Version classiqueVersion mobile

L’Îlot du palais de justice d’Épinal (Vosges)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Philippe Kuchler

Chapitre 1. Présentation du site et des interventions archéologiques

Résumé

D’après les sources écrites, Épinal serait née à la fin du Xe s., de la décision de l’évêque de Metz, Thierry de Hameland (†984), d’établir, sur l’un de ses domaines un château, un marché et un monastère. À partir du second quart du XIIIe s., l’agglomération s’émancipe progressivement de la tutelle de l’évêque, qui octroie davantage d’autonomie et de libertés à la ville et à ses habitants (charte de franchises de 1225-1226). À cette époque, l’agglomération est pourvue d’une enceinte maçonnée construite à l’initiative de l’évêque de Metz, Jacques de Lorraine (1239-1260). L’actuel îlot du palais de justice se trouve dans le quartier médiéval du « Grand Bourg », localisé dans la plaine alluviale, sur la rive droite de la Moselle, au pied de l’éperon rocheux, dans un secteur compris entre le château et la basilique Saint-Maurice, à un emplacement potentiellement susceptible de correspondre au noyau préurbain.

Ce secteur est documenté par les textes et l’iconographie à partir du XVIIe s., date à laquelle il est progressivement investi par les sœurs de la Congrégation Notre-Dame, qui y font construire un nouveau couvent à partir du début du XVIIIe s., et dont les bâtiments sont réaffectés à la Révolution.

La problématique scientifique établie à l’issue de plusieurs diagnostics archéologiques motivés par le projet d’extension et de restructuration du palais de justice portait sur la formation et le développement de cet espace localisé au cœur de la cité médiévale et moderne. Les deux fouilles d’archéologie préventive réalisées en 1995 et en 1999 couvraient une superficie totale d’environ 3000 m2. Elles ont permis de caractériser sept phases d’occupation allant du VIIIe au XIXe s.

Texte intégral

1.1. Le cadre naturel

1Localisée au sud de la Lorraine, dans la vallée de la Haute-Moselle, la ville d’Épinal est, depuis la Révolution, chef-lieu du département des Vosges (88) [FIG. 1].

fig. 1

Localisation de la ville d’Épinal.
Location of the town of Épinal.

© P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

2Elle est installée en limite des reliefs cristallins et gréseux vosgiens, et des plateaux calcaires lorrains. Le sous-sol est constitué par les premières assises sédimentaires du Bassin parisien, lesquelles ont subi d’importants mouvements tectoniques. Un réseau de failles orthogonales a provoqué la formation d’un horst que la Moselle a percé jusqu’au soubassement granitique.

3Le site naturel a été modelé par un réseau hydrographique relativement dense qui a conduit au morcellement de la ville en trois entités distinctes [FIG. 2]. Localisé sur la rive droite du fleuve, le bourg médiéval (Grand-Bourg) s’est développé dans une zone progressivement colmatée par les alluvions de la Moselle. Il était dominé à l’est par le château, installé sur un éperon rocheux culminant à 375 m d’altitude et orienté selon un axe NE-SO. Ce dernier est délimité par deux vallons parallèles, qu’il surplombe d’une cinquantaine de mètres et dans lesquels s’écoulaient, au moins jusqu’au XVIIe s., les ruisseaux de Poissompré au nord et d’Ambrail au sud. À l’ouest, le quartier du Rualménil s’étendait sur une île installée dans un méandre de la Moselle, recoupé par un bras du cours d’eau.

fig. 2

Le site à l’époque médiévale (en italiques : emplacement supposé des manses primitifs).
The site in the medieval period (in italics : supposed position of the primitive manses).

© P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

4Épinal correspond, par conséquent, à un site « de montagne », installé dans une vallée étroite (d’une largeur maximale de 750 m) et encaissée, recoupant un plateau élevé (Harmand 2000 : 15). Ce cadre naturel offrait des conditions favorables à la création d’un site défensif et au développement d’une agglomération localisée à la croisée de plusieurs axes de communication reliant la Lorraine à l’Alsace et, au-delà, à la Suisse [FIG. 3].

fig. 3

Vue aérienne de la ville d’Épinal, 1998.
Aerial view of the town of Épinal, 1998.

© P. Frigério.

1.2. De l’agglomération préurbaine à la ville moderne : esquisse de topographie historique

1.2.1. Historique des recherches

5Abordée pour la première fois dans un ouvrage de synthèse sur la ville d’Épinal au milieu du XIXe s. (Chanzy 1844), il faut attendre 1970 pour que la topographie de la ville médiévale fasse l’objet d’une étude approfondie, essentiellement fondée sur l’exploitation des sources écrites et iconographiques (Houot 1970). Ce travail universitaire a servi de base à la rédaction de deux articles de synthèse sur les origines de la ville (Houot 1976, 1983) et à une étude monographique publiée dans la collection des Atlas historique des villes de France, dans laquelle l’auteur propose une restitution des vestiges médiévaux et modernes reportés sur un plan cadastral daté de 1809 (Houot 1993).

6Les informations archéologiques concernant la ville d’Épinal sont peu nombreuses [FIG. 4]. Elles correspondent aux résultats de plusieurs interventions ponctuelles réalisées dans le courant des années 1980 et 1990, portant sur les enceintes urbaines – quartier du Chapitre (Grasser 1984), porte et tour du Grand-Moulin, rue Lormont (Grasser 1988 ; Papazzoni 1993), porte de la Fontaine (Koch 1995) –, sur la place des Vosges (ancienne place du Poiron) (Kraemer 1994) et sur le château (Bur 1992 ; Masquilier 1997). Ces travaux sont à l’origine d’une Esquisse de topographie historique et d’évaluation archéologique publiée par le Centre national d’archéologie urbaine (Kuchler 1998a), qui intègre également les premiers résultats obtenus sur le site du palais de justice (Henigfeld 1996). Plus récemment, une fouille a été menée à l’emplacement de l’hôpital Saint-Jean de Jérusalem (Masquilier 2004) dans le faubourg de la porte de la Fontaine, et un diagnostic archéologique a porté sur le cloître de l’abbaye Saint-Goëry (Masquilier 2005). Parmi les publications récentes, il convient enfin de mentionner un ouvrage collectif sur les origines et le développement de la ville (Rothiot 2000), un ouvrage de synthèse sur le château d’Épinal (Bur 2002) et une contribution présentée dans le cadre de la publication d’un projet collectif de recherche sur les enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace du XIIe au XVe s. (Koch et al. 2008).

fig. 4

Topographie historique de la ville médiévale.
Historical topography of the medieval town.

© H. Duval, P. Girard, P. Kuchler, C. Kraemer

1.2.2. Les origines de la ville : de la fin du Xe au début du XIIIe s.

7Pour certains auteurs (Javelet 1972 ; Houot 1983 ; Bur 1992), la ville d’Épinal a été fondée dans un milieu déjà anthropisé. L’intérêt défensif du site prouverait l’existence d’une occupation protohistorique sur l’éperon rocheux dominant la vallée de la Moselle sous la forme d’un oppidum, puis d’un castrum protégeant une voie romaine longeant la rive droite de la rivière. De même, attribué à la future paroisse d’Épinal, le vocable de Saint-Maurice, dont le culte s’est propagé dans la région aux VIe et VIIe s., garderait le souvenir d’un édifice religieux antérieur au Xe s. En l’absence de textes et de preuves archéologiques, ces hypothèses n’ont jamais pu être confirmées. En revanche, la création d’Épinal repose sur des actes fondateurs fiables.

1.2.2.1. Les actes fondateurs

8Si l’on se réfère aux sources écrites, la ville d’Épinal serait née à la fin du Xe s. de la décision de l’évêque de Metz, Thierry de Hameland (965-984), cousin germain de l’empereur Otton Ier, d’établir, sur un de ses domaines, un château, un marché et un monastère (Houot 1983).

9Trois documents officiels évoquent les origines de la ville d’Épinal. Le plus ancien correspond à un texte, daté du 20 juin 983, émanant de l’empereur Otton II, confirmant l’établissement d’un marché à Épinal. C’est dans ce document qu’apparaît pour la première fois le terme « Spinal » : « Et mercatum quem nostro licitu in loco qui Spinal dicitur primus elevavit » (MGH, SSIV : 481). Établi avec le consentement de l’empereur Othon II, la création du marché peut, par conséquent, être attribuée à la période de son règne effectif, c’est-à-dire entre 973 et 983. Un second document, daté du 22 octobre 1003, provenant du roi de Germanie Henri II, relate la fondation par Thierry de Hameland d’un monastère de bénédictines dédié à saint Goëry (MGH, DDHII : n° 58, 69-73). Le troisième texte correspond à une charte rédigée le 30 mai 1119 par l’évêque de Toul, Riquin, qui mentionne la fondation de la paroisse de Spinal (ADV G 109, cart. B f° 1 ; ADV G 106, XXVI).

10Parmi les sources narratives rapportant les actes fondateurs religieux et politiques d’Épinal, il convient par ailleurs de mentionner plusieurs chroniques écrites entre 1012 et 1050 par Constantin, abbé de Saint-Symphorien de Metz (MGH, SSIV : « Vita Adalberonis II. Mettensis ep. », 662), par Widric (MGH, SSIV : « Gesta episcoporum virdunensium », 49) et par Sigebert de Gembloux (MGH, SSIV : « Vita Deoderici episcopi mettensis », 469).

1.2.2.2. Une topographie incertaine

11Le développement topographique de la ville d’Épinal reste en grande partie méconnu jusqu’à la construction d’une enceinte, dans la première moitié du XIIIe s.

12Peut-être installée à l’emplacement d’un premier édifice, l’église abbatiale devient rapidement le centre névralgique d’une paroisse regroupant les manses d’Avrinsart, de Villers, de Spinal, de Rualménil et de Grennevau [FIG. 2], détachés de la paroisse primitive de Dogneville, localisée à environ 5 km au nord de l’agglomération actuelle d’Épinal.

13La localisation du premier château d’Épinal reste imprécise. Les fouilles programmées dirigées par Michel Bur de 1984 à 1992 au sommet de l’éperon rocheux n’ont en effet révélé aucune occupation antérieure à l’édification du château par l’évêque Jacques de Lorraine, dans la première moitié du XIIIe s. En l’absence d’informations archéologiques, le château primitif est traditionnellement localisé à l’extrémité de l’éperon qui domine la plaine alluviale, à l’emplacement de la tour du Voué [FIG. 4], dont l’appellation aurait gardé le souvenir d’une construction plus ancienne (Bur 2002 : 124).

14Tout aussi incertaine, la localisation du noyau préurbain a donné lieu à deux hypothèses (Houot 1983 : 12) : la première le place dans la basse-cour du château, la seconde au pied de l’éperon rocheux dans un secteur délimité par les ruisseaux d’Ambrail et du Poissompré. Cette dernière est partiellement corroborée par un texte, la charte d’Étienne de Bar, de 1140, qui mentionne la présence d’un « suburbium de castro de Spinalo » (Chevreux 1913 : 157, 200), c’est-à-dire d’un bourg agglutiné au pied du château (Bur 1992 : 51). L’hypothèse d’une enceinte primitive est difficile à vérifier, en l’absence d’information archéologique et de mention dans les textes. Si l’on s’en tient aux résultats de la fouille de sauvetage urgent effectuée en 1989, ce noyau préurbain ne s’étendait vraisemblablement pas au-delà de l’actuelle place des Vosges, qui reste marécageuse jusqu’au XIIIe s. (Kraemer 1994).

15En résumé, le bourg primitif d’Épinal occupait un espace aux contours imprécis, au mieux palissadé, probablement localisé au pied de l’éperon rocheux, entre le château primitif à l’est et l’église Saint-Maurice à l’ouest (Bur 1992 : 45-59 ; Kraemer 2000 : 51).

1.2.3. La ville médiévale : du XIIIe au XVIIe s.

1.2.3.1. Rappel historique

16Administré depuis ses origines par un voué puis un prévôt représentant le pouvoir épiscopal, Épinal s’émancipe progressivement de la tutelle de l’évêque de Metz qui octroie, à partir du deuxième quart du XIIIe s., davantage d’autonomie administrative à la ville et confère plus de libertés individuelles à ses habitants (charte de franchises de 1225-1226). C’est à cette époque que les enceintes maçonnées du Grand-Bourg et du Grand-Rualménil sont édifiées, à l’initiative de l’évêque de Metz Jacques de Lorraine (1239-1260), comme l’indique une mention tirée d’une chronique de sa vie : « Castrumque Spinalense et oppidum magnis firmitatibus reparavit oppidum » (MGH, SSX : 550). Ces travaux de fortification ont vraisemblablement duré jusqu’au milieu du XIVe s., sous l’impulsion, cette fois-ci, des bourgeois d’Épinal (Bur 1992 : 49).

17Au XVe s., le maire, jadis nommé par l’évêque, disparaît au profit de quatre jurés-gouverneurs, les Quatre, élus pour un an. Ils administrent la ville sous le contrôle du Moyen Conseil constitué d’environ cent cinquante autres riches bourgeois (Houot 1993). En 1422, les revendications insistantes de l’évêque Conrad Bayer de Boppart pour rétablir son autorité sur la ville incitent, en 1444, les spinaliens à demander au roi de France Charles VII son incorporation au royaume. Malgré les protestations des Quatre, son successeur, Louis XI, cède Épinal au duché de Lorraine en 1466.

18Dans le premier tiers du XVIIe s., Épinal est au cœur de la Contre-Réforme : de nouvelles communautés religieuses s’installent dans le quartier du Grand-Bourg (couvents des Minimes en 1611 reconstruit au Grand-Rualménil en 1665, abritant la Congrégation Notre-Dame en 1619-1620 et les Annonciades en 1632) et dans le sud du faubourg du Petit-Rualménil (couvent des Capucins en 1619). Ces nombreuses créations ne modifient toutefois pas en profondeur le tissu urbain. Par la suite, entre 1633 et les années 1670, les sièges militaires répétés, tant de la part de l’armée du roi de France que de celle du duc de Lorraine, ont pour conséquences l’extension des structures défensives de la ville et du château (1637-1640), puis leur démantèlement (à partir de 1670) (Kuchler 1998a : 15).

1.2.3.2. Les données topographiques

19La topographie de la ville médiévale est partiellement restituable grâce à une vue cavalière peinte par Nicolas Bellot en 1626 [FIG. 5].

20À cette époque, et vraisemblablement dès le XIIIe s., Épinal se développe sur une superficie intra-muros d’environ 13 ha, selon quatre unités distinctes reliées par un réseau de ponts en bois et de rues : le Petit et le Grand-Rualménil, le Grand-Bourg et l’ensemble castral.

fig. 5

Plan d’Épinal, dit « plan Bellot », peint en 1626 par Nicolas Bellot.
Map of Épinal, known as the “plan Bellot”, painted in 1626 by Nicolas Bellot.

© Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.

Le Rualménil

21Il est constitué de deux quartiers séparés par un bras secondaire de la Moselle, le canal des Grands-Moulins. Sur la rive gauche, le faubourg du Petit-Rualménil forme, à l’origine, une sorte de protection avancée en s’appuyant, à l’ouest, contre le talus d’une terrasse alluviale. Le secteur devait abriter, dès le XIVe s., des auberges, des tanneries, plusieurs fermes, mais aussi un important établissement d’accueil, la léproserie de la Madeleine, mentionnée pour la première fois en 1383.

22Sur la rive droite, le quartier du Grand-Rualménil [FIG. 6], identifié comme l’un des manses primitifs du noyau préurbain, s’est développé sur l’île au milieu de la Moselle. D’une superficie totale supérieure à 9,5 ha, celle-ci s’est formée par l’accumulation de dépôts fluviatiles (gravot). Un tiers du Grand-Rualménil est protégé par une enceinte qui lui est propre, enserrant un espace d’environ 3,5 ha. En l’absence de documentation archéologique, seules les sources écrites et iconographiques nous renseignent sur ces fortifications. De plan oblong, la courtine se développe sur environ 800 m de long. Elle est munie de trois portes et de sept tours, dont les tours de Brenel, Collinet et du Pertuis-Aubert. L’alimentation en eau du fossé occidental est régulée par un système de vannes disposé en amont de la poterne Aubert. À l’intérieur de l’enceinte, le tissu urbain est très resserré autour d’un nombre limité d’îlots et de rues. Peuplé d’artisans, le Grand-Rualménil concentre hors les murs, dans sa partie septentrionale, les activités de blanchiment de la toile de chanvre et de lin [FIG. 8] et dans sa partie méridionale les activités de tannerie.

fig. 6

Le Grand-Rualménil (détail du « plan Bellot », 1626).
Le Grand-Rualménil (detail from the “plan Bellot”, 1626).

© Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.

fig. 7

Le blanchiment des toiles de chanvre et de lin (détail du « plan Bellot », 1626).
Bleaching hemp and linen canvases (detail from the “plan Bellot”, 1626).

© Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.

fig. 8

Le Grand-Bourg (détail du « plan Bellot », 1626).
Le Grand-Bourg (detail from the “plan Bellot”, 1626).

© Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.

fig. 9

Le château d’Épinal (détail du « plan Bellot », 1626).
The château of Épinal (detail from the “plan Bellot”,  1626).

© Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.

Le Grand-Bourg

23D’une superficie d’environ 7,5 ha, le Grand-Bourg [FIG. 8] correspond au centre économique, politique et religieux de l’agglomération.

  • 1 Les chroniques rédigées vers 1012-1017 par Constantin, abbé de Saint-Symphorien de Metz, indiquent (...)

24Jusqu’au XXe s., il accueille en effet l’unique paroisse de la ville, vouée à saint Maurice, et une importante abbaye de chanoinesses dédiée à saint Goëry. L’église est partagée entre les paroissiens qui occupent la nef et la communauté religieuse qui se réunit dans le chœur. Un établissement d’accueil, l’hôpital Saint-Goëry, destiné à recevoir les pèlerins atteints d’ergotisme du seigle, est édifié dans le quartier abbatial, sans doute peu de temps après le transfert des reliques du saint guérisseur en 9841. Une grange aux Dîmes y est bâtie plus tardivement.

25Le quartier du Grand-Bourg concentre également les activités commerciales de la ville. Dès l’origine, un atelier monétaire et un marché y sont établis, peut-être autour du chevet de l’église. Au XVe s., le marché est transféré place du Poiron (actuelle place des Vosges) qui ne semble être urbanisée qu’après la construction de l’enceinte au XIIIe s. (Kraemer 1994). D’autres bâtiments commerciaux sont implantés autour de cette place, dont les Halles occupées au rez-de-chaussée par la tuerie et la boucherie, mais également derrière le chevet de l’église, avec la construction en 1444, sous l’ordre du roi Charles VII, du bâtiment du Poids destiné à la pesée des marchandises et des denrées vendues à Épinal.

26Le pouvoir politique est surtout matérialisé par la présence de l’Hôtel de Ville, localisé à l’origine place de l’Âtre puis transféré, sans doute au XIVe s., place du Poiron – qui doit d’ailleurs son nom à l’escalier monumental, le perron, qui desservait la maison communale (Houot 1970 : 117).

27De même que le quartier du Grand-Rualménil, celui du Grand-Bourg possède sa propre enceinte maçonnée. D’une longueur approximative d’un kilomètre, elle est percée de cinq portes et flanquée, au sud et à l’ouest, de tours de plan quadrangulaire, circulaire, demi-circulaire, en fer à cheval ou ovale. Elle a fait l’objet de plusieurs interventions archéologiques, dont la plus ancienne remonte à la fin des années 1970.

  • 2 Datations réalisées en 2004 par Willy Tegel et Roswitha Schweidel (Dendronet, Bohlingen, Allemagne) (...)

28Entre 1978 et 1984, les travaux de réhabilitation du quartier du Chapitre, situé au sud de la ville, ont en effet permis de reconnaître environ 130 m de courtine et de mettre en évidence quatre tours talutées (ouvertes à la gorge ?), d’un diamètre oscillant entre 7,80 m (tour Évrard) et 9,60 m (tour Bazoilles). Parmi elles, les tours Évrard et du Chapitre subsistent dans le paysage urbain actuel. Leurs soubassements ont également pu être étudiés grâce aux travaux de terrassement partiel réalisés dans les douves, alors alimentées par le ruisseau d’Ambrail. Estimée à partir des résultats d’une prospection électrique, leur largeur moyenne à l’ouverture est de 12 ou 13 m au droit de la courtine et semble se réduire au niveau du saillant de la tour du Chapitre. La courtine, d’une épaisseur comprise entre 2 et 2,30 m, est constituée de parements en blocs de grès rose soigneusement taillés (hauteur moyenne de 0,25 m), bien assisés et liés au mortier de chaux. Elle repose sur des pieux installés sur un radier de fondation en bois datés, par14C, des années 1220-1230, et par dendrochronologie2 postérieurement à 1150. La muraille est sans doute percée, entre les tours du Chapitre et Bazoilles, d’une poterne et de plusieurs archères identiques à celles reconnues sur chaque tour. Le système défensif est renforcé à la fin du XVe s. ou au début du XVIe s., par le percement de canonnières au ras du fossé afin de s’adapter aux progrès de l’artillerie (Grasser 1984).

29En 1986, des travaux d’aménagement de l’îlot Lormont, au nord de la ville, ont permis d’observer la partie basse de la tour dite du Grand-Moulin ainsi qu’une portion de la muraille adjacente. D’un diamètre extérieur d’environ 9,50 m, la tour de plan demi-circulaire est fermée à la gorge par un mur plat. D’une épaisseur comprise entre 2 et 2,40 m, la courtine a été reconnue sur une hauteur maximale de 11,45 m. Ces fortifications sont munies de plusieurs archères attribuées au XIIIe s. (Grasser 1988 : 95). Au sud-ouest, à la jonction des rues Lormont et Raymond-Poincaré, un sondage d’emprise réduite (18 m2) a vraisemblablement permis d’identifier deux phases de construction de cette courtine, avec un épaississement de la maçonnerie de 1,20 à 2 m, contemporain de l’édification d’une tour circulaire dont l’amorce a été observée en limite occidentale de la fouille (Papazzoni 1993).

30En 1995, une opération d’archéologie préventive menée à l’intersection des rues de la Maix et Entre-les-Deux-Portes [FIG. 4], a permis de mettre en évidence trois états de l’enceinte mitoyenne de la porte de la Fontaine. Le premier est matérialisé par la construction d’une courtine aveugle datée de la première moitié du XIIIe s. Le deuxième correspond au dédoublement de la muraille au nord par un mur de défense avancée percé d’archères à étrier, attribuable, au plus tôt, à la seconde moitié de ce siècle. Le troisième est caractérisé par la construction de la porte de la Fontaine, précédée d’un pont-levis, datée du début du XVe s. (Koch 1995).

31Hors les murs, un établissement d’accueil de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem est implanté, peut-être dès la fin du XIIe s., dans le faubourg de la porte de la Fontaine. Une opération d’archéologie préventive, réalisée à la jonction des rues Saint-Michel et Entre-les-Deux-Portes, a notamment permis de préciser sa localisation et son emprise, avec la découverte d’une chapelle et d’un cimetière (dont des sépultures multiples attribuées à la première moitié du XVIIe s.), au sud desquels se développent plusieurs habitations médiévales et modernes (Masquilier 2004 : 123).

L’ensemble castral

32L’ensemble castral [FIG. 9] comprend le château et le châtelet, bâtis sur l’éperon dominant le Grand-Bourg. D’une superficie d’environ 2 ha, il est composé d’un système complexe d’enceintes successives renfermant plusieurs bâtiments dont l’architecture évolue jusqu’à leur destruction en 1670, date à laquelle débute parallèlement le démantèlement des fortifications urbaines (Houot 1993 : 2).

33Les différentes campagnes de fouille menées de 1984 à 1992 ont permis de confirmer l’existence, à partir du XIIIe s., d’un ensemble castral au sommet de l’éperon rocheux (Bur 2002). À l’origine, il comprenait un donjon quadrangulaire, un logis et une chapelle, organisés autour d’une place d’armes. L’ensemble était protégé par une courtine, dont l’angle sud-est est postérieurement flanqué d’une tour ronde, la tour Saint-Georges. Durant le premier quart du XVIe s., le logis est abandonné au profit d’une rampe d’artillerie, tandis qu’un corps de garde est construit dans la cour, contre le donjon. À la même époque, le système défensif est renforcé, à l’est, par l’établissement d’un boulevard d’artillerie gagné sur la pente.

34À l’ouest se développe le châtelet qui correspond à un vaste espace fortifié contemporain du château. Précédé d’un large fossé à l’est, il est pourvu d’une courtine, épaisse de 2 à 2,20 m, flanquée de onze tours dont une a pu être dégagée jusqu’à la base des fondations lors d’un suivi de travaux de terrassement sur le flanc nord du château (Masquilier 1997). Le châtelet est occupé à la fin du XVIe s., par des maisons de drapiers, des granges et des écuries. L’accès à cette « basse-cour » était défendu par la puissante tour carré du Voué.

1.2.4. La ville moderne : du XVIIIe au XIXe s.

1.2.4.1. Le démantèlement des enceintes et ses incidences sur la topographie urbaine

35Les divers plans de la ville d’Épinal dressés à partir du milieu du XVIIIe s. montrent les deux transformations majeures de ce siècle : le démantèlement progressif des enceintes urbaines et l’extension progressive du quartier du Grand-Rualménil et de ses faubourgs vers le nord (Boquillon 2000 : 122).

36Dès 1670, la capitulation des spinaliens face aux troupes françaises commandées par le maréchal de Crépy marque le début de la destruction du château et des enceintes. Celle-ci est progressive toutefois : si la majorité des portes disparaît définitivement du paysage urbain dès le milieu du XVIIIe s. afin de faciliter l’entrée et la circulation des marchandises entre les différents quartiers de la ville, les murs d’enceinte sont en grande partie conservés et intégrés au bâti (Boquillon 2000 : 124).

37Le démantèlement total de l’enceinte du Grand-Rualménil entraîne l’extension du quartier, essentiellement perceptible vers le nord, qui devient la Petite-Ville [FIG. 10]. L’habitat s’y densifie au détriment des fossés et des gravots, et s’accompagne de la création de Halles, d’un marché et de boucheries. À sa vocation artisanale déjà ancienne, la Petite-Ville ajoute donc une fonction commerciale, mais également militaire avec la construction des casernes Saint-Éloi entre 1740 et 1748. Deux ponts sont construits sur le bras secondaire de la Moselle en direction du nouveau faubourg de la Faïencerie (dont la fabrique éponyme est fondée par François Vautrin en 1759) : le pont des Quatre-Nations, installé en 1737 à l’emplacement d’un ancien pont de bois daté de 1724, et la passerelle des Juifs en 1734.

fig. 10

La ville d’Épinal au milieu du XVIIIe s.
The town of Épinal in the mid-18th century.

© Inventaire général, ADAGP / photo D. Bastien.

38Si le développement de la Petite-Ville et son faubourg adjacent sont bien visibles (des moulins, une huilerie et un magasin à sel y sont d’ailleurs installés dans le courant du XVIIIe s.), les autres secteurs de la ville bénéficient eux aussi de transformations remarquables [FIG. 11]. Le Grand-Bourg, devenu la Grande-Ville, s’enorgueillit notamment de la construction de nouveaux édifices, principalement sis autour du Poiron et le long de la Grande-Rue (construction de l’actuel hôtel de ville en 1752). Au sud, le faubourg de la Grande-Voye retient l’attention des autorités municipales à partir des années 1730 avec l’élargissement du faubourg d’Arches, l’émergence de nouveaux bâtiments le long de cette voie et le développement, dans les années 1750, de promenades publiques et d’espaces verts (promenades du « Cours » et des « Forts », entre les anciennes portes d’Ambrail et d’Arches). Ces aménagements urbains participent à l’amélioration des conditions de vie des spinaliens, de même que le pavage et le nettoyage des rues et des places, que la construction d’un réseau souterrain d’évacuation des eaux de pluie et que la canalisation des ruisseaux de Saint-Michel, d’Ambrail et du bras secondaire de la Moselle (canal de « la Petite-Ville »).

39Ville désormais ouverte vers l’extérieur, Épinal participe au vaste mouvement urbanistique du XVIIIe s., en se préparant à assumer les mutations beaucoup plus importantes du siècle suivant (Boquillon 2000 : 139).

fig. 11

Fac-similé édité en 1864 du Plan des villes et faubourg d’Épinal dressé par Jean-Charles Beaurain, architecte de la Ville, en 1789. (Bibliothèque nationale de France, GED-6853).
Facsimile published in 1864 of the Map of the towns and suburb of Épinal drawn up by Jean-Charles Beaurain, town architect, in 1789.

1.2.4.2. Révolutions politique, économique et urbaine

40La Révolution française marque un tournant décisif pour la ville puisqu’elle lui permet d’être élevée progressivement au rang de chef-lieu de département. Malgré sa nouvelle suprématie administrative, Épinal ne connaît pas un essor immédiat : le cadastre de 1809 montre toujours une cité entourée de jardins, de vergers et de cultures. Aussi faut-il attendre l’explosion industrielle, militaire et démographique de l’agglomération pour observer des changements topographiques importants. De nouveaux quartiers résidentiels destinés à la bourgeoisie industrielle sont créés au sud de la Grande-Ville, et la terrasse occidentale de la rive gauche de la Moselle est urbanisée dès 1857, après la construction du chemin de fer. Les transformations du tissu urbain et les développements topographiques les plus spectaculaires se produisent après la défaite de Sedan, en 1870, et l’annexion de l’Alsace et de la Moselle. Dorénavant à proche de la frontière germano-française, Épinal devient une place forte militaire de premier ordre qui concentre une nouvelle population de réfugiés. Ces changements géopolitiques contribuent à un essor économique qui connaîtra son apogée sous la IIIe République (Thiriet 2000).

1.3. L’îlot du palais de justice

41L’îlot du palais de justice se développe au pied du château et au nord de la basilique Saint-Maurice, sur une superficie d’environ 7000 m2, recouvrant ainsi près de 10 % de celle du Grand-Bourg [FIG. 4]. Localisé à l’emplacement supposé du noyau préurbain (suburbium), il est délimité au nord et à l’est par la rue de la Maix, au sud par la place du Poids et à l’est par la rue Haute [FIG. 12].

42En l’absence d’observations archéologiques, il faut se référer aux sources écrites et iconographiques pour obtenir des informations sur le développement topographique de ce secteur. Si les renseignements sont rares pour la période médiévale, la documentation est en revanche abondante à partir du début du XVIIe s. Elle concerne plus particulièrement le couvent de la Congrégation Notre-Dame et le partage des bâtiments après la Révolution.

fig. 12

L’îlot du palais de justice et ses abords en 1626. Détail de la Vue à vol d’oiseau de la ville d’Épinal, faite par N. Bellot peintre en 1626, dessinée par Alexis Matthieu [Mathieu] d’après le « plan Bellot », lithographiée par Fricotel (Épinal) en 1876.
The Palais de Justice block and its surroundings in 1626. Detail of a lithograph produced after the “plan Bellot”.

© Musée de l’image d’Épinal / photo E. Erfani.

1.3.1. Le couvent de la Congrégation Notre-Dame

43Les documents écrits les plus anciens datent des années 1620 et coïncident avec l’installation à Épinal de la Congrégation Notre-Dame, fondée par Pierre Fourier et destinée à l’enseignement gratuit des jeunes filles. La première figuration connue de l’îlot est celle qu’en offre le plan peint par Nicolas Bellot. Il y est présenté sous la forme d’un ensemble densément construit composé d’habitations serrées, séparées par des arrière-cours [FIG. 8, FIG. 12].

44La documentation écrite suggère que la topographie ne se modifie guère jusqu’à la fin du XVIIe s. À partir de 1619, les religieuses investissent progressivement le bâti existant, devenant propriétaires de la majeure partie de l’îlot à la fin du XVIIe s. [TABL. I]. En 1619, elles acquièrent une première maison rue de la Maix, puis achètent plusieurs bâtiments, notamment le long de la rue du Poids (actuelle place Edmond-Henry) où elles établissent leur chapelle. Les actes de vente nous renseignent aussi sur les diverses professions des anciens propriétaires et, indirectement, sur leur statut social. Il s’agit en grande majorité de riches bourgeois exerçant les métiers de commerçants (marchands drapiers), d’artisans (serrurier, couturier) ou de juristes (avocat, receveur, prévôt…).

45Ce n’est qu’en 1699 qu’est projeté l’aménagement, à l’emplacement des anciennes demeures, du bâtiment de la clôture, interdit aux laïcs, dont la construction débute l’année suivante et dure jusqu’en 1701 (Klein, Jacops 1987 : 38). Après treize ans d’interruption, les travaux reprennent. Ils concernent tout d’abord le quartier des pensionnaires et des classes externes, achevé en 1715, puis le chœur des religieuses (1716) et l’église conventuelle (1727-1728) sous laquelle est établi, en 1728, un caveau funéraire qui sert désormais d’unique lieu d’inhumation à la congrégation. Ce dernier a été redécouvert fortuitement à l’occasion de travaux réalisés en janvier 1967 dans l’enceinte du palais de justice (Klein, Jacops 1987 : 40).

46À la suite de nouvelles acquisitions de biens immobiliers entre 1714 et 1763, localisés notamment au nord de l’îlot (rue de la Maix et rue Haute), la Congrégation Notre-Dame décide d’entreprendre, en 1769, la construction d’un nouveau bâtiment qui complète définitivement le dispositif conventuel (Klein, Jacops 1987 : 44). Celui-ci est représenté pour la première fois sur un plan levé entre 1774 et 1775 par le géomètre Christophe Denis [FIG. 13], puis sur celui dressé en 1799 par l’architecte Jean-Charles Beaurain [FIG. 14]. Le couvent comprend alors trois principaux corps de bâtiment disposés en L et ouverts sur de vastes jardins qui s’étendent jusqu’à la jonction des rues de la Maix et d’Ambrail.

fig. 13

Le couvent de la congrégation Notre-Dame (a) et ses abords :
b. place de l’Âtre ;
c. église paroissiale ;
d. place du Poiron ;
39. logement des sergents de ville ;
40. halles ;
44. acensement. Détail du plan de la ville d’Épinal établi en 1776 par Christophe Denis, géomètre municipal (ADV 2 Fi Roul. 24).
The Convent of the Congrégation de Notre-Dame (a) and its surroundings :
b. place de l’Âtre ;
c. parish church ;
d. place du Poiron ;
39. residences for sergeants of the town ;
40. market halls ;
44. the acensement. Detail of the map of the town of Épinal drawn up in 1776 by Christophe Denis, municipal surveyor.

© Archives départementales des Vosges.

fig. 14

Plan des bâtiments de la congrégation Notre-Dame occupés par le tribunal civil et la gendarmerie, d’après le Plan général du rez-de-chaussée de la Maison Nationale de les Ci-devant religieuses de la Congrégation d’Épinal, levé par l’administration municipal d’Épinal dressé par Jean-Charles Beaurain en 1799.
Plan of the buildings of the Congrégation Notre-Dame occupied by the civil court and the gendarmery, after the General plan of the ground floor of the former convent of the Congrégation d’Épinal, established by the municipal administration of Épinal drawn up by Jean-Charles Beaurain in 1799.

© P. Girard, Y. Henigfeld.

47Concentrés dans la partie sud-ouest de l’îlot, les lieux réguliers sont formés de deux ailes parallèles à la place du Poids. L’aile nord constitue la clôture du couvent (le tribunal civil y aménagera plus tard le cabinet du commissaire, le greffe et une cuisine). Cette aile s’ouvre au sud sur une galerie du cloître (futur corridor du tribunal). L’aile sud est occupée par l’église, au nord-ouest de laquelle est accolé le bâtiment des tourières (futur logement du concierge et de l’artiste vétérinaire). La cour du cloître est fermée au sud-est par le chœur des religieuses (salle d’audience du tribunal civil) donnant, au sud-est, sur la sacristie (futur vestiaire).

48Plus au nord, les locaux réservés aux classes et au pensionnat sont adossés aux halles aux grains reconstruites en 1720 à l’emplacement des anciens bâtiments édifiés au Moyen Âge. Au sud-est, le couvent est bordé de maisons particulières donnant sur l’actuelle rue Jeanmaire.

tabl. I

Historique des acquisitions par la congrégation Notre-Dame des biens immobiliers localisés sur l’actuel îlot du palais de justice.
History of the acquisitions by the Congrégation Notre-Dame of property located in the current Palais de Justice block.

transactions entre 1619 et 1691

                                                                                                           

références du document source et localisation de la transaction

année                                        

date                                                                                                            

nature et montant

ADV XLIV H 8 rue de la Maix

1619                                   

30 décembre                                                                                                           

Vente par Pierre Pierrot, marchand bourgeois d’Épinal et Anne Durand, sa femme, à Antoine de Lenoncourt, primat, d’une maison, grange, « meix » et jardin, pour un montant de 8500 francs, dans le but d’« assister les dévotes religieuses de la congrégation Notre-Dame a establir un monastère de leur ordre en ladite maison ».

ADV XLIV H 11 rue du Poids (actuelle place Edmond-Henry)

1621                                   

–                                                                                                           

Don par les religieuses de Nancy, aux religieuses (de la Congrégation), d’une maison contiguë aux bâtiments et dépendances acquis en 1619.

ADV XLIV H 11 rue du Poids (actuelle place Edmond-Henry)

1623                                   

16 janvier                                                                                                           

Vente par Georges Bertrand, receveur à Saint-Dié, aux religieuses, d’une maison « sise au Grand Bourg, proche de l’usuine du poid », pour un montant de 7300 francs.

ADV XLIV H 11 rue du Poids (actuelle place Edmond-Henry)

1623                                   

29 juillet                                                                                                           

Vente par Françoise, Claudine, Barbe et Adrienne Sagay, aux religieuses, d’une maison « sise au Grand Bourg, au devant et proche de l’usuine du poid », pour un montant de 6500 francs.

ADV XLIV H 11 rue du Poids (actuelle place Edmond-Henry)

1628                                   

29 novembre                                                                                                           

Vente par Claude du Val, marchand bourgeois d’Épinal, aux religieuses, d’une maison « en la ville ferme dudit Épinal en la rue devant le poid », pour un montant de 8500 francs.

ADV XLIV H 11 rue du Poids (actuelle place Edmond-Henry)

1633                                   

–                                                                                                           

Vente par Claude du Val, marchand bourgeois d’Épinal, aux religieuses, de la criée de la maison (précédemment évoquée) « en la ville ferme dudit Épinal en la rue devant le poid », pour un montant de [?] francs.

ADV XLIV H 10 rue Haute (actuelle rue Abbé-Friesenhauser)

1634                                   

28 mai                                                                                                           

Vente par Catherine, veuve de Nicolas Ballon, tailleur d’habits et bourgeois d’Épinal, aux religieuses, d’une maison pour un montant de 1200 francs.

ADV XLIV H 8 rue de la Maix

1688                                   

16 septembre                                                                                                           

Dot par sœur Marie Victorine Flavaucourt, aux religieuses, d’une maison « proche de la fontaine Saint-Goëry ».

ADV XLIV H 11 rue du Poids (actuelle place Edmond-Henry)

1691                                   

9 mars                                                                                                           

Vente par Maurice Gérard, marchand drapier et bourgeois d’Épinal, aux religieuses, d’une « partie de la maison où réside le vendeur et une partie de la cour », pour un montant de 1500 francs lorrains.

transactions entre 1714 et 1763

                                   

                                                                                                           

références du document source et localisation de la transaction

année                                   

date                                                                                                           

nature et montant

ADV XLIV H 8 rue de la Maix

1714                                   

12 mai                                                                                                           

Vente par Jean Bruyes, prévôt du chapitre de l’église Saint-Goëry d’Épinal, aux religieuses, d’une maison pour un montant de 4000 francs barrois.

ADV XLIV H 8 rue de la Maix

1723                                   

18 novembre                                                                                                           

Échange par Quirien André, hostelain bourgeois d’Épinal et Anne-Marie Duchaine, sa femme, aux religieuses, d’une maison « le devant a la rue qui vient desdites halles et le derrier aboutissant sur la rue de la Maix ou des Bouchers ».

ADV XLIV H 9 rue des Halles

1741                                   

11 juillet                                                                                                           

Vente par François André, tapissier, Alexis Blot, marchand, Gabriel Bourion, serrurier et bourgeois d’Épinal, aux religieuses, d’une petite maison « attenante à l’appartement des tourières du monastères, aux halles, aux écuries et à la rue, ayant son entrée sous les halles », pour un montant de 1922 francs barrois.

ADV XLIV H 10 rue Haute actuelle rue Abbé-Friesenhauser)

1761                                   

12 septembre                                                                                                           

Vente autorisée par lettres patentes du roi Stanislas, aux religieuses, de « deux masures avec une grange, contiguës audit monastère », pour un montant de 3000 livres.

ADV XLIV H 10 rue Haute (actuelle rue Abbé-Friesenhauser)

1763                                   

19 janvier                                                                                                           

Vente par Claude Thomas de Launoy, écuyer et maître particulier des Eaux et Forêts à Épinal, aux religieuses, d’une grange, pour un montant de 900 livres.

ADV XLIV H 10 rue Haute (actuelle rue Abbé-Friesenhauser)

1763                                   

19 janvier                                                                                                           

Vente par François Bruges, doyen des avocats au Conseil souverain d’Alsace à Colmar, aux religieuses, d’« une vieille maison et d’une grange voisine », pour un montant de 2500 livres.

1.3.2. Le partage des bâtiments après la Révolution

49La Révolution entraîne une réorganisation des locaux appartenant à la Congrégation Notre-Dame. Après l’expulsion des religieuses (entérinée le 2 octobre 1792), les biens immobiliers du couvent sont affectés à diverses administrations communales et départementales.

  • 3 Un mémoire rédigé par le capitaine Boudhors le 30 Prairial an XI, conservé au Service historique de (...)

50Des plans de 1803 et de 1819, levés respectivement par le capitaine du Génie Boudhors3 et l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Thadée Meschini (1766-1824) [FIG. 15], confirment la redistribution des bâtiments ayant appartenus au monastère. Le bâtiment de la clôture, l’église, la sacristie et le chœur des religieuses servent de locaux aux tribunaux civil et criminel. Le bâtiment des tourières devient propriété de la Ville qui y installe une école secondaire ; les ailes réservées aux classes et au pensionnat sont, quant à elles, affectées à une caserne de gendarmerie. Les communs, situés au nord-est, sont occupés par des prisons, qui s’étendent sur les anciens jardins septentrionaux du couvent, transformés en cours destinées aux détenus. Dans son état primitif, celles-ci communiquent avec la rue de l’Âtre par un corridor aménagé sur le côté sud-est du tribunal qui se dote, vers 1806, d’une nouvelle façade de style néo-classique dessinée par Nicolas Grillot (1759-1824), également architecte du théâtre et du musée de la Ville.

fig. 15

Redistribution des bâtiments de la congrégation Notre-Dame, première moitié du XIXe s.
en gris clair : d’après le Plan des anciens bâtiments de la congrégation d’Épinal, nouvellement cédés à la Ville et à l’État.
en gris soutenu : d’après le Plan général de la maison d’arrêt et de détention à construire dans la maison Vaulot…, établi en 1819 par Thadée Meschini.
Redistribution of the buildings of the Congrégation Notre-Dame, first half of the 19thcentury.
faded grey : After the
Plan of the former buildings of the Congrégation d’Épinal, newly ceded to the Town and the State.
dark grey : After the
General plan of the prison to be constructed in the Maison Vaulot… drawn up by Thadée Meschini in 1819.

© P. Girard, Y. Henigfeld, P.Kuchler.

1.3.3. La construction d’un nouvel établissement carcéral et la restructuration de l’îlot

51Les bâtiments des prisons connaissent une histoire architecturale mouvementée jusqu’au milieu du XIXe s. En 1818, le département acquiert la maison d’un particulier, Ferdinand Vaulot, localisée à l’extrémité orientale de l’îlot pour y construire une nouvelle maison d’arrêt et de correction (ADV 10 N 8). Les plans, dressés par l’ingénieur Meschini le 25 juin 1819, sont rejetés l’année suivante, par le préfet du département des Vosges. Un nouvel architecte, Nicolas Grillot, est nommé. Attaché au bureau des bâtiments civils, il réutilise dans ses grands traits le plan général proposé par son prédécesseur. Les murs du quartier des condamnés sont fondés dans un sol instable à l’emplacement de la maison Vaulot à partir du 5 juillet 1821. Cette nouvelle maison d’arrêt, accolée à l’édifice primitif, présente plusieurs corps de bâtiments organisés autour de deux espaces non couverts qui correspondent au préau des accusés et au préau des condamnés.

52En 1843, un avant-projet de prison cellulaire est déposé à la préfecture du département des Vosges. Les volontés de l’architecte Grillot, sont de conserver le logement du concierge et ses dépendances entre les deux cours, de construire de nouveaux bâtiments enfermant les cellules des prévenus et des accusés, et de modifier une portion du mur d’enceinte.

53Il est probable que les travaux motivés par cet avant-projet aient été interrompus dès avant 1847, à moins qu’ils n’aient jamais été véritablement engagés. En effet, en 1855 un nouveau projet de maison d’arrêt ne comprenant plus que dix-huit cellules (au lieu de quarante-huit pour le projet de 1843) est rapporté au Conseil général des bâtiments civils. Le plan général de cette prison n’est pas connu. Daté du 29 septembre 1855, le dernier document écrit concernant la restructuration de l’édifice correspond à la mise en adjudication des travaux à exécuter pour la reconstruction de la maison d’arrêt et de correction. Si l’on se réfère aux plans levés dans la seconde moitié du XIXe s., l’agencement des bâtiments de la maison d’arrêt ne varie guère [FIG. 16]. En revanche, l’organisation générale de l’îlot subit des transformations dans le courant de la seconde moitié du XIXe s.

fig. 16

L’îlot du palais de justice en 1863, superposé au tracé des reprises de voirie consécutives au prolongement de la rue Lormont en 1869 (d’après les plans de Nicolas Grillot, 1863 et 1869).
The Palais de Justice block in 1863, superimposed over the line of the street repairs following the extension of Rue Lormont in 1869 (after plans by Nicolas Grillot, 1863 and 1869).

© P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

  • 4 Située auparavant, depuis 1851, au premier étage des Halles (Javelet 1969 : 241).

54Dès 1865, un acte notarié confirme l’acquisition par la commune des espaces occupés par la caserne de gendarmerie, en échange de terrains cédés au département, localisés dans les faubourgs de la ville (proche de l’actuelle rue de la Préfecture), pour la construction d’un nouvel édifice, destiné à recevoir les agents de la sûreté civile. En 1869, débutent les travaux de démolition de l’ancienne gendarmerie, permettant l’aménagement d’un passage prolongeant, vers l’est, la rue Lormont. La parcelle « du palais de justice » est scindée en deux ensembles distincts : la partie septentrionale accueille, en 1878, les bâtiments d’une nouvelle école de garçons4.

  • 5 Restaurée en 1995, ce bâtiment sert aujourd’hui d’annexe à la faculté de Droit de Nancy.

55Au XXe s. [FIG. 17], l’îlot est occupé au nord par l’école5, au sud-ouest par le palais de justice, au sud-est par des maisons particulières, et à l’est et au centre par la maison d’arrêt. La destruction de la prison en 1989 transforme alors cet espace au bâti particulièrement dense en une aire de stationnement qui aère considérablement le tissu urbain.

fig. 17

L’îlot du palais de justice en 1960.
The Palais de Justice block in 1960.

© P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

1.4. La problématique

56Motivées par le projet d’extension et de réhabilitation du palais de justice, les interventions archéologiques avaient pour principal objectif de pallier le déficit d’informations pour les périodes antérieures au XVIIe s.

57L’enjeu scientifique portait, en premier lieu, sur l’étude des phases d’occupation médiévales. L’emplacement de l’îlot, localisé entre la basilique Saint-Maurice et le château d’Épinal, offrait en effet potentiellement la possibilité de recueillir des données sur les origines de la ville au Xe s. et de vérifier l’hypothèse d’une première occupation sise au pied de l’éperon rocheux. Les fouilles devaient en outre apporter des précisions sur les premières formes d’organisation urbaine correspondantes, et permettre de comprendre le développement topographique du secteur jusqu’à la fin du Moyen Âge.

58Les opérations archéologiques devaient, en second lieu, apporter des informations sur les périodes d’occupation modernes et contemporaines, qu’il convenait de mettre en relation avec les données d’archives existantes.

59Les fouilles préventives ont permis de vérifier l’hypothèse d’une occupation structurée au Xe s., d’appréhender les premières formes d’organisation urbaine, et de préciser les grandes phases du développement topographique de l’îlot entre le VIIIe s. et le XXe s.

1.5. Les interventions archéologiques et les méthodes adoptées

1.5.1. Les interventions

1.5.1.1. Localisation du site et nature du projet d’aménagement

60Le terrain concerné par le projet d’aménagement est délimité au sud-ouest par le bâtiment principal du palais de justice, au nord-ouest par une aile se développant le long de la rue des Halles, à l’est par la rue Abbé-Friesenhauser, et au sud-est par la rue Jeanmaire [FIG. 18]. L’emprise des travaux devait s’étendre sur une superficie totale d’environ 3300 m2. Le projet prévoyait en l’occurrence la réhabilitation des bâtiments du tribunal donnant sur la rue des Halles et la place Edmond-Henry, la destruction des deux ailes localisées au cœur de l’îlot, la réalisation d’un parking souterrain et la construction d’un nouveau corps de bâtiment au sud-est.

fig. 18

Plan de localisation des fouilles archéologiques dans la ville actuelle.
Location plan of the archaeological excavations in the current town.

© P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

1.5.1.2. Calendrier des travaux

61Le site a fait l’objet de deux fouilles préventives, précédées par des sondages destinés à vérifier le potentiel archéologique du site et à orienter les prescriptions (Caumont, Thion 1995 ; Kuchler 1998b). La réalisation de ces opérations a été confiée à des équipes de l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan), le suivi scientifique étant assuré par le service régional de l’Archéologie (SRA) de Lorraine.

62La première intervention s’est déroulée en 1995 sur les parties nord-est et sud-est du site, sur une superficie d’environ 2000 m2, à l’emplacement de l’aire de stationnement aménagée après la destruction de la maison d’arrêt (Henigfeld 1996). La fouille de 1999 recouvre l’ancienne cour intérieure et les corps de bâtiment détruits avant la seconde campagne de fouille, sur une surface d’environ 1000m2 (Kuchler 2001). La partie séparant ces deux zones d’intervention n’a pas pu être explorée en raison de problèmes de sécurité liés à la proximité de ces bâtiments encore en fonction en 1995.

1.5.2. Les méthodes

1.5.2.1. Stratégie de fouille et définition des zones et des secteurs d’intervention

63Le site a fait l’objet d’un premier décapage mécanique jusqu’au niveau d’apparition des ensembles structurés modernes. Les caves les plus récentes ont été vidées à la pelle mécanique, contrairement aux structures et aux niveaux médiévaux fouillés manuellement ou, ponctuellement, à l’aide d’une mini-pelle.

64Les zones (en chiffres) et les secteurs (en lettres) de fouille ont été définis en fonction du plan des anciens bâtiments de la maison d’arrêt et du couvent de la Congrégation Notre-Dame [FIG. 19] :

fig. 19

Plan de localisation des zones et des secteurs de la fouille.
Location plan of the zones and sectors of the excavations.

© P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.

  • La zone 1 correspond à l’emprise de la maison d’arrêt. Huit secteurs correspondant chacun à un espace interne à l’édifice ont été caractérisés. Parmi eux, les niveaux archéologiques des secteurs 1B, 1C et 1H, perturbés jusqu’au substrat par l’aménagement de caves, ont été dégagés à la pelle mécanique jusqu’à la dalle inférieure. En revanche, les anciennes cours de la maison d’arrêt (secteurs 1A et 1D), ainsi que les secteurs 1E et 1F correspondent à des zones non perturbées. Partiellement affectés par le creusement des tranchées de fondations des murs de l’édifice et par l’implantation des sondages réalisés en janvier 1995 (sondages 1 et 2), ces quatre secteurs ont fait l’objet d’une fouille manuelle, effectuée à partir de la base des niveaux modernes. Le secteur 1G, fortement oblitéré par les tranchées de fondations de la prison, n’a pas été fouillé.

  • La zone 2 correspond à l’espace délimité par les murs d’une chapelle greffée sur le corps septentrional de l’établissement carcéral, dans lequel le sondage 3 a été réalisé en janvier 1995.

  • La zone 3 s’étend au nord de la zone 4 et au nord-ouest du secteur 5D. Délimitée au sud-est par le mur d’enceinte de la maison d’arrêt, cette zone accueille les sondages 4 et 5, réalisés lors du diagnostic archéologique. Les niveaux médiévaux ont été partiellement fouillés au moyen d’une mini-pelle.

  • La zone 4 s’étend au sud-ouest du corps de bâtiment septentrional de la maison d’arrêt. Un sondage a été réalisé en limite sud-est du secteur (sondage 7). Les séquences médiévales ont été décapées manuellement.

  • La zone 5 est localisée au nord-est des caves de la maison d’arrêt. Cet espace a été divisé en quatre secteurs. Le choix a été fait, en concertation avec le SRA, de ne pas fouiller le secteur 5A et la partie septentrionale du secteur 5D, fortement oblitérés par des fondations modernes. Les niveaux récents des secteurs 5B, 5C et 5D ont fait l’objet d’un décapage mécanique au cours duquel le sondage 6 a été effectué, de façon à orienter la stratégie de fouille. Les niveaux médiévaux ont été fouillés manuellement.

  • La zone 6, située au nord-ouest de la zone 5, n’a pas fait l’objet d’investigations particulières dans la mesure où il est apparu, après vérification, qu’elle était perturbée jusqu’au substrat par les caves de l’ancienne gendarmerie.

  • La zone 7 recouvre les anciens bâtiments conventuels :

    • le secteur 7A se développe au sud-est de l’ancienne salle d’audience du tribunal, et est délimité à l’est par le nouveau corps de bâtiment du palais de justice ;

    • le secteur 7B correspond à l’ancienne salle d’audience ; avant démolition, celle-ci a fait l’objet, en février 1999, d’une étude de bâti afin de mettre au jour d’éventuels vestiges d’enduits peints ;

    • les secteurs 7C et 7E recouvrent la cour intérieure du palais de justice, dans laquelle les sondages 8 et 9 ont été réalisés à l’occasion du diagnostic archéologique de juin 1998 ;

    • les secteurs 7D et 7F correspondent à l’emprise du bâtiment régulier de la Congrégation Notre-Dame, détruit peu avant la fouille. Les niveaux archéologiques du secteur 7F ont été perturbés jusqu’au substrat par l’aménagement de caves. Leur dallage a été soigneusement démonté avant l’intervention archéologique.

1.5.2.2. L’enregistrement et la gestion des données

Les données stratigraphiques

65Inspiré du système utilisé à Lattes au début des années 1990 (Py 1991), le système d’enregistrement a été adapté à la spécificité des vestiges rencontrés en milieu urbain. Le système de base reste la fiche d’enregistrement par unité stratigraphique (US), désignée par un nombre spécifique à quatre chiffres. Le premier correspond, dans tous les cas, au numéro de la zone. Les unités stratigraphiques ont été regroupées en faits qui peuvent former des ensembles (ou structures). Ces derniers sont caractérisés par trois lettres suivies de trois chiffres. Cette codification offre l’avantage de faciliter l’enregistrement des données et la compréhension du processus de formation stratigraphique. Elle permet, en outre, d’alléger les diagrammes stratigraphiques et les propositions de mise en phases chronologiques [annexes C et D]. L’ensemble des informations a été enregistré sur un système de gestion de base de données.

Codification et définition des principaux termes archéologiques utilisés

66Le fait correspond à un ensemble d’unités stratigraphiques présentant une unité de forme et/ou de fonction :

  • ALB (alignement de blocs) : aménagement de blocs non maçonnés délimitant un espace, sans rôle porteur ;

  • CHE (chenal) : concavité naturelle liée à l’action d’incision d’un bras d’une rivière, comportant plusieurs séquences de colmatage ;

  • ESC (escalier) : construction verticale constituée de marches, permettant d’accéder à des espaces étagés ;

  • FOY (foyer) : aire de combustion aménagée ;

  • FOS (fosse) : cavité de plan circulaire, ovale ou rectangulaire, creusée par l’homme, dont les parois peuvent être maçonnées ;

  • FOU (four) : ouvrage de maçonnerie servant à transformer physiquement ou chimiquement une matière ;

  • MUR (mur) : construction verticale s’étendant sur une certaine longueur, servant à enclore ou à séparer des espaces ;

  • PUI (puits) : cavité cuvelée, de plan circulaire ou quadrangulaire, profonde et étroite, destinée à atteindre une nappe d’eau ;

  • RIG (rigole) : petit conduit creusé dans la pierre, servant au captage ou à l’évacuation des eaux ;

  • SEP (sépulture) : fosse comportant un ou plusieurs squelettes humains ;

  • SUP (support) : construction verticale de plan quadrangulaire destinée à soutenir un couvrement ;

  • TPI (trou de piquet et/ou de pieu) : cavité étroite de plan circulaire, résultant de l’enlèvement ou de la dégradation in situ d’un piquet ou d’un pieu ;

  • TPO (trou de poteau) : cavité étroite de plan circulaire, résultant de l’enlèvement ou de la dégradation in situ d’un poteau ;

  • TRA (tranchée) : cavité creusée en longueur, résultant de la récupération d’un mur ou d’une sablière basse.

67L’ensemble, ou structure, correspond à un regroupement de faits présentant une unité de forme et/ou de fonction :

  • ALP (alignement de piquets/poteaux) : aménagement caractérisé par un alignement de piquets et/ou de poteaux, délimitant un espace structuré (clôture, bâtiment, palissade, berges…) ;

  • BAT (bâtiment) : structure d’habitat formée de murs (éventuellement récupérés), délimitant un espace couvert ou non ;

  • CAN (caniveau) : canalisation de surface servant au captage ou à l’évacuation des eaux ;

  • CAV (cave) : structure d’habitat formée de murs, délimitant un espace couvert muni d’un sous-sol ;

  • COD (conduite) : canalisation enterrée servant au captage ou à l’évacuation des eaux ;

  • LAT (latrines) : excavation de plan généralement rectangulaire, à parois maçonnées, servant de lieu d’aisances ;

  • PAR (paroi) : alignement de piquets et/ou de poteaux, reliés entre eux par une tranchée de calage ou une sablière basse destinée à recevoir une élévation en matériaux périssables.

1.5.2.3. Les études spécialisées

L’étude documentaire

  • 6 Depuis la création en janvier 2005 du Service historique de la défense (SHD), le SHAT est devenu le (...)

68Parallèlement au diagnostic archéologique préalable aux fouilles de l’îlot du palais de justice en 1995, une première étude documentaire a été amorcée par Agnès Vatican lors d’un stage au SRA de Lorraine. Elle comprenait la consultation de publications et le dépouillement des sources écrites et iconographiques, conservées aux Archives départementales des Vosges, concernant le couvent, ses nouvelles affectations après la Révolution, et la maison d’arrêt (Vatican 1995). Cette étude a été complétée lors de l’élaboration des rapports de fouille par le dépouillement des documents déposés aux Archives municipales d’Épinal (Henigfeld 1996 ; Kuchler 2001) et, dans le cadre de la présente publication, par l’exploitation des sources écrites et iconographiques conservées au service de l’Inventaire de Lorraine et au Service historique de l’Armée de terre (SHAT)6 de Vincennes.

L’étude de la céramique

  • 7 Le mobilier céramique issu de la fouille de 1995 a fait l’objet d’une première publication (Henigfe (...)

69Les 11 021 fragments de céramique découverts en 1995 et 1999 ont été classés par groupes techniques, par groupes fonctionnels et par formes génériques avant de faire l’objet d’une analyse quantitative par phases chronologiques fondée sur le nombre de restes (ou nombre de fragments) et le nombre minimum d’individus7.

L’étude de la verrerie

  • 8 La verrerie a fait l’objet de plusieurs articles préliminaires (Cabart, Kuchler 2000 ; Henigfeld 20 (...)

70Contrairement aux méthodes utilisées pour la céramique, dont l’étude quantitative repose sur la détermination des groupes techniques, l’étude de la verrerie est fondée sur la caractérisation de formes génériques, elle-même élaborée à partir de critères de différenciation technique et morphologique8.

L’étude du mobilier métallique

71Quantitativement peu important par rapport aux autres matériaux, le mobilier métallique, en mauvais état de conservation, a été partiellement traité par le Laboratoire d’archéologie des métaux de Jarville (Meurthe-et-Moselle) avant d’être étudié par groupes fonctionnels.

  • 9 Cf. infra chap. 3.1.1.2.

72Les rejets métalliques provenant d’une fonderie d’objets en alliage cuivreux ont par ailleurs fait l’objet d’une étude spécifique9.

L’analyse archéo-anthropologique

73L’estimation de l’âge au décès a été réalisée par Frédéric Adam (2001) en prenant pour critère le stade de maturation du squelette, c’est-à-dire en prenant en considération le stade de synostose des zones métaphysaires (Brothwell 1972 ; Mc Kern, Stewart 1957), les stades d’éruption, de maturation (Ubelaker 1991) et d’attrition (Bennike 1985) dentaires, et enfin, pour indication, le stade de synostose des sutures exo-crâniennes (Masset 1982).

74Le calcul de la stature (Trotter, Gleser 1958) n’a pu être effectué pour les adultes et les grands adolescents, que lorsque l’état de conservation des os longs permettait leur mesure (épiphyses présentes et soudées à la diaphyse).

75La diagnose sexuelle (Ferembach et al. 1979 ; Bruzek 1991), effectuée exclusivement à partir des caractères morphologiques des os du bassin, a été réalisée en laboratoire lorsque le bon état des coxaux le permettait. Dans certains cas, le mauvais état de conservation des os a conduit à effectuer ces observations directement sur le terrain.

76Seules les pathologies les plus évidentes ont été prises en considération.

77Le mode de décomposition a été étudié à partir des observations de terrain relatives à la position des os in situ (perturbations extérieures, dislocation naturelle des articulations) et de la présence ou l’absence de vestiges provenant de l’architecture même de la sépulture et de son comblement (blocs de pierre, bois et clous de cercueil, dépôt de chaux, etc.).

78Enfin, la nature et la position des objets découverts sur les défunts ont été décrites avec précision, ceci dans le souci d’apporter des éléments de datation éventuels pour chaque sépulture, mais également pour tenter de cerner les différents gestes et rituels funéraires rencontrés.

79Après étude, les ossements ont été réinhumés au cimetière municipal Saint-Michel d’Épinal, dans quatre cercueils, selon le souhait des sœurs de la Congrégation Notre-Dame.

L’analyse archéozoologique

80L’étude a porté sur un échantillonnage de 5 684 restes osseux, provenant d’une centaine d’unités stratigraphiques (US). Leur répartition par phases chronologiques est inégale, avec seulement 32 restes osseux pour la phase B (Xe-XIIe s.), 1 677 restes pour la phase C (XIIIe s.), 1 539 restes pour la phase D (début du XIVe – début XVIe s.) et 2 436 restes pour la phase E (début du XVIe – début du XVIIIe s.). La taille des échantillons d’os est assez variable (de 1 520 vestiges fauniques pour les seules latrines LAT 215 à moins de 10 pour près d’un tiers des US). Le matériel est bien conservé et le taux de fragmentation, typique du milieu urbain médiéval, assez faible (moins de 30 % d’os indéterminés).

L’analyse carpologique

81Elle a porté sur cinq échantillons issus de comblements, souvent riches en matière organique, de fosses maçonnées découvertes lors de la seconde campagne de fouille et datées des phases C (LAT 211 et 257, US 7238 et 7357), D2 (FOS 291, US 7418) et E2 (LAT 215, US 7069 et 7069.02).

82La méthode de deux litres de sédiment tamisés par prélèvement sur tamis avec une maille de diamètre 300 micromètres a été utilisée, en raison de la forte proportion de matériel carpologique conservé par imbibition (99 % contre 1 % retrouvé sous forme carbonisée ou minéralisée). Les refus de tamis ont été conservés dans des récipients hermétiques dans un mélange d’eau et d’éthanol afin d’éviter l’apparition et le développement de champignons ou de moisissures. Un seul échantillon issu des latrines LAT 215 (US 7069.01) a été tamisé puis séché – une grande partie des restes étant, semble-t-il, plutôt minéralisée.

83Les refus de tamis ont été triés sous la loupe binoculaire au grossissement de 10 à 63 fois. Les déterminations ont été effectuées selon les critères d’anatomie comparée à l’aide d’une collection de graines récentes et d’atlas de références (Beijerinck 1976 ; Berggren 1969, 1981 ; Bournérias 1984 ; Ellenberg 1986 ; Jauzein, 1995). Les résultats ainsi obtenus sont présentés par échantillons sous forme de tableaux quantitatifs. Les espèces apparaissent sous leur nom scientifique (latin) et vernaculaire d’après la flore de Lambinon et al. (2004).

L’analyse paléoparasitologique

84Elle a porté sur des échantillons identiques à ceux de l’étude carpologique. La préparation des prélèvements a été effectuée en plusieurs étapes : réhydratation, homogénéisation, et micro-tamisage en vue d’extraire les formes parasitaires conservées dans les échantillons, à savoir les œufs produits par les vers parasites adultes.

  • 10 Sonorex Digitec 103 K.

85Dans un premier temps, les échantillons ont été réhydratés pendant au moins une semaine dans une solution de triphosphate de sodium concentrée à 0,5 %. Ils sont ensuite été broyés au mortier dans une solution d’eau glycérinée à 5 % qui favorise la réhydratation des éléments recherchés. La suspension a été traitée aux ultrasons10 à 60 °C pendant une minute, puis placée sur un agitateur orbital pendant trente minutes à 180 tours/min afin de défloculer les complexes organo-minéraux et libérer les œufs qu’ils contiennent.

86Dans un deuxième temps, la solution a été tamisée à travers une colonne à mailles décroissantes (315 µm, 160 µm, 50 µm et 25 µm). Les refus des deux derniers tamis sont alors transférés dans des tubes PVC de 4 ml auxquels quelques gouttes d’une solution formolée à 10 % sont ajoutées, afin d’éviter toute prolifération bactérienne ou fongique.

87Dans un troisième temps, les culots obtenus par sédimentation, sont prélevés au moyen d’une pipette Pasteur, placés entre lame et lamelle, et lus en microscopie optique à raison de dix lames par fraction, soit vingt lames par échantillon. Une caméra numérique couplée au microscope et un logiciel d’analyse d’images permettent d’exploiter les données ainsi recueillies.

L’analyse dendrochronologique

88Elle a porté sur un lot de 202 bois mis au jour lors de la première campagne de fouille et très bien conservés (Tegel 1996, 2001). Plusieurs thèmes de recherche ont ainsi pu être abordés : le choix des essences, les critères de sélection (essence, propriété technologique, dimension), la datation, la saison d’abattage et le façonnage (outils et techniques). Les bois ont été prélevés dans leur intégralité, avant la réalisation de sections de 4 cm d’épaisseur en laboratoire.

L’analyse micromorphologique

89Elle a porté sur trois colonnes de prélèvements réalisés, à la fin de la première campagne de fouille, au niveau des parois nord-est du sondage 4 (zone 3) et de la fosse FOS 164 (secteur 1D). L’objectif de l’étude micromorphologique (Gebhardt 1996) était de déterminer le mode de sédimentation (anthropique ou naturel) des unités stratigraphiques correspondant aux premières phases d’occupation du site.

1.6. La publication

1.6.1. Historique et objectifs du projet de publication

90L’idée d’une publication à caractère national a été encouragée par les avis émis par la Cira Est, à la suite de l’examen des documents finaux de synthèse. Le projet de publication monographique dans la collection « Documents d’archéologie française » a été élaboré en 2003. Soutenu dès son origine par le SRA de Lorraine et l’Inrap, il a été validé par la Cira Est en mars 2004 et par le Comité des publications et de la diffusion de la recherche archéologique (CPDRA) en mai 2005. Afin de financer le projet, une demande d’aide à la préparation de publication (APP) a été adressée au ministère de la Culture et de la Communication. Ces moyens ont été alloués puis engagés de manière effective à partir de l’année 2006.

91Le délai de réalisation, qui s’étend sur environ cinq ans, s’explique par l’ampleur de la documentation archéologique à traiter et par l’engagement de nouvelles études spécialisées qui n’avaient pu être menées que partiellement dans le cadre des études post-fouille (études documentaires complémentaires, études du mobilier, études archéozoologique, carpologique et parasitologique). En grande partie réalisée dans le cadre des « Projets d’actions scientifiques » de l’Inrap, la rédaction de l’ouvrage a été morcelée sur plusieurs années, l’activité opérationnelle et la mobilité professionnelle de ses auteurs ne permettant pas un travail continu.

92Le principal objectif du projet de publication était de mettre à la disposition de la communauté scientifique le résultat des deux fouilles tout en posant, à partir de l’étude détaillée du site, la question de la dynamique urbaine à l’échelle du quartier et de l’agglomération, avec, en arrière-plan, la possibilité d’apporter une nouvelle contribution à la connaissance des villes nées à la fin du premier Moyen Âge dans l’Est de la France.

1.6.2. Organisation de l’ouvrage

93L’ouvrage est organisé en quatre sections. Après cette première partie consacrée à la présentation du site et des interventions archéologiques, une deuxième propose une analyse des données structurelles, topographiques et stratigraphiques issues des deux campagnes de fouille, présentées par phases chronologiques. La troisième partie porte sur la vie matérielle et spirituelle des habitants de l’îlot, envisagée à partir du résultat des études spécialisées. La partie conclusive souligne l’apport des fouilles archéologiques à la compréhension du processus de formation et de développement de l’espace urbain ainsi qu’aux conditions de vie d’une communauté religieuse à l’époque moderne.

94Les annexes précèdent la présentation des sources archivistiques et de la bibliographie. Elles comprennent, d’une part, une figuration, en coupe, des vestiges archéologiques par phases chronologiques et, d’autre part, les diagrammes stratigraphiques présentés par zone d’étude.

Notes

1 Les chroniques rédigées vers 1012-1017 par Constantin, abbé de Saint-Symphorien de Metz, indiquent la création de l’hôpital Saint-Goëry sous l’épiscopat d’Adalbéron (984-1005) (MGH, SSIV : 658-673).

2 Datations réalisées en 2004 par Willy Tegel et Roswitha Schweidel (Dendronet, Bohlingen, Allemagne) (réf. EPIN 004/1-4, 16 août 2004).

3 Un mémoire rédigé par le capitaine Boudhors le 30 Prairial an XI, conservé au Service historique de l’Armée de terre à Vincennes (Shat), nous renseigne précisément sur les nouvelles affectations des bâtiments conventuels et les travaux à y réaliser (Cf. infra Shat 6V 4871 : Article 11, section 2, Épinal).

4 Située auparavant, depuis 1851, au premier étage des Halles (Javelet 1969 : 241).

5 Restaurée en 1995, ce bâtiment sert aujourd’hui d’annexe à la faculté de Droit de Nancy.

6 Depuis la création en janvier 2005 du Service historique de la défense (SHD), le SHAT est devenu le département de l’Armée de terre (DAT) du SHD. Sa localisation au château de Vincennes (94) et son fonds restent inchangés, de même que sa cotation « SHAT ».

7 Le mobilier céramique issu de la fouille de 1995 a fait l’objet d’une première publication (Henigfeld 2002).

8 La verrerie a fait l’objet de plusieurs articles préliminaires (Cabart, Kuchler 2000 ; Henigfeld 2007 ; Henigfeld 2009).

9 Cf. infra chap. 3.1.1.2.

10 Sonorex Digitec 103 K.

Table des illustrations

Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Crédits © P. Frigério.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Crédits © H. Duval, P. Girard, P. Kuchler, C. Kraemer
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Crédits © Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Crédits © Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Crédits © Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits © Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Crédits © Musée de l’image d’Épinal / photo H. Rouyer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Crédits © Inventaire général, ADAGP / photo D. Bastien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Crédits © Musée de l’image d’Épinal / photo E. Erfani.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Crédits © Archives départementales des Vosges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld, P.Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Crédits © P. Girard, Y. Henigfeld, P. Kuchler.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20663/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search