no 22

185

Ov. 1-Bi. 3

Ovibos-Bison

no 14

171

Re. 1
Re. 2

Renne incomplet
Renne incomplet

no 25
no 28

191
194

Points rouges inédits

no 13

169

TABL. X
Inventaire des figurations du dispositif pariétal, b suivant l’ordre alphabétique.

5.1 Fragment ABC

2No inv. MAN : 75 044 (fragment AB) ; 74 483c (fragment C).

3Dim. max. après équarrissage (en cm) : fragment AB, long. : 140 ; larg. : 40 (gauche), 60 (centre), 28 (droite) ; ép. : 23 ; fragment C, long. : 84 ; larg. : 61 ; ép. : 15. Long. AB + C : 224.

4Poids : + de 600 kg.

5Origine stratigraphique : extrémité est de la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire.

6Contexte archéologique : la couche sur laquelle reposaient les fragments contenait : 2 pointes à cran, 1 feuille de laurier, 1 dent de loup percée, 1 grattoir rectangulaire en cristal de roche et de nombreux éclats.

7Attribution chronologique : Solutréen supérieur.

8Date de la découverte : 6 octobre 1927.

9Emplacement dans le dispositif pariétal : ensemble 1 , panneau 1a (cf. §7.3).

10Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 61, 67-73, 106, 107.

11Dans la littérature consacrée aux sculptures de l’abri-sous-roche intermédiaire, ces deux fragments sont décrits séparément en raison de leur découverte successive. Or il est apparu, à la lecture des notes inédites prises par le Dr Henri-Martin au moment de leur dégagement sur la plate-forme, que ces masses calcaires étaient solidaires, qu’elles n’avaient pas subi de dislocation et qu’il n’y avait pas d’interruption entre les figures (Arch. H.-M. carnet : 70). À ces observations, il joignait un croquis sur lequel il avait figuré les deux éléments alignés formant un seul et même bloc, dont la longueur estimée après équarrissage est de 2,24 m (fig. 66). L’analyse de la face sculptée de ces deux fragments réunis atteste l’importance de cette information, à laquelle il ne fut jamais fait allusion, car celle-ci était en contradiction avec l’hypothèse pressentie d’un véritable art sculpté sur blocs (cf. § 3.3.2). Les deux fragments de ce pan de paroi sont présentés séparément, car leur raccord exact ne peut être réalisé en raison de l’équarrissage de leur face inférieure et de leurs bords latéraux. La découverte récente d’un cheval incomplet inédit (Ch. 2), dont une partie de l’avant-train est située sur le fragment C et une partie de l’arrière-train sur le fragment AB, a permis néanmoins la reconstitution précise de la construction graphique de cette partie du dispositif (Tymula 1998 : 159, 160, fig. 17) (fig. 67).

FIG. 66
Position originelle des fragments AB et C. Croquis inédit de la main du Dr Henri-Martin (Arch. H.-M. carnet : 67) :
« Découverte de sculptures en bas-relief, vers 3h après-midi, après un coup de mine dans le bloc A. Heureusement le trou était oblique en arrière pour obtenir plus d’effet et la sculpture qu’on ne pouvait alors soupçonner n’a pas été atteinte. Le bloc A fendu en arrière a culbuté en avant et en lui faisant faire, en avant, deux quartiers, la sculpture est apparue. J’avais l’assistance heureuse de MM. Coutier et Brisson. Les sculptures étaient placées face en dessous contre la couche solutréenne ; le dos des animaux dirigé en avant. Jeudi 6 octobre 1926. »

FIG. 67
Relevé synthétique des sculptures des fragments AB et C réunis.

12Le démantèlement de la paroi sculptée et l’équarrissage ont irrémédiablement détruit la morphologie originelle de l’ensemble des fragments de la frise. Toutefois, ce raccord révèle une composition exceptionnelle de plusieurs figures animales sur un même registre, où l’intégration volontaire des particularités morphologiques de la paroi, comme leur modification par un travail intensif de sculpture, attestent du rapport fondamental de l’œuvre au support. Afin de ne pas dénaturer cette structuration en employant le terme trop restrictif de « fragments », il convient dorénavant d’évoquer un ensemble « A », qui comprend les figures du fragment AB et un ensemble « B », qui regroupe la suite de la composition sur le fragment C. Partant de ce postulat, le concept de frise prend alors tout son sens.

Ensemble A
fig. 68-70

13Cet ensemble regroupe quatre figures animales : 1 boviné, 1 bison-sanglier, 1 cheval, la ligne thoraco-lombaire d’un cheval et le reliquat de sculptures indéterminées.

FIG. 68
Ensemble A (fragments AB)

FIG. 69
Ensemble A. Relevé analytique.

FIG. 70
Ensemble A. Levé de coupe.

no 1 Boviné inédit (Bov. 1)
fig. 71

14• Long. du corps, du museau au pli de l’aine (LC) : 20,6 cm ; haut, du corps (HC) : 8,7 cm ; long, de la tête (LT) : 3,9 cm ; ép. de la tête (ET) : 2,5 cm ; long, de la corne : 6,5 cm ; long, des membres antérieurs : 2,9 cm. Il s’agit de la plus petite figure de la composition.

15Cet animal en profil droit fut découvert au cours du relevé graphique de la zone sculptée, en 1995. Situé à l’extrémité supérieure droite, 5 cm en avant du bison-sanglier, il est incomplet, réduit à son avant-train. Dans ce cas, la fracturation de la paroi n’est pas directement à l’origine de ce morcellement ; la présence de trois points d’impact déterminant d’importantes cupules sur le bord supérieur atteste que celui-ci a été causé par l’équarrissage de la masse calcaire, qui fut effectué in situ, antérieurement à l’opération de nettoyage de la face encroûtée de sédiment. Le choix de cet emplacement semble avoir été dicté par la forme d’une arête du pan rocheux (bord latéral droit dans l’état actuel de la frise), dont la sinuosité et la convexité naturelle évoquèrent peut-être au sculpteur la ligne thoraco-lombaire de ce quadrupède.

FIG. 71
Ensemble A. Détail du boviné oblique descendant Bov. 1.

16En position descendante sur un plan imaginaire incliné, cet animal gracile est perceptible sous le jeu de la lumière incidente. La tête est en extension vers l’avant, dirigée vers le sol, ce qui provoque une élévation importante de son garrot et une atténuation de l’arc concave sous-mandibulaire, qui forme normalement un angle prononcé lorsque la tête est en position horizontale et portée droite ; une nette concavité unit ainsi l’antérieur droit et le poitrail, jusqu’au museau arrondi. La tête est allongée, avec un chanfrein rectiligne, et l’absence de détails internes est à noter. Une corne épaisse, sinueuse et parallèle à l’axe de la tête qu’elle dépasse en longueur, permet, selon toute probabilité, de rapporter cet animal à un jeune boviné, sans précision du genre. Cet appendice n’est pas représenté sur le même plan que le corps et la tête de l’animal, mais sur l’autre face de l’arête adoucie, ce qui exige un déplacement physique de l’observateur et la recherche d’un nouvel éclairage afin de saisir ce détail.

17Le corps est cylindrique et relativement volumineux. La ligne ventrale présente une légère voussure à sa partie moyenne, à l’union du thorax osseux et de la paroi abdominale musculaire, tandis que le rachis thoracique est à peine convexe et épouse le relief naturel de l’arête du pan rocheux. Il est porté par des antérieurs grêles dont la raideur ne doit pas faire illusion sur la dynamique de la représentation. Ils sont en extension avant décalée, l’antérieur gauche étant le plus avancé et le plus complet, car une écaille de la roche a emporté une partie du métapode du membre antérieur droit. Les rapports de longueur entre les segments sont exacts et ceux-ci sont bien proportionnés. L’extrémité est de lecture difficile en raison de l’irrégularité du calcaire, mais il semble que le sculpteur a traité cette partie anatomique à la manière des sabots des chevaux qui composent cette frise, c’est-à-dire en esquissant une forme arrondie. Ces membres expriment une dynamique de mouvement, comme si l’animal se repoussait en arrière ou résistait à son propre poids sur une pente, ce qui correspondrait exactement à sa position. Dans cette attitude, on peut admettre qu’il flaire le sol, ou l’eau, boit ou pâture. Cette connotation statique-dynamique est commune aux rennes Re. 1 et Re. 2 et révèle l’image instantanée d’un animal en action.

Technique

18D’un point de vue technique, il est à noter un traitement préalable de cette partie du support par un piquetage moyen destiné à la mise en relief anatomique de l’animal : dégagement de la saillie de l’épaule et du coude, circoncision de la région céphalique. Les contours de la silhouette ont été ensuite délinéés par un trait large à section angulaire asymétrique, dont la lèvre interne est légèrement modelée. La profondeur de ce tracé est variable, située entre 0,5 cm au niveau du membre antérieur droit et 1,9 cm à la hauteur de la concavité de la nuque. La tête est traitée en relief semi-méplat. Elle est cernée par un tracé à section recticurviligne à un bord modelé et un bord abaissé. La profondeur de ce contour oscille entre 0,4 et 1,8 cm. La zone de dégagement fut abaissée par un fin piquetage et régularisée par un raclage superficiel, principalement au niveau des antérieurs et de la tête. Cette surface offre un contraste marqué avec la plage calcitée qui sépare les deux représentations animales.

no 2 Bison-Sanglier (Bi. 1-Sa. 1) fig. 72, 73

19La méthode de calcul des caractères métriques des représentations paléolithiques de bisons, mise au point par L. Pales à partir de quadrilatères d’inscription (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1981 : 75-87) et corrigée en partie par P. Paillet (1993 : 754-772), fut appliquée à l’ensemble des figurations de bisons de la frise. Les problèmes de déformation dus à la sculpture et à la nature du support sont pris en considération et tendent à relativiser les conclusions que l’on peut tirer de ces données numériques brutes.

20Quadrilatères d’inscription

21Quadrilatère d’inscription antérieur (a) : 26 cm ; quadrilatère d’inscription postérieur (p) : 40 cm ; long, totale (L) : 66 cm ; haut. (H) : 42 cm.

22Rapports entre les quadrilatères d’inscription

23• Rapport p x 100/H (indice d’élongation du segment postérieur et de la hauteur de l’animal) : 95,2. Ce chiffre est supérieur à ceux qui ont été calculés pour l’ensemble des bisons d’Europe et d’Amérique actuels (Paillet 1993 : 762, 763), en raison d’une hauteur au garrot un peu plus importante (H) et d’une longueur du segment postérieur (p) comparativement plus faible.

24• Rapport p x 100/L (indice d’élongation du segment postérieur) : 60,6. Cet indice s’inscrit dans le champ de variation des moyennes de l’ensemble des sujets européens actuels (Paillet 1993 : 766), et suggère que le segment postérieur (p), c’est-à-dire le corps et l’arrière-main confondus, n’est pas excessivement allongé par rapport à la longueur totale de l’animal (L).

FIG. 72
Ensemble A. Bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1. a Détails des membres postérieurs, b Détail des membres antérieurs.

FIG. 73
Ensemble A. Bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1. a Détail de la tête. b Détail de la crinière.

25• Rapport H x 100/L (indice d’élongation de la hauteur du garrot par rapport à la longueur totale de l’animal) : 63,6. Ce rapport atteste d’un allongement corporel très proche de celui du bison américain (Bison bison L.) de référence (Paillet 1993 : 767). Le bison-sanglier est donc plus long en totalité, comparativement à sa hauteur.

26• Rapport a x 100/H (indice d’élongation du tronc céphalique [a] par rapport à la hauteur) : 61,9 et rapport a x 100/L (indice d’élongation du tronc céphalique [a] par rapport à la largeur) : 39,3. Ces valeurs se rapprochent totalement de la conformation propre à l’espèce européenne, dans le champ de variation du modèle actuel européen, mâles et femelles confondus (Paillet 1993 : 771). La tête est excessivement rentrée dans le tronc par rapport à la longueur de l’individu et tout aussi fortement par rapport à la hauteur au garrot.

27Mensurations complémentaires

28• Long. de la tête (LT) : 12,8 cm ; ép. de la tête (ET) : 10 cm ; long, de l’oreille droite : 4,8 cm ; ép. de l’oreille droite : 1,8 cm ; long, de l’oreille gauche : 3,1 cm ; ép. de l’oreille gauche : 1,8 cm ; long, de la bouche : 4,5 cm ; larg. de la bouche : 0,9 cm ; long, de l’œil : 2,3 cm : larg. de l’œil : 1,2 cm ; long, de la queue : 9,4 cm.

29• Long. du membre antérieur droit : 9 cm ; larg. du membre antérieur droit : 1,2 cm – 4,2 cm ; haut. du sabot : 2,3 cm ; long, du membre antérieur gauche : 6,9 cm ; larg. du membre antérieur gauche : 1,3 cm – 3,3 cm ; haut, du sabot : 2 cm.

30• Long. du membre postérieur droit : 15 cm ; larg. du membre postérieur droit : 1,3 cm – 8 cm ; haut, du sabot : 2,2 cm ; long, du membre postérieur gauche : 11,9 cm ; larg. du membre postérieur gauche : 1,5 cm – 5,9 cm ; haut. du sabot : 2,5 cm.

31Cet animal imposant est la figure emblématique de l’art pariétal du Roc de Sers, celle qui frappe le plus l’observateur par ses proportions –il s’agit de la plus grande représentation de la frise sculptée avec l’ovibos-bison du fragment F–, et surtout par sa parfaite intégration au support. Chacun des éléments ressentis correspond à des données graphiques et scéniques précisément conçues et voulues par l’auteur solutréen.

32Au cours du processus naturel de recul du front rocheux, une large fissure de la paroi calcaire contribua à la création d’un plan de fracture, ou plan de moindre résistance, qui délimita les fragments A et B, amputant le bison-sanglier de sa tête et d’une partie de son encolure. Au cours des fouilles de la plate-forme intermédiaire, les deux masses calcaires désolidarisées ont été retrouvées juxtaposées et presque intactes sur la couche archéologique (Arch. H.-M. no 33 411 ; Tymula 1998 : 159, fig. 13). Cette information atteste que leur chute fut vraisemblablement simultanée, ou que le laps de temps qui sépara leur démantèlement fut de courte durée. Aujourd’hui, une large fissure irrégulière traverse la figure de part en part, depuis le haut de la bosse jusqu’au membre antérieur gauche, sans que celle-ci affecte particulièrement la lecture de ces parties anatomiques.

33Sa position inclinée de 20° vers l’avant, comme s’il était situé sur une petite pente, et les mensurations disproportionnées de son corps, plus long que haut, sont incontestablement dues à l’intégration volontaire des particularités morphologiques de la paroi. L’espace choisi fut utilisé au maximum afin de mettre en valeur l’anatomie de ce corps de bison, dont la masse musculaire se révèle sous les effets de la lumière changeante, et témoigne ainsi d’un sens aigu de l’observation, voire d’une excellente connaissance de la morphologie du modèle. La clé du choix de cet emplacement sur la paroi est incontestablement dans ce rapport volume naturel/anatomie. C’est ainsi qu’en se référant à la musculature « striée » de Bison bonasus (Paillet 1993 : 103, fig. 66), il est possible de rapporter précisément quelques-unes des concavités de la surface calcaire à des zones intermusculaires. Ces dépressions ont été matérialisées sur le relevé analytique : la plus grande se développe le long du rachis thoraco-lombaire et s’intercale entre le muscle brachiocéphalique, qui caractérise l’hypertrophie musculaire du garrot, et le muscle tenseur de la cuisse (tensor fasciœ latœ) ; deux autres dépressions contiguës sont localisées au niveau de l’aine et du départ de la ligne abdominale. Elles correspondent à l’espace intermusculaire logé entre le muscle pectoral (pectoralis profundis), situé à la partie antérieure et latérale du thorax, le muscle tenseur de la cuisse (tensor fasciœ latœ) et le biceps de la cuisse (gluteobiceps). Enfin, une large et profonde concavité a été utilisée pour la mise en valeur de l’épaule, jusqu’à son bord antérieur, tandis qu’une dépression, qui se juxtapose à celle-ci, modèle l’encolure. Une dernière concavité met en relief la position du coude.

34Indépendamment de l’utilisation des courbes naturelles de la surface de la paroi, l’impression de puissance qui se dégage de ce corps est renforcée par une dysharmonie antéro-postérieure. La croupe et la ligne abdominale, très arrondies et relevées vers l’arrière, donnent à l’ensemble du volume thoracique et abdominal une forme tronconique qui accentue cette dysharmonie et laissent apparaître les membres postérieurs plus longs que les antérieurs. Ces caractères morphostylistiques réunis, que le Dr Henri-Martin attribuait à un culte de la fécondité et de la vénération des naissances (Henri-Martin 1927c : 294 ; 1928e : 6, 15 ; 1928g : 61 ; 1928h ; 1928j : 457 ; 1929b : 304 ; 1932a : 3, 4 ; 1932b : 4-7 ; 1933 : 154), ont contribué, avec d’autres, à la définition du style III proposée par A. Leroi-Gourhan qui considérait cette déformation anatomique, exprimée par le terme « animaux bassets » (Leroi-Gourhan 1965a : 252), comme une valeur chrono-stylistique et non une signification physiologique.

35Les membres sont en extension décalée, l’antérieur gauche et le postérieur gauche étant les plus avancés (fig. 72a, 72b). Ils sont représentés dans l’attitude du pas et leur position correspond à la séquence no 15 de la décomposition du pas du Bison enregistrée par E. Muybridge (1957) en photographie (Paillet 1993 : 115, fig. 69). Il s’agit de l’allure la plus lente du Bison, au cours de laquelle les antérieurs et le membre postérieur gauche touchent le sol, tandis que le membre postérieur droit est sensiblement levé et tendu vers l’arrière. Cette attitude est parfaitement retranscrite ici avec un souci de précision des détails anatomiques. Elle peut être qualifiée d’animation coordonnée latérale, car le rendu du mouvement coordonne deux parties du corps, selon la définition proposée par A. Leroi-Gourhan (1979 : 76), et les membres se déplacent par bipèdes (Leroi-Gourhan 1992 : 270, 271). Ce type d’animation caractérise, entre autres, le bouquetin Bo. 1, le bison Bi. 4, le bouquetin Bo. 2 et le bouquetin Bo. 5 dont la taille de l’enjambée a permis au sculpteur de figurer le scrotum, qui dépasse le niveau du grasset. Il ne fut pas représenté chez le bison-sanglier, alors qu’un tel espace est offert par l’éloignement des deux membres et une aine profonde dessinée par le pli du grasset, la pointe de la hanche et le contour ventral. Cependant, doit-on pour autant considérer l’absence de cet organe comme le reflet d’une réalité ? Le bison-sanglier est-il une femelle, comme devraient l’être la plupart des animaux de la frise, pour lesquels fait défaut cette partie anatomique ? Nous pensons qu’il s’agit bien là d’une option graphique, et non d’un quelconque oubli ou d’un renoncement devant la difficulté de la mise en place de cet organe.

36De façon générale, les rapports de longueur et d’épaisseur entre les différents segments sont exacts, bien que les membres soient relativement courts. La saillie de la pointe du jarret et du genou est accusée et les extrémités, graciles et bisulques, témoignent de qualités d’observation exceptionnelles. Les doigts externe et interne sont bien individualisés et surmontés d’un ergot, mais le talon n’a été mis en valeur que sur le pied du membre postérieur gauche. Une petite zone circulaire, sculptée en avant du membre antérieur gauche, est sans doute le reliquat de celui-ci, qui était peut-être plus long à l’origine, ou d’une esquisse devenue inutile. Afin de conférer une meilleure véracité anatomique à la silhouette, et créer un effet de perspective et d’animation, le sculpteur semble avoir diminué la longueur du canon de ce membre, qui est de ce fait anormalement court et paraît levé. Le rachis thoraco-lombaire montre une croupe arrondie et un rein assez long et ensellé qui s’enchaîne au dos par un ressaut adouci. La convexité du dos s’articule justement avec celle du garrot, dont elle est séparée par une légère échancrure. La queue, d’une longueur anatomiquement correcte et ronde, est en semi-extension à son attache, légèrement décollée de la fesse, dont le galbe donne un beau modelé au train postérieur.

37La tête de cet animal est sans aucun doute ce qui lui confère son originalité. D’un point de vue anatomique, sa morphologie ne répond pas au genre Bison et semble, ainsi que le soulignait le Dr Henri-Martin, se rapporter plutôt à celui d’un carnassier ou d’un suidé (1928e : 6 ; 1928g : 62 ; 1929b : 3 ; 1932b : 5). Portée bas et penchée vers le sol, en correspondance avec le déplacement de l’animal, elle est conique et excessivement rentrée dans le tronc par rapport à la longueur de l’individu, et tout aussi fortement par rapport à la hauteur au garrot, ce qui contribue à la massivité de l’avant-main (fig. 73a). Ce port de tête désigne probablement un animal flairant le sol dans la quête d’une nourriture quelconque. Nous conviendrons volontiers qu’il existe un rapport significatif entre cette attitude et celle du jeune boviné situé à proximité.

38La face antérieure offre un front assez étendu et bombé, suivi d’un museau très allongé dont l’extrémité est fragmentée. La chute du bloc calcaire, qui se produisit au cours du démantèlement du toit de l’abri-sous-roche, est à l’origine de ce morcellement. Les fragments, déplacés sur quelques millimètres seulement, ont été scellés par la calcite et, de ce fait, n’ont affecté que sensiblement la forme du museau, qui était arrondi sans être véritablement terminé par le boutoir caractéristique des suidés. Il convient de remarquer que cette conformation spécifique de la ligne fronto-nasale est différente de celle du Bison. Chez Bison bonasus, la face antérieure offre un front peu étendu, un chanfrein large mais assez court, un bout du nez confondu avec la lèvre supérieure et un mufle épais. Sinueuse et convexe, elle correspond aux différents reliefs de l’arête nasale et du cimier qui la couvre (Paillet 1993 : 99, 148). La bouche, très largement fendue, dégage le menton ; sa longueur équivaut à la moitié de la longueur de la face antérieure. Le long de la lèvre supérieure, des traits de gravure superficiels, sans organisation particulière, paraissent être la matérialisation du pelage de l’animal, car d’un point de vue technologique, ils ne répondent à aucun travail spécifique de la surface. L’œil, non pupillé, est petit et ovalaire à grand axe horizontal. Chez les suidés, celui-ci est appelé « mirette » (Sacchi 1993 : 161). L’oreille droite, solidement érigée sur le crâne en arrière de l’œil, est figurée en vue frontale, le pavillon ouvert vers l’observateur. De forme ovale et pointue à son extrémité, sa longueur est supérieure à celle de l’oreille de Bison bonasus, qui est courte, large et épaisse. Afin de satisfaire la perspective, le sculpteur a introduit une vision de trois quarts de l’oreille gauche ; la tête étant en profil absolu, cet organe n’était normalement pas perceptible. Placé symétriquement à la première oreille, cet appendice dénote une grande maîtrise technique.

39Enfin, une très imposante crinière souligne la ligne frontothoraco-lombaire (fig. 73b). Véritable cimier, cette masse « villeuse » se déploie de la région thoraco-lombaire à la pointe de l’oreille gauche. Nul autre bison au Roc de Sers n’atteste de cette convention graphique, ce qui démontre clairement la volonté de mise en valeur du volume costal de cette bosse, à moins que l’artiste n’ait voulu représenter plus particulièrement la crinière caractéristique de Sus scrofa L., qui est érectile lorsque l’animal est surpris ou irrité. Ce caractère morphostylistique tend à infirmer le critère retenu par A. Leroi-Gourhan dans sa définition du style III, lequel observa que les bisons avaient une bosse dorsale que ne venait pas encore surmonter la crinière hypertrophiée du style IV (Leroi-Gourhan 1965a : 252, 253).

40Deux fins et longs tracés rectilignes, parallèles et obliques ascendants de la droite vers la gauche, traversent le poitrail jusqu’à la fissure, sans qu’il soit possible de déceler une organisation en rapport avec l’extrémité céphalique ou la figure dans son entier. L’ensemble de ces caractères morphologiques, ajoutés à l’absence de cornes et de barbe, telle qu’elle est représentée sur le bison Bi. 4, confirme l’attribution générique pressentie de cette tête à Sus scrofa. Une action volontaire de retaille qui aurait totalement modifié la tête du bison, ainsi que l’avaient suggéré A. Leroi-Gourhan (1965a : 253 ; 1983-1984 : 252) et H. Delporte (1984 : 581), semble peu convaincante, car la tête et le corps se trouvent sur le même plan, le piquetage est homogène et aucune trace de destruction des cornes n’est apparente.

41Il s’agit donc véritablement ici d’une figure composite, mi-bison, mi‑sanglier, dont le statut iconographique s’oriente incontestablement vers une sorte de non-objectivité figurative. Elle atteste que les Solutréens ont élaboré une sémantique propre à l’imagerie animale. Cette évolution psycho-culturelle est perceptible dans l’art aurignacien et magdalénien d’Europe occidentale et orientale, comme elle l’est partout dans le monde, dans beaucoup de cultures post-paléolithiques, mais il s’agit ici de l’un des rares témoins de cette préoccupation symbolique dans l’art solutréen, où elle était jusqu’à présent considérée comme inexistante. L’inventaire établi par R. Bégouën fait état de neuf cas, dont ce bison-sanglier, répondant aux critères de détermination des animaux composites (Bégouën 1993 : 201). Citons parmi ces figurations singulières, le cervidé à tête de bison et l’ours à tête de loup de la grotte des Trois-Frères (Montesquieu-Avantès, Ariège), et le saumon ou truite à nageoire de thon de la grotte d’El Pindal (Pimiango, Oviedo, Espagne). En regard des résultats de l’étude entreprise par L.G. Freeman au sujet, entre autres, des figurations de sangliers de la grotte d’Altamira (Freeman 1977), résultats que confirme J.-M. Apellaniz (1982 : 56, 57), il convient de conclure que l’association de ces deux thèmes est ici unique dans l’art paléolithique et enrichit ainsi le bestiaire pariétal du Roc de Sers. En effet, l’animal situé à l’entrée de la Grande Salle de la grotte d’Altamira et décrit par H. Breuil comme un sanglier réutilisant une figure de bison plus ancienne (Breuil, Obermaier 1935 : 27), ne peut désormais plus être associé aux figures composites et supporter la comparaison avec le bison-sanglier du Roc de Sers. L.G. Freeman (1977 : 169) précise que la faiblesse de l’éclairage dont disposait l’abbé Breuil est vraisemblablement à l’origine de cette erreur d’interprétation. C’est ainsi que la projection du museau de l’animal, caractère morphologique spécifique de la hure du sanglier, dont l’abbé Breuil fournit un relevé graphique précis (Cartailhac, Breuil 1906 : 90, pl. XIV), n’est en réalité que le résultat d’une confusion avec des fissures naturelles de la roche. Les quelques traces de peinture noire qui existent à l’endroit de ce museau présumé ne peuvent être rapportées à celui-ci car, ainsi que le souligne L.G. Freeman, sur la paroi adjacente demeurent beaucoup de traces de ce type sans qu’il soit possible de les associer à aucune figure animale. D’autre part, au cours de l’examen des parois, L.G. Freeman découvrit une série d’incisions qui échappèrent à l’abbé Breuil. Le véritable museau de l’animal est délimité par une profonde incision et un autre tracé indique la partie supérieure de la région nasale. De plus, la figure arbore une barbe bien marquée, que ne possède pas le sanglier, de même qu’une encornure gravée et rehaussée de peinture noire. Il conclut alors :

  • 1 – « La figure qui résulte de cette nouvelle analyse est un bison parfaitement caractéristique et no (...)

« La figura que resulta de este nuevo análisis es un bisonte perfectamente característico y no un jabalí. Además, a juzgar por la morfología de su cuerpo, es un macho fuerte [...]. La presencia del animal se integra muy bien en la interpretación del conjunto polícromo del techo de la Sala Grande como une manada de bisontes. Además, este nuevo bisonte está dibujado en une postura de enfrentamiento con otro, probablemente macho1 » (Freeman 1977 : 170).

Technique

42Il est indéniable que l’intégration visuelle des formes de ce pan de paroi, qui évoquèrent au sculpteur solutréen la silhouette spécifique du Bison, a précédé la réalisation matérielle de la sculpture. Les variations de la lumière naturelle, comme les incidences de la lumière artificielle, ont sans doute constitué des paramètres incontournables dans la mise en place graphique de l’ensemble des éléments.

43Dans un premier temps, les contours de l’animal ont été cernés par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen très soigné, par percussion lancée punctiforme perpendiculaire. Ce travail fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). Au niveau des parties anatomiques offrant un arrondi physiologique (galbe de la fesse, ligne ventrale, croupe, garrot, épaule, ligne fronto-nasale), la lèvre interne a été modelée (émoussé du bord interne), tandis que pour le reste de la silhouette, elle forme un angle droit. La profondeur de ce tracé oscille entre 0,2 et 4,4 cm : ligne thoraco-lombaire 0,8 à 1,2 cm ; fesse 0,8 à 1 cm ; membres postérieurs 0,2 à 1,4 cm ; ligne ventrale 1,3 à 2 cm ; membres antérieurs 0,4 à 1,3 cm ; encolure 1 à 1,4 cm ; ligne fronto-nasale 0,9 à 1,4 cm ; bosse 0,4 à 4,4 cm ; crinière 0,2 à 3,6 cm.

44Afin d’accentuer l’impression de relief des membres antérieur et postérieur droits, le sculpteur adopta la technique du relief « différentiel », procédé qui lui permit, en diminuant l’épaisseur des membres postérieur et antérieur gauches, de donner l’illusion que ceux-ci passent derrière les précédents. Le même procédé fut employé pour la mise en relief du volume costal de la bosse, la crinière ayant été amoindrie sur 1 cm environ.

45Une opération consista ensuite en un puissant raclage, pratiqué sur l’ensemble du corps de l’animal et destiné à estomper les traces de piquetage et modeler les zones correspondant à des reliefs musculaires. Les traces de ce travail sont encore visibles sur la cuisse et au niveau de l’encolure. Sur la fesse, le sculpteur n’a pas réussi à effacer un défaut de la roche formant une large cupule irrégulière, mais celle-ci fut tout de même légèrement atténuée.

46La zone de dégagement (ou surface exopérigraphique) fut alors abaissée obliquement par un fin piquetage en série linéaire droite, et régularisée à certains endroits par un raclage superficiel, principalement à la hauteur des antérieurs et de la tête. Dans cette zone, elle dessine une petite cuvette qui tend à abaisser le fond et mettre fortement en relief le volume de la tête. De façon générale, la surface exopérigraphique forme un angle constant de 120° avec le bord interne du tracé de contour, et offre un contraste marqué avec la plage laissée brute, et aujourd’hui calcitée, située sous l’animal. La largeur de cette surface est comprise entre 0,5 et 6 cm : ligne thoraco-lombaire 0,8 à 1,6 cm ; fesse 0,5 à 2 cm ; membres postérieurs 0,4 à 2,4 cm ; ligne ventrale 1 à 2,8 cm ; membres antérieurs 1 à 1,8 cm ; encolure 3,2 à 6 cm ; ligne fronto-nasale 2 à 5,2 cm ; bosse 4,2 cm ; crinière (zone fracturée).

47Si les interventions précédentes ont été effectuées au moyen d’outils puissants (percuteurs de silex aménagés en pics), certains détails, comme les oreilles, l’œil, la bouche, les sabots bisulques et la queue, ont vraisemblablement été traduits par des outils minces et tranchants (éclat de silex ou burin). Les oreilles sont mises en relief par réserve. Le trait de contour est à section recticurviligne à un bord modelé (prof. moy. : 0,4 cm). Le pavillon est indiqué par un large sillon à section courbe (prof. : 0,4 cm). L’œil est obtenu par une incision à section angulaire asymétrique (prof. : 0,2 cm). Un large trait surcreusé, à section angulaire, matérialise la bouche (prof. : 0,9 cm). Des tracés fins à section angulaire dessinent le pelage du museau. La séparation des deux doigts des pieds de l’animal a été réalisée par un trait large à section angulaire (prof. moy. : 0,4 cm). Enfin, un profond et large tracé à section recticurviligne à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par réserve, dessine la queue (prof. moy. : 0,5 cm).

48Enfin, la tête fut entièrement polie, ce qui contribua à uniformiser les impacts de piquetage et les traces de raclage, que l’on devine encore sous la lumière incidente et malgré la présence de quelques plages de calcite. Plusieurs moyens ont pu être employés pour effectuer cette opération : égrisage au galet, égrisage au bioxyde de manganèse (cf. § 3.4.3), adoucissement au sable, égrisage mixte.

no 3 Cheval (Ch. 1) fig. 74, 75

49• Long. du corps, du garrot au sommer de la croupe (LC) : 23 cm ; long, du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 34,5 cm ; ép. du corps (EC) : 19,5 cm ; long, de la tête (LT) : 11,4 cm ; ép. de la tête (ET) : 6,4 cm ; long, de la queue : 12,1 cm.

50• Long. du membre antérieur droit : 13,4 cm ; larg. du membre antérieur droit : 1,7 cm – 2,9 cm ; haut, du sabot : 2,6 cm ; long, du membre antérieur gauche : 13,6 cm ; larg. du membre antérieur gauche : 2 cm – 2,8 cm ; haut. du sabot : 2,9 cm.

51• Long. du membre postérieur droit : 15,8 cm ; larg. du membre postérieur droit : 2,3 cm – 8,1 cm ; haut. du sabot : 2,3 cm ; long, du membre postérieur gauche : 14,4 cm ; larg. du membre postérieur gauche : 2,6 cm – 4,1 cm ; haut. du sabot : 2,2 cm.

52La silhouette modelée de ce cheval orienté à droite est complète, à l’exception de la nuque et d’une partie de l’encolure, désolidarisées de cet ensemble sculpté au cours du démantèlement du toit de l’abri-sous-roche. Le métapode antérieur droit, dont il ne subsiste qu’un fragment médian, a également souffert lors de la chute du pan de paroi. En position ascendante sur un plan imaginaire incliné de 20°, moins de trois centimètres séparent ce cheval du bison-sanglier qui le précède. La disposition de ces deux animaux à la file donne l’illusion qu’ils franchissent un obstacle, non matérialisé dans la roche. En effet, aucune ligne de sol n’est indiquée et pourtant, ils ne semblent pas flotter dans l’espace, car le sculpteur a utilisé au maximum les reliefs naturels qu’offrait la paroi dans cette zone. L’intégration volontaire des particularités morphologiques de la surface calcaire est sans doute imputable au fait que le cheval soit de taille inférieure au bison-sanglier. Le Dr Henri-Martin, qui fit état de cette disproportion, rapporta ces mensurations à celles d’un chien fox (1928g : 63). Un effet de perspective, recherché par le sculpteur, peut également être invoqué pour expliquer cette différence de taille, comme semble le prouver la technique de mise en relief de la silhouette, qui tend à abaisser au maximum le fond sur lequel elle se détache, et donner ainsi l’impression que le cheval est plus éloigné que le bison-sanglier.

53L’observation générale met aussitôt en valeur l’ampleur et la puissance de l’encolure et de la ligne ventrale, dont la mise en volume relève de conventions morphostylistiques spécifiques aux chevaux de la frise. S’agissant de l’encolure, l’absence de contour délinéant la crinière et la figuration de trois quarts du poitrail contribuèrent à sa massivité.

FIG. 74
Ensemble A. Cheval Ch. 1. a Détail des membres postérieurs, b Détail des membres antérieurs.

FIG. 75
Ensemble A. Cheval Ch. 1. Détail de l’encolure, de la crinière et de la tête.

54Aucun détail morphologique ne permet d’apprécier le volume, la direction et le port de la crinière, qui semble se fondre dans la paroi, comme si l’animal n’avait pas été totalement extrait de la pierre (fig. 75). Le départ de la ligne thoraco-lombaire permet toutefois d’estimer sa longueur (environ 17 cm).

55Le rachis montre une croupe arrondie et un rein assez long et ensellé qui s’enchaîne au dos par un garrot peu marqué, en raison de l’importance de l’encolure. La pointe de la fesse, correspondant à la tubérosité ischiatique sur le squelette, n’est pas marquée, et l’implantation de la queue tombant à la verticale est anormalement basse, située au départ de la cuisse. Cette attache est visible aujourd’hui, car sur le bord de la cuisse, une large plage de brèche résistante a été détachée volontairement par le Dr Henri-Martin au cours du nettoyage du fragment, et laisse entrevoir la surface originelle. Très rudimentaire, l’appendice caudal dénote la difficulté du sculpteur devant la réalisation de ce détail anatomique, dont il ne subsiste que le fond de trait de contour gauche. En effet, un piquetage a contribué à effacer la presque totalité de la queue, laquelle devait être bien fournie compte tenu de la largeur de la zone délimitée par les cupules laissées dans la matière.

56Comme pour le bison-sanglier, la ligne abdominale, très arrondie et ascendante vers l’arrière, donne à l’ensemble du volume thoracique et abdominal une forme tronconique, qui accentue la massivité de l’animal et laisse apparaître les membres plus courts et trapus que la moyenne, les postérieurs étant plus longs que les antérieurs. Ce développement abdominal confortait le Dr Henri-Martin dans l’hypothèse d’un état gravide des représentations animales et de l’existence d’un culte de la fécondité et de la vénération des naissances qu’il défendait (Henri-Martin 1927c : 294 ; 1928e : 6, 15 ; 1928g : 61 ; 1928h ; 1928j : 457 ; 1929b : 304 ; 1932a : 3, 4 ; 1932b : 4- 7 ; 1933 : 154). Une large concavité naturelle située à l’arrière du coude, au niveau du muscle pectoral, fut sciemment utilisée pour mettre en volume la poitrine et accentuer l’ampleur de la ligne ventrale. Contrairement à la profusion des reliefs naturels qui précédèrent en quelque sorte la réalisation du corps du bison-sanglier, il s’agit ici de l’unique particularité morphologique offerte par la surface calcaire, et cette intégration manifeste atteste une fois de plus que le choix du support et le choix figuratif sont parfaitement corrélatifs.

57La traduction du mouvement de ce cheval est sans aucun doute l’un des caractères qui lui confère son originalité. La position des membres a suffi à transcrire une attitude de pas, qui a pu être mise en évidence au cours du relevé graphique de la sculpture : il s’agit de l’amble, allure au cours de laquelle l’animal se déplace en levant en même temps les deux pattes du même côté. Ce type d’animation peut être défini comme coordonnée latérale (Leroi-Gourhan 1979 : 76 ; 1992 : 270, 271). Le membre postérieur droit est sensiblement levé et en extension arrière pointée, et le membre antérieur droit a le genou légèrement fléchi ; les autres membres sont en flexion normale de sustentation (fig. 74a et b). Il convient de noter que le membre postérieur droit se superpose à la croupe d’un animal inédit orienté à gauche, découvert au cours du relevé graphique de cet ensemble (fig. 76). Il s’agit de l’unique superposition, au Roc de Sers, de deux animaux sculptés, sans qu’il y ait eu modification de l’une et de l’autre figure. Un effet de perspective était vraisemblablement recherché par le sculpteur, comme il fut démontré à plusieurs reprises, ou peut-être s’agissait-il d’une retaille de la figure sous-jacente, que l’on pourrait qualifier de retaille épargnante dans ce cas. La confrontation morphologique du support avec les données techno-stylistiques des figures permet d’envisager à la fois les deux hypothèses (Tymula 1998 : 159). Cette découverte infirme l’idée, avancée par B. et G. Delluc, d’une absence de superposition d’animaux en deux plans évidents (Delluc, Delluc 1991 : 314).

58Les rapports de longueur et d’épaisseur entre les différents segments sont exacts pour les membres postérieurs, alors que pour les antérieurs, le métapode est court par rapport à l’avant-bras. La saillie de la pointe du jarret et du genou est très accentuée, à l’exception du membre antérieur droit, pour lequel le genou a disparu au moment de la chute du fragment. Les extrémités s’achèvent par un sabot quelque peu arrondi, avec figuration du boulet, qui est bien individualisé.

59Le sabot du membre postérieur gauche, très en relief, est le plus proche de la réalité anatomique, le sculpteur ayant traduit l’angulation caractéristique du pied des équidés, qui est oblique vers l’avant suivant un angle compris entre 130° et 135° environ.

60L’épaule et la tubérosité correspondant à la pointe humérale sur le squelette sont fortement mises en relief par la technique du relief différentiel, l’épaisseur du poitrail ayant été amoindrie sur quelques centimètres. Cependant, le sculpteur, afin de mettre en valeur le volume musculaire de cette partie anatomique, a prolongé exagérément la ligne de contour de l’épaule, qui se poursuit en arc de cercle jusqu’à la région scapulaire et déséquilibre la silhouette en créant une séparation artificielle entre le corps et la tête.

61Le même procédé fut employé pour dessiner le pli du grasset, dont la longueur atteint les deux tiers de la largeur du tronc, allonge la cuisse et recule profondément le plan abdominal. Un autre effet visuel, destiné à satisfaire la perspective, répond à une convention graphique de représentation du poitrail et des reliefs ostéomusculaires des chevaux et des bouquetins sculptés du Roc de Sers : la vision de trois quarts du poitrail et de la pointe de la seconde épaule. Le corps étant en profil absolu, cette convexité ostéomusculaire n’est normalement pas perceptible. Ce traitement graphique et technique très poussé témoigne de l’importance incontestable de la puissance musculaire animale dans la symbolique solutréenne, mais également et surtout d’une parfaite connaissance de la morphologie des modèles, et d’une maîtrise des volumes et de la lumière.

62Un certain perfectionnisme du détail caractérise la tête, qui est portée droite, le bord inférieur de la mandibule étant assez proche du bord antérieur de l’encolure (fig. 75). Courte et large, elle se rapproche de la conformation hippologique de la tête dite « empâtée » (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1981 : 48, fig. 13, no 6). L’attention est attirée électivement vers la saillie du masséter, traitée en relief différentiel, qui se détache très distinctement du chanfrein et du plat de la joue. Le front est convexe, mais le vertex et les oreilles font défaut en raison de la fracturation supérieure de la frise. Le chanfrein est sinueux et se poursuit par un museau légèrement busqué et arrondi ; le décollement d’un large éclat de matière affecte le contour de celui-ci au-dessus du naseau et rompt la continuité de la ligne fronto-nasale. Le naseau, assez large, est esquissé par un tracé horizontal courbe, tandis que la bouche a été réalisée avec plus de soin. Elle est fermée et les lèvres supérieure et inférieure, ainsi que le menton, ont été modelés avec précision. L’œil est plus suggéré que dessiné par une cupule triangulaire. La ganache est sensiblement concave et un large éclat de matière paraît avoir été volontairement détaché pour l’obtention du creusement du plat de la joue ; on peut d’ailleurs noter que la saillie du masséter ne s’interrompt pas brusquement à cet endroit. Deux longs tracés, situés à la hauteur de la nuque et parallèles à l’encolure, semblent être la matérialisation des crins de la crinière, à moins qu’il ne s’agisse là du dessin du muscle parotido-auriculaire.

Technique

63Les différentes techniques de traduction de la perspective dite « conceptuelle » (Baudry, Bozo 1990 : 378), par opposition à la perspective géométrique employée à partir de l’Antiquité classique, qui tendent à créer certains effets de profondeur, attestent ici d’un haut degré de technicité.

64Indépendamment de la mise en relief de la silhouette de ce cheval par la technique du bas-relief et du relief différentiel, le sculpteur solutréen s’attacha plus particulièrement à l’abaissement du fond sur lequel elle se détache, afin de donner l’illusion de l’extension de la figure en profondeur. Cette dernière apparaît donc sur un plan différent de celui du bison-sanglier auquel elle se juxtapose, bien qu’il n’y ait pas ou peu de distinction d’épaisseur de relief entre les deux figures.

65Par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire et oblique, réalisée à l’aide d’un percuteur de silex aménagé en pic qui provoqua quelques écrasements, de menus éclats et de multiples cupules rondes et allongées suivant la direction empruntée par l’outil et la main, le sculpteur réussit progressivement à modeler la surface exopérigraphique, jusqu’à obtenir la profondeur désirée.

66À l’arrière du cheval, cette zone est la plus concave, si bien que l’animal paraît avoir été sculpté dans le fond d’une cuvette, ainsi que le souligna H. Delporte (1984 : 581). En sculpture, cette technique est appelée « relief à fond de cuvette » (Baudry, Bozo 1990 : 505). La largeur de cette surface oblique est comprise entre 0,5 et 15,4 cm : ligne thoraco-lombaire 7 à 9 cm ; fesse 11,2 à 15,4 cm ; membres postérieurs 2,6 à 6,6 cm ; ligne ventrale 4,2 à 11,6 cm ; membres antérieurs 0,5 à 2 cm ; poitrail 2 à 2,4 cm ; encolure 1 à 2 cm ; ligne fronto-nasale 0,8 à 2 cm.

67On ne peut exclure également que cette surface dégagée et nue ait servi à soustraire les formes aux effets malencontreux des ombres portées, dont le sculpteur avait sans doute pleinement conscience puisqu’il s’est joué de ces incidences sur les reliefs musculaires des animaux qu’il matérialisa.

68Les contours de l’animal ont été cernés par un trait identique à celui qui circonscrit la silhouette du bison-sanglier. De section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, il fut obtenu par une percussion posée linéaire perpendiculaire.

69Sur l’ensemble du contour, la lèvre interne offre un piquetage moyen très soigné (percussion lancée punctiforme perpendiculaire), qui fut suivi d’une régularisation par angle droit, à l’exception du poitrail, de la tête et de la ligne ventraie, où elle est modelée (émoussé du bord interne). La profondeur de ce tracé oscille entre 0,2 cm et 1,9 cm : ligne thoraco-lombaire 1,9 à 1,4 cm ; fesse 0,4 à 1,4 cm ; membres postérieurs 0,2 à 1,2 cm ; ligne ventrale 0,4 à 1,5 cm ; membres antérieurs 0,2 à 0,8 cm ; poitrail 0,4 à 0,8 cm ; encolure 0,4 à 1 cm ; ligne fronto-nasale 0,6 à 1,4 cm. La tête est traitée en demi-relief par dégagement oblique du trait de contour. Cette technique semble lui conférer ici une qualité tactile plus qu’esthétique.

70Afin d’accentuer l’impression de relief des membres antérieur et postérieur droit, le sculpteur adopta la technique du relief différentiel. Le même procédé fut employé pour la mise en relief de la saillie du masséter, qui se détache très distinctement du chanfrein et du plat de la joue, de l’épaule et du pli du grasset.

71Bien qu’une couche de brèche très résistante recouvre la presque totalité de l’animal, il est possible de distinguer dans certaines zones, comme l’encolure et la cuisse, les stigmates d’un puissant raclage qui contribua à modeler les reliefs musculaires et à estomper les traces de piquetage. Sur l’encolure, le raclage s’interrompt brusquement au niveau de la saillie de l’épaule, qui conserve les traces d’un piquetage fin et très régulier.

72Enfin, la mise en forme du museau et du front de l’animal a été réalisée par un raclage plus léger et précis, qui a permis au sculpteur d’indiquer le creux ou poche de la joue et de modeler le bout du nez.

no 4 Cheval inédit (Ch. 2) fig. 76, 77

73• Long. du corps, du garrot au sommet de la croupe (LC) : 13 cm.

74À l’extrémité gauche de cet ensemble subsiste, après fracturation de la frise sculptée, la ligne thoraco-lombaire d’un animal orienté à gauche, sous-jacent au sabot du membre postérieur droit du cheval Ch. 1. Cette sculpture avait été repérée et relevée par le Dr Henri-Martin (1928g : 61, fig. 33), mais il n’en a fait état dans aucune des publications relatives à cet ensemble.

75La croupe est arrondie et un rein très court et sensiblement ensellé s’enchaîne au dos par un garrot peu marqué. La partie inférieure du corps a été emportée par une fracturation horizontale, identique à celle qui affecta la silhouette du cheval Ch. 3, mais contrairement à cette dernière, l’autre partie de l’animal n’a pas été retrouvée.

Technique

76Le contour du rachis a été cerné par la technique observée pour les deux précédentes figures. Un trait à section recticurviligne, à un bord à angle droit et un bord abaissé, fut obtenu par un piquetage moyen très soigné (percussion lancée punctiforme perpendiculaire), qui fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). La lèvre interne forme un angle droit et la profondeur du tracé oscille entre 0,4 et 2 cm : départ de l’encolure 1,4 cm ; ligne thoraco-lombaire 1,9 cm ; croupe 2 cm ; fesse 0,4 cm et pointe de la fesse 0,6 cm.

FIG. 76
Ensemble A. Cheval Ch. 2. Détail de la ligne thoraco-lombaire.

77La diminution progressive de l’épaisseur de la croupe de l’animal (0,4 cm) a permis la mise en relief différentiel du sabot du cheval Ch. 1. Quelques traces d’un puissant raclage sont encore visibles par endroits, notamment au niveau de l’encolure.

78La zone de dégagement de la ligne thoraco-lombaire se différencie de la surface exopérigraphique qui circonscrit l’arrière-train du cheval Ch. 1 , car elle fut obtenue par un piquetage en série linéaire droite, ayant produit deux lignes de cupules ovales d’une taille supérieure aux cupules décrites précédemment.

79En considérant le pan de paroi dans sa forme d’origine au moment de l’effondrement, c’est-à-dire en rapprochant les relevés graphiques synthétiques des fragments AB et C (fig. 67), réalisés indépendamment l’un de l’autre, il est possible d’associer cette ligne thoraco-lombaire à un membre antérieur gauche isolé situé sur le fragment C (fig. 77a) et de reconstituer sommairement la silhouette inédite d’un cheval Ch. 2, dont la conformation est très proche de celle des autres chevaux de la frise sculptée (Tymula 1998 : 159, 160, fig. 15-17). Cette découverte fondamentale atteste la configuration originelle de la paroi sculptée, et permet d’envisager l’existence d’une véritable frise d’animaux représentés à la file. H. Delporte avait déjà pressenti cette composition, mais avec circonspection, car il s’agissait d’un rapprochement plus ou moins « subjectif » (Delporte 1984 : 582).

80• Long. du corps, du garrot au sommet de la croupe (LC) : 13 cm ; long, du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 31 cm ; long, du membre antérieur gauche : 9 cm ; ép. du membre antérieur gauche : 1,6 à 4,7 cm ; haut. du sabot : 2 cm.

81L’attribution générique de cet animal à Equus L. est aujourd’hui confirmée par ce raccord. Elle permet ainsi de réfuter l’attribution zoologique du membre antérieur gauche à un bovidé, que le Dr Henri-Martin (1928g : 67) avait envisagée en raison de la présence du membre antérieur gauche isolé d’un bison lui faisant face. Cette diagnose confortait son idée d’un affrontement entre deux animaux de la même espèce.

FIG. 77
Ensemble A. a Détail du membre antérieur gauche du cheval Ch. 2. b Extrémité gauche de la zone figurative.

82En extension avant pointée, le membre est bien proportionné, avec indication d’un coude très saillant, soutenu par un bras anormalement grêle (fig. 77a). Le genou, sensiblement fléchi, surmonte un métapode assez fin, prolongé d’un sabot arrondi, accompagné d’un boulet bien individualisé. La configuration de ce pied constitue un caractère morphostylistique commun aux chevaux de la frise sculptée. La pointe de l’épaule est particulièrement convexe et prolongée par le départ de l’encolure. Celle-ci devait être très puissante à l’origine si l’on en juge par l’orientation de son bord supérieur qui apparaît en négatif à la suite du décollement d’un très large éclat de matière.

83L’animal est acéphale et la confrontation des données morphostylistiques avec l’observation du support permet d’envisager trois hypothèses quant à l’absence de la tête :

  • la tête a disparu au cours du morcellement de la frise sculptée et occupait peut-être l’emplacement de la zone aujourd’hui fragmentée ;

  • la tête n’a sans doute jamais été sculptée ;

  • dans le cas inverse, la tête a été volontairement effacée. Étant donné la conformation de l’encolure du cheval et la dépression laissée par le détachement des morceaux de calcaire, il est vraisemblable que la zone aujourd’hui fragmentée ait accueilli la tête de l’animal. Dans cette hypothèse, il convient d’envisager un face à face entre ce cheval et le cheval Ch. 3.

84L’observation de la surface travaillée met aussitôt en valeur une séparation nette entre les surfaces exopérigraphiques de contour du membre antérieur gauche des deux animaux, et semble indiquer une antériorité de la figure du bison sur celle du cheval (fig. 77b).

85La zone de dégagement, qui met en relief la patte du bison, a été soigneusement raclée après piquetage, tandis que celle qui circonscrit la patte du cheval est régulièrement et profondément piquetée. La réalisation de cette zone entama nettement une partie de la surface exopérigraphique du membre du bison, et conforte ainsi l’idée d’une mise en place de la figure du cheval postérieurement à la sculpture du bison. L’hypothèse d’un affrontement entre deux animaux de la même espèce, qui avaient été déterminés comme deux bisons, n’est donc pas confirmée.

Technique

86La surface qui cerne le membre antérieur gauche du cheval Ch. 2 peut être qualifiée de surface exopérigraphique de retaille, car sa mise en forme contribua à transformer l’extrémité droite de l’ensemble B, sur une largeur de plus de 6,7 cm, en réduisant la zone de dégagement du membre antérieur gauche du bison. Le sculpteur s’attacha à créer une séparation entre les deux représentations se faisant face, par abaissement de la zone de dégagement du membre antérieur gauche du cheval suivant une ligne verticale. Ce dièdre artificiel donne ainsi l’illusion que le cheval se trouve sur un autre plan que le membre isolé du bison.

87La régularisation de cette surface relativement plane fut obtenue par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire, réalisée à l’aide d’un percuteur de silex aménagé en pic, qui provoqua quelques écrasements, de menus éclats et de multiples cupules rondes et allongées, suivant la direction empruntée par l’outil et la main. Contrairement à la zone de dégagement du membre du bison, le travail de la pierre ne fut pas suivi d’un raclage, destiné à estomper les aspérités laissées par les coups de pic. Tout se passe comme si le sculpteur avait voulu conserver une trace de cette retaille, comme ce fut le cas pour le membre antérieur gauche du bison, préservé de la retaille qui affecta l’ensemble de l’animal auquel il était rattaché. Elle témoigne de l’existence de plusieurs phases symboliques qui contribuèrent à l’élaboration du dispositif pariétal.

88Les contours de la pointe de l’épaule et de la patte ont été cernés par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé à angle droit et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen soigné (percussion lancée punctiforme perpendiculaire) qui fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). La profondeur de ce trait de contour oscille entre 0,3 et 2,2 cm : pointe de l’épaule 1,6 à 2,1 cm ; avant-bras 1,1 cm ; genou 2,2 cm ; canon 2,1 cm ; sabot 1,3 à 2 cm ; boulet 1,3 cm.

no 5 Tracés indéterminés (Ind. 1-lnd. 5) fig. 69

89À l’extrémité inférieure droite, à l’aplomb du jeune boviné Bov. 1, deux tracés courbes d’orientation opposée ont été interrompus par la fracturation du registre inférieur de la frise sculptée. Ils sont profondément gravés, sans qu’il soit possible de les associer au boviné ou au bison-sanglier Bi. 1- Sa. 1, et de déterminer l’extrémité d’une quelconque silhouette animale, qui aurait été emportée au cours du morcellement de la paroi calcaire.

90Trois autres éléments sculptés sont visibles dans le registre inférieur, sous le bison-sanglier. Le premier est un tracé rectiligne irrégulier, situé à proximité du membre antérieur droit de l’animal. Le second fut sculpté au point de convergence des « lignes de sol » sur lesquelles évoluent le cheval Ch. 1 et le bison-sanglier Bi.1-Sa.1, au centre de la plage calcaire laissée brute par ailleurs. Il affecte une forme ovale originale, qui dessine une sorte de coude assez large, à bords convexes, présentant une extrémité supérieure rétrécie en un renflement allongé, et une extrémité opposée perpendiculaire, ouverte largement à la base. Le troisième est incomplet du fait de la fracturation du registre inférieur de la frise. Il s’agit d’une représentation allongée, oblique ascendante de la gauche vers la droite, à extrémité approximativement arrondie. Le plus grand côté est entier et sinueux, tandis que l’autre est convexe et interrompu.

91Hormis le cadrage de l’ensemble de ces tracés dans cette partie inférieure de la zone figurative et la proximité des trois animaux qui charpentent l’espace graphique, il n’est pas possible de dégager une intention figurative ou d’organisation. La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à des reliquats de sculptures, des esquisses devenues inutiles ou des éléments structurés témoignant d’une autre dimension symbolique, dont la nature figurative ou symbolique échappe complètement à la compréhension. Au vu de l’usure des bords de ces configurations particulières, il est possible d’évoquer leur antériorité par rapport à la réalisation des figures animales, dont les contours ne présentent pas un degré d’usure aussi important. Y aurait-il eu retaille de sculptures préexistantes ? Nous pencherions volontiers pour cette dernière hypothèse, car au Roc de Sers, la retaille d’une sculpture est toujours indiquée par la conservation d’une partie de la figure oblitérée.

Technique

92Ces tracés sont d’origine humaine incontestable. Leurs contours ont été cernés par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen (percussion lancée punctiforme perpendiculaire) qui semble avoir été suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). Les différents stigmates résultant de ce travail de la pierre sont aujourd’hui partiellement lisibles en raison d’une usure prononcée de ces formes et de la présence de calcite, qui les recouvre jusqu’à les effacer par endroits.

Ensemble B
fig. 78-80

93Cet ensemble correspond au fragment C et regroupe quatre figures animales : 3 chevaux, 1 bison, et il convient d’ajouter le membre antérieur gauche du cheval Ch. 2, complété par le rapprochement des relevés analytiques des fragments AB et C. Au cours du processus naturel de recul du front rocheux, de larges fissures de la paroi calcaire contribuèrent à la création de plans de fracture qui divisèrent cette partie de la construction graphique en trois morceaux. La chute du pan de paroi a ensuite provoqué la désolidarisation de ces fragments, qui étaient groupés, selon le Dr Henri-Martin, non pas exactement en contact, mais légèrement séparés, toutes les surfaces regardant le sol (Henri-Martin 1928g : 64). Sur place, il fut simplement constaté qu’un raccordement était possible et c’est seulement après le transport de ces blocs au MAN que leur juxtaposition définitive fut entreprise. Afin de ne pas dénaturer cet ensemble déjà fortement altéré, il ne fut pas procédé à la restauration des parties manquantes entre les surfaces fracturées, qui nous sont livrées dans leur état d’origine, postérieurement à leur démantèlement. Une première fracture coupe transversalement le corps du cheval Ch. 3, passant au-dessus de la ligne abdominale et au-dessus du membre antérieur gauche du bison Bi. 2 et du cheval Ch. 2. Une autre fracture sectionne l’encolure du cheval Ch. 3 et se poursuit sous la ganache, passant très près de la barbe. Une dernière fissure achève d’encadrer la tête de l’animal en se développant transversalement vers la droite du fragment. Elle est à l’origine du morcellement du haut de la tête et de l’encolure du cheval Ch. 4.

FIG. 78
Ensemble B (fragment C).

FIG. 79
Ensemble B. Relevé analytique.

FIG. 80
Ensemble B. Levé de coupe.

no 6 Cheval (Ch. 3)
fig. 81, 82

94• Long. du corps, du garrot au sommet de la croupe (LC) : 22 cm ; long, du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 36 cm ; ép. du corps (EC) : 19,5 cm ; larg. du reliquat de queue : 2,7 cm.

95• Long. de la tête (LT) : 11 cm ; ép. de la tête (ET) : 7,1 cm ; long. de l’oreille droite : 3,4 cm ; larg. de l’oreille droite : 1,2 cm ; long, de l’oreille gauche : 1,5 cm ; long, de l’œil : 1,3 cm ; larg. de l’œil : 0,7 cm ; long, de la bouche : 2,1 cm ; larg. de la bouche : 0,4 cm.

96• Long. du membre antérieur droit : 11,9 cm ; larg. du membre antérieur droit : 1,7 cm – 3,5 cm ; haut, du sabot : 2,9 cm ; long. du membre antérieur gauche : 11,7 cm ; larg. du membre antérieur gauche : 2,4 cm – 4 cm ; haut, du sabot : 1,9 cm.

97Une des données les plus surprenantes du dessin de cette silhouette de cheval orientée à droite est sa similitude morphologique et proportionnelle avec le cheval Ch. 1. quelques millimètres près, les mensurations des deux animaux sont identiques et il en est de même de leur position ascendante sur un plan imaginaire incliné de 20°. Toutefois, comme le montre le relevé synthétique des fragments réunis, le cheval Ch. 3 est légèrement sous‑jacent au cheval Ch. 1 qui le précède. Cela donne l’impression qu’il se trouve au bas d’une pente qu’il s’apprête à gravir, comme son homologue, et comme vient sans doute de franchir cet obstacle le bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1 qui amorce une descente. Le traitement spécifique des masses musculaires est également analogue entre les deux figures attestant que l’intégration volontaire des particularités morphologiques de la surface calcaire, évoquée en partie pour expliquer la taille inférieure du cheval Ch. 1 par rapport au bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1, ne semble pas avoir contribué à la morphologie de ces animaux. Le cheval Ch. 3 a été sculpté sur une autre partie de la paroi calcaire et présente un volume équivalent. Cette différence de taille est donc essentiellement liée à la volonté du sculpteur de multiplier les plans sur lesquels se distribuent les animaux, afin de donner l’illusion de l’extension des figures en profondeur et obtenir ainsi un effet de perspective. Ces convergences morphostylistiques permettent d’évoquer des conventions graphiques spécifiques aux chevaux sculptés du Roc de Sers et de confirmer leur contemporanéité dans la structuration symbolique de la frise.

98Ce cheval est incomplet. Les membres postérieurs ont été sectionnés au départ de la jambe et la queue est réduite à un moignon. Une partie de l’encolure manque, à la suite de la désolidarisation de la tête, mais cette béance n’entrave pas pour autant la liaison graphique entre les deux segments anatomiques. De même que pour le cheval Ch. 1 , il se dégage une impression de puissance et d’ampleur de l’encolure et de la ligne ventrale. L’absence de contour délinéant la crinière et la figuration de trois quarts du poitrail contribuent à la massivité de l’encolure (fig. 81a). Aucun détail morphologique ne permet d’apprécier le volume, la direction et le port de la crinière qui est seulement évoquée par une zone relativement plane, en prolongement direct avec le bord supérieur de l’encolure, qui apparaît en relief différentiel. Un long tracé courbe, interrompu par la ligne de fracture au-dessus de la crinière, se développe parallèlement au segment thoracique. Dessine-t-il la limite supérieure de la crinière, laquelle serait anormalement allongée et sans réalité anatomique, ou s’agit-il d’une ébauche du rachis thoraco-lombaire, qui a pu être déplacé de quelques centimètres vers le bas, car trop haut à l’origine par rapport au reste du corps ? Une troisième hypothèse peut être avancée qui rejoint celle émise par le Dr Henri-Martin (1928g : 67) : le contour de la bosse du bison Bi. 2, dont ne subsiste que le membre antérieur gauche, coïncide avec l’encolure du cheval. D’un point de vue anatomique, la reconstitution approximative de la silhouette de l’animal ne contredit pas cette idée.

99Le rachis montre une croupe arrondie et un rein assez long et légèrement ensellé qui s’enchaîne au dos par un garrot peu marqué en raison de l’importance de l’encolure. La pointe de la fesse, correspondant à la tubérosité ischiatique sur le squelette, est sensiblement marquée, et l’implantation cylindrique de la queue, dans le prolongement de la croupe, indique que celle-ci était sans doute bien dégagée du train postérieur, car son segment proximal est perpendiculaire à la fesse. Elle contribue, malgré son sectionnement, à donner vie à l’animal, à l’instar de l’appendice caudal du cheval Ch. 6, et vient soutenir la connotation statique-dynamique du dessin.

FIG. 81
Ensemble B. Cheval Ch. 3. a Détail de l’encolure, de la crinière et de la ligne thoraco-lombaire. b Détail des membres antérieurs.

FIG. 82
Ensemble B. Cheval Ch. 3. Détail de la tête.

100La ligne abdominale est très arrondie, mais contrairement au cheval Ch. 1 , elle est ascendante vers l’avant, ce qui contribue à créer une courbe plus accentuée vers l’arrière. Elle donne à l’ensemble du volume thoracique et abdominal une forme tronconique caractéristique, qui accentue la massivité de l’animal et laisse apparaître les membres antérieurs plus courts et trapus que la moyenne. On peut supposer, par la conformation de la silhouette, que les membres postérieurs devaient être également plus longs que les antérieurs.

101À défaut d’avoir pu utiliser une concavité naturelle pour mettre en volume la poitrine et accentuer l’ampleur de la ligne ventrale, comme pour le cheval Ch. 1 , le sculpteur, après avoir tracé une ligne indiquant l’emplacement de cette zone, a réalisé une dépression artificielle par un piquetage très léger qui modèle admirablement les masses musculaires de l’animal.

102La traduction de l’attitude de ce cheval est donnée principalement par la queue, comme il fut observé ci-dessus, et par les membres postérieurs, les membres antérieurs étant en flexion normale de sustentation, sensiblement tendus vers l’avant. La fracturation des postérieurs à la hauteur de la jambe permet seulement de déduire que le membre postérieur droit est en extension arrière, car celui-ci dégage une aine profonde dessinée par le pli du grasset, tandis que le membre postérieur gauche devait être en extension avant, suivant l’orientation de la cassure. L’animal est donc en arrêt sur un pan incliné.

103Les rapports de longueur et d’épaisseur entre les segments des membres antérieurs ne sont pas ici conformes à la moyenne, les métapodes antérieurs étant plus longs que les avant-bras (fig. 81b). Sur le membre antérieur gauche, la saillie du genou n’est pas autant accentuée que sur les membres antérieurs du cheval Ch. 1 , et elle est presque inexistante pour le membre antérieur droit. Les extrémités s’achèvent par un sabot quelque peu arrondi, avec figuration du boulet, qui est bien individualisé. L’extrémité du pied antérieur gauche est masquée par une plage de brèche résistante, tandis que sur le pied antérieur droit, le sculpteur indiqua la couronne antérieure par un piquetage léger.

104Par le même procédé du relief différentiel et avec une convention graphique déjà employée pour la mise en relief anatomique du cheval Ch. 1 , le volume de l’épaule et de la tubérosité correspondant à la pointe humérale sur le squelette a été mis en valeur par amoindrissement de l’épaisseur du poitrail sur quelques millimètres. De la même manière que pour le cheval Ch. 1 , le sculpteur, afin de mettre en valeur le volume des reliefs ostéomusculaires de cette partie du corps de l’animal, a prolongé exagérément la ligne de contour de l’épaule, qui se poursuit en arc de cercle jusqu’à la région scapulaire et déséquilibre la silhouette en créant une dépression artificielle entre le corps et la tête. Cet artifice n’a pas été appliqué pour le dessin du pli du grasset, qui est placé anormalement haut par rapport à la ligne ventrale, ce qui tend à réduire le volume de la cuisse et le départ de la jambe. La vision de trois quarts du poitrail et de la pointe de la seconde épaule, qui satisfait la perspective, constitue un autre moyen de mise en valeur de la musculature de ce cheval, et témoigne d’une convention graphique qui permet d’envisager la contemporanéité des représentations de chevaux et de bouquetins de la frise sculptée.

105Une convexité de la roche, mise en valeur par l’abaissement de l’encolure, a servi de support à la tête de l’animal qui apparaît sur un plan différent de celui du corps, suivant un angle ouvert de 135° environ, et donne ainsi l’illusion que le cheval regarde sur le côté droit (fig. 82). Cette inclinaison de la tête ne répond pas à une erreur de positionnement des fragments au cours de leur juxtaposition, puisqu’ils se raccordent parfaitement. L’auteur solutréen a résolument saisi l’opportunité de cette forme de la paroi pour opérer une torsion de l’image et lui conférer ce mouvement, sans doute en rapport avec celui de la queue, qui ne désigne pas un animal au repos, comme l’indique également la position de la tête par rapport au cou. La tête est complète et portée droit devant elle, le bord inférieur de la mandibule étant relativement éloigné du bord antérieur de l’encolure. Sa conformation est proche de celle du cheval Ch. 1 , les caractères morphostylistiques étant reproduits à l’identique, ce qui dénote une grande technicité.

106Cette convergence de formes permet une reconstitution hypothétique de la tête du cheval Ch. 1 , dont la partie supérieure manque. La saillie du masséter est traitée en relief différentiel et se détache assez distinctement du chanfrein et du plat de la joue. Le front est convexe et surmonté de deux oreilles. L’oreille droite, solidement érigée sur le crâne en arrière de l’œil, est figurée en vue frontale, le pavillon ouvert vers l’observateur. De forme triangulaire et relativement longue, elle est séparée de la seconde oreille par une plage calcaire qui semble ne pas avoir été abaissée volontairement, sans doute pour donner l’impression d’un toupet assez volumineux. L’oreille gauche est réduite à un simple tracé indiquant le bord du pavillon. En regard de la position de la tête, qui semble orientée sur le côté, cette vision de trois quarts face peut être considérée comme correcte dans ce cas-là. Le chanfrein est sensiblement concave et se poursuit par un museau arrondi, sculpté en demi-relief et porteur d’un naseau ovale. La bouche est fermée et les lèvres supérieure et inférieure, ainsi que la ganache concave et le menton barbu, en retrait et bien dégagé de la mandibule, ont été modelés avec beaucoup de soin. Ces éléments remarquablement discrets traduisent un certain perfectionnisme du détail, car les lèvres et la bouche ont été matérialisées sur l’ensemble du volume du museau, au-delà même de la perception visuelle. L’œil en amande est petit et non pupillé, la caroncule lacrymale faisant défaut.

Technique

107La silhouette de ce cheval a été sculptée suivant les mêmes procédés techniques que ceux qui ont été utilisés pour la réalisation du cheval Ch. 1.

108Dans un premier temps, les contours de l’animal ont été circonscrits par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen très soigné (percussion lancée punctiforme perpendiculaire), qui fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage), à l’exception de la lèvre supérieure de la ligne thoraco-lombaire qui arbore encore les impacts du piquetage. La profondeur de ce tracé oscille entre 0,6 et 2,7 cm : ligne thoraco-lombaire 1 à 2 cm ; fesse 1,2 à 2,4 cm ; membres postérieurs 1 à 1,8 cm ; ligne ventrale 1,1 à 2,3 cm ; membres antérieurs 0,6 à 1,8 cm ; poitrail 0,9 à 1,2 cm ; ligne fronto-nasale 1 à 1,9 cm ; bord inférieur la tête 2,2 à 1,5 cm. La tête est traitée en demi-relief par dégagement oblique du trait de contour. Cette technique tend à accentuer sa position légèrement excentrée par rapport à l’axe rachidien.

109Le procédé du relief différentiel a été appliqué au membre antérieur droit, en continu avec l’encolure jusqu’à la crinière, sans interruption au niveau du bras, à la différence du cheval Ch. 1. C’est ainsi que cet ensemble se situe sur un même plan et contribue à modeler le volume de l’épaule et de la tubérosité correspondant à la pointe humérale sur le squelette.

110Dans cette zone aplanie, les traces de piquetage ont complètement disparu à la suite d’un raclage très soigneux. L’épaisseur du membre postérieur gauche dans son état actuel a été abaissée de 1,8 à 2,3 cm au niveau du pli du grasset, ce qui a dégagé très largement l’aine et mis fortement en relief le membre postérieur droit.

111Un puissant raclage a été pratiqué ensuite sur l’ensemble du corps de l’animal afin d’estomper les traces de piquetage et modeler les zones correspondant aux reliefs musculaires. L’orientation des traces laissées par l’outil, obliques de haut en bas et de la droite vers la gauche, qu’il convient de saisir en lumière rasante en raison du recouvrement de la pierre par la calcite, dénote une très grande régularité et une précision dans l’exécution.

112Une attention particulière fut portée au travail de finition de la tête. Un égrisage, que l’on peut supposer avoir été pratiqué à l’aide d’un galet, d’un bloc de bioxyde de manganèse (cf. § 3.4.3), de sable, ou en combinant ces matériaux complémentaires, contribua à uniformiser les impacts de piquetage et les traces de raclage, que l’on devine encore sous la lumière incidente, notamment au bout du nez, et ce malgré la présence de quelques plages de calcite. L’œil, la bouche et le naseau ont été traduits par des outils minces et tranchants, mais n’ont pas fait l’objet d’une étude anatomique très poussée en raison des micro-aspérités de la roche, très peu apte à supporter des incisions fines ou aiguës. L’œil est obtenu par une incision à section angulaire asymétrique (prof. : 0,1 cm). Un trait surcreusé, mais peu profond, à section angulaire, matérialise la bouche (prof. : 0,2 cm), tandis que le naseau est indiqué par une incision rectiligne à section angulaire (prof. : 0,1 cm). L’oreille est mise en relief par réserve et son trait de contour est à section recticurviligne à un bord modelé (prof. moy. : 0,3 cm). La couronne du sabot antérieur droit a été piquetée finement et n’est visible que sous une seule incidence lumineuse (prof. : 0,1 cm).

113La zone de dégagement fut abaissée obliquement par un piquetage moyen en série linéaire droite, et régularisée par un raclage superficiel à la hauteur du rachis et de l’avant-main. De façon générale, la surface exopérigraphique est piano-concave suivant un angle constant de 120°, à l’exception de la zone rachidienne, qui est relativement plane. De même que pour le bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1 et le cheval Ch. 1 , les limites de cette zone sont sinueuses et des arrondis soulignent les détails les plus saillants, comme les antérieurs et la tête. La technique du relief « à fond de cuvette », qui caractérise la sculpture du cheval Ch. 1 , n’a pas été employée ici pour circonscrire la silhouette, mais il est toutefois possible que la zone de dégagement, aujourd’hui disparue à l’arrière-train de l’animal, ait pu être réalisée par ce procédé et créer le même effet de profondeur. La largeur de cette surface oblique est comprise entre 1,5 et 7,5 cm : ligne thoraco-lombaire 3,6 à 5,9 cm ; membres postérieurs 1,4 à 3 cm ; ligne ventrale 2 à 3,7 cm ; membres antérieurs 1,5 à 7,5 cm ; poitrail 4,8 cm ; ligne fronto-nasale 1,5 à 3 cm. À l’avant-main, le sculpteur a conservé volontairement le membre antérieur gauche d’un bison en profil droit, sculpté antérieurement. Dans ce cas, la surface exopérigraphique peut être qualifiée de surface exopérigraphique de retaille ; ce procédé a déjà été observé pour le membre antérieur gauche du cheval Ch. 2. Cette oblitération partielle de la figure sous-jacente conforte l’idée de l’existence de plusieurs phases symboliques qui contribuèrent à l’élaboration du dispositif pariétal. La superposition prend alors une valeur temporelle sans qu’il soit possible d’estimer le laps de temps écoulé entre la réalisation des deux sculptures. Elle invite également à s’interroger sur les motivations de l’auteur solutréen. Le même sculpteur a-t-il créé et détruit ensuite son œuvre première ? L’analyse techno-et morphostylistique du reliquat de cette figure de bison ne semble pas contredire cette hypothèse.

no 7 Membre antérieur gauche de bison (Bi. 2) fig. 83

114• Long. du membre : 12,6 cm ; épais. du membre : 1,5 à 5,4 cm ; haut. du sabot : 5 cm ; long, du pelage dans son état actuel : 14,5 cm.

115En position de sustentation et campé du devant, ce membre antérieur gauche en profil droit est de genre incontestablement Bison. Localisé dans la partie droite de cet ensemble, entre les chevaux Ch. 2 et Ch. 3, sa position face au cheval Ch. 2 avait fait supposer au Dr Henri-Martin qu’il s’agissait sans doute d’un affrontement entre deux bovidés (1928g : 67). Cette hypothèse fut perpétuée dans la littérature sans que ne soient remises en cause la contemporanéité de ces membres juxtaposés et l’attribution zoologique du membre antérieur gauche de l’animal orienté à gauche. L’observation du support a montré au contraire l’antériorité du bison Bi. 2 sur le cheval Ch. 2, dont la diagnose a pu être établie par le rapprochement des relevés graphiques des fragments AB et C.

FIG. 83
Ensemble B. Bison Bi. 2.

116La réalisation de cet élément corporel est conduite à une sorte de perfection esthétique appuyée sur une volonté délibérée de mettre en valeur les données anatomiques les plus fines. Elle laisse libre cours à l’imagination quant à la configuration de la silhouette à laquelle se rattachait ce membre.

117Les rapports de longueur et d’épaisseur entre le métapode antérieur et l’avant-bras sont exacts. La largeur de l’avant-bras dénote une musculature développée, qui est marquée chez l’animal vivant par un fort extenseur antérieur du métacarpe et un fort fléchisseur externe (Paillet 1993 : 103). La pointe de l’épaule forme une convexité arrondie particulièrement bien notée. La saillie du genou est indiquée par une petite excroissance, et la limite entre les deux segments est soulignée par un tracé transversal, visible sous une seule incidence lumineuse. Le pied bisulque est long et ovale, avec figuration de la couronne. Il est vu de face, mais le sculpteur usa d’un artifice pour rétablir la perspective : le tracé interdigité de séparation entre les deux doigts presque coalescents est légèrement excentré, et donne ainsi une largeur plus importante au doigt gauche, tandis que le doigt interne, allongé et rectiligne, apparaît en retrait. L’ergot est oblitéré par une couche de brèche résistante et seule son attache au boulet est visible sous un éclairage latéral. Le pelage des parties hautes (bras et avant-bras), qui constitue une toison très dense et longue chez l’animal vivant, a été matérialisé par de longs et fins tracés rectilignes peu nombreux, mais dont la savante répartition dans cette zone donne l’illusion d’un pelage fourni.

118L’ornement de longs poils hirsutes, qui se prolonge sous l’avant-main entre les pattes et jusqu’à la hauteur des pectoraux, est parfaitement mis en relief ici et a requis un travail extrêmement méticuleux de la part de l’exécutant. Le tracé de contour de ce pelage caractéristique du genre Bison ne fut pas volontairement régularisé par une percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage) afin de conserver l’aspect irrégulier de la masse villeuse, dont la densité est accusée par une série de courts et fins tracés rectilignes multidirectionnels. Afin d’accentuer la puissance et la massivité de ce pelage, comme son ondulation naturelle, le sculpteur abaissa son contour sur quelques centimètres, ce qui donne l’illusion d’une lourde draperie de jarres.

Technique

119Le procédé du relief différentiel fut appliqué à la mise en relief du pelage. L’épaisseur du membre antérieur a été amoindrie sur 1 cm environ et celui-ci apparaît donc en retrait par rapport à la pilosité du poitrail. Les jeux de la lumière incidente accentuent l’effet de profondeur obtenu par cette technique et rendent pesante la toison qui recouvre le bras de l’animal. Les contours des éléments anatomiques ont été cernés par un tracé identique à celui qui circonscrit la silhouette des représentations animales décrites précédemment. À section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, ce tracé fut obtenu par un piquetage moyen très soigné (percussion lancée punctiforme perpendiculaire), qui fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). Ce travail de la pierre a contribué à faire disparaître les stigmates laissés par l’outil, à l’exception de la lèvre interne du contour du pelage, dont les traces de piquetage en série linéaire droite ont été conservées pour traduire la ligne ondulante et irrégulière des poils constitutifs de la masse villeuse. La profondeur de ce tracé oscille entre 0,4 et 1,9 cm : pelage 0,9 à 1,9 cm ; pointe de l’épaule 1,1 à 1,2 cm ; avant-bras 1,2 à 1,6 cm ; genou 1,1 à 1,3 cm ; métapode 1,1 cm ; pied 0,4 à 1 cm.

120Indépendamment des incisions qui matérialisent le pelage du bras et de l’avant-bras, il est possible d’observer quelques rares traces de raclage sur la pointe de l’épaule. Un égrisage de finition a donc presque complètement régularisé la surface calcaire de ces éléments en relief, la préparant ainsi pour un travail de gravure. Les incisions du pelage, à section angulaire, sont relativement fines, traduites par des outils tranchants.

121La séparation des deux doigts du pied bisulque a été obtenue par un large tracé surcreusé à section angulaire, tandis que la couronne fut mise en relief par réserve. Le trait de contour est à section recticurviligne à un bord modelé (prof. : 0,5 cm). La zone de dégagement fut abaissée obliquement par un piquetage moyen en série linéaire droite formant un angle ouvert de 120°. La surface exopérigraphique fut entièrement régularisée en avant de la patte par un puissant raclage qui a estompé les impacts du piquetage et les aspérités de la roche. Cette zone contraste fortement avec la surface exopérigraphique du membre antérieur gauche du cheval Ch. 2 qui offre une plage calcaire bosselée. Les cupules de piquetage de la zone de dégagement en arrière du membre n’ont pas été estompées et contrastent également avec la surface exopérigraphique du cheval Ch. 3. Elles sont en partie masquées par une couche de brèche résistante. La largeur de cette surface est comprise entre 1,6 et 7,6 cm : avant du membre antérieur 1,6 à 7,6 cm ; sous le sabot 2,3 et 3,3 cm ; arrière du membre antérieur 3,3 à 6,2 cm.

122Les diverses techniques du travail de la pierre, de la traduction de la perspective et de la mise en relief des volumes anatomiques, associées à des caractères morphostylistiques spécifiques aux bisons de la frise sculptée, permettent d’envisager la retaille de cet animal par l’auteur solutréen qui le sculpta. Cependant, l’hypothèse d’une retaille effectuée par un autre sculpteur solutréen dans le temps est également concevable, la convergence des données techniques entre la sculpture du cheval Ch. 3 et celle partiellement détruite du bison Bi. 2 témoigneraient alors d’une pérennité de conventions graphiques et techniques qui jouèrent pour la réalisation de la silhouette du cheval Ch. 3.

123Dans l’une ou l’autre hypothèse, il y eut destruction d’une représentation sculptée, conservation partielle d’un élément anatomique de cette figuration et superposition d’une seconde sculpture. Les motivations d’une telle action nous échappent, mais il est toutefois possible d’envisager au moins deux séquences dans la mise en place de la construction graphique et symbolique de la frise sculptée.

no 8 Cheval incomplet (Ch. 4) fig. 84

124• Long. de la tête dans son état actuel (LT) : 9,9 cm ; ép. de la tête dans son état actuel (ET) : 7 cm ; long, de l’encolure dans son état actuel : 16 cm ; larg. de l’encolure dans son état actuel : 9,4 cm.

125Ce protomé de cheval fragmentaire est la dernière figure de l’ensemble B. De profil orienté à gauche, l’animal est situé dans le registre supérieur droit du fragment C. Il est séparé de quelques centimètres de la tête du cheval Ch 3. De cet animal ne subsiste, après morcellement de la paroi sculptée, que la partie inférieure de la tête et le bord inférieur de l’encolure.

126La tête, courte et large, présente une configuration proche de celle des chevaux Ch. 1 et Ch. 3, les caractères morphostylistiques spécifiques à la représentation de la tête de ces animaux au Roc de Sers étant ici figurés. La saillie du masséter est indiquée par un large tracé courbe peu profond ; elle se distingue nettement du chanfrein légèrement convexe et du plat de la joue en faisant varier les incidences lumineuses.

127La ganache rectiligne porte une barbe arrondie, située en arrière du menton. Le bout du nez est fracturé et ne semble pas surmonté d’un naseau. La bouche est très légèrement esquissée par un tracé rectiligne, tandis que les lèvres supérieure et inférieure sont bien modelées. L’œil fait défaut. L’encolure épouse une convexité naturelle de la roche, ce qui lui confère un certain volume intéressant le départ de l’épaule.

128Le port de la tête portée droit devant elle, le bord inférieur de la mandibule proche du bord antérieur de l’encolure et la position de l’encolure sensiblement oblique laissent penser que l’animal n’est pas représenté dans une attitude de mouvement vif, mais sans doute au repos, en arrêt ou au trot.

129L’observation de la surface calcaire et le rapprochement des relevés analytiques des fragments AB et C permettent de conclure qu’il s’agit là de la sculpture d’un véritable protomé de cheval, que le Dr Henri-Martin n’avait pas perçu (1928g : 67). En juxtaposant les deux relevés, il convient de noter que la ligne de l’encolure ne peut être raccordée à aucun animal. Il n’est pas improbable néanmoins que le corps de ce cheval ait été oblitéré par la sculpture du cheval Ch. 1. Un détail pertinent nous invite à favoriser toutefois l’hypothèse d’un protomé. Il s’agit de la zone de dégagement du contour de la silhouette, dont la technique de piquetage, qui a contribué à l’abaissement de l’épaisseur de la roche, est tout à fait identique à celle qui circonscrit le membre antérieur gauche du cheval Ch. 2, situé à l’aplomb du protomé. Les impacts de piquetage n’offrent pas de différence entre les deux surfaces exopérigraphiques, lesquelles n’ont pas été régularisées par un raclage, tel celui qui estompa les aspérités du calcaire en mettant en relief le membre antérieur gauche du bison Bi. 2.

FIG. 84
Ensemble B. Cheval Ch. 4.

130Il est donc possible de conclure que ce protomé de cheval fut vraisemblablement sculpté dans le même temps que le cheval Ch. 2.

Technique

131Ainsi qu’il fut constaté ci-dessus, la surface exopérigraphique de ce protomé est en continuité avec celle de contour du cheval Ch. 2, en dépit de la fracturation du pan de paroi. Il est probable que l’abaissement de cette surface ait contribué à l’oblitération de la tête du bison Bi. 2, et dans ce cas, comme la zone de dégagement du membre antérieur gauche du cheval Ch. 2, elle peut être qualifiée de surface exopérigraphique de retaille. L’abaissement de cette surface fut obtenu par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire, réalisée à l’aide d’un percuteur de silex aménagé en pic, qui provoqua quelques écrasements, de menus éclats et de multiples cupules rondes et allongées, suivant la direction empruntée par l’outil et la main. Ce travail ne fut pas suivi d’une régularisation par raclage et les aspérités laissées par l’outil accrochent particulièrement bien la lumière. Un tel aspect de la pierre était sans doute recherché par le sculpteur, comme cela fut déjà constaté pour la zone de dégagement du cheval Ch. 2.

132Les contours de la tête et de l’encolure ont été cernés par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen soigné (percussion lancée punctiforme perpendiculaire), qui fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). La profondeur de ce tracé de contour oscille entre 0,8 et 3,6 cm : ligne fronto-nasale 3,4 à 3,6 cm ; saillie du masséter 1,1 à 2,6 cm ; ganache 1,4 cm ; encolure 0,8 à 2,7 cm.

Conclusion

133Le rapprochement des relevés analytiques des fragments AB et C a conduit à la reconstitution d’une partie de la frise sculptée dans son état d’origine. Au total, six animaux se distribuent dans l’espace graphique offert par la paroi calcaire et ses multiples disparités morphologiques. Le concept d’animaux à la file, pressenti par H. Delporte (1984 : 582), est dorénavant établi, de même que l’existence de plusieurs phases symboliques qui contribuèrent à l’élaboration de cette partie du dispositif pariétal.

134Si l’on observe la répartition et l’orientation des animaux dans l’espace aujourd’hui circonscrit de ce fragment de paroi calcaire, on note l’existence d’une bipartition thématique. L’ensemble A comprend le bison‑sanglier Bi. 1-Sa. 1 et le cheval Ch. 1 qui se suivent en franchissant un obstacle non matérialisé. L’ensemble B regroupe les chevaux Ch. 2 et Ch. 3 qui se font face. La liaison entre les deux couples est opérée par la superposition du sabot postérieur droit du cheval Ch. 1 sur la croupe du cheval Ch. 2. Comme le membre antérieur gauche du bison Bi. 2, le protomé du cheval Ch. 4 ne semble pas réellement intégré à cet ensemble dynamique. La fragmentation de la paroi est peut-être à l’origine de cet emplacement incompréhensible de la figure au-dessus des chevaux Ch. 2 et Ch. 3. Le registre supérieur de la frise fut emporté au cours du démantèlement rocheux et il n’est pas improbable que cet animal était associé à une autre figuration située au-dessus de ce groupe.

5.2 Fragment C’
fig. 85-88

135No inv. MAN : 74 483cl.

136Dim. max. après équarrissage (en cm) : long. : 94 ; larg. : 35 (gauche), 33 (museau du cheval) ; ép. : 14.

137Origine stratigraphique : extrémité est de la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire, à gauche du fragment C, un peu en retrait vers la falaise, en continuité avec les blocs calcaires A’, B’ et C’situés en arrière des fragments AB et C.

138Contexte archéologique : la couche sur laquelle reposait le fragment contenait à cet endroit quelques « débris insignifiants » (Arch. H.-M. carnet : 62).

139Attribution chronologique : Solutréen supérieur.

140Date de la découverte : 28 octobre 1927.

141Emplacement dans le dispositif pariétal : ensemble 1 , panneau 1b (cf. § 7.3).

142Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 62, 69, 73, 77, 79, 106, 107.

143Ce fragment sculpté fut découvert en deux morceaux, qui ont été reconstitués in situ, et sa forme actuelle, allongée et grossièrement triangulaire, est celle qui fut circonscrite par les plans de fracture au cours du démantèlement de la paroi calcaire. Seule la face inférieure a subi un équarrissage, qui a aminci le bloc sur 17 cm environ. Ce travail n’est pas à l’origine du morcellement de la sculpture. Aucun raccordement n’est possible avec le fragment ABC.

FIG. 85
Fragment C’. a Emplacement du fragment avant son dégagement ; il est situé à gauche des fragments A’ et B’ et encore enfoui dans la couche archéologique. « T.l. extrémité droite de l’atelier solutréen du Roc. Octobre 1927 ». b Fragment C’ après son dégagement et avant équarrissage. (Arch. H.-M. no 33 411.)

FIG. 86
Fragment C’.

FIG. 87
Fragment C’. Relevé analytique.

FIG. 88
Fragment C’. Levé de coupe.

no 9 Cheval (Ch. 5)
fig. 89, 90

144• Long. du corps, du garrot au sommet de la 1re croupe (LC) : 16 cm ; long, du corps, du garrot au sommet de la 2e croupe (LC) : 12 cm ; long, du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 27 cm ; ép. du corps (EC) : 11 cm.

145• Long. de la tête (LT) : 8,3 cm ; ép. de la tête (ET) : 5,4 cm.

146• Long. du membre postérieur arrière : 10,5 cm ; larg. du membre postérieur arrière : 1,1 cm – 2,1 cm ; haut. du sabot : 1,2 cm ; long, du membre postérieur avant : 7,9 cm ; larg. du membre postérieur avant : 1,5 cm – 2,6 cm ; haut. du sabot : 1 cm ; long. de la queue : 2 cm.

147Cette silhouette de cheval orientée à droite a échappé à la fracturation transversale de l’extrémité de son support, qui se produisit vraisemblablement au moment de la chute de ce pan de paroi, mais elle a subi toutefois de multiples altérations de surface. Elle est incomplète du fait du décollement de très larges éclats de matière sur les deux tiers de la face supérieure, qui ont emporté ses membres antérieurs, et d’une large fissure à l’origine de la création d’un plan de fracture, qui détermina la forme supérieure de ce fragment et affecta le haut de la tête de l’animal. Ainsi que le signala le Dr Henri-Martin, l’état de conservation de la surface calcaire est mauvais, ce qui rend imprécise l’analyse technique de la sculpture (1928g : 68). De fortes altérations dues à l’exfoliation de la pierre ont provoqué, sous l’action d’une circulation interne de l’humidité à sens unique, la formation de pellicules ou petites croûtes sur quelques millimètres d’épaisseur. Les zones poudreuses qu’elles recouvrent ont été scellées par un dépôt de calcite cristallisée ayant piégé de nombreux fragments de calcaire, disséminés sur toute la surface.

148Par nombre de ses aspects, cette silhouette est surprenante et, sur un plan purement morphologique, elle tranche avec les représentations de chevaux décrites précédemment. L’observation générale met aussitôt en valeur la dysharmonie antéro-postérieure. Faisant suite à une encolure supérieure quasi verticale et un garrot peu marqué, le segment lombaire très court s’achève par une croupe volumineuse et anormalement convexe. Cette configuration de l’arrière-train est sans doute à attribuer à une erreur de proportions dans le dessin de la silhouette de l’animal, car un peu au-dessous de ce segment fortement convexe, un autre tracé en continuité avec la ligne thoraco-lombaire semble plus proche d’une certaine réalité anatomique, et correspond vraisemblablement, d’un point de vue technique, à un repentir (fig. 90b). Cette rectification est suggestive et n’a pas été suivie d’un travail de la pierre destiné à effacer cette disproportion. Le Solutréen jugea sans doute assez claire son intention pour se contenter de cette esquisse, suffisante à la compréhension de la figure. Il en fut peut-être ainsi car rien ne l’empêchait de remodeler cette croupe. Cependant, il est possible de supposer également des intentions symboliques indépendantes de la recherche graphique.

149L’appendice caudal est très rudimentaire et implanté dans le prolongement de la croupe, au niveau de la fesse. L’observation de la surface à cet endroit montre que ce segment devait être beaucoup plus long à l’origine, car à la hauteur de la cuisse, on distingue un tracé qui paraît être le fond de trait du contour gauche de la queue. À l’instar du cheval Ch. 1 , un piquetage a contribué à effacer la presque totalité de cet élément anatomique.

FIG. 89
Fragment C’. Cheval Ch. 5.

150Ce travail a consisté à amoindrir la densité de la surface calcaire depuis l’attache à la fesse, ainsi que l’indique la diminution progressive de l’épaisseur entre la surface exopérigraphique et le départ de la queue. Celle-ci était bien dégagée du train postérieur, car son segment proximal est perpendiculaire à la fesse. Il se rapproche ainsi de la configuration des appendices caudaux des chevaux Ch. 3 et Ch. 6. Malgré son sectionnement, cet élément vient soutenir la connotation statique-dynamique du dessin.

151Les membres postérieurs montrent également des différences avec ceux des chevaux décrits précédemment. En position de sustentation, ils sont nettement dissociés, mais figurés sur le même plan. Le procédé du relief différentiel, destiné à la mise en relief d’un élément en corrélation avec un autre, ne fut pas ici employé pour obtenir un effet de profondeur.

152Les rapports de longueur et d’épaisseur entre les différents segments ne sont pas respectés. Le membre le plus en arrière est plutôt grêle. La jambe fait défaut et, pour cette raison, la saillie de la pointe du jarret est beaucoup trop haute et le métapode est fortement allongé. L’extrémité s’achève par un sabot arrondi peu dégagé. S’agissant du membre postérieur le plus en avant, la jambe est assez bien proportionnée, avec indication de la pointe du jarret. Le métapode est correctement allongé, mais aucun décrochement, à l’exception de l’ergot, ne précise la limite avec le pied, qui est également arrondi. Cette disproportion tend à renforcer la dysharmonie antéro-postérieure.

153Contrairement aux chevaux Ch. 1 et Ch. 3, la ligne ventrale ne présente pas ce ballonnement lui conférant une forme tronconique, mais est sensiblement curviligne et ascendante de l’avant vers l’arrière. Elle est brusquement interrompue par un large éclat de la roche au niveau de l’attache du membre antérieur droit. La pointe de l’épaule de ce membre est visible et atteste de la largeur relativement importante du bras.

154L’encolure inférieure est quasi verticale, ce qui tend à redresser l’avant-main et lui donner un aspect plutôt grêle, en comparaison avec les représentations précédentes, pour lesquelles la massivité de l’encolure répond à une convention graphique spécifique. La tête est portée droite, le bord inférieur de la mandibule étant assez éloigné du bord antérieur de l’encolure, sans qu’elle traduise une véritable tension de l’animal (fig. 90a). Très sommaire, elle est cependant bien proportionnée. La ligne fronto-nasale est rectiligne et s’achève par un museau arrondi. La ganache est concave et la bouche n’est pas matérialisée, bien qu’à cet endroit précis, un éclat de matière semble la dessiner entrouverte. Aucun détail interne n’est donné ou n’est plus aujourd’hui lisible. La partie supérieure de la tête et celle de l’encolure font défaut suite au démantèlement de cette partie de la frise.

FIG. 90
Fragment C’. Cheval Ch. 5. a Détail de la tête. b Détail des deux croupes.

Technique

155En raison de la forte altération de la surface calcaire, la lecture des stigmates caractéristiques du travail de la pierre est rendue imprécise. Les contours de l’animal ont été cernés par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen en série linéaire (percussion lancée punctiforme perpendiculaire), qui ne fut pas suivi d’une régularisation par raclage. C’est ainsi qu’en faisant varier l’incidence lumineuse, la lèvre interne du trait de contour apparaît légèrement crantée. La profondeur de ce tracé est comprise entre 0,2 et 1,8 cm : ligne fronto-nasale 0,4 à 1 cm ; ganache 0,6 et 0,8 cm ; poitrail et épaule 1 à 1,4 cm ; ligne thoraco-lombaire 0,6 à 1,2 cm ; croupe 1 à 1,2 cm ; fesse 0,6 à 0,8 cm ; membre postérieur arrière 0,2 à 1,6 cm ; membre postérieur avant 0,2 à 1,6 cm et ligne ventrale 1,8 à 2 cm.

156Aucune trace de raclage n’est aujourd’hui perceptible sur l’ensemble de la surface sculptée, mais il est tout à fait concevable que ce travail de la pierre ait été pratiqué, car la roche paraît plutôt homogène, sans aspérités notables, à l’exception des diverses altérations postérieures à la réalisation de la sculpture. Il convient de noter que le sculpteur n’a pas usé de cette technique pour la mise en volume de sa figure, qui n’est pas modelée comme le sont les autres figurations de chevaux.

157Un tracé finement piqueté dessine la croupe corrigée de l’animal, qui apparaît sous les variations de l’incidence lumineuse. La profondeur de ce tracé oscille entre 0,2 et 0,6 cm. La zone de dégagement fut abaissée obliquement par un piquetage moyen en série linéaire droite, suivant un angle de 120°. Les limites de cette surface sont sinueuses et des arrondis soulignent les détails les plus saillants, comme les membres postérieurs et la tête. La largeur de cette surface est comprise entre 0,4 et 5 cm : ligne fronto-nasale 0,4 à 3,2 cm ; poitrail et épaule 2,2 à 8,4 cm ; ligne thoraco-lombaire 1,2 à 2,2 cm ; croupe 0,8 à 1,2 cm ; fesse 4,2 à 5 cm ; membre postérieur arrière 1,6 à 5 cm ; membre postérieur avant et ligne ventrale 1,6 à 2,4 cm.

158La simplicité exprimée à travers cette figure sommaire de cheval ne semble pas l’éloigner pour autant de l’ensemble des représentations de chevaux de la frise sculptée. Son allure générale, le positionnement de ses membres, la connotation statique-dynamique offerte par le dessin de la queue et provoquée par la dysharmonie antéro-postérieure, créent des liens avec les chevaux (cf. Ch. 1 , Ch. 3, Ch. 4 et Ch. 6). Ces informations graphiques et thématiques originales tendent à évoquer, sans préjuger des qualités techniques du sculpteur, une ébauche, voire un essai de mise en forme d’une silhouette équine, d’où cette impression d’une certaine négligence. Cette hypothèse expliquerait que l’auteur solutréen ait fait abstraction de tout détail ou ait réduit la formulation graphique à ses éléments essentiels. Dans ce cas, il s’agit bien d’une option graphique et technique, et non d’une quelconque maladresse. Cette sculpture témoigne de l’intensité de l’activité graphique qui ne s’est pas résolue exclusivement en représentations figuratives achevées.

5.3 Fragment D
fig. 91-94

159No inv. MAN : 74 483d.

160Dim. max. après équarrissage (en cm) : long. : 52,5 ; larg. : 33 (gauche), 50 (centre), 28 (droite) ; ép. : 13,5.

161Origine stratigraphique : extrémité est de la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire, à gauche du fragment C’.

162Contexte archéologique : la couche sur laquelle reposaient les sculptures contenait à cet endroit quatre pointes à cran (Arch. H.-M. carnet : 61). Attribution chronologique : Solutréen supérieur.

163Date de la découverte : 13 octobre 1927.

164Emplacement dans le dispositif pariétal : ensemble 1, panneau 1b (cf. § 7.3).

165Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 61, 68, 69, 75, 106, 107.

FIG. 91
Fragment D.

FIG. 92
Fragment D. Relevé analytique.

FIG. 93
Fragment D au moment de son 165 dégagement le 6 octobre 1927 (Arch. H.-M. no 33411).

166Ce fragment sculpté n’offre pas le même degré d’altération que le fragment C’, mais présente toutefois une surface très concrétionnée, qui fut épargnée lors du nettoyage du bloc par le Dr Henri-Martin, lequel jugea préférable de conserver cette « justification archéologique » (1928g : 69). Sa configuration actuelle est due essentiellement aux plans de fractures qui se produisirent au cours du démantèlement de la paroi calcaire, et épargnèrent cette partie de la frise sculptée. Seule la face inférieure a subi un équarrissage, qui a désépaissi le bloc sur 32 cm environ. Aucun raccord n’est possible avec les fragments ABC, C’ et F, les plus proches dans l’espace, de même qu’avec les autres sculptures.

167Trois figurations animales, cinq points et des traces rouges charpentent l’espace graphique de ce fragment calcaire.

no 10 Cheval (Ch. 6)
fig. 95, 96

168• Long. du corps, du garrot au sommet de la croupe (LC) : 16 cm ; long, du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 29,8 cm ; ép. du corps (EC) : 15 cm ; long, de la tête (LT) : 9,3 cm ; ép. de la tête (ET) : 6 cm ; long, des oreilles : 2,6 cm ; larg. des oreilles : 0,7 cm ; long, de la bouche : 1,8 cm ; larg. de la bouche : 0,2 cm ; diam. de l’œil : 0,5 cm ; long, de la queue : 9,7 cm ; larg. de la queue : 1 cm.

169• Long. du membre antérieur droit : 10 cm ; larg. du membre antérieur droit : 1,5 cm – 2,9 cm ; long, du membre antérieur gauche :

1709,8 cm ; larg. du membre antérieur gauche : 1,6 cm – 2,6 cm.

171• Long. du membre postérieur droit : 8,2 cm ; larg. du membre postérieur droit : 1,4 cm – 2,5 cm ; long, du membre postérieur gauche :

1729,4 cm ; larg. du membre postérieur gauche : 1,4 cm – 3,4 cm.

173Ce cheval complet de profil à gauche a échappé au morcellement de la paroi calcaire et occupe actuellement la plus grande partie de la surface de ce fragment. Un plan de fracture a délimité le bloc transversalement, juste au-dessous de la zone de dégagement des pieds de l’animal, qui paraît aujourd’hui reposer sur une véritable ligne de sol.

174Les conventions graphiques spécifiques aux chevaux de la frise sculptée ont joué pleinement dans l’élaboration de cette figure.

175De proportions inférieures aux chevaux en pied Ch. 1 et Ch. 3, mais proches de celles du cheval Ch. 2, cette silhouette n’en est pas moins massive et puissante. Cette impression est donnée, là encore, par l’absence du contour délinéant la crinière, par l’ampleur de la croupe et de la ligne ventrale et par la figuration de trois quarts du poitrail. Le départ de la ligne thoraco-lombaire est le seul élément anatomique qui permette d’apprécier la longueur de la crinière (environ 9,5 cm). La direction de cette dernière, son volume et son port ne supportent pas la description, car à l’instar des précédentes représentations de chevaux, la surface calcaire à cet endroit est laissée vierge de tout tracé de contour.

FIG. 94
Fragment D. Levé de coupe.

FIG. 95
Fragment D. Cheval Ch. 6. a Détail de la croupe. b Détail de la ligne ventrale.

FIG. 96
Fragment D. Cheval Ch. 6. Détail de la tête.

176La croupe surélevée et arrondie donne l’impression que le rein est ensellé (fig. 95a). Ce creusement est renforcé par l’absence du garrot, en raison de l’ampleur de l’encolure. Le galbe de la fesse donne un beau modelé au train postérieur, dont le volume imposant est supporté par des membres courts et trapus. La queue, cylindrique et plutôt courte, est implantée dans le prolongement de la croupe au-dessus de saillie de la tubérosité ischiatique ; son segment proximal est perpendiculaire à la fesse, ce qui la dégage de la cuisse, tandis que son segment mésio-distal est sensiblement oblique en direction de celle-ci. Elle vient soutenir ainsi la connotation statique-dynamique du dessin, et sa configuration permet une reconstitution hypothétique des appendices caudaux des chevaux Ch. 1 , Ch. 3, Ch. 5, volontairement effacés par l’auteur solutréen.

177La ligne abdominale est courbe et ascendante de l’avant vers l’arrière, ce qui donne à l’ensemble du volume thoracique et abdominal une forme tronconique, qui accentue la massivité de l’animal et laisse apparaître les membres plus courts et plus trapus que la moyenne, les antérieurs étant ici plus longs que les postérieurs (fig. 95b). Une convexité naturelle de la roche donne un certain volume au bras et à l’épaule du membre antérieur gauche, ce qui accentue harmonieusement la concavité située à l’arrière du coude, au-dessous de la poitrine. Afin de renforcer l’ampleur du segment ventral, le sculpteur a réalisé, parallèlement à ce dernier, une dépression artificielle par un léger piquetage qui modèle cette partie anatomique de l’animal. À défaut d’avoir pu intégrer les formes de la paroi à l’endroit souhaité, cet effet visuel, que l’on peut observer également sur la silhouette du cheval Ch. 3, permet de soumettre volontairement les formes aux effets des ombres portées, et jouer ainsi des incidences lumineuses sur les reliefs musculaires.

178Les membres antérieurs sont en position de sustentation, campés du devant, l’antérieur droit étant le plus avancé, sans qu’il soit réellement dissocié de son homologue gauche. Ils expriment une dynamique de mouvement, comme si l’animal se repoussait en arrière ou bloquait le poids de sa masse en mouvement, ou bien encore résistait à son propre poids sur une pente, ce qui s’opposerait exactement à la position spatiale de la figure dans sa présentation actuelle, mais également à sa conformation, les antérieurs ayant été allongés afin de corriger en partie la dysharmonie antéro-postérieure et rééquilibrer la silhouette sur un plan quasi horizontal. Les membres postérieurs sont en extension décalée, le membre postérieur droit étant le plus avancé. Cette animation des membres répond à une convention graphique adoptée par les Solutréens du Roc de Sers pour traduire le mouvement des animaux. Elle peut être qualifiée, dans ce cas, d’animation coordonnée, car les membres se déplacent par bipèdes d’un même côté (Leroi-Gourhan 1992 : 270, 271).

179Les rapports de longueur et d’épaisseur entre les différents segments sont inégaux. La saillie du jarret est suggérée sur le membre postérieur gauche, tandis qu’aucune convexité n’indique la limite entre jambe et métapode sur le membre postérieur droit. L’ergot surmonte un sabot rond à l’extrémité du membre gauche, tandis que l’arrondi du pied est moins soigné sur l’autre membre. Les membres antérieurs sont plus grêles et leur dessin moins assuré. Dans les deux cas, le genou, petit et peu saillant, est placé anormalement haut, ce qui tend à allonger le métapode. Les extrémités sont peu détaillées et l’emplacement asymétrique des ergots, à peine esquissés, témoigne d’un certain empressement ou même d’une négligence.

180Le pli de l’épaule et la saillie de la tubérosité humérale du membre antérieur gauche sont mis en relief par la technique du relief différentiel, l’épaisseur du poitrail ayant été amoindrie sur quelques millimètres. Le volume musculaire de cette partie anatomique est bien observé et ne répond pas à la convention graphique appliquée aux chevaux Ch. 1 et Ch. 3 qui allonge exagérément la ligne de contour de l’épaule en arc de cercle jusqu’à la région scapulaire, créant ainsi une séparation entre le corps et la tête. Les reliefs ostéomusculaires du membre antérieur droit sont mis en valeur par une vision de trois quarts du poitrail. Le corps étant en profil absolu, cette convexité n’était normalement pas perceptible. Ce traitement graphique tend ainsi à renforcer la puissance de l’encolure.

181La tête est portée droite, le bord inférieur de la mandibule étant assez proche du bord antérieur de l’encolure, et présente une conformation identique à celle des chevaux Ch. 1 , Ch. 3, Ch. 4 (fig. 96). La saillie du masséter est mise en relief par la technique du relief différentiel, suivant la convention graphique commune aux trois figurations citées supra. Cependant, elle fut obtenue ici par l’abaissement du creux de la joue, jusqu’à la limite de l’œil, et non par celui du plan fronto-nasal. Ce détail exige un éclairage rasant pour être saisi dans son ensemble, car celui-ci paraît avoir été réalisé antérieurement à la régularisation de la surface calcaire, ce qui provoqua l’amoindrissement de son relief.

182Le contour fronto-nasal est à peine modelé, avec une faible indication de la saillie orbitale. Le mufle, arrondi et large, arbore un naseau circulaire obtenu en relief par réserve sur la base d’une petite cupule, ce qui lui confère une certaine véracité anatomique. Le dessin de la bouche atteste d’un travail méticuleux de la part de l’exécutant : la commissure des lèvres est indiquée par l’abaissement de la lèvre externe du tracé à section angulaire, tandis que le contour des lèvres supérieure et inférieure est sensiblement modelé. Le menton est en léger retrait par rapport à la lèvre inférieure et à peine dégagé. Le plan antéro-postérieur est sinueux, avec une ganache sensiblement convexe. L’œil se devine plus qu’il ne se laisse voir, esquissé par une cupule circulaire. L’oreille gauche, courte et triangulaire, est en position anatomique correcte, solidement érigée sur le crâne en arrière de l’œil, le pavillon ouvert vers l’observateur. L’oreille droite n’a pas été matérialisée en raison de la présence d’un toupet frontal volumineux, semblable à celui du cheval Ch. 3, dont la forme en marche d’escalier rappelle le dessin de la crinière du cheval sur la plaquette au « Petit Cheval », ainsi que celle, entre autres, de certaines figurations de chevaux du Parpalló (cf. § 3.4.4.1). Cet élément marque la limite antérieure de l’encolure.

Technique

183La silhouette de ce cheval a été sculptée suivant les mêmes procédés techniques que ceux utilisés pour la réalisation des chevaux des fragments ABC et C’.

184Dans un premier temps, les contours de l’animal ont été cernés par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen très soigné (percussion lancée punctiforme perpendiculaire), suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage), à l’exception de la fesse, qui est exprimée par un large tracé à section angulaire, jusqu’à l’attache de la queue. La profondeur de ce tracé est comprise entre 0,2 et 2 cm : ligne thoraco-lombaire 0,6 à 1,2 cm ; fesse 0,6 à 1 cm ; queue 0,2 à 0,8 cm ; membres postérieurs 0,2 à 0,6 cm ; ligne ventrale 1 à 2 cm ; membres antérieurs 0,2 à 1,5 cm ; poitrail 0,4 à 0,8 cm ; encolure inférieure 0,8 à 1 cm ; ligne fronto-nasale 0,2 à 0,8 cm.

185Un tracé sinueux, parallèle au rachis et grossièrement piqueté, semble être une première ébauche de la croupe, laquelle, trop convexe, fut rectifiée par la suite comme ce fut le cas pour le cheval Ch. 5. Ceci expliquerait la vigueur du tracé de contour du segment thoraco-lombaire, le sculpteur souhaitant sans doute attirer l’attention sur cette nouvelle ligne anatomiquement plus correcte. Cette zone piquetée peut être également rapportée à une esquisse de la zone de dégagement, qui ne fut pas abaissée sur toute cette largeur.

186Un puissant raclage, dont les stigmates d’orientation constante (de haut en bas et de la droite vers la gauche) sont visibles notamment sur l’encolure, où ce travail fut particulièrement soigné, n’a pas réussi à estomper les nombreuses aspérités de la roche et les impacts de piquetage, qui accrochent la lumière sur l’ensemble de la figure. Ce raclage contribue toutefois à une mise en relief des masses musculaires, cependant moins développée que pour le bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1 et le cheval Ch. 1.

187La surface exopérigraphique a été abaissée par un piquetage moyen en série linéaire droite, suivant un angle de 120°, sur l’ensemble de la silhouette, à l’exception de la fesse. Lors du nettoyage du fragment, le Dr Henri‑Martin dégagea cette zone de la calcite qui la recouvrait, et aujourd’hui, sa couleur blanchâtre contraste avec les reflets orangés du calcaire. Contrairement aux sculptures précédentes, la surface exopérigraphique n’offre pas la même ampleur, le sculpteur s’étant contenté de la mise en relief des contours stricts de l’animal. La largeur de cette surface est comprise entre 0,4 et 5 cm : ligne thoraco-lombaire 1 à 2,7 cm ; queue 0,8 à 1,2 cm ; membres postérieurs 0,6 à 2,2 cm ; ligne ventrale 3 à 3,8 cm ; membres antérieurs 0,8 à 1,4 cm ; poitrail 1,4 cm ; encolure inférieure 1,4 à 1,6 cm ; ligne fronto-nasale 1,9 à 5 cm. Néanmoins, un relief à « fond de cuvette » assure le volume de la tête, comme pour celle du bison‑sanglier Bi. 1‑Sa. 1.

188Le procédé du relief différentiel a été appliqué aux membres, au poitrail et à la saillie du masséter, afin de satisfaire la perspective et de renforcer la masse corporelle de l’animal.

189Une attention particulière fut portée au travail de finition de la tête, comme pour celle du cheval Ch. 3. Un égrisage, peut-être pratiqué à l’aide d’un galet, d’un bloc de bioxyde de manganèse (cf. § 3.4.3), de sable, ou en combinant ces matériaux complémentaires, contribua ici aussi à uniformiser les impacts de piquetage et les traces de raclage, que l’on devine encore sous la lumière incidente, notamment au bout du nez. L’œil, la bouche et le naseau ont été traduits avec des outils minces et tranchants, mais l’œil et le naseau n’ont pas fait l’objet d’une étude anatomique très poussée en raison des micro-aspérités de la roche, très peu apte à supporter des incisions fines ou aiguës. L’œil est obtenu par une cupule circulaire. Un trait surcreusé, mais peu profond, à section angulaire, matérialise la bouche (prof. : 0,2 cm), tandis que le naseau est indiqué par une cupule dont les contours sont traduits en taille de réserve. L’oreille est également mise en relief par réserve. Le trait de contour est à section recticurviligne à un bord modelé (prof. moy. : 0,2 cm).

no 11 Vestige d’une tête animale indéterminée (Ind. 6)
fig. 97

190• Long. de la tête (LT) : 14,7 cm ; ép. de la tête (ET) : 8,1 cm.

191Localisée dans le registre supérieur du fragment, à l’aplomb de l’encolure supérieure du cheval Ch. 6, cette sculpture a souffert du détachement des nombreux éclats qui se produisirent lors de la chute du bloc. Ce morcellement de la figure rend sa lecture difficile. En considérant la configuration de la partie anatomique demeurée intacte, il est possible de la rattacher à une tête au museau allongé, au plan antéro-postérieur sinueux, avec une ganache plutôt concave. Cependant, aucun détail morphologique ne vient soutenir cette attribution, qui demeure incertaine. La détermination proposée par le Dr Henri-Martin, qui voyait là la silhouette d’un autre équidé surmontant le précédent dans une ébauche de scène d’accouplement, ne peut être retenue pour ces raisons. Selon cet auteur, la jambe du mâle se moule sur la croupe de la femelle et le ventre est posé sur son dos (Henri-Martin 1928g : 69, fig. 36). De larges éclats de matière dans cette zone et la ligne piquetée au-dessus du rachis du cheval Ch. 6 sont à l’origine de l’erreur commise par le Dr Henri-Martin.

192Dans l’hypothèse de la figuration d’une tête, celle-ci serait d’une taille supérieure à celle du cheval Ch. 6. La présence de ce vestige est peut-être le fait d’une retaille, à la suite de laquelle ne subsisterait qu’une infime partie de la figure oblitérée. Or, la densité de la roche entre les deux figurations ne semble pas avoir varié sous l’effet d’un abaissement, destiné à la mise en relief de l’un ou l’autre tracé de contour. Il convient alors d’évoquer une ébauche, voire un essai de mise en forme du cheval Ch. 6 ou d’une quelconque silhouette animale.

FIG. 97
Fragment D. Vestige d’une tête animale Ind. 6.

Technique

193Le contour de ce vestige est cerné par un tracé à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen très soigné (percussion lancée punctiforme perpendiculaire), suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). Au départ du « chanfrein », le tracé fut volontairement interrompu, ce qui conforte l’idée d’une ébauche. La profondeur du trait de contour est comprise entre 0,4 et 1,2 cm : « chanfrein » 0,4 à 1,2 cm ; « museau » et « ganache » 0,7 à 1 cm.

194La surface exopérigraphique est oblique de 120° et dessine une petite cuvette devant le « chanfrein » et le « museau », qui tend à abaisser le fond et à mettre fortement en relief le volume de cette partie anatomique. Un piquetage moyen en série linéaire droite a amoindri la roche, laissant de profondes cupules allongées, qui attestent d’une percussion lancée punctiforme oblique. La largeur de cette surface, qui semble dessiner la limite supérieure de la crinière du cheval Ch. 6, oscille entre 0,8 et 2,6 cm : « chanfrein » 1,6 à 2,6 cm ; « museau » et « ganache » 0,8 à 1,4 cm.

no 12 Tête animale inédite indéterminée (Ind. 7)
fig. 98

195• Long. de la tête (LT) : 9,8 cm ; ép. de la tête (ET) : 6 cm.

196Située à l’extrémité gauche de l’espace graphique du fragment D dans son état actuel, à une dizaine de centimètres sous le museau du cheval Ch. 6 et à 5 cm environ de son avant-main, cette sculpture fût découverte au cours du relevé graphique du fragment, en 1995.

197L’intégration visuelle des particularités morphologiques de la paroi semble avoir précédé la réalisation matérielle et le cadrage de cette figuration, pour laquelle fut mise à profit une arête naturelle de la roche.

198En dépit de l’absence de détails anatomiques, la configuration générale de cette figure invite à reconnaître les contours d’une tête animale en profil gauche, que l’on peut sans doute rapporter à celle d’un cheval.

199Cette interprétation est soutenue par le travail incontestable du museau, arrondi et large, où un trait fin esquisse l’emplacement anatomique de la bouche. Le chanfrein rectiligne épouse l’arête de la paroi et n’est pas modelé. Le plan antéro-postérieur est sinueux et son volume est bien rendu, avec une ganache sensiblement concave et une saillie du masséter arrondie. L’oreille droite est solidement érigée sur le crâne, et suit également l’arête rocheuse. Elle est figurée en vue frontale, le pavillon dirigé vers l’observateur.

Technique

200Les contours de la tête ont été cernés par un tracé à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire. Ce travail de mise en forme ne fut pas suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire, et les contours demeurent ainsi assez flous, à l’exception du museau, où les stigmates d’un raclage sont visibles à la surface de la zone modelée. La profondeur de ce tracé est comprise entre 0,2 et 2,6 cm : ligne fronto-nasale 0,4 à 2,6 cm ; museau 0,2 à 0,4 cm ; ganache 0,2 à 0,8 cm ; masséter 0,5 à 0,8 cm.

FIG. 98
Fragment D. Tête animale Ind. 7.

201Le contour gauche de l’oreille gauche est matérialisé par une dépression naturelle, surcreusée par un léger piquetage et régularisée par un raclage circulaire. La surface exopérigraphique a été abaissée par un piquetage moyen en série linéaire droite, suivant un angle de 120°, ce qui confère au tracé de contour une profondeur, et à la figuration un volume proche d’une certaine réalité anatomique. À l’instar du bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1 et des chevaux Ch. 1 , Ch. 5 et Ch. 6, un relief à « fond de cuvette » assure la mise en volume de la tête.

202La largeur de la zone de dégagement oscille entre 1,4 et 2,8 cm : ligne fronto-nasale 1,4 à 1,6 cm ; museau 2 cm ; ganache 1,4 à 2,8 cm ; masséter 2 à 2,2 cm.

203Cette tête isolée est sans doute à rapprocher de celle localisée au-dessus du cheval Ch. 6. Le fait qu’elle ne puisse être raccordée à aucun vestige de corps et l’absence de détails anatomiques, mise à part une esquisse de la bouche, permettent d’envisager, comme précédemment, l’ébauche d’une tête, sans pour autant exclure l’hypothèse d’une possible retaille partielle d’une silhouette animale, dont ne subsisterait que cette partie anatomique.

no 13 Points rouges inédits
fig. 99, 100

204Cinq points rouges plus ou moins circulaires, peints à proximité de la tête animale no 11 et à une dizaine de centimètres au-dessus de la croupe du cheval Ch. 6, confèrent à l’ensemble sculpté du fragment D une originalité graphique et symbolique. Ils témoignent de l’utilisation du colorant dans l’élaboration de la construction graphique de la frise sculptée et confirment l’existence d’une symbolique abstraite.

205Le nettoyage superficiel de la surface calcaire a contribué à la conservation de ces traces colorées, pourtant non recouvertes par la calcite dans cette zone, et explique sans doute qu’elles soient en partie délavées. Leur observation ne peut s’effectuer qu’en lumière frontale.

206Alignés horizontalement sur une longueur de 7 cm, les points sont séparés par un intervalle d’environ 1 cm, à l’exception des deux premiers, à gauche, pour lesquels l’intervalle est de 0,2 cm. L’intensité faible de l’application du colorant, d’un brun rouge, sa dissolution et sa diffusion, ajoutées à l’irrégularité de la surface calcaire, font que la délinéation de ces formes est floue. Quelques traînées colorées, visibles sous les points, ne se prêtent pas à l’analyse descriptive. Il est possible qu’elles résultent également de la diffusion du colorant.

207La partition entre sculpture et peinture est attestée dans l’art paléolithique sur des blocs sculptés (Roussot 1981 : 200) qui présentent quelques traces d’ocre rouge, témoins du pigment qui les recouvrait sans doute autrefois. Cependant, il est impossible de reconnaître dans ces plages colorées un signe ou un groupe de signes (cf. chap. 6).

208Seul le site d’Angles-sur-l’Anglin (Vienne) a fourni des signes peints (quadrillages) sur des fragments provenant de la frise sculptée du Roc aux Sorciers, mais aujourd’hui, leur relation avec les sculptures de l’abri n’est pas encore établie.

209La découverte du Roc de Sers est donc fondamentale, puisqu’elle met pour la première fois en relation dans un même espace graphique un alignement de points et une figuration animale sculptée. L’association d’un signe de type 4 (Vialou 1986b : 310) avec le thème Cheval est rare dans l’art pariétal paléolithique, alors qu’elle est fréquente avec le thème Bison et Cervidés (Pobeda 1976). Quatre points jaunes sont parallèles à la crinière d’un cheval peint en rouge sur la paroi droite de la galerie A de la grotte de la Pasiéga (Breuil et al. 1913 : 16, pl. II, III ; Heras Martín 1994 : 289) ; une ligne ondulante de points est située sous le premier « cheval chinois » de la paroi droite du diverticule axial de la grotte de Lascaux (Bataille 1992 : 74) et trois points rouges sont alignés sous le museau d’un cheval de la grotte de Pindal (Alcade del Rio et al. 1911 : 74, fig. 70) (fig. 101).

FIG. 99
Fragment D. Points rouges.

FIG. 100
Fragment D. Points rouges. Relevé graphique.

FIG. 101
Les associations cheval-signe de type 4 (alignement de points) de l’art pariétal paléolithique. A Cheval de La Pasiega ; B Cheval de Lascaux ; C Cheval d’EI Pindal.

5.4 Fragment F
fig. 102-104

210No inv. MAN : 74483f.

211Dim. max. après équarrissage (en cm) : long. : 159 ; larg. : 50 (gauche), 50 (centre), 58 (droite) ; ép. : 55.

212Origine stratigraphique : extrémité ouest de la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire, à gauche du fragment E non sculpté.

213Contexte archéologique : la couche sur laquelle reposaient les sculptures atteignait 15 cm et contenait à cet endroit une pointe à cran entière et deux fragments de pointes à cran (Arch. H.-M. carnet : 61). Attribution chronologique : Solutréen supérieur.

214Date de la découverte : 11 octobre 1927.

215Emplacement dans le dispositif pariétal : ensemble 1 , panneau le (cf. §7.3).

216Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 61, 68, 72, 74, 106, 107.

217Les dimensions et la configuration de ce pan de paroi sculptée, circonscrit par des plans de fractures transversaux et parallèles, permettent d’estimer qu’il atteignait vraisemblablement à l’origine un peu plus de 5 m de long, pour une largeur comprise entre 30 et 50 cm. À l’extrémité droite du fragment, un décrochement de la paroi forme un angle presque droit et indique que la surface n’était pas exactement plane. L’auteur solutréen s’est joué de cette particularité morphologique pour inscrire l’une de ses figurations et lui donner une meilleure véracité anatomique. Cette utilisation des arêtes naturelles de la paroi a déjà été constatée sur les fragments C (cheval Ch. 3) et D (Ind. 7).

218La face inférieure fut équarrie sur une trentaine de centimètres pour permettre le transport de cette pierre vers le château de Charbontière, avant son expédition au MAN. Son volume était voisin d’un demi-mètre cube et sa masse proche d’une tonne (Henri-Martin 1928g : 70). Ce travail est intervenu avant le nettoyage de la surface recouverte de sédiment, et cela explique le cadrage artificiel de la silhouette humaine située à l’extrémité droite, dont la face antérieure et le thorax ont été légèrement affectés par les coups de massue, alors qu’une large plage calcaire, vierge de toute sculpture, fut conservée en avant de l’autre silhouette humaine, à l’extrémité gauche du fragment.

219Ainsi que l’a souligné le Dr Henri-Martin, le fragment n’était pas posé exactement à plat sur la couche archéologique, mais au contraire, légèrement incliné. Sa face inférieure formait un angle de 15° environ ouvert en avant. Cet emplacement a donc permis de dégager la masse sans trop de difficultés et toutes les précautions furent prises pour conserver l’intégrité des sculptures pressenties ; des planches intercalées entre la pierre et les ringards atténuèrent les effets des pesées brutales (Henri-Martin 1928g : 70). Le tir de mine, qui avait failli causer la destruction de la face sculptée du fragment AB, est à l’origine de cette grande prudence observée par le Dr Henri-Martin et ses ouvriers.

220À la hauteur de la tête de l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3, l’altération décrite par J.-P. Duhard et G. Tosello (1996 : 529) comme étant la conséquence d’une manœuvre difficile du fragment est, au contraire, une fracturation ancienne constellée de points calcités. Le détachement de cet éclat conséquent, qui a affecté le plan antérieur de la tête de l’animal, est sans doute à mettre en relation avec le processus de retaille de la figure. En revanche, il n’est pas impossible que le morcellement de la surface calcaire de l’extrémité gauche soit dû à une manipulation un peu brutale de la pierre, ayant provoqué le détachement d’éclats et de blocs. Le cliché du fragment après son redressement (fig. 105) montre en effet plusieurs morceaux de calcaire se rapportant vraisemblablement à la zone fracturée en avant de la silhouette humaine. Ceux-ci ne furent malheureusement pas raccordés immédiatement sur place et ont été oubliés. Trois autres fragments encore solidaires de la paroi, comme on peut l’observer sur le cliché, ont été conservés intacts et consolidés. Leur raccord n’est pas exact, ce qui tend à conforter l’idée d’un détachement postérieur à la réalisation de la construction graphique, et vraisemblablement contemporain du dégagement de la masse calcaire.

FIG. 102
Fragment F.

FIG. 103
Fragment F. Relevé analytique.

FIG. 104
Fragment F. Levé de coupe.

FIG. 105
Fragment F aussitôt après son redressement. Couche archéologique sous-jacente. (Arch. H.-M. no 33 411.)

221Au total, sept représentations figuratives sculptées et gravées structurent l’espace de ce pan de paroi. Afin de faciliter leur analyse techno- et morphostylistique, il convient de diviser cette structuration graphique en deux ensembles :

  • un ensemble B comprenant une figuration humaine, une tête de cheval et un cheval orientés à gauche, et un cheval incomplet en profil droit ;

  • un ensemble A regroupant une figuration humaine et un ovibos-bison en profil droit, et un animal incomplet en profil gauche.

Ensemble A

no 14 Ovibos-bison (Ov. 1-Bi. 3)
fig. 106, 107

222• Quadrilatère d’inscription antérieur (a) : 23 cm ; quadrilatère d’inscription postérieur (p) : 36 cm ; long, totale (L) : 59 cm ; haut. (H) : 42,5 cm.

223Rapports entre les quadrilatères d’inscription

224• Rapport p x 100/H (indice d’élongation du segment postérieur et de la hauteur de l’animal) : 84,7. Ce chiffre s’inscrit dans le champ de variation des moyennes de l’ensemble des bisons d’Europe (Paillet 1993 : 762, 763) et atteste que la longueur du segment postérieur (p) est proche de la hauteur au garrot (H). Écart avec Bi. 1-Sa. 1 : 10,5.

225• Rapport p x 100/L (indice d’élongation du segment postérieur) : 61. Cet indice s’inscrit, comme le précédent, dans le champ de variation des moyennes de l’ensemble des sujets européens actuels (Paillet 1993 : 766), et suggère que le segment postérieur (p), c’est-à-dire le corps et l’arrière-main confondus, n’est pas excessivement allongé par rapport à la longueur totale de l’animal (L). Écart avec Bi. 1-Sa. 1 : 10,5.

226• Rapport H x 100/L (indice d’élongation de la hauteur du garrot par rapport à la longueur totale de l’animal) : 72. Ce rapport atteste d’un allongement corporel proche de celui du bison européen de référence (Paillet 1993 : 767). Écart avec Bi. 1-Sa. 1 : 7,8.

227• Rapport a x 100/H (indice d’élongation du tronc céphalique [a] par rapport à la hauteur) : 54,1 (écart avec Bi. 1-Sa. 1 : 7,8) et rapport a x 100/L : (indice d’élongation du tronc céphalique [a] par rapport à la largeur) : 38,9 (écart avec Bi. 1-Sa. 1 : 0,4). Ces valeurs se rapprochent totalement de la conformation propre à l’espèce européenne, dans le champ de variation du modèle actuel européen, mâles et femelles confondus (Paillet 1993 : 771). Même penchée, la tête paraît excessivement rentrée dans le tronc par rapport à la longueur de l’individu et tout aussi fortement par rapport à la hauteur au garrot.

228Mensurations complémentaires

229• Long. de la tête (LT) : 12,7 cm ; ép. de la tête (ET) : 7,3 cm ; long, de la corne : 9,5 cm ; larg. de la corne : 1 cm – 1,5 cm ; long, de l’œil : 9,5 cm ; larg. de l’œil : 0,2 cm ; long. de la queue : 5 cm ; larg. de la queue : 3,5 cm.

230• Long. du membre antérieur droit : 17,5 cm ; larg. du membre antérieur droit : 1,9 cm – 3,2 cm ; haut, du sabot : 4,4 cm ; long. du membre antérieur gauche : 15 cm ; larg. du membre antérieur gauche : 1,9 cm – 3,6 cm ; haut, du sabot : 4 cm.

231• Long. du membre postérieur gauche : 16,7 cm ; larg. du membre postérieur gauche : 1,6 cm – 9,5 cm ; haut. du sabot : 4 cm.

232Cet animal imposant charpente l’espace graphique de l’ensemble A. Disposé en profil droit, il occupe plus d’un tiers du fragment. Ses proportions sont relativement proches de celles du bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1, bien qu’elles soient quelque peu faussées en raison de la déformation due à la position de l’animal, tête penchée vers le sol, à la technique sculpturale et à la nature du support.

233La connotation statique-dynamique traduite par l’avant-main et la puissance qui se dégage de cet ensemble anatomique confèrent à cette figure majeure une originalité graphique. Des qualités techniques incontestables et un sens aigu de l’observation ont conduit à la mise en forme de ce modèle exceptionnel, qu’il convient de rapporter à un bœuf musqué (Ovibos moschatus Blainville), espèce très rarement représentée dans l’art paléolithique (Gessain 1981 : 79-101 ; Demnard 1983 : 132-200 et 203-215 ; 1985 : 75 ; Barrière 1993 : 119-122), et à un bison (Bison bonasus L.). Le bestiaire du Roc de Sers se trouve ainsi enrichi d’une figuration unique, sculptée en pied, dont la fonction diffère des autres sculptures, car elle renvoie au concept des figures composites et est associée à une iconographie humaine.

234Chacun des éléments modelés dans la roche correspond à des données graphiques et scéniques pensées et voulues par l’auteur solutréen, et il est indéniable, dans ce cas précis, que le dièdre de la paroi a précédé la réalisation matérielle de la silhouette. Cette matérialisation dénote un choix morphologique qui est partie intégrante du discours graphique et revêt un caractère éminemment symbolique. De la pierre a surgi l’image et cette particularité de la représentation est celle qui frappe le plus l’observateur. L’attention est inévitablement focalisée sur la masse volumineuse de la crinière et sur la tête de l’animal, fortement penchée vers le sol. Un cadrage maximal, recherché afin d’exploiter au mieux les contours suggestifs de la roche et les variations de la lumière naturelle, comme celles de la lumière artificielle, a sans doute constitué l’un des paramètres incontournables dans la mise en place graphique de ces éléments. L’intégration de cette convexité de la roche tend à créer un effet de profondeur du corps, qui apparaît en retrait par rapport à l’avant-main. Cette traduction de la perspective est renforcée par la vision de trois quarts de l’animal. Tout se passe comme si l’avant-main ne faisait plus partie intégrante de la roche, alors que le corps est encore solidaire de celle-ci. Il s’agit là d’une volonté de mise en valeur de la puissance animale, tant sur le plan graphique que symbolique. Cette intégration manifeste atteste une fois de plus que le choix du support et le choix figuratif sont parfaitement corrélatifs, et témoigne de l’importance de la force animale dans la symbolique solutréenne. Ce concept est corroboré par la thématique humaine participant du discours symbolique, dont le statut iconographique se distingue fondamentalement de celui de l’animal.

FIG. 106
Fragment F. Ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3.

FIG. 107
Fragment F. Ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3. Détail de la tête et de la corne gauche.

235La vue de profil du fragment permet de saisir la technique de mise en volume de l’avant-main et de constater que sa réalisation a requis un travail extrêmement méticuleux de la part de l’exécutant. La mise en relief de la crinière a été obtenue par la technique du relief différentiel, le dièdre naturel de la roche ayant été aplani sur une largeur de 5 cm et une épaisseur de 2 cm en moyenne, depuis la base de l’encornure jusqu’au sommet du garrot. Cet amoindrissement de la densité du calcaire matérialise le bord gauche de l’encolure, qui se trouve en retrait par rapport au bord droit. Ce procédé a contribué ainsi à modeler l’arête de la ligne thoraco-lombaire. L’intégration de cette particularité morphologique de la pierre donne l’impression que l’animal est traité en haut-relief, alors que la technique du relief différentiel, combinée avec un tracé recticurviligne de contour à un bord modelé et un bord abaissé, a suffi à la traduction de ce volume d’une véracité anatomique remarquable. La réalisation de cet élément corporel est conduite à une sorte de perfection esthétique appuyée sur une volonté délibérée de mettre en valeur les données anatomiques les plus fines. L’ornement de longs poils hirsutes, qui se développe de l’encolure au garrot et constitue une toison très dense chez l’animal vivant, est indiqué par de longs et fins tracés à section courbe, approximativement parallèles et obliques, répartis régulièrement sur la largeur du bord droit de la crinière, le long de la crête thoraco-lombaire. Leur irrégularité est due aux micro-aspérités de la roche, très peu apte à supporter des incisions fines ou aiguës, et leur longueur est comprise entre 2 et 5 cm.

236La masse villeuse n’a pas été matérialisée sur le bord gauche de l’encolure, sans doute en raison de la morphologie du support, moins plan à cet endroit et plus irrégulier. Quatre entailles modernes, que l’on peut vraisemblablement rapporter aux conditions de levage du fragment, bien que des précautions plus importantes aient été prises, affectent la surface de ce bord. D’autres éclats modernes laissent entrevoir la couleur blanchâtre du calcaire sur l’ensemble de la silhouette.

237Le sculpteur a suivi la ligne du dièdre pour la réalisation de la tête, et de ce fait, celle-ci se trouve légèrement décalée vers la droite, car la roche dessine à cet endroit une courbe dirigée vers l’intérieur du fragment. Cette distorsion contribue à amplifier la dynamique de mouvement de l’animal, représenté dans une attitude d’excitation précédant la charge, ou flairant le sol, l’eau ou les touffes de carex ou laîche, qu’il s’apprête à gratter avec sa corne, ou encore buvant ou pâturant. En extension vers l’avant, et dirigée vers le sol entre les deux membres antérieurs écartés, cette position de la tête provoqua la forte élévation du garrot et une atténuation de l’arc sous-mandibulaire (fig. 107). Elle est incomplète en raison de la fracturation de sa face antérieure. Le détachement de matière, qui atteint 4,4 cm de profondeur, s’est produit avant le démantèlement de la paroi, car de nombreux points de calcite adhèrent encore à la surface calcaire, comme sur l’ensemble du fragment, tombé face sculptée contre la couche archéologique.

238Il s’agit là vraisemblablement d’un acte volontaire de destruction, comme semble le prouver la retaille du bord inférieur de l’encolure, dont ne subsiste qu’une profonde dépression triangulaire (prof. : 1,4 cm – 1,8 cm), en arrière de la tête, réalisée par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire qui provoqua quelques écrasements, de menus éclats et de multiples cupules rondes en série linéaire droite. La retaille du corps de l’animal conforte cette hypothèse, laquelle peut sans doute être rapprochée de celle qui est envisagée pour la fragmentation des plaquettes gravées.

239L’encornure est le détail anatomique le plus pertinent quant à l’attribution générique de l’animal. De la corne droite ne subsiste que la région basilaire sur le frontal, le reste de l’appendice ayant été oblitéré par la retaille de l’encolure inférieure. Quant à la corne gauche, sa courbure et son orientation sont spécifiques du genre ovibos, bien qu’elle n’offre pas la massivité que l’on peut observer chez l’animal vivant (Henri-Martin 1928g : 72 ; Breuil 1985 : 331 ; Leroi-Gourhan 1971 : 253 ; Gessain 1981 : 95, 96 ; Demnard 1983 : 168-174 ; 1985 : 70 ; Delporte 1984 : 578-582 ; 1990 : 137, 138 ; Roussot 1984b : 74 ; Vialou 1998 : 100, 101). Un intervalle de quelques millimètres entre les deux cornes est conforme à la réalité. Ainsi que le souligne R. Gessain, chez le mâle, la base des cornes continue à s’élargir toute la vie vers l’os pariétal d’une part (ce qui élargit les cornes) et vers le frontal d’autre part (ce qui allonge leur base), si bien qu’il ne reste sur le front du mâle âgé, entre les cornes droite et gauche, qu’un intervalle de quelques millimètres (Gessain 1981 : 47 ; Demnard 1983 : 57-69). Cette précision anatomique révèle les qualités d’observation de l’auteur solutréen et permet d’envisager l’hypothèse d’une représentation d’un mâle adulte, âgé de plus de 5 ans. Le premier segment de la corne descend vers le bas, sur le côté gauche de la tête, contre le canon du membre antérieur gauche. Le second segment se redresse, presque à l’horizontale, en dessinant une courbe harmonieuse. Ce dernier s’élève en réalité vers l’avant, en haut et un peu en dehors, en pointe noire chez l’animal vivant (Gessain 1981 : 46). Il convient de souligner que cette courbure vers l’avant en pointe offensive est spécifique au mâle, ce qui le différencie de la femelle. La largeur moyenne des cornes du mâle à la base est de 18 à 20 cm, et seulement de 8,5 cm chez la femelle. La longueur est en moyenne de 60 cm, en suivant la courbure (43 cm chez la femelle) et la distance entre les extrémités également de 60 cm (Gessain 1981 : 47). La base de la corne d’Ov. 1-Bi. 3 présente une largeur à peine supérieure (1,5 cm) à celle des segments (1 cm), pour lesquels elle est constante, tandis que sa longueur paraît conforme à la moyenne. Les cornes d’ovibos sont non seulement des armes d’attaque et de défense, mais leur base large et épaisse a un rôle de bouclier amortisseur lors des combats de rut entre mâles. Ce détail caractéristique n’a pas échappé au sculpteur qui en fit une étude très précise. Pour A. Leroi-Gourhan, cette encornure ne constituait pas une preuve tangible permettant de confirmer la détermination générique de la représentation. Cependant, son argumentation reposait essentiellement sur le fait que les restes osseux d’ovibos sont très rares, et que le seul caractère ayant pu entraîner cette identification est qu’à leur base, les cornes se joignent sur la ligne médiane (Leroi-Gourhan 1971 : 253). Nous avons vu, au contraire, qu’en plus de cette jointure, la corne était tout à fait caractéristique du genre, sans qu’elle ait été sculptée dans cette direction par nécessité. Si l’auteur avait voulu sculpter l’encornure spécifique de Bison bonasus L., il aurait eu tout loisir de l’inscrire dans l’espace graphique offert par cette zone. D’autre part, l’absence ou la présence d’une espèce dans la faune d’un gisement n’est jamais vraiment corrélative de l’absence, de la rareté ou de la fréquence des espèces figurées.

240La ligne frontale est sensiblement bombée et le plan antéro-postérieur est sinueux, avec indication de la ganache convexe et le plat de la joue rectiligne. De forme ovale à grand axe horizontal, mais non pupillé, l’œil est anatomiquement bien placé. Il est proéminent, ainsi qu’on peut l’observer chez l’animal vivant, dont les parois osseuses des logements orbitaires sont grandes et élevées en forme de tube. Sans cette particularité, la vue serait gênée par les cornes massives et l’épaisse toison qui couvre les côtés de la tête (Gessain 1981 : 48). Les oreilles font défaut.

241Les membres antérieurs sont disposés de part et d’autre de la tête, en extension décalée, le membre antérieur gauche étant le plus avancé, et campés sur une même ligne de sol imaginaire. Cette vision de trois quarts répond à une convention graphique de traduction de la perspective commune à l’ensemble des représentations animales de la frise sculptée ; mais ici, la convexité de la roche tend à rectifier quelque peu cette distorsion, car le membre antérieur gauche se trouve en partie caché derrière la tête lorsque l’observateur est face au fragment. Par cet artifice, l’artiste renforce ainsi l’impression de profondeur du fond et de projection de l’animal vers l’avant, qui est suggérée également par le membre postérieur, situé légèrement plus haut que les antérieurs. Ainsi, tout le poids du corps repose en quelque sorte sur l’avant-main.

242De façon générale, les rapports de longueur et d’épaisseur entre les différents segments sont exacts bien que les membres soient relativement courts. Cependant, le sculpteur a pallié cette brièveté en allongeant la longueur des sabots et en réduisant la largeur des segments.

243L’antérieur gauche est vu de trois quarts, en continuité avec l’encolure gauche, sans que n’aient été indiquées la convexité de la pointe de l’épaule, ni la démarcation du bras et de l’avant-bras. Un petit décrochement suggère peut-être le départ de la saillie du coude. La convexité du genou est bien dessinée, tandis que le canon est surmonté de l’extrémité de la corne gauche. Le pied, bisulque et ovale, est en vue frontale et témoigne de qualités d’exécution exceptionnelles, comparables à celles qui ont conduit à la mise en forme du membre antérieur gauche du bison Bi. 2. Les doigts externe et interne sont coalescents, mais le tracé interdigité de séparation est légèrement excentré vers la gauche. Le sculpteur usa de cet artifice pour rétablir la perspective, donnant ainsi une largeur plus importante au doigt interne, tandis que l’autre doigt, allongé et rectiligne, apparaît en retrait par rapport à son homologue. Le sabot est surmonté d’un ergot transversal, de forme triangulaire, et la couronne est mise en relief par réserve.

244Le membre antérieur droit est de même conformation que son homologue gauche et en position de sustentation. Il n’est pas complet, le bord droit de l’avant-bras et la pointe de l’épaule ayant été affectés par la retaille du bord inférieur de l’encolure. Le bord gauche de l’avant-bras et la pointe du coude ont été oblitérés par une zone piquetée correspondant sans doute à un début de retaille de la poitrine. Cette surface est délimitée par de petits éclats, localisés au niveau de l’épaule. Un éclat de matière affecte le contour du boulet et rompt la continuité du canon.

245De mêmes proportions que les membres antérieurs, le membre postérieur droit est en extension arrière pointée. La pointe du jarret est soulignée par une petite convexité arrondie, tandis que le pli et la corde sont matérialisés par une incision rectiligne longitudinale. Le pied, vu de trois quarts et redressé en arrière, offre une grande véracité anatomique. Les doigts externe et interne ne sont pas coalescents, mais individualisés par un tracé interdigité bien marqué. Le doigt interne est réduit, tandis que l’importance est donnée au doigt externe. Une entaille oblique, située au niveau du pli du grasset, peut être rapportée au dessin de ce détail anatomique. Le pli est en décalage par rapport à la jambe, qui fut diminuée par le piquetage du membre postérieur gauche, duquel ne subsiste plus qu’une empreinte).

246La ligne thoraco-lombaire a été conservée intacte depuis l’échancrure du garrot jusqu’au départ de la fesse, le plan de fracture ayant été guidé par le tracé de contour du rachis. Le sommet du garrot fait défaut, emporté lors de la fracturation du pan de paroi, et vraisemblablement en partie au cours de l’équarrissage du fragment, si l’on en juge d’après les points d’impacts déterminant d’importantes cupules visibles sur le bord supérieur. Le rachis thoraco-lombaire montre un rein assez long et légèrement ensellé qui s’enchaîne au dos par un ressaut adouci.

247Le départ de la fesse est brusquement interrompu par le dessin d’une seconde ligne thoraco-lombaire sinueuse, appartenant à un animal acéphale de profil à droite, qui utilise l’arrière-train de l’ovibos, depuis l’attache de la queue. Il s’agit ici d’une retaille, qui ne fut pas signalée par le Dr Henri-Martin dans sa description de la silhouette du bœuf musqué, bien qu’elle apparaisse sur son relevé graphique (1928g : 72).

248Cette retaille est exceptionnelle, car il n’y a pas eu oblitération de la figure sous-jacente, mis à part son membre postérieur gauche et son encolure inférieure, mais au contraire utilisation de celle-ci pour la mise en forme de la nouvelle silhouette, à moins qu’il s’agisse là d’une retaille en cours de réalisation, non achevée par le sculpteur solutréen.

249La ligne rachidienne montre une croupe arrondie et un rein assez long et ensellé. Le galbe de la fesse, obtenu par le procédé du relief différentiel, donne un beau modelé et une profondeur au train postérieur, duquel se détache l’appendice caudal, implanté au-dessus de la pointe de la fesse, dans le prolongement de la croupe. Relativement court, il est détaché de la fesse, son segment proximal étant oblique par rapport à celle-ci. À l’instar des figurations précédentes, cet appendice vient soutenir la connotation statique-dynamique de la silhouette.

250Plusieurs données techniques confortent l’idée d’un travail en cours d’élaboration, et réfutent l’hypothèse d’un repentir du sculpteur, abandonnant le profil rachidien trop volumineux au profit d’une ligne sous-jacente plus basse.

251À l’instar de la ligne thoraco-lombaire du cheval Ch. 5, le contour du second rachis est ébauché par un tracé à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen en série linéaire droite, par percussion lancée punctiforme perpendiculaire.

252La régularisation et la mise en relief du tracé par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage), telle qu’on peut l’observer sur le contour de la majorité des représentations sculptées de la frise, n’a pas été effectuée à la suite de cette esquisse et donne ainsi l’impression d’un inachèvement. Dans le même temps, le sculpteur a délimité la surface exopérigraphique de la silhouette. Ce travail de la roche est riche d’enseignements, car pour la première fois, la succession des étapes techniques de réalisation d’une sculpture nous est connue. Au Roc de Sers, la zone de dégagement semble donc être esquissée simultanément au tracé de contour, son abaissement intervenant en second lieu.

253La retaille du bord inférieur de l’encolure, dont ne subsiste qu’une profonde dépression triangulaire en arrière de la tête, et celle du membre postérieur gauche entièrement oblitéré, conforte l’idée d’un travail en cours de réalisation. Tout se passe comme si l’auteur avait préparé la surface à recevoir la mise en relief d’un autre animal, lequel, s’il avait été achevé, aurait oblitéré la presque totalité ou la totalité de l’ovibos Ov. 1. La conformation technique de la ligne ventrale corrobore cette observation : la retaille de cette partie anatomique, destinée à la modification de la largeur de la précédente ligne ventrale par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire en série linéaire droite, n’a pas été totalement achevée, laissant ainsi apparaître la première ligne ventrale en négatif. Un raclage aurait sans doute contribué à l’effacement complet (cf. membre antérieur gauche du bison Bi. 2) de cette dernière, laquelle, comme la seconde, était arrondie et relevée vers l’arrière, ce qui donnait à l’ensemble thoracique et abdominal une forme tronconique et massive.

254Ces arguments pertinents permettent d’envisager la mise en forme d’un animal composite, mi-ovibos, mi-bison. L’attribution générique du second animal repose sur la conformation des membres communs aux deux figurations et aux deux genres. Contrairement à la figure composite mi-bison, mi-sanglier Bi. 1-Sa. 1 du fragment ABC, le statut iconographique ne s’oriente pas ici de façon évidente vers une sorte de non-objectivité figurative, car cette fusion n’est pas immédiatement perceptible et exige une lecture attentive des tracés. D’autre part, l’ovibos et le bison présentent des caractères communs (Gessain 1981 : 49), qui ne semblent pas avoir échappé au sculpteur et se confondent volontiers dans ce cas. Cette figure atteste une fois de plus que les Solutréens du Roc de Sers ont élaboré une sémantique propre à l’imagerie animale, que la présence de deux figurations humaines dans la construction de cette partie de la frise rend complexe.

no 15 Animal indéterminé (Ind. 8)
fig. 108

255L’ébauche d’un troisième animal incomplet, dont la ligne thoraco-lombaire épouse le segment thoraco-lombaire du bison Bi. 3, tend à renforcer cette hypothèse. Il fut désigné pour la première fois par F. Demnard, dans l’analyse descriptive qu’il fit du bœuf musqué (1983 : 173). Orientée à gauche, cette petite figure (LC : 24 cm ; EC : 11 cm) présente une dysharmonie antéro-postérieure, tandis que son membre postérieur gauche est réduit au départ de la jambe.

256Une profonde entaille, oblique ascendante de la gauche vers la droite, interrompt brusquement la ligne ventrale au niveau du membre antérieur gauche, qui ne semble pas avoir été dessiné. La pointe de l’épaule est soulignée, et l’encolure inférieure est quasi verticale. La tête est plus suggérée que dessinée. La ligne fronto-nasale suit le bord de la croupe, en continuité avec l’encolure supérieure. Le plan antéro-postérieur est sensiblement indiqué par le procédé du relief différentiel.

FIG. 108
Fragment F. Animal indéterminé Ind. 8. Détail de l’arrière-train.

257Cette silhouette est trop sommaire pour tenter une attribution générique. Tout au plus, il est possible de déduire qu’il s’agit vraisemblablement d’un boviné ou d’un équidé. La dysharmonie antéro-postérieure ne permet pas de statuer en faveur de l’un ou l’autre, car la crinière caractéristique des chevaux sculptés présente une convexité et une massivité assez proche de celle du garrot des bisons.

258De taille inférieure aux animaux sculptés de la frise, cette figuration est sans doute à mettre en relation avec les représentations animales de l’ensemble B, lesquelles, d’un point de vue techno- et morphostylistique, présentent de grandes similitudes avec cette dernière. Étant donné cette superposition, il convient peut-être d’envisager l’existence d’une quatrième et dernière phase dans la construction graphique de cette partie du dispositif pariétal, qui comprendrait des représentations animales fortement gravées et de taille inférieure aux animaux sculptés. Cette hypothèse est confortée par l’existence d’autres animaux gravés sur les fragments O, R et S, en superposition ou juxtaposés aux sculptures.

Technique

259Cette figuration d’ovibos-bison regroupe à elle seule l’ensemble des procédés techniques de sculpture et de gravure employés par l’ (ou les) auteur(s) solutréen(s). Elle témoigne d’un haut degré de technicité, d’une capacité à structurer les formes observées dans l’espace graphique et le volume plastique de la paroi, et d’une maîtrise des variations chromatiques des luminosités naturelles et artificielles (lampes, torches, feux, etc.).

260Un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, cerne les contours de l’animal. Il fut obtenu par un piquetage moyen en série linéaire droite (percussion lancée punctiforme perpendiculaire), qui fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). La profondeur du tracé oscille entre 0,2 et 2,5 cm : plan antéro-postérieur de la tête 1,2 cm à 2,5 cm ; membre antérieur gauche 0,4 à 1,8 cm ; bord supérieur de l’encolure 0,2 à 1,8 cm ; membre antérieur droit 0,4 à 0,9 cm ; première ligne ventrale 0,8 à 1,9 cm ; deuxième ligne ventrale 0,4 à 0,7 cm ; membre postérieur droit 0,2 à 1,1 cm ; fesse 0,4 à 1 cm ; ligne thoraco-lombaire du bison Bi. 3 : 0,4 à 1,4 cm.

261L’analyse technique de la ligne thoraco-lombaire du bison Bi. 3 apporte des données fondamentales concernant le travail de mise en place de la zone de dégagement. Nous avons constaté qu’un piquetage superficiel fut pratiqué après l’esquisse du contour de l’animal, afin d’inscrire les limites de la surface exopérigraphique. Il convient alors d’envisager la possibilité que ces deux premières étapes aient pu être également appliquées systématiquement lors de la mise en place de l’ensemble des figurations sculptées de la frise.

262Conformément à la logique visuelle qui caractérise la mise en relief des précédentes sculptures, le procédé du relief différentiel fut employé ici pour circonscrire certains détails anatomiques et en exprimer les volumes. C’est ainsi que les différents plans qui traduisent la masse de la crinière attestent d’une véritable maîtrise de la perspective.

263La combinaison du relief différentiel et du tracé recticurviligne asymétrique renforce l’idée du haut degré technique à l’origine de la réalisation du dispositif pariétal. Cette association de deux procédés, dont la mise en œuvre et le résultat sont profondément différents, a servi au dessin de l’animal indéterminé Ind. 8 situé sur le corps du bison Bi. 3. Le corps est délinéé par un tracé recticurviligne asymétrique, d’une profondeur moyenne de 0,4 cm, tandis que l’avant-main est traitée en relief différentiel, avec amoindrissement (0,5 cm) de l’épaisseur de la cuisse du bison Bi. 3. Par cet artifice, l’auteur solutréen réussit à dégager la masse corporelle de l’animal sans dénaturer la silhouette sous-jacente. La discrétion caractérise cette figure, qui ne peut être saisie qu’en lumière rasante, avec variation de la lumière incidente pour souligner les volumes corporels.

264Un puissant raclage, dont les stigmates d’orientation constante (de haut en bas et de la droite vers la gauche) sont visibles notamment sur l’encolure et la cuisse d’Ov. 1- Bi. 3, paraît avoir été pratiqué sur l’ensemble de la surface circonscrite, vu l’amoindrissement des nombreuses aspérités de la roche et des traces de piquetage, qui accrochent toutefois encore la lumière. Au niveau du poitrail et de la poitrine, les stigmates caractéristiques de ce travail ont été oblitérés par un piquetage par percussion lancée, destiné à la retaille partielle de l’ovibos. Ce piquetage reste superficiel sur la poitrine, mais constitue une dépression d’une profondeur de plus de 1,5 cm sur le poitrail. Il est possible qu’à la hauteur de la poitrine, cette transformation de la surface ait contribué à la mise en valeur de l’animal indéterminé Ind. 8.

265La surface exopérigraphique, après avoir été grossièrement délimitée, a été abaissée par un piquetage moyen en série linéaire droite, suivant un angle de 120° avec le bord interne du tracé de contour. Cette obliquité tend à reculer le fond sur une large surface et à mettre fortement en relief le volume de la silhouette. À l’instar du cheval Ch. 6, la zone de dégagement s’interrompt sous les pieds de l’animal composite et donne ainsi l’illusion que celui-ci repose sur une ligne de sol imaginaire, dont le volume est donné par la surface calcaire brute du registre inférieur. La largeur de cette surface est comprise entre 0,4 et 8,2 cm : plan antéro-postérieur de la tête 2 cm ; membre antérieur gauche 2,8 cm ; bord supérieur de l’encolure 1,4 à 5 cm ; membre antérieur droit 0,5 à 2 cm ; première ligne ventrale 0,4 à 7,8 cm ; deuxième ligne ventrale 2 à 2,4 cm ; membre postérieur droit 1,4 à 6 cm ; fesse 5,6 à 8,2 cm ; deuxième ligne thoraco-lombaire 2 à 6 cm.

266Une attention particulière fut portée au rendu de certains détails anatomiques exigeant des outils plus minces et tranchants (éclat de silex ou burin). Le pelage de la crinière fut obtenu par de longs tracés à section courbe. Leur irrégularité, due aux micro-aspérités de la roche, participe de la connotation statique-dynamique de la silhouette, donnant l’impression d’une toison en mouvement, repoussée vers l’arrière en raison de la propulsion avant de l’animal. La corne est mise en relief par réserve ; le trait de contour est à section recticurviligne à un bord modelé (prof. moy. : 0,4 cm). Le contour de l’œil est traité par une incision à section angulaire asymétrique, tandis que l’apophyse orbitaire frontale et le bord orbitaire zygomatique sont mis en volume par réserve et forment une auréole qui entoure l’œil. Ce relief n’est perceptible que sous une seule incidence lumineuse (lumière rasante projetée depuis le bord supérieur du fragment). Enfin, le tracé interdigité des pieds de l’animal est indiqué par un trait surcreusé à section angulaire asymétrique (prof. moy. : 0,2 cm).

no 16 Figuration humaine (Hu. 1)
fig. 109, 110

267• Long. du tronc, de la pointe de la fesse à la concavité nucale : 13,6 cm ; larg. du thorax : 7,9 cm ; larg. de l’abdomen : 5,2 cm.

268• Long. de la cuisse droite : 8,7 cm ; larg. de la cuisse droite : 1,7 cm ; long, de la jambe droite : 10,9 cm ; larg. de la jambe droite : 1,2 cm ; long, de la cuisse gauche : 6,2 cm ; larg. de la cuisse gauche : 2,2 cm ; long, de la jambe gauche : 7,9 cm ; larg. de la jambe gauche : 1,2 cm ; long, du pied gauche : 1,9 cm.

269• Long. du bras (premier segment) : 2,8 cm ; long, du bras (deuxième segment) : 3,2 cm ; larg. du bras (premier segment) : 0,9 cm ; larg. du bras (deuxième segment) : 0,4 cm.

270• Long. de la tête : 8,5 cm ; larg. de la tête : 7,8 cm ; long, de l’oreille : 4 cm ; larg. de l’oreille : 2,5 cm ; long, du bâton : 5,1 cm ; larg. du bâton : 1,7 cm.

271Cette silhouette orientée à droite est sculptée sur le plan droit du dièdre de la paroi et exige le déplacement de l’observateur pour être saisie dans son ensemble. Son cadrage est artificiel, puisque le bord de ce pan calcaire est issu d’une fracturation produite lors du démantèlement de l’abri-sous-roche et a subi une altération due à l’équarrissage du fragment. Des points d’impact déterminant d’importantes cupules le long du bord vertical de la pierre ont causé le morcellement de la face antérieure de la tête et du thorax de la figure. Dès lors, il convient de signaler que les convexités qui pourraient être décrites comme le bombement du front, la dépression des orbites et la saillie nasale, ne sont autres que le résultat de ce découpage artificiel.

272L’obliquité du tronc, sensiblement penché vers l’avant, le fléchissement des membres inférieurs et le maintien de l’avant-bras, levé perpendiculairement au bras, n’engendrent pas l’idée d’une silhouette au posé, et il convient sans doute de mettre en rapport cette dynamique de mouvement avec l’ovibos-bison, distant de seulement 5 cm en arrière de l’humain.

273Le personnage est figuré debout et de profil, mais le corps est en antéflexion et les membres inférieurs en élévation, de sorte que la structure générale est angulaire, le massif fessier formant le sommet de l’angle. En dépit de cette position, les rapports de longueur entre le buste et les membres inférieurs sont corrects, et l’ensemble révèle la qualité morphologique des observations de l’auteur solutréen.

274Le buste est tronconique, mais incomplet, car la ligne de contour antéro-supérieure du thorax fut interrompue par le plan de fracture vertical. Toutefois, l’obliquité de la ligne de contour antéro-inférieure, au-dessus de l’abdomen, permet de déduire que cette région anatomique devait présenter vraisemblablement la même conformation que celle du personnage de l’ensemble B, dont le bombement caractéristique contraste avec la région abdomino-pelvienne très étroite. Le tracé de contour de la partie antéro-inférieure s’achève brusquement au niveau de l’abdomen, ce qui contribue à réduire la largeur du bassin et donne l’impression que le personnage porte une ceinture ou des liens de sustentations qui lui serrent la taille. Le rachis est bien délimité avec indication de la convexité de l’épaule, qui s’enchaîne harmonieusement à un segment lombaire rectiligne. Cette absence de cambrure est fonction de la posture de l’individu, semi-ployée, et de la synergie des mouvements. La fesse forme une convexité régulière, sans matérialisation du pli fessier.

275Le membre supérieur est en extension vers l’avant, à la hauteur de la partie antéro-inférieure du thorax. Le segment huméral, d’un volume moyen, est réduit en raison du détachement d’un large éclat au niveau de son attache scapulaire. Toutefois, en regard de sa position anatomiquement correcte, celui-ci n’a sans doute pas été vraiment plus long à l’origine. En revanche, l’avant-bras est proportionnellement plus allongé et grêle. Perpendiculaire au bras, il s’achève sur le tracé de contour du thorax et est dépourvu d’extrémité. L’exécutant aurait-il détourné la difficulté de réalisation d’un tel détail anatomique en donnant l’impression que le membre supérieur épouse le volume du thorax et que la main se situe derrière celui-ci ? L’hypothèse d’une convention graphique spécifique à la représentation des membres supérieurs semble devoir être retenue en raison de la fréquence de cette caractéristique chez les humains figurés dans l’art paléolithique en général.

276Aucun élément de comparaison dans l’art mobilier ou pariétal solutréen ne permet cependant de confirmer cette éventualité. La position de ce membre soutient la connotation statique-dynamique du dessin. Dans l’hypothèse d’un individu représenté dans l’attitude de la course, cet élément est bien coordonné avec le fléchissement des membres inférieurs, et accompagne l’antéflexion du corps.

277Les membres inférieurs sont bien dissociés et élancés, mais figurés sur le même plan, ce qui rend difficile leur latéralisation. Dans un premier temps et suivant une logique visuelle et morphologique, le membre rattaché à la fesse fut considéré comme le membre inférieur gauche. Cependant, au cours du relevé graphique, un éclairage rasant, placé en arrière et à droite du fragment, nous a permis de constater une mise en relief de la cuisse de l’autre membre par le procédé du relief différentiel. Ainsi sus-jacent au membre le plus court, ce dernier devient en définitive le membre inférieur gauche.

FIG. 109
Fragment F. Figuration humaine Hu. 1.

FIG. 110
Fragment F. Figuration humaine Hu. 1. Détail de la tête.

278La réalisation de cet élément anatomique est intervenue à la suite de la mise en place de la silhouette, c’est pourquoi son articulation paraît maladroite et anatomiquement incorrecte.

279La cuisse est d’un volume normal, bien que les reliefs musculaires ne soient pas modelés, tandis que la jambe est grêle et le tracé plus hésitant, sans figuration de la convexité du mollet, ni du rétrécissement des chevilles, et le pied est absent. Désireux de situer les membres de son personnage sur la même ligne de sol imaginaire que celle de l’ovibos-bison, le sculpteur n’hésita pas à allonger le membre inférieur gauche. Cet artifice, combiné avec la technique du relief différentiel, donne un certain volume à la figure et de l’ampleur au mouvement exprimé, que l’on peut sans doute rapporter à la course fléchie, dite « course agenouillée », correspondant en fait au saut, mais également à une action irréelle : le vol de l’être humain (Baudry, Bozo 1990 : 696, 697).

280Si l’on reporte les membres dans une position de sustentation normale, la hauteur du sujet, du sommet de la voûte crânienne jusqu’à l’extrémité du membre inférieur gauche, est de 41,7 cm, tandis que la hauteur au garrot de l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3 est de 42,5 cm, ce qui constitue un écart de seulement 0,8 cm entre les deux figures, et conduit à envisager, avec les réserves qu’exige cette approche, une évaluation de la taille de l’individu. Le bœuf musqué n’est pas un animal très grand. Sa hauteur varie entre 1,10 m et 1,40 m au garrot, le mâle étant légèrement plus grand que la femelle (Demnard 1983 : 49).

281À partir de ces données numériques, et en considérant qu’il s’agit ici de la représentation d’un mâle adulte dont la hauteur au garrot se rapprocherait du chiffre le plus élevé, la taille de l’humain pourrait donc être comprise entre 1,35 m et 1,40 m. Ces mensurations correspondent à celles d’un enfant d’une dizaine d’années ou d’un adulte anormalement petit et invitent à s’interroger sur leur bien-fondé. Dans le cas d’un respect des proportions entre les deux protagonistes, il pourrait donc s’agir ici d’un jeune individu, peut-être en cours d’initiation à la technique de la chasse. Une autre hypothèse prend en compte les données symboliques intervenant dans le discours graphique. Afin de traduire et magnifier la puissance de l’animal, sur le plan graphique comme sur le plan symbolique, l’auteur solutréen n’aurait-il pas diminué la taille de son personnage adulte, qui apparaîtrait alors en position d’infériorité par rapport à l’animal ? Ainsi que nous l’avons constaté au cours de l’analyse morphostylistique des représentations sculptées précédentes, il semble indéniable que la force animale occupe une place importante dans la symbolique solutréenne. Le statut iconographique de l’homme paraît donc différent de celui de l’animal, sans échapper pour autant à la recherche de l’objectivité visuelle qui caractérise les représentations animales de la frise. Enfin, la contrainte du support ne semble pas devoir être évoquée, car les spécificités morphologiques de la paroi calcaire n’ont pas été, et ceci dans tous les cas, un obstacle à l’élaboration de la construction graphique.

282Le rapport de longueur entre les deux segments est plus proche de la moyenne pour le membre inférieur gauche, mais le volume est identique au précédent, sans figuration des masses musculaires. Le pied est dessiné, mais n’offre pas une réelle véracité anatomique. Le talon est arrondi et saillant, la voûte plantaire n’est pas marquée, et un simple contour arrondi souligne l’extrémité distale non digitée.

283La tête globuleuse est portée par un cou dont la limite antérieure a été oblitérée par le détachement d’un éclat allongé (fig. 110). L’occiput fait une saillie prononcée et est quelque peu plan et oblique en avant dans la région pariéto-occipitale, « en coup de hache », tandis que la voûte crânienne est surbaissée. Aucun caractère sexuel « secondaire », comme une chevelure, ni « tertiaire », tel un élément de parure, ne vient compromettre l’anonymat de cet individu (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1976 : 30). L’œil est anatomiquement bien placé et suggéré plutôt que dessiné. De forme ovale à grand axe horizontal, les sillons palpébraux sont obliques en bas et en avant, mais non jointifs, et la pupille n’est pas matérialisée. L’oreille est large et circulaire, obtenue par un tracé à section courbe surcreusé autour d’une petite convexité rocheuse arrondie. Enfin, la configuration du profil fronto-nasal est inconnue en raison de l’altération du bord vertical du fragment dans cette zone. Toutefois, il existe quelques analogies formelles entre les contours conservés de la tête et ceux du second personnage de l’ensemble B, qui permettent d’envisager l’hypothèse d’un prognathisme analogue.

284Au-dessus de la région pariéto-occipitale, une forme allongée et rectiligne est figurée dans l’axe de l’occiput. D’une sobriété qui ne s’encombre pas de détails, ce tracé simple fut décrit par la plupart des auteurs comme l’extrémité d’une hampe que le personnage porte sur son épaule gauche (Henri-Martin 1928g : 73 ; Laming-Emperaire 1962 : 211, 214, 223, 233-235 ; Leroi-Gourhan 1971 : 253 ; Delporte 1984 : 579 ; 1990 : 138 ; Bouvier 1988 : 32 ; Duhard 1991a : 183, 188 ; 1996 : 114, 115 ; Duhard, Tosello 1996 : 529, 530 ; Delluc, Delluc 1989d : 389 ; Baffier 1990 : 178, 181, 184, 186, etc.). Cette hypothèse est tout à fait séduisante, bien qu’aucun détail supplémentaire ne vienne la corroborer. D’autres exemples de projectiles arborés par des humains sont connus dans l’art pariétal et le mobilier paléolithique et soutiennent la comparaison : un homme paraît frapper un ours avec un épieu au diamètre important sur une rondelle du Mas-d’Azil (Ariège) (Piette 1902 : 771-779 ; Tymula 1996 : 272, 273 ; Duhard 1991b : 130-133, fig. 2 ; 1996 : 106-108, fig. 70) ; au Gabillou (Sourzac, Dordogne), un petit personnage acéphale semble armé d’une longue lance (Gaussen 1964 : pl. 7, no 1, pl. 43 ; Duhard 1991b : 147, fig. 12 ; 1996 : 96, 97, fig. 64) ; sur un os gravé de l’abri du Château des Eyzies (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne), huit figurations humaines stylisées, disposées en file face à un bison, portent de longs projectiles (Peyrony 1921 : 1-7 ; 1946 : 53-60 ; Capitan et al. 1924 : 111, 112, fig. 102.1 ; Leroi-Gourhan 1965a : 99, 100 ; Duhard 1991b : 138, 139, fig. 6 ; 1996 : 95, 96, fig. 63 ; Paillet 1993 : 416-421) ; à La Madeleine (Tursac, Dordogne), un homme associé à des têtes de chevaux tient sur l’épaule une courte sagaie, dont une extrémité comporte une barbelure, et l’autre, deux petits appendices (Mortillet 1903 : pl. 27, fig. 198 ; Piette 1907 : pl. 27.3 ; Leroi-Gourhan 1965a : 414, notice 193 ; Delporte 1969 : 81, notice 119 ; Baffier 1990 : 179 ; Duhard 1991b : 135-137, fig. 4 ; 1996 : 104-106) ; enfin, à l’Addaura (Palerme, Sicile), trois figurations humaines soutiennent de grandes lances (Graziozi 1973 : 39, 47, 52-55, 170, fig. 64, 66, 67) ; enfin sur un bâton percé de la grotte de La Vache (Ariège), un personnage suivi de deux autres brandit un objet à bout de bras face à un renne (Nougier, Robert 1975 : 71-73 ; Duhard 1991b : 147, fig. 12 ; 1996 : 126-128, fig. 84).

285Dans un travail de recherche sur la lecture technologique des représentations paléolithiques liées à la chasse et au gibier, D. Baffier tente une restitution de la taille réelle des projectiles figurés, et les résultats de cette analyse lui permettent de préciser que la longueur de l’arme transportée par le personnage du Roc de Sers, de même que celle des humains cités ci-dessus, devait être comprise entre 1 m et 1,50 m (Baffier 1990 : 181). Cette dimension du projectile et sa position sur l’épaule militent ainsi pour un équipement de grande taille, de type lance, javelot ou pique, et élimine les projectiles légers inférieurs à 1 m.

286Pour conclure la présente description, il y a lieu de noter l’absence totale d’information sur le sexe de l’humain : aucun élément graphique, ni aucun rapport anatomique des différents segments ne suggèrent l’appartenance sexuelle. À ce propos, le Dr Henri-Martin restait prudent en désignant la silhouette comme étant celle d’un homme (1928g : 73).

287En revanche, A. Leroi-Gourhan (1971 : 253) ; H. Delporte (1984 : 579 ; 1988a : 39 ; 1990 : 138) ; J.-M. Bouvier (1988 : 32) ; B. et G. Delluc (1989d : 389) et J.-P. Duhard (1991a : 183, 188 ; Duhard, Tosello 1996 : 529, 530), entre autres, admettent que le sexe de ce sujet est masculin sur l’argument implicite qu’il s’agit d’un chasseur. Selon J.-P. Duhard, cette attribution s’explique par le fait qu’existe dans l’art figuratif « humaniste » paléolithique une dichotomie sociale sexuelle. Quand le sexe peut être certifié par la présence de seins, d’une vulve ou d’un pénis, souligne-t-il, seuls les hommes sont munis d’armes, ou affrontés à des animaux, ou porteurs de leurs trophées ou massacres, mais jamais les femmes (Duhard, Tosello 1996 : 529, 530). C’est ainsi que le corps svelte, le thorax de plus grande importance que le bassin, le faible relief fessier, le port d’une arme (probable) et l’affrontement à un animal lui paraissent suffisants pour reconnaître la masculinité de la figure (ibid. : 530). En dépit de ces caractères sexuels « secondaires » (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1976 : 30) pertinents, sans pour autant confirmer totalement cette attribution sexuelle, et devant la prudence observée par le Dr Henri-Martin, il nous paraît raisonnable de conserver le terme « homme », qui ne désigne pas arbitrairement l’un ou l’autre sexe, d’autant que des conventions graphiques sont à l’origine de cette figuration, et tendent à désigner sans doute avant tout l’humain dans son acceptation générale et dans un contexte particulier, avant même sa conformation anatomique masculine ou féminine.

Technique

288Cette silhouette est traitée en relief semi-méplat. Le contour du buste est délinéé par un trait large à section angulaire asymétrique, tandis que les membres inférieurs et la voûte crânienne sont cernés par un tracé recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé. La profondeur de ces tracés oscille entre 0,3 et 1 cm : projectile 0,3 à 0,6 cm ; voûte crânienne 0,8 cm ; occiput 0,4 cm ; oreille 0,3 cm ; concavité nucale 0,4 cm ; épaule 0,8 cm ; segment lombaire 0,7 cm ; fesse 0,3 cm ; cuisse droite 0,6 cm ; creux du genou droit 0,8 cm ; jambe droite 0,6 cm ; pied 0,5 cm ; cuisse gauche 1 cm ; creux du genou gauche 0,8 cm ; jambe droite 0,6 cm ; pied 0,2 cm ; abdomen 0,6 cm ; thorax 0,5 cm.

289Cette figuration possède en commun avec l’ovibos-bison la réalisation de la surface exopérigraphique, qui fut abaissée par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire. La surface ainsi modelée sur la largeur du fragment ne fut pas régularisée et les impacts du piquetage accrochent vivement la lumière, ce qui concourt à la création de forts contrastes entre les saillies et les creux, selon la direction de la source lumineuse. Le fond n’est donc pas une surface inerte, et les jeux d’ombre et de lumière tendent à l’animer comme les volumes qu’il contribue à mettre en relief. Le procédé du relief différentiel a permis la mise en relief de la cuisse du membre inférieur gauche et du membre supérieur gauche, par un raclage dont les stigmates sont visibles en lumière rasante.

290L’épaisseur de la cuisse du membre inférieur droit fut amoindrie sur quelques millimètres et paraît donc en retrait par rapport à son homologue gauche. Un abaissement des deux segments (cuisse et jambe) aurait provoqué l’oblitération de cette région anatomique peu dégagée.

291Le volume du thorax fut abaissé sur quelques millimètres et sur une largeur moyenne de 4 cm. Un tracé à section courbe surcreusé matérialise le projectile, de même que l’oreille parfaitement circulaire, dont la continuité est rompue par le détachement d’un éclat de matière entre la bordure supérieure et la ligne de contour de la région pariéto-occipitale. L’œil est esquissé par un tracé fin à section angulaire.

Ensemble B

no 17 Figuration humaine (Hu. 2)
fig. 111

292• Long. du tronc, de la pointe de la fesse à la concavité nucale : 15,5 cm ; larg. du thorax : 7 cm ; larg. de l’abdomen : 4,2 cm.

293• Long. de la cuisse gauche : 5,7 cm ; larg. de la cuisse gauche : 2 cm ; long, de la cuisse droite : 3,6 cm ; larg. de la cuisse droite : 1,4 cm.

294• Long. du bras : 5,4 cm ; larg. du bras : 1,9 cm.

295• Long. de la tête : 9,2 cm ; larg. de la tête : 6,1 cm ; diam. de l’œil : 1,5 cm.

296Les analogies graphiques et techno-morphologiques entre cette figuration et la précédente réfutent toute disparité entre les deux, et il est même loisible de penser qu’elles furent exécutées par le même artiste. Il y a quelque chose de complémentaire entre ces deux silhouettes orientées dans des directions opposées et probablement sur une même ligne de sol imaginaire. Nous pensons qu’il convient d’élargir notre champ de vision, attiré immanquablement vers l’ovibos-bison et l’humain en fuite, à l’ensemble de la construction graphique du pan de paroi, et intégrer ce second protagoniste à cette confrontation entre l’homme et l’animal. Ce nouvel élément ne permet pas de mieux comprendre la séquence narrative, mais rend compte d’une association complexe et atteste l’existence d’une véritable frise d’animaux et d’humains représentés à la file, telle celle qui fut reconstituée par le rapprochement des fragments AB et C.

297De proportions à peine inférieures à la précédente, cette figuration est orientée vers la gauche, dans une posture verticale. Malheureusement, le détachement de nombreux éclats et plaquettes calcaires dans cette partie de la zone figurative ont affecté les membres inférieurs, emportant la jambe gauche et la quasi-totalité du membre inférieur droit. Cependant, la conservation des contours de la cuisse gauche permet de déduire, suivant l’orientation de cet élément anatomique, que les membres ne présentaient pas le même degré d’élévation que ceux du premier sujet, mais étaient tout de même en légère flexion. Cette position des membres inférieurs et celle du corps en antéflexion donnent à la structure générale une forme angulaire, le massif fessier formant le sommet de l’angle.

298Le buste est caractérisé par le fort développement du thorax, qui s’oppose à une région abdomino-pelvienne très étroite et plate. Eu égard à cette conformation, J.-P. Duhard propose de qualifier cette silhouette de « thoracique », par opposition aux « fessières », et de l’attribuer à un humain masculin (Duhard 1996 : 115).

299À ce propos, il convient de noter que le contour antérieur de l’abdomen a été volontairement retaillé par le sculpteur, sans doute pour respecter cette morphologie masculine spécifique (Duhard, Tosello 1996 : 529, 530). Ce travail de retaille du premier contour, dont le fond de trait est encore visible, a oblitéré l’extrémité du membre supérieur gauche, qui s’achève sur le contour antéro-supérieur du thorax.

300Le membre supérieur tombe le long du corps et seul le segment huméral est figuré, à moins que l’auteur solutréen ait représenté cet élément dans son ensemble, sans indication des articulations entre le bras et l’avant-bras. Ce membre partiel ou complet, à l’exception de l’extrémité qui fut abattue par le piquetage de l’abdomen ou qui n’a peut-être jamais été figurée (de même que pour Hu. 1), est de volume moyen et l’attache scapulaire est arrondie et anatomiquement incorrecte.

301Le contour du rachis est sinueux, avec indication de la convexité de l’épaule et de la saillie fessière, ce qui contribue à esquisser une très légère cambrure lombaire. La posture de l’individu, sensiblement moins ployée que celle de son homologue, explique cette dépression anatomique, qui fut bien observée par le sculpteur solutréen.

302Les membres inférieurs sont dissociés à leur attache au bassin, mais figurés sur un même plan, ce qui rend difficile leur latéralisation, d’autant que manquent les jambes. Suivant une logique visuelle et morphologique, nous considérons le membre rattaché à la fesse comme étant le membre inférieur gauche. Contrairement à la première figure, la cuisse droite ne se superpose pas à celle du membre inférieur gauche et confirme cette latéralisation.

FIG. 111
Fragment F. Figuration humaine Hu. 2.

303En avant de la région pubienne, une convexité de la roche, de forme allongée, est décrite par J.-P. Duhard comme la figuration possible d’un pénis en érection (1996 : 115 ; Duhard, Tosello 1996 : 530, 531). L’interruption du pli inguino-crural n’est pas anthropique, contrairement à ce qu’observe cet auteur, mais résulte simplement d’un détachement d’éclats dans cette zone particulièrement altérée. D’autre part, comme le montre le cliché du sujet en lumière rasante latérale, il n’y a pas eu interruption du travail de dégagement de cette zone. Ainsi que pour le précédent individu, aucun élément graphique ne suggère son appartenance sexuelle.

304La tête est sans aucun doute le détail qui caractérise le mieux cette figuration. Il évoque la tête humaine avec quelques-unes de ses composantes majeures, mais la structure figurative repose sur des données anatomiques inexactes ou pour le moins déformées. Le contour crânien est comparable au précédent : l’occiput est quelque peu plan, mais oblique en avant dans sa partie haute. La région pariéto-occipitale dessine un méplat rappelant la forme en « coup de hache », dans laquelle, souligne L. Pales, les anthropologues reconnaissent un caractère de la race dinarique actuelle (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1976 : 36). Une concavité illustre la nuque très courte. Le sinciput, haut et convexe, s’enchaîne à la ligne fronto-nasale rectiligne, sans indication de la saillie de la glabelle, ni de celle du bord orbitaire.

305La face est fortement projetée en avant, en « museau », arborant un prognathisme facial supérieur, oblique en bas et en arrière. Le nez est arrondi, avec indication de la sous-cloison nasale, ce qui le distingue du menton sinueux, mais fuyant. La bouche n’est pas matérialisée, tandis que l’œil ovale est surdimensionné Ø : 1,5 cm) et disposé latéralement sur la face. J.-P. Duhard décrit une « sorte d’indication d’oreille près du sommet du crâne » (1996 : 115 ; Duhard, Tosello 1996 : 561), mais cette forme n’est pas anthropique et résulte du détachement de deux larges éclats.

306Contrairement à l’observation faite par le Dr Henri-Martin, la tête n’est pas rejetée en arrière et la face n’est pas entourée d’une sorte de masque où la barbe et les cheveux forment un encerclement touffu (Henri-Martin 1928g : 71). Cette interprétation reflète les idées en cours à cette époque concernant les figures humaines « bestialisées » (Reinach 1903 : 257-266 ; Cartailhac, Breuil 1906 : 52, 242 ; Capitan et al. 1906 : 408-415 ; 1909 : 72, 74 ; Luquet 1910 : 409-423 ; Reinach 1912 : 553, 554 ; Deonna 1914 : 107- 113, 595 ; Breuil 1914a : 420-422 ; 1914b : 300, 301 ; Begouën 1920 : 303-310 ; 1924 : 417-443 etc.) (Tymula 1992 : 6-18). L’objectivité anatomique n’est pas en priorité recherchée et la frontière entre l’homme et l’animal est équivoque, ce qui empêche toute détermination spécifique.

Technique

307Comme la précédente, cette silhouette est traitée en relief semi-méplat. Les contours sont cernés par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, traduit par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire. Le segment lombaire est obtenu par un trait large et profond à section angulaire, dont la lèvre externe dessine le museau de la tête d’un cheval Ch. 7 en profil gauche. La profondeur de ces tracés oscille entre 0,3 et 1,4 cm : voûte crânienne 0,9 cm ; occiput 1 à 1,2 cm ; ligne fronto-nasale 0,6 à 0,9 cm ; nez 0,6 à 0,8 cm ; œil 0,3 à 0,5 cm ; concavité nucale 0,4 et 1,2 cm ; épaule 0,4 cm ; segment lombaire 0,6 cm ; fesse 0,8 cm ; cuisse gauche 0,6 cm ; cuisse droite 0,6 cm ; abdomen 0,6 cm ; thorax 0,4 à 1,4 cm.

308La retaille de l’abdomen fut réalisée par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire et oblique, suivie d’un raclage superficiel destiné à dégager cette région anatomique du membre inférieur droit.

309La surface exopérigraphique a été abaissée sur l’ensemble de la silhouette par un fin piquetage en série linéaire droite, et régularisée par un raclage qui a contribué à réduire les aspérités laissées par les coups de pics. La partie antéro-supérieure du thorax n’a pas été amoindrie et cette plage calcaire en relief contraste avec la zone de dégagement de la tête et de l’abdomen. Cette réserve demeure indéterminée. Une attention particulière fut portée au travail d’amoindrissement de la surface exopérigraphique en avant de la tête, laquelle se détache dans le fond d’une petite cuvette comme la tête du bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1, l’arrière-train du cheval Ch. 1 et les têtes animales Ind. 6 et Ind. 7. Cette zone de dégagement est très large et tend à donner encore plus de volume à la tête, déjà disproportionnée par rapport au corps. La largeur de cette surface est comprise entre 0,5 et 4,6 cm : voûte crânienne 0,8 cm ; occiput 1,2 à 1,4 cm ; ligne fronto-nasale 2,8 à 6,8 cm ; nez 4 cm ; œil 0,5 à 0,7 cm ; concavité nucale 1,8 cm ; épaule 1,8 cm ; segment lombaire 1,8 cm ; fesse 0,6 cm ; cuisse gauche 0,8 cm ; cuisse droite 4,4 cm ; abdomen 2 cm ; thorax 2 à 4,6 cm.

310Un profond tracé recticurviligne à un bord abaissé dessine l’œil très proéminent. À l’emplacement de la caroncule lacrymale, une petite convexité naturelle de forme arrondie semble avoir été conservée volontairement par le sculpteur, sans doute afin de mettre en valeur ce détail anatomique, dans ce cas démesuré. Le membre supérieur est mis en relief par réserve.

311Enfin, quelques traces de raclage sont perceptibles par endroits et témoignent de ce travail de mise en volume des reliefs musculaires, mais les multiples altérations de la surface ne permettent pas une observation plus précise.

no 18 Tête de cheval (Ch. 7)
fig. 112

312• Long. de la tête (LT) : 9,2 cm ; ép. de la tête (ET) : 6,5 cm.

313Orientée à gauche, une tête animale très sommaire, mais suffisamment bien esquissée pour qu’il soit possible de la rattacher au genre Equus, est en contact direct avec la figuration humaine précédente Hu. 2. Tout se passe comme si l’animal effleurait de son museau le segment lombaire du personnage, avec lequel il possède en commun le tracé de contour à section angulaire. Dans cette région anatomique, la lèvre interne du tracé dessine le bord du segment lombaire, tandis que la lèvre externe esquisse le relief du museau de l’animal. Cependant, si l’on opère une inversion de l’éclairage rasant latéral, il est intéressant d’observer que le bout du nez du cheval a été volontairement oblitéré par la mise en relief du rachis de l’individu. Quelques éclats et impacts de piquetage, résultant de cette action de retaille superficielle, ont contribué à réduire et à modifier les contours du museau, et attestent ainsi de l’antériorité de la sculpture du cheval. La préservation de cette tête n’est sans doute pas anodine, ni cette association thématique directe avec la figuration humaine.

314Le contour fronto-nasal est à peine modelé et un très léger décrochement indique la convexité du front, dont le tracé fut volontairement interrompu au sommet du vertex. Le museau est large et devait être arrondi à l’origine, car le fond des tracés est partiellement conservé et l’examen de la surface montre que ceux-ci convergent en dessinant un départ de courbe. La ganache est sensiblement concave et la saillie de masséter bien observée. Le tracé du départ de l’encolure inférieure interrompt le contour d’un cheval Ch. 8 en pied orienté à droite. Cette superposition atteste que la tête de cheval fut réalisée postérieurement à cette silhouette animale, de laquelle elle diffère par ses proportions plus importantes. Ce détail nous informe qu’il s’agit bien ici d’un protomé et non du reliquat d’un cheval, dont le corps aurait été oblitéré par la sculpture des deux autres figurations. Enfin, la position de la tête par rapport au cou, le bord inférieur de la mandibule étant assez proche du bord antérieur de l’encolure, désigne un animal au repos.

Technique

315Cette tête est traitée en relief semi-méplat, et il convient de souligner que le tracé de contour a fait l’objet d’un soin particulier. À section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, il fut vraisemblablement obtenu par un piquetage soigné, dont les stigmates sont aujourd’hui de lecture difficile, en raison d’une régularisation complète de la surface par percussion posée linéaire perpendiculaire. La profondeur de ce tracé oscille entre 0,4 et 1 cm : ligne fronto-nasale 0,4 à 0,8 cm ; museau 0,6 cm ; ganache 0,6 cm ; saillie du masséter 0,8 à 1 cm ; encolure 0,4 à 0,5 cm.

316La zone de dégagement a été abaissée régulièrement autour de la tête, épousant les variations des contours, et un travail de finition par raclage a contribué à estomper les aspérités de la roche et les impacts du piquetage. La largeur de cette surface exopérigraphique est comprise entre 0,4 et 1,8 cm : ligne fronto-nasale 1 à 1,4 cm ; museau 1,4 cm ; ganache 0,8 cm ; saillie du masséter 1,1 cm ; encolure 0,4 à 1,8 cm.

FIG. 112
Fragment F. Cheval Ch. 7. Détail de la tête.

317À la différence des autres chevaux de la frise, les reliefs musculaires n’ont pas été modelés par un puissant raclage ou mis en relief par le procédé du relief différentiel. Enfin, de même que pour les deux autres chevaux de l’ensemble B et de la tête du cheval Ch. 5 aucun détail interne n’est figuré.

no 19 Cheval (Ch. 8)
fig. 113

318• Long. du corps, du garrot au sommet de la croupe (LC) : 8,2 cm ; long, du corps, de la pointe de la fesse à la pointe de l’épaule (LC) : 12,1 cm ; ép. du corps (EC) : 8,3 cm ; long, du membre postérieur droit : 4 cm ; long, de la tête (LT) : 4,3 cm ; ép. de la tête : 1,9 cm.

319Cette petite silhouette animale en profil droit est incomplète, le membre antérieur droit ayant été emporté par le détachement d’un éclat. Situé à 6 cm environ du segment lombaire de la figure humaine précédente Hu. 2, l’animal est en position légèrement descendante sur un plan imaginaire incliné, et perceptible sous le jeu de la lumière incidente.

320La tête est en extension vers l’avant et dirigée vers le sol, ce qui provoque une sensible élévation du garrot. L’arc sous-mandibulaire, qui forme normalement un angle prononcé lorsque la tête est en position horizontale et portée droite, dessine une nette concavité unissant l’antérieur droit et le poitrail jusqu’au museau. Sa conformation cylindrique et allongée rappelait au Dr Henri-Martin celle du Blaireau (1928g : 71), mais les proportions générales réfutent cette attribution.

321L’absence d’encornure et de bosse cervicale milite en faveur de la représentation d’un équidé, ainsi que l’avait envisagé H. Delporte (1988a : 39). J.-P. Duhard réfute cette hypothèse en raison de la présence d’un fourreau pénien et d’un fanon sous le cou (1996 : 115,116 ; Duhard, Tosello 1996 : 530). Un examen de la surface calcaire sous des incidences lumineuses variées permet de confirmer que ces deux détails anatomiques n’ont pas été traduits. Cette tête exempte de détails internes rappelle celle du jeune boviné Bov. 1 du fragment ABC.

FIG. 113
Fragment F. Cheval Ch. 8.

322Le corps est bien proportionné, avec un rachis sinueux et une ligne ventrale rectiligne et sensiblement ascendante de l’avant vers l’arrière. Le rein, long et ensellé, s’enchaîne au dos par un garrot peu marqué en raison de l’extension de l’encolure. La croupe est bien relevée et arrondie, ce qui tend à creuser le segment lombaire. Elle est interrompue sur 0,8 cm par le trait de contour de l’encolure du cheval Ch. 7, que le Dr Henri-Martin (1928g : 71) avait décrit, par erreur, comme la queue de l’animal, relevée en panache à la manière du blaireau. Le galbe de la fesse donne un beau modelé au train postérieur, dont le membre droit est plus suggéré que dessiné. En position de sustentation, il est matérialisé par un tracé rectiligne à section courbe, tandis que le membre postérieur gauche fait défaut. Seul figuré, le membre antérieur droit est réduit à son attache au poitrail, en raison du détachement d’un éclat.

323Une dynamique de mouvement est donnée par la configuration et la position de la tête. Ce port de tête désigne probablement un animal flairant le sol en quête d’une nourriture quelconque, ou broutant, et nous conviendrons volontiers qu’il existe un rapport significatif entre cette attitude et celle du jeune boviné Bov. 1 et du bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1 du fragment ABC.

Technique

324De même que l’animal indéterminé Ind. 8, superposé à l’ovibos-bison, les contours de cette silhouette sont simplement délinéés par un tracé recticurviligne asymétrique, dont la profondeur du bord interne oscille entre 0,3 et 0,8 cm : tête 0,2 à 0,4 cm ; ligne thoraco-lombaire 0,4 à 0,5 cm ; croupe 0,4 à 0,5 cm ; fesse 0,5 à 0,8 cm ; membre postérieur gauche 0,4 à 0,5 cm ; ligne ventrale 0,3 à 0,4 cm ; poitrail 0,4 cm. La profondeur du bord externe est comprise entre 0,3 et 1 cm : tête 0,6 à 0,7 cm ; ligne thoraco-lombaire 0,4 à 0,8 cm ; croupe 0,4 à 0,8 cm ; fesse 0,5 à 1 cm ; membre postérieur gauche 0,3 cm ; ligne ventrale 0,5 à 1 cm ; poitrail 0,6 cm.

no 20 Cheval (Ch. 9)
fig. 114

325• Long. du corps, de la pointe de la fesse à la pointe de l’épaule (LC) : 13,5 cm ; ép. du corps (EC) : 6,7 cm ; long, de la tête (LT) : 5,3 cm ; ép. de la tête : 2,3 cm ; long, de l’encolure supérieure : 5,3 cm.

326Ce petit cheval en profil gauche, juxtaposé à la silhouette précédente, est la dernière représentation figurative du fragment F. Deux longues stries parallèles, sans doute produites au cours du redressement de la masse calcaire par un outil métallique, traversent le corps de l’animal de part en part. Ces stigmates modernes ont provoqué le détachement de larges éclats au niveau du segment lombaire, dont le tracé de contour est aujourd’hui illisible, et à la hauteur du membre antérieur gauche, pour lequel ne subsiste que le fond de trait du contour antérieur. Malgré ces mutilations diverses, il est possible de rattacher cet animal au genre Equus caballus.

FIG. 114
Fragment F. Cheval Ch. 9.

327L’observation générale met aussitôt en valeur l’ampleur et la puissance de l’encolure, dont le dessin relève de conventions morphostylistiques spécifiques aux chevaux Ch. 1 , Ch. 3, Ch. 6 de la frise. Un espace réservé entre la ligne fronto-nasale et le départ de l’encolure matérialise le toupet frontal. Aucun détail morphologique ne permet d’apprécier le volume, la direction et le port de la crinière, dont la longueur peut être estimée à 5,3 cm par rapport au départ de la ligne thoraco-lombaire.

328La tête est portée droite, le bord inférieur de la mandibule étant assez proche du bord antérieur de l’encolure. Un rétrécissement indique le museau pointu, mais aucun détail interne n’est donné, et le front, la ganache et le chanfrein ne sont pas modelés. La pointe de l’épaule est bien dessinée et confère à l’avant-main une impression de massivité.

329Le galbe de la fesse donne un beau modelé au train postérieur, et sa conformation permet d’estimer celle du rachis thoraco-lombaire. La fesse est très allongée, ce qui annonce une croupe très haute, à la manière des chevaux de la frise. La distance entre le garrot et le départ de la fesse est réduite, ce qui laisse deviner un rein très ensellé et court. L’arrière-train est porté par un membre postérieur gauche limité à l’avant-bras et terminé en pointe. Enfin, le profil abdominal est rectiligne, et présente une légère voussure à sa partie moyenne, à l’union du thorax et de la paroi abdominale, que J.-P. Duhard décrit, par erreur, comme le fourreau pénien de l’animal, avec l’idée d’une représentation d’un bovidé (Duhard 1996 : 116 ; Duhard, Tosello 1996 : 531).

Technique

330Les contours de cette silhouette sont simplement cernés par un tracé recticurviligne asymétrique, dont la profondeur du bord interne oscille entre 0,3 et 0,7 cm : tête 0,5 cm ; encolure 0,3 cm ; fesse 0,6 cm ; ligne ventrale 0,4 cm ; poitrail 0,7 cm. La profondeur du bord externe est comprise entre 0,2 cm et 1,2 cm : tête 0,2 cm ; ligne thoraco-lombaire 0,4 à 1 cm ; fesse 1 cm ; ligne ventrale 1 à 1,2 cm ; poitrail 0,8 à 1,2 cm.

no 21 Tracés indéterminés (Ind. 9, Ind. 10)
fig. 103

331Le premier tracé Ind. 9 est parallèle à la ligne ventrale du cheval Ch. 8, et situé à la hauteur de l’extrémité de son membre postérieur droit. La longueur de cette ligne correspond à l’écart entre les membres antérieur et postérieur de l’animal (long. moy. : 8 cm). Sensiblement courbe et à section recticurviligne à un bord abaissé, ce tracé est-il le reliquat d’un animal sculpté antérieurement et, dans ce cas, s’agit-il de la région abdominale du cheval Ch. 7, dont ne subsisterait que la tête ; ou peut-on le rapporter à la figuration d’une ligne de sol, à moins qu’il s’agisse là d’une esquisse devenue inutile ? Le second tracé Ind. 10 apporte quelques éléments de réponse.

332Localisé en avant du cheval Ch. 8, le tracé Ind. 10 dessine une courbe harmonieuse longitudinale, qui s’étend jusqu’au départ de la ligne ventrale du cheval Ch. 9 (long. moy. : 11 cm). À section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, avec amoindrissement soigné de la surface exopérigraphique, ce tracé, qui semble esquisser la fesse et le départ d’une croupe animale, est sans doute à mettre en relation morphologique avec le précédent, dont la configuration rappelle celle d’une ligne ventrale. Mais peut-on pour autant rapporter ce pseudo-reliquat corporel à la tête du cheval Ch. 7 ? Le prolongement de ces traits de contour isolés montre une incompatibilité avec ceux de la tête du cheval, dont la silhouette générale aurait une allure bien étrange. La reraille d’un animal sculpté antérieurement est à rejeter, car l’examen de la surface n’indique pas de modification de la densité du calcaire, et ne montre pas les stigmates caractéristiques d’un tel travail d’oblitération. Deux hypothèses peuvent cependant être retenues : l’esquisse abandonnée d’une silhouette animale, ou la mise en relief du fond sur lequel se détachent les chevaux Ch. 8 et Ch. 9.

Conclusion

333Au total, cinq animaux et deux humains se distribuent dans l’espace graphique offert par ce pan de paroi, en une séquence narrative chargée de sens et hautement codifiée. D’un point de vue techno- et morphostylistique, les représentations animales fortement gravées, de taille inférieure aux animaux et aux humains sculptés au tiers de la grandeur naturelle, permettent d’envisager l’association de deux formes de représentations dans la construction graphique de cette partie du dispositif pariétal. Cette hypothèse est confortée par la coexistence d’autres petites figurations animales gravées, en superposition ou en juxtaposition, avec les animaux sculptés des fragments ABC, R et S.

5.5 Fragment G
fig. 115, 116

334No inv. MAN : 75 042.

335Dim. max. après équarrissage (en cm) : long. : 38 ; larg. : 17 (gauche), 24 (centre), 28 (droite) ; ép. : 9.

336Origine stratigraphique : extrémité est de la plate-forme, près de la région déclive, à l’aplomb de l’emplacement des fragments C et C’ (Arch. H.-M. carnet : 81).

337Contexte archéologique : le fragment avait été déplacé en juillet 1927 par le Dr Henri-Martin et laissé sur place, les gravures n’ayant pas été identifiées. Il fut « redécouvert » quelques mois plus tard au cours de la reprise des fouilles sur la plate-forme intermédiaire et dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc. Ces faits expliquent l’absence de données stratigraphiques en liaison avec le fragment.

338Attribution chronologique : Solutréen supérieur.

339Date de la découverte : 29 mai 1928.

340Emplacement dans le dispositif pariétal : inconnu (cf. 7.3).

341Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 76, 78, 80, 81, 106, 107.

342Les dimensions et la configuration de ce petit fragment ont été circonscrites au cours du démantèlement de la paroi sculptée, et par l’opération d’équarrissage qui suivit son dégagement (amoindrissement de la face inférieure sur 3 cm). Cette pierre provient de la plate-forme de l’abri-sous-roche, mais son emplacement demeure aléatoire, bien que le Dr Henri-Martin la situe en bordure de cette zone. Il convient de signaler que ce fragment fut trouvé en juillet 1927 (cf. chap. 2) sur la plate-forme, et rejeté aussitôt vers le plan déclive en avant, les gravures n’ayant pas été identifiées, car masquées par le sédiment provenant de la couche archéologique sur laquelle elles reposaient. Trois mois plus tard, au cours de la régularisation du cintre de « l’atelier » encombré de déblais, et de l’élargissement des précédentes tranchées, la masse calcaire fut de nouveau dégagée. Bien que cet incident soit consigné dans son carnet de fouilles, le Dr Henri-Martin n’hésita pas à conclure que l’emplacement de ce fragment à l’extrémité est de la plate-forme, près de la région déclive, ne laissait pas supposer que celui-ci faisait partie de la « frise ». Il appuya cette hypothèse par le fait qu’en dehors des socles qui supportaient les cinq premiers fragments sculptés découverts sur la plate-forme de l’abri-sous-roche, il n’avait rencontré aucun emplacement certain pour recevoir les sculptures de la deuxième série, auquel il rapportait ce fragment, et de la troisième série (Henri-Martin 1929b : 308, fig. 1 ; 1932a : 5).

343Un oiseau incomplet et un animal indéterminé se concentrent dans l’espace graphique de ce fragment.

FIG. 115
Fragment G.

FIG. 116
Fragment G. Relevé analytique.

no 22 Oiseau (Ois. 1)
fig. 117

344• Long. du cou + poitrine : 13 cm ; long, du cou : 9 cm ; long, de la tête, du bec à la nuque : 4,2 cm ; larg. de la tête : 2 cm ; long, de l’œil : 0,9 cm ; larg. de l’œil : 0,4 cm ; long, du bec : 1 cm.

345Cet oiseau gravé à l’extrémité gauche du fragment est incomplet dans son état actuel en raison de la fracturation de cette partie du dispositif pariétal. Le détachement d’un éclat rompt la continuité du trait de contour du cou, tandis que la poitrine est interrompue au-dessus de la ligne ventrale. Cependant, la juxtaposition d’une autre figure, au départ de la ligne thoracique de l’oiseau, indique que celui-ci n’a sans doute pas été volontairement dessiné complet, de sorte qu’il est possible que les pattes n’aient jamais été esquissées.

346Sensiblement incliné vers l’avant et orienté à gauche, l’animal est en station bipède. La tête, allongée et ovale, est portée par un cou tendu, mais sans raideur. Long et mince, il présente un rétrécissement au niveau de la gorge, tandis que les tracés s’élargissent pour figurer la convexité de la poitrine, qui dessine une courbe harmonieuse.

347Le bec, court et pointu, est en continuité avec la ligne de contour du front. Un profond tracé rectiligne matérialise l’espace intermandibulaire et se poursuit au-delà, comme si l’animal maintenait une sorte de brindille. Cette interprétation doit être considérée avec prudence, car l’extrémité de ce tracé est interrompue par la fracturation de l’extrémité gauche de la zone figurative, et sa proximité avec le motif indéterminé situé au-dessus de la tête de l’animal n’est sans doute pas le fait du hasard. L’œil proéminent est ovalaire à grand axe horizontal et quelque peu excentré vers la nuque.

348Un motif indéterminé de forme arrondie est juxtaposé à la tête, depuis le bec jusqu’au sommet du crâne. Cette « excroissance » est-elle la matérialisation d’une crête, qui serait démesurée par rapport aux proportions de la tête ? Est-elle une esquisse devenue inutile, sa configuration étant assez proche de celle de la tête ? Correspondrait-elle à la retaille d’une sculpture sous-jacente, ou tout simplement à une délimitation de l’espace dans lequel la figure se trouverait cadrée ? En raison du morcellement de la paroi, il est difficile de statuer en faveur de l’une ou l’autre hypothèse.

349L’aile déployée, décrite par le Dr Henri-Martin (1929a : 126, 127 ; 1932a : 5), n’est en fait que la ligne de contour de l’autre figure. En revanche, un petit tracé rectiligne transversal, localisé au niveau de l’épaule, semble indiquer l’emplacement de cet élément anatomique.

FIG. 117
Fragment G. Oiseau Ois. 1. Détail de la tête.

350L’ensemble de ces caractères morphologiques très sommaires rend délicate la détermination spécifique de l’animal, d’autant que, comme le signale M. Crémades, nous ne disposons en fait que de deux éléments : la petite taille de la tête et la forme du bec, court et courbe (Crémades 1993b : 179, fig. 133, no 8). C’est donc avec réserve qu’il convient de rapporter cet oiseau à un Tetraonidœ (ordre des Galliformes), (ainsi que l’ont envisagé la plupart des auteurs (Berlioz, cf Henri-Martin 1929a : 126 ; 1929b : 308, fig. 1 ; 1930b : 463 ; 1932a : 5, pl. III, no 1 ; 1932b : 6 ; 1933 : 155 ; Breuil, Bégouën 1936 : 485 ; Buisson, Pinçon 1986-1987 : 85 ; Crémades 1993b : 179, fig. 133, no 8 ; 1994 : 195, fig. 2), à l’exception de C. Côte qui voyait là la figuration d’une outarde (Côte, cf. Henri-Martin 1928j : 457 ; 1929a : 126 ; Zervos 1959 : 226, pl. 166), de M. Lorblanchet (1974 : 92, fig. 41) et à sa suite A. Hooper (1977 : 86, tabl. 1) qui ont opté prudemment pour l’indétermination de la figure.

351Les Tetraonidœ sont des oiseaux sédentaires, et par conséquent ont été présents aux yeux des Solutréens tout au long de l’année. Aujourd’hui, ils ne vivent plus sous nos latitudes, à la suite de changements climatiques, et leur aire d’habitat se situe en Europe septentrionale et orientale. Cette gravure est unique dans l’art pariétal solutréen et enrichit le bestiaire du Roc, déjà rendu exceptionnel par deux figures composites inédites dans l’art paléolithique.

Technique

352Les contours de l’animal, de même que l’œil et l’espace intermandibulaire, ont fait l’objet d’un soin particulier et leur netteté contraste avec la surface très calcitée de la pierre. Le tracé à section recticurviligne à un bord modelé est vigoureux et atteste une précision dans l’exécution. La profondeur moyenne des tracés est de 0,2 cm.

353Une zone de dégagement a été pratiquée en arrière de la tête afin de créer un effet de relief. Ce travail a été réalisé par un puissant raclage, dont les stigmates sont parfaitement lisibles, malgré la couche de calcite très dense dans cette partie de la zone figurative.

no 23 Animal indéterminé (Ind. 11)
fig. 115, 116

354• Long. du corps, de la pointe de la fesse au départ de la ligne abdominale (LC) : 13,3 cm ; haut. du corps, du membre postérieur dans son état actuel jusqu’au sommet de la croupe (HC) : 11 cm.

355Juxtaposé transversalement à la ligne thoracique de l’oiseau Ois. 1, un tracé formant un arc de cercle est décrit par le Dr Henri-Martin comme la croupe et l’amorce de la cuisse d’un second animal (1929a : 127 ; 1932a : 5). En regard de la conformation de cette région anatomique, anormalement proéminente et arrondie, nous conviendrons volontiers qu’il s’agit, au contraire, de la ligne de contour d’une « épaule », telle qu’elle est mise en valeur sur les chevaux sculptés Ch. 1 , Ch. 3 et, dans une moindre mesure Ch. 6, suivant une convention graphique spécifique : les volumes ostéomusculaires sont mis en relief par le procédé du relief différentiel et la ligne de contour est exagérément prolongée en arc de cercle jusqu’à la région scapulaire. La superposition de cette « épaule » à celle des chevaux cités ci-dessus soutient cette attribution. L’hypothèse est confortée par le fait qu’aucune croupe animale de la frise ne répond à cette configuration. Le membre postérieur envisagé devient ainsi le « membre antérieur » du second animal, réduit à son attache au bras.

356Il est intéressant de noter que la ligne de contour du cou et de la poitrine de l’oiseau semble correspondre, d’un point de vue anatomique, au dessin de la seconde « épaule », vue de trois quarts suivant une convention graphique commune à la plupart des animaux de la frise. Cette observation conduit à s’interroger sur la réalisation de la gravure de l’oiseau : y a-t-il eu retaille de la figure sous-jacente ? L’auteur solutréen a-t-il utilisé les traits de contours du second « animal », lesquels lui auraient inspiré cet oiseau ? La figuration de ce « cheval » pressenti a-t-elle été abandonnée au profit de l’oiseau ? Le morcellement de la construction graphique ne permet pas de privilégier l’une ou l’autre hypothèse et cette association thématique particulière peut seule être soulignée.

357Un tracé sinueux et courbe est décrit par le Dr Henri-Martin comme étant la ligne ventrale de « l’animal » (1929a : 127 ; 1932a : 5). Interrompue dans sa portion thoracique, cette ligne est non achevée à son extrémité opposée, et de ce fait, paraît relativement courte par rapport aux proportions de « l’animal », celles-ci étant évaluées en fonction du volume de « l’épaule ». En raison de la fracturation de cette partie de la construction graphique, il est difficile de statuer sur la nature de ce vide graphique, car celui-ci peut n’être que momentané et la ligne se poursuivre au-delà du cadre du fragment. Toutefois, l’hypothèse d’une esquisse abandonnée n’est pas à exclure.

358Les variations de la lumière incidente mettent en valeur les particularités morphologiques de la roche, mais aucune relation entre ces reliefs et les volumes musculaires de l’animal ne peut être notée.

359Au départ de la concavité nucale de l’oiseau, et débordant légèrement sur son cou, un tracé, plus suggéré que dessiné, se développe parallèlement à « lepaule » du second « animal ». Il fut interrompu en son centre, puis la reprise a été effectuée avec un décalage de 2 cm. Ce tracé demeure indéterminé.

Technique

360Les contours de « l’épaule » et de la « ligne ventrale » ont fait l’objet d’un soin identique à celui qui est observé pour l’oiseau, et attestent vraisemblablement d’une exécution par le même auteur. Le tracé à section recticurviligne à un bord modelé est vigoureux, et sa profondeur moyenne est de 0,2 cm au niveau de la « tubérosité humérale », et de 0,6 cm pour la « ligne ventrale ».

361Une zone de dégagement a été pratiquée par un raclage en avant de « l’épaule » et du « bras », ce qui a contribué à amoindrir l’épaisseur du « flanc » de l’oiseau et accentuer le relief musculaire de « l’épaule ». Cette surface exopérigraphique constitue sans doute un indice concernant l’antériorité de la gravure de l’oiseau, à moins que cet abaissement superficiel n’ait été pratiqué uniquement dans le but d’une mise en valeur de l’aile.

362La surface du fragment est surchargée de traces de raclage, comme s’il y avait eu préparation du support avant la réalisation des gravures. Mais s’agissait-il de rendre plus plane la surface à travailler, ou bien de composer un fond graphique et de créer un espace total ? Ces stigmates sont visibles en lumière rasante et une empreinte aux silicones vulcanisables à froid (Sauver 1993 : 360) permettrait sans doute de vérifier si cet ensemble présente ou non une organisation particulière.

363Ces nombreuses imprécisions graphiques, dues principalement à la fracturation du dispositif pariétal, ne fournissent que peu d’éléments concernant la nature de la liaison thématique entre les deux figurations, et rendent hasardeuses les diverses interprétations qu’il est tentant de formuler.

5.6 Fragment H
fig. 118-120

364No inv. MAN : 74 483h.

365Dim. max. (en cm) : long. : 46 ; larg. : 26 (gauche), 23 (centre), 20 (droite) ; ép. : 10.

366Origine stratigraphique : plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire (?) (Arch. H.-M. carnet : 82).

367Contexte archéologique : le fragment avait été déplacé en juillet 1927 par le Dr Henri-Martin, qui n’avait pas identifié la sculpture, et laissé sur place au bas du talus, au-delà de l’ancien chemin. Il fut « redécouvert » quelques mois plus tard au cours de la reprise des fouilles sur la plate-forme intermédiaire et dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc. (Arch. H.-M. carnet : 82, 106, 107). Ces faits expliquent l’absence de données stratigraphiques en liaison avec ce pan de paroi sculpté. Attribution chronologique : Solutréen supérieur.

368Date de la « redécouverte » : 2 juin 1928.

369Emplacement dans le dispositif pariétal : inconnu (cf. § 7.3).

370Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 76-78, 82, 106, 107.

371Les dimensions et la configuration de ce fragment sculpté sont dues essentiellement au démantèlement de l’abri-sous-roche. Un plan de fracture transversal a emporté le registre supérieur de la zone figurative, lequel ne fut malheureusement pas retrouvé sur place au cours des travaux de terrassement.

FIG. 118
Fragment H.

FIG. 119
Fragment H. Relevé analytique.

FIG. 120
Fragment H. Levé de coupe.

no 24 Bouquetin incomplet (Bo. 1)
fig. 121

372• Long. du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 31 cm ; ép. du corps (EC) : 11,2 cm ; long, de la queue : 5 cm ; larg. de la queue : 2,5 cm.

373• Long. du membre antérieur droit : 5,7 cm (cassure) ; larg. du membre antérieur droit : 2 cm (cassure) ; long, du membre antérieur gauche : 4 cm (cassure) ; larg. du membre antérieur gauche : 2 cm (cassure).

374• Long. du membre postérieur droit : 11,7 cm (cassure) ; larg. du membre postérieur droit : 2,5 cm (cassure) ; long, du membre postérieur gauche : 5,8 cm (cassure) ; larg. du membre postérieur gauche : 2,6 cm (cassure).

375Comme pour le cheval Ch. 3, le plan de fracture a découpé transversalement le corps de l’animal, et seule la partie inférieure au-dessous de la ligne thoraco-lombaire a été conservée. De nombreux éclats de matière, sans doute produits au moment de la chute du fragment, ont affecté les membres antérieurs et postérieurs.

376Les dimensions du corps de cet animal orienté à droite sont très proches de celles des chevaux Ch. 1 , Ch. 3, Ch. 6. L’observation générale met aussitôt en valeur la figuration de trois quarts du poitrail (fig. 121a), suivant une convention graphique appliquée à l’ensemble des figurations animales du dispositif pariétal, mais dans ce cas, la mise en volume des reliefs ostéomusculaires est comparable à celle des bouquetins Bo. 2, Bo. 3, Bo. 5.

377Le muscle sterno-cléido-mastoïdien, inséré entre les deux tubérosités humérales, et la gouttière jugulaire sont bien individualisés et répondent à une convention graphique spécifique à la représentation du poitrail des bouquetins de la frise. Le procédé du relief différentiel n’a pas été appliqué à la mise en relief de cette région anatomique, mais l’extension décalée des membres donne toutefois une impression de profondeur et de massivité. Ils sont interrompus au niveau de l’avant-bras par le détachement de larges éclats de matière. En position de sustentation, ils ont un volume moyen, le pli du coude du membre antérieur droit étant correctement indiqué.

378La ligne ventrale est sinueuse et présente une légère voussure à sa partie moyenne, à l’union du thorax et de la paroi abdominale, ce qui accentue l’effet de redressement du segment abdominal vers l’arrière.

379Les membres postérieurs, en position de sustentation, sont figurés en extension décalée, le membre postérieur gauche étant le plus avancé, tandis que le membre postérieur droit est sensiblement en extension arrière pointée (fig. 121b). Cette animation coordonnée avec les membres antérieurs soutient la connotation statique-dynamique du dessin. Elle peut être qualifiée de coordonnée latérale en raison du déplacement des membres par bipèdes (Leroi-Gourhan 1992 : 270, 271).

FIG. 121
Fragment H. Bouquetin incomplet Bo. 1. a Détail du poitrail, b Détail des membres postérieurs, c Détail de l’appendice caudal.

380Une aine profonde, dessinée par le pli du grasset, la pointe de la hanche et le contour ventral, a été volontairement dégagée pour permettre la figuration du scrotum, qui dépasse le niveau du grasset en raison de la taille de l’enjambée, et indique l’identité sexuelle de l’animal. Cet élément anatomique, de forme ovale à grand axe vertical, n’est perceptible qu’en lumière rasante latérale droite. Sa conformation est analogue à celle du scrotum du bouquetin Bo. 5 et diffère quelque peu de celui qui est dessiné sur le bison Bi. 4 du fragment P. Cette option graphique, ajoutée à la représentation spécifique du poitrail, tend à rapprocher ce corps incomplet de celui des bouquetins Bo. 2, Bo. 3 et plus particulièrement Bo. 5.

381Le membre postérieur droit est le plus complet, avec préservation de la jambe et du métapode postérieur, ce qui permet de constater l’exactitude des rapports de longueur et d’épaisseur entre les segments. Le membre postérieur gauche est interrompu au-dessous de la pointe du jarret, et le fond des traits de contour indique l’emplacement du métapode. Pour ces deux membres, la pointe du jarret est très saillante et révèle les qualités d’observation de l’auteur solutréen.

382L’appendice caudal est interrompu par le détachement d’un éclat au niveau de son attache à la croupe (fig. 121c). Épais et court, il est à peine dégagé du train postérieur et son implantation est moyenne. Cette conformation rappelle celle de l’appendice caudal des caprinés et renforce l’hypothèse de la figuration de la silhouette d’un bouquetin.

Technique

383Cette silhouette est traitée en demi-relief. La surface calcaire est homogène et relativement plane. Une convexité naturelle de la roche a sciemment été utilisée par l’auteur solutréen pour mettre en valeur le flanc de l’animal.

384Les contours corporels et les reliefs ostéomusculaires du poitrail sont cernés par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen en série linéaire droite (percussion lancée punctiforme). Ce travail d’ébauche de la figure fut suivi d’une régularisation par une percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage) très soignée. Au cours de cette finition des contours, le sculpteur a pratiqué la mise en forme des tendons des membres postérieurs par un raclage plus puissant dans cette région anatomique, ce qui donne à la silhouette une plus grande véracité. La profondeur de ce tracé de contour oscille entre 0,2 et 2,2 cm : épaule gauche 1,2 cm ; membre antérieur gauche 0,4 à 1,2 cm ; épaule droite 0,3 à 0,5 cm ; membre antérieur droit 0,3 à 0,5 cm ; poitrail 0,5 à 1 cm ; ligne ventrale 0,8 à 1,7 cm ; grasset 0,3 à 0,6 cm ; membre postérieur gauche 0,4 à 1 cm ; membre postérieur droit 0,2 à 0,7 cm ; scrotum 0,2 cm ; fesse 0,4 cm ; queue 0,6 à 2,2 cm.

385La zone de dégagement n’offre pas le contraste observé sur le cheval Ch. 1, par exemple, car l’abaissement de la surface est dans l’ensemble superficiel. Cet amoindrissement plus faible donne moins de profondeur au fond et le volume de l’animal apparaît de ce fait moins modelé. La surface exopérigraphique est complète au niveau de la ligne ventrale et sa largeur oscille entre 1 et 2 cm.

386Le procédé du relief différentiel a été employé pour la mise en volume du scrotum, l’épaisseur du membre postérieur gauche ayant été amoindrie sur quelques millimètres et pour le pli du grasset, avec abaissement du volume ventral.

387Un puissant raclage a contribué à estomper les aspérités de la roche sur l’ensemble de la silhouette. Cette surface contraste par sa régularité avec la zone de dégagement et les parties morcelées du fragment.

5.7 Fragment I
fig. 122

388No inv. MAN : 75045.

389Dim. max. (en cm) d’après Henri-Martin : long. : 80 ; larg. : 42.

390Origine stratigraphique : plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire (?).

391Contexte archéologique : le fragment avait été renversé en juillet 1927 par le Dr Henri-Martin, qui n’avait pas identifié la peinture, et a été « retrouvé » deux ans plus tard dans les déblais déposés dans le pré en face de la plate-forme (Arch. H.-M. carnet : 83, 106, 107). Ces faits expliquent l’absence de donées stratigraphisues en liaison avec ce pan de paroi peint.

392Attribution chronologique : Solutréen supérieur

393Date de la découverte : 4 juin 1928.

394Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 78, 83, 106, 107.

FIG. 122
Fragment I. Rhinocéros décrit par le Dr Henri-Martin (Arch. H.‑M. carnet : 83).

395Ce fragment peint n’a pu être retrouvé au MAN, bien qu’il figure à l’inventaire. Le Dr Henri-Martin en fait une courte description dans un article de synthèse concernant la découverte des fragments sculptés des deuxième et troisième séries, au cours de la poursuite des fouilles sur la plate-forme intermédiaire et dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc, du 7 au 30 juin 1928. Nous reproduisons ce paragraphe, sans qu’il soit possible de lui accorder trop de crédit en raison de la disparition du fragment : « Un bloc désigné sous l’indice I a été retrouvé dans le terrassement de l’ancien chemin. C’est une peinture et non une sculpture. L’une des faces de la pierre porte une silhouette que nous pouvons vaguement attribuer à un Rhinocéros, le trait de peinture est large, il atteint parfois un centimètre et sa coloration, due au manganèse, est violette. La longueur du dessin est environ de 45 centimètres. Cette œuvre est très primitive, on y distingue une tête un peu allongée, une corne effilée placée trop en arrière, un corps dont l’arrière-train est massif et des membres courts très épais. Le dessin est mauvais, mais il y a lieu de se demander si nous ne sommes pas devant la mise en place d’un animal destiné à une sculpture ultérieure » (Henri-Martin 1932a : 5, 6).

5.8 Fragment JK
fig. 123, 124

396No inv. MAN : 75 043.

397Dim. max. (en cm) : long. : 52 ; larg. : 30 (gauche), 11 (centre), 7 (droite) ; ép. : 13.

398Origine stratigraphique : plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire (?).

399Contexte archéologique : le fragment J, aux empaumures de renne, avait été déplacé en juillet 1927 par le Dr Henri-Martin, qui n’avait pas identifié la sculpture, et laissé sur place, sur la bordure de la plate-forme, à proximité du fragment G, à l’aplomb du fragment D (Arch. H.-M. carnet : 83, 106, 107). Le fragment K, renversé également, fut « retrouvé » contre le fragment M, à l’extrémité est de la plate-forme, près de la région déclive. Ces faits expliquent l’absence de données stratigraphiques en liaison avec ce pan de paroi sculpté, qui a été assemblé dans les ateliers de restauration du MAN.

400Attribution chronologique : Solutréen supérieur.

401Date de la « redécouverte » : 6 juin 1928 (fragment J) et 8 juin 1928 (fragment K).

402Emplacement dans le dispositif pariétal : inconnu (cf. § 7.3).

403Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 84, 85, 106, 107.

404De cette partie du dispositif pariétal ne subsistent que deux fragments, qui ont pu être raccordés sur quelques centimètres seulement. Un plan de fracture transversal s’est développé à la limite supérieure de la zone figurative, tandis qu’un plan de fracture longitudinal et oblique a scindé en deux cette zone. Un troisième plan de fracture a emporté le registre inférieur de la sculpture et se développe sous la forme d’une fissure superficielle sur la moitié gauche de la zone figurative.

FIG. 123
Fragment JK.

FIG. 124
Fragment JK. Relevé analytique.

no 25 Renne incomplet (Re. 1)
fig. 125

405• Long. du corps, de la pointe de la fesse au départ de l’empaumure (LC) : 25,4 cm ; long, de la queue : 3,6 cm ; larg. de la queue : 1 cm ; long. max. de l’empaumure gauche : 14,8 cm ; larg. max. de l’empaumure gauche : 13 cm ; larg. max. de la base : 3,4 cm ; long. max. de l’empaumure droite : 11,7 cm ; larg. max. de l’empaumure droite : 9,4 cm ; larg. max. de la base : 3,5 cm.

406La fracturation de ce pan de paroi a emporté l’avant-main et une partie du corps de cet animal en profil droit, dont ne sont conservés que les empaumures caractéristiques du Renne et l’arrière-train. L’observation générale met aussitôt en valeur la position descendante de la silhouette, sur un plan imaginaire incliné, ainsi que l’attestent les divers plans de fracture et l’orientation des deux empaumures. Cette attitude exprime une dynamique de mouvement, comme si l’animal résistait à son propre poids sur une pente, ce qui correspondrait exactement à sa position et à l’orientation de sa ramure.

407Le dessin des empaumures a reçu un soin particulier et révèle les qualités d’observation de l’auteur solutréen. En vue de trois quarts, elles sont rabattues en arrière. L’empaumure droite repose sur le segment thoracique, tandis que l’empaumure gauche se développe en avant sur les deux pans d’un dièdre de la paroi.

408L’utilisation volontaire de cette particularité de la paroi dénote un choix morphologique proche de celui qui a été adopté pour la réalisation de l’avant-main de l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3. Dans les deux cas, un cadrage maximal a été recherché afin d’exploiter au mieux les contours suggestifs de la roche. L’intégration de cette convexité tend à créer un effet de profondeur et de perspective des appendices céphaliques, l’empaumure droite apparaissant ainsi en retrait par rapport à son homologue gauche. D’autres exemples de cette corrélation entre le choix du support et le choix figuratif ont été décrits précédemment : la corne du jeune boviné du fragment AB est figurée sur l’autre face d’une arête adoucie et exige le déplacement de l’observateur et de la source d’éclairage pour être saisi ; la musculature du bison-sanglier Bi. 1- Sa. 1 du fragment AB se rapporte précisément aux dépressions de la surface calcaire, et la clé du choix de l’emplacement de cet animal sur la paroi est incontestablement dans ce rapport volume naturel-anatomie ; enfin, une arête naturelle a été mise à profit pour la sculpture d’une tête animale indéterminée Ind. 7.

409Les empaumures sont bien développées et attestent de la figuration d’un renne mâle en période de maturité des bois (été-automne) (Crémades 1997 : 57, fig. 32). Figurées en vue de face, l’empaumure droite possède cinq épois, tandis que l’empaumure gauche en présente quatre. Afin de reproduire la forme spécifique de cette extrémité des bois et créer un effet de perspective, le sculpteur a déployé dans un même plan les deux segments constitutifs du dernier époi (extrémité gauche), en ayant eu soin de réserver un intervalle suffisamment important avec l’avant-dernier époi, esquissant ainsi la courbure caractéristique de cet élément anatomique.

410La recherche d’une traduction de la perspective est exprimée par d’autres artifices : les traits de contour du dernier époi (extrémité gauche) de l’empaumure droite ont été interrompus au niveau du tracé de contour externe du premier époi (extrémité droite) de l’empaumure gauche ; cette juxtaposition donne l’impression que l’époi de l’empaumure droite se trouve en retrait et en partie masqué par l’empaumure gauche. Afin de renforcer cet effet de profondeur et de chevauchement des bois, le sculpteur a diminué progressivement la largeur du dernier époi de l’empaumure droite, qui paraît ainsi en partie oblitéré par le premier époi de l’empaumure gauche. Ces observations permettent d’envisager la chronologie des tracés et de conclure à l’antériorité de l’empaumure gauche sur son homologue droite, laquelle a précédé la mise en forme du rachis de l’animal. La longueur des épois oscille entre 10 et 14 cm : empaumure droite : époi no 1 (extrémité droite), 11,7 cm ; époi no 2, 10,7 cm ; époi no 3, 10,7 cm ; époi no 4 (extrémité gauche), 10,4 cm ; époi no 5, 3 cm ; empaumure gauche : époi no 1 (extrémité droite), 13,8 cm ; époi no 2, 13,3 cm ; époi no 3, 14 cm ; époi no 4 (extrémité gauche), 10 cm. Leur largeur varie entre 0,5 et 1 cm.

411La ligne de contour du rachis se poursuit sur l’empaumure droite ; sa réalisation est donc intervenue après la mise en forme de cet appendice. Le segment thoraco-lombaire est rectiligne, sans ensellure, et s’enchaîne par une croupe arrondie, mais non proéminente ; la fracturation longitudinale et oblique de la zone figurative rompt la continuité de cette ligne, interrompue sur deux centimètres au niveau du segment lombaire, les fragments n’étant pas exactement en contact. De même que pour les empaumures, un cadrage maximal a été recherché afin d’exploiter au mieux la convexité de la roche dans cette zone ; l’arrière-train de l’animal apparaît ainsi sur un plan différent de celui des empaumures, « éloigné » en quelque sorte de celles-ci par une courbe naturelle de la paroi. À l’exemple du bouquetin Bo. 5, le sculpteur n’a pas hésité à pratiquer une déformation de l’image afin de donner à son animal des proportions correctes. Sur le relevé de ce fragment, il est possible de vérifier cette distorsion, qui confère à la masse corporelle un volume supérieur à la moyenne.

412L’appendice caudal, en continuité avec la croupe, est caractéristique de la famille des cervidés : court et convexe, il est rabattu sur la fesse, dont le galbe donne un beau modelé au train postérieur. Le départ de la ligne ventrale, oblique vers le bas, est un indice de la convexité de cette région anatomique, qui devait conférer au corps une massivité que l’on retrouve chez l’animal vivant, ce qui le différencie du cerf aux formes moins lourdes. Le pli du grasset est bien rendu, mais le membre postérieur a été volontairement retaillé. L’anneau incomplet A. 1 figure à la place de celui-ci. S’il est possible d’avancer que l’auteur solutréen a donné une image vraie d’un renne en mouvement, ce dernier élément, dont l’emplacement ne paraît pas être le fait du hasard, en dévie vraisemblablement le sens.

FIG. 125
Fragment JK. Renne Re. 1. Détail des empaumures.

Technique

413La surface calcaire de cette partie du dispositif pariétal a conservé son homogénéité, moins en proie aux altérations qui ont affecté les fragments ABC, C’, D et F. Les tracés de contour présentent ainsi la même netteté que ceux de l’oiseau Ois. 1 du fragment G.

414L’ensemble est traduit en relief semi-méplat. Les empaumures sont obtenues par un profond tracé à section angulaire, et il convient de noter que les reprises sont peu fréquentes, ce qui suggère une certaine force exercée par la main du graveur-sculpteur, la pression ayant assuré la fermeté du tracé, une parfaite maîtrise de l’outil et la préservation de sa partie active. Les reprises sont visibles à la base de l’empaumure gauche, et peuvent s’expliquer par la conformation de la paroi, qui forme à cet endroit l’un des plans du dièdre. La profondeur de ce tracé oscille entre 0,1 et 0,5 cm. La surface entre les trois derniers épois de l’empaumure droite a été sensiblement abaissée par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire, non régularisée, afin de donner à cet appendice une certaine profondeur, et mettre en relief l’empaumure gauche, qui apparaît en avant par rapport à la précédente.

415Le contour du segment lombaire est cerné par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen en série linéaire droite, qui fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage), tandis que le contour du segment thoracique est délinéé par un profond tracé à section angulaire. La profondeur de ces tracés est comprise entre 0,4 et 0,8 cm : segment thoracique 0,2 à 0,4 cm ; segment lombaire 0,4 cm ; croupe 0,4 à 1 cm ; fesse 0,8 cm ; pli du grasset 0,4 à 1 cm. La surface exopérigraphique a été abaissée au niveau de la croupe, de la fesse et de la ligne ventrale, afin de mettre en volume ces régions anatomiques. La largeur de la zone de dégagement varie entre 1,4 et 2,6 cm : segment lombaire 1,8 à 2 cm ; croupe 1,4 à 2,2 cm ; fesse 2,6 cm ; ligne ventrale 4 à 6 cm.

416L’appendice caudal est traduit par une profonde incision rectiligne à section angulaire. À son attache à la croupe, un piquetage superficiel a amoindri l’épaisseur du calcaire, conférant ainsi une certaine profondeur à cet élément anatomique, qui apparaît en retrait par rapport au plan de la croupe. Un puissant raclage, parallèle à la fesse, modèle le flanc de l’animal et accentue le relief de la région fessière.

417Le pli du grasset est mis en relief par le procédé du relief différentiel, le départ de la ligne ventrale ayant été amoindri sur 0,5 cm environ. Quelques incisions rectilignes et parallèles sont gravées à l’extrémité de ce pli. Elles ne semblent pas résulter d’une action de raclage dans cette région anatomique et la fracturation de la sculpture n’autorise pas une interprétation naturaliste, qui décrirait la matérialisation du pelage de l’animal.

no 26 Anneau à plat inédit (A. 1)
fig. 126

418• Long. : 9,4 cm ; larg. à l’emplacement du pont : 0,7 cm ; diam. de la cupule supérieure : 4,5 cm ; diam. de la cupule inférieure : 4,2 cm ; prof. : 1,3 cm.

419Parallèle à la ligne ventrale du renne, cet anneau inédit a été façonné perpendiculairement au membre postérieur de l’animal. Ce membre a été entièrement oblitéré par le travail de percussion destiné à la mise en forme de l’anneau, mais également par le détachement de larges éclats lors du démantèlement de la paroi sculptée.

420Formé de deux cônes symétriques qui se rejoignent obliquement, cet anneau n’est pas complet, le pont ayant été fracturé au moment de la chute du pan de paroi, ou au cours de son utilisation, par les tensions répétées des attaches qu’il retenait probablement, comme ce type d’usure a pu être démontré à Angles-sur-l’Anglin (Pinçon, lakovleva 1997 : 146). Le bec latéral gauche est seul conservé, et il demeure une arête adoucie à la jonction des deux cônes, ce qui indique une usure relativement sensible. Le permis est très étroit (environ 0,5 cm) et renseigne sur le diamètre du lien qu’il pouvait accueillir.

FIG. 126
Fragment JK. Anneau à plat A. 1.

Technique

421Le procédé employé pour le creusement de cet anneau est identique à celui qui est décrit par B. et G. Delluc à propos des anneaux aurignaciens des abris Blanchard et Castanet, sur la base des résultats obtenus à la suite d’une mise en forme expérimentale (Delluc, Delluc 1978a : 178). Une préparation par percussion lancée fut suivie d’une rotation axiale alternative (percussion posée punctiforme circulaire), ce qui a contribué au dégagement de deux cônes opposés et à l’effacement des stigmates de percussion.

no 27 Tracés indéterminés (Ind. 12)
fig. 127

422Deux tracés, convergents à leur base, cylindriques et pointus à leur extrémité, sont localisés sur le bord droit de la zone figurative dans son état actuel, en avant de l’empaumure gauche du renne. Leur conformation est analogue à celle des épois constitutifs des deux empaumures de l’animal, mais leur position et leur orientation ne permettent pas de les rapporter à celles-ci. Une longue incision rectiligne, oblique ascendante de la droite vers la gauche, se développe depuis le bord fracturé, au niveau de l’époi de droite, jusqu’au bord supérieur du fragment. Un autre tracé rectiligne, oblique descendant de la droite vers la gauche, est situé à la base du contour externe du second époi.

423Ces divers tracés appartenaient sans doute à un autre animal, que l’on pourrait rapporter à un renne en raison de la similitude existant entre les deux premiers tracés et les épois des empaumures du renne précédemment décrit. Cependant, la fracturation de cette zone figurative est trop importante pour pousser l’analyse au-delà de ce simple constat de convergence de formes.

FIG. 127
Fragment JK. Tracés indéterminés Ind. 12.

5.9 Fragment LMNN’
fig. 128, 129

424No inv. MAN : 75043.

425Dim. max. (en cm) : long. : 92 ; larg. : 24 (gauche), 35 (centre), 30 (droite) ; ép. : 21.

426Origine stratigraphique : plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire (?).

427Contexte archéologique : les fragments L, M, N, N’ ont été mis au jour à l’extrémité est de la plate-forme, au début de la déclivité, à l’aplomb du fragment G (Arch. H.-M. carnet : 86-89, 106, 107). Cette localisation explique l’absence de données stratigraphiques en liaison avec ce pan de paroi sculpté.

428Attribution chronologique : Solutréen supérieur.

429Date de la découverte : 9 juin 1928.

430Emplacement dans le dispositif pariétal : inconnu (cf. § 7.3).

431Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 86-89, 106, 107.

432Cette zone figurative présente un état de fragmentation plus important que celui des autres parties du dispositif pariétal. Les quatre fragments qui la composent ont été raccordés dans les ateliers de restauration du MAN, mais n’étant pas jointifs, il fut procédé à leur assemblage au ciment. L’un des nombreux tirs de mine, pratiqués au cours des travaux de terrassement sur la plate-forme de l’abri-sous-roche avant l’élargissement des précédentes tranchées, est sans doute en partie à l’origine du morcellement de cette masse calcaire.

FIG. 128
Fragment LMNN’.

FIG. 129
Fragment LMNN’. Relevé analytique

no 28 Renne incomplet (Re. 2)
fig. 130, 131

433• Long. du corps dans son état actuel (LT) : 36,5 cm ; ép. du corps (EC) : 21 cm ; long, du membre postérieur gauche : 12,6 cm ; larg. du membre postérieur gauche : 3,8 – 2,2 cm ; long, du membre postérieur droit : 11,5 cm ; larg. du membre postérieur droit : 2,2 – 6,2 cm ; long, du membre antérieur gauche : 8,9 cm ; larg. du membre antérieur gauche : 5 cm.

434La fracturation de ce pan de paroi a emporté l’avant-main, une partie de la croupe, les extrémités des membres postérieurs, le métapode et l’extrémité du membre antérieur gauche de l’animal. Une très large fissure transversale a divisé en deux son corps et brisé la jambe de son membre postérieur gauche et une partie de la cuisse. Une fracture longitudinale et oblique morcelle les membres postérieurs, et une autre, parallèle au segment thoracique, affecte l’encolure et le garrot. Malgré l’état fragmentaire de cette zone figurative, plusieurs éléments anatomiques et détails morphostylistiques permettent une détermination spécifique de l’animal figuré, qui peut être rapporté à un renne.

435De même que pour le renne Re. 1 et le jeune boviné du fragment ABC, l’observation générale met aussitôt en valeur la position descendante de la silhouette en profil gauche, ainsi que l’attestent les plans de fracture transversaux et l’orientation d’une partie de l’empaumure, qui se superpose au garrot. La dynamique de mouvement observée précédemment est reproduite ici : l’animal semble résister à son propre poids sur une pente, ce qui correspondrait parfaitement à sa position spatiale et à l’orientation de sa ramure.

FIG. 130
Fragment LMNN’. Renne Re. 2. a Dét des membres postérieurs, b Détail du pelage de la ligne ventrale.

FIG. 131
Fragment LMNN’. Renne Re. 2. Détail de l’extrémité de l’une des empaumures.

436Les membres postérieurs sont en extension décalée, le membre postérieur droit étant le plus avancé (fig. 130a). En position de sustentation, ils sont plutôt grêles par rapport à la massivité du corps. Les rapports de longueur et d’épaisseur entre les différents segments conservés sont exacts, avec une pointe du jarret bien accusée. Un large éclat de matière a détruit les extrémités.

437La ligne ventrale, ascendante vers l’avant, confère au corps une forme tronconique et massive, caractéristique du genre. La mise en volume de cette région anatomique témoigne de la maîtrise technique de l’exécutant. Le procédé du relief différentiel, appliqué à la mise en relief du membre postérieur gauche par amoindrissement de l’épaisseur du membre postérieur droit, contribue, dans le même temps, à mettre en valeur la convexité du segment abdominal, tandis que cet artifice technique fait apparaître le segment thoracique en retrait par rapport au membre antérieur gauche, et donne ainsi une plus grande véracité anatomique à l’avant-main. Le pli du grasset est bien rendu et tend à modeler la ligne abdominale en créant un bourrelet qui matérialise l’épaisseur de la masse villeuse.

438Un éclairage rasant latéral gauche permet l’observation d’une série d’incisions rectilignes parallèles réparties sur le bord de la ligne ventrale. Cette convention graphique de la représentation du pelage, exprimé avec un minimum de tracés, a été appliquée également à la mise en valeur de la barbe du bison Bi. 4 et de celle du bison de la plaquette du « Bison et de l’Ours » (cf. § 3.4.4). Ces incisions discrètes et sommaires sont peut-être la traduction du pelage tacheté du Renne, qui apparaît en fonction des variations saisonnières, bien que cette coloration claire soit plutôt visible sur les flancs chez l’animal vivant (fig. 130b).

439L’intégration volontaire d’une convexité de la roche traduit admirablement la masse musculaire du membre antérieur gauche, dont le volume est intensifié par les effets de la lumière changeante. Les particularités morphologiques de la surface calcaire sont savamment exploitées et il en ressort une telle précision anatomique, révélant une excellente connaissance de la morphologie du modèle, qu’il est possible d’identifier les muscles ayant fait l’objet d’une mise en volume : c’est ainsi que le deltoïde paraît contracté, et étant donné la résistance qui se dégage de la silhouette, cette contraction peut être qualifiée d’« isométrique », ce qui correspond au maintien de l’équilibre, d’une posture, telle celle qui paraît avoir été retranscrite pour cet animal. Les extenseurs radio-ulnaires sont mis en relief par un tracé rectiligne médian à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé.

440La ligne thoraco-lombaire, interrompue au départ de la hanche, est subhorizontale, sans indication d’ensellure. À la hauteur du garrot, une orientation différente de la source d’éclairage fait ressortir des tracés juxtaposés au segment thoracique : une forme allongée, cylindrique et pointue à son extrémité supérieure, est parallèle au segment thoracique, avec lequel elle possède en commun une partie du tracé de contour. En observant sa conformation, identique à celle des épois de l’empaumure du renne Re. 1 précédemment décrit, on peut rapporter cette forme à l’un des épois de l’empaumure qu’arborait le cervidé. Cette détermination est confortée par la conservation du bord externe de cette empaumure, à moins qu’il s’agisse là de celui de la seconde empaumure (fig. 131). Le trait de contour modelé de cet élément anatomique emprunte en partie celui du segment thoracique et s’achève au-delà de la fracture transversale, sur le fragment N’, par une courte pointe figurant l’extrémité d’un époi ; parallèle au précédent, un second époi, brisé à la base, s’achève également au-delà de la ligne de fracture ; un troisième élément se distingue le long du bord supérieur du fragment N’.

441Le rapprochement des relevés analytiques des fragments JK et LMNN’ ne permet pas de faire coïncider les figurations en raison du morcellement conséquent de ces pans de paroi. Cependant, il n’est pas improbable que les deux épois isolés, observés sur le fragment JK, puissent être constitutifs de l’andouiller d’œil, dans ce cas bifide, de la ramure du renne Re. 2. Si tel était le cas, les deux cervidés se feraient face. L’ampleur des empaumures du renne Re. 1 permet d’évoquer un mâle, mais la fragmentation de cette extrémité chez le renne Re. 2 n’offre pas la même précision et invite à la prudence. Dans l’hypothèse d’un affrontement ou d’un face à face pacifique entre les deux animaux, il est impossible d’en préciser la nature. Vu le rabattement des épois sur le segment thoracique, il est indéniable que la tête est relevée dans les deux cas, et suggère, dans l’éventualité de la représentation de deux mâles, l’allure caractéristique du Renne au début d’un combat, en prélude à la période du rut qui se situe en moyenne fin septembre, début octobre : l’animal tient sa tête relevée en arrière ou tendue à l’horizontale sur le garrot et entrouvre sa bouche (Soubeyran 1993 : 240). Un combat entre deux animaux de la même espèce est illustré sans ambiguïté par les bouquetins affrontés du fragment O et atteste que ce comportement a fait l’objet d’une observation précise de la part de l’auteur solutréen. Dans l’état actuel de la zone figurative, la position inclinée de l’animal peut seule expliquer le redressement de la tête.

Technique

442La surface calcaire de cette partie du dispositif pariétal présente la même homogénéité que celle du fragment JK, avec toutefois quelques plages calcitées éparses sur la ligne ventrale, le flanc et les membres postérieurs. L’ensemble est traduit en relief semi-méplat.

443Les contours des membres et de la ligne ventrale sont cernés par un trait à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par un piquetage moyen en série linéaire droite, qui fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). La profondeur de ce tracé est comprise entre 0,2 et 1,2 cm : membre postérieur gauche 0,2 à 0,8 cm ; membre postérieur droit 0,2 à 0,5 cm ; ligne ventrale 0,4 à 0,8 cm ; pli du grasset 0,2 à 0,4 cm ; membre antérieur gauche 0,6 à 1,2 cm. La zone de dégagement de cette région anatomique a été abaissée par un fin piquetage en série linéaire droite. Un raclage superficiel a contribué à estomper les stigmates de ce travail. La largeur de cette surface oscille entre 1,2 et 5 cm : membre postérieur gauche 1,2 à 1,4 cm ; membre postérieur droit 1,4 à 1,8 cm ; ligne ventrale 5 cm ; membre antérieur gauche 1,2 cm.

444La ligne thoraco-lombaire et les éléments constitutifs des empaumures sont soutenus par un profond tracé à section angulaire, et il convient de noter que les reprises sont inexistantes, ce qui suggère une certaine pression exercée par la main du graveur-sculpteur, une parfaite maîtrise de l’outil et la préservation de sa partie active. La profondeur de ce tracé est comprise entre 0,2 et 0,8 cm : segment lombaire 0,3 à 0,4 cm ; segment thoracique 0,2 et 1 cm ; bord externe de l’empaumure 0,6 à 0,8 cm, époi 0,2 cm.

445Un soin minutieux fut apporté à la confection des hachures du pelage ventral : régulièrement espacées et parallèles, elles sont rectilignes à section angulaire. Leur teinte blanchâtre contraste avec celle plus orangée de la calcite qui s’est déposée sur le relief du volume ventral.

446Afin d’accentuer l’impression de relief des membres postérieur et antérieur gauches, et aboutir à l’expression des volumes et des mouvements, le sculpteur a mis à profit la technique du relief différentiel, procédé qui lui permit, en diminuant l’épaisseur du membre postérieur droit et celle de la ligne thoracique, de donner l’illusion que ceux-ci passent derrière les précédents.

447Enfin, un puissant raclage, dont les stigmates d’orientation constante (oblique de la gauche vers la droite) sont visibles sur le flanc et le dos de l’animal, paraît avoir été pratiqué sur l’ensemble de la surface circonscrite, en regard de l’amoindrissement des aspérités de la roche et des impacts de piquetage, qui accrochent toutefois encore la lumière.

5.10 Fragment O
fig. 132-136

448No inv. MAN : 80208.

449Dim. max. après équarrissage (en cm) : long. : 103 ; larg. : 62 (gauche), 69 (centre), 63 (droite) ; ép. : 25 ; pds : 379 kg.

450Origine stratigraphique : plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire (?) ou intervalle de jonction entre le talus sous-jacent à la grotte du Roc et la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire (cf. § 3.3.4). Contexte archéologique : le fragment O a été mis au jour dans la partie basse de la tranchée T.R. (talus sous-jacent à la grotte du Roc), sous l’ancien chemin, à 1,40 m de la surface. La pierre était inclinée vers la vallée, la face sculptée en contact avec le sédiment. Le centre de cette masse était situé à 11 m sur la perpendiculaire du pilier amont. Ce pilier, que le Dr Henri-Martin avait fait consolider, persuadé de l’existence d’un « abri-sous-blocs » sous-jacent à la grotte du Roc, soutenait le plus gros bloc situé au-dessus de la sépulture (cf. chap. 2 ; Arch. H.– M. carnet : 98-100, 102). Cette localisation explique l’absence de données stratigraphiques en liaison avec cette partie du dispositif pariétal. Attribution archéologique : Solutréen supérieur.

451Date de la découverte : 24 avril 1929.

452Emplacement dans le dispositif pariétal : ensemble 2, panneau 2a (cf. § 7.3).

453Réf. bibl. : Arch. H.-M. : 96-100, 104, 106, 107.

454Les dimensions et la configuration de ce pan de paroi ont été circonscrites au cours du démantèlement de l’abri-sous-roche, par des plans de fracture transversaux et parallèles, et par l’opération d’équarrissage qui suivit son dégagement (fig. 132). L’amoindrissement de cette masse calcaire a été estimé à plus de 200 kg par le Dr Henri-Martin (Arch. H.– M. carnet : 97). Sa localisation dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc (fig. 136) est sans doute imputable au fait que, dans cette partie du gisement, la largeur de la plate-forme est moins importante qu’elle ne l’est à l’aplomb de l’abri-sous-roche intermédiaire, et n’a pu ainsi retenir cet élément conséquent de la frise, qui a poursuivi sa course plus bas sur le talus (cf. § 3.3.4).

FIG. 132
Le fragment O après dégagement et équarrissage, 25 avril 1929 (Arch. H.-M. no 33 411).

FIG. 133
Fragment O.

FIG. 134
Fragment O. Relevé analytique.

FIG. 135
Fragment O. Levé de coupe.

FIG. 136
Fragment O. a Emplacement du fragment dans la tranchée T.R. d’après un croquis de coupe réalisé par le Dr Henri-Martin en juin 1929. b Contexte archéologique d’après un croquis réalisé par le Dr Henri-Martin le 24 avril 1929. (Arch. H.-M. carnet : 98, 100.)

nos 29, 30 Bouquetins affrontés (Bo. 2, Bo. 3)
fig. 137-138

Bouquetin Bo. 2

455• Long. du corps, du garrot au sommet de la croupe (LC) : 27 cm ; long, du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 44 cm ; ép. du corps (EC) : 22 cm ; long, de la tête (LT) : 12,5 cm ; ép. de la tête (ET) : 7 cm ; long, de la corne gauche : 33 cm ; larg. de la corne gauche : 1,7 cm – 4 cm ; long, de la corne droite 27,5 cm ; larg. de la corne droite : 0,5 cm – 1,7 cm.

456• Long. du membre antérieur droit : 18 cm ; larg. du membre antérieur droit : 3,3 cm – 7,7 cm ; long, du membre antérieur gauche : 16,4 cm ; larg. du membre antérieur gauche : 5 cm – 12,5 cm.

457Long. du membre postérieur gauche : 12 cm (cassure) ; larg. du membre postérieur gauche : 9,2 cm – 13,9 cm.

458• Long. de la queue : 3,3 cm ; larg. de la queue : 1,6 cm.

Bouquetin Bo. 3

459• Long. du corps, du garrot au sommet de la croupe (LC) : 23,5 cm (cassure) ; long, du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 30 cm (estimation) ; ép. du corps (EC) : 18,5 cm ; long. (LT) : 10,3 cm ; ép. de la tête (ET) : 3,9 cm ; long, de la corne droite : 36 cm ; larg. de la corne droite : 2 cm – 3,9 cm.

460• Long. du membre antérieur droit : 10,7 cm (cassure) ; larg. du membre antérieur droit : 3,9 cm ; long, du membre antérieur gauche : 12,9 cm ; larg. du membre antérieur gauche : 4 cm – 6,9 cm.

Bouquetin Bo. 2
fig. 137

461Cet animal en profil gauche charpente l’espace graphique de la zone figurative sur les deux tiers du fragment. Ses proportions, supérieures à celles du bouquetin qui lui fait face, et la connotation statique-dynamique traduite par l’avant-main, les antérieurs et l’encornure, confèrent à cette figure majeure une puissance qu’il convient sans doute de rapporter à un animal dominant. Des qualités techniques incontestables et un sens aigu de l’observation ont conduit à la mise en forme de ce modèle exceptionnel. Chacun des éléments modelés dans la roche correspond à des données graphiques et scéniques pensées et voulues par l’auteur solutréen, qu’il convient de replacer dans l’ensemble cohérent que forment ces deux mâles dans l’attitude de la joute ou du combat en dehors ou pendant la période du rut.

462L’attention de l’observateur est inévitablement focalisée sur l’avant-train, où les masses musculaires, admirablement traduites par le sculpteur, paraissent au maximum de leur contraction. L’énergie animale domine dans cette représentation et renvoie principalement aux figurations du bison-sanglier Bi.1-Sa.1 du fragment ABC et de l’ovibos-bison Ov.1-Bi.3.

463Les membres antérieurs, courts et trapus, sont en extension avant décalée (fig. 137a). Le membre antérieur droit est le plus avancé et projeté vers l’avant en suspension, ce qui a entraîné l’augmentation du volume de l’épaule à son attache avec celui-ci. Cette transformation morphologique a été précisément reproduite ici par le sculpteur : un profond tracé de contour linéaire matérialise la démarcation entre le deltoïde et l’extenseur radial. La position des membres tend à renforcer l’impression de propulsion de l’animal vers l’avant. Les rapports de longueur et d’épaisseur entre les différents segments conservés sont exacts.

FIG. 137
Fragment O. Bouquetin Bo. 2. Détails a des membres antérieurs, b de la tête, c des encornures, d du membre postérieur gauche.

464Le membre antérieur droit est complet, à l’exception de son extrémité, qui a souffert du détachement de plusieurs éclats. Vu de trois quarts, il est anormalement dissocié de l’autre membre, et par cette distorsion importante, qui est une convention graphique commune aux autres figurations de la frise, le sculpteur s’est joué de la perspective en exprimant une dynamique de mouvement indiquant le déplacement de l’animal. Le coude est vivement modelé comme pour accuser davantage le redressement du membre. À l’instar du renne Re. 2, il ressort une telle précision des volumes musculaires qu’il est possible d’identifier les muscles contractés : c’est ainsi que les extenseurs radio-ulnaires sont mis en valeur par un tracé rectiligne médian.

465La technique du demi-relief appliquée aux tracés de contour de la silhouette renforce cette impression d’une densité musculaire traduite à son extrême. En revanche, l’avant-bras offre moins de détails : le boulet est à peine dégagé, tandis que le paturon est prolongé par un sabot en vue de profil, dont la face externe de l’onglon, ou muraille, est presque verticale, et la face inférieure, ou sole, est concave. L’extrémité antérieure, ou pince, devait être plus ou moins pointue et l’extrémité postérieure, ou talon, est large, arrondie et convexe, comme cette configuration existe chez l’animal vivant (Couturier 1962 : 154).

466Un éclat allongé a amoindri l’épaisseur de la presque totalité du membre antérieur gauche, brisé à son extrémité. Celui-ci supporte toutefois l’examen morphologique. En position de sustentation avant, le genou est sensiblement fléchi et le bras est d’une largeur supérieure à celle de l’autre membre, comme si l’animal ne reposait que sur ce seul pivot. Chez l’animal vivant, la masse du corps, donc le centre de gravité, est située très en avant. Les membres antérieurs sont de ce fait destinés surtout au support, alors que les membres postérieurs servent à la locomotion. M.A.J. Couturier ajoute que, dans toutes ses parties constituantes, le sabot antérieur est plus fort, plus développé que le sabot postérieur (ibid. : 154). Cette dysharmonie antéro-postérieure est particulièrement bien observée dans le cas de ce bouquetin, et il est possible de déduire que le centre de gravité de la silhouette se situe au niveau du membre antérieur gauche. La limite morphologique entre le genou et le bras forme un angle anatomiquement incorrect. Par cet artifice, l’auteur solutréen a réservé un espace suffisant pour inscrire le poitrail de son animal, vu de trois quarts face. La saillie du coude est bien marquée et, au niveau de la ligne de fracture, deux petites protubérances latérales semblent être la matérialisation de l’ergot pour l’une, tandis que l’autre demeure indéterminée dans l’état de fragmentation de la zone figurative.

467Le poitrail, vu de trois quarts, est excentré par rapport à l’encolure inférieure, en vue de profil. Cette distorsion, pratiquée par le sculpteur pour satisfaire la perspective, n’est pas immédiatement perceptible, l’effet de mouvement et la puissance musculaire précédant indéniablement l’analyse morphostylistique. Au-dessus du deltoïde contracté, la gouttière jugulaire, parallèle au trait de contour de l’encolure inférieure, est désignée par un grossier piquetage en série linéaire droite. Le volume du muscle brachial est accusé par une dépression naturelle de la roche, qui a été régularisée par un piquetage superficiel. L’intégration volontaire de cette particularité morphologique de la surface calcaire confère au trapèze une hypertrophie qui amplifie de surcroît la massivité de l’encolure, dont le volume est intensifié par les effets de la lumière changeante.

468La tête, penchée sur le poitrail, est excessivement rentrée dans le tronc par rapport à la longueur de l’individu et tout aussi fortement par rapport à la hauteur au garrot. Cette position, en rapport avec le sujet qui lui fait face, renforce l’idée du choc frontal entre les deux antagonistes, saisi par le sculpteur qui fit surgir de la roche cet instant particulier de la joute ou du combat entre mâles de la même force (fig. 137b).

469Selon M.A.J. Couturier, en période de rut, cette lutte n’offre pas, de façon générale, l’âpreté et la violence que l’on observe chez le Chamois. Ce sont habituellement, souligne-t-il, des luttes peu poussées, dépourvues de rudesse, manquant de conviction, car le plus faible cède très vite. Il est cependant des exceptions et certains combats, soit de novembre, soit de décembre, peuvent être acharnés et ponctués d’ahans ou de halètements qui traduisent des efforts prolongés (ibid. : 1032).

470Dans les joutes, les mâles très forts peuvent jouer à se pousser violemment avec la tête baissée, cornes contre cornes, provoquant un choc sonore des étuis identique au bois qui éclate (ibid. : 1002).

471Le contour de la tête est triangulaire et bien spécifique d’un capriné : le front bossu (socle de l’encornure puissante), la saillie orbitaire et le chanfrein rectiligne dessinent une ondulation qui s’enchaîne au mufle fort et carré. Le détachement d’un éclat de matière affecte ce dernier dont les contours ont été cependant conservés. Aucun détail interne n’est figuré, à l’exception de deux tracés modernes, qui affectent la face.

472Les cornes, très longues et courbées en arc, sont caractéristiques de Capra ibex (Alpes), et peuvent être rapportées à un mâle en raison du volume conséquent de la corne gauche (fig. 137c).

473La corne gauche s’emboîte parfaitement au frontal, au point le plus élevé du crâne. En avant, le frontal présente une excroissance qui est visible sous un éclairage rasant latéral droit. Cette convexité correspond à l’une des deux bosses constitutives de l’os frontal chez l’animal vivant. Situées à droite et à gauche de la suture médio-frontale, ces protubérances sont soulignées par une dépression médiane qui atteint la suture fronto-nasale en bas (Couturier 1962 : 192). On distingue trois segments. Le segment basal, assez bref, est presque vertical, à peine incliné vers l’arrière. Le segment moyen s’infléchit franchement vers l’arrière aux deux tiers de la longueur, et garde une largeur importante. L’artiste a ainsi exprimé la convexité de la corne tournée en dehors vers l’observateur. Le segment terminal s’amenuise progressivement, sans qu’il soit possible de préjuger de son orientation en raison du détachement d’un éclat de matière dans cette zone. Dans la partie antérieure de la corne, le sculpteur a volontairement conservé le piquetage moyen pratiqué lors de l’ébauche de cet élément anatomique, afin de traduire les nodosités plus ou moins serrées qui sont un caractère ornemental notoire du bouquetin des Alpes.

474Afin de satisfaire la perspective, l’auteur solutréen a introduit une vision de trois quarts de la seconde corne : la tête étant en profil absolu, cet organe n’était normalement pas perceptible. Beaucoup plus ténu que le précédent, cet appendice prend son départ à la limite de la zone de dégagement de l’encolure supérieure, ce qui donne l’impression qu’il est situé en retrait par rapport à son homologue gauche et presque à l’horizontale. Cette dissociation traduit l’écartement caractéristique des cornes depuis la base. Cependant, la corne droite est exagérément recourbée en demi-cercle, l’apex pointé vers l’avant et en contact avec la ligne de contour de l’encolure supérieure. Selon M.A.J. Couturier (1962 : 352), ce type de courbure représente un cas très rare chez Capra ibex (1962 : 352). Par cet effet visuel, le sculpteur a conféré une certaine intensité à la dynamique de mouvement exprimée par l’animal.

475Le rachis montre une croupe convexe, avec indication de la pente, et un rein assez long et sensiblement ensellé qui s’enchaîne au dos par un garrot peu marqué en raison du léger redressement et de l’importance de l’encolure supérieure. L’appendice caudal, en continuité avec la croupe, est porté horizontalement. Quelques éclats affectent son extrémité. Un tracé oblique semble prolonger le contour supérieur de cet élément, qui était sans doute plus long à l’origine et redressé, à moins qu’il s’agisse là de la figuration du mouchet caudal, plus long en hiver qu’en été (Couturier 1962 : 100). Le bord inférieur de la queue n’est pas délinéé et met ainsi en doute l’hypothèse d’un long appendice redressé. La position horizontale de cet élément anatomique semble rejeter l’idée d’un combat entre mâles au cours du rut, car pendant cette période, ainsi que le rappelle M.A.J. Couturier, les mâles adultes portent toujours la queue complètement rabattue sur l’échine, tout au long de la journée. Cette contraction volontaire des muscles extenseurs constitue le signe le plus distinctif de l’excitation sexuelle de ces animaux (ibid. : 1027, 1028). Cependant, au cours de la lutte, l’orientation de l’appendice caudal peut varier et ce dernier peut être ou rabattu sur l’échine, ou vertical, ou abaissé sur l’anus (ibid. : 1032). Bien que la queue de ce bouquetin n’entre pas dans cette échelle de variations caudales, sa position dynamique, associée à d’autres détails anatomiques pertinents qui sont développés ci-après, invite toutefois à émettre l’hypothèse d’un animal combattant en période de rut.

476Cet instantané ne donne qu’une probabilité de saison, comme le souligne C. Dubourg, car s’ils sont particulièrement irritables en hiver, les boucs combattent tout au long de l’année pour affirmer leur suprématie au sein de leur groupe (Dubourg 1994 : 173, fig. 7). Cependant, il convient de préciser qu’à la fin du rut, les animaux sont épuisés et amaigris. Or, l’embonpoint patent des adversaires figurés privilégie l’hypothèse de mâles au cours ou à la fin de la bonne saison, avant l’automne ou pendant les prémices du rut.

477Dans les batailles, comme dans les joutes, les protagonistes restent campés au sol sur leurs quatre membres, ou se dressent debout sur leurs pieds postérieurs, assez loin l’un de l’autre, pour se heurter spectaculairement en se laissant retomber lourdement (Couturier 1962 : 1003). Ce contact frontal est admirablement exprimé ici, les mâles propulsant leur force vers l’avant, bien campés sur leurs membres.

478Les membres postérieurs sont incomplets (fig. 137d). Le membre postérieur gauche, en position de sustentation, est brisé au-dessus du jarret. La jambe présente une largeur et une massivité supérieures à la moyenne, mais les volumes musculaires ne sont pas aussi modelés que ceux des antérieurs. La tubérosité ischiatique est saillante et confère à la fesse un galbe puissant.

479Du membre postérieur droit ne subsiste que le contour inférieur de l’avant-bras, mais de nombreux éclats qui affectent la surface calcaire dans cette zone rendent difficile sa lecture. Toutefois, celui-ci ne semble pas avoir fait l’objet d’un travail de sculpture aussi soigné que celui qui fut appliqué aux autres membres, certaines parties n’ayant été qu’épannelées par un piquetage grossier. Tout au plus, il est possible de déduire que le membre est en extension avant et dissocié de son homologue. En rapport avec celle des membres antérieurs, cette position révèle une animation qui peut être qualifiée de coordonnée latérale, car les membres se déplacent par bipèdes d’un même côté (Leroi-Gourhan 1992 : 270- 271). Allongée et oblique descendante de la droite vers la gauche, une forme triangulaire logée sous l’aine semble être la figuration de la verge dégainée. Cet organe génital confirme l’attribution sexuelle de l’animal.

480La ligne abdominale, fortement ascendante vers l’arrière et bien arrondie, donne à l’ensemble du volume thoracique et abdominal une forme tronconique, qui accuse la massivité de l’animal et laisse ainsi apparaître les membres plus courts et trapus que la moyenne.

481Le pelage de séparation entre les flancs et la zone inférieure de la ligne ventrale est signalé par un bourrelet rectiligne mis en relief par réserve, qui se développe depuis le coude du membre antérieur gauche jusqu’au-dessus de l’aine. Chez le Bouquetin, précise M.A.J. Couturier, les flancs, dans lesquels se montrent parfois des jarres roussâtres, sont séparés des parties inférieures du corps par cette bande foncée et plus ou moins haute qui va se fondre insensiblement dans la teinte claire de l’abdomen ; cette bande est plus ou moins sombre, la gamme allant du gris brun ou brun noirâtre (Couturier 1962 : 107).

Bouquetin Bo. 3
fig. 138

482Cet animal incomplet en profil droit n’est pas figuré sur la même ligne de sol imaginaire que celle de son adversaire et donne ainsi l’impression qu’il se trouve dans une zone pentue ou sur un rocher. Cette différence de quelques centimètres entre les deux bouquetins n’est pas sans conférer à la scène une plus grande véracité anatomique. Le sculpteur a créé ainsi un effet de profondeur, l’animal apparaissant ainsi sur un autre plan que son homologue, plus éloigné en quelque sorte. Cette illusion est renforcée par l’utilisation d’un angle arrondi de la roche, qui projette le corps sur un second plan, comme si l’animal se trouvait déstabilisé et tentait de résister à la puissance de l’autre bouc.

483Le morcellement de ce pan de paroi a emporté l’arrière-train de l’animal et un très large éclat de matière a oblitéré l’encolure supérieure, le frontal et le départ de la corne, laquelle supporte toutefois l’examen morphologique. Très longue, épaisse et courbée en arc, elle est caractéristique de l’espèce Capra ibex (Alpes), et peut être rapportée à un mâle en raison de son volume important (fig. 138a).

FIG. 138
Fragment O. Bouquetin Bo. 3. Détails a de l’encornure, b de la tête, c du poitrail,

FIG. 138
Fragment O. Bouquetin Bo. 3. Détails, d de la ligne dorsale.

484Ainsi que pour le bouquetin Bo. 2, les nodosités ornementales sont exprimées par le piquetage moyen qui a été pratiqué lors de l’ébauche de l’appendice. De conformation identique à la corne droite de ce premier bouquetin, cet appendice est exagérément recourbé en demi-cercle, l’apex pointé vers l’avant et en contact avec l’échine. Par cet effet, le sculpteur a conféré une certaine intensité à la dynamique de mouvement exprimée par l’animal. Il est à noter la parfaite symétrie existant entre cette corne et la corne droite du bouquetin Bo. 2. Quant à l’autre corne, aucun indice de sculpture ne permet de conclure à sa matérialisation.

485Une forme triangulaire figure la tête penchée sur le poitrail (fig. 138b). Cette mise en relief très sommaire, sans indication du volume des masses musculaires et osseuses, peut sans doute être imputée au manque d’espace entre l’encolure inférieure de l’animal et la tête du bouquetin Bo. 2. Ceci attesterait que la tête a été réalisée en dernier, à moins qu’il s’agisse là d’un artifice destiné à mettre en valeur la suprématie du premier bouc.

486Les conventions graphiques de représentation de l’avant-main, propres aux figurations des bouquetins de la frise, sont ici appliquées. Le poitrail est vu de trois quarts et les reliefs ostéomusculaires sont d’un volume exagéré : la pointe de l’épaule est fortement convexe et arrondie, et le muscle sterno-cléido-mastoïdien, inséré entre les deux tubérosités humérales, est matérialisé par une forme triangulaire très saillante, à sommet inférieur, qui accuse la largeur du poitrail (fig. 138c).

487Les membres antérieurs, courts et trapus, sont en extension avant décalée, le membre antérieur gauche étant le plus avancé . Cette position tend à renforcer l’impression de résistance de l’animal face à son adversaire plus puissant. Le membre antérieur gauche est complet et les rapports de longueur et d’épaisseur entre les différents segments conservés sont disproportionnés en raison de la distorsion mise en place par le sculpteur. Bien dissocié de l’autre membre, il est vu de trois quarts.

488À l’instar du bouquetin Bo. 2, la mise en valeur précise des volumes musculaires permet d’identifier les extenseurs radio-ulnaires contractés, lesquels sont individualisés par une dépression naturelle de la surface calcaire.

489La pointe du coude est arrondie et masquée en partie par l’autre membre. Le genou est oblitéré par le détachement d’éclats dans cette région anatomique, mais suivant l’orientation des traits de contour, cette tubérosité devait être modérément convexe.

490Le sabot ou onglon est figuré de trois quarts, ce qui a permis à l’auteur solutréen de mettre en valeur le caractère bisulque spécifique de cet onguligrade artiodactyle. Les deux ongles sont nettement dissociés et leur extrémité antérieure est plus ou moins pointue, comme cette configuration s’observe chez l’animal vivant. L’absence de cloison interdigitale horizontale, ou septum, permet un écartement considérable des ongles, ce qui facilite les mouvements antéro-postérieurs des deux doigts l’un par rapport à l’autre (Couturier 1962 : 154).

491Le membre antérieur droit est à l’état d’ébauche. L’abaissement de la zone de dégagement du bord postérieur du membre antérieur gauche a contribué à délimiter les contours de son bord antérieur et d’une partie du sabot, sans indication des différents segments. Le tracé de contour du bord postérieur n’est pas délinéé. Le détachement d’un éclat dans cette région anatomique peut sans doute expliquer en partie cette configuration. Seule la partie supérieure de la tubérosité humérale arrondie a été préservée de cette altération et atteste de la mise en relief de cet élément anatomique.

492Le rachis est sinueux, bien qu’incomplet, et montre un rein assez long et sensiblement ensellé qui s’enchaîne au dos par un garrot peu marqué (fig. 138d). La ligne abdominale, ascendante vers l’arrière et rectiligne, donne à l’ensemble du volume thoracique et abdominal une forme tronconique, mais à la différence du précédent bouquetin, celle-ci est plus allongée et n’accuse pas une massivité aussi imposante.

Technique

493Les procédés techniques appliqués à la sculpture de cette zone figurative sont intimement liés à la mise en valeur de la force animale qui émane indéniablement de cet instantané d’un combat entre ces deux puissants bouquetins mâles. L’ensemble ne présente toutefois pas la même rigueur de finition que celle qui est constatée pour les figurations précédentes.

494Le contour des silhouettes est cerné par un tracé recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire (cupules allongées). Ce travail fut suivi d’une régularisation superficielle par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage), qui n’a pas contribué à estomper les impacts de l’ébauche, lesquels accrochent la lumière. S’agissant des encornures, le sculpteur a volontairement conservé ces cupules en série qui servent l’illusion des nodosités spécifiques de l’espèce. La profondeur de ces tracés est très variable suivant l’importance accordée à telle partie anatomique ou à telle autre par l’exécutant. C’est ainsi que le tracé de contour des poitrails est très profond et dégage nettement les masses musculaires, et cette importance est donnée également aux encornures : – bouquetin Bo. 2 : corne gauche 0,2 à 5,1 cm ; corne droite 0,2 à 0,7 cm ; tête 1,4 à 3,4 cm ; ligne thoraco-lombaire 0,7 à 1,5 cm ; queue 0,6 à 1 cm ; fesse 0,9 à 2 cm ; membre postérieur gauche 0,6 à 1,2 cm ; verge 0,4 cm ; ligne abdominale 0,8 à 1,9 cm ; membre antérieur gauche 0,5 à 2,2 cm ; membre antérieur droit 1,2 à 3,3 cm, poitrail 3 à 3,7 cm ; – bouquetin Bo. 3 : corne 1 à 2 cm ; tête 0,8 à 1 cm ; ligne thoraco-lombaire 1,5 à 2 cm ; ligne abdominale 1,1 à 1,8 cm ; membre antérieur gauche 0,5 à 2,3 cm ; membre antérieur droit, bord antérieur 0,8 à 4,8 cm ; poitrail 0,8 à 2 cm ; muscle sterno-cléido-mastoïdien 0,5 à 1,6 cm.

495La surface exopérigraphique des poitrails a été fortement abaissée par un piquetage moyen, laissant apparaître en haut-relief ces régions anatomiques hypertrophiées. Cet amoindrissement de la surface donne une véritable profondeur au second plan, sur lequel se détachent nettement les avant-trains de ces animaux. Un bourrelet de matière, situé approximativement entre les deux surfaces, a volontairement été conservé afin de mettre en valeur leur délimitation. La zone de dégagement des autres parties corporelles est beaucoup moins prononcée et n’a pas contribué, comme dans le cas des poitrails, à abaisser le fond, mais simplement à mettre en relief le contour des figures. C’est ainsi que les encornures, pourtant cernées par un profond tracé, se détachent à peine de la surface calcaire et exigent un éclairage rasant pour être mises en valeur par rapport à l’ensemble du corps. Contrairement à la plupart des représentations sculptées de la frise, ces zones de dégagement n’ont pas fait l’objet d’un travail de régularisation par raclage, ce qui permet de constater la précision et la régularité avec laquelle le sculpteur a modelé progressivement cette surface brute et extrait de la roche cette image instantanée de deux animaux en action. Les impacts cupulaires attestent ainsi d’une maîtrise parfaite des techniques de la sculpture sur pierre, doublée d’une excellente connaissance du modèle. La largeur de cette zone oscille entre 0,5 cm et 11 cm :

  • bouquetin Bo. 2 : corne gauche 0,7 à 4,4 cm ; corne droite 0,5 à 1 cm ; ligne thoraco-lombaire 0,7 à 3,7 cm ; fesse 0,9 à 2,2 cm ; ligne abdominale 1,4 à 3,6 cm ; membre antérieur gauche 2,5 à 3,2 cm ; membre antérieur droit 1,2 à 3,2 cm ; poitrail 2 à 10 cm ;

  • bouquetin Bo. 3 : corne 1,3 à 2,1 cm ; ligne thoraco-lombaire 4,3 à 6,7 cm ; ligne abdominale 1 à 2 cm ; membre antérieur gauche 4,5 à 11 cm ; poitrail 5 à 7 cm ; muscle sterno-cléido-mastoïdien 1 cm.

496Le travail de modelage des traits de contour et des zones de dégagement des figures empêche la lumière de frapper une arête trop aiguë ou de dessiner une ombre trop nette. Suivant l’orientation de la source d’éclairage, les silhouettes, délimitées par des plans diversement orientés, sont en quelque sorte dissoutes et interrompues par ces « accidents ». Prise séparément, chaque partie paraît avancer ou reculer dans l’espace, mais n’offre à l’œil aucune netteté ni aucun repos. L’ombre portée rivalise avec les ombres propres, et peut être parfois en désaccord avec la perspective, accusant ou détruisant les saillies.

497Un puissant raclage, pratiqué sur l’ensemble du corps des bouquetins, a contribué à la mise en forme des reliefs ostéomusculaires et à estomper les aspérités de la surface, laquelle demeure criblée de trous qui sont autant de moules en creux de valves inférieures de Radiolites lumbricalis. Dans cet ensemble, il est bien souvent difficile de distinguer les impacts de piquetage des cavités géologiques. La nature tourmentée de la surface, où chaque saillie et chaque creux accroche la lumière, semble avoir été recherchée par le sculpteur. Le choix de ce parti graphique de répartition des ombres et des lumières tend à animer la pierre par de multiples effets de contraste. Elle semble ainsi vibrer et conférer au mouvement des animaux une plus grande véracité. Cette partie de la frise sculptée conforte alors l’idée que l’auteur solutréen a délibérément utilisé la lumière comme élément plastique.

no 31 Protomé de bouquetin inédit (Bo. 4)
fig. 139

498• Long. du protomé : 24 cm ; long. de la tête (LT) : 10,5 cm ; ép. de la tête (ET) : 4 cm ; long. de la corne : 10 cm ; larg. de la corne : 0,8 cm – 1 cm.

499Orienté à gauche, ce protomé inédit fut découvert au cours du relevé graphique de la zone figurative. Inséré sous la ligne ventrale du bouquetin Bo. 3, il est encadré par le membre antérieur droit et la zone de dégagement encore visible d’un des membres postérieurs de l’animal, sans qu’il soit constaté de superposition entre les divers tracés de contours. Cette juxtaposition d’un animal de taille réduite à l’une des figures majeures de cette partie du dispositif pariétal, renvoie au rapport existant entre l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3, représenté au tiers de la grandeur nature, et les autres animaux de taille inférieure, superposés ou juxtaposés à cet animal, Ind. 8, Ch. 7, Ch. 8, Ch. 9.

500Cette disproportion, qui se rencontre également sur les fragments R et S, suggère-t-elle une quatrième et dernière phase dans la construction du dispositif pariétal, ainsi que cette hypothèse est envisagée pour le fragment F ? ou bien est-ce un artifice destiné à créer un effet de profondeur entre les représentations animales de proportions différentes ? Seule la superposition de ces figures autorise à évoquer une éventuelle dernière phase de réalisation, mais certaines, à l’instar de ce protomé, sont juxtaposées et leur interprétation chronologique devient de ce fait aléatoire.

501Les contours de la tête et le dessin d’une corne désignent un capriné : le front est bossu et s’enchaîne directement au chanfrein rectiligne, sans indication de la saillie orbitaire. Le mufle est arrondi et une concavité met en valeur le menton, tandis que la ganache est convexe et sinueuse. Une partie de l’encolure est délinéée, et un tracé rectiligne transversal paraît dessiner le départ de la ligne ventrale, avec une amorce du membre antérieur gauche, réduit à un moignon. Aucun détail interne n’est figuré.

502Le port de l’encolure présente une obliquité anatomique correcte et la tête est sensiblement relevée, le bord inférieur de la mandibule étant éloigné du bord antérieur de l’encolure, ce qui a entraîné la projection horizontale de la corne. Cet appendice court et mince, sans courbure, évoque peut-être une femelle ou un jeune ibex d’environ quatre mois. De la même façon que pour l’encornure des bouquetins Bo. 2 et Bo. 3, les impacts de piquetage semblent avoir été conservés volontairement pour mettre en valeur les nodosités ornementales de la corne.

503Dans l’hypothèse de l’application de cette convention graphique, il convient de signaler qu’il ne peut s’agir ici que d’une femelle, avec mise en valeur des bourrelets circulaires caractéristiques des cornes des femelles. Les cornes des jeunes jusqu’à six mois sont parcourues seulement de cannelures longitudinales (Couturier 1962 : 369, 402).

504La présence de cet animal aux côtés des bouquetins affrontés semble confirmer l’objectif de ce combat : une lutte entre deux mâles au cours de la période du rut (Henri-Martin 1929c : 486, 487 ; 1930a : 276 ; 1930b : 463 ; 1931 : 171 ; 1932a : 6, fig. 2, pl. III ; 1932b : 5, fig. 4 ; 1933 : 155 ; Crémades 1997 : 50, fig. 15). M.A.J. Couturier précise que les combats entre mâles ont lieu soit en novembre, soit en décembre. Les premiers débutent en général vers le 10 novembre, mais sont plus courants dans la deuxième quinzaine du mois. Les antagonistes sont d’ordinaire les plus grands mâles d’une région ou d’une harde. Ces combats du début du rut ont pour but de désigner le « seigneur » d’une région. À la fin du mois, seront instaurés tous les « sultans » dont l’autorité, bien que parfois contestée par un rival, va s’exercer durant toutes les pariades. L’assaut peut se livrer n’importe où, au hasard des rencontres, plus souvent en terrain facile que dans des rochers abrupts. Au cours de la lutte, les antagonistes restent à terre, se poussant avec la tête, mais surtout se frappant avec les cornes ; comme certains cervidés, ils ne se servent pas de leurs pattes de devant pour combattre. Parfois, ils se soulèvent à moitié. D’autre fois, ils se mettent tous deux debout, comme dans une joute ; dans ce cas, il leur arrive de marcher à petits pas l’un vers l’autre sur leurs pieds postérieurs, poignets fléchis sur le poitrail, et ils se donnent le choc direct, cornes contre cornes entrecroisées, sans rotation de la tête. Il est exceptionnel que l’un d’eux soit renversé sur le sol. C’est le poids qui décide de la victoire. La bataille a lieu à coups de cornes, les coups n’étant pas portés avec la pointe des étuis, mais avec leur face antérieure convexe. Le front ne reçoit pas le choc, car les adversaires ne pourraient supporter de tels coups sans être assommés (Couturier 1962 : 1033).

FIG. 139
Fragment 0. Bouquetin Bo. 4.

505Alors que novembre est un mois d’agitation pour les mâles, c’est un mois de passivité pour les étagnes, qui semblent indifférentes aux combats des mâles avant la période d’œstrus. Après cette période, les femelles sont consentantes et acceptent d’être couvertes par les mâles (ibid. : 1034). L’auteur solutréen semble avoir traduit ce comportement spécifique des mâles et des femelles avant l’accouplement.

Technique

506Les procédés techniques appliqués à la sculpture de ce protomé sont identiques à ceux qui sont employés pour la mise en forme de la silhouette des bouquetins Bo. 2 et Bo. 3. Les contours sont cernés par un tracé à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire. Ce travail fut suivi d’une régularisation superficielle par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage), qui n’a pas contribué à estomper les impacts de l’ébauche, lesquels accrochent la lumière. La profondeur de ce tracé oscille entre 0,5 et 2,4 cm : corne 0,5 à 1 cm ; encolure supérieure 0,5 à 0,6 cm ; ligne fronto-nasale 1,6 à 2,4 cm ; encolure inférieure 1,2 à 2,4 cm ; départ de la ligne ventrale et du membre antérieur gauche 1,6 à 2,5 cm. La mise en relief de l’animal bénéficie de l’abaissement du fond de la ligne ventrale et du membre postérieur du bouquetin Bo. 3.

no 32 Ébauche d’un anneau d’angle (A. 2)
fig. 140

507• Long. : 14 cm ; larg. à l’emplacement du pont : 2 cm ; long, de la cupule gauche : 5.4 cm ; larg. de la cupule gauche : 5 cm ; prof. de la cupule gauche : 3,5 cm ; long, de la cupule droite : 5,4 cm ; larg. de la cupule droite : 5 cm ; prof. de la cupule droite : 2,5 cm.

508Formé de deux cupules parallèles non jointives, cet anneau en cours de réalisation utilise une arête naturelle de la paroi, qui limite l’espace graphique du bouquetin Bo. 2. La cupule gauche est juxtaposée à la fesse du bouquetin, sur le même plan que celui-ci, tandis que la seconde cupule est localisée en bordure de l’arête, sur le dièdre de la paroi. Cet élément, dont l’emplacement à l’arrière-train de l’animal ne paraît pas être le fait du hasard, doit être rapproché de l’anneau brisé du fragment JK, façonné perpendiculairement au membre postérieur du renne.

FIG. 140
Fragment O. Anneau A. 2.

Technique

509Le creusement des cupules constitutives de cet anneau à l’état d’ébauche a consisté, pour la cupule gauche, en une préparation par percussion lancée, suivie d’une rotation axiale alternative (percussion posée punctiforme circulaire) superficielle, ce qui a contribué au dégagement de son bord externe, mais non à la régularisation de la surface et à la mise en forme d’un cône. La cupule droite utilise une dépression naturelle du calcaire.

no 33 Tracé indéterminé (Ind. 13)
fig. 133

510• Long. du tracé : 30 cm ; larg. du tracé : 1 cm – 3 cm.

511Une forme allongée, oblique ascendante de la gauche vers la droite, est juxtaposée au bouquetin Bo. 2, son extrémité inférieure étant presque en contact avec le garrot de l’animal. Profondément délinéée par un tracé recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé (prof. moy. : 1,7 à 4,6 cm), obtenu par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire, et largement mise en relief par l’abaissement de la surface calcaire (larg. moy. : 4,2 à 8,3 cm), cette forme sinueuse ne supporte pas pour autant la détermination.

512Deux hypothèses peuvent cependant être retenues : l’esquisse abandonnée d’un quelconque animal ou de l’encornure du bouquetin Bo. 2, ou la mise en relief d’un élément participant du fond sur lequel se détachent les animaux.

513Cette scène d’affrontement entre deux bouquetins mâles adultes en période du rut et en présence d’une étagne constitue un ensemble narratif unique dans l’art pariétal paléolithique, qui révèle une fois de plus l’importance de la force animale dans la symbolique des Solutréens du Roc de Sers. La maîtrise des volumes et des variations chromatiques de la luminosité perpétuellement changeante a permis au sculpteur d’aboutir à cette communion parfaite avec la paroi calcaire, augmentée d’une profonde connaissance de la morphologie des modèles.

5.11 Fragment P
fig. 141-143

514No inv. MAN : 74 483p.

515Dim. max. après équarrissage (en cm) : long. : 48 ; larg. : 77 (gauche), 41 (droite) ; ép. : 21.

516Origine stratigraphique : intervalle de jonction entre le talus sous-jacent à la grotte du Roc et la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire (cf. § 3.3.4).

517Contexte archéologique : le fragment avait été basculé en 1921 par le Dr Henri-Martin (Arch. H.-M. carnet : 96, 101) et fut « retrouvé » huit ans plus tard dans la partie basse de la tranchée T.R. (talus sous-jacent à la grotte du Roc), sous l’ancien chemin, à 1,60 m de la surface (fig. 141). La pierre était inclinée vers la vallée, la face sculptée en contact avec le sédiment. Le centre de cette masse était situé à 14,40 m sur la perpendiculaire du pilier amont, soit à 3,40 m en avant du fragment O. Cette localisation explique l’absence de données stratigraphiques en liaison avec cette partie du dispositif pariétal.

518Attribution chronologique : Solutréen supérieur.

519Date de la découverte : 5 juin 1929.

520Emplacement dans le dispositif pariétal : ensemble 2, panneau 2a (cf.§7.3).

521Réf. bibl. : Arch. H.-M. carnet : 96, 98, 100-102, 104, 105, 106, 107.

522Les dimensions et la configuration pyramidale de ce pan de paroi ont été circonscrites au cours du démantèlement de l’abri-sous-roche, par des plans de fracture longitudinaux et obliques, et par l’opération d’équarrissage qui suivit son dégagement (amoindrissement en longueur sur 37 cm environ). La sculpture localisée au centre de ce fragment a échappé dans sa presque totalité à ce morcellement, mais apparaît isolée au milieu d’une plage calcaire fortement altérée par le détachement de nombreux éclats dus à la chute de la masse et aux outils des équarrisseurs.

FIG. 141
Emplacement du fragment P dans la tranchée T.R. d’après un croquis de coupe réalisé par le Dr Henri-Martin (Arch. H.-M. carnet : 102).

FIG. 142
Fragment P et relevé analytique.

FIG. 143
Fragment P. Levé de coupe.

no 34 Bison (Bi. 4)
fig. 144

Quadrilatères d’inscription

523Quadrilatère d’inscription antérieur (a) : 12 cm ; quadrilatère d’inscription postérieur (p) : 24 cm ; long, totale (L) : 36 cm ; haut. (H) : 27 cm.

Rapports entre les quadrilatères d’inscription

524• Rapport p x 100/H (indice d’élongation du segment postérieur et de la hauteur de l’animal) : 88,8. Ce chiffre s’inscrit dans la moyenne calculée pour l’ensemble des bisons d’Europe et d’Amérique actuels (Paillet 1993 : 762, 763). La hauteur au garrot de l’animal est presque équivalente à la longueur du segment postérieur (p). Écart avec Bi. 1- Sa. 1 : 6,4 ; écart avec Ov. 1-Bi. 3 : 4,1.

525• Rapport p x 100/L (indice d’élongation du segment postérieur) : 66,6. Cet indice est supérieur aux moyennes de l’ensemble des sujets européens actuels (Paillet 1993 : 766), et suggère que le segment postérieur (p), c’est-à-dire le corps et l’arrière-main confondus, est excessivement allongé par rapport à la longueur totale de l’animal (L). Écart avec Bi. 1-Sa. 1 : 6 ; écart avec Ov. 1-Bi. 3 : 5,6.

526• Rapport H x 100/L (indice d’élongation de la hauteur du garrot par rapport à la longueur totale de l’animal) : 75. Ce rapport atteste d’un allongement corporel supérieur à celui du bison d’Amérique (Bison bison L.) et du bison d’Europe (Bison bonasus L.) de référence (Paillet 1993 : 767). Le bison Bi. 4 est donc plus long en totalité, comparativement à sa hauteur. Écart avec Bi. 1-Sa. 1 ; écart avec Ov. 1-Bi. 3 : 11,4.

527• Rapport a x 100/H (indice d’élongation du tronc céphalique [a] par rapport à la hauteur) : 44,4 et rapport a x 100/L : (indice d’élongation du tronc céphalique [a] par rapport à la largeur) : 33,3. Ces valeurs se rapprochent de la conformation propre aux espèces européenne et américaine, dans le champ de variation du modèle actuel, mâles et femelles confondus (Paillet 1993 : 771). La tête est excessivement rentrée dans le tronc par rapport à la longueur de l’individu, et tout aussi fortement par rapport à la hauteur au garrot. Écarts avec Bi. 1 -Sa. 1 : 9,7 et 5,6 ; écarts avec Ov. 1-Bi. 3 : 17,5 et 6.

FIG. 144
Fragment P. Bison Bi. 4. Détails a de la ligne dorso-lombaire, b des membres postérieurs, c de l’appendice caudal, d de la tête, e du poitrail.

Mensurations complémentaires

528• Long. de la tête (LT) : 7 cm ; ép. de la tête (ET) : 4,8 cm ; long, de la corne droite : 1er segment 4 cm, 2e segment 5,2 cm, 3e segment 2,2 cm ; larg. de la corne droite : 0,3 cm – 1 cm ; long, de la corne gauche : 1,5 cm ; larg. de la corne gauche : 1 cm – 2 cm ; long, de l’œil : 3,4 cm ; largeur de l’œil : 1,2 cm ; long, de la queue ; 1er segment 3,9 cm, 2e segment 2,8 cm ; diam. du scrotum : 1,4 cm.

529• Long. du membre antérieur droit : 6 cm ; larg. du membre antérieur droit : 0,9 cm – 2,1 cm ; haut. du sabot : 1,2 cm ; long, du membre postérieur droit : 2,5 cm (cassure) ; larg. du membre postérieur droit : 2 cm ; long, du membre postérieur gauche : 4,7 cm (cassure) ; larg. du membre postérieur gauche : 1,8 cm – 3,3 cm.

530La caractéristique majeure de ce bison disposé en profil droit sur un plan sensiblement horizontal est incontestablement le dessin de son rachis thoraco-lombaire, qu’il convient de rapporter au type « hyper-bison » (Paillet 1993 : 151). Toute la puissance de l’animal est concentrée dans cet avant-train hypertrophié.

531Au départ du bord postérieur de la corne droite, un décrochement thoracique très élevé porte haut et fort le garrot et le dos, confondus et exagérément dilatés en demi-cercle, qui s’enchaînent à un rein gracile et court (fig. 144a). Les lombes et la croupe surbaissée sont pincées entre le dos et la queue, sans indication d’ensellure. Le chignon forme un véritable cimier enveloppant de son épaisseur les masses cervicales. Le sculpteur n’a pas volontairement régularisé cette région anatomique, contrairement au reste de la silhouette, afin de conférer un volume et une certaine véracité anatomique à cette toison spécifique du genre. À l’instar du bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1, de l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3 et du bison de la plaquette « du Bison et de l’Ours » (cf. § 3.4.4.1), la concavité nucale n’est pas indiquée. Ce profil thoraco-lombaire évoque la manière de certains bisons magdaléniens de la grotte de la Mouthe (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne ; Paillet 1993 : 143-149), de Font-de-Gaume (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne ; ibid. : 171-205, nos 8, 15, 16, 23, 27, 50), de Lascaux (Montignac, Dordogne ; ibid. : 313-373, nos 4, 5, 9, 11, 12), ou le bison du Proto-Solutréen de Badegoule (Bersac, Dordogne ; Cheynier 1949 : 49, fig. 13 ; cf. § 3.4.4.1), mais les ambitions figuratives dénotent une conceptualisation bien différente, caractérisée avant tout par la nature du support sur lequel s’est exprimé l’auteur solutréen.

532Cette dysharmonie antéro-postérieure tend à propulser la masse de l’animal vers l’avant ; celui-ci ne broute ni ne charge, il est en arrêt et en observation. La position des membres, courts et trapus, confirme la constatation en la complétant : ils sont au posé, le membre antérieur est en flexion normale de sustentation, tandis que les postérieurs sont en extension décalée.

533Seul figuré, le membre antérieur droit est complet, à l’exception de l’avant-bras, qui est oblitéré en partie et séparé du canon par une profonde entaille correspondant à l’extrémité de la ligne thoracique excessivement allongée. La pointe de l’épaule est vivement modelée, comme pour accuser davantage l’antéflexion de l’animal. En revanche, la convexité du coude n’est pas accusée, ce dernier étant délinéé par un tracé rectiligne. Par cet artifice, l’auteur solutréen renforce l’impression de contraction du deltoïde, lequel semble ployer sous la charge de l’avant-train, comme si l’animal ne reposait que sur ce seul pivot. Chez l’animal vivant, la masse du corps, donc le centre de gravité, est située très en avant. Les membres antérieurs sont de ce fait destinés surtout au support, alors que les membres postérieurs servent à la locomotion. Dans le cas de ce bison, il est possible de déduire que le centre de gravité de la silhouette se situe au niveau du membre antérieur droit. Une proéminence arrondie désigne le coude, qui est en retrait par rapport à la pointe de l’épaule et placé sous la ligne ventrale. Cette distorsion a contribué à raccourcir les autres segments, réduits en un seul. La faible épaisseur de ce dernier contraste avec la massivité de l’avant-train. L’extrémité n’offre pas autant de détails que celle des membres du bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1 et de l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3. Le sabot est quelque peu arrondi et une petite protubérance indique sans doute la couronne, tandis que l’ergot fait défaut. Le second membre n’a pu être figuré en raison de l’importance que le sculpteur solutréen a conférée à la lourde draperie qui pend sous le poitrail.

534De nombreux éclats affectent l’ensemble de l’arrière-train, qui supporte toutefois l’examen morphologique. Les membres postérieurs sont incomplets, le canon et l’extrémité ayant été oblitérés par le détachement d’éclats dans cette région anatomique (fig. 144b). Ils sont figurés en extension décalée, le membre postérieur gauche étant le plus avancé, tandis que le membre postérieur droit est sensiblement en extension arrière pointée.

535Le galbe de la fesse, mis en valeur par la position de ce dernier membre, confère au train postérieur un beau modelé qui tend à exagérer la longueur de l’animal. Cette animation, coordonnée avec la projection de l’avant-train et la position de l’appendice caudal, soutient la connotation statique-dynamique du dessin. Une aine profonde, dessinée par le pli du grasset et le contour ventral, a été volontairement dégagée pour permettre la figuration du scrotum, qui dépasse le niveau du grasset en raison de la taille de l’enjambée, et renseigne sur l’identité sexuelle de l’animal. Cet élément anatomique, de forme ronde, n’est perceptible qu’en lumière rasante latérale gauche. Sa conformation est proche de celle du scrotum des bouquetins Bo. 1 et Bo. 5.

536La queue, d’une longueur moyenne et ronde, est plantée au sommet de la fesse et dressée en « bras de pompe » (fig. 144c). Le toupillon (poils terminaux) est matérialisé par deux longues incisions transversales, rectilignes et parallèles. Chez l’animal vivant, les poils terminaux sont particulièrement longs, presque noirs et atteignent la hauteur des jarrets (Paillet 1993 : 105). L’appendice caudal se développe sur les deux pans d’un dièdre de la paroi, et ne peut être saisi dans son entier, le déplacement de l’observateur et de la source d’éclairage étant nécessaire. L’utilisation volontaire de cette particularité de la paroi dénote un choix morphologique proche de celui qui a été adopté pour la réalisation de l’avant-train de l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3, de la corne du jeune boviné Bov. 1, d’une tête animale indéterminée Ind. 7, du fragment D et de l’empaumure du renne Re. 1. Elle renseigne également sur l’état de la paroi, laquelle n’a pas été affectée par les plans de fracture dans cette zone. L’intégration de cette convexité tend à créer un effet de profondeur et de perspective de l’appendice caudal, qui apparaît ainsi en retrait par rapport au corps.

537Ce mouvement de la queue est peut-être en relation physiologique avec une activité génitale ou urino-anale, mais coordonné avec la position des membres et la puissance de l’avant-train, celui-ci paraît plutôt traduire l’état d’humeur du bison, qui semble, d’après le fort redressement de l’appendice, énervé et probablement en position d’attaque. Au moment du rut, qui a lieu ordinairement en août – septembre, les taureaux deviennent très nerveux et combatifs, ainsi que le précise P. Paillet : « Les rapports hiérarchiques entre les mâles s’établissent alors par toute une série de préliminaires de comportements démonstratifs d’intimidation comme les mugissements, les piétinements, de forts renâclements semblables à des éternuements et l’arrachage de mottes de terre à coups de sabots. La queue dressée en l’air [...] comme un vivant point d’interrogation [...], l’animal mugit et souffle bruyamment à travers ses naseaux au rythme du piétinement de ses antérieurs. » (Paillet 1993 : 119).

538Le profil abdominal est globalement sinueux et spécifique du genre. Le segment abdominal est relativement rectiligne et un fourreau pénien se détache nettement de ce contour, confirmant l’accentuation des caractères sexuels secondaires mâles déjà patents. Le segment thoracique est convexo-concave, et le sculpteur a prolongé excessivement cette ligne, sans marquer la limite avec le membre antérieur droit auquel elle se superpose vigoureusement. L’avant-bras est donc en partie oblitéré par ce tracé, qui s’achève au-delà de la pointe de l’épaule.

539La tête, courte et massive, est portée droite, mais fortement rentrée dans le tronc par rapport à la longueur de l’individu et à la hauteur au garrot (fig. 144d). Un large éclat ancien affecte cette région anatomique, qui apparaît ainsi légèrement en retrait par rapport à l’encolure). Cette particularité morphologique de la surface calcaire a été volontairement exploitée par l’auteur solutréen, qui inscrivit, sur cette face délimitée naturellement, l’œil globuleux ovale à grand axe horizontal de son animal.

540Les reliefs ostéomusculaires de la ligne fronto-nasale sont imprécis en raison du découpage irrégulier de la surface calcaire par le détachement de l’éclat. C’est ainsi que le mufle n’est pas délinéé et que le front et le chanfrein sont confondus.

541La corne droite a fait l’objet d’un traitement graphique très soigné et dénote la parfaite connaissance de l’anatomie du modèle. Elle se détache en relief sur le chignon, dont le volume traduit l’épaisseur conséquente de la masse villeuse. La longueur importante de cet appendice en croissant creux vers l’avant est due au déploiement de ses trois segments anatomiques dans un même plan. Par cet effet visuel, le sculpteur réussit à exprimer toute la longueur et l’épaisseur de la corne, à défaut de pouvoir ou savoir en traduire la perspective. De la base d’implantation latéro-frontale, le premier segment se développe horizontalement. Chez Bison bonasus, cette portion de l’encornure correspond au segment horizontal (en vue de face) qui se dirige vers l’extérieur, imposé par la direction de la cheville osseuse (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1981 : 103 ; Paillet 1993 : 100). Le deuxième segment qui fait suite est exécuté à l’inverse du précédent. De même longueur mais courbe, il s’élève obliquement vers l’arrière, indiquant la flexion imposée par la cheville osseuse dont la direction change. Infléchissant ensuite les deux tracés vers l’avant, l’auteur solutréen a réalisé une courbe très pure et en parfaite continuité. Convergents, ils forment le troisième segment qui constitue la pointe de la corne. « Au-delà de la cheville osseuse, vers la pointe, l’étui corné qui n’est plus guidé affecte très généralement une troisième inflexion que l’on ne perçoit pas en vue faciale, mais qui est remarquable sur la vue de profil » (Paillet 1993 : 100).

542Afin de satisfaire la perspective, le sculpteur a introduit une vision de trois quarts de la corne gauche ; la tête étant en profil absolu, cet organe n’était normalement pas perceptible. Placé symétriquement à la première corne, il est décalé vers l’avant, sa base d’implantation étant située sur le front. Il ne présente pas la même précision d’exécution que son homologue droit et dénote une plus grande difficulté de réalisation, probablement imputable à la qualité de la surface calcaire à cet endroit. Le second segment est seul figuré et n’offre pas la courbure régulière observée sur le précédent. L’artiste a toutefois orienté cet élément obliquement vers l’avant, reproduisant ainsi le changement de direction imposé par la cheville osseuse. Les oreilles font ici défaut.

543La mise en forme de la barbe et du pelage de l’avant-train, caractères univoques du Bison, a requis un travail extrêmement méticuleux de la part de l’exécutant.

544La réalisation de ces masses villeuses, d’une véracité anatomique remarquable, est conduite à une sorte de perfection esthétique, appuyée sur une volonté délibérée de mettre en valeur les données anatomiques les plus fines.

545L’ornement de longs poils hirsutes, qui se développe depuis le menton et jusqu’à la hauteur des pectoraux, constitue une toison très dense chez l’animal vivant, et contribue éminemment à accentuer l’impression de puissance et de massivité de l’avant-train (fig. 144e).

546La barbe est triangulaire et sensiblement projetée vers l’avant (fig. 144d). Elle s’enchaîne harmonieusement à la masse villeuse pectorale, l’auteur solutréen ayant reproduit l’ondulation naturelle de cette lourde draperie de jarres, qui pend devant le membre antérieur droit, jusqu’à presque toucher la ligne de sol imaginaire. Les poils ont été matérialisés par des incisions à section angulaire, rectilignes et parallèles, orientées obliquement vers l’avant. Cette orientation tend à renforcer la dynamique de l’animal et la dysharmonie antéro-postérieure.

547Ces détails internes exigent une lumière rasante latérale droite pour être saisis dans leur ensemble. Leur irrégularité est due aux micro-aspérités de la roche, très peu apte à supporter des incisions fines ou aiguës, et leur longueur est comprise entre 1 et 2,3 cm. Afin de souligner la démarcation entre cette toison et les masses musculaires de l’encolure et du poitrail, le sculpteur a sensiblement abaissé le contour interne de cette région pileuse. Seul un éclairage rasant latéral gauche permet de mettre en valeur ce travail de la surface, et modeler ces deux régions anatomiques. Les conventions graphiques appliquées à l’élaboration de ces deux zones pileuses, exprimées avec un minimum de tracés, sont communes au bison Bi. 2 et au bison de la plaquette « du Bison et de l’Ours » (cf. § 3.4.4.1).

548Par nombre de ces aspects, ce bison est surprenant et tranche morphologiquement et stylistiquement avec les deux autres figurations de bisons en pied de la frise (Bi. 1-Sa 1 et Ov. 1- Bi. 3). À l’inverse de ces animaux, cette silhouette ne possède aucun caractère composite. Il s’agit là d’un bison à part entière, comme l’était sans doute le bison Bi. 2. Le souci du détail s’est porté principalement sur les caractères sexuels primaires et secondaires mâles, qui demeurent discrets en raison de l’importance accordée à la puissance de l’avant-train.

Technique

549Cette silhouette est traitée en demi-relief, et contrairement au bison-sanglier et à l’ovibos-bison des fragments ABC et F, elle n’intègre pas de particularités morphologiques de la surface calcaire destinées à la mise en relief des masses musculaires, à l’exception du dessin de la queue, qui utilise un dièdre de la paroi.

550Le contour de l’animal est cerné par un tracé recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire. Ce travail fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). La profondeur de ce tracé est très variable suivant l’importance accordée à telle partie anatomique ou à telle autre par l’exécutant. C’est ainsi que le tracé de contour du rachis thoraco-lombaire et de la ligne ventrale est plus profond et dégage nettement la dysharmonie antéro-postérieure : rachis thoraco-lombaire 0,4 à 0,9 cm ; segment lombaire 0,4 à 0,6 cm ; queue 0,2 à 1 cm ; fesse 0,5 à 0,7 cm ; membre postérieur droit 0,4 à 0,5 cm ; membre postérieur gauche 0,6 à 0,8 cm ; pli du grasset 0,4 à 0,6 cm ; scrotum 0,2 à 0,3 cm ; ligne ventrale 0,4 à 1,4 cm ; membre antérieur droit 0,4 à 1,2 cm ; masse villeuse pectorale 0,8 à 1,4 cm ; barbe 0,2 à 1,4 cm ; ligne fronto-nasale 0,6 à 1,2 cm ; corne gauche 0,4 à 1 cm ; corne droite 0,2 à 0,4 cm ; œil 0,2 cm.

551La surface exopérigraphique du profil thoraco-lombaire a été fortement abaissée obliquement par un piquetage moyen, ce qui confère au second plan une véritable profondeur, lequel met nettement en valeur l’hypertrophie musculaire des quartiers antérieurs du bison. Chez l’animal vivant, cette musculature, représentée par le muscle brachiocéphalique, les trapèzes cervicaux et thoraciques, est soutenue par les longs processus épineux de la septième et dernière vertèbre cervicale et des six ou sept premières vertèbres dorsales (Poplin 1979 : 234, 235 ; Paillet 1993 : 103). Ainsi que le souligne F. Poplin, ce décrochement se manifeste comme un caractère ostéologique de Bison bonasus, tout au moins des mâles (1979 : 231). La zone de dégagement des autres parties corporelles est beaucoup moins prononcée et n’a pas contribué à abaisser le fond, mais simplement à mettre en relief le contour de ces régions anatomiques. L’ensemble de cette surface a fait l’objet d’une régularisation par un raclage soigné, lequel a estompé en partie les impacts du piquetage. La largeur de cette zone oscille entre 0,4 et 5 cm : rachis thoraco-lombaire 2,6 à 5 cm ; segment lombaire 0,9 à 2,2 cm ; queue 0,6 à 1,4 cm ; fesse 1 à 1,4 cm ; membre postérieur droit (cassure) ; membre postérieur gauche 0,8 à 1 cm ; ligne ventrale 0,4 à 2 cm ; membre antérieur droit 1 à 2,8 cm ; masse villeuse pectorale 1,6 à 2,8 cm ; barbe (cassure) ; ligne fronto-nasale (0,8 à 2,2 cm) ; corne gauche (1,8 à 2 cm) ; corne droite (0,3 à 0,6 cm).

552Un puissant raclage, pratiqué sur l’ensemble du corps, a contribué à la mise en forme des reliefs ostéomusculaires et à estomper les aspérités de la surface, à l’exception de l’encolure et du garrot, où l’auteur solutréen a volontairement conservé la nature originelle du calcaire, afin de traduire l’aspect laineux et ondulé de cette toison. Les variations de la lumière incidente dans cette région anatomique donnent ainsi l’illusion d’une véritable crinière frisée, telle qu’elle est observable chez l’animal vivant.

553Le procédé du relief différentiel a été appliqué à la mise en perspective des membres postérieurs. En diminuant sensiblement l’épaisseur du membre postérieur gauche, le sculpteur le fit apparaître en retrait par rapport à l’autre membre, créant ainsi un effet de profondeur, qui est renforcé par le dessin du scrotum logé entre les deux membres. La même technique a été employée pour les masses villeuses de l’avant-train, ce qui permet de les différencier des masses ostéomusculaires de l’encolure.

554Si les interventions précédentes ont été effectuées au moyen d’outils puissants (percuteurs de silex aménagés en pics), certains détails, comme les cornes, l’œil et les poils de la toison pectorale, de la barbe et de la queue, ont vraisemblablement été exécutés par des outils minces et tranchants (éclat de silex ou burin). Le bord latéral gauche de la corne droite est obtenu par un tracé à section recticurviligne asymétrique, tandis que le bord latéral droit est à section recticurviligne à un bord modelé, tout comme les contours de la corne gauche. Une incision à section angulaire asymétrique cerne l’œil. Enfin, les poils du pelage de l’avant-train sont matérialisés par une large incision angulaire, qui se poursuit à plusieurs reprises sur la lèvre interne du tracé de contour du pelage. Le même type de tracé a été appliqué à la gravure des poils du toupillon de la queue et au contour du scrotum.

no 35 Tracé indéterminé (Ind. 14)
fig. 142

555Un tracé de forme approximativement ovale est situé 5 cm environ au-dessus du segment lombaire de l’animal. Ce vestige, obtenu par un trait recticurviligne à un bord abaissé (prof. 0,2 à 0,5 cm), n’a pas été affecté par le détachement d’éclats dans cette zone. Aucune autre forme de ce type n’existe dans l’ensemble du dispositif pariétal.

5.12 Fragment R
fig. 145-147

556No inv. MAN : 80210.

557Dim. max. après démantèlement (en cm) : long. : 91 ; larg. : 50 (gauche), 49 (centre), 61 (droite) ; ép. : 12.

558Origine stratigraphique : talus sous-jacent à la grotte du Roc (cf. § 3.3.1). Contexte archéologique : cette partie du dispositif pariétal était encore solidaire du banc rocheux lors des fouilles pratiquées en 1951 par R. Lantier et G. Henri-Martin à l’aplomb de la grotte du Roc. Les derniers travaux de terrassement, menés dans cette zone en 1931 par le Dr Henri-Martin, n’avaient pas atteint la falaise et l’extrémité ouest de la frise sculptée, qui restèrent ensevelies par le dépôt anthropique sur une longueur de 1,35 m et une épaisseur de 1 m. L’accumulation du dépôt anthropique dans cette zone atteste de la poursuite de l’occupation dans cette partie du site, qui ne subit que modérément le recul du front rocheux (cf. § 3.3.5, tabl. IV à VI ; Tymula 1998 : 154, 163, fig. 7). Peu de documents concernant ces travaux ont pu être retrouvés et cela explique l’absence de données stratigraphiques précises en liaison avec cette partie du dispositif pariétal, qui fut démantelée à la fin de la campagne de fouilles, et dirigée vers le MAN.

559Attribution chronologique : les ossements brûlés, prélevés dans le dépôt anthropique par G. Henri-Martin au cours de la reprise des fouilles de cette partie du site d’habitat, ont fait l’objet d’une datation au radiocarbone par le laboratoire des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette, en 1975 (Delibrias, Evin 1980 : 217 ; Delibrias, Guillier 1988 : 68). La date 14C, obtenue à partir de 900 g de matière osseuse brûlée a donné : 19230 ± 300 BP (Gif-3609). Elle témoigne ainsi d’une occupation solutréenne postérieure à la réalisation de l’extrémité est de la frise sculptée (cf. § 3.5). Les sculptures sont indéniablement plus anciennes que cette occupation et peuvent vraisemblablement être attribuées au Solutréen. Date de la découverte : 4 au 15 juin 1951.

560Emplacement dans le dispositif pariétal : ensemble 2, panneau 2b (cf. §7.3).

561Réf. bibl. : Lantier 1952a : 302-307, 2 fig. ; 1952b : 321-335, 13 fig.

562Les discontinuités lithologiques préexistantes (joints sub-horizontaux) contribuèrent à la géométrie de cette partie du dispositif pariétal sans pour autant provoquer l’effondrement de la paroi. C’est ainsi que le registre supérieur du fragment R a été délimité naturellement par un plan de fracture transversal. À la suite des fouilles de 1951, le démantèlement volontaire et l’équarrissage de cette zone sculptée ont modifié les dimensions et la configuration de ce volume. La fracturation la plus importante concerne le registre inférieur de la paroi, lequel, à la suite d’une action de levage, a été morcelé, à tel point sans doute que le raccordement des fragments n’a pu être pratiqué. La disparition de la partie antérieure de la zone figurative est la conséquence des travaux entrepris pour l’aménagement de « l’abri-sous-blocs » et de la sépulture (cf. chap. 2). À l’aide des quelques clichés pris avant ce détachement et d’un croquis esquissé par G. Henri-Martin (Arch. G.H.-M.), il est possible de reconstituer aujourd’hui le développement de la frise à cet endroit de l’habitat. La paroi verticale sur laquelle se distribuaient les figurations sculptées de ce premier fragment était perpendiculaire à la plate-forme de l’abri-sous-roche (Tymula 1998 : 162, fig. 18, 19). Le deuxième ensemble (fragment S) lui faisait suite sur une portion du fond de l’abri. Les sculptures étaient en somme « isolées » de la plus grande partie du dispositif pariétal, réunies dans une sorte de conque naturelle.

FIG. 145
Fragment R.

FIG. 146
Fragment R. Levé de coupe.

FIG. 147
Fragment R. Relevé analytique.

no 36 Bouquetin (Bo. 5)
fig. 148

563• Long. du corps, du garrot au sommet de la croupe (LC) : 27 cm ; long, du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 52,5 cm ; ép. du corps (EC) : 23 cm ; long, de la tête (LT) : 12,3 cm ; ép. de la tête (ET) : 8,7 cm ; long, de la corne gauche : 13 cm ; larg. de la corne gauche : 3,7 cm – 4,3 cm ; long, de la corne droite 15,5 cm ; larg. de la corne droite : 4,5 cm – 4,9 cm ; long, de l’oreille droite : 5.9 cm ; larg. de l’oreille droite : 1,7 cm – 4,6 cm ; long, de l’œil droit : 5,4 cm ; larg. de l’œil droit : 2,5 cm.

564• Long. du membre antérieur droit : 12 cm ; larg. du membre antérieur droit : 1,7 cm – 6,7 cm ; long, du membre antérieur gauche : 12,9 cm ; larg. du membre antérieur gauche : 2 cm – 6,5 cm.

565• Long. du membre postérieur droit : 18,5 cm (cassure) ; larg. du membre postérieur droit : 1,2 cm – 5,8 cm ; long, du membre postérieur gauche : 11,6 cm (cassure) ; larg. du membre postérieur gauche : 5,7 cm – 10,6 cm.

566• Long. de la queue : 14,8 cm ; larg. de la queue : 4,7 cm – 5 cm.

567Cet animal en profil droit était dirigé à l’origine vers la vallée du Roc. Il est incomplet en raison des plans de fractures qui se produisirent au cours du démantèlement de la paroi calcaire et de la destruction anthropique du registre inférieur de la zone figurative. C’est ainsi que les extrémités des membres postérieurs font défaut et que de nombreux éclats de matière affectent l’extrémité des cornes. Néanmoins, les proportions générales de ce bouquetin et les conventions graphiques de représentation de sa silhouette sont très proches de celles des bouquetins affrontés Bo. 2, Bo. 3 et permettent d’envisager l’hypothèse d’une construction graphique homogène, intégrant les figures du fragment O et celles des deux ensembles de l’extrémité ouest de la frise. Ce rapprochement est en partie confirmé par l’emplacement du fragment O au pied du talus sous-jacent à la grotte du Roc, à l’aplomb des sculptures solidaires du banc rocheux. Antérieurement au recul du front rocheux, ce pan de paroi sculpté devait vraisemblablement se trouver en avant de la zone figurative au bouquetin Bo. 5, et l’on peut imaginer alors l’existence d’une file de bouquetins semblable à celle de l’Abri Bourdois, à Angles-sur-l’Anglin (Pinçon, lakovleva 1997 : 31-33, fig. 6b, 125- 129). Le thème du bouquetin mâle en période de rut est un autre élément intervenant dans cette tentative de reconstitution du dispositif pariétal : la figuration de ces trois mâles, dont l’excitation sexuelle est indéniable, tend à renforcer l’idée de la représentation d’une harde au cours des préliminaires du rut. Ainsi que le souligne M.A.J. Couturier, les premiers signes annonciateurs du rut apparaissent dès la fin octobre, le plus souvent au début novembre. « Ce sont d’abord les déplacements des mâles et la dislocation progressive de leurs hardes. Soit en solitaire, soit en petits groupes, les boucs dans leur beau manteau hivernal font de grands parcours en quête de chevrées. On peut ainsi rencontrer en file indienne trois ou quatre sujets, adultes plutôt jeunes, ne mangeant presque plus et se taquinant tout en avançant. Vers la mi-novembre, plus ou moins importantes, les hardes mixtes de rut sont constituées » (Couturier 1962 : 1025, 1026).

568L’emplacement de cet animal sur un dièdre de la paroi correspond à des données graphiques et scéniques pensées et voulues par l’auteur solutréen.

569Un cadrage maximal a été recherché afin d’exploiter au mieux les contours suggestifs de la roche : la masse de l’avant-train est figurée sur le pan est du dièdre, tandis que le reste du corps est sculpté sur l’autre pan (ouest). La convexité du dièdre crée ainsi un angle arrondi qui confère au garrot et à l’épaule droite un volume supérieur aux autres régions anatomiques. En vue de profil, le corps est masqué par le dièdre et tout se passe comme si le bouquetin était situé sur un escarpement rocheux et surgissait de cette muraille abrupte.

570Les particularités morphologiques de la surface calcaire n’ont pas été amoindries en arrière et au-dessus du rachis de l’animal, ce qui renforce l’idée d’une volonté de représentation du modelé du relief dans lequel évolue avec maîtrise le bouquetin des Alpes. M.A.J. Couturier rappelle que l’ardeur déployée par les mâles en rut, soit dans un but de compétition à l’égard d’autres mâles, soit dans la recherche ou la poursuite des femelles, est parfois la cause de chute ou de mort ; en effet, ils s’aventurent dans des passages scabreux, rendus périlleux encore par la neige, le verglas ou le sol gelé (Couturier 1962 : 1037). Les variations de la lumière incidente, comme celles de la lumière artificielle, ont sans doute constitué des paramètres incontournables dans la mise en place graphique de cette silhouette. À l’instar du bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1 et de l’ovibos-bison Ov. 1 -Bi. 3, cette intégration manifeste du support atteste une fois de plus que le choix du support et le choix figuratif sont parfaitement corrélatifs, et témoigne de l’importance de la force animale dans la symbolique solutréenne.

571Les masses musculaires de l’avant-train répondent à des conventions graphiques spécifiques aux figurations de bouquetins de la frise. Admirablement traduites par le sculpteur, elles paraissent au maximum de leur contraction et confèrent à cette figure majeure une puissance qu’il convient sans doute de rapporter à un animal dominant. Le poitrail est vu de trois quarts et les reliefs ostéomusculaires sont d’un volume exagéré, ce qui tend à alourdir cette région anatomique : la pointe des épaules est fortement convexe et arrondie, bien que le détachement d’un éclat rompe la continuité de la pointe de l’épaule droite ; le muscle sterno-cléido-mastoïdien, inséré entre les deux tubérosités humérales, est matérialisé par une courbe en prolongement exact avec le segment thoracique. Les deux régions anatomiques sont séparées par le membre antérieur droit, ce qui confère une certaine profondeur à l’avant-main. Le poitrail est ainsi composé de trois arcs de cercles parallèles, que le sculpteur a mis en relief par le creusement d’une large bande rectiligne transversale située au-dessus des épaules. Cette démarcation entre encolure et poitrail ne trouve pas de correspondance anatomique chez l’animal vivant et peut être considérée ici comme un artifice technique destiné à la mise en valeur du poitrail (fig. 148a).

FIG. 148
Fragment R. Bouquetin Bo. 5. Détails a des membres antérieurs et du poitrail, b de l’encolure, c de la tête, d de l’appendice caudal, e des membres postérieurs.

572Les membres antérieurs, courts et trapus, participent de cette massivité de l’avant-main. Leur position révèle un animal en mouvement : le membre antérieur gauche est en extension avant décalée, ce qui a entraîné l’augmentation du volume de l’épaule à son attache avec celui-ci, tandis que son homologue droit est en suspension arrière pointée, ce qui a eu pour effet d’augmenter la largeur du poitrail et de dégager entièrement le membre antérieur gauche. Ce mouvement des membres est repris par les postérieurs, et transcrit une attitude de pas, qu’il convient de rapporter à la convention graphique d’animation des membres des figures animales de la composition. Cette animation est qualifiée de coordonnée latérale, car les membres se déplacent par bipèdes d’un même côté (Leroi-Gourhan 1992 : 270, 271).

573Le membre antérieur gauche est complet mais son épaisseur est amoindrie par le détachement d’un éclat, depuis l’extrémité jusqu’à l’avant-bras. Cette altération ne permet pas l’identification des muscles contractés mis en relief. Toutefois, un éclairage rasant a permis d’observer le départ d’un tracé rectiligne au-dessous de la pointe de l’épaule, qui semble matérialiser les extenseurs radio-ulnaires. Cette traduction des volumes musculaires répond à une convention graphique observée pour le renne Re. 2 et les bouquetins Bo. 2 et Bo. 3. Le coude est vivement modelé comme pour accuser davantage l’extension du membre, et toute la masse antérieure de l’animal semble reposer sur cette articulation. La position redressée de l’avant-bras tend à modérer la convexité du genou. Le sabot ou onglon est en vue de profil et sa forme est spécifique du genre : la face externe de l’onglon, ou muraille, est presque verticale, et la face inférieure, ou sole, est sensiblement concave. L’extrémité antérieure, ou pince, est pointue et l’extrémité postérieure, ou talon, est large et convexe.

574Le membre antérieur droit a souffert du détachement de plusieurs éclats, mais supporte toutefois l’examen morphologique. Le sculpteur a opéré un raccourcissement de l’avant-bras afin de donner l’illusion d’un membre en mouvement. À l’inverse du membre antérieur gauche, la saillie du coude est moins prononcée et la tubérosité du genou est précisément accusée en fonction de l’orientation de l’avant-bras. Ce détail dénote un sens aigu de l’observation et des qualités techniques incontestables. Le sabot offre moins de détails que le précédent : l’extrémité antérieure est orientée en direction du « sol » sur lequel évolue l’animal, l’extrémité postérieure est large et bien individualisée, et la face inférieure est rectiligne et verticale.

575L’encolure est d’un volume supérieur à la moyenne et cette hypertrophie révèle la dysharmonie antéro-postérieure déjà mise en valeur par l’intégration des particularités morphologiques de la paroi (fig. 148b). Portée à la verticale, elle est un signe évident d’excitation et accuse la puissance musculaire de l’animal. Vers la fin octobre, M.A.J. Couturier souligne que certains mâles recherchent et suivent déjà les étagnes. Quelques-uns d’entre eux tendent le cou et avancent la tête, narines dilatées, pour capter tout effluve ; à ces signes évidents d’excitation peuvent s’ajouter des escarmouches sans conséquence (Couturier 1962 : 1 026). Au-dessus du deltoïde contracté, la gouttière jugulaire, parallèle au trait de contour de l’encolure inférieure, est mise en relief par le creusement de deux larges et longues cupules parallèles, obtenues par un raclage prononcé.

576Trois longs tracés sinueux se juxtaposent transversalement sur plus de la moitié de l’encolure. Le premier mesure 26 cm de long et cerne l’encolure depuis le départ du segment thoracique, jusqu’à l’extrémité supérieure de la gouttière jugulaire. Il est interrompu par un large éclat de matière qui affecte le rachis à la hauteur du garrot. Le second tracé est plus court (long. moy. : 16,3 cm) et reproduit parfaitement la sinuosité du précédent. Le troisième (long. moy. : 15 cm) emprunte une partie du second tracé en dessinant la même convexité. Cet ensemble peut sans doute être rapporté à la livrée crépue, rude et grossière qu’on observe assez souvent au début de l’hiver et qui se voit plus fréquemment chez les grands mâles. M. A.J. Couturier rappelle qu’en fin d’année, le Bouquetin a acquis la fourrure longue, à demi brillante, un peu ondulée, qu’il va porter tout l’hiver. C’est au niveau du garrot et de la partie supérieure du cou qu’elle atteint la plus grande longueur. Les animaux, les mâles surtout, prennent une silhouette plus massive et plus alourdie. Au niveau du poitrail, principalement dans la région sternale, ainsi que sur la face postérieure des membres correspondant aux métapodes, surtout aux métatarsiens, l’implantation des jarres est très serrée. Ce pelage plus rude protège l’animal du froid et des frottements, car ce sont ces parties du corps qui portent sur le sol quand l’animal est couché. La graisse elle-même, sous-jacente à ces poils, est d’une texture différente, très dense (Couturier 1962 : 100, 114). La couleur de ce pelage est d’un brun sombre. Toutefois, la base du cou en avant est beaucoup plus foncée, alors qu’en arrière, elle offre une plage d’un gris beige jaunâtre qui déborde en dégradé sur le garrot (ibid. : 115). Cet ornement de longs poils hirsutes a requis un travail extrêmement méticuleux de la part de l’exécutant, qui réussit à reproduire l’ondulation naturelle de cette lourde draperie de jarres et peut-être ce dégradé de couleurs. Les conventions graphiques appliquées à l’élaboration de ces masses villeuses, exprimées avec un minimum de tracés savamment distribués, sont vraisemblablement à rapprocher des conventions de représentation du pelage du bison Bi. 2, de l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3, du bison Bi. 4, du renne Re. 2 et du bison de la plaquette « du Bison et de l’Ours ». Elles contribuent éminemment à accentuer l’impression de puissance et de massivité de l’avant-main tout en renforçant la dynamique de l’animal. Un long tracé courbe indéterminé (long. moy. : 24 cm), qui se développe parallèlement au trait de contour du garrot, depuis l’extrémité supérieure de l’œil jusqu’au premier tracé transversal du pelage de l’encolure, se superpose à cette combinaison de tracés sans qu’il soit possible de conclure à une association entre ces différents vestiges.

577La tête, penchée sur le poitrail, est excessivement rentrée dans le tronc par rapport à la longueur de l’individu et tout aussi fortement par rapport à la hauteur au garrot. Le contour triangulaire de cet appendice est bien spécifique d’un capriné et répond à des conventions graphiques propres aux figurations de bouquetins de la frise. Cependant, la ligne fronto-nasale ne présente pas l’ondulation caractéristique du profil caprin. Le chanfrein s’enchaîne au museau sans indication de la concavité naso-frontale. Le front et la saillie orbitaire, confondus et accusés, forment le socle de l’encornure puissante.

578Une petite barbiche pointue d’une longueur de 2 cm se détache du menton. Cet attribut réservé aux mâles conforte l’attribution sexuelle du sujet. M.A.J. Couturier précise que chez l’animal vivant, cet ornement occupe toute la largeur du menton. Chez les vieux mâles, elle remonte sur la région mandibulaire, dépasse la commissure labiale et se termine à la hauteur et en arrière des fosses nasales, formant ainsi un véritable arc de cercle. Habituellement, c’est une petite touffe de poils serrés, rêches et courts, parfois un peu plus foncés que les jarres du voisinage. Inexistante au cours de la première année, la barbe apparaît au cours de la deuxième année pour se préciser par la suite et atteindre sa longueur définitive chez l’adulte. Ses dimensions varient suivant l’âge, dans une certaine mesure, suivant l’époque de l’année et surtout suivant les individus. Elle est en effet moins apparente en été qu’en hiver (Couturier 1962 : 101).

579L’œil est sans aucun doute le caractère qui confère son originalité à la tête (fig. 148c). À grand axe horizontal et non pupillé, il présente un diamètre supérieur à la moyenne et apparaît ainsi démesuré par rapport à la taille de la tête. Disposé parallèlement à la ligne de contour de la ganache, il occupe plus de la moitié de la face. Obtenu en taille de réserve, avec une zone de dégagement d’une largeur conséquente, il est ainsi très proéminent et confère à l’animal une attitude menaçante.

580L’oreille droite est seule figurée (fig. 148c). Elle est solidement érigée en arrière de la corne droite et représentée en vue frontale, le pavillon ouvert vers l’observateur. De forme ovale et pointue à son extrémité, sa longueur est sensiblement supérieure à la moyenne.

581Les cornes ne présentent pas la longueur et la courbure observée chez les bouquetins Bo. 2 et Bo. 3. Interrompues par le plan de fracture du registre supérieur de la zone figurative, elles ne devaient pourtant pas être beaucoup plus longues à l’origine, en regard de la courbure peu prononcée du deuxième segment. Elles sont toutefois caractéristiques de l’espèce Capra ibex (Alpes), et peuvent être rapportées à un mâle en raison de leur volume conséquent.

582La corne droite se développe au-dessus de l’œil, sans indication de la convexité de la bosse constitutive de l’os frontal. Les deux premiers segments ont été conservés : le segment basal est assez bref et fortement incliné vers l’arrière, l’auteur solutréen ayant toutefois ménagé un espace pour circonscrire l’oreille de l’animal. Le segment moyen s’infléchit franchement vers l’arrière aux deux tiers de la longueur, jusqu’à devenir presque horizontal, et garde une largeur importante. Dans la partie antérieure de la corne font saillie des excroissances ou nodosités plus ou moins serrées, orientées transversalement par rapport à l’axe de la corne. Elles sont de forme variable, comme chez l’animal vivant, et franchement incisées, alors que le façonnage de ces détails est moins prononcé au-delà du premier segment. La réalisation de ces protubérances, conduite à une sorte de perfection esthétique appuyée sur une volonté délibérée de mettre en valeur les données anatomiques les plus fines, a requis un travail extrêmement méticuleux de la part de l’exécutant. M.A.J. Couturier souligne que le nombre total des nodosités est théoriquement proportionné à la longueur de la corne, donc en principe à l’âge de l’animal, mais il est erroné de croire qu’à chaque saillie correspond une année. À partir de la troisième jusqu’à la quinzième année, on compte normalement deux nodosités par segment annuel. Cette règle est loin d’être absolue et l’on peut observer trois et même quatre nœuds par segment (Couturier 1962 : 354-358).

583Afin de satisfaire la perspective, le sculpteur a introduit une vision de trois quarts de la seconde corne : la tête étant en profil absolu, cet appendice n’était normalement pas perceptible. De même largeur que le précédent, cet élément s’emboîte parfaitement au frontal, au point le plus élevé du crâne, mais sans indication de la convexité de la bosse constitutive de l’os frontal, ce qui donne l’impression qu’il est situé en retrait par rapport à son homologue droit. Comme pour la corne précédente, le troisième segment a été emporté par le plan de fracture supérieur de la zone figurative : le segment basal, assez bref, est vertical. Le segment moyen s’infléchit à peine vers l’arrière aux deux tiers de la longueur et présente une largeur plus importante. Contraint de rétrécir la base d’implantation du premier segment en raison de l’espace restreint disponible sur le frontal, le sculpteur a rétabli ensuite la largeur de ce second segment. Dans la partie antérieure de la corne, le piquetage moyen pratiqué lors de l’ébauche de cet élément anatomique a volontairement été conservé afin de traduire les nodosités plus ou moins serrées qui constituent le caractère ornemental notoire de l’encornure du bouquetin des Alpes.

584Au niveau du garrot, la rupture de pente que l’on observe entre le segment cervical et le segment thoracique correspond à la convexité du dièdre de la paroi sur lequel se développe de part en part la silhouette de ce bouquetin. Le fort redressement du segment cervical a entraîné l’inclinaison du rachis thoraco-lombaire ; l’animal semble ainsi prendre un appui important sur son arrière-train, prêt à bondir. Il est intéressant de souligner que la démarche de l’auteur solutréen révèle ici ses qualités exceptionnelles de sculpteur et une très grande maîtrise des volumes et de la perspective : la disproportion de l’avant-main est le résultat d’une anamorphose réalisée pour que la figure puisse être vue sans distorsion. La présentation de l’animal en vue de face dans les vitrines du MAN ne correspond pas à sa position sur la paroi antérieurement au démantèlement de la zone sculptée. De la configuration de la falaise à cet endroit de l’habitat, il est possible de déduire que les Solutréens avaient principalement un axe de vision de trois quarts de la figure et un autre de profil. Afin de donner à son animal des proportions correctes, le sculpteur n’a pas hésité à pratiquer une déformation de l’image en fonction de l’angle sous lequel elle allait être analysée.

585Ce procédé technique de dilatation volontaire des proportions est bien connu à Lascaux (Montignac, Dordogne), et l’exemple le plus caractéristique est exprimé par le dessin de la vache « à la collerette » du diverticule axial (Aujoulat 1990 : 18-20 ; 1993a : 285-287, fig. 208). L’anamorphose de ce bouquetin sculpté témoigne que, dans l’art pariétal, cet artifice a été non seulement employé pour la traduction de la troisième dimension sur un support plan, par le biais de la peinture et de la gravure, mais que cette contrainte n’a pas totalement échappé à la sculpture, même si dans ce cas, les trois dimensions sont traitées de manière simultanée et identique.

586La croupe est sensiblement convexe et le rein est anormalement court et rectiligne en raison du redressement et de l’importance du segment cervical. L’appendice caudal a fait l’objet d’un soin particulier et dénote une précision de l’observation du modèle (fig. 148d). De forme ogivale, il est érigé à la verticale, perpendiculairement au rachis, et représenté en vue frontale. Trois longues incisions parallèles longitudinales à section courbe matérialisent les poils de l’ensemble et du pinceau caudal. Ce remplissage interne a été précédé d’un raclage, qui a contribué à diminuer l’épaisseur de la surface calcaire à cet endroit et à donner une certaine profondeur à cet élément anatomique, dont les traits de contour forment deux bourrelets qui paraissent constitutifs du pelage. La position de cet appendice est un signe distinctif de l’excitation sexuelle de l’animal et il est possible de déduire que l’auteur solutréen a figuré un instantané d’un animal dans la position du combat. Cet attribut renforce la connotation statique-dynamique traduite par l’avant-main. Sous la base d’implantation de la queue, en bonne position anatomique, une forme ovale matérialise l’anus. Cet élément, dont le tracé de contour latéral droit est en continuité avec celui de l’appendice caudal, est mis en relief par réserve et représenté de trois quarts, le sculpteur ayant opéré une légère obliquité vers l’arrière afin de lui conférer une meilleure véracité anatomique. Comme l’œil de l’animal, les proportions de cette forme sont supérieures à la moyenne et révèlent l’intention d’une mise en valeur dépassant vraisemblablement le cadre purement naturaliste. Ce détail anatomique est très rarement figuré dans le bestiaire paléolithique ; trois exemples sont connus dans l’art pariétal : à l’Abri Bourdois (Angles-sur-l’Anglin, Vienne), l’étagne Bo. 4 dite la « Bouquetine » de la zone figurative 4 (Pinçon, lakovleva 1997 : 65, fig. 6b), arbore un anus sculpté en taille de réserve. Dans le « Sanctuaire » des Trois-Frères (Montesquieu-Avantès, Ariège), une figure composite, mi-humain mi-bison, dirige son regard vers son anus proéminent et sa vulve d’où semble sortir une forme étrange à contour linéaire simple, sorte de silhouette « fantomatique » (Bégouën, Breuil 1958 : 59, fig. 63 ; Vialou 1986a : 99, 144, fig. 93, nos 46, 47 ; Tymula 1991 : 217, 222, fig. 16, 17). La région ano-génitale est également bien détaillée sur le félin de la « Chapelle de la Lionne » et ces notations sexuelles révèlent des interactions complexes entre les cinq figures composites de la grotte (Bégouën, Breuil 1958 : 59, fig. 63 ; Vialou 1986a : 99, 109, 110, fig. 20 ; Tymula 1991 : 217, 222, fig. 16, 17). Deux exemples sont recensés dans l’art mobilier : au Mas-d’Azil (Ariège), l’arrière-train d’une jument est gravé sur un fragment de grosse diaphyse. Sous la queue de l’animal, on observe la représentation minutieuse de l’anus et de la vulve en vue de face (Baffier 1996 : 280, 281). Dans le même site, un bison, dont la tête a été fracturée, est entièrement sculpté dans une palme d’un bois de renne. Selon G. Tosello, des cassures lors de la fouille ont brisé les pattes et suggèrent que l’animal fût relié à un support plus long, la perche d’un bois de renne formant alors le fût d’un propulseur (Tosello 1996a : 264). Sous la queue, le sculpteur a indiqué l’orifice anal et la vulve. Le bouquetin du Roc de Sers fait ainsi figure d’exception parmi ces rares exemples de l’art pariétal et mobilier paléolithique, car il s’agit de l’unique représentation d’un mâle porteur de cet attribut. Il n’est pas improbable que le sculpteur solutréen, étant donné sa connaissance indéniable du modèle vivant, ait traduit, par cet anus hypertrophié, l’odeur particulière du mâle en rut. Cette odeur est très forte chez les grands sujets et peut être perçue par l’homme qui se trouve à proximité. M.A.J. Couturier pense que cette odeur sui generis habituelle, qui est exacerbée pendant la période des amours, paraît surtout localisée à la tête et autour de l’anus ; il est possible que certaines glandes périanales s’hypertrophient lors du rut (Couturier 1962 : 1027).

587Les membres postérieurs sont incomplets, brisés au-dessous du jarret (fig. 148e). Leur longueur est supérieure à celle des membres antérieurs et leur fléchissement renforce l’impression d’un animal aux aguets, prêt à s’élancer. Les masses musculaires des jambes sont admirablement traduites et leur volume intensifié par les effets de la lumière changeante. Il ressort une telle précision anatomique, révélant une nouvelle fois l’excellente connaissance de la morphologie du modèle, qu’il est possible d’identifier les muscles ayant fait l’objet d’une mise en volume : c’est ainsi que les péroniers antérieurs paraissent contractés, et vu la résistance qui se dégage de la silhouette, cette contraction peut être qualifiée d’« isométrique », ce qui correspond au maintien de l’équilibre, d’une posture, telle celle qui paraît avoir été retranscrite à travers cet animal. La pointe du jarret est particulièrement saillante et bien proportionnée. Le membre postérieur gauche est en position de sustentation, tandis que son homologue droit est en extension arrière pointée. Cette dissociation des membres a contribué à l’augmentation de la taille de l’enjambée et au dessin d’une aine profonde, lesquelles ont permis au sculpteur de figurer le scrotum, qui dépasse le niveau du grasset. Cet élément anatomique, de forme ovale, renseigne sur l’identité sexuelle de l’animal. Sa conformation est proche de celle du scrotum des bouquetins Bo. 1, Bo. 2 et du bison Bi. 4.

588La ligne ventrale, rectiligne et sensiblement ascendante vers l’arrière, confère à l’ensemble thoracique et abdominal une forme tronconique qui accuse la massivité de l’animal, laissant apparaître les membres plus courts et trapus que la moyenne. Cette épaisseur est suscitée en partie par le redressement de l’encolure, lequel provoque l’augmentation de la largeur entre le segment cervical et le segment thoracique. Le pelage de séparation entre les flancs et la zone inférieure de la ligne ventrale est signalé par un tracé en forme d’arc rampant ascendant vers l’avant-main. Ce large tracé se développe depuis la pointe du coude du membre antérieur droit, jusqu’au départ du pli du grasset. Deux lignes jointives dessinent deux arcs successifs. Ces formes rappellent les deux arcs de cercle gravés sur la cuisse et le dos de l’animal. Le premier arc de cercle est double et très ample. Sa largeur moyenne est de 2 cm. La bordure externe suit en partie le trait de contour du segment thoracique et s’achève à quelques millimètres du premier tracé de pelage de l’encolure. La bordure interne offre la même courbure et rejoint la bordure externe à l’extrémité gauche, dessinant une sorte de cylindre, lequel est ouvert à l’autre extrémité. Le second arc se déploie depuis la pointe de la fesse jusqu’à la hauteur du pli du grasset et se poursuit au-delà, comme si le tracé dessinait le départ d’un nouvel arc. Ces formes particulières non jointives évoquent peut-être la livrée moins foncée et très caractéristique de décembre, laquelle présente des variations aussi nombreuses que celles de la livrée estivale. Moins claire que la tenue habituelle de septembre, cette livrée présente un mélange de gris, de fauve, de roussâtre et de marron. Mais ce qui frappe dans cette fourrure, précise M.A.J. Couturier, c’est la présence de zones ou de larges taches claires, d’un beige jaunâtre, sur les parties supérieures du corps. Elles peuvent se présenter de plusieurs manières. Parfois c’est tout le dessus du dos, depuis la base du cou jusqu’à la croupe, qui est couvert comme d’un manteau beige, avec du gris, du fauve et du roussâtre. D’autres fois, une seule plage pâle tache le dessus de la base du cou. Ou bien, à cette première plage cervicale s’ajoute, en arrière, une plage scapulaire plus étendue que la précédente, qui part du garrot, tombe sur les épaules et reste séparée de la première par une bande foncée gris fauve. Enfin, cette dernière zone claire peut aussi exister seule (Couturier 1962 : 115). À l’instar du pelage du cou, le sculpteur semble avoir traduit ici ces variations spécifiques de la vestiture hivernale du bouquetin.

589Outre la connotation statique-dynamique traduite par l’avant-main, les membres antérieurs et postérieurs, le pelage de l’encolure et la queue, le sculpteur a consacré un soin particulier à la mise en valeur de détails internes inédits, qui font de cette silhouette de bouquetin une figure exceptionnelle, d’un naturalisme que l’on pourrait qualifier d’exacerbé.

Technique

590Les procédés techniques appliqués à la sculpture de ce bouquetin mâle sont intimement liés à la mise en valeur de la force animale qui émane de ces volumes maîtrisés et à la traduction des attributs qui corroborent cette puissance et cette suprématie.

591Le contour de la silhouette est cerné par un tracé recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par une percussion lancée punctiforme. Ce travail fut suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage), qui a contribué à estomper les impacts de l’ébauche. S’agissant des encornures, le sculpteur a volontairement conservé ces cupules en série qui servent l’illusion des nodosités spécifiques de l’espèce. La profondeur de ce tracé de contour est variable suivant l’importance accordée à telle partie anatomique ou à telle autre par l’exécutant : ligne thoraco-lombaire 0,8 à 1,3 cm ; queue 0,5 à 3,5 cm ; fesse 1,7 à 1,9 cm ; jambe postérieure droite 0,8 à 1,3 cm ; jambe postérieure gauche 0,8 à 1,8 cm ; ligne ventrale 1,5 à 2 cm ; membre antérieur droit 1,5 à 4,5 cm ; membre antérieur gauche 1,6 à 3,9 cm ; poitrail 1,8 à 3 cm ; encolure inférieure 1,8 à 3,7 cm ; tête 1,2 à 3,3 cm ; corne gauche 0,6 à 2 cm ; corne droite 1 à 1,8 cm.

592La surface exopérigraphique a été fortement abaissée par un piquetage moyen en avant de l’animal et dans le registre inférieur, sous la ligne ventrale. Cet amoindrissement de la surface donne au second plan une véritable profondeur, et renforce l’impression que le bouquetin est engagé dans un passage périlleux, prenant appui sur une ligne de sol imaginaire. La zone de dégagement des autres parties corporelles a été abaissée obliquement suivant un angle de 120° avec le bord interne du tracé de contour, et n’a pas contribué à dégager le fond, mais simplement à mettre en relief le contour des figures. Les particularités morphologiques de la surface calcaire ainsi conservées semblent traduire l’environnement escarpé dans lequel évolue cet animal rupicole et rochassier par excellence. Ces zones de dégagement ont fait l’objet d’un travail très soigné de régularisation par raclage, lequel a conduit à l’abrasion presque totale des impacts de piquetage. La largeur de cette zone oscille entre 0,8 et 7,7 cm : ligne thoraco-lombaire 0,8 à 6,2 cm ; queue 2 à 2,9 cm ; fesse 5,2 cm ; jambe postérieure droite 1,2 à 2,6 cm ; jambe postérieure gauche 1,2 à 2,6 cm ; ligne ventrale 1 cm ; membre antérieur gauche 4,2 à 7,3 cm ; poitrail 6,9 cm ; encolure inférieure 6,4 à 6,9 cm ; tête 7,7 cm ; corne gauche 0,8 à 7,7 cm ; corne droite 1 à 3,4 cm.

593Un puissant raclage, pratiqué sur l’ensemble du corps de l’animal, a permis la mise en forme des reliefs ostéomusculaires et la correction des aspérités de la surface, laquelle demeure encore assez irrégulière, bien que le grain de la roche ait été uniformisé.

594Le procédé du relief différentiel a été appliqué à la mise en perspective des membres et du poitrail. En diminuant sensiblement l’épaisseur des parties anatomiques destinées à apparaître en second plan (les membres antérieur et postérieur gauches, le bras et l’épaule gauche), le sculpteur a créé un effet de profondeur d’une véracité surprenante.

595Les jeux de la lumière incidente sur ces masses corporelles juxtaposées renforcent l’attitude dynamique de l’animal, qui semble surgir de la pierre, comme le suggère d’emblée sa position sur la paroi.

596Les détails internes ont été obtenus par des tracés de nature diverse. L’oreille est traduite par un large tracé à section angulaire asymétrique et le pavillon est rendu par un trait à section angulaire. L’œil et le scrotum sont mis en relief par le procédé de la taille de réserve. S’agissant de l’œil, le piquetage ayant conduit à l’abaissement du pourtour de cet élément anatomique n’a pas fait l’objet d’un travail de régularisation par raclage, ce qui permet de constater la précision et la régularité avec laquelle le sculpteur a modelé et transformé progressivement cette face. Les impacts de piquetage allongés attestent d’un travail de percussion lancée punctiforme perpendiculaire en série linéaire serrée. Les poils de la queue et du pinceau caudal ont été délinéés par trois longues incisions parallèles longitudinales à section courbe. Ce remplissage interne a été précédé d’un raclage destiné à diminuer l’épaisseur de la surface calcaire à cet endroit, et à donner une certaine profondeur à cet élément anatomique, dont les traits de contour forment deux bourrelets qui paraissent constitutifs du pelage. Le pelage du corps a été traduit par un tracé recticurviligne asymétrique, suivi d’une régularisation par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). Les poils de l’encolure ont été obtenus par un tracé à section recticurviligne asymétrique, régularisé par une percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage) superficielle. Les variations de la lumière incidente révèlent les formes cupulaires à l’origine de ces tracés et cette nature tourmentée de la surface semble avoir été recherchée par le sculpteur. Le choix de ce parti graphique tend à animer la pierre par de multiples effets de contraste et à conférer à la masse villeuse une plus grande véracité.

no 37 Protomé de bouquetin inédit (Bo. 6)
fig. 149

597• Long. du protomé : 13,5 cm ; long, de la tête (LT) : 5,9 cm ; ép. de la tête (ET) : 3,3 cm ; long, de la corne : 10 cm ; larg. de la corne : 0,8 cm – 1 cm.

598Orienté à droite, ce protomé inédit fut découvert au cours du relevé graphique de la zone figurative. Situé en avant du poitrail et du membre antérieur gauche du bouquetin Bo. 5, il ne semble pas avoir subi d’altération majeure, à l’exception du trait de contour droit, qui a été interrompu par la fracturation du registre inférieur.

599D’après la configuration de cette silhouette, ce tracé ne devait pas être beaucoup plus long à l’origine. L’espace choisi par l’auteur solutréen n’a pas permis la réalisation d’une sculpture de plus grandes dimensions. La juxtaposition de cet animal de taille réduite à la figure majeure de cette partie du dispositif pariétal, renvoie au rapport existant entre l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3 du fragment F, représenté au tiers de la grandeur nature, et les autres animaux de taille inférieure, superposés ou juxtaposés à cet animal Ind. 8, Ch. 7, Ch. 8, Ch. 9. Cette disproportion, qui se rencontre également sur les fragments O et S invite à s’interroger sur l’existence d’une quatrième et dernière phase dans la construction du dispositif pariétal, ainsi que cette hypothèse est envisagée pour le fragment F. Cependant, seule la superposition de ces figures autoriserait à évoquer cette éventuelle quatrième phase de réalisation ; leur juxtaposition conduit inévitablement à une interprétation chronologique aléatoire. De plus, on ne peut exclure l’usage d’un procédé technique visant à créer un effet de profondeur entre les deux représentations animales.

600La gracilité de ce protomé permet d’envisager la figuration d’un jeune bouquetin. Les contours de la tête n’ont pas été totalement délinéés par l’exécutant, qui n’a pas achevé le trait de contour du vertex et dessiné l’encornure de l’animal. Néanmoins, sa forme triangulaire est bien spécifique d’un capriné. Le chanfrein est convexo-concave, sans indication de la saillie orbitaire. Le mufle est pointu et s’enchaîne par une ganache rectiligne, avec dessin de l’arcade mandibulaire.

FIG. 149
Fragment R. Bouquetin Bo. 6 (protomé).

601L’encolure est très allongée et sensiblement oblique vers l’avant. L’encolure inférieure est interrompue à son attache avec le poitrail, tandis que l’encolure supérieure s’achève à la hauteur du garrot. Aucun détail interne n’est figuré.

602La présence de ce chevreau aux côtés du bouquetin mâle suggère que la femelle est toute proche. En effet, ainsi que le souligne M.A.J. Couturier, ces jeunes cabris âgés de six ou sept mois dont la mère va être fécondée pour la deuxième année consécutive accompagnent partout cette dernière ; comme elle, ils continuent à brouter, indifférents ; ou bien, intéressés, ils regardent l’agitation anormale due au rut. Ils se réunissent parfois en petits groupes, tout en restant dans la harde ; ou bien l’un deux s’allie provisoirement à un jeune sujet d’1 an et demi ou de 2 ans et demi.

603Les grands mâles qui escortent la mère et qui sont sur le point de la couvrir ne manifestent jamais de mauvaise humeur à l’égard du cabri (Couturier 1962 : 1038). Une telle scène semble avoir été reproduite ici par le sculpteur solutréen. Les disproportions existant entre les figures renforcent incontestablement la suprématie du mâle adulte. Dans l’hypothèse d’une relation entre cette zone figurative et celle du fragment O, il est sans doute possible d’envisager une association entre ce cabri et la femelle Bo. 4. En rapport avec les deux bouquetins combattant, il est tentant d’imaginer que le bouquetin Bo. 5 est peut-être un nouvel arrivant, sensiblement de même taille, qui semble vouloir contester la primauté du bouquetin Bo. 2, le plus robuste. Ce comportement des mâles adultes est fréquent au moment du rut (ibid. : 1028, 1029) et si le rapprochement entre les deux fragments de la frise se confirme, il s’agirait là d’une étude de la vie sociale et de l’attitude des bouquetins au cours de cette période bien spécifique de l’année.

Technique

604Les procédés techniques appliqués à la sculpture de ce protomé sont identiques à ceux employés pour la mise en forme de la silhouette du bouquetin Bo. 5. Les contours sont cernés par un tracé à section recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par une percussion lancée punctiforme. Ce travail fut suivi d’une régularisation très soignée par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage), qui a contribué à estomper les impacts de l’ébauche. La profondeur de ce tracé oscille entre 0,5 et 1,5 cm : ligne fronto-nasale 0,5 cm ; encolure supérieure 1 à 1,5 cm ; encolure inférieure 0,8 à 1,1 cm. La zone de dégagement n’offre pas le contraste observé sur le bouquetin Bo. 5, car l’abaissement de la surface est dans l’ensemble superficiel. La largeur de cette zone est comprise entre 1,4 et 2,2 cm : ligne fronto-nasale 1,4 cm ; encolure supérieure 1,7 à 2,1 cm ; encolure inférieure 2 à 2,2 cm.

no 38 Bison acéphale inédit (Bi. 5)
fig. 150

605• Long. du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 22 cm ; ép. du corps (EC) : 5 cm ; long, du membre antérieur droit : 3 cm ; larg. du membre antérieur droit : 0,9 cm – 1 cm ; long, du membre postérieur droit : 1 cm ; larg. du membre postérieur droit : 0,9 cm – 1 cm.

606Cette silhouette de bison acéphale en profil droit est située quelques centimètres au-dessus du segment lombaire du bouquetin Bo. 5, dans la zone la plus convexe de ce pan de paroi. La caractéristique majeure de cet animal disposé sur un plan sensiblement oblique est incontestablement le dessin de son rachis thoraco-lombaire, qu’il convient de rapporter au type « hyper-bison » (Paillet 1993 : 151). L’auteur solutréen semble n’avoir pas volontairement délinéé la tête et le segment cervical de ce sujet, car la convexité naturelle de la surface calcaire suffit à traduire le volume de ces deux régions anatomiques. Toute la puissance de l’animal est concentrée dans cet avant-train et les variations de la lumière incidente laissent deviner le décrochement thoracique très élevé, lequel porte haut et fort le garrot. Les lombes et la croupe surbaissée sont pincées entre le dos et la « queue » non matérialisée, sans indication d’ensellure. Ce profil thoraco-lombaire n’est pas sans évoquer la manière du bison Bi. 4 et du bison de la plaquette au « Mammouth » (cf. § 3.4.4.1). Cette dysharmonie antéro-postérieure tend à propulser la masse de l’animal vers l’avant ; celui-ci ne broute ni ne charge, il est en arrêt. La position des membres, courts et trapus, confirme la constatation en la complétant : ils sont au posé.

607Les membres sont figurés en profil absolu. Ils sont raides, sans indication des volumes ostéomusculaires, à l’exception du départ de la pointe de l’épaule du membre antérieur droit, et non achevés à leur extrémité. Cette négligence peut être imputée au manque d’espace entre le métapode et le bord externe de la surface exopérigraphique de la ligne thoraco-lombaire du bouquetin Bo. 5. Elle renseigne sur le fait que le sculpteur a probablement achevé le dessin de son animal par les membres, et n’a pas jugé bon de poursuivre le paturon et le sabot sur ce versant artificiel de la pierre ; elle indique également que le bison semble avoir été réalisé postérieurement à la sculpture du bouquetin.

FIG. 150
Fragment R. Bison Bi. 5.

608Le profil abdominal est fortement concave, esquissant un arc de cercle régulier, ce qui contribue à accuser l’ampleur de l’avant-train et le rétrécissement de l’arrière-train. Au-delà du tracé de contour du membre antérieur droit, une contre-courbe dessine le contour des masses villeuses du pelage de l’avant-main et de la barbe, caractères univoques du Bison. Cet ornement de longs poils hirsutes, qui se développe depuis le menton et jusqu’à la hauteur des pectoraux, constitue une toison très dense chez l’animal vivant, et contribue éminemment à accentuer l’impression de puissance et de massivité de l’avant-main. Cette hypertrophie est accusée ici par les particularités morphologiques de la surface calcaire, qui servent le volume de ces masses musculaires et pileuses.

Technique

609Les contours de cette silhouette sont cernés par un tracé recticurviligne asymétrique, dont la profondeur du bord interne varie suivant l’importance accordée à telle partie anatomique ou à telle autre par l’exécutant : ligne thoraco-lombaire 0,5 à 0,8 cm ; fesse et membre postérieur droit 0,9 à 1 cm ; ligne ventrale 0,5 à 0,7 cm ; membre antérieur droit 0,1 à 0,7 cm ; masses villeuses 0,3 à 0,8 cm.

no 39 Anneau d’angle (A. 3)
fig. 151

610• Long. de l’anneau : 12 cm ; larg. du pont : 3 cm ; diam. de la cupule supérieure : 5 cm ; prof. de la cupule supérieure : 4,3 cm ; diam. de la cupule inférieure : 5,3 cm ; prof. de la cupule inférieure : 4 cm.

611Formé de deux cônes symétriques qui se rejoignent obliquement, cet anneau complet utilise une arête transversale de la paroi en avant de la corne gauche du bouquetin Bo. 5. Le pont est large et a résisté aux tensions des attaches qu’il retenait probablement. Il demeure une arête adoucie à la jonction des deux cônes, ce qui indique une usure relativement sensible. Le pertuis est évasé (environ 1,2 cm) et renseigne sur le diamètre du lien qu’il pouvait accueillir.

FIG. 151
Fragment R. Anneau d’angle A. 3.

Technique

612Le procédé technique employé pour le creusement de cet anneau est identique à celui qui a été décrit par B. et G. Delluc à propos des anneaux aurignaciens des abris Blanchard et Castanet, sur la base des résultats obtenus à la suite d’une mise en forme expérimentale (Delluc, Delluc 1978a : 178). Une préparation par percussion lancée fut suivie d’une rotation axiale alternative (percussion posée punctiforme circulaire), ce qui a contribué au dégagement de deux cônes opposés, et à l’effacement des stigmates de percussion internes. Les impacts de piquetage du bord externe des cônes sont visibles et attestent que le travail de régularisation de la surface calcaire n’a pas fait l’objet du même soin que celui qui fut appliqué à la mise en forme du pertuis.

5.13 Fragment S
fig. 152-154

613No inv. MAN : 80210.

614Dim. max. après démantèlement (en cm) : long. : 71 ; larg. : 44 (haut), 54,5 (centre), 53 (bas) ; ép. : 14.

615Origine stratigraphique : talus sous-jacent à la grotte du Roc (cf. § 3.3.1). Contexte archéologique : cette partie du dispositif pariétal était encore solidaire du banc rocheux lors des fouilles pratiquées en 1951 par R. Lantier et G. Henri-Martin à l’aplomb de la grotte du Roc. Les derniers travaux de terrassement, menés dans cette zone en 1931 par le Dr Henri‑Martin, n’avaient pas atteint la falaise et l’extrémité ouest de la frise sculptée, qui restèrent ensevelies par le dépôt anthropique, sur une longueur de 1,35 m et une épaisseur de 1 m. L’accumulation du dépôt anthropique dans cette zone atteste de la poursuite de l’occupation dans cette partie du site, qui ne subit que modérément le recul du front rocheux (cf. § 3.3.5, tabl. IV à VI ; Tymula 1998 : 154, 163, fig. 7). Peu de documents concernant ces travaux ont pu être retrouvés et cela explique l’absence de données stratigraphiques précises en liaison avec cette partie du dispositif pariétal, qui fut démantelée à la fin de la campagne de fouilles et dirigée vers le MAN.

616Attribution chronologique : les ossements brûlés, prélevés dans le dépôt anthropique par G. Henri-Martin au cours de la reprise des fouilles de cette partie du site d’habitat, ont fait l’objet d’une datation au radio carbone, par le laboratoire des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette, en 1975 (Delibrias, Evin 1980 : 217 ; Delibrias, Guillier 1988 : 68). La date 14C, obtenue à partir de 900 g de matière osseuse brûlée, a donné : 19230 ± 300 BP (Gif-3609). Elle témoigne ainsi d’une occupation solutréenne postérieure à la réalisation de l’extrémité est de la frise sculptée (cf. § 3.5). Les sculptures sont indéniablement plus anciennes que cette occupation et peuvent vraisemblablement être attribuées au Solutréen. Date de la découverte : 4 au 15 juin 1951.

617Emplacement dans le dispositif pariétal : ensemble 2, panneau 2b (cf. §7.3).

618Réf. bibl. : Lantier 1952a : 302-307, 2 fig. ; 1952b : 321-335, 13 fig.

619Comme sur le fragment R, les discontinuités lithologiques préexistantes (joints subhorizontaux) contribuèrent à la géométrie de cette partie du dispositif pariétal, sans pour autant provoquer son effondrement. À la suite des fouilles de 1951, le démantèlement volontaire et l’équarrissage de cette zone sculptée ont modifié les dimensions et la configuration de ce volume. À l’aide des quelques clichés pris avant ce détachement et d’un croquis esquissé par G. Henri-Martin (Arch. G.H.-M.), il est possible de reconstituer aujourd’hui l’emplacement de ce fragment dans « l’habitat-sanctuaire ». Ainsi qu’il est décrit précédemment, la paroi verticale sur laquelle se distribuaient les figurations sculptées était perpendiculaire à la plate-forme de l’abri-sous-roche (Tymula 1998 : 162, fig. 18, 19). Ce dernier ensemble sculpté faisait suite au précédent (fragment R) vers l’ouest, sur une portion du fond de l’abri. Le détachement d’un pan de paroi emporta une partie des sculptures, créant ainsi un hiatus graphique relativement conséquent qui divisa cette extrémité du dispositif pariétal en deux ensembles distincts (fragments R et S). Les fouilleurs n’ont malheureusement pas tenté de reconstituer la frise à partir des innombrables fragments de paroi qui gisaient dans la couche archéologique.

FIG. 152
Fragment S.

FIG. 153
Fragment S. Levé de coupe.

FIG. 154
Fragment S. Relevé analytique

no 40 Bouquetin acéphale (Bo. 7)
fig. 155

620• Long. du corps, du garrot au sommet de la croupe retaillée (LC) : 35 cm ; ép. du corps (EC) : 22 cm ; long, du membre antérieur droit (cassure) : 11 cm ; larg. du membre antérieur droit : 8,7 cm ; long, du membre postérieur droit : 16 cm (cassure) ; larg. du membre postérieur droit : 3,5 cm – 5,3 cm.

621Cette silhouette animale orientée à droite est incomplète : la tête et une partie de l’encolure ont été emportées par un plan de fracture longitudinal, de même qu’une partie de la croupe et la fesse ; la hanche est recoupée par un protomé de bouquetin en profil gauche, et la corne est interrompue par la silhouette d’un bison en profil droit. Néanmoins, la robustesse du corps de ce sujet, la massivité de son encolure et la figuration d’une partie de l’encornure spécifique du genre Capra permettent de penser qu’il s’agit ici d’une représentation d’un bouquetin mâle en profil absolu (fig. 155a). Les proportions générales de cet animal sont très proches de celles des bouquetins Bo. 2, Bo. 3, Bo. 5. Elles confortent l’hypothèse d’une construction graphique homogène, intégrant les figures du fragment O et celles des deux ensembles de l’extrémité ouest de la frise (fragments R et S). Le rapprochement entre ces trois mâles, dont l’excitation sexuelle est indéniable, et ce quatrième individu malheureusement mutilé, mais dont on peut penser que l’attitude est proche de celle des bouquetins qui le précèdent, tend à renforcer l’idée de la représentation d’une harde au cours des préliminaires du rut.

622Sa position inclinée de 20° vers l’avant, comme s’il était en équilibre sur une zone pentue ou sur un rocher, et le port de son encolure, tendue presque à l’horizontale, lui confèrent une attitude dynamique et renforcent l’impression de puissance et de propulsion de l’avant-train. Les membres, courts et trapus, sont figurés en profil absolu. Ils ont souffert du détachement de nombreux éclats de matière, mais supportent toutefois l’examen morphologique.

623Le membre antérieur droit est en position de sustentation (fig. 155a). Le coude est à peine accusé, tandis que le genou est sensiblement fléchi avec une saillie vivement modelée, comme si l’animal ne reposait que sur ce seul pivot. Un long tracé perpendiculaire au trait de contour de l’encolure inférieure semble indiquer le volume de l’épaule, laquelle ne présente pas l’hypertrophie traduite chez les bouquetins Bo. 2, Bo. 3, Bo. 5. L’extrémité est oblitérée par un tracé en arc de cercle. Ce vestige de sculpture, interrompu par la fracturation transversale du registre inférieur de la zone figurative, était sans doute constitutif d’une autre figuration.

FIG. 155
Fragment S. Bouquetin acéphale Bo. 7. Détails a de l’encolure, b du membre postérieur droit, c de la ligne ventrale.

624Le membre postérieur droit est en extension avant (fig. 155b). Cette position exprime une dynamique de mouvement indiquant le déplacement de l’animal sur une surface oblique. Tout se passe comme si ce dernier résistait à son propre poids sur une pente ou se repoussait en arrière, ce qui correspondrait exactement à sa position spatiale. L’attache de la jambe à la cuisse est délinéée par un profond tracé transversal à section angulaire, qui épouse la zone de dégagement de la tête de bouquetin Bo. 8. Le membre semble ainsi « désarticulé » et cette transformation morphologique est imputable au travail de retaille de la hanche du bouquetin. Les masses musculaires de la jambe bénéficient d’une convexité de la surface calcaire : les effets de la lumière changeante révèlent alors le volume des péroniers antérieurs contractés. En regard de la résistance qui se dégage de la silhouette, cette contraction peut être qualifiée d’« isométrique », ce qui correspond au maintien de l’équilibre, d’une posture, telle celle qui paraît avoir été retranscrite à travers cet individu. La pointe du jarret est interrompue par le plan de fracture longitudinal, mais l’orientation du tracé de contour de la jambe permet de déduire que celle-ci était vraisemblablement saillante à l’origine. L’aine est peu profonde en raison de la position du membre et de la petitesse de l’enjambée. L’animal n’est pas sexué contrairement aux bouquetins Bo. 2, Bo. 5. L’obliquité des traits de contour du canon laisse deviner le départ du sabot, oblitéré par le détachement d’un éclat.

625La ligne ventrale, rectiligne et sensiblement ascendante vers l’arrière, confère à l’ensemble thoracique et abdominal une forme tronconique qui accuse la massivité de l’animal, laissant apparaître les membres plus courts et trapus que la moyenne (fig. 155c). Cette épaisseur est suscitée en partie par la saillie accusée du garrot. Chez les bouquetins décrits précédemment, le redressement du cou avait provoqué l’effacement de cette convexité. La position de l’encolure, en antéflexion, est corrélative de l’obliquité du sujet. Un profond tracé rectiligne longitudinal semble marquer la limite de séparation entre cette région anatomique et la tête. En avant de cette ligne, le sculpteur a pratiqué un amoindrissement de la surface calcaire, comme pour mettre en relief le volume de l’encolure par rapport à celui de la tête. Cet effet de perspective ne peut être que constaté en raison de la fracturation de la tête.

626La corne présente une longueur et une courbure caractéristiques de l’espèce Capra ibex (Alpes), et peut être rapportée à un mâle. Cette configuration est proche de celle des encornures des bouquetins Bo. 2, Bo. 3. Le segment basal fait défaut. Le segment moyen s’infléchit franchement vers l’arrière, mais est en partie oblitéré par la silhouette d’un bison en profil droit. Le segment terminal est rectiligne et en contact avec la ligne de contour du segment thoracique. Selon M.A.J. Couturier (1962 : 352), ce type de courbure représente un cas très rare chez Capra ibex. Par cet effet visuel, le sculpteur a conféré une certaine intensité à la dynamique de mouvement exprimée par l’animal. Lors de la retaille de la hanche, le relief de l’apex a été utilisé afin de mettre en valeur l’œil proéminent de la tête du bouquetin Bo. 8.

Technique

627La surface calcaire de ce pan de paroi ne présente pas la même homogénéité que celle du fragment R, et n’offre ainsi à l’œil aucune netteté. Cette différence de texture est due à une concentration plus importante de Radiolites lumbricalis. L’auteur solutréen paraît s’être joué de ces nombreuses aspérités et de ces trous laissés par les valves inférieures de ces bivalves. C’est ainsi que, dans cet ensemble, il est bien souvent difficile de distinguer les impacts de piquetage des cavités géologiques. Le choix de ce parti graphique de répartition des ombres et des lumières tend à animer la pierre par de multiples effets de contraste. Elle semble ainsi vibrer et conférer au mouvement de ce bouquetin une plus grande véracité.

628Le contour de cette silhouette est cerné par un tracé recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire. Ce travail fut suivi d’une régularisation superficielle par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). La profondeur de ces tracés est assez constante : ligne thoraco-lombaire 1,2 à 2 cm ; encolure inférieure et poitrail 2,4 à 3 cm ; membre antérieur droit 1 à 1,8 cm ; ligne ventrale 2,1 cm et membre postérieur droit 0,3 à 1 cm.

629L’amoindrissement de la surface exopérigraphique n’a pas contribué à dégager le fond, mais simplement à mettre en relief les contours de la figure. Ces zones de dégagement ont fait l’objet d’un travail superficiel de régularisation par raclage, lequel a conduit à une sensible abrasion des impacts de piquetage. La largeur de cette zone oscille entre 1,3 et 5,3 cm : ligne thoraco-lombaire 2,2 à 3,6 cm ; encolure inférieure et poitrail 2 à 5,3 cm ; membre antérieur droit 2,5 à 2,6 cm ; ligne ventrale 2,7 cm et membre postérieur droit 1,3 cm.

630Un raclage, pratiqué sur l’ensemble du corps de l’animal, a seulement permis l’aplanissement des aspérités les plus saillantes de la surface, laquelle demeure encore très irrégulière.

no 47 Protomé de bouquetin (Bo. 8)
fig. 156

631• Long. de la tête : 14,5 cm ; larg. de la tête : 10,2 cm.

632Cette tête animale orientée à gauche est superposée à la hanche du bouquetin Bo. 7 et utilise la ligne thoraco-lombaire de ce dernier. Les motivations de cette superposition peuvent être rapprochées de celles qui ont conduit à la mise en forme de la figure composite de l’ovibos-bison Ov. 1- Bi. 3, elle-même surmontée d’une silhouette indéterminée dont la ligne thoraco-lombaire épouse le segment lombaire du bison Bi. 3.

633En somme, les deux figures animales possèdent en commun la ligne thoraco-lombaire, marquée d’un garrot proéminent, du bouquetin Bo. 7. Par cette imbrication très subtile, l’auteur solutréen réussit ainsi à créer une figure double avec un minimum de tracés de contour. Les variations de la lumière incidente mettent en valeur soit l’une ou soit l’autre silhouette suivant l’emplacement de l’observateur, un peu à la manière d’un hologramme.

634La configuration de la tête, plutôt courte et triangulaire, permet d’évoquer un capriné, bien que fencornure ne soit pas figurée. La ligne fronto-nasale est rectiligne et le chanfrein s’enchaîne au museau sans indication de la concavité naso-frontale. Le bout du nez est arrondi avec figuration d’un naseau ovale transversal mis en relief par réserve. Ce procédé technique a entraîné de surcroît la mise en relief de la lèvre supérieure, qui est fortement bombée. L’espace interlabial n’a pas été amoindri et, suivant l’orientation de la lumière incidente, donne l’impression que la langue de l’animal est en protrusion et la bouche entrouverte. Une concavité met en valeur le menton, tandis que la ganache est sensiblement convexe et s’enchaîne à un tracé oblique indiquant le départ de l’encolure inférieure. Le plat de la joue est modelé par un puissant raclage. L’apex de la corne du bouquetin Bo. 7 matérialise l’œil, qui est anormalement proéminent d’après la forme de ce segment terminal. Cette configuration n’est pas sans rappeler l’œil hypertrophié du bouquetin Bo. 5. Enfin, le segment thoracique du bouquetin Bo. 7 délimite le vertex.

FIG. 156
Fragment S. Bouquetin Bo. 8 (protomé).

Technique

635Le contour de cette silhouette est cerné par un tracé recticurviligne, à un bord modelé et un bord abaissé, obtenu par une percussion lancée punctiforme perpendiculaire. Ce travail fut suivi d’une régularisation superficielle par percussion posée linéaire perpendiculaire (raclage). La profondeur de ce tracé est comprise entre 0,5 et 1,4 cm : ligne fronto-nasale 1,4 cm ; bout du nez 0,5 cm ; menton 0,6 cm ; ganache 1 cm ; vertex 1,2 cm.

636L’amoindrissement de la surface exopérigraphique, réalisé suivant un angle de 120° avec le bord interne du tracé de contour, n’a pas contribué à dégager le fond, mais simplement à mettre en relief les contours de la figure. Ces zones de dégagement ont fait l’objet d’un travail soigné de régularisation par raclage, lequel a conduit à une abrasion des impacts de piquetage. La largeur de cette zone oscille entre 0,5 et 5,4 cm : ligne fronto-nasale 5,4 cm ; bout du nez 0,5 cm ; menton 2,1 cm ; ganache 2,7 cm ; vertex 2,7 cm.

637Le naseau est mis en relief par réserve : la zone de dégagement présente une largeur de 0,5 cm, tandis que l’amoindrissement de la surface atteint 0,2 cm. Un fin tracé à section angulaire dessine le contour inférieur de la lèvre supérieure, tandis que le contour supérieur de la lèvre inférieure est matérialisé par un tracé angulaire asymétrique.

no 42 Bison (Bi. 6)
fig. 157

638• Long. du corps, de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (LC) : 11 cm ; ép. du corps (EC) : 3,3 cm ; long, du membre postérieur droit : 5,4 cm ; larg. du membre postérieur droit : 0,6 cm.

639D’emblée, il convient de souligner les nombreuses analogies existant entre cette silhouette de bison et celle du bison acéphale Bi. 5. Toutes deux, de mêmes proportions et orientées dans la même direction, sont juxtaposées à la ligne thoraco-lombaire d’une figure de bouquetin mâle en profil droit, et cette disposition spatiale invite à s’interroger sur la nature de l’association bison-bouquetin, qui est loin d’être ici le fruit du hasard. La superposition du bison Bi. 6 à la corne droite du bouquetin Bo. 7 atteste l’antériorité de ce dernier et permet d’évoquer, ainsi qu’il est envisagé pour les diverses figurations animales du fragment F et des fragments ABC et R, soit l’existence d’une quatrième phase dans la construction graphique du dispositif pariétal, soit la coexistence de deux formes de représentations, les unes fortement gravées et « miniaturisées », et les autres sculptées au tiers de la grandeur naturelle.

640À l’exemple du bison Bi. 5, la caractéristique majeure de cet animal, disposé sur un plan sensiblement oblique, est incontestablement le dessin de son rachis thoraco-lombaire, qu’il convient de rapporter au type « hyper-bison » (Paillet 1993 : 151). Toute la puissance de l’animal est concentrée dans cet avant-train et les variations de la lumière incidente accentuent le décrochement thoracique très élevé, lequel porte haut et fort le garrot, exagérément dilaté en demi-cercle. Les lombes et la croupe surbaissée sont pincées entre le dos et la « queue » non matérialisée, sans indication d’ensellure. Ce profil thoraco-lombaire n’est pas sans évoquer également la manière du bison Bi. 4 et du bison de la plaquette au « Mammouth » (cf. § 3.4.4.1). Cette dysharmonie antéro-postérieure tend à propulser la masse de l’animal vers l’avant.

FIG. 157
Fragment S. Bison Bi. 6.

641Le chignon forme un véritable cimier enveloppant de son épaisseur les masses cervicales. Ainsi que pour le bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1, l’ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3, le bison Bi. 4, et le bison de la plaquette « du Bison et de l’Ours » (cf. § 3.4.4.1), la concavité nucale n’est pas indiquée.

642Les membres postérieurs sont figurés en extension décalée. Le sculpteur solutréen réussit à traduire les différents volumes ostéomusculaires du membre postérieur droit, en extension arrière, malgré la nature très tourmentée de la surface calcaire et la finesse de cet élément anatomique en rapport avec les proportions de l’animal. C’est ainsi que le galbe de la fesse s’enchaîne à la jambe en dessinant une concavité harmonieuse. La pointe du jarret est saillante, de même que l’ergot qui surmonte le sabot ovale. Le membre postérieur gauche est en position de sustentation et ne présente pas la même précision dans l’exécution. Plus court que son homologue droit, il est matérialisé par deux tracés rectilignes convergents.

643Le membre antérieur droit est réduit à un moignon en raison de l’espace limité entre le bras et le bord externe de la surface exopérigraphique de la ligne thoraco-lombaire du bouquetin Bo. 7. De ce fait, l’animal paraît déséquilibré et comme bondissant vers l’avant, les membres repliés à la manière du saut du cheval. Chez l’animal vivant, ainsi que le précise P. Paillet, le bond est une allure exceptionnelle, qui survient pendant les périodes ludiques, et qui consiste en une propulsion de l’animal vers l’avant par l’extension plus ou moins simultanée de ses quatre membres (Paillet 1993 : 116). Cette difficulté de réalisation renseigne sur le fait que le sculpteur a probablement achevé le dessin de son animal par ce membre, et n’a pas jugé bon de poursuivre le contour de celui-ci sur le versant artificiel de la pierre.

644Le profil abdominal est fortement concave, esquissant un arc de cercle régulier, ce qui contribue à accuser l’ampleur de l’ avant-train et le rétrécissement de l’arrière-train. Au-delà du tracé de contour du membre antérieur droit, une contre-courbe dessine le contour des masses villeuses du pelage de l’avant-main et de la barbe, caractères univoques du Bison. Cet ornement de longs poils hirsutes, qui se développe depuis le menton et jusqu’à la hauteur des pectoraux, constitue une toison très dense chez l’animal vivant, et contribue éminemment à accentuer l’impression de puissance et de massivité de l’avant-main.

645La réalisation de ces masses villeuses a requis un travail extrêmement méticuleux de la part de l’exécutant, appuyé sur une volonté délibérée de mettre en valeur les données anatomiques les plus fines. La barbe dessine une proéminence arrondie et s’enchaîne harmonieusement à la masse villeuse pectorale, l’auteur solutréen ayant reproduit l’ondulation naturelle de cette lourde draperie de jarres, qui pend devant le membre antérieur droit, jusqu’à presque toucher la ligne de sol imaginaire. Les poils sont matérialisés par les impacts en série linéaire droite de l’ébauche. Ces détails exigent une lumière rasante latérale droite pour être saisis. Afin de souligner la démarcation entre cette toison et les masses musculaires de l’encolure et du poitrail, et sans doute en accentuer le volume, le sculpteur a sensiblement abaissé le contour interne de cette région pileuse. Les conventions graphiques appliquées à l’élaboration de ces deux zones, exprimées avec un minimum de tracés, sont communes au bison Bi. 2, au bison Bi. 4 et au bison de la plaquette « du Bison et de l’Ours » (cf. § 3.4.4.1).

646La tête a été simplement délinéée par deux tracés rectilignes formant un angle dont le sommet évoque le museau de l’animal. Un très large éclat de matière délimite cette région anatomique et lui confère une certaine profondeur.

Technique

647Les contours de cette silhouette sont cernés par un tracé recticurviligne asymétrique, dont la profondeur du bord interne varie suivant l’importance accordée à telle partie anatomique ou à telle autre par l’exécutant : ligne thoraco-lombaire 0,5 à 1,2 cm ; fesse et membre postérieur droit 0,4 à 0,9 cm ; ligne ventrale 0,4 cm ; masses villeuses 0,7 cm.

648La répétition de l’association bison-bouquetin dans cette partie du dispositif pariétal, suivant des conventions techno-et morphostylistiques strictement identiques, atteste d’un choix symbolique qui demeure discret en raison des disproportions existant entre les deux thèmes. Au-delà du « naturalisme » exacerbé qui se dégage de ces figures et qui frappe en premier lieu l’observateur, il convient de noter l’élaboration d’une codification complexe dans laquelle semble intervenir systématiquement le thème Bison.

Notes

1 – « La figure qui résulte de cette nouvelle analyse est un bison parfaitement caractéristique et non un sanglier. De plus, à en juger sa morphologie, il s’agit d’un mâle robuste [...]. La présence de l’animal complète l’ensemble polychrome du plafond de la Grande Salle interprété comme un troupeau de bisons. De plus, ce nouveau bison est figuré dans une posture d’affrontement avec un autre animal, probablement un mâle. » (Freeman 1977 : 170).

Table des illustrations

Légende FIG. 65 Plan de répartition des fragments de la frise sculptée d’après le Dr Henri-Martin (Arch. H.-M. carnet : 107). AB suidé et cheval ; C jument et bovidés mutilés ; C’ jument – altérations profondes ; D jument et cheval superposés ; F bœuf musqué – la charge ; G oiseau ; H bovidé incomplet ; I rhinocéros – peinture ; JK renne ; LMNN’ renne ; O bouquetins affrontés ; P bison.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 66 Position originelle des fragments AB et C. Croquis inédit de la main du Dr Henri-Martin (Arch. H.-M. carnet : 67) :« Découverte de sculptures en bas-relief, vers 3h après-midi, après un coup de mine dans le bloc A. Heureusement le trou était oblique en arrière pour obtenir plus d’effet et la sculpture qu’on ne pouvait alors soupçonner n’a pas été atteinte. Le bloc A fendu en arrière a culbuté en avant et en lui faisant faire, en avant, deux quartiers, la sculpture est apparue. J’avais l’assistance heureuse de MM. Coutier et Brisson. Les sculptures étaient placées face en dessous contre la couche solutréenne ; le dos des animaux dirigé en avant. Jeudi 6 octobre 1926. »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 67 Relevé synthétique des sculptures des fragments AB et C réunis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 68 Ensemble A (fragments AB)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 69 Ensemble A. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 70 Ensemble A. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 71 Ensemble A. Détail du boviné oblique descendant Bov. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 72 Ensemble A. Bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1. a Détails des membres postérieurs, b Détail des membres antérieurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 73 Ensemble A. Bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1. a Détail de la tête. b Détail de la crinière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 74 Ensemble A. Cheval Ch. 1. a Détail des membres postérieurs, b Détail des membres antérieurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 75 Ensemble A. Cheval Ch. 1. Détail de l’encolure, de la crinière et de la tête.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 76 Ensemble A. Cheval Ch. 2. Détail de la ligne thoraco-lombaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 77 Ensemble A. a Détail du membre antérieur gauche du cheval Ch. 2. b Extrémité gauche de la zone figurative.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 78 Ensemble B (fragment C).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 79 Ensemble B. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 80 Ensemble B. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Légende FIG. 81 Ensemble B. Cheval Ch. 3. a Détail de l’encolure, de la crinière et de la ligne thoraco-lombaire. b Détail des membres antérieurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 82 Ensemble B. Cheval Ch. 3. Détail de la tête.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 83 Ensemble B. Bison Bi. 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 84 Ensemble B. Cheval Ch. 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 85 Fragment C’. a Emplacement du fragment avant son dégagement ; il est situé à gauche des fragments A’ et B’ et encore enfoui dans la couche archéologique. « T.l. extrémité droite de l’atelier solutréen du Roc. Octobre 1927 ». b Fragment C’ après son dégagement et avant équarrissage. (Arch. H.-M. no 33 411.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 86 Fragment C’.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 87 Fragment C’. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 88 Fragment C’. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2k
Légende FIG. 89 Fragment C’. Cheval Ch. 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 90 Fragment C’. Cheval Ch. 5. a Détail de la tête. b Détail des deux croupes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 91 Fragment D.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 92 Fragment D. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 93 Fragment D au moment de son 165 dégagement le 6 octobre 1927 (Arch. H.-M. no 33411).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 94 Fragment D. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Légende FIG. 95 Fragment D. Cheval Ch. 6. a Détail de la croupe. b Détail de la ligne ventrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 96 Fragment D. Cheval Ch. 6. Détail de la tête.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 97 Fragment D. Vestige d’une tête animale Ind. 6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 98 Fragment D. Tête animale Ind. 7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 99 Fragment D. Points rouges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 100 Fragment D. Points rouges. Relevé graphique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 101 Les associations cheval-signe de type 4 (alignement de points) de l’art pariétal paléolithique. A Cheval de La Pasiega ; B Cheval de Lascaux ; C Cheval d’EI Pindal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 102 Fragment F.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende FIG. 103 Fragment F. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 104 Fragment F. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 105 Fragment F aussitôt après son redressement. Couche archéologique sous-jacente. (Arch. H.-M. no 33 411.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 106 Fragment F. Ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 107 Fragment F. Ovibos-bison Ov. 1-Bi. 3. Détail de la tête et de la corne gauche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 108 Fragment F. Animal indéterminé Ind. 8. Détail de l’arrière-train.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 109 Fragment F. Figuration humaine Hu. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 110 Fragment F. Figuration humaine Hu. 1. Détail de la tête.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 111 Fragment F. Figuration humaine Hu. 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 112 Fragment F. Cheval Ch. 7. Détail de la tête.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 113 Fragment F. Cheval Ch. 8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 114 Fragment F. Cheval Ch. 9.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 115 Fragment G.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 116 Fragment G. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 117 Fragment G. Oiseau Ois. 1. Détail de la tête.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 118 Fragment H.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 119 Fragment H. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 120 Fragment H. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2k
Légende FIG. 121 Fragment H. Bouquetin incomplet Bo. 1. a Détail du poitrail, b Détail des membres postérieurs, c Détail de l’appendice caudal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 122 Fragment I. Rhinocéros décrit par le Dr Henri-Martin (Arch. H.‑M. carnet : 83).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k
Légende FIG. 123 Fragment JK.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 124 Fragment JK. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 125 Fragment JK. Renne Re. 1. Détail des empaumures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 126 Fragment JK. Anneau à plat A. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 127 Fragment JK. Tracés indéterminés Ind. 12.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 128 Fragment LMNN’.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 129 Fragment LMNN’. Relevé analytique
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 130 Fragment LMNN’. Renne Re. 2. a Dét des membres postérieurs, b Détail du pelage de la ligne ventrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 131 Fragment LMNN’. Renne Re. 2. Détail de l’extrémité de l’une des empaumures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 132 Le fragment O après dégagement et équarrissage, 25 avril 1929 (Arch. H.-M. no 33 411).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 133 Fragment O.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 134 Fragment O. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 135 Fragment O. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 136 Fragment O. a Emplacement du fragment dans la tranchée T.R. d’après un croquis de coupe réalisé par le Dr Henri-Martin en juin 1929. b Contexte archéologique d’après un croquis réalisé par le Dr Henri-Martin le 24 avril 1929. (Arch. H.-M. carnet : 98, 100.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 137 Fragment O. Bouquetin Bo. 2. Détails a des membres antérieurs, b de la tête, c des encornures, d du membre postérieur gauche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 138 Fragment O. Bouquetin Bo. 3. Détails a de l’encornure, b de la tête, c du poitrail,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 138 Fragment O. Bouquetin Bo. 3. Détails, d de la ligne dorsale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 139 Fragment 0. Bouquetin Bo. 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 140 Fragment O. Anneau A. 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 141 Emplacement du fragment P dans la tranchée T.R. d’après un croquis de coupe réalisé par le Dr Henri-Martin (Arch. H.-M. carnet : 102).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 142 Fragment P et relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 143 Fragment P. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 144 Fragment P. Bison Bi. 4. Détails a de la ligne dorso-lombaire, b des membres postérieurs, c de l’appendice caudal, d de la tête, e du poitrail.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende FIG. 145 Fragment R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 146 Fragment R. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Légende FIG. 147 Fragment R. Relevé analytique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 148 Fragment R. Bouquetin Bo. 5. Détails a des membres antérieurs et du poitrail, b de l’encolure, c de la tête, d de l’appendice caudal, e des membres postérieurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende FIG. 149 Fragment R. Bouquetin Bo. 6 (protomé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 150 Fragment R. Bison Bi. 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 151 Fragment R. Anneau d’angle A. 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 152 Fragment S.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 153 Fragment S. Levé de coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende FIG. 154 Fragment S. Relevé analytique
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 155 Fragment S. Bouquetin acéphale Bo. 7. Détails a de l’encolure, b du membre postérieur droit, c de la ligne ventrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 156 Fragment S. Bouquetin Bo. 8 (protomé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 157 Fragment S. Bison Bi. 6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21297/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search