Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Remerciements

Texte intégral

1Au terme de cette recherche, je mesure la valeur et la richesse des rencontres qui ont jalonné ce parcours et l’aide constante et généreuse de mes amis et collègues. Sans cette précieuse bienveillance, ce travail n’aurait pu aboutir. Qu’ils trouvent dans cet ouvrage le témoignage de ma profonde gratitude.

2Denis Vialou, professeur au Muséum national d’histoire naturelle et directeur de cette recherche, occupe une place particulière dans mes remerciements. Depuis le début de mon immersion dans la culture solutréenne, et celle-ci a commencé sur le campement solutréen de Fressignes (Indre) dont il dirige la fouille, il a su encourager mon travail. Son regard critique, à la fois inexorable et amical, porté à la progression de mes idées, a contribué à leur perfectionnement et à la soutenance de ma thèse de doctorat en juin 1999. Pour la confiance qu’il m’a témoignée, je lui adresse simplement, ainsi qu’à son épouse Agueda, un grand merci.

3Yvette Taborin, professeur émérite à l’université de Paris I, recevra ici ma plus fidèle et sincère reconnaissance. La richesse et la rigueur de son enseignement sont à l’origine de mon intérêt pour l’art paléolithique. Ce travail doit beaucoup à nos conversations franches et stimulantes, qui ont été une source inestimable d’inspiration.

4Henri Delporte, inspecteur général honoraire des musées de France, a toujours été attentif à mes idées et mes interrogations sur cette frise sculptée solutréenne, et nos discussions ont été des plus enrichissantes. Je ne saurais le remercier assez pour sa grande générosité et ses encouragements qui n’ont jamais fait défaut.

5Spécialistes de l’art paléolithique et de la culture solutréenne, et membres de mon jury de thèse, M. Rodrigo de Balbín Behrmann, professeur à l’université de Alcalá de Henares (Madrid), M. Valentín Villaverde Bonilla, professeur à l’université de València (Valence) et M. Jean-Michel Geneste, conservateur de la grotte de Lascaux, ont enrichi ce travail de leurs critiques objectives et constructives. Je leur exprime ici ma plus profonde gratitude pour cette précieuse contribution.

6Je dois l’obligeance à Patrick Périn, directeur du musée des Antiquités nationales, et à son prédécesseur Alain Duval, de m’avoir offert la possibilité d’étudier l’ensemble du matériel archéologique du Roc de Sers. En me nommant chargée de mission, Patrick Périn m’a témoigné sa confiance et je lui adresse ma plus vive reconnaissance. Dans le cadre de ce travail de valorisation des collections, il m’a accordé les moyens financiers nécessaires à la datation de l’échantillon de charbon prélevé sur l’un des fragments de la frise sculptée, et à la reproduction de mes relevés graphiques grandeur nature. Cette contribution a participé grandement à la progression de l’étude de ce matériel archéologique.

7La rencontre avec Françoise Breton, petite-fille du Dr Henri-Martin, a constitué une formidable opportunité de pouvoir retracer, en sa compagnie, l’histoire des recherches de ce préhistorien exceptionnel. Je la remercie, ainsi que son époux, pour ces instants mémorables passés au logis du Peyrat (Charente) et pour leur accueil si chaleureux, leur extrême gentillesse et leur générosité, autant d’extraordinaires qualités qui participent à l’enrichissement des travaux de recherche. Grâce à leur autorisation, j’ai pu effectuer de nombreuses observations sur le site d’habitat et conforter au fur et à mesure les résultats de l’analyse du matériel archéologique. Qu’ils trouvent dans ces pages l’expression de ma profonde sympathie.

8Jean-François Baratin, conservateur régional de l’archéologie de la Région Poitou-Charentes, en donnant son accord et en fournissant l’aide technique à la réalisation du relevé topographique du site d’habitat, a contribué à une meilleure connaissance de cette partie de la vallée du Roc. Je lui rends hommage pour cette généreuse coopération scientifique. Jean-François Mariotti, topographe au service régional de l’archéologie de la région Poitou-Charentes, s’est chargé de ce relevé et je tiens à le remercier pour son professionnalisme et son amicale collaboration. Véronique Dujardin, conservateur du patrimoine au service régional de l’archéologie de la région Poitou-Charentes, a procédé au relevé des galeries collatérales de la grotte du Roc et je la remercie sincèrement pour son aide technique, mais également pour son amitié et sa bienveillance.

9François-Xavier Chauvière, assistant à l’université de Neuchâtel, a eu l’extrême gentillesse d’effectuer les observations préliminaires du matériel osseux du site. Je lui suis reconnaissante de la pertinence de ses analyses qui ont contribué à enrichir les résultats présentés. Son amitié ainsi que celle de son épouse Ingela ont été un formidable soutien moral et je leur exprime ici ma plus profonde sollicitude.

10La rédaction d’un tel travail a pu être enrichie d’une relecture sérieuse. Je ne saurais donc assez remercier Nicole Labarre, ingénieur CNRS (Gallia) et Anne Bertrand, docteur en Préhistoire, pour leur disponibilité et leur réconfortante amitié.

11La qualité iconographique de cet ouvrage n’aurait pas été telle sans l’aide précieuse d’André Rigaud, préhistorien berrichon et merveilleux photographe, ainsi que celle de Christophe Bailly, remarquable infographiste du CNRS-ENS. Je leur adresse mes remerciements les plus sincères et mon meilleur souvenir.

12Le concours de l’association Préhistoire quercinoise et du Sud-Ouest, sous la houlette de son président Claude Lemaire, auquel aucun problème « administrativo-archéologique » ne résiste, a été d’un grand secours à des moments clés de la réalisation de ce livre. Je lui adresse ici ma profonde amitié et je remercie les membres du conseil d’administration pour leur précieuse collaboration.

13Patience et rigueur ont été nécessaires à la réalisation matérielle de cet ouvrage et c’est avec une grande humilité que je rends hommage à Dominique Jourdy (ministère de la Culture et de la Communication) et à ses collaborateurs, pour avoir contribué, avec ces deux qualités, à la mise en forme éditoriale de mon manuscrit.

14Mon ultime dédicace est faite de reconnaissance et d’affection ; elle retourne à ma famille, qui, avec beaucoup de courage et de patience, a su gérer au mieux les sacrifices et les désagréments qu’impliquait ce défi.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search