Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Chapitre 9. Gérer les obligations et les normes dans le cursus du mobilier

Texte intégral

9.1. Partage et propriété

9.1.1. Préparer le partage

1Bien entendu, ce sont les services de l’État qui instruisent le partage, contactent les propriétaires et finalisent la procédure. Cependant, il est évident que le dépositaire réel des objets, même s’il n’est pas légalement concerné, a nécessairement un rôle à jouer, du fait même qu’il gère l’inventaire, qu’il conserve le mobilier et qu’il est voué à accueillir les partenaires qui souhaitent voir les collections.

9.1.1.1. Régime de propriété et contexte de découverte

2Selon les circonstances de la découverte, le régime de propriété est assez diversifié : indivision entre inventeur et propriétaire du terrain, indivision avec l’État, ou plusieurs propriétaires identifiés (cf. supra § 8.1.) [tabl. XVI, tabl. XVII]. Lorsqu’une même opération archéologique porte sur un terrain divisé en parcelles appartenant à des propriétaires différents, il ne s’agit pas d’une indivision entre ces propriétaires : on doit être capable de faire correspondre chaque objet à la parcelle où il a été trouvé afin de l’attribuer à son propriétaire spécifique. De plus, les parcelles changent parfois de propriétaire au cours du temps, et le régime des opérations archéologiques n’est pas obligatoirement similaire pour toutes les campagnes de fouilles sur un même site : on doit donc être capable de distinguer, a posteriori, les différents lots de mobilier en fonction de ce double critère.

tabl. XVII

Régime de propriété du mobilier archéologique, avant partage, en fonction du statut de la découverte et du propriétaire du terrain.

circonstances de découverte

le terrain appartient à une seule personne

plusieurs parcelles appartenant à des propriétaires différents

prospection

Un propriétaire identifié : le propriétaire du terrain est le propriétaire du mobilier.

Plusieurs propriétaires identifiés : chaque propriétaire du terrain est propriétaire du mobilier découvert sur sa parcelle.

découverte fortuite

Le mobilier est en Indivision entre l’inventeur et le propriétaire du terrain.

Le mobilier est en indivision entre l’inventeur et le propriétaire de la parcelle où il a été trouvé.

fouille programmée autorisée par l’État

Un propriétaire identifié : le mobilier appartient au propriétaire du terrain.

Plusieurs propriétaires identifiés : chacun est propriétaire du mobilier trouvé sur sa parcelle.

fouille programmée exécutée par l’État

Le mobilier est en indivision entre le propriétaire du terrain et l’État.

Plusieurs indivisions : le mobilier de chaque parcelle est en indivision entre chaque propriétaire de parcelle et l’État.

opération d’archéologie préventive

Le mobilier est en indivision entre le propriétaire du terrain et l’État.

Plusieurs indivisions : le mobilier de chaque parcelle est en indivision entre chaque propriétaire de parcelle et l’État.

3Un exemple fictif montrera la complexité de l’exercice : imaginons un site repéré à la suite d’une découverte fortuite faite par M. Dupont sur la parcelle A (appartenant à M. Albert), puis exploré en fouille programmée (autorisée par l’État) pendant plusieurs années. L’intérêt du site a eu pour effet d’étendre la fouille sur les parcelles adjacentes B (appartenant à M. Bernard) et C (appartenant à M. Célestin). M. Bernard avait un projet de construction sur sa parcelle et on a procédé à une opération de diagnostic sur celle-ci, mais le projet a été abandonné et, l’année suivante, les fouilles programmées se sont poursuivies, le cas échéant sur les mêmes zones que l’opération précédente. En 2003, M. Bernard a vendu son terrain à M. Baptiste et M. Albert est décédé (il a trois héritiers), mais la fouille continue. Sur ces entrefaites, une opération d’archéologie préventive est initiée. Précédant la construction d’une route (sans que les terrains aient encore changé de propriétaire), elle concerne les trois parcelles : on a donc de la préventive sur l’emprise de la route et la poursuite de la programmée sur une partie de la parcelle C. Un tableau synthétique permet d’apprécier le nombre de lots différents, mais aussi les paramètres indispensables pour s’y retrouver : d’une part l’année et le type d’opération, d’autre part les secteurs concernés [tabl. XVIII].

TABL. XVIII

Les propriétaires du mobilier archéologique, avant partage, dans une situation fictive où différents types d’opération se sont succédé sur trois parcelles au cours du temps.

année

secteurs

parcelle A

parcelle B

parcelle C

1980

50 % pour M. Albert,
50 % pour M. Dupont

1981-1989

M. Albert

1999

M. Albert

M. Bernard

M. Célestin

2000

secteurs concernés
par la fouille programmée

M. Albert

M. Bernard

M. Célestin

2000

secteurs concernés
par les sondages d’archéologie préventive

50 % pour M. Bernard,
50 % pour l’État

2001

M. Albert

M. Bernard

M. Célestin

2002

M. Albert

M. Bernard

M. Célestin

2003

Indivision entre les trois fils de M. Albert

M. Baptiste

M. Célestin

2004

Indivision entre les trois fils de M. Albert

M. Baptiste

M. Célestin

2005

Indivision entre les trois fils de M. Albert

M. Baptiste

M. Célestin

2006

secteurs concernés
par la fouille programmée

M. Célestin

2006

secteurs concernés
par les sondages d’archéologie préventive

50 % pour l’indivision entre les trois fils de M. Albert,
50 % pour l’État

50 % pour M. Baptiste,
50 % pour l’État

50 % pour M. Célestin,
50 % pour l’État

4Ce qui importe pour la préparation du partage est de savoir, pour chaque propriétaire potentiel, quel lot lui revient, seul ou en indivision, et pour chaque objet ou chaque lot de mobilier quel(s) est (sont) son (ses) propriétaire(s). Il est donc indispensable de se donner les moyens de connaître le propriétaire du terrain ainsi que le régime juridique de l’opération archéologique au moment de la découverte, et être capable de savoir sur quelle parcelle – parfois dans quel secteur précis – ce mobilier a été retrouvé.

5L’instrument essentiel pour gérer le régime de propriété est soit l’inventaire lui-même, soit l’enregistrement de terrain car, concrètement, il est possible de gérer le problème objet par objet ou par ensembles. Dans le premier cas, pour chaque objet, on note tout de suite sur l’étiquette, puis dans une rubrique de l’inventaire le nom du propriétaire ou les indivisions. Cette option est facile à mettre en œuvre lorsque l’inventaire exhaustif est fait dans la foulée, plus difficile a posteriori, et fastidieuse dans tous les cas.

6La deuxième option permet de retrouver le mobilier par une recherche croisée sur plusieurs critères, en particulier liés à l’enregistrement de terrain. En effet, la plupart du temps des zones sont définies, et le croisement de l’opération et de la zone concernée permet d’isoler les lots de mobilier possédant un même régime de propriété. Lorsqu’une zone est à cheval sur deux parcelles, on est tenté de considérer qu’elle est en indivision entre les deux propriétaires du terrain, mais en droit strict ce qui a été trouvé chez chacun appartient à chacun : on a donc intérêt à faire coïncider le découpage des zones avec celui des parcelles. Toutefois, ces divisions peuvent se révéler totalement aberrantes du point de vue archéologique, en coupant un bâtiment ou une structure en deux. Dans cette situation, il est conseillé de matérialiser sur le terrain la limite de parcelle au moyen d’une ficelle, et de gérer la propriété objet par objet à l’intérieur de la zone concernée. Dans le cas d’une découverte dont la valeur vénale est manifestement élevée, il convient de positionner précisément celle-ci sur un plan pour éviter toute contestation ultérieure.

9.1.1.2. Consultation des partenaires

7Pour préparer un partage, l’État a besoin de disposer en premier lieu d’un inventaire complet du mobilier concerné (celui qui figure sur le rapport de fouilles, pour les opérations récentes, ou celui fourni par le gestionnaire du mobilier) à diffuser à tous les propriétaires et aux lieux de conservation définitifs pressentis.

8Une consultation informelle de tous ces partenaires, sous l’égide du sra, permet d’envisager la meilleure solution pour le mobilier. Un accord amiable est recherché avec le propriétaire du terrain en vue de constituer deux lots d’objets de valeur égale. En l’absence d’accord, on recourt à un expert. Le cas échéant, si le partage physique de la collection – toujours dommageable à la recherche scientifique – devient inévitable, l’État a la possibilité d’exercer un droit de revendication. Par ailleurs, on doit tenir compte des intentions des divers propriétaires : certains renoncent volontiers à leur droit de propriété, d’autres souhaitent faire don des collections, ne garder que certains objets précis ou bien s’en défaire à titre onéreux. En dehors de la renonciation – qui concerne les fouilles préventives postérieures à 2001, pour lesquelles il suffit au propriétaire de ne pas réclamer le mobilier au bout d’un an pour qu’il devienne propriété de l’État –, dons et mises en vente n’ont lieu que lorsque l’attribution définitive de propriété a été effectuée. On confectionne les listes de mobilier de chaque lot à partir de l’inventaire, afin de formaliser l’attribution.

9Une fois le partage effectué, chaque propriétaire dispose de son bien. Les propriétaires privés sont libres de le garder chez eux, d’en faire don, de le vendre ou de le mettre en dépôt. Les propriétaires publics ont le choix entre l’affecter à l’une des institutions de leur tutelle, le mettre en dépôt dans un autre lieu d’accueil acceptant cette charge ou bien encore procéder à un transfert de propriété entre État et collectivité, le cas échéant.

9.1.2. Les modes d’acquisition de collections

10Certaines structures de conservation souhaitent constituer des collections archéologiques et les valoriser sur le long terme, d’autres limitent leurs ambitions à des dépôts provisoires et se conçoivent exclusivement comme des lieux de passage. Il est bien évident que la politique culturelle de l’établissement et ses capacités d’accueil déterminent des politiques d’acquisition distinctes. Lorsque le dépôt archéologique est conçu comme un dépôt-sas, sans prétention à la conservation dans la durée, d’autres lieux d’accueil sont sollicités pour la conservation définitive du mobilier. Lorsque le service gestionnaire se donne pour mission la conservation sur le long terme, il essaie, au contraire, de convaincre les propriétaires du mobilier de le céder à l’établissement ou à sa tutelle. Certains propriétaires contactent d’ailleurs spontanément des structures de conservation pour proposer leur collection, soit à titre gracieux, soit à titre onéreux, soit lors de successions pour des dations en paiement. Le statut de propriété doit bien entendu être définitivement réglé avant de passer à cette étape.

11Une structure de conservation peut donc se trouver en situation d’accepter un don ou d’acheter des collections. Dans tous les cas, la première étape est de s’assurer que le donateur ou la personne qui propose des collections à l’achat est bien légalement propriétaire de ceux-ci. Ceci s’applique tout particulièrement aux objets issus de prospections anciennes, dont il est souvent difficile de savoir s’ils ont été découverts et déclarés de façon légale dans le respect des droits du propriétaire du terrain : il ne s’agit pas d’acheter des objets volés et de devenir receleur. Le peut être consulté utilement sur ces sujets et, le cas échéant, participer aux négociations en qualité de tiers pour rappeler la loi.

9.1.2.1. Recevoir des dons

12Il est évident qu’il est plus facile de persuader un propriétaire privé de faire un don à une collectivité publique dès lors qu’il est assuré que les objets dont il accepte de se défaire sont voués à être présentés dans un musée. Cependant, il est parfois difficile de convaincre les conservateurs de musée, confrontés au risque de saturation des réserves par un mobilier peu valorisable, d’accueillir les collections archéologiques. Dans ce cas, les dépôts de fouilles et, depuis quelque temps, les cce, restent les seules solutions.

13S’agissant de dons à titre gracieux, si la valeur vénale de ce qui est donné est importante relativement à la fortune du donateur, le don pourrait être contesté par les héritiers réservataires. Pour éviter tout litige, il est prudent de s’assurer de leur accord. Certains dons sont effectués sous conditions de présentation ou de citation du donateur. La structure qui accepte le don doit réfléchir à la portée de ces conditions, vérifier qu’elle est en mesure d’y faire droit, que celles-ci ne constituent pas une charge trop lourde pour l’institution et ne risquent pas de devenir insupportables dans le futur.

14Dans tous les cas, un don manuel ne suffit pas : il doit être accompagné d’un document signé par le propriétaire proposant le don et d’un document officiel d’acceptation (une délibération du conseil municipal, général ou régional, un arrêté du préfet de région, une décision du conseil d’administration d’une association…). Passer par l’intermédiaire d’un notaire donne une assurance supplémentaire, et semble indispensable dès que la valeur vénale est importante ou le risque de contestation avéré.

15La possibilité de transfert de propriété au profit d’une collectivité territoriale de la part de mobilier appartenant à l’État, prévue par les textes (art. L. 523-14 et R. 523-68 du Code du patrimoine), est également une possibilité d’acquisition à titre gratuit, limitée pour le moment à l’archéologie préventive lorsque la collectivité est déjà propriétaire de l’autre moitié.

9.1.2.2. Acquérir du mobilier à titre onéreux

16Lorsqu’une collection est proposée à l’achat, une délibération de la tutelle décidant l’acquisition, mentionnant précisément ce qui est acheté et le montant de la transaction, est également nécessaire. On confie éventuellement le soin à un notaire de rédiger les documents ad hoc.

17Lorsqu’une collection est proposée pour une dation en paiement de droits de succession, l’accord du ministère des Finances doit être obtenu. En principe, seul l’État a la capacité d’acquérir de la sorte des biens culturels (qu’il peut mettre en dépôt dans un musée de France, bien entendu). Les dispositions fiscales figurent à l’article L. 122-1 du Code du patrimoine, qui renvoient à l’article 1716 bis du Code général des impôts.

9.2. La mise en dépôt

9.2.1. La décharge de responsabilité

18Les responsabilités du dépositaire commencent lors de la mise en dépôt et finissent lorsque un autre intervenant devient dépositaire à son tour : encore faut-il pouvoir attester le fait que, à l’instant T, le mobilier a été mis en dépôt ou remis à un tiers. Il est donc indispensable d’intégrer dans le système de gestion du mobilier et dans les normes de l’institution une procédure de prise en charge et de décharge de responsabilité permettant de connaître, le plus précisément possible, ce qui a été déposé dans la structure de conservation et ce qui en sort, même pour des périodes brèves. Ceci s’apparente à la gestion des mouvements – encore faut-il s’assurer que l’entrée et la sortie du mobilier (autre que les prêts pour exposition) sont perçus comme des mouvements par tous les intéressés, et que ceux-ci sont sensibilisés à l’intérêt d’aborder ces procédures avec un certain formalisme. En effet, certains archéologues sont habitués à remettre des objets à des collègues pour étude et à en recevoir d’autres et, de bonne foi, comptent sur leur mémoire pour savoir qui détient tel objet et à qui rendre tel autre. Malheureusement, la mémoire a parfois des limites et, le temps passant, les déménagements aidant, un certain nombre d’objets sont sûrement « quelque part »… sans que personne ne sache plus où !

19Il importe donc de mettre en place une procédure claire et comprise par tous les intervenants. Au moment du transfert, on emploie des formulaires à valeur légale, en deux exemplaires, signés par le déposant et le dépositaire – aussi bien pour la prise en charge (mise en dépôt) que pour la décharge de responsabilité (remise à un tiers) –, qui doivent être conservés et archivés de façon pérenne par les deux personnes et/ou institutions. Garder dans l’inventaire les données des mouvements permet des recherches rétrospectives : date d’entrée, historique des mouvements noté dans l’inventaire ou fichier des mouvements lié.

9.2.2. Le dépositaire face aux risques

20Les risques généralement identifiés sont ceux liés aux sinistres, aux dommages involontaires ou à la malveillance humaine. La plupart de ces risques peuvent être pris en charge par une assurance – sous réserve de la façon dont les valeurs de remboursement sont calculées par l’assureur en cas de problème (cf. supra § 8.2.1.). Bien souvent, l’assurance est contractée pour une somme globale, censée représenter la valeur vénale de la collection dans son ensemble. Il convient de voir, avec les services chargés de l’assurance (généralement il s’agit de la tutelle administrative de la structure de conservation) ou directement avec l’assureur, quelles sont les modalités concrètes d’indemnisation en cas de sinistre et quelle est l’étendue des garanties vis-à-vis des propriétaires réels des objets et du dépositaire. Dans la mesure où la valeur scientifique des objets n’est pas indemnisable, il importe surtout de mettre en place les moyens d’éviter les risques ou de les minimiser.

21Pour gérer convenablement ces problématiques, il est indispensable de disposer de documents attestant la présence des objets dans l’institution, mais attestant aussi leur état de conservation au moment du sinistre. C’est la raison pour laquelle la photographie systématique des objets est une bonne pratique, en dehors de son usage documentaire. Toutefois, il n’est pas raisonnable d’envisager des campagnes de constat d’état ou de prise de vue exhaustives : il est néanmoins prudent de s’efforcer de documenter les objets les plus exposés aux risques et ceux dont la valeur vénale est importante. Tout comme l’inventaire, cette documentation est bien entendu à sauvegarder sur un serveur distant, afin de la préserver en cas de sinistre important (incendie, inondation) touchant les collections.

9.2.3. Les décisions concernant le mobilier

22Le fait de conserver le mobilier dans une institution ne modifie pas le régime de propriété des objets ni les droits rattachés à cette propriété. Il y a donc des autorisations à demander aux propriétaires identifiés et/ou au sra, qui représente l’État à double titre : copropriétaire des objets en indivision issus des fouilles préventives et organe exerçant le contrôle scientifique sur tout le mobilier avant partage.

23Quels sont les droits rattachés à la propriété de ces biens ? : autorisation des déplacements, tels que prêts et mise en dépôt chez des tiers, de la communication aux chercheurs, des interventions de conservation-restauration, analyses ou prises d’empreinte ; reproductions, diffusion et exploitation de celles-ci, ainsi que la façon dont le nom du propriétaire sera cité ou non dans les documents internes ou publics.

24Pour aborder ces problématiques, deux possibilités concrètes existent : gérer les demandes au coup par coup (au risque de s’exposer à des délais préjudiciables), ou bien demander, au moment de la mise en dépôt, une autorisation globale pour la plupart des interventions les plus couramment pratiquées ou pour lesquelles un délai pourrait être pénalisant.

25En fonction du nombre de demandes par an, ces autorisations sont gérables tantôt sur support papier, tantôt par l’intermédiaire de rubriques idoines intégrées à l’inventaire (accompagnées d’un archivage papier des documents originaux signés par les deux partenaires) ou, le cas échéant, sous forme de convention. En particulier, l’État étant un partenaire obligé pour la plupart des collections, il est souvent intéressant de prévoir une convention globale entre la tutelle administrative du dépositaire et celui-ci, de façon à éviter aux deux institutions de perdre le temps d’instruire individuellement chaque demande d’autorisation.

26Dans la pratique, selon la confiance établie entre l’institution et les services de l’État, la plupart des structures de conservation gèrent le mobilier globalement comme s’il leur appartenait en propre, et il est rare que les propriétaires privés identifiés soient consultés pour ce qui relève du traitement archéologique, l’accord de l’État étant réputé garantir le dépositaire contre une éventuelle contestation du propriétaire. De fait, ceux-ci ne se manifestent pas souvent pour réclamer leur bien ou exprimer des souhaits précis sur le mobilier qu’ils possèdent. Beaucoup ignorent, d’ailleurs, que le mobilier leur appartient, soit qu’ils l’aient su et oublié, soit qu’ils s’en désintéressent, soit qu’ils n’en aient pas été informés expressément.

9.3. Le prêt pour exposition

27Différentes procédures pour la gestion des obligations légales ou contractuelles dans la vie d’une institution sont possibles, en fonction de ses possibilités et missions. Il est intéressant d’approfondir notre propos sur la gestion d’une situation particulière, souvent génératrice de stress : le prêt entre institutions pour exposition. Bien entendu, ces opérations comportent des dimensions documentaires et de conservation, mais aussi la gestion des autorisations des propriétaires, les droits de diffusion des images des objets, les interventions de conservation-restauration, ainsi que les conditions de conservation proposées ou demandées.

9.3.1. Partenaires et organisation

28Le prêt entre institutions implique deux partenaires principaux : celui que nous appellerons ici le prêteur (c’est-à-dire l’institution où les objets sont habituellement conservés avant le mouvement) et l’emprunteur (celui chez qui ils séjourneront temporairement). Il faut y associer les propriétaires ou responsables légaux des objets.

29En abordant les aspects organisationnels, nous aimerions insister particulièrement sur la dimension de dialogue entre l’emprunteur et le prêteur qui est inhérente à un mouvement, ainsi que sur l’intérêt de se mettre à la place de l’autre au cours de celui-ci. En effet, celui qui emprunte souhaite des réponses rapides, des décisions claires et des conditions de prêt raisonnables ; celui qui prête doit se mettre à la place de l’emprunteur (qu’il prendra sûrement un jour, d’ailleurs) et, autant que possible, tenter de trouver des solutions aux problèmes de conservation qui pourraient se poser dans un esprit solidaire et généreux. Cela ne doit pas se traduire, bien entendu, par la mise en danger inconsidérée des collections, mais par des prises de risque proportionnées aux objectifs, dont les effets éventuels ont été anticipés et judicieusement évalués. Le code déontologique des conservateurs ne dit pas autre chose lorsqu’il précise que le conservateur « doit toujours tenter de répondre favorablement aux demandes de prêt et de dépôts après s’être assuré de la pertinence scientifique du projet le suscitant, de l’état de conservation des biens, des garanties de sécurité et de conservation prévues pour le transport et le lieu d’exposition et de la capacité technique du musée sollicité à gérer les opérations de prêt » (circulaire 2007 / 007 du 26 avril 2007, ii-2-a).

30Nous avons considéré les différents aspects pratiques du point de vue de l’acteur principal, tour à tour prêteur ou emprunteur, afin de proposer une méthodologie d’approche. On peut utilement adapter aux matériaux archéologiques un protocole – présentant les mêmes étapes administratives – établi en vue de prêts de documents (Deschaux 2006), ou encore s’inspirer de la bibliographie existante dans le domaine des musées (Guillemard 1995 : 218-249).

9.3.2. Côté emprunteur et côté prêteur

9.3.2.1. Préparation d’un prêt

Côté emprunteur

Côté prêteur

Demande de prêt : les objets

Transmettre une liste des objets souhaités, ainsi que tous les renseignements sur les objectifs
et le projet de l’exposition.

Lorsque le prêteur n’est pas le propriétaire, transmettre la demande aux propriétaires ou adresser l’emprunteur à ceux-ci. C’est le propriétaire qui donne les valeurs d’assurance des objets (sauf accord avec le dépositaire).

Après constat d’état sur les objets, faire une réponse rapide en signalant les objets disponibles, les objets indisponibles, ceux qui nécessitent un traitement de conservation-restauration, ainsi que les délais nécessaires à sa réalisation.

Demande de prêt : conditions de présentation et de transport offertes

Transmettre les conditions de conservation, présentation et sécurité proposées par l’institution.

Faire des propositions sur les moyens de transport et d’emballage envisagés.

Rédiger et transmettre les conditions de conservation, de présentation, de sécurité, d’emballage et de transport demandées. Dans les cas où le propriétaire s’est exprimé sur ces points, il en sera fait selon ses vœux.

Réponse du prêteur

Examiner les conditions demandées et faire des propositions complémentaires sur les moyens à mettre en œuvre pour y faire droit.

Examiner les dispositions complémentaires offertes.

Synthèse et dialogue sur les objets et les conditions de conservation

Après discussion entre prêteur, emprunteur et propriétaire sur les cas litigieux et le partage des charges (frais de restauration, par exemple), quitte à renoncer aux objets pour lesquels une solution satisfaisante n’a pas été trouvée, l’emprunteur sait sur quels objets il peut compter dès lors que les conditions de -conservation et de transport sont réunies.

Images et droits de reproduction

Demander l’autorisation de photographier l’objet, d’utiliser des images déjà faites par le prêteur et/ou de reproduire l’image sur les différents supports envisagés.

Examiner les demandes, et faire des contre-propositions en cas de besoin.

Préciser les modalités de mention des crédits photographiques et du prêteur.

Synthèse et dialogue sur les images

Après discussion, à l’issue de cette étape emprunteur et prêteur sont d’accord sur la liste des objets, les conditions de conservation à mettre en œuvre, les modalités de transport et l’utilisation des images. Ces -éléments peuvent faire l’objet d’un document unique : le « contrat de prêt ».

Assurance et responsabilité

Transmettre les dates d’emprunt et de retour et la valeur d’assurance des objets à l’assureur et faire établir le contrat d’assurance « clou à clou ».

Commander auprès d’un professionnel ou organiser soi-même le transport

Transmettre la liste et les valeurs d’assurance des objets dont le prêt est octroyé.

Modalités d’organisation du départ

Après discussion, on convient de modalités concrètes du convoyage et de la réalisation du constat d’état le jour du départ : soit au départ avant emballage soit à l’arrivée après déballage, et sur quels formulaires : ceux du prêteur ou ceux de l’emprunteur.

9.3.2.2. Le départ du mobilier

Côté emprunteur

Côté prêteur

Si constat d’état contradictoire au départ

Si on a décidé d’utiliser les formulaires de l’emprunteur, préparer les constats d’état.

Si on a décidé d’utiliser les formulaires du prêteur, préparer les constats d’état.

Avoir un appareil photo sous la main, ou des photographies déjà imprimées, et dégager un espace afin d’effectuer le constat d’état.

Emballage

Apporter les moyens et matériels nécessaires en fonction des conditions prévues dans la phase de préparation (ou prestation d’un emballeur spécialisé).

Préparer un espace pour l’emballage (et du matériel s’il a été convenu que l’emballage sera fait par le prêteur).

Si constat d’état contradictoire au déballage

Si on a décidé d’utiliser les formulaires de l’emprunteur, préparer les constats d’état. Avoir un appareil photo sous la main, et préparer un espace afin d’effectuer le constat d’état.

Si on a décidé d’utiliser les formulaires du prêteur, préparer les constats d’état et les transmettre dans le dossier de prêt.

Rangement des objets

Mettre en vitrine ou stocker les objets dans les conditions prévues dans la phase de préparation.

Vérifier les conditions de conservation.

Synthèse
et dialogue

Après règlement des problèmes éventuels (modalités de réparation de dommages, retrait d’objets en cas de conditions non conformes), on considère à l’issue de cette étape qu’il y a consensus entre les partenaires sur les conditions de conservation mises en œuvre.

9.3.2.3. Le retour du mobilier

Côté emprunteur

Côté prêteur

Si constat d’état contradictoire avant emballage

Récupérer les constats d’état de la phase départ.

Avoir un appareil photo sous la main et préparer un espace afin d’effectuer le constat d’état.

Récupérer les constats d’état de la phase départ.

Emballage

Préparer un espace pour l’emballage. Préparer le matériel nécessaire s’il a été convenu que l’emballage est fait par l’emprunteur. Sinon, prestation d’un emballeur spécialisé.

Apporter du matériel s’il a été convenu que l’emballage sera fait par le prêteur.

Constat d’état au déballage

Récupérer les constats d’état de la phase départ.

Récupérer les constats d’état de la phase départ.

Avoir un appareil photo sous la main, et préparer un espace afin d’effectuer le constat d’état

Synthèse
et dialogue

Après règlement des problèmes éventuels (modalités de réparation de dommages), on considère à l’issue de cette étape qu’il y a consensus entre les partenaires sur le déroulement du mouvement.

9.3.3. Accord et conditions de prêt

31Côté prêteur, préparer un mouvement commence par s’assurer que les objets demandés sont disponibles, c’est-à-dire non réservés pour d’autres engagements. On procède ensuite à l’évaluation des risques pour leur conservation en déterminant leur gravité éventuelle et leur nature. On vérifie également que les objets sont compréhensibles en fonction des objectifs de l’exposition et du projet culturel, tels quels ou moyennant un traitement de conservation-restauration.

9.3.3.1. Déplacement et prise de risque induite

32Le fait de transporter un objet quel qu’il soit sur quelque distance que ce soit induit des risques supplémentaires pour sa survie, vibrations et chocs étant, jusqu’à un certain point, inévitables lors de toute manutention. Mais d’autres opérations comportent des risques mécaniques : manipulations au déballage, soclage et mise en place (cf.supra §1.3.2., §3.2.2.). Pour certains matériaux s’ajoutent encore des risques d’altération chimique ou physique dus aux conditions environnementales qui règnent pendant le transport et/ou dans le lieu de conservation où ils sont appelés à séjourner. Les risques ne sont pas les mêmes selon la durée de ces étapes : sur des durées courtes, joue parfois une latence thermique et hygrométrique ; sur des durées plus longues s’effectue une acclimatation aux nouvelles conditions, dont les conséquences en termes de conservation sont à évaluer. Les autres risques possibles sont liés à l’éclairement (mais la plupart des matériaux archéologiques n’y sont pas sensibles) et aux infestations biologiques, qui concernent essentiellement les matériaux organiques.

33Les différents risques sont à apprécier en fonction de leur probabilité d’occurrence, de la gravité de leurs conséquences et de la durée d’exposition.

9.3.3.2. Les risques spécifiques à la présentation

34En dehors des manipulations induites par le transport, l’emballage / déballage et la mise en place, il y a des risques spécifiques à la présentation au public.

35Les risques environnementaux sont essentiellement liés la variabilité des conditions climatiques : température et humidité relative (cf. supra § 3.1.2.). Cette variabilité est induite par les cycles journaliers d’ouverture / fermeture de l’exposition : éclairage, qui a une incidence sur la température ; présence du public, qui fait monter l’humidité… . Les effets sont d’autant plus dommageables que les conditions d’exposition diffèrent de celles qui règnent dans le lieu où l’objet est habituellement conservé. En particulier, dans une exposition qui montre dans une même vitrine des objets métalliques et des objets en matériaux organiques, il est impossible de garantir aux uns et aux autres des conditions idéales : on doit se contenter de mettre en place des conditions médianes – et donc choisir des objets capables de les supporter sans dommage. Par ailleurs, il convient de prendre garde à la présence de polluants issus des matériaux utilisés dans la présentation (cf. supra § 3.1.2.3.).

36Enfin, on doit anticiper les risques de dommages mécaniques accidentels (objets volumineux qui ne sont pas sous vitrine tels que statuaire ou amphores, pressions ou vibrations imposées aux vitrines en cas d’affluence…), de vol ou de vandalisme.

9.3.3.3. Évaluer les risques réels lors de la demande

37S’il est utile de connaître les risques inhérents aux mouvements en général, on ne doit pas oublier que chaque objet présente, en fonction de son état de conservation, des fragilités spécifiques qu’il est utile de connaître et d’évaluer au moyen d’un examen de l’objet : le « constat d’état » (cf. supra § 2.2.3.1.). L’objectif du constat d’état est, dans un premier temps, de faire un bilan de conservation au moment où la demande de mouvement est faite. Un examen plus approfondi ou l’avis d’un professionnel peuvent éclairer le gestionnaire du mobilier sur les causes des altérations observées et le pronostic (évolution probable en l’absence de traitement et/ou après traitement).

38Bien que contribuant à la préparation du mouvement, ce constat d’état n’est pas à confondre avec le document légal voué à accompagner le transport. Il sanctionne un stade préliminaire consacré à regarder l’objet afin de déterminer s’il est en état de sortir et à quelles conditions on autorisera le prêt : la priorité est ici donnée au repérage de ce qui, dans l’objet, pourrait être affecté par le mouvement. Aussi, nous préconisons non pas une description libre ou tous azimuts, mais une grille d’analyse fondée sur les risques spécifiques, qui permet, d’une part, de gagner du temps en se concentrant sur l’essentiel ; d’autre part, de « viser juste » et de ne pas oublier des points importants [tabl. XIX]. La grille ici proposée aide à décider de la faisabilité du mouvement, mais elle conserve tout son intérêt par la suite, lors des constats comparatifs départ / arrivée.

39En fonction du facteur de risque en cause, on note les altérations déjà survenues de son fait, ainsi que les indices qui laissent penser que l’objet, même si les altérations ne sont pas encore survenues, est particulièrement sensible à un facteur de risque spécifique.

40L’un des points essentiels est de détecter, avant la décision de prêt, la présence d’éventuelles altérations actives ou en cours d’évolution. Celles-ci ne sont parfois repérables que par comparaison avec un état antérieur. Il est donc utile de recueillir la documentation existante (photographies, constats d’état précédents, rapports d’interventions de conservation-restauration…) de façon à pouvoir mettre en évidence tout changement.

tabl. XIX

Grille de constat d’état en fonction des facteurs de risque présents lors d’un mouvement, à compléter par des photographies annotées.

facteurs de risque

matériaux

altérations effectivement survenues

indices de sensibilité particulière à ce facteur de risque, autres que les altérations déjà constatées

chocs                                                         

Tous

Bris : manques (comblés ou non), pertes de matière…
Traces d’impacts, fissures ou fragmentations, déformations.

Fragilité structurelle ou de surface. Fragmentation importante. Instabilité sur sa base ou sur point d’appui, répartition du poids déséquilibrée.

vibrations                                                                                                                  

Tous

Fissures en formation, collages affaiblis…

Manque de cohésion, fragilité structurelle. Fragmentation importante. Instabilité sur sa base ou sur point d’appui.

usure, frottement                                                                                                                                                        

Tous

Traces d’abrasion, rayures… .
Hétérogénéité d’aspect de la surface.

Fragilité de surface.

dépôts exogènes                                                                                                                                                                           

Tous

Empoussièrement, dépôts, crasse.
Anciennes interventions avec ajout de matière, marquages, traces d’anciens adhésifs…

Fragilité de surface, rugosité, porosité.

lumière                                                                                                                                                                           

Tous

Décoloration du matériau même ou traces colorées non intentionnelles.

Matériaux organiques.

transfert des matériaux support                                                                                                                                     

Tous

Traces colorées sur les zones d’appui.

Matériaux poreux, rugueux ou tendres.

hr trop faible                                                                                                                                     

Matériaux organiques

Fissures en formation, manques de cohésion.

Faible épaisseur.

Matériaux poreux imprégnés de sels solubles

Efflorescences de sels.

Matériaux issus de milieux marins ou très riches en sels.

Verre

Détachement de feuillets irisés.

Irisation.

hr trop forte                                                                                                                                                                           

Matériaux organiques

Fissures en formation, traces d’activité biologique.

Matériaux organiques.

Métaux en général

Apparition de produits de corrosion nouveaux (zones de couleur et texture différente de celles précédemment observées sur l’objet). Noter couleurs et aspects de surface (poudreux, rugueux, lisse, mat, brillant, éclat métallique).

Objets encore nantis d’un noyau métallique.

Métaux sujets à une corrosion active par les chlorures (alliages cuivreux et ferreux)

Efflorescences vert clair poudreuses (alliages cuivreux) ; efflorescences orange poudreuses, soulèvement d’écailles, fissurations en formation (alliages ferreux).

Objets encore nantis d’un noyau métallique.

émanations                                                                                                                                                                            
de soufre

Argent

Présence ou apparition de plages noires sur une surface auparavant métallique.

Objets dont la surface métallique n’est pas protégée.

émanations
d’acides organiques                                                                                                                                     

Plomb

Efflorescences blanches.

Objets encore nantis d’un noyau métallique.

9.3.3.4. Décisions et préconisations

Accorder le prêt…

41Légalement, l’autorisation de prêt est du ressort du propriétaire. Il est néanmoins évident que le gestionnaire du mobilier, souvent simple dépositaire, est tantôt l’acteur principal du prêt, par délégation expresse du propriétaire, tantôt celui qui instruit le dossier pour le compte de celui-ci. Il joue, à cet égard, un rôle de conseil, et il lui appartient de signaler les objets qui, à son avis, ne devraient pas être prêtés – parce que les conditions offertes ne sont pas adaptées ou parce que l’état de l’objet ne permet pas le déplacement –, la décision finale revenant au propriétaire ou responsable légal.

42La confrontation du constat d’état à ce que l’on connaît des conditions de conservation et de transport proposées par l’emprunteur et des risques inhérents à ces opérations mène à l’un des trois cas de figure suivants : soit l’objet est capable de supporter le mouvement, soit l’objet est capable de supporter le mouvement après une intervention de conservation-restauration, soit l’objet n’est pas capable de supporter le mouvement.

43Lorsqu’un objet doit être restauré ou soclé, ou qu’un emballage spécifique doit être conçu pour le transport, les procédures nécessaires doivent être anticipées afin que tout soit prêt au moment du départ : un cahier des charges, s’appuyant sur les conclusions du constat d’état et son interprétation, est rédigé pour préciser ce que l’on attend de ces interventions en termes de résultat.

… sous conditions…

44L’autorisation de prêt n’est pas accordée « les yeux fermés », mais moyennant un certain nombre de conditions, qu’il s’agit de formuler et dont il faut s’assurer que l’emprunteur a les moyens d’y souscrire, et de recommandations de manipulation et d’emballage/déballage. Nous entendons ici par « conditions de prêt » les éléments sur lesquels l’emprunteur s’engage avant le mouvement, et qui sont vérifiables. Les recommandations concernent les gestes destinés à assurer la conservation de l’objet au cours du mouvement : leur vérification sera effectuée par le prêteur en personne, au moment de leur mise en œuvre.

45Conditions de prêt et recommandations doivent être rédigées à l’intention de l’emprunteur. En ce qui concerne les premières, il convient de rester « raisonnable dans les demandes » (agccpf 2011 : 110) et de se focaliser sur ce qui est réellement essentiel. En particulier, exiger des conditions de conservation beaucoup plus strictes que celles qui règnent dans l’institution où l’objet est habituellement stocké est considéré comme une mauvaise manière (Ashley-Smith et al. 1994). De plus, l’expérience montre que les conditions de prêt irréalistes entraînent, paradoxalement, une négligence globale sur toutes les demandes, même sur celles qui seraient le plus justifiées et, accessoirement, classent leur auteur dans la catégorie personœ non gratœ auprès de ses collègues.

46En ce qui concerne les recommandations, la difficulté de l’exercice réside essentiellement dans le fait qu’il faut se mettre à la place de quelqu’un qui n’a jamais manipulé l’objet et qui ne le connaît pas. Aussi, ne faut-il pas hésiter à mettre l’accent sur les zones de faiblesse. Le constat d’état détaillé ne suffit pas, car sa seule lecture n’oriente pas nécessairement vers les informations essentielles en la matière. Les recommandations doivent donc être hiérarchisées, de façon à mettre en valeur ce qui est vital et insister sur les problèmes spécifiques de l’objet, plutôt que sur de considérations générales, en principe bien connues des professionnels de patrimoine. Il est indispensable d’utiliser un vocabulaire compréhensible par tous et de présenter les recommandations dans l’ordre logique des opérations : déballage, manipulation, mise en vitrine, emballage.

47Nous assistons, depuis quelques années, à une prise de conscience de la nécessité d’un minimum de rigueur dans ce domaine, et c’est heureux, quand on songe au laisser-aller des époques précédentes, où les objets – lorsqu’ils n’étaient pas expédiés par la poste – étaient prêtés « de la main à la main », soumis à des conditions de transport et d’emballage plus proches des courses de supermarché que du soin que méritent des objets patrimoniaux. Malheureusement, le durcissement des conditions de prêt ne se justifie pas toujours par des impératifs de conservation, mais par l’envie de montrer que l’on s’en occupe – ce qui occasionne, hélas, certaines surenchères. Un formalisme excessif n’est pas en soi une garantie de professionnalisme ni d’un souci réel pour de la conservation des objets. Il n’est parfois tout simplement qu’une « ouverture de parapluie » : moins une façon de protéger les objets que de protéger le prêteur en cas de problème.

… transmises en temps utile

48Le prêteur transmet à l’emprunteur, dès que possible, un refus ou un accord de principe au vu des conditions de présentation proposées (qui ne vaut pas décision définitive), la liste des objets disponibles, celle des objets indisponibles et celle des objets qui seraient à restaurer pour l’exposition. Le dossier doit comprendre, pour chaque objet, ou par lots d’objets si pertinent, les conditions de prêt, les recommandations, éventuellement la demande d’un transporteur spécialisé et les conditions d’assurance demandées.

49Le cas échéant, ces documents s’accompagnent d’autorisations de prise de vue, de soclage, de prise d’empreinte ou de moulage, ainsi que d’un document précisant les droits de reproduction et de diffusion de ceux-ci. Dans le cas où l’on n’autorise pas la prise de vues, on veille à transmettre les photographies de l’objet réalisées par le prêteur, ainsi qu’un document précisant les limites des droits de reproduction et de diffusion de celles-ci, et la façon dont le prêteur et les auteurs des photographies doivent être mentionnés dans l’exposition et les textes d’accompagnement.

50Certains établissements ont déjà établi des protocoles de prêt généraux, rédigés à l’avance (Musée de la Musique s. d. ; Versailles s. d.), qui peuvent être complétés par des conditions spécifiques en fonction des éléments empruntés.

L’accord définitif

51À l’issue du dialogue entre prêteur et emprunteur, et en fonction de la réponse du second aux conditions posées par le premier, une liste d’objets et une autorisation de prêt définitives sont établies, assorties d’un accord sur les modalités du transport des objets et des formulaires à utiliser (fiche de prêt, objet par objet ou sous forme de liste, constats d’état…). L’autorisation de prêt par le propriétaire ou par le responsable légal, si elle a été obtenue par l’emprunteur, doit être transmise au dépositaire des objets.

52Lorsque le choix est fait d’utiliser les formulaires du prêteur, il ne reste à ce dernier qu’à préparer les documents nécessaires, tels les fiches de sortie ou de prêt et les constats d’état, le cas échéant illustrés de photographies annotées. Ceux-ci doivent faire l’objet d’une vérification contradictoire entre prêteur et emprunteur le jour du départ.

9.3.4. Risques et conditions offertes

53Il revient à l’emprunteur de transmettre aux prêteurs éventuels les conditions de présentation et de transport qu’il est en mesure d’offrir et qui l’engagent (aam 1998). Certaines structures de conservation devancent cette étape, et dès la première demande de prêt envoient aux emprunteurs un questionnaire à remplir, dont on peut éventuellement s’inspirer. Il s’agit de formulaires standard, qui ne tiennent pas compte des problématiques spécifiquement posées par les objets que l’on souhaite emprunter, et qui demandent parfois, par conséquent, d’être assortis de demandes particulières (Musée lorrain s. d.).

54Ces conditions prennent en compte les problèmes de conservation. Ceux-ci sont à évaluer très tôt dans le processus de conception de l’exposition, en fonction des objets que l’on souhaite exposer, de façon que les contraintes de conservation s’imposent dès le départ. L’expérience montre qu’une fois la conception avancée, il est très difficile de revenir sur des choix validés pour faire droit à des conditions de conservation spécifiques : d’où l’intérêt de disposer de réponses rapides sur ce sujet de la part des prêteurs éventuels.

55Le prêteur trouvera ici des éléments utiles pour détecter – dans la description des dispositifs d’exposition ou des vitrines qu’un futur emprunteur lui adresse – les aspects positifs ou les problèmes de conservation qu’ils pourraient susciter. Ces questions étant quotidiennement posées au sein des musées, la bibliographie à ce sujet est abondante, aussi bien touchant l’éclairage (Ezrati 1999), et les vitrines (Unesco 1985 ; Cassar, Martin 1994 ; Erhardt 1994 ; Bousta et al. 2011) que les matériaux (Tétreault 1992 ; Guillemard 1995).

9.3.4.1. Dans la salle d’exposition

56Une attention particulière est accordée au climat qui règne dans cette salle. On vérifie non seulement les chiffres bruts à un instant T, bien entendu, mais aussi les variations journalières ou même saisonnières : telle salle dont le climat est stable quand le chauffage fonctionne, peut être une véritable catastrophe en été. L’influence de l’atmosphère de la salle est susceptible de s’exercer de diverses manières : les objets hors vitrine y sont directement exposés, tandis que les objets placés dans des vitrines non étanches sont soumis à un climat tendant à s’approcher peu à peu du climat extérieur. Lorsque les vitrines sont étanches, les variations de température génèrent parfois des phénomènes de condensation tantôt à l’intérieur, tantôt à l’extérieur des vitrines, sur la paroi la plus froide.

57Les matériaux de construction et les revêtements ont un impact sur le tamponnement des variations hygrométriques, en particulier boiseries et parquets qui, hygroscopiques par eux-mêmes, jouent un rôle stabilisateur. De même, la présence de sas ou d’espaces intermédiaires entre les accès au bâtiment et la salle d’exposition proprement dite permet d’éviter des perturbations du climat.

58L’autre point essentiel est l’éclairage : selon qu’il dégage plus ou moins de chaleur, qu’il soit directionnel ou diffus, il engendre des différences locales dans les conditions hygrométriques. Imaginons un objet éclairé par un spot directionnel [fig. 112]. Un thermohygromètre placé à proximité immédiate, pourrait enregistrer une température plus haute et une hygrométrie plus basse qu’ailleurs dans la pièce. Ce phénomène peut également être constaté dans les vitrines qui, ne bénéficiant pas du brassage de l’air, abritent des microclimats.

59Afin de sécuriser l’exposition contre le vol et l’incendie on contrôle la nature des matériaux constitutifs de la scénographie, notamment leur inflammabilité, et on étudie les mesures de gardiennage les mieux adaptées, directes ou par vidéosurveillance.

60La rédaction des conditions de conservation offertes passe par la description des caractéristiques de la salle. On expose d’abord les données relatives à la conservation : climat moyen, variations, dispositifs d’humidification ou déshumidification envisagés, matériaux utilisés dans la scénographie et dans les vitrines, type d’éclairage et puissance. Puis on détaille les mesures de sécurité : surveillance vidéo, présence de gardiens, alarme vol et incendie, dispositifs de fermeture de la salle en dehors des heures d’ouverture de l’exposition.

fig. 112

Salle d’exposition commune au SADY et aux Archives départementales des Yvelines. Les cimaises permettent l’accrochage des panneaux. L’éclairage directionnel est assuré par des spots à intensité réglable sur des rampes au plafond, mais la salle bénéficie également de lumière naturelle.

© P. Laforest, SADY.

9.3.4.2. Dans les vitrines

61En dehors de la protection contre le vol et les manipulations, la mise en vitrine a pour principal avantage d’isoler les objets des conditions ambiantes de la salle, en rendant possible la création de microclimats et, dans tous les cas, de réduire l’effet des variations climatiques, aussi bien en amplitude qu’en vitesse de réaction.

62La création de microclimats (par l’adjonction de tiroirs remplis de gel de silice conditionné, par exemple) nécessite, d’une part, une absolue étanchéité des vitrines, d’autre part, une bonne circulation de l’air au sein de la vitrine et une perméabilité suffisante de la paroi qui sépare la réserve de gel de silice du volume de la vitrine [fig. 113]. Une expérience personnelle nous a montré que dans une vitrine, même de faible volume, éclairée d’en haut, et munie en bas de tiroirs renfermant du gel de silice, quelques rainures ne suffisent pas, contrairement à ce que suggèrent de nombreux ouvrages sur le sujet. En l’absence d’un dispositif permettant de brasser l’air, en effet, l’air chaud monte et stagne dans la partie haute. Enfin, il faut prévoir correctement la quantité de gel nécessaire.

fig. 113

Vitrines incluses dans une structure en bois. Pour la présentation de matériaux sensibles au climat, tels les matériaux organiques, un tiroir discret (indiqué par la flèche) a été aménagé dans la paroi : il contient une réserve de gel de silice conditionnée pour maintenir une humidité relative de 55 %. Vue de l’exposition « Yvelines antiques ».

© P. Laforest, SADY.

63L’autre avantage des vitrines est de protéger les objets de la poussière, ce qui est particulièrement intéressant lorsque l’exposition dure longtemps ou lorsqu’elle présente des objets à surfaces claires, poreuses, fragiles ou difficiles à nettoyer.

64Bien entendu, les vitrines doivent être assez lourdes pour ne pas basculer, et assez stables pour ne pas vibrer, même en cas d’affluence. Les étagères doivent être solidement fixées : si l’une d’entre elles venait à céder, les objets tombant les uns sur les autres entraîneraient des dégâts importants. Afin de parer aux risques de vol, certaines vitrines possèdent des systèmes de fermeture à clé plus ou moins sécurisés, d’autres sont équipées de fermetures vissées, dont les vis sont apparentes ou, au contraire, cachées à la vue ou inaccessibles aux visiteurs.

65La rédaction des conditions de présentation proposées doit s’attacher à décrire au mieux les caractéristiques des vitrines du point de vue de la sécurité et de la conservation : matériaux utilisés, en particulier ceux qui sont en contact direct avec les objets, dispositifs de soclage ou de présentation, dispositifs de mesure et de régulation des conditions climatiques à l’intérieur des vitrines et valeurs observées, moyens d’éclairage (type, puissance, distance aux objets).

9.3.4.3. Les objets présentés hors vitrine

66Certains objets acceptent d’être présentés hors vitrine : c’est souvent le cas des sarcophages en pierre et de pièces de statuaire de volume important, ainsi que des amphores. Ces matériaux ne sont généralement pas astreints à des conditions climatiques très strictes. Les risques pour leur conservation sont plutôt de nature mécanique. Il s’agit, d’abord, de garantir leur stabilité par des supports ou des soclages appropriés, de façon à éviter leur vibration ou leur basculement. Tous les mouvements possibles doivent être bloqués, en fonction de la répartition du poids de l’objet et du montage envisagé dans l’exposition.

67Par ailleurs, il faut veiller à empêcher les visiteurs de toucher les objets, volontairement ou par inadvertance. Pour cela, on a le plus souvent recours à des dispositifs de mise à distance : socles, estrades, barrières, marquages au sol… qui indiquent au visiteur où il doit s’arrêter ou qui rendent l’approche difficile [fig. 114]. En fonction de la surveillance humaine disponible, de la taille et de la disposition de la salle, le choix de présenter des objets sous vitrine ou non et le choix des dispositifs de mise à distance ressortissent d’une réflexion avantages / risques qu’il convient de mener préalablement. Le responsable du mobilier doit être particulièrement vigilant sur ce point car, comme ces dispositifs ne sont pas toujours esthétiques, les concepteurs d’expositions ont souvent tendance à les minimiser voire à les escamoter.

68Les conditions de présentation proposées doivent ainsi décrire au mieux les caractéristiques des différents dispositifs du point de vue de la sécurité et de la conservation : soclages et supports, dépoussiérage éventuel, mise à distance.

fig. 114

Le moulage de la « nymphe de Septeuil », qui ne peut pas être mis sous vitrine, est présenté sur un socle qui impose une distance au public. Le rôle de ce piédestal est également de dissimuler la palette sur laquelle est posé le moulage, et qui a servi à le transporter. Vue de l’exposition « Yvelines antiques ».

© P. Laforest, SADY.

9.3.4.4. Installation et démontage

L’installation, moment de tous les dangers

69Les risques inhérents à l’installation, outre les manipulations en elles-mêmes, sont liés essentiellement au fait que, le plus souvent, il s’agit de mettre en vitrine un nombre important d’objets en un temps relativement court, et cela d’autant plus que certains prêteurs souhaitent absolument être les derniers à mettre leurs objets en vitrine. Paradoxalement, ce désir, qui est fondé sur des arguments de conservation, est de fait un facteur de risque important, car l’ordre de placement des objets n’obéit plus à des logiques de conservation, mais à l’ordre d’arrivée des prêts et à la hiérarchie de susceptibilité des prêteurs. Par ailleurs, il est matériellement impossible d’y souscrire : tous les objets ne sauraient être les derniers !

70Les conditions d’installation proposées par l’emprunteur consistent à décrire au mieux les modalités envisagées et à faire la liste des objets qui, pour des raisons techniques indépassables, doivent être installés à un moment particulier du montage. On précise également s’il est fait appel à des prestataires spécialisés pour certaines opérations telles le soclage et la manutention d’objets lourds, et quelles entreprises ont été pressenties ou choisies à cette fin. En fonction des demandes des prêteurs, il est encore possible par la suite d’apporter des modifications ou de prévoir de nouveaux dispositifs – à soumettre aux prêteurs pour approbation.

Minimiser les risques lors de l’installation ou du démontage

71Il est préférable autant que possible de sensibiliser les prêteurs à l’intérêt d’obtenir les objets à l’avance, et d’anticiper ainsi l’ordre logique dans lequel disposer les objets dans les vitrines ou dans l’exposition, de manière à éviter d’être amené à manipuler un objet déjà en position pour qu’un autre puisse être placé. Au démontage, on travaille en sens inverse, en identifiant les objets à retirer en premier, et ceux à ôter à la fin, en particulier ceux dont le retrait des fixations est susceptible d’apporter des vibrations.

72Il est utile de préparer le matériel (tables pour poser les objets, gants, etc.) et l’espace nécessaire, ainsi que le stockage provisoire des caisses d’objets avant et après déballage. Il vaut mieux prévoir un rythme d’élimination des matériaux d’emballage assez soutenu, afin d’éviter toute confusion entre caisses pleines et vides.

73Il est impératif d’avoir achevé les travaux au moment de placer les objets dans l’exposition, en dehors de ceux strictement indispensables à l’installation, tels que le soclage et le réglage des éclairages. Les fixations ou manutentions apportant des vibrations sont effectuées avant que des objets ne soient placés à proximité. Lors du démontage, les dispositifs de présentation et les vitrines ne sont démontés ou déplacés que lorsque tous les objets ont été enlevés.

9.3.5. Les étapes du mouvement aller et retour

9.3.5.1. Le jour du départ

74La succession des étapes du mouvement varie selon les circonstances et la relation de confiance établie entre l’institution prêteuse et l’emprunteur : dans certains cas, le prêteur procède à un constat avant emballage, emballe et confie les objets au transporteur, et le constat contradictoire n’est effectué qu’au déballage ; en d’autres cas, le constat contradictoire est dressé avant emballage en présence de l’emprunteur. C’est la seconde option qui sera développée ci-dessous.

75Notre expérience d’emprunt et de prêt nous a placé en de nombreuses situations, variables en fonction des personnalités mais aussi des institutions. Il est important que ces modalités soient connues à l’avance des deux partenaires, de façon à ne pas soumettre les objets à des manipulations répétées. Un cas typique est celui où le prêteur a tout emballé, et où l’emprunteur veut qu’on déballe pour faire le constat.

Constat d’état de départ

76On présente souvent la valeur légale du constat d’état contradictoire comme l’intérêt premier de ce document. C’est, à notre avis, lui faire trop de crédit. À moins d’avoir passé beaucoup de temps à décrire dans les plus petits détails un objet et son état de conservation, et à moins d’en avoir fait d’innombrables photographies, les chances pour que le constat contribue à résoudre un litige de responsabilité, sauf en cas de dommages importants, nous semble en effet assez faible. Afin de vérifier, par exemple, qu’un objet fissuré est sujet à de nouvelles fissures ou à l’agrandissement de fissures déjà existantes, il faudrait comptabiliser et mesurer chaque fissure ; afin de connaître l’évolution d’un alliage cuivreux piqué de petites taches vertes, il faudrait comptabiliser et mesurer précisément chacune d’elles. Lors du constat d’état retour on remarque parfois des choses qui ne figurent pas dans le constat de départ : à moins qu’elles crèvent les yeux, on ne saura pas avec certitude si elles étaient déjà là sans qu’on les ait observées ni notées, ou si elles sont nouvelles.

77Aussi, la meilleure justification de ce constat contradictoire est, à nos yeux, d’offrir au prêteur et à l’emprunteur une occasion privilégiée d’échanger des informations à propos de l’objet. Ce travail en commun est le moment, pour le prêteur, d’alerter son collègue sur les fragilités de l’objet et de lui faire des recommandations spécifiques. Pour l’emprunteur, c’est le moment d’observer la façon dont son collègue manipule l’objet, l’emballe, etc., dans la perspective de le déballer, de le manipuler et de le remballer lui-même, une fois son tour venu. C’est la discussion à propos de l’objet qui sensibilise à sa conservation, mais aussi à la conservation en général. Le constat d’état et les recommandations, qui en sont le support, participent de ce processus qui, en dehors de sa valeur légale, est directement partie prenante dans la préservation des collections.

78Naturellement, le constat comporte aussi une valeur légale et permet l’évaluation a posteriori du mouvement : c’est pourquoi il importe de le rédiger le mieux possible, en fonction des conditions et du temps disponible, en faisant ressortir les données susceptibles de comparaison avant / après. Ceux qui ont emprunté ou prêté des objets ont pu constater que, même dans le domaine des musées, les constats d’état sont souvent assez sommaires, lorsqu’ils ne sont pas tout bonnement inutilisables : que peut-on faire d’un constat dont la seule remarque est « Bon état » ? On en a vu aussi de carrément erronés : le constat d’état, établi au musée, d’une cruche dont l’anse avait été recollée et une partie de la lèvre restaurée portait l’unique mention « intacte ». Bien lire le constat s’il est prérempli, donc, et ne pas hésiter à l’amender si nécessaire.

79Concrètement, le constat contradictoire est à effectuer selon la même grille d’analyse que le constat fait lors de la demande [tabl. XIX]. Le constat effectué lors de la préparation en est une base possible lorsque si l’objet n’a pas subi de modifications entre temps (un traitement de conservation-restauration, par exemple), mais il doit être contresigné par l’emprunteur.

Emballage, transport et constat après déballage

80Une fois le constat d’état effectué, les objets sont emballés selon les dispositions décidées d’un commun accord lors des contacts préalables. Lorsqu’un emballeur professionnel a été choisi, il n’est pas inutile d’observer son travail, aussi bien pour vérifier que les objets sont manipulés correctement que… pour apprendre, à son contact, des méthodes d’emballage à ajouter à la panoplie du gestionnaire du mobilier, utilisables en d’autres contextes. Emballer soi-même exige de posséder d’indispensables notions sur les méthodes d’emballage, de façon à choisir une stratégie efficace et éviter des manœuvres inutiles, parfois dangereuses pour la conservation des objets (cf. supra § 3.2.2.2.) (Stolow 1980 ; Guillemard 1990 : 397-402 ; Illes 2004).

81Lors du déballage, un constat d’état s’impose, en particulier s’il n’a pas été effectué contradictoirement avant l’emballage. Même dans ce cas, il importe de repérer au plus vite d’éventuels dommages apparus au cours du transport, d’une part pour remédier à leurs conséquences rapidement si nécessaire, d’autre part afin d’identifier ce qui, dans la façon d’emballer, de transporter ou de déballer, a causé le dommage, de façon à prévoir d’autres procédés au retour.

L’installation dans l’exposition

82Les dispositifs prévus pour l’exposition doivent, en principe, tenir compte des conditions et des recommandations élaborées par le prêteur en vue de la conservation des objets : ils doivent être autant que possible prêts à les accueillir. Toutefois, en l’absence des pièces il n’est pas toujours possible de les finaliser à l’avance : des ajustements in situ sont à prévoir, notamment sur les soclages.

83On veille, autant que possible, à éviter que trop d’objets déballés et trop de personnes se trouvent en même temps dans la salle d’exposition en cours d’installation. Lorsque le mode de fixation des soclages provoque des vibrations dans la vitrine ou dans le dispositif de présentation, on vide les vitrines de tous les objets pendant les opérations. On constate parfois que des objets non assortis de recommandations particulières ne reposent pas de façon stable sur les surfaces planes, et vibrent : afin de pallier ces oscillations, des matériaux de calage pouvant être découpés et adaptés sur place sont à prévoir.

9.3.5.2. Le jour du retour

84On ne reviendra pas sur les problématiques de la manipulation, de l’emballage et du transport, qui se déroulent de la même façon, globalement, à l’aller et au retour. On retrouve à l’étape du retour les constats d’état, avant emballage chez l’emprunteur et/ou après déballage chez le prêteur.

85Le constat d’état effectué chez l’emprunteur avant emballage permet, en particulier, de vérifier la bonne conservation de l’objet et, dans le cas où aucune observation ne serait faite, à valider les conditions de conservation dont il a bénéficié pendant l’exposition. Lorsque des dommages sont avérés, on doit tenter de comprendre les causes de l’altération : soit les conditions de prêt ont été remplies, et il s’agit d’un facteur qui n’avait été prévu ni par le prêteur ni par l’emprunteur, soit les dispositifs mis en œuvre par l’emprunteur pour satisfaire aux conditions de prêt n’ont pas fonctionné correctement, soit les dispositifs prévus n’ont pas été mis en œuvre, soit, enfin, l’altération provient d’une interaction avec un autre objet.

86Le constat d’état après déballage au retour est indispensable pour détecter des éventuels signes d’altération ou des dommages imputables au transport de retour ou, s’il n’y a pas eu de constat avant emballage, à évaluer globalement le séjour chez l’emprunteur et transport de retour.

9.3.5.3. Évaluation du prêt

87Les obligations légales paraissent peut-être contraignantes : elles ont l’avantage de servir à la conservation en responsabilisant les acteurs. Elles s’appuient sur une documentation qui, outre sa valeur légale, est ici réellement un élément essentiel et ce, à plusieurs titres : outil de réflexion et d’aide à la décision, tout d’abord, puis outil de dialogue, à même de susciter des procédures adaptées aux risques identifiés ; outil de formation aussi ; enfin, outil d’évaluation des procédures et moyens mis en œuvre.

88La gestion d’un mouvement peut générer un certain stress, ce n’est donc pas le meilleur moment pour se livrer à l’introspection ; la situation offre néanmoins une occasion d’apprendre, à condition de réserver un moment pour évaluer les procédures et y réfléchir. Dans le cas contraire, on court le risque, à l’avenir, de reproduire des situations qui n’ont pas donné de bons résultats puisque, faute de retour sur expérience, on ne connaîtra pas la raison des dommages ni les moyens de les éviter. Il importe donc, au-delà de la question de la responsabilité, de s’interroger sur les raisons des problèmes constatés, de façon à tirer des enseignements en vue de mouvements ultérieurs, aussi bien côté prêteur que côté emprunteur.

89L’examen des objets après déballage à l’aller permet d’évaluer la procédure de transport et d’emballage et d’y apporter les modifications que l’on le juge utiles. L’absence de dommages autorise à valider les précautions prises et à les adopter en tant que procédure standard de l’institution. De même, le constat avant emballage retour valide les conditions de conservation offertes pendant l’exposition et les dispositifs adoptés, tandis que le constat après déballage, chez le prêteur, confirme l’adéquation des dispositions prises pour le transport.

90Il est utile, enfin, de dresser un bilan du dialogue établi avec les partenaires (y compris les prestataires) et d’en tirer des conclusions en matière de délais et de procédures nécessaires à son optimisation, ainsi que d’habitudes de travail particulières, pour enrichir notre propre pratique. Ce bilan facilitera certainement les contacts ultérieurs avec ces partenaires.

Table des illustrations

Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20907/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search