Version classiqueVersion mobile

Manuel de gestion du mobilier archéologique

 | 
Silvia Païn

Remerciements

Texte intégral

1L’auteur assume seule la responsabilité des propos tenus dans cet ouvrage, issu d’une démarche et d’expériences personnelles. Sans une expérience personnelle, en effet, cette réflexion ne serait probablement pas née et, surtout, n’aurait pu se confronter à une pratique réelle. Aussi, en premier lieu, je souhaiterais remercier ceux qui m’ont donné la possibilité de l’exercer, en me confiant la responsabilité de la gestion du mobilier archéologique et, en particulier, Bruno Dufaÿ et Marie-Aline Charier, archéologues départementaux des Yvelines, pour leur ouverture d’esprit et pour l’appui qu’ils ont donné à mes initiatives, ainsi que le conseil général des Yvelines, qui m’a offert les moyens de travailler dans un contexte favorable à l’innovation. Je remercie également Caroline Kuhar, régisseur au Service archéologique départemental des Yvelines (sady) depuis 2003, qui continue le travail commencé, en lui donnant les orientations nécessaires pour l’adapter à l’évolution des missions. Ma gratitude va également à tous les membres du service qui ont bien voulu partager avec moi leurs connaissances archéologiques et qui m’ont encouragée dans la rédaction de cet ouvrage.

2Mon approche de la gestion du mobilier n’aurait pas été la même sans l’influence, directe ou indirecte, d’autres collègues, archéologues ou conservateurs-restaurateurs ; certains ont pu être pour moi des exemples ; tous ont été des interlocuteurs féconds sur ces questions : Nicole Rodrigues, responsable de l’Unité municipale d’archéologie de Saint-Denis, Marie Berducou, enseignante au master professionnel de Conservation-Restauration de biens culturels et au master professionnel de Conservation préventive à l’université Paris 1, Caroline Relier et Dominique Deyber, conservateurs-restaurateurs en archéologie, Denis Guillemard, directeur du master professionnel de Conservation préventive à l’université de Paris 1, Laurent Bourgeau, conservateur régional de l’Archéologie en région Centre, Charlotte Périn, chef du bureau de la Gestion des vestiges et de la Documentation archéologique au ministère de la Culture, et Florence Mousset, responsable du dépôt archéologique de Scy-Chazelles (sra Lorraine).

3La rédaction de cet ouvrage a bénéficié des compétences de Françoise Lefebvre, documentaliste du sady, pour des recherches bibliographiques spécifiques, ainsi que de la collaboration de Pascal Laforest, photographe et gestionnaire de la photothèque du sady, dans la recherche d’images. Il est par ailleurs l’auteur d’une bonne partie des photographies qui illustrent ce texte. Marie Berducou, Caroline Relier, Nicole Rodrigues, Yvonne Giboteau, Caroline Kuhar, Françoise Lefebvre, Denis Guillemard, Anne Chaillou, Florence Mousset, Pascal Laforest et Marc Langlois ont bien voulu lire le manuscrit et m’aider à l’améliorer par leurs remarques et suggestions. L’expertise de Laurent Bruel, Nelly Le Masne de Chermont et Alain Dagand a été précieuse tout au long du travail éditorial.

4Cette entreprise n’est arrivée à son terme que grâce aux encouragements reçus, ainsi qu’aux occasions de formation permanente offertes par l’université Paris 1, l’Institut national du patrimoine (inp), le ministère de la Culture et le Centre national de la fonction publique territoriale (cnfpt), qui m’ont permis d’anticiper la réception de certaines des idées qui émaillent ce texte. Merci à tous !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search