Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Introduction. Pourquoi un manuel de gestion du mobilier archéologique ?

Texte intégral

1On voit émerger un nouveau métier, gestionnaire du mobilier archéologique, dont les missions sont assez bien identifiées et relèvent de domaines traditionnellement séparés, rarement réunis dans un cursus universitaire : droit, documentation, conservation préventive, archéologie. Aux personnes qui exercent ce métier, on demande, sans formation initiale et avec peu de formations permanentes adaptées, d’être opérationnels : ils se tournent logiquement vers les ressources bibliographiques pour tenter d’apprendre grâce aux livres ce qu’on n’apprend pas à l’université. Or, la bibliographie sur ce sujet est cantonnée à chacun des domaines concernés, souvent attachée à un problème précis, voire à une étude de cas, les éléments de synthèse restant rares.

2L’ambition de cet ouvrage est donc de proposer une méthodologie d’approche globale réunissant en un seul livre des informations parfois disponibles mais dispersées. Il a été conçu comme un instrument de travail permettant d’aborder toutes les facettes de la gestion des collections en apportant des réponses concrètes. Deux types de plan auraient pu lui convenir : l’un s’attachant à identifier chaque situation et à donner tous les éléments pour l’aborder ; l’autre identifiant les grands thèmes et proposant une réflexion en termes d’organisation globale pour chaque aspect. Le premier tient du livre de recettes : il aurait sans doute permis au lecteur d’aborder concrètement une situation dans un cadre préétabli, mais pas de concevoir ce cadre ni de distinguer les implications de chaque mode d’organisation sur les autres domaines. Or, nous voulions que ce livre soit également un outil de conception, à même de faire réfléchir en termes de structures, de procédures et de systèmes. C’est la raison pour laquelle nous avons fait le choix, pour chaque thématique, de débuter toujours par les aspects théoriques et généraux, puis de présenter dans un second temps leurs applications pratiques. On traitera ainsi de problématiques qui sembleront parfois un peu abstraites, mais les pratiques sont souvent sous-tendues par des enjeux plus vastes qu’il est intéressant d’appréhender.

3Une structure de conservation se définit conjointement par ses collections, les activités qui s’y déroulent, l’infrastructure documentaire qui permet son exploitation, l’infrastructure matérielle qui l’abrite et les normes qui permettent son fonctionnement. Chacun de ces aspects sera traité en lui-même et dans ses liens avec les autres, car notre but est aussi de montrer que tous les aspects de la gestion du mobilier sont, dans la pratique, intimement liés, et que l’intérêt des problématiques réside précisément dans leurs rapports et interdépendances réciproques. Dans l’action concrète, on ne peut traiter de la conservation sans s’intéresser aux problèmes documentaires ou aux responsabilités légales, la réciproque étant également vraie. Nous aborderons donc parfois une même thématique selon des approches différenciées : par exemple, les risques induits par les conditions environnementales sont traités de façon générale et théorique dans le chapitre 1, puis de façon plus pratique aux chapitres 3 et 4, mais aussi du point de vue de l’aménagement des espaces de stockage au chapitre 7 et des obligations et normes au chapitre 8. À chaque fois, le contexte apportera un éclairage différent, l’ensemble permettant de considérer les liens entre les divers domaines d’intervention du gestionnaire des collections.

4Enfin, dans la vie d’un gestionnaire du mobilier il y a des moments où l’on doit gérer l’existant et des moments où l’on peut se projeter dans l’avenir. Nous avons volontiers envisagé cette dernière option : qu’il doive gérer un contexte donné en étant opérationnel ou qu’il soit en situation de pouvoir proposer et concevoir des modifications, nous espérons donner ici au gestionnaire des éléments pour faire face à ses responsabilités.

5On découvrira ainsi dans cet ouvrage les éléments de réflexion et d’action que nous avons jugés indispensables à la pratique d’un métier que nous avons exercé pendant quinze ans. Il est essentiellement le fruit d’une expérience et de réflexions personnelles, mais s’appuie sur une bibliographie. Celle-ci est riche pour certains domaines, moins pour d’autres. Nous avons tenté de proposer des références pertinentes pour tous les sujets abordés – récentes et en français lorsque c’était possible – sans prétendre à l’exhaustivité. Les aspects abondamment traités dans d’autres ouvrages ne sont pas ici développés outre mesure, et on trouvera dans ceux-ci des indications bibliographiques supplémentaires. Dans des domaines moins favorisés, nous avons eu recours à des documents appartenant à la « littérature grise », reprographiés ou à diffusion restreinte : ils ne constituent, bien entendu, qu’une partie de l’existant ; on ne peut que regretter que ces thématiques n’aient pas suscité un plus grand nombre de publications.

6On verra que le propos est souvent orienté sur une hypothèse de type dépôt archéologique de collectivité territoriale ou cce, d’une part parce qu’il permet d’envisager le plus grand nombre de situations auxquelles un gestionnaire de mobilier est confronté ; d’autre part parce qu’il correspond à notre expérience personnelle. Pour la même raison, nous avons envisagé un contexte de fouilles terrestres : même si certains aspects de cet ouvrage peuvent être appliqués plus largement, les problématiques de conservation du patrimoine sous-marin sont suffisamment singulières pour mériter d’être traitées par des spécialistes dans des ouvrages dédiés.

7Certains lecteurs pourront regretter l’absence d’annexes pratiques telles que des listes de produits, de laboratoires ou de fournisseurs : l’expérience montre que ces informations deviennent rapidement obsolètes… Au moment où ces lignes sont écrites, un réseau de gestionnaires de mobilier archéologique se met en place : il sera naturellement le lieu d’échange d’informations de cette nature, actualisées et inscrites dans une expérience concrète.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search