Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Seconde partie. Le dispositif pariétal

Chapitre 4. Méthodologie appliquée

4 The applied methodology

Capítulo 4. Metodología aplicada

Résumé

La caractérisation des processus techniques et des conventions graphiques mis en œuvre par les sculpteurs solutréens dans la mise en place du dispositif pariétal exigent une démarche analytique linéaire faisant intervenir des moyens interdisciplinaires d’observation et d’enregistrement des données. Ces procédés analytiques contribuent également à la recontextualisation de l’espace sculptural dans l’espace physique réel du site d’habitat.

Texte intégral

1La compréhension et la caractérisation des processus techniques et des conventions graphiques, mis en œuvre et appliqués par les sculpteurs solutréens du Roc de Sers dans la mise en place du dispositif pariétal, exigent une démarche analytique linéaire faisant intervenir des moyens interdisciplinaires d’observation et d’enregistrement des données. Ces procédés analytiques ont permis d’accéder à une connaissance approfondie de l’espace sculptural du dispositif pariétal et ont contribué, par confrontation avec les données chronostratigraphiques, à sa recontextualisation dans l’espace physique réel du site d’habitat.

4.1 Le relevé graphique des sculptures

4.1.1 Les chartes graphiques

  • 1 – La charte graphique colorisée permet de mieux distinguer les différents types de tracés et de les (...)

2Depuis une dizaine d’années, le relevé graphique des sculptures pariétales paléolithiques s’effectue à la manière des cartographes et rend compte ainsi du polymorphisme technologique des traits sculptés, gravés ou peints, des accidents naturels et leurs rapports avec les représentations figuratives et les signes, de la préparation éventuelle des surfaces et de leurs éventuelles modifications physico-chimiques et biologiques : fissurations particulières, stratifications diverses, érosions, patine, dégradations d’origine humaine. Confronté aux résultats de l’expérimentation, ce relevé prend alors valeur d’un relevé technologique (Delluc, Delluc 1978b ; 1984a ; 1986b ; 1989e ; Delluc et al. 1986a ; 1986b ; Soleilhavoup 1986). Cependant, ces documents doivent servir la compréhension des données graphiques et leur nature technique et non être une finalité, au risque de s’éloigner de la représentation pariétale. C’est pourquoi notre démarche a été de définir une charte graphique colorisée1, destinée à la réalisation du relevé analytique, dans laquelle les éléments de codification sont simplifiés au maximum. Il s’agissait de distinguer in fine les formes naturelles (relief naturel, fissures ou fractures anciennes et récentes, calcite, tubulures des radiolites lumbricalis, écailles, ...) des éléments anthropiques (traces de préparation, sculptures, reliefs anthropiques indéterminés, éléments de retaille, gravures, raclage, égrisage, coloration). Nous avons pu ainsi cerner toutes les étapes de l’élaboration des sculptures, leurs reprises par le sculpteur et leur évolution au cours du temps.

3À partir de ce relevé, une autre charte graphique, destinée à la mise au propre en noir et blanc de cet ensemble de données, a été mise au point. Le travail définitif est réalisé sur un film transparent d’acétate de cellulose, lequel a l’avantage d’offrir une complète stabilité aux variations hygrométriques. Les documents graphiques ainsi réunis constituent, pour la première fois, une banque de données de l’état originel et actuel de la paroi sculptée, qui est enrichie de l’analyse descriptive exhaustive des sculptures et du support. Contrairement aux relevés « synthétiques » (Delluc et al. 1986a : 801) effectués par B. et G. Delluc, A. Roussot, G. Tosello ou G. Pinçon et L. Iakovleva (cf. chap. 6, tabl. XI) qui privilégient, les uns la technologie et les différentes formes de tracés, les autres les volumes, nous avons choisi de réunir les deux méthodes de travail et de traduire à la fois l’aspect technologique et le modelé des sculptures (tabl. IX).

TABL IX
Charte graphique de mise au propre du relevé analytique des fragments du dispositif pariétal.

4.1.2 La méthode d’enregistrement des données graphiques

  • 2 – Pour réaliser ces mesures, nous avons utilisé un pied à coulisse en PVC sur lequel était fixé un (...)

4Le relevé graphique de figures en trois dimensions présente de réelles difficultés, du fait même de la nature fortement « anthropisée » du support et du relief qui le caractérise. Le recours à des moyens de mesure des profondeurs et des largeurs des tracés2 est donc indispensable pour rectifier les déformations inévitablement produites par les particularités morphologiques de la paroi sculptée. À l’inverse des relevés graphiques de gravures ou de peintures pariétales, le relevé de sculptures ne fournit donc pas un résultat immédiat, et doit être impérativement augmenté de données complémentaires pour être cohérent et exhaustif. D’autre part, le volume offert par la paroi et les sculptures exige, pour être saisi dans sa globalité, la multiplication des sources lumineuses et de nombreuses variations de la lumière incidente. Ces changements d’éclairage ne peuvent se produire que progressivement afin que l’œil s’habitue à l’espace pariétal ainsi modifié. Ils exigent, pour que les corrections et les observations soient pertinentes, une bonne connaissance préalable de la nature du support, afin d’éviter toute confusion entre les particularités morphologiques naturelles de la paroi et les tracés anthropiques.

5Afin d’obtenir une efficacité maximale du rendu des résultats, nous avons procédé à un nettoyage minutieux, au pinceau, de l’ensemble des fragments, lesquels étaient recouverts d’une épaisse pellicule de poussière qui obstruait les cavités correspondant à la valve inférieure des radiolites lumbricalis restée vide (cf. § 6.2). Protégés aujourd’hui par des portes de verre, certains fragments conservent malheureusement des stigmates dus à leur ancienne présentation (gouttes d’encre bleue, rouge et verte projetées à l’aide de stylos plumes). La progression du travail de relevé fut très lente en raison de l’accès, un seul jour par semaine (jour de fermeture du musée), à la vitrine de présentation au public. L’espace très restreint de cette vitrine et l’agencement particulier des fragments ont été deux handicaps majeurs à la réalisation des relevés graphiques et photographiques. L’installation d’une structure tubulaire, destinée à recevoir le film de polyéthylène « polyane » transparent en 150 µm, semblable à celle qui fut utilisée à l’Aldène (Vialou 1979b) ou à l’Abri Bourdois (Pinçon 1994), était impossible à mettre en place car celle-ci devait être démontée à la fin de chaque journée de travail. De plus, la disposition des fragments sur deux niveaux, avec un espacement très réduit entre ces registres artificiels, n’offrait que très peu de points d’appui pour la mise en place de la structure et ne permettait pas d’obtenir une stabilité correcte, d’autant que rentrait en ligne de compte la fragilité du coffrage en plâtre qui sert de support aux fragments. Il fut décidé alors de poser le film transparent directement sur la sculpture à relever ; celui-ci était maintenu tendu avec du ruban adhésif situé à l’arrière de la face sculptée, ce qui eut pour effet de réduire considérablement les points de contact de la feuille avec les sculptures. Équarrie simultanément après la découverte des fragments (cf. § 3.3.2), la face opposée aux sculptures ne présentait aucun risque de détérioration, telle celle qui peut se produire au contact d’une surface adhésive avec un calcaire plus ou moins friable. Dans ce cas, la projection est dite « orthographique » : « Le point de vue est rejeté à l’infini de telle sorte que chaque point ou ligne du sujet original soit reporté perpendiculairement au plan-figure [...]. Ce procédé autorise une restitution fidèle des proportions du sujet lorsque la configuration du support se rapproche du plan, mais cet avantage s’estompe quelque peu dans l’éventualité d’un relief très prononcé. Il se produit alors une contraction de l’image des motifs localisés sur des surfaces obliques par rapport au plan tableau. La projection orthographique prend toute son importance lorsque la traduction du relief est envisagée, que l’enregistrement des données topographiques soit d’origine photogrammétrique ou manuelle » (Aujoulat 1993b : 339). Le relevé a été simultanément contrôlé à l’aide d’un éclairage mobile, constitué d’une lampe flood de 300 W. Ce même éclairage a été utilisé pour la couverture photographique.

6Outre les données techniques et stylistiques recueillies au cours de ce relevé, un examen précis des surfaces travaillées a permis de repérer des traces de colorant rouge au-dessus de la ligne dorsale du cheval Ch. 6 du bloc D. Ces traces, qui représentent une ligne de cinq points (cf. § 5.3), n’avaient pas été observées par le Dr Henri-Martin lors de la découverte de ce fragment, ni pendant son nettoyage dans les ateliers de restauration du MAN. Il n’en est fait aucune mention dans son carnet de fouilles et dans les divers documents d’archives du site. Suite au relevé de cet assemblage de points, nous avons procédé à un second examen de chaque fragment à la lampe ultraviolette (lampe Wood 365 nanomètres) afin de détecter d’autres éventuelles zones colorées. Aucune autre trace de colorant n’a pu être repérée au cours de ce contrôle. Il sera donc obligatoire de faire appel à d’autres moyens, et en particulier aux caméras thermiques, pour corroborer ces résultats (Aujoulat 1993c : 349). Dans le même temps, de nouvelles figures animales étaient découvertes sur les fragments ABC, D, F, O, R et S (cf. § 5.3, 5.4, 5.10, 5.12, 5.13).

7Un projet de relevé photogrammétrique des fragments sculptés, en collaboration avec l’IGN, a avorté en raison de son coût trop élevé. Son exploitation aurait contribué à la réalisation d’un document aux propriétés métriques, sous la forme d’une image de synthèse en 3D, qui aurait débouché sur un traitement altimétrique en courbes de niveau de chaque sculpture. La confrontation de ce relevé avec celui de la paroi in situ, établi sur la longueur estimée de la frise, aurait peut-être permis d’ppréhender la surface d’implantation originelle des fragments, par comparaison des courbes de niveau. De plus, les profils horizontaux et verticaux des points choisis auraient pu être obtenus avec une plus grande précision. Pour pallier l’impossibilité d’utilisation de cette technique reposant sur l’appréhension et la restitution de la troisième dimension, et fournir néanmoins une information concernant le volume des fragments et des sculptures, le levé de coupe nous a semblé être le moyen transitoire le plus approprié.

4.2 Le levé de coupe des fragments sculptés

8Le levé de coupe rend compte de la morphologie de la paroi, du travail de préparation effectué et de l’intégration de l’image au support. L’installation d’une structure susceptible de pourvoir à l’enregistrement systématique des sections transversales des volumes n’a pas été possible, en raison de l’exiguïté de la vitrine de présentation. Ce problème nous a conduit à mettre au point un appareil offrant une grande autonomie et une bonne précision. Celui-ci est composé de deux tubes de cuivre, l’un vertical et maintenu à la base par un support plombé, l’autre horizontal et coulissant sur le précédent. Sur cette partie horizontale est fixé un mètre en acier, également coulissant, dont la verticalité est assurée par un plomb. La hauteur et l’inclinaison de cet appareil sont contrôlées par deux niveaux à bulle fixés sur les deux parties tubulaires. Le mètre vertical donne la dimension de la surface considérée, et un autre mètre (en bois) indique la hauteur et la profondeur des tracés. Une coupe des fragments tous les 10 cm environ a permis d’obtenir un balayage assez complet des surfaces. Cependant, en raison de l’étagement des fragments dans la vitrine et de leur orientation, parfois très inclinée, certains levés de coupe n’ont pu être réalisés, la précision des données étant trop faible. Dans ce cas, un relevé photogrammétrique serait à envisager. La confrontation des coupes nous a fourni tout de même un aperçu de la morphologie de la paroi à l’origine, mettant en valeur les zones les plus fortement anthropisées. Ces observations ont mis en évidence que, dans le dispositif pariétal, la forme est dépendante de l’intégration du support, et que le choix du support et le choix figuratif sont corrélatifs.

4.3 Le relevé photographique des sculptures

9La finalité du relevé photographique est autre et complémentaire du relevé graphique. Dans le cas de la sculpture, il permet de restituer certaines variations lumineuses et chromatiques et leur incidence sur les reliefs. S’agissant des fragments de la frise sculptée, cette restitution ne peut malheureusement se faire qu’en lumière artificielle et apparaît de ce fait limitée. Par nature, la sculpture offre de nombreux angles de vue que le relevé graphique ne peut embrasser complètement. Le relevé photographique intervient alors, enregistrant instantanément ces points de vue liés au déplacement de l’observateur. Par le taux d’informations très élevé qu’il renferme, ce type de relevé répond donc, pour une grande part, à ces besoins reposant sur trois principes développés par N. Aujoulat : « optimiser la perception du message paléolithique par l’analyse multispectrale, réduire la subjectivité dans la traduction graphique des témoignages pariétaux par le traitement automatique de l’information collectée, retrouver le geste de l’artiste dans un environnement et sur un support rigoureusement identiques à l’original » (Aujoulat 1993c : 347).

10Le relevé graphique des fragments fut ainsi suivi d’un relevé photographique en noir et blanc et en couleur. Une première série de clichés a été consacrée à l’enregistrement des techniques de sculpture et une seconde série aux détails des figures (macrophotographies). Ces différentes prises de vue faisaient suite à la campagne de photographie des fragments par la RMN. Cette banque de données photographiques, qui intervient dans l’interprétation immédiate et future du document, a facilité la mise au propre des relevés graphiques, grâce aux prises de vue réalisées sous différents angles de vue et différents éclairages. Un échange d’observations s’est ainsi établi entre les sculptures, le relevé graphique et le relevé photographique, ce qui contribua à optimiser le rendu des résultats.

11Au terme d’une soixantaine de séances de travail au MAN et d’un plus long travail encore en laboratoire, nous constatons que ces données analytiques ne portent que sur une infime partie de la paroi sculptée et que cette réalité tronquée échappe encore en bonne partie à l’analyse. Néanmoins, cette approche dresse d’une part le bilan des connaissances relatives aux caractéristiques du support et aux éléments constitutifs du dispositif pariétal, et d’autre part fait le point sur les moyens et techniques d’observation et de traitement des données, employés aujourd’hui en infosculpture (Coignard et al. 1997 : 247-260), qu’il reste à envisager pour compléter cette recherche et intégrer ainsi les résultats acquis dans une future base de données consacrée à la sculpture pariétale paléolithique (relevé photogrammétrique des fragments sculptés et de la paroi d’origine de l’abri-sous-roche intermédiaire par combinaison avec le scanner Soisic-Ipsos, traitement informatique des données en DAO, numérisation des clichés, reconstitution virtuelle de la frise par images de synthèse...).

Notes

1 – La charte graphique colorisée permet de mieux distinguer les différents types de tracés et de les différencier, sur le film transparent, de la surface jaunâtre du calcaire au cours de la progression du relevé (Lorblanchet 1993b : 369). La charte graphique de mise au propre utilise différentes épaisseurs de trait afin de traduire en noir et blanc les données du relevé analytique. En effet, ainsi que le souligne M. Lorblanchet : « Les conditions des publications actuelles, souvent en noir et blanc, ne permettent pas une publication directe des relevés originaux, à la fois à cause de leur dimension impliquant une forte réduction qui élimine bien des détails et à cause de leur fréquente polychromie. » (ibid. : 371).

2 – Pour réaliser ces mesures, nous avons utilisé un pied à coulisse en PVC sur lequel était fixé un niveau à bulle. L’embout en acier de cet instrument de mesure a été préalablement recouvert d’un fin morceau d’adhésif pour éviter qu’il n’altère la surface rocheuse.

Table des illustrations

Légende TABL IX Charte graphique de mise au propre du relevé analytique des fragments du dispositif pariétal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search