Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Postface. La gestion du mobilier archéologique : un domaine de compétences à part entière

Texte intégral

1Au terme de cet ouvrage, l’auteur est pleinement consciente de ne pas avoir répondu exhaustivement à toutes les questions qu’un gestionnaire de mobilier est appelé à se poser : le domaine est vaste et la singularité des situations conduit certainement, selon les traditions institutionnelles et les spécificités régionales, à des expériences diversifiées. Cependant, nous espérons avoir esquissé un cadre de réflexion à même de susciter les interrogations pertinentes et avoir orienté les professionnels vers des solutions – le cas échéant via la bibliographie proposée. Ce cadre théorique se confronte, évidemment, à la réalité : on a pu mesurer au fil de cet ouvrage à quel point une approche pragmatique doit s’imposer, non point dans le but de minimiser l’importance des principes ni à leur détriment, mais, bien au contraire, afin d’assurer une plus grande efficacité à leur application, fût-ce au prix de la définition d’étapes successives de réalisation.

2Pour l’analyse des situations concrètes, nous avons proposé une démarche basée sur l’analyse des risques, théoriques et réels, suivie de l’élaboration d’un projet d’intervention et de sa mise en œuvre et parachevée par l’indispensable évaluation des résultats. Cette méthode, applicable en de nombreuses occasions, offre en outre une approche pour toutes les situations qui n’auraient pas été décrites ou identifiées.

3Nous avons insisté sur l’importance de la conservation matérielle du mobilier archéologique. La moitié de cet ouvrage y est directement consacrée, et on aura remarqué qu’une large part lui est faite dans les chapitres dévolus aux aspects documentaires, aux infrastructures et aux obligations légales ou contractuelles. Il ne s’agit pas là – ou pas seulement – du reflet du penchant professionnel de l’auteur pour ce domaine. En effet, sans conservation matérielle des vestiges il ne saurait y avoir de production scientifique, pas plus qu’on ne saurait confirmer ni infirmer les hypothèses énoncées par les chercheurs du passé. C’est dire que l’avancement de la recherche en dépend directement. Par ailleurs, les problématiques archéologiques sont toujours liées à l’état de la recherche, mais aussi aux moyens analytiques disponibles à un instant T : seule la conservation du mobilier donne la possibilité de soumettre celui-ci à d’autres questionnements dans le futur. Pour ces raisons, la conservation préventive doit prendre la place essentielle qui est la sienne. Sa prise en charge par tous les intervenants est la clef de l’amélioration de la préservation des collections. Le rôle central du gestionnaire du mobilier dans ce domaine doit être reconnu : en l’absence de conservateur-restaurateur dans l’institution, il a vocation à être la personne ressource en matière de conservation du mobilier.

4Les problématiques documentaires ont bien entendu reçu ici une large place. Leur importance pour le fonctionnement d’une structure de conservation est, malheureusement, encore largement sous-estimée. Cela tient, certes, à la jeunesse de la discipline et à l’absence de traditions gestionnaires, mais aussi à la prééminence des approches scientifiques sur les considérations patrimoniales.

5Parmi les domaines abordés dans cet ouvrage, l’inventaire souffre le plus de l’absence de publications, aussi avons-nous dû développer notre réflexion sans l’appui d’une bibliographie conséquente. Or, certains inventaires et systèmes restent largement inédits et donc méconnus de la communauté archéologique. On ne peut que regretter, là aussi, que des systèmes en usage depuis quelque temps n’aient pas fait l’objet de communications, alors que toutes les équipes archéologiques sont confrontées à ces questions et que leur réflexion gagnerait à connaître les solutions adoptées par des collègues pour résoudre des difficultés similaires aux leurs. Quant à des publications qui feraient l’évaluation de ces systèmes… Peut-être la communauté a-t-elle manqué jusqu’à présent d’instances capables d’organiser colloques et groupes de travail sur ces questions. À l’heure où ces lignes sont écrites, un réseau de gestionnaires de mobilier, tous établissements et tutelles confondus, se met en place, qui pourra sans doute faire avancer la réflexion commune en encourageant travaux, recherches et échanges. Puisse la publication de cet ouvrage, en dépit de ses biais et de ses insuffisances, susciter de nouvelles initiatives et la confrontation d’autres points de vue et expériences !

6La profession est jeune et cherche encore son positionnement mais, une quarantaine d’années après l’expérience pionnière de l’Unité municipale d’archéologie de Saint-Denis, du chemin a été parcouru. Au départ, la prise de conscience de la nécessité d’un gestionnaire était très fortement liée aux problématiques de conservation et de l’apport de la conservation-restauration à l’étude du mobilier. La notion de conservation préventive est alors apparue comme la pierre angulaire de la démarche. À ce stade, cependant, la situation est telle que les archéologues qui gèrent sont aussi ceux qui étudient, et orientent donc logiquement la gestion en fonction de leurs problématiques scientifiques. De ce fait, les systèmes d’enregistrement du mobilier sont inévitablement inféodés à l’enregistrement de terrain.

7Par la suite, on admettra plus facilement que le mobilier, une fois collecté, est voué à une « vie culturelle » autonome et appelé à prendre une certaine indépendance à l’égard de sa provenance stratigraphique et des conditions de sa découverte. Ce n’est que progressivement que la conscience de cette évolution émerge, à mesure que le mobilier devient « collection ».

8Autant la distinction entre le bibliothécaire et le lecteur, entre l’archiviste et l’historien est depuis longtemps établie, autant la distinction entre gestionnaire et chercheur est récente pour ce qui touche aux objets – aussi bien dans les musées qu’en archéologie. La situation évolue à présent : au sein des musées surgissent des régisseurs, en archéologie apparaissent des gestionnaires de mobilier, tous deux affranchis de la recherche scientifique. Leur tâche s’oriente vers la mise à disposition de la connaissance plus que vers sa production. Dans cette perspective, la gestion du mobilier n’est plus orientée vers une recherche spécifique, telle l’étude post-fouille, mais vers l’accessibilité du mobilier pour toutes les recherches possibles, actuelles et futures.

9Comme de juste, des besoins spécifiques à la gestion se font jour. L’hyper-spécialisation scientifique n’y est nullement nécessaire, même si des connaissances archéologiques sont souhaitables, en particulier en termes de typologie : ce savoir est et reste très utile, mais il n’est plus considéré comme seul nécessaire à l’exercice du métier. D’autres domaines sont investis, tels la conservation préventive, la documentation et le droit. La gestion se dote ainsi, peu à peu, des moyens de se constituer en discipline autonome et de susciter recherches et approches dans son champ propre, celui du patrimoine, non plus dans l’archéologie entendue comme une science.

10Parallèlement, le gestionnaire des collections assume un rôle pivot dans l’équipe archéologique : médiateur entre les archéologues de terrain et les laboratoires de conservation-restauration, entre les chercheurs et le mobilier, entre les institutions et les propriétaires dans le cadre des prêts et dépôts, il devient l’interlocuteur incontournable dès qu’il s’agit de mobilier, au sein de l’institution ou vis-à-vis de l’extérieur.

11Nous espérons avoir montré, par l’exposé des diverses facettes du métier, que la gestion des collections est un domaine de compétences à part entière, au carrefour de différentes disciplines et riche de potentialités. Loin de l’image de travail ennuyeux, routinier et apparemment simple qu’il évoque parfois chez ceux qui ne l’ont jamais exercé, il demande réflexion, imagination, créativité et capacité d’adaptation. La gestion des collections constitue ainsi une mission essentielle dans une structure de conservation, qui mérite d’être appréciée à sa juste valeur. Nous aimerions aussi que ce livre encourage des vocations en ce domaine, où tant de choses restent à faire et à inventer.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search