Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Chapitre 6. Inventaire et gestion dans le cursus du mobilier

Texte intégral

6.1. Gérer en cours de fouille

6.1.1. La gestion avant l’inventaire

1Le mobilier ne peut, dans sa large majorité, être identifié ni décrit avant lavage. On ne peut donc réellement l’inventorier à ce stade. Néanmoins, les vestiges doivent parfois être gérés dès l’exhumation ou le ramassage. Certains pourront être provisoirement réenfouis, d’autres doivent être individualisés pour des raisons archéologiques ou envoyés de suite vers des laboratoires spécialisés. Si le travail de post-fouille ou le stockage d’attente se déroulent sur plusieurs sites, les éléments de mobilier doivent pouvoir être localisés facilement. Comment gérer le mobilier dans une situation où l’outil que constitue l’inventaire ne peut pas encore être pleinement efficace ? Quelles stratégies et moyens de gestion permettent de pallier l’impossibilité d’identifier et de décrire ?

6.1.1.1. Les besoins de gestion précoce

2Individualisation : dans la plupart des cas, le mobilier est conditionné et muni d’une étiquette indiquant le site ou l’opération ainsi que le contexte stratigraphique, mais il n’est pas nécessairement individualisé sur le terrain. Cependant, lors de l’exhumation de certains vestiges, en particulier si leur disposition précise est importante pour l’interprétation archéologique ou pour leur remontage, la seule indication stratigraphique ne suffit pas : on a besoin de les localiser in situ. La plupart du temps, il s’agit d’objets positionnés sur plan ou en trois dimensions, de prélèvements assistés ou de carroyages ou passes effectués sans objectif archéologique mais dans le but d’aider au remontage d’ensembles fragmentés. Dès lors que la référence attribuée à cette occasion est censée être définitive, c’est-à-dire reprise dans l’inventaire par la suite, le système suppose une rigoureuse organisation pour éviter les doublons.

  • Urgences de traitement : les mobiliers fragiles, les matériaux organiques gorgés d’eau et les prélèvements assistés nécessitent, comme on l’a vu, une prise en charge rapide : il faut connaître leur existence et les isoler rapidement pour les diriger vers un traitement.

  • Documentation associée : il peut être nécessaire de gérer les photographies faites sur le terrain ou les fiches de prélèvement.

  • Mouvements : dans les stades précoces de traitement du mobilier, celui-ci est souvent déplacé (du terrain vers la base de fouille, de la base vers l’espace de lavage, du lavage vers le lieu d’étude puis vers le stockage définitif). Plus les lieux de stockage provisoire se multiplient, plus il devient difficile d’assurer sa traçabilité. Or, on peut avoir besoin de gérer la localisation pour, dans un premier temps, s’assurer que tout le mobilier exhumé a été effectivement transféré et a suivi le cursus prévu. Il peut aussi être nécessaire de regrouper le mobilier de même matériau et de même contexte stratigraphique, de façon à organiser un remontage avec l’ensemble des fragments pertinents. On devra aussi gérer les mouvements d’objets à l’extérieur, vers les laboratoires d’analyses ou de conservation-restauration. Faute d’un système de gestion capable d’alerter sur l’absence d’objets partis en traitement, personne ne s’en inquiète : certains laboratoires gardent ainsi durant des années des vestiges non réclamés…

  • Régime de propriété : seule une attention précoce aux questions de propriété peut permettre d’enregistrer les données indispensables pour connaître, a posteriori, l’identité des propriétaires.

6.1.1.2. Tour d’horizon des différentes solutions

Le rôle majeur de l’enregistrement de terrain

Régime de propriété

3Les informations nécessaires pour gérer le statut de propriété sont parfois liées à l’enregistrement de fouilles ou peuvent en être déduites : il faut donc, selon le système de gestion choisi et la complexité de l’opération, se mettre d’accord avec l’équipe archéologique sur les enregistrements utiles à cette fin. On s’attachera, en particulier, à l’année de fouille, à l’opération, mais aussi à la situation des zones ou secteurs fouillés, en rapport avec les différentes parcelles concernées, dès lors qu’elles appartiennent à des propriétaires différents. Lorsque les limites des zones sont calées sur celles des parcelles, une recherche par zone permet de déterminer les lots de mobilier appartenant à un même propriétaire ou à une même indivision (voir un exemple complexe infra § 9.1.1.1.). En revanche, si les zones ne sont pas calées sur les limites des parcelles, un autre moyen de positionnement doit être prévu.

4Pour ce qui est des dates de découverte, l’enregistrement de terrain comporte souvent, pour chaque us, la date de fouille. Cet élément constitue plus tard un critère de recherche qui permet de distinguer ce qui a été fouillé avant ou après telle date. Dater précisément chaque trouvaille est certainement contraignant et probablement inutile dans la plupart des cas. Cependant, lorsque le risque d’un changement de propriété est élevé, il est prudent de noter la date de ramassage sinon sur toutes les étiquettes du moins sur celle des objets remarquables ou dont la valeur vénale est élevée. Lorsqu’un changement de propriétaire survient au beau milieu d’une campagne de fouilles, on peut envisager a minima de dater les objets trouvés après cet événement.

Mentions de la présence du mobilier et individualisation précoce

5La plupart du temps, l’enregistrement de terrain porte la mention d’une présence / absence de mobilier par unité stratigraphique, y compris parfois du mobilier vu et réenfoui, ainsi que du mobilier vu mais rejeté sur le terrain (Guichard 1997 : 16). L’individualisation du mobilier sur le terrain figure généralement sur les fiches d’us et sur les relevés, où les objets sont positionnés dans l’espace, assortis, la plupart du temps, d’un identifiant, provisoire ou définitif, et d’une brève description qui, compte tenu du fait qu’il s’agit d’objets non lavés et parfois non identifiables en l’état, n’est pas toujours exacte ni précise, mais doit au moins permettre de les distinguer entre eux. Dès lors que la numérotation est provisoire, on sait qu’il faudra par la suite garantir la correspondance de ce numéro « de terrain » avec le numéro d’inventaire définitif, afin de conserver le lien documentaire entre les relevés, l’enregistrement de terrain et les objets. Tel est également le cas des ensembles ayant reçu une numérotation provisoire dont l’objet est d’aider au remontage, ainsi que des carrés ou des passes mécaniques établis à cette fin.

6Plus tard, on pourra éventuellement disposer d’un « inventaire sommaire » par catégorie de mobilier et par us, à l’exemple de celui de Bibracte (Guichard 1997 : 21).

L’enregistrement d’inventaire précoce

7Si l’objectif est d’individualiser quelques éléments pour gérer des modalités de traitement particulières, on peut procéder à des enregistrements dans le fichier d’inventaire du mobilier. On y inscrit les objets positionnés sur plan, les urgences et les mouvements (Guichard 1997 : 16). Il s’agit à ce stade, bien entendu, d’un inventaire partiel, très minoritaire.

8Si on a besoin de gérer la totalité du mobilier, on peut le faire soit par caisse, soit par unité d’enregistrement du mobilier. Dans le premier cas, on enregistre la liste exhaustive des caisses. Dans le deuxième, on inventorie le mobilier lui-même, par vrac ou par lot, et par matériau. Cette modalité est celle qui permet le mieux de gérer la localisation et le regroupement du mobilier de même contexte stratigraphique. C’est le cas du « pré-inventaire » mis en place sur le chantier-école de Coupéré, où les lots et objets reçoivent de suite un identifiant (Maraval, Marty 2004a : 72).

9L’enregistrement précoce dans l’inventaire du mobilier comporte des lourdeurs, et, en premier lieu, la quasi-certitude de devoir largement modifier après la fouille ce premier enregistrement, en raison de la difficulté d’identifier certains objets sur le terrain, ainsi que la probabilité de supprimer certaines fiches devenues inutiles en raison de regroupements opérés. Une partie du temps passé à faire cet inventaire sera donc inévitablement perdue. C’est la raison pour laquelle nous ne conseillons pas de généraliser cette pratique, mais de la réserver aux cas où les nécessités de la gestion la justifient réellement. Le deuxième écueil de l’opération est la fabrication de doublons de numéro d’inventaire. Dès lors que le mobilier est traité et inventorié en plusieurs lieux simultanément, trois solutions permettent d’éviter ce risque : travailler en réseau, « réserver » des numéros pour chaque utilisateur, ou bien attendre pour débuter la saisie que l’opération de terrain soit finie (au moins par secteurs ou par zones).

Les modes de gestion physique

10À condition de faire confiance aux intervenants pour en respecter l’ordre et à condition d’utiliser des « fantômes » lorsqu’on y opère des extractions, le classement dans les caisses peut permettre les regroupements par zone, us, etc., et demeure un moyen physique de gestion de la localisation. Cette méthode nécessite, bien entendu, un bon étiquetage des caisses et un ordre de rangement également respecté. L’urgence, qui concerne en principe peu d’objets, peut être gérée physiquement par étiquetage sur le contenant et par son rangement dans un lieu, connu de tous les intervenants, clairement attribué aux urgences.

6.1.1.3. Élaborer une stratégie de gestion

11On constate généralement que les besoins de gestion ne dépendent pas en premier lieu du volume de mobilier, mais de l’équipe archéologique, de la continuité de la fouille et du traitement des différents contextes, ainsi que du dialogue entre terrain et post-fouille.

Critères de choix d’une stratégie

  • Le nombre d’intervenants. Plus les intervenants simultanés sont nombreux, plus on a besoin d’une gestion dynamique continue. Le fait qu’en chaque lieu de conservation une personne soit spécifiquement chargée du mobilier (et encadre, le cas échéant, le travail collectif) permet à cet égard d’adopter des modes de gestion plus légers.

  • La continuité de l’équipe. Dès lors que les mêmes personnes suivent l’intégralité du processus, les outils de gestion peuvent être plus souples ou limités au classement physique. En revanche, lorsque le mode de gestion est exclusivement physique et que les intervenants ne sont pas les mêmes sur le terrain et en post-fouille, il est impossible de percevoir les manques de mobilier. C’est ainsi qu’en cas de forte division du travail, le minimum est de mettre en place une gestion par inventaire des caisses.

  • La continuité temporelle de la chaîne terrain - post-fouille. Lorsque le travail post-fouille se déroule « en temps réel », les erreurs d’étiquetage ou les éventuels oublis sont rapidement rectifiables, car les archéologues conservent des souvenirs très frais de ce qu’ils ont fouillé. En revanche, si le traitement du mobilier s’étale trop dans le temps, l’oubli fait son œuvre : même si l’équipe est inchangée, les incohérences documentaires sont plus difficiles à résoudre.

  • La qualité de la prise en compte du mobilier dans l’enregistrement stratigraphique de terrain : plus les notations sur le mobilier sont cadrées dans l’enregistrement de terrain, moins on risque d’égarer des éléments faute de documentation.

  • Les stratégies de fouille et de traitement archéologique du mobilier. Le besoin de gestion n’est pas le même en fonction des diverses façons possibles d’organiser le travail de traitement du mobilier en liaison avec le déroulement de la fouille – tant au niveau du personnel impliqué que de la simultanéité ou non des opérations. On voit bien que, dans une situation idéale, il vaudrait mieux attendre la fin de l’opération, classer par contextes, et laver les contextes soit dans l’ordre soit dans un ordre de priorité scientifique. Toutefois, le lavage est une opération qui prend du temps, et l’effectuer parallèlement à la fouille permet de démarrer plus vite le travail d’étude. Les regroupements de mobilier par contexte peuvent se faire avant lavage dès lors que la fouille de chaque contexte est finie, mais pas lorsqu’on traite le mobilier au fur et à mesure de son exhumation. À moins d’avoir choisi un système où les vracs de mobilier sont tous individualisés précocement, la probabilité de retrouver à tout moment du mobilier d’un contexte déjà traité n’est pas nulle.

  • Le nombre de lieux de travail et de conservation différents fonctionnant simultanément. Plus ils sont nombreux, plus une gestion dynamique est nécessaire (surtout si les va-et-vient sont fréquents). Il faut y inclure également les laboratoires de restauration ou d’analyse auxquels du mobilier a été confié.

  • Le volume de mobilier. Au delà d’un certain volume, il est nécessaire d’adopter au moins une gestion par caisse.

Stratégies de gestion précoce du mobilier

12Dans la plupart des cas (opérations en continu effectuées par un seule équipe, lavées et traitées dans la foulée, avec un volume de mobilier pas trop important…), la gestion sur le terrain jusqu’au lavage peut être réalisée sans inventaire précoce, par un classement physique et une signalétique adaptés.

Par le classement physique

13Cette méthode suppose que l’on prépare des caisses étiquetées selon la provenance stratigraphique et que les fouilleurs placent le mobilier dans la caisse correspondante. L’usage de « fantômes » pour les extractions en améliore la fiabilité. Cependant, on ne peut être sûr que tout le mobilier exhumé soit présent, ni de repérer un oubli ou une disparition. Compte tenu de ces faiblesses, une telle méthode convient à une opération archéologique menée par peu d’intervenants présents tout au long de la chaîne de traitement, sur un seul lieu à la fois ou en plusieurs lieux successifs, mais non simultanés.

Par le croisement d’un tableau présence / absence par us, un inventaire des caisses et un classement physique

14Cette méthode permet de connaître l’existence du mobilier, si bien que lorsque tel élément ne se trouve pas dans la boîte où l’on s’attend à le trouver, au moins est-il immédiatement possible de signaler son absence et de partir à sa recherche. Toutefois, cela ne dit pas combien de sachets de mobilier ont été recueillis et ne permet pas de savoir si le mobilier est au complet. Cette méthode permet de gérer de façon satisfaisante de plus grands volumes de mobilier et plus d’intervenants que la précédente, notamment lorsque la fouille de chaque contexte se fait en une fois ou à la suite, et que le mobilier issu d’un même contexte stratigraphique peut être regroupé sur le terrain. Elle s’adapte mal aux situations de chantier où les mêmes structures sont fouillées à des moments différents, en particulier lorsqu’elles ne le sont pas par les mêmes personnes.

Par l’inventaire des caisses, l’inventaire du mobilier et le classement physique

15Ce mode de gestion permet de comptabiliser les ensembles de mobilier différents issus d’un même contexte, et donc de savoir s’il en manque et lesquels (de même pour les caisses). Il convient à des opérations d’envergure où le traitement archéologique est effectué par d’autres intervenants que les fouilleurs, sur plusieurs sites. Toutefois, les ensembles individualisés sur le terrain ne garderont pas nécessairement leurs références initiales. Il convient donc en ce cas de s’interroger sur la pertinence d’adopter tantôt un système définitif unique et cohérent, tantôt deux systèmes dissociés (« de terrain » et définitif) avec les contraintes de suivi et de mise à jour que chacune des options implique.

6.1.2. L’inventaire pendant l’étude

16Après le lavage, la gestion s’organise en fonction de la possibilité d’individualiser des éléments pertinents, du fait de leur fragmentation ou de leur lisibilité. On dispose ainsi d’individus identifiés et dénombrables, en état de se voir attribuer un numéro d’inventaire définitif, et des ensembles de fragments pouvant se voir attribuer un numéro d’inventaire mais susceptibles d’« engendrer » des individus ultérieurement : les vracs avant remontage. En termes de lisibilité, nous avons des objets compréhensibles ou descriptibles en l’état, ou bien des vestiges illisibles, tels que les objets métalliques, qui seront éventuellement orientés vers des traitements de restauration.

6.1.2.1. Le bon moment pour l’inventaire

17Commencer tôt l’inventaire permet de gérer l’ensemble du mobilier, mais implique nécessairement des corrections au cours de la phase suivante, notamment dans un système non emboîté. Enregistrer tard permet d’éviter les errements des subdivisions des vracs, mais empêche de gérer la totalité du mobilier durant les phases précoces du traitement, c’est-à-dire, globalement, au moment où on a le plus besoin de le gérer. Bien entendu, corrections et mises à jour s’étendront au-delà du numéro d’inventaire et, en particulier, aux rubriques descriptives, qui gagneront en pertinence et en richesse au fur et à mesure de l’étude. Cependant, ces corrections ne portent pas sur la totalité du mobilier et posent moins de problèmes de gestion que les changements d’identifiant ou la subdivision des unités d’enregistrement.

Enregistrer tôt, mais pas trop tôt

18Après nettoyage et tri – par matériau d’abord, par des critères techno-typo-chronologiques ensuite –, on pourrait inventorier la quasi-totalité du mobilier à un niveau descriptif assez léger, certes, mais exhaustif. Lorsque les unités d’enregistrement sont inventoriées de façon emboîtée, on peut procéder à l’inventaire de tout le mobilier sans craindre de devoir modifier sensiblement les enregistrements déjà effectués. Lorsque le système est partiel, c’est-à-dire lorsque les vracs ne sont pas inventoriés, on peut inventorier de façon définitive les objets « isolés ». Les objets issus des éventuels remontages seront ajoutés au fur et à mesure de leur identification. Lorsque le système d’enregistrement est de type total et non emboîté, et si un remontage est à suivre, on peut utilement repousser l’étape d’inventaire jusqu’au moment où les collages auront été recherchés, ce qui permettra de faire émerger des individus et de les enregistrer en même temps que le vrac restant. Il y a donc un choix à effectuer quant au moment de procéder à l’inventaire et d’attribuer un identifiant.

19On aura parfois intérêt à faire un inventaire assez vite, même s’il n’est pas très riche du point de vue descriptif. C’est le cas, en particulier, lorsque l’inventaire détaillé a peu de chances d’être fait dans un délai raisonnable, lorsque l’étude ne suit pas directement la fouille, lorsqu’elle ne doit pas être effectuée par les mêmes personnes, lorsque les volumes de mobilier sont très importants, ou bien lorsqu’ils doivent être conservés à des endroits différents. Cette stratégie permet de disposer d’un inventaire complet. Cela facilite la gestion mais, on l’a compris, oblige à un « suivi des modifications » des identifiants au fil des opérations à venir.

20Certaines unités d’enregistrement sont amenées à évoluer, soit par fusion (plusieurs éléments enregistrés individuellement se révèlent faire partie du même objet) soit par parthénogenèse (un vrac ou un lot donne naissance à des objets individualisés). Un exemple significatif est celui des lots de fragments d’objets en fer : souvent méconnaissables à l’œil nu, on peut les faire radiographier, ce qui implique d’enregistrer ce mobilier et de gérer le mouvement vers le laboratoire où se feront les radiographies. Ces dernières permettent d’identifier certains objets, de décider quels éléments sont à enregistrer en lots ou en vracs (clous, fragments indéterminés) et lesquels à considérer comme des objets. L’opération implique la création de numéros d’inventaire à reporter sur la radiographie et/ou à lier à la documentation associée [fig. 103]. Toujours dans l’hypothèse d’un fichier qui répertorie toutes les unités d’enregistrement au même niveau, il faut alors, sur les fiches créées, reporter le mouvement qui avait été enregistré collectivement pour le vrac initial.

fig. 103

Radiographies de deux vracs d’objets en fer ayant chacun, au départ, un seul identifiant :
en haut : CHE.8050.55 ;
en bas : CHE.8054.35. La radiographie a permis d’identifier des objets qui recevront par la suite un numéro d’inventaire individuel. Les étiquettes renvoient à l’enregistrement individuel de chaque image, lié à l’inventaire du mobilier.

© C. Kuhar, SADY (d’après RXIRRAP).

Enregistrer tard, mais pas trop tard

21Nombre de situations peuvent faire préférer un enregistrement d’inventaire tardif, en particulier lorsque les problématiques de remontage sont essentielles pour l’étude archéologique, encore plus lorsque les remontages entre contextes sont potentiellement importants, et les cas où l’on est incapable de décrire. Cette stratégie, qui évite les corrections a posteriori, est particulièrement adaptée aux opérations pour lesquelles une équipe réduite suit sans discontinuité la chaîne archéologique depuis la fouille jusqu’à l’étude, dont le mobilier est rangé dans un même lieu et dont le classement physique est excellent.

22Quelle que soit la situation, il faut également prendre en compte le temps dont on dispose pour l’étude archéologique : on ne fera pas les mêmes choix si on est dans les délais tendus de l’archéologie préventive ou lancé dans une publication scientifique au long cours. Dans le premier cas, même si le remontage n’a pas été fait exhaustivement et qu’une partie du mobilier n’a pas été étudiée, on ne peut différer éternellement l’établissement de l’inventaire, qui doit être joint au rapport d’opération.

23Par ailleurs, repousser le début de l’inventaire revient à prendre le risque de ne pas l’achever avant la fin du post-fouille. C’est ainsi que le « passif » s’accumule : l’équipe de fouille qui repart sur un autre chantier traite celui-ci en priorité, et le traitement archéologique qui n’a pas été achevé dans le cadre de l’opération précédente a des grandes chances de ne jamais l’être.

Inventaire et documentation associée

24Dans tous les cas, et même si les délais ne posent pas de problème, au moment où l’on commence à documenter par le dessin et la photographie ou à effectuer des analyses et des traitements, il faut absolument que le mobilier concerné ait reçu un numéro d’inventaire, de préférence définitif. Sans identifiant, il est difficile de rattacher à l’objet la documentation qui le concerne et le lien documentaire finit immanquablement par se perdre ; si le numéro n’est pas définitif, son changement entraînera plus tard la mise à jour de toute la documentation associée. Dans le cas où l’objet est publié, mieux vaut qu’il le soit avec un numéro d’inventaire définitif, car il ne sera plus possible de le corriger par la suite. Dans les instructions pour l’enregistrement du mobilier de Bibracte, est ainsi précisé que « l’on crée une fiche (papier puis informatique) dès lors qu’un objet / prélèvement fait l’objet d’une analyse, d’une étude spécifique, d’un dessin, d’une photo ou d’une restauration » (Guichard 1997 : 23). Pour le système Archéodata, utilisé sur le chantier-école de Coupéré, où lots, vracs et objets (« individus ») reçoivent un identifiant, on isole l’élément au sein d’un lot ou d’un vrac dès qu’il peut « présenter un intérêt quel qu’il soit (datation, typologie, qualité de l’objet, indice de présence, etc.) ainsi que tout objet à dessiner ou à photographier » (Maraval, Marty 2004b : 11). C’est également le choix fait par l’équipe du sady.

25La documentation associée, composée de radiographies, de dessins, de photographies et de fiches d’intervention de conservation-restauration, pourra être intégrée au système d’inventaire à mesure de sa constitution et selon les choix effectués : lien avec les systèmes d’enregistrement des différents fonds documentaires, visualisation directe ou référencement.

6.1.2.2. Modalités successives du classement - rangement

26Au cours du traitement archéologique, le mobilier peut passer par des modes de rangement différents, correspondant aux diverses façons d’envisager le travail sur le mobilier.

27Avant inventaire, celui-ci est souvent rangé en caisses par provenance stratigraphique ou étalé (selon la place disponible). En cours d’étude, des remontages sont étalés, comportant parfois plusieurs us simultanément. En cours d’inventaire, le mobilier est rangé par matériau, y compris les individus remontés ou collés, les vracs en sachets classés par contexte ou par catégories typo-chronologiques, généralement sortis par caisse ou par contexte. Après inventaire, le mobilier est conditionné par matériau, puis par contexte ou par catégorie typo-chronologique pour les vracs et les objets rangés en caisse ou en boîte ; par taille, par type ou par contexte pour les objets disposés directement sur étagères ou sur palettes, tels les récipients collés et le lapidaire.

28À Coupéré, par exemple, lorsque l’us est en cours de fouille, le mobilier est classé par us et sous-classé par matière et par famille ; dès que l’us est « clôturée », après vérification du pré-inventaire, le mobilier est ventilé par matière et par famille, toutes us confondues, pour une même zone. C’est seulement en fin de parcours que le mobilier des différentes zones est regroupé par matière et que la numérotation des bacs est effectuée (Maraval, Marty 2004b : 9, 18). Au sady, le mobilier est trié par matériau, les matériaux sensibles reçoivent immédiatement un conditionnement adapté, et les objets ou les vracs sont classés par zone et par contexte dans des caisses. Parfois, les plateaux de séchage portant du mobilier étalé sont gardés en l’état dans l’attente d’un remontage à suivre. À Bibracte, en dehors des monnaies et des prélèvements pour analyses, le mobilier est « conservé dans la salle de travail, sur des plateaux en plastique, jusqu’à la fin de la campagne de terrain » (Guichard 1997 : 21).

6.2. Le chantier des collections

29Les anciennes collections – souvent dénommées le « passif » – n’ont pas bénéficié de l’outil documentaire actuel et ont été inventoriées de façon diversifiée, plus ou moins cohérente. Pour les intégrer à l’inventaire actuel, on doit reprendre leur enregistrement, élaboré sur d’autres bases, et procéder à un récolement, parfois complété par une remise à niveau globale en matière de conservation aussi bien que documentaire. Il s’agit là d’un autre type de chantier, parfois stratifié et qui ne se déroule pas en plein air : le « chantier des collections ».

6.2.1. Traiter le « passif »

6.2.1.1. Comment se constitue le « passif »

30L’enregistrement d’une collection fraîchement exhumée se fait généralement dans le système et selon les normes de l’institution vouée à l’accueillir – du moins peut-on raisonnablement l’espérer. Il est assez rare, pour ne pas dire exceptionnel, sauf pour les très jeunes institutions, que le système d’inventaire soit déjà opérationnel à l’arrivée des premières collections, et il n’est pas toujours possible de réaliser les inventaires à mesure des arrivées, ce qui explique l’accumulation d’un certain retard. Or, le principe qui prévaut au sein des établissements est de travailler au présent avant d’apurer le passé : la priorité est systématiquement donnée aux nouvelles recherches ou aux nouvelles collections sur les anciennes, faute de quoi on fabriquerait du passif indéfiniment.

31Certaines collections sont entrées d’un coup, sans qu’on ait eu les moyens de les inventorier : si les besoins de consultation n’ont pas conduit à les traiter, elles ont pu rester en cet état. Plus une structure est ancienne, plus elle accumule de retard. Au bout de vingt ou trente ans, plus de la moitié de ses collections peut n’avoir pas été inventoriée selon le système actuel – ce qui ne veut pas dire que ses collections n’ont pas été inventoriées du tout, heureusement !

32Dans certaines circonstances, on décide de se pencher sur les collections et de reprendre, partiellement ou totalement, l’inventaire du mobilier et de le confronter aux collections elles-mêmes. Cette opération est désignée par le terme « récolement » (inp 2014). La plupart du temps, le récolement seul ne suffit pas : au-delà de la simple vérification, un travail supplémentaire d’inventaire est à mettre en place. La différence entre les deux réside surtout dans le point de départ : lorsque l’inventaire est absent ou incomplet, il s’agit de l’élaborer ou de l’améliorer du point de vue descriptif, de localiser les objets et d’évaluer rapidement leur état de conservation ; dans le cas du récolement, l’inventaire existe déjà, il est déjà aux normes de l’institution, et l’effort porte surtout sur la vérification de la présence effective des objets et sur leur état de conservation, non plus ex nihilo mais par rapport à l’état initial. Selon l’ampleur de la tâche, on parle d’inventaire-récolement ou d’inventaire tout court. Dans le vocabulaire des musées, on parle volontiers d’« inventaire rétrospectif » pour désigner une inscription à l’inventaire qui ne se fait pas dans l’ordre chronologique des entrées mais ultérieurement. Ces opérations s’accompagnent souvent d’une remise à niveau des conditions de conservation et constituent de véritables « chantiers des collections » (Naffah 2004 ; dmf 2008).

6.2.1.2. Qu’est-ce qu’un chantier des collections ?

33La définition donnée dans la « Muséofiche » de la direction des Musées de France est malheureusement assez vague et s’attache plus à la programmation qu’au contenu : « Le chantier des collections est un ensemble planifié d’opérations à adapter au contexte du musée et aux objectifs à poursuivre », « Il s’agit d’un processus qui, en fonction des objectifs poursuivis, fait alterner des phases de connaissance, de programmation et de traitement des collections. C’est pourquoi, il doit être non seulement programmé dans le temps (en particulier s’il est lié à une opération plus vaste de rénovation d’un musée) mais faire l’objet d’une programmation en moyens (humains, financiers, spatiaux…) nécessaires pour assurer sa réalisation. » Dans son déroulement, sont préconisées les étapes suivantes : « a. Inventaire, récolement, b. Mesures de consolidation et traitements (désinfestation, dépoussiérage…), c. Conditionnement, d. Transfert, e. Rangement » (dmf 2008 : 1-2).

34Christiane Naffah (2004 : 3) définit le chantier des collections comme « un enchaînement de différentes pratiques ordinaires de conservation préventive qui, associées, constituent un processus de traitement intégré ». Outre les étapes citées précédemment, elle mentionne les prises de vue et la modélisation spécifiques à ce chantier. Cette définition témoigne d’une conception fort large de la « conservation préventive », englobant des actions comme le récolement et les prises de vue, qui répondent plus à des objectifs documentaires, scientifiques et de gestion que de conservation stricto sensu.

35Or, ce qui nous semble intéressant dans la notion de « chantier des collections », c’est justement qu’elle associe des actions de conservation préventive à des actions d’inventaire-récolement et de classement, de façon intégrée et sur l’ensemble de la collection. Si nous traitons dans ce chapitre cette opération, qui concerne autant la conservation que la dimension documentaire, c’est que les difficultés de l’opération et l’organisation du travail dépendent beaucoup plus de l’état « documentaire » du mobilier que de son état de conservation, mais il est clair que les deux aspects y sont associés.

6.2.2. Les objectifs du chantier des collections

6.2.2.1. Contexte décisionnel

36Dans la vie d’une institution, c’est tout particulièrement lorsque son programme scientifique et culturel évolue ou s’affirme, ou qu’elle est en passe d’accéder à de nouveaux locaux ou a un réaménagement important, que l’on ressent le besoin de passer en revue les collections, de les « remettre à niveau » afin de reprendre son activité sur des bases saines. Selon le volume, les évolutions envisagées et les moyens mobilisés, ce « niveau » est plus ou moins élevé et plus ou moins satisfaisant mais, dans tous les cas, il offre une vue d’ensemble sur la collection. Une homogénéisation de son état de traitement peut raisonnablement en être attendue, même dans les projets les plus modestes. L’expression « chantier des collections », qui désigne cette opération, connaît, depuis le chantier du musée du quai Branly (de 2001 à 2004), qui l’a popularisée, un essor remarquable. Si l’expression est neuve, on peut cependant considérer que les différentes actions dont se compose un chantier des collections ont toujours été effectuées dans des circonstances comparables, même si le degré de division du travail n’atteint pas celui des chantiers récemment menés au sein de très grands musées.

37Pour axer la réflexion sur les problématiques spécifiques au chantier des collections, les décisions touchant le système d’inventaire, le déménagement et l’aménagement des réserves doivent avoir déjà été prises. Il s’agit donc d’organiser un chantier des collections et d’élaborer des stratégies pour placer les collections dans le contexte préalablement défini pour elles, tant du point de vue physique que documentaire. Dans la pratique, il peut arriver que tous ces problèmes doivent être traités en même temps (cf. supra § 5.1., infra § 7.1.). Il est à tous égards préférable, du point de vue documentaire, qu’un système d’inventaire soit déjà en usage et validé par l’expérience.

6.2.2.2. Fixer des objectifs généraux

38Dès lors que les circonstances permettent de fédérer les énergies en ce sens, un établissement décide de s’attaquer à son passif. L’ouverture du chantier des collections débute par une indispensable réflexion de fond destinée à fixer des objectifs réalistes et à définir les moyens de les atteindre. Pour planifier et dimensionner les différentes étapes, il faut en effet non seulement formuler des objectifs, mais aussi avoir une idée de ce qui sépare cette ambition de la situation présente.

39Paradoxalement, même si, intuitivement, l’état des lieux vient chronologiquement en premier, il nous semble plus intéressant de fixer de prime abord les objectifs globaux. La rédaction des objectifs est une tâche à accomplir en interne, préalablement à l’état des lieux, car devant, précisément, orienter celui-ci. Naturellement, il ne faut pas demander la lune : il s’agit ici de travailler de façon pragmatique sur ce qui est réalisable, en fonction des moyens dont on pense pouvoir disposer.

40La « Muséofiche » publiée par la direction des Musées de France (dmf 2008) n’aborde malheureusement pas dans le détail cette question des objectifs, lui préférant un passage en revue des diverses situations concernées : rénovation de musée, mise à niveau des collections, etc. Or, il existe toujours plusieurs niveaux d’intervention possibles et, à moins de disposer de moyens très importants, on sera sans doute conduit à établir des priorités entre les niveaux à atteindre dans les différents domaines : ne pas expliciter ses objectifs peut conduire à des choix qui ne seront pas les plus judicieux. Il s’agit donc de définir ce à quoi on veut aboutir, de façon globale et cependant précise en termes de résultats, quantitativement et qualitativement. Du point de vue documentaire, de quels états d’inventaire et de marquage ou d’étiquetage des collections veut-on disposer à l’issue du dispositif ? Du point de vue de la conservation, quels types de conditionnement, de stockage, de mesures de conservation spécifiques veut-on mettre en place ? Du point de vue de l’accessibilité physique, dans quel ordre objets et boîtes doivent-ils être rangés en fin de parcours ?

41On doit ensuite, en fonction des objectifs généraux, fixer des objectifs opérationnels et, pour cela, voir quelles étapes seront nécessaires et quels sont les moyens qui doivent y être consacrés. On ne peut les connaître et, surtout, les quantifier, qu’à condition d’apprécier la différence entre la situation souhaitée et la situation actuelle. À ce stade de la réflexion, il est temps de faire l’état des lieux, c’est-à-dire de produire une image de la situation présente aussi proche de la réalité que possible. L’état des lieux « orienté » doit s’attacher à décrire et à quantifier l’état de conservation et de traitement des collections au regard des objectifs qui ont été définis.

42L’éventuelle étude de conservation préventive, qu’elle soit effectuée en interne ou par un consultant extérieur, peut fixer des règles générales sur le degré de qualité idéal de la conservation. Cependant, elle devra s’occuper en premier lieu des préconisations pertinentes dans la situation donnée et en fonction des objectifs identifiés, dès lors que l’on sait que les moyens d’atteindre les plus hauts niveaux de qualité ne seront pas disponibles dans l’immédiat.

6.2.3. Faire l’état des lieux

6.2.3.1. Qu’est-ce qu’un état des lieux ?

43L’état des lieux constitue une description quantifiée de la situation présente et peut être effectué de deux façons différentes : de manière exhaustive ou par échantillonnage. Un état des lieux exhaustif sur tous les plans n’est pas indiqué, mais certains aspects nécessitent une évaluation précise, utile pour déterminer par la suite les stratégies d’échantillonnage à mettre en œuvre. En particulier, il est indispensable de disposer d’un inventaire exhaustif des caisses, qui permettra aussi bien de quantifier que de suivre les opérations. Ensuite, l’estimation du nombre total d’objets, du nombre d’objets à reconditionner, du nombre d’objets non marqués et sans étiquette, etc. pourra être faite par échantillonnage.

44Plusieurs types d’échantillonnage existent : par séries ou aléatoire sur l’ensemble. Lorsqu’on choisit le second, il faut s’assurer qu’il est réellement aléatoire. On pourrait penser que c’est le cas si on sélectionne, par exemple, la première caisse du quatrième niveau à partir du bas de chaque module d’étagères, chaque nombre ayant été tiré au sort. En réalité, il n’en serait rien : pour des raisons pratiques, les éléments très lourds sont rarement placés au quatrième niveau et seront donc sous-estimés dans un tel échantillonnage.

45Lorsqu’on n’est pas assuré de pouvoir effectuer un échantillonnage réellement aléatoire, mieux vaut travailler par séries. La première étape dans la construction de l’échantillonnage est alors de repérer les séries homogènes, par matériau et par catégorie (« petit mobilier », vracs, lapidaire) et/ou par degré de traitement archéologique : collections non traitées, collections traitées, collections « étudiées ». C’est le degré d’homogénéité de la collection qui permettra de définir le niveau d’échantillonnage de chaque sous-ensemble et la façon de le mettre en place : par exemple, le nombre moyen d’objets dans une boîte de « petit mobilier » est généralement supérieur à celui de vracs de céramique dans une caisse. Selon le volume des collections, on échantillonne de façon aléatoire chaque série, après en avoir estimé la taille. On entend par « taille des collections », selon les actions envisagées, un volume, au sens géométrique du terme, un nombre de caisses, un nombre d’objets ou un nombre de références d’inventaire.

46Les estimations quantitatives peuvent également être effectuées à partir de l’inventaire, mais elles dépendent de l’état et de la qualité de celui-ci, qu’il s’agit évaluer également : lorsque tous les objets sont inventoriés, on obtient, bien entendu, des chiffres assez fiables, alors que dans le cas d’un inventaire défaillant, on est contraint de procéder par estimation, ce qui introduit des marges d’erreur supplémentaires. C’est la raison pour laquelle nous pensons qu’il est important, dans le cadre de l’état des lieux, de consacrer quelque effort à rassembler les inventaires ou, à défaut, la documentation afférente, de façon à pouvoir estimer le volume et la typologie des collections avec quelques chances de s’approcher de la réalité.

6.2.3.2. État des lieux documentaire

47L’intérêt de commencer l’opération par l’état des lieux de l’inventaire est double. D’une part, la correction, la mise à jour et la confection de l’inventaire sont des travaux qui, en eux-mêmes et en fonction de la qualité visée, prennent du temps, et ce temps doit être estimé. D’autre part, l’inventaire est un moyen d’apprécier le volume des collections et, donc, le temps nécessaire à leur traitement, et pourra être utilisé comme base statistique pour les autres états de lieux.

Rassembler la documentation disponible

48Nombreux sont ceux qui, face à une collection dont le style des identifiants et la numérotation semblent particulièrement difficiles à comprendre et à exploiter, se disent qu’il vaut mieux oublier l’inventaire qui l’accompagne et « repartir sur des bases saines ». L’expérience nous a montré que cela vaut réellement la peine de se pencher sur la documentation existante et de tenter d’en tirer quelque chose avant de l’écarter. En effet, si nous souhaitons sauvegarder le numéro d’inventaire d’origine, il faut avoir compris comment il fonctionne, quels sont les éventuels éléments signifiants qui le constituent, s’il y a déjà des doublons connus, etc. Cela permettra de voir comment l’intégrer dans le système utilisé au sein de l’institution. Le repérage des doublons permet de mieux choisir les modalités de renumérotation et de concevoir des systèmes qui n’engendrent pas de nouveaux doublons.

49La recherche documentaire ne doit pas se limiter aux inventaires, mais aller jusqu’à la documentation de fouilles. En effet, si les numéros d’inventaire sont signifiants par rapport à l’enregistrement stratigraphique, il faut tester la cohérence de ce dernier. Ainsi, par exemple, lorsque l’on enregistre une collection fouillée successivement par Pierre et par Paul, il vaut mieux s’apercevoir assez tôt que Paul, au lieu de commencer à numéroter ses zones là où Pierre les avait laissées, a redémarré à 1. Car dans ce cas, avec un enregistrement signifiant de type site / zone / us / n° d’objet, on peut avoir deux objets abc.1234.1 et abc.1234.1 qui ne proviennent pas du tout du même contexte archéologique. Il y a des moyens de résoudre ce problème pour l’intégrer dans le système de numérotation de la structure… encore faut-il s’en être aperçu à temps ! Sinon on risque d’aboutir à des aberrations archéologiques dans l’interprétation du mobilier. Pour ce cas, qui s’est présenté au sady, nous avons décidé de créer deux codes de site différents, un pour les fouilles de Pierre, un pour les fouilles de Paul.

Évaluer les inventaires existants

50Pour faire des choix adaptés aux différentes situations, il faut donc, dans un premier temps, s’enquérir des inventaires disponibles et évaluer la qualité des numéros d’inventaire : présence, unicité, nombre de doublons, pourcentage de la collection ayant reçu un identifiant. L’exhaustivité est évaluée par le nombre de références et le pourcentage des collections effectivement inventorié selon le système utilisé dans l’institution. En cas d’inventaire partiel, la mesure s’effectue en fonction du nombre d’objets potentiellement « isolables » ; en cas d’inventaire total, par rapport à la totalité du mobilier. On évalue ainsi le nombre moyen d’unités d’enregistrement effectivement enregistrées et potentielles, par type de contenant et par type de mobilier. Pour estimer le nombre de références d’inventaire cible, en l’absence d’inventaire ou en présence d’un inventaire non exhaustif, il est possible de prendre pour base la moyenne des enregistrements par type de mobilier et type de contenant, calculée sur le mobilier déjà récolé dans la structure de conservation. Lorsque les données sont trop peu nombreuses pour établir des statistiques valables, sous toutes réserves – et en particulier celle de la grande dispersion des résultats, qui doit inciter à la prudence –, les chiffres du sady peuvent servir de base de travail [tabl. XII].

tabl. XII

Nombre moyen d’enregistrements d’inventaire par type de mobilier et par type de contenant au dépôt archéologique du SADY, où vracs, lots et objets sont inventoriés (chiffres 2011). Sont exclus de ces statistiques les céramiques recollées et les hors-format.

51On s’intéresse ensuite à la cohérence : pour chaque unité d’enregistrement, a-t-on les mêmes types de renseignements dans les mêmes rubriques et dans le même ordre ? L’homogénéité est assurée lorsque les mêmes niveaux d’information sont atteints pour tous les enregistrements. Enfin, on mesure la richesse descriptive afin d’apprécier les problèmes spécifiques et les compléments à apporter en fonction des objectifs fixés. Si on a décidé par exemple que les rubriques obligatoires étaient la dénomination, le matériau et une période chronologique, le poids, le nombre de fragments et la provenance stratigraphique, plutôt que de considérer une valeur informative globale il est pertinent d’évaluer le remplissage de ces rubriques, la possibilité d’isoler ces informations et leur conformité aux éventuelles listes de valeurs définies.

52Dès lors que les inventaires se révèlent utilisables, notamment du point de vue de l’exhaustivité et de la cohérence, on peut saisir les fiches dans l’inventaire, si l’on peut dire, « au kilomètre », quitte à déléguer cette tâche (secrétariat, saisonniers d’été, bénévoles, stagiaires). Du moment que l’on sait dans quelle case inscrire tel ou tel renseignement, il ne s’agit plus que d’un travail de saisie qui ne nécessite pas de compétences archéologiques particulières. Cependant, dans le cas où la cohérence s’avère moyenne, cette tâche doit être menée par le gestionnaire du mobilier lui-même ou par un archéologue connaissant le vocabulaire descriptif et le mobilier, car le travail de vérification de saisie est alors trop important pour que la délégation à des non-spécialistes soit rentable.

Estimer la conservation du lien documentaire

53Parallèlement à la récupération des inventaires, il faut faire une plongée dans les collections elles-mêmes afin de savoir si les objets sont marqués ou étiquetés, ou s’il va falloir comparer l’objet à sa description pour l’identifier. Les situations sont en effet fort distinctes lorsqu’on dispose d’objets marqués lisiblement ou lorsqu’il faut regarder des dizaines de planches de dessins archéologiques dans le but de déterminer que l’épingle en os que nous avons sous les yeux est xyz.14560.3, ou bien xyz.14561.4, à moins qu’il ne s’agisse de xyz.14533.8. Pour évaluer ainsi les éventuelles difficultés d’identification des objets et du récolement, il convient de procéder par échantillonnage représentatif des différentes séries (« petit mobilier », céramiques remontées ou dessinées, vracs).

54On tente donc d’estimer le mobilier possédant déjà un numéro d’inventaire lisible, marqué ou étiqueté, le mobilier dépourvu de numéro d’inventaire mais doté d’une provenance archéologique, d’un n° de dessin ou d’une autre référence, marqué ou étiqueté, et le mobilier sans référence, quantifiés en unités d’enregistrement et en pourcentage par caisse.

6.2.3.3. Évaluation du point de vue de la conservation

55La mise en place concrète de l’état des lieux doit s’attacher à mesurer, de façon aussi quantitative que possible, ou bien qualitativement, la distance entre l’état réel et l’état souhaité. Il faut donc, en fonction de l’objectif, décortiquer celui-ci en termes d’actions à effectuer pour l’atteindre, et trouver l’indicateur quantitatif rendant le mieux compte du facteur à évaluer, de façon à quantifier, pour chaque objet, caisse ou type de mobilier, ce qui reste à faire, en mettant en œuvre une stratégie d’échantillonnage pertinente.

Amélioration des conditions hygrométriques et propreté

56Dans le cas où l’un des objectifs est de placer les différents matériaux sensibles dans les conditions hygrométriques les plus favorables, en créant des microclimats par un conditionnement en boîtes étanches avec du gel de silice, la première étape consiste à vérifier que les matériaux sont triés, estimer le volume de matériaux sensibles déjà triés et le nombre de contenants non triés pouvant en receler. Si les matériaux sensibles sont déjà dans des boîtes étanches, on s’assure qu’ils sont conditionnés de façon adéquate, dans des boîtes adaptées, que celles-ci sont garnies de gel de silice conditionné, le tout quantifié en nombre de mobiliers à reconditionner, de boîtes à acheter, de sachets de gel de silice à prévoir, etc. On évalue l’état de conservation par le nombre d’objets montrant des signes d’altérations actives dues à l’hygrométrie inadaptée, en nombre par boîte et, pour les vracs et lots, par le nombre d’ensembles dans lesquels un objet au moins présente ces altérations.

57Dans le cas où l’un des objectifs est la propreté des objets, il s’agit de vérifier que tout le mobilier est lavé et dépoussiéré. Dans le cas contraire, on estime le volume ou le nombre de caisses de mobilier à laver, ainsi que le nombre de caisses, de sachets ou d’objets nécessitant un dépoussiérage.

Conditionnement et supports

58Lorsque l’un des objectifs est de conditionner les objets avec des matériaux adaptés, on estime le nombre d’objets dont le conditionnement individuel doit être revu, ainsi que le nombre de contenants à changer par type. Dans le cas où l’un des objectifs est de d’assurer la stabilité mécanique des objets, on évalue le nombre d’objets instables mécaniquement et le nombre de supports à réaliser ou à améliorer.

6.2.3.4. État des lieux de l’accessibilité physique

59Il importe d’évaluer l’ordre dans lequel on range le mobilier, en fonction de plusieurs critères tels que les matériaux, pour des raisons de conservation, l’ordre des objets dans leur contenant et l’ordre des contenants dans les modules de stockage. On évalue les critères actuels sous l’angle de la cohérence et de l’homogénéité et leur adéquation avec une occupation optimisée de l’espace de stockage. Cette situation est ensuite confrontée à celle qui est souhaitée afin de déterminer quels critères garder, lesquels modifier et lesquels remplacer.

Le classement et le rangement de la collection

60On s’attache à déterminer, tout d’abord, si le mobilier est en état d’être classé. S’il n’est même pas lavé, il sera bien sûr difficile de le classer par typologie d’objets… Des opérations préalables au classement sont donc à prévoir. Cet aspect est quantifiable par le nombre et le pourcentage d’objets ou de vracs « inclassables » par boîte et/ou par leur volume. On cherche ensuite à savoir si le mobilier est déjà classé selon les critères définitifs : les différents éléments de la collection se déclinent-ils dans des séries ordonnées ? une logique de classement doit-elle être respectée, et comment ? – ceci quantifié par le nombre et le volume d’objets, ainsi que par le degré de contrainte du classement.

61L’estimation de l’exhaustivité de l’inventaire des contenants et de celui du mobilier (en nombre et en pourcentage) effectuée lors de l’état des lieux documentaire sera utile ici. En effet, de bons inventaires permettent de procéder à un classement « virtuel ». On vérifie que le système de localisation dans l’inventaire permet de ranger les objets et les caisses par tris informatiques, avant de le faire manuellement, ceci quantifié en nombre et en pourcentage d’objets et de contenants localisés. À cela, il faut ajouter une estimation du taux d’accroissement des collections, en particulier si le système de classement est ouvert (thématique, par exemple). Certaines des questions à se poser concernent certes le classement, mais comportent également un volet documentaire. En effet, l’inventaire, dès lors qu’il est assez représentatif des collections réelles et que les objets sont localisés, peut être en lui-même un outil de gestion du classement / rangement et permettre de simuler diverses options.

62Les problématiques de classement sont bien évidemment à traiter en fonction des objectifs et des contraintes du chantier. Un chantier des collections assez ambitieux appelle des collections parfaitement classées et « en ordre de marche » à l’issue du dispositif. Dans des situations moins favorables, on vise des buts plus réalistes. S’il est question, par exemple, d’organiser le déménagement de trois mille caisses de mobilier dans les six prochains mois à effectifs constants, le chantier des collections est réduit au minimum nécessaire afin de donner la priorité au déménagement : on ne s’occupe pas du classement des objets dans les caisses, mais seulement du rangement des caisses dans les étagères et de l’implantation de celles-ci dans l’espace de stockage (Païn 2002).

63Pour ce qui est de l’optimisation de l’occupation des volumes de stockage, il convient de faire le point sur les caisses à moitié pleines, ou, au contraire, trop remplies, sur le taux de compacité du rangement actuel, sur les différents standards de boîtes et leur compatibilité avec une optimisation du stockage, quantifiés en nombre et en pourcentage de standards et volume de collections concerné. On recense le nombre de boîtes et le volume de mobilier ne correspondant pas aux standards définis pour l’institution.

Préparer les données pour optimiser le rangement

64Pour réaliser une analyse complète des problématiques de rangement, il faut procéder à un recensement des données et des contraintes : on ne peut se limiter à l’évaluation des collections. En effet, les choix éventuels sont fortement liés aux contraintes inhérentes aux infrastructures matérielles et documentaires.

65Pour analyser la situation du point de vue des standards de contenants et de l’optimisation du stockage, il est utile de disposer d’un recensement des collections (au pire, d’une estimation) en termes de nombre et de type de contenant (cf. supra § 3.3.2.2.). Un recensement exhaustif est, bien entendu, préférable – déjà utile en phase « projet », il l’est encore plus en phase « réalisation ». La précision des calculs est également bien meilleure de la sorte. Il convient de marquer le numéro de contenant sur son étiquette, de façon à permettre de le retrouver si besoin puis, en phase « déménagement », de mettre en place un réétiquetage.

6.2.3.5. Mise en œuvre concrète de l’état des lieux

66Dans l’évaluation par échantillonnage, qui comporte des étapes de manipulation des objets, on procède simultanément à la quantification dans les trois domaines identifiés (documentation, conservation et accessibilité), en fonction des critères qui auront été établis comme pertinents pour cet état des lieux. On décide du degré d’échantillonnage en fonction des différentes catégories identifiées, des indicateurs choisis et des critères de quantification (présence / absence, nombre, pourcentage…) ou de qualification (degrés de priorité, échelle de valeurs…).

67On constitue une grille d’évaluation, sous forme de tableau, de fiche ou par un tout autre moyen permettant une manipulation aisée lors de l’évaluation et, par la suite, le traitement des informations. Si les informations recueillies doivent trouver place par la suite dans le système d’inventaire choisi, on a tout intérêt à utiliser celui-ci directement.

6.2.4. Choisir des stratégies

68Les résultats des états des lieux sont confrontés aux objectifs fixés. Selon le volume des collections et la distance observée entre la situation actuelle et celle qui est souhaitée, une stratégie d’action est à élaborer, permettant de franchir ce fossé dans un temps raisonnable, le cas échéant en plusieurs étapes. On élabore pour cela un ou plusieurs scenarii dans chaque domaine et on tente de voir comment les intégrer dans un parcours logique qui constituera le protocole du chantier des collections.

6.2.4.1. Choisir une stratégie documentaire

69L’évaluation de l’intérêt des inventaires existants et le test sur les collections orientent la façon d’envisager la saisie ou l’élaboration de l’inventaire (enp 2001). Deux options stratégiques majeures s’offrent à nous : partir des inventaires, ce qui revient à un récolement, ou partir des objets [tabl. XIII]. La première a l’avantage de constituer un inventaire (au moins un embryon) avant la manipulation des objets, mais il est impossible de savoir si celui-ci reflète la réalité de la collection ou non. Partir des objets garantit que l’inventaire sera celui des objets réellement conservés, mais ne permet pas de repérer les absences : on ne pourra faire l’économie de la confrontation à la documentation.

tabl. XIII

Stratégies d’inventaire en fonction de la qualité de la documentation et de la conservation du lien documentaire.

objets / documentation

si la documentation est globalement utilisable

si la documentation est globalement inutilisable

Si les objets sont généralement marqués ou étiquetés individuellement ou si, au moins, le lien avec la stratigraphie est conservé.

Saisie de l’inventaire, puis récolement et enrichissement au vu des objets.

On fait l’inventaire à partir des objets et on confronte avec la documentation a posteriori.
On signale en « ancien numéro » ceux que l’on a pu repérer.

Si les objets ne sont pas généralement marqués ou étiquetés (lien documentaire avec la provenance stratigraphique perdu ou difficile à établir).

Lorsque la documentation est assez riche du point de vue descriptif pour reconnaître les objets (dessins, photos, dimensions précises) : saisie de l’inventaire et travail par lots d’objets de même type pour réattribuer les numéros d’inventaire.
Lorsque la documentation n’est pas assez riche pour qu’une part importante des objets récupèrent leur numéro, ou lorsqu’il y a trop d’ambiguïtés : on part des objets, que l’on re-numérote, et on signale en « ancien numéro » ceux que l’on a pu repérer.

On fait l’inventaire à partir des objets, avec une numérotation non significative du point de vue archéologique, et on confronte avec la documentation a posteriori.
On signale en « ancien numéro » ceux que l’on a pu repérer.

70Dans le cas où les objets seraient généralement marqués ou étiquetés, il faut étudier comment les systèmes de numérotation existants pourront s’intégrer dans le système d’inventaire choisi par l’institution. On choisira un système adapté aux renseignements dont on dispose : en particulier, on ne prendra pas un système signifiant si les chances de retrouver les contextes stratigraphiques d’origine sont minces.

71Du point de vue de la description proprement dite, il faut fixer le niveau de précision et de richesse minimal pour l’inventaire du passif. Sauf attribution d’une pléthore de moyens humains, lorsque l’objectif premier de l’action est de résorber le passif et non de l’entretenir, tout doit être fait pour qu’un inventaire exhaustif soit disponible en fin de chantier. Pour aboutir à ce résultat, on doit le plus souvent en limiter la richesse descriptive.

Préparation du travail de l’inventaire en vue du récolement

72Dans le cas où l’on a choisi de partir de la documentation et que celle-ci est informatisée, il faut tenter la migration dans le système actuel, en faisant correspondre les rubriques de l’ancien inventaire aux champs du nouveau. Si elle est sur papier et assez homogène, on peut la saisir ou la faire saisir « au kilomètre », en construisant un masque de saisie aussi proche visuellement que possible de la documentation, ce qui facilite beaucoup le travail. Si l’on dispose de plusieurs sources, la logique voudrait que l’on commence par celle qui semble la plus complète (enp 2001). Une fois que l’inventaire est saisi et vérifié, et qu’on a déjà effectué une recherche de doublons pour tenter de quantifier le phénomène, on peut passer à l’étape du récolement. En l’absence d’un inventaire utilisable, on procède à un « inventaire-récolement » directement à partir des objets.

73Disposer d’un inventaire des inventaires, élaboré au stade de l’état des lieux, permet de quantifier le travail et de gérer l’avancement de l’étape de migration et de saisie.

Traitement des doublons et des cas litigieux

74Quelle que soit la stratégie choisie, on aura à traiter les cas des doublons de numérotation éventuels ou d’autres problèmes d’identification. Les doublons doivent être supprimés car, dans la plupart des systèmes d’inventaire, les identifiants servent à rechercher les objets, voire à les lier à la documentation associée, et la présence de doublons introduit des ambiguïtés nuisibles à un fonctionnement normal. Encore faut-il être en mesure de les repérer : on peut conseiller d’inclure dans le système d’inventaire des dispositifs d’alerte, qui détecteraient l’existence de doublons dès qu’on crée leur fiche, ainsi que l’affichage des numéros déjà attribués.

75Détruire un doublon revient à re-numéroter et, donc, à choisir le(s) quel(s) des deux (ou plus) doublons va changer de numéro et à donner un identifiant sans recréer un nouveau doublon. Pour ce qui est du choix de l’objet à re-numéroter, il vaut mieux garder les numéros d’origine pour les objets très documentés et changer ceux des éléments le moins cités dans la documentation associée. Ce choix est celui qui rend la résorption des doublons moins gênante, car, si l’on re-numérote des objets qui n’ont pas été déjà représentés sur le rapport de fouilles, dessinés ou photographiés, on évite le fastidieux travail de reprendre les liens avec ces données. Quand il faut décider par quels ensembles commencer l’inventaire, il semble donc assez naturel de prendre d’abord ceux qui sont les plus documentés, ou qui ont une chance de l’être : monnaies, « petit mobilier » et céramiques recollées.

76Pour ce qui est de la renumérotation, il est conseillé, en l’absence d’inventaire fiable, de se ménager des marges de manœuvre : par exemple, dans une numérotation significative du type mib.15.89.n, si la plus grande valeur de n repérée est autour de 20, on pourrait commencer à 200 pour les objets qui reçoivent un nouveau numéro ; si cela va jusqu’à 200, commencer à 500, de façon à mettre toutes les chances de son côté. Autre possibilité : composer un numéro qui garde trace de l’ancien, additionné d’un préfixe ou d’un suffixe, ceci seulement à condition d’être sûr, par construction, que le numéro ainsi créé ne peut pas exister par ailleurs.

77D’un point de vue pratique, il faut également décider ce que l’on va faire en matière de marquage ou de re-étiquetage des anciens doublons. Effacer un marquage peut prendre du temps ; effectuer un nouveau marquage peut être tout aussi long : on court alors le risque de « casser le rythme » du travail d’inventaire et du rangement. Il faut donc décider si l’on re-marque au fur et à mesure, si l’on re-étiquette sans remarquer ou si l’on regroupe tous les objets à re-marquer pour qu’une autre personne se charge de l’opération.

78De façon générale, il faut prendre des décisions sur la façon de traiter les autres cas litigieux : étiquettes ou marquages ambigus, objets trop ressemblants pour que la description les départage, etc. On peut envisager, de façon à ne pas interrompre le travail par des recherches complémentaires ou l’interrogation des « anciens », de placer tous les objets qui posent problème dans une caisse « à revoir » et de les traiter une fois que tous les éléments dont les références sont claires ont été inventoriés et/ou récolés. Cela permet parfois, par élimination, de retrouver le numéro d’un objet qui avait perdu son étiquette, ainsi que de repérer, pour la résorption des doublons, quels sont les numéros non encore attribués. Toutefois, cela n’est possible que si le nombre d’objets litigieux est faible.

6.2.4.2. Choisir une stratégie de conservation

79Dans le travail de conservation, trois types d’actions principaux peuvent être entrepris lors du chantier des collections. Certaines actions concernent la totalité des collections (conditionnement, par exemple). D’autres ne seront entreprises que pour certaines catégories spécifiques, en fonction de leur état.

Mesures préventives globales

80Ces mesures recouvrent en premier lieu des actions tendant à placer les objets dans un environnement approprié, telles que le conditionnement et les microclimats. En principe, ces mesures préventives concernent la totalité du mobilier et sont le minimum que l’on est en droit d’attendre d’un chantier des collections. Dans ce cadre, les mesures ne sont pas décidées au cas par cas en fonction de l’état de conservation individuel de chaque objet : ce sont des mesures globales en conformité avec les normes choisies pour l’institution.

81Parmi les mesures préventives globales se trouvent aussi des actions telles que le dépoussiérage et la confection de supports de conservation. En général, ces mesures ne concernent qu’une partie de la collection. Sans revêtir un caractère d’urgence absolue, il est utile de les mener à bien avant que des altérations ne soient constatées.

Mesures spécifiques et orientation vers des traitements

82D’autres mesures ont pour but de répondre à des fragilités spécifiques. Il s’agit essentiellement d’actions tendant à neutraliser ou à arrêter des altérations avérées, qui seront orientées vers des traitements de conservation curative. Se posent aussi des problèmes de lisibilité, qui induisent des traitements de restauration. Sauf situation réellement catastrophique, ces problèmes ne concernent en principe qu’une petite partie du mobilier.

83Dès lors que l’altération est en évolution et menace la survie des objets, et que des mesures de conservation préventive ne peuvent être mises en place pour arrêter cette dégradation à court et moyen terme, ces actions sont urgentes et importantes (priorité 1). Lorsque l’altération n’est pas évolutive ou que son évolution peut être arrêtée par des mesures de conservation préventive, ces actions sont importantes mais moyennement urgentes (priorité 2). Par exemple, un objet métallique qui est le siège d’une corrosion active, placé dans un microclimat à l’humidité très basse, peut attendre un traitement sans évoluer. Lorsque l’altération n’est pas évolutive et ne menace pas la survie de l’objet, enfin, ces actions sont non urgentes et moyennement importantes (priorité 3). Par exemple (et paradoxalement), une fois cassé suite à une instabilité structurelle faute de support, un objet n’est plus instable et son traitement ne présente plus, de ce point de vue, un caractère d’urgence.

84Selon l’état et le volume des collections à traiter, en fonction de l’urgence de la réponse à apporter et du pourcentage d’objets dont l’état de conservation est jugé préoccupant, diverses stratégies sont envisageables. Dans l’hypothèse maximale, tous les problèmes sont traités au fur et à mesure de leur détection : cette stratégie est adaptée lorsque les objets posant problème sont largement minoritaires ou lorsqu’on est sûr de disposer de moyens importants. Dans une hypothèse minimale, on règle les problèmes urgents (priorité 1), où la survie de l’objet est en cause, et on met les autres objets en stockage d’attente en constituant des lots selon les traitements prévus.

6.2.4.3. Choisir une stratégie d’accessibilité physique

Classement

85Lorsque le mobilier est classé au départ, et doit être classé à l’arrivée selon les mêmes critères, le travail à effectuer consiste, globalement, à remettre à leur place les objets « égarés », sans modification essentielle. Dans ce cas, la façon la plus simple d’aborder le travail est de l’effectuer caisse par caisse, étagère par étagère. Lorsque le mobilier est classé au départ, et doit être classé à l’arrivée selon d’autres critères, on a deux possibilités. La première solution consiste à sortir toutes les boîtes nécessaires et à piocher au fur et à mesure les objets pour les inventorier. Cette option est une stratégie intéressante car elle évite une étape de classement. On peut l’utiliser dans les cas où le nombre de caisses « source » n’est pas très élevé ou et dans ceux où l’inventaire des collections comporte déjà la localisation par boîte et permet, du coup, de savoir dans laquelle chercher les objets. La deuxième solution nécessite de reclasser à l’avance selon les nouveaux critères pour pouvoir inventorier dans l’ordre dans lequel on envisage de les ranger. Si les objets ne sont pas du tout classés au départ, cette étape de préclassement est indispensable.

86L’option qui consisterait à traiter les caisses actuelles au fur et à mesure et à distribuer les objets dans plusieurs nouvelles caisses selon les nouveaux critères, puis à intercaler les objets qui arriveraient par la suite, a l’inconvénient notable qu’on ne peut saisir la localisation (numéro de boîte) au moment où l’on inventorie. En effet, la possibilité d’intercaler empêche de savoir quand une boîte sera pleine. D’autre part, ce système oblige à avoir un nombre parfois considérable de caisses « ouvertes » à moitié récolées simultanément. Un exemple simple est le tri par matériaux : si dans les contenants tout est mélangé, il faudra avoir autant de contenants que de matériaux différents sur la table.

87Bref, avant de commencer l’inventaire, on a tout intérêt à « faire du rangement » en fonction des critères de classement souhaités. Toutefois, dans les cas où, en plus d’un classement aléatoire, on aurait des problèmes d’identification à résoudre (marquage ou étiquetage défaillants), il peut être préférable de traiter d’abord l’attribution du numéro d’inventaire et le récolement avant de procéder au classement.

88Constituer des ensembles cohérents et respecter un ordre croissant de classement implique parfois de traiter un volume de mobilier relativement important. Il faut en ce cas organiser un espace de travail comprenant un espace de stockage des caisses à inventorier, un espace de tri et un espace d’inventaire proprement dit, doté d’un poste de saisie et d’un poste de conditionnement ; le cas échéant d’un espace de prise de vues et, enfin, d’un lieu de stockage des caisses inventoriées. Seuls les objets trop encombrants ou trop volumineux pour être transportés justifient de se déplacer dans les réserves pour les inventorier in situ. Le reste du mobilier doit être manutentionné vers l’espace de travail.

Rangement

89Avant d’opter pour une stratégie de rangement, on procède à l’analyse globale de la collection et à une analyse par séries (cf. supra § 3.3.2.) (Pain 2010). Le cas échéant, on effectue des simulations de reconditionnement afin d’optimiser l’utilisation de l’espace de stockage.

90À l’issue de cette analyse doit apparaître l’intérêt ou non de reconditionner, totalement ou partiellement, les différentes séries qui composent la collection, ou parfois même d’abandonner les critères de rangement physique. Différentes stratégies sont alors possibles. Un reconditionnement général est indispensable en cas de panachage généralisé et d’ordre de rangement impératif. C’est le choix le plus simple mais aussi le plus coûteux en temps et en argent. On peut aussi reconditionner les séries les plus panachées ou les plus pénalisantes pour l’optimisation de stockage, en gardant les critères de rangement. Enfin, on choisit parfois d’abandonner les critères de rangement physique et d’adopter un rangement par formats, pour toute la collection ou pour certaines séries, dans les cas où l’on manque de place, ou bien quand les séries sont très panachées tandis que les standards sont relativement peu nombreux. Cette option suppose obligatoirement que l’on dispose d’une infrastructure documentaire où les caisses sont localisables facilement.

6.2.4.4. La consultation du mobilier pendant le chantier

91Pendant un chantier des collections, la vie d’une institution ne s’arrête pas nécessairement. Il arrive que certains objets concernés par le chantier soient sollicités sans pouvoir attendre la fin des opérations (prêt, organisation d’expositions, arrivées ou accueil de chercheurs qui veulent consulter du mobilier…). La planification d’un chantier des collections doit en tenir compte et définir les procédures permettant de faire cohabiter ces différentes activités.

92On est donc amené à faire des choix sur la façon de traiter le mobilier normalement compris dans le récolement mais qui n’est pas physiquement conservé dans la structure au moment où la série dont il provient sera récolée, le mobilier qui doit partir après le début du chantier, la communication de mobilier aux chercheurs, qu’il ait ou non été récolé au moment de la demande, et les arrivées de mobilier. Pour résoudre les deux premiers problèmes, on peut planifier dans le temps le récolement des séries en fonction des dates prévues d’arrivée et de départ des objets, de façon à procéder au récolement au moment où elles seront complètes. Cette option est la seule possible lorsque la documentation est déficiente, le lien documentaire fragile et les doublons nombreux, à moins qu’on ait décidé de renuméroter tout le mobilier de la série. Dans des cas plus favorables, avec peu de problèmes, on peut utiliser des fantômes dans le récolement des séries incomplètes et résoudre les problèmes une fois les objets revenus.

93Il semble difficile de garantir la communication pour étude de mobilier appartenant à une série en cours de récolement. On peut éventuellement communiquer des séries avant récolement ou des séries entièrement récolées, pour autant que l’emplacement provisoire du mobilier dans les espaces de stockage d’attente soit géré convenablement.

94Pour ce qui est des arrivées de mobilier « frais » : de façon à ne pas créer de nouveaux passifs, il convient de l’intégrer à l’inventaire de la façon normalement utilisée dans l’institution, de préférence dans d’autres lieux. Ces collections sont rangées dans des étagères « libres », c’est-à-dire dont l’utilisation n’a pas été prévue dans le cadre du chantier des collections.

6.2.5. Organiser le chantier des collections

6.2.5.1. Fixer des objectifs opérationnels réalisables

Choix et succession des étapes

95Afin de bâtir un protocole, il faut avoir une vue d’ensemble du dispositif. En effet, certaines étapes se commandent l’une l’autre (pour en effectuer une, il faut que l’autre ait été accomplie). Il est inutile de consacrer des moyens à une action qui ne peut avoir d’effets positifs sur la conservation que si elle est suivie ou précédée d’une autre dont on sait qu’elle dépasse le cadre fixé pour l’opération. Pour formuler clairement le projet et en dimensionner les moyens, il faut donc déterminer les différentes étapes nécessaires ou souhaitées, le niveau de traitement de chacune d’entre elles et la part de la collection qui est concernée.

96Concrètement, le chantier des collections comprend le plus souvent un certain nombre d’activités documentaires, d’évaluation de l’état de conservation des collections, de conditionnement, et de conservation, ainsi que des transferts physiques des espaces de stockage vers les espaces où se déroule le chantier, de ces espaces vers les laboratoires de traitement et des espaces de travail vers les espaces de stockage définitifs.

97Pour ce qui est de l’ordre logique, on peut considérer que les opérations de nettoyage (le cas échéant, de désinfection) doivent être menées le plus tôt possible : cela évite de salir les autres objets, les tables et le matériel. Le nettoyage est généralement suivi du déconditionnement. Si les objets ne sont pas étiquetés ou marqués de façon claire, on veillera, avant de déconditionner, aux indications présentes sur l’emballage et à sa « typologie ». C’est parfois la similitude des caisses ou des sachets qui alerte sur l’appartenance du mobilier à un ensemble.

98Dans les situations les plus dramatiques du point de vue documentaire, on est parfois amené à donner un numéro de récolement qui devra par la suite être remplacé par le numéro d’inventaire définitif, ce qui augmente d’autant le travail à faire. Dans tous les cas, le récolement doit être effectué avant l’étiquetage et le marquage, et donc avant le conditionnement. On ne peut documenter des objets qui n’ont pas reçu un numéro d’inventaire univoque et définitif. On serait, en l’absence d’identifiant, incapable de les individualiser ou d’en retrouver les informations afférentes plus tard.

99On peut décider d’intercaler des actions qui, si elles ne sont pas absolument indispensables au regard des objectifs, s’insèrent logiquement dans le processus et deviendraient plus coûteuses dans un autre contexte. En effet, le chantier des collections implique le déballage et la manipulation de tous les objets : il est donc intéressant d’effectuer, à cette occasion, toutes les actions qui nécessitent ce déballage et cette manipulation, de façon à éviter de les refaire plus tard. En particulier, on peut en profiter pour photographier les objets qui le justifient.

Niveaux de qualité

100Pour chaque opération, il faut établir des niveaux de traitement cohérents avec l’ensemble du dispositif et avec les moyens disponibles. Il faut également décider si certaines séries (et lesquelles) auront droit à un niveau plus ambitieux. Par exemple, on peut considérer que les sachets de tessons ne gagnent rien à être photographiés, que pour les céramiques remontées on peut se satisfaire d’une seule vue photographique, mais que pour les monnaies il faut absolument réaliser des clichés des deux faces.

101La plupart du temps, on procède d’abord à la détermination du niveau minimum appliqué à l’ensemble de la collection, puis au détail des catégories ayant droit à des traitements supplémentaires. Par ce moyen, on assure une plus grande homogénéité des procédures. On peut ainsi définir un niveau minimum global d’inventaire, avec un nombre limité de descripteurs obligatoires, puis, pour certaines séries, définir d’autres niveaux de qualité, tel le remplissage obligatoire d’un nombre plus important de rubriques, voire le remplissage exhaustif de la fiche d’inventaire dans son intégralité. En ce qui concerne le conditionnement, on peut décider de changer tous les sachets, ou bien seulement ceux qui sont dans des matériaux nuisibles ou abîmés.

6.2.5.2. Le protocole du chantier

102Une fois les stratégies d’action choisies, on peut, en fonction des objectifs, imaginer la procédure de récolement qui devra être suivie de façon rigoureuse par tous les participants. Oublier des étapes dans le processus peut être pénalisant pour l’homogénéité du résultat qui, rappelons-le, est un des objectifs. Aussi, il vaut mieux qu’une procédure routinière s’installe et, pour cela, effectuer le travail toujours dans le même ordre. Bien évidemment, les étapes que nous détaillons ci-après correspondent à une situation courante dans les structures de conservation, mais la situation réelle dans l’institution appellera sans doute des aménagements différents. Au cours de chantiers très complexes, déployés sur plusieurs sites et faisant appel à un personnel important ou à beaucoup de prestataires, il peut ainsi être nécessaire de prévoir une gestion spécifique de la traçabilité des objets. Celui du musée du quai Branly (quatre-vingt personnes sur trois ans) en montre un exemple : l’utilisation de codes-barres et leur pointage à chaque étape de traitement permettait de suivre les opérations (Naffah 2004 : 19).

Étape de transfert et de nettoyage

103Le mobilier doit être transporté dans l’espace où a lieu le chantier mais, en fonction de l’état de propreté du mobilier, on procède au transfert tantôt avant tantôt après nettoyage. En effet, pour ne pas salir l’espace de travail, il peut être préférable de dépoussiérer sur place, puis de déplacer le mobilier une fois propre.

104Le nettoyage comprend le dépoussiérage, parfois le lavage du mobilier non lavé, avec reprise de l’étiquetage existant ; le dépoussiérage des objets ne bénéficiant pas de conditionnement individuel ; le dépoussiérage du conditionnement des objets propres bénéficiant d’un conditionnement individuel.

Étape de pré-classement

105Elle gagne à être réalisée sans déballer les objets conditionnés en sachets. On sort toutes les boîtes d’un contexte ou d’un site ou d’un même matériau, en fonction du classement présent et de celui que l’on souhaite. Ce faisant, on vérifie la présence d’une étiquette ou d’un marquage. Si nécessaire, on étiquette en fonction de ce qui est marqué sur le contenant, avec un signe particulier indiquant qu’il s’agit d’un étiquetage a posteriori d’après le contenant.

106On trie par matériaux et on classe les objets dans l’ordre où on souhaite les ranger à l’arrivée, de façon à être raisonnablement sûr qu’il n’y aura pas d’intercalation à l’échelle d’une boîte.

Étape d’identification et de documentation

107En sortant l’objet du conditionnement, on vérifie s’il est marqué et/ou s’il est étiqueté, et si les deux concordent. Il ne faut pas jeter le conditionnement tout de suite, même s’il est destiné à changer : des éléments de stratigraphie sont parfois portés sur les sachets.

108On donne un numéro d’inventaire définitif. En fonction des choix de départ, on attribue un nouveau numéro de façon systématique ou on tente de garder, autant que possible, le numéro courant. Dans le premier cas, les numéros portés par les objets se retrouvent en « anciennes références » ; dans le deuxième, tout dépend de la qualité et de la cohérence du lien documentaire. S’il y a un inventaire et un numéro sur l’objet, il faut vérifier que le numéro correspond à la description portée à l’inventaire et qu’il est unique, auquel cas il peut garder son identifiant ; sinon il faudra lui en re-attribuer un. En cas d’inadéquation entre description et objet, pour un même numéro, on appliquera les procédures prévues aux « cas litigieux ». S’il n’y a pas d’inventaire, on procède à la saisie du numéro qu’il porte et de la description de l’objet. Si un autre objet de même numéro apparaît plus tard, on appliquera la stratégie choisie pour le traitement des doublons. On effectue le marquage et/ou on inscrit le numéro définitif sur l’étiquette, puis on reporte la provenance stratigraphique dans l’inventaire.

109On saisit dans l’inventaire les renseignements utiles, selon le niveau de description choisi au préalable, on mesure et/ou on pèse, on photographie l’objet si pertinent. Enfin, si la localisation doit être marquée sur l’étiquette, on attribue celle-ci avant de reconditionner (voir plus loin l’étape de localisation).

Étape de constat d’état et conditionnement

110On vérifie l’état de conservation en cherchant les signes d’une éventuelle dégradation en cours. On saisit dans l’inventaire, le cas échéant, l’urgence d’un traitement. Si la dégradation constatée est de type infestation et présente le risque de se répandre sur d’autres objets, il est impératif d’isoler l’objet et de nettoyer l’espace de travail avant de poursuivre. Lorsque cela se justifie, on confectionne un support et on reconditionne individuellement l’objet.

Étape de localisation

111On place l’objet dans un contenant soit définitif, soit voué à l’acheminer vers un traitement ou au long d’un parcours spécifique. Dans ce cas, une place doit être réservée à l’objet dans une caisse ou une boîte définitive qui l’accueillera au retour. Dans l’inventaire, on note la référence de ce contenant, ainsi que la sélection pour un parcours spécifique si nécessaire.

Étape de gestion du récolement et de transfert

112On note la date du récolement dans la fiche de l’objet, et le fait qu’il a été récolé dans une rubrique appropriée. Cela permettra, en fin de parcours, de savoir quels éléments figurant à l’inventaire n’ont pas été repérés et restent à localiser : prêts pour étude non rendus, objets égarés, etc.

113Lorsqu’un contenant est plein et que tout son contenu a été récolé, on note la date du récolement dans le fichier des contenants, et on marque la caisse pour indiquer par un signe physique qu’elle a été récolée si on le juge utile. Si, du fait d’un nouveau classement, les objets ne sont pas rangés dans la même caisse qu’auparavant, il est utile également de cocher, sur le fichier des anciennes caisses, celles qui ont été vidées ou « détruites ».

114Les transferts sont organisés par ensembles de caisses ou d’objets déjà récolés. Ils comprennent des transports groupés vers les lieux de stockage définitif et la mise en place sur les étagères.

6.2.5.3. Planifier et organiser le travail

Les modalités d’organisation de l’équipe

La chaîne de traitement

115En fonction du personnel chargé du chantier des collections, on peut organiser le travail de deux façons différentes, « artisanalement » ou « industriellement ». La première modalité convient à une équipe réduite capable d’assumer les différentes fonctions requises : chaque personne traite un objet du début à la fin du parcours (sauf les transferts, bien entendu, qui seront groupés). L’intérêt de cette organisation est que, à un instant T, peu d’objets sont « en transit » et aucun temps mort ne s’intercale entre deux étapes.

116L’approche « industrielle », adaptée à un grand volume de collections et à un personnel abondant, repose sur la division du travail. Chaque personne est affectée à une tâche particulière, ce qui permet de mieux utiliser les compétences spécifiques. Toutes les activités n’ayant pas la même durée, l’une des difficultés de cette approche est de parvenir à gérer efficacement les flux : comme pour tout travail à la chaîne, le travail n’est véritablement rentable qu’à partir du moment où tout le monde suit le même rythme. On peut, bien entendu, combiner intelligemment les deux systèmes pour aboutir à un dispositif où chaque ensemble d’étapes effectuées par une seule personne a une durée équivalente.

117La modalité « industrielle » oblige à prévoir un stockage transitoire à plusieurs stades du traitement et, de ce fait, nécessite plus d’espace pour se déployer. À un instant T, de nombreux d’objets se trouvent « en cours de traitement », ce qui peut être pénalisant selon les possibilités de stockage transitoire et le rythme des transferts prévu. Ce système nécessite plus de manipulations et de transferts que la modalité « artisanale ». Le chantier des collections du musée du quai Branly est un bon exemple d’organisation industrielle, avec un parcours des objets rythmé par des stockages d’attente et différents espaces dédiés, déployés sur 752 m2 (Naffah 2004 : 16).

Faire appel à un prestataire ou réaliser en interne

118Concomitamment, il s’agit de décider qui va mener à bien l’opération et combien de personnes y seront simultanément affectées, ainsi que les compétences nécessaires pour chaque poste. Il est envisageable de faire appel à des prestataires extérieurs à l’institution, mais alors la somme de connaissances engrangée pendant l’opération sera perdue pour l’institution. Lorsque le chantier est mené en interne, il faut prendre en compte le fait que les personnels doivent également faire face à leurs obligations habituelles. Il faut donc fixer quelle sera la part de leur activité réservée au chantier des collections. Même le gestionnaire du mobilier, qu’on imagine en première ligne pour encadrer les opérations, ne pourra consacrer tout son temps à cette tâche : à moins de suspendre toute autre activité de la structure, il devra continuer à recevoir le mobilier « frais », à gérer les mouvements, etc. Il est essentiel d’en prendre conscience pour faire des prévisions réalistes et ne pas se retrouver rapidement débordé.

119En particulier, l’idée que, sans rien changer au fonctionnement de l’institution, on va faire le chantier des collections « en s’y mettant », tout simplement, ne peut mener qu’à l’échec. Si c’était faisable, il faut s’interroger sur la raison pour laquelle depuis des années ce n’est pas déjà fait… Seuls l’apport de moyens supplémentaires et un arbitrage radicalement différent sur l’affectation des moyens existants, avec pleine prise de conscience du sacrifice effectué sur d’autres actions, peuvent permettre de mener à bien un chantier des collections.

L’estimation du temps et des moyens nécessaires

120Une fois choisi le protocole et le type d’organisation du travail, on effectue un test sur une fraction de la collection, qui permettra d’extrapoler la durée totale des opérations. Une bonne estimation du temps nécessaire permet de fixer des objectifs réalistes et de prévoir les moyens, notamment humains, dont on aura besoin, en fonction de l’horizon que l’on s’est fixé pour la totalité du passif à résorber. Aussi convient-il de mener ce test précisément, en prenant en compte toutes les manipulations, depuis la sortie de la caisse de son étagère jusqu’au temps passé à changer un sachet, sans omettre le temps que prend d’aller chercher des caisses vides et des sachets propres, le temps passé à découper les étiquettes, etc… Ces temps semblent négligeables à l’échelle de l’objet, ou même de la boîte, mais multipliés par cent ou par mille, voire par des dizaines de milliers, ils deviennent considérables.

121D’autre part, il importe de ne pas perdre de vue que les êtres humains ne sont pas des machines : ils boivent du café, reçoivent des coups de téléphone et échangent quelques mots avec leurs collègues. Le nombre d’objets récolés dans une journée de travail standard est donc plus représentatif du temps nécessaire que la durée d’une journée de travail divisée par la durée moyenne du récolement d’un objet.

122Le test permet d’estimer le temps nécessaire à chaque action : il est à proportionner au nombre d’objets, caisses ou références pertinent pour connaître la durée totale de l’opération. Si caisses, objets et références ont eux aussi été estimés par échantillonnage, une marge d’erreur plus large qu’en cas de comptage physique est à prévoir, car l’approximation ne porte plus seulement sur le temps consacré à chaque tâche, mais aussi sur le nombre d’objets concernés. En principe, nous l’avons vu, un système avec division du travail est censé être plus rentable qu’un système « artisanal », mais s’il y a trop de temps morts le temps gagné par la systématisation des tâches peut être perdu ailleurs.

123Une fois estimés le temps et le personnel, il reste à dimensionner l’espace de travail dévolu au chantier des collections, les éventuels espaces de stockage transitoire, les transferts de mobilier entre les différents postes et les transferts du stockage vers le lieu de traitement et retour.

La gestion du chantier des collections

124Parmi les résultats attendus d’une telle opération figurent l’attribution d’un identifiant univoque et non ambigu pour chaque unité d’enregistrement, un inventaire des mobiliers et des contenants – au moins à un niveau minimal permettant la localisation des objets dans l’espace de stockage –, des collections conditionnées par matériau, dans des conditions de conservation adaptées, et un rangement des collections optimisé du point de vue de l’occupation de l’espace de stockage – ceci de façon exhaustive, cohérente et homogène. On doit enfin disposer d’un signalement des objets concernés individuellement par des problèmes de conservation, en fonction des priorités définies, permettant d’initier une programmation des traitements.

125Tout gestionnaire a fait l’expérience d’inventaires sans cesse recommencés et jamais finis, d’objets recevant trois numéros d’inventaire successivement sans qu’aucun ne soit définitif et de choix de standards changeants ayant pour conséquence d’aggraver l’hétérogénéité de la collection. Seule la conservation peut bénéficier d’un traitement partiel (c’est toujours cela de fait…) mais tant que tous les objets n’ont pas été vus, il n’est pas certain que les vraies priorités, à l’échelle de la collection, aient été respectées. En termes d’inventaire et de classement, ne pas finir le travail entraîne souvent plus de confusion qu’il n’apporte de bienfaits : un chantier des collections doit absolument être achevé.

126Pour mener l’opération à son terme, il faut se tenir prêt à réduire drastiquement les prétentions en matière de niveaux de traitement. Même lorsque le projet initial est censé correspondre aux moyens réels dégagés pour l’opération, il est utile de définir (au moins dans son for intérieur), parmi les actions ou groupes d’actions décidés, lesquels seront sacrifiés dans le cas où l’achèvement de l’opération serait menacé par une réduction des moyens ou par l’inadéquation de ceux-ci au temps réellement nécessaire. Afin d’éviter les dérives, il convient de prévoir des indicateurs facilement mesurables permettant de suivre l’avancée des travaux et de fixer des objectifs partiels. Par exemple, lorsque 10 % du temps prévu pour l’opération est passé, on vérifiera que 10 % des collections ont bien été traités – en pondérant cette corrélation selon la typologie des collections, bien entendu. Cela permet de détecter précocement les distorsions éventuelles dans l’estimation de départ.

127Il importe également, en fin d’opération, d’évaluer celle-ci en fonction des objectifs fixés, du point de vue des résultats atteints mais aussi de l’adéquation des stratégies d’approche, de l’efficacité des procédures mises en place et de la correspondance entre estimations et réalité. Cette évaluation permettra de valider, de critiquer ou d’affiner la méthodologie utilisée.

6.2.5.4. Les transferts au cours du chantier

128Les chantiers des collections occasionnent plusieurs transferts qui peuvent être soit provisoires soit définitifs. Ils gagnent à être préparés en fonction de l’ordre des opérations qui suivent, de façon adaptée à la logique du dispositif. Deux cas de figure peuvent être distingués. Parfois le mobilier est rangé de la même façon et dans le même ordre qu’auparavant, même si c’est dans un lieu différent. Dans ce cas le transfert vers le chantier des collections peut se faire au fur et à mesure. On évite ainsi de prévoir un espace de stockage provisoire pour la totalité de la collection.

129Souvent, cependant, le mobilier est rangé différemment à l’arrivée. Pour pouvoir ranger les caisses récolées, on doit donc pouvoir disposer d’un espace de stockage, qui n’est pas nécessairement celui dégagé par ce mobilier avant reconditionnement. Cette option nécessite le transfert de la totalité de la collection hors des espaces de stockage, ou du moins de parts importantes de celle-ci.

Planifier la mise en place dans les nouveaux locaux

130Dans le cas d’une future remise en place dans les lieux mêmes, on peut supposer que le plan, la signalétique et l’identification des mobiliers de rangement sont déjà en place alors que le transfert d’un lieu à un autre a généralement pour effet de modifier la distribution des rayonnages dans les espaces de stockage. Il faut donc établir un plan précis du lieu d’arrivée et y faire figurer leur emplacement, ce qui permet de vérifier que toutes les unités de stockage ont bien leur place et que les circulations sont bien dimensionnées, en particulier pour les éléments très encombrants.

131Afin que la mise en place sur les étagères s’effectue rapidement et sans erreur, il convient de mettre en place un système clair d’étiquetage et de signalétique permettant de savoir sur quelle étagère placer quelle caisse. Un moyen simple est de noter le numéro d’étagère sur la caisse même : c’est utile au déménagement mais aussi, par la suite, à la correcte remise en place des caisses consultées. Lorsque la gestion des contenants est informatisée, on peut éditer les étiquettes automatiquement à partir de la base de données [fig. 102]. Lorsque la gestion des rayonnages est informatisée elle aussi, et permet un repérage des étagères vides ou pleines, et un calcul de la place encore disponible, ce placement peut être calculé, facilité ou confirmé en plaçant virtuellement les caisses sur les étagères avant même le transfert.

132L’intérêt de prévoir la place exacte de chaque caisse a plusieurs avantages. On peut ainsi régler la hauteur des tablettes à l’avance et éviter les effets des vibrations induites par la pose des tablettes sur le mobilier déjà en place. Par ailleurs, cela permet de ne pas suivre l’ordre de rangement au moment de la mise en place des caisses. En effet, faute de connaître à l’avance la place de chacune, on n’a d’autre choix que de commencer par la première et d’occuper les modules au fur et à mesure, ce qui oblige à ranger les caisses dans l’ordre systématique de leur placement. Ce système est pénalisant en certaines situations, car il ne permet pas de ranger simultanément plusieurs séries devant se situer successivement, et de ce fait ne permet pas à plusieurs personnes de ranger des caisses simultanément.

Mettre les collections en ordre de marche

Sortie et stockage d’attente avant traitement

133Pendant le traitement des collections, quelle que soit la situation, il est plus intéressant de sortir les caisses de leur stockage non dans l’ordre où elles sont rangées, mais dans celui qui sera le leur dans la configuration finale – pour autant que l’on puisse l’anticiper, bien entendu. Ainsi rangées sur des palettes ou des chariots, elles sont ensuite transportées vers le lieu de stockage d’attente aménagé dans l’espace de travail où se déroule le chantier des collections. En fonction des typologies de collections donnant lieu à des traitements différenciés, des séries et des options de reconditionnement, on distingue dans ce stockage d’attente les différents parcours. Si on le souhaite, il est possible d’assurer le suivi du chantier en notant, pour les caisses concernées, la date de sortie du stockage et, le cas échéant, le circuit dans lequel elles ont été engagées.

134Bien évidemment, transferts et stockage d’attente ne doivent en aucun cas pénaliser la conservation des collections : aussi, on se doit de créer ou de maintenir, dans les espaces de stockage provisoire et de travail, les microclimats nécessaires à la conservation des matériaux sensibles, et de protéger le mobilier contre chocs et vibrations lors des manutentions.

Stockage d’attente après récolement

135Une fois le mobilier traité, les contenants et les objets sont prêts à gagner leur lieu de conservation définitif. Le transfert vers celui-ci peut s’effectuer en flux continu : c’est le moyen le plus adapté lorsqu’on dispose de peu de place pour le stockage provisoire et que les transferts se font au sein même du bâtiment. On peut aussi procéder par lots. Pour cela, on doit disposer d’un minimum de place (au moins le volume d’un véhicule) pour stocker les caisses ou les palettes à transférer, et ne pas avoir besoin, sur le lieu de conservation définitif, des modules de rangement nécessaires au stockage sur le lieu de départ. En fonction du rythme de traitement, des capacités de stockage et des modalités de la prestation du transporteur, on pourra programmer des départs journaliers, hebdomadaires ou mensuels. Enfin, on peut aussi transporter la totalité en une fois, à la fin de l’opération : c’est le cas habituel des déménagements. Cette dernière option nécessite bien sûr un espace de grandes dimensions apte à recevoir l’intégralité de la collection avant transfert.

136L’ordre de transport des palettes de caisses ou du mobilier hors caisses n’est pas très important si l’on dispose d’étagères fixes. En revanche, les rayonnages mobiles ne permettent d’accéder aux étagères que par un seul couloir à la fois : il est en ce cas utile de bien réfléchir à l’ordre d’arrivée des palettes et de regrouper par voyage ce qui peut être rangé simultanément, de façon à éviter des stockages d’attente sur le lieu d’arrivée.

Démontage des rayonnages en vue du transfert

137Le stockage d’attente avant transfert vers de nouveaux locaux peut être organisé dans les anciens espaces, soit sur étagères, soit au sol par piles de caisses gerbables. Lorsque l’on réutilise les mêmes étagères sur le lieu de destination, elles doivent être démontées, donc vidées de leur contenu : on sort les caisses d’un module d’étagères, qui, démonté, dégagera de la place pour stocker les piles de caisses sur palettes. Si elles doivent être transportées ainsi, on évite des manipulations supplémentaires en procédant à une mise sur palette dès la sortie des étagères. Comme les piles sont plus compactes que le stockage sur modules de rangement, on récupère assez vite suffisamment de place pour stocker les caisses. On a dit que les caisses doivent être groupées en fonction des critères de rangement du lieu d’arrivée : on marque sur la palette les modules d’étagères concernées dans le lieu d’arrivée, en fonction de la signalétique et de l’implantation choisie.

138Si on a la possibilité de maîtriser l’ordre du démontage, il est recommandé de commencer par les modules qui seront installés le plus loin de la sortie dans le lieu de destination et par ceux rendus prioritaires par des raisons techniques (montage nécessitant des fixations, éléments très longs dont l’acheminement sera plus difficile une fois que d’autres rayonnages seront montés et gêneront la circulation…). Dans l’idéal, toutes les étagères devraient être installées avant l’arrivée des collections. Si on ne peut envisager un stockage de toutes les collections sur palettes sur le lieu de départ (par exemple, lorsqu’une part importante de la collection n’est pas empilable et qu’on n’a pas assez de place au sol), on transporte en priorité les modules de rangement destinés au stockage du mobilier en caisses, puis au moins une partie des caisses, gerbées sur palettes, le tout filmé pour l’immobiliser sur la palette, ce qui dégage de l’espace au sol pour extraire les objets non empilables de leurs modules de rangement et les préparer au transport. Puis on transporte les modules de rangement destinés à recevoir le mobilier non empilable et on les monte dans les lieux de stockage, avant de transférer les objets eux-mêmes.

6.3. L’inventaire est un outil

139L’inventaire n’est pas un document rédigé une fois pour toutes. Il n’est pas non plus un but en soi. L’inventaire est un objet changeant, modifié et enrichi au fil du parcours du mobilier, de l’acquisition de connaissances et de la vie de l’institution. C’est un instrument dynamique de gestion qui reflète l’activité documentaire telle qu’elle se pratique dans la vie quotidienne d’une équipe archéologique, témoin des besoins documentaires rencontrés à chaque étape et de leur inscription dans le cursus du mobilier archéologique. En fonction des opérations, de leur ampleur, de leur organisation dans le temps et dans l’espace, il s’agit d’adapter les moyens à mettre en place pour être plus efficaces, avec toujours pour horizon de faciliter l’accès aux collections.

140En effet, l’un des arguments avancés par les partisans du rejet des vracs après étude est que « jamais personne ne viendra les voir »… Or, si peu de chercheurs viennent consulter les collections archéologiques, ce n’est pas nécessairement parce qu’elles manquent d’attraits, mais parce que l’absence d’inventaire ou sa piètre qualité découragent les plus hardis de s’y plonger. Un inventaire bien conçu et alimenté régulièrement, comportant des rubriques descriptives pertinentes, permet, au contraire, de faire surgir des ensembles de mobilier à proposer comme sujet d’étude aux étudiants et aux chercheurs, qui non seulement disposent de ce fait de la possibilité d’isoler ces ensembles, mais bénéficient du travail de recherche préalable et des données associées déjà engrangées. Parions que la généralisation de tels outils documentaires susciterait plus de vocations !

Table des illustrations

Crédits © C. Kuhar, SADY (d’après RXIRRAP).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search