Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Avant-propos. Un nouveau métier

Texte intégral

Une lente prise de conscience

1Archives, bibliothèques et musées possèdent une tradition de gestion des collections et des méthodes testées à grande échelle et éprouvées par l’expérience au cours d’une longue histoire. L’archéologie est, en comparaison, une science bien plus jeune et qui a, pendant très longtemps, admis des pratiques « système D », découlant du statut des chercheurs amateurs, et délégué le travail de gestion des collections aux structures muséales, sinon dès la découverte, au moins après l’étude (Charpy 2000).

2La jeunesse de la discipline n’explique pas à elle seule la faiblesse des traditions gestionnaires de la communauté archéologique : celle-ci est liée au renouvellement des approches scientifiques ainsi qu’au changement des pratiques et à la professionnalisation de l’archéologie. Face à des volumes sans cesse croissants, et à mesure que les moyens d’interroger ce mobilier se multiplient, a surgi parmi d’autres spécialistes le « gestionnaire du mobilier ». Ce dernier ne bénéficie pas toujours d’une reconnaissance ou d’une formation initiale dédiée.

L’émergence de la gestion du mobilier

3L’évolution de l’archéologie, notamment au cours des années 1970- 1980, se caractérise par un intérêt quasi exclusif pour les « structures » au détriment du mobilier, peut-être pour contrebalancer les dérives des générations précédentes, obnubilées par le « bel objet ». Cette attitude a eu des conséquences, parfois dramatiques, pour la conservation à long terme. Dans les années 1980-1990, un timide retour vers les objets s’opère, issu d’une prise de conscience de potentiels informatifs encore inexploités, des avancées du traitement statistique et analytique, mais aussi de la découverte de l’importance des objets pour la médiation vers le grand public (Dufaÿ 2000a). En même temps, la mise au point de méthodes de conservation permet à la communauté archéologique d’avoir accès à un mobilier auparavant voué à la destruction, et d’élargir ainsi son domaine d’étude. Cependant, la prise en compte des dimensions patrimoniales, et donc de l’intérêt de la conservation à long terme, est lente à surgir. C’est ainsi qu’un archéologue bon connaisseur des réalités de la discipline peut encore dire, en 2008, que « les archéologues de terrain se soucient fréquemment très peu de conservation » (Desachy 2008 : 19).

4Parallèlement, l’archéologie se professionnalise et la structuration de l’activité se modifie dans le sillage de l’essor de l’archéologie préventive. La multiplication des opérateurs et des volumes de mobilier, ainsi que les contraintes d’efficacité induites par le nouveau modèle, mettent en évidence les limites des habitudes héritées de l’archéologie bénévole et suscitent d’autres approches. L’apparition d’une archéologie professionnelle indépendante des musées (scientifiquement et statutairement) oblige les archéologues à prendre eux-mêmes en charge la gestion du mobilier archéologique – celui qu’ils ont eux-mêmes trouvé comme celui collecté par leurs collègues. D’autre part, les musées hésitent de plus en plus à accepter des collections archéologiques ne correspondant pas (ou plus) à leur politique d’acquisition, ni à la taille de leurs réserves. Ces mobiliers, dont la plus grande part est difficilement valorisable par une présentation au public, occupent un volume important, sans commune mesure avec le rythme « naturel » d’acquisition des musées (Roy 2000 : 147).

La gestion du mobilier s’affirme

5Les nouvelles approches ont conduit le ministère de la Culture à prendre conscience des problèmes posés par la gestion et la conservation, et ont donné lieu à diverses réflexions et tentatives de cadrage des procédures de traitement du mobilier archéologique. De ces réflexions se dégagent quelques éléments significatifs dans l’évolution de l’appréhension du mobilier archéologique, qui ont eu des conséquences sur les structures et les modes de gestion actuellement préconisés, dont le rapport Papinot (1998) et les débats des Assises nationales de la conservation archéologique de Bourges (Deyber-Persignat 2000), organisées en 1998, reflètent assez bien les enjeux.

6En premier lieu, le constat du caractère dramatique des conditions de préservation du mobilier, comparées à celles retenues pour les collections muséales, a mobilisé les pouvoirs publics et les a amenés à énoncer des normes de conservation plus exigeantes. L’importance d’éviter le démembrement des collections et la nécessité de garder le lien physique entre les objets et la documentation de fouille s’affirment (Soulier 2000 : 115 ; Deyber-Persignat 2000 : 422). D’autre part, même si on ne renonce pas complètement au musée, l’idée que ce dernier n’est pas nécessairement l’ultime lieu de conservation de toute collection archéologique fait son chemin. On commence à envisager que le dépôt archéologique doit se donner les moyens d’assurer ce rôle. Ainsi, au cours de la table ronde qui conclut les débats des Assises de Bourges, Jean-Claude Papinot mentionna les « dépôts d’archivage » (Deyber-Persignat 2000 : 439), admettant que « l’on peut se demander si (dans quelques années, la réflexion pourrait être tout autre) le musée (contrairement à la tradition au ministère de la Culture) est bien le lieu normal d’aboutissement du mobilier archéologique » et que, si les musées ne prennent pas en charge la conservation définitive, « les organismes les plus dynamiques modifieront l’analyse à leur profit » (Deyber-Persignat 2000 : 441).

7Enfin, l’État convient que les moyens matériels et humains dont il dispose ne lui permettent pas toujours d’assurer lui-même la gestion du mobilier archéologique. Découlent de cette prise de conscience trois types de démarche : la première vise à déléguer aux opérateurs, de façon obligatoire et formalisée, une partie du travail de gestion (inventaire, traitement du mobilier), la deuxième à accepter de se défaire de collections appartenant à l’État au profit des collectivités territoriales offrant des conditions de conservation correctes ; la dernière à susciter des collaborations formalisées entre différents intervenants (notamment les collectivités territoriales) au sein des centres de conservation et d’études (cce). Ceux-ci ne sont plus obligatoirement liés à des musées et peuvent constituer des structures autonomes de conservation définitive des mobiliers.

Un métier en construction

8Cette situation, ainsi que le volume considérable de mobilier issu de l’archéologie préventive, a rapidement mis en évidence que les modes de gestion traditionnels ne sont pas adaptés à la gestion de grandes collections ni à la multiplicité des intervenants. Les objectifs de rentabilité ont également conduit, dans l’activité archéologique comme dans d’autres, à une division du travail ou, si l’on préfère, à une spécialisation des personnels. Ainsi, à côté du topographe, du dessinateur, du céramologue, de l’anthropologue, etc. apparaît un nouveau professionnel, dont la tâche est de gérer le mobilier. Cela ne s’est pas fait en un jour, comme en témoigne un archéologue : « La tendance des archéologues est de tout faire soi-même, donc mal, depuis la fouille jusqu’à la restauration, en passant par l’administration et la communication. Nos services doivent prendre l’habitude d’avoir des personnels dédiés selon des compétences précises : c’est une garantie de professionnalisme » (Dufaÿ 2000b : 236).

Définir missions et compétences

9L’identification d’une fonction spécifique au sein d’une équipe archéologique s’accompagne logiquement d’une définition de ses tâches et de ses missions, ainsi que de son périmètre d’action : il faut donc sans doute expliciter ce qu’on entend par gestion et ce que cette activité recouvre, aussi bien du point de vue conceptuel que pratique. Étant donnée une collection d’objets, de vestiges et de documentation issue de l’activité archéologique, on peut définir la gestion comme l’ensemble de mesures prises pour assurer un accès pérenne à cet ensemble documentaire. Par « accès », il faut entendre aussi bien l’accès physique que l’accès « intellectuel ».

10Pour ce qui est de l’accès physique, il s’agit d’assurer la préservation de l’ensemble, au moyen de mesures de conservation préventive et/ou curative, mais aussi de disposer d’un système de classement et de repérage permettant de localiser les objets. Gérer la conservation matérielle implique l’organisation et/ou la mise en œuvre de toutes les opérations qui concourent à préserver l’intégrité matérielle des collections archéologiques. Cela nécessite de connaître les impératifs de conservation des différents matériaux constitutifs des objets, les indicateurs de problèmes de conservation, les risques encourus et les moyens de conditionnement et de conservation permettant de minimiser ces risques. Il y faut également une organisation spécifique en termes d’espaces et d’infrastructures matérielles, mais aussi de normes et de procédures.

11Pour ce qui est de l’accès « intellectuel », il est clair que l’exploitation du mobilier archéologique nécessite la plupart du temps de se référer à des données préexistantes, sans lesquelles celui-ci serait incompréhensible, au premier rang desquelles les informations sur le site et l’unité stratigraphique de provenance, qui éclairent le contexte de découverte et donnent sens à l’objet. L’inventaire est l’outil qui permet de mettre en lien les données sur l’objet et la documentation associée. Mais l’inventaire ne suffit pas. Il faut également préserver le lien documentaire, ce qui implique, tout d’abord, que l’objet puisse être repéré par un identifiant univoque qui l’accompagne physiquement au moyen d’un étiquetage.

12Enfin, le mobilier archéologique relève d’un statut de propriété qui, il faut bien l’admettre, ne facilite pas le travail des acteurs de patrimoine. Selon le statut des fouilles qui ont généré la trouvaille, des objets peuvent appartenir à divers propriétaires, voire être possédés en indivision, et n’acquièrent un statut définitif qu’après un certain temps. Le gestionnaire des collections doit prendre en charge les difficultés engendrées par ce statut provisoire au mieux de ses possibilités, autrement dit en étant dans la légalité sans pour cela se condamner à l’impuissance.

13La synthèse des travaux de l’atelier « Compétences, formation et responsabilités » des Assises de Bourges recense missions et compétences nécessaires à l’exercice de la fonction : « Les missions du personnel en charge du dépôt : tenue de l’inventaire, conditionnement et stockage, suivi et organisation des mouvements (sorties et rentrées), assistance aux publics (recherche, service pédagogique…). « Les compétences scientifiques et techniques : […] connaissances des méthodes de l’archéologie, des systèmes de gestion documentaire et de collections, de la conservation préventive et du droit patrimonial en vigueur, sécurité des biens et des personnes » (Deyber-Persignat 2000 : 419).

Périmètre et limites de la gestion

14Qu’on le nomme « responsable du mobilier », « gestionnaire du mobilier », « régisseur des collections archéologiques » ou autrement encore, le rôle de ce nouveau professionnel peut recouvrir divers périmètres en fonction des problématiques et de la composition de l’équipe. On peut cependant considérer qu’il assume globalement les missions suivantes : conservation préventive du mobilier, réalisation ou encadrement du premier traitement archéologique (lavage, tri, marquage ou étiquetage), inventaire, gestion des mouvements, programmation et suivi des traitements, prise en charge des obligations légales ou contractuelles, instruction ou préparation des transferts de propriété et accueil des chercheurs. Il est également amené, dans l’exercice de ces missions, à sensibiliser l’équipe scientifique à la conservation du mobilier, avec pour objectif de responsabiliser l’ensemble des acteurs.

15Dans le domaine de l’archéologie comme dans d’autres, la gestion prend une certaine indépendance par rapport au travail de recherche proprement dit. Gérer du mobilier et l’étudier sont deux choses différentes, comme le sont le travail de l’archiviste et celui de l’historien. L’étude s’applique à une partie du fonds de façon approfondie selon des problématiques et des modalités propres au chercheur au moment où il fait son travail ; la gestion est globale sur tout le fonds, et s’exerce – idéalement – exhaustivement en étendue plutôt qu’en profondeur. Il faut se garder de considérer que la gestion du mobilier s’identifie à la seule gestion des informations relatives au mobilier : les objets ne se résument pas aux informations dont ils sont porteurs. Bien gérer les objets n’équivaut pas à bien gérer le fichier qui recueille les informations sur l’objet, même si, naturellement, le second objectif participe au succès du premier, car le mobilier est aussi un ensemble d’objets tridimensionnels occupant une place dans l’espace.

16Pour peu que le gestionnaire ait une tournure d’esprit ne serait-ce que légèrement obsessionnelle, le travail de gestion peut facilement finir par constituer un but en soi : quelle satisfaction, en effet, de contempler une rangée impeccable de boîtes toutes identiques, ornées de belles étiquettes issues d’un fichier bien tenu, vérifié, revérifié, re-re-vérifié… Et qu’il est pénible de voir déranger un si bel ensemble ! Aussi n’oublions jamais que, pour agréable qu’il soit, cet état des choses n’est pas un objectif en soi, mais un moyen. L’essentiel est, d’une part, que la conservation des objets soit assurée (la gestion du mobilier y participe), d’autre part, que la collection puisse être exploitée scientifiquement (la gestion y contribue également). Les effets de la consultation du mobilier sur sa conservation sont réels : il faut certes veiller à les minimiser, mais la gestion des collections doit avoir pour horizon une meilleure réponse aux demandes des chercheurs et une meilleure diffusion de la connaissance archéologique.

Gestionnaire, gestionnaires…

17La gestion du mobilier est actuellement assumée successivement par différents acteurs. Sur le chantier et durant la phase de post-fouille, elle est sous la responsabilité du titulaire de l’autorisation de fouilles ou de l’opérateur. Le cadrage réglementaire des modalités de traitement et de gestion, amélioré pour l’archéologie préventive, n’a pas été étendu au mobilier des autres opérations. Dans les « bases » des chercheurs, la gestion est faite opération par opération, avec pour but le versement à une autre structure de conservation à moyen terme. Lorsque les dépôts de long terme sont saturés ou défaillants, ces structures deviennent parfois, de fait, des dépôts archéologiques. Dans les dépôts archéologiques ou cce, qu’ils soient d’État ou territoriaux, les collections sont gérées dans une optique scientifique, dans le but d’assurer la conservation à long terme et la communication aux chercheurs, avec parfois un volet « médiation » plus ou moins affirmé. Les musées, lieux théoriques de conservation définitive du mobilier, assurent la gestion selon leurs modalités traditionnelles, axées sur la conservation et la valorisation. Dans les faits toutefois – pour les raisons précédemment évoquées mais aussi en raison du non-règlement de leur statut juridique –, seule une partie des collections archéologiques trouve un musée pour l’accueillir : la plupart du mobilier reste donc dans les dépôts.

18Selon les établissements, les personnes chargées de la gestion du mobilier reçoivent des appellations et possèdent des statuts différents. La reconnaissance (de l’activité et du professionnel qui la remplit) n’est pas encore totalement partagée dans les milieux archéologiques. Toutes les équipes ne comportent pas une personne spécifiquement dédiée au mobilier et, même lorsqu’un membre de l’équipe – archéologue ou conservateur-restaurateur – en est chargé, il ne bénéficie pas nécessairement d’une formation pour assumer ces nouvelles fonctions. À ce métier neuf, dont l’équivalent dans les musées est le régisseur, et qui regroupe encore peu de professionnels, ne correspond pas un cursus de formation initiale spécifique – que la synthèse des Assises de Bourges appelait pourtant déjà de ses vœux. À l’heure où ces lignes sont écrites, quelques initiatives se mettent en place, mais ne sont encore que des prémices.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search