Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Introduction

Texte intégral

1Le système techno-économique complexe des sociétés de chasseurs-cueilleurs du Solutréen bénéficie, depuis une dizaine d’années, de l’apport des recherches technologiques menées sur l’outillage lithique et osseux, dans un cadre contextuel précis et documenté, définissant des identités régionales. Paradoxalement, le rôle de l’art pariétal dans la dynamique évolutive des sites d’habitat attribués à cet épisode souffre d’une imprécision à la fois chronostratigraphique et chrono-stylistique.

2• La première est due en grande partie à l’ancienneté des fouilles pratiquées, qui ne bénéficièrent pas, le plus souvent, d’analyses technologiques, économiques, archéozoologiques, spatiales et taphonomiques.

3• La seconde peut être rapportée à la mise en application du cadre stylistique établi par A. Leroi-Gourhan (1965a). Ce « canevas chronologique », pourtant composé de deux étapes distinctes et complémentaires, associant le pariétal au mobilier et le mobilier aux habitats et occupations fouillés et datés, est distingué de la succession chronologique des cultures paléolithiques, identifiées par leurs industries, et présente des décalages parfois importants. C’est ainsi que le style III regroupe des œuvres attribuées au Solutréen et au Magdalénien ancien et moyen, soit quatre millénaires environ, sur la base exclusive de l’évolution de la charpente dorsale et de la traduction du mouvement des formes animales : « Du style II au style III, un aménagement subtil des courbes se produit. Les figures des différentes espèces animales perdent l’uniformité de la sinusoïde initiale : le mouvement s’exprime, tel qu’il restera jusqu’au style IV, par des conventions précises » (1965a).

4Il n’existe donc aucun cadre référentiel qui soit l’équivalent des subdivisions obtenues au Parpalló (Gandía, Valencia) dans la double perspective stylistique et culturelle, depuis le Solutréen inférieur jusqu’au Solutréo-Gravettien (Villaverde Bonilla 1994a).

5L’impossibilité de dater une large part de l’iconographie rend bien aléatoire son attribution stylistique. Les faits graphiques oscillent souvent entre deux styles, tant les définitions se confondent. Néanmoins, indépendamment des problèmes qu’elles soulèvent (Vialou 1997), les datations se multiplient et deviennent possibles là où quelques années auparavant elles n’étaient pas envisageables. Grâce à la spectrométrie de masse par accélérateur (SMA 14C), qui permet de dater des microéchantillons de charbon et d’esquilles osseuses (Aujoulat et al. 1998), elles renouvellent peu à peu cette chronologie générale de l’art paléolithique, en minorant la complexité chronoculturelle des dispositifs pariétaux et des ensembles régionaux. Cet ensemble de données conduit à réorienter les recherches vers la réinsertion des œuvres paléolithiques dans leurs contextes économiques, sociaux et culturels, et à rompre avec le cercle des théories, trop éloignées des faits.

6Cette étude s’inscrit dans cette nouvelle approche, qui vise à définir le rôle de l’art dans la dynamique évolutive des sites d’habitat et dans la variabilité temporelle des occupations, à l’intérieur des systèmes techno-économiques du Paléolithique supérieur. En d’autres termes, il s’agit d’établir les relations qui existèrent entre l’art pariétal et le sol habité, entre le vécu quotidien et l’exceptionnel. Ainsi que le soulignait A. Leroi‑Gourhan : « L’organisation de l’espace habité n’est pas seulement une commodité technique, c’est, au même titre que le langage, l’expression symbolique d’un comportement globalement humain » (1965b). Cette voie de recherche interdisciplinaire semble indispensable à la caractérisation culturelle de l’art paléolithique. Cette dernière devra désormais être envisagée, non plus par le concept général de « style », qui confère à l’art une unité apparente dans une vaste vision évolutive ignorant le processus croissant de régionalisation, mais par l’intégration des œuvres à des cultures déterminées par des systèmes techno-économiques générateurs de particularismes originaux. Ainsi considérés, les rapports entre art et société tendent à abolir les cloisonnements établis et renforcent l’identité symbolique de chaque groupe.

7À cet axe principal de recherche, situé à la rencontre de plusieurs disciplines et méthodes, nous avons choisi de rapporter la culture solutréenne. La découverte des gravures rupestres de Foz Côa (Portugal) après celles de Siega Verde (Espagne), des gravures pariétales de la grotte du Placard (Charente), associées aux couches solutréennes sous-jacentes, de la grotte des Deux-Ouvertures (Ardèche), obstruée vraisemblablement après le passage des Solutréens, qui sont identifiés par une pointe à face plane caractéristique, et enfin des peintures et gravures de la grotte Cosquer (Bouches-du-Rhône) dont une partie des datations les rattache au Solutréen supérieur, a contribué à infirmer le présupposé d’un art solutréen pariétal relativement peu développé. Le nombre restreint des témoins d’art mobilier de cette période, pour laquelle le site du Parpalló (Gandía, Valencia) constitue une exception vu la quantité importante de plaquettes gravées et peintes découvertes, est sans doute en partie à l’origine de cette formulation. Les études menées actuellement sur les sites de la vallée du Douro et celle du Côa tendent à corroborer cette « révision » d’envergure par l’exemplarité de leur pluridisciplinarité. La répartition spatiale démesurée de ces gisements, par rapport à l’espace cloisonné des milieux souterrains, complexifie la progression des recherches, et il faudra de nombreuses années avant de pouvoir synthétiser cette masse de données archéologiques. La détermination fonctionnelle du contenu archéologique des sites anciennement fouillés doit également pouvoir bénéficier largement d’analyses technologiques, économiques, archéozoologiques, et éventuellement spatiales et taphonomiques. C’est ainsi que soixante ans après leur découverte, l’étude des formes œsculptées du Roc de Sers (Charente) et la révision des données anciennes concernant leur contexte chronostratigraphique, sont entreprises dans le cadre de ce travail sur la caractérisation de l’art du Solutréen et constituent aujourd’hui le premier volet de cette synthèse.

8Ce choix électif a été dicté par l’opportunité d’étude de l’ensemble archéologique de ce gisement, conservé au musée des Antiquités nationales. D’emblée, l’ancienneté des fouilles, menées par le Dr Henri‑Martin de 1907 à 1931 et par G. Henri-Martin et R. Lantier en 1951, a constitué un handicap majeur à la compréhension de l’appropriation de ce milieu ouvert par les groupes solutréens qui se sont succédé sur le versant nord de cette vallée, en raison de l’absence d’analyse palethnologique des sols d’habitat. Cependant, la richesse des témoins archéologiques et les nombreuses données consignées par les découvreurs ont contribué à restituer une partie du contexte direct, immédiat des représentations sculptées, et laissent entrevoir l’importance de ce site exemplaire dans le contexte solutréen franco-ibérique.

9Afin de conforter l’attribution solutréenne des fragments sculptés, la première partie de l’étude s’attache à définir les faits archéologiques tels qu’ils s’offrent à l’observation in situ et dans leur cadre de conservation actuel, et tels qu’ils ont été enregistrés au cours des fouilles du gisement et au moment de la découverte de ces éléments sculptés. Cette approche permet, de façon ponctuelle :

  • de préciser la nature géologique du site et son évolution au cours du temps, par l’apport des données morphoclimatiques établies de façon générale pour les abris-sous-roche ;

  • de déterminer la constitution des dépôts mis en place et leur modification naturelle et anthropique ;

  • de tenter une reconstitution de l’architecture naturelle du site telle qu’elle se présentait antérieurement au recul du front rocheux ;

  • de mettre en valeur une ou plusieurs unités d’habitations et la dynamique évolutive des relations spatio-temporelles entre ces entités, par la prise en compte de cinq matériels archéologiques : l’industrie lithique, l’industrie osseuse, l’art mobilier, la parure et la faune ;

  • de définir des phases d’occupation directement corrélées aux comportements socioculturels des groupes solutréens.

10Cet ensemble de données chronostratigraphiques et palethnologiques laisse entrevoir la nature du site d’habitat et celle des éléments sculptés mis au jour dans la couche inférieure du niveau anthropique, en fournissant les éléments de réponse aux questions qu’ils suscitent. S’agit-il de blocs détachés des parois au cours du recul du front rocheux, et donc dérivant directement de l’art pariétal stricto sensu, sculptés et agencés ultérieurement par les groupes solutréens qui occupèrent cette partie de la vallée du Roc, ainsi que l’avait envisagé le Dr Henri-Martin (1928g), et à sa suite la plupart des préhistoriens ? Ou s’agit-il, au contraire, des fragments d’une frise sculptée pariétale, démantelée naturellement et correspondant à l’effondrement du fond de l’abri-habitat où elle avait été exécutée, comme en témoignèrent les sculptures encore solidaires du banc rocheux au moment de leur découverte à l’aplomb de la grotte du Roc ? S’agissait-il d’un habitat permanent ou d’une succession d’occupations saisonnières, au sein duquel ou desquelles le dispositif sculpté joua un rôle déterminant dans la variabilité temporelle des occupations ?

11La confrontation de ces résultats avec la date 14C de 19 230 ± 300 BP (Gif-3609), obtenue sur des ossements brûlés prélevés dans le dépôt anthropique du talus sous-jacent à la grotte du Roc, au cours de la reprise des fouilles de cette partie du site d’habitat en 1951, tend à préciser l’attribution au Solutréen supérieur du site d’habitat et peut-être du dispositif sculpté. L’échantillon provenait du grand « foyer » qui recouvrait les sculptures solidaires de la paroi rocheuse, sur une longueur de 1,35 m et une épaisseur de 1 m. Son emplacement exact dans ce dépôt, préservé des derniers travaux de terrassement pratiqués en 1931, ne fut pas précisé. Cependant, la réalisation d’une autre datation à partir d’un échantillon prélevé sur l’un des fragments sculptés permet de vérifier et d’étayer ce résultat.

12La seconde partie de ce travail est consacrée à la définition des faits graphiques, tels qu’ils s’offrent à l’observation. Trois exigences préalables déterminent cette approche analytique :

  • une étude précise des données concernant l’emplacement d’origine des fragments sculptés, afin de définir l’organisation générale de la composition ;

  • une connaissance approfondie de la nature du support, permettant d’éviter toute confusion entre les particularités morphologiques naturelles de la paroi et les tracés anthropiques ;

  • la mise en place de moyens d’observation et d’enregistrement des données interdisciplinaires, afin de recueillir les informations techno-morphologiques qui participent directement de l’analyse. Une fois ces paramètres fondamentaux assurés, les liaisons thématiques qui existent, et ont peut-être existé, entre les représentations sont spécifiées et les constructions constitutives du discours symbolique sont mises en valeur.

13Le présupposé que les concepts véhiculés par des groupes de chasseurs solutréens dans cette région sont a priori différents des concepts qui sont à l’origine de la production artistique des Aurignaciens et des Gravettiens du Périgord justifie une analyse diachronique, afin de déterminer les configurations à la fois spécifiques et convergentes entre ces productions. Cette approche semble fondamentale pour la détermination de l’art du Solutréen à travers ses formes sculptées et pour la synthèse des connaissances sur la sculpture paléolithique. Elle conduit finalement à s’interroger sur la place exacte qui revient à l’expression figurative solutréenne dans l’ensemble de la production artistique du Paléolithique supérieur, sur les comportements humains en jeu et sur les phénomènes culturels qu’ils traduisent. Cet examen strictement technique du support et des figurations, qui constitue le troisième temps de cette étude, est destiné à la spécification de chacun des processus techniques mis en œuvre et à la définition des procédés techniques de la sculpture solutréenne.

14Le vocabulaire technologique général mis au point par les historiens de l’art est en partie impropre à la désignation des étapes techniques d’élaboration des sculptures du Paléolithique supérieur. Nous envisageons donc une révision terminologique afin d’apporter une cohérence à l’analyse et proposons un modèle de chaîne technique dans lequel sont détaillés les gestes et les séquences gestuelles, depuis le choix morphologique du support, jusqu’à sa transformation. Enfin, une analyse comparative avec les procédés de la technique sculpturale élaborés par les Aurignaciens, les Gravettiens et les Magdaléniens permet de dégager les innovations technologiques solutréennes.

15La dernière phase développe les conventions stylistiques propres à l’art sculpté solutréen du Roc de Sers, en soumettant à un examen approfondi et en réunissant les données acquises séparément pour chaque unité graphique. En partant du postulat que la sculpture, plus encore que la gravure et la peinture, fixe ces conventions au sein des ensembles culturels en les synthétisant dans la pierre, ce que A. Chastel traduit par le « pouvoir symbolique immédiat de la sculpture » (1989), nous proposons un cadre référentiel destiné à la caractérisation de l’art du Solutréen supérieur. Ce cadre est établi sur la base des résultats issus du rapprochement de ces conventions avec les données techniques et chronostratigraphiques. À la lumière de ces conclusions, nous tentons de réinsérer le dispositif pariétal dans le cadre contextuel du Solutréen franco-ibérique.

16Cette étude conforte l’idée que la confrontation de l’analyse des faits graphiques avec les données archéologiques constitue la base indispensable des recherches actuelles relatives à la définition culturelle de l’art paléolithique. Elle représente une étape de la recherche et non son aboutissement, c’est pourquoi nous ne nous dissimulons pas que les réponses apportées aux questions, dont l’ambition est de mieux connaître les concepts qui régissent les activités de l’homme solutréen, demanderont à être précisées par l’apport de nouvelles disciplines et les données des sites solutréens en cours d’étude.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search