Version classiqueVersion mobile

Les gisements précolombiens de la Baie Orientale

 | 
Dominique Bonnissent

Chapitre 4. Du Mésoindien au Néoindien récent : synthèse régionale

Capítulo 4 / Del Mesoindio al Neoindio tardío : síntesis regional

Chapter 4 / From the Mesoindian to the Late Neoindian : Regional Synthesis

Résumé

Jusqu’aux investigations conduites en 2000 sur le gisement de Baie Orientale 1, nous avions des populations mésoindiennes l’image de simples bandes inorganisées dont les sites d’occupation étaient aussi rares que discrets. Les huit gisements datant de cette période à Saint-Martin démontrent que ces sites sont en fait relativement nombreux (fig. 4) et que ces communautés avaient un mode de vie beaucoup plus complexe et structuré qu’on ne l’avait jusque-là supposé.

Il s’agit d’aires de campement, probablement de courte durée, implantées sur les lieux d’exploitation des ressources marines et abandonnées une fois les ressources collectées voire épuisées. Ces campements associent activités de subsistance – essentiellement la cuisson et la consommation de coquillages – et production d’outils et d’objets symboliques, fabriqués à partir de matériaux aussi variés que la pierre, la coquille et le corail. Le campement mésoindien est donc un espace à la fois domestique et technique. De nombreux aménagements tels que foyers plats ou en fosse, braseros, calorifères, aires de cuisson de coquillages, aires de débitage de matières premières, et dépôts d’outils et d’objets illustrent la pluralité des activités que l’on y pratiquait.

Les Mésoindiens tirent de la mer la plus grande partie de leur alimentation. Ils exploitent en particulier la malacofaune, dont la « disponibilité », l’intérêt économique et les qualités nutritionnelles sont telles qu’elle constitue leur première ressource carnée. La cuisson sur lit de pierres est attestée durant toute la période pour décoquiller aussi bien les gastéropodes que les bivalves ; c’est pourquoi le qualificatif de « collecteurs de coquillages », du fait de la rareté des ossements de poissons conservés, paraît pleinement justifié pour désigner ces groupes humains.

Les mêmes stations sont réoccupées périodiquement durant plusieurs siècles ou plusieurs millénaires, comme le montrent les sites d’Étang Rouge, de Baie Orientale 1 et de Norman Estate. Cette fréquentation des mêmes lieux à de longues périodes d’intervalle suppose la transmission des savoirs et une forme de tradition culturelle. La spécialisation des sites est très nettement marquée en effet, ce qui permet d’envisager qu'ils soient contemporains mais orientés chacun vers un aspect symbolique ou économique particulier (gisement d’altitude de Saba). La périodicité de l’occupation est probablement à mettre en relation avec le mode d’exploitation des ressources, leur disponibilité saisonnière et leur épuisement, certainement selon des cycles préétablis. Elle laisse donc entrevoir un mode de vie très spécifique, le nomadisme, également attesté par le transport de matières premières lithiques d’île en île.

Ainsi, les données archéologiques donnent-elles des Mésoindiens l’image d’une population très mobile et maîtrisant la navigation en haute mer. Ils se déplacent en fonction de leurs besoins, qu’ils soient économiques, sociaux, culturels ou symboliques, comme le montre la présence d’objets à caractère cérémoniel, afin d’assurer la survie du groupe. Leur vie apparaît organisée autour de « circuits nomadiques » complexes, certainement en partie saisonniers. C’est de ce mode de vie et de la fonction du site que la fréquentation épisodique de la Baie Orientale durant des siècles pour y reproduire toujours les mêmes activités, révèle la pérennité.

La période mésoindienne dans les Petites Antilles apparaît de prime abord comme relativement homogène. Pourtant, les aménagements anthropiques signalent une évolution entre 3300 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. sur l’île de Saint-Martin. En effet, ils se multiplient à partir de 800 av. J.-C. à Baie Orientale 1, notamment les dépôts d’objets et d’outils, ceux-ci étant cachés pour une réutilisation ultérieure, ce qui sous-entend une forme d’appropriation du territoire. On voit par là que les dernières communautés mésoindiennes étaient déjà entrées dans un processus de néolithisation, avec une semi-sédentarisation et l’apparition très probable d'une protoagriculture, ce que suggère l’outillage lithique. Ces aspects de leur mode de vie ont peut-être facilité leur intégration aux premières colonies néoindiennes d’agriculteurs-potiers, attestées dès 400 av. J.-C. sur le site de Hope Estate à Saint-Martin. En effet, d’après les datations radiométriques, les deux groupes humains ont probablement été en contact. La disparition des communautés mésoindiennes des Petites Antilles donne donc à penser qu’elles ont pu être assimilées par les nouvelles sociétés du Néoindien, à moins qu’elles ne se soient réfugiées dans les Grandes Antilles ou se soient tout simplement éteintes. La migration des sociétés d’agriculteurs-potiers huecan et cédrosan-saladoïdes, et la probable intégration des communautés mésoindiennes constitue le melting pot du Néoindien ancien.

La période de transition du Néoindien ancien au Néoindien récent est encore mal connue dans l’archipel. Elle est problématique car, comme l’indiquent les datations radiométriques, des gisements cédrosan-saladoïdes sont contemporains d’occupations mamoran-troumassoïdes de style Mill Reef. Par ailleurs, l’étude typologique des assemblages céramiques montre que les productions peu élaborées du style Mill Reef dérivent des corpus complexes du Cédrosan-saladoïde. L’étude du cas de Saint-Martin et du secteur des Îles du Nord permet de proposer un scénario inédit en deux étapes pour expliquer la mutation de ces sociétés (Bonnissent et al. à paraître). La scission du Cédrosan-saladoïde à partir de 600 ap. J.-C. conduit à la coexistence de deux entités culturelles, l'une étant dite « cédrosan-saladoïde traditionnelle » et l'autre « cédrosan-saladoïde dérivée » . Les communautés traditionnelles fournissent les assemblages céramiques cédrosan-saladoïdes alors que les communautés dérivées produisent le style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde, un faciès contemporain, dérivé du cédrosan-saladoïde mais appauvri. Ce « schisme » a vraisemblablement une origine socioculturelle. Dans un second temps, à partir de 800 ap. J.-C., soit deux siècles plus tard, l’impact de la Terminal Classic drought (TDC) – une baisse de la pluviométrie – et une activité cyclonique renforcée a pu accentuer une situation sociale déjà problématique, surtout sur les petites îles dont les ressources sont limitées. Ainsi la mutation de ces sociétés paraît-elle engendrée par un phénomène socioculturel relayé par des modifications climatiques, c'est-à-dire par les effets de la TCD. Le climat, dont l’importance est reconnue dans le Classique terminal – l'effondrement de la civilisation maya – au Mexique, semble donc jouer un rôle majeur dans les grands changements culturels de la Caraïbe, et notamment le déclin du Néoindien ancien aux Antilles vers 800-1000 ap. J.-C.

Texte intégral

4.1 Le contexte antillais au Mésoindien

4.1.1 Les pratiques des populations mésoindiennes

1Jusqu’aux investigations conduites à Saint-Martin en 2000 sur le gisement de Baie Orientale 1, qui ont permis une lecture spatiale de campements sans précédent, l’image des populations mésoindiennes était réduite à celle de bandes inorganisées dont les sites d’occupation, très fugaces et rares, étaient supposés intermittents (Rouse 1992 ; Keegan 1994). Irving B. Rouse avait fixé la chronologie de l’Ortoiroïde entre 2000 et 400 av. J.-C. d’après les datations radiométriques alors disponibles, et il considérait que cette série était difficile à définir du fait de la pauvreté des productions matérielles (Rouse 1992). La séquence mésoindienne de Saint-Martin qui comporte au moins huit gisements d’importance, Étang Rouge 1 et 3, Pont de Sandy Ground 2, Norman Estate 1 et 2, Trou David 1, Salines d’Orient, Pointe du Bluff, Baie Longue 2 et Baie Orientale 1 [fig. 4 ; fig. 7], permet de renouveler notre vision de cette période dont les occupations, maintenant datées entre 3300 av. J.-C. et 100 ap. J.-C., sont en définitive beaucoup plus fréquentes qu’on ne l’avait initialement supposé.

2La géographie complexe de l’archipel des Petites Antilles et les conditions climatiques sèches et cycloniques plutôt défavorables durant la période mésoindienne (Bertran et al. 2004 ; Bonnissent et al. 2007), n’ont pas été un frein à l’expansion de ces populations. Les premières traces d’occupation sont attestées sur l’île de Saint-Martin dans le courant du 4e millénaire, vers 3300 av. J.-C., date qui permet de reculer de 1000 ans l’arrivée de l’homme dans les Petites Antilles. Les populations du Mésoindien s’installent généralement sur les cordons sableux du littoral, entre rivage marin et étangs, et plus rarement à l’intérieur des terres où elles exploitent probablement plus ponctuellement les ressources terrestres. La majeure partie des gisements est donc située sur le littoral, mis à part de rares exceptions dans les Petites Antilles (Hofman, Hoogland 2003).

3Les occupations correspondent à des aires de campement, probablement de courte durée, implantées sur les lieux d’exploitation des ressources marines, et abandonnés une fois les ressources collectées voire épuisées. Ces campements associent activités de subsistance, essentiellement la cuisson et la consommation de coquillages, et productions d’outils et d’objets symboliques dont les chaînes opératoires sont basées sur l’exploitation de la pierre, de la coquille et du corail. Les vestiges correspondent essentiellement à des niveaux coquilliers parmi lesquels on distingue des aires de rejet, des aires de débitage, et des aires de cuisson et de consommation. De nombreux aménagements tels que des foyers plats ou en fosse, des braseros, des calorifères, des épandages de pierres rubéfiées et des dépôts d’outils et d’objets illustrent la pluralité des activités (Bonnissent 2008). Le campement mésoindien est assurément un espace à la fois domestique et technique. Les populations tirent la plus grande part de leur alimentation du milieu marin et en particulier de la malacofaune dont la « disponibilité » en a fait leur première ressource carnée, du fait de son grand intérêt économique et nutritionnel (Chenorkian 1989 ; 1992). La cuisson des mollusques est attestée durant tout le Mésoindien pour décoquiller les gastéropodes et les bivalves. Ainsi, le qualificatif de « collecteurs de coquillages » pour désigner ces populations paraît pleinement justifié, bien que la pêche soit vraisemblablement sous-représentée du fait de problèmes de conservation différentielle des ossements de poissons. Globalement, ce sont les ressources marines les plus accessibles qui ont été exploitées et plus ponctuellement celles du milieu terrestre (Newsom, Wing 2004 ; Serrand 2005 ; Serrand, Bonnissent 2005 ; Hofman et al. 2006 ; Bonnissent 2008). L’industrie lithique comprend des outils de mouture vraisemblablement en relation avec la consommation de végétaux (Keegan 1994 ; Davis 2000 ; Newsom, Wing 2004). La production de petits éclats de silex non retouchés, dont on peut supposer qu’ils étaient enchâssés dans un support, a pu servir au traitement de tubercules, dans un contexte protoagricole mis en évidence dans les Grandes Antilles (Pagán Jiménez, Rodríguez Ramos 2007 ; Rodríguez Ramos, Pagán Jiménez 2007 ; Rodríguez Ramos 2005). Les techniques de bouchardage, de piquetage et de polissage sont utilisées pour le façonnage de lames de haches et d’objets symboliques (Fouéré 2005). La matière première la plus exploitée est le silex qui provient probablement du secteur Anguilla -Long Island, connu pour ses importantes ressources (Knippenberg 2007). Mis à part quelques grands gastéropodes évidés retrouvés sur divers sites, l’industrie sur coquille s’avère très peu diversifiée et la lame sur coquille apparaît comme pratiquement le seul outil produit tout au long du Mésoindien, durant plus de trois millénaires. La chaîne opératoire du débitage des lames sur coquille de Strombus gigas est reconstituée dans son ensemble pour la première fois sur le site de Baie Orientale 1 (Bonnissent, Romon 2000 ; Serrand, Bonnissent 2005). Les coraux branchus Acropora palmata et Acropora cervicornis sont exploités pour leurs qualités abrasives en tant que râpe et lime.

4Les mêmes stations sont réoccupées périodiquement durant plusieurs siècles ou plusieurs millénaires, comme l’indiquent les sites d’Étang Rouge, de Baie Orientale 1 et de Norman Estate (Knippenberg 1999b ; Bonnissent 2008). Cette fréquentation des mêmes lieux à différents moments espacés dans le temps, induit une transmission des savoirs et une forme de tradition culturelle. La spécialisation des sites, très nettement marquée, permet d’envisager l’existence d’une multitude d’occupations contemporaines, orientées vers différents aspects économiques ou symboliques. La périodicité des occupations est probablement en relation avec l’exploitation de certains gisements, selon la disponibilité saisonnière des ressources ou selon des cycles établis en fonction des besoins économiques ou symboliques (Bonnissent 2001 ; 2007 ; 2008 ; Bonnissent et al. 2001 ; 2006 ; Hofman et al. 2006). L’occupation intermittente des gisements induit donc un mode de vie très spécifique : le nomadisme. La grande mobilité de ces populations est également attestée par le transport de matières premières lithiques d’île en île, envisagé à travers l’existence de circuits nomadiques (Bonnissent et al. 2001 ; Hofman et al. 2006). Il est probable que le rythme de fréquentation des gisements côtiers pour l’exploitation de la malacofaune – une denrée et une matière première disponible tout au long de l’année – ait été conditionné par l’épuisement des ressources et le temps nécessaire à leur reconstitution, aspects sans doute maîtrisés de façon empirique par ces populations. Ainsi, les données archéologiques transcrivent l’image d’une population nomade, maîtrisant la navigation en haute mer, qui se déplace en fonction de ses besoins, qu’ils soient économiques, sociaux, culturels ou symboliques, afin d’assurer la survie du groupe (Bonnissent et al. 2001 ; Bonnissent 2008).

4.1.2 Évolution des pratiques

5Le Mésoindien des Petites Antilles apparaît de prime abord comme une période relativement homogène du point de vue des moyens de subsistance et des productions matérielles. Cependant, des changements signalent une évolution de ces communautés entre 3300 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. sur l’île de Saint-Martin. Les premières traces d’occupation connues dans les Petites Antilles sont datées entre 3300 et 2600 av. J.-C. sur le site d’Étang Rouge 1 et 3 (Martias 2005 ; Bonnissent 2008). La taille de la pierre est attestée ainsi que l’exploitation de Strombus gigas, dans un but certainement alimentaire mais aussi vraisemblablement technique comme en témoignent les coquilles débitées et une coquille évidée. Divers indices suggèrent que l’on cuisait déjà les mollusques (Bonnissent 2008).

6La majeure partie des occupations mésoindiennes de Saint-Martin et de l’archipel, se situent entre 2600 et 800 av. J.-C., et surtout après 1500 av. J.-C. Cette phase est marquée par l’apparition de la lame sur labre de Strombus gigas dont la plus ancienne actuellement connue est datée entre 2549 et 2335 av. J.-C. à Saint-Martin, sur le site d’Étang Rouge 1 (Bonnissent 2008). Une industrie lithique très rudimentaire a produit essentiellement de petits éclats de silex non retouchés et des outils de mouture (Knippenberg 1999a ; Fouéré 2005). Le polissage de la pierre est attesté par des lames de hache. Des nodules d’oxyde de fer et de l’argile crue sont exploités sur les gisements. C’est également durant cette phase que sont identifiés les premiers aménagements anthropiques sur le site d’Étang Rouge 1 (Bonnissent 2008). Il s’agit d’aires de combustion telles que des fosses, des braseros, des foyers plats et des épandages de pierres rubéfiées, vraisemblablement en rapport avec la cuisson des mollusques et diverses activités techniques. Les moyens de subsistance sont alors axés sur la consommation massive du bivalve Arca zebra (Brokke 1999 ; Serrand 2005).

7Durant la dernière phase datée entre 800 av. J.-C. et 100 ap. J.-C, les changements concernent plusieurs domaines et les aménagements anthropiques se multiplient. Sur le site de Baie Orientale 1, bien que chaque campement soit probablement de courte durée, la présence de nombreux dépôts d’objets ou caches induit une fréquentation régulière du site, certainement rythmée par des besoins socioéconomiques. Ainsi, on peut considérer que les dépôts ou caches destinés à une réutilisation ultérieure des objets constituent une forme d’appropriation du territoire qui marque une première étape dans les processus de sédentarisation. Les éléments des dépôts, probablement disposés dans des contenants en matière périssable, sont enterrés dans de petites fosses. Le classement des lames sur coquille par catégories fonctionnelles dans ces dépôts et le stockage de matières premières mettent en évidence une certaine organisation du travail. Le contrôle et la gestion des ressources témoignent également d’une structuration de ces communautés. L’outillage lithique perdure à travers la production de petits éclats de silex et d’outils de mouture. Cependant, on observe le développement des techniques de bouchardage, de piquetage et de polissage pour le façonnage d’objets prestigieux : des mortiers ou vases en pierre, une pendeloque et des objets énigmatiques à connotation symbolique dont certains ont été retrouvés dans un dépôt en fosse. La présence d’objets étonnants en calcaire noir de l’île voisine de Saint-Barthélemy implique également des activités à caractère cérémoniel à l’occasion de ces haltes. Ces objets aux formes énigmatiques suggèrent l’existence d’un univers culturel et symbolique vraisemblablement porteur d’identité clanique. D’autre part, l’atelier de lames sur coquille de Baie Orientale 1 pourrait être en relation avec les activités de fabrication ou d’entretien des embarcations, nécessaires aux déplacements. La présence d’une coquille partiellement évidée de Cassis sp. indique que le façonnage de ces sortes de récipients dans de grands gastéropodes perdure depuis le début du Mésoindien. Les moyens de subsistance sont toujours axés sur le milieu marin mais c’est l’exploitation des gastéropodes qui est privilégiée, en particulier Strombus gigas, cuit sur lits de pierres chauffées. La présence d’amas de débitage de Strombus gigas, d’aires de rejet, de foyers, de calorifères démontre la pluralité des activités à cette période. L’organisation de ces communautés s’avère en définitive beaucoup plus complexe et certainement plus structurée qu’on ne l’avait jusque-là supposé. Les indices d’une protoagriculture et d’une semi-sédentarisation constituent les premiers pas vers un processus de néolithisation.

8Lorsqu’on tente d’insérer le gisement de Baie Orientale 1 dans son contexte régional, on se heurte au fait que les sites avérés attribuables à cette phase tardive du Mésoindien sont rares et n’ont jamais été abordés sur d’aussi grandes surfaces. Ainsi les comparaisons sont difficiles. Seulement trois gisements peu documentés sont datés du 1er millénaire av. J.-C. : Corre Corre Bay à Saint-Eustache (Versteeg et al. 1993 ; Delvoye 1994), Hichman’s Shell Heap à Niévès (Wilson 1989) et la Pointe des Pies en Guadeloupe (Richard 1994 ; 1995).

4.1.3 Origine des populations précéramiques

9Les deux datations les plus anciennes obtenues à Saint-Martin, soit entre 3318 et 2926 av. J.-C. (Martias 2005 ; Bonnissent 2008 : 274), permettent de reculer la date du peuplement de cette région mais ne résolvent pas les questions de l’arrivée de l’homme dans les Petites Antilles et de son origine. En effet, le niveau archéologique d’Étang Rouge 3, le plus ancien de Saint-Martin et de l’archipel, qui est situé au-dessous du niveau actuel de la mer, pose la question primordiale d’éventuelles occupations littorales encore plus précoces, submergées du fait des phénomènes eustatiques, comme c’est le cas au Paléoindien et au Mésoindien en Floride (Faught 2004). D’un point de vue chronologique, on soulignera que le Mésoindien, reconnu à Saint-Martin dès 3300 av.J.-C., s’avère maintenant contemporain de la série paléoindienne casimiroïde des Grandes Antilles (Rouse 1992), ce qui complique le schéma culturel.

10L’origine des communautés précéramiques des Petites Antilles est donc un sujet encore délicat à aborder du fait de la disparité des recherches dans l’archipel et de certaines productions, parfois atypiques, comme les lames sur silex. Parmi toutes les occupations précéramiques connues dans les Petites Antilles, le gisement de Jolly Beach à Antigua se distingue par une industrie laminaire sur silex et la présence de possibles gouges taillées dans la partie courbe des strombes, traditions technologiques affiliées à la série paléoindienne casimiroïde (Rouse 1992 : 56 ; Davis 2000). On suppose donc que les traits culturels de Jolly Beach pourraient être originaires des Grandes Antilles (Davis 1974 ; 1982 ; 1993 ; 2000 ; Callaghan 1990). Les autres lames sur silex découvertes dans les Petites Antilles, rares et isolées (à Whitehead’s Bluff à Anguilla : Crock et al. 1995 ; et à The Level à Saba : Hofman et al. 2006), rappellent également la tradition de taille connue dans le nord de l’archipel. Vers le sud, sur l’île de Trinidad, le débitage laminaire est absent au profit d’un débitage lamellaire. Le seul indice d’une occupation paléoindienne réside dans la découverte isolée d’une pointe de projectile en silex (Boomert 2000).

11Les gisements mésoindiens saint-martinois ont des traits spécifiques qui permettent globalement de les affilier à l’Ortoiroïde du fait de la présence d’une industrie lamellaire sur silex et d’outils de mouture. Aussi, l’origine des populations mésoindiennes de Saint-Martin paraît logiquement se situer au sud de l’archipel. Il a été proposé de redéfinir la série ortoiroïde et de la diviser en deux sous-séries « banwarian » et « ortoiran » (Boomert 2000). Mais la sous-série ortoiran s’avère chronologiquement trop récente, aussi l’origine du peuplement mésoindien de Saint-Martin serait à rechercher dans le complexe Banwari Trace, plus ancien (Boomert 2000), même si des différences culturelles sont notables. Elles révèlent, au cours de la migration dans l’archipel, une adaptation rapide des populations mésoindiennes aux conditions particulières des petites îles en développant dans les Petites Antilles une culture spécifique qui se distingue du faciès des deux extrémités de l’archipel, les Grandes Antilles au nord et Trinidad au sud [fig. 2]. Cette hypothèse n’exclut pas des incursions, des contacts et des échanges entre les communautés précéramiques des Grandes et des Petites Antilles, les lames de silex pourraient en être le signe, surtout dans le nord de l’archipel où elles sont identifiées. Une des spécificités de la culture mésoindienne des Petites Antilles est la lame sur coquille de strombe. Cet outil phare du Mésoindien, qui n’est apparemment décrit ni dans les contextes paléoindiens des Grandes Antilles ni dans le complexe Banwari Trace de Trinidad, apparaît donc spécifique à cette culture des Petites Antilles, tout comme son ancienneté. On notera cependant que les objets en pierre à connotation symbolique découverts à Baie Orientale 1, les galets à rainure du site de Pont de Sandy Ground (Bonnissent 2008) et les grands gastéropodes évidés rappellent les productions des communautés redondan-casimiroïdes et courian-casimiroïdes des Grandes Antilles (Rouse 1960 ; 1992 ; Veloz Maggiolo 1991). Aussi, il apparaît encore prématuré, compte tenu de la disparité des recherches sur l’occupation précéramique dans l’archipel d’établir un schéma réellement cohérent du peuplement. Il pourrait être envisagé que les populations mésoindiennes des Petites Antilles soient en grande partie issues du sud et que des communautés provenant des Grandes Antilles aient ponctuellement fréquenté la partie nord de l’archipel. Selon cette hypothèse, la quasi-absence de gisements mésoindiens dans le sud des Petites Antilles serait soit en relation avec un déficit de la recherche, soit le résultat d’une migration rapide des communautés mésoindiennes directement du sud vers le nord de l’archipel (Callaghan 2003 ; Fitzpatrick 2006).

12Les acquis relatifs à la connaissance du Mésoindien à Saint-Martin sont considérables pour le reste de l’archipel du point de vue de la chronologie, de la typologie des productions et de la lecture spatiale des aménagements anthropiques. On insistera sur les apports remarquables de deux gisements : Baie Orientale 1 où la découverte d’aires de campement in situ a permis pour la première fois dans les Antilles une étude extensive des aménagements anthropiques et Étang Rouge qui présente une séquence stratigraphique permettant la lecture, à lui seul, de 2500 ans d’occupation (Bonnissent 2008).

4.1.4 La transition du Mésoindien au Néoindien

13Le gisement de Baie Orientale 1 apporte également un nouveau jalon chronologique entre la fin du Mésoindien à Saint-Martin et les premières migrations d’agriculteurs-potiers. En effet, si l’on considère les dates tardives de Baie Orientale 1 et celles précoces du village de Hope Estate (Haviser 1991 ; Hoogland 1999 ; Bonnissent 2008 : 275-276), l’île serait à la fois fréquentée par des groupes mésoindiens et occupée par les premières colonies néoindiennes durant la période de transition, entre 400 av. J.-C. et 70 ap. J.-C. Il est dès lors envisageable que ces populations aient pu entrer en contact sur l’île, ce qui soulève la question du devenir des groupes mésoindiens face à la pression des nouveaux immigrants dotés de moyens technologiques plus évolués, acquis sur leurs terres d’origine dans le bassin de l’Orénoque. Si ces communautés de tradition différente ont pu coexister sur le même territoire géographique, et comme aucune occupation mésoindienne n’est attestée après 70 ap. J.-C. à Saint-Martin ni ailleurs dans les Petites Antilles (Rouse 1992), il semble que la disparition de ces derniers soit en relation avec l’arrivée somme toute très soudaine, probablement par vagues migratoires, de populations de tradition néoindienne. Les dernières communautés mésoindiennes avaient déjà franchi un pas vers un processus de néolithisation, à travers une très probable protoagriculture et une forme de semi-sédentarisation. Ces aspects de leur mode de vie à la fin du Mésoindien ont peut-être facilité leur intégration aux premières colonies d’agriculteurs-potiers. La lame sur coquille qui persiste durant toutes les phases suivantes est probablement le témoin d’un échange technologique, d’une assimilation de ces groupes à la nouvelle société agro-céramiste si, évidemment, ces lames ne sont pas le résultat d’un simple phénomène de convergence.

4.1.5 Nomadisme et sédentarité : changements dans les modes de vie

14Nous avons vu que les Mésoindiens de Baie Orientale 1 ont façonné et exploité une grande quantité de lames sur coquille, outils peu représentés sur le site néoindien de Baie Orientale 2, bien qu’il ait fourni par ailleurs des strombes consommés en âge d’être travaillés. Les lames sur coquille abondamment exploitées par les communautés mésoindiennes sont apparemment remplacées par des lames de pierre sur le site néoindien. La probable complémentarité fonctionnelle entre la coquille et le corail durant le Mésoindien disparaît sur le site néoindien au profit d’une utilisation différente du corail, comme en témoignent le changement des espèces exploitées et la rareté des lames sur Strombus gigas. La cuisson des strombes dans leur coquille sur des lits de pierres chauffées au Mésoindien est remplacée au Néoindien par la technique du percement de la coquille, méthode de décoquillage qui permet l’extraction du mollusque cru. Ce changement de pratique qui induit un changement dans les habitudes culinaires, pourrait être lié à la présence de récipients en céramique pour la cuisson des aliments.

15Abandon du nomadisme et sédentarisation se perçoivent dans la gestion des déchets produits par les activités humaines. Le gisement précéramique offre la vision de campements abandonnés, se prêtant à une interprétation spatiale et fonctionnelle. Les aires d’activité n’ont pas fait l’objet de nettoyages ou d’une gestion apparente des rebuts ce qui explique, en partie, qu’elles sont restées lisibles : une fois les activités réalisées, qu’elles soient industrielles ou domestiques, les lieux ont été abandonnés en l’état. Le site néoindien donne une tout autre vision des modalités de l’occupation. Les déchets des activités domestiques et industrielles sont concentrés dans une zone spécifiquement dédiée aux rejets, dans un but très certainement sanitaire. Cette pratique induit probablement la destruction partielle des aires d’activité. On perçoit donc, à travers l’étude de ces deux gisements, les différences de gestion de l’espace entre des communautés nomades et sédentaires. Les unes laissent les reliefs de leurs repas et de leurs activités techniques sur place car elles abandonnent le site dès que leurs objectifs économiques, sociaux ou symboliques sont atteints. Les autres, les sédentaires, nettoient la zone d’occupation et rassemblent leurs déchets en un point défini : le dépotoir. Cette interprétation des vestiges archéologiques et de leur signification est plus fondamentale qu’il n’y paraît. En effet, on ne connaît pas précisément les modalités ni la durée de l’occupation des deux sites, et dans le cas du dépotoir du Néoindien récent on suppose qu’il s’agit d’un site satellite spécialisé, fréquenté occasionnellement, peut-être de façon saisonnière. Ainsi, les deux gisements ont pu être occupés exactement selon les mêmes modalités temporelles et économiques, c’est-à-dire de façon intermittente pour l’exploitation du milieu. La gestion des déchets et de l’espace résulte donc plutôt d’un trait culturel que de pratiques liées au type de site. L’exploration de la Baie Orientale offre l’opportunité de comparer les modes de vie de communautés précolombiennes appartenant à des phases chronologiques distinctes, exploitant, à quelques siècles d’intervalle, le même milieu naturel.

4.2 La transition du Néoindien ancien au Néoindien récent dans le nord des Petites Antilles

16Il est admis que le grand changement culturel perçu entre 600 et 900 ap. J.-C. dans l’archipel des Antilles soit le passage du Néoindien ancien au Néoindien récent, n’est pas le fait de nouvelles migrations mais qu’il résulte d’une transformation sur place des communautés cédrosan-saladoïdes (Rouse 1992 ; Petersen et al. 2004). Cette constatation conduit à s’interroger sur la nature des facteurs ayant pu déstabiliser ces communautés et conduire à la perte de leur identité culturelle. Les données archéologiques et paléoenvironnementales acquises sur l’île de Saint-Martin (Bertran et al. 2004, Bonnissent et al. 2007, Bonnissent 2007 ; 2008 ; Malaizé et al. 2011) permettent de proposer un scénario inédit en deux étapes, faisant appels à des facteurs socioculturels puis climatiques, pour expliquer la mutation des sociétés cédrosan-saladoïdes dans l’archipel et particulièrement dans le nord des Petites Antilles.

4.2.1 Le contexte socioculturel

17La période de transition du Néoindien ancien au Néoindien récent est encore très mal définie dans l’archipel des Antilles. Elle est problématique car, à partir de 600 ap. J.-C., des gisements cédrosan-saladoïdes apparaissent contemporains des premières occupations du Néoindien récent et ce dans tout l’archipel, de Trinidad à Porto Rico. Dans le secteur des Îles du Nord, les occupations cédrosan-saladoïdes et celles du style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde apparaissent synchrones dès 600 ap. J.-C. (Rouse 1974 ; 1976 ; Rouse, Faber Morse 1998 ; 1999 ; Bonnissent 2008 ; Murphy 1999 ; 2004). À Saint-Martin, les occupations de style Mill Reef, Pointe du Canonnier et Baie Orientale 2 sont datées entre 660 et 960 ap. J-C. et le gisement d’Anse des Pères, clairement cédrosan-saladoïde, est daté entre 730 et 960 ap. J.-C. (Knippenberg 1999c ; Hamburg 1999). Un tour d’horizon sur les îles alentours permet d’observer le même schéma chronoculturel. Le gisement cédrosan-saladoïde de Golden Rock, sur l’île voisine de Saint-Eustache, fournit lui aussi des dates tardives (Versteeg, Schinkel 1992). L’existence d’un faciès cédrosan-saladoïde tardif, jusque vers 960 ap. J.-C. dans les Îles du Nord, apparaît donc indiscutable et n’est pas remise en question. Parallèlement, sur l’île de Saba, l’assemblage céramique de Spring Bay 1b (Hofman 1993) affilié au style Mill Reef, est en partie contemporain de ceux de Saint-Martin, Baie Orientale 2 et Pointe du Canonnier. Ainsi, dans ce secteur géographique, deux gisements cédrosan-saladoïdes tardifs, Anse des Pères et Golden Rock, apparaissent occuper la même plage chronologique que trois sites affiliés au style Mill Reef : Baie Orientale 2, Pointe du Canonnier et Spring Bay 1b. Ces gisements et ceux d’Antigua (Rouse 1974 ; 1976 ; Rouse, Faber Morse 1998 ; 1999 ; Murphy 1999 ; 2004) valident à l’échelle régionale ces deux faciès culturels.

18Il est possible d’envisager plusieurs hypothèses pour expliquer ce schéma chronoculturel étonnant, sachant qu’il est admis qu’il n’est pas le fait de nouvelles migrations mais qu’il résulte d’une évolution sur place des communautés cédrosan-saladoïdes (Rouse 1992 ; Petersen et al. 2004). La première hypothèse est que les plages d’incertitude des datations radiométriques sont responsables de cet apparent chevauchement chronoculturel. Elle illustrerait par ailleurs la rapidité à laquelle le passage du Néoindien ancien au Néoindien récent se serait opéré. Mais cette possibilité paraît peu acceptable compte tenu du nombre de gisements et de datations concernés, au regard des caractéristiques des productions céramiques. Il est par ailleurs démontré que la déculturation du Cédrosan-saladoïde s’amorce dans tout l’archipel à partir de 600 ap. J.-C., ce n’est donc pas un phénomène propre aux Îles du Nord. Une seconde hypothèse serait que les occupations attribuées au style Mill Reef soient en fait des sites spécialisés cédrosan-saladoïdes. Mais on ne peut affecter les productions de style Mill Reef au corpus cédrosan-saladoïde du fait de l’absence des schémas typologiques établis et de la présence de formes inédites sur les gisements de Baie Orientale 2 et de Pointe du Canonnier, qui est de plus un village. L’exemple du site spécialisé cedrosan-saladoïde de l’Îlet Pinel Ouest démontre bien que même si les productions céramiques y sont plus pauvres que celle du village de Hope Estate, elles conservent néanmoins les spécificités de cette sous-série (Bonnissent 2008).

19Une troisième hypothèse, plus audacieuse, envisage une scission du Cédrosan-saladoïde qui se divise d’une part en communautés « traditionnelles » et d’autre part en communautés « dérivées », correspondant au style Mill Reef. Une coexistence des deux communautés, le « Cédrosan-saladoïde traditionnel » et le « Cédrosan-saladoïde dérivé » soit le style Mill Reef, serait alors effective jusque vers 960 ap. J.-C., date de leur disparition respective. Cette hypothèse inédite d’un schisme du Cédrosan-saladoïde implique des problèmes socioculturels, comme on le constate à l’échelle de l’archipel à cette période par la transition du Néoindien ancien au Néoindien récent. Elle expliquerait la superposition chronologique du Cédrosan-saladoïde et du style Mill Reef, constatée également par Irving B. Rouse entre 500-600 et 900 ap. J.-C. (Rouse 1974 ; 1976 ; Rouse, Faber Morse 1998 ; 1999 ; Murphy 2004) mais non interprétée. Cette théorie d’un schisme repose également sur la filiation des productions du style Mill Reef avec les productions antérieures cédrosan-saladoïdes, comme l’avait décrit Irving B. Rouse (Rouse 1974 ; 1976 ; Rouse, Faber Morse 1998 ; 1999). Quoi qu’il en soit, les communautés affiliées au Cédrosan-saladoïde et au Mamoran-troumassoïde de style Mill Reef disparaissent après 960.

4.2.2 Le facteur climatique

20Des changements climatiques ont souvent été évoqués comme l’un des possibles facteurs ayant entraîné le déclin des sociétés cédrosan-saladoïdes dans l’archipel des Antilles (Carbone 1980a ; 1980b ; Keegan 1998 ; 2000 ; Petitjean Roget 2001 ; Siegel et al. 2005). Un déficit des précipitations aurait pu déstabiliser ces populations pratiquant une agriculture vivrière tributaire d’une certaine pluviométrie. Durant les années 2002-2006, un programme de recherche conduit sur l’île de Saint-Martin a eu pour objectif d’acquérir des données sur l’évolution des paléoenvironnements alors inconnus et dont les grands traits sont maintenant tracés. Les résultats montrent une alternance de phases paléoclimatiques à tendance humide ou sèche sur les derniers 3 700 ans (Bertran et al. 2004 ; Bonnissent 2007 ; 2008 ; Bonnissent et al. 2007 ; Malaizé et al. 2011). Mais le fait le plus marquant est l’identification d’une phase sèche enregistrée à partir 800 ap. J.-C. à Saint-Martin (Bertran et al. 2004), et vers 800-1000 ap.J.-C. par différentes études sur les Petites Antilles (Betts et al. 2006 ; Mangini et al. 2007 ; Siegel et al. 2008). Ainsi, des modifications de l’environnement, maintenant attestées par des enregistrements paléoenvironnementaux, ont pu entraîner la déculturation des sociétés cédrosan-saladoïdes.

21Sur la partie continentale du littoral de la Caraïbe, une période de sécheresse datée entre 770-1100 ap. J.-C., connue sous le nom de Terminal Classic Drought (tcd), est enregistrée au Mexique sur la péninsule du Yucatán et au Venezuela dans le Bassin de Cariaco (Curtis et al. 1996, Haug et al. 2003, Hodell et al. 2005). Cette phase sèche coïncide avec la chute de la civilisation Classic Maya et pourrait avoir précipité son effondrement en perturbant par exemple la gestion des ressources agricoles (De Menocal 2001 ; Hodell et al. 2005). Compte tenu de sa position géographique et des études paléoenvironnementales réalisées dans la Caraïbe, l’île de Saint-Martin fait partie de ce système climatique caribéen, les effets de la tcd ont donc été ressentis jusqu’au nord de l’archipel des Petites Antilles. Si l’impact de cet événement climatique sur la prestigieuse civilisation Maya a permis d’expliquer en partie son déclin, les données archéologiques et paléoenvironnementales acquises à Saint-Martin permettent maintenant d’en mesurer la portée sur l’évolution des sociétés cédrosan-saladoides des Petites Antilles.

22On s’interroge donc sur l’impact réel des variations environnementales sur la structure des communautés néoindiennes. La réponse à cette question est complexe car la transformation des sociétés préhistoriques est liée à tout un faisceau de facteurs qui conditionnent les modalités du peuplement et qui sont impossibles à évaluer. Mais il est certain que le déclin des sociétés cédrosan-saladoïdes, après plus de mille ans d’unité culturelle dans l’archipel, coïncide avec la fin d’une période humide et le début d’une période sèche. Ainsi, on est tenté de voir une relation entre la stabilité du Cédrosan-saladoïde et l’équilibre de l’environnement, en particulier pour les pratiques agricoles dépendantes d’une certaine pluviométrie. La rupture de cet équilibre a pu provoquer ou déclencher en partie la mutation du Cédrosan-saladoïde en sociétés morcelées culturellement et géographiquement dans les Petites Antilles.

23L’étude du cas de Saint-Martin et du secteur des Îles du Nord permet donc de proposer un scénario inédit en deux étapes pour expliquer la mutation des sociétés cédrosan-saladoides observée dans tout l’archipel entre 600 et 900 ap. J.-C. Dans un premier temps, une scission du Cédrosan-saladoide, à partir de 600 ap. J.-C., conduit à la coexistence de deux entités culturelles : le « Cédrosan-saladoïde traditionnel » et le « Cédrosan-saladoïde dérivé », schisme qui a vraisemblablement une origine socioculturelle. Les communautés « cédrosan-saladoïdes traditionnelles » fournissent les assemblages céramiques cédrosan-saladoides, alors que les communautés « Cédrosan-saladoïdes dérivées » produisent le style Mill Reef, un faciès contemporain dérivé du Cédrosan Saladoide, mais appauvri. Dans un second temps, à partir de 800 ap. J.-C., soit deux siècles plus tard, l’impact de la tcd, enregistré par une baisse de la pluviométrie et une activité cyclonique renforcée, a pu accentuer une situation sociale déjà problématique, surtout sur les petites îles dont les ressources sont limitées. Ainsi la mutation de ces sociétés paraît-elle engendrée par un phénomène socioculturel puis par des modifications climatiques.

24Le rôle du climat, dont l’importance est reconnue dans le Classic Terminal – il est à l’origine de l’effondrement de la civilisation Maya au Mexique (Curtis et al. 1996 ; De Menocal 2001 ; Hodell et al. 1991 ; 2005 ; Mc Closkey, Keller 2009) –, semble donc majeur pour expliquer les grands changements culturels de la Caraïbe, notamment le passage du Néoindien ancien au Néoindien récent dans le nord des Petites Antilles.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search