Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Chapitre 2. Mettre en place une démarche de conservation

Texte intégral

2.1. Une démarche globale

1Une des missions principales du gestionnaire du mobilier est d’assurer la préservation des matériaux malgré les transformations subies par ces derniers. Cela repose sur la mise en place d’une démarche de conservation globale, essentiellement préventive, dans laquelle chaque intervention s’intègre de façon logique et cohérente. Pour cela, tous les acteurs doivent y être sensibilisés et en comprendre les raisons, les conséquences et le déroulement.

2La gestion de la conservation matérielle du mobilier archéologique ne peut consister en une juxtaposition de mesures, ni en l’application de recettes toutes faites. La variété des matériaux, des situations et des états de conservation, ainsi que leur évolutivité – caractéristiques de la provenance archéologique – oblige à une réflexion spécifique en termes d’objectifs et d’organisation. Il ne s’ensuit pas, naturellement, que l’on doive partir chaque fois de zéro, ni que des méthodes et des pratiques générales n’aient été élaborées, mais cela signifie qu’une démarche est indispensable afin de déterminer, parmi les expériences dont on a connaissance, ce qui s’applique à la situation concrète où l’on se trouve, ce qui est essentiel, ce qui est accessoire et ce qui doit être écarté.

3Précisons enfin que cette démarche ne s’applique pas seulement aux interventions de conservation stricto sensu, mais à toutes les activités qui concernent directement le mobilier archéologique (y compris le lavage, l’étude ou le remontage), car chacune d’elles recèle un enjeu de conservation qu’il s’agit d’appréhender. L’objectif à long terme n’est pas, en effet, que le gestionnaire du mobilier s’occupe de la conservation tandis que le reste de l’équipe se charge d’autre chose, mais de développer des réflexes qui conduisent toutes les personnes amenées à travailler sur le mobilier à s’interroger sur les effets de leurs actions et à adopter des comportements susceptibles de les réduire.

4La démarche que nous proposons ici s’inspire de celle qui guide la conservation-restauration (Berducou 1990b, 1990c ; Appelbaum 2007), emprunte aux promoteurs de la conservation préventive (Meyer 1990 ; Guillemard 1990, 1995 ; Araafu 1992 ; Guichen 1997, 1999, 2000) et se fonde, enfin, sur des réflexions et des expériences personnelles.

2.1.1. Le cursus du mobilier

5Mettre en place une démarche globale intégrant la conservation comme un continuum exige de prendre en compte les différentes situations. Cela implique de connaître toute la chaîne d’opérations et toutes les étapes possibles – ce que l’on nomme couramment « cursus » ou bien « chaîne de traitement » du mobilier – de façon à situer l’action considérée dans cet ensemble [fig. 35].

6Après avoir franchi l’étape du passage du milieu atmosphérique à l’enfouissement, les matériaux altérés devront faire le chemin inverse. Une fois acclimatés à leur nouveau milieu, ils vont être étudiés, analysés, photographiés, dessinés puis stockés. Plus tard, ils pourront sortir pour être exposés ou prêtés, faire l’objet de nouvelles études, subir des opérations de moulage, etc. Une fois exhumé, le mobilier archéologique passe donc par un certain nombre d’étapes vouées soit à sa conservation, soit à mettre au jour les informations dont il est porteur. Ce processus doit être géré depuis l’exhumation jusqu’au stockage définitif, sans jamais perdre de vue l’objectif de conservation à long terme.

fig. 35
Le cursus du mobilier archéologique, avec l’indication des phases stables, instables et évolutives – certaines activités pouvant relever de plusieurs régimes selon les circonstances.

fig. 35 Le cursus du mobilier archéologique, avec l’indication des phases stables, instables et évolutives – certaines activités pouvant relever de plusieurs régimes selon les circonstances.

© S. Païn, SADY.

2.1.1.1. Phases stables et phases instables

7Le cursus du mobilier suit différentes étapes qui peuvent être regroupées en phases en fonction de leur stabilité.

  • Les phases d’instabilité sont celles pendant lesquelles la situation peut évoluer sans que l’on soit en mesure de maîtriser les changements ni leurs conséquences sur l’objet. Par exemple, sur un terrain de fouilles, un objet fragile mis au jour subira les aléas climatiques alors même que débute son acclimatation au milieu atmosphérique. La situation est doublement instable, car elle cumule les difficultés du passage d’un milieu à l’autre, toujours éprouvant pour les objets, au problème de la variabilité rapide et incontrôlable des conditions environnementales : c’est là une phase particulièrement dangereuse.

  • Les phases stables sont celles où la constance des conditions environnementales est assurée. Typiquement, ce sont les moments où les objets demeurent dans leur espace de stockage habituel, auquel ils sont acclimatés et dont les conditions sont régulées.

  • Les phases évolutives sont volontairement instables mais leur évolution est maîtrisée. Parmi les activités qui jalonnent le parcours du mobilier, certaines visent en effet à faire évoluer l’objet, dans des conditions fixées par les différents intervenants. C’est couramment le cas du nettoyage et du séchage. Tout changement observé en dehors de ce cadre sera perçu comme une altération dommageable.

2.1.1.2. Agir en fonction de la stabilité des phases

8Lors de l’exhumation, qui va de la découverte jusqu’au stockage d’attente, le mobilier subit la somme des facteurs d’instabilité qui caractérisent cette phase, auxquels s’ajoutent les contraintes extérieures. Au cours de cette phase, on tentera donc, autant que possible, de conserver les conditions du milieu de départ.

9Lors de l’acclimatation, qui va du stockage d’attente jusqu’au séchage – parfois jusqu’au traitement de conservation-restauration pour certains objets tels que les bois gorgés d’eau – les objets s’acclimatent, de façon maîtrisée, au milieu atmosphérique. Au cours de cette étape, on modifie lentement les conditions et on surveille les effets des évolutions.

10Lors du stockage de long terme, qui est une phase longue où le mobilier bénéficie, en principe, des meilleures conditions de conservation, on veille à la stabilité des conditions.

11L’usage scientifique – pour étude, exposition ou documentation – qui implique pour le mobilier de quitter son lieu de conservation habituel, comporte, de façon atténuée, certaines des étapes précédemment décrites. Ces mouvements sont en effet constitués le plus souvent de deux étapes d’acclimatation (aller et retour), d’amplitude beaucoup plus réduite que le changement de milieu initial, séparées par une étape de relative stabilité, et impliquent les dangers cumulés de chacune. Dans le cadre d’une démarche de conservation, la détermination des phases stables et instables est donc essentielle pour qui souhaite concevoir une séquence d’intervention et l’inscrire dans le temps.

2.1.2. Gérer le facteur temps

12Certaines activités, tels les prélèvements, le dessin ou les prises de vue, ont une durée propre assez courte ; d’autres ont une durée moyenne ou très longue. En outre, les différentes activités autour du mobilier ne se déroulent pas toujours exactement à la suite les unes des autres, ce qui ne peut manquer d’avoir des effets sur la conservation. La gestion du temps prend dans cette démarche une place essentielle : on doit s’intéresser, en particulier, à ce qui arrive au mobilier entre deux procédures, no man’s land dans lequel se joue parfois sa survie.

2.1.2.1. Enchaîner des actions de conservation

13On ne se fixera pas comme objectif, dans chaque situation (excepté le stockage à long terme), de mettre en œuvre les moyens de protéger les objets pour l’éternité. Il s’agit, plus modestement, de les protéger le temps nécessaire à l’accomplissement d’une activité particulière ou pour une durée d’exposition à un risque spécifique. On doit donc, pour construire une séquence d’intervention et dimensionner les moyens mis en place, s’interroger sur les durées et les délais compatibles en fonction des étapes d’intervention prévues.

Durées et délais dans une intervention

14La durée est le temps nécessaire à la réalisation d’une action : par exemple, si on dit que prélever un objet fragile de petites dimensions peut prendre deux heures, cela veut dire que quelqu’un dégagera, consolidera et emballera le vestige en deux heures.

15Le délai est le temps qui s’écoule entre deux actions, autrement dit un temps pendant lequel on n’intervient pas sur l’objet : délai d’attente entre deux étapes d’une intervention, délai de séchage ou de prise d’un produit à respecter avant de continuer à travailler [fig. 36], délai induits par le fait qu’on ne peut travailler la nuit, etc.

fig. 36
Les délais de séchage au cours d’une intervention de prélèvement d’une céramique : à gauche le nettoyage en vue de la consolidation est effectué alors que le sédiment est encore humide, puis il faut attendre le séchage complet avant de consolider ; à droite on utilise une résine dissoute dans l’acétone, qui devra sécher également.

fig. 36 Les délais de séchage au cours d’une intervention de prélèvement d’une céramique : à gauche le nettoyage en vue de la consolidation est effectué alors que le sédiment est encore humide, puis il faut attendre le séchage complet avant de consolider ; à droite on utilise une résine dissoute dans l’acétone, qui devra sécher également.

© P. Laforest, SADY.

16La problématique de la gestion des durées et délais est essentielle. Elle représente souvent la clé de la réussite d’une intervention spécifique, mais aussi et surtout de la démarche globale de conservation. Dimensionner délais et moyens de protection implique naturellement de connaître les « délais de péremption » estimés des moyens de protection que l’on met en place et les cinétiques d’altération des différents matériaux (cf. supra § 1.3.3., infra § 3.1.1.). Il faut aussi savoir détecter le caractère d’urgence de certaines interventions par rapport à d’autres. Gérer durées et délais revient donc à établir des priorités et à savoir les situer dans le temps.

Les délais dans l’organisation du travail

17Lorsqu’on planifie une intervention de conservation, on prend généralement en considération sa durée, beaucoup moins souvent les délais d’attente qu’elle implique. Combien d’objets se sont fissurés parce qu’ils ont séché sur le terrain en attendant le relevé ? Combien de prélèvements en motte, que l’on a passé des heures à confectionner, ont été irrémédiablement détruits parce que les délais entre le prélèvement et la fouille se sont déraisonnablement élargis ? Malheureusement, aucun emballage, aussi soigné soit-il, ne reste étanche éternellement : la dégradation des matériaux utilisés et la défaillance de leur mode d’assemblage ou de fermeture conduit inévitablement au séchage du mobilier. S’il reste étanche trop longtemps sans être fouillé, le prélèvement finit par moisir.

18L’incidence de ces temps morts a une importance particulière dans les étapes instables ou évolutives du cursus du mobilier. Prenons l’exemple de matériaux mis à sécher après lavage. Il est possible, pendant les heures de travail, de surveiller le rythme de séchage et, au besoin, de mettre en place des moyens pour le ralentir ou, plus rarement, pour l’accélérer. À l’issue de la journée de travail, cependant, le matériel restera sans surveillance jusqu’au lendemain. Il faut tenir compte des conditions climatiques nocturnes et de l’état des objets et décider de laisser le séchage se poursuivre ou bien de le mettre en suspens jusqu’au moment où il redeviendra possible de le surveiller de visu. Il s’agit, en définitive, de tenter de maîtriser le rythme d’évolution d’un contexte dynamique.

19Il existe deux manières de gérer le temps imposé par les délais, selon les contraintes extérieures, les interventions à mener et les moyens disponibles. La première manière consiste à raccourcir les délais afin de les adapter aux possibilités de protection : on joue en ce cas sur le facteur temps pour s’affranchir de contraintes matérielles indépassables. Lorsqu’on ne peut empêcher un vestige de sécher et de se fissurer, par exemple, on en effectue le relevé en priorité, de façon à prélever rapidement. L’autre manière est de dimensionner les moyens de protection en fonction des délais prévisibles : on joue alors sur les moyens matériels pour s’affranchir de délais incompressibles. Ainsi, lorsqu’un relevé n’est pas possible dans l’immédiat, on confectionne une protection plus épaisse et plus étanche afin que le vestige supporte l’attente. Quel que soit le mode de gestion des délais, il est utile de prévoir des marges de sécurité.

2.1.2.2. Le temps de réaction en fonction des risques

20Entre l’exposition au risque et l’apparition des dommages il s’écoule parfois un certain temps, que l’on nomme « temps de latence ». Rien n’est aussi difficile que de prévoir au bout de combien de temps une altération est susceptible de se déclencher, et cela d’autant plus que des facteurs multiples y participent. Cependant, il faut bien tenter de donner des ordres de grandeur généraux permettant d’orienter l’action.

21Sous toutes réserves, donc, nous proposons, en première analyse et sans tenir compte des spécificités individuelles des objets, un certain nombre de critères dont, en premier lieu, le facteur de risque. Les altérations mécaniques liées à des chocs n’ont pas de caractère temporel : le temps écoulé entre le choc et le bris est infime. En revanche, les altérations chimiques et biologiques ont des temps de latence car ni les réactions chimiques ni la croissance des organismes vivants ne démarrent de façon immédiate. Les altérations mécaniques liées au climat ont un temps de latence plus court chez les matériaux organiques (parfois aussi pour le verre altéré et pour les céramiques mal cuites), ce d’autant plus que le différentiel entre les conditions de conservation de départ et d’arrivée est important (cf. infra § 3.1.1.).

22La nature du matériau entre également en ligne de compte, les matériaux organiques réagissant plus vite aux facteurs mécaniques liés au climat et aux facteurs biologiques que les matériaux minéraux. Enfin, plus on progresse dans le cursus du mobilier, plus on est en mesure de maîtriser les paramètres et plus les facteurs de risque diminuent.

Mise en application
Durée, temps de latence et risques réels

Pour transporter un objet en os fragile pendant un temps très bref dans un milieu où le climat n’est pas contrôlé, la priorité doit être donnée à la protection contre les chocs plutôt que contre les variations hygrométriques. Le transport est une phase instable du point de vue mécanique : lorsqu’un objet subit un choc lors d’un transport, les dommages sont immédiats. En comparaison, le risque réel dû au changement de climat est plus faible qu’il n’y paraît. Pour déclencher fissure ou gonflement, l’exposition à une atmosphère trop sèche ou trop humide doit durer un certain temps : une exposition très brève ne laissera aucune séquelle.

23La prise en compte de ces différents paramètres permet de définir des temps de réaction face aux risques d’altération, et l’organisation à adopter :

  • Le très court terme (un quart d’heure à une heure) : le degré d’urgence est tel qu’il faut réagir immédiatement. On n’a pas le temps de se préparer, d’aller chercher du matériel ou de prévenir un spécialiste. Le matériel nécessaire à la protection de l’objet doit être disponible sur place, ainsi que les compétences pour mener à bien l’intervention : tous les membres de l’équipe doivent être sensibilisés et formés aux « gestes qui sauvent ».

  • Le court terme (une à trois heures) : le degré d’urgence permet un minimum de préparation, mais pas des déplacements trop longs. Il vaut mieux que le matériel et les compétences soient immédiatement disponibles, et qu’au moins un membre de l’équipe soit sensibilisé et formé aux « gestes qui sauvent ».

  • Le court-moyen terme (quelques heures à quelques jours) : ce délai permet de préparer les opérations, de rassembler du matériel et de consulter des spécialistes. Il est parfois loisible de choisir le meilleur moment de la journée pour mener à bien l’intervention.

  • Le moyen-long terme (quelques jours à quelques semaines) : ce délai permet de préparer les opérations, de rassembler du matériel et de consulter des spécialistes. Il est possible de choisir le meilleur moment pour mener à bien l’intervention et, en attendant, de mettre en place des dispositifs de conservation préventive.

2.1.2.3. Début et fin d’une intervention

24Une intervention s’inscrit dans une séquence temporelle dont il faut soigneusement déterminer les bornes. Pour veiller à la cohérence de la chaîne de conservation, il convient de débuter et de terminer l’intervention en phase stable. Le vestige est ainsi placé dans des conditions maîtrisées dans l’attente de la prochaine séquence. S’agissant, par exemple, du prélèvement de l’objet, il ne viendrait à l’idée de personne de concevoir une intervention qui s’achèverait sur le ramassage sans inclure le transport vers un lieu mieux abrité – base de fouilles ou structure de conservation –, car les conditions évoluent de façon incontrôlable autour du vestige et sa survie n’est pas garantie si l’étape du transport ne suit pas immédiatement le prélèvement [fig. 37]. En ce cas, la nécessité de faire suivre la séquence « prélèvement » de la séquence « transport » au point de les réunir en une intervention unique semble assez évidente.

fig. 37
Séquence d’intervention d’un prélèvement :
a. découpe du prélèvement ;
b. première couche d’emballage ;
c. emballage supplémentaire pour garantir la conservation de l’humidité ;
d. placement dans une boîte avec calage pour le transport ;
e. transfert vers la base de fouilles.

fig. 37 Séquence d’intervention d’un prélèvement : a. découpe du prélèvement ; b. première couche d’emballage ; c. emballage supplémentaire pour garantir la conservation de l’humidité ; d. placement dans une boîte avec calage pour le transport ; e. transfert vers la base de fouilles.

© B. Van den Bossche, SADY.

25En d’autres situations, la fin de la séquence n’est pas toujours aussi claire, et la notion de stabilité peut paraître relative. Dans le cas d’un prêt pour une exposition, on peut considérer, selon les circonstances, que le prêt est une séquence unique qui commence dès la sortie de l’objet des réserves et qui s’achève lorsqu’il réintègre l’espace de stockage. Mais on peut aussi envisager la situation en trois séquences différentes : la première s’achève lorsque l’objet est mis en vitrine (transport aller) ; la deuxième lorsqu’il sort de cette vitrine (exposition) ; la troisième lorsque l’objet revient dans les réserves (transport retour). En ce cas, on postule que la phase d’exposition est une phase stable. Elle est effectivement plus stable que la phase d’emballage et de transport, mais moins que le stockage dans les réserves. Les notions de stabilité et d’instabilité sont donc relatives : si l’instabilité se juge sur la différence entre conditions de départ et d’arrivée, il faut bien fixer le niveau à partir duquel celle-ci est significative – que ce soit en chiffres bruts ou en variabilité journalière ou mensuelle. En toute rigueur, il ne serait pas illégitime d’affirmer que toutes les phases sont instables, à des degrés et à des rythmes de variation divers.

26Ce qui nous intéresse ici concrètement est de savoir à quel moment – et dans quel état – il est possible de laisser le mobilier dans des conditions sans risques pour sa conservation. C’est ainsi que, pour fixer la dernière étape d’une séquence et évaluer sa stabilité relative, il convient de tenir compte de la durée des étapes instables et des délais prévus dans l’organisation du travail entre une séquence d’intervention et la suivante. Ces paramètres ne peuvent s’évaluer dans l’absolu, mais en fonction des temps de latence propres à chaque risque. On construit donc la séquence de façon à ce qu’elle s’achève sur une phase suffisamment stable eu égard à la cinétique des altérations possibles et aux délais prévus pour d’autres interventions. Cela signifie en outre que lors de la conception d’une intervention il faut au minimum connaître les étapes précédentes (la documentation joue ici un rôle) et anticiper la ou les phases suivantes.

2.1.2.4. Inscrire une séquence dans le temps de travail

27Lorsqu’une séquence d’intervention promet d’être longue, il faut prendre garde à la façon dont elle va s’inscrire dans une journée de travail. On ne pourra en effet l’interrompre à n’importe quel moment ni sans précaution, en particulier au cours d’une phase instable. Il faut donc prévoir – en ménageant une marge d’incertitude – le temps total nécessaire à l’intervention en estimant la durée des différentes étapes ainsi que le délai d’attente entre chacune d’elles. Si ce temps excède celui de la journée de travail, il faudra se doter par avance des moyens de mettre à l’abri l’objet pendant la nuit.

28Lorsque les objets sont déjà acclimatés au milieu atmosphérique et qu’on travaille dans une structure de conservation, cela est aisé : il suffit de mettre en œuvre un stockage d’attente spécifique ou de ramener l’objet là où il est habituellement rangé. C’est lors des interventions sur le terrain qu’une estimation erronée du temps d’intervention peut avoir les conséquences les plus graves, car une fois que l’objet est dégagé il est en phase instable jusqu’à son arrivée dans une structure de conservation. D’autre part, c’est également une situation dans laquelle les imprévus et les aléas climatiques sont nombreux. Aussi, pour mettre toutes les chances de son côté, mieux vaut commencer le plus tôt possible dans la journée. Bien entendu, une découverte exceptionnelle peut toujours survenir en fin d’après-midi : si possible, mieux vaut alors réenfouir partiellement le vestige afin de le protéger pendant la nuit et le prélever le lendemain. D’autre part, certains moments de la journée (fraîcheur de début de journée, chaleur) peuvent être mis à profit pour certaines interventions, lorsque ces conditions climatiques servent la démarche de conservation.

2.1.3. Concevoir une intervention

29La démarche de conservation se construit concrètement à partir d’interventions diverses effectuées à différents moments du cursus du mobilier, selon les besoins de la recherche. Quelle que soit la situation à laquelle nous sommes confrontés (prélèvement d’objets sur le terrain, mise en place d’un stockage de long terme ou prêt pour exposition), la démarche de conservation se décline suivant un raisonnement logique qui comporte plusieurs étapes. La première – qui conditionne toutes les autres – est l’analyse de la situation. Elle est suivie du projet et de sa réalisation. Enfin viendra, souvent oubliée, l’évaluation [fig. 38]. Si, pour la commodité de l’exposé, nous décomposons et analysons ici ces étapes en détail, il est évident que la mise en place d’une démarche suppose qu’à terme cette méthode soit intégrée au point de devenir devenue un réflexe.

fig. 38
Les étapes d’une intervention dans une démarche de conservation.

fig. 38 Les étapes d’une intervention dans une démarche de conservation.

© S. Païn, SADY.

2.1.3.1. Analyser la situation

30Dans la phase d’analyse, on s’attache à identifier les facteurs de risque climatiques, physiques et/ou chimiques potentiellement en présence, les matériaux en cause et leur état de conservation – dont dépend leur sensibilité à certains risques. On repère aussi les contraintes extérieures qui déterminent les possibilités d’action. Certaines sont liées à l’objet (taille, dimensions, position sur le terrain, accessibilité) ; d’autres au climat, à des éléments matériels de confort ou d’équipement, à des activités humaines ou à la gestion du temps.

31On n’attend pas d’un gestionnaire du mobilier un constat d’état exhaustif et détaillé : cela dépasse ses compétences, il faut s’adresser pour cela à un conservateur-restaurateur. À moins de compter sur une telle compétence au sein de la structure de conservation, le gestionnaire de mobilier doit au minimum être capable d’identifier les problèmes graves, nécessitant des réponses immédiates, et pouvoir déterminer par l’observation si l’objet est manipulable ou non. Il doit savoir aussi en quelles circonstances faire appel à un professionnel. En fonction des matériaux et de leur état de conservation, en fonction des facteurs de risque en présence et de leur temps de latence, en fonction des contraintes matérielles et temporelles, il estime les risques réels et les hiérarchise.

Mise en application : dessiner un objet
Analyse

Si on doit dessiner un objet métallique de petite taille (matériau) largement minéralisé et fragile (état de conservation), il faudra le poser sur un plan horizontal, en dehors de son conditionnement et exposé à une bonne source de lumière et à des conditions atmosphériques changeantes, le manipuler, le mesurer, ceci pendant environ trois heures (contraintes extérieures).

Les facteurs de risque sont les manipulations, chutes et vibrations, la chaleur de la lampe, la lumière et les conditions hygrométriques défavorables, trop humides et avec des variations journalières. Toutefois, l’incidence réelle de ces facteurs conduit à placer en première position les risques mécaniques. L’effet des conditions hygrométriques est très faible, dans la mesure où l’objet ne contient presque plus de métal, que la différence avec les conditions idéales est relativement faible, et que l’exposition est courte. La lumière en elle-même ne dégrade pas le métal. L’échauffement brutal pourrait générer des effets mécaniques, mais un échauffement modéré et doux fait baisser localement l’humidité relative et n’est pas nuisible à l’objet.

2.1.3.2. Élaborer le projet

32À l’issue de la phase d’analyse, les risques réels ayant été identifiés et hiérarchisés, nous disposons de tous les éléments pour choisir des procédures permettant la conservation de l’objet. Pour préparer l’intervention, on commence par formuler des objectifs en termes de conservation : à quel résultat veut-on parvenir ? Dans certains cas, il s’agit de ne rien changer à l’état de l’objet ; en d’autres cas, il s’agit au contraire pour augmenter ses chances de survie, de le faire évoluer ; dans d’autres cas encore, les contraintes extérieures ne permettant pas une conservation intégrale, il s’agit de formuler des objectifs réalistes moins ambitieux. Dans la situation d’une dépose de peinture murale très étendue, par exemple, nous ne pourrions fixer comme objectif la conservation intégrale car, pour des raisons techniques, il est impossible de prélever autant d’enduits peints d’un seul tenant, sans faire des découpes ou sacrifier une partie du mortier. L’objectif fixé doit en tenir compte, et s’attacher à la situation des lignes de découpe et à la conservation des différentes plaques.

33On s’applique ensuite à identifier les procédures permettant de faire face aux risques. Aucune situation, même la plus exotique, n’est totalement inédite : dans l’expérience des membres de l’équipe ou dans la bibliographie, il est toujours possible de trouver les éléments de réflexion propres à traiter chaque cas. La difficulté réside plus dans l’appréciation de la situation – afin de déterminer quelle recette convient le mieux – que dans l’application des recettes elles-mêmes.

34Il convient d’apprécier les moyens humains et matériels nécessaires, et d’anticiper l’intervention suivante. Pour finir, on planifie les différentes opérations nécessaires en les inscrivant dans des séquences d’intervention.

Mise en application : dessiner un objet
Projet

Ici, l’objectif n’est pas de « réaliser le dessin d’un objet archéologique », mais de « réaliser le dessin sans dommages pour l’objet ». Les procédures de réduction des risques visent, en priorité, à éviter les chocs et les vibrations : protection des surfaces par des matériaux souples, support permettant de poser l’objet de façon stable et de le déplacer sans le toucher, utilisation d’outils de mesure en matière plastique, réduction du nombre de manipulations. On évitera aussi l’échauffement brutal en veillant à respecter une bonne distance entre l’objet et la source lumineuse, ou en utilisant une lumière froide. La protection vis-à-vis de l’environnement est assurée par le rangement de l’objet dans une boîte avec un absorbeur d’humidité pendant les temps de repos et durant la nuit.

Lorsque l’objet est de petites dimensions, le « moyen humain » employé tient à la personne qui fait le dessin. Ses compétences, pour cet exercice précis, doivent être de savoir manipuler les objets avec la délicatesse nécessaire – outre sa compétence en dessin qui intéresse aussi la conservation dans le sens où, si le dessin est erroné, il faudra le refaire, et par conséquent exposer à nouveau l’objet aux facteurs de risque. Savoir dessiner en tenant compte de la conservation revient à manipuler le moins possible le vestige et à le toucher le moins possible avec les instruments de mesure. Lorsque l’objet est très volumineux, il nécessite le concours d’une autre personne pour les manipulations.

Les moyens matériels mis en œuvre sont les matériaux de protection contre les chocs, mais aussi une table stable, bien calée, les éventuels supports ou lits de granulés, les instruments de mesure les plus doux, un éclairage peu ou pas échauffant ; une boîte équipée d’un absorbeur d’humidité où placer l’objet quand on ne travaille pas dessus, de préférence sur son support provisoire.

Anticiper l’intervention suivante conduit par exemple, lorsque l’objet doit être photographié après avoir été dessiné, à ne pas le replacer dans son espace de stockage mais à l’orienter immédiatement vers un stockage d’attente dans l’espace de prise de vues.

En fonction de tous ces éléments, il est aisé de déterminer la suite logique des opérations. Elle consiste d’abord à préparer l’espace de travail, le support, la boîte pour le stockage d’attente, l’éclairage et les différents instruments, de façon à sortir l’objet au dernier moment et à réduire la durée pendant laquelle l’objet est manipulé. Suivront le transfert de l’objet de son lieu de stockage à l’espace de dessin, la confection du support éventuel, le dessin (s’il y a des interruptions, le rangement dans la boîte avec son support), enfin le transfert vers son lieu de stockage habituel ou vers l’espace de prise de vues.

2.1.3.3. Réaliser l’intervention

35La phase de réalisation consiste en principe à appliquer le programme tel qu’il a été élaboré. Il faut donc réunir le matériel, vérifier la disponibilité des intervenants, décider du jour et du moment de la journée les plus favorables. On met en œuvre la ou les procédures, en tâchant de réagir au mieux aux imprévus. Ceci fait, on oriente l’objet tantôt vers son espace de stockage, tantôt vers l’intervention suivante. Lorsque cette dernière doit être effectuée dans un délai impératif, il faut s’assurer que le stockage d’attente éventuel est dimensionné en fonction de ce délai, et que l’intervenant suivant est prévenu et disposé à le prendre en charge. Si nécessaire, on s’emploie à documenter les étapes de l’opération pour en informer celui ou ceux qui réaliseront l’intervention suivante. Les éventuels délais et urgences doivent y être indiqués.

Mise en application : dessiner un objet
Réalisation

On programme l’intervention au moment où les conditions climatiques sont les plus favorables, c’est-à-dire les plus proches des conditions idéales de conservation. On commence par la préparation de l’espace de travail, du support, de la boîte pour le stockage d’attente, de l’éclairage et des différents instruments. On apporte l’objet de son lieu de stockage à l’espace de dessin, on lui confectionne éventuellement un support, puis on procède au dessin. En cas d’interruption, on range l’objet dans la boîte avec son support. Une fois le dessin fini, on reconditionne l’objet, on le ramène dans sa boîte à son lieu de stockage habituel ou vers l’espace de prise de vues, si cela a été prévu, en prévenant l’intervenant suivant de la disponibilité de l’objet.

2.1.3.4. Évaluer pour s’améliorer

36L’élaboration d’une démarche de conservation nécessite de se poser, de façon globale ou pour des objectifs ciblés, la question de son évaluation. Quelles que soient les mesures mises en place, il est indispensable d’en évaluer l’efficacité. Cette phase, souvent négligée, permet de s’améliorer, d’apprendre de ses erreurs et d’éviter de répéter des procédures vouées à l’échec. Il est donc indispensable de vérifier que les objectifs ont été atteints, qu’aucun « dommage collatéral » n’a été engendré, et de rechercher les causes des problèmes éventuellement rencontrés.

Qu’est-ce qu’évaluer ?

37L’évaluation, dans son aspect quantitatif, au moins, implique que l’on assigne une valeur à la performance obtenue, qui sera comparée à d’autres valeurs. Cette performance doit être mesurable par des indicateurs fiables, dans un temps court et de façon relativement simple. Évaluer suppose que l’on soit capable de déterminer des critères, de hiérarchiser les différents éléments à mesurer et de définir de façon aussi objective que possible les différents degrés de l’échelle de mesure. L’évaluation n’est pas seulement quantitative, elle peut être qualitative : cette démarche permet de mieux hiérarchiser les critères qui serviront dans l’évaluation quantitative, et de traiter des questions pour lesquelles l’évaluation quantifiée n’est pas pertinente.

38Pour ce qui est des comparaisons, l’évaluation n’aura pas les mêmes résultats selon que l’on apprécie par rapport à un état idéal (prévisions ou promesses), à l’état antérieur ou à des situations analogues (d’autres établissements, par exemple). Imaginons un dispositif de déshumidification dans un espace destiné aux métaux dont les consignes sont 35 % d’humidité relative (hr) à 18 °C, mais qui assure en fait 45 % d’hr à 17 °C. Sachant que ces métaux étaient auparavant stockés à 55 % d’hr et à 15 °C, l’évaluation est négative au regard de l’objectif fixé, mais positive au regard de l’état antérieur.

39Il faut aussi s’interroger sur ce que l’on veut évaluer : s’agit-il des objectifs, des actions engagées, des résultats, de l’efficacité, du rapport qualité / prix, du coût en personnel et en suivi ? La mise en œuvre d’un programme architectural, par exemple, peut être évaluée en fonction de son adaptation à l’espace imparti, au temps disponible et aux montants engagés, mais aussi à la fréquence des pannes des appareillages installés ou du coût d’adaptation des utilisateurs, souvent négligé ou sous-évalué… Lorsque le but de l’opération est une amélioration effective des conditions de conservation des collections, cela passe par des constats d’état – l’écueil étant que, s’il est relativement facile de mettre en évidence un échec par la mesure de la détérioration des objets, la réussite est plus difficile à établir, car elle équivaut à une absence de modifications dont il est délicat de s’assurer. On peut également évaluer l’impact, en termes de conservation, de tout changement dans la vie des collections, même si celui-ci n’avait pas pour objectif premier l’amélioration des conditions.

Construire des indicateurs

40Lorsqu’on se trouve en phase de projet ou de réalisation, nombre de problèmes apparaissent plus urgents et prioritaires qu’une future évaluation. Pourtant – surtout si on envisage une comparaison avant / après – c’est à ce stade qu’on doit se poser la question des indicateurs et de leur mesure. Si l’on passe par exemple d’un lieu de stockage sans mesure des conditions thermo-hygrométriques à un volume où ces valeurs sont enregistrées, comment savoir que les conditions de conservation se sont objectivement améliorées ? Dans le cas où l’indicateur retenu est un constat d’état détaillé avant et après, sur échantillon, il faut garder en mémoire quelles boîtes ou quels objets ont été inspecté(e) s et documenter de façon adaptée leur état pour pouvoir établir des comparaisons fiables. Autant que possible, il faut donc anticiper l’étape d’évaluation et mettre en place des indicateurs pertinents.

41Leur construction n’est pas aisée : une action de conservation repose le plus souvent sur des éléments qualitatifs qu’il n’est pas toujours évident de transformer en facteurs quantifiables. Il est parfois difficile de pondérer le rôle de chaque paramètre dans le succès global. On doit, en fonction de ces éléments, réfléchir sur les indicateurs à mettre en place, sur l’importance de chacun et sur l’échelle de mesure.

42Il faut naturellement choisir des indicateurs représentatifs du phénomène à évaluer et indépendants entre eux, et déterminer s’il s’agit d’indicateurs de moyens ou de résultats. En effet, un projet peut comporter des moyens devant théoriquement apporter un mieux dans la conservation, et ce mieux ne pas se traduire dans les faits de façon visible, du fait d’autres facteurs. Distinguer l’évaluation des moyens mis en œuvre (tel le bon fonctionnement d’un déshumidificateur ou le nombre de sachets de gel de silice dans les boîtes de métaux) de celle du climat effectivement obtenu permet d’orienter la réflexion sur des paramètres ignorés ou sous-estimés initialement (tels l’étanchéité des ouvrants, l’inertie thermique du local ou la qualité du recyclage du gel de silice).

Rythme et modalités de recueil de données

43L’évaluation d’une action de conservation peut être mise en œuvre à différents moments, qu’il est important de bien identifier et choisir, pour que ses résultats soient significatifs. Certaines actions ont des conséquences à court terme, et peuvent donc être évaluées dans le court terme ; d’autres, tels les effets de nouvelles conditions climatiques, ne peuvent être évaluées qu’à moyen-long terme. Par exemple, un constat d’état sur des objets un mois après leur déménagement renseigne plus sur le stress subi lors du transport que sur l’amélioration apportée par un climat plus favorable. Il faut donc mettre en place les procédures selon le rythme prévisible des transformations.

44L’acquisition des données peut en elle-même avoir un impact sur les données recueillies. C’est le cas lorsqu’on souhaite enregistrer température et hygrométrie, pour évaluer le rythme journalier d’évolution du climat dans une pièce fermée : si on ne dispose pour cela que d’un appareil à lecture directe, il est évident que la procédure de recueil des données (entrer dans la pièce à intervalles réguliers pour relever les chiffres et les noter sur un papier) modifie à elle seule le climat, en permettant l’entrée d’air neuf dans la pièce plusieurs fois par jour. Les résultats obtenus ne sont pas représentatifs de ce qui s’y passe quand la pièce est fermée. Il faut donc veiller, lors de la mise en place des procédures, à ce qu’elles n’influencent pas les données recueillies.

45Pour être en mesure d’interpréter correctement les résultats des mesures et permettre une exploitation de l’information, la procédure de recueil de données doit tenir compte de garde-fous statistiques. Par exemple, la comparaison de mesures thermo-hygrométriques avant et après modification volontariste du climat, au moyen d’appareils de conception différente ayant, de plus, des étalonnages et des marges d’erreur diverses, risque d’apporter des résultats ininterprétables. Il y a ainsi des marges statistiques et des conditions de reproductibilité des résultats dont il faut tenir compte, en deçà desquelles les chiffres inquiètent autant qu’ils rassurent.

Nécessité de l’évaluation

46Les difficultés inhérentes à l’évaluation d’une action de conservation sont donc nombreuses : existence d’indicateurs objectifs et reproductibles avant et après l’action, documentation suffisante de l’état précédent permettant de faire des comparaisons, choix du délai approprié entre l’action et l’évaluation, hiérarchisation et pondération des indicateurs, pertinence des comparaisons. Enfin, reste la difficulté d’évaluer le rapport qualité / prix, notamment lorsque le « prix » est un investissement en temps : suivi, préparation, réflexion préalable… et plus encore lorsque le coût s’évalue en souffrance psychique et en stress !

47Cependant, la difficulté de la tâche ne doit pas nous détourner de l’objectif : l’amélioration de nos pratiques. On connaît parfois des expériences malheureuses, qui permettent néanmoins d’apprendre des choses et de mieux préparer les opérations suivantes pour peu qu’au delà de la déception face à l’échec on fasse l’effort de repérer le paramètre essentiel négligé lors de la phase d’analyse, le dispositif qui n’a pas fonctionné, celui qui était inadapté, etc. Chacune de ces erreurs n’entraîne les mêmes types de réponse ni de solution. Dans une problématique de régulation du climat, l’humidité peut être trop élevée parce que le déshumidificateur ne fonctionne pas, parce que l’isolation est insuffisante ou parce que les utilisateurs laissent la porte ouverte. Il faut donc, après analyse des données de l’évaluation, chercher les causes des phénomènes observés et parfois élargir la réflexion à des aspects liés non seulement à des facteurs matériels tels le climat, la qualité du bâtiment et les matériaux de conditionnement, mais aussi à des facteurs humains et à l’usage des collections et du bâtiment où elles sont installés.

48Les résultats de l’évaluation doivent s’orienter vers un diagnostic et, in fine, mener le gestionnaire à des pistes pour agir : améliorer un dispositif, le remplacer ou bien l’abandonner.

Mise en application : dessiner un objet
Évaluation

L’évaluation de l’opération de dessin archéologique repose sur un constat d’état avant / après et sur la recherche des causes des altérations qui ont pu être reconnues. Dans le cas de dommages mécaniques, on cherche à savoir si le problème provient de la qualité du support ou des matériaux au contact avec l’objet, de la stabilité de la table ou bien des manipulations du dessinateur. Dans le cas de dommages chimiques, on s’interroge sur les conditions climatiques régnant dans la pièce, et sur la durée de l’opération.

2.1.4. La démarche devient réflexe

49L’exemple du dessin archéologique a été volontairement choisi pour illustrer les étapes d’une intervention en dehors des actions de conservation proprement dites, car notre objectif est certes de montrer la construction d’une intervention, mais aussi de montrer que n’importe quelle activité comporte une dimension de conservation, dès lors qu’elle implique un contact direct avec le mobilier. Pour la clarté de l’exposé, la démarche a été décomposée plus haut en phases et en étapes, et a pu sembler complexe. Rassurons le lecteur : une fois que cette démarche est assimilée dans ses grands principes, il est bien évident que, la plupart du temps, on n’en formule pas les étapes de la sorte, et que leur prise en compte devient un réflexe.

50Ce réflexe n’est pas plus difficile à acquérir que d’autres qui gouvernent notre vie. Pour donner un exemple assez éloigné de notre domaine, considérons la façon dont les parents d’un petit enfant agissent lorsqu’ils sont invités à déjeuner. Sans avoir besoin de rédiger la liste des choses à vérifier, ils anticipent les facteurs de risque : la hauteur des tables, les angles aigus, les prises électriques accessibles… autant d’éléments avec lesquels l’enfant pourrait se blesser. En fonction de l’enfant, de son habileté et de son humeur du jour, qui correspondent ici aux matériaux et à leur état de conservation et en fonction des circonstances extérieures telles que la taille du jardin, la durée du séjour ou l’intimité entretenue avec ceux qui les reçoivent, les parents déterminent les risques réels. Ils adaptent aussitôt les moyens d’y faire face : surveiller constamment l’enfant, l’installer dans un parc, mettre hors de portée les objets tranchants, etc. (phase projet). Généralement, ils ont prévu le matériel nécessaire : biberon, parc et jouets ; les moyens humains étant le plus souvent les parents eux-mêmes. La sortie fera l’objet d’une évaluation : ce qui a « bien marché » sera retenu et, si l’enfant s’est blessé avec un objet qui n’avait pas été détecté comme dangereux, l’expérience sera engrangée pour l’avenir.

51On voit bien que, dans la vie courante, nous appliquons spontanément cette démarche : il ne s’agit pas d’« instinct maternel », mais de logique et de routine. L’application répétée induit une automatisation et la démarche devient réflexe, tout en évoluant avec l’expérience – et la croissance de l’enfant. Si la démarche de conservation doit aussi, à notre sens, devenir un réflexe, ce n’est pas, naturellement, parce que nous devrions considérer les objets comme nos enfants. Au contraire, justement : outre les aspects évidents pour chacun, il est des points essentiels sur lesquels les objets ne sont pas comme nos enfants. Il est intéressant de les repérer pour mieux appréhender certaines difficultés propres au gestionnaire du mobilier archéologique et, plus largement, à tout gestionnaire de collections.

52Nos enfants seront comme nous et nous avons été comme eux : nous pouvons donc anticiper ce qu’ils éprouvent, alors que les objets sont différents de nous et ont d’autres besoins, que nous ne pouvons ressentir. Par exemple, les êtres humains sont très sensibles à la température et peu à l’humidité, alors que pour le mobilier archéologique cette dernière est, la plupart du temps, le facteur essentiel : nos propres sensations ne peuvent donc servir de dispositif d’alerte. Les enfants crient, pleurent ou viennent nous chercher quand ils ont un problème et, quand on tente d’apporter une solution à leur inconfort, on sait rapidement si leurs besoins ont été satisfaits ou non. Les objets ne crient pas, ne viennent jamais nous chercher, leur état d’altération ou de danger ne se manifeste pas toujours visuellement (ou bien trop tard), et ils ne vous disent jamais si ce que vous avez fait pour eux leur a fait du bien. C’est peut-être là un des aspects les plus difficiles du métier de gestionnaire du mobilier : on prend les mesures que dictent la logique, le savoir et l’expérience (c’est-à-dire celles qui sont statistiquement valables), sans que les objets ne montrent de façon perceptible que ces mesures se sont traduites par une amélioration concrète. De fait, comme nos interventions ne peuvent améliorer l’état des objets – au mieux, on le stabilise –, nous ne pouvons aspirer qu’à empêcher leur détérioration. La démonstration de l’excellence de nos soins repose essentiellement sur l’absence de modifications. C’est ainsi que le gestionnaire du mobilier n’est pleinement satisfait que lorsque, au terme de ses efforts, il ne se passe… rien !

2.2. La démarche et ses acteurs

53Au cours de la construction de la démarche de conservation, on doit concevoir et préparer les différentes étapes et prendre en charge les aspects temporels, mais aussi la façon dont cette démarche sera promue auprès des différents acteurs ou partagée avec eux, en particulier lorsque plusieurs intervenants son impliqués simultanément. Le gestionnaire du mobilier archéologique est, certes, le responsable de la conservation : il est à ce titre le premier à devoir assimiler la démarche, concevoir les procédures, encadrer les interventions et assurer le suivi des dispositifs. Il n’est pas seul, cependant. La conservation est l’affaire de tous et doit être prise en charge par tous : archéologues, conservateurs de musée, personnel de surveillance, analystes, conservateurs-restaurateurs, chacun à son niveau de responsabilité et de compétence.

2.2.1. Promouvoir la démarche dans l’équipe

54Pour que la démarche de conservation puisse être assumée par d’autres acteurs – seule garantie de sa cohérence au cours du temps –, le gestionnaire du mobilier doit mettre en place des actions de sensibilisation et de formation à la conservation préventive. En effet, les diverses personnes amenées à travailler sur le mobilier ou à être en contact avec lui ont des expériences et des sensibilités personnelles variées. La prise de conscience des effets de chacune des actions entreprises sur la conservation du mobilier n’est ni immédiate ni instinctive. Seule une démarche volontaire peut la susciter.

2.2.1.1. Adapter les niveaux de formation

55Selon les missions de chacun au sein de la structure, certaines fonctions seront exercées par une ou plusieurs personnes, tantôt à titre ordinaire, tantôt à titre exceptionnel. Selon l’objectif de la formation, c’est-à-dire selon ce que l’on souhaite que la personne sache faire, différents niveaux d’approche – cumulatifs – sont envisageables.

  • Sensibilisation. On souhaite que la personne soit sensible aux problématiques de conservation sans pour autant lui demander d’effectuer une action concrète. Ce niveau de formation convient pour le personnel qui ne sera jamais amené à travailler sur des objets, mais qui doit en comprendre les problématiques pour accomplir son propre travail, dont peut dépendre, indirectement la conservation du mobilier.

  • Information. Comme dans le cas précédent, la personne n’a pas d’action concrète à accomplir autre que l’alerte, mais on précise les points sur lesquels doit porter l’attention. Ce niveau convient, par exemple, au surveillant d’une salle d’exposition, qui pourra se rendre compte d’une anomalie et donner l’alerte, ou au personnel d’encadrement qui n’est pas appelé à effectuer les interventions lui-même mais qui en assume le contrôle hiérarchique.

  • Formation théorique. Une personne appelée à manipuler le mobilier doit savoir le faire dans de bonnes conditions. Une formation théorique lui est nécessaire pour comprendre les problématiques, les facteurs de risque, les modalités pratiques d’action. On part du présupposé que les indications données (par oral ou par écrit) sont suffisantes. La formation peut être générale, ce qui suppose que la personne saura trouver les modalités d’application selon les situations, ou spécifique et consacrée à une action concrète. Par exemple, une formation générale sur l’altération des matériaux ne mène pas à une action particulière, mais elle sera utile dans une multiplicité de situations, alors qu’une formation spécifique sur le marquage est censée apprendre aux gens comment procéder pratiquement pour marquer le mobilier.

  • Formation pratique. Dans certains domaines, notamment lorsque la gestuelle est importante, il est parfois difficile de se limiter à des formations théoriques. D’autre part, certaines personnes se sentent plus sûres d’elles lorsqu’elles ont pratiqué et, de même qu’un petit schéma vaut parfois mieux qu’un long discours, une démonstration et une pratique personnelle se gravent parfois mieux dans la mémoire qu’un texte ou un exposé oral. À titre d’exemple, le lecteur pourra se reporter infra au § 4.1.3.4. sur les modalités pratiques du prélèvement en motte : malgré les efforts de l’auteur pour le rendre aussi précis que possible, cet exposé serait utilement complété par une expérience concrète de confection d’un prélèvement auprès d’un professionnel aguerri.

2.2.1.2. Choisir des modalités de communication

56La formation sur la conservation est assurée par divers moyens oraux, écrits ou audiovisuels, ainsi que par la démonstration et l’initiation à la pratique, selon les circonstances, le niveau de formation et le nombre de participants.

57Les niveaux les plus faibles nécessitent le plus souvent des moyens simples, tels que des exposés illustrés. Plus le niveau de formation augmente, plus on fait appel à des moyens diversifiés qui se complètent mutuellement : observation d’échantillons pour la reconnaissance de matériaux dégradés [fig. 39], aides-mémoire, documents complémentaires de l’exposé oral, échantillonniers de matériaux d’emballage ou de conditionnement, etc.

fig. 39
Plateau de démonstration des altérations de la céramique et du verre utilisé pour des formations au SADY :
en haut à gauche : tesson protohistorique dont la moitié a été trempée dans l’eau (ce qui en est resté est dans la petite boîte…) ;
à droite : un tesson présentant des efflorescences salines blanches ;
en bas à gauche : fragments de verre archéologique à différents stades d’altération ;
en bas à droite : altérations de la glaçure sur une céramique médiévale.

fig. 39 Plateau de démonstration des altérations de la céramique et du verre utilisé pour des formations au SADY : en haut à gauche : tesson protohistorique dont la moitié a été trempée dans l’eau (ce qui en est resté est dans la petite boîte…) ; à droite : un tesson présentant des efflorescences salines blanches ; en bas à gauche : fragments de verre archéologique à différents stades d’altération ; en bas à droite : altérations de la glaçure sur une céramique médiévale.

© S. Païn, SADY.

58On peut aussi se livrer à des démonstrations, ce qui permet de visualiser les gestes à effectuer et de comprendre la dynamique de l’action et la gestion du temps. La pratique réelle est toujours préférable : selon les situations et la possibilité d’accès à des situations similaires de façon simultanée, cette modalité est déclinable en assistanat ou en pratique autonome. Prenons l’exemple d’un prélèvement en motte : à moins d’avoir enterré divers objets dans cet objectif précis, il est assez rare qu’un chantier offre l’occasion de former plusieurs personnes au prélèvement en pratique autonome : il faudrait plusieurs objets à prélever, de difficulté comparable, qu’ils soient assez près les uns des autres pour que les participants puissent voir les gestes du formateur à chaque étape, etc. En ce cas, on adopte plutôt le mode de l’assistanat où le formateur effectue le prélèvement avec l’aide de la personne à former [fig. 40]. Dans la pratique, le formateur exécute l’essentiel des gestes, en expliquant leur comment et leur pourquoi. Chaque fois que c’est possible, il donne l’occasion aux participants de les effectuer à leur tour, corrige les erreurs éventuelles et donne des explications sur les causes et conséquences de telle ou telle opération.

fig. 40
Dégagement et consolidation d’une céramique néolithique très fissurée. Le dégagement est effectué par l’archéologue (à gauche sur la photo) et la restauratrice. C’est cette dernière qui effectue la consolidation. En participant à l’opération, l’archéologue observe le geste, se forme, et sera mieux à même d’agir en cas de nécessité.

fig. 40 Dégagement et consolidation d’une céramique néolithique très fissurée. Le dégagement est effectué par l’archéologue (à gauche sur la photo) et la restauratrice. C’est cette dernière qui effectue la consolidation. En participant à l’opération, l’archéologue observe le geste, se forme, et sera mieux à même d’agir en cas de nécessité.

© P. Laforest, SADY.

59Cette expérience n’équivaut pas à une pratique autonome au cours de laquelle la personne formée accomplit seule l’action, mais cette dernière modalité n’est possible que si l’action peut être entreprise simultanément par les personnes formées ou être simulée, en première approche, sur des objets non patrimoniaux. Le marquage, le dessin et l’emballage d’objets peuvent généralement être abordés ainsi, car il est facile de réunir matériel et objets dans ce but.

2.2.1.3. Formation en interne ou intervenants extérieurs ?

60Lorsque les compétences se trouvent au sein de la structure – et le responsable du mobilier expérimenté les a acquises dans un certain nombre de domaines –, la formation peut s’organiser en interne, de façon formalisée et/ou au gré des occasions concrètes, en particulier pour ce qui relève des gestes. Le conservateur-restaurateur peut également assurer ce rôle, en particulier sur les problématiques d’altération des matériaux, d’évaluation de leur état de conservation, de conservation préventive, domaines dans lesquels il est généralement mieux armé que le gestionnaire.

61Malheureusement, la compétence technique sur le sujet de la formation ne suffit pas pour que la transmission de connaissances et de savoir-faire soit effective : il y faut également des compétences pédagogiques. Si les compétences techniques ne se trouvent pas dans la structure, si ceux qui les possèdent ne savent pas les transmettre ou si l’équipe n’accueille pas favorablement une formation encadrée par un collègue, on fera appel à des organismes de formation extérieurs, sur site ou hors site. Les premières sont souvent plus conviviales (tout le monde se connaît… sauf le formateur), moins chères et plus faciles à organiser.

62Les formations hors site ont l’intérêt de mettre en présence des personnes en provenance d’autres institutions, porteuses d’autres expériences, et donnent plus d’autorité au formateur. Elles conviennent aussi lorsque des résistances sont sous-tendues par des mésententes au sein de l’équipe ou si les relations hiérarchiques font obstacle à la transmission de connaissances ou à l’expression des difficultés.

2.2.2. Dialoguer avec les restaurateurs

63Les restaurateurs ne sont pas des archéologues, mais les archéologues, pas plus que les gestionnaires du mobilier, ne peuvent s’improviser restaurateurs : lorsque des problèmes de conservation-restauration apparaissent, il est impératif de faire appel à des spécialistes. Le gestionnaire du mobilier a un rôle essentiel d’alerte et d’interface, c’est à lui de formuler la demande et de suivre les opérations entreprises. Un bon partenariat entre gestionnaire du mobilier et conservateur-restaurateur est ainsi un atout considérable pour assurer la conservation matérielle du mobilier, car il est de multiples occasions où l’on a besoin de constats d’état détaillés, d’un diagnostic précis, de conseils pour faire face à un problème spécifique, outre, bien entendu, d’interventions.

2.2.2.1. Les statuts des laboratoires et leurs spécificités

64Deux types de laboratoires peuvent être distingués : les laboratoires institutionnels, c’est-à-dire rattachés à la structure de conservation ou au service archéologique, et les laboratoires prestataires de service.

Les laboratoires institutionnels

65La disponibilité du laboratoire institutionnel lui permet de faire face à des modifications de priorités, même drastiques, au sein de la structure. Il peut également intervenir quasiment « en temps réel » dans les cas d’urgence. Ce laboratoire est très proche des archéologues : un dialogue permanent avec eux lui permet de coller aux problématiques scientifiques et, réciproquement, d’intégrer la démarche de conservation dans le mode de fonctionnement des équipes de terrain. Les équipes extérieures, associées ponctuellement à son activité ou simplement hébergées, peuvent aussi en bénéficier, de sorte que l’expérience engrangée auprès du laboratoire « hôte » peut par la suite être appliquée sur d’autres opérations et, on l’espère, à partir de là « faire tache d’huile ». La proximité avec les collections et la pérennité de ces laboratoires leur permet aussi de suivre l’état de conservation des objets au jour le jour et sur le long terme. Au-delà des interventions ponctuelles, cela permet la mise en place de politiques de conservation et leur évaluation (Païn 2006).

66Les laboratoires institutionnels rattachés à des services archéologiques sont des laboratoires généralistes : ils doivent pouvoir faire face à la plupart des situations et matériaux retrouvés en fouilles, du moins pour les interventions de conservation urgentes. Sauf exception, ce sont des laboratoires pris en charge par un seul professionnel, car peu d’équipes archéologiques sont assez nombreuses pour accueillir plusieurs restaurateurs en leur sein.

Les laboratoires prestataires de service

67S’il n’y a pas de conservateur-restaurateur intégré à l’équipe, on doit faire appel à des compétences extérieures sous la forme de prestations de service, qui sont facturées. Si le client est public, elles obéissent aux règles habituelles en matière de marchés publics. Le statut des laboratoires ou des ateliers peut, quant à lui, être très diversifié : privé, associatif, établissement public à caractère culturel, groupement d’intérêt public culturel, régie… ; de même que celui des professionnels qui y travaillent : artisans, professionnels libéraux, salariés, voire fonctionnaires.

68Dans la plupart des cas, les conservateurs-restaurateurs qui travaillent dans ce cadre sont spécialisés dans les traitements d’un matériau particulier, parfois de façon très pointue. Certains ateliers regroupent plusieurs personnes de spécialités différentes ou non, d’autres sont unipersonnels.

69La fourniture de la prestation est subordonnée à l’établissement d’un devis et à l’acceptation de ce devis par le client, ce qui implique de la part du client public de créditer une ligne budgétaire ad hoc et de mettre en place un dispositif de mise en concurrence qui, selon le montant, consistera à étudier trois devis distincts ou à lancer un appel d’offre de marché public. Pour éviter les lourdeurs et les délais induits par ces procédures administratives, certains laboratoires ont tenté d’autres formes de prestation : à la journée plutôt que par lot d’objets – ce qui permet de réorienter éventuellement les priorités en cours de route –, ou bien par marché à bons de commande. Ces ateliers ont plusieurs clients, chacun avec ses demandes spécifiques et ses propres délais de rendu, et ne sont donc pas toujours immédiatement disponibles.

2.2.2.2. Les rôles des laboratoires

70Information, sensibilisation et aide à la décision

71Lorsque le conservateur-restaurateur fait partie de l’équipe archéologique, il est à même de travailler sur les problèmes de conservation avant, pendant et juste après la fouille. Il est ainsi en mesure de mettre en place des actions d’information sur l’altération des matériaux, de formation aux « gestes qui sauvent », de sensibilisation à la conservation du mobilier lors des phases de post-fouille et de formation du personnel chargé de la gestion dans le domaine de la conservation préventive. Un laboratoire prestataire peut également tenter de sensibiliser sa clientèle, mais ne touchera sans doute pas tous les membres de l’équipe, à moins qu’il n’ait été chargé d’une action de formation spécifique.

72La proximité vis-à-vis des collections et des problématiques archéologiques qui animent l’équipe permet également au conservateur-restaurateur « interne » de jouer un rôle dans l’aide à la décision en matière de restauration de tel ou tel objet d’un ensemble, en fonction du potentiel informatif et de l’état de conservation, le cas échéant à l’aide de radiographies ou d’analyses spécifiques. On peut solliciter un laboratoire prestataire pour cela, mais il faut que celui-ci ait accès à l’ensemble des objets et puisse s’approprier la problématique scientifique qui sous-tend la demande d’intervention, ce qui nécessite un investissement en temps et une qualité de dialogue particuliers.

73Les laboratoires peuvent délivrer des préconisations en matière de conservation préventive de façon globale pour les collections, ou spécifiques selon l’état de tel ou tel objet. Lorsque des prestataires extérieurs sont sollicités, tels qu’emballeurs, socleurs ou muséographes, le rôle du laboratoire est essentiel lors de la rédaction du cahier des charges, l’analyse des offres et le suivi des réalisations. Par sa proximité avec le mobilier et sa continuité dans le temps, le laboratoire « interne » est le mieux outillé pour émettre des préconisations relatives aux collections conservées dans la structure mais, pour les mouvements d’objets exceptionnellement complexes, fragiles ou encombrants, il est parfois judicieux de faire appel à un prestataire spécialisé.

Prélèvements sur le terrain

74Le conservateur-restaurateur, qu’il soit prestataire ou membre de l’équipe archéologique, peut se déplacer sur le terrain lorsque des interventions de prélèvement d’objets fragiles ou de dépose l’exigent. En cas d’urgence, il est plus aisé pour un professionnel « interne » de se rendre disponible et de gérer les priorités que pour un prestataire, déjà engagé auprès d’autres clients, pour qui il n’est pas toujours possible de prendre en charge une opération imprévue. Par ailleurs, à moins d’avoir assuré une provision budgétaire à cette fin, la structure archéologique ne peut pas toujours assumer les dépenses que cette intervention suppose, ni trouver des ressources assez rapidement pour faire face à l’urgence.

75En revanche, si ces interventions peuvent être planifiées, elles seront prises en charge par les deux types d’intervenant. Si elles sont d’envergure et/ou très spécialisées, lorsqu’elles concernent des pirogues en bois gorgé d’eau, des mètres carrés de mosaïques ou des peintures murales à déposer, par exemple, elles sont mieux prises en charge par des ateliers spécialisés : il sera probablement difficile à un conservateur-restaurateur d’objets archéologiques généraliste de les piloter.

Interventions de conservation-restauration

76Quel que soit son statut, le laboratoire prend en charge les traitements de conservation-restauration des matériaux pour lesquels il est compétent. Il peut parfois les décliner en traitements pour étude (à l’intention des seuls spécialistes) et en traitements pour présentation au public, pour lesquels la restitution des parties manquantes sera généralement plus affirmée, dans le but d’en accroître la lisibilité. Compte tenu du caractère plutôt généraliste des professionnels intégrés aux équipes archéologiques et de la spécialisation non moins fréquente des prestataires, les objets posant des problèmes très spécifiques et les matériaux rares ou très minoritaires seront sans doute mieux pris en charge par des prestataires spécialisés.

77Un laboratoire intégré à une structure peut aussi faire appel, dans certains cas, à un prestataire. En effet, il n’est pas toujours possible de traiter tous les objets ou tous les matériaux en interne : soit le laboratoire ne possède pas les équipements nécessaires et/ ou les compétences pour le traitement de tous les objets et matériaux ; soit certains traitements ne sont « rentables », en termes de temps investi ou d’équipements, que s’ils sont pratiqués en masse, et le laboratoire à lui seul n’a pas les volumes suffisants ; soit le laboratoire a des échéances à respecter et ne peut absorber une surcharge ponctuelle de travail. Comme pour les analyses et les examens complémentaires effectués à l’extérieur, le rôle du laboratoire institutionnel est alors de rédiger le cahier des charges, d’analyser les offres, de dialoguer avec les intervenants, de planifier et de suivre les opérations, et enfin de programmer le phasage des opérations réalisées à l’extérieur en tenant compte de celles réalisées parallèlement en interne.

78Les rapports qui s’établissent entre laboratoire institutionnel et prestataires de service ne sont donc pas de concurrence mais de complémentarité. Certains laboratoires se sont spécialisés, de façon assez pointue, sur des matériaux ou des objets particuliers, et le laboratoire institutionnel aurait tort de se priver de cette expertise. Réciproquement, la présence d’un collègue au sein de l’institution garantit au prestataire un interlocuteur informé avec qui dialoguer dans des cas complexes. Enfin, la présence d’un laboratoire implique par elle-même une sensibilité à la conservation qui se traduit par une hausse générale de la « demande de conservation » et, surtout, par une meilleure pertinence de cette demande.

79Si on s’intéresse à des traitements ou à des interventions précis, on se reportera utilement à quelques ouvrages de référence (Berducou 1990a ; Roy, Smith 1996), ainsi qu’aux divers actes des Journées des restaurateurs en archéologie, publiés pour la plupart dans la collection « Conservation-restauration des biens culturels, Cahiers techniques » éditée par l’Araafu, ainsi qu’à la bibliographie spécialisée par matériau, abondamment citée dans ces publications.

Recherche et formation

80Les laboratoires intégrés aux structures archéologiques sont avantagés pour la recherche et la formation, car ils peuvent accueillir les stagiaires et leur consacrer du temps. Leur caractère uni-personnel peut limiter leur capacité de recherche appliquée, mais ils bénéficient de la possibilité de choisir dans leur fonds des échantillons dont il est généralement possible de retracer, au moins sur la période la plus récente, les traitements subis et les conditions de conservation. La possibilité d’observer dans la durée est essentielle pour des sujets d’étude devant être suivis sur le moyen ou le long terme, tel le vieillissement naturel des produits employés. Certains laboratoires prestataires accueillent également des stagiaires et mènent des activités de recherche dans des domaines pointus – en particulier ceux qui comptent du personnel de recherche dédié et ceux qui regroupent plusieurs professionnels de même spécialité.

Accompagnement sur le long terme

81Chacun sait que le mobilier a souffert, et souffre souvent encore, des ruptures dans la chaîne des responsabilités et des compétences en conservation. Le laboratoire ne doit pas se borner aux traitements, mais devenir un outil pour prendre en charge les problèmes de conservation et de restauration depuis le terrain jusqu’à la présentation au public et/ou le stockage de long terme, et ce dans une démarche cohérente inscrite dans la durée, en liaison avec le gestionnaire du mobilier. C’est dans la capacité d’un laboratoire institutionnel à garantir cette approche que réside son principal intérêt. C’est pour cette raison, on l’aura compris, que nous conseillons volontiers, dès qu’une structure de conservation et de recherche archéologique atteint une certaine importance, de l’y intégrer. Dans ce contexte, le gestionnaire du mobilier est épaulé sur les aspects « conservation » et peut trouver réponse à ses problèmes dans un travail commun au long cours.

2.2.2.3. Parlez-vous le « cr » ?

82Dialogue et travail d’équipe – facilités par l’intégration d’un laboratoire dans la structure de conservation – peuvent, jusqu’à un certain point, s’établir avec des partenaires extérieurs. Quel que soit le cas de figure, un minimum de langage commun est nécessaire pour se comprendre et collaborer.

Trois dimensions de la conservation-restauration

83De façon globale, les interventions de conservation sont celles qui ont pour objectif la préservation de l’intégrité matérielle de l’objet ou vestige. Ces interventions peuvent être de nature préventive ou curative. L’étymologie nous l’indique : une intervention est préventive dès lors que son objectif est de prévenir un dommage dont on a perçu le risque mais qui ne s’est pas encore manifesté, tandis qu’une intervention curative (mot dérivé du latin curare signifiant « guérir ») a pour but de traiter une altération déjà apparue, dont il s’agit soit d’éliminer les causes, soit de pallier les effets. Certaines interventions peuvent, naturellement, avoir un double rôle. On trouvera dans des textes importants pour la construction de la discipline (Icom-cc 1986 ; Icom-cc 2008 ; norme nfen 15898), des définitions légèrement différentes, qui recouvrent largement celle adoptée plus haut sans s’y superposer totalement. La nuance repose sur la différenciation, dans ces textes, entre actions indirectes, vouées à modifier l’environnement plutôt que l’objet lui-même, liées à la conservation préventive, et actions directes sur l’objet, qui ressortiraient de la conservation curative. On utilise ainsi le terme « traitement » pour des actions directes sur les objets, les « interventions » comprenant les actions directes ou indirectes.

84Les traitements de restauration visent essentiellement à restituer la lisibilité culturelle de l’objet ou, lorsqu’il est déjà visible, à mettre en valeur son message culturel. Il s’agit donc de rendre plus compréhensible l’objet archéologique, que ce soit pour le chercheur ou pour un public plus large, lorsque l’objectif de la restauration est lié à une présentation.

Conservation préventive

85Les interventions de conservation préventive sont les mesures destinées à assurer des conditions environnementales adaptées, ainsi que les protections contre l’usure par frottement, les chocs et les vibrations, qui sont du ressort du gestionnaire du mobilier et, plus généralement, de ceux qui auront à manipuler les objets. On peut classer également dans cette catégorie la confection de supports de maintien ou de présentation [fig. 41], des soclages et autres dispositifs permettant d’éviter des dommages sur l’objet et, à la limite, les coffrages et les emballages des prélèvements en motte.

86Dans ce domaine, les problèmes de communication proviennent souvent de la confusion engendrée par l’usage de termes ayant un sens précis dans le domaine de la conservation-restauration, lorsqu’ils sont employés dans d’autres acceptions : par exemple, certains archéologues parlent volontiers de mesures de « stabilisation », pour signifier le placement de métaux en milieu sec, qui est une mesure préventive, alors que ce terme désigne, pour les professionnels de la conservation des métaux, une intervention curative destinée au traitement de la corrosion cyclique.

fig. 41
Bracelet creux et déformé en alliage cuivreux posé sur un support en mousse permettant de protéger les parties fragiles. Le creusement en bas est destiné à garantir une meilleure préhension de l’objet.

fig. 41 Bracelet creux et déformé en alliage cuivreux posé sur un support en mousse permettant de protéger les parties fragiles. Le creusement en bas est destiné à garantir une meilleure préhension de l’objet.

© C. Stoll, SADY.

Conservation curative

87Les interventions de conservation curative, que l’on appelle parfois « traitements de conservation » tout court, sont destinées à préserver l’intégrité matérielle de l’objet en minimisant les effets avérés de certaines altérations ou en en éliminant les causes.

  • Consolidation. Action qui vise à restituer une cohésion perdue au matériau, à cœur ou en surface, par l’apport d’une substance, le plus souvent une résine organique. Il vaut mieux éviter d’utiliser ce terme pour désigner le comblement des manques ou l’amélioration de la solidité au moyen de soclages. Pour les matériaux gorgés d’eau, où le produit a pour fonction la consolidation et la cryoprotection, on utilise plus souvent le terme d’« imprégnation ».

  • Comblement de conservation. Comblement de lacunes – tantôt partiel tantôt sur l’ensemble de la pièce – ayant pour but de pallier des fragilités mécaniques ou de permettre une manipulation sans risque.

  • Lyophilisation. Traitement de séchage des matériaux organiques gorgés d’eau par sublimation de la glace en vapeur d’eau. La lyophilisation est généralement précédée d’une opération d’imprégnation et d’une congélation.

  • Dessalement. Traitement effectué sur des matériaux poreux, consistant en l’extraction de sels solubles, généralement au moyen de bains d’eau de ville ou déminéralisée.

  • Stabilisation. Ce terme est utilisé dans divers contextes en des sens différents. On l’emploie parfois pour désigner globalement le traitement des matériaux organiques gorgés d’eau (depuis l’imprégnation jusqu’au séchage), mais aussi, dans le domaine des enduits peints, pour désigner l’opération consistant à retirer les renforts des prélèvements par encollage de plaques d’enduit peint brisées. Dans le domaine des métaux, il désigne les traitements de déchloruration qui ont pour but d’extraire les chlorures des objets en fer et en alliages cuivreux, mais aussi les traitements de passivation, qui ont pour but de réduire la sensibilité des métaux à la corrosion par l’usage d’un inhibiteur.

Restauration : restituer la lisibilité

88Les interventions de restauration ont pour but de restituer la lisibilité de l’objet.

  • Nettoyage. Élimination de dépôts indésirables sur l’objet, quel que soit le moyen d’intervention : lavage aqueux, brossage, piquage, abrasion, nettoyage au moyen d’agents chimiques. On emploie également le terme « dégagement », notamment pour les métaux.

  • Remontage. Assemblage provisoire ou rapprochement physique de fragments d’un même objet.

  • Collage. Assemblage définitif d’un objet fragmenté à l’aide d’un adhésif. S’agissant de matériaux plats très fragmentés assemblés par collage du revers sur un support commun, on parlera plutôt de « mise sur panneau » ou de « doublage ». Le terme « remontage » est à proscrire en tant que synonyme de « collage ».

  • Comblement des lacunes. Rajout de matière pour combler les manques ou refaire des parties manquantes, la plupart du temps pour la présentation au public. « Bouchage » et « rebouchage » en sont des synonymes.

  • Réintégration colorée ou mise en teinte. Traitement coloré des comblements effectué afin de les rendre plus discrets. Le terme « réintégration » seul désigne parfois deux opérations confondues : comblement et mise en teinte.

2.2.2.4. Faire appel à un conservateur-restaurateur

La démarche du conservateur-restaurateur

89Même si nombre d’objets archéologiques peuvent être considérés comme des productions en série, l’assemblage « matériaux/ techniques de fabrication / usage / milieu d’abandon » est chaque fois unique. On trouve très rarement des solutions standardisées applicables à une catégorie d’objets identifiée par avance.

90Aussi, la démarche de conservation-restauration procède en plusieurs étapes (Appelbaum 2007). On commence par la documentation et le constat d’état, avec pour objectif d’évaluer l’état actuel de l’objet au moyen de l’observation directe, puis d’approfondir la connaissance de l’objet par l’étude de la documentation disponible sur son histoire, du milieu de découverte, des autres matériaux associés, du site, de la datation, des modes de fabrication et des matériaux, et, s’il le faut, par des investigations complémentaires (radiographies, analyses). Au cours de l’examen, le professionnel constate les symptômes des altérations, en évalue la gravité et le caractère évolutif et, enfin, propose un diagnostic associant des hypothèses sur les causes et un pronostic sur le développement de l’altération à court ou long terme.

91En fonction des objectifs de la restauration, des futures conditions de conservation et de l’état de l’objet, le conservateur-restaurateur établit un projet de traitement. Une fois validée par le commanditaire, cette proposition sert de base à l’intervention qui devra toutefois s’adapter à la découverte de nouveaux éléments ou contraintes.

92Le traitement terminé, l’état de l’objet peut justifier des préconisations particulières concernant les conditions de conservation, de présentation, de soclage, de transport ou de manipulation nécessaires à sa préservation.

Les principes déontologiques des interventions

  • Innocuité et stabilité dans le temps des techniques et produits utilisés et compatibilité avec les matériaux archéologiques. Bien entendu, les connaissances sur la chimie et le vieillissement des produits évoluent et, s’agissant de produits commerciaux fabriqués pour d’autres fins, leur formulation peut être modifiée sans que l’on en soit informé, ce qui explique l’abandon de certains produits jadis utilisés et même conseillés et cités dans la littérature spécialisée. Ce principe s’entend donc en fonction de l’état des connaissances.

  • Réversibilité des interventions : pouvoir revenir à l’état antérieur sans dommage pour l’objet. S’agissant de résines et adhésifs, on entend souvent par réversibilité la possibilité de les resolubiliser à long terme dans des solvants inoffensifs pour le matériau d’origine. Dans la pratique, bien entendu, la réversibilité ne peut être toujours obtenue à 100 %, notamment pour des produits utilisés en consolidation à cœur, mais elle doit rester un objectif.

  • Lisibilité des interventions : possibilité de distinguer les parties ajoutées de l’original. Ce principe est, somme toute, l’un des mieux respectés en matière de restauration archéologique. La différence d’approches en fonction des domaines patrimoniaux est à remarquer (Araafu 2003).

  • Respect de l’intégrité physique et historique : il s’agit de préserver le matériau original, mais aussi de ne pas refaire des parties manquantes sans bases documentaires. On ne les refait, sauf exceptions dûment justifiées, que lorsque l’objet possède des axes de symétrie, notamment de révolution, et qu’il est « archéologiquement complet ».

  • Intervention minimum : ne pas aller au-delà de ce qui est nécessaire. Bien entendu, le problème réside ici dans l’appréciation de ce qui est nécessaire. Dans la mesure où chaque intervention peut modifier l’objet, et même l’altérer par un vieillissement néfaste, l’idée conductrice est que moins on y touche, mieux il se porte. La nécessité des interventions peut aussi être nuancée par l’application du principe suivant.

  • Conservation préventive : on prend préférentiellement des mesures préventives avant d’intervenir directement sur l’objet. Le choix des interventions tient compte des conditions de conservation prévues après l’intervention.

  • Documentation des interventions : cf. infra § 2.2.3.3.

93Ces principes apparaissent dans la plupart des ouvrages consacrés à la conservation, dans les codes déontologiques des conservateurs-restaurateurs (Ecco 2002 : 11) et, pour

Formuler une demande

Définir des objectifs

94On a vu que la proposition d’intervention dépendait des objectifs de la restauration : il est donc impératif, avant de solliciter le spécialiste, d’avoir une idée précise de ce que l’on projette d’accomplir. Il ne suffit pas de se dire, par exemple : « Je veux faire restaurer tel objet pour une exposition », il convient de se demander plus finement quel message on entend faire passer à travers l’objet par son exposition : sont-ce la technicité, la beauté, le statut social de son possesseur ? Sa spécificité régionale ? On se demandera si l’objet est chargé de représenter une série d’objets semblables ou, au contraire, s’il est unique dans son genre, s’il est d’un type connu ou énigmatique. On s’interrogera sur le public : enfants, adultes, public averti, ultra-spécialistes ? On se demandera enfin si l’objet doit être exposé avec d’autres, et lesquels : ceux-là sont-ils également à restaurer ? Doit-on harmoniser les restaurations pour permettre les comparaisons (Païn 1994) ?

95Une fois définis les objectifs, il s’agit de rassembler les éléments utiles au professionnel pour mieux connaître le contexte de conservation passé, présent et futur et l’objet : historique, documentation de fouille, traitements antérieurs s’il en existe, documentation sur des objets comparables. Plus on fournit d’informations, meilleure sera la proposition du conservateur-restaurateur : « meilleure » signifiant ici « plus adaptée aux besoins ».

Envisager le traitement d’ensembles

96Il arrive que la demande ne porte pas sur un objet spécifique, mais sur un lot de mobilier important qui, pour des raisons de délais ou de moyens, ne pourra être traité intégralement : le dialogue entre archéologue, spécialiste du type de matériaux en cause, conservateur-restaurateur et responsable du mobilier permet de faire des choix judicieux en une telle circonstance. Parmi les bois gorgés d’eau en grande quantité, il arrive que l’on opère une sélection en fonction de l’intérêt archéologique et de la répétitivité : le restaurateur peut donner des informations sur l’état probable après traitement et sur les problèmes techniques posés par certains objets.

97Pour les objets métalliques ou les prélèvements, on pourra, dans un premier temps, faire radiographier le mobilier [fig. 42]. L’examen des radiographies contribue à repérer les objets dont la restauration serait la plus pertinente, aide à choisir les exemplaires les plus complets et représentatifs, etc. Cependant, la radiographie ne révèle pas tout – en particulier, les décors en faible relief y sont rarement visibles. Dans la plupart des cas et des matériaux, un nettoyage apporte un appréciable surcroît de lisibilité [fig. 43], mais la fragilité de l’objet interdit parfois de procéder à un nettoyage exhaustif. On doit alors savoir se contenter d’un niveau de nettoyage moins élevé mais « raisonnable » eu égard aux gains de lisibilité apportés.

fig. 42
Plaque-boucle à décor damasquiné bicolore :
a. avant restauration ;
b. le décor est visible sur la radiographie, et permet même, en raison de la différence de netteté de certains éléments, de penser que deux métaux différents ont été utilisés ;
c. l’hypothèse est confirmée par la restauration.

fig. 42 Plaque-boucle à décor damasquiné bicolore : a. avant restauration ; b. le décor est visible sur la radiographie, et permet même, en raison de la différence de netteté de certains éléments, de penser que deux métaux différents ont été utilisés ; c. l’hypothèse est confirmée par la restauration.

© a & c P. Laforest / SADY. © b P. Laforest, SADY (d’après RXIRRAP).

fig. 43
Monnaie en cours de restauration : le nettoyage au scalpel permet de retrouver, sous des plages de corrosion, la « surface originelle » de l’objet, qui garde les traces des décors et des traitements de surface fossilisés par les produits de corrosion.

fig. 43 Monnaie en cours de restauration : le nettoyage au scalpel permet de retrouver, sous des plages de corrosion, la « surface originelle » de l’objet, qui garde les traces des décors et des traitements de surface fossilisés par les produits de corrosion.

© P. Laforest, SADY.

98Pour ce qui est des objets métalliques à stabiliser, un test à l’aimant ou au détecteur de métaux aide le gestionnaire à déterminer les objets les plus sensibles. Les signes de corrosion active sont moins évidents : fissures, écaillages et autres, qui peuvent être dus à d’autres causes. Il revient au conservateur-restaurateur de donner un avis sur l’opportunité d’un traitement et sur d’éventuelles contre-indications. Les traitements de déchloruration sont pratiqués en masse sur des ensembles d’objets, mais un diagnostic sur leur nécessité demeure utile car ils produisent des effets secondaires, telle la dissolution d’autres composants du matériau que ceux souhaités.

99l’archéologie, dans Berducou (1990b : 10-13).

Durée des traitements et délais d’étude

100Il faut également être conscient de la durée de ces traitements de stabilisation. Pour les métaux ferreux, il s’agit de bains qui peuvent durer très longtemps, souvent plusieurs mois, sans compter les délais supplémentaires induits par le plan de charge du laboratoire. Bien entendu, l’objet est indisponible pendant toute la durée de l’opération. Nombre d’archéologues, qui ont besoin que leurs objets métalliques soient lisibles pour rédiger le rapport de fouilles, se demandent pourquoi l’objet ne peut être nettoyé avant le traitement de stabilisation. Il faut comprendre que le nettoyage des objets métalliques nécessite l’utilisation de moyens suffisamment agressifs pour entamer des couches d’oxyde souvent très dures. Ces outils engendrent des vibrations et obligent donc à effectuer des consolidations au fur et à mesure de l’avancement du nettoyage. Or, de telles consolidations empêchent les chlorures de migrer hors de l’objet pendant les bains, et l’objet ne peut être réellement stabilisé par la suite. C’est pour cette raison que, sur le matériel ferreux en particulier, on procède d’abord à la stabilisation puis au nettoyage. Lorsque les délais de traitement sont incompatibles avec ceux du rendu du rapport, le recours à des radiographies est une bonne solution de compromis car il permet l’identification typologique et fonctionnelle d’un grand nombre d’objets. Sur d’autres métaux, s’il n’y a pas besoin de consolidation lors du nettoyage, il est possible d’effectuer le nettoyage en premier.

Le dialogue pendant et après l’intervention

101Selon que la structure de conservation dispose d’un laboratoire de restauration, ou que l’on doive faire appel à un professionnel extérieur, la qualité du dialogue et la proximité varient ; dans tous les cas le professionnel de la conservation-restauration reste un partenaire. Il peut être nécessaire, en cours de travail, de se déterminer sur des aspects qui n’étaient pas repérables lors du constat d’état ou de faire face à des évolutions imprévues de l’état de conservation d’un objet : il importe que chacun dispose de toutes les informations nécessaires pour prendre, ensemble, la meilleure décision. Lorsqu’il s’agit d’un traitement partiel pour identification, seul l’archéologue sait à quel moment l’information révélée lui suffit ou s’il faut poursuivre le nettoyage plus avant.

102À l’issue de son travail, le conservateur-restaurateur rédige un rapport ou « fiche d’intervention », qui doit restituer l’intervention et sa démarche [fig. 44]. Outre l’objet traité, on est donc en droit d’attendre, en retour, ce document, qu’il est important de lire dès réception afin, le cas échéant, de solliciter immédiatement des précisions complémentaires. Les éléments pertinents (cf.infra § 5.2.4.) sont à intégrer dans la fiche d’inventaire de l’objet, tandis que le document original est à conserver pour être consultable lors d’une intervention ultérieure ou lors d’un mouvement.

fig. 44
Les informations et leur statut dans le rapport d’intervention de conservation-restauration.

fig. 44 Les informations et leur statut dans le rapport d’intervention de conservation-restauration.

103© S. Païn

2.2.3. Documenter pour communiquer

104Le gestionnaire du mobilier dispose d’un outil essentiel : la documentation – entendue ici strictement comme l’information produite à propos d’une action de conservation ou spécifiquement élaborée pour contribuer à celle-ci, quel qu’en soit le rédacteur. Les types de document les plus couramment utilisés dans ce contexte sont le constat d’état, les cahiers de charges, les recommandations et les fiches ou rapports d’intervention.

105Selon les circonstances, la documentation sert deux objectifs principaux : le suivi sur le long terme et le dialogue, entre deux professionnels ou entre deux institutions. Bien utilisée, c’est-à-dire si elle ne reste pas cantonnée à une utilité légale – pour partie illusoire d’ailleurs – la documentation participe à la conservation des objets prêtés ou empruntés. Elle contribue plus généralement à la promotion de la démarche, l’institution la plus compétente offrant un exemple à imiter à celle dont les habitudes de travail ou les capacités sont les moins au point.

2.2.3.1. Constats d’état

Qu’est-ce qu’un constat d’état ?

106Un constat d’état est une description de l’état de conservation d’un objet à une date précise. C’est, au sens propre, un constat, c’est-à-dire le résultat de l’observation de caractères perceptibles : signes d’altération, autant que possible quantifiés, et repérage des dégradations actives. Cette description peut être illustrée de photographies ou de schémas, mais les documents graphiques seuls, sans annotations ni commentaires, ne suffisent pas à témoigner de l’état de l’objet. Le constat d’état se limite à la description et n’est pas stricto sensu un travail d’interprétation, même si par extension – à notre avis abusivement – on emploie souvent ce terme pour désigner aussi bien les observations que les conclusions que l’on en tire, et même les préconisations de conservation émises. Les organismes de normalisation européens et français en offrent la définition suivante : « Enregistrement de l’état d’un bien, daté et signé, établi dans un but déterminé » (norme nfen 15898).

.

107Après le constat d’état, effectué dans un premier temps par le gestionnaire du mobilier en fonction des signes repérés, on fait appel à un conservateur-restaurateur pour savoir si ces signes sont ou non importants et susceptibles d’évolution, quelles en sont les causes probables et s’ils appellent des traitements spécifiques. Seule une grande expérience des objets, doublée d’une connaissance approfondie des causes et effets des altérations sur les matériaux, permet de livrer des interprétations dont le degré de certitude soit un tant soit peu garanti.

108Plusieurs types de constat d’état sont possibles en fonction de l’objectif poursuivi (norme nfen 16095). Une formation de l’Institut national du patrimoine (inp) sur ce thème s’intitule justement : « Un constat d’état, des constats d’état » (inp 2007). On peut en distinguer deux types principaux : les constats argumentatifs et les constats comparatifs (Païn 2007). Les constats interprétatifs sont par définition rédigés par un professionnel spécialisé. Ils ont clairement pour but une transformation de l’objet, l’exemple type étant le constat d’état effectué par un conservateur-restaurateur avant son intervention. Ils s’inscrivent dans l’argumentation qui justifiera le choix des traitements et la philosophie de l’intervention, ou bien, le cas échéant, la décision de ne pas intervenir. Les constats comparatifs ont pour but de confronter l’état d’un même objet à deux moments différents. L’exemple type est celui du prêt pour exposition, pour lequel le gestionnaire du mobilier est particulièrement sollicité.

Faire un constat d’état comparatif

109La difficulté de ces constats est double (y compris pour des conservateurs-restaurateurs aguerris, du reste) : il faut se donner les moyens d’assurer la comparaison entre l’état avant et l’état après, et choisir des descripteurs pertinents.

110Pour garantir l’homogénéité de la description, on s’attache à utiliser un vocabulaire normalisé, à être précis et, autant que possible, à quantifier les phénomènes décrits. « Surface piquetée à 80 % » est plus précis, par exemple, que « Surface largement piquetée », de même que « Il manque 30 % de l’objet » est plus précis que « Quelques manques ». Lorsqu’on utilise des échelles de valeurs, il faut veiller à en définir précisément les bornes, et vérifier que ces définitions sont partagées par les interlocuteurs. En particulier, une échelle de valeurs de type « catastrophique, très mauvais, mauvais, moyen, assez bon, bon, excellent », sans autre précision, a bien peu d’utilité concrète. Les bornes n’étant pas définies, rien ne garantit que l’assignation à une catégorie serait la même selon la personne qui fait le constat, voire par la même personne à deux moments différents. D’autre part, un changement peut intervenir sur l’objet, sans que l’objet change de catégorie.

111Il faut reconnaître que la description exhaustive de l’état de conservation d’un objet peut prendre plusieurs heures, et que bon nombre des données recueillies peuvent ne présenter qu’un faible intérêt au regard des objectifs du constat. Il y a donc une réflexion à mener sur la pertinence du choix des descripteurs et des informations à enregistrer, en fonction des risques et des possibilités concrètes d’action. En effet, il est facile de dire qu’un objet est en « bon état », mais les conséquences pratiques qu’un gestionnaire du mobilier pourrait en tirer sont à peu près nulles, car un tel constat n’informe en rien sur les fragilités spécifiques : un objet dont l’aspect est excellent, mais si fragile que sa manipulation est risquée, court le risque d’être confondu avec un objet solide mais par ailleurs sensible à l’hygrométrie.

112C’est la raison pour laquelle bâtir une fiche de constat d’état, ou au moins un canevas descriptif, implique d’identifier les risques réels auxquels l’objet est confronté. Cela contribue à détecter, parmi les données observables, celles qui éclairent plus particulièrement sur l’état de conservation vis-à-vis de ces risques et, le cas échéant, sur une fragilité spécifique à surveiller. On en verra l’application au § 9.3.3., avec la grille de constat d’état en fonction des risques occasionnés par un mouvement.

2.2.3.2. Cahiers des charges et recommandations

113Le travail de gestion courante des collections conduit fréquemment à rédiger ou à étudier des documents décrivant des conditions de conservation demandées ou proposées et les dispositifs envisagés pour leur obtention. Nous appellerons les premiers « cahiers des charges », dont les conditions de prêt sont un exemple, et les seconds « conditions offertes » lorsqu’il s’agit d’éléments matériels, mesurables ou vérifiables a priori. On appellera par ailleurs « recommandations » ou « instructions » les aspects qui portent sur des gestes ou des procédures et qui, de ce fait, ne peuvent être vérifiés à l’avance.

114Ces documents servent à transmettre des informations sous une forme précise et « opérationnelle », mais comportent une dimension de communication qui excède ce premier objectif. En effet, de par l’existence même de ces documents, la structure qui les produit affirme officiellement son souci de conservation. La qualité des documents révèle son niveau d’exigence.

Conditions de prêt et conditions offertes

115Dans le cadre d’un prêt d’objets, quel que soit son niveau de formalisation, deux types de documents spécifiques se répondent : conditions de conservation proposées (facility report, en anglais) d’un côté, conditions de prêt de l’autre.

116L’emprunteur rédige un document permettant de faire savoir aux institutions contactées quelles sont les conditions de conservation offertes pendant l’exposition, et leur permettre de juger si elles correspondent à leurs propres normes et aux besoins des objets concernés. L’existence d’un tel document accompagnant une demande de prêt constitue en soi un premier message, que l’on pourrait traduire par : « Nous nous soucions de la conservation des objets que vous nous prêterez, nous savons quels sont les paramètres importants et nous mettrons les moyens nécessaires pour assurer des conditions acceptables. » Ces conditions sont exprimées en termes généraux, ne prenant pas en compte les problématiques individuelles des objets, le plus souvent ignorées à ce stade. Du côté du prêteur, en fonction des conditions proposées et des objets demandés, il s’agit de rédiger des conditions de prêt. Le message est alors : « Nous connaissons bien nos objets et nous soucions de leur conservation, nous savons quels sont les paramètres importants pour eux, et demandons les moyens nécessaires pour assurer des conditions acceptables. »

117On verra plus en détail ces étapes du prêt entre institutions au §9.3. C’est la dimension de dialogue que ces documents impliquent que nous souhaitons mettre en valeur ici, ainsi que la confrontation entre les niveaux de connaissance et de sensibilisation à la conservation. En effet, la lecture des documents produits par d’autres peut alerter sur des paramètres dont l’importance n’a pas été évaluée correctement, mais aussi, concrètement, sur le niveau de qualité en matière de conservation des différentes institutions. Par exemple, une structure à laquelle on emprunte des objets métalliques, et dont les seules conditions de prêt sont « vitrines avec serrure », est manifestement plus sensible au problème du vol qu’à celui de la corrosion.

Les cahiers des charges

118Un gestionnaire de mobilier aura l’occasion de rédiger des cahiers des charges et de vérifier que les propositions de ses interlocuteurs y répondent, en particulier pour les aménagements de réserves, les projets de construction ou de réhabilitation de bâtiments destinés à la structure de conservation (cf. infra § 7.1.), les déménagements, les projets muséographiques ou de présentation, les traitements de conservation-restauration effectués à l’extérieur et l’infrastructure informatique et documentaire.

119Le point commun de ces contextes est la présence de prestataires extérieurs, parfois éloignés des problématiques patrimoniales, auxquels il faut expliquer les attentes et les besoins. Il appartiendra au gestionnaire des collections de rédiger ou, au moins, de participer à l’élaboration de ces cahiers des charges, le cas échéant avec l’aide de consultants en conservation préventive, mais aussi d’examiner les offres des prestataires et de vérifier qu’elles correspondent aux souhaits.

120Là encore, au delà des données techniques, le message est clairement : « Il y a un pilote dans l’avion, il sait de quoi il parle, et il peut justifier ses demandes. » Si le cahier des charges est précis et comporte des éléments pertinents, le prestataire s’en apercevra et le dialogue en sera facilité. A contrario, un cahier des charges trop vague et/ou trop ambitieux dévoile une difficulté à définir un projet réaliste et annonce des déboires pour tous. Les prestataires expérimentés préfèreront souvent se priver d’un tel marché que d’y perdre santé, bonne humeur, temps… et parfois, finalement, argent. La qualité des offres reflète donc, jusqu’à un certain point, celle du cahier des charges.

Les recommandations et instructions

121Nous avons regroupé sous les termes « recommandations », pour les préconisations générales, et « instructions », pour les successions d’étapes ordonnées, tout ce qui a trait aux procédures : emballage, déballage, nettoyage, marquage, conditionnement, manipulations… Dans plusieurs circonstances – en particulier lorsque deux personnes doivent manipuler l’objet de façon successive sans se rencontrer, ou bien lorsque la même personne doit manipuler un même objet à des intervalles de temps si longs qu’elle risque d’oublier la façon de faire –, il est indispensable d’élaborer des documents écrits ou graphiques qui serviront de « mode d’emploi ».

122Les instructions doivent être aussi pratiques que possible, et suivre le déroulement logique des opérations. Elles doivent être rédigées dans un langage compréhensible par l’interlocuteur envisagé, faire apparaître les aspects essentiels et l’éventuelle hiérarchie des différents points abordés. Par exemple, pour une manipulation où la survie de l’objet dépend principalement de la façon de saisir celui-ci et où le port des gants est une précaution de moindre importance, il est avantageux que les instructions, par leur typographie et leur mise en pages, mettent l’accent sur cette hiérarchie.

123Pour ce qui est des séquences d’actions précises, le mieux est d’effectuer les gestes tout en rédigeant les instructions, de façon à être sûr de n’oublier aucune étape. Une fois les instructions rédigées, il peut être utile de les faire exécuter par un « naïf », de façon à vérifier qu’elles sont assez claires (cf. infra § 8.4.1.4.). Il faut également veiller, lors des modifications du dispositif, à mettre à jour les instructions : lorsqu’on modifie par exemple la conception d’une boîte de transport, il faut en revoir les instructions de manipulation et de déballage.

124Au delà de leur contenu intrinsèque, les recommandations et les instructions sont en elles-mêmes, comme les cahiers des charges, un message adressé à ses interlocuteurs : si on a pris la peine de rédiger des documents spécifiques, c’est que l’objet a de l’importance, qu’il est fragile et que l’on se soucie de sa conservation [fig. 45]. De même, le soin mis à confectionner un emballage est en soi révélateur de cette préoccupation.

fig. 45
Recommandation de déballage inscrite sur un sachet contenant des objets fragiles : même imprécise, la recommandation a un rôle d’alerte.

fig. 45 Recommandation de déballage inscrite sur un sachet contenant des objets fragiles : même imprécise, la recommandation a un rôle d’alerte.

© P. Laforest, SADY.

2.2.3.3. Rapports d’intervention

125Le rapport (ou fiche) d’intervention, est le document élaboré par une personne qui effectue soit un traitement de conservation-restauration, soit une autre intervention de conservation sur un objet patrimonial, dans le but de transmettre les données nécessaires aux personnes qui pourraient avoir besoin d’informations sur cette intervention. Si l’objet a été confié à un laboratoire de conservation-restauration, en particulier, il reviendra avec un rapport (cf. supra § 2.2.2.4.). Cependant, la fiche d’intervention n’est pas l’apanage exclusif du conservateur-restaurateur, et peut également être rédigée par d’autres. Par exemple, si un archéologue fait un prélèvement en motte ou pratique des consolidations sur le terrain, il documentera de la même façon son intervention (cf. infra § 4.1.2.2.).

126Là encore, la dimension de dialogue que ces documents comportent est essentielle : la qualité de la documentation révèle le soin apporté, tandis que son indigence, au contraire, témoigne un manque de sensibilité aux problématiques de la conservation.

2.3. Une démarche payante

127L’intérêt de cette démarche, en termes de gains pour la conservation du mobilier et pour les potentialités d’étude et d’exploitation patrimoniales, se manifeste progressivement, à mesure que la démarche s’installe. La mise en place peut être longue, l’automatisation des procédures nécessite un temps pour être intégrée par l’équipe archéologique, et le gestionnaire du mobilier sera parfois affecté par ce qu’il interprétera ponctuellement comme des « retours en arrière » ou, pire, par de fugaces impressions de l’inutilité de ses efforts. Il convient cependant de ne pas se décourager : nul doute que l’acharnement se révèle payant, et que le cumul d’expériences, le dialogue avec l’équipe, la documentation engrangée, un réseau de partenaires solidaire et une évaluation intelligente permettent, sur le moyen terme, de construire une culture de la conservation au sein de l’équipe archéologique.

Table des illustrations

Titre fig. 35 Le cursus du mobilier archéologique, avec l’indication des phases stables, instables et évolutives – certaines activités pouvant relever de plusieurs régimes selon les circonstances.
Crédits © S. Païn, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre fig. 36 Les délais de séchage au cours d’une intervention de prélèvement d’une céramique : à gauche le nettoyage en vue de la consolidation est effectué alors que le sédiment est encore humide, puis il faut attendre le séchage complet avant de consolider ; à droite on utilise une résine dissoute dans l’acétone, qui devra sécher également.
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre fig. 37 Séquence d’intervention d’un prélèvement : a. découpe du prélèvement ; b. première couche d’emballage ; c. emballage supplémentaire pour garantir la conservation de l’humidité ; d. placement dans une boîte avec calage pour le transport ; e. transfert vers la base de fouilles.
Crédits © B. Van den Bossche, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre fig. 38 Les étapes d’une intervention dans une démarche de conservation.
Crédits © S. Païn, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre fig. 39 Plateau de démonstration des altérations de la céramique et du verre utilisé pour des formations au SADY : en haut à gauche : tesson protohistorique dont la moitié a été trempée dans l’eau (ce qui en est resté est dans la petite boîte…) ; à droite : un tesson présentant des efflorescences salines blanches ; en bas à gauche : fragments de verre archéologique à différents stades d’altération ; en bas à droite : altérations de la glaçure sur une céramique médiévale.
Crédits © S. Païn, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre fig. 40 Dégagement et consolidation d’une céramique néolithique très fissurée. Le dégagement est effectué par l’archéologue (à gauche sur la photo) et la restauratrice. C’est cette dernière qui effectue la consolidation. En participant à l’opération, l’archéologue observe le geste, se forme, et sera mieux à même d’agir en cas de nécessité.
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre fig. 41 Bracelet creux et déformé en alliage cuivreux posé sur un support en mousse permettant de protéger les parties fragiles. Le creusement en bas est destiné à garantir une meilleure préhension de l’objet.
Crédits © C. Stoll, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre fig. 42 Plaque-boucle à décor damasquiné bicolore : a. avant restauration ; b. le décor est visible sur la radiographie, et permet même, en raison de la différence de netteté de certains éléments, de penser que deux métaux différents ont été utilisés ; c. l’hypothèse est confirmée par la restauration.
Crédits © a & c P. Laforest / SADY. © b P. Laforest, SADY (d’après RXIRRAP).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre fig. 43 Monnaie en cours de restauration : le nettoyage au scalpel permet de retrouver, sous des plages de corrosion, la « surface originelle » de l’objet, qui garde les traces des décors et des traitements de surface fossilisés par les produits de corrosion.
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre fig. 44 Les informations et leur statut dans le rapport d’intervention de conservation-restauration.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre fig. 45 Recommandation de déballage inscrite sur un sachet contenant des objets fragiles : même imprécise, la recommandation a un rôle d’alerte.
Crédits © P. Laforest, SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20872/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search