Version classiqueVersion mobile

L’Îlot du palais de justice d’Épinal (Vosges)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Philippe Kuchler

Remerciements

Yves Henigfeld et Philippe Kuchler

Texte intégral

1Cette publication est l’aboutissement d’un long travail de collaboration amorcé il y a près de vingt ans, et nombreux sont celles et ceux qui ont contribué, à des titres divers, à sa réalisation. Elle conclut une aventure à la fois scientifique et humaine, réunissant une soixantaine d’intervenants, qu’il nous est agréable de remercier ici.

2Notre première pensée va vers Martine Willaume (†), qui était alors conservateur régional de l’archéologie de Lorraine, et qui est à l’origine de cette première fouille préventive d’envergure entreprise au cœur de la ville d’Épinal. Elle nous a fait confiance en nous proposant d’en assumer la responsabilité, nous a accompagné à tous les stades de son déroulement et nous a encouragé dans la voie de la publication. Pour ces différentes raisons, nous tenons à lui rendre hommage ici. Le dossier a été suivi de très près par Olivier Caumont, qui était alors jeune conservateur au SRA de Lorraine en charge du département des Vosges, en qui nous avons trouvé un interlocuteur attentif et actif et envers qui nous sommes hautement redevable. Plus largement, ce sont tous les membres du service, qui nous ont soutenus par des coups de main ponctuels, qu’il convient de remercier.

3D’autres personnes nous ont accompagné dans le suivi scientifique de l’opération. C’est le cas notamment de Rollins Guild, alors maître de conférences – et maître tout court – en archéologie médiévale à l’université de Strasbourg. Ce dernier nous a transmis avec enthousiasme et générosité son goût prononcé pour la recherche en encadrant nos premiers travaux universitaires. Pour nous avoir appris à déconstruire pour mieux reconstruire, pour nous avoir initié aux subtilités du raisonnement stratigraphique, pour nous avoir sans cesse encouragé et conseillé dans notre parcours d’apprentis chercheurs, nous lui dédions cet ouvrage.

4Cette opération n’aurait pu se dérouler dans de bonnes conditions sans le concours de notre organisme de tutelle, l ’Afan à l’époque, qui a mis à notre disposition tous les moyens humains et techniques pour mener à bien la fouille et son exploitation. C’est à Claude Gitta, directeur interrégional de l’antenne Grand-Est et à toute son équipe que nous devons ce confort de travail et à qui nous adressons nos plus vifs remerciements.

5Notre reconnaissance s’adresse avant tout à l’équipe de fouille, composée de Frédéric Adam, qui a conduit de main de maître l’exploration de l’espace cimétérial, Sabine Baccega, Nadine Béague, Karine Bouchet, Mickaël Dantan, Jean-Claude Daul, Blandine Daux, Franck Decanter, François Duceppe-Lamard, Thierry Galmiche, André Glad, Rémy Jude, Gilles Mangin, Thomas Le Saint-Quinio, Amaury Masquilier, Milan Milutinovic (†), Éric Morand, Zafar Païman, Nicolas Potier, Jean-Simon Sylvestre (objecteur de conscience à la Drac Lorraine), Franck Verdelet, Laurent Vermard et Laurent Vipard, qui ont œuvré pour mener à bien cette entreprise, dans des conditions climatiques – nous sommes dans les Vosges – parfois difficiles. Parmi eux, nous avons une pensée particulière pour Milan, dont le brutal départ a profondément marqué tous ceux qui ont été amenés à le côtoyer et à le connaître.

6Nombreux également sont ceux qui se sont investis dans les travaux de post-fouille, à qui nous tenons à témoigner notre profonde gratitude : Frédéric Adam (Inrap), pour son étude archéo-anthropologique, Denis Bruna (musée des Arts décoratifs), pour son expertise sur l’enseigne de pèlerinage, Véronique Brunet (Inrap), Hervé Paitier (Inrap) et François Schneikert (Inrap), pour leurs photographies d’objets ; Anne Gebhard (Inrap), pour son étude micromorphologique ; Michel Folzan (Laboratoire d’archéologie des métaux, Jarville, 54) et Isabelle Lambert (restauratrice indépendante), pour leurs travaux de restauration, Jean Gelot (Inrap) pour les dessins d’objet et Pierre Girard (Inrap), pour son travail d’infographie, Thierry Kilka (Éducation nationale), Jacques Labrot (Centre national de recherche sur les jetons et les méreaux) et Karine Verbecke (alors doctorante à l’université de Strasbourg), pour leur expertise des monnaies et des jetons de compte, Christine Laurent (université de Bruxelles), pour son approche carpologique, Édith Peytremann (Inrap), pour son étude du petit mobilier métallique, Pascale Rouffaldi (Laboratoire de chrono-écologie de Besançon), pour son approche palynologique, Willy Tegel (Labor für Holzanalyse, Singen-Bohlingen, Allemagne), pour son étude des bois, et enfin Agnès Vatican (alors élève-stagiaire à l’Institut national du patrimoine), pour son étude archivistique sur la parcelle du palais de justice.

7Les deux rapports remis respectivement en 1996 et en 2001 ont été accueillis favorablement par la Cira Grand-Est et sont à l’origine de cette publication monographique dans la collection Daf. Le projet a donné lieu à une demande d’aide à la préparation de publication approuvée en 2005. Il avait comme objectif de proposer une synthèse des deux opérations, accompagnée d’une série d’études et d’analyses complémentaires. Sa réalisation a été rendue possible grâce à un financement du ministère de la Culture et de la Communication et au soutien du service régional de l’Archéologie de Lorraine et de l’Inrap, institutions envers lesquelles nous sommes profondément redevables.

8C’est dans ce contexte qu’Élise Faure-Boucharlat, conservateur du patrimoine et inspectrice générale des Patrimoines au ministère de la Culture et de la Communication, a bien voulu assumer le tutorat scientifique de l’ouvrage. Qu’il nous soit ici permis de la remercier chaleureusement pour avoir suivi ce dossier avec attention, et pour la préface dont elle nous fait l’honneur. Notre reconnaissance s’adresse également à Michel Barrère, conservateur du patrimoine, dont les suggestions avisées nous ont permis de donner une autre envergure à la dernière partie de l’ouvrage.

9La qualité de cet ouvrage repose en grande partie sur les contributions émanant des différents chercheurs qui ont bien voulu mettre leur savoir au service du site et c’est avec un réel plaisir que nous leurs adressons nos plus vifs remerciements. Parmi eux, nous aurions tant aimé partager sa parution avec Hubert Cabart (†), qui s’enquérait régulièrement de la date de sortie de l’ouvrage, avant sa disparition soudaine, qui laisse un grand vide dans la communauté des archéologues médiévistes et modernistes. La qualité de son expertise en matière de verrerie était connue et reconnue de toutes et de tous. Où que tu sois, Hubert, accepte nos remerciements ! Un grand merci également à Gaëtan Jouanin et à Jean-Hervé Yvinec, pour l’étude de la faune, à Nicolas Thomas et à David Bourgarit, pour l’analyse des vestiges d’activité métallurgique, à Françoise Bouchet et Mathieu Le Bailly, pour l’étude paléoparasitologique, à Sidonie Preiss pour l’analyse des restes carpologiques et à Amaury Masquilier, pour l’étude des monnaies et des jetons de commerce.

10Il nous plaît d’associer à ces remerciements un ensemble de confrères et d’ami(e) s qui, par leur éclairage ou par la documentation qu’ils ont bien voulu nous confier, ont également contribué à l’étude du mobilier. Nous pensons notamment à Danièle Alexandre (EHESS, Centre de recherches historiques), Corinne Goy (céramologue, Inrap), Alban Horry (céramologue, Inrap), Vincent Legros (spécialiste du métal, MCC), Fabienne Ravoire (céramologue, Inrap) et Jean Rosen (céramologue, CNRS).

11L’ouvrage tel qu’il paraît correspond à la dernière version du manuscrit déposée en novembre 2010. Il est le fruit d’un beau travail éditorial amorcé durant l’été 2013, qui a été pour nous l’occasion de découvrir le professionnalisme et l’engagement de l’équipe des Daf. Aussi, c’est avec un réel plaisir que nous tenons à exprimer notre sincère gratitude envers Laurent Bruel, Alain Dagand et Nelly Le Masne de Chermont, qui ont su donner à cet ouvrage la forme qu’il n’aurait jamais eu, sans leur haut niveau d’exigence.

12Il nous importe enfin de remercier ici Édith et Roselyne, qui discrètement et efficacement, nous ont soutenu, supporté, relu, motivé, remotivé et accompagné durant toutes ces années.

13Nantes et Strasbourg, mars 2014

Auteurs

Maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Nantes et membre du CreAAH-LaRA (Centre de recherche en archéologie, archéosciences et histoire – Laboratoire de recherches archéologiques), UMR 6566. Pendant de nombreuses années, Yves Henigfeld a exercé des fonctions d’archéologue médiéviste responsable d’opération à l’Inrap Grand-Est Sud, principalement en Alsace, où il a dirigé de nombreuses opérations et réalisé des études de mobilier. Il est notamment l’auteur d’une thèse sur la céramique médiévale à Strasbourg, publié en 2005, et a codirigé un ouvrage sur les enceintes urbaines médiévales en Lorraine et en Alsace, paru en 2008.

Chef de service au Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan (Pair). Chargé de recherche à l’Inrap jusqu’en 2008, Philippe Kuchler a été responsable d’importantes fouilles urbaines en Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne. Archéologue spécialisé sur les périodes médiévale et moderne, il est notamment l’auteur d’une Esquisse de topographie historique et d’évaluation archéologique de la ville d’Épinal, publiée en 1998 par le Centre national d’archéologie urbaine (Cnau).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search