Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Chapitre 7. Aménager une structure de conservation

Texte intégral

7.1. Le bâtiment

1Le travail de gestion du mobilier dépend essentiellement de la motivation et de la compétence du personnel, mais aussi, dans une certaine mesure, du contexte matériel. Les infrastructures dont on dispose déterminent, jusqu’à un certain point, le niveau de qualité des conditions de conservation mais, surtout, l’efficacité de l’activité. Des infrastructures adaptées aux besoins induisent des gains de temps importants, par l’automatisation de tâches et la disparition de certaines servitudes. Elles permettent aussi un meilleur accueil des chercheurs.

2Dans une situation idéale, celle de l’élaboration d’un cahier des charges pour un bâtiment neuf répondant aux besoins de l’institution, nous aborderons la conception des espaces nécessaires et leur aménagement. Cette réflexion pourra également servir de base de travail dans des situations moins favorables, lorsqu’il s’agit de composer avec un bâtiment existant, de tenter d’y recréer les différentes fonctions et d’utiliser au mieux ses potentialités pour la conservation du mobilier.

7.1.1. Identifier les besoins

3Les activités de conservation et de gestion du mobilier ont pour cadre matériel des espaces aménagés en fonction des besoins. Leur nombre et leur qualité dépendent des ressources de l’institution qui les met en œuvre, mais aussi de la « durée de vie » ou d’utilisation de ceux-ci – de la cabane de chantier à la réserve de musée. Dans tous les cas, le gestionnaire des collections doit prendre en compte les contraintes matérielles pour organiser au mieux le fonctionnement de l’infrastructure et optimiser son utilisation, selon l’évolution des activités qui s’y déroulent.

4L’un des objectifs essentiels est de garantir la conservation matérielle du mobilier archéologique au moyen d’aménagements minimisant les manipulations, les chocs et les vibrations inhérents au travail sur les collections, mais aussi en limitant les effets néfastes des conditions environnementales et, en particulier, de l’humidité relative. Un autre objectif prioritaire est d’assurer aux chercheurs des conditions de travail et d’accessibilité, intellectuelle et physique, aussi confortables et pratiques que possible.

7.1.1.1. Réfléchir d’abord en termes d’activités

5Qu’il s’agisse d’une base de fouille à durée limitée ou d’un dépôt définitif, le plus important est de préciser les activités qui s’y dérouleront, de lister les contraintes attachées à ces activités, puis de déterminer les types d’aménagement spécifiques à chacune. Enfin, on aura soin de définir les relations logiques et/ou chronologiques qui relient ces différentes activités.

6Bien entendu, il s’agit en fin de parcours de définir des espaces, mais concevoir directement des espaces sans passer par une réflexion sur les activités ne permet pas toujours de mettre en lumière tous les besoins. C’est ainsi que certains espaces, pourtant indispensables, ne sont pas souvent pensés en tant que tels – les circulations notamment, que l’on trouve rarement mentionnées –, tandis que d’autres sont parfois sous-estimés. On comprendra qu’il serait incohérent de considérer exclusivement les espaces de conservation sans connexion aucune avec les autres activités appelées à se dérouler dans la structure. Aussi, élargirons-nous le propos en prenant en compte l’ensemble des activités et des missions du service gestionnaire de l’équipement.

7Même dans les cas où l’on doit composer avec des espaces existants, cette démarche reste valide, car un même bâtiment peut être aménagé, divisé et organisé de différentes façons et, selon le soin apporté à concevoir les sous-espaces et leur aménagement, on disposera d’un lieu plus ou moins adapté à la conservation des collections et au travail sur celles-ci.

7.1.1.2. Besoins liés aux activités

8Dans une institution consacrée à la recherche archéologique se déroulent diverses activités qui nécessitent des espaces ou des aménagements spécifiques. La plupart d’entre elles impliquent du matériel et des consommables qu’il faut stocker. Ce stockage et la gestion qui en découle sont à considérer comme des activités à part entière. Qui dit « activités différentes » ne dit pas nécessairement « locaux séparés ». En effet, certaines activités ont des liens logiques avec d’autres, et un trop grand découpage des espaces multiplie les manutentions et oblige à multiplier les stockages d’attente. Lorsque tous les locaux sont strictement dimensionnés en fonction des besoins, sans aucune polyvalence, il y a globalement une grande perte de place, car tous ne sont pas utilisés simultanément. Toutefois, certaines activités génèrent de la saleté et de la poussière, d’autres de l’humidité, d’autres encore doivent être effectuées dans des environnements les plus propres possibles. Il faut donc veiller à ce que les activités incompatibles soient séparées, mais on peut utilement réunir celles qui ont un lien entre elles et/ou se suivent dans le temps.

Premier traitement archéologique

  • Activités « sales » et humides : la réception de caisses de mobilier sales, le tamisage, le nettoyage de mobilier ont pour facteur commun de générer de la poussière et/ou de la boue. Elles nécessitent l’apport d’eau froide et chaude, dont on doit pouvoir disposer au robinet mais aussi sous forme de jet dispersé, ainsi qu’une évacuation adaptée. L’élimination des déchets divers inutiles pour la recherche (cailloux non anthropiques, restes du tamisage…) doit être envisagée.

  • Activités « propres » et humides : le séchage des matériaux lavés nécessite des volumes suffisamment aérés, mais permettant un séchage lent. Placés trop près des aires de lavage, les objets nettoyés pourraient recevoir des éclaboussures qui ralentiraient d’autant leur séchage, quand elles ne les saliraient pas de nouveau. De ces activités fait partie l’étude des matériaux gorgés d’eau, qui ne peut avoir lieu, avant traitement, que dans un lieu humide puisqu’ils nécessitent d’être arrosés en permanence.

  • Activités « sales » et sèches : les matériaux ne devant pas être lavés doivent être mis à sécher. Les activités de dépoussiérage ou de nettoyage par brossage à sec doivent être séparées de celles qui concernent les matériaux mouillés ou en cours de séchage, faute de quoi la poussière en suspension risquerait de coller aux surfaces humides. Des dispositifs d’aspiration peuvent être utiles (cf. supra § 3.1.2.3.).

Documentation et étude

9Nous entendons par « activités de documentation » aussi bien la consultation de documents que la production de documentation sur le mobilier lui-même : enregistrement sur l’inventaire, étiquetage, dessin et photographie, ainsi que prise de mesures et de poids. Ces activités sont toutes réputées sèches et propres, la seule exception étant la documentation et l’étude d’objets gorgés d’eau, qui devra tenir compte des spécificités de ce mobilier et se dérouler dans un lieu humide.

10L’enregistrement directement sur ordinateur implique la présence de prises informatiques et la possibilité d’une connexion réseau. La prise de dimensions nécessite parfois des instruments de mesure spécifiques, dont les niveaux de précision sont en adéquation avec la taille et le poids de l’objet. Pour les prises de vue, on a besoin généralement de conditions d’éclairage particulières, de pouvoir occulter la lumière naturelle, de disposer d’un recul important pour les objets volumineux, ainsi que du matériel photographique proprement dit.

11L’étude des mobiliers implique essentiellement des aménagements permettant d’étaler les ensembles et de les manipuler dans de bonnes conditions, ainsi que de consulter des documents associés. Les activités où les couleurs et les fines textures sont des paramètres essentiels pour l’identification demandent une bonne lumière naturelle : tel est le cas de l’étude des pâtes céramiques, de la tracéologie, du remontage, etc.

12De façon générale, ces activités impliquent le déballage des objets et leur manipulation, ainsi qu’un stockage d’attente.

Manutention

13Les activités de manutention sont, au sens très large, toutes les manipulations nécessaires au transport des objets d’un lieu à un autre, aussi bien au sein de l’institution qu’en lien avec l’extérieur. Ces activités nécessitent un quai de déchargement, permettant de préférence d’accueillir différents types de véhicules (du camion à la voiture de tourisme), le cas échéant doté d’une table élévatrice pour s’adapter aux différentes hauteurs de véhicules. Ce quai doit être, sinon fermé, du moins protégé des intempéries.

14Dans une structure de conservation, on a besoin d’emballer et de déballer le mobilier, et donc de stocker des caisses et des matériaux d’emballage. La manutention, quant à elle, mobilise des moyens de roulage tels que transpalettes ou chariots, mais aussi de levage (gerbeur, sangles, grue, pont roulant, etc.), selon le poids et l’encombrement des éléments à déplacer. Autant d’outils qui doivent être stockés et mis en état de fonctionner (chargeurs, batteries de rechange, etc.).

15Les problématiques de manutention ont une incidence majeure sur l’architecture : on a besoin de portes, de couloirs et de monte-charges correctement dimensionnés, dépourvus de chicanes, de marches et de goulets d’étranglement, dont les angles permettent le débattement des moyens de roulage.

Conservation

16Les activités de conservation interviennent à divers moments dans le cursus du mobilier. Outre le premier traitement du mobilier, qui contribue naturellement à la conservation, se succèdent des activités de tri, de conditionnement et d’emballage, qui ne nécessitent aucun aménagement particulier, hormis les surfaces dédiées et les volumes dévolus au stockage du matériel.

17Bien que le stockage puisse à peine être considéré comme une activité, compte tenu de son caractère statique, il n’est pas dénué de besoins spécifiques : mesurer les conditions climatiques (besoin de prises informatiques ou d’un câblage pour récupérer les données de capteurs) et accéder à la régulation des appareils. Un lieu doit être réservé aux consommables (papier pour les thermo-hygrographes à tambour, filtres du déshumidificateur, etc.). En cas de microclimats régulés avec du gel de silice, il convient de prévoir l’installation d’un four pour régénérer le gel de silice sec, d’un espace de conditionnement du gel « humide » et d’un stockage du gel de silice sec. Le stockage du mobilier nécessite des conditions climatiques adaptées aux matériaux conservés et les plus stables possibles tout au long de l’année, ainsi que des aménagements destinés au rangement, tels que rayonnages ou palettiers.

18Les matériaux avant premier traitement, ainsi que les prélèvements, doivent autant que possible bénéficier de conditions fraîches et proches de celles de l’enfouissement. Leur stockage avant acclimatation étant, en principe, provisoire, il n’est pas impératif de prévoir une régulation climatique particulière.

19Les matériaux gorgés d’eau – qui doivent être gardés mouillés, au frais et dans le noir – sont les plus contraignants, d’une part pour maintenir les conditions, d’autre part pour faciliter les manipulations que cet entretien implique. En effet, il faut prévoir un accès à l’eau courante, pour remplir d’eau les bacs ou les boîtes à intervalles réguliers, et il faut également prendre en compte le poids important des bacs remplis d’eau qui accueillent des objets volumineux. Lorsque les bacs doivent être rapprochés du point d’eau, il faut des chariots pour leur manutention, lorsque l’eau va aux bacs, il faut que l’évacuation de l’eau au sol et le revêtement de celui-ci soient adaptés. Pour la conservation sur le long terme des objets secs et acclimatés, des conditions différentes sont à assurer selon qu’il s’agit de métaux, de matériaux organiques sensibles ou de matériaux peu sensibles (cf. supra § 3.1.2., infra § 7.1.3.).

20Dès lors que la structure fait le choix de ne pas confier l’intégralité des traitements à l’extérieur mais de s’équiper de son propre laboratoire de restauration, il faut bien sûr prévoir l’aménagement de cet équipement, ainsi que les espaces techniques dévolus aux appareillages et au stockage des produits chimiques et solvants.

21L’utilisation de produits chimiques ou de solvants sujets à réglementation oblige à contacter une entreprise spécialisée pour leur récupération et à ménager les accès et les espaces de stockage idoines. Il faut également prendre en compte l’évacuation des déchets (boues, cailloux…), qui ne peuvent pas toujours être pris en charge par les services de collecte de déchets ménagers. Enfin, parmi les activités de conservation – même si elle peut paraître un peu atypique –, il faut inclure la conservation des données informatiques, le plus souvent localisées dans un serveur nécessitant des conditions climatiques plutôt fraîches, car l’accumulation de la chaleur engendrée par son fonctionnement lui est nuisible.

Médiation

22En fonction des choix opérés par la structure, des besoins spécifiques à la médiation peuvent se faire jour, touchant l’élaboration des supports de médiation, leur stockage ou l’accueil du public.

23La fabrication de panneaux ou de maquettes nécessite des équipements d’atelier, pourvus des dispositifs de sécurité éventuels – sans oublier le stockage des consommables. Pour certaines activités, tel le moulage, une aspiration des vapeurs peut être utile.

24Le stockage des éléments de médiation est un aspect important qui doit être pensé, si l’on peut dire, en même temps que l’acquisition et/ou la conception de ces outils. En fonction de la fréquence de sortie de ces éléments et de l’usage qui en est fait, on aura besoin d’une liaison directe et facile avec le quai de déchargement ou avec les salles d’activités pédagogiques.

25En ce qui concerne l’accueil du public, il faut déterminer quels sont les équipements permettant aux différentes activités de se dérouler correctement. Pour les projections, par exemple, il s’agit de l’écran, de la possibilité de diminution de l’éclairage tout en permettant la lecture, d’un dispositif d’occultation de la lumière naturelle, et du traitement acoustique et/ou d’amplification. Pour les activités salissantes, il faut pouvoir se laver les mains et être équipé de surfaces faciles à nettoyer ou à protéger.

Vie courante et convivialité

26Dans un lieu où travaillent plusieurs personnes, des sanitaires sont bien entendu indispensables, mais aussi, pour les fouilleurs le cas échéant, des vestiaires avec douches. À moins que le personnel bénéficie d’un restaurant administratif ou d’une cantine, un lieu est également à prévoir où préparer, réchauffer et prendre des repas. La plupart des équipes ont besoin de prendre un café ou autres boissons chaudes, ce qui implique, comme pour les repas, de stocker la nourriture (placards et réfrigérateur), de faire et ranger la vaisselle et de stocker les consommables nécessaires et les produits d’entretien. Selon la situation géographique de la structure de conservation et le degré d’implication dans l’accueil de chercheurs, on peut avoir des besoins supplémentaires, tels qu’un mode d’hébergement en milieu rural.

7.1.1.3. Besoins liés à d’autres contraintes

27En dehors des besoins liés aux activités, nous sommes confrontés à des contraintes « transversales » et répondant à d’autres logiques, mais dont il faut tenir compte. Certaines d’entre elles sont imposées par des réglementations (protection incendie, hygiène et sécurité) ou par des normes internes aux institutions ou aux tutelles.

Sécurité vol

28Plusieurs niveaux de sécurité peuvent être adoptés : alarmes anti-intrusion, gardien logé pendant les heures de fermeture de l’établissement, séparation entre espaces réservés au personnel et espaces ouverts au public contrôlés par des serrures ou par des lecteurs de badge, vidéosurveillance… Les serrures différenciées et les accès contrôlés par badge ou tout autre dispositif électronique ayant un coût, on a tout intérêt à associer géographiquement les divers espaces accessibles à un même ensemble de personnes. Cela permet également de diminuer le nombre d’obstacles à la circulation entre ces espaces.

29La rigueur de la sécurité mise en place doit être proportionnée à la taille de l’équipe, au nombre de personnes étrangères au service ayant à circuler dans les espaces et à la valeur vénale des collections. Il faut avoir conscience que certaines de ces mesures empêchent réellement le vol (par exemple, clé et code détenus par seulement une ou deux personnes, qui ne les donnent jamais), tandis que la plupart des autres sont dissuasives ou retardatrices, mais n’empêchent pas un voleur de sévir.

30La sécurité informatique ne doit pas non plus être négligée, qu’il s’agisse de la protection physique du serveur comme de l’accès au réseau, par l’usage de mots de passe.

Incendie

31Les mesures prises contre l’incendie peuvent être de l’ordre de la détection, de l’alerte, de l’extinction ou de l’évacuation du personnel et/ou des collections. Tout bâtiment, neuf ou réhabilité, doit se conformer aux normes concernant la sécurité des personnes, qui sont connues des services techniques de l’organisme de tutelle, au titre de la sécurité au travail. En revanche, vis-à-vis des collections, les normes sont moins précises. L’installation de sprinklers, qui projettent de l’eau sous pression directement dans les espaces de stockage suite à une alarme incendie, ne manque pas d’inconvénients. En effet, elle nécessite l’installation de canalisations d’eau dans tous les plafonds des espaces de stockage, qui contiennent l’eau prête à être projetée… et sont par conséquent susceptibles d’occasionner à tout moment des dégâts sous forme de fuites. D’autre part, une fois les vannes des sprinklers ouvertes, il semble qu’il ne soit pas toujours possible de les arrêter avant la vidange complète de la tuyauterie, ce qui a pour corollaire d’inonder la collection après l’incendie – ou la fausse alerte. Toutefois, dans la mesure où l’immense majorité du mobilier archéologique est conditionnée en sachets imperméables ou en boîtes plastiques étanches, il est moins susceptible que d’autres collections (archives ou peintures, par exemple) de subir des dégradations majeures dès lors qu’il est évacué et séché rapidement après le sinistre.

32Le stockage de solvants et, plus largement, de produits inflammables, doit être effectué dans une armoire à solvants ventilée.

33La sécurité incendie implique en outre des servitudes en ce qui concerne l’accès aux étages par l’extérieur en prévision de l’évacuation du personnel.

Renouvellement d’air

34Des normes régissent le renouvellement d’air dans les locaux : exprimées en m3/ heure ou en volume / heure, elles diffèrent selon qu’il est prévu d’y faire séjourner du personnel de façon permanente, temporaire ou occasionnelle. Cet aspect doit faire l’objet d’attention lorsque l’on souhaite créer des microclimats dans certains espaces : il s’agit alors de négocier les plus bas taux de renouvellement d’air afin de maintenir des conditions stables à moindre coût. Cette contrainte est l’une des raisons majeures pour lesquelles on conseille d’éviter d’installer des espaces de travail dans les zones de stockage – outre les inconvénients liés aux entrées / sorties, à l’apport de vapeur d’eau humaine et au manque de confort.

Hygiène et santé

35Rappelons qu’en principe les espaces où l’on consomme ou stocke de la nourriture ou des boissons doivent être différents de ceux où l’on travaille. Dans le cas où le travail induit l’utilisation de substances chimiques ou de solvants (colles, consolidants, vernis de marquage, etc.) cette interdiction est absolue, car aliments et boissons sont susceptibles d’absorber ces substances qui seraient ensuite ingérées.

36Pour les activités archéologiques qui le justifient, des équipements spécifiques permettant d’évacuer les poussières ou les vapeurs toxiques (solvants) sont requis. Ils peuvent être installés dans le laboratoire de restauration lui-même ou dans un local annexe. Les locaux doivent également faire l’objet d’un nettoyage régulier. Il convient d’en tenir compte au moment de concevoir les locaux consacrés au matériel de ménage et le parcours de ramassage des poubelles et du tri sélectif.

Accessibilité et abords

37Les conditions d’implantation du bâtiment sont parfois favorables d’emblée à la conservation des collections. Mais tel n’est pas toujours le cas : le terrain peut se révéler exposé à des vibrations (passage de trains ou routes à faible distance), à une pollution ou à un risque d’inondation. L’exposition des façades au rayonnement solaire peut également conditionner certaines données climatiques, eu égard à l’isolation thermique et à l’étendue des surfaces vitrées.

38Selon le lieu d’implantation de la structure, des contraintes liées aux moyens d’accès au bâtiment peuvent se faire jour – en particulier des besoins en stationnement lorsque l’accès par transports en commun est difficile ou impossible. Par ailleurs, il convient de définir le degré d’accessibilité que l’on souhaite donner au bâtiment, dont découleront des aménagements spécifiques à destination du personnel et du public handicapés. Pour les bâtiments neufs, des normes sont à respecter. Dans un bâtiment existant, notamment s’il est historique, une accessibilité totale est toujours difficile à atteindre : des compromis sont donc à trouver. Selon le niveau de protection patrimoniale dont bénéficie le bâtiment, l’avis de l’architecte des Monuments historiques ou de l’architecte des Bâtiments de France est à solliciter.

Coûts d’investissement, coûts de fonctionnement

39Quelle que soit l’importance accordée à la conservation des collections archéologiques, les moyens budgétaires ne sont jamais illimités. Il semble important, pour dégager les priorités et faire des choix pertinents, de connaître le montant global envisagé pour la réalisation, ainsi que d’avoir une idée du coût des aménagements que l’on projette, en faisant appel à des collègues ayant eu des expériences dans le même contexte et en interrogeant les prestataires.

40Ces coûts doivent être estimés non seulement en fonction de l’investissement nécessaire, mais aussi en fonction des frais qu’occasionnera le fonctionnement de l’équipement. Il est important, pour que le bâtiment reste opérationnel longtemps, de peser soigneusement, dès sa conception, les implications en termes de frais de fonctionnement et d’entretien des options envisagées. Afin de déterminer en connaissance de cause les solutions présentant le plus de garanties de continuité, on devrait idéalement définir pour chaque option son coût de fonctionnement estimé, les performances qu’on en attend et les risques encourus en cas de panne. Des économies de fonctionnement ultérieures sont de bons arguments pour une dépense d’investissement. Privilégier l’isolation et l’inertie thermique dans les locaux de stockage plutôt que de miser sur des systèmes de climatisation est, par exemple, un choix qui implique sans doute un fort investissement de départ, mais qui sera, en principe, plus économe en frais de fonctionnement. Par ailleurs, proposer un partage d’équipements permet d’obtenir des appareils de meilleure qualité – même si en moins grand nombre – dont la maintenance coûtera moins cher.

7.1.1.4. Prévision de l’accroissement futur

Activités, personnel et polyvalence

41Naturellement, le programme architectural porte l’empreinte des activités, des habitudes de travail et des préférences des personnes qui travaillent dans l’institution au moment de sa conception. Pour un projet à long terme, on ne peut faire l’économie d’une réflexion sur le devenir du bâtiment lorsque les hommes et donc, peut-être, les orientations majeures auront changé. Plusieurs facteurs importants sont à prendre en compte : la permanence du service gestionnaire et sa capacité financière, l’évolution de son activité, l’accroissement des collections et du personnel chargé de les gérer. La permanence du service gestionnaire semble dès le départ une condition essentielle pour qu’un financement conséquent puisse être dégagé pour une structure de conservation archéologique digne de ce nom, mais aussi pour l’entretien du bâtiment sur le long terme.

42De nouvelles activités impliquent éventuellement un changement de configuration des espaces de travail, ainsi que l’adjonction d’équipements. Préserver l’avenir revient à prévoir des locaux en surnombre, ainsi qu’à rendre certains espaces adaptables. Le problème des surfaces de bureaux et de leur distribution, notamment, peut être résolu par l’utilisation de cloisons légères. On pourra difficilement, toutefois, déplacer des murs porteurs : aussi, un changement de fonction radical et étendu de tous les espaces n’est pas possible. Dans certains cas, la seule solution réside dans la construction d’une extension du bâtiment, dont l’emplacement, si possible, doit être prévu dès l’origine.

Prévoir l’accroissement des collections

43Pour une bonne évaluation du volume de stockage nécessaire, il faut quantifier l’existant mais aussi anticiper son évolution. Une méthode statistique simple, telle que la projection du passé dans l’avenir, constitue une première approximation. Cependant, les opérations archéologiques sont de nos jours plus nombreuses que par le passé, l’accroissement devrait donc être plus rapide. De plus, on ne peut établir de corrélation directe entre la durée d’une opération, la superficie décapée, la profondeur des fouilles et le volume de mobilier archéologique qui en provient. Enfin, dans le cas d’un « dépôt-sas », des espaces sont libérés lorsque des collections sont accueillies dans un musée ou un cce.

44Étant donnée l’incidence – que nous avons exposée (cf. supra § 3.3.) – des choix de rangement et du degré d’ouverture des collections au public sur les surfaces de stockage occupées par des collections, on ne saurait s’en tenir aux seuls volumes bruts pour évaluer un encombrement. Si le rangement par matériaux est un impératif majeur de conservation, à l’intérieur de chaque ensemble le mobilier peut être regroupé selon des logiques diverses ayant des incidences non négligeables dans la prévision et l’affectation de l’espace. Ainsi, un rangement par contexte stratigraphique est généralement plus compact qu’un rangement thématique. Une option de type « réserve visitable » occupe une place beaucoup plus importante qu’un espace limité à la fonction de stockage. Les choix dans ce domaine engagent donc l’avenir : des magasins compacts ne pourront pas – ou très difficilement – devenir une réserve visitable.

7.1.2. Passer des besoins aux espaces

45Un cahier des charges se compose généralement de documents synthétiques définissant les objectifs et le schéma fonctionnel des espaces, complétés par des fiches analytiques, espace par espace, vouées à recenser les aménagements nécessaires de façon détaillée. Enfin, y figurent des récapitulatifs par lot pour dimensionner le total des besoins par catégorie de travaux. La rédaction du cahier des charges peut être confiée à des professionnels extérieurs capables d’apporter des compétences spécialisées, tels un consultant en conservation préventive, un ingénieur ou un architecte conseil – sans oublier cependant qu’une fois le bâtiment construit ces professionnels s’en vont et ne subissent pas les conséquences des choix qu’ils ont effectués : il faut donc garder les yeux ouverts…

46Le choix des espaces nécessaires implique, quel que soit le rédacteur du cahier des charges, une réflexion sur les activités, mais aussi sur leur rythme, sur le fonctionnement de l’équipe et sur sa composition. Par exemple, dans une structure qui ne peut assurer un traitement du mobilier en flux tendu, il n’est pas très utile de prévoir une zone de stockage provisoire avant traitement distincte de la zone de stockage après traitement. La première serait rapidement saturée et/ou devrait être de dimensions quasiment égales à la deuxième, et le stockage « provisoire » deviendrait, dans la pratique, définitif. Mieux vaut, dans ce cas, concevoir d’emblée ce stockage comme du moyen terme et l’aménager en conséquence. En effet, les conditions – climatiques notamment – du court terme ne sont pas forcément compatibles avec un stockage prolongé.

7.1.2.1. Circuits opérationnels et schéma fonctionnel

Les circuits opérationnels

47Selon la façon dont les opérations se succèdent dans le fonctionnement quotidien de la structure, il se peut que les activités s’enchaînent pour constituer des parcours logiques. Pour autant que l’architecture laisse un peu de marge de manœuvre, la configuration des espaces de travail devrait permettre à ces activités de se succéder harmonieusement aussi bien dans l’espace que dans le temps.

48Les traditions de chaque équipe et leur capacité ou non à traiter le mobilier en flux tendu déterminent les activités entrant dans ce circuit et l’ordre dans lequel elles y entrent. Certaines, tel l’inventaire, peuvent intervenir à différents moments. Une fois les divers circuits définis (traitement du mobilier, mouvements, outils pédagogiques, etc.), on peut les représenter dans un diagramme avec des flèches indiquant le sens de déroulement des opérations [fig. 104].

fig. 104

Diagramme des activités liées au mobilier, au sein du SADY : différents circuits sont possibles, matérialisés par les diverses formes de flèches.

49Il est par exemple possible de déterminer, au cours du traitement du mobilier – en particulier dans le cursus qui va du chantier au stockage –, des étapes se déroulant généralement selon la même succession. Celle-ci peut être différente selon les structures mais elle est, le plus souvent, assez stable au sein d’une même structure. Ainsi peut-on rencontrer un circuit long comprenant réception du mobilier sale, stockage temporaire, lavage, tri, inventaire, étude, dessin, photographie, conditionnement, manutention, stockage ; ou bien un circuit plus limité : réception du mobilier sale, stockage temporaire, lavage, tri, inventaire, conditionnement, manutention, stockage – le parcours le plus court comprenant a minima : réception du mobilier sale, inventaire des caisses, conditionnement, manutention, stockage.

50Le principe du diagramme des circuits opérationnels est de figurer toutes les activités recensées. On y ajoute les activités qui ne rentrent pas dans des circuits bien définis et leurs liaisons logiques. On doit également s’interroger sur les liaisons avec les différents espaces de stockage du matériel nécessaire à chaque activité ou, au contraire, sur l’intégration de ceux-ci dans l’espace de travail, dont le volume devra être dimensionné pour les accueillir. Pour des raisons de conservation, cette alternative ne s’applique pas au stockage de longue durée du mobilier archéologique et de la documentation originale.

51Pour concevoir, à partir des activités, les espaces nécessaires, il faut enfin passer ce diagramme au crible des incompatibilités éventuelles entre les diverses activités.

Les incompatibilités

52Plusieurs types d’incompatibilités peuvent être identifiés et, en premier lieu, les besoins spécifiques contradictoires : activités propres et activités sales, par exemple. Parfois, les activités sont incompatibles parce que leurs acteurs ne sont pas les mêmes : certaines activités sont réservées au personnel, d’autres sont ouvertes à des chercheurs extérieurs, à des visiteurs ou au grand public. On veillera à ce que les cheminements grand public ne passent pas par des lieux où l’accès est en principe réservé au personnel et, dans certains cas, on ira jusqu’à prévoir des locaux distincts pour une même activité en fonction des publics qui les fréquentent.

53Parfois, les activités ne sont pas incompatibles et leurs acteurs disposent des mêmes autorisations d’accès, mais ils se gênent mutuellement : il s’agit là de facteurs humains. Lorsque l’on prévoit d’accueillir simultanément deux équipes de fouille, il peut paraître logique de proposer à chacune un espace séparé pour le traitement du mobilier et son étude. Lorsque l’on prévoit des espaces de travail partagés ou des bureaux de type open space, il ne faut pas sous-estimer la gêne auditive, parfois visuelle (néons ou halogène ?), ainsi que les effets en termes de confidentialité. Quelle que soit l’activité, il s’agit donc, afin de déterminer si cette activité se déroulera dans un ou plusieurs locaux, de bien réfléchir à son caractère collectif ou non, ainsi qu’aux préférences exprimées par le personnel.

Le schéma fonctionnel

54À partir du diagramme établi plus haut, on attribue aux activités des espaces différenciés prenant en compte les diverses incompatibilités, et on matérialise les liens privilégiés éventuels entre ces espaces (mcc 2008 : 19-20 ; Deyber-Persignat, Della Monica : 364). Le schéma fonctionnel ainsi obtenu permet par exemple, en coloriant les espaces en fonction des droits d’accès dont ils font l’objet, de matérialiser graphiquement les passages entre espaces publics et espaces réservés. On vérifie facilement de la sorte d’éventuelles failles dans les cheminements. Cela permet également de visualiser les aires qui bénéficient des mêmes droits, et sur quelles portes installer un contrôle d’accès, tels que lecteur de badge ou serrure.

55La démarche inverse est aussi possible : plusieurs activités compatibles entre elles, engageant les mêmes acteurs et équipements et se prêtant à un travail collectif, peuvent être rassemblées dans un même local : stockage provisoire, lavage et parfois séchage peuvent facilement cohabiter, ainsi que l’étude, le dessin et l’inventaire. C’est aussi le cas de la confection de moulages, qui nécessite des équipements comparables à ceux d’un laboratoire de restauration : ces activités peuvent aisément être associées dans un même espace.

56Les espaces représentés sur ce schéma pourront plus tard, le cas échéant, être redécoupés lors de la conception du projet, pour des raisons architecturales. Il suffira alors de vérifier que ce découpage ne perturbe pas les circuits opérationnels et qu’il est en adéquation avec les droits d’accès. Par exemple, le volume de stockage pourra être divisé en plusieurs magasins ou réserves.

7.1.2.2. Confrontation entre besoins et contraintes

57Même dans le meilleur des mondes et en disposant de moyens pléthoriques, tout n’est pas possible : des arbitrages entre besoins contradictoires sont toujours inévitables. Les interrogations se distribuent autour de deux grands thèmes : l’accès des chercheurs au mobilier, dont l’articulation avec les impératifs de la conservation ne va pas de soi, et la dynamique du travail d’équipe dans ses rapports avec l’espace, que nous aborderons ci-dessous en reprenant très largement des éléments présentés par l’auteur aux Assises de Bourges (Païn 2000).

Arbitrer entre conservation et accessibilité

58Le rôle d’une structure de conservation est bien entendu d’accueillir les chercheurs. Il est néanmoins évident que les collections sont d’autant mieux préservées qu’on y touche le moins possible. Quelle que soit la sensibilité propre à chaque archéologue en matière de conservation, l’accueil de personnes extérieures au service augmente inévitablement les risques de détérioration, de perte, d’incendie, mais aussi de vol – ce, d’autant plus que le mobilier archéologique est en « libre-service ». La manipulation des objets est toutefois nécessaire à l’étude : on ne peut totalement éliminer ces risques sous peine d’interdire, de fait, la recherche sur le mobilier.

59Par ailleurs, les normes de bonne conservation des divers matériaux – exigeant des températures et des taux d’humidité relative différents –, sont pour une bonne part incompatibles avec les conditions de confort du personnel. Il est évident que les conditions environnementales des salles d’étude des objets diffèrent inévitablement de celles des réserves, en principe mieux adaptées aux vestiges. Chaque consultation entraîne donc un changement des conditions de conservation qui, s’il peut être réduit, ne peut être totalement gommé : l’éclairage, la « chaleur humaine », la vapeur d’eau engendrée par la respiration, etc. créent nécessairement des perturbations de l’environnement.

60Les choix de classement / rangement sont parfois contraires aux conditions de conservation optimales de chaque matériau, dès lors qu’ils privilégient le voisinage stratigraphique et impliquent la cohabitation de matériaux aux besoins contradictoires dans un même espace. Cette contradiction ne peut être résolue pratiquement, en matière d’aménagement, que par la décision d’adopter une hr « moyenne », convenant à la plupart des matériaux mais pouvant se révéler néfaste pour les objets les plus fragiles. Ces situations impliquent une analyse des risques, un dialogue et une concertation en vue de trouver une solution de compromis ou dégager des priorités.

61Lors de la conception du bâtiment, tous ces aspects peuvent être pris en compte par des dispositifs permettant de lisser les différences de taux d’humidité, tels des sas, et par l’emploi de matériaux à grande inertie thermique, ou bien hygroscopiques, dans la construction. Les choix effectués n’en sont pas moins le résultat d’une estimation des priorités qui s’appuie sur une évaluation des risques et des bénéfices escomptés.

Dynamique d’équipe et habitudes de travail

Distances et consultation des collections

62Dans les cas où le travail d’étude sur place n’est pas possible, un dépôt externalisé se trouve relégué à une fonction unique de stockage, voire laissé dans un relatif abandon. La question se pose alors de sa gestion à distance. Le taux de consultation des collections s’en trouve affecté, car on s’y déplace moins. À l’inverse, dans les cas où les lieux de conservation et le service gestionnaire se trouvent réunis, la gestion est plus facile, de même que la circulation des collections et l’échange entre personnels est meilleur.

63L’aménagement des circulations a aussi une incidence majeure sur l’accès aux collections et sur leur exploitation : la présence de marches, de chicanes ou d’autres obstacles entraîne la consultation du mobilier dans les espaces de stockage ; les rayonnages trop hauts incitent à un examen de leur contenu à même l’étagère, et donc dans des conditions de confort et de sécurité peu satisfaisantes.

64Enfin, on méconnaît souvent les effets de l’aménagement des espaces sur l’organisation du travail collectif. Le fait que les espaces de conservation soient distants ou dans le même bâtiment que le service utilisateur n’est pas indifférent, car le personnel éloigné peut ressentir l’isolement, voire se constituer en équipe autonome. Dans certains cas, la localisation excentrée de certains espaces dans un même bâtiment peut suffire à susciter ce sentiment.

Spécialisation et personnalisation des espaces

65On attend logiquement de chaque espace qu’il soit aussi parfaitement adapté à sa fonction que possible et qu’il dispose des équipements les plus sophistiqués. Or, cela oblige le personnel, souvent polyvalent, à « tourner » entre ces espaces. L’option « un espace par activité » implique donc parfois, pour une même personne, plusieurs postes de travail et des déplacements dans le bâtiment, pouvant induire des pertes de temps importantes si les circulations entre ces espaces n’ont pas été correctement conçues. Le coût des équipements supplémentaires qui permettraient de rendre chaque espace de travail plus polyvalent doit donc être évalué et comparé à celui des déplacements. L’aménagement des espaces de travail doit être le résultat d’un compromis entre ces besoins contradictoires, en fonction de la composition de l’équipe, de l’incompatibilité de certaines activités ou du coût des équipements éventuellement redondants.

66Par ailleurs, le confort moral est, dans une certaine mesure, lié à la possibilité de s’approprier un lieu, d’y disposer ses affaires comme on l’entend, bref, de s’y sentir « chez soi », ce qui est contradictoire avec la mise en place de postes dédiés par activité plutôt que par personne. Enfin, si l’on veut bien considérer que le travail est de meilleure qualité lorsque le personnel est satisfait des locaux qui lui sont affectés, on doit, autant que possible, tenir compte des préférences des agents, notamment des besoins, antinomiques mais réels, d’être seul et de communiquer avec les autres. Concernant la conception des locaux, la réflexion porte surtout sur l’affectation des bureaux, individuels ou collectifs, sur leur disposition dans le bâtiment, sur le traitement phonique et sur le cloisonnement au sein des bureaux collectifs, ainsi que sur les lieux d’échange et sur leur articulation avec les espaces individuels. Alors qu’il s’agit, paradoxalement, de concevoir des locaux, la primauté des aspects humains apparaît clairement : l’aménagement idéal serait celui qui reflète le mieux l’organisation humaine.

7.1.2.3. Choix transversaux

67Du point de vue de l’utilisateur, le travail de conception du cahier des charges s’attache aux activités, aux espaces et aux liaisons qu’ils entretiennent. Toutefois, il est évident que pour un bâtiment une série de choix transversaux aura des conséquences sur chaque espace et sur le fonctionnement général de la structure. Ces choix dépendent de l’organisation de l’institution mais aussi de choix structurels effectués par les services techniques de la tutelle, en fonction de leurs propres contraintes de fonctionnement.

Chauffage et ventilation hors espaces de stockage

68Le mode de ventilation et de chauffage va influencer les valeurs de température et d’humidité relative, et leur variabilité journalière ou saisonnière. Dans la plupart des bâtiments anciens, la ventilation se résume à l’ouverture des portes et des fenêtres, et le chauffage est soit collectif soit réglable dans chaque pièce. Dans nombre de bâtiments modernes, les fenêtres restent closes tandis que la ventilation repose sur la circulation d’air, tantôt chauffé, tantôt rafraîchi. Motivés par des impératifs d’économies d’énergie, de tels systèmes sont bénéfiques à la conservation, y compris grâce à la circulation d’air filtré qui contribue à éliminer les poussières et à les empêcher de se déposer sur les objets. Les espaces y ont gagné en propreté. Cependant, l’assèchement de l’air induit par le flux de ventilation peut avoir des effets sur les collections et sur les utilisateurs. À température constante, la présence permanente d’un souffle d’air produit une sensation d’inconfort (sécheresse et froid) et peut aller jusqu’à avoir de réelles conséquences sur la santé.

69Le système de chauffage / ventilation du bâtiment induit en outre des effets sur le climat des espaces de stockage, en déterminant celui des espaces adjacents. Les relations entre les deux systèmes doivent donc être prises en compte. Il est préférable qu’ils soient disjoints, car les besoins de renouvellement d’air, les valeurs de confort et la variabilité tolérée pour le personnel ne sont pas ceux qui conviennent aux collections. Si le projet ne peut correctement établir cette dichotomie, mieux vaut sans doute exclure les espaces de stockage du circuit de ventilation forcée, et laisser l’air s’y renouveler « naturellement ».

70Le chauffage par radiateurs où circule de l’eau chaude induit, quant à lui, des risques de fuites ou d’inondation. Les radiateurs posés dans les espaces où des collections sont appelées à séjourner doivent être installés à une distance suffisante afin d’éviter le réchauffement des objets et le ramollissement des contenants et matériaux de conditionnement. Enfin, il est d’usage au sein de certaines collectivités de baisser ou de couper le chauffage dans les bâtiments durant la nuit ou les week-ends afin d’économiser l’énergie. Cette mesure induit des variations climatiques dommageables aux collections [fig. 47g].

Réseau informatique

71Par son volume de stockage de données, par sa rapidité de traitement et par son accessibilité, l’infrastructure informatique du bâtiment conditionne la qualité du travail de gestion. Deux éléments-clés de la conservation du mobilier, l’inventaire et la mesure des conditions climatiques, en dépendent. Un équipement informatique ad hoc donne la possibilité de saisir directement des informations dans l’inventaire depuis divers lieux du bâtiment par le biais d’une connexion filaire ou wifi, éventuellement complétée d’un outil de lecture de code-barres. Or, un large accès à l’inventaire, en permettant de réduire les trajets au sein du bâtiment, représente un gain de temps considérable ; il est même indispensable dans le cas où les collections sont stockées dans des réserves externalisées.

72La mesure des conditions climatiques est gérable, elle aussi, par le système informatique. Les choix effectués en matière de pilotage de sondes, d’automatisation des relevés, de report des mesures, de stockage et de restitution des données sont susceptibles de faire gagner un temps précieux au gestionnaire des collections.

Alarmes et sécurité

73Un certain nombre de paramètres de fonctionnement du bâtiment, tels que le contrôle d’accès par badge, les alarmes incendie ou intrusion, le déclenchement des caméras de surveillance, les écrans de contrôle, l’éclairage général du bâtiment et des abords, peuvent être gérés par un système dédié. Le paramétrage de ces systèmes nécessite souvent de déterminer des zones : il faut veiller à ce que ces zonages reflètent des usages communs, aussi bien en termes de personnel que d’horaires d’utilisation.

74Il est également recommandé d’éviter que le personnel soit obligé de désactiver des dispositifs de sécurité pour accomplir des tâches ordinaires. Une sécurité bien pensée doit être efficace, certes, mais aussi « transparente » que possible pour ses usagers. En effet, une protection incendie très contraignante peut, paradoxalement, mener à des conduites risquées : la désactivation volontaire des alarmes incendie trop sensibles ou se déclenchant trop souvent en est un exemple répandu, de même que le calage en position ouverte de portes coupe-feu non battantes disposées en trop grand nombre dans les circulations.

Droits et contrôle des accès

75On a vu dans le schéma fonctionnel où devaient être placées les frontières entre les différentes catégories d’utilisateurs. Ces barrières peuvent prendre différentes formes : serrures, codes et badges le plus souvent [tabl. XIV]. Les droits d’accès peuvent être individuels ou accordés à des groupes d’utilisateurs, et il est possible de garder un historique des passages si on utilise des badges ou des codes personnalisés.

tabl. XIV

Différentes options pour le contrôle d’accès aux locaux.

Type
                                                                                                                                         

implication

traçabilité

périmètre

serrure à clé
                                                                                                                                                      

Risque de perte ou de vol des clés (qui peut entraîner le remplacement des serrures avec un coût important).
Les portes peuvent rester ouvertes.

Plusieurs possibilités : — chacun dispose de la clé de tous les espaces (aucune traçabilité) ; — registre où l’on signe lorsque l’on vient prendre et déposer la clé (il faut s’astreindre à le remplir et cela nécessite qu’une ou plusieurs personnes assument la garde des clés).

Plusieurs possibilités : — les clés peuvent être toutes différentes (lourdeur et risques de paralysie en cas
d’oubli, mais système plus sûr en cas de perte),
— les clés peuvent être identiques pour un groupe d’utilisateurs ayant accès à tous les espaces concernés (moins lourd mais plus pénalisant en cas de perte).

serrure à code
                                                                                                                                                      

Les portes doivent rester fermées entre deux passages.
On peut communiquer un code : on ne sait pas de façon certaine qui est entré.
S’il y a un contrôle en sortie et qu’on a oublié son code, on reste enfermé.
En cas de problème, le code peut être désactivé ou changé.
L’alarme incendie déverrouille automatiquement tous les accès en sortie.

S’il y a un code par serrure ou par groupe d’utilisateurs : aucune traçabilité.
S’il y a un code par utilisateur : — aucune traçabilité (serrure sans report sur une gestion centralisée), — traçabilité en entrée et/ou en sortie (serrure avec report sur une gestion centralisée).

Plusieurs possibilités : — un code par serrure, — un code par utilisateur, — un code par groupe d’utilisateurs.

Badge
                                                                                                                                       

Les portes doivent rester fermées entre deux passages.
S’il y a un contrôle en sortie et qu’on a perdu son badge, on reste enfermé.
En cas de perte ou vol, le badge peut être désactivé.
L’alarme incendie déverrouille automatiquement tous les accès en sortie.

Plusieurs possibilités : — aucune traçabilité (lecteur sans report), — traçabilité en entrée (lecteur avec report), — traçabilité en entrée et sortie (nécessite deux lecteurs).

L’accès à chaque porte contrôlée par un lecteur de badge peut être accordé ou refusé lors du paramétrage du badge.

76En fonction de l’évaluation des risques, de l’homogénéité des autorisations d’accès octroyées au personnel et du degré de prudence des décideurs, en fonction du niveau de privacité souhaité ou du niveau de confidentialité des dossiers, on peut choisir parmi ces systèmes ou les associer. Dès lors qu’il est jugé trop contraignant, un système hyper-sécurisé court le risque d’être neutralisé par ses propres utilisateurs – en complète contradiction avec l’objectif qui lui est assigné. Si, par exemple, une personne est contrainte de se déplacer fréquemment pour ouvrir une porte ou pour extraire une clé de son armoire réservée, il faut s’attendre à ce que, pour ne pas être dérangée à chaque instant, elle décide très rapidement de laisser la porte ouverte ou de confier la clé à qui en a besoin (et en aura donc dès lors un usage incontrôlé).

7.1.3. Caractériser les espaces

77Notre propos est bien d’axer la réflexion sur les espaces indispensables pour la gestion du mobilier, mais lorsqu’on rédige le cahier des charges d’un bâtiment on ne peut le faire à moitié, sous peine d’incohérence dans l’organisation spatiale. Aussi, nous aborderons de façon détaillée les espaces particulièrement concernés par la gestion du mobilier, mais aussi ceux qui participent de la vie de la structure sans être spécifiquement liés au mobilier. Il faut s’interroger, espace par espace, sur les aménagements et sur les paramètres nécessaires à leur dimensionnement, étant entendu que chaque situation spécifique a ses particularités et qu’il ne peut y avoir de « cahier des charges type » utilisable en toutes occasions. Un inventaire plutôt complet des espaces possibles est présenté dans l’ouvrage Le Dépôt archéologique. Conservation et gestion pour un projet scientifique et culturel (Deyber-Persignat, Della Monica 2000), qui les recense de façon détaillée, mais les choix peuvent être assez diversifiés (Rodrigues 2000 ; Defois 2000 ; Mordant 2000 ; Bouiron, Boissesson 2000 ; Chardron-Picault 2000 ; Didelot 2002 : 50-51 ; Didelot 2010).

78Les moyens techniques possibles pour atteindre les objectifs et répondre aux besoins sont en principe du ressort de l’architecte, mais il n’est pas inutile de connaître à l’avance les solutions existantes pour chaque problème, de façon, notamment, à « fixer le curseur » en termes de coûts d’investissement mais aussi à en évaluer les conséquences en termes de gestion et de coûts de fonctionnement.

7.1.3.1. Typologie(s) des espaces

79Pour aborder de façon plus concrète et systématique la rédaction du cahier des charges, il s’agit de passer des activités aux espaces, sur la base du schéma fonctionnel. La catégorisation des espaces proposée par Dominique Deyber-Persignat (2000) comporte quatre types : local de stockage, aire de travail archéologique, aire de travail non archéologique (ni mobilier ni documentation), et aire pédagogique ou de valorisation. Bertrand Defois (2000) ne distingue pas bureaux et espaces de travail archéologique, mais y ajoute la « base de vie ». D’autres auteurs évoquent le trio « traitement du mobilier », « stockage » et « études » (Bouiron, Boissesson 2000), auquel, sous une autre forme, fait écho la distinction entre travail sur mobilier « sale », travail sur mobilier « propre » et stockage (Didelot 2002). Le document méthodologique sur les cce ne différencie pas moins de huit espaces fonctionnels : arrivée et départ des mobiliers (comprenant éventuellement régie et quarantaine), conservation des mobiliers archéologiques, traitement des mobiliers, étude des mobiliers, archivage et documentation, stockage du matériel, vie du personnel, analyse des mobiliers et médiation culturelle (mcc 2008 : 21). L’Aide-mémoire technique en compte cinq : conservation pérenne des archives de fouille, étude des collections, traitement des collections post-fouille, analyses et interventions sur le mobilier et accueil du public (Didelot 2010 : 5-7). Claude Héron (2010 : 80-85) en qualifie onze : arrivée et départ du mobilier, conservation, traitement et étude du mobilier, conservation et travail sur la documentation, prise de vues, administration, accueil du public, stockage et entretien du matériel, et vie du personnel.

80Une analyse de ces typologies fait apparaître l’oubli quasi-systématique de certains espaces : circulations, espaces de vie et de convivialité et espaces de stockage autres que ceux consacrés au mobilier et à la documentation. Nous nous permettrons donc d’en proposer une nouvelle, fondée sur les activités principales exercées dans chacun d’entre eux, et qui nous semble de la sorte mieux prendre en compte tous les aspects de la question : espaces de travail, espaces de stockage, vie courante et convivialité, espaces de médiation et circulations.

7.1.3.2. Espaces de travail

81On ne peut raisonnablement exiger dans une salle de travail un strict respect des mêmes normes climatiques que dans un espace de stockage, du fait des différentes activités qui s’y déroulent, de la présence de personnel et de ses besoins propres. Il faut donc veiller à tenir compte de ces contraintes, à éloigner les activités incompatibles, ainsi qu’à créer des microclimats pour les objets sensibles que l’on étudie dans ces espaces. On a tout intérêt à bénéficier d’une bonne lumière naturelle et, de façon générale, à veiller au confort des utilisateurs, car l’inconfort produit de l’agacement, et l’agacement entraîne l’impatience, source de dommages pour les collections.

82Les espaces destinés au premier traitement sont des locaux essentiels pour toutes les structures qui accueillent du mobilier de fouilles en provenance directe du chantier [fig. 105]. Les salles de travail ou d’étude le sont également. En revanche, bien que l’on soit amené à inventorier, conditionner et emballer des objets dans la plupart des structures, on ne pense pas toujours à distinguer spécifiquement une aire d’enregistrement et une aire de conditionnement – en outre, les espaces de consultation de la documentation sont souvent oubliés.

fig. 105

Salle de premiers traitements du SADY :
à gauche : des placards où sont rangés les matériaux de conditionnement (sachets, étiquettes) ;
au fond : l’espace de lavage, qui bénéficie d’une bonne lumière naturelle ;
à droite : l’évier, avec une douchette permettant le tamisage ou le lavage au jet ;
au premier plan à droite : les chariots de séchage.

© P. Laforest, SADY.

Espaces de travail directement liés au mobilier

83Les espaces de travail se déclinent en espaces destinés au traitement et à la gestion physique du mobilier (réception, nettoyage, inventaire, tri et conditionnement, laboratoire de restauration [fig. 106], etc.) et espaces destinés à son étude et à sa documentation (laboratoire photo ou de prise de vue, salle de dessin, salles d’étude, parfois bureaux, etc.). Certains d’entre eux pourront être associés dans un même local.

84De façon générale, les paramètres de conception de ces espaces sont liés au nombre de personnes appelées à y travailler simultanément, quantifiés en surface attribuée aux postes de travail et en nombre de prises électriques, téléphoniques et informatiques. Le volume de mobilier devant être traité simultanément doit être pris en compte pour la surface attribuée au stockage provisoire, au séchage et au tri, de même que doivent être considérées les incompatibilités entre activités et les aménagements spécifiques nécessaires : éclairage, ventilation, postes de lavage, de tamisage.

fig. 106

Laboratoire de restauration du SADY.
Au premier plan au centre : des prélèvements en motte en attente de traitement.
À droite : on aperçoit des céramiques restaurées, puis des équipements mobiles de sécurité : bras pour l’aspiration des vapeurs de solvants (gris foncé) et des poussières (blanc), autour du poste de travail à la loupe binoculaire. Plus loin, à côté de la cabine pour le traitement des métaux, se trouvent la microsableuse et l’étuve.
Au fond : des espaces pour les activités nécessitant plus particulièrement la lumière naturelle.

© P. Laforest, SADY.

Un exemple d’espace à équipements spécifiques : le laboratoire de restauration
Un laboratoire de restauration généraliste nécessite des outils spécifiques (microsableuse, aérographe, binoculaire, microtour), des fluides destinés à leur fonctionnement ou aux traitements (eau déminéralisée, air comprimé) et des équipements de sécurité (aspiration des poussières, aspiration des vapeurs toxiques, stockage de produits dangereux et inflammables). Les traitements par bains requièrent des bacs ou des cuves qu’il faudra vider et remplir, soulevant des problématiques de manutention comparables à celles du stockage des bois gorgés d’eau. Certains produits chimiques nécessitent une dilution ou une neutralisation avant de pouvoir être évacués, ce qui implique l’installation d’un bac de dilution intermédiaire. D’autre part, s’agissant de mises en teinte, notamment pour la restauration de céramiques, il faut de la lumière naturelle ou, à défaut, des lampes « lumière du jour ». Enfin, dans le cas où les fiches de restauration, sont saisies directement, il faut un ordinateur dans le laboratoire même.

Autres espaces de travail

85Certains espaces de travail ne reçoivent pas de mobilier mais sont nécessaires au fonctionnement de la structure : bureaux, ateliers techniques, espaces de consultation de la documentation ou bibliothèque. Leur caractérisation dépend essentiellement du nombre d’utilisateurs habituels, du nombre de postes de travail ou de consultation qu’ils doivent accueillir, ainsi que des besoins de connexion informatique et, pour les ateliers, des éventuels aménagements spécifiques.

7.1.3.3. Espaces de stockage des collections

Les paramètres de conception des espaces

86Cette catégorie regroupe les espaces consacrés à la conservation des collections, y compris d’éventuels stockages provisoires (matériel entrant non traité, matériel en cours d’étude) et un stockage définitif (matériel traité et inventorié), ainsi que des espaces destinés à la conservation de la documentation textuelle, graphique et photographique.

87Les paramètres de conception de ces espaces sont liés essentiellement au volume maximum des collections devant y être stockées, mais aussi au poids maximum des collections, exprimé en kg/m2, qui permet de déterminer la charge au sol. Volume et poids maximum comprennent le volume et le poids des rayonnages en sus du mobilier, en supposant l’espace de stockage plein – non pas selon l’état présent ou une prévision d’accroissement. Pour une conception adaptée, il faut, à ce stade, avoir fait un choix entre rayonnages mobiles ou fixes, qui détermine largement les autres facteurs ou, si l’on hésite, concevoir l’espace pour un stockage le plus compact possible, de façon à ne pas sous-estimer la charge au sol.

88Pour calculer la charge au sol du mobilier rangé en caisses, on considère le poids unitaire maximal d’une caisse, c’est-à-dire le poids d’une caisse pleine du matériau le plus lourd que l’on pourrait ranger dedans. On le multiplie par le nombre de caisses nécessaires pour remplir un ou plusieurs modules de rangement dont la surface au sol cumulée est d’1 m2. On y ajoute enfin le poids du rayonnage plus une marge de sécurité. Pour donner un ordre d’idées, une charge au sol de 1700 kg/m2 a été fixée pour les magasins de stockage du sady, aménagés en rayonnages mobiles de 2 m de hauteur. Elle correspond également à celle des magasins d’archives du bâtiment.

Stockage du mobilier

89On prend en compte les modes de conditionnement (palettes, caisses, etc.) et les dimensions de chaque standard, les aménagements (rayonnages, rails pour rayonnages mobiles, etc.) et les circulations (dimensions et nombre) qu’ils impliquent. Enfin, on s’attache au climat à établir (température, humidité, variabilité acceptée). Si l’on veut réduire le volume consacré aux matériaux à contraintes hygrométriques fortes, il est possible de déterminer des petits espaces pour les matériaux sensibles (T = 20 ± 2 °C, hr =35 ± 5 % pour les métaux ; T = 18 ± 2°C, hr = 55 ± 5 % pour les matériaux organiques) et une norme moins contraignante pour les autres matériaux (T = 18 ± 2 °C, hr = 50 ± 10 %). Si l’on veut minimiser le nombre de consignes différentes, on peut en retenir deux : T = 18 ± 2 °C, hr = 55 ± 5 % pour un espace convenant à la plupart des matériaux sauf les métaux, et T = 20 ± 2 °C, hr = 35 ± 5 % pour les métaux.

90Pour la bonne conservation des collections, il faut également veiller à ce que le rangement sur les étagères soit aisé, de façon à éviter les chutes – aussi bien du mobilier archéologique que des personnels chargés de la manutention. La question de la hauteur maximale des étagères mérite d’être posée car l’utilisation d’escabeaux présente toujours des risques plus importants que la manutention au sol. De même faut-il veiller à ce que les caisses ne soient pas trop serrées dans les étagères : on doit préserver une marge permettant leur manipulation car chaque fois qu’on force pour les sortir et les replacer, on apporte des vibrations préjudiciables à tout le module de stockage – et on expose le mobilier à des risques de chute.

Stockage de la documentation

91En matière de préservation de la documentation, les problèmes de conservation du papier mais aussi des supports photographiques se posent depuis longtemps. Des solutions spécifiques ont été développées, qu’il s’agisse de mesures de conservation préventive des originaux ou de consultation via des images numérisées, limitant la manipulation et l’exposition à la lumière des originaux. Le stockage des supports papier en général s’accommode de niveaux d’humidité et de température moyens (T = 18 ± 2 °C, hr = 50 à 55 ± 5 %). Pour les photographies, tout dépend du support et de la nature chimique du film sensible (Lavédrine et al. 2000). Tous ces supports sont sensibles à la lumière, dont les effets sont cumulatifs. Sur ces questions, on peut se reporter à l’abondante bibliographie existante dans le domaine des archives et des bibliothèques, ou consulter les services d’archives.

Le climat dans les espaces de stockage du mobilier

92Les espaces de stockage définitif doivent bénéficier de conditions climatiques adaptées aux matériaux – conditions stables et régulées si nécessaire (Didelot 2010). Cet environnement doit être exempt de poussière et, en dehors des moments d’utilisation, préservé de la lumière, en particulier de la lumière naturelle car les surfaces vitrées réduisent l’inertie thermique.

93Pour respecter ces conditions, on conseille logiquement de ne consacrer les espaces de stockage qu’au rangement des collections et de proscrire l’installation d’espaces de travail en leur sein. D’autre part, compte tenu des besoins spécifiques du stockage, telle la charge au sol, la neutralisation d’une partie du volume par l’installation d’espaces de travail est anti-économique. Enfin, on n’y travaille pas dans de bonnes conditions. Idéalement, on ne devrait séjourner dans les espaces de stockage que pour ranger et venir chercher du mobilier et, à l’extrême limite, pour trier des objets dans des boîtes si on doit vraiment « piocher » dans beaucoup de boîtes et que l’on sait ce que l’on cherche – dans le cas contraire, mieux vaut déplacer toutes les boîtes et travailler au calme dans des lieux aménagés pour cela.

94Compte tenu de l’importance du sujet, même si on est en droit d’attendre des entreprises spécialisées qu’elles conçoivent les dispositifs nécessaires pour remplir les objectifs fixés par le cahier des charges, il n’est pas inutile d’anticiper la question en se penchant sur les différentes possibilités techniques existantes.

Problématiques climatiques

95Avant d’en détailler les dispositifs possibles, tentons de définir ce qu’est la maîtrise de l’environnement. Maîtriser (ou réguler) des conditions climatiques signifie que l’on est en mesure d’agir sur la température et sur l’humidité pour les amener et les maintenir aux valeurs jugées nécessaires. Cela implique d’une part un dispositif de mesure de ces conditions, d’autre part la possibilité de les modifier. Il convient de se méfier du terme « contrôle », particulièrement ambigu, et, lorsqu’il est employé, de se faire préciser son sens exact : s’agit-il de mesure ou de régulation ?

96Bien entendu, les plages de température et d’humidité relative visées, auxquelles il faut ajouter la tolérance admise, appellent des dispositifs différents. La difficulté à atteindre ces objectifs est largement proportionnelle à leur éloignement par rapport aux conditions régnant spontanément dans un espace donné. Dans le cas d’un bâtiment existant, ces dernières peuvent être connues, contrairement aux projets de construction neuve [fig. 47].

97On rencontre généralement trois situations différentes : une plage d’humidité dont la moyenne correspond globalement aux conditions moyennes souhaitées, qu’il s’agit de lisser, une plage climatique globalement plus humide, qu’il faut déshumidifier et stabiliser, ou bien une plage climatique globalement plus sèche, qu’il faut humidifier et stabiliser.

98Nos catégories sont basées sur l’humidité et non sur la température : en effet, au sein d’une plage moyenne relativement large et facile à obtenir (15 à 25 °C), la température par elle-même n’agit pas sur la conservation du mobilier archéologique et n’a d’incidence que dans la mesure où elle agit sur l’humidité relative. D’autre part, il est relativement facile de réguler la température seule, mais dès lors que l’on veut réguler en même temps l’humidité et la température, les dispositifs à mettre en œuvre sont beaucoup plus complexes. Plusieurs facteurs jouent sur la réussite des systèmes :

  • L’étanchéité : pour traiter l’air, il est fortement recommandé de faire en sorte que celui-ci ne puisse s’échapper du local et soit renouvelé le moins possible. Tout renouvellement implique un retraitement, et donc un fonctionnement accru des appareils de régulation.

  • L’inertie thermique, qui a pour objectif principal d’empêcher les variations de température extérieures de se répercuter à l’intérieur du local, ou d’amenuiser leur impact.

  • L’homogénéité des conditions : dans un espace fermé, l’air n’étant pas toujours naturellement brassé de façon suffisante, des microclimats peuvent se créer. Or, la régulation s’appuie sur des mesures ponctuelles : selon le lieu où sont implantées les sondes, les valeurs peuvent ne pas être représentatives de l’ensemble du local (Guillemard 1990 : 384).

Régulation passive / active

99La régulation du climat passe par des actions susceptibles de générer des effets secondaires. Mieux vaut connaître ceux-ci afin d’éviter des erreurs potentiellement catastrophiques et difficiles à corriger. Il y a, ainsi, deux façons de maîtriser le climat (non exclusives, d’ailleurs), qu’il faut distinguer essentiellement par leurs conséquences.

100La première façon de maîtriser le climat est parfois appelée « passive » car qu’elle n’a pas, en elle-même, d’incidence sur le climat. C’est le cas des aménagements nécessaires à l’inertie thermique ou à l’étanchéité, du conditionnement avec du gel de silice, qui n’ont pas d’effet propre : ils ne produisent ni chaleur ni humidité (cf. supra § 3.1.2.1.). La seconde façon de maîtriser le climat est dite « active » en ce sens qu’elle est susceptible d’avoir une influence sur lui. Par exemple, les appareils électriques installés à l’intérieur des locaux produisent de la chaleur : en faisant grimper le thermomètre, ils réduisent l’humidité relative

101Il est essentiel, dans la conception d’un système de régulation du climat, de tenir compte des effets induits par l’appareillage dans le calcul des performances, ainsi que des éventuelles interactions avec les facteurs passifs. Imaginons, par exemple, un petit local destiné au stockage des métaux, que l’on souhaite conditionner à 18 ± 2 °C et à 30 ± 5 % d’hr. En équipant le local d’un déshumidificateur, on obtiendrait sans doute la valeur espérée d’humidité relative : toutefois, si l’inertie thermique du local était grande, la chaleur produite par l’appareil ne pourrait s’évacuer et la température du local augmenterait progressivement. Si, de surcroît, l’étanchéité était moyenne et que le renouvellement d’air était important, l’appareil fonctionnerait en permanence, générant d’autant plus de chaleur : on pourrait ainsi atteindre 30 % de hr, mais aussi une température de 30 °C, ce qui serait gênant pour certaines résines utilisées en conservation, et favoriserait la condensation sur un objet froid. Cet exemple montre qu’il ne suffit pas de penser qu’en mettant un déshumidificateur, le problème est réglé : tous les facteurs doivent être analysés. Dans ce cas, il aurait fallu soit travailler sur l’étanchéité, pour l’augmenter, soit sur l’inertie thermique, pour la réduire, en tenant compte également des effets de cette transmission de chaleur vers les locaux adjacents.

102Une dernière question qui mérite examen est celle des conséquences d’une défaillance du système, quel qu’il soit, sur la conservation des collections. Les effets d’une défaillance des systèmes passifs sont généralement lents, progressifs et, sauf exception, conduisent à des conditions de conservation qui, sans être celles souhaitées, sont rarement pires que celles qui auraient régné spontanément en l’absence du dispositif. Par exemple, un défaut d’étanchéité ou une baisse de l’inertie thermique ont des effets moins graves que leur totale absence ; une boîte conditionnée avec du gel de silice sec, même lorsque celui-ci n’est pas renouvelé aussi fréquemment que nécessaire, aura toujours un climat plus stable et rarement plus humide que la moyenne des conditions extérieures. À l’inverse, les effets d’une défaillance d’un système actif peuvent être extrêmement rapides, brutaux et conduire à des situations pires que celles qui auraient prévalu en leur absence (Guillemard 1990 : 379-380).

Dispositifs de régulation du climat

103Quels sont, du plus modeste au plus ambitieux, les divers moyens de réguler le climat ?

  • Conditionnement passif de petits volumes. On a vu qu’il est possible, à l’aide de gel de silice ou d’autres matériaux tampon, de conditionner des boîtes de stockage soit en atmosphère sèche, soit en atmosphère humide, avec un préconditionnement du gel de silice aux valeurs nécessaires (cf. supra § 3.1.2.1.). L’inconvénient d’un tel système est la nécessité de régénérer le gel de silice ou de le reconditionner, qui oblige à des manipulations fastidieuses (en particulier l’ouverture des boîtes). Dans la mesure où la régénération du gel de silice prend un certain temps et où le volume du four est limité, on doit par ailleurs constituer un stock de gel de silice.

  • Conditionnement passif de très petits locaux. Moyennant une très bonne étanchéité et une très bonne inertie thermique, et à condition de bénéficier d’un brassage de l’air suffisant pour assurer l’homogénéité des conditions, on peut envisager un conditionnement du climat dans le local par un matériau tampon. Cela implique néanmoins de disposer d’un stock de gel de silice assez important pour le remplacer en intégralité. Il en faut au moins 20 kg/m3 pour que le rythme de remplacement ne rende pas l’opération déraisonnable (Guillemard 1990 : 388).

  • Conditionnement actif de petits locaux. On peut envisager l’utilisation d’humidificateurs ou de déshumidificateurs dans les locaux de stockage. L’étanchéité doit pour cela être suffisamment bonne pour que, une fois les conditions obtenues, elles n’évoluent pas spontanément en l’absence de sollicitations – ce qui permet également aux appareils de « se reposer » et réduit l’apport de chaleur.

  • Conditionnement actif de grands locaux (ou de l’ensemble des locaux). Les appareils cités plus haut ont, bien entendu, une efficacité limitée et peuvent difficilement être utilisés pour des volumes très vastes. La seule solution globale pour la climatisation de vastes espaces – qui est également la plus la plus coûteuse, y compris en maintenance – est l’installation de l’air conditionné.

L’aménagement des unités de rangement

104Réfléchir sur les différents types de modules de rangement suppose que l’on ait préalablement décidé le niveau de densité et le degré d’accessibilité visés. Des stockages sont plus denses que d’autres, et ont des conséquences plus ou moins lourdes sur la facilité d’accès aux objets. Il convient d’évaluer ces conséquences en fonction des habitudes de travail et de la fréquentation des lieux de stockage [fig. 107].

fig. 107

Dépôt archéologique du SADY.
En haut sur la gauche : une zone équipée en rayonnages mobiles pour les vestiges conditionnés en caisses.
Sur la droite : une aire pour les grands formats et le lapidaire.
Au fond : on aperçoit, entre les deux, la porte du local de stockage des objets métalliques, dont l’hygrométrie est plus basse, ainsi que des étagères fixes permettant de ranger les verreries sensibles aux vibrations.
En bas : aire du magasin de stockage équipée en étagères fixes accueillant les céramiques restaurées.

© P. Laforest, SADY.

  • Le stockage sur étagères fixes dont la profondeur est égale à celle des contenants. Toutes les caisses sont accessibles simultanément à tous les utilisateurs, mais elles impliquent une surface dédiée aux circulations qui avoisine celle consacrée au stockage [fig. 108a]. Répartir ce stockage sur une grande hauteur en restreint l’accessibilité – outre que cela génère des problèmes de sécurité inhérents à l’usage d’escabeaux ou d’échelles.

  • Le stockage sur rayonnages mobiles. Toutes les caisses sont accessibles mais pas simultanément. Ce système permet de réduire jusqu’à environ 40 % la surface dédiée aux circulations, et d’augmenter d’autant le volume consacré au stockage [fig. 108b]. Cette solution est intéressante lorsque le flux de visiteurs et de consultations est restreint. Elle impose des contraintes en matière de charge au sol et de planéité du plancher, indispensables pour la pose des rails et le bon déplacement des modules. Répartir ce stockage sur une grande hauteur en restreint l’accessibilité – outre que cela génère des problèmes de sécurité inhérents à l’usage d’escabeaux ou d’échelles. On peut choisir, dans un premier temps, d’implanter un stockage sur étagères fixes, et réserver la possibilité de les mettre sur rails plus tard : il faut pour cela choisir un fournisseur capable de mettre en œuvre les deux configurations et, le cas échéant, aménager le sol de façon à pouvoir installer les rails dès le départ.

  • Le stockage dense sur palettes de piles de caisses gerbées. Toutes les caisses ne sont pas accessibles directement, et leur récupération oblige à des manipulations. Ce système impose des contraintes en matière de charge au sol et de dimensionnement des circulations, car il faut prendre en compte le débattement du transpalette ou du gerbeur. Dans le cas où les palettes sont stockées en hauteur, on doit attacher les caisses ou les filmer pour éviter les chutes lors des manœuvres de levage. La manipulation des caisses en hauteur étant impossible, on est contraint de descendre toute la palette pour consulter le contenu d’une caisse. Dans le cas où les palettes sont stockées au sol, il n’est pas évident que la densité du stockage soit optimale, compte tenu des circulations à aménager. Ce mode de stockage n’a réellement de sens que pour les structures de conservation où le rythme de départs et d’arrivées est assez rapide, et où le mobilier est peu consulté après sa mise sur palettes.

fig. 108

Deux hypothèses d’aménagement d’un magasin de stockage de 200 m2 équipé environ pour moitié d’étagères de 40 cm et d’étagères de 50 cm de profondeur :
a. rayonnages fixes (157 modules de rayonnages) ;
b. étagères mobiles (269 modules de rayonnage).
La différence en termes de capacité de stockage est importante.

105Dans tous les cas, les rayonnages et palettiers choisis doivent être adaptés aux types de contenants standard utilisés par la structure. Pour évaluer la charge au sol nécessaire – qui peut s’avérer assez importante –, on doit tenir compte du poids à vide des contenants, en sus du poids du mobilier à stocker.

Facteurs économiques et optimisation des volumes de stockage

106Bien entendu, l’achat de rayonnages et de contenants doit tenir compte des impératifs économiques, entendus au sens large, autrement doit tenir non seulement compte des coûts à l’achat, mais aussi de la durée d’amortissement, de la durabilité et du temps de travail du personnel. Il existe des matériels cinq fois moins chers que d’autres dont la durabilité est cinq fois moins grande : la comparaison paraît équilibrée, mais la perte de temps occasionnée par le surcroît de manutention doit aussi être prise en considération.

107Le choix des étagères mobiles, comme on l’a vu, est un facteur d’économie. On peut encore optimiser l’utilisation des espaces de stockage (15 à 20 %) par le choix de bons couples caisse / étagère [fig. 109]. Lorsque le projet part de zéro en termes de mobilier, ou lorsque les collections doivent de toute façon être reconditionnées, on peut déterminer les couples caisse / étagère avec plus de liberté. Si on a déjà des collections en caisses dont les standards sont différents à de ceux qui ont été sélectionnés pour l’avenir, des choix seront à faire, en fonction de leur nombre, pour envisager la meilleure solution à adopter (cf. supra § 3.3.2.).

fig. 109

Étagères mobiles dans un magasin de conservation du SADY : les caisses de mobilier sont disposées sur les rayonnages, pour lesquels on a tenté d’optimiser l’occupation de l’espace de stockage en fonction de la taille des caisses.

© P. Laforest, SADY.

7.1.3.4. Autres espaces de stockage

Autres espaces de stockage liés au mobilier

108Dans la plupart des institutions, on sous-estime les espaces consacrés au stockage du matériel de conditionnement et d’emballage, ainsi qu’aux matériels de manutention. S’ensuit généralement un envahissement par ces éléments d’espaces qui ne leur sont pas destinés – parfois au risque d’encombrer les circulations, ce qui est contraire à toutes les obligations de sécurité, à celles sur l’incendie en particulier. Mieux vaut donc prévoir où seront rangés les chariots de manutention, les caisses de transport, les matériaux d’emballage, les mousses destinées à la confection de supports, etc. Pour ce qui est des caisses neuves, si l’on souhaite bénéficier de tarifs dégressifs pour l’achat et le transport, on les achète en quantités importantes : il faut alors prévoir la place pour les stocker.

109Le dimensionnement de ces espaces est directement lié au rythme d’entrée des collections, au volume annuel des collections à conditionner, au volume des prêts et des emprunts, et au fait que les collections arrivent ou non dans des caisses déjà standardisées ou bien dans des contenants différents, utilisés uniquement sur le terrain, qu’il faudra stocker également.

Divers espaces de stockage hors collections

110D’autres stockages ne concernant pas le mobilier peuvent exister dans la structure, voués au matériel de fouilles [fig. 110], aux outils pédagogiques, aux ustensiles et produits de ménage, au matériel de bureau, aux archives administratives, à la documentation pédagogique, etc. Nous ne les détaillerons pas mais ils doivent être prévus également : à défaut, le matériel concerné finit inévitablement par envahir d’autres espaces, au détriment du mobilier archéologique et de la sécurité.

111Les paramètres de leur conception et les rapprochements physiques et fonctionnels avec d’autres locaux sont liés au volume de ce qui doit y être stocké, à l’utilisation de chariots ou de matériel de manutention nécessitant des espaces de débattement, à la fréquence des entrées et sorties, et à la distance entre lieux de stockage et lieux d’utilisation et de chargement.

fig. 110

Salle de rangement de l’outillage de fouille au SADY. Le gerbeur permet de manipuler les palettes à ranger en hauteur.

© P. Laforest, SADY.

7.1.3.5. Espaces de « vie »

112Dans la plupart des lieux de travail – outre les sanitaires et les douches – des espaces destinés à la vie de l’équipe tels que vestiaires, coin repas et/ou coin café sont indispensables. Mieux vaut leur attribuer une place déterminée que de les voir s’installer dans des lieux peu faits pour cela – ou même dangereux pour la santé.

113Les paramètres de conception de ces espaces sont liés essentiellement au nombre total de personnes qui doivent les utiliser et au nombre de personnes devant les utiliser de façon simultanée (dimensions et nombre de places, taille des réfrigérateurs), au fait que les utilisateurs soient des visiteurs ou des membres du personnel, à la qualité du partage (collectivisation ou privatisation des espaces de stockage de vêtements ou de nourriture), aux habitudes alimentaires (micro-ondes, four traditionnel, cuisine équipée, café, thé…).

114En ce qui concerne les sanitaires, mieux vaut veiller à leur proximité avec les espaces de travail les plus utilisés. S’agissant d’activités salissantes, il est clair que si les espaces dédiés à celles-ci ne comportent pas d’éviers ou lavabos, ceux des sanitaires seront utilisés au-delà de leur fonction première.

7.1.3.6. Espaces de médiation

Espaces de médiation liés au mobilier

115Les espaces de médiation dépendent étroitement de la façon dont cette activité est conçue dans la structure et de ses possibilités matérielles d’accueil et d’encadrement. On distingue en premier lieu les espaces d’où le mobilier est absent et les espaces dévolus à la présentation ou à la manipulation du mobilier. Bien évidemment, dès qu’il s’agit de présenter du mobilier, il faut que les conditions de conservation soient adaptées aux matériaux concernés – à moins que les durées d’exposition soient extrêmement courtes. Les espaces accueillant du mobilier sont donc de deux types : espaces de présentation ou espaces d’activités, donc de manipulation de vestiges.

116Pour ce qui est des salles d’exposition ou des vitrines placées dans des espaces publics, on doit particulièrement veiller à tous les risques inhérents à la présentation (cf. supra 3.1.2.3., infra § 9.3.). Leur dimensionnement et les paramètres de leur conception dépendent des types de présentation pressentis (durée, volume, ambitions), du nombre de visiteurs simultanés prévus, du public visé (groupes, scolaires en particulier), des moyens de surveillance et des horaires d’ouverture envisagés, en particulier si ceux-ci se situent hors des heures d’ouvertures normales de la structure.

117Pour ce qui est des espaces d’activités (ateliers, manipulation d’objets), les paramètres de conception sont liés essentiellement à la nature des activités, à leur rythme et fréquence, au caractère « propre » ou « sale » des activités, à la nécessité de se laver les mains ou de nettoyer le local après, à l’âge du public, au nombre de personnes constituant un groupe et au nombre de groupes accueillis simultanément.

Autres espaces de médiation

118D’autres espaces de médiation peuvent être aménagés dans une structure, qui ne mettent pas en cause les collections mais permettent une médiation en direction des différents publics. Il s’agit des bibliothèques et autres salles de documentation – où consulter ouvrages, documents et, le cas échéant, bases de données et/ ou documents numériques –, ou bien des salles de conférences et auditoriums, d’un usage moins constant.

Centre de documentation

119Pour ce qui concerne les documents, les paramètres liés à la conception d’un tel espace sont : le volume des documents papier ou des supports numériques mis à disposition, les moyens de communication envisagés pour les documents qui ne sont pas en accès libre, l’infrastructure documentaire permettant la gestion de la communication des ouvrages. Pour ce qui est de l’accueil du public, les paramètres sont : la possibilité pour les lecteurs de photocopier, télécharger ou numériser des documents, le caractère payant, gratuit, contrôlé ou autogéré de cette prestation, le nombre de places de lecteur occupées en même temps, le nombre d’appareils permettant la consultation de supports numériques, le mode de surveillance envisagé et le personnel nécessaire, ainsi que la façon dont cette tâche est partagée entre les membres de l’équipe (personnel dédié ou chacun son tour) et les horaires d’ouverture envisagés, en particulier lorsque ceux-ci se situent hors des heures d’ouvertures normales de la structure.

Auditorium

120La présence d’une salle de conférence permettant d’organiser colloques, conférences, journées d’études ou autres manifestations de ce type dépend du dynamisme scientifique de la structure et de la possibilité de partager cet équipement avec d’autres usagers, car il est assez rare qu’une seule institution puisse le « rentabiliser » sur l’année.

121La conception d’un tel espace est liée à plusieurs paramètres, parmi lesquels le nombre maximum de personnes pouvant y être accueillies. Cela permet de dimensionner non seulement la salle, mais aussi les vestiaires et les sanitaires supplémentaires nécessaires, ainsi que le nombre de sorties de secours. Il importe de réfléchir à la nécessité ou à l’opportunité de rendre l’espace modulable (par exemple, à la possibilité de couper l’espace en deux salles plus petites pouvant accueillir deux manifestations différentes) ; de prendre garde aux types de manifestation envisagées (conférences seulement, ou aussi spectacles), aux modalités de fonctionnement des appareils (nécessité ou non de personnel dédié), à la possibilité d’occulter les ouvertures pour les projections, et enfin aux horaires d’ouverture envisagés, en particulier lorsqu’ils se situent hors des heures d’ouvertures normales de la structure.

tabl. XV

Grille pour la description des espaces dans un cahier des charges.

données

rubriques descriptives

spécifications

caractéristiques de l’enveloppe

Murs, plafond, charge au sol, revêtement de sol, éclairage, vitrages.

Matériaux, résistance, durabilité, filtration anti-uv, caractéristiques phoniques, couleurs.

fluides et évacuations

Électricité, eau : courants faibles, eau déminéralisée, air comprimé, débourbeur, sorties des fluides, prises électriques et informatiques.

Matériaux, caractéristiques techniques.

régulation du climat et vantilation

Mode de régulation, valeurs cibles et variabilité tolérée.
Taux de renouvellement d’air.

Caractéristiques techniques.

éclairage

Niveaux d’éclairage requis (lux)

Caractéristiques techniques.

contrôle d’accès

Espace accessible au public ou non, périmètre et traçabilité du contrôle d’accès.

Caractéristiques techniques du contrôle d’accès, caractère individuel ou collectif du contrôle.

place dans les circuits

Liaisons fonctionnelles avec d’autres espaces, incompatibilités.

Niveaux de priorité.

dimensionnement

Nombre de postes de travail, surfaces.

aménagements spécifiques

Appareillages, mobilier spécifique.

Caractéristiques techniques, proximité ou interactions avec d’autres équipements.

7.1.3.7. Circulations

Circuits du mobilier et circulations

122Rarement citées en tant que telles, les circulations sont pourtant essentielles au bon fonctionnement d’un bâtiment : mal conçues, elles peuvent gâcher durablement la vie de quiconque doit gérer une collection au quotidien. Plus encore : l’organisation des circulations a une importance capitale pour la conservation des collections, car un circuit tortueux, plein de chicanes et de dénivelés, interdisant l’emploi de moyens de manutention roulants, augmente sensiblement les vibrations et les chocs subis par les collections. Un circuit bien pensé, équipé de couloirs et de portes suffisamment larges pour que l’on ne heurte pas les parois, permettant l’emploi de chariots (soit parce qu’il est de plain-pied, soit par la présence de monte-charges, soit par la présence de plans inclinés pour franchir les différences de niveau) est une garantie pour la préservation du mobilier et pour la prévention des troubles musculo-squelettiques.

123Le séjour dans les circulations étant, en principe, limité strictement au temps de la manutention, l’inertie apportée par les matériaux de conditionnement suffit à préserver le mobilier des chocs thermiques ou hygrométriques, même si le climat n’y est pas idéal. Dès que les circulations deviennent des lieux de stockage « sauvages », leur encombrement nuit à la sécurité et à la conservation par la gêne induite sur les manutentions et par les conditions climatiques non adaptées.

124Il est à regretter que quai de déchargement et aires de réception, pourtant essentiels, ne soient que rarement perçus comme des espaces nécessaires [fig. 111].

fig. 111

Le quai de déchargement du SADY permet d’accueillir des véhicules de tailles variées. La table élévatrice (indiquée par la flèche) compense les différences de niveau. La porte à gauche conduit au couloir qui dessert la salle de premier traitement.

© P. Laforest, SADY.

Dimensionner les circulations

125Déterminer les dimensions des espaces de circulations implique de fixer assez rapidement les dimensions et le poids de l’objet le plus lourd et/ou le plus volumineux appelé à entrer dans l’établissement. Les portes sont à dimensionner en conséquence, sans omettre aucun espace potentiellement concerné : il ne sert à rien, en effet, de disposer d’une double porte à l’entrée si des portes plus étroites placées plus loin empêchent la progression de l’objet dans le reste du bâtiment… Faute de parvenir à le faire entrer dans un espace de stockage, l’objet finit en ce cas stocké dans le hall ou dans un couloir !

126Les mêmes limites conditionnent les dimensions des escaliers et des monte-charges. On doit tenir compte des éventuelles chicanes ou quarts de tour nécessaires à la manipulation des objets encombrants, examiner la place nécessaire au débattement d’un transpalette ou d’un gerbeur. Ces données permettent de déterminer la largeur des circulations et des couloirs entre deux rangées d’étagères dans les espaces de stockage, la charge au sol et la charge maximale du monte-charge et des engins de transport et de levage envisagés. Il convient pour cela d’additionner le poids de l’objet le plus lourd à celui du moyen de manutention.

127Une impossibilité physique indépassable peut néanmoins interdire l’accès de certains objets particulièrement lourds ou volumineux à certains espaces : il vaut mieux en prendre conscience assez tôt et organiser un parcours spécifique pour cette catégorie d’objets – dont on sait à l’avance qu’elle ne rentre pas partout –, voire les refuser et les orienter vers d’autres structures de conservation.

7.1.3.8. Grille d’analyse pour la description des espaces

128Une fois décrits besoins et contraintes, schéma fonctionnel et typologie des espaces, il est temps d’entrer dans la caractérisation fine de ces derniers [tabl. XV]. Pour la rédaction de ces fiches, on peut bien sûr compter sur les services techniques et/ou sur l’architecte programmiste, qui sont notamment à même de compléter les valeurs découlant de normes de construction, tel le taux de renouvellement d’air, ainsi que de donner les caractéristiques techniques de certains matériaux selon les performances attendues (par exemple la résistance des revêtements de sol nécessaire au roulage de chariots dans les circulations).

7.1.4. Le projet : du neuf ou de l’ancien ?

7.1.4.1. Avantages et inconvénients du neuf et de l’ancien

129Imaginons un instant que, à partir de l’analyse des besoins et après arbitrage sur les choix scientifiques et de conservation, nous ayons abouti à un cahier des charges exprimant de façon précise les besoins et les performances attendues. S’il s’agit d’une construction neuve ou d’une réhabilitation lourde, un concours d’architecture s’ensuivra probablement, qui permettra de désigner l’équipe chargée de concevoir le bâtiment et d’en assurer la maîtrise d’ouvrage. Dans le cas d’un projet moins ambitieux, sans construction neuve et prévoyant des aménagements mineurs, il pourra s’agir d’une opération pilotée en interne, directement par les services techniques.

130De façon générale, pour aboutir à un projet architectural réalisable, on n’envisage pas les choses de la même façon lorsqu’il s’agit de prévoir une construction ex nihilo ou lorsqu’il s’agit de réhabiliter ou d’adapter un bâtiment déjà construit, généralement à d’autres fins. En effet, dans le deuxième cas, on dispose d’un bâtiment et d’aménagements établis susceptibles de présenter des avantages pour la conservation mais aussi de comporter des servitudes ou des contraintes difficiles à intégrer. Le choix ou le refus du bâtiment et le volume des travaux à prévoir dépendra de l’évaluation des avantages et des inconvénients à l’aune du coût des aménagements nécessaires à ses nouvelles fonctions. De fait, la construction d’un bâtiment neuf induit moins de contraintes, mais un bâtiment existant offre l’avantage sur celui-ci de connaître précisément et à l’avance l’inertie climatique et les variations des valeurs de température et d’hygrométrie dans les différents espaces.

7.1.4.2. Évaluer un bâtiment existant

131Il convient d’être attentif à la possibilité d’aménager des espaces de stockage dont le climat est adapté ou peut être régulé à moindre coût. On peut, en particulier, effectuer une « carte climatique » des espaces que l’on envisage de consacrer au stockage, en y plaçant des thermohygrographes ou des sondes électroniques, de façon à repérer le climat qui règne spontanément dans ces locaux et savoir s’il est adapté au stockage de tel ou tel type de matériaux. Plus le climat est naturellement proche de celui souhaité, moindre sera le coût de la régulation climatique. Dans l’idéal, la mesure doit être faite sur une année entière mais, si ce délai est inatteignable, plusieurs périodes d’un mois, dont au moins une en période de chauffage et une autre en dehors, peuvent être de bons indicateurs [fig. 47].

132On recommande également de prendre garde à la possibilité d’aménager des circulations verticales et horizontales correctement dimensionnées et des circuits rationnels au sein du bâtiment, de prendre en compte les volumes utiles disponibles pour les différentes activités, le potentiel d’accroissement des surfaces utiles sur le site même, lors d’une deuxième phase d’aménagement, et d’envisager la possibilité d’optimiser l’occupation de l’espace de stockage par une charge au sol suffisante – sachant que si celle-ci n’est pas adaptée, il est impossible de bénéficier d’un stockage dense, ce qui se traduit par une perte de place importante.

133La possibilité de bénéficier de lumière naturelle dans les locaux qui en ont besoin et de l’occulter partout où elle est nuisible est un atout, car travailler dans des locaux dépourvus de lumière naturelle pose des problèmes pour les claustrophobes et, d’une façon générale, est peu agréable. On veillera aussi à l’absence de nuisances ou de caractéristiques d’implantation génératrices de risques (zone inondable, abords produisant des vibrations). Ces aspects sont rarement modifiables par des aménagements, car ils ne concernent pas le bâtiment mais ses abords. Ils doivent donc être connus à l’avance pour être évités.

134Par ailleurs, il importe de s’informer sur les éventuelles mesures de protection au titre des monuments historiques, qui induisent des contraintes particulières, sur la facilité d’accès en transports en commun pour le personnel et le public, et sur l’existence de places de stationnement en nombre suffisant (ou sur la possibilité d’en créer), tout particulièrement en zone urbaine.

7.1.5. Suivi du projet et des travaux

7.1.5.1. La conception et le suivi du projet

135L’architecte rédige un avant-projet sommaire (aps), puis un avant-projet détaillé (apd) et enfin un dossier de consultation des entreprises (dce). Dans le cas d’une construction neuve comme d’une réhabilitation, celui qui mène le projet fait face à un certain nombre de contraintes techniques, urbanistiques, opérationnelles, budgétaires et doit traiter avec des entreprises différentes, chacune chargée d’un lot spécifique : gros œuvre, chauffage / climatisation, menuiserie, vitrage, électricité, plomberie, etc. Les informations, consignées espace par espace, dans le cahier des charges sont compilées par lot concerné dans le cahier de clauses techniques particulières (cctp).

136Si l’on veut s’assurer que la réalisation est fidèle au cahier des charges, il est indispensable d’être associé à toutes les étapes du projet, de façon à pouvoir demander en temps utile des précisions sur les dispositifs prévus. Parallèlement, il est recommandé de vérifier, auprès d’autres établissements, que des équipements comparables à ceux que l’on projette donnent satisfaction. Être associé au projet permet de plus d’être informé précocement des modifications envisagées, de mesurer leurs implications en termes de conservation ou de fonctionnalité, d’évaluer les effets induits sur d’autres lots et de proposer des aménagements alternatifs. Le suivi d’un tel projet implique une importante disponibilité, une capacité à lire les plans techniques et à les comprendre, ainsi qu’une légitimité pour dialoguer de plain-pied avec l’architecte et les techniciens des différents lots – qui parfois sous-estiment la nécessité réelle de tel ou tel élément du cctp. Un effort doit être fait pour leur faire comprendre l’objectif des aménagements demandés.

137La répartition par lots implique une vigilance particulière, car parfois la réussite d’un dispositif dépend du concours de plusieurs corps de métiers. Ainsi, l’aménagement d’un laboratoire de restauration implique la fourniture d’air comprimé, d’électricité, l’installation d’un système d’aspiration des poussières et des vapeurs, et d’une cabine ou « boîte à gants » en menuiserie. Cependant, pour que la micro-sableuse fonctionne, il faut que le branchement électrique de l’appareil soit placé près de la sortie d’air comprimé et à côté de la cabine où elle est utilisée, qui doit elle-même être éclairée et raccordée à l’aspiration des poussières [fig. 106]. De même, un local à hygrométrie contrôlée est concerné par les lots climatisation et électricité, mais aussi gros œuvre et menuiserie…

7.1.5.2. La réalisation et le suivi des travaux

138Une fois que dce et cctp ont été approuvés, s’ouvre une étape d’appel d’offres par lots à l’issue de laquelle les entreprises sont choisies. À ce stade, des arbitrages sont parfois indispensables, notamment si les appels sont infructueux du fait d’une sous-estimation des coûts par le commanditaire mais, en principe, on ne peut plus introduire de nouvelles demandes. Un certain degré de négociation est possible à coût égal (au lieu de ceci, on fera cela). Une fois les travaux commencés, il s’agit d’être vigilant, de vérifier que ce qui est réalisé correspond bien à ce qui a été convenu, et d’être réactif aux sollicitations afin de résoudre les problèmes à mesure qu’ils se présentent. Il en va ainsi des nécessités techniques qui n’auront pas été anticipées, tels les passages de gaines.

139La fin des travaux est sanctionnée par une étape appelée « réception », durant laquelle on est censé vérifier, dans un certain délai, que les spécifications du cahier des charges ont été respectées et que les performances promises sont réelles. La réception des travaux n’est pas une simple formalité, elle peut se révéler problématique, soit que la vérification n’ait pas été suffisamment soigneuse, soit que le fonctionnement ne puisse s’évaluer réellement que sur le long terme (concernant les aspects climatiques en particulier), soit que l’entreprise joue sur l’inertie des maîtres d’œuvre ou préfère renoncer au paiement du solde que de refaire les travaux.

140La réception étant effectuée lot par lot, il est assez difficile de mettre en évidence un problème qui ne soit pas la simple défaillance d’une entreprise, mais un problème de conception ou de coordination entre les lots. Dans le cas, par exemple, du contrôle du climat dans un local voué au stockage des métaux, des facteurs sont imputables au gros œuvre (inertie thermique, étanchéité), aux menuiseries (étanchéité), au lot climatisation (déshumidification), et au lot plomberie (évacuation du déshumidificateur) … Il est possible pour chaque lot de vérifier que ce qui était porté au cctp a été fait, mais si le climat dans cette pièce ne ressemble pas à ce qu’il devait être, comment attribuer les responsabilités ? De fait, on peut vérifier les moyens mis en œuvre, mais il est très difficile de trouver un responsable au niveau des résultats. C’est dire à quel point il est important de se poser les bonnes questions à l’étape du cahier des charges et de sensibiliser le responsable du chantier aux problématiques de la conservation.

7.1.6. Maintenance et surveillance des dispositifs

141Une fois le bâtiment construit, il s’agit de gérer l’infrastructure au quotidien, d’en assurer la maintenance et de veiller au bon fonctionnement des équipements : la plupart des appareillages nécessitent un entretien et sont sujets à des vérifications ou à des étalonnages réguliers.

142Les travaux de maintenance et d’entretien sont gérés la plupart du temps par les services techniques de la tutelle. Toutefois, en dehors des appareils dotés de moyens de contrôle propres et accessibles à distance, il revient aux utilisateurs d’exercer un rôle d’alerte, notamment pour les pannes ou les appareils qui ne sont pas utilisés en continu. À cet effet, il est utile de se faire préciser les contrats d’entretien qui ont pu être passés, la fréquence des visites prévue, ainsi que les services ou entreprises à contacter en cas de problème. Pour les équipements dont une partie de l’entretien est assurée par l’utilisateur, le partage des tâches doit être clairement établi, et une copie du manuel d’entretien doit lui être fournie – qu’il doit garder précieusement.

143Par ailleurs, il se peut que les dispositifs installés ne donnent pas les résultats espérés. Il faut alors déterminer si les problèmes relèvent d’un réel dysfonctionnement ou bien d’un fonctionnement correct mais dont les performances ne sont pas conformes aux attentes. Il est plus aisé de résoudre le premier cas (l’appareil est souvent sous garantie) que le second (défaut de conception ou de dimensionnement), qui implique une nouvelle étude suivie d’une nouvelle tranche de travaux.

7.2. L’informatique

7.2.1. Les choix structurels

7.2.1.1. Les usages possibles de l’informatique

144Au xxie siècle, il serait étonnant de concevoir une structure de conservation non informatisée. L’intérêt de l’informatique n’est plus à démontrer et son potentiel reste conséquent, toutefois son utilisation n’a pas encore investi tous les aspects de la vie d’une institution et certains usages ont un coût exorbitant par rapport aux avantages qu’ils offrent. Aussi, il semble important de se demander tout d’abord quelles sont les situations où l’on fera appel à des moyens informatiques, et quels sont les domaines pour lesquels l’usage de l’informatique n’est pas pertinent ou raisonnable.

  • Documentation : inventaire des collections, catalogue du centre de documentation, inventaires des plans, des photographies, des dessins archéologiques, archives de fouille, stockage et restitution de documents numérisés, production scientifique, etc.

  • Gestion : gestion des mouvements d’objets, gestion des prêts pour le centre de documentation ou les outils pédagogiques, gestion de stocks (outillage, fournitures…), gestion budgétaire, réservation de salles, inscriptions à des visites, formations ou colloques, etc.

  • Surveillance, régulation et/ou alerte : mesure des données climatiques et mémorisation des relevés, régulation automatique des appareils, automatisation de l’éclairage, alarmes, gestion des accès à badge, plannings, etc.

145Il faut se demander, pour les cas où l’on fait appel à l’informatique, si le système est simplement un support d’information, les actions étant du ressort de l’utilisateur, ou si on demande au système de réagir automatiquement en fonction de certains critères. Par exemple, nombre de systèmes sont capables de restituer des mesures d’hygrométrie et de température effectuées dans les espaces de stockage ; d’autres dispositifs, dès que ces valeurs dépassent certains seuils prédéfinis, sont également capables de générer une alerte ; certains vont encore plus loin en agissant automatiquement sur le mécanisme de régulation du climat – commandant le chauffage et l’humidification. Or, un système conçu pour une fonction ne peut assurer la suivante s’il n’a pas été prévu pour cela. Le passage du relevé à l’alerte peut parfois être ajouté assez simplement mais le passage à la régulation demande déjà des moyens plus importants, dont un câblage entre les différents appareils. Il sera beaucoup plus difficile de faire ainsi évoluer le système a posteriori.

146Enfin, il faut s’interroger sur le lien entre les différentes actions ou fonctions gérées par informatique et celles gérées par d’autres moyens. En effet, on peut fort bien disposer d’une bibliothèque, d’un inventaire des collections et d’une carte archéologique avec SIG gérés chacun au moyen d’un système distinct. On peut aussi souhaiter établir des liens entre ces divers systèmes – cartographier, par exemple, la présence de monnaies carnutes sur le territoire d’un département, ou récupérer les références bibliographiques concernant un site à partir du catalogue de la bibliothèque.

7.2.1.2. Le cahier des charges

147Pour concevoir un système efficace, on doit donc décider ce qui va être géré par l’informatique, jusqu’où, puis enfin comment. Il faut en outre se demander quels sont les utilisateurs du (ou des) système(s), aussi bien en consultation qu’en saisie, et savoir en quels lieux s’effectuent consultation et saisie. Par exemple, dans le cas où des archéologues se trouvent sur les bases de fouilles au milieu de la campagne, il faut de préférence que le système permette une connexion au réseau par Internet, ou à défaut qu’il soit équipé d’un mécanisme pour rapatrier les données.

148Ces éléments d’analyse et de connaissance sont indispensables pour établir un cahier des charges, qu’il faut ensuite rédiger pour préciser les différentes fonctions attendues. Il est particulièrement important de prévoir, autant que possible, les besoins futurs et l’élargissement des activités, aussi bien du point de vue logiciel que matériel, de façon à ne pas saturer le système dès son installation et à assurer des temps de réponse les plus courts possibles.

149Une fois déterminés le périmètre et les fonctions du système, il est temps de consulter les concepteurs de logiciels ou de progiciels pour savoir si les produits disponibles sur le marché conviennent, et de s’adresser aux services chargés des systèmes d’information au sein de la tutelle afin de garantir le dimensionnement du réseau et du matériel informatique aux besoins. On rencontre concrètement trois situations différentes :

  • Une offre commerciale répond à toutes les fonctions demandées. Cette solution simplifie à la fois la vie de l’utilisateur, qui dispose d’un produit testé, maintenu et fiable, et celle des services informatiques, qui n’ont plus qu’à l’acheter « clé en main » sans trop d’investissement humain supplémentaire. Pour éviter certaines déconvenues, il faut se faire préciser si le système proposé comporte déjà les fonctions demandées (auquel cas on peut demander à des collègues qui l’utilisent comment il marche), ou si son concepteur a l’intention de développer ces fonctions pour vous (ce qui signifie qu’elles ne sont pas encore opérationnelles et qu’on ne peut vérifier leur adéquation aux demandes).

  • Aucune offre ne propose toutes les fonctions demandées, mais une association d’offres différentes couvre l’ensemble des besoins. Dans ce cas, le problème réside dans la compatibilité des systèmes et dans leur interconnexion, qui nécessite un développement spécifique (un portail, par exemple), mais chaque système bénéficie des avantages cités précédemment.

  • Même associées, les offres commerciales ne couvrent pas tous les besoins – ou il s’avère impossible de les associer. La seule solution est de procéder à un développement spécifique. « Collant » parfaitement aux besoins de l’utilisateur puisqu’il est réalisé pour lui sur-mesure, ce développement présente l’inconvénient de nécessiter un investissement humain considérable. Sa maintenance est aussi plus difficile, en particulier après le départ de l’informaticien qui l’a conçu.

7.2.2. Suivi, maintenance et sauvegardes

7.2.2.1. Maintenir la cohérence du système

150Même lorsqu’un projet d’ensemble a été conçu en parfaite cohérence, il est assez logique que l’évolution de la structure fasse plus tard apparaître de nouveaux besoins. L’expérience sur le système installé peut avoir mis en évidence des problèmes de gestion nécessitant des améliorations, des adaptations ou un redimensionnement. De nouveaux logiciels ou utilitaires seront alors nécessaires, dont il faudra vérifier la compatibilité.

151Il est donc indispensable, au sein d’une structure ou dans le service informatique de sa tutelle, qu’une personne connaissant bien le(s) système(s) et le réseau qui les porte soit capable de déterminer l’impact, avéré ou potentiel, des modifications à apporter au système, et d’évaluer les adaptations nécessaires. Dans le cas d’un développement spécifique, cette personne doit conserver toute la documentation nécessaire à la compréhension du système, de façon à assurer la possibilité d’intervenir ultérieurement.

152Pour garantir une utilisation optimale des moyens disponibles, il convient de mettre en place des formations déclinées selon les degrés d’implication des utilisateurs : consultation, saisie, formatage, etc., jusqu’à l’administrateur, mais aussi d’éviter, par l’instauration de niveaux d’autorisation d’accès, que des personnes non qualifiées interviennent sur le système.

153Une fois installé, un système a besoin de maintenance, aussi bien du point de vue « intellectuel » que matériel. Dans les structures publiques, le service informatique de la tutelle en a le plus souvent la responsabilité, mais il est prudent de se faire préciser le rôle de l’utilisateur dans les procédures : ce qu’il peut éventuellement faire seul (par exemple, télécharger les mises à jour des logiciels), ce qu’il ne peut pas faire seul (dans certaines structures, installer les logiciels), ce qu’il doit faire en cas de problème (faire appel aux services informatiques, contacter directement le prestataire extérieur, etc.).

7.2.2.2. Les sauvegardes

154Un problème récurrent est celui des sauvegardes et de la récupération de l’information : les systèmes sont sujets à des pannes, les supports vieillissent, enfin l’évolution rapide des systèmes et des matériels informatiques peut en empêcher la lecture. Négliger les sauvegardes peut conduire à la perte de données qui sont le produit d’années de travail…

155Dans les grands systèmes, la sauvegarde est généralement prise en charge au moyen d’enregistrements automatisés sur serveur, généralement pendant la nuit quand le système n’est pas utilisé. Il ne faut pas se cacher que, en cas d’incendie, la sauvegarde qui se trouve dans les mêmes locaux que l’original brûle aussi bien que lui, c’est pourquoi on conseille vivement de sauvegarder sur un site distant. Dans les petits systèmes sans réseau ni serveur, il faut au moins une sauvegarde manuelle sur support (disque externe ou cd), conservée à un endroit différent que l’ordinateur qui héberge les données.

156Pour pallier le vieillissement rapide des supports informatiques – la durée de vie garantie d’un cd ordinaire est d’à peine une dizaine d’années –, ainsi que l’obsolescence des technologies de lecture des documents, le seul moyen connu actuellement reste de copier et de convertir systématiquement les documents anciens aux nouveaux formats. Ce travail de mise à jour, fastidieux, certes, est absolument indispensable. Il est pour l’heure le seul à garantir l’accès à des documents numériques anciens – d’une quinzaine d’années à peine. Aussi, au moment de passer d’une version à une autre d’un logiciel est-il prudent de convertir au nouveau format tous les documents produits sous la version précédente du logiciel, de façon à pouvoir les lire à l’avenir ; au moment d’abandonner un système de stockage de données, de copier intégralement le contenu sur de nouveaux supports. Les services d’archives recommandent aux services versants le format .pdf pour le texte et le format .jpg pour les images – deux standards lisibles par un grand nombre de logiciels – mais, pour l’archivage de long terme, on s’oriente vers d’autres formats plus intéressants, tel le langage xml.

7.3. La nécessaire évaluation

157Les projets concernant les infrastructures ont pour spécificité de nécessiter un investissement fort de la part des différents acteurs durant leurs phases de conception et de réalisation, et d’avoir des effets à très long terme sur la conservation des collections et sur l’organisation du travail. Nous avons à plusieurs reprises insisté sur la nécessité, en fin de parcours, d’une évaluation des procédures utilisées, essentielle à nos yeux dans un domaine naissant où, malheureusement, les publications manquent. Lorsque ces réalisations sont publiées – ce qui est loin d’être le cas pour toutes –, on constate qu’elles le sont généralement au stade du projet ou bien au moment de leur achèvement et, le plus souvent, dans un langage de communication institutionnelle largement positif. Il faut être particulièrement attentif au fait que, compte tenu des délais d’aménagement ou de construction de bâtiments à usage patrimonial, on risque de s’inspirer de réalisations qui montreront, à l’usage, des inconvénients rédhibitoires sur lesquels on ne communiquera malheureusement pas au moment où on sera à même de les constater. En effet, beaucoup plus rares sont les publications qui, au-delà de la description, se donnent pour objectif d’évaluer une installation à échéance de dix, quinze, voire vingt années, et de montrer si les dispositifs adoptés en phase projet puis mis en œuvre ont ou non donné satisfaction, dans quels cas et à quelles conditions.

158Les difficultés de cette tâche sont multiples. Au stade de l’évaluation même, on a tout d’abord l’obligation de critiquer un projet dans lequel nous avons été partie prenante, ce qui nécessite une prise de distance qui ne va pas de soi. Par ailleurs, étant donné le temps d’élaboration et de réalisation, qui s’ajoute au temps d’exploitation du bâtiment indispensable à une évaluation sur le long terme, rares sont les gestionnaires de collections à avoir l’occasion de participer à un tel projet plus d’une fois dans leur vie professionnelle. De ce fait, ils manquent de points de comparaison et d’échelle de valeurs qui leur permettraient de situer leur expérience personnelle par rapport à un ensemble statistique. On peut savoir ce qui n’a pas marché, mais il est impossible d’évaluer sur la base d’un cas unique l’importance relative et la performance globale de ce que l’on a construit par rapport à ce qu’il était réaliste d’en attendre. Aucun projet de ce type n’est réussi à 100 % ni raté à 100 % : comment savoir quel serait un degré de réussite « acceptable » ?

159Ensuite, au stade de la communication au public, une telle évaluation – surtout lorsqu’elle comporte des aspects négatifs – implique une mise en cause des concepteurs et/ou des décideurs, et peut contribuer à mettre en évidence un usage peu rentable des deniers publics, puisque la plupart du temps le coût de ces projets est important. On comprend la réticence des professionnels du patrimoine, ayant eu bien du mal à convaincre les financeurs de consacrer des moyens à la conservation, à reconnaître que cette dépense n’a pas atteint – du moins pas complètement – les résultats espérés… sans compter les trésors de diplomatie nécessaires pour le faire de façon constructive. Quelles que soient ces difficultés, il faut cependant insister sur le fait qu’aucune amélioration n’est possible sans un regard rétrospectif et critique, et que faire l’économie de l’évaluation revient à se priver – et à priver nos collègues – des moyens de profiter des expériences réalisées.

Table des illustrations

Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20897/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20897/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20897/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20897/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search