Version classiqueVersion mobile

Bettencourt-Saint-Ouen (Somme)

 | 
Jean-Luc Locht

Chapitre 2. Les occupations du Paléolithique moyen

Jean-Luc Locht, Colette Swinnen, Stéphane Révillion et Jean-Paul Caspar

Texte intégral

2.1 Méthodes d’études

2.1.1 Localisation et conditions de conservation des niveaux archéologiques

1Depuis leur abandon à la fin du Weichsélien ancien, les cinq niveaux archéologiques ont subi divers événements, favorables ou non à leur conservation. La préservation des niveaux selon leur position stratigraphique et leur localisation sur le versant ainsi que l’analyse de la répartition spatiale des artefacts qui en résulte sont tributaires de ces critères d’ordre taphonomique. L’évolution de la morphologie du versant semble en effet conditionner la localisation, mais également la conservation des différents niveaux archéologiques.

2Deux importantes phases érosives ont détruit le complexe de sols humifères et par conséquent démantelé les niveaux archéologiques présents à ces endroits. Trois secteurs ont ainsi été définis (fig. 25), au sein desquels le pédocomplexe Éemien/Weichsélien ancien est remarquablement préservé. Dans les deux vallons de ruissellement, les lœss récents (cf. supra Antoine § 1.1) reposent directement sur la craie.

FIG. 25
Distinction des trois niveaux archéologiques principaux selon le pendage ouest‑est du versant. En trait pointillé sur la projection verticale : zones érodées.

3La couverture de lœss récents, qui recouvre le complexe de sols, est d’une épaisseur de 0,50 m au maximum dans le secteur 1, de plus ou moins 1 m à 1,50 m dans le secteur 2 et de 1,50 m au minimum dans le secteur 3. Quelques artefacts attribuables au Paléolithique moyen (pointes Levallois, par exemple) se trouvent dans ces lœss récents (fig. 27). Leurs caractéristiques technologiques et leur état physique démontrent qu’ils proviennent des niveaux archéologiques moustériens érodés et qu’ils sont en position secondaire dans ces dépôts lœssiques.

4Les secteurs 1 et 2 sont situés sur la partie médiane du versant. Le secteur 3 est caractérisé par la présence d’une poche karstique en bas de versant (fig. 25), à côté de laquelle sont installées les trois occupations principales du gisement (N3b, N2b et N1) (fig. 26, 27 et 28).

FIG. 26
Localisation des artefacts du niveau N3b.

FIG. 27
Localisation des artefacts du niveau N2b. Dans les zones figurées en blanc, où les lœss récents reposent directement sur la craie, se trouvent des artefacts du Début Glaciaire en position secondaire.

FIG. 28
Localisation des artefacts du niveau N1.

5En raison du démantèlement par ruissellement des sols humifères dans les vallons, la stricte contemporanéité des différents niveaux archéologiques des trois secteurs de faire de fouille est difficile à établir, en l’absence de corrélation stratigraphique entre ces zones. Toutefois, en ce qui concerne le niveau N2b, un remontage entre un nucléus Levallois et un éclat d’ouverture de plan de frappe relie les secteurs 2 et 3 (fig. 29, 1).

FIG. 29
Remontage des artefacts du niveau N2b.

6Le niveau N3b est localisé dans la zone de la dépression karstique à la base de l’unité 10. En dehors de celle-ci, il repose directement sur le cailloutis. Les artefacts sont recouverts d’une patine blanche profonde. Dans les secteurs 1 et 2, il n’a qu’une valeur anecdotique, avec respectivement 30 et 23 artefacts. Il est en revanche plus important dans le secteur 3 (fig. 26).

7Le niveau N2b se trouve dans la partie inférieure d’un sol gris forestier (unité 7). Il a été piégé par une sédimentation colluviale lente et progressive, qui ne perturbe pas la répartition spatiale des artefacts, selon un modèle observable au Boréal (Antoine et al. 1998 ; Ducrocq 1999). L’horizon archéologique connaît une dispersion verticale de quelques centimètres à quelques dizaines de centimètres (fig. 30). Quelques pièces peuvent avoir été déplacées verticalement par des phénomènes de bioturbation liés à la mise en place et à l’activité du couvert forestier. Dans le secteur 1, les artefacts sont peu nombreux et souvent de petite taille. Dans la seconde zone, ils dessinent deux concentrations principales. Dans le secteur 3, le niveau archéologique est localisé en bordure nord-est de la dépression (fig. 27). Les artefacts de ce niveau s’articulent principalement autour de cinq amas de débitage principaux et de trois petits postes de taille secondaires (fig. 31).

FIG. 30
Projection verticale des artefacts. La partie gauche du profil est plus dilatée, car les niveaux sont en bordure de la dépression.

FIG. 31
Emplacement des amas de débitage du niveau N2b et de la dépression karstique.

8L’exceptionnelle dilatation de l’enregistrement pédosédimentaire du Début Glaciaire weichsélien dans la poche de sous-tirage karstique a permis à cet endroit une attribution chronostratigraphique très précise des cinq niveaux archéologiques qui sont présents dans le secteur 3. Les niveaux N2a (situé au contact entre les unités 6 et 7) et N3a (au sommet de l’unité 10) ne sont discernables en stratigraphie qu’à cet endroit de l’aire de fouille (fig. 7).

9Dans le reste de la zone fouillée, il semble possible que le niveau situé à la base du sol gris forestier (unité 7) soit le bilan des niveaux N2a et N2b, voire N3a (cf. supra Antoine § 1.1.3.2). Cependant, le très faible nombre de pièces clairement identifiées en stratigraphie et attribuées à ces deux niveaux secondaires (N3a : fig. 58 et N2a : fig. 131) autorise à penser que le niveau situé dans les premiers centimètres du sol gris forestier correspond, pour la grande majorité des vestiges, à une seule occupation (N2b). Des remontages ont été tentés entre les artefacts provenant des différents niveaux archéologiques, et ces essais se sont révélés totalement infructueux, ce qui tend à prouver la bonne définition de chacun des niveaux archéologiques.

10Cependant, même au sein d’une stratigraphique aussi dilatée que celle du site de Bettencourt-Saint-Ouen, le coefficient de certitude absolue n’existe pas en ce qui concerne l’attribution chronostratigraphique exacte des artefacts. Ainsi, l’amas de débitage no 6, qui est un petit poste de taille indépendant, est en position stratigraphique légèrement plus basse que celle du reste du niveau archéologique. Les premiers artefacts apparaissent à la base du sol gris forestier, et les plus bas sont contenus dans la partie supérieure de l’unité 9. Cet amas peut être contemporain de l’ensemble du niveau N2b, mais il n’est pas impossible qu’il soit légèrement antérieur, proche dans le temps de l’occupation N3a. Toutefois, en raison des parentés technologiques avec le niveau d’occupation principal, il a du point de vue des décomptes d’artefacts été considéré comme appartenant au niveau N2b. Ce point de détail n’a toutefois pas eu d’incidence sur l’interprétation de la répartition spatiale des artefacts ni sur les hypothèses de fonctionnement du gisement qui ont été proposées.

11Les niveaux N3b et N2b ne sont séparés, à certains endroits en bordure de la poche karstique, que par quelques centimètres. L’attribution stratigraphique à un des deux niveaux a été effectuée en fonction de la patine des pièces. De plus, des blocs ou des nucleus du niveau N3b ont été réutilisés lors de l’occupation N2b, comme le démontre le recoupement de négatifs d’enlèvements à patine blanche par d’autres, postérieurs et non altérés, contemporains de l’occupation N2b.

12La réalisation de quelques remontages entre des artefacts frais et des pièces à patine légèrement porcelaine a mis en évidence des modalités de recouvrement différentiel pour le niveau N2b (fig. 32). Dans ce cas, la patine faiblement bleuâtre est peu lustrée, ce qui la distingue nettement de celle du niveau inférieur N3b.

FIG. 32
Raccord des deux parties d’un artefact en silex du Turonien supérieur/Coniacien basal. La partie inférieure est affectée par une légère patine porcelainée. La partie supérieure n’est pas altérée. La distance en plan entre ces deux fragments est inférieure à 1 m et ils sont à la même cote NGF.

13Le niveau N1 se trouve au sein d’un sol isohumique de type steppique (unité 4 ; fig. 7, 12). La mise en place de ce matériau n’est pas perturbante. La dispersion verticale de ce niveau est peu importante, en moyenne une dizaine de centimètres. Dans les secteurs 1 et 2, il n’est représenté que par des artefacts épars. Dans le secteur 3, il est constitué de plus de trois cents artefacts caractérisés par la fraîcheur de leur état physique (fig. 28). Lors de cette ultime phase d’occupation du gisement, la cuvette était alors entièrement colmatée (fig. 7, 8).

14L’analyse de la répartition des vestiges des trois niveaux principaux N3b, N2b et N1, et plus particulièrement des remontages, laisse supposer l’unicité de chacun de ces horizons archéologiques, au sein desquels les événements se sont succédé depuis la production des outils jusqu’à leur utilisation sur place, comme cela a déjà été observé sur d’autres gisements de plein air du Paléolithique moyen européen (Conard 1998). Les sédiments sont décarbonatés, ce qui a empêché la conservation des restes osseux et d’éventuels restes végétaux ligneux dans la plus grande partie de l’aire de fouille. La faune conservée a été retrouvée en bordure nord-est du secteur 3 (fig. 33), dans une zone où le sol gris forestier repose directement sur le substrat (fig. 34). À cet endroit, la proximité de la craie a limité la décalcification (milieu moins acide). Ces restes osseux devaient vraisemblablement être plus nombreux à l’origine. Quelques rares éléments, notamment une série dentaire (fig. 15), ont toutefois été retrouvés plus au centre du secteur 3.

FIG. 33
Niveau N2b. Localisation des restes osseux.

FIG. 34
Dent trouvée à la base de l’unité 7 (sol gris forestier) à l’endroit où elle repose sur un niveau de granules de craie.

2.1.2 Méthode d’étude des cinq niveaux archéologiques

15L’étude technologique et typologique des séries a été menée en tenant compte de la division du site en trois secteurs, afin de mettre en évidence des ressemblances ou des différences dans les systèmes de production lithique. Ces ensembles lithiques ont permis de souligner la grande variabilité des industries au Début Glaciaire weichsélien.

16La caractérisation des différentes chaînes opératoires prend une dimension particulière dans l’analyse spatiale du niveau principal N2b. L’apport des remontages a été prépondérant pour l’identification et la description des chaînes opératoires. Plusieurs ensembles remontés ont permis d’identifier de nombreux schémas productifs au sein des trois principaux niveaux archéologiques.

17La réalisation des remontages et leur interprétation dynamique ont également joué un rôle primordial dans l’analyse spatiale du gisement, et plus particulièrement pour le décryptage du niveau d’occupation principal. Ils ont fait l’objet d’une étude et d’un traitement graphique particulier. Chaque type d’artefact (éclat, pointe Levallois, etc.) est représenté par un symbole et est relié selon l’ordre technologique de la taille (fig. 35). La face inférieure du premier éclat détaché est reliée à la surface supérieure du suivant et ainsi de suite jusqu’au nucleus quand cela a été possible. Cette méthode permet de mieux appréhender la dynamique propre à chacun de ces remontages. De plus, elle offre une meilleure visualisation des possibles phénomènes de déplacement ou de sélection de certains produits. La totalité des ensembles remontés a été traitée de cette façon.

FIG. 35
Décomposition de deux ensembles remontés suivant la chronologie du débitage, qui permet de mettre en évidence le déplacement de deux supports, une lame et une pointe, vers une zone d’activité (boucherie, d’après les traces d’usage observées sur le premier de ces artefacts).

Analyse fonctionnelle des artefacts

18Les artefacts composant les niveaux N1, N2a, N2b et N3a sont, dans l’ensemble, remarquablement frais. Seules les pièces du niveau N3b présentent une patine blanche profonde et, selon les endroits de la fouille, de nombreuses traces de manganèse. Une étude tracéologique se révélait indispensable afin de déterminer l’objectif de la production lithique par le biais de plusieurs chaînes opératoires coexistantes.

19L’analyse fonctionnelle des artefacts a été menée de façon totalement indépendante et dans l’ignorance des résultats de l’analyse techno-typologique et de celle, déjà probante à l’époque, de la répartition spatiale des vestiges. Cette observation s’avère indispensable en regard de la convergence des résultats obtenus. Ainsi, 317 artefacts au total ont ainsi été analysés au microscope métallographique à fort grossissement (x 100 à x 500). De cet échantillon, 307 artefacts proviennent du niveau N2b, 1 du niveau N2a et 9 du niveau N1.

20En ce qui concerne le niveau N2b, la localisation des artefacts qui ont fait l’objet d’une étude fonctionnelle respecte la répartition générale des vestiges de ce niveau (fig. 36). Le choix des pièces soumises à un test tracéologique s’est porté dans un premier temps sur les outils retouchés, mais également sur des artefacts possédant un potentiel ergonomique d’utilisation important. Leur localisation dans faire de fouille n’a pas été prise en compte lors de ce premier choix. Certains proviennent d’amas de débitage et d’autres de zones à faible densité de matériel. En fonction des résultats de ce premier test, l’étude a été poursuivie sur les niveaux et les secteurs dans lesquels les résultats se révélaient les plus prometteurs. Les artefacts concernés par des remontages à grandes distances ont fait l’objet d’une analyse fonctionnelle de façon systématique.

FIG. 36
Niveau N2b. Localisation des artefacts soumis à l’analyse tracéologique.

21Quatre artefacts du secteur 1 ont été étudiés. Certains d’entre eux étaient altérés, d’autres n’avaient pas servi. En raison de la faible représentativité de cette série, l’analyse tracéologique n’a pas été poussée plus en avant. Dans le secteur 2, 62 artefacts, dont surtout des lames brutes et des outils retouchés ont été analysés. Le plus grand nombre de pièces étudiées proviennent du troisième secteur (241). Après la première série de test au microscope métallographique, les artefacts de cette série se sont avérés de loin les plus prometteurs quant à une interprétation fonctionnelle. Lors de la poursuite des études tracéologiques, les efforts se sont ainsi concentrés sur le matériel lithique du secteur 3.

2.2 Matière première et technique de percussion

22Les cinq séries lithiques ont été produites à partir de silex local, issu du démantèlement d’assises de la craie. Cette matière première provient des formations du Turonien supérieur/Coniacien basal ou du Coniacien moyen ou supérieur, qui figurent sur la carte géologique dans cette région.

23Le silex du Turonien supérieur/Coniacien basal (zone a ; carte a géologique d’Hallencourt et Fabre 1999) est un matériau de très bonne qualité, à matrice noire très homogène, avec quelques rares plages blanches de silicification incomplètes (fig. 37, no 1). Il se trouve en fond de vallée dans le secteur concerné. Le cortex peut être frais ou roulé.

24Le silex du Coniacien moyen ou supérieur (zone b ou c), de loin le matériau le plus utilisé sur le site, est de couleur grise assez claire, avec de nombreuses traces de silicification incomplète ou d’altérations par le gel qui peuvent gêner le débitage (fig. 37, nos 2, 3). On peut le récolter en quantité abondante dans le cailloutis résiduel, sur le haut du versant qui abrite le site.

25Un artefact se distingue parmi l’ensemble du matériel récolté. Il s’agit d’un racloir simple convexe, à matrice gris clair (fig. 37, no 4), qui est à rapprocher du silex campanien que l’on ne retrouve en place qu’à l’ouest de la vallée de la Somme, à une dizaine de kilomètres du gisement. Toutefois, il n’est pas impossible que ce matériau, alors en position secondaire, puisse provenir de la vallée de la Somme à 5 km du site. L’absence de cortex sur cette pièce ne permet pas d’aller plus loin dans l’une de ces deux hypothèses. Quoi qu’il en soit, cet outil a vraisemblablement été apporté déjà confectionné sur le gisement.

FIG. 37
1 Silex du Turonien supérieur/Coniacien basal ; 2, 3 Ensemble remonté en silex du Coniacien moyen ou supérieur 

FIG. 37
4 Silex campanien ; 5 Bloc de grès tertiaire. (Identification des matériaux : J. Fabre, Université de Picardie Jules-Vernes, Amiens).

26Des blocs de grès tertiaire (fig. 37, no 5) sont associés au cailloutis, à la base des formations lœssiques. Ce matériau a été parfois exploité, comme l’attestent certains blocs percutés qui ont été retrouvés dans la plus ancienne de ces séries (N3b).

27Les produits de débitage des cinq assemblages lithiques (N1, N2a, N2b, N3a, N3b) présentent les stigmates caractéristiques d’une percussion directe. L’ampleur des points d’impacts sur les talons est révélatrice de la dureté du percuteur employé. Sur les faces inférieures des éclats, les bulbes proéminents, qui portent souvent de petits esquillements et les ondulations bien marquées, témoignent des forces exercées lors de la fracturation. Enfin, la fréquence des accidents de type Siret (Inizan et al. 1995), si rares lors de l’emploi du percuteur tendre ou de la percussion indirecte, est l’ultime indice de l’emploi du percuteur de pierre.

2.3 La série N3b

2.3.1 Analyse technologique et typologique

28Cet ensemble est constitué par 1 351 artefacts. Il est localisé à la base de l’unité 10 dans le remplissage de la poche de sous-tirage karstique et sur le cailloutis en dehors de celle-ci. Il est présent de façon inégale dans faire fouillée. Ainsi, 30 silex taillés proviennent du secteur 1, 23 du secteur 2 et 1 298 du secteur 3. Les pièces présentent différentes profondeurs de patine, qui pourraient suggérer, au premier examen, l’existence de plusieurs ensembles. Les remontages démontrent cependant l’homogénéité de la série, en réunissant indifféremment des pièces à patine blanchâtre et d’autres à patine bleuâtre.

29Les éclats corticaux (n = 454, soit 33,61 %) et les esquilles (n = 322, soit 23,83 %) forment la plus grande partie des produits de débitage. Leur proportion et le nombre des remontages réalisés (13,88 % des pièces et 18,24 %, si l’on excepte les esquilles) indiquent que l’essentiel de la production lithique a été réalisé sur place. Celle-ci est caractérisée par la coexistence de trois chaînes opératoires, structurées en fonction de schémas de modalités différentes.

Chaîne opératoire à éclats

30La diversité des moyens adoptés pour la production des éclats souligne le caractère dominant de cette chaîne opératoire au sein de la série.

31Le débitage Levallois est pratiqué sous la forme d’un schéma récurrent centripète (fig. 38). Sa représentativité est numériquement marginale (2 nucleus, soit 6,06 %), comme celle des éclats Levallois (n = 50, soit 4 %). Ces derniers portent des talons facettés (n = 20, soit 46,52 %) ou lisses (n = 18, soit 41,87 %), rarement dièdres (n = 3, soit 6,97 %), corticaux (n = 1, soit 2,32 %) ou en chapeau de gendarme (n = 1, soit 2,32 %). Aucun outil retouché sur éclat Levallois appartenant à cette série n’a été mis au jour dans l’emprise fouillée.

TABL. XXI
Décompte des artefacts de la série N3b.

FIG. 38
Série N3b : remontage d’un éclat Levallois sur un nucléus Levallois de modalité récurrente centripète. Les éclats sont débités à partir des plans de frappe installés sur le pourtour du bloc. Les négatifs convergent vers le centre de la surface exploitée. Certains indiquent la production d’éclats à bords convergents.

32Au sein de la série, l’importance du débitage discoïde (2 nucleus, soit 6,06 %) est comparable à celle du débitage Levallois. Un schéma exploitant les deux faces du nucleus (fig. 39) et un schéma unifacial (fig. 40) sont conjointement mis en œuvre. Ce dernier est appliqué à un bloc de grès. Les convexités de la surface productive sont caractéristiques de l’inclinaison et des directions centripètes ou cordales (Boëda 1993) avec lesquelles sont produits les éclats.

FIG. 39
Série N3b : Remontage d’éclats à dos limité sur un nucleus discoïde. Ce nucleus possède deux surfaces asymétriques, non hiérarchisées, de convexités opposées, dont le plan d’intersection est matérialisé par une ligne sinueuse. Les remontages montrent que les éclats sont obtenus aux dépens des deux surfaces exploitées alternativement, selon des angles sécants. Lorsque le coup de percuteur est porté selon une direction cordale, les éclats portent un dos, formé par une partie des négatifs de l’autre surface de débitage.

FIG. 40
Série N3b : Nucleus discoïde, unifacial, en grès. Les caractéristiques morphologiques de cette pièce sont comparables à celles de certains nucleus Levallois. Les négatifs d’enlèvements montrent que les éclats sont débités selon des directions centripète ou cordales. La surface exploitée possède d’ailleurs des convexités plus marquées que celles d’un nucleus Levallois, comme le souligne l’importance des contrebulbes, visibles sur les négatifs d’enlèvements.

33Les remontages montrent que ces schémas n’ont pas épuisé le potentiel des nucleus jusqu’à l’exhaustion et ont donc été peu productifs. Le nombre réduit d’éclats débordants (n = 32 [tabl. XXI], soit 2,37 %) et de pointes pseudo-Levallois (n = 11, soit 0,81 %), constituant les « éclats à dos limité » (Meignen 1994), semble en accord avec ce constat. La plupart portent des talons lisses (n = 21, soit 70 %), rarement facettés (n = 6 soit 20 %), dièdre (n = 1, soit 3,3 %), cortical (n = 1, soit 3,3 %) ou ôté lors de l’amincissement du bulbe (n = 1, soit 3,3 %).

34Le débitage direct est numériquement le plus représentatif (17 nucleus, soit 51,51 %). Les nucleus ne portent pas de traces de préparation, ni d’entretien particulier avant et durant la mise en œuvre. Les éclats sont obtenus grâce aux convexités naturelles des surfaces exploitées, par débitage récurrent, non Levallois. La production est souvent hétérogène, comme le démontrent les remontages.

35Les différents schémas opératoires, directs, semblent avoir été adoptés en fonction de la morphologie des blocs de matière première. En effet, un schéma unipolaire parallèle est appliqué à des rognons entiers, à des éclats ou à des gélifracts (4 nucleus, soit 12,12 %). Par contre, des blocs oblongs, de section aplatie, sont plutôt soumis à un débitage bipolaire (4 nucleus, soit 12,12 %) (fig. 41). Les nodules plus irréguliers sont préférentiellement exploités grâce à plusieurs surfaces successivement sécantes (8 nucleus, soit 24,24 %) (fig. 42).

FIG. 41
Série N3b : nucleus à éclats, à débitage direct bipolaire. Les nucléus mis en œuvre grâce à ce schéma ont une morphologie oblongue et une section assez aplatie. Ils présentent une surface de débitage opposée à une surface corticale non débitée. Aménagement des plans de frappe : deux plans de frappe sont aménagés aux extrémités opposées du rognon grâce à des enlèvements corticaux.
Séquence de production : les éclats sont produits par débitage direct, en utilisant les convexités naturelles de la surface mise en œuvre. Le débitage bipolaire divise la surface productive en deux surfaces de directions opposées, dont les convexités sont exploitées pour le débitage des éclats en séries, alternées. Ces derniers sont obtenus grâce à un principe de récurrence inhérent au débitage successif : la production d’un éclat inscrit sur la surface débitée un négatif qui installe des convexités ou des nervures susceptibles de favoriser la production de l’éclat suivant. L’application de ce principe de récurrence permet la production d’éclats typologiquement Levallois. Cependant, ce schéma opératoire ne peut être qualifié de Levallois, car les convexités de la surface de débitage ne sont ni aménagées ni entretenues. Les nucleus sont d’ailleurs abandonnés lorsque les convexités des deux surfaces opposées ne favorisent plus la production.

FIG. 42
Série N3b : remontage d’un nucleus à éclats à plusieurs surfaces successivement sécantes. Le principe de production récurrent, adopté, permet d’obtenir des éclats typologiquement Levallois, mais le concept d’exploitation n’est pas Levallois, car les nucleus sont exploités en fonction de plusieurs surfaces.
1re séquence de production : un premier plan de frappe permet d’exploiter une première surface, grâce aux convexités naturelles du bloc. Le débitage unipolaire est parallèle, favorisant la production d’enlèvements allongés, ou parfois convergent, favorisant l’obtention des enlèvements pointus.
2e séquence de production : un second plan de frappe est aménagé à partir de l’une des faces latérales du nucleus. Il permet d’exploiter une seconde surface de débitage, perpendiculairement ou orthogonalement sécante à la première. Le débitage est conduit avec une inclinaison importante, profitant et accentuant les convexités de la première surface de débitage.
3e séquence de production : selon le même principe, une troisième surface est aménagée soit à partir de la partie inférieure du bloc, lorsque celui-ci est réorienté, soit à l’intersection des deux premières surfaces productives, ou encore orthogonalement à l’extrémité de l’une des deux surfaces précédentes.

36Le fait que le débitage de nucleus globuleux reste numériquement marginal (1 nucleus, soit 3,03 %) paraît intéressant à souligner, car il démontre la réalité du choix opéré parmi les autres schémas opératoires directs pour produire des éclats.

37Certains de ces schémas ont vraisemblablement conduit à la production d’éclats de type Levallois (Révillion 1994), mais, la majorité des produits sont des éclats ordinaires ou corticaux. Ce type constitue l’essentiel des supports de l’outillage retouché (outils sur éclats = 4, soit 57,16 %). La panoplie est particulièrement réduite et comporte des pièces peu élaborées : une courte encoche réalisée par retouches obliques sur un épais éclat cortical ; un denticulé sur éclat ; un éclat cortical, transformé en couteau à dos, grâce à une retouche courte et abrupte ; un éclat de gel, dont l’un des bords porte une retouche continue, assez abrupte (fig. 43).

FIG. 43
Série N3b : 1 racloir simple convexe sur éclat de gel ; 2 pièce à dos abattu ; 3 racloir double ; 4 encoche.

Chaîne opératoire à pointes

38Cette chaîne opératoire est assez réduite. Elle comprend un schéma opératoire Levallois (9 nucleus, soit 27,27 %) (fig. 44) et un schéma unipolaire convergent, qui exploite en séries plusieurs surfaces productives (1 nucleus, soit 3,03 %) (fig. 45).

FIG. 44
Série N3b : nucleus unipolaires convergents.

FIG. 45
Série N3b : nucleus à pointes mis en œuvre grâce à un schéma opératoire, direct, unipolaire, convergent, en série. La pièce n’a subi aucune préparation, ni mise en forme particulière avant le débitage. Les produits obtenus sont de morphologie assez régulière, plus ou moins pointue, et peuvent être considérés comme typologiquement Levallois.
1re séquence de production : un plan de frappe est aménagé à partir de l’un des bords et sur une partie de la périphérie du bloc. Il permet le débitage unipolaire d’une première surface productive, dont les convexités ne sont ni aménagées ni entretenues. Les négatifs d’enlèvements possèdent des directions convergentes, témoignant de la production d’éclats relativement allongés et à bords convergents.
2e séquence de production : le plan de frappe est utilisé pour l’exploitation d’une seconde surface de débitage, qui couvre la face opposée du nucléus. Il est rapidement réduit lors de l’exploitation. Le débitage est mené en séries alternées, comme le confirment les contre-bulbes des négatifs des enlèvements de la première surface en partie emportés par le débitage de la surface opposée. Ceci indique que les surfaces sont susceptibles de servir successivement de plans de frappe.
3e séquence de production : les remontages réalisés indiquent la reprise de la production à partir de la première surface productive confirmant l’alternance des séquences productives.

39II est intéressant de noter que le nombre des pointes (n = 1) contraste singulièrement avec celui des nucleus et qu’aucun outil aménagé sur des supports de ce type n’est présent dans l’assemblage lithique. La mobilité des pointes, hors de l’aire fouillée, est donc vraisemblable.

Chaîne opératoire à lames

40Les lames sont principalement produites grâce à un schéma opératoire direct unipolaire, qui peut être associé, sur une même pièce, à un schéma non Levallois à éclats (fig. 46) ou à un schéma opératoire laminaire semi-tournant (fig. 47).

FIG. 46
Série N3b : nucléus mixte à lames et éclats.
1re séquence : schéma opératoire laminaire direct. Deux éclats laminaires sont débités grâce aux convexités naturelles d’une des faces latérales du bloc, à partir d’un plan de frappe aménagé à l’une des extrémités. Le nucleus est ensuite retourné et réorienté.
2e séquence : schéma opératoire non Levallois à éclats. À l’extrémité opposée, un second plan de frappe est aménagé. Il permet la production d’éclats grâce à un débitage direct non Levallois, unipolaire et parallèle.

FIG. 47
Série N3b : remontage d’un nucléus à lames portant les traces d’un schéma opératoire laminaire de type paléolithique supérieur et d’un schéma opératoire, direct, unipolaire.
1er séquence : phase d’initialisation d’un schéma opératoire de type Paléolithique supérieur. Seule une partie de la séquence de mise en forme du nucleus illustre ce schéma. Il s’agit du façonnage d’une crête sur une partie réduite d’un bloc de forme oblongue, orienté dans le sens de la longueur. Son aménagement débute par un débitage alterné de deux éclats. Les négatifs des enlèvements révèlent la production de pièces assez épaisses, réduisant de manière sensible le nucleus. Cette mise en forme, peu contrôlée, n’est pas poursuivie, vraisemblablement en raison de l’irrégularité du bloc et en fonction des risques d’échec créés par « l’amincissement » sans doute involontaire du rognon.
2e séquence : schéma opératoire direct unipolaire. Un plan de frappe est aménagé à l’autre extrémité du bloc par de grands enlèvements d’épaisseur et d’inclinaison importantes. Le débitage unipolaire est mené directement à partir de ce plan, sans préparation ni aménagement de la surface exploitée, dont les convexités naturelles favorisent la production d’une première lame corticale. Le débitage est poursuivi grâce au principe de récurrence laminaire. Le débitage est semi-tournant, car l’extension de la table laminaire est assurée par la production de lames à dos ou à bords naturels. Les talons, le plus souvent lisses, portent de petits négatifs évoquant une abrasion de la corniche formée par l’intersection du plan de frappe et de la table laminaire.

41Cette pratique de deux schémas opératoires de modalités ou de finalités différentes sur une même pièce est peu courante. Elle démontre la possibilité d’une rupture dans le déroulement des chaînes opératoires. Ayant adopté un premier schéma, le tailleur préfère (accident de taille, phase de débitage non aboutie ?) un autre processus qui permet de poursuivre l’exploitation de la matière première. Il est donc possible que les objectifs de production évoluent en fonction des potentialités de la matière première au cours de la mise en œuvre.

42La proportion des lames (n = 66, soit 4, 89 %) est aussi réduite que celle des éclats Levallois. Les talons sont lisses (n = 27, soit 61,37 %) ou facettés (n = 13, soit 29,55 %) et plus rarement dièdres (n = 2, soit 4,54 %), punctiformes (n = 1, soit 2,27 %) ou corticaux (n = 1, soit 2,27 %). La majorité porte des négatifs d’enlèvements unipolaires (fig. 48, nos 3, 4). Une lame à crête à un versant (fig. 48, no 1) est issue d’un schéma de type paléolithique supérieur. Malgré l’absence des nucleus correspondants, 8 lames portent des négatifs de directions opposées, révélant l’existence d’un débitage bipolaire (fig. 48, no 2).

FIG. 48
Série N3b : 1 lame à crête à versant unique ; 2 lame avec négatifs d’enlèvements révélant un débitage bipolaire ; 3 lame à bord cortical ; 4 lame à dos cortical ; 5 lame à bord partiellement abattu ; 6 front de grattoir sur lame.

43L’outillage sur lame (n = 3, soit 42,84 %) est constitué de : un racloir double, aménagé grâce à une retouche semi-abrupte sur la face plane d’une lame (fig. 43, no 3) ; un front de grattoir court (18 mm), à retouches très abruptes, sur un fragment mésial de lame ; un fragment de lame dont l’un des bords est partiellement abattu par une courte retouche abrupte (fig. 48, nos 5, 6).

Interprétation

44La série N3b présente un profil techno-typologique particulier et sa composition appelle plusieurs types de remarques.

45Les premières concernent la nature de l’occupation humaine matérialisée par les artefacts de N3b. Dans ce sens, la proportion de produits caractéristiques des phases de mise en œuvre de la matière première (blocs testés, éclats corticaux, esquilles) indique qu’au moins une partie de la production lithique a été réalisée sur place. Paradoxalement, la rareté de certains types de produits confirme la vocation du lieu. C’est le cas des pointes, dont le nombre accuse un déficit particulier, par rapport à celui des nucleus. Tout en révélant la possible mobilité de certaines pièces en dehors du lieu de leur production, il établit une dynamique, encore soulignée par le pourcentage et la nature des remontages réalisés au sein de la série et par le nombre limité et la qualité des outils retouchés (n = 7, soit 0,68 % de l’ensemble lithique). L’ensemble de ces caractères montre que l’assemblage possède un net faciès d’atelier de taille.

46La chaîne opératoire dominante est celle qui a conduit à la production d’éclats (fig. 49, 2). La majorité est obtenue par débitage direct, grâce à plusieurs schémas opératoires favorisant une certaine économie de gestes techniques (absence de préparation et d’entretien des nucleus) (fig. 49, 1). À ce titre, l’exemple de l’exploitation de nucleus grâce à plusieurs surfaces successivement sécantes est très révélateur. Cette modalité de production contraste nettement avec les débitages récurrents (Levallois, sensu lato) et discoïde, qui constituent, en moindre proportion, les autres composantes de cette chaîne opératoire.

FIG. 49
Décompte des nucleus du niveau N3b : 1 décompte des schémas opératoires ; 2 décompte des nucleus par chaîne opératoire.

47Il n’en est pas de même pour la production des pointes, assurée par un débitage Levallois et, de manière plus anecdotique, par un schéma non Levallois en séries. Ce dernier n’en est pas moins original et indique qu’une alternative au système productif classique peut être recherchée lorsqu’elle conduit à des types de produits comparables. La production des lames est exclusivement réalisée par débitage non Levallois. Plusieurs nucleus sont particuliers, car ils démontrent la possibilité d’une rupture dans le déroulement d’un schéma opératoire et le passage, sur la même pièce, à un schéma de modalité ou/et de finalité différente. Ainsi, certains ont permis de produire des lames et des éclats et d’autres portent les traces d’un débitage laminaire semi-tournant et d’un débitage direct à lames.

48L’association de ces différentes chaînes opératoires a déjà été signalée au sein d’assemblages lithiques du Paléolithique moyen en Europe septentrionale (Révillion 1994). Mais, l’originalité de cette série apparaît surtout dans la structure des chaînes opératoires, où la coexistence de certains schémas a rarement été décrite dans cette région. Cette particularité reflète l’ampleur des connaissances techniques et les capacités d’adaptation du groupe humain employant ces processus, parfois avec une grande « souplesse » d’application.

49L’outillage sur éclat est peu élaboré. Les supports sélectionnés et la qualité des différents types observés donnent à l’ensemble un caractère « moustérien ». L’outillage sur lame évoque l’existence de besoins spécifiques ou la recherche d’une certaine ergonomie en correspondance avec un comportement particulier.

2.3.2 Répartition spatiale des vestiges

50Dans les secteurs 1 et 2 n’ont été trouvées, respectivement, que 30 et 23 pièces dont la répartition n’offre pas d’organisation particulière. Deux lames et un éclat Levallois ont été découverts au nord du secteur 2. L’essentiel du matériel de ce niveau est concentré dans le secteur 3 où 1 298 artefacts ont été retrouvés sur 235 m2 environ (soit 5,52 artefacts par m2) (fig. 50, 51). Les artefacts occupent la moitié est du secteur où ils forment une bande d’une dizaine de mètres de large. Ce secteur peut être divisé en deux zones (tabl. XXII). Dans la première, localisée au nord, les pièces sont peu nombreuses et clairsemées. La seconde, au sud-est, est nettement plus dense (fig. 51, 52). Le matériel est essentiellement concentré à l’est de la dépression karstique.

FIG. 50
Niveau N3b : localisation des artefacts dans le secteur 3.

FIG. 51
Niveau N3b : densité du matériel dans le secteur 3.

TABL. XXII
N3b. Décompte des artefacts des deux zones du secteur 3.

Secteur 3 : la zone 1

51Cette zone 1 compte 419 pièces, ce qui représente 32,28 % de l’ensemble des vestiges lithiques du secteur 3. Ce matériel se répartit sur une superficie de 151 m2 (2,77 artefacts par m2). Les pièces sont très éparpillées au nord du secteur. Elles sont légèrement plus nombreuses au centre de celui-ci sans que des postes de débitage ne s’individualisent clairement. Les 150 éclats et 155 éclats corticaux (soit 38,2 % et 39,4 % de l’effectif en excluant les esquilles) recensés dans cette zone confirment que la taille a été réalisée sur place. Le taux de remontages est assez moyen dans cette zone et s’élève à 10 %. Sept nucleus en silex et un en grès ont été retrouvés.

52Six nucleus sont regroupés dans la partie centrale de cette zone (fig. 53). Par contre, deux exemplaires apparaissent à l’écart et ont été trouvés au nord de faire de fouille pour l’un et à l’ouest de celle-ci pour l’autre. L’ensemble des nucleus témoignent de systèmes de production variés (discoïde, à plusieurs surfaces sécantes, etc.) sans qu’une méthode particulière ne prédomine.

FIG. 52
Niveau N3b/secteur 3 : localisation des trois postes de débitage et des deux zones.

FIG. 53
Niveau N3b/secteur 3 : localisation des nucleus.

53Les 18 supports Levallois (17 éclats et une pointe) identifiés dans cette zone sont pour la plupart situés au centre du secteur (fig. 54, no 1). Les lames (fig. 55, no 1) sont plus nombreuses. Une partie de cette production provient d’un nucleus de type paléolithique supérieur localisé à l’extrême nord de l’aire de fouille (fig. 53).

FIG. 54
Niveau N3b : 1 localisation des éclats Levallois ; 2 localisation des éclats débordants et des pointes pseudo-Levallois.

FIG. 55
Niveau N3b : 1 localisation des lames ; 2 localisation des outils.

54Plusieurs éléments ont pu être remontés sur ce nucleus (fig. 47) qui apparaît très isolé. Neuf supports laminaires et une grande partie des éléments intervenant dans la mise en forme ont en effet été remontés sur ce nucleus ce qui a permis la reconstitution presque complète du bloc d’origine (fig. 56, P1). Des remontages ont également été réalisés sur trois autres nucleus, localisés dans la partie médiane du secteur. L’un d’eux présente une cassure ancienne et le débitage s’est poursuivi sur l’un des fragments. Les deux morceaux de ce nucleus ont été découverts à proximité l’un de l’autre.

FIG. 56
N3b/secteur 3 : localisation des remontages.

55Les premières phases d’exploitation sont assez incomplètes dans ces trois ensembles. Ces manques témoignent peut-être d’une organisation de l’activité de taille fractionnée dans l’espace. Une partie du débitage a donc pu être effectuée ailleurs, sur le lieu d’approvisionnement ou dans une zone non explorée ou érodée du gisement.

56Les 13 éclats débordants et 5 pointes pseudo-Levallois, obtenues lors de la réfection de surfaces de production Levallois ou dans le cadre d’un débitage de type discoïde, constituent une catégorie peu importante. Leur localisation est identique à celle de la majorité des nucleus à l’exception d’une pointe pseudo-Levallois située à l’ouest de cette zone I (fig. 54, no 2).

57Quatre outils retouchés ont été retrouvés dans cette zone : un grattoir, un racloir simple droi, un racloir double et une lame à dos abattu. Leur répartition n’autorise pas d’interprétation (fig. 55, no 2).

Secteur 3 : la zone 2

58La zone 2 contient 853 artefacts sur 84 m2 (soit 10,15 pièces par m2). Les activités de taille se sont déroulées à cet endroit comme l’atteste la présence de 185 éclats et de 279 éclats corticaux (soit 32,1 % et 48,43 % par rapport à la totalité des artefacts contenus dans cette zone, si l’on exclut les esquilles). Les petits éléments (inférieurs à 1 cm) constituent 32,8 % du matériel alors qu’ils ne représentent que 4,5 % dans la zone 1. Les nucleus sont concentrés dans cette zone (fig. 53) où 23 exemplaires présentant des techniques de débitage très variées ont été découverts.

59Les éclats débordants et pointes pseudo-Levallois sont assez rares par rapport au nombre de nucleus. Parmi les supports prédéterminés, les éclats Levallois sont les plus nombreux avec 31 spécimens identifiés. Les lames, au nombre de 27, sont moins bien représentées que dans la zone 1. Cette différence peut s’expliquer par l’absence de nucleus exclusivement destiné à produire ce type de supports. Le taux de remontages s’élève à 24,13 % en exceptant les esquilles. Plusieurs raccords entre cassures anciennes ont également été réalisés et ne concernent le plus souvent que de courtes distances inférieures à 2 m.

60L’organisation des vestiges est en partie conditionnée par la cuvette, assez marquée à l’époque. Les artefacts se répartissent en périphérie orientale de cette dépression qui apparaît presque vide de tout silex taillé à l’exception de quelques pièces éparses (fig. 50). Trois amas ont été retrouvés (fig. 52). Ils rassemblent 127 silex taillés, ce qui représente 14,88 % de la totalité du matériel contenu dans cette zone (tabl. XXIII). L’amas 1 est bien individualisé et se compose de 69 pièces issues de l’exploitation de 4 nucleus dont un bipolaire, un Levallois récurrent et 2 Levallois unipolaires convergents (fig. 53, 57). Ces nucleus ne sont pas dissociés des autres artefacts de l’amas. Six éclats Levallois proviennent de cet amas. Cinq participent d’un ensemble de 7 éléments comprenant également une lame et 2 éclats corticaux. Enfin, un éclat Levallois a été remonté sur un nucleus. Un outil provient de cet amas. Il s’agit d’un couteau à dos aménagé par une retouche abrupte.

FIG. 57
3b/secteur 3 : plan de l’amas 1.

TABL. XXIII
N3b. Décompte des artefacts de chacun des trois amas de débitage.

61Les deux autres postes de taille sont décalés par rapport au reste du matériel. Ils rassemblent un nombre moins élevé d’éléments (27 pièces pour le poste de taille 2 et 31 pour le 3) (fig. 56). Trois nucleus ont été exploités dans chacun de ces amas. Dans le poste de taille 2, un débitage unipolaire a été appliqué à des rognons de qualité parfois médiocre. L’un d’eux a d’ailleurs éclaté rapidement après l’enlèvement de quelques éclats. La mauvaise qualité du bloc (présence d’une géode) explique cet essai infructueux. Un denticulé a été découvert dans ce poste. Le poste de taille 3 associe deux nucleus à plusieurs surfaces sécantes et un nucleus unipolaire convergent. Ces amas ont apparemment été peu productifs en supports prédéterminés, à moins qu’une partie de ces produits n’ait été emportée.

62Une concentration de 648 artefacts (soit 75,96 % de l’effectif de cette zone) se répartit sur 34 m2 à l’est de l’amas 1. Les artefacts se distribuent ici de manière assez régulière. Cette concentration correspond à une aire de taille dans laquelle 13 nucleus ont été débités, selon des modalités très variées, parmi lesquels 2 bipolaires, 3 à plusieurs surfaces sécantes, 5 unipolaires dont 4 convergents et un parallèle, un mixte lame/éclats et un nucléus Levallois récurrent. Sept d’entre eux ont été intégrés à des ensembles remontés.

63Parmi les supports prédéterminés, 15 éclats Levallois et 14 lames sont issus de cette aire de taille (fig. 54, 55). Deux de ces lames et 11 de ces supports Levallois participent à 6 remontages de 2 à 12 artefacts dont deux associant le nucleus. Dans un de ces assemblages, composé de 12 artefacts, un éclat cortical a été retrouvé dans la zone 1, à 7 m du reste du débitage. Un autre remontage entre deux éclats de mise en forme a été réalisé sur une distance de 12,50 m (fig. 56). D’une manière générale, les remontages indiquent plutôt des écarts limités excédant rarement 2 m. Deux raccords entre cassures anciennes ont mis en évidence la réutilisation d’un fragment de bloc et d’un nucleus après fracture.

Conclusion

64Les différentes étapes d’exploitation de la matière première sont bien représentées dans le secteur 3. Cette activité de taille est matérialisée par la présence d’amas ou de concentrations dans lesquels plusieurs rognons sont associés. Parfois, un seul bloc est exploité de manière plus isolée, comme le démontre le poste de taille « laminaire » de la zone 1.

65Plusieurs concentrations sont visibles dans la zone 2. Elles se présentent soit comme des amas de débitage soit comme des ensembles plus lâches. Dans ce dernier cas, l’hypothèse de zone de rejet ou d’activité autre que le débitage peut être envisagée. Les remontages n’indiquent pas de différences de gestion de la matière première dans l’une ou l’autre concentration.

66Les supports tels que les lames et les éclats Levallois ne révèlent pas d’organisation particulière. La disposition de ces artefacts ne coïncide pas nécessairement avec un type de nucleus précis.

67Les remontages ne permettent pas de démontrer s’il y a eu ou non prélèvement et transport sélectif de ces supports dans l’aire de fouille ou à l’extérieur de celle-ci. Les produits bruts sont largement majoritaires par rapport aux outils retouchés au nombre de sept (dont une encoche et trois denticulés).

2.4 La série N3a

68Mis au jour dans le secteur 3 à la base de l’unité 9 (fig. 7), cet assemblage de 87 pièces comprend surtout des esquilles (34,48 %) et des éclats corticaux (34,48 %). Ces derniers sont souvent épais et correspondent à la mise en forme de blocs de morphologie irrégulière. Quarante-cinq d’entre eux sont regroupés au sein d’un petit poste de débitage dans le carré AJ56 (fig. 58). Les remontages qui y ont été effectués évoquent la possibilité d’un fractionnement des activités de taille et la poursuite de production en dehors de faire fouillée, expliquant l’absence d’autres produits. La présence de plusieurs éclats Levallois, débordants, révèle la pratique de ce débitage. Quelques lames et le remontage d’un nucleus permettent d’identifier un schéma opératoire, direct, bipolaire (fig. 59).

FIG. 58
N3a : localisation des artefacts dans le secteur 3.

FIG. 59
Série N3a : remontage d’un nucleus à lames. Les lames ont été obtenues à partir de deux plans de frappe opposés, par débitage direct, après l’extraction d’une première lame corticale. L’extension de la table laminaire est assurée par le débitage de lames à dos ou à bords naturels. La production a été abandonnée après un accident de taille.

2.5 La série N2b. tabl. xxiv

69Les 6 466 artefacts qui composent le niveau d’industrie N2b sont répartis selon trois secteurs définis par la présence du complexe de sols humifères et séparés par des vallons d’érosion au sein desquels les lœss récents reposent sur la craie. L’horizon archéologique se trouve dans ces trois zones en position stratigraphique similaire et est inclus dans les vingt premiers centimètres du sol gris forestier (unité 7).

TABL. XXIV
Décompte des artefacts du niveau N2b.

70L’absence de connection stratigraphique entre le pédocomplexe du Début Glaciaire weichsélien dans les trois secteurs et le seul remontage technologique les unissant ne permettent pas d’établir la stricte contemporanéité de l’ensemble lithique. L’étude est donc envisagée en fonction de trois séries : N2b1 (586 pièces), N2b2 (1 357 pièces), N2b3 (4523 pièces).

71Les pièces des trois ensembles ne portent pas de patine et ont un aspect très « frais », qui témoigne de leur bon état de conservation. Au total, les remontages réunissent 12,22 % des artefacts de N2b (16,16 %, sans compter les esquilles).

2.5.1 Étude technologique et typologique

2.5.1.1 La série N2b1

72Cet assemblage comprend une large proportion d’éclats corticaux (39,1 %), issus des premières étapes du débitage. La présence de nucleus (n = 20, soit 3,42 %), d’esquilles (n = 124, soit 21,2 %), et la possibilité d’effectuer des remontages qui impliquent 5,56 % des artefacts (sans tenir compte des esquilles) indiquent que la plus grande partie de la production s’est déroulée sur place.

73L’outillage retouché, composé d’un racloir double sur éclat Levallois, d’un front de grattoir partiel sur éclat cortical et d’une encoche, ne permet pas d’identifier les finalités des chaînes opératoires, ni de préciser l’attribution typologique de l’ensemble lithique. L’hypothèse de la mobilité de l’outillage retouché en fonction des déplacements du groupe humain l’ayant produit et celle de la spécificité de ce secteur de production peuvent être avancées.

Chaîne opératoire à éclats

74Deux types de schémas productifs coexistent au sein de cette chaîne opératoire qui caractérise N2bl. La prédominance du débitage non Levallois est nette (45,5 % des nucleus). Elle paraît correspondre à un choix effectué en fonction des qualités morphologiques de la matière première, autorisant la production grâce à des schémas peu élaborés, sans préparation ni entretien des convexités des surfaces productives. Ainsi, une partie au moins des éclats ordinaires (n = 145, soit 24,74 %) est produite par un débitage direct, unipolaire parallèle ou bipolaire opposé. L’exploitation de nucleus globuleux complète cette catégorie, où des produits de type Levallois (Bordes 1961) peuvent être obtenus à la faveur de convexités fortuitement mises en place par le débitage successif des éclats (Boëda 1990 ; Révillion 1994).

75Parallèlement, des éclats Levallois (n = 18, soit 3,07 % ; fig. 60, nos 3,4), souvent quadrangulaires, sont débités par le biais d’un schéma à éclat préférentiel (Levallois sensu stricto) (fig. 60, nœ 1, 3, 4) ou de schémas récurrents (Levallois sensu lato), bipolaire (fig. 61, no 1) ou centripète (Tuffreau, Révillion 1996).

FIG. 60
Série N2b1 : 1 nucléus Levallois ; 2 nucléus unipolaire convergent ; 3, 4 éclats Levallois.

FIG. 61
Série N2b1 : 1 nucléus Levallois bipolaire ; 2 nucleus à lames à débitage tournant ; 3 nucleus à débitage « mixte » laminaire/unipolaire convergent.

Chaîne opératoire à pointes

76Un seul schéma opératoire Levallois unipolaire convergent (Boëda 1994) est adopté pour la production de pointes (n = 3, soit 0,51 %). Ces dernières sont généralement débitées à partir de blocs de forme triangulaire (n = 3, soit 0,51 %) (fig. 60, no 2).

Chaîne opératoire laminaire

77Le nombre des lames (n = 15, soit 2,56 %) et des nucleus laminaires (n = 2, soit 0,34 %) est réduit. Un schéma opératoire, laminaire semi-tournant, dont il n’est pas possible de préciser le mode d’initialisation et un schéma laminaire incluant le façonnage de crête (fig. 61, nos 2, 3) (Révillion 1994) sont adoptés.

78Le nucleus qui illustre ce dernier schéma porte également les traces d’un schéma direct, unipolaire à éclats, qui indique, comme dans le cas de la série N3b (fig. 46), la possibilité d’une rupture dans le déroulement de la chaîne opératoire et l’adoption d’un autre type de débitage sur la même pièce.

Étude fonctionnelle

79Seuls quatre artefacts (une lame, 2 éclats Levallois et un racloir double) ont fait l’objet d’une étude microscopique en vue de déceler d’éventuelles traces d’utilisation. Ils portent les stigmates d’une altération chimique (patine) qui n’a pas permis ce type d’approche. Leur position stratigraphique, proche de la surface actuelle (0,50 m), est en grande partie responsable de l’altération du matériel lithique.

80En ce qui concerne ce premier secteur, les tests de l’analyse fonctionnelle des artefacts n’ont pas justifié l’examen exhaustif de la totalité de l’outillage retouché ou a posteriori.

2.5.1.2 La série N2b2

81Au sein de cette série, la présence de nombreux éclats corticaux (40,6 %), d’éclats ordinaires (22,5 %), d’esquilles (11 %), et la possibilité d’effectuer des remontages (16,54 % de la série esquilles exclues) indiquent que le débitage a pu être pratiqué sur place.

Chaîne opératoire à éclats

82Cette chaîne opératoire domine (58,46 % des nucleus). Deux types de schémas y coexistent. Plus nombreux que les nucleus Levallois (19,96 %), les nucleus non Levallois (40 %) sont exploités grâce à des schémas opératoires directs, soit unipolaire et parallèle (13,85 % des nucleus) (fig. 62, no 1), soit bipolaire et opposé (6,15 % des nucleus) (fig. 62, no 2).

FIG. 62
Série N2b2 : 1 nucleus à débitage direct, unipolaire ; 2 nucleus à débitage direct, bipolaire.

83Plusieurs nucleus « informes » réalisés à partir de gros éclats ou de cassons de débitage (n = 13, soit 20 %) ont permis une production opportuniste d’éclats, en fonction des possibilités offertes par la matière première.

84Un nucleus, débité grâce à deux surfaces de convexités opposées, démontre l’adoption de schémas opératoires non Levallois particuliers (fig. 63). L’exploitation successive des surfaces et l’ampleur de leurs convexités, la morphologie des négatifs et les directions avec lesquelles sont débités les éclats sont autant de caractéristiques qui distinguent ce schéma d’un mode opératoire discoïde (Boëda 1993) ou des définitions classiquement proposées pour les schémas opératoires Levallois (Van Peer 1992 ; Boëda 1994 ; Dibble, Bar Yosef 1995).

FIG. 63
Série N2b2 : nucleus non Levallois particulier. Cette pièce possède deux surfaces de convexités opposées, toutes deux exploitées grâce à un débitage récurrent. La première porte des négatifs d’enlèvements de direction centripète, recoupés par le négatif d’un éclat envahissant, lui-même recoupé par des négatifs d’éclats non aboutis (réfléchissement). À droite, un éclat débordant a emporté une partie du nucleus. La partie gauche de la seconde surface de débitage est couverte de négatifs d’enlèvements de direction centripète. À droite, elle porte des négatifs d’éclats de plus grandes dimensions, recoupés par le négatif d’un enlèvement presque laminaire. Le négatif d’un éclat non abouti, repris par deux petits enlèvements, est visible dans la partie distale. La conception régissant la mise en œuvre de ce schéma opératoire est différente de celle adoptée pour le débitage Levallois, puisqu’il s’agit de l’exploitation du volume du bloc de matière première, grâce à deux surfaces de convexités opposées. Le fait que ces deux surfaces soient débitées l’une après l’autre distingue ce schéma d’un schéma opératoire de type discoïde, où l’exploitation des surfaces est alternée. Les directions des négatifs, leur inclinaison et leur nature, ainsi que l’ampleur des convexités des deux surfaces (moins importantes que dans le cas d’un débitage discoïde) renforcent encore cette distinction.

85Le nombre des éclats Levallois (n = 34, soit 2,5 % ; fig. 60, nos 3, 4) contraste avec la variété des schémas opératoires mis en œuvre : Levallois (sensu stricto) (fig. 64, no 1), récurrents (Levallois sensu lato) centripète (fig. 64, no 2) ou bipolaire.

FIG. 64
Série N2b2 : 1 nucléus Levallois à éclat préférentiel ; 2 nucléus Levallois centripète récurrent ; 3 nucleus unipolaire convergent ; 4, 5 éclats Levallois ; 6 encoche ; 7 racloir simple droit ; 8, 9 grattoirs.

86Le nombre des outils retouchés est limité (n = 23, soit 1,69 %). Ils sont réalisés sur différents types de supports, le plus souvent des éclats non Levallois de petites dimensions et en moindre proportion sur des lames. Les racloirs (n = 9, soit 39 %) (fig. 64, no 7) et les encoches (n = 5, soit 21,74 %) (fig. 64, no 6) dominent. Un éclat ordinaire et un éclat cortical ont été transformés en racloirs simples convexes, grâce à une retouche semi-abrupte. Trois racloirs simples droits, deux sur éclats corticaux et un sur éclat ordinaire, portent le même type de retouches. Un éclat Levallois et trois éclats ordinaires ont servi de support à des encoches d’ouverture variable, réalisées par une retouche courte et semi-abrupte ou abrupte écailleuse et oblique (fig. 64, no 6). Un seul denticulé a été aménagé sur un éclat cortical, par la juxtaposition désordonnée de plusieurs encoches sur les deux bords.

87L’ensemble présente un caractère assez peu élaboré. Les retouches sont parfois difficiles à interpréter. Pour certaine d’entre elles, elles pourraient correspondre à des conditions particulières de conservation (écrasement dans un amas de débitage…). Les grattoirs (n = 3, soit 13,04 %) sont généralement de mauvaise facture. Ils ont été aménagés sur un éclat cortical, un éclat Levallois et un éclat épais. Le premier présente un front partiel, désaxé sur la gauche, aménagé par une petite retouche abrupte (fig. 64, no 8). Le même type de retouche caractérise le second exemplaire (fig. 64, no 9) et celle du troisième est abrupte, écailleuse, assez semblable à un rabot. Des enlèvements ont été obtenus à partir de la face ventrale, mais sans rapport avec les retouches. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse d’un aménagement de plan de frappe pour l’exploitation de cet éclat. Deux éclats ordinaires portent des retouches marginales, dont un sur la face ventrale.

Chaîne opératoire à pointes

88Les pointes (n = 7, soit 0,52 %) sont principalement produites grâce à un schéma opératoire Levallois, unipolaire convergent, à partir de blocs triangulaires (n = 3, soit 4,62 % des nucleus) (fig. 64, no 3). Certains remontages indiquent que certaines d’entre elles sont obtenues dans le cadre de schémas opératoires directs, laminaires, après le débitage convergent de plusieurs lames. Des pointes pseudo-Levallois sont également débitées lors de schéma opératoire récurrent, centripète, comme l’indiquent plusieurs négatifs présents sur des nucleus de ce type.

89Les pointes ont rarement servi de support à l’outillage retouché. Une pointe de type Levallois (fig. 64, no 7) et une pointe pseudo-Levallois ont été transformées en racloirs.

Chaîne opératoire laminaire

90Cette chaîne opératoire (36,94 % des nucleus, 15,33 % de lames) constitue en importance la seconde composante de la série. Elle comprend des schémas laminaires de type semi-tournant et tournant (fig. 65, 66) et des schémas directs, bipolaires (fig. 67-69), parfois sur éclat.

FIG. 65
Série N2b2 : 1-2 nucleus à lames à débitage semi tournant ; 3 nucleus à débitage tournant ; 4 burin sur troncature ; 5 lame ; 6 remontage du burin et de la lame sur le nucleus à lames no 3.

FIG. 66
Série N2b2 : 1-7 lames ; 8 lame à crête à un versant ; 9 lame à crête à deux versants ; 10 lame à dos abattu.

FIG. 67
Série N2b2 : remontage d’un nucleus laminaire à débitage direct, bipolaire, opposé. L’ensemble 113 illustre ce type de schéma opératoire, avec quelques variations, surtout au niveau de la production étroitement liée à la morphologie qui permet fortuitement l’obtention de pointe. Il s’agit du remontage d’un bloc de silex provenant de l’amas de débitage localisé dans les carrés V/35-36. 34 éclats ont été remontés sur ce nucleus. Le rognon d’origine est de forme oblongue, assez régulière. La production est conduite alternativement, à partir de deux plans de frappe (A et B) opposés, aménagés aux extrémités du nodule. Les premières lames corticales sont obtenues grâce aux convexités naturelles de la surface mise en œuvre et créent des nervures-guides permettant de poursuivre la production. L’extension de la table laminaire est assurée par le débitage de lames à dos ou à bords naturels.

FIG. 68
Remontage de l’ensemble 113 (suite) : le débitage permet d’obtenir des supports laminaires « robustes ». À partir du plan de frappe A, sont détachés successivement : une lame (a, non dessinée), un éclat (b), une lame à dos cortical droit (c), une autre lame (d), une pointe à deux arêtes convergentes(e) et une lame à dos cortical gauche (f). Le nucleus est ensuite retourné. L’exploitation est poursuivie à partir du plan de frappe B, selon le même principe : détachement d’un éclat laminaire cortical gauche (g, non dessiné), de deux lames dont l’une très robuste (h et j), d’une petite pointe (k) et d’un éclat (I).

FIG. 69
Remontage de l’ensemble 113 : le débitage est repris à partir du premier plan de frappe et permet la production de quatre lames (m, n, o [non dessinée] et p). Ce sont les derniers produits obtenus à partir de ce plan. Deux lames corticales gauches (q et r) et deux autres lames (s et t) sont débitées à partir du plan de frappe opposé (B). Chaque plan de frappe a ainsi été utilisé à deux reprises. Dans les deux cas, il semble que les séries productives soient volontairement limitées, afin de ne pas nuire au cintre de la table laminaire. Avant l’abandon définitif du nucleus, quelques éclats sont débités perpendiculairement à la table laminaire, pour tenter de rétablir les convexités des deux surfaces la composant. En effet, la dernière séquence de production laminaire, à partir du premier plan de frappe, a largement étendu l’une des surfaces de cette table laminaire. Cette tentative est sans succès. Le nucleus est abandonné après l’échec du débitage d’un dernier éclat à partir du plan de frappe opposé.

91Sur un nucleus, la pratique d’un schéma opératoire, laminaire, semi-tournant, puis d’un schéma direct, unipolaire, à éclats, montre la possibilité d’une rupture dans le déroulement de la chaîne opératoire (fig. 70).

FIG. 70
Série N2b2 : nucleus mixte à lames et à éclats. Ce nucleus présente les traces de deux schémas opératoires différents. Le premier est un schéma opératoire laminaire, semi-tournant, dont il n’est pas possible de préciser le mode d’initialisation. Aux extrémités opposées du bloc, les corniches actives des deux plans de frappe sont légèrement décalées. Le débitage exploite donc alternativement deux surfaces, latéralement sécantes, qui composent la table laminaire. Celle-ci ne présente aucune altération justifiant l’abandon de la production, lorsque le second schéma opératoire est adopté. Le tailleur utilise l’un des bords de la table laminaire comme plan de frappe, pour la production d’éclats grâce à un débitage unipolaire, convergent. La nouvelle surface exploitée couvre une partie du dos du nucleus. La morphologie des négatifs (dimensions, épaisseurs des éclats produits, etc.) montre clairement qu’il ne s’agit pas de l’aménagement d’une crête, mais bien de l’adoption d’un schéma opératoire de nature et de finalité différentes.

92Certains nucleus à débitage semi-tournant portent des négatifs correspondant à l’aménagement d’une crête en position latérale ou postéro-latérale (fig. 65, nos 1,2). Les nucleus à débitage tournant sont particuliers, car les corniches, qui couvrent une partie du pourtour des plans de frappe opposés, ont un axe différent. Le débitage est donc réalisé en séries, à partir de surfaces parallèles, de directions opposées et latéralement sécantes (fig. 65, no 6).

93Le nombre des lames ayant servi de support à l’outillage retouché est assez réduit (n = 5, soit 0,37 %). Si certaines servent de support à des racloirs (n = 2, soit 8,7 %) ou à des encoches (n = 1, soit 4 %), d’autres sont sélectionnées pour l’aménagement d’outils de type paléolithique supérieur : lames à dos abattu (n = 2, soit 8,70 %) (fig. 66, no 10) et burin (n = 1, soit 4 %), (fig. 65, no 4).

Étude fonctionnelle

94Dans ce secteur, 62 pièces au total (soit 4,56 % de la série) ont été soumises à l’analyse des microtraces. En ce qui concerne les produits bruts, 25 lames, 5 éclats Levallois et 4 pointes Levallois, 2 éclats débordants, 7 éclats corticaux et 2 éclats, soit 45 artefacts, ont fait l’objet d’un test.

95Aucune pointe et éclat Levallois n’ont été utilisés. Seuls trois lames et un éclat laminaire (fig. 71) de grandes dimensions ont servi de couteau de boucherie (dans deux cas) ou à la découpe de tissu animal carné tendre (viande, peau fraîche, tendons…). Trois lames portent les traces d’une action longitudinale provoquée par des activités de boucherie sur le bord droit pour deux d’entre elles et sur le gauche pour la troisième. Le grand éclat laminaire porte le même type de stigmates sur le bord droit, très effilé, opposé à un dos cortical.

FIG. 71
Série N2b2 : 1, 2 lames (les remontages de ces deux artefacts se trouvent sur la planche 74) ; 3 grand éclat avec dos cortical partiel ; 4 lame.

96Deux de ces lames se raccordent et ce remontage (fig. 72) n’est pas sans implication dans l’analyse du gisement. En effet, leur gabarit est différent de celles produites dans ce secteur (fig. 71, nos 1, 2 ; fig. 66). Elles sont plus larges et possèdent un talon lisse plus étendu. Leurs arêtes sont légèrement convergentes et les négatifs de leur surface dorsale sont strictement unipolaires. Ce remontage démontre que ces lames ont été produites par un nucleus possédant un plan de frappe unique, lisse et large, ainsi que des arêtes convergentes (fig. 72). Ce type de nucleus est caractéristique du secteur 3, et il est possible que ces lames y aient été fabriquées.

FIG. 72
Série N2b2 : raccord de deux lames qui ont servi à des travaux de boucherie (fig. 71, nos 1 et 2).

97De plus, le grand éclat cortical utilisé (fig. 71, no 3) est en silex noir du Turonien supérieur/Coniacien basal, sous-représenté dans ce second secteur mais fréquent dans le troisième, et plus particulièrement dans l’amas 3.

98Seule la troisième lame fait partie d’un ensemble remonté provenant du secteur 2, ce qui démontre une production sur place. C’est un enlèvement laminaire qui oppose un dos cortical à un tranchant actif (fig. 71, no 4).

99Dix-sept outils retouchés ont été examinés à la loupe binoculaire : cinq racloirs simples droits, deux racloirs simples convexes, cinq encoches, deux grattoirs, un burin sur troncature convexe, une lame à dos abattu et un denticulé. Aucune pièce retouchée ne porte de traces d’usage. Il pourrait s’agir d’outils abandonnés sur place en cours de fabrication. Par ailleurs, cet abandon peut être dû au potentiel ergonomique ne convenant pas à l’utilisateur préhistorique. Cette absence de résultats peut aussi provenir d’accidents post-dépositionnels (tassements des sédiments, piétinement…).

2.5.1.3 La série N2b3

100Comme pour les séries précédentes, la présence de nombreux éclats corticaux (31,15 %), d’esquilles (28,85 %) et la possibilité de réaliser des remontages (17,74 % hormis les esquilles) confirment la pratique du débitage sur place.

101Le pourcentage des outils retouchés est faible (n = 50, soit 1,10 %). Les racloirs dominent nettement (n = 25, soit 50 %) à côté de deux encoches, de deux denticulés et du groupe des outils de type paléolithique supérieur, constitué par trois grattoirs et un fragment de lame à dos partiellement abattu.

Chaîne opératoire à éclats

102Cette chaîne opératoire est peu représentée (n = 16, soit, 18,18 % des nucleus). La plus grande partie des éclats est produite grâce à des schémas opératoires directs unipolaires (7,95 % des nucleus ; fig. 73, no 1) ou bipolaires (3,41 % des nucleus). Ils sont comparables aux schémas non Levallois identifiés dans les séries N2bl et N2b2, où le débitage successif d’éclats permet de produire fortuitement des éclats de type Levallois. Parallèlement, quelques éclats sont débités de manière opportuniste à partir de nucleus « informes » (n = 6, soit 6,82 %).

FIG. 73
Série N2b3 : 1 nucleus unipolaire parallèle ; 2, 3 nucleus unipolaires convergents.

103En l’absence de nucleus correspondants, il est vraisemblable qu’une partie des éclats Levallois de la série (n = 66, soit 1,46 %) soit issue de ces schémas. Des éléments laminaires et des couteaux à dos cortical sont également obtenus au cours de ce type de production.

104En dehors d’une encoche, les éclats (8 ordinaires et 7 de type Levallois) servent préférentiellement de supports aux racloirs (fig. 74, nos 1, 2, 5). Deux autres éclats de type Levallois portent une légère retouche rasante. Les grattoirs sont aménagés sur d’épais éclats corticaux (fig. 74, nos 3, 4).

FIG. 74
Série N2b3 : 1, 2 racloirs doubles ; 3, 4 grattoirs ; 5 racloir simple droit.

Chaîne opératoire à pointes

105Cette chaîne opératoire est majoritaire (69 nucleus, soit 78,41 %). Les pointes (n = 117, soit 2,58 %) (fig. 75) sont débitées à partir de rognons, d’éclats ou de cassons, grâce à un schéma opératoire Levallois unipolaire convergent (fig. 73, 77-79) et en moindre proportion, grâce à un schéma opératoire non Levallois. Ce dernier révèle la possibilité de l’exploitation d’un nucleus, par le débitage unipolaire de plusieurs surfaces, successivement sécantes, d’orientations et d’inclinaisons différentes. Leurs convexités sont aménagées et entretenues par la convergence et l’obliquité d’enlèvements prédéterminants (fig. 80, 81-86). Cette modalité de production est comparable à celle adoptée par les schémas opératoires Levallois à pointes. Cependant, l’exploitation successive de plusieurs surfaces sécantes et l’influence exercée par la morphologie des blocs de matière première, notamment lors du choix de la mise en œuvre des surfaces productives, distinguent nettement ce schéma des définitions classiquement proposées pour le débitage des pointes Levallois (fig. 82).

FIG. 75
Série N2b3 : 1-6 pointes Levallois ; 7 racloir simple convexe ; 8 racloir double ; 9 racloir simple convexe ; 10 pointe d’hast ; 11, 12 pointes Levallois expérimentales utilisées en armes d’hast (d’ap. Plisson, Beyries 1998).

FIG. 76
Série N2b3. Vue de détail des endommagements de la face inférieure de la pointe d’hast.

FIG. 76
Série N2b3. Vue de détail des endommagements de la face inférieure de la pointe d’hast.

FIG. 77
Série N2b3. Remontage de l’ensemble 12 : 1, 3 lames à dos cortical ; 2, 4, 5 pointes ; 6 nucleus Levallois ; 7 vue du remontage. Le bloc de matière première est de forme plutôt triangulaire. Un plan de frappe est aménagé à partir de l’un des bords le plus large du bloc. Les premiers éclats portant du cortex sont débités grâce aux convexités naturelles du bloc, selon des directions convergentes. Ils établissent un ensemble de convexités et des nervures directrices permettant la production d’une pointe. Il n’est pas rare que des éléments laminaires soient débités lors de la mise en œuvre de ce type de schéma. Certaines lames à dos ou à bord naturels, produites dans ce cadre, possèdent une fonction technologique car elles permettent d’accentuer les convexités latérales de la surface productive. Ce nucleus semble avoir subit plusieurs séquences de production (aménagement des convexités, débitage d’une pointe), avant son abandon.

FIG. 78
Série N2b3. Remontage de l’ensemble 16 : 1 nucleus sur éclat ; 2 remontage d’éclats à dos naturel sur le nucleus sur éclat ; 3 nucleus Levallois à pointes partiellement remonté ; 4 raccord du remontage du nucleus sur éclat sur le nucléus Levallois à pointes. Ce remontage indique qu’après l’aménagement du plan de frappe et le débitage de plusieurs éclats corticaux, la surface mise en œuvre permet de produire successivement : une pointe, une lame épaisse, un éclat Levallois, une seconde pointe, une lame à dos cortical, puis une troisième pointe et une troisième lame. Le plan de frappe est réaménagé et une quatrième pointe est ensuite débitée. L’enlèvement suivant outrepasse. Le nucleus est alors abandonné après le débitage d’une petite lame. Au total, quatre pointes, quatre lames et un éclat Levallois ont été produits à partir de ce nucleus.

FIG. 79
Série N2b3 : 1 remontage de l’ensemble 98 ; 2 raccord d’un éclat sur un nucleus Levallois à pointes sur éclat ; 3 raccord d’un éclat sur un nucléus Levallois à pointes sur fragment de l’ensemble 98 ; 4 remontage de deux éclats corticaux sur un nucleus Levallois à pointes sur fragment de l’ensemble 98. Lors d’un accident de taille (éclatement du bloc de matière première), le schéma opératoire Levallois à pointe peut être adopté pour le débitage de fragments provenant d’un même bloc. L’ensemble 98 en est l’illustration. Il manque une grande partie des enlèvements correspondant aux premières phases productives. Une grande lame à dos cortical témoigne de l’exploitation d’une première surface et de la production d’éclats à bords convergents. Au cours du débitage, le nucleus est cassé, lors du détachement d’un éclat cortical épais. Chacun des deux fragments est alors mis en œuvre selon le schéma opératoire Levallois à pointes. L’éclat cortical, épais, subit le même traitement. Au sein de la série lithique, il semble que les nucleus sur éclat de ce type puissent être raccordés de manière systématique à des nucleus Levallois à pointes.

FIG. 80
Chaîne opératoire à pointes. Schéma de production unipolaire convergent, sur une seule surface.

FIG. 81
Série N2b3 : remontage de l’ensemble 97. Nucleus exploité sur deux surfaces par le biais d’un débitage unipolaire convergent. Remontage de trois éclats sur la face A et d’une pointe sur la face B.

FIG. 82
Série N2b3 : remontage de l’ensemble 7. Nucleus non Levallois à pointes. Sur la première surface (A) de ce nucléus ont été remontés deux lames à dos cortical (a et b) et un éclat laminaire (c), débités selon des directions convergentes grâce à la morphologie du bloc. Les négatifs de ces enlèvements établissent des convexités qui permettent la production d’une pointe (d). Le nucleus est ensuite retourné. Une nouvelle surface (B) est mise en œuvre à partir d’un plan de frappe aménagé directement sur l’un des bords de la surface A. L’axe de débitage de B est différent de celui de A. Le premier éclat(e) débité à partir de B rebrousse. Deux coups de percuteur permettent ensuite le détachement successif d’un éclat (f) et d’une pointe, tous deux de forte épaisseur. Un éclat, deux lames et une pointe sont ensuite produits, avant l’abandon du nucleus. Plusieurs éléments de ce remontage ont été cassés lors du débitage, généralement dans la partie mésiale, en raison d’une percussion mal contrôlée ou trop violente.

FIG. 83
Série N2b3 : remontage de l’ensemble 8. La variabilité de ce schéma opératoire trouve un prolongement naturel dans l’exploitation des blocs à partir de surfaces dont le nombre n’est pas limité à deux. Elle dépend alors étroitement du potentiel de la matière première et donc de la morphologie des nodules. Après l’aménagement d’un plan de frappe à l’une des extrémités du rognon, le débitage de la première surface (A) fournit quelques éclats corticaux, une pointe et trois lames. La partie proximale de A est ensuite utilisée comme plan de frappe pour l’exploitation d’une seconde surface (B). Après l’obtention de plusieurs produits corticaux, une lame est débitée. L’exploitation de B est alors abandonnée. Elle sert de plan de frappe pour la reprise du débitage de A (3). Trois lames et une pointe sont obtenues. Une dernière étape productive (4) s’effectue avant l’abandon du nucleus. Ce remontage apporte quelques renseignements sur la gestion de la matière première, car la réduction est particulièrement poussée, comme l’indiquent les dimensions du bloc d’origine et celle du nucleus résiduel (5). D’un point de vue pondéral, le rognon remonté pèse 1 090 g ; le nucleus ne pèse que 90 g (soit 8,25 % du poids du bloc initial).

FIG. 84
Série N2b3 : remontage de l’ensemble 3, un rognon de silex de forme oblongue assez irrégulière. La première séquence de production est conduite grâce à l’exploitation d’une surface (A) par un débitage direct, unipolaire, convergent, à partir d’un plan de frappe aménagé à l’une des extrémités du bloc. Trois éclats corticaux allongés sont débités. La partie proximale de la surface A sert ensuite de plan de frappe pour la mise en œuvre d’une seconde surface (B), qui couvre le dos cortical du nucléus. Six éclats corticaux, dont un présente un accident de type Siret, sont produits selon le même principe, lors de cette seconde séquence.

FIG. 85
Chaîne opératoire à pointes. Schéma unipolaire convergent. Modalité à deux surfaces successives inscrites dans des plans parallèles.

FIG. 86
Série N2b3 : remontage de l’ensemble 3 (suite). Un autre plan de frappe est aménagé à l’extrémité distale de la surface A (2). Il permet le débitage d’une troisième surface (C) opposée et recoupant une partie de B (1). Cette troisième séquence de production permet d’obtenir un éclat cortical, une pointe et un autre éclat. La partie proximale de C sert ensuite de plan de frappe (3, 4), utilisé pour l’exploitation d’une quatrième surface (D). Cette séquence productive est plus complexe, car elle inclut une phase de rectification du bloc. Le premier éclat, débité à partir de D, rebrousse. La morphologie du bloc est alors rectifiée par de grands enlèvements corticaux, débités perpendiculairement et emportant le plan de frappe de la surface B. Ils permettent d’éliminer certaines parties du nodule offrant une trop grande inertie lors du débitage de la surface D. Quelques éclats sont de nouveau débités à partir de la surface C, dont les convexités ont été réaménagées par cette rectification du bloc. La production de deux derniers éclats, à partir de D (3), précède l’abandon du nucléus (5).

106Force est de constater que les pointes obtenues grâce à ce schéma opératoire non Levallois sont de type Levallois, puisqu’elles en possèdent toutes les caractéristiques morphologiques. Cette constatation, confirmée par les remontages, souligne la possibilité d’obtenir des produits de type Levallois grâce à des schémas opératoires non Levallois, lorsque ceux-ci incluent une modalité de production comparable (Boëda 1990 ; Révillion 1994).

107À l’extrémité de cette chaîne opératoire, quatre pointes (fig. 75, nos 7-9) et une pointe pseudo-Levallois ont été transformées en racloirs. La partie distale d’une pointe porte deux encoches et deux autres pointes présentent une légère retouche.

Chaîne opératoire laminaire

108Les nucleus laminaires sont peu nombreux (n = 3, soit 3,41 %). Les lames (n = 170, soit 3,76 %) portent souvent les traces d’un débitage unipolaire. Elles sont produites fortuitement grâce à un schéma opératoire unipolaire, convergent ou parallèle et de manière systématique, grâce à un débitage semi-tournant (fig. 87, no 1). Un nucleus très accidenté pourrait avoir été débité grâce à un schéma opératoire tournant (fig. 87, no 2).

FIG. 87
Série N2b3 : 1 nucleus laminaire semi-tournant ; 2 nucleus laminaire tournant très accidenté.

109En dehors d’un fragment proximal de lame portant un dos partiellement abattu, deux lames ont servi de supports à des racloirs (fig. 88, nos 3, 4). Une lame porte une retouche marginale sur face plane (fig. 88, no 2), et une dernière a été transformée en grattoir (fig. 88, no 1).

FIG. 88
Série N2b3 : 1 front de grattoir sur extrémité distale de lame ; 2 racloir simple convexe ; 3, 4 racloirs simples droits.

Étude fonctionnelle

110Au total, 241 pièces (5,33 % de la série) ont été soumises à une analyse tracéologique. 195 supports bruts ont été étudiés et 14 d’entre eux portent des traces d’utilisation. Parmi ceux-ci, les pointes Levallois dominent. Deux exemplaires ont servi au travail du bois, cinq à des travaux de boucherie et présentent des traces de contact avec l’os (fig. 75, no 2), et une seule à de la découpe de tissu animal carné tendre. Trois éclats corticaux, un éclat Levallois, deux lames et un couteau à dos naturel ont aussi servi à des travaux de boucherie.

11116 outils retouchés présentent des traces d’usage. Parmi ceux-ci, les racloirs constituent la catégorie de pièces la plus utilisée. Trois racloirs simples convexes ont servi à des travaux de boucherie avec contact avec l’os (fig. 75, no 7) et deux autres à travailler un matériau dur indéterminé (fig. 75, no 9 et 88, no 2). Un grattoir et un racloir concavo-convexe ont été utilisés pour des actions de dépeçage (matière animale tendre indéterminée). Sur ce grattoir, les traces d’usage se trouvent sur le tranchant non retouché, opposé à un bord cortical. La retouche est destinée dans ce cas à prolonger le dos cortical et ne définit pas une partie active (fig. 74, no 4).

112Un racloir simple droit, un simple convexe, quatre racloirs doubles (fig. 74, no 1), un grattoir (fig. 74, no 3) et un couteau à dos aménagé ont servi à scier du bois.

113Une pointe Levallois se distingue, au sein de cette série de 4 523 artefacts, par les stigmates particuliers qu’elle présente. Elle porte une courte retouche sur l’extrémité distale du bord droit (fig. 75, no 10). L’examen de la face inférieure montre un bord gauche et une partie apicale ébréchés et denticulés (fig. 76). Ces endommagements peuvent témoigner d’une pénétration violente dans une carcasse animale. Ils présentent des analogies avec certaines pointes Levallois expérimentales utilisées en arme d’hast (Plisson, Beyriès 1998 ; fig. 75, nos 11, 12).

114Les pointes Levallois ont préférentiellement été utilisées pour des travaux de boucherie, soit sans retouche, soit transformées en racloirs simples convexes.

115En ce qui concerne les racloirs, 11 ont été utilisés en percussion posée transversale ou longitudinale sur du bois (5), ou pour des travaux de boucherie (6).

116Au regard des produits utilisés par les préhistoriques, les pointes Levallois régulières ont été préférentiellement choisies, mais une partie du prélèvement révèle un comportement opportuniste, motivé par les potentialités ergonomiques de certains déchets de taille, ou supposés tels. Les pièces utilisées pour le travail du bois sont de dimensions assez courtes et épaisses. La retouche est oblique, voire très oblique et parfois écailleuse. Certaines d’entre elles peuvent même avoir été occasionnées lors de l’utilisation. Par contre, les artefacts qui ont servi à des travaux de boucherie sont de dimensions supérieures et d’épaisseur moindre. Par rapport à ceux ayant servi à travailler le bois, les supports bruts sont plus nombreux.

Étude morphométrique

117Parmi les pièces soumises à une analyse tracéologique, 62 ont été mesurées et référencées selon plusieurs critères techno-typologiques : cambrure, axe de débitage, type de talon ; il est cependant très vite apparu que ces distinctions n’apportaient pas d’éléments concluants. Les mesures prises sont la longueur et la largeur maximales, ainsi que l’épaisseur. Sur ces 62 pièces, ont été mesurées toutes celles, intactes ou peu fracturées, portant des traces d’utilisation, ainsi que 35 pointes Levallois vierges de toute microtrace, ceci afin de pouvoir comparer les effectifs par rapport à la production dominante de l’industrie.

118Sur ces 62 pièces, 18 présentent des traces liées à une activité de boucherie, 7 au travail du bois, 2 à une action sur une matière dure indéterminée, 35 ne portent pas de traces d’utilisation. Rappelons que les pièces examinées lors de l’étude tracéologique ont été choisies selon trois critères : l’éloignement de ces pièces par rapport à leur lieu de débitage, la présence d’une retouche la ou les transformant en outil (au sens typologique), et la qualité de manufacture. Cette sélection du matériel est un facteur important, car il peut avoir pour effet de lisser des différences qu’une étude sur une sélection totalement aléatoire pourrait sans doute plus facilement révéler.

119Ce faible échantillonnage conduit évidemment à considérer les données avec prudence ; néanmoins, quelques variations quantitatives et qualitatives apparaissent et ne semblent pas être dues au hasard. Ainsi, les dimensions moyennes des pièces utilisées et des pièces non utilisées sont-elles très différentes (tabl. XXV), ces dernières étant globalement plus petites. Les pièces utilisées présentent assez peu de différences entre elles : longueurs et épaisseurs sont semblables ; les pièces utilisées sur le bois sont un peu plus larges. Notons que les deux pièces portant les traces dues à un usage sur une matière dure indéterminée se distinguent à la Fois par leurs très faibles épaisseurs (8 et 9 mm) et leurs largeurs s’affichant aux extrêmes (27 et 50 mm).

TABL. XXV
Moyennes des longueurs, largeurs et épaisseurs (en mm) et rapports des dimensions.

120Les rapports d’allongement et d’aplatissement précisent les modules : assez long et assez mince pour les pièces utilisées pour le travail du bois, long et assez mince pour celles employées comme couteau de boucherie, long et assez mince pour celles qui n’ont pas été utilisées (tabl. XXV).

121Un fait important est la nette relation entre la longueur et la largeur pour les pièces marquées par des microtraces causées par une activité de boucherie alors que cette relation n’existe pas pour les autres pièces (fig. 89).

TABL. XXVI
Relation support/utilisation.

FIG. 89
Forte relation L/l pour les pièces présentant des traces d’utilisation sur matières animales, au contraire des pièces présentant des traces sur matières ligneuses ou des pièces non utilisées.

Les supports

122Environ le tiers des pièces étudiées présentent des traces d’utilisation ; ce rapport d’utilisation est différent pour les pointes Levallois : moins de 25 % sont utilisées, et pour les éclats simples : 1 sur 8. Le rapport nombre de pièces utilisées pour la boucherie/nombre de pièces utilisées sur le bois est constant (un peu plus des 2/3), indépendamment du support. Les pointes Levallois utilisées sont généralement plus longues (de 10 mm) et moins larges (de 5 mm) que les non utilisées ; le module recherché est clairement de 2 pour 1 (fig. 90). Les pointes non utilisées ont en général une longueur variant autour de 60 mm, mais leurs modules sont très variables. Le choix des pointes Levallois pour utilisation ne relève pas du hasard (tabl. XXVI).

FIG. 90
Exemples de pièces portant des traces d’utilisation sur matières animales (en haut) et ligneuses (en bas). On constate la grande régularité, sur la forme et le module (le cadre autour des pièces est le module L = 21) des premières, et l’aspect plus irrégulier des secondes.

Conclusions de l’étude morphométrique

123Malgré le faible échantillonnage de pièces concerné par cette étude, quelques conclusions sont possibles :

124– le module des pièces utilisées pour la boucherie est constant (la longueur valant deux fois la largeur) indépendamment du support ; il ne l’est pas pour les autres ;

125– il ne semble pas y avoir une sélection d’un type particulier de pièce pour les activités de boucherie ; la sélection s’opère plutôt en fonction du module : le gabarit l’emporte sur la typologie ;

126– les pièces utilisées sur matériau ligneux ne présentent pas de module particulier ni constant : on emploie ici du « tout venant », simplement de plus grandes dimensions que le matériel non utilisé.

2.5.1.4 Interprétation du niveau N2b

127D’un point de vue techno-typologique, les séries N2bl et N2b2 possèdent un profil comparable.

128La chaîne opératoire à éclats est dominante au sein des deux ensembles (Fig. 91). Elle est caractérisée par la prépondérance du débitage non Levallois, grâce à des schémas opératoires directs (unipolaire ou bipolaire). Un schéma opératoire à partir de nucleus informes caractérise N2bl. Le débitage de nucleus globuleux et d’un nucleus non Levallois, exploité grâce à deux surfaces de convexités opposées, caractérisent N2b2.

FIG. 91
Décompte des nucleus du niveau N2b.

129Le débitage non Levallois coexiste auprès de systèmes productifs Levallois (préférentiels ou récurrents), réservés à la production d’éclats et, en moindre proportion, de pointes.

130En N2b2, la chaîne laminaire, composée de schémas opératoires de type paléolithique supérieur (semi-tournant et tournant) et de schémas directs (unipolaire, bipolaire, sur éclat), est mieux représentée (39,5 % des nucleus, 14 % des produits) qu’en N2b1 (4,5 % des nucleus) où un seul schéma de type paléolithique supérieur (semi-tournant) est présent.

131Dans les deux séries, un nucleus présente les traces de deux schémas opératoires de nature et de modalité différentes (laminaires et direct à éclats).

132Le faible nombre des outils retouchés (N2bl : n = 3, soit 0,46 % ; N2b2 : n = 23, soit 1,69 %) et les types de supports sélectionnés (éclats corticaux, Levallois, non Levallois, etc.) ne permettent pas de préciser les finalités de la production lithique. Éclats et pointes pourraient être choisis selon leur potentiel ergonomique et non en fonction de leur typologie.

133En revanche, en N2b2, le fait que les lames constituent les supports du petit nombre d’outils de type paléolithique supérieur (grattoir, burin, etc.) établit l’existence d’une certaine différence entre les chaînes opératoires. Il révèle des besoins lithiques spécifiques, dont l’origine a été recherchée par le biais d’une étude tracéologique. Cette étude indique que les supports retouchés retrouvés n’ont pas été utilisés. De plus, en regard des ensembles remontés, il est évident qu’une partie de la production laminaire a été prélevée et emportée en dehors de l’aire de fouille. Une seule lame produite sur place a servi à des travaux de boucherie

134Au sein de la série N2b3, les pointes sont les produits les plus recherchés. Les nucleus à pointes sont les plus nombreux (78,41 % des nucleus). Ils ont été exploités grâce à un schéma opératoire Levallois et à un schéma opératoire non Levallois permettant d’exploiter les nucleus à partir de surfaces successivement sécantes. Ce dernier favorise la production de pointes de type Levallois. Il constitue une alternative au schéma précédent et établit un aspect inédit de la variabilité des moyens mis en œuvre pour ce type de production. La chaîne opératoire à éclats est plus réduite (12 % des nucleus) et comprend des schémas directs, unipolaires et bipolaires. Minoritaire (3 nucleus, soit 3,4 %), la chaîne laminaire compte deux schémas de type paléolithique supérieur (tournant et semi-tournant).

135La prédominance des racloirs, la morphologie et la diversité des supports (éclats Levallois, corticaux, etc.), les retouches presque écailleuses et le faible nombre des outils de type paléolithique supérieur sont autant de caractères qui individualisent les outils de cette série (n = 50, soit 1,5 %). La présence de lames à dos abattu et de grattoirs sur lames évoque l’existence de besoins spécifiques auxquels répond la pratique du débitage laminaire.

136L’analyse fonctionnelle de nombreux outils retouchés et de supports bruts a révélé l’importance du travail du bois et la pratique d’activités de boucherie. Le bois a été travaillé au moyen de supports plutôt courts et épais, souvent transformés par une retouche importante. Les travaux de boucherie ont été réalisés avec des outils plus élancés parmi lesquels les pointes sont bien représentées.

2.5.2 Analyse spatiale de la répartition des vestiges du niveau N2b

2.5.2.1 Le secteur 1

137Dans ce secteur, le sol gris-forestier qui contient le niveau N2b n’est surmonté que par environ 50 cm de sédiment. Cette zone couvre une superficie de 254 m2 et contient 586 artefacts lithiques, soit une moyenne de 2,31 pièces par m2 (fig. 92). Le matériel se concentre essentiellement au nord du secteur sur une largeur de 5 à 6 m. En dehors de cette bande de matériel plus dense, les silex sont plus rares. La plupart des ces artefacts sont des déchets de débitage, souvent de petite taille. Ils ne dessinent aucune concentration significative.

FIG. 92
N2b/secteur 1. Densité des artefacts.

138Les vestiges découverts témoignent d’un débitage local. Les quelques ensembles remontés proviennent de la zone nord (fig. 93). Ils sont toutefois lacunaires et associent surtout des éléments de mise en forme des nucleus.

FIG. 93
N2b/secteur 1. Plan des remontages.

139Les éclats et les pointes Levallois (fig. 94, 2) sont aussi localisés au nord du secteur 1. Les supports laminaires se distribuent de façon diffuse (fig. 94, 1). Par rapport aux produits Levallois et aux lames, les nucleus sont localisés au centre de ce secteur (fig. 95).

FIG. 94
N2b/secteur 1 : 1 localisation des lames et de l’outillage retouché ; 2 localisation des pointes et des éclats Levallois.

FIG. 95
N2b/secteur 1 : 1 localisation des nucleus à lames, des nucleus informes et des blocs testés ; 2 localisation des nucleus Levallois, des nucleus unipolaires et bipolaires.

140Les trois outils retouchés proviennent également de la partie nord de ce secteur (fis. 94, 1).

141L’analyse spatiale des vestiges de ce secteur n’a fait ressortir aucun fait significatif, ni d’association particulière d’artefacts. Toutefois, il faut signaler la coexistence, dans un même espace, de plusieurs chaînes opératoires différentes mises en œuvre de façon sans doute simultanée par les tailleurs préhistoriques (fig. 95).

142La lecture des plans de répartition du matériel semble indiquer que le niveau archéologique se poursuit vers le nord, en dehors de l’emprise autoroutière. Cette zone, non accessible et par conséquent non fouillée, a été détruite, après l’intervention de terrain, par le creusement d’un bassin de récolte des eaux dont la position exacte était à l’époque inconnue des archéologues.

143L’absence de résultats de l’analyse fonctionnelle de quelques artefacts (cf. supra Locht § 2.1.2) ne permet pas d’appréhender les activités autres que celle de la taille du silex.

2.5.2.2 Le secteur 2

Densité et répartition des vestiges

144Dans cette zone, 1 357 silex taillés ont été découverts sur une surface explorée de 273 m2 (soit 4,97 pièces par m2) (fig. 96). La répartition des vestiges est très contrastée, avec une première zone périphérique où le matériel se présente de manière éparse, et une seconde zone nettement plus riche (fig. 96, 97). Cette seconde zone concerne le centre et le sud-est du secteur 2 où deux concentrations sont nettement discernables. Ces aires de débitage associent nucleus et déchets de taille et témoignent que des activités de débitage se sont déroulées de manière continue à ces endroits, Plus de 67 % de la totalité des vestiges de ce secteur proviennent de ces deux concentrations. Celles-ci se répartissent sur une trentaine de mètres carrés, ce qui représente 11 % de la superficie totale.

FIG. 96
Niveau N2b/secteur 2. Plan de densité du matériel.

TABL. XXVII
N2b/secteur 2. Décompte des artefacts par zone.

FIG. 97
N2b/secteur 2. Emplacement de l’amas 1 et de l’atelier laminaire.

Les concentrations

145La première (amas 1) est composée de 79 artefacts répartis sur une superficie proche de 2 m2 (tabl. XXVII).

146Il s’agit d’un poste de taille conservé en position primaire (fig. 98). Cet amas est composé d’ailleurs presque uniquement des produits issus de l’exploitation d’un bloc de silex du Coniacien moyen ou supérieur via un schéma laminaire direct bipolaire (fig. 67-69). Ce nucleus n’est pas mélangé au reste des artefacts mais semble avoir été déposé à l’écart de ceux-ci, après son exploitation. Un nucleus informe se trouve à proximité immédiate de cet amas. Aucun artefact n’a pu y être raccordé.

FIG. 98
N2b/secteur 2. Plan de l’amas 1. En gris clair, les produits et en gris foncé, les deux nucleus.

147Les produits répartis en quart de cercle autour du nucleus bipolaire font l’objet de remontages à des distances inférieures à 1 m. Toutes les étapes de la chaîne opératoire se sont déroulées sur place sans discontinuité et le rognon d’origine est presque complètement reconstitué. Deux raccords entre cassures anciennes ont été réalisés à l’échelle centimétrique. 53 % des éléments composant cet amas ont été remontés (tabl. XXVIII). L’objectif final de cette production est l’obtention de lames (10), de pointes (3) et d’éclats (5) robustes et de grandes dimensions. Toutefois, malgré leur potentiel ergonomique, il ne semble pas qu’il y ait eu prélèvement ou déplacement de supports. L’hypothèse d’une utilisation sur place est peu probable étant donné les résultats négatifs de l’étude tracéologique réalisée sur quatre produits issus de cet amas (tabl. XXIX).

TABL. XXVIII
N2b/secteur 2. Nombre d’artefacts et pourcentages relatifs aux trois zones du secteur 2.

TABL. XXIX
Résultats de l’étude tracéologique menée sur les artefacts des trois zones.

148La seconde concentration, située au sud de l’amas 1, se répartit sur une superficie de 28 m2 et rassemble 840 artefacts, soit une moyenne de 30 pièces par m2 (fig. 99). 81,87 % des esquilles découvertes dans le secteur 2 se retrouvent dans cette aire de taille. Les éclats corticaux et les éclats représentent respectivement 35,9 % et 22 % de la totalité du matériel de cette zone. La répartition des vestiges n’est pas constante et trois ensembles plus denses sont visibles. Ils se composent de produits issus d’une exploitation continue de plusieurs rognons, depuis les premières étapes de mise en forme comme l’atteste la présence de 50 % des éclats corticaux recensés dans cette zone, au sein de ces trois ensembles (tabl. XXVII). Contrairement à l’amas 1, la répartition des artefacts est ici plus lâche. D’autre part, une grande partie des nucleus se trouve à l’extérieur de ces ensembles, ce qui pourrait indiquer une dispersion des vestiges postérieure au débitage. La cohérence techno-typologique des artefacts découverts sur la totalité de cette concentration, ainsi que leur aspect physique, permet toutefois de la considérer comme étant le résultat d’une même occupation.

FIG. 99
N2b/secteur 2. Plan de l’atelier de production de lames. En gris foncé, les nucleus.

149Sur le plan technologique, le débitage laminaire domine puisque 21 nucleus de ce type identifiés dans ce secteur ont tous été découverts au sein de cette concentration où ils représentent 58,33 % de l’effectif (fig. 100). 78,26 % des supports laminaires et 11 des 13 lames à crêtes découvertes dans ce secteur proviennent de cette zone (fig. 101).

FIG. 100
N2b/secteur 2. Localisation des nucleus à lames.

FIG. 101
N2b/secteur 2. Localisation des lames.

150Le débitage laminaire majoritaire confère un caractère spécialisé à cette concentration (atelier de production de lames). Cette chaîne opératoire coexiste cependant avec d’autres modalités opératoires, dont le débitage Levallois représenté par 5 nucleus soit 13,88 % de l’effectif. Une partie des nucleus unipolaires se trouve au sein de cette concentration (fig. 102). Par contre, il est intéressant de noter que les nucleus Levallois, tout comme les bipolaires, se trouvent en périphérie immédiate de cet atelier laminaire (fig. 103). L’association de ces différentes chaînes opératoires au sein d’un même atelier démontre à nouveau l’étendue de connaissances technologiques et de la faculté d’adaptation des tailleurs de silex du Paléolithique moyen.

FIG. 102
N2b/secteur 2. Localisation des nucleus unipolaires et des nucleus informes.

FIG. 103
N2b/secteur 2. Localisation des nucleus directs bipolaires et des nucleus Levallois.

151Seuls 10 produits Levallois (8 éclats et 2 pointes) ont été découverts (fig. 104) au sein de cette concentration. À l’instar des lames, une partie de ces supports a donc pu être emportée en dehors du lieu de production.

FIG. 104
N2b2/secteur 2. Localisation des pointes et des éclats Levallois.

152Le taux de remontage s’élève à 20,58 % en exceptant les esquilles. Aucun des nucleus unipolaires, bipolaires et informes, qui résultent d’accidents survenus au cours de la taille, ne participe à un ensemble remonté. Par contre, 40 lames (soit 25,47 % de l’effectif) ont été dans quatorze cas remontées directement sur leur nucleus. De grandes disparités existent entre ces remontages : quatre sont quasiment complets, de la mise en forme à la réalisation de supports ; deux se composent de cinq éléments et neuf n’en comportent que deux ou trois. Sept nucleus n’ont fait l’objet d’aucun remontage. En observant les ensembles les plus complets, on constate qu’ils comportent de nombreuses anomalies de la matière première (inclusion, plages de silicification incomplète) et sur le plan technique (éclat rebroussé, cassure durant le débitage). Les supports issus de ces nucleus n’offraient probablement pas de qualités ergonomiques suffisantes pour être emportés. Toute (ou une partie de) la production de ces blocs a donc été abandonnée sur place. Sur les autres nucleus, l’absence d’une ou de plusieurs séquences de production laminaire a rendu impossible la réalisation de remontages complets, ce qui laisse supposer qu’une partie du matériel, et en particulier des lames, a été prélevée.

153Les pièces remontant sur nucleus sont généralement proches les unes des autres et se retrouvent dans un périmètre variant entre 1 et 3 m pour 92,06 % d’entre elles (fig. 105). Des écarts plus significatifs ont été observés sur deux ensembles raccordés de onze et huit éléments. Le premier remontage met en évidence un événement survenu au cours de l’exploitation d’un nucleus selon des modalités laminaires. Celui-ci s’est cassé en deux au cours du débitage. L’un des fragments est abandonné sur place et le second a été rejeté à 9,60 m de là (fig. 105). Dans le second cas, l’hypothèse d’un déplacement anthropique d’artefact peut être plus vraisemblable puisqu’un petit fragment de lame à dos cortical a été retrouvé à plus de 10 m du nucleus et des divers produits qui lui sont associés.

FIG. 105
N2b/secteur 2. Plan des remontages.

154Des remontages partiels ont été réalisés sur deux des nucleus Levallois (ensembles de deux et trois éléments). Un seul produit Levallois a pu être remonté. On constate une absence presque complète des éclats de la phase de mise en forme des rognons dans ces assemblages. Le décorticage de ces blocs a donc pu s’effectuer ailleurs.

155L’étude tracéologique a été effectuée sur un lot de 26 supports bruts provenant de cet atelier laminaire dont 20 lames (dont une à crête), une pointe Levallois, un éclat débordant et quatre éclats corticaux. Trois lames ont servi à des travaux de boucherie (tabl. XXIX ; fig. 71, 106). Deux de ces artefacts ont fait l’objet d’un raccord (fig. 72). Leurs caractéristiques technologiques évoquent un mode d’obtention différent de celui mis en œuvre dans l’atelier laminaire. Elles les rapprochent plutôt des supports provenant du secteur 3, produits par le biais d’un schéma unipolaire convergent (cf. supra § 2.5.1.3). L’hypothèse d’une importation de ces deux artefacts peut ainsi être envisagée. La troisième lame, à dos cortical, provient d’un débitage sur place puisqu’elle fait partie d’un remontage sur nucleus assez complet. Cette pièce n’a subi aucun déplacement par rapport aux autres produits et se retrouve à proximité du nucleus dont elle est issue.

FIG. 106
N2b/secteur 2. Emplacement des artefacts utilisés pour des travaux de boucherie.

156Les outils retouchés sont principalement concentrés dans l’atelier laminaire et dans ses abords immédiats (racloirs, mais aussi outils de type paléolithique supérieur tels que burin et dos abattu, encoches et denticulés) (fig. 107). D’après les remontages effectués, leur production est locale. Aucun d’entre eux n’a livré de résultats significatifs en ce qui concerne l’analyse fonctionnelle.

FIG. 107
N2b/secteur 2. Localisation des outils retouchés.

La zone périphérique

157En dehors des deux concentrations précédemment décrites (fig. 100 ; amas 1 et « atelier laminaire »), 438 pièces, soit 32,27 % de la totalité du matériel de ce secteur, se répar tissent sur 243 m2 environ, soit 89 % de la superficie totale (tabl. XXVII, XXVIII). Les silex suivent donc une répartition très lâche, correspondant à 1,8 pièce par m2. Les éclats corticaux sont nombreux puisqu’ils s’élèvent à 49 % tandis que les éclats n’atteignent que 23,98 %. On constate la présence constante de ce type de vestiges témoignant d’activité de débitage sans qu’il y ait eu de poste de taille découvert. Le taux de remontages est très bas (3,57 % sans tenir compte des esquilles).

158Les 27 nucleus retrouvés dans cette zone traduisent des modalités techniques variées sans qu’une méthode particulière ne soit majoritaire. Le fait le plus remarquable est l’absence de nucleus à lames, à l’exception d’un exemplaire réalisé sur éclat et retrouvé quelques mètres au sud de l’atelier de taille (fig. 100). L’obtention d’éclats se fait par des méthodes telles que le débitage unipolaire et bipolaire (fig. 102, 103). Avec 6 nucleus, la modalité Levallois constitue une composante non négligeable (22,2 % de l’effectif). Ces nucleus sont pour la plupart exploités selon des schémas récurrents, à l’exception d’un exemplaire à éclat préférentiel (fig. 103). Ce dernier remonte avec un éclat cortical situé dans le secteur 3, il permet donc d’établir une relation tangible entre ces deux secteurs (fig. 29). Les nucleus informes (n = 8) sont soit sur des rognons de qualité médiocre sommairement débités, soit des fragments non identifiables d’autres nucleus. Cette dernière hypothèse est d’ailleurs confirmée par un ensemble remonté, évoqué plus haut, qui associe un fragment de nucleus à lames, provenant de l’atelier, à un fragment localisé dans la zone périphérique (fig. 105).

159D’un point de vue spatial, les nucleus sont généralement localisés en périphérie de l’amas et de l’atelier laminaire, à l’exception d’un nucléus Levallois récurrent localisé à l’extrême nord du secteur.

160Parmi les produits prédéterminés, les supports laminaires sont les plus nombreux (fig. 101). Cette série est relativement importante étant donné qu’un seul nucleus de ce type a été découvert dans cette zone. Vingt-quatre produits Levallois (22 éclats et 2 pointes) ont également été identifiés (fig. 104). Ce nombre paraît peu élevé par rapport aux six nucleus de ce type qui ont été recensés ici (fig. 103). On obtient en effet une moyenne de 3,6 supports par nucleus, ce qui constitue un nombre assez faible étant donné les modalités récurrentes utilisées. Les outils retouchés (n = 7) associés à cette zone sont rares et n’autorisent aucune interprétation. Cet assemblage se compose de trois racloirs (2 simples droits et 1 convexe), de deux grattoirs et d’une encoche (fig. 107). Trois de ces pièces ont subi un test tracéologique qui s’est révélé négatif (tabl. XXIX).

161L’étude tracéologique a également porté sur un ensemble de onze artefacts non retouchés se composant de supports prédéterminés (4 éclats Levallois, 1 pointe et 2 lames) et de produits ordinaires tels qu’une pointe pseudo-Levallois, un éclat et deux éclats corticaux. Une seule pièce a révélé des traces d’utilisation dues à des travaux de boucherie. Il s’agit d’un éclat cortical de belles dimensions offrant une longueur de tranchant brut importante, exploitée pour des travaux de boucherie (fig. 106). Les caractéristiques lithologiques de cette pièce (silex du Turonien supérieur/Coniacien basal) évoquent l’aspect des artefacts du secteur 3, et plus particulièrement de ceux produits au sein de l’amas 3. Une fois de plus la mobilité des vestiges d’un secteur à l’autre est à envisager, et par là même leur contemporanéité.

Conclusions de l’analyse spatiale

162La répartition des silex taillés de ce secteur s’organise principalement entre deux concentrations d’importance inégale : l’amas 1 et l’atelier laminaire. Les remontages n’ont pas permis de relier ces deux structures qui ont donc pu fonctionner indépendamment l’une de l’autre. Dans la première, l’activité de taille s’est concentrée sur une superficie restreinte de 2 m2 environ. Il s’agit du résultat d’une action de taille brève dans le temps. Les artefacts ont été abandonnés sur place sans être utilisés.

163La seconde concentration, plus complexe, concerne une surface d’une trentaine de mètres carrés environ. Cette aire de taille est orientée vers la production de supports laminaires dont une partie a vraisemblablement été emportée. Les activités anthropiques occasionnées par ces diverses activités de débitage et celles qui lui ont succédé (traitement de la faune, …) ont modifié la disposition première des vestiges en les dispersant. La répartition des vestiges lithiques est en effet beaucoup plus lâche que ceux issus de l’amas 1. L’utilisation de supports pour des travaux de boucherie sur place est attestée sur trois lames. Deux de ces pièces évoquent les modalités de débitage unipolaire et convergente du secteur 3. Cette observation laisse entrevoir la possibilité d’échange et de mobilité de matériel entre ces deux zones.

164La zone périphérique est difficile à caractériser. Des activités de boucherie se sont également déroulées à cet endroit, comme le prouvent des traces d’usage visibles sur un éclat cortical dont l’aspect évoque les artefacts du secteur 3. Le seul fragment de grande faune retrouvé dans le secteur 2 est situé une dizaine de mètres au nord de cet artefact (fig. 33, 106). Quelques artefacts de cette zone pourraient provenir de l’atelier laminaire dont ils semblent être des rejets (nucleus informes) ou des supports transportés comme, le démontre un remontage.

2.5.2.3 Le secteur 3

Densité et répartition des vestiges

165Ce secteur compte 4 523 artefacts répartis sur 339 m2, soit une densité moyenne de 13,34 pièces par m2 (fig. 108, 109). En plus des artefacts lithiques, la majorité des restes osseux a été retrouvée au N-E de la dépression karstique, dans une zone où les artefacts sont les plus clairsemés. À cet endroit, les sols humifères reposent directement sur la craie, ce qui a favorisé la conservation de restes d’Équidé et de Boviné (cf supra Locht § 2.1).

FIG. 108
N2b/secteur 3. Répartition spatiale des artefacts.

FIG. 109
N2b/secteur 3. Densité du matériel.

166Les silex taillés forment une grande concentration ovale, d’axe N-O/S-E. La dépression karstique se trouve au S-O de cette nappe d’artefacts. Dans les marges orientale et occidentale de ce secteur, la rareté, voire l’absence, de matériel lithique et osseux signale la fin du niveau archéologique, bien que le sol gris forestier soit bien conservé (cf. supra § 2.1.1). Les limites réelles de l’occupation humaine y sont ainsi bien circonscrites et s’interrompent avant le démantèlement par érosion du sol humifère.

167Au nord et à l’est de la dépression s’organisent quatre concentrations principales d’artefacts lithiques (amas 2, 3, 4 et 5 ; fig. 110). Trois amas de dimensions plus réduites sont localisés au nord de la cuvette (amas 6 et 8) et à l’est de celle-ci (amas 7). Ces concentrations représentent 39,22 % de l’ensemble du matériel réparti sur une superficie d’environ 16 m2, qui ne représente que 4,72 % de la superficie du secteur 3 (soit 110,8 pièces par m2 ; tabl. XXX).

TABL. XXX
Composition technologique des amas de débitage et des zones centrale et périphérique.

168Au sein de ces sept amas, 58,93 % d’esquilles ont été retrouvées, confirmant leur position primaire. Ces amas s’organisent en hémicycle autour d’une zone centrale d’environ 100 m2 à l’intérieur de laquelle les artefacts, relativement nombreux, présentent une distribution assez lâche mais homogène (fig. 108, 120). Cette zone rassemble 1 464 artefacts, soit 32,38 % de la totalité des vestiges lithiques, correspondant à 14,5 pièces par m2. En périphérie, au nord des amas 3 et 4, au sud de l’amas 2 et à l’ouest des amas 4 et 5, les silex taillés tendent à se raréfier (n = 1 262). Leur densité est alors de 5,7 artefacts par m2.

169Les amas de débitage 3, 4, 5, 6 et 8 sont groupés au centre du secteur 3, à l’exception des amas 2 et 7 qui leur sont opposés (fig. 110). Ils sont d’importance inégale selon qu’ils rassemblent les produits issus de l’exploitation d’un (amas 6 à 8) ou de plusieurs blocs (amas 2 à 5) (tabl. XXXI).

170Les produits prédéterminés (pointes, lames et éclats Levallois ; fig. 111, 112) ainsi que les nucleus, le plus souvent unipolaires convergents, sont présents sur la plus grande partie de l’aire de fouille, mais sont principalement concentrés au sein des amas de débitage ou dans leurs alentours immédiats (fig. 113, 114).

FIG. 110
N2b/secteur 3. Emplacement des amas et de la dépression karstique.

FIG. 111
N2b/secteur 3. Localisation des pointes et des éclats Levallois.

FIG. 112
N2b/secteur 3. Localisation des lames.

FIG. 113
N2b/secteur 3. Localisation des nucleus unipolaires.

FIG. 114
N2b/secteur 3. Localisation des nucleus à lames, des nucleus bipolaires, des nucleus informes et des blocs testés.

TABL. XXXI
N2b. Composition technologique des différentes zones du secteur 3. À ces 4 500 artefacts, il convient d’ajouter 23 pièces sans coordonnées (1 lame, 1 éclat Levallois, 9 éclats, 11 éclats corticaux et 1 nucleus Levallois unipolaire).

Les amas principaux

171Les amas 2 et 3 sont les plus importants avec respectivement 323 et 307 silex taillés (esquilles non comprises ; tabl. XXXI). Les amas 4 et 5, numériquement très proches, contiennent respectivement 148 et 147 pièces, exception faite des esquilles qui sont particulièrement nombreuses dans l’amas 5 (n = 329, soit 69 % de sa composition).

172Deux types d’amas ont été distingués sur la base de leur répartition au sol. Le premier type (amas 2 et 5) se caractérise par une densité élevée d’artefacts sur un espace restreint (fig. 115). Cet amoncellement de pièces forme un noyau autour duquel le matériel se distribue en décroissant de manière centrifuge. Dans le second type (amas 3 et 4 ; fig. 116), les artefacts se répartissent de manière plus lâche.

TABL. XXXII
Résultats de l’analyse tracéologique du matériel provenant des amas principaux.

FIG. 115
N2b/secteur 3. Vue de détail des amas 2 et 5.

FIG. 116
N2b/secteur 3. Vue de détail des amas 3 et 4 : 1 racloir double (fig. 74, no 1), 2 pointe (fig. 124, no 7) et 3 racloir (fig. 88, no 4) ayant servi au travail du bois.

173Ces amas sont composés de plusieurs séquences de débitage comprenant l’intégralité des éléments d’une chaîne opératoire unipolaire convergente largement majoritaire qui a favorisé la production en série de pointes et d’éclats Levallois ainsi que de lames. Le taux de remontages au sein de ces amas oscille entre 30 et 35 % (tabl. XXX), à l’exception de l’amas 4 où il est inférieur à 20 %. Les éléments de décorticage des blocs sont moins bien représentés dans l’amas 3 (25,41 %) que dans les amas 2 (56,4 %), 4 (50 %) et 5 (54,4 %) (fig. 117). Cette différence pourrait s’expliquer par la mise en forme d’une partie de ces blocs en dehors de faire de fouille, comme le laisse entrevoir le faible nombre d’éclats de décorticage dans certains remontages (ensembles 98 et 129). Ces amas contiennent en moyenne 44,75 % d’éclats corticaux et 39,68 % d’éclats (moyenne calculée sans tenir compte des esquilles) (fig. 117). Les lames, destinées à mettre en place ou à entretenir la convexité des surfaces de production, représentent 4,6 % des produits au sein des amas principaux, les pointes et les éclats Levallois respectivement 3,6 % et 1,8 %.

FIG. 117
N2b/secteur 3. Composition technologique des amas 2, 3, 4 et 5.

174Les nucleus, au nombre de 25 (soit 28,41 %) ont subi un phénomène de réduction poussé et ont été retrouvés mélangés aux autres produits de débitage (fig. 115, 116). Certains nucleus découverts dans l’amas 2 se caractérisent d’un point de vue technologique par l’exploitation successive de deux ou de plusieurs surfaces de débitage (cf supra § 2.5.3.2), alors que dans les trois autres amas, le débitage s’effectue aux dépens d’une seule surface. Deux de ces nucleus issus de l’amas 2 ont été rejetés en périphérie de la zone de taille après cassure survenue lors du débitage.

175L’amas 3 est caractérisé par le réemploi en nucleus d’éclats épais ou de fragments de blocs qui proviennent d’une fragmentation accidentelle des rognons d’origine (8 exemplaires sur les 13 nucleus recensés).

176Quelques outils retouchés sont associés à ces amas (tabl. XXXII). Une encoche double et deux denticulés proviennent de l’amas 2 (fig. 118). Deux racloirs dont un double, une pointe et un éclat Levallois retouché ont été retrouvés dans l’amas 3 (fig. 118). Un racloir double est issu de l’amas 4 (fig. 118).

FIG. 118
N2b/secteur 3. Localisation des outils retouchés.

Analyse tracéologique

177La totalité des outils retouchés provenant de ces amas principaux a été soumise à une analyse tracéologique. 42 produits bruts ont également fait l’objet d’une analyse microscopique : 18 produits prédéterminés (pointes et éclats Levallois) correspondant à 42,85 % de l’effectif, 9 lames (21,42 % de cette catégorie) et 15 éclats soit 35,71 % (tabl. XXXII).

178Des stigmates microscopiques d’utilisation ont été décelés sur trois de ces artefacts (1 support brut et 2 outils retouchés ; fig. 116) :

179– un racloir double (fig. 119, no 1) juxtaposé à l’amas 3 a servi à scier du bois avec la partie distale du bord gauche (fig. 74, no 1) ;

180– un racloir et une pointe Levallois situés dans la bordure orientale de l’amas 4 ont également été utilisés (fig. 119, nos 2, 3) pour travailler le bois. La première pièce a été utilisée pour racler et la seconde porte des traces d’un mouvement longitudinal sur ce même matériau (fig. 88, no 4 ; fig. 119, no 3 ; fig. 124, no 7).

FIG. 119
N2b/secteur 3. Localisation des artefacts ayant servi au travail du bois. Les nos 10 et 11 ont servi à travailler une matière dure indéterminée.

181Ces deux racloirs et cette pointe ne participent d’aucun remontage. Aucun argument, excepté la matière première, n’atteste leur production dans les amas à proximité desquels ils ont été retrouvés. À l’inverse, l’encoche double et les deux denticulés retrouvés dans l’amas 2 sont dépourvus de toute trace d’utilisation et résultent vraisemblablement de chocs accidentels (fig. 118). Us font partie de trois remontages numériquement assez importants (ensemble 4 : n = 29 ; ensemble 8 : n = 32 ; ensemble 97 : n = 36) associant des pièces issues de cet amas.

Les amas secondaires

182Ces trois amas (6, 7 et 8), qui s’étendent chacun sur 1 m2 au maximum, sont le résultat d’une brève action de taille qui n’a concerné à chaque fois qu’un seul bloc de silex. Ils ne rassemblent que quelques dizaines de pièces. La taille est axée vers la production de pointes selon un schéma unipolaire convergent. L’amas 7 est constitué des restes de l’exploitation d’un bloc via un schéma unipolaire convergent appliqué successivement à deux surfaces de production. Cette modalité de gestion permet de le rapprocher de l’amas 2, dont il n’est distant que de 2,50 m. L’activité de débitage dans les amas 6 et 8 s’est arrêtée rapidement en raison de la mauvaise qualité des blocs. Dans le premier, le nucleus abandonné est informe. La totalité du débitage a eu lieu sur place, comme l’attestent la présence de tous les éléments de la chaîne opératoire ainsi que les remontages. Les nucleus sont associés à l’ensemble des artefacts. Le taux de remontages oscille entre 35 et 68 %.

183Ces amas secondaires comportent en moyenne 22,3 % d’éclats, corticaux ou non, par amas, sans tenir compte des esquilles. Les lames (n = 5) représentent 6,2 % des artefacts. Les pointes et les éclats Levallois ne comptent respectivement qu’une seule unité. Les outils retouchés font défaut.

Analyse tracéologique

184Vingt-et-une pièces issues de ces amas (4 lames, 1 pointe et 1 éclat Levallois, 12 éclats corticaux et 3 éclats) ont fait l’objet d’une analyse fonctionnelle et se sont révélées exemptes de toutes traces d’utilisation (tabl. XXXIII).

Amas 6

Amas 7

Amas 8

Total

Pointe Levallois

1

1

Éclat Levallois

1

1

Lames

1

3

4

Éclats

1

2

3

Éclats corticaux

3

4

5

14

Total

4

8

9

21

TABL. XXXIII
Décompte des artefacts provenant des amas secondaires qui ont été soumis à une analyse fonctionnelle.

Les zones centrale et périphérique

185La zone centrale est située entre les amas de débitage (fig. 120). Côté est, sa limite est matérialisée par une bande où les vestiges lithiques disparaissent et où les restes osseux sont plus nombreux. La zone périphérique s’étend en forme de croissant, aux abords immédiats des amas 2, 5, 4 et 3. Ces zones sont d’une densité constante et homogène. Tous les éléments de la production lithique, essentiellement unipolaire convergente, sont présents, mais aucune concentration particulière ne s’individualise.

FIG. 120
N2b. Définition des différentes zones du secteur 3.

186Les remontages concernent 11 % des produits dans chacune de ces deux zones (tabl. XXX). Ils ont permis de mettre en évidence des zones latentes de débitage, au sein desquelles la concentration des artefacts est assez lâche (fig. 121).

FIG. 121
N2b/secteur 3. Plan de localisation des remontages.

187La première (A), située presque au centre du secteur 3, rassemble 8 nucleus parmi lesquels 7 unipolaires convergents et 1 informe ; la seconde (B), localisée au sud-est de l’amas 3, comporte 7 nucleus tous unipolaires (fig. 121). Des blocs provenant de ces deux zones ont été en grande partie remontés. Dans la zone B, un nucleus a été exploité aux dépens de deux surfaces de débitage utilisées alternativement selon une modalité unipolaire convergente (fig. 82). Chacune d’entre elles a subi au moins deux phases de production. Cette gestion du nucleus rappelle les techniques mises en œuvre sur le bloc de l’amas 2 localisé 6 m au sud de la zone B (fig. 81). Par contre, le silex de cet ensemble remonté présente des caractéristiques lithologiques similaires à celles du matériau utilisé dans l’amas 3 (Turonien supérieur/Coniacien basal), situé à 3 m au N-O de la zone B. En outre, un second nucleus de cette zone se raccorde avec 3 éléments de ce dernier amas, ce qui permet un rapprochement entre ces deux structures.

188Les zones centrale (ZC) et périphérique (ZP) rassemblent plutôt des supports et des déchets de taille, sans que des nucleus y soient systématiquement associés (fig. 111-114 ; fig. 120). La composition technologique de ces deux zones est proche. Les nucleus, le plus souvent unipolaires convergents, sont peu nombreux eu égard à la superficie concernée (ZC : 1,99 % et ZPN : 3,37 %). Trois exemplaires orientés vers la production de lames ont été retrouvés en bordure de la zone périphérique, dans des aires presque totalement dépourvues d’autres déchets de taille (fig. 114). Les éclats, corticaux ou non, constituent 80,76 % des éléments de la zone centrale et 84,95 % des artefacts de la zone périphérique. Dans le même ordre, les pointes et les éclats Levallois représentent 4,59 % et 2,42 % de la première zone et 2,99 % et 1,83 % de la seconde. Les lames sont légèrement plus nombreuses que les produits Levallois (respectivement 6,49 % et 4,24 %).

189Les outils retouchés, au nombre de 31, se répartissent de manière presque identique entre la zone centrale et le nord de la zone périphérique (fig. 118, 116). Les racloirs constituent la catégorie principale avec 21 exemplaires (12 dans la ZP et 9 dans la ZC).

Analyse tracéologique

190Au total, 28 outils retouchés (soit plus de 90 % de la population contenue dans ces zones) ont été soumis à une analyse fonctionnelle. Une grande partie des supports bruts, surtout des pointes Levallois et des lames (de 10,6 à 67,7 % d’entre eux selon leur provenance ; tabl. XXXIII, XXXIV, XXXV), a également été étudiée. Les résultats diffèrent entre les deux zones.

TABL. XXXIV
Décompte des artefacts des zones centrales et périphériques soumises à une analyse tracéologique.

TABL. XXXV
Résultats de l’analyse tracéologique des outils retouchés de la zone centrale et des zones périphériques.

191Les travaux de boucherie

192Dans la zone centrale, deux racloirs simples convexes ayant servi à des travaux de boucherie ont été identifiés (fig. 122, nos 1, 2). Leurs localisations coïncident avec celle de plusieurs restes de Cheval (fig. 129).

FIG. 122
N2b/secteur 3. Localisation des artefacts ayant servi à des travaux de boucherie. La pièce no 16 est interprétée comme étant une pointe d’hast.

193Quant aux supports bruts, trois pointes, deux situées à l’est et la troisième au S-E de l’amas 5, ont servi à des travaux de découpe du gibier (fig. 122, nos 6, 7, 14 ; fig. 123, nos3, 7 ; fig. 124, no 5). Cette dernière pièce, de belle facture, est associée à l’un des racloirs évoqués ci-dessus (fig. 122, no 2). À l’inverse de la pointe, celui-ci est plutôt massif (fig. 124, no 2). Ces deux artefacts portent des traces de boucherie sur leurs deux bords, au contraire de la plupart des pièces utilisées.

FIG. 123
N2b/secteur 3. Mise en évidence par les remontages du déplacement d’artefacts utilisés dans des zones d’activité I et II : 1 lame ; 2 grattoir ; 3 pointe Levallois ; 4 couteau à dos naturel ; 5 couteau à dos aménagé ; 6 couteau à dos naturel ; 7 pointe Levallois. (Les nos correspondent à la fois au plan et aux artefacts.)

FIG. 124
N2b/secteur 3. Artefacts utilisés : 1 couteau à dos naturel ; 2, 9, 10, 11 racloirs ; 3, 5, 6, 7, 8 pointes ; 4 lame à dos cortical ; 12 éclat à dos cortical.

194Deux lames et deux éclats présentant un dos cortical sont localisés au centre du secteur, à proximité des deux pointes évoquées plus haut (fig. 122, nos 6, 7). Tous ont aussi servi de couteau de boucherie (fig. 122, nos 8-11 ; fig. 123, nos 4, 6 ; fig. 124, nos 4, 12). À nouveau, on constate un appariement entre une petite pointe Levallois ébréchée et un support plus grand et épais (fig. 122, nos 1, 11).

195Dans la zone périphérique, le tranchant brut d’un racloir simple convexe en silex exogène (campanien) retrouvé à l’ouest de l’amas 3 porte des traces de découpe de la viande (fig. 75, no 7 ; fig. 122, no 3). Un artefact assimilable à une pointe d’hast est situé aux abords de cette même structure et pourrait témoigner d’une activité de chasse (fig. 75, no 10 ; fig. 122, no 16). À proximité immédiate de cette pièce se trouve une pointe Levallois de belle facture (fig. 122, no 15) qui a servi à la découpe du gibier. À quelques mètres au N-O, un couteau à dos naturel a été réservé au même usage (fig. 122, no 17).

196Le tranchant très effilé d’un grattoir partiel (fig. 74, no 4 ; fig. 118, no 4) a servi à découper une matière animale tendre, dans une zone particulièrement pauvre en vestiges lithiques. Des stigmates similaires sont visibles sur un racloir concavo-convexe découvert à l’ouest de l’amas 5 (fig. 122, no 5 ; fig. 124, no 11).

197Des traces d’usage identique ont été repérées sur un éclat Levallois localisé à proximité des amas 4 et 6 (fig. 122, no 12 ; fig. 124, no 3).

198Au S-E de la concentration d’artefacts lithiques, une lame est isolée par rapport à la nappe de silex taillé (fig. 122, no 13 ; fig. 123, no 1 ; fig. 125, no 2). Elle a servi à la découpe de viande animale. Une pointe Levallois altérée a aussi été retrouvée dans ce mètre carré qui ne compte que trois artefacts (fig. 125, no 3). Aucune trace d’utilisation n’a été relevée sur cette pointe patinée. Cependant, tout comme dans les mètres carrés AE58 et AH57, il faut noter l’association d’une pointe Levallois fine et d’un support de forme rectangulaire plus robuste. Ce type d’appariement, rencontré dans trois mètres carrés différents et proches des restes osseux, n’est sans doute pas le fait du hasard et met en évidence deux gabarits d’artefacts complémentaires pour les travaux de découpe du gibier (fig. 126).

FIG. 125
N2b/secteur 3. Emplacement de trois pièces déplacées vers l’aire d’activité II, située à l’est de l’amas 2 : 1 grattoir utilisé pour le travail du bois ; 2 lame utilisée pour la découpe de matière animale tendre ; 3 pointe patinée, mais déplacée et peut-être utilisée. Elle a été retrouvée dans le même m2 que la lame, dans une zone presque entièrement vide d’artefacts lithiques.

FIG. 126
N2b/secteur 3. Appariement d’une pointe Levallois élancée et d’un support rectangulaire plus massif provenant des carrés AE58 (nos 1, 2), AK66 (nos 3, 4) et AH57 (nos 5, 6).

199De plus, plusieurs gros blocs de grès (diam = 30 à 50 cm) sont associés au cailloutis de base et pourraient avoir servi d’enclume lors de l’éventuelle fracture des os par les hommes préhistoriques. L’état de conservation des restes osseux ne permet toutefois pas de confirmer cette hypothèse.

200Le travail du bois

201Dans la zone centrale, des traces de raclage du bois sont visibles sur le bord droit d’un racloir double (fig. 124, no 9), localisé en bordure orientale de l’amas 4 (fig. 119, no 5).

202Une pointe localisée à environ 0,2 m à l’est de l’amas 5 porte des traces de sciage du bois sur le bord proximal gauche brut (fig. 119, no 9 ; 124, no 8).

203Dans la zone périphérique, un racloir double, retrouvé au N-O de l’amas 3 (fig. 119, no 4 ; fig. 74, no 2), a servi à scier du bois, ainsi qu’un racloir simple droit situé quelques mètres à l’ouest (fig. 119, no 6 ; fig. 124, no 10), comme l’attestent les traces identifiées sur le bord gauche ébréché.

204Un couteau à dos aménagé porte des stigmates provoqués par le travail du bois sur le bord droit (fig. 119, no 8 ; fig. 123, no 5).

205Dans une zone diamétralement opposée située à 2,5 m à l’est de l’amas 2, le front d’un grattoir a été utilisé pour racler du bois (fig. 119, no 7 ; fig. 123, 2 ; fig. 125, 1). Cette pièce fait partie d’un ensemble remonté dont tous les autres éléments se trouvent dans l’amas 2.

206Traitement de matière dure indéterminée

207Deux racloirs, retrouvés respectivement à proximité des amas 3 et 4, ont été utilisés sur un matériau dur dont la nature n’a pu être identifiée (fig. 75, no 9 ; fig. 88, no 2 ; fig. 119, nos 10, 11).

Synthèse des résultats de l’analyse tracéologique

208L’analyse fonctionnelle des artefacts a donc permis de dégager deux aires d’activité principales. La première concerne le travail du bois et est située à proximité directe des amas principaux 3 et 4 (fig. 119), ainsi que dans la zone périphérique nord (ZPN). Les outils retouchés, notamment les racloirs, sont privilégiés pour ce type d’activité (tabl. XXXV, XXXVI).

TABL. XXXVI
Résultats de l’analyse tracéologique des supports bruts de la zone centrale et des zones périphériques.

209La seconde aire, orientée dans le traitement du gibier (boucherie et découpe de matière animale tendre), se concentre dans la zone centrale où le choix se porte davantage sur des produits bruts (cf. supra Depaepe § 2.5.1.3) (fig. 122).

210L’étude tracéologique a également mis en évidence trois autres aires d’activité plus marginales positionnées en périphérie des amas de débitage, dans des zones particulièrement pauvres en vestiges lithiques (fig. 122, 119). L’une d’elles est visible au N-O de l’amas 3, où un grattoir (fig. 122, no 4), un couteau à dos aménagé (fig. 119, no 8), un couteau à dos naturel (fig. 122, no 17) et deux racloirs (fig. 119, nos 4, 6) sont regroupés (fig. 118). Le travail du bois et des activités de boucherie ont été identifiés sur deux pièces seulement. Le nombre d’outils déplacés ou rejetés est donc supérieur au nombre d’outils utilisés. D’autre part, une lame brute située à l’est de l’amas 2 porte des traces de boucherie. Cette pièce est proche du grattoir utilisé pour le bois issu de cette concentration (fig. 123, no 1 ; fig. 125, nos 1, 2). Enfin, un racloir localisé à l’ouest des amas 4 et 5, clairement à l’écart des zones de débitage, a également servi dans le traitement de la faune (fig. 122, no 5).

211Les pointes Levallois utilisées sont localisées dans la zone centrale (fig. 122, 119). Dans la zone périphérique, aucune pointe Levallois, hormis la « pointe d’hast » (fig. 122, no 16), n’a révélé de traces d’utilisation, contrairement aux supports de ce type provenant de la zone centrale.

212L’ensemble de ces observations semble refléter une structuration de l’espace s’articulant entre aires de production (amas de débitage) et d’utilisation (espaces de densité variable d’artefacts lithiques par rapport au reste du matériel).

Apport des remontages dans l’interprétation dynamique

213L’étude des remontages, menée dans une vision dynamique, a confirmé cette organisation de l’espace. Plusieurs déplacements d’artefacts, d’origine anthropique, depuis leur lieu de production (amas) vers les zones centrale et périphérique sont attestés. Plusieurs prélèvements d’outils et de supports bruts ont en effet été mis en évidence à partir de chacun des quatre amas principaux (tabl. XXXVII).

TABL. XXXVII
Pièces déplacées et remontées. Type de remontage : 1 avec nucleus, 2 entre éclats ; provenance : ZP zone périphérique, ZC zone centrale ; analyse fonctionnelle : 0 non utilisé, 1 utilisé, 2 altéré, * non vu.

214Les remontages réalisés (17,74 % de pièces remontées en exceptant les esquilles) ont apporté de précieuses informations pour la compréhension des comportements adoptés par les préhistoriques et des événements qui se sont déroulés sur le site (fig. 121). La majorité des remontages concerne des distances inférieures à 2 m et résulte des activités de taille qui se sont déroulées dans les amas. Au-delà de 2,50 m jusqu’à une distance maximale de 13,50 m, l’hypothèse de déplacements est vraisemblable, au vu de la fréquence de ce type d’observations. En effet, celles-ci concernent fréquemment des supports préférentiels éloignés de leur lieu de production auquel ils sont reliés par des remontages (fig. 127, 123). Ces déplacements supposés anthropiques concernent des artefacts qui peuvent se trouver plus haut sur le versant et qui sont, dans chacun des cas interprétés dans cette étude, localisés au sein du niveau archéologique principal. Ces artefacts n’ont pas été déplacés par des phénomènes postérieurs à leur abandon.

FIG. 127
N2b/secteur 3. Déplacement d’artefacts à partir des amas vers des zones d’activités.

215En dehors des amas, deux autres aires de débitage moins perceptibles sont également apparues plus clairement grâce aux remontages. L’une est située presque au centre du secteur (A), la seconde est localisée au S-E de l’amas 3 (B) (fig. 121).

216Les ensembles raccordés sont particulièrement nombreux dans les amas où 30 à 68 % des artefacts remontent en excluant les esquilles (tabl. XXX). Par contre, le taux de remontage n’est que de 18,2 % dans l’amas 4. Les remontages ont souligné le caractère particulier des amas 2 et 3 en les opposant sur plusieurs points. Ainsi, dans l’amas 2, quatre blocs ont presque été complètement reconstitués. L’exploitation s’est déroulée de manière continue, de la mise en forme à la production de supports bruts (pointes, lames) et retouchés, jusqu’à l’abandon du nucleus. La mobilité des vestiges est faible et revêt une signification plutôt anecdotique, comme l’illustre le rejet de deux fragments de nucleus en périphérie de la zone de taille. Un grattoir a été transporté légèrement à l’écart de l’aire de débitage pour servir au travail du bois. Une pointe a fait l’objet d’un déplacement de 5 m vers le centre du secteur où elle a été utilisée lors d’activités liées à la boucherie (aire I, fig. 127, 123).

217Les remontages réalisés dans l’amas 3 révèlent une gestion de la matière première assez différente. On constate effectivement un important phénomène de fragmentation rendant difficile une estimation du nombre de rognons exploités. L’exploitation de fragments de blocs et la réutilisation en nucleus d’épais éclats de mise en forme sont fréquentes. Cet amas constitue un pôle d’activité dont les limites ne sont pas rigoureusement circonscrites. Les cassures anciennes sont particulièrement nombreuses à cet endroit (fig. 29, 2). Plusieurs prélèvements et transports d’outils bruts, provenant de cette concentration et de sa périphérie, sont attestés ici sur des distances importantes comprises entre 3,50 et 13,50 m. La position plus haute sur le versant de ces pièces par rapport au reste du débitage indique qu’il s’agit bien de déplacements d’origine anthropique. De plus, ces produits « mobiles » sont essentiellement des supports qui se caractérisent par un potentiel ergonomique important. Ils ont été emmenés vers la zone centrale qui se définit comme un espace spécialisé dans la découpe du gibier (cf. supra). Deux des huit pièces transportées, en l’occurrence une lame à dos cortical et un éclat de mise en forme (fig. 123, nos4, 6 ; fig. 128), ont en effet servi à des travaux de boucherie. Cet éclat se raccorde à un couteau à dos aménagé localisé en périphérie de l’amas 3 (fig. 123, no 5) qui a été utilisé pour le travail du bois.

FIG. 128
N2b/secteur 3. Déplacement d’un couteau à dos naturel ayant servi à des travaux de boucherie depuis son lieu de production (amas 3) jusque dans la zone centrale où a eu lieu la découpe du gibier.

218Deux produits Levallois, un éclat et une pointe, faisant partie d’un même remontage (ensemble 127) ont été déplacés sur des distances importantes par rapport aux artefacts localisés dans l’amas 3 auxquels ils se raccordent. L’éclat Levallois est éloigné de plus de 5 m des autres produits et se retrouve à proximité de la lame utilisée, évoquée précédemment. Aucune trace d’utilisation n’a cependant été décelée sur cet éclat. Ce résultat peut être dû au fait que l’utilisation ait été trop brève pour être détectée ou encore qu’une partie des pièces déplacées n’ait pas été utilisée (tabl. XXXVII). Le mouvement de la pointe Levallois faisant partie de ce remontage est plus important encore puisqu’elle se situe en AK66 (aire II, fig. 123), donc à l’ouest de l’amas 2 (fig. 127 ; fig. 125, no 3), à au moins 13,50 m de son lieu supposé de fabrication (amas 3). L’état d’altération de ce support n’a pas permis de déterminer s’il avait ou non été utilisé (fig. 126, no 3). Cependant, l’origine humaine de ces déplacements sur de longues distances et dans des directions identiques est attestée.

219Ces observations sont confirmées par d’autres remontages. C’est le cas pour les deux pointes issues de la zone de taille B qui révèlent un parcours semblable et se retrouvent dans la partie médiane du secteur, à proximité de restes osseux (aire I, fig. 127). L’une d’elles a servi à des travaux de boucherie. Un remontage entre deux éclats a fait apparaître un lien entre cette zone de taille B et l’amas 4, ce qui traduit une certaine mobilité au cours du débitage. Une lame, faisant partie de ce même ensemble remonté, a été déplacée sur 13 m à partir de l’amas 4 et a été abandonnée dans l’aire II près du grattoir et de la pointe, issus respectivement des amas 2 et 3 évoqués ci-dessus. Cette lame a été utilisée pour la boucherie (fig. 123, no 1).

220Deux autres artefacts provenant de l’amas 5 (une pointe et un fragment de lame) ont également été retrouvés dans la zone centrale, sans que des stigmates d’utilisation ne soient cette fois visibles (fig. 127).

221L’apport des remontages dans l’analyse spatiale de ce secteur a permis de mettre en évidence des déplacements d’outils retouchés ou a posteriori dont l’origine est anthropique, tout en tenant compte dans cette interprétation des débats et controverses précédents sur la question (Bordes 1980a ; 1980b ; Cahen 1980a ; 1980b).

222Les résultats de l’analyse fonctionnelle des artefacts apportent des données permettant de compléter les informations à caractère palethnographique. Cependant, toutes les pièces transportées en dehors de leur lieu de production ne portent pas de traces d’usage. Toutefois, une utilisation brève ne laisse pas toujours de traces identifiables par l’analyse tracéologique. Dans le cas présent, les données convergentes issues des remontages et des traces d’usages permettent de reconstituer une partie des activités, des transports d’artefacts et donc d’appréhender la structuration de l’espace d’une halte de chasseurs du Paléolithique moyen.

Les vestiges fauniques : données palethnographiques

223Comme cela a déjà été indiqué (cf. supra. Auguste § 1.2), l’état de conservation du matériel osseux, ainsi que sa faible diversité, ne permettent pas de proposer une interprétation pertinente concernant l’origine des vestiges, ni d’estimer la part anthropique quant à leur présence sur le site. Les informations sont donc réduites, mais sont malgré tout exploitables pour une analyse globale du gisement.

224Un Cheval de taille moyenne et l’Aurochs sont les deux seules espèces présentes. Le Cheval est représenté par deux individus adultes, l’un relativement jeune, l’autre plus âgé. Un seul Aurochs est présent, un adulte peu âgé. Ces trois animaux sont représentés presque essentiellement par des restes dentaires, mais cette surreprésentation est fort probablement à mettre en relation avec la dégradation du matériel osseux. Deux hypothèses peuvent expliquer cette présence exclusive de deux taxons : soit la disparition des vestiges osseux des espèces de plus petite taille ; soit un prélèvement restreint d’individus de la part des hommes préhistoriques.

225Les vestiges de ces trois animaux ne montrent pas a priori de répartition spatiale ordonnée, on observe en effet un mélange des pièces des chevaux et de l’aurochs dans la zone est du secteur 3 où celles-ci sont les plus nombreuses (fig. 129). Le niveau archéologique N2b est contemporain d’un contexte tempéré, dans un cadre de sylvo-steppe. Bien que les phénomènes de détérioration des vestiges soient difficiles à estimer, il apparaît toutefois que le nombre initial d’individus ne devait pas être important. La très faible diversité des espèces représentées pourrait plaider également en faveur d’un nombre limité d’animaux abattus ou bien récupérés.

FIG. 129
N2b/secteur 3. Localisation des restes osseux déterminés spécifiquement.

226Il est malheureusement impossible d’observer la moindre marque témoignant d’une activité anthropique, marque de découpe ou de fracturation des os longs. Une piste très intéressante est néanmoins fournie par le couplage des analyses tracéologiques sur le lithique et la répartition spatiale des vestiges archéologiques (cf supra § 2.5.2.3). Ces études montrent en effet qu’il existe un zonage non aléatoire des activités humaines au sein du niveau N2b, avec en particulier pour la partie centrale du secteur 3, presque entièrement dépourvue de restes osseux, une prédominance des activités de boucherie (fig. 122, 123). Le travail du bois y est également bien représenté dans les zones périphériques. Une possible pointe d’hast a par ailleurs été identifiée. Ces éléments pourraient indiquer une dimension temporelle supplémentaire correspondant à une phase préliminaire à l’abattage des animaux, pour autant qu’il ait eu lieu. Le traitement des cadavres aurait été effectué in situ, comme en témoignerait le pourcentage de pièces lithiques portant ces indices d’utilisation.

227En extrapolant toutes ces idées, le site de Bettencourt, ou tout du moins le niveau N2b, évoquerait assez bien une courte halte de chasse avec abattage de quelques individus, production locale d’outils voire d’armes, et traitement sur place des animaux. La quantité d’artefacts retrouvés ainsi que leur répartition au sol corroborent bien ce scénario.

Conclusion de l’analyse spatiale

228Le secteur 3 est caractérisé par la présence de sept amas (cf. supra § 2.5.2.3) confirmant des activités de débitage du silex sur place. La taille a vraisemblablement été la seule activité qui s’est déroulée au sein des amas secondaires. Par contre, le décryptage des amas principaux et de leurs abords immédiats est plus complexe. Le débitage n’y représente qu’une étape initiale. Cette observation s’applique notamment aux amas 3 et 4.

229De nombreuses pièces utilisées (souvent retouchées) se trouvent en périphérie immédiate de ces deux structures. La plupart d’entre elles sont localisées à l’extérieur des aires de taille (ZPN) dans un rayon n’excédant pas 2 ou 3 m. Le travail du bois apparaît ici majoritaire bien que des activités de boucherie soient également attestées (fig. 122, 119). Les travaux concernant le bois et le traitement de la faune se sont déroulés simultanément dans des unités spatiales identiques. De nombreux outils sont rassemblés à proximité de l’amas 3 (fig. 118). Leur présence est en correspondance avec plusieurs restes osseux de Cheval et d’Aurochs. Ces outils présentent des caractéristiques lithologiques comparables aux blocs exploités dans l’amas 3 (silex du Turonien supérieur/Coniacien basal) à l’exception d’un racloir simple convexe en silex plus clair et grenu du Campanien, sans doute apporté déjà confectionné sur le gisement (fig. 75, no 7 ; fig. 122, no 3). Deux racloirs ayant servi sur des matières dures indéterminées (fig. 119, nos 10, 11) ont également été découverts à côté des amas 3 et 4.

230En plus des similitudes observées dans leur composition techno-typologique, ces concentrations révèlent également de grandes ressemblances dans la répartition au sol de leurs artefacts lithiques. Elles appartiennent effectivement à la catégorie des amas « lâches » décrits précédemment. L’aspect dispersé des vestiges semble donc être le résultat des activités anthropiques intervenant après le débitage et qui sont liées au travail du bois et de boucherie. Ainsi, la présence de blocs de grès volumineux associés au cailloutis de base ne doit pas être négligée dans l’interprétation des activités liées à la fracturation des os.

231Ces amas s’opposent aux amas « concentrés » 2 et 5 qui apparaissent comme des structures « statiques ». Ces concentrations ne semblent pas avoir subi d’autres mouvements que le prélèvement de quelques rares artefacts, notamment le grattoir issu de l’amas 2. Le nombre d’esquilles y est particulièrement élevé.

232D’une manière générale, les supports bruts ou retouchés utilisés ici présentent des aspects et des dimensions très variés. Cependant, le prélèvement au sein des amas de débitage semble raisonné. D’après les données des études morphométriques, les pièces destinées aux activités de boucherie –et plus particulièrement les pointes– sont soigneusement choisies et présentent un rapport longueur/largeur très proche de 2. Par contre, les artefacts choisis pour le traitement du bois sont des supports communs, retouchés et plus robustes. Une grande partie des produits présents dans les amas de débitage peut aussi constituer une réserve d’outils potentiels.

233De plus, l’étude tracéologique démontre que la production de supports prédéterminés est surreprésentée par rapport aux pièces réellement utilisées. Les remontages ont permis de mettre en évidence des déplacements de pièces qui convergent vers des espaces d’activités particulières (boucherie et bois), périphériques aux différents amas. Ces observations permettent d’avancer l’hypothèse d’un fonctionnement simultané de ces structures dans un espace cohérent et organisé.

234Plusieurs raccords de cassures anciennes, particulièrement nombreux dans l’amas 3, traduisent des écarts assez limités entre fragments d’artefacts, dépassant rarement 2 m, alors que des remontages associant des supports prédéterminés concernent des distances plus importantes. Cette observation prouve que l’éloignement de certains produits semble bien être le résultat d’une action anthropique. Les fréquences de déplacement de ces artefacts particuliers (lames, couteaux à dos naturel, etc.) apparaissent nettement supérieures à celles des déchets de taille ordinaires.

235La présence d’une éventuelle pointe d’hast à proximité de l’amas 3 laisse entrevoir une dimension temporelle et spatiale supplémentaire dans la succession des actions se déroulant sur le site. Cette pièce permet peut-être d’intégrer la notion de chasse s’exerçant à l’extérieur du gisement. Celui-ci peut dès lors être considéré comme lieu de production des supports et des outils et ensuite comme espace d’exploitation du gibier après l’abattage.

2.5.2.4 Interprétation

236Au vu de la densité du matériel et du nombre de remontages effectués, le secteur 1 ne peut permettre une analyse spatiale conséquente. Toutefois, la parenté de l’industrie lithique et la position stratigraphique identique des secteurs 1 et 2 peuvent laisser supposer leur contemporanéité.

237Le secteur 2 s’organise autour de deux pôles de concentration d’artefacts lithiques que constituent l’amas 1 et l’atelier laminaire. La première de ces structures apparaît statique. Le bloc qui y a été débité a fait l’objet d’un remontage presque complet. Aucune perturbation ni prélèvement anthropiques n’y sont discernables.

238L’organisation de l’atelier laminaire témoigne de plusieurs événements successifs. Le débitage du silex, orienté principalement vers la production de lames, a constitué la première de ces étapes. Les nombreux ensembles remontés établissent l’existence d’un hiatus entre les premières phases de mise en forme des rognons et les dernières séquences productives. Le prélèvement de supports et leur transport vers des zones extérieures à l’aire de fouille semblent évidents.

239Les artefacts de cet atelier laminaire ne sont pas concentrés au sein d’amas de débitage bien individualisés dans l’espace. À la lecture des plans de répartition, des zones de concentration de matériel sont visibles. Les liaisons effectuées entre les artefacts remontés indiquent de nombreux mouvements anthropiques postérieurs aux activités de taille. Ce constat est renforcé par la présence de trois lames qui ont servi sur place à des travaux de boucherie au sein de cette concentration.

240Ces occupations domestiques ont sans doute démantelé le ou les postes de débitage localisés à cet endroit. De ce point de vue, ces observations évoquent les événements survenus au sein de l’amas 3 du secteur 3 (cf. supra).

241Les artefacts du secteur 3 sont organisés autour des amas de débitage, au sein des zones centrale et périphérique. L’étude dynamique des remontages et l’analyse fonctionnelle des artefacts, dont certains ont été déplacés, permettent de décrypter une partie de ce niveau d’occupation. Dans la zone centrale a eu lieu la découpe du gibier. Le travail du bois est plutôt localisé à proximité des amas 3 et 4. Deux aires d’activités spécifiques diamétralement opposées ont été identifiées, au N-O et au S-E de ce secteur, dans des zones de faible densité de matériel lithique (fig. 122, 119). L’ensemble de ces observations ainsi que les données provenant de l’étude des restes osseux suggèrent une halte de courte durée, avec production de l’outillage lithique sur place et découpe de trois grands herbivores.

242À l’échelle du site, des rapprochements peuvent également être effectués à plus d’un titre entre l’atelier laminaire du secteur 2 et l’amas 3 ainsi que ses abords immédiats. La production a eu lieu sur place, comme l’atteste la présence de tous les éléments de débitage. En revanche, ces deux zones ont subi un démantèlement d’origine anthropique relatif aux activités qui s’y sont déroulées après la taille. De petites concentrations sont discernables, mais il ne s’agit sans doute plus de postes de taille en place. Les distances qui séparent les pièces anciennement cassées sont beaucoup plus importantes dans ces deux zones que dans le reste de l’aire de fouille (fig. 29).

243Sur le plan fonctionnel, ces deux zones ont livré les traces d’activités de boucherie pour le secteur 2, et de travail du bois et de boucherie pour l’amas 3 et ses abords. À l’inverse des « structures statiques » tels que les amas 1 et 2 où le débitage a été l’activité exclusive, l’atelier laminaire et l’amas 3 résultent d’une action de taille dans un premier temps. Les activités anthropiques postérieures sont la cause de ce démantèlement.

244Des rapprochements entre ces deux secteurs sont de plus confirmés par les caractéristiques de certains artefacts révélant des stigmates d’utilisation. En effet, le grand éclat cortical utilisé pour des activités de boucherie découvert dans le secteur 2 présente un aspect lithologique identique aux pièces provenant de l’amas 3 (silex du Turonien supérieur/Coniacien basal). De plus, deux lames offrant des traces d’usage similaires (boucherie) sont localisées dans l’atelier laminaire. Ces pièces peuvent être raccordées entre elles et évoquent les techniques de débitage employées dans le secteur 3. En effet, elles proviennent d’un nucleus possédant un plan de frappe très large, similaire à ceux mis en œuvre selon une modalité unipolaire convergente (fig. 71, nos 1, 2 ; fig. 72). Les plans de frappe de tous les nucleus à lames du secteur 2 se révèlent être beaucoup plus étroits.

245L’ensemble de ces observations semble refléter une structuration de l’espace s’articulant entre aires de production (amas de débitage) et d’utilisation (espace plus vide avec légère prédominance de supports, travail du bois et/ou de boucherie).

246En considérant l’ensemble des données convergentes obtenues lors de l’étude du niveau N2b, la contemporanéité des trois secteurs peut être avancée. La parenté technologique entre les secteurs 1 et 2 tend à les rapprocher. De ce point de vue technologique, les différences entre les secteurs 2 et 3 sont plus importantes, mais des traits communs existent. Ainsi, le débitage unipolaire convergent a été utilisé dans le secteur 2, et le débitage volumétrique de lames n’est pas inexistant dans le secteur 3. De plus, il ne faut pas négliger l’unique raccord entre un éclat d’ouverture de plan de frappe et un nucléus Levallois à éclat préférentiel qui les relie.

247D’un point de vue spatial, les artefacts s’organisent autour d’amas de débitage en position primaire. L’atelier laminaire et l’amas 3 se caractérisent par une dispersion des vestiges imputable à des activités postérieures à la taille. Ces observations à caractère comportemental plaident également en faveur de l’unicité du niveau archéologique.

2.6 La série N2a

248Cette série ne compte que 10 pièces bien localisées en stratigraphie, parmi lesquelles un nucléus Levallois à pointes, deux pointes et une lame (fig. 130). Elle n’a été individualisée que très localement dans le secteur 3 (fig. 131), à l’interface des unités 6 et 7. (cf. supra § 1.1.2.1).

FIG. 130
Série N2a : 1 nucleus unipolaire convergent ; 2 pointe Levallois ayant servi à un travail de boucherie.

FIG. 131
série N2a/secteur 3. Localisation des artefacts.

249Une des deux pointes de cette série a été analysée au microscope. Son axe morphologique est légèrement désaxé vers la droite par rapport au sens du débitage. Elle porte sur les deux bords des traces liées à une activité de boucherie (fig. 130).

2.7 La série N1

250Cette série est constituée de 438 pièces non patinées (tabl. XXXVIII). Les secteurs 1 et 2 ont livré respectivement 65 et 49 pièces ; le secteur 3 compte 324 artefacts (fig. 28). Ce niveau archéologique se trouve à la base d’un sol isohumique de type steppique (unité 4).

TABL. XXXVIII
Décompte des artefacts de la série N1.

251Le nombre des produits corticaux (39,27 %) et celui des esquilles (19,86 %) suggèrent la pratique du débitage sur place, comme le confirment les remontages et la présence de blocs testés. Parmi l’ensemble des produits de débitage, 103 ne présentent pas de talons. Sur les autres, les talons lisses dominent largement (95). Les talons facettés (40) sont moins abondants. Les corticaux (26), punctiformes (25) et dièdres (20) sont présents en proportions comparables.

2.7.1 Étude technologique et typologique

Chaîne opératoire à éclats

252Les nucleus Levallois sont les plus nombreux (n= 9, soit 50 %). Cinq ont été mis en œuvre grâce à un schéma à éclat préférentiel (Levallois sensu stricto) (fig. 132, nos 1-3), quatre grâce à un schéma récurrent (Levallois sensu lato) centripète (fig. 132, no 4).

FIG. 132
Série N1 : 1-3 nucleus Levallois à éclat préférentiel ; 4 nucléus Levallois centripète récurrent ; 5 nucleus direct bipolaire ; 6 nucleus unipolaire convergent ; 7, 8 nucléus directs à lames.

253Les éclats Levallois sont rares (n = 14, soit 3,42 % des produits de débitage) (fig. 133, nos 2, 4, 5). Leur nombre et le fait que la majorité d’entre eux soient accidentés suggèrent la mobilité de ce type de produit en dehors de faire fouillée. Ainsi, cinq fragments proximaux et deux distaux proviennent de cassures lors du débitage. Un dernier présente un accident de type Siret. Les talons sont le plus souvent facettés. Les dimensions des éclats correspondent rarement à celles des négatifs, plus petits, visibles sur les nucleus de ce type. Cette différence et l’absence de remontage entre éclats et nucleus Levallois suggèrent la possibilité d’un prélèvement sélectif de certains produits. Un éclat Levallois de belles dimensions a été retouché à la base sur moins d’1 cm.

FIG. 133
Série N1 : 1 lame ; 2, 4, 5 éclats Levallois ; 3 lame à crête ; 6 pointe Levallois ; 7 grattoir ; 8 racloir simple droit sur pointe Levallois retouchée.

254Des éclats ont également été produits grâce à un schéma opératoire direct bipolaire (n = 2, soit 11,11 %) appliqué à un gélifract et à un bloc entier (fig. 132, no 5). Un schéma opératoire sans prédétermination à partir de nucleus globuleux (n = 1, soit 5,55 %) a aussi été mis en œuvre.

255L’outillage retouché sur éclat ordinaire est rare (n = 2, soit 0,46 %). Deux éclats corticaux ont été sélectionnés. Le premier a été transformé en racloir simple par le biais d’une retouche très fine et continue. Le second, de dimensions plus importantes, a été transformé en grattoir. La partie retouchée est légèrement désaxée par rapport à l’axe de débitage. La retouche est très courte et semi-abrupte (fig. 133, no 7).

Chaîne opératoire à pointes

256Le nombre des pointes (n = 3, soit 0,68 %) et des nucleus à pointes (n = 3, soit 16,66 %) indique que cette chaîne opératoire ne répond pas à des besoins lithiques importants. D’ailleurs, seul le schéma opératoire Levallois unipolaire convergent à pointes a été adopté pour ce type de production (fig. 132, no 6).

257Une pointe Levallois a été transformée en racloir simple droit (fig. 133, no 8). La retouche très fine et continue concerne le bord gauche du support. Son style est comparable à celui de la retouche du racloir sur éclat cortical.

Chaîne opératoire laminaire

258Cette chaîne opératoire est minoritaire. Onze lames, dont quatre entières et une à crête à versant unique, constituent la production laminaire mise au jour (fig. 133, nos 1,3). Deux nucleus indiquent que les lames sont produites par débitage direct unipolaire ou bipolaire (fig. 132, nos 7, 8).

L’outillage

259Comme dans les séries N3b et N2b, les outils retouchés sont très peu nombreux (n = 4, soit 0,91 %). Ils comprennent deux racloirs simples droits, un grattoir (fig. 133, no 7) et un éclat Levallois retouché.

Analyse fonctionnelle

260Neuf pièces, à savoir trois éclats Levallois, deux lames et une pointe Levallois, tous non retouchés, ont été examinés, ainsi que deux racloirs simples droits et un grattoir. Seul un des racloirs (fig. 133, no 8), réalisé sur une pointe Levallois, et une pointe non retouchée (fig. 133, no 6) ont servi à la découpe d’une matière animale tendre indéterminée.

Interprétation

261Comme dans les autres séries, trois chaînes opératoires sont présentes au sein de cet assemblage lithique (fig. 134). La chaîne opératoire Levallois est majoritaire avec 9 nucléus, soit 50 % de la totalité des nucleus de ce niveau. Les modalités de production sont conformes à ce qui est observé sur de nombreux gisements du Paléolithique moyen.

FIG. 134
Décompte des nucleus du niveau 1.

262La chaîne opératoire non Levallois est représentée par trois nucleus qui ne constituent que 16,66 % du total des nucleus. Elle est structurée en fonction d’un schéma opératoire direct, bipolaire et d’un schéma opératoire à partir de nucleus globuleux.

263Pour la chaîne opératoire à pointes, le nombre des nucleus non Levallois (n = 3, soit 16,66 %) est comparable à celui des nucleus non Levallois à éclats. L’influence de la matière première sur ce type de débitage paraît plus importante que dans le cadre des autres chaînes opératoires, comme semble l’indiquer la mise en œuvre de plusieurs surfaces sur certaines pièces.

264Plus discrète, la chaîne opératoire laminaire, avec 2 nucleus (11,11 %), exprime deux types d’exploitation différents, mais permet de rattacher le profil technologique de cette série à celui des industries laminaires du Paléolithique moyen de l’Europe septentrionale (Révillion 1994).

265Le nombre réduit des outils retouchés (n = 4) ne permet pas une détermination fiable des finalités des différents schémas opératoires adoptés. Ainsi, les racloirs peuvent être aménagés sur des pointes Levallois, des éclats corticaux ou des éclats d’épannelage. Ils confèrent à l’ensemble un caractère moustérien. Le grattoir réalisé sur un grand éclat d’épannelage est le seul outil de type paléolithique supérieur. La finalité de la production laminaire reste obscure, puisque aucun outil n’est aménagé sur ce type de support. Elle renvoie une nouvelle fois vers la problématique liée à la nature des activités auxquelles répond la production lithique (utilisation des produits bruts, outils a posteriori), déjà évoquée dans le cadre de l’étude technologique des autres séries.

266D’une manière générale, le nombre assez réduit des produits caractéristiques des différents schémas opératoires, en dehors des éclats ordinaires, paraît révéler l’existence d’un déficit à l’emplacement de l’aire fouillée. La présence de quelques remontages démontre la pratique du débitage sur place, et indique qu’une partie au moins de ces produits pourrait avoir été emportée en dehors du lieu de production.

267D’un point de vue technologique, la série N1, qui marque la dernière période d’occupation du site, présente certains points de comparaison avec les séries N2b, secteurs 1 et 2 (structuration des chaînes opératoires, schémas, etc.). Certaines solutions technologiques sont cependant assez différentes, ainsi que la représentativité des chaînes opératoires, plus faible et difficilement comparable. Ceci résulte peut-être du nombre d’artefacts composant cet ensemble. D’un point de vue typologique, les rapprochements sont extrêmement ténus.

268Cependant, si le profil techno-typologique de cet assemblage n’a rien d’original, il prend une signification particulière sur le gisement, en fonction de la chronologie à laquelle il se rapporte. Il établit la persistance de besoins lithiques (éclats, pointes, lames) comparables, sur une période assez longue (plusieurs dizaines de milliers d’années), sur un site dont l’environnement a subi certaines variations paléoenvironnementales durant le début du Dernier Glaciaire weichsélien.

2.7.2 Interprétation de la répartition spatiale des vestiges du niveau 1

269Le niveau N1 est présent de manière très inégale dans les trois secteurs : le premier et le second contiennent respectivement 65 et 49 pièces alors que 324 silex taillés ont été découverts dans le secteur 3 (fig. 28, 135). Les vestiges lithiques reflétant l’ensemble des activités de débitage, de la mise en forme du bloc à la production de supports prédéterminés, ont été retrouvés dans ces trois secteurs. Cependant, les possibilités d’interprétation sont limitées comparativement à l’occupation N2b précédemment décrite.

FIG. 135
N1/secteur 3. Plan de densité des vestiges lithiques.

270Dans le secteur 1, le matériel se concentre plutôt à l’ouest de l’aire de fouille et tend à s’estomper dans la partie orientale de celle-ci. Quatre nucleus et un bloc testé localisés à cet endroit sont répartis de manière diffuse et ne sont pas nécessairement associés à d’autres produits de débitage (absence de postes de taille) (fig. 136). La répartition des supports prédéterminés ne traduit aucune organisation spatiale particulière (fig. 137). Les esquilles récoltées sont en faible nombre (n = 9). L’impossibilité de réaliser des remontages ainsi que l’absence des outils retouchés limitent les possibilités interprétatives de ce secteur.

FIG. 136
Série N1. Localisation des différents types de nucleus.

FIG. 137
Série N1. Localisation des pointes et des éclats Levallois. 1 pointe Levallois ; 2 racloir sur pointe Levallois retouchée. Ces deux artefacts ont servi à des travaux de boucherie.

271Des observations identiques s’appliquent aux vestiges contenus dans le secteur 2. Aucun raccord n’a pu être effectué entre ces artefacts. Le matériel est situé dans la zone centrale du secteur où deux nucleus Levallois ont été retrouvés mélangés aux autres produits de débitage (fig. 136). Seuls deux supports prédéterminés (une pointe et un éclat) ont été découverts (fig. 137). Comme pour le secteur 1, les outils retouchés font ici totalement défaut.

272Les vestiges provenant du secteur 3 définissent deux concentrations principales : la première se situe dans la partie septentrionale de la zone fouillée, la seconde se trouve à l’est de la cuvette (fig. 135). Cette dernière ne devait d’ailleurs plus être perceptible lors de cette ultime occupation du gisement. Ces deux pôles de densité plus marqués sont constitués de nucleus, de blocs testés ainsi que de divers déchets de taille et de supports prédéterminés. Il s’agit donc d’aires de débitage à l’intérieur desquels quelques remontages très lacunaires ont été réalisés (fig. 138). Soixante-dix esquilles, soit 21,6 % de la totalité du matériel, sont, pour l’essentiel, issues de ces concentrations. Les nucleus Levallois à éclat préférentiel ont tous été découverts dans ces deux secteurs (fig. 136).

FIG. 138
Série N1. Plan des remontages.

273Les quatre outils retouchés ont aussi tous été retrouvés dans ce secteur et ont fait l’objet d’une étude tracéologique, ainsi que cinq produits bruts (trois éclats Levallois et deux lames). Le faible échantillonnage (neuf pièces au total) est dû à l’important taux de fragmentation des artefacts, d’origine accidentelle probable. Deux pièces, un racloir et une pointe Levallois, ont servi à des travaux de boucherie. Ces deux pièces sont situées à proximité l’une de l’autre, à l’ouest du secteur dans une zone pauvre en vestige lithique, ce qui évoque les observations déjà réalisées dans le niveau N2b (fig. 137).

Table des illustrations

Légende FIG. 25 Distinction des trois niveaux archéologiques principaux selon le pendage ouest‑est du versant. En trait pointillé sur la projection verticale : zones érodées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 26 Localisation des artefacts du niveau N3b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 27 Localisation des artefacts du niveau N2b. Dans les zones figurées en blanc, où les lœss récents reposent directement sur la craie, se trouvent des artefacts du Début Glaciaire en position secondaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 28 Localisation des artefacts du niveau N1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 29 Remontage des artefacts du niveau N2b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 30 Projection verticale des artefacts. La partie gauche du profil est plus dilatée, car les niveaux sont en bordure de la dépression.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 31 Emplacement des amas de débitage du niveau N2b et de la dépression karstique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 32 Raccord des deux parties d’un artefact en silex du Turonien supérieur/Coniacien basal. La partie inférieure est affectée par une légère patine porcelainée. La partie supérieure n’est pas altérée. La distance en plan entre ces deux fragments est inférieure à 1 m et ils sont à la même cote NGF.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 33 Niveau N2b. Localisation des restes osseux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 34 Dent trouvée à la base de l’unité 7 (sol gris forestier) à l’endroit où elle repose sur un niveau de granules de craie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 35 Décomposition de deux ensembles remontés suivant la chronologie du débitage, qui permet de mettre en évidence le déplacement de deux supports, une lame et une pointe, vers une zone d’activité (boucherie, d’après les traces d’usage observées sur le premier de ces artefacts).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 36 Niveau N2b. Localisation des artefacts soumis à l’analyse tracéologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 37 1 Silex du Turonien supérieur/Coniacien basal ; 2, 3 Ensemble remonté en silex du Coniacien moyen ou supérieur 
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 37 4 Silex campanien ; 5 Bloc de grès tertiaire. (Identification des matériaux : J. Fabre, Université de Picardie Jules-Vernes, Amiens).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende TABL. XXI Décompte des artefacts de la série N3b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 38 Série N3b : remontage d’un éclat Levallois sur un nucléus Levallois de modalité récurrente centripète. Les éclats sont débités à partir des plans de frappe installés sur le pourtour du bloc. Les négatifs convergent vers le centre de la surface exploitée. Certains indiquent la production d’éclats à bords convergents.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 39 Série N3b : Remontage d’éclats à dos limité sur un nucleus discoïde. Ce nucleus possède deux surfaces asymétriques, non hiérarchisées, de convexités opposées, dont le plan d’intersection est matérialisé par une ligne sinueuse. Les remontages montrent que les éclats sont obtenus aux dépens des deux surfaces exploitées alternativement, selon des angles sécants. Lorsque le coup de percuteur est porté selon une direction cordale, les éclats portent un dos, formé par une partie des négatifs de l’autre surface de débitage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 40 Série N3b : Nucleus discoïde, unifacial, en grès. Les caractéristiques morphologiques de cette pièce sont comparables à celles de certains nucleus Levallois. Les négatifs d’enlèvements montrent que les éclats sont débités selon des directions centripète ou cordales. La surface exploitée possède d’ailleurs des convexités plus marquées que celles d’un nucleus Levallois, comme le souligne l’importance des contrebulbes, visibles sur les négatifs d’enlèvements.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 41 Série N3b : nucleus à éclats, à débitage direct bipolaire. Les nucléus mis en œuvre grâce à ce schéma ont une morphologie oblongue et une section assez aplatie. Ils présentent une surface de débitage opposée à une surface corticale non débitée. Aménagement des plans de frappe : deux plans de frappe sont aménagés aux extrémités opposées du rognon grâce à des enlèvements corticaux. Séquence de production : les éclats sont produits par débitage direct, en utilisant les convexités naturelles de la surface mise en œuvre. Le débitage bipolaire divise la surface productive en deux surfaces de directions opposées, dont les convexités sont exploitées pour le débitage des éclats en séries, alternées. Ces derniers sont obtenus grâce à un principe de récurrence inhérent au débitage successif : la production d’un éclat inscrit sur la surface débitée un négatif qui installe des convexités ou des nervures susceptibles de favoriser la production de l’éclat suivant. L’application de ce principe de récurrence permet la production d’éclats typologiquement Levallois. Cependant, ce schéma opératoire ne peut être qualifié de Levallois, car les convexités de la surface de débitage ne sont ni aménagées ni entretenues. Les nucleus sont d’ailleurs abandonnés lorsque les convexités des deux surfaces opposées ne favorisent plus la production.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 42 Série N3b : remontage d’un nucleus à éclats à plusieurs surfaces successivement sécantes. Le principe de production récurrent, adopté, permet d’obtenir des éclats typologiquement Levallois, mais le concept d’exploitation n’est pas Levallois, car les nucleus sont exploités en fonction de plusieurs surfaces. 1re séquence de production : un premier plan de frappe permet d’exploiter une première surface, grâce aux convexités naturelles du bloc. Le débitage unipolaire est parallèle, favorisant la production d’enlèvements allongés, ou parfois convergent, favorisant l’obtention des enlèvements pointus. 2e séquence de production : un second plan de frappe est aménagé à partir de l’une des faces latérales du nucleus. Il permet d’exploiter une seconde surface de débitage, perpendiculairement ou orthogonalement sécante à la première. Le débitage est conduit avec une inclinaison importante, profitant et accentuant les convexités de la première surface de débitage. 3e séquence de production : selon le même principe, une troisième surface est aménagée soit à partir de la partie inférieure du bloc, lorsque celui-ci est réorienté, soit à l’intersection des deux premières surfaces productives, ou encore orthogonalement à l’extrémité de l’une des deux surfaces précédentes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 43 Série N3b : 1 racloir simple convexe sur éclat de gel ; 2 pièce à dos abattu ; 3 racloir double ; 4 encoche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 44 Série N3b : nucleus unipolaires convergents.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 45 Série N3b : nucleus à pointes mis en œuvre grâce à un schéma opératoire, direct, unipolaire, convergent, en série. La pièce n’a subi aucune préparation, ni mise en forme particulière avant le débitage. Les produits obtenus sont de morphologie assez régulière, plus ou moins pointue, et peuvent être considérés comme typologiquement Levallois. 1re séquence de production : un plan de frappe est aménagé à partir de l’un des bords et sur une partie de la périphérie du bloc. Il permet le débitage unipolaire d’une première surface productive, dont les convexités ne sont ni aménagées ni entretenues. Les négatifs d’enlèvements possèdent des directions convergentes, témoignant de la production d’éclats relativement allongés et à bords convergents. 2e séquence de production : le plan de frappe est utilisé pour l’exploitation d’une seconde surface de débitage, qui couvre la face opposée du nucléus. Il est rapidement réduit lors de l’exploitation. Le débitage est mené en séries alternées, comme le confirment les contre-bulbes des négatifs des enlèvements de la première surface en partie emportés par le débitage de la surface opposée. Ceci indique que les surfaces sont susceptibles de servir successivement de plans de frappe. 3e séquence de production : les remontages réalisés indiquent la reprise de la production à partir de la première surface productive confirmant l’alternance des séquences productives.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 46 Série N3b : nucléus mixte à lames et éclats. 1re séquence : schéma opératoire laminaire direct. Deux éclats laminaires sont débités grâce aux convexités naturelles d’une des faces latérales du bloc, à partir d’un plan de frappe aménagé à l’une des extrémités. Le nucleus est ensuite retourné et réorienté. 2e séquence : schéma opératoire non Levallois à éclats. À l’extrémité opposée, un second plan de frappe est aménagé. Il permet la production d’éclats grâce à un débitage direct non Levallois, unipolaire et parallèle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 47 Série N3b : remontage d’un nucléus à lames portant les traces d’un schéma opératoire laminaire de type paléolithique supérieur et d’un schéma opératoire, direct, unipolaire. 1er séquence : phase d’initialisation d’un schéma opératoire de type Paléolithique supérieur. Seule une partie de la séquence de mise en forme du nucleus illustre ce schéma. Il s’agit du façonnage d’une crête sur une partie réduite d’un bloc de forme oblongue, orienté dans le sens de la longueur. Son aménagement débute par un débitage alterné de deux éclats. Les négatifs des enlèvements révèlent la production de pièces assez épaisses, réduisant de manière sensible le nucleus. Cette mise en forme, peu contrôlée, n’est pas poursuivie, vraisemblablement en raison de l’irrégularité du bloc et en fonction des risques d’échec créés par « l’amincissement » sans doute involontaire du rognon. 2e séquence : schéma opératoire direct unipolaire. Un plan de frappe est aménagé à l’autre extrémité du bloc par de grands enlèvements d’épaisseur et d’inclinaison importantes. Le débitage unipolaire est mené directement à partir de ce plan, sans préparation ni aménagement de la surface exploitée, dont les convexités naturelles favorisent la production d’une première lame corticale. Le débitage est poursuivi grâce au principe de récurrence laminaire. Le débitage est semi-tournant, car l’extension de la table laminaire est assurée par la production de lames à dos ou à bords naturels. Les talons, le plus souvent lisses, portent de petits négatifs évoquant une abrasion de la corniche formée par l’intersection du plan de frappe et de la table laminaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 48 Série N3b : 1 lame à crête à versant unique ; 2 lame avec négatifs d’enlèvements révélant un débitage bipolaire ; 3 lame à bord cortical ; 4 lame à dos cortical ; 5 lame à bord partiellement abattu ; 6 front de grattoir sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 49 Décompte des nucleus du niveau N3b : 1 décompte des schémas opératoires ; 2 décompte des nucleus par chaîne opératoire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 50 Niveau N3b : localisation des artefacts dans le secteur 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 51 Niveau N3b : densité du matériel dans le secteur 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. XXII N3b. Décompte des artefacts des deux zones du secteur 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 52 Niveau N3b/secteur 3 : localisation des trois postes de débitage et des deux zones.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 53 Niveau N3b/secteur 3 : localisation des nucleus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 54 Niveau N3b : 1 localisation des éclats Levallois ; 2 localisation des éclats débordants et des pointes pseudo-Levallois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 55 Niveau N3b : 1 localisation des lames ; 2 localisation des outils.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 56 N3b/secteur 3 : localisation des remontages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 57 3b/secteur 3 : plan de l’amas 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende TABL. XXIII N3b. Décompte des artefacts de chacun des trois amas de débitage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 58 N3a : localisation des artefacts dans le secteur 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 59 Série N3a : remontage d’un nucleus à lames. Les lames ont été obtenues à partir de deux plans de frappe opposés, par débitage direct, après l’extraction d’une première lame corticale. L’extension de la table laminaire est assurée par le débitage de lames à dos ou à bords naturels. La production a été abandonnée après un accident de taille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende TABL. XXIV Décompte des artefacts du niveau N2b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 60 Série N2b1 : 1 nucléus Levallois ; 2 nucléus unipolaire convergent ; 3, 4 éclats Levallois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 61 Série N2b1 : 1 nucléus Levallois bipolaire ; 2 nucleus à lames à débitage tournant ; 3 nucleus à débitage « mixte » laminaire/unipolaire convergent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 62 Série N2b2 : 1 nucleus à débitage direct, unipolaire ; 2 nucleus à débitage direct, bipolaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 63 Série N2b2 : nucleus non Levallois particulier. Cette pièce possède deux surfaces de convexités opposées, toutes deux exploitées grâce à un débitage récurrent. La première porte des négatifs d’enlèvements de direction centripète, recoupés par le négatif d’un éclat envahissant, lui-même recoupé par des négatifs d’éclats non aboutis (réfléchissement). À droite, un éclat débordant a emporté une partie du nucleus. La partie gauche de la seconde surface de débitage est couverte de négatifs d’enlèvements de direction centripète. À droite, elle porte des négatifs d’éclats de plus grandes dimensions, recoupés par le négatif d’un enlèvement presque laminaire. Le négatif d’un éclat non abouti, repris par deux petits enlèvements, est visible dans la partie distale. La conception régissant la mise en œuvre de ce schéma opératoire est différente de celle adoptée pour le débitage Levallois, puisqu’il s’agit de l’exploitation du volume du bloc de matière première, grâce à deux surfaces de convexités opposées. Le fait que ces deux surfaces soient débitées l’une après l’autre distingue ce schéma d’un schéma opératoire de type discoïde, où l’exploitation des surfaces est alternée. Les directions des négatifs, leur inclinaison et leur nature, ainsi que l’ampleur des convexités des deux surfaces (moins importantes que dans le cas d’un débitage discoïde) renforcent encore cette distinction.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 64 Série N2b2 : 1 nucléus Levallois à éclat préférentiel ; 2 nucléus Levallois centripète récurrent ; 3 nucleus unipolaire convergent ; 4, 5 éclats Levallois ; 6 encoche ; 7 racloir simple droit ; 8, 9 grattoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 65 Série N2b2 : 1-2 nucleus à lames à débitage semi tournant ; 3 nucleus à débitage tournant ; 4 burin sur troncature ; 5 lame ; 6 remontage du burin et de la lame sur le nucleus à lames no 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 66 Série N2b2 : 1-7 lames ; 8 lame à crête à un versant ; 9 lame à crête à deux versants ; 10 lame à dos abattu.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 67 Série N2b2 : remontage d’un nucleus laminaire à débitage direct, bipolaire, opposé. L’ensemble 113 illustre ce type de schéma opératoire, avec quelques variations, surtout au niveau de la production étroitement liée à la morphologie qui permet fortuitement l’obtention de pointe. Il s’agit du remontage d’un bloc de silex provenant de l’amas de débitage localisé dans les carrés V/35-36. 34 éclats ont été remontés sur ce nucleus. Le rognon d’origine est de forme oblongue, assez régulière. La production est conduite alternativement, à partir de deux plans de frappe (A et B) opposés, aménagés aux extrémités du nodule. Les premières lames corticales sont obtenues grâce aux convexités naturelles de la surface mise en œuvre et créent des nervures-guides permettant de poursuivre la production. L’extension de la table laminaire est assurée par le débitage de lames à dos ou à bords naturels.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 68 Remontage de l’ensemble 113 (suite) : le débitage permet d’obtenir des supports laminaires « robustes ». À partir du plan de frappe A, sont détachés successivement : une lame (a, non dessinée), un éclat (b), une lame à dos cortical droit (c), une autre lame (d), une pointe à deux arêtes convergentes(e) et une lame à dos cortical gauche (f). Le nucleus est ensuite retourné. L’exploitation est poursuivie à partir du plan de frappe B, selon le même principe : détachement d’un éclat laminaire cortical gauche (g, non dessiné), de deux lames dont l’une très robuste (h et j), d’une petite pointe (k) et d’un éclat (I).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 69 Remontage de l’ensemble 113 : le débitage est repris à partir du premier plan de frappe et permet la production de quatre lames (m, n, o [non dessinée] et p). Ce sont les derniers produits obtenus à partir de ce plan. Deux lames corticales gauches (q et r) et deux autres lames (s et t) sont débitées à partir du plan de frappe opposé (B). Chaque plan de frappe a ainsi été utilisé à deux reprises. Dans les deux cas, il semble que les séries productives soient volontairement limitées, afin de ne pas nuire au cintre de la table laminaire. Avant l’abandon définitif du nucleus, quelques éclats sont débités perpendiculairement à la table laminaire, pour tenter de rétablir les convexités des deux surfaces la composant. En effet, la dernière séquence de production laminaire, à partir du premier plan de frappe, a largement étendu l’une des surfaces de cette table laminaire. Cette tentative est sans succès. Le nucleus est abandonné après l’échec du débitage d’un dernier éclat à partir du plan de frappe opposé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 70 Série N2b2 : nucleus mixte à lames et à éclats. Ce nucleus présente les traces de deux schémas opératoires différents. Le premier est un schéma opératoire laminaire, semi-tournant, dont il n’est pas possible de préciser le mode d’initialisation. Aux extrémités opposées du bloc, les corniches actives des deux plans de frappe sont légèrement décalées. Le débitage exploite donc alternativement deux surfaces, latéralement sécantes, qui composent la table laminaire. Celle-ci ne présente aucune altération justifiant l’abandon de la production, lorsque le second schéma opératoire est adopté. Le tailleur utilise l’un des bords de la table laminaire comme plan de frappe, pour la production d’éclats grâce à un débitage unipolaire, convergent. La nouvelle surface exploitée couvre une partie du dos du nucleus. La morphologie des négatifs (dimensions, épaisseurs des éclats produits, etc.) montre clairement qu’il ne s’agit pas de l’aménagement d’une crête, mais bien de l’adoption d’un schéma opératoire de nature et de finalité différentes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 71 Série N2b2 : 1, 2 lames (les remontages de ces deux artefacts se trouvent sur la planche 74) ; 3 grand éclat avec dos cortical partiel ; 4 lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 72 Série N2b2 : raccord de deux lames qui ont servi à des travaux de boucherie (fig. 71, nos 1 et 2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 73 Série N2b3 : 1 nucleus unipolaire parallèle ; 2, 3 nucleus unipolaires convergents.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 74 Série N2b3 : 1, 2 racloirs doubles ; 3, 4 grattoirs ; 5 racloir simple droit.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 75 Série N2b3 : 1-6 pointes Levallois ; 7 racloir simple convexe ; 8 racloir double ; 9 racloir simple convexe ; 10 pointe d’hast ; 11, 12 pointes Levallois expérimentales utilisées en armes d’hast (d’ap. Plisson, Beyries 1998).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende FIG. 76 Série N2b3. Vue de détail des endommagements de la face inférieure de la pointe d’hast.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 76 Série N2b3. Vue de détail des endommagements de la face inférieure de la pointe d’hast.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 77 Série N2b3. Remontage de l’ensemble 12 : 1, 3 lames à dos cortical ; 2, 4, 5 pointes ; 6 nucleus Levallois ; 7 vue du remontage. Le bloc de matière première est de forme plutôt triangulaire. Un plan de frappe est aménagé à partir de l’un des bords le plus large du bloc. Les premiers éclats portant du cortex sont débités grâce aux convexités naturelles du bloc, selon des directions convergentes. Ils établissent un ensemble de convexités et des nervures directrices permettant la production d’une pointe. Il n’est pas rare que des éléments laminaires soient débités lors de la mise en œuvre de ce type de schéma. Certaines lames à dos ou à bord naturels, produites dans ce cadre, possèdent une fonction technologique car elles permettent d’accentuer les convexités latérales de la surface productive. Ce nucleus semble avoir subit plusieurs séquences de production (aménagement des convexités, débitage d’une pointe), avant son abandon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 78 Série N2b3. Remontage de l’ensemble 16 : 1 nucleus sur éclat ; 2 remontage d’éclats à dos naturel sur le nucleus sur éclat ; 3 nucleus Levallois à pointes partiellement remonté ; 4 raccord du remontage du nucleus sur éclat sur le nucléus Levallois à pointes. Ce remontage indique qu’après l’aménagement du plan de frappe et le débitage de plusieurs éclats corticaux, la surface mise en œuvre permet de produire successivement : une pointe, une lame épaisse, un éclat Levallois, une seconde pointe, une lame à dos cortical, puis une troisième pointe et une troisième lame. Le plan de frappe est réaménagé et une quatrième pointe est ensuite débitée. L’enlèvement suivant outrepasse. Le nucleus est alors abandonné après le débitage d’une petite lame. Au total, quatre pointes, quatre lames et un éclat Levallois ont été produits à partir de ce nucleus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende FIG. 79 Série N2b3 : 1 remontage de l’ensemble 98 ; 2 raccord d’un éclat sur un nucleus Levallois à pointes sur éclat ; 3 raccord d’un éclat sur un nucléus Levallois à pointes sur fragment de l’ensemble 98 ; 4 remontage de deux éclats corticaux sur un nucleus Levallois à pointes sur fragment de l’ensemble 98. Lors d’un accident de taille (éclatement du bloc de matière première), le schéma opératoire Levallois à pointe peut être adopté pour le débitage de fragments provenant d’un même bloc. L’ensemble 98 en est l’illustration. Il manque une grande partie des enlèvements correspondant aux premières phases productives. Une grande lame à dos cortical témoigne de l’exploitation d’une première surface et de la production d’éclats à bords convergents. Au cours du débitage, le nucleus est cassé, lors du détachement d’un éclat cortical épais. Chacun des deux fragments est alors mis en œuvre selon le schéma opératoire Levallois à pointes. L’éclat cortical, épais, subit le même traitement. Au sein de la série lithique, il semble que les nucleus sur éclat de ce type puissent être raccordés de manière systématique à des nucleus Levallois à pointes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 80 Chaîne opératoire à pointes. Schéma de production unipolaire convergent, sur une seule surface.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 81 Série N2b3 : remontage de l’ensemble 97. Nucleus exploité sur deux surfaces par le biais d’un débitage unipolaire convergent. Remontage de trois éclats sur la face A et d’une pointe sur la face B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 82 Série N2b3 : remontage de l’ensemble 7. Nucleus non Levallois à pointes. Sur la première surface (A) de ce nucléus ont été remontés deux lames à dos cortical (a et b) et un éclat laminaire (c), débités selon des directions convergentes grâce à la morphologie du bloc. Les négatifs de ces enlèvements établissent des convexités qui permettent la production d’une pointe (d). Le nucleus est ensuite retourné. Une nouvelle surface (B) est mise en œuvre à partir d’un plan de frappe aménagé directement sur l’un des bords de la surface A. L’axe de débitage de B est différent de celui de A. Le premier éclat(e) débité à partir de B rebrousse. Deux coups de percuteur permettent ensuite le détachement successif d’un éclat (f) et d’une pointe, tous deux de forte épaisseur. Un éclat, deux lames et une pointe sont ensuite produits, avant l’abandon du nucleus. Plusieurs éléments de ce remontage ont été cassés lors du débitage, généralement dans la partie mésiale, en raison d’une percussion mal contrôlée ou trop violente.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 83 Série N2b3 : remontage de l’ensemble 8. La variabilité de ce schéma opératoire trouve un prolongement naturel dans l’exploitation des blocs à partir de surfaces dont le nombre n’est pas limité à deux. Elle dépend alors étroitement du potentiel de la matière première et donc de la morphologie des nodules. Après l’aménagement d’un plan de frappe à l’une des extrémités du rognon, le débitage de la première surface (A) fournit quelques éclats corticaux, une pointe et trois lames. La partie proximale de A est ensuite utilisée comme plan de frappe pour l’exploitation d’une seconde surface (B). Après l’obtention de plusieurs produits corticaux, une lame est débitée. L’exploitation de B est alors abandonnée. Elle sert de plan de frappe pour la reprise du débitage de A (3). Trois lames et une pointe sont obtenues. Une dernière étape productive (4) s’effectue avant l’abandon du nucleus. Ce remontage apporte quelques renseignements sur la gestion de la matière première, car la réduction est particulièrement poussée, comme l’indiquent les dimensions du bloc d’origine et celle du nucleus résiduel (5). D’un point de vue pondéral, le rognon remonté pèse 1 090 g ; le nucleus ne pèse que 90 g (soit 8,25 % du poids du bloc initial).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 84 Série N2b3 : remontage de l’ensemble 3, un rognon de silex de forme oblongue assez irrégulière. La première séquence de production est conduite grâce à l’exploitation d’une surface (A) par un débitage direct, unipolaire, convergent, à partir d’un plan de frappe aménagé à l’une des extrémités du bloc. Trois éclats corticaux allongés sont débités. La partie proximale de la surface A sert ensuite de plan de frappe pour la mise en œuvre d’une seconde surface (B), qui couvre le dos cortical du nucléus. Six éclats corticaux, dont un présente un accident de type Siret, sont produits selon le même principe, lors de cette seconde séquence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 85 Chaîne opératoire à pointes. Schéma unipolaire convergent. Modalité à deux surfaces successives inscrites dans des plans parallèles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 86 Série N2b3 : remontage de l’ensemble 3 (suite). Un autre plan de frappe est aménagé à l’extrémité distale de la surface A (2). Il permet le débitage d’une troisième surface (C) opposée et recoupant une partie de B (1). Cette troisième séquence de production permet d’obtenir un éclat cortical, une pointe et un autre éclat. La partie proximale de C sert ensuite de plan de frappe (3, 4), utilisé pour l’exploitation d’une quatrième surface (D). Cette séquence productive est plus complexe, car elle inclut une phase de rectification du bloc. Le premier éclat, débité à partir de D, rebrousse. La morphologie du bloc est alors rectifiée par de grands enlèvements corticaux, débités perpendiculairement et emportant le plan de frappe de la surface B. Ils permettent d’éliminer certaines parties du nodule offrant une trop grande inertie lors du débitage de la surface D. Quelques éclats sont de nouveau débités à partir de la surface C, dont les convexités ont été réaménagées par cette rectification du bloc. La production de deux derniers éclats, à partir de D (3), précède l’abandon du nucléus (5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende FIG. 87 Série N2b3 : 1 nucleus laminaire semi-tournant ; 2 nucleus laminaire tournant très accidenté.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 88 Série N2b3 : 1 front de grattoir sur extrémité distale de lame ; 2 racloir simple convexe ; 3, 4 racloirs simples droits.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende TABL. XXV Moyennes des longueurs, largeurs et épaisseurs (en mm) et rapports des dimensions.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-71.png
Fichier image/png, 34k
Légende TABL. XXVI Relation support/utilisation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 89 Forte relation L/l pour les pièces présentant des traces d’utilisation sur matières animales, au contraire des pièces présentant des traces sur matières ligneuses ou des pièces non utilisées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 90 Exemples de pièces portant des traces d’utilisation sur matières animales (en haut) et ligneuses (en bas). On constate la grande régularité, sur la forme et le module (le cadre autour des pièces est le module L = 21) des premières, et l’aspect plus irrégulier des secondes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 91 Décompte des nucleus du niveau N2b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 92 N2b/secteur 1. Densité des artefacts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 93 N2b/secteur 1. Plan des remontages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1k
Légende FIG. 94 N2b/secteur 1 : 1 localisation des lames et de l’outillage retouché ; 2 localisation des pointes et des éclats Levallois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 95 N2b/secteur 1 : 1 localisation des nucleus à lames, des nucleus informes et des blocs testés ; 2 localisation des nucleus Levallois, des nucleus unipolaires et bipolaires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 96 Niveau N2b/secteur 2. Plan de densité du matériel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende TABL. XXVII N2b/secteur 2. Décompte des artefacts par zone.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 97 N2b/secteur 2. Emplacement de l’amas 1 et de l’atelier laminaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 98 N2b/secteur 2. Plan de l’amas 1. En gris clair, les produits et en gris foncé, les deux nucleus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende TABL. XXVIII N2b/secteur 2. Nombre d’artefacts et pourcentages relatifs aux trois zones du secteur 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende TABL. XXIX Résultats de l’étude tracéologique menée sur les artefacts des trois zones.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 99 N2b/secteur 2. Plan de l’atelier de production de lames. En gris foncé, les nucleus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 100 N2b/secteur 2. Localisation des nucleus à lames.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 101 N2b/secteur 2. Localisation des lames.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 102 N2b/secteur 2. Localisation des nucleus unipolaires et des nucleus informes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 103 N2b/secteur 2. Localisation des nucleus directs bipolaires et des nucleus Levallois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 104 N2b2/secteur 2. Localisation des pointes et des éclats Levallois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 105 N2b/secteur 2. Plan des remontages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 106 N2b/secteur 2. Emplacement des artefacts utilisés pour des travaux de boucherie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 107 N2b/secteur 2. Localisation des outils retouchés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 108 N2b/secteur 3. Répartition spatiale des artefacts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 109 N2b/secteur 3. Densité du matériel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende TABL. XXX Composition technologique des amas de débitage et des zones centrale et périphérique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 110 N2b/secteur 3. Emplacement des amas et de la dépression karstique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 111 N2b/secteur 3. Localisation des pointes et des éclats Levallois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 112 N2b/secteur 3. Localisation des lames.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 113 N2b/secteur 3. Localisation des nucleus unipolaires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 114 N2b/secteur 3. Localisation des nucleus à lames, des nucleus bipolaires, des nucleus informes et des blocs testés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende TABL. XXXI N2b. Composition technologique des différentes zones du secteur 3. À ces 4 500 artefacts, il convient d’ajouter 23 pièces sans coordonnées (1 lame, 1 éclat Levallois, 9 éclats, 11 éclats corticaux et 1 nucleus Levallois unipolaire).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende TABL. XXXII Résultats de l’analyse tracéologique du matériel provenant des amas principaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 115 N2b/secteur 3. Vue de détail des amas 2 et 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 116 N2b/secteur 3. Vue de détail des amas 3 et 4 : 1 racloir double (fig. 74, no 1), 2 pointe (fig. 124, no 7) et 3 racloir (fig. 88, no 4) ayant servi au travail du bois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 117 N2b/secteur 3. Composition technologique des amas 2, 3, 4 et 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 118 N2b/secteur 3. Localisation des outils retouchés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 119 N2b/secteur 3. Localisation des artefacts ayant servi au travail du bois. Les nos 10 et 11 ont servi à travailler une matière dure indéterminée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 120 N2b. Définition des différentes zones du secteur 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 121 N2b/secteur 3. Plan de localisation des remontages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende TABL. XXXIV Décompte des artefacts des zones centrales et périphériques soumises à une analyse tracéologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. XXXV Résultats de l’analyse tracéologique des outils retouchés de la zone centrale et des zones périphériques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 122 N2b/secteur 3. Localisation des artefacts ayant servi à des travaux de boucherie. La pièce no 16 est interprétée comme étant une pointe d’hast.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 123 N2b/secteur 3. Mise en évidence par les remontages du déplacement d’artefacts utilisés dans des zones d’activité I et II : 1 lame ; 2 grattoir ; 3 pointe Levallois ; 4 couteau à dos naturel ; 5 couteau à dos aménagé ; 6 couteau à dos naturel ; 7 pointe Levallois. (Les nos correspondent à la fois au plan et aux artefacts.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 124 N2b/secteur 3. Artefacts utilisés : 1 couteau à dos naturel ; 2, 9, 10, 11 racloirs ; 3, 5, 6, 7, 8 pointes ; 4 lame à dos cortical ; 12 éclat à dos cortical.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 125 N2b/secteur 3. Emplacement de trois pièces déplacées vers l’aire d’activité II, située à l’est de l’amas 2 : 1 grattoir utilisé pour le travail du bois ; 2 lame utilisée pour la découpe de matière animale tendre ; 3 pointe patinée, mais déplacée et peut-être utilisée. Elle a été retrouvée dans le même m2 que la lame, dans une zone presque entièrement vide d’artefacts lithiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 126 N2b/secteur 3. Appariement d’une pointe Levallois élancée et d’un support rectangulaire plus massif provenant des carrés AE58 (nos 1, 2), AK66 (nos 3, 4) et AH57 (nos 5, 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende TABL. XXXVI Résultats de l’analyse tracéologique des supports bruts de la zone centrale et des zones périphériques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. XXXVII Pièces déplacées et remontées. Type de remontage : 1 avec nucleus, 2 entre éclats ; provenance : ZP zone périphérique, ZC zone centrale ; analyse fonctionnelle : 0 non utilisé, 1 utilisé, 2 altéré, * non vu.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 127 N2b/secteur 3. Déplacement d’artefacts à partir des amas vers des zones d’activités.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 128 N2b/secteur 3. Déplacement d’un couteau à dos naturel ayant servi à des travaux de boucherie depuis son lieu de production (amas 3) jusque dans la zone centrale où a eu lieu la découpe du gibier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 129 N2b/secteur 3. Localisation des restes osseux déterminés spécifiquement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 130 Série N2a : 1 nucleus unipolaire convergent ; 2 pointe Levallois ayant servi à un travail de boucherie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 131 série N2a/secteur 3. Localisation des artefacts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Légende TABL. XXXVIII Décompte des artefacts de la série N1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 132 Série N1 : 1-3 nucleus Levallois à éclat préférentiel ; 4 nucléus Levallois centripète récurrent ; 5 nucleus direct bipolaire ; 6 nucleus unipolaire convergent ; 7, 8 nucléus directs à lames.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 133 Série N1 : 1 lame ; 2, 4, 5 éclats Levallois ; 3 lame à crête ; 6 pointe Levallois ; 7 grattoir ; 8 racloir simple droit sur pointe Levallois retouchée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 134 Décompte des nucleus du niveau 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 135 N1/secteur 3. Plan de densité des vestiges lithiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 136 Série N1. Localisation des différents types de nucleus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 137 Série N1. Localisation des pointes et des éclats Levallois. 1 pointe Levallois ; 2 racloir sur pointe Levallois retouchée. Ces deux artefacts ont servi à des travaux de boucherie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 138 Série N1. Plan des remontages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/21103/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Auteurs

Centre archéologique de Seclin, ESA 8018 du CNRS, Préhistoire et Environnements quaternaires de l’Europe du Nord-Ouest, Unité Stratigraphie et Paléoenvironnements quaternaires, UFR de Géographie, Lille I.

Laboratorium voor geologie en prehistorie, Katholieke Universiteit te Leuven.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search