Version classiqueVersion mobile

Bettencourt-Saint-Ouen (Somme)

 | 
Jean-Luc Locht

Chapitre 3. Valeur et signification

Jean-Luc Locht et Stéphane RévilIion

Texte intégral

3.1 Valeur et signification techno-typologiques des séries lithiques

1La position chronostratigraphique et la composition des séries lithiques de Bettencourt apportent de nouveaux éléments de réflexion à propos de la variabilité des chaînes opératoires du Paléolithique moyen en Europe septentrionale. L’exceptionnelle dilatation de la séquence stratigraphique a permis d’identifier trois occupations principales (N3b, N2b et N1) qui s’étagent dans des unités différentes, plus particulièrement dans le secteur 3 (cf. supra Antoine § 1.1).

3.1.1 L’influence de la matière première sur le choix des schémas productifs

2L’influence exercée par la matière première sur le choix des schémas productifs semble perceptible au sein de l’ensemble des séries étudiées. Les remontages réalisés montrent que, dans le cas de la chaîne opératoire laminaire, des schémas de faible technicité (directs, unipolaires, bipolaires) sont adoptés lorsque les convexités naturelles des blocs s’y prêtent. Par contre, en présence de rognons de morphologie plus contraignante, les tailleurs utilisent des processus de type paléolithique supérieur.

3Dans le cas du débitage des pointes, la morphologie des blocs semble prévaloir, car ils sont souvent sélectionnés pour leur forme triangulaire et mis en œuvre grâce à un schéma opératoire Levallois unipolaire convergent ou non Levallois. Une distinction semble devoir être faite pour les schémas opératoires non Levallois, identifiés grâce à certains nucleus appartenant aux séries N3b et N2b3. En effet, plusieurs remontages montrent que la forme des blocs peut avoir été rectifiée pour favoriser la production d’élément à bords convergents. Cette opération, parfois répétée, intervient lors de phases d’entretien spécifiques à la mise en œuvre de plusieurs surfaces successivement sécantes ou à la production en séries.

3.1.2 Nouvelles données sur la variabilité des schémas et des chaînes opératoires au Paléolithique moyen

4Les séries de Bettencourt permettent d’étudier certaines expressions inédites de la variabilité des schémas et des chaînes opératoires sur un site où la chronologie et l’évolution du cadre paléoenvironnementale des différentes occupations humaines sont strictement définies, entre le stade 5d et le stade 5a.

3.1.2.1 Les schémas opératoires

5Certains nucleus des séries N3b, N2b1 et N2b2 portent les traces de deux types de schémas : direct à lames puis à éclats ou laminaire de type paléolithique supérieur puis à éclats. Ces associations originales sur un même nucleus démontrent la possibilité d’une rupture dans le déroulement d’un schéma opératoire et le passage à un schéma de modalité ou/et de finalité différente.

6Ce type de procédé, qui n’a été que très rarement décrit en Europe septentrionale, est l’illustration d’un comportement spécifique qui requiert d’importantes capacités d’adaptation et une certaine maîtrise technique des processus de production lithique.

7L’ensemble N2b3 fournit d’autres arguments en ce sens, car la chaîne opératoire à pointes y est caractérisée par la coexistence d’un débitage Levallois unipolaire convergent et d’un débitage non Levallois grâce à des surfaces successivement sécantes. Ceci démontre que des solutions techniques originales peuvent être adoptées en alternative à des modalités de débitage plus classiques, pour obtenir des produits comparables. Le fait que des schémas opératoires de conceptions différentes permettent de produire des pièces de même type, lorsqu’ils incluent une modalité de production identique, a déjà pu être constaté pour le débitage des éclats (Boëda 1990 ; Tuffreau, Révillion 1996) et des lames (Révillion 1993), mais n’avait pu être clairement démontré, comme c’est le cas ici, pour le débitage des pointes.

3.1.2.2 Les chaînes opératoires

8Le poids respectif des différentes chaînes opératoires dans la composition des assemblages lithiques et la nature de la coexistence, parfois très originale, des systèmes productifs, constituent l’un des traits caractéristiques des industries de Bettencourt.

9Dans les trois séries principales, la chaîne opératoire à éclats est constituée par des schémas Levallois et non Levallois (tabl. XXXIX), connus au sein de nombreuses industries du Paléolithique moyen (Boëda et al. 1990 ; Tuffreau, Révillion 1996). Sur ce point, la composition des séries N2b et N1 est assez classique. Mais, la coexistence de schémas opératoires discoïdes, d’un débitage non Levallois à partir de surfaces successivement sécantes et de schémas opératoires Levallois et récurrents distinguent nettement l’ensemble N3b.

TABL. XXXIX
Caractéristiques technologiques des trois niveaux principaux de Bettencourt-Saint-Ouen (N3b, N2b et N1).

10En ce qui concerne la chaîne opératoire laminaire, de nombreux éléments de comparaison existent avec les industries de Seclin (Nord), de Saint-Germain-des-Vaux/Port-Racine (Manche) ou du Niveau CA de Riencourt-lès-Bapaume (Pas-de-Calais), car les lames y sont produites grâce à des schémas opératoires non Levallois (direct, tournant, semi-tournant, sur éclat). Les séries de Bettencourt sont donc apparentées à ce qu’il est désormais convenu d’appeler les industries laminaires de la phase récente du Paléolithique moyen (Révillion, Tuffreau 1994). L’association des schémas laminaires est bien sûr différente en fonction des niveaux et il faut souligner l’originalité des nucleus portant les traces successives de deux schémas opératoires de finalités différentes (lames et éclats) dans les séries N3b et N2bl et N2b2.

11Quel que soit l’ensemble lithique considéré, la chaîne opératoire à pointes possède une structuration particulière. Elle est surtout dominée par un schéma opératoire Levallois unipolaire convergent qui est une des constantes de ces séries. Ce type de schéma est pratiqué en Europe septentrionale, dès le début de la phase ancienne du Paléolithique moyen (stade isotopique 8) (Tuffreau, Révillion 1996). Mais à Bettencourt, les remontages montrent que la mise en œuvre des nucleus est gérée avec une certaine économie de gestes, favorisée par la morphologie des blocs de matière première. De même, le nombre et l’intensité des séquences productives sont souvent limités. Ces caractéristiques technologiques évoquent assez précisément ce qui a pu être observé en Haute-Normandie, au sein de l’industrie du gisement des Terres Hautes Sud à Houppeville, attribuée à la phase récente du Paléolithique moyen (Vallin 1988 ; 1992) (fig. 139, 140). Dans le Val-d’Oise, à Villiers-Adam, le gisement du Petit Saule a révélé une industrie contemporaine du Début Glaciaire weichselien, où ce type de débitage Levallois est pratiqué avec un souci économique comparable (Locht et al. 1997) (fig. 141).

FIG. 139
Houppeville/Les Hautes Terres Sud (Seine-Maritime) : A – 1 Remontage sur un nucleus unifacial unipolaire. 2 Nucleus Levallois unipolaire convergent. 3 Nucleus bifacial unipolaire. B Remontage des nucleus F1 no 6 et F2 no 9 (débitage Levallois récurrent unipolaire convergent et débitage multipolaire multifacial).

(d’ap. Vallin 1992).

FIG. 140
Houppeville/Les Hautes Terres Sud (Seine-Maritime). Débitage Levallois récurrent unipolaire convergent.

(d’ap. Vallin 1992).

FIG. 141
Villiers-Adam/Le Petit Saule (Val-d’Oise). Remontage d’un bloc exploité selon un débitage unipolaire convergent sur deux surfaces successives

(d’ap. Locht et al. 1997).

12Certaines comparaisons doivent être faites avec le Proche-Orient, où un débitage Levallois unipolaire convergent caractérise de nombreuses industries moustériennes en Syrie, en Jordanie, au Liban et en Israël (Meignen 1995 ; 1996). Ainsi, les nucleus Levallois provenant des unités IX et X de la grotte de Kébara sur le mont Carmel en Israël (Meignen 1991 ; 1995 ; Meignen, Bar-Yosef 1992) peuvent être, sans difficultés, comparés à ceux de Bettencourt (fig. 142). Plus au sud, certains gisements égyptiens notamment celui de Makhadma, au nord de Louxor (Van Peer 1988), ont été découverts des nucleus Levallois à pointes assez spécifiques (Van Peer 1992 ; 1995) dont le débitage présente certaines affinités avec celui adopté à Bettencourt (fig. 143).

FIG. 142
Industrie lithique de kebara (Israël)

(d’ap. Meignen 1991).

FIG. 143
Makhadma (Égypte). Nucleus nubien remonté

(d’ap. Van Peer 1988).

13Enfin, il est nécessaire d’évoquer la question des débitages de pointes en séries (N3b) ou à partir de surfaces multiples et sécantes (N2b3). Les comparaisons les plus évidentes peuvent être réalisées avec le niveau 2 du Petit Saule à Villiers-Adam, où la chaîne opératoire à pointes comprend des schémas dont les modalités ont permis le débitage de surfaces sécantes (fig. 140) (Locht et al. 1997).

3.1.3 La variété de finalités des productions lithiques

14Comme c’est le cas pour de nombreuses industries du Paléolithique moyen en Europe septentrionale, le faible pourcentage des outils retouchés dans les séries de Bettencourt évoque la possibilité de l’existence d’outils a posteriori (Bordes 1961), constitués par des produits de débitage recherchés pour leurs tranchants bruts.

15Dans certains assemblages comme N3b et N2b3, les outils de type paléolithique moyen comme les racloirs, les outils à bords convergents, les encoches et les denticulés sont indifféremment aménagés sur éclats et sur lames. Ces dernières servent également de support pour les outils de type paléolithique supérieur. Par contre en N2b2, les éclats servent à la confection de l’outillage de type paléolithique moyen et les lames sont préférentiellement choisies pour l’outillage de type paléolithique supérieur comme les grattoirs, les lames à dos abattu ou les burins (fig. 144).

FIG. 144
Caractéristiques typologiques des trois niveaux de Bettencourt-Saint-Ouen (N3b, N2b2 et N2b3).

16Ce dernier type de sélection des supports de l’outillage retouché établit un parallèle entre la nature des schémas opératoires adoptés et la typologie de certains outils. D’ailleurs, un burin sur lame raccordé à un nucleus laminaire de type paléolithique supérieur révèle l’existence d’un lien entre la structure technologique et la structure fonctionnelle de l’ensemble N2b2. L’étude tracéologique n’a malheureusement pas pu confirmer ce dernier point, comme cela a été possible pour l’industrie lithique du niveau CA de Riencourt-lès-Bapaume (Pas-de-Calais) (Tuffreau 1993). En effet, les outils de type paléolithique supérieur sont peu nombreux au sein des séries de Bettencourt et les quelques exemplaires mis au jour n’ont pas montré de traces d’usage.

17En ce qui concerne les lames et comme signalé plus haut, il semble qu’une partie de la production fasse défaut, comme c’est le cas dans la série N2b2 démontrant ainsi la mobilité de ce type de supports en dehors de faire fouillée. Enfin, on constate que l’outillage retouché de la série N1, qui marque le dernier épisode d’occupation du site, est exclusivement aménagé sur éclat.

3.1.4 D’importantes précisions sur le comportement technologique

18Il n’est sans doute pas inutile de rappeler que les séries de Bettencourt sont produites durant le stade isotopique 5, qui correspond à une période d’occupation optimale de l’Europe et coïncide avec l’importante diversité des méthodes de débitage, vraisemblablement la plus grande que l’on observe au sein des séries lithiques dans cette région (Tuffreau, Révillion 1996). Même si cela reste un fait dont la rareté mérite d’être soulignée, il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la plus grande partie des schémas opératoires adoptés au Paléolithique moyen, en Europe septentrionale, soient présents au sein de certaines des séries de Bettencourt.

19La coexistence de trois chaînes opératoires réservées respectivement à la production d’éclats, de pointes et de lames, comme c’est le cas des séries lithiques de Bettencourt, a déjà été mise en évidence dans le nord de la France, grâce à plusieurs industries à composante laminaire, contemporaines du stade isotopique 5c (Seclin, Riencourt-lès-Bapaume, Saint-Germain-des-Vaux ; Révillion 1994). Les observations réalisées à partir des séries N3b, N2b et N1 démontrent la récurrence et l’apparente pérennité de ce comportement technologique, qui existe sur un même site, dès la fin du stade isotopique 5d, au début du stade 5c et à la fin du stade 5a. Il n’est donc pas possible de le considérer comme un événement anecdotique, et encore moins comme la seule expression de l’adaptation des populations aux conditions changeantes de leur environnement (tabl. XL).

TABL. XL
Apport de l’étude du gisement de Bettencourt-Saint-Ouen.

20Cette particularité témoigne de l’étendue des connaissances des populations ayant séjourné sur ce site. S’agissant d’un large éventail de possibilités utilisées par un groupe humain à une époque donnée, puis à une autre, par d’autres, on peut donc penser que ce comportement est transmissible. La productivité des méthodes, la souplesse et l’efficacité des modalités de production, l’adéquation des produits et l’évolution des outillages sont autant de raisons qui pourraient en justifier la diffusion.

21C’est la raison pour laquelle l’aire de dispersion géographique des industries apparentées aux séries de Bettencourt-Saint-Ouen, en Europe septentrionale et orientale, au Proche-Orient et en Afrique, possède une signification particulière, qui semble liée à la mobilité des populations, des objets et des idées (Révillion 1994). C’est en tout cas ce que paraissent indiquer la diminution du nombre des gisements et l’appauvrissement (composition et structure) des chaînes opératoires en Europe septentrionale, à partir du stade 4 (Tuffreau, Révillion 1996), au moment de l’instauration des conditions pléniglaciaires.

22Il semble donc que la problématique de la variabilité des industries du Paléolithique moyen en Europe septentrionale puisse être enrichie de manière significative par l’étude des industries à composante laminaire, dont l’existence et l’importance ne sont pas liées à ce que certains ont pu considérer comme un « effet de mode » (Delagnes, Ropars 1996), hypothétiquement répandues par un type d’approche technologique, certes plus globale et plus révélatrice que le simple décompte des industries.

3.2 Données comportementales issues de la répartition des vestiges

23L’analyse spatiale des gisements de plein air du Paléolithique moyen est en général difficile à appréhender (Farizy 1989). L’absence de faune limite souvent les interprétations palethnographiques, de même que celle des structures clairement identifiables telles que les foyers construits.

24Les cinq séries de Bettencourt-Saint-Ouen apportent des renseignements de valeur inégale sur la répartition spatiale des vestiges. Les deux séries les moins riches (N3a et N2a) ne peuvent être interprétées sous cet aspect.

25Les ensembles lithiques N3b et N1 présentent des concentrations d’artefacts et des zones de débitage, évidentes ou non (cf supra § 2.3.2 et 2.7.2). Leur apport est limité sur le plan de l’analyse spatiale, mais la répartition des vestiges est celle que l’on retrouve fréquemment sur les sites de plein air du Paléolithique moyen de la France septentrionale qui ont fait l’objet de fouille de grande superficie (sires de la vallée de la Vanne : Depaepe, Locht 1994 ; Villiers-Adam : Locht et al. 1997) ou de la vallée du Rhin (Conard 1998). Le niveau N2b, en revanche, permet une finesse d’analyse rare pour les sites de cette période. Le secteur 1 (N2bl) est difficile à caractériser en l’absence de concentrations et de remontages significatifs. Mais le profil techno-typologique de cette série le rapproche de celle du deuxième secteur. La présence d’un atelier de production de lames bien conservé dans le secteur 2 est un fait remarquable. À quelques mètres au nord, un rognon débité selon un schéma laminaire direct bipolaire a été remonté. Le reste des artefacts s’organise autour de ces deux concentrations. Le secteur 3 est caractérisé par la présence de plusieurs amas de débitage qui structurent l’espace occupé par les hommes préhistoriques. Au sein de ces postes de débitage, des artefacts ont été prélevés pour le travail du bois et les activités de boucherie, mis en évidence par l’analyse fonctionnelle du matériel lithique. Pour des raisons taphonomiques évidentes, les matériaux végétaux ligneux ne sont qu’exceptionnellement conservés sur des gisements de plein air du Paléolithique inférieur et moyen du nord-ouest européen. L’importance du travail du bois au Paléolithique moyen constitue un fait reconnu et avéré (Lerhingen, Schöningen, Clacton-on-Sea…). Les résultats obtenus dans le niveau N2b, s’ils ne permettent pas d’identifier le but de ce type de travail, en attestent néanmoins la présence et les activités pratiquées (scier, racler…).

26Les travaux liés à la découpe du gibier ont permis d’identifier des zones de boucherie, parfois très proches, voire communes à celles du travail du bois.

27L’étude combinée des remontages et de l’analyse fonctionnelle d’une importante partie des supports bruts et de l’outillage retouché a autorisé la reconstitution d’une dynamique de fonctionnement du gisement cohérente, dont les amas de débitage sont les points de départs.

28Au vu des conditions de conservation du niveau archéologique du niveau N2b (cf. supra § 2.1.1/ la cause de ces déplacements sur plusieurs mètres, voire une dizaine de mètres, est sans conteste d’origine anthropique. Des observations similaires ont été réalisées sur d’autres gisements de plein air dans le nord-ouest de la France, tels que Beauvais dans l’Oise (Locht, Patou 1998) et Villiers-Adam dans le Val-d’Oise (Locht 2001).

29Sur d’autres gisements du Paléolithique moyen, l’étude dynamique des remontages a également permis de décrypter une partie des informations latentes contenue au sein de niveaux moustériens tels que ceux de l’Abric Romani (Vaquera et al. 1998) et de Wallertheim (Conard et al. 1998). Des transports d’artefacts sont aussi attestés sur d’autres sites du Paléolithique moyen d’Europe septentrionale comme Rheindalen (niveau B 1) ou Maastricht-Belvédère (Roebroeks, Hennekens 1990). Sur ce dernier gisement, l’apport anthropique d’éléments en silex exogène produits en dehors de l’aire fouillée a en effet été évoqué.

30L’ensemble de ces observations permet de mettre en évidence une structuration de l’espace occupé par les chasseurs du Paléolithique moyen, dont l’ensemble n’est pas discernable de prime abord. Pour cette période et la région concernée, les seules « structures » évidentes – qui restent toutefois numériquement faibles en regard de la durée du Paléolithique moyen (près de 250 000 ans) – sont les amas de débitage. De plus, les foyers non construits sont extrêmement rares (Mauran, Beauvais…) sur les gisements de plein air et souvent non identifiables pour des raisons de taphonomie. L’une des seules méthodes de décryptage de ces « nappes d’artefacts » est l’appréhension dynamique des remontages. Si celle-ci ne répond pas à l’ensemble des questions qui se posent lors de l’analyse spatiale d’un gisement de plein air du Paléolithique moyen, elle permet toutefois de mettre en évidence des modalités comportementales qui peuvent dans certains cas atteindre la finesse d’interprétation de celle obtenues dans le secteur 3 de Bettencourt.

31Un fait remarquable est la répartition spatiale des artefacts des niveaux principaux (N3b, N2b, N1) dans le secteur 3. Les artefacts dessinent dans les trois cas une forme ovale d’orientation N-O/S-E localisée à droite de la dépression karstique. Cette orientation n’obéit pas à une contrainte topographique, à l’exception de la présence de la cuvette. L’hypothèse d’un remaniement de ces trois occupations dans des vallons de ruissellement est à écarter au vu des données issues des études géologiques et de l’analyse de la répartition des vestiges. Ce fait ne peut être expliqué, si ce n’est par sa position en bas de versant abrité des vents dominants et par la proximité probable d’eau dans le fond de cette petite vallée.

32La récurrence des occupations humaines sur un même site amène également à s’interroger sur les raisons de la fréquentation répétée de ces lieux, qui pourrait trouver une explication dans la transmission d’une connaissance d’un territoire (voie de communication par les vallées, gîtes de matière première, etc.), la répétition presque systématique de ce type d’observations ne pouvant être, d’un point de vue statistique, aléatoire.

Table des illustrations

Légende TABL. XXXIX Caractéristiques technologiques des trois niveaux principaux de Bettencourt-Saint-Ouen (N3b, N2b et N1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 139 Houppeville/Les Hautes Terres Sud (Seine-Maritime) : A – 1 Remontage sur un nucleus unifacial unipolaire. 2 Nucleus Levallois unipolaire convergent. 3 Nucleus bifacial unipolaire. B Remontage des nucleus F1 no 6 et F2 no 9 (débitage Levallois récurrent unipolaire convergent et débitage multipolaire multifacial).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende FIG. 140 Houppeville/Les Hautes Terres Sud (Seine-Maritime). Débitage Levallois récurrent unipolaire convergent.
Crédits (d’ap. Vallin 1992).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 141 Villiers-Adam/Le Petit Saule (Val-d’Oise). Remontage d’un bloc exploité selon un débitage unipolaire convergent sur deux surfaces successives
Crédits (d’ap. Locht et al. 1997).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 142 Industrie lithique de kebara (Israël)
Crédits (d’ap. Meignen 1991).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 143 Makhadma (Égypte). Nucleus nubien remonté
Crédits (d’ap. Van Peer 1988).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 144 Caractéristiques typologiques des trois niveaux de Bettencourt-Saint-Ouen (N3b, N2b2 et N2b3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende TABL. XL Apport de l’étude du gisement de Bettencourt-Saint-Ouen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21123/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteurs

Centre archéologique de Seclin, ESA 8018 du CNRS, Préhistoire et Environnements quaternaires de l’Europe du Nord-Ouest, Unité Stratigraphie et Paléoenvironnements quaternaires, UFR de Géographie, Lille I.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search