Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Première partie. Le site d’habitat solutréen

Chapitre 3. L’habitat et le dispositif pariétal

Cadre chronostratigraphique et palethnologique

3 Habitat and the parietal layout: chrono-stratigraphical and palaeo-ethnological context

Capítulo 3. El hábitat y el dispositivo parietal: cuadro cronoestratigráfico y paleoetnológico

Résumé

Les faits archéologiques sont définis ici tels qu’ils s’offrent à l’observation in situ et dans leur cadre de conservation actuel, et tels qu’ils ont été enregistrés au cours des fouilles du gisement et au moment de la découverte des éléments sculptés.

Cette approche conduit à mettre en valeur l’unité techno-économique du site d’habitat, qui s’inscrit dans les modèles du Solutréen supérieur. Elle permet aussi de tenter une reconstitution de l’architecture naturelle du site et de caractériser l’espace pariétal. Ainsi, d’un point de vue topographique, le développement de la frise peut être estimé à une dizaine de mètres environ. Elle surplombait la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire vers l’est et le talus sous-jacent à la grotte du Roc vers l’ouest.

Enfin, par la prise en compte de cinq matériels archéologiques fondamentaux : industrie lithique, industrie sur matières dures animales, art mobilier, parure et faune, est envisagée une reconstitution dynamique des relations spatio-temporelles entre les trois unités d’habitation (talus sous-jacent à la grotte du Roc, plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire et talus sous-jacent à la grotte de la Vierge). Les informations apportées par deux datations 14C tendent à confirmer l’existence, antérieurement à l’effondrement du surplomb rocheux, d’au moins quatre phases d’occupation de deux des trois unités d’habitation. Ces phases sont directement corrélées aux comportements socioculturels des groupes solutréens.

Texte intégral

1Quatre matériels archéologiques différents et complémentaires ont été pris en compte dans l’approche chronostratigraphique du site : l’industrie lithique, l’industrie osseuse, l’art mobilier et la parure. D’une façon ou d’une autre, ces documents sont reliés directement dans l’habitat et permettent de rendre compte de son importance scientifique, bien que les observations relatives aux entités cohérentes dans lesquelles ils sont rassemblés soient quelquefois lacunaires et qu’elles n’aient pas la précision escomptée par le préhistorien. Cette étude est donc enracinée dans la connaissance globale du Roc de Sers et jette les bases d’une définition de l’horizon paléolithique sur lequel se profile l’art sculpté.

3.1 La mise en place des dépôts : données sédimentologiques

3.1.1 Le remplissage stratigraphique des talus

  • 1 – M.P. Horemans, chargé de cours en géopédologie à l’université de Paris I et enseignant-chercheur (...)

2La formation des dépôts peut être précisée par l’analyse des données issues de l’étude sédimentologique du talus sous-jacent à la grotte du Roc (Arch. G.H.-M.)1 (tabl. II). Cependant, il est à signaler que les résultats de cette étude, menée « en aveugle » par J.-L. Baudet à la demande de G. Henri-Martin, ne rendent pas compte du diamètre, de l’indice d’émoussé, ainsi que de la capacité d’absorption d’eau des éléments. De ce fait, l’information concernant la chronologie des événements climatiques qui ont favorisé l’édification des différentes couches est moins significative. De plus, bien que les données recueillies dans cette partie du site semblent concorder avec les observations stratigraphiques relevées par le Dr Henri‑Martin dans les talus sous-jacents à la grotte de la Vierge et à l’abri-sous-roche sculpté, on ne peut écarter l’idée que, sur une trentaine de mètres, il puisse s’être produit des variations dans la formation des dépôts, lesquelles auraient pu entraîner des modifications dans l’interprétation de la stratigraphie de ce remplissage de pied de falaise.

TABL. II
Stratigraphie synthétique du remplissage du talus sous-jacent à la grotte du Roc.

3Réalisé par G. Henri-Martin lors du prélèvement des échantillons de sédiment, un croquis de coupe du talus sous-jacent à la grotte du Roc fait état des couches constitutives du remplissage. Ces couches furent numérotées de I à V et accompagnées des observations suivantes : « I : brèchoïde rouge-noirâtre par endroits, dépôt fluviatile, foyers très nombreux (Solutréen) ; II : sable rouge, blocaille calcaire etc., couche solutréenne ; III, III bis et III ter (squelettes) : Solutréen, sable rouge. En contact couche cailloutis sableuse et couche solutréenne, mêmes horizons différents endroits. Entre III ter et IV : cailloutis ; IV : sable cailloutis jaune, dépôt de pente ou dépôt fluviatile ? ; V : foyers solutréens » (Arch. G.H.‑M.).

4Les couches III, III bis, III ter et IV ont été édifiées postérieurement à l’occupation solutréenne du site. Elles correspondent à la couche de « terre végétale » décrite par le Dr Henri-Martin. Quelques données concernant l’épaisseur de ce dépôt apparaissent sporadiquement dans les différents croquis de coupes qu’il réalisa au moment de l’ouverture des tranchées sous les grottes du Roc et de la Vierge et à l’emplacement de l’abri-sous-roche sculpté (Arch. H.-M. carnet). Sur les croquis de coupe de l’attaque latérale gauche (face ouest et est) du talus sous-jacent à la grotte du Roc (fig. 12, 13), on observe une importante variation de l’épais seur du dépôt, conséquence de l’effondrement du surplomb rocheux : face ouest, sous le bloc Bl 3, il atteint 1,20 m et est quasi inexistant sous le bloc Bl 1. Inversement, à l’aplomb de la sépulture, il est plus important sous le bloc Bl 1 (1,35 m) et variable sous les blocs suivants en fonction de leur profondeur d’enfouissement. L’attaque latérale droite du talus montre une épaisseur constante du dépôt (1,40 m). Sous la grotte de la Vierge, il atteint 60 cm en haut du talus et 1 m dans sa partie inférieure (fig. 14) ; son épaisseur est la moins importante dans la partie déclive de l’abri-sous-roche sculpté (40 cm). Aucune indication plus précise de la puissance des couches n’est fournie par les documents établis au cours des fouilles de 1951. Leur inclinaison est de l’ordre de 30°.

FIG. 12
Talus sous-jacent à la grotte du Roc. Stratigraphie du remplissage. Côté gauche de la tranchée (face à l’est). Relevé Dr Henri‑Martin, 22 avril 1924 (Arch. H.-M. carnet : 14). Mise au propre A. Riolet. « S : foyer solutréen, son épaisseur atteint 90 centimètres. – Cr : position de trois squelettes humains aux caractères mongoloïdes enfouis dans une couche sableuse et recouverts de blocs calcaires. – C : plan incliné de la falaise. Calcaire turonien en place. – Bl. 1, Bl. 2, Bl. 3 : blocs de calcaire éboulés formant abri » (Henri-Martin 1928d : pl. 3).

FIG. 13
Talus sous-jacent à la grotte du Roc. Attaque latérale gauche (face à l’ouest) contre la tranchée de « l’abri solutréen » (Arch. H.-M. carnet : 17).

FIG. 14
Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Stratigraphie du remplissage. Côté droit de la tranchée. D’après le relevé inédit du Dr Henri-Martin, 13 juillet 1924 (Arch. H.-M. carnet : 51).

5Un niveau anthropique, séparé du substratum rocheux par une couche composée d’un dépôt calcaire de ruissellement et d’un amas de plaques calcaires altérées, surmontait les méplats subhorizontaux et les talus inclinés. Ces deux niveaux furent numérotés 1 et 2.

3.1.1.1 Le remplissage stratigraphique consécutif à la phase d’habitat

Étude sédimentologique

6« IV. Ensemble de fragments de tuf calcaire à arêtes assez vives et ciment voisin de la couche précédente repris à une formation plus ancienne (formation fluviatile éolisée postérieurement à son dépôt primitif).

7III ter. Formation presque similaire à la précédente où un facteur climatique plus doux semble être intervenu.

8III bis. Niveau à texture voisine.

9III. Les particules calcaires plus fines et plus profondément altérées ainsi qu’un apport graveleux quartzifère abondant feraient songer à un maximum de ruissellement d’apport ancien ayant raviné la base de la formation originelle (celle d’apport sédimentaire ténu, supposée originairement sur le plateau). »

10J.-L. Baudet, 17.03.52

Étude descriptive du remplissage

Couche 3

11L’analyse sédimentologique des couches III et III bis de la stratigraphie établie par G. Henri-Martin a mis en évidence leur similitude. Il convient donc de les regrouper en un seul niveau, qui est nommé « couche 3 ». L’édification de ce dépôt doit être attribuée à des conditions climatiques rigoureuses. Le faible diamètre des éléments calcaires et leur fort degré d’altération supposent cependant des alternances gel-dégel de faible amplitude et de faible intensité. Associés à des graviers quartzifères abondants, ces éléments, vraisemblablement issus du plateau, ont sans doute été déposés par ruissellement lors d’une amélioration climatique, à la faveur d’une fissure ou d’une ébréchure dans le surplomb rocheux. En provenance du Massif central, ces « graviers de plateaux », sur lesquels se développent des forêts et des « landes » ou « brandes » à végétation silicicole, se sont accumulés sur les buttes crétacées les plus élevées, à une période tertiaire mal précisée chronologiquement. L’épaisseur de cette formation est fonction du niveau d’érosion atteint. Elle dépasse 20 m sur les hauteurs de Vouzan et de Dignac. Sur toute son épaisseur, la couche se compose de ce sable argileux de couleur rouge contenant des graviers de quartz en grande quantité. Il s’agit du cailloutis signalé par G. Henri‑Martin. La couleur rouge est due à la présence d’oxyde de fer hydraté ou limonite réniforme ou géodésique. Cette variété, engagée dans les sables tertiaires de la forêt d’Horte, se présente sous la forme de boules plus ou moins volumineuses, pleines, mais le plus souvent cariées, à vacuoles remplies d’argile (Coquand 1858 : 93). Les éboulis sont en assez faible proportion.

12Les témoins archéologiques sont peu nombreux et dans l’ensemble non caractéristiques (Arch. G.H.-M.). Ce niveau est sus-jacent à la couche d’occupation humaine attribuée au Solutréen.

Couche 3bis

13La couche 3bis correspond à la couche III ter de l’ancienne numérotation. Elle présente des caractéristiques sédimentologiques presque identiques au dépôt précédent, mais suffisamment différentes pour envisager une phase climatique plus douce, avec diminution graduelle de la proportion des éboulis et réduction progressive de leur diamètre, conjointement à une augmentation des manifestations d’altération. Il s’agit de la couche de sable fin évoquée par le Dr Henri-Martin, où ont été déposés les squelettes de l’âge du Bronze.

14Une faible concentration d’outils en silex, disséminés parmi les ossements humains, ne peut être qualifiée faute de pièces caractéristiques : 1 grattoir sur bout de lame avec pointe opposée, 1 grattoir incomplet sur bout de lame, 6 fragments de lame avec traces d’utilisation, 1 burin fruste, 1 lame utilisée (Henri-Martin 1928d : 62). Il convient d’ajouter à cette liste la première phalange et l’extrémité inférieure d’humérus de renne, ainsi que le tesson de poterie indéterminable de couleur ocre rouge déjà évoqués, et un morceau d’ocre sans traces de grattage.

Couche 4

15Comme la couche 3, la couche 4 doit être attribuée à des conditions climatiques rigoureuses. Elle se compose de sable limono-argileux, de couleur jaune clair à grise, associé à des fragments de tuf calcaire à arêtes assez vives et à un ciment de même nature que celui qui entre dans la composition de la couche 3. C’est à l’humidité contemporaine du dépôt que l’on peut rapporter une partie du concrétionnement. Il est à noter la présence d’éboulis calcaires plus nombreux et de diamètre moyen. Un dépôt identique a été observé par le Dr Henri-Martin dans les grottes de la Fontaine et de la Vierge (Henri-Martin 1928d : 11 ; Arch. H.-M., no 33 411). L’enrichissement du sédiment en blocs calcaires et en éboulis volumineux au sommet du dépôt est significatif d’une recrudescence des processus de gélivation.

16L’industrie lithique, très rare, n’est pas caractéristique et des objets de nature et d’époque très diverses polluent la couche : ferrures de sabots, éclats de verre, tessons de bouteilles, débris de poteries.

17Le remplissage stratigraphique consécutif à la phase d’habitat correspond globalement à une phase de remaniements mécaniques (érosion, transport, sédimentation) en climat devenant froid, sinon périglaciaire, avec action de l’eau (ruissellement, formation fluviatile) et du vent (éolisation des grains de sable [quartz, etc.], des graviers et autres éléments [cailloux, etc.]). Un caractère de forte humidité, accompagné d’une amélioration thermique assez faible, est dominant dans les trois niveaux. Leur attribution à la fin de l’interstade würmien de Laugerie ou à la phase inter-Laugerie-Lascaux (?) peut sans doute être envisagée.

3.1.1.2 Le remplissage stratigraphique contemporain de la phase d’habitat

Étude sédimentologique

18« II. Phase d’habitat où une action plus “acide” semble être intervenue (cette impression première demande à être confirmée par les analyses en cours. Mais il est actuellement bien visible qu’une action éolienne a refaçonné la majeure partie des éléments).

19II (foyer). Niveau avec fragments de calcaire et de roches étrangères à surface légèrement corrodée (desquamation probable de la roche environnante suivie d’une légère phase humide pouvant être saisonnière). Le ciment (éléments plus ténus formant horizon entre les parties rocheuses) révèle la présence de quelques grains de quartz éoliens et fluviatiles anciens (très “salé”, c’est-à-dire recouverts d’une pellicule d’hydroxydes métalliques) que je considère comme empruntés à une formation de vieux dépôts quaternaires antérieurs. (Envisager à ce sujet un ruissellement originel venant du plateau.) »

20J.-L. Baudet, 17.03.52

Étude descriptive du remplissage

Couche 2

21Ce niveau correspond à l’occupation anthropique du site. Sur toute son épaisseur, il se compose de sédiment argilo-sableux de couleur jaune clair, mêlé d’éléments calcaires (plaquettes de gel) et de roches étrangères à surface légèrement corrodée. Les altérations postformationnelles (microgravures, émoussé des angles et des arêtes) de ces éléments, issus vraisemblablement d’une desquamation de la roche encaissante, sont le résultat d’une altération chimique (CO2, acides organiques) coïncidant avec des périodes de moindre gélivation, jointes à des périodes d’élévation thermique toujours accompagnées d’une augmentation de l’humidité. Cette altération chimique est associée à une action éolienne. À l’appui de cette interprétation, soulignons la présence, dans la constitution du ciment, de grains de sable formés de quartz (SiO) éolien venant des granités, des micaschistes, des gneiss ou d’autres roches métamorphiques de l’extrémité méridionale du massif vendéen ou de la bordure nord du Massif central, et de quartz fluviatile ancien, enrobé d’une pellicule d’oxyde de fer hydraté, provenant vraisemblablement des vestiges alluvionnaires de la Touvre et de l’Échelle. Un ruissellement venant du plateau, que l’on peut attribuer à une phase de calme climatique, peut sans doute expliquer la sédimentation de ces grains de quartz. Le phénomène d’érosion qui affecte les éléments calcaires et les roches étrangères fut peut-être amplifié par l’homme, qui a eu, dans l’ensemble, de profondes répercussions sur l’organisation originelle et l’évolution du dépôt.

22Ces caractéristiques texturales et morphologiques témoignent d’une très nette diminution des processus de gélivation qui caractérisent la couche 1 et d’un accroissement considérable des phénomènes d’altération. La couche 2 se signale également par des propriétés sédimentologiques originales : présence d’une composante argileuse assez bien fournie et d’un concrétionnement carbonaté d’origine illuviale, concomitant d’une très forte humidité et d’une augmentation de la température.

23La confrontation des résultats de l’analyse sédimentologique avec ceux qui ont été obtenus par H. Laville dans les niveaux du Solutréen supérieur de Laugerie-Haute (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne) et du Malpas (Bourniquel, Dordogne), (Laville 1975 : 315 et 319-322, tabl. V) semble attester une corrélation entre la couche 2 du Roc de Sers, la couche 2 du Malpas et les couches 28 à 22 du secteur Est et 7 à 2 du secteur Ouest de Laugerie-Haute, globalement contemporaines de l’interstade de Laugerie. Dans les trois sites, cet épisode climatique présente un caractère de forte humidité, accompagné d’une amélioration thermique assez faible, ceci en dépit des variations régionales entre les deux zones. « Il n’a aucune mesure avec les deux interstades würmiens précédents, ni même avec certaines des périodes d’amélioration climatique que nous avons édifiées dans le Würm I » (Laville 1975 : 384).

  • 2 – « Il correspond essentiellement aux interstades Würm lll-IV et de Laugerie, de la chronologie gén (...)

24À la suite de l’étude chronoclimatologique des dépôts solutréens de la grotte de la Riera, réalisée par H. Laville (1980 : 234-236), M. Hoyos Gómez (1994 : 21-37) a mis en évidence les concordances existant entre le cadre climatique et chronologique établi pour la même période dans le sud-ouest de la France (Laville 1975), et la séquence des dépôts solutréens des niveaux du Solutréen moyen et supérieur des gisements asturiens de Las Caldas (niveaux 17 à 10 du couloir et 11 à 19 de la salle I, avec industries du Solutréen moyen [niveaux 11 à 15, couloir et 11 à 18, salle I] et Solutréen supérieur [niveau 10, couloir et niveaux 3 à 10, salle I]) ; La Viña (niveaux VI [S. Oc.] et Via [S.C.]) ; La Lluera I et II (niveau IX) ; Cova Rosa (niveaux F4 à F1) ; Cueto de la Mina (niveaux VIa et Vb) ; la Riera (niveaux 2 et 3) et Chufín. C’est ainsi que l’ensemble de ces niveaux, mis en place lors de conditions relativement douces et humides, se placerait pendant l’interstade de Laugerie : « Corresponde esencialmente con los interestadios Würm III-IV y de Laugerie, de la cronología general y polínica. Esta fase paleoclimática está bien representada en la Cornisa Cantábrica, tanto por el número de yacimientos como por la información sedimentológica que éstos han suministrado. [...] el carácter climático más destacado de esta fase es la humedad [...] que viene heredado de la fase anterior, dondeposiblemente fue algo más marcado. La humedad presenta pulsaciones en el interior de la fase, decreciendo paulatinamente hacia la parte superior de la misma, con una pulsación final más intensa que produce una serie de erosiones, al menos parciales, en algunos de los yacimientos estudiados. En toda ella o al menos en una parte suficientemente amplia, las crecidas de los ríos, las erosiones intensas y los procesos de alteracíon abogan por una cierta estacionalidad de la pluviosidad » 2(Hoyos Gómez 1994 : 26-29).

25D’une façon générale, la couche suivait une inclinaison identique à celle du substratum rocheux, mais son épaisseur et son amplitude variaient d’une partie à l’autre du site. Sous la grotte du Roc, elle ne dépassait pas 1 m ; sur la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, elle oscillait entre 10 et 35 cm ; et sous la grotte de la Vierge, elle atteignait 1,50 m. Les témoins archéologiques recueillis sont abondants et présentent une certaine homogénéité. Les pièces d’industrie lithique et osseuse sont culturellement diagnostiques et s’inscrivent dans les modèles classiques du Solutréen français.

3.1.1.3 Le remplissage stratigraphique antérieur à la phase d’habitat

Étude sédimentologique

26« I. Plaquettes de roche altérée (elles me semblent avoir subi une cuisson ultérieure. Mais ici je vous demanderai de vouloir bien me donner quelques détails sur la position originelle de ces éléments. La seule chose qui m’a frappé, c’est qu’il s’agit d’oxydes métalliques à peu près purs qui ne peuvent être que le résultat d’une action prolongée (naturelle) ou artificielle (cuisson). Ces plaques sont couvertes d’un sédiment calcaire de ruissellement, peut-être conséquence de condensation, avec des particules semblables à celles observées dans le ciment des couches précédentes, c’est-à-dire empruntées à une formation fluviatile-éolienne ancienne. »

27J.-L. Baudet, 17.03.52

Étude descriptive du remplissage

Couche 1

28Cette couche entièrement stérile présente des variations de faciès dont les caractéristiques sédimentologiques permettent sa subdivision en deux niveaux.

29Niveau 1a

30La base de ce dépôt est formée d’un amas de plaques calcaires altérées, de grandes dimensions. Elles supposent des conditions climatiques rigoureuses, avec des alternances gel-dégel de forte amplitude. Une seule indication d’épaisseur de cet amoncellement naturel a été enregistrée par le Dr Henri-Martin sur un croquis de coupe du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge (fig. 14). Celle-ci peut-être estimée à 25 cm environ. La présence d’oxyde de fer hydraté à la surface des plaques ne semble pas correspondre à une action anthropique ponctuelle de cuisson car, d’une part, le sommet de ce dépôt est séparé de la base de la couche anthropique par un sédiment calcaire de ruissellement, et d’autre part, cette variété d’oxyde, produit de démantèlement des placages sidérolithiques des forêts d’Horte et de la Rochebeaucourt, se rencontre dans l’ensemble du gisement, y compris dans les niveaux non anthropiques où elle s’infiltre dans la roche encaissante à la faveur de fissurations du surplomb rocheux. Elle donne aux parois et au sédiment cette couleur allant du rouge orangé au brun-rouge foncé. Les parois ainsi colorées, particulièrement celles de la grotte de la Vierge et dans une moindre mesure celles du fond de l’abri-sous-roche sculpté, sont un bon indicateur du ruissellement de cet oxyde métallique.

31Niveau 1b

32De couleur jaunâtre, ce dépôt présente des caractéristiques sédimentologiques très proches de celles des dépôts édifiés postérieurement à l’occupation solutréenne du versant. Les éléments calcaires, de faible diamètre et fortement altérés, associés à des graviers quartzifères abondants déposés par ruissellement, témoignent de l’amorce d’un épisode plus tempéré –avec une augmentation de l’humidité contemporaine–, responsable du concrétionnement carbonaté de type illuvial qui affecte le sommet du dépôt et la base du niveau anthropique et confère au sédiment une couleur blanc jaunâtre. Les anfractuosités de la paroi ont conservé des lambeaux de cette brèche très compacte et dure, dans laquelle étaient piégées des feuilles de laurier. Elle se poursuivait sans interruption sur toute la base de la plate-forme (Lantier 1952b : 328). Au Fourneau du Diable, D. Peyrony rencontra également cette brèche très dure et très compacte à la base de la Terrasse supérieure (Peyrony 1932a : 26).

33À l’instar des niveaux postanthropiques, le remplissage stratigraphique antérieur à la phase d’habitat correspond globalement à une phase de remaniements mécaniques (érosion, transport, sédimentation) en climat froid, sinon périglaciaire. L’enrichissement du sédiment en blocs calcaires et en éboulis de texture grossière à la base du dépôt est significatif d’une intensification des processus de gélivation, qui correspond probablement aux premières phases du Würm récent (?) (Laville 1989 : 120). Une amélioration thermique assez faible est perceptible au sommet de la couche, avec une augmentation de l’humidité, qui précède un épisode plus tempéré.

3.1.2 Le remplissage stratigraphique des grottes

3.1.2.1 Grotte de la Vierge

34Les sondages effectués par le Dr Henri-Martin restèrent négatifs, car vierges de témoins archéologiques. Partant de ce postulat, il ne fit aucune observation d’ordre sédimentologique et conclut à une vidange ancienne de la grotte (Henri-Martin 1928d : 4).

3.1.2.2 Grotte du Roc

35Dans la partie vestibulaire de la grotte du Roc, le sol a été abaissé sur 16 m2 au cours de la fouille qu’effectua A. Favraud en 1908. Bien que succinctes, les observations qu’il fit indiquent une répartition des témoins archéologiques jusque dans le fond de la grotte. Il distingua plusieurs phases de remplissage (Favraud 1908 : 408, 409), mais sa description n’étant accompagnée d’aucun relevé stratigraphique, il est impossible de connaître la puissance de chaque couche et l’emplacement exact des vestiges découverts.

Couche inférieure

36Entièrement stérile, cette couche était composée d’alluvions anciennes et de cailloux roulés mélangés à du sable rouge argileux sur une grande profondeur. Elle s’étendait sur une longueur de 8,10 m. Ces sédiments endogènes (Laville 1975 : 27) semblent être a priori les résidus de la décalcification de la roche encaissante, apportés par les ruissellements provenant du réseau de fentes. La texture de ce niveau est voisine de la couche « 3-3 bis » du talus sous-jacent à la grotte (cf. § 3.1.1.1). Les cailloux roulés étaient essentiellement des galets de quartz et de granité en abondance dans le dépôt (Henri-Martin 1928g : 34, 35).

Couche moyenne

37Cette couche stérile de couleur grisâtre était en grande partie calcaire et mélangée de cailloux roulés. Ces produits d’érosion superficielle des assises calcaires se rencontraient sur la presque totalité de la surface de la grotte.

Couche supérieure

38Très mince à l’entrée de la partie vestibulaire, la couche augmentait progressivement d’épaisseur, jusqu’à atteindre 0,80 m à 1 m dans le fond. Elle était formée d’un sédiment noirâtre, gras, onctueux, mélangé d’éléments calcaires, d’ossements brisés et de silex. Favraud signalait la présence de deux colonnes de stalactites partant de la voûte et reposant sur la surface du remplissage. Il est aujourd’hui difficile de préciser l’emplacement de cet ensemble, mais on peut supposer que celui-ci se trouvait dans le fond de la grotte, là où le remplissage était le plus dense.

39Les témoins archéologiques d’industrie lithique et osseuse rencontrés dans ce niveau anthropique sont abondants et caractéristiques du Solutréen supérieur français.

40• « Assise inférieure ou assise aurignacienne » (Favraud 1908 : 417-420, fig. 132, 133) : 26 os longs avec traces de sciage longitudinal, accompagnés d’esquilles de débitage non façonnées issues de l’éclatement de l’os par l’intermédiaire d’un ciseau ou d’un coin ; 2 poignards cylindriques en bois de renne encastrés dans la brèche grise ; de nombreux fragments de pointes de sagaies à biseau simple et fût à rainure, et quatre pointes entières provenant de la base de la couche ; quelques baguettes en os à section arrondie dont certaines peuvent rentrer dans la catégorie des pointes de sagaies ; 6 perçoirs en os à extrémité apicale longue et acérée ; 1 poinçon à section semi-cylindrique avec, à sa base, un morceau d’ocre piégé dans la calcite qui le recouvre, et sur le fût, la gravure de deux losanges opposés par la pointe ; 1 canon de cheval (?), scié transversalement à une extrémité et évidé (manche ?), portant de profondes rainures longitudinales (empreintes négatives de futurs poinçons ou de petites pointes) ; 1 fragment d’os d’oiseau scié transversalement à l’une de ses extrémités diaphysaires et arborant une perforation allongée en forme de boutonnière, pratiquée à quelques millimètres de l’extrémité aménagée ; 1 fragment osseux orné d’un décor non figuratif composé de 8 lignes transversales et obliques, chacune rehaussée d’une rangée de courtes stries perpendiculaires et parallèles entre elles ; 1 fragment d’os plat à perforation circulaire, désigné par erreur comme un « bâton de commandement » ; 9 épiphyses présentant une partie biseautée due au débitage et des traces de polissage d’usure sur cette face ; sur certaines pièces, les autres surfaces portent également des traces de polissage ; 1 fragment de bois de renne biseauté à l’une de ses extrémités et orné sur toute sa longueur de stries transversales peu profondes et parallèles entre elles ; 3 lissoirs en os, larges et minces, et un fragment de lissoir très mince en ivoire, fortement usé, dont certains fragments ont été retrouvés à quelque distance les uns des autres ; 2 phalanges de renne percées (perforation animale) ; un galet ovale en pierre verdâtre (?) portant des traces d’usure d’un côté et de l’autre et un décor non figuratif composé d’incisions croisées à la manière d’un damier. Ce galet est sans doute à rapprocher du godet et des perles en stéatite vert clair découverts à La Chaire à Calvin (Bouvier 1968 : 66). La stéatite se rencontre essentiellement dans les schistes cristallins. Dans le Massif central, il en existerait à la Crouzille et près d’Ambazac (Haute-Vienne), (P. Fitte, in : Bouvier 1968 : 2), à 90 km à vol d’oiseau du Roc de Sers. D’après Favraud, les outils en os paraissaient localisés autour des deux colonnes de stalactite, au milieu d’ossements brisés et de débris de toutes sortes, de pointes et de racloirs d’aspect moustérien (Favraud 1908 : 409). Au sommet de la couche, juste au-dessous de l’assise solutréenne, se rencontraient les « flèches à biseau » (pointes de sagaies à base en biseau), les « polissoirs en os spongieux » (lissoirs) et les « fragments de minerai de plomb » (cinq blocs de minerai de plomb de la grosseur d’un poing). Le reste de l’industrie osseuse et de l’industrie lithique était réparti à tous les niveaux de l’assise inférieure. Au total, 460 outils en silex ont été recueillis dans cette couche (Favraud 1908 : 410-417, fig. 128-131) dont 130 burins ; 20 lamelles ou fragments de lamelles à dos retouché ; 7 perçoirs ; des lames retouchées ; des grattoirs ; des racloirs ; une quinzaine de nucléus en silex noir patiné ; des lames et lamelles non retouchées ; des percuteurs en quartz ; un bloc de calcaire, ovale et plat, retouché sur son pourtour et portant sur l’une de ses faces des traces de percussion et d’usure ; une lame dont l’une des extrémités est ocrée.

41• « Assise supérieure ou assise solutréenne » (Favraud 1908 : 421, 422, fig. 134 ; Smith 1966 : 244, fig. 65). D’après Favraud, cette assise recouvrait entièrement l’assise précédente de laquelle elle n’était séparée par aucune assise intercalaire ou niveau stérile. Son épaisseur était comprise entre 10 et 15 cm. Le matériel recueilli est varié, mais assez pauvre : 1 feuille de laurier incomplète brisée en trois morceaux ; 1 feuille de saule possible ou une pointe à face plane du « sous-type E » de la nomenclature proposée par P. Smith (1966 : 50) ; 8 petites pointes à cran dont une entière et quelques grattoirs à front circulaire. Favraud ne mentionna l’existence d’aucun burin et d’aucune lamelle à dos et il semble que l’industrie osseuse était absente de ce niveau. Dans une partie déjà remaniée de la grotte, il découvrit une aiguille à chas (Favraud 1908 : 419, fig. 133). Son origine stratigraphique était incertaine, mais il supposa néanmoins qu’elle pouvait être attribuée au Magdalénien, si elle n’était pas Solutréenne. En regard de l’absence d’aiguilles à chas dans le matériel recueilli par le Dr Henri‑Martin au cours de ses fouilles sur l’ensemble du gisement, P. Smith se prononça pour l’hypothèse d’une origine magdalénienne (Smith 1966 ; 244).

42Les caractéristiques sédimentologiques du remplissage de la grotte (phénomènes d’altération et d’érosion des alluvions coïncidant avec des reprises d’écoulement, formation de concrétionnement carbonaté de caractère illuvial, sous la forme d’un enduit de calcite profond et de caractère stalagmitique supposant des phases d’arrêt de sédimentation d’assez longue durée) témoignent d’une instabilité climatique à l’amorce d’un épisode plus tempéré dans un contexte exceptionnellement rigoureux. L’occupation humaine de la grotte correspond donc vraisemblablement à l’interstade de Laugerie, tempéré et humide.

3.2 La modification des dépôts

3.2.1 Le remaniement du remplissage stratigraphique consécutif à la phase d’habitat

43Outre la phase d’altération secondaire des dépôts, qui est intervenue au fur et à mesure de leur mise en place par le jeu de la gélivation de reprise, de la cryoturbation, du lessivage, de la dissolution, etc., deux facteurs ont occasionné le remaniement profond de la couche superficielle du remplissage : l’effondrement des blocs issus du surplomb rocheux et le creusement de la sépulture.

3.2.1.1 Remaniements naturels

44L’effondrement du surplomb rocheux qui dominait l’entrée des grottes du Roc et de la Vierge a sans doute été le premier facteur du remaniement profond de la couche superficielle du talus sous-jacent. Une déstabilisation physique climatique importante, pendant laquelle le dégel journalier était inexistant, a favorisé le démantèlement graduel du versant, et les pans de falaise effondrés sur le talus ont scellé le remplissage. À la hauteur de la grotte du Roc, le poids du bloc Bl 1 avait été estimé à 20 t environ (Henri-Martin 1929c : 485) et, comme le signalait R. Lantier, 50 t de calcaire au total avaient été dégagées le long du talus (Lantier 1952b : 326). Ce constat suffit à concevoir les répercussions qu’un tel phénomène a pu avoir sur les dépôts sous-jacents (déplacements, tassements, concassage de matériel, etc.). Sous la grotte de la Vierge, les masses calcaires les plus volumineuses qui jonchaient le talus (fig. 7) ne furent pas démantelées et témoignent aujourd’hui de l’importance de ce processus naturel (fig. 10).

45À l’aide des mesures prises par le Dr Henri-Martin pour chacun des blocs (tabl. III), il est possible de tenter une évaluation des dimensions du surplomb rocheux dominant la grotte du Roc, avant son affaissement. Cette mesure théorique ne prend en compte que les blocs les plus volumineux susceptibles de s’être effondrés simultanément. Les mesures obtenues sont : longueur, 8,20 m – 8,70 m ; largeur, 5 m – 5,60 m (hypothèse).

46Un même calcul peut être réalisé pour le surplomb rocheux de la grotte de la Vierge. Les mesures obtenues sont : longueur, 8,60 m ; largeur, 4,40 m (hypothèse). Ces masses calcaires devaient constituer de véritables auvents de protection des zones situées à l’aplomb de l’entrée des grottes.

3.2.1.2 Remaniements anthropiques

47Le creusement de la sépulture triple dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc est, d’un point de vue chronologique, le deuxième facteur de remaniement de la couche supérieure. Plusieurs hypothèses peuvent être formulées quant au mode d’enfouissement des corps et les perturbations qu’il provoqua, mais une seule paraît être la plus plausible. Son caractère inédit est donné par un croquis de coupe réalisé par le Dr Henri-Martin lors de l’attaque latérale gauche du talus sous-jacent à la grotte du Roc, contre la tranchée de « l’abri solutréen » (fig. 13). Sur ce croquis figure la deuxième face latérale des blocs Bl 1, Bl 2 et Bl 3.

48Si pour chacun des blocs la configuration de cette face était, semble-t-il, quasi identique à la face opposée, il n’en était pas de même de ses dimensions (tabl. III). De ce fait, l’espacement entre les blocs se trouvait modifié.

TABL. III
Talus sous-jacent à la grotte du Roc. Mesures des faces latérales des blocs d’effondrement relevées par le Dr Henri-Martin en 1924 (Arch. H.-M. carnet : 14-17).

49L’écart le plus important était situé entre les blocs Bl 1 et Bl 2. Alors presque jointifs du côté est, ils étaient séparés de 1,20 m du côté ouest. La couche supérieure n’était donc pas scellée à cet endroit, comme elle le fut sur l’ensemble du talus, mais était surmontée d’un amoncellement de pierres sèches, édifié postérieurement à l’effondrement du surplomb rocheux. Sur la base de ces observations, il convient d’émettre l’hypothèse de l’utilisation de cette fosse naturelle pour l’inhumation du corps des deux adultes et de l’adolescent, sous le bloc Bl 1. Cet agencement de pierres avait-il permis une inhumation en plusieurs étapes, la seule contrainte ayant été de déplacer et de replacer les pierres ? Ceci expliquerait le « désordre » observé parmi les ossements, indépendamment de l’action des racines, et confirmerait la présomption d’une inhumation primaire, sans que l’hypothèse d’une inhumation secondaire soit totalement rejetée (Garanger et al. 1992 : 265, 266). Un fragment de glabelle provenant sans doute de la sépulture fut trouvé dans la couche 2 (Lantier 1952b : 329).

50Une autre ouverture naturelle, large de 1,30 m, existait entre la falaise et le bloc Bl 1. À la différence de la précédente, elle n’était pas comblée de pierres sèches, mais d’un remplissage qualifié de moderne et de néolithique par le Dr Henri-Martin, sus-jacent à la couche supérieure. À la faveur de cette concavité, les corps auraient pu également être inhumés sous le bloc Bl 1 après dégagement du remplissage, ce qui expliquerait le remaniement du dépôt à cet endroit. À la lueur de ces hypothèses, on peut également imaginer l’utilisation simultanée de ces deux espacements.

51D’aspect ancien et d’une hauteur d’un mètre, un autre agencement de pierres sèches surmontait l’ensemble des blocs effondrés sur le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge (fig. 7). L’emplacement stratigraphique et la technique d’assemblage similaires de ces pierres semblent attester leur contemporanéité. Cependant, si certaines hypothèses peuvent être émises quant à la fonction de la première structure, celle de la seconde demeure inconnue.

52Bien qu’élaborées à partir de données anciennes, ces suppositions mettent en valeur un aspect intervenu directement dans la dynamique des dépôts, mais jusque-là négligé. Il conviendra maintenant au spécialiste de replacer cette « hypogée » naturelle dans un cadre régional et interrégional.

3.2.2 Le remaniement du remplissage stratigraphique contemporain de la phase d’habitat

53Outre un rôle dans la sédimentation, l’occupation des abris de cette partie de la vallée par l’Homme a eu de profondes répercutions sur l’évolution des sédiments et l’organisation originelle des dépôts (Laville 1980 : 59-61). Les modifications imputables à l’aménagement d’aires d’activités (creusement de fosses ou de foyers, régularisation du sol d’habitat, etc.) ont une incidence directe sur les couches en place, tandis que l’accumulation de matières organiques d’origine animale ou végétale, de déchets de taille de silex et d’outils, de déchets de cuisine, de produits de l’aménagement du sol (galets de rivières édifiés en foyers et plaques calcaires disposées en dallages) et d’apports accidentels, a une incidence indirecte. Dans l’ensemble du gisement, les indices relatifs à ces deux aspects de l’action de l’homme sur les sédiments sont très imprécis et seules la puissance du dépôt anthropique et la densité des « foyers » domestiques peuvent témoigner de cette répercussion.

3.3 L’habitat et le dispositif pariétal : données stratigraphiques

54Au Roc de Sers, la méthode de fouille « verticale » en tranchées n’a pas permis la mise en évidence d’une organisation des sols d’habitat, puisque ceux-ci ne furent jamais découverts sur plus de quelques décimètres carrés à la fois, mais celle de la permanence d’un habitat. Seuls quelques structures de combustion, des portions de dallage, des « vestiges fugaces », comme des amas de petits éclats de taille ou des charbons, des pièces d’art mobilier, de l’industrie lithique et osseuse, et l’agencement des fragments sculptés ont été signalés. La confrontation des données anciennes de la fouille avec la configuration « architecturale » naturelle de l’espace situé au pied des abris, définie par H. Delporte comme une « structure d’accueil » (1996 : 14) conditionnant la topographie des structures d’aménagement, permet toutefois d’envisager, de manière générale, une dynamique évolutive de ce site d’habitat. Trois unités d’habitation ont été aménagées et occupées, simultanément et parfois successivement, par les groupes solutréens qui choisirent cette partie du versant de la vallée (tabl. IV, V, VI).

3.3.1 Talus sous-jacent à la grotte du Roc
fig. 7, 9, 12

55L’épaisseur maximale du dépôt était de 1,03 m au pied de la falaise, puis diminuait progressivement le long du talus, épousant les ressauts et les gradins du substratum rocheux. Les témoins archéologiques se rencontraient sur toute son épaisseur et sur une longueur de 8,50 m. Ainsi de petits amas de très nombreux petits éclats (Lantier 1952b : 328) correspondaient vraisemblablement à des entités cohérentes, aires de débitage ou amas de rejet, comparables à celles qui furent mises au jour à Fressignes (Éguzon, Indre) et qui confirment, par les remontages enregistrés sur place lors des décapages, à la fois la stabilité stratigraphique des dépôts et la conservation des séquences de sols d’occupation, brèves et successives (Vialou, Vilhena Vialou 1994b : 2). Dans le cas du talus sous-jacent à la grotte du Roc, l’étude de ces ensembles appartenant à une structure d’habitat vraisemblablement homogène ne peut être conduite au-delà de cette simple observation stratigraphique, faute de l’enregistrement de la position de ces vestiges fugaces.

56Plusieurs foyers étaient également répartis le long de la pente. Il est important de souligner à ce propos que, jusqu’aux fouilles de 1951 inclues, cette terminologie était synonyme de couche archéologique, celle-ci étant composée d’un sédiment sombre comportant des charbons de bois et des foyers au sens strict.

57Le foyer le plus important, qui fut sans doute le foyer domestique de l’habitation, se situait sur le haut du talus (plancher), à l’aplomb de la sépulture. Il s’étendait sur une longueur de 4 m et, sur une épaisseur d’1 m, le sédiment charbonneux recouvrait entièrement les sculptures des figures animales du fragment S et du fragment R, encore solidaires du banc rocheux (cf. § 5.12 et 5.13), (fig. 15). À la hauteur d’un ressaut du rocher, à droite du bouquetin du fragment R, la couche s’achevait brusquement. Cet hiatus sédimentaire fut causé par l’aménagement de la sépulture (Lantier 1952b : 328) (cf. § 3.2.1). La superficie de ce foyer est difficile à estimer en raison de l’absence de documents de synthèse réunissant les observations in situ et les données rassemblées dans les différents croquis de coupe du talus. Cette lacune est sans doute en partie imputable à la difficulté qu’éprouvèrent les trois archéologues à préciser les limites de ce foyer, qui s’étendait sur une bande irrégulière, à proximité immédiate de la falaise (Lantier 1952b : 328, 329). Il est toutefois possible, à partir de l’étude de ces croquis, d’élaborer quelques hypothèses quant à sa nature.

FIG. 15
Talus sous-jacent à la grotte du Roc. Le bouquetin sculpté (fragment R) et la base du dépôt anthropique. La sculpture n’est pas complète. L’assise inférieure du banc rocheux a disparu à la suite d’un « levage » ainsi que toute la partie en avant de l’animal (Arch. H.-M. no 33 411).

58Aucune cuvette ou fosse ne semble avoir été creusée préalablement à sa mise en fonction. Les Solutréens se sont contentés d’allumer le feu directement sur le sol. Le concrétionnement induré du sédiment sous-jacent était peut-être l’une des raisons de cet aménagement sommaire ou, comme le suggérait A. Leroi-Gourhan en analysant le grand foyer à plat 36-G 115 de Pincevent (La Grande-Paroisse, Seine-et-Marne), l’absence de cuvette peut avoir été en rapport avec la maniabilité des braises pour un travail particulier, culinaire ou technologique : « Ces foyers à plats offrent la particularité d’avoir un contour très irrégulier, comme si les braises avaient été regroupées et dispersées successivement pour une opération exigeant un feu couvert » (Leroi-Gourhan 1984 : 63, fig. 36). À mi-hauteur, des blocs alignés mais non jointifs, d’une épaisseur de 20 à 30 cm, étaient peut-être les éléments d’une bordure destinée à circonscrire le foyer, impliquant alors chronologiquement un changement de fonction du dispositif ; ou peut-être s’agissait-il de calorifères plus ou moins efficaces, restituant lentement la chaleur après l’extinction du feu. À l’exemple d’Etiolles (Essonne), ils auraient pu également constituer des structures de calage, servant à maintenir des récipients en peau destinés à faire chauffer l’eau et cuire des aliments. Dans ce gisement, de petites zones curieusement vierges de tout vestige, dans un secteur où le sol d’habitat est pourtant jonché de déchets, ont été interprétées comme des endroits où étaient posés des récipients (Olive et al. 1991 : 52).

59La découverte d’une importante quantité de plaquettes calcaires rubéfiées, en totalité ou en partie, à proximité de la falaise et du foyer, permet d’envisager l’aménagement d’une bordure circulaire, d’une demi-couronne ou d’un dallage de proximité. Bien qu’aucune information (plan, photographie) concernant leur agencement dans le site n’ait été enregistrée à l’époque de leur conditionnement, la couleur du calcaire, liée à l’intensité et au temps de chauffe, permet de préciser leur position, en contact ou à proximité de la zone de combustion. Un essai de reconstitution des plaquettes initiales à partir des fragments éclatés au feu est resté vain. Dans ce lot, une plaquette de schiste gravée d’un enchevêtrement de figures animales a été mise au jour en novembre 1923. Le Dr Henri-Martin y lisait le profil d’un mammouth qui demeure douteux (Arch. H.-M. carnet : 15).

60Une analyse physico-chimique des charbons, réalisée à la demande du Dr Henri-Martin, ne révéla aucune trace de charbon végétal (Henri‑Martin 1928d : 8). Si l’analyse pratiquée sur ces charbons permet de croire à cette absence, il ne s’agit pas d’une certitude, car des végétaux ont pu néanmoins être utilisés, au moins pour amorcer la combustion (Perlès 1977 : 47). Il est possible aussi que l’absence de charbons de bois soit liée à un facteur de combustion différentielle, certains bois se consumant totalement. Le combustible utilisé, ou du moins celui qui a fourni l’essentiel de la masse des matériaux combustibles, était principalement l’os animal, très abondant dans le foyer, notamment à la base, alors qu’à sa partie supérieure, la couche se composait de cendres charbonneuses. La nature de la surface des ossements nous renseigne sur les conditions de la combustion. La première catégorie comprend les os ayant pris à leur surface une coloration blanche. Le feu était donc vif et l’apport d’oxygène suffisant. Dans l’hypothèse de la présence de bois, celui-ci peut avoir été entièrement consumé. La deuxième catégorie comporte les os d’un noir de jais. Ils témoignent d’une combustion lente, étouffée, bien propre à la conservation des charbons de bois. Le Dr Henri‑Martin notait à ce propos qu’en « majorité les os incisés ne sont pas carbonisés, les muscles étaient donc souvent séparés de l’os avant de subir l’action du feu [...]. Les ossements brûlés sont cependant nombreux dans une partie de la couche archéologique, mais je pense que ce sont des déchets repoussés dans le foyer [...]. Ces os noirs très denses prouvent que la calcination ne correspond pas à une cuisson volontaire des muscles périphériques, car ceux-ci auraient été complètement carbonisés avant que le feu n’atteigne le tissu osseux » (1924a : 528). L’os ayant fourni l’essentiel de la masse des matériaux de combustion, il est impossible, voire sans aucune signification, de tenter de distinguer des ossements placés dans le foyer comme déchets domestiques, d’ossements placés dans le foyer comme combustible.

61Les espèces représentées dans l’ensemble de la couche étaient principalement le renne dont les restes appartenaient à de jeunes sujets. Le cheval était assez rare, ainsi que le bœuf (sans doute du bison), avec 2 fragments (Arch. H.-M. carnet : 15), et les canidés, avec quatre canines. Plusieurs mâchoires de cerf élaphe ont été enregistrées, ainsi qu’un cuboïde et un calcanéum de bouquetin. Une étude précise des os restés identifiables grâce à une combustion incomplète permettra sans doute de savoir s’il y eut sélection de certaines parties du squelette, en particulier celles qui contiennent le plus de graisse ou de moelle, à l’exemple des foyers de la grotte de La Garenne, à Saint-Marcel (Indre), où le Dr Allain avait remarqué une abondance des épiphyses et des fragments de tissus spongieux, alors que ceux-ci étaient très rares sur les sols d’occupation autour des foyers (Perlès 1977 : 50).

62Quelles étaient les motivations d’un tel choix ? Sans y voir une relation causale absolue, la pauvreté en arbres est-elle un facteur ayant conduit les Solutréens de cette région à utiliser principalement l’os comme combustible ? Seule l’analyse des pollens, dans l’hypothèse de leur présence dans les témoins conservés des couches archéologiques, permettrait d’avoir une image plus précise du cadre végétal et de la flore ligneuse qui entourait l’habitat. Déjà, il est à supposer que le cortège pollinique obtenu à Laugerie-Haute, au Malpas (Bourniquel, Dordogne) ou à l’Abri Fritsch (Les Roches, Indre) (Leroi-Gourhan 1984 : 111-116, fig. 41) est sans doute très proche de ce que pouvait être celui du site au cours de la même oscillation climatique. Ce cortège est représentatif d’un paysage de forêts légères dont le taux de boisement demeure relativement faible et ne dépasse pas 25 %. L’amélioration thermique se signale par la présence de nombreux feuillus thermophiles (aulne, orme, tilleul, chêne, charme, hêtre, frêne, érable), des boqueteaux de pins sylvestres et des taillis de noisetiers et de saules. La forte humidité contemporaine est confirmée par la prédominance des éléments hygrophiles dans la strate herbacée, mais sans évoquer un véritable épisode de forêt tempérée. La moindre sensibilité de l’os à l’humidité ambiante était sans doute un autre critère de choix.

63La densité de ce « foyer » témoigne d’une constante diachronique, liée à la configuration naturelle de cet espace situé au pied de la falaise et protégé des vents dominants par sa composante sud-est, et à l’avancée en encorbellement de la roche, qui favorisait sans doute le tirage du feu et l’évacuation de la fumée. Aucune interruption n’est stratigraphiquement et culturellement décelable dans l’accumulation du dépôt anthropique et cela laisse supposer, soit une occupation permanente, soit une succession d’occupations saisonnières, pendant lesquelles les structures de combustion auraient été réaménagées toujours aux mêmes endroits, même si les structures construites étaient différentes selon les phases. Cela signifierait que, dans les deux cas, il y a eu répétition de comportements identiques et pérennité d’habitudes culturelles par des générations successives d’une même communauté ayant abouti à une structuration particulière de l’espace. L’étude palethnographique appliquée aux vestiges osseux, assez bien conservés dans l’ensemble du site, apportera certains éléments concernant : la nature et la durée de l’occupation de cette partie du versant (camp saisonnier ou camp de base) en relation avec les autres unités d’habitation ; les techniques de chasse et les stratégies d’acquisition mettant en évidence le degré de dépendance liant l’homme à son environnement, ainsi que sa capacité à en gérer les ressources ; les techniques d’exploitation de la carcasse animale, son traitement et la caractérisation de chaînes opératoires et de techniques industrielles (Letourneux 1995 : 5, 6). Parallèlement, une étude paléoclimatologique renseignera sur le climat et le couvert végétal présents au moment où les animaux sont morts ; les motivations des choix anthropiques : abondance du gibier au moment de l’occupation du site (problème de saisonnalité et de mouvement migratoire dans la distribution, la présence et la fréquence des différentes espèces), compatibilité ou incompatibilité de l’écoéthologie des espèces avec les stratégies de chasse mises en œuvre, problème des niches écologiques peu propices à l’homme... (ibid. : 3, 4).

64L’ensevelissement progressif des sculptures encore solidaires du substratum rocheux implique nécessairement des changements conceptuels collectifs. Aucune interruption stratigraphique et culturelle n’étant apparente dans la sédimentation de ce dépôt anthropique, la difficulté consiste à déterminer le moment au cours duquel ont pu se produire ces changements. Ils sont sans doute à mettre en relation avec un événement majeur dans l’histoire de l’occupation du site : l’effondrement du toit de l’abri-sous-roche.

65Dans cette zone, d’autres foyers ont été signalés par le Dr Henri-Martin, mais aucun document ne spécifie leur nombre, leur positionnement et leur nature. Un sondage effectué lors des fouilles de 1951 précisait que « el lecho de hogares negruzcos » (Lantier 1952b : 327) se poursuivait jusqu’à la base du talus, sous le bloc Bl 5, en diminuant d’importance à mesure que l’on s’éloignait de la paroi rocheuse. Cette description sédimentologique semble être à l’origine de la profusion de ces aires d’activité spécifique. L’emploi de la pioche au cours de l’ouverture des tranchées a sans doute contribué d’une certaine façon à l’extension ou au morcellement involontaire de ces dépôts fragiles. Cependant, on ne peut écarter l’idée qu’il pouvait exister de petits foyers satellites, utilisés de manière plus temporaire, ou des foyers plus discrets, réduits à une simple tache de terre charbonneuse et rubéfiée, ou encore d’amas d’évacuation constitués à la suite du nettoyage de l’aire de combustion principale. Observant un changement de coloration de la couche à mi-hauteur et la présence de nappes de terre glaiseuse, pauvres en faune et en industrie, interrompant irrégulièrement les foyers qu’elles cernaient fréquemment, R. Lantier émit l’hypothèse d’un déplacement de ceux-ci le long de la paroi rocheuse, en excluant un abandon, même momentané, de la station (1952b : 328). Cette interprétation spatio-temporelle aurait exigé des analyses plus précises pour pouvoir être validée.

66Deux petits foyers plats mis au jour par G. Henri-Martin au-dessous des dalles effondrées, dans le dépôt de pente et en contrebas de la sépulture, furent rapportés par R. Lantier à une occupation nouvelle et temporaire du Roc, probablement par de petits groupes de chasseurs, assez longtemps après l’abandon du site, au début du Magdalénien (1952b : 330). Cependant, le matériel en relation avec ces foyers était insignifiant et non caractéristique de l’une ou l’autre culture. Il se composait d’une « industrie à lames, sans pointe à cran, ni feuille de laurier », que G. Henri-Martin attribua tout de même, avec prudence, au Solutréen (Henri-Martin 1957 : 140). Il est à noter aussi que dans un croquis de coupe du talus sous-jacent à la grotte du Roc (Arch. G.H.-M.), elle signalait la présence de deux zones noirâtres, mais n’évoquait pas celle de véritables foyers. L’hypothèse d’un remaniement par le creusement de la sépulture expliquerait la rareté du matériel et l’existence de ces pseudo-foyers.

3.3.2 Abri-sous-roche sculpté
fig. 7, 16

3.3.2.1 Stratigraphie

67Le niveau anthropique était limité essentiellement à la plate-forme naturelle au pied de la falaise, tandis que la partie déclive était constituée de dépôts édifiés postérieurement à l’occupation solutréenne du site. Son épaisseur oscillait entre 10 et 35 cm et sa superficie maximale peut être estimée à 47 m2 environ. Le modeste témoin conservé par le Dr Henri‑Martin à l’issue de ses travaux n’a pu être localisé. Il est possible cependant que les moulages de la frise sculptée, présentés sous une véranda, en assurent la protection.

68Ce niveau se composait d’un foyer domestique d’une superficie de 4 m2 (Arch. H.-M. carnet : 61, 66), directement en contact avec le niveau 1b. Cette terminologie est à nuancer car, comme il est signalé précédemment, elle relève de facteurs historiques et d’une différence d’état d’esprit. De même que pour l’installation du foyer domestique de l’habitat situé à l’aplomb de la grotte du Roc, les Solutréens avaient privilégié ici aussi la proximité de la paroi rocheuse, les traces charbonneuses disparaissant sur la bordure externe de la plate-forme, avant la rupture de pente. À ce niveau, le sédiment prenait une consistance plus argileuse, sa teinte était plus claire et sa résistance moindre (Henri-Martin 1928g : 36). Vers l’est, une large entaille, qu’empruntait le chemin de la ferme, limitait l’extension du foyer.

FIG. 16
Plate-forme de l’ancien abri-sous-roche sculpté.

69Le concrétionnement induré du dépôt sous-jacent semblait être à nouveau l’une des raisons d’un aménagement sommaire du foyer. L’hypothèse d’une utilisation principale comme source de lumière semble plausible en l’absence de l’aménagement d’une véritable structure de combustion et surtout en raison de la proximité de la frise sculptée. De nombreux galets de quartz de la taille d’un poing, identiques à ceux qui constituaient le remplissage de l’assise inférieure de la grotte du Roc (cf. § 3.1.2.2), portaient des traces de rubéfaction d’une couleur « laque carminée foncée », que le Dr Henri-Martin attribua à une action prolongée du feu (1928g : 35). Aucun agencement particulier de ces blocs ne permet d’affirmer leur rôle dans l’aménagement du foyer. L’os animal, très abondant, était la matière première combustible. L’état très fragmentaire des os brûlés est sans doute imputable à l’effondrement du toit de l’abri-sous-roche.

70Dans ce dépôt, dont le volume fouillé par le Dr Henri-Martin représente approximativement 6 m3, ont été recueillies plus de 2 000 pièces déterminées d’industrie lithique (Henri-Martin 1928g : 36). De très nombreux éclats de retouche solutréenne « de forme écailleuse, minces, oblongs ou circulaires » (1927c : 292 ; 1928g : 35) semblent correspondre aux enlèvements écailleux issus de la fabrication ou de la reprise des pointes à cran et des feuilles de laurier en particulier. Bien qu’aucune précision concernant leur répartition spatiale n’accompagne leur description sommaire, ils attestent néanmoins l’existence probable d’aires d’activité spécialisée (fabrication, transformation). La migration, la précipitation et la cristallisation des carbonates, dissous à l’intérieur du sédiment, contribuèrent à cimenter progressivement par zones les artefacts entre eux. Cette cohésion préservée témoigne de la stabilité stratigraphique du dépôt. Cependant, la description du positionnement des pièces, qui faisait défaut dans les divers travaux du Dr Henri-Martin concernant le remplissage du talus sous-jacent à la grotte du Roc, reste malgré tout anecdotique et il est difficile d’avoir aujourd’hui une idée précise du contenu de ce niveau (Henri-Martin 1928g : 43, 39, 54, fig. 23, no 1 ; 1928d : 20 ; Arch. H.-M. carnet : 60).

71L’occupation de la plate-forme fut ensuite brutalement interrompue par l’effondrement d’une partie du toit de l’abri. Il correspond à un stade où l’encorbellement rocheux était devenu tel que le simple poids de la paroi surplombante dépassa la résistance mécanique du calcaire et entraîna un fractionnement du massif rocheux. Les ruptures se sont traduites par un réseau de fissures créant des plans de fracture, ou plans de moindre résistance, délimitant des blocs élémentaires. Les discontinuités lithologiques préexistantes (joints subhorizontaux, diaclases), qui déterminent des bancs décimétriques et métriques, la déformabilité et la résistance du matériau, relayées par l’action de la cryoclastie, banale en contexte périglaciaire, sont autant de facteurs ayant contribué à la géométrie de ces blocs anguleux et parfois très volumineux, parmi lesquels ont été retrouvés quelques-uns des éléments sculptés.

72Postérieurement à ces effondrements, la falaise continua à subir une desquamation lente, provoquée par des altérations chimiques et une action éolienne importante. Un volume détritique s’est ainsi constitué et recouvrit progressivement les blocs jonchant la couche anthropique sur une épaisseur d’environ 70 cm. Le sommet de ce dépôt témoigna d’une nouvelle occupation solutréenne de cette partie du versant, confirmant ainsi l’âge solutréen du niveau sous-jacent (Henri-Martin 1932b : 1). Très inconstant et d’une épaisseur d’une dizaine de centimètres, il était composé de fins produits charbonneux révélant la présence d’un foyer à plat correspondant au « foyer moyen » décrit par le Dr Henri-Martin (Arch. H.-M. carnet : 63). La couche anthropique s’étendait sur une longueur de 2,50 m et renfermait un très petit nombre de témoins archéologiques : 2 fragments de pointes à cran, 1 fragment de feuille de laurier, 1 grattoir double sur feuille de laurier. Partant de ce postulat, il est difficile de croire, comme le suggérait le Dr Henri-Martin (1928g : 55), à une extension du niveau précédent. Une nouvelle série d’effondrements, provoquée par le recul graduel du front de falaise, mit fin à cet emplacement temporaire.

73La sédimentation se poursuivit ensuite comme précédemment, sur une épaisseur de 50 cm, enfouissant à nouveau les masses calcaires démantelées et colmatant les interstices. Une ultime et très brève occupation du site, avant le recul définitif de l’abri-sous-roche, est caractérisée par un niveau d’une épaisseur de 5 cm et d’une longueur de 1,50 m. Il s’agit ici de la « couche supérieure » ou « foyer supérieur » observé par le Dr Henri-Martin (Arch. H.-M. carnet : 66 ; Henri-Martin 1928g : 55). Quelques traces de rubéfaction du sédiment et la présence de fins produits charbonneux permettent d’envisager l’existence d’un mince foyer à plat. Les pièces d’industrie lithique étaient peu abondantes et incluses dans une brèche un peu argileuse. Les éclats de taille étaient nombreux, ce qui dénote peut-être la présence d’une aire de débitage. Par sa forme massive, l’unique pointe à cran qui fut recueillie n’est pas le résultat d’une maladresse du tailleur qui la façonna, comme le pensait le Dr Henri-Martin, et il ne s’agit pas non plus d’une forme dégénérée correspondant à un Solutréen final ou à un Magdalénien initial, ainsi qu’il l’écrivit (1928g : 55, fig. 25, no 23 ; fig. 30), et à sa suite R. Lantier (1952b : 324, 325). Cette pointe à cran entière est effectivement plus massive que les autres, mais n’est pas unique dans le gisement où d’autres exemplaires ont été mis au jour (cf. § 3.4.1.1). Une large partie du limbe et du bord gauche est restée brute de retouche, ainsi que la face inférieure. La soie large est à bords rectilignes et plus longue que le limbe. Le cran est peu extériorisé. Ces caractères tendent à rapprocher morphologiquement cet objet des pointes à cran de « type B » défini à Combe Saunière (Sarliac-sur-l’Isle, Dordogne).

74L’ensemble de ces dépôts successifs atteignait 3,40 m de hauteur contre la falaise.

3.3.2.2 Apport des données stratigraphiques à la caractérisation des fragments sculptés

75À ce niveau d’investigation, il convient de s’interroger sur la nature des éléments sculptés mis au jour dans la couche inférieure du niveau anthropique. La problématique est la suivante : s’agit-il d’un « art sur blocs », pour reprendre la définition proposée par A. Laming-Emperaire (1962 : 174), c’est-à-dire de blocs détachés des parois au cours du recul du front rocheux, et donc dérivant directement de l’art pariétal stricto sensu, sculptés et agencés ultérieurement par les groupes solutréens qui occupèrent cette partie du versant nord de la vallée, ainsi que l’avait envisagé le Dr Henri-Martin (1928g : 57-59, 80), et à sa suite la plupart des préhistoriens (Laming-Emperaire 1962 : 205 ; Leroi-Gourhan 1971 : 253 ; 1995 : 457 ; Delporte 1984 : 578 ; 1989 : 7, 8 ; 1988a : 38, 39 ; 1990 : 136, 137 ; Delporte et al. 1995 : 21 ; Delluc, Delluc 1989a : 22 ; 1989b ; 39 ; 1989e : 183 ; Vialou 1984 : 70 ; 1989 : 33 ; Roussot 1984b : 74 ; 1989 : 45, 46 ; 1994b : 39, 49 ; Bouvier 1988 : 32 ; Geneste et al. 1989 : 158) ? Ou s’agit-il, au contraire, des fragments d’une frise sculptée démantelée naturellement et correspondant à l’effondrement du toit de l’abri-habitat où elle avait été exécutée, ainsi qu’en avait conclu S. de Saint-Mathurin en confrontant les observations recueillies par le Dr Henri-Martin avec celles qu’elle fit au cours des fouilles qu’elle mena à la Cave Taillebourg, à Angles-sur-l’Anglin (Vienne) (Saint-Mathurin 1975 : 24) ?

76L’exploitation des données archéologiques, jointe à l’observation topographique du site, permet aujourd’hui de réviser la thèse défendue par le Dr Henri-Martin et de privilégier celle de la nature véritablement pariétale des sculptures.

77D’un point de vue stratigraphique, il est apparu que l’effondrement progressif du toit de l’abri-sous-roche s’était produit au cours de l’occupation de l’abri par les Solutréens, ou peu de temps après son abandon, scellant ainsi la couche archéologique. Ce processus naturel a été également observé sur une longueur d’une vingtaine de mètres entre les deux grottes, témoignant de l’extension de l’abri-sous-roche ou de la ligne d’abris, et de la contemporanéité du recul du front rocheux sur l’ensemble de cette partie du versant (cf. § 3.3.4). Ce même phénomène fut constaté au Fourneau du Diable où un effondrement important, reposant directement sur le Solutréen de la terrasse inférieure, semble avoir mis fin à l’occupation humaine de cette zone (Peyrony 1932a : 11, 12, fig. 8 ; Smith 1966 : 229, 230).

78L’hypothèse de blocs sculptés disposés volontairement sur des socles au fond de l’abri, formant ainsi un « gradin d’art » pouvant se réagencer par mutation (Bouvier 1988 : 34), est donc peu vraisemblable, car celle-ci implique, au préalable, l’existence de tels blocs sur la plate-forme : masses calcaires issues d’un premier effondrement, puis sculptées ultérieurement ; ou bien blocs ayant été transportés à cet endroit, déjà porteurs de sculptures ou pour y être sculptés. Or, les données stratigraphiques et sédimentologiques n’indiquent pas la présence de ces masses antérieurement et simultanément à l’occupation humaine de la plate-forme et les blocs, sculptés ou non, qui surmontaient la couche inférieure, entraient dans la catégorie des blocs « non transportables » « sauf avec des moyens modernes spéciaux de levage ou de découpage » (Delluc, Delluc 1989a : 22). Avant équarrissage, le fragment AB pesait plus de deux tonnes.

79De plus, leur agencement présumé au fond de l’abri aurait dû limiter la couche archéologique, mais au contraire, elle se poursuivait jusqu’à la paroi rocheuse, sous les fragments sculptés, renforçant ainsi l’idée d’une non-contemporanéité stratigraphique entre le niveau anthropique et la paroi sculptée, antérieurement au recul du front rocheux. Le Dr Henri‑Martin fit, à ce propos, des observations pertinentes concernant la répartition spatiale de quelques pièces caractéristiques d’industrie lithique, trouvées à l’aplomb des fragments. Il observa qu’à cet endroit les feuilles de laurier étaient un peu moins nombreuses, alors que les pointes à cran étaient prédominantes (Henri-Martin 1928g : 55). Sous le fragment AB, la couche, d’une épaisseur de 10 à 12 cm, contenait deux pointes à cran, une feuille de laurier cassée, une dent de loup percée, un petit grattoir en cristal de roche, de nombreuses pièces fracturées et des éclats (Arch. H.-M. carnet : 70). Furent mises au jour sous le fragment F, une pointe à cran intacte et deux fragments de pointes à cran (Arch. H.– M. carnet : 61, 74). Le sédiment sous-jacent au fragment D livra quatre pointes à cran (ibid. : 61). En position cruciforme, quatre pointes à crans fracturées et deux pointes à cran, dont une intacte, jonchaient le sédiment sous le fragment C’ (ibid. : 80).

80D’autre part, le concrétionnement qui recouvrait les sculptures à leur découverte, et dans lequel étaient piégés des « ossements, des silex et même une amulette en manganèse pourvue d’une perforation » (Henri-Martin 1928e : 6), nous renseigne également sur la stabilité de ces masses, postérieurement à leur effondrement, et sur l’extension de la couche archéologique jusqu’à la paroi rocheuse.

81À partir de ce postulat, l’hypothèse d’un « vandalisme iconoclaste » (Henri-Martin 1927c : 293 ; 1928e : 14 ; 1928g : 84-85 ; 1929b : 304 ; 1932b : 7 ; 1933 : 7, 8) qui aurait provoqué la chute de ces masses semble inconcevable. La nature pariétale de ces éléments sculptés est désormais attestée et confirmée par l’apport de l’analyse des faits graphiques et technologiques (cf. chap. 6 et 7). D’un point de vue terminologique, il convient désormais de privilégier l’expression « élément sculpté » ou « fragment sculpté », réservée à la description des blocs porteurs de sculptures et constitutifs du dispositif pariétal, et de conserver le terme « bloc » pour désigner chacun des éléments de la frise dans leur forme actuelle, celle-ci étant issue d’une part d’un processus géologique et d’autre part de l’équarrissage qui fut pratiqué à leur découverte.

82Parmi ces masses calcaires issues du démantèlement de la paroi, cinq fragments de la frise sculptée furent dégagés à l’aplomb de l’endroit où ils avaient été exécutés (fragments A, B, C, D et F). Les neuf autres éléments sculptés ont été mis au jour ultérieurement sur le plan déclive en avant de la plate-forme où ils avaient été entraînés sur plusieurs mètres par la force de la chute (Henri-Martin 1929a : 126 ; 1929b : 306-308 ; 1930a : 276 ; 1930b : 463 ; 1931 : 171 ; 1932a : 4-8 ; 1932b : 5 ; 1933 : 6) et, pour certains, par la négligence des fouilleurs qui, depuis le haut du talus, les repoussèrent vers le chemin (cf. chap. 5).

83Face sculptée contre la couche anthropique, les cinq premiers éléments de la frise limitaient le fond de l’abri, séparés de la paroi rocheuse par une seconde rangée de blocs calcaires (fig. 17). L’hémicycle irrégulier qu’ils formaient avec trois autres masses coïncidait avec la concavité du fond de l’abri. Cette structure naturelle n’était donc pas le résultat d’une organisation anthropique, comme l’avait suggéré le Dr Henri-Martin d’après les traces d’usure et de polissage partiel qu’il avait observées sur la face supérieure aplanie de deux blocs, et du bloc de plus de 1,50 m de long et d’un poids de deux tonnes qui semblait limiter l’hémicycle vers l’est. Celui-ci deviendra le fragment AB à la suite de son dégagement par un tir de mine (Henri-Martin 1927c : 291 ; 1928g : 34, 75 ; 1928e : 3, 4 ; 1932a : 2).

FIG. 17
Tranchée intermédiaire. a Vue générale de la plate-forme et de sa déclivité. Au fond, les blocs alignés contre la falaise après enlèvement des éléments sculptés. b L’extrémité droite de la plate-forme et la seconde rangée de blocs effondrés. « Vers la droite, relevés sur le sol, on voit les trois blocs qui correspondent probablement aux socles des A, B et C. Au milieu, on distingue des masses étayées récemment ; elles correspondent à des éboulements anciens. Un peu à gauche du centre se trouve le bloc F aussitôt après son dégagement. À gauche, une grosse masse calcaire aux angles arrondis et à surface usée limite le cintre de l’atelier. » (Arch. H.-M. no 33 411.)

84L’observation du support, en rapport avec les faits graphiques, montre dans tous les cas que celui-ci n’est jamais « fini » (cf. chap. 5), c’est-à-dire que l’espace graphique n’est jamais délimité, à l’inverse des blocs sculptés du Fourneau du Diable ou de Laussel, par exemple, pour lesquels les figures sont, à l’évidence, toujours cadrées. Une grande partie des sculptures du Roc de Sers est incomplète suite à la fracturation naturelle qui se produisit au cours du démantèlement de l’abri-sous-roche. Elle confirme ainsi que le décor se poursuivait au-delà du cadre formel des fragments et que l’espace graphique originel était plus important. Les constructions symboliques constitutives de l’unité présumée du dispositif pariétal sont, de ce fait, plus complexes que celles qui furent envisagées jusqu’à présent. Cette constatation apporte un argument supplémentaire en faveur de la nature pariétale de ces éléments sculptés. Cependant, l’équarrissage de chaque fragment, effectué sur place pour permettre leur transport vers le château de Charbontière avant leur expédition au MAN (Henri-Martin 1928g : 59 ; 1930a : 276), a irrémédiablement détruit leur morphologie originelle, dont l’étude, réalisée parallèlement à celle des parois, aurait pu contribuer au remontage de tout ou partie de ces fragments, et à une reconstitution de la frise.

85Il est donc aujourd’hui impossible de préciser leur emplacement exact dans l’abri : occupaient-ils tous la paroi verticale du fond de l’abri ou bien le toit surbaissé ? Les sculptures étaient-elles, au contraire, réparties entre ces deux zones, avec une prédominance toutefois pour la paroi verticale, comme à Angles-sur-l’Anglin ? Un élément de réponse est fourni par les sculptures situées à l’aplomb de la grotte du Roc, dont l’emplacement sur la paroi verticale était peut-être aussi celui des autres éléments de la frise. Une analyse morphologique de la face préservée de chacun des fragments tend à corroborer cette hypothèse (cf. chap. 5).

86Pendant un laps de temps chronologiquement impossible à déterminer, faute de datations de la couche anthropique, la plate-forme fut inaccessible aux occupants de cette partie de la vallée. D’un point de vue stratigraphique, cet intervalle peut sans doute être mis en parallèle avec l’ensevelissement progressif de l’extrémité gauche de la frise sculptée, située sous la grotte du Roc. Cette hypothèse implique un déplacement de l’habitat vers cette partie du site, ce qui expliquerait qu’il n’y a aucune interruption stratigraphique et culturelle dans l’accumulation de ce dépôt anthropique. D’un point de vue conceptuel, la rupture semble s’établir à ce moment précis, alors que culturellement aucun changement n’est décelable. En somme, les groupes solutréens ont continué à occuper ce versant de la vallée en faisant abstraction de leurs concepts matérialisés dans la roche. Ces conventions établies par des règles sociales propres semblent avoir été délibérément choisies et transmises par les groupes successifs.

3.3.3 Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge
fig. 7, 10

87Sur une épaisseur maximale de 1,50 m et une longueur de 15,50 m, la couche anthropique renfermait une quantité abondante de témoins archéologiques représentatifs du Solutréen supérieur, sans qu’aucune interruption ne soit stratigraphiquement apparente. Contrairement aux deux autres parties du versant, le dépôt ne présentait pas partout cette couleur noirâtre produite par les éléments charbonneux issus de foyers. Le Dr Henri-Martin en conclut donc qu’il n’existait pas, à ce niveau, de foyers réels. Pourtant, sur un croquis inédit de la coupe du talus, et pour la première fois, il indiqua précisément la position de charbons et d’os brûlés.

88On ne peut donc écarter l’idée qu’il existait vraisemblablement un foyer à l’aplomb du bloc le plus volumineux, même si ce foyer, plus discret que ceux précédemment décrits, était peut-être réduit à une simple tache de terre charbonneuse et rubéfiée. Dans cette partie du talus ont été trouvés également des éclats de taille très abondants, des nucléus, peu d’ossements entiers, mais de nombreuses esquilles, dont une porte deux sillons longitudinaux (Arch. H.-M. carnet : 66 ; Henri-Martin 1928g : 46). Vers le mur du chemin de la grotte, le Dr Henri-Martin constata une diminution de la couche, dont l’épaisseur atteignait encore un peu plus d’1 m. Aucune feuille de laurier et pointe à cran ne fut retrouvée intacte. Quelques petits grattoirs-burins, des lames et un bois de renne constituaient le reste de l’outillage à cet endroit (Arch. H.-M. carnet : 52).

89Dans la partie déclive qui se rapproche du puits de canalisation des eaux de la source (fig. 7), la couche argileuse était caractérisée par la prédominance de petits lits de graviers calcaires fins et de petits fragments de charbon. Ces deux éléments constitutifs du remplissage à cet endroit peuvent être rapportés a priori aux effets d’une action de ruissellement depuis le pied de la falaise. Ce phénomène explique sans doute la pauvreté du « foyer » en A. Une concentration de nombreux témoins archéologiques a été enregistrée dans cette zone : « lames, grattoirs, nucléus, une côte avec ornements. Dents et astragale de Saïga. Une mâchoire inférieure de cheval en mauvais état. Pointes de sagaies en bois de renne en mauvais état. Un lissoir. Burins-grattoirs assez fréquents. Beaucoup d’éclats – même très petits » (Arch. H.-M. carnet : 66 ; Henri-Martin 1928g : 46), dont une lampe en calcaire, de forme ovalaire, trouvée au point noté « B » sur la coupe stratigraphique, à proximité d’une feuille de laurier d’une longueur de 102 mm, d’une pointe à cran et de trois grattoirs-burins (Arch. H.-M. carnet : 20).

90Un nombre important de plaquettes calcaires, schisteuses et gréseuses, a été recueilli approximativement au voisinage du « foyer », sur la hauteur du talus. La nature de leur surface, en contact ou non avec la source de chaleur, leur forme originelle ou leur mode de fracturation volontaire ou involontaire, ainsi que leur agencement, n’ont pas fait l’objet d’observations, même sommaires, simultanément à leur découverte. Sans doute par manque de temps, le Dr Henri-Martin décida qu’elles seraient lavées ultérieurement (ibid. : 46). À la suite de ce nettoyage, seules les plaquettes rubéfiées, ou montrant des traces de rubéfaction, ont été conservées.

91Le Dr Henri-Martin n’a jamais effectué le décompte précis de ces plaquettes, mais, dans les deux principales tranchées creusées au Roc (tranchées des grottes du Roc et de la Vierge), il estimait avoir trouvé, lavé et examiné plus de 1 000 fragments (Henri-Martin 1928d : 43). La présence de plaquettes exogènes de schiste cristallin et de grès fissile témoigne d’un lien évident avec l’environnement minéral proche, ainsi que la mise au point d’un système d’approvisionnement et d’exploitation de ces matières premières situées sur la bordure nord du Massif central.

92Dans le cas du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge, cette quantité de plaquettes ne paraît pas être incompatible avec l’aménagement du pourtour du « foyer », sous la forme d’un dallage isolant, ou du « foyer » lui-même. Parmi ces plaquettes, trois portent des gravures figuratives (cf. § 3.4.4), mais une seule a été repérée avec précision au cours de la fouille (fig. 7). Elle était située sous un gros fragment calcaire, à l’aplomb exact du bloc le plus volumineux, en contact avec le niveau 1b et à 1 m de l’endroit où ont été signalés des charbons et des os brûlés (Arch. H.-M. carnet : 48). L’intentionnalité de cet agencement est à envisager avec prudence dans un contexte sédimentaire où les fragments calcaires issus de la desquamation de la falaise sont particulièrement abondants. De plus, ces gravures, de même que celles des deux autres plaquettes, ont été dégagées de leur gangue de sédiment postérieurement à la fouille, ce qui n’exclut pas une possible erreur de repositionnement sur le croquis de coupe du talus.

93La découverte de gravures sur plaquettes de schiste et de grès dans les dépôts anthropiques des talus sous-jacents aux grottes implique vraisemblablement une étroite relation entre les groupes solutréens installés à ces deux endroits du versant. La contemporanéité des unités d’habitation a dû être effective à un moment donné, voire permanente, pour que s’établisse l’échange présumé de ces plaquettes, parallèlement à celui de savoirs et d’idées, témoignant ainsi de comportements symboliques communs ou équivalents. Aucune plaquette gravée n’a été retrouvée dans l’abri-sous-roche sculpté.

94Deux autres croquis inédits de la main du Dr Henri-Martin indiquent ponctuellement la position de témoins archéologiques ayant plus particulièrement attiré son attention. À une distance de 6,90 m du pied de la falaise, et à 1,50 m environ du « foyer » en A, fut découvert une poche contenant de nombreux ossements, un bâton percé, un pecten perforé, une pointe à cran et des grattoirs-burins abondants. En contact direct avec le niveau 1b, cette zone s’étendait sur une longueur de 2 m environ, sans qu’aucune cuvette ou fosse n’ait été aménagée préalablement. L’hypothèse d’une aire d’activité spécialisée dans le traitement des matières animales (« découpage des tissus carnés, découpage de la peau fraîche, raclage des peaux sèches, rainurage des matières osseuses, perforation des peaux fraîches ou sèches et des matières osseuses » [Julien 1987 : 180]), à l’intérieur du territoire domestique et à proximité du « foyer », semble pouvoir être envisagée face au nombre important de grattoirs-burins. Mais sa détermination reste floue, car les définitions fonctionnelles de ce type d’outil spécifique sont multiples. Révélant généralement un travail de la peau sèche ou fraîche, il est tentant d’imaginer que les grattoirs-burins de cette zone aient pu servir, par exemple, à un travail de finition sur des morceaux de peau destinés à être assemblés.

95Les activités en relation avec le traitement des peaux et de la viande comportaient sans doute parallèlement le travail des matières osseuses, ce qui expliquerait la quantité importante d’ossements retrouvée à cet endroit. Seule une étude tracéologique permettra de replacer les tâches réalisées à l’aide de cet outillage dans un ensemble technique théorique. La présence d’ossements semble compatible également avec l’hypothèse d’une aire dépotoir, ou espace d’évacuation, à l’exemple de l’amas principal du dépotoir du foyer 36-V 105 de Pincevent (Leroi-Gourhan 1984 : 42, pl. 11).

3.3.4 Intervalles de jonction entre les unités d’habitation

96Les intervalles de jonction correspondent à des espaces vierges de témoins archéologiques, mais dont les caractéristiques géomorphologiques apportent des données complémentaires à la compréhension de la structure initiale du versant. Latéralement à l’abri-sous-roche sculpté, la largeur de la plate-forme était beaucoup moins importante, et de ce fait, l’espace habitable était restreint et peu commode. Les groupes solutréens successifs avaient donc porté leur choix sur les zones régulièrement déclives des talus sous-jacents aux grottes, et sur la large plate-forme de la partie centrale de l’abri-sous-roche.

97Entre le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, l’intervalle de jonction se développait sur une longueur de 5 m. Les points de repère étaient le fragment AB, à gauche, et les premiers blocs effondrés du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge, à droite (fig. 18).

FIG. 18
Intervalle de jonction ou tranchée de jonction (TJ.) entre l’abri-sous-roche sculpté et le talus sous-jacent à la grotte du Roc. Photographie prise par le Dr Henri-Martin en juillet 1928 (Arch. H.-M. no 33 411, photos et carnet : 78).

98Entre le talus sous-jacent à la grotte du Roc et la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, l’intervalle de jonction était de 7,45 m. Les points de repère étaient la sculpture du bouquetin (fragment R), à gauche, et le fragment F, à droite (fig. 19).

FIG. 19
Reconstitution de l’abri-sous-roche effondré avec emplacement des fragments sculptés, d’après les croquis réalisés par le Dr Henri-Martin :
– tranchée de jonction (T.J.) entre T.R. et T.I., 26 octobre 1927 (Arch. H.-M. carnet : 78) ;
– tranchée intermédiaire (T.I.), 6 octobre 1927 (ibid. : 72-73) ;
– tranchée de jonction (T.J.) entre T.l. et T.V., 21 juin 1928 (ibid. : 91).
La zone en pointillés à droite du bloc B’ désigne une « coulée sablo-argileuse ferrugineuse ».

99La base du remplissage de ces zones intermédiaires était caractérisée par un alignement de blocs calcaires provenant de l’effondrement du toit de l’abri-sous-roche, ou de la ligne d’abris, qui se poursuivait au-delà de la plate-forme centrale. Cet emplacement stratigraphique témoigne de l’extension, et donc de la contemporanéité, du recul du front rocheux sur l’ensemble de cette partie du versant. La longueur de l’abri-sous-roche, ou de la ligne d’abris, peut ainsi être estimée à une vingtaine de mètres entre les deux grottes (fig. 17). Entre les sculptures solidaires de la paroi calcaire à l’aplomb de la sépulture et celles des blocs effondrés sur la plate-forme, aucun vestige de sculpture n’a été découvert au cours des différentes campagnes de fouilles. À partir de ce postulat, R. Lantier suggérait soit une interruption de la frise sculptée, qui courait au fond de la plate-forme sur deux ou trois assises, soit la disparition irrémédiable de celle-ci à cet endroit (Lantier 1952b : 333).

100Les observations inscrites par le Dr Henri-Martin dans son carnet de fouilles apportent toutefois de précieuses indications quant à l’emplacement théorique de certains des fragments (G ; H ; I ; JK ; LMNN’ ; O et P) ayant été mis au jour au pied du talus sous-jacent à la grotte du Roc après avoir été repoussés vers le chemin, par erreur, quelques années auparavant (Arch. H.-M. carnet). Ils occupaient vraisemblablement tout ou partie de l’intervalle de jonction (cf. chap. 5) et permettent aujourd’hui d’envisager l’existence d’une frise sculptée, d’une longueur d’une dizaine de mètres, qui se développait entre ces deux zones.

3.3.5 Conclusion

101L’apport de la dimension spatiale à l’analyse chronostratigraphique du site d’habitat du Roc de Sers permet d’envisager une reconstitution dynamique des relations spatio-temporelles entre les trois unités d’habitation. Les interprétations restent très ponctuelles, faute de pouvoir considérer des entités cohérentes dans lesquelles sont rassemblés la plupart des outils et des déchets de fabrication, tous les restes osseux conservés et les autres types de vestiges ; mais il est toutefois possible de rationaliser les phases d’occupation, que l’on peut suivre diachroniquement, celles-ci étant directement corrélées aux comportements socioculturels des groupes solutréens. Cette nouvelle approche tend à favoriser la thèse d’un site d’habitat permanent, au sein duquel le dispositif pariétal joua un rôle déterminant dans la variabilité temporelle des occupations (tabl. IV, V, VI).

TABL. IV
Stratigraphie du site d’habitat.

TABL. V
Reconstitution des phases d’occupation des trois unités d’habitation.

TABL. VI
Reconstitution des phases d’occupation des trois unités d’habitation (cf. tabl. IV).

102Quatre phases d’occupation de la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire et des talus sous-jacents aux grottes du Roc et de la Vierge semblent s’individualiser et confirmer l’importance et la complémentarité des trois unités d’habitation.

103• La première phase correspond au début de l’occupation anthropique du site. Elle témoigne de l’arrivée des premiers groupes solutréens, et par là même, du caractère vraisemblablement fondamental du déterminisme du milieu à l’origine du choix de cet emplacement et du mode d’habitat (cf. § 1.3). Le talus sous-jacent à la grotte du Roc et la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire ont été privilégiés et, semble-t-il, occupés simultanément. L’occupation du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge est survenue plus tardivement. Outre les motivations liées aux comportements de subsistance de ces groupes de chasseurs-cueilleurs, des motivations symboliques ont influencé, voire dominé, le choix de cette partie du versant. Le dispositif pariétal, dont l’analyse des fragments confrontée à celle des données archéologiques montre qu’il occupait l’espace qu’offrait la falaise entre ces deux points, atteste de ces motivations. Les hommes et leurs concepts matérialisés dans la roche cohabitaient au quotidien. Habitat et « sanctuaire » (Leroi-Gourhan 1958 : 307 ; 1992 : 126) étaient indissociables.

104• Des bouleversements « morphoclimatiques » et socioculturels caractérisent la seconde phase d’occupation du site. Le recul du front rocheux constitue le marqueur chronologique de ces changements, à défaut de la datation des couches constitutives du remplissage archéologique. Progressivement, le toit de l’abri-sous-roche intermédiaire, ou de la ligne d’abris entre les deux grottes, s’est effondré, entraînant la quasi-totalité de la frise sculptée, à l’exception de l’extrémité ouest, où une zone sculptée fut préservée de ce démantèlement. La plate-forme et les talus furent alors inaccessibles aux occupants de cette partie du site sur une vingtaine de mètres. À la suite de ce processus naturel, deux hypothèses relatives au déplacement de l’habitat peuvent être envisagées.

105– Un déplacement de l’habitat vers le talus sous-jacent à la grotte du Roc : la continuité stratigraphique et culturelle relevée dans l’accumulation du dépôt anthropique atteste la poursuite de l’occupation de cette zone, qui ne subit que modérément le recul du front rocheux. Toutefois, eu égard à la méthode de fouille « verticale » en tranchées et au faible degré de précision de l’interprétation stratigraphique, il convient d’envisager avec prudence l’homogénéité de ce dépôt. Il n’est pas improbable que plusieurs niveaux d’occupation, dont les intervalles pourraient être mis en parallèle avec la première phase du recul du front rocheux, aient été constitutifs de la couche archéologique, et qu’ils n’aient pas été reconnus à la fouille. Dans le premier cas, il est à supposer que les groupes solutréens, auteurs des sculptures, aient continué d’occuper de façon permanente cette unité d’habitation préservée ; dans le second cas, les mêmes groupes sont revenus temporairement, ou d’autres groupes solutréens, que l’on peut imaginer être issus des générations successives de la même communauté, s’installèrent dans cette zone, témoignant ainsi de la pérennité d’habitudes culturelles et de comportements identiques.

106– Un déplacement de l’habitat vers le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge : le début de l’occupation de cette zone semble effectif à la suite de la première phase du recul du front rocheux. L’effondrement de l’encorbellement rocheux qui surplombait ce talus fut de faible amplitude, et de ce fait, cette partie du site constitua une seconde zone habitable. Comme précédemment, deux cas de figure concernant l’occupation de cette zone peuvent être envisagés : les groupes solutréens auteurs des sculptures privilégièrent cet emplacement et mirent en place une nouvelle unité d’habitation permanente, séparée de la précédente par une vingtaine de mètres ; ou il est tout aussi probable que d’autres groupes solutréens aient choisi de s’installer au pied de cette portion de falaise protégée.

107• La troisième phase d’occupation est marquée à la fois par la fin de l’occupation de l’unité d’habitation sous-jacente à la grotte du Roc, par une nouvelle occupation de l’abri-sous-roche intermédiaire et par la poursuite de l’occupation du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Des changements socioculturels semblent se mettre en place au cours de cet épisode, signes avant-coureurs de l’aboutissement de la longue tradition technique solutréenne qui interviendra vers 18 000 BP, et peut-être légèrement au-delà, coïncidant avec la période de bouleversement climatique et environnemental du dernier maximum glaciaire. Dans l’hypothèse d’une occupation ininterrompue de l’unité d’habitation sous-jacente à la grotte de la Vierge, le site d’habitat peut encore être défini, à ce moment, comme un site d’agrégation, bien que l’inconstance du dépôt anthropique de l’abri-sous-roche intermédiaire indique déjà un type d’occupation temporaire qui, en regard du très petit nombre de témoins archéologiques, évoquerait une halte de chasse.

108• La quatrième et ultime phase d’occupation du site eut lieu à la suite du deuxième stade d’effondrement du toit de l’abri-sous-roche intermédiaire. Des groupes solutréens sont venus s’installer brièvement à cet endroit. Le nombre élevé d’éclats de taille recueillis dénote la présence vraisemblable d’une aire de débitage. La persistance de l’occupation dans cette partie du site, malgré les divers bouleversements « morphoclimatiques » qui l’affectèrent à plusieurs reprises, témoigne de la pérennité du choix de cet emplacement et de la répétition de comportements identiques. Au cours du processus naturel de démantèlement du toit de l’abri-sous-roche, que l’on peut considérer comme un marqueur chronologique de changements, l’unité d’habitation sous-jacente à la grotte de la Vierge fut abandonnée par ses derniers occupants. Comme le précisent J.-M. Geneste et H. Plisson, « les modifications très sensibles des conditions environnementales semblent avoir eu des conséquences importantes et immédiates sur les modes de vie, les conditions d’accès au gibier et l’écologie de celui-ci ; elles auraient perturbé brutalement des systèmes bien adaptés et entraîné des changements nettement perceptibles dans les milieux techniques et, plus particulièrement, dans ceux qui concernent l’accès aux ressources animales, certainement parce que ces dernières devaient jouer un rôle fondamental dans la subsistance des populations » (1990 : 317).

109Un acquis majeur de cette approche est la démonstration que, au-delà des entités cohérentes, il est possible de mettre en valeur des relations spatio-temporelles dynamiques entre les différentes unités d’habitation au sein du site d’habitat, ce qui conduit à renouveler largement la connaissance des comportements socioculturels des groupes solutréens de la vallée du Roc.

3.4 Le matériel archéologique

110L’ancienneté des fouilles pratiquées au Roc de Sers, dont les techniques n’étaient pas adaptées aux conditions du gisement, l’absence d’un enregistrement et d’un conditionnement précis des vestiges et l’analyse aléatoire des différents secteurs topographiques, des diverses catégories de témoins et des structures qui les rassemblaient, ont contribué à la perte d’une importante somme d’informations structurelles et ethnographiques. Il est donc impossible aujourd’hui d’envisager une analyse spatiale des aires d’activités à partir des témoins archéologiques et, par conséquent, de déduire les relations existant entre des structures proches ou dispersées et leur utilisation simultanée au cours de l’occupation.

  • 3 – Le laboratoire de Préhistoire et d’Anatomie comparée du Peyrat (Charente) fut fondé en 1907 par l (...)

111La répartition du matériel issu des fouilles, qui était entreposé au laboratoire de Préhistoire et d’Anatomie comparée du Peyrat (Charente)3 pour étude, contribua de surcroît à « dénaturer » les assemblages lithiques et osseux. Les pièces les plus remarquables furent expédiées au musée des Antiquités nationales, où elles furent déposées dans la salle Henri-Martin, et le reste de la collection rejoignit le laboratoire de Paléontologie du Prof. M. Boule, au Muséum national d’histoire naturelle : « Cette précaution est indispensable, il ne faut pas la confondre avec la centralisation. Le manque de sécurité dans un laboratoire privé de surveillance efficace mettrait ces précieuses reliques en grand danger si nous ne cherchions à la protéger » (Arch. H.-M., no 33 413 [15], rapport 1927).

112De plus, devant l’abondance des témoins archéologiques, d’autres musées bénéficièrent des libéralités du Dr Henri-Martin, qui favorisait ces dons et ces échanges dans le but de se procurer « [...] certains squelettes d’animaux modernes qui me permettraient d’établir des comparaisons avec les animaux quaternaires » (Henri-Martin ibid. : 2 ; Joleaud 1929 : 292, 293). C’est ainsi qu’au cours de l’année 1927, « 18 outils de pierre solutréens » (« 18 Solutrean stone tools ») furent envoyés au Logan Museum of Anthropology, accompagnés de « 61 outils de pierre, 16 compresseurs et 7 fragments osseux » (« 61 stone tools, 16 compresseurs and 7 bone fragments ») de La Quina (White, Breitborde 1992 : 37). Auparavant, en août 1924, « 2 outils de pierre » (« 2 stone tools ») avaient déjà été expédiés aux États-Unis par A. Favraud (ibid. : 34), qui céda le reste de la collection au musée Sainte-Croix de Poitiers. En 1929, une « collection de morceaux d’os et de silex de la vallée du Roc » fut offerte à Ivar Schnell, qui la destina au musée des Antiquités nationales de Stockholm (Arch. H.-M., no 33 413 [17] [Correspondance]). « L’Institut d’Ethnologie de l’Université de Paris, le Muséum d’histoire naturelle de Lyon, l’Université de Toulouse reçurent des séries de silex et d’ossements quaternaires » (Arch. H.-M., no 33 413 [15], rapport 1929 : 2).

113Dans l’inventaire de la « collection d’objets préhistoriques » réunie par Harper Kelley et achetée par le musée de l’Homme (coll. 38-23), on trouve également une série de 383 outils solutréens provenant de la « tranchée verticale », sans autre précision, et de la « tranchée intermédiaire », laquelle correspond à la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté. « Désolutréanisée » est le terme qu’employa P. Smith à propos de cette série qu’il étudia en 1959 (Smith 1966 : 248-250). Les conclusions d’ordre statistique qu’il tenta sur le matériel restèrent vaines, car les niveaux ne sont pas distingués et la série n’est absolument pas représentative, puisque la plupart des outils typiquement solutréens n’y sont pas compris. Il rapprocha ensuite ce graphique « désolutréanisé » de celui donné par la collection Maret (coll. IPH) du Placard (ibid. : graph. 19) et constata leurs similitudes. Il conclut enfin qu’à l’instar du Placard et du Fourneau du Diable, l’industrie sur lame est dominante au Roc de Sers (27 outils sur éclat) et s’inscrit dans les modèles du Solutréen supérieur de la vallée de la Vézère (ibid. : 250). Bénéficiant de leur caractère unique et au vu de leur petit nombre, les pièces d’art mobilier et de parure furent préservées de ces échanges.

114À défaut de pouvoir préciser la fonction des aires d’activités à l’intérieur du territoire domestique, il semble néanmoins possible d’envisager une caractérisation chronoculturelle du site d’habitat sur la base de ces ensembles. Les informations spatio-temporelles, technologiques et techno-stylistiques recueillies sur d’autres ensembles mieux définis permettent d’enrichir ces données.

3.4.1 Industrie lithique

115La confrontation de l’inventaire du matériel de la couche 2, établi par A. Favraud en 1908 (1908 : 407- 423), le Dr Henri-Martin en 1928 (1928d : 14-26) et G. Henri-Martin en 1951 (Arch. G.H.-M.) selon un descripteur typologique, permet d’évaluer sommairement la représentativité quantitative de cet outillage à l’échelle du site d’habitat. Un travail interdisciplinaire, en relation avec les études actuelles menées en France et en Espagne sur le Solutréen, conduira à préciser le contexte technologique du Solutréen supérieur du Roc de Sers.

116D’une façon générale, l’industrie lithique en silex et en quartz abonde dans la couche 2, avec une diminution de ces témoins vers le sommet du dépôt anthropique dans chaque unité d’habitation et une prédominance du silex. Plusieurs dizaines de milliers d’artefacts, dont près de la moitié sont des débris de débitage et des éclats de retouche solutréenne, soit les enlèvements écailleux et en languette plats, soit les enlèvements en ruban courbe, attestent de la fabrication et peut-être de la reprise sur place des pointes à cran et des feuilles de laurier. Les nucléus sont abondants et « [...] varient de la taille d’un poing à celle d’une noix. Beaucoup d’entre eux, après avoir livré quelques pointes ou des lames, ont évolué vers le grattoir nucléiforme, mais généralement ils ne prennent pas l’aspect à dos élevé du type qui caractérise les couches supérieures de l’Aurignacien moyen, comme ceux de la Cumba del Boitou et de la Quina Z. Ils sont massifs, parfois un peu aplatis, deviennent même des disques grossiers [...] » (Henri-Martin 1928d : 16). Les pièces retouchées peuvent être approximativement évaluées à plus de deux mille (ibid. : 36).

117Sous réserve d’un examen approfondi de l’ensemble du matériel lithique recueilli, et notamment des fragments, on compte à ce jour, d’après un total réalisé à partir des inventaires cités ci-dessus, un minimum de 975 burins et 547 grattoirs typologiquement variés, dont 162 sont des grattoirs-burins ; 181 feuilles de laurier ou fragments de feuilles de laurier ; 218 pièces identifiables comme pointe à cran ou fragment de pointe à cran ; 21 lamelles à dos retouché ; 16 perçoirs et 7 fragments de feuilles de saule. Cet inventaire condensé fait apparaître près de 420 pièces typiques du Solutréen supérieur attribuables à des armatures de projectiles, avec une nette prédominance des pointes à cran. La représentation numérique de ces artefacts, qu’il convient d’analyser avec prudence, fournit des termes de comparaison avec les données obtenues plus particulièrement sur le matériel archéologique du Fourneau du Diable (Smith 1966 : 229-238, fig. 53-64, graph. 18), du Pech de La Boissière à Carsac, Dordogne (ibid. : 190-196, fig. 38-44, graph. 15), de Badegoule à Bersac, Dordogne (ibid. : 171-177, fig. 36.6, graph. 13), de Combe Saunière à Sarliac-sur-l’Isle, Dordogne (Geneste, Plisson 1990 : 293-320) et de Fressignes à Éguzon, Indre (Vialou, Vilhena Vialou 1994a : 61-69).

118Dans la série conservée au musée des Antiquités nationales, un grand nombre d’outils est façonné par une technique de retouche typiquement solutréenne, dont la finalité est de conférer à chaque objet des proportions et un profil les plus adéquats à sa fonction (Plisson, Geneste 1989 : 68). Les feuilles de laurier et les pointes à cran ont été aménagées sur des lames de plein débitage, tandis que les perçoirs, grattoirs et burins dièdres ont été obtenus sur des lames et des éclats corticaux ou de plein débitage. Le degré d’altération des pièces, due aux phénomènes climato-édaphiques et aux conditions de conservation, est assez variable ; les moins affectées sont en majorité les plus légères. Les fils tranchants des plus gros objets sont légèrement endommagés. Les extrémités actives sont assez souvent fracturées, et cet assemblage donne l’impression d’une industrie soumise à une utilisation intense. La présence de pièces patinées indique l’action d’agents chimiques probablement localisés dans le sédiment.

3.4.1.1 Pointes à cran

119Les pointes à cran entières et les fragments mésiaux et proximaux offrent des caractères techniques et morphologiques communs, avec cependant quelques variations, et s’inscrivent dans les normes générales des pointes à cran du Solutréen supérieur en France. Elles sont façonnées sur des lames de plein débitage, rectilignes ou très peu courbes et à une ou deux rainures dorsales, rarement plus. Certaines pièces sont réalisées à partir de supports de formes ogivales, attestant l’exigence et le choix des tailleurs solutréens. Aucun support à résidu cortical n’a été rencontré. Les pièces hors normes ou de « type G » (Plisson, Geneste 1989 : 75-80, fig. 1-8, 12, 15, 16, tabl. 2, 5, 6 ; Geneste, Plisson 1990 : 301, fig. 4) sont façonnées à partir de lames courbes ayant des irrégularités de bord, des accidents de profil, avec des décrochements et des nervures transversales.

120Ces pointes sont trapues, plus ou moins massives et leur contour s’insère dans une ogive plutôt que dans un triangle (fig. 20). Elles mesurent en moyenne 60 mm de long, leur largeur moyenne est de 13 mm et leur épaisseur moyenne est proche de 5 mm. Les bords convergents de la pointe sont régulièrement convexes et le cran est peu extériorisé, donc apparemment peu profond, ce qui implique un choix particulier des hampes et une adaptation technique des emmanchements. Le contour de la soie est asymétrique avec une tendance à la convexité et sa base s’incurve vers l’axe médian de la pièce. Elle est rétrécie ou pointue à sa base. L’amincissement du support n’a pu se faire qu’à l’aide d’une technique appropriée, la technique de la pression. La retouche obtenue est le plus souvent courte, large, écailleuse et mince (Plisson, Geneste 1989 : 75).

FIG. 20
Pointes à cran de « type B ». (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

121L’ampleur de cette retouche permet d’individualiser, de façon générale, deux sous-types d’outils : un sous-type à retouche sommaire et, dans ce cas, limitée aux extrémités et/ou aux bords, et un sous-type à retouche envahissante, recouvrant une partie ou la quasi-totalité des faces de la pièce, avec prédominance de la face supérieure. La retouche plate par enlèvements subparallèles est moins fréquente. Les parties les plus proximales et distales de la face inférieure sont exclusivement retouchées sur la plupart des pointes. Certaines pièces présentent des enlèvements particulièrement longs et étroits, souvent disposés en écharpe sur la partie médiane ou apicale de la pointe.

122L’ensemble de ces caractères tend à rapprocher morphologiquement ces objets des pointes à cran de « type B » de Combe Saunière, du Pech de La Boissière, du Fourneau du Diable, du Placard (Plisson, Geneste 1989 : 69-75, fig. 1- 8, 10, 12, 15, 18, tabl. 2, 5, 6 ; Geneste, Plisson 1990 : 298- 301, fig. 3, tabl. 1, 2) ou de Fressignes (Vialou, Vilhena Vialou 1994a : 65, 66, fig. 4).

123L’absence de fragments de soie et de parties apicales est liée vraisemblablement à la méthode de fouilles et, peut-être postérieurement, au tri de la collection. Seules ont été conservées des pièces entières ou quasi entières et des pièces à la soie cassée. Dans ce cas, la cassure concerne la partie médiane de la soie et est oblique vers le cran.

124Une étude tracéologique, macroscopique et microscopique menée sur cette série de pointes à cran, sur le modèle de celle réalisée sur une série de pointes à cran solutréennes du site de Combe Saunière (Plisson, Geneste 1989 : 92-100, fig. 22, tabl. 3-12 ; Geneste, Plisson 1990 : 305-316, fig. 5- 8, tabl. 3), permettrait de confirmer si celles-ci avaient eu pour unique fonction d’armer des projectiles : « Les pièces aux caractères d’impact évidents (languette longue, enlèvement burinant, ébréchure latérale, strie) témoigneraient d’une fonction exclusive comme projectile. Les stigmates de cassures atypiques sur les autres spécimens pourraient correspondre alors à des accidents de façonnage et/ou à des endommagements atypiques d’armatures de trait » (Geneste, Plisson 1990 : 311). Une seule pointe élancée (92 mm), étroite et mince, peut être rapprochée des pointes à cran de « type A » de Combe Saunière, du Pech de La Boissière, du Fourneau du Diable et du Placard (Plisson, Geneste 1989 : 66-69 ; Geneste, Plisson 1990 : 295-298, fig. 2). Elle fut recueillie sur la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire (fig. 21). Le limbe est triangulaire, très allongé et aux bords assez rectilignes. L’extrémité apicale manque. Le bord opposé au cran est rectiligne et le cran situé sur le bord droit de l’objet est marqué par une large encoche. La soie est dans le prolongement du bord opposé au cran et se rétrécit progressivement depuis le cran jusqu’à la base, qui est tronquée perpendiculairement. Le façonnage du support par la retouche témoigne d’un registre de base typiquement solutréen (Plisson, Geneste 1989 : 68, 69). Les enlèvements sont larges et allongés, aux bords parallèles.

FIG. 21
Pointe à cran de « type À ». (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

125Dans une certaine mesure, les dimensions du débitage et la qualité de la matière première utilisée peuvent en partie expliquer l’absence de pointes à cran de « type A » dans cet ensemble lithique homogène, et l’existence de pointes de « type G ». Les traditions techniques des groupes solutréens ont pu jouer également un rôle dans le choix de ces caractères technologiques et morphométriques.

126Par leur forme atypique, certaines pointes entrent dans la catégorie des pointes à cran de « type G », individualisée par H. Plisson et J.-M. Geneste à Combe Saunière (1989 : 75- 80). Ces pointes, au cran peu ou très peu marqué, affirment une nette tendance vers les pointes à cran du type méditerranéen, mais sont plus petites. Le support est une lamelle au profil légèrement arqué, rarement retouchée sur la face inférieure. La longueur moyenne de ces objets est de 50 mm environ (fig. 22).

FIG. 22
Pointes à cran de « type G ». (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire et tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

127Une pointe à cran de « type B » transformée en burin d’angle sur cassure oblique, qu’il convient de considérer à part, entre toutefois dans l’analyse des pointes à cran. La soie a été cassée au-dessous du cran, dans la section 3 d’après le code de fragmentation des pointes à cran établi par J.‑M. Geneste (Plisson, Geneste 1989 : 91, fig. 20). La cassure franche présente une légère obliquité vers le cran. L’auteur de l’enlèvement de burin semble donc avoir saisi l’opportunité de cette cassure proximale de la pointe. Cet enlèvement, côté gauche, a réfléchi au-dessus de l’extrémité apicale, qui fut ainsi préservée. D’autres outils doubles de natures diverses ont été trouvés dans le site et cette série de pièces réaménagées conduit à envisager une économie de la matière première siliceuse au Roc de Sers, celle-ci étant complètement importée sur le site d’habitat à partir d’origines diverses. Une remarquable pointe solutréenne-burin double d’angle sur troncature concave est connue à Fressignes (Vialou, Vilhena Vialou 1994a : 64, 65, fig. 3.2) et des burins et perçoirs aménagés sur des pointes à cran et des feuilles de laurier existent dans d’autres séries du Solutréen supérieur (Smith 1966 : 187, fig. 38.6,38.7 ; 195, fig. 42.6 ; 213, fig. 48.9, 48.12 ; 225, fig. 52.13 ; Lenoir 1990 : 356, fig. 7).

128Aucune trace évidente de traitement thermique intentionnel sur ce type de pièce n’est observée dans l’ensemble de la série. Il est à noter seulement que quelques objets ont subi une modification de couleur, sous forme d’une rubéfaction d’origine vraisemblablement thermique, mais sans reprise de la retouche ultérieurement.

3.4.1.2 Feuilles de laurier

129À l’instar des pointes à cran, les pièces foliacées à retouche bifaciale, feuilles de laurier, offrent des caractères techniques et morphologiques communs, malgré quelques variations morphologiques, et s’inscrivent dans les normes générales des feuilles de laurier du Solutréen en France. Les observations faites par le Dr Henri-Martin au cours des fouilles de la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté et des talus sous-jacents aux grottes, ont montré que ces pièces coexistaient avec les pointes à cran, sans qu’aucun remaniement ne fût constaté dans le dépôt (cf. § 3.3.1 et 3.3.2). De plus, le décompte typologique de ces objets indique un nombre plus important de feuilles de laurier dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc, qui a livré « 110 fragments et 9 pièces entières », alors que dans le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge n’ont été trouvés que « 32 fragments et 4 pièces entières » (Henri-Martin 1928d : 17, 18). Aucune précision numérique ne concerne le matériel de la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, où seul l’emplacement des pièces qui bénéficièrent de l’attention portée par le Dr Henri-Martin à leurs qualités esthétiques a été décrit succinctement (cf. § 3.3.2).

130Façonnées sur des lames de silex de plein débitage, rectilignes ou très peu courbes, et plus rarement sur des fragments de roche (« cristal de roche hyalin et enfumé » [Henri-Martin 1928d : 19]), leur variabilité dimensionnelle et morphologique est extrême. Généralement larges et massives, elles mesurent de 60 à 70 mm, et sont dans ce cas de taille presque identique aux pointes à cran. Les plus grandes d’entre elles mesurent jusqu’à 125 à 175 mm et leur épaisseur moyenne est de 7 mm. Les plus petites ne dépassent pas 50 mm de long. La fonction de la majorité de ces pièces, dont il convient de remarquer la robustesse par rapport aux pointes à cran, semble avoir été celle d’armer des projectiles. La plupart des feuilles de laurier entrent dans la catégorie des pièces foliacées à retouche bifaciale du « sous-type A » individualisé par P. Smith (1966 : 51, 52). Elles sont de forme subovalaire ou sublosangique symétrique, rarement asymétrique, avec l’extrémité travaillée en pointe, et opposée le plus souvent à une base en pointe (fig. 23).

FIG. 23
Feuilles de laurier de « sous-type À ». (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire ; tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.)

131Un autre type de pièces foliacées se rencontre dans cette série (Henri-Martin 1928d : 18, 19). Les supports sont relativement allongés, parfois trapus, entièrement façonnés sur la face externe, et presque intacts sur la face interne, qui présente une légère concavité. Les bords de cette face sont légèrement retouchés par des micro-enlèvements souvent écailleux et plats. D’un point de vue technologique, et comme l’avait constaté P. Smith (1966 : 52), il semble que ces pièces particulières aient été élaborées suivant une chaîne opératoire distincte du processus de fabrication des pointes à face plane, visant à produire, à partir d’un même registre technique, des produits morphologiquement et techniquement distincts. Une analyse technologique comparative précise de ces différents types de pointes trouvées en grande quantité également à Badegoule, à Solutré, et dans une moindre mesure au Pech de La Boissière, au Fourneau du Diable, probablement à Laugerie-Haute Ouest (niveau 10) et Est (niveaux 30 et 29) et au Placard (Smith 1966 : 52), permettra sans doute d’isoler certains paramètres nécessaires à leur différenciation et à leur interprétation fonctionnelle. Il convient aujourd’hui de conserver le terme de « pointes foliacées unifaciales ou pointes de Badegoule », proposé par P. Smith en regard de la quantité importante de ces objets trouvée dans ce site, pour caractériser ce sous-type original (« sous-type G » de la nomenclature Smith 1966).

132Le façonnage de ces pièces est obtenu par de larges enlèvements lamellaires ou écailleux couvrants, faits à la percussion au percuteur tendre, suivis d’une retouche à la pression utilisée de manière systématique. Les séquences d’utilisation de ces deux techniques ne semblent pas avoir été entrecoupées d’états de préformes soumises à un traitement thermique intentionnel, destiné à l’amélioration de la qualité physique du silex. Ces retouches lamellaires ou écailleuses, plates ou légèrement creuses, ont parfois été enchaînées régulièrement jusqu’à devenir (sub) parallèles.

133Deux feuilles de laurier bifaciales présentent une série de denticulations irrégulières, aménagées sur une partie des deux bords subovalaires symétriques, à la manière d’une « scie » (Henri-Martin 1928g : 53, fig. 26, no 5) (fig. 24). Ces deux outils doubles entrent dans l’analyse des feuilles de laurier, bien qu’il convienne de les considérer à part, et renforcent l’idée d’une économie de la matière première siliceuse au Roc de Sers. Une autre « scie » a été façonnée sur une lamelle à dos retouché (fig. 25).

FIG. 24
Feuilles de laurier-scies. (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

FIG. 25
Lamelle à dos retouché-scie. (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

3.4.1.3 Feuilles de saule

134Les sept fragments de feuilles de saule recueillis dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc, lors de la reprise des fouilles de cette unité d’habitation par G. Henri-Martin et R. Lantier, n’ont pu être retrouvés. Le tri de la collection conservée dans la salle Henri-Martin du MAN permettra sans doute de repérer ces pièces manquantes. Une erreur de détermination typologique peut être également à l’origine de cette lacune.

135Six « longs éclats de silex très peu retouchés, munis d’un pédoncule spontané », que le Dr Henri-Martin rapprochait des feuilles de saule (1928g : 36, fig. 22, nos 4-9), sont des lames retouchées. Les enlèvements, écailleux, courts et plats, affectent principalement la pointe.

3.4.1.4 Lamelles à dos

136Les lamelles à dos sont assez nombreuses et auraient été sans doute plus abondantes si les méthodes de fouilles avaient été différentes, car leur nombre est particulièrement élevé dans le Solutréen supérieur. Elles représentent près de 40 % de l’outillage lithique dans une série récemment fouillée (Combe Saunière, couche IV) (Plisson, Geneste 1989 : 91). Au cours de l’étude très précise que mena le Dr A. Cheynier sur les lamelles à bord abattu et leurs retouches, il constata également qu’à Badegoule (Bersac, Dordogne), Lachaud (Terrasson, Dordogne) et au Parpalló (Gandía, Valencia, Espagne), « le Proto-solutréen ne contient pas, non plus que le Solutréen proprement dit (moyen), de lamelles à bord abattu. Elles sont au contraire subitement abondantes au Solutréen supérieur et final » (Cheynier 1956 : 639).

137Ces lamelles ne répondent pas à la morphologie des pointes de la Gravette évoquées par A. Favraud (1908 : 415, 416) et par de nombreux auteurs à sa suite. Elles sont façonnées par une retouche à la pression utilisée de manière assez systématique. Une seule est entière. Dans ce lot, certaines lamelles très courbées semblent se rapprocher des lamelles Dufour. Une lamelle élancée présente un dos anguleux dont les deux bords de longueur inégale sont formés par une petite troncature oblique.

138Selon J.-M. Geneste et H. Plisson, ces pièces correspondraient vraisemblablement à des armatures de pointes de projectile en bois de renne, identiques à la sagaie armée de lamelles à dos découverte dans le Magdalénien « à navettes » de La Garenne (Saint-Marcel, Indre). Elles sont à mettre en relation contextuelle et fonctionnelle avec les sagaies à rainures profondes du Solutréen supérieur trouvées principalement à Combe Saunière, au Fourneau du Diable, au Pech de La Boissière, au Placard (Plisson, Geneste 1989 : 304), et en petit nombre au Roc de Sers (cf. § 3.4.2). Ces pointes de sagaies particulières coexistent avec d’autres types de sagaie de morphologie, de taille et de diamètre variés.

3.4.1.5 Les burins

139Les burins constituent le plus fort pourcentage de l’outillage lithique et offrent une morphologie classique au Solutréen (Henri-Martin 1928d : 23) : ils sont façonnés sur fragments laminaires et rarement sur éclat cortical (fig. 26). La plupart sont des burins dièdres parmi lesquels se distinguent des « burins dièdres droits : les deux enlèvements ou groupes d’enlèvements ont une obliquité sensiblement égale à l’axe de la pièce » ; des « burins dièdres déjetés : un des enlèvements ou groupes d’enlèvements est nettement plus oblique que l’autre » et des « burins dièdres d’angle : un des enlèvements ou groupes d’enlèvements est parallèle à l’axe de la pièce, l’autre lui étant perpendiculaire ou légèrement oblique » (Sonneville-Bordes, Perrot 1956 : 408). Les burins doubles ou associés à un grattoir sont nombreux et ne sont pas attribuables « au hasard de la taille », comme l’avait envisagé le Dr Henri-Martin (1928d : 23), mais à des besoins précis (Pradel 1973 : 90-96). Certains burins ont une forme qui semble les désigner plus particulièrement pour le travail de la pierre et l’élaboration des sculptures (cf. chap. 6). Ils sont robustes, à longue arête le plus souvent rectiligne et à dièdre peu aigu, donc résistants. Les chutes de burins ont été trouvées en grande quantité dans le site et sont de taille et de forme variable (Henri-Martin 1928b : 23) suivant la fabrication et la chronologie de l’affûtage des burins (Tixier et al. 1980 : 80, 81, fig. 25).

FIG. 26
Burins. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

140Un outil exceptionnel fût découvert dans le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Il s’agit d’un burin dièdre en cristal de roche, d’une longueur de 48 mm et d’un diamètre de 10 mm. La morphologie générale de cette pièce à six faces longitudinales rappelle celle d’un crayon (Henri-Martin 1928d : 24).

3.4.1.6 Les grattoirs

141La collection du musée des Antiquités nationales comprend un nombre très élevé de grattoirs, mais devait être beaucoup plus importante car plusieurs séries ont été offertes à d’autres musées (Henri-Martin 1928d : 21). Le grattoir simple sur lame de longueur variable est le type le plus fréquent (fig. 27). D’un point de vue morphologique, des lames de plein débitage, rectilignes ou très peu courbes, ont été soigneusement sélectionnées. Sur cette base constante, deux formes de grattoirs sont caractéristiques au Roc de Sers :

  • le grattoir mince, qui présente à une extrémité un front de grattoir bas obtenu par une retouche lamellaire convergente vers le point médian de la face dorsale ;

  • le grattoir en éventail « court, à front semi-circulaire, large, à retouches parfois lamellaires, à base étroite, retouchée ou non » (Sonneville-Bordes, Perrot 1954 : 330).

FIG. 27
Grattoirs. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

142Il existe aussi quelques grattoirs provenant de nucléus épuisés réutilisés comme outil (Henri-Martin 1928g : 44). On trouve en grand nombre les grattoirs doubles et les grattoirs-burins, et il est à signaler un grattoir-double aménagé sur une pointe foliacée. Cette fréquence est vraisemblablement significative du souci des Solutréens d’exploiter au maximum des supports de bonne qualité. À partir de ce postulat, il conviendra de s’interroger sur l’évolution technique de ces outils. D’une façon générale, on observe un réaménagement de la partie active, prouvant ainsi que la fabrication du grattoir a précédé celle du burin ; mais certaines pièces n’ont-elles pas été conçues doubles lors de leur façonnage ? Cette association grattoir + burin aurait été alors vraisemblablement provoquée par la morphologie des lames-support et dans un souci d’économie de matière première.

143La forme des lames impose généralement la place de chaque élément : grattoir sur la partie distale, burin sur la partie proximale (Rigaud 1977 : 7).

144Un grattoir-burin est façonné sur un fragment de cristal de roche hyalin et enfumé (fig. 28).

FIG. 28
Grattoir en cristal de roche. (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

145Au cours de l’étude techno-typologique des grattoirs magdaléniens de La Garenne (Saint-Marcel, Indre), A. Rigaud a mis en évidence des caractères discriminant leur utilisation, entre autres, pour le travail de la pierre (Rigaud 1977 : 41). Sur la base de ces résultats, une analyse microscopique des grattoirs du Roc de Sers permettra sans doute de repérer les traces d’usures piquetées caractéristiques de ce travail spécifique.

3.4.1.7 Les perçoirs

146L’équipement des chasseurs solutréens du Roc de Sers comprend un petit nombre de perçoirs qui présentent des caractères techniques et morphologiques communs, malgré quelques variations morphologiques (fig. 29). De même que les feuilles de laurier, les pointes à cran, les grattoirs et les burins dièdres, ce sont des instruments obtenus sur des lames. Ils ont été dégagés dans l’axe longitudinal des lames par des retouches abruptes ou/et semi-abruptes régulières, continues, formant parfois des coches et des contours microdenticulés.

FIG. 29
Perçoirs. (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

147Quelques perçoirs doubles –perçoir-grattoir, perçoir-racloir– répondent vraisemblablement à une économie de la matière première siliceuse. Il est à noter également la présence de quelques microperçoirs à rostre acéré, fabriqués sur des lamelles.

148L’approvisionnement en matières siliceuses des gisements solutréens des Charentes est le moins connu actuellement. La carte de répartition des gisements solutréens français et des déplacements de matières premières, établie par T. Aubry (1991 : 260, fig. 75), révèle l’exploitation d’une région périphérique du Massif central.

149D’un point de vue litho-technologique, à cet état préliminaire de l’étude, il est seulement permis d’estimer l’abondance relative des matières premières et d’affirmer que celles de l’environnement voisin (5 à 20 km) sont arrivées sur le site en partie débitées, comme en attestent les indices relativement faibles de produits corticaux et de pièces attribuées à l’initialisation d’un débitage.

3.4.1.8 L’origine des matières premières

150Une étude lithologique permettra d’appréhender plus précisément le comportement de ces groupes solutréens à l’égard de la matière première, les stratégies d’exploitation et de gestion des ressources lithiques et les implications qui en découlent à propos de la structuration de l’espace régional et de l’espace habité (Geneste 1986 : 14).

151L’exploitation d’un « beau » silex noir semble dominante. Il s’agit vraisemblablement de silex du Turonien, de l’étage Angoumien supérieur. Ce sont généralement des silex de très bonne qualité, présentant le plus souvent des inclusions sous forme de taches blanches opaques, de ponctuations grises, avec un cortex peu épais.

152Dans l’Angoumien supérieur, plusieurs niveaux de silex se présentent soit sous l’aspect de lentilles assez plates, pouvant atteindre jusqu’à 60 cm de diamètre, soit en nodules. Ce sont des silex sombres, gris-noir ou bleu-noir (Séronie-Vivien 1987 : 63). Cette formation s’étend au sud d’Angoulême, depuis Claix à l’ouest, jusqu’à Sers au moins à l’est.

153Un silex de l’Hettangien, décrit comme « silex jaspoïde », opaque et de teintes variées, allant du jaune au brun-gris foncé et présentant des inclusions dentritiques (cristallisations arborescentes d’oxyde de fer et de manganèse) ou des ponctuations noires (Aubry 1991 : 97), a contribué également à la constitution de l’outillage. En relation avec la faille de Beaumont et le système faillé associé, les affleurements de ces jaspes infraliasiques sont nombreux dans la vallée de la Charente. Dans la région de Montbron, à 22 km à vol d’oiseau au nord-est du Roc de Sers, en relation avec le horst de l’Arbre et le système faillé d’Orgedeuil-Rouzède, les jaspes apparaissent en position secondaire. Ont été dénombrées également quelques pièces en jaspe de Fontmaure (Vienne), zoné de teintes très vives, violacé, jaune rouge, rouge sombre, rose et jaune.

154Les Solutréens ont exploité de façon occasionnelle et opportuniste un bloc de quartz hyalin, appelé également « cristal de roche » ou « quartz translucide » (Mourre 1996 : 206) à partir duquel ils ont façonné un grattoir-burin, un « burincrayon » et une minuscule feuille de laurier. L’exploitation de ce fragment de roche a eu lieu sur place si l’on en juge d’après les éclats de débitage et de retouche recueillis par le Dr Henri-Martin (1928d : 19). Dans sa description géologique du département de la Charente, H. Coquand précise que le cristal de roche se rencontre en « dodécaèdres engagés dans l’orthophyre des environs d’Étagnat » (Coquand 1858 : 94), à une quarantaine de kilomètres à vol d’oiseau du Roc de Sers.

155De même que les jaspes, les blocs de minerai de plomb recueillis dans la grotte du Roc (Favraud 1908 : 416) provenaient sans doute de la région de Confolens. A. Favraud compara ce minerai avec celui extrait des mines de plomb argentifère d’Alloue, au bord de la Charente, à une cinquantaine de kilomètres à vol d’oiseau au nord-est du Roc de Sers. Les deux minerais sont identiques, de même que le bloc qu’il trouva en 1902 à la grotte du Placard (Vilhonneur, Charente). H. Coquand précise qu’il s’agit de plomb phosphaté en petits cristaux hexaédriques, en masses aciculaires et mamelonnées, que l’on recueille sur les haldes du filon de galène de Beaumont, près d’Alloue. Ce produit épigénique de couleur verdâtre ou jaunâtre est formé aux dépens de la galène (Coquand 1858 : 104).

3.4.1.9 Conclusion

156L’industrie lithique du site d’habitat du Roc de Sers montre un certain nombre de caractères qui l’apparentent aux ensembles solutréens de la région « classique » charento-périgourdine. Aucune variation typologique ne semble exister entre les séries des trois unités d’habitation. Cette constatation permet de conclure à l’homogénéité du matériel, qui s’inscrit dans les modèles du Solutréen supérieur à pointes à cran et feuilles de laurier. L’approche techno-typologique préliminaire de l’industrie lithique de la grotte du Roc permet d’envisager l’hypothèse d’un seul niveau d’occupation humaine, vraisemblablement contemporain du niveau anthropique du talus sous-jacent, ainsi que des deux autres unités d’habitation. L’occupation du Roc de Sers marque ainsi le milieu et l’amorce de la fin de la culture solutréenne dans cette zone géographique bien définie.

3.4.2 Industrie sur matières dures animales
fig. 30

157Au Roc de Sers, l’action taphonomique des agents édaphiques a permis la conservation des restes osseux, mais, à l’instar de l’étude techno-typologique de l’industrie lithique, l’approche techno-morphologique et fonctionnelle préliminaire des pièces d’industrie osseuse se heurte à la fois à la dispersion de la collection, à l’indigence des informations concernant la répartition spatiale des objets dans les différentes unités d’habitation et au conditionnement aléatoire des séries. Trois autres problèmes compliquent cette analyse : le mauvais état de conservation de la collection, le fort pourcentage de pièces fragmentées et l’absence d’une véritable synthèse de l’industrie en matière dure animale du Solutréen français, telle celle que réalisa G.E. Adán Álvarez sur le matériel osseux du Solutréen péninsulaire (Adán Álvarez 1994 : 159-174) ou celle que C. Leroy-Prost élabora sur l’industrie osseuse aurignacienne du Poitou, des Charcutes et du Périgord (Leroy-Prost 1975). Une telle synthèse permettrait une étude comparative plus concise que celle qu’il est donné de mener aujourd’hui à partir des travaux ponctuels et plus ou moins précis concernant le matériel solutréen issu des fouilles anciennes et des découvertes relativement récentes (Chauvet 1910 ; Peyrony 1929a ; 1929b ; 1932a ; 1932b ; 1934a ; Peyrony, Peyrony 1934 ; 1938 ; Cheynier 1949 ; 1965 ; Saint-Périer 1952 ; Smith 1966 ; Debénath 1974 ; Leroy-Prost 1977 ; Chollot-Varagnac 1980 ; Villaverde Bonilla, Martí Oliver 1984 ; Sacchi 1986 ; Geneste, Plisson 1986 ; Corchón Rodríguez 1986 ; 1994a ; Camps-Fabrer et al. 1993...).

FIG. 30 nos 1 à 23
Industrie osseuse : 1-16 armatures de sagaies ; 17-22 ciseaux ; 23 baguette‑ciseau ornée. (1 grotte de la Fontaine ; 2 tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc ; 3, 4, 5, 7, 9, 11. 13, 14, 17‑21, 23 tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge ; 15, 16 tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté ; 6, 8, 10, 12, 22 provenance inconnue.)

FIG. 30 nos 24 à 35
Industrie osseuse : 24-27 poinçons en os ; 28‑30 poinçons en bois de renne ; 31, 32 bâtons percés ; 33 fragment de bâton percé ? ; 34 manche courbe orné ; 35 baguette rainurée. (24, 28, 29, 30, 33, 35 tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc ; 31, 34 tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge ; 25, 27 tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté ; 24, 32 provenance inconnue.)

FIG. 30 nos 36 à 49
Industrie osseuse : 36 base de bois de renne ornée ; 37 esquille de bois de renne ornée ; 38-41 fragments de côtes ornées ; 42 fragment osseux orné ; 43 tête de fémur de renne ornée ; 44‑46 : fragments osseux ornés ; 47, 48 : lissoirs ; 49 : matrice sur os canon de cheval. (36, 37, 39, 44‑46, 48, 49 tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge ; 40, 41, 47 tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté ; 38, 42, 43 provenance inconnue.)

158Partant de ce postulat, et sous réserve d’un examen approfondi mené dans le cadre d’un travail interdisciplinaire, les observations préliminaires d’ordre techno-morphologique ne peuvent dépasser le cadre des pièces identifiées au rang de matériel « actif » et « passif » façonné (Leroy-Prost 1975 : 82, 83, tabl. 2) et conservées au MAN. Les déchets de taille ou témoins de débitage et les nucléus, c’est-à-dire « les os, bois ou défenses dont on a tiré la matière des objets » (ibid. : 79) ont été en partie recueillis et leur examen, joint à celui des objets finis, fournira sans aucun doute de très riches informations sur la technologie de cet outillage.

159La confrontation de l’inventaire du matériel de la couche 2 établi par Favraud en 1908 (1908 : 417-423), le Dr Henri-Martin en 1928 (1928d : 28-31) et G. Henri-Martin en 1951 (Arch. G.H.-M.), selon un descripteur morphologique avec l’inventaire sommaire des objets actuellement toujours conditionnés dans les caisses en bois utilisées pour leur transport vers le MAN, permet d’évaluer succinctement la représentativité quantitative de cet outillage en matière dure animale. Le matériel osseux se compose donc à ce jour de près de cent cinquante éléments façonnés en bois de renne et en os. Au sein de ces vestiges, il est à noter l’absence d’une industrie sur ivoire qui est bien représentée dans certains sites solutréens, notamment au Fourneau du Diable (Peyrony 1932a : 43, 44, fig. 35, no 2 ; Smith 1966 : 236-238) ; au Pech de La Boissière (Peyrony 1934a : 204-207, fig. 9, 10, 10bis ; Smith 1966 : 190-197) ; à Laugerie-Haute (Peyrony, Peyrony 1938 : 44, 45 ; Smith 1966 : 72, fig. 3.17 ; 122, fig. 24.5) ; au Placard (Smith 1966 : 260) ; à Solutré (Combier 1956 : 159-163, fig. 16 ; 1989 : 83-93) ; et, dans une moindre mesure, à la grotte de l’Église (Cleyet-Merle 1988 : 22).

3.4.2.1 Armatures de sagaies

160Les seize pièces déterminées comme des armatures de sagaies, avec toutefois quelques réserves pour plusieurs d’entre elles, sont toutes façonnées en bois de renne et présentent des variations morphologiques importantes (fig. 31). En ce qui concerne la pièce entière que le Dr Henri-Martin découvrit dans la grotte du Roc, celle-ci n’a pu être retrouvée au MAN : « La grotte du Roc m’a fourni une pièce intacte, absolument ronde, pointue aux deux extrémités ; elle mesure 63 mm de long et 4 mm de diamètre. On peut considérer cette pièce comme un alène ou une pointe de sagaie » (Henri-Martin 1928d : 29).

FIG. 31
Répartition des différents types d’armatures de sagaies.

161Dans cet ensemble, numériquement faible par rapport à l’exceptionnelle abondance des séries solutréennes du Placard et de Combe Saunière (Geneste, Plisson 1986 : 15, 17, fig. 8), trois armatures sont entières, trois sont des fragments mésio-distaux, six sont des fragments distaux, deux fragments sont mésio-proximaux et deux pièces ont le talon brisé. L’analyse techno-morphologique préliminaire de cette série bénéficie notamment des travaux de C. Leroy-Prost sur les pointes de traits aurignaciennes (Leroy-Prost 1975) ; de H. Delporte, J. Hahn, L. Mons, G. Pinçon et D. de Sonneville-Bordes sur la techno-typologie des sagaies (Delporte et al. 1988) et de A. Bertrand sur les armatures de sagaies magdaléniennes dans les Pyrénées (Bertrand 1995a ; 1995b). Ces travaux fournissent un ensemble de données permettant d’effectuer les comparaisons nécessaires à la caractérisation de cette industrie sur matière dure animale.

Armatures de sagaies entières
fig 30, nos 1-3

1621. No inv. MAN : 75 121. Grotte de la Fontaine.

163Dim. (en mm) : long. : 125 ; larg. : 11 ; ép. : 8.

164Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 9, fig. 14.

165La première provient de la grotte de La Fontaine, à 107 m en amont de la grotte de la Vierge (cf. chap. 2) et entre dans la catégorie des armatures de sagaies à base brute de débitage. La base porte des stigmates transversaux de sciage ; elle est fracturée à son extrémité. Dans l’hypothèse d’un produit de seconde intention, A. Bertrand réfute le terme de « base » et propose celui de « languette » car « il se peut que ces extrémités distales sciées n’aient jamais été utilisées après leur sectionnement » (Bertrand 1995a : 90). Le fût a été fracturé anciennement (fracture transversale dans la partie mésio-proximale et oblique dans la partie mésio-distale), puis recollé, et sa surface constellée de points de calcite est légèrement colorée par l’oxyde de fer hydraté présent dans le sédiment (cf. § 3.1.1.1). Les parties mésiale et distale ont une section régulière subovale et aucun aménagement de surface n’est postérieur au façonnage de l’objet.

166D’un point de vue morphométrique, cette armature de sagaie se distingue des « normes magdaléniennes » observées par H. Delporte et L. Mons (1988 : fiche no 5) sur les séries de Laugerie-Basse, Le Placard et Isturitz : « Cet objet possède des caractères spécifiques qui démontrent que sa morphométrie obéit à des normes aussi strictes que les autres types de pointes. Il est probable qu’il a été le plus souvent le résultat d’un réaménagement d’une pointe cassée, aussi le terme de « raccourcie » peut-il être conservé ; en revanche, le terme « mâchonnée », qui a été parfois employé pour ce type de pointe doit être abandonné car il prête à une certaine confusion sur la fabrication de la base ; il implique une action mécanique répétée, non une technique ». Même observation par A. Bertrand sur les séries de La Vache, Enlène, Le Mas-d’Azil, Aurensan, Isturitz, Espalungue, Saint-Michel-d’Arudy, Belvis, Gazel, La Crouzade, Bize et Le Trou souffleur. Cet auteur propose trois groupes concernant les longueurs de ces objets : « Le premier, le plus important, comprend les pointes dont la longueur est inférieure à 50 mm : ce sont donc de petites pointes. Un deuxième réunit les armatures comprises entre 50 et 80 mm. Enfin, quelques pièces mesurent plus de 80 mm, sans excéder 120 mm » (Bertrand 1995a : 87 ; 1995b). Très grande, cette pointe de sagaie ne semble pas résulter d’une réutilisation, mais l’hypothèse d’un aménagement rapide de l’armature devenue inutilisable ne peut être écartée en raison de l’absence d’exemplaires de comparaison au Roc de Sers. Une armature de sagaie de ce type est connue au Fourneau du Diable ; de section circulaire, elle mesure 210 mm de long (Smith 1966 : 243, fig. 59.1). Ce caractère morphométrique est-il spécifique aux armatures de sagaies à base brute de débitage ? L’analyse comparative de ces engins de chasse trouvés dans les sites solutréens où l’industrie en matière dure animale est conservée permettra de débattre ce problème et peut-être d’y apporter une réponse.

1672. No inv. MAN : 75070. « Le Roc T.R. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.

168Dim. (en mm) : long. : 89 ; larg. : 12 ; ép. : 10.

169La seconde armature est trapue et massive, à section ovale. L’extrémité proximale (ou distale ?) est appointée et légèrement excentrée. La pointe est robuste, épaisse et cassée à son extrémité. Dans cette partie, aucun aménagement de surface n’a été ajouté après le façonnage de l’objet, contrairement aux armatures de sagaies magdaléniennes d’Isturitz, de même gabarit, qui présentent des stries réparties plus ou moins largement sur la pointe, indifféremment sur l’une des deux faces ou les deux, éventuellement sur l’un ou les deux bords (Sonneville-Bordes 1988 : 7, fiche 8, in Delporte et al. 1988).

170L’extrémité distale (ou proximale ?) est mousse, sans écrasement des fibres comme consécutif à un martelage. Un polissage est visible sur la surface du fût. Un examen microscopique de l’ensemble du matériel osseux confirmera sans doute la nature de ce polissage : anthropique ou édaphique ?

1713. No inv. MAN : 75 070. « Le Roc T.G.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

172Dim. (en mm) : long. : 47 ; larg. : 11 ; ép. : 8.

173Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 9, fig. 8 ; 1928g : 17, fig. 10, no 13.

174De forme triangulaire et de section circulaire, la troisième armature de sagaie est une petite pointe dont le biseau simple est issu d’une fracturation. Les bords latéraux sont convergents vers l’extrémité distale épointée. Concave longitudinalement, le biseau a été produit sur le tiers basal de l’objet et a une longueur de 18 mm et une largeur de 11 mm. Des stries longitudinales de façonnage sont visibles sur la surface de la pièce et s’interrompent au niveau de la cassure en biseau. Cette pointe a-t-elle été réutilisée comme telle après fracturation, à l’instar des petites pointes du Magdalénien à navettes de La Garenne ? Au cours de l’étude menée sur ces objets façonnés, J. Allain et A. Rigaud ont observé que « ces objets présentent en miniature tous les caractères traditionnels des sagaies et il ne fait pas de doute que ce sont des pointes de trait » (Allain, Rigaud 1992 : 139).

175Selon ces auteurs, après expérimentation, il semble que le mode de propulsion employé pour lancer ces petites armatures de sagaies était vraisemblablement le propulseur « à ficelle » et l’arc : « La flèche à pointe conique simple telle que nous venons de la reconstituer est donc essentiellement destinée au petit gibier, lièvre tout au plus. Elle a, par contre, un avantage considérable : elle s’insinue entre les plumes de l’oiseau qui freinent très efficacement les flèches tranchantes. Telle est la destination de la pointe en tibia de singe de certaines flèches du haut Oyapock » (ibid. : 145). Aucun propulseur ou fragment de propulseur n’a été découvert au Roc de Sers. En revanche, des fragments correspondant à la partie active de propulseurs à crochet, du type de ceux classiquement reconnus dans le Magdalénien, ont été recueillis dans un niveau du Solutréen supérieur à Combe Saunière et dans un niveau du Solutréen supérieur ou du Magdalénien moyen au Placard (Plisson, Geneste 1989 : 294, fig. 1, no 8 ; Bellier, Cattelain 1990 : 40, fig. A1, A2).

Fragments mésio-distaux
fig. 30, nos 4-6

176Il s’agit de trois longs fragments d’armatures de sagaies à section quadrangulaire.

1774. No inv. MAN : 75 070. « Le Roc T.G.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

178Dim. (en mm) : long. : 91 ; larg. : 13 ; ép. : 8.

179Le premier provient de la tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et a été fracturé transversalement environ au tiers de sa longueur actuelle vers l’extrémité distale, puis recollé. La fracture qui a emporté la partie mésio-proximale de l’objet peut être qualifiée de « fracture en dents-de-scie ou d’arrachage » (Bertrand 1995a : 68). Dans le sens antéro-postérieur, la coupe est dissymétrique, avec une face supérieure légèrement bombée et une face inférieure relativement concave. Les bords régulièrement convexes sont convergents vers la partie distale, dont l’extrémité est mousse. Aucun aménagement de surface n’est postérieur au façonnage de l’objet.

1805. No inv. MAN : 75 070. « Le Roc T.G.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

181Dim. (en mm) : long. : 75 ; larg. : 10 ; ép. : 8.

182Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 9, fig. 7.

  • 4 – « Type C : multiples stries obliques réparties sur une ou plusieurs faces. Elles sont elles aussi (...)

183Le second fragment a été recueilli également dans la tranchée de la grotte de la Vierge. De section parfaitement quadrangulaire aux bords rectilignes, la face supérieure est plane et régularisée par un polissage soigné. Postérieurement au façonnage de cette surface, ont été ajoutées des stries de « type C »4 (Bertrand 1995a : 72) réparties sur le fût. Elles sont relativement nombreuses, peu profondes, obliques ascendantes de la droite vers la gauche et plus ou moins parallèles entre elles. Sur la face inférieure, le travail de polissage est moins poussé et le tissu spongieux dans lequel se trouve piégé du sédiment coloré par l’oxyde de fer hydraté est apparent.

184De section quadrangulaire, l’extrémité distale pointue est légèrement « épointée » (ibid. : 63). La fracture de l’objet est de « type oblique » (ibid. : 68).

1856. No inv. MAN : 75070. Provenance inconnue.

186Dim. (en mm) : long. : 65 ; larg. : 9 ; ép. : 8.

187Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 10, fig. 7 ; 1928g : 17, fig. 10, fig. 8.

  • 5 – « Type H : rainure longitudinale simple, située face supérieure ou/et sur un ou deux côtés. » (Be (...)

188De section subquadrangulaire aux bords rectilignes, le troisième fragment présente une face supérieure plane, régularisée par un polissage soigné. L’extrémité distale est intacte et un léger lustre intéresse la pointe. La partie mésio-proximale a été emportée par une fracture en « palier » (Bertrand 1995a : 68). Une rainure longitudinale de « type H »5 (ibid. : 73), relativement profonde et de section angulaire asymétrique à bords arrondis, a été aménagée sur le flanc latéral droit de l’objet. Interrompue par la cassure, elle devait vraisemblablement se poursuivre le long du fût, à l’instar des exemplaires trouvés à Combe Saunière, au Fourneau du Diable, au Pech de La Boissière et au Placard (Plisson, Geneste 1989 : 304).

Fragments distaux
fig. 30, nos 7-12

1897. No inv. MAN : 75 070. « Le Roc T.G.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

190Dim. (en mm) : long. : 55 ; larg. : 8 ; ép. : 8.

1918. No inv. MAN : 75070. Provenance inconnue.

192Dim. (en mm) : long. : 55 ; larg. : 8 ; ép. : 8.

1939. No inv. MAN : 75070. « Le Roc T.G.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

194Dim. (en mm) : long. : 55 ; larg. : 9 ; ép. : 10.

195Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 10, fig. 11.

19610. No inv. MAN : 75070. Provenance inconnue.

197Dim. (en mm) : long. : 43 ; larg. : 10 ; ép. : 8.

19811. No inv. MAN : 75070. « Le Roc T.G.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

199Dim. (en mm) : long. : 44 ; larg. : 9 ; ép. : 7.

200Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 10, fig. 10 ; 1928g : 17, fig. 10, fig. 12.

20112. No inv. MAN : s.n. Provenance inconnue.

202Dim. (en mm) : long. : 39 ; larg. : 10 ; ép. : 9.

203Parmi les six fragments distaux déterminés :

  • deux ont une pointe conique intacte (nos 9, 12) ;

  • la pointe est cassée à son extrémité sur la pièce no 11 ;

  • la pointe a été emportée lors d’une première fracturation oblique de l’objet (?) sur les fragments nos 7, 8, 10.

204Les fractures sont obliques et la longueur des fragments oscille entre 55 et 39 mm. La fracture du fragment no 8 est « fraîche » et aucune trace de restauration n’est visible sur la surface endommagée.

205Les sections sont subquadrangulaires à bords convexes et face supérieure plane, à l’exception du fragment no 12, de section circulaire et du fragment no 10, dont l’état de conservation ne permet pas une détermination de sa section.

  • 6 – « Type I : même cas que celui qui est cité précédemment, mais la rainure est double. » (Bertrand  (...)

206Des aménagements de surface de « types H et I »6 (Bertrand 1995a : 73) ont été façonnés sur les pièces nos 7, 8, 11 et 12. Il s’agit de rainures longitudinales. Sur les fragments nos 7 et 8, la rainure de « type H » est simple, peu profonde, de section courbe légèrement asymétrique et interrompue par la fracture de la pointe, si l’on suppose qu’à l’instar des autres fragments celle-ci se poursuivait jusqu’à la pointe. Le fragment no 12 porte une rainure de « type H », à section courbe asymétrique, d’une largeur de 5 mm et d’une profondeur de 1 mm. Le fragment no 11 porte une rainure de section angulaire asymétrique sur chaque face de « type I » : face supérieure : larg. : 0,25 mm ; prof. : 0,1 mm ; face inférieure : larg. : 0,3 mm ; prof. : 0,05 mm.

207Ces fragments d’armatures de sagaies à rainures sont sans doute à mettre en relation contextuelle et fonctionnelle avec les pointes de sagaies à rainures profondes trouvées à Combe Saunière, au Fourneau du Diable, au Pech de La Boissière et au Placard. Abondantes au Placard et à Combe Saunière, elles semblent constituer, pour J.-M. Geneste et H. Plisson le meilleur marqueur technologique du Solutréen supérieur. (Plisson, Geneste 1989 : 304).

208Ces aménagements étaient sans doute destinés à recevoir des lamelles de silex additives, comme semblent le confirmer certaines découvertes de pointes rainurées contenant des éléments siliceux à Lascaux, à La Garenne, à Pincevent, à Talickij et à Korolevo (Bertrand 1995a : 43, 44). Dans l’hypothèse de leur utilisation comme engins de chasse, de telles armes composites devaient être particulièrement vulnérantes, puisqu’elles servaient à la fois à accrocher l’arme dans la proie et à produire, par le tranchant des lamelles, de graves hémorragies (Julien 1982). Aucun aménagement supplémentaire n’est visible sur la surface de ces fragments distaux.

Fragments mésio-proximaux
fig. 30, nos 13, 14

209La présence de ces deux fragments mésio-proximaux dans le site suggère qu’ils furent rapportés encore ligaturés à leur hampe-support. La question de cette faible représentativité des fragments mésio-proximaux par rapport à l’importance quantitative des fragments distaux et mésio-distaux ne semble pas aujourd’hui vraiment résolue (Bertrand 1995a : 40).

21013. No inv. MAN : s.n. « Le Roc T.G.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

211Dim. (en mm) : long. : 71 ; larg. : 11 ; ép. : 9.

212Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 9, fig. 11 ; 1928g : 17, fig. 10, no 9.

213Le premier fragment est issu d’une fracture verticale d’arrachage d’une armature de sagaie à base quadrangulaire qui a emporté une partie du bord latéral droit de l’objet dans son état actuel. La section du fût est quadrangulaire à bords arrondis. Quatre stries fonctionnelles, parallèles, obliques ascendantes de la droite vers la gauche et régulièrement espacées sont gravées sur la longueur de la base. Quelques fines stries de « type A » (Bertrand 1995a : 72), parallèles entre elles, ascendantes de la droite vers la gauche et serrées, sont visibles au départ du bord latéral gauche, un peu au-dessus de la base.

  • 7 – « Type F : aménagement particulier de stries. Celles-ci semblent être le fruit d’une organisation (...)

214La face inférieure, non biseautée et plane, porte, sur la longueur du bord latéral droit depuis la base, une série de petites entailles de « type F »7. Sensiblement obliques ascendantes de la droite vers la gauche et parallèles entre elles, leur fonction demeure indéterminée : stries fonctionnelles ou décor ? L’extrémité proximale est mousse et les fibres ne présentent pas d’écrasement relatif à un martelage.

21514. No inv. MAN : 75 069. « Le Roc T.G.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

216Dim. (en mm) : long. : 34 ; larg. : 10 ; ép. : 0,55.

217Le second exemplaire est un fragment de biseau ou « languette » (Bertrand 1995a : 90) qui semble avoir été arraché, volontairement ou involontairement, de l’armature de sagaie sur laquelle il avait été façonné. De section subovale, il porte les stigmates transversaux du travail d’un outil et s’apparente de ce fait à l’armature de sagaie entière à base brute de débitage recueillie dans la grotte de La Fontaine.

Armatures de sagaies pédonculées
fig. 30, nos 15, 16

218La forme losangique et le pédoncule marqué de ces deux objets inédits contribuent à les apparenter à des armatures de sagaies bien qu’elles ne trouvent pas a priori leur équivalent dans les séries des sites paléolithiques à industrie sur matières dures animales. Toutefois, une pièce unique et de forme analogue, pour laquelle C. Leroy-Prost n’avait pas trouvé d’éléments de comparaison (1975 : 128), est sans doute à rapprocher de ces deux objets spécifiques : il s’agit d’une pointe « à pédoncule », selon l’expression de D. Peyrony (1934b : 55, fig. 54, no 4), provenant du niveau H (Aurignacien II) de La Ferrassie. Sur la base de ces trois objets chronologiquement distincts, il est impossible aujourd’hui de statuer sur leur qualité de « marqueur technologique ». Cette morphologie particulière rappelle également celle des feuilles de laurier pédonculées solutréennes de « type H », de la nomenclature établie par P. Smith (1966 : 53). Enfin, des armatures de projectile de ce type, en majorité façonnées en os et plus rarement à partir de bois de cervidés, sont connues depuis le Néolithique moyen jusque dans le Bronze moyen le long de la Méditerranée occidentale : Catalogne, Alpes-Maritimes, Ligurie (Séronie-Vivien 1995 : 101-119). Parmi les dix classes déterminées par J. Arnal et M.-R. Séronie-Vivien (1983), la désignation des objets regroupés dans la « classe III » est à mettre en parallèle avec celle des pièces du Roc de Sers : « Pointe de flèche de section mince, sans ailerons, à pédoncule court ou long ou très long » (Séronie-Vivien 1995 : 105, fig. 4, IIIa). Il convient toutefois de conserver le terme « d’armatures de sagaies à pédoncule » pour ne pas prêter à une certaine confusion d’ordre chronologique.

21915. No inv. MAN : s.n. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

220Dim (en mm) : long. : 68 ; larg. : 13 ; ép. : 7.

221La première pièce provient de la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté (tranchée intermédiaire). De section ovale, elle présente un renflement au tiers de sa longueur depuis la base pédonculée. Au départ de ce renflement, les bords latéraux sont convergents vers la partie distale dont l’extrémité en pointe est mousse et vers l’extrémité proximale dont le talon a été emporté par une fracture oblique. Dans le sens antéro-postérieur, la coupe est dissymétrique, avec une face supérieure relativement bombée et une face inférieure légèrement concave. Dans la partie mésio-distale, la surface porte des traces en forme de fossettes rondes qui semblent être le résultat de l’action de rongement ou « mâchouillage » d’un carnivore. En raison du très mauvais état de conservation de la pièce, un aménagement de surface, dont la fonction est indéterminée, est plus ou moins visible à la hauteur du renflement.

  • 8 – « Type D : stries longitudinales, réparties sur une ou plusieurs faces. Elles ne sont présentes q (...)
  • 9 – « Type B : plusieurs stries obliques réparties sur une ou/et plusieurs faces du fragment de l’arm (...)

222Il s’agit d’une rainure horizontale à laquelle sont associées des stries longitudinales réparties de part et d’autre de celle-ci : parallèles entre elles, trois stries de « type D »8 sont orientées vers l’extrémité distale ; six autres, de « type B »9 (Bertrand 1995a : 72) sont légèrement obliques vers le bord latéral gauche et dirigées vers l’extrémité proximale. Sur la face inférieure et à l’endroit du renflement, il est possible de distinguer l’amorce ou le reliquat d’une autre rainure. À l’instar de l’échancrure circulaire observée sur les harpons magdaléniens, cette rainure était peut-être destinée au maintien de l’extrémité d’une ligne sur une hampe (Julien 1995 : 27).

22316. No inv. MAN : 75070. : « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

224Dim. (en mm) : long. 67 ; larg. : 16 ; ép. : 10.

225La seconde pointe est également issue de la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté (tranchée intermédiaire). De section subquadrangulaire à bords arrondis, elle est plus massive que la précédente et présente, à la jonction avec la partie mésiale, un rétrécissement du diamètre par rapport au fût. Ce type d’aménagement constituait sans doute un système de blocage lié au mode d’emmanchement de cette pointe. Au départ de l’épaulement, les bords latéraux sont convergents vers la partie distale, dont l’extrémité est épointée par une fracture horizontale. La face inférieure est en très mauvais état de conservation, tandis que la face supérieure est plane et lisse, sans aménagement de surface.

3.4.2.2 Ciseaux

226Au nombre de sept, ils sont de morphologie variable et tous façonnés en bois de renne. Deux objets sont entiers, tandis que les cinq autres sont des fragments mésio-distaux. À l’instar des armatures de sagaies, il est à noter une forte altération des surfaces due aux phénomènes édaphiques et au conditionnement des pièces postérieurement à leur extraction, ce qui ne permet pas une bonne lecture des traces de façonnage et d’utilisation ainsi que des aménagements de surface. Une seule pièce échappe à cette généralité : il s’agit d’un gros ciseau dont la presque totalité de la surface a été soigneusement polie. La restauration grossière d’un objet, fracturé vraisemblablement au cours des fouilles, affecte une partie de son décor latéral.

Ciseaux décorés
fig. 30, nos 17, 18

22717. No inv. MAN : 75070. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

228Dim. (en mm) : long. : 141 ; larg. : 27 ; ép. : 12.

229Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 19, fig. 12, no 1.

230Le premier provient de la tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et est réalisé sur un support épais extrait probablement d’un merrain de bois de renne de circonférence importante. De section quadrangulaire, il s’agit du plus grand exemplaire de la série (long. : 141 mm). Dans le sens antéro-postérieur, la coupe est dissymétrique, avec une face supérieure plane et une face inférieure relativement concave. Les bords latéraux sont parallèles sur la longueur du fût et convergent sensiblement vers l’extrémité proximale qui porte des traces de martelage. Cet écrasement des fibres du bois, qui paraissent entrecroisées, indique l’usage de cette pièce en ciseau. L’extrémité distale n’est pas biseautée, mais grossièrement appointée.

231De forme rriangulaire et de section quadrangulaire, cette large pointe présente une extrémité émoussée. Malgré une mauvaise conservation de la surface, on observe un léger lustre sur la pointe. Le fût a été cassé en plusieurs morceaux, puis recollé.

232Sur la face inférieure, la spongiosa semble avoir été partiellement évidée, mais ce travail n’a pas été suivi d’un polissage. Le décor de ce grand ciseau se compose de deux séries de petites entailles transversales, réparties longitudinalement sur l’arête des bords latéraux. Vingt entailles ont été dénombrées sur le bord latéral gauche, tandis que quinze ornent le bord latéral droit. Très altérées, elles sont parallèles entre elles et régulièrement espacées. Manifeste dès l’Aurignacien, ce type de décor connaît un bel essor au cours du Solutréen où il se rencontre sur une grande variété d’objets.

233L’originalité de cette pièce du Roc de Sers ne tient donc pas à son décor, qui témoigne de conventions du Solutréen, mais à son support. En effet, ce ciseau orné ne trouve pas a priori son équivalent morphostylistique dans les séries des sites solutréens à industrie sur matières dures animales, où les ciseaux sont rarement décorés, et encore moins de ce décor « classique ».

23418. No inv. MAN : 75067. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

235Dim. (en mm) : long. : 93 ; larg. : 15 ; ép. : 10.

236Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 38, pl. 11, fig. 3.

237Le second ciseau a également été trouvé dans la tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Il s’agir d’un fragment mésio-distal à fracture oblique. De section quadrangulaire à bords biseautés, la face supérieure est plane tandis que la face inférieure est légèrement concave. Les bords latéraux sont parallèles sur la longueur du fût dans sa forme actuelle et convergent sensiblement vers l’extrémité distale qui est biseautée sur une seule face.

238D’une longueur de 17 mm, le biseau n’est pas réellement en plan oblique mais constitue un méplat aplanissant la surface convexe qui est adoucie. L’extrémité distale en arc de cercle est arrondie et ne présente pas de traces d’usage communes aux ciseaux ayant servi à un travail par percussion longitudinale. Tout au plus, quelques stries de façonnage ont échappé à un polissage soigné de la presque totalité de la surface. Comme l’indiquent R. Deffarges, P. Laurent et D. de Sonneville-Bordes (Deffarges et al. 1974 : 95, fig. 5, no 3a), le polissage du biseau qu’a pu produire un frottement répété, par un mouvement de va-et-vient, est sans doute lié à son utilisation comme lissoir ou écorchoir ainsi que l’avait envisagé le Dr Henri-Martin (1928d : pl. 11, fig. 3 ; 1928g : 18, fig. 11, no 3). « L’outil serait tenu par sa partie supérieure, la main exerçant en outre une pression sur l’extrémité distale au niveau du biseau [...]. La détérioration fréquente du tranchant s’expliquerait par le fait que l’outil pouvait buter régulièrement sur un corps dur ou résistant au terme de sa course. Le faible poli de la partie supérieure de l’extrémité distale serait causé par le frottement d’un cuir retourné en cours de travail ou de la peau ou du cuir sous lequel était inséré l’outil. » (Deffarges et al. 1974 : 95).

239Le décor de la face supérieure se compose de deux arcs de cercles opposés et parallèles. De profil courbe asymétrique, peu profonds et larges, ils sont gravés dans la partie médiane de l’objet dans sa longueur actuelle. Une incision courbe (concave vers l’extrémité distale), de même nature que les précédentes et oblique ascendante de la gauche vers la droite, se superpose à l’extrémité supérieure de l’arc de cercle latéral gauche.

240Au départ de l’arc de cercle latéral droit, un sillon peu profond se développe jusqu’au biseau, le long du bord latéral droit. Trois longues incisions rectilignes, peu profondes, obliques ascendantes de la gauche vers la droite et parallèles entre elles, lui sont associées. Elles sont réparties le long du sillon, depuis le biseau jusqu’à l’arc de cercle. Trois rainures longitudinales, plus ou moins profondes, de section courbe asymétrique et parallèle entre elles, sont gravées dans la partie médiane du tiers basal de l’objet dans sa longueur actuelle. Elles ont été interrompues par la fracture du ciseau.

241Le flanc latéral gauche porte deux rainures longitudinales, à section dissymétrique, parallèles aux bords latéraux – le flanc abrupt est du côté du centre axial de l’objet et l’autre flanc est aplani du côté du bord latéral. Elles se distribuent le long du fût jusqu’à la hauteur du biseau et ont été interrompues par la fracture de la partie mésio-proximale. L’arête mésiale mise en valeur par ces deux rainures ou sillons axiaux est convexe et ne présente pas d’aménagements de surface.

Ciseau entier
fig. 30, no 19

24219. No inv. MAN : 75 067. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

243Dim. (en mm) : long. : 99 ; larg. : 22 ; ép. : 23.

244Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 11, fig. 5, 5bis.

245Façonné dans une perche ou un andouiller de bois de renne, ce gros ciseau de section circulaire présente une extrémité distale en biseau double. L’extrémité proximale porte les traces du sectionnement en tronçons de la perche ou de l’andouiller ; de la matière a été conservée à la suite de l’arrachage de la préforme. Parmi ces traces, il est possible de distinguer également celles d’un travail par percussion longitudinale (écaillures et cupules) qui a écrasé progressivement les fibres du bois. La surface de l’objet est presque entièrement polie, mais des incisions rectilignes longitudinales témoignent encore du travail de façonnage qui a oblitéré une grande partie de la spongiosa dont ne fut conservée qu’une faible zone. De section ovale et transversalement plat, le biseau a une longueur de 50 mm qui représente ainsi approximativement un peu plus du tiers de la pièce.

246L’extrémité distale en arc de cercle est arrondie et la partie supérieure ne présente pas de traces d’usage. Cette absence de stigmates caractéristiques d’un travail de percussion, associée à l’émoussé léger du tranchant et au lustre du biseau permet d’envisager l’hypothèse d’un mouvement de va-et-vient sur une matière dure comme le bois (écorçoir) ou souple comme la peau ou le cuir (ripper, lissoir, brunissoir, écorchoir). Aucun aménagement de surface n’est postérieur au façonnage de l’objet.

Fragments mésio-distaux de ciseaux
fig. 30, nos 20-22

24720. No inv. MAN : 75 067. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

248Dim. (en mm) : long. : 87 ; larg. : 21 ; ép. : 13.

24921. No inv. MAN : 75 072. « Le Roc T. Gr. V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

250Dim. (en mm) : long. : 63 ; larg. : 12 ; ép. : 8.

25122. No inv. MAN : s.n. Provenance inconnue.

252Dim. (en mm) : long. : 65 ; larg. : 19 ; ép. : 9.

253Les trois fragments mésio-distaux déterminés, en plus du fragment mésio-distal orné, présentent une extrémité distale rectiligne à bords arrondis. Les fractures sont obliques et la longueur des fragments oscille entre 63 et 87 mm. Les sections sont subquadrangulaires à bords arrondis et face supérieure plane. Les bords latéraux sont parallèles sur la longueur du fût et convergent sensiblement vers l’extrémité distale.

254Sur la face supérieure, un biseau qui n’est pas réellement en plan oblique, constitue un méplat aplanissant la surface convexe adoucie. Le travail de polissage observé sur les précédents ciseaux n’a été réalisé que sur la face supérieure, la face inférieure conservant la spongiosa, très altérée dans tous les cas. Des traces d’usage sont visibles à l’extrémité du biseau sur le tranchant. Aucun aménagement de surface n’est postérieur au façonnage des objets.

Baguette-ciseau ornée
fig. 30, no 23

25523. No inv. MAN : 75 076. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

256Dim. (en mm) : long. : 98 ; larg. : 26 ; ép. : 13.

257Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 38, pl. 11, fig. 1 ; 1928g : 18, fig. 11, no 1.

258De section convexo-concave à bords arrondis, ce ciseau est un fragment mésio-distal de baguette en bois de renne. L’extrémité proximale de l’objet dans sa longueur actuelle est fracturée obliquement. Une autre fracture oblique ancienne a affecté le fût dans son tiers distal. Un raccord et une grossière restauration ont été effectués simultanément. Les bords sont parallèles et réguliers. La substance spongieuse a été évidée sur la face inférieure, tandis que la surface a été entièrement façonnée par raclage sur la face supérieure, ce qui eut pour effet de régulariser la perlure externe. Un léger polissage n’a pas réussi à atténuer les traces de raclage longitudinales.

259Sur la face supérieure, des aménagements de surface constituent un décor. Localisé dans la partie distale de l’objet, il se compose de deux lignes brisées ou chevrons, gravés transversalement dans la largeur de la baguette et ouverts vers l’extrémité distale en angle aigu de 70°. De section courbe asymétrique obtenue par de multiples passages de l’outil, les incisions rectilignes constitutives de chaque chevron sont convergentes mais non jointives, en raison de la présence d’une cupule d’altération du bois de renne à leur extrémité (long, incision latérale gauche : 11 mm ; incision mésiale gauche : 11 mm ; incision mésiale droite : 12 mm ; incision latérale droite : 17 mm). Deux ponctuations ovales ont été réalisées à la limite de l’extrémité distale, quelques millimètres au-dessus des chevrons. La ponctuation gauche, d’un diamètre de 20 mm, a été obtenue par rotation ovale et porte les traces de ce mouvement rotatif, tandis que la seconde, plus irrégulière et formée de deux cupules, semble avoir été réalisée par percussion. Son diamètre est également de 20 mm. Ce décor minimal est-il une extrême schématisation du visage humain en vue de face, attestant d’une volonté d’exprimer la perception visuelle ? (Tymula 1991 : 8, 89). Bien qu’il s’agisse d’une pièce unique dans le Solutréen, il semble immanquablement que ce graphisme doive être rapproché des graphismes élaborés à partir des mêmes motifs géométriques à La Garenne, au Placard, à Arlay, au Roc de Marcamps, au Chaffaud, à La Peyzie (Allain et al. 1985).

260À La Garenne, les principaux éléments du visage humain sont schématisés : « Deux cupules en coup de gouge expriment les yeux. Deux traits en V indiquent la bouche. Le nez se réduit dans un cas à un long trait axial, dans l’autre à un léger relief longitudinal dégagé par deux coups de gouge légers et parallèles. L’un des motifs décore le dos d’une sagaie probablement réutilisée en ciseau, l’autre orne un gros ciseau dont les extrémités, très fragiles, sont mal conservées. Nous pouvons y ajouter maintenant un troisième ciseau où le même schéma se retrouve, tracé dans le même esprit ; deux cupules jumelles figurent les yeux, un trait axial, le nez ; la bouche, en croissant est très proche du V des deux pièces précédemment décrites. Le long trait qui surmonte l’ensemble et les deux traits courts et divergents qui, sous les yeux, encadrent le tracé axial du nez sont plus difficilement interprétables. » (Allain et al. 1985 : 98-100, fig. 71, nos 1-6). Au Roc de Sers, cette « déshumanisation » volontairement apparente semble davantage codifiée, mais la formulation graphique n’en demeure pas moins élaborée. Il convient de mettre l’accent également sur le choix du support. Ces motifs se rencontrent de façon invariable sur des ciseaux ou des navettes. Une association symbolique entre le décor et son support est donc manifeste. La corrélation des faits graphiques atteste ainsi la pérennité de ces images particulières depuis le Solutréen, jusqu’au Magdalénien.

3.4.2.3 Poinçons

261Parmi les sept poinçons recueillis sur la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté (tranchée intermédiaire) et dans les tranchées des talus sous-jacents aux grottes du Roc et de la Vierge, trois ont été façonnés dans du bois de renne et quatre autres dans de l’os, mais l’identification ostéologique est impossible.

Poinçons en os
fig. 30, nos 24-27

262D’un point de vue techno-morphologique, ces quatre poinçons présentent des différences et, de ce fait, se répartissent dans deux des groupes proposés par L. Mons dans sa classification des poinçons des gisements solutréens et magdaléniens du Placard, de Laugerie-Basse et de La Madeleine : « groupe 1 » (Mons 1980 : 319) et « groupe 8 » (ibid. : 320). La longueur de ces objets oscille entre 57 et 94 mm, leur épaisseur est comprise entre 4 et 8 mm. Aucun aménagement de surface n’est postérieur au façonnage des objets, telles des incisions fines et parallèles ou des incisions profondes situées sur une arête et qui s’apparentent à des crans ou des incisions entrecroisées qui se rencontrent sur certaines pièces des gisements cités ci-dessus.

26324. No inv. MAN : 75 070. « Le Roc T. Gr. R. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.

264Dim. (en mm) : long. : 94 ; larg. : 16 ; ép. : 8.

265Ce poinçon est dit « d’économie » (Leroy-Prost 1975 : 134 ; Camps-Fabrer 1990 : fiche 1), à élargissement unilatéral et bords dissymétriques. Pris sur une diaphyse d’un os long, seule la pointe a été façonnée et légèrement polie. De section ovale, elle est massive et épointée. Ce poinçon entre dans le « groupe 8 » déterminé par L. Mons : « Poinçon" d’économie” : pris sur un os naturel, ou sur une esquille osseuse, seule la pointe a été façonnée et polie. » (Mons 1980 : 320).

26625. No inv. MAN : 75070. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

267Dim. (en mm) : long. : 85 ; larg. : 14 ; ép. : 5.

268Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 17, fig. 10, no 10.

269Ce poinçon répond à des critères voisins de ceux du « groupe 1 » : « Après sciage longitudinal de l’os en deux parties, une de celles-ci a été entièrement reprise par raclage pour former un fût cylindrique et faire disparaître l’essentiel du canal médullaire. Une des extrémités a été appointée par un raclage appuyé, l’autre extrémité conserve son épiphyse, mais soigneusement abrasée par usure pour former un talon élargi. » (Mons 1980 : 319). Il s’agit d’un poinçon allongé, de section ovale et pointe longue, fine et régulière.

270À la différence des poinçons du « groupe 1 », l’extrémité proximale élargie n’est pas constituée par une épiphyse incomplètement abrasée. Elle est prise dans une diaphyse qu’un éclat allongé a amincie sur le tiers basal, suite à une fracturation oblique. De section circulaire, l’extrémité distale est épointée et il n’y a pas de rupture de direction avec le fût. Un travail de polissage soigneux et un frottement par utilisation ont effacé les traces de façonnage de la pointe, qui présente un léger lustre à son extrémité.

27126. No inv. MAN : 75070. Provenance inconnue.

272Dim. (en mm) : long. : 67 ; larg. : 14 ; ép. : 6.

273La base du poinçon est constituée par une épiphyse incomplètement abrasée. Entièrement façonné, à pointe longue et fût ovale, cet objet est à rapprocher des poinçons du « groupe 1 ». Le talon est déjeté sur un côté et l’extrémité distale est épointée. Le travail de polissage et un frottement d’usage ont oblitéré les traces de façonnage de la pointe et arrondi les bords latéraux.

27427. No inv. MAN : 75070. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

275Dim. (en mm) : long. : 57 ; larg. : 7 ; ép. : 4.

276Le quatrième poinçon présente également les caractères discriminants des poinçons du « groupe 1 » (Mons 1980 : 319). Plus mince que les précédents, il conserve une épiphyse incomplètement abrasée et présente une pointe intacte, sans rupture de direction avec le fût. De section ovale, il est entièrement façonné et les traces de façonnage sont effacées par un polissage qui a adouci les bords latéraux et affûté la pointe.

Poinçons en bois de renne
fig. 30, nos 28-30

277Au nombre de trois, ils sont obtenus par le détachement d’une languette après rainurage puis par le façonnage de la pointe et des bords par raclage longitudinal. La longueur de ces objets oscille entre 49 et 73 mm, et leur épaisseur est comprise entre 4 et 6 mm ; ils entrent ainsi, comme les précédents, dans la catégorie des « poinçons moyens et robustes » définie par C. Leroy-Prost pour les poinçons aurignaciens (1975 : 133).

27828. No inv. MAN : 75 070. « Le Roc T. Gr. R. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.

279Dim. (en mm) : long. : 73 ; larg. : 10 ; ép. : 5.

280Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 10, fig. 9.

281De section subquadrangulaire, ce poinçon est très altéré sur la face inférieure et présente une face supérieure plane et lisse. L’extrémité proximale est fracturée en « fourche » tandis que l’extrémité distale, de section ovale, est épointée. Un travail de polissage, dont les traces sont peu lisibles, a régularisé les bords latéraux et affilé la pointe.

28229. No inv. MAN : 75070. « Le Roc T. Gr. R. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.

283Dim. (en mm) : long. : 72 ; larg. : 10 ; ép. : 4.

284Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 10, fig. 8 ; 1928g : 17, fig. 10, no 7.

285De section ovale, ce poinçon est entièrement façonné et doté d’une pointe longue et fine. Un élargissement unilatéral intéresse la base fracturée obliquement à son extrémité. Les bords sont convergents vers la pointe qui a conservé la morphologie naturelle de l’andouiller. Cette dernière est intacte et lustrée sur son tiers distal ce qui permet d’envisager un mouvement répété, circulaire et alternatif, destiné à accentuer la pression de l’objet sur le solide à perforer.

28630. No inv. MAN : s.n. « Le Roc T. Gr. R. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.

287Dim. (en mm) : long. : 49 ; larg. : 9 ; ép. : 6.

288Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 10, fig. 10.

289Le troisième poinçon présente une pointe fine et longue, dégagée par un double épaulement. Le fût est de section subovale à face supérieure plane et l’extrémité proximale a été emportée par une fracture oblique. Seule la face supérieure a été façonnée, mais les traces de ce travail sont estompées par un polissage de finition. Un lustre léger est visible sur la pointe, ce qui indique un frottement répété produit par un mouvement circulaire et alternatif.

3.4.2.4 Bâtons percés
fig. 30, nos 31, 32

290Au nombre de deux, il s’agit d’un fragment distal et d’un fragment mésial en bois de renne.

29131. No inv. MAN : 75 064. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

292Dim. (en mm) : long. : 62 ; larg. : 31 ; ép. : 18.

293Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 38, pl. 11, fig. 2, 2bis ; 1928g : 18, fig. 11, no 2 ; Arch. H.-M. carnet : 47.

294Le premier bâton percé semble avoir bénéficié de son caractère original car son emplacement dans le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge (côté droit de la tranchée) fur noté approximativement par le Dr Henri-Martin, sur un croquis de coupe stratigraphique (fig. 14). Malheureusement, cette information exceptionnelle ne permet pas d’avoir une idée de l’environnement archéologique exact de l’objet qui a été trouvé dans la couche 2, à proximité du pied de la falaise, dans une zone où le substratum rocheux est plus aplani. Tout au plus, est-il possible de déduire qu’il se trouvait dans une zone riche en industrie lithique, où furent recueillies, entre autres, « 1 pointe à cran, 1 pointe à cran atypique, 1 pointe à méplat et 1 pendeloque » (Arch. H.-M. carnet : 51) à une hauteur d’environ 25 cm au-dessus du niveau 1 b.

295La fracturation en oblique de ce bâton percé a emporté la partie mésio-proximale et la presque totalité de la perforation. Il est donc aujourd’hui impossible de reconstituer sa forme originelle. Cette partie distale était-elle unique ou, au contraire, à l’instar de certains bâtons percés de la grotte du Placard (Chauvet 1910 : 97-114, pl. I-IV, fig. 78-83 ; Mons 1976 : 12, fig. 1), de La Garenne (Allain et al. 1985 : 71, fig. 38 ; 98, fig. 68 ; 101, fig. 73), de l’abri Blanchard-des-Roches, de Castanet, de l’abri du Poisson, de La Gravette, du Fourneau du Diable, de de Gorge d’Enfer, de Laugerie-Basse, de La Madeleine, de Rochereil, du Morin ou du du Roc de Marcamps (Peltier 1992 : 35-52), était-elle associée à une autre branche, celles-ci étant alors divergentes et horizontales ou divergentes et obliques ? La localisation de la fracture au niveau de la perforation indique qu’elle est vraisemblablement en rapport avec l’utilisation de l’objet car, comme le signale A. Peltier (1992 : 19) : « [...] bien que certaines d’entre elles puissent être postérieures à l’utilisation, la répétition de leur localisation au niveau de la perforation, et plus particulièrement à la base de celle-ci (c’est-à-dire à la limite de la partie distale et de la partie mésiale), suggère que ces fractures sont en rapport avec l’utilisation des bâtons percés. »

296De section quadrangulaire, ce bâton a été fabriqué dans la partie basilaire d’un bois de jeune renne, dont la meule n’est presque plus apparente. Le profil de la perforation, biconique dans un premier stade de fabrication, a ensuite été repris et régularisé, avec suppression partielle de l’arête de contact au niveau des deux cônes. Les lèvres « arêtes de contact des parois de la perforation avec les faces supérieure et inférieure du bâton » (ibid. : 16) sont émoussées. On distingue, à l’intérieur de la perforation, quelques traces circulaires conférant à la surface interne un aspect poli. Un point d’usure est localisé sur le profil intérieur en contact avec la face supérieure. Des aménagements de surface se rencontrent sur les quatre faces qui constituent un décor géométrique.

297Trois incisions rectilignes, transversales et parallèles se superposent longitudinalement, à intervalles réguliers, sur la face supérieure. De section angulaire asymétrique, la première (distale) est la plus fine et mesure 8 mm de long. Elle est interrompue par une cupule d’altération de la surface du bois de renne. La profondeur des deux autres incisions est plus importante. L’incision mésiale mesure 9 mm de long et l’incision proximale, 11 mm. Ces trois incisions sont entrecoupées de microfissures qui sillonnent la surface du bois de renne, témoignant de chocs thermiques postérieurs au dégagement du bâton.

298Ce type de décor se répète sur la face inférieure, où deux incisions rectilignes, transversales et parallèles entre elles sont gravées dans la partie mésiale de l’extrémité distale. De section angulaire asymétrique et irrégulières, en raison de la surface altérée du bois de renne, elles sont excentrées vers le bord latéral droit. Leur longueur est de 6 mm.

299Les flancs de l’objet sont ornés d’un décor composé de trois chevrons superposés longitudinalement. Ce type de décor entre dans la catégorie des « angles en série », définie par P. Noiret dans la synthèse qu’il effectua sur le décor des bâtons percés paléolithiques (1980 : 164, 168, tabl. XCIII). Ces motifs sont ouverts vers l’extrémité distale et, à l’instar des incisions de la face supérieure, le motif distal est plus petit que les deux autres.

300Sur le flanc latéral droit, les trois chevrons de section angulaire à bord inférieur abaissé se détachent du support. Le façonnage de la zone de dégagement a oblitéré les stries constitutives du fond des incisions et régularisé la surface du bois de renne.

301Sur le flanc latéral gauche, le décor semble ne pas avoir été « fini » et offre toutes les étapes de l’élaboration des motifs, témoignant ainsi de la technicité du graveur. Le chevron distal se résume à deux fines incisions rectilignes convergentes vers l’extrémité proximale.

302De section angulaire à bord inférieur abaissé, le chevron mésial est le plus élaboré. Le troisième chevron est « en cours » de façonnage. La forme du motif est déterminée par de longues incisions rectilignes, convergentes, parallèles entre elles et plus ou moins profondes. Le façonnage de la zone de dégagement n’a pas été réalisé ultérieurement au passage de l’outil et, de ce fait, le champlevé est peu marqué.

303L’écartement des branches de chacun des chevrons est constant et forme un angle aigu de 80°, tandis que leur longueur est variable d’un motif à l’autre et n’est jamais identique sur un même chevron.

304D’un point de vue morphostylistique, ce bâton percé est tout à fait exceptionnel pour le Solutréen. Un décor de chevrons emboîtés est connu sur un fragment mésial de bâton percé provenant du niveau Magdalénien supérieur de La Madeleine (Breuil, Saint-Périer 1927 : 127, fig. 59, nos 1-4 ; Noiret 1980 : 83, pl. 166, no 298) et sur un fragment mésio-distal de bâton percé, du Magdalénien supérieur de l’abri de Schweizersbild (Breuil, Saint-Périer 1927 : 127, 128, fig. 59, nos6a, 6b, 6c). Dans son inventaire des représentations de chevrons dans l’art mobilier et de l’industrie osseuse conservé au MAN, M. Chollot Varagnac (1980 : 108) souligne la rareté de ces motifs qu’elle nomme : « chevrons emboîtés en relief ». Parmi ces pièces, aucune n’est un bâton percé.

30532. No inv. MAN : s.n. Provenance inconnue.

306Dim. (en mm) : long. : 65 ; larg. : 24 ; ép. : 15.

307De section cylindrique, ce second bâton percé est brisé diamétralement en oblique au niveau de la perforation, dont il ne subsiste que le bord proximal. En contact avec la face supérieure, une zone de frottement très accusé a déformé et usé le rebord de la perforation en créant une légère concavité, lustrée à cet emplacement. Cette dépression suggère le passage d’un solide souple guidé par la forme vraisemblablement allongée de l’ellipse. La perforation en contact avec la face inférieure a conservé une partie du cône de perforation et de l’arête de contact qui est émoussée. Une autre fracturation a emporté la partie mésio-proximale de l’objet. L’arrachage de cette partie a épargné une languette de matière qui laisse apparaître la substance spongieuse sur près de la moitié de la face inférieure. Le bord latéral droit est sensiblement courbe à l’approche de la perforation et suggère ainsi l’emplacement du prélèvement, au niveau d’un embranchement, entre la perche et un andouiller.

308À l’instar du bâton percé précédent, la fracturation de la pièce ne permet pas une reconstitution de sa forme originelle. La surface du bois de renne est altérée et présente des microfissures, témoignant de chocs thermiques postérieurs à l’extraction de l’objet. De plus, des traces nettes du travail de façonnage sont visibles à l’œil nu ; elles consistent en raclages qui ont laissé des stries longitudinales plus ou moins marquées. De nombreuses autres stries « parasites » correspondent sans doute à des traces d’usage.

309Sur la face supérieure, quatre groupes de deux incisions rectilignes et transversales se distribuent le long du fût, sans qu’il soit possible de décrire une organisation particulière. L’intervalle entre les deux incisions est alternativement de 2 et 3 mm. De section angulaire, la plupart de ces incisions sont relativement profondes, tandis que d’autres sont plus superficielles. Des traces de dérapage de l’outil sur la matière sont fréquentes. Un faisceau de fines incisions obliques ascendantes de la gauche vers la droite est situé à proximité de la perforation, de même que deux doubles incisions rectilignes et convergentes formant une ligne brisée (chevron) orientée obliquement vers le bord latéral gauche. La finalité de cette striation demeure difficile à déterminer.

310Sur la face inférieure, des stigmates de façonnage et vraisemblablement d’usage sont également discernables. Seules deux incisions rectilignes doubles dues à la morphologie de l’outil se croisent à l’une de leurs extrémités. Elles sont gravées dans la partie mésiale de l’objet dans sa longueur actuelle et orientées vers le bord latéral gauche. L’incision proximale est transversale tandis que l’incision distale est oblique par rapport à l’axe longitudinal. Leur attribution est incertaine.

3.4.2.5 Fragment de bâton percé ?
fig. 30, no 33

31133. No inv. MAN : 75 104. : « Le Roc T. Gr. R. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.

312Dim. (en mm) : long. : 64 ; larg. : 24 ; ép. : 20.

313De section ovale, ce fragment d’andouiller de bois de renne présente une fracturation en dents-de-scie aux deux extrémités. Aucun raccord n’a pu être réalisé avec les deux bâtons percés, mais il ne semble pas exclu que cette pièce air pu être un élément d’un bâton percé (fragment mésial). Une dessiccation brutale a donné une couleur blanchâtre et un aspect crayeux à la surface qui a été entièrement façonnée par raclage ou abrasion, ce qui a eu pour effet de régulariser la perlure externe. Sur la face supérieure, des aménagements de surface constituent un décor qui se compose essentiellement d’incisions angulaires asymétriques, rectilignes et obliques ascendantes de la droite vers la gauche, rappelant le décor du bâton percé décrit précédemment. Au nombre de sept, de longueur et de profondeur variables, elles se distribuent le long du fût dans sa forme actuelle et aucune n’est interrompue par l’une ou l’autre fracturation. Parallèles entre elles, elles sont séparées par des intervalles irréguliers et des traces de dérapage de l’outil sur la matière sont fréquentes sur leurs versants. La face inférieure n’est pas ornée.

3.4.2.6 Manche courbe orné
fig. 30, no 34

31434. No inv. MAN : 75067. Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

315Dim. (en mm) : long, du bord proximal de la zone de préhension au bord distal de la dépression (LT) : 102 ; flèche : distance entre le point maximal de courbure et la droite joignant, côté face inférieure, les extrémités proximale et distale (F) : 13 ; dépression : long, du bord distal au bord proximal : 32 ; larg. : 22 ; distance entre le point maximal de déformation et la droite joignant les bords de la dépression (P) : 6 ; zone de préhension : long. : 84 ; larg. : 22 ; ép. : 19.

316Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 30, pl. 10, fig. 1, 1bis ; 1928g : 18,

317fig. 11, no 4 ; Buisson, Peltier 1993 : 35, tabl. 3.

  • 10 – L’étude techno-morphologique de cet objet récepteur en bois de cervidé a été réalisée par D. Buis (...)

318À profil longitudinal courbe et pourvu d’une dépression longitudinale distale située dans l’axe d’allongement de l’objet, ce manche orné est unique au Solutréen. Onze autres exemplaires, recensés par D. Buisson et A. Peltier (1993 : 33-38, 4 fig.)10, ont été trouvés : dans un niveau Gravettien et un niveau Magdalénien moyen de la grotte d’Isturitz, respectivement, 1 et 3 ex. ; dans un niveau Magdalénien moyen des grottes d’Isturitz, 3 ex. ; à La Marche, 1 ex. ; à La Garenne, 1 ex. ; à Bolinkoba, 1 ex. ; dans un niveau Magdalénien indifférencié de Gourdan, 1 ex. ; de Laugerie-Basse, 2 ex. ; enfin, dans le niveau Magdalénien supérieur de Marsoulas, 1 ex. Parmi ces objets, sept sont entiers, quatre sont fragmentés. Neuf pièces portent un décor exclusivement géométrique composé de lignes brisées (chevrons alignés), d’encoches parallèles sur les arêtes, de traits parallèles sur les faces, discontinus ou continus, ou/et de points (Buisson, Peltier 1993 : 34, tabl. 1). D. Buisson et A. Peltier précisent également que les deux pièces de Laugerie-Basse sont entièrement enduites d’ocre rouge.

319L’extrémité proximale du manche a été supprimée également par tronçonnage et présente des bords arrondis et lustrés. Une petite concavité interne formée par l’écrasement de la substance spongieuse sur quelques millimètres suggère une utilisation de cette partie, autre que celle de butoir pour le pouce, communément envisagée aujourd’hui et confortée par des modèles ethnographiques : « La plupart de ces objets sont incontestablement des manches comme le prouvent les différents exemplaires où sont encore inclus des outils. Ces derniers, à partie active pointue ou tranchante, sont le plus souvent simplement insérés à l’intérieur du manche et bloqués par l’action de l’utilisateur. » (Barge-Mahieu et al. 1993 : 25). D’autre part, une encoche de 4 mm de long sur 2 mm de large, obtenue par un enlèvement de matière (volontaire ou involontaire ?) est située sur la face supérieure.

320L’extrémité distale, fracturée transversalement, est caractérisée par la présence d’une dépression dont le pourtour et une portion de la partie interne sont polis. Sa section transversale est convexo-concave et fut probablement aménagée par enlèvements d’esquilles et par raclages successifs (ibid. : 36).

321De forme allongée et de section circulaire, les parties mésiale et proximale correspondant à la zone de préhension ont été entièrement façonnées par raclage et finies par un polissage sommaire. Ce polissage a atténué les stries longitudinales plus ou moins profondes, laissées lors de la régularisation de la perlure externe. Sur les deux faces, des aménagements de surface constituent un décor qui se compose essentiellement de séries d’incisions rectilignes, transversales et obliques, rappelant le décor du fragment mésial de bâton percé.

322Sur la face supérieure, trois groupes de profondes incisions parallèles, rectilignes et transversales, de section angulaire se répartissent le long du fût. Le groupe distal est composé de trois incisions entrecoupées par une microfissure longitudinale. La première incision est plus courte que les autres, dont la profondeur s’amenuise vers le bord latéral gauche. Les intervalles ne sont pas réguliers : le premier a une largeur de 5 mm et le second de 2 mm seulement. Cet ensemble est séparé du groupe mésial par un faisceau d’incisions obliques ascendantes de la droite vers la gauche. Le groupe mésial est constitué de deux incisions, de même longueur et de même technique, séparées par un intervalle de 5 mm. Le groupe proximal compte également deux incisions identiques distantes de 3 mm. Une troisième incision isolée est gravée à proximité de l’extrémité proximale. Des traces de dérapage de l’outil sur la matière sont fréquentes sur les versants des incisions et des raclages sont postérieurs à ces striations. Une profonde rainure longitudinale est grossièrement gravée près du bord latéral droit, à la hauteur des groupes d’incisions distal et mésial. D’une longueur de 33 mm environ et de section angulaire à bords arrondis, elle a été obtenue par de multiples passages de l’outil ayant créé un réseau de stries longitudinales plus ou moins profondes et approximativement parallèles entre elles. Cette rainure semble antérieure aux groupes et au faisceau d’incisions, car ces derniers se superposent à quelques-unes des traces de dérapage de l’outil. Sa fonction demeure indéterminée.

323Le décor de la face inférieure est constitué de deux séries distinctes d’incisions angulaires et rarement asymétriques, parallèles entre elles et réparties le long du fût, depuis l’extrémité proximale jusqu’à la partie correspondant à l’extrémité proximale de la dépression sur la face supérieure.

324La première série est chronologiquement antérieure à la seconde et composée de seize profondes incisions rectilignes, transversales et obliques, séparées par des intervalles irréguliers. Les cinq premières incisions sont transversales et gravées près du bord latéral droit ; leur longueur correspond à la moitié de la largeur du fût. Deux autres incisions transversales sont gravées près du bord latéral gauche, à la hauteur de la quatrième et de la cinquième incisions. Les suivantes sont légèrement obliques et situées dans la partie mésiale du fût ; leur longueur est équivalente à la largeur de l’objet. Les quatre dernières incisions sont de nouveau transversales et d’une longueur identique aux incisions distales, mais la largeur de l’extrémité proximale étant inférieure à la largeur de la partie mésio-distale, celles-ci occupent la presque totalité de la surface à cet endroit. Ce changement d’orientation et de longueur est sans doute imputable à la courbure de l’andouiller. Les traces de dérapage de l’outil sur la matière sont moins fréquentes que sur les versants des incisions de la face supérieure.

325La seconde série est constituée de six incisions fines, rectilignes et obliques ascendantes de la droite vers la gauche, gravées depuis le bord latéral gauche. Elles se superposent aux sept incisions mésio-proximales et seul un éclairage rasant permet de les observer. De nombreuses autres stries « parasites » correspondent sans doute à des traces d’usage.

326Une petite rainure analogue à celle de la face supérieure est située à la hauteur des cinq incisions distales, au centre du fût. De section en courbe à bords arrondis, elle est très large et peu profonde et mesure 15 mm de long environ. Elle a été obtenue par de multiples passages de l’outil, qui ont créé un réseau de stries longitudinales, plus ou moins profondes et approximativement parallèles.

3.4.2.7 Baguette rainurée
fig. 30, no 35

32735. No inv. MAN : 75067. « Le Roc T.R. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.

328Dim. (en mm) : long. : 85 ; larg. : 24 ; ép. : 8.

329Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 30, pl. 11, fig. 6, 39 ; 1928g : 18, fig. 11, no 6 ; Arch. H.-M. carnet : 18.

330Trouvé dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc en avril 1924, ce fragment mésio-distal de baguette en bois de renne présente, à l’opposé d’une fracturation en demi-cercle, une extrémité distale émoussée. De section convexo-concave à bords arrondis, les bords latéraux sont parallèles sur les deux tiers du fût dans sa longueur actuelle, puis convergents vers l’extrémité distale. La substance spongieuse a été évidée sur la face inférieure, tandis que la surface a été entièrement façonnée par raclage sur la face supérieure, ce qui eut pour effet de régulariser la perlure externe. Aucun travail de polissage n’a été réalisé ultérieurement et, de ce fait, la surface a conservé un aspect grumeleux.

331La face supérieure est gravée d’une série de six profondes rainures longitudinales. De section angulaire ou courbe asymétrique, elles sont parallèles entre elles, approximativement rectilignes et disposées à intervalles réguliers. Obtenues par de multiples passages de l’outil ayant créé un réseau de stries longitudinales plus ou moins profondes et parallèles ces rainures délimitent des arêtes arrondies, non décorées. Elles ont été interrompues par la fracturation et s’achèvent à 13 mm environ au-dessous de l’extrémité distale. Ce décor est rare au Solutréen. Dans le Solutréen moyen de Badegoule (Cheynier 1949 : 61, fig. 17), une baguette en bois de cerf à base élargie, que A. Cheynier avait classée dans les poignards, est ornée de trois larges et profondes rainures longitudinales.

332Les arêtes formées par ces rainures portent des séries d’entailles transversales, réparties sur l’ensemble de la surface, en « épi de maïs » (Cheynier 1949 : 60). Un ciseau en bois de renne du même site est orné, sur une face, d’une double nervure médiane longitudinale, à laquelle sont associées de multiples incisions transversales très serrées, à section angulaire à un bord abaissé (Chollot Varagnac 1980 : 272, 273). D’autres exemples de rainures longitudinales couvrantes sont connus dans le Magdalénien du Mas-d’Azil, de Laugerie-Basse, de Bruniquel et d’Isturitz (ibid. : 270, 271).

3.4.2.8 Base de bois de renne ornée
fig. 30, no 36

33336. No inv. MAN : 75 104. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

334Dim. (en mm) : long. : 110 ; larg. : 81 ; ép. : 34.

335Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 37 ; 1928g : 19, fig. 12, no 9 ; Arch. H.‑M. carnet : 11.

336Ce bois de chute d’un individu renne mâle est fracturé à quelques centimètres au-dessus du départ de l’andouillcr de glace et de la perche. Sur le bord latéral droit de l’andouiller de glace et jusqu’à la meule, le bois a subi l’action d’un carnivore qui, par « mâchonnement », a contribué à la création d’une zone d’enfoncement de la surface (« crushing »), provoquant une dépression (Letourneux 1995 : 49, 70-75). L’action des canines ou des carnassières sur la matière a produit des ondulations donnant l’impression d’une altération régulière « en escalier » (fig. 32). Une zone de piquetage, constituée par l’ensemble des traces laissées par les dents lors des tentatives infructueuses de l’animal pour « croquer » le bois, est visible à proximité de la meule. Comme le précise C. Letourneux : « Afin de surmonter une carence accidentelle en sels minéraux, il se peut que les artiodactyles adoptent un comportement inné, déjà évoqué pour d’autres espèces. Ils mâchonnent les os ou les bois de leurs congénères dans lesquels ils puisent les substances minérales qui leur font défaut et rééquilibrent ainsi leur métabolisme. [...] pour comprendre cette distribution successive et originale des traces, il faut imaginer la façon dont l’animal positionne l’ossement entre ses mâchoires. Il le place parallèlement à la rangée de dents jugales, contre sa joue. Une des extrémités dépasse donc à l’extérieur de sa bouche. » (Letourneux 1995 : 48, 49).

FIG. 32
Base de bois de renne ornée (no 36). (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

337En outre, les phénomènes climato-édaphiques et les conditions de conservation ont contribué à fragiliser et altérer la surface du bois. Cela s’est traduit par l’apparition de réseaux de craquelures et par la desquamation de la surface corticale par endroits, sans doute produite à la suite d’une importante dessiccation pendant l’exposition de l’objet. On peut signaler, à ce propos, une large fissuration de la perche le long du bord latéral droit.

338Sur la face supérieure, des aménagements de surface constituent un décor qui se compose essentiellement d’une série de sept profondes entailles perpendiculaires à l’axe longitudinal de la perche. Distribuées sur la perche le long du bord latéral droit, elles sont régulièrement espacées par un intervalle de 5 mm environ. De section angulaire asymétrique, leur profondeur oscille entre 3 et 5 mm et leur largeur est comprise entre 3 et 7 mm. La profondeur de ces motifs n’a pas permis leur régularité, bien que leur mise en forme ait été précédée d’un travail de façonnage de la surface. Des cupules et des zones d’écrasement sont visibles sur les bords de chaque entaille et témoignent vraisemblablement d’un creusement de la matière par percussion.

339La coexistence de ces traces animales et anthropiques conduit à s’interroger sur leur succession. Le « mâchonnement » du bois de renne par le carnassier est-il postérieur à l’élaboration du décor ou, au contraire, la base portait-elle déjà ces traces ? Dans l’hypothèse d’une action animale antérieure et sous réserve d’un examen approfondi des stigmates affectant la surface du bois, les deux types de traces sont peut-être à mettre en relation. Les entailles seraient-elles alors la transcription technique et stylistique des empreintes de dents auxquelles elles s’opposent sur la base et qui auraient inspiré le graveur ? Cette rythmicité témoigne avant tout de conventions graphiques développées au Solutréen, mais présentes aux différentes périodes de l’expression graphique mobilière du Paléolithique supérieur européen. Une classification cohérente de ces motifs, très homogènes dans leur formulation graphique, serait sans aucune signification. Comme le signale M. Crémades dans son travail doctoral sur les techniques de gravure sur os et matériaux organiques dans l’art mobilier du Paléolithique supérieur du Bassin aquitain : « Chaque pièce a un nombre de stries et de groupes de stries qui lui est propre. Nous n’avons pas relevé d’analogie à cet égard d’une pièce à l’autre. Sur chaque objet, les séries de stries semblent avoir une répartition propre à cet objet. Ces observations permettent à nouveau d’exclure toute proposition de système de notations. » (Crémades 1989 : 417). En revanche, l’accent doit être mis sur les rapports existant entre ces représentations non figuratives et leur support ainsi qu’en témoigne cette base ornée.

3.4.2.9 Esquille de bois de renne ornée
fig. 30, no 37

34037. No inv. MAN : 75 104. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

341Dim. (en mm) : long. : 88 ; larg. : 21 ; ép. : 13.

342Réf. bibl. : Henri-Martin 1924a : 527, fig. 5 ; 1928d : pl. 9, fig. 13 ; 1928g : 18, fig. 11, no 7 ; Arch. H.-M. carnet : 10.

343Ce témoin de débitage du bois de renne se différencie des autres déchets de taille par la présence, sur sa face supérieure, d’un décor constitué d’une série de sept incisions rectilignes transversales, d’une longueur moyenne de 11 mm. Gravées sur le bord latéral droit, elles sont parallèles et disposées à intervalles réguliers (2 mm) sur une longueur de 17 mm. L’extrémité droite des quatre premières incisions a été emportée par la fracturation du bord latéral droit sur la moitié de l’esquille ce qui renseigne sur leur antériorité.

344De section angulaire asymétrique, le flanc aplani est toujours orienté du même côté, vers l’extrémité « supérieure », ce qui semble indiquer que le travail a été réalisé dans un même laps de temps, sans retournement de la pièce. L’observation à fort grossissement a permis de déceler, sur les versants, de fines stries qui sont les stigmates d’un outil manié intentionnellement ; elles excluent ainsi l’hypothèse de marques laissées par les dents d’un carnassier.

3.4.2.10 Ossements ornés d’incisions ou de crans

345Ces pièces en os sont au nombre de sept. Par prudence, le Dr Henri-Martin les avait nommées « os marqués », car peu convaincu qu’il s’agissait d’ossements porteurs de marques de chasse : « Les coupures transversales tracées le plus souvent sur les côtes sont attribuées à des marques de chasse. Conservons donc le nom sans y attacher une attribution certaine » (Henri-Martin 1928d : 30).

Côtes ornées
fig. 30, nos 38-41

34638. No inv. MAN : 75069. Provenance inconnue.

347Dim. (en mm) : long. : 67 ; larg. : 12 ; ép. : 9.

348La première est une côte de cervidé (renne ?) fracturée aux deux extrémités. La fracture a emporté une partie de l’os compact et la spongiosa apparaît sur 20 mm environ à l’extrémité supérieure et sur 15 mm à l’extrémité inférieure. Dans ce cas précis, l’action d’un carnivore ne semble pas exclue.

349Deux séries d’incisions rectilignes transversales composent le décor de la face supérieure. De section angulaire et parfois angulaire asymétrique, elles sont gravées à intervalles réguliers (3 mm) le long des bords latéraux. Les asymétries de certains profils d’incisions résultent d’une inclinaison de l’outil. D’autres profils sont de lecture difficile en raison d’un dépôt de sédiment.

350Dix-huit incisions ont été dénombrées sur le bord latéral droit et seize sur le bord latéral gauche, mais ces deux séries sont incomplètes et devaient vraisemblablement se poursuivre sur une grande partie ou la totalité de la côte. Profondément incisées, leur longueur moyenne est de 4 mm. La face inférieure n’est pas ornée.

35139. No inv. MAN : 75069. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

352Dim. (en mm) : long. : 94 ; larg. : 8 ; ép. : 7.

353Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 10, fig. 12, 12bis ; Arch. H.-M. carnet : 18, 47.

354La seconde est une côte de saïga fracturée transversalement à l’extrémité inférieure et dans la partie « médiane ». La fracture médiane a entraîné une fissuration de l’os sur 20 mm, le long du bord latéral droit vers l’extrémité supérieure et sur 8 mm vers l’extrémité opposée. Une fine épaisseur d’os compact soude encore les deux morceaux de l’objet sur le bord latéral gauche ; elle fut consolidée par une grossière restauration qui a cédé. L’origine de cette dernière fracturation est vraisemblablement climato-édaphique, mais une mauvaise manipulation ou un coup un peu violent, donné par inadvertance au cours des fouilles n’est pas à exclure. L’extrémité supérieure fut volontairement tronçonnée. Les stigmates de ce travail sont visibles sur les deux faces ; à l’endroit du passage de l’outil l’os compact est aplani et il susbiste un léger lustre. De nombreuses fissures courent longitudinalement sur la majorité de la surface et témoignent d’une dessiccation produite au cours de l’exposition de l’objet.

355Le décor de la face supérieure peut être qualifié de « couvrant ». Trente quatre incisions rectilignes transversales sont réparties le long du fût. Elles ont été interrompues par le tronçonnage de l’objet dans la partie supérieure, tandis que dans la partie inférieure, le décor ne semble pas se poursuivre au-delà de la fracturation. De section angulaire et relativement profondes, elles sont gravées à intervalles irréguliers et leur longueur équivaut à la largeur de la côte. En majorité parallèles entre elles, on peut toutefois noter des décalages de quelques millimètres vers l’un ou l’autre des bords latéraux.

356La face inférieure présente un décor plus sommaire. Sept incisions rectilignes transversales, de même nature que les précédentes, sont localisées dans la partie mésiale de la côte dans sa longueur actuelle. Une autre série d’incisions similaires est gravée à l’extrémité inférieure et fut interrompue par la cassure de l’objet. Au nombre de trois, seule la première incision est complète.

357Sur le flanc latéral gauche, une dernière série d’incisions orne l’extrémité inférieure. Plus courtes que les précédentes en raison de leur situation sur l’épaisseur de la côte, elles sont au nombre de quatre et régulièrement espacées par un intervalle de 2 mm. D’autres incisions complétaient sans doute ce décor.

358Dans un article traitant des « traces de décarnisation sur les os d’animaux débités à l’époque solutréenne dans la vallée du Roc », le Dr Henri-Martin avait interprété ces incisions, qu’il nommait « coupures », comme des marques correspondant « [...] à la section d’un muscle à l’aide d’une lame tranchante en silex ; ces marques se retrouvent à la hauteur des tendons d’insertion et au niveau des capsules articulaires. Sur certaines crêtes d’insertions, elles sont relativement profondes et correspondent à un effort assez vigoureux. L’une des pièces du Roc, un radio-cubital de cheval porte sur la face postérieure le long de la crête qui répond à la soudure cubitale, cinq groupes de coupures multiples ; ce sont les traces certaines des efforts exercés par l’homme dans le but de dégager les muscles de la région postérieure de l’avant-bras, ou plus probablement l’aponévrose qui s’insère sur cette crête » (Henri-Martin 1924a : 526, fig. 6). Quelques années plus tard, il reviendra sur ces affirmations en proposant plutôt de : « [...] s’appuyer sur la régularité et l’équidistance des sections et leur même profondeur, pour attribuer ces coupures à un travail fait en un temps et non à des intervalles réguliers, comme le ferait penser le nombre important des souvenirs de chasse » (Henri-Martin 1928d : 31).

35940. No inv. MAN : 75069. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté ?

360Dim. (en mm) : long. : 84 ; larg. : 8 ; ép. : 3.

361Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 17, fig. 10, no 11.

362La troisième côte est amincie et effilée à son extrémité supérieure qui est arrondie et légèrement émoussée. L’extrémité inférieure est fracturée obliquement et présentait vraisemblablement, en regard de la convergence des bords, une extrémité pointue. De longues stries longitudinales et parallèles entre elles attestent d’une mise en forme de l’objet par un travail de raclage de la surface et des bords. Les caractères morphologiques et les dimensions de cette pièce ne permettent pas l’établissement de corrélations avec les « alènes » définies par C. Leroy-Prost : « Pièce au fût de section régulièrement subcirculaire, à l’extrémité apicale pointue, dont la longueur est en général supérieure à 10 cm et le diamètre moyen supérieur à 5 mm. La base est aplanie ou sciée. » (Leroy-Prost 1975 : 136), « les épingles à partie proximale crantée, trouvées en grande quantité » au Placard (Chollot-Varagnac 1980 : 50-55 ; Leroy-Prost à paraître ; Bidart, Mons, fiche 11.1, in Barge-Mahieu et al. 1991), ou « les sagaies à double pointe » (Delporre, Mons 1988 : fiche no 7).

363Le décor se compose de trois séries de crans gravées sur les bords latéraux de la côte et visibles en partie sur la face supérieure. Perpendiculaires à l’axe longitudinal, ils se caractérisent par leur unicité ; leur tracé est toujours rectiligne à intervalles réguliers et ils sont identiques par leur longueur et leur profondeur. De section angulaire, certains profils sont de lecture difficile en raison d’un dépôt de sédiment.

364Deux séries ornent le bord latéral gauche. La première, située dans le tiers supérieur de l’objet, à 12 mm au-dessous de l’extrémité apicale, compte douze crans répartis sur une longueur de 20 mm. La seconde, localisée à l’opposé sur le tiers inférieur, est constituée de dix crans distribués sur une longueur de 18 mm. Les deux séries sont séparées par un intervalle de 26 mm.

365La troisième série est disposée sur le bord latéral droit ; elle s’intercale en partie entre les deux séries précédentes.

366Cet ensemble s’étend sur 20 mm et les trois premiers crans vers l’extrémité supérieure sont gravés à la hauteur des trois derniers crans de la première série du bord latéral gauche. Les arêtes en léger relief délimitées par les crans sont adoucies et pour certaines d’entre elles aplanies. De plus, cette zone ornée présente un léger lustre ; celui-ci sans doute d’origine fonctionnelle est moins perceptible sur les deux premières séries où les bords des crans sont nets. Deux autres crans sont situés au niveau des premier et quatrième crans du bord latéral gauche. La fonction de cet objet demeure indéterminée.

36741. No inv. MAN : 75067. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

368Dim. (en mm) : long. : 35 ; larg. : 12 ; ép. : 8.

369Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 9, fig. 18 ; 1928g : 17, fig. 10, no 11.

370La quatrième pièce est un petit fragment de côte indéterminée (fig. 33). Fracturée obliquement aux deux extrémités, sa face inférieure conserve encore deux languettes d’os compact maintenues par une grossière restauration. Sur la face supérieure, la couche compacte est très altérée et présente une importante fissure à proximité du bord latéral gauche. Cette fissure est postérieure au décor qu’elle affecte.

FIG. 33
Fragment de côte ornée (no 41). (Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.)

371Le décor de la face supérieure se compose de cinq profondes incisions transversales de section angulaire, parallèles et séparées par des intervalles irréguliers oscillant entre 3 et 6 mm ; leur longueur est à peu près équivalente à la largeur de l’objet. Des traces de dérapage de l’outil sur la matière sont fréquentes sur leurs versants. Bien qu’aucune de ces incisions ne soir interrompue par la fracturation, il est possible toutefois que ce décor ait pu se poursuivre sur une grande partie ou la totalité de la côte. La face inférieure n’est pas ornée.

Autres fragments osseux ornés
fig. 30, nos 42-46

37242. No inv. MAN : 75069. Provenance inconnue.

373Dim. (en mm) : long. : 36 ; larg. : 7 ; ép. : 9.

374Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 9, fig. 15 ; 1928g : 52, fig. 28, no 12.

375Le premier fragment (os long d’oiseau ?) est fracturé obliquement à son extrémité « inférieure » tandis que son extrémité « supérieure » est arrondie, lustrée et légèrement facettée. L’os compact et la spongiosa ont été emportés aux deux extrémités du bord latéral droit et seule une plage d’os compact a été conservée dans la partie mésiale de l’objet. La cavité médullaire étant ainsi perforée, le Dr Henri-Martin avait envisagé qu’il pouvait s’agir d’un élément de collier et avait rangé cet objet parmi les amulettes. L’observation à la loupe binoculaire n’a pas permis de déceler des traces d’usure produites éventuellement par un lien. Le bord latéral gauche porte un décor incomplet de dix profondes incisions rectilignes transversales. De section angulaire, elles sont régulièrement espacées par des intervalles de 2 mm. Leur longueur est constante (3 mm) et aucune trace de dérapage de l’outil sur la matière n’est visible sur leurs versants. Les faces supérieure et inférieure, ainsi que le bord latéral droit, ne sont pas ornés.

37643. No inv. MAN : 75069. Provenance inconnue.

377Dim. (en mm) : long. : 30 ; larg. : 25 ; ép. : 25.

378Réf. bibl. : Henri-Martin 1924a : 531, fig. 4 ; 1928d : 37, pl. 10, fig. 6 ; Arch. H.-M. carnet : 10, 46.

379Une tête de fémur de renne est ornée d’une série de vingt-deux incisions rectilignes disposées perpendiculairement sur le bord articulaire. Obliques ascendantes de la droite vers la gauche, elles sont parallèles entre elles et espacées par des intervalles oscillant entre 1 et 2 mm. Cinq incisions situées près du « bord latéral droit » sont séparées des autres par un intervalle de 4 mm.

380De section angulaire, elles sont très fines et leur longueur varie de 3 mm pour les dix incisions du « bord latéral gauche », à 5 mm pour les incisions suivantes. Aucune trace de dérapage de l’outil sur la matière n’est visible sur leurs versants et leur profondeur est constante.

381Au cours de son travail sur les « traces de décarnisation sur les os d’animaux débités à l’époque solutréenne dans la vallée du Roc », le Dr Henri-Martin avait signalé cette pièce dont l’interprétation était, selon lui, douteuse : « C’est une tête de fémur de renne. Elle porte sur la région articulaire vingt et une petites lignes de 4 mm environ de longueur, parallèlement disposées et espacées de 2 mm environ. Je ne vois dans ce dispositif rien qui puisse faire penser à la section de la capsule articulaire et je n’ose y reconnaître des marques de chasse ; la régularité et l’écart des sillons sont constants, leur finesse est la même, ils ont probablement été gravés successivement dans un court espace de temps et non à des moments éloignés, comme on peut le supposer pour les marques de chasse. C’est l’unique cas rencontré dans les examens que j’ai fait sur les os de plusieurs provenances. » (Henri-Martin 1924a : 531, fig. 4). Par la suite, lors de la mise en œuvre de la monographie du site, il tint compte de ses premières observations et rangea cet objet parmi les « objets gravés en os – ornementation » (Henri-Martin 1928d : 37, pl. 10, fig. 6).

38244. No inv. MAN : s.n. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

383Dim. (en mm) : long. : 15 ; larg. : 2 ; ép. : 1.

384Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 50, fig. 28, no 10.

385Par son décor et sa morphologie, le troisième fragment est très proche des parties proximales crantées des épingles du Placard (Chollot Varagnac 1980 : 50-55 ; Leroy-Prost à paraître ; Bidart, Mons, fiche 11.1, in : Barge‑Mahieu et al. 1991) et les traces visibles à l’une des extrémités indiquent vraisemblablement, dans l’hypothèse d’un fragment d’épingle, une réfection de l’objet.

386Les crans sont au nombre de six sur les bords latéraux et aménagés par sciage. De section angulaire, ils sont disposés symétriquement et séparés par un intervalle de 1 mm. La présence de cet objet n’est pas un indice suffisant pour confirmer l’existence d’épingles au Roc de Sers.

38745. No inv. MAN : 75069. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

388Dim. (en mm) : long. : 40 ; larg. : 13 ; ép. : 14.

389Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 30, pl. 10, fig. 3 ; 1928g : 17, fig. 10, no 6 ; Arch. H.-M. carnet : 18, 47.

390La quatrième pièce est une première phalange de saïga ornée de trois séries de profondes incisions rectilignes transversales, disposées sur la face antérieure et les faces latérales.

391Les incisions de la face antérieure sont au nombre de dix-neuf, tandis que les faces latérales gauche et droite sont dotées respectivement de 13 et 14 incisions. Ce nombre important d’incisions avait fait prendre conscience au Dr Henri-Martin que celles-ci avaient dû être réalisées dans un même laps de temps, et « [...] non à intervalles éloignés comme le ferait penser le nombre important des souvenirs de chasse » (Henri-Martin 1928d : 31). Il proposa alors de classer cet objet parmi les os ornementés, expliquant avec humour que : « Si chaque incision correspond à un souvenir de chasse, nous aurions sur ce minuscule objet un total de 46 succès ! » (ibid. : 30).

392De section angulaire, les incisions sont parallèles et séparées par des intervalles de 1 à 2 mm. Des traces de dérapage de l’outil sur la matière sont fréquentes sur leurs versants. La longueur moyenne des incisions est de 3 mm sur la face latérale gauche et de 2 mm sur la face antérieure, tandis que sur la face latérale droite, leur longueur moyenne est de 4 mm. Les incisions des trois séries sont symétriques entre elles, avec, par endroits, de légers décalages.

39346. No d’inv. MAN : 75062. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

394Dim. (en mm) : long. : 73 ; larg. : 34 ; ép. : 7.

395Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 39, pl. 11, fig. 4 ; 1928g : 18, fig. 11, no 5.

396La cinquième pièce est un fragment de métatarsien proximal de renne fracturé longitudinalement sur le bord latéral droit. Cette fracture est postérieure à l’élaboration du décor de la face supérieure qu’elle a affecté et peut être imputée à plusieurs facteurs : des phénomènes climato-édaphiques, de mauvaises conditions de conservation, une manipulation aléatoire ou/et un accident au cours de la fouille du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Cela s’est traduit par l’apparition de réseaux de fissures délimitant des éclats encore solidaires de l’os.

397Le décor est complexe et composé de séries d’incisions rectilignes multidirectionnelles, de section courbe et peu profondes. De nombreuses autres stries « parasites » sont sans doute le résultat des facteurs de dégradation évoqués ci-dessus.

398La première série est située dans la partie inférieure de l’os ; elle est incomplète du fait de la fracture. Elle se compose de deux registres d’incisions obliques ascendants, de la gauche vers la droite et parallèles. Les incisions sont verticales par rapport à l’axe longitudinal de la pièce et approximativement parallèles entre elles. Le registre supérieur en comprend onze, tandis que ne sont conservées que six incisions sur le registre inférieur. Leur longueur oscille entre 3 et 4 mm.

399La seconde série se juxtapose à la précédente ; elle est constituée de trois petits groupes d’incisions obliques ascendantes de la gauche vers la droite qui se suivent longitudinalement. Le premier groupe est constitué de cinq incisions, d’une longueur moyenne de 2 mm, séparées par des intervalles de 1 mm. Le second groupe comprend trois incisions, de même nature que les précédentes, encadrées par deux longues stries (5 mm), obliques ascendantes de la gauche vers la droite et parallèles entre elles. Quatre incisions composent le troisième groupe. Leur obliquité est plus importante et leur longueur est comprise entre 5 mm pour les deux incisions supérieures et 3 mm pour les incisions inférieures. Deux longues incisions obliques et parallèles, ascendantes de la droite vers la gauche, surmontent cet alignement. Elles sont parallèles entre elles ; l’incision de droite mesure 20 mm, celle de gauche 11 mm.

400La troisième série est tronquée par la fracturation latérale droite de l’os. L’extrémité gauche de douze incisions transversales est visible le long du bord, 6 mm au-dessus de la première série, sur une longueur de 20 mm. De même nature que les précédentes, elles sont espacées par des intervalles d’1 mm et 5 mm sépare les huit premières incisions des quatre incisions supérieures. Le décor se poursuit longitudinalement au-dessus de cet ensemble. Trois groupes de trois incisions chacun sont gravés le long d’une fine rainure grossièrement rectiligne. Les trois premières incisions sont courtes (1,5 mm), tandis que les six autres ont une longueur moyenne de 4 mm et sont fortement obliques. Le premier groupe est séparé des deux suivants par un intervalle de 4 mm et la séparation entre les deux autres groupes est à peine perceptible.

401La quatrième série est située sur la plage osseuse latérale droite préservée. Elle comporte quatre incisions obliques ascendantes, de la gauche vers la droite, d’une longueur moyenne de 6 mm et régulièrement espacées par des intervalles de 1,5 à 2 mm. Vers le bord latéral droit, elles sont solidaires d’une rainure longitudinale d’une longueur de 9 mm ; vers le bord latéral gauche, seules les deux premières incisions sont encadrées par une autre rainure de même longueur qui fut interrompue par la fracturation de l’os.

402Le dernier motif est formé d’une ligne de deux chevrons ouverts à 30o vers la gauche et gravés sur le bord latéral gauche de la pièce. Le premier chevron est de section angulaire asymétrique et des traces de dérapage de l’outil sont visibles sur les versants des incisions. Le second chevron est de section courbe, mais lors de sa réalisation, l’outil a glissé sur la surface osseuse et l’incision latérale droite s’est ainsi poursuivie sur une longueur de 15 mm et fut interrompue seulement par le bord de l’os.

403Ce décor élaboré, et sans doute hautement codifié, témoigne de la place importante du non-figuratif dans l’univers symbolique des Solutréens du Roc de Sers. D’un point de vue techno-stylistique, cette organisation complexe ne trouve pas d’équivalent dans l’industrie osseuse et l’art mobilier du Solutréen et du Paléolithique supérieur en général, mais regroupe cependant des motifs participant du fonds commun (incisions rectilignes, chevrons) et attestant d’une pensée cohérente qui a abouti à leur réalisation.

3.4.2.11 Lissoirs
fig. 30, nos 47, 48

404Deux fragments osseux, dont la morphologie et les traces de façonnage, de mise en forme et de finition du support les rapprochent des objets de type lissoir, ont été recueillis au cours des fouilles de la tranchée intermédiaire et de la tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

40547. No inv. MAN : s.n. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

406Dim. (en mm) : long. : 36 ; larg. : 16 ; ép. : 1.

407Le premier fragment n’est pas décoré et ne présente pas de caractères morphologiques distinctifs assez précis pour déterminer s’il s’agit d’une partie mésio-distale ou mésio-proximale de lissoir ; de même, il n’est pas possible de préciser l’origine anatomique et spécifique de l’os façonné.

408De section elliptique, le contour de l’extrémité est de type ogival et dans l’axe du fût dont les bords sont rectilignes convergents (Averbouh, Buisson 1996 : 44). Malgré une action importante des bactéries qui ont produit des cavités correspondant aux espaces lacuno-cannaliculaires préexistants dans l’os (Letourneux 1995 : 43), de nombreuses traces de façonnage, de mise en forme et de finition du support sont visibles sur la surface de la pièce. Ces stigmates bifaciaux sont longitudinaux et parallèles entre eux. Un faisceau de stries plus denses est localisé au niveau de la pointe et constitue une zone d’utilisation bien distincte qui ne présente cependant pas de lustré.

40948. No inv. MAN : 75065. : « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

410Dim. (en mm) : long. : 40 ; larg. : 22 ; ép. : 2,5.

411Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 37, 38, pl. 10, fig. 2 ; 1928g : 18, fig. 11, no 9.

412Le second fragment est une petite plaquette osseuse mince n’offrant pas de caractères morphologiques assez distinctifs pour déterminer s’il s’agit d’un lissoir, de même qu’il n’est pas possible de préciser l’origine anatomique et spécifique de l’os façonné. Toutefois, le polissage très soigné des deux faces, ainsi que les zones lustrées visibles à certains endroits sur les bords témoignent d’un usage prolongé de l’objet avant sa fracturation. Ces deux actions combinées ont oblitéré les traces de façonnage par raclage de l’os. Par la suite, une action importante des bactéries a produit des cavités correspondant aux espaces lacuno-cannaliculaires préexistants dans l’os (Letourneux 1995 : 43). Enfin, des zones calcitées se sont réparties sur la face inférieure. De nombreux micro-éclats ont affecté les bords latéraux, rectilignes et parallèles à l’origine, et un éclat plus important a emporté une partie du bord supérieur.

413La face supérieure est ornée d’un damier losangique, transversal et oblique ascendant de la droite vers la gauche, en position centrale dans l’état actuel de l’objet. De section angulaire asymétrique, les losanges constitutifs du damier sont formés par des incisions indépendantes les unes des autres. Une série de onze incisions approximativement rectilignes en constituent la trame. De section angulaire asymétrique et d’une longueur oscillant entre 5 et 10 mm, elles sont gravées dans l’axe longitudinal de la pièce et séparées par des intervalles réguliers de 1,5 mm. Ces motifs complexes ne présentent pas une grande régularité, telle celle de certains damiers du Placard (Crémades 1989 : 458, fig. 38, 40 ; Chollot Varagnac 1980 : 204, 205 ; 206, 207), de Laugerie-Basse ou d’Isturitz (ibid. : 204, 205). Ces caractéristiques techno-stylistiques tendent à les rapprocher plutôt du décor d’un fragment osseux de Montgaudier (Bouvier et al. 1987 : 87, 88, fig. 3, 4 ; Crémades 1989 : fig. 116).

414Sur le bord latéral « droit », l’extrémité de douze losanges constitutifs d’un autre damier a été préservée de la fracturation et permet de constater que le décor se poursuivait sur cet objet, à l’instar des pièces de Montgaudier et d’Isturitz citées ci-dessus. Séparées du précédent motif par un intervalle de 40 mm environ, les incisions de ce second damier sont de même nature que les précédentes, mais cet ensemble est orienté obliquement vers le bord latéral droit.

3.4.2.12 Matrice sur os canon de cheval
fig. 30, no 49

41549. No inv. MAN : 75 098. : « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

416Dim. (en mm) : long. : 52 ; larg. : 43.

417Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 9, fig. 17 ; 1928g : 19, fig. 12, no 4.

418Ce fragment d’os canon, fracturé par sciage transversal 45 mm au-dessous du bord articulaire, porte des traces de débitage. Quatre profondes cicatrices périphériques, de section courbe asymétrique, sont surmontées d’une rainure transversale angulaire asymétrique ; elles correspondent à l’extraction de baguettes par double rainurage parallèle. Une extrémité inférieure d’os canon de saïga présente les mêmes traces de débitage sur sa face antérieure (Henri-Martin 1928g : 19, fig. 12, no 3). Cette intense exploitation témoigne d’un réel travail de l’os sur place.

3.4.2.13 Conclusion

419L’industrie sur matière dures animales du site d’habitat du Roc de Sers est représentée par un minimum de cinquante-deux objets variés, qui attestent diverses activités de subsistance : activités de chasse, travail et assemblage des peaux, production d’objets en bois de renne et en os et des activités symboliques (tabl. VII).

TABL. VII
Industrie osseuse.

420Cet outillage osseux confirme la permanence de l’habitat au Solutréen, pressentie lors de l’analyse des données stratigraphiques (cf. § 3.3.5). Sous réserve de l’apport de nouvelles données à l’issue de l’étude des déchets de taille et en considérant le nombre important d’objets non localisés dans le gisement, la répartition de l’industrie sur matières dures animales dans les trois unités d’habitation indique une forte représentativité des témoins archéologiques dans le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Ce chiffre est à considérer avec prudence dans l’état actuel des collections, mais semble toutefois corroborer l’hypothèse d’une très longue occupation de cette zone.

421La plupart des objets participent du fonds commun et ne présentent pas, a priori, en ce qui concerne les pièces entières, de caractères techno-morphologiques spécifiques à la culture solutréenne, à l’exception de trois fragments d’aiguilles découverts au cours du tri des caisses en bois conservées dans les réserves du département Paléolithique du MAN. Ces fragments, recueillis dans la tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge, n’ont sans doute pas été reconnus par le Dr Henri-Martin, qui écrivait ne pas avoir trouvé de traces d’aiguilles, celles-ci étant pourtant significatives ailleurs dans le Solutréen (Henri-Martin 1928g : 44). Cet ensemble fera l’objet d’une analyse ultérieure en attente d’un meilleur conditionnement. Il en sera de même pour les éléments impressionnés ou compresseurs, estimés à plus d’une dizaine dans le site. Ces derniers sont dans un bon état de conservation et répondent à la définition proposée par C. Leroy-Prost : « Ils sont toujours pris sur de puissants éclats d’os longs de gros mammifères et portent au voisinage de leur(s) extrémité(s) une ou plusieurs “plages” de “compression”. Ces dernières sont constituées de traces d’écrasement, de petites incisions courtes, parallèles entre elles et obliques ou perpendiculaires au grand axe de l’éclat. Les plages de compression sont parfois doubles (une à chaque extrémité de l’éclat) plus souvent simples. » (Leroy-Prost 1975 : 143.)

422En revanche, certains objets, en raison de leur forme (armatures de sagaies « pédonculées », manche courbe, bâton percé à extrémité distale « boutonnée » [Henri-Martin 1928d : 38], côte amincie et effilée), ou de leur décor (ciseau cranté, bâton percé à chevrons en relief, manche courbe à incisions parallèles, transversales et obliques, baguette rainurée, base de bois de renne avec série d’entailles, métatarsien de renne à décor complexe d’incisions multidirectionnelles), sont exceptionnels dans l’industrie sur matières dures animales du Solutréen franco-ibérique, où ils ne trouvent pas d’équivalent. Ils renforcent ainsi l’originalité culturelle des groupes solutréens de la vallée du Roc.

423Les procédés techniques sont très élaborés, bien qu’il n’y ait pas de véritable évolution sur le plan technologique par rapport aux cultures précédentes. Les supports en matières dures animales sont variés et leurs propriétés physiques et mécaniques exploitées de façon optimale. En regard d’un certain nombre de pièces réaménagées, l’industrie osseuse semble présenter les mêmes stratégies d’exploitation de la matière première que l’industrie lithique (cf. § 3.4.1). L’examen des déchets de taille et des nucléus et l’analyse de l’état d’usure des armes et des outils permettront sans doute de mieux cerner le type d’économie des Solutréens du Roc de Sers. Les espèces représentées sont le Renne, le Cheval et l’Antilope Saïga. Le bois de renne occupe une place très importante avec plus de 62 % d’objets façonnés dans cette matière (fig. 34).

FIG. 34
Proportions des matériaux employés pour la fabrication des armes et outils.

424Le reste de l’industrie est fait sur des os d’herbivores et de petits mammifères. À ce niveau d’investigation, les chiffres sont encore imprécis, mais reflètent vraisemblablement une certaine réalité.

3.4.3 Parure

425Les objets de parure recueillis dans le site d’habitat ont bénéficié de leur caractère unique et la collection fut ainsi préservée des échanges pratiqués par le Dr Henri-Martin (cf. § 3.4). En dépit de cet intéret, les conditions de conservation ont été les mêmes que celles de l’industrie sur matières dures animales et la plupart des pièces présentent, de ce fait, de fréquentes altérations de surface. Au total, il s’agit de plus de dix-sept objets non ornés, à l’exception d’une perle. Cependant, dans cet ensemble, certains objets en relation avec le corps humain ne contribuent pas nécessairement à le parer et confirment ainsi l’extrême diversité de la fonction de la parure.

3.4.3.1 Dents animales
fig. 35

426Elles sont au nombre de cinq, mais d’autres dents ont été repérées lors du tri des caisses en bois conservées dans les réserves du département Paléolithique du MAN. Cet ensemble fera l’objet d’une analyse ultérieure en attente d’un meilleur conditionnement. Il s’agit principalement de canines de loup et d’une canine de renard dont la racine a été aménagée pour la suspension. Les phénomènes climato-édaphiques et les conditions de conservation ont contribué à fragiliser racines et couronnes. Cela s’est traduit par l’apparition de fentes et de réseaux de craquelures et par la desquamation du cément et de l’émail par endroits, sans doute produite à la suite d’une importante dessiccation pendant l’exposition des objets. Le Dr Henri-Martin voyait dans ces « modestes pendentifs » des souvenirs que le chasseur portait fièrement, des trophées de chasse ou des amulettes protectrices servant probablement à éloigner les carnassiers redoutés (Henri-Martin 1928d : 35).

FIG. 35
Objets de parure : dents animales nos1 à 5 ; pendeloques nos 129.

4271. No inv. MAN : 75061. Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

428Dim. (en mm) : long. : 53 ; larg. : 14 ; ép. : 4 ; Ø perf. : 0,4.

429Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 50, fig. 28, no 8.

4302. No inv. MAN : 75 061. Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

431Dim. (en mm) : long. : 48 ; larg. : 12 ; ép. : 7 ; Ø perf. : 0,5.

432Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : 35, pl. 10, fig. 5 ; 1928g : 50, fig. 28, no 7.

4333. No inv. MAN : 75061. Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

434Dim. (en mm) : long. : 53 ; larg. : 14 ; ép. : 7.

435Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 50, fig. 28, no 9 ; Arch. H.-M. carnet : 60.

4364. No inv. MAN : s.n. Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

437Dim. (en mm) : long. : 44 ; larg. : 15 ; ép. : 9.

4385. No inv. MAN : 75 061. Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

439Dim. (en mm) : long. : 27 ; larg. : 7 ; ép. : 4 ; Ø perf. : ?

440Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 50, fig. 28, no 6.

441La perforation de la racine concerne deux canines de loup et la canine de renard. Plusieurs stades de cette technique de percement existent sur les canines retrouvées dans les réserves et permettent de connaître ainsi le type de préparation employé par les Solutréens du Roc : grattage combinant l’incision et le détachement d’esquilles et incisions se recoupant en étoile, précédant l’obtention d’un orifice par contact avec la cavité pulpaire (Taborin 1977 : 308, 309 ; Barge-Mahieu, Taborin 1991b : fiche 1.0). De forme ovale biconique dans le sens mésial-distal, la perforation des deux canines de loup est située à la pointe de la racine et obtenue, selon toutes probabilités, par une pointe posée semi-tournante. Cependant, le frottement d’un lien ayant contribué à déformer les contours du trou, à effacer les stigmates laissés par l’outil et à régulariser les lèvres abruptes, fausse un peu le diagnostic. Enfin, l’aspect de la perforation de la canine de renard est difficile à déterminer en raison de la fracturation de la racine au niveau de l’orifice.

3.4.3.2 Coquillages

442Cette synthèse concernant la parure en coquillage recueillie dans le site d’habitat bénéficie du travail de recherches mené par Y. Taborin (1993). Dans son ouvrage, l’auteur rappelle que : « Les coquillages sont essentiellement des objets de parure et donc soumis aux normes culturelles qui régissent l’art de la parure corporelle. Destinée à être vue, la parure exprime un langage que chacun doit comprendre. Les coquillages ne sont pas choisis au hasard au cours des ramassages mais strictement sélectionnés et le sens qui leur est attribué doit être traditionnel. Les associations d’espèces, les répartitions numériques, les montages avec d’autres éléments de parure enrichissent sans doute leur signification. » (Taborin 1993 : 10.)

443La sélection des coquillages par les Solutréens de la vallée du Roc s’est portée sur deux espèces plio-pléistocènes : Hinia reticulata Linné et Glycymeris sp., et sur une espèce miocène : Mitraria dufresni Basterot var. subelongata d’Orbigny. Pour chaque espèce, un seul spécimen a été recueilli. Y. Taborin précise que les trois espèces ont une origine atlantique et témoignent d’une relation incontestable avec les faluns d’Aquitaine. L’espèce miocène provient sans doute de Saucats ou Léognan en « zone II » (125 km environ), ou de Saint-Paul-lès-Dax en « zone VI » (200 km environ) (ibid. : 85, 127, fig. 26). Bien que très faiblement représentées, ces espèces ne semblent pas être issues d’un choix aléatoire et s’inscrivent dans le fonds traditionnel du Solutréen supérieur. Il convient alors de s’interroger sur le mode d’acheminement de ces trois exemplaires dans l’habitat du Roc de Sers. Sont-ils le résultat de ramassages pratiqués sur la côte atlantique et/ou d’échanges intergroupes destinés à créer des alliances extérieures ? Ne pourrait-on pas alors imaginer, par exemple, meilleurs partenaires que les Solutréens du Placard ? En tout état de cause, la présence de ces éléments de parure révèle une certaine abolition des distances, au sens propre comme au sens figuré, et ouvre l’espace du groupe qui les détient de façon immuable.

3.4.3.3 Pendeloques

444Parmi ces huit objets pourvus d’une perforation comme moyen de suspension, trois semblent n’avoir eu d’autre fonction que celle de signe, tandis que la matière première dans laquelle ont été façonnées les autres pièces permet d’envisager une double fonction, à la fois parure et outil.

4451. No inv. MAN : 75060. Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

446Dim. (en mm) : long. : 47 ; larg. : 13 ; ép. : 5 ; Ø perf. : 4.

447Réf. bibl. : Henri-Martin 1928d : pl. 10, fig. 4 ; 1928g : 50, fig. 28, no 11 ; Arch. H.-M. carnet : 47.

448Réalisée dans un calcaire dur, la première pendeloque est de forme allongée et de section ovale, à bords latéraux arrondis et irrégulièrement convexes (fig. 35). L’extrémité proximale est pourvue d’une perforation excentrée dont la partie supérieure a été emportée lors de la fracturation de l’objet. L’orifice a été obtenu par une rotation circulaire effectuée par mouvements giratoires alternatifs à l’aide d’un outil perforant en matière aussi dure ou plus dure que l’objet (Barge-Mahieu, Taborin 1991a : 8, fiche 0). Une préparation de la surface a sans doute été indispensable pour faciliter l’amorce de l’outil (grattoir ou burin en silex), mais celle-ci a disparu, car elle occupait la même place que l’orifice. Cependant, l’aplanissement de la partie mésio-proximale de la face supérieure, en vue de profil, semble indiquer qu’il y a eu élimination préalable de l’épaisseur ou d’une convexité excessive, par abrasion unilatérale ; cette action a ensuite probablement été relayée par la création d’irrégularités sur la surface peut-être trop lisse : petite cupule, incisions par grattage, aspérités par piquetage à l’aide de petites percussions détachant des éclats (ibid. : 9, fiche 0). La perforation est de type biconique alésé, amorcée à partir des deux faces. De fines stries concentriques, plus ou moins régulières, se distinguent encore sur les surfaces des cônes de perforation. Elles correspondent à l’opération qui a consisté à agrandir et calibrer le trou obtenu (ibid. : 9, fiche 0). L’extrémité distale est arrondie et un polissage a parachevé la forme de l’objet et éliminé les traces de façonnage, vraisemblablement à l’aide d’un outil tranchant ou d’une surface abrasive à grains fins.

449À l’instar du bâton percé à extrémité « boutonnée » (cf. § 3.4.2.4), l’emplacement de cette pendeloque dans le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge fut noté approximativement par le Dr Henri-Martin, sur un croquis de coupe stratigraphique (fig. 14). Cependant, cette information exceptionnelle ne permet pas de reconstituer l’environnement archéologique exact de l’objet, recueilli dans la couche 2 avant la rupture de pente du talus, dans une zone où le substratum rocheux est encore plan. Tout au plus est-il possible de déduire qu’il se trouvait dans la même zone riche en industrie lithique que le bâton percé, à une hauteur de 20 cm au-dessus du niveau 1 b (Arch. H.– M. carnet : 51).

4502. No inv. MAN : 75071. Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté ou tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge ?

451Dim. (en mm) : long. : 78 ; larg. : 14 ; ép. : 4 ; Ø perf. : 5.

452Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 18, fig. 11, nos 8, 50, fig. 28, no 5.

453La seconde pendeloque est façonnée dans un fragment d’os long dont l’origine anatomique et spécifique est difficile à préciser (fig. 35). De forme rectangulaire, à section quadrangulaire à bords arrondis, elle fut fracturée obliquement dans sa partie mésio-proximale. La violence de la fracture a emporté une partie d’os compact sur la face inférieure. À cet endroit, dans l’état actuel de l’objet, subsiste une vacuité correspondant à l’enlèvement de matière. L’origine de cette fracturation est sans doute imputable à un coup violent donné par inadvertance au cours des fouilles de la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, ou par une mauvaise manipulation de l’objet, postérieurement à son extraction. Les deux morceaux furent consolidés par une discrète restauration.

454D’un point de vue morphologique, cet objet peut être rapproché des pendeloques allongées et crantées du Placard (Chollot Varagnac 1980). Les bords sont convexes-concaves et régularisés par un polissage soigneux. Sur la face inférieure, une profonde incision transversale a été gravée sur le bord latéral droit, dans le tiers proximal de l’objet. Une autre incision transversale, plus profonde que la précédente, est visible sur le bord latéral gauche à proximité de la cassure distale.

455Ces deux incisions sont-elles les amorces d’un décor analogue aux pendeloques du Placard, ou constituent-elles au contraire le reliquat d’un tel décor dont l’usure ou la reprise de l’objet en aurait oblitéré les éléments constitutifs ? Correspondent-elles encore à des aménagements de surface fonctionnels ? Les indices permettant de statuer en faveur de l’une ou l’autre hypothèse sont très faibles et l’attribution de ces incisions demeure indéterminée.

456Le polissage de la surface osseuse n’a pas totalement estompé les traces de façonnage, caractérisées par des stries longitudinales et parallèles. Par la suite, une action des bactéries a produit quelques cavités correspondant aux espaces lacuno-cannaliculaires préexistants dans l’os (Letourneux 1995 : 43). L’extrémité proximale est lustrée, les angles arrondis et sur la face supérieure, un éclat laisse entrevoir la structure interne de l’os. Une perforation circulaire d’un diamètre de 5 mm a été réalisée à 7 mm du bord supérieur de la pièce. L’orifice a été obtenu par la même technique de percement que la pendeloque précédente, à l’aide d’une pointe posée semi-rotative. Une préparation de la surface a sans doute précédé l’amorce de l’outil nucléiforme (grattoir ou burin en silex), mais celle-ci a disparu, car elle occupait la même place que l’orifice. La déformation de la lèvre supérieure et la présence d’un lustré sur les contours de la perforation ont vraisemblablement été produites par le passage d’un lien. L’extrémité distale est fracturée obliquement sur son bord latéral droit en vue supérieure, mais conserve toutefois une partie du bord inférieur, de forme identique au bord opposé : l’angle est arrondi et légèrement lustré. Cette cassure est postérieure à la découverte de l’objet.

457La localisation de cette pièce dans le site est imprécise. Le marquage indique qu’elle provient de la tranchée intermédiaire, tandis que dans sa monographie, le Dr Henri-Martin la classe parmi les objets recueillis dans la tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

4583. No inv. MAN : s.n. Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

459Dim. (en mm) : long. : 28 ; larg. : 17 ; ép. : 6 ; Ø prerf. : 5.

460La troisième pendeloque en forme de « goutte d’eau » est entièrement façonnée dans un petit bloc de lignite d’un noir intense (fig. 36). L’extrémité distale est plus large que l’extrémité proximale, déjetée par rapport à l’axe longitudinal de la pièce. De section subcirculaire, la face supérieure est convexe, tandis que la face inférieure est piano-convexe. Cette morphologie est sans doute en rapport avec la position de la pendeloque sur le corps. Une fois suspendue, celle-ci devait se placer invariablement dans le même sens, grâce à cet aménagement de la face inférieure. Les bords latéraux sont asymétriques, l’un est convexe et arrondi, l’autre est rectiligne dans la partie mésiale.

FIG. 36
Pendeloque en lignite (no 3). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

461Le lignite étant un matériau très fragile, une altération, de type éclat ou ébréchure est sans doute à l’origine de la rectification de ce bord qui a oblitéré en partie les arrondis des extrémités. L’hypothèse d’un aplanissement dû au grattage de ce bord n’est pas à exclure, d’autant que le lignite a un certain pouvoir colorant. Un travail de polissage poussé a contribué à effacer les traces de façonnage et à donner à l’ensemble de la surface un aspect brillant.

462L’extrémité proximale est pourvue d’une perforation circulaire excentrée, localisée dans la portion la plus large. Elle a été obtenue par une rotation circulaire, de technique analogue aux deux pendeloques précédentes. Une préparation de la surface n’a sans doute pas été indispensable pour faciliter l’amorce de l’outil nucléiforme en raison de la nature très tendre du matériau. La perforation est de type biconique, amorcée à partir des deux faces et des traces d’usure sont visibles sur les contours. Sur la face supérieure, les bords de la perforation sont en très léger relief et semblent ainsi indiquer que la mise en forme de l’orifice est intervenue lorsque la pièce était encore à l’état d’ébauche, afin d’éviter l’endommagement ou le bris éventuel de la parure entièrement finie.

463Cette pendeloque est exceptionnelle au Solutréen supérieur et révèle l’importance de la matière première dans les préoccupations symboliques des groupes solutréens de la vallée du Roc. Le lignite est très rarement travaillé au Paléolithique. On le trouve sous forme de perles dans certains gisements comme Enlène, le Mas-d’Azil, Isturitz (Saint-Périer 1936 : 67, pl. VII, fig. 6), Fontalès (Ladier, Welté 1994 : 67, fig. 46, 47, 68) et Lachaud (Cheynier 1965 : 64, fig. 26, no 43).

464Il convient d’ajouter à cette liste une pendeloque en ronde-bosse figurant une tête d’animal au Mas-d’Azil, (Tymula 1996 : 277, cat. 361), une pendeloque de forme conoïde à Fontalès (Ladier, Welté 1994 : 67, fig. 46, 47, 68), une pendeloque en ronde-bosse représentant un coléoptère à la grotte du Trilobite (Bahn, Butlin 1990 : 249, fig. 1, no 5 ; Baffier 1995 : 107, 108, fig. 26 ; Baffier, Girard 1998 : 27, fig. 17) et une petite pendeloque de Petersfels évoquant un coléoptère indéterminé (Bahn, Butlin 1990 : 247, fig. 1, no 3).

465Enfin, citons les célèbres figures féminines en ronde-bosse du site magdalénien de Neuchâtel-Monruz et de l’abri-sous-roche magdalénien de Peterfelds et une petite sculpture interprétée comme étant un insecte de la grotte magdalénienne de Kesslerloch (ibid. : 247, fig. 1, no 2). Dans sa description physique, géologique, paléontologique et minérallurgique du département de la Charente, H. Coquand précise que : « Il n’existe point, à proprement parler, de dépôts de lignites assez considérables pour mériter d’être exploités ; mais ce combustible se trouve disséminé, sous forme de troncs ou de branches ayant conservé la structure ligneuse : 1° dans les marnes du lias supérieur et dans les grès supraliasiques, près du Cluseau, commune de Chantresac, et au sud de Saint-Laurent-de-Céris ; 2° dans les argiles de Purbeck du Pays-Bas ; 3° dans les argiles lignitifères de Saint-Même ; 4° dans les argiles tertiaires de Soyaux et de Lafaye » (Coquand 1858 : 104.)

4664. No inv. MAN : 75060. Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

467Dim. (en mm) : long. : 34 ; larg. : 26 ; ép. : 7 ; Ø perf. : 5.

468Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 50, fig. 28, no 2.

469La quatrième pendeloque est sans doute issue du même bloc de lignite que la précédente (fig. 37). De section subquadrangulaire et de forme grossièrement triangulaire à angles arrondis et bords convergents, l’extrémité proximale est large et plane, tandis que l’extrémité distale est ogivale et déviée. Une perforation a été réalisée à l’extrémité proximale, mais elle ne fut pas centrée dans l’axe longitudinal de la pièce. De ce fait une fois suspendue, la pendeloque devait basculer d’au moins 20° vers l’un ou l’autre bord suivant la face exposée. L’orifice a été obtenu par une rotation circulaire, effectuée par mouvements giratoires alternatifs, à l’aide d’un outil perforant. À l’instar de l’autre pendeloque en lignite, une préparation de la surface n’a sans doute pas été indispensable pour faciliter l’amorce de l’outil nucléiforme. De type biconique, la perforation est circulaire et alésée. De fines stries concentriques plus ou moins régulières se distinguent encore sur les surfaces des cônes de perforation. Elles correspondent à l’opération qui a consisté à agrandir et calibrer le trou obtenu.

FIG. 37
Pendeloque en lignite (no 4). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

470Sur la face inférieure, des micro-éclats, visibles sur le pourtour de l’orifice, et un lustré, qui s’observe également sur la face supérieure, confirment la fonction de cet objet comme parure.

471La face supérieure ne présente pas la même épaisseur sur l’ensemble de sa surface. En effet, il est à noter une différence, matérialisée par un léger décrochement, entre la portion mésio-proximale et l’extrémité distale moins épaisse.

472Sur la face inférieure, un éclat de matière a désépaissi l’extrémité distale. Des traces d’usure sur les bords de l’éclat suggèrent que celui-ci est parti au cours du façonnage du bloc de lignite, ou pendant l’utilisation de la pendeloque, mais non postérieurement à sa mise au jour. La partie mésio-proximale est constellée de points de calcite colorés par le sédiment et par endroits on observe quelques traces d’impact. Sur la face supérieure, un enfoncement de la matière sous la forme d’une profonde cupule a affecté l’angle droit.

473De nombreuses stries multidirectionnelles couvrantes, de profil en « U » symétrique et dissymétrique, semblent être le résultat d’un travail de raclage de la face supérieure et incitent à penser que l’objet a pu avoir une fonction parallèle autre que celle de parure, sans exclure l’idée d’une réutilisation de la pendeloque, avec la transformation symbolique que cela implique. Sur la base de cette hypothèse, la perforation aurait été un moyen de protéger cet objet précieux – en raison de la rareté de la matière dans laquelle il a été façonné – dans l’espace domestique qu’est la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, mais également celui « d’avoir à portée de main » un outil utilisé pour un travail spécifique. Quel était ce travail ? Sous réserve d’une analyse plus approfondie, il n’est pas inconcevable que la poudre obtenue par raclage de la surface ait pu servir de matière colorante.

474En regard de la présence de cette perforation et d’un arrondi des bords et des angles, I. Barandiarán rangea cet objet parmi les rondelles percées (« rodetes ») à perforation déviée (« rodetes con la perforacíon desplazada a laperiferia ») (Barandiarán 1968 : 16, 24, fig. 4, b). Il convient aujourd’hui de réfuter cette classification en raison de la nature du matériau et de la morphologie de cette pendeloque. Une nouvelle définition des rondelles paléolithiques a été proposée depuis par C. Bellier, S. Bott et P. Cattelain : « Objet plat, de forme circulaire, de section mince, obtenu par découpage d’une lame de matière dure animale (os, ivoire, bois de renne...). Il présente dans la plupart des cas une perforation centrale, de même que, souvent, un décor gravé sur une ou les deux faces. Certains exemplaires présentent une ou plusieurs perforations marginales, associées ou non à une perforation centrale » (Bellier et al. 1991 : fiche 5.1).

4755. No inv. MAN : 75060. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

476Dim. (en mm) : long. : 46 ; larg. : 14 ; ép. : 14.

477Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 50, fig. 28, no 4.

478La cinquième pièce définit sans doute le mieux le concept de parure-outil (fig. 38). Il s’agit d’un fragment de bioxyde de manganèse perforé, de section subcirculaire et de couleur noirâtre. La morphologie particulière de cette pendeloque est vraisemblablement due à un travail intensif d’abrasion (frottage ou/et raclage) (Couraud, Laming-Emperaire 1979 : 158-160). Très dur et cassant, le bioxyde de manganèse (MnO2), qui forme la pyrolusite naturelle, est un excellent abrasif aux propriétés oxydantes, d’où son usage actuel pour blanchir le verre (savon des verriers). Réduit en poudre, il est l’un des colorants les plus employés de manière systématique par les Paléolithiques, mais supplanté par l’hématite dans la plupart des gisements (Groenen 1991 : 12, 13, 18). Il serait donc inconcevable que les Solutréens de la vallée du Roc n’aient pas exploité les deux possibilités fonctionnelles de ce matériau polyvalent. Le Dr Henri-Martin affirmait à ce propos que « l’emploi de la poudre magnésienne, signalé déjà au Moustérien par M. Peyrony en Dordogne et ensuite à La Quina [...], n’était pas infailliblement consacré à la peinture par les Néandertaliens. J’ai attribué à cette substance une tout autre destination : le tatouage ou le camouflage du corps. Peut-être aussi les guérisseurs de l’époque l’employaient-ils dans leurs recettes ? Dans le Paléolithique supérieur, les conditions ne sont plus les mêmes ; l’art est apparu, et la peinture n’est pas ignorée, nous pouvons donc supposer que les artistes employaient le manganèse, mais ce n’est pas une raison pour trouver là un usage exclusif. » (Henri-Martin 1928g : 53, 54.)

FIG. 38
Pendeloque-outil en bioxyde de manganèse (no 5). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

479Les nombreuses stries de raclage et les facettes longitudinales, présentes sur chacune des faces informent sur l’orientation de l’objet au cours de son utilisation. Sous réserve d’un examen microscopique plus approfondi, elles révèlent un maniement bidirectionnel du haut vers le bas et obliquement de la gauche vers la droite. La face inférieure semble avoir été privilégiée, sans doute pour des raisons ergonomiques, car sa surface est totalement plane, avec cependant quelques microdépressions résultant peut-être d’un martelage. Par sa forme conoïde facettée, cet objet peut sans doute être assimilé à un « crayon » (Couraud, Laming-Emperaire 1979 : 165 ; Couraud 1983 : 105, 106, tabl. 1). Une zone concrétionnée de couleur brune, avec quelques traces d’oxyde de fer hydraté, se développe sur la face supérieure et s’étend sur les bords latéraux. Elle renseigne sur la stabilité de l’objet postérieurement à son abandon au pied de la frise sculptée. Dans un article de synthèse consacré à la découverte des cinq premiers éléments sculptés, le Dr Henri-Martin fit état du nettoyage de ces fragments, qu’il pratiqua au début du mois de novembre 1927 : « Dès les premiers jours de novembre, je procédais aux dégagements nécessaires, car les pièces avaient été expédiées intactes, sans avoir subi de lavages ; elles conservaient ainsi toute leur intégrité et l’aspect qu’elles possédaient in situ. Je dus respecter des plaques de calcite formant brèche, elles couvrent par endroits des régions sculptées et forment même des cristallisations lichénoïdes sur le calcaire. En entraînant les éléments terreux solubles dans l’eau à l’aide d’une brosse très douce, les sculptures prirent un tout autre aspect », en précisant que : « Les cinq blocs ainsi traités conservaient leur marque d’origine : des ossements, des silex et même une amulette en manganèse pourvue d’une perforation restèrent incrustés » (Henri-Martin 1928e : 6). Selon toutes probabilités, il s’agit de cette pendeloque-outil qui fut détachée ultérieurement de l’un des éléments sculptés, sans que l’on ait enregistré son emplacement exact.

480L’extrémité proximale est piano-convexe et présente, dans l’état actuel de l’objet, une perforation transversale latéralisée, l’orifice ne se situant pas dans l’axe longitudinal du fût, les cônes ayant été mis en forme sur les bords latéraux. De forme ovale biconique dans le sens mésial-distal, le trou a été obtenu par une rotation circulaire, amorcée sur les deux faces et effectuée par mouvements concentriques alternatifs, à l’aide d’un outil perforant en matière aussi dure ou plus dure que l’objet (Barge-Mahieu, Taborin 1991a : 8, fiche 0). Une préparation de la surface a sans doute été indispensable pour faciliter l’amorce de l’outil (grattoir ou burin en silex), mais celle-ci a disparu, car elle occupait la même place que l’orifice. Le diamètre des cônes a ensuite été progressivement agrandi. De fines stries concentriques plus ou moins régulières se distinguent encore à leur surface et témoignent de ce travail d’alésage qui n’a pas été effectué de façon symétrique. En effet, le cône de perforation du bord latéral droit est plus élargi (Ø 12 mm) que celui du bord latéral gauche (Ø 9 mm) situé quelques millimètres plus bas. À l’instar de la pendeloque précédente, la perforation aurait été un moyen de protéger cet objet dans l’espace domestique qu’est la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, mais surtout de pouvoir en user instantanément au cours de divers travaux d’abrasion. Dans le contexte particulier de « l’habitat-sanctuaire » du Roc de Sers, il est possible que ce fragment de manganèse ait été destiné à un emploi direct sur la paroi calcaire, où des traces de raclage sont visibles par endroits sur les sculptures (cf. chap. 6) : abrasion des aspérités produites par le piquetage, tracé du contour des figures, esquisses de repères ponctuels, etc. (Couraud 1983 : 105, 106, tabl. 1). L’identification des traces laissées sur les différentes faces permettra sans doute de confirmer ou infirmer cette hypothèse. Au cours de l’examen approfondi des éléments de la Frise sculptée, aucune trace de coloration noire n’a été repérée sur les sculptures, ce qui ne constitue pas un argument en faveur d’une absence de cette coloration, peut-être aujourd’hui disparue.

481La récolte du bioxyde de manganèse renforce l’idée que les Solutréens de la vallée du Roc avaient acquis une expérience unique dans la recherche de l’affleurement des colorants inorganiques. D’après H. Coquand, « L’Acerdèse (ou manganite : oxyde hydraté naturel de manganèse) se présente sous forme de dendrites dans l’étage inférieur du lias et dans des calcaires de formation plus récente : Ambernac (48 km du Roc de Sers vers le N-E). La Psilomélane (oxyde hydraté naturel de manganèse barytifère dimorphe) est assez commune dans les terrains tertiaires ; elle est pisolithique (concrétionnée) dans les environs d’Épenède (57 km du Roc de Sers vers le N-E) et mélangée à du Fer hydroxydé de même forme » (Coquand 1858 : 93, 94). Une analyse élémentaire sous microscope électronique à balayage (MEB), à l’instar de celle qui fut menée par J. Vouvé sur trois échantillons (El, E2, E3) de colorants noirs, de la famille du manganèse, découverts dans le paléosol d’une galerie de la grotte de Lascaux (Vouvé 1995 : 478-483), révélera la nature de la sous-variété texturale choisie par les Solutréens. Déjà, il convient d’évoquer l’idée d’une prospection sélective, telle qu’elle fut mise en évidence à Lascaux (ibid. : 481), à l’intérieur d’une aire de plusieurs dizaines de kilomètres, voire d’une centaine de kilomètres, vers la vallée de la Dronne, par exemple. Dans cette zone, C. Couraud et A. Laming-Emperaire notèrent l’existence, d’après la carte du BRGM (1961-1962), d’un certain nombre de gîtes stratiformes d’oxyde de manganèse, à 35 km environ au nord de Rouffignac (Couraud, Laming-Emperaire 1979 : 157).

482Des morceaux d’oligiste perforés sont connus au Paléolithique supérieur (San Juan 1990 : 229-242 ; Groenen 1991 : 13, 21), mais aucun autre exemplaire façonné dans du bioxyde de manganèse ne semble avoir été découvert jusqu’à présent, à l’exception des deux autres pendeloques-outils du même site. Ce fragment « épuisé », dont la forme particulière fut progressivement modelée par un travail spécifique, fut sans doute investi d’une fonction autrement complexe et fondamentalement modifiée, qui nous autorise à lui accorder une valeur particulière.

4836. No inv. MAN : s.n. Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

484Dim. (en mm) : long. : 36 ; larg. : 29 ; ép. : 20.

485Par sa morphologie particulière, cette autre pendeloque-outil, également façonnée dans un fragment de bioxyde de manganèse, apporte des données complémentaires concernant l’utilisation de ce matériau polyvalent par les Solutréens de la vallée du Roc (fig. 39). Il s’agit d’un petit morceau de couleur noirâtre, de forme grossièrement trapézoïdale et de section quadrangulaire irrégulière. À l’extrémité proximale, une fracture oblique a emporté la presque totalité de la perforation dont il ne subsiste que la partie distale du cône réalisé sur la face inférieure. De fines stries concentriques, plus ou moins régulières, se distinguent encore dans cette zone et témoignent d’un travail d’alésage. Le diamètre de la perforation peut être estimé à 9 mm environ, dans l’hypothèse d’une perforation circulaire.

FIG. 39
Pendeloque-outil en bioxyde de manganèse (no 6). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

486Cette fracturation est-elle intervenue accidentellement au cours de l’utilisation de l’objet, a-t-elle pu être un phénomène secondaire postérieur à son enfouissement, ou, au contraire, constitue-t-elle une destruction volontaire destinée à transformer la fonction originelle de la pièce et mettre un terme au symbolisme dont elle était investie ?

487L’hypothèse d’une fragmentation due à des phénomènes climato-édaphiques postérieurs à l’enfouissement de l’objet ne peut être retenue, en raison des traces d’usure et d’un lustré présents sur l’extrémité proximale et sur les bords du cône préservé.

488Plusieurs cônes de percussion, visibles sur le bord latéral gauche (face inférieure), ont produit des enlèvements de matière, qui semblent être à l’origine de la fragmentation de l’extrémité proximale. Ces cônes sont de lecture difficile en raison du sédiment qui les oblitère et contrastent ainsi avec la couleur noirâtre du bioxyde de manganèse. Ces enlèvements de matière étaient-ils destinés à un aménagement ou à un réaménagement de ce bord ? La morphologie du bord latéral opposé apporte un argument en faveur de la première hypothèse. De forme convexe arrondie, ce bord latéral n’est pas le résultat d’une abrasion issue du contact de l’objet avec une autre surface, mais bien d’un façonnage destiné à obtenir cet arrondi, parachevé par un polissage soigneux. Il convient alors d’envisager la possibilité que le bord percuté n’a pas été achevé et présente l’une des étapes de mise en forme de la pendeloque. L’usure et le lustré du bord des cônes de percussion et de la perforation, de même que l’excédent de matière au niveau de l’extrémité distale tendent à renforcer cette hypothèse.

489Sur la face supérieure, deux séries de fines stries bidirectionnelles témoignent d’un travail de raclage, réalisé à l’aide d’un outil en silex de type burin, tandis que sur la face inférieure, plusieurs séries de stries, plus ou moins profondes révèlent plutôt un travail d’abrasion par frottage sur une surface destinée à être régularisée.

490Les stries de raclage de la face supérieure sont parallèles et ascendantes de la droite vers la gauche. Localisées dans l’angle supérieur gauche de la partie mésio-proximale, elles s’achèvent par une butée de fin de traits. Cette localisation fut imposée par la nature de la surface, plane uniquement dans cette zone, alors qu’elle est bosselée sur le reste de la pièce. La régularité des intervalles entre chaque incision suggère l’utilisation d’un outil à biseau large et irrégulier ayant produit ces « codes-barres » (Fritz 1999 : 32) à échelle macroscopique. Quelques stries ascendantes de la gauche vers la droite et des traces de percussion se superposent à cet ensemble. L’acquisition d’une certaine quantité de poudre colorante, aujourd’hui non quantifiable, est probablement à l’origine de ce raclage. Les stries bidirectionnelles de la face inférieure sont le résultat d’un frottage de l’objet sur une surface aussi dure ou plus dure que le bioxyde de manganèse. Dans la partie mésio-proximale, cette action, sans doute répétitive et régulière a contribué à créer un aplanissement. Le maniement de la pièce a été effectué principalement en oblique de la droite vers la gauche, avec un seul changement de direction, de la gauche vers la droite. Des traces de percussion se distinguent également sur l’ensemble de la surface.

491Les Solutréens ont exploité ici toutes les possibilités offertes par un tel matériau. La présence de cette pendeloque-outil sur la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté ne semble pas être un hasard et le rapprochement du travail spécifique de frottage, pressenti en regard de la morphologie des séries de stries, avec les traces de raclage observées sur les sculptures pariétales est tout à fait concevable.

4927. No inv. MAN : 75060. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

493Dim. (en mm) : long. : 34 ; larg. : 21 ; ép. : 15 ; Ø perf. : 2-4.

494Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 50, fig. 28, no 3.

495Une troisième pièce entre dans la catégorie des pendeloques-outils. Il s’agit d’un fragment « épuisé » de bioxyde de manganèse de couleur noirâtre, muni d’une perforation (fig. 40). De forme grossièrement trapézoïdale et de section quadrangulaire irrégulière, des enlèvements de matière ont contribué à réduire le volume originel de l’objet et à lui donner cette morphologie particulière. Cette mise en forme progressive a pu être accidentelle, en considération de la fonction spécifique de ce fragment, ou volontaire et, dans ce cas, les raisons peuvent être multiples : régularisation des surfaces, prélèvement de matière première, destruction destinée à transformer la fonction originelle de la pièce et mettre un terme au symbolisme dont elle était investie, etc. L’usure très prononcée des bords, et les zones de luisance observées à certains endroits révèlent une manipulation postérieure à ces diverses altérations, sans doute relative à un frottement contre une peau.

FIG. 40
Pendeloque-outil en bioxyde de manganèse (no 7). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

496Sur la face supérieure plane, de fines stries de frottage indiquent un travail d’abrasion effectué transversalement. Une petite « plage » de « compression » existe dans la zone proche du bord latéral gauche. Elle est constituée de petites cupules d’écrasement. Une irrégularité plus importante du matériau à abraser aurait-elle conduit l’auteur solutréen à employer ponctuellement le martelage à l’aide de ce fragment de bioxyde de manganèse ? La dureté du matériau invite à considérer une telle entreprise. Des stries de frottage transversales se distinguent également sur le bord latéral gauche.

497Une perforation excentrée a été en partie oblitérée par la fracturation transversale de l’extrémité proximale. De forme ovale biconique, l’orifice a été obtenu par la même technique de percement que les pendeloques précédentes, à l’aide d’une pointe posée semi-rotative. Une préparation de la surface a sans doute été indispensable pour faciliter l’amorce de l’outil nucléiforme (grattoir ou burin en silex), mais celle-ci a disparu, car elle occupait la même place que l’orifice.

498Une zone concrétionnée, de couleur brune avec quelques traces d’oxyde de fer hydraté, se développe sur la face inférieure. Elle renseigne sur la stabilité de l’objet postérieurement à son abandon au pied de la frise sculptée. De même que pour deux autres pendeloques-outils en bioxyde de manganèse, une étude comparative en microscopie électronique à balayage, des traces de frottage présentes sur la face supérieure et le bord latéral gauche et des traces de raclage observées sur les sculptures pariétales serait à envisager afin de confirmer les relations pressenties entre habitat et « sanctuaire ».

499À l’instar de la pendeloque-outil en lignite, il convient aujourd’hui de réfuter la classification de cet objet parmi les rondelles percées (« rodetes ») à perforation déviée (« rodetes con la perforacíon desplazada a la periforia ») proposée par I. Barandiarán (Barandiarán 1968 : 16, 24, fig. 4, c).

5008. No inv. MAN : 75068. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

501Dim. (en mm) : long. : 42 ; larg. : 37 ; ép. : 24.

502Un dernier morceau de bioxyde de manganèse, de forme grossièrement trapézoïdale et de section quadrangulaire irrégulière, est sans doute à rapprocher des trois pendeloques-outils, bien qu’il ne possède pas, dans son état actuel, de perforation ou de reliquat de perforation (fig. 41). Dans l’hypothèse de l’existence d’un moyen de suspension de ce type à l’origine, la fracturation de l’extrémité proximale (désignée comme telle par rapport à l’orientation des traces de raclages et des butées de fin de traits), qui a emporté un éclat important de matière, expliquerait cette absence. Inversement, en supposant que ce moyen de suspension n’ait pas été mis en forme, il convient d’envisager que les deux profondes rainures incisées sur la face supérieure constituaient peut-être un moyen de fixation et d’attache d’un lien destiné à la suspension de ce fragment. De profil en « U » dissymétrique, la première se développe obliquement de part et d’autre de la largeur de l’objet et s achève en fourche sur 8 mm jusqu’au bord latéral gauche. Large de 2 mm, elle est profonde de 1 mm environ. Parallèle à la précédente, la seconde rainure est très courte (8 mm) et de même morphologie. Ces deux rainures sont trop fines et irrégulières pour avoir servi de « polissoir » et l’idée d’un tel moyen de suspension semble pouvoir être retenue en regard de la morphologie de cet objet.

FIG. 41
Pendeloque-outil en bioxyde de manganèse (no 8). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)

503Le bord latéral droit et l’extrémité distale (face supérieure) n’ont pas subi d’altération postérieurement à leur mise en forme et sont adoucis et lustrés à certains endroits. À un degré moindre, les arêtes de l’extrémité proximale et du bord latéral gauche présentent une usure qui suggère une manipulation ultérieure à la fracturation de ces zones.

504Sur les deux faces, des séries de stries bidirectionnelles, plus ou moins profondes et à profil en « V » et « U » dissymétrique témoignent d’un travail de raclage réalisé à l’aide d’un outil en silex de type burin et destiné probablement à recueillir une certaine quantité de poudre colorante.

505Les stries de raclage de la face supérieure sont parallèles et obliques descendantes de la gauche vers la droite. Localisées dans l’angle supérieur droit de la partie mésio-proximale, elles s’achèvent par une butée de fin de traits. Cette localisation fut imposée par la nature de la surface, qui est plane uniquement dans cette zone, alors qu’ailleurs, elle est constituée de petites cupules d’écrasement délimitant une « plage de compression ». La régularité des intervalles entre chaque strie suggère l’utilisation d’un outil à biseau large et irrégulier qui a produit ces « codes-barres » de même nature que ceux qui sont observés sur la seconde pendeloque-outil. Une autre série de stries, plus fines que les précédentes, se distingue le long du bord de l’extrémité proximale dans son état actuel. Parallèles à l’axe longitudinal de l’objet, elles suggèrent un mouvement du haut vers le bas, mais semblent interrompues par la « plage de compression ». De ce fait, il est possible de restituer la chronologie des phases d’utilisation du métal : le grattage fut a priori antérieur à la transformation de l’objet en « compresseur », et les rainures furent réalisées en dernier. Dans l’éventualité que ces dernières constituent un moyen de suspension, il convient d’envisager une modification de la fonction et de la valeur de ce morceau de bioxyde de manganèse.

506Sur la face inférieure, deux séries de stries, séparées de 6 mm environ, se distribuent sur l’ensemble de la surface. De profil en « U » et « V » dissymétrique, elles sont unidirectionnelles et longitudinales par rapport à l’axe de l’objet. Une butée de fin de traits indique un mouvement régulier et continu depuis l’extrémité proximale vers l’extrémité distale, sur une surface lisse et légèrement ondulée. La pulvérulence du matériau et la présence de fissures de rubéfaction révèlent un contact avec une source de chaleur. En considérant qu’il s’agit d’une action volontaire, il convient de s’interroger sur son utilité. Rendait-elle plus facile le grattage de la surface ? Les diverses expériences menées sur les colorants prouvent que la chauffe facilite le broyage (Couraud, Laming-Emperaire 1979 : 156 ; Audouin, Plisson 1982 : 50 ; Groenen 1991 : 15). Dans ce cas, il semble logique qu’elle ait également facilité le grattage. Cette chauffe est probablement la cause de la fracturation de l’extrémité proximale et du bord latéral gauche.

5079. No inv. MAN : 75060. « Le Roc T.I. ». Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

508Dim. (en mm) : long. : 50 ; larg. : 38 ; ép. : 13 ; Ø perf. : 1-5.

509Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 50, fig. 28, no 1.

510Le matériau dans lequel est façonnée cette dernière pendeloque en fait un objet exceptionnel au Solutréen (fig. 35). Il s’agit d’un petit galet de quartz oblong de forme ovale, muni d’une perforation. De section ovale, les bords ne sont pas exactement symétriques – la convexité du bord latéral gauche (face supérieure) étant plus prononcée que celle du bord opposé – et les extrémités apparaissent ainsi légèrement déjetées. Un éclat a dénaturé l’extrémité distale sur la face supérieure, tandis que sur la face inférieure, le bord latéral droit est entièrement recouvert d’une couche de calcite, où se trouve piégé du sédiment de couleur noirâtre.

511De forme ovale biconique alésée, la perforation est située à proximité du bord de l’extrémité proximale et sensiblement déviée en raison de la forme du galet. En excellent état de conservation, le trou a été obtenu par une rotation circulaire effectuée par mouvements concentriques alternatifs, à l’aide d’un outil perforant en matière aussi dure ou plus dure que l’objet (Barge-Mahieu, Taborin 1991a : 8, fiche 0). Une préparation de la surface a sans doute été indispensable pour faciliter l’amorce de l’outil nucléiforme (grattoir ou burin en silex), mais celle-ci a disparu, car elle occupait la même place que l’orifice. Le diamètre des cônes de perforation a ensuite été progressivement agrandi. De fines stries concentriques, plus ou moins régulières, se distinguent encore à leur surface et témoignent de ce travail d’alésage. Par la suite, le frottement d’un lien a contribué à déformer les contours du trou, à effacer les stigmates laissés par l’outil et à régulariser les lèvres abruptes. Des traces de percussion et d’abrasion sont visibles sur le bord latéral gauche en face inférieure, mais semblent plus accentuées sur la face supérieure (bord latéral droit). Elles témoignent de l’utilisation probable de ce galet de quartz comme percuteur, destiné à « [...] la percussion directe (débitage, retouche) et pour les préparations d’un bord de plan de nucléus ou d’une pièce bifaciale, d’un bord d’éclat pour la technique du coup de burin, etc. » (Tixier et al. 1980 : 96, fig. 38).

512Il est aujourd’hui difficile de préciser si ces deux fonctions notoires (parure et outil) ont été simultanées ou, au contraire, si elles se sont succédé dans le temps et, dans ce cas, à partir de quel moment il y a eu transformation symbolique ? D’un point de vue utilitaire, à l’instar de l’hypothèse avancée au sujet des pendeloques-outils précédentes, la perforation n’aurait-elle pas été simplement un moyen de protéger cet objet dans l’espace domestique qu’est la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté et de faire que celui-ci soit aisément accessible ?

513De même que pour les pendeloques-outils en lignite et en bioxyde de manganèse, il convient aujourd’hui de réfuter la classification de cet objet parmi les rondelles percées (« rodetes ») à perforation déviée (« rodetes con la perforacíon desplazada a la periferia ») proposée par I. Barandiarán (Barandiarán 1968 : 16, 24, fig. 4, a).

3.4.3.4 Perle
fig. 42

5141. No inv. MAN : 75069. « Le Roc T.V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

515Dim. (en mm) : long. : 21 ; larg. : 5 ; ép. : 4.

516Réf. bibl. : Henri-Martin 1928g : 50, fig. 28, no 13.

517Ce fragment d’os d’oiseau entre dans la catégorie des perles de forme tubulaire (Taborin 1991b : 1-4, fiche 6.1) en raison de ses petites dimensions, de sa cavité médullaire libre et surtout des traces de tronçonnage visibles aux deux extrémités. L’observation à la loupe binoculaire n’a cependant pas permis de déceler des traces d’usure produites éventuellement par un lien de suspension.

518Un décor de sept incisions rectilignes transversales a été réalisé sur l’une des faces. Il procède du fonds commun, bien représenté au Roc de Sers et particulièrement dans l’unité d’habitation sous-jacente à la grotte de la Vierge (cf. § 3.4.2).

FIG. 42
Perle en os. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

519De profil en « V » symétrique, les incisions sont régulièrement espacées par des intervalles de 2 mm. Leur longueur est constante (3 mm) et correspond à la largeur de l’objet. Aucune trace de dérapage de l’outil sur la matière n’est visible sur leurs versants. Les autres faces ne sont pas ornées et présentent une surface lisse et régulière.

520Cette perle isolée ne possède pas d’indices technologiques et archéologiques susceptibles de préciser sa destination ; néanmoins, par son décor, elle témoigne d’une cohérence techno-stylistique au sein de l’ensemble archéologique de l’unité d’habitation sous-jacente à la grotte de la Vierge.

3.43.5 Conclusion

521Les recherches récentes menées sur la parure paléolithique (Taborin 1990 ; Barge-Mahieu et al. 1991 ; Ladier, Welté 1994 ; Taborin 1993) ont montré une constante corrélation entre l’abondance de la parure et la richesse de Part mobilier. Au Roc de Sers, l’équilibre est établi entre les deux formes d’expression symbolique et conforte cette analyse. Cependant, dans cet ensemble, si certains éléments (dents animales, coquillages et pendeloques) répondent à la fragile définition, communément admise, des objets de parure : « L’ambiguïté du caractère utilitaire, souvent à la limite de la compréhension pour de nombreux objets, n’incite pas à faire de son absence autre chose qu’un léger indice d’une éventualité d’objet de parure. Cet indice et la présence d’un moyen de suspension évident, réunis sur un objet dont les dimensions et la forme rentrent dans l’idée que l’on se fait de la parure, sont en réalité les seuls moyens d’approche » (Taborin 1990 : 20), il en est d’autres pour lesquels le concept de parure ne semble pas devoir être exclu de leur détermination, bien que l’analyse technologique des traces qu’ils conservent les rattache à des outils spécifiques, vraisemblablement en rapport avec les préoccupations symboliques des Solutréens qui occupèrent la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté (recherche de poudre colorante, abrasion et régularisation de certains éléments de la frise, etc.). Enrichis d’un aspect dualiste et bien qu’exceptionnels, ces témoins archéologiques repoussent, dans une certaine mesure, les limites de la définition des objets de parure, prouvant que ceux-ci ont pu jouer plusieurs rôles. La notion de « parure des vivants » prend ici tout son sens.

522Les matériaux dans lesquels ont été façonnées ces formes plastiques révèlent l’importance du support dans la production artistique des Solutréens et témoignent « de la stabilité des supports-signifiants de base et de la variété de certaines élaborations matérielles » (Taborin 1989 : 167). Une prospection sélective à l’intérieur d’une aire géographique de grande amplitude et des échanges intergroupes supposés ont contribué à l’originalité, voire au non-conformisme de cet ensemble unique au Paléolithique supérieur. Pour chaque objet, l’artisan a dépassé les contraintes morphologiques des matériaux et atteint un haut niveau technologique, résultat de la mise en œuvre de longues démarches soumises aux normes culturelles qui régissent l’art de la parure.

523Chargée d’une symbolique complexe, identitaire, individuelle et collective, la majorité de ces objets éminemment sociaux a été recueillie sur la plate-forme de Pabri-sous-roche sculpté. Cette localisation est lourde de sens et tend à renforcer l’idée qu’habitat et « sanctuaire » étaient indissociables (cf. § 3.3.5). Même s’il est difficile d’aller au-delà dans l’interprétation, en attente de l’intervention de moyens plus sophistiqués, mais surtout en raison de l’absence de tout contexte archéologique due aux mauvaises conditions de fouilles et du fait qu’il s’agit avant tout de « parures des vivants », cet ensemble apporte toutefois de nouvelles données sur l’univers intellectuel de ces groupes de chasseurs-cueilleurs.

3.4.4 Art mobilier

524L’art mobilier du site d’habitat fut mis au jour dans un contexte où, d’une part, l’art solutréen était peu considéré, en dépit du fait qu’un des premiers exemples d’art mobilier fut trouvé dans le Solutréen moyen de Solutré, en 1867 par H. de Ferry (1868 : 208-212, pl. 1 ; Combier 1989 : 83, 84, fig. 27) et, d’autre part, les Solutréens, pour des raisons doctrinaires, étaient taxés d’un désintérêt pour l’art dans son sens le plus général. Grâce à cette découverte exceptionnelle, le Dr Henri-Martin saisit l’occasion de réviser les positions sectaires de ses confrères préhistoriens : « Les beaux travaux de Henri Breuil sur l’art à l’époque quaternaire nous font comprendre que la sculpture arrive à son apogée à la fin de l’Aurignacien, tandis que la gravure se développe dans toute sa pureté avec la Magdalénien. Or, les couches solutréennes du Roc contiennent de médiocres sculptures et de belles œuvres gravées. Cette constatation seule permettrait de les rapporter au Magdalénien, mais les feuilles de laurier et les pointes à cran sont là pour modifier les conclusions, puisque classiquement il faut les ramener au Solutréen » (Henri-Martin 1927a : 113). Sur la base de ces découvertes fondamentales, il reconsidéra « l’étage solutréen » et proposa de le ramener à « [...] une époque de Renaissance, où l’art de la taille se serait perfectionné et où l’apparition de la belle gravure se serait montrée » (ibid. : 114). Toutefois, bien que cette prise de position ait été décisive pour la reconnaissance de l’art solutréen, il n’en demeure pas moins qu’elle a comporté quelques failles. En effet, seuls les graphismes figuratifs ont été pris en considération dans cette « bataille solutréenne » (Henri-Martin 1925a ; 1926 ; 1927a ; 1927b ; 1928a). À son tour, le Dr Henri-Martin fit preuve de négligence en laissant dans l’ombre onze plaquettes gravées de motifs non figuratifs. Mais devant l’importance de l’enjeu scientifique, ces ensembles d’interprétation difficile ne constituaient sans doute pas encore des données assez probantes pour défendre ce dossier épineux.

525En regard de l’éclairage opéré sur ces pièces exceptionnelles, il aurait été logique que celles-ci bénéficient d’une plus grande précision chronostratigraphique. Cependant, avec les techniques de fouilles en tranchées, il fut difficile d’envisager la moindre exactitude. Or, les conditions de leur découverte (cf. § 3.3) n’ont pas permis d’aller au-delà du simple constat de localisation dans l’une ou l’autre unité d’habitation, à l’instar de l’industrie lithique et osseuse et des objets de parure.

  • 11 – La plaquette à « l’Ophidien », découverte en octobre 1926 dans la tranchée du talus sous-jacent à (...)

526Cet ensemble regroupe un total de dix-sept pièces dont six portent un décor figuratif11. Il s’agit essentiellement d’un art mobilier sur support lithique. À ce jour, la collection d’art mobilier solutréen la plus complète et la mieux documentée, à partir de laquelle il est possible d’effectuer des analyses comparatives, est celle de la grotte du Parpalló, étudiée et publiée par V. Villaverde Bonilla (1988 ; 1990 ; 1992 ; 1994a ; 1994b, 1994c). Bien que ces deux sites soient éloignés géographiquement, la confrontation des caractères morphostylistiques des figurations animales permet toutefois la mise en valeur de certaines conventions graphiques communes qui contribuent à la caractérisation de l’art solutréen. L’étude des nombreuses plaquettes gravées des sites de Badegoule, Lachaud et Isturitz permettra d’enrichir ces données.

3.4.4.1 Les thèmes figuratifs Inventaire

no 1 La plaquette au « Mammouth »
FIG. 43

527• No inv. MAN : 75 050. « Le Roc T.R. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.

528Dim. (en mm) : long. : 87 ; larg. : 62 ; ép. : 5.

529Réf. bibl. : Henri-Martin 1925a : 346 ; 1927a : 116, fig. 4, 4bis ; 1928d : 43, 44, pl. 13, fig. 2 ; Delporte 1990 : 91, fig. 56.

FIG. 43
Plaquette au « Mammouth ». (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.)

530• Cette fine plaquette est le premier témoin artistique découvert au Roc de Sers (cf. chap. 2). Elle fut mise au jour au même moment que les fragments de trois squelettes humains appartenant à une sépulture. La position stratigraphique exacte de ce vestige est inconnue, et son contexte archéologique a été relevé avec imprécision par le Dr Henri-Martin : « Foyers solutréens – très épais – 1 m par endroits – pointes à cran assez rares – feuilles de laurier plus fréquentes – grattoirs en général assez minces – burins rares et grossiers – trouvé en novembre 1923 une plaquette de schiste avec gravures (mammouth et cheval) – renne très abondant – cheval assez rare – bœuf deux fragments » (Arch. H.-M. carnet : 15). Tout au plus est-il possible de déduire que cette plaquette se trouvait sur le plancher au pied de la falaise, là où la couche archéologique était la plus importante, à l’aplomb de la sépulture.

531• Une seule face gravée (recto).

532Tête incomplète de grand herbivore, sans doute un cheval.

533Arrière-train d’un bison.

534Série d’incisions rectilignes et parallèles entre elles.

535Tracés indéterminés rectilignes et curvilignes, horizontaux et verticaux.

536• Technique : incisions très fines de section angulaire et angulaire asymétrique ; incisions bi-angulaires et bi-angulaires asymétriques.

537Ce petit fragment de schiste brun verdâtre est de forme approximativement trapézoïdale. La roche est finement et densément grenue, avec une bonne cohérence superficielle. Sur la face supérieure ornée, ou « recto » selon la terminologie proposée par L. Pales « [...] la face qui fut la première à nous livrer une figure organisée fut déclarée le recto, même si, par la suite, la face opposée se révélait aussi intéressante, sinon plus » (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1976 : 20), des éclats affectent les angles supérieur et inférieur gauche et laissent apparaître les feuillets constitutifs de la roche. L’usure des bords de l’éclat inférieur gauche indique qu’il est vraisemblablement antérieur aux gravures et évoque un clivage ou une mise en forme de la plaquette. Un cadrage des gravures dans cette zone a été réalisé par l’artiste, car aucun tracé n’est interrompu par cet enlèvement. En revanche, l’éclat de l’angle supérieur gauche semble plus récent et affecte deux tracés. Les bords sont rectilignes et abrupts, à l’exception du bord latéral droit, convexe dans le tiers inférieur. Ils présentent des microformes d’érosion différentielle, vraisemblablement causées par des phénomènes édaphiques. La fracturation du bord latéral droit est postérieure à l’élaboration des gravures, puisque celles-ci sont interrompues ; elle s’est produite en deux étapes. La première cassure a entraîné le morcellement de la partie mésiale supérieure droite et la seconde a emporté une partie du bord inférieur et la partie mésiale inférieure droite. Une série d’écaillures au niveau de l’arrondi suggère une abrasion de l’angle, sans doute trop vif. Cette fracturation était-elle destinée à transformer la fonction originelle de la plaquette et mettre un terme au symbolisme dont elle était investie ? La fréquence des bris volontaires constatée dans les gisements solutréens et magdaléniens à art mobilier sur support lithique (Cheynier 1949 : 94 ; 1965 : 28-30, fig. 13, 14 ; Bégouën, Clottes 1979 ; 59 ; 1990 : 171 ; Sonneville-Bordes 1986 : 631 ; Fritz, Pinçon 1989 : 161, 162 ; Clottes 1989 : 168, 169 ; Simonnet et al. 1990 : 179-181 ; Villaverde Bonilla 1994a : 59, 62 ; Lorblanchet 1995 : 19, 20) conforte cette hypothèse et révèle la dimension transculturelle de cet acte. En l’absence d’un enregistrement des vestiges, il est impossible de préciser si cette plaquette a été réutilisée ultérieurement comme élément de pavage (cf. § 3.3.1), à l’instar des plaquettes ou galets gravés d’Enlène par exemple.

538L’étude minutieuse des gravures qu’entreprit H. Breuil, à la demande du Dr Henri-Martin, le conduisit à extraire de ce palimpseste quatre figures animales qui furent présentées sur un relevé synthétique. « Après avoir isolé chaque animal gravé, ceux-ci ont été représentés avec des traits de différentes intensités. Ainsi le pointillé fin contourne un petit Cheval, la ligne de traits épais suit le contour d’un Mammouth et le trait plein montre la croupe et une patte postérieure d’un animal exécuté à une échelle plus grande. On pourrait encore sur cette plaquette, trouver d’autres figurations. Souvent chez les troglodytes de l’âge du Renne, on trouve des gravures superposées où il semble que l’artiste a cherché, dans une esquisse, un mouvement, un détail, oubliant le dessin précédemment tracé et se souciant uniquement de la dernière œuvre entreprise. Parfois, il se servait d’une région déjà gravée pour représenter une partie d’un nouveau profil ; c’est précisément le procédé que nous apercevons sur la figure 4. Là en effet, il est possible d’entrevoir un museau de Cheval dans le contour du crâne du Mammouth. » (Henri-Martin 1927a : 116). H. Delporte ne retiendra de cet ensemble que la figure de Mammouth (Delporte 1990 : 91, fig. 56).

539De prime abord, la vision enregistre les longs et profonds tracés rectilignes et curvilignes verticaux, horizontaux et obliques qui sillonnent la surface de la pièce, sans être constitutifs de raclages. La silhouette d’un mammouth de profil à droite, au dos arrondi et tombant, à la tête en obus, bien individualisée par l’échancrure nucale et à la trompe pendante, semble se détacher de cet entrecroisement de traits et faire l’unanimité des préhistoriens. Or, ces tracés ne sont pas solidaires, mais au contraire, empruntés à deux figures animales bien réelles.

540La première est une tête incomplète de grand herbivore, sans doute un cheval, visible en faisant pivoter la plaquette de 90° vers la gauche. Située dans la partie supérieure, elle est orientée à gauche et ne conserve que le chanfrein, le museau et la ganache, le reste de la tête ayant été emporté lors de la fracturation du bord latéral droit. Les tracés sont multiples et irrégulièrement larges et profonds. Ainsi que l’a constaté V. Villaverde Bonilla au cours de la synthèse des principaux traits évolutifs de la collection d’art mobilier sur support lithique de la grotte du Parpalló, ce type de tracé est dominant au Solutréen supérieur ou Solutréen évolué I (Villaverde Bonilla 1992 : 383, tabl. 3 ; 1994a : 68-71).

541Le chanfrein qui forme la trompe du pseudo-mammouth est rectiligne et une légère convexité marque la bosse frontale. La ganache n’est pas modelée ; elle est interrompue par une cupule, surcreusée par un raclage longitudinal. De nombreux tracés parasites rendent sa lecture difficile. La gorge semble matérialisée, mais les gravures sont nombreuses dans cette région et cette observation demeure aléatoire. Le museau qui dessine le vertex du pseudo-mammouth est arrondi et un décrochement distingue le menton de la ganache.

542La bouche est entrouverte et afin d’indiquer la rétraction de la lèvre supérieure, l’artiste a accentué la convexité de l’incision supérieure dirigée vers le bout du nez. Deux incisions rectilignes et parallèles, l’une au départ de la commissure des lèvres, l’autre depuis la lèvre supérieure, suggèrent une langue en protusion. Deux autres incisions convergentes et croisées à leur extrémité dessinent le naseau. L’ensemble est surchargé d’une multitude de tracés indéterminés.

  • 12 – Longueur de la tête (LT) : « Elle est mesurée de la nuque à l’extrémité des lèvres. Ce dernier re (...)

543Dimensions de la tête dans ses proportions actuelles selon les mesures définies par L. Pales (1981 : 41, 42)12 : LT : 46 mm ; ET : 32 mm ; LT/ET : 1,4 mm (dans l’idéal LT/ET = 2).

544Acte intentionnel ou hasard de la mise en page, le second animal se superpose perpendiculairement à la tête du grand herbivore et une rotation de 90° vers la droite permet de lui redonner sa position horizontale originelle. Il s’agit de l’arrière-train d’un bison disposé en profil gauche. Le dessin du rachis dorso-lombaire est de type « hyper-bison » (Paillet 1993 : 151), avec un rein gracile et court, moyennement ensellé et dont le tracé a été légèrement dévié par la ligne de chanfrein sous-jacente du grand herbivore. Un décrochement dorsal élevé qui s’achève au milieu du garrot porte fort et haut le dos exprimé en traits multiples.

545Ce caractère est commun aux bisons sculptés et gravés Bi. 4, Bi. 5, Bi. 6 et à un bison sur bloc calcaire provenant du foyer proto-solutréen de Badegoule (Cheynier 1949 : 49, fig. 13) (fig. 44).

FIG. 44
Badegoule. Bloc calcaire au bison, niveau I (Proto-Solutréen).

546L’arrière-train se résume à un postérieur réduit à une cuisse puissante s’achevant en pointe. Cette dernière est réunie au ventre par un pli de l’aine ouvert. La paroi abdominale, dépourvue d’indication de sexe, s’achève au niveau de la cupule surcreusée d’un raclage. De section angulaire, les tracés sont ténus. Plantée au sommet de la fesse, la queue est normalement longue et détachée de la cuisse. Pourquoi le graveur n’a-t-il pas achevé le dessin de ce bison alors que le cadrage de celui-ci sur la plaquette lui permettait aisément de le faire ? Cette brutale interruption n’est sans doute pas imputable aux tracés vraisemblablement antérieurs dans la zone de « l’avant-main », car une superposition était tout à fait possible.

547Une erreur de proportion anatomique ou d’orientation des tracés ne semble pas non plus devoir être retenue, car comme le soulignait L. Pales : « La littérature contient [...] certains exemples de figurations animales où [...] une tout autre solution aurait été adoptée. » (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1976 : 53). La coexistence de cet arrière-train avec cette tête « volontairement » isolée traduit une association thématique intentionnelle, conçue par la juxtaposition de ces deux formes représentatives qui semblent se compléter par le biais de cette exploitation graphique.

548D’autres tracés ont été gravés postérieurement et se superposent le plus souvent aux deux figures, sans qu’il soit possible de déceler une organisation particulière en rapport avec ces dernières. Toutefois, il est à noter la présence d’une série d’incisions rectilignes et parallèles, superposées en partie aux deux animaux. Régulièrement espacées et ascendantes de la gauche vers la droite, elles ne sont visibles que sous une seule incidence lumineuse. Ce type d’organisation à caractère non figuratif évoque les « crinières isolées » décrites par L. Pales (1976 : 60, 61), qui ne sont accompagnées d’aucun vestige de cheval ou de quelque tracé pouvant faire songer à cet animal. La part de subjectivité est grande dans ce genre d’analyse et il serait bien présomptueux de poursuivre celle-ci au-delà de la simple constatation des faits.

549En définitive, le graphisme de ces deux figures animales est très proche de celui de la plupart des chevaux et bisons de la frise sculptée. Cette observation permet d’envisager la contemporanéité des représentations pariétales et mobilières et la communauté des concepts les régissant. La localisation de cette plaquette dans l’habitat, même si sa position exacte est inconnue, apporte un argument supplémentaire en faveur de la datation solutréenne de la frise sculptée ; elle renforce considérablement l’unité des habitats du talus sous-jacent à la grotte du Roc et de la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté (cf. § 3.3.5).

no 2 La plaquette au « Petit Cheval »
fig. 45

550• No inv. MAN : 75 049. « Le Roc T. Gr. V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

551Dim. (en mm) : long. : 110 ; larg. : 102 ; ép. ; 16.

552Réf. bibl. : Henri-Martin 1925a : 346, 347 ; 1926 : 319 ; 1927a : 116, fig. 5 ; 1927b : 176-178 ; 1928a : 131, 132 ; 1928d : 44, 45, pl. 13, fig. 1 ; 1928g : 23, 29, fig. 13 ; 1928e : 2 ; Chollot Varagnac 1980 : 436, 437, no 1.

553Date de découverte : 5 juin 1924.

FIG. 45
Plaquette au « Petit Cheval ». (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

554• Les informations fournies par le Dr Henri-Martin au sujet de la position stratigraphique de cette plaquette sont d’une trop grande précision pour un objet dont l’existence n’a été connue fortuitement que quelque temps après son extraction (Arch. H.-M. carnet : 48). En effet, devant la quantité de plaquettes calcaires, schisteuses et gréseuses recueillies sur la hauteur du talus, au voisinage du « foyer » (cf. § 3.3.3) et en raison de la programmation des recherches dans le talus qui devaient aboutir au repérage des limites du site vers l’est, au cours d’une campagne de fouilles ne devant pas dépasser un mois et demi (2 juin – 25 juillet 1924), ces vestiges, comme les autres témoins archéologiques, ont été stockés en attendant d’être dégagés de leur gangue de sédiment et examinés. Ce n’est qu’au cours de ce travail secondaire que les trois fragments de cette plaquette ont été découverts et raccordés : « Mon attention fut attirée par la présence de nombreuses plaquettes de calcaire siliceux, elles gisaient au milieu des débris industriels rejetés des grottes par les paléolithiques. L’examen attentif de ces plaques offrant souvent une surface plane, me révéla plusieurs gravures. La première signalée est celle d’un petit Cheval. Les découvertes successives me révélèrent d’autres figurations ; l’une est compliquée, on y distingue un rhinocéros et un cheval dont les contours sont enchevêtrés » (Henri-Martin 1927b : 176). Le Dr Henri-Martin a tenté ensuite le repositionnement de la pièce sur le croquis de coupe du talus (cf. § 3.3.3).

555• Une seule face gravée (recto). Cheval et tracés indéterminés.

556• Technique : incisions profondes à section angulaire et angulaire asymétrique.

557Il s’agit d’une plaquette de calcaire siliceux, granuleux en surface, dont la couleur rougeâtre est due à une infiltration d’oxyde de fer hydraté. La face supérieure gravée ou recto est planoconcave, une légère concavité se dessinant dans la partie mésio-supérieure et criblée de petits trous qui donnent cette irrégularité à la surface. Deux fracturations affectent la portion droite de la plaquette et ont contribué à son morcellement en trois fragments, postérieurement à la réalisation des gravures qu’elles ont interrompue. La première fracturation est oblique depuis la moitié du bord inférieur, jusqu’à l’angle supérieur droit. Une fissure provoquée au moment de la première fracturation est sans doute à l’origine de la ténuité de la seconde fracture. Ce fragment se raccorde parfaitement à la grande partie de la plaquette et suggère une cassure plus récente que la précédente, vraisemblablement postérieure à l’enfouissement de l’objet et provoquée par des phénomènes édaphiques. Cette dernière se développe depuis le tiers droit du bord supérieur, s’incurve dans la partie médiane de la pièce, puis rejoint le tiers inférieur de la fracture oblique. Dans l’ensemble, les bords sont grossièrement rectilignes et abrupts. Ils présentent des microformes d’érosion différentielle. Sur le bord latéral gauche, deux larges éclats évoquent un clivage ou une mise en forme de la plaquette.

558Un cheval de profil à gauche a été cadré sur la surface planoconcave de la plaquette, pour occuper un champ maximal. Ainsi que l’avait observé le Dr Henri-Martin (1927a : 116 ; 1928d : 44), les traits de gravure, de section angulaire asymétrique et profonds ne présentent pas de reprise et suggèrent une certaine force exercée par la main du graveur, la pression ayant assuré la fermeté du tracé, une parfaite maîtrise de l’outil et la préservation de sa partie active.

  • 13 – « Si les résultats obtenus au Parpalló peuvent avoir une certaine signification dans l’évolution (...)

559La traduction du mouvement de cet animal est sans aucun doute le caractère qui lui confère son originalité. La position des pattes a suffi à transcrire une attitude de pas, celle de l’amble, au cours de laquelle l’animal se déplace en levant en même temps les deux pattes du même côté. Ce type d’animation peut être qualifié d’animation coordonnée latérale (Leroi-Gourhan 1979 : 76). Au Parpalló, d’un point de vue diachronique, V. Villaverde Bonilla constate que, malgré le faible nombre de figures animales animées, l’animation coordonnée n’était pas l’exclusivité des figurations magdaléniennes et est bien représentée au Solutréen, notamment dans le Solutréo-gravettien II : « Si los resultados proporcionados por Parpalló pueden tener una cierta significacíon en la évolución del arte paleolítico, habrá que convenir que la animatión segmentaria tiene un rápido desarrollo, ya en el Solutrense inferior y medio, y que las fórmulas de animación coordinada no son exclusivas del arte magdaleniense. Estas dos affirmaciones encuentran un claro sustenso en el análisis del arte parietal solutrense del Perigord, donde conjuntos como Roc de Sers o Abri Pataud muestran une concepción dinámica de las figuras, con abundantes ejemplos de animación »13 (Villaverde Bonilla 1994a : 155).

560Le cheval est légèrement ascendant de la droite vers la gauche et le poids du corps semble reposer sur l’arrière-train et les membres postérieurs bien campés. Dissociés, ils sont raides, sans indication du coude et non achevés à leur extrémité. Toutefois, le tracé latéral droit du membre postérieur gauche s’achève en fourche et indique probablement l’amorce du sabot et de l’ergot. Cette négligence peut être imputée au manque d’espace entre le métapode et le bord libre de la pierre, ce qui indiquerait que le graveur a achevé le dessin de son animal par la figuration des membres postérieurs et qu’il n’a pas jugé bon de poursuivre le paturon et le sabot sur le versant de la pierre. Sur la base des résultats obtenus au Parpalló, où cette convention morphologique particulière des pattes « de líneas paralelas abiertas » : « en lignes parallèles ouvertes » (Villaverde Bonilla 1994a : 116, fig. 5, no 2) est la plus importante de la séquence et confère une certaine unité à l’art mobilier solutréen du gisement, il convient d’envisager qu’il puisse s’agir, dans le cas de ce cheval, de l’application de cette convention graphique. Cependant, comme le souligne V. Villaverde Bonilla : « Le processus évolutif de l’art du Parpalló ne se caractérise ni par des ruptures ni par des substitutions dans les façons de concevoir les figures, mais par des tendances qui s’imposent seulement au niveau du pourcentage » (1992 : 385). La fracturation du bord latéral droit de la plaquette a contribué à désolidariser les postérieurs du reste de la croupe. Cependant, la cuisse ne paraît pas avoir été matérialisée et suggère que ces derniers étaient isolés à l’origine. Il est à noter également une disproportion entre les deux postérieurs, le droit étant plus épais que son homologue gauche. L’expression maladroite de ces membres contraste avec celle plus soignée des antérieurs, bien individualisés.

561Porté en avant, le membre antérieur gauche est le plus complet, avec indication du coude et du bras et dessin d’un sabot arrondi. Ce dernier détail révèle les conventions graphiques propres à la représentation des extrémités distales des chevaux Ch. 1 , Ch. 2, Ch. 3, Ch. 6. Ce caractère est suffisamment spécifique pour ne pas être réductible à une coïncidence et établit sans l’ombre d’un doute la contemporanéité avec les représentations pariétales. Toujours en référence avec l’art mobilier solutréen sur support lithique du Parpalló, cette variante, qui regroupe « laspatas naturalistas » : « les pattes naturalistes » (Villaverde Boitilla 1994a : 116, fig. 5, no 9), est de faible importance quantitative tout au long de la séquence et semble être une convention coïncidant plutôt avec une phase indéterminée du Magdalénien supérieur, avec cependant quelques effectifs dans les différentes périodes : deux dans le Solutréen inférieur, un dans le Solutréen moyen ancien, un dans le Solutréo-gravettien I, un dans le Magdalénien supérieur et un autre dans le Solutréo-Gravettien II-III (ibid. : 130, graph. 22). Un équidé sculpté en bas-relief sur un fragment de plaquette de grès tendre provenant du Solutréen supérieur de la salle nord de la grotte d’Isturitz (couche IIIa) est également doté de ce même caractère morphostylistique (Saint-Périer 1952 : 29 : fig. 11, no 8 ; Sacchi 1990 : 17, fig. 3, no 3).

562Exceptionnellement indiqué dans l’art paléolithique, le sol est ici matérialisé par une double ligne ascendante de la droite vers la gauche, sur laquelle repose le membre antérieur gauche. A-t-elle constitué un obstacle éventuel à la réalisation de l’extrémité du membre antérieur droit, dans l’hypothèse de l’existence de cette ligne de sol antérieurement à la figuration des membres ? Dans ce cas, pourquoi le graveur a-t-il dessiné le membre antérieur droit plus long le gauche, sans réserver un espace pour le sabot ? Peut-on considérer cette disproportion comme une mauvaise évaluation de l’espace disponible ou, au contraire, comme une volonté délibérée de ne pas représenter le sabot, afin de suggérer un obstacle derrière lequel se trouverait l’extrémité du membre et accentuer ainsi l’effet de perspective ? En regard de la largeur importante du métapode au niveau de la ligne de sol et en raison de la finition de l’autre antérieur, il conviendrait d’envisager ici la première hypothèse, d’autant que le graveur avait bien débuté le dessin du membre en marquant la limite entre l’avant-bras et le métapode par un changement de direction.

563La tête est portée droit devant elle, le bord inférieur de la mandibule sensiblement incliné vers le bord antérieur de l’encolure. De forme cylindrique, le front, le chanfrein et la ganache ne sont pas modelés, le museau est carré et aucun détail interne n’a été figuré, à l’exception de la limite du museau, matérialisée par un trait allant du chanfrein au menton. Ce caractère morphostylistique n’est pas commun aux chevaux et autres grands herbivores de la frise sculptée ; il est peu représenté dans l’art mobilier et pariétal solutréen, alors qu’il sera plus fréquent au cours du Magdalénien. Au Solutréen, on retrouve ce détail en particulier sur le museau des trois aurochs sculptés du bloc du Fourneau du Diable et sur celui de quelques chevaux, aurochs, cervidés et capridés de la grotte du Parpalló (Villaverde Bonilla 1994a : 16 120B, fig. 22, SI ; 16 116A, fig. 25 ; 16 116B, SI ; 16 181, fig. 34, SMA ; 16 599, fig. 84, SMS ; 17 860, fig. 145, SGI). Enfin le Dr Henri-Martin décrivait une oreille large à extrémité arrondie et un œil peu précis (1927a : 116 ; 1928d : 45). Ces deux détails anatomiques n’ont pas été dessinés par l’artiste et correspondent à des irrégularités de la surface de la pierre.

564La crinière est limitée au contour du bord supérieur et dénuée de détails internes, le graveur s’étant tenu à cette courbe unique. Elle est prolongée d’un toupet frontal à extrémité arrondie, qui forme un véritable cimier. Cet ensemble confère à l’encolure une impression de puissance, qui est un caractère morphostylistique commun aux chevaux Ch. 1 , Ch. 3, Ch. 6 et Ch. 9. Ces conventions graphiques se rencontrent également sur certaines figures de chevaux du Parpalló (Villaverde Bonifia 1994a : 16 061A, fig. 10, SI ; 16 120B, fig. 22, SI ; 16 229A, fig. 50, SMA ; 16 330A, fig. 62, G, SMA ; 16 892, fig. 101, SMS ; 17 765, fig. 141, S-GI ; 17 762, fig. 141, S-GI ; 17 767, fig. 142, S-GI ; 17 771A, fig. 142, S-GI ; 17 771 B, fig. 142, S-GI ; 17 773, fig. 142, S-GI ; 18 404, fig. 165, S-GIII ; 18 646, fig. 173, S-GIII ; 18 705, fig. 176, S-GIII) et constituent une des trois variantes spécifiques de la représentation de la crinière des équidés dans ce gisement, que V. Villaverde Bonilla nomme « crinera en escalón » : « crinière en forme de marche d’escalier (E) » (1994a : 102, fig. 4). Les deux autres variantes sont « las crineras en escalón abierto (EO) » : « les crinières en forme de marche d’escalier ouvertes » et « las crineras sin escalón de crinera (SE) » : « les crinières sans marche d’escalier (SE) » (ibid. : 102, fig. 4), sans qu’il soit possible, selon cet auteur, de définir des variantes stylistiques d’ordre séquentiel (ibid. : 106, tabl. 18).

565Le corps est court et trapu avec absence du garrot, en raison de l’importance de la crinière. Le dos est légèrement ensellé et se prolonge par une croupe horizontale. Le profil thoraco-abdominal est rectiligne et présente une légère voussure à sa partie moyenne, à l’union du thorax osseux et de la paroi abdominale. Enfin, très court et plutôt vertical, le poitrail fait une saillie légère entre la base de l’encolure et le membre antérieur.

566D’une épaisseur identique à celle des membres postérieurs et tombant à la verticale, la queue est longue et ouverte à son extrémité. De même longueur que cette dernière, un tracé, plus piqueté que gravé et oblique ascendant de la droite vers la gauche, est situé derrière le cheval et suggère l’ébauche de l’appendice caudal, ou d’un second appendice. Dans ce cas, il est tentant d’évoquer la matérialisation du mouvement par la juxtaposition d’une autre image (Azema 1992), traduisant un déplacement rapide de l’animal, tel un cheval de Lascaux (Glory 1953, in Leroi-Gourhan, Allain 1979 : 215, fig. 213, no 188).

567Dans l’hypothèse de cette représentation dynamique, la décomposition du mouvement de la queue s’effectue ici en deux images successives. D’autres exemples de décomposition du mouvement sont connus dans le Solutréen final de la grotte d’Haréguy, où un équidé, gravé sur une plaquette de grès est doté de deux paires d’antérieurs représentés plus ou moins en extension (Arambourou 1976 : 1239, fig. 2 ; Sacchi 1990 : 17, fig. 3, no 5), et à la grotte du Parpalló, dans le Solutréen inférieur, où la queue d’un équidé est répétée (Villaverde Bonilla 1994a : 157, fig. 23, 16 122A, SI) ; dans le Solutréen moyen, où une seconde tête plus sommaire se superpose à la tête du faon de la célèbre scène d’allaitement. Dans ce cas, l’artiste semble avoir voulu corriger un décalage de la première tête, qui n’était pas exactement dirigée vers le pli de l’aine de la biche (Villaverde Bonilla 1990 : 231, 232, fig. 6, no 451 ; 1994a : 157, fig. 35, 16 182, SMA ; Azema 1992 : 25, fig. 8). Dans le même niveau, la ganache d’un animal indéterminé est surnuméraire (Villaverde Bonilla 1994a : 157, fig. 39, 16 199, SMA) et une tête animale se superpose à la tête d’une biche en empruntant la même encolure (ibid. : 157, fig. 49, 16 230). Dans un niveau indéterminé du secteur de la Galería, la rectification de l’extrémité d’une patte d’un animal indéterminé peut faire penser également à la recherche d’une traduction du mouvement (ibid. : 157, fig. 279, 20 846), de même que celle du museau d’un bovidé d’un niveau indéterminé sans indication de provenance (ibid. : 157, fig. 284, 20 962A).

568Enfin, de longues et fines incisions multidirectionnelles se superposent au cheval, sans qu’il soit possible de déceler une organisation particulière en rapport avec cette figure. Étaient-elles destinées à annuler définitivement la fonction symbolique de la représentation et de son support ?

569« Juxtaposés » (Henri-Martin 1928d : 44) sous un gros fragment calcaire d’une cinquantaine de kilogrammes (bloc Bl 2), à l’aplomb exact du bloc d’effondrement le plus volumineux, les trois fragments constitutifs de cette plaquette étaient en contact avec le niveau 1 b, à un mètre de l’endroit où ont été signalés des charbons et des os brûlés. En regard de la quantité de plaquettes regroupées dans cette zone de l’unité d’habitation, il convient de s’interroger sur leur fonction et évoquer la mise en place d’un dallage d’isolation. À l’instar de l’exemple d’Enlène cité ci-dessus, la plaquette gravée, dépourvue de sa valeur originelle, a vraisemblablement été l’un des éléments constitutifs de ce pavage, ce qui causa son morcellement, à moins qu’elle n’ait été, auparavant, délibérément mutilée.

570D’un point de vue stratigraphique, la position des fragments de cette plaquette sous le bloc Bl 2 implique une première occupation du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge, antérieurement au recul du front rocheux. Or, l’occupation de cette zone semble n’avoir été effective qu’à la suite de la première phase de bouleversement morphoclimatique (cf. § 3.3.5), au cours de laquelle les phénomènes de macrogélivation provoquèrent la désolidarisation de trois blocs calcaires d’une cinquantaine de kilogrammes chacun (Bl 1, Bl 2, Bl 3), issus de l’encorbellement rocheux qui surplombait le talus (cf. § 3.3.3). Deux hypothèses peuvent être avancées concernant la localisation de ces vestiges : la première peut vraisemblablement être imputée aux conditions de découverte évoquées ci-dessus. Lors du repositionnement de la pièce reconstituée sur le croquis de coupe du talus, le Dr Henri-Martin commit une erreur d’ordre stratigraphique en la plaçant trop bas par rapport au « foyer A » ; d’ailleurs, le bloc sus-jacent ne fut pas numéroté sur ce dernier relevé, et son croquis ne semble pas conforme à sa taille réelle, telle qu’elle apparaît sur un autre relevé. La seconde hypothèse révèle une intentionnalité de cet agencement, réalisé par les Solutréens qui occupèrent le talus à la suite de la première phase du recul du front rocheux. Le bloc Bl 2 était-il alors destiné à cacher ou protéger les fragments de cette plaquette et renforcer ou annihiler ainsi leur valeur symbolique, ce qui sous-entend un dépôt provisoire en attente d’une nouvelle utilisation dont le but pratique nous échappe actuellement, ou un dépôt rituel, sans qu’aucune signification précise ne nous soit directement accessible ? Cette partie de l’unité d’habitation avait peut-être un caractère sacré particulier. De nombreux exemples de ces dépôts volontaires, vraisemblablement rituels, sont connus dans plusieurs grottes ornées et abris-sous-roche paléolithiques et il convient de citer à ce sujet le travail de recherches effectué par R. Bégouën et J. Clottes sur les apports mobiliers dans les cavernes du Volp, dans lequel ces dépôts spécifiques font l’objet d’une étude comparative bien documentée (Bégouën, Clottes 1981).

571D’un point de vue techno-stylistique, des conventions graphiques communes rapprochent cette figure de cheval de celles des chevaux de la frise sculptée, ce qui permet d’envisager une contemporanéité des représentations mobilières et pariétales. Cependant, cette plaquette fut trouvée dans un niveau plus récent que celui correspondant à l’occupation de la plate-forme de l’abri-sous-roche et à la réalisation de la frise sculptée. Le transport de cette pièce par les occupants de l’abri-sous-roche sculpté, au moment de l’effondrement du surplomb rocheux est peut-être à l’origine de sa présence dans l’unité d’habitation du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge, ce qui confirmerait le déplacement de l’habitat vers cette partie de la vallée du Roc (cf. § 3.3.5). La découverte d’un ensemble de plaquettes gravées dans ce secteur semble plutôt favoriser la thèse de l’existence d’un second « sanctuaire » témoignant de la pérennité des conventions graphiques et attestant une pensée cohérente, des comportements symboliques communs ou équivalents et des convergences de formes.

no 3 La plaquette « du Bison et de l’Ours »
fig. 46

572• No inv. MAN : 75051. « Le Roc T. Gr. V. ». Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

573Dim. (en mm) : long. : 170 ; larg. : 129 ; ép. : 23.

574Réf. bibl. : Henri-Martin 1927a : 116, 117, fig. 6 ; 1927b : 176 ; 1928d : 45-47, pl. 14 ; 1928g : 25, 29, fig. 15 ; Chollot Varagnac 1980 : 436, 437, no 2 ; Duport 1989 : 67, fig. 3.

FIG. 46
Plaquette « du Bison et de l’Ours ». (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

575• Contrairement aux deux plaquettes précédentes, la date de la découverte de ce vestige n’est pas connue. Cependant, celle-ci a vraisemblablement eu lieu au début du mois d’avril 1927, au cours de la reprise des fouilles du talus, qui débuta le 11 octobre 1926 (cf. chap. 2), ainsi que son inventeur le laissait sous-entendre lors d’une communication à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, le 22 avril 1927 : « Récemment, j’ai constaté sur une plaque de grès rougeâtre les traits bien définis et habilement tracés d’un bison. » (Henri-Martin 1927b : 176).

576En dépit de son décor exceptionnel et de sa taille, la position stratigraphique de cette plaquette est inconnue, car elle fut repérée dans les mêmes conditions que la plaquette au « Petit Cheval », à la suite du nettoyage du matériel issu de cette zone du site d’habitat. Tout au plus est-il possible de déduire qu’elle était située sur la hauteur du talus, au voisinage du « foyer A », parmi les innombrables plaquettes calcaires, schisteuses et gréseuses recueillies à cet endroit. Devant ces incertitudes, le Dr Henri-Martin ne mentionna pas cet objet dans le croquis de coupe du talus, ni même les autres pierres gravies. Il est donc difficile d’envisager aujourd’hui son utilisation comme élément de pavage. • Une seule face gravée (recto).

577Protomé de bison.

578Protomé d’ours.

579Tracés indéterminés rectilignes et curvilignes, horizontaux et verticaux.

580• Technique : incisions profondes à section angulaire et angulaire asymétrique.

581De forme plus ou moins losangique, cette plaquette de grès feuilleté d’un rouge sombre violacé est finement et densément grenue et la roche présente une bonne cohésion superficielle. La fracturation délibérée des bords a mutilé, selon toutes probabilités, une grande partie des gravures. Les autres fragments n’ont pas été retrouvés ou été reconnus et sont peut-être, à l’heure actuelle, constitutifs du remplissage du talus sous-jacent à la grotte du Roc. Les bords sont très irréguliers et des éclats affectent les angles latéraux et l’extrémité inférieure, laissant apparaître les feuillets qui composent la roche. Ils présentent des microformes d’érosion différentielle, vraisemblablement causées par des phénomènes édaphiques. De prime abord, la face supérieure gravée semble relativement plane, mais un éclairage rasant permet de constater que sa surface est entièrement bosselée. L’exposition prolongée de la plaquette au contact d’une source de chaleur est peut-être à l’origine de sa couleur violacée qui se retrouve sur certains fragments de grès bruns ayant subi l’action du feu. Une analyse géologique plus précise de la nature du matériau permettra sans aucun doute de confirmer ou infirmer cette hypothèse. En outre, si ces accidents de surface étaient antérieurs aux gravures, ils ne semblent pas en avoir gêné la réalisation.

582D’un point de vue diachronique et dans l’état actuel du support, la première figure exécutée fut celle d’un protomé de bison orienté vers la gauche et inséré dans la partie supérieure de la plaquette (fig. 47). La précision des détails anatomiques et des proportions n’est pas sans évoquer la manière de certains bisons magdaléniens pyrénéens, tels ceux du Salon Noir de Niaux (Breuil 1950 ; Vialou 1986b ; Clottes 1995) ou du Sanctuaire des Trois-Frères (Bégouën, Breuil 1958 ; Vialou 1986b), mais les ambitions figuratives dénotent, au contraire, une conceptualité bien différente. Délibérément cadrée dans la largeur de la pierre, à moins que la fracture du bord latéral supérieur gauche ne l’ait épargnée, cette tête révèle les qualités de dessinateur du graveur, qui a su allier une variété de tracés (courts ou longs, appuyés ou légers, larges ou aigus) dans une optique minimaliste. Son aspect général ne présente pas la massivité qui caractérise Bison bonasus (Paillet 1993 : 99) et cette gracilité peut être expliquée en partie par l’allongement du chanfrein et l’absence de figuration du pelage, à l’exception de la barbe et du poitrail.

FIG. 47
Plaquette « du Bison et de l’Ours » : détail de la tête du bison. (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

583La barbe est triangulaire et pendante du menton à la gorge. Quasi parallèle au chanfrein, elle est délimitée à la base par onze courtes et profondes incisions rectilignes, de section angulaire, espacées de 1 mm environ. Au départ du menton, duquel il est solidaire, cet ornement pileux est délinéé par une double incision rectiligne de section angulaire. De même technique, cinq longues incisions, approximativement parallèles et obliques ascendantes de la droite vers la gauche marquent le départ du poitrail.

584Les conventions graphiques appliquées à ces deux zones pileuses, exprimées avec un minimum de tracés, sont communes aux bisons sculptés Bi. 2 et Bi. 4. La concavité de la nuque n’est pas ici indiquée et, de ce fait, le chignon, l’encolure et le garrot sont réduits à une simple ligne oblique ascendante de la gauche vers la droite qui donne une impression de raideur au volume cervical. L’absence de ce détail morphologique traduit un caractère morphostylistique commun à la majorité des représentations de bisons du Roc de Sers. Il est à noter un changement de direction du tracé à la hauteur de la « nuque », ce qui suggère une rectification du premier dessin de la bosse, jugée sans doute trop haute et convexe par le graveur. Cependant, il n’est pas certain que celle-ci existât à l’origine, car les tracés, de section anguou la volonté de traduire la forme cylindrique de l’organe. « Il s’agit là du segment vertical de la corne, mais qui se trouve porté en avant parce que l’artiste, déployant l’organe, a été entraîné par le mouvement de la courbure. » (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1981 : 103).

585Infléchissant ensuite les deux tracés vers l’arrière, le graveur a réalisé une courbe très pure et en parfaite continuité. Convergents, ténus et rapprochés, ils forment le troisième segment qui constitue la pointe de la corne. « Au-delà de la cheville osseuse, vers la pointe, l’étui corné qui n’est plus guidé affecte très généralement une troisième inflexion que l’on ne perçoit pas en vue faciale, mais qui est remarquable sur la vue de profil. » (Paillet 1993 : 100).

586Acte intentionnel ou hasard de la mise en forme, ce dernier segment épouse harmonieusement le bord circulaire d’une cupule. Par cet artifice, s’il en est un, l’artiste réussit à faire ressortir cet appendice céphalique du plan de la surface en lui donnant un certain volume, accentué par les jeux de la lumière incidente. Les cupules ne semblent donc pas anodines dans le dessin de ce protomé de bison. Elles contribuent à modeler les formes des différentes masses musculaires et ce rapport au support révèle une maîtrise des volumes et de la lumière incidente qui a fait ses preuves à échelle monumentale dans le site et fut « transposé » ici sur un support mobile. Comment ne pas évoquer alors l’intégration dynamique des « bosses » sur le plafond bas de la grotte d’Altamira, qui valorise la puissance des bisons rouges et noirs en jouant sur les mouvements de lumière.

587Afin de satisfaire la perspective, le graveur a introduit une vision de trois quarts de la seconde corne ; la tête étant en profil absolu, cet organe n’était normalement pas perceptible. Placé symétriquement en avant de la première corne, cet appendice est plus ténu et l’ensemble dénote une plus grande difficulté de réalisation, probablement imputable à l’espace restreint entre l’encornure précédente et le bord de la pierre. Le second segment est sensiblement infléchi vers l’avant, mais n’offre pas la courbure régulière observée sur le précédent. Les tracés convergent avant la contre-courbe, « pincent » en quelque sorte la corne et s’achèvent en deux traits rectilignes parallèles. Le graveur a eu recours à un artifice pour ne pas disproportionner ce segment et dessiner la pointe de la corne : il a pris comme point de départ de cette contre-courbe le bord antérieur du second segment, créant ainsi une brisure qui contraste avec la forme pure du troisième segment latéral gauche.

588Piriforme, l’oreille est dressée contre le bord postérieur du premier segment de la corne latérale gauche. De section angulaire, elle fut réalisée ultérieurement à la gravure de l’encornure, car l’extrémité de son bord antérieur se superpose laire asymétrique, s’arrêtent un peu en avant du bord latéral supérieur droit de la plaquette. La ligne fronto-nasale forme deux convexités séparées par une échancrure au plan de l’œil.

589D’un point de vue technologique, sous l’échancrure et jusqu’au menton, le tracé est plus accentué et sa section devient recticurviligne à un bord légèrement abaissé (versant interne).

590Court et busqué, le mufle est interrompu par le tracé de la bosse frontale de l’ours et doté d’un large naseau en forme de « goutte d’eau » dont l’extrémité pointue est dirigée vers le sillon naso-labial. Il convient de remarquer que cette conformation particulière n’est pas l’apanage des naseaux des bisons et chevaux de la frise sculptée, mais celui des yeux de certaines de ces figurations animales, dont le bison-sanglier Bi. 1-Sa. 1, le cheval Ch. 3 et l’oiseau du fragment G.

591Très longues et sinueuses, les cornes ont fait l’objet d’un traitement graphique très poussé qui dénote une parfaite connaissance de l’anatomie de ces animaux. Leur ténuité suggère un travail de gravure soigné, rendu pourtant difficile en raison de la dureté du matériau et de sa surface irrégulière. La corne latérale gauche est composée des trois segments anatomiques déployés dans un même plan (Paillet, 1993 : 100). Elle fut réalisée antérieurement aux lignes fronto-nasale et cervico-dorsale, à moins qu’un espace ait été réservé à cet effet. De la base d’implantation latéro-frontale, le premier segment, de section angulaire et profondément incisé, s’élève à peu près verticalement. Chez Bison bonasus, cette portion de l’encornure correspond au segment horizontal (vu de face) qui se dirige vers l’extérieur, imposé par la direction de la cheville osseuse (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1981 : 103 ; Paillet 1993 : 100). Le deuxième segment qui fait suite est exécuté à l’inverse du précédent. Il est long et courbe, indiquant la flexion imposée par la cheville osseuse dont la direction change. Toujours incisif, le trait est moins profond, mais doublé d’un tracé externe sur les bords, suggérant à chaque fois une reprise au tracé postérieur du segment. Son contour est cerné par un fin tracé angulaire qui confère l’épaisseur de l’hélix. Enfin, derrière l’oreille et sur une ligne approximativement parallèle au volume cervical, quelques incisions sont distribuées sans ratio graphique.

592L’œil est très élaboré sur le plan graphique et complète, sous la base de l’encornure, la trilogie dont nous savons l’importance capitale dans la détermination du genre (Pales, Tassin de Saint-Péteuse 1965 : 236). L’organe est figuré sans pupille, d’une manière très anatomique, avec un angle externe arrondi et un angle interne plus aigu, qui comprend la caroncule lacrymale, séparée du globe oculaire par le repli semi-lunaire (Paillet 1993 : 102, fig. 62). Œil et caroncule, délinéés par une incision moyenne à section angulaire asymétrique, sont cernés par le cul-de-sac oculo-conjonctival, figuré sous la forme d’un ovale de section angulaire fine. L’apophyse orbitaire frontale est suggérée par un fin tracé courbe au départ du bord antérieur de l’encornure. En lumière rasante, une cupule moyenne localisée sous l’œil contribue à modeler la joue musculeuse.

593L’impression générale qui se dégage de l’observation de ce protomé de bison est celle d’une figure stylistiquement et techniquement différente des autres représentations animales sur support mobilier, du fait sans aucun doute que le graveur ait serré au plus près la réalité. Une convention graphique les rapproche pourtant, celle de la minimalisation des détails anatomiques. Les Solutréens du Roc de Sers optent pour des composantes formelles répondant à un traitement particulier du schéma de construction, traduisant une multitude d’informations anatomiques par la seule évocation d’un simple tracé de contour unilinéaire.

594Par nombre de ses aspects, notamment cette précision anatomique, mais aussi ce rapport subtil au support, cette représentation traduit des comportements techniques et symboliques identiques à ceux qui ont conduit à l’élaboration des sculptures pariétales.

595La seconde figure est celle d’un « protomé » d’ours de profil à gauche dont le museau et l’arrière-train ont été emportés respectivement par la cassure du bord latéral inférieur gauche et celle des bords latéraux supérieur et inférieur droits (fig. 48). À l’instar du protomé de bison auquel il se superpose, un simple trait de contour linéaire suffit à traduire la silhouette de ce semi-digitigrade. Aucun détail interne ne vient surcharger cette épure, qui dénote là encore une grande connaissance de la morphologie de ces animaux et des qualités de graveur incontestables. Cependant, si l’image a avant tout la vocation de désigner, elle se charge de symboles mettant en cause les interprétations purement réalistes.

FIG. 48
Plaquette « du Bison et de l’Ours » : détail de la tête de l’ours. (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

596Le train antérieur accuse la massivité caractéristique du corps des grands ursidés. Le cou, infléchi et tendu vers l’avant, est épais et prolongé par une tête au vertex plat, dont ne subsiste qu’une partie du front. Une légère convexité dessine le bord inférieur de la mandibule. Le segment cervical est rectiligne en raison du port de tête et la saillie de l’omoplate est à peine convexe, indiquée par le changement de direction du tracé cervical. De section bi-angulaire, ce tracé est strié : « Le trait est le résultat d’un seul passage, mais réalisé par un outil traçant plusieurs stries parallèles » (Feruglio 1993 : 270) et sa morphologie semble être imputable à l’émoussage du dièdre de l’outil de silex.

597Le tracé du segment cervical fut intentionnellement interrompu à la hauteur du vertex afin de ménager un espace pour la figuration des oreilles de l’animal. Le procédé technique destiné à satisfaire la perspective des encornures du Bison fut employé ici par le graveur qui introduisit une vision de trois quarts de la seconde oreille. Érigées sur le vertex, mais ne le dépassant qu’à moitié, elles sont petites, ovales et leur section est angulaire asymétrique. L’oreille gauche est formée d’un ovale ouvert à la base d’implantation. De l’oreille droite, soigneusement dissimulée derrière son homologue, n’apparaît que la bordure supérieure.

598Délinéé par un simple tracé rectiligne, l’abdomen est cylindrique et la massivité qui se dégage de cette portion du corps est accusée au train antérieur par le membre en colonne dont ne subsiste que l’avant-bras. Le pli du coude, habituellement dissimulé sous la fourrure doublée de jarres abondantes est suggéré ici par une convexité accusée qui traduit l’assiette solide d’un animal campé, mais non figé. L’absence de remplissage interne produit un effet de transparence sans doute motivé par la volonté de conserver l’intégrité de ces animaux superposés. Seuls les jeux de lumière incidente permettent de modifier cet agencement et de souligner l’une ou l’autre silhouette. Le rapport de ces gravures au support prend alors ici tout son sens, bien qu’il ne soit pas immédiatement perceptible et exige une longue observation.

599L’Ours n’apparaît pas dans le bestiaire pariétal du Roc de Sers et cette association symbolique particulière suggère une évolution conceptuelle, sans qu’il y ait pour autant de rupture culturelle. Le fonds thématique solutréen ne fournit pas d’éléments de convergences et ce constat renforce l’idée d’une profonde originalité de l’art solutréen du site d’habitat de la vallée du Roc.

600À l’exemple des deux plaquettes précédentes, les figurations sont surchargées de fins tracés multidirectionnels, la plupart étant essentiellement perceptibles en lumière rasante, sans qu’il soit possible de déceler une organisation particulière en rapport avec ces dernières. La fracturation de la plaquette est intervenue postérieurement à leur réalisation car certains tracés sont interrompus. Ces témoins dont le but nous échappe ne doivent sans doute pas être assimilés à des marques cursives et désordonnées, mais plutôt être intégrés à la structuration symbolique qui associe les figurations animales au support. Des pratiques magico-religieuses (Glottes 1989 : 170) sont vraisemblablement responsables de cet assemblage particulier, de ce « parasitisme graphique » dont la reconnaissance est assurément liée à l’évolution du regard porté sur l’art pariétal, ainsi que M. Lorblanchet le soulignait dans une rétrospective sur la transformation progressive de l’interprétation de ces « tracés indéterminés » par les préhistoriens de l’art (Lorblanchet 1992 : 14-126). Produits d’une conceptualisation, ces éléments traduisent une distance prise par rapport au référent, car comme le rappelle M. Lorblanchet : « Chevaux, bisons, bouquetins et autres créatures, humains et signes ne sont que les mailles visibles d’un tissu graphique continu dont il convient de respecter l’unité. Entre des pôles proéminents constitués par les motifs les plus caractérisés existent de nombreux termes de passage et d’innombrables tracés inorganisés permettent au créateur de forme de circuler librement tout au long de cette trame » (Lorblanchet 1989 : 7).

no 4 La plaquette au « Bison »
fig. 49

601• No inv. MAN : 75 048. Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

602Dim. (en mm) : long. : 90 ; larg. : 67 ; ép. : 18.

603Réf. bibl. : Henri-Martin 1926 : 319 ; 1927a : 115, 116, fig. 3 ; 1928d : 43, pl. 12, fig. 4 ; 1928g : 24, 29, fig. 14 ; Chollot-Varagnac 1980 : 436, 437, no 3.

604• Cette petite plaquette calcaire fut repérée dans les mêmes conditions que les plaquettes au « Petit Cheval » et « du Bison et de l’Ours », après nettoyage du matériel issu de la tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. À la différence de ces deux vestiges, elle faisait partie du lot de témoins archéologiques recueillis en octobre 1925, comme l’indiquait le Dr Henri-Martin dans les notes manuscrites de la monographie du site (Arch. H.-M. carnet).

605• Une seule face gravée (recto).

606Bison.

607• Technique : incisions profondes à section angulaire asymétrique.

FIG. 49
Plaquette au « Bison ». (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

608Contrairement aux précédentes, cette plaquette de forme ovale à bords irréguliers n’a pas subi de mutilation et son décor est intact. Tout au plus, deux larges cônes de percussion, visibles sur le bord latéral gauche (face supérieure), ont produit des enlèvements de matière en rapport avec une mise en forme de la pierre. La configuration naturelle des autres bords semble avoir été conservée volontairement puisqu’aucun éclat n’affecte leur tranchant, à l’exception de quelques microformes d’érosion différentielle, vraisemblablement causées par des phénomènes édaphiques. L’intégration visuelle des formes de ce fragment calcaire, qui évoquèrent au graveur la silhouette spécifique du Bison, semble avoir précédé la réalisation matérielle de la gravure d’un bison. Cependant, cette image mentale ne nous est accessible, et le message en partie décodé, qu’en raison de l’existence de cette représentation caractéristique.

609Un cadrage maximal a été recherché afin de suivre, au mieux, les contours suggestifs de la pierre. Le graveur a donc inscrit son animal en faisant coïncider les parties anatomiques aux différents volumes offerts par le calcaire. Cette intégration de la gravure au support n’a pas été observée par le Dr Henri-Martin, qui ne vit qu’une œuvre incomplète dont plusieurs régions ont été négligées (Henri-Martin 1927a : 115 ; 1928d : 43 ; 1928g : 24, fig. 14).

610La convention graphique favorisant les contours unilinéaires propre aux figurations du site est ici respectée et montre sobrement les caractéristiques essentielles du Bison. Ainsi qu’il fut observé pour la figure de cheval de la plaquette au « Petit Cheval », les traits de gravure de section angulaire asymétrique et profonds ne présentent pas de reprise et suggèrent une certaine force exercée par la main du graveur, la pression ayant assuré la fermeté du tracé, une parfaite maîtrise de l’outil et la préservation de sa partie active. Ce travail de gravure a sans doute été facilité par la nature très tendre de ce calcaire. Dans le cas d’un calcaire plus dur, il eût été difficile d’obtenir de tels tracés en raison de l’irrégularité de la surface de la pierre.

611De profil droit, le bison repose naturellement sur le bord inférieur de la plaquette. Nettement dissociés et bien campés vers l’avant, les antérieurs sont quasi complets, mais dépourvus d’animation articulaire. L’extrémité du membre antérieur droit n’a pas été figurée, son tracé ayant été interrompu par le bord de la pierre. En revanche, l’avant-bras est caractérisé par la convergence des tracés à la hauteur du genou et l’indication de la pointe de l’épaule.

612Le membre antérieur gauche est placé en avant de son homologue droit et confère à l’animal une animation que l’on peut qualifier de segmentaire (Leroi-Gourhan 1979 : 76 ; 1992 : 270, 271). Il est en extension avant et le sabot, traduit par un minimum de tracés, est ouvert à son extrémité. Un décrochement triangulaire marque la présence de l’ergot tandis qu’une incision rectiligne sépare les deux doigts. Les postérieurs n’ont pas été délinéés, mais les deux cônes de percussion décrits ci-dessus délimitent une portion de matière, de la forme d’un triangle inversé, suggérant le volume de la jambe et la naissance du pied. À partir du « grasset », la ligne ventrale a été tracée avec beaucoup de souplesse et interrompue en son milieu par la figuration du fourreau, constitué d’un tracé courbe descendant un peu bas ; cette disproportion est sans doute attribuable à un dérapage de l’outil sur la matière ; à cet endroit, une petite cupule semble compléter le tracé.

613Les rapports entre les proportions de l’avant et de l’arrière-main ont été parfaitement respectés et on ne note pas de véritable dysharmonie antéro-postérieure. Seuls les contours du museau permettent de délimiter la région inférieure de la tête car les trois organes solidaires de l’extrémité céphalique du Bison n’ont pas été matérialisés. À l’instar du protomé de bison précédent, la ligne « fronto-nasale » forme deux convexités séparées par une échancrure au plan de « l’œil », la convexité frontale et le chignon étant suggérés par un défaut de la roche. Cette sinuosité et cette convexité générale sont pareilles à celles de l’animal vivant, correspondant aux différents reliefs de l’arête nasale et du cimier qui la recouvre. La concavité de la nuque n’est pas marquée et ce caractère techno-stylistique est commun à la majorité des bisons du site. Court et busqué, le mufle est solidaire d’une barbe triangulaire et pendante du « menton » à la « gorge ». Rapidement interrompu, le poitrail fait une légère saillie entre la base de l’encolure et le membre antérieur. Dans cette zone, une concavité de la roche donne un certain volume à l’épaule.

614Proéminent et sinueux, le garrot épouse la forme du bord supérieur de la plaquette et sa longueur correspond à la moitié de la longueur de l’animal. Le décrochement du rachis dorso-lombaire est progressif et cette zone est traduite par une diminution de la pression de la main du graveur. Un long tracé rectiligne qui se poursuit anormalement au-delà de la croupe dessine un rein plat. Le graveur a rectifié cette erreur en superposant un nouveau tracé au départ du bord supérieur de la pierre, destiné à fermer le corps de l’animal et à modeler l’arrière-main. La qualité esthétique de l’œuvre et le rendu anatomique n’ont pas souffert pour autant de ce remaniement structurel. La fesse est légèrement arrondie, avec amorce d’une longue queue pendante implantée basse. Cette dernière est interrompue à la hauteur d’un des cônes de percussion, puis reprise et achevée par une incision parallèle au « membre postérieur ».

615Les variations de la lumière incidente sur la surface irrégulière de ce fragment de calcaire tendent à mettre en valeur les reliefs des différentes masses musculaires du corps de ce bison et, plus particulièrement, la saillie de l’épaule, soutenue chez l’animal vivant par des triceps brachiaux et un deltoïde puissants (Paillet 1993 : 103) ; l’hypertrophie musculaire du garrot, exprimée d’abord par le muscle brachiocéphalique et ensuite par les trapèzes cervicaux et thoraciques largement étendus en éventail au-dessus du deltoïde, depuis l’échancrure cervicale jusqu’aux lombes (ibid. : 103) ; la joue, étendue et musculeuse et le front bombé (fig. 50).

FIG. 50
Plaquette au « Bison » : variations de la lumière incidente.

no 5 La plaquette au capriné
fig. 51

616• Inédite.

617No inv. MAN : s.n. « Le Roc ».

618Dim. (en mm) : long. : 135 ; larg. : 80 ; ép. : 15.

619• Cette plaquette de schiste brun verdâtre a été repérée en 1996 dans une caisse contenant une partie des nombreuses plaquettes calcaires, gréseuses et schisteuses recueillies dans le site d’habitat (cf. § 3.3.1). Aucune indication ne précise sa provenance exacte, à l’exception de la mention « Le Roc », inscrite au crayon à papier sur sa face inférieure, ce qui confirme son appartenance au site.

620• Une seule face gravée (recto).

621Capriné incomplet.

622Quinze courtes incisions rectilignes indéterminées.

623Cinq longues incisions rectilignes indéterminées.

624• Technique : incisions fines à section angulaire.

FIG. 51
Plaquette inédite au capriné (provenance inconnue).

625De forme plus ou moins rectangulaire, ce vestige présente une surface finement et densément grenue, avec une assez bonne cohésion superficielle. Approximativement rectilignes et abrupts, les bords présentent des microformes d’érosion différentielle imputables à des phénomènes édaphiques. Le clivage du bord inférieur est postérieur aux gravures qu’il affecte, tandis qu’il y a lieu de tenir pour ancien le clivage des autres bords. La face supérieure gravée est plane, mais présente quelques écaillures qui n’ont pas causé la variation de l’épaisseur de la plaquette. Des granulations calcitiques sont visibles sur l’ensemble de la surface.

626Les gravures sont localisées dans la moitié gauche de la plaquette et leur extrême finesse ne permet une lecture de cet ensemble qu’en lumière rasante. De section angulaire, elles composent une tête de capriné orientée à gauche. En extension vers le haut, elle est portée par un cou cylindrique interrompu par la fracture du bord inférieur de la pierre. Sa limite postérieure est rendue par une courte incision rectiligne qui s’achève près du bord fracturé. Le tracé de son contour antérieur est accentué, ce qui rend sa lecture plus aisée ; le cou est solidaire d’une ganache très courte suivie d’un menton puissant et busqué. En revanche, le museau manque à cette figuration et les nombreuses écaillures localisées dans cette zone sont peut-être imputables à cette brutale interruption des tracés, alors que le cadrage de la tête sur la plaquette permettait aisément d’achever son contour.

627L’occiput et la nuque sont délinéés, mais plusieurs tracés ont semble-t-il été nécessaires à leur positionnement anatomique. Une oreille angulaire moyenne, ouverte à la base et oblique vers l’arrière est superposée à cette « ligne cervicale ». Elle est précédée d’un œil ovale non pupillé, dont le dessin de l’angle temporal (ou commissure externe) fut gêné par une écaillure de la roche. La ligne fronto-nasale a été volontairement interrompue au départ du chanfrein. Le front est sensiblement bombé et le tracé de l’amorce du chanfrein est horizontal, alors qu’il est fortement concave chez l’animal vivant. L’étroitesse de l’espace entre le frontal et le bord supérieur de la plaquette a contraint le graveur à adopter un artifice pour figurer l’encornure, implantée très haut. Le tracé de cette partie anatomique présente de nombreuses reprises et manque de cohésion, ce qui dénote une certaine difficulté technique pour circonscrire la courbure de l’étui corné, caractéristique du genre Capra.

628Seul le bord postérieur de cet élément est gravé dans son « entier », tandis que le bord antérieur rectiligne s’achève sur la bordure supérieure de la pierre. Quatre segments composent cette encornure. D’une longueur moyenne, le segment basal est rectiligne et fortement incliné vers l’arrière en raison de la position de la tête. Après une légère courbure et sans interruption du tracé, le segment moyen suit le bord supérieur de la plaquette, tandis que le troisième segment, incliné vers le « rachis cervical », spécifie la courbure de l’encornure. Le quatrième segment, qui correspond à la terminaison de l’étui corné, appelé pointe ou apex (Couturier 1962 : 348), est délinéé par un tracé plus large et plus profond, séparé du troisième segment par une écaillure de la roche. L’artiste a ainsi exprimé une encornure à « forte courbure et de faible rayon » (Pales 1976-1977 : 95, pl. X, c ; Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1981 : 128), qui peut vraisemblablement revenir à l’Ibex alpin (Pales 1976-1977 : 103).

629En raison de ce contour très sommaire dépourvu des incisures soulignant les nodosités de l’étui corné et de cette relative gracilité, il est tentant d’attribuer cette tête à celle d’une femelle, avec toute la prudence qui s’impose.

630Afin de satisfaire la perspective, le graveur semble avoir introduit une vision de trois quarts de la seconde corne ; la tête étant en profil absolu, cet organe n’était normalement pas perceptible. Placé symétriquement en avant de la première corne, cet appendice est composé de deux tracés imprécis. À l’instar du bord antérieur de l’encornure latérale gauche, le segment basal est rectiligne et espacé de quelques millimètres de son attache crânienne. L’artiste cédant aux contraintes du support, le second segment suit le bord supérieur de la pierre, puis s’incurve légèrement vers l’arrière, à la hauteur de la courbure de l’encornure précédente qu’il recoupe.

631Bien que son apparence soit simple et dépouillée, voire quelque peu maladroite, cette figure de bouquetin est parfaitement élaborée à partir des éléments anatomiques les plus remarquables de la tête. Enfin, deux modestes ensembles composés de fines incisions approximativement parallèles interfèrent avec cette figuration. Un premier ensemble, constitué de quinze courtes incisions plus ou moins rectilignes, est gravé sur le cou de l’animal ; à la hauteur du menton, on dénombre cinq longues incisions rectilignes, sans qu’il soit possible de les attribuer à cette représentation partielle, ni à un quelconque pelage, bien qu’il existe pourtant une organisation certaine de ces tracés.

632D’un point de vue techno-stylistique, la convention graphique qui privilégie ici les contours unilinéaires et le pouvoir esthétique des vides graphiques est commune aux représentations animales sur support mobilier du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Le thème Bouquetin témoigne de l’homogénéité thématique existant entre bestiaire pariétal et bestiaire mobilier.

no 6 Le Poupon
fig. 52

633• No inv. MAN : 75 054. Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

634Dim. (en mm) : long. : 35 ; larg. : 24 ; ép. : 21.

635Réf. bibl. : Henri-Martin 1926 : 319 ; 1927a : 115, fig. 1, 1 bis ; 1928d : 29, fig. 17 ; 1928g : 40, 41, pl. 12, fig. 3.

636• Cette ronde-bosse miniature fut découverte, quelques mois après la reprise des fouilles, à gauche de la tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge, le 13 octobre 1925 (Arch. H.-M. carnet : 56). Cet objet semble avoir bénéficié de son caractère original, car son emplacement dans le talus fut noté approximativement par le Dr Henri-Martin sur un croquis de coupe stratigraphique. Malheureusement, cette information exceptionnelle ne permet pas d’avoir une idée de l’environnement archéologique exact de l’objet trouvé à la base de la couche 2 dans la partie déclive, à proximité du puits de canalisation des eaux de la source. Tout au plus, est-il possible de déduire qu’il se trouvait dans une zone riche en industrie lithique (cf. § 3.3.3), où furent retrouvées entre autres : « 1 pointe à cran incomplète et de belles pointes simples » (Arch. H.-M. carnet : 56), à une hauteur de quelques centimètres au-dessus du niveau 1 b.

637• Ronde-bosse.

638Insecte.

639• Technique : sillons péricylindriques à section angulaire asymétrique.

FIG. 52
Le « Poupon ». (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

640Il s’agit d’un petit fragment de calcaire dur de la grosseur d’une noix. Sa teinte rouge brique clair est due à une action ignée intervenue postérieurement à la réalisation des gravures. Ce constat est renforcé par la présence d’infimes traces charbonneuses visibles sur la face supérieure. À l’extrémité la plus large, des traces de coups modernes ont contribué à l’enlèvement de petits éclats et d’un fragment plus important qui fut recollé. De façon générale, les faces sont piano-concaves et uniformément grêlées par corrosion, ce qui donne une certaine irrégularité à la surface.

641Cinq profonds sillons péricylindriques sont gravés transversalement sur l’ensemble de la surface de ce petit fragment. De section angulaire asymétrique, ils sont espacés par des intervalles d’environ 5 mm. Les tracés ont quelquefois été interrompus en raison d’une irrégularité de la roche, mais également –en observant le tracé du quatrième sillon de la face inférieure–, à cause d’une déviation involontaire du trait de gravure qui n’aurait pas pu rejoindre correctement l’autre partie du sillon. Il est à noter de nombreuses reprises des traits de gravure que l’on peut attribuer à la difficulté de graver sur une surface aussi petite et irrégulière.

642La profondeur des sillons contribue à mettre en valeur le relief des zones cerclées, de même que l’extrémité inférieure, de forme ellipsoïde et d’un diamètre inférieur à celui du corps de la pièce : « sa mensuration atteint 14 mm dans le grand axe et le diamètre maximum de l’objet ne dépasse pas 23 mm » (Henri-Martin 1928d : 41). L’observation à la loupe binoculaire des traits de gravure que le Dr Henri-Martin attribuait à un visage humain circonscrit dans cette forme spécifique (Henri-Martin 1927a : 115 ; 1928d : 41 ; 1928g : 29) fit entrevoir que les yeux, exprimés par deux petits trous presque symétriques, le sourcil droit délinéé par un tracé rectiligne et la bouche, indiquée par un trait courbe orienté vers les incisions précédentes, ne correspondent en réalité qu’à des aspérités de la roche, anciennes et modernes, et ne sont aucunement des tracés issus d’un traitement intentionnel. En dépit de cette absence de détails anatomiques, il est possible de rapprocher cette forme particulière, qui ne trouve pas d’équivalent dans le fonds graphique solutréen, d’une sculpture en charbon de 38 mm de long, découverte dans le gisement de Kleine Scheuer im Rosenstein et dont le décor se compose, à l’identique, de tracés péricylindriques transversaux et longitudinaux. À un bout se trouvent deux yeux en forme de petites cupules (Bosinski 1982 : 36, pl. 36, no 4, in Bahn, Butlin 1990 : 247, fig. 1, nos 4a, 4b). Dans leur travail sur les insectes dans l’art paléolithique, P.G. Bahn et R.K. Butlin précisent que : « Pour H. Maier [...], cette sculpture serait un escargot méditerranéen, mais J.-H. Dingfelder est certain qu’il s’agit d’une larve d’œstre (Œdemagena tarandi) – ces larves vivent sous la peau des rennes et sont une des nourritures préférée des Esquimaux de l’Alaska » (1990 : 247). Les Solutréens de la vallée du Roc auraient-ils matérialisé dans la roche cette larve dont ils étaient eux-mêmes peut-être friands ? Les ressemblances entre les deux sculptures sont frappantes et permettent d’envisager la première hypothèse et laisser courir l’imagination en ce qui concerne l’inclination alimentaire des Solutréens. Un autre objet en pierre, dont la forme naturelle en ovule paraît être une imitation de gastéropode marin, peut-être d’un Sipho ou d’un buccin (Taborin 1979 : 145, fig. 114) provient de la grotte de Lascaux et présente un décor qui peut être rapproché, dans une moindre mesure, de celui du « poupon » : une ligne gravée fait le tour de l’objet, près de la pointe, dans un mouvement de spirale, tandis qu’une autre ligne, légèrement oblique ne fait pas le tour complet, mais rejoint la première par une courbe. Y. Taborin suggère que cette pièce est sans doute un objet de parure dont la suspension n’a pu être obtenue que par une ligature (Taborin 1979 : 144). Il n’est donc pas à exclure que le « poupon » ait pu faire également l’objet d’une suspension du même type.

Synthèse

643L’inventaire des représentations figuratives sur support lithique totalise cinq espèces animales réunissant huit unités graphiques : 3 bisons, 2 chevaux, 1 capriné, 1 ours et 1 insecte de la sous-espèce Œdemagena tarandi (?). Cela dénote une réelle richesse thématique pour une répartition très restreinte, correspondant seulement à six objets. La triade bison-cheval-capriné ne saurait surprendre si l’on se réfère aux données générales de l’inventaire des espèces animales de l’art paléolithique. Cependant, à l’échelle du site, les rapports sont inversés en ce qui concerne les chevaux et les bisons : les chevaux sculptés des fragments de la frise ont une représentativité de 25 %, les bisons atteignent seulement 18 %. L’ours n’apparaît pas dans le bestiaire pariétal et le fonds thématique solutréen ne fournit pas d’éléments de convergence.

644Ces choix thématiques semblent être révélateurs de la diversité des concepts entre les deux productions figuratives, mobilière et pariétale. La présence de nombreux tracés indéterminés, participant de la structuration symbolique de chacune des plaquettes, renforce l’idée d’une profonde originalité de cet art mobilier, d’autant que ces ensembles sont exceptionnels dans la construction thématique pariétale. Cependant, des caractères morphostylistiques communs aux figurations de chevaux et de bisons sur support pariétal et mobilier permettent d’envisager des conventions graphiques cohérentes.

645– Sabots arrondis. Relevé sur le cheval de la plaquette au « Petit Cheval », ce graphisme de l’extrémité distale des membres atteste une convention commune à la représentation des sabots des chevaux sculptés des fragments ABC, C’, D.

646– Crinière limitée au contour du bord supérieur et dénuée de détails internes. Ce caractère morphostylistique confère une impression de puissance à l’encolure du cheval de la plaquette au « Petit Cheval » et des chevaux sculptés des fragments ABC, D, F.

647– Rachis dorso-lombaire de type « hyper-bison ». Ce caractère est commun aux bisons des plaquettes au « Mammouth » et au « Bison », ainsi qu’aux bisons sculptés des fragments P, R, S.

648– Barbe triangulaire et poitrail exprimés par des séries d’incisions rectilignes. Les conventions graphiques de ces deux zones pileuses, rendues avec un minimum de tracés, sont appliquées aux bisons sculptés des fragments ABC et P, au bison de la plaquette au « Bison et à l’Ours » et au bison de la plaquette au « Bison ».

649– Absence d’indication de la concavité de la nuque. Ce détail traduit un caractère morphostylistique commun à la majorité des bisons gravés et sculptés du Roc de Sers.

650Les supports ont fait l’objet d’une recherche particulière attestant la sélection dans l’environnement minéral proche et dans une aire beaucoup plus large, vers la bordure du Massif central, des roches les mieux adaptées à la création des images. C’est ainsi que furent privilégiés le schiste cristallin, le grès feuilleté et le calcaire siliceux. Les surfaces régulières, planes ou concaves, mais également les formes suggestives de certains contours ou de certaines faces, prétextes à l’intégration dynamique du support à l’œuvre, dénotent un choix morphologique qui est partie intégrante du discours symbolique.

651D’épaisseur variable (de 5 à 23 mm) et de dimensions moyennes (les longueurs maximales se situent entre 87 et 170 mm ; les largeurs entre 62 et 129 mm), les plaquettes ont des tailles et des formes très diverses selon leur plus ou moins grand état de fragmentation et suivant la nature de leur clivage. Parfois losangiques, comme la plaquette au « Bison et à l’Ours », elles sont le plus souvent quadrangulaires et la plupart s’inscrivent dans un rectangle dont elles remplissent au moins deux tiers de la surface (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1976 : 14). À l’exception de la ronde-bosse en calcaire, une seule plaquette a subi une action ignée, ce qui a contribué à la modification de la coloration de la roche devenue rouge violacé (plaquette au « Bison et à l’Ours »). Cette exposition prolongée en contact avec une source de chaleur était-t-elle dictée par des motifs symboliques (obtention d’une couleur spécifique de la surface gravée), des motifs utilitaires (objet constitutif d’une sole de foyer) ou des motifs rituels, avec ou sans volonté de destruction ? En l’absence d’un enregistrement de ce vestige, il est impossible de confirmer l’une ou l’autre de ces hypothèses ; toutefois, il convient de ne pas écarter l’idée que ces finalités aient pu être consécutives.

652Aucune plaquette ne conserve les traces d’une application d’un enduit coloré. Le bris supposé volontaire de ces supports, postérieurement à la réalisation des gravures, a entraîné un morcellement plus ou moins important des figures, à l’exception de la plaquette au « Bison » pour laquelle une telle action a, au contraire, préludé à la gravure afin de retoucher par la régularisation des bords la forme suggestive de l’animal. Des phénomènes édaphiques ont, par la suite, accentué cette dégradation. Il n’en demeure pas moins que les graveurs solutréens semblent avoir le plus souvent profité au maximum des surfaces disponibles, sans pour autant les surcharger et ne laisser aucun vide graphique.

653Bien que le nombre des unités graphiques soit trop faible pour en tirer des conclusions, il convient de remarquer que, dans l’état actuel des objets, seuls trois animaux sont entiers : 1 cheval, 1 bison et 1 insecte ; on compte 2 protomés : 1 bison et 1 capriné ; 1 bison est acéphale et l’indétermination concerne deux figures morcelées par la fracturation de leur support : il s’agit d’1 tête d’équidé et d’1 « protomé » d’ours.

654L’étude des tracés montre que la morphologie du support ne semble pas avoir déterminé leur technique : les figurations animales sont le plus souvent rendues par des gravures relativement profondes, à section angulaire et biangulaire, symétrique et asymétrique. Les tracés les plus accentués soulignent fréquemment des détails anatomiques sur lesquels l’artiste a voulu insister (ligne fronto-nasale, ligne cervico-dorsale, œil, etc.). Parfois, la différence de nature des tracés résulte de la nature de la surface, plus ou moins tendre selon les endroits. En revanche, les représentations abstraites non figuratives aux silhouettes animales sont exprimées par des incisions fines, superficielles et parfois même très peu visibles. Ce constat révèle les conventions graphiques propres à ce type de figuration dans l’art mobilier du Roc de Sers. De façon générale, le traitement graphique des animaux dénote une parfaite connaissance de leur anatomie et des qualités de graveur incontestables. Divers artifices ont été employés afin de surmonter la difficulté d’élaboration des figures lorsque les surfaces présentaient une étroitesse originale. Les contours unilinéaires ont été privilégiés pour la traduction de ces formes épurées. Il est à noter toutefois l’emploi des tracés multiples sur la plaquette au « Mammouth ».

655L’étude des caractères morphostylistiques de ces figurations animales sur support mobilier contribue à affirmer l’identité symbolique des groupes solutréens de la vallée du Roc. Elle permet également d’envisager certaines convergences de formes avec l’art mobilier du Parpalló qui semblent révé- 1er l’existence d’une pensée cohérente entre les groupes solutréens des deux sites, sans qu’il soit possible pour autant de conclure à des comportements symboliques communs ou équivalents, et de réunir sous une même bannière ethnique les Solutréens de la province méditerranéenne et ceux de l’est de la Charente.

3.4.4.2 Les thèmes non figuratifs
fig. 53-63

656L’observation systématique, en lumière rasante et à la loupe binoculaire, de l’ensemble des plaquettes et galets recueillis dans le site d’habitat (cf. § 3.3) a permis de repérer dix plaquettes fissiles et un galet inédits, gravés de représentations abstraites. Six plaquettes proviennent du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge (nos 1, 2, 3, 4, 7, 11) ; le galet a été trouvé sur la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté (no 6) ; la provenance de quatre plaquettes est inconnue en raison de l’absence du marquage de ces pièces (nos 5, 8, 9, 10).

657Cette découverte est fondamentale pour la recherche de la caractérisation de l’art solutréen au sein de cette zone géographique, mais aussi dans toute son extension spatiale et temporelle. Ces faits graphiques témoignent d’une autre dimension symbolique. Ainsi que l’a fait apparaître la description des plaquettes à décor figuratif, il existe à côté, juxtaposés ou superposés, des ensembles ou des éléments dont la nature figurative ou symbolique échappe complètement à la compréhension. Ces représentations structurées contribuent à l’analyse des rapports chronoculturels envisageables avec des sites solutréens et sont la source de la définition d’éventuelles parentés ou tendances culturelles.

  • 14 – « L’idée, à vérifier à l’avenir, que l’étude thématique des plaquettes et supports plats non util (...)

658La classification de ces éléments bénéficie du système récemment élaboré par V. Villaverde Bonilla, au Parpalló, à partir des résultats de l’étude techno-stylistique des représentations non figuratives sur plaquettes ou supports plats dans l’ensemble de la séquence : « La idea, a contrastar en el futuro, de que el estudio temático de las plaquetas y soportes pianos no utilitarios debe, cuando menos en una primera fase, individualizarse del resto del arte mueble, nos ha llevado a utilizar un sistema de clasificación creado a partir de los signos observados a lo largo de la secuencia de Parpalló14 » (Villaverde Bonilla 1994a : 219, 220).

Les supports

659Sur les onze objets lithiques gravés, six sont en calcaire tendre (nos 1, 2, 5, 7, 8, 11), de provenance locale, trois sont en calcaire dur (nos 3, 4, 6), témoignant du même lien avec l’environnement minéral proche et deux sont en schiste cristallin (nos 9, 10), résultant d’une mise au point d’un système d’approvisionnement et d’exploitation de cette matière première, localisée notamment sur la bordure nord du Massif central. La couleur ne peut guère être appréciée qu’à la surface des pierres, où elle présente des nuances variées : gris clair, beige, rosé, rougeâtre ou noirâtre résultant d’une action ignée, brun. Dans certains cas, le gris s’éclaircit en un ton quelque peu crayeux. La patine naturelle et ancienne du support fut entamée par la pointe à graver et les tracés, si légers qu’ils fussent, devaient se détacher en clair sur le fond sombre de la pierre, ainsi que le prouvent les stries modernes provoquées par un conditionnement inadapté à ce type de vestige archéologique. Aucun support ne conserve les traces d’une application d’un enduit coloré. Quelques zones légèrement concrétionnées sont postérieures aux gravures.

660D’épaisseur variable (moins de 10 mm jusqu’à 43 mm) et de petites dimensions (les longueurs maximales se situent entre 74 et 140 mm ; les largeurs entre 42 et 100 mm), ces pierres ont des tailles et des formes très diverses selon leur plus ou moins grand état de fragmentation et suivant la nature de leur clivage. Parfois triangulaires, le plus souvent quadrangulaires, la plupart s’inscrivent dans un rectangle dont elles remplissent au moins les deux tiers de la surface (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1976 : 14).

661Les fractures sont invariablement postérieures aux gravures ayant souffert de ces mutilations anthropiques et/ou édaphiques du support. Cependant, pour le fragment de calcaire no 5, un façonnage du support a préludé à la gravure afin d’obtenir, par la régularisation des bords, une forme préconçue, qui n’est pas sans rappeler celle d’une tête animale. Le travail de régularisation périphérique des contours par polissage, à l’exception du bord supérieur fracturé, conforte cette observation. Des microformes d’érosion différentielle, visibles sur la majorité des surfaces aplanies, ont été causées principalement par des phénomènes édaphiques.

662En l’absence d’un enregistrement des vestiges, il est impossible de préciser si ces pièces ont servi d’éléments de pavage à la suite de leur bris (cf. § 3.3.1). En revanche, certains indices montrent que quelques-unes ont été utilisées ou réutilisées à des fins spécifiques.

663– La régularisation et l’alésage dissymétrique d’une petite vacuité naturelle contribuèrent à la mise en forme d’une perforation ovale biconique excentrée, qui semble avoir été aménagée pour la suspension du fragment no 5. Le frottement d’un lien a effacé les stigmates laissés par l’outil et aplani les lèvres abruptes. Cette pendeloque-plaquette est exceptionnelle au Solutréen et renforce l’idée, déjà évoquée pour les objets de parure (cf. § 3.4.3) de l’importance et de la variété des supports dans les préoccupations symboliques des groupes de la vallée du Roc.

664– Les plaquettes calcaires nos 1, 2, 3, 4, 6, 7 gardent des traces d’exposition au feu (plages rubéfiées ou charbonneuses), postérieures aux gravures pour la pièce no 2 et indéterminées pour les autres, celles-ci étant localisées à la périphérie de la zone des gravures ou sur la face opposée. Le contact de ces objets avec une source de chaleur est indéniable, mais cet échantillon fragmentaire ne permet pas de savoir si cette introduction dans le feu ou à son voisinage immédiat était dictée par des motifs utilitaires (constitution de soles de foyers) ou par un rite, avec ou sans volonté de destruction (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1981 : 22).

665– Le galet calcaire no 6 présente, sur les faces supérieure et inférieure et sur l’un de ses bords latéraux, des traces de martelage et coups divers qui ont créé des cupules superficielles et détruit quelques traits de gravure. Cet objet a donc été transformé ultérieurement en outil de type intermédiaire et cette action vulnérante délibérée a sans doute provoqué la destruction ou la modification de la valeur symbolique dont il était investi.

666Dans la majorité des cas, une seule face a été gravée, à l’exception de la plaquette no 5 qui arbore quelques traits de gravure sur le verso et du galet no 6 dont la face inférieure et l’un des bords latéraux sont ornés. Ce choix n’a vraisemblablement pas été guidé par l’état de surface de la seconde face, car rien ne s’opposait à ce qu’elle serve également. De plus, il convient de souligner que ce que nous tenons pour le verso non gravé n’est pas nécessairement le verso originel, mais qu’il peut être une surface d’éclatement (no 2). Dans quelques cas également, la plaquette doit son épaisseur irrégulière à des clivages parcellaires, qui ont laissé derrière eux des marches d’escalier (nos 2, 3, 4, 7, 9).

667Les fréquentes irrégularités des supports vacuolés ou bosselés n’ont pas été un obstacle pour le graveur qui a montré une indifférence certaine devant les difficultés. Ce manque d’homogénéité semble avoir eu véritablement la faveur des Solutréens du Roc de Sers et cette recherche des reliefs, des dépressions ou des particularités de la pierre, que l’on pourrait presque qualifier de systématique, renvoie inévitablement au rôle de la lumière dans l’expression de ces volumes, qui ne sont pas toujours immédiatement perceptibles. Cependant, il est aujourd’hui impossible de saisir la contribution de ces reliefs aux formes abstraites, telle que celle-ci a pu être décodée pour certaines des silhouettes animales décrites ci-dessus.

Les gravures

668Bien que l’art mobilier sur support lithique du Roc de Sers soit véritablement un « art de fragments », il semble toutefois que les graveurs solutréens aient le plus souvent profité au maximum des surfaces disponibles, sans pour autant les surcharger et ne laisser aucun vide graphique, à l’exception de la face supérieure du galet no 6, sur laquelle, sans doute parce que la surface lisse s’y prêtait et que le support pouvait être tenu bien en main, le graveur s’est livré à une débauche de tracés. Ils sont innombrables et forment un lacis inextricable où rarement un trait l’emporte sur l’autre en valeur, de telle sorte que le déchiffrement est une véritable épreuve physique. Dans l’ensemble, la tendance est à l’épuration des formes et cette convention graphique, déjà observée pour les figurations animales, traduit des comportements techniques et symboliques cohérents.

669L’étude des gravures montre que la qualité du support ne semble pas avoir déterminé leur technique : sur calcaire tendre ou dur et sur schiste cristallin, celles-ci sont le plus souvent fines et superficielles à section angulaire et parfois même très peu visibles (nos 3, 4, 9), ou associent des traits en majorité fins et peu profonds avec d’autres plus larges (nos 1, 2, 6, 10, 11), voire avec des raclages (no 5) ; les gravures relativement profondes ou avec des traits larges ne sont pas employées. De façon générale, sur les surfaces accidentées hérissées de reliefs et creusées de dépressions plus ou moins prononcées, les traits essentiels de la gravure sont peu perceptibles sur les reliefs et plus prononcés dans les dépressions, ou arrêtés à ce niveau, puis repris au-delà de l’obstacle (nos 1, 2, 7, 8). En raison de la nature de son support – un calcaire gréseux –, les traits de gravure de la plaquette no 5 ont subi par la suite l’action efficiente des agents physico-chimiques, qui a conduit progressivement à leur atténuation uniforme. Les tracés sont relativement bien conservés sur les autres supports et peu corrodés.

Les représentations non figuratives

670L’inventaire technique et thématique de ces thèmes montre une représentativité notable des constructions linéaires, dont sept sous-types (tabl. VIII) attestent l’homogénéité, la complexité et la diversité de la structuration thématique, de même que les capacités conceptuelles et l’aptitude au codage graphique des Solutréens du Roc de Sers.

TABL. VIII
Art mobilier sur support lithique. Inventaire des représentations non figuratives de type linéaire. Les chiffres précédés d’un astérisque correspondent à des données minimales, les décomptes n’ayant pu être précis en raison de la ténuité des tracés et des diverses superpositions.

671Sous-type 1 : bande de lignes parallèles (banda de lineas paralelas [blp]) composée de deux lignes rapprochées, sensiblement parallèles et d’une certaine longueur, qui ne sont pas le résultat d’une sélection arbitraire dans un ensemble de tracés (Villaverde Bonilla 1994a : 223-226).

672Une bande de lignes parallèles longitudinales, légèrement incurvées et obliques ascendantes de la gauche vers la droite, se superpose à l’extrémité d’une bande de lignes parallèles « normales » (ibid. : 225), gravées transversalement dans le tiers inférieur de la plaquette no 8. Après un vide graphique qui n’est pas lié à la nature accidentée de la roche, cette seconde bande semble se poursuivre sur le bord latéral gauche, mais avec un léger décalage. De cette superposition ne se dégage aucune structure graphique explicite, bien qu’une organisation soit évidente.

673Sur la face supérieure du galet no 6, une bande de lignes parallèles « normales » suit le bord latéral droit sur les deux tiers de la longueur de la pierre. La relation de ce thème avec les autres représentations abstraites est difficile à saisir.

674Sous-type 2 : bandes de lignes parallèles en série (bandas de líneas paralelas en sérié [blps]).

675Ce second groupe est issu du premier par simple duplication ou par multiplication de l’élément graphique fondamental, avec une tendance générale au parallélisme et à la distribution symétrique (Villaverde Bonilla 1994a : 225). Une série de bandes de lignes parallèles transversales, de longueur variable, produit une séquence rythmique qui se développe de la droite vers la gauche, sur plus de la moitié de la surface de la plaquette no 2. La fracturation du bord latéral gauche a interrompu cet ensemble qui devait être plus étendu en regard de l’intensification du nombre de tracés dans cette zone. La nature bosselée de la surface calcaire a contribué à l’irrégularité des traits et à leurs multiples reprises, à moins qu’il ne s’agisse là au contraire, d’un effet recherché par le graveur.

676Deux groupes de bandes parallèles qui se croisent perpendiculairement constituent le motif principal de la plaquette no 1. Cette structure géométrique complète définit une surface plus ou moins quadrangulaire ne semblant pas avoir de valeur autonome en raison de la présence d’un ensemble de tracés dont il ne subsiste que l’extrémité après fracturation du bord inférieur de la pierre.

677Sous-type 3 : faisceau de lignes parallèles (haz de lineas paralelas [hlp]).

678Ce troisième groupe comprend les motifs composés d’une série de tracés plus ou moins serrés, parallèles et rectilignes (Villaverde Bonifia 1994a : 237).

679Plusieurs faisceaux de lignes parallèles sont distribués dans le registre inférieur du galet no 6. De nombreux tracés indéterminés rendent complexe la lecture de ces ensembles d’orientation variée dont l’extrême ténuité exige une lumière incidente changeante. Deux autres faisceaux de lignes parallèles sont gravés sur la face latérale gauche, parmi un ensemble de tracés ne se prêtant pas à la détermination. Aucune formule associative entre ces représentations non figuratives spécifiques et les autres n’a pu être dégagée bien que les motifs soient le support d’une construction symbolique indéniable.

680Sous-type 4 : faisceau de lignes parallèles formant une bande (haz de líneas paralelas formando banda [hlpfb]).

681La différence morphologique avec le groupe précédent est fonction essentiellement de la longueur du motif, supérieure à sa largeur (Villaverde Bonilla 1994a : 239).

682Un large faisceau « isolé », composé de lignes parallèles de longueur variable, divise en diagonale la face supérieure de la plaquette no 3. Les aspérités de la surface ne semblent pas avoir constitué un obstacle à la réalisation de ce motif qui témoigne ainsi de la technicité du graveur.

683Deux faisceaux de lignes entrecroisées, disposés perpendiculairement sur la face supérieure de la plaquette no 4, sont interrompus par la fracturation des bords de l’objet. Cette géométrisation manifeste de l’espace est très proche de celle obtenue à partir de la superposition perpendiculaire de deux groupes de tracés linéaires du sous-type 2 et atteste ainsi des schémas de construction communs, mais dont la valeur symbolique est vraisemblablement différente.

684Un fin et long faisceau de lignes entrecroisées se développe sur les deux tiers de la longueur du galet no 6 et divise ainsi en deux l’espace graphique offert par la face supérieure. Cependant, cette scission n’a peut-être pas eu la valeur qu’on lui assigne, car lors de la mise en place des représentations non figuratives superposées à cet idéogramme, le graveur ne semble pas avoir tenu compte de ce cloisonnement de l’espace.

685Gravé sur la face supérieure de la plaquette no 9, un faisceau de lignes incurvées ne paraît pas avoir la valeur autonome du faisceau « isolé » de la plaquette no 3. En effet, la présence d’une ligne de tirets équidistants et parallèles, dont le tracé souligne la courbure de ce motif, n’est sans doute pas le fait du hasard et témoigne d’une liaison thématique parfaitement structurée, mais inintelligible.

686Sous-type 5 : signe angulaire simple et signes angulaires en série irrégulière (ángulo [an] et [ansi]) (Villaverde Bonilla 1994a : 234).

687Une série irrégulière de quatre motifs angulaires, à branches de longueurs égales et à écartement variable, orne le bord supérieur gauche de la plaquette no 9. Le premier angle s’ouvre vers le bord, tandis que les trois autres sont inversés. Cette construction élaborée, qui semble faire suite au faisceau incurvé et à la ligne de traits courts, devait sans doute se poursuivre au-delà de cet espace graphique fragmentaire.

688Trois angulaires simples paraissent compléter la « tête d’animal » de la plaquette no 5 sans qu’il soit possible de leur attribuer un caractère morphologique précis. Localisés sur le « chanfrein », la pointe du premier angulaire est orientée vers le bord de la pierre, tandis que les deux autres éléments sont inversés, le troisième étant ouvert à son extrémité.

689Les plaquettes nos8, 10, 11 possèdent chacune un angulaire dont l’intégration graphique et symbolique à l’ensemble des tracés indéterminés, composant l’essentiel des représentations abstraites, est difficilement interprétable.

690Sous-type 6 : zigzag ondulé (zigzag ondulado o de trazos curvos [zo]) (Villaverde Bonilla 1994a : 233).

691Ce type de représentation abstraite n’est figuré qu’une seule fois au Roc de Sers, sur la plaquette no 4. En marge du motif en faisceau transversal, sa liaison thématique avec le celui-ci est manifeste, mais son intégration symbolique est insaisissable.

692Sous-type 7 : bande de tracés courts parallèles (banda de trazos cortos paralelos [btcp]) (Villaverde Bonifia 1994a : 226, 227).

693Une bande de tracés courts, parallèles et équidistants, épouse la courbure d’un faisceau de lignes incurvé sur la plaquette no 9. Cette structuration graphique complexe invite à reconnaître une symbolisation purement abstraite, cette hypothèse étant sans doute plus raisonnable que celle qui consistait, en regard de la disposition très claire des différents thèmes, à rechercher dans cette composition un « ratio » figuratif.

694Sous-type 8 : bande raclée (banda raspada [br]) dont les tracés sont entremêlés de façon inextricable. Cette principale caractéristique permet de distinguer ce motif des faisceaux de lignes parallèles et entrecroisées (Villaverde Bonilla 1994a : 249).

695Une longue bande raclée à extrémité bifide se développe le long du relief supérieur gauche de la plaquette no 5. Cette structure élaborée renforce la complexité de la construction symbolique de cet ensemble particulier.

Les tracés indéterminés

696Ces tracés ou ensembles non structurés, dont il est raisonnable d’imaginer qu’ils sont vraisemblablement complémentaires de la signification générale de chaque construction thématique, se superposent, s’intercalent ou se juxtaposent aux constructions linéaires de neuf des onze fragments lithiques gravés. Aucun tracé indéterminé ne figure sur la plaquette no 4, tandis que sur la plaquette no 7 ces ensembles ne sont associés à aucun idéogramme.

697Deux longs tracés linéaires convergents « circonscrivent » l’espace graphique des plaquettes nos 10 et 11. Cette « délimitation » est manifeste sur la plaquette no 11, où les tracés sont parallèles aux bords supérieur et inférieur de la pierre. Elle l’est un peu moins sur l’autre plaquette, où seul le tracé supérieur est parallèle au bord supérieur de l’objet. En regard de leur cadrage et de leur identité technique, il n’est sans doute pas exclu qu’ils aient pu être en relation avec une figuration plus grande, ou être constitutifs d’une telle figuration disparue lors de la fracturation de la roche. Cette hypothèse expliquerait en partie le fait que la liaison thématique de ces formes avec l’angulaire simple, qui semble pourtant indéniablement faire partie intégrante, dans les deux cas, de la construction symbolique, n’ait pu être définie. À ces témoins, il convient d’ajouter quelques tracés d’orientation généralement opposée, dont la nature « aléatoire » est déroutante.

698L’indétermination de l’ensemble des tracés du galet no 6, à l’exception des constructions des sous-types 3 et 4 est totale. Néanmoins, l’idée d’un hasard dans l’association de ces multiples incisions rectilignes dispersées sur la surface de ce fragment de calcaire est à rejeter, car elle ne rend pas compte des faits. Ici la liaison thématique est patente, bien qu’insaisissable.

699Aucune tendance figurative ni aucune construction ne se dégagent des tracés fins et légers groupés sur la face supérieure de la plaquette no 7. Cependant, il ne s’agit pas ici d’un lacis quasi inextricable, comparable à celui qui fut gravé sur le galet no 6. Les formes linéaires, dont l’obliquité est variable, sont presque systématiquement gravées « longitudinalement » avec quelques superpositions de tracés d’orientation opposée. Cette organisation tend à créer une séquence rythmique qui rappelle celle observée sur la plaquette no 2.

700Sur les plaquettes nos 2, 3, 5, 8, quelques incisions linéaires éparses marquent le fond graphique au voisinage des représentations à structure construite et parfois même en superposition avec elles.

Synthèse

701L’inventaire des représentations abstraites sur support lithique totalise quarante-deux unités graphiques et témoigne ainsi d’une thématique plus développée que celle des figurations animales. Ce chiffre est minimal compte tenu de la difficulté de dénombrement des éléments constitutifs de la composition graphique du galet no 6 et des constructions complexes des plaquettes nos 1 et 2. Néanmoins, il met correctement en valeur la pluralité des sous-types linéaires et leur fréquence.

702Le sous-type 2 est le plus abondamment illustré, avec un peu plus de quatorze éléments, que regroupent à eux seuls deux constructions élaborées. Le sous-type 3, pour lequel on compte approximativement huit exemplaires réunis sur le galet no 6 souffre d’une définition graphique quelque peu instable en raison des multiples superpositions et de l’abondance de tracés indéterminés. Le sous-type 5 est représenté par sept exemplaires. Le sous-type 4, qui est une variante purement graphique du sous-type 3, regroupe cinq exemplaires. Les autres sous-types ont une très faible représentativité numérique : les sous-types 6, 7 et 8 sont rares, tandis que le sous-type 1 est une variante graphique du sous-type 2.

703Au cours de l’analyse des représentations abstraites de l’ensemble de la séquence du Parpalló, certaines tendances thématiques ont été définies par V. Villaverde Bonilla dans une double perspective chronologique et culturelle (1994a : 251-308). Ces résultats fournissent des données intéressant l’étude de ces thèmes au Roc de Sers et permettent d’envisager d’éventuelles parentés entre les deux sites, bien que les données numériques soient fondamentalement différentes d’un site à l’autre et que le fonds graphique soit thématiquement plus dense dans la série espagnole.

704Les bandes de lignes parallèles isolées ou en série et les faisceaux de lignes parallèles sont les sous-types les mieux représentés dans la séquence du Parpalló, avec une concentration manifeste dans le Solutréen moyen et supérieur et dans le Magdalénien ancien (ibid. : 253, tabl. 41 ; 270, tabl. 48). À moindre échelle, le même phénomène est constaté au Roc de Sers, bien qu’il s’agisse là des éléments constitutifs de compositions symboliques complexes mettant en valeur la profonde originalité de cet art mobilier. Cette similitude nous paraît renforcer l’appartenance de ces représentations abstraites au fonds graphique du Solutréen supérieur, ce qui confirmerait les résultats acquis par les analyses chronostratigraphiques et celles techno-stylistiques des figurations animales.

705Les motifs angulaires simples et en série irrégulière sont bien attestés sur support lithique et sur support osseux, alors qu’au Parpalló, ces types sont inexistants dans la séquence solutréenne. Quelques exemplaires apparaissent au Magdalénien ancien B et se rencontrent également au Magdalénien supérieur et dans les « Galeries » (ibid. : 264, tabl. 46). Au Solutréen-Gravettien final, ce hiatus peut s’expliquer en partie par la forte représentativité de ces figurations sur les sagaies (ibid. : 264).

706Les zigzags ne sont guère fréquents sur les plaquettes des niveaux solutréens du Parpalló. Toutefois, les formes atypiques, tels les zigzags ondulés dont un seul exemplaire est signalé au Roc de Sers, apparaissent globalement au cours du Solutréen moyen, alors que les formes typiques surviennent seulement à partir du Magdalénien initial (ibid. : 262- 264, tabl. 45).

707Un constat analogue peut être effectué pour les bandes de tracés courts parallèles. Ce type est assez rare au cours des périodes anciennes jusqu’au Solutréen-Gravettien final. À partir de cette période, le nombre d’exemplaires commence à s’accroître pour atteindre son maximum dans le Magdalénien ancien B (ibid. : 253, 254, tabl. 42). Cette tendance pourrait sans doute expliquer en partie le fait qu’un unique exemplaire ait été gravé au Roc de Sers.

708L’analyse paraît ainsi démontrer que le faible effectif de ces deux sous-types reflète une tendance commune aux deux sites. En ce qui concerne le sous-type 8, la représentativité est différente d’un site à l’autre : un seul exemplaire d’une bande raclée figure sur une plaquette du Roc de Sers, tandis que dans le site valencien, ce type est dominant au cours du Solutréen.

709Cette trame symbolique est renforcée par quelques liaisons thématiques.

710– La première est de type binaire et intéresse la plaquette no 4 où sont associés, par juxtaposition, deux faisceaux de lignes entrecroisées (sous-type 4) et un zigzag ondulé (sous-type 6) vraisemblablement constitutif de cette composition : sous-type 4 + sous-type 6.

711– La seconde liaison est également de type binaire et regroupe par juxtaposition sur la plaquette no 8 : deux bandes de lignes parallèles perpendiculaires (sous-type 1) et un angulaire simple (sous-type 5) : sous-type 1 + sous-type 5.

712– La troisième est de type ternaire et concerne le galet no 6 sur lequel sont superposés une bande de lignes parallèles (sous-type 1), un faisceau de lignes entrecroisées (sous-type 4) et plusieurs faisceaux de lignes parallèles (sous-type 3) : sous-type 1 + sous-type 3 + sous-type 4.

713– La quatrième est également de type ternaire et réunit sur la plaquette no 9 par juxtaposition : un faisceau de lignes incurvées (sous-type 4), une série irrégulière de quatre angulaires simples (sous-type 5) et une bande de tracés courts parallèles (sous-type 7) : sous-type 4 + sous-type 5 + sous-type 7.

714Au total, six des huit sous-types participent à des liaisons thématiques par juxtaposition ou superposition. Le sous-type 4 est associé à trois combinaisons. Les liaisons thématiques observées sur les plaquettes du Parpalló témoignent également de l’ingérence des faisceaux de lignes parallèles dans le discours symbolique (ibid. : 321, graph. 61), mais ce constat est sans doute à nuancer, car il s’agit du type de représentation le plus fréquent.

715Au terme de cette analyse, il semble que ces liaisons thématiques ne constituent qu’une partie des données de la construction symbolique. En raison de la fracturation des supports, il est probablement juste de penser qu’elles étaient sans doute plus complexes.

716Cet ensemble important de représentations non figuratives autorise des rapprochements interprétatifs avec l’art mobilier solutréen du Parpalló et permet d’esquisser les traits d’une parenté graphique-symbolique avec le site espagnol, de façon distendue toutefois en raison de l’absence de certains thèmes au Roc de Sers. Un des aspects les plus intéressants de cette analyse techno-stylistique comparative est sans aucun doute le support sur lequel sont associés ou non ces différents tracés ; pour la première fois, il est possible de mettre en valeur des éléments constitutifs de messages construits et codés sur des supports mobiliers attribués globalement au Solutréen supérieur et d’envisager l’hypothèse de convergences techno-stylistiques et de rapports chronoculturels entre deux sites. À l’avenir, cette abstraction graphique fera sans doute introduire dans le même ensemble symbolique d’autres gisements et participera alors de la caractérisation de l’art solutréen.

Inventaire

717no 1

718FIG. 53

719• Inédit.

720Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

721Dim. (en mm) : long. : 75 ; larg. : 46 ; ép. : 9,5.

722• Fragment de plaquette en calcaire tendre, de forme trapézoïdale. De teinte blanchâtre à grise, la face supérieure – ou recto – possède une surface bosselée, grêlée par corrosion ; il s’agit probablement d’une face d’éclatement. Quelques plages de calcite attestent l’immobilité de l’objet postérieurement à son abandon. La coloration rouge de la face inférieure – ou verso – est due à une action ignée.

723• Une seule face gravée (recto).

724Deux groupes de bandes de lignes parallèles en série juxtaposées perpendiculairement (sous-type 2).

725Tracés indéterminés interrompus par la fracturation du bord inférieur de la pierre.

726• Technique : incisions très fines de section angulaire et angulaire asymétrique ; incisions bi-angulaires et bi-angulaires asymétriques.

FIG. 53
Plaquette gravée no 1. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

727no 2

728FIG. 54

729• Inédit.

730Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

731Dim. (en mm) : long. : 138 ; larg. : 101 ; ép. : 19,5.

732• Fragment de plaquette en calcaire tendre, de teinte blanchâtre à grise, brisée sur le bord latéral gauche et sur le bord inférieur. La coloration rougeâtre de la face inférieure –ou verso– et de l’extrémité supérieure du recto atteste que la pierre, après gravure, a subi l’action du feu. Ce constat est renforcé par la présence de traces charbonneuses réparties sur le recto et superposées par endroits aux gravures. Cette action ignée a contribué au détachement de quelques éclats de matière dans cette zone et sur le bord latéral droit. Epousant les irrégularités de la pierre, des zones de concrétions affectent la face supérieure, mais ne masquent pas pour autant les gravures.

733• Une seule face gravée (recto).

734Bandes parallèles en série interrompues par la fracturation du bord latéral gauche de la pierre (sous-type 2).

735Tracés indéterminés.

736• Technique : incisions très fines de section angulaire et angulaire asymétrique ; incisions bi-angulaires et bi-angulaires asymétriques plus profondes.

FIG. 54
Plaquette gravée no 2. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

737no 3

738FIG. 55

739• Inédit.

740Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

741Dim. (en mm) : long. : 86 ; larg. : 52 ; ép. 18.

742• Fragment de plaquette en calcaire dur, de forme grossièrement rectangulaire et de teinte blanchâtre à grise, brisé sur le bord latéral gauche et sur le bord inférieur, postérieurement à la réalisation des gravures. Les contours conservés sont émoussés. La face supérieure n’est pas parfaitement plane et présente des concavités adoucies. Quelques zones calcitées, superposées par endroits aux tracés, sont localisées sur les bordures de la pierre. La face inférieure – ou verso – est une surface de cassure concave. Des plages de rubéfaction et quelques traces charbonneuses indiquent que ce fragment a subi l’atteinte du feu, tout au moins partiellement.

743• Une seule face gravée (recto).

744Faisceau de lignes parallèles formant une bande (sous-type 4).

745Tracés indéterminés.

746• Technique : incisions très fines de section angulaire et angulaire asymétrique.

FIG. 55
Plaquette gravée no 3. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

747no 4

748FIG. 56

749• Inédit.

750Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

751Dim. (en mm) : long. : 80,5 ; larg. : 62,5 ; ép. : 32.

752• Fragment de plaquette en calcaire dur, de forme grossièrement rectangulaire et de teinte blanchâtre à grise, brisée sur trois côtés, postérieurement à la réalisation des gravures. Seul conservé, le bord supérieur est émoussé et présente une couleur charbonneuse sur les deux faces, ainsi que des traces de rubéfaction témoignant d’une atteinte du feu. La face supérieure est légèrement concave et offre une surface ondulée.

753• Une seule face gravée (recto).

754Faisceaux de lignes entrecroisées formant deux bandes superposées perpendiculairement, interrompues par la fracturation des bords de la pierre (sous-type 4).

755Zigzag ondulé (sous-type 6).

756Tracés modernes.

757• Technique : incisions extrêmement ténues, de section angulaire et angulaire asymétrique, exigeant de multiples variations de la lumière incidente afin d’en effectuer une lecture complète.

FIG. 56
Plaquette gravée no 4. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

758no 5

759FIG. 57

760• Inédit.

761Provenance inconnue.

762Dim. (en mm) : long. : 97,5 ; larg. : 75 ; ép. : 25,5 ; Ø perf. : 13.

763• Fragment de plaquette en calcaire gréseux à grains fins, de couleur brun clair. La surface est légèrement concave et régulière et les bords supérieur et inférieur sont fracturés. La forme naturelle de la face supérieure évoque une tête de grand herbivore de profil à droite, et sans doute afin de mieux circonscrire cette forme, le graveur a-t-il retouché le bord latéral droit, où quelques éclats affectent son tranchant. Sur le bord inférieur, une proéminence obtenue par le détachement d’un éclat de matière semble être la matérialisation d’une barbe projetée en avant. Cette image mentale existe pour elle-même, sans ajouts de détails morphologiques gravés ou peints, à l’exception des angulaires simples, qui ne paraissent pas avoir de caractère morphologique précis. La double épaisseur de ce fragment de calcaire donne du relief à cet ensemble qui se détache du fond par un jeu de perspective. Un travail de polissage périphérique des contours a contribué à leur régularisation, de même qu’un raclage superficiel a accentué le relief du bord latéral gauche du second registre de la face supérieure (pseudo-barbe).

FIG. 57
Plaquette gravée no 5 (provenance inconnue).

764• Deux faces gravées.

765Recto

766Trois angulaires simples (sous-type 5).

767Une bande raclée à extrémité bifide (sous-type 8).

768Tracés indéterminés.

769Perforation.

770Verso

771Tracés indéterminés.

772Perforation.

773• Technique : incisions fines, de section angulaire et angulaire asymétrique ; l’action des agents physico-chimiques a conduit à leur atténuation progressive et uniforme ; raclages superficiels.

774no 6

775FIG. 58

776• Inédit.

777Tranchée intermédiaire. Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.

778Dim. (en mm) : long. : 96 ; larg. : 83 ; ép. : 43.

779• Fragment de galet en calcaire dur, de forme trapézoïdale et de teinte beige rosé à grise, brisé latéralement à la suite d’impacts violents, dont les points sont encore visibles sur le bord inférieur de la pierre. Les différentes surfaces sont régulières, piano-convexes et légèrement ondulées. Sur les faces supérieure et inférieure et sur la face latérale gauche, des traces de martelage et de coups divers ont créé des cupules superficielles et détruit certains tracés. Le galet a donc été transformé ultérieurement en outil de type intermédiaire. Sur le bord latéral gauche et le bord inférieur de la face latérale gauche, de nombreuses traces de percussion confirment l’idée de cette seconde utilisation. La coloration rose du galet résulte vraisemblablement d’une action ignée, postérieure à la réalisation des gravures. Ce constat est renforcé par la présence de traces charbonneuses, réparties sur la face latérale gauche, et superposées par endroits aux gravures. Quelques plages de concrétionnement éparses affectent la face supérieure et masquent certains tracés. Des traces noirâtres suivent le bord de quelques traits et en masquent d’autres sur chacune des faces ; elles correspondent à des restes de coups de crayon modernes ayant permis une meilleure lecture des tracés et de leur relevé. Cependant aucun relevé n’a été retrouvé dans les archives.

780• Trois faces gravées (recto, verso et face latérale gauche).

781Bande de lignes parallèles (sous-type 1), face supérieure.

782Huit faisceaux de lignes parallèles (sous-type 3), face supérieure et face latérale gauche.

783Faisceau de lignes entrecroisées (sous-type 4), face supérieure.

784Tracés indéterminés (recto, verso et face latérale gauche).

785• Technique : incisions fines et très fines de section angulaire et angulaire asymétrique ; incisions bi-angulaires et bi-angulaires asymétriques plus profondes.

FIG. 58
Galet gravé no 6. (Tranchée intermédiaire. Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.)

786no 7

787FIG. 59

788• Inédit.

789Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

790Dim. (en mm) : long. : 74 ; larg. : 64,5 ; ép. : 14.

791• Fragment de plaquette en calcaire tendre, de teinte blanchâtre à grise, brisé sur les bords latéraux gauche et droit. La face supérieure est légèrement concave et possède une surface irrégulière portant quelques plages de concrétion. Des traces charbonneuses et de rubéfaction, localisées sur le verso, prouvent que cette face a subi l’action du feu.

792• Une seule face gravée (recto).

793Tracés indéterminés de type linéaire.

794• Incisions fines de section angulaire et angulaire asymétrique ; incisions bi-angulaires et bi-angulaires asymétriques plus profondes.

FIG. 59
Plaquette gravée no 7. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)

795no8

796FIG. 60

797• Inédit.

798Provenance inconnue.

799Dim. (en mm) : long. : 85 ; larg. : 72 ; ép. : 9.

800• Fragment de plaquette en calcaire tendre, de teinte blanchâtre à grise, brisé sur les bords supérieur et inférieur et sur le bord latéral gauche, postérieurement à la réalisation des gravures. La face supérieure n’est pas parfaitement plane et présente des concavités adoucies, tandis que le bord latéral droit est émoussé.

801• Une seule face gravée (recto).

802Deux bandes de lignes parallèles perpendiculaires (sous-type 1).

803Angulaire simple (sous-type 5).

804Tracés indéterminés.

805• Incisions fines de section angulaire et angulaire asymétrique ; incisions bi-angulaires et bi-angulaires asymétriques plus profondes.

FIG. 60
Plaquette gravée no 8 (provenance inconnue).

806no 9

807FIG. 61

808• Inédit.

809Provenance inconnue.

810Dim. (en mm) : long. : 77 ; larg. : 42 ; ép. : 14.

811• Plaquette de schiste cristallin, peu corrodée, de couleur jaunâtre et de forme losangique, à surface plane et lisse au toucher sur les deux faces. Sur la face supérieure, une cupule naturelle située sur le bord latéral droit crée un relief légèrement différencié. Partielle, la plaquette est fracturée le long du bord latéral gauche et du bord inférieur. Ces fracturations sont postérieures aux gravures qu’elles ont affectées et montrent les minces feuillets constitutifs de la roche.

812• Une seule face gravée (recto).

813Faisceau de lignes incurvées (sous-type 4).

814Série de quatre angulaires (sous-type 5).

815Bande de tracés courts, parallèles et équidistants (sous-type 7).

816Tracés indéterminés.

817• Incisions très fines de section angulaire et angulaire asymétrique, exigeant de multiples variations de la lumière incidente afin d’en effectuer une lecture complète ; incisions bi-angulaires et bi-angulaires asymétriques plus profondes ; raclage.

FIG. 61
Plaquette gravée no 9 (provenance inconnue).

818no 10

819FIG. 62

820• Inédit.

821Provenance inconnue.

822Dim (en mm) : long. : 81 ; larg. : 60,5 ; ép. : 7.

823• Plaquette de schiste cristallin brun, peu corrodée, de forme approximativement triangulaire, à surface plane sur les deux faces. Partielle, elle est brisée sur les trois côtés et les contours présentent un léger émoussé et des traces d’usure. Cette fracturation a affecté la plupart des traits de gravure.

824• Une seule face gravée (recto).

825Angulaire simple (sous-type 5).

826Tracés indéterminés.

827• Incisions très fines de section angulaire et angulaire asymétrique, exigeant de multiples variations de la lumière incidente afin d’en effectuer une lecture complète ; incisions bi-angulaires et bi-angulaires asymétriques plus profondes ; raclage.

FIG. 62
Plaquette gravée no 10 (provenance inconnue).

828no 11

829FIG. 63

830• Inédit.

831Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.

832Dim. (en mm) : long. : 88 ; larg. : 79,5 ; ép. : 25.

833• Fragment de plaquette en calcaire tendre, de forme grossièrement triangulaire et de teinte blanchâtre à grise, brisé sur les trois bords postérieurement à la réalisation des gravures. Un point d’impact déterminant une sorte de bulbe est visible sur le bord latéral gauche et atteste que la fracture fut vraisemblablement intentionnelle. La face supérieure possède une surface très irrégulière et concrétionnée ; la lecture des différents tracés est de ce fait rendue difficile.

834• Une seule face gravée (recto).

835Angulaire simple (sous-type 5).

836Tracés indéterminés.

837• Incisions très fines de section angulaire et angulaire asymétrique ; incisions bi-angulaires et bi-angulaires asymétriques plus profondes.

FIG. 63
Plaquette gravée no 11 (provenance inconnue).

3.4.4.3 Conclusion

838Cinquante unités graphiques composent le fonds iconographique de l’art mobilier du Roc de Sers. Ce chiffre est minimal compte tenu des imprécisions inévitables dues à la complexité de certains ensembles de tracés indéterminés et à la fracturation des supports. Les représentations non figuratives sont les plus nombreuses avec quarante-deux motifs et témoignent ainsi de l’importance de cette thématique dans l’univers des Solutréens de la vallée du Roc, alors que les représentations figuratives sont en nombre restreint avec huit unités.

839La corrélation des résultats acquis pour chaque catégorie iconographique débouche sur une vision synthétique de la thématique sur support mobilier, dans laquelle les données morpho et techno-stylistiques sont présentées comme étant révélatrices de messages construits et codés. L’étude des relations que les thèmes figuratifs et abstraits entretiennent séparément, et conjointement, apporte des données complémentaires à la compréhension de ces ensembles structurés. D’un point de vue techno-stylistique, il ressort que les formes épurées, les contours unilinéaires et l’intégration des vides graphiques au discours symbolique, répondent à des conventions graphiques cohérentes. Bien entendu, ce constat global recouvre des réalités particulières mises en valeur ponctuellement au cours de l’analyse technique et stylistique de chacune des figurations.

840La distribution spatiale de ces vestiges dans le site d’habitat laisse entrevoir l’importance du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge, où furent recueillies 9 plaquettes et 1 ronde-bosse. 1 galet est issu de la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté et 1 plaquette provient de la tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc. 5 objets sont de provenance inconnue.

841Dans l’unité d’habitation du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge, la découverte d’un ensemble important d’objets lithiques gravés laisse présumer la fonction sociale particulière attribuée à tout ou partie de l’habitat. La confrontation des données chronostratigraphiques recueillies au cours de l’étude de ce secteur a conduit à envisager sa non-contemporanéité avec l’unité d’habitation de la plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté et celle du talus sous-jacent à la grotte du Roc (cf. § 3.3.5). Les phénomènes « morphoclimatiques » à l’origine de l’effondrement du surplomb rocheux sont sans doute en partie responsables de cette modification du support des manifestations symboliques, les parois de la falaise calcaire étant devenues impropres à l’exécution de sculptures.

842Cette nouvelle orientation conceptuelle, qui ne répond pas pour autant à une rupture culturelle, est toutefois déjà pressentie au moment de l’abandon et du recouvrement progressif des sculptures encore solidaires de la paroi calcaire à l’aplomb de la grotte du Roc (cf. § 3.3.1 et 3.3.5), mais c’est à la première phase de recul du front rocheux qu’il convient de l’assigner (cf. § 3.3.2). En somme, ces habitats successifs forment chacun une unité symbolique trahissant une pensée sociale cohérente et infiniment complexe.

3.4.5 Restes fauniques

843Le matériel osseux et dentaire du site d’habitat du Roc de Sers constitue plus de la moitié des vestiges de l’ensemble archéologique, mais n’a jamais fait l’objet d’aucune étude paléontologique et archéozoologique approfondie. Cette lacune ne permet donc d’appréhender que partiellement les notions de choix et d’opportunité impliqués dans les stratégies de chasse des Solutréens dans la vallée du Roc.

844Seule la confrontation des inventaires du matériel osseux de la couche 2, établis par Favraud en 1908 (1908 : 409, 410), le Dr Henri-Martin en 1928 (1928d : 33, 34) et G. Henri-Martin en 1951 (Arch. G.H.-M.) permet d’évaluer sommairement la représentativité quantitative des espèces à l’échelle du site d’habitat.

845Le Cheval (Equus caballus cf germanicus/gallicus L.) et le Renne (Rangifer tarandus L.) sont les espèces les plus représentées avec une fréquence équivalente. Elles ont donné lieu aux exploitations techno-économiques les mieux documentées et les plus complexes. Toutes les parties anatomiques ont été introduites dans le site ; leur fréquence confirme qu’une activité de boucherie primaire a eu lieu dans et/ou aux abords de la station. Alors que les matières dures du Renne ont servi de support à toute une gamme d’objets non utilitaires et d’instruments comme des sagaies, des poinçons, des ciseaux, des lissoirs, des aiguilles ou des bâtons percés (cf. § 3.4.2), celles du Cheval ne sont représentées que par une matrice sur os canon ayant fourni des baguettes (non retrouvées ou transformées et donc ostéologiquement non identifiables) par double rainurage parallèle, supports de poinçons, d’aiguilles ou de ciseaux. Cette disproportion est vraisemblablement imputable aux intérêts économiques et fonctionnels qui devaient différer d’une espèce à l’autre.

846Les bovidés sont moins abondants et paraissent se rapporter au Bison (Bison priscus Boj.).

847L’Antilope saïga (Saïga tatarica L.) a fourni, entre autres, 94 ossements dont 33 dents ou fragments de mâchoires, 22 phalanges, 13 astragales (Henri-Martin 1928d : 34). Une côte est ornée de séries d’incisions rectilignes et parallèles et une première phalange porte un décor hémicylindrique de ces mêmes incisions (cf. § 3.4.2).

848Une certaine cohérence existe entre la représentativité quantitative des chevaux et des bisons consommés et celle de ces mêmes espèces figurées sur les parois de l’abri-sous-roche, bien que cette constatation exige d’être vérifiée par l’analyse archéozoologique de cet assemblage faunique, tout en ayant à l’esprit, ainsi que le rappelait M. Lorblanchet, que la représentation du gibier n’est pas forcément « pragmatique », qu’elle peut être symbolique, comme le révèle souvent le comparatisme ethnographique (Lorblanchet 1995 : 52). S’agissant du Renne, il n’existe pas de correspondance entre faune consommée et iconographie pariétale. Seules deux figurations sculptées et peut-être une troisième gravée ont été dénombrées sur trois fragments de la frise, tandis que ce cervidé est absent des supports mobiliers. L’Antilope saïga est totalement absente des constructions graphiques pariétales et mobilières. À l’inverse, le Bouquetin (Capra ibex L.), dont cinq et peut-être six spécimens sont sculptés et gravés sur trois fragments de la frise, ne trouve qu’un faible pendant dans la faune, sous la forme d’un cuboïde et d’un calcanéum (cf. § 3.3.1). L’Ours (Ursus arctos L.) figuré sur la plaquette au « Bison et à l’Ours » est l’unique exemplaire de cette espèce dans le site.

849Certaines espèces ne sont représentées a priori que par des objets transformés, comme le Loup (Canis lupus L.) et le Renard (Vulpes vulpes L.) par des dents perforées. D’autres sont rares, comme le Cerf éplaphe (Cervus elpahus L.) dont plusieurs mâchoires ont été enregistrées, ainsi que des restes d’oiseaux dont l’Aigle. Enfin, le Sanglier (Sus crofa L.) n’est attesté que par une seule dent. Il est à rappeler qu’un fragment d’os long d’oiseau indéterminé est orné d’une série d’incisions rectilignes et parallèles (cf. § 3.4.2). Dans son étude de la faune de l’abri-sous-roche du « Puits de Ronze » à Orgnac (Ardèche), C. Gaillard précise que Capra martini Nov. sp. a pu être identifiée d’après un calcanéum très typique découvert au Roc de Sers par le Dr Henri-Martin (Gaillard 1936 : 559-561). Aucun document ne fait mention de cette pièce, qui n’a pas fait l’objet d’un conditionnement particulier.

850De façon générale, l’assemblage faunique du site d’habitat du Roc de Sers reflète le climat froid vigoureux du Pléniglaciaire du Würm récent (stade 2) correspondant au maximum d’extension du glacier nord européen. La plupart des ossements sont fragmentés et, dans l’ensemble, les phénomènes de fracture postdépositionnelle moderne semblent limités, bien que le conditionnement soit aléatoire. Une grande partie de la fragmentation est donc d’origine anthropique. Les traces d’exploitation intensive de la carcasse par l’homme sont nombreuses (activité de boucherie, fracturation intentionnelle des os longs), ainsi que l’a confirmé l’étude réalisée par le Dr Henri-Martin sur les « traces de décarnisation sur les os d’animaux débités à l’époque Solutréenne dans la vallée du Roc » (Henri-Martin 1924a), et montrent que l’on pratiquait vraisemblablement une boucherie primaire liée à la désarticulation des carcasses. Le Dr Henri-Martin a constaté en effet que sur les os de toutes les régions anatomiques, les marques de découpe correspondent à la section des masses musculaires, des tendons d’insertion et des capsules articulaires. Indépendamment des coupures, les raclages sont nombreux, ainsi que les fracturations destinées au prélèvement de la moelle après décarnisation. Il a également observé que la région tibio-tarsienne du Renne est souvent désarticulée par un procédé différent de celui employé par les Moustériens de La Quina. Les Solutréens cherchaient l’interligne articulaire scaphoïdo-astragalien et quelquefois même le cunéo-scaphoïdal. Le maxillaire inférieur et les côtes montrent des marques de découpe correspondant à une manœuvre d’éviscération. Le frontal du renne, autour de l’apophyse osseuse qui supporte le bois, porte des sillons attribuables à la section de la peau. Des marques de découpe existent également sur la troisième phalange du Cheval, au niveau du bourrelet et de la sole où la corne est plus tendre, et constituent la preuve du prélèvement de la corne (Henri-Martin 1928d : 27, 28).

851Une analyse archéozoologique devrait déterminer : le statut des espèces représentées, acquises ou non par l’homme (origine de l’accumulation des restes fauniques) ; la représentation des espèces chassées (NRD et NMI) ; les modalités du traitement du gibier (représentation différentielle des parties anatomiques du squelette des espèces les mieux représentées) ; la (ou les) saison(s) de chasse. À terme, ces différents aspects de l’analyse zooarchéologique, enrichis des résultats issus d’autres champs disciplinaires comme la technologie osseuse et l’approche fonctionnelle expérimentale autoriseront sans doute l’accès à une perception globale du système d’exploitation des ressources animales dans l’espace intra- et extrasite par les chasseurs-collecteurs du Roc de Sers.

3.5 Datation du site d’habitat et du dispositif pariétal

3.5.1 Datation relative

852La confrontation des données de l’analyse chronostratigraphique du site d’habitat du Roc de Sers (cf. § 3.1, 3.2, 3.3) permet, outre une reconstitution dynamique des relations spatio-temporelles entre les trois unités d’habitation, de définir quatre phases d’occupation solutréenne de la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire et des talus sous-jacents aux grottes du Roc et de la Vierge (cf. 3.3.5, tabl. IV à VI ; Tymula 1998 : 151-155, fig. 7).

853Les différentes phases d’occupation ont pu être individualisées grâce aux informations obtenues par l’analyse de la mise en place des dépôts. C’est ainsi que le recul du front rocheux, caractérisé par l’effondrement progressif du toit de l’abri-sous-roche intermédiaire ou des abris entre les deux grottes, s’est révélé être un marqueur chronologique non négligeable, à défaut de la datation des couches constitutives de l’ensemble du remplissage archéologique. L’étude du matériel archéologique provenant des trois unités d’habitation corrobore cette structuration diachronique du site d’habitat (cf. § 3.4), témoignant ainsi de l’accessibilité de cette partie du versant de la vallée du Roc au cours du Solutréen supérieur et vraisemblablement de la répétition de comportements culturels identiques.

854S’agissant des fragments de la frise sculptée, ceux-ci ont pu être rapportés avec une relative certitude au Solutréen, car l’étude du remplissage stratigraphique a montré qu’à la suite du démantèlement de l’abri ils furent surmontés d’un volume détritique issu de la desquamation de la falaise, au sommet duquel existait une nouvelle occupation solutréenne évoquant une halte de chasse (cf. 3.3.2, tabl. IV à VI ; Tymula 1998 : 151-155, fig. 7). En outre, la position stratigraphique de ces fragments sculptés en contact avec la couche sous-jacente, attribuée au Solutréen supérieur par le matériel qu’elle contient, permet de dater approximativement la première phase d’effondrement du toit de l’abri-sous-roche qui a pu se produire au cours de l’occupation de l’abri par les Solutréens, ou peu de temps après son abandon, scellant ainsi la couche archéologique. L’exécution des sculptures, des gravures et des peintures est donc antérieure à ces bouleversements « morphoclimatiques ». Preuve en est sans doute l’ensevelissement progressif des zones sculptées restées solidaires du substratum rocheux à l’aplomb de la grotte du Roc (cf. § 3.3.1, 3.3.5). L’accumulation du dépôt anthropique dans cette zone atteste la poursuite de l’occupation dans cette partie du site, qui ne subit que modérément le recul du front rocheux (cf. § 3.3.5 ; Tymula 1998 : 154, 163, fig. 7).

855La confrontation de ces résultats avec les deux datations physico-chimiques obtenues sur des ossements brûlés tend à préciser l’attribution chronologique du site d’habitat et du dispositif pariétal ; elle demandera cependant à être vérifiée et étayée par l’analyse des données issues d’autres champs disciplinaires (géomorphologie, stratigraphie, sédimentologie, etc.). Une approche expérimentale permettrait sans doute de confirmer l’existence de relations entre les documents des parois et ceux des sols : la recherche de caractères discriminant l’exploitation fonctionnelle d’objets spécifiques pour le travail de la pierre, comme les « pendeloques-outils » en bioxyde de manganèse et certains grattoirs et burins en silex, pourrait être envisagée.

3.5.2 Datation absolue

3.5.2.1 Date 14C

856Les ossements brûlés, prélevés dans le dépôt anthropique du talus sous-jacent à la grotte du Roc par G. Henri-Martin au cours de la reprise des fouilles de cette partie du site d’habitat en 1951, ont fait l’objet d’une datation au radiocarbone, par le laboratoire des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette, en 1975 (Delibrias, Evin 1980 : 217 ; Delibrias, Guillier 1988 : 68). L’échantillon provenait du grand « foyer » qui recouvrait les sculptures encore solidaires de la paroi rocheuse, sur une longueur de 1,35 m et une épaisseur d’1 m (cf. § chap. 2). Son emplacement exact dans ce dépôt, préservé des derniers travaux de terrassement pratiqués en 1931, ne fut pas précisé.

857La date 14C, obtenue à partir de 900 g de matière osseuse brûlée, a donné 19230 ± 300 BP (Gif-3609) ; elle témoigne ainsi d’une occupation solutréenne postérieure à la réalisation de la frise sculptée ; il s’agit donc d’une date minimum concernant l’attribution chronologique des sculptures. En regard des résultats de l’étude du matériel archéologique de cette zone, et bien qu’il convienne d’envisager avec prudence l’homogénéité de ce dépôt, peut-être constitué de plusieurs niveaux d’occupation n’ayant pas été reconnus à la fouille, il semble que les sculptures, indéniablement plus anciennes que cette occupation, puissent être rapportées, selon toute probabilité, au Solutréen. En l’absence de la datation du niveau situé à la base de la frise, il est aujourd’hui impossible de préciser la phase à laquelle elle se rattachait. Celle-ci fut peut-être contemporaine des gravures pariétales du Solutréen supérieur de la grotte du Placard, réalisées à une date antérieure à 20 000 BP, la datation 14C étant de 19970 ± 250 BP (Gif TAN-9 184) pour un os brûlé trouvé dans un placage conservé bien en place au creux d’une anfractuosité de la paroi ornée, « au-dessus » de plusieurs groupes de traits gravés (Clottes et al. 1991 : 132). Les retailles de sculptures observées sur certains des fragments de la frise évoquent des changements de comportement qui rendent plus complexe encore l’histoire de cet « habitat-sanctuaire ». Elles attestent que le rythme selon lequel les figurations ont été inscrites dans la pierre n’a pas été uniforme, mais ne fournissent aucune indication sur l’intervalle de temps séparant la mise en place des différentes constructions graphiques. L’hypothèse d’un changement de la fonction du site, impliquant l’existence d’un « sanctuaire » périgordien, dépourvu de traces d’occupation et devenu par la suite un habitat solutréen, n’est sans doute pas à rejeter, ainsi que le faisait remarquer M. Lorblanchet à propos de l’attribution archéologique des signes aviformes de la grotte du Placard (Lorblanchet 1995 : 268). Néanmoins, l’étude techno-stylistique des représentations pariétales montre que les concepts véhiculés par les groupes de chasseurs-collecteurs solutréens dans cette région sont, semble-t-il, autres que ceux développés auparavant par les Gravettiens de Dordogne, par exemple, bien que des configurations à la fois spécifiques et convergentes existent entre ces deux productions artistiques (cf. ch. 6 et 7).

3.5.2.2 Date AMS 14C

  • 15 – Au cours de la première campagne de relevé graphique des fragments de la frise (1994), une zone b (...)

858La date AMS 14C (spectrométrie de masse par accélérateur) de l’échantillon, réduit à 2,3 mg après traitement chimique a donné 17090 ± 160 BP (Gif A-97 329). D’emblée, il convient de souligner que l’âge de cette esquille est légèrement sous-estimé en raison d’une contamination en carbone récent qui n’a pu être éliminée totalement par traitement chimique, du fait de la faiblesse de l’échantillon15.

FIG. 64
Fragment F et détail de la zone bréchifiée contenant de petits fragments osseux non brûlés et quelques esquilles osseuses brûlées.

859Cette date permet d’envisager une occupation de la fin du Solutréen sur la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire et confirme ainsi l’existence pressentie de plusieurs occupations de l’abri-sous-roche –ou des abris entre les deux grottes–, antérieurement à l’effondrement du surplomb rocheux.

860Cette nouvelle donnée chronologique apporte une précision notoire à la compréhension de la succession des différentes phases d’occupation du site d’habitat en relation avec le dispositif pariétal et confirme l’appartenance des fragments sculptés au Solutréen. Il semble donc que les premiers groupes solutréens aient privilégié comme zone d’habitat le talus sous-jacent à la grotte du Roc.

861C’est à cette première occupation solutréenne qu’il convient vraisemblablement de rapporter la réalisation de la frise sculptée. Néanmoins, cette hypothèse doit être nuancée, car la date AMS 14C qui permet de situer approximativement le début du recul du front rocheux ne fournit que la limite chronologique supérieure d’occupation de la plate-forme, c’est-à-dire le moment où cette partie du gisement devient inaccessible aux groupes solutréens. À cet endroit, et bien que la couche archéologique ait été relativement moins importante que celle du talus sous-jacent à la grotte du Roc, il n’est pas improbable qu’il y eût plusieurs niveaux d’occupation, dont un au moins a pu être contemporain de la mise en place du « sanctuaire ».

862La durée d’occupation de « l’habitat-sanctuaire » est impossible à déterminer faute de datation de la base du dépôt anthropique. Cependant, les données fournies par les deux dates 14C permettent aujourd’hui de situer les changements conceptuels collectifs majeurs, c’est-à-dire ceux qui ont conduit à l’abandon de tout ou partie du dispositif pariétal, avant le recul du front rocheux, au cours du Solutréen supérieur. L’ensevelissement de l’extrémité ouest de la frise sculptée, à l’aplomb de la grotte du Roc, semble donc être intervenu antérieurement aux bouleversements « morphoclimatiques » que l’on peut désormais rapporter à la fin de « l’interstade » de Laugerie (Würm III-Würm IV) ou au début du Würm IV (cf. § 3.1, tabl. II), ce qui correspond à la fin du Solutréen. Ce phénomène de recouvrement stratigraphique de parois ornées est bien connu et fut développé par M. Lorblanchet dans une synthèse sur la datation indirecte (1995 : 266-269). Il révèle des changements de comportement dont les causes ne nous sont pas accessibles. La densité du dépôt semble témoigner d’une accessibilité constante de cette partie du versant de la vallée du Roc, vraisemblablement imputable à la configuration naturelle de cet espace situé au pied de la falaise, mais également à des comportements et des habitudes culturelles identiques de générations successives ayant abouti à cette structuration particulière de la zone d’habitat (cf. § 3.3.1).

863D’un point de vue géologique, ce dépôt a contribué à préserver cette partie du versant et sa paroi sculptée de l’effondrement provoqué par le recul du front rocheux. Ceci explique que seule la partie de la frise située à la hauteur de la plate-forme intermédiaire, sans contact direct avec la couche archéologique, ait été entièrement démantelée.

864L’effondrement du toit de l’abri marque la fin de l’occupation de ces deux unités d’habitation (cf. § 3.3.5, tabl. IV à VI ; Tymula 1998 : 163, fig. 7). L’occupation de la plate-forme intermédiaire paraît avoir été de plus courte durée que celle du talus sous-jacent à la grotte du Roc, à moins qu’elle n’ait été une extension de l’habitat principal et donc contemporaine de celui-ci. Sur la base comparative des dates actuellement disponibles sur le Solutréen en France, l’ultime occupation de cette partie du versant, avant le recul du front rocheux, peut vraisemblablement être considérée comme contemporaine du niveau d’habitat de la couche IVb de Combe-Saunière (Geneste, Plisson 1986 : 12), qui a donné la date de 17470 ± 249 BP (Lyon 3329) ; du niveau solutréen à pointes à face plane de la grotte Chabot, daté de 17 770 ± 400 BP et de 18200 ± 400 BP (Easthman 1991 : 116) ; du niveau archéologique du Passage de la grotte de Lascaux, qui a donné : 17190 ± 140 BP (GrN 1 632) (Leroi-Gourhan, Evin 1979 : 83) ; celui de la Scène du Puits dont la datation radiocarbone en SMA d’un fragment de baguette en bois de renne provenant des fouilles menées au pied de cette partie du dispositif pariétal a donné : Lascaux III, 48, 18600 ± 190 BP (Gif A-95582) (Aujoulat et al. 1998 : 320) ; des niveaux badegouliens 6 et 5 b de l’abri Fritsch (Allain et al. 1984 : 8, 9), datés respectivement de 17980 ± 350 BP (Ly-1124) et de 17280 ± 350 BP (Ly-1 123) ; de la couche 2 de l’abri des Jamblancs (Cleyet-Merle 1992 : 232), datée de 17770 ± 260 BP (Ly-4589). Récemment, la datation directe en SMA d’un échantillon d’une sagaie à cannelure, trouvée dans la couche du Magdalénien moyen, a fourni la date de 17650 ± 200 BP (Gif A-97 147), corroborant ainsi l’idée que le niveau de base avait subi des perturbations dans le passé (Aujoulat et al. 1998 : 320).

865À la lumière des informations apportées par ces deux datations, de nouvelles analyses physico-chimiques, effectuées à partir des amino-acides extraits du collagène contenu dans les os provenant de chacune des unités d’habitation, permettraient sans doute de vérifier et d’étayer ces observations. Ces recherches interdisciplinaires constituent une avancée essentielle dans la compréhension des comportements socioculturels des groupes solutréens de la vallée du Roc.

3.6 Conclusion

866L’approche chronostratigraphique et palethnologique du site d’habitat du Roc de Sers, à partir des données anciennes des différentes fouilles et l’apport des résultats issus d’autres champs disciplinaires, renouvelle considérablement sa connaissance, depuis le creusement de la vallée jusqu’à l’occupation du versant méridional par des groupes de chasseurs-collecteurs solutréens et son abandon progressif par ces mêmes groupes.

867Elle conduit à éclairer la nature, l’origine et l’histoire des dépôts, dont l’épaisseur dépassait 2 m sur l’ensemble du versant. Les informations fournies aux différents niveaux de l’analyse donnent un aperçu de la nature de chaque unité d’habitation et permettent la structuration d’une première évaluation palethnologique du site, bien que ces descriptions, fondées sur des échantillons, restent très ponctuelles du fait de fouilles en tranchée stratigraphique. Lorsqu’elles seront accessibles, les données de l’analyse en cours des niveaux solutréens de la grotte du Placard permettront sans doute d’établir certaines corrélations dans la mise en place et l’organisation des dépôts des deux sites d’art pariétal solutréen charentais.

868La reconstitution des processus de recul des fronts rocheux (toits des abris et auvents des grottes) qui façonnèrent progressivement ce versant de la vallée a suscité la reconsidération d’un certain nombre d’interprétations erronées, formulées en son temps par le Dr Henri-Martin et reprises par de nombreux auteurs à sa suite, concernant principalement l’origine des fragments sculptés et celui des squelettes de la sépulture.

869Cette approche jette les bases d’une étude approfondie qu’il conviendra de mener sur le terrain, en équipe pluridisciplinaire, afin de conduire à son terme l’analyse du campement solutréen du Roc de Sers au sein de cette région culturelle.

Notes

1 – M.P. Horemans, chargé de cours en géopédologie à l’université de Paris I et enseignant-chercheur à l’institut national agronomique de Paris-Grignon, a bien voulu faire l’interprétation des résultats de cette analyse et je lui adresse mes plus vifs remerciements pour cette aimable collaboration.

2 – « Il correspond essentiellement aux interstades Würm lll-IV et de Laugerie, de la chronologie générale et pollinique. Cette phase paléoclimatique est bien représentée dans la corniche cantabrique, tant par le nombre de gisements que par l’information sédimentologique qu’ils ont fournie. [...] le caractère climatique le plus remarquable de cette phase est l’humidité [...] héritée de la phase antérieure, où elle était vraisemblablement plus marquée. L’humidité présente des pulsations à l’intérieur de la phase, diminuant lentement jusqu’à la partie supérieure de la même phase, avec une pulsation finale plus intense, qui produit une série d’érosions, au moins partielles, dans quelques-uns des gisements étudiés. Au cours de cette phase, ou au moins dans une grande partie, les crues des rivières, les érosions intenses et les processus d’altération reflètent une certaine saisonnalité de la pluviosité » (Hoyos Gómez 1994 : 26- 29) (traduit de l’espagnol par S. Tymula).

3 – Le laboratoire de Préhistoire et d’Anatomie comparée du Peyrat (Charente) fut fondé en 1907 par le Dr Henri-Martin. Par décret du 30 juin 1927, M. Herriot, ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts, le rattacha à l’École des hautes études, sous le nom de laboratoire de Paléontologie humaine de La Quina (Arch. H.-M., no 33 413 [15], rapport 1927).

4 – « Type C : multiples stries obliques réparties sur une ou plusieurs faces. Elles sont elles aussi plus ou moins parallèles, très fines et très serrées. » (Bertrand 1995a : 72).

5 – « Type H : rainure longitudinale simple, située face supérieure ou/et sur un ou deux côtés. » (Bertrand 1995a : 73).

6 – « Type I : même cas que celui qui est cité précédemment, mais la rainure est double. » (Bertrand 1995a : 73).

7 – « Type F : aménagement particulier de stries. Celles-ci semblent être le fruit d’une organisation bien volontaire. » (Bertrand 1995a : 73).

8 – « Type D : stries longitudinales, réparties sur une ou plusieurs faces. Elles ne sont présentes qu’en un ou quelques exemplaires. » (Bertrand 1995a : 72).

9 – « Type B : plusieurs stries obliques réparties sur une ou/et plusieurs faces du fragment de l’armature. Ces stries sont régulières, plus ou moins parallèles entre elles, et sont groupées. » (Bertrand 1995a : 72).

10 – L’étude techno-morphologique de cet objet récepteur en bois de cervidé a été réalisée par D. Buisson et A. Peltier dans le cadre d’une analyse comparative de ces pièces particulières ; elle est destinée à la publication du cahier VI, « éléments récepteurs » des fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique de la Commission de nomenclature sur l’industrie de l’os préhistorique (1993 : 33-38, 4 fig.).

11 – La plaquette à « l’Ophidien », découverte en octobre 1926 dans la tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et publiée par le Dr Henri-Martin dans la synthèse des manifestations artistiques solutréennes dans la vallée du Roc (Henri-Martin 1927a : 115, fig. 2), la monographie du site (Henri-Martin 1928g : 29, fig. 16) et la synthèse des recherches sur le Solutréen de la vallée du Roc (1928d : 41, 42, pi. 12, fig. 1), ne figure pas dans cet inventaire. Au cours de l’étude de cette plaquette de grès ferrugineux couverte d’empreintes fossilifères, le Dr Henri-Martin s’attacha à la description de l’une de ces empreintes, dont la forme allongée et ophidienne fut, selon lui, volontairement surcreusée afin de mettre en valeur la tête d’un serpent et une partie de son corps : « Les limites primitives laissées par le fossile ont dû servir d’ébauche au burin qui a creusé le sillon profond avec de nombreuses reprises. Ce travail a accentué la tête du serpent et une faible partie de son corps. La région nasale et la région buccale sont dégagées plus profondément, et cette transformation due au burin accentue la ressemblance. L’œil est bien en place, il mesure un millimètre de diamètre, il est formé d’un petit fossile indéterminable composé d’une cuvette centrale et d’un trait circulaire de grande finesse, mais ce détail ne correspond pas à un travail humain. Le museau est dégagé par des traits profonds et intentionnels. » (Henri-Martin 1928d : 41, 42). L’observation de ces tracés à la loupe binoculaire a révélé qu’il ne s’agissait pas d’un surcreusement à l’aide d’une pointe de type burin, imputable à la réalisation d’une gravure, mais uniquement du résultat de l’action d’agents invertébrés, relayée par l’action de végétaux dont les racines ont contribué à la formation de ces sillons à profil vague en « U » et à fond plat et large.

12 – Longueur de la tête (LT) : « Elle est mesurée de la nuque à l’extrémité des lèvres. Ce dernier repère est en général facile à relever. Quant à la nuque, elle peut être située juste en arrière de la base des oreilles avec une approximation suffisante. » (Pales, Tassin de Saint-Péreuse 1981 : 41).
Épaisseur de la tête (ET) : « Le terme de « largeur de la tête » est réservé en hippologie au diamètre transversal maximum (frontal) dans la vue de face. La largeur de la tête, en vue de profil, reçoit le nom d’épaisseur et elle seule nous est accessible. Elle est représentée par la perpendiculaire abaissée du bord « refoulé » (le plus saillant) de la ganache à la ligne du front. » (ibid. : 41).
Proportions de la tête (LT/ET) : « Il est admis que l’épaisseur est sensiblement la moitié de la longueur, telles que ces mesures viennent d’être définies. Autrement dit, dans l’idéal LT/ET = 2 » (.ibid. : 42).

13 – « Si les résultats obtenus au Parpalló peuvent avoir une certaine signification dans l’évolution de l’art paléolithique, il faut convenir que l’animation segmentaire a un développement rapide déjà dans le Solutréen inférieur et moyen, et que les formes d’animation coordonnée ne sont pas exclusives à l’art magdalénien. Ces deux affirmations sont confortées par l’analyse de l’art pariétal solutréen du Périgord, où des ensembles comme le Roc de Sers et l’abri Pataud montrent une conception dynamique des figures, avec de nombreux exemples d’animation. » (Villaverde Bonilla 1994a : 155).

14 – « L’idée, à vérifier à l’avenir, que l’étude thématique des plaquettes et supports plats non utilitaires doive, au moins dans une première phase, être individualisée du reste de l’art mobilier, nous a amené à utiliser un système de classification élaboré à partir des signes observés tout au long de la séquence de Parpalló. » (Villaverde Bonilla 1994a : 219, 220).

15 – Au cours de la première campagne de relevé graphique des fragments de la frise (1994), une zone bréchifiée contenant de petits fragments osseux non brûlés et quelques esquilles osseuses brûlées (fig. 64) fut observée sur le bord inférieur gauche du fragment F (cf. chap. 5). Le prélèvement d’une des esquilles osseuses brûlées a été effectué par N. Tisnerat et H. Valladas (laboratoire des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette) en 1997. Cet échantillon de 104 mg était protégé par des concrétions dont la faible épaisseur a permis son extraction sans dommage pour l’original. Soumise à autorisation auprès de P. Périn, directeur du MAN et de M.-H. Thiault, conservateur du département paléolithique de ce musée, la datation de cet échantillon a été financée par le MAN.

Table des illustrations

Légende TABL. II Stratigraphie synthétique du remplissage du talus sous-jacent à la grotte du Roc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende FIG. 12 Talus sous-jacent à la grotte du Roc. Stratigraphie du remplissage. Côté gauche de la tranchée (face à l’est). Relevé Dr Henri‑Martin, 22 avril 1924 (Arch. H.-M. carnet : 14). Mise au propre A. Riolet. « S : foyer solutréen, son épaisseur atteint 90 centimètres. – Cr : position de trois squelettes humains aux caractères mongoloïdes enfouis dans une couche sableuse et recouverts de blocs calcaires. – C : plan incliné de la falaise. Calcaire turonien en place. – Bl. 1, Bl. 2, Bl. 3 : blocs de calcaire éboulés formant abri » (Henri-Martin 1928d : pl. 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 13 Talus sous-jacent à la grotte du Roc. Attaque latérale gauche (face à l’ouest) contre la tranchée de « l’abri solutréen » (Arch. H.-M. carnet : 17).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 14 Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Stratigraphie du remplissage. Côté droit de la tranchée. D’après le relevé inédit du Dr Henri-Martin, 13 juillet 1924 (Arch. H.-M. carnet : 51).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende TABL. III Talus sous-jacent à la grotte du Roc. Mesures des faces latérales des blocs d’effondrement relevées par le Dr Henri-Martin en 1924 (Arch. H.-M. carnet : 14-17).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 15 Talus sous-jacent à la grotte du Roc. Le bouquetin sculpté (fragment R) et la base du dépôt anthropique. La sculpture n’est pas complète. L’assise inférieure du banc rocheux a disparu à la suite d’un « levage » ainsi que toute la partie en avant de l’animal (Arch. H.-M. no 33 411).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 16 Plate-forme de l’ancien abri-sous-roche sculpté.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 17 Tranchée intermédiaire. a Vue générale de la plate-forme et de sa déclivité. Au fond, les blocs alignés contre la falaise après enlèvement des éléments sculptés. b L’extrémité droite de la plate-forme et la seconde rangée de blocs effondrés. « Vers la droite, relevés sur le sol, on voit les trois blocs qui correspondent probablement aux socles des A, B et C. Au milieu, on distingue des masses étayées récemment ; elles correspondent à des éboulements anciens. Un peu à gauche du centre se trouve le bloc F aussitôt après son dégagement. À gauche, une grosse masse calcaire aux angles arrondis et à surface usée limite le cintre de l’atelier. » (Arch. H.-M. no 33 411.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende FIG. 18 Intervalle de jonction ou tranchée de jonction (TJ.) entre l’abri-sous-roche sculpté et le talus sous-jacent à la grotte du Roc. Photographie prise par le Dr Henri-Martin en juillet 1928 (Arch. H.-M. no 33 411, photos et carnet : 78).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 19 Reconstitution de l’abri-sous-roche effondré avec emplacement des fragments sculptés, d’après les croquis réalisés par le Dr Henri-Martin :– tranchée de jonction (T.J.) entre T.R. et T.I., 26 octobre 1927 (Arch. H.-M. carnet : 78) ;– tranchée intermédiaire (T.I.), 6 octobre 1927 (ibid. : 72-73) ;– tranchée de jonction (T.J.) entre T.l. et T.V., 21 juin 1928 (ibid. : 91).La zone en pointillés à droite du bloc B’ désigne une « coulée sablo-argileuse ferrugineuse ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. IV Stratigraphie du site d’habitat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende TABL. V Reconstitution des phases d’occupation des trois unités d’habitation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende TABL. VI Reconstitution des phases d’occupation des trois unités d’habitation (cf. tabl. IV).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 20 Pointes à cran de « type B ». (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 21 Pointe à cran de « type À ». (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 22 Pointes à cran de « type G ». (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire et tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 23 Feuilles de laurier de « sous-type À ». (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire ; tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende FIG. 24 Feuilles de laurier-scies. (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 25 Lamelle à dos retouché-scie. (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7k
Légende FIG. 26 Burins. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 27 Grattoirs. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge et plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 28 Grattoir en cristal de roche. (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 29 Perçoirs. (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 30 nos 1 à 23 Industrie osseuse : 1-16 armatures de sagaies ; 17-22 ciseaux ; 23 baguette‑ciseau ornée. (1 grotte de la Fontaine ; 2 tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc ; 3, 4, 5, 7, 9, 11. 13, 14, 17‑21, 23 tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge ; 15, 16 tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté ; 6, 8, 10, 12, 22 provenance inconnue.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende FIG. 30 nos 24 à 35 Industrie osseuse : 24-27 poinçons en os ; 28‑30 poinçons en bois de renne ; 31, 32 bâtons percés ; 33 fragment de bâton percé ? ; 34 manche courbe orné ; 35 baguette rainurée. (24, 28, 29, 30, 33, 35 tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc ; 31, 34 tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge ; 25, 27 tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté ; 24, 32 provenance inconnue.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 30 nos 36 à 49 Industrie osseuse : 36 base de bois de renne ornée ; 37 esquille de bois de renne ornée ; 38-41 fragments de côtes ornées ; 42 fragment osseux orné ; 43 tête de fémur de renne ornée ; 44‑46 : fragments osseux ornés ; 47, 48 : lissoirs ; 49 : matrice sur os canon de cheval. (36, 37, 39, 44‑46, 48, 49 tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge ; 40, 41, 47 tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté ; 38, 42, 43 provenance inconnue.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 31 Répartition des différents types d’armatures de sagaies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 32 Base de bois de renne ornée (no 36). (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 33 Fragment de côte ornée (no 41). (Tranchée intermédiaire, plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Légende TABL. VII Industrie osseuse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 34 Proportions des matériaux employés pour la fabrication des armes et outils.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 35 Objets de parure : dents animales nos 1 à 5 ; pendeloques nos 129.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 36 Pendeloque en lignite (no 3). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 37 Pendeloque en lignite (no 4). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 38 Pendeloque-outil en bioxyde de manganèse (no 5). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 39 Pendeloque-outil en bioxyde de manganèse (no 6). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 40 Pendeloque-outil en bioxyde de manganèse (no 7). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 41 Pendeloque-outil en bioxyde de manganèse (no 8). (Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté, tranchée intermédiaire.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 42 Perle en os. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende FIG. 43 Plaquette au « Mammouth ». (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte du Roc.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 44 Badegoule. Bloc calcaire au bison, niveau I (Proto-Solutréen).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 45 Plaquette au « Petit Cheval ». (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 46 Plaquette « du Bison et de l’Ours ». (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 47 Plaquette « du Bison et de l’Ours » : détail de la tête du bison. (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 48 Plaquette « du Bison et de l’Ours » : détail de la tête de l’ours. (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 49 Plaquette au « Bison ». (Talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 50 Plaquette au « Bison » : variations de la lumière incidente.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 51 Plaquette inédite au capriné (provenance inconnue).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 52 Le « Poupon ». (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende TABL. VIII Art mobilier sur support lithique. Inventaire des représentations non figuratives de type linéaire. Les chiffres précédés d’un astérisque correspondent à des données minimales, les décomptes n’ayant pu être précis en raison de la ténuité des tracés et des diverses superpositions.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 53 Plaquette gravée no 1. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 54 Plaquette gravée no 2. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 55 Plaquette gravée no 3. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 56 Plaquette gravée no 4. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 57 Plaquette gravée no 5 (provenance inconnue).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 58 Galet gravé no 6. (Tranchée intermédiaire. Plate-forme de l’abri-sous-roche sculpté.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 59 Plaquette gravée no 7. (Tranchée du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 60 Plaquette gravée no 8 (provenance inconnue).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 61 Plaquette gravée no 9 (provenance inconnue).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 62 Plaquette gravée no 10 (provenance inconnue).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 63 Plaquette gravée no 11 (provenance inconnue).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 64 Fragment F et détail de la zone bréchifiée contenant de petits fragments osseux non brûlés et quelques esquilles osseuses brûlées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21282/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search