Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Chapitre 4. La démarche de conservation dans le cursus du mobilier

Texte intégral

4.1. Agir sur le terrain

1La découverte des vestiges enclenche la démarche de conservation propre à assurer leur préservation à long terme. Pour autant, cette phase n’est pas exempte de dangers et fait même peser de nombreuses menaces sur leur survie. Après avoir franchi l’étape du passage du milieu atmosphérique à l’enfouissement et avoir survécu à celui-ci, les objets doivent suivre le chemin inverse, du milieu enfoui vers le milieu atmosphérique.

2Ces aspects sont traités avec beaucoup de précisions dans des ouvrages généraux (Dowman 1970 ; Meyer, Relier 1988 ; Watkinson 1987 ; Cronyn 1990 ; Chavigner 1990 ; Bergeron, Rémillard 1991 ; Sease 1992). Des publications plus synthétiques sont disponibles (Deyber 2010 ; Biron 2010 ; Alloin, Mulot 2010), parfois consacrées à un matériau particulier (Appa-cepmr 2011) ou aux problématiques de prélèvement (Araafu, Irrap 2002 ; Drieux, Uzel 2008 ; Païn 2008).

3Le découpage chronologique adopté ici ne doit pas faire oublier que les modalités de prise en charge de la dimension de conservation au cours de chaque étape s’inscrivent dans une démarche globale mise en place par le gestionnaire du mobilier archéologique.

4.1.1. Protéger les vestiges dès leur découverte

4On ne peut œuvrer efficacement à la conservation des vestiges matériels sur un terrain de fouilles qu’à condition d’identifier correctement les dits vestiges et de se faire une idée de leur état de conservation et de leur fragilité. Il faut pour cela, au sein de l’équipe archéologique, des personnes d’expérience capables de deviner, dans un amas rougeâtre, un objet composite cuir/fer ou de reconnaître une verrerie dans un tesson opaque. Ceci est d’autant plus important que certains vestiges organiques, qui donnent leur sens aux objets et permettent leur identification, sont parfois réduits à l’état de traces ténues à la surface du sédiment : liens de cuir ou de textile, négatifs d’éléments en bois… Les connexions entre différents éléments du mobilier doivent donc être repérées et enregistrées rapidement pour, dans une phase ultérieure, décider de leur prélèvement et assurer leur conservation.

4.1.1.1. Rupture d’un équilibre et stress de l’exhumation

5Le premier problème qui se pose, lorsque l’on met au jour un vestige archéologique, est la rupture brutale d’un équilibre qui s’était établi au cours du temps entre l’objet et son milieu d’enfouissement. L’altération ne se développe pas de façon uniforme et linéaire depuis l’abandon jusqu’à la découverte : si c’était le cas, nous ne retrouverions pas les objets les plus anciens. Des altérations telles que la corrosion des métaux se développent rapidement dans les premières années, puis ralentissent à mesure que les ressources corrosives du milieu sont consommées. Si le milieu d’enfouissement ne reçoit pas de nouveaux apports et n’est pas bouleversé, l’altération ralentit considérablement et finit par s’arrêter [fig. 34].

6L’exhumation représente donc un bouleversement des plus considérables. L’objet passe d’un milieu obscur, moyennement aéré, d’une humidité élevée, d’une température stable, modérée à fraîche, à un milieu dont la température change rapidement, dont l’humidité est moyenne mais très variable, exposé à la lumière et très aéré. De plus, on le dégage du sédiment qui constituait une barrière physique relativement protectrice vis-à-vis des modifications de l’environnement et apportait surtout un support mécanique aux matériaux incapables de soutenir leur propre poids ou manquant de cohésion.

Quels sont les risques mécaniques ?

7Les conditions atmosphériques plus sèches jouent un rôle sur tous les matériaux, en particulier sur ceux qui sont hygroscopiques ou poreux. Ceux-ci subissent les effets du départ de l’eau qu’ils contiennent, ce qui induit une contrainte d’ordre mécanique et s’accompagne éventuellement d’un transport de sels vers la surface et de leur précipitation. Ce séchage n’est pas uniforme : la surface séchant en premier, des changements dimensionnels divergents entre l’extérieur et le cœur du matériau peuvent subvenir – avec d’autant plus d’effets mécaniques que le séchage est rapide. Des fissures ou des délitements de surface peuvent apparaître parfois, allant dans le pire des cas jusqu’à des fissurations à cœur et des dégâts structurels. La cristallisation de sels solubles au séchage peut produire des altérations sur les parois des pores et en surface.

8La fragilité ou l’absence de cohésion du matériau, due au lessivage de certains composants ou à leur dégradation chimique ou biologique, est un facteur essentiel. L’eau qui remplit les pores d’un matériau enfoui dans le sédiment, en l’absence de sollicitations mécaniques, l’empêche de s’effondrer et assure parfois une certaine cohésion par des liaisons hydrogène. Lorsque l’eau s’évapore d’un tel matériau, il est prompt à s’effriter ou à s’effondrer à la moindre tentative de déplacement, au cours d’une manipulation, voire sous son propre poids.

Quels sont les risques chimique et biologique ?

9Compte tenu du temps qui s’écoule entre la découverte d’un objet et son prélèvement, le risque chimique dans la phase d’exhumation concerne essentiellement les métaux : il suffit qu’il y ait de l’humidité et de l’oxygène au contact du noyau métallique encore conservé pour que des réactions d’oxydo-réduction démarrent. S’il ne reste plus de noyau métallique, il n’y a bien entendu nul risque.

10Les matériaux organiques non minéralisés exposés à une humidité élevée peuvent très vite faire l’objet de colonisations par des lichens, bactéries et champignons, l’exposition à l’air chargé en spores et à la lumière favorisant leur installation. Les autres matériaux poreux peuvent être colonisés également, car le sédiment qui les recouvre est un milieu favorable à leur développement.

4.1.1.2. L’altération en cours de fouille

Protéger les vestiges contre le séchage

11Le délai qui s’écoule entre le moment où l’on dégage le vestige et celui où on le prélève est crucial pour la survie de l’objet. Or, dans le déroulement d’une fouille archéologique, les besoins de compréhension du contexte archéologique et de son enregistrement conduisent parfois à maintenir sur le terrain pendant longtemps des objets dégagés. Certains d’entre eux supportent très mal l’exposition aux conditions extérieures. Il faut donc tenter de les protéger en les couvrant dès que possible, et tout faire pour diminuer le délai d’attente.

12Les matériaux les plus sensibles sont sans aucun doute les matériaux organiques gorgés d’eau, qu’il faut veiller à maintenir mouillés. Il faut prendre garde au fait que les matériaux dits « gorgés d’eau » ne sont pas uniquement ceux trouvés en milieu aqueux : bois et cuirs peuvent souffrir des mêmes types d’altération dans des milieux très humides peu aérés. Un bois qui ne flotte pas dans l’eau peut être considéré comme appartenant à la catégorie « gorgé d’eau » et les précautions dues à ces matériaux doivent lui être appliquées.

13Pour protéger un vestige, il ne suffit pas de poser une bâche sur lui ou sur le sondage au fond duquel il est placé [fig. 56]. Une bâche posée à plat sur le sol au-dessus d’un creusement où gît un vestige n’empêche pas ce dernier de sécher durant la journée – même s’il sèche moins vite qu’en plein soleil. Pendant la nuit, l’humidité condense et se déverse ensuite par ruissellement. En cas de pluie, il se peut que cette bâche ne soit pas non plus suffisante pour empêcher le trou de se remplir d’eau, et l’objet de se réhumidifier assez brutalement.

fig. 56

Protection des objets en cours de fouille sur le terrain :
à gauche : le creusement dans lequel se trouve l’objet est simplement recouvert d’une bâche ;
à droite : au fond du creusement recouvert d’une bâche, l’objet est lui-même protégé par un emballage ;
en haut : comportement de l’humidité pendant la journée ;
en bas : comportement de l’humidité durant la nuit. On constate que la bâche n’empêche pas le séchage pendant la journée, et qu’elle favorise le mouillage par condensation la nuit. Une protection au plus près de l’objet évite le dessèchement pendant la journée et le ruissellement direct la nuit.

14Pour éviter efficacement le séchage, il faut réduire la couche d’air entre l’emballage et l’objet. Cette couche étant plus sèche que le vestige, l’humidité de celui-ci est transférée vers l’air environnant jusqu’à ce qu’un équilibre s’établisse entre les deux. Plus la couche d’air est mince, moins de vapeur d’eau est nécessaire pour atteindre cet équilibre, et donc moins d’humidité est extraite du vestige. Afin de diminuer la quantité d’air, le mieux est d’utiliser un film souple, capable d’épouser les reliefs de l’objet au plus près de sa surface. Plusieurs couches d’un matériau de type film étirable alimentaire seront à même d’éviter son séchage, s’il est bien plaqué sur le vestige (c’est la difficulté). Par la suite, on peut couvrir le vestige ainsi protégé avec de la bâche, ce qui le protège de la lumière : non pas que la lumière soit nocive en elle-même pour la plupart des mobiliers archéologiques, mais maintenir un contexte humide – tel un abri de chantier en bâche blanche ou transparente – en présence de lumière peut favoriser la croissance de lichens avec une surprenante rapidité.

15Il faut rester conscient que ces protections sont temporaires et que, lorsque les conditions climatiques qui ont motivé leur mise en place ont évolué, elles peuvent constituer des « remèdes pires que le mal » : leur opportunité doit être réévaluée dès que la situation change.

Protéger vis-à-vis des risques mécaniques

16Les problèmes climatiques ne sont pas seuls à menacer la survie des vestiges. Les objets mis au jour peuvent aussi être victime des maladresses humaines : passage d’engins, piétinement, projection de sédiments lors de la fouille de zones adjacentes, etc. Un vestige fragile doit être identifié pendant la fouille par un signe connu par tous les intervenants sur le chantier, permettant d’identifier sa présence : piquets ou bombage de peinture, dont on l’aura protégé, bien entendu. Il peut être couvert, en particulier s’il y a du vent, par une caisse renversée ou un plateau, et isolé de la pluie par des bâches et des tranchées d’écoulement.

17La fouille nécessite un choix judicieux des outils en fonction de la dureté ou de la fragilité des vestiges et de celles du sédiment. Des petites piques en bois, de type brochettes ou cure-dents, pour les sédiments mous, des outils de dentiste pour les sédiments compacts, notamment argileux, conviennent pour la plupart des cas. Il faut veiller, en particulier, à ne pas faire levier sur les objets et à ne pas les resalir pendant la fouille des abords.

4.1.1.3. Quand on ne peut pas prélever, on réenfouit

Le choix du réenfouissement

18Il y a des cas où l’on ne peut procéder au prélèvement, pour des raisons diverses qui tiennent soit aux conditions de fouille, soit à la nature des vestiges. Dans une situation de diagnostic archéologique, où l’objectif n’est pas de fouiller mais d’évaluer le potentiel archéologique du site, il arrive par exemple de mettre au jour un vestige ou un assemblage de vestiges, tel un sol paléolithique en place, sans qu’on entreprenne sa fouille ni son démontage – opérations qui se dérouleront ultérieurement dans le cadre d’un réel projet de fouille. La trouvaille de larges surfaces d’enduits peints encore sur les murs ou d’une mosaïque pose des problèmes de logistique et de moyens, habituellement non disponibles immédiatement, qui peuvent aussi amener à différer le prélèvement. C’est également le cas des éléments encombrants en bois gorgé d’eau, de sculptures nécessitant des moyens de levage importants, etc.

19Dans tous les cas, après avoir mis au jour le vestige, l’avoir parfois dégagé et nettoyé pour la photographie, on est amené à le réenfouir, de façon à assurer sa conservation jusqu’à la fouille ou le prélèvement (gci, Iccrom 2004). La recherche sur cette question a été développée en particulier dans le domaine de la protection des mosaïques, dont Thomas Roby (2004) a fait une synthèse bibliographique très complète ; plus rarement, sur d’autres matériaux : vestiges de traces de pas préhistoriques (Demas et al. 1996 ; Agnew, Demas 2004), murs en terre crue (Agnew et al. 2004) et matériaux gorgés d’eau (Fry 1996).

20Deux points importants doivent être pris en compte du point de vue de la conservation : les conditions d’enfouissement et la protection contre l’écrasement. Pour ce qui est des conditions, on vise à recréer, autant que possible, celles qui régnaient avant l’exhumation. Il ne suffit pas de réenfouir, car il faut tenir compte des modifications apportés au drainage et à l’écoulement des eaux par les fouilles faites à proximité, et éviter la création de poches d’air favorables à l’assèchement des vestiges (Podany et al. 1994). Pour ce qui est de l’écrasement, en particulier si les vestiges se trouvent à peu de distance du niveau de sol après la fouille, il faut prévenir le passage d’engins sur la zone concernée. On pourrait argumenter que, quand les vestiges étaient enfouis, les engins roulaient dessus sans dommage majeur, mais c’est l’extrême tassement de la terre qui les préservait de telles altérations. Lors du réenfouissement, le matériau de remplissage n’est pas compacté ou, du moins, pas suffisamment pour que le poids d’un engin ne le tasse à son tour, vestiges compris.

Les étapes du réenfouissement

21La procédure peut comporter différentes étapes, selon la nature des vestiges et le temps d’attente estimé entre le réenfouissement et le prélèvement ou la fouille.

  • Consolidation éventuelle de certains éléments ou de la totalité, et solidarisation des assemblages. Ces opérations seront effectuées avec des produits réversibles, insolubles à l’eau après séchage et, autant que possible, n’offrant pas de nutriment aux micro-organismes. Appliquées dans un contexte de réenfouissement, il faut être conscient de l’effet de ces consolidations sur le transport de l’humidité. Les résines utilisées étant imperméables, les faces consolidées constituent une barrière qui favorise l’accumulation d’humidité d’un côté, ce qui à son tour peut faciliter la croissance de racines ou de micro-organismes (Costanzi-Cobau 1990). Une expérience montre que, deux ans après une consolidation au Primal WS 24 (acrylique en émulsion), le consolidant est sensible à l’humidité et blanchit, mais son action reste efficace sur les échantillons observés, par rapport à des matériaux non traités (Agnew, Demas 2004). Les problèmes liés à la consolidation sont traités plus en détail infra au § 4.2.2.2.

  • Protection de surface et remblaiement. On a parfois conseillé d’utiliser un géotextile posé au voisinage direct du vestige, de façon à le protéger – et à signaler sa proximité lors de la deuxième exhumation. D’après Dana Goodburn-Brown, l’une des qualités du géotextile serait sa durée de vie, bien supérieure à celle de la bâche polyéthylène, qu’elle ne conseille que pour un réenfouissement de courte durée (Goodburn, Hugues 1996 : 66-67). Cependant, certains auteurs considèrent que les géotextiles ne doivent pas être en contact direct avec le vestige, car ils entretiennent une réserve d’humidité qui favorise le développement des végétaux, et peuvent même coller à l’objet (Kavazandjian 2004 ; Roby 2004 ; Gonçalves 2008). Pour certains matériaux, telle la terre crue, il semble au contraire que le géotextile au contact ait un effet protecteur supérieur à un enfouissement sans géotextile, en particulier si les conditions sont très humides (Agnew et al. 2004). Un certain nombre d’expériences ont montré que la meilleure protection était celle qui ménageait le moins de vides à l’interface, tout en constituant un substrat aussi stérile que possible pour l’activité biologique. Aussi, il est souvent conseillé d’appliquer une couche de remplissage au contact du vestige avant la pose du géotextile. Une étude comparative, menée spécifiquement sur la mosaïque, a tenté de caractériser les meilleurs matériaux en fonction de leur granulométrie, et conclut à une préférence pour les matériaux à petits grains, qui remplissent mieux les vides (Podany et al. 1994). Il semble donc que l’utilisation de sable pour le remplissage au voisinage direct du vestige donne les meilleurs résultats (Roby 2004 ; Stewart 2004 ; Gonçalves 2008). Elle peut être suivie ou précédée de la pose d’un géotextile puis, éventuellement, d’un autre remplissage, avec le sédiment provenant du site, par exemple. Il importe alors de documenter la séquence pour savoir quelle couche doit servir de marqueur de proximité lors de la reprise du dégagement.

  • Aménagements aux abords. Une protection verticale enterrée autour du vestige permet, dans une certaine mesure, d’éviter le bouleversement par des animaux fouisseurs (Stewart 2004). Les problèmes de drainage peuvent également nécessiter des aménagements particuliers, de façon à éviter que le ruissellement se déverse sur les vestiges à protéger.

  • Signalisation sur le terrain. Une fois remblayé, l’emplacement du vestige ne se distingue pas nécessairement à l’œil nu du terrain environnant, et il peut être utile, que ce soit pour le protéger du passage d’engins ou pour faciliter son repérage lors de la deuxième exhumation, de matérialiser au sol ses limites, par des piquets, des poteaux, un tas de terre ou de cailloux (Demas et al. 1996 : 40). Bien entendu, on ne signalera l’emplacement des vestiges que si l’on est sûr de ne pas faciliter la tâche aux fouilleurs clandestins…

4.1.2. Fouiller et prélever des matériaux altérés

22Au sens large, tout ce qui est ramassé par un archéologue sur le terrain est « prélevé ». Toutefois, dans le langage archéologique courant, on utilise le mot « prélèvement » dans deux cas précis. Le premier est le prélèvement d’échantillons de sédiment en vue d’analyses palynologiques, paléo-environnementales ou autres : le problème posé est la conservation des informations que l’on peut en retirer. Il faut donc que ce sédiment soit conditionné de manière telle que les analyses dont il fera l’objet puissent être menées plus tard. Chaque type d’analyse ayant des besoins spécifiques, l’archéologue se tournera vers le laboratoire pressenti pour se faire conseiller sur la manière de prélever, conditionner et conserver les échantillons jusqu’à leur transport au laboratoire. Ces sédiments ne devraient pas être conservés durablement.

23Les prélèvements effectués en vue de favoriser la sauvegarde des connexions et de la cohésion d’un ensemble de vestiges, que nous appellerons volontiers « prélèvements assistés » pour les distinguer des premiers, concernent plus directement notre propos, car ils ont pour objectif une préservation à long terme. Heureusement, 95 % des objets sont en assez bon état pour être ramassés simplement – ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de précautions à prendre pour leur conservation. D’autres auront besoin de gestes spécifiques et feront l’objet d’un prélèvement assisté.

4.1.2.1. Le ramassage simple

Conditionner tout de suite après la découverte

24Le mobilier archéologique ramassé sur le terrain doit être immédiatement placé dans un conditionnement lui permettant, autant que possible, de garder son humidité jusqu’à l’arrivée à la base de fouilles ou à la structure de conservation où il sera traité. Deux « écoles » existent pour ce qui concerne ces conditionnements : celle du sachet et celle de la boîte. Le sachet a l’avantage d’être souple et assez hermétique (au moins pour les petits formats). De plus, contenant moins d’air que la boîte, il favorise moins le séchage. La boîte rigide permet de mieux préserver les objets des chocs venant de l’extérieur à moins que, faute de protection, ils ballottent dans la boîte et se trouvent soumis à des chocs contre les parois dès qu’on la déplace. En outre, à volume de mobilier égal, le stockage dans des boîtes occupe beaucoup plus de place que le stockage en sachets. Pour ces raisons, nous conseillons plutôt, dans la majorité des cas, le rangement en sachets. Seuls les objets extrêmement fragiles méritent à nos yeux une boîte spécifique – garnie obligatoirement d’une protection contre les chocs –, de même que les objets millimétriques, qui pourraient être confondus avec du sédiment. Dans tous les cas, bien entendu, on placera l’étiquette portant la mention du contexte archéologique dans le sachet ou la boîte.

25On ne doit tenter de nettoyer les objets sur le terrain ni en frottant, car le sédiment abrasif peut tracer des rayures sur leur surface, ni au moyen d’outils métalliques. Si le sédiment se détache facilement, on pourra toutefois l’alléger. Il faut prendre garde également aux risques de détérioration par frottement au sein du sachet : par exemple, des fragments de céramique mal cuite, mais assez solide pour être ramassée simplement, se conserveront mieux distribués en plusieurs sachets dans lesquels les fragments sont disposés à plat que dans un seul sachet où ils sont placés en vrac.

26Les sachets restent parfois toute une journée sur le terrain : ils doivent être protégés de la pluie et du soleil pendant cette durée. Les y laisser plusieurs jours expose à la condensation dans les sachets, du fait de l’alternance des températures diurnes et nocturnes [fig. 57], or certains matériaux ne supportent pas d’être imbibés soudainement, les céramiques mal cuites en particulier. Il faut également protéger les objets de l’écrasement accidentel en les plaçant dans des contenants adaptés le plus tôt possible après la découverte. Mieux vaut éviter, même pour des durées que l’on prévoit courtes, d’employer des outils généralement utilisés pour se débarrasser des sédiments, tels que pelles et seaux : l’empressement des collègues à vider ceux-ci sur le tas de déblais peut se révéler contreproductif !

fig. 57

Dans un sachet fermé contenant du mobilier humide et soumis à un refroidissement, une condensation se produit. L’eau liquide ruisselle ensuite sur le mobilier.

© S. Païn, SADY.

Un ramassage intelligent pour gagner du temps

27Au moment où l’on ramasse le matériel sur le terrain, il est utile d’anticiper les étapes suivantes, en particulier le remontage. Autant que possible, on ramasse ensemble ce qui a été trouvé ensemble. Lorsque différents objets sont écrasés en place et peuvent être individualisés, on sépare les individus en les mettant chacun dans un sachet. Lorsque des fragments pouvant être remontés ensemble sont trouvés sur une grande étendue, on peut les ramasser par carrés ; sur une grande profondeur, par passes mécaniques. Ces précautions permettent de gagner beaucoup de temps au remontage, car il est plus facile et statistiquement plus fructueux de remonter des ensembles de fragments par petites unités avant de procéder au remontage général (cf. infra § 4.2.2.2.).

28Pour que ce ramassage « intelligent » porte ses fruits, il est bien entendu indispensable qu’aucun mélange de mobilier ne se produise pendant le lavage, le séchage et le conditionnement qui suivent. Un ramassage par carrés ou par passes doit donc être clairement signalé sur l’étiquetage, de sorte que son intérêt stratégique soit perçu par tous les intervenants dans la chaîne opératoire.

29Pour ce qui est des enduits peints, s’il s’agit de fragments en remblai, les conseils cités plus haut restent utiles. En revanche, si les enduits sont effondrés en place, il est préférable de les prélever selon la logique stratigraphique de leur effondrement, après avoir documenté leur position sur le terrain (relevés à l’échelle 1 : 1 par décalque des contours des fragments). L’enregistrement de terrain permettra de relier la documentation aux vestiges et de replacer ceux-ci sur les calques de relevé (Krougly, Nunes Pedroso 1990 : 311-317 ; Appa-CEPMR 2011).

4.1.2.2. Les prélèvements assistés

30Les prélèvements assistés sont indispensables dans plusieurs situations, d’ailleurs susceptibles de se cumuler pour un même vestige. Parfois, ce dernier n’est pas fragile en soi, mais est tellement fragmenté qu’on n’est pas assuré de pouvoir en remonter convenablement les fragments ramassés un à un ; parfois il n’est pas menacé tant qu’il reste en place, mais les efforts mécaniques nécessaires pour le désolidariser du substrat risquent de le dégrader. Il peut aussi être fragile au point de ne pas soutenir son propre poids une fois détaché du sédiment qui lui sert de support. D’autres fois encore, plusieurs objets, que l’on pourrait ramasser individuellement, entretiennent entre eux des rapports de voisinage qu’il apparaît nécessaire d’étudier soigneusement, alors que les conditions de travail sur le terrain ne le permettent pas : il s’agit d’une fouille différée (Lejars, Bertin-Bengtsson 2002).

Circonstances et schéma général des interventions

31En fonction des situations, plusieurs types d’intervention sont possibles : le prélèvement emballé, le prélèvement en motte, le doublage souple et la dépose. L’intérêt du prélèvement en motte réside essentiellement dans l’utilisation du sédiment comme support de l’ensemble. Le prélèvement emballé ne comprend pas nécessairement de sédiment support, mais permet, par la rigidité de l’emballage, de préserver l’intégrité du vestige ou les connexions entre fragments ; il nécessite, en revanche, que les matériaux aient gardé une certaine résistance mécanique. Ces interventions peuvent, en fonction des besoins, être ou non accompagnées d’une consolidation vouée à améliorer la cohésion du matériau à prélever. Doublage et dépose impliquent nécessairement l’usage de résines permettant de faire adhérer le vestige au film qui assure la préservation des connexions.

32Les divers types de prélèvement assisté comportent des étapes communes, telles que la préparation des vestiges et la fouille des abords, qui varient selon l’intervention envisagée : certaines nécessitent un nettoyage soigneux du vestige, d’autres, au contraire, de le dégager le moins possible ; certaines font appel à l’utilisation de résines et impliquent un séchage préalable, d’autres pas. Dans tous les cas, on procèdera ensuite à la désolidarisation des éléments à prélever par rapport au sédiment. Dans le cas du prélèvement en motte, il s’agit de la découpe du bloc. Elle est suivie de la levée, qui consiste à placer le prélèvement sur un support de transport – étape des plus périlleuses où se joue la conservation du vestige. Enfin, on aura à effectuer l’emballage après prélèvement, indispensable pour éviter le séchage jusqu’à son traitement ultérieur.

33Procéder à l’étiquetage et à la rédaction d’instructions de déballage est essentiel : la plupart des prélèvements étant désormais rendus méconnaissables par un emballage qui occulte le vestige, le risque est grand qu’à défaut d’indications ils soient mal manipulés ou mal déballés. Enfin, on soignera le transport vers la structure de conservation. Un prélèvement contient, par définition, un vestige fragile sensible aux chocs et aux vibrations qui peuvent l’affecter pendant son déplacement.

34Il est difficile de savoir avant sa découverte qu’un objet fragile ou nécessitant des soins particuliers devra faire l’objet d’un prélèvement. On a donc tout intérêt à « faire comme si » et à prévoir sur le chantier un certain nombre de fournitures et d’outils permettant de réaliser des prélèvements, ou bien être en mesure de les faire acheminer rapidement en cas de besoin [tabl. VI]. On peut aussi avoir besoin d’éléments d’infrastructure légère pour protéger les vestiges (abri, serre). Le cas échéant, il faudra disposer d’un moyen de les réchauffer – car certaines résines de consolidation ne prennent pas lorsque la température est trop basse –, ou de les sécher au moyen d’un sèche-cheveux ou d’une ventilation, qui nécessitent un groupe électrogène ou l’accès à l’électricité.

tabl. VI

Matériel nécessaire pour les interventions de prélèvement sur le terrain.

Type                               

Objectif            

matériel

consommables                              

Consolidation et confection de coques.

Paraloïd B72, acétone, polyuréthane expansé en bombe (éventuellement), plâtre ou bandes plâtrées.

consommables                              

Doublage et consolidation.

Film étirable, film aluminium, gaze, tarlatane, papier Japon de faible grammage, ruban adhésif.

consommables                        

Nettoyage.

Papier d’essuyage, coton.

réutilisables                              

Fouille.

Brosses, spatules plates de type spatule à crêpes, petit outillage de fouille, bâtonnets en bois, poires-soufflettes, vaporisateur, petite pelle à poussière en plastique.

réutilisables                              

Consolidation et confection de coques.

Bassine plastique, petits bocaux avec couvercle étanche, pinceaux, pipettes, bidon d’eau.

réutilisables                              

Emballage.

Boudins d’air, plastique bulle et/ou mousse, sachets de chips polystyrène bien fermés.

réutilisables                              

Transport.

Plaques plastiques et/ou en bois rigides, Styron en plaques, caisses larges et plates, caisses larges et profondes, boîtes plastiques hermétiques, petites boîtes en plastique.

réutilisables                              

Documentation.

Étiquettes (Styron, Tyvek ou polyester), feutres indélébiles permanents noirs, stylo à bille / crayon, fiches de prélèvement vierges.

35Au delà de la confection des prélèvements (Chavigner 1990 ; Bergeron, Rémillard 1991), il faut également prévoir pour ces derniers un traitement en atelier qui doit être envisagé en même temps que le prélèvement, dont il est le prolongement naturel (Araafu, Irrap 2002 ; Drieux, Uzel 2008 ; Païn 2008 ; Païn 2012). Le prélèvement ne garantit pas à lui seul la conservation : un prélèvement qui n’a pas été traité assez vite, qu’on a laissé sécher ou qui s’est effondré peut se détériorer gravement.

Documenter les interventions de prélèvement

36Afin de suivre les interventions de conservation effectuées sur le terrain, il est utile de disposer d’une fiche de prélèvement. Ce document qui, pour ne pas être rédigé toujours par un conservateur-restaurateur, n’en est pas moins une fiche d’intervention, doit comporter la description de l’objet ou du vestige, son état (pour autant qu’on arrive à le déterminer), les raisons de l’intervention et ses objectifs, les matériaux et produits employés et leurs solvants éventuels, les instructions de déballage et les recommandations pour le traitement ultérieur, ainsi que l’urgence de celui-ci [tabl. VII]. La fiche gagne à être complétée par une documentation graphique et photographique qui permette de retracer les moments clés de la confection du prélèvement.

tabl. VII

Renseignements utiles dans une fiche de prélèvement assisté.

type de données        

texte                                                   

images              

contexte stratigraphique

Numéro de prélèvement ou numéro d’inventaire.
Opération.
US ou contexte archéologique.
Références d’enregistrement de terrain.
Orientation.

Photographies et relevés.

objet, constat d’état

Matériaux.
Description.
Nombre d’objets repérés.
Situation du vestige dans la motte : affleurant / en surface / enfoui (profondeur).
Dimensions apparentes du vestige.

Plan de jonction des différents éléments.

intervention in situ

Nom de l’intervenant.
Date.
Incidents de fouille et de manipulation avant prélèvement.
Consolidation (matériaux et techniques).
Emballage et instructions de déballage (matériaux, stratigraphie).
Objets ou fragments associés.
Dimensions du prélèvement emballé.

Photographies en cours d’intervention.

urgences

Urgence transport.
Urgence fouille.

RX demandée : oui / non.

intervention en atelier

Nom de l’intervenant.
Date.
Incidents de transport découverts au déballage.
Constat d’état.
Interventions de conservation-restauration.
Nombre de fragments ou d’éléments à l’issue du traitement.

Relevé d’après RX.
Photographies au déballage.
Photographies en cours d’intervention.

enregistrement stratigraphique des objets

Pour chaque objet : numéro, sous, sur, colle avec, même niveau que, matériau…

Schémas, relevés en coupe.

37Une partie de la fiche est à remplir in situ au moment de la confection du prélèvement, l’autre partie est à compléter lors de la fouille en atelier. De façon générale, toute modalité d’intervention ayant un effet sur la conservation ultérieure du vestige doit être notée. Certaines informations gagnent à être consignées tout de suite, car on oublie vite des choses pourtant essentielles : par exemple, qu’un fragment de l’objet a été ramassé à part et se trouve séparé du reste, que le prélèvement a été retourné, et donc qu’il est normal de ne pas le reconnaître sur les photographies. Le prélèvement est transmis avec sa fiche aux personnes ou au laboratoire qui doit le traiter, afin que ceux qui s’en occuperont sachent ce qu’il y a dedans, dans quel état, ce qui a été fait dessus, comment le déballer, etc.

38Lors du traitement en atelier, la fouille de la motte donne lieu à un enregistrement stratigraphique spécifique destiné à comprendre son organisation et à en tirer des informations archéologiques (Païn 2008). Chaque objet en est extrait et traité individuellement, ce qui donne lieu à une documentation supplémentaire si nécessaire et, dans tous les cas, à une fiche d’inventaire. Pour assurer la cohérence de la documentation relative au prélèvement en tant qu’ensemble, il importe de garder trace, dans la fiche de prélèvement, des numéros d’inventaire provisoires et définitifs des différents objets extraits. Les numéros attribués lors de la fouille du prélèvement en atelier ne sont pas nécessairement les numéros d’inventaire définitifs des objets, car un remontage entre les différents éléments reste possible.

39La documentation sert, à court terme, aux personnes appelées à traiter le prélèvement dans les jours suivants ; à long terme, à réfléchir sur les interventions effectuées, à évaluer les techniques utilisées et à améliorer ses propres pratiques.

Qui peut intervenir et comment ?

40La prise en charge des prélèvements assistés passe par une réflexion sur les compétences de l’équipe et leurs limites, où entre en compte également la taille et le poids des éléments de mobilier à prélever. Face à une pirogue gorgée d’eau de plusieurs mètres, face à une mosaïque ou à des parois recouvertes d’enduits peints, il faudra sans doute passer la main… Dès que les dimensions des éléments à prélever dépassent les gabarits habituels et qu’on n’a pas l’expérience d’opérations comparables, il est indispensable de prendre contact avec un spécialiste, soit pour obtenir des conseils et un protocole d’intervention, soit pour lui confier le travail.

41Très souvent, il est bon d’associer à la problématique de prélèvement la problématique de restauration ultérieure : les laboratoires concernés sont ainsi à même de donner des recommandations en complète cohérence avec le traitement qu’ils auront à mener plus tard sur ces objets.

42Les conseils que nous donnons plus loin pour procéder au prélèvement sont adaptés à des vestiges de taille réduite (autour de 50 x 50 cm) pouvant être manipulés seul ou à deux, et ne nécessitant pas de matériel particulier pour l’extraction et le levage.

L’usage des résines et la consolidation

Consolider le moins possible

43Lorsque le matériau part en poudre ou en morceaux, ou lorsqu’il s’émiette au point de ne pouvoir être manipulé ni même touché sans dommage, on peut procéder à un traitement de consolidation par l’apport d’une résine qui, en s’infiltrant dans les porosités et en adhérant aux parois, restitue à l’objet la cohésion indispensable à sa manipulation. Même en choisissant – comme c’est l’usage en conservation – les résines les plus compatibles avec les matériaux, les plus stables dans le temps et les plus réversibles (c’est-à-dire solubles dans des solvants n’affectant pas l’objet), il convient cependant d’en user avec mesure. Disons-le tout net : la consolidation sur le terrain doit être limitée à ce qui est strictement indispensable : toutes les autres possibilités doivent avoir été envisagées avant de s’y résoudre.

44Dans les conditions de chantier (nettoyage sommaire, vent, poussière), la résine utilisée colle aussi bien le mobilier que la saleté. Pour nettoyer correctement les vestiges en atelier, on est donc contraint de dissoudre la résine et de l’éliminer autant que possible, ou bien de renoncer au nettoyage aqueux, ce qui est moins satisfaisant et plus difficile à mettre en œuvre.

45En outre, selon la géométrie du vestige et la façon dont il a été dégagé, son degré de séchage n’est pas uniforme au moment d’être consolidé : de ce fait, le traitement reste hétérogène, et son efficacité variable selon les zones atteintes. La résine fait encore courir le risque d’emprisonner de l’humidité au cœur du vestige, surtout s’il est fait d’un matériau dont la texture extérieure est plus serrée que la texture intérieure, tels l’os et les bois de cervidés, dont la surface extérieure est compacte et le cœur fait d’un tissu spongieux qui retient très longtemps l’humidité [fig. 1]. Enfin, les matériaux consolidés ne sont plus accessibles à des analyses de résidus organiques ni datables par carbone 14. Lorsqu’on a l’intention de faire subir de tels examens aux matériaux à prélever, il faut donc anticiper cette situation et garder tout exprès un fragment non consolidé.

46À ces réserves il faut ajouter celles que l’on peut légitimement avoir lorsque des personnes qui n’ont pas la compétence ou l’expérience de l’usage des résines sont amenées dans l’urgence à les employer. Ces personnes rencontreront inévitablement des difficultés pour les choisir, pour appréhender les tenants et les aboutissants du traitement et pour en évaluer les conséquences pour l’objet à moyen et long terme – à quoi il faut encore ajouter les risques encourus par ces personnes pour leur propre santé. S’il nous a semblé qu’il fallait quand même aborder de façon pratique le sujet dans cet ouvrage, nous ne pouvons que recommander, dès que c’est possible, de faire appel à un conservateur-restaurateur pour ces opérations et de ne se résoudre à les effectuer soi-même qu’en dernière extrémité : on est ici pleinement dans le domaine de la conservation curative, qu’il vaut mieux laisser aux spécialistes. Cela étant dit, si le matériau s’effrite rien qu’en soufflant dessus, si le prélèvement en motte ou emballé n’est pas praticable ou ne suffirait pas et si aucun conservateur-restaurateur n’est disponible dans un délai raisonnable, il faut bien se résoudre à consolider…

Le choix des produits

47Deux catégories de consolidant sont envisageables : les résines dissoutes dans un solvant et les dispersions dans l’eau [tabl. VIII]. Leur choix dépend de l’état de l’objet et des conditions environnementales. C’est dans ces circonstances que la présence d’un conservateur-restaurateur est précieuse, car lui seul peut effectuer un choix éclairé en fonction des différents paramètres.

tabl. VIII

Propriétés des résines utilisées couramment pour la consolidation sur le terrain.

Critères                              

résines dissoutes dans un solvant organique

résines en dispersion ou en émulsion dans l’eau

état de séchage de l’objet
                                                                                                                        

On ne peut pas les appliquer sur un objet humide : il faut donc faire sécher le matériau avant application.

On peut les appliquer sur des objets humides, et même très humides.

séchage du consolidant                                                                                                                        

Le séchage du solvant est rapide.

Le séchage est assez lent et, dans des conditions climatiques très humides, il peut être compromis. On est alors obligé de sécher au sèche-cheveux ou par apport de chaleur, ce qui n’est jamais très bon pour l’efficacité de la consolidation, car on risque de sécher la surface et d’emprisonner de l’humidité et du consolidant encore liquide à l’intérieur de l’objet.

vieillissement du produit                                                                                                                         

Les résines en solution ont moins d’adjuvants et vieillissent mieux.

Pour éviter la formation de phases dans les émulsions et dispersions, on y ajoute des stabilisants, dont le vieillissement ultérieur est moins maîtrisé.
Le risque d’irréversibilité à long terme existe (Sease 1992 : 14-15).

nocivité pour l’opérateur                                                                                                                                                       

Les solvants organiques sont nocifs pour les opérateurs, en particulier dans des milieux peu aérés, et ils sont inflammables.

Le solvant aqueux ne pose pas de problème de santé ni de sécurité.

limites d’utilisation                                                                                                                        

Par temps très froid, l’humidité ambiante condense dans la résine ou à l’interface résine/objet et l’empêche de remplir sa fonction : la résine devient molle, blanchit et n’adhère pas.

solubilité après séchage                                                                                                                         

Une fois sec, le consolidant est soluble dans des solvants organiques.

Une fois sec, le consolidant est soluble dans des solvants organiques.
En revanche, il n’est plus soluble à l’eau.

48Les produits les plus fréquemment utilisés sont les résines acryliques : Paraloïd B72 en solution dans l’acétone ou, dans la gamme Acryl 33 (anciennement Primal), le 33 ou le WS 24 en émulsion dans l’eau, ou les résines vinyliques telles que l’acétate de polyvinyle Rhodopas M [tabl. IX].

tabl. IX

Produits utilisés pour la consolidation.

famille chimique                       

résines en solution dans un solvant organique                          

résines en dispersion ou émulsion dans l’eau

acryliques                          

Paraloïd B 72 dans l’acétone (5 à 10 %).
Excellents vieillissement et réversibilité.

Primal ac33 (Acryl33) ou Primal ws 24 dans l’eau (10 %).
Vieillissement et réversibilité moins bons que pour les solutions acryliques.

vinyliques                  

Rhodopas M dans l’acétone (5 à 10 %).
Vieillissement et réversibilité un peu moins bons que les acryliques.
À partir de30°C, la résine sèche peut devenir molle ou collante.

Les résines vinyliques en émulsion existent aussi (la colle à bois en est une) : leur vieillissement est plus mauvais que celui des acryliques. Leur réversibilité est plus problématique, car elles deviennent insolubles, même dans les solvants organiques, en raison des additifs et de la présence d’alcool polyvinylique dans le produit.
À partir de 30°C, la résine sèche peut devenir molle ou collante.

49D’autres produits ont été testés lors de prélèvements. Récemment est apparu le cyclododécane, un nouveau matériau qui a la propriété de se sublimer (c’est-à-dire, de passer de l’état solide à l’état gazeux sans passer par une phase liquide). Il a été utilisé pour des consolidations provisoires en solution dans la ligroïne (essence F) ou en fusion (Drieux, Uzel 2008), voire en bombe par projection (Tissier, Bruhin 2009). L’effet consolidant de ce matériau est dû au fait qu’il permet d’enrober les objets en couche épaisse, mais il est en lui-même assez fragile : on ne peut donc l’utiliser comme consolidant seul, ou assez rarement, mais c’est un moyen de fixer un doublage souple ou de rigidifier un prélèvement emballé sans se préoccuper de la fixation des sédiments, puisqu’il finira par s’évaporer. Il est assez difficile de le faire pénétrer sans chauffer l’objet, sans spatule chauffante et sans appuyer sur l’objet, mais on a pu l’utiliser en fusion avec succès. Il faut pour cela avoir accès à un branchement électrique permettant de rechauffer le produit au bain-marie sur le terrain.

50Dans les circonstances d’une fouille, qui comportent déjà leur dose d’imprévus, il vaut mieux utiliser des produits que l’on connaît bien et dont on sait prévoir les réactions : aussi nous conseillons de ne pas se livrer à des expérimentations lorsqu’un véritable objet archéologique est en péril… Si on ne maîtrise aucun produit en particulier et qu’on doit tout de même intervenir – et donc anticiper l’usage d’une résine –, nous suggérons volontiers le Paraloïd B72, résine très connue et testée en conservation, très réversible et stable dans le temps.

51Les résines à dissoudre dans un solvant organique (généralement vendues sous forme de billes ou de paillettes solides) doivent être préparées au moins un jour à l’avance, et pas au dernier moment car la dissolution prend du temps. Les émulsions sont disponibles sous forme de liquide épais. On doit diluer ces résines suffisamment pour qu’elles pénètrent dans le matériau : trop épaisses, elles forment un film en surface mais n’atteignent pas le matériau en profondeur, risquant de ce fait d’arracher la surface d’un substrat non consolidé. Pour obtenir une bonne pénétration dans le cas d’une consolidation structurelle, il faut préparer des solutions entre 5 à 10 % pour le Paraloïd B72 ou le Rhodopas, dans l’acétone (proportions poids / volume : 50 ou 100 g de résine solide pour un litre d’acétone) ; des solutions dans l’eau à 10 % pour les émulsions acryliques (proportions volume / volume : 200 ml de résine à 50 % et 800 ml d’eau).

Procéder à une consolidation

52On a dit que le consolidant recolle la crasse aussi bien que le matériau : il faut donc, autant que possible, et selon l’état de l’objet, le nettoyer de façon à coller le moins possible de sédiment. Ce nettoyage peut se faire à l’eau au moyen d’un pinceau ou de cotons-tiges, par tamponnement, pour éviter de frotter un matériau fragile, le sédiment mobilisé et l’eau étant épongés avec du papier absorbant. Si le matériau a déjà commencé à sécher, il ne faut pas le rehumidifier en profondeur. Si le matériau est déjà sec, il vaut mieux ne pas le remouiller : on peut alors le nettoyer à l’alcool éthylique.

53Pour la consolidation, le plus simple est de préparer une solution à 20 % et de rediluer de petites quantités en fonctions des besoins. On applique ces résines au pinceau ou avec une pipette, sans inonder le vestige et en évitant les coulures autant que possible : il faut attendre que le matériau « boive » le consolidant et en rajouter si nécessaire. Lorsqu’il semble gorgé de consolidant et qu’un film commence à se former en surface, il faut le laisser sécher à l’abri de la poussière [fig. 58a-b]. Précisons tout de suite que, contrairement à ce qu’on imagine, l’objet n’est pas plus solide lorsqu’il est gorgé de résine liquide, bien au contraire : la consolidation n’est effective que lorsque le solvant s’est totalement évaporé [fig. 59]. Lorsqu’on l’applique, le consolidant dilué pénètre dans les porosités du matériau et s’infiltre dans les fissures et les vides. Le matériau subit la pression du liquide dans ses porosités, ce qui provoque un certain « stress » à un moment où la résine n’est pas encore rigide et n’a donc pas encore renforcé la cohésion des parois : cette phase est sans doute celle où le vestige est le plus fragilisé.

fig. 58

Consolidation d’une céramique néolithique :
a. une importante fissuration justifie l’intervention ;
b. la consolidation est effectuée au pinceau sur un vestige aussi bien nettoyé et aussi sec que possible ;
c. la consolidation est renforcée par un doublage au papier Japon pour permettre le prélèvement.

© P. Laforest, SADY.

fig. 59

Les étapes de la consolidation :
en haut : l’imprégnation, qui nécessite de véhiculer à l’intérieur du vestige la résine dissoute dans un solvant ;
au milieu : les pores emplis par la solution de résine encore liquide ;
en bas : après séchage, la résine solide assure une meilleure cohésion en dépit des vides laissés par l’évaporation du solvant.

54Dès qu’on arrête l’application, le solvant commence à s’évaporer. En séchant, la résine se rigidifie et colle les éléments entre eux en enrobant les grains ou les fibres et en les rendant adhérents les uns aux autres. Selon qu’il s’agisse d’une résine dissoute dans un solvant ou d’un consolidant aqueux, l’évaporation est plus ou moins rapide ; elle est accélérée par la température et gênée par une humidité relative importante. Plus le solvant s’évapore rapidement, plus il entraîne en surface une partie du consolidant qui avait pénétré à l’intérieur, ce qui nuit à l’homogénéité de la consolidation. Une fois que le consolidant est sec, on peut, en principe, manipuler l’objet. Celui-ci est devenu plus solide, plus imperméable, plus brillant, du fait de la couche de résine de surface. Sa couleur est légèrement assombrie. Comment savoir que l’objet est sec ? Il faut déjà qu’il ne soit plus collant au toucher. Si le consolidant est dissout dans un solvant organique, on attend qu’il ne sente plus : l’odeur indique que le solvant est en cours d’évaporation. Si le film de surface est blanchâtre – pour les solutions dans l’acétone – et « pèle » en roulant sous les doigts, c’est qu’il est gêné par l’humidité résiduelle ou issue de la condensation : la consolidation est à reprendre. Si la consolidation a été effectuée avec une résine en émulsion (blanc laiteux quand elle est humide), il faut au moins que le film soit devenu transparent et dur au toucher. Tant que le film est blanchâtre et mou, il n’est pas encore sec.

4.1.3. Les prélèvements assistés pas à pas

55Même si les traitements curatifs sont normalement effectués par un spécialiste, en l’absence d’un conservateur-restaurateur au sein de la structure, le gestionnaire du mobilier devient, de façon quasi automatique, la personne ressource en matière de conservation pour les autres membres de l’équipe. Lorsqu’il y a urgence et que la survie du mobilier est menacée, c’est à lui que l’on demandera conseil et assistance. C’est la raison pour laquelle nous détaillerons les modalités d’intervention en matière de prélèvements assistés qui, stricto sensu, échappent à son domaine, mais que, dans certaines situations, il sera peut-être amené à employer ou à conseiller, faute de personnel mieux qualifié.

4.1.3.1. Le doublage souple

56Le doublage souple, désigné aussi par l’expression « prélèvement par encollage », consiste à solidariser les fragments d’un objet trouvés en connexion en les collant à un support souple commun (Appa-CEPMR 2011). Il est aussi utilisé pour maintenir ensemble des éléments d’un objet qui n’est pas encore fragmenté, mais dont l’état de fissuration laisse penser qu’il se brisera dès la première tentative de manipulation [fig. 58c]. Il est particulièrement indiqué pour les objets plats ou brisés à plat, tels les enduits peints, parfois aussi pour les récipients de forme ouverte [fig. 60]. Les objets solides mais fragmentés peuvent également être traités, dans certaines conditions, par un ramassage simple, dès lors que l’on fait un relevé des fragments avant ramassage et/ou qu’on a les moyens de les disposer en connexion dans un contenant de transport. Toutefois, si les fragments ne présentent pas une bonne cohésion, s’ils sont trop petits ou trop nombreux, si les cassures risquent de s’éroder ou si les connexions ne peuvent être préservées lors du transport, il vaut mieux poser un doublage souple.

57Si le vestige n’est pas plat, l’autre alternative est le prélèvement emballé. Avant de se résoudre à appliquer une résine, il convient d’envisager toutes les possibilités qui ne font pas appel à cette technique intrusive (cf. supra § 4.1.2.2.).

fig. 60

Fond d’amphore écrasé en place, très fragmenté et présentant un délaminage des tessons dans l’épaisseur.

© Y. Barat, SADY.

Choisir les modalités en fonction du vestige

58Les modalités de mise en œuvre du doublage souple diffèrent selon l’état de l’objet. Lorsque ce dernier manifeste des signes de décohésion, il faut procéder à une véritable consolidation avant l’application du support souple : dans le cas contraire, le support n’adhérerait qu’à la couche de surface et on pourrait assister à une décohésion vis-à-vis du reste. Lorsque les fragments sont très solides (verre non altéré cassé, par exemple), un « point de colle » suffit (Chavigner 1990 : 57).

59La planéité de la surface et sa géométrie déterminent le choix du film de doublage. Certains matériaux souples et lisses, tels le papier Japon de faible grammage (7 g/m2) et le non-tissé polyester, adhérent mal sur une surface très accidentée ou peu plane, car ils ne sont pas déformables dans plusieurs directions simultanément ; les éléments tissés à trame large (gaze de coton, tarlatane débarrassée de son apprêt) peuvent plus facilement être plaqués sur un vestige au relief affirmé [fig. 61]. Cependant, les trames textiles peuvent s’incruster dans des matériaux lisses et un peu mous tels que la face peinte de certains enduits par exemple, et y laisser une empreinte irréversible : on utilise plutôt dans ces cas un matériau lisse [fig. 62].

fig. 61

Prélèvement, au moyen d’un doublage souple, d’enduits peints gallo-romains fragmentés qui se présentent par le revers. Sur la surface du mortier, aussi propre que possible et après séchage, on colle des lés de gaze de coton – matériau qui s’adapte le mieux aux surfaces accidentées – avec une résine dissoute dans l’acétone.

© P. Laforest, SADY.

fig. 62

Prélèvement, au moyen d’un doublage souple, d’enduits peints gallo-romains fragmentés qui se présentent par la face. Sur une surface aussi propre que possible et après séchage, on colle des fragments de papier Japon, avec une résine dissoute dans l’acétone qui peut être posée à travers le papier.

© P. Laforest, SADY.

60Le poids et la taille de l’ensemble doivent être pris en compte pour évaluer la résistance du doublage. Si les fragments sont trop lourds pour la résistance mécanique du support souple et de l’adhésif, celui-ci risque de rompre. Le support doit alors être renforcé. Par ailleurs, plus un ensemble est étendu, plus son doublage souple risque de casser au cours des manipulations. Un tel doublage n’est pas suffisamment rigide ni résistant pour soutenir l’ensemble des fragments sur une large surface (ce n’est pas son objectif, qui est seulement de maintenir les fragments en connexion). Si l’ensemble est lourd et dépasse les 0,5 m2 environ, on doit s’orienter vers un cartonnage plus rigide, tel qu’employé pour la dépose de mosaïques ou d’enduits peints (cf. infra § 4.1.3.2.).

Procéder à un doublage souple

61Avant de commencer le doublage, il est toujours utile d’effectuer un relevé des vestiges à traiter ; c’est indispensable si on ne peut les prélever d’un seul tenant. Pour l’encollage, on utilise préférentiellement des consolidants à solvants organiques (Paraloïd ou Rhodopas), qui permettent une intervention plus rapide. La plupart du temps, les consolidants aqueux ont un temps de séchage trop long et, d’autre part, l’eau provoque des changements dimensionnels des matériaux de doublage hygroscopiques tels le papier Japon et la gaze de coton. Pour procéder à un doublage souple, il faut, bien entendu, commencer par nettoyer le vestige et le laisser sécher, puis passer une première couche de consolidant sur sa surface. Si le matériau est peu cohérent, la consolidation doit être plus sérieuse. Si les fragments sont solides, il vaut mieux, au contraire, limiter la pénétration du consolidant (en utilisant des solutions plus concentrées, par exemple) afin de faciliter son élimination par la suite.

62Pour procéder au doublage, il est important que la première couche de matériau de doublage adhère très bien à l’objet à prélever et, pour cela, il vaut mieux ne pas tenter de couvrir trop de surface à la fois, en particulier si l’objet présente des anfractuosités. On découpe à cet effet des fragments de matériau de doublage que l’on pose sur le vestige puis que l’on colle en appliquant le consolidant à sa surface à l’aide d’un pinceau : le matériau de doublage étant perméable, il laisse passer le consolidant vers la surface du vestige. On recouvre de cette façon toute la surface de l’objet en faisant se chevaucher partiellement les lés de matériau de doublage [fig. 58c ; fig. 62]. La première couche doit être bien sèche avant d’intervenir à nouveau. Il peut être nécessaire d’ajouter du consolidant à certains endroits : il ne faut pas en remettre partout à la fois, car le solvant dissout partiellement le produit posé précédemment.

Renforcer le doublage

63Dans les cas d’objets fragmentés mais en très bon état, une seule couche peut suffire. Selon la taille du vestige, sa fragmentation et le risque d’érosion des fractures en cas de « pliage » le long des fissures, on peut aller d’un doublage très souple à un doublage plus rigide, qui soutienne mieux l’ensemble. Dans ce cas, il est nécessaire de poser plusieurs couches de doublage, chacune croisée avec la précédente, en employant des lés plus importants et des matériaux de doublage plus résistants et raides à mesure qu’on progresse. Le papier Japon, s’il est intéressant en première couche pour protéger des surfaces lisses, sera avantageusement recouvert par de la gaze et/ou de la tarlatane dans les couches suivantes. Dans le cas où l’objet doit être transporté retourné, doublage vers le bas – ce qui est assez fréquent –, on peut tenter de combler partiellement les anfractuosités, de façon à confectionner une surface plus plane, un appui plus stable au vestige.

64Ces couches de doublage supplémentaires apportent un surcroît de rigidité à l’ensemble [fig. 63]. Si on les juge insuffisantes, on peut encore recouvrir le tout d’un lé unique de tarlatane fixé à une armature rigide (une planche en bois, par exemple) – ce qui rapproche l’opération d’une dépose. De façon générale, plus le vestige est lourd, plus la protection doit être rigide.

65À ce stade, il est temps d’anticiper le moment où on va détacher du terrain l’ensemble ainsi constitué, et le soulever pour le poser dans une caisse ou sur une planche.

fig. 63

Les étapes du prélèvement d’enduits peints au moyen d’un doublage souple :
de haut en bas : pose progressive de lés de papier Japon, en plusieurs couches, chacune croisant la précédente pour renforcer la cohésion de l’ensemble.

Fouiller et dégager le prélèvement

66Afin de désolidariser les fragments du sédiment, on procède à une fouille autour des morceaux – en sape s’il le faut – jusqu’à ce que tous les éléments restent tout juste posés sur le sédiment sans plus y adhérer. On décide alors si la levée se fera « en position » (autrement dit en soulevant le prélèvement et en le posant dans une caisse dans cette même position, doublage vers le haut) ou par « retournement » (le doublage se retrouvant vers le bas, la surface reposant précédemment sur le sédiment étant tournée vers le haut).

67Le premier cas a le mérite de la simplicité, mais le deuxième présente certains avantages. En particulier, lorsque la fouille en sape n’a pu être menée au plus près du vestige (on n’a pas toujours une bonne visibilité), la levée en position entraîne avec elle un fort volume de sédiment, qui se détache plus ou moins par la suite et se dépose dans la caisse de transport sous le prélèvement, ce qui alourdit celui-ci et lui ménage une surface accidentée susceptible de le fragmenter un peu plus. Une levée par retournement permet d’avoir accès à la face du vestige auparavant cachée au regard, de retirer au moins une partie de sédiment, de replacer de suite les fragments qui n’auraient pas bien adhéré et de faire reposer ceux-ci sur le doublage, qui leur sert de support et garde les fragments en place, même s’ils n’y sont pas collés. L’élimination du sédiment excédentaire, surtout s’il est argileux, contribue à la conservation car, en séchant, il risque de se rétracter en entraînant avec lui la surface des fragments qu’il souille. De plus, la levée par retournement facilite les opérations ultérieures : les fragments sont directement accessibles pour le nettoyage, notamment.

68Avant d’effectuer la levée, on prépare la caisse ou le plateau sur lesquels sera posé le prélèvement. Si ce dernier est très souple, il se mettra à plat tout seul ; s’il est rigidifié, on veillera à aménager le fond de la caisse avec du matériau de calage ou même du sédiment, isolé par un film plastique ou aluminium, de façon à ne pas laisser le poids du prélèvement exercer des contraintes qui pourraient fragmenter les matériaux ou endommager les tranches.

69S’agissant d’un doublage souple ou faiblement rigidifié, il faut soutenir le prélèvement sur toute son étendue au cours de la levée. S’il est de petites dimensions, on peut le faire simplement en passant les mains ou les avant-bras sous le vestige et en le soulevant, en essayant d’éviter de le plier. Si le prélèvement est très étendu, il vaut mieux procéder par retournement : on pose une planche ou un plateau sur la surface du vestige, on glisse les mains en dessous en plaquant le prélèvement sur cette planche et on soulève d’un geste rapide en retournant l’ensemble, qui reste posé sur la plaque [fig. 64]. On retourne en principe selon l’axe le plus long, de façon que l’opération soit plus rapide, le plaquage plus facile et le geste plus sûr. Si le geste doit être effectué à deux personnes ou plus, il est préférable de réaliser une simulation avec la planche seule, de façon à être sûr qu’il n’y a pas d’obstacle, que chacun sait dans quel sens on retourne, quelle main placer sous le vestige et quelle main sur la planche. Il est important, en particulier selon qu’on est droitier ou gaucher, que chacun trouve la position dans laquelle il est le plus à l’aise.

fig. 64

Prélèvement par doublage souple retourné, vu en coupe :
a. on maintient une plaque sur le dessus avec une main et on passe l’autre sous le vestige dégagé, on soulève et on retourne rapidement ;
b. au contact de la planche se trouvent les couches de doublage sur lesquelles reposent les fragments d’enduits peints. On peut éventuellement, sur le terrain, alléger le prélèvement en le débarrassant du sédiment excédentaire, à présent exposé en surface.

70© S. Païn.

4.1.3.2. La dépose

Qu’est-ce qu’une dépose ?

71La dépose proprement dite consiste à assurer, par adhérence sur toute la surface à un support rigide, la cohésion d’un élément incorporé à un vestige immobilier dans le but de l’en détacher. L’arrachement d’une mosaïque ou d’une peinture murale de son support implique des interventions mécaniques fortes vouées à détruire la couche intermédiaire de mortier et à détacher la surface décorée du mur ou du sol. Le début de l’intervention est globalement analogue au doublage souple. Toutefois, afin que le vestige acquière la résistance mécanique nécessaire pour supporter cette opération, l’ensemble doit être totalement rigidifié : on superpose généralement à cet effet plusieurs couches de film souple qui, raidies par de l’adhésif, constituent un cartonnage résistant, qui sera lui-même rattaché à un bâti en bois.

72Ces opérations, qui nécessitent du matériel spécifique, des compétences particulières, ainsi que des moyens de levage, doivent être effectuées par des professionnels, ou au moins sous la conduite d’un professionnel. Elles ne revêtent presque jamais le caractère d’urgence qui justifierait une intervention improvisée. C’est la raison pour laquelle nous ne détaillerons que le principe de la méthode, sans donner de « recette » pratique d’intervention. On se reportera pour plus d’informations à la bibliographie spécialisée (Krougly, Nunes Pedroso 1990 : 321-323 ; Chantriaux-Vicard 1990 : 272-279).

Dépose ou conservation in situ

73Cependant, puisque la compétence directe d’un responsable du mobilier est concernée, il est intéressant de consacrer quelques lignes aux circonstances qui motivent la dépose d’une peinture murale ou d’une mosaïque – même si une telle décision est souvent collective. Ces vestiges sont en principe encore rattachés à une architecture. À cet égard, l’assemblage possède un sens scientifique et patrimonial qu’il est important de tenter de préserver par le biais d’une conservation in situ, pour autant que des protections adaptées et qu’un « traitement » du site soit effectué pour protéger les vestiges de la pluie, assurer le drainage, éviter l’envahissement par les végétaux, etc. (Ben Abed Ben Khader et al. 2008). La dépose n’est donc pas la seule façon d’assurer la conservation de ces éléments archéologiques, d’autant moins qu’elle implique nécessairement une forme de mutilation : d’une part parce qu’on est contraint de détacher les œuvres de leur support, d’autre part parce que le poids important de ces vestiges ne permet pas de déposer de grandes surfaces d’un seul tenant et oblige à découper des panneaux manipulables (entre un à et deux mètres carrés au maximum).

74Mais la conservation in situ n’est pas toujours possible. En fouille préventive, certains vestiges ne revêtent pas une importance suffisante pour que les autorités compétentes prescrivent un abandon des travaux et un classement du site, ou bien leur maintien in situ ne présente pas un intérêt patrimonial suffisant eu égard aux difficultés techniques et au coût de l’opération. Dans d’autres cas, les vestiges architecturaux sont en si mauvais état qu’ils ne peuvent servir de support aux surfaces décorées sans recevoir un traitement préalable qui implique le détachement de celles-ci. On procède alors à une dépose, on monte les peintures ou les mosaïques sur des panneaux, on traite les murs ou le sol puis on repose ou on accroche les panneaux à leur place primitive. Enfin, en ce qui concerne les revêtements de sol, les objectifs scientifiques amènent parfois à vouloir fouiller ce qui se trouve sous les mosaïques ou les pavages.

75Au-delà de la décision sur l’opportunité de l’opération proprement dite, qui doit réunir archéologues, tutelle scientifique, conservateurs-restaurateurs, gestionnaire du mobilier et responsables de musées, il faut également être conscient du fait qu’il faudra stocker et transporter les éléments issus de la dépose, ainsi que les panneaux restaurés une fois la dépose traitée. Cela nécessite une infrastructure suffisante, de même que des moyens de manutention et de levage adaptés à ces éléments souvent lourds et encombrants.

4.1.3.3. Le prélèvement emballé

76De toutes les sortes de prélèvement, le prélèvement emballé est le plus indolore pour l’objet et pour ses abords, le plus simple à réaliser et à traiter en atelier et, de ce fait, celui que nous recommandons le plus volontiers dès que sa mise en œuvre est possible. Son principe est de conférer une rigidité à l’objet en l’empaquetant dans un matériau souple mais qui, serré autour de l’objet en plusieurs couches, permet de confectionner un paquet suffisamment rigide pour être transporté. De la sorte, tant qu’il est prisonnier de son emballage, les fragments d’un objet morcelé restent immobiles en connexion.

Quels objets peut-on prélever par emballage ?

77Le système nécessitant une certaine tension du matériau souple enroulé, il donne les meilleurs résultats lorsque cette tension s’exerce avec la même intensité dans toutes les directions. C’est la raison pour laquelle il s’applique idéalement aux objets dont les trois dimensions sont dans un rapport de un à trois au maximum, c’est-à-dire dont aucune dimension n’est trop grande ou trop petite par rapport aux autres. Il convient tout particulièrement aux céramiques entières brisées ou fissurées ayant gardé leur volume et, surtout, remplies de sédiment [fig. 65]. Il serait sans doute périlleux, en effet, de prélever un récipient brisé en place mais vide de sédiment par cette méthode, car les fragments, privés de support, s’effondreraient vers l’intérieur. Afin de ménager les chances de prélever un récipient par emballage, il est donc conseillé de ne pas s’empresser d’en dégager l’intérieur.

fig. 65

Vase en cours de fouille avant son prélèvement par emballage.

© P. Laforest, SADY.

78Ce type de prélèvement se prête également, quoiqu’avec un peu plus de difficultés, aux objets allongés. Ceux-ci obligent à rigidifier un peu l’emballage par la pose d’une « attelle » ou par un ceinturage à l’aide de bandelettes. L’auteur de ces lignes a obtenu avec cette méthode de bons résultats sur des bois de cervidé brisés en place en une cinquantaine de fragments : sans résine ni doublage, mais au moyen d’enroulements de film aluminium et de bandelettes de gaze un peu élastiques, qui ont permis de transporter les « paquets », de les défaire progressivement en atelier et de nettoyer les fragments à l’eau sans difficulté [fig. 66-67]. Cependant, cette méthode ne convient pas du tout aux objets ou aux fragments d’objets plats ou dont la fragmentation a été accompagnée d’un écrasement et d’une mise à plat des morceaux : un prélèvement en motte, un ramassage simple avec enregistrement des connexions ou un doublage souple sont alors mieux indiqués.

fig. 66

Prélèvement par emballage d’un élément osseux long au moyen d’enroulements de gaze puis d’un film aluminium (en cours de déballage en atelier).

© S. Païn, SADY.

fig. 67

Bois de cerf fissuré et fragmenté en cours de fouille.

79Les objets qui se prêtent au prélèvement emballé sont donc de deux sortes : les objets pleins et les objets creux emplis de sédiments. Dans le second cas, il est important de ne pas laisser sécher le sédiment : sa fragmentation ou sa rétraction entraînerait la dislocation du vestige dont il est le support. Sa conservation à l’état humide contribue, au contraire, à la cohésion de l’ensemble.

Procéder à un prélèvement emballé

80Il n’est pas spécialement utile de nettoyer finement l’objet au fur et à mesure de son dégagement avant prélèvement, en particulier si les conditions de fouille sont difficiles, si le sédiment est très adhérent ou si la surface de l’objet est fragile. Dans les autres cas, il est toujours préférable de nettoyer le vestige autant que possible – extérieurement seulement –, afin d’alléger le poids du prélèvement.

81On commence par enlever le sédiment qui entoure la partie supérieure de l’objet, on en couvre le sommet en enroulant immédiatement un matériau souple et imperméable, de type film étirable alimentaire. Empêcher le séchage est crucial durant cette phase, d’autant que le matériau y est particulièrement sensible : l’enroulement doit donc débuter au plus tôt, sans attendre que l’objet soit totalement dégagé. On peut éventuellement fixer la coiffe provisoire avec un élastique ou du ruban adhésif. Au fur et à mesure de la fouille des abords, on continue d’enrouler le film (qu’il vaut mieux ne pas détacher de son rouleau, en particulier par grand vent). Lorsque l’objet est inclus dans une structure fouillée par moitiés, on essaie de couvrir la partie dégagée pour limiter autant que possible le séchage [fig. 68]. Lorsque la géométrie de l’objet le commande, on peut découper le film, le scotcher et recommencer un enroulement oblique, qui recouvre partiellement le précédent. Certains objets peuvent présenter des parties saillantes, sur lesquelles la tension de l’enroulement risque d’exercer une pression trop forte. Dans ce cas, il est recommandé de remplir les creux avec de la mousse, des boudins de film plastique ou de papier froissé avant de commencer l’enroulement : plus le volume présente des parois droites ou convexes, mieux c’est [fig. 69].

fig. 68

Les différentes étapes d’un prélèvement par emballage : au fur et à mesure de la fouille, on enroule du film étirable autour de la céramique, en finissant par des enroulements verticaux dès que le fond devient accessible.

fig. 69

Le prélèvement par emballage vu en coupe : la céramique remplie de sédiment est entourée de plusieurs couches de film étirable. Un élément de calage a été placé sous le bord éversé pour éviter que la tension du film ne fasse s’effondrer les tessons du bord.

82Une fois parvenu au niveau où le vestige est posé, on effectue la fouille en sape sous le vestige, en le soutenant, et on fait passer un lé de film étirable afin de l’enrouler dans le sens vertical. Dès que la levée est effectuée, on renforce l’emballage dans ce sens. À ce stade, on dispose d’un paquet qui, en fonction de la taille et de la compacité de l’objet, peut ne pas être encore assez rigide pour être manipulé sans risque. Il est recommandé d’effectuer quelques enroulements supplémentaires [fig. 70a], en particulier dans le sens vertical et, si nécessaire, de renforcer l’emballage avec des matériaux un peu plus rigides, tel le film d’aluminium ménager. Si les lés se détachent, on peut les fixer avec du ruban adhésif, voire avec quelques enroulements de ruban.

fig. 70

Vase prélevé par emballage :
a. sur le terrain, enveloppé de film étirable ;
b. dans sa caisse de transport, calé avec du sédiment, avant déballage.

© a P. Laforest, SADY. © b S . Païn, SADY.

83Lorsque le paquet est manipulable, il est prêt à être placé dans une caisse de transport. Comme la plupart du temps ces paquets n’ont pas de fond plat, il vaut mieux les poser dans une caisse dont le fond est garni d’un matériau de calage, (ou, faute de mieux, de sédiment), puis en rajouter au moins jusqu’à la moitié de la hauteur de l’objet, afin de l’empêcher de basculer [fig. 70b]. La caisse doit être assez grande pour que l’extraction ultérieure du matériau de calage n’endommage pas le vestige, ce qui nécessite une marge de 5 cm minimum autour du vestige et, si on emploie du sédiment, au moins 10 cm, de préférence.

84Les avantages de ce type de prélèvement sont nombreux : le vestige est protégé du séchage dès le début du dégagement, et on peut fouiller les sédiments environnants sans risquer de détruire un objet qui se trouverait à proximité. Comme on n’a pas eu recours à la consolidation, on n’est pas amené à nettoyer le vestige dans l’urgence ni à le faire sécher sur le terrain, et il pourra éventuellement être nettoyé à l’eau par la suite [fig. 71-72].

fig. 71

Vase prélevé par emballage, après déballage. Détail des fragments brisés sur le bord.

© S. Païn, SADY.

fig. 72

Vase prélevé par emballage après nettoyage, consolidation des fissures et collage, effectués en atelier.

© P. Laforest, SADY.

4.1.3.4. Le prélèvement en motte

85Le prélèvement en motte consiste à ramasser un fragment de sédiment sur lequel affleurent des vestiges ou qui en contient. La décision d’effectuer un prélèvement en motte n’est pas toujours dictée par des besoins de conservation. Des raisons scientifiques ou des priorités dans la conduite de la fouille peuvent y amener, même si les vestiges sont solides. Il s’agit des cas où de nombreux objets se trouvent en connexion, parfois sur plusieurs épaisseurs, des cas où apparaissent des négatifs ou bien des traces fugaces de matériaux organiques. On souhaite alors prendre le temps de fouiller finement, de documenter et de relever dans de meilleures conditions que sur le terrain.

86En dehors de ces cas de « fouille différée », on recommande également ce type de prélèvement lorsqu’on a affaire à plusieurs objets dont les connexions sont signifiantes, lorsque les vestiges ne peuvent être manipulés ni transportés hors du sédiment et ont besoin de celui-ci comme support, ou bien lorsque le matériau constitutif de l’objet subirait des dommages irréversibles pendant le temps nécessaire à son dégagement du fait des conditions climatiques qui règnent sur le terrain. Il faut ajouter que certains vestiges ont besoin, avant d’être prélevés en motte, d’être consolidés ou de recevoir un doublage souple.

Choix des modalités du prélèvement en motte

87Le premier problème qui se pose est d’assurer la cohésion et la rigidité de la motte durant les opérations de prélèvement. Pour soutenir les vestiges, il faut que le sédiment les enrobant soit suffisamment tassé et cohérent [fig. 73]. Dans le cas contraire (présence de nombreux vides, substrat trop caillouteux, etc.), la conservation des objets ne serait pas garantie, le prélèvement risquerait au contraire de leur être fatal. Il faut alors se tourner vers d’autres méthodes de prélèvement (Drieux 2008). Si la cohérence du sédiment le permet, on procède au prélèvement en bloc selon des méthodes variables en fonction des circonstances et de la taille du prélèvement : depuis le simple emballage par enroulement de film étirable jusqu’au coffrage en plâtre. Si l’on envisage de radiographier la motte, il faut éviter absolument d’utiliser des éléments métalliques pour l’emballage : en particulier, ne pas déposer la motte sur une plaque métallique mais sur une plaque de bois ou de plastique. Le détachement de la motte et sa levée sont les moments de l’opération où le risque de destruction catastrophique est le plus élevé. Aussi, selon la configuration du terrain, les objets adjacents, la taille et la géométrie du vestige, il est essentiel de choisir entre la levée « en position » et la levée « par retournement ».

fig. 73

Maxillaire de cheval paléolithique, sur le terrain avant son prélèvement en motte.

© H. Djema, SADY.

  • La levée en position implique d’enlever la motte du terrain dans la position où elle se trouve, c’est-à-dire le vestige vers le haut. L’enjeu technique est de découper correctement le sédiment sous le vestige et de faire reposer celui-ci de façon stable sur la plaque que l’on aura glissé dessous – ou de lui confectionner une coque de fond dans le cas d’une fouille en sape. Lorsque la taille est importante, il peut être difficile d’empêcher le dessous de la motte de tomber, de se détacher ou de perdre sa cohésion et, dans le cas où l’on a confectionné une coque, d’éviter que celle-ci se rompe sous le poids.

  • La levée par retournement implique de retourner la motte au moment de la levée, le vestige affleurant se trouvant vers le bas au terme de l’opération. Cette pratique peut apparaître plus sécurisante dans certaines situations, car elle permet de préparer le dessus de la motte pour former une surface plane par ajout de sédiment au-dessus de la protection. On pose ensuite une plaque ou on confectionne une coque sur le dessus. Une fois effectuée la fouille en sape ou la découpe du sédiment sous la motte, on peut procéder à la levée et retourner immédiatement. On évite ainsi de confectionner une coque sans visibilité sous le vestige ou de voir le dessous de la motte perdre sa cohésion au moment de la levée. Cette technique ne convient pas aux prélèvements très étendus en surface et très lourds, car le retournement implique des gestes qui ne peuvent être effectués qu’à condition de pouvoir soulever le bloc facilement. Elle est particulièrement indiquée lorsque le sédiment est relativement incohérent, en raison de la présence de cailloux, par exemple, et/ou que le glissement d’une plaque ou la confection d’une coque sous la motte sont impossibles. Elle est également la « solution de la dernière chance » lorsqu’une levée en position a été entreprise et qu’il a fallu l’interrompre sous la menace d’une désagrégation de la motte…

Préparation du dessus de la motte

88On dégage le moins possible le vestige en surface, et seulement pour connaître son étendue exacte, puis on délimite le fragment de sédiment que l’on souhaite prélever autour. Si l’on veut que le sédiment environnant serve de soutien aux vestiges, et si on a le choix, il est conseillé de prendre des marges confortables, d’environ 5cm de large. On couvre le mieux possible pour éviter le séchage. Si l’on envisage une levée par retournement, on couvre le vestige et la motte avec un film plastique souple épousant bien les reliefs, et on dépose du sédiment au-dessus en tassant sans contraindre le vestige, de façon à créer une surface plane, puis on surmonte le tout d’un matériau souple (mousse, sédiment… .) sur une certaine épaisseur. On s’équipe d’une plaque rigide de mêmes dimensions que la motte, voire légèrement plus grande. Si on ne peut assurer la planéité, si on ne trouve pas de plaque ou si retourner la motte en maintenant la plaque en place s’avère périlleux (en particulier si le prélèvement est de grandes dimensions), il est alors nécessaire de confectionner une coque à même la surface de la motte, comme on le verra plus loin.

89Il n’est pas trop tôt, à ce stade, pour se préoccuper de ce qu’on fera du vestige une fois prélevé. On prépare une caisse assez large et assez profonde pour contenir la motte (dont on a maintenant les dimensions) et son emballage, en prévoyant une marge confortable (au minimum la place de passer les mains pour soulever la motte par en dessous, soit environ 10 cm). Si aucune caisse suffisamment large n’est disponible, on prévoit un plateau rigide aux dimensions adéquates pour recevoir le prélèvement.

Fouille du vestige et préparation de la coque

90On creuse une tranchée autour de la limite fixée, – en fouillant avec précaution pour ne pas risquer d’endommager d’autres vestiges –, jusqu’à arriver un peu plus bas que la hauteur voulue pour le prélèvement [fig. 74a-b]. Selon que le sédiment est très compact ou cohérent, ou qu’il a tendance à se désagréger, et selon la taille totale du prélèvement, on décide ou non de confectionner une coque. Pour un petit prélèvement qui « se tient bien », on peut se contenter d’enrouler du film alimentaire souple en quantité suffisante pour assurer un emballage ferme, éventuellement renforcé par du ruban adhésif [fig. 75a]. Un prélèvement quelque peu étendu nécessite une coque plus compacte, qui peut être confectionnée à l’aide de mousse polyuréthane expansée, disponible en bombe, ou de bandes plâtrées. L’utilisation de l’une ou l’autre de ces techniques nécessite absolument une protection de la surface du vestige : plusieurs couches de film étirable et de film aluminium ménager sur et autour du vestige. On utilise parfois de la paraffine fondue pour isoler la motte de la coque en plâtre. La protection est destinée à éviter la pollution du prélèvement ou des altérations induites par l’usage de ces divers produits.

fig. 74

Prélèvement en motte sans coque rigide pour une levée en position puis conditionnement (vu en coupe) :
a. on protège la motte avec du film étirable ;
b. on fouille en sape sous le vestige ;
c. on glisse une plaque sous la motte afin de la lever ;
d. on pose l’ensemble dans une caisse garnie d’un plastique que l’on rabat pour envelopper le vestige et conserver son humidité.

fig. 75

Maxillaire de cheval paléolithique :
a. prélevé en motte, en position, avec du film étirable, à son arrivée à l’atelier ;
b. après traitement du prélèvement, sur son support de stockage permettant de garder les fragments en connexion.

© H. Djema, SADY.

  • Mousse polyuréthane. Cette mousse s’expanse d’environ dix fois son volume. Ce faisant, elle exerce une certaine pression et dégage un peu de chaleur : il ne faut donc pas en poser une grande quantité d’un coup, de façon que l’expansion ne provoque pas de dommage et que la chaleur soit progressivement évacuée. Il est conseillé d’appliquer une première couche et d’attendre qu’elle ait pris ses dimensions définitives avant d’en poser une seconde. L’opération fonctionne d’autant mieux que le contact avec l’air libre est limité : aussi est-il préférable de creuser une tranchée étroite autour du vestige ou de construire un cadre extérieur, avec une boîte dont on aura enlevé le fond par exemple. La protection de surface permet d’éviter que la mousse n’englobe le vestige. Selon les conditions atmosphériques, l’expansion peut prendre plus ou moins de temps – voire ne pas se produire du tout s’il fait trop froid : aussi, cette technique ne peut pas toujours être employée sur le terrain. Dans tous les cas, il vaut mieux procéder à des tests préalables afin de connaître les qualités du produit et le temps nécessaire à l’expansion [fig. 76]. Les avantages de ce matériau sont essentiellement la légèreté de la coque qu’il permet de confectionner et la possibilité de détruire celle-ci facilement, sans pressions mécaniques fortes, au cours de l’ultérieure fouille du vestige.

fig. 76

Préparation d’une coque avec de la mousse polyuréthane :
à gauche : l’objet protégé par du film étirable recouvert de film aluminium ;
au centre : après avoir appliqué le produit commercialisé en bombe aérosol, on assiste au début de l’expansion ;
à droite : la paroi verticale garnie de plastique qui borde la coque.

© P. Laforest, SADY.

  • Bandes plâtrées ou plâtre. L’avantage de cette méthode est d’être plus rapide et de pouvoir être mise en œuvre par tous les temps. Si l’on recherche une coque très rigide, devant supporter un poids considérable, elle doit être privilégiée. Ses inconvénients sont d’ajouter du poids à l’ensemble et d’être plus difficile à détruire par la suite. La technique consiste à entourer les côtés de la motte de bandes plâtrées – achetées déjà préparées ou confectionnées in situ en trempant des bandes de gaze de coton, de tarlatane ou d’un autre tissu à mailles larges dans un plâtre assez liquide. Si la tranchée est étroite, on peut aussi couler le plâtre directement dedans, sinon fabriquer un cadre, comme décrit précédemment. Tant que le plâtre n’a pas séché, on peut réaliser l’opération en plusieurs coulées successives : chaque nouvelle couche adhère au plâtre récemment coulé et pris. Avant de poursuivre la fouille, il faut toutefois attendre le séchage complet du coffrage. L’épaisseur de la coque à confectionner dépend de la taille et du poids du vestige.

91Dans le cas d’une levée par retournement nécessitant la fabrication d’une coque sur le dessus de la motte (pour qu’elle serve de fond lors du retournement), il vaut mieux commencer par celle-ci [fig. 77]. Il faut impérativement isoler le sédiment du matériau de confection de la coque par du film étirable et du film aluminium. Si on utilise de la mousse, on pose une plaque par-dessus pour obtenir une surface plane. Si on utilise des bandes plâtrées, on couvre avec un même lé le fond et les parois en disposant les bandes parallèlement les unes aux autres, puis on étale une seconde couche de bandes orientée avec un angle de 90° par rapport à la précédente afin d’obtenir un réseau résistant.

fig. 77

Différentes étapes de la confection d’un prélèvement en motte pour une levée par retournement :
a. découpage de la motte ;
b. protection du vestige à l’aide de film étirable ;
c. fabrication de la coque constituée de bandes plâtrées croisées orthogonalement.

Découpe de la motte ou fouille en sape

92Une fois la coque confectionnée, arrive le premier moment crucial du prélèvement : le détachement du bloc. Les situations diffèrent selon l’accès dont on dispose sous le vestige et selon la cohésion du sédiment : on peut procéder tantôt par découpe du sédiment à l’aide d’une plaque métallique ou d’un « fil à couper le beurre », tantôt par une fouille en sape [fig. 74].

93Seul un sédiment mou et cependant compact, voire collant, se prête à la découpe sans risque de catastrophe. Dans un tel cas – que ni l’auteur de ces lignes ni plusieurs de ses collègues n’ont jamais rencontré, mais qui apparaît dans la littérature –, on retient la motte pendant que l’on fait avancer la plaque sous celle-ci. Lorsque la plaque est en place sous la motte, le détachement a eu lieu. Il ne faut pas se cacher que cette méthode induit des contraintes mécaniques sur le vestige, et que, puisqu’on fait progresser la lame « à l’aveugle », celle-ci est susceptible de briser tout objet fragile se trouvant malencontreusement sur son passage. En outre, tout obstacle, tel un caillou, même de taille modeste, est capable d’empêcher la progression de la plaque. Il faut, de plus, que certaines conditions soient réunies pour pratiquer cette méthode : en particulier, une surface dégagée devant le vestige plus basse que la limite de découpe de la motte et au moins égale en longueur à celle de la plaque. L’avantage majeur de la découpe de sédiment est qu’elle ne nécessite pas de confectionner une coque sous le vestige. La technique du « fil à couper le beurre », souffre moins de la présence d’obstacles mais impose, lors de leur franchissement, des vibrations au prélèvement – et expose, tout autant que la planche, à la découpe accidentelle d’objets.

94La fouille en sape provoque moins de vibrations au sein de la motte, car on travaille à partir de l’extérieur et progressivement. Elle peut être pratiquée même s’il y a des obstacles ou d’autres objets à proximité. Selon la cohésion du sédiment et son poids, on peut tantôt soutenir provisoirement les parties dégagées avec des cales en attendant le détachement total, tantôt travailler par secteurs et confectionner progressivement une coque à mesure de la progression. Ainsi, on peut creuser des tunnels sous le vestige et commencer à constituer un soutien en faisant passer à chaque fois un lé de gaze, du film plastique ou une bande que l’on fixera sur le dessus de la motte, puis un tasseau si le tunnel est rectiligne et qu’on dispose d’une grande surface dégagée devant. Pour une levée en position, on peut remplir les vides de mousse expansée ou de plâtre liquide, après avoir isolé la motte avec un film plastique, afin d’éviter d’englober accidentellement un objet ou un fragment, et d’éviter le transport de sels dans le vestige. Il est conseillé de travailler sur les côtés les plus longs, de façon que les tunnels soient les plus courts possibles, et d’attaquer simultanément des deux côtés, de façon à réduire le laps de temps pendant lequel la motte est sapée sans être soutenue. Si l’on doit procéder à une levée par retournement, le soutien confectionné n’a pas besoin d’être aussi rigide, car il n’est pas destiné à durer. Des calages provisoires servent à empêcher la partie dégagée de la motte de s’effondrer pendant la fouille.

95Lorsque les côtés du vestige ne sont pas accessibles, il est impossible de réaliser une sape horizontale. On est alors contraint de fouiller de façon oblique, si bien qu’on obtient une motte dont la partie inférieure s’affine progressivement et présente un profil en V en fin de parcours, que nous appellerons « naviforme ». Cette technique permet de constituer une coque au fur et à mesure (on enroule du film ou on confectionne une coque en bandes plâtrées comme dans la phase précédente) et de diminuer la surface à détacher en fin de parcours : on évite de la sorte un effondrement de la motte en son milieu. Cependant, elle s’applique mal à des prélèvements très étendus, car il faudrait creuser très profondément et le poids serait très important ; et à une levée par retournement si l’on a utilisé des matériaux rigides pour confectionner la coque, car on devrait alors fouiller le côté le plus étroit en atelier.

Levée et conditionnement

96Pour lever en position une motte sous laquelle on a glissé une plaque, il suffit de soulever directement la plaque [fig. 78]. Si celle-ci est flexible, mieux vaut la soutenir par en dessous, le temps de glisser la motte sur une planche rigide couverte de plastique. Si on garde la plaque d’origine, il faut la rendre solidaire de la motte pour le transport non seulement pour éviter qu’elle glisse mais aussi afin de préserver son humidité. On fixe la motte à la planche en enroulant verticalement du film plastique étirable autour de l’ensemble, le cas échéant en compensant la différence de dimensions entre planche et vestige, puis en posant l’ensemble sur une feuille de plastique [fig. 74d]. Celle-ci doit être assez grande pour emballer la motte. On scelle le tout avec du ruban adhésif. On peut aussi glisser le prélèvement dans plusieurs sachets plastiques successifs, en prenant soin d’en chasser l’air à chaque fois, et en appliquant du ruban adhésif pour fermer les béances. Si la découpe de sédiment a été effectuée avec un fil à couper le beurre, on glisse le bloc sur une planche recouverte d’une large feuille plastique, que l’on rabat sur les côtés et le dessus pour emballer le vestige.

fig. 78

Prélèvement en motte avec coque rigide, levé en position, vu en coupe. Le vestige (en noir) inclus dans la motte de sédiment, est contenu dans une coque, posée sur une planche.

97Pour lever par retournement un bloc de sédiment qu’on a découpé, on glisse celui-ci sur une planche [fig. 79] et on l’y maintient, éventuellement au moyen d’une seconde planche posée et maintenue par au-dessus, puis on retourne. Cette manœuvre demande à être répétée à l’avance, en particulier si deux personnes ou plus doivent coordonner leurs gestes (cf. supra § 4.1.3.1.).

fig. 79

Détachement et levée du prélèvement en motte par retournement :
a. découpage de la motte avec un fil à couper le beurre ;
b. la motte ainsi détachée est glissée sur une planche, puis sera retournée en maintenant le prélèvement plaqué contre la planche.

98À l’issue d’une fouille en sape, dès lors que le soutien progressivement confectionné est assez rigide, on enlève les cales et on procède à la levée. En position, on soulève la motte en la tenant par en dessous, à plusieurs s’il le faut. Dans le cas où planchettes et tasseaux ont été glissés sous la motte, on peut les rendre solidaires en les fixant à un tasseau unique, et se servir de ce bâti pour soulever l’ensemble. Le prélèvement est ensuite posé sur une feuille de plastique ou glissé dans un sachet de façon à constituer un emballage étanche. Plusieurs épaisseurs d’emballage sont préférables, à condition que chacune soit fermée individuellement. Lorsque le soutien du fond de la motte n’est pas assez rigide, il faut poser le prélèvement sur une plaque de dimensions aussi proches du vestige que possible, dont la surface a été préparée – au moyen d’un matériau de calage ou de sédiment, isolé par du plastique pour éviter le dessèchement de la motte et le pourrissement de la planche – de façon à absorber les irrégularités de la motte. Si le profil du fond est trop irrégulier, inutile de prévoir une planche : mieux vaut conditionner le prélèvement dans une caisse dont le fond et les côtés sont comblés par du matériau de calage ou du sédiment [fig. 75a]. La caisse doit être assez grande pour que les côtés du prélèvement ne touchent pas ses bords et qu’on puisse l’en sortir sans effort.

99Pour lever par retournement, on glisse une main sous la motte après avoir enlevé les éventuels calages, on appuie pour la plaquer contre la planche posée dessus – voire sur la coque elle-même si elle est assez rigide – et on retourne. Avant d’emballer la motte, on peut en diminuer le poids en éliminant le sédiment franchement excédentaire.

4.1.4. Du terrain au stockage d’attente

4.1.4.1. Agir en fonction de l’état de séchage du mobilier

100Qu’il s’agisse de ramassages simples ou des différents types de prélèvements assistés, on se retrouve avec des matériaux qui, quel que soit leur état de fragilité par ailleurs, sont manipulables (sinon on ne serait pas parvenu à les prélever). Toutefois, leur état de séchage peut être assez diversifié et, en fonction de celui-ci, on se trouve face à des situations variées, qui entraînent des précautions de conditionnement distinctes. Bien choisies, ces dernières auront une influence positive, parfois décisive, sur la conservation des vestiges.

101Deux risques contradictoires guettent le mobilier : le séchage incontrôlé et la re-humidification par l’eau liquide due à la condensation, suite aux chocs thermiques entre terrain, véhicule et lieu d’arrivée. Comme l’environnement ne peut être maîtrisé avant le traitement archéologique, la règle générale est de conditionner les matériaux dans l’état où ils se trouvent sur le terrain et de tenter de maintenir ou de reproduire ces conditions jusqu’à leur traitement.

102Les objets ainsi conditionnés attendent un certain temps avant d’être nettoyés et séchés définitivement. Pendant ce délai, des altérations peuvent apparaître : si l’objet sale est conditionné pour rester humide, des organismes vivants se développent et colonisent le sédiment et les matériaux organiques, la corrosion des métaux redémarre, des céramiques peu cuites peuvent devenir de la boue, etc. Ces dégradations ne se produisent pas au moment même où l’on referme le sachet, naturellement : les délais de traitement sont donc une donnée essentielle pour apprécier, en particulier, les avantages et inconvénients de l’étanchéité des conditionnements, et l’opportunité ou non de faire sécher avant nettoyage certains matériaux.

  • Les matériaux gorgés d’eau doivent impérativement le demeurer et ne jamais sécher avant traitement. Tout séchage ou début de séchage provoque très rapidement des déformations irréversibles : il est indispensable de garantir des conditionnements qui maintiennent l’humidité dans le matériau. Ces matériaux sont prioritaires pour la mise en œuvre rapide d’un premier nettoyage et d’un stockage d’attente en bacs d’eau.

  • Les matériaux métalliques ramassés simplement sont plus ou moins humides selon la quantité de sédiment qui y est rattachée. Lorsque les objets restent dans un milieu humide, la réactivation de la corrosion cyclique peut avoir lieu en une ou deux journées, parfois en quelques heures. Il est préférable de les conditionner en sachets percés, dans une boîte garnie de gel de silice sec, et de les faire sécher en douceur dès que possible.

  • Les autres matériaux ramassés simplement. La plupart est conditionnée dans des sachets plastiques sur le terrain. Même s’ils gagnent, généralement, à rester humides jusqu’au nettoyage, ils ne souffrent généralement pas d’un séchage au sein de ces sachets, du moment qu’il s’effectue lentement. Il ne faut pas rehumidifier un objet qui a commencé à sécher, tout juste l’empêcher de sécher plus qu’il ne l’a déjà fait. Quelques matériaux méritent une mention particulière : les verres altérés et les céramiques mal cuites. Les verreries altérées sont susceptibles d’être affectées par un séchage, qui amènerait la perte des feuillets d’altération superficiels, c’est pourquoi il vaut mieux les garder humides avant le nettoyage (Le Roy-Lafaurie 2013). Les céramiques mal cuites peuvent réagir de façons très diverses. Certains auteurs constatent que ces matériaux ont une meilleure consistance secs qu’humides, et suggèrent même qu’il est préférable de les laisser sécher sur le terrain (Chavigner 1990 : 56). D’autres professionnels, au contraire, ont été conduits à conseiller d’en préserver l’humidité pour favoriser leur conservation (Vigneron 2009). Cette contradiction peut dérouter : elle tient certainement à la diversité des expériences auxquelles les auteurs ont été confrontés. Il semble toutefois que lorsque les matériaux sont en assez bon état pour être ramassés humides, et qu’ils doivent être nettoyés à l’eau par la suite, il vaille mieux les garder humides. Il faut cependant veiller à éviter la condensation à l’intérieur des sachets, qui imbibe le vestige plus qu’il ne l’est déjà.

  • Les objets consolidés, les prélèvements avec doublage souple et les déposes. Dans la mesure où ces objets ont dû sécher pour être consolidés, ils n’ont pas spécialement besoin de garder d’humidité résiduelle. Cependant, le sédiment qui n’a pu être éliminé sur le terrain constitue une réserve d’humidité qui peut amener l’apparition de moisissures sur les matériaux de doublage et sur le mobilier. Il risque aussi de se rétracter au séchage en entraînant des fragments du vestige. Il est donc souvent préférable de ne pas laisser sécher ces objets et prélèvements, et de les traiter rapidement – au minimum d’en ôter le sédiment. Pour ce qui est des déposes, qui ne comprennent pas de sédiment, elles ne sont effectuées que par des conservateurs-restaurateurs spécialisés, qui pourront indiquer la façon dont elles doivent être conditionnées et transportées, selon les délais de traitement prévus.

  • Les prélèvements en motte ou emballés. Le soutien que le sédiment apporte au vestige dans un prélèvement en motte est menacé dès que celle-ci subit un changement dimensionnel, telle la rétraction au séchage. Il est donc absolument indispensable de conditionner ces éléments de sorte qu’ils ne sèchent pas avant d’être fouillés. Le risque de développement de moisissures étant assez élevé lorsqu’ils sont très bien emballés, comme l’est le risque de séchage fatal lorsque l’emballage est médiocre ou inexistant, la prise en charge doit être rapide.

4.1.4.2. Emballage et conditionnement individuel

103Parmi les matériaux que nous avons envisagés, certains ont été ramassés simplement et mis en sachets, d’autres ont nécessité un prélèvement assisté, le plus souvent en raison de leur fragilité.

104Les vestiges ramassés simplement sont tous conditionnés, individuellement ou par ensembles. Ceux gorgés d’eau doivent idéalement être plongés dans des bacs d’eau. Il est toutefois périlleux de déplacer de tels bacs, car ils sont très lourds et risquent, en plus, d’inonder le véhicule. Pour les transporter, on peut conditionner les objets dans des sachets étanches contenant de l’eau, dont on aura chassé l’air autant que possible avant de les sceller ; le cas échéant, ne pas hésiter à insérer plusieurs sachets les uns dans les autres. Les objets de petites dimensions sont placés dans des boîtes étanches contenant un peu d’eau, que l’on place dans des caisses vouées à recueillir d’éventuelles fuites. Les éléments de plus grandes dimensions, pour lesquels la confection d’un emballage étanche est difficile, sont enveloppés dans un matériau absorbant mouillé (drap, papier absorbant) avant d’être emballés dans un plastique fermé soigneusement à l’aide de ruban adhésif. Pour ces objets, il est important de réduire les délais d’acheminement.

105Les matériaux consolidés et les prélèvements avec doublage souple sont emballés individuellement. À moins qu’une réserve de sédiment humide leur soit attachée, ils ne nécessitent pas de conditionnement étanche. Bien entendu, il vaut mieux que le prélèvement ait été conditionné dans sa caisse dès le terrain. Les prélèvements en motte ou emballés sont à emballer dans plusieurs couches de film plastique, en évitant d’y enfermer de l’air : fermer toutes les ouvertures avec du ruban adhésif imperméable pour améliorer l’étanchéité.

4.1.4.3. Mettre en caisse pour le transport

106On considère généralement que les sachets de tessons ou d’os, convenablement placés dans des sachets plastiques, n’ont pas besoin de calage supplémentaire dès lors qu’ils sont judicieusement calés dans leur caisse. Dans ces cas, ce sont les replis des sachets remplis d’air qui assument la protection contre les chocs mais, s’il s’agit d’objets fragiles, il n’est pas interdit d’y ajouter des matériaux de calage souples. Pour éviter l’écrasement, les objets les plus lourds doivent être placés sous les autres, et les poids bien répartis. Les enduits peints doivent être placés dans des caisses plates, sans superposition si possible, et calés pour éviter leur déplacement.

107Les divers prélèvements assistés et les objets fragiles doivent être immobilisés dans leur caisse et protégés contre chocs et vibrations. Il est préférable de placer le prélèvement dans sa caisse dès le terrain, de façon à diminuer les manipulations [fig. 80].

fig. 80

Conditionnement d’un prélèvement de petites dimensions dans une boîte aménagée avec de la mousse polyéthylène amortissant les vibrations.

© B. Van den Bossche, SADY.

108Signalons que le premier facteur de protection des objets transportés en caisses est l’absorption des vibrations verticales issues des cahots subis durant le trajet entre le terrain et la base de fouilles ou la structure de conservation : il est donc essentiel de garnir le fond et les côtés des caisses d’un matériau de calage (cf. supra § 3.2.2.2.). Pour préserver le vestige contre les mouvements verticaux (l’empêcher de « sauter » en l’air et de retomber, en particulier) il faut apporter une protection sur le dessus et utiliser une caisse avec couvercle. Si on ne dispose que de caisses gerbables, on peut fixer solidement une deuxième caisse sur celle sur laquelle on travaille. La protection doit combler entièrement le vide entre le vestige et le dessous du couvercle ou de la caisse du dessus.

4.1.4.4. Transporter des mobiliers fragiles

109Des vestiges légers et une courte distance entre le terrain et la base de fouilles justifient parfois de les transporter à pied, mais dès lors que les caisses sont nombreuses et les vestiges lourds ou volumineux, l’usage d’un véhicule s’impose. Il est souhaitable qu’une place particulière leur soit réservée dans le véhicule afin, en particulier, qu’ils ne soient pas abîmés par les mouvements du matériel de chantier, généralement transporté en même temps. De plus, il ne sert à rien de bien emballer et caler un objet dans sa caisse si celle-ci, instable et mal arrimée, se renverse ou cahote à chaque nid de poule. Il faut donc faire des piles de caisses, les lier entre elles et les arrimer. En petit nombre, on peut parfois les transporter posées sur le plancher arrière entre la banquette et le dossier des sièges de devant. Lorsqu’elles sont suffisamment hautes pour être arrimées à l’aide des ceintures de sécurité, on peut les placer sur la banquette arrière, et sinon les confier aux genoux des passagers, dont les mouvements compenseront les cahots.

110Une fois près de la route, au revêtement plus lisse et plus adapté à l’usage de grands véhicules, on peut organiser des transports groupés permettant un meilleur arrimage des caisses gerbées. Toutefois, on rencontre même en ville des nids de poule, des dos d’âne ou des pavés historiques, et le conducteur doit avoir pleine conscience de la fragilité des vestiges qu’il transporte.

4.1.4.5. Orienter le mobilier à l’arrivée

111La séquence « transport », dans une démarche de conservation, ne finit pas lorsque le camion franchit la grille d’entrée, mais lorsque les objets sont placés dans un environnement contrôlé en attente de la suite du traitement. Aussi, les véhicules doivent-ils être rapidement déchargés, et chaque catégorie orientée vers le stockage d’attente le plus adapté, en tenant compte des priorités de traitement fixées en amont ou issues de l’examen visuel de l’état des objets à l’arrivée.

112La résistance des matériaux aux conditions environnementales détermine deux groupes : le groupe des vestiges aptes à s’acclimater spontanément à un nouvel environnement et le groupe des vestiges nécessitant pour cela un traitement préalable. Les meilleurs représentants du second groupe sont les matériaux organiques gorgés d’eau et, plus généralement, les matériaux provenant de fouilles subaquatiques en milieu marin ou très chargé en sels, mais aussi les prélèvements assistés.

Priorité aux matériaux gorgés d’eau

113Les matériaux organiques gorgés d’eau, très dégradés dans leur structure même si la forme des objets est préservée, ne peuvent être acclimatés sans traitement de conservation-restauration préalable. Il faut les empêcher de sécher par tous les moyens, et très rapidement récréer artificiellement les conditions dans lesquelles ils étaient conservés (dans l’eau, peu d’air, obscurité). Les objets de petites dimensions peuvent être placés dans des sachets pleins d’eau dont on prend soin de chasser l’air autant que possible, puis dans des boîtes hermétiques pleines d’eau, ou bien directement dans des boîtes emplies d’eau [fig. 81]. Dans l’attente du traitement, il faut les conserver immergés, au froid (un réfrigérateur ou une chambre froide offrent de bonnes conditions) et dans l’obscurité, de façon à limiter la croissance de micro-organismes [fig. 82]. Les éléments plus volumineux peuvent trouver place dans des bacs couverts, le plus au frais possible. On devra vérifier le niveau d’eau dans les bacs, car même les récipients supposés étanches voient leur contenu s’évaporer dans un réfrigérateur, et l’eau doit être renouvelée périodiquement.

fig. 81

Stockage humide de bois gorgés d’eau de petites dimensions. La boîte remplie d’eau est placée au réfrigérateur afin d’éviter la croissance de microorganismes.

© P. Laforest, SADY.

fig. 82

Stockage humide des bois gorgés d’eau : les éléments visibles à la surface de l’eau sont des microorganismes, qui peuvent apparaître assez rapidement lorsque les bois gorgés d’eau sont exposés à la lumière et à un climat tempéré.

© P. Laforest, SADY.

114On pourrait être tenté d’ajouter un biocide dans l’eau pour éviter la croissance des micro-organismes, toutefois, certains de ces produits peuvent avoir des effets nuisibles sur les matériaux archéologiques. Il faut, de plus, s’assurer que le produit ajouté est compatible avec les traitements qui restent à venir. C’est pourquoi la plupart des laboratoires préfère que l’on s’en passe. Si on ne dispose pas des conditions assez fraîches pour éviter la croissance de micro-organismes dans le stockage d’attente, il est préférable de se rapprocher d’un conservateur-restaurateur spécialisé dans ces matériaux, et s’enquérir auprès de lui des biocides les plus adaptés, ainsi que des dosages et modalités d’emploi. Leur usage doit être précisément documenté.

Le stockage d’attente du mobilier

115Jusqu’à leur fouille, les prélèvements en motte ou emballés doivent être gardés humides, de préférence au frais, afin d’éviter la croissance de micro-organismes. L’expérience montre que le séchage des mottes commence souvent, même avec un conditionnement soigneux, dans les quarante-huit heures après le prélèvement : il faut donc très rapidement mettre en place les conditions de sa fouille ou l’orienter vers un laboratoire. Dans le cas contraire, un bref répit pourra être obtenu en sur-emballant très soigneusement la motte, et en la plaçant si possible dans une boîte étanche stockée au frais. Les matériaux poreux où la présence de sels solubles, susceptibles de cristalliser, est avérée doivent être maintenus humides également.

116Heureusement, la plupart des autres vestiges est constituée de matériaux qui – pour peu qu’on prenne le soin de les y amener graduellement –, pourront sans trop de dommages franchir le pas entre leurs anciennes et leurs nouvelles conditions environnementales : il s’agit des matériaux peu ou moyennement hygroscopiques, ainsi que des matériaux hygroscopiques humides mais non gorgés d’eau. Il est préférable que ce passage ne se fasse pas avant le nettoyage et que le mobilier encore sale et devant être lavé reste humide, ce qui évite un cycle de séchage et de re-humidification – inévitable si les objets ont déjà séché. Les seules exceptions à cette règle sont les matériaux métalliques, qui ne se lavent pas, dont les mécanismes d’altération électrochimique peuvent redémarrer en milieu humide et qu’il vaut mieux généralement laisser sécher dès que possible.

117On aura transporté des matériaux relativement solides et d’autres manquant de cohésion, ayant fait l’objet de prélèvements assistés ou dont la fragilité a été reconnue sur le terrain. Il convient de vérifier, pour ces éléments, si le transport a eu des effets sur leur état de conservation, de façon, le cas échéant, à prendre des mesures pour préserver ce qui peut encore l’être. Si un objet s’est brisé ou affaissé pendant le voyage, il faudra peut-être lui apporter un maintien pour éviter la poursuite de la dégradation, et documenter l’effondrement afin de retrouver les collages entre les fragments. Si des morceaux se sont détachés, il est utile de noter immédiatement d’où ils viennent et les conditionner dans un sachet pour éviter leur perte.

118À l’issue de cette étape, les objets ne nécessitant pas de précaution particulière sont placés dans un stockage d’attente, les matériaux nécessitant des conditions spécifiques sont placés en situation d’en bénéficier, tandis que les vestiges nécessitant une prise en charge rapide ont été dirigés vers des laboratoires spécialisés. Le gestionnaire du mobilier peut rentrer chez lui la conscience tranquille…

4.2. Agir en post-fouille

119Lors de l’exhumation, au cours du transport et durant le stockage d’attente, on tente, comme on l’a vu, de préserver ou de recréer des conditions de conservation proches de celles de l’enfouissement. Cependant, cette situation ne peut s’éterniser, et les besoins de la recherche impliquent un traitement archéologique des objets retrouvés. Le rôle du gestionnaire du mobilier est de veiller à l’acclimatation des matériaux dont l’état le permet, mais aussi de prendre en charge les problématiques de conservation qui se posent spécifiquement lors des activités d’étude. Dans le parcours du mobilier, la phase d’acclimatation se déroulant parallèlement au traitement archéologique, il faut donc, à tout moment, trouver les moyens de rendre compatibles ces deux objectifs au cours d’actions qui les englobent tous deux.

4.2.1. Acclimater le mobilier en douceur

4.2.1.1. Le nettoyage et ses modalités selon les matériaux

120Dans la plupart des cas, avant de faire sécher le mobilier, il convient d’en entreprendre le nettoyage. Celui-ci est généralement bénéfique pour la conservation, car la préservation à long terme de sédiment au contact des objets a deux effets contradictoires, tous deux néfastes. Humide, il est le terreau de croissance de micro-organismes. Sec, la rétraction due au séchage provoque des dégradations mécaniques. Du point de vue de l’étude archéologique, il empêche l’identification des objets et des matériaux.

121Il ne s’ensuit pas nécessairement que tous les matériaux doivent être lavés à l’eau. Dans un premier temps, on doit être particulièrement vigilant pour reconnaître les matériaux qui ne doivent pas être lavés à l’eau, les matériaux qui peuvent être lavés mais ne doivent pas sécher et les matériaux qui, en principe, peuvent être lavés puis séchés. Il faut veiller à former le personnel concerné aux différentes catégories de matériaux et aux modalités d’action correspondantes [tabl. X].

TABL. X

Premier traitement du mobilier archéologique.

Moduler le lavage à l’eau

122L’étape du lavage est un moment essentiel pour la survie matérielle et scientifique du mobilier. Matérielle, parce que les matériaux qui ne résistent pas à l’eau ou qui en sont affectés risquent de subir des altérations irréversibles s’ils n’ont pas été correctement détectés à ce stade du traitement ; scientifique, parce que c’est le moment où l’on identifie un matériau, un décor ou un élément rare que l’on va isoler et qui va peut-être orienter le regard sur le mobilier à venir.

123L’altération des matériaux archéologiques peut affecter grandement leur cohésion et leur sensibilité à l’eau. La céramique, par exemple, peut théoriquement être lavée, mais se trouve parfois dans des états de décohésion de surface ou structurelle importants ; insuffisamment cuite, elle peut retourner à l’état d’argile en cas d’hydratation prolongée. Afin d’éviter une dégradation irréversible lors du nettoyage, on doit donc préalablement tester la sensibilité des matériaux. Ce test consiste à vérifier que la couleur de ce qui s’en dégage au lavage est bien celle du sédiment et non celle du matériau. Selon leur sensibilité, certains matériaux peuvent être plongés dans l’eau mais seulement sur de brèves périodes, en petites quantités à la fois, dans de l’eau propre fréquemment renouvelée. D’autres, plus sensibles, ne doivent pas être immergés mais peuvent être lavés rapidement sous un filet d’eau courante ou par tamponnage. D’autres encore ne supportent absolument pas d’être nettoyés à l’eau sous quelque forme que ce soit.

124Dans tous les cas, le lavage est loin d’être une activité mécanique routinière. Les surprises sont toujours possibles. Aussi, tout au long de cette opération il importe de rester attentif à la cohésion de la matière et au risque de détachement de la surface ou du décor : céramique peinte, décor à l’étain type « tatting », poix ou résidus alimentaires, feuillets d’irisation sur le verre altéré, etc.

Outils et techniques du lavage

125Le nettoyage de la plupart des matériaux se fait à l’aide d’outils tels que brosses, pinceaux, éponges, parfois tiges de bois : leur dureté doit être adaptée aux matériaux à nettoyer – la préférence devant être systématiquement donnée aux plus doux [fig. 83]. La meilleure façon d’éviter les marques d’un outil trop dur sur un matériau archéologique est… de regarder ce que l’on fait pendant le lavage. L’expérience montre que cette activité, pratiquée en groupe dans une ambiance conviviale, est souvent exercée sans contrôle visuel. Il convient aussi de réfréner les élans de vigueur excessive, et être conscient du fait qu’on peut toujours parfaire plus tard un nettoyage insuffisant tandis qu’on ne peut revenir sur un nettoyage trop agressif.

fig. 83

Nettoyage à l’éponge d’une céramique néolithique ne supportant ni l’immersion ni le brossage.

© P. Laforest, SADY.

126Lorsqu’on lave en bassine, il est important de veiller à la propreté de l’eau, car celle-ci se charge rapidement en particules de sédiment qui exercent une action abrasive sur les surfaces fragiles. Le trempage dans l’eau sale a également pour effet de laisser s’infiltrer les fines particules de sédiment dans les microfissures et porosités de l’objet (Maraval, Marty 2004a : 83). L’accumulation de sédiment dans l’eau empêche, en outre, de voir ce qui se détache du mobilier lavé et, de ce fait, de se rendre compte qu’un élément est en train de se dissoudre.

127Enfin, les matériaux organiques humides peuvent être lavés avec de l’eau, sans trop les remouiller, avec des pinceaux doux pour brosser le sédiment ramolli [fig. 84]. Les objets gorgés d’eau ou provenant de fouilles subaquatiques sont nettoyés dans l’eau. On réduit ainsi – sans toutefois les éliminer totalement – les risques de croissance de micro-organismes. Ils retourneront au stockage provisoire décrit plus haut (cf. supra § 4.1.4.5.) en attendant le traitement de conservation curative.

fig. 84

Fragment de bois en cours de nettoyage.

© S. Païn, SADY.

128Pendant le lavage, mais aussi en disposant le mobilier en vue du séchage, il faut veiller particulièrement à garder ensemble ce qui a été trouvé ensemble, à respecter carrés et passes mécaniques réalisés en vue d’un futur remontage, et à préserver les indications de provenance stratigraphique, quitte à multiplier les étiquettes et à utiliser plus de plateaux de séchage que strictement nécessaire, de façon à éviter les mélanges de mobilier de provenances différentes.

Cas particuliers de nettoyage

129Les métaux ne supportent aucune sorte de nettoyage humide : leur nettoyage est à réaliser par d’autres moyens réservés aux professionnels spécialisés. Ce sera également le cas pour les verres avec une altération en feuillets irisés ou très fragiles (Le Roy-Lafaurie 2013). Les enduits peints et les mortiers, sauf particulière solidité, ne doivent pas être mouillés : on les laisse sécher doucement avant de procéder à un brossage à sec des tranches de mortier – à condition qu’elles soient assez cohérentes pour le supporter –, et à un nettoyage humide de la surface peinte, au coton-tige ou à l’éponge, en surveillant la couleur de ce qui est enlevé. Si la peinture est fragile, il faut s’arrêter et confier le travail à un conservateur-restaurateur. Les stucs et les objets en plâtre ne peuvent être nettoyés à l’eau que par tamponnage – à moins d’une exceptionnelle résistance.

130Dans le cas d’objets constitués de plusieurs matériaux aux conditions de traitement ou de conservation incompatibles, souvent appelés à tort « matériaux composites » (puisque ce sont les objets qui sont composites, non les matériaux qui les composent), il s’agit de déterminer un matériau prioritaire et de se régler sur celui-ci pour décider du traitement à appliquer [fig. 85]. Les critères de choix du matériau prioritaire sont les suivants : sensibilité ou fragilité, rareté, intégrité et intérêt documentaire. On privilégie respectivement le plus fragile, le plus rare, le mieux conservé et celui qui est susceptible de fournir des données archéologiques exploitables.

fig. 85

Serpette en fer à manche en bois trouvée en milieu gorgé d’eau. Les décisions de traitement et de conservation ultérieure de l’objet doivent concilier les exigences des différents matériaux, ou bien faire le choix de privilégier l’un d’entre eux.

© N. Girault, SADY.

131Les matériaux minéraux provenant d’un milieu sous-marin chargé en sels, après nettoyage, seront stockés également dans l’eau en attendant un dessalement. Ceux qui viennent de milieux subaquatiques contiennent parfois aussi des sels solubles, dans une moindre mesure, et doivent alors faire l’objet des mêmes traitements. Il faut rapidement consulter un conservateur-restaurateur sur les traitements à envisager.

4.2.1.2. Un séchage toujours progressif

132Les matériaux provenant de fouilles terrestres et non gorgés d’eau peuvent sécher : les métaux, le plus tôt possible et avant nettoyage ; la plupart des matériaux après nettoyage humide. Les meilleurs dispositifs de séchage sont ceux qui permettent à l’air de circuler autour du vestige de façon homogène, en évitant la stagnation de l’eau en excès : caisses plates ajourées et plateaux grillagés. Il faut veiller à ce que les fragments de petite taille ne puissent passer par les trous, ou poser un intercalaire de trame plus fine, tel du papier absorbant [fig. 86].

fig. 86

Séchage du mobilier sur des caisses ajourées plates garnies de papier absorbant.

© P. Laforest, SADY.

133Quel que soit le matériau, le séchage doit être progressif, de façon à donner aux matériaux hygroscopiques la possibilité d’absorber les retraits induits. Il faut donc éviter d’exposer les matériaux encore humides à des sources de chaleur. Si les conditions sont trop froides et humides et que les objets ne sèchent pas du tout après plusieurs jours, améliorer la ventilation est parfois plus efficace et en tout cas moins dangereux que d’augmenter la température.

134La progressivité du séchage permet de dépister des phénomènes d’altération avant que leurs conséquences ne deviennent dramatiques [fig. 87]. L’apparition de cristaux à la surface des matériaux poreux, par exemple, est un signe d’alerte sur la présence de sels solubles. Un séchage trop rapide ne permet pas de s’en apercevoir avant qu’un dommage effectif et généralisé ne se produise, tandis que lorsqu’il est repéré précocement au cours d’un séchage lent, on peut encore agir en ralentissant le séchage dans l’attente d’un traitement de dessalement. On emballe alors l’objet dans un film ou dans un sachet étanche contenant le moins d’air possible, si nécessaire en plusieurs couches, le temps de prendre conseil auprès d’un laboratoire de conservation-restauration.

fig. 87

Chariots de séchage du mobilier archéologique. Leur compacité permet d’éviter un séchage trop rapide et de gagner de la place. Équipés de roulettes, ils permettent de transporter facilement le mobilier jusqu’aux salles d’étude sans avoir à le manipuler.

© P. Laforest, SADY.

135Même si le gestionnaire du mobilier n’est pas un conservateur-restaurateur spécialiste des objets archéologiques et n’a pas les compétences nécessaires pour effectuer un constat d’état approfondi, il doit avoir connaissance des signes de dégradation requérant de sa part une réaction rapide, que ce soit par des mesures de conservation préventive, en attendant l’intervention, ou en faisant appel à un professionnel qualifié [tabl. X].

136Certains matériaux, tels les matériaux organiques humides mais non gorgés d’eau, les céramiques mal cuites et les verres très altérés, doivent subir un séchage particulièrement lent et contrôlé. Ceci peut être mis en place en créant dans une boîte ou un sachet un volume qui, sans être totalement clos, est ouvert de façon limitée et progressive, de façon que la perte d’humidité par unité de temps soit modérée (Le Roy-Lafaurie 2013). Le risque, notamment pour les matériaux organiques, est la croissance de microorganismes si les conditions de séchage sont trop lentes : il faut donc tenter d’arriver sous la barre des 75 % d’humidité relativement rapidement et ralentir l’évolution en deçà de cette limite.

137Avant de mettre le mobilier en sachets, il importe de s’assurer que le séchage a été mené à son terme et que les matériaux ont réellement atteint un équilibre avec leur environnement. Dans le cas contraire, l’humidité en excès s’exhalerait dans le conditionnement et risquerait de condenser par saturation assez rapidement. Ainsi, lorsqu’on observe de la condensation dans un sachet en l’absence de variation notable de température, en particulier lorsqu’on vient de le remplir, on peut en conclure que le mobilier n’est pas assez sec. Il faut alors ouvrir le sachet pour que l’humidité s’évacue et, si cela ne suffit pas, remettre le mobilier sur un plateau de séchage.

4.2.2. La conservation pendant l’étude

138Dans cette phase, en principe, les objets sont acclimatés à leur nouvel environnement, ou bien ont été orientés vers les traitements de conservation-restauration leur permettant d’intégrer le milieu atmosphérique sans dommage. Ils ne sont pas pour autant à l’abri de tous les dangers.

139Pendant l’étude, le mobilier archéologique subit des manipulations qui, mal conduites, menacent son intégrité physique et peuvent aller jusqu’à détruire irrémédiablement les informations archéologiques dont il est porteur. Des précautions sont donc à prendre à tous les stades du traitement. Pour les conforter, il convient également de mener des opérations de sensibilisation afin que soient pris en compte les effets sur la conservation de gestes qui semblent à première vue anodins.

4.2.2.1. Trier et identifier les matériaux

140Il importe, après le séchage, de trier le mobilier par matériaux. À ce stade, où les éléments ne sont pas étudiés mais où ils ont été, au moins, sommairement identifiés, des choix sont à faire en fonction de l’état de conservation mais aussi du traitement archéologique à suivre. Du point de vue de la tenue mécanique, ils peuvent être manipulables ou non ; vis-à-vis du risque d’altération chimique, stables ou instables.

141Pour ce qui est des possibilités d’étude, le mobilier peut être lisible tel quel, ou bien fragmentaire et devant être remonté pour être lisible, ou bien illisible tel quel. Dans ce dernier cas, il a besoin d’un traitement de restauration pour être étudié, outre les besoins en conservation proprement dits. Lorsque la structure de conservation dispose de son propre laboratoire de restauration, les objets peuvent y être déposés au fil de leur repérage, tandis qu’ils doivent préférentiellement être regroupés par lots lorsqu’il s’agit de les confier à un prestataire. La durée des traitements de stabilisation des fers archéologiques, qui se compte en mois, pose parfois problème pour l’étude archéologique : faire radiographier ces objets avant traitement permet d’obtenir des images exploitables (Brun-Adam et al. 2010), à même de révéler les formes ainsi que certains décors, notamment les damasquinures [fig. 42]. Remarquons qu’il arrive au mobilier d’être à la fois illisible et fragmentaire. Dans le cas de lots d’objets en fer, on a tout intérêt à effectuer un remontage avant radiographie (cf. infra § 6.1.2.1.). Il peut également être utile de faire radiographier les prélèvements en motte avant leur fouille [fig. 88].

fig. 88

La radiographie ne permet pas de tout voir… :
à gauche : le poids en plomb est très visible sur le cliché radiographique ;
à droite : lors de la fouille, on découvre un plateau de balance en alliage cuivreux minéralisé, imperceptible sur la radiographie en raison de son état d’altération.

© P. Laforest, SADY (d’après RXIRRAP).

142Après le tri (le cas échéant, après le remontage), la plupart des objets sont identifiables et prêts à être inventoriés individuellement. On peut considérer qu’ils font là leur « entrée » dans les collections. C’est l’occasion, en fonction des compétences du gestionnaire et/ou du personnel de la structure, d’évaluer et de documenter l’état de conservation des objets (cf. supra § 2.2.3.1.), de façon à disposer d’un élément de comparaison qui permettra de savoir par la suite si cet état a évolué ou non, ainsi que de mettre en œuvre des dispositions de conservation spécifiques et de programmer les interventions complémentaires de conservation-restauration nécessaires.

4.2.2.2. Le remontage des mobiliers fragmentés

143Lorsque des vestiges se présentent en fragments, le matériel passe par une étape de remontage où l’on recherche les zones de contact (souvent appelées « collages ») entre les fragments, dans l’espoir d’aboutir à des formes aussi complètes que possible, à identifier les différents individus ou décors contenus dans l’ensemble, ou bien à restituer la séquence de fabrication.

144Cette recherche peut avoir des objectifs et des niveaux d’exhaustivité assez divers, depuis un comptage par types jusqu’à l’épuisement total des fragments, en passant par le remontage ciblé de quelques formes, le remontage d’un choix représentatif ou l’obtention de formes « archéologiquement complètes ».

Diminuer les risques au cours du remontage

Bris et frottement

145On peut craindre, au cours de cette étape, des dommages mécaniques : bris lors du déballage brutal des tessons sur une table, érosion par frottement des tranches les unes contre les autres lors des essais ou lors de la manipulation de sachets de tessons, effondrement d’assemblages peu solides [fig. 89].

fig. 89

Remontage au ruban adhésif d’un ensemble clos médiéval contenant de très grandes forme les remontages trop lourds sont étalés à plat.

© P. Laforest, SADY.

146Afin de diminuer les risques, il vaut mieux poser les fragments sur des plateaux de matériaux amortissant les chocs (carton, mousse, polystyrène expansé), ou bien recouvrir les tables d’un tel matériau. Il faut aussi vérifier l’état des tranches, car les tentatives de rapprochement de tranches mal nettoyées provoquent l’érosion des reliefs. On effectue le rapprochement physique des tessons avec douceur et, autant que possible, seulement lorsque le rapprochement visuel semble prometteur, en évitant les essais systématiques. On a tout intérêt à disposer de suffisamment de tables pour étaler la totalité du mobilier à remonter, ainsi que de plateaux permettant de transporter des ensembles de fragments [fig. 90].

fig. 90

Remontage au ruban adhésif d’un ensemble de céramiques gallo-romaines issues de la fouille d’un atelier de potiers.

© G. Billard, SADY.

Remontage au ruban adhésif

147La pollution par le ruban adhésif constitue également un risque. En effet, celui-ci contient une colle, le plus souvent dérivée du caoutchouc, susceptible de subir des dégradations chimiques assez rapides (entre une quinzaine de jours et un mois, pour certaines). L’adhésif, au lieu de rester en surface, migre dans les porosités de la céramique, s’y incruste et s’y dégrade, tandis que sa solubilité décroît. Lorsque, dans ces conditions, on tente d’ôter le ruban, des fragments du matériau sont entraînés, provoquant une dégradation irréversible de la surface [fig. 91-92]. Pour la céramique et pour le verre solide, il faut utiliser des rubans adhésifs de bonne qualité, de type ruban de masquage, de préférence neufs : si la colle est très poisseuse au toucher, cela signifie qu’elle est déjà altérée.

fig. 91

Traces de ruban adhésif. Le ruban, resté trop s : longtemps sur la céramique, en a arraché la surface et a transféré de la colle sur le matériau.

© G. Billard, SADY.

fig. 92

Traces de ruban adhésif. Le ruban à texture toilée, resté plus de vingt ans sur la céramique, y a transféré son adhésif.

© P. Laforest, SADY.

148Préalablement à son emploi, il est impératif de tester le ruban adhésif sur un échantillon de matériau : si, au moment de l’ôter, il emporte avec lui des fragments, c’est soit qu’il est trop adhérent, soit que le matériau est trop altéré pour le supporter. Quelle que soit sa qualité, le ruban adhésif doit rester en place le moins longtemps possible : il faut contrôler régulièrement que son retrait n’occasionne aucun dégât et, dès les premiers signes, le remplacer par un ruban neuf. Pour donner un ordre d’idées, et sous toutes réserves, au bout de deux semaines il faut déjà commencer à s’inquiéter de sa dégradation, qui s’accroît parfois sous l’effet de la chaleur et la lumière. Si le ramassage a été effectué par passes ou par carrés, on a tout intérêt à remonter d’abord chaque passe / carré ensemble : le remontage étant généralement plus efficace, on réduit le temps total d’étalement et on évite ainsi la dégradation du ruban adhésif le temps du remontage.

Remontage à plat sans ruban adhésif

149Pour certains matériaux, en particulier pour les éléments plats tels les enduits peints, employer du ruban adhésif pour maintenir les fragments en place n’est ni pratique (cela cache le décor) ni bon pour la conservation. Il est préférable de faire reposer les fragments les uns à côté des autres sans les assembler, dans des bacs à sable qui permettent de résorber les différences d’épaisseur du mortier [fig. 93-94]. Cette méthode de remontage de peintures murales est la plus répandue : elle permet de manipuler les fragments jusqu’à la fin du remontage et de décider de l’opportunité de procéder à l’assemblage définitif en fonction du résultat obtenu. Le remontage à plat est également recommandé pour la céramique lorsque le poids des fragments et la taille d’une pièce sont tels que le ruban adhésif ne suffit pas à les faire tenir et que la forme obtenue risque de s’effondrer à tout moment, ou lorsque la surface du tesson est trop fragile pour résister à l’adhésif [fig. 89 ; fig. 95]. Il est évident que cette modalité de remontage exige de l’opérateur une excellente mémoire visuelle, ainsi que la capacité à reconstruire mentalement l’objet en trois dimensions.

fig. 93

Remontage sur lit de sable d’un décor d’enduits peints. Ce système permet de compenser les différences de hauteur des fragments, de visualiser le décor et de manipuler les fragments librement pendant le travail.

© S. Païn, SADY.

fig. 94

Corniche en stuc gallo-romaine, remontée sur lit de sable.

© P. Laforest, SADY.

fig. 95

Remontage de céramiques à plat sans ruban adhésif. Les formes ouvertes se prêtent tout particulièrement à une telle méthode.

© G. Billard, SADY.

150De façon générale, on déconseille d’effectuer des collages définitifs à mesure de la découverte des remontages. Les épaisseurs de colle et les légers biais d’orientation des fragments à chaque collage induisent des déformations ou des ressauts qui interdisent d’obtenir des assemblages corrects en fin de parcours. De plus, cette méthode empêche d’inclure des fragments supplémentaires dans les lacunes à angles aigus. Les seuls cas où un assemblage définitif au fil du remontage serait à conseiller est celui où ni l’utilisation du ruban adhésif ni le remontage à plat ne sont possibles, ainsi que celui où la taille des fragments est très petite et leur nombre important. Mais alors, mieux vaut laisser ce travail à un restaurateur !

Stratégies de remontage

151En fonction des objectifs du remontage, du contexte archéologique et de la probabilité théorique de trouver des remontages au sein d’un ensemble, différentes stratégies de remontage sont envisageables. Si le contexte archéologique s’y prête (ensemble clos, tessonnière de ratés de cuisson, enduits peints effondrés en place, etc.) et que le ramassage a été soigneux et exhaustif, il convient de procéder sachet par sachet, passe par passe ou carré par carré, et de pousser le remontage de chaque ensemble séparément. On sort les sachets ou caisses en fonction de leur proximité relative et on remonte « de proche en proche », en reconstituant autant que possible sur les tables la disposition du terrain. L’intérêt de ce système est d’obtenir parfois des formes complètes avant même d’avoir tout étalé.

152Si le contexte archéologique donne moins d’espoir d’obtenir des objets complets, et si la proximité physique sur le terrain ne garantit pas le remontage, mais que le volume est important, une étape de tri est nécessaire. On tente en premier lieu un remontage sachet par sachet, car ce qui a été ramassé ensemble a tout de même plus de chances d’aller ensemble [fig. 96]. On procède ensuite à un tri par types de pâtes et de formes, par couleur, etc. – en évitant surtout de réunir tous les bords, toutes les anses, etc. : la ségrégation de ces éléments réduit considérablement les chances d’y rattacher des morceaux de panse…

fig. 96

Un ensemble de céramiques en début de remontage. On a étalé les fragments sachet par sachet sur des plateaux différents.

© G. Billard, SADY.

153Un temps est nécessaire pour mémoriser les fragments et leur place sur la table. Aussi, ne faut-il pas les déplacer en permanence, surtout si le travail est collectif. Cependant, lorsqu’un remontage est assez avancé et qu’on commence à « caler », il peut être intéressant de réorganiser la table, pour relancer la recherche. Lorsqu’un objet est déjà largement remonté, se déplacer autour du mobilier étalé en se focalisant sur la forme des lacunes pour trouver les fragments correspondants peut se révéler fructueux.

154Quand doit-on arrêter le remontage ? Répondre « Quand tous les fragments ont été placés » est sans doute excessivement maximaliste… Aussi, en fonction des objectifs scientifiques du remontage, des moyens humains et du temps disponible, on est amené à se résigner à l’abandonner avant son terme ultime. Il est assez difficile de dire précisément à quel moment le rapport qualité / prix (c’est-à-dire résultats / temps passé) devient exorbitant. Cela dépend de l’ensemble de fragments, mais aussi des objectifs visés. Du strict point de vue de la conservation toutefois, même si l’objectif archéologique ne le commande pas, on a toujours intérêt à reconstituer des objets le plus complètement possible, car leur solidité une fois assemblés en est augmentée.

4.2.2.3. L’assemblage définitif

Critères de choix pour le collage

155Que faire des remontages après la fin de cette étape ? Il n’est pas toujours utile ni nécessaire de procéder à l’assemblage définitif des fragments : les assemblages très lacunaires sont très difficiles à conserver car ils se recassent facilement, et leur stockage prend souvent des volumes importants car ils nécessitent des supports de soutien. Aussi faut-il soigneusement mettre en balance l’intérêt de l’assemblage définitif et ses inconvénients. Plusieurs paramètres interviennent dans cette comparaison, liés au matériau, au degré d’intégrité et à la géométrie des objets.

156Les remontages à partir de matériaux inorganiques peuvent être recommencés plusieurs fois sans inconvénient. Il n’en va pas de même pour les matériaux hygroscopiques et anisotropes, que les conditions hygrométriques sont susceptibles de déformer au point qu’ils ne puissent plus s’apparier. Si les cassures s’effritent, il vaut mieux assembler, car il sera sans doute difficile de retrouver les remontages plus tard, et l’information sera perdue.

157Certains matériaux peuvent provisoirement être assemblés avec du ruban adhésif, d’autres posés sur des lits de sable pour les dessiner et en étudier la forme et le décor. Mais certains matériaux ne se prêtent ni à l’une ni à l’autre méthode, que ce soit en raison de leur géométrie ou de leur état de conservation : l’assemblage est parfois la seule façon d’en apprécier le volume. Quelques remontages peuvent être dessinés par fragments, puis être assemblés graphiquement, d’autres se satisfont d’un assemblage provisoire au ruban adhésif, qui sera démonté par la suite ; d’autres encore nécessitent un collage.

158Les assemblages d’éléments présentant un poids important – d’autant plus lorsque celui-ci est mal réparti par rapport à la base ou à la surface stable de l’objet – sont difficiles à ranger et à conserver : ils nécessitent un support spécifique. À même degré d’intégrité ou même poids, la fragilité des assemblages diffère beaucoup selon que les trois dimensions sont très déséquilibrées et/ou que le poids est bien réparti. Dès lors qu’un objet est entièrement reconstitué, ou reconstitué dans une proportion importante, l’ensemble collé est généralement plus solide et plus facile à stocker qu’une dentelle lacunaire [fig. 97]. Pour les plaques d’enduits peints, la solidité est apportée par un moyen de rigidifier l’ensemble, telle la mise sur panneau effectuée par un professionnel.

fig. 97

Jatte fragmentaire, mais dont le remontage a permis de reconstituer une forme qui pourra se conserver assemblée sans inconvénient.

© P. Laforest, SADY.

159Le nombre et la taille des fragments constituant le remontage sont aussi un critère, car un remontage de tout petits fragments sera sans doute difficile à retrouver par la suite, et il peut être malaisé de l’assembler au moyen de ruban adhésif (ou alors, on ne voit plus l’objet…). A contrario, certains remontages n’apportent pas de plus-value en termes d’information lors du traitement archéologique : leur assemblage effectif ne présente pas d’intérêt particulier.

Assembler ou défaire les remontages

160En fonction de ces paramètres, plusieurs possibilités s’offrent à nous : soit garder les fragments dans le même sachet sans les coller, soit en assembler quelques-uns pour former des éléments plus grands, sans tout coller [fig. 50], soit assembler complètement. Le premier choix convient à des remontages que l’on peut assembler au ruban adhésif ou sur lit de sable pour le dessin, et que l’on peut démonter ensuite – dont il sera facile de retrouver les collages plus tard si besoin, et dont les tranches ne s’érodent pas. On déconseille l’assemblage lorsque celui-ci conduirait à devoir manipuler et ranger un élément trop fragile et incomplet, dont les collages risqueraient fort de casser [fig. 98].

fig. 98

Le poids du col de ce vase, non soutenu à droite, tire sur le collage à gauche, qui commence à s’ouvrir.

© C. Kuhar, SADY.

161Si on range les tessons sans assemblage et qu’ils sont très nombreux, on peut préalablement photographier le remontage, puis diviser celui-ci en grandes parties à placer dans des sachets distincts, dont on indique le remontage par un schéma. En aucun cas on ne range des fragments avec du ruban adhésif collé dessus.

162Quand les tranches s’érodent ou que l’on ne peut poser du ruban adhésif, on a parfois intérêt à assembler ce qui peut l’être, quitte à ne pas tout coller. Dans ces cas, il vaut mieux faire appel à un professionnel et, en tout état de cause, utiliser des colles réversibles (Paraloïd B72, par exemple, au pire de la colle en tube type uhu hart, cellulosique ou vinylique) – sont proscrites les colles néoprène (« colles contact »), les cyanoacrylates (type Superglue), et les colles à deux composants, non réversibles.

163Enfin, si les individus sont assez complets pour être rangés sans risque de décollage ou de bris une fois assemblés, ils méritent d’être collés. Là encore, il est recommandé de confier ce travail à un professionnel.

4.2.3. Marquage, documentation et moulages

4.2.3.1. Le marquage et la conservation

Doit-on toujours marquer ?

164Le marquage sur la pièce, s’il a l’avantage de la suivre où elle va, induit deux inconvénients qu’il convient d’apprécier pour prendre une décision raisonnable : il masque une partie de la surface de l’objet, au risque d’obérer sa lisibilité, et représente une activité chronophage pour le gestionnaire du mobilier. Aussi, même si le marquage paraît une excellente solution, on ne saurait le conseiller pour tous les objets. On en dispense volontiers ceux dont toutes les surfaces sont décorées ou inscrites, les objets dont plus d’un dixième de la surface serait couvert par le marquage et, de façon générale, ceux pour lesquels il est impossible de rendre le marquage discret. Il fut un temps où on marquait tous les tessons sans exception. Les nécessités de l’archéologie professionnelle ont conduit à des approches plus pragmatiques, où l’on marque uniquement en vue d’effectuer un remontage entre contextes archéologiques différents. Dans le cas contraire, seuls les individus issus du remontage sont marqués. Cela évite également de se retrouver avec des vases portant un marquage sur chaque tesson, la plupart du temps redondant et peu esthétique.

165Lorsqu’on choisit de marquer, il faut choisir l’emplacement du marquage. Idéalement, celui-ci devrait être discret sans être invisible et, de préférence, pouvoir être lu sans avoir à déplacer l’objet. Le marquage sur le fond des vases, très répandu, n’est pas la solution idéale de ce point de vue, en particulier pour ceux qui sont très lacunaires et fragiles, car la manipulation nécessaire à la lecture du marquage peut être fatale à l’objet. Afin d’assurer la lisibilité mais aussi la réversibilité du marquage, il convient de marquer autant que possible sur une surface lisse. Pour les objets plus petits qu’une amphore, grosso modo, le marquage doit occuper la plus faible surface possible tout en restant lisible, ce qui implique un minimum d’efforts calligraphiques. Pour les formes fermées dont tous les tessons sont marqués, mieux vaut marquer à l’intérieur.

La procédure de marquage pas à pas

166Pour satisfaire aux exigences de la conservation, on doit d’abord s’assurer que le marquage n’affectera pas l’objet et pourra être enlevé sans dommages. Sachant que l’on a affaire, la plupart du temps, à des matériaux poreux, on isole les matériaux du marquage par une couche de vernis. Le Paraloïd B72 (acrylique) est l’un des plus employés, dilué à 10-20 % dans l’acétone (s’il « fait des bulles », c’est qu’il est trop épais ou bien trop vigoureusement remué). Cette couche de préparation est étalée au pinceau sur une surface un peu plus large que le marquage. Dès qu’elle est sèche, on procède à l’inscription, lisiblement mais en petits caractères, à l’encre de Chine noire ou blanche selon la couleur du fond. Des marqueurs spéciaux ont été testés pour éviter d’avoir à utiliser la plume et l’encre, mais il semble que ni leur durabilité ni leur résistance au frottement soient avérées. Après séchage, une deuxième couche de vernis est posée – en un seul passage, de façon à ne pas dissoudre le marquage.

167Les opérations de marquage, même pratiquées selon les normes de conservation communément acceptées, peuvent être cause de dégradations. Parmi elles, la plus courante est le renversement accidentel du flacon d’encre de Chine sur l’objet ou sur la table où repose l’objet. Éliminer de l’encre sur un matériau poreux est difficile, et l’éliminer complètement est impossible. Il est donc indispensable de prendre des précautions pour éviter les incidents – en fixant le flacon à la table ou à un support stable, par exemple.

4.2.3.2. Le dessin archéologique

168L’un des problèmes fréquemment rencontrés lors du dessin archéologique est l’instabilité de l’objet ou son calage insuffisant, qui peuvent l’amener à tomber inopinément. Il faut donc veiller à immobiliser l’objet pendant la durée de l’opération à l’aide de cales souples ou rigides, dans des matériaux lisses et doux (ou recouverts de mousse, de façon à ne pas érafler les surfaces fragiles). Certains objets ne tiennent que dans une seule position : si l’on a besoin de les retourner, ou d’avoir accès à des parties inaccessibles en position normale, il faut prévoir des supports provisoires pour les faire tenir : bacs à sable, plots de mousse, etc., à l’exclusion de la pâte à modeler directement sur l’objet, qui tache la surface de graisse et s’incruste dans les matériaux poreux – on peut néanmoins utiliser la pâte à modeler dès lors qu’elle est correctement isolée par un film plastique fin (type film étirable).

169L’emploi d’accessoires tels que compas d’épaisseur, conformateur ou pied à coulisse doit être très soigneux, car la plupart de ces outils comporte des éléments métalliques, et une pression trop forte exercée sur l’objet peut provoquer des marques irréversibles. Aussi, on recommande de préférer des conformateurs en matière plastique, moins agressifs, et d’être particulièrement précautionneux dans le dosage de la pression exercée au voisinage de l’objet [fig. 99].

fig. 99

Conformateurs métallique et en plastique : le second est moins précis mais plus respectueux des surfaces fragiles.

© P. Laforest, SADY.

170Les tentatives de mesure de l’épaisseur d’une céramique ou d’une verrerie recollée se soldent parfois par le décollage de certains fragments, voire de la restauration. Il vaut donc mieux mesurer les épaisseurs – ou les faire mesurer par le restaurateur – avant le collage de la pièce. Cette précaution a l’avantage d’éviter des dommages pour l’objet, mais aussi d’offrir des résultats plus précis, car obtenus dans de meilleures conditions d’accessibilité.

4.2.3.3. La prise de vue

171En dehors des manipulations qu’elle occasionne [fig. 100], la prise de vue peut se révéler dommageable pour les objets en raison de l’échauffement provoqué par l’éclairage. Bien entendu, certains matériaux sont plus sensibles que d’autres à cet échauffement : les matériaux organiques tels les cuirs ou les os travaillés, par exemple, risquent de se dessécher localement, ce qui se manifeste par des fissures irréversibles et des déformations anisotropes générant des tensions au sein de l’objet. Pour éviter ces problèmes, il vaut mieux soit éclairer avec une source de lumière froide, soit employer des substituts aux dimensions des objets pendant l’opération de réglage et ne les remplacer par les originaux qu’au dernier moment. Dans tous les cas, il est recommandé de n’allumer les projecteurs que lorsque c’est indispensable.

fig. 100

Risques lors de la prise de vues : il faut prendre des précautions pour éviter de heurter ou renverser les objets fragiles.

© P. Laforest, SADY.

4.2.3.4. La prise d’empreinte

172Bien que les objectifs d’un moulage puissent être assez divers, la prise d’empreinte est souvent un moyen d’étudier décors ou inscriptions en s’affranchissant des couleurs, et dans des conditions de lisibilité parfois meilleures que sur l’objet. Dans la mesure où l’étude de l’empreinte, ou du moulage qui en a été tiré, réduit la manipulation de l’original, on peut aussi considérer que la réalisation d’un moulage sert la conservation. Il faut toutefois évaluer les risques qu’elle comporte et ses effets à court, moyen et long terme sur la préservation de l’objet.

173En particulier, les produits utilisés pour la prise d’empreinte (pâte à modeler, argile, silicone, agents démoulants, latex, plâtre) peuvent être nocifs pour les matériaux constitutifs de l’objet. Lorsque les matériaux sont poreux, ils peuvent s’y incruster sans qu’il soit toujours possible de les déloger ; lorsque les matériaux sont fragiles, leur surface peut en être arrachée. Les produits de prise d’empreinte peuvent altérer l’aspect, mais aussi provoquer des dégradations chimiques du fait de leur vieillissement. Aussi, sauf exception, les objets que l’on envisage de mouler doivent impérativement être protégés par un film isolant pendant les opérations de moulage. Il s’agit le plus souvent d’une couche de Paraloïd B72, qui pourra être retirée à l’acétone après la prise d’empreinte.

174De façon générale, il est recommandé de s’adresser à des professionnels du moulage : même si cette prestation a un coût, le résultat est de meilleure qualité et réussi du premier coup, tandis que des tentatives improvisées risquent d’entraîner plusieurs interventions, autant de manipulations de l’original et autant de prises de risque.

Table des illustrations

Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits © S. Païn, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Crédits © Y. Barat, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Crédits © S. Païn, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Crédits © SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Crédits © a P. Laforest, SADY. © b S . Païn, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Crédits © S. Païn, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Crédits © H. Djema, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Crédits © H. Djema, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Crédits © B. Van den Bossche, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Crédits © S. Païn, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Crédits © N. Girault, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Crédits © P. Laforest, SADY (d’après RXIRRAP).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Crédits © G. Billard, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits © G. Billard, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Crédits © S. Païn, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Crédits © G. Billard, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Crédits © G. Billard, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Crédits © C. Kuhar, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20882/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search