Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Première partie. Le site d’habitat solutréen

Chapitre 2. Historique des recherches (1907-1998)

Chapter 2. Prior research (1907-1998)

Capítulo 2. Historia de la Investigación (1907-1998)

Résumé

Les premières recherches à finalité archéologique au Roc de Sers remontent à 1907, lorsque C. Bertranet effectua un sondage à l’entrée de la grotte du Roc. Mais ce sont les travaux du Dr Léon Henri-Martin qui ont fait la renommée du site, déjà amorcée par les résultats obtenus par A. Favraud, qui découvrit, dans cette grotte, une importante couche aurignacienne surmontée d’un niveau solutréen. Cette stratigraphie fournit alors à H. Breuil l’un des arguments qui lui permirent de prouver la succession Aurignacien-Solutréen.

Trois campagnes de fouilles (1927-1929) auront suffi au Dr Henri-Martin pour extraire la plus importante série de fragments sculptés provenant d’une frise attribuée au Solutréen supérieur. Une seule campagne de fouilles (1951) permettra ensuite à G. Henri-Martin et R. Lantier d’achever ces découvertes avec une vision nouvelle de l’archéologie. Enfin, s’appuyant sur la datation fiable de cet ensemble sculpté, A. Leroi-Gourhan (1965) construira sa définition du « style IV » à partir de ce modèle significatif. Soixante ans après leur découverte, l’étude des formes sculptées du Roc de Sers et la révision des données anciennes concernant leur contexte chronostratigraphique ont été entreprises. L’histoire de ces recherches est consignée sous la forme d’un tableau synthétique établi principalement d’après les documents de fouilles rédigés par le Dr Henri-Martin.

Texte intégral

2.1 Découverte des éléments de la frise sculptée

1Trois campagnes de fouilles auront suffi à extraire la plus importante série de fragments sculptés provenant d’une frise attribuée au Solutréen supérieur (1re campagne : 4-28 octobre 1927 ; 2e campagne : 7 mai-30 juin 1928 ; 3e campagne : 16 avril-5 juin 1929). Si, pour l’emplacement et l’agencement de la première série de sculptures, le Dr Henri-Martin était convaincu d’un vandalisme remontant à une époque où l’occupation solutréenne de la station était certaine, puisque ces blocs étaient surmontés de deux horizons solutréens à feuilles de laurier et pointes à cran, l’emploi ou la destination de la deuxième et de la troisième série était plus difficile à préciser. En dehors des socles qui supportaient les blocs de la plate-forme, il n’avait rencontré aucun emplacement certain pour recevoir ceux situés à l’extérieur de « l’atelier » (Henri-Martin 1932a : 5). Néanmoins, quel que fut cet emplacement, l’idée directrice qui se dégageait de l’ensemble de ces sculptures était, selon lui, celle d’un culte de la fécondité et de la vénération des naissances. L’apparition de jeunes animaux devait améliorer les conditions de vie dans ces colonies troglodytes et ce culte naturel était moins compliqué que les pratiques de sorcellerie entrevues, gravées ou peintes, sur les parois des grottes (ibid. : 4). Mais avant tout, il était convaincu que les artistes qui avaient exécuté ces sculptures imitaient la nature pour la seule joie de l’imiter et certaines circonstances invitaient à le croire : l’emplacement de leur atelier en un lieu si bien choisi, la variété de leurs œuvres, l’effort qu’ils ont su déployer pour la mise en place de la frise et l’association des sculptures et des silex ouvragés (Henri-Martin 1928g : 83). Il était donc partagé entre le concept, déjà quelque peu dépassé, de « l’art pour l’art », défendu par les archéologues du xixe s. lors des premières découvertes d’œuvres mobilières, et le caractère magique de l’art, développé par Salomon Reinach dès 1903 dans son célèbre article sur « l’art et la magie », et repris par H. Breuil, qui s’attacha à son tour à développer le comparatisme ethnographique.

2Le point fort de ces découvertes restait celui de la datation relative inédite des blocs ornés, que le Dr Henri-Martin aura beaucoup de difficultés à faire admettre auprès d’une certaine opinion scientifique pour laquelle « [...] le Solutréen était défini comme un étage où les silex étaient taillés avec une rare habileté, mais [qui] refusait aux hommes de cette époque les œuvres d’art qu’on rencontrait à l’Aurignacien et au Magdalénien [...] » (Henri‑Martin 1932b : 1), bien que les preuves qu’il avançait fussent, en son temps, suffisantes. Il avait très vite pressenti l’importance du rôle de la stratigraphie dans la datation des sculptures pariétales et celui, plus incertain, de l’analyse comparative des faits graphiques (Henri‑Martin 1928g : 79). Partant de ce postulat, il démontra, dans un « article-plaidoyer » sur « la sculpture sur pierre de la vallée charentaise du Roc », que l’attribution chronologique des œuvres du Roc de Sers s’appuyait sur une stratigraphie bien établie et non sur des caractères comparatifs fragiles (Henri-Martin 1932b : 1), confirmant ainsi l’existence véritable d’un art solutréen ; il réitéra également son idée qu’à la fin de l’époque aurignacienne, une poussée asiatique s’était prononcée jusque dans le sud-ouest de la France, et que les humains qui la composaient amenèrent avec eux une technique ignorée dans l’art de tailler le silex et des procédés nouveaux pour sculpter la pierre (ibid. : 2).

3Outre le « naturalisme » des figures animales et humaines qu’il décrivit longuement, il relança le débat de « l’identité raciale » des hommes qui vécurent dans cette région au Paléolithique supérieur et produisirent ces œuvres majeures. Convaincu de la contemporanéité de la sépulture avec le vaste « atelier », il envisagea une relation immédiate entre les hommes du type de Chancelade et l’essor artistique qu’il constata dans la taille du silex et dans l’exécution des sculptures : « L’atelier du Roc nous permet d’assister sur place au développement d’une peuplade solutréenne pénétrée par des sentiments artistiques très élevés. Les œuvres ne sont pas cachées dans le fond des cavernes pour présider à quelques pratiques de sorcellerie, mais au contraire, resplendissantes, elles ornent dans la meilleure lumière un site protégé où d’habiles ouvriers et de remarquables sculpteurs travaillaient en commun » (Henri-Martin 1929b : 309). Cette idée sera dominante dans l’ensemble des articles qu’il publiera à la suite de ses découvertes successives. II fit également une analyse comparative précise des sculptures du Roc de Sers avec celles des frises ou blocs précédemment mis au jour dans le Bassin aquitain (au sens géologique) et sa frange prépyrénéenne (Henri-Martin 1928g : 75-79). Rappelons à ce propos les dates de ces découvertes : Cap Blanc, 26 octobre 1909 ; Laussel, mars ou avril 1911 ; Poisson, 1912 ; Isturitz, 1913 ; Laugerie-Haute, 1922 ; Reverdit, 1923 ; Fourneau du Diable, 17 septembre 1924 ; Chaire à Calvin, 9 juillet 1927.

4Soixante ans après leur découverte, l’étude des formes sculptées et la révision des données anciennes concernant leur contexte chronostratigraphique sont entreprises dans le cadre de ce travail de recherche. Pourquoi cette nouvelle approche n’a-t-elle pas été envisagée plus tôt ? Deux raisons permettent de comprendre cette lacune de « l’archéologie pariétale ». La première est d’ordre muséographique : les conditions draconiennes concernant l’accès aux fragments sculptés, présentés dans une des vitrines publiques du MAN, étaient incompatibles avec une programmation à long terme, telle celle d’un relevé graphique ou d’une couverture photographique, et avec la nature fastidieuse des différentes méthodes d’enregistrement. La seconde raison est d’ordre scientifique :

  • d’une part, la qualité des travaux menés par le Dr Henri-Martin sur le site et celle des nombreux articles et ouvrages qu’il consacra à la description et à l’interprétation de ses fouilles reçurent longtemps l’adhésion des préhistoriens, qui, devant tant de précision dans l’observation des faits archéologiques (exceptionnelle en ce début de siècle), ne songèrent pas à revoir ces données en les confrontant aux méthodes actuelles appliquées à l’étude de l’art paléolithique ;

  • d’autre part, il faut rappeler, sans pour autant énoncer un truisme, que jusqu’aux travaux de A. Roussot au Cap Blanc (1972), de B. et G. Delluc sur « l’art pariétal archaïque en Aquitaine » (1978b), ou de G. Pinçon à l’Abri Bourdois (1994), la sculpture pariétale et mobilière faisait figure de parent pauvre face au « grand art animalier peint », d’autant qu’il s’agissait de fouilles anciennes, donc d’une sculpture « décontextualisé », moins pertinente en somme que les peintures ou gravures reconnues dans les profondeurs des grottes.

TABL. I (p. 31-37)
Roc de Sers. Historique des recherches (1907-1998).

2.2 Problématiques et objectifs

1907

5Les premières recherches à finalité archéologique au Roc de Sers ont eu lieu tout naturellement dans les grottes, la fonction de ces « abris naturels » étant évidente aux yeux des fouilleurs de ce début de siècle. Le Dr Henri-Martin étant trop accaparé à ce moment-là par ses fouilles à La Quina, c’est un de ses ouvriers qui effectua le premier sondage dans la grotte du Roc.

Avril 1908

6Le résultat des travaux et sondages pratiqués par A. Favraud dans le vestibule et une galerie collatérale de la grotte du Roc fit entrevoir une importante couche aurignacienne surmontée d’un niveau solutréen au matériel varié, mais pauvre. Cette distinction stratigraphique et chronologique, opérée dans un contexte technologique et sédimentologique pourtant homogène, contribua à la renommée du site dès 1909. En effet, cette stratigraphie inédite fournit à H. Breuil l’un des arguments qui lui permirent de prouver la succession Aurignacien-Solutréen. Cette attribution chronologique perdura longtemps dans la littérature de ce gisement. En 1972, M. Perpère ne fera que constater l’erreur commise par D. de Sonneville-Bordes au sujet des lamelles à dos qu’elle identifia comme des lamelles Dufour, témoins archéologiques d’un Aurignacien typique ; il soulignera la confusion créée par l’emploi du terme « Aurignacien » pour désigner le Périgordien. Ce n’est que dans la synthèse réalisée par A. Débenath sur les civilisations du Paléolithique en Charente que le site ne figurait plus, pour la première fois, à l’inventaire aurignacien. Sur la base de cette synthèse, B. Bosselin et F. Djindjian signaleront pourtant la présence d’un Gravettien indifférencié.

1909 à 1914

7Autorisé à son tour à pratiquer des fouilles dans la vallée du Roc, le Dr Henri-Martin entreprit une série de prospections et sondages dans le but de découvrir une cavité inexplorée. À la suite de l’inspection de trois grottes situées en amont de la grotte de la Vierge et vidées en partie de leur contenu archéologique (grotte du Pédard, grotte de la Sorcière, grotte des Abeilles), il repéra, au-dessus de la source dite la Fontaine, l’entrée d’une petite grotte intacte que masquait le terrier d’un renard. Avec la collaboration de Ed. Thuret et de H. Marot, il pratiqua aussitôt une fouille dont les résultats furent publiés en 1910. Déjà s’affirmait son idée préconçue d’une séquence évolutive dans la vallée du Roc entre « l’Aurignacien supérieur » et le Solutréen ; le Solutréen se développant à partir d’un Aurignacien qui se perfectionnerait graduellement.

8Dans le même temps, il explora les parties de la grotte du Roc qui avaient été négligées par A. Favraud. Il pratiqua un déblaiement considérable dans le « chaos » laissé par son prédécesseur ; les lambeaux de couche qui persistèrent ne lui fournirent pas de données stratigraphiques certaines. Seule la galerie collatérale, et plus précisément l’étroit boyau, furent épargnés par la pioche « [...] car la couche était tellement imprégnée de stalagmite qu’il était impossible d’y recueillir un seul objet entier » (Favraud 1908 : 408).

9Enfin, les sondages qu’il pratiqua également dans la première salle de la grotte de la Vierge sont restés vains.

10Le Dr Henri-Martin établit ainsi progressivement la topographie des principaux points ayant livré des témoins du passage des Paléolithiques. Ses travaux de recherches furent ensuite provisoirement suspendus au début de la Grande Guerre.

1919 à 1921

11Le Dr Henri-Martin n’avait pas confiance dans la stratigraphie des grottes à cause des remaniements que pouvaient y avoir effectués leurs occupants successifs, humains et animaux. Il chercha donc une meilleure stratigraphie en plein air et s’attacha à l’exploration des talus sous-jacents aux grottes, notamment celui de la grotte du Roc. Ces assises archéologiques correspondaient, selon lui, aux dépotoirs des grottes sus-jacentes, et étaient constituées par l’accumulation des débris rejetés à l’extérieur de celles-ci à la suite de leur réoccupation. Il était donc impensable que les troglodytes aient volontairement creusé et bouleversé leurs dépotoirs que, du reste, les animaux fouisseurs fréquentaient peu. Seuls les ruissellements et les éboulements, qui provenaient du haut de la falaise, pouvaient être incriminés comme cause d’un mélange stratigraphique, les objets entraînés étant contemporains de ceux rejetés de la grotte.

12L’homme n’était pas encore perçu comme l’un des acteurs du remaniement éventuel des remplissages et cette lacune allait conduire à des erreurs chronostratigraphiques importantes.

Novembre 1923

13La découverte d’une sépulture sous-jacente à la grotte du Roc marque un tournant dans l’étude des structures d’habitat et dans l’observation des phénomènes qui ont abouti à l’organisation des dépôts, même si la recherche de « l’objet-témoin des époques successives de l’humanité » (Leroi-Gourhan 1976 : 656) primait à ce moment-là sur celle de son environnement archéologique. En effet, à l’endroit même où, quelque temps auparavant, le Dr Henri-Martin décrivait un dépotoir « préspéléen », la fouille livra les vestiges de cet habitat solutréen. D’un point de vue anthropologique, la découverte d’une sépulture constitua une avancée dans la recherche de l’origine d’Homo sapiens. La présence de fragments osseux de renne à proximité des squelettes devint l’argument le plus convaincant en faveur d’un âge ancien (Solutréen final) de la sépulture ; ces fragments permettaient également de valider l’idée que le tesson de poterie recueilli à proximité du crâne no 1 était d’époque paléolithique. L’ensemble de ces données confortait le Dr Henri-Martin dans son diagnostic concernant les squelettes, dont les caractères les rapportaient, selon lui, à la race mongoloïde de Chancelade.

14De plus, la mise au jour d’une plaquette gravée à la base du dépôt lui fit entrevoir le Solutréen sous un autre aspect. Il voyait, à une époque où l’Aurignacien finissait probablement, l’infiltration d’artistes venus d’Asie, apportant vers l’ouest de l’Europe une véritable période de Renaissance.

16 avril-2 mai 1924

15Interrompus pendant la période hivernale, les travaux reprirent au printemps dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc. L’ouverture d’une nouvelle tranchée, destinée en partie à rechercher les fragments manquants des squelettes humains, contribua, à défaut de la découverte de nouveaux restes humains à l’exception d’un fragment d’occipital, à la connaissance des limites du site vers l’ouest et à la mise au jour d’un véritable habitat solutréen.

16Enfin, cette tranchée confirma également la fonction d’abri, pressentie par le Dr Henri-Martin, des blocs provenant de l’effondrement du surplomb rocheux (Henri-Martin 1928d : 7, 8 ; 1928g : 9 ; Arch. H.-M. carnet : 7-19).

2 juin-1er novembre 1924

17Afin de repérer les limites du site vers l’est, le Dr Henri-Martin orienta ses recherches dans le talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. L’absence de foyers et de sépulture dans ce dépôt, témoins essentiels à cette époque de l’existence d’un habitat, et l’absence de plate-forme étaient incompatibles, selon lui, avec une occupation humaine à l’extérieure de la grotte. Le concept de dépotoir ressurgit alors pour expliquer la densité des témoins archéologiques constitutifs du remplissage. Un autre argument invoqué était l’épuisement des couches au-delà de l’entrée de la grotte, ce qui tendait à prouver que les objets recueillis provenaient bien des troglodytes qui s’abritaient dans la caverne.

18Il constata également que les blocs qui scellaient le dépôt provenaient, à l’instar de ceux rencontrés dans le talus sous-jacent à la grotte du Roc, de l’effondrement de l’auvent de la grotte.

19Cette constatation ne suffit pourtant pas à le convaincre et il décrivit, à cet endroit, un « abri-sous-blocs » semblable à celui reconnu sous la grotte du Roc, bien qu’il n’ait rencontré directement sous ces masses aucun vestige humain ou d’industrie, à l’exception de quelques pièces néolithiques dont il ne mentionna l’existence que dans son carnet de fouilles. Ces masses reposaient par endroits sur une terre argileuse noirâtre et, de ce fait, une chute relativement récente devait être à l’origine de ce contact qu’il ne parvint pas à discerner, comme auparavant dans la stratigraphie du talus sous-jacent à la grotte du Roc (Henri-Martin 1928g : 24).

6 mars-2 novembre 1925

20Le Dr Henri-Martin donna peu de précisions concernant cette deuxième phase de travaux dans le talus sous-jacent de la grotte de la Vierge (Arch. H.-M. carnet : 52-57). Les fouilles furent souvent interrompues par d’indispensables corvées de terrassement, les visites officielles de préhistoriens français et étrangers et, à partir du 20 octobre, par les vendanges, ce qui entraîna à ce moment une pénurie d’ouvriers et l’arrêt des travaux, le 2 novembre 1925. Les limites du site vers l’est ont pu toutefois être repérées au cours de cette campagne de fouilles.

13 octobre 1925

21Trouvé à la base de la couche 2, dans la partie déclive, à proximité du puits de canalisation des eaux de la source, « le poupon » semble avoir bénéficié de son caractère original, car son emplacement dans le talus fut noté approximativement par le Dr Henri-Martin sur un croquis de coupe stratigraphique. Malheureusement, cette information ne permet pas d’avoir une idée de son environnement archéologique exact. Tout au plus, il est possible de déduire qu’il se trouvait dans une zone riche en industrie lithique (cf. § 3.3.3).

16, 17, 18 ou 19 octobre 1925

22La présence d’une incisive humaine s’opposait à l’idée d’un dépotoir hâtivement admise par le Dr Henri-Martin, d’autant qu’un an plus tard, toujours en amont du talus, un fragment de mandibule fut trouvé dans les déblais, derrière l’un des ouvriers qui fouillait un peu trop ardemment. Ce même jour, un autre fragment de mandibule s’ajoutait à cette courte liste, mais sa position stratigraphique ne fut pas décrite (Arch. H.-M. carnet : 60).

23Ces vestiges ne furent pas retrouvés au MAN et ceux-ci n’ont jamais été publiés par le Dr Henri-Martin, alors que dans son rapport d’activités (19 mars 1925) destiné à M. Boule, directeur de l’Institut de paléontologie humaine, il fait état de la découverte d’une dent (Arch. H.-M., no 33413 [15]).

11-19 octobre 1926

24Talus circonscrit entre les deux tranchées à l’aplomb des grottes

25Une nouvelle phase de travaux fut consacrée au talus circonscrit entre les deux grottes. Les résultats obtenus confirmaient, selon le Dr Henri-Martin, les découvertes faites, en amont et en aval de ce point, afin de vérifier le concept de dépotoir qu’il défendait. Il observa que la formation des talus était toujours en fonction de la chute des pierres et du ruissellement venu des niveaux supérieurs, et que la pénurie des objets travaillés devait tenir à l’absence d’abris et de grottes sus-jacents. Les hommes, affirmait-il, se réfugiaient donc avec sécurité dans les deux grottes et amoncelaient leurs débris au-dessous de ces lieux d’habitat, tandis que dans l’intervalle des excavations, les rejets étaient moins importants (Henri-Martin 1928d : 9 ; 1928g : 32). Les travaux dans cette partie du gisement furent définitivement interrompus le 28 juin 1927.

Grotte E

26Le matériel provenant de cette grotte n’était accompagné d’aucun déchet de débitage imputable à une opération de taille sur place, et aucune trace de remaniement par solifluxion ou cryoturbation n’était discernable dans les niveaux (Sonneville-Bordes 1963 : 183, 184 ; 1987 : 184). Rien ou presque rien n’avait été rejeté de cette grotte, les déchets des habitants n’ayant pas suivi la direction constatée dans les deux cavités étudiées précédemment. Malgré l’orientation favorable et un voisinage engageant, les efforts, cette fois-ci, ne furent pas couronnés de succès.

15-18 octobre 1926

27Afin de connaître la constitution du talus sous-jacent à la grotte de la Fontaine, le Dr Henri-Martin pratiqua une tranchée large d’1 m, qui s’étendait du pied de la falaise jusqu’à la source, située à 18 m. Le terme de « saignée » qu’il employa était tout à fait approprié à ce type de travaux, dont la progression était ralentie par la présence de nombreux blocs de calcaire. Comme dans le talus sous-jacent à la grotte E, le matériel recueilli était insignifiant.

29 juin-17 juillet 1927

28Au cours de la reprise des travaux dans le talus intermédiaire entre les deux grottes, la partie antérieure d’une plate-forme fut entièrement dégagée et les limites d’un « atelier » circonscrites. De gros blocs de calcaire, disposés sensiblement sur une ligne cintrée appuyée contre la falaise et ouverte vers la vallée, limitaient la plate-forme dans cette zone. Le Dr Henri-Martin y voyait le résultat d’un effondrement du surplomb rocheux, mais certains blocs, dont les faces étaient généralement aplanies, paraissaient orientés et alignés volontairement, confirmant, selon lui, le séjour prolongé des hommes aux abords de ces pierres (Henri-Martin 1928e : 3). N’ayant pas à sa disposition, à ce moment-là, une main-d’œuvre et un outillage suffisants pour entreprendre le redressement de ces masses calcaires, dépassant pour certaines d’entre elles le poids d’une demi-tonne, il décida de laisser en place ce dispositif.

4-5 octobre 1927

29Deux mois après, les travaux de terrassement reprirent sur la plate-forme intermédiaire pendant deux jours, permettant ainsi de préparer la fouille vers la droite de « l’atelier ».

6-28 octobre 1927

30Au cours de ce mois d’octobre, un travail colossal de dégagement des blocs laissés en place fut entrepris. Aidé de L. Coutier et A. Brisson, le Dr Henri-Martin fit dégager à la mine le bloc situé à l’extrémité droite de l’hémicycle. Le trou de mine, dirigé obliquement en arrière dans le but d’obtenir un meilleur résultat, contribua fortuitement à sauver l’intégrité de la face inférieure, laquelle portait des sculptures en partie masquées par la brèche adhérente (Henri-Martin 1928g : 57, 67, 69). Le premier élément d’un ensemble unique dans l’art paléolithique, en raison de son attribution chronologique au Solutréen, venait d’être mis au jour et fut désigné sur le carnet de fouilles par la lettre A (Arch. H.-M. carnet : 61). Successivement après ce premier dégagement, toutes les masses calcaires qui formaient la ligne cintrée au fond de « l’atelier » furent isolées, mais, cette fois-ci, la tâche laborieuse fut entreprise avec précaution, les ouvriers employant seulement des leviers et non plus la poudre. Les extractions ont été opérées dans l’ordre respectif des blocs, en procédant de la droite vers la gauche de la plate-forme, mais devant l’importance des découvertes, les observations concernant les autres vestiges de l’habitat manquèrent de précision.

31Le concept de sol d’habitat structuré était encore peu développé en France, alors qu’il prenait un essor considérable dans les gisements de plein air d’Europe du Nord et de l’Est. Quant à l’analyse spatiale, celle-ci restait, le plus souvent, très synthétique. En dehors de la description des structures visibles et des types de foyers, l’analyse de l’organisation de l’espace n’était pas poussée au-delà de la mise en place des plans de masse. De ce fait, il est aujourd’hui impossible d’avoir une idée de l’organisation générale du territoire domestique de cet habitat.

32Après équarrissage sur place, les fragments furent dirigés vers le château de Charbontière, propriété de Ed. Thuret, afin de procéder à leur emballage ; le 14 octobre 1927, ils furent expédiés par wagon spécial au MAN. Le Dr Henri-Martin exigea le silence sur cette découverte, jusqu’à ce qu’il puisse se rendre à Saint-Germain-en-Laye afin de procéder lui-même au nettoyage des blocs (Henri-Martin 1928g : 59). Entre-temps, les travaux de déblaiement de « l’atelier » furent prolongés jusqu’au 28 octobre 1927 et les limites de celui-ci purent être repérées (Arch. H.-M. carnet : 62, 63, 76-79).

18 octobre 1927

33Dans une communication à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, le Dr Henri-Martin présenta le résultat de ses fouilles et annonça sa donation au MAN (Henri-Martin 1927c : 291-294).

7 mai-30 juin 1928

34De nouveaux travaux consistèrent à élargir les précédentes tranchées et à régulariser le cintre de « l’atelier » encombré de déblais.

35Au cours de la poursuite des fouilles sur la plate-forme intermédiaire et le talus sous-jacent à la grotte du Roc, le fragment C” fut mis au jour, mais il n’est signalé dans aucune des diverses notes et communications rapportant la découverte de l’art sculpté du Roc de Sers ; il n’est conservé ni au MAN, ni au laboratoire du Peyrat, et il est à supposer qu’il soit toujours en place dans le site. La rapidité des fouilles fut sans doute la première cause de cet « oubli ».

14 mai 1928

36De même que le fragment C”, deux autres fragments sculptés furent découverts dans la tranchée d’élargissement sous-jacente à la grotte du Roc. Ils sont sans doute encore en place dans le site.

29 mai 1928

37Le fragment sculpté G avait été renversé en juillet 1927 et laissé sur place, la gravure de l’oiseau n’ayant pas été identifiée. Un an après, au cours des travaux effectués dans les déblais de la plate-forme, le bloc fut une nouvelle fois mis au jour. Ces faits expliquent l’absence de données stratigraphiques en liaison avec les fragments sculptés de ce second ensemble (Henri-Martin 1929a : 126-128).

2-9 juin 1928

38L’assemblage des fragments découverts au cours de ces travaux d’élargissement fut effectué dans les ateliers du MAN par M. Champion et deux d’entre eux ont pu être en partie reconstitués (fragments JK et LMNN’) (Henri-Martin 1928j : 456, 457 ; 1929b : 303-309 ; 1932a : 1-8).

30 juin 1928

39Les travaux dans cette partie du site s’achevèrent le 30 juin 1928, après l’ouverture d’une tranchée longitudinale devant la station depuis le talus sous-jacent à la grotte du Roc jusqu’au talus sous-jacent à « l’atelier ». Les résultats de ces opérations ne furent pas communiqués par le Dr Henri-Martin.

17 août 1928

40Devant l’importance et la durée des interventions archéologiques, la possession du terrain était indispensable. Le Dr Henri-Martin circonscrit donc, dans la vallée du Roc, un lot de 3 000 m2 environ et en devint propriétaire. En mars 1929, l’ensemble fut cédé aux musées nationaux pour le musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye.

1er-30 octobre 1928

41L’intérêt croissant des fouilles entreprises au Roc depuis 25 ans conduisit le Dr Henri-Martin à tenter une reconstitution, sur place, de l’ancien « atelier » et de sa frise sculptée (Arch. H.-M. carnet : 95, 96 ; Henri‑Martin 1929c : 484 – 487). Au cours de cette période, il publia également la monographie La frise sculptée et l’Atelier solutréen du Roc (Charente) (Henri-Martin 1928g). Dans le même temps, il réalisa la synthèse des recherches sur le Solutréen dans la vallée du Roc (Henri-Martin 1928d).

16 avril 1929

42Les fouilles ayant été effectuées plus particulièrement au-dessous des grottes et au niveau de la plate-forme, il restait à exploiter la partie déclive des talus ; celle-ci était beaucoup plus humide, car les dépôts atteignaient par endroits le niveau prémarécageux. Les travaux de terrassement débutèrent le 16 avril 1929, établissant de profondes tranchées au pied des talus, sous le passage de l’ancien chemin (Arch. H.-M. carnet : 96-105).

24 avril 1929

43Le fragment sculpté O fut trouvé dans la partie basse de la tranchée T.R., sous l’ancien chemin, à 1,40 m de la surface du terrain (fig. 11). La pierre était inclinée vers la vallée, la face sculptée en dessous. Le centre était situé sur la perpendiculaire du pilier amont de l’emplacement de la sépulture, et à 11 m du pied du pilier (Arch. H.-M. carnet : 97). Il fut procédé à l’équarrissage de ce bloc les 25 et 26 avril 1929.

FIG. 11
Le Dr Henri-Martin devant le fragment O avant son expédition au MAN, 30 avril 1929 (Arch. H.-M. no 33 411).

8-13 mai 1929

44Désireux de restituer une partie de la frise solutréenne, le Dr Henri-Martin fit procéder à l’installation in situ du facsimilé des cinq premiers fragments sculptés. Des empreintes en gélatine furent coulées sur les originaux dans les ateliers du MAN et la patine des positifs en ciment fut réalisée avec les éléments provenant du lavage des originaux (Henri-Martin 1929c : 484-487).

5 juin 1929

45Le fragment sculpté P fut « retrouvé » à l’aplomb de la sépulture, un peu plus bas que le précédent, à 1,60 m de profondeur. Extrait de la couche en 1921, il avait été repoussé dans le chemin, la sculpture du bison n’ayant pas été alors identifiée. Il fut pratiqué à son équarrissage entre le 8 et le 16 juin. Les deux autres fragments découverts, l’un sculpté et l’autre peint, furent laissés in situ. Les travaux s’achevèrent le 31 octobre 1929.

7 mai 1930-7 octobre 1933

46Seule une note inédite, rédigée par le Dr Henri-Martin au sujet des « fouilles préhistoriques exécutées à La Quina et au Roc en 1933 » (Henri‑Martin 1933 : 1 ; Arch. G.H.-M.), indique la nature des travaux entrepris cette dernière année. Une tranchée, dont l’emplacement n’est pas précisé, semble ne pas avoir donné de récoltes « dignes d’être signalées », ce qui explique qu’aucune note ne figure dans le carnet de fouilles. En revanche, toujours persuadé de l’existence d’un « abri-sous-blocs » sous-jacent à la grotte du Roc, le Dr Henri-Martin entreprit la consolidation des blocs qui recouvraient la sépulture. Les deux piliers en maçonnerie qui soutenaient le plus gros bloc étaient devenus insuffisants, car depuis deux ans un glissement était amorcé, renforçant progressivement l’obliquité de ces derniers.

47L’équilibre instable de ces blocs réfutait pourtant incontestablement l’idée de leur effondrement à une époque antérieure au Solutréen, mais il faudra attendre la reprise des fouilles du talus par R. Lantier et G. Henri-Martin pour que les recherches dans cette zone permettent de contredire l’hypothèse de l’abri et d’attester l’origine cryoclastique des blocs.

48Les travaux au Roc furent définitivement interrompus le 7 octobre 1933.

4-15 juin 1951

49Talus sous-jacent à la grotte du Roc

50Pendant plus de quinze ans, « l’abri-sous-blocs » sous-jacent à la grotte du Roc, bien que protégé par un grillage, n’avait cessé d’attirer la curiosité d’innombrables « chercheurs » clandestins désireux de se procurer sans peine quelques souvenirs paléolithiques de leur visite. Passant un bâton au travers des ouvertures du grillage, ils contribuèrent progressivement à dégager, à l’angle gauche de l’emplacement de la sépulture, un ensemble de sculptures que signala P. David. Sur autorisation et financement du Conseil des musées nationaux, R. Lantier conduisit les fouilles qui s’imposaient dans cette zone, avec le concours de G. Henri-Martin. Peu de documents concernant ces travaux ont pu être retrouvés. Il existe cependant quelques croquis de coupe réalisés par G. Henri-Martin, un lot de photographies, un plan général du site, un inventaire des pièces destinées au MAN, une analyse sédimentologique effectuée par J.-L. Baudet et des lettres de correspondance entre les deux archéologues.

51Aplomb de la grotte du Roc

52La découverte de sculptures pariétales contribua à élargir singulièrement les limites du « sanctuaire » et à en modifier la disposition générale. Les derniers travaux de terrassement, menés dans cette zone en 1931, n’avaient pas atteint la falaise, qui resta ensevelie par le dépôt anthropique sur une longueur de 1,35 m et une épaisseur d’1 m. Il fut donc acquis que le grand foyer qui recouvrait entièrement les sculptures n’était pas contemporain de celles-ci (Lantier 1952b : 335). R. Lantier mit alors en doute la destruction volontaire de cet ensemble, car il lui semblait étonnant que certains de ces blocs aient été renversés, alors que les autres sculptures auraient échappé à ce prétendu sac. Il était donc logique d’expliquer l’emplacement des blocs, sur la plate-forme et dans l’éboulis de pente, par le clivage de la roche sous l’action de phénomènes naturels (Lantier 1952a : 306 ; 1952b : 332). Enfin, en raison de l’absence de sculptures dans la zone intermédiaire entre la plate-forme et le talus sous-jacent à la grotte du Roc, R. Lantier envisagea l’existence d’une frise s’étageant sur deux ou trois assises (Lantier 1952a : 307 ; 1952b : 333). Les sculptures furent démantelées à la fin de la campagne de fouilles et séparées en deux blocs (fragments R et S) aujourd’hui exposés au MAN.

53Grotte du Roc, dépôt de pente en contrebas de la sépulture

54L’hypothèse d’un remaniement de cette zone par le creusement de la sépulture expliquerait la rareté du matériel et l’existence de deux petits foyers.

1965

55Dans le cadre de la première étude stylistique appliquée aux sculptures, A. Leroi-Gourhan proposa une définition du style III (Solutréen et Magdalénien) à partir des ensembles du Roc de Sers et du Fourneau du Diable (Leroi-Gourhan 1965a : 253).

56L’évolution chronologique unique de l’art paléolithique en quatre styles (I à IV), proposée par A. Leroi-Gourhan dans Préhistoire de l’art occidental, était implicitement établie sur des bases chronologiques relativement solides, bien que la plupart des œuvres n’offrissent pas une sécurité stratigraphique totale. Pour la période solutréenne, seuls les ensembles sculptés du Roc de Sers et du Fourneau du Diable présentaient une datation fiable et il construisit alors sa définition du style III (Solutréen et Magdalénien ancien) sur ces deux exemples significatifs, en faisant prioritairement des sculptures du Roc de Sers le type de ce style (Leroi‑Gourhan 1965a : 253). Il ajouta quelques œuvres correctement datées du Solutréen (Isturitz, Badegoule, Altamira, les Jean-Blancs) et du Magdalénien ancien (Laugerie-Haute et le Pech de La Boissière), car celles-ci se prêtaient à une analyse suffisante pour confirmer les caractères de ces deux ensembles principaux.

57Défenseur du concept de linéarité de l’art paléolithique, il procéda à des études thématiques comparatives afin de cerner les changements stylistiques entre le style II et le style III. Il constata que la survivance des formes de style II, servies par une technique complètement maîtrisée, définissait le caractère propre du style III. L’élément fondamental restait la courbe dorsale, atténuée par rapport au style II, mais donnant encore l’impression que l’animal était projeté vers l’avant. Il observa également que les chevaux avaient une encolure en col de cygne ; les bisons avaient une bosse dorsale que ne venait pas encore surmonter la crinière hypertrophiée du style IV et les taureaux et les bouquetins avaient un col puissant et très relevé. Les détails corporels se précisaient ; les crinières, les pattes, les sabots étaient poussés dans leur exécution, mais conservaient quelque chose du rôle accessoire qu’ils avaient durant les premiers stades ; ils étaient proportionnellement courts et faisaient paraître les animaux bassets. Le corps semblait, de ce fait, énorme. Sur ce dernier point, A. Leroi-Gourhan s’est élevé contre l’hypothèse d’une prédilection des Paléolithiques pour la représentation d’animaux gravides que défendait, entre autres, le Dr Henri-Martin (Henri-Martin 1928g : 63, 83), en rappelant que les animaux représentés étaient ostensiblement des mâles. La perspective « semi-tordue », nommée par H. Breuil, était dominante pour la figuration des ramures et des encornures. Le mouvement s’exprimait par des conventions élaborées (déplacement isolé des détails caractéristiques comme dans le trot stéréotypé des chevaux de Lascaux), tel qu’il restera jusqu’au style IV. Enfin, en regard du modelé remarquablement maîtrisé, il pensait qu’il n’était pas exclu que les bas-reliefs aient joué par leurs ombres un rôle dans la « conventionalisation » des détails du modelé peint : « Il est difficile de prouver que les fresques sont en quelque sorte des bas-reliefs en trompe-l’œil, mais bien des détails conduisent à ne pas considérer une telle éventualité comme impossible » (Leroi-Gourhan 1965a : 252).

58Il tenta ensuite de définir les limites chronologiques du style III, très imprécises. Il réalisa dans ce but une étude comparative entre les chevaux du Roc de Sers (style III) et ceux d’Angles-sur-l’Anglin, de la Chaire à Calvin et du Cap Blanc (style IV ancien), afin de faire ressortir l’évolution qui se produisit dans la construction des figures. Il opposa ainsi le canon archaïque des proportions des animaux du Roc de Sers, pour lesquels les rapports étaient faussés entre le corps, énorme et cambré, la tête et les pattes, petites, aux sabots globuleux, et le canon naturaliste des animaux des sites magdaléniens, pour lesquels la distribution des différentes parties du corps se faisait plus équitablement, le mouvement bondissant n’existant plus et l’académisme étant déjà plus sensible. Il démontra aussi que la série de signes quadrangulaires – en accolade – claviformes de Lascaux (Montignac, Dordogne), Gabillou (Sourzac, Dordogne), Villars (Villars, Dordogne), Pech-Merle (Cabrerets, Lot), La Pasiega (Puente Viesgo, Santander, Espagne), El Castillo (Puente Viesgo, Santander, Espagne), Las Chimeneas (Puente Viesgo, Santander, Espagne), et Altamira (Santillana del Mar, Santander, Espagne) correspondait aux étapes qui se déroulent du style III au style IV et conclut que la marge du style III était par conséquent assez étroite, couvrant le Solutréen et le Magdalénien ancien, de 17000 à 13000 BC (Leroi-Gourhan 1965a : 252).

59En somme, l’approche morphostylistique entreprise par A. Leroi-Gourhan ne faisait que compléter et corriger certains détails déjà entrevus par le Dr Henri-Martin et développés dans sa monographie du site (Henri‑Martin 1928g : 80-86). Seulement, peu convaincu de la validité de l’analyse stylistique comparative des faits graphiques, ce dernier se limita plutôt à asseoir certaines données stratigraphiques qui lui semblaient plus convaincantes pour l’attribution chronologique des sculptures.

1971

60Le site redevient propriété privée.

21 avril 1975

61La date 14C obtenue pour des ossements brûlés atteste d’une occupation solutréenne postérieure à la réalisation de la frise sculptée (cf. § 3.5).

1984-1990

62Étude paléontologique des restes humains découverts à l’aplomb de la grotte du Roc (Stalens 1984 ; 1987 ; 1989 ; 1990).

1989

63En situant les squelettes à la fin de l’âge du Bronze, deux dates 14C ont mis fin aux spéculations chronologiques concernant leur attribution culturelle (cf. § 3.2.1.2).

6 décembre 1994-6 janvier 1996

64Dans le cadre d’une thèse de doctorat, l’auteur a procédé :

  • au relevé analytique grandeur nature des 13 fragments sculptés, gravés et peints ;

  • au relevé photographique en noir et blanc, couleur et infrarouge des 13 fragments sculptés, gravés et peints ;

  • au relevé analytique et photographique des objets d’art mobilier, d’industrie sur matières dures animales et de parure ;

  • à l’inventaire analytique des archives Henri-Martin ;

  • à l’enregistrement photographique du site ;

  • à l’examen de la falaise à l’endroit présumé où se développait la frise sculptée ;

  • à l’observation des parois de la grotte du Roc où le Dr Henri-Martin avait signalé des griffades d’ours et des gravures lors d’une prospection effectuée du 18 au 20 mai 1931 dans la grotte.

4-5 avril 1998

65La topographie du gisement a été financée et coordonnée par le SRA de Poitou-Charentes.

22 juillet 1997-30 mai 1998

66Cette date 14C permet d’envisager une occupation de la fin du Solutréen sur la plate-forme de l’abri-sous-roche intermédiaire et confirme ainsi l’existence pressentie de plusieurs occupations de l’abri-sous-roche, ou de la ligne d’abris entre les deux grottes, antérieurement à l’effondrement du surplomb rocheux (cf. § 3.5.2).

Table des illustrations

Légende TABL. I (p. 31-37) Roc de Sers. Historique des recherches (1907-1998).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Légende FIG. 11 Le Dr Henri-Martin devant le fragment O avant son expédition au MAN, 30 avril 1929 (Arch. H.-M. no 33 411).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search