Version classiqueVersion mobile

L’Îlot du palais de justice d’Épinal (Vosges)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Philippe Kuchler

Chapitre 3. Aspects de la vie matérielle et spirituelle

Résumé

L’étude des vestiges archéologiques nous renseigne sur plusieurs aspects de la vie économique, domestique et religieuse.

Au XIIIe s., l’artisanat est attesté par la découverte de restes fauniques témoignant d’une activité non identifiée utilisant l’animal comme matière première, et par les vestiges d’un atelier de fonderie tournée vers la fabrication d’objets en alliage cuivreux. Pour les XIIIe et XVe s., l’étude archéozoologique suggère la présence de petits élevages intra-muros. Aux XVIe-XVIIe s., les activités commerciales sont bien représentées par une série de monnaies et de jetons de compte, ainsi que par un lot singulièrement abondant de tirelires.

Le mobilier archéologique et les écofacts nous renseignent par ailleurs sur la vaisselle et l’alimentation, ainsi que sur le confort et l’hygiène en milieu urbain. L’étude de la vaisselle en céramique et en verre offre la possibilité de construire un répertoire chrono-typologique et fonctionnel qui s’étend sur près d’un millénaire sans discontinuité chronologique. Ce mobilier, en partie importé (céramiques glaçurées franc-comtoises et grès alsaciens, faïences de Clerval, de Lyon et de Nevers), est caractérisé par une augmentation et une diversification des formes particulièrement sensible à la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque moderne, révélant ainsi des changements dans les pratiques culinaires et les arts de la table. L’alimentation est caractérisée par une consommation végétale diversifiée et par une consommation de viande de qualité dès le second Moyen Âge. Cette tendance se confirme au XVIIe s., date à laquelle les religieuses introduisent de nouvelles plantes potagères médicinales et condimentaires.

Les éléments de confort sont représentés par des céramiques de poêle, dont le nombre diminue au XVIIe s., époque à laquelle elles sont probablement remplacées par un autre système de chauffage. Les lampes à huile ne sont présentes que de façon anecdotique et il faut se référer au verre à vitre pour avoir des informations sur l’éclairage.

L’étude paléoparasitologique tend à montrer que la population souffrait d’affections parasitaires invalidantes, ces dernières se réduisant, semble-t-il, au XVIIe s., suggérant une amélioration des conditions sanitaires liée à des changements dans l’alimentation des religieuses. La santé est une préoccupation importante au sein du couvent, comme le montre l’importance quantitative et qualitative des récipients de pharmacie retrouvée dans les latrines et provenant de l’apothicairerie du couvent.

Parmi d’autres objets divers du quotidien, la fouille a livré des vestiges renvoyant à la vie spirituelle et religieuse, dont une enseigne de pèlerinage du XIVe s. et de nombreux objets de piété et accessoires vestimentaires provenant des inhumations du XVIIe s. et du début du XVIIIe s.

Texte intégral

3.1. La vie économique

3.1.1. L’artisanat au XIIIe s.

3.1.1.1. Des traces d’utilisation de l’animal comme matière première

Gaëtan Jouanin, Jean-Hervé Yvinec

1Le site du palais de justice d’Épinal a livré une quantité importante d’ossements animaux : au total 6230 restes. Le remplissage de certaines structures est composé de vestiges osseux n’ayant pas trait à l’alimentation mais à d’autres activités de la vie quotidienne, probablement de type artisanal. Deux entités archéologiques sont particulièrement parlantes, la couche hydromorphe US5005 (zones 3 et 5) et le comblement des latrines LAT 211 (secteurs 7D-7F) [fig. 26], toutes deux datées du XIIIe s. (phase C).

Une petite activité d’équarrissage de chevaux ?

  • 25 L’existence d’un strict interdit religieux est aujourd’hui revue et relativisée, comme l’ont montré (...)

2L’US 5005 a livré deux dépôts différents de composition particulière : d’un côté un lot d’ossements de chevaux, de l’autre un lot d’ossements de caprinés largement dominés par les mandibules. L’ensemble d’os de chevaux est important puisque cette espèce représente à elle seule près de 30 % des restes, fait totalement inhabituel [tabl. III]. En effet, la part de cette espèce dans les dépotoirs urbains n’excède généralement pas 1 à 2 %. Au moins quatre individus sont ici représentés, trois mâles et une femelle, dont les âges vont de 2 à 11 ans. La représentation anatomique laisse apparaître quelques déséquilibres : l’absence des petits os (carpes, sésamoïdes et dents isolées) tendrait à prouver la présence d’un rejet secondaire, tandis que la rareté des os du crâne et la légère surreprésentation des membres postérieurs (surtout le coxal et le fémur) posent la question d’éventuelles sélections anthropiques [fig. 68]. Les différentes traces de découpe (couteau et couperet) laissent également apparaître cette intervention humaine. Elles touchent tous les os (vertèbres, côtes et membres) et offrent un panel d’action allant de la mise en pièce de la carcasse à la décarnisation en passant par la désarticulation. L’interprétation de ces traces est délicate notamment pour la période du Moyen Âge pendant laquelle la consommation de viande équine est mal considérée25. Encore attestée à l’époque carolingienne, cette consommation semble ne plus être qu’anecdotique à partir du Moyen Âge central. Aussi peut-on avancer l’hypothèse de traces d’une activité d’équarrissage ayant pour objet de récupérer les matières premières animales. Ces dernières sont vitales pour l’économie médiévale, et considérant les types de découpe nous pouvons supposer que la viande n’a pas été laissée de côté. En effet, si les coups de couperet portés sur une cervicale, plusieurs côtes, le coxal, le fémur et l’articulation de la cheville ont pour but de réduire la carcasse en morceaux plus faciles à ensevelir ou à détruire, les incisions de couteaux sur les phalanges attestent sans nul doute la récupération de la peau. Quant aux incisions relevées sur les côtes et sur un radius, elles ne peuvent s’expliquer autrement que par la volonté de prélever la viande attenante, soit pour elle-même soit pour les noyaux de graisse qu’elle contenait (usage comme combustible). Étant donnée la réticence des populations médiévales à intégrer le cheval à leur diète carnée, il est probable que la viande ainsi débitée ait été destinée à la consommation animale plutôt qu’à la consommation humaine.

tabl. III

Dénombrement en nombre (NR) et en poids (PR en grammes) de restes de l’US 5005 (PM poids moyen).
Total number (NR) and weight (PR in grams) of remains from US 5005 (PM average weight).

fig. 68

Répartition anatomique des restes de cheval et de caprinés, US 5005.
Anatomical distribution of the horse and caprinae remains, US 5005.

© G. Jouanin et J.-H. Yvinec.

3De tels dépôts ont déjà été étudiés. La ville de Beauvais (Oise) en a livré trois : sur le site de l’Hôtel-Dieu aux XVe-XVIIe s. (Lepetz 1991), sur celui du couvent des Cordeliers au XVe s. (Clavel 1994) et sur une zone proche des remparts, du XVIe s. (Yvinec 1996). Les fouilles archéologiques du Carrousel du Louvre à Paris, couvrant les XVe-XVIe s. (Rodet-Belarbi 1993) et à Vaucouleurs en Meurthe-et-Moselle pour les XIIIe-XIVe s. (Yvinec 1995) complètent ces trois exemples picards. Ces divers cas présentent un grand nombre de similitudes : proximité des remparts, sélection anatomique (prépondérance de l’arrière-train), sélection des individus (majoritairement des mâles), et enfin traces de découpe (écorchage, décarnisation). Il apparaît donc que les chevaux morts ou réformés après une utilisation urbaine (d’où la forte proportion de mâles et d’individus âgés) sont récupérés par un équarrisseur établi en limite de la ville. Celui-ci, après prélèvement de la peau et sans doute des boyaux (Massin 1978, cité in Audoin-Rouzeau 1989), découpe et démembre l’animal pour en retirer tout ce qui peut être utilisable (os pour la tabletterie, viande pour l’alimentation des animaux domestiques, etc.).

4À Épinal, le rejet est moins important et les os moins sélectionnés que pour les dépôts utilisés en comparaison. Ceci vient peut-être d’une datation plus ancienne, l’activité n’étant pas forcément systématique et pas aussi artisanale qu’elle le deviendra plus tard et ailleurs.

Extraction de graisse ou d’huile de mandibules de caprinés ?

5Concernant le lot d’ossements de caprinés, les différentes parties anatomiques sont largement dominées par les fragments crâniens, et plus particulièrement par les mandibules qui fournissent un peu plus de 50 % des restes [fig. 68]. Cette répartition anatomique est anormale. Les mandibules sont toutes tranchées au niveau de la troisième molaire (devant, dessus ou derrière). Il n’y a pas de trace nette de l’outil qui a servi à cette opération, mais une fracture de l’os, avec écrasement de ce dernier du côté où le coup a porté, est systématiquement visible. Ces coups sont retrouvés indifféremment côté interne et côté externe de la mandibule.

6Il s’agit donc d’un lot d’os sélectionnés qui présente une fragmentation systématique. Cette fragmentation doit-elle être mise en relation avec l’élimination de la mandibule dans le cas d’une préparation culinaire (tête grillée, par exemple) ou bien est-elle nécessaire pour en extraire quelque produit (huile ou graisse contenue dans le corps de l’os) ? La première de ces hypothèses paraît peu vraisemblable. Les quelques exemples connus montrent au contraire que la mandibule reste attenante au crâne et présente des traces de brûlure à la base. La seconde, bien que séduisante, n’est pas suffisamment étayée en l’état, malgré un cas probablement analogue sur le site urbain gallo-romain de Reims « Châtivesle », sur lequel des traces assez nettes d’une activité d’extraction de graisse ou d’huile de pieds et de mandibule de bœuf ont été observées. À Reims, dans un second temps, l’activité s’est étendue aux mandibules de porc. L’hypothèse d’une utilisation pour le corroyage des cuirs ou bien l’utilisation pour l’éclairage a été évoquée. Si la période et les espèces employées à Reims sont différentes, l’intention n’en paraît pas moins similaire. Une mandibule de bœuf, issue des latrines LAT 258 et datant de la phase D [fig. 69], correspond exactement à la fragmentation rencontrée sur le site de Reims. Cependant, l’étude comparative entre les sites rémois et spinalien ne permet pas d’identifier avec certitude une similitude ou une continuité dans l’exploitation singulière des vestiges osseux. À Reims, un nombre important d’ossements était concerné, tandis qu’à Épinal cette mandibule est la seule à présenter ce type de traitement.

7Malgré tout, concernant les mandibules de caprinés, il s’agit à l’évidence de déchets d’une activité artisanale dont la nature ne peut être plus précisément définie.

fig. 69

Mandibule de bœuf fracturée, LAT 258 (phase D).
Fractured ox mandible, LAT 258 (Phase D).

Des rejets liés à une activité de pelleterie

8Les latrines LAT 211 offrent un autre ensemble particulier, composé de parties de squelettes de chats et de chiens. Au moins sept chiens et six chats sont représentés au total dans ces latrines, avec pour les premiers une majorité d’animaux de moins d’un an et pour les seconds un équilibre entre individus adultes et individus immatures. Ce rejet, qui semble homogène et unique, peut être interprété comme un témoignage de ces petits métiers dont se font l’écho les expressions de vente à la criée tels qu’on les connaît sous le terme « cris de Paris » (Audoin-Rouzeau 1989). Certaines limitations de populations de chats et de chiens servaient, entre autres, à alimenter un artisanat de la peau. Il est difficile d’affirmer l’existence de cet artisanat sur le site d’Épinal à partir de la seule présence de ces squelettes, et de considérer ces restes comme la preuve d’un travail de la fourrure sur le site. Mais au minimum, il s’agit d’un témoignage d’abattage de chiens et de chats pour en récupérer les fourrures. En effet, le chat présente des traces directes de ce prélèvement [fig. 70]. Ces traces se retrouvent sur une seconde mandibule de l’espèce. Les restes osseux de ces deux espèces présentent des similitudes dans leur répartition anatomique. Parmi les restes de chats, les bas de pattes (métapodes et phalanges) sont absents. Chez le chien, ces parties sont également peu présentes. Seulement six métapodes ont été retrouvés dont trois appartenant à une même patte. Les phalanges sont quant à elles complètement absentes. Or, ces ossements restent souvent dans la peau qui vient d’être prélevée. Ce n’est qu’au moment du tannage que les peaux en sont débarrassées.

fig. 70

Crâne et mandibule de chat présentant des incisions fines dues au prélèvement de la peau, LAT 211, XIIIe s. (phase C).
Skull and mandible of cat displaying fine incisions resulting from removal of the skin, LAT 211, 13th century (Phase C).

9La présence parmi les vestiges osseux d’espèces sauvages appréciées pour leur fourrure, tels le renard, le lièvre et l’écureuil, plaide aussi en faveur de ce travail de la peau sur place. Ces vestiges sont essentiellement représentés par des métapodes qui sont autant d’indices d’une activité de pelleterie sur le site.

3.1.1.2. Une fonderie d’objets en alliage cuivreux

Nicolas Thomas, David Bourgarit

10Les vestiges d’un atelier dédié à la fonderie d’alliages à base de cuivre ont été découverts dans la partie méridionale de l’îlot (secteur 7B). Ils sont matérialisés par les fondations de deux fours (FOU 311, 315), un massif maçonné (US 7563) et une fosse-dépotoir (FOS 316). Si le temps limité consacré à la fouille de ces structures fortement arasées n’a pas permis leur étude dans les meilleures conditions, les prélèvements systématiques de sédiments permettent aujourd’hui d’apporter des éléments nouveaux d’interprétation. La comparaison avec d’autres structures du même type et de la même période apporte également des arguments pour proposer une restitution d’au moins un des deux fours.

11La position stratigraphique de l’ensemble des structures métallurgiques permet d’attribuer cette activité artisanale à la phase C, soit au XIIIe s. Par ailleurs, un fragment de moule de fonderie retrouvé dans le niveau d’utilisation de latrines localisées à une dizaine de mètres au nord des fours (LAT 257) [fig. 40] témoigne de l’apogée de cette activité artisanale au cours de la séquence C2.

Les structures

12Les deux fours (FOU 311, 315) et le massif maçonné (US 7563) forment un ensemble [fig. 38] à l’intérieur d’un vaste creusement (FOS316) conservé sur une profondeur maximale d’environ 0,40 m et comblé par deux niveaux de remblais distincts (US7555, US 7564). Le four FOU 315, incomplet, présente un plan rectangulaire de 0,50 m de long sur moins d’une trentaine de centimètres vers le sud-est, en raison de la construction, à la phase suivante (phase D), du MUR 213. Seules trois pierres sont encore en place. Le fond de ce four est composé d’une couche très charbonneuse qui marque l’emplacement d’un foyer ou d’un cendrier (US 7566). Il est conservé sur une vingtaine de centimètres de profondeur correspondant à une seule assise de pierre. Le massif maçonné US 7563, conservé sur une seule assise, est placé entre les deux fours sur le comblement final de la fosse FOS 316 (US 7564).

13Installé sur cette fosse, le four FOU 311, de plan circulaire quasi complet, n’est également conservé que sur une seule assise de pierres assez massives en grès rose liées à de la terre. Son comblement interne est aussi fortement charbonneux. Trois grosses pierres rectangulaires forment un motif en croix à l’intérieur du cylindre et doivent participer à l’architecture du four. Dans l’angle nord de la fosse FOS 316, une concentration de rejets métalliques a été observée dans un sédiment sableux. Cette concentration et la nature du comblement suggèrent la présence d’une fosse de coulée placée juste à côté du four.

Des fours successifs

14Ces structures mises à part, aucun autre vestige d’atelier n’a été relevé. L’absence de sols s’explique sans doute par le fait qu’ils ont été complètement arasés dans cette partie du terrain. Les fondations des fours doivent leur conservation au fait qu’ils étaient enterrés sous ces niveaux disparus. Les seuls niveaux métallurgiques conservés sont donc les deux remplissages charbonneux des fours FOU 311 et FOU 315.

15La stratigraphie de la fosse montre une succession de deux remblais dont le plus profond (US 7564) a servi de base pour la construction des structures. On peut donc supposer que les fours retrouvés correspondent à un deuxième état de l’atelier puisque le tamisage du prélèvement réalisé dans ce premier comblement a livré de nombreux petits fragments de moules de fonderie témoignant d’une activité métallurgique antérieure. En revanche, la mauvaise conservation des vestiges ne permet pas de déterminer la contemporanéité de l’US 7555 et des structures de combustion. Quoi qu’il en soit, l’examen du mobilier retrouvé dans l’ensemble des comblements et dans le fond des deux fours est très homogène, ce qui permet de supposer une activité continue de fonderie tout au long de la phase C. Les vestiges retrouvés représentent donc le dernier état de l’atelier, et il faut admettre l’existence d’au moins un four plus ancien probablement démonté.

Les fragments de moules

16Les principaux rejets de l’activité métallurgique correspondent à des chutes de fonderie à base de cuivre, un peu plus d’une dizaine de fragments de moule de fonderie et quelques éléments vitrifiés. Malgré l’indigence du mobilier collecté, il est représentatif de l’activité d’un fondeur.

17La fonderie génère des quantités très importantes de déchets. Les moules dans lesquels le métal en fusion est coulé sont réalisés le plus souvent en terre. Ce ne sont pas des moules réutilisables : ils sont brisés après la coulée afin d’en extraire l’objet fabriqué. Les plus gros fragments sont tout de même suffisamment caractéristiques pour permettre d’énoncer des hypothèses sur la technique de moulage utilisée et sur la production. La plupart des fragments de moules ont été trouvés dans les latrines LAT 257 (secteur 7F). L’un d’eux correspond à la partie supérieure d’un moule, plus précisément à l’orifice par lequel est introduit le métal liquide. Il s’agit d’un cône de coulée avec l’empreinte d’un évent placé latéralement [fig. 71]. Lors de la coulée, l’évent permet à l’air, chassé du creux du modèle, de s’échapper. La morphologie de la partie supérieure de la pièce évoque la technique à la cire perdue. Les autres fragments trouvés dans la même structure ont tous des surfaces conservées ayant été en contact avec le métal coulé dans le moule, ces surfaces correspondant à des empreintes de l’objet fabriqué [fig. 72]. L’épaisseur des moules est en moyenne de 28 mm. L’examen des empreintes, dans les fragments de moule, renvoie à des formes tournées de dimensions assez importantes, probablement des vases culinaires, voire des chaudrons.

fig. 71

Fragment du cône de coulée d’un moule de fonderie, et sa reconstitution.
Fragment and reconstruction of cone of foundry pouring mould.

fig. 72

Fragments de moules de fonderie, LAT 257 (secteur 7F), XIIIe s. (phase C).
Fragments of foundry moulds, LAT 257 (sector 7F), 13th century (Phase C).

Les chutes de fonderie en alliage à base de cuivre

18Les chutes de fonderie sont très bien représentées sur le site. Il s’agit pour la plupart de petites gouttes de métal vraisemblablement tombées lors de la coulée. Toutefois, certaines chutes ont une masse anormalement élevée et sont principalement concentrées dans l’US 7564, au contact de la paroi nord du four FOU 311 [fig. 38]. Les masses de ces chutes de fonderie montrent une distribution assez particulière qui ne correspond pas à un ramassage et à un recyclage systématiques de la matière première [fig. 73]. Les plus grosses chutes, dont une pèse plus de 1 kg, sont informes et enrobées dans du sable fin très bien calibré. Elles proviennent sans doute de la rupture du fond d’un moule préalablement installé pour la coulée dans une fosse emplie de sable.

fig. 73

Distribution comparée, par unité stratigraphique, des chutes de fonderie en fonction de leur masse (en gramme).
Comparative distribution, by stratigraphic unit, of foundry waste by mass (in grams).

  • 26 Méthode dite PIXE (Particle Induced X-ray Emission).

19Huit chutes de fonderie représentatives de l’ensemble ont été analysées par spectrométrie d’émission X induite par particules26 au moyen de l’accélérateur de particules Aglae du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), après dégagement mécanique de la couche d’altération sur une surface de l’ordre du millimètre [tabl. IV].

tabl. IV

Composition élémentaire de huit chutes de fonderie en alliage cuivreux à base de cuivre provenant des US 7555 et US 7564.
(Résultats en % massique, analyses par PIXE sur coupe non polie avec un balayage d’homogénéisation de 500 x 500 µm. Les éléments dont la présence est inférieure au seuil de détection ne sont pas indiqués, à l’exception du soufre.)
Elementary composition of eight pieces of foundry waste in copper alloy from US 7555 and US 7564.
(Results in % mass, analysed by PIXE of an unpolished section with a scanning homogeneity of 500 x 500 µm. The elements whose presence is less than the detection threshold are not indicated, with the exception of sulphur.)

20Dans tous les cas, les teneurs élevées en étain (Sn), toujours supérieures à 10 % en masse permettent de qualifier ces alliages de bronze (Bayley 1991 : 13-17). Pour six des huit chutes analysées, la teneur en étain est comprise entre 20 et 25 % de la masse : il s’agit d’un bronze très riche en étain typique des compositions utilisées pour la fabrication des cloches. L’alliage campanaire utilisé aujourd’hui est un « vrai bronze » aux alentours de 78 % de cuivre pour 22 % d’étain (Rama 1993 : 210). À la fin du XIIe s., le texte du moine Théophile fournit une composition très proche de celle employée actuellement : « Quatuor partes sint cupri et quinta stagni », ce qui correspond à 80 % de cuivre pour 20 % d’étain (Théophile 1961 : 150-158). Cet alliage est suffisamment dur et fournit une bonne sonorité. Pour Vannoccio Biringuccio, au XVIe s., « ceux qui en veulent faire cloches y en mettent vingt-trois, vingt-quatre, vingt-cinq, vingt-six pour cent [livres d’étain pour cent livres de cuivre], à cause du son, ou selon qu’elles sont grandes ou petites, ou selon qu’on leur veut donner le son pesant ou hautain & clair… » – ce qui donne un alliage dont les teneurs en étain sont comprises entre 19 et 21 % (Biringuccio 1572 : f° 135 r°). Toujours au XVIe s., pour Pomponius Gauricus, les alliages des fondeurs de cloches doivent comprendre entre 17 et 23 % d’étain, tandis que pour Giorgio Vasari, dans son Introductione della scultura, ils ne comprennent que 17 % d’étain (Chastel, Klein 1969 : 218-219). Toutes ces mentions convergent autour des valeurs données par Théophile au XIIe s., et correspondent aux chutes de fonderie du site spinalien. La présence de plomb dans l’alliage est parfois dénoncée, ce métal n’est pas soluble dans le cuivre à l’état solide et forme donc, après refroidissement, des inclusions préjudiciables à la solidité de la cloche. Le plomb nuirait également à la sonorité : « Et si vous desirez le son de votre cloche estre plaisant, vous l’alierez avec bon estain, qui ne tienne aucunement du plomb » (Biringuccio 1572 : f° 162 r°). En réalité, certaines analyses de tels alliages montrent un désaccord certain avec les textes (Drescher 1992 : 415 ; Drescher 1999 : 356-364 ; Langouet 1983 ; Bayley et al. 1993a ; Bayley et al. 1993b). Une origine naturelle de ce plomb n’est pas non plus à exclure, tant il est vrai que plusieurs gisements cuprifères exploités au Moyen Âge, notamment au Rammelsberg, présentent des associations de minerais de cuivre et de galène (PbS) qui conduisent à des cuivres primaires très riches en plomb (Klappauf et al. 2008).

21Deux alliages se montrent nettement plus pauvres en étain que les autres : les chutes de fonderie n° 7555-1 et 7555-4 ont des teneurs en étain autour de 10 % seulement, en masse. La teneur en plomb de la première chute est d’environ 4 %, tandis que la deuxième dépasse 10 %. La teneur en zinc (Zn) de la chute n° 7555-4 est trop faible pour qu’on puisse évoquer un laiton – ni même d’une quelconque addition volontaire. Sans doute faut-il voir dans cette infime présence de zinc l’ajout par dilution d’un laiton élaboré par ailleurs. Compte tenu du nombre modeste d’analyses et de l’impossibilité de connaître les alliages des produits finis, il est évidemment difficile de tirer des conclusions définitives. Les fortes teneurs en plomb dans les alliages à base de cuivre sont souvent observées dans la grosse fonderie, plus particulièrement pour les chaudrons (Drescher 1982 : 157-174 ; Dungworth, Nicholas 2004 : 24-34 ; Thomas 2009a : 526-528 et 611-612). Toutefois, dans le cas présent cette teneur en plomb n’est pas associée à une forte présence d’antimoine (Sb) ni d’arsenic (As). On peut émettre l’hypothèse d’un alliage à base de cuivre provenant du recyclage d’une cloche auquel du plomb aurait été ajouté en vue de fondre de la vaisselle.

22Enfin, les impuretés contenues dans l’alliage des chutes de fonderie amènent à formuler quelques remarques. Le cortège d’impuretés montre en effet une étonnante similarité : les teneurs en arsenic (As), nickel (Ni), argent (Ag) et antimoine (Sb) indiqueraient une même origine pour le cuivre – et même peut-être pour l’alliage, si la matière première provient du recyclage d’une cloche. On remarque également des teneurs très faibles en soufre (S), et relativement limitées en fer (Fe). Ces derniers éléments incitent à proposer l’utilisation d’un cuivre très bien affiné et « propre ».

Les sédiments archéologiques

23Le tamisage des sédiments provenant du comblement supérieur de la fosse FOS 316 (US 7555) et du remplissage interne du four FOU 311 (US 7565) a fourni un mobilier archéologique important au regard des quantités prélevées. En effet, dans la fraction comprise entre 2 et 4 mm, les refus de tamis sont fortement marqués par l’activité métallurgique, et en particulier par de petits fragments de moules de fonderie [fig. 74]. Dans un cas, ces fragments représentent plus de 50 % de la fraction, le reste étant principalement constitué de la phase minérale naturelle. Dans le comblement du four proprement dit, la part de ces petits fragments de moules est nettement inférieure. Ne dépassant pas 25 %, elle reste toutefois très élevée.

fig. 74

Répartition des fragments de moules de fonderie et de la phase minérale dans les refus de tamisage pour la fraction comprise entre 2 et 4 mm (en %).
Distribution of fragments of foundry moulds and of the mineral phase in the sieving waste for the fraction between 2 and 4 mm (in %).

24Ces résultats sont comparables à ceux observés dans un atelier de fondeurs du XIVe s. à Paris (Thomas, Bourgarit 2006 : 56-58 ; Thomas 2009a : 202-217). Ils invitent à rapprocher les deux activités, malgré l’indigence, à Épinal, des plus gros fragments de moules, résultant principalement de l’arasement du site. En effet, dans l’atelier parisien une structure proche de celle du four FOU 311 a permis de récolter plus de 80 kg de fragments centimétriques. Des observations similaires ont été réalisées dans d’autres contextes (Taylor 1996 : 111-115 ; Blaylock 2000 : 38). La forte représentation de très petits fragments de moules dans les prélèvements témoigne d’une intense activité de fonderie qui n’est pas perceptible au travers des plus gros fragments isolés lors de la fouille. Ainsi, malgré la similitude de composition entre les alliages utilisés pour l’art campanaire et ceux analysés sur les chutes de fonte, ces derniers résultats incitent à rejeter l’hypothèse de la fonte de cloches sur le site – au moins de grosses cloches, ce que corrobore l’absence de fragments de moules de très grand format que génère cette activité.

Restitution d’un four

25La forme en trou de serrure du four FOU 311 est à rapprocher de fours de fusion datés entre le XIVe et le XVIe s. La partie circulaire, correspondant à la chambre de combustion, associée à une partie rectangulaire est similaire à la forme générale du four fouillé dans un atelier parisien daté du XIVe s. (Thomas 2009a : 759-783), mais aussi à plusieurs structures découvertes à Dinant et à Bouvignes en Belgique (Plumier, Berckmans 1996, 1997 ; Verbeek, Cnockaert 2004), ainsi qu’en Allemagne (Drescher 1987 : 203). Plusieurs sources écrites permettent de proposer une restitution du four d’Épinal [fig. 75]. Le De diversus artibus du moine Théophile décrit la construction d’un four pour la fabrication d’un alliage de cuivre et de zinc, c’est-à-dire pour élaborer du laiton (Théophile 1977 : 220-222 ; Théophile 1961 : 122-123). Ce four aux dimensions modestes, d’une quarantaine de centimètres de diamètre, fonctionne au moyen d’une ventilation naturelle assurée par convection. La chambre de combustion est un cylindre reposant sur une sole perforée, elle-même disposée sur quatre pierres en forme de croix. L’air assurant la combustion du charbon de bois est apporté par les perforations de la sole. Les creusets sont placés directement au contact des charbons dans la chambre de combustion. La partie basse correspond donc au cendrier du four : elle recueille les plus petits charbons de bois et les cendres tout en laissant le passage libre pour une ventilation optimale. Au XIIIe s., dans la Summa perfectionis, le traité de l’alchimiste Paul de Tarente, ou pseudo-Geber, décrit précisément la sole perforée et son utilité (Newman 1991 : 397, 422). Enfin, dans le Liber fornacum, publié au XVIe s. et signé du même pseudonyme, une gravure figure la structure et sa sole perforée. Le texte accompagnant cette représentation très schématique mentionne un four pour la fusion utilisé par les fondeurs et les monétaires (Gratarolo 2003 : 194 ; Celsi 1572 : 742-743). Or, plusieurs fouilles d’ateliers monétaires ont livré des structures dotées de cette forme caractéristique en trou de serrure : à Hargnies (Ardennes) dans un atelier de faux-monnayeurs du XIVe s., à La Rochelle, à Gênes ou encore à Londres dans des ateliers plus officiels datés des XVIe et XVIIe s. (Lémant 1992 ; Bocquet et al. 2000 : 64-69 ; Annetta, Melli 2001 ; Parnell 1993 : 59-60). Les dimensions du four FOU 311, dont le diamètre interne de la chambre de chauffe est d’environ 0,70 m, sont comparables à celles de ces autres découvertes. L’exemple spinalien est toutefois le seul à présenter un aménagement de trois blocs de pierre rectangulaires disposés en croix, qui rappellent étrangement l’agencement décrit dans le texte du moine Théophile afin de soutenir la sole. La reconstitution de ce type de four et son expérimentation ont prouvé sa très bonne efficacité : avec un tel diamètre et en une seule journée de fonte, plusieurs centaines de kilogrammes d’alliage dans des creusets, pouvant contenir entre 5 et 10 kg de métal environ, peuvent être fondues (Thomas 2009a : 784-804).

fig. 75

Proposition de reconstitution du four FOU 311 (secteur 7B), XIIIe s. (phase C).
Suggested reconstruction of oven FOU 311 (sector 7B), 13th century (Phase C).

Conclusion

26La découverte de cet atelier confirme la vocation artisanale du quartier médiéval. Si la présence d’une fonderie d’alliage à base de cuivre est certes attestée, il est néanmoins difficile de caractériser précisément la nature de la production. Les fragments de moules découverts sur le site témoigneraient de la fabrication de formes tournées, par exemple des vases à vocation culinaire très communs au Moyen Âge. Deux des huit chutes de fonderie pourraient correspondre à ce type de production, eu égard notamment à la forte teneur en plomb constatée dans l’une d’elles. Par ailleurs, la composition des six autres chutes de fonderie analysées renvoie clairement à la production de cloches. La restitution du principal four conservé étant conforme à l’image d’une fusion métallique en creusets – dont la présence sur ce site fait cruellement défaut –, deux hypothèses non exclusives peuvent être émises : ou bien les alliages retrouvés sont les vestiges du recyclage d’une cloche, ou bien l’atelier était voué à la fabrication de petites cloches. La taille du petit cône de coulée, ainsi que les quelques fragments de moules, pourraient convenir autant à leur fabrication qu’à celle de chaudrons. Quoi qu’il en soit, le mauvais état de conservation des structures archéologiques ne permet de valider ni l’une ni l’autre hypothèse.

3.1.2. Des indices d’activités agropastorales
aux
 XIVe-XVe s.

Gaëtan Jouanin, Jean-Hervé Yvinec

27La faune issue du comblement des structures de la phase D nous offre un aperçu sur les pratiques agropastorales aux XIVe-XVe s. Les latrines LAT 239 et LAT 292, localisées dans la moitié septentrionale du site (zones 2 et 3) [fig. 47], sont en effet les réceptacles, pour les premières du cadavre d’un veau, et pour les secondes de restes de poulets. Chez ces derniers, toutes les classes d’âges sont représentées, du poussin à l’adulte. Ce type de rejets est assez régulier en milieu urbain, et interprété comme la preuve de la présence d’un poulailler dans le jardin. De taille adaptée aux besoins domestiques, ce dernier fournissait les œufs et la volaille consommés par la maisonnée. La découverte du jeune veau, âgé de un à deux mois, est plus exceptionnelle. L’entretien d’une vache et de son veau est plus compliqué que celui des poules ou d’un cochon. Ces derniers peuvent être nourris en grande partie par les déchets de la maison. La vache, elle, a besoin d’herbe fraîche ou de foin. Il est donc nécessaire soit de la conduire tous les jours dans les pâtures environnant la ville, soit de se procurer assez de foin pour la nourrir. L’âge du veau rencontré ici peut fournir une explication concernant l’entretien d’un animal aussi encombrant qu’une vache. L’abattage volontaire de ce veau pourrait être lié à un objectif de production de lait par sa mère destinée, comme les œufs, à l’approvisionnement domestique. Si l’absence de traces d’abattage interdit d’affirmer qu’il s’agit d’un choix raisonné, l’hypothèse d’une production domestique de lait reste toutefois envisageable dans le cas d’une mortalité naturelle. Quoi qu’il en soit, ces rejets de cadavres peuvent être interprétés comme les indices réels de petits élevages urbains familiaux aux XIVe et XVe s.

28Quelques restes de jeunes poulains de moins d’un an, issus des latrines LAT 211 (phase C) posent la question d’un élevage urbain d’équidés dès le XIIIe s. Ce cas se différencie de celui du veau étudié précédemment par la présence d’un rejet partiel de cadavres (une patte antérieure droite, une série de côtes, etc.). Ces ossements de chevaux juvéniles sont associés à ceux d’individus adultes. Ces derniers portent des traces attestant de leur découpe. Aussi est-il difficile de définir si les restes des poulains sont le signe d’un petit élevage sur place ou un indice de la consommation de l’espèce. Dans le second cas, il faudrait parler non d’une hippophagie de type catastrophique, mais bien volontaire, avec une sélection des individus consommés.

3.1.3. Le commerce aux XVIe-XVIIe s.

29Les sources écrites révèlent que le bâti investi par la congrégation religieuse à partir de 1619 était partiellement occupé par des marchands [tabl. I]. Les indices archéologiques susceptibles de nous renseigner sur les activités commerciales pratiquées sur le site sont toutefois peu nombreux. Tout au plus peut-on mentionner la présence de pièces de monnaies ou de jetons utilisés pour compter. Parmi les structures qui renvoient à ce type d’activité, la fosse FOS 279 (phase E1) a livré une quantité inhabituelle de jetons de compte et de tirelires qui suggère des activités de comptabilité liées à la finance ou au change.

3.1.3.1. Les monnaies et les jetons de compte

Amaury Masquilier

  • 27 Les identifications ont été réalisées en 1995 par Thierry Kilka et Kareen Verbecke, et en 1999 par (...)

30Vingt-cinq monnaies, jetons de compte ou objets monétiformes de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne ont été inventoriés sur le site du palais de justice d’Épinal, huit en 1995 et vingt en 199927. Six monnaies et treize jetons ont pu être déterminés, soit environ les trois-quarts.

31Le nombre de monnaies et de jetons dont le contexte chronostratigraphique est connu s’élève à dix-neuf : deux pour la phase D (XIVe s. – début du XVIe s.), treize pour la phase E (début du XVIe s. – début du XVIIIe s.), deux pour chacune des phases F (XVIIIe s.) et G (XIXe s.). Cette distribution est en partie corrélée par les déterminations numismatiques qui permettent de recenser, pour le début de l’époque moderne, pas moins de trois monnaies et quinze jetons émis au XVIe ou au XVIIe s., dont une importante série de jetons lorrains.

32La distorsion observée entre les répartitions des objets numismatiques par phase chronologique et par date d’émission s’explique, outre par le fait que des monnaies et des jetons ont été trouvés hors de tout contexte stratigraphique, par ceci que plusieurs autres objets ont été redéposés dans des niveaux archéologiques de phases parfois largement postérieures à l’époque de leur émission. En ce sens, ces derniers n’ont aucune valeur chronologique. Ainsi, la présence de deux monnaies de la fin du XVIIe s. dans la tranchée de fondation de la maison d’arrêt (US1014, phase G) construite au XIXe s., ou celle d’un jeton de la première moitié du XVIIe s. mis au jour dans celle d’un bâtiment conventuel du XVIIIe s. (US 7245, phase F), s’explique aisément dans la mesure où les remblais utilisés pour le comblement proviennent généralement des terrains plus anciens entaillés lors du creusement de la tranchée. Un cas particulier doit être signalé au sujet d’une monnaie médiévale (n° 7253.30.01) retrouvée dans le comblement d’une sépulture de religieuse (phase E2, début du XVIIe – début du XVIIIe s.), pour laquelle l’intentionnalité du dépôt est peu probable. Au total, seuls deux monnaies et six jetons s’inscrivent réellement dans la fourchette chronologique de la phase avec laquelle ils sont en relation.

33Pour chaque monnaie décrite dans le catalogue qui suit, sont indiqués dans l’ordre :

Autorité émettrice (période correspondante) • dénomination de la monnaie • éventuel nom du graveur

34n° d’inventaire (date d’enregistrement) • phase stratigraphique • métal • diamètre • poids • orientation des coins • éventuelle précision physique.
A/ Description de l’avers : épigraphe • iconographie.
R/ Description du revers : épigraphe • iconographie.
• Éventuelle précision supplémentaire.
(Référence bibliographique.)

35Abréviations utilisées pour ce catalogue :
à d. : à droite
à g. : à gauche
g : gramme h : heure
ind. : indéterminé
cm : centimètre
var. : variante
– : information manquante ou sans objet

Les monnaies lorraines

René Ier, duc de Lorraine (1431-1453) • demi gros de Saint-Mihiel [fig. 76 : 1]

36inv.  n° 7253.30.01 (1999) • phase E2 • argent • 2,4 cm • – • 6 h important manque de métal sur le quart de la légende.
A/ +RENATI*DUX*BAR[REN*Z*LOT]H M* entre deux cercles champ écartelé d’Anjou et de Bar, un écusson de Lorraine brochant sur le tout.
R/ MONETA*[FAC]TA*IN*S*[MICHAL] entre deux cercles épée en pal coupant la légende en haut et en bas, accostée à dr. d’un alérion et à g. d’un bar entre deux croisettes.
(Saulcy 1841 : 90, pl. XI, n° 2 ; Flon 2002 : t. 1, 489, René Ier, n° 11 ou 12.)

fig. 76

1) Demi gros de saint-Mihiel ;
2) gros de Nancy (phase C).
1) Demi-Gros of Saint-Mihiel ;
2) Gros of Nancy (Phase C).

© F.Schneikert.

Charles III, duc de Lorraine (1545-1608) • denier [non représenté]

37inv. n° HS.01 (1995) • hors stratigraphie • alliage cuivreux • 1,4 cm • –
A/ CAROL D.G. LOTH. B. DVX • alérion couronné.
R/ MONETA. NOVA. NANC • épée à la pointe en bas entre deux croix de Lorraine.
(Saulcy 1841 : 145, pl. XVIII, n° 14 ; Flon 2002 : t. 2, 643, Charles III, n° 83.)

Henri, duc de Lorraine (1608-1624) • gros de Nancy [fig. 76 : 2]

38inv. n° 7069.30.02 (1999) • phase E2 • argent • 2,7 cm • 0,7 g après restauration pour un poids théorique de 1,22 g • 12 h • monnaie ovale en deux fragments recollés.
A/ HENRI. D. G. DUX. LOTH., à l’intérieur d’un grènetis écu de Lorraine et de Bar accolés sous une large couronne ducale coupant la légende en haut ; G sous les écus.
R/ MONETA. NOVA. NANCEII. CVSA, à l’intérieur d’un grènetis • alérion aux ailes éployées, sommé d’une couronne coupant la légende en haut.
• La lettre G renvoie à Nicolas Gennetaire, maître de la monnaie de Nancy de 1582 à 1618. Cette monnaie a dû être émise entre 1608 et 1618.
(Saulcy 1841 : 163, pl. XXV, proche du n° 10 [variété de légende de revers] ; Flon 2002 : t. 2, 677, Henri II, n° 32.)

Charles IV, duc de Lorraine (1625-1634, 1661-1670) • gros [non représenté]

39inv. n° 1014.36 (1995) • phase G • alliage cuivreux • 2,1 cm • –
A/ CAR. D. G. LOT. ET B. DVX • écu couronné parti de Lorraine et de Bar, à droite et à gauche une croix de Lorraine couronnée.
R/ MONETA CVSA NAN CEII • alérion couronné. • D’après Dominique Flon (2002), ce gros a été frappé durant la seconde partie du règne de Charles IV après sa réintégration dans son duché (1661-1670).
(Saulcy 1841 : 174, pl. XXVI, n° 7 ; Flon 2002 : t. 2, 719, Charles IV, n° 59.)

Les autres monnaies

Carolus de la cité impériale de Besançon • – [non représenté]

40inv. n° 4099.01 (1995) • phase E2 • argent • 1,9 cm • –
A/ + CAROLVS : QUINTUS : IMPERATOR buste de Charles Quint couronné à gauche.
R/ + MONETA : CIVITAT : BISVNTINE • écusson orné aux armes de Besançon, à une aigle de face supportant de ses deux serres les deux colonnes couronnées ; au-dessus, la date 1593.
(Plantet, Jeannez 1855 : 207-208, pl. VIII, fig. 7 ; Carvalho et al. 1999 : 127, M15 [1593].)

Charles II, roi d’Espagne • – [non représenté]

41inv. n° 1014.35 (1995) • phase G
Alliage cuivreux • 2,5 cm • –
A/ ARCHID. AVST. DUX. BVRG. BRAB. ZC • écu couronné aux armes du Léon, de la Castille, d’Aragon, de Naples et de la Sicile, d’Autriche, de Bourgogne, du Brabant, des Flandres et du Tyrol, millésime 1698.
R/ CAROLVS. II. D.G. HISPANIAR. ET INDIAR. REX lion debout à gauche, brandissant une épée dans la patte droite et posant la gauche sur un bouclier aux armes de l’Autriche et du Brabant.
(Heiss 1962 : 183, pl. 194, n° 12.)

Les jetons des Ducs de Lorraine

Régence (pour Charles III) de Christine de Danemark et Nicolas de Lorraine (1545-1552) • jeton [fig. 77 : 1]
  • 28 Dans un premier temps, improprement inventorié n° 7557.30.01.

42inv. n° HS.30.03 (1999) • hors stratigraphie28 • cuivre • 2,9 cm • 4,55 g
A/ CHRISTIANA. D.G. REGINA. DANIAE. D.L.B. • armes de la Tutrice accostées de deux C croisés et couronnés.
R/ LVX. FVGAT. UT. TENB. SIC. ORDINE. CVNCTA. RESVRGVNT – 1594 • la Terre ; au-dessus, le soleil rayonnant entouré de nuages ; à l’exergue, entre la date, l’écusson de Bassompierre.
(Feuardent 1904-1915 : n° 7453 avers.)

Régence (pour Charles III) de Christine de Danemark et Nicolas de Lorraine (1545-1552) • jeton [fig. 77 : 2]

43inv. n° 7369.30.02 (1999) • phase E1 • cuivre • 2,8 cm • 3,60 g
A/ CHRISTIANA. D. G. REGINA.
DANIAE. D. L. B. armes de la Tutrice accostées de deux C croisés et couronnés.
R/ BENE. FVNDATA. EST. SVPER. FIRM(AM). PETRAM – 1594. colonne surmontée de l’écusson de Bassompierre, accostée de deux bras sortant des nuages, l’un tenant un crucifix et l’autre des balances ; en bas, un arbre.
(Feuardent 1904-1915 : n° 7453 avers.)

Charles III (1545-1608), duc de Lorraine • jeton [fig. 77 : 3]
  • 29 Dans un premier temps, improprement inventorié n° 7559.30.02.

44inv. n° HS.30.02 (1999) • hors stratigraphie29 • cuivre • 2,9 cm • 4,70 g
A/ GECT. DES. COMPTES. DE. LORRAINE. ET. DE. BAR. deux C liés entre deux croix de Lorraine ; en haut, un simple écu de Lorraine et autour, les sept drapeaux aux quartiers de Lorraine.
R/ LVX. FVGAT. UT. TENB. SIC. ORDINE. CVNCTA. RESVRGVNT – 1594 • la Terre ; au-dessus, le soleil rayonnant entouré de nuages ; à l’exergue, entre la date, l’écusson de Bassompierre.
(Feuardent 1904-1915 : n° 7493.)

fig. 77

Jetons des Ducs de Lorraine (phase E).
Jetons of the Dukes of Lorraine (Phase E).

© photo F. Schneikert.

Duc de Lorraine Charles III (1545-1608) • jeton [fig. 77 : 4]

45inv. n° 7256.30.01 (1999) • phase E2 • cuivre • 2,7 cm • 3,23 g
A/ CAROL. DG. CAL. LOTH. B. GEL. DVX.
• buste cuirassé du duc à droite.
R/ FECIT. POTENCIAM. IN. BRACHIO. SVO. • bras armé à gauche, sénestrochère, trois alérions ; à droite, deux C croisés.
(Feuardent 1904-1915 : n° 7489 avers, et n° 7503.)

Duc de Lorraine, probablement Charles III (1545-1608) • Jeton [fig. 77 : 5]

46inv. n° 7369.30.01 (1999) • phase E1 • cuivre • 2,8 cm •3,08 g • corrodé.
A/ anépigraphe • bande de Lorraine entourée d’une couronne de feuillage, surmontée de la couronne ducale accostée de deux doubles C croisés. À l’entour : les sept drapeaux aux quartiers de Lorraine.
R/ AEQVITAS SCVTVM INEXPVGNABILE • dessin indistinct : des palmes et une tête (soleil ?).
(Feuardent 1904-1915 : variante du n° 7499 ; la légende du revers semble reprendre le revers du n° 7501 daté de 1588, mais avec un autre motif décoratif.)

Duc de Lorraine, probablement Charles III (1545-1608) • jeton [fig. 77 : 6]

47inv. n° 7369.30.03 (1999) • phase E1 • cuivre • 2,9 cm • 4,00 g
A/ anépigraphe • écu simple de Lorraine avec heaume couronné, timbré d’un aigle, sur un manteau, entouré des écus d’Anjou, Naples, Jérusalem, Hongrie, Aragon, Anjou moderne, Bar, Gueldre et Juliers ; des croisettes accostent tous les écus.
R/ IPSA SIBI PRAETIVM VIRTVS., à l’exergue : AERAR REST la Victoire sans aile au-dessus d’une ville.
(Feuardent 1904-1915 : n° 7477 avers.)

Duc Henri de Lorraine, en tant que marquis de Pont-à-Mousson (1582-1608) • jeton [fig. 77 : 7]

48inv. n° 7229.30.01 (1999) • phase E2 •Cuivre • 2,8 cm • 4,00 g
A/ anépigraphe • écu simple de Lorraine avec heaume couronné, timbré d’un aigle, sur un manteau, entouré des écus d’Anjou, Naples, Jérusalem, Hongrie, Aragon, Anjou moderne, Bar, Gueldre et Juliers ; des croisettes accostent tous les écus.
R/ CRESCENTI. CRESCVNT. COELESTIA. DONA et la date habituelle, 1583 • le jeune marquis debout de face, couronné par les bustes de Mars et de Minerve sortant des nuages, sur un croissant et appuyé sur une lance, la main gauche posée sur un bouclier aux armes de Lorraine.
(Feuardent 1904-1915 : n° 7519 et n° 7521 avec un avers du n° 7477.)

Les jetons de Nuremberg

FIG. 78

Jetons de Nuremberg (phases D, E, F).
Nuremberg jetons (Phases D, E, F).

© photo F. Schneikert.

Jeton de Nuremberg au type rose/globe (graveur anonyme) [fig. 78 : 1]

49inv. n° 7234.30.01 (1999) • phase D2 • cuivre • 2,3 cm • 1,49 g
A/ épigraphe fictive formée de lettres gothiques, entre deux cercles • rose centrale à cinq pétales entourée en alternance de trois lis et de trois couronnes, chacune de ces dernières étant surmontée de trois annelets.
R/ épigraphe fictive formée de lettres gothiques, entre deux cercles, sans marque initiale de graveur • globe surmonté d’une croix pattée dans un double contour trilobé à trois angles saillants cantonné de six annelets.
• À Londres, des jetons de ce type ont été retrouvés dans des contextes stratigraphiques datés de la première moitié du XVIe s.
(Mitchiner 1988 : 381, n° 1227.)

Jeton de Nüremberg au type rose/globe • Kilian Koch [fig. 78 : 2]

50inv. n° 7369.30.04 (1999) • phase E1 • cuivre • 2,5 cm • 1,83 g
A/ KILIANVS KOCH NORI[M]BERGENSIS, entre deux grènetis rose centrale entourée en alternance de trois lis et de trois couronnes.
R/ VERBVM DOMINI MANET IN AETERNVM, entre deux grènetis • globe surmonté d’une croix tréflée et entourée de feuillages fleuris, dans un double contour trilobé à trois angles saillants cantonné de six fleurs.
• Il existe deux maîtres graveurs dénommés Kilian Koch (I et II) dont les productions ne peuvent être différenciées. Ces dernières débutent, pour l’un ou pour l’autre, avec une série de jetons millésimés de 1587 à 1594 et s’achèvent avec leurs décès respectifs, en 1617 ou en 1632.
(Mitchiner 1988 : 424, note sous le n° 1455.)
• Les croix tréflées (au lieu de croix pattée) au type rose/globe se retrouvent uniquement dans les productions de Hans Lauffer I (1607-1632) et de Wolf Lauffer II (1612-1651).
(Mitchiner 1988 : 476, n° 1683 ; 485, n° 1719.)

Jeton de Nüremberg au type rose/globe • Hans et Egidius Krauwinckel (?) [fig. 78 : 3]

51inv. n° 7369.30.05 (1999) • phase E1 • cuivre • 2,4 cm • 1,69 g
A/ HA[…] […]US KRAWINCKEL, entre deux grènetis rose centrale entourée en alternance de trois lis et de trois couronnes.
R/ RECHEN PFENNIG, entre deux grènetis • globe crucigère dans un double contour trilobé à trois angles saillants.
• Ce jeton pourrait avoir été gravé entre 1586 et 1613 par Hans Krauwinckel II, graveur de 1586 à 1635, et son frère Egidius, durant leur période d’association.
(Mitchiner 1988 : 434.)

Jeton de Nüremberg au type rose/globe • Hans Lauffer I [fig. 78 : 4]

52inv. n° HS.30.01 (1999) • hors stratigraphie • cuivre • 2,2 cm • 1,40 g
A/ NIMANT KAN ZEWAERN OIN, entre deux grènetis rose centrale entourée en alternance de trois lis et de trois couronnes.
R/ HANS LAVFERE IN NURMBER, entre deux grènetis • globe surmonté d’une croix pattée dans un double contour trilobé à trois angles saillants.
• Hans Lauffer I, né en 1584, est connu comme maître-graveur en 1611. Certaines de ses émissions sont datées de 1607. Il est décédé en 1632.
(Mitchiner 1988 : 476, note sous le n° 1686.)

Jeton de Nüremberg au type rose/globe • Wolf Lauffer [non représenté]

53inv. n° HS.02 (1995) • hors stratigraphie • laiton • 2,2 cm • –
A/ OVLF LAUFER IN NURLER (WOLF LAUFER IN NUREMBERG), entre deux grènetis • rose centrale entourée en alternance de trois lis et de trois couronnes.
R/ GOT. ALEIN. IN. EHRE. SEI., entre deux grènetis • globe crucifère cerné d’un double contour trilobé à trois angles saillants.
• La production de jetons de Wolf Lauffer I, maître graveur de 1554 à 1601, n’a débuté qu’après son alliance avec la famille Krauwinckel en 1586 ; celle de son fils, Wolf Lauffer II, a perduré tout le temps de sa maîtrise, de 1612 à 1651. Elles se distinguent théoriquement par la forme du prénom, « WULF » pour le père, « WOLF » pour le fils, et par une légende plus complète pour le fils. Les deux ont fabriqué des jetons de type « GOT ALEIN », contrairement au petit-fils Wolf Lauffer III, maître-graveur de 1650 à 1670.
(Eklund 1978 : 10-11, n° 69 ; Mitchiner 1988 : 474, proche du n° 1672 [WOLF Lauffer I] ; 484-485, proche du n° 1714 et note sous le n° 1718 [WOLF Lauffer II].)

Jeton de Nuremberg imité d’un jeton français • Wolf Lauffer II [fig. 78 : 5]

54inv. n° 7245.30.01 (1999) • phase F • laiton • 2,9 cm • 3,62 g • 6 h
A/ À l’exergue : W. L., initiales du graveur Wolf Lauffer Le roi Louis XIII coiffé d’un grand chapeau, tenant son sceptre, sur un cheval au pas à gauche.
R/ W. L. • Deux colonnes cannelées et couronnées cernées de palmes ; les initiales sont inscrites sur un autel.
• Ce type a été produit par Hans Lauffer I pour Henri IV (1589- 1610) (Mitchiner 1988 : 477, n° 1687) et par Wolf Lauffer II, graveur de 1612 à 1651, pour Louis XIII (1610-1643) (Mitchiner 1988 : 486, n° 1722 mais cheval à droite ; Feuardent 1904-1915 : n° 12304).
Le revers a également été utilisé par Hans Krauwinckel II en association avec un avers représentant Henri IV et Marie de Médicis (1600-1610) (Mitchiner 1988 : 465, n° 1648, 1648a).

Les jetons et monnaies indéterminés

55Monnaie illisible (corrodée) [non représenté]
inv. n° 7454.30.01 (1999) • phase D2 • alliage argent • 2,1 cm • 0,64 g

56Monnaie ou jeton illisible (corrodée) [non représenté]
inv. n° 7369.30.06 (1999) • phase E1 • alliage cuivreux • 1,6 cm • 0,80 g

57Monnaie illisible (corrodée) [non représenté]
inv. n° 7069.30.01 (1999) • phase E2 •argent • 1,9 cm • 0,44 g

58Monnaie ou jeton illisible (corrodée) [non représenté]
inv. n° SEP 145.30.01 (= US 7405) (1999) • phase E2 • alliage cuivreux • 1,6 cm • 0,80 g

59Jeton [non représenté]
inv. n° 7406.30.01 (1999) • phase F • cuivre • 2,5 cm • 3,3 g
• Bien qu’illisible, cet objet monétiforme montre des caractéristiques intrinsèques (métal, grand module) qui permettent de l’identifier comme un jeton. Le contexte chronostratigraphique de sa découverte corrobore cette analyse.

60Monnaie indéterminée [non représentée]
inv. n° 4000.01 (1995) • hors stratigraphie • alliage cuivreux • 2 cm • –
A/ anépigraphe • Champ entouré d’un grènetis.
R/ anépigraphe • Croix pattée, entourée d’un grènetis.

3.1.3.2. Des tirelires en céramique

Yves Henigfeld

  • 30 Inv. n° 7369.30.01 [fig. 77 : 5], n° 7369.30.02 [fig. 77 : 2], n° 7369.30.03 [fig. 77 : 6], n° 7369 (...)

61La fosse FOS 279 a livré 205 tessons de céramique correspondant à 29 tirelires cassées sur place [fig. 79]. Ce nombre insolite de tirelires réunies au même endroit, de surcroît associées à 5 jetons de la seconde moitié du XVIe s. ou du premier tiers du XVIIe s.30, évoque une activité commerciale.

fig. 79

Tirelires en céramique rouge provenant de la FOS 279, début du XVIIe s. (fin de la phase E1).
Red ceramic money boxes from FOS 279, early 17th century (end of phase E1).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

62D’un point de vue technique, il s’agit de céramiques tournées à pâte rouge qui, pour deux d’entre elles, sont marquées par des tâches accidentelles de glaçure verte. Les terres cuites comprennent de petites inclusions siliceuses associées à de rares paillettes de mica. En forme de dôme, la partie supérieure des objets a été incisée avant cuisson afin d’obtenir une fente de 33 à 44 mm de long, pour une largeur comprise entre 2 et 3 mm. Les récipients, dont la hauteur varie de 6,9 à 8 cm, ont une base légèrement convexe et une panse cylindrique. Les parois ont une épaisseur moyenne de 3 mm.

63On ne dispose d’aucun équivalent pour ce type de forme. Sur les sites de comparaison régionaux, les tirelires, généralement représentées en quantité moindre, ont une panse globulaire et un bouton de préhension – telle la tirelire découverte sur le site de Richardménil en Meurthe-et-Moselle (Huot-Marchand 2007d : fig. 244). D’un point de vue chronologique, le mobilier associé permet d’attribuer cet ensemble à la fin de la phase E1, soit à la seconde moitié du XVIe ou au premier tiers du XVIIe s. Cette découverte marque la fin de l’occupation laïque du site.

3.2. La vie domestique

3.2.1. La cuisine et la table : vaisselle et alimentation

3.2.1.1. La vaisselle en céramique

Yves Henigfeld

Un état de la recherche

64Dans l’état actuel de la recherche, la connaissance de la céramique dans la vallée de la Moselle souffre de l’absence de travaux de synthèse. Elle se limite en effet à quelques études ponctuelles n’offrant qu’une vision lacunaire du développement chronotypologique et fonctionnel de la vaisselle médiévale et moderne régionale. Pour le haut Moyen Âge, les seuls travaux publiés correspondent à ceux des sites d’habitat de Saule-Gaillard à Frouard (Henrotay, Lansival 1992b) et des Noires Terres à Pompey en Meurthe-et-Moselle (Prouteau 2008), ainsi que de La Crouyotte à Sillégny en Moselle (Henigfeld 2008).

  • 31 Il convient par ailleurs de mentionner la publication d’un article synthétique sur les ateliers de (...)

65Pour les périodes plus récentes, le mobilier issu de deux latrines du site de l’Arsenal Ney à Metz (Moselle) a donné lieu à la publication déjà ancienne d’un ensemble attribué aux XIVe et XVIe s. (Bourger, Cabart 1990). Concernant les sites de production, l’attention des chercheurs s’est essentiellement focalisée sur la découverte d’un atelier dans le quartier du Pontiffroy à Metz, dont l’étude nous renseigne notamment sur la production et la diffusion des céramiques dites « très décorées » entre le milieu du XIIIe et la fin du XIVe s. (Dautremont et al. 2002)31. Pour les départements des Vosges et de la Meurthe-et-Moselle, il convient de mentionner le mobilier du château d’Épinal (Kraemer 2002) et l’importante collection de céramiques provenant du château des Armoises à Richardménil (Huot-Marchand 2007a, 2007c).

  • 32 Parmi les sites urbains de la vallée de la Moselle, on peut par exemple mentionner les études consa (...)

66En dehors de ces rares publications, il faut se référer au catalogue d’exposition Metz médiéval (Goedert et al. 1996) et aux rapports de fouille pour recueillir des éléments d’information32.

La problématique

67La périodisation des données stratigraphiques offre l’occasion de proposer une chronologie relative de la céramique du début du Moyen Âge aux Temps modernes, qu’il est possible de préciser à partir d’un certain nombre d’indices de datation absolue. L’étude de cet ensemble urbain a pour triple objectif d’affiner la chronologie du site, de proposer un nouveau corpus de référence régional et d’offrir une image du développement des pratiques culinaires et des manières de table sur la longue durée.

Les méthodes utilisées

68L’étude est principalement fondée sur la caractérisation de groupes techniques et sur le recours à des méthodes d’analyses quantitatives. La définition des groupes techniques repose sur une analyse descriptive des techniques de fabrication (inclusions minérales, façonnage, revêtement et modes de cuisson). Quatorze groupes techniques ont ainsi été caractérisés :

  • céramique montée en technique mixte,

  • céramique rouge,

  • céramique rouge « fumigée »,

  • céramique rouge engobée,

  • céramique rouge fine,

  • céramique rouge décorée à l’engobe,

  • céramique rouge à glaçure sur cru,

  • céramique grise,

  • céramique grise à glaçure sur cru,

  • céramique rouge à glaçure sur engobe,

  • céramique blanche,

  • céramique blanche à glaçure sur cru,

  • faïence,

  • grès.

  • 33 La phase F, représentée par quelques tessons résiduels, n’a pas été étudiée.

69L’étude quantitative du vaisselier repose sur la détermination du nombre de restes (ou de fragments) par phases chronologiques [tabl. V, fig. 80]33. Elle est fondée sur un corpus de 9 492 fragments, dont la répartition varie selon les phases considérées. Les périodes les moins bien documentées correspondent aux phases A (23 fragments, soit 0,24 % des effectifs) et B (135 tessons, soit 1,42 %). Les phases C (1 232 tessons, soit 12,98 %) et D (1 617 tessons, soit 17,04 %) sont mieux représentées, même si elles restent minoritaires par rapport à la phase E1 qui regroupe presque la moitié des effectifs (44,24 %). Sur les 4 199 tessons étudiés, 3 329 proviennent du comblement (US 7369) de la fosse maçonnée FOS 279. Cette dernière, qui marque la fin de la phase E1, a livré à elle seule 35,07 % du mobilier étudié. La phase E2 est elle aussi bien présente, avec un nombre de 2 286 tessons, soit environ un quart (24,08 %) de la vaisselle en céramique.

fig. 80

Pourcentage du nombre de restes de vaisselle par phase (9 492 fragments).
Percentage of the number of remains of tableware by phase (9 492 fragments).

tabl. V

Vaisselle : répartition du mobilier céramique par phase d’après le nombre de restes (NR) (ph. phase).
Tableware : distribution of pottery artefacts by phase in terms of the number of remains (NR) (ph. Phase).

La céramique de la phase A

70Les fragments de céramique de la phase A ont tous été découverts en 1995. Il s’agit en l’occurrence de 22 tessons de céramique montée en technique mixte associés à un fragment de panse en céramique grise tournée.

71D’un point de vue technique, les céramiques mixtes comportent de nombreuses petites inclusions siliceuses faiblement micacées. Après un montage aux colombins, les récipients sont repris à la tournette avant d’être lissés. Souvent irrégulière, l’épaisseur des parois varie entre 5 et 7 mm. Les pâtes, rayables au fer, ont une couleur à dominante grise, qui peut également être rouge-orangé.

72D’un point de vue morphologique, les fragments découverts appartiennent à des pots globulaires à encolures évasées [fig. 81 : 1-2].

73Les lèvres peuvent être en amande ou légèrement biseautées à leur extrémité. La seule encolure graphiquement restituable fait un diamètre de 15 cm [fig. 81 : 1].

74Les dépôts carbonés observables sur la face externe de plusieurs tessons suggèrent d’attribuer à ces récipients une fonction culinaire.

  • 34 La très forte proportion de céramique coquillier sur les sites de Sillégny (Moselle) et de Prény (M (...)

75Même si elles contiennent moins de mica, les céramiques de la phase A présentent de fortes similitudes typologiques avec le groupe des céramiques micacées des sites de consommation du sud du Rhin supérieur, où elles sont fabriquées et diffusées du VIIIe au Xe s. (Châtelet 2002). Elles sont aussi partiellement comparables avec des céramiques francomtoises du site rural de Vellechevreux « Les Graviers » en Haute-Saône, où elles sont attribuées par14C à une fourchette chronologique comprise entre 657 et 803 ap. J.-C. (Peytremann et al. 2000 : 335). Dans la vallée de la Moselle, les formes fermées à col étroit et à ouverture évasée sont fréquentes en contexte d’habitat. C’est le cas par exemple sur le site mosellan de Sillégny (Henigfeld 2008) ou sur les sites meurthe-et-mosellans de Frouard (Henrotay, Lansival 1992b : fig. 12), de Pompey (Prouteau 2008 : 156-161). Notamment fondées sur des analyses au radiocarbone, les datations proposées sur ces sites permettent d’attribuer ce type de céramique à une période allant du VIIIe au Xe s. La céramique d’Épinal s’en différencie toutefois par l’absence d’inclusions de calcaire coquillier. En ce sens, elle provient, de toute évidence, d’un autre centre de production, éventuellement local34.

76Compte tenu du faible nombre de céramiques et en l’absence d’indices chronologiques plus pertinents, l’hypothèse d’une datation entre le VIIIe et le Xe s. peut être émise, sans toutefois pouvoir être assurée.

La céramique de la phase B

77Les 135 tessons de céramiques issus des niveaux de la phase B sont, à 97,78 %, montés en technique mixte, le reste (2,22 %) étant constitué par 3 fragments de céramique rouge tournée.

78Les caractéristiques techniques des céramiques mixtes présentent peu de différences avec celles de la phase A [fig. 81 : 3-9]. Tout au plus peut-on mentionner l’apparition de rares décors imprimés ou incisés [fig. 81 : 3-4]. L’extrémité du bord de l’un des cols [fig. 81 : 5] présente la particularité d’être ornée de petites impressions digitées juxtaposées. La principale différence par rapport aux céramiques de la phase antérieure réside dans le profil des encolures qui, au lieu d’être étranglées à leur base, sont courbes. Le répertoire morphologique n’est représenté que par un nombre réduit de lèvres éversées arrondies, parfois légèrement biseautées ou horizontales à leur extrémité. Il s’agit essentiellement de fragments de pots utilisés pour la cuisson et le stockage des aliments. Parmi eux, il convient de mentionner la présence d’un pot verseur à panse globulaire destiné à contenir des liquides, pourvu de deux anses verticales diamétralement opposées et d’un bec tubulaire marqué à sa base par des impressions digitées [fig. 81 : 9].

  • 35 Les analyses au radiocarbone ont été réalisées par le Center for Isotope Research de l’université d (...)
  • 36 GrN – 24627.

79Ce type de forme peut éventuellement servir d’indicateur chronologique. La fouille du lycée Colbert à Thionville (Moselle) en 1989 a en effet livré plusieurs pots verseurs associés à de la céramique claire peinte des XIe-XIIe s. (Blaising, Seilly 1995 : 121-122). Dans la même zone géographique, le comblement d’un puits du site de Yutz (Moselle) « Giratoire » a révélé des formes similaires associées à des bois datés par14C (Prouteau 1996 : 256-257). Ces éléments ont été attribués à une période comprise entre 1 011 et 1 155, avec un coefficient de calibration de 95,4 %35. Dans la vallée de la Sarre, une structure du site de Gungling à Grosbliederstroff (Moselle), près de Sarreguemines, a livré des fragments de céramiques montées en techniques mixtes morphologiquement comparables à celles d’Épinal (Peytremann 2006 : 85). Une datation par le radiocarbone, fiable à 95,4 %, permet d’attribuer ces poteries à une fourchette chronologique comprise entre 1 021 et 1 15736. Dans le sud de la vallée du Rhin supérieur, des formes similaires montées en technique mixte proviennent de contextes datés de la fin du Xe s. au début XIIIe s. (Daul, Henigfeld 1994 : 9-11 ; Henigfeld 2005 : pl. 16). Elles s’en différencient toutefois par un polissage interne de l’encolure.

80Comme pour la phase précédente, les éléments de comparaison susceptibles de préciser la chronologie du mobilier découvert à Épinal sont peu nombreux et proviennent de sites parfois éloignés. Même s’ils doivent être considérés avec réserves, ces indices de datation, conjugués avec l’analyse des données stratigraphiques, permettent de situer cet ensemble entre le Xe s. (fin de la phase A) et le début du XIIIe s. (début de la phase C). Cette proposition de datation est corroborée par l’absence de céramique glaçurée.

fig. 81

Vaisselle en céramique :
1-2 : XIIIe-IXe s. (phase A) ;
3-9 : Xe-XIIe s. (phase B) ;
10-22 : XIIIe s. (phase C)
(G : grise ; M : technique mixte).
Pottery tableware :
1-2: 13th-9th century (Phase A) ;
3-9: 10th-12th century (Phase B) ;
10-22: 13th century (Phase C)
(
G: grey ; M: mixed technique).

© Y.Henigfeld, P.Girard.

La céramique de la phase C

81Comme pour les phases A et B, la vaisselle montée en technique mixte est largement prépondérante par rapport à la céramique tournée [fig. 82]. Elle est aussi techniquement comparable à celle des phases antérieures. Sur un total de 1 232 fragments, elle représente, avec 1 132 tessons, 91,88 % du mobilier étudié.

fig. 82

Répartition de la vaisselle en céramique d’après le nombre de restes (1 232 fragments), xiii s. (phase C).
Distribution of the pottery tableware in terms of the number of remains (1 232 fragments), 13th century (Phase C).

82Ces poteries sont associées à des céramiques tournées rouges ou grises, dont les pâtes comprennent de nombreuses inclusions siliceuses de petite taille. Dans près de 2,5 % des cas, elles sont revêtues d’une glaçure appliquée à cru dont la couleur, qui peut être marron, marron-orangé ou vert-olive, est partiellement conditionnée par celle des pâtes.

83Le vaisselier est essentiellement composé de formes fermées à bases lenticulaires, à panses globulaires et à lèvres éversées généralement arrondies à leur extrémité [fig. 81 : 10-22]. Les cols sont majoritairement rentrants, mais peuvent être verticaux [fig. 81 : 10] ou resserrés à leur base [fig. 81 : 16]. Plusieurs récipients sont ornés d’incisions horizontales, croisées ou ondées. D’autres sont pourvus d’impressions moletées ou digitées. La forme prédominante correspond aux pots réservés au stockage ou à la cuisson des aliments [fig. 81 : 10-17]. Le vaisselier est par ailleurs composé de fragments de pots verseurs [fig. 81 : 18-19] et de céramiques de table, parmi lesquelles il convient de mentionner des fragments de pichet en céramique mixte [fig. 81 : 21] et de cruche à bec pincé en céramique grise tournée « cannelée » [fig. 81 : 22]. La céramique réservée aux boissons est par ailleurs représentée par une anse et deux fragments de panse glaçurés à décor moulé provenant vraisemblablement de pichets ou de brocs en céramique « très décorée » (inv. n° 5016.07 et n° 5016.07a, non représentés).

  • 37 « Item obiit figulus in Slezistat, qui primus in Alsatia vitro vasa fictalia vestiebat » (MGH, SSXV (...)

84On ne dispose, pour la céramique montée en technique mixte postérieure au XIIe s., que de peu d’éléments de comparaison. Tout au plus peut-on constater qu’elle est bien représentée sur le site de Mirecourt Rue du Docteur-Joyeux dans une phase chronologique postérieure à la fin du XIIe s. (Henigfeld 2004 : 90-92). En revanche, l’apparition des céramiques glaçurées peut servir d’indicateur chronologique. Les quelques travaux qui s’intéressent au développement des premières céramiques glaçurées (avec ou sans décor) dans le nord-est de la France les font remonter au XIIIe s. En Alsace, l’apparition de la céramique glaçurée médiévale est attribuée à la seconde moitié du XIIIe s. Les annales des dominicains de Colmar mentionnent, en effet, à la date du 25 décembre 1283, le décès d’un potier de Sélestat qui aurait été le premier en Alsace à revêtir sa production d’un enduit vitrifiable37. Dans la vallée de la Moselle, plusieurs indices de datation permettent de faire remonter les premières céramiques glaçurées des ateliers du Pontiffroy à Metz au XIIIe s. (Dautremont et al. 2002 : 26).

85Ces rares éléments de comparaison corrélés avec les données stratigraphiques et dendrochronologiques permettent d’attribuer la céramique de phase C au XIIIe s.

La céramique de la phase D

86En phase D [fig. 83], la céramique mixte reste majoritaire (56,15 %), même si elle commence à être fortement concurrencée par la céramique tournée, essentiellement représentée par des céramiques grises (12,74 %), rouges (11,81 %) et rouges à glaçure sur cru (15,15 %). Par rapport à la phase C, quatre nouveaux groupes techniques font leur apparition : la céramique rouge « fumigée », le grès, la céramique engobée et la céramique à glaçure sur engobe. Exception faite de la céramique « fumigée » (2,29 %), ces groupes représentent moins de 1 % des effectifs.

fig. 83

Répartition de la vaisselle en céramique d’après le nombre de restes (1 617 fragments), xive-xve s. (phase D).
Distribution of the pottery tableware in terms of the number of remains (1 617 fragments), 14th-15th century (Phase D).

87La céramique mixte et les céramiques grises et rouges sont techniquement comparables à celles des phases antérieures. Contrairement aux céramiques non glaçurées qui comportent de nombreuses petites inclusions siliceuses, les céramiques rouges glaçurées sont plus fines et peuvent comporter du mica. Ces dernières sont recouvertes d’un revêtement plombifère appliqué à cru ou, plus rarement, sur une couche d’engobe blanc. La couleur des glaçures oscille entre le marron, le jaune et le vert. Les céramiques rouges « fumigées » sont rouges à cœur et grises en surface. Ces couleurs résultent d’une cuisson en atmosphère oxydante suivie d’un enfumage en fin de cuisson. Ces céramiques sont caractérisées par une pâte très dure, presque grésée. Les grès comportent de rares éléments siliceux, d’un diamètre inférieur à 0,5 mm. Portés à température élevée, ils ont fait l’objet d’un vernissage au sel réalisé en fin de cuisson. La surface vitrifiée des parois est de couleur gris clair.

88Par rapport à la phase C, le répertoire morphologique de la phase D est caractérisé par une plus grande diversité de formes et de fonctions, notamment liée au développement des pots tripodes et des céramiques de table.

89Les céramiques mixtes correspondent pour la plupart à des formes fermées globalement comparables à celles identifiées en phase C. Elles servent au stockage ou à la cuisson des aliments [fig. 84 : 1-4] et au transport des liquides [fig. 84 : 5-6, 14]. Parmi les éléments nouveaux, il convient de mentionner la présence d’un bec tubulaire percé à son extrémité de quatre perforations [fig. 84 : 6], d’une base pourvue d’un pied [fig. 84 : 7], d’un décor au poinçon formant des rosaces [fig. 84 : 8] et de deux encolures verticales appartenant vraisemblablement à des pichets [fig. 84 : 12-13].

fig. 84

Vaisselle de table en céramique, XIVe-XVe s. (phase D)
(G : grise ; Grès grès ; M : technique mixte ; R : rouge ; Rf : rouge « fumigée » ; Rglc : rouge à glaçure sur cru).
Pottery tableware, 14th-15th century (Phase D)
(
G: grey ; Grès: stoneware ; M: mixed technique ; R: red ; R:f “smoky” red ; Rglc: glaze on unbaked red ware).

© J. Gelot, Y. Henigfeld, P. Girard.

90Les céramiques tournées non glaçurée (grise, rouge et rouge fumigée) sont composées de formes fermées réservées au stockage et la cuisson des aliments solides ou au transport des liquides. Deux récipients sont graphiquement restituables. Le premier correspond à un grand pot à bec tubulaire en céramique grise [fig. 84 : 14]. Le second correspond à un pot ansé de dimension plus modeste en céramique rouge [fig. 84 : 15]. Les céramiques rouges, rouges « fumigées » et rouges à glaçures sur cru sont parfois tripodes [fig. 84 : 21-24]. Ces dernières sont réservées à la cuisson des aliments, comme l’attestent les traces de mises au feu altérant les surfaces externes.

91La céramique glaçurée « très décorée » [fig. 84 : 27-41] est, quant à elle, exclusivement composée de pichets ou de brocs d’une douzaine de centimètres de diamètre à leur base et d’une vingtaine de centimètres de hauteur. Ces objets sont généralement considérés comme des produits de qualité, volontiers associés à la consommation du vin (Verhaeghe 1989 : 97 ; Dœreux, Dufournier 1991). Les encolures sont hautes, verticales ou légèrement évasées. Les panses sont généralement séparées de l’encolure et de la base par un cordon. Les récipients sont infléchis à leur base et reposent sur des assises inférieures concaves. D’un point de vue technique, ces produits sont revêtus d’une glaçure externe appliquée par aspersion, qui recouvre parfois la paroi interne de l’encolure. La dimension esthétique de ces récipients résulte de la combinaison de plusieurs techniques. Alors que le décor à la molette est réservé aux encolures ou, plus rarement à la surface externe des anses [fig. 84 : 31-33], les décors en relief appliqués ou moulés sont destinés à orner les panses [fig. 84 : 34-40]. Ils sont principalement composés de pastilles décoratives, de motifs végétaux ou de scènes figuratives. Ces éléments peuvent être ajoutés ou, au contraire, directement être obtenus par une pression interne de la pâte sur une matrice placée à la surface externe des objets. Parmi les formes les plus complètes, il convient de décrire trois récipients provenant de l’US de comblement US 7267 des latrines LAT 258. Le premier correspond à un pichet à glaçure verte et marron caractérisé par la présence d’un personnage royal en pied présenté de face, coiffé d’une couronne, vêtu d’une tunique et d’une cape, portant dans sa main gauche un sceptre fleurdelisé et posant sa main droite sur son cœur [fig. 84 : 38]. Cette figure, reproduite à plusieurs reprises sur le même récipient, est associée à des pastilles florales à cinq pétales. Le deuxième pichet est revêtu d’une glaçure marron-orangé. Il est orné de quatre musiciennes ou danseuses en pied vues de profil frappant de leur main droite un tambourin au moyen d’une baguette [fig. 84 : 39]. Les personnages sont séparés les uns des autres par des hampes ornées d’un feuillage, surmontées d’une fleur de lys. Malheureusement plus fragmentaire, le troisième récipient est revêtu d’une glaçure vert-olive et marron [fig. 84 : 37]. Il est orné d’un cavalier soufflant dans une corne d’appel ou un olifant, et gravissant une montagne ou un rocher stylisé. Cette représentation, qui n’est pas sans rappeler un épisode de la chanson de Roland, pourrait aussi bien correspondre à une scène de chasse ou à une autre scène épique.

92Ce développement d’un service spécifiquement réservé à la table est également attesté par la présence de petites formes ouvertes en céramique rouge à glaçure sur cru [fig. 84 : 42-44] ou en grès [fig. 84 : 45-46]. Si les premières ont peut-être servi d’écuelles, les secondes correspondent à des gobelets ou à des tasses réservées à la consommation des boissons. Elles présentent notamment de fortes similitudes techniques et morphologiques avec les céramiques issues des centres de production de Haguenau et de Soufflenheim dans le nord de l’Alsace (Henigfeld 1998 : fig. 6 et 8 ; Henigfeld 2005 : fig. 100). L’hypothèse d’une céramique d’origine alsacienne demande toutefois à être étayée par des analyses physicochimiques.

93Compte tenu des arguments chronologiques utilisés pour dater les phases C et E1, la céramique de la phase D est attribuable à une période comprise entre le début du XIVe et de début du XVIe s. La chronologie de ce mobilier peut être précisée grâce à plusieurs ensembles de comparaison.

  • 38 Je remercie très chaleureusement Christophe Card de m’avoir rendu attentif à cette découverte et Co (...)

94À Metz, la production de céramique « très décorée » de l’atelier du Pontiffroy est attribuée à une fourchette chronologique comprise entre le milieu du XIIIe s. et le XVe s. (Dautremont et al. 2002). Ces parallèles ne peuvent cependant pas servir de vecteur chronologique fiable dans la mesure où les pâtes et les motifs diffèrent sensiblement de ceux d’Épinal. En revanche, des parallèles plus convaincants peuvent être établis avec le site Rue du Docteur-Joyeux à Mirecourt (Vosges), où un pichet orné d’un personnage féminin en pied vu de profil évoluant sous une arcade provient d’un contexte datant, au plus tard, de la fin du XIVe s. (Henigfeld 2004 : fig. 11). Ce personnage est semblable à un fragment de céramique « très décorée » des années 1300 issu du quartier Velotte à Montbéliard (Fuhrer, Tchirakadzé 1995a : 65, n° 3). Ces différents produits proviennent peut-être de l’atelier franc-comtois de Luxeuil, « 3, rue des Thermes » (Haute-Saône), localisé à une cinquantaine de kilomètres au sud d’Épinal. Découvert récemment, ce site a en effet livré, dans une couche dépotoir, un lot de la céramique « très décorée » attribué à la première moitié du XIVe s., orné de motifs similaires à ceux d’Épinal (Goy 2008 : 23, tabl. 4)38. Parmi eux, on peut notamment mentionner un roi couronné tenant un sceptre, qui rappelle le motif découvert à Épinal [fig. 84 : 38]. Ce décor est par ailleurs attesté sur le site de consommation du château de Bavilliers dans le Territoire de Belfort (Billoin 2007 : 112). La fleur de lys [fig. 84 : 40] apparaît, quant à elle, sur un broc en céramique « très décorée » du château de Pymont (Jura), attribué à une période comprise entre le milieu du XIIIe et le troisième quart du XIVe s. (Jeanjacquot, Goy 1993 : fig.78 ; Goy, Jeanjacquot 1995 : 93, fig. 9).

95Parmi les autres catégories de céramique susceptibles de servir d’indicateur chronologique, les tasses en grès gris peuvent éventuellement apporter des éléments d’information. Elles sont en effet ponctuellement attestées en Lorraine et en Franche-Comté dans des contextes du XVe s. et du XVIe s. (Goy, Goetz 1995 : 128, fig. 1-2, 215 ; Bourger, Cabart 1990 : 126, pl. 126, 48-49, Goedert et al. 1996 : 98). Sur le site du château d’Épinal, les tasses en grès sont attestées dès la phase D (XIVe-XVe s.) et continuent à se développer dans le courant du XVIe s. (Kraemer 2002 : 216). De même, les nombreux exemplaires de tasses en grès mis au jour sur le site du château des Armoises à Richardménil (Meurthe-et-Moselle) sont attribués à une période allant de la seconde moitié du XIVe s. à la première moitié du XVIe s. (Huot-Marchand 2007c : 297-305).

La céramique de la phase E1

96Pour la phase E1, les 870 tessons pris en considération proviennent, pour l’essentiel, du comblement des latrines LAT 288 (US4063, US4063) et LAT 289 (US3042, US3043). L’important lot de céramique provenant de la fosse FOS 279, qui marque l’extrême la fin de la phase E1, fait, quant à lui, l’objet d’un chapitre à part entière ci-après.

97La vaisselle en céramique est caractérisée par la disparition définitive de la céramique montée en technique mixte et de la céramique « très décorée » au profit des céramiques rouges à glaçure sur cru (60,46 %) et rouges non glaçurées (30,92 %) qui représentent, à elles seules, plus de 90 % de l’assemblage [fig. 85]. Hormis les céramiques rouges « fumigées », représentées à 2,30 %, tous les autres groupes apparaissent à moins de 1 %. Parmi eux, il convient de mentionner la présence d’un tesson de céramique blanche à glaçure sur cru.

fig. 85

Répartition de la vaisselle en céramique d’après le nombre de restes (870 fragments), XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1).
Distribution of the pottery tableware in terms of the number of remains (870 fragments), 16th century – early 17th century (Phase E1).

98D’un point de vue technique, les pâtes, qu’elles soient grises, rouges ou blanches, ne diffèrent guère de celles de la phase D. Elles sont bien cuites et comportent de fines inclusions siliceuses. Les glaçures protègent partiellement ou totalement la paroi interne des récipients. Elles sont, le plus souvent, de couleur verte, plus rarement marron [fig. 86 : 4]. Peu nombreux, les décors se présentent généralement sous forme de lignes horizontales faiblement incisées ornant la partie supérieure ou médiane de la panse. Un objet [fig. 86 : 18] a été trempé dans un bain d’engobe blanc, puis orné d’un motif glaçuré en chevrons de couleur vert pâle, apposé au pinceau ou au barrolet.

99Par rapport à la phase D, la céramique est caractérisée par une variété de formes plus importante [fig. 86], que l’on peut globalement classer dans six groupes morpho-fonctionnels :

  • les pots ansés, réservés au stockage ou à la cuisson des aliments [fig. 86 : 1-4] ;

  • les grandes jattes à anses diamétrales opposées, servant à la préparation des mets [fig. 86 : 5-6] ;

  • les récipients tripodes (pots, caquelons, jattes ou marmites) dotées d’anses rubanées verticales ou de manches tubulaires, destinés à la cuisson des aliments [fig. 86 : 10-16] ;

  • les couvercles de formes et de tailles variées, destinés à recouvrir les récipients culinaires [fig. 86 : 7-9] ;

  • les écuelles, éventuellement pourvues de tenons de préhension, relevant du service de table [fig. 86 : 17-19] ;

  • la petite forme à bec tubulaire ornée d’un motif en chevron correspondant peut-être à un biberon [fig. 86 : 18].

fig. 86

Vaisselle en céramique issue des latrines LAT 288 (US 4063, 4064) et LAT 289 (US 3043), XVIe s. – début du XVIIe  s. (phase E1)
(G : grise ; R : rouge ; Rf : rouge « fumigée » ; Rglc : rouge à glaçure sur cru ; Rgle : rouge à glaçure verte sur engobe).
Pottery tableware from the latrines LAT 288 (US 4063, 4064) and LAT 289 (US 3043), 16th century – early 17th century (Phase E1)
(
G: grey ; R: red ; Rf: “smoky”red ; Rglc: glaze on unbaked red ware ; Rgle: red ware with green glaze on slip).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

100Curieusement, alors que le répertoire morpho-fonctionnel se diversifie, la vaisselle de table ne comprend, dans les structures observées, ni cruches ni pichets.

101Les éléments de comparaison pour dater le mobilier issu des latrines LAT 288 et LAT 289 sont nombreux. Le répertoire des formes est comparable à un ensemble de la première moitié ou du milieu du XVIe s. provenant du site de l’Arsenal Ney à Metz, dont la datation repose, entre autres, sur l’étude du verre associé (Bourger, Cabart 1990 : fig. 13 ; Goedert et al. 1996 : 102-103).

102Les récipients tripodes et l’écuelle à oreilles horizontales sont similaires aux objets issus de la tour Saint-Nicolas et du cabaret de l’Hôtel de ville de Montbéliard, attribués à une période comprise entre le XVe s. et le milieu du XVIIe s. (Fuhrer, Tchirakadzé 1995d : 146-147 ; Goetz 1995 : 152-153 ; Tchirakadzé, Fuhrer 1998 : 119). Dans le quartier du bourg Saint-Martin à Montbéliard, plusieurs récipients (pot de stockage à deux anses, récipient tripodes, jattes ansées) attribués au XVIe s. ou au début du XVIIe s. présentent des caractéristiques comparables. Nombreux sont également les points de convergence avec le mobilier de la période 4 du site Rue du Docteur-Joyeux à Mirecourt (Henigfeld 2004 : 97-104) et avec le mobilier culinaire du château des Armoises à Richardménil, qui est clairement antérieur à 1611, date de destruction de l’édifice (Huot-Marchand 2007a : fig. 229-230). Si l’on se réfère à ces éléments de comparaison et aux résultats des analyses dendrochronologiques effectuées sur les bois du début du XVIe s. issus du comblement inférieur des latrines LAT 288, le mobilier de la phase E1 peut être attribué au XVIe s. et au début du XVIIe s. Cette datation est corroborée par l’étude de la céramique de poêle et de l’important lot de verres des latrines LAT 288 et LAT 289, qui s’inscrit entre la fin du XVe s. et le début du XVIIe s. L’étude de la céramique de la fosse FOS 279 permet d’avoir une idée plus précise du développement de la vaisselle en céramique à la fin de la phase E1.

La céramique de la fin de la phase E1

103La céramique issue du comblement de la fosse maçonnée FOS 279 est particulièrement abondante, puisqu’elle est constituée de 3 329 tessons, correspondant à 246 objets individualisés.

104Les groupes techniques sont en revanche peu nombreux, présentant une majorité écrasante de céramiques rouges à glaçure sur cru (94,47 %) généralement verte, plus rarement marron [fig. 87]. Assez fréquemment, les glaçures ne recouvrent que la paroi interne de l’encolure ou le fond du récipient. Les céramiques rouges présentent parfois des traces accidentelles de glaçure au plomb, ce qu’il laisse supposer qu’elles étaient fabriquées dans les mêmes ateliers. Les motifs décoratifs se limitent à des lignes incisées horizontales et à des bandes de peinture blanche appliquées sur la panse du récipient [fig. 89 : 7] ou, dans le cas d’un pot tripode [fig. 89 : 6], à de petites vaguelettes incisées au peigne. Plusieurs anses de grands récipients de stockage présentent la particularité d’être ornés d’un poinçon avec les lettres « MD », « B » ou « M [B ?] » [fig. 88 : 1-3], qui pourraient correspondre à des marques d’artisans, à moins qu’elles n’indiquent le contenu.

fig. 87

Répartition de la vaisselle en céramique d’après le nombre de restes (3 329 fragments) issus de la fosse FOS 279, début du XVIIe s. (fin de la phase E1).
Distribution of the pottery tableware in terms of the number of remains (3 329 fragments) from the pit FOS 279, early 17th century (late Phase E1).

fig. 88

Vaisselle en céramique issue de la fosse fos 279, début du XVIIe s. (fin de la phase E1)
(R : rouge ; Rf : rouge « fumigée » ; Rglc : rouge à glaçure sur cru).
Pottery tableware from pit fos 279, early 17th century (late Phase E1)
(
R: red; Rf: “smoky” red ; Rglc: glaze on unbaked red ware).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

105Le répertoire morphologique est caractérisé par un nombre croissant de formes à fonction spécialisée. Les récipients destinés au transport de l’eau et à la conservation des liquides sont représentés par une gourde [fig. 88 : 8] et un fragment de pot verseur à bec tubulaire pourvu d’une anse en étrier [fig. 88 : 7]. Plusieurs grands pots de stockage à une ou deux anses sont par ailleurs attestés [fig. 88 : 4-6]. Parmi eux, la forme représentée par deux fragments [fig. 88 : 4-5], à laquelle on peut associer les anses avec poinçons [fig. 88 : 1-3], est remarquable par ses dimensions puisqu’elle atteint une cinquantaine de centimètres de hauteur. Son profil général (forme élancée, base et col relativement étroits, amplitude des anses) est celui d’une amphore. La nature du produit qu’elle pouvait contenir reste en revanche indéterminée (vin, huile ?).

106Dans le domaine des récipients réservés aux laitages, il convient de mentionner la présence d’une faisselle tronconique en céramique rouge à glaçure verte interne, utilisée pour la fabrication du fromage [fig. 89 : 4]. Ce récipient, dont la panse et la base ont été perforées avant cuisson, fait 15 cm de haut pour une largeur de 16,4 cm à sa base et de 20,6 cm à l’ouverture. Plusieurs jattes ou tèles à lait en céramique rouge possèdent un fond sommairement glaçuré [fig. 89 : 1-3]. Leur diamètre à l’ouverture varie de 21,5 à 33,7 cm. Les encolures archéologiquement complètes sont dotées d’un bec pincé. Selon leur taille, ces objets peuvent être pourvus d’une anse latérale ou de deux anses diamétralement opposées.

107Les récipients tripodes sont pratiquement tous marqués par des traces de mise au feu [fig. 89 : 6-11]. Ils entrent de toute évidence dans la catégorie des objets destinés à la cuisson des aliments solides ou liquides (soupes, bouillies, brouets ou plats à base de poissons, de légumes, d’œufs ou de viande). À l’exception d’un récipient [fig. 89 : 7], il s’agit presque toujours de céramiques rouges à glaçure sur cru interne de couleur verte ou plus rarement marron. Lorsque les glaçures ne recouvrent pas la totalité des parois internes, elles protègent les encolures ou les fonds. Deux formes génériques peuvent être différenciées : les pots tripodes à anses verticales [fig. 89 : 7-9] et les caquelons à manches tubulaires [fig. 89 : 10-11]. Les premiers, dont la hauteur totale est comprise entre 18,5 et 26,3 cm, sont plus spécifiquement réservés à des plats nécessitant une cuisson lente et continue (plats mijotés ou bouillis). Ils sont associés à des couvercles coniques en céramique rouge, pourvus d’un bouton de préhension central. Les caquelons, de dimension plus modeste (h. du contenant : environ 5 cm), sont généralement utilisés pour la confection des plats supposant une cuisson à feu vif (friture).

108Les céramiques de table sont quant à elles représentées par quatre objets : une bouteille [fig. 89 : 13] et une encolure de pichet [fig. 89 : 14] en céramique rouge, une cruche à bec pincé [fig. 89 : 15] et une écuelle en céramique rouge à glaçure sur cru [fig. 89 : 12].

  • 39 Cf. supra chap. 3.1.3.1.
  • 40 Cf. infra chap. 3.2.1.2.

109Sur le plan chronologique, les céramiques sont attribuables à l’extrême fin du XVIe s. et au début du siècle suivant, comme semblent le corroborer les nombreux éléments de comparaisons que l’on peut retrouver sur le site du château des Armoises à Richardménil, détruit au 1611 (Huot-Marchand 2007a : fig. 229-231). Cette hypothèse est par ailleurs étayée par la datation des jetons des Ducs de Lorraine et de Nuremberg issus de la même unité stratigraphique qui remontent, pour les plus récents, au début du XVIIe s.39. La verrerie présente, en outre, des caractéristiques habituellement attribuées au XVIIe s.40, ce qui montre que nous sommes dans une période de transition chronologique marquant la fin de l’occupation laïque et le début de l’installation des religieuses vers 1620.

fig. 89

Vaisselle en céramique rouge (R) et rouge à glaçure sur cru (Rglc) issue de la fosse FOS 279, début du XVIIe s. (fin de la phase E1).
Pottery tableware: red (R) and glaze on unbaked red ware (Rglc) from pit FOS 279, early 17th century (late Phase E1).

© Y. Henigfeld, P.Girard.

La céramique de la phase E2

  • 41 Cf. infra chap. 3.2.4.

110Représentée par 2 286 fragments, la céramique de la phase E2 présente des caractéristiques techniques et morphologiques qui s’inscrivent dans la continuité de celles de la phase E1. Les groupes techniques et les formes sont toutefois plus diversifiés [fig. 90, fig. 95]. À côté des céramiques rouges à glaçure sur cru dont la proportion décroît, mais qui restent majoritaires (40,64 %), on observe un accroissement sensible du nombre de céramiques rouges à glaçure sur engobe (17,15 %) et de céramiques blanches à glaçure sur cru (13,34 %). Parallèlement, on assiste à l’apparition des céramiques rouges fines (2,67 %) et décorées à l’engobe (2,10 %) et surtout des faïences qui représentent, à elles seules, 14,92 % du vaisselier. Représentés à moins de 1 %, les autres groupes techniques sont marginaux (céramique grise, grès et céramique blanche) ou en position résiduelle (céramique mixte : 0,87 %). L’essentiel du mobilier provient des couches de comblement des latrines LAT 215 (US 7069 ; NR : 1974 ; NMI : 113) et du puits PUI 212 (US 7054 ; NR : 194 ; NMI : 194). L’US 7069 comportait, en outre, de très nombreux objets en céramique et en verre provenant d’une officine de pharmacie41.

fig. 90

Répartition de la vaisselle en céramique d’après le nombre de restes (2 286 fragments), XVIIe s. (phase E2).
Distribution of the pottery tableware in terms of the number of remains (2 286 fragments), 17th century (Phase E2).

111Parmi les nouveaux groupes techniques attestés en phase E2, la céramique rouge fine se distingue de la céramique rouge par le faible nombre d’inclusions minérales visibles à l’œil nu. Les pâtes, caractérisées par leur finesse, sont douces au toucher et rayables à l’ongle. Les céramiques rouges à glaçure sur engobe présentent fréquemment un engobage externe. Les glaçures sont indifféremment vertes ou jaunes. Les céramiques rouges à décor d’engobe sont engobées, décorées au barrolet, puis revêtues d’un enduit vitrifiable. Les motifs sont de couleur jaune ou verte sur fond brun [fig. 92 : 17 ; fig. 93 : 17] ou brun sur fond jaune [fig. 93 : 16]. Ils peuvent être linéaires [fig. 92 : 16-17], concentriques [fig. 93 : 16] ou floraux [fig. 93 : 17].

112Présente sur une écuelle en céramique rouge glaçurée à décor d’engobe [fig. 93 : 15], l’inscription « IHS » (« Iesus hominum salvator ») sommée d’une croix pattée apparaît également sur le fond de plusieurs bols en faïence à décor peint [fig. 94 : 1-2] et d’écuelles en céramique blanche à glaçure sur cru à décor estampé [fig. 93 : 5-6]. Sur ces dernières, le symbole « IHS » est associé à un cœur portant l’inscription « IS », transpercé par les trois clous de la crucifixion. L’un d’eux est pourvu de tenons de préhension ornés d’un motif de fleur à six pétales entouré d’un grènetis [fig. 93 : 6].

  • 42 Nous remercions très vivement Jean Rosen qui nous a mis sur la piste de cet atelier.

113Les faïences, revêtues d’une glaçure interne et externe blanche, ont des pâtes de couleur saumon ou, plus rarement, blanche. Elles peuvent contenir quelques petites inclusions noires ou rouges. Si l’on se réfère à la qualité de l’émail, on peut supposer qu’elles proviennent d’au moins deux centres de production. Les assiettes [fig. 94 : 5-6], les plats [fig. 94 : 7-10] et les tasses à une anse [fig. 94 : 3] se différencient en effet des bols à décor bleu [fig. 94 : 1-2] par un émail de meilleure qualité, sensiblement plus épais, plus brillant et plus couvrant. Si les premières correspondent très vraisemblablement à des productions de Nevers, les bols à deux anses proviennent peut-être de l’atelier du quartier de la Rue-Basse à Clerval, dans le Doubs, où une assiette et un bénitier en faïence ornés d’une inscription « IHS » présentent des caractéristiques techniques et stylistiques comparables (Blanc 1996 ; Rosen 2000)42. L’origine d’un troisième objet, orné d’un décor végétal reste en revanche indéterminée [fig. 94 : 4]. Il est peut-être intrusif.

114Sur le plan morphologique et fonctionnel, le vaisselier céramique est caractérisé par un nombre croissant de formes à usage spécifique, notamment dans le domaine du service de table [fig.  95].

115Parmi les récipients réservés au stockage des denrées alimentaires, il convient de mentionner la présence de trois grands pots à parois épaisses en céramique rouge à glaçure interne sur cru. Un pot ansé [fig. 91 : 1] est caractérisé par sa taille importante et par l’étroitesse de son encolure. Il mesure en effet 35 cm de haut environ pour un diamètre de 17,4 cm à la base et de 12,5 cm à l’ouverture. Les deux autres récipients, qui font 21,8 et 24 cm de haut pour un diamètre à l’ouverture de 15 cm, sont équipés d’anses diamétrales [fig. 91 : 3-4]. Ces pots, dont la partie supérieure accuse une inflexion interne très prononcée, fonctionnent apparemment avec un couvercle perforé en céramique rouge pourvu d’une anse en étrier [fig. 91 : 2]. Les deux autres récipients de stockage sont de dimensions plus réduites. Le premier, glaçuré au niveau de l’encolure, correspond à un pot caréné à deux anses digitées et à bord évasé. Il fait 16,5 cm de haut [fig. 91 : 5]. Le second, qui fait 8,3 cm de diamètre à l’ouverture, a peut-être servi de pot à pharmacie [fig. 91 : 6]. Il est revêtu d’un engobe externe et équipé d’une anse latérale.

fig. 91

Vaisselle en céramique issue du puit PUI 212 (US 7054) du puit PUI 261 (US 7278) et des latrines LAT 215 (US 7069), XVIIe s. (phase E2)
(R : rouge ; Rglc : rouge à glaçure sur cru ; Rgle : rouge à glaçure sur engobe).
Pottery tableware from well PUI 212 (US 7054), well PUI 261 (US 7278) and latrine LAT 215 (US7069), 17th century (Phase E2)
(
R: red ; Rglc: glaze on unbaked red ware ; Rgle: red ware with glaze on slip).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

fig. 92

Récipients tripodes en céramique réservés à la cuisson des aliments, issus des latrines lat 215, xviie s. (phase E2)
(R : rouge ; Rdeng : rouge glaçurée décorée à l’engobe ; Rf : rouge « fumigée » ; Rglc : rouge à glaçure sur cru ; Rgle : rouge à glaçure sur engobe).
Tripod pottery containers for cooking food, from latrine lat 215, 17th century (Phase E2)
(
R: red; Rdeng: glazed red ware decorated with slip; Rf: “smoky” red ; Rglc: glaze on unbaked red ware; Rgle: red ware with glaze on slip).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

fig. 93

Vaisselle de table en céramique issue des latrines LAT 215 (US 7069), du puits PUI 212 (US 7054) et d’un niveau de destruction (US 4016), XVIIe s. (phase E2)
(Bglc : blanche à glaçure sur cru ; Rdeng : rouge glaçurée décorée à l’engobe ; Rfine : rouge fine ; Rglc : rouge à glaçure sur cru ; Rgle : rouge à glaçure sur engobe).
Pottery tableware from latrine LAT 215 (US 7069), well PUI 212 (US 7054) and from a destruction level (US4016), 17th century (Phase E2)
(
Bglc: glaze on unbaked white ware ; Rdeng: glazed red ware decorated with slip ; Rfine: fine red ware ; Rglc: glaze on unbaked red ware ; Rgle: red ware with glaze on slip).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

116Parmi les céramiques de forme fermée, il convient de mentionner la présence d’un pot verseur à bec tubulaire pourvu d’une anse en étrier [fig. 91 : 7]. Déjà attestée en phase E1, ce type d’objet, d’une hauteur totale de 22,2 cm a probablement servi à puiser et à transporter de l’eau sur de courtes distances.

117Les récipients destinés à la préparation des mets correspondent à des tèles ou à des jattes parfois ansées dont le diamètre à l’ouverture est compris entre 17 et 28 cm [fig. 91 : 8-11]. Les tèles sont équipées d’un bec verseur destiné à optimiser l’écoulement des laitages. La plus grande est pourvue de deux anses diamétralement opposées [fig. 91 : 9]. Si les jattes ont probablement servi à la préparation des plats, elles ont peut-être aussi servi de vaisselle de présentation.

118Les récipients réservés à la cuisson des aliments [fig. 92] présentent globalement les mêmes caractéristiques que ceux de la phase E1. Il s’agit de pots et de caquelons tripodes généralement glaçurés, obturés par des couvercles coniques en céramique rouge. Au nombre de 45 (34 pots tripodes et 11 caquelons), ils sont de dimensions variables, allant de 12 à 20 cm de haut pour les pots. Parmi les nouveaux produits attestés en phase E2, il convient de souligner la présence de deux caquelons décorés à l’engobe, à motifs de lignes verticales [fig. 92 : 16-17].

119La vaisselle de table est constituée de deux pichets et d’une tasse en céramique rouge fine [fig. 93 : 1-3], destinés aux boissons et d’un ensemble de céramiques à glaçure plombifère et de faïences réservées à la présentation et à la consommation des aliments [fig. 95]. Le service glaçuré comprend notamment des écuelles, des assiettes et des plats [fig. 93 : 4-17]. Les écuelles peuvent être équipées d’une anse latérale et d’un bec verseur [fig. 93 : 4-5] ou pourvues de tenons horizontaux diamétralement opposés [fig. 93 : 6] parfois festonnés [fig. 93 : 14]. Deux d’entre elles sont ornées du monogramme « IHS » [fig. 93 : 5-6]. Le reste du service à glaçure plombifère est composé d’une quinzaine d’assiettes ou de plats, dont le diamètre supérieur oscille entre 15,2 et 23,8 cm. Le plus souvent uniformément verte ou jaune, les glaçures sont parfois mouchetées ou jaspées. C’est le cas notamment d’un plat revêtu d’une glaçure interne et externe [fig. 93 : 9]. Parmi les céramiques décorées à l’engobe, il faut mentionner la présence d’un petit récipient étranglé au niveau de l’encolure, orné du symbole « IHS » [fig. 93 : 15], dont la fonction reste imprécise (bocal ?), et de deux plats de présentation dont les diamètres maximaux sont respectivement de 19,8 et 27,2 cm [fig. 93 : 16-17]. Le plus grand est orné d’un motif de tulipe.

120Le service en faïence est formé d’un nombre minimum de quatre bols à anses diamétrales porteurs du symbole « IHS », d’une tasse à anse latérale et de dix-neuf assiettes ou plats à ailes en faïence blanche de Nevers [fig. 94]. Les bols font environ 6,5 cm de haut et 11,5 cm à l’ouverture. La tasse fait 4,6 cm de haut pour 11,6 cm de diamètre maximal. Les assiettes ont des largeurs de 21,8 à 31,3 cm pour une hauteur moyenne de 2 cm et les plats font entre 5,5 et 6 cm de haut pour 27,4 à 29 cm de large. L’un d’eux, pourvu d’un pied, est godronné [fig. 94 : 10].

fig. 94

Vaisselle de table en faïence issue des latrines LAT 215 (US 7069) et du puits PUI 212 (US 7054), XVIIe s. (phase E2).
Faïence tableware from latrine LAT 215 (US7069) and well PUI 212 (US 7054), 17th century (Phase E2).

© Y. Henigfeld, P. Girard / photo F. Schneikert.

  • 43 Cf. infra chap. 3.2.1.2 et chap. 3.2.4.3.

121Caractérisé par la présence de vaisselle en faïence et de récipients portant l’inscription « IHS », le service de table présente à l’évidence les caractéristiques d’un mobilier utilisé en contexte religieux. Il est par conséquent postérieur à 1619, date à laquelle les sœurs de la Congrégation Notre-Dame commencent à s’installer sur l’îlot. Il est par ailleurs antérieur au début du XVIIe s. car il provient de structures comblées avant les travaux de restructuration du couvent, amorcés en 1701. Cette fourchette chronologique est corroborée par la datation de la verrerie des latrines LAT 215, principalement composée de verres à boire et d’objets provenant de l’officine de pharmacie de la communauté religieuse43. Les ensembles de comparaison régionaux et extra-régionaux sont relativement nombreux. En Lorraine par exemple, on peut notamment mentionner le mobilier céramique du XVIIe s. issu du site de l’îlot de la Visitation à Metz, qui comprenait plusieurs écuelles en faïence marquées du monogramme « IHS » (Henrotay, Lansival 1992a : pl. 55). L’ensemble qui offre le plus d’éléments de comparaison, que ce soit pour la céramique plombifère ou pour la faïence, correspond au mobilier issu des fosses d’aisances du site de la colline Sainte-Croix à Metz (Lansival 2002). Ces dernières ont servi de dépotoir aux Capucins qui s’installent à partir de 1601, avant de construire de nouveaux bâtiments dans le premier tiers du XVIIIe s. Outre la présence récurrente de récipients ornés du symbole « IHS », cet ensemble comportait des objets en grès dont un pichet importé du Westerwald, de la seconde du XVIIe s., orné d’un décor de pastilles estampées sur un fond bleu cobalt similaire à un fragment de panse découvert à Épinal dans le comblement du puits PUI 212 (inv. n° 7054.040, non dessiné). Parmi les ensembles conventuels de comparaison, on peut également citer le mobilier du couvent des Capucins de Belfort (Cousin, Rilliot 1995), du couvent des Clarisses à Besançon (Guillot, Goy 1992) ou du couvent des Feuillantines à Paris (Ravoire 2004 ; Ravoire 2006) qui sont certes légèrement plus tardifs (XVIIe – début du XVIIIe s.), mais qui présentent des similitudes, notamment au niveau du service de table, dans lequel la faïence de Nevers occupe une place non négligeable. L’ensemble des Capucins de Belfort comprenait notamment des bols marqués du symbole « IHS » techniquement et morphologiquement identiques à ceux d’Épinal. Il est par conséquent possible que les deux communautés religieuses s’approvisionnaient au même endroit, peut-être à Clerval. La céramique d’Épinal présente par ailleurs des parallèles avec plusieurs ensembles attribués au XVIIe s., mis en évidence sur des sites de consommation laïcs. C’est notamment le cas à Montbéliard (« Quartier Velotte », « Porte d’Aiguillon », « Tour Saint-Nicolas », « Cabaret de l’Hôtel de Ville ») (Fuhrer, Tchirakadzé 1995a ; Fuhrer, Tchirakadzé 1995b ; Fuhrer, Tchirakadzé 1995c ; Fuhrer, Tchirakadzé 1995d ; Goëtz 1995) où la vaisselle de table ne comporte toutefois pas de faïence.

La céramique de la phase F

122Le mobilier issu des structures de la phase F (XVIIIe s.) est trop lacunaire et fragmentaire pour envisager une étude pertinente. En revanche, l’importance de la céramique dans l’équipement domestique de l’établissement religieux peut être partiellement documenté grâce à l’inventaire des biens mobiliers du couvent de la Congrégation Notre-Dame, établi le 26 septembre 1792 (an IV) par les officiers municipaux de la ville d’Épinal [ADV 9 Q2].

123Dans la cuisine, on mentionne « vingt quatre coquottes de terre brune, vingt écuelles de faïence et autant d’assiètes, trente trois pièces tant faïance tant en soupierre, plats et assiètes de grandeur différente dont partie fendue, onze plats de terre commune de differentes grandeurs, trente petits plats, idem » ainsi que « dix écuelles en faïence » dans la « première Chambre du Pensionnat » et quatre terrine en terre dans la « Chambre à four ».

124Ce document permet, par ailleurs, d’évaluer l’importance de la vaisselle en métal composée, à la cuisine, de « une lèchefrite, deux poêles à frire, dix pots de fonte de différentes grandeurs, les uns avec leurs couvercles et les autres sans couvercles, six chaudrons en cuivre, une poissonnière en cuivre et sa grille en fer blanc, une tourtière et son couvercle en cuivre, deux grandes bassines en cuivre avec leurs couvercles en tolle, un bassin en rosette, dix sept pièces tant plats qu’assiettes en étaim de différentes grandeurs, treize cuillers tant étaim que composition et treize fourchettes fer, quatre coquerelles, fer battu, deux chaudières de fonte ». Dans la « première Chambre du Pensionnat », « cinquante assiettes en étaim, quarante écuelles en étaim, six pots à eau en étaim et autant de sallières idem » ont été inventoriés. Le réfectoire comportait, quant à lui, « vingt-trois à l’eau en etaim, de differentes grandeurs » et « dix sallières en etaim ».

125La vaisselle en bois était constituée de « deux sceaux cerclés en fer » et d’« un Baquet » localisés à la cuisine et de « dix huit ecuelles en bois dont partie fendue » inventoriées dans la « Chambre à four ».

126Contrairement à l’idée reçue selon laquelle seuls les objets à forte valeur marchande apparaissent dans ce type d’inventaire, toutes les catégories de mobilier, y compris les plus modestes, comme des écuelles en bois, même fendues, sont ici représentées. À l’exception de quelques fragments de manche de couteau, la vaisselle en bois et en métal est en revanche totalement absente du site.

Conclusion : synthèse des données

127L’étude chronotypologique de la céramique de l’îlot du palais de justice permet d’avoir une idée assez précise du développement technique et morpho-fonctionnel du vaisselier céramique sur près de dix siècles d’occupation, du VIIIe s. au début du XVIIIe s. [tabl. VI, fig. 96].

tabl. VI

La vaisselle, répartition des groupes techniques par phases chronologiques exprimée en pourcentages (nombre de restes : 9 492).
en gris clair : de 1 à 10 %
en gris foncé : de 11 à 40 %
en noir : plus de 40 %
(Les groupes indéterminés ne sont pas représentés ; – aucun élément.)
The tableware, distribution of technical groups by chronological phases expressed in percentages (number of remains : 9 492).
light grey: from 1 to 10 %
dark grey: from 11 to 40 %
black: more than 40 % (The indeterminate groups are not represented ; - no element present.)

128Du VIIIe à la fin du XIIIe s. (phases A à C), la céramique montée en technique mixte représente, avec un pourcentage supérieur à 90 %, la quasi-totalité du corpus documentaire [tabl. VI]. Le reste du mobilier correspond à des céramiques tournées grises et rouges, qui sont parfois revêtues, à partir du XIIIe s. (phase C), d’une glaçure plombifère. Cette prédominance de la céramique montée en technique mixte se maintient de façon sensible aux XIVe et XVe s. (phase D), avec un pourcentage d’environ 56 %. Cette importance quantitative décroît cependant au profit des céramiques tournées, notamment marquées par le développement des céramiques glaçurées qui représentent, à la même époque, environ 15 % du corpus.

129D’un point de vue morphologique et fonctionnel, le répertoire des formes est, pour la période antérieure à la phase D, essentiellement composé de pots globulaires réservés au stockage et à la cuisson des aliments [fig. 96]. Certaines formes, pourvues d’un bec tubulaire, servent au transport des liquides. Parmi les nouveaux types de récipients attestés en phase C, il convient de mentionner un fragment de pichet en céramique mixte et un fragment de cruche en céramique grise tournée. À partir des XIVe-XVe s. (phase D), les récipients culinaires peuvent être dotés d’une anse ou de pieds. Au XIVe s., le service de table est caractérisé par le développement de pichets ou de brocs en céramiques « très décorées » à motifs figurés, dont l’origine est sans doute à rechercher du côté de la Franche-Comté (Luxeuil ?). Cette tendance à utiliser des récipients spécifiquement réservés à la consommation des boissons se confirme à la fin de la phase D, avec la présence de tasses en grès peut être originaires des ateliers du nord de l’Alsace.

  • 44 Cf. supra.
  • 45 Sur cette question, voir par exemple Verhaeghe (2003 : 188).

130Du début du XVIe s. aux années 1620 (phase E1), on assiste à la disparition complète de la céramique montée en technique mixte au profit de la céramique rouge tournée. À la fin de la phase E1, la vaisselle est glaçurée dans près de 95 % des cas [tabl. VI]. Déjà observée en phase D, la diversification des formes et des fonctions s’accentue à partir des années 1500 [fig. 96]. La taille des pots de stockage augmente, les récipients réservés à la préparation des laitages (faisselle et tèles à lait) font leur apparition, les poteries destinées à la cuisson des aliments sont désormais presque toutes équipées de pieds et leur forme varie selon le type de cuisson recherché (pots tripodes et marmites pour les cuissons lentes, caquelons pour les cuissons rapides). Outre le mobilier en verre dont la place est sans doute prépondérante, en particulier dans le domaine des verres à boire44, le service de table s’enrichit de nouvelles formes en céramiques (cruches, bouteilles, pichets et écuelles). On peut regretter l’absence, sur le site, de vaisselle en métal et en bois qui, au moins pour le second type de matériau, devait constituer une part importante de service de présentation et de consommation. Cette diversification du vaisselier céramique à partir la fin du Moyen Âge traduit une modification sensible des pratiques culinaires et des manières de table. Elle n’est pas spécifique au site de l’îlot du palais de justice d’Épinal puisqu’elle a souvent été observée dans le nord-ouest de l’Europe45.

fig. 96

Développement chronotypologique de la vaisselle en céramique
(Bglc : blanche à glaçure sur cru ; F : faïence ; Rdeng : rouge glaçurée décorée à l’engobe ; Rf : rouge « fumigée » ; Rfine : rouge fine ; Rglc : rouge à glaçure sur cru ; Rgle : rouge à glaçure sur engobe).
Chronotypological development of the pottery tableware
(
Bglc: glaze on unbaked white ware ; F faïence ; Rdeng: glazed red ware decorated with slip ; Rf: “smoky”red ; Rfine: fine red ; Rglc: glaze on unbaked red ware ; Rgle: red ware with glaze on slip).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

131Cette tendance à une diversification du vaisselier et à une spécialisation des formes se prolonge tout au long du XVIIe s. [tabl. VI, fig. 96]. La proportion de céramique rouge à glaçure sur cru, qui n’est plus que de 40 % environ, décroît avec le développement de la céramique rouge à glaçure sur engobe (environ 17 %), de la céramique blanche à glaçure sur cru (environ 13 %) et de nouveaux groupes techniques, telles la faïence (environ 15 %), la céramique rouge décorée à l’engobe (2,1 %) et la céramique rouge fine (environ 2,7 %). L’étude du mobilier céramique issu des structures en creux de la phase E2 permet d’avoir une idée assez précise du vaisselier utilisé par la communauté religieuse [fig. 95], qui se caractérise notamment par une vaisselle de table de qualité en faïence blanche, provenant des centres de production de Nevers et peut-être aussi de Clerval en Franche-Comté.

132Même si cette nouvelle base documentaire est un document encore provisoire qu’il conviendrait d’alimenter et d’affiner dans les années à venir, l’analyse qualitative et quantitative de cet ensemble urbain complète opportunément les rares études régionales publiées jusqu’à présent.

fig. 95

Vaisselle en céramique des sœurs de la congrégation Notre-Dame, XVIIe s. (phase E2)
(Bglc : blanche à glaçure sur cru ; F : faïence ; G : grise ; Grès : grès ; M : technique mixte ; R : rouge ; Rdeng : rouge glaçurée décorée à l’engobe ; Rf : rouge « fumigée » ; Rfine : rouge fine ; Rglc : rouge à glaçure sur cru ; Rgle : rouge à glaçure sur engobe).
Pottery tableware belonging to the nuns of the Congrégation Notre-Dame, 17th century (Phase E2)
(
Bglc: glaze on unbaked white ware ; F: faïence ; G: grey ; Grès: stoneware ; M: mixed technique ; R: red ; Rdeng: glazed red ware decorated with slip ; Rf: “smoky”red ; Rfine: fine red ; Rglc: glaze on unbaked red ware ; Rgle: red ware with glaze on slip).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

3.2.1.2. La vaisselle en verre

133Hubert Cabart, Yves Henigfeld

Du XIVe s. au XVe s.

Hubert Cabart

134Les verres médiévaux (phase D) sont peu nombreux et mal conservés, en raison de leur nature potassique [fig. 97]. L’état d’oxydation des rares fragments provenant des latrines LAT 258 (US7267) et LAT 305 (US 7493) rend leur identification difficile. Parmi les tessons caractéristiques de l’époque médiévale, il convient de souligner la présence, dans l’US 7333 (BAT 345), d’un verre à tige creuse, pourvu d’une coupe ornée de huit côtes [fig. 97 : 1] et d’un tesson de verre côtelé. Par comparaison avec d’autres découvertes (Foy, Sennequier 1989 : 209), ces deux objets sont attribuables au XIVe s.

135Les verres à boire du XVe s. sont plus nombreux mais parfois en position résiduelle (US 7041, US 7481). Il s’agit, ici, de fragments de gobelets à côtes moulées, à fond refoulé et à lèvre lisse en bandeau, issus des US 7041 et US 7481 [fig. 97 : 2], et surtout de l’US 7490 [fig. 97 : 3-7]. L’exemplaire le plus complet provient de l’US 7543 [fig. 97 : 8]. Il s’agit d’un gobelet en verre verdâtre à décor de côtes assez saillantes, identique à un objet mis au jour rue Taison à Metz, où il est daté du début du XVe s. (Foy, Sennequier 1989 : 261).

136La fin de la période médiévale est représentée par un gobelet verdâtre à décor de côtes pincées provenant de l’US 1147 [fig. 97 : 9]. Ce verre est comparable à des objets découverts à Metz, attribués à la fin du XVe s. et au début du XVIe s. (Bourger, Cabart 1990 : fig. 17, n° 10 ; Cabart, Thion 1990 : 235, n° 14-17).

fig. 97

Verrerie médiévale :
1. verre à tige creuse, XIVe s. (phase D) ;
2-7. gobelets à côtes moulées, à fond refoulé et à lèvre lisse en bandeau, XVe s. (phase D) ;
8. gobelet en verre verdâtre à décor de côtes, XVe s. (phase D) ;
9. gobelet verdâtre à décor de côtes pincées, fin du XVe s. – début du XVIe s. (phases D-E).
Medieval glassware :
1. glass with hollow stem, 14th century (Phase D) ;
2-7. beakers with moulded sides, kicked base and smooth strip around lip, 15th century (Phase D) ;
8. greenish glass beaker with ribbed decoration, 15th century (Phase D) ;
9. greenish glass beaker with pinched ribbed decoration, late 15th century – early 16th century (Phases D-E).

© H. Cabart, Y. Henigfeld, P. Girard.

Du XVIe s. au début du XVIIe s.

Yves Henigfeld

137La verrerie au XVIe s. et au début du XVIIe s. (phase E1) est principalement issue des couches d’utilisation de deux fosses ayant conjointement servi de latrines et de dépotoir (LAT 289 : US 3043, US 3045 ; LAT 288 : US 4063, US 4064). Ces structures appartiennent à une phase d’occupation antérieure à 1620, date à laquelle l’îlot est investi par les sœurs de la Congrégation Notre-Dame.

138D’un point de vue quantitatif, le mobilier en verre comprend 2 356 tessons, correspondant à un nombre minimum de 338 individus. L’essentiel du mobilier provient de la fosse LAT 288 qui incluait 1 551 tessons, soit 215 objets individualisés. De dimension plus modeste, la structure LAT 289 ne comportait que 805 fragments représentant un nombre minimum de 123 individus. En raison de leur état de fragmentation, seuls 176 verres (131 dans LAT 288 et 45 dans LAT 289) ont pu être identifiés [tabl. VII].

139Le corpus est principalement composé de verres à boire associés à quelques fragments de bouteilles [fig. 98] et à une albarelle.

fig. 98

Verrerie issue des latrines LAT 288 (US4063, 4064) et LAT 289 (US3043, 3045), XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1) :
1. gobelet à fond refoulé et à décor de côtes verticales ;
2-11. verres à pied bitronconiques ;
12. verre à pied atypique ;
13-14. verres à pied tronconiques ;
15-16. verres à pied à coupe tulipiforme ;
17. verre à pied conique haut à bord ourlé ;
18-22. verres à jambe ;
23. bouteille à fond refoulé et à goulot à bords rentrants.
Glassware from latrines LAT 288 (US4063, 4064) and LAT 289 (US3043, 3045), 16th century – early 17th century (Phase E1) :
1. beaker with kicked base and vertical ribbed decoration ;
2-11. glasses with biconical feet ;
12. glass with atypical foot ;
13-14. glasses with conical feet ;
15-16. glasses with tulip-shaped bowl ;
17. glass with high conical foot with curled edge ;
18-22. stem glasses ;
23. bottle with kicked base and neck with inturned edges.

© H. Cabart, Y. Henigfeld, P. Girard.

140Les gobelets sont rares (deux exemplaires provenant des latrines LAT 289). La seule forme graphiquement restituable correspond à un récipient cylindrique à fond refoulé pourvu d’un décor de côtes verticales très saillantes obtenues par moulage et reprises à la pince, recouvrant la moitié inférieure de la panse [fig. 98 : 1]. Cette forme est fréquente à Metz (Bourger, Cabart 1990 : fig. 17, n° 15 ; Cabart 1996 : 83, n° 50, 83-84, n° 51, 86, n° 60), mais aussi dans un espace géographique plus vaste, compris entre Rhin et Loire, où elle est généralement attribuée à une période allant de la fin du XVe à la fin du XVIe s. (Cabart 1996 : 83, n° 50).

141Les verres à pied sont sensiblement majoritaires puisqu’ils représentent environ 90 % des effectifs dans chaque fosse. Parmi eux, cinq formes génériques peuvent être distinguées [fig. 98 : 2-17].

  • 46 Cf. infra, 3.2.1.2, « Au XVIIe s. ».

142Les verres à pied bitronconiques [fig. 98 : 2-11] sont de loin les plus nombreux : 102 individus sur 131 dans la fosse LAT 288 et 15 individus sur 45 dans la fosse LAT 289. Ces verres à boire sont, dans la plupart des cas, façonnés dans une seule paraison. Le pied, obtenu par refoulement, est pourvu d’une assise ourlée par repli, occasionnellement ornée d’un décor côtelé [fig. 98 : 9-10]. Parmi eux, il convient de mentionner la présence d’un piédouche non ourlé, rapporté sur la coupe lors d’une seconde opération de mise en forme, le raccord entre les deux parties étant souligné par un filet rapporté [fig. 98 : 11]. Les verres à pied bitronconiques, généralement attribués au XVIe s., apparaissent en France septentrionale dès la fin du XVe s. (Cabart 1996 : 81, n° 43). Ils sont particulièrement fréquents dans le nord-est de la France, par exemple à Besançon, rue de Vignier (Guilhot, Munier 1990 : fig. 8, n° 18), à Châlons-en-Champagne, rue Saint-Dominique (Cabart 1985 : 35, n° 5 ; 56, n° 8), à Meaux (Cabart 1992 : pl. 5, n° 27), à Metz (Bourger, Cabart 1990 : fig. 17, n° 17-18 ; Cabart 1996 : 84, n° 52, 86, n° 59, 91, n° 74 ; Brunella, Cabart 1990 : 241, fig. 1, n° 5) où à Montbéliard (Cantrelle et al. 2000 : fig. 73, n° 5). Des verres similaires, attribués à la seconde moitié du XVIe s. ou au début du XVIIe s., ont par ailleurs été découverts dans l’US 7369 de la fosse FOS 27946.

  • 47 Information fournie par Hubert Cabart.

143Un second type de verre à pied [fig. 98 : 12] présente des similitudes techniques avec la forme décrite ci-dessus (une seule paraison, un pied refoulé, une assise ourlée). Il s’en différencie néanmoins par un pied plus étroit et une coupe plus haute accusant une légère inflexion interne dans sa partie supérieure. Cette forme est faiblement représentée puisqu’elle n’est attestée que par cinq exemplaires provenant de la fosse LAT 289. En France, on ne dispose actuellement d’aucun élément de comparaison publié pour ce type d’objet. Sans être tout à fait identiques, les seuls parallèles utilisables correspondent à de grands verres à bière connus en Allemagne et dans les régions du Rhin inférieur au XVIe s. (Henkes 1994 : 89, n° 21.7)47.

  • 48 Cf. infra, 3.2.1.2, « Au XVIIe s. ».

144Les verres biconiques [fig. 98 : 13-14], obtenus dans une seule paraison, sont caractérisés par une coupe évasée et par un pied refoulé muni d’une assise ourlée. Des traces de pontil sont visibles sur certains objets, notamment lorsque l’empontillage a été effectué en deçà du fond [fig. 98 : 13]. Les fosses LAT 288 et LAT 289 comportaient respectivement neuf et dix exemplaires de cette forme particulièrement élégante. Dans le nord-est de la France, ces verres sont généralement attribués au XVIe s., notamment à Besançon (Guilhot, Munier 1990 : fig. 7, n° 11-14, 16), à Meaux (Cabart 1992 : pl. 6, n° 28, 35-36, 38) et à Metz (Cabart 1990 : 224, fig. 2, n° 18). Dans une structure plus tardive du site du palais de justice d’Épinal (FOS279), des formes comparables remontent probablement à la seconde moitié du XVIe ou au début du XVIIe s.48. Ils sont parfois ornés de côtes verticales ou gaufrées (Cantrelle et al. 2000 : 81-82, n° 44, 83, n° 48-49, 86-87, n° 61, 88-89, n° 67).

145Les verres à pied à coupe tulipiforme sont exclusivement attestés dans la fosse LAT 289, qui comprend treize objets individualisés. Ils sont pourvus d’une coupe raccordée, dans une même paraison, à un pied conique obtenu par refoulement [fig. 98 : 15-16]. Un exemplaire présente la particularité d’être orné d’un motif moulé de côtes curvilignes associé à un décor de points [fig. 98 : 16]. Ces formes, attribuées au XVIe s. dans le nord-est de la France (Guilhot, Munier 1990 : 160, fig. 6, n° 2-3 ; Bourger, Cabart 1990 : fig. 19, n° 30 ; Cabart 1996 : 87, n° 62), sont utilisées à Orléans et à Paris dès la deuxième moitié du XVIe s. (Barrera 1987 : n° 222 ; Barrera, Velde 1989 : n° 137, 157, forme 15f).

146Un dernier type de verre à pied, représenté par un seul exemplaire issu de la fosse LAT 288, est pourvu d’une collerette obtenue par un repli de la paroi marquant la base d’une coupe hémisphérique [fig. 98 : 17]. Fabriqué dans deux paraisons, le contenant est rapporté sur un pied conique haut à bord ourlé. Dans l’est de la France, ce verre est comparable à plusieurs pièces du XVIe s., découvertes à Metz (Bourger, Cabart 1990 : fig. 19, n° 31 ; Cabart 1996 : 87, n° 63 ; Brunella, Cabart 1990 : 241, fig. 1, n° 10) et à Montbéliard (Cantrelle et al. 2000 : fig. 73, n° 6).

147Les verres à jambe sont quant à eux sensiblement moins nombreux que les verres à pied. Ils sont représentés par trois formes différentes [fig. 98 : 18-22]. La première, qui n’est attestée que par un objet complet provenant de la fosse LAT 289, est caractérisé par coupe tulipiforme, raccordée à une jambe creuse pincée dans sa partie supérieure de façon à obtenir un bouton [fig. 98 : 18]. Sa base est refoulée et l’assise est ourlée par repli. Sans être tout à fait identiques, les parallèles les plus proches proviennent de Montbéliard (Cantrelle et al. 2000 : fig. 73, n° 9) et de Strasbourg (Rieb 1986 : 7591, pl. IV, n° 7 ; Schnitzler 1990 : 354, n° 1.59), où ils sont attribués à la seconde moitié du XVIe s.

  • 49 Cf. infra, 3.2.1.2, « Au XVIIe s. ».

148Le second type de verre à jambe n’est représenté que par quatre fragments issus de la fosse LAT 288 [fig. 98 : 19-20]. Leur confection suppose trois paraisons. Ils sont en effet dotés d’un bouton creux rapporté entre la coupe et le pied conique ourlé. Ces verres, attestés à Montbéliard (Cantrelle et al. 2000 : fig. 73, n° 8, fig. 75, n° 4) ou à Metz (Brunella, Cabart, 1990 : 243, fig. 2, n° 14-15 ; Cabart 1996 : 90, n° 70) dans des contextes du XVIe s., préfigurent, par leur morphologie et leur technique de fabrication, les verres à jambe qui vont se développer dans le courant du XVIIe s. (Cabart 1996 : 90, n° 70)49.

149Le dernier type de verre à jambe, également représenté par quatre fragments découverts dans la fosse LAT 289, est pourvu d’une jambe pleine et d’une coupe décorées par moulage [fig. 98 : 21-22]. Les deux objets identifiés sont incomplets : le premier est doté d’une coupe hémisphérique à décor de grains greffée sur une jambe à balustre [fig. 98 : 21] ; le second est muni d’une coupe conique à décor de losanges moulés rapportée sur un bouton côtelé [fig. 98 : 22]. Dans l’est de la France, l’apparition des verres à jambes pleines, qui se multiplieront dans le courant du XVIIe s., est attribuée à la fin du XVIe ou au début du XVIIe s. (Goetz 1990 : 189, fig. 1 ; Munier 1990 : 215, n° 28 et 30).

  • 50 Cf. infra, chap. 3.2.4.3.

150Les bouteilles, au nombre de cinq dans la fosse LAT 288, ne sont représentées que par des fragments de fonds refoulés et par des goulots à bords rentrants, dépourvus de bague [fig. 98 : 23]. D’un point de vue chronotypologique, ces formes sont, dans l’est de la France, indifféremment attribuées au XVIe s. ou à la première moitié du XVIIe s. (Foy, Sennequier 1989 : 403 ; Verrerie de l’Est de la France 1990 : 318-320 ; Cantrelle et al. 2000 : 96, n° 76). Elles sont également attestées dans une fosse plus récente du site du palais de justice d’Épinal (LAT 215), où elles sont attribuées au XVIIe s.50.

Au XVIIe s.

Hubert Cabart

  • 51 Ces deux ensembles ont fait l’objet d’une première présentation dans un Bulletin de l’Association f (...)

151La verrerie attribuable à la phase E2 provient de la fosse FOS 279 (US7369) et des latrines LAT 215 (US7069)51. La fosse FOS279, construite au XVIe s., a vraisemblablement été comblée au moment de l’arrivée des religieuses sur l’îlot à partir de 1619. Il est toutefois possible que les deux dépotoirs aient fonctionné simultanément, comme le suggèrent les collages réalisés avec des fragments provenant des deux structures.

  • 52 Cf. infra, chap. 3.2.1.2.

152Particulièrement abondant, ce lot, composé de 804 objets individualisés, correspond au plus important dépôt de verres mis au jour dans l’est de la France depuis plusieurs années. À titre de comparaison, il convient de mentionner deux ensembles pratiquement contemporains, mis en évidence en Champagne et en Franche-Comté. Il s’agit du verre de la « Rue Saint-Dominique » à Châlons-en-Champagne, qui comprenait 205 verres (Cabart 1983 : 263) et de l’ensemble mis au jour sur le site « Cabaret de l’Hôtel de Ville » à Montbéliard, qui comportait 444 verres et gobelets identifiables (Goetz 1990 : 188). Sur les 799 individus provenant des fosses FOS279 et LAT 215 correspondent à des verres à boire [tabl. VIII, fig. 99-101]. La grande majorité d’entre eux proviennent de la fosse FOS 279 (367 exemplaires). En revanche, les latrines LAT 215 comportaient essentiellement des bouteilles (256 exemplaires), des coupelles (111 exemplaires) et des vases spécialisés (albarelles, chapiteau de distillation…) provenant de l’officine de pharmacie de la congrégation religieuse52.

tabl. VII

Nombre minimum d’individus (NMI) des objets en verre identifiés dans les latrines LAT 288 et LAT 289 ( – aucun élément).
Minimum Number of Individuals (NMI) for identified glass objects from latrines LAT 288 and LAT 289 ( – no element present).

LAT 288
(US 4063, US 4064)

LAT 289
(US3043, US3045)

total

gobelets

2

2

verre à pied

117

40

157

verre à jambe

9

2

11

bouteille

5

5

albarelle

1

1

total

131

45

176

153Six principaux types de verres à boire peuvent être distingués : les gobelets présentant des caractéristiques particulières ; les gobelets sur piédouche ou verres bitronconiques à pied refoulé ; les verres biconiques formés de deux paraisons ; les verres à jambes formées d’un bouton creux ; les verres à jambe balustre pleine et les verres « façon de Venise ».

154Le lot de gobelets est homogène mais comprend quelques fragments présentant des caractéristiques particulières. Il s’agit en l’occurrence d’un bord de gobelet à décor de côtes en position résiduelle attribuable au XVe s. [fig. 99 : 1], d’un gobelet à décor de filets travaillés à la pince correspondant au seul objet d’influence allemande [fig. 99 : 2] et d’un fond souligné d’un filet de verre travaillé à la pince [fig. 99 : 3].

fig. 99

Gobelets et verres biconiques issus de la fosse FOS 279 (US 7369) et des latrines LAT 215 (US 7069), XVIIe s. (phase E2) :
1. gobelet à décor de côtes (résiduel : XVe s., phase D) ;
2. gobelet à décor de filets ;
3. fond de gobelet souligné d’un filet ;
4. gobelet sur piédouche, ou verre bitronconique à pied refoulé ;
5. piédouche d’un verre bitronconique à décor émaillé ;
6. verre incolore à décor filigrané (vénitien ?) ;
7. verre biconique à pied refoulé et au fond arrondi ;
8-11. verres à pied refoulé ;
12-15. coupes à décor moulé ;
16-23. verres biconiques formés de deux paraisons.
Biconical beakers and glasses from pit FOS 279 (US 7369) and latrine LAT 215 (US 7069), 17th century (Phase E2) :
1. beaker with ribbed decoration (residual : 15th century, Phase D) ;
2. beaker with thread decoration ;
3. base of beaker enhanced with a thread ;
4. beaker on pedestal or bi-conical glass with kicked foot ;
5. pedestal of a bi-conical glass with enamel decoration ;
6. uncoloured glass with filigree decoration (Venetian ?) ;
7. biconical glass with kicked foot and rounded base ;
8-11. glasses with kicked feet ;
12-15. goblets with mouleded decoration ;
16-23. biconical glasses formed from two parisons.

© H. Cabart, P. Girard.

  • 53 Cf. supra, chap.3.2.1.2, « Du XVIe s. au début du XVIIe s. ».

155Les gobelets sur piédouche ou verres bitronconiques à pied refoulé, qui étaient particulièrement fréquents dans les structures du XVIe s. (LAT 288 et LAT 289)53, sont encore attestés dans l’US 7369 (FOS279), à raison de 21 exemplaires très fragmentés [fig. 99 : 4]. La même structure a fourni plusieurs fragments de piédouche provenant d’un verre bitronconique à décor formé de filets d’émail blanc rayonnant sur tout le pied (2 exemplaires ?) [fig. 99 : 5] et un morceau de verre incolore à décor filigrané, correspondant peut-être à un travail vénitien [fig. 99 : 6].

156Les verres biconiques à pied refoulé sont, comme les verres précédents, fabriqués dans une seule paraison. Plusieurs types peuvent être différenciés selon la forme de la coupe. Généralement conique, elle peut, dans la seconde moitié du XVIe s., avoir un fond arrondi [fig. 99 : 7]. Les verres à pied refoulé sont peu nombreux (17 exemplaires) dans la fosse FOS 279 [fig. 99 : 8-11] et rares dans la fosse-latrines LAT 215. Les coupes sont le plus souvent lisses, mais peuvent également être pourvues, dès le XVIe s. (Glatz 1991 : 32-35), d’un décor obtenu par moulage, le motif étant côtelé [fig. 99 : 12], en chevrons [fig. 99 : 13] ou en nids d’abeilles [fig. 99 : 14-15].

157Les verres biconiques formés de deux paraisons sont plus nombreux (115 exemplaires) que les verres à pied refoulé. Ils ont la même forme, mais la technique est différente. Dans plusieurs cas, la cassure du pied montre nettement, sous fort grossissement, la soudure des deux parties du verre. La première paraison donne la coupe, la seconde permet de faire le pied, dont le bord est ourlé ou simplement arrondi [fig. 99 : 16-23]. Certains pieds sont décorés d’un liseré de verre bleu [fig. 99 : 22-23]. Ce décor a déjà été mis au jour à Châlons-en-Champagne (Cabart 1983 : 255) et à Paris (Barrera 1990 : 353). Un seul exemplaire donne le profil presque complet de ce type de gobelet [fig. 99 : 20].

158Les verres à jambe formée d’un bouton creux ont un support composé d’un petit pied en forme de disque à bord arrondi, surmonté d’une jambe creuse souvent côtelée. Les variantes sont nombreuses et portent sur la forme du bouton. La jambe peut indifféremment être formée d’un gros bouton côtelé (6 exemplaires) [fig. 100 : 1-2] ou d’un bouton lisse (6 exemplaires) [fig. 100 : 3-4]. Pour la forme de ces verres, on peut se reporter aux exemplaires pratiquement complets de Châlons-en-Champagne (Cabart 1983 : 255). Les 62 individus de la fosse FOS 279 (US 7369) présentent de nombreuses variantes de forme des jambes [fig. 100 : 5-13]. Certains types sont peu courants. La même variété existe dans la fosse LAT 215, où les objets sont mieux conservés [fig. 100 : 14-27]. La mode de ces verres est introduite en France par les verriers italiens dès le XVIe s. Une coupe gravée au diamant, présentée au musée national de la Renaissance, est datée de 1578 (Bellanger 1988 : 318). Deux autres verres, conservés au British Museum et au Corning Museum of Glass, portent respectivement les dates 1586 et 1583 (Willmott 2002 : 283, 307). Suivant la qualité de la matière et la sophistication du travail, ces verres sont attribués aux verriers italiens installés en France ou aux Pays-Bas, et qualifiés de verres « à la façon de Venise ». Une production plus commune existe dans le courant du XVIIe s. De nombreux exemples proviennent de fouilles françaises (Cabart 1983 : 255 ; Munier 1990 : 218 ; Barrera 1990 : 355 ; Derouard 1986 : 150 ; Cabart 1996 : 92).

fig. 100

Verres à jambe issus de la fosse FOS 279 (US 7369) et des latrines LAT 215 (US 7069), XVIIe s. (phase E2) :
1-27. verres à jambe formée d’un bouton creux ;
28-60. verres à jambe à balustre pleine ;
61-64. coupes à décor moulé.
Stem glasses from pit FOS 279 (US 7369) and latrine LAT 215 (US 7069), 17th century (Phase E2) :
1-27. stem glasses formed from a hollow bulb ;
28-60. stem glasses with full balusters ;
61-64. goblets with moulded decoration.

© H. Cabart, P. Girard.

159La forme générale des verres à jambe à balustre pleine est identique à celle des verres à jambe creuse. Le support est formé d’un bouton plus ou moins compliqué, de taille et de diamètre variés [fig. 100 : 28-60]. Les coupes coniques sont mal conservées, même si elles sont les plus abondantes (109 exemplaires dans la fosse FOS 279). Elles peuvent être décorées avec un filet travaillé à la pince [fig. 100 : 48, 50, 52, 54-56], ou moulées de côtes simples [fig. 100 : 53] ou à motif géométrique [fig. 100 : 49, 51, 57-58]. Dans la fosse FOS 279, les coupes décorées sont au nombre de vingt-sept, pour quatre-vingt-deux coupes lisses. Quelques exemples de décor moulé (côtes, grains d’orges, larmes et décor géométrique) sont par ailleurs attestés dans la fosse LAT 215 [fig. 100 : 61-64]. Les parallèles ne manquent pas, dans la mesure où ces verres sont régulièrement présents dans les niveaux archéologiques du XVIIe s. de l’est de la France, comme à Châlons-en-Champagne (Cabart 1983 : 260 ; Derouard 1986 : 148) ou à Montbéliard (Goetz 1990 : fig. 3) et en Île-de-France à Paris (Barrera 1990 : 355).

160Les verres « à la façon de Venise » sont souvent désignés ainsi en raison de leur qualité d’exécution. Des formes très différentes sont cependant regroupées sous ce qualificatif, leur point commun étant de présenter une jambe très travaillée et/ou une grande qualité de matière (transparence et éclat).

161Certaines coupes coniques, portées par un bouton côtelé [fig. 101 : 1-4, 7-8] ou par une olive lisse [fig. 101 : 6, 9 10], sont ornées de côtes, de perles et de filets. Plusieurs exemplaires, presque identiques, ont été mis au jour à Metz (Cabart 1990 : 226, n° 42) et à Châlons-en-Champagne (Cabart 1983 : 261, n° 62 ; Cabart 1986 : 131, n° 36).

162Un verre, issu de la fosse FOS 279, est exceptionnel par ses dimensions [fig. 101 : 11]. Il a la même forme que les verres habituels mais il est deux fois plus grand. La coupe conique, décorée de deux filets parallèles travaillés à la pince, repose sur un gros bouton creux, moulé et décoré de côtes. Ce type d’objet décoratif est plus fréquent en contexte muséal qu’en fouille. Par sa forme générale et sa grande taille, le verre d’Épinal est comparable à l’un des verres du musée des Arts décoratifs de Francfort, dont la coupe est moulée (Ohm 1973 : 103, n° 222).

163Une coupe à pied en verre incolore très large provenant de la fosse FOS 279 [fig. 101 : 12] est portée par un petit pied formé par un bouton côtelé. Elle est très proche d’un verre incolore conservé au département des Objets d’art du musée du Louvre, attribué à la première moitié du XVIIe s. (Rochebrune 2004 : 157).

164Quatre exemplaires de verres « à la façon de Venise », avec des jambes moulées décorées de mufles de lion, peuvent être répartis en trois types : les deux premiers sont de tailles différentes et alternent deux mufles et un motif cruciforme souligné de perles en arc de cercle [fig. 101 : 13-14]. Ce motif est attesté à Arras (Hurtrelle, Jacques 1982 : 62-64), à Montbéliard (Goetz 1990 : n° 143) et à Landévennec (Le Noac’h 2004 : 177). Le troisième est une variante avec deux mufles et un motif ovale entouré d’entrelacs [fig. 101 : 15], comparable à des fragments découverts à Montbéliard (Goetz 1990 : n° 132 et suivants). Un dernier fragment de pied moulé peut être rattaché à ce type de décor [fig. 101 : 16].

fig. 101

Verres « à la façon de Venise » (13-16) et formes particulières issus de la fosse FOS 279 (US 7369) et des latrines LAT 215 (US 7069), XVIIe s. (phase E2).
Glasses “in the manner of Venice” (13-16) and peculiar forms from the pit FOS 279 (US7369) and from latrines LAT 215 (US 7069), 17th century (Phase E2).

© H. Cabart, P. Girard.

  • 54 Cf. infra, « La signification sociologique et l’origine des verres des XVIe-XVIIe s. ».

165Quatre verres ont des jambes travaillées à la lampe, avec des tubes creux torsinés, décorés d’ailerons en verre incolore étirés à la pince [fig. 101 : 17-20]. Quand elles sont conservées, les coupes coniques sont ornées de côtes, de perles et d’un filet. Des verres comparables ont été mis au jour à Châlons-en-Champagne (Cabart 1983 : 262), à Arras, avec des céramiques datées de 1635 (Hurtrelle, Jacques 1982 : 62-63), à Montbéliard (Goetz 1990 : n° 123), à Metz (Cabart 1990 : 226, n° 4), à Landévennec (Le Noac’h 2004 : 177), à Londres (Willmott 2002 : 67), à Bruxelles (Fontaine 2001 : 229), à Rotterdam (Henkes 1994 : 221) et au château d’Épinal (Berthier 2002 : 259). Une flûte sans provenance, montée sur une jambe identique à celle d’un verre issu de la fosse-latrines LAT 215 [fig. 101 : 19], est conservée au Rijksmuseum d’Amsterdam (Ritsema van Eck, Zijlstra-Zweens 1993 : 51). Un verre inédit, en tout point identique, a par ailleurs été mis au jour sur le site « Sainte-Chrétienne » à Metz (fosse 1092). L’origine de ces produits est difficile à préciser, compte tenu de la grande diversité des lieux de découverte et de la variété des compositions54.

166Plusieurs fragments de verres à décor filigrané [fig. 101 : 21-23] ainsi que des coupes tulipiforme [fig. 101 : 24], octogonale [fig. 101 : 25] ou décorées par moulage avec grains d’orge [F fig IG. 101 : 26] peuvent aussi être classé dans le groupe des verres « à la façon de Venise ».

167Un dernier verre présente la particularité d’être gravé d’un décor géométrique non figuratif au moyen d’une pointe de diamant [fig. 101 : 27]. La technique et le motif de bordure de cette gravure très simple se retrouvent sur un verre de Montbéliard (Goetz 1990 : 191, n° 122). Les objets gravés conservés dans les collections muséales ont des motifs plus complexes (angelots, grotesques…) (Baumgärtner 1995 : 109, n° 199). Le même motif de bordure se trouve également sur une bouteille conservée au British Museum (Barovier, Mentasti 1982 : 102). Ces objets, dont l’origine est imprécise, sont datés de la seconde moitié du XVIe s. La cargaison de l’épave de Gnalić, datée de l’époque de la Renaissance, contenait de nombreuses verreries gravées (verres à pied, coupelles aiguières…) (Lazar, Willmott 2006).

  • 55 Informations fournies par Danielle Caluwé.
  • 56 Cf. analyse chimique infra, « La signification sociologique et l’origine des verres des XVIe-XVIIe (...)

168À côté des verres à boire, plusieurs formes correspondent à des objets de présentation, issus de la fosse LAT 215. Le premier correspond à une coupe à pied en opaline blanche, dont l’émail, très oxydé, est orné d’un motif central représentant un visage dans un feuillage stylisé, entouré d’un entrelacs tracé sans repentir [fig. 101 : 28]. Cette matière et ce décor très particuliers se retrouvent sur des coupes de Delft, de Haarlem (Henkes 1994 : 50.3, 50.4), de Malines et sur des fragments mis au jour à Anvers55. Le centre de production peut par conséquent être recherché aux Pays-Bas. Cet objet était associé à au moins trois coupes en opaline blanche à oreilles [fig. 101 : 29], sans décor et très oxydées, dont le verre est de composition identique56. L’opaline est aussi utilisée pour un vase avec décor de gouttes bleues ou rose-violacé dont il ne reste que le col [fig. 101 : 34].

169Parmi les autres objets provenant de la même structure, il faut également mentionner un pied de coupe [fig. 101 : 30], un col de burette ou de petite cruche en verre à décor de filets [fig. 101 : 31] ainsi que plusieurs fragments de verres à décor doré travaillés à la pince, ayant appartenu à des formes difficilement identifiables [fig. 101 : 32-33].

La signification sociologique et l’origine des verres des XVIe-XVIIe s.

Hubert Cabart, Yves Henigfeld et Bruce Velde

170L’étude de la verrerie nous renseigne sur l’importance prise par la vaisselle en verre dans la vie quotidienne des habitants d’un îlot urbain au XVIe s. et d’une communauté conventuelle du XVIIe s. On est bien évidemment tenté d’interpréter ce lot de verre, par ailleurs associé à un mobilier céramique abondant et diversifié, comme un indice d’aisance. Les éléments à notre disposition sont néanmoins insuffisants pour aller plus loin dans l’interprétation sociologique. Pour cette période, la découverte de verre en contexte urbain n’a en effet rien d’exceptionnel. Si l’on compare cet ensemble celui des latrines d’une auberge à Montbéliard (Goetz 1990) ou au mobilier provenant du site de la cour Napoléon du Louvre, deux sites très éloignés l’un de l’autre et du nôtre, on observe une grande homogénéité des formes utilisées à la même époque dans des milieux sociaux très différents.

171Cette découverte pose incidemment la question du coût que pouvait avoir ces produits vraisemblablement rejetés dans un laps de temps très court, comme si on avait voulu se débarrasser précipitamment de l’ensemble de la vaisselle en verre ou en céramique.

  • 57 Cf. infra (chap. 3.2.3.2).
  • 58 Pour plus d’informations sur les ateliers de verrerie en Lorraine se référer notamment à l’ouvrage (...)

172D’un point de vue technique et morphologique, le verre d’Épinal s’inscrit à l’évidence dans une aire d’influence économique et culturelle française. La présence de rares fragments de verre d’origine germanique ou hollandaise reste en effet anecdotique. La question de l’origine de ces produits, qu’il s’agisse de vaisselle, d’objets pharmaceutiques ou de verres à vitre57, reste ouverte. Il est cependant vraisemblable qu’une grande partie de la verrerie utilisée sur le site du palais de justice d’Épinal, était fabriquée dans les nombreux ateliers de production établis dans la forêt du village de Darney, à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest d’Épinal. Les sources écrites nous apprennent que de nombreuses verreries y étaient actives, notamment au XVIIe s. (Rose-Villequey 1971)58.

  • 59 Pour des problèmes de temps et coût, seulement vingt échantillons ont pu être analysés. La méthode (...)

173Pour tenter de cerner l’origine de ces verreries, une série d’analyses chimiques de la composition du verre a été réalisée59 [tabl. IX]. Pour chaque échantillon, dix éléments chimiques ont été testés : les constituants du verre (silicium, calcium, sodium et potassium), les impuretés (titane, fer, phosphore), les additifs volontaires ou non (manganèse, magnésium et aluminium). Les résultats sont donnés en % de la masse. Les numéros renvoient aux verres « à la façon de Venise » dessinés, sauf pour 7069X, 7369X, 7369Y et 7369Z qui proviennent respectivement des US 7069 (LAT 215) et US 7369 (FOS 279).

tabl. IX

Composition chimique de vingt verres extraits de la fosse FOS 279 et latrine LAT 215 ( – aucun élément). Analyses : B. Velde.
Chemical composition of twenty glasses from the pit FOS 279 and latrine LAT 215 ( – no element present).

174Au moins sept compositions différentes, qui correspondent sans doute à autant d’ateliers, ont été mises en évidence :

  • le verre en opaline [fig. 101 : 28-29] a une composition particulière : beaucoup de calcium, peu de sodium et du phosphore entre 1,6 et 2 % ;

  • la grande majorité des verres « à la façon de Venise » correspond à des compositions identiques (aux incertitudes près). Celles-ci se caractérisent par des teneurs en sodium de l’ordre de 15 % (entre 13,6 et 16,4 %), du potassium vers 4 % et du calcium vers 8-9 % ;

  • un seul verre [fig. 100 : 21] est fabriqué à partir d’un mélange à teneur presque égale en sodium et en potassium ;

  • les échantillons 7369X et 7369Y proviennent d’un atelier différent pour lequel la teneur en calcium, entre 4 et 5 %, est beaucoup plus faible ;

  • deux verres à jambe soufflée avec décor de mufles de lion [fig. 101 : 14-15] ont une composition très différente : le n° 14 a une composition « à la façon de Venise », alors que le n° 15 ne contient pratiquement pas de sodium (0,3 %) mais beaucoup de calcium (19,7 %) et de potassium (8,9 %) ; dans ce dernier échantillon, le taux de manganèse est également élevé (1,2 %) sans que la teneur en fer le nécessite : on peut en conclure que le verre n° 15 est une imitation régionale des verres « à la façon de Venise » ;

  • d’autres compositions [fig. 100 : 15] indiquent d’autres ateliers encore avec peu de sodium et un sable contenant beaucoup d’oxyde de fer (0,6 %), qui nécessite du manganèse (1,2 %) pour masquer la couleur ;

  • enfin, sur un échantillon [fig. 100 : 23], le verrier a utilisé une grande quantité de manganèse (1,2 %) pour cacher la présence du fer (1 %).

3.2.1.3. L’alimentation

Gaëtan Jouanin, Sidonie Preiss, Jean-Hervé Yvinec

L’alimentation carnée

Gaëtan Jouanin, Jean-Hervé Yvinec

175L’étude des déchets alimentaires animaux permet de préciser les principales caractéristiques de la consommation de viande au Moyen Âge et à l’époque moderne. Les structures rencontrées ont en effet livré un matériel abondant composé de 5 342 restes, dont la répartition est toutefois inégale selon la phase considérée [tabl. X]. L’analyse des restes montre une augmentation sensible et une diversification croissante des espèces traduisant à l’évidence des changements dans les comportements culturels et les pratiques alimentaires [tabl. XI].

tabl. X

Répartition chronologique des restes fauniques (NR nombre de restes ; PR poids des restes en grammes).
Chronological distribution of faunal remains (NR number of remains ; PR weight of remains in grams).

NR

PR

phase B (fin du Xe s. – début du XIIIe s.)

32

351

phase C (XIIIe s.)

1335

18009

phase D (XIVe-XVe s.)

1539

19114

phase E (début du XVIe  . – début du XVIIIe s.)

2436

12973

tabl. XI

Tableau d’occurence des espèces par phase d’occupation ( présence ; f. forme ; NR. nombre de restes ; – : aucun élément).
Table of species occurrence by occupation phase ( presence ; f. form ; NR. number of remains ; – : no element present).

Du Xe s. au XVe s.
Les espèces consommées

176La phase B (Xe-XIIe s.) a livré un nombre très limité d’ossements, dont seulement 20 restes sur 32 ont été déterminés [tabl. XII]. La faune est exclusivement composée, par ordre décroissant, de restes de bœuf, de porc et de caprinés. La validité statistique de ces données est évidemment trop faible pour en tirer des enseignements fiables.

tabl. XII

Dénombrement en nombre (NR) et en poids (PR, en gramme) de restes pour la phase B (PM poids moyen).
Total number (NR) and weight (PR, in grams) of remains for Phase B (PM average weight).

177La phase C (XIIIe s.) a livré 1 335 restes, déterminés à 70 % [tabl. XIII]. La variété faunique est relativement importante puisqu’elle est composée de quatorze espèces. Les mieux représentées sont les espèces domestiques, la triade bœuf-porc-caprinés restant largement majoritaire. Le bœuf domine avec 51,1 % du NR3 (nombre de restes des trois principales espèces). Il est suivi par le porc (27,9 % du NR3) puis par les caprinés (21 % du NR3). Parmi les autres mammifères domestiques présents, le chien, le chat et le cheval sont représentés par des squelettes entiers ou partiels, notamment rejetés dans le comblement des latrines LAT 211. Deux oiseaux de basse-cour sont également attestés : le coq et l’oie, respectivement représentés par 111 et 4 restes. Le spectre faunique comprend en outre six espèces sauvages : le cerf, le lièvre, le chevreuil, l’écureuil, le renard et un canard sauvage, dont l’espèce n’a pu être déterminée. Dans la fosse FOS 223, le lièvre et le cerf sont les deux seuls représentants de la sphère sauvage. Le cerf apparaît sous la forme d’un fragment de tibia, preuve de sa consommation, et d’un tronçon d’andouiller utilisé à des fins artisanales.

tabl. XIII

Dénombrement en nombre (NR) et en poids (PR, en gramme) de restes pour la phase C (PM poids moyen).
Total number (NR) and in weight (PR, in grams) of remains for Phase C (PM average weight).

tabl. XIV

Dénombrement en nombre (NR) et en poids (PR, en grammes) de restes pour l’US 5005, LAT 211 (PM poids moyen).
Total number (NR) and weight (PR, in grams) of remains for US 5005, LAT 211 (PM average weight).

  • 60 Cf. supra chap.3.1.1.1.

178Les niveaux de comblement des latrines LAT 211 ont livré un matériel osseux abondant, constitué de 624 restes déterminés à 76 % [tabl. XIV]. À côté du bœuf, en position dominante, et du porc, bien représenté, les caprinés, le coq, le chien, le chat et le cheval occupent une place non négligeable. Les caprinés sont devancés par le coq et le chien. Ces restes révèlent deux types de rejets : un rejet de type alimentaire pour le bœuf, le porc et les caprinés, et un rejet de cadavres pour le chien, le chat et le cheval. Les caprinés présentent la particularité d’être presque exclusivement représentés par de jeunes, voire très jeunes individus. Le fait que la plupart des ossements ne sont pas épiphysés indique que ces animaux avaient entre 6 et 12 mois. Les traces de découpe sont particulièrement rares puisque seuls un radius et un métacarpe portent de fines incisions au couteau. Il en va de même pour le porc, même si les traces de découpe sont légèrement plus nombreuses. La répartition des os de coq est largement dominée par les membres postérieurs, qui représentent près de 60 % des restes de l’espèce. Il s’agit très clairement d’une sélection anthropique. Aucune phalange, ni antérieure ni postérieure, n’a été retrouvée. De même, l’absence de tête et la faible proportion de vertèbres et de côtes méritent d’être soulignées. Ce rejet particulier, caractérisé par son homogénéité, correspond sans doute aux reliefs d’un repas. Les restes de jeunes porcs et de jeunes caprinés décrits plus haut font peut-être partie du même rejet. Pour le cheval, il s’agit pour l’essentiel du squelette incomplet d’au moins deux poulains âgés de moins d’un an, dont une patte antérieure droite à laquelle ne manquent que les os du carpe et la dernière phalange. La présence de ces jeunes individus suggère un petit élevage intra-muros. À côté de ces jeunes animaux, quelques restes proviennent d’animaux adultes, par exemple la mandibule d’un individu d’environ 10 ans. Il convient de noter que si les restes de poulains ne portent aucune trace de découpe, il en va différemment pour les restes d’animaux adultes. En effet, un fémur, une côte et un radius portent des traces de couperet pour le premier et d’incisions fines au couteau pour les deux autres [fig. 102]. Ces traces semblent indiquer la récupération de la viande sur ces parties du squelette. Se pose dès lors la question de la consommation par l’homme de la viande de cheval, à une époque où elle est frappée d’un interdit culturel et religieux. La présence de cadavres de chats et de chiens pourrait, quant à elle, résulter d’une activité de pelleterie60.

fig. 102

Traces de décarnisation au couteau sur une côte de cheval issue des latrines LAT 211 (US 7238), XIIIe s. (phase C).
Marks from defleshing with a knife on a horse rib from latrine LAT 211 (US7238), 13th century (Phase C).

179La phase D (XIVe-XVe s.) a livré près de 1539 restes, déterminés à 64 % [tabl. XV]. Comme pour la phase C, la faune est représentée par quatorze espèces. Chez les trois principales espèces domestiques, le bœuf domine (51 % du NR3). Il est suivi du porc (28 % du NR3) et des caprinés (21 % du NR3). La sphère domestique est par ailleurs représentée par le cheval, le chien et le chat, la basse-cour n’étant attestée que par 134 restes de coqs. La faune sauvage présente un nombre d’espèces comparable à celui des animaux domestiques. Les mammifères sont largement majoritaires, avec six espèces sur sept, les oiseaux n’étant représentés que par des turdidés (grive ou merle). Chez les mammifères, le lièvre et le cerf sont prépondérants devant le chevreuil, le sanglier, l’écureuil et le rat noir. L’approche spatiale des rejets issus des latrines LAT 119, LAT 292, LAT 239 et LAT 258 permet d’entrevoir le statut social des occupants de la partie septentrionale de l’îlot. L’étude des rejets issus du bâtiment BAT 338 et des latrines LAT 218 corrobore, quant elle, l’idée d’une urbanisation croissante de la partie méridionale du site.

tabl. XV

Dénombrement en nombre (NR) et poids (PR, en grammes) de restes, pour la phase D (PM poids moyen).
Total number (NR) and weight (PR, in grams) of remains for Phase D (PM average weight).

180Quasiment contiguës, les latrines LAT 119 et LAT 292 n’ont livré que peu de restes (43 pour LAT 119 et 50 pour LAT 292). Les latrines LAT 119 offrent cependant des informations utiles puisqu’elles comprennent, aux côtés des espèces domestiques, trois espèces sauvages : le cerf, le lièvre et le sanglier, dont la proportion paraît particulièrement importante (12,1 % de l’assemblage). Ce constat, associé au fait que les restes de porc dominent la triade domestique, pourrait indiquer la présence, dans ce secteur, d’une population privilégiée. La faible taille de l’échantillon incite cependant à la prudence. Les latrines LAT 292 sont, quant à elles, caractérisées par un matériel exclusivement composé de restes de cadavres de coqs, dont 4 adultes, 6 immatures et 2 poussins, qui suggèrent l’existence d’un poulailler dans les environs proches. Les latrines LAT 239 ont livré un nombre de restes très supérieur à celui des deux structures précédentes : un total de 152 vestiges osseux dont 87 % ont été déterminés. Cependant, la liste de faune est bien plus pauvre, puisque seules les espèces domestiques sont présentes. Les données issues de ces trois latrines localisées dans la partie septentrionale du site témoignent d’une population relativement aisée, avec la présence notamment de restes de mammifères sauvages dans les latrines LAT 119. Le contenu des latrines LAT 239 et LAT 292 suggère en outre la présence de petits élevages urbains, sans doute composés d’un poulailler mais aussi peut-être de quelques bovins, permettant de disposer de lait. En revanche, avec 75 restes déterminés à près de 80 %, les latrines LAT 258 offrent un visage légèrement différent. Les restes de porc y sont particulièrement peu nombreux (11,5 % du NR3), le bœuf étant majoritaire (50 % du NR3) par rapport aux caprinés (38,5 % du NR3). La faible quantité de porc pourrait être l’indice d’une catégorie plus modeste de consommateurs. Cependant, cette impression est contredite par la présence de gibier (chevreuil et lièvre), indiquant a priori un milieu plutôt favorise. On peut donc imaginer que ce sont les caprinés qui remplacent le porc pour la fourniture de viande de qualité.

181Plus au sud, le bâtiment BAT 338 et les latrines LAT 218 fonctionnent ensemble. Le nombre de restes provenant de cette entité représente au total un peu moins de 200 vestiges osseux, le bâtiment BAT 338 comportant 153 restes (dont 58 % déterminés) et les latrines LAT 218 en regroupant 46 (dont 67 % déterminés). La faune de ces deux assemblages est comparable, avec la présence des trois principaux mammifères domestiques accompagnés du coq. À ces espèces attendues s’ajoutent, pour le bâtiment BAT 338, le lièvre, le rat noir et un turdidé (grive musicienne ou mauvis) et pour les latrines LAT 218, le lièvre et l’écureuil. Dans les deux cas, le porc est mieux représenté que le bœuf et les caprinés. Le nombre de restes de coq est équivalent voire légèrement supérieur, à celui des caprinés. Une autre caractéristique qui mérite d’être soulignée concerne l’importance des restes de veau qui représentent 26,7 % des restes de bœuf. Ils portent pour certains, des traces de découpe, attestant de leur consommation. Enfin, le bâtiment BAT 338 présente la particularité d’avoir livré des restes de rat noir, qui montrent que l’urbanisation du site est, à cette époque, suffisamment marquée pour que cette espèce commensale de l’homme puisse se développer. Les structures maçonnées de la phase D lui apportaient sans doute des conditions de chaleur favorables à une installation durable.

La préparation des viandes et le choix des morceaux

182L’analyse de la répartition anatomique chez les trois principales espèces permet d’aborder le thème de la découpe bouchère et des morceaux consommés. Les phases C et D présentent des similitudes évidentes. Chez les trois espèces de la triade domestique, les os des membres sont les plus nombreux, ce qui s’explique par le fait que ce sont eux qui portent le plus de viande. Les côtes sont particulièrement bien représentées, notamment chez le bœuf en phase D. Là encore, il s’agit de parties charnues du squelette. Têtes, vertèbres et pieds sont, quant à eux, représentés en proportions raisonnables. Concernant la découpe proprement dite, les traces portées par les ossements révèlent un train de découpe assez classique, mis à part le cas d’une mandibule de la phase D, ayant fait l’objet d’une fragmentation poussée peut-être destinée à récupérer de la moelle ou à fabriquer de la colle à partir du collagène contenu dans l’os.

La place du gibier et l’existence d’un petit élevage de bovins en phase D
  • 61 Cf. supra chap. 3.1.1.1.

183Dans le courant de la phase D, la partie septentrionale du site semble changer de fonction, avec l’abandon de sa vocation artisanale61. En effet, les remplissages des latrines LAT 119, LAT 239 et LAT 292 offrent une image très différente de celle observée en phase C. Les latrines LAT 119 ont en effet livré une forte proportion d’ossements d’animaux sauvages (cerf, lièvre, sanglier) représentant environ 12 % du nombre de restes des trois principales espèces. Les latrines LAT 239 contenaient, quant à elle, le cadavre d’un jeune veau, âgé d’un ou deux mois, suggérant la présence d’un petit élevage urbain. La place importante du coq dans les latrines LAT 292 laisse par ailleurs supposer la présence d’un poulailler.

184Les résultats obtenus pour ces trois latrines indiquent la présence d’une population bénéficiant d’un statut privilégié consommant du gibier et pratiquant un petit élevage urbain allant au-delà d’un simple poulailler. Même modeste, l’élevage de bovins suppose des efforts et des moyens. Il implique notamment de mener le bétail en pâture hors les murs ou, s’il est maintenu en stabulation, de se procurer le fourrage nécessaire à son alimentation.

Au XVIe s. et au début du XVIIe s.
Les espèces consommées

185La phase E1 compte 484 restes osseux, déterminés à 63 % [tabl. XVI]. La liste de faune tend à s’accroître puisqu’elle compte 17 espèces au lieu de 14, dont 5 seulement relevant de la sphère domestique (triade domestique, chat et coq). Les espèces sauvages sont essentiellement représentées par les oiseaux, les seuls mammifères étant le cerf, le chevreuil et le lièvre. Chez les oiseaux, les corvidés (pie et freux ou corneille) et les canards (la sarcelle et un indéterminé) sont les mieux représentés. Ils sont accompagnés de la bécasse des bois, de la perdrix et d’une grive (litorne ou draine). Il faut enfin mentionner la présence de quelques restes de batraciens et de carpe. Dans la triade domestique, le bœuf domine assez largement avec 54,6 % du NR3, suivi du porc (24,6 %) et des caprinés (20,8 %)

tabl. XVI

Dénombrement en nombre (NR) et poids (PR, en grammes) de restes pour la phase E1.
Total number (NR) and weight (PR, in grams) of remains for Phase E1.

186S’agissant de la fosse FOS 279, le bœuf est majoritaire avec 63 % du NR3 contre 26 % pour le porc et 11 % pour les caprinés. La place du veau est importante puisqu’elle représente environ un tiers de l’ensemble. Le chat est, quant à lui, représenté par les bas de patte d’un jeune individu. Chez les mammifères sauvages, il convient de souligner la présence du chevreuil et du cerf ainsi que l’absence du lièvre, pourtant très fréquent dans les phases antérieures.

187Plus au nord, les latrines ont livré peu de restes : 64 pour les latrines LAT 288 et 56 pour les latrines LAT 289. Les restes fauniques sont, pour l’essentiel, représentés par les trois mammifères domestiques habituels et le coq, associés à plusieurs espèces sauvages, comme le lièvre et chevreuil pour les mammifères, le canard, les corvidés, la perdrix et la bécasse des bois pour les oiseaux. La faiblesse numérique de ces échantillons ne permet cependant pas d’aller très loin dans la discussion. Tout au plus peut-on remarquer que globalement, caprinés et volaille sont très bien représentés et que le gibier abonde.

Une amélioration de la qualité des viandes consommées

188Globalement, on reste dans la continuité alimentaire de ce qui a été observé précédemment. Ceci étant, plusieurs indices amènent à penser que la qualité de l’alimentation tend à s’améliorer. La part du gibier, à plumes notamment, augmente sensiblement, au même titre que la consommation de volaille. L’alimentation se diversifie, même si elle progresse peu en terme de viande consommée. Les choix de morceaux et d’individus reflètent également une amélioration de la qualité de l’alimentation. Ceci est très sensible au niveau du choix des morceaux de viande, puisque la part des os des membres, est, en poids d’os, largement prépondérante. Si la phase E1 offre des profils d’abattage comparables à ceux des phases antérieures, elle s’en différencie néanmoins par un nombre plus important de jeunes animaux comme les veaux de moins de 15 mois, phénomène d’ailleurs largement attesté et commenté pour cette période sur d’autres sites urbains (Clavel 2001).

Du début du XVIIe s. au début du XVIIIe s.
Les espèces consommées

189La phase E2 a livré 1955 restes, déterminés à 51 % [tabl. XVII]. Si le nombre d’espèces (17) est identique à celui de la phase E1, la proportion des espèces sauvages est en forte progression (11 contre 6 pour les espèces domestiques). Il s’agit en l’occurrence de 4 mammifères, 6 oiseaux et 1 batracien. Une majorité écrasante de restes provient des latrines LAT 215 et du puits PUI 212.

tabl. XVII

Dénombrement en nombre (NR) et en poids (PR, en grammes) de restes pour la phase E2 (PM poids moyen).
Total number (NR) and weight (PR, in grams) of remains for Phase E2 (PM average weight).

tabl. XVIII

Dénombrement en nombre (NR) et en poids (PR, en grammes) de restes, LAT 215, phase E2 (PM poids moyen).
Total number (NR) and weight (PR, in grams) of remains, LAT 215, Phase E2 (PM average weight).

190Les latrines LAT 215 regroupent à elles seules 1 520 des 1 955 restes de la phase E2 [tabl. XVIII]. Près de la moitié d’entre eux a pu être déterminée. Toutes les espèces attestées en phase E2 sont présentes, à l’exception de la caille. Chez les mammifères domestiques, c’est le bœuf qui l’emporte en nombre et en poids de restes, avec 42,5 % du NR3, devant les caprinés (29,6 %) et le porc (27,9 %). La structure comprend un nombre important de restes de veau, représentés par un nombre minimum de 3 individus [fig. 103]. La part des oiseaux domestiques et sauvages est également importante (34,6 % du NR3). Le coq et les turdidés sont bien présents. Pour le coq, les restes appartiennent essentiellement à des individus adultes et juvéniles. Les périnataux et les immatures sont rares. Peu d’ensembles anatomiques ont pu être réalisés, ce qui témoigne d’un rejet de type alimentaire et non de cadavres. La présence de traces de découpe sur certains os abonde dans ce sens. Cet ensemble compte au moins 7 individus. Concernant les turdidés, il convient de préciser que 5 espèces sont attestés en France : les grives mauvis, musicienne, litorne et draine et le merle noir. Leur identification est peu évidente et seuls 3 groupes peuvent être distingués : mauvis/musicienne, merle noir et litorne/draine (Jouanin 2004). La draine est parfois identifiable grâce à sa grande taille. Ces groupes sont présents à Épinal avec une prédominance des plus petites espèces (grives mauvis et musicienne et merle noir). Toutes espèces confondues, ce sont au moins huit volatiles qui ont été recensés. Les autres restes d’oiseaux correspondent au moins à un canard colvert, une bécasse des bois, deux perdrix grises et trois pies. Tout comme le coq et les turdidés, ils ont été consommés.

fig. 103

Mandibule de veau (moins de 6 mois) découpée, issue des latrines LAT 215 (US 7069), XVIIe s. (phase E2).
Calf mandible (less than 6 months), cut, from latrines LAT 215 (US 7069), 17th century (Phase E2).

191Localisé à moins de 10 m au sud des latrines LAT 215, le puits PUI 212 a livré trois fois moins de restes (410 NR), dont près de 70 % ont été déterminés [tabl. XIX]. La liste de faune est beaucoup moins étendue et est caractérisée par une prédominance de cadavres de chats, correspondant à au moins 7 individus, dont la présence peut s’expliquer soit par la volonté de limiter une population devenue trop importante, soit par une activité liée à la récupération des peaux. La triade domestique est, comme pour les latrines LAT 215, caractérisée par la prédominance des restes de bœuf, représentant 56,2 % du NR3, devant les caprinés (27,8 %) et le porc (16 %).

tabl. XIX

Dénombrement en nombre (NR) et en poids (PR, en grammes) de restes, PUI 212, phase E2 (PM poids moyen).
Total number (NR) and weight (PR, in grams) of remains, PUI 212, Phase E2 (PM average weight).

L’alimentation carnée des religieuses

192Les vestiges livrés par les structures de la phase E2 nous donnent une image assez précise de l’alimentation carnée des religieuses installées sur le site à partir du début du XVIIe s.

193La viande issue d’animaux domestiques consommée par les sœurs provient essentiellement de veaux de moins d’un an. Si l’augmentation de consommation de viande de veau à partir du début de la période moderne en milieu urbain n’a en soit rien d’étonnant, elle n’en confirme pas moins le caractère privilégié des occupantes du site (Clavel 1996). La diète carnée est complétée par la viande de mouton (il s’agit parfois d’agneaux de moins d’un an) et de porcs. Pour ces trois espèces, les religieuses privilégient à l’évidence une viande de qualité. La volaille est, quant à elle, principalement représentée par le coq. Pour cette dernière espèce, l’essentiel de la viande consommée provient de femelles adultes (76 % du nombre de restes de l’espèce) et juvéniles (16 %).

194L’alimentation des religieuses est également caractérisée par une consommation assez importante de viande issue de la sphère sauvage. En effet, le gibier représente 12,6 % du nombre de restes, ce taux étant le plus élevé de toutes les phases d’occupation. Parmi les 8 espèces représentées (deux mammifères et six oiseaux), ce sont les oiseaux, en nombre d’espèces comme en nombre de restes, qui l’emportent. Ce résultat contraste avec les phases C et D, où ce sont les mammifères qui sont majoritaires. Le groupe aviaire le mieux représenté est celui des turdidés, les autres volatiles présents étant les corvidés, la perdrix, la bécasse, la caille ou encore la sarcelle. Comme pour les phases d’occupation antérieures, ce sont les parties les plus pourvoyeuses de viande qui sont privilégiées, ce phénomène étant caractéristique d’une zone de consommation et non de préparation.

195Parmi les déchets de consommation étudiés, un exemple récurrent de découpe bouchère de gros a pu être observé [fig. 104]. L’opération touche les coxaux et fémurs de bœuf du comblement 7069 des latrines LAT 215. Ces os sont, pour les premiers, exclusivement représentés par l’acétabulum et pour les seconds, par la tête. L’acétabulum est isolé du reste du coxal par des coups de couperet portés sur le col de l’ilium (a), le corps de l’ischium (b) et la branche de l’ischium (c). La tête du fémur est, quant à elle, isolée par des coups appliqués sur et sous le col du fémur (d et e). Ces opérations permettent de prélever l’ensemble de l’articulation de la hanche et d’isoler ainsi le morceau de viande de qualité qui l’entoure, l’os étant inclus.

fig. 104

Train de découpe isolant l’articulation de la hanche chez le bœuf, issu des latrines lat 215 (us 7069), xviie s. (phase E2).
Butchery process isolating the hip articulation in cattle, from latrine lat 215 (us 7069), 17th century (Phase E2).

Essai de synthèse : l’animal dans l’alimentation du XIIIe s. au début du XVIIIe s.

196La continuité d’occupation permet d’appréhender les changements sur environ cinq siècles, la phase B offrant trop peu de vestiges osseux pour être prise en considération.

197Premier constat : la grande stabilité dans la représentation des trois principales espèces de la phase C à la phase E1. Du XIIIe au début du XVIIIe s., l’alimentation carnée est largement dominée par la viande de bœuf, qui représente au moins la moitié des restes des trois principales espèces [fig. 105]. Le porc occupe la deuxième place et les caprinés la troisième. Les proportions de chaque espèce ne varient quasiment pas. La phase E2 est la seule qui se différencie. Si le bœuf y reste majoritaire, sa part s’amenuise légèrement en passant sous la barre des 50 % du NR3. Cette baisse profite essentiellement aux caprinés, qui passent en seconde position devant le porc. Cet accroissement de la part des caprinés est classique en milieu religieux.

fig. 105

Évolution chronologique de la présence des trois principales espèces, en nombre de restes.
Chronological development of the presence of the three main species, in number of remains.

198Parmi les mammifères domestiques, trois autres espèces sont présentes : le cheval, le chien et le chat. Le cheval reste toutefois discret au point de disparaître complètement de la phase E. Ses restes consommés représentent 6,2 % en phase C et 3,6 % en phase D. La phase C est en outre caractérisée par la présence d’au moins deux poulains de moins d’un an provenant des latrines LAT 211, suggérant l’existence d’un petit élevage urbain. La présence de plusieurs traces de découpe laissées lors de la décarnisation sur les ossements d’individus adultes pose problème. La viande récupérée est-elle destinée à une consommation animale (chiens) ou à une consommation humaine ? Il est bien sûr difficile de répondre à cette question, mais elle mérite d’être posée compte tenu du tabou existant sur la consommation de viande chevaline au Moyen Âge. Une consommation humaine reste en effet envisageable, même s’il est impossible de s’en assurer. En revanche, les restes de cheval de la phase D ne portent aucune trace de découpe.

199Outre les mammifères, la sphère domestique est également représentée par les oiseaux de basse-cour qui jouent un rôle non négligeable dans l’alimentation carnée. Trois espèces sont attestées sur le site du palais de justice : le coq, l’oie et le canard colvert. Le premier est présent quelle que soit la période considérée. En revanche, l’oie et le colvert n’apparaissent que discrètement en phases C et E2. Parmi ces espèces, c’est le coq qui fournit clairement l’essentiel de la viande de volaille. La part des oiseaux de basse-cour, rapportée au nombre de restes des trois principales espèces, est variable [fig. 106]. Supérieure à 16 % du NR3 en phase C, elle chute aux environs de 10 % en phase D puis monte à 18 % du NR3 en phase E2.

fig. 106

Évolution chronologique de la présence des oiseaux de basse-cour, en pourcentage du nombre de restes des trois principales espèces (NR3).
Chronological development of the presence of poultry, as a percentage of number of remains of the three main species (NR3).

200L’évolution de la part des espèces sauvages mérite enfin qu’on s’y arrête. Entrent dans cette catégorie les oiseaux et les mammifères, à l’exception du rat noir et des micromammifères. Durant les phases C et D, cette part est plutôt modeste, puisqu’elle ne représente que 3,8 % puis 2,8 % du NR3 [fig. 107]. Dans le courant des phases E1 et E2, cette proportion augmente sensiblement puisqu’elle atteint 8,7 % puis 12,6 % du NR3. Cette augmentation suggère un changement du type de population fréquentant le site. La consommation d’espèces sauvages peut en effet être interprétée comme un indice d’aisance. Ce phénomène débute en phase E1 et se poursuit durant la phase d’occupation religieuse E2.

fig. 107

Évolution chronologique de la présence des espèces sauvages, en pourcentage du nombre de restes des trois principales espèces (NR3).
Chronological development of the presence of wild species, as a percentage of number of remains of the three main species (NR3).

201Cette différence entre les phases C et D d’une part et la phase E d’autre part ne s’exprime pas seulement dans le nombre de restes, mais aussi dans la distribution entre mammifères et oiseaux. En phases C et D, les mammifères sont largement majoritaires, en nombre d’espèces comme en nombre de restes. La situation s’inverse ensuite puisque les oiseaux prennent le dessus en nombre d’espèces et de restes [fig. 108]. Chez les mammifères sauvages, le lièvre et le cerf sont majoritaires, quelle que soit la période considérée, le cerf étant toutefois absent de la phase E2. Les autres mammifères représentés sont le chevreuil (à toutes les phases), l’écureuil (phases C et D), le renard (phase C) et le sanglier (phase D). Chez les oiseaux, ce sont les turdidés qui sont les plus nombreux. Les corvidés sont également bien représentés, contrairement aux perdrix, bécasse, caille et sarcelle moins fréquentes.

fig. 108

Évolution chronologique de la présence des mammifères et des oiseaux sauvages, en pourcentage du nombre de restes total.
Chronological development of the presence of wild mammals and birds, as a percentage of the number of total remains.

202In fine, cette étude de l’alimentation du palais de Justice d’Épinal permet de dresser un certain nombre de constats sur le système d’approvisionnement urbain, le principal étant la prédominance des bovins, élevés pour la viande. Les changements observés du XIIIe au XVIIIe s. suggèrent une amélioration du niveau de vie des habitants de l’îlot. Enfin, l’étude montre que l’arrivée des religieuses a entraîné un changement dans les choix alimentaires et probablement aussi dans les modes d’approvisionnement. La part des caprinés s’accroît de manière assez nette, bien qu’en terme de viande consommée, le bœuf reste largement dominant. Qualitativement, cette viande bovine se révèle aussi bien meilleure, avec 40 % de veau. Les études de ce type en contexte urbain ne font que débuter en Lorraine. Aussi conviendrait-il de confronter ces premiers résultats à de nouvelles investigations tant locales que régionales.

L’alimentation végétale

Sidonie Preiss

Présentation du matériel carpologique
Une conservation différentielle

203Le matériel carpologique conservé par imbibition (noyaux de prune, pépins de pomme, de poire et de raisin, akènes de fraise et téguments ou enveloppe extérieure de graine) concerne la majorité des restes issus des latrines (99 %) mais reste minoritaire pour la fosse FOS 291 (9 %) identifiée comme puisard. De bonne qualité, il comprend les fruits secs et charnus, les plantes sauvages, potagères potentielles, rudérales et quelques messicoles.

204Bien que peu représentée, la carbonisation touche plusieurs catégories de restes comme les céréales, les légumineuses, des résidus de matière organique indéterminable et de très rares espèces de mauvaises herbes des champs de culture. Toutefois, malgré une faible densité de restes par litre de sédiments (5), la fosse FOS 291 (phase D2) contient du matériel carpologique majoritairement carbonisé (55 %) qui témoigne d’une réutilisation de la structure comme dépotoir [tabl. XX]. Plus généralement, la carbonisation peut résulter de la cuisson des aliments.

tabl. XX

Restes carpologiques échantillonnés dans la fosse FOS 291 (US 7418), phase D2
(M : minéralisé ; C : carbonisé ; I : imbibé ; – : aucun élément).
Carpological remains sampled from pit FOS 291 (US 7418), Phase D2
(
M: mineralised ; C: carbonised ; I: waterlogged ; – : no element present).

205Quant à la minéralisation, elle ne concerne que quelques fruits charnus, avec des degrés de minéralisation différents. Ainsi, les noyaux de cornouiller mâle (Cornus mas) peuvent-ils être entièrement minéralisés ou uniquement au cœur, tout en conservant des téguments [fig. 109]. De même, certains noyaux de prunes (Prunus sp.) ont conservé tous leurs critères d’identification alors que d’autres ont un tégument externe entièrement préservé et un intérieur minéralisé ou ne présentent plus que le moule interne de la graine [fig. 110]. Ces préservations différentielles nous indiquent que les latrines ont subi vraisemblablement des périodes d’assèchement de durées variables permettant une dégradation partielle à quasi complète de certains restes végétaux, même les plus résistants (Knörzer 1975, 1984 ; Carruthers 1991).

fig. 109

Intérieur de noyaux de cornouiller mâle (Cornus mas) minéralisés.
Interior of male dogwood seed (Cornus mas) mineralised.

fig. 110

Noyau de prune (Prunus sp.) minéralisé.
Plum stone (Prunus sp.) mineralised.

206Quoi qu’il en soit, la surreprésentation, à toutes les phases d’occupation du site, des taxons de mûres de ronces, de framboises [fig. 111] et, dans une moindre mesure, de fraises sauvages ne résulte pas uniquement de la forte quantité de pépins que produisent ces fruits mais témoigne, de même que la diversité des espèces de pruniers, de coutumes alimentaires propres au contexte urbain. La présence assurée d’espèces cultivées dans les échantillons d’Épinal, comme par exemple la framboise (Rubus idæus), indique sans doute un changement du statut économique des petits fruitiers et le développement de l’arboriculture fruitière à la fin du Moyen Âge (Ruas 1992, 1995).

fig. 111

Endocarpes de framboise (Rubus idaeus) imbibés.
Raspberry endocarps (Rubus idaeus) waterlogged.

Une grande variété d’espèces végétales

207Six catégories végétales ont été définies pour l’ensemble des échantillons carpologiques, à savoir : les fruits charnus ; les fruits secs ; les céréales ; les légumineuses ; les plantes sauvages, rudérales, messicoles ou potagères potentielles ; les plantes textiles, oléagineuses, médicinales et/ou condimentaires.

208• Les fruits charnus :
Cette catégorie ne contient que des fruits comestibles par l’homme. Toutes sortes de prunes (Prunus sp.) ont été identifiées comme les merises (Prunus avium), les griottes (Prunus cerasius), les prunelles (Prunus spinosa) ou encore les prunes domestiques (Prunus domestica).

209Les fruits « rouges » ou dits « des bois » comme les mûres de ronce (Rubus fruticosus), les framboises (Rubus idæus), les myrtilles (Vaccinum myrtillus), les baies de sureau noir (Sambucus nigra) et les fraises des bois (Fragaria vesca) sont très abondantes dans les assemblages, en particulier les mûres et les framboises qui sont les deux espèces dominantes de cette catégorie et de l’ensemble des catégories représentées dans les structures du site. Certains restes de mûres et de framboises ont l’aspect de pépins agglomérés sans connexion anatomique qui témoignent peut-être de pressurages ou de préparations culinaires telles que des marmelades. La pomme (Malus sylvestris), la poire (Pyrus communis) [fig. 112], et le raisin (Vitis vinifera) sont un peu moins représentés mais présents, de manière inégale, à toutes les périodes. Enfin, d’autres fruits comme le coqueret (Physalis alkekengi), la figue (Ficus carica) ou la cornouille (Cornus mas) n’ont été observés que très ponctuellement.

fig. 112

Pépin de poire (Pyrus communis) imbibé.
Pear seed (Pyrus communis) waterlogged.

210Les fruits secs :
Ils ne sont représentés sur le site que par des fragments de faînes, fruits du hêtre (Fagus sylvatica) à la graine comestible consommée uniquement à la phase C (XIIIe s.).

211• Les céréales :
Très peu de céréales sont mentionnées dans l’ensemble des assemblages étudiés. On retrouve du millet commun (Panicum miliaceum) en majorité sous forme de téguments, des caryopses (grain de céréale) de blés nus (Triticum æstivum/durum/turgidum), et encore plus rarement de l’avoine (Avena sp., un caryopse) et du seigle (Secale cereale) sous forme de fragments de rachis.

212• Les légumineuses :
Tout comme les céréales, très peu de légumineuses ont été retrouvées dans les contextes étudiés. Quelques rares graines de gesse ou vesce hérissée (Lathyrus/Vicia hirsuta), de pois (Pisum sativa) et de vesce cultivée (Vicia sativa) sont toutefois à noter. Tous ces restes sont carbonisés.

213• Les plantes rudérales, messicoles et sauvages ou potagères potentielles. Cette catégorie réunit des plantes sauvages liées aux sites anthropisés (rudérales) ou définies comme « mauvaises herbes des champs » (messicoles) accompagnant les cultures des céréales ou encore pouvant être à la fois sauvages et potagères.

214Les plantes rudérales rencontrées sont l’amarante (Amaranthus blitum), les chénopodes (Chenopodium sp.), les petites graminées (Poaceæ), la renouée des oiseaux (Polygonum aviculare) ou encore les orties (Urtica urens, Urtica dioïca) mais également l’oseille (Rumex sp., Rumex acetosella), le lychnis (Lychnis sp.) ou encore certains trèfles (Trifolium sp.).

215• Parmi les plantes messicoles, certaines sont plutôt liées aux champs de céréales d’hiver et appartiennent à la classe des Secalietea avec, entre autres, la nielle des blés (Agrostemma githago), le mouron (Anagallis arvensis) et la vrillée liseron (Fallopia convolvulus) ; d’autres sont propres aux cultures d’été et appartiennent à la classe des Chenopodietea, comme par exemple le laiteron épineux (Sonchus asper), la stellaire intermédiaire (Stellaria media), l’euphorbe réveil-matin (Euphorbia helioscopia), ou bien le chénopode hybride (Chenopodium hybridum) et le chénopode blanc (Chenopodium album).

216Les plantes sauvages reconnues sur le site sont soit spécifiques au milieu humide comme les souchets (Cyperus sp.), les scirpes des marais (Eleocharis palustris) ou encore de nombreuses laîches (Carex sp.), soit propres aux jachères comme la lapsane commune (Lapsana communis) ou la grande cigüe (Conium maculatum), soit typiques des prairies comme la stellaire graminée (Stellaria graminea).

217• La dernière sous-catégorie regroupe des plantes cultivées en potagers ou/et cueillies dans l’environnement des habitations. C’est le cas de la grande (Urtica dioïca) et de la petite ortie (Urtica urens), de la moutarde blanche (Sinapis alba) et des champs (Sinapis arvensis), de l’amarante (Amaranthus blitum) et du pourpier (Portulaca oleracea) qui, pour ces derniers, portent des traces avérées de mastication.

218• Les plantes textiles, oléagineuses, médicinales et/ou condimentaires.
Peu représentée dans les assemblages carpologiques, cette catégorie regroupe diverses espèces pouvant être à la fois utilisées pour leur vertu médicinale, leur qualité condimentaire ou en tant que plante oléagineuse et textile.

219Par exemple, le chanvre (Cannabis sativa) peut servir, sous sa forme cultivée, à la fabrication de fibre textile. Il peut être également employé comme plante oléagineuse. Ses graines peuvent être pressées pour en retirer une huile utilisée soit pour l’assaisonnement des aliments soit pour l’éclairage. Le plant d’ortie peut être consommé mais également servir de fibre textile. Les graines de pavot œillette (Papaver somniferum) et de moutarde blanche peuvent être pressées pour fabriquer de l’huile alimentaire ou réduits en pâte condimentaire. Certaines Apiacées (Ombellifères) comme la coriandre (Coriandrum sativum), l’aneth (Anethum graveolens) ou le fenouil (Fœniculum vulgare) peuvent être utilisées en tisane en raison de leurs vertus digestives, tonifiantes, diruétiques, antiseptiques…, ou relever des préparations culinaires, sous forme moulue ou écrasée.

L’alimentation végétale au Moyen Âge

220Elle peut être appréhendée à partir de l’étude des échantillons des latrines LAT 211 et LAT 257 (phase C) qui présentent des caractéristiques carpologiques similaires, malgré une densité de restes par litre de sédiment bien différente (1015 pour la première contre 230 pour la seconde). En effet, la majorité des restes concerne les fruits charnus (74,9 % pour les latrines LAT 211), avec une quasi-exclusivité (97 %) de fruits « rouges », représentés uniquement par les mûres de ronces et les framboises dans l’échantillon de la structure LAT 257 [tabl. XXI]. À son sujet, la présence de quelques restes carbonisés (2 %) confère également à ces latrines un rôle de dépotoir ; l’absence de diversité des restes résulte sans doute en partie de son curage.

tabl. XXI

Restes carpologiques échantillonnés dans les latrines LAT 257 (US 7357), phase C
(M : minéralisé ; C : carbonisé ; I imbibé ; – : aucun élément).
Carpological remains sampled from latrine LAT 257 (US 7357), Phase C
(
M: mineralised ; C: carbonised ; I: waterlogged ; – :no element present).

221À l’inverse, les latrines LAT 211 [tabl. XXII] se singularisent par la présence de plusieurs catégories de restes dont des plantes sauvages rudérales, messicoles ou potagères potentielles (22,5 %). De même que les latrines LAT 257, elles contiennent de très nombreux restes de mûres de ronce et de framboises, mais aussi de fraises, et une diversité d’espèces de prunes. Elles sont aussi caractérisées par la présence de la myrtille, de fragments de faînes de hêtre, de l’amarante, du pourpier, de la menthe des champs, des orties (grande et petite) et surtout d’espèces caractéristiques des milieux humides.

tabl. XXII

Restes carpologiques échantillonnés dans les latrines LAT 211 (US 7238), phase C
(M : minéralisé ; C : carbonisé ; I : imbibé ; – : aucun élément).
Carpological remains sampled from latrine LAT 211 (US 7238), Phase C
(
M: mineralised ; C: carbonised ; I: waterlogged ; – :no element present).

222Identifiées uniquement dans les latrines LAT 211, trois catégories de restes carpologiques semblent témoigner de coutumes alimentaires singulières et d’un environnement particulier du site au XIIIe s. Elles correspondent, en premier lieu, à la myrtille commune (Vaccinum myrtillus), espèce sauvage ayant fait l’objet d’une cueillette. Elles concernent, en second lieu, des fragments de faînes dont les graines, comestibles, ont été consommées comme fruits secs [fig. 113]. La présence de ces espèces forestières, couplées par celle de plantes typiques de milieux humides comme le scirpe des marais, les laîches et les souchets indique un environnement encore rural autour du site. En outre, la présence de restes de pommes et de poires sous leur forme cultivée dans les échantillons de la phase C – et quelques traces également pour la phase E2 – suggère l’existence de vergers à proximité du site. La mise en évidence d’une grande variété de prunes dans les refus de tamis semble confirmer cette hypothèse et traduit aussi un statut social relativement élevé des occupants de l’îlot.

fig. 113

Fragments de faîne, fruit du hêtre (Fagus sylvatica).
Fragments of beech nut (Fagus sylvatica).

223Les nombreux téguments de nielle des blés issus de l’échantillon des latrines LAT 211 correspondent sans doute à des impuretés présentes dans les mets cuisinés à base de farine, comme le pain, ou les bouillies de céréales.

L’alimentation végétale des religieuses

224Les analyses carpologiques des comblements successifs des latrines LAT 215 (US 7069.01 et 7069.02, phase E2), aux densités de restes par litre de sédiments inégales (1176 pour l’US 7069.01 contre 243 pour l’US 7069.02), montrent l’importance de la consommation de fruits charnus par la communauté religieuse (95,5 % des restes). Comme pour la période médiévale, ce sont les mûres de ronces, les framboises et les fraises qui prédominent [tabl. XXIII, tabl. XXIV]. Toutefois, l’assemblage carpologique est caractérisé par l’apparition d’espèces fruitières insolites comme la figue, le sureau noir, le cornouiller mâle, le coqueret [fig. 114] et surtout une variété de prune au noyau fortement allongé qui n’a pas pu être identifiée. Elle correspond à des noyaux de cerise très allongés et minces [fig. 115]. Ses caractéristiques ne peuvent pas résulter d’une déformation ou à une différence morphologique intra-spécifique, en raison du nombre élevé d’exemplaires récoltés (six minéralisés et vingt-six imbibés). Elles se rapprochent de celles de la variété nommée « cœur de pigeon », sans être identiques. Aucune mention d’introduction ou d’exploitation à grande échelle de nouvelles espèces de prunus n’est attestée pour le XVIIe s. Ainsi, il est envisageable que les religieuses aient pu introduire très localement, voire créer une nouvelle variété de cerise.

tabl. XXIII

Restes carpologiques échantillonnés dans le comblement inférieur (US 7069.01) des latrines lat 215, phase E2
(M : minéralisé ; C : carbonisé ; I : imbibé ; IS : imbibé séché ; – : aucun élément).
Carpological remains sampled from the interior fill (US 7069.01) of latrine lat 215, Phase E2
(M: mineralised ; C: carbonised ; I: waterlogged ; IS: dry waterlogged ; – :no element present).

tabl. XXIV

Restes carpologiques échantillonnés dans le comblement supérieur (US 7069.02) des latrines LAT 215, phase E2
(M : minéralisé ; C : carbonisé ; I : imbibé ; – : aucun élément).
Carpological remains sampled from the upper fill (US 7069.02) of latrine LAT 215, Phase E2
(
M: mineralised ; C: carbonised ; I: waterlogged ; – :no element present).

fig. 114

Semences de coqueret (Physalis alkekengi) imbibées.
Chinese lantern seeds (Physalis alkekengi) waterlogged.

fig. 115

Noyau de prune (Prunus avium/cerasius) de variété inconnue.
Wild cherry stone (Prunus avium/cerasus) of unknown variety.

© P. Kuchler, S. Preiss.

225Les analyses carpologiques ont également permis d’identifier un certain nombre de nouvelles plantes potagères médicinales ou condimentaires, comme la coriandre, le fenouil, le pourpier, la moutarde blanche et des champs. Ces observations tendent également à confirmer l’usage d’une alimentation raffinée ou de pratiques pharmaceutiques élaborées au sein du couvent.

226De même que la plupart des plantes médicinales ou condimentaires (aneth, fenouil, moutarde, coriandre) utilisées par les sœurs de la Congrégation Notre-Dame, le pourpier [fig. 116] est une plante potagère d’été (variété sativa : Potulaca oleracea var. sativa) qui côtoie aussi les épinards, les divers choux, l’oseille, la pimprenelle, la bourrache, la corne de cerf et le cerfeuil. Ses feuilles rentrent dans la composition la soupe de légumes appelée porée ou poirée, au même titre que la bette, le poireau ou l’arroche. Connu dès le Moyen Âge, le pourpier n’est cultivé qu’à la fin de la Renaissance, à l’initiative d’Olivier de Serres (1991 : 251). Ces observations témoignent de l’intérêt porté par les religieuses, d’une part, à la culture potagère et, d’autre part, au développement de l’agronomie.

fig. 116

Graines de pourpier (Portulaca oleracea var. sativa) imbibées.
Purslane seeds (Portulaca oleracea var. sativa) waterlogged.

3.2.2. Le chauffage : la céramique de poêle

Yves Henigfeld

  • 62 Cf. supra chap. 3.2.1.1.

227Outre les rares travaux déjà mentionnés dans le cadre de l’étude de la vaisselle en céramique62, les connaissances sur la céramique de poêle en Lorraine reposent essentiellement sur la publication récente d’une thèse sur la céramique de poêle régionale au Moyen Âge et au début de l’époque moderne (Huot-Marchand 2006).

3.2.2.1. Les données techniques et quantitatives

228L’étude de la céramique de poêle est fondée sur 562 tessons dont la répartition varie selon la période considérée [tabl. XXV, fig. 117]. Représentée par un seul fragment en phase B, elle correspond, en phase C, à 29 tessons, puis, en phase D à 173 fragments (soit 30,78 % du lot). Mais c’est indiscutablement en phase E1, que la céramique de poêle est la plus abondante avec 351 tessons (62,45 %), dont 143 (25,44 %) issus de la fosse FOS 279 (fin de la phase E1). Elle est, en revanche, quasiment absente en phase E2 (8 fragments, soit 1,42 % de l’ensemble).

tabl. XXV

Poêle : répartition du mobilier par phases d’après le nombre de restes (NR) ( – : aucun élément).
Stove : distribution of artefacts by phase in terms of number of remains (NR) ( – : no element present).

fig. 117

Pourcentage du nombre de restes de céramique de poêle, par phase (562 fragments).
Percentage of number of remains of stove ceramics, by phase (562 fragments).

229D’un point de vue technique, cinq groupes sont attestés : la céramique montée en technique mixte, la céramique rouge, la céramique rouge « fumigée », la céramique rouge à glaçure sur cru et la céramique rouge à glaçure sur engobe.

3.2.2.2. La céramique de la phase B

230En phase B, le seul fragment de céramique de poêle correspond à une lèvre de gobelet tronconique à extrémité horizontale monté en technique mixte [fig. 118 : 1]. Sa pâte est comparable à celle des céramiques culinaires, même si elle s’en différencie par une couleur à dominante orangée. En l’absence d’élément de comparaison suffisamment convaincant pour préciser la datation de ce tesson, on peut retenir la fourchette chronologique proposée pour les céramiques culinaires de la phase B (XIe–XIIe s.).

fig. 118

Céramiques de poêle :
1. lèvre de gobelet, Xe-XIIe s. (phase B) ;
2-10. gobelets à paroi verticale, XIIIe s. (phase C) ;
11-16, 19 gobelets à paroi verticale, XIVe-XVe s. (phase D) ;
17-18. « carreau-bol », XIVe-XVe s. (phase D) ;
20-21. carreau, XIVe-XVe s. (phase D)
(M : technique mixte ; R : rouge ; Rf : rouge « fumigée » ; Rgle : rouge à glaçure sur engobe).
Stove ceramics :
1. lip of beaker, 10th-12th century (Phase B) ;
2-10. beakers with vertical sides, 13th century (Phase C) ;
11-16, 19. beakers with vertical sides, 14th-15th century (Phase D) ;
17-18. “bowl tile”, 14th-15th century (Phase D) ;
20-21. tile, 14th-15th century (Phase D)
(
M: mixed technique ; R: red ; Rf: “smoky” red ; Rgle: red ware with glaze on slip).

© Y.Henigfeld, P. Girard.

3.2.2.3. La céramique de la phase C

  • 63 Cf. supra chap. 3.2.1.1.

231Comme pour la céramique culinaire, les céramiques de poêle sont majoritairement montées en technique mixte. Elles représentent en effet près des trois-quarts du corpus soit un nombre de 21 tessons sur 29. Les 8 autres fragments de céramique de poêle sont en céramique rouge tournée. Les techniques de montage et les pâtes sont comparables à celles utilisées pour fabriquer la vaisselle63.

232Le répertoire morphologique est assez homogène [fig. 118 : 2-10]. Il est composé de gobelets de poêle à paroi verticale, légèrement évasées ou bombées. Les bords, qui s’inscrivent dans le prolongement de la panse, sont arrondis ou obliques à leur extrémité, le diamètre des ouvertures étant compris entre 10 et 13 cm. Compte tenu de la datation de la céramique culinaire qui lui est associée, on peut supposer que cette céramique remonte au XIIIe s. On ne dispose cependant pas de suffisamment d’indices ou de parallèles pour étayer cette proposition de datation.

3.2.2.4. La céramique de la phase D

233Cette phase chronologique est caractérisée par le déclin de la céramique de poêle montée en technique mixte (10,98 %, soit 19 fragments) au profit de la céramique de poêle tournée qui représente presque les trois-quarts (71,68 %, soit 124 fragments) des objets identifiés. Elle est, par ailleurs, marquée par l’apparition des premières céramiques de poêle à glaçure sur engobe (2,89 %, soit 5 fragments) et sur cru (2,89 %, soit 5 fragments) et par la présence d’un bord de céramique rouge « fumigée ». Trois formes génériques peuvent être différenciées : les gobelets de poêle, les gobelets de poêle à ouverture quadrangulaire ou « carreaux-bols » et les carreaux de poêle glaçurés.

234Par leurs caractéristiques techniques et morphologiques, les gobelets montés en technique mixte sont comparables à ceux de la phase C. En revanche les gobelets de poêle en céramique rouge [fig. 118 : 11-17, 19] diffèrent sensiblement des céramiques mixtes. Plus fines et marquées par des stries de tournage, ces céramiques comprennent de fines inclusions siliceuses légèrement micacées. Les bases, bombées, ont été repoussées après avoir été enlevées au fil. Les poteries ont fait l’objet d’un lissage et d’une cuisson en atmosphère oxydante qui s’est traduite par l’obtention d’une pâte rouge à marron. Les gobelets ont un corps cylindrique terminé par des bords saillants à extrémité horizontale. Le diamètre des ouvertures, compris entre 10 et 11,2 cm, est légèrement supérieur à celui des bases, entre 8 et 9,4 cm. Les hauteurs conservées oscillent entre 10 et 13,8 cm. L’épaisseur moyenne des parois est de 5 mm. Le dépôt carboné observable sur la moitié inférieure des objets nous informe sur l’épaisseur des parois du poêle qui devait être comprise entre 5 et 6 cm.

235Les gobelets de poêle à ouverture quadrangulaire ou « carreau-bol » sont représentés par deux fragments de bords à bandeau interne ou à inflexion oblique en céramiques rouge [fig. 118 : 17] et « rouge fumigée » [fig. 118 : 18]. De forme tronconique, ils sont caractérisés par une ouverture quadrangulaire obtenue par une déformation de l’objet après la phase de tournage.

  • 64 Seul un exemplaire est dessiné.

236Les rares carreaux de poêle à glaçure verte sur engobe attestés en phase D sont de forme quadrangulaire ou triangulaire [fig. 118 : 20-21]. L’un d’eux, orné de motifs végétaux moulés, correspond apparemment à l’angle supérieur d’un carreau à corps d’ancrage semi-cylindrique [fig. 118 : 20]. Les carreaux triangulaires sont représentés par deux exemplaires issus des latrines LAT 239 [fig. 118 : 21]64, pourvus d’un tenon d’accrochage fixé, côté interne, sur le rebord supérieur de l’objet. Ils sont ornés d’un décor moulé assimilable à un blason. Le motif central est composé d’un cercle de 5,5 cm de diamètre, inséré dans une moulure de forme triangulaire ornée d’un décor trilobé à sa base. Trois cercles de dimensions plus réduites s’inscrivent dans les angles et des ornements de formes indéterminées (végétales ?) apparaissent en périphérie de l’objet. La céramique présente la particularité d’être légèrement bombée. Ses dimensions maximales sont de 16,8 x 16,8 cm. L’enduit vitrifiable a été appliqué sur un engobe blanc. La glaçure, de cou- leur verte, est mouchetée. Plusieurs fissures, visibles sur les deux objets, sont dues à une rétractation trop rapide de la pâte pendant la phase de cuisson. La glaçure est fortement altérée sur la partie supérieure des objets. L’absence de corps d’ancrage et la forme des objets incitent à les placer dans la partie supérieure d’un poêle, qui pourrait, dans cette hypothèse, se présenter sous forme de coupole.

237Bien que les éléments de comparaison régionaux susceptibles de préciser la datation de ces céramiques soient assez nombreux, les fourchettes de datation restent assez larges. Dans le département des Vosges, des gobelets cylindriques tournés à ouverture circulaire ont été découverts sur les sites du Saint-Mont et du château d’Épinal où ils sont attribués aux XIVe et XVe s. (Huot-Marchand 2006 : 53-54). En Lorraine, les « carreaux-bols » à ouverture quadrangulaire sont globalement attribués à la même fourchette chronologique (Huot-Marchand 2006 : 58-61). La datation des carreaux glaçurés est en revanche plus délicate. L’élément à corps d’ancrage semi-cylindrique est trop fragmentaire pour permettre des comparaisons et l’on ne dispose d’aucun parallèle convaincant pour préciser la datation des pièces triangulaires. Tout au plus peut-on supposer que les céramiques rouges à glaçure sur engobe sont assez tardives (XVe s. ou début du XVIe s.), dans la mesure où elles présentent des caractéristiques techniques qui annoncent celles de la phase E1.

3.2.2.5. La céramique de la phase E1

238Les 351 fragments de céramique de poêle provenant des unités stratigraphiques de la phase E1 sont, à 97,12 %, constitués de carreaux de poêle rouge à glaçure verte sur engobe, les céramiques rouges et rouges à glaçure sur cru ne représentant respectivement que 0,96 % et 1,82 % de l’ensemble. Il s’agit de carreaux plats originellement insérés dans la façade ou dans l’angle du poêle. Obtenus par moulage, les décors sont majoritairement géométriques. Le plus simple correspond à un décor de carrés imbriqués [fig. 119 : 1]. Le plus fréquent correspond au décor « gaufré », formé de petits losanges [fig. 119 : 4-5] ou de pointes de diamant [fig. 119 : 6-7]. D’autre éléments plus fragmentaires peuvent avoir des motifs végétaux [fig. 119 : 3] ou indéterminé [fig. 119 : 2].

fig. 119

Céramique de poêle issue :
1-2, 7. des latrines LAT 288, début du xviie s. (fin de la phase E1) ;
4. du niveau de destruction US 3007, début du xviie s. (fin de la phase E1) ;
3, 5-6. de la fosse FOS 279, début du xviie s. (fin de la phase E1) ;
8. du niveau d’occupation US 7489, xviie s. (phase E2)
(Rgle : rouge à glaçure verte sur engobe ; Rglc : rouge à glaçure sur cru).
Stove tile from :
1-2, 7. latrine LAT 288, early 17th century (late phase E1) ;
4. destruction level US 3007, early 17th century (late Phase E1) ;
3, 5-6. pit FOS 279, early 17th century (late phase E1) ;
8. occupation level US 7489, 17th century (phase E2)
(
Rgle: red ware with green glaze on slip ; Rglc: glaze on unbaked red ware).

© Y. Henigfeld, J. Gelot, P. Girard.

239Le module moyen des carreaux complets ou graphiquement restituables est compris entre 17 et 18 cm pour les côtés. Les corps d’ancrage sont cannelés et se terminent par de gros bourrelets externes. Leur profondeur moyenne est comprise entre 5 et 7 cm.

  • 65 Non publiés.

240En Lorraine, des carreaux à décor gaufré et en pointes de diamant sont attestés sur plusieurs sites de consommation où ils sont attribués à la fin du XVe ou à la première moitié du XVIe s. (Huot-Marchand 2006 : 156 ; Huot-Marchand 2007b : 135). Ils sont également attestés à Berne dès la seconde moitié du XVe s. (Roth-Kaufmann et al. 1994 : 244, n° 316) et en Alsace au XVIe s. (Minne 1977 : 118-120). En Franche-Comté, deux sites de production ont livré de la céramique de poêle à décor gaufré formé de petits losanges. Il s’agit en l’occurrence des sites de Delle, Hospice Viellard (Cousin 1995 : 179) et de Clerval, Rue Basse65, où ils sont attribués aux XVIe-XVIIe s.

241Si l’on se réfère à ces éléments de comparaison et à la datation de la verrerie associée, la céramique de poêle de la phase E1 s’inscrit entre la fin du XVe et le début du XVIIe s. Le mobilier issu de l’US 7369 (FOS 279) est plus spécifiquement attribuable à la fin de cette période (seconde moitié du XVIe – début XVIIe s.).

3.2.2.6. La céramique de la phase E2

242La céramique de poêle issue des niveaux de la phase E2 n’est représentée que par huit fragments parmi lesquels il convient de mentionner la présence, dans le niveau d’occupation US7489, d’un carreau plat en céramique rouge à glaçure verte sur engobe, orné d’un oiseau picorant une grappe de raisin (?), pour lequel on ne dispose d’aucun élément de comparaison [fig. 119 : 8].

3.2.2.7. Conclusion

243Cette étude permet d’avoir une idée assez précise du développement du poêle en céramique depuis le début du Moyen Âge jusqu’au début du XVIIe s. [tabl. XXVI]. La faible occurrence de la céramique de poêle à partir du XVIIe s. s’explique peut-être par l’utilisation de nouveaux systèmes de chauffage (poêles en fonte, cheminées ?).

tabl. XXVI

La céramique de poêle, répartition des groupes techniques par phases chronologiques exprimée en pourcentages de nombre de restes (NR : 562).
en gris clair : de 1 à 10 %
en gris foncé : de 11 à 40 % from
en noir : plus de 40 %
(Les groupes indéterminés ne sont pas représentés ; – aucun élément.)
Stove ceramics, distribution by technical group by chronological phase expressed in percentage of number of remains (NR : 562).
light grey: from 1 to 10 %
dark grey: 11 to 40 %
black: more than 40 %
(The indeterminate groups are not represented ; – no element present.)

  • 66 À ce sujet, voir notamment Maire, Schwien (2000).
  • 67 Il est en effet possible que ces produits proviennent des ateliers de Delle (Cousin 1995) ou de Cle (...)

244Du début du Xe s. aux XIVe-XVe s. (phases B, C et D), le poêle est formé de gobelets non jointifs à ouverture circulaire. Déjà représentée par un fragment en phase B (XIe-XIIe s.), la céramique montée en technique mixte est majoritaire au XIIIe s. (phase C). Aux XIVe-XVe s., les gobelets tronconiques en céramique mixte sont remplacés par des gobelets cylindriques en céramique rouge tournée. Parallèlement, on assiste à l’apparition des premiers gobelets à ouverture quadrangulaire (ou « carreaux-bols ») et, probablement vers la fin de la phase D (XVe s. – début du XVIe s.), des premiers carreaux quadrangulaires ou triangulaires. Ces changements induisent une modification de l’architecture du poêle, dont les éléments peuvent désormais être disposés bord à bord, offrant ainsi une meilleure efficacité thermique66. Les carreaux de poêle en céramique rouge à glaçure verte sur engobe deviennent omniprésents en phase E1, puisqu’ils représentent près de 100 % du mobilier au XVIe s. et au début du XVIIe s. Comme pour la céramique culinaire, une partie de cette production provient peut-être d’ateliers franc-comtois67.

3.2.3. L’éclairage : lampes à huile, chandelier et verres à vitre

3.2.3.1. Les lampes à huile

Yves Henigfeld

245Les lampes à huiles sont représentées par trois coupelles en céramique rouge ou en céramique rouge glaçurée [fig. 120]. La lèvre issue de l’US 7014 (phase D) [fig. 120 : 1] est revêtue d’une glaçure verte appliquée à cru. La seule forme complète provient de la fosse FOS 279 (US 7369, fin de la phase E1) [fig. 120 : 2]. Dépourvue d’élément de préhension, cette céramique rouge non glaçurée est caractérisée par la présence d’un bec pincé présentant des traces de suie. Elle fait un diamètre maximal de 7 cm pour une hauteur de 1,8 cm. La troisième lampe identifiée provient du puits PUI 212 (US 7057, phase E2) [fig. 120 : 3]. Revêtu d’une glaçure verte sur engobe interne, ce bord, qui présente un bandeau externe, fait un diamètre de 10 cm.

fig. 120

Lampes à huiles en céramique :
1. rouge à glaçure sur cru, XIVe-XVe s. (phase D) ;
2. rouge, XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1) ;
3. rouge à glaçure sur engobe, XVIIe s. (phase E2).
Pottery oil lamps :
1. glaze on unbaked red ware, 14th-15th century (Phase D) ;
2. red, 16th century – early 17th century (Phase E1) ;
3. red ware with glaze on slip, 17th century (Phase E2).

© Y.Henigfeld, P. Girard.

246Les lampes à huile découvertes sur le site de Richardménil en Meurthe-et-Moselle présentent des similitudes typologiques avec les deux premiers objets (Huot-Marchand 2007d : fig. 247-248). Elles sont attribuées, sans plus de précision, à une fourchette chronologique large, allant de la seconde moitié du XIVe s. au début du XVIIe s. À défaut d’indices plus pertinents, on retiendra pour les trois exemplaires découverts à Épinal, les fourchettes chronologiques de chaque phase étudiée.

3.2.3.2. Le chandelier à broche

Philippe Kuchler

247Un chandelier à broche en fer [fig. 121], conservé sur une hauteur de 9 cm, a été découvert dans le comblement final des latrines LAT 289 établies au XVIe s. (phase E1) dans la partie occidentale de l’îlot. Il est constitué d’une tige de fixation creuse de plan rectangulaire (17 x 9 mm), d’une longueur supérieure à 5,3 cm, et d’une douille ou bobèche, maintenant la bougie, d’une hauteur de 2,7 cm et d’un diamètre de 3,7 cm. À titre de comparaison, un objet similaire, sans doute contemporain, a été mis au jour sur le site du château d’Épinal (Bur 2002 : 251). Un autre fragment attribué au XVe s. a été identifié sur le site castral de Richardménil (Guarascio, Giuliato 2009 : fig. 120).

fig. 121

Fragment de chandelier à broche, XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1).
Fragment of spit stanchion, 16th century – early 17th century (Phase E1).

© J. Gelot, P. Girard.

3.2.3.3. Les verres à vitre

Hubert Cabart

  • 68 Les rares fragments de verres à vitre découverts dans les fosses-latrines LAT 288 et LAT 289 n’ont (...)

248Bien représentés pour la période moderne, les nombreux fragments et vitres entières [fig. 122] proviennent pratiquement tous de la fosse-latrines LAT 215 (US 7069), à l’exception toutefois de deux vitres en forme de losange mises au jour dans l’US 7490 [fig. 122 : 1] et dans la fosse FOS 279 [fig. 122 : 5]68. Compte tenu de la chronologie du mobilier associé, elles sont, pour la plupart d’entre elles, attribuables au XVIIe s. Certaines peuvent toutefois être plus anciennes (XVIe s.). Dans tous les cas, il s’agit de verres obtenus à partir de manchons découpés et étalés dans un four particulier, suivant la technique utilisée dans l’est de la France. Les vitres sont minces, transparentes et verdâtres. Leurs bords sont souvent retouchés au grugeoir. Un tesson [fig. 122 : 2] porte une inscription gravée « Cl » et le chiffre… [8]… qui correspond peut-être à une date. Cet usage de graver les vitres avec un diamant est notamment signalé à Montbéliard où Claudine Munier donne d’autres exemples (Cantrelle et al. 2000 : 62).

249Les verres à vitre étudiés présentent des caractéristiques qui montrent qu’ils proviennent de fenêtres différentes.

250Les vitres en forme de losanges ne posent pas de problèmes. Elles sont découpées et retaillées au grugeoir, puis associées entre elles par un montage au plomb, donnant ainsi un premier type de fenêtre. Afin d’obtenir un nombre entier de losanges dans la largeur et dans la hauteur, la taille des losanges est adaptée à celle de la verrière. Les bords de la fenêtre sont complétés avec des demi-carreaux verticaux [F fig IG. 122 : 4] ou horizontaux.

fig. 122

Verres à vitre issus de la fosse FOS 279 (US7369), de l’US7490 et des latrines LAT 215 (US 7069), et les divers types de montage correspondant.
Window glass from pit FOS 279 (US 7369), from US 7490 and latrine LAT 215 (US 7069), and the various corresponding assembly types.

© H.Cabart, P.Girard.

251Les bornes correspondent à des vitres en forme d’hexagones allongés (Blondel 2004 : 58). Deux modèles de taille différente ont été mis en évidence [fig. 122 : 6-7] : le plus grand a une hauteur de 14,5 cm pour une largeur de 7,4 cm, alors que le petit fait 13 x 6,6 cm. Comme pour les losanges, ils étaient associés à des demi-carreaux de même largeur [fig. 122 : 8-9].

252Les vitres carrées sont elles aussi de deux types [fig. 122 : 10-11] : le plus grand a un côté de 6,5 à 7 cm, alors que le petit à des côtés de 5,2 cm. Pour ce dernier, on dispose du demi-carreau dans le sens de la diagonale [fig. 122 : 12].

253Un dernier fragment semble correspondre à une bande rectangulaire de 2 cm de largeur [fig. 122 : 13].

254Les représentations de fenêtres de l’époque montrent que les carreaux en forme d’hexagone peuvent être mis en plomb et associés de différentes façons avec des vitres carrées. Le Peintre dans son atelier, peint en 1663 par Adrien Van Ostade, montre, par exemple, une fenêtre formée de quatre panneaux différents (Courthion 1983 : 162). Plusieurs restitutions sont possibles pour les vitreries à borne [fig. 122]. Alors que le grand module de carré peut être associé aux bornes hexagonales, le petit modèle de carré a pour effet de rompre la monotonie d’une fenêtre vitrée d’hexagones.

3.2.4. La santé et l’hygiène : indices paléoparasitologiques, récipients de pharmacie et objets divers

3.2.4.1. Les indices paléoparasitologiques

Françoise Bouchet, Matthieu Le Bailly

L’état parasitaire

255Les analyses parasitologiques ont porté sur cinq échantillons riches en matière organique, issus de comblements de fosses maçonnées découvertes lors de la seconde campagne de fouille, et datées de la phase C (LAT 211 : US7238 ; LAT 257 : US7357), de la phase D2 (FOS 291 : US 7418) et de la phase E2 (LAT 215 : US 7069, US 7069.02). Elles ont contribué en premier lieu à montrer que, contrairement aux autres, la fosse FOS291 ne contenait pas de parasites et, par conséquent, ne correspondait pas à des latrines. Elles ont, en second lieu, permis d’identifier les œufs de cinq parasites appartenant au groupe des helminthes (némathelminthes et plathelminthes), présents dans le tube digestif de l’homme et des animaux : Ascaris sp. (némathelminthe), Trichuris sp. (némathelminthe), Fasciola sp. (plathelminthe), Dicrocœlium sp. (plathelminthe) et des œufs de strongylidés (némathelminthes), qui ne peuvent être déterminés précisément [tabl. XXVII].

tabl. XXVII

Les formes et l’état parasitaires des échantillons de latrines (♦ présence du parasite ; ◊ absence du parasite).
Parasite forms and phases in the samples from the latrines (♦ presence of parasite; ◊ absence of parasite).

Les origines parasitaires

256Dans les échantillons provenant des LAT 211, LAT 215 et LAT 257, la présence d’œufs de parasites indique indubitablement que ces lieux recueillaient des matières fécales. Les Ascaris sp. sont des parasites intestinaux très fréquents. Une espèce, présente chez l’homme (Ascaris lumbricoides), une autre chez le porc (Ascaris suum) produisent des œufs indifférentiables en microscopie. Les Trichuris sp. parasitent quant à eux de très nombreuses espèces animales dont l’homme.

257Ces parasites sont le reflet de la pauvreté de l’éducation sanitaire (pas d’hygiène individuelle, utilisation des rejets humains comme engrais favorisant la dissémination des œufs), de la médiocrité des mesures générales d’assainissement (absence d’eau potable et de tout-à-l’égout), ainsi que d’une mauvaise gestion des déchets fécaux. La contamination se fait alors par voie orale, par consommation de fruits et légumes pollués et infestés d’œufs, ou bien par l’eau de boisson.

258Fasciola sp. est un trématode parasite des voies biliaires de nombreux mammifères herbivores ou omnivores (ovins surtout, mais aussi bovins, équidés, caprins et camélidés). L’homme peut en être contaminé suite à la consommation de salade, de cresson sauvage ramassé dans les mares, ou de pissenlits cueillis dans les prairies inondées, et consommés non lavés.

259Dicrocœlium sp. parasite essentiellement les animaux, l’homme n’étant contaminé qu’accidentellement (le parasitisme vrai nécessite l’ingurgitation d’une fourmi parasitée), mais il est possible d’en trouver des œufs en transit dans les selles. Ceci est lié à la consommation de foies parasités (tripes, tranches de foie ou pâtés contenant du foie de bœuf ou de mouton). Ces œufs peuvent alors être nombreux.

260Les strongylidés, quant à eux, présentent un cycle variable selon les espèces. Ils parasitent de nombreuses espèces animales, parmi lesquelles le chien, le chat, le porc, l’homme, ainsi que les herbivores.

Les affections parasitaires

261L’infestation par de tels parasites n’est pas sans conséquences parfois graves pour l’homme.

262L’ascaridiose est asymptomatique en cas de faible infestation. Dans le cas contraire, elle devient responsable d’une symptomatologie sonore, et se traduit par une obstruction de l’intestin due à des amas de vers. Il s’en suit une compression vasculaire pouvant par ailleurs entraîner une ischémie et une nécrose de la paroi intestinale, voire la mort si une occlusion survient.

263Pour la trichocéphalose, l’infestation peu importante reste, dans la majorité des cas, asymptomatique. Les symptômes apparaissent en cas d’infestation par plusieurs centaines voire quelques milliers de vers : ce sont principalement des troubles digestifs tels que douleurs abdominales, diarrhées, constipation, flatulences, nausées, vomissements, mais aussi asthénie.

264La fasciolose entraîne des signes cliniques variés avec malaise digestif, nausées, diarrhées, fièvres et douleurs hépatiques.

265La dicrocœliose ne présente aucun symptôme si l’infestation n’est pas massive. Dans le cas contraire, l’état général est plus ou moins altéré avec asthénie, anorexie, amaigrissement associé à des troubles digestifs (diarrhée, constipation, douleurs), fièvre inconstante, céphalées, toux.

266In fine, la présence de nombreux parasites dans les échantillons analysés indique que les occupants de l’îlot, qu’ils soient laïcs ou religieux, étaient probablement parasités et pouvaient souffrir des mêmes pathologies invalidantes citées ci-dessus, leur hygiène de vie, sans doute précaire, favorisant l’entretien du cycle de certains vers et la contamination des populations par de tels parasites. La présence d’Ascaris sp., Trichuris sp. et de Fasciola sp.au XIIIe s. (LAT 211) et au XVIIIe s. (LAT 215) semble indiquer une relative constance dans les infections parasitaires attestées sur le site. Toutefois, l’absence de certains parasites (Dicrocœlium sp. et strongylidés) dans les niveaux d’utilisation des latrines des religieuses de la Congrégation Notre-Dame (LAT 215) pourrait témoigner d’une amélioration des conditions de vie au couvent, comme par exemple l’abandon de la promiscuité entre humains et animaux susceptibles d’être infectés, ou l’adoption d’un régime alimentaire différent de celui de la population médiévale.

3.2.4.2. La céramique de l’officine de pharmacie

Yves Henigfeld

  • 69 Cf. supra chap. 3.2.1.
  • 70 Cf. infra chap. 3.2.4.3.

267Les récipients de pharmacie proviennent vraisemblablement de l’officine du couvent. Ils sont représentés par 595 fragments correspondant à un nombre minimum de 42 individus [tabl. XXVIII]. À une exception près (1 fragment issu du puits PUI 212), ils sont issus des niveaux de comblement de la fosse FOS 279 (US 7369 : 7 individus) et des latrines LAT 215 (US 7069 : 34 récipients). Ces deux structures ont par ailleurs livré de la vaisselle en quantité abondante69 ainsi qu’une belle collection de verres à usage pharmaceutique70.

tabl. XXVIII

Quantification en nombre minimum d’individus des récipients de pharmacie en céramique classés par structure, par fonction et par groupe technique
(Bglc : blanche à glaçure sur cru ; F : faïence ; ind. : indéterminé ; R : rouge ; Rglc : rouge à glaçure sur cru ; – : aucun élément).
Quantification in minimum number of individuals of the pottery pharmacy containers classified by structure, by function and by technical group
(
Bglc: glaze on unbaked white ware ; F: faïence ; ind. indeterminate ; R: red ; Rglc: glaze on unbaked red ware ; – :no element present).

FOS 279

LAT 289

PUI 212

total

pots à onguent

1 (Rglc)

1 (ind.)

1 (Rglc)

3

piluliers

2 (Rglc), 1 (R)

1 (Rglc), 2 (Rglc), 4 (F)

10

albarelles

1 (Bglc), 2 (F)

3 (R), 1 (Rglc / F), 2 (Bglc), 14 (F)

23

pot-canon

1 (F)

1

chevrettes

5 (F)

5

total

7

34

1

42

268Retrouvés dans un état de conservation remarquable, ces objets en faïence ou en céramique plombifère sont principalement composés d’albarelles et de piluliers. D’un point de vue chronologique, les quelques récipients provenant de la fosse FOS 279 [fig. 123] sont attribuables à la fin de la phase E1. Les objets issus de LAT 215 et PUI 212 [fig. 124-127] correspondent à la première phase d’occupation religieuse (phase E2), même si certaines formes peuvent être antérieures.

Les pots à onguents ?

  • 71 D’autres fonctions sont cependant envisageables : dînette, dosettes, mesures à poudre.

269Trois petits récipients, interprétés comme d’éventuels pots à onguents71, proviennent respectivement de la fosse FOS279 [fig. 123 : 1], des latrines LAT 215 [fig. 124 : 1] et du puits PUI 212 [fig. 124 : 2]. Le premier se présente sous la forme d’un fragment d’encolure en céramique rouge à glaçure jaune interne appliquée à cru, le second à un petit pot entier d’aspect gris-marron revêtu d’un dépôt interne et externe et le dernier, à la moitié supérieure d’un récipient en céramique rouge à glaçure jaune sur cru recouvrant intégralement les parois.

fig. 123

Récipients pharmaceutiques issus de la fosse FOS 279, début du XVIIe s. (fin de la phase E1) :
1. pot à onguent ;
2-4. piluliers ;
5-8. albarelles
(Bglc : céramique blanche à glaçure sur cru, F : faïence, R : céramique rouge ; Rglc : céramique rouge à glaçure sur cru).
Pharmaceutical containers from pit FOS 279, early 17th century (late Phase E1) :
1. unguent pot ;
2-4. pill containers ;
5-8. albarellos
(
Bglc: glaze on unbaked white ware, F: faïence, R: red ; Rglc: glaze on unbaked red ware).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

fig. 124

Récipients pharmaceutiques issus du puits PUI 212 (US 7054) et des latrines LAT 215 (US 7069), XVIIe s. (phase E2) :
1-2. pots à onguent ? ;
3-17. piluliers et albarelles.
(Bglc : céramique blanche à glaçure sur cru, F : faïence, R : céramique rouge ; Rglc : céramique rouge à glaçure sur cru, Rgle : rouge à glaçure sur engobe).
Pharmaceutical containers from well PUI 212 (US 7054) and latrine LAT 215 (US 7069, 17th century (Phase E2) :
1-2. unguent pots ? ;
3-17. pill containers and albarellos.
(
Bglc: glaze on unbaked white ware, F: faïence, R: red ; Rglc: glaze on unbaked red ware, Rgle: red ware with glaze on slip).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

Les piluliers et les albarelles

270Il s’agit de pots à pharmacie de forme tronconique ou cylindrique à col étranglé et à base légèrement concave. Les récipients interprétés comme des piluliers se différencient des albarelles, ou albarelli, par leurs dimensions plus réduites et probablement aussi par leur contenu. Comme leur nom l’indique, les premiers contenaient des pilules, mais probablement aussi des substances sèches ou grasses plus ou moins odorantes tels des poudres, des onguents ou des muscs. Les albarelles contenaient quant à elles des corps gras provenant de mélanges de substances résineuses servant de baumes, d’onguents ou de pommades. Les récipients étaient obturés par un matériau souple maintenu par un lien au niveau de l’étranglement du col.

271D’un point de vue quantitatif et technique, les piluliers sont représentés par dix récipients en céramique rouge [fig. 123 : 2], rouge à glaçure sur cru [fig. 123 : 3-4 ; fig. 124 : 3], rouge à glaçure sur engobe [fig. 124 : 4, 6] ou en faïence [fig. 124 : 9-12]. À l’exception d’un récipient qui ne présente qu’une tache de glaçure peut-être accidentelle [fig. 123 : 3], les enduits plombifères recouvrent généralement les surfaces interne et externe. Ils sont de couleur verte, jaune ou marron. Les piluliers en faïence sont faits d’une pâte saumon revêtue d’une fine couche d’émail stannifère blanc décorée au bleu de cobalt. Ils sont ornés de lignes horizontales appliquées au pinceau soulignant les parties supérieures et inférieures des panses. Ces objets présentent de fortes similitudes avec des récipients à usage pharmaceutique retrouvés à Strasbourg (Henigfeld 2005 : pl. 58 : 1-9), à Bâle (Keller 1999 : vol. 1, fig. 110) et à Heidelberg (Lutz et al. 1992 : fig. 192) où ils sont attribués à la seconde moitié du XVIe s. ou à la première moitié du XVIIe s. Leur origine reste en revanche discutée.

  • 72 Deux d’entre eux ne sont pas représentés.

272Les albarelles sont les récipients les mieux représentés. Parmi les 23 exemplaires identifiés, deux sont en céramique blanche à glaçure verte interne et externe sur cru [fig. 123 : 5 ; fig. 124 : 7] et trois sont en céramique rouge dépourvue de glaçure [fig. 124 : 5]72. Leur hauteur totale et leurs profils sont variables.

273Une céramique [fig. 124 : 8] se distingue par ses dimensions plus importantes et par le fait qu’elle soit recouverte dans sa partie interne d’une glaçure plombifère vert foncé, et en surface externe d’une glaçure stannifère bleue. Elle présente en outre la particularité de porter, gravée sur son assise inférieure, une marque composée d’une croix associée à ce qui pourrait correspondre à une lettre.

274À côté de ces récipients, les albarelles en faïence sont, avec 16 exemplaires, les mieux représentées [fig. 123 : 6-8 ; fig. 124 : 13-17 ; fig. 125 : 1-8]. Leurs dimensions oscillent entre 10,7 et 22,7 cm de hauteur, 7,5 et 10,8 cm de diamètre à l’ouverture et 5 et 10 cm à la base. Comme pour les piluliers à bandes bleues, il s’agit de céramiques à pâte saumon revêtues d’un émail stannifère blanc décoré au pinceau. Deux types de motif peuvent être distingués : les décors formés de lignes horizontales [fig. 123 : 8 ; fig. 125 : 13-17] et les décors associant des lignes horizontales à des lignes ondées entrecroisées, à des points, à des arabesques ou à des motifs végétaux stylisés [fig. 123 : 7 ; fig. 125 : 1-8]. Tous les motifs sont bleus, à l’exception d’un récipient [fig. 125 : 8] qui se distingue des autres objets par un émail plus épais, de meilleure qualité, et un décor polychrome bleu et jaune. Il s’agit probablement d’une albarelle dans le style à motif « a foglie » ou « à la feuille », dont la production est attestée à Lyon dans la seconde moitié du XVIe s. (Horry 2001 : 171, fig. 15, n°14).

fig. 125

Récipients pharmaceutiques en faïence issus des latrines LAT 215, xviie s. (phase E2) :
1-8. albarelles ;
9. pot-canon.
Faïence pharmaceutical containers from latrine LAT 215, 17th century (Phase E2):
1-8. albarellos;
9. cannon pot.

© Y. Henigfeld, P. Girard / photos F. Schneikert.

  • 73 Cf. supra chap. 3.2.1.1.
  • 74 Cette hypothèse, qui revient à Jean Rosen, mériterait d’être validée par des analyses physico-chimi (...)

275L’origine des piluliers et des albarelles à décor bleu est moins certaine. Il est possible que ces produits proviennent, au même titre que les bols à deux anses ornés du symbole « IHS »73, de l’atelier de la Rue-Basse à Clerval dans le Doubs (Blanc 1996 ; Rosen 2000)74.

Le pot-canon

276Un exemplaire isolé de pot-canon, dont la provenance reste à déterminer et qui permettait sans doute de conserver des produits de type onguent, baume ou électuaires, a par ailleurs été retrouvé dans la fosse LAT 215 [fig. 125 : 9]. Il s’agit d’une céramique à pâte saumon recouverte d’un épais émail stannifère blanc décoré au pinceau d’une frise végétale bleue et jaune. Sa forme est globalement comparable à celle des albarelles mais s’en différencie par une base convexe fixée sur un pied.

Les chevrettes

277La chevrette, appelée ainsi en raison du bec verseur qui évoque la corne d’une chèvre, correspond à une des formes emblématiques des récipients utilisées en apothicairerie. Elle est habituellement utilisée pour contenir des substances liquides ou semi-liquides de type sirop ou miel et était probablement obturée par une matière souple maintenue par un lien au niveau de l’encolure.

  • 75 L’une d’elle n’est pas dessinée.

278Au nombre de cinq75, les chevrettes sont des récipients à corps ovoïde, resserrés à leur base pourvues d’une anse verticale diamétralement opposée à un bec tubulaire relié à l’encolure par un anneau [fig. 126 ; fig. 127]. Tous ces récipients sont ornés d’un décor peint à dominante végétale. Les chevrettes n° 7069.141, n° 7069.142 [fig. 126] et n° 7069.145 (non dessinée) sont techniquement (pâte saumon, finesse de l’émail) et stylistiquement (motifs) comparables aux albarelles décorées au bleu de cobalt. Aussi est-on tenté de leur attribuer une même origine (atelier de Clerval ?). L’une d’elles [fig. 126 : 2] présente la particularité d’être ornée d’une grande fleur de lys de couleur marron peinte sur la panse au droit du bec verseur. L’origine de la chevrette n° 7069.173 [fig. 127 : 1], ornée de feuilles de vigne et de grappes de raisin bleues et jaunes est plus incertaine. En revanche, le récipient n° 7069.144 [fig. 127 : 2], présente, au même titre que l’albarelle n° 7069.176 [fig. 125 : 8], un motif « a foglie » bleu et jaune dont la production est attestée à Lyon dans la seconde moitié du XVIe s. (Horry 2001 : 171). Il se distingue également des autres formes par un pied plus étroit.

fig. 126

Chevrettes en faïence, xviie s. (phase E2).
Faïence chevrette, 17th century (Phase E2).

© Y. Henigfeld, P. Girard / photos F. Schneikert.

fig. 127

Chevrettes en faïence issues des latrines LAT 215, xviie s. (phase E2).
Faïence chevrette from latrine LAT 215, 17th century (Phase E2).

© Y. Henigfeld, P. Girard / photos F. Schneikert.

Synthèse

279La fouille a livré un répertoire relativement complet de récipients pharmaceutiques attribuables à la seconde moitié du XVIe s. et au XVIIe s. (pots à onguent, piluliers, albarelles, chevrettes). Il est pour l’essentiel composé de faïences bleues dont l’origine est peut-être attribuable à l’atelier de Clerval dans le Doubs. L’hypothèse de céramiques provenant d’ateliers lyonnais paraît cependant plus assurée, au moins pour une albarelle et une chevrette décorées « a foglie ».

280Avec une quarantaine d’objets individualisés, cet ensemble exceptionnel de céramiques pharmaceutiques reste relativement modeste en comparaison de l’abondante verrerie.

3.2.4.3. La verrerie de l’officine de pharmacie

Hubert Cabart

281Comme la céramique, les objets pharmaceutiques en verre proviennent essentiellement de la fosse-latrines LAT 215, qui contenait 256 bouteilles, 111 coupelles et plusieurs fragments d’albarelles et d’alambics [tabl. VIII]. Près d’une quarantaine d’objets (35 bouteilles, fioles et flacons, et 4 coupelles) ont par ailleurs été mis en évidence dans la fosse FOS 279. Le mobilier issu de ces deux structures [fig. 128-131], qui ont peut-être fonctionné simultanément, provient vraisemblablement de l’officine de pharmacie des religieuses. Un seul objet (une albarelle de teinte bleue) est issu d’une fosse (LAT 289), attribuée à une phase antérieure à l’arrivée des sœurs [fig. 128 : 7].

tabl. VIII

Nombre minimum d’individus (NMI) des objets en verre identifiés dans la fosse FOS 279 et la latrine LAT 215.
Minimum Number of Individuals (NMI) for identified glass objects from pit FOS 279 and latrine LAT 215.

FOS 279
(US 7369)

LAT 215
(US 7069)

total

verre à boire

367

26

393

bouteille

35

256

291

coupelle

4

111

115

total

406

393

799

Les petites coupes à pied

282Ces récipients [fig. 128 : 1-5], dont l’usage reste méconnu, sont très nombreuses (115 exemplaires) et semblent spécifiquement attestées dans l’est de la France. En Île-de-France, les exemples sont rares, contrairement à la Franche-Comté, où elles sont signalées à Besançon (Guilhot, Munier 1990 : n° 37-38), à Montbéliard (Cantrelle et al. 2000 : 186-189) et à Chatrices (Jannin 1990 : fig. 3, n° 51). Un exemplaire a par ailleurs été mis au jour à Delft (Henkes 1994 : 233, n° 50.6). En Angleterre, cette forme de coupe n’est pas inconnue, mais le pied en est plus élevé (Willmott 2002 : 92-93). Par ailleurs, un morceau d’assiette ou de coupelle sans pied [fig. 128 : 6] devait remplir la même fonction.

fig. 128

Coupelles, albarelles et chapiteau d’alambic, XVIIe s. (phase E2), issus :
1-4, 6, 8-11 : des latrines LAT 215 ;
5 : de la fosse FOS 279 ;
7 : des latrines LAT 289.
Cups, albarellos and alembic cover, 17th century (Phase E2), from :
1-4, 6, 8-11: latrine LAT 215 ;
5: pit FOS279 ;
7: latrine LAT 289.

© Y.Henigfeld, H. Cabart, P.Girard.

Les albarelles

  • 76 Cf. supra chap. 3.2.4.2.

283Ces objets correspondent à des pots à pharmacie attestés dans la fosse LAT 289 [fig. 128 : 7] et dans la fosse LAT 215 (US7069, n° 8-10) et sont morphologiquement comparables aux piluliers ou albarelli en céramique plombifère ou en faïence découverts dans la fosse LAT 21576. De forme cylindrique à fond presque plat, ils sont caractérisés par un col étranglé, destiné à permettre la fermeture par une matière souple et un lien (Du Pasquier 2005 : 124). Certains exemplaires en verre peuvent être décorés « a fili », autrement dit à filigranes parallèles (Lhermitte 2006 : 32, n° 58). Ils servent à conserver les produits pharmaceutiques solides ou visqueux (baumes ou onguents). Comme pour les bouteilles, leurs tailles sont variables. Ce type d’objet est régulièrement présent dans les niveaux archéologiques datés des XVIe-XVIIe s. au Louvre (Barrera 1993 : 368), l’hôpital Saint-Nicolas de Metz (Cabart 1996 : 123-124, notice 183), à Besançon (Guilhot, Munier 1990 : 163 et fig. 10), à Montbéliard (Cantrelle et al. 2000 : 97, fig. 78), à Strasbourg (Waton 1990 : 43, fig. 10, n° 78) et à Heidelberg (Huwer, Prohaska-Gross 1992 : 137). D’autres exemples sont présentés dans des catalogues d’exposition (Foy, Sennequier 1989 : n° 375-376) et des catalogues de vente (Bellanger 1999 : n° 417).

Le chapiteau de distillation

284Cet objet correspond à la partie supérieure d’un appareil de distillation [fig. 128 : 11]. Il était placé au-dessus du récipient appelé « cucurbite », qui contenait le mélange à distiller, l’ensemble formant l’alambic. La structure en contenait plusieurs exemplaires fragmentaires. On reconnaît le bouton de préhension, une partie de la gouttière où les vapeurs viennent se condenser et des tessons du long tube incliné, ou « escheneau », voué à faire couler le liquide dans le réceptacle (Rouaze, Trombetta 1985 : 37). Dans ses travaux, Nicolas Thomas présente de nombreux exemples de chapiteaux antérieurs ou contemporains, en verre mais aussi en céramique (Thomas 1998 : 24-29 ; Thomas 2009b : fig. 3-7). Ces appareils permettent la production d’alcool à partir de vin rouge ou de fruits fermentés, mais aussi à partir d’essences de fleurs (rose, lavande…), de plantes aromatiques ou médicinales. Les alambics retrouvés en fouille semblent de petite capacité, car probablement réservés à une distillation en contexte domestique. C’est le cas notamment des exemplaires trouvés dans la cour Napoléon du Louvre (Rouaze 1992 : 105) et sur le site de la rue des Juifs à Strasbourg (Foy, Sennequier 1989 : 336). Au Louvre, les chapiteaux étaient accompagnés de céramiques spécialisées permettant la fabrication de produits divers (Rouaze 1992 : 115).

Les bouteilles, fioles et autres flacons

285On dispose de toute une gamme de formes fermées, avec une grande variété de tailles et de capacités, depuis les toutes petites bouteilles retrouvées intactes jusqu’aux bonbonnes et dames-jeannes en verre épais [fig. 129-131]. Cette collection, composée de 291 objets individualisés, est la plus importante en nombre et en qualité mise au jour en France depuis les fouilles de la cour Napoléon du Louvre à Paris. Les formes les plus fréquentes sont les bouteilles à panses sphériques plus ou moins aplaties et les flacons carrés, généralement d’épaisseur très mince, souvent inférieure au millimètre. Ces bouteilles étaient peut-être clissées, mais on n’en a pas la preuve. Les capacités estimées vont de quelques millilitres à plusieurs litres. On remarque que ces objets n’ont jamais de pied et qu’aucun col n’est muni de bague (filet de verre permettant de fixer le bouchon par un lien). Certains récipients de grande taille, telle la très grosse bouteille en verre épais et à panse aplatie [fig. 129 : 1], n’ont pas été repris au pontil. La panse porte alors des traces de griffes qui correspondent aux mâchoires d’une pince destinée au transport de la pièce terminée dans l’arche de recuisson. Une bouteille identique est signalée à Nimègue (Henkes 1994 : n° 51.13), et une autre dans les fouilles du Louvre (Barrera 1993 : 366).

fig. 129

Bouteilles, XVIIe s. (phase E2), issues :
1-2, 4-6. des latrines LAT 215 ;
3. de la fosse FOS 279.
Bottles, 17th century (Phase E2), from :
1-2, 4-6.  latrines LAT 215 ;
3.  pit FOS 279.

© H. Cabart, P. Girard.

286Les cols de ces grosses bouteilles en verre épais verdâtre sont simplement coupés, sans autre finition [fig. 129 : 1-2]. Aucune bouteille biconique de tradition allemande n’est présente, à l’exception toutefois d’un fragment de goulot de Kuttrolf, peut-être d’origine germanique [fig. 129 : 3].

287Trois bouteilles à fond ovale et à panse aplatie sont reconstituées [fig. 129 : 4-6]. Deux autres sont presque entières [fig. 130 : 1-2]. Les panses sont toujours très minces, ce qui complique le tri et la restauration. Ce type de forme existe déjà au XVIe s. (Cabart 1985 : 35 ; Cabart 1990 : 133 ; Cabart 1992 : 119-120 ; Barrera 1993 : 369). Il est d’ailleurs attesté dans la fosse LAT 288 [fig. 98 : 23]. Ce type de récipient est utilisé pour contenir toutes les sortes de liquides, tandis que les bouteilles épaisses en verre foncé, employées pour le transport et la conservation du vin, ne seront pas fabriquées avant la fin du XVIIe s. (Cantrelle et al. 2000 : 95).

fig. 130

Bouteilles issues des latrines LAT 215 (US7069), XVIIe s. (phase E2).
Bottles from latrine LAT 215 (US 7069), 17th century (Phase E2).

© H. Cabart, P. Girard.

288Cinq bouteilles à panse carrée ont pu être reconstituées. Les bouteilles moyennes ont une panse extrêmement mince [fig. 130 : 3-6]. Au Louvre, les flacons grossièrement carrés n’apparaissent pas avant le XVIIe s. (Barrera 1993 : 367). Leur forme permet de les ranger dans des caisses en bois (Mc Nulty 1971 : 110, fig. 21).

289La collection comporte également neuf petites bouteilles dont la panse est sphérique et le fond refoulé [fig. 131 : 1-9]. La fosse LAT 215 comportait par ailleurs de nombreux autres cols de bouteilles ou de flacons [fig. 131 : 21-28]. De même, la fosse FOS279 a livré des encolures de petits récipients correspondant à des formes particulières [fig. 131 : 29-31].

fig. 131

1-30. Bouteilles, fioles et flacons issus des latrines LAT 215 (US 7069), XVIIe s. (phase E2) ;
31-32. autres objets en verre provenant de la fosse FOS 279 (US 7369).
1-30. Bottles, phials and flasks from latrine LAT 215 (US 7069), 17th century (Phase E2) ;
31-32. other glass objects from pit FOS 279 (US 7369).

© H. Cabart, P. Girard.

290À quoi pouvait servir la verrerie retrouvée dans le dépotoir de l’officine ? Une prescription d’apothicaire, datant de 1613, conservée aux Archives départementales des Vosges et récemment publiée (Diedler 1997), nous renseigne sur la pharmacie du XVIIe s. en Lorraine. Les remèdes à base de plantes étaient constitués de « fioles de siropt », de « pots de tizeanne », d’infusion et de gargarisme. On se soignait aussi à l’aide de « tasses de cerizes conficttes » et même des dragées de Verdun… Ce sont vraisemblablement ces objets, qui pouvaient également être en céramique, qui ont été retrouvés en grand nombre dans les fosses FOS 279 et LAT 215.

3.2.4.4. Les vases de nuit en céramique

Yves Henigfeld

  • 77 22 fragments de faïence blanche appartenant vraisemblablement à des vases de nuits ont par ailleurs (...)

291Curieusement, le nombre de vases de nuit ou de récipients pouvant être considérés comme tels est réduit. Ils ne sont en effet représentés que par deux objets complets provenant des unités stratigraphiques de comblement US 7057 et US 7070 du puits PUI 212 [fig. 132]. Le premier [fig. 132 : 1] est en céramique rouge à glaçure jaune interne appliquée à cru. Il s’agit d’un récipient à base concave, panse globulaire et lèvre éversée pourvu d’une anse latérale. Le second [fig. 132 : 2] est en céramique rouge, décorée à l’engobe dans sa partie interne. Le motif est composé de deux lignes ondées blanches appliquées au barrolet sur une glaçure de couleur marron. Ce vase est plus grand et moins globulaire que le précédent. Leur contexte permet d’attribuer ces deux céramiques77 à la phase E2.

fig. 132

Vases de nuit issus du puits PUI 212, XVIIe s. (phase E2) :
1. céramique rouge à glaçure sur cru ;
2. céramique rouge glaçurée décorée à l’engobe.
Chamber pots from well PUI 212, 17th century (Phase E2) :
1. glaze on unbaked red ware ;
2. glazed red ware decorated with slip.

© Y. Henigfeld, P. Girard.

3.2.4.5. Un verre de lunette et une embouchure de trompe en verre

Hubert Cabart

292Issus de la fosse LAT 215, deux fragments en verre attribuables au XVIIe s. peuvent être présentés parmi les objets utilisés pour se soigner. Il s’agit en l’occurrence d’un verre de lunettes et d’une embouchure de trompe [fig. 133].

  • 78 Remerciements à Mme Lurquin, opticienne à Hagondange (Moselle), qui a réalisé les mesures de conver (...)

293Le morceau de verre de lunettes correspond à un verre correcteur biconvexe, de forme ovale, découpé par meulage et rectifié au grugeoir [fig. 133 : 1]. La mesure de sa convergence a donné + 3,75 (+ 0,75) dioptries, ce qui signifie que ce verre était destiné à corriger la presbytie ou l’hypermétropie. Dans le cas d’un presbyte, la maladie évoluant avec l’âge de façon régulière, on peut supposer que le sujet corrigé avait une soixantaine d’années. La mesure (+ 0,75) indique une différence de convergence suivant deux méridiens perpendiculaires. Ce type de verre serait utilisé de nos jours pour la correction de l’astigmatisme. Mais puisque la découverte de cette affection ne date que du XIXe s., cette différence de convergence est à interpréter dans le cas présent comme un défaut de fabrication, mis en évidence par la sensibilité des appareils modernes de mesure78. Les lunettes apparaissent au XIVe s. et sont bien attestées au XVIIe s. (Margolin, Biérent 1988). Elles sont de plus en plus fréquemment trouvées lors de fouilles, comme à Meaux (Cabart 1992 : 119) ou à Besançon (Guilhot, Goy 1992 : 384).

294Un objet indéterminé qualifié de « sorte de grattoir » trouvé à Landévennec pourrait correspondre un demi verre correcteur (Le Noac’h 2004 : 180).

295L’embouchure de trompe en verre foncé est ornée de filets blancs [fig. 133 : 2]. Cette forme particulière, dont le musée de Metz possède un exemplaire, est datable des XVIe-XVIIe s. Des fragments comparables ont été découverts sur le site de la verrerie thiérachienne de Follemprise (Degousée et al. 2004 : 34), sur les sites castraux de Richardménil et de Pompey (Meurthe-et-Moselle) et sur le site de l’abbaye de Morimond (Haute-Marne) (Gelé 2007 : 73). À l’occasion d’une découverte bruxelloise, les archéologues belges ont fait l’inventaire des nombreuses pièces trouvées en Belgique (Fontaine 2001 : 234). Des exemplaires entiers sont parfois proposés à la vente (Bellanger 1999 : n° 348). Saint-Nicolas-de-Port serait l’un des centres de production de ces objets, qui auraient été utilisés au XVIIe s. pour les inhalations et fumigations de la fumée de tabac, considérées comme curative (Bellanger 1988 : 315 et 453).

fig. 133

Fragments issus des latrines LAT 215, XVIIe s. (phase E2) :
1. verre de lunettes ;
2. trompe.
Fragments from latrine LAT 215, 17th century (Phase E2) :
1. spectacle glass ;
2. horn.

© H. Cabart, P. Girard.

3.2.5. Les autres aspects du quotidien

3.2.5.1. Les accessoires vestimentaires et de parure

Philippe Kuchler

Les éléments de ceinture

296Attribués à la phase D (XIVe-XVe s.), ils sont représentés par une boucle circulaire et son ardillon en fer, un mordant en alliage cuivreux, un fragment de lanière en cuir munie de deux barrettes en alliage cuivreux et un objet moulé composite [fig. 134 : 1-4].

fig. 134

Accessoires vestimentaires et de parure :
1-5. XIVe-XVe s. (phase D) ;
6, 8-9. XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1) ;
7, 10. XVIIe s. (phase E2).
Clothing accessories and personal ornamentation :
1-5. 14th-15th century (Phase D) ;
6, 8-9. 16th century – early 17th century (Phase E1) ;
7, 10. 17th century (Phase E2).

© H. Cabart, J. Gelot, P. Girard.

297D’un diamètre compris entre 34 et 42 mm et d’une épaisseur de 5 mm, la boucle de ceinture ou fermail [fig. 134 : 1], en forme de broche, est destinée à maintenir fermé le vêtement du dessous et se porte au niveau de l’épaule ou de la poitrine (Dupond et al. 1992 : 95-96). Long de 41 mm et large de 9 mm, le mordant de ceinture [fig. 134 : 2] est constitué d’une feuille de métal repliée (épaisseur maximale égale à 4 mm) pour être fixée, avec l’aide de trois rivets, sur une lanière de cuir. D’une largeur de 15 mm, le fragment de ceinture (ou de courroie) en cuir [fig. 134 : 3], conservé sur une longueur de 53 mm, est muni de deux barrettes rivetées de forme rectangulaire (18 x 5 mm) dont l’une présente un orifice central. D’une longueur totale de 58 mm, le quatrième objet [fig. 134 : 4] est composé de deux anneaux circulaires en alliage cuivreux (diam. : 17 mm ép. : 4 mm) reliés par une barrette rivetée en fer large de 12 mm et épaisse de 2 mm. L’un des anneaux est semi-cylindrique à son extrémité – celle-ci est pourvue d’une fente destinée à recevoir l’ardillon aujourd’hui disparu, ce qui permet d’identifier l’objet en tant que boucle de ceinture.

Les paillettes

298Quatre éléments de décoration vestimentaire en alliage cuivreux, identifiés comme des paillettes, ont été mis en évidence lors des deux campagnes de fouille. Tous attribués à la phase D, ils devaient être originellement rivetés sur du cuir. Deux paillettes quadrilobées (n° 1037.24 et n° 2015.19, non dessinées), d’une largeur comprise entre 16 et 17 mm, ont été façonnées à partir d’une feuille de métal découpée d’une épaisseur d’un millimètre environ, la première étant perforée au centre et la seconde décorée d’un liseré estampé. Provenant du comblement supérieur des latrines LAT 258 (US 7266), une troisième paillette (non dessinée), de taille similaire, présente une forme en L décorée de lignes perpendiculaires traitées en relief. Quant à la dernière paillette [fig. 134 : 5], elle est en forme de croix pattée à décor perlé, de 15 mm de côté et de 1 mm d’épaisseur.

Les broches

299Deux accessoires d’habillement particuliers [fig. 134 : 6-7] ont été interprétés comme des broches, en raison notamment de leur système d’accroche situé au revers. Attribuables à la phase E, ces objets en alliage cuivreux d’une épaisseur de 1,2 mm, conservés sur une longueur et une largeur comprises entre 24 et 26 mm et entre 19 et 25 mm, sont ornés de décors végétaux et peut-être d’un blason.

Les boutons

300Les deux seuls boutons découverts sur le site de l’îlot du palais de justice ont été fabriqués en verre noir opaque et sont datés de la fin du XVIe s. [fig. 134 : 8]. Ne dépassant pas 5 mm de diamètre, ils sont munis d’une petite patte en fer qui permet de les fixer au vêtement.

Les perles

301Peu d’objets de parure ont été mis au jour sur ce site. Tout au plus peut-on ici mentionner trois perles en verre jaunâtre très dense, peut-être au plomb, de quelques millimètres de diamètre [fig. 134 : 9] et une perle en jais soigneusement façonnée [fig. 134 : 10]. Cette dernière, de grandes dimensions, présente six faces décorées chacune d’un motif en bouton, et est percée d’un trou en son centre. Découverte dans les latrines utilisées par les sœurs de la Congrégation Notre-Dame au cours du XVIIe s. (LAT 215, phase E2), elle pourrait appartenir à une parure portée par l’une des religieuses du couvent.

3.2.5.2. Les objets de filage et de couture

Philippe Kuchler

Une aiguille à chas

  • 79 Hypothèse suggérée par Vincent Legros, ingénieur de recherche au SRA de Picardie, que nous remercio (...)

302Une aiguille en bronze [fig. 135 : 1] provient d’un comblement d’utilisation des latrines LAT 258 aménagées au cours de la phase D (XIVe-XVe s.). Elle est munie d’un chas qui présente la particularité d’être situé à proximité de la pointe dont la largeur passe à cet endroit de 2 à 3 mm. La tête de l’aiguille, de forme rectangulaire, est quant à elle caractérisée par la présence de deux crochets symétriques. En l’absence d’éléments de comparaison, l’usage précis de cet outil reste méconnu. Toutefois, l’aménagement d’un chas à proximité de la pointe, et de deux crochets en partie distale est notamment caractéristique d’une aiguille utilisée pour la fabrication de dentelles79.

Les dés à coudre

303Trois dés à coudre en alliage cuivreux ont été découverts sur le site. Les deux plus anciens (n° 4075.019, n° 7557.30.01) proviennent de niveaux de construction attribués à la phase D (XIVe-XVe s.), tandis que le plus récent (n° 5029.052) est issu d’un remblai de destruction rattaché à la phase F (XVIIIe s.).

304De forme légèrement évasée, les deux dés à coudre médiévaux possèdent un diamètre d’ouverture similaire (16 mm) mais une hauteur inégale (respectivement 15,5 mm et 21 mm) qui résulte du traitement différencié de leur partie sommitale, ouverte pour le premier (non dessiné), fermée pour la seconde [fig. 135 : 2]. Ces dés sont marqués sur leur surface externe de lignes parallèles de points obtenus au poinçon. La base de l’objet n° 4075.019 est soulignée d’un simple liseré excisé, celle du dé n° 7557.30.01 présente un décor répétitif de motifs géométriques (ovales et losanges enchevêtrés). Ces objets de couture se rapprochent typologiquement d’un dé à coudre retrouvé à Neuilly-en-Thelle (Oise) dans un contexte du XIVe s. (Legros 2001 : 44-45).

fig. 135

Accessoires de couture et de filage :
1. aiguille, XIVe-XVe s. (phase D) ;
2. dés à coudre, XIVe-XVe s. ;
3. dés à coudre, XVIIIe s. (phase F) ;
4. fusaïole, XIIIe s. (phase C) ;
5. fusaïole, XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1) ;
6. poinçon de métier à tisser, XIVe-XVe s. (phase D) ;
7-8. bobines ?, XVIIe s. (phase E2).
Sewing and spinning accessories :
1. needle, 14th-15th century (Phase D) ;
2 thimble, 14th-15th century ;
3. thimble, 18thcentury (Phase F) ;
4. spindle whorl, 13th century (Phase C) ;
5. spindle whorl, 16th century – early 17th century (Phase E1) ;
6. weaver’s awl, 14th-15th century (Phase D) ;
7-8. bobbins ?, 17th century (Phase E2).

© J. Gelot, P.Girard.

305Outre des dimensions plus importantes (haut. : 24 mm ; diam. : 17 mm), le dé à coudre plus récent [fig. 135 : 3] se distingue des premiers par sa partie sommitale plus bombée et sa forme plus droite. Le traitement de son décor est cependant identique à l’objet n° 4075.019. Des exemples similaires, attribués aux XVIIe-XVIIIe s., ont été découverts sur le site conventuel des Visitandines à Chalon-sur-Saône (Andriot 1993 : 225-226).

Les fusaïoles

306Au nombre de deux, les fusaïoles du site de l’îlot du palais de justice [fig. 135 : 4-5] présentent des caractéristiques similaires malgré leurs différences chronologiques. En effet, l’objet n° 7120.008 (20 x 12 mm) provient d’un niveau d’occupation appartenant à la phase C (XIIIe s.) alors que l’élément n° 7543.004 (17 x 11 mm) reposait sur un sol de cave de la phase E1 (XVIe – début du XVIIe s.). De forme circulaire à profil arrondi voire légèrement biconique (n° 7543.004), elles sont fabriquées en céramique à pâte blanche recouverte d’une glaçure jaune (n° 7120.008) ou verte (interne et externe pour le n° 7543.004). Le diamètre de leur perforation, à profil conique, varie de 7 à 8 mm selon les extrémités. Malgré un poids compris entre 2,6 g (n° 7543.004) et 4,3 g (n° 7120.008), il s’agit sans aucun doute de fusaïoles, d’après des exemples similaires découverts à Artolsheim (Haut-Rhin) datés des XVe-XVIe s (Schnitzler 1990 : 403). En raison de leur finesse et de leur légèreté, elles ne pouvaient servir qu’à l’élaboration d’un fil fin.

Un poinçon de métier à tisser

307Façonné à partir d’un os long de mammifère, cet objet asymétrique présente un côté spatulé muni une petite encoche en son milieu, et un corps effilé se terminant en pointe [fig. 135 : 6]. Attribué à la phase D (XIVe-XVe s.), il correspond sans doute à un poinçon de métier à tisser dont l’extrémité large permet de sélectionner et de tirer le fil, et dont l’extrémité pointue sert à le tasser le long des fils de chaîne (Chandeveau 2002 : 54).

Des bobines ?

308Deux objets insolites en os tourné [fig. 135 : 7-8] ont été mis au jour dans le comblement d’utilisation des latrines LAT 215 aménagées au cours de la phase E2 (XVIIe s.). De forme cylindrique, le premier [fig. 135 : 7] est perforé de part en part. Son extrémité supérieure est en saillie au-dessus d’un corps incisé de stries horizontales parallèles alternant petites et grandes largeurs. De forme plus complexe, le second cylindre [fig. 135 : 8] mesure 30 mm de haut. Une ouverture est pratiquée à sa base. L’autre extrémité est fermée par un bouchon à vis surmonté d’un petit bouton de préhension.

309En l’absence d’éléments de référence, l’identification de ces objets reste incertaine. Tout au plus peut-on émettre l’hypothèse de bobines de fil originellement fixées sur un rouet, ou encore de têtes de quenouille. Quoi qu’il en soit, ces objets sont à rattacher à l’activité de filage ou encore aux travaux de couture et de broderie, très prisés par les religieuses de la Congrégation Notre-Dame.

3.2.5.3. Les couteaux

Philippe Kuchler

310Pour les périodes médiévale et moderne, les couteaux sont représentés par un manche en bois décoré (n° 3045.026), deux semelles en os (n° 1055.19, n° 7206.001) et deux lames et soies en fer (n° 4063.175, n° 4106.073).

311D’une largeur et d’une épaisseur maximales respectivement de 17 et 3 mm, les deux lames et soies sont d’inégales longueurs. Attribué à la phase E1 (XVIe s.), un objet [fig. 136 : 1], conservé sur une longueur totale de 85 mm, possède une lame observée sur 30mm de long. La limite entre la lame et la soie est marquée par une épaisseur légèrement moins importante de la tranche de la lame. Elle est ailleurs caractérisée par la présence d’une fine plaque rivetée en alliage cuivreux. L’objet n° 4106.073 mesure quant à lui 103 mm de long, avec une lame bien tranchante conservée sur une longueur de 69 mm. Attribué à la phase E2 (XVIIe s.), ce couteau est pourvu d’une soie de forme aplatie indiquant l’utilisation d’un manche dit « à plates semelles », proche de ceux décrits ci-dessous.

fig. 136

Couteaux :
1. lame, XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1) ;
2. manche, XIIIe s. (phase C) ;
3. manche, XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1).
Knives :
1. blade, 16th century – early 17th century (Phase E1) ;
2. handle, 13th century (Phase C) ;
3. handle, 16th century – early 17th century (Phase E1).

© J.Gelot, P.Girard / F.Schneikert.

312D’une longueur de 96 mm, le plus ancien manche de couteau [fig. 136 : 2], attribué à la phase C (XIIIe s.) est représenté par une semelle en os. Elle était initialement fixée à la soie par trois rivets en fer. Son décor imite les veines du bois. Le manche de couteau le plus récent [fig. 136 : 3], attribué à la phase E1 (XVIe – début du XVIIe s.), est composé de deux semelles en bois encore rivetées sur la soie. Ce manche est incrusté de fils en alliage cuivreux formant un motif de rinceaux. Son extrémité est flanquée d’un disque en fer plaqué d’alliage cuivreux, frappé du millésime 1522.

3.2.5.4. Des éléments métalliques d’huisserie ?

Philippe Kuchler

Un élément de serrure ?

313Découvert dans un remblai de destruction de la phase E2 (US 4106), cet objet métallique de forme rectangulaire est conservé sur une longueur 3,1 cm [fig. 137 : 1]. Sa face externe est caractérisée par une excroissance circulaire originellement localisée au centre de la pièce. Malgré l’absence d’exemples de comparaison, l’hypothèse d’un élément de serrurerie (auberonnière ou entrée de serrure ?) peut toutefois être émise.

fig. 137

Fragments d’éléments métalliques d’huisserie ? XVIIe s. (phase E2) :
1. élément de serrure ? ;
2. fragment de gond ? ;
3. loquet de fermeture de porte ?
Fragments of metal window elements?, 17th century (Phase E2):
1. lock element?;
2. fragment of hinge?;
3. door latch?

© J. Gelot, P. Girard.

Un fragment de gond ?

314Mise au jour dans la même unité stratigraphique que l’objet précédent, cette tige en fer [fig. 137 : 2] de section rectangulaire est conservée sur une longueur de 8,4 cm. L’une de ses deux extrémités a été déformée afin peut-être de permettre sa fixation dans une maçonnerie. En raison de sa fragmentation, la fonction de cet objet reste toutefois énigmatique ; tout au plus peut-on émettre l’hypothèse d’une ferrure d’huisserie, tel un fragment de gond.

Un loquet de fermeture de porte ?

315Prélevé sur un sol en galets localisé en limite méridionale de la zone 4 (US 4053), cet objet en fer [fig. 137 : 3] se compose de deux parties : une plaque de forme ovoïde d’une épaisseur régulière de 8 mm et une tige de section rectangulaire conservée sur une longueur de 7 cm. Une légère dépression marque la limite entre ses deux parties. Sa morphologie rappelle celle d’éléments de fermeture mis au jour sur les sites du château d’Épinal (BUr 2002 : 224) ou encore du Bellé, à Neuilly-en-Thelle (Oise), interprétés comme loquet de porte (Legros 2001 :  49).

3.2.5.5. Les petits récipients, les billes, les pipes, les pots de fleurs, les cache-pots, les pots à oiseaux, un récipient aviforme et un moule d’applique en terre cuite

Yves Henigfeld

316Plusieurs objets en terre cuite à fonction ludique ou pratique provenant de la fosse FOS 279, des latrines LAT 215 et du puits PUI 212 offrent un autre aperçu de la vie quotidienne durant la seconde moitié du XVIe s. et le XVIIe s. Il s’agit d’objets d’agrément (petits récipients, billes et pipes), de pots à plantes, de nichoirs à oiseau et d’un récipient aviforme dont la fonction reste imprécise. Parmi les petits objets inattendus, il faut également mentionner un moule d’applique décorative retrouvé dans le comblement d’une fosse sépulcrale.

Les petits récipients

317Un nombre minimum de dix petits récipients a été découvert dans la fosse FOS 279 (8 objets) et les latrines LAT 215 (2 objets). Les objets complets font une dizaine de centimètres de hauteur. Il s’agit, pour l’essentiel, de pots verseurs [fig. 138 : 1, 2] et de récipients tripodes en céramique rouge ou rouge à glaçure sur cru [fig. 138 : 3-5], associés à un fragment de petite faisselle ou de passoire en céramique rouge [fig. 138 : 6]. Ces petits récipients, que l’on peut interpréter comme des dînettes ou de simples objets à fonction décorative, imitent des récipients de grandes dimensions attestées dans les mêmes structures. Elles remontent à la fin de la phase E1 ou au début de la phase E2, et sont majoritairement antérieures à l’installation des sœurs de la Congrégation Notre-Dame sur l’îlot.

fig. 138

Jouets en céramique issus de la fos 279 (us 7369), début du xvii  s (fin de la phase E1) et des latrines lat 215 (us 7069), xviie s (phase E 2) :
1-2. pots verseurs ;
3-5. récipients tripodes ;
6. fragment de petite faisselle ou de passoire. (R céramique rouge, Rglc céramique rouge à glaçure sur cru).
Pottery toys from pit fos 279 (us 7369), early 17th century (late Phase E1) and latrine lat 215 (us 7069), 17th century (Phase E2):
1-2. pouring jugs;
3-5. tripod containers;
6. fragment of small strainer or sieve. (R red, Rglc glaze on unbaked red ware).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

Les billes

318Quatre billes en terre cuite blanche (diam. : 13 mm) (non dessinées) proviennent du comblement des latrines LAT 215 et sont, par conséquent, vraisemblablement attribuables au XVIIe s.

Les pipes

31933 fragments de pipes en terre blanche correspondant à un nombre minimum de 11 individus ont été découverts dans les latrines LAT 215 (6 individus) et le puits PUI 212 (5 individus). On trouve notamment un fourneau en forme de tête de personnage moustachu [fig. 139 : 1], de faune [fig. 139 : 4] et d’angelot [fig. 139 : 5]. Plusieurs talons estampillés à bords perlés présentent les marques de fabrique « MC » ou « I . E » associées à des motifs végétaux, étoilés, couronnés ou armoriés [fig. 139 : 4-6]. Généralement lisses, les tuyaux sont occasionnellement décorés de palmettes, de fleurs de lys ou de lignes de points [fig. 139 : 3-5]. Quatre fragments de tuyaux présentent la particularité d’être irréguliers [fig. 139 : 6].

fig. 139

Fragments de pipe en terre blanche, xvii  s (phase E2), issus :
1, 3. du puits PUI 212 ;
2, 4-6. des latrines LAT 215.
Fragments of white clay pipe, 17th century (Phase E2), from :
1, 3. well PUI 212 ;
2, 4-6. latrine LAT 215.

© J.Gelot, Y.Henigfeld, P. Girard.

  • 80 Le tableau de Harrington avec les mesures converties en millimètres est notamment reproduit dans De (...)

320Si l’on se réfère au système initié par Jean C. Harrington (1954), le calibre moyen des tuyaux (entre 2,8 et 3 mm) permet d’attribuer une partie d’entre elles au milieu ou au troisième quart du XVIIe s.80. Cette proposition de datation n’est pas en contradiction avec la fourchette chronologique proposée pour plusieurs fragments de pipes comparables découverts au château d’Épinal (Bur 2002 : 149-154). Il s’agit en l’occurrence d’exemplaires portant la marque de fabrique « MC » et de fourneaux à tête de faune, attribués aux années 1640-1670, période durant laquelle les troupes françaises occupent à deux reprises le château.

321Généralement associée à une occupation de type militaire, la présence de fragments de pipe dans un établissement conventuel fréquenté par des religieuses peut a priori surprendre. Elle ne constitue cependant pas une exception, puisque ce type de mobilier est également attesté dans les dépotoirs du couvent des Clarisses à Besançon (Guilhot, Goy 1992 : 347).

Les pots à plantes

322Quatre récipients en céramique rouge parfois revêtus de glaçure verte ont été interprétés, avec réserves pour deux d’entre eux, comme des pots à plantes [fig. 140]. Ils proviennent du puits PUI 212 et des latrines LAT 215 comblés au XVIIe s.

fig. 140

Pots à plantes en céramique, xvii  s (phase E2), issus :
1-3. du puits PUI 212 ;
4. des latrines LAT 215
(R : céramique rouge, Rglc : céramique rouge à glaçure sur cru).
Pottery plant pots, 17th century (Phase E2), from :
1-3. well PUI 212 ;
4. latrines LAT 215
(
R: red, Rglc: glaze on unbaked red ware).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

323Parmi eux, deux grands objets tronconiques à lèvre en bandeau sont pourvus d’anses diamétralement opposées [fig. 140 : 1-2]. L’exemplaire le mieux conservé, dont la base a été perforée avant cuisson, fait 24,5 cm de haut pour une largeur inférieure de 18 cm et un diamètre supérieur de 28,3 cm. L’encolure est ornée de motifs en relief rectangulaires et les anses sont rubanées. Le second récipient, qui fait 28,4 cm à l’ouverture présente, quant à lui, la particularité d’être pourvu d’anses torsadées formées de plusieurs boudins d’argile entrelacés.

  • 81 Des récipients de forme comparable interprétés comme tels sont par exemple attestés à Montbéliard ( (...)

324Si la fonction de ces grands récipients à anse diamétrale paraît assurée81, la fonction des deux autres récipients reste incertaine [fig. 140 : 3-4]. Ils ont été classés par défaut parmi les pots à plantes en raison de la présence de perforations aménagées à leur base avant cuisson. L’un d’eux [fig. 140 : 4] est en outre morphologiquement comparable à nos pots à fleurs actuels.

Les nichoirs à oiseaux

  • 82 Les formes et les dimensions n’ont en effet rien à voir avec les boulins ou « pot à pigeons » des d (...)

325Deux céramiques rouges ornées de bandes peintes blanches parallèles entrecroisées correspondent vraisemblablement à des nichoirs à oiseaux [fig. 141]. Il s’agit de récipients tournés de forme globulaire se terminant en apex. L’objet le plus complet possède une hauteur restituée de 19,5 cm, un diamètre maximal de 14,5 cm et une largeur à la base de 10,4 cm [fig. 141 : 1]. Il est équipé d’une ouverture latérale tubulaire profonde de 4,2cm servant pour l’accueil et l’envol des oiseaux. Compte tenu de son diamètre interne réduit (3,8 cm), il était de toute évidence fréquenté par des volatiles de petite taille82. La base de l’objet est découpée avec, dans la partie sommitale de l’ouverture, une petite encoche permettant de le suspendre verticalement contre une paroi. La découpe en étrier, qui constitue la partie arrière de l’objet, est suffisamment grande (5,7 x 6,9 cm) pour pouvoir y introduire une main. Un certain nombre de fragments d’objets interprétés comme des nichoirs à oiseaux et présentant des caractéristiques globalement comparables ont été mis en évidence sur les sites meurthe-et-mosellans des châteaux de Richarménil et de Pompey où ils sont datés de la seconde moitié du XVIe s. ou du début du XVIIe s. (Huot-Marchand 2007d : 312, fig. 254). Dans le cas d’Épinal, ces céramiques issues du comblement des latrines LAT 215 sont plus vraisemblablement attribuables au XVIIe s.

fig. 141

Nichoirs à oiseaux en céramique rouge issus des latrines LAT 215, XVIIe s. (phase E2).
Red pottery nest box from latrine LAT 215, 17th century (Phase E2).

© Y. Henigfeld, P. Girard.

Un récipient aviforme à fonction indéterminée

326Parmi les formes atypiques mises au jour dans le comblement des latrines LAT 125, il convient de mentionner la présence d’un récipient aviforme en céramique blanche à glaçure polychrome jaune et verte, long de 15,5 cm, haut de 10 cm et large de 8,5 cm [fig. 142]. Cet objet moulé fixé sur un pied représente un cygne à tête couronnée dont le plumage est composé d’un décor végétal stylisé et ajouré intégrant une tête d’angelot. Le fond du récipient présente la particularité d’être orné d’un personnage féminin sommairement vêtu, tenant une tête dans sa main gauche. Cet objet renvoie au répertoire iconographique et ornemental du XVIIe s., époque à laquelle la scène biblique de Judith et Holopherne est souvent représentée. Le fond de la céramique présente également la particularité d’être pourvu dans sa partie centrale d’un trou de 3 mm de diamètre, percé avant cuisson. Il était destiné à servir d’exutoire à un liquide qui s’échappait, via un conduit, par le bec de l’oiseau. Cet objet pour lequel on ne dispose d’aucun élément de comparaison connu n’est pas sans poser des problèmes d’interprétation. L’hypothèse d’un porte-éponge ou d’un récipient servant de présentoir peut être émise sans toutefois pouvoir être vérifiée. Quelle que soit sa fonction, il s’agit d’un objet soigné dans sa forme et sa réalisation, destiné à être vu et ayant, à l’évidence, une dimension ostentatoire.

fig. 142

Récipient aviforme en céramique blanche à glaçure verte et jaune, XVIIe s. (phase E2).
Aviform container in white pottery with green and yellow glaze, 17th century (Phase E2).

© J. Gelot, P. Girard.

Un moule d’applique décorative

327Un dernier objet renvoyant à une activité artisanale a été découvert dans le comblement de la sépulture SEP 112 aménagée durant la phase E2. Il s’agit d’un moule d’applique décorative en terre cuite résultant peut-être d’une activité potière [fig. 143]. Haut de 5,8 cm, large de 5,2 cm, épais de 3,3 cm, il représente en négatif un homme barbu. Dans la mesure où il a été retrouvé en position secondaire dans le comblement d’une fosse d’inhumation, rien ne permet de dater cet objet, si ce n’est qu’il est antérieur à l’aménagement du cimetière dans le courant du XVIIe s.

fig. 143

Moule d’applique décorative en terre cuite issu de la sépulture SEP 112, XVIIe s. (phase E2).
Decorative terracotta mould from grave SEP 112, 17th century (Phase E2).

© J. Gelot, P.Girard.

3.2.5.6. Un fragment d’ardoise orné d’un graffiti

Philippe Kuchler

  • 83 Cf. supra chap. 3.2.1..

328Provenant du comblement d’utilisation des latrines LAT 288, un fragment d’ardoise [fig. 144], conservé sur une longueur de 8,9 cm et sur une largeur de 5,5 cm, présente la particularité d’être orné d’un graffiti figurant le visage de profil d’un bouffon coiffé d’un bonnet à grelots renvoyant à des pratiques culturelles et à un thème iconographique en vogue depuis la fin du Moyen Âge. Si les inscriptions à gauche de la tête restent illisibles, celles situées dans la partie supérieure de l’objet sont identifiables : les chiffres 1 et 5 correspondent sans doute à une date débutant par le nombre 15. Si l’on retient cette interprétation, ce fragment d’ardoise est bien entendu attribuable au XVIe s. (phase E1). Cette proposition de datation coïnciderait d’ailleurs avec les résultats des analyses dendrochronologiques réalisées sur les bois contenus dans les latrines LAT 288, et avec l’étude céramologique83.

fig. 144

Fragment d’ardoise orné d’un graffiti, XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1).
Fragment of slate decorated with graffiti, 16th century – early 17th century (Phase E1).

© J. Gelot, P. Girard.

3.3. La vie spirituelle

329Les données archéologiques et anthropologiques permettent d’évoquer, à des degrés divers, la vie spirituelle des populations au Moyen Âge et d’une communauté religieuse au début de l’époque moderne.

330Si la découverte d’une enseigne de pèlerinage du XIVe s. est à elle seule insuffisante pour préciser la place de la religion dans la population laïque médiévale, l’étude conjuguée du mobilier funéraire et des attributs vestimentaires des sépultures apporte pour sa part de précieuses informations sur les pratiques religieuses d’un couvent de femmes au XVIIe s.

3.3.1. Les objets de piété

3.3.1.1. Une enseigne de pèlerinage du Moyen Âge84

  • 84 Ce chapitre a été rédigé à partir de la notice établie par Denis Bruna (1996) qui a bien voulu reli (...)

331Ramené de leur voyage par les pèlerins, cet objet de piété populaire était porté en médaille, cousu au chapeau ou à un vêtement (Meyer et al. 1995).

  • 85 Collection Van Beuningen (Van Beunigen, Koldeweij 1993 : 137).
  • 86 La Sainte-Face de Lucques (Volto Santo di Lucca, ou « Saint-Voult ») est un crucifix accroché en la (...)

332Découverte lors de la première campagne de fouille dans le niveau de construction du caniveau CAN 160, attribué à la phase D, l’enseigne de pèlerinage d’Épinal [fig. 145], incomplète, est constituée d’une plaquette en alliage plomb-étain (haut. conservée : 46 mm ; ép. : 0,5 mm), décorée sur une face, découpée et estampée. Un trou de fixation est visible dans la partie inférieure droite de l’objet. Elle représente un personnage debout dont la tête et les bras ont disparu, vêtu d’une longue tunique plissée à la base et ornée d’une croix sur la poitrine. De part et d’autre de la figure centrale apparaissent deux personnages. La tête de celui de gauche fait défaut. Une enseigne similaire et mieux conservée85 permet d’identifier la scène représentée, mais également le nom du saint auquel elle se rapporte. Ainsi, la figure centrale correspond-elle au Christ en croix entouré de la Vierge Marie et de saint Jean – ou, plus modestement, de deux orants, ce que l’état de conservation ne permet pas de trancher. En outre, l’enseigne d’Épinal reproduit l’image du « Saint-Voult86 » de Lucques (Italie), qui suscite un important pèlerinage dès le XIe s. Cet objet est toutefois plus récent puisqu’il est attribuable, à partir de critères stylistiques, à la seconde moitié du XIVe s.

fig. 145

Enseigne de pèlerinage, XIVe-XVe s. (phase D).
Pilgrimage banner, 14th-15th century (Phase D).

© J. Gelot, P. Girard.

3.3.1.2. Les objets de piété des religieuses du couvent de la Congrégation Notre-Dame (XVIIe s.)

333Vingt-six sépultures et deux structures d’équipement ont livré un total de 42 objets de piété, qui se répartissent ainsi :

  • 18 médailles de dévotion en alliage cuivreux ;

  • 9 chapelets dont 7 en os (un grain mis en évidence dans le comblement US 7054 du puits PUI 212) et 2 en bois ;

  • 2 croix pattées et 2 crucifix pendentifs en alliage cuivreux, dont 1 découvert dans le comblement US 7069 (LAT 215) ;

  • 5 boîtes en fer déposées sur le thorax du défunt et 1 étui (reliquaire de poche ?) en alliage cuivreux ;

  • 3 Christ crucifiés en alliage cuivreux fixés sur une croix en bois dont un mis au jour dans le remplissage US 7054 (PUI 212) ;

  • 1 chaînette associée aux médailles de la sépulture SEP 136 ;

  • 1 fragment de bénitier en céramique (PUI 212).

334Si l’on ne retient que les objets de piété provenant des inhumations, leur répartition est approximativement similaire entre les sépultures de la chapelle funéraire, au nombre de 21, et du cloître qui en compte 17. La densité des dépôts est sensiblement plus élevée dans la chapelle cependant, puisque qu’environ deux tombes sur trois sont concernées par cette pratique, ce qui n’est pas le cas pour les sépultures du cloître, où seul un tiers des tombes comprend du mobilier funéraire. Peut-être faut-il interpréter la chapelle funéraire comme un lieu d’inhumation privilégié, hypothèse corroborée par le faible nombre de sépultures établies dans cette zone.

Les médailles de dévotion

335Présentes en plus grand nombre dans les inhumations du cloître, les médailles se présentent sous la forme de plaques en alliage cuivreux de formes variées : ovale (11 cas), octogonale (3), heptagonale (2), circulaire (1) et cordiforme (1). Elles sont toutes munies d’une bélière (patte ou trou de suspension) parfois associée à un anneau. Leur taille varie entre 18 et 37 mm de haut et entre 9 et 28 mm de large (n° 192.30.01, n° 136.30.04). D’une épaisseur moyenne de 2 mm, ces médailles ont été découvertes au niveau de la poitrine (14 cas), en relation avec une chaînette pour la sépulture SEP 136, ou parmi les ossements des mains (4 cas), associées à des grains de chapelet pour la tombe SEP 110. Ainsi, la majorité des médailles était maintenue autour du cou par une attache souple en matériaux périssables. Plus rarement, les médailles étaient déposées entre les mains de la défunte.

  • 87 D’après le Livre du couvent, la Vierge, avec 25 mentions, suscite le plus grand nombre de dévotions (...)

336Les scènes représentées sur l’avers et le revers des médailles sont diversifiées. L’image de la Vierge à l’Enfant reste la plus courante ; viennent ensuite les représentations en buste ou de pied de différents saints, en particulier les saints patrons, des scènes de la vie du Christ (nativité et baptême) et Pierre Fourier, fondateur de la Congrégation Notre-Dame. La fréquence des thèmes évoqués est donc à l’image du degré de dévotion des religieuses pour chaque personnage (Klein, Jacops 1987 : 49-50)87. La primauté du culte marial résulte sans aucun doute du fait que la congrégation soit sous le vocable de la Vierge Marie.

Catalogue des médailles

337Pour chaque objet décrit dans le catalogue qui suit, sont indiqués dans l’ordre :

338n° d’inventaire [ÉVENTUELLE fig.] • Description.
• Dimensions.
• • Éventuelle description d’un composite de l’objet. • Dimensions de l’éventuel objet composite.

339Abréviations utilisées pour ce catalogue :
diam. : diamètre
ép. : épaisseur
h. : hauteur
L. : longueur
l : largeur

340inv. n° 110.30.01 [fig. 146 : 1] • Médaille à plaque circulaire munie d’une bélière (patte de suspension). Associée au chapelet. Vierge à l’Enfant en pied, de face ; sainte en adoration devant une Vierge à l’Enfant.
• diam. : 14 mm ; h. (avec patte de suspension) : 20 mm ; ép. : 1,2 mm.

341inv. n° 110.30.02 [fig. 146 : 2] • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (patte de suspension). Associée au chapelet. Vierge dans une mandorle ; saint Isidore en pied.
• h. (sans patte de suspension) : 18 mm ; h. (avec patte) : 25 mm ; l. : 15 mm ; ép. : 1,2 mm.

342inv. n° 115.30.02 [fig. 146 : 3] • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (patte de suspension). Dans le gril costal, entre la première et la seconde côte. Sainte Marie de Monte Carmeli en buste, à droite ; sainte Marie-Madeleine de Pazzi Carmeli en buste, à gauche, en adoration devant le Christ en croix. • h. (sans patte de suspension) : 19 mm ; h. (avec patte) : 24 mm ; l. : 17 mm ; ép. : 2,1 mm.

343inv. n° 136.30.02 [fig. 146 : 4] • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (patte de suspension). Associée à la chaînette et posée sur la poitrine. Christ en buste à droite ; Vierge Marie (?) en buste à gauche.
• h. (sans patte de suspension) : 18 mm ; h. (avec patte) : 22 mm ; l. : 15 mm ; ép. : 1,8 mm.

344inv. n° 136.30.05 [fig. 146 : 5] • Médaille à plaque ovale munie d’une petite patte de suspension. Entre le crâne et la paroi oriental du cercueil. Vierge dans une mandorle ; inscription « MARIE A ESTE CONCEVE SANS PECHE » entourée de motifs floraux.
• h. (sans patte de suspension) : 21 mm ; h. (avec patte) : 25 mm ; l. : 18 mm ; ép. : 2mm.

345inv. n° 140.30.01 [fig. 146 : 6] • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (patte de suspension). Mêlée aux ossements des mains. Vierge de Sion en pied, de face ; Vierge à l’Enfant en pied, de face.
• h. (sans patte de suspension) : 20 mm ; h. (avec patte) : 26 mm ; l. : 18 mm ; ép. : 2mm.

346inv. n° 177.30.01 [fig. 146 : 7] • Médaille à plaque octogonale munie d’une bélière (trou de suspension). Sur le gril costal droit. Vierge au manteau, de face ; buste de face de Pierre Fourier (?).
• h. (sans patte de suspension) : 21 mm ; h. (avec patte) : 24 mm ; l. : 17 mm ; ép. : 1mm.

347inv. n° 180.30.01 [fig. 146 : 8] • Médaille à plaque octogonale munie d’une bélière (patte de suspension) et d’un anneau. Dans le gril costal gauche. Saint Étienne en pied, de face ; saint François (d’Assise ?) en buste, de face.
• h. (sans patte de suspension) : 22 mm ; h. (avec patte) : 31 mm ; l. : 19 mm ; ép. : 2,5 mm.

348inv. n° 193.30.01 [fig. 146 : 9] • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (trou de suspension). Sur T10-T11. Vierge à l’Enfant en pied, de face, entourée des inscriptions : « [VETA ?] EFFIGIES B.V. MARI [EIN ?]SIDIENSIS » ; représentation stylisée de l’arbre de la Croix entouré de l’inscription : « LAUDETUR. SANCTIS. SIMUM. SACRAMENTUM ».
• h. (sans anneau de suspension) : 30 mm ; h. (avec anneau) : 34 mm ; l. : 26 mm ; ép. : 0,8 mm.

349inv. n° 136.30.03 [fig. 146 : 10] • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (patte de suspension). Associée à la chaînette et posée sur la poitrine. Personnage (Pierre Fourier ?) en buste en prière, à droite ; Personnage (Pierre Fourier ?) en buste mains jointes sur la poitrine, à gauche.
• h. (sans patte de suspension) : 20 mm ; h. (avec patte) : 24 mm ; l. : 17 mm ; ép. : 1,8 mm.

350inv. n° 142.30.01 [fig. 146 : 11] • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (patte de suspension) et d’un anneau. Posée à l’extrémité distale du gril costal gauche, à proximité de l’avant-bras gauche et de la main droite. Saint-Pierre en buste à droite ; Saint-Paul en buste à gauche.
• h. (sans la patte de suspension) : 20 mm ; h. (avec patte) : 27,5 mm ; l. : 18 mm ; ép. : 3 mm.

351inv. n° 172.30.01 [fig. 146 : 12] • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (patte de suspension) et d’un anneau. Dans le gril costal gauche, associée au os de la main droite. Buste de sainte Barbe à droite ; calice frappé des lettres « IHS » et surmonté d’une croix.
• h. (sans patte de suspension) : 22 mm ; h. (avec patte) : 30 mm ; l. : 19 mm ; ép. : 3 mm.

352inv. n° 179.30.01 [fig. 146 : 13] • Médaille à plaque octogonale munie d’une bélière (patte de suspension). Dans la partie inférieure du gril costal droit, à la hauteur de T12-L1. Personnage non identifié en buste, de face avec l’inscription « … Cantaliciocap. » ; personnage non identifié en pied, de face.
• h. (sans patte de suspension) : 20 mm ; h. (avec patte) : 26 mm ; l. : 17 mm ; ép. : 1mm.

353inv. n° 180.30.02 [fig. 146 : 14] • Médaille à plaque heptagonale munie d’une bélière (trou de suspension). Sous la main gauche. Vierge à l’Enfant en pied ; arbre de la Croix stylisé.
• h. : 25 mm ; l. : 18 mm ; ép. : 1mm.

fig. 146

Médailles de dévotion en alliage cuivreux, XVIIe s. (phase E2).
Devotional medals in copper alloy, 17th century (Phase E2).

© F. Schneikert.

354inv. n° 182.30.01 [fig. 146 : 15] • Médaille à plaque heptagonale munie d’une bélière (trou de suspension). Dans le gril costal gauche, au niveau de T10. Saint Benoît en pied, de face ; croix pattée inscrit dans un octogone, frappée des lettres « NDSMD » en horizontal et « CSSML » en vertical à l’intérieur et des lettres « CSPB » à l’extérieur ; ce motif est entouré de l’inscription « IHS.V.R.S.N.S.M.V.S.M.Q.L.I.V.B. »
• h. : 24 mm ; l. : 15 mm ; ép. : 1 mm.

355inv. n° 136.30.04 [fig. 146 : 16] • Médaille à plaque cordiforme munie d’une bélière (patte de suspension). Associée à la chaînette et posée sur la poitrine. Scènes bibliques : naissance et baptême du Christ.
• h. (sans la patte de suspension) : 30 mm ; H. (avec la patte de suspension) : 37 mm ; l. : 28 mm ; ép. : 2 mm.

356inv. n° 168.30.01 • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (trou de suspension). Sur le gril costal droit, à proximité de la main gauche. Vierge en pied, de face ; représentation d’une façade d’un édifice religieux (église de pèlerinage suisse d’Einsiedeln ?) dont le fronton encadre une scène de la Nativité. • h. : 25 mm ; l. : 19 mm ; ép. : 0,8 mm.

357inv. n° 192.30.01 • Médaille à plaque ovale munie d’une bélière (patte de suspension). Posée sur la partie supérieure du gril costal gauche. Très corrodée.
• h. (sans patte de suspension) : 12 mm ; H. (avec patte) : 18 mm ; l. : 9 mm ; ép. : 1mm.

358inv. n° 136.30.01 • Chaînette composée de maillons de tailles diverses, constitués pour chacun d’eux d’un fil enroulé en S, boucles fermées et orthogonales. Associée à trois médailles et portée autour du cou.
• L. chaînette : 430 mm ; L. maillon : 8 mm ; l. maillon : 4 mm.

Les chapelets

359Par rapport aux médailles, le nombre de chapelets observés dans les sépultures est sensiblement moins élevé (8 chapelets contre 18 médailles). Ces deux types d’objets ne sont d’ailleurs associés que dans un seul cas (SEP 110). Parfois nombreuses (77 pour la seule sépulture SEP 117), les perles sont tournées et polies. Compte tenu de leur disposition sur le squelette, il apparaît que les chapelets étaient placés au niveau des mains des défuntes. Si la grande majorité des grains est sphérique, trois éléments, provenant des sépultures SEP 138 et SEP 192, se présentent sous la forme d’osselets dont un (n° 192.10.01) constitue la traverse d’une croix de chapelet.

360inv. n° 138.10.01 [fig. 147] • Chapelet en os formé de trente-quatre grains sphériques, tournés et polis, découverts sur le thorax.
• diam. : 7 à 15,5 mm ; L. : 5 à 14 mm ; diam. des perforations : 2 à 2,5 mm.
• • Deux grains tournés et polis en forme de phalange diam. max. . : 9 mm ; diam. min. : 4 mm ; L. : 22 et 23,2 mm ; diam. des perforations : 2,5 mm.

fig. 147

Chapelet en os de la sépulture SEP 138.
Bone rosary from grave SEP 138.

© F. Schneikert.

361inv. n° 110.10.01 • Chapelet en os formé d’une vingtaine de grains sphériques, tournés et polis. Mêlés aux ossements des mains. • diam. : 4 à 8 mm ; L. : 4 à 8 mm ; diam. des perforations : 1,5 à 2,8 mm.

362inv. n° 117.10.01 • Chapelet en os formé de soixante-dix-sept grains sphériques, tournés et polis, mêlés aux ossements des mains.
• diam. : 4 à 8 mm ; L. : 4 à 8 mm ; diam. des perforations : 1,5 à 2,8 mm.

363inv. n° 151.10.01 • Chapelet en os identifié par deux grains sphériques, tournés, polis et rainurés. Découverts sur le coxal gauche, avec les ossements des mains.
• diam. : 9,5 mm ; L. : 8,5 mm ; diam. des perforations : 3 mm.

364inv. n° 163.10.01 • Chapelet en os formé de dix grains sphériques mal conservés, situés dans la partie inférieure du gril costal droit à la hauteur de T12-L1, sous les avant-bras. L’un d’entre eux est recouvert de textile.
• diam. : 8 mm ; L. : 7 mm ; diam. des perforations : 2,5 mm.

365inv. n° 192.10.01 • Chapelet en os formé de trente-neuf grains sphériques, tournés et polis, mêlés aux ossements des mains, entre les cuisses.
• diam. : 5 à 8 mm ; L. : 4 à 7 mm ; diam. des perforations : 2 mm.
• • Un grain tourné et poli en forme de traverse de croix. • L. : 10 mm ; l. : 5 mm ; diam. des perforations : 2,5 mm.

366inv. n° 7054.10.01 • Chapelet en os identifié par un grain sphérique, tourné et poli.
• diam. : 6 mm ; L. : 5 mm ; diam. des perforations : 2 mm.

367inv. n° 113.50.01 • Chapelet en bois formé de grains de forme ovale, posés sur le sacrum, entre les ossements des mains.
• L. : 12 mm ; l. : 10 mm ; diam. des perforations : 3 mm.

368inv. n° 119.50.01 • Chapelet en bois formé par un grain sphérique, tourné et poli. Découvert sous le coude gauche.
• dimensions inconnues.

Les croix et les crucifix

  • 88 Une croix similaire a été découverte sur le site du Délos à Martigues (Bouches-du-Rhône) à l’intéri (...)

369Cinq sépultures (SEP115, 155, 171, 185 et 193) et deux structures d’équipement (PUI 212 : US 7054 ; LAT 215 : US 7069) ont livré deux croix et cinq crucifix moulés en alliage cuivreux. En contexte funéraire, leur localisation sur le sternum ou sur le gril costal permet d’affirmer que tous ces objets étaient portés en pendentif dont l’attache, en matériau périssable, a disparu. Les deux croix sont composées de deux traverses de longueur inégale et portent des inscriptions invoquant la Vierge Marie [fig. 148 : 1] ou saint Antoine88 [fig. 148 : 2]. Trois crucifix (n° 155.30.01 [fig. 148 : 4], n° 185.30.01 et n° 7054.30.01 [fig. 148 : 6]) sont constitués d’une statuette moulée du Christ initialement fixée sur une âme en bois à l’aide de tenons. Les deux autres [fig. 148 : 3, 5] figurent un Christ crucifié soudé sur une croix latine aux extrémités trilobées flanquée d’un anneau de suspension au sommet de la hampe.

fig. 148

Croix et crucifix en alliage cuivreux, XVIIe s. (phase E2), issus
1-4. de sépultures ;
5. des latrines LAT 215 ;
6. du puits PUI 212.
Cross and crucifix in copper alloy, 17th century (Phase E2), from :
1-4. graves ;
5. latrine LAT 215 ;
6. well PUI 212.

© J. Gelot, P. Girard.

Catalogue des croix et des pendentifs

370inv. n° 115.30.01 [fig. 148 : 1] • Croix pattée à deux traverses de longueur inégale (croix de peste ?) posée sur le corps du sternum. Elle porte les inscriptions « IHS. DECARA. VACA. » et « MA. » (entrelacé) « TOCADA. ALAS. » Petit anneau de suspension au sommet de la hampe.
• h. : 30 mm ; l. de la traverse sup. : 13 mm ; l. de la traverse inf. : 16 mmm ; ép. : 1mm.

371inv. n° 171.30.01 [fig. 148 : 2] • Croix pattée à deux traverses de longueur inégale (croix de peste ?) posée sur la face latérale du gril costal droit. Elle porte l’inscription « S. ANTONI. ORA. PRO. NOBIS » et est décorée, sur l’autre face, d’un arbre stylisé. Petit anneau de suspension au sommet de la hampe.
• h. : 30 mm ; l. de la traverse sup. : 13 mm ; l. de la traverse inf. : 15 mm ; ép. : 1mm.

372inv. n° 193.30.02 [fig. 148 : 3] • Crucifix pendentif en forme de croix latine aux extrémités trilobées et anneau de suspension au sommet de la hampe. Statuette du Christ crucifié soudé sur la croix.
• h. : 33 mm ; l. : 17 mm ; ép. : 5 mm.

373inv. n° 155.30.01 [fig. 148 : 4] • Crucifix formé d’une statuette moulée, munie, sur sa face postérieure de trois tenons de fixation sur une croix en bois (traces de bois) et disposé sur le gril costal
• h. : 25 mm ; l. : 27 mm ; ép. : 5 mm.

374inv. n° 7069.30.01 [fig. 148 : 5] • Crucifix pendentif en forme de croix latine aux extrémités trilobées et anneau de suspension au sommet de la hampe. Statuette du Christ crucifié soudé sur la croix. Découvert dans le comblement inférieur des latrines LAT 215.
• h. : 39 mm ; l. : 28 mm ; ép. : 4 mm.

375inv. n° 7054.30.01 [fig. 148 : 6] • Crucifix formé d’une statuette moulée munie, sur sa face postérieure, d’un tenon de fixation sur une croix en bois (traces de bois).
• h. : 39 mm ; l. : 39 mm ; ép. : 10 mm (avec le tenon).

376inv. n° 185.30.01 • Crucifix formé d’une statuette moulée munie, sur sa face postérieure, de deux tenons de fixation sur une croix en bois (bois fossilisé). Posée sur le gril costal droit
• h. : 27 mm ; l. : 22 mm ; ép. : 7 mm (avec le tenon).

Les boîtes ou étuis

377L’ensemble des boîtes ou étuis métalliques (cinq en fer et un en alliage cuivreux) a été observé en contexte funéraire et uniquement dans les tombes disposées autour de l’autel de la chapelle. Quatre boîtes en fer ont été retrouvées dans des sépultures en position primaire (SEP 113, 116, 119 et 165), au niveau du thorax ; il est donc probable qu’elles aient été suspendues au cou des défuntes. La dernière boîte en fer (n° 188.30.01) et l’étui en alliage cuivreux (n° 131.30.01) ont été déposés parmi les os en réduction à l’intérieur de coffres en bois. De forme carrée (1 cas) ou ovale (4 exemplaires), les boîtes en fer ont à peu près le même module et mesurent environ 11 cm de long, 9 cm de large et entre 2,5 à 3 cm de haut. L’étui en alliage cuivreux se présente, quant à lui, sous la forme d’un cylindre de 6,5 cm de haut dont les extrémités sont obturées par deux opercules de 3 cm de diamètre. Ayant livré un fragment de tissu protégeant un document en papier muni de traces d’écriture à l’encre, il correspond sans doute à un reliquaire de poche. Contrairement à cet étui, les boîtes en fer n’ont révélé aucun contenu, ce qui rend plus difficile leur interprétation. Toutefois, leur forme relativement plate n’est pas sans rappeler celle des custodes dites « des malades », servant à porter le viatique (Perrin, Vasco Rocca 1999 : 152).

Catalogue des boîtes ou étuis

378inv. n° 165.30.01 [fig. 149 : 1] • Boîte en fer de forme ovale, posée sur la poitrine, à cheval entre les vertèbres thoraciques et le gril costal gauche.
• L. : 110mm ; l. : 90mm ; h. : 30mm.

379inv. n° 113.30.01 • Boîte en fer de forme carrée, fermée par un couvercle.
• L. et l. : 110 mm ; h. : 23 mm .

380inv. n° 116.30.02 • Boîte en fer de forme ovale, mal conservée et posée au niveau de la partie inférieure du gril costal droit ou de la partie supérieure droite de l’abdomen.
• L. : 110mm ; h. : 30mm.

381inv. n° 119.30.02 • Boîte en fer de forme ovale, posée sur le thorax et recouverte par l’avant-bras gauche.
• L. : 110mm ; l. 90mm ; h. : 20mm.

382inv. n° 188.30.01 • Boîte en fer posée au milieu des ossements. Mal conservée et écrasée.
• dimensions inconnues.

383inv. n° 131.30.01 [fig. 149 : 2] • Étui en alliage cuivreux (reliquaire de poche ?) de forme cylindrique, fermé par deux opercules, contenant un document en papier (reliques ?) enrobé dans du tissu et déposé entre les ossements et la paroi septentrionale du cercueil.
• h. : 65 mm ; diam. maxi. : 30 mm, diam. mini. : 28 mm ; ép. de la paroi de la boîte et des opercules : 1 mm.

fig. 149

1. Boîte en fer issue de la sépulture SEP 165 ;
2. étui en alliage cuivreux issu de la sépulture SEP 131, XVIIe s. (phase E2).
1. Iron box from grave SEP 165 ;
2. case in copper alloy from grave SEP 131, 17th century (Phase E2).

© J. Gelot, P. Girard / photo F. Schneikert.

Un fragment de bénitier en céramique ?

384Le comblement supérieur du puits PUI 212 (US 7054) a livré un objet insolite en céramique rouge à glaçure externe vert-olive sur cru, d’une largeur de 5,6 cm et une épaisseur de 2,1 cm. Conservé sur une hauteur de 6 cm, il est décoré d’un visage d’angelot surmonté d’une croix et muni à sa base d’un trou de suspension [fig. 150]. Malgré l’absence d’éléments de comparaison, ces caractéristiques permettent d’identifier cet objet comme le sommet d’un dosseret de bénitier, attribuable à la seconde séquence d’occupation de la phase E, c’est-à-dire à la période d’installation des premières religieuses sur l’îlot du palais de justice.

fig. 150

Fragment de bénitier en céramique rouge à glaçure sur cru, XVIIe s. (phase E2).
Fragment of font in red glazed pottery, 17th century (Phase E2).

© J. Gelot, P. Girard.

3.3.2. Le vêtement religieux et ses accessoires

  • 89 Une série d’épingles a été découverte dans les différents comblements du puits PUI 212.

385Quatorze sépultures (neuf dans la chapelle, cinq dans le cloître) ont livré des traces d’attributs vestimentaires, soit sous la forme d’empreintes moulées par la chaux, soit sous la forme de lambeaux et fragments de tissus conservés. Lors de leurs funérailles, les défuntes étaient apparemment vêtues de leur robe de bure et coiffées d’un voile. Cette hypothèse est corroborée par la présence de 161 épingles de différentes tailles en alliage cuivreux et en argent, dont près de la moitié au niveau du crâne, et de 13 agrafes de vêtement, toutes localisées entre les ceintures scapulaire et pelvienne89. Dans tous les cas, ces épingles n’ont pu servir à maintenir un linceul, en raison de leur nombre modeste par tombe (rarement supérieur à cinq) et, plus simplement, de l’absence sur le site de ce type de contenant. Ces données témoignent peut-être de l’usage parfois abusif du terme « épingle de linceul » qu’il convient d’utiliser avec circonspection (Alexandre-Bidon 1996 : 10-11). Ainsi, ces épingles ont-elles majoritairement servies au maintien du voile sur la tête mais aussi à l’agrafage de pièces de vêtement.

386Certaines d’entre-elles étaient également chaussées de souliers ou de pantoufles à lanières, comme l’atteste la présence de fragments de cuir autour des pieds des squelettes des sépultures SEP 111 [fig. 151 : 1-2] et SEP 116.

387En résumé, les religieuses étaient donc inhumées chaussées, en habit de prière fermé par des agrafes [fig. 151 : 3] et coiffées d’un voile maintenu par des épingles.

388Localisée dans la cour du cloître, une sépulture (SEP 182) a livré près d’une centaine de perles de rocaille en verre coloré de forme sphérique. Disséminées au niveau du gril costal gauche, elles proviennent sans doute d’une broderie appelée « perlé ». Cet ouvrage consiste à enfiler sur du lin très fin des perles de très petite taille, en verre de différentes teintes, pour faire un « tissu » brillant et coloré (Andriot 1993 : 236).

fig. 151

Pièces de vêtements, XVIIe s. (phase E2) :
1-2. fragments de souliers ou de pantoufles en cuir issus de la sépulture SEP 111 ;
3. agrafe en alliage cuivreux issue de la sépulture SEP  146.
Pieces of clothing, 17th century (Phase E2) :
1-2. fragments of leather shoes or slippers from grave SEP 111 ;
3. copper staple from grave SEP 146.

© J. Gelot, P. Girard.

Catalogue des accessoires vestimentaires

389Pour chaque objet décrit dans ce catalogue, sont indiqués dans l’ordre :

390n° de sépulture • Description.
• dimensions.
• éventuel numéro d’inventaire.

391Abréviations utilisées pour ce catalogue : diam. : diamètre
ép. : épaisseur h. : hauteur
L. : longueur
l : largeur
inv. : inventaire

392sep 110 • Lot de huit épingles en argent (trois autour du crâne, une contre l’humérus, une entre les mains, une entre les jambes, et deux bougées par la fouille) et une épingle en alliage cuivreux (entre les jambes).

393sep 111 • Une épingle en alliage cuivreux (contre le pariétal droit).

394sep 111 • Fragments de cuir (autour des deux pieds : souliers ou pantoufles à lanières). • inv. n° 111.10.01 (pied gauche) [fig. 151 : 1] ; inv. n° 111.10.02 (pied droit) [fig. 151 : 2].

395sep 112 • Lot de sept épingles en alliage cuivreux (à l’emplacement du crâne).

396sep 113 • Lot de cinq épingles en alliage cuivreux
(contre la face latérale gauche du crâne) associés à des fragments de tissu (voile).

397sep 113 • Une barbacane en alliage cuivreux (sous la quatrième vertèbre lombaire).

398sep 114 • Lot de trois épingles en alliage cuivreux (une contre le frontal et la paroi orientale du cercueil, une sur le bassin et une entre l’abdomen et la paroi méridionale du cercueil).
• L. : 25 mm ; ép. de la tige : 0,5 mm ; diam. de la tête : 1,2 mm.

399sep 115 • Lot de trois épingles en argent (une sous le crâne contre la face latérale droite du frontal, une sur le gril costal droit et une sur le corps du sternum).
• L. : 24, 23 et 21mm ; ép. de la tige : 0,5 mm ; diam. de la tête : 1,2mm.

400sep 116 • Lot de trois épingles en alliage cuivreux / une épingle en argent (autour et contre le crâne).

401sep 116 • Trois fragments de cuir décoré (autour du pied gauche) : soulier ou pantoufle à lanières • inv. n° 116.10.01.

402sep 117 • Lot de dix épingles en alliage cuivreux (trois contre la face supérieure du frontal, une sur le sol à droite du crâne, une sur le gril costal gauche et cinq entre les jambes). Tête moulée.
• L. : 29, 28 et 24 mm ; ép. de la tige : 1 mm ;
diam. de la tête : 1,8 mm.

403sep 117 • Lot de trois épingles en argent (dans le gril costal droit, au niveau du sternum). Tête réalisée par enroulement d’un fil.
• L. : 23 et 21 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

404SEP 119 • Lot de dix épingles en alliage cuivreux
(six autour du crâne et quatre sur le thorax), piquées dans les fragments de tissu.

405sep 119 • Fragments de tissu de deux types : assez fin tout autour du crâne et des cervicales, plus grossier sur les épaules jusqu’au bassin.

406sep 131A • Fragments de tissu en mauvais état de conservation (autour des jambes).

407sep 134 • Lot de deux épingles en alliage cuivreux (une sur le manubrium et une sur le côté gauche de l’abdomen).
• L. : 29 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

408sep 134 • Une barbacane en fer sous la cinquième vertèbre lombaire.
• L. = 15 mm ; l. : 12mm ; ép. : 6 mmm.
• inv. n° 134.30.03.

409sep  134 • Quelques lambeaux de tissu moulés par la chaux.

410sep 135 • Lot de trois épingles en alliage cuivreux et une en argent (deux contre la face latérale droite du crâne et deux sur le bassin).
• Épingle en argent : L. : 23 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. De la tête : 2 mm. Tête réalisée par enroulement d’un fil.

411sep  137 • Un fragment de tissu conservé sous les mains.

412sep 138 • Lot de deux épingles en alliage cuivreux (une sous la diaphyse de l’humérus gauche et une contre le temporal droit).
• L. : 24 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm. Tête réalisée par enroulement d’un fil.

413sep 138 • Fragments de tissu de deux types : fin autour du crâne et sur les épaules (voile), plus grossier des épaules jusqu’aux pieds (robe).

414sep 139 • Lot d’épingles en argent dont une sur le temporal gauche et une entre la cuisse gauche et la paroi du cercueil / une épingle en alliage cuivreux (dans le gril costal droit, au niveau du sternum).

415sep 140 • Une épingle en alliage cuivreux (contre la face supérieure du crâne).
• L. : 25 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

416SEP 141 • Lot de deux épingles en alliage cuivreux (dans le comblement de la fosse).

417sep 142 • Une épingle en alliage cuivreux (à gauche de T8).
• L. : 27 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

418sep 143 • Lot de deux épingles en argent (contre le pariétal droit).

419sep 145 • Une épingle en argent (à gauche du crâne).

420sep 145 • Quelques fragments de tissu moulés dans la chaux (au niveau du cou et entre les genoux).

421sep  146 • Lot de cinq épingles en alliage cuivreux (quatre dans le gril costal droit et une à gauche du pied gauche)
• L. : 34 et 32,5 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

422sep 146 • Une agrafe de vêtement en alliage cuivreux sur le gril costal droit, à hauteur de T8-T9 [fig. 151 : 3].
• L. : 14 mm ; l. : 9 mm ; ép. : 5 mm.
• inv. n° 146.30.01.

423sep 146 • Une barbacane en alliage cuivreux sur T10.
• L. : 12 mm ; l. : 9 mm ; ép. : 3 mm.
• inv. n° 146.30.02.

424sep 146 • Un clou ou rivet en alliage cuivreux sur l’épaule gauche.

425sep 147 • Lot de deux épingles en argent (une au-dessus de l’épaule gauche et une sous la mandibule) et une en alliage cuivreux (dans le comblement de la fosse).
• L. : 36 mm ; ép. de la tige : 1,5 mm ; diam. de la tête : 2,2 mm.

426sep 148 • Lot de deux épingles en argent (posées sur le sol, à gauche du crâne).

427sep 150 • Lot de deux épingles en argent (une sous le pariétal gauche et une sous les clavicules).
• L. : 29 mm ; ép. de la tige : 1,2 mm ; diam. de la tête : 2,2 mm.

428sep 151 • Lot de deux épingles en argent (une contre la face antérieure du frontal et une contre la face supérieure du frontal). Tête réalisée par enroulement d’un fil pour l’une d’elles.
• L. : 28 et 24 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

429sep 151 • Deux épingles en alliage cuivreux non localisées.

430sep 152 • Lot de trois épingles en argent (dans le comblement).
Tête réalisée par enroulement d’un fil pour au moins l’une d’elles.
• L. : 28 ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

431sep 153 • Lot de cinq épingles en alliage cuivreux (deux contre le crâne, une à droite du coxal droit, une contre la face latérale de la fibula droite et une contre la face latérale de la fibula gauche). Tête réalisée par enroulement d’un fil pour au moins l’une d’elles.
• L. : 22, 27 (2), 32 et 38 ; ép. de la tige : 1 à 1,2 mm ; diam. de la tête : 2 à 2,5 mm.

432sep 153 • Une épingle en fer (le long de la fibula gauche).
• L. : 25 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

433sep 153 • Un fragment de tissu grossier, moulé dans la chaux au niveau des bras et des jambes.

434sep 155 • Lot de trois épingles en alliage cuivreux (dans le comblement de la fosse).

435sep 161 • Une épingle en alliage cuivreux (au niveau des pieds).

436sep 162 • Lot de deux épingles en alliage cuivreux (une sur C7 et une dans le comblement de la fosse).
• L. : 29 mm ; ép. de la tige : 1mm ; diam. de la tête : 2,2mm.

437sep 162 • Quelques fragments de tissu moulés par la chaux (sur les épaules).

438sep 164 • Lot de deux épingles en alliage cuivreux (dans le gril costal gauche).

439sep 165 • Lot de trois épingles en argent (deux sur le crâne et une à l’intérieur de la mandibule). Tête réalisée par enroulement d’un fil pour au moins l’une d’elles.
• L. (crâne) : 21 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

440sep 165 • Lot de huit épingles en alliage cuivreux (cinq sur ou autour du crâne, une sur les vertèbres thoraciques, une entre les cuisses et une entre les extrémités distales des fémurs).
• L. (crâne) : 25 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

441sep 165 • Fragments de tissu sur la boîte en fer et sous le crâne.

442sep 166 • Une épingle en alliage cuivreux (à droite du pariétal droit).
• L.: 30mm ; ép. de la tige : 1,5 mm ; diam. de la tête : 2mm.

443sep 167 • Une épingle en alliage cuivreux (sur le gril costal droit).

444sep 168 • Lot de deux épingles en alliage cuivreux (une contre la crête iliaque et une au niveau des cuisses).
• L. : 27 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

445sep 169 • Lot de trois épingles en argent (une sous le crâne, une entre les jambes et une à l’extrémité distale des pieds) et cinq en alliage cuivreux (trois autour ou sur le crâne, une sur le gril costal droit et une à gauche de l’humérus gauche, posée sur le sol).

446sep 170 • Une agrafe de vêtement en alliage cuivreux (au niveau du bassin).

447sep 171 • Lot de deux épingles en argent (une contre le frontal et une à droite du pied droit) et de deux épingles en alliage cuivreux (une entre la première et la seconde côte gauche et une contre la face latérale de la diaphyse humérale droite).

448sep 171 • Deux agrafes de vêtement en fer (une entre la première et la seconde côte gauche et une contre la face latérale de la diaphyse humérale droite).

449sep 172 • Une épingle en alliage cuivreux (à droite de C7).
• L. : 33 mm ; ép. de la tige : 1,5 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

450sep 173 • Une épingle en argent (sur le coxal gauche).

451sep 174 • Lot de deux épingles en alliage cuivreux (dans le comblement de la fosse, au niveau des pieds)
• L. : 26 mm ; ép. de la tige : 1,2 mm ; diam. de la tête : 2,8 mm.

452sep 176 • Une épingle en alliage cuivreux (non localisée). Tête réalisée par enroulement d’un fil.
• L. : 23 mm ; ép. de la tige : 1 mm ; diam. de la tête : 2 mm.

453sep 178 • Lot de quatre épingles en alliage cuivreux (deux de part et d’autre de la diaphyse humérale droite, une sur l’épaule gauche et une contre la face latérale du genou gauche).

454sep 179 • Une agrafe de vêtement en fer sous le sacrum.

455sep 180 • Fragments de tissu de petite taille et de facture grossière.

456sep 182 • Perles de rocaille de forme sphérique, en verre coloré et en grande quantité, disséminées dans le gril costal gauche, sous la main droite. Ces perles ont sans doute été utilisées dans la confection d’ouvrages brodés dits « perlés ».
• diam. : 1,5 à 2 mm
• inv. n° 182.10.01.

457sep 184 • Une épingle en alliage cuivreux (sur l’épaule gauche, contre l’extrémité médiale de la clavicula gauche).

458sep 185 • Lot de trois épingles en alliage cuivreux (une sur le frontal, une contre l’occipital et une dans le comblement de la fosse au niveau des pieds).

459sep 186 • Lot de sept épingles en argent (quatre sous la face latérale gauche du crâne, une contre la face latérale droite de T4-T5, une dans le gril costal gauche à hauteur de T8 et une contre la face antérieure de la scapula gauche).

460sep 186 • Une agrafe de vêtement et une barbacane en fer (contre la face latérale gauche de T7 et entre les deux premières vertèbres lombaires).
• L. de la barbacane : 16 mm ; l. : 15 mm ; ép. : 5 mm.
• inv. n° 186.30.01.

461sep 188 • Un fragment de tissu au milieu des ossements.

462sep 191 • Une agrafe de vêtement en alliage cuivreux (dans le comblement de la fosse).

463sep 192 • Lot de cinq épingles en argent (une sur le frontal au-dessus de l’orbite droite, une entre la mandibule et la base du crâne, une sur l’extrémité inférieure de la scapula droite, une sur les vertèbres thoraciques et une sur le coxal gauche).

464sep 193 • Lot de deux épingles en argent (une sur l’épaule gauche et une sur l’extrémité proximale de l’humérus gauche).

465sep 193 • Une agrafe de vêtement en fer (sur les vertèbres thoraciques au-dessus de l’avant-bras droit ou dans la partie inférieure du gril costal gauche).
• L. : 17 mm ; l. : 10 mm ; ép. : 6 mm.

466us 7257 (réduction) • Une épingle en alliage cuivreux (sur le crâne).

Notes

25 L’existence d’un strict interdit religieux est aujourd’hui revue et relativisée, comme l’ont montré Luc Bourgeois et Alain Dierkens lors du Xe Congrès de la Société d’archéologie médiévale, « Vie et mort du cheval. Des pratiques médiévales aux traditions camarguaises », organisé en Arles en mai 2012.

26 Méthode dite PIXE (Particle Induced X-ray Emission).

27 Les identifications ont été réalisées en 1995 par Thierry Kilka et Kareen Verbecke, et en 1999 par Amaury Masquilier et Jacques Labrot.

28 Dans un premier temps, improprement inventorié n° 7557.30.01.

29 Dans un premier temps, improprement inventorié n° 7559.30.02.

30 Inv. n° 7369.30.01 [fig. 77 : 5], n° 7369.30.02 [fig. 77 : 2], n° 7369.30.03 [fig. 77 : 6], n° 7369.30.04 [fig. 88 : 2] et n° 7369.30.05 [fig. 88 : 3].

31 Il convient par ailleurs de mentionner la publication d’un article synthétique sur les ateliers de production de céramique médiévaux en Lorraine (Georges-Leroy et al. 2009).

32 Parmi les sites urbains de la vallée de la Moselle, on peut par exemple mentionner les études consacrées aux sites de Metz « Îlot de la Visitation » (Henrotay, Lansival 1992a) et « Colline Sainte-Croix » (Lansival 2002). Pour le département des Vosges, on peut notamment se référer à l’exploitation du mobilier du site urbain Rue du Docteur-Joyeux à Mirecourt (Henigfeld 2004).

33 La phase F, représentée par quelques tessons résiduels, n’a pas été étudiée.

34 La très forte proportion de céramique coquillier sur les sites de Sillégny (Moselle) et de Prény (Meurthe-et-Moselle), laisse supposer la présence d’au moins un atelier de production, au sud de Metz (Henigfeld 2008 : 147).

35 Les analyses au radiocarbone ont été réalisées par le Center for Isotope Research de l’université de Groningen (GrN – 22101).

36 GrN – 24627.

37 « Item obiit figulus in Slezistat, qui primus in Alsatia vitro vasa fictalia vestiebat » (MGH, SSXVII : 210).

38 Je remercie très chaleureusement Christophe Card de m’avoir rendu attentif à cette découverte et Corinne Goy, pour la documentation qu’elle m’a aimablement confiée.

39 Cf. supra chap. 3.1.3.1.

40 Cf. infra chap. 3.2.1.2.

41 Cf. infra chap. 3.2.4.

42 Nous remercions très vivement Jean Rosen qui nous a mis sur la piste de cet atelier.

43 Cf. infra chap. 3.2.1.2 et chap. 3.2.4.3.

44 Cf. supra.

45 Sur cette question, voir par exemple Verhaeghe (2003 : 188).

46 Cf. infra, 3.2.1.2, « Au XVIIe s. ».

47 Information fournie par Hubert Cabart.

48 Cf. infra, 3.2.1.2, « Au XVIIe s. ».

49 Cf. infra, 3.2.1.2, « Au XVIIe s. ».

50 Cf. infra, chap. 3.2.4.3.

51 Ces deux ensembles ont fait l’objet d’une première présentation dans un Bulletin de l’Association française pour l’archéologie du verre (Cabart, Kuchler 2000).

52 Cf. infra, chap. 3.2.1.2.

53 Cf. supra, chap.3.2.1.2, « Du XVIe s. au début du XVIIe s. ».

54 Cf. infra, « La signification sociologique et l’origine des verres des XVIe-XVIIe s. ».

55 Informations fournies par Danielle Caluwé.

56 Cf. analyse chimique infra, « La signification sociologique et l’origine des verres des XVIe-XVIIe s. ».

57 Cf. infra (chap. 3.2.3.2).

58 Pour plus d’informations sur les ateliers de verrerie en Lorraine se référer notamment à l’ouvrage Verrerie de l’Est de la France (1990 : 306-309).

59 Pour des problèmes de temps et coût, seulement vingt échantillons ont pu être analysés. La méthode est basée sur l’utilisation d’une microsonde électronique (CAMECA Camebax), qui excite la matière par un faisceau d’électrons d’énergie 15 keV de diamètre 10 mm, et analyse les longueurs d’onde des rayons X produits. Le temps de comptage est au minimum de 10 secondes, à la valeur maximale. Les intensités des radiations caractéristiques sont converties en pourcentages d’oxyde par un traitement informatisé. Cette analyse non destructrice nécessite des échantillons de quelques millimètres de longueur. La surface analysée par l’appareil a un diamètre de 2 micromètres et l’analyse est donc bien adaptée à des tessons de très petite taille. L’échantillon est un petit fragment (1 à 3 mm3) monté sur une lame de verre. Avant l’analyse, le prélèvement est abrasé pour obtenir une surface homogène débarrassée du verre altéré de la surface.

60 Cf. supra chap.3.1.1.1.

61 Cf. supra chap. 3.1.1.1.

62 Cf. supra chap. 3.2.1.1.

63 Cf. supra chap. 3.2.1.1.

64 Seul un exemplaire est dessiné.

65 Non publiés.

66 À ce sujet, voir notamment Maire, Schwien (2000).

67 Il est en effet possible que ces produits proviennent des ateliers de Delle (Cousin 1995) ou de Clerval (Blanc 1996 ; Rosen 2000).

68 Les rares fragments de verres à vitre découverts dans les fosses-latrines LAT 288 et LAT 289 n’ont pas été exploités en raison de leur mauvais état de conservation.

69 Cf. supra chap. 3.2.1.

70 Cf. infra chap. 3.2.4.3.

71 D’autres fonctions sont cependant envisageables : dînette, dosettes, mesures à poudre.

72 Deux d’entre eux ne sont pas représentés.

73 Cf. supra chap. 3.2.1.1.

74 Cette hypothèse, qui revient à Jean Rosen, mériterait d’être validée par des analyses physico-chimiques.

75 L’une d’elle n’est pas dessinée.

76 Cf. supra chap. 3.2.4.2.

77 22 fragments de faïence blanche appartenant vraisemblablement à des vases de nuits ont par ailleurs été mis en évidence en 1995 dans des niveaux du XVIIIe s. et du début du XIXe s. (Henigfeld 2002 : 289).

78 Remerciements à Mme Lurquin, opticienne à Hagondange (Moselle), qui a réalisé les mesures de convergence et fait les commentaires.

79 Hypothèse suggérée par Vincent Legros, ingénieur de recherche au SRA de Picardie, que nous remercions très chaleureusement.

80 Le tableau de Harrington avec les mesures converties en millimètres est notamment reproduit dans Deloffre-Roumégoux (1989 : 174, fig. 2).

81 Des récipients de forme comparable interprétés comme tels sont par exemple attestés à Montbéliard (Tchirakadzé, Fuhrer 1998 : 81).

82 Les formes et les dimensions n’ont en effet rien à voir avec les boulins ou « pot à pigeons » des deux premier tiers du XVIe s. mis en évidence sur le site de production de Fosses dans la vallée de l’Ysieux en Île-de-France (Guadagnin 2007 : 552-555).

83 Cf. supra chap. 3.2.1..

84 Ce chapitre a été rédigé à partir de la notice établie par Denis Bruna (1996) qui a bien voulu relire ce texte, et que nous remercions vivement.

85 Collection Van Beuningen (Van Beunigen, Koldeweij 1993 : 137).

86 La Sainte-Face de Lucques (Volto Santo di Lucca, ou « Saint-Voult ») est un crucifix accroché en la cathédrale Saint-Martin de Lucques. La tradition rapporte qu’il aurait été sculpté par un témoin direct des derniers instants du Christ, Nicodème lui-même. Entouré pour cette raison d’une intense dévotion durant le Moyen Âge, son image et son culte furent alors diffusés par les marchands lucquois qui installaient des autels ou des chapelles du Volto Santo dans les villes où ils s’établissaient. Des enseignes de pèlerinage à l’imitation du « Saint-Voult » ont été découvertes sur tout le territoire européen, témoignant de l’immense renommée du crucifix italien.

87 D’après le Livre du couvent, la Vierge, avec 25 mentions, suscite le plus grand nombre de dévotions ; viennent ensuite la dévotion du Saint-Sacrement (17 mentions), le culte de Pierre Fourier avant même sa béatification (16 mentions), du Christ (9 mentions), des saints et saintes, en particulier des saints patrons.

88 Une croix similaire a été découverte sur le site du Délos à Martigues (Bouches-du-Rhône) à l’intérieur d’une sépulture de pestiféré attribuée aux années 1720-1721. Elle est elle-même identique aux croix dites de « peste russe » conservées au musée d’Histoire de la médecine de Copenhague. Voir à ce sujet Signoli et al. (1995).

89 Une série d’épingles a été découverte dans les différents comblements du puits PUI 212.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Crédits © G. Jouanin et J.-H. Yvinec.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Crédits © G. Jouanin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Crédits © G. Jouanin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Crédits © N.Thomas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Crédits © N. Thomas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Crédits © N. Thomas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Crédits © F.Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Crédits © photo F. Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Crédits © photo F. Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Crédits © Y.Henigfeld, P.Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Crédits © J. Gelot, Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Crédits © Y. Henigfeld, P.Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard / photo F. Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Crédits © H. Cabart, Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Crédits © H. Cabart, Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Crédits © H. Cabart, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Crédits © H. Cabart, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Crédits © H. Cabart, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Crédits © G. Jouanin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits © G. Jouanin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Crédits © G. Jouanin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Crédits © S. Preiss.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Crédits © S. Preiss.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Crédits © S. Preiss.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Crédits © S.Preiss.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Crédits © S. Preiss.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Crédits © S. Preiss.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Crédits © P. Kuchler, S. Preiss.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Crédits © S. Preiss.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Crédits © Y.Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Crédits © Y. Henigfeld, J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Crédits © Y.Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Crédits © J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Crédits © H.Cabart, P.Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard / photos F. Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard / photos F. Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard / photos F. Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Crédits © Y.Henigfeld, H. Cabart, P.Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Crédits © H. Cabart, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Crédits © H. Cabart, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Crédits © H. Cabart, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Crédits © H. Cabart, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 8,7k
Crédits © H. Cabart, J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Crédits © J. Gelot, P.Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Crédits © J.Gelot, P.Girard / F.Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Crédits © J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits © J.Gelot, Y.Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Crédits © Y. Henigfeld, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Crédits © J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Crédits © J. Gelot, P.Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Crédits © J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Crédits © J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Crédits © F. Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Crédits © F. Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Crédits © J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Crédits © J. Gelot, P. Girard / photo F. Schneikert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Crédits © J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Crédits © J. Gelot, P. Girard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20673/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search