Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Chapitre 3. Gérer la conservation matérielle sur le long terme

Texte intégral

3.1. Maîtriser l’environnement

3.1.1. Risques réels et cinétiques d’altération

3.1.1.1. Principes généraux d’intervention

1Les objets altérés sont le résultat singulier d’un matériau, d’une mise en œuvre et d’un milieu d’enfouissement. Chacun d’eux réagit diversement aux facteurs climatiques – appelant chaque fois une réponse adaptée, selon les étapes du cursus du mobilier.

2Ainsi, dans des conditions précaires ou défavorables à l’acclimatation, il faut tenter par tous les moyens de maintenir les conditions présentes du vestige en réduisant ses échanges avec l’environnement. Ces précautions donnent le temps de mettre en place l’acclimatation dans des conditions maîtrisées. Lorsque les objets sont acclimatés, il suffit de les placer dans les conditions adaptées à chaque matériau, et de veiller à la stabilité de ces conditions.

3Au-delà de la diversité des réponses possibles, cependant, les principes généraux d’intervention restent invariables : ils ont toujours pour horizon la conservation à long terme.

3.1.1.2. Lors de l’exhumation

4Au moment de sa découverte, avant l’acclimatation, le mobilier est généralement humide. Les objets sont chargés d’eau liquide qui, par séchage, va quitter le matériau en devenant de la vapeur d’eau. Il est essentiel de mettre en place et de maîtriser les conditions de séchage, pour éviter qu’il se produise de façon incontrôlée.

5En fonction des matériaux, les temps de latence diffèrent : certains objets présentent très vite des signes de détérioration irréversibles, d’autres donnent une plus grande marge de manœuvre [tabl. I]. Les échelles de temps définies dans la colonne « cinétique » doivent être comprises comme le temps qui court entre le début de l’exposition au facteur d’altération considéré et les premiers effets de l’altération sur l’objet. Ce ne sont là bien entendu que des ordres de grandeur indicatifs, à considérer avec toutes les précautions qu’implique l’extraordinaire diversité des sensibilités et des états d’altération des matériaux archéologiques

tabl. I

Cinétique des altérations lors de l’exhumation.

cinétique

matériaux organiques

matériaux minéraux

très court terme (moins d’une heure)

Matériaux organiques gorgés d’eau, matériaux organiques humides fragiles, prélèvements en motte en cours d’élaboration.

Prélèvements en motte en cours d’élaboration, céramiques très mal cuites.

court terme (une à trois heures)

Matériaux organiques humides.

Matériaux contenant des sels solubles, céramiques peu cuites, verrerie altérée en feuillets.

court-moyen terme (quelques heures à quelques jours)

les autres matériaux.

Les autres matériaux.

6Dans la phase d’exhumation, le mobilier se trouve exposé, non seulement à des variations de température et d’humidité, mais aussi à des facteurs climatiques qui peuvent avoir une influence directe sur sa conservation, ou bien indirecte par leur effet sur d’autres variables. Les précipitations ont une action indirecte sur l’hygrométrie, évidemment, mais aussi une action directe parfois spectaculaire. En effet, certains matériaux, qui semblent s’accommoder assez bien d’un état humide, voient leur cohésion gravement menacée par une inondation subite (céramiques mal cuites, certains ossements). En outre, plus le matériau est gorgé d’eau, plus son séchage sera long et délicat. Il s’agit donc de protéger les vestiges de façon à éviter le contact direct, ainsi que les écoulements intempestifs.

7L’effet du vent, outre l’entraînement de fragments légers lorsqu’il est vraiment très violent, est d’accélérer fortement le séchage. Il se forme naturellement autour des matériaux une couche d’air humide, en équilibre avec l’environnement. Chassée par le vent, cette couche est remplacée par un air plus sec, ce qui entraîne une extraction accrue de l’humidité contenue dans le matériau. C’est la raison pour laquelle ventilateurs et sèche-cheveux, même à basse température, ont un effet sur la vitesse de séchage. Se protéger des effets du vent nécessite une barrière physique (abri ou serre) ou un apport d’humidité compensant le séchage.

3.1.1.3. Pendant l’acclimatation

8Durant la phase d’acclimatation, sauf exceptions, le matériau doit perdre son humidité excédentaire : si l’on observe l’apparition de fissures, désolidarisations ou craquelures, on doit veiller tout d’abord à ralentir, voire arrêter le séchage, puis à orienter le mobilier vers un traitement de conservation curative tel que la consolidation ou le dessalage. Les matériaux gorgés d’eau ne doivent pas sécher avant traitement [tabl. II].

tabl. II

Cinétique des altérations lors de l’acclimatation.

9Les facteurs liés à la température doivent aussi être pris en compte. Les matériaux altérés sont souvent constitués de couches de différentes natures et morphologies, ayant chacune un coefficient de dilatation thermique différent. Aussi, il faut éviter le réchauffement ou le refroidissement rapide d’un objet archéologique. Bien entendu, il faut éviter le gel, car les matériaux poreux remplis d’eau subissent des ruptures dues à l’accroissement du volume de l’eau devenant glace. Le gel peut être évité en proscrivant les dépôts lapidaires en extérieur et en maintenant le mobilier à des températures raisonnables. Pour ce qui est de la condensation, le phénomène étant lié à la brutalité du contraste entre deux températures, un passage progressif de l’une à l’autre est essentiel. Lorsque les objets proviennent d’un milieu où règne un climat très différent, on les acclimate par une ouverture progressive de leur emballage.

10Les effets de la température sur les réactions chimiques et sur les activités biologiques peuvent être atténués en évitant les températures trop élevées, surtout en milieu humide.

3.1.1.4. La conservation à long terme

11La plupart du temps, éviter les chocs thermiques et maintenir la température dans la plage 15-25 °C suffit à assurer la conservation de la plupart des mobiliers. En revanche, les variations de l’humidité relative (dues ou non aux variations de température), entraînent séchage ou humidification.

12Une fois l’acclimatation terminée, l’humidité relative doit donc, pour la conservation à long terme de certains matériaux, être stabilisée aux valeurs qui leur sont favorables [tabl. III]. Il ressort de ce qui précède que le mobilier, après son acclimatation, doit être trié par matériau pour être rangé au sein des volumes de stockage où règnent différents microclimats. Les métaux et les matériaux organiques sont particulièrement sensibles à ces conditions. Leurs plages de stabilité, incompatibles entre elles, correspondent rarement à celles que l’on trouve spontanément dans des locaux de stockage au long de l’année. Il faut donc prendre des mesures spécifiques pour les créer artificiellement.

tabl. III

Conditionnement et stockage à long terme.

matériaux

conditionnement individuel

stockage

humidité relative

entretien

pierre polychrome, lapidaire, enduits peints

Sans conditionnement, à plat.
Sachets en polyéthylène éventuellement, en évitant l’entassement et le frottement.

Bacs en polyéthylène ou palettes (selon taille) à l’abri de la poussière.

40 à 60 %

silex

Sachets en polyéthylène.

Bacs en polyéthylène.

40 à 60 %

céramique

sachets en polyéthylène.

Bacs en polyéthylène.

40 à 60 %

céramiques remontées ou restaurées

Sur étagères stables à l’abri de la poussière.
Bacs en polyéthylène avec calage de protection contre les chocs.

40 à 60 %

verre

Sachets en polyéthylène.

Boîtes polyéthylène.

40 à 60 %

verres remontés ou restaurés

Sur étagères stables à l’abri de la poussière.
Boîtes individuelles garnies d’une protection contre les chocs.

40 à 60 %

métaux

sachets en polyéthylène percés.

Boîtes en polyéthylène hermétiques.
Séparer les différents métaux et les objets stabilisés des non stabilisés.

Moins de 40 %
Contrôlée et conditionnée avec du gel de silice sec.

Renouveler le gel de silice.

composites

Sachets en polyéthylène.

Boîtes en polyéthylène hermétiques.

40 à 60 % (selon la fragilité de chaque composante).

Surveillance régulière.

os travaillés, ivoires secs ou traités, lignite

Sachets en polyéthylène.

Boîtes en polyéthylène hermétiques.

45 à 60 %
Très stable, notamment pour lignite et ivoire.
Contrôlée et conditionnée avec du gel de silice conditionné.

Renouveler le gel de silice.

os non travaillés

Sachets en polyéthylène.

Bacs en polyéthylène.

45 à 60 %

bois sec ou traité

Sachets en polyéthylène.

Boîtes en polyéthylène hermétiques.

50 à 60 %
Contrôlée et conditionnée avec du gel de silice conditionné.

Renouveler le gel de silice.

cuir sec ou traité

Sachets en polyéthylène.

Boîtes en polyéthylène hermétiques.

50 à 60 %
Contrôlée et conditionnée avec du gel de silice conditionné.

Renouveler le gel de silice.

textile sec

Papier non-acide ou non tissé polyester ou polyéthylène.

Boîtes en polyéthylène.

40 à 60 %
Conserver à l’abri de la lumière.

13Les matériaux organiques pâtissent aussi bien d’une trop grande sécheresse (qui produit des rétractions entraînant des fissures) que d’une humidité élevée (gonflement provoquant des ruptures et, indirectement, au delà de 70-75 % d’hr, possibilité de croissance de micro-organismes). On peut déterminer pour chacun d’eux une valeur à l’équilibre entre le matériau et le milieu, se situant globalement entre 50 et 65 % d’hr.

14Les matériaux organiques craignent par-dessus tout les variations qui les feraient osciller entre les deux extrêmes. En effet, un objet qui aurait séché trop vite, mais qui par la suite aurait été conservé dans un milieu trop sec mais très stable, garderait les fissures du premier assèchement sans en avoir des nouvelles. Un objet dans un milieu trop humide aurait gonflé, se serait peut-être fendu, mais resterait tel quel conservé dans un milieu très humide et stable. L’objet qui passerait successivement d’un milieu à l’autre verrait des fissures nouvelles apparaître à chaque cycle dessèchement / hydratation, et se détruirait rapidement. La stabilité des conditions est donc, pour ces matériaux, une priorité.

15En ce qui concerne les matériaux minéraux, certains sont largement insensibles à l’humidité relative lorsqu’elle reste comprise dans des valeurs moyennes. Les matériaux minéraux plus sensibles à l’hr sont les métaux et certains verres très altérés. Pour ce qui est des métaux, les effets de l’hr élevée sont essentiellement la réactivation des mécanismes de corrosion. Plusieurs études montrent que conserver les métaux à moins de 40 % d’hr permet d’éviter les dégradations dues à la corrosion (Bertholon, Relier 1990 : 220).

16Les verreries peuvent, à des taux d’humidité très élevés, subir une altération par l’eau. Celles qui présentent des altérations en feuillets, dans la mesure où ceux-ci sont hygroscopiques, peuvent subir des rétractions lors d’un séchage trop rapide, et les feuillets peuvent se détacher. Ici, encore, il faut éviter les variations d’humidité.

3.1.2. Contrôler les facteurs climatiques

3.1.2.1. Mesurer et réguler température et hygrométrie

Principes généraux d’évaluation des risques

17Les risques liés aux facteurs climatiques ne peuvent être pris en charge qu’en s’intéressant au climat qui règne dans les espaces de stockage : pour cela il faut tout d’abord pouvoir mesurer la température et l’hygrométrie. Les résultats de ces mesures permettent de détecter les lieux où règne spontanément le climat désiré. Dans une pièce normalement chauffée, on se trouve, le plus souvent, dans la plage 40-60 %, conseillée pour nombre de mobiliers. Pour des matériaux plus sensibles, il convient de mettre en place une régulation.

18Lorsque l’on évalue l’effet possible des facteurs climatiques, sont à prendre en compte les valeurs brutes de température et d’humidité (et la différence avec les valeurs idéales, le cas échéant), la variabilité de ces valeurs au cours du temps, le rythme des variations (horaire, quotidien, hebdomadaire, mensuel, saisonnier…), et le temps de latence des réactions selon les matériaux. L’inadéquation des conditions climatiques peut ainsi s’apprécier diversement : on peut observer des niveaux de température et d’humidité relative en dehors des plages conseillées mais très stables, ou au contraire des taux dont la moyenne est conforme aux recommandations mais sujets à des variations rapides et importantes. Il est communément admis que des niveaux légèrement inadaptés mais constants sont meilleurs pour la conservation à long terme que des variations soudaines et de grande étendue, qui ne permettent pas aux objets de s’adapter. Dans le premier cas, on assiste certes à des altérations, mais leur rythme ralentit, la plupart des matériaux atteignant une certaine stabilité. Dans le deuxième cas, la dégradation ne s’arrête pas, car il devient impossible pour le matériau d’atteindre un équilibre avec son environnement.

19Ainsi, le constat de conditions inadaptées et la volonté – louable – de mettre en place de meilleures conditions ne doivent pas faire oublier la nécessaire progressivité du passage de l’une à l’autre, notamment pour les matériaux organiques (os, bois, cuir…) ou manquant de cohésion.

Mesure

20Les appareils de mesure de la température et de l’hygrométrie peuvent être mécaniques ou électroniques, à mesure instantanée ou à enregistrement de données. Il en existe donc de plusieurs sortes et prix : petits appareils digitaux à lecture directe, gardant mémoire du maximum et du minimum, thermohygrographes à cheveux avec enregistrement graphique sur une semaine [fig. 46], sondes électroniques fixes ou portables mémorisant les données à intervalles réguliers programmables et pouvant les restituer sous forme de tableaux (Camuffo, Fernicola 2010).

fig. 46

Thermohygrographe à tambour. D’une précision d’environ 5 % dans sa mesure de l’humidité relative, il permet un enregistrement analogique sur une durée d’une semaine. Les données sont obtenues grâce à l’allongement / rétraction d’une fibre hygroscopique, raison pour laquelle l’appareil est également nommé « hygromètre à cheveux ».

© P. Laforest, SADY.

21Tous les moyens de mesure nécessitent d’une part, un calibrage régulier, de façon à s’assurer que les valeurs sont exactes et reproductibles, d’autre part, la récupération des données à intervalles réguliers : changement du papier pour les thermohygrographes à cheveux, transfert des données des sondes électroniques.

22Le recueil des données doit permettre de suivre sur l’année les évolutions du climat dans les espaces de stockage, de préférence en continu, de façon à mettre en évidence les évolutions journalières, hebdomadaires ou saisonnières [fig. 47]. Pour savoir comment se répercutent les évolutions extérieures sur le climat intérieur (température et hygrométrie), il est intéressant de mesurer aussi le climat extérieur. Le suivi de ces paramètres sur le long terme apporte des données fort utiles pour la conservation.

fig. 47

Interprétation de diverses courbes de température et d’hygrométrie.
a.
La température dans ce local varie régulièrement de façon journalière. Il ne s’agit sans doute pas d’un volume étanche, car l’humidité relative (hr) ne réagit pas à ces variations.
b. Dans ce local, le rythme de variation de hr semble corrélé à celui de la température. Il s’agit probablement d’un volume étanche, mais dont l’inertie thermique n’est pas absolument satisfaisante. Cependant, hr est relativement stable (55 ± 5 %) : si cette stabilité se confirmait sur une année entière, ce local conviendrait assez au stockage des matériaux organiques.
c. Dans ce local, le rythme de variation de hr semble corrélé à celui de la température. Il s’agit probablement d’un volume étanche, mais dont l’inertie thermique n’est pas satisfaisante. hr varie trop brusquement et sur une plage trop étendue. Un tel local nécessiterait des aménagements pour améliorer l’inertie thermique.
d. Dans ce local, le rythme de variation de hr semble corrélé à celui de la température. Il s’agit probablement d’un volume étanche doté d’une bonne inertie thermique. hr est plutôt stable (55 ± 5 %) : si cette stabilité se confirmait sur une année entière, ce local conviendrait assez au stockage des matériaux organiques.
e. Cette courbe pourrait correspondre à un local pourvu d’un déshumidificateur assurant une grande stabilité de hr jusqu’au moment où une panne, survenue le 11/9, a provoqué une brusque montée de l’hygrométrie. La remise en route du déshumidificateur le jour suivant entraîne une baisse progressive de l’hygrométrie jusqu’aux valeurs régnant avant l’incident.
f. Dans ce local le rythme de variation de hr semble corrélé à celui de la température. Il s’agit probablement d’un volume étanche mais dont l’inertie thermique n’est pas absolument satisfaisante. Au milieu de la période considérée, on branche le chauffage, qui limite les variations de température et, du coup, celles de l’hygrométrie.
g. Cette courbe est caractéristique des espaces où le rythme de variation de hr est globalement corrélé à celui de la température, dans lesquels le chauffage est coupé pendant le week-end, ce qui provoque une hausse de hr.

© S . Païn, sady.

  • La « carte climatique » des espaces de stockage, c’est-à-dire le climat qui y règne, spontanément ou du fait des dispositifs mis en place. On s’apercevra peut-être grâce à elle que certains espaces sont spontanément adaptés à tel ou tel type de matériau.

  • L’inertie des espaces de stockage, c’est-à-dire leur capacité de limiter la vitesse et l’étendue de la répercussion des conditions extérieures sur le climat intérieur. En effet, quelle que soit l’excellence du système de régulation, il est possible qu’il connaisse une évolution saisonnière. Si son amplitude est modérée et qu’elle est très lente, elle ne devrait pas causer des dommages sur les collections ; en revanche, les variations hebdomadaires importantes et, plus encore, les variations journalières indiquent une inertie faible à laquelle il faut remédier, d’abord par une étanchéification et une isolation des volumes de stockage, puis par des dispositifs de régulation.

  • Les risques de condensation. On a dit plus haut que la température, en dehors de valeurs extrêmes, n’a pas d’effet direct sur la conservation en dehors du rôle qu’elle joue dans la variation de l’hygrométrie. Toutefois, en cas d’évolution importante et brusque de température, même si l’humidité reste constante, la vapeur d’eau peut condenser au contact des surfaces froides, y compris dans les boîtes [fig. 7]. La question des chocs thermiques n’est donc pas à négliger – en particulier pour des objets qui supportent d’être conservés dans une atmosphère plus fraîche que le personnel : une trop grande différence entre espaces de stockage et espaces de travail ou d’exposition entraînera invariablement des phénomènes de condensation dommageables lors des déplacements de mobilier.

Régulation du climat

Créer des microclimats

23Deux niveaux d’intervention sont généralement proposés : la régulation du climat dans le local, généralement à l’aide d’un humidificateur ou d’un déshumidificateur ou bien dans une boîte ou une armoire hermétique de petites dimensions, par l’usage d’un matériau tampon, le gel de silice le plus souvent. Un matériau tampon est un matériau possédant un réseau capillaire poreux développé et des affinités avec la vapeur d’eau, qui a de ce fait la propriété d’absorber ou de relâcher rapidement celle-ci.

24La première méthode apparaît comme la plus séduisante, car elle évite le travail fastidieux de régénération et de mise en place des sachets de gel de silice, mais elle nécessite un local fermé spécifique et des dispositifs dédiés, d’un usage aisé, qu’il est toujours souhaitable de prévoir lors de la conception ou l’aménagement des espaces de conservation (cf. infra § 7.1.3.3) (Guillemard 1990 : 393-396). Dans le cas où la régulation obtenue avec les appareils n’atteindrait pas exactement les valeurs nécessaires, on peut utiliser en complément du gel de silice dans les boîtes de rangement, dont le rythme de saturation / recyclage sera avantageusement ralenti par le traitement du climat dans le local. L’emploi simultané des deux méthodes apporte également une sécurité en cas de panne de l’appareil et/ou lors de la sortie des objets du local climatisé.

25Bien entendu, sur le terrain et lors de séjours en base de fouilles, en salles d’études ou lors des déplacements, seul l’usage de matériaux tampon est possible. On utilise le plus souvent du gel de silice mais aussi certaines argiles. Leur capacité à absorber la vapeur d’eau est mise à profit pour conditionner des petits volumes d’air étanches (Guillemard 1990 : 384-389 ; Meyer 1990 : 433-434). On considère que la quantité de gel de silice nécessaire est au minimum 20 kg par m3 à conditionner (Guillemard 1990 : 434).

Conditionner les matériaux tampons

26Le gel de silice peut être acheté en vrac ou déjà conditionné dans des sachets, ce qui évite des manipulations. Pour ce qui est du conditionnement des boîtes d’objets métalliques, mieux vaut employer un gel, neuf ou recyclé, aussi sec que possible. Il est utile de peser les sachets neufs à peine déballés (on les achète secs). Cela permettra par la suite de vérifier que le recyclage est suffisant, à savoir que le gel est effectivement déshydraté avant remploi.

27La méthode pour assécher du gel de silice consiste à le chauffer au four pendant un certain temps, qui varie de quelques heures à une nuit, en fonction de la quantité de gel et de son taux d’humidité. Lorsque le produit est vendu en sachets, il est conseillé de se renseigner auprès du fournisseur sur la température maximale supportée par le sachet – plutôt que par le gel, qui résiste quant à lui à des températures plus élevées –, qui se situe généralement vers 100-110 °C. Les contenants ou les grilles dans lesquels on place les sachets pour les recycler ne doivent pas être métalliques, car ceux-ci deviennent trop chauds et dégradent les sachets à leur contact. On utilise souvent des récipients en pyrex à usage culinaire. À la sortie du four, la température du gel de silice est trop élevée pour que l’on puisse le ranger dans un contenant plastique, et il risque d’absorber l’humidité ambiante en refroidissant à l’air libre trop longtemps. C’est la raison pour laquelle on conseille de le placer provisoirement dans un contenant métallique qui, bon conducteur de la chaleur, va l’évacuer rapidement.

28Pour conditionner du gel de silice à une hr donnée, pour les matériaux organiques, on peut aussi se servir du poids comme indicateur, à l’aide de formules de calcul, telles celles données par Denis Guillemard (1990 : 434) [tabl. IV]. Toutefois, ces formules ne constituent qu’une indication générale à affiner en fonction du gel de silice qu’on emploie spécifiquement : il faut interroger le fournisseur pour plus de précisions. On peut aussi travailler empiriquement, en pesant des sachets qui ont été placé longtemps dans un environnement où règne, spontanément ou non, l’environnement souhaité.

tabl. IV

Poids théorique d’un sachet de gel de silice conditionné (pour 0,2 kg en poids sec).

hr à maintenir

45 %

50 %

55 %

60 %

poids unitaire d’un sachet (en kg)

0,240

0,243

0,244

0,245

29Le gel de silice absorbe l’eau sous sa forme vaporisée, mais se dégrade irrémédiablement au contact direct de l’eau liquide, qu’il faut donc rigoureusement éviter. On pourrait croire qu’il suffit de placer les sachets dans une caisse ajourée au dessus d’un bac contenant la quantité d’eau jugée nécessaire à partir des calculs ou de l’expérience. Dans les faits, l’eau refuse de s’évaporer spontanément et d’hydrater le gel de silice si l’on n’y adjoint un ventilateur ou si l’on n’utilise un humidificateur. Pour que la vapeur d’eau atteigne les sachets de gel de silice, il est ainsi nécessaire de créer une enceinte humide où circule l’air. Le suivi de l’hydratation peut être suivi par pesée des sachets. On peut également, si l’on dispose d’une enceinte où règne spontanément le climat souhaité, y placer le gel de silice pendant une longue période.

Recycler les matériaux tampons

30Une fois la régulation assurée par le dispositif qu’on vient de voir, il convient de programmer le changement et la régénération des sachets à des intervalles réguliers qu’il s’agit d’estimer. Non seulement les boîtes étanches ne le sont jamais complètement, mais il arrive qu’elles soient ouvertes pour y prendre ou y placer des objets. C’est ainsi, peu à peu, que le climat à l’intérieur de la boîte évolue et se rapproche progressivement de celui qui règne dans l’espace de stockage.

31Comment mesurer cette évolution ? L’un des moyens est de choisir une boîte témoin et d’y placer un thermohygrographe de petites dimensions, ou une bandelette indicatrice d’humidité relative, visibles de l’extérieur, et de considérer que lorsque l’hr est en dehors des valeurs acceptables il est temps de changer les sachets des boîtes comparables. Cela implique qu’on dispose de réserves de gel de silice pour procéder à l’échange, ou qu’on a les moyens de recycler celui-ci rapidement. Si le climat dans les espaces de stockage est assez stable, quelques années suffisent pour connaître le rythme d’évolution et programmer les changements de gel de silice (deux ou trois fois par an, par exemple). Si le climat dans ces espaces est trop variable, on est obligé de garder une boîte témoin sur le long terme.

32Quels sont les moyens de savoir si un sachet de gel de silice est à la bonne humidité ? Deux moyens, non exclusifs, peuvent être utilisés. Le premier repose sur l’emploi de gel de silice avec indicateur coloré, qui permet visuellement d’apprécier s’il dépasse ou non un certain niveau d’hr. Toutefois, l’utilisation de gel avec indicateur nécessite des sachets transparents, que l’on est obligé de vider pour le recyclage du gel de silice, car ils ne résistent pas à la température nécessaire à la déshydratation. Ceci induit des manipulations supplémentaires, et, plus gênant encore, génère de la poussière de silice, qu’il vaut mieux éviter de respirer. Signalons, pour mémoire, qu’on utilisait anciennement du chlorure de cobalt comme indicateur coloré pour le gel de silice, qui passait du bleu au rose en franchissant la barre des 30 % d’hr. Le chlorure de cobalt a été interdit pour cause d’effets cancérigènes et a été remplacé par d’autres composés. Le problème de la poussière de silice demeure cependant dès lors qu’on choisit d’utiliser le produit en vrac. Il est plus sain et plus pratique de prendre des sachets vendus dans le commerce et recyclables tels quels, mais malheureusement rien dans leur aspect extérieur ne permet de savoir s’ils sont secs ou humides, ni à quel taux. Seul leur poids est alors un indicateur de leur charge en humidité.

3.1.2.2. Diminuer les effets de la lumière

33La lumière produit essentiellement une dégradation chromatique et/ou chimique (très lente) des matériaux organiques. Elle a également un effet sur la croissance des micro-organismes. Il faut toutefois relativiser l’importance de ce facteur d’altération, car une bonne part des matériaux archéologiques y est insensible (matériaux minéraux) et la plupart des matériaux organiques, ayant déjà subi des transformations importantes, ne présentent plus leur couleur d’origine.

34Certains matériaux, même altérés, restent sensibles aux rayonnements uv : il s’agit des matériaux organiques, des peintures murales non réalisées à fresque où des pigments organiques sont employés, ainsi que certains verres décolorés au manganèse, sujets au phénomène de solarisation, qui deviennent roses du fait de l’inversion de la réaction de décoloration catalysée par la lumière). Il conviendra donc de les ranger dans des boîtes opaques.

35Enfin – et surtout, pour ce qui est de la conservation à long terme –, la plupart des objets sont conditionnés dans des caisses ou des boîtes elles-mêmes stockées dans des pièces obscures, et sont de ce fait peu exposés à la lumière. Aussi, la principale raison qui amène à conseiller de limiter ou de proscrire l’éclairage naturel dans les espaces de stockage n’est pas la crainte d’altérations photochimiques, mais l’effet des rayonnements infra-rouges sur le climat intérieur et la mauvaise inertie thermique des surfaces vitrées.

36Enfin, moins gênant en termes de conservation qu’en stricts termes de gestion : la lumière peut faire pâlir et, à long terme, effacer les étiquettes apposées sur les caisses – en fonction de la qualité des feutres ou des encres d’imprimante utilisés.

3.1.2.3. Réduire la pollution

37Les polluants gazeux et la poussière

38S’il est évident que des polluants gazeux, tels le dioxyde de soufre, l’acide carbonique et l’ozone, sont présents dans l’atmosphère et peuvent nuire aux biens culturels, il faut relativiser là aussi le risque réel puisqu’en raison de la nature des matériaux archéologiques qui y sont soumis leur action reste limitée.

39La poussière ne concerne de façon directe que les objets dépourvus de conditionnement individuel, à savoir les objets posés directement sur étagères telles les céramiques recollées et le lapidaire. Plus ces objets sont rugueux, à surface fragile et de couleur claire, plus ils sont « attrape-poussière ». Comme il est difficile d’en ôter la poussière, les dégradations risquent d’être d’autant plus visibles. Pour ce qui concerne le reste du mobilier, il n’en reste pas moins que la manipulation de sachets empoussiérés salit les mains… qui vont déballer d’autres objets par la suite. Il est donc préférable d’éviter l’accumulation de poussière sur les emballages.

40La meilleure protection contre la poussière est moins le dépoussiérage que d’éviter l’empoussièrement car, à long terme, le dépoussiérage régulier a des effets abrasifs, en particulier sur les surfaces fragiles. Il est possible de réduire les dépôts de poussière en filtrant l’air en provenance de l’extérieur – ce qui permet également de contrôler les polluants gazeux –, en ménageant des ventilations avec circulation d’air – ce qui empêche la poussière de se déposer –, en équipant autant que possible les objets d’un conditionnement individuel, en garnissant les rayonnages d’une tablette de couverture et de protections verticales tels des « rideaux » en polyane ou en utilisant des caisses pleines avec couvercle. Un mode de stockage compact, tels des rayonnages mobiles, constitue, en réduisant l’accès au mobilier, une protection « naturelle » contre la poussière.

41Quelles que soient les dispositions prises, de la poussière se déposera toujours sur les éléments non protégés. En fonction de sa vitesse d’accumulation, un rythme de dépoussiérage est à déterminer. Des interventions régulières permettent d’éviter que la poussière s’installe (plus on laisse passer le temps, plus elle est difficile à déloger), et de souiller des objets propres en les posant sur des surfaces salies.

42Il s’agit bien sûr d’enlever la poussière sans l’incruster davantage, donc sans frotter, et d’éviter qu’elle se redépose immédiatement sur ce qu’on vient de nettoyer. On enlève d’abord les objets de leur étagère, ce qui permet de mieux nettoyer celle-ci. Pour les objets eux-mêmes, on procède soit par aspiration – au moyen d’un micro-aspirateur ou d’un aspirateur dont la sortie est aménagée d’une bordure de mousse afin de ne pas rayer les surfaces –, soit à l’aide de brosses très souples – qui doivent être lavées très fréquemment. On peut aussi utiliser une soufflette ou un pistolet à air comprimé équipé d’un réglage de la pression et dont le souffle d’air frappe la surface à nettoyer de biais ou tangentiellement, dans une cabine munie d’une aspiration des poussières (telle qu’il en existe dans les laboratoires de restauration pour le nettoyage des métaux). Si on ne dispose pas d’une aspiration, on travaillera à la brosse souple au dessus d’un tamis à mailles larges posé au dessus d’une caisse plate contenant un peu d’eau (la poussière qui y tombe s’alourdit en se mouillant, et ne peut plus se soulever). Le tamis doit être régulièrement nettoyé, de même que toutes les surfaces sur lesquelles on appuie les objets encore sales ou en cours de dépoussiérage.

Les matériaux de conditionnement et de stockage

43Certaines pollutions sont induites par la nature chimique des matériaux de conditionnement, de présentation ou de rangement qui environnent l’objet (Guillemard 1995 : 160-182 ; Tétreault 1992).

44Les matériaux de conditionnement les plus utilisés actuellement, et qui présentent des garanties de bonne conservation, sont les sachets en polyéthylène. Ceux qui comportent un dispositif de fermeture (type « minigrip ») sont pratiques, mais ce système ne fonctionne plus aussi bien dès lors que les gorges en plastique sont sales ou déformées par l’usage. Pour les étiquettes, du Tyvek (polyéthylène), du polyester ou du Styron (polystyrène) peuvent être utilisés, avec l’avantage de pouvoir les employer dès le terrain et pendant le lavage, ce que les étiquettes en carton ne permettent pas.

45Même si le contenant et le rayonnage ne sont pas en contact direct avec l’objet, leurs matériaux constitutifs peuvent avoir un impact sur la conservation des collections. Les matériaux organiques (carton, bois) constituent un aliment pour les champignons, les insectes et les rongeurs. Ils sont combustibles, sensibles à l’humidité, perdent leur rigidité si celle-ci est élevée [fig. 48] et s’affaissent parfois lamentablement en cas de contact direct avec de l’eau liquide (inondation, fuite). Les acides organiques dégagés par ces matériaux peuvent être nocifs pour les métaux. Le plomb, en particulier, peut subir des dégradations spectaculaires imputables au mobilier en bois dans lequel il est conservé (médailliers, tiroirs en chêne…).

fig. 48

Boîtes en carton empilées contenant des squelettes. Au cours du temps, et encore plus en présence d’une humidité élevée, ces boîtes perdent leur rigidité et s’écrasent : le poids n’est plus supporté par les contenants, mais plus probablement par les vestiges eux-mêmes.

© P. Laforest, SADY.

46Les contenants en polyéthylène ou en polypropylène se révèlent les plus adaptés : ces matériaux sont inertes, durables, rigides, insensibles à l’humidité (ils peuvent donc être lavés). Contrairement à ce que l’on croit généralement, leur classement au feu n’est pas différent de celui des cartons (M4 : facilement inflammables). Les caisses en pvc (polychlorure de vinyle) sont à bannir car elles vieillissent très mal (fissures, friabilité) et dégagent du chlore, gaz toxique dont le dégagement est faible à température ambiante mais dangereux en cas d’incendie.

47Pour les rayonnages, le métal, dans la mesure où il est recouvert d’une peinture époxy ou d’un traitement anti-corrosion, est le matériau le plus généralement utilisé, car il supporte des charges importantes et dure très longtemps.

Les matériaux de présentation

48Les mobiliers de présentation et les vitrines en verre et métal peint apportent les meilleures garanties (Guillemard 1990 : 391). Les éléments d’exposition et les boîtes de transport en bois ou dérivés du bois sont cependant souvent utilisés lors d’expositions temporaires pour des raisons d’économie ou de praticité. Sans les rejeter d’emblée, il faut connaître quels matériaux archéologiques sont susceptibles de souffrir particulièrement à leur contact (essentiellement les métaux, surtout le plomb) et, dans un deuxième temps, quels sont les moyens d’isoler les matériaux et de les empêcher de diffuser des éléments nocifs dans l’environnement (peintures ou revêtements). Si ces matériaux ne sauraient être conseillés pour une présentation ou un stockage de longue durée, pour certains matériaux et pour des durées d’exposition modérées, les risques de leur emploi peuvent être limités en veillant à ne pas établir de contact direct entre eux et l’objet.

49On se méfiera par ailleurs des matériaux générateurs de poussière (présentation de fragments sur lit de sable, qu’il n’est pas indispensable de choisir dans une granulométrie sub-millimétrique), et de ceux, colorés, qui risquent de transférer leur teinte par frottement ou par contact. En ce cas, est à prévoir un film ou une plaque de séparation en matériau neutre, tel que polyéthylène, polyméthacrylate de méthyle (Plexyglas) ou polyester.

3.2. Risques mécaniques

3.2.1. Gérer les risques en situation statique

50Si les manipulations et le transport d’objets sont intuitivement perçus comme des situations à risque, on ne prête pas assez d’attention au fait que des problèmes de conservation peuvent aussi se manifester dans des situations théoriquement statiques, c’est-à-dire pendant le stockage. Les accidents sont pour la plupart liés au poids de l’objet, à sa résistance mécanique et/ou à sa géométrie, et sont malheureusement souvent sous-estimés, aussi bien dans la vie quotidienne des institutions que dans la bibliographie, où les mentions sont rares ou succinctes (Guillemard 1990 : 392- 393 ; 1995 : 181-188 ; Bergeron 1991 : 142-143).

3.2.1.1. Analyser les risques mécaniques

51Les risques mécaniques envisagés ici sont essentiellement les vibrations induites par le manque de stabilité du vestige sur sa surface d’appui, les chocs causés par le basculement d’objets dont le poids est mal réparti, la déformation, l’écrasement voire l’affaissement de l’objet sous son propre poids.

Quelques notions de physique des solides

52Rappelons qu’en géométrie un plan se définit au minimum par trois points : on ne peut donc poser un objet sur moins de trois appuis. Une céramique à fond bombé posée sur une table, par exemple, connaît une longue phase d’oscillation avant d’atteindre l’immobilité – et encore celle-ci est-elle remise en cause par la moindre vibration. Les vibrations peuvent avoir des effets sur les points de fragilité du matériau (fissures, collages) et engendrer des altérations.

53Pour qu’un objet soit en position d’équilibre stable, son centre de gravité doit se trouver à la verticale de son polygone de sustentation, faute de quoi l’objet bascule, ce qui se traduit généralement par un choc. Il n’est pas toujours simple de situer le centre de gravité d’un objet, en particulier s’il n’est pas symétrique ou si son poids n’est pas réparti de façon uniforme. Intuitivement, par exemple, nous supposons qu’un récipient en céramique est stable lorsqu’il est posé sur son fond. Mais la disparition de certains fragments peut en avoir déplacé le centre de gravité, en particulier lorsqu’un élément très lourd, tel qu’une anse, concentre le poids d’un côté de l’objet. Si, théoriquement, « on peut déterminer expérimentalement la position de ce point en suspendant successivement le corps selon plusieurs points d’attache, et en repérant la verticale tracée dans le corps, issue de chacun de ces points » (Taillet et al. 2008 : entrée « centre de gravité »), on comprendra aisément que nous ne conseillons pas de se livrer à de telles manipulations avec un objet fragile. On peut néanmoins, en le posant sans le lâcher, tenter de déduire la position de son centre de gravité de la façon dont il bascule, selon le principe que la position la plus stable est celle vers laquelle il tend naturellement.

54Quand on pose des objets les uns sur les autres, on impose à ceux qui sont en dessous une pression proportionnelle au poids de ce qui les surmonte et au nombre de points d’appui sur lesquels le poids se répartit. La résistance à la compression, la cohésion du matériau et sa dureté sont donc des paramètres essentiels pour sa conservation.

Altérations mécaniques en situation statique

55Les effets de l’écrasement sont, pour les matériaux tendres, les empreintes en creux sur la surface et, pour tous, le bris – plus particulièrement pour les objets creux ou peu cohérents. Dans certains cas, l’écroulement peut se produire en l’absence de pression sur l’objet, uniquement sous l’action de son propre poids, du fait de l’altération du matériau constitutif, de lacunes ou de la perte de ses propriétés mécaniques. Dans le cas d’objets fragmentaires collés, on prendra garde à l’effet de levier induit par le poids d’un fragment sur la surface de collage et à la capacité de l’assemblage à résister à ce poids pour choisir, le cas échéant, la position de stockage plus à même de garantir sa conservation [fig. 49].

fig. 49

Un fragment de jatte collé, longtemps stocké sans support. Le collage s’est étiré sous le poids des fragments :
en haut : vu de face ;
en bas : vu de profil.

© P. Laforest, SADY.

56Certaines vibrations peuvent apparaître en situation statique, générées ou transmises par les infrastructures. En effet, certains bâtiments situés trop près de voies de circulation peuvent transmettre des vibrations au mobilier de rangement et aux objets. D’autre part, si le plancher est en parquet ou en planches, il transmet les vibrations induites par la marche et par le roulement de chariots. En l’absence de butées sur les portes et les rayonnages mobiles, on peut également craindre des chocs contre les éléments de rayonnage. C’est le cas aussi lorsque l’étroitesse des couloirs de circulation ne permet pas de manœuvrer facilement chariots ou transpalettes.

57Les vibrations sont parfois trop faibles pour avoir des conséquences appréciables à court terme mais, sur de longues périodes, il arrive d’observer le déplacement d’objets, voire la chute d’objets placés trop près du bord de l’étagère, l’affaiblissement d’assemblages. Les effets cumulés des vibrations peuvent dégénérer en chute de fragments, en fissurations ou en déplacages d’objets à faible cohésion.

58Si l’on soupçonne l’existence de vibrations transmises, on peut placer un flacon à moitié rempli d’eau sur les rayonnages et observer les mouvements du liquide. De même, en marchant sur un plancher en bois à proximité d’un rayonnage sur lequel on a placé le flacon, on constatera ou non la présence d’effets induits. Quantifier ces phénomènes exige l’emploi de détecteurs de vibrations, qui permettent également de savoir si celles-ci sont horizontales ou verticales. Pour prévenir les effets à long terme de ces vibrations il faut, dans un premier temps, localiser les zones des espaces de stockage qui y sont soumises et éviter, autant que possible, d’y conserver des objets intrinsèquement fragiles. On vérifiera dans un second temps le calage des éléments de rangement : la plupart du temps, le poids des étagères, une fois correctement calées, participe à leur stabilité. Un matériau d’absorption des chocs (mousse) pourra être utilisé dans les zones à risque (Illes 2004 : 30-31). La pose de butées permet d’éviter les vibrations dues au roulement des chariots et au déplacement des rayonnages mobiles.

59Lorsque le problème est important et affecte tout le bâtiment, on peut utilement s’inspirer des dispositifs anti-sismiques mis au point pour les musées situés dans des zones sujettes à tremblements de terre (Japon, Californie, etc.), entreprendre des travaux structurels (souvent lourds) ou… déménager. Le problème reste, en effet, difficile à maîtriser tant qu’on ne peut agir sur l’infrastructure même du bâtiment.

3.2.1.2. Assurer la stabilité pour diminuer les risques

60Afin d’éviter les risques évoqués plus haut, il est indispensable d’analyser la façon dont on peut – ou non – poser l’objet, et comment se distribue son poids. Les vestiges qui ne peuvent être posés de façon stable sur une surface plane pourront être protégés par la confection d’une semelle, d’un support ou d’un soclage. Dans les deux derniers cas, le support permet, le plus souvent, de déplacer l’objet sans le manipuler, ce qui est, bien entendu, intéressant pour sa conservation. Toutefois, ces conditionnements, s’ils préservent les objets, ont le désavantage de diminuer la surface accessible à la vue. La répartition du poids entre également en ligne de compte lorsque l’objet doit être conditionné de façon à rendre visible telle ou telle face : il faut alors étayer ou immobiliser les parties les plus lourdes pour éviter le basculement.

61Certains objets tiennent de façon stable sur une surface plane, mais reposent sur peu de points ou sur des zones de fragilité. Ils risquent de se déformer ou de se casser parce que le poids que supportent ces points est alors trop important. Dans ce cas, l’intervention consiste à augmenter les points de contact afin de mieux répartir le poids et/ou à soutenir les parties trop lourdes [fig. 50]. D’autres objets, ayant un fond ou une face globalement plans, se posent de façon instable (moins de trois appuis) et oscillent : l’intervention consiste simplement à augmenter les points de contact avec une « semelle » ou un plot. D’autres encore, qui pourraient se poser de façon stable sur une surface plane, basculent parce que leur poids est mal réparti. Deux solutions possibles : soit les poser sur leur base, ce qui nécessitera un support ou un soclage permettant de fixer l’objet en évitant le basculement, soit les positionner tels qu’il se posent « naturellement » après basculement. D’une manière générale, ils nécessitent de toute façon un support permettant de multiplier les points de contact.

fig. 50

Tessons protohistoriques assemblés par grands fragments dans leur support de stockage, qui permet de soutenir les formes concaves.

© E. Winckel, SADY.

62Dans le cadre de conditionnements de longue durée, il faut, pour confectionner ces supports, utiliser des matériaux neutres et de bonne qualité, tels que des mousses de polyéthylène. Elles peuvent être mises en forme assez facilement à l’aide d’outils de découpe et d’une spatule chauffante (Barclay et al. 1992, 1998 ; Schlichting 1994 ; Illes 2004). Cette mousse est vendue en plaques de diverses épaisseurs, qu’on peut excaver pour y placer des objets ou des fragments. Les logements doivent être aux mesures de l’objet, ni trop justes afin de ne pas l’érafler ni le contraindre lors de la mise en place, ni trop grands car il risque de bouger. Ces mousses sont souvent légèrement abrasives : pour ne pas risquer d’user les matériaux archéologiques fragiles, il faut les garnir d’une protection de surface. Dans la conception du support, il faut aussi prévoir comment l’objet va être mis en place et éventuellement retiré, ainsi que la façon dont il doit être placé ou manipulé une fois sorti [fig. 41].

63Bien entendu, les problèmes rencontrés dans une situation statique s’ajoutent à ceux rencontrés lors de manipulations et transports d’objets, où les risques de chocs et de vibrations sont considérablement augmentés : ces supports de stockage peuvent parfois être utilisés aussi pour le transport et/ou pour leur présentation, mais cela suppose qu’on ait envisagé cette problématique dès leur conception.

3.2.2. Gérer manipulations et déplacements

3.2.2.1. Frottement et manipulations

Éviter les abrasions par frottement

64Le mobilier archéologique doit, autant que possible, bénéficier d’un conditionnement individuel. Celui-ci remplit plusieurs fonctions. Certaines fonctions sont d’ordre documentaire : associer divers éléments sous une unique référence (fragments d’un même objet, tessons d’une même unité stratigraphique), les isoler d’autres éléments et conserver le lien documentaire pour les objets non marqués, au moyen de l’étiquette glissée à l’intérieur du sachet). Les autres fonctions sont plus particulièrement dévolues à la conservation : éviter l’usure par frottement, protéger a minima contre les chocs et isoler de la poussière.

65Pour une bonne protection contre le frottement, il faut bien entendu que le matériau de conditionnement soit doux et n’ait pas d’effet abrasif propre. Les sachets en polyéthylène sont adaptés à cette utilisation. On conseille généralement d’adopter quelques formats standardisés, adaptés aux principaux types de vestiges. La taille du sachet doit permettre d’y placer et d’en sortir l’objet sans difficultés et sans forcer sur l’ouverture. Il vaut mieux que le sachet ne soit pas démesurément grand par rapport à l’objet et, en particulier, que l’on ne doive pas le plier plusieurs fois pour le ranger (le risque de plier l’objet n’est pas nul). Il existe toujours des objets auxquels les formats commercialisés ne conviennent pas, notamment les objets très longs et peu larges : on peut fabriquer pour eux des sachets sur-mesure, en découpant des sachets ou du film polyéthylène en lés, que l’on ferme à l’aide d’une scelleuse de ménage.

66Il est parfois nécessaire de protéger ponctuellement contre le frottement des objets habituellement conservés hors conditionnement individuel – telles les céramiques recollées –, notamment pour les déplacer. On utilise là aussi du film polyéthylène ou du papier de soie.

67Les fragments fragiles conservés ensemble dans un sachet sont bien sûr protégés contre les frottements extérieurs, mais les frottements entre eux en sont d’autant favorisés. En fonction de la nature des matériaux, des emballages individuels, des séparations, ou bien un stockage à plat sans vibrations (pour les enduits peints, en particulier) peuvent être des solutions alternatives.

Manipuler en sûreté

68La manipulation fait courir aux objets des risques mécaniques qui dépendent de la pression exercée sur eux et de la façon dont on a estimé leurs points faibles. De façon générale, la réflexion sur les risques en situation statique aura préalablement permis de détecter la position dans laquelle l’objet est stable et qui offre les meilleurs garanties de survie, ainsi que les parties de l’objet qui nécessitent d’être soutenues. Dans la manipulation, on doit tenter d’offrir à l’objet les points d’appui et le soutien nécessaires à sa préservation. Si c’est impossible, mieux vaut éviter de toucher l’objet directement et privilégier les déplacements à l’aide du support sur lequel il est posé (Illes 2004). Dans tous les cas, on manipule toujours au-dessus d’une table ou d’une surface d’appui stable et propre, préparée à recevoir l’objet. Les céramiques et les objets mesurant plus de 10 cm seront manipulés en les prenant par en-dessous, à deux mains [fig. 51], ou bien une main sous le fond et l’autre en soutien latéral. On ne tire jamais un objet pour le déplacer et jamais on ne le saisit par un élément de préhension.

fig. 51

Manipulation d’un objet afin de le sortir de sa boîte de transport : les deux mains vont le plus loin possible de façon à soutenir et soulever l’objet par en-dessous.

© G. Billard, SADY.

69Plus rarement, d’autres problèmes liés à la manipulation se manifestent : la salissure par transfert de la crasse ou de la graisse des mains ou bien, dans le cas d’une manipulation à mains nues, la corrosion des surfaces métalliques non protégées par un vernis. Le lavage régulier des mains, le port de gants (pourvu qu’ils soient changés régulièrement) ou le conditionnement individuel peuvent constituer une solution à ces problèmes. Les gants à la taille de la main du manipulateur garantissent une meilleure préhension : l’achat de gants « taille unique », généralement trop grands, n’est pas une bonne solution. La manipulation avec gants est généralement conseillée pour la plupart des objets ; cependant, certaines personnes ont du mal à doser la pression des doigts lorsqu’elles en portent, et soit laissent échapper les objets, soit les compriment excessivement. Si on appartient à cette catégorie, le rapport risques / avantages commande de ne pas porter de gants et de se laver les mains souvent (Illes 2004 : 14-16, 98).

3.2.2.2. La prise en charge des déplacements

Les déplacements

70Le fait de déplacer un objet induit des risques supplémentaires pour sa survie, vibrations et chocs étant, jusqu’à un certain point, inévitables lors de la manutention. Ces risques sont malheureusement souvent sous-estimés, surtout lors de mouvements internes à l’institution.

71S’agissant de convoiements de très longue durée, ou comportant des chocs thermiques importants, d’autres facteurs d’altération peuvent se manifester, telle la condensation suite à un choc thermique (sur un objet froid placé dans une atmosphère chaude, sur les parois intérieures d’un sachet placé en atmosphère froide). En cas de modification de l’humidité relative, il arrive que la corrosion des métaux soit réactivée et ou que des matériaux organiques se déforment. Dans tous les autres cas, ce sont les risques mécaniques qui retiendront notre attention.

72Il est important de noter que la démarche exposée ici peut avoir des niveaux de formalisation différents, selon l’importance de l’opération, les risques, la valeur des objets ou l’engagement de sa responsabilité légale, mais que dans tout mouvement, même le plus simple, les mêmes difficultés se posent. En effet, imaginons qu’on demande au gestionnaire du mobilier de déplacer des vases de la réserve vers la salle de consultation, à l’intention d’un chercheur de l’équipe. Il faudra bien, même s’il n’établit pas un document écrit, cosigné en trois exemplaires et archivé, que le gestionnaire se demande quels sont les risques encourus lors de ce déplacement, qu’il décide si les vases peuvent ou non être déplacés et à quelles conditions, qu’il mette en œuvre les moyens de les déplacer et qu’il formule des recommandations sur les précautions de manipulation.

73Dans le domaine des musées, plusieurs auteurs se sont intéressés aux problématiques du déplacement des œuvres d’art (Stolow 1980 ; Rémillard 1992 ; Illes 2004). S’agissant de mobilier archéologique, nous devons prendre en compte aussi bien le mobilier « sale » que les objets prêtés pour exposition. Le mobilier entrant doit être transporté, conditionné, acclimaté aux nouvelles conditions de conservation et, dans cette optique, relève des mêmes risques et précautions que les autres mouvements. Le déplacement des vestiges du terrain de fouilles vers la base de fouilles ou vers la structure de conservation n’est qu’un cas particulier de cette démarche générale, même si quelques-unes de ses caractéristiques spécifiques rendent certaines étapes délicates. Sur un chantier de fouilles en effet, sauf exception (cf. infra § 4.1.1.3), on peut difficilement, après avoir déterminé à quelles conditions un objet doit être transporté, décider de le laisser en place si celles-ci ne sont pas toutes réunies ! Il faut au contraire se donner les moyens de déplacer le vestige au mieux, d’autant plus que les conditions dans lesquelles il se trouve (dégagé mais encore sur le terrain) sont défavorables à sa conservation. Le transport hors du terrain, premier voyage des vestiges exhumés, est celui où peut se jouer leur survie.

Matériaux et techniques d’emballage

74On emballe un objet pour le protéger des chocs et des vibrations, ainsi que des conditions climatiques extérieures. On le place pour cela dans une caisse supportant son poids, suffisamment grande pour le contenir tout en ménageant une marge destinée aux éléments de calage, suffisamment isolante pour éviter que les conditions extérieures affectent l’objet, suffisamment rigide pour supporter l’empilement, dimensionnée en fonction des objets, de la taille des circulations et des portes dans le lieu de départ et dans le lieu d’arrivée, ainsi que de la nature des engins de levage et de manutention disponibles. Enfin, s’il est prévu de les gerber, les caisses doivent être toutes de taille identique.

75Entre les objets et la caisse, il est indispensable d’intercaler un matériau souple et élastique capable d’absorber les vibrations et, en cas de choc, de se déformer préférentiellement à l’objet (Stolow 1987 ; Guillemard 1990l : 397-402 ; Rémillard 1992 ; Marcon 1992, 1994).

Emballage et mise en caisse

76Les objets doivent être calés de manière à supporter les chocs latéraux aussi bien que les mouvements verticaux. Penser, tout particulièrement, à poser un matériau de calage sur le fond de la caisse avant d’y mettre les objets, puis à poser une couche de calage sur le dessus une fois le remplissage de la caisse achevé. Le choix du matériau de calage est évidemment déterminant. Il doit être effectué en fonction du poids et de la dureté de l’objet à emballer : un matériau trop rigide ne se déforme pas sous le choc et n’apporte pas de protection ; trop mou, il se comprime totalement et n’absorbe pas l’impact. Dans l’idéal, les matériaux d’emballage doivent être légèrement comprimés, afin d’immobiliser les objets dans la caisse, mais pas complètement : cette réserve d’élasticité permet au matériau d’emballage de se déformer à l’occasion d’un choc ou de vibrations [fig. 52]. Le choix des matériaux de protection peut être effectué au moyen de la règle à calcul ou du logiciel élaboré par l’Institut canadien de conservation (icc), qui indique, en fonction des caractéristiques des matériaux de calage, du poids des objets et de la hauteur de chute probable, le matériau le mieux adapté (Marcon, Strang 1994).

fig. 52

Le degré de compression du matériau d’absorption des chocs est essentiel pour la préservation des objets :
en haut : trop peu contraint, il laisse l’objet se « balader » dans la caisse et n’évite pas les chocs contre les parois ;
en bas : trop comprimé, il réagit comme un matériau dur et ne remplit pas sa fonction ;
au milieu : une compression moyenne est donc recherchée.

77En pratique, on dispose de mousse polyéthylène ou polyuréthane, de « plastique bulle », de polystyrène expansé sous forme de « chips » ou de plaques, de coussins d’air, voire de papier froissé. Il faut noter que ces matériaux ne sont ici conseillés que pour protéger les objets pendant le déplacement, car leur vieillissement n’est pas toujours excellent. La mousse polyuréthane, par exemple, s’altère vite et ne convient pas pour la conservation à long terme. L’emballage traditionnel fut longtemps fait avec de la paille, du papier de soie ou du papier journal. Nous ne conseillons ni la paille ni le contact direct avec le papier journal, qui tous deux peuvent salir les vestiges. Le papier de soie reste un bon matériau d’emballage à court terme, notamment en contact direct avec l’objet, car il ne produit pas de poussière et protège du frottement.

78Lorsqu’on a le besoin récurrent de transporter des objets fragiles, il est avisé de faire l’acquisition de caisses de transport déjà garnies de mousse sur le fond, les côtés et le couvercle : leur aménagement simplifie le travail, puisque seules les séparations entre les objets sont à refaire à chaque transport [fig. 53]. En plaçant plusieurs objets directement dans une caisse, il faut être conscient que, dans une certaine mesure, ils se calent les uns les autres, et donc veiller à ce qu’ils soient assez solides pour supporter ce mode d’emballage. Dans le cas contraire, il convient d’employer des doubles boîtes ou des séparations rigides garnies de matériau de calage. Ainsi, pour les pièces fragiles et les verreries, on conseille souvent de pratiquer un double emboîtage, c’est-à-dire de caler l’objet dans une première boîte, puis de caler la boîte dans la caisse [fig. 54].

fig. 53

Caisse de transport pour plusieurs objets, garnie de mousse polyuréthane. Chaque objet reçoit une protection individuelle constituée de plusieurs couches de film en mousse polyéthylène ou de plastique à bulles.

fig. 54

Emballage :
à gauche : en simple caisse équipée d’un matériau d’absorption des chocs ;
à droite : en double caisse, avec une absorption des chocs dans la boîte où se trouve l’objet et entre cette boîte et la caisse de transport. La double caisse est surtout utilisée pour des verreries ou pour des objets très fragiles supportant mal les contraintes.

Le transport de mobilier en vrac

79Dans une certaine mesure, l’air contenu dans les sachets et le bon remplissage des caisses assurent l’immobilisation des vestiges et une protection minimale contre les chocs. Il n’est pas question d’envelopper chaque tesson dans du plastique bulle, bien entendu ! Toutefois, en fonction de leur état de conservation et de leur fragilité, certains types de mobilier exigent une protection spécifique : c’est le cas des céramiques peu cuites et des enduits peints, que l’on conseille souvent d’envelopper individuellement ou de caler avec du papier (Appa-cepmr 2011). Utiliser des matériaux de calage sur le terrain demande quelques précautions : la plupart d’entre eux étant très légers, il faut choisir des éléments qui ne se disperseront pas au premier coup de vent, envahissant le terrain de fouille. L’utilisation de chips en polystyrène expansé, par exemple, peut donner des résultats absolument catastrophiques : à moins que les chips soient conditionnées dans des sachets fermés, leur usage sur le terrain est à proscrire.

L’emballage pas à pas

80Pour emballer un ensemble d’objets, on commence par préparer un espace de travail : une surface stable garnie d’une protection contre les chocs sur laquelle seront posés les objets à emballer, une autre surface stable pour poser les caisses et une réserve de matériaux d’emballage. On emballe sur la table et/ou dans la caisse, jamais en l’air ! Il est utile de réfléchir à l’ordre d’emballage, afin de disposer les objets de façon rationnelle, les plus lourds en bas, les plus fragiles en double caisse.

81Le plus souvent, l’objet est emballé individuellement dans un ou plusieurs lés de papier de soie, de plastique bulle ou de film de mousse polyéthylène, qui le recouvre complètement. On est souvent tenté d’y ajouter du ruban adhésif, mais il vaut mieux s’en garder : le ruban adhésif devant être défait par la suite, il risquerait de coller accidentellement aux autres éléments d’emballage ou même aux objets, provoquant des accidents regrettables. Si l’emballage reste difficilement en place, il est préférable de mettre le tout dans un sachet plastique. Quant aux très petits objets, le moyen d’éviter qu’ils se « perdent » dans le matériau d’emballage est de les regrouper dans une boîte plus volumineuse qu’il n’est strictement nécessaire.

82Comment savoir, en pratique, si un objet est bien emballé et calé ? Tout d’abord, l’emballage doit recouvrir l’objet de façon relativement régulière et avoir une épaisseur suffisante : il n’est pas assez bien emballé si, en appuyant avec son doigt sur l’emballage à l’endroit où ce dernier est le plus mince, on bute sur une surface dure. Les éléments saillants et fragiles doivent être emmaillotés préalablement à l’emballage de l’ensemble de l’objet. Une fois ce « paquet » placé dans la caisse, on introduit du matériau d’emballage dans les vides pour caler l’ensemble. Le calage est correct lorsqu’il est encore susceptible de compression (ce que l’on peut tester en appuyant avec le doigt) et lorsqu’il est assez serré pour immobiliser les objets (ce que l’on teste, boîte fermée, en secouant doucement la caisse horizontalement et verticalement : aucun bruit ni mouvement ne doivent être détectés).

83Le sens dans lequel doit être posée la caisse pour son ouverture doit être signalé sur l’extérieur de la caisse de façon lisible, de même que doit être signalé l’emplacement de l’ouvrant. La caisse doit contenir les éventuelles instructions de déballage, ainsi que la liste des objets. L’expérience montre que même si ces conseils semblent évidents, ils gagnent à être formulés clairement. En effet, on ne peut déballer en sûreté sans savoir ce qui se cache sous l’emballage, comment ce dernier a été réalisé et comment déballer. À mesure qu’on emballe, on a donc tout intérêt à dresser la liste des objets et même, pour ceux d’entre eux dont le déballage appelle des précautions particulières, indiquer leur place précise dans la caisse. Cela évite l’oubli d’un objet, confondu avec le matériau d’emballage et, surtout, permet d’anticiper les précautions à prendre. Selon que la personne qui déballe est la même que celle qui emballe et la spécificité de l’emballage, on rédige des instructions plus ou moins détaillées, le cas échéant illustrées.

Manutention et transport

84Le mobilier en vrac est souvent appelé à être conditionné et transporté dans les mêmes caisses que celles choisies pour le stockage de long terme (cf. infra § 3.3.1.2). Pour faciliter la manutention, il importe que ces contenants soient empilables ou, mieux, gerbables. Il vaut mieux choisir peu de formats et s’y tenir, car la multiplication des tailles de caisses rend leur gestion plus difficile et limite les possibilités de gerbage.

85Dans tous les cas, l’arrimage des caisses dans le véhicule est un facteur essentiel. Il peut être utile de rendre solidaires les piles de caisses, soit au moyen d’un filmage, soit au moyen de sangles, de façon à éviter leur basculement. Lorsque le mobilier à transporter ne permet pas de remplir un véhicule, il ne faut pas hésiter à occuper les espaces restants avec des caisses vides : plus le remplissage est compact, moins élevé est le risque de chute.

86Manutentionner à la main des caisses lourdes ou de grandes dimensions nécessite la présence du personnel adéquat : les caisses doivent pouvoir être transportées à deux sans effort. Un poids trop important pour la force physique des porteurs peut engendrer des « lâcher prise » dommageables pour le personnel et pour le mobilier. À défaut, il faut avoir des moyens de levage, des sangles, des plateaux roulants et/ou un transpalette (Illes 2004 : 25-27, 42-44).

87Enfin, le déplacement d’objets ou de caisses de grandes dimensions nécessite de s’assurer – de préférence, avant le début des opérations – que les dimensions des circulations, des monte-charges et des portes sont adaptées. On tiendra compte de l’espace de débattement des chariots élévateurs et des transpalettes.

L’art du déballage

88Pour réussir le déballage des objets, il faut tout d’abord préparer un espace de travail comparable à celui de l’emballage : une table où poser la caisse et déballer, une surface stable et suffisamment vaste, garnie d’une protection contre les chocs, sur laquelle poser les objets une fois déballés, et une boîte ou un sachet où collecter à mesure les matériaux ayant servi à l’emballage. Trois gages de succès : poser la caisse dans le bon sens, ouvrir la caisse par le bon côté et dégager les objets dans le bon ordre. À cette étape, les accidents arrivent le plus fréquemment lorsqu’on commence à déballer par le « mauvais bout ». Il faut donc tenter de comprendre le mode d’emballage avant d’y toucher et lire soigneusement les instructions d’emballage s’il y en a.

89On peut rencontrer différentes sortes de matériaux d’emballage remplissant des rôles différents : des matériaux de calage libres servant essentiellement à bloquer les objets et à remplir les vides, des matériaux d’emballage individuels qui entourent les objets, des blocs de mousse ayant des places déterminées dans la caisse et devant être réutilisés en cas de remballage, et des matériaux d’absorption des chocs et de calage solidaires de la caisse, qu’on n’enlève pas.

90Il est préférable de dégager le matériau de calage en le comprimant totalement et – aussi tentant que cela puisse paraître – de ne jamais tirer sur un matériau sous contrainte, car cela peut propulser brutalement l’objet emballé. Pour ce qui est des objets enroulés dans un film (plastique-bulle, film de mousse), il faut dégager tout le paquet en le prenant par en-dessous et dérouler le film après l’avoir posé sur la table. Si du ruban adhésif a été utilisé, il faut l’éliminer à mesure qu’on en dépouille l’emballage. Il convient de ranger assez vite les matériaux d’emballage dégagés. Les matériaux non fixés sont rangés dans un contenant annexe, puis reversés dans la caisse de transport s’ils doivent retourner dans les mêmes conditions. On repère ceux qui sont spécifiques à certains objets et ceux qui peuvent être utilisés indifféremment pour tous. En l’absence d’instructions précises d’emballage et si l’on sait devoir plus tard remballer les objets, il peut être utile de noter le mode d’emballage de chaque objet et sa place dans la caisse.

3.3. Rangement et optimisation

3.3.1. Critères de rangement pour le long terme

91Le stockage de long terme ne peut, raisonnablement, être géré objet par objet, mais par groupe de matériaux ou d’objets ayant des caractéristiques semblables ou des besoins communs, appréciés selon différents critères.

3.3.1.1. Les conditions environnementales nécessaires

92Même si chaque matériau a des besoins spécifiques [tabl. III], on peut considérer qu’ils se distribuent en trois groupes principaux en fonction de leur domaine climatique : les matériaux minéraux non métalliques, stockés dans une large plage d’humidité relative (40 à 60 %), les métaux, conservés en milieu sec et stable, à moins de 40 % d’hr, et les matériaux sensibles qui ont besoin de conditions moyennes et très stables : organiques secs ou traités (50-60 % d’hr), et certaines verreries (45-55 % d’hr). Nous excluons délibérément ici le stockage des matériaux gorgés d’eau conservés dans l’eau : celui-ci doit toujours, à notre avis, être envisagé comme un stockage de courte durée en attente soit d’un traitement de conservation lui permettant de s’acclimater, qui doit être programmé rapidement après la découverte, soit d’une étude et d’une documentation suivies d’une décision de rejet. Le même raisonnement peut être appliqué aux prélèvements de sédiments pour analyses.

93Tous les matériaux qui ont besoin de conditions stables gagnent à être conditionnés individuellement dans des sachets, puis dans des contenants étanches dont l’hygrométrie est traitée par des matériaux tampon, et/ou placés dans un espace lui-même régulé (cf.supra §3.1.2.1., infra §7.1.3.3.). Toutes ces barrières servent à limiter la vitesse de répercussion des changements climatiques extérieurs sur les objets.

94Pour les métaux, le contact avec une atmosphère sèche est prioritaire sur la stabilité des conditions, c’est pourquoi ils sont fréquemment conditionnés dans des sachets percés, de sorte que l’atmosphère du sachet soit la même que celle de la boîte étanche ou de l’enceinte climatisée. Pour ce qui est des objets restaurés (et donc secs), certains conservateurs-restaurateurs considèrent que le percement des sachets n’est pas nécessaire dès lors qu’ils sont conservés dans une atmosphère sèche dont la température ne varie pas, mais on ne doit pas oublier qu’une chute brusque de température conduirait à l’apparition de condensation à l’intérieur des sachets.

95Pour les matériaux organiques, la priorité est donnée au freinage des échanges, car ils sont sensibles aussi bien au gain d’humidité qu’au séchage. Ils sont donc conditionnés dans des sachets non percés. Le matériau tampon, bien entendu, doit être toujours placé dans des conditionnements perméables, de façon à être en réel contact avec l’atmosphère de la boîte dont il s’agit de réguler l’humidité.

96Les autres matériaux peuvent être conditionnés individuellement ou par lots dans des sachets, puis dans des caisses ajourées ou pleines. Si la température n’est pas stable, il vaut mieux que les sachets ne soient pas totalement étanches, de façon à limiter la condensation à l’intérieur de ceux-ci lors d’un refroidissement. Lorsqu’ils ne peuvent être mis en sachet (objets nécessitant un support, objets encombrants…) mieux vaut conditionner les objets dans des caisses pleines avec couvercle afin d’éviter l’empoussièrement, ou bien trouver un moyen de couverture ou de protection (cf. supra § 3.1.2.3.).

3.3.1.2. L’encombrement et le poids

97En fonction de sa qualité d’objet identifié ou d’ensemble de fragments (« vracs ») et de ses dimensions, on peut classer le mobilier en plusieurs catégories – en particulier en fonction de sa possibilité de rangement dans des contenants standardisés transportables.

Mobilier rangé dans des contenants standardisés

98Les éléments les plus simples à gérer sont ceux que nous appellerons « logeables en standard », c’est-à-dire tous les objets plus petits que les unités de rangement, qui peuvent y être placés en nombre et qui, réunis, ne dépassent pas le poids maximum que le contenant peut supporter, ainsi que les « divisibles ». Ces derniers comprennent les lots et vracs, qui peuvent, lorsqu’ils sont très volumineux, être distribués en plusieurs sachets ou plusieurs contenants, même s’ils sont inventoriés sous une seule référence.

99Ces catégories d’objets sont rangées dans des contenants standardisés eux-mêmes posés sur des étagères. Il convient de stocker le maximum de mobilier sous cette forme, car c’est la plus avantageuse, une fois qu’on a bien choisi les standards à utiliser. Il est en effet préférable d’employer le minimum de standards différents possibles, de façon à effectuer des achats en nombre et à mieux utiliser le volume de stockage. Dans les cas où, pour des raisons diverses, on souhaite élargir la gamme de standards différents sans trop de perte de place, on aura avantage à faciliter l’empilage en choisissant des modules qui soient des sous-multiples exacts les uns des autres : par exemple, une caisse mesurant 60x40x11cm peut être gerbée sur deux caisses de 40 x 30 x 11 cm placées côte à côte.

100Pour choisir les dimensions des contenants, on doit, selon le type de mobilier, prendre en compte les dimensions maximales les plus courantes des éléments à stocker, et leur poids cumulé en fonction du volume. Ainsi, pour ranger des squelettes humains, il faut mesurer l’élément le plus long (le fémur, qui fait généralement plus de 50 cm) et l’élément le plus encombrant (le crâne, qui a environ 18 cm de hauteur), ce qui détermine une caisse dont les dimensions ne peuvent être inférieures à 30 x 50 cm en surface et à 20 cm en hauteur.

101Dans ce cas précis, le poids reste modéré, mais on ne peut le négliger dans le cas de matériaux plus denses. Pour choisir la taille de la caisse, il faut alors veiller à ce qu’elle soit manipulable par une personne normalement constituée, sans effort ni risque de blessure. Or, pour bien utiliser l’espace de stockage, il vaut mieux que les contenants soient pleins : on fera donc en sorte de choisir des formats qui, lorsqu’ils sont pleins, ne dépassent pas 10-12 kg.

102Pour donner un ordre de grandeur, une caisse de format extérieur 30 x 40 x 11,8 cm pèse 9 kg pleine de silex et 6 kg pleine de céramique. Une caisse 30 x 50 x 20 cm peut donc convenir aux ossements et à la céramique, mais il ne faut pas compter y ranger des silex ou du lapidaire. La plupart des caisses du commerce existe en deux versions : ajourée et pleine (avec ou sans couvercle). Les caisses pleines protègent mieux de la poussière, bien entendu, surtout lorsqu’elles sont équipées d’un couvercle, mais elles sont aussi plus lourdes : c’est autant de perdu pour le mobilier archéologique.

103Le choix dépend enfin de la résistance à la compression des matériaux à stocker. Il s’agit d’éviter qu’ils s’écrasent les uns les autres. À volume égal, on choisira, pour des matériaux fragiles – enduits peints, par exemple – des caisses larges et plates limitant la superposition et, pour des matériaux plus solides, des caisses plus petites mais plus hautes.

Mobilier hors format et pondéreux

104Les deux autres catégories de mobilier soulèvent plus de difficultés. Il s’agit tout d’abord des « indivisibles hors format », comprenant tous les objets trop volumineux pour être placés dans un contenant, quel qu’il soit, et qui ne peuvent être découpés ou divisés. Les panneaux peuvent être accrochés verticalement sur des grilles ou posés à plat directement sur des étagères de grande surface ou des tiroirs coulissants. Les volumes (lapidaire, sarcophages…) peuvent être posés sur des palettes puis, le cas échéant, sur des étagères. Vient enfin la catégorie des « pondéreux » : objets trop lourds pour être manipulés à deux personnes, qui sont d’ailleurs assez souvent des « indivisibles hors format ». Ils sont rangés généralement sur des palettes, la plupart des contenants du commerce étant insuffisamment solides pour supporter leur poids.

105Ces catégories nécessitent une charge au sol importante et des modes de rangement particuliers (racks à palettes, étagères, grilles ou tiroirs). Elles suscitent de multiples difficultés de manutention : taille des circulations, rampes, usage d’engins de levage. Il est difficile d’optimiser l’occupation de l’espace de stockage pour ces catégories de mobilier.

3.3.1.3. L’accessibilité scientifique ou pour la médiation

106Certains objets nécessitent des modes de rangement particuliers, en fonction d’un usage scientifique spécifique : ensembles de référence, tessonniers, séries typologiques régionales, consultées fréquemment pour des besoins de comparaison ou d’identification dans l’étude d’autres collections. D’autres ensembles peuvent être constitués pour la médiation, la visite des réserves ou des vitrines de présentation.

107Ces collections sont rangées différemment des autres objets, car il faut assurer leur bonne conservation en même temps qu’un accès visuel facilité, voire une possibilité de manipulation. Le plus souvent, ces ensembles ne sont pas conservés dans les espaces de stockage mais dans les espaces d’étude ou de médiation, où il convient dès lors de mettre en place des conditions acceptables pour la préservation à long terme de ces matériaux.

108En particulier, ces collections, souvent rangées sans conditionnement individuel afin de rester visibles, doivent être protégées de la poussière par des boîtiers ou des vitrines fermés le plus étanches possibles. Les matériaux nécessitant des conditions stables très précises ne se prêtent pas à ces modes de rangement ni d’exploitation scientifique. Il est préférable pour eux de remplacer la consultation directe par un autre mode d’accès – un inventaire illustré d’images de bonne qualité, des moulages… – permettant de limiter la manipulation physique des collections.

3.3.2. Optimiser le stockage

3.3.2.1. Le taux de compacité

Calculer le taux de compacité

109Les espaces de stockage sont chers, il vaut donc mieux qu’ils soient bien utilisés, mais il n’est pas toujours aisé de quantifier leur occupation. L’indicateur que nous proposons pour cela est le taux de compacité Tcom (Païn 2010). Tcom est le rapport entre le volume cumulé des contenants pouvant être rangés dans un module de rangement et le volume de celui-ci. Il est défini par la formule :

Tcom = Σ (Vc) / Vt
(Vc : volume unitaire d’une caisse ; Σ (Vc) : somme du volume des caisses pouvant être rangées dans un module ; Vt : volume total d’un module de rangement mesuré selon ses dimensions extérieures.)

110Plus ce taux est proche de 1, plus le stockage est optimisé ; plus il est bas, plus on gaspille de l’espace. Le taux de compacité ne peut jamais être égal à 1, car l’épaisseur des tablettes (T) et l’espace nécessaire pour attraper les caisses (E) réduisent le volume réellement utilisé. Dans un monde idéal, où l’on ferait fabriquer des caisses sur mesure aux dimensions que l’on souhaite, pour un rayonnage mesurant 2 m de hauteur, 1 m de largeur et 0,5 m de profondeur, Tcom se situe autour de 0,80 pour quatre niveaux. On constate aisément que le taux d’encombrement dépend fortement du nombre de niveaux [fig. 55] [tabl. V]. En effet, pour chaque niveau supplémentaire, on doit retrancher de la hauteur totale utile T+E.

tabl. V

Calcul du taux de compacité pour différentes tailles de caisses, pour un rayonnage de 2 m de hauteur, 1 m de largeur et 0,5 m de profondeur (en gras une caisse de taille idéale du point de vue de l’optimisation du stockage).

111On en conclut, notamment, que pour ranger des boîtes très plates, on a intérêt à les superposer sur une même tablette plutôt que de multiplier les étagères, sous peine de perdre une bonne part du volume de stockage. Les autres paramètres importants sont le pas de réglage des étagères (R) et l’espace nécessaire pour attraper les caisses (E) qui, dans le cas de caisses rigides, peut être réduit à l’épaisseur des doigts.

fig. 55

Effet du nombre de niveaux sur le taux de compacité : moins on a d’étagères dans un module de rangement, plus on optimise l’espace de stockage.

Comparer des options de stockage

112En calculant Tcom selon les différentes options de contenants et de rayonnages disponibles sur le marché, on peut se faire une idée de l’effet de chaque choix sur l’utilisation de l’espace disponible. Il suffit pour cela d’imaginer ou de construire empiriquement un module de rayonnage, et de voir combien de caisses on peut y placer. Nous avons proposé, pour ces simulations, un tableau utilisant des formules de calcul accessibles via n’importe quel tableur, qui donne, pour chaque hauteur de caisse, le nombre de niveaux, le nombre de caisses par niveau et par module, et Tcom pour chaque option (Païn 2010).

113Une fois choisis les modules les plus optimisés, on peut tenter d’en loger le plus possible dans les espaces de stockage : en effet, dans un même espace on peut envisager des implantations différentes. Celles-ci peuvent également être évaluées du point de vue de l’occupation des espaces, au moyen d’un taux d’occupation de l’espace (Toe), qui serait le taux de compacité entendu au niveau de l’espace de stockage et non plus au niveau du module de rangement. Le calcul du taux d’occupation de l’espace est le volume total de caisses (Vtc) pouvant être stocké dans les étagères selon l’implantation prévue, divisé par le volume total de l’espace de stockage (Ve) :

Toe = Vtc / Ve
Vtc = Vc x Ncm x Nm
(Vc : volume d’une caisse ; Ncm : nombre de caisses par module ; Nm : nombre de modules.)

114Toe dépend de Tcom, de la taille des circulations et de la hauteur libre sous plafond. Il ne peut jamais être égal à 1 et dépasse rarement 0,4 en cas d’étagères fixes. Ce calcul ne doit pas être utilisé pour comparer deux lieux de stockage différents, car les particularités architecturales peuvent rendre les calculs non pertinents, mais il est très utile pour comparer plusieurs projets d’implantation de modules d’étagères de différentes largeurs dans un même lieu.

115Ici, bien entendu, on se place dans une hypothèse où l’on adopte un standard de boîtes ou de caisses en fonction d’une optimisation de l’utilisation du volume de stockage. Toutefois, on dispose le plus souvent de collections déjà constituées, qui ne sont pas toujours rangées dans les contenants théoriquement définis comme optimaux. On a donc des décisions à prendre sur le reconditionnement total ou partiel du mobilier, qui doivent également tenir compte de l’ordre de classement plus ou moins impératif de ces collections.

3.3.2.2. Analyser une collection pour optimiser le rangement

116L’objectif de cette analyse est, en particulier, de déterminer si les standards de contenants peuvent ou non être gardés, ou si le mobilier doit être reconditionné, ceci par rapport au gain de place que cette solution pourrait apporter.

Analyse globale

117L’homogénéité de la collection doit d’abord s’apprécier globalement, en établissant des statistiques sur le nombre de standards et sur le nombre de caisses par standard, ainsi que sur le pourcentage en volume de chaque groupe, puis par séries ordonnées, pour tenir compte des contraintes de classement des séries (Païn 2010). La façon la plus simple de recenser les informations utiles est de constituer une base de données ou un tableau avec un enregistrement par contenant, dans lequel on note les dimensions, le matériau qui y est rangé, le numéro de contenant, ainsi que les clés du classement logique dans des rubriques différenciées permettant le tri par clés successives, ou bien par un numéro d’ordre dans la série.

118Il faut relever les dimensions extérieures et, pour éviter des erreurs, adopter un parti pris unique pour la prise des mesures. On distinguera Pc (profondeur du contenant) de Lc (largeur du contenant) : ces dimensions peuvent sembler interchangeables, mais pour analyser les données et les trier il est indispensable de les prendre toujours dans le même sens. La logique d’optimisation voulant qu’une caisse soit placée sur une étagère avec sa plus grande dimension dans la profondeur, et présentant de face sa plus petite dimension, on consigne systématiquement la plus petite en Lc et la plus grande en Pc ; Htc étant toujours la hauteur, c’est-à-dire la dimension verticale.

119Il arrive toujours que des objets ne soient pas encore placés en caisses. Deux cas sont alors possibles : soit ils pourraient entrer dans une caisse standard, soit ils sont trop grands pour cela. Dans le premier cas, il suffit d’ajouter des caisses fictives au nombre de caisses estimé (en notant qu’il s’agit d’un reconditionnement) ; dans le second, on prend compte des dimensions réelles (arrondies au centimètre supérieur) des objets. La hauteur retenue pour les objets qui sont dans des caisses mais qui « dépassent » est leur hauteur propre, non celle de la caisse. Pour les objets conditionnés sur palettes, on considère que la palette est une sorte de boîte fictive dont les côtés sont transparents : si rien ne dépasse en largeur ou en profondeur, on relève les Pc et Lc de la palette, la hauteur sera celle de l’élément le plus haut ajoutée à celle de la palette.

120Dans le cas où il n’est pas possible d’effectuer un recensement exhaustif des collections, on doit se contenter d’une estimation par type de contenant. Il convient de la majorer d’une marge d’erreur afin d’éviter des déconvenues.

121Dans la plupart des collections, on voit en principe émerger des groupes importants de caisses semblables. Ces « standards » sont les formats à partir desquels on opère le choix des modules optimisés, qu’on devra confronter par la suite aux problématiques issues de l’ordre de classement des séries. Reste un reliquat de caisses disparates : les caisses non standard. S’y ajoutent les objets qui ne rentrent pas dans des caisses : leur placement ne pouvant être optimisé avec cet outil, ils sont exclus de cette réflexion.

122Si le mobilier n’est pas rangé en caisses mais en « vrac », très entassé, on peut estimer la place qu’il pourrait prendre une fois rangé correctement. On considère, par sécurité, qu’une caisse est remplie aux 4/5e de son volume et pas entièrement. En divisant le volume du tas par le volume intérieur unitaire du standard de caisses en usage dans l’institution amputé d’un cinquième, on pourra estimer le nombre de caisses nécessaires au reconditionnement.

Vt / 0,8 Vic = Nc
(Vt : volume total ; 0,8 : coefficient de remplissage ; Vic : volume intérieur d’une caisse ; Nc : nombre de caisses.)

123En fonction du module de rangement optimisé en caisses standardisées connu, on pourra estimer comme suit le nombre de modules de rangement (Nm) nécessaires :

Nc/Ncm = Nm

(Nc : nombre de caisses ; Ncm : nombre de caisses par module standard ; Nm : nombre de modules de rangement.)

124Concrètement, avec l’inventaire des caisses on trie, dans l’ordre, par profondeur (Pc), largeur (Lc) et hauteur (Htc). Les caisses de mêmes dimensions (Pc, Lc et Htc égales) reçoivent un même nom de standard (par exemple : « 30x50x26 », « 30x50x20 »). Cela permettra de connaître le nombre de caisses de chaque standard, ainsi que le nombre de caisses non standard. Le tableau trié permet aussi de voir où se situent les coupures en termes de profondeur, de largeur (qui commande le nombre de caisses par niveau) et de hauteur.

Analyse par séries

125Dans un dépôt archéologique, on a défini des critères de rangement par matériaux d’abord, puis par site ou par opération et stratigraphie, ou bien encore par typologie. La problématique des standards de contenants ne se pose donc pas sur l’ensemble mais au sein de chaque série. On appelle ici « série », au sein de la collection, un sous-ensemble ordonné (mobilier de chaque site, classé par zone et unité stratigraphique, par exemple). On s’intéresse dès lors au nombre de formats différents au sein de ces séries. Le fait qu’il y ait peu de standards dans la collection globale n’implique pas pour autant que chaque série est homogène : il faut donc examiner chacune d’elles en détail. Pour cela on trie la base de données selon les critères de classement des séries (site ou opération, matériau, zone, unité stratigraphique…), en regardant, pour chaque série, si on a des regroupements de formats ou du panachage.

126Qu’est-ce que le « panachage » ? Stricto sensu, c’est un mélange de formats de caisses au sein d’une série, incluant généralement un standard majoritaire. Toutefois, certains mélanges n’ont aucune conséquence pratique, car ils ne modifient pas le nombre de caisses par niveau ou le nombre de niveaux par module. Dans ce cas, on peut opérer, sur les données brutes, des traitements de l’information en baptisant « équivalent standard X ou Y » les caisses concernées. Cela revient à dire que toute caisse dont la profondeur est inférieure à la profondeur de l’étagère (Pc < Pt), dont la largeur est inférieure à la largeur de l’étagère divisée par le nombre de caisses par niveau (Lc < Lt / Ncniv) et dont la hauteur est inférieure à la distance verticale entre deux tablettes (Htc < Htniv) du module « standard » courant (et néanmoins pas assez petite pour être rangée dans un module doté de plus de niveaux) est considérée comme « équivalente standard ».

127Dans le cas contraire, c’est-à-dire si la caisse induit une modification du nombre de niveaux dans le module de rayonnage, il s’agit d’un vrai panachage. Dans ce cas, on peut tenter de les assimiler à un nombre de boîtes standard occupant le même volume : par exemple, si l’on veut ranger alternativement des boîtes mesurant 30 x 40 x 11,8 cm et des boîtes mesurant 60 x 40 x 11,8 cm, on pourra dire que la dernière équivaut à deux boîtes du premier type et, vice versa, une demi-boîte.

128À l’issue de l’analyse, plusieurs possibilités peuvent se présenter. Le cas idéal est celui qui comprend peu de standards et où chaque série a un format très majoritaire (et, pour les autres, Pc et Lc sont communes à ce standard). Deux cas sont déjà moins favorables : soit beaucoup de formats mais relativement homogènes au sein de chaque série ; soit peu de formats mais panachés à travers les séries (avec toujours Pc et Lc communs aux boîtes standard et non standard). De nombreux formats, très panachés dans les séries, avec Lc ou, pire encore, Pc non communes, laissent peu de chances d’aboutir à une utilisation optimisée de l’espace de stockage sans reconditionnement.

129Toutefois, d’autres facteurs interviennent dans la décision de reconditionner : la possibilité pratique de changer de boîte, en particulier lorsque le standard optimal est plus petit (on ne va tout de même pas découper les objets…), ou le fait que l’utilisation d’un format plus grand rendrait les caisses trop lourdes. Les étagères dont on dispose entrent également en ligne de compte : lorsqu’on doit les acheter, on peut les adapter aux collections ; lorsqu’elles sont déjà présentes, il faut que les caisses puissent y être rangées.

Évaluer les options selon le taux de compacité

130Un mauvais choix de profondeur et de largeur affecte plus d’unités de stockage qu’un mauvais choix de hauteur : puisque ces dimensions concernent toute la rangée de rayonnages, elles doivent être choisies pour convenir au plus grand nombre, tandis que les hauteurs de niveau peuvent se régler dans un module sans affecter les autres. On a donc tout intérêt, dans les cas où le panachage est très pénalisant à cet égard, à envisager soit un rangement par formats, à l’aide d’une infrastructure documentaire permettant de retrouver les caisses appartenant à une même série, soit un reconditionnement. Toutefois, si la contrainte d’ordre de rangement dans la série est impérative et que le reconditionnement ne peut être envisagé, on est contraint de garder le panachage.

131Comment savoir si le panachage est « très pénalisant » ? On l’évalue en estimant le nombre de modules nécessaires aux différentes hypothèses, et en calculant le taux de compacité de chacune d’entre elles. Plusieurs solutions sont en effet possibles, qui peuvent être calculées ou, du moins, estimées.

  • La simulation de reconditionnement consiste à évaluer le nombre de caisses standardisées qui serait nécessaire pour reconditionner la série, c’est-à-dire pour transformer le volume des caisses non standard en son équivalent en caisses standardisées, puis à calculer le taux de compacité d’un module et le nombre de modules nécessaires :

Nm = Nc/Ncm
(Nm : nombre de modules nécessaires ; Nc : nombre de caisses ; Ncm : nombre de caisses par module.)

132Bien entendu, le reconditionnement ne peut être préconisé que si les éléments en caisses sont relativement « fluides » (sachets de tessons, objets de petites dimensions…) et que leur volume est sécable à volonté.

  • La simulation du partage par formats consiste à ranger ensemble toutes les caisses identiques. On calcule, pour la caisse 1, le nombre de modules complets et le Tcom dans le module optimisé 1, puis la même chose pour 2, ce qui donne :

Tcom1 = ΣVc1 / Vt1
Tcom2 = ΣVc2 / Vt2
(Vc : volume d’une caisse ; Vt : volume du module de rangement.)

133Le taux de compacité de l’ensemble serait Tcom global :

Tcom global = (Nc1 x Vc1 + Nc2 x Vc2) / (Nm1 x Vt1 + Nm2 x Vt2)
(Nc : nombre de caisses ; Nm : nombre de modules.)

134Lorsqu’on a affaire à trop de formats différents ne remplissant pas un module entier, le calcul devient trop complexe.

  • La simulation de modules panachés au même pourcentage que dans la série. Cette solution implique un minimum de réarrangement et revient à ranger par formats au sein de chaque module : certains niveaux sont réglés pour des caisses d’une certaine hauteur, d’autres pour un autre standard. Cette solution n’est pas nécessairement plus coûteuse en volume que la précédente : elle mérite d’être simulée.

  • La simulation à partir du maximum consiste à faire la somme du nombre de caisses et à calculer les modules comme si toutes ces caisses étaient du format de la plus grande. Cette solution est la seule applicable lorsque l’ordre de classement est impératif et qu’on ne peut reconditionner. Pour Tcom, bien entendu, on prend le volume réel des différentes caisses. Pour des calculs concernant des boîtes dont Pc1 = Pc2 = 50 cm, L1 = L2 = 30 cm, et qui ne diffèrent que par la hauteur, respectivement 20 et 26 cm, on s’aperçoit qu’à partir de 30 % de la plus volumineuse on peut considérer qu’un calcul basé uniquement sur la plus grande permet d’estimer correctement le nombre de modules nécessaires.

3.4. Conserver, est-ce tout conserver ?

135Les collections archéologiques apparaissent comme des ensembles cohérents qui, une fois recueillis, doivent rester disponibles, ainsi que la documentation qui leur est associée, pour les chercheurs d’aujourd’hui et de demain. Or, quelques voix s’élèvent pour proposer qu’une partie de ce mobilier, dont la conservation ne serait plus utile pour la recherche, puisse être éliminée, de façon à dégager de la place pour d’autres mobiliers nouvellement trouvés. Depuis quelques années, une réflexion sur cette question se développe dans notre pays, donnant lieu à des colloques tels que Tri, sélection, conservation : les choix du patrimoine (enp 1999) et le séminaire consacré par l’inp, onze ans après, au même sujet (inp 2010). Un groupe de travail piloté par le ministère de la Culture réfléchit, à l’heure où ces lignes sont écrites, à la conception de protocoles de « conservation sélective ».

136La question de savoir si on peut, après réflexion, se défaire d’une partie d’un ensemble archéologique constitué mérite d’être envisagée dans toutes ses conséquences. On remarquera que les expressions utilisées à ce propos dans la plupart des publications dénotent, pour le moins, une certaine gêne à appeler les choses par leur nom : « tri » et « sélection » désignent aussi bien ce que l’on retient que ce que l’on exclut… De rares auteurs ont employé des expressions plus fortes : Armand Desbat et Anne Le Bot, qui en sont partisans, ont le courage de parler d’« élimination » (Desbat 1999 ; Le Bot 2001), Marie Berducou, qui y est plutôt opposée, utilise le verbe « jeter » (Berducou 1990b : 17).

3.4.1. Approche théorique du rejet

137Dans quelles conditions et suite à quelle argumentation théorique le rejet peut-il être considéré comme légitime, voire souhaitable ? La bibliographie sur cette question est, comme la question elle-même, assez récente, ce qui ne veut pas dire qu’un consensus ne se soit établi implicitement, sans être forcément théorisé ni même formulé (Berducou 1990b : 17-18 ; sma 1993 ; enp 1999, inp 2010). Par ailleurs, il faut bien admettre que la prise en compte de ces aspects coïncide avec le développement de l’archéologie professionnelle, en particulier dans le cadre de l’archéologie préventive, qui exhume des volumes de mobilier sans comparaison avec le produit des campagnes estivales des fouilles bénévoles ou universitaires de jadis (Desbat 1999). Il y a donc peut-être, à l’origine de cette réflexion, moins une problématique théorique que des difficultés concrètes en termes d’espace de stockage, pour lesquelles on cherche des solutions « déculpabilisantes ». Comme le dit Marie Berducou (1990b : 17), « l’argument manque peut-être de noblesse pour être ouvertement employé (je jette parce que je n’ai ni la place ni les moyens de le garder !), on lui préfère des assertions mieux motivées (je jette parce que je n’en ai pas ou plus l’usage…) ». Cela étant, puisque nous vivons dans un monde dont les ressources ne sont pas infinies, il faudra faire face à la tension entre les objectifs scientifiques et patrimoniaux et les moyens disponibles.

3.4.1.1. L’intérêt scientifique et patrimonial

Évolution des problématiques et des savoirs

138En principe, lorsqu’un archéologue ramasse du mobilier sur le terrain c’est parce qu’il le destine à une étude scientifique ou le juge utile à la recherche. On ne voit pas très bien pourquoi ce mobilier perdrait son intérêt scientifique au cours de son traitement et de son étude. A contrario, il est légitime de penser que ce mobilier, du fait de son traitement, puis de son étude, acquiert une valeur scientifique supplémentaire, puisqu’il se trouve décrit, daté, rattaché à une culture ou à un groupe technique, et enregistré du point de vue du contexte archéologique. Au terme de ce processus, le mobilier est inclus dans un corpus d’objets de même type, qui pourra être à son tour étudié à partir de nouvelles problématiques sur la base de cette première identification.

139Par ailleurs, l’étude d’un mobilier est le fait d’un chercheur, dont les connaissances et les compétences, même vastes, ne sont pas infinies. Ses conclusions pourraient être confirmées, infirmées ou infléchies par un autre chercheur ultérieurement. La reproductibilité des expériences est l’une des bases de la méthode scientifique. Pour des raisons évidentes, la fouille en elle-même ne peut être reproduite, puisque l’archéologue détruit son objet d’étude à mesure de l’avancée de ses travaux. Il n’en est pas de même pour le mobilier qui continue de se prêter, quant à lui, à de nouveaux regards et à des approches renouvelées. Son élimination après étude prive les chercheurs à venir de la possibilité de réétudier les objets et d’en tirer, éventuellement, d’autres conclusions.

140Enfin, la science évolue sans cesse : la façon dont nous interrogeons les objets actuellement n’est pas celle d’hier et, sans aucun doute, elle sera différente demain. Jeter les objets aujourd’hui parce qu’ils ont épuisé notre capacité présente à les questionner, c’est obliger les chercheurs de demain à reprendre de zéro à partir d’objets fraîchement trouvés. Faute de disposer des objets correspondants pour poursuivre les études, les résultats déjà engrangés par leurs prédécesseurs ne peuvent plus être utilisés dans une nouvelle perspective. Pour Armand Desbat (1999), « penser que ceux qui nous succéderont sauront tirer davantage du mobilier exhumé » est « un mirage » ; d’autres sont d’un avis contraire : « Que dire des “vieilles collections”, fruit de démarches qui n’étaient sans doute pas particulièrement visionnaires, et dont l’étude renouvelée se révèle pourtant féconde ? » (Berducou 1990b : 17-18).

141Les vestiges archéologiques présentent enfin un intérêt patrimonial – d’autant plus que ces ressources sont finies, relativement rares et non renouvelables. À cet égard, on voit mal pourquoi un objet témoin de notre histoire, qui a la chance de se conserver et d’avoir été retrouvé, devrait être rejeté.

Critères de choix et d’échantillonnage

142Parmi les rares réflexions abouties sur ce sujet figure en bonne place celle des archéologues des musées britanniques. Les critères généraux retenus par eux sont liés à la nature des contextes archéologiques, à la méthode de fouille et d’enregistrement de terrain, à la viabilité d’un échantillonnage statistique et à l’état de traitement : objets ayant été publiés et dessinés, ayant servi à établir une typologie, ayant fait l’objet d’analyses, etc. Les critères par catégorie sont largement liés à la présence en nombre, à une répétitivité autorisant l’échantillonnage et, dans ces cas, parfois aussi à la datation, à l’incapacité à les conserver ou à les identifier ; enfin, à l’absence de contexte archéologique (sma 1993 : 24-25).

143Une fois qu’on a dit qu’il faut échantillonner, encore faut-il avoir des critères d’échantillonnage… « La conservation de tous les éléments présentant une forme (lèvre, fond, anse) ou un décor, fournit un échantillon largement suffisant pour des études complémentaires futures, et il et possible d’éliminer tous les fragments de panse », affirme Armand Desbat (1999). Outre que, par construction, cet échantillonnage n’est pas représentatif car il surreprésente les éléments décorés ou pourvus d’anses, il est évident qu’il condamne par avance d’éventuelles approches concernant les panses de vases et que, même si des études sont effectuées sur des vases entiers ou archéologiquement complets qui auraient été conservés, elles ne pourront plus bénéficier de méthodes quantitatives. D’autre part, la taille des cols et des fonds n’étant pas directement proportionnelle à celle des objets, aucun travail sur le volume des récipients ne pourrait être effectué avec un tel échantillonnage.

144La possibilité d’échantillonner est naturellement liée à la connaissance qu’on a du mobilier : « La question est de savoir si nos connaissances de cette céramique sont suffisantes pour que cela nous permette d’éliminer des données de base (comme par exemple les simples tessons de panse). Or, on peut en douter, et il faut donc évaluer les situations cas par cas, en tenant compte de l’état des connaissances locales et aussi des situations stratigraphiques particulières » (Verhaeghe 2005 : 55).

145Les critères n’étant liés qu’aux catégories issues des études déjà effectuées, ils peuvent ne pas correspondre aux catégories des chercheurs de l’avenir. Par ailleurs, statistiquement, l’échantillonnage représentatif pénalise les chercheurs qui s’intéresseront à des phénomènes peu fréquents, dont certains sont indécelables aujourd’hui.

146Des arguments et critères scientifiques justifiant le rejet, ceux qui sont le moins dépendants des problématiques futures nous semblent les plus sûrs : ce sont ceux fondés sur la nature du contexte archéologique ou, le cas échéant, sur l’absence de provenance archéologique ou la perte des références. À moins que l’objet présente des caractères intrinsèques qui le rendent signifiant et lui donnent un caractère patrimonial indépendant du contexte de découverte, l’absence de référence archéologique est une cause de rejet qui nous semble légitime en ce qu’elle excède les bornes données à la définition du « mobilier archéologique » liée au contexte de découverte, esquissée au § 1.1.1.

3.4.1.2. Économies de place, économies de gestion

147Les tenants du rejet arguent que « chaque fouille produit des milliers de tessons », que « les dépôts des fouilles et […] des musées connaissent un engorgement qui va sans cesse en augmentant » (Desbat 1999) et que la place libérée par le mobilier rejeté permettrait d’accueillir du mobilier plus utile à la science et plus signifiant. Mais un raisonnement économique ne doit pas seulement s’intéresser aux m3 de stockage au détriment de l’investissement humain qui, lui aussi, a un coût. En effet, ce mobilier a été ramassé, enregistré, nettoyé, étiqueté, marqué, conditionné, inventorié, examiné, parfois dessiné… Même si la documentation peut toujours être exploitée, l’investissement consacré à la conservation du mobilier lui-même ne porte pas ses fruits dès lors que le mobilier est rejeté. Or, rien ne dit que le coût de gestion, de conservation et d’étude du mobilier – si on voulait le calculer précisément en numéraire – serait inférieur au coût du volume de stockage nécessaire pour l’abriter.

148Ces considérations n’empêchent pas, bien entendu, de tenter de réduire le coût des espaces de stockage. Pour cela, deux types de solution nous semblent envisageables : optimiser l’occupation des espaces de stockage dans les réserves actuelles et mener une réflexion sur le développement de stockages compacts, le cas échéant réenfouis. Dans ce dernier cas, le lieu de réenfouissement devrait être clairement identifié comme tel, de façon à ne pas fabriquer des « faux sites ».

149Quiconque a visité des dépôts archéologiques se rend compte du fait que, souvent pour des raisons d’insuffisance de résistance des planchers, les espaces de stockage ne sont pas exploités à plein, et que l’usage des rayonnages mobiles n’est pas assez répandu (cf. infra § 7.1.3.3.). Or, nous l’avons vu, une utilisation optimisée des espaces de stockage permet de gagner de la place de façon appréciable. Par ailleurs, en supposant qu’on ait sélectionné les ensembles de mobilier qui autrement seraient voués à l’élimination, on peut tenter des modes de stockage plus compacts, où le mobilier est moins accessible que dans les espaces classiques mais reste disponible pour le chercheur qui en a besoin. Selon le degré d’accessibilité souhaité, plusieurs solutions existent. Stocker des piles de caisses côte à côte permet d’économiser environ 30 % d’espace de stockage par rapport au rangement dans des rayonnages. On peut aussi imaginer des stockages de même compacité dans des espaces inutilisés, même peu accessibles. Ces solutions conviennent aux matériaux les plus résistants, tels la pierre, les céramiques et les enduits peints, qui sont également ceux qui, par leur masse, posent problème. Par définition, les matériaux qui se conservent mal sont rares, et donc méritent d’être gardés lorsqu’on les retrouve.

3.4.2. Le rejet dans la pratique

3.4.2.1. La sélection sur le terrain

150Le fait d’avoir été sélectionné par un archéologue et jugé digne d’être ramassé fait partie de la définition même du mobilier archéologique, mais certains éléments, bien qu’ayant été reconnus, sont laissés sur le terrain lors de la fouille. Selon les cas – il n’y a là rien de systématique –, ces éléments peuvent être enregistrés ou comptés.

151Il s’agit parfois d’éléments trop récents au regard de la datation du site, hors contexte stratigraphique, dont la provenance archéologique est perturbée ou douteuse, jugés d’une grande banalité ou en trop grande quantité et susceptibles d’échantillonnage, tels les tessons de ratés de cuisson dans un site potier ou tuilier. On sélectionne également en fonction de l’état de conservation : pour les tuiles par exemple, il peut être décidé de ne ramasser que celles qui sont entières.

3.4.2.2. Le rejet au stade du lavage

152Lors du lavage, moment privilégié d’identification du mobilier ramassé, on rejette généralement les éléments qui s’avèrent non anthropiques, tels les cailloux pris pour des silex taillés et, parfois, le mobilier qui a perdu sa référence stratigraphique et qui n’est pas assez signifiant en lui-même.

3.4.2.3. L’élimination « après étude »

153Ce mode de rejet est, finalement, assez rare, que ce soit pour les raisons données plus haut ou à cause du régime de propriété du mobilier qui le rend difficile à mettre en œuvre, mais aussi pour des raisons pratiques : sélectionner les éléments à jeter prend du temps.

154Le rejet, lorsqu’il est fait, porte essentiellement sur les vracs : fragments d’enduits peints (Le Bot 2001 : 78-79), tessons, scories…, après échantillonnage le plus souvent, et très rarement sur des objets individualisés. Ces rejets ne sont pas toujours documentés.

155Les prélèvements de terre pour analyse sont le plus souvent jetés après étude et récupération des vestiges ou micro-restes analysables. Curieusement, même lorsqu’ils ne sont pas détruits par l’analyse, les éléments récupérés et analysés ne sont pas toujours conservés avec le reste du mobilier, alors qu’ils pourraient se prêter à d’autres recherches, et bien qu’ils occupent une place plutôt restreinte.

3.4.2.4. Le rejet après stockage de long terme

156On découvre parfois dans les dépôts des collections dont les contenants et/ou les étiquettes ne portent plus les références du site ou des unités stratigraphiques dont ils sont issus. Après quelques recherches pour retrouver de la documentation, il arrive que ces collections soient jetées, sauf si elles comprennent des objets intéressants en eux-mêmes, dont la signification ne tient pas entièrement au contexte archéologique dont ils proviennent.

157Sont jetés également, parfois en grandes quantités, des prélèvements de sédiments inutilisables pour l’analyse. Il en va de même pour les éléments qui, du fait de mauvaises conditions de conservation, sont tellement altérés qu’ils ont perdu tout potentiel documentaire : métaux archéologiques réduits en poudre, bois gorgé d’eau qui a séché, etc.

3.4.2.5. Le rôle du gestionnaire du mobilier dans le rejet

158Quelle que soit l’option philosophique du gestionnaire du mobilier, il n’est pas et ne peut être seule partie prenante de la décision de rejet. Le mobilier archéologique étant défini par l’acte de sélection de l’archéologue ayant ramassé un objet pour son intérêt scientifique, c’est à l’archéologue que revient in fine la décision de procéder au rejet. Il s’agit d’appliquer ici le principe de droit de l’« acte contraire » : celui qui a le droit de prendre une décision a aussi celui de prendre la décision opposée. Comme le souligne Anne Le Bot (2001 : 80) : « C’est à nous, archéologues, qu’il incombe d’éliminer. »

159Outre le sra et le(s) propriétaire(s), pour des raisons légales, c’est donc à un archéologue qu’il faut s’adresser et, si possible, à celui-là même qui a fouillé et ramassé le matériel. À défaut, celui-ci pourrait reprocher au gestionnaire de mobilier de l’avoir fait sans son autorisation. Il faudra demander aussi à d’autres archéologues de se prononcer – au titre de leur intérêt pour l’étude du site, de leurs compétences dans l’étude de ce type de mobilier et/ou de leur spécialisation chronologique – au regard du matériel devant éventuellement être jeté.

160Il est parfois difficile d’amener ces professionnels à abandonner leurs occupations présentes pour se pencher sur le devenir d’un mobilier qui n’est plus depuis longtemps au centre de leurs préoccupations. Ainsi, le gestionnaire du mobilier est parfois amené à leur fixer des délais ou des échéances pour cette décision. Quelles qu’en soient les difficultés, il lui incombe de tenter par tous les moyens d’obliger les archéologues à assumer leurs responsabilités en la matière et de se cantonner aux devoirs de sa charge. En effet, même si, par ailleurs, le gestionnaire du mobilier est compétent dans l’un des domaines de l’archéologie, dans sa mission de gestionnaire du mobilier il se limite strictement à conserver ce que les archéologues ont décidé de ramasser sans se substituer à eux ni dans la sélection sur le terrain, ni dans le rejet.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Crédits © S . Païn, sady.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Crédits © E. Winckel, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Crédits © G. Billard, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Crédits © S. Païn.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20877/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search