Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Première partie. Le site d’habitat solutréen

Chapitre 1. Cadre géographique et configuration du site d’habitat

1 Geography and lay-out of the site

Capítulo 1. Cuadro geográfico y configuración del hábitat

Résumé

Aux confins du département de la Charente, le site du Roc de Sers occupe une position centrale par rapport aux deux autres sites charentais d’art paléolithique : la grotte du Placard et l’abri de la Chaire à Calvin. Outre des facteurs culturels qui ont dû entrer en compte dans le choix de l’emplacement et du mode d’habitat, le déterminisme du milieu semble avoir été le premier critère de choix pour cette portion de la vallée du Roc exposée au sud. Le gisement se compose d’un ensemble de deux grottes : grotte de la Vierge et grotte du Roc, séparées par une ligne de falaises calcaires du Turonien supérieur. D’orientation générale sud-est, le site est protégé des vents dominants qui soufflent de l’ouest. Les plates-formes subhorizontales et les nivellements naturels, protégés par l’auvent des grottes et les toits des abris, réunissaient toutes les conditions pour une occupation prolongée de cette partie de la vallée au cours du dernier maximum glaciaire. La composante climatique ne conditionna sans doute qu’en partie le choix des groupes solutréens. L’accessibilité aux ressources était vraisemblablement un autre facteur déterminant. La circulation était aisée entre les abris et la vallée car les talus sont peu inclinés. La rivière était facilement accessible, mais assez éloignée pour ne pas présenter un danger lors des crues. Les plates-formes des grottes et abris permettaient d’observer le passage du gibier et probablement ses migrations dans cette voie de pénétration. Enfin, par sa position géographique, le site est proche des gîtes de matières premières siliceuses et cet emplacement stratégique dans l’environnement semble bien avoir constitué un des facteurs qui ont conditionné l’approvisionnement en matériaux lithiques. Les déplacements suivaient les voies de communication naturelles que sont les vallées de l’Échelle, de la Tardoire, de la Charente et de la Vienne, et devaient recouper transversalement le réseau fluviatile.

L’ensemble des données paléoenvironnementales, géomorphologiques et palethnologiques réunies dans ce chapitre permet d’appréhender la configuration architecturale naturelle du site et les comportements qui ont prévalu à son emplacement dans la vallée. Le site a été classé monument historique en 1979.

Texte intégral

1.1 Situation géographique

1Le Roc de Sers est situé sur la rive droite de la vallée du Roc, à l’est du département de la Charente, sur la commune de Sers. Distant du village de Sers de 2,8 km vers le sud-est, le site se trouve à un peu moins de 2 km au nord de Charbontière, 15 km au nord-est de Villebois-Lavalette et 19 km au sud-est d’Angoulême (Fig. 1 et 2). Il occupe une position centrale par rapport aux deux autres sites charentais d’art pariétal paléolithique : la grotte du Placard (Vilhonneur), à 21 km au nord-est, qui s’ouvre sur la rive gauche de la Tardoire et, à égale distance au sud-ouest, l’abri de la Chaire à Calvin (Mouthiers-sur-Boëme), situé sur la rive gauche de la vallée du Gersac. Une trentaine de kilomètres vers le sud-est le séparent du gisement du Fourneau du Diable (Bourdeilles), implanté en rive droite de la Dronne, et de l’ensemble des sites de la vallée de la Dronne (Dordogne).

FIG. 1
Carte de répartition des principaux gisements du Solutréen et du Magdalénien de l’est de la Charente (* = art pariétal et mobilier) : 1 Roc de Sers* ; 2 Placard* ; 3 Montgaudier ; 4 Chasseur ; 5 André Ragout ; 6 Combe‑à‑Rolland ; 7 Chaire à Calvin* ; 8 Vachons ; 9 Gachedou. o
▲ Solutréen ■ Magdalénien

FIG. 2
Emplacement géographique du site et de la vallée du Roc.

1.1.1 La vallée du Roc

2En bordure de la forêt d’Horte, la vallée du Roc s’étend sur une longueur de 1 500 m environ et sa largeur, mesurée au point maximum vers la grotte de la Vierge, atteint 190 m (Henri-Martin 1928d : 1). Elle est orientée est-ouest et son altitude oscille entre 100 et 120 m. Creusée dans le calcaire du Crétacé supérieur (Turonien supérieur) du sud de la feuille « Angoulême », ses rives sont dominées par des falaises escarpées découpées en surplomb, dont la hauteur maximale peut atteindre une vingtaine de mètres par endroits.

3Seule la rive droite, exposée au sud, a fait l’objet d’une fréquentation plus ou moins intensive au Paléolithique. Les anfractuosités, grottes, abris-sous-roche et blocs éboulés, répartis sur une longueur de 348 m, à 350 m de l’entrée de la vallée (fig. 3), ont servi au cours des millénaires, successivement et parfois simultanément, d’habitat permanent, de refuge temporaire, de sépulture et de sanctuaire. Quelques-unes des grottes ont été plus ou moins complètement vidées de leur contenu archéologique à une époque récente, comme la grotte de la Sorcière ou la grotte de la Vierge (Patte 1941 : 49-51 ; Henri-Martin 1928d : 3, 4). D’autres étaient intactes, comme la grotte de la Fontaine complètement obturée avant sa découverte (Henri-Martin 1928d : 3).

FIG. 3
Vue générale du site vers l’est.

  • 1 – Deux termes désignent cette partie du site : talus sous-jacent (géomorphologie) et tranchée de la (...)
  • 2 – Trois termes désignent cette partie du site : talus sous-jacent (géomorphologie), sépulture sous (...)

4L’ensemble le plus important comprend : en amont, la grotte de la Vierge1 et, à une trentaine de mètres en aval, la grotte du Roc2 (fig. 4). De l’abri-sous-roche intermédiaire, où furent découverts les cinq premiers fragments de la frise sculptée, ne subsistent que quelques blocs. Ils servent actuellement de support aux moulages en cimentaline des fragments sculptés dont la disposition a été reconstituée en vue de leur présentation au public (Arch. H.-M., no 33 411 ; Henri-Martin 1929c : 485 ; 1930a : 276).

FIG. 4
Rive droite de la vallée du Roc. Répartition des grottes, abris‑sous‑roche, anfractuosités et blocs éboulés prospectés par le Dr Henri-Martin et Ed. Thuret ; état des travaux le 24 octobre 1926. D’après un croquis du Dr Henri‑Martin (Arch. H.-M. carnet : 26-29).

5Les sondages superficiels effectués sur la rive gauche par le Dr Henri-Martin n’ont fourni que des fragments de poterie d’époque néolithique (?) (Henri-Martin 1928d : 2). L’orientation plein nord de cette partie de la vallée semble être l’une des raisons de cette absence de témoins paléolithiques.

1.1.2 Hydrologie

6Support d’un environnement forestier développé et varié (chênes, châtaigniers, saules, peupliers, etc.), la vallée est drainée par un ruisseau tributaire de l’Échelle, affluent de la Touvre, qui prend sa source dans la commune de Dignac, à Charbontière, en coulant du sud-est au nord-ouest (Coquand 1858 : 51). Ce ruisseau, désigné sous le nom de ruisseau du Roc, suit une inclinaison dirigée à l’ouest, sur un parcours d’environ 1 700 m.

7L’étude sédimentologique du talus sous-jacent à la grotte du Roc, réalisée au cours de la reprise des fouilles de cette partie du site en 1951, a montré qu’en aucun niveau il ne peut être question d’apports fluviatiles directement intervenus dans la sédimentation générale, comme ce fut le cas des abris du Bandiat, de la Tardoire, de la Boëme ou de la Nizonne (Baudet 1952, in : Arch. G.H.-M.). Au cours de l’occupation du site, la rivière n’a donc pas été un facteur ayant occasionné l’abandon temporaire des zones d’habitat, à l’opposé de cer tains abrupts calcaires situés en fond de vallées qui ont dû être délaissés par suite de crues violentes (débâcles ?). La proximité de ce point d’eau, ne suscitant aucune contrainte d’accès et d’approvisionnement, semble avoir favorisé l’occupation prolongée du site. Aujourd’hui, le pied du talus est situé à 4,50 m environ au-dessus du niveau du cours d’eau.

8D’autres points d’eau sont recensés dans la vallée. De nombreuses sources pérennes jaillissent au pied des falaises, mêlant leurs eaux à celle du ruisseau. L’une, connue sous le nom de la Fontaine, fut découverte en 1909 par le Dr Henri-Martin et Ed. Thuret, lors d’une prospection dans la grotte sus-jacente située à 90 m à l’est de la grotte de la Vierge. Les inventeurs conservèrent ce nom pour désigner cette grotte dont les témoins archéologiques recueillis sont rapportés au Paléolithique supérieur (Henri-Martin 1910 : 567). En aval, une autre source sourd sous la grotte de la Vierge à 8,42 m de la falaise. Le 10 juillet 1925, le profond sondage entrepris par le Dr Henri-Martin dans le talus sous-jacent fut ralenti par des infiltrations d’eau provenant de l’assise calcaire du pied de la falaise (cf. § 3.3.3). La persistance des témoins archéologiques dans la profondeur de la tranchée l’obligea à faire creuser un puits et à poser une canalisation (Arch. H.-M. carnet : 53, 54). Au pied de la grotte du Roc, A. Favraud décrivit une fontaine émergeant au milieu de rochers amoncelés, couverts de mousses et de plantes parasites (Favraud 1908 : 407). Le Dr Henri-Martin ne mentionna jamais l’existence de ce point d’eau et au cours de notre mission sur le site, même après une quinzaine de jours pluvieux, nous n’avons pu le localiser.

1.1.3 Géologie

Nature géologique du substratum rocheux FIG. 5

9L’assise que l’on rencontre à Sers est celle du Turonien supérieur représenté par une puissante barre calcaire (10 m) donnant des corniches qui sont une des caractéristiques de la morphologie régionale. Elle correspond à la troisième assise de l’étage Angoumien de H. Coquand (1858 : 431-452 ; 1860 : 64) et constitue la partie moyenne des plateaux crétacés. Les calcaires de cette assise sont blanchâtres, grenus, à large cristallisation et criblés de trous qui sont autant de moules en creux de valves inférieures de Radiolite lumbricalis, l’élément dominant de la faune propre au Crétacé. Ce faciès très particulier est appelé « pierre d’Angoulême », et constitue la base du plateau d’Angoulême.

FIG. 5
Carte géologique sommaire du bassin de l’Échelle.

Évolution du substratum rocheux

10La confrontation des processus morphoclimatiques (altérations, érosion, sédimentation...), qui contribuent au façonnement de la vallée du Roc, avec les données anciennes de la fouille des talus sous-jacents aux grottes du Roc et de la Vierge, permet de retracer les deux cycles principaux qui expliquent la mise en place des dépôts et la modification de leur structure initiale, postérieurement à l’occupation humaine du site (cf. § 3.2.1). Dans un premier temps, une phase d’altération des calcaires a entraîné la mise en liberté des éléments détritiques du substratum rocheux. Ont pu intervenir, au cours de cette phase de sédimentation, la gélifraction du toit et des parois des cavités, les ruissellements, les colluvionnements, les apports éoliens, etc. Ces dépôts, constitués d’éléments grossiers et d’éléments fins, se sont progressivement superposés aux couches anthropiques ou « paléosols » sur une épaisseur maximale de 1,35 m en haut du talus sous-jacent à la grotte du Roc et 0,90 m au centre du talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Dans un second temps, une déstabilisation physique climatique importante, pendant laquelle le dégel journalier était inexistant, a favorisé le recul graduel des versants. Les remplissages furent alors scellés par les pans de falaise effondrés sur les talus.

1.2 Configuration du site

1.2.1 Limites du site

11Le site se présente sous la forme d’un quadrilatère rectangle dont l’orientation générale est sud-est (fig. 6). Il est ainsi protégé des vents dominants qui soufflent de l’ouest (Rambaud 1979 : 10, fig. 6), et ne subit que modérément les importants phénomènes éoliens qui se produisirent, ainsi qu’il est supposé, pendant la glaciation würmienne. Il est limité au nord par les grottes du Roc et de la Vierge, séparées par la ligne de falaises ; à l’ouest, par le talus sous-jacent à la grotte du Roc, qui fut reconstitué à la suite des fouilles de 1951, et à l’est, par une dépression correspondant à l’emplacement de l’ancien talus sous-jacent à la grotte de la Vierge. Une partie de cet ancien talus est surmontée par le sentier d’accès à la grotte et à la ferme du Roc encore en activité sur le plateau. Au sud, la limite actuelle est marquée par un lac artificiel, perpendiculaire à la ligne de falaises et bordé par le sentier de communication entre le plateau et la vallée. Au cours de la transgression maximale du deuxième Pléniglaciaire, cette extrémité sud du gisement n’était sans doute pas vraiment différente de celle d’aujourd’hui. Tout au plus, les méandres du cours d’eau avaient-ils un parcours moins sinueux et étaient-ils plus proches du site, mais comme il a été constaté, aucune composante fluviatile n’a été décelée dans les dépôts (cf. § 1.1.2).

FIG. 6
Plan topographique du site.

12Ces limites correspondent donc à l’étendue maximale de la zone d’occupation humaine au cours du Solutréen supérieur. L’ensemble est situé à 360 m environ en amont de l’entrée de la vallée du Roc et se développe sur une longueur de 65 m. Les témoins archéologiques ont été mis au jour sur 8,50 m depuis le pied de la falaise. Au total, la superficie du gisement était de 550 m2 environ. Ce chiffre brut ne prend pas en compte l’évolution de la (ou des) zone(s) d’occupation (abandon, déplacement des structures de combustion, etc.).

1.2.2 Les talus

  • 3 – La tranchée de jonction ou T.J. est la tranchée de raccordement qui fut ouverte en 1927 entre la (...)

13Sur la longueur du site, le pied de la falaise comporte un plancher plus ou moins aplani, prolongé par une surface d’érosion inclinée, dont l’ampleur paraît être liée aux dimensions des abris, à leur degré d’évolution et à l’épaisseur de l’abrupt rocheux qui les surmonte (fig. 7). L’ensemble présente un profil plus ou moins concave, interrompu par des ressauts et des gradins. Ils coïncident, d’un point de vue chronologique, avec la reprise d’érosion qui succède à une phase d’altération. La roche est clivée sous la forme de plaquettes, souvent de grandes dimensions, dépassant 1 m2 de superficie et 15 à 20 cm d’épaisseur, sur plusieurs plans superposés (Henri-Martin 1928d : 6). En contrebas de la grotte du Roc, de la tranchée de jonction3 et de l’abri-sous-roche sculpté, le talus s’étend sur une longueur de 33 m, puis diminue progressivement pour atteindre 18,42 m sous la grotte de la Vierge. L’inclinaison générale du substratum rocheux oscille entre 20 et 30°. À une distance de 6 m du talus sous-jacent à la grotte du Roc, le plancher forme, à angle droit avec la falaise et avant la rupture de pente, une véritable plate-forme horizontale de 6,85 m de long sur 7 m de large (Arch. H.-M. carnet : 72, 73). À l’opposé, le plancher sous-jacent aux grottes et aux abris se distingue à peine du talus avec lequel il forme une pente presque continue. Sous la grotte du Roc, cet ensemble est piano-convexe et à la hauteur de la grotte de la Vierge, il est piano-concave.

FIG. 7
Coupes stratigraphiques des planchers et des talus sous-jacents aux grottes du Roc et de la Vierge et à l’abri-sous-roche sculpté (Arch. H.‑M. carnet).

1.2.3 Les abris

14Une ligne de petits abris contigus ouverts au sud se développe vers l’ouest, depuis la grotte du Roc, sur une longueur de 40 m (fig. 6, 8). Ils surplombent les talus et leur profondeur oscille entre 1 m et 2 m, la hauteur de leur voûte étant de 1,50 m en moyenne. L’érosion a libéré ces cavités de leur remplissage détritique et ces dernières apparaissent ainsi limitées vers le fond par une paroi concave. L’absence de témoins archéologiques et leur surface habitable réduite constituent des arguments qui s’opposent à l’idée d’une occupation de ces abris par les groupes solutréens. Néanmoins, il est possible d’envisager que ces ouvertures aient pu être des points stratégiques destinés à l’observation de la vallée.

FIG. 8
La ligne d’abris située à l’ouest de la grotte du Roc.

15Le plancher est aplani et le seuil ne se prolonge pas par une surface inclinée régularisée, mais s’interrompt brusquement, formant ainsi un abrupt rocheux de quelques mètres de hauteur, parallèle au toit. Cette rupture de pente est due au démantèlement graduel du versant et témoigne d’une recrudescence des processus de gélivation ; elle ne présente pas un obstacle à l’accès aux abris, la roche offrant de nombreuses zones d’appui et de préhension.

16Le talus est situé en contrebas et forme ainsi un angle droit avec la falaise. Le remplissage des talus est encore intact par endroits et de nombreux blocs issus des auvents effondrés émergent de la masse de sédiment le long du pan incliné, à l’instar de ceux qui apparaissaient dans les talus sous-jacents aux grottes du Roc et de la Vierge au moment des premières fouilles du site par le Dr Henri-Martin. Dans l’hypothèse d’une fouille de cette zone, ces blocs auraient dû être démantelés pour atteindre les niveaux inférieurs. Leur présence dans le remplissage indique que ceux-ci n’ont pas été déplacés depuis leur effondrement. De plus, au pied de la grotte désignée sous l’indice E, qui s’ouvre à une quinzaine de mètres de la grotte du Roc, la tranchée pratiquée par le Dr Henri-Martin est encore visible. Cette dépression témoigne ainsi de la stabilité du remplissage consécutif à la phase d’habitat dans les zones n’ayant pas fait l’objet de ce type de sondage.

1.2.4 Les grottes

17Les grottes du Roc et de la Vierge sont des grottes fossiles égueulées par l’évolution du versant nord. Elles s’ouvrent par un large porche à 1,60 m au-dessous de la corniche (fig. 9 et 10). La hauteur de ce porche atteint environ 3,40 m (grotte du Roc) et 2,80 m (grotte de la Vierge) et sa largeur est de 3,15 m (grotte du Roc) et 4,40 m (grotte de la Vierge). Leur accès ne présente aucune difficulté, bien que leur entrée soit située à 6 m (grotte du Roc) et 4 m (grotte de la Vierge) au-dessus du pied de la falaise. Assez raide, la pente d’accès à la grotte du Roc est formée de rochers agencés à la manière d’un escalier dont les interstices don nent naissance à une végétation qui masque en partie l’entrée de la grotte. On atteint la grotte de la Vierge par un petit sentier déjà mentionné.

FIG. 9
La grotte du Roc et la véranda de protection des moulages de la frise sculptée.

FIG. 10
La grotte de la Vierge et le chemin d’accès entre le plateau et la vallée.

18La configuration des réseaux souterrains est différente dans les deux grottes. Elle répond cependant au schéma karstique général observé dans le domaine crétacé : les vestibules et les galeries se développent horizontalement.

La grotte de la Vierge

19Orientée au nord-ouest, elle comporte une salle circulaire de vastes proportions, ayant abrité un petit lieu de culte dédié à la Sainte, et un petit couloir en cul-de-sac dans le fond. Le sol, complètement plan, est régulièrement entretenu et déblayé des éléments cryoclastiques tombés des parois. Ainsi, aucun obstacle ne gène la progression du visiteur dans la cavité. Une statuette de la Vierge trône encore au fond de la salle, posée sur un rebord rocheux formant tablette. La découverte, en 1920, d’une statuette calcaire figurant un torse de guerrier à l’ornementation élaborée, témoigne d’une occupation de la grotte vraisemblablement contemporaine de la fin du second âge du Fer (Henri-Martin 1928d : 4 ; Lantier 1936 : 218, 219, fig. 1).

La grotte du Roc

20Elle présente trois segments. Le premier est un long et large vestibule à peu près rectiligne, mais marqué par des coudes et des renfoncements dès les premiers mètres. Il est largement éclairé et son orientation générale est nord-ouest. La voûte qui, à l’entrée, a plus de 4 m de haut est rejointe progressivement par le sol qui s’exhausse. Ainsi, dans le fond du vestibule, à 12 m environ de l’entrée, l’espace entre la voûte et le sol n’est plus que d’un mètre. Les parois sont incurvées et présentent de grandes discontinuités traduisant des phénomènes géologiques intenses. Rares sont les surfaces planes. La paroi droite est creusée de deux diverticules, avec un aspect en cul-de-sac, qui s’ouvrent en face de la galerie ouest.

21Le second segment est une petite galerie collatérale d’une longueur de 6,50 m environ. Orientée à l’ouest, elle est le prolongement du vestibule et reçoit encore un peu de lumière du jour. II est à noter un concrétionnement plus important dans cette partie de la grotte. L’entrée est divisée en deux par un pilier et se resserre brusquement, devenant un étroit boyau dans lequel la progression ne peut s’effectuer qu’en rampant. On peut se tenir plus ou moins courbé en quelques rares points, au niveau de certaines petites coupoles de la voûte. Le cheminement est rendu difficile par la présence, sur le sol, de blocs de calcaire de dimensions variables et de fragments de plancher stalagmitique, et par les colonnettes de calcite suspendues à la voûte. De l’extrémité vient un courant d’air assez vif, bien qu’on ne puisse distinguer aucune ouverture dans la roche encaissante. A. Favraud, qui explora la grotte au cours de ses travaux de fouille, pensait qu’il devait s’agir du niveau du sol du plateau (Favraud 1908 : 408). Avant cette dernière portion, la galerie se ramifie en deux conduits rectilignes latéraux qui se distribuent perpendiculairement à son axe principal. Ils demeurent impraticables en raison de leur étroitesse.

22Le troisième segment est situé à l’entrée de la galerie ouest. Il s’agit d’un boyau sans aucun diverticule, d’orientation sud-est et d’une longueur approximativement analogue à celle de la précédente galerie. À 5 m, les parois se rapprochent progressivement et un éboulement empêche la progression ; cet obstacle est demeuré jusqu’à présent infranchissable. Dans cette partie de la grotte, le sol en faible pente est fortement remanié par de nombreux terriers de rongeurs, mais les niveaux semblent en place au fond du boyau.

23Aucune trace d’arrêt (Rouzaud 1978 : 5), telle du charbon provenant de mouchages de torches ou d’empreintes, ne semble avoir existé dans les trois segments de la cavité, de même que des traces d’aménagements humaines et/ou animales : foyers, fosses, mise en place de protection, bauges à ours, etc. Il est possible toutefois que le concrétionnement occulte des foyers et d’autres vestiges fugaces dans la partie la plus profonde de la grotte. À l’entrée de la galerie ouest, un faisceau de griffades d’ours recouvert de calcite est visible sur une large colonne. Le Dr Henri-Martin, qui explora cette partie de la grotte en 1930, signalait des traits de gravure et de probables griffades d’ours dans de profonds couloirs (Arch. H.-M. carnet : 109). À échelle humaine et animale, le rapport espace-temps dans la cavité reste à préciser par une étude paléospéléologique pluridisciplinaire.

La grotte E

24Elle est située à une quinzaine de mètres en aval de la grotte du Roc et s’ouvre au même niveau que la ligne d’abris. La hauteur de sa voûte ne dépasse pas 1,50 m et son porche est large de 6 m. Elle se compose d’une première salle assez large, prolongée d’une petite galerie impraticable en raison de son étroitesse. Le sol, perturbé par les fouilles pratiquées par le Dr Henri-Martin, est très irrégulier. Une activité cryoclastique est responsable du processus de désagrégation et d’altération de la voûte et des parois de la première salle. Dans cette partie de la cavité, le sol est recouvert de produits de gélivation composés de débris de plus ou moins faible diamètre.

25Le site a été classé Monument historique par un arrêté ministériel du 20 juillet 1979. Administrativement, dans le cadastre rénové de ladite commune (1971), l’ensemble des grottes est désigné sous le nom de « Station préhistorique du Roc », situé au lieu-dit « Au Roc », commune de Sers, canton de Villebois-Lavalette, arrondissement d’Angoulême. La parcelle cadastrée à la Section C figure sous le no 921. La superficie cadastrale est de 33 a, 20 ca.

1.3 Le milieu à l’origine du choix de l’emplacement : données palethnologiques

26Les plates-formes subhorizontales et les nivellements naturels, protégés par l’auvent des grottes et le toit des abris, réunissaient toutes les conditions pour une occupation prolongée de cette partie de la vallée du Roc par des groupes de chasseurs-collecteurs. Ils offraient, au cours du dernier maximum glaciaire, une protection optimale contre les différents agents climatiques. Rappelons que la température estivale moyenne ne dépassait pas + 6°C et que le maximum indiqué par les grandes faunes était de + 17°C (Bonifay 1992 : 20). Cependant, sans doute à cause d’un froid irrégulier, tempéré par l’influence océanique, et d’une hygrométrie supérieure, le sud-ouest de la France était la région la moins inhospitalière à cette période.

27Le rôle de la température lié à l’ensoleillement semble avoir été déterminant dans le choix de ce versant. Par sa nature, ses dimensions et ses formes, l’abrupt rocheux présentait des avantages dans la conservation et la restitution de la chaleur. Orienté selon une composante sud-ouest, ce segment de la vallée n’était pas affecté par l’ombre, et les abris assez hauts sur la pente avaient un bon régime d’insolation. Les falaises verticales recevaient plus de rayonnements lorsque le soleil était bas sur l’horizon, ce qui les rendait particulièrement propices à une occupation en hiver. La couleur et la nature de la paroi jouaient un rôle important dans la restitution de la chaleur (quantité et rapidité), en raison de l’albédo et de la capacité calorifique de la roche (Duchadeau-Kervazo 1986 : 58). C’est ainsi que les cassures fraîches dues au cryoclastisme, par opposition aux parois assombries par l’oxyde de fer et le manganèse, réfléchissaient une grande partie des radiations par suite de leur fort albédo. J.-M. Bouvier, au cours de ses travaux sur la climatologie des abris-sous-roche, avait noté que de tous les points de la structure, le centre du porche d’une entrée de grotte et le milieu d’un abri-sous-roche sont les zones où la température de l’air montre la moyenne la plus élevée ; elles sont aussi les plus sèches, bien que les amplitudes d’humidité et de température y soient les plus importantes (Bouvier 1977 : 126).

28Les grandes dimensions de la surface habitable la rendaient vraisemblablement difficile à protéger des contrastes thermiques. Cependant, ainsi qu’il fut constaté, cette partie du versant n’a pas été occupée dans sa totalité (cf. § 3.5) et les groupes solutréens successifs ont pu procéder à des aménagements ponctuels d’abris d’une superficie plus réduite. Afin de limiter le rôle des agents climatiques, et notamment de conserver la chaleur, des parois complémentaires ont pu être mises en place (peaux tendues, branchages, blocs calcaires...). Le rôle des anneaux sculptés associés à des figures animales sur certains des fragments de la frise ne semble pas être celui qu’il serait tentant de leur accorder (cf. chap. 7). Pouvaient s’ajouter à la fonction de ces parois mobiles, celle d’écran protecteur contre d’éventuels prédateurs, et celle de délimitation des aires d’activité et de repos.

29Les importants phénomènes éoliens qui se produisirent, suppose-t-on, pendant la glaciation würmienne ont eu une incidence modérée sur le site qui, par son orientation au sud, était bien protégé contre les vents dominants (ouest). Il en était de même de la protection offerte contre l’humidité en relation avec les précipitations, car jusqu’à la fin de l’occupation humaine, les talus sous-jacents aux grottes bénéficièrent de l’avancée des surplombs rocheux et du toit des abris. Les suintements et ruissellements continuels, qui résultaient en partie de l’humidité de l’épisode climatique contemporain de l’oscillation de Laugerie, semblent avoir conduit les groupes solutréens à élaborer un système de dallage d’isolation avec les plaquettes calcaires trouvées sur place ou recherchées un peu plus loin dans le paysage.

30La composante climatique ne conditionna sans doute qu’en partie le choix des groupes solutréens qui fréquentèrent ce lieu. L’accessibilité aux ressources était vraisemblablement un autre facteur déterminant. La circulation devait être aisée entre les abris et la vallée, car les talus sont peu inclinés. À 181 m au fond de la vallée, la rivière était facilement accessible, mais assez éloignée pour ne pas représenter un danger lors de crues violentes (cf. § 1.1.2). Les plates-formes des talus, et encore mieux celles des grottes et des abris beaucoup plus élevées (cf. § 1.2.2 et 1.2.3), permettaient d’observer le passage du gibier et probablement ses migrations dans la vallée. En regard de sa largeur et de son altitude peu élevée, cette dernière correspondait sans doute à une voie de pénétration. Les trajets des chasseurs solutréens entre leur(s) habitat(s) et leur(s) territoire(s) de chasse ont-ils de ce fait été conditionnés par les saisons, ce qui impliquerait une implantation répétée, comme à Fressignes (Éguzon, Indre), ou s’agissait-il d’un camp de base occupé toute l’année, comme au Fourneau du Diable (Bourdeilles, Dordogne) ? Les informations apportées par l’étude chronostratigraphique du site d’habitat permettent seulement de conclure à l’accessibilité de ce versant de la vallée du Roc au cours du Solutréen supérieur.

31Par sa position géographique, le site est proche de gîtes de matières premières siliceuses. Cette proximité résulte du contexte géologique de la vallée de la Charente. D’un point de vue fonctionnel, sa position stratégique dans l’environnement semble bien avoir constitué un des facteurs qui ont conditionné l’approvisionnement en matériaux lithiques, si l’on considère comme stable l’accessibilité à ces ressources et leur connaissance par les différents groupes. Les déplacements suivaient vraisemblablement, d’une part, les voies de communication naturelles que sont les vallées de l’Échelle, de la Tardoire, de la Charente et de la Vienne, et d’autre part, recoupaient transversalement le réseau fluviatile, ce qui impliquait le franchissement d’obstacles géomorphologiques comme les massifs interfluves et les cours d’eau (Geneste 1988 : 62).

32Outre le déterminisme du milieu, des facteurs culturels, impossibles à évaluer, ont dû rentrer en compte dans le choix de l’emplacement et du mode d’habitat. La présence d’éléments d’une frise sculptée et d’objets d’art mobilier et de parure témoigne de motivations autres que celles qui sont liées aux comportements de subsistance des groupes de chasseurs-collecteurs. Ont-elles influencé directement le choix de l’emplacement de l’habitat, ou étaient-elles, au contraire, opportunistes tout en véhiculant les concepts qui animaient cette société ? Le recouvrement des sculptures encore solidaires du banc rocheux à l’aplomb de la grotte du Roc indique qu’à un moment donné au moins d’autres comportements prévalurent sans doute sur les motivations symboliques (cf.§ 3.3.1 et 3.3.5).

Notes

1 – Deux termes désignent cette partie du site : talus sous-jacent (géomorphologie) et tranchée de la grotte de la Vierge (T.V. ou T.G.V.) (fouille + stratigraphie). Le matériel archéologique issu de cette zone est marqué des deux ou de l’une des deux abréviations.

2 – Trois termes désignent cette partie du site : talus sous-jacent (géomorphologie), sépulture sous blocs (stratigraphie) et tranchée de la grotte du Roc (T.R. ou T.G.R.) (fouille). Le matériel archéologique issu de cette zone est marqué des deux ou de l’une des deux abréviations.

3 – La tranchée de jonction ou T.J. est la tranchée de raccordement qui fut ouverte en 1927 entre la tranchée de la grotte du Roc (T.R. ou T.G.R.) et la tranchée intermédiaire (T.I.).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 Carte de répartition des principaux gisements du Solutréen et du Magdalénien de l’est de la Charente (* = art pariétal et mobilier) : 1 Roc de Sers* ; 2 Placard* ; 3 Montgaudier ; 4 Chasseur ; 5 André Ragout ; 6 Combe‑à‑Rolland ; 7 Chaire à Calvin* ; 8 Vachons ; 9 Gachedou. o▲ Solutréen ■ Magdalénien
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 2 Emplacement géographique du site et de la vallée du Roc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 3 Vue générale du site vers l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 4 Rive droite de la vallée du Roc. Répartition des grottes, abris‑sous‑roche, anfractuosités et blocs éboulés prospectés par le Dr Henri-Martin et Ed. Thuret ; état des travaux le 24 octobre 1926. D’après un croquis du Dr Henri‑Martin (Arch. H.-M. carnet : 26-29).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 5 Carte géologique sommaire du bassin de l’Échelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende FIG. 6 Plan topographique du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 7 Coupes stratigraphiques des planchers et des talus sous-jacents aux grottes du Roc et de la Vierge et à l’abri-sous-roche sculpté (Arch. H.‑M. carnet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 8 La ligne d’abris située à l’ouest de la grotte du Roc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 9 La grotte du Roc et la véranda de protection des moulages de la frise sculptée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 10 La grotte de la Vierge et le chemin d’accès entre le plateau et la vallée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21272/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search