Version classiqueVersion mobile

L’Îlot du palais de justice d’Épinal (Vosges)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Philippe Kuchler

Chapitre 2. Les origines et le développement de l’îlot

Résumé

Du VIIIe au XIXe s., la partie septentrionale du site est caractérisée par la présence d’un cours d’eau au sud duquel des traces discrètes d’anthropisation ont pu être relevées. Après colmatage du cours d’eau et apport de sédiments, la partie septentrionale du site reste régulièrement inondée. Au sud de cette zone hydromorphe apparaissent les premières traces d’occupation structurée, attribuables à une fourchette chronologique comprise entre le VIIIe s. et le début du XIIIe s. Elles se présentent sous la forme d’alignements de trous de poteau et de piquet attestant la présence de structures en matériaux périssables.

Dans le courant du XIIIe s., le développement topographique du site est marqué par les efforts entrepris par l’homme pour viabiliser la zone en eau, progressivement maîtrisée par un aménagement de berges associé à une construction clayonnée dont la fonction reste imprécise. Plus au sud, le développement du bâti est caractérisé par le passage de cabanes excavées à des bâtiments semi-excavés sur sablières basses et solins maçonnés. C’est également à cette période qu’apparaissent les premières fosses d’aisance maçonnées et des indices d’activités artisanales.

Aux XIVe-XVe s., l’occupation est marquée par le développement de structures d’habitat à semelles de fondations maçonnées formant des unités d’occupation étroites. La nature de ces vestiges et l’absence de voie de circulation renvoient l’image d’un îlot constitué de bâtiments et d’arrière-cours équipées de latrines sur fosses maçonnées, de dépotoirs, de puits et de canalisations.

Aux XVIe-XVIIe s., l’occupation est caractérisée par l’apparition d’un habitat sur caves maçonnées ouvert sur des cours intérieures comprenant également des structures d’équipement (latrines, structures d’approvisionnement ou d’évacuation des eaux). L’installation des religieuses à partir des années 1620 entraîne une transformation partielle du bâti existant. Leur cimetière comprend deux zones d’inhumations bien différenciées, la première étant établie dans un espace interprété comme la cour du cloître, la seconde étant installée dans une chapelle funéraire.

Le nouveau couvent construit au XVIIIe s. comprend trois corps de bâtiments articulés autour de jardins. La Révolution entraîne un démantèlement de ces biens immobiliers et leur partage entre différents services administratifs (gendarmerie, maison de justice, tribunal civil et école). À partir de 1820, la topographie de l’îlot est fortement modifiée par la construction d’une maison d’arrêt – détruite en 1989 –, dont les caves perturbent un tiers de l’emprise.

Texte intégral

1L’histoire de l’îlot du palais de justice d’Épinal est rythmée par sept phases d’occupation qui s’étendent du VIIIe au XXe s. sans discontinuité chronologique [fig. 20] [TABL. II].

tabl. II

Phasage chronologique de l’occupation du site.
Chronological phasing of the occupation of the site.

fig. 20

Plans de localisation des vestiges par phases.
Location plan of the archaeological remains per phase.

© A. Dagand, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

2.1. Du VIIIe au XIIe s. : l’occupation préurbaine

2L’analyse des données stratigraphiques et du mobilier archéologique permettent de différencier deux phases d’occupation [fig. 21]. La phase A est marquée, au nord-ouest du site, par les traces d’un ancien cours d’eau, surmonté d’alluvions incluant du mobilier des VIIIe-IXe s. La phase B est caractérisée par la présence d’une zone hydromorphe recouvrant la partie septentrionale du site, au sud de laquelle apparaissent les premières traces d’occupation structurée, attribuables aux Xe-XIIe s.

fig. 21

Plan de localisation des structures, VIIIe-XIIe s. (phases A et B).
Location plan of structures, 8th-12th century (Phases A and B).

© M.Dantan, Y.Henigfeld, P. Kuchler.

2.1.1. Les premiers indices d’occupation

2.1.1.1. Le paléochenal

3Le paléochenal (CHE 324) se développe dans le quart nord-ouest du site selon un axe NO-SE, sur une longueur observée de 15 m environ [fig. 21]. D’une largeur de 2,92 m, il entaille, sur une profondeur de 0,68 m, plusieurs unités stratigraphiques résultant du colmatage d’un cours d’eau plus ancien (CHE 359) dont les dimensions et l’orientation n’ont pu être précisées [annexe B : coupe 9]. Le comblement du paléochenal CHE 324 est formé d’une alternance de sédiments graveleux et sablo-limoneux, incluant des blocs de grès non roulés, associés à de rares fragments de céramique [fig. 22]. Il est surmonté par des alluvions limoneuses (US 3021 et 3019), comportant des tessons de céramique associés à des fragments de pierre en grès, témoignant peut-être de la volonté d’assainir cette zone humide marquée par la présence de paléochenaux successifs et en proie à de fréquentes inondations.

fig. 22

Vue en coupe du paléochenal CHE 324 depuis le nord-ouest (zone 3), VIIIe-IXe s. (phase A).
View of a section of the palaeochannel CHE 324 from the north west (zone 3), 8th-9th century (Phase A).

© Y. Henigfeld.

2.1.1.2. Le paléosol

4Dans le prolongement sud des niveaux recouvrant le paléochenal, un paléosol de couleur sombre d’une épaisseur comprise entre 0,10 et 0,45 m a été ponctuellement rencontré dans les secteurs fouillés en 1995 et en bordure nord de la fouille de 1999. Ce sol alluvial peu évolué est composé d’un sédiment limono-sableux de couleur sombre, incluant des matériaux organiques associés à quelques fragments de céramique.

5Les analyses micro-morphologiques réalisées dans la zone 3 (US 3018) [annexe B : coupe 10] et dans le secteur 1D (US 1410) [annexe B : coupe 3] permettent de préciser la nature de ce paléosol qui recouvre des sables alluviaux de couleur jaune déposés par la Moselle (Gebhardt 1996). Les US 3018 et 1410 sont notamment caractérisées par la présence d’éléments organiques, comprenant des charbons et de nombreux phytolithes indiquant une végétation basse de type herbacées (graminées ou cypéracées). Si l’on compare les analyses réalisées dans les deux secteurs, il apparaît que les traces d’anthropisation sont plus sensibles au sud-est du site (secteur 1D), où l’occupation est marquée par la présence de scories indiquant peut-être une activité artisanale ou un épandage de rejets de foyer (Gebhardt 1996 :  22).

6Si aucune structure n’a pu être identifiée, les éléments anthropiques observés (fragments de céramiques, charbons de bois et scories) attestent néanmoins une fréquentation sporadique du site en marge d’une zone inondable.

2.1.1.3. Les indices de datation

  • 1 Cf. infra chap. 3.2.1.1.

7Les seuls indices susceptibles d’être utilisés pour dater cette phase correspondent à des tessons de céramiques montées en technique mixte, attribuables aux VIIIe-Xe s., découverts dans le paléosol (US 3018 et 3019). Le faible nombre de fragments découverts (23) incite toutefois à dater cette phase avec réserve1.

2.1.2. La structuration de l’espace en marge d’une zone
hydromorphe
 (Xe-XIIe s.)

8À partir de la phase B, l’espace au sud de la zone hydromorphe fait l’objet d’aménagements structurés, dont les vestiges se présentent, pour l’essentiel, sous la forme de trous de poteaux et/ou de piquets partiellement alignés [fig. 21]. Fortement perturbés par les aménagements ultérieurs, ils sont répartis de façon ponctuelle sur le site. Quatre ensembles peuvent toutefois être distingués [fig. 23]. Le premier se développe dans l’angle nord-ouest du site (zone 3), au sud de la zone hydromorphe. Les trois autres sont localisés dans la moitié sud de l’îlot, dans les secteurs 1A, 7A, 7D et 7E. À ces vestiges de la phase B, on peut ajouter deux structures isolées, dont une fosse (FOS233) localisée dans le secteur 1D et un fond de cabane (FDC 306) situé dans le secteur 7F.

fig. 23

Les aménagements au sud de la zone hydromorphe, Xe-XIIe s. (phase B).
The redevelopments to the south of the hydromorphic area, 10th-12th century (Phase B).

© M. Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

2.1.2.1. Des aménagements à proximité de la zone hydromorphe

9La topographie du secteur localisé en bordure méridionale de la zone hydromorphe (zone 3) est marquée par la présence de structures en matériaux périssables, matérialisées par des trous de poteau et/ou de piquet se développant sur une superficie d’environ 70 m2 [fig. 23 : zone 3]. L’ensemble est fortement perturbé par des aménagements postérieurs et par le sondage 4.

10Cet espace est délimité au sud-est par un alignement de trente piquets (ALP 302), observé sur une largeur de 0,40 m et une longueur de 6,80 m, orienté NO-SE [fig. 24]. Il est en relation avec un aménagement perpendiculaire formé d’au moins dix-neuf piquets (ALP 303) se développant sur une longueur de 6,60 m. Les sept trous de piquets, observés au sud-est de ALP 302 (TPI 305-311), ne peuvent être rattachés de façon certaine à ce premier ensemble.

fig. 24

Vue d’ensemble de l’alignement de piquets ALP 302, prise du sud (zone 3), Xe-XIIe s. (phase B).
Overall view of the alignment of stakes ALP 302, taken from the south (zone 3), 10th-12th century (Phase B).

© Y. Henigfeld.

11Les alignements ALP 302 et ALP 303 forment un plan structuré, qui, en raison de l’absence de poteaux conservés dans l’axe de ces alignements, ne permet pas d’émettre l’hypothèse d’un bâtiment sur poteaux à parois clayonnées. Une interprétation allant dans le sens d’un aménagement lié à la proximité immédiate de la zone hydromorphe paraît cependant crédible. L’hypothèse d’une clôture ou d’une palissade clayonnée peut également être émise sans toutefois pouvoir être validée.

12Parmi les autres vestiges mis au jour dans le même secteur, le réseau de trous de piquets et de trous de poteaux (TPO 319, ALP 402, TPO 310 et TPO 313) se développant au sud-ouest de ALP 303 appartient à une ou à plusieurs structures dont la nature reste imprécise.

13Cet ensemble est lié à un niveau d’occupation qui se présente sous la forme d’une fine couche de cailloutis gréseux noyés dans une matrice limono-sableuse de couleur marron, que l’on rencontre, à la même altitude, en zones 3 et 4 : US 3067 [annexe B : coupes 9 et 10] US 4086 [annexe B : coupe 12]. Ces deux US sont scellées par un limon sableux marron-gris (US 3017, 4085), d’une épaisseur moyenne de 0,20 m, marquant la fin de cette occupation.

2.1.2.2. Des vestiges d’habitat dans le secteur 7A

14Dans la partie méridionale du site, le secteur 7A comprend une fosse (FOS 202) associée à un ensemble particulièrement dense en trous de poteau et de piquet entaillant le substrat. Même si les perturbations occasionnées par les aménagements ultérieurs rendent la lecture de cet ensemble difficile, il est possible de discerner la présence éventuelle de deux alignements de poteaux.

15Le premier, orienté selon un axe est-ouest s’étend sur une longueur minimale de 5,30 m. Il est composé d’au moins sept poteaux d’une trentaine de centimètres de diamètre (TPO 406, 407, 126, 130, 129, 242, 243), conservés sur une profondeur maximale de 0,29 m. Cet aménagement intègre par ailleurs cinq piquets d’environ 0,10 m de diamètre. Le second alignement, perpendiculaire au premier, se dessine sur une longueur minimale de 9,70 m. Il est formé d’au moins six poteaux, d’un diamètre moyen de 0,28 m (TPO 232, 347, 220, 127, 126, 132).

16Perturbée au nord-est par une fosse septique appartenant à la phase G, la fosse demi-circulaire FOS 202 est comblée par un sable limoneux marron incluant quelques graviers et charbons de bois (US7086). La fonction de cette structure à fond légèrement concave et à parois évasées (longueur : 1,72 m ; largeur : 0,71 m ; profondeur conservée : 0,42 m) reste indéterminée.

17Si l’état de conservation des vestiges observés dans ce secteur ne permet pas de proposer un plan de bâtiment cohérent, la présence d’une ou de plusieurs structures d’habitat paraît cependant assurée.

2.1.2.3. Une occupation sporadique dans le secteur 1A

18Contrairement au secteur 7A, le secteur 1A n’a pas livré de vestiges clairement structurés. Seul un aménagement de fragments de grès et de galets (US 1036) reposant sur un niveau de limon sableux marron à fortes inclusions de charbons de bois (US 1025) atteste une occupation sporadique de ce secteur, fortement oblitérée par des aménagements plus récents.

2.1.2.4. Des vestiges d’habitat dans les secteurs 7D et 7E ?

19À une vingtaine de mètres au nord-ouest du secteur 7A, les secteurs 7D et 7E ont livré des informations fugaces laissant, là aussi, supposer la présence de structures d’habitat en matériaux périssables.

20Dans le secteur 7E, trois négatifs de poteaux d’un diamètre moyen de 0,30 m sont établis dans de vastes fosses de creusement (environ 0,60 m de diamètre), comblées par un sédiment sablo-limoneux incluant des pierres de calage en grès rose (TPO 156, 157 et 160). Alignés selon un axe NE-SO, ces poteaux correspondent vraisemblablement aux vestiges d’un bâtiment sur poteaux, auxquels on peut éventuellement associer un réseau de six piquets implantés entre TPO156 et TPO157. Dans le même secteur, il convient de mentionner la présence de deux trous de piquets situés à proximité des poteaux TPO 160 et TPO 157, et d’une fosse (d’extraction ?) localisée à 6 m au nord-nord-est de l’alignement de poteaux, partiellement conservée sur une profondeur de 0,32 m (FOS 421).

21Dans le secteur 7D, un alignement de piquets se développe sur une longueur maximale de 1 m selon un axe SO-NE (ALP 334). Il est peut-être à mettre en relation avec un négatif de poteau (non numéroté ; diamètre : 0,24 m), un alignement de piquets (ALP 335) et une tranchée (TRA 333) qui pourrait correspondre à un négatif de sablière basse (largeur : 0,25 m ; longueur conservée : 0,85 m).

22L’ensemble de ces structures appartient à un niveau d’occupation incluant de rares matériaux anthropiques, qui se présente sous la forme d’un niveau de sable ocre-marron dans le secteur 7E ou de limon sableux marron dans le secteur 7D.

2.1.2.5. Deux structures isolées dont un fond de cabane dans les secteurs 1D et 7F

23La phase B est par ailleurs marquée par la présence de deux structures isolées dans les secteurs 1D et 7F (FOS233 et FDC306) [fig. 23].

24La fosse FOS 233 est en relation avec une interface correspondant à un niveau d’occupation incluant de rares fragments de céramiques et de faune, marquant la transition entre les phases A et B. Elle se présente sous la forme d’une structure de plan circulaire d’un diamètre de 1,12 m et d’une profondeur supérieure à 0,25 m [fig. 25a]. Son comblement limoneux (US1070) n’a livré aucun indice susceptible de nous renseigner sur sa fonction.

fig. 25

Plans et coupes de la fosse FOS 233 (secteur 1D) et du fond de cabane FDC 306 (secteur 7F) (zone 3), Xe-XIIe s. (phase B).
Plans and sections of the pit FOS 233 (sector 1D) and hut floor FDC 306 (sector 7F) (zone 3), 10th-12thcentury (Phase B).

© M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

25La structure FDC 306, dont le creusement entaille le paléosol de la phase B (US 7502), présente la particularité de comporter, sur son côté sud-est, un trou de poteau (TPO 330) d’un diamètre de 0,30 m [fig. 25b]. Cette fosse à fond plat et à parois verticales, conservée sur une longueur de 2 m et une largeur de 1,65 m, était comblée par deux couches de sédiment sableux incluant quelques rares charbons de bois (US 7501, 7508). La présence d’un trou de poteau et la morphologie de la fosse suggèrent de l’interpréter, à titre d’hypothèse, comme les vestiges d’une cabane excavée (à deux poteaux axiaux ?) oblitérée sur ses côtés nord-est et nord-ouest par des aménagements postérieurs.

2.1.2.6. Les indices de datation

  • 2 Cf. infra chap. 3.2.1.1.

26Outre les informations stratigraphiques qui permettent d’attribuer les vestiges de la phase B à une séquence d’occupation postérieure à celle de la phase A et antérieure à celle de la phase C, la datation de la phase B repose essentiellement sur l’étude du mobilier composé de fragments de céramiques montées en technique mixte, attribuables à une période allant du début du Xe s. à la fin du XIIe s.2. Cette proposition de datation est corroborée par l’absence de céramiques glaçurées, et par le résultat des analyses dendrochronologiques qui font remonter le début la phase suivante (phase C) au XIIIe s.

2.2. Du XIIIe au XVe s. : l’urbanisation de l’îlot

27L’analyse du processus de formation stratigraphique, conjuguée avec l’étude du mobilier archéologique et le résultat des analyses dendrochronologiques réalisés sur les vestiges en bois, permet de distinguer deux phases d’occupation recouvrant respectivement le XIIIe s. (phase C) et les XIVe-XVe s. (phase D). Dans le courant du XIIIe s., le développement topographique de l’îlot est marqué par les efforts entrepris par l’homme pour exploiter et viabiliser la zone hydromorphe, et par l’apparition des premiers indices d’activité artisanale. L’urbanisation de l’îlot est, par ailleurs, caractérisée par une densification des structures d’habitat, qui se transforment progressivement dans le courant des XIIIe et XIVe s.

2.2.1. Les aménagements de berge, les structures d’habitat et les activités artisanales

28Le XIIIe s. est marqué par une densification des aménagements structurés [fig. 26]. D’après les données stratigraphiques, deux séquences d’occupation peuvent être distinguées au sein de la phase C. La première (C1) a révélé des aménagements de berges, au sud desquels sont installées des structures d’habitat non maçonnées, comprenant notamment une ou plusieurs cabanes excavées associées à des fosses et à des constructions sur poteaux et/ou sur sablières basses. La seconde (C2), qui débute avec l’assèchement de la zone hydromorphe, est caractérisée par l’apparition des premiers bâtiments sur solins de pierres, associés à des latrines maçonnées et à des structures en rapport avec le travail du métal.

fig. 26

Plan de localisation des structures, XIIIe s. (phase C).
Location plan of structures, 13th century (Phase C).

© M.Dantan, Y.Henigfeld, P.Kuchler

2.2.1.1. Les aménagements de berge

29Durant la première séquence d’occupation C1, la zone hydromorphe fait l’objet d’une série d’aménagements [fig. 27], parmi lesquels il convient de mentionner l’installation d’un système de protection de berge dont les vestiges se présentent sous la forme d’un alignement de piquets (ALP241), orienté selon un axe NO-SE [fig. 28]. Probablement clayonné à l’origine, ce dernier, conservé sur une longueur de 27 m et une largeur moyenne de 0,60 m, est représenté par 192 piquets d’un diamètre moyen de 0,08 m et d’une longueur comprise entre 1 m et 1,30 m.

fig. 27

Plan des aménagements de la partie septentrionale du site (zones 2, 3 et 5) (phase C1).
Plan of redevelopments to northern part of site (zones 2, 3 and 5) (Phase C1).

© M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

fig. 28

Vue de l’alignement de blocs ALP 241, prise du nord-ouest (zone 3, secteur 5B), XIIIe s. (phase C).
View of the alignment of blocks ALP 241, taken from the north west (zone 3, sector 5B), 13th century (Phase C).

© Y. Henigfeld.

30Cet alignement forme la limite sud-ouest d’un espace d’environ 250 m2, matérialisé par un sédiment sableux hydromorphe d’une trentaine de centimètres d’épaisseur accusant un léger pendage du sud-est au nord-ouest : US 5005 [annexe B : coupes 13 et 14], US 2019 [annexe B : coupe 7] et US 3009 [annexe B : coupes 8 et 9]. Le bon état de conservation des bois piégés dans ce sédiment, les fortes inclusions de matériaux organiques et les traces d’oxydation sont les indices d’un secteur ennoyé, alimenté par un cours d’eau dont la nature et l’emplacement n’ont pu être précisé.

31La zone humide est par ailleurs délimitée au sud-est par un alignement de pierres (ALB248) observé sur une longueur de 9,50 m, perpendiculaire à ALP 291. Il est composé de quatorze blocs en grès rose, d’une longueur moyenne de 0,60 m pour une hauteur de 0,40 m [fig. 29]. Au sud-est de cet aménagement, un remblai graveleux (US 5016) forme une plate-forme de circulation surplombant la zone humide sur une hauteur de 0,40 m environ.

32Cet aménagement est bordé par deux alignements comprenant un nombre total de 128 piquets. Le premier (ALP 234), qui délimite le côté sud-ouest de la plate-forme, s’étend sur une longueur observée de 2,40 m et une largeur de 0,80 m. Perpendiculaire au premier, le second alignement (ALP 247) se développe le long des blocs (ALB 248) sur une longueur observée de 10 m [fig. 29]. Ce dernier comprenait plusieurs fragments de bois fendus posés de chant, intercalés entre les piquets. Cinquante bois, principalement composés de rondins appointés en hêtre, d’une longueur comprise entre 1 m et 1,10 m, ont été prélevés au sein de l’alignement ALP 247. Leur emplacement permet d’émettre l’hypothèse d’un aménagement situé à la base de l’alignement ALB 248, ou reposant conjointement sur les rangées de piquets et de blocs.

fig. 29

Vue de l’alignement de piquets ALB 248 et de l’alignement de piquets ALP 247, prise du nord-nord-ouest (secteurs 5B et 5C), XIIIe s. (phase C).
View of the alignments of stakes ALB 248 and ALP 247, taken from the north north west (sectors 5B and 5C), 13th century (Phase C).

© Y. Henigfeld.

33À une distance de 4 m au nord-ouest des blocs ALB 248, une structure de plan carré de 4 x 4 m empiète sur la zone humide [fig. 30]. Perturbée au sud-ouest par un mur plus récent, cette construction est formée de trois alignements de piquets perpendiculaires (ALP 251, 252 et 253) dans un état de conservation remarquable [fig. 31]. Localisé sur le côté nord-ouest de la structure, l’alignement ALP 253 est pourvu d’un clayonnage particulièrement bien conservé en branches de noisetier [fig. 32]. Cet alignement, qui se poursuit probablement vers le nord-est, est peut-être perturbé par l’aménagement d’une fosse maçonnée qui lui est postérieure. Une centaine de rondins appointés essentiellement composés de chêne et de hêtre a été prélevée au sein de cet ensemble. Ils ont un diamètre de 0,06 m environ pour une longueur moyenne de 0,80 m.

fig. 30

Vue d’ensemble de la structure quadrangulaire empiétant sur la zone hydromorphe, prise du nord-ouest (secteur 5C), XIIIe s. (phase C).
Overview of the quadrangular structure encroaching upon the hydromorphic area, taken from the north west (sector 5C), 13th century (Phase C).

fig. 31

Vue de détail de l’alignement de piquets ALP 251, prise du sud (secteur 5C), XIIIe s. (phase C).
Detail view of the alignments of stakes ALP 251, taken from the south (sector 5C), 13th century (Phase C).

© Y. Henigfeld.

fig. 32

Vue du clayonnage de l’alignement de piquets ALP 253, prise du nord-nord-est (secteur 5C), XIIIe s. (phase C).
View of the wattle of the alignment of stakes ALP 253, taken from the north north east (sector 5C), 13th century (Phase C).

© Y. Henigfeld.

34Un aménagement perpendiculaire aux alignements ALP 251 et ALP 247 se développe sur le côté sud-est de la structure quadrangulaire (ALP 250). Il est formé d’une planche en chêne de 0,20 m x 2,96 m, maintenue au nord-est par plusieurs piquets [fig. 33]. Trois autres piquets, implantés dans le prolongement sud-est de la planche, appartiennent peut-être au même dispositif.

fig. 33

Vue des alignements de piquets ALP 250, 251 et 252 et du mur MUR 287, prise du sud-ouest (secteur 5C), XIIIe s. (phase C).
View of the alignments of stakes ALP 250, 251 and 252 and of the wall MUR 287, taken from the south west (sector 5C), 13th century (Phase C).

© Y. Henigfeld.

35L’interprétation de la structure quadrangulaire et de ses aménagements immédiats pose problème. Il s’agit à l’évidence d’une construction en rapport avec la présence de l’eau dans la ville, mais sa fonction reste imprécise. L’hypothèse d’un ponton ou d’une structure à fonction artisanale localisés aux abords de l’habitat et nécessitant un apport en eau peut être émise, sans toutefois pouvoir être vérifiée. L’idée d’un vivier est contredite par l’absence de restes de poissons.

  • 3 Cf. infra chap. 3.1.1.1.

36En revanche, la forte densité d’ossements découverts dans l’US 5005, principalement composés de restes de chevaux portant des traces d’équarrissage et de mandibules de moutons nettement sélectionnées, est un indice susceptible d’aller dans le sens d’une structure à fonction artisanale3. Toutefois, ces vestiges n’ont peut-être aucun rapport avec les aménagements découverts dans ce secteur, dans la mesure où il peut s’agir d’un simple dépotoir de berge comprenant les rejets d’une activité artisanale utilisant l’animal comme matière première, localisée à proximité.

2.2.1.2. Les vestiges d’un habitat non maçonné au sud des aménagements de berges

37Fortement perturbées par les aménagements ultérieurs, les structures d’habitat non maçonnées se développent, de façon dispersée, à plus de 20 m au sud des aménagements de berge. Elles sont toutes localisées en périphérie sud-est et sud-ouest du site [fig. 34].

fig. 34

Plan des structures en creux non maçonnées localisées dans la partie méridionale et orientale du site (phase C1).
Plan of hollow dry set structures located in the southern and eastern part of the site (Phase C1).

© M.Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P. Kuchler.

Des fosses, des trous de poteau, une sablière basse et des alignements de piquets dans les secteurs 1D et 1E

38Dans les secteurs 1D et 1E, la première séquence d’occupation C1 est caractérisée par des aménagements comprenant des fosses, des trous de poteaux, une sablière basse et des alignements de piquets.

39Le secteur 1E est notamment marqué par la présence d’une fosse de plan rectangulaire associée à quatre trous de poteau et à un réseau de trous de piquets. La fosse FOS 149 est oblitérée au sud-ouest par des aménagements plus récents. Elle se présente sous la forme d’une excavation à fond plat et à parois verticales de 0,17 m de profondeur, conservée sur une longueur de 1,82 m et une largeur de 0,80 m. Le fond de cette fosse est tapissé par un niveau d’occupation micro-stratifié d’une épaisseur moyenne de 0,04 m formé d’une argile limoneuse marron foncé, incluant des cendres et des charbons de bois. Cinq trous de piquets observés dans l’angle oriental de la fosse correspondent peut-être aux vestiges d’une paroi clayonnée. Cet ensemble est malheureusement trop perturbé pour être interprété sans risque d’erreur comme un fond de cabane. Cette fosse est peut-être liée à un négatif de sablière basse se développant, en limite nord-ouest du secteur, sur une longueur totale de 1,42 m (PAR 373). Creusée sur une profondeur de 0,07 m et une largeur de 0,12 m, la sablière est encadrée par deux trous de poteau d’une profondeur de 0,10 à 0,16 m. La relation entre ces deux structures et le réseau de trous de poteau et de piquets installés au nord-est de FOS 169, est cependant imprécise. L’ensemble des structures observées dans le secteur 1E fonctionne avec un même niveau d’occupation composé d’une argile limoneuse marron-gris, incluant quelques cendres et des lentilles de sable jaune (US 1083) [annexe b : coupe 4].

40Dans le secteur 1D, l’occupation se présente sous forme de fosses, de trous de poteaux et d’alignements de piquets. Parmi eux, trois alignements forment une structure de plan rectangulaire d’une superficie supérieure à 11 m2, perturbée au nord-ouest par des aménagements ultérieurs. Elle est délimitée au sud-ouest par un aménagement conservé sur une longueur de 1,10 m, composé de six piquets reliés par une petite tranchée large de 0,05 m (PAR 228), au nord-est, par un alignement conservé sur longueur de 1,20 m (ALP 374) et au sud-est, par un ensemble d’au moins cinq piquets (ALP 375), auquel on peut éventuellement associer un trou de poteau (TPO 183). Si on admet que ces trois alignements forment un plan cohérent, l’hypothèse d’un enclos peut être retenue.

41Les trous de piquets et de poteaux observés à proximité sont plus difficiles à interpréter. Caractérisés, à une exception près (TPO 182), par l’absence de pierres de calage, les trous de poteaux ont un diamètre compris entre 0,52 et 0,12 m pour une profondeur allant de 0,07 à 0,24 m. Parmi les vestiges appartenant à la même séquence d’occupation, il convient par ailleurs de mentionner la découverte de trois fosses à fonction indéterminée (FOS 177, 179, 232), dont la plus grande (FOS 232) entaille les couches inférieures sur une profondeur de 0,78 m. Elle est comblée par un sable limono-argileux marron-gris, incluant des fragments de matériaux anthropiques. D’un point de vue stratigraphique, l’ensemble de ces vestiges fonctionnent avec un même niveau d’occupation (US 1068) dont l’épaisseur varie de 0,14 à 0,04 m. Formé d’une argile grise fortement compactée, celui-ci comporte de nombreux charbons de bois et des fragments de matériaux anthropiques [annexe b : coupe 2].

Un fond de cabane, une fosse et un trou de poteau dans le secteur 1A

42Dans le secteur 1A, les vestiges d’habitat se présentent sous la forme d’un fond de cabane (FDC 371) associé à une fosse (FOS 109) et à un trou de poteau (TPO 110).

43La structure en creux FDC 371 est perturbée au nord-est par le sondage 1, et au nord-ouest par la tranchée de fondation d’un bâtiment plus récent. Elle se développe selon un axe NE-SO sur une largeur minimale de 1,14 m et une longueur conservée de 2,10 m. Cette structure à fond plat et à paroi faiblement évasée est excavée sur une profondeur de 0,66 m. Elle comporte un trou de poteau interne à base concave d’un diamètre de 0,40 m et d’une profondeur de 0,24 m (TPO 112), installée à 1 m environ de la paroi sud-est de la structure. La fosse et le trou de poteau sont comblés par un même limon sableux marron-beige, incluant des micro-fragments de charbons de bois et de matériaux anthropiques. Bien que fortement perturbée par les aménagements postérieurs, la structure fait penser à une cabane excavée à poteaux axiaux. Cette interprétation ne peut toutefois être présentée qu’à titre d’hypothèse, en raison du caractère lacunaire de la structure.

44Localisé à une distance de 2,40 m au nord-est de FDC 371, le trou de poteau TPO 110 a été creusé sur une profondeur de 0,30 m. D’un diamètre de 0,20 m environ, le poteau était calé par plusieurs pierres en grès rose. Le caractère isolé de cette découverte rend son interprétation délicate. Les données stratigraphiques permettent toutefois de mettre en relation ce trou de poteau avec une fosse (FOS 109) qui se développant à une cinquantaine de centimètres au sud-est. Cette dernière est perturbée au nord-est par une excavation postérieure. Creusée sur une profondeur de 0,98 m, cette fosse à fond plat et à parois verticales se développe sur une largeur de 0,90 m et une longueur conservée de 1,80 m. Les deux couches de comblement à dominante limoneuse (US 1151, 1167) comportaient de fortes inclusions de faune, ce qui permet d’émettre l’hypothèse d’une fosse ayant servi de dépotoir.

45Ces trois structures d’habitat fonctionnent avec un même niveau d’occupation (US1085) marquée par une interface fortement compactée, incluant en surface des micro-fragments de charbons de bois [annexe b : coupes 1a et 1b].

Des fosses, des sablières basses et des trous de poteau dans les secteurs 7A, 7B et 7E

46En limite méridionale du site (secteurs 7A, 7B et 7E), la première séquence d’occupation de la phase C est marquée par la présence de fosses et de sablières basses, associées à des trous de poteau.

47Cinq fosses de plans irréguliers, à parois évasées et à fond plat, se développent au nord-est du secteur 7A (FOS 223, 225, 226, 227, 228). La plus grande (FOS 225) mesure 2,31 m de long et 1,76 m de large. Conservée sur une profondeur de 0,16 m, elle est comblée par deux couches à dominante sableuse (US 7101, 7110) comportant de nombreuses inclusions de faune, de céramique et de charbons de bois, qui permettent d’émettre l’hypothèse d’une fosse à déchets. Observées à une distance de 2 m au sud-est de la fosse FOS 225, les quatre autres fosses se recoupent et sont conservées sur une profondeur maximale de 0,41 m. Plus difficiles à interpréter, elles sont comblées par des sables limoneux incluant, en quantité moyenne, des fragments de matériaux anthropiques. À l’ouest de la fosse FOS 233, un trou de poteau (TPO 223) et un négatif de sablière basse (TRA 304) suggèrent la présence d’un habitat dont la nature et l’étendue ne peuvent être précisés.

48Plus à l’ouest, dans le secteur 7B, les vestiges se présentent sous la forme d’une fosse (FOS 323) et de trois tranchées (TRA 267, 273, 275) associées, pour les deux premières d’entre elles, à des trous de poteaux (TPO266, 268, 273). Excavée sur une vingtaine de centimètres, la fosse FOS 323, à fond plat et à parois verticales, est de plan irrégulier. Perturbée au sud-est par une construction plus récente, elle se développe sur une longueur de 2,08 m et une largeur conservée de 1,74 m. La nature de son comblement, caractérisé par la présence de rejets domestiques (faune et céramique), montre qu’elle a servi de dépotoir. À environ 4 m au sud-ouest de cette fosse, les vestiges d’habitat se présentent sous la forme de trois négatifs de sablières basses, associés à des trous de poteau. La première tranchée (TRA 267), orientée NO-SE, relie, sur une distance de 0,78 m, les trous de poteau TPO 266 et TPO 268. Creusée dans une couche de la phase B sur une profondeur de 0,05 m et une largeur de 0,20 m, elle est comblée par un sable limoneux sombre incluant des éléments organiques ainsi que quelques graviers. À une distance de 0,50 m, la deuxième tranchée (TRA 273) se développe perpendiculairement à la première. Large de 0,28 m pour une profondeur de 0,18 m, elle est comblée par un sable limoneux marron incluant des vestiges organiques. Elle est associée, à son extrémité nord-est, à un trou de poteau appointé d’un diamètre de 0,34 m et d’une profondeur de 0,38 m (TPO 274). La troisième tranchée (TRA 275) de dimension plus réduite (0,10 x 0,63 m), correspond peut-être aux vestiges d’une cloison, bien que son orientation soit légèrement différente de celle de la structure délimitée par les tranchées TRA 266 et TRA 273.

49La topographie du secteur 7E est, quant à elle, marquée par la présence de deux tranchées, de deux fosses et de deux trous de poteau. Perturbée au sud par l’installation d’une chambre électrique en béton, la tranchée TRA297 est conservée sur une longueur de 2,81 m, une profondeur de 0,20 m et une largeur de 0,68 m. Elle se présente sous la forme d’un creusement aux parois courbes et évasées et au fond irrégulier, comblée par du sable faiblement limoneux incluant des moellons en grès rose, des charbons de bois et un peu de cendre. Orientée selon un axe nord-sud, elle résulte peut-être de la récupération d’un solin en pierres, préfigurant ainsi un mode de construction observé pour les phases d’occupation suivantes. La seconde tranchée (TRA 296), comblée par un sédiment limono-sableux de couleur marron clair incluant exclusivement des graviers et galets, avait probablement une fonction de drainage. Elle se développe selon une orientation NE-SO sur une longueur supérieure à 6,94 m et une largeur comprise entre 0,21 m et 0,91 m. Ces deux tranchées sont stratigraphiquement contemporaines à un trou de poteau (TPO 154) et à deux fosses à fonction indéterminée, l’une de plan quadrangulaire (FOS 299) l’autre de plan irrégulier (FOS 303).

2.2.1.3. Les vestiges de bâtiments sur solins de pierres associés à des fours et à des latrines maçonnées

50Après un assèchement de la zone hydromorphe, qui marque la transition entre la première et la seconde séquence d’occupation de la phase C, les structures d’habitat non maçonnées sont progressivement remplacées par des bâtiments sur solins de pierres [fig. 35]. Ces constructions sont associées à des latrines et à des structures à fonction artisanale.

fig. 35

Plan des structures maçonnées de la zone 4 et des secteurs 1D, 1E, 1F, 5C, 7A, 7B, 7C, 7D et 7F (phase C2).
Plan of mortared structures in zone 4 and sectors 1D, 1E, 1F, 5C, 7A, 7B, 7C, 7D and 7F (Phase C2).

© M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P.Kuchler.

Des latrines et un mur dans le secteur 5C

51Dans la partie septentrionale du site (nord-est du secteur 5C), un mur (MUR287) et une fosse-latrines (LAT 286) sont installés dans l’ancienne zone en eau. Ces aménagements fonctionnent avec un même niveau d’occupation (US5320) recouvrant l’US5005 [annexe B : coupes 13 et 14].

52De plan rectangulaire (4,30 m ? x 3,36 m), la fosse des latrines LAT 286 a été creusée sur une profondeur de 1,80 m [fig. 36]. Les parois maçonnées sont en moellons de grès rose soigneusement taillés, montés en petit appareil, composé de neuf assises irrégulières liées avec du limon argileux. Le comblement est formé d’une accumulation de cinq unités stratigraphiques à fortes inclusions de matériaux organiques de couleur sombre (US 5301-5305). De gros fragments de chêne fendu et de planches en sapin ont été prélevés dans les couches inférieures de la fosse (US 5303, 5304). Un rondin de bois, d’une longueur de 1,80 m, provient de l’US 5304 [fig. 37]. Il est éventuellement à mettre en relation avec un négatif de trou de piquet d’un diamètre de 0,10 m, observé au fond de la structure (TPI 400). Ces bois, peut-être utilisés en remploi, proviennent vraisemblablement du démontage des aménagements de berges. Leur date d’abattage est en effet contemporaine à celle des bois de la structure rectangulaire qui empiétait, durant la première séquence d’occupation C1, sur la zone en eau (Tegel 1996).

fig. 36

Plan et coupe des latrines LAT 286 (phase C2).
Plan and section of latrine LAT 286 (Phase C2).

© M. Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

fig. 37

Vue d’ensemble des latrines LAT 286, prise du nord-est (secteur 5C) (phase C2).
Overview of latrine LAT 286, taken from the north east (sector 5C) (Phase C2).

© Y. Henigfeld.

53Installée à environ 3 m au sud de la fosse d’aisance, la maçonnerie MUR 287 est orienté selon un axe NO-SE et se développe sur une longueur conservée de 2,72 m [fig. 33, fig. 35]. Ce mur, dont l’épaisseur et la hauteur conservées sont respectivement de 0,60 et 0,40 m, est formé de moellons en grès rose montés en petit appareil. Conservée sur une assise, son élévation, liée au mortier maigre, repose sur une semelle de fondation liée avec de l’argile. Sa facture, son orientation et sa position stratigraphique laissent supposer un fonctionnement séquent à celui des latrines LAT 286. Il est possible que ce mur délimite la partie méridionale d’un terrain dans lequel les latrines ont été aménagées. Dans cette hypothèse, ces dernières fonctionnent peut-être avec un habitat localisé hors emprise, au nord-est de l’îlot.

Les vestiges d’un bâtiment sur solins de pierres dans la zone 4

54À une quinzaine de mètres au sud-ouest du secteur 5C, la zone 4 a livré les vestiges d’un bâtiment de plan rectangulaire formé de murs récupérés (BAT 397) [fig. 35]. Perturbée à ses deux extrémités, cette construction, orientée selon un axe NE-SO, est conservée sur une longueur de 5,32 m et une largeur de 3,44 m. Elle est formée de deux murs parallèles épais de 0,40 à 0,45 m (MUR 349,351), reliés entre eux par un mur transversal (MUR 350), d’une épaisseur moyenne de 0,33 m. Matérialisé par les traces d’un solin en grès rose et par un négatif entaillant faiblement les niveaux de la phase B, ce bâtiment, dont la fonction reste imprécise, fonctionnait avec un niveau d’occupation, formé d’un cailloutis gréseux incluant des graviers (US 4084) [annexe B, coupe 12].

Des bâtiments sur solins maçonnés dans les secteurs 1D, 1E et 1F

55Les vestiges de deux bâtiments ont été observés en bordure sud-est du site (secteurs 1D, 1E et 1F), à une trentaine de mètres au sud-est de la zone 4. Ces derniers ont été édifiés selon des techniques de construction comparables à celles utilisées pour le bâtiment BAT 397. Ces bâtiments sur solins maçonnés succèdent aux structures excavées et aux aménagements en bois précédemment installés dans cette zone. Comme tous les vestiges relevant de cette séquence d’occupation, ces structures d’habitat sont fortement perturbées par des aménagements ultérieurs.

56La première correspond à un bâtiment semi-excavé d’une superficie minimale de 25 m2, identifié dans les secteurs 1D et 1F, associant des solins maçonnés à un négatif de sablière basse (BAT242). Partiellement remployé lors de la construction des structures maçonnées de la phase suivante, le MUR229 (secteur 1D) se développe selon un axe NE-SO sur une longueur conservée de 2,20 m. Il correspond à un solin de 0,24 m de hauteur, formé d’une assise de moellons en grès rose noyés dans une matrice argileuse. Il est perpendiculaire au MUR 151 (secteur 1F). Sa longueur, son épaisseur et sa hauteur conservées sont respectivement de 2,62 m, 0,40 m et 0,46 m. Monté en petit appareil, il est formé de deux assises irrégulières composées de moellons en grès rose. Si l’assise inférieure est, comme pour le MUR 229, noyée dans une matrice argileuse, l’assise supérieure est cependant liée au mortier maigre. Ces deux murs bordent la fosse FOS 231, excavée sur une profondeur de 0,25 m par rapport à la base des solins. Une couche d’argile sableuse micro-stratifiée, épaisse de 0,10 à 0,15 m, observée au fond de l’excavation correspond, de toute évidence, au niveau d’occupation interne au bâtiment. La tranchée TRA 230, qui correspond peut-être à un mur de refend, s’insère dans le parement sud-est du MUR 229 et entaille la base de la fosse FOS 231 sur une profondeur de 0,13 m. Si l’on se réfère au niveau d’occupation externe à la construction, ce bâtiment a pu fonctionner avec une partie des aménagements en bois attestés durant la première séquence d’occupation de la phase C. À considérer que les alignements de piquets PAR 228, ALP 374 et ALP 375 forment un ensemble cohérent, on peut émettre l’hypothèse d’une unité d’habitation, à l’arrière de laquelle se développe un enclos.

57Les vestiges d’une seconde construction, fortement oblitérée par des excavations plus récentes, ont par ailleurs été mis en évidence dans l’angle sud du secteur 1E (BAT 372). Ils se présentent sous la forme d’un solin maçonné (MUR 120) orienté selon un axe NE-SO, perpendiculaire à une tranchée de récupération de mur (TRA 118). Le solin est conservé sur une longueur de 1,40 m, une épaisseur de 0,34 m et une hauteur de 0,23 m. La seule assise conservée est formée de moellons en grès rose liés au mortier maigre. La tranchée de récupération, creusée sur une profondeur de 0,15 m, est conservée sur une longueur de 1,48 m pour une largeur 0,30 m.

58Un vestige de foyer (FOY 137), apparemment externe au bâtiment, se développe à l’ouest du MUR 120. Il est constitué d’un aménagement de deux dalles en terre cuite reposant sur un sédiment limoneux rubéfié, à fortes inclusions de charbons de bois et de cendres.

59Les deux bâtiments et le foyer sont liés à un niveau d’occupation externe (US 1081) composé d’un limon sableux cendreux de couleur grise [annexe B : coupe 4].

Une forte concentration de vestiges d’habitat et de structures à fonction artisanale dans les secteurs 7A et 7B

60Dans la partie méridionale du site, la plus forte concentration de vestiges est localisée dans les secteurs 7A et 7B.

61Dans le secteur 7A, la découverte de solins maçonnés partiellement ou totalement récupérés suggère la présence d’une ou de plusieurs unités d’habitation. Ces vestiges sont malheureusement trop résiduels pour former des ensembles cohérents. Parmi eux, le solin MUR 288, orienté selon un axe SO-NE, est conservé sur une longueur de 2,52 m, une hauteur de 0,23 m et une épaisseur de 0,40 m. La seule assise conservée est composée de moellons en grès rose grossièrement équarris associés à des galets noyés dans une matrice sableuse. Cette maçonnerie est installée à proximité immédiate d’un trou de poteau de 0,31 m de diamètre, qui entaille les niveaux inférieurs sur une profondeur de 0,40 m (TPO 128). Ces deux structures fonctionnent avec un même niveau d’occupation constitué de limon sableux marron-noir, comprenant de la céramique et de la faune. Au nord-ouest de cet ensemble, un réseau de trois murs récupérés se présente sous la forme de deux tranchées parallèles (TRA 240, 241) orientées selon un axe SO-NE, distantes l’une de l’autre de 0,90 m, et reliées entre elles par une troisième tranchée perpendiculaire large de 0,68 m (TRA 239). Ces vestiges de solins maçonnés sont matérialisés par des creusements d’une profondeur comprise entre 0,10 et 0,20 m, comblés par un sédiment sableux légèrement limoneux incluant des blocs en grès rose, des nodules de mortier et des charbons de bois. Un niveau de sol, formé d’un sable limoneux gris-marron incluant de la céramique et des charbons de bois, s’inscrit dans l’espace délimité par les solins TRA 239 et TRA 240.

62Au nord-ouest de cet ensemble, le secteur 7B a livré une structure interprétée comme les vestiges d’un bâtiment (BAT345), comprenant au moins un solin maçonné (MUR 413) associé à deux tranchées de récupération (TRA 271, 320). Réduit à une seule assise, le MUR 413 se développe en limite sud-ouest du secteur, selon un axe SO-NE. Il est conservé sur une longueur de 3,43 m, une épaisseur de 0,42 m et une hauteur de 0,20 m. Montée en petit appareil, cette maçonnerie, constituée de moellons en grès rose assemblés à joints vifs, est ponctuellement recouverte par des vestiges de bois calcinés suggérant la présence d’une sablière basse destinée à supporter une élévation en pans de bois. Installée au nord-est du MUR 413, la tranchée TRA 320 est orientée selon un axe SO-NE. Elle est perpendiculaire à la tranchée TRA 271, elle-même oblitérée au sud-est par des aménagements plus récents. La tranchée TRA 320, qui se prolonge apparemment vers le nord-est, pourrait a priori correspondre à un mur de refend. Les deux excavations présentent en outre la particularité de délimiter une sole de foyer matérialisée par un aménagement de galets surmonté d’une couche d’argile rubéfiée (FOY269). Elles pourraient par conséquent correspondre aux négatifs d’un aménagement en pierres destiné à contenir le foyer, à moins qu’il ne s’agisse du soubassement d’un poêle. En l’absence de découverte de céramiques pouvant attester ce type de fonction, cette dernière hypothèse est cependant loin d’être assurée.

  • 4 Cf. infra chap. 3.1.1.2.

63Ces éléments sont peut-être à mettre en relation avec plusieurs structures de combustion à fonction artisanale localisées, dans le secteur 7B, à environ 2 mètres au nord du foyer FOY 269. Elles ont été interprétées comme les vestiges d’un atelier de fonderie d’alliage cuivreux4. Un four (FOU 311) est installé à l’emplacement exact d’une fosse de rejet de cuisson à fond irrégulier et à parois évasées (FOS 316) [fig. 38, fig. 39]. D’une profondeur maximale de 0,25 m, cette dernière était conservée sur une longueur de 2,70 m et une largeur de 2,40 m. Elle présentait en outre la particularité d’être comblée par un sédiment limono-sableux gris incluant des cendres et des rejets métalliques. D’un point de vue stratigraphique, le four FOU311 lui est postérieur, puisqu’il scelle le comblement de la fosse. Il se développe selon un axe NO-SE sur une longueur de 1,10 m et une largeur maximale de 0,90 m. De plan circulaire, cette structure à parois verticales et à fond plat est pourvue, à son extrémité sud-est, d’un alandier d’une trentaine de centimètres de longueur. Son diamètre interne est de 0,60 m. Conservée sur une seule assise haute de 0,20 m, la paroi du four est formée de moellons de grès rose liés avec du sable limoneux marron-gris (US 7561). Trois pierres, posées de chant selon un plan rayonnant, empiètent sur l’espace interne de la structure, ce qui laisse supposer qu’elles avaient pour fonction de supporter une sole suspendue. Le parement interne présente de fortes traces de rubéfaction, le comblement étant quant à lui formé d’un sable limoneux de couleur gris foncé à noir incluant de nombreux charbons de bois (US 7565).

fig. 38

Plan et coupe de la fosse FOS 316 et des fours FOU 311 et FOU 315 (secteur 7B) (phase C2).
Plan and section of pit FOS 316 and ovens FOU 311 and FOU 315 (sector 7B) (Phase C2).

© P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

fig. 39

Vue d’ensemble des fours FOU 315 (premier plan) et FOU 311 (second plan), prise du sud-est (secteur 7B) (phase C2).
Overview of ovens FOU315 (foreground) and FOU 311 (background), taken from the south east (sector 7B) (Phase C2).

64Une maçonnerie (US 7563) orientée SE-NO se développe une trentaine de centimètres au sud du four FOU 311. D’une épaisseur de 0,28 m, elle est conservée sur une longueur de 0,70 m. Formée d’une seule assise de moellons en grès rose liés avec un sédiment sablo-limoneux, elle repose elle aussi sur le comblement de la fosse FOS 316. En l’absence d’indices probants, sa fonction reste cependant imprécise. Elle pourrait correspondre aux vestiges d’un bâtiment en relation avec le four ou, plus vraisemblablement, à un mur pare-feu.

65Une seconde structure de combustion (FOU 315) est installée à 0,90 m au sud-est du FOU 311, sur une longueur de 0,73 m et une largeur de 0,36 m. Fortement perturbée à son extrémité nord-est, il ne reste de la paroi de ce four que quelques moellons en grès rose rubéfiés sur leur face interne. Le comblement de la structure était constitué d’un sédiment cendreux. La relation stratigraphique entre la fosse FOS 311 et le four FOU 315 n’est pas clairement établie. Il est néanmoins possible que la fosse ait servi à recueillir les rejets de cuisson du four. Il est également envisageable qu’elle ait pu fonctionner avec un troisième four non conservé.

66La concentration dans un espace restreint de ces structures en rapport avec le travail du métal laisse supposer que leur installation était soumise à de fortes contraintes topographiques, et qu’elles ont fonctionné sur une période de courte durée.

Des latrines maçonnées et des structures d’habitat des secteurs 7C, 7D et 7F

67À une dizaine de mètres au nord de ces structures, les secteurs 7C, 7D et 7F ont livré trois latrines maçonnées (LAT 211, 257, 324) associées à des vestiges d’habitat, malheureusement très affectés par les aménagements ultérieurs.

68Très partiellement conservée, la fosse-latrines LAT 324 est installée en bordure du secteur 7C. Elle se présente sous la forme de deux assises de moellons en grès rose liés au mortier de chaux très sableux, greffée sur une maçonnerie liée avec du sable limoneux, observée sur une longueur de 1,30 m [fig. 40a]. Cette dernière correspond peut-être aux vestiges d’un bâtiment ou d’un mur de parcelle. La fosse d’aisance, creusée sur une profondeur de 0,40 m, est comblée par un sédiment organique sombre incluant de nombreux fragments de céramique, ce qui montre qu’elle a également servi au rejet des déchets domestiques.

fig. 40

Plan et coupe des latrines maçonnées (phase C2) :
a : LAT 324 (bordure du secteur 7C) ;
: LAT 257 (secteurs 7D et 7F) ;
c : LAT 211 (secteurs 7D et 7F).
Plan and section of mortared latrines (Phase C2) :
a: LAT 324 (edge of sector 7C) ;
b: LAT 257 (sectors 7D and 7F) ;
c: LAT 211 (sectors 7D and 7F).

© M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

69Installée à 4 m au nord-est de la structure LAT 324, une seconde fosse-latrines (LAT 257), de plan approximativement rectangulaire, se développe sur une longueur et une largeur externe de 4,60 x 4 m et internes de 3,92 x 3,33 m [fig. 40b]. Elle est aménagée dans une fosse d’installation profonde de 0,93 m, comblée par un sédiment sablo-graveleux (US 7349). Les parois maçonnées sont constituées de moellons en grès rose montés en moyen appareil régulier, liés avec du sable limoneux gris. D’une puissance de 0,18 m, le comblement inférieur de cette fosse d’aisance est formé d’un sédiment organique de couleur gris-noir, à fortes inclusions de matériaux anthropiques (US 7357), ce qui confère à la structure une fonction secondaire de dépotoir. Ce niveau d’utilisation est scellé par deux couches plus sableuses (US 7555, 7356) incluant des fragments de grès rose, des graviers, des galets et des charbons de bois, marquant l’abandon des latrines.

70Le parement nord-ouest (MUR 424) des latrines LAT 257 se prolonge vers le sud-ouest sur une longueur supérieure à 1,10 m [fig. 35]. Cette maçonnerie, conservée sur une seule assise épaisse de 0,40 m, correspond peut-être au mur sud-est d’un bâtiment, dont le côté nord-ouest pourrait correspondre à la tranchée TRA 285, résultant de la récupération d’un solin maçonné. Observée sur une longueur de conservée de 3,32 m et une profondeur de 0,20 m, elle se présente sous la forme d’un creusement mesurant au moins 0,62 m de large, comblée par un sédiment à dominante sableuse incluant notamment des nodules de mortier de chaux, de grès rose et de terres cuites. Si l’on retient l’hypothèse selon laquelle le MUR 424 et la tranchée TRA 285 appartiennent à un même ensemble, le bâtiment pourrait se développer sur une largeur de 4,60 m. Il est également possible que le parement sud-ouest des latrines LAT 257 délimite une seconde habitation, dont les seuls vestiges conservés correspondent à un foyer domestique de plan circulaire (diamètre : 0,74 m), composé de dalles fragmentées en terre cuite, installé sur un niveau de sol composé de mortier de chaux reposant directement sur le substrat sableux. La présence, entre ces aménagements et le MUR 424, d’une tranchée désaxée (TRA 337) conservée sur une longueur de 1,10 m et orientée nord-sud, reste inexpliquée.

71Outre la présence de la tranchée TRA 285, la topographie du secteur situé au nord-ouest de ces vestiges est marquée par l’aménagement d’une troisième fosse d’aisance de plan légèrement trapézoïdal (LAT 211) [fig. 40c, fig. 41]. Creusée sur une profondeur minimale de 1,86 mm, ses dimensions internes et externes sont respectivement de 5,40 x 4,04 m et de 4,70 x 3,28 m. Liées avec du sable limoneux marron clair, les parois maçonnées sont édifiées en moellons de grès rose montés en petit appareil régulier (jusqu’à douze assises conservées). Le remplissage est formé d’une accumulation de six unités stratigraphiques, comprenant, pour la plupart d’entre elles (US 7205, 7206, 7238, 7248), des matériaux organiques de couleur sombre. Une couche à dominante sableuse beige à marron-vert incluant vraisemblablement de la chaux (US 7239) est sise entre les niveaux d’utilisation US 7248 et US 7238. Elle scelle également une petite excavation de plan circulaire mesurant 1,28 m de diamètre, implantée au centre de la structure qui permet de l’interpréter comme une fosse d’aisance à fond perdu, où les matières liquides s’évacuaient par infiltration, alors que les matières compactes s’accumulaient, nécessitant l’adjonction de sable pour l’assainissement. La structure a plus tard servi de dépotoir, comme l’atteste, dans les couches de comblement, la présence de nombreux déchets domestiques (céramique, faune et charbons de bois).

fig. 41

Vue d’ensemble des latrines LAT 211, prise de l’ouest (secteur 7D) (phase C2).
Overview of latrine LAT 211, taken from the west (sector 7D) (Phase C2).

2.2.1.4. Les indices de datation

72Outre les arguments stratigraphiques qui permettent de différencier les deux séquences d’occupation, l’un des principaux critères sur lesquels repose la datation de cette phase correspond aux résultats de l’étude dendrochronologique effectuée sur les bois des aménagements de berge (Tegel 1996). Deux échantillons, prélevés dans l’alignement ALP 253 [fig. 27, fig. 32], ont pu être calés entre 1170 et 1225. La date d’abattage, obtenue grâce à la présence du dernier cerne de croissance, permet de placer la construction de la structure rectangulaire à une date postérieure à 1224. Cette hypothèse est confortée par l’étude des bois découverts dans les US 5303 et 5304 des latrines LAT 286, attribués à la première moitié du XIIIe s.

  • 5 Cf. infra chap. 3.2.1.1.

73Cette proposition de datation est par ailleurs corroborée par l’étude du mobilier céramique des phases B et D, et notamment par l’apparition discrète des premières glaçures « très décorées »5.

74Il convient enfin de souligner que cette datation coïncide avec la période d’édification des fortifications de la ville dans le deuxième tiers du XIIIe s., ayant peut-être entraîné une modification du réseau hydrographique et un assèchement de la zone en eau.

2.2.2. Les nouvelles structures d’habitat et d’équipement
(XIV
e-XVe s.)

75La phase D est marquée par le développement d’un nouvel habitat associé à des arrière-cours, dans lesquelles sont installées des structures d’équipement (fosse-latrines, dépotoirs, puits, puisards, canalisations). Partiellement perturbés par des installations postérieures, ces vestiges sont disséminés sur l’ensemble de l’îlot, dans des secteurs déjà occupés durant la phase C [fig. 42].

fig. 42

Localisation des structures, XIVe-XVe s. (phase D).
Location of the structures, 14th-15th century (Phase D).

© M.Dantan, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

2.2.2.1. La partie méridionale du site

76Dans la partie méridionale du site, la plus forte concentration de vestiges est localisée le long de la façade arrière de l’actuel palais de justice [fig. 43]. Durant la période considérée, le parcellaire se structure et le bâti se densifie, notamment dans les secteurs 7A, 7B, 7D et 7F, où deux séquences d’occupation (D1 et D2) ont pu être caractérisées.

fig. 43

Plan des structures d’habitat localisées dans la partie méridionale du site, XIVe-XVe s. (phase D).
Plan of the habitation structures located in the southern part of the site, 14th-15th century (Phase D).

© M. Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

Une occupation dense et structurée dans les secteurs 7A, 7B et dans la partie orientale des secteurs 7D et 7F

La première séquence d’occupation

77Dans la partie sud du secteur 7A, la première séquence d’occupation D1 est caractérisée par une succession de cinq fosses se recoupant partiellement, dont la fonction reste incertaine (FOS 247, 248, 251, 252, 253). L’une d’elles (FOS 253) présente la particularité de comporter des blocs de grès rose et des galets liés par un sédiment légèrement argileux de couleur gris-noir. La forte densité et le recoupement des structures ne permettent pas d’aller très loin dans l’interprétation de ces vestiges.

78La fosse FOS 248 est entaillée par une sablière basse orientée NE-SO, associée à deux poteaux espacés l’un de l’autre de 0,90 m (PAR 194). Leur comblement, composé d’un sédiment à matrice sableuse incluant des fragments de torchis, suggère une construction en pan de bois. Le poteau TPO 249, localisé à 0,90 m dans le prolongement nord-est de la sablière, marque peut-être une entrée. Au nord-ouest de PAR 194, deux trous de poteau (TPO 244, 245) correspondent éventuellement à des aménagements internes dont la fonction reste inexpliquée, au même titre que la présence du trou de poteau TPO 214 installé plus au nord. Ces différents vestiges fonctionnent avec un même niveau d’occupation d’une puissance de 0,10 m, composé de sable limoneux marron-gris, incluant des charbons de bois et de la faune.

79Dans le secteur 7B, les modalités de l’occupation sont aussi complexes à caractériser. Parmi les éléments structurants, il convient de souligner la subsistance, en limite sud-ouest du secteur, du MUR 413 construit durant la phase C. Un alignement formé de huit trous de piquets et d’un négatif de poteau (ALP 199) se développe parallèlement, à 0,50 m au nord-est de ce mur. Difficilement interprétable, cet aménagement est peut-être à mettre en relation avec le réseau de piquets (non numéroté) observé plus au nord. À environ 1,40 m au nord-est de l’alignement ALP 199, une structure de combustion partiellement détruite (FOY 270) se présente sous la forme d’un aménagement de plan rectangulaire (1,72 x 1,14 m). Elle est composée d’une sole formée de galets noyés dans une matrice limoneuse marron-noir, délimitée par des blocs de grès rose posés de chant. Il pourrait s’agir d’un foyer ou d’un soubassement de poêle remplaçant la structure FOY 269, qui jouxtait, durant la phase C, le MUR 413. Cet aménagement, qui correspond peut-être au remaniement interne d’un bâtiment préexistant (BAT 345 ?), fonctionne avec un nouveau sol en argile crue partiellement rubéfié, scellé par un niveau de piétinement sableux de couleur noire riche en matière organique et incluant quelques fragments de céramique. Au nord-ouest de ces aménagements, quatre supports isolés (SUP 197, 198, 312a, 312b) constitués de dalles en grès d’épaisseur variable sont installés dans des fosses de creusement de plan rectangulaire. Espacés de 1 m environ, les supports SUP 312a et SUP 312b ont apparemment fonctionné en même temps que le foyer FOY 270 et que l’alignement ALP 199. Peut-être appartiennent-ils à un même bâtiment (BAT 345 ?). En revanche, les supports SUP 197 et SUP 198, distants de 4,30 m l’un de l’autre, sont clairement postérieurs. Le secteur 7B est par ailleurs fortement perturbé par plusieurs fosses de plan approximativement ovale pouvant atteindre une superficie supérieure à 4 m2 (FOS 314, 317, 318, 319, 321, 322 et 412). D’une profondeur variant entre 0,16 m (FOS 319) et 0,82 m (FOS 318), elles sont caractérisées par des comblements à dominante sableuse, parfois légèrement argileuse, incluant de nombreux déchets de maçonnerie, comme des fragments de grès rose, de mortier de chaux, de torchis et de terres cuites architecturales, provenant de la destruction de structures d’habitat.

80Établies à environ 4 m au nord des fosses FOS 314 et FOS 322, des latrines de plan rectangulaire (LAT 282) font 3,63 x 3,24 m [fig. 43]. Elles sont installées dans une large fosse de creusement comblée de galets et de pierres gréseuses de grande taille, noyés dans un sédiment sableux de couleur marron clair [fig. 44a]. Les parois maçonnées sont constituées de moellons en grès rose et jaune montés en petit appareil régulier, liés avec du sable limoneux gris. Conservées sur deux à cinq assises, elles délimitent un espace interne mesurant 2,96 m de long sur 2,60 m de large, comblé par du sable gris à marron clair et scellé par un niveau micro-stratifié d’argile grise riche en matière organique. La nature de ce remplissage indique que la fosse d’aisance a été régulièrement assainie par l’adjonction de sable, et curée peu avant sa destruction.

fig. 44

Fosses et latrines, xive-xve s. (phase D) :
a. LAT 282 (secteur 7D) ;
b. LAT 305 (secteur 7F) ;
c. FOS 291 (secteur 7E) ;
d. LAT 298 (secteur 7E) ;
e. LAT 258 (secteur 7F).
Pits and latrines, 14th-15th century (Phase D) :
a. LAT 282 (sector 7D) ;
b. LAT 305 (sector 7F) ;
c. FOS 291 (sector 7E) ;
d. LAT 298 (sector 7E) ;
e. LAT 258 (sector 7F).

© P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler ; photo P. Kuchler.

81Fortement perturbée par l’installation d’une citerne moderne, la fosse d’aisance LAT 305 (secteur 7F), localisée à environ 6 m au sud-est de LAT 282, n’est conservée que sur ses côtés nord-ouest et sud-est [fig. 44b]. Couvrant une superficie supérieure à 6 m2, elle est établie dans une fosse de creusement profonde de 1,18 m, remplie de galets et de graviers, inclus dans un sable limoneux marron. Comme pour les latrines précédemment décrites, ses parois maçonnées sont construites en moellons de grès rose montés en petit appareil régulier, liés avec du sable limoneux marron. Le comblement de la fosse présente, à sa base, une sédimentation organique (US 7493) incluant de nombreux déchets domestiques, qui montre qu’elle a également servi de fosse de rejet. Cette couche d’utilisation est surmontée par une épaisse couche de destruction (non numérotée).

La seconde séquence d’occupation  (BAT 338)

82Dans les secteurs 7A et 7B, la séquence d’occupation D2 est marquée par l’aménagement de quatre unités d’occupation de faible superficie et de plain-pied, qui s’ouvrent au nord sur deux vastes cours intérieures [fig. 43]. Dans l’angle sud du secteur 7B, la première unité, d’une superficie observée d’environ 10 m2, est délimitée au nord-est par le MUR 263 et au nord-ouest par le MUR 264. D’une épaisseur identique de 0,60 m, ces maçonneries, disposées en angle droit, sont conservées au maximum sur trois assises irrégulières en moellons de grès rose montés en petit appareil lié au mortier de chaux par des joints saillants. Cette pièce est munie d’un sol compacté à matrice sableuse de couleur marron-orangé, scellé par un niveau charbonneux peu épais.

83Une fosse irrégulière (FOS 254) recoupe ces niveaux d’occupation sur une profondeur de 0,66 m. D’une superficie de 5,6 m2, elle est caractérisée par un comblement à matrice limono-sableuse, riche en déchets de maçonnerie. Cette excavation résulte peut-être de la récupération du noyau d’un escalier à vis établi au sein d’une tour construite hors-œuvre. Délimitée par les MUR 263 et MUR 264, cette dernière permettait de desservir les étages et offrait un accès, au sud-ouest, aux unités d’habitation localisées sous l’actuel palais de justice. Au sud-est, elle donnait accès à un second espace d’une superficie d’environ 6 m2.

84Les deux autres unités, de plan rectangulaire, sont localisées au sud-est des deux premières. La plus petite, observée sur une superficie de 3,30 m2, était équipée d’un sol en terre battue rapidement remplacé par un plancher en bois sur solives. L’espace central, d’une superficie de 4,50 m2, est séparé des autres pièces par le MUR 201 et le MUR 203 respectivement construits en moellons de grès rose disposés en assises régulières et en grès jaune monté en petit appareil irrégulier. D’une puissance équivalente de 0,50 m, ces murs délimitent un passage d’une largeur de 1,80 m, équipé d’un sol en dalles de grès rose et en galets posés à plat, incurvé dans sa partie méridionale afin d’évacuer les eaux de pluie. Cet espace correspond donc sans doute à un porche d’entrée permettant de relier l’actuelle place Edmond-Henry à l’une des cours intérieures. De grandes arcades, matérialisées au sol par la présence de deux piédroits chanfreinés installés sur les fondations du MUR 204, devaient faciliter l’accès à la cour et le déchargement d’éventuelles marchandises.

85Le porche d’entrée débouche sur une vaste cour intérieure d’une superficie de 60 m2, délimitée au nord-ouest et au sud-est par le MUR 208/213 et le MUR 222. Conservée sur treize assises sur une hauteur de 1,87 m, la fondation du MUR 222 a été observée sur une longueur de 9,40 m. D’une épaisseur maximale de 0,80 m, la maçonnerie est constituée de moellons de grès rose, parfois gris, montés en petit appareil irrégulier et liés au mortier de chaux. L’extrémité sud-ouest du mur a vraisemblablement été reconstruite à l’occasion d’un remaniement ultérieur du bâti. Conservé sur une hauteur maximale de 2,20 m, le MUR 208/213 se développe sur une longueur de 13,30 m. Fondée sur une maçonnerie d’une épaisseur minimale de 0,70 m globalement comparable à celle du MUR 222 (moellons de grès rose montés en petit appareil, liés au mortier de chaux), l’élévation est conservée sur une hauteur de 1,24 m et une épaisseur de 0,60 m. Recouverte d’un enduit de chaux beige s’arrêtant au niveau d’un dallage (US 7041), elle est composée de deux assises inférieures formées de petits moellons en grès rose liés avec un mortier très sableux et de quatre assises supérieures en calcaire liées au mortier de chaux.

86Cette cour intérieure a fait l’objet de plusieurs aménagements : un dallage (US 7041) délimité au nord par le MUR 207, un escalier droit (ESC 230) bordant le MUR 208/213 sur une longueur de 3 m et des latrines (LAT 218), installées dans l’angle nord de la cour.

87Conservé sur une hauteur de 0,54 m, l’escalier, large de 0,98 m, permet de rattraper la différence de niveaux au sein de la cour partiellement recouverte par le dallage de grès rose (US7041) sur lequel divers matériaux anthropiques (fragments de céramique, objets métalliques, restes osseux) ont été retrouvés.

88Localisée dans l’angle nord de la cour, la fosse d’aisance LAT 218 est constituée d’une fosse maçonnée de plan rectangulaire (1,74 x 1,38 m), formée de moellons en grès rose montés en petit appareil irrégulier liés au mortier de chaux. Le fond de la structure est tapissé de sable gris facilitant le drainage des liquides organiques. Les deux couches d’utilisation de ces latrines (US 7079, 7080) correspondent à des sédiments organiques de couleur gris-vert qui ont livré des déchets domestiques, ce qui confère à la fosse un rôle secondaire de dépotoir. Cette cour intérieure communique à l’ouest avec une seconde cour par une ouverture large de 1,10 m, aménagée à l’extrémité nord-est du MUR 208/213. Contrairement à la première, cette cour ne reçoit pas d’aménagements particuliers.

Des vestiges d’habitat associés à des structures d’équipement dans les secteurs 7E et dans la partie occidentale des secteurs 7D et 7F

La première séquence d’occupation

89Dans le secteur 7E, une première séquence d’occupation est marquée par la présence d’une sablière basse (TRA 295) conservée sur une longueur de 5,10 m et une profondeur de 0,07 m [fig. 43]. Épais de 0,25 m, ce négatif se développe selon un axe SO-NE et se prolonge en angle droit sur une vingtaine de centimètres vers le nord-est, où elle est perturbée par l’installation d’une conduite en béton.

90Dans le secteur 7D, cette première séquence d’occupation D1 est marquée par le creusement de la fosse FOS 256 et par l’installation du MUR 419. La fosse FOS 256 correspond à une excavation de plan irrégulier couvrant une superficie totale de 2,30m2 [fig. 45]. Elle est surcreusée (1,08 x 0,89 m) et comblée, à sa base (US 7254), par un sable légèrement limoneux gris clair à marron incluant des fragments de céramique, des charbons de bois, de la faune, des os brûlés et quelques galets. Cette forte densité de matériaux anthropiques permet d’émettre l’hypothèse d’une utilisation secondaire comme dépotoir. Le MUR 419 se développe, quant à lui, selon un axe SO-NE. Épais de 0,80 m, il est conservé sur une longueur de 3,40 m. Cette maçonnerie, stratigraphiquement postérieure au comblement de la tranchée d’installation des latrines LAT 211 (phase C), est formée de moellons en grès rose et jaune montés en petit appareil irrégulier, liés au mortier de chaux. En raison de sa forte puissance, le MUR 419 correspond vraisemblablement à une fondation de bâtiment presque totalement détruit et récupéré pendant la phase d’occupation suivante. Son niveau de sol, dont il ne reste que des lambeaux, est matérialisé par du sable limoneux compact gris incluant un peu de faune.

fig. 45

Plan et coupes de la fosse FOS 256 (secteur 7D) (phase D1).
Plan and sections of pit FOS256 (sector 7D) (Phase D1).

© P. Girard, P.Kuchler.

91À quelques mètres seulement au nord-est de cette maçonnerie, dans le secteur F, les latrines LAT 258 et la FOS289 peuvent être attribuées à la même séquence d’occupation. De plan rectangulaire (3,92 x 2,89 m), la fosse d’aisance LAT 258, qui recouvre une superficie de 11,3 m2, est perturbée au sud-ouest par un puits (PUI 261) aménagé ultérieurement (phase E) [fig. 44e]. Conservée sur une profondeur de 0,80 m, la structure est établie dans une fosse de creusement comblée par des galets et des blocs en grès rose noyés dans une matrice sableuse marron-beige. Ses parois maçonnées sont composées de moellons en grès rose et jaune montés en petit appareil régulier et liés avec du sable limoneux marron. D’une épaisseur moyenne de 0,16 m, la couche d’utilisation (US 7267) repose en partie sur du sable gris (US 7320) et se présente sous la forme d’un sédiment organique de couleur sombre, comprenant de nombreuses inclusions anthropiques (faune, céramique, charbon de bois) suggérant une utilisation secondaire comme fosse-dépotoir. Plusieurs unités stratigraphiques à dominante sableuse (US7266, 7268, 7269, 7275) résultant d’une séquence de destruction, constituent le comblement interne de la fosse et recouvrent partiellement la maçonnerie.

92Très fortement perturbés par la construction d’un bâtiment régulier de la Congrégation Notre-Dame, les vestiges de la fosse FOS 289 se trouvent à 1,40 m de l’angle oriental des latrines LAT 258. La structure est conservée sur une longueur de 0,87 m, une largeur de 0,49 m et une profondeur de 0,54 m. Son creusement est caractérisé par une paroi nord-ouest verticale et par un fond plat tapissé de galets noyés dans une matrice sableuse de couleur marron clair. Le comblement supérieur de la structure se présente, quant à lui, sous la forme d’une couche d’argile limoneuse plastique de couleur jaune panachée orange et gris, dont l’origine reste inexpliquée.

La seconde séquence d’occupation

93La majorité des vestiges identifiés dans le secteur 7E est attribuable à une seconde séquence d’occupation (D2). Orienté SO-NE, le MUR 292 a été observé sur une longueur de 7 m et une hauteur de 1,11 m [fig. 43]. Il est apparemment pourvu d’un mur de refend se développant perpendiculairement vers le nord-ouest. Un retour, très partiellement conservé à l’extrémité nord-est de la maçonnerie, correspond peut-être à la façade arrière du bâtiment. Épaisses de 0,80 m, les fondations du MUR 292 sont formées de trois assises irrégulières en moellons de grès rose liés au mortier de chaux. Munie d’un ressaut de fondation d’une largeur moyenne de 0,18 m, cette maçonnerie n’est conservée en élévation que sur une seule assise soigneusement parementée. Le mur de refend n’a en revanche été observé qu’en plan.

  • 6 Cf. infra chap. 3.2.4.1.

94Au sud-est du MUR292, un segment arasé de maçonnerie (MUR 420) conservée sur une longueur de 1,02 m, légèrement désaxé par rapport à l’orientation SE-NO, correspond vraisemblablement aux vestiges d’un mur installé dans une cour. Épais de 0,62 m, il n’est conservé que sur une profondeur de 0,20 m. Le MUR292 est en effet lié à une fosse de plan rectangulaire (1,61 x 1,38 m) correspondant vraisemblablement à une structure d’équipement installée dans un espace non couvert (FOS291) [fig. 44c]. Les parois de cette structure en creux sont construites en moellons de grès rose montés en petit appareil irrégulier liés au mortier de chaux. Trois assises sont conservées sur une hauteur maximale de 0,40 m. Mesurant 1,92 m de long sur 1,56 m de large, la fosse d’installation de cette structure est comblée par des galets et des graviers noyés dans une matrice limono-sableuse. Le comblement (US 7418/7419) de cette fosse à fond perdu est composé de limon sableux gris foncé assez riche en matière organique qui suggère qu’elle était peut-être utilisée comme puisard. L’absence de parasites dans les sédiments prélevés dans la couche inférieure de la structure permet en effet de réfuter la première hypothèse émise dans le rapport de fouille qui était celle d’une fosse d’aisance6.

95Perturbée au nord-est par l’édification d’un mur plus récent, la fosse d’aisance LAT 298 [fig. 44e] a été aménagée à environ 1 m au sud-est du mur 292. Elle s’étend sur une longueur de 2,17 m, pour une largeur conservée de 1,10 m. Établies dans une fosse de creusement d’une profondeur de 1,42m, ses parois maçonnées (US 7452) sont constituées de moellons en grès rose plus ou moins assisés montés en petit appareil et liés avec un mortier de chaux très sableux. Le fond de la fosse est tapissé d’une couche de chaux (US 7458), surmontée d’un niveau de sable gris (US 7455) destinés à assainir le fond de la structure. La dernière utilisation de la fosse est matérialisée par une sédimentation organique riche en faune (US7454). Elle est scellée par une couche de comblement marquant son abandon (US 7453).

Un puits et deux tranchées de récupération dans le secteur 1A

96Les derniers aménagements réalisés dans la partie méridionale du site au cours de la phase D ont été observés dans le secteur 1A [fig. 43]. Il s’agit d’un puits (PUI 108), aménagé dans un espace délimité par deux tranchées de récupération (TRA106 et 107). Ces structures étaient en relation avec un même niveau d’occupation limoneux (US 1023) [annexe B, coupe 1b].

  • 7 Pour des raisons de sécurité, la structure, localisée en limite du secteur, n’a pu être fouillée qu (...)

97Creusé à partir des remblais de nivellement US 1024 et US 1038 marquant le début de la phase D, le puits entaille les niveaux inférieurs sur une profondeur indéterminée7. Le conduit maçonné, d’un diamètre externe de 1,40 m, est composé de moellons en grès rose liés au mortier de chaux. La structure a continué à fonctionner jusqu’à la phase F, époque à laquelle le puits a été comblé, puis récupéré dans sa partie sommitale [fig. 46].

fig. 46

Vue du comblement supérieur du puits PUI 108 depuis le nord (secteur 1A), XIVe-XVe s. (phase D).
View of upper fill of well PUI 108, taken from the north (sector 1A), 14th-15th century (Phase D).

© Y. Henigfeld.

98Les tranchées de récupération TRA 106 et TRA 107, respectivement orientées NO-SE et NE-SO, se rejoignaient probablement à l’origine selon un plan perpendiculaire, avant d’être perturbées par un sondage et par les tranchées de fondation de la maison d’arrêt. Dans le fond de la tranchée TRA 107, deux aménagements de pierre en grès rose formés d’un gros bloc ovale (US 1146) et de quatre éléments formant un ensemble quadrangulaire (SUP 353), correspondent peut-être aux vestiges d’une semelle de fondation récupérée. Cette hypothèse est corroborée par la présence, dans le comblement des tranchées, de déchets de maçonnerie en grès, inclus dans une matrice sablo-limoneuse de couleur marron-rose.

2.2.2.2. La partie septentrionale du site

99Comme en sa partie méridionale, où les vestiges d’habitat sont oblitérés par les bâtiments conventuels, le site est perturbé dans sa partie septentrionale par les caves de la maison d’arrêt [fig. 47]. Il reste cependant des zones ou des secteurs partiellement épargnés (zones 2, 3 et 4, secteurs 1D, 1E, 5C et 5D), dans lesquels les vestiges témoignent d’une part d’un assainissement définitif de la zone inondable, d’autre part d’une densification du bâti. À l’exception de l’ensemble formé par le MUR 284 et le MUR 285, localisés dans les secteurs 5C et 5D, les structures observées dans la partie nord du site sont – à l’instar des vestiges en partie sud de l’emprise – orientées selon un axe SO-NE et NO-SE.

fig. 47

Plan des structures d’habitat localisées dans la partie septentrionale du site, XIVe-XVe s. (phase D).
Plan of the habitation structures located in the northern part of the site, 14th-15th century (Phase D).

© M.Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

Une densification du bâti particulièrement sensible dans les secteurs 1D et 1E

100Les structures maçonnées sont particulièrement denses en bordure sud-est de l’îlot, dans les secteurs 1D et 1E [fig. 47], où le terrain est structuré par un réseau de murs délimitant des unités d’occupation distinctes s’inscrivant dans un parcellaire globalement comparable à celui de la phase C, se développant sur une superficie de 110m2 [fig. 48].

fig. 48

Vue d’ensemble de la partie sud-est du secteur 1D après la mise en évidence des vestiges des phases C et D, prise du S-SO, XIVe-XVe s. (phase D).
Overview of the south east part of sector 1D following the discovery of the remains from Phases C and D, taken from the south south east, 14th-15th century (Phase D).

© Y. Henigfeld.

101Le secteur 1D est caractérisé par la présence de plusieurs murs associés à des structures d’équipement formant un ensemble cohérent d’une superficie de 36 mm2 [fig. 49]. Les murs MUR 167, 169 et 170 sont en effet chaînés et appartiennent vraisemblablement à un même bâtiment (BAT398), qui s’étend sur une longueur conservée de 8 m et une largeur de 4,54 m. Le MUR 167 et le MUR 170, orientés selon un axe NE-SO, sont perpendiculaires au MUR 169. Ils correspondent à des semelles de fondation montées en assises irrégulières, dont l’épaisseur varie de 0,60 à 0,65 m. Formées de moellons en grès rose liés au mortier de chaux, ces maçonneries, soigneusement parementées, sont conservées sur une profondeur comprise entre 0,28 m et 0,50 m. Localisé en bordure nord-est du secteur, le MUR 159, orienté NO-SE, est stratigraphiquement postérieur aux MUR 170 et 167. Fortement perturbé par une tranchée de fondation de la maison d’arrêt, seul son parement sud-ouest a pu être observé sur une longueur de 2,12 m et une hauteur conservée de 0,20 m. Ce dernier présente des caractéristiques techniques comparables à celles des MUR 169, 170 et 172 et pourrait, en ce sens, correspondre à un réaménagement du bâtiment BAT 398.

fig. 49

Plan du bâtiment BAT 398. Coupe des FOS 168, 173 et 177, de la canalisation CAN 160 et des murs MUR 167 et 170 (secteur 1D), XIVe-XVe s. (phase D).
Plan of building BAT 398. Section of FOS 168, 173 and 177, conduit CAN160 and walls MUR167 and 170 (sector 1D), 14th-15th century (Phase D).

© M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

102Au sud-est du MUR 159, une fosse maçonnée de 1,70 x 0,90 m (FOS 168) est liée au MUR 167. Creusée sur une profondeur de 0,66 m, elle est composée de cinq assises irrégulières montées en petit appareil et liées au mortier de chaux. La fosse de creusement de cette structure, qui s’étend sur une longueur conservée de 3 m et une largeur de 1,20 m, a été comblée avec des galets et des graviers noyés dans une matrice limono-sableuse (US 1229). Le comblement inférieur de la structure (US 1150) correspond à une sédimentation légèrement organique de couleur grise, incluant quelques vestiges de matériaux anthropiques et de faune. L’US 1149 correspond à la séquence d’abandon de la structure qui s’est traduite par un dépôt de sable limoneux comportant de nombreux fragments de déchets de maçonnerie. La nature de la couche inférieure permet d’émettre l’hypothèse d’une structure ayant peut-être servi de puisard, au même titre que la fosse FOS 291, observée dans le secteur 7D [fig. 43, fig. 44c]. À 3,20 m au sud de cet aménagement, un muret dont la fonction reste imprécise (MUR172) se développe du nord-ouest au sud-est, sur une longueur minimale de 0,52 m [fig. 49]. Il est conservé sur une assise composée de trois blocs en grès rose.

103Une seconde fosse maçonnée (FOS 173) a été aménagée contre le MUR 170. Conservée sur une profondeur de 0,68 m, cette maçonnerie de plan trapézoïdal (1,68 x 0,85 m) est formée de cinq assises irrégulières montées en petit appareil. De petites dimensions, les moellons en grès rose et jaune sont liés au mortier de chaux. Le comblement inférieur de la fosse (US 1202) se présente sous la forme d’un dépôt limono-sableux marron, incluant des éléments organiques. Cette couche est scellée par deux niveaux à dominante limoneuse (US 1148, 1147) comportant des fragments de matériaux anthropiques et de la faune. La présence, dans le fond de la fosse, de sédiments organiques, suggère, là aussi, une utilisation de type puisard. Les matériaux anthropiques observés dans le comblement supérieur de la fosse laissent supposer qu’elle a servi de dépotoir dans un second temps. La partie supérieure de cette structure a été partiellement récupérée lors de la destruction des aménagements maçonnés. Le comblement de la fosse de récupération (FOS 156) était en effet constitué d’un sable limoneux, à fortes inclusions de déchets de maçonnerie (US 1113). La fosse FOS 156 perturbe la fondation d’un petit mur de partition interne (MUR 171) orienté NO-SE, conservé sur une longueur de 1,43 m et une hauteur de 0,44 m, similaire au MUR 172.

104Au sud-ouest de la fosse FOS 156, une seconde fosse de récupération (FOS 157), large de 1,05 m et profonde de 0,40 m, longe le MUR 170, sur une longueur de 2,47 m. Son comblement (US 1168) est comparable à celui de la fosse FOS 156. La fosse comportait peut-être, à l’origine, une structure destinée à recevoir les eaux de pluie. La présence, entre les fosses FOS 156 et FOS 157, d’une structure apparemment réservée au transport des eaux (CAN 160), tend à renforcer cette hypothèse. Observé sur une largeur de 0,73 m et une longueur 1 m, cet aménagement de surface était formé de moellons en grès rose disposés en l, dont le fond, étanchéifié par une argile orangée incluant quelques graviers et des cendres (US 1224), accusait un faible pendage en direction de la fosse FOS 157.

105Au sud-ouest de cet ensemble structuré, le MUR 174, orienté du nord-est au sud-ouest, se développe dans le prolongement du MUR 170 [fig. 47]. Appuyée contre l’angle formé par le MUR 170 et le MUR 169, cette semelle de fondation, conservée sur une profondeur de 0,52 m et une longueur de 4 m, est perturbée au sud-ouest par le sondage 2 et par une tranchée de fondation de la maison d’arrêt. Cette maçonnerie en grès rose liée au mortier de chaux, est montée en petit appareil à l’instar des murs du bâtiment BAT 398. Elle s’en différencie néanmoins par des pierres de parement disposées de façon moins régulière. Ce mur fonctionne peut-être avec le MUR 117, localisé à 6,50 m au sud-est du MUR 174, dans le secteur 1E. Il s’agit en l’occurrence d’une semelle de fondation creusée sur une profondeur de 0,20 m. Elle est formée de moellons en grès rose liés au mortier de chaux, se développant selon un axe NE-SO. Son épaisseur et sa longueur conservée sont respectivement de 0,60 et 2,30 m. Bien que légèrement désaxée par rapport à l’orientation du MUR 174, elle lui est stratigraphiquement contemporaine et pourrait en ce sens délimiter un même ensemble structuré au sein duquel deux fosses (FOS 158, 176) à fonction indéterminée et un trou de poteau (TPO 176) ont été observés.

106Au nord-ouest de ces aménagements, le MUR 162 se développe perpendiculairement au MUR 170 contre lequel il est appuyé. Conservé sur une longueur de 4,79 m, il est formé d’une puissante fondation d’une épaisseur de 0,80 m et d’une profondeur de 0,96 m, sur laquelle repose une élévation de 0,64 m d’épaisseur. Installée en tranchée étroite, la fondation du ce mur est formée de moellons en grès rose et jaune, noyés dans un bain de mortier. Son élévation est conservée sur deux assises montées en petit appareil sur 0,24 m de hauteur. Un second mur (MUR 161), de dimension plus réduite, est établi contre le MUR 162. Parallèle au MUR 170, il délimite un espace de 3,30 m x 5,20 m. Cette maçonnerie est formée de moellons en grès rose sommairement liés au mortier de chaux, dont la hauteur et l’épaisseur font respectivement 0,42 m et 0,22 m.

107L’analyse stratigraphique du secteur 1D permet de confirmer l’hypothèse d’unités distinctes. La séquence d’occupation est en effet caractérisée par deux types de dépôts. Dans l’espace délimité par le MUR 170 et le MUR 169, la séquence d’occupation se présente sous la forme d’une couche d’argile compactée de couleur ocre, à fortes inclusions de charbons de bois et de cendres. Sa texture argileuse est comparable au niveau de circulation observé dans l’espace enserré par les MUR 170, 161 et 162. En revanche, elle se différencie des niveaux d’occupation localisés au nord-ouest du MUR 161 et au sud-ouest des MUR 162, 169, caractérisés par un limon sableux incluant des charbons de bois et des fragments micrométriques de terres cuites architecturales. Ces niveaux sont scellés par des unités stratigraphiques d’épaisseur variable résultant de la destruction des structures de la phase D, et comprenant des déchets de maçonnerie inclus dans une matrice limono-sableuse.

108En l’absence d’indices suffisamment pertinents pour éclairer la nature des activités pratiquées dans les secteurs 1D et 1E, on peut émettre l’hypothèse d’arrière-cours à fonction domestique ou artisanale, délimitées par un réseau de murs associé à des structures d’équipement et fonctionnant avec des unités d’habitation probablement installées le long de l’actuelle rue Jeanmaire.

Des aménagements ponctuels en zones 3 et 4 et dans les secteurs 5C et 5D

109Dans la partie septentrionale du site, les aménagements de la phase D ont été fortement affectés par les travaux modernes et contemporains [fig. 47]. Il ne reste de cette phase d’occupation que quelques vestiges ponctuels correspondant à un bâtiment (zone 4), quatre latrines maçonnées (zones 3 et 2), une canalisation (zone 2 et secteur 5C) et une construction maçonnée (secteurs 5C et 5D).

Les vestiges d’un bâtiment en zone 4

110Perturbés au nord-est et au sud-est par des aménagements postérieurs, les vestiges de deux murs perpendiculaires forment l’angle d’un bâtiment d’une superficie supérieure à 18 m2 (BAT 396), qui succède au bâtiment BAT 397 de la phase C [fig. 35]. Le MUR 347 correspond à une semelle de fondation maçonnée qui se développe selon un axe NO-SE, sur une longueur conservée de 5,32 m. Elle forme un angle droit avec la tranchée de récupération du MUR 348, observée sur une longueur de 3,26 m. La maçonnerie et le négatif du mur récupéré font respectivement 0,42 m et 0,48 m d’épaisseur. Conservé sur trois assises irrégulières (h. : 0,32 m), le MUR 347 est formé de moellons en grès rose et jaune, montés en petit appareil. Liée au mortier maigre, la maçonnerie est soigneusement parementée. La tranchée de récupération du MUR 348 entaille quant à elle les niveaux de la phase antérieure sur une profondeur moyenne de 0,10 m. L’occupation est caractérisée par la présence d’un sol interne au bâtiment, composé d’une argile limoneuse ocre-jaune fortement compactée, sans inclusions apparentes (US 4083). Le niveau de circulation externe au bâtiment est matérialisé par une interface sur laquelle reposent quelques graviers et micro-fragments de grès.

Quatre fosses de latrines maçonnées en zones 2 et 4

111À une quinzaine de mètres au nord du bâtiment BAT 396, trois fosses maçonnées localisées en zone 3 (LAT 119, 290, 292) appartiennent, si l’on se réfère à leur position stratigraphique et aux fragments de céramique découverts dans leur comblement, à la même phase chronologique [fig. 47]. La base de ces trois structures présente des dépôts organiques (US 3031, 3032, 3060, 3049, 3051) attestant leur fonction de latrines.

112La première (LAT 119), fortement perturbée par des structures postérieures, se développe sur une longueur de 2,62 m et une largeur supérieure à 1,30 m. Le mur nord-est, conservé sur une profondeur de 0,41 m, est formé de trois assises irrégulières en moellons de grès rose et jaune non liés, montés en petit appareil. Les parements sud-est et sud-ouest, conservés sur une assise, ont été récupérés à l’époque moderne. La deuxième (LAT 292), qui recoupe partiellement la première, et lui est par conséquent postérieure, a été édifiée selon des techniques de construction comparables. Conservée sur une profondeur de 0,46 mm, elle accuse un plan rectangulaire de 2,78 m x 2,32 m.

113La troisième (LAT 290) [fig. 50a], entaillée par un sondage profond, se trouve à 4 m au sud-ouest de LAT 292. Elle s’étend sur une longueur de 1,89 m, une largeur supérieure à 0,40 m et une profondeur conservée de 1,04 m.

114Les murs de ces trois fosses maçonnées sont formés de moellons en grès rose et jaune. Si les assises supérieures sont liées au mortier maigre, les deux assises inférieures sont caractérisées par l’absence de liant. Cette technique de construction, que l’on retrouve dans les phases postérieures, est probablement destinée à faciliter l’écoulement des liquides organiques. Les niveaux d’occupation en relation avec ces fosses maçonnées ont été arasés lors des aménagements postérieurs. En l’absence d’informations topographiques plus précises, le regroupement de ces trois latrines permet d’émettre l’hypothèse d’un espace ouvert se développant derrière une ou plusieurs unités d’habitation dont l’emplacement n’a pas pu être précisé.

fig. 50

Plan et coupe de latrines, XIVe-XVe s. (phase D) :
a. LAT 290 (zone 3) ;
b. LAT 239 (zone 2).
Plan and section of latrines, 14th-15th century (Phase D) :
a. LAT 290 (zone 3) ;
b. LAT 239 (zone 2).

© P. Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

115À une trentaine de mètres au sud-est de ces aménagements, une quatrième fosse d’aisance (LAT 239) a été observée dans l’angle sud-ouest de la zone 2 [fig. 47]. Elle est conservée sur une longueur de 1,70 m, une largeur interne de 0,90 m et une profondeur de 1,40 m [fig. 50b]. Établis en tranchées étroites, les murs de cette structure sont composés de moellons de grès rose et jaune, noyés dans un bain de mortier. Le parement occidental de la fosse (MUR 238) correspond aux fondations d’un mur appartenant sans doute à un bâtiment détruit lors des travaux d’aménagement de la maison d’arrêt. Comme pour les trois fosses précédemment décrites, son comblement inférieur est formé d’un sédiment organique (US2039), comportant en particulier de nombreuses coquilles. Il est scellé par une accumulation de couches à dominante limoneuse (US 2032-2034), incluant des fragments de céramiques et de matériaux de construction. Outre sa fonction particulière, cette structure a également servi de dépotoir.

Une canalisation en zone 2 et dans le secteur 5C

116À environ 1 m au nord-est de la fosse d’aisance LAT 239, une canalisation partiellement conservée (CAN 240) se développe vers le nord-ouest sur une longueur minimale de 14,14 m [fig. 47]. Elle est installée en bordure sud-ouest de l’ancienne zone inondable, définitivement assainie par un apport de sédiments graveleux d’une puissance moyenne de 0,40 m, qui scelle les aménagements en bois et en pierres (LAT 286) de la phase C.

117Creusée sur une profondeur de 0,40 m, la canalisation est formée de deux parois en moellons de grès rose et jaune conservés sur trois assises irrégulières. Les largeurs interne et externe de ce dispositif destiné au captage ou à l’évacuation des eaux mesurent respectivement 0,64 m et 1,62 m. Le comblement de la structure se présente sous la forme d’une accumulation de sédiments à dominante sableuse gris-noir et jaune résultant du transport des eaux. L’ensemble est scellé par des niveaux de destruction marquant la fin de la phase D.

Une construction maçonnée dans les secteurs 5C et 5D

118À une dizaine de mètres au nord de la canalisation, deux murs (MUR 284, 285) forment peut-être l’angle d’une construction (bâtiment ?) désaxée par rapport aux aménagements attribués à la même période. Installé à la suite des travaux de viabilisation de la zone humide, le MUR 284 recouvre partiellement la fosse d’aisance LAT 286 (phase C). Les deux maçonneries sont conservées sur une hauteur de 0,79 m, une longueur de 4,46 m à 6,60 m, et une épaisseur de 0,70 à 0,89 m. Montés en petit appareil, ils sont composés de moellons de grès rose formant des assises irrégulières liées avec un sédiment argileux. Ces matériaux ont été partiellement remployés lors des phases de construction suivantes.

2.2.2.3. Les indices de datation

  • 8 Cf. infra chap. 3.2.1.1, chap. 3.2.1.2 et chap. 3.2.2.

119L’étude du mobilier archéologique permet d’attribuer cette phase à une période comprise entre le début du XIVe s. et le début du XVIe s.8. Cette proposition de datation est corroborée par les indicateurs chronologiques des phases C et E (datations céramologiques, dendrochronologiques et numismatiques).

120Les niveaux de construction et d’occupation ainsi que les couches d’utilisation des latrines LAT 258 et LAT 305 sont caractérisés par la présence de céramiques glaçurées « très décorées » qui se développent dans le courant du XIVe s. De même, le comblement inférieur de la fosse FOS 256 a livré des tessons de céramique mixte, attribuables à la même époque.

  • 9 Objet n° 7234.30.01 (cf. infra chap. 3.1.3.1).

121Les éléments les plus récents proviennent des couches de destruction et des niveaux d’abandon des structures en creux LAT 239 et FOS 291 (grès gris et céramique glaçurée à lèvres à dépressions internes, carreaux de poêle glaçurés sur engobe à motif floral, verre) et FOS 173 (verre). Ils sont attribuables à une période recouvrant le XVe s. et le début du XVIe s., antérieure à la restructuration de l’îlot (phase E). L’objet le plus récent correspond à un jeton de Nuremberg9 de la première moitié du XVIe s. issu du comblement de la fosse FOS 254.

2.3. Du XVIe au XVIIIe s. : le renouvellement de l’habitat et le développement d’une occupation religieuse

122L’examen du processus de formation stratigraphique, associé aux résultats des analyses dendrochronologiques, des études du mobilier archéologique et des sources documentaires, conduit à distinguer deux phases d’occupation recouvrant respectivement les XVIe-XVIIe s. (phase E) [fig. 51] et le XVIIIe s. (phase F) [fig. 62].

fig. 51

Plan de localisation des structures, XVI-XVIIe s. (phase E).
Location plan of structures, 16th-17th century (Phase E).

© M.Dantan, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

123Dans le courant du XVIe s. (première séquence d’occupation de la phase E, ou phase E1), le développement topographique de l’îlot est marqué par le développement d’un habitat sur cave, en particulier dans la partie méridionale du site [fig. 52].

fig. 52

Plan de localisation des structures d’habitat, XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1).
Location plan of habitation structures, 16th century – early 17th century (Phase E1).

© M. Dantan, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

124À partir des années 1620 et tout au long du XVIIe s. (seconde séquence d’occupation de la phase E, ou phase E2), les religieuses de la Congrégation Notre-Dame vont investir et réaménager les lieux en créant de nouveaux espaces destinés à leur inhumation ou à l’instruction des jeunes filles [fig. 56].

125Dans le courant du XVIIIe s., la topographie de l’îlot est modifiée en profondeur par la construction d’un nouveau monastère dont l’organisation interne peut être précisée par l’étude des plans des bâtiments conventuels dressés après la Révolution française, avant leur transformation définitive en locaux administratifs [fig. 62].

2.3.1. La restructuration de l’îlot (XVIe s.)

126Le XVIe s. est caractérisé par l’émergence de vastes corps de logis fondés sur caves à l’arrière desquels sont établies de nouvelles structures d’équipement (fosses-latrines, dépotoirs, puits, puisard). Parfois fortement arasés par les constructions postérieures (couvent, maison d’arrêt), ces vestiges sont principalement concentrés dans la partie méridionale du site, mais leur présence est également sensible dans les secteurs plus septentrionaux [fig. 52].

2.3.1.1. La partie septentrionale du site : des structures maçonnées et excavées, aménagées dans des arrière-cours

Une structure maçonnée associée à des fosses dans le secteur 1D

127La partie occidentale du secteur 1D [fig. 53] est marquée par la présence de deux murs parallèles (MUR 154 et 155), orientés selon un axe NE-SO, délimitant un espace interne de 2,96 mm de large (BAT 358). D’une épaisseur moyenne de 0,32 m, ces maçonneries semblent s’appuyer, au sud-ouest, sur un mur préexistant datant de la phase D (MUR 161). Elles se développent sur une longueur minimale de 5,30 m et sont formées de moellons en grès rose montés en petit appareil irrégulier. Conservés respectivement sur trois et cinq assises, soit sur une hauteur de 0,31 et 0,60 m, ces murs appartiennent à un ensemble structuré couvrant une surface supérieure à 20 m2 et englobant deux fosses de plan rectangulaire (FOS 164, 165). D’une superficie comprise entre 5 et 6,5 m2, ces dernières entaillent les niveaux inférieurs jusqu’à une profondeur de 1,39 m (FOS 164) et sont comblées par un sédiment sablo-limoneux à fortes inclusions de déchets de maçonnerie. La partie supérieure des parois orientales de ces fosses est tapissée par un sédiment argileux vert-orangé résultant de la volonté d’étanchéifier les excavations, ce qui permet d’émettre l’hypothèse de citernes ou de structures à fonction artisanale que l’on cherche à protéger des intempéries par une construction légère. Le sol interne au bâtiment se présente sous la forme de micro-fragments de matériaux de construction noyés dans un bain de mortier qui recouvre la base du parement interne du MUR 154.

128Une troisième fosse (FOS163), d’une superficie atteignant 11,50 m2, est établie à l’extérieur et dans l’axe du bâtiment. Creusée sur une profondeur minimale de 1,37 m, elle présente les mêmes caractéristiques que les deux autres fosses. Elle s’en différencie néanmoins par l’absence d’argile sur les parois. Sa fonction est donc sans doute différente mais reste difficile à préciser en l’absence d’indices probants.

fig. 53

Plan des structures d’habitat de la zone 3 et des secteurs 1D, 7A, 7B, 7E et 7F, XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1).
Plan of the habitation structures in zone 3 and sectors 1D, 7A, 7B, 7E and 7F, 16th century – early 17th century (Phase E1).

© M. Dantan, P. Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

De nouveaux aménagements en zones 3 et 4

129Des latrines maçonnées et de vastes excavations sont établies en zone 3 et en limite occidentale de la zone 4 [fig. 53]. Elles semblent se développer dans une même parcelle non bâtie, bornée à l’est par un nouveau mur de clôture (MUR 345). Deux fosses d’aisance (LAT 288, 289) ont été clairement identifiées dans ce secteur.

130Au sud-est, les latrines LAT 288 sont accolées au mur septentrional d’une cave d’un bâtiment (MUR 362). Ce dernier forme la limite sud-ouest de la structure maçonnée [fig. 55a]. De plan rectangulaire, elle couvre une superficie d’environ 17,25 m2 (4,64 x 3,72 m) pour une hauteur conservée de 1,76 m. Les parois maçonnées sont constituées de moellons en grès rose montés en petit appareil régulier et liés au mortier de chaux. D’une puissance moyenne de 0,25 m, le comblement inférieur de la fosse d’aisance (US 4064) est caractérisé par un sédiment fortement organique marron foncé, scellé par une couche plus sableuse (US 4063). Ces niveaux d’utilisation ont également servi de dépotoir, dans la mesure où ils ont livré une quantité abondante de mobilier archéologique. Un ensemble de six planches, datées par dendrochronologie, provient du remplissage inférieur. La richesse et la diversité du répertoire de formes complètes en céramique et en verre témoignent de la qualité du niveau de vie des utilisateurs. Cet indicateur social est corroboré par la présence de petit gibier, dont la consommation en milieu urbain est souvent interprétée comme un indice d’opulence.

fig. 55

Plan et coupe de latrines, XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1) :
: LAT 288 (zone 4) ;
: LAT 289 (zone 3) ;
: PUI 261 (secteur 7F) ;
: FOS 279 (secteur 7F).
Plan and section of the latrines, 16th century – early 17th century (Phase E1) :
a: LAT 288 (zone 4) ;
b: LAT 289 (zone 3) ;
c: PUI 261 (sector 7F) ;
d: FOS 279 (sector 7F).

© M.Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

  • 10 Cf. infra chap. 3.2.1.2.

131Installées à environ 4 m au nord-ouest de LAT 288 [fig. 52], la fosse LAT 289, de plan rectangulaire (1,78 x 1,44 m) est sensiblement plus petite [fig. 55b]. La fosse de creusement est comblée par un sédiment à matrice sableuse (US 3036). Conservées sur une hauteur moyenne de 1,70 m, les parois maçonnées sont formées de moellons en grès rose et jaune montés en petit appareil irrégulier observé sur douze assises. Les cinq assises inférieures sont montées à joints vifs, contrairement aux assises supérieures, liées au mortier maigre. Les niveaux d’utilisation de cette structure (US3043-3046) se présentent sous la forme de sédiments organiques de couleur marron à gris foncé. Ils sont caractérisés par de fortes inclusions de verre qui attestent l’utilisation de la structure comme dépotoir. L’étude de la verrerie issue des latrines LAT 288 et LAT 289 montre la contemporanéité des deux comblements10.

132Localisées entre ces latrines, deux fosses (FOS 300, 301) n’ont été fouillées que partiellement [fig. 53]. De plan ovale (2,60 x 1,90 m), la fosse FOS 301 est perturbée par l’installation de la structure FOS 300. Son comblement est formé d’un sédiment sablo-limoneux de couleur marron, à fortes inclusions de déchets de maçonnerie. D’un diamètre de 3,80 m, la fosse FOS 300, parfaitement circulaire, est quant à elle visiblement entaillée à l’est par le creusement des latrines LAT 288. Malgré ces recoupements, l’étude des quelques fragments de céramiques prélevés dans ces fosses permet d’attribuer leur remplissage à une séquence d’occupation identique à celle des latrines.

133Plus au nord, une vaste excavation (FOS 304) de plan rectangulaire (6,10 x 5,80 m) entaille fortement les niveaux archéologiques antérieurs, sur une profondeur de 1,96 m. Couvrant d la sorte une superficie d’environ 35 m2, elle est également caractérisée par un comblement sablo-limoneux, riche en matériaux de démolition. De même que les fosses FOS 300 et FOS 301, la nature et les inclusions de son remplissage témoignent de la récupération de structures maçonnées dont la fonction n’a pas pu être précisée (latrines, cave…).

134À 0,70 m à l’est des latrines LAT 288, le MUR 345 se développe sur une longueur supérieure à 5,20m, selon un axe SO-NE. Conservé sur une hauteur de 0,65 m, il est constitué de moellons en grès rose de plus grand module pour l’élévation, montés en assises irrégulières liées au mortier maigre. La faible épaisseur (0,42 m) et la profondeur réduite des fondations permettent de supposer qu’il s’agit d’un mur de parcelle, à l’est duquel s’étend une cour pavée. Cette dernière est matérialisée par un aménagement de galets noyés dans une matrice sableuse, reposant partiellement sur le ressaut de fondation du MUR 345 (US 4071) [ANNEXEB : coupe 12].

2.3.1.2. La partie méridionale du site : des corps de logis sur cave et leurs dépendances

135Au moins deux corps de logis fondés sur cave appartenant à une ou plusieurs propriétés se développent dans la partie méridionale du site. Accolés à l’ancienne construction BAT 338 légèrement remaniée, ils s’inscrivent dans des parcelles pourvues de cours intérieures ou de jardins et de structures d’équipement (latrines et puits).

Deux caves en fond de parcelles

136Deux caves (CAV 340, 343) d’une superficie comprise entre 83 à 128 m2 sont construites à l’ouest et au nord du bâtiment BAT 338, qui fait l’objet de travaux de réaménagement durant la phase E1 [fig. 52]. Ces derniers sont notamment matérialisés par la présence d’une fosse de plan ovoïde (FOS 200), entaillant en partie la fosse FOS 254 (phase D) sur une profondeur de 0,42 m. D’une superficie de 3,5 m2, elle est caractérisée par un comblement limono-sableux marron-gris riche en déchets de maçonnerie et en fragments de céramique de poêle (US 7013).

137Plus au nord, dans le secteur 7F, la cave CAV 343 communique directement avec les deux cours intérieures par deux portes percées dans les MUR 224 et MUR 403 construits dans le courant de la phase D. Elle se compose d’au moins trois cellules qui s’organisent autour d’un couloir central d’une largeur de 1,20 m, délimité par le MUR 309 et le MUR 418, et auxquelles on accède par des escaliers droits. Conservé sur une hauteur de 1,70 m, le mur nord-est de cette première cave (MUR 415) est édifié en blocs de grès montés en moyen appareil régulier. D’une puissance de 0,84 m, les deux premières assises sont liées avec du sable limoneux marron alors que les assises supérieures sont jointes par du mortier maigre. La cave est fermée au nord-ouest par le MUR 310 dont la partie orientale a été entièrement démontée lors de la construction du couvent de la Congrégation Notre-Dame (phase F). Épais de 0,78 m, il est chaîné, au sud-ouest, avec le MUR 403. D’une moindre puissance (comprise entre 0,30 et 0,56 m), les murs internes à la cave (MUR 309, 409, 416, 417, 418) sont constitués, en élévation, de moellons en grès rose montés en petit appareil régulier et liés au mortier de chaux. Seul le sol de la cellule la plus méridionale est conservé : il s’agit d’un dallage en grès rose d’une épaisseur de 0,10 m (US 7373).

138Dans les secteurs 7C et 7D, la cave CAV 340 comprend, dans un premier temps, un seul espace de stockage qui est, par la suite, divisé en deux par l’édification du MUR 101 (épais de 0,74 m) qui s’appuie contre les maçonneries MUR 286 et MUR 404. D’une superficie d’environ 53 m2, la pièce sud-ouest, de plan quasi-carré, est délimitée au nord-ouest par une maçonnerie en moellons de grès rose et calcaire blanc montés en petit appareil et liés au mortier de chaux (MUR 404). Observé sur une hauteur de 1,85 m, ce mur est caractérisé à sa base par un ressaut de fondation d’une largeur inférieure à 0,10 m, dont l’altitude coïncide avec celle de tranchées rectilignes larges d’une vingtaine de centimètre et parallèles ou perpendiculaires entre-elles (US 7598). Ces dernières matérialisent sans doute les solives du plancher de la cave. Plus étroite que la précédente (soit 3,50 m de large), la pièce nord-est est bornée au nord par un mur localisé dans le prolongement du MUR 404, avec, malgré tout, un léger décrochement de la maçonnerie (MUR 286). Conservé jusqu’à une hauteur de 2 m et une longueur de 7,70 m, il est orné de deux niches rectangulaires surmontées de trois corbeaux qui devaient, à l’origine, supporter le plancher du rez-de-chaussée [fig. 54]. D’une épaisseur de 0,60 m, le MUR 286 présente la particularité d’être enduit sur ses deux faces, ce qui témoigne également de la présence d’un sous-sol au nord de la cave CAV 340.

fig. 54

Vue d’ensemble du parement oriental du mur MUR 286, prise de l’est (secteur 7D), XVIe s. – début du XVIIe s. (phase E1).
Overview of the eastern face of wall MUR 286, taken from the east (sector 7D), 16th century – early 17th century (Phase E1).

© M. Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

139Ce bâtiment s’ouvre au nord-ouest sur une cour dont le sol est formé de dalles et de petits galets noyés dans du sable marron-gris incluant des nodules de mortier de chaux (US 7002). Elle est fermée au sud-ouest par un mur de 0,50 m d’épaisseur, observé sur une longueur approximative de 4 m (MUR 423) [fig. 52]. Il semble également marquer la limite nord-est d’un bâtiment fondé sur cave qui se développait sous le hall d’entrée de l’actuel palais de justice. Cette cour est par ailleurs bornée au nord-est par le MUR 300 et au nord-ouest par le MUR 292, construit durant la phase D2. Parmi les nouveaux aménagements, il faut mentionner le puits PUI 212, carré à sa base (0,68 m de côté) puis circulaire dans sa partie supérieure (0,70 m de diamètre interne), installé contre le MUR 292 [fig. 53]. Conservé sur une hauteur de 3,05 m, son cuvelage maçonné est formé de blocs en grès gris montés en moyen appareil régulier et liés au mortier de chaux. Il est colmaté à l’extérieur par de l’argile vert-jaune très plastique, destinée à empêcher la pollution de l’eau et à améliorer l’étanchéité de la structure. Des plaquettes en grès jaune associées à du sable gris sont disposées à plat sur le fond du puits ou de chant contre la paroi. Cette structure est comblée par trois couches à matrice sableuse de couleur marron (US 7054, 7057, 7064), riches en mobilier archéologique, dont un crucifix attestant peut-être d’une seconde utilisation du puits par les religieuses comme dépotoir. D’après l’étude de la céramique et du verre, l’abandon du puits PUI 212 résulte sans doute de la restructuration du couvent de la Congrégation Notre-Dame au début du XVIIIe s. (phase F) et du fonçage à proximité d’une nouvelle structure d’approvisionnement en eau (PUI 290).

Trois structures d’équipement accolées à deux caves

140Reconnu à proximité du MUR 286, le puits PUI 261 est sans doute installé dans une cour ou dans un jardin, localisé à l’arrière de la cave CAV340 [fig. 52, fig. 53]. Il marque ainsi l’extension septentrionale maximale de ce sous-sol. Conservé sur une profondeur de 1,69 m, il entaille en partie les latrines LAT 258 (phase D). Un mur incurvé (MUR 260), observé sur une hauteur de 0,68 m, épouse son parement extérieur, afin peut-être d’éviter une contamination de l’eau du puits par le contenu de la fosse d’aisance [FIG. 55c]. Épais de 0,27 m, il est construit en moellons de grès rose montés en petit appareil irrégulier, liés avec du mortier maigre.

141D’un diamètre interne de 0,70 m, le puits PUI 261 est, quant à lui, constitué d’un cuvelage maçonné en moellons majoritairement de grès jaune soigneusement équarris, montés en petit appareil régulier (neuf assises conservées) et liés au sable marron-beige. Il est équipé à sa base d’une dalle en grès percé, au centre, d’un trou circulaire. Son unique comblement (US 7278) est composé de sable marron-beige incluant de nombreux graviers, quelques déchets de maçonnerie en grès rose et jaune, ainsi que des fragments de céramique qui, malgré leur faible quantité, témoignent d’un abandon de la structure pendant la séquence d’occupation E2.

142Adossée au mur nord (MUR 415) de la cave CAV 343, la fosse FOS 279, maçonnée et de plan rectangulaire (1,93 x 1,20 m), est perturbée par la façade septentrionale du bâtiment de la clôture du couvent de la Congrégation Notre-Dame [fig. 52, fig. 53]. Conservés sur cinq assises régulières (h. : 1,32 m), ses parements sont constitués de moellons de grès rose soigneusement équarris, montés en moyen appareil et liés au mortier de chaux. Ils délimitent un conduit (0,86 x 0,77 m) dont le fond est équipé d’une dalle en grès rose percée en son centre d’une ouverture circulaire (diam. : 0,07 m) [fig. 55d]. Le comblement de la structure se présente sous la forme d’un sédiment à matrice sableuse de couleur grise (US 7369) ayant livré une quantité importante de déchets domestiques, comprenant notamment des fragments de verre et de céramique. Elle a par conséquent servi de dépotoir dans un second temps d’utilisation. Sa fonction primaire reste incertaine, toutefois les techniques de construction et la profondeur du cuvelage maçonné, similaires à celles des structures PUI 212 et PUI 261, vont dans le sens d’une première utilisation en tant que puits.

143À environ 6,50 m au sud-ouest de cette structure se développe, sur une superficie supérieure à 4 m2, la fosse d’aisance LAT 326, qui n’a pu être fouillée jusqu’à sa base pour des raisons de sécurité [fig. 52]. Également adossée au MUR 415, elle est comblée par un sédiment très organique de couleur gris-noir incluant de nombreux matériaux anthropiques, ce qui lui confère une fonction secondaire de dépotoir.

Une occupation non structurée dans le secteur 1A

144Dans le secteur 1A, le puits PUI 108 installé durant la phase D est toujours en activité. Un niveau anthropique cendreux de faible puissance (US 1020) [ANNEXEB : coupe 1b] témoigne de la continuité de l’occupation dans ce secteur. Il repose sur un épais remblai de nivellement à dominante sableuse de couleur marron, incluant d’importants fragments de matériaux de construction (US 1021) [ANNEXE B : coupes 1a et 1b].

2.3.1.3. Les indices de datation

145Outre les arguments stratigraphiques, l’attribution de cette séquence d’occupation au XVIe s. est fondée sur les résultats des analyses dendrochronologiques (Tegel 1996) et sur l’étude du mobilier archéologique.

146Les six bois prélevés dans le comblement inférieur des latrines LAT 288 localisées en zone 4 ont pu être calés entre 1294 et 1524, mais la présence de traces d’aubier sur un échantillon permet de resserrer la date d’abattage des bois vers 1540 (± 10 ans) et, par extension, d’attribuer le début de la phase E1 à la première moitié du XVIe s.

  • 11 Cf. infra chap. 3.2.1.1. et chap. 3.2.1.2.

147Cette proposition de datation est corroborée par l’étude du mobilier en céramique et en verre issu des structures d’équipement utilisées comme dépotoir11. La plus récente (FOS 279) renferme une quantité importante de mobilier de la fin du XVIe et du début du XVIIe s., marquant ainsi la fin de l’occupation laïque et le début de l’occupation religieuse à partir de 1619.

2.3.2. Le premier couvent de la Congrégation Notre-Dame (XVIIe s.)

148Les religieuses de la Congrégation Notre-Dame se contentent de réoccuper progressivement les bâtiments localisés dans la partie méridionale de l’îlot en les restructurant partiellement. Elles sont peut-être aussi à l’origine des constructions réalisées dans la partie septentrionale du site [fig. 56].

2.3.2.1. De nouvelles constructions au nord

Une cave et un réseau de murs dans les zones 3 et 4

149Les vestiges d’une cave voûtée, de plusieurs murs et d’une rigole ont été relevés dans les zones 3 et 4. Ils marquent une densification du bâti et un morcellement des unités d’habitation dans ce secteur au cours de la séquence d’occupation E2.

150Observée dans la coupe stratigraphique méridionale de la zone 3 sur une hauteur de 1,52 m [ANNEXEB : coupe 12], la cave BAT 344 est couverte d’une voûte surbaissée reposant sur des murs d’une épaisseur moyenne de 0,55 m (MUR 363, 365). La limite septentrionale de la structure est matérialisée par une maçonnerie orientée selon un axe NO-SE (MUR 364). Conservée sur une hauteur de 0,41 m, elle est formée de moellons en grès majoritairement jaunes, liés au mortier de chaux.

151Parmi les murs observés, huit ont été reconnus en coupe en limite sud-ouest de la zone 4 (MUR 335-342) [ANNEXE B : coupe 11]. Ils sont tous constitués de moellons en grès rose montés en petit appareil, formés d’assises irrégulières liées au mortier de chaux. Relevés sur des hauteurs variant de 0,49 à 1,72 m et d’une épaisseur moyenne de 0,30 m, les maçonneries MUR 336-342 délimitent trois aménagements de galets noyés dans une matrice sableuse et un niveau de sol caractérisé par une argile verte fortement compactée. L’hypothèse de murs de parcelles enserrant des espaces non couverts (cours pavées ?) peut être émise. D’une épaisseur de 0,72 m, le MUR 335, orienté SO-NE, a pu servir de fondation à un mur mitoyen situé entre deux habitations contiguës.

152Relevés en plan dans la moitié méridionale de la zone 3, les quatre derniers murs (MUR 296-299), d’une épaisseur moyenne de 0,50 m, sont formés d’assises irrégulières montées en petit appareil. Ils sont constitués de moellons en grès rose et jaune liés au mortier de chaux. Perturbé par l’installation d’une conduite d’évacuation ou de captage des eaux en phase G (COD 266), le MUR 298, longé à l’est par un aménagement de moellons en grès rose et jaune formant une rigole (RIG 352) [ANNEXE B : COUPE 11], s’étend sur une longueur de 15,50 m, selon un axe SO-NE. Il forme un angle droit avec le MUR 299 (2,10 m de long). À une distance d’environ 6 m se développent le MUR 296 (14,20 m de long, orienté SO-NE) et le MUR 297 (2,95 m de long, orienté NO-SE). L’ensemble de ces constructions constitue apparemment des limites de parcelles aménagées en cours ou en jardins, localisées à l’arrière du bâtiment sur cave BAT 344.

Une structure d’habitation, deux murs et une conduite dans la zone 5

153En limite septentrionale du secteur 5C, une construction de plan rectangulaire (BAT 369) couvre une superficie d’environ 27 m2 (7 x 3,80 m) [fig. 56]. Elle est délimitée par les MUR 277, 278, 279, et comprend un niveau de sol interne se présentant sous la forme d’un sédiment compacté à matrice limono-sableuse de couleur marron-gris. Les murs, épais de 0,58 m, sont fondés en moellons de grès jaune et rose montés en petit appareil, conservés sur neuf assises et liés au mortier maigre. Formant un angle à 90° avec la limite orientale de la pièce (MUR 277), le MUR 276 est composé de moellons en grès rose et jaune montés en petit appareil observé sur deux assises irrégulières, liées au mortier maigre. Épais de 0,62 m, il est conservé sur une longueur de 3,05 m. Cet ensemble est accolé au MUR 280, observé sur une longueur de 15,50 m et une hauteur de 1,50 m. Le MUR 280 est épais de 0,68 m, et formé de treize assises irrégulières en moellons de grès rose montés en petit appareil et liés au mortier de chaux. Son extrémité orientale forme un angle de 45° avec le MUR 243 relevé dans la coupe stratigraphique du secteur 5B [ANNEXE B : coupe 13]. Établie à partir de la partie supérieure du remblai de nivellement US 5015, cette maçonnerie est construite en moellons de grès rose et conservée sur cinq assises liées au mortier de chaux, soit sur une hauteur de 1,54 m. Épais de 0,68 m, le MUR243 est associé à deux autres murs (MUR 244, 245) et à une conduite (COD 246).

154Observée dans la coupe stratigraphique orientale du secteur 5B [ANNEXE B : coupe 13], la conduite d’évacuation ou de captage des eaux COD 246 est constituée de deux parements formés chacun de deux dalles en grès rose posées de chant (ép. moyenne : 0,08 m ; h. : 0,50 m). Le conduit, dans lequel s’est déposé un sédiment limono-sableux de couleur marron-gris, mesure entre 0,68 et 1 m de large. Il est recouvert par un dallage en grès, principalement jaune, conservé sur une longueur de 3,40 m.

155Orienté selon un axe SO-NE [fig. 56], le MUR 244 est composé de moellons en grès rose montés en petit appareil, conservés sur quatre assises irrégulières liées au mortier de chaux. Relevée sur une longueur de 5 m, cette fondation, épaisse de 0,52 m, est chaînée à angle droit avec le MUR 245 qui présente des caractéristiques techniques comparables.

2.3.2.2. Au sud, transformation des bâtiments et émergence d’un établissement religieux

156Dans la zone 7, la création du couvent de la Congrégation Notre-Dame suscite une réorganisation des bâtiments préexistants [fig. 56]. Les religieuses aménagent une chapelle à l’emplacement d’une ancienne cour (secteur 7B) et établissent le cloître au droit d’une cave comblée pour l’occasion (secteur 7C). Ces premiers édifices à caractère religieux servent également d’espaces funéraires. D’autres réaménagements participent à l’amélioration des conditions de vie du couvent, notamment l’établissement de nouvelles structures d’équipement (puits, latrines).

Le bâti

La chapelle funéraire

157Orientée selon un axe SO-NE, la chapelle funéraire couvre un espace interne de 55 m2 (11 x 5 m) [fig. 57]. Elle est délimitée au sud-est et au nord-est par deux murs édifiés à la séquence d’occupation précédente (MUR 213, 403). Ils subissent toutefois quelques transformations remarquables, qui isolent la chapelle des autres bâtiments conventuels. Elles consistent notamment à condamner les anciennes portes d’accès à la cour intérieure et aux caves septentrionales (MUR 196). Le MUR 403 est également percé par deux entailles carrées de 0,01 m de côté, espacées l’une de l’autre de 1,80 m. Elles matérialisent peut-être l’emplacement d’un retable érigé au fond du chœur de la chapelle. Une nouvelle maçonnerie (MUR 195), observée sur une hauteur de 1,70 m, clôt l’édifice au nord-ouest. Épaisse de 0,50 m, elle est constituée de moellons en grès rose montés en petit appareil irrégulier, liés au mortier de chaux par des joints saillants.

Le cloître

158Reconnue sur une superficie d’environ 80 m2, la cour du cloître est installée à l’emplacement exact de la pièce sud-ouest de la cave CAV340, remblayée pour établir le cimetière [fig. 56]. Les tombes sont en effet creusées dans un sédiment rapporté à matrice limoneuse de couleur marron qui repose sur un puissant niveau sableux à fortes inclusions de matériaux de destruction provenant du démantèlement de la cave. La limite nord-est du cloître correspond au MUR 403, conservé pour l’occasion et prolongé vers le nord-ouest par une nouvelle construction, le MUR 246 (3,52 m de longueur, 0,40 m d’épaisseur). Malgré l’absence de preuves archéologiques, les autres limites du cloître se superposent sans nul doute aux anciens murs de la cave. À environ 3 m à l’est du MUR 246, s’étend le MUR 308, également orientée NO-SE (4,78 m de longueur, 0,55 m de hauteur conservée, 0,56 m d’épaisseur). Il est constitué de moellons en grès rose montés en petit appareil et liés au mortier de chaux. Enduit sur ces deux faces, il correspond peut-être à la limite nord-est de la galerie orientale du cloître.

fig. 56

Plan de localisation des structures d’habitat, XVIIe s. (phase E2).
Location plan of the habitation structures, 17th century (Phase E2).

© M.Dantan, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

159Entaillant la sépulture SEP 191, un escalier est établi en limite sud-est de la cour du cloître (ESC 331) [fig. 58]. Sans doute adossé aux fondations du mur méridional de l’ancienne cave, sa cage est composée de moellons en grès jaune et rose montés en petit appareil régulier liés au mortier de chaux. Conservé sur une hauteur de 1,50 m, cet aménagement offre un accès entre la cour et un couloir souterrain longeant le mur gouttereau nord de la chapelle.

Les sépultures

L’organisation funéraire

160Les soixante-quatre sépultures mises au jour, correspondant à quatre-vingt-cinq individus inhumés, se répartissent selon deux zones funéraires : l’une en aire ouverte, reconnue comme la cour du cloître, l’autre au sein d’un édifice de culte, identifiée en tant que chapelle [fig. 57, fig. 58].

fig. 57

Plan du cimetière des religieuses localisé dans la chapelle funéraire, XVIIe s. (phase E2).
Plan of the nuns’ cemetery located in the funerary chapel, 17th century (Phase E2).

© F.Adam, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

fig. 58

Plan du cimetière des religieuses localisé dans la cour du cloître, XVIIe s. (phase E2).
Plan of the nuns’ located in the cloister’s courtyard, 17th century (Phase E2).

© F.Adam, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.

161Dix-huit sépultures ont été mises au jour à l’intérieur de la chapelle, dont seize en position primaire. Deux d’entre elles (SEP 131, 188) renferment une ou deux réductions (SEP 131) à l’intérieur de coffres en bois. Toutes les inhumations sont orientées NE-SO.

162Elles sont soigneusement disposées en colonne et en rangée, parallèlement aux côtés longs de la chapelle. Un espace vierge observé entre les sépultures SEP 112 et SEP 116, distantes l’une de l’autre de 2,50 m, matérialise peut-être l’emplacement d’un autel. Deux défuntes (SEP 119, 131) semblent avoir été installées à l’écart des autres religieuses, ce qui témoigne peut-être d’un privilège de rang (fondatrices du couvent ?). Alors que les tombes accolées au MUR 403 ont toutes été creusées sur une profondeur de 1,25 m [fig. 59], les autres ont été aménagées à des profondeurs diverses, comprises entre 0,81 m (SEP112) et 1,97 m (SEP113). Ces différences de profondeur résultent sans doute de plusieurs séquences d’inhumation et/ou de l’activité de plusieurs fossoyeurs. Les inhumations SEP 113, SEP 166 et SEP 188 sont recoupées ou scellées respectivement par les sépultures SEP 165, SEP 110 et SEP 135.

fig. 59

Vue d’ensemble de la partie nord-est de la chapelle funéraire, prise du sud-ouest (secteur 7B), XVIIe s. (phase E2).
Overview of the north east part of the funerary chapel, taken from the south west (sector 7B), 17th century (Phase E2).

163Quarante-six sépultures en position primaire ont été mises au jour dans la cour du cloître. Bien que la plupart des inhumations soient orientées NE-SO, quatre individus sont inhumés selon les axes SO-NE (SEP 147, 148, 150) et NO-SE (SEP 167). Cette diversité des orientations suggère une modification du système de circulation au sein du cimetière. Dans un premier temps, la disposition de certaines sépultures indique qu’une allée est créée dans la moitié sud-ouest du cimetière, selon une orientation identique à celle de l’inhumation SEP 167, afin de pouvoir accéder directement à l’escalier ESC331. Dans un second temps, le sens des tombes

164SEP 147, SEP 148 et SEP 150 témoignent d’un transfert de l’allée plus au nord-est, dans l’axe de l’escalier qui est alors détruit en même temps que le couloir souterrain. Une nouvelle entrée de plain-pied à la chapelle est aménagée dans le MUR 195 ; elle est précédée d’un palier en briques rouges et en moellons de pierre calcaire blanche, liés avec un sable limoneux marron-gris. Ces premières observations, confrontées aux informations stratigraphiques, permettent de distinguer quatre séquences d’inhumation. Si l’organisation en colonne et en rangée est relativement bien respectée pour le niveau de sépultures le plus ancien, l’agencement est beaucoup moins régulier par la suite. Les recoupements entre les tombes se multiplient, occasionnant l’apparition de dépôts secondaires (quatorze au total) dans les comblements des fosses d’inhumations dont les profondeurs varient d’une vingtaine de centimètres (SEP 139, 153) à environ 0,80 m (SEP 192). Ils témoignent ainsi de l’exiguïté progressive du cimetière en raison d’une augmentation brutale de la mortalité au sein de la communauté religieuse, sensible, semble-t-il, à partir des années 1670 (Klein, Jacops 1987 : 51-52).

165L’analyse de la formation stratigraphique, couplée à l’étude des sources documentaires, permet d’attribuer ces espaces funéraires à une fourchette chronologique comprise entre les années 1620, période de création du couvent de la Congrégation Notre-Dame à Épinal, et 1728, date de fondation d’un caveau funéraire qui sert désormais de lieu d’inhumation unique aux religieuses.

Les inhumations (d’après Adam 2001)

166Les fosses d’inhumation sont, en général, de plan rectangulaire aux angles arrondis et contiennent des cercueils cloués trapézoïdaux (trente-trois cas) ou rectangulaires (trente et un cas). Elles mesurent entre 1,70 et 1,90 m de long, pour une largeur moyenne de 0,53 m. Toutes les tombes sont comblées par un sédiment à matrice sableuse incluant de nombreux déchets de maçonnerie (terre cuite architecturale, mortier, grès) souvent associés à de la céramique, de la faune et des charbons de bois.

167Pour vingt-trois individus (onze dans la chapelle et douze dans le cloître), les cercueils contiennent de la chaux qui nappe le fond de la bière ou qui recouvre le corps du défunt de façon plus ou moins homogène. Ce geste funéraire témoigne probablement d’une volonté d’assainir la tombe, afin d’éliminer les odeurs de décomposition, notamment à l’intérieur de la chapelle, ou d’éviter les risques de propagation de maladies. Dans cinquante-sept cas, le bon état de conservation des structures funéraires permet d’identifier le mode de décomposition des corps. Ce dernier s’est réalisé, pour trente-six individus, en espace vide à l’intérieur d’un cercueil, et pour vingt et un défunts en espace semi-colmaté à l’intérieur de cercueil rempli de chaux. Aucune sépulture en linceul ou en terre libre n’a été observée.

Les inhumés (d’après Adam 2001)

L’identification biologique

168Soixante-dix-sept individus sont décédés à l’âge adulte et huit durant l’adolescence ou au sortir de l’adolescence. La diagnose sexuelle a pu être déterminée pour cinquante-sept sujets, tous de sexe féminin. Vingt-huit individus n’ont donc pas pu être sexués, en raison notamment de la mauvaise conservation des coxaux. La stature de cinquante-neuf religieuses a été identifiée. Trois sujets se démarquent par leur petite taille (1,54 m pour les SEP 114, 163) ou leur grande taille (1,73 m pour la SEP 150), les autres individus mesurent en moyenne 1,63 m.

La position des corps

169Les défuntes ont toutes été inhumées sur le dos, à l’exception de la sépulture SEP 136, dont le squelette reposait sur le côté gauche. Cette position ne résulte sans doute pas d’un geste volontaire mais plutôt d’un basculement du corps lors de la mise en place du cercueil dans la fosse d’inhumation.

170La position des membres supérieurs a pu être observée sur cinquante-trois squelettes. La disposition des membres en flexion reste la plus courante, avec les mains posées sur le thorax (vingt-sept cas), sur l’abdomen (onze cas) ou les deux à la fois (deux cas). Neuf individus ont été inhumés avec les membres supérieurs en semi-flexion, les mains posées sur le pubis. Deux autres positions des membres supérieurs fortement minoritaires ont été reconnues : membre supérieur gauche en semi-flexion et membre supérieur droit en extension (SEP 110, 111, 177) et membres en extension (SEP 150).

171La position des membres inférieurs a pu être observée pour quarante-huit sujets. Pour la quasi-totalité des squelettes (quarante-six cas), les membres inférieurs sont en extension tantôt en parallèle (trente-six individus), tantôt en symétrie avec un contact des genoux (dix cas). Très rarement, les membres inférieurs sont en semi-flexion (SEP 150) ou l’un sur l’autre (SEP 136) – cette dernière variante résultant de la position sur le côté de la défunte.

L’état sanitaire

  • 12 Selon le livre du couvent, la communauté d’Épinal comptait, à la fin du XVIIe s., quarante religieu (...)

172La majorité des pathologies observées sur les squelettes résulte de l’âge avancé des religieuses à leur décès. La pathologie dentaire est la plus significative. Elle affecte la quasi-totalité de la population conventuelle, qui présente de nombreuses caries non soignées et de nombreuses pertes de dents ante-mortem avec résorption alvéolaire jusqu’à l’absence totale sur la mandibule (SEP 138). Les traumatismes articulaires se présentent sous la forme de nombreux becs et collerettes ostéophytiques localisés sur la colonne vertébrale mais également au niveau des articulations des membres supérieurs et inférieurs. Ils indiquent que les religieuses souffraient pour la plupart d’arthrose, dont une du genou (SEP 135), entraînant parfois la soudure de vertèbres thoraciques (SEP 134, 140, 145, 147, 155) et la scoliose (SEP 111). De même, le squelette de la SEP 179 présente, au niveau du bassin et des membres, de larges plaques d’hyperostose poreuse, signes d’une ostéoporose. La fréquence de ces pathologies résulte peut-être de contraintes physiques liées à la prière et, plus largement, de l’ascétisme pratiqué par les religieuses, et reflète peut-être l’austérité des conditions de vie au sein du couvent dans le courant du XVIIe s.12.

173D’autres souffrances physiques, plus anecdotiques, ne concernent que peu d’individus. On peut toutefois noter le cas de deux religieuses (SEP 138, 145) ayant subi, pour la première, un traumatisme crânien marqué par un enfoncement du frontal, et pour la seconde un hématome calcifié. Deux squelettes présentent une fracture consolidée, l’un au niveau de la fibula (SEP 141) l’autre au niveau du fémur (SEP 192). Une défunte (SEP 191) est affectée d’une déformation de la tête fémorale gauche, entraînant sans doute une luxation de la hanche. De même, une religieuse âgée de 20-25 ans (SEP 131) a souffert toute sa vie d’une luxation bilatérale des hanches très invalidante. Enfin, l’occupante de la SEP 116 a subi une trépanation visible sur la partie supéro-postérieure du pariétal droit. D’un diamètre de 5,5 cm, le prélèvement de la boîte crânienne présente sur ses bords une cicatrisation partielle témoignant, d’une part, de la survie du sujet à l’opération et, d’autre part, de son décès peu de temps après.

174Une restructuration modeste dans les secteurs 7A, 7D et 7F

175Quelques constructions modifient légèrement l’organisation spatiale de ces secteurs. Les plus remarquables sont les nouvelles structures d’équipement dans les « jardins » du couvent, à l’emplacement d’anciennes cours intérieures [fig. 56].

176En limite sud du secteur 7A, l’ancien porche d’entrée de la cour intérieure est obstrué par la construction d’un mur aveugle (MUR 210). Perpendiculairement à cette maçonnerie, un autre mur est édifié dans le prolongement du MUR 222. Épais de 0,45 m, ce MUR 205 est formé de moellons en grès rose montés en petit appareil grossièrement assisé et liés au mortier de chaux. La présence d’un ressaut de fondation à une altitude supérieure à celle du sol antérieur témoigne de l’exhaussement du niveau de circulation dans le bâtiment, dont les cloisons internes sont vraisemblablement détruites.

177Immédiatement au nord, un puits de section carré (PUI 302), mesurant 0,96 m de côté, entaille le dallage antérieurement installé dans la cour [fig. 57]. Creusé sur une profondeur supérieure à 3 m, il est constitué de grandes dalles en grès jaune posées de chant et liées au mortier de chaux. Cette structure est établie dans une vaste fosse comblée par des galets et des graviers noyés dans une matrice sableuse. Sa phase d’abandon est matérialisée par un sédiment sableux incluant de nombreux déchets de maçonnerie. En raison de la faible quantité de mobilier archéologique, le puits PUI 302 n’a sans doute pas servi de dépotoir. Il est associé à une dalle rectangulaire (0,84 x 0,70 m, non numérotée) en grès jaune, posée à plat et percée, dans son angle nord, d’un trou circulaire servant à l’évacuation, vers une rigole (US 7114), du trop-plein d’eau puisée.

  • 13 Cf. infra chap. 3.2.1, chap. 3.2.4.2. et chap. 3.2.4.3.

178Dans les secteurs 7D e 7F, des latrines (LAT 215) [fig. 60] de plan rectangulaire (4 x 3 m) sont fortement oblitérées par la construction du bâtiment de la clôture du second couvent (phase F). Conservées sur une hauteur maximale de 0,38 m, les parois maçonnées sont constituées de moellons en grès rose et gris montés en assises régulières et liés au mortier de chaux. Les deux niveaux d’utilisation (US 7069.01, 7069.02) sont composés d’un sédiment organique de couleur marron à gris foncé ayant livré une abondante quantité de mobilier archéologique attestant d’une utilisation secondaire comme dépotoir13 [fig. 61]. La présence massive de fioles et de bouteilles en verre ainsi que d’albarelles et de chevrettes en faïence dans ces comblements témoigne sans doute de l’existence d’une première officine de pharmacie à proximité des latrines LAT 215.

fig. 60

Plan et coupe des latrines LAT 215 (secteurs 7D et 7F), XVIIe s. (phase E2).
Plan and section of latrine LAT 215 (sectors 7D and 7F), 17th century (Phase E2).

© P. Girard, Y. Henigfeld, P.Kuchler.

fig. 61

Vue de détail du comblement des latrines LAT 215, prise du nord-ouest (secteurs 7D), XVIIe s. (phase E2).
Detail view of the fill of latrine LAT 215, taken from the north west (sectors 7D), 17th century (Phase E2).

2.3.2.3. Les indices de datation

179L’étude des sources écrites et du mobilier archéologique permet d’attribuer la seconde séquence d’occupation E2, entre le début du XVIIe s. et le début du XVIIIe s.

  • 14 Cf. infra chap. 3.3.1.1, chap. 3.2.1.2, chap. 3.2.4.2 et chap. 3.2.4.3.

180L’essentiel du mobilier provient de la fosse d’aisance LAT 215, qui a livré de la vaisselle et des récipients pharmaceutiques en céramique et en verre en quantité abondante. La plupart de ce mobilier est attribuable au XVIIe s.14. Quelques objets en faïence portant l’inscription « IHS » atteste qu’il s’agit d’une structure utilisée par les membres de la congrégation religieuse nouvellement installée sur l’îlot. La mise au jour d’une monnaie frappée entre 1608 et 1618 (n° 7069.30.02) ne fait que corroborer cette proposition de datation. La structure est probablement définitivement condamnée vers 1700-1701, date à laquelle elle est perturbée par la construction du bâtiment de la clôture.

181L’étude documentaire nous apprend par ailleurs que l’établissement de la communauté religieuse remonte aux années 1620, et que la restructuration du couvent se traduit par l’édification de nouveaux corps de bâtiment ouvrant sur de vastes jardins, a été effectuée dans le courant du XVIIe s. Or, l’étude stratigraphique des zones 3 et 4 montre que les niveaux de destruction de la séquence d’occupation E2 sont scellés par une épaisse séquence de nivellement préalable à l’aménagement des jardins du couvent. Les sources écrites enseignent également que les sœurs sont toutes inhumées dans le caveau funéraire localisé sous l’église, construit en 1728.

182La séquence E2 coïncide par conséquent avec la période durant laquelle les religieuses de la Congrégation Notre-Dame investissent, à partir de 1619, le bâti existant par une politique de rachat progressif de l’îlot, avant sa restructuration complète réalisée entre 1700 et 1730.

2.3.3. Les nouveaux bâtiments conventuels (XVIIIe s.)

183Le XVIIIe s. (phase F) est caractérisé par la construction de nouveaux bâtiments conventuels qui modifient en profondeur la topographie de l’îlot [fig. 62]. Leur fonction précise est connue grâce aux annotations figurant sur les plans du monastère levés à l’occasion du transfert des biens immobiliers de la Congrégation Notre-Dame à diverses administrations.

2.3.3.1. Le bâtiment de la clôture

184D’une superficie de 325,50m2, le bâtiment BAT342 couvre la majeure partie des secteurs 7D et 7F. Il est doté de vastes sous-sols et d’un corridor large de 3,40 m menant, à l’ouest, aux jardins du cloître et au chœur des religieuses. L’accès aux caves du bâtiment s’effectue soit en empruntant ce corridor puis deux escaliers droits d’une largeur de 0,85 m et de 1 m, soit par la cour située au sud-est du chœur des religieuses. D’une épaisseur comprise entre 0,75 et 0,90 m, les murs porteurs de l’édifice se présentent sous la forme de maçonneries en moellons de grès rose ou jaune, parfois en remploi, montés en petit appareil régulier en élévation, irrégulier en fondation. Bien que moins puissants, les murs de refend sont construits de manière similaire. Le sol des caves est constitué de dalles en grès rose liées avec du sable limoneux marron.

185Deux piliers de section rectangulaire (0,41 x 0,35 m) ont été dégagés à 1,15 m au sud-est du MUR 414. Conservés sur une hauteur de 1,78 m, ils correspondent à un aménagement (cheminée ?) établi dans la cuisine au rez-de-chaussée.

186Accessible par une porte (haut. 1,63 m, larg. 1,37 m), une citerne de plan rectangulaire (4,70 x 4 m) est aménagée dans la cave localisée sous la salle du chapitre. D’une superficie de 18,80 m2, celle-ci est formée de parois maçonnées en moellons de grès rose montés en petit appareil régulier et liés au mortier de chaux (MUR 422). Un joint d’argile plastique de couleur verte étanchéifie les parements extérieurs de la structure.

187Un inventaire des biens immobiliers de la Congrégation Notre-Dame établi, pièce par pièce, le 26 septembre 1792 par les officiers municipaux de la ville d’Épinal (ADV9 Q2) permet d’entrevoir la fonction des autres pièces en rez-de-chaussée du bâtiment. La cuisine communique au nord-ouest avec la chambre à four et au sud-est avec le réfectoire et la décharge. De même que la salle du chapitre, ces pièces de service sont directement accessibles par le corridor d’entrée du bâtiment.

2.3.3.2. Le bâtiment des classes et du pensionnat

188Le bâtiment des classes et du pensionnat a été partiellement reconnu sur environ 80 m2 à l’ouest des secteurs 7D et 7F et en limite septentrionale de la zone 3. D’une épaisseur de 0,75 m, sa façade ouvrant sur les jardins du cloître (MUR 327) prolonge celle du bâtiment de la clôture en se superposant parfaitement au MUR 300 édifié pendant la première séquence d’occupation E1. À 3,40 m au nord-est de cette maçonnerie, le MUR 410 marque la séparation entre le corridor et une pièce observée sur une superficie de 26 m2. Les techniques de construction sont identiques à celles employées pour le bâtiment de la clôture.

189Localisée en limite septentrionale du site, une autre pièce, observée sur une longueur de 6,90 m et limitée au sud-est par un mur épais de 0,90 m(MUR294), est pourvue d’un sous-sol. Construit en moellons de grès rose montés en petit appareil irrégulier lié au mortier de chaux, ce mur soutient en effet le départ d’une voûte en berceau surbaissée qui recouvre un puits maçonné (PUI 293), dont les diamètres interne et externe sont respectivement de 1 et 1,40 m.

190Si l’on se réfère à l’inventaire des biens mobiliers du couvent réalisé pièce par pièce en 1792 (ADV9 Q2), le bâtiment comprend une première infirmerie, qui correspond sans doute à la pièce délimitée au sud-ouest par le MUR 410. Elle communique avec le corridor d’entrée du bâtiment de la clôture qui se prolonge, en angle droit vers le nord-est, par un second corridor. Ce dernier permet d’accéder en premier lieu à la pharmacie, puis à d’autres pièces d’habitation ou de service (chambres, salle à manger, ouvroir, seconde infirmerie), et à une chapelle. Ce descriptif ne permet malheureusement pas de les localiser sans risque d’erreur, ni d’identifier la fonction de la pièce fondée sur caves et équipée d’un puits (PUI 293). Il conduit toutefois à remarquer que la localisation de la pharmacie et de l’infirmerie coïncide avec l’emplacement des latrines LAT 215 ayant servi de dépotoir à une première officine, attribuable à la phase E2, reconstruite au même endroit ou à proximité.

2.3.3.3. Le chœur des religieuses et la sacristie

191Accolé perpendiculairement au bâtiment de la clôture, le chœur des religieuses se superpose à l’ancienne chapelle funéraire [fig. 62]. De plan rectangulaire (13,25 x 6,70 m à l’intérieur), il est terminé au nord-est par une abside à pans coupés. Le sol et l’enduit d’origine du chœur des religieuses n’ont pas été observés. Construit en moellons de grès rose liés au mortier de chaux, son mur gouttereau nord est percé de sept fenêtres simples en plein-cintre. Fondée sur d’anciennes maçonneries arasées pour l’occasion, la façade méridionale est munie de cinq fenêtres et d’une porte (large de 0,85 m, haute de 2,05 m) permettant d’accéder à la sacristie. Les religieuses accédaient directement à ce bâtiment par la clôture et non par l’église (actuel hall d’entrée du palais de justice) qui devait être également un lieu de recueillement pour les laïcs.

fig. 62

Plan de localisation des structures, superposé au relevé du rez-de-chaussée des bâtiments conventuels réalisé en 1799 par l’architecte Jean-Charles Beaurain, XVIIIe s. (phase F).
Location plan of the structures, superimposed on the survey of the ground floor of the convent buildings carried out in 1799 by architect Jean-Charles Beaurain (dashed line), 18th century (Phase F).

© M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

192Au sud-est du chœur des religieuses, la sacristie a été reconnue sur une superficie de 16,50 m2. Cet espace semble avoir déjà été créé par les religieuses au cours de la séquence d’occupation E2 (MUR 205, 210).

2.3.3.4. Le caveau des religieuses

193Bien qu’en dehors des limites du projet, le caveau des religieuses a fait l’objet d’un relevé topographique précis et d’une couverture photographique conséquente. N’étant pas menacé de destruction, aucune fouille stratigraphique ou de sépulture n’a été menée en son sein.

194Situé sous les premières travées de l’église conventuelle, formant un angle droit avec le chœur des religieuses, le caveau s’inscrit dans un carré parfait de 7 m de côté. Il est couvert d’une voûte en berceau continu, axée SO-NE, soigneusement crépie. Éclairé de l’extérieur par deux soupiraux percés dans le mur oriental de l’église, le caveau devait être accessible par une porte, aujourd’hui murée, localisée dans sa paroi nord-ouest. À 2,11 m de ce mur, deux piliers de section carrée mesurant 0,45 m de côté, construits en blocs de grès jaune, supportent les colonnes de la nef de l’église. Le mur sud-ouest du caveau est orné en son centre d’une niche en plein cintre qui repose sur une tablette à tranche biseautée, longue d’un mètre [FIG. 63]. Cette niche à fond plat (0,86 m de haut, 0,59 m de large, 0,40 m de profondeur) est revêtue d’un enduit de couleur jaune à décor de prédelle ornée de quadrillés et surmontée d’un triangle gris dans lequel s’inscrit le monogramme « MA » entrecroisé, sommé d’une couronne, emblème de la Congrégation Notre-Dame. Des branches de fleurs roses et rouges complètent la décoration dans les écoinçons du triangle. Au-dessus de la niche ont été inscrites, en rouge grenat cerné de noir, les lettres « IHS » (« Iesus hominum salvator ») sommées d’une croix sous laquelle a été placé un cœur rouge vif.

fig. 63

Niche ornant le fond du caveau des religieuses, prise de l’ouest, XVIIIe s. (phase F).
Niche decorating the back of the nuns’ vault, taken from the west, 18th century (Phase F).

2.3.3.5. Les jardins

195L’étude archéologique des jardins du couvent de la Congrégation Notre-Dame a révélé peu de vestiges permettant de compléter la documentation iconographique de la fin du XVIIIe s. Elle a toutefois contribué à mettre en évidence la présence d’un puits (PUI 290) dans la partie nord-ouest de la cour du cloître [FIG. 62]. Localisée à proximité d’un autre puits (PUI 212, phase E) abandonné lors de sa construction, cette structure (diam. int. : 0,74 m) est constituée d’un cuvelage en blocs de grès rose et jaune montés en moyen appareil régulier, liés avec du sable limoneux de couleur beige. Conservé sur une profondeur de 1,67 m, il est fondé sur un rouet en bois de section circulaire (diam. : 0,90 m, haut. : 0,13 m) qui n’a pu être daté par dendrochronologie. Son comblement est formé d’un sédiment limono-sableux incluant des matériaux anthropiques, ce qui confère à la structure une seconde utilisation comme dépotoir au début de la phase d’occupation suivante (phase G).

196L’approche archéologique a par ailleurs permis d’identifier dans la partie septentrionale du site (zones 3 et 4) une épaisse séquence de nivellement préalable à l’aménagement des jardins du couvent et à l’installation d’au moins une structure maçonnée (MUR 333). Cet exhaussement de terrain est matérialisé par une succession de remblais incluant des matériaux de construction, dont l’épaisseur maximale est supérieure à 1 m (US4031, 4035, 4050) [ANNEXE B : coupes 11 et 12].

197Les jardins du couvent semblent se développer vers l’est jusqu’aux MUR 281 et MUR 282. Construites en petit appareil de moellons en grès rose, ces maçonneries sont conservées au maximum sur trois assises irrégulières liées au mortier de chaux. En superposant le plan des vestiges archéologiques et celui dressé en 1799 par Jean-Charles Beaurain, les MUR 281 et MUR 282 délimitent un petit bâtiment faisant office de lavoir et de buanderie.

198Quant au MUR333, il est fondé sur une construction de la phase E (MUR 336). Conservé sur une hauteur de 0,34 m, il se développe selon un axe SO-NE, sur une longueur supérieure à 5,80 m. Montée en petit appareil, cette maçonnerie (épaisse de 0,76 m) est formée d’assises irrégulières liées au mortier de chaux, et fonctionne avec un sédiment sablo-limoneux de couleur gris-noir (US 4034) [ANNEXE B : coupe 11]. Elle correspond peut-être au mur de clôture sud du couvent, contigu à des maisons particulières.

2.3.3.6. Les maisons particulières

199Si l’on se réfère à l’iconographie de la fin du XVIIIe s., les terrains appartenant à la Congrégation Notre-Dame ne s’étendent pas jusqu’à la zone 1, située à l’emplacement d’une maison particulière (maison du conseiller Colombier) [FIG. 62]. Peu d’informations archéologiques nous sont parvenues sur l’organisation spatiale de cette propriété. Toutefois, des vestiges d’un petit bâtiment ont été observés dans la partie sud-ouest de la zone 1 (secteur 1D), alors que la partie nord-est, bâtie à la phase précédente, est aménagée en jardins. Seule la limite méridionale de l’édifice a été relevée (MUR 104). D’une épaisseur de 0,68 m, il se développe selon un axe SE-NO. Conservée sur une hauteur de 0,48 m, la maçonnerie est formée de moellons en grès rose montés en petit appareil réglé et liés au mortier de chaux. Au nord-est de ce mur, un sol en dalles de grès rose (0,05 m d’épaisseur, observé sur 2,60 m de long) matérialise l’espace intérieur de la maison (US 1370) [ANNEXE B : coupe 1b].

200Dans le secteur 1D, la phase F est représentée par une succession de sédiments à dominante sableuse ou limono-sableuse d’une épaisseur totale comprise entre 0,36 et 1,01 m (US 1042-1048, US 1051, 1052) [ANNEXE B : coupes 5 et 6]. Ces couches correspondent sans doute à des niveaux de jardin localisés en marge de l’habitat identifié plus au nord.

2.3.3.7. Les indices de datation

201Outre les arguments stratigraphiques, l’attribution de cette phase au XVIIIe s. repose essentiellement sur l’analyse des sources écrites et iconographiques. Cette proposition de datation est corroborée par les données dendrochronologiques et céramologiques.

202La poutre formant le linteau de la porte communiquant entre le corridor d’accès du BAT 342 et les caves à l’est est datée de 1708 ± 10 ans (Tegel 2001). Cette datation coïncide avec les travaux de construction de la clôture du couvent attribués aux années 1700-1701. Les quelques fragments de céramiques issus des séquences de la phase F sont caractérisés par la forte proportion de faïence et de grès gris dont la période de développement maximal remonte au XVIIIe s. et au début du XIXe s.

203Les limites chronologiques de la phase F correspondent donc à la période de restructuration du couvent amorcée au début du XVIIIe s. La confiscation des biens immobiliers de la Congrégation Notre-Dame à la Révolution et leur affectation progressive à diverses administrations marquent la transition entre les phases F et G.

2.4. Du XIXe au XXe s. : les bâtiments administratifs

204La Révolution entraîne un démantèlement des biens immobiliers de la Congrégation Notre-Dame, qui sont alors affectés à diverses administrations communales et départementales (gendarmerie, maison de justice, tribunal civil et école). Le développement topographique du site est par ailleurs marqué, au XIXe s., par la construction d’une maison d’arrêt [FIG. 64]. Les diverses campagnes de fouille permettent d’apporter des informations inédites sur le développement du système carcéral, mais aussi sur les transformations apportées aux bâtiments affectés aux tribunaux de la Ville.

2.4.1. Les tribunaux

205Au début du XIXe s., les tribunaux civil et criminel réoccupent les bâtiments réguliers du couvent de la Congrégation Notre-Dame, à savoir la clôture, le cloître, le chœur des religieuses et l’église (zone 7). Les principaux réaménagements des locaux consistent à édifier une cave au cœur de l’ancienne cour du cloître (BAT 341), à construire un nouveau mur de façade (MUR 206) sur la cour qui laisse tardivement place à un bâtiment de service équipé notamment d’une chaufferie et d’un collecteur. Quelques modifications internes y sont également réalisées, entre autres la construction de murs de soutènement dans le caveau des religieuses.

2.4.1.1. Les réaménagements internes

206Quelques travaux de réaménagements sont réalisés dans le chœur des religieuses et dans le bâtiment de la clôture, mais les plus importants affectent le caveau des religieuses. En effet, de puissantes maçonneries (entre 0,46 et 0,70 m d’épaisseur) s’élèvent jusqu’à la voûte du caveau. Elles sont sans doute destinées à soutenir l’escalier monumental situé dans le hall d’entrée des tribunaux.

207L’étude archéologique des élévations menée à l’intérieur de la salle d’audience du tribunal civil a révélé la présence du négatif d’un muret (0,20 m d’épaisseur) orienté NO-SE. Accolé perpendiculairement au mur sud-est de la salle, il supporte vraisemblablement une estrade, à la hauteur de la première fenêtre. C’est du moins ce que suggère la documentation iconographique de la fin du XIXe s. Si l’on se réfère au projet de réaménagement du chœur des religieuses établi en l’an XI (1803), un mur de refend doit diviser la salle en deux espaces égaux et participer au soutènement du plancher d’un second niveau à construire [FIG. 66]. De même que le projet de construction d’un mur barrant le corridor d’entrée du bâtiment de la clôture, ces éventuelles transformations du bâti ancien n’ont pas pu être confirmées par des observations archéologiques.

2.4.1.2. Une cave et un collecteur

208Localisée en limite sud-est du secteur 7E, une cave de plan rectangulaire, récemment remblayée, se développe sur une superficie de 28,50 m2 (BAT 341). Elle est accessible par un escalier tournant établi dans l’angle nord, formé de neuf marches en grès jaune. Ce sous-sol est divisé en deux espaces de taille différente par un mur de refend percé d’une porte (0,90 m de large). Il est délimité par des murs en moellons de grès rose et jaune remployés, montés en petit appareil, dont les assises sont liées au mortier de chaux (MUR 108, 109, 293). Épais de 0,52 m, ils sont conservés sur une hauteur de 1,80 m. Un espace bâti de plan rectangulaire, d’une superficie interne d’environ 3,25 m2 et sans sous-sol, forme la jonction entre cette cave et le bâtiment principal des tribunaux civil et criminel.

209Accolé au MUR 108, en secteur 7C, un collecteur d’eaux usées (FOS 325) de plan rectangulaire (1,02 x 0,85 m) a été observé sur une profondeur de 2 m. Son conduit maçonné est constitué de moellons et de blocs en grès rose, gris et jaune (remploi), montés en moyen appareil régulier et liés avec un mortier de chaux incluant de nombreux galets. Le comblement de la structure se présente sous la forme d’un sédiment sableux à fortes inclusions de graviers, matérialisant son abandon.

2.4.1.3. Un nouveau mur de façade et des structures d’équipement contemporaines

210Dans le secteur 7A, parfaitement alignée avec le mur de façade sur cour de la salle d’audience du tribunal criminel, le MUR 206 est composée de moellons en grès jaune grossièrement équarris, montés en petit appareil et liés au mortier de chaux. Établie dans une tranchée large de 0,10 m, cette fondation de mur présente, sur toute sa longueur observée (3,90 m), un ressaut de 0,30 m. L’édification de ce mur entraîne la destruction du local affecté à la fin du XVIIIe s. au vestiaire du tribunal civil, puis la transformation de la cour en un espace pourvu de multiples structures d’équipement (réseaux d’électricité et d’adduction d’eau, collecteur, chaufferie) utilisant le béton comme matériaux de construction. Ces dernières oblitèrent, parfois de façon significative, les vestiges archéologiques mis au jour dans le secteur.

2.4.2. La maison d’arrêt

211La maison d’arrêt (BAT100) couvre une superficie de 1600m2 (zones 1, 2, 4 et 5) [FIG. 64]. Elle est formée de quatre corps de bâtiments, dont deux perpendiculaires, délimités, au nord-ouest, par un double mur d’enceinte. Ces bâtiments carcéraux sont organisés autour de cours destinées aux détenus et subdivisées, au nord-est, par une série de murs qui rayonnent vers l’aile septentrionale. La confrontation des données archéologiques aux sources écrites et iconographiques permet d’esquisser l’histoire architecturale de la maison d’arrêt, qui s’avère d’une grande complexité.

fig. 64

Plan de localisation des structures, XIXe-XXe s. (phase G).
Location plan of the structures, 19th-20th century (Phase G).

© M.Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

2.4.2.1. Les bâtiments carcéraux

L’aile nord

212D’une superficie de 230 m2, l’aile nord de la maison d’arrêt est orientée NO-SE (secteur 1H). Elle comporte des caves formées de dix cellules ouvertes sur un corridor d’accès large de 2,80 m. Elle comprend également une pièce sans sous-sol de plan rectangulaire (5,80 x 3,20 m), à abside semi-circulaire, délimitée par des maçonneries d’une épaisseur de 0,70 m [FIG. 65]. Ces dernières sont montées en petit appareil réglé de moellons en grès rose et jaune (remploi), liés au mortier de chaux (MUR 235-237). L’iconographie du XIXe s. indique que cette pièce faisait office de chapelle. De même que les autres murs de façade de la maison d’arrêt, la limite septentrionale de l’aile nord (MUR 274) est fondée en moellons de grès rose montés en petit appareil irrégulier à joints creux, dont les assises sont liées au mortier de chaux.

fig. 65

Vue de l’aile nord des caves de la maison d’arrêt, prise de l’ouest.
View of the north wing of the prison cellars, taken from the west.

L’aile ouest

213Observée sur une superficie de 135 m2, l’aile ouest (secteur 1B) comprend une série de petites unités sur caves donnant sur les cours des détenus [FIG. 64]. Elle est longée côté ouest par un long corridor orienté selon un axe SO-NE délimité par deux murs d’une épaisseur de 0,70 m (MUR 325, 326). D’une largeur de 2,20 m, il permet la communication entre l’aile nord de la maison d’arrêt, les tribunaux et la place Edmond-Henry.

Les ailes sud et est

214Relevée sur une superficie de 77 m2, l’aile sud (secteur 1C) se développe selon un axe NO-SE, et comprend un sous-sol. Elle est délimitée, au nord-est et au sud-ouest, par deux murs puissamment fondés (MUR 103, 114) donnant sur deux cours.

215Contrairement à l’aile sud, l’aile orientale (secteurs 1E, 1F et 1G) est dépourvue de cave. De plan trapézoïdal, elle longe la rue Jeanmaire sur une superficie réduite (environ 46 m2). D’une épaisseur moyenne de 0,64 m, ses murs de refend sont constitués de moellons en grès rose montés en petit appareil irrégulier (MUR 116, 150).

2.4.2.2. Les murs d’enceinte

216Les murs d’enceinte (MUR 267, 269) bordent l’aile nord et les cours septentrionales de la maison d’arrêt (secteur 5D), et se prolongent jusqu’au bâtiment principal des tribunaux civil et criminel (MUR 332). D’une épaisseur comprise entre 0,60 et 0,78 m, ils sont partiellement édifiés en blocs de remploi de grès jaune dont l’un porte l’inscription « Louis ». Parfaitement parallèles, les MUR 267 et MUR 269 délimitent un espace large de 3 m et long de plus de 29 m qui correspond sans doute à un chemin de ronde. En bordure nord du site, les murs s’infléchissent à 45° pour épouser la limite de parcelle. À proximité de la rue Abbé-Friesenhauser, deux maçonneries parallèles en grès rose et jaune, orientées nord-sud et espacées de 1,60 m, barrent le passage (MUR 268, 271). Épaisses de 0,60 m, elles matérialisent sans doute les soubassements d’un poste de surveillance.

2.4.2.3. Les cours des détenus

Le petit préau

217Située à l’extrémité méridionale de l’aile sud (secteur 1A), cette première cour (d’une superficie supérieure à 58 m2) est délimitée au sud-ouest et au nord-est par de puissantes maçonneries en moellons de remploi de grès jaune, provenant de la destruction des bâtiments du couvent (MUR 102, 103) Fondées très profondément grâce à de larges tranchées, elles sont montées en petit appareil irrégulier lié au mortier de chaux. Un ressaut de fondation d’une largeur de 8 cm marque le départ de l’élévation. Il reçoit le premier niveau de sol de la cour (US 1013) [ANNEXE B : coupes 1a et 1b] composé d’un sédiment limono-sableux de couleur marron, conservé sur une épaisseur moyenne de 4 cm.

218Une maçonnerie de plan carré (SUP 101), mesurant 0,50 m de côté, a été installée sur les premiers niveaux d’occupation de la cour. Conservée sur une hauteur de 0,60 m, elle est formée de moellons de grès rose montés en petit appareil réglé, liés au mortier de chaux. Appuyée contre l’extrémité méridionale du parement externe du MUR 102, elle a pu servir de support.

Le grand préau

219De plan rectangulaire, la grande cour de la maison d’arrêt couvre une superficie d’environ 142 m2 (secteur 1D). Au nord-ouest et au sud-est, elle est délimitée par des maçonneries en moellons de grès rose et jaune (remploi) montés en assises irrégulières et liés, en partie basse, au mortier maigre. D’une puissance moyenne de 0,76 m, ces fondations de murs reposent sur un aménagement de poutres et de planches en bois formant les longrines et les traversines d’un grillage posé au niveau de la nappe phréatique [ANNEXEB : coupe 2]. Les élévations, conservées jusqu’à onze assises, présentent des matériaux et des techniques de construction comparables à celles de fondations.

Les cours septentrionales

220Quatre murs (MUR270, 273, 275 et 426) rayonnent à partir de l’abside du corps de bâtiment septentrional de la maison d’arrêt (secteurs 5A, 5B et 5C). D’une épaisseur de 0,60 m, ils sont constitués de moellons en grès jaune et rose montés en petit appareil réglé, liés au mortier de chaux. L’organisation spatiale et la nature de ces maçonneries permettent d’émettre l’hypothèse de murs délimitant cinq préaux destinés aux accusés ou aux condamnés.

2.4.2.4. Les aménagements externes

221Situés dans les zones 3, 4 et 5, les aménagements externes aux bâtiments carcéraux sont liés à l’équipement sanitaire de la maison d’arrêt.

222Orientée NO-SE, une conduite d’évacuation ou de captage des eaux (COD 266, non relevée) a été reconnue dans les secteurs 3 et 5D sur une longueur de 10,40 m. Large de 1,70 m, elle est constituée de deux parements en moellons de réemploi en grès rose et jaune, montés en petit appareil irrégulier. Un sédiment sablo-limoneux de couleur grise, incluant des matériaux organiques et de construction, s’est déposé à l’intérieur du conduit sur une épaisseur maximale de 1,30 m.

223En limite sud-ouest de la zone 4, une tranchée d’installation d’une conduite en plomb (TRA 395) [ANNEXEB : coupe 11] se développe selon un axe SO-NE. Large de 0,71 m, elle est comblée par un sédiment sableux gris-noir, incluant quelques fragments de matériaux de construction et de galets.

224Une structure maçonnée de plan circulaire (FOS 328) [ANNEXEB : coupe 11], caractérisée par d’importantes traces de combustion, a été établie à environ 0,50 m plus à l’est. D’un diamètre externe de 1,32m, les parements sont constitués de blocs soigneusement équarris en grès rose, au sein desquels un sédiment à matrice limono-sableuse marron-gris s’est accumulé. Sa partie inférieure comporte de nombreux fragments de cendres et de charbons de bois. Installée dans un espace non bâti, cette structure de combustion a éventuellement servi au blanchissement des vêtements des prisonniers.

225D’autres fosses à fonction indéterminée ont, par ailleurs, été observées dans la partie médiane du site (FOS 327, 330, 331, 401). Elles sont, pour la plupart d’entre elles, liées à la séquence de construction des bâtiments de la maison d’arrêt.

2.4.3. Les tribunaux et la maison d’arrêt : essai de chronologie

226L’étude conjointe des sources écrites et iconographiques [FIG. 66] permet d’esquisser une chronologie des étapes de développement et de restructuration des tribunaux civil et criminel, mais surtout de l’établissement pénitentiaire [FIG. 67].

fig. 66

Plan de localisation des structures, superposé au Plan du rez-de-chaussée du bâtiment dit de la Ci-devant congrégation… établi en 1803 (an XI) par le capitaine du Génie Boudhors, XIXe-XXe s. (phase G).
Location plan of the structures, superimposed on the Plan of the ground floor of the former convent of the Congrégation d’Épinal… drawn up in 1803 (year XI) by engineer Captain Boudhors, 19th-20th century (Phase G).

© M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

fig. 67

Plans de l’évolution chronologique de la maison d’arrêt, XIXe-XXe s. (phase G).
Plans of the chronological development of the prison, 19th-20th century (Phase G).

© M. Dantan, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

227Les principaux travaux de réaménagement des locaux affectés aux tribunaux civil et criminel concernent la construction de murs de soutènement à l’intérieur de l’ancien caveau des religieuses et d’un bâtiment sur cave (BAT 341) dans la cour du cloître. Les dates précises de ces aménagements nous échappent. Il est toutefois fort probable que les renforcements de la voûte du caveau résultent de la construction de l’escalier monumental du nouveau palais de justice de style Empire, terminé après 1806. Quant au bâtiment BAT 341, la confrontation des plans de l’îlot du palais de justice du milieu du XIXe s., conservés aux Archives départementales des Vosges et aux archives de la Ville d’Épinal, tend à montrer qu’il est construit entre 1844 et 1863, voire 1870. Malgré la masse documentaire, l’histoire architecturale de la maison d’arrêt n’en reste pas moins complexe.

228Dès l’an XI (1803), la création de cachots est projetée le long de l’actuelle rue Abbé-Friesenhauser à l’emplacement du lavoir, de la buanderie, du séchoir et du hallier de l’ancien couvent de la Congrégation Notre-Dame (secteur 5A) [FIG. 66 : n° 21]. Les cours attenantes à ces bâtiments seraient agrandies et limitées, au nord et au sud-ouest, par un nouveau mur de clôture isolant les prisons du reste des constructions de l’îlot. Un passage permettant la communication entre la place Edmond-Henry, les tribunaux et les prisons est en outre d’ores et déjà envisagé. Un procès-verbal de la seconde visite d’administrateurs du département des Vosges, daté du 25 août 1819, confirme que ces constructions ont bien été réalisées (AVE 1 M 38).

229La même année, une nouvelle maison d’arrêt est projetée à l’emplacement de l’ancienne maison Vaulot (secteurs 1A, 1C et 1D), mais ce n’est qu’en 1821 que débutent les travaux selon les plans de l’architecte Grillot qui s’inspire pour l’essentiel du projet précédemment élaboré par Thadée Meschini. Lors de la fondation du quartier des condamnés (août 1821), Grillot s’inquiète auprès du préfet du département des Vosges, de « l’absence de fond solide », et décide d’établir un grillage en bois sous les maçonneries pour remédier au problème d’instabilité du sous-sol (ADV 10N8). Ces aménagements en bois ont été mis en évidence sous les murs nord-ouest et sud-est du grand préau, ce qui permet de supposer que l’édification des ailes ouest, sud et est date de cette première phase de construction des bâtiments de la prison, dont la réception définitive a lieu le 1er septembre 1823 (Vatican 1995 : 12). L’année précédente, la rue Jeanmaire avait été frappée d’alignement, ce qui confirmerait l’érection de l’aile orientale le long de cette rue à cette époque.

230La date de construction de l’aile nord est plus difficile à déterminer. Un avant-projet, élaboré par Grillot le 26 décembre 1843, prévoit l’établissement « près du tribunal » d’une prison « de 48 cellules pour les prévenus et les accusés traduits devant la cour d’assise ». Il conserverait le logement du concierge et ses dépendances, c’est-à-dire l’aile sud et la partie de l’aile ouest contiguë au tribunal. Seuls les bâtiments des cellules et une portion du mur d’enceinte seraient des constructions neuves (ADV 10 N 8). Ces travaux n’ont, semble-t-il, jamais été réalisés. En revanche, une adjudication de travaux à exécuter pour la reconstruction de la maison d’arrêt et de correction d’Épinal, daté du 29 septembre 1855, résulte sans doute de l’approbation, par l’inspection général des bâtiments civils, d’un nouveau projet de construction d’un bâtiment carcéral comprenant dix-huit cellules, plus conforme « au système d’emprisonnement par quartier ». Il pourrait donc ici s’agir de l’édification de l’aile nord de la maison d’arrêt.

231En 1869, le percement d’une nouvelle rue à travers les bâtiments de l’ancienne gendarmerie entraîne des modifications du système carcéral. Une nouvelle enceinte de la maison d’arrêt est projetée afin de l’aligner avec la rue Lormont prolongée. Elle est figurée pour la première fois sur un plan « d’une partie des bâtiments et dépendances de l’ancienne caserne de gendarmerie, cédés à la ville d’Épinal, destinés à agrandir le tribunal d’Épinal » dressé le 12 mars 1870 par l’architecte en chef du département des Vosges. C’est sans doute à cette époque que sont bâtis les murs rayonnant à partir de l’abside de la chapelle, afin de créer de nouvelles cours de détenus. Quant au passage reliant les tribunaux et la prison, l’étude des plans parcellaires de la ville d’Épinal de la fin du XIXe s. permet de penser qu’il est condamné entre 1880 et 1892 (ADV 2Fi2657 et ADV 2Fi2658).

232Dans le courant du XXe s., les principales restructurations de la maison d’arrêt affectent le chemin de ronde et les cours septentrionales. En effet, un nouveau mur d’enceinte est construit à environ 4 m en avant de l’aile nord (MUR 272). Visible sur une vue aérienne probablement antérieure à la Seconde Guerre mondiale, il diminue de façon substantielle l’emprise de la prison du côté de la rue Lormont prolongée et marque la fin du développement architectural de la prison, démolie à la fin des années 1980.

Notes

1 Cf. infra chap. 3.2.1.1.

2 Cf. infra chap. 3.2.1.1.

3 Cf. infra chap. 3.1.1.1.

4 Cf. infra chap. 3.1.1.2.

5 Cf. infra chap. 3.2.1.1.

6 Cf. infra chap. 3.2.4.1.

7 Pour des raisons de sécurité, la structure, localisée en limite du secteur, n’a pu être fouillée que dans sa partie supérieure.

8 Cf. infra chap. 3.2.1.1, chap. 3.2.1.2 et chap. 3.2.2.

9 Objet n° 7234.30.01 (cf. infra chap. 3.1.3.1).

10 Cf. infra chap. 3.2.1.2.

11 Cf. infra chap. 3.2.1.1. et chap. 3.2.1.2.

12 Selon le livre du couvent, la communauté d’Épinal comptait, à la fin du XVIIe s., quarante religieuses souvent « délicates et infirmes », qui occupaient des locaux incommodes, peu réguliers, trop serrés et qui, de surcroît, tombaient en ruine (Klein, Jacops 1987 : 38).

13 Cf. infra chap. 3.2.1, chap. 3.2.4.2. et chap. 3.2.4.3.

14 Cf. infra chap. 3.3.1.1, chap. 3.2.1.2, chap. 3.2.4.2 et chap. 3.2.4.3.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Crédits © A. Dagand, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Crédits © M.Dantan, Y.Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Crédits © M. Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Crédits © M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Crédits © M.Dantan, Y.Henigfeld, P.Kuchler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Crédits © M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Crédits © Y.Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Crédits © M.Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Crédits © M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Crédits © M. Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Crédits © P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Crédits © T. Galmiche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Crédits © M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Crédits © P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Crédits © M.Dantan, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Crédits © M. Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler ; photo P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Crédits © P. Girard, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Crédits © M.Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Crédits © Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Crédits © M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Crédits © P. Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Crédits © M.Dantan, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Crédits © M. Dantan, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Crédits © M. Dantan, P. Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Crédits © M.Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Crédits © M. Dantan, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Crédits © M.Dantan, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Crédits © F.Adam, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Crédits © F.Adam, P.Girard, Y.Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Crédits © F. Adam.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Crédits © F. Adam.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Crédits © M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Crédits © F. Adam.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Crédits © M.Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Crédits © Y.Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Crédits © M. Dantan, P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Crédits © M. Dantan, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20668/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search