Version classiqueVersion mobile

L’art solutréen du Roc de Sers (Charente)

 | 
Sophie Tymula

Liminaires

Patrick Périn et Jacqueline Léopold-Kerymel

Texte intégral

1Tous les préhistoriens connaissent la richesse de la Charente en gisements paléolithiques, dont certains sont connus depuis la seconde moitié du xixe siècle.

2Les fouilles récentes ont confirmé l’importance du peuplement de cette région durant les phases anciennes du Paléolithique, mais elles ont éclipsé quelque peu l’intérêt pour les sites fouillés anciennement. On se réjouira donc du présent travail concernant la frise sculptée du site d’habitat du Roc de Sers que Sophie Tymula, soixante-dix ans après sa découverte par le docteur Léon Henri-Martin et sa donation au musée des Antiquités nationales, tente de réinsérer dans son contexte économique, social et culturel.

3La richesse des informations relatives à cette frise sculptée, qui peut être perçue à présent comme une frise pariétale monumentale d’une dizaine de mètres de long, et la mise en évidence de nouveaux procédés technologiques d’élaboration des sculptures à partir du Solutréen, renouvellent complètement la connaissance de ce site majeur et ouvrent des perspectives fécondes pour l’analyse de l’art solutréen et de l’art paléolithique en général.

4En outre, on peut attribuer à l’auteur un double mérite : celui, d’une part, d’avoir réuni une documentation suffisamment novatrice et importante (à partir des archives du docteur Henri-Martin, de l’observation directe et du relevé des fragments sculptés, de l’analyse du matériel archéologique et d’études topographiques sur le terrain) afin d’opérer une révision des différentes occupations archéologiques et de les rapporter à la frise et à son élaboration ; celui, d’autre part, d’avoir maîtrisé les problèmes qui se posent dès que l’on se trouve confronté à des données issues de fouilles réalisées en tranchées, alors en usage dans les années trente.

5Par son apport scientifique et son approche méthodologique exemplaire, cet ouvrage constitue une étape significative dans l’étude de l’art paléolithique. Il conforte l’idée que l’étude de collections anciennes et la recherche scientifique, telle qu’elle est définie actuellement, sont parfaitement conciliables. Ce travail va, sans nul doute, servir de référence pour les travaux futurs dans le domaine de l’art paléolithique.

6Le bilan que nous présente Sophie Tymula constitue le premier volet de l’étude de ce gisement. Des travaux concernant les autres témoins de la culture matérielle du site sont en cours avec la collaboration de plusieurs spécialistes et viendront compléter cette première synthèse. Ce n’est qu’à l’issue de ce vaste programme d’étude que l’on sera à même de mesurer toute l’ampleur de la contribution de ce gisement à la connaissance des sociétés paléolithiques d’Europe de l’Ouest.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search