Version classiqueVersion mobile

L’Îlot du palais de justice d’Épinal (Vosges)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Philippe Kuchler

Chapitre 4. L’apport des fouilles archéologiques

Résumé

Menées au cœur de la ville, les fouilles archéologiques du site de l’îlot du palais de justice d’Épinal, corrélées avec d’autres sources documentaires apportent des renseignements inédits sur la dynamique urbaine et le développement du quartier du Grand-Bourg.

Elles nous renseignent en premier lieu sur le processus de formation de l’espace urbain du VIIIe au XIIIe s. Un des principaux apports des opérations archéologiques a en effet été de démontrer que l’agglomération, née d’une décision épiscopale à la fin du Xe s., se développe dans un espace préalablement anthropisé, apportant ainsi une contribution originale à la connaissance des agglomérations d’origine castrale fondées au premier Moyen Âge. Les investigations archéologiques nous renseignent en second lieu sur l’organisation de l’espace urbain et sur le développement du quartier du XIIIe au XIXe s. L’étude a notamment permis de préciser la structuration progressive de l’espace ainsi que des principaux changements architecturaux, sociologiques et fonctionnels marquant l’histoire de l’îlot.

Enfin, les fouilles ont contribué à documenter les conditions de vie d’une communauté religieuse aux XVIIe et XVIIIe s. en restituant le cadre de vie, les pratiques culinaires, alimentaires, sanitaires et funéraires des sœurs de la Congrégation Notre-Dame.

Texte intégral

1Menées au cœur de l’agglomération d’Épinal sur une superficie d’environ 3000 m2, les fouilles archéologiques du site de l’îlot du palais de justice ouvrent une fenêtre significative sur environ dix siècles d’histoire urbaine. Même si les vestiges sont parfois fortement oblitérés par les occupations successives, ils apportent des renseignements inédits sur la dynamique urbaine et sur le développement du quartier du Grand-Bourg. Au-delà des informations obtenues à l’échelle locale, le résultat des fouilles offre une contribution originale à la connaissance de ces nouveaux centres de pouvoir que sont les villes nées au Moyen Âge, à l’origine, pour la plupart d’entre elles, de notre réseau urbain actuel. Corrélées avec d’autres sources documentaires, les investigations archéologiques nous renseignent notamment sur le processus de formation de l’espace urbain du VIIIe au XIIIe s., sur le développement de l’îlot du XIIIe au XIXe s., et sur les conditions de vie d’une congrégation religieuse aux XVIIe et XVIIIe s.

4.1. Avant le milieu du XIIIe s., la formation de l’espace urbain

4.1.1. Synthèse des données archéologiques

2Avant le Xe s., le nord du site est drainé par un cours d’eau, au sud duquel se développe un paléosol ayant livré des fragments de céramique témoignant d’une anthropisation discrète du secteur aux VIIIe-IXe s.

3Du Xe s. au milieu du XIIIe s., la partie septentrionale du site reste marécageuse, malgré un colmatage du paléochenal et un apport massif de remblais destiné à assainir le terrain. C’est au sud de cette zone humide qu’apparaissent les premières traces d’occupation structurée. Elles correspondent à des vestiges de bâtiments sur poteaux, de cabanes excavées, de fosses et d’alignements de piquets formant des clôtures. Ces éléments sont malheureusement très perturbés par les aménagements postérieurs, ce qui complique l’analyse de la structuration de l’espace. Il apparaît toutefois que l’orientation NE-SO des alignements de piquets observés à proximité de la zone inondable se pérennise dans les siècles suivants. En outre, l’occupation paraît plus dense en limite méridionale de l’îlot, ce qui suggère une extension de l’habitat sous l’actuel bâtiment du palais de justice, à une trentaine de mètres au nord du chevet de la basilique Saint-Maurice.

4Dans la première moitié du XIIIe s., les efforts de l’homme pour viabiliser la zone humide se poursuivent avec l’installation, en partie septentrionale de l’îlot, d’aménagements de berges qui impactent fortement la topographie du secteur et qui marquent une nouvelle étape dans le processus de formation de l’espace urbain. Les vestiges rencontrés se présentent sous la forme d’un alignement de piquets orientés NO-SE, délimitant la zone humide. Cette dernière était pourvue d’une aire de circulation et d’une structure de plan carré formée de piquets partiellement clayonnés, qui pose des problèmes d’interprétation. Vivier, ponton, structure à fonction artisanale : plusieurs hypothèses sont envisageables mais aucun indice ne permet de privilégier l’une ou l’autre.

5Au sud de ces aménagements de berges, la topographie du site est marquée par la construction de nouvelles structures d’habitat formées d’une ou de plusieurs cabanes excavées associées à des fosses et à des constructions sur poteaux et/ou sur sablières basses. Leur état de conservation ne permet malheureusement pas de pousser très loin l’analyse morphologique du secteur. Il apparaît toutefois que les structures d’habitat sont plus denses en périphérie sud de l’îlot, annonçant une organisation spatiale qui va se développer dans les siècles suivants.

4.1.2. Essai d’interprétation historique

6La conjugaison des données archéologiques et des sources écrites apporte non seulement un éclairage nouveau sur les origines de la ville d’Épinal, mais aussi sur les modalités de formation des agglomérations du second réseau urbain dont le développement est mis en relation avec la présence d’un château et/ou d’une abbaye.

4.1.2.1. Aux origines de la ville

7L’un des principaux apports des opérations archéologiques a été de montrer que l’agglomération du Xe s. s’est développée dans un espace anciennement anthropisé, hypothèse reposant sur la découverte de tessons attribués aux VIIIe-IXe s. En l’absence, pour cette période, d’éléments structurés, il est toutefois difficile de préciser la nature de cette occupation. Faut-il la mettre en relation avec l’existence d’une hypothétique chapelle dédiée à Saint-Maurice, ou faut-il imaginer un établissement rural installé sur une terrasse alluviale à l’abri des inondations en rapport avec le manse de Spinal mentionné dans les textes ? Quelle que soit l’interprétation retenue, ces indices correspondent aux plus anciens vestiges stratigraphiquement référencés recueillis à ce jour à Épinal. En revanche, l’hypothèse émise par certains auteurs d’une occupation antique ne peut être ici reprise.

  • 1 Cf. supra chap. 1.2.2.

8Les circonstances particulières ayant présidé à la création du bourg sont assez bien connues grâce à des sources écrites considérées comme fiables1. Ces dernières, datées de la fin du Xe s. au début du XIIe s. mentionnent notamment l’établissement d’un château, d’un marché, d’un monastère puis d’une paroisse au lieu-dit Spinal (Houot 1983). Sans reprendre le détail des textes déjà évoqués, il convient de rappeler les principales étapes de la fondation de la ville. C’est l’évêque de Metz Thierry de Hameland qui décide de créer l’agglomération d’Épinal, afin de mieux contrôler les voies de circulation (notamment celle reliant Bâle à Metz), de protéger les possessions épiscopales et de renforcer la frontière lotharingienne face aux incursions bourguignonnes. Dans cette perspective, il commence par fortifier l’éperon rocheux en y établissant un castrum. Il crée ensuite un marché et un atelier monétaire ainsi qu’un monastère de bénédictines voué à saint Goëry, dont les reliques sont transférées dans l’église depuis l’abbaye Saint-Symphorien de Metz. Fondé sous son épiscopat, le monastère est achevé par son successeur à l’évêché de Metz, Adalbéron, qui crée un établissement d’accueil pour les pèlerins atteints de l’ergotisme du seigle, attirés par les reliques du saint guérisseur. Cette église abbatiale servant également d’église de pèlerinage devient rapidement le centre d’une paroisse regroupant les cinq manses qui dépendaient à l’origine de la paroisse de Dogneville (Avrinsart, Villers, Spinal, Rualménil et Grennevau). Dans le courant du XIIe s., le monastère bénédictin est transformé en chapitre de Dames Nobles.

9De ces trois éléments recouvrant les fonctions politique (château), économique (atelier monétaire, marché) et religieuse (monastère, église abbatiale) d’Épinal, il n’existait, pour la période antérieure au XIIIe s., aucun vestige clairement identifié.

10Les fouilles programmées réalisées de 1984 à 1992 sur le sommet de l’éperon rocheux (Bur 2002) n’ont en effet livré aucun indice d’occupation antérieure au château édifié au XIIIe s. par l’évêque de Metz, Jacques de Lorraine (1239-1260). En l’absence de données archéologiques, l’édifice du Xe s. est traditionnellement replacé à l’extrémité de l’éperon rocheux qui domine la plaine alluviale, à l’emplacement de l’ancienne tour dite « du Voué » qui conserverait dans son nom le souvenir de l’ancien représentant de l’évêque. Il est vrai que cette position de hauteur en fait un site idéal pour contrôler les voies de circulation et pour servir d’éventuel lieu de refuge aux populations environnantes. Pour l’heure, l’emplacement de l’atelier monétaire, peut-être associé au castrum, reste inconnu.

11Le monastère Saint-Goëry pose moins de difficultés de localisation puisque son emplacement a vraisemblablement été pérennisé par les bâtiments religieux postérieurs. Si rien ne permet d’affirmer que l’église abbatiale de la fin du Xe s. succède à une hypothétique chapelle dédiée à saint Maurice, il paraît logique de la placer sous l’église consacrée par le pape Léon IX en 1049-1050, dont des vestiges subsistent encore en élévation, notamment dans la tour de façade occidentale de l’actuelle basilique. Quant aux bâtiments du monastère, ils se développaient probablement au sud de l’église, à l’emplacement de l’ensemble architectural reconstruit au XIIIe s. Le diagnostic archéologique réalisé rue du Chapitre en 2004 à l’emplacement du cloître n’a toutefois livré aucun vestige antérieur à cette date (Masquilier 2005). Dans la mesure où l’église conventuelle assurait également des fonctions paroissiales, se pose la question de la localisation du cimetière qui, selon toute vraisemblance, devait se trouver à proximité immédiate de l’église, peut-être au niveau de la place de l’Âtre. Cette dernière, située au sud-est du chevet de la basilique Saint-Maurice, remplissait en effet les fonctions de cimetière paroissial jusqu’à sa transformation en 1663 en place publique (Javelet 1972 : 107). D’ailleurs, l’origine du nom de cette place (atrium ou aître) renvoie directement à sa fonction cimétériale.

12Reste enfin la question de la localisation de l’agglomération préurbaine et du marché. L’intervention archéologique réalisée en 1989 place des Vosges (Kraemer 1994) a montré que le secteur situé à l’ouest de la basilique, qui fut pourtant pendant longtemps considéré comme l’emplacement du marché primitif, n’a pas été occupé avant le XIIIe s. À l’inverse, les fouilles de l’îlot du palais de justice ont clairement démontré que le terrain situé au pied du château et au nord de la basilique Saint-Maurice a fait l’objet d’aménagements entre le Xe s. et le début du XIIIe s. Cette découverte corrobore par conséquent l’hypothèse d’une agglomération sise au pied du château, dans laquelle il est possible de reconnaître le « suburbium de castro de Spinalo » mentionné en 1140. Il est toutefois difficile d’y voir sans risque d’erreur l’emplacement du marché, qui pouvait tout aussi bien se trouver à proximité du chevet de l’église, sous l’actuelle place Edmond-Henry (Kuchler 1998a : 20).

13Quoi qu’il en soit, la question de la dialectique entre la création du château et la formation de l’espace urbain posée dans un article du début des années 1990 (Bur 1992) se trouve ici enrichie, même si les aménagements postérieurs au XIIIe s. perturbent fortement la lecture du parcellaire, empêchant ainsi d’y déceler un éventuel programme de lotissement ou d’acensement. L’organisation tripartite d’Épinal fondée à la fin du Xe s. se retrouve dans son organisation topographique : au nord-ouest, le castrum occupé par le représentant du pouvoir épiscopal exerçant son autorité sur une agglomération placée en contrebas ; au sud-est, le pôle religieux comprenant un monastère, une église, un cimetière et un établissement d’accueil ; entre les deux, un espace civil avec des structures d’habitat et un marché, établis en bordure d’une zone marécageuse.

4.1.2.2. Contribution à l’étude des agglomérations du « second réseau urbain » en Lorraine

14Épinal est considérée comme un exemple emblématique de ville médiévale lorraine d’origine castrale appartenant au « second réseau urbain ». Avec Saint-Mihiel (Meuse), elle présente la particularité d’avoir également bénéficié de la présence d’une abbaye. Sur les quatre-vingt-dix-sept agglomérations médiévales fortifiées répertoriées dans les frontières actuelles de la région, quatre-vingt-cinq sont considérées comme des bourgs castraux (Masquilier, Giuliato 2008a). Cette importance du château dans la constitution du réseau urbain médiéval se retrouve également dans les régions voisines comme l’attestent les études publiées dans l’Atlas des bourgs castraux de la Haute-Saône (Affolter et al. 1992) ou dans les actes du colloque sur les « Peuplements castraux dans les Pays de l’Entre-Deux » concernant l’Alsace, la Bourgogne, la Champagne, la Franche-Comté, le Palatinat rhénan, la Sarre et le Luxembourg (Bur 1993).

15Quelle est la place d’Épinal dans le réseau urbain à la fin du premier Moyen Âge ? Si l’on se réfère à l’ouvrage de Jean-Luc Fray (2006) sur les Villes et bourgs de Lorraine, dans lequel l’auteur applique aux agglomérations médiévales les critères de centralité empruntés au géographe allemand Walter Christaller, il apparaît qu’Épinal, avec son château, son atelier monétaire, son marché, son église paroissiale, son abbaye et son hôpital, occupe, dès les années 1100, une place moyenne dans la hiérarchie régionale, notamment dominée par les trois métropoles d’origine antique que sont les cités épiscopales de Metz, de Toul et de Verdun (Fray 2006 : 199-200). Dans les siècles suivants, Épinal conserve sa place de ville moyenne à côté d’autres centres qui se développent plus tardivement dans le courant des XIIe et XIIIe s. À l’échelle de l’actuel département des Vosges, Épinal joue un rôle prépondérant aux côtés de Mirecourt et de Neufchâteau (Kraemer 2000).

16Dans ces centres issus du second réseau urbain, rares sont les agglomérations qui, à l’instar d’Épinal, ont généré des informations archéologiques sur les premières formes d’organisation urbaine. En Lorraine, seules quatre villes ont livré des traces d’occupation antérieures à la construction de leur enceinte. Il s’agit de Mirecourt (Vosges), Neufchâteau (Vosges), Saint-Mihiel (Meuse) et Vaucouleurs (Meuse).

17L’origine de Mirecourt est à rechercher dans la fondation de son château, à la fin du XIe s. ou dans la première moitié du XIIe s. Les plus anciens vestiges ont été identifiés sur le site Rue du Docteur-Joyeux, où des alignements de trous de piquets et deux trous de poteaux ont été interprétés comme de possibles aménagements de berges installés en bordure de la zone de divagation d’un cours d’eau (Kuchler 2004 : 27-28). Ces aménagements, antérieurs à la mise en place du système défensif à la fin du XIIes. ou au début du XIIIes., ne sont pas sans rappeler ceux d’Épinal. De même, un diagnostic archéologique réalisé place Cardinal-Lépicier à Vaucouleurs a révélé plusieurs piquets en aulne interprétés comme des aménagements de berge ou de pêcherie. Datés par le radiocarbone entre le milieu du XIe s. et le début du XIIIe s., ils correspondent aux premiers indices d’occupation structurée identifiés dans ce bourg castral (Ferraresso et al. 2008b : 340).

18Sur le site Trait d’Union à Neufchâteau en 1999-2000 (Ferraresso et al. 2008a : 197), deux structures en creux sont attribuées à une période comprise entre la fondation du bourg castral au début du XIe s. et la mise en place du système défensif au début du XIIIe s. Il en va de même pour le bourg abbatial de Saint-Mihiel, mentionné pour la première fois au XIe s., où les vestiges mis au jour sur le site Hôpital Sainte-Anne (un petit fossé, trois fosses et deux trous de poteau) sont antérieurs au mur d’enceinte du couvent et à celui du faubourg de la Halle construit à partir de 1251 (Duval et al. 2008 : 253). Que ce soit à Neufchâteau ou à Saint-Mihiel, les vestiges sont cependant trop ténus pour y déceler des éléments d’urbanisation structurée.

19Si l’on étend la problématique à une échelle géographique plus vaste, la question de l’origine des agglomérations castrales des XIe et XIIe s., qui a été récemment réactualisée à l’occasion d’un colloque (Chédeville, Pichot 2010), reste globalement insuffisamment documentée au plan archéologique.

20Dans le quart nord-est de la France, les enquêtes de topographie historique sont peu nombreuses et remontent le plus souvent aux années 1990. Si l’on se réfère aux Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France et aux Esquisses de topographie historique et d’évaluation archéologique édités par la Centre national d’archéologie urbaine concernant l’Alsace (Strasbourg), la Champagne (Troyes), la Bourgogne (Auxerre et Cluny) et la Lorraine (Épinal, Metz, Pont-à-Mousson et Verdun), seules les villes de Cluny (Rollier 1994) et de Pont-à-Mousson (Lavergne 1996) sont, à l’instar d’Épinal (Kuchler 1998a), d’origine médiévale. Or, elles présentent chacune leur propre schéma de développement, la première étant d’origine abbatiale, la seconde étant une « villeneuve » affranchie au XIIIe s. Ce déficit d’information est probablement imputable aux conditions de fonctionnement de l’activité archéologique en France qui continue à privilégier les métropoles issues du premier réseau urbain au détriment des villes de dimensions plus modestes, où l’archéologie préventive reste plus discrète. En outre, lorsque les données archéologiques susceptibles d’alimenter la question des modalités de développement des petites villes ou des villes moyennes existent, elles sont souvent confinées dans des notices ou des rapports à diffusion confidentielle. De ce point de vue, elles mériteraient sans doute de faire l’objet de programmes de recherche interdisciplinaires et interrégionaux, à l’instar de ce qui a été récemment tenté sur les enceintes urbaines médiévales et leurs abords en Lorraine et en Alsace (Henigfeld, Masquilier 2008).

4.2. Du milieu du XIIIe s. au XIXe s. : l’organisation de l’espace urbain et le développement de l’îlot

4.2.1. L’espace urbain constitué

21Au XIIIe s., l’extension et la division de l’espace urbain en trois entités distinctes délimitées chacune par une enceinte maçonnée va figer la topographie d’Épinal jusqu’au XIXe s. Ce programme de construction participe d’un mouvement de fortification urbaine plus vaste qui se développe en Lorraine, principalement entre la fin du XIIe s. et les années 1360 (Masquilier, Giuliato 2008b : 25-26). Cette décision de renforcer le système défensif des agglomérations nées au premier Moyen Âge est notamment rendue possible par un contexte socioéconomique favorable et une émancipation des centres urbains qui se manifeste par l’octroi de chartes de franchise.

22À Épinal, l’agglomération s’émancipe de la tutelle épiscopale par la promulgation, en 1225-1226, du « Rouleau des Droits » qui accorde plus d’autonomie au corps urbain (Bur 1992 : 52-53). Le programme de fortification ordonné peu après par Jacques de Lorraine (1239-1260) consacre l’extension de la ville médiévale au-delà de son noyau initial, avec le Grand-Bourg, qui s’étend désormais sur une superficie de 7,88ha, le quartier du Grand-Rualménil, qui se développe en rive gauche de la Moselle sur 3,42 ha, et le nouvel ensemble castral relié à la ville par le mur d’enceinte du Châtelet, qui enserre une superficie totale de 1,71 ha.

23D’un point de vue archéologique, on ne dispose d’aucune documentation concernant le Grand-Rualménil, à l’inverse des deux autres entités urbaines qui ont fait l’objet de plusieurs investigations archéologiques portant principalement – outre les interventions déjà évoquées concernant la rue du Chapitre et la place des Vosges – sur les enceintes de l’ensemble castral (Bur 2002) et du Grand-Bourg (Koch et al. 2008 : 90-101). L’idée de l’existence d’une éventuelle levée de terre, peut-être surmontée d’une palissade en bois antérieure à l’enceinte, souffre malheureusement de l’absence de preuves archéologiques.

24Au-delà des fortifications, les faubourgs ne sont documentés que par une seule opération d’archéologie préventive réalisée sur 300 m2, rue Entre-les-Deux-Portes/rue Saint-Michel, localisée extra-muros à proximité immédiate de la porte de la Fontaine. Cette intervention a révélé les vestiges médiévaux et modernes d’une chapelle et d’un cimetière appartenant à un établissement de l’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem ainsi que des bâtiments d’habitation associés à un four en rapport avec le travail du métal (Masquilier 2004).

4.2.2. La structuration de l’îlot

25Au nord de l’îlot du palais de justice, la construction de l’enceinte maçonnée du Grand-Bourg a eu pour première conséquence une modification du réseau hydrographique, permettant un assainissement de la zone marécageuse et une extension progressive du bâti. À partir du milieu du XIIIe s., les structures d’habitat couvrent l’ensemble de l’îlot et s’inscrivent dans un parcellaire laniéré orienté NE-SO dont les témoins les plus visibles sont, comme pour les périodes antérieures, localisés dans la partie méridionale du site. À l’arrière de ces habitations, les terrains sont délimités par des palissades et des clôtures. Ce mode d’occupation constitué de bâtiments et d’arrière-cours pourvues de structures d’équipement domestique se pérennise et se densifie au début du XVIe s., avec un habitat de plus en plus serré, qui gagne sur les espaces ouverts. C’est dans ce contexte que s’installent les sœurs de la Congrégation Notre-Dame qui, dans un premier temps, se contentent de réinvestir l’îlot, avant de restructurer partiellement le bâti existant. La fouille a entre autres révélé deux espaces d’inhumation respectivement localisés dans le cloître du couvent et dans une chapelle installée dans une arrière-cour.

26Ce n’est qu’au début du XVIIIe s. que la topographie de l’îlot est sensiblement modifiée avec le programme de reconstruction du couvent. Connue par les sources écrites et iconographiques, l’organisation du couvent de la Congrégation Notre-Dame, composé de trois corps de bâtiments articulés autour de jardins, a pu être partiellement observé.

27Cette organisation topographique ne varie guère jusqu’en 1820, date à laquelle débutent les travaux de construction d’une maison d’arrêt composée de nouveaux bâtiments comprenant une nouvelle chapelle et d’un système de cours à développement radial qui ont pu être documentés de façon précise par les sources archivistiques et archéologiques, apportant ainsi une contribution originale à l’histoire récente des établissements carcéraux en milieu urbain, dont l’étude archéologique reste à entreprendre.

4.2.3. Le bâti et les structures d’équipement

28Parmi les modifications les plus perceptibles dans l’histoire de l’îlot, il convient d’évoquer les changements observés dans les manières de bâtir et dans la conception des structures d’équipement domestique.

29Dans le courant du XIIIe s., le développement des techniques de construction est marqué par le passage de structures d’habitat en matériaux périssables à des bâtiments sur solins en pierres associés à des sablières basses. Le second changement intervient un siècle plus tard avec l’apparition de semelles de fondation maçonnées, supportant d’éventuelles élévations en terre et en bois qui caractérisent l’habitat des XIVe et XVe s. Ce n’est qu’à partir du XVIe s. qu’apparaissent les premières constructions en pierre à fondations profondes, pourvues de caves voûtées, donnant sur des arrière-cours à sols dallés de grès ou pavées de galets. Ces techniques de construction ne varient guère dans les siècles suivants. Les matériaux de construction sont principalement constitués de moellons en grès rose, même si le grès jaune apparaît à l’époque moderne.

30L’occupation de l’îlot au Moyen Âge et à l’époque moderne est en outre caractérisée par l’aménagement de nouvelles structures d’équipement domestique installées à l’arrière des bâtiments. Cette amélioration des conditions d’hygiène et de la gestion des déchets est notamment marquée par le remplacement des fosses à déchets par des latrines maçonnées servant également de dépotoir. Attestées depuis la seconde moitié du XIIIe s., les constructions de latrines se poursuivent dans les siècles suivants, sans qu’il y ait de changement notable dans les techniques de construction. Ce n’est qu’aux XIVe-XVe s. que les puisards et les canalisations à ciel ouvert destinées à l’évacuation des eaux usées font leur apparition, tout comme les puits réservés à l’approvisionnement en eau « claire ». À partir du XVIIIe s., les conduites maçonnées enterrées remplacent les aménagements hydrauliques de surface, marquant ainsi une nouvelle étape dans l’amélioration des conditions d’hygiène en milieu urbain.

4.2.4. Les changements sociologiques et fonctionnels

31L’histoire de l’îlot est marquée par une série de changements sociologiques et fonctionnels dont les principales étapes peuvent être restituées grâce aux données archéologiques.

32Au XIIIe s., la population installée sur le site est en partie composée d’artisans dont l’activité est d’une part tournée vers les métiers utilisant l’animal comme matière première (équarrissage de chevaux ? extraction de graisse ou d’huile de mandibules de caprinés ? pelleterie) et d’autre part vers le travail du métal, dont la présence est attestée par la découverte de vestiges d’un atelier de fonderie d’objets en alliage cuivreux, dont les productions restent toutefois difficile à caractériser (fabrication de récipients culinaires ? fabrication de cloches ?). L’absence de structures artisanales dans les siècles suivants laisse supposer un éventuel transfert d’une partie de ces activités polluantes en périphérie urbaine. Les résultats de la fouille réalisée à environ 200 m de l’îlot du palais de justice sur le site des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, vont dans ce sens. Elles ont en effet livré les vestiges d’une structure interprétée comme un four de refusion d’alliages cuivreux attribué au XVIe s. À la même époque, les textes mentionnent en effet la présence d’artisans du métal dans le faubourg de la porte de la Fontaine (Masquilier 2004 : 37-41).

33Aux XIVe-XVe s., le type de population installé sur l’îlot est difficile à caractériser à partir des seules données archéologiques. Parmi les indices recueillis, l’étude archéozoologique indique la présence d’un petit élevage de bovins, de poulains et de volaille au sein de l’îlot. On peut supposer que ces pratiques agro-pastorales côtoient des activités artisanales ou commerciales plus classiques dont la nature reste imprécise en l’absence d’éléments significatifs. Par rapport à la phase précédente, les vestiges mobiliers sont plus nombreux et offrent des informations inédites sur les pratiques culturelles à la fin du Moyen Âge. La céramique commence à se diversifier avec l’apparition de nouveaux récipients notamment composés d’une vaisselle de table comprenant des pichets glaçurés « très décorés » et des verres à boire.

34La consommation de gibier suggère la présence d’une population vivant dans une certaine aisance sans qu’il soit toutefois possible de préciser le statut des consommateurs. Le chauffage de la maison est assuré au moyen de poêles en céramique décorés, dont l’existence est attestée depuis le XIIIe s. À côté de quelques objets du quotidien comme des accessoires vestimentaires (éléments de ceinture et paillettes) et des objets de filage ou de couture, il faut mentionner la découverte d’une enseigne de pèlerinage provenant d’Italie attribuée à la seconde moitié du XIVe s. qui correspond, pour cette période, au seul objet renvoyant à des pratiques religieuses.

35À partir du début du XVIe s. jusqu’au début du XVIIe s., l’occupation s’inscrit probablement dans la continuité de ce qu’il était aux XIVe et XVe s. La découverte de monnaies, de jetons et de tirelires étonnamment nombreuses suggère la présence d’une population tournée, au moins partiellement, vers le commerce. Cette hypothèse est étayée par la mention, dans les actes de vente, des professions exercées au XVIIe s. par les propriétaires des maisons vendues à la Congrégation Notre-Dame d’Épinal à partir de 1620. On y trouve en effet plusieurs « marchands bourgeois », deux tapissiers, un drapier, la veuve d’un tailleur d’habits, un serrurier, un « hostelain », mais aussi des personnages exerçant des responsabilités administratives, dont un prévôt du chapitre de l’église Saint-Goëry d’Épinal, un écuyer maître particulier des Eaux et Forêts à Épinal, ainsi qu’un certain François Bruges, doyen des avocats au Conseil Souverain d’Alsace à Colmar possesseur « d’une vieille maison et d’une grange voisine ». Même si ces possédants ne vivaient pas forcément tous sur l’îlot, l’impression d’une population relativement aisée est corroborée par des indices archéologiques qui montrent, par exemple, une amélioration sensible de la qualité des viandes consommées et une diversification du mobilier en verre et en céramique, qui s’inscrit dans la continuité d’une tendance amorcée aux XIVe et XVe s. À cet égard, il convient d’insister sur la quantité exceptionnelle de verre à boire (367 exemplaires) retrouvées dans des latrines comblées au moment où les religieuses s’installent sur l’îlot, constitué de quelques gobelets et verres biconiques associés à de très nombreux verres à jambe, décorés pour certains « à la façon de Venise », renforçant ainsi l’impression d’opulence déjà perçue au travers d’autres indices.

36Avec l’arrivée des sœurs de la Congrégation Notre-Dame au XVIIe s., la fonction de l’îlot va progressivement changer avec le passage d’une population exerçant des activités commerciales, artisanales et administratives à une population de religieuses se consacrant, pour l’essentiel, à la prière et à l’enseignement. Ce changement dans la nature de l’occupation s’accentue au début du XVIIIe s. avec la construction d’un nouveau couvent et se maintient jusqu’à la Révolution, date à laquelle le quartier change à nouveau de vocation, avec des bâtiments à fonction administrative (tribunal, gendarmerie, palais de justice, maison d’arrêt). On passe notamment de la cellule monacale à la cellule carcérale. Cette nouvelle entité fonctionnelle, qui ancre la présence de l’État au cœur de la cité, va se pérenniser jusqu’à nos jours avec le palais de justice, qui s’étend aujourd’hui sur la totalité de l’îlot.

4.3. Les conditions de vie d’une communauté religieuse aux XVIIe et XVIIIe s.

37Corrélées avec d’autres sources documentaires, les données archéologiques nous offrent une image inédite des conditions de vie d’une communauté religieuse aux XVIIe et XVIIIe s., dont l’installation marque en profondeur l’histoire de l’îlot pendant près de deux siècles. Outre les informations sur le cadre de vie, elles nous rapprochent du quotidien de ces femmes en nous renseignant sur leurs pratiques culinaires, alimentaires, sanitaires et funéraires.

4.3.1. Le cadre de vie

  • 2 Extrait d’un texte manuscrit relatant l’histoire du couvent, appelé « Livre rouge » ou « Livre du c (...)

38Un instantané de la topographie de l’îlot nous est offert par le tableau de Nicolas Bellot peint en 1626, à l’époque où les religieuses de la Congrégation Notre-Dame commencent à investir le bâti existant grâce à une politique soutenue d’achat. Sans revenir sur la chronologie précise de ces acquisitions, qui démarrent en 1619, il convient peut-être de s’arrêter sur les circonstances de cette installation, telles qu’elles nous sont rapportées par les textes exploités dans une des rares études consacrées au premier monastère de la Congrégation Notre-Dame d’Épinal (Klein, Jacops 1987). La fondation du monastère résulte de la volonté des bourgeois désireux d’assurer l’éducation de leurs filles et des chanoinesses du chapitre Saint-Goëry, qui avaient en charge l’instruction des enfants. « Les Mesieurs de ladite ville d’Epinal et les Dames Chanoinesses de l’église Saint-Goery, aiant apris le profit que les jeunes filles recevoient, tant par l’instruction de la Doctrine, pieté et vertus chretienes que les ouvrages qui s’apprenoient dans les Ecolles desdites Religieuses… »2 mandatèrent, en 1619, le conseiller et bourgeois d’Épinal Didier Briquel, pour demander à la Congrégation Notre-Dame, alors dirigée par Alix Le Clerc, d’envoyer des religieuses à Épinal. Malgré les réticences de Pierre Fourier, cofondateur de l’ordre, qui craignait que les religieuses ne fussent mal installées car « on ne recouvre pas aisément en des villes si peuplées comme celle-ci des places belles comme il nous les faudrait », cette requête a pu aboutir grâce à l’intervention du primat Antoine de Lenoncourt, alors parent de la secrète du chapitre Saint-Goëry qui acquiert, en date du 30 décembre 1619 et pour la somme de 8500 francs, au bénéfice de la communauté religieuse et contre remboursement, une propriété sise rue de la Maix, composée d’« une maison, meix et jardin derrier, arbres et fruictz y estant et croissans, avec la grange joindante, usuaires, aysances, commodités et appartenances de tout » (ADV XLIV H8). La rue de la Maix se trouvant en limite nord de l’îlot, il est impossible d’établir un lien précis avec les vestiges archéologiques. La description de la propriété composée d’une maison, d’un terrain y attenant avec un jardin, des arbres fruitiers et des dépendances (granges et latrines) évoque toutefois assez directement les vestiges rencontrés sur le site.

  • 3 ADV, VE 424, Minutes Caymant : dot de Claude Pierrot et règlement de la première maison, 14 mai 162 (...)
  • 4 Elles choisirent « desdites Maisons l’endroit de plus belle face » (cité dans Klein, Jacops 1987 : (...)

39Les quatre premières religieuses désignées en chapitre à Nancy arrivent à Épinal le 31 janvier 1620, où elles sont accueillies et logées par l’Abbesse de Saint-Goëry (Klein, Jacops 1987 : 35-36). Elles s’installent dès le lendemain dans leurs nouveaux locaux, avec pour mandat d’enseigner gratuitement la doctrine chrétienne, la lecture, l’écriture, les chiffres et les « ouvrages propres à des filles », missions dont elles s’acquittent à partir 17 février 1620. Dès l’année suivante, le couvent commence à recruter dans les élites locales et régionales, en accueillant huit jeunes filles de bonne famille qui reçoivent, en 1622, l’habit des mains même de Pierre Fourier. Parmi les heureuses élues, il convient de mentionner la fille de Pierre Pierrot, ancien propriétaire de la première maison acquise en 1619, par Antoine de Lenoncourt, dont la dot sert à rembourser la moitié de l’achat3. La maison contiguë à celle de la rue de la Maix est acquise dès 1621. Deux ans plus tard, en 1623, deux autres maisons sont achetées de l’autre côté de l’îlot, « proche de l’usuine poid » (ancienne place du Poids, actuelle place Edmond-Henry) à proximité du chevet de la basilique Saint-Maurice. C’est à cette date que le couvent est officiellement érigé en monastère et que les religieuses choisissent la plus belle maison pour y établir leur chapelle4. D’autres bâtiments sont acquis dans les décennies suivantes rue du Poids, rue de la Maix, rue des Halles et rue Haute au point d’occuper, à la fin du XVIIe s., la presque totalité de l’îlot.

40Il ne reste de ces maisons que les caves localisées au sud de l’îlot et les structures d’équipements qui leurs sont associées (latrines, puits, puisard). En partie oblitérés par des constructions postérieures, ces bâtiments ont fait l’objet de plusieurs réaménagements qui montrent la volonté des religieuses d’adapter à leurs besoins l’espace préexistant. Parmi les nouvelles constructions, on peut notamment mentionner la chapelle funéraire aménagée à l’emplacement d’une ancienne cour et le cloître également utilisé comme lieu d’inhumation. À la fin du XVIIe s., les religieuses, qui se sentent à l’étroit dans des locaux qu’elles considèrent comme vétustes et inadaptés à la prière et à l’enseignement, nourrissent le projet de lancer un vaste programme de reconstruction amorcé au début du siècle suivant.

41Les sources écrites et iconographiques nous renseignent assez précisément sur la fonction des différentes parties de ce nouvel ensemble architectural. Les fouilles ont permis de documenter sa partie méridionale comprenant notamment le bâtiment de la clôture, les bâtiments des classes et du pensionnat, le chœur des religieuses, la sacristie et les jardins. Elles ont, en outre, fourni l’occasion d’explorer le caveau des religieuses actuellement conservé sous le bâtiment du palais de justice.

4.3.2. Les pratiques culinaires et alimentaires

42Parmi les éléments touchants à la vie matérielle en milieu conventuel, les informations en rapport avec les pratiques culinaires et alimentaires constituent sans doute l’un des principaux apports des études archéologiques.

43L’essentiel du mobilier en céramique et en verre provient des couches de comblement d’une fosse de latrines et d’un puits. Outre la vaisselle, présente en quantité abondante, elles recelaient de très nombreux objets provenant d’une officine de pharmacie – ce mobilier étant essentiellement représentatif de la première période d’occupation du couvent (XVIIe s.), la seconde période n’ayant pas livré d’assemblage significatif.

44La vaisselle utilisée s’inscrit dans la continuité de celle de la phase d’occupation antérieure, même si les groupes techniques et les formes sont plus diversifiés. À côté des céramiques culinaires revêtues d’une glaçure plombifère qui restent majoritaires, on assiste à l’apparition de nouveaux produits telles les céramiques décorées à l’engobe ou les faïences qui représentent, à elles seules, près de 15 % des effectifs. La vaisselle de table est quant à elle constituée d’une tasse et de pichets en céramique rouge fine, d’une vingtaine de verres à boire provenant peut-être de centres de production de la forêt de Darney et d’un ensemble de faïences et de céramiques à glaçure plombifère parfois décorées à l’engobe réservées à la présentation et à la consommation des aliments. Le service glaçuré est principalement composé d’assiettes, de plats et d’écuelles de couleur jaune ou verte. Deux écuelles sont ornées du monogramme « IHS ». Plusieurs récipients décorés à l’engobe sont ornés d’un motif géométrique ou floral. Le service en faïence est composé d’une tasse et de plusieurs assiettes ou plats en faïence blanche de Nevers associés à des bols porteurs du symbole « IHS » provenant d’un atelier de Clerval en Franche-Comté, dont une partie de la production était vraisemblablement destinée à répondre à des commandes émanant d’établissement religieux. Dans l’ensemble, les sœurs de la Congrégation Notre-Dame utilisaient une vaisselle de qualité, austère mais non dénuée d’aspects parfois ostentatoires, notamment perceptibles dans la verrerie (verres « à la façon de Venise », coupe à pied en opaline blanche ornée d’un visage). En ce sens, la vaisselle est représentative de ce qu’on peut attendre d’un mode de vie consacré à la prière, tout en révélant, par son côté plus démonstratif, l’origine sociale des religieuses principalement issues de milieux élitaires. Au plan régional, ce vaisselier est comparable à des ensembles inédits du XVIIe s. découverts à Metz (« Îlot de la Visitation », « Colline Sainte-Croix »). Dans les régions voisines, il présente des fortes similitudes avec le mobilier du couvent des Capucins de Belfort et du couvent des Clarisses de Besançon. Hormis les faïences et les céramiques spécifiquement produites pour être utilisées en milieu religieux (récipients marqués du symbole « IHS »), ce mobilier, qu’il soit en verre ou en céramique, ne présente globalement guère de différence avec des ensembles retrouvés en contexte laïc, à Montbéliard par exemple.

45Outre les informations sur les contenants, la fouille des structures de rejet permet d’évoquer des pratiques alimentaires en milieu conventuel. L’étude des vestiges osseux fournit une image assez précise de l’alimentation carnée des religieuses. Leur arrivée a entraîné un changement dans les comportements alimentaires, et probablement aussi dans les modes d’approvisionnement. Les sœurs privilégient à l’évidence une viande de qualité. La viande reste majoritairement bovine, avec une consommation importante de veau. Cette alimentation est complétée par la viande de porc et de mouton (dont des agneaux) dont la part s’accroît sensiblement. La volaille, quant à elle, est principalement représentée par le coq. Comme pour la phase antérieure, la diète carnée est également marquée par une augmentation de la consommation de viande issue de la faune sauvage.

46Les analyses carpologiques montrent une importante consommation de fruits charnus. Comme auparavant, les mûres, les framboises et les fraises prédominent à côté de nouvelles espèces fruitières (figue, sureau noir, cornouiller mâle, coqueret) dont une variété de cerises non répertoriée, peut-être introduite ou créée par les religieuses. Les analyses ont également permis d’identifier un certain nombre de nouvelles plantes potagères médicinales ou condimentaires (coriandre, fenouil, moutarde, aneth) témoignant d’une alimentation raffinée et de pratiques pharmaceutiques élaborées. La présence du pourpier qui entre dans la composition de soupes témoigne de l’intérêt porté par les religieuses à la culture potagère et aux avancées agronomiques.

4.3.3. Les pratiques sanitaires

47Les pratiques sanitaires sont documentées à la fois par les analyses parasitologiques, par les vestiges mobiliers et par l’étude des squelettes. Les échantillons prélevés dans les latrines du XIIIe au XVIIe s., montrent que les occupants de l’îlot étaient, aux époques médiévales et modernes, couramment parasités et devaient souffrir des mêmes pathologies invalidantes. Toutefois, l’absence, dans les niveaux d’utilisation des latrines des religieuses, de certains parasites affectant les animaux témoigne d’une amélioration des conditions d’hygiène suggérant une moins grande promiscuité avec l’animal et une moindre consommation d’abats.

48L’énergie consacrée aux soins de l’âme n’exclut pas les soins du corps. La pharmacie est représentée par un lot abondant de récipients provenant notamment de l’officine du couvent au XVIIe s. (pots à onguent, piluliers, albarelles, chevrettes). Cet assemblage est pour l’essentiel composé de faïences, dont deux récipients provenant d’ateliers lyonnais. Composé d’une trentaine d’objets, cet ensemble exceptionnel de céramiques pharmaceutiques reste cependant modeste par rapport à la verrerie, qui, avec environ 250 bouteilles, fioles et flacons, une centaine de coupelles et des fragments d’albarelles et de chapiteau d’alambics, constitue, avec les verres à boire évoqués précédemment, la plus importante collection archéologique de verres de la fin du XVIe s. et du XVIIe s. jamais mise au jour en Lorraine, tant qualitativement que quantitativement. D’un point de vue typologique, ce mobilier (vaisselle de table et objets de pharmacie) présente de fortes similitudes avec les verres utilisés à la même époque en Franche-Comté, en Champagne, en Centre -Île-de-France et sur d’autres sites lorrains. L’origine précise de ces produits reste inconnue, même s’il existe de fortes présomptions pour qu’ils proviennent majoritairement des verreries de la forêt de Darney, localisées à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest d’Épinal. Le domaine de la santé est par ailleurs représenté par un verre de lunettes et une embouchure de trompe du XVIIe s., cette dernière étant peut-être utilisée pour des inhalations et fumigations de fumée de tabac, considérées comme curatives.

49Quelques observations biologiques réalisées sur les squelettes des religieuses nous renseignent par ailleurs sur les souffrances physiques qu’elles ont endurées. Les pathologies observées (problèmes dentaires, arthrose, scoliose, ostéoporose…) sont pour l’essentiel liées à l’âge. Parmi les cas isolés, il convient de mentionner deux traumatismes crâniens, deux fractures, une hanche déformée et une trépanation.

  • 5 Il semble cependant que les sœurs aient été dans leur majorité épargnées. D’après la liste des cent (...)

50L’absence de signes visibles de carences alimentaires ainsi que les indices d’une alimentation de qualité suggèrent de bonnes conditions sanitaires. Ils ne doivent cependant pas occulter les difficultés rencontrées par la congrégation, telles qu’elles nous sont rapportées par les textes et pour lesquels l’archéologie reste muette (Klein, Jacops 1987). La ville est à plusieurs reprises frappée par la peste, notamment entre 1625 et 1636 sans que l’on sache si elle fait des victimes au sein de la congrégation5. La communauté souffre également des conséquences de la guerre de Trente Ans (1633-1644). Les religieuses, ne percevant plus de revenus sur leurs terres, se retrouvent sans ressources et souffrent de la faim au point que Pierre Fourier les encourage à s’éloigner, au moins pour une partie d’entre elles, du couvent. Certaines suivent son conseil à partir de 1636 pour gagner Luxeuil (Haute-Saône) ou Ligny-en-Barrois (Meuse) où elles continuent de se consacrer à l’éducation des jeunes filles, d’autres fondent en 1639 des monastères à Neufchâteau (Vosges) et à Ligny.

51À la fin du XVIIe s., la communauté d’Épinal comprenait quarante religieuses, décrites comme « délicates et infirmes » et vivant dans des locaux vétustes inappropriés (Klein, Jacops 1987 : 38). La décision de construire de nouveaux bâtiments où chaque sœur pourrait bénéficier de sa propre cellule peut ainsi être interprétée comme une mesure sanitaire.

4.3.4. Les pratiques funéraires

52Les sépultures observées sont toute antérieures à 1728, date de fondation du caveau funéraire qui sert dès lors d’unique lieu d’inhumation aux religieuses.

53Les soixante-quatre sépultures mises au jour comprenaient quatre-vingt-cinq individus. Les défuntes étaient inhumées dans deux espaces différents correspondant respectivement à la cour du cloître (46 sépultures) et à la chapelle funéraire (18 sépultures). Or, selon la liste indiquant les « Noms des cent premières Religieuses professes », soixante-quatorze religieuses seraient décédées avant 1729 (Klein, Jacops 1987 : 51-52). La différence entre le nombre de squelettes retrouvés (85) et le nombre de décès mentionné dans les textes (74) peut s’expliquer par des erreurs ou des lacunes documentaires (la date de décès est inconnue pour six religieuses). Il est également possible que des novices n’apparaissant pas sur la liste aient été inhumées avec les sœurs professes. L’étude topographique a montré des problèmes de saturation de l’espace ayant entraîné des réductions, des dépôts secondaires ou des changements dans l’orientation des tombes. Une brusque augmentation de la mortalité au sein de la communauté religieuse est par ailleurs perceptible à partir des années 1670 (Klein, Jacops 1987 : 51-52).

54Conformément aux modes d’inhumation pratiquées à cette époque, les fosses d’inhumation sont rectangulaires et contiennent des cercueils cloués trapézoïdaux (33 cas) ou rectangulaires (31 cas). Vingt-trois cercueils contiennent des traces de chaux, indiquant la volonté d’assainir les tombes. La diagnose sexuelle réalisée sur cinquante-sept individus confirme qu’il s’agit bien d’individus de sexe féminin, d’une taille moyenne de 1,63 m.

55Vingt-six sépultures ont livré des accessoires pour l’au-delà composés d’une quarantaine d’objets de piété : médailles de dévotion, chapelets, croix et crucifix, boîtes ou étuis métalliques servant peut-être de reliquaire de poche ou de custode. Parmi ces objets, les dix-huit médailles de dévotion, portées autour du cou ou déposées entre les mains des défuntes, nous informent sur la vie spirituelle des religieuses et sur le degré de popularité des personnages vénérés. Au « hit-parade » des représentations les plus appréciées, l’image de la Vierge à l’Enfant l’emporte sur les représentations de saints (notamment les saints patrons et le fondateur de l’ordre Pierre Fourier) et sur les scènes de la vie du Christ (nativité et baptême). Elles corroborent des textes dans lesquels le culte marial occupe une place privilégiée, ce qui n’a rien de surprenant pour les « filles de la Bienheureuse Vierge Marie ».

4.4. Une enquête à poursuivre

56Les informations archéologiques sur les origines et le développement topographique et sociologique de l’îlot, ainsi que l’établissement d’un corpus de référence pour le mobilier archéologique sont autant d’éléments qui contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire du quartier du Grand-Bourg et, plus largement, de la formation et du développement la ville médiévale et moderne d’Épinal. Elles demeurent toutefois lacunaires et demandent à être complétées par de nouvelles investigations archéologiques et par une analyse morphologique de l’espace urbain.

Notes

1 Cf. supra chap. 1.2.2.

2 Extrait d’un texte manuscrit relatant l’histoire du couvent, appelé « Livre rouge » ou « Livre du couvent », conservé aux archives de la Congrégation Notre-Dame (cité dans Klein, Jacops 1987 : 33).

3 ADV, VE 424, Minutes Caymant : dot de Claude Pierrot et règlement de la première maison, 14 mai 1624 (mentionnés dans Klein, Jacops 1987 : 49, note 27).

4 Elles choisirent « desdites Maisons l’endroit de plus belle face » (cité dans Klein, Jacops 1987 : 36).

5 Il semble cependant que les sœurs aient été dans leur majorité épargnées. D’après la liste des cent premières religieuse, dont le nom est précisé dans le « Livre du couvent » d’Épinal, seules deux religieuses, respectivement âgées de 22 et 25 ans, meurent durant cette fourchette chronologique. Il s’agit de Claude Pierrot (1603- 1628), fille de Pierre Pierrot, la fille du propriétaire de la première maison achetée par A. de Lenoncourt, et de Suzanne Alba (1613-1636) (Klein, Jacops 1987 : 51). On sait en revanche que l’abbesse de Saint-Goëry est frappée par la peste. Elle décède le 1er novembre 1635 et n’est inhumée que le 9 décembre, « les dames s’étant enfuies sans lui rendre les devoirs funèbres » (Klein, Jacops 1987 : 38).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search