Version classiqueVersion mobile

L’Îlot du palais de justice d’Épinal (Vosges)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Philippe Kuchler

Préface

Élise Faure-Boucharlat

Texte intégral

1La sortie du présent ouvrage conclut un très long processus entamé en 1995 avec une première fouille archéologique préventive, sous la responsabilité d’Yves Henigfeld, suivie d’une seconde opération en 1999, sous la responsabilité de Philippe Kuchler, toutes deux nécessitées par les travaux de réhabilitation et d’extension du palais de justice. Les rapports d’opération remis en 1996 et 2001 sanctionnaient la première étape de restitution des données. Les autres étapes, celles de la préparation de la publication puis de l’édition, se sont révélées semées de difficultés d’ordre divers qui ont morcelé le travail et considérablement allongé les délais de réalisation. La constance n’est donc pas la moindre des qualités des deux auteurs et de leurs collaborateurs qui ont surmonté les obstacles et mis à profit temps et contretemps pour enrichir leurs études et parfaire leur manuscrit, épaulés en cela par une équipe éditoriale affûtée. Mon plaisir est d’autant plus vif de m’associer à la satisfaction qui est la leur de signer une publication de grande qualité dans la collection « Documents d’archéologie française ».

2L’îlot du palais de justice se situe au cœur du quartier du Grand-Bourg, centre économique et politique de l’agglomération, au pied du château installé sur l’éperon rocheux qui domine la ville à l’est. Le secteur fouillé, de plus de 3 000 m2, constitue une fenêtre d’observation de taille bien supérieure aux investigations archéologiques ponctuelles conduites antérieurement à Épinal et, plus généralement, dans une ville moyenne où les projets d’aménagement de grande ampleur demeurent rares. C’est cette évidence qui a convaincu les institutions concernées, l’Institut national de recherches archéologiques préventives et le ministère de la Culture et de la Communication, de soutenir la publication monographique des résultats. La volonté des auteurs et leur érudition en histoire et en archéologie spinaliennes laissaient, en outre, envisager que l’on tenait là l’occasion de compenser la rareté des publications d’archéologie urbaine en Lorraine.

3La superficie explorée, qui assurait aux vestiges une bonne représentativité, offrait la possibilité, à partir de l’étude détaillée d’un îlot, d’aborder plus largement les questions liées au développement de la ville. La tâche a été cependant particulièrement ardue en raison du niveau de perturbation des vestiges, morcelés et poinçonnés d’innombrables creusements anciens et modernes. Selon les méthodes rigoureuses de l’archéologie en contexte urbain, les archéologues ont su lire l’enchevêtrement de restes de nature très diverse répartis entre le VIIIe s. et le XIXe s. : traces ténues d’un premier établissement aux abords marécageux d’un ancien cours d’eau, aménagement des berges et premières constructions en dur pour un habitat civil qui, se densifiant et se perfectionnant, adopte au fil du temps une organisation urbaine, installation progressive de la Congrégation Notre-Dame qui modifie le bâti existant et la vocation des lieux, enfin, démantèlement du couvent, investi et remanié jusqu’à devenir le palais de justice moderne. L’étude attentive des objets et rejets du quotidien apporte sa part d’humanité au cadre de vie ainsi dressé : équiper le foyer ou la communauté, se nourrir, se vêtir, travailler et produire, prier, mais aussi mourir.

4L’ouvrage consacré à Épinal donne du relief à l’archéologie du réseau des villes françaises d’origine médiévale dont la genèse est en général restituée à partir des seuls documents d’archives, écrits et figurés. Les auteurs s’attachent, évidemment, à en restituer la force informative pour Épinal, mais ils démontrent avant tout de quelle façon les sources matérielles offertes par l’archéologie sont susceptibles de compléter voire de corriger les théories traditionnellement admises. Certes, l’archéologie de ces villes « ordinaires » engendre rarement des découvertes spectaculaires ; c’est la compréhension des vestiges du sol qui, confrontée aux témoignages des documents d’archives, fait la valeur des résultats. Si les faits et les analyses archéologiques sont présentés avec précision et exhaustivité, comme autant de pièces justificatives, in fine c’est bien une réalité « réorganisée » qui est décrite et illustrée, telle qu’elle peut l’être à l’issue d’un exigeant travail d’interprétation. Lorsque la démarche est poussée jusqu’au bout, comme ici, par un raisonnement qui donne sens aux observations de terrain, on tient le propos d’une monographie exemplaire. Yves Henigfeld et Philippe Kuchler ont assumé le long parcours du terrain à la publication scientifique ; leur travail témoigne que l’histoire et l’archéologie de la ville se construit dans la durée, par la succession des découvertes et l’accumulation des informations, par la relecture critique des acquis et par l’élaboration de thèses nouvelles appelées, à leur tour, à être remises en question. Je suis convaincue que ce volume offrira un socle solide aux recherches à venir sur l’histoire des villes de l’Est de la France.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search