Version classiqueVersion mobile

Bettencourt-Saint-Ouen (Somme)

 | 
Jean-Luc Locht

Conclusions

J.-L Locht, Pierre Antoine, Stéphane Révillion, Colette Swinnen, Jean-Paul Caspar et Patrick Auguste

Texte intégral

1Situé à l’ouest de la grande zone lœssique européenne, le gisement de Bettencourt se trouve sur le versant d’une petite vallée sèche se rattachant au réseau hydrographique de la Somme. Dans le N-O de la France, cette position topographique est fréquente pour les sites de plein air du Paléolithique moyen.

2La fouille préventive menée durant le printemps 1995 a permis d’individualiser cinq occupations du Paléolithique moyen dans une stratigraphie exceptionnellement dilatée pour le Weichsélien ancien. Ce bilan pédosédimentaire remarquable a pu être conservé grâce à la présence, en bas de versant, d’une poche de sous-tirage karstique qui en a favorisé la conservation. Le remplissage de cette cuvette a permis de définir avec une grande précision la position chronostratigraphique des occupations paléolithiques.

3Les données stratigraphiques et paléopédologiques originales fournies par ce site apportent des éléments fondamentaux pour la reconstitution des paléoenvironnements et l’interprétation chronostratigraphique de cette période de transition complexe entre l’interglaciaire éemien et le Pléniglaciaire inférieur du Weichsélien, soit entre 112 000 et 68 000 BP.

4D’après sa position dans le profil L1, le plus ancien des cinq niveaux paléolithiques (N3b) est contemporain du début de la phase de péjoration climatique postérieure à l’Éemien (stade de Herning). À ce jour, il s’agit de la seule occupation en place trouvée sur un gisement de plein air du nord de la France, contemporaine du stade isotopique 5d. Il s’agit d’une industrie dans laquelle des systèmes techniques de production lithique variés (débitage Levallois, discoïde, laminaire…) coexistent. À l’intérieur de chacune de ces chaînes opératoires, les schémas productifs démontrent une grande souplesse technique. Cette composition techno-typologique apparaît originale dans le tableau du Paléolithique moyen du Début Glaciaire weichsélien (tabl. XL). L’analyse de la répartition spatiale des vestiges et de leurs remontages démontre une production locale des supports.

5Contemporain de la fin du stade 5d, le niveau N3a n’est représenté que par un petit poste de débitage ainsi qu’une quarantaine d’artefacts. Un remontage presque complet met en évidence une production laminaire selon un mode opératoire direct bipolaire.

6Le niveau principal (N2b) est le plus riche et le plus dense. Il est omniprésent dans les trois secteurs de l’aire de fouille. Situé à la base du sol gris forestier, il est attribué au stade isotopique 5a. En l’absence de corrélation stratigraphique entre les trois zones de faire de fouille, la contemporanéité des secteurs 1 et 2 d’une part, et du secteur 3 de l’autre, est probable, mais non certaine.

7Si l’on compare le matériel provenant de chacune des trois zones, le secteur 3 s’individualise par rapport au deux autres, qui apparaissent assez semblables quant à leur composition technologique et typologique. Dans les secteurs 1 et 2, les chaînes opératoires dominantes sont le débitage Levallois et surtout le débitage laminaire qui s’expriment selon des modalités de production assez variées. Dans le secteur 3, les activités de taille sont principalement axées vers la production de pointes selon un débitage Levallois unipolaire convergent.

8La présence de restes osseux dans les gisements du Paléolithique moyen de plein air d’Europe occidentale est très rare en contexte lœssique. Deux espèces sont représentées, le Cheval et l’Aurochs. Leur présence témoigne d’un environnement ouvert et continental au début du stade isotopique 5a. Retrouvés dans le secteur 3, dans une position stratigraphe identique à celle du niveau N2b, ces restes sont associés à une industrie lithique originale. La relation entre ces systèmes productifs et l’exploitation de la grande faune a été étudiée par le biais d’une étude tracéologique. Cette dernière a démontré un important travail du bois et a permis d’identifier de nombreuses traces de boucherie, pour laquelle les pointes Levallois ont été produites. Dans le secteur 2, mais surtout dans le 3, ces activités semblent se concentrer en périphérie des amas de débitage et dessinent des aires d’activités spécifiques, parfois dans des zones pauvres en artefacts lithiques. Ces zones et les amas sont mis en relation par le biais des remontages, qui ont démontré des prélèvements d’artefacts au sein des postes de taille et des déplacements vers les zones périphériques. L’ensemble de ces données permet d’entrevoir une structuration cohérente de cette halte de chassseurs du Paléolithique moyen.

9D’après les données géologiques, le niveau N2a est contemporain du début du stade isotopique 5b. Il n’a pu être identifié que sur quelques mètres carrés dans le secteur 3. Le peu de matériel dont il est composé est identique à celui du niveau N2b, axé sur la production de pointes et de lames selon un débitage unipolaire convergent, ce qui lui confère un profil technologique également similaire à celui du niveau N2b.

10Enfin, la dernière occupation du gisement, le niveau N1, a été retrouvée à l’intérieur d’un sol isohumique de type steppique correspondant au premier des trois sols steppiques (SS2 ; stade isotopique 5a) du stratotype de Saint-Saufflieu, qui évoque un environnement ouvert, froid et sec. D’un point de vue chronologique, ces sols marquent la fin du Weichsélien ancien et sont datés entre 72000 et 68000 BP (fig. 145). L’industrie lithique est composée de plusieurs schémas de production (lames, pointes et éclats) et ne diffère pas fondamentalement des occupations antérieures.

FIG. 145
Position des cinq niveaux de Bettencourt-Saint-Ouen dans le cadre chronostratigraphique du N-O de la France.

11D’un point de vue paléoenvironnemental, le site de Bettencourt-Saint-Ouen livre des données fondamentales pour la connaissance du Début Glaciaire weichsélien. Les industries lithiques montrent une pérennité dans les différents systèmes de production qui répondent aux mêmes besoins pendant près de 40 000 ans. Cette observation démontre le poids des traditions culturelles face aux modifications de l’environnement.

12En ce qui concerne les modalités d’implantation dans le paysage, la récurrence des occupations sur un même versant est un fait avéré sur de nombreux autres gisements du Nord-Ouest européen. À l’intérieur du gisement, l’analyse spatiale de la répartition des vestiges démontre une structuration interne des trois niveaux principaux, qui permet d’appréhender de façon sensible le mode de vie des populations humaines du début de la dernière glaciation.

Table des illustrations

Légende FIG. 145 Position des cinq niveaux de Bettencourt-Saint-Ouen dans le cadre chronostratigraphique du N-O de la France.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

Auteurs

Inrap, ESA 8018 du CNRS, Préhistoire et Environnements quaternaires de l’Europe du Nord-Ouest, Unité Stratigraphie et Paléoenvironnements quaternaires, UFR de Géographie, Lille I.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search