Version classiqueVersion mobile

Les gisements précolombiens de la Baie Orientale

 | 
Dominique Bonnissent

Chapitre 3. L’occupation du Néoindien récent

Chapter 3 / The Late Neoindian Occupation

Capítulo 3 / La ocupación en el Neoindio tardío

Résumé

En avant du gisement mésoindien, sur un cordon sableux autrefois à proximité immédiate du rivage, a été localisé le site de Baie Orientale 2. Il s’agit d’un dépotoir du Néoindien récent d’une superficie d’environ 200 m2 (fig. 107 à fig. 110). L’aire d’investigation a été délimitée en fonction des données recueillies dans les tranchées de diagnostic et sur l’ancienne zone de fouilles. Le gisement consiste en un unique niveau de rejet, de forme globalement oblongue, disposé parallèlement au rivage. Il est partiellement détruit au nord par une grande excavation résultant d’un prélèvement de sable. La zone des recherches représente une surface d’environ 140 m2 qui enserre partiellement le sondage réalisé en 1992. La couche dépotoir a été dégagée manuellement, puis le mobilier a été prélevé au mètre carré selon le carroyage implanté. Le sédiment a été extrait sur 0,30 m d’épaisseur et tamisé pour toute la superficie de la zone des recherches.

Le dépotoir est constitué d’une couche peu épaisse d’éléments inorganisés résultant d’une accumulation de déchets sciemment rejetés, issus d’activités industrielles et domestiques. Les rebuts de production industrielle sont constitués de céramique et de produits de débitage sur pierre, sur coquille et sur corail. Les rejets domestiques sont des déchets alimentaires – essentiellement des restes de malacofaune et de carapaces de crustacés – et un unique ossement de poisson, dont la présence conduit à s’interroger sur la conservation différentielle des vestiges. Des pierres de chauffe sont attestées grâce aux stigmates d’un contact au feu : éclats thermiques et traces de rubéfaction. Des cendres et des charbons de bois y sont associés.

Le dépotoir a fourni un abondant mobilier céramique, ce qui a permis d’établir un large répertoire typologique. En effet, grâce à la faible fragmentation des restes et aux remontages nombreux, une série homogène de récipients et d’ustensiles a été reconstituée. L’ensemble est composé en grande partie de contenants à caractère utilitaire grossièrement façonnés, de quelques individus décorés d’un engobe rouge et de rares éléments modelés (fig. 111 à fig. 129 ; tabl. xxvii à tabl. xxix). Au regard des spécificités typologiques et des datations radiométriques qui ont fourni des résultats centrés sur les viiie et xe s. ap. J.-C., cet assemblage se rattache au style Mill Reef de la sous série mamoran-troumassoïde. Il témoigne en effet d’une filiation avec la phase antérieure cédrosan-saladoïde.

Le mobilier lithique est produit à partir de roches récoltées sur l’île, mis à part de rares éléments en silex (fig. 56 à fig. 60). Les roches locales sont donc nettement privilégiées. Les cherto-tuffites sont intensément exploitées pour la fabrication de haches et de pilons, et les tufs à quartz pour des meules-polissoirs. Les tuffites locales continuent à être utilisées sous forme de galets ou d’éclats tranchants ; tous les autres éléments, y compris les parures comme les perles en calcite, ou les objets rituels comme les zémis façonnés sur la calcirudite du gîte de la Pointe Arago, proviennent de Saint-Martin. Deux chaînes opératoires sont spécifiques : celle des lames de hache en cherto-tuffite et celle des perles cylindriques ou discoïdes sur calcite cristalline (fig. 130 à fig. 140 ; tabl. xxx à tabl. xxxii).

La destination principale du corail est la fabrication d’un ustensile polyvalent sur tête hémisphérique de Diploria sp. Utilisé tout à la fois comme meule, comme enclume et comme polissoir, cet ustensile a probablement servi à la transformation de différents matériaux (fig. 141 à fig. 151). À Baie Orientale 2, les coraux ont été exploités pour leurs qualités abrasives, comme durant la période mésoindienne, mais des usages nouveaux sont attestés : enclume, matière première pour la confection d’objets et racloir improvisé. Différentes hypothèses d’utilisation sont envisageables compte tenu de la variété de formes et de textures des différentes espèces récoltées. Elles impliquent l’existence de plusieurs modes opératoires, peut-être liés au travail du bois et au traitement de végétaux dans un but technique ou pour la consommation alimentaire. L’étude des restes coralliens laisse entrevoir des schémas opératoires encore méconnus pour les cultures précolombiennes des Petites Antilles et dévoile une exploitation spécifique et constante de ce matériau original.

Les gastéropodes marins constituent le premier moyen de subsistance. Il s’agit en premier lieu de Cittarium pica, associé à quelques taxons plus marginaux : Neritidae, Chitonidae, Littorinidae et Thais sp. Tous sont aisément collectés sur la bande rocheuse médiolittorale, entre la Baie Orientale et la Baie de l’Embouchure. S’y ajoutent quelques taxons d’herbiers, Strombidae et Astraea sp. notamment, que l’on trouve dans les premiers mètres d’eau de ces mêmes baies, et quelques espèces ramassées de façon occasionnelle dans des milieux intermédiaires. Les petits et moyens gastéropodes, dont Cittarium pica fait partie, ont probablement été décoquillés par cuisson dans des récipients en céramique. En revanche, la chair de Strombus sp. a été extraite crue par percement de la coquille. Ce site apparaît donc spécialisé dans l’exploitation des ressources marines et dans le décoquillage. La finalité majeure de la collecte semble avoir été la consommation alimentaire, l’industrie sur coquille n’étant documentée que par de rares éléments.

On peut émettre l’hypothèse que le dépotoir isolé de Baie Orientale 2 résulte de l’activité d’un site spécialisé, un campement à vocation peut-être saisonnière, axé sur l’exploitation du milieu marin de la façade atlantique. Comme les investigations n’ont pas révélé de traces de bâti ni d’autres dépotoirs, il apparaît évident que la configuration du site ne répond pas au schéma classique du « village » tel qu’il est connu à cette période. Il pourrait donc s’agir d’un site satellite en relation avec un village, vraisemblablement celui de la Pointe du Canonnier, situé à l’extrémité occidentale de l’île. Les deux gisements, contemporains, ont fourni des céramiques comparables, rattachées au style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde. On signalera également l’existence de plusieurs autres sites satellites spécialisés, potentiellement contemporains et ayant donc très probablement des relations fonctionnelles entre eux. Il a été démontré que ce système d’exploitation du territoire est l’héritage direct de la tradition des communautés du Néoindien ancien.

Texte intégral

3.1 Un dépotoir de la sous-série mamoran-troumassoïde

3.1.1 Contexte géomorphologique, archéologique et chronologique

1Comme l’a montré l’étude géomorphologique, la Baie Orientale est issue d’un phénomène d’accrétion de dépôts sableux formant des cordons sableux d’autant plus récents que l’on se rapproche du rivage. Les occupations précolombiennes implantées sur les hauts de plage successifs suivent ce schéma chronogéomorphologique (cf. infra, § 1.2.5). Le gisement néoindien récent de Baie Orientale 2, aujourd’hui localisé à environ 150 m du rivage actuel, était autrefois vraisemblablement en bordure de rivage sur le haut de plage, en avant des gisements mésoindiens de Baie Orientale 1 et de Salines d’Orient [fig. 5].

2Le dépotoir de Baie Orientale 2 forme une aire ovalaire d’environ 200 m2 constituée d’un niveau de rejets où sont rassemblés des restes coquilliers et des vestiges des productions matérielles [fig. 6]. Le site avait été reconnu en 1992 comme un dépotoir du Néoindien à la suite d’un grand sondage réalisé sur une superficie de 19 m2 (Hénocq et al. 1992). Les datations radiométriques détaillées au § 1.1.5.2 permettent de situer la formation de l’aire de rejet entre les viiie et xe s. ap. J.-C. [tabl. I]. Les traits stylistiques de l’assemblage céramique sont attribués au début du Néoindien récent, identifié sur l’île au style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde (Bonnissent 2008), défini pour ce secteur géographique (Rouse et al. 1995 ; Rouse, Faber Morse 1998 ; 1999 ; Murphy 2004 ; Petersen et al. 2004).

3.1.2 Stratégie d’intervention

3L’objectif des recherches était de cerner précisément l’extension des dépôts afin de documenter l’ensemble du gisement. L’aire d’investigation a été délimitée en fonction des données issues des tranchées de diagnostic (Bonnissent 2000) et de l’ancienne zone de fouilles (Hénocq et al. 1992). Le gisement correspond à un dépotoir de forme globalement oblongue, disposé de façon parallèle au rivage [fig. 6]. Il est partiellement détruit au nord par une grande excavation résultant d’un prélèvement de sable. La zone des recherches, divisée en mètres carrés par un carroyage, représente une surface d’environ 140 m2 qui enserre partiellement le sondage de 19 m2 réalisé en 1992 [fig. 107]. L’aire de fouille se partage en deux principales unités : une grande surface de 115 m2 dans le dépotoir selon les coordonnées du carroyage A-Q/6-15, et une petite surface de 25 m2 ouverte dans les carrés A-E/1-5 dont l’objectif était d’explorer les traces d’occupation à proximité du dépotoir.

FIG. 107 Baie Orientale 2. Plan du dépotoir du Néoindien récent, secteur 6.

FIG. 107 Baie Orientale 2. Plan du dépotoir du Néoindien récent, secteur 6.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

4Les niveaux superficiels et stériles ont été décapés mécaniquement sur toute l’aire de recherche. La couche dépotoir a été dégagée manuellement [fig. 108] puis le mobilier a été prélevé par mètre carré et par unité stratigraphique. Afin de récolter les petits éléments, le sédiment a été extrait sur 0,30 m d’épaisseur et tamisé pour toute la superficie de la zone des recherches. Une maille plus grande que celle employée lors des fouilles de 1992 a été choisie. En effet, le tamisage du sédiment du sondage de 19 m2, réalisé alors sur une maille très fine de 2,7 mm, n’avait permis de récupérer que des restes de crustacés, principalement des fragments de pinces de crabes (Hénocq et al. 1992). Devant l’absence d’autres petits éléments, cet échantillonnage a été jugé représentatif du dépotoir et, compte tenu des impératifs de temps, le sédiment a été tamisé sur une maille plus lâche de 5 mm. Les restes de toutes les catégories de mobiliers ont été enregistrés et comptabilisés en poids par mètre carré afin d’élaborer des plans de répartition pondérale des vestiges [fig. 109]. Les données des investigations de 1992, en particulier les mobiliers, ont été prises en compte pour l’établissement de ces plans.

FIG. 108 Baie Orientale 2. Vue vers le sud du dépotoir du Néoindien récent.

FIG. 108 Baie Orientale 2. Vue vers le sud du dépotoir du Néoindien récent.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

FIG. 109 Baie Orientale 2. Plans de répartition pondérale du mobilier par mètre carré dans le dépotoir du Néoindien récent.

FIG. 109 Baie Orientale 2. Plans de répartition pondérale du mobilier par mètre carré dans le dépotoir du Néoindien récent.

© T. Romon, D. Bonnissent, A. Dagand.

3.1.3 La séquence stratigraphique

5Le contexte géomorphologique, marqué par une accrétion horizontale des dépôts sableux vers la mer, a limité la sédimentation verticale. Ainsi le niveau archéologique du site de Baie Orientale 2 se situe à une altitude sensiblement voisine de celle des campements mésoindiens de Baie Orientale 1 mais sur un autre cordon, plus récent (cf.supra, §2.1.3). On observe de la base au sommet la séquence stratigraphique suivante [fig. 110] :

  • 6.03, un sable corallien beige, assez grossier et stérile ;

  • 6.02, un sable corallien fin et compact, brun clair ; la transition avec l’horizon précédent est diffuse ;

  • 6.04, un niveau archéologique formé d’une aire de rejet très dense en mobilier, comportant des restes de faune et des productions industrielles ; ce niveau s’insère dans le tiers inférieur de l’horizon brun clair et compact 6.02 ;

  • 6.01, un sable humifère brun clair à abondantes racines.

6L’analyse stratigraphique démontre clairement l’existence d’un seul niveau archéologique, très localisé et formant une couche homogène de rejets.

FIG. 110 Baie Orientale 2. Log du dépotoir.

FIG. 110 Baie Orientale 2. Log du dépotoir.

© D. Bonnissent.

3.1.4 Formation de la zone de rejet

7Le dépotoir est constitué d’une couche peu épaisse d’éléments inorganisés, résultant d’une accumulation de déchets sciemment rejetés et issus d’activités domestiques ou industrielles. Les rebuts se répartissent d’une part en vestiges des productions industrielles – céramique et produits de débitage sur pierre, sur coquille et sur corail – et d’autre part en déchets alimentaires, essentiellement des restes de malacofaune et de carapaces de crustacés. Des pierres de chauffe sont attestées, marquées par les stigmates d’un contact au feu : éclats thermiques et traces de rubéfaction. Des cendres et des charbons de bois y sont associés. On note également la présence d’éléments à connotation symbolique soit trois pierres à trois pointes – ou zémis – provenant des carrés B13 et O11 [fig. 107] et de la tranchée 50, située plus au sud non loin du dépotoir [fig. 6]. L’analyse de la dispersion spatiale des restes démontre, par la présence de très nombreux remontages sur la céramique, le contexte primaire des rejets (Bonnissent 2008 : 152). Cet aspect est important car, couplé aux datations radiométriques ici homogènes, il permet d’établir un référentiel des différentes productions et des habitudes alimentaires à l’échelle de l’île et de la région, en particulier pour la céramique, principal marqueur culturel. La distribution spatiale de l’ensemble du mobilier par classes de poids dessine un dépotoir de forme arquée avec deux zones légèrement plus denses au nord et au sud [fig. 109a]. Celle du nord est en partie détruite par une excavation récente. La présence des concentrations nord et sud est imputable à la distribution des restes coquilliers comme le montre la carte de répartition [fig. 109e]. La distribution plus homogène de la céramique souligne la forme incurvée du dépotoir à son extrémité sud [fig. 109b]. La répartition des produits lithiques reprend celle de la céramique [fig. 109c], mis à part le silex, très peu représenté et uniquement au nord [fig. 109d]. On observe que les zones de concentration du corail sont plutôt réparties sur la bordure nord-est du dépotoir [fig. 109f]. En revanche, la distribution des restes de crustacés reflète essentiellement le biais du tamisage différentiel des deux campagnes de recherches [fig. 109g]. En effet, l’ancien sondage de 19 m2 apparaît comme très riche par rapport au reste du dépotoir, car les sédiments ont été tamisés sur une maille fine de 2,7 mm permettant de récolter plus de restes.

FIG. 111 Baie Orientale 2. Céramique du dépotoir :
1 : plaque moyenne [cf. fig. 118 : 6] ;
2 : pot à encolure évasée [cf. fig. 124 : 1] ;
3 : plat à marli engobé [cf. fig. 118 : 8] ;
4 : pot à goulot verseur [cf. fig. 126 : 1] ;
5-7 : goulots de bouteilles [cf. fig. 126 : 2, 3, 6],
8 : oreille [cf. fig. 126 : 15] ;
9 : mamelon [cf. fig. 126 : 11] ;
10 : fumigateur [cf. fig. 127 : 11].

FIG. 111 Baie Orientale 2. Céramique du dépotoir : 1 : plaque moyenne [cf. fig. 118 : 6] ; 2 : pot à encolure évasée [cf. fig. 124 : 1] ; 3 : plat à marli engobé [cf. fig. 118 : 8] ; 4 : pot à goulot verseur [cf. fig. 126 : 1] ; 5-7 : goulots de bouteilles [cf. fig. 126 : 2, 3, 6], 8 : oreille [cf. fig. 126 : 15] ; 9 : mamelon [cf. fig. 126 : 11] ; 10 : fumigateur [cf. fig. 127 : 11].

© D. Bonnissent, A. Dagand.

3.1.5 L’organisation spatiale

8Comme vient de le montrer l’observation des plans de répartition pondérale du mobilier, la zone de rejet présente une forme légèrement arquée à son extrémité sud. Cette forme incurvée, concave vers l’ouest, pourrait signaler la présence « en négatif » d’une aire d’activité ou peut-être d’une aire d’habitat, délimitée par l’arc des rejets épousant ses contours. Les recherches, limitées en temps, n’ont pas permis de documenter la zone située à l’ouest du dépotoir. Cependant, aucune trace d’aménagement anthropique pouvant indiquer l’emplacement d’un bâti n’a été repérée en bordure du dépotoir lors du décapage de ce secteur ni dans les sondages réalisés alentour. Il est envisageable qu’un bâti léger à implantation superficielle n’ait pas laissé de traces archéologiques suffisamment lisibles dans le sable. La petite zone de 25 m2 dégagée au sud du dépotoir, dans les carrés A-E/1-5 [fig. 107] a fourni très peu de mobilier mais révélé des traces de combustion diffuses qui pourraient correspondre à une aire d’activité où des foyers auraient été exploités. Ainsi, le dépotoir de Baie Orientale 2, affilié au style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde apparaît isolé le long d’un ancien rivage marin ; il s’agit probablement d’un campement de bord de plage. Nous verrons en conclusion (cf. infra, § 3.7) les arguments qui permettent d’interpréter cette occupation en tant que site satellite spécialisé de Pointe du Canonnier, village installé sur la côte ouest de l’île de Saint-Martin qui a fourni des productions céramiques similaires [fig. 4].

3.2 L’assemblage céramique

9Le dépotoir néoindien de Baie Orientale 2 a fourni un abondant mobilier céramique, permettant l’établissement d’une typologie relativement complète pour ce site. La faible fragmentation des restes et les nombreux remontages ont permis de reconstituer une série homogène de récipients et d’ustensiles [fig. 111]. L’ensemble est composé de contenants utilitaires grossièrement façonnés, de quelques individus décorés d’un engobe rouge, de rares éléments modelés et de divers ustensiles. Au regard des spécificités typologiques et des datations radiométriques qui ont fourni des résultats centrés sur les viiie-xe s. ap. J.-C. [tabl. I], cet assemblage est attribué au premier stade du Néoindien récent de l’île, pour lequel il constitue un référentiel (Bonnissent 2008). Les corpus céramiques de Baie Orientale 2 et de Pointe du Canonnier, un village de Saint-Martin ayant fourni des productions similaires, sont affiliés au style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde, identifié sur l’île d’Antigua et considéré comme caractéristique de ce secteur géographique du nord de l’archipel des Petites Antilles (Rouse 1974 ; 1976 ; Rouse et al. 1995 ; Rouse, Faber Morse 1998 ; 1999 ; Murphy 2004 ; Petersen et al. 2004). L’objet de cette étude est d’analyser de quelle façon les productions céramiques saint-martinoises s’intègrent dans le contexte régional des Îles du Nord, tout en abordant les problèmes d’attribution culturelle et d’aire de diffusion géographique. Dans ce secteur, les typologies des productions céramiques sont dans l’ensemble peu détaillées : les comparaisons s’avèrent pertinentes essentiellement avec l’île voisine de Saba.

10L’analyse porte sur la céramique issue du niveau de dépotoir étudié durant la campagne réalisée en 2000, soit 2 628 restes pour un poids de 61 818 g [tabl. XXVII]. La céramique a été analysée globalement compte tenu des nombreux remontages et de l’homogénéité de l’unique niveau de rejets. Le mobilier des recherches de 1992 a également été pris en compte, il représente un poids de10 809 g (Hénocq et al. 1992).

TABL. XXVII Baie Orientale 2. Quantification de la population de récipients et d’ustensiles du dépotoir
iden : indentation digitée ;
past. : pastillage ;
NR : nombre de restes,
PdR : poids des restes, en grammes ;
g/NR : grammes/reste ;
ID : individu décoré ;
IND : individu non décoré ;
FO : forme ouverte ;
FF : forme fermée ;
FI : forme indéterminée ;
NMI : nombre minimum d’individus.

TABL. XXVII Baie Orientale 2. Quantification de la population de récipients et d’ustensiles du dépotoir iden : indentation digitée ; past. : pastillage ; NR : nombre de restes, PdR : poids des restes, en grammes ; g/NR : grammes/reste ; ID : individu décoré ; IND : individu non décoré ; FO : forme ouverte ; FF : forme fermée ; FI : forme indéterminée ; NMI : nombre minimum d’individus.

3.2.1 Méthode de classification et d’enregistrement

  • 1 Les plaques ont pu servir à la cuisson des cassaves (galettes de manioc) et sont alors dénommées «  (...)

11Une typologie des récipients et ustensiles a été élaborée pour les productions précolombiennes des Petites Antilles d’après le mobilier provenant de divers gisements de l’île de Saint-Martin : Hope Estate, Baie Orientale 2, Pointe du Canonnier et Baie aux Prunes (Bonnissent 2008). Le système de classification a été établi, en partie, d’après la nomenclature d’Hélène Balfet (Balfet et al. 1989), adaptée aux séries précolombiennes. Il se fonde sur le rapport entre le diamètre de l’ouverture et la hauteur des objets céramiques classés comme récipients. Ceux-ci sont d’abord regroupés selon leur « type de forme » : ouverte ou fermée [fig. 112]. Les formes ouvertes comprennent cinq « familles de formes » définies par leur profondeur : les plaques1, les assiettes, les écuelles, les bols et les gobelets. Les formes fermées sont réparties en trois familles dont deux sont classiques : celle des pots et celle des bouteilles. La troisième, spécifique de certains ensembles, correspond à des écuelles à embouchure légèrement fermée. Certaines de ces familles sont subdivisées en « catégories » selon le diamètre à l’ouverture des récipients. Par exemple, dans la famille des assiettes (c’est-à-dire des récipients dont le diamètre à l’ouverture est de quatre à dix fois égal à la hauteur), on distingue deux catégories : celle des « petites assiettes » (dont le diamètre est inférieur à 30 cm) et celle des plats (dont le diamètre est supérieur ou égal à 30 cm). La classe des ustensiles quant à elle comprend six familles : les fumigateurs, les couvercles, les bouchons, les tessons utilisés, les tessons perforés et les fusaïoles. Et une dernière classe, celle des « indéterminés », regroupe les éléments décoratifs trop fragmentaires pour être classés, comme les pieds anthropomorphes, qui appartiennent vraisemblablement à des statuettes ou des vases-statuette, et les probables masques.

FIG. 112 Méthode de classification de la céramique précolombienne des Antilles.

FIG. 112 Méthode de classification de la céramique précolombienne des Antilles.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

12La répartition des récipients et des fragments, au sein des « catégories » définies, en « types » – voire en « sous-types » –, se fait d’après le bord [fig. 113]. En effet, le profil du bord et l’orientation de la paroi sont un bon indicateur de la forme [fig. 114]. Ainsi, quand bien même il ne reste du contenant qu’un seul tesson, il est possible, dans de nombreux cas, de déterminer s’il s’agit d’une forme ouverte ou fermée et, pour les fragments les mieux conservés, de préciser leur rattachement à une famille de formes.

FIG. 113 Procédure de quantification de la population de récipients et d’ustensiles en céramique pour les Antilles
FO : forme ouverte ; FF : forme fermée ; FI : forme indéterminée ; ind. : indéterminé.

FIG. 113 Procédure de quantification de la population de récipients et d’ustensiles en céramique pour les Antilles FO : forme ouverte ; FF : forme fermée ; FI : forme indéterminée ; ind. : indéterminé.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

FIG. 114 Typologie des bords du site de Baie Orientale 2.

FIG. 114 Typologie des bords du site de Baie Orientale 2.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

13La quantification de la population de récipients et d’ustensiles est effectuée par comptage direct de tous les artéfacts céramiques en nombre de restes (nr) et en poids (g) par mètre carré et par unité stratigraphique [tabl. XXVII]. Les restes sont enregistrés selon les parties de récipients : bord, panse, fond et élément de suspension/préhension. L’évaluation du nombre minimum d’individus (nmi) se fait d’après le comptage des bords, pondéré par les remontages, selon les types définis. Lorsque deux bords ou deux ensembles de bords appartiennent vraisemblablement au même récipient mais qu’il n’y a pas de remontage, ils peuvent dans certains cas être enregistrés comme un seul individu. Différents critères sont alors pris en compte : la forme du bord et de la lèvre, la pâte, le traitement de surface, le décor, le rayon de courbure des tessons pour le calcul du diamètre et la longueur de la circonférence.

14Les bords sont regroupés en trois ensembles selon le « type de forme » auquel ils se rattachent – les formes ouvertes (fo), les formes fermées (ff) et les formes indéterminées (fi) –, elles-mêmes subdivisées en deux sous-ensembles – les individus décorés (id) et les individus non décorés (ind). Cette méthode de quantification permet donc de comptabiliser par unités stratigraphiques et selon les catégories id/ind et fo/ff/fi, non seulement les récipients et ustensiles archéologiquement complets, mais aussi les bords isolés dont la famille de forme est indéterminée.

15Aucune méthode de comptage n’étant parfaite (Arcelin, Truffeau-Libre 1998), il faut en évaluer les biais possibles. Il peut s’agir d’une surestimation du nombre des bords induite par plusieurs facteurs, dont la forte fragmentation du mobilier et la complexité de certains assemblages notamment, du fait de la dissymétrie et de l’irrégularité des formes qui découlent de la fabrication par modelage. Par exemple, dans le cas des grands récipients utilitaires, les bords grossièrement façonnés présentent souvent des profils différents selon leur emplacement sur l’embouchure. En l’absence de remontage, ces variations de la section du bord peuvent inciter à comptabiliser le même individu plusieurs fois. De même, il est parfois difficile de repérer les formes ovales à partir de petits segments de bords, ce qui peut conduire à les rapporter indûment à plusieurs individus de diamètre différent. Bien qu’il y ait une probable surestimation du nmi, son expression en termes statistiques du rapport entre formes ouvertes et fermées ou entre individus décorés ou non, reste significative : le recensement des différentes familles de formes et des éléments typologiques permet d’évaluer, au sein du nmi, la proportion de récipients et d’ustensiles caractéristiques. La proportion des récipients décorés ou non, des formes ouvertes et fermées, des familles de formes et des décors, constitue autant de critères de comparaison des ensembles de différents sites (Bonnissent 2008).

16Le mobilier est dessiné selon un code de représentation établi pour les céramiques précolombiennes des Petites Antilles (Bonnissent 2008 : 39, 279) [fig. 115]. Celui-ci permet, sur la base d’un dessin technique classique (Arcelin, Rigoir 1979), de représenter l’aspect de surface des céramiques, en particulier les zones modelées, colorées ou incisées, les traitements techniques, les altérations ou la présence de résidus carbonisés. Ces informations sont portées à la fois sur les coupes et sur les vues. La couleur des engobes et des peintures, dans les tons de rouge à Baie Orientale 2, est désignée en référence aux planches correspondantes (7.5R et 10R) de la Charte de couleur des sols de Munsell® (Munsell 1994) et transposée en niveaux de gris. Ce système graphique permet de superposer les zones colorées, les zones modelées et les zones incisées, informations dont la prise en compte est essentielle pour l’étude des assemblages.

FIG. 115 Code de représentation des céramiques néoindiennes de Baie Orientale 2.

FIG. 115 Code de représentation des céramiques néoindiennes de Baie Orientale 2.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

3.2.2 Caractéristiques de l’assemblage

3.2.2.1 Évaluation du degré d’homogénéité chronologique

17L’analyse de la stratigraphie et de la distribution spatiale des remontages des objets en céramique montre que le mobilier est issu d’un niveau unique de rejets couvrant plus d’une centaine de mètres carrés (Bonnissent 2008 : 152, 535-536). L’assemblage céramique est donc cohérent et l’on considère que la répartition spatiale des 278 remontages est exemplaire d’un dépotoir à occupation unique, constitué d’éléments en position primaire de rejet. Il s’agit en effet d’une série très homogène quant à la morphologie et au décor. Le mobilier présente, dans l’ensemble, un bon état de conservation.

18Par ailleurs, la faible fragmentation des restes, illustrée par un poids moyen par tesson élevé, 24g [tabl. XXVII], tient certainement à plusieurs facteurs. En premier lieu, l’encaissant sableux très meuble a probablement amorti les chocs et les tassements différentiels lors des multiples rejets, limitant les fractures. D’autre part, le dépotoir n’étant pas par définition une zone d’activité (Chenorkian 1994), les remaniements ont dû être limités durant l’occupation, mis à part le prélèvement récent de sable qui a totalement détruit le niveau archéologique dans la partie nord de la zone fouillée [fig. 107].

3.2.2.2 Les bords

19D’une façon générale, les bords sont de forme peu variée, de facture assez irrégulière et parfois sommaire. Ils sont classés en dix types [fig. 114] qui se déclinent pour certains en plusieurs sous-types, car il est fréquent d’observer des variations de profil du bord sur le même individu. Cependant, l’enregistrement des bords se limite aux types, car le recours à plus de détail n’apporte rien à la caractérisation de l’assemblage (Verhaeghe 2003). Les bords droits (type B1) sont largement les plus représentés, avec 63 % des effectifs [tabl. XXVIII] et constituent l’embouchure de la majorité des récipients les plus rudimentaires. La lèvre présente de nombreuses variations, parfois sur le même individu (type B1, sous-types a-d). Les bords de plaque (B10) se placent en seconde position avec 15 % des effectifs. Ces bords sont globalement de section triangulaire avec quelques variantes (type B10a-d). Viennent ensuite les bords droits à méplat (type B3), soit 12 %, que l’on retrouve sur des pots à encolure. Les autres types sont quantitativement peu représentés, entre 1 et 5 %, mais certains sont en revanche associés à des catégories de récipients spécifiques. Ainsi, les types B7 et B8 sont des bords complexes de bouteilles. Le type B9 correspond à des assiettes à marli pour lesquelles on note trois variantes (type B9a-c). Le type B4 est un bord droit légèrement rentrant dont la lèvre est plus ou moins arrondie et que l’on retrouve sur les formes fermées. Le type B6, un bord ourlé, plié vers l’intérieur, est anecdotique à Baie Orientale 2 avec seulement deux individus, tout comme le type B5 avec un seul exemplaire. Seuls 4 % des bords sont décorés d’un engobe rouge et la majorité d’entre eux sont des marlis d’assiettes, des bords de pots et des goulots de bouteilles [tabl. XXVIII]. Ce corpus se distingue des assemblages cédrosan-saladoïdes – aux formes complexes richement ornées (Bonnissent 2008) – par la faible diversité des bords, rarement décorés et dont la majorité sont droits.

TABL. XXVIII Baie Orientale 2. Répartition des bords en nombre de restes (NR) par catégories.

TABL. XXVIII Baie Orientale 2. Répartition des bords en nombre de restes (NR) par catégories.

3.2.2.3 Quantification de l’assemblage

20L’assemblage représente un nmi de 210 récipients et ustensiles [tabl. XXVII] dont plus de la moitié, soit 51,9 % (109 individus), est de forme indéterminée, tandis que 38,6 % (81 indiv.) sont des formes ouvertes et 9,5 % (20 indiv.) des formes fermées. La part des indéterminés est ici très importante car la majorité des bords sont droits et leur orientation est souvent incertaine pour les petits fragments. Les formes décorées sont très peu représentées avec seulement 6,7 % du nmi (14 indiv.). Les proportions de récipients décorés sont faibles dans chaque « type de forme », soit 3,8 % du nmi total pour les formes ouvertes (8 indiv.), 2,4 % pour les formes fermées (5 indiv.) et 0,5 % pour les formes indéterminées (1 indiv.). Si l’on extrait la part des formes indéterminées du nmi, l’échantillon se subdivise en 81 % de formes ouvertes, qui sont donc très largement majoritaires, et 19 % de formes fermées.

2179 des 210 récipients et ustensiles comptabilisés ont pu être rattachés à une « famille de formes » [fig. 116 ; tabl. XXIX]. La famille la plus représentée est celle des pots. Puis viennent celles des écuelles, des bols et des plaques, qui sont équivalentes. Les assiettes, les bouteilles et les fumigateurs sont moins fréquents. On notera l’absence des écuelles à embouchure fermée, des gobelets et des éléments anthropomorphes connus dans la sous-série cédrosan-saladoïde précédente. La plupart des ustensiles ne sont pas représentés – dont les bouchons et les couvercles –, et les fusaïoles n’apparaissent dans les séries néoindiennes que plus tardivement. En revanche cet assemblage est marqué par l’apparition des tessons perforés sur l’île.

FIG. 116 Baie Orientale 2. Répartition du nombre minimum d’individus céramiques par familles de formes.

FIG. 116 Baie Orientale 2. Répartition du nombre minimum d’individus céramiques par familles de formes.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

TABL. XXIX Baie Orientale 2. Répartition des récipients et ustensiles en nombre minimum d’individus (NMI) par familles de formes.

TABL. XXIX Baie Orientale 2. Répartition des récipients et ustensiles en nombre minimum d’individus (NMI) par familles de formes.

3.2.2.4 Classement typologique

22L’exposé qui suit respecte l’ordre de la division en classes, types de formes, familles de formes, catégories et types présentée en fig. 112 et fig. 113.

Les récipients de forme ouverte

Les plaques
  • 2 Les numéros de la description sont ceux du placement dans la planche et non les références d’enregi (...)

23Les plaques sont toutes apodes. Leur bord est de section triangulaire dans l’ensemble et plus ou moins régulier selon les individus [fig. 117 : 1-6]. Le façonnage se fait à partir d’une plaque circulaire emboutie, sur laquelle sont appliqués un ou deux colombins superposés formant un bord surélevé. Celui de l’objet n° 62 [fig. 117 ; objet photographié en fig. 111 : 1] présente un revêtement argileux externe apparemment destiné à en masquer les irrégularités. D’une façon générale, la face interne des plaques est polie mais on distingue parfois les traces d’un prétraitement par frottage fin, antérieur au lissage et au polissage. L’intérieur est très régulier et plan (sauf pour la plaque n° 6 qui présente une surface bosselée). Le traitement de la surface du dessous varie selon les individus. Le plus fréquent est soit un brossage ou un frottage grossier, soit un lissage. La plaque est apparemment emboutie sur une surface plane légèrement bosselée, et pour certains individus elle a moulé l’empreinte du support pendant le séchage, probablement une surface de terre battue. Les diamètres mesurables montrent que la majorité des plaques oscille entre 40 et 45  cm, mais certains individus sont plus petits avec un diamètre de 26 cm.

FIG. 117 Baie Orientale 2. Classe des récipients :
1-6 : la famille des plaques ;
7-10 : la famille des assiettes (7 : catégorie des petites assiettes, 8-10 : catégorie des plats).

FIG. 117 Baie Orientale 2. Classe des récipients : 1-6 : la famille des plaques ; 7-10 : la famille des assiettes (7 : catégorie des petites assiettes, 8-10 : catégorie des plats).

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

Les assiettes

24Dans la famille des assiettes, celles dont le diamètre est inférieur à 30 cm sont classées dans la catégorie des « petites assiettes », au-delà elles sont désignées comme « plats » [fig. 112].

25Les petites assiettes sont d’un seul type, à marli. Les petites assiettes à marli sont des récipients engobés de rouge et de facture soignée [fig. 117 : 7, 8]. Elles sont assez standardisées du point de vue de la forme et du diamètre, qui avoisine 30 cm. La forme est très évasée avec une base étroite et des parois rectilignes marquées par un léger point d’inflexion à la naissance du marli. L’engobe est réparti soit sur le bandeau du marli [fig. 117 : 8 ; objet photographié en fig. 111 : 3], soit sur l’ensemble du récipient [fig. 117 : 7]. Ces assiettes sont soigneusement polies à l’intérieur comme à l’extérieur.

  • 3 C’est pour cette raison qu’il n’apparaît pas sur la figure de typologie [fig. 127].

26Les plats sont de deux types. Le premier est un récipient très évasé et de très grand diamètre : 49 cm [fig. 117 : 10]. Ses parois sont pratiquement rectilignes mis à part une légère inflexion au niveau du tiers supérieur, son bord est droit et sa lèvre arrondie. Son fond est légèrement concave pour ce qui en est visible. Sa paroi a d’abord été brossée, probablement à l’aide d’un tampon végétal, pour effacer les jonctions entre les colombins. Elle a subi ensuite un traitement au brunissoir qui a laissé par endroits des facettes linéaires caractéristiques. Puis le récipient a été poli, à l’intérieur comme à l’extérieur. Un deuxième type de plats a été mis au jour, il s’agit d’un récipient à rebord évasé peu développé en largeur [fig. 117 : 9]. Bien que très incomplet3, il est classé dans la famille des assiettes compte tenu de l’orientation des parois et de la forme du bord, constitué d’un colombin replié et aplati. Le traitement d’ensemble est moins soigné que pour les petites assiettes décrites plus haut, et il n’est pas engobé.

Les écuelles

27Dans la famille des écuelles, la catégorie des « petites écuelles » est constituée des récipients dont le diamètre est inférieur à 23 cm, au-delà elles sont désignées comme « plats creux » [fig. 112].

28Dans la catégorie des petites écuelles, la majeure partie des récipients possède un profil évasé droit [fig. 118 : 1, 2] ou légèrement convexe [fig. 118 : 3, 4]. Le bord est également droit et la section de la lèvre est très variable. Dans l’ensemble, le montage est assez sommaire et irrégulier, les surfaces sont traitées par frottage, probablement avec un tampon ou une brosse végétale, à en juger par les traces. Ces stigmates sont plus marqués à l’intérieur de certains récipients car le travail y est moins abouti [fig. 118 : 1, 4]. Une écuelle très évasée à paroi rectiligne est peu soignée et le montage au colombin forme des bourrelets réguliers sur le corps [fig. 118 : 2]. Son bord ourlé est façonné par le rajout d’un colombin grossièrement appliqué. Un second type plus soigné se distingue par une petite écuelle à engobe rouge interne [fig. 118 : 5], entièrement polie, dont la paroi est légèrement carénée dans sa partie supérieure. Le bord droit est interrompu par une indentation arrondie qui forme une échancrure et un petit bourrelet interne. Cet élément à caractère décoratif et préhensif est encadré de deux trous de suspension. Deux autres fragments de ce type ont été retrouvés au sein du dépotoir mais sans possibilité de remontage sur des formes spécifiques.

FIG. 118 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des écuelles :
1-5 : la catégorie des petites écuelles ;
6-14 : la catégorie des plats creux.

FIG. 118 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des écuelles : 1-5 : la catégorie des petites écuelles ; 6-14 : la catégorie des plats creux.

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

29On identifie également deux principaux types de plats creux. Le premier type est à profil caréné, marqué d’un point d’inflexion dans le tiers supérieur du corps [fig. 118 : 6-11]. Ce point d’inflexion souligne le changement d’orientation de la paroi, plus ou moins prononcé selon les individus. Le montage est relativement soigné, les surfaces sont lissées et brunies, masquant partiellement les traces de frottage encore discernables sur l’intérieur de certains individus d’aspect plus brut [fig. 118 : 6, 7]. Les bords droits sont réguliers et arrondis. Les diamètres varient entre 23 et 49 cm. Le second type apparaît comme le plus soigné de cette catégorie [fig. 118 : 12, 13]. La partie supérieure du récipient, délimitée par une carène, forme un bandeau vertical plus ou moins large et convexe. Sur un premier exemplaire, le corps est simplement bruni à l’extérieur et lissé à l’intérieur. Un autre exemplaire, à bord plus épais, est recouvert d’un engobe brun orangé et poli, des traces de brunissage sont encore visibles [fig. 118 : 13]. Un dernier exemplaire est assez lacunaire et apparaît atypique. Le profil de la paroi est droit mais boursouflé par un montage peu soigné, le bord est légèrement ourlé [fig. 118 : 14].

Les bols

30Sur le site de Baie Orientale 2, la famille des bols n’est représentée que par des individus dont le diamètre est supérieur à 20 cm. Ils sont donc tous à classer dans la catégorie des « jattes ». Ces jattes sont dans la plupart des cas de très grandes dimensions, avec une ouverture de plus de 40 cm de diamètre pour certaines.

31Un premier type de jattes est défini à partir d’un individu dont la forme est archéologiquement quasi complète [fig. 119 : 1]. La forme est évasée et légèrement carénée au niveau du tiers supérieur du corps et rappelle la forme de certains plats creux. La lèvre est arrondie. D’un point de vue technologique, la chronologie des étapes du traitement de surface est encore visible sur les portions les moins soignées. Les traces du montage au colombin ont été uniformisées par frottage, puis lissées et enfin brunies. Des récipients moins complets semblent correspondre à ce type avec des diamètres oscillant entre 41 et 49 cm [fig. 119 : 2, 3].

32Une série de jattes de grand diamètre est peut-être du même type, mais les portions conservées en étant plus réduites, il est difficile de l’assurer [fig. 119 : 4, 5 ; fig. 120]. Les lèvres sont arrondies et leur profil varie sur le pourtour de l’embouchure. Les traitements de surface sont comparables à ceux de la catégorie précédente. Les diamètres sont très larges : un récipient atteint 52 cm à l’embouchure, un autre, certainement ovale, présente un diamètre de 57 cm dans sa plus grande dimension [fig. 120 : 4].

FIG. 119 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des bols, catégorie des jattes : les jattes de type 1.

FIG. 119 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des bols, catégorie des jattes : les jattes de type 1.

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

FIG. 120 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des bols, catégorie des jattes : les jattes de type 1 de grand diamètre.

FIG. 120 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des bols, catégorie des jattes : les jattes de type 1 de grand diamètre.

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

33Trois exemplaires uniques paraissent atypiques dans la série. Le premier est une jatte carénée à bord droit dont l’ouverture et le montage sont très irréguliers [fig. 121 : 1]. Le deuxième est un fragment de bord droit à lèvre arrondie [fig. 121 : 2]. Le troisième est le seul de la série qui soit de petit diamètre, 20 cm [fig. 121 : 3]. Il s’agit d’une forme carénée avec une embouchure évasée et une lèvre arrondie assez irrégulière. Le montage est sommaire, la pâte est sableuse et érodée, la surface est simplement lissée.

FIG. 121 Baie Orientale 2. Classe des récipients :
1-3 : famille des bols, la catégorie des jattes atypiques ;
4-5 : famille des pots, le type « à embouchure légèrement resserrée » (type 1).

FIG. 121 Baie Orientale 2. Classe des récipients : 1-3 : famille des bols, la catégorie des jattes atypiques ; 4-5 : famille des pots, le type « à embouchure légèrement resserrée » (type 1).

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

Les récipients de forme fermée

Les pots

34Sont rattachés à la famille des « pots » les contenants de forme fermée dont l’embouchure est plus étroite que le corps du récipient mais dont le diamètre minimal reste supérieur ou égal à un tiers du diamètre maximal [fig. 112].

Pots à embouchure légèrement resserrée (type 1)

35Un premier type est caractérisé par des récipients dont l’embouchure est à peine resserrée. L’exemplaire le plus complet est apparemment ovale, soit 27 x 30 cm [fig. 121 : 4]. Son corps légèrement convexe présente une carène basse, l’ensemble de son façonnage est soigné, sa surface est entièrement brunie. Un second exemplaire, à ouverture circulaire et de diamètre voisin, est moins bien conservé et on ignore la forme générale du corps [fig. 121 : 5]. Une sorte d’anse rubanée est pincée verticalement sur le bord et tellement repliée qu’elle n’a pu être utilisée comme poignée mais plutôt comme un élément de suspension ou de préhension. Ce récipient est bruni et poli aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Un troisième pot, de petit diamètre, présente une embouchure légèrement resserrée et une carène haute [fig. 122 : 1]. Il est poli et des stries très fines d’orientation anarchique sont restées visibles sur l’extérieur du récipient. Elles témoignent du traitement de la surface de la paroi par frottage avant le polissage.

FIG. 122 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des pots :
1 : le type « à embouchure légèrement resserrée » (type 1) ;
2-4 : le type « à large embouchure » (type 2).

FIG. 122 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des pots : 1 : le type « à embouchure légèrement resserrée » (type 1) ; 2-4 : le type « à large embouchure » (type 2).

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

Pots à large embouchure (type 2)

36Un deuxième type est celui des pots à large embouchure. Il regroupe trois très grands récipients à large embouchure ovale. Leur ouverture maximale varie, entre 52 et 57 cm [fig. 122 : 2-4]. Malheureusement, leur corps est incomplet et on ignore leur hauteur. L’ouverture est plus ou moins resserrée selon les exemplaires et il semble qu’ils se soient tous les trois cassés au niveau de la carène. Le montage au colombin est très nettement visible sur la coupe de l’exemplaire n° 4 [fig. 122]. Le traitement de surface est similaire sur les trois récipients : lissage puis brunissage à divers degrés de finition selon les récipients et les portions de récipients.

Pots à encolure évasée (type 3)

37Le type des pots à encolure évasée comprend de nombreux individus et au moins trois sous-types. Le premier est représenté par le récipient le mieux conservé [fig. 111 : 2 ; fig. 123 : 1]. Il possède une encolure légèrement évasée, son bord est rectiligne et sa lèvre arrondie. Le tiers supérieur du corps est élargi et marqué par un épaulement très prononcé avec un angle fermé. À partir de la carène, le corps se rétrécit jusqu’à la base étroite du récipient. Le fond est absent. L’extérieur comme l’intérieur sont lissés, et l’on discerne sous ce traitement le montage au colombin et les traces d’un frottage fin de l’encolure. Des coups de brunissoir sont visibles sur la lèvre. Le dégraissant est fin, minéral et sableux. On distingue un second sous-type de pots à l’embouchure plus soignée dont le diamètre à l’ouverture est compris entre 16 et 29 cm [fig. 123 : 2-8]. L’exemplaire le plus représentatif possède une encolure évasée très régulière, le bord est marqué d’un méplat horizontal [fig. 123 : 2]. Le point d’inflexion entre la base de l’encolure et l’épaulement du corps, ici convexe, est accentué par un rétrécissement. Cet individu est le seul à être décoré d’un engobe rouge couvrant l’intérieur de l’encolure et formant une sorte de bandeau coloré. Cet exemplaire est bruni et poli. On classe dans ce même sous-type les individus n° 3 à 6 [fig. 123], plus incomplets et dont le col est plus ou moins évasé. Le bord n’est pas systématiquement marqué d’un méplat horizontal, il est formé parfois par une lèvre arrondie. Bien que très incomplets, les récipients n° 7 et 8 [fig. 123], dont l’un possède un bord à méplat horizontal caractéristique des formes fermées, pourraient faire partie de ce sous-type. Un troisième sous-type est représenté par quelques éléments très incomplets. Le plus caractéristique [fig. 124 : 1] possède une encolure très évasée avec un rétrécissement prononcé à la naissance du corps, ici absent. Une des spécificités de ces récipients est une cannelure localisée sur le bord. C’est pourquoi, bien que les deux autres exemplaires soient très fragmentaires [fig. 124 : 2, 3], le changement d’orientation à la base de l’encolure et la cannelure sur le bord permettent de supposer qu’ils appartiennent au même sous-type.

FIG. 123 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des pots : le type « à encolure évasée » (type 3, sous-types 1 et 2).

FIG. 123 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des pots : le type « à encolure évasée » (type 3, sous-types 1 et 2).

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

Pots à encolure droite (type 4)

38Le type des pots à encolure droite est connu uniquement par la forme de son encolure, droite et cylindrique [fig. 124 : 4-6]. Deux éléments d’un diamètre comparable ont un bord droit et une lèvre arrondie [fig. 124 : 4, 5]. Ils constituent le premier sous-type. Le façonnage est grossier comme en témoignent les bourrelets des colombins visibles sur la section des tessons. Le traitement de surface, sommaire, est réalisé par frottage puis lissage. Un troisième individu d’un sous-type proche présente un grand diamètre et une encolure légèrement plus évasée [fig. 124 : 6].

FIG. 124 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des pots :
1-3 : le type « à encolure évasée » (type 3, sous-type 3) ;
4-6 : le type « à encolure droite » (type 4, sous-type 1 et 2).

FIG. 124 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des pots : 1-3 : le type « à encolure évasée » (type 3, sous-type 3) ; 4-6 : le type « à encolure droite » (type 4, sous-type 1 et 2).

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

Pots à goulot verseur (type 5)

39Le type du pot à goulot verseur est représenté par un seul exemplaire quasiment complet [fig. 111 : 4 ; fig. 125 : 1]. Sur son profil caréné ont été rapportés deux préhensions latérales et un goulot. Son ouverture resserrée se termine par un bord irrégulier légèrement arrondi vers l’extérieur. Les appliques sont positionnées sur le corps, à l’angle que forme la carène. Seule l’amorce du goulot est conservée, elle est de section circulaire, forme classique dans les séries précolombiennes. Les préhensions correspondent à des éléments modelés qui ressemblent à des trochlées de fémur et que l’on nommera plus simplement « mamelons bilobés en poulie ». Le récipient est entièrement poli.

40Un autre fragment de panse pourrait appartenir à ce type de pot, mais comme il est très incomplet, il a été classé dans les récipients fermés de famille indéterminée [fig. 111 : 9 ; fig. 125 : 11]. Il comporte un mamelon préhenseur sur le corps, au niveau de la carène, par ailleurs moins prononcée. Ce fragment est de facture soignée, l’extérieur en est poli.

FIG. 125 Baie Orientale 2. Classe des récipients :
1 : famille des pots, le pot à goulot verseur (type 5) ;
2, 3, 5-7 : famille des bouteilles, les goulots,
8-10 : les probables panses de bouteilles ;
11 : famille des pots, fragment de pot à goulot verseur ? (type 5 ?) ;
12-14 : fonds ;
15-16 : éléments de préhension.

FIG. 125 Baie Orientale 2. Classe des récipients : 1 : famille des pots, le pot à goulot verseur (type 5) ; 2, 3, 5-7 : famille des bouteilles, les goulots, 8-10 : les probables panses de bouteilles ; 11 : famille des pots, fragment de pot à goulot verseur ? (type 5 ?) ; 12-14 : fonds ; 15-16 : éléments de préhension.

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

Les bouteilles

41Les récipients regroupés dans cette famille de formes sont peut-être dénommés « bouteille » de façon abusive car on ignore leur forme générale [fig. 125 : 2, 3, 5-7]. Néanmoins, leurs caractéristiques morphologiques les distinguent nettement des séries de pots décrites plus haut, même s’ils ne sont que très partiellement conservés. En effet, leur petit diamètre à l’embouchure et l’orientation très oblique des parois à la naissance du corps indiquent qu’il s’agit de formes très refermées. C’est donc par comparaison avec la morphologie des différents types de pots que l’on attribue ces spécificités à des bouteilles. On en identifie deux variantes en fonction de la forme de leur bord, toujours de type B7 ou B8 [fig. 114].

42Le bord de bouteille de type B7 correspond à une sorte de goulot arrondi plus ou moins bombé, à bord rentrant, qui se dégage du corps par un étranglement et dont le dépotoir de Baie Orientale 2 a livré deux exemplaires [fig. 111 : 6, 7 ; fig. 125 : 2, 3]. Les goulots sont engobés de rouge et polis, mais la forme générale des récipients est inconnue, elle est également incomplète dans les collections du village de Pointe du Canonnier et de Guadeloupe où elle a été identifiée (Bonnissent 2008). Pour le goulot n° 2, le montage du col est effectué par fixation d’un colombin par l’intérieur du récipient. Pour les deux exemplaires, la jonction entre les colombins est assez irrégulière et des traces de frottage et de lissage, antérieures au polissage, sont encore visibles. L’individu n° 2 présente les traces d’un engobe brun orangé, le n° 3 celles d’un engobe rouge. L’engobe couvre complètement les deux goulots.

43Le second type de bord, B8, qui définit aussi un deuxième type de bouteilles, est également rentrant mais avec un méplat oblique. Il se détache du corps par l’intermédiaire d’une gorge moins prononcée que pour les goulots précédents [fig. 125 : 5-7]. Les bouteilles n° 6 et 7 présentent les traces ténues d’un engobe rouge qui recouvrait partiellement leur col : uniquement le méplat du bord pour l’individu n° 6 (également photographié en fig. 111 : 5), et à l’inverse, la naissance du corps pour le n° 7. Le col du récipient n° 5 étant très érodé, il n’est plus possible de déterminer s’il a été engobé.

44Par ailleurs, des fragments de panse engobés de rouge, dont l’orientation peut se déduire d’une légère incurvation du profil, appartiennent à des formes très fermées [fig. 125 : 8-10]. Deux des fragments sont ornés d’un bandeau d’engobe rouge [fig. 125 : 8, 9]. En l’absence de remontage, on suppose pour 104 tessons de panse, d’après leur épaisseur, leur pâte, la présence d’engobe et leur orientation, qu’ils sont probablement des fragments de corps de bouteilles dont la forme générale pourrait être assez ventrue.

45Un bord atypique (de type B5), évasé en section avec un angle interne marqué, correspond à une forme de petit diamètre qui pourrait être un pot ou une bouteille, mais il est trop fragmentaire pour qu’on puisse se prononcer [fig. 125 : 4].

Les fonds de récipients

46À une exception près, aucun des vases reconstitués ne possède un fond complet. Bien que l’on dénombre 106 tessons de cette partie des récipients, seuls trois fonds isolés ont pu être remontés pour tout l’assemblage. Aussi, ils ne sont pas attribués aux familles de formes définies pour la région [fig. 125 : 12-14]. Le premier est à parois fines [fig. 125 : 12], les deux autres – dont l’un contenait un résidu carbonisé [fig. 125 : 13] – sont légèrement bombés ce qui leur donne une forme convexe dans la partie centrale. Un quatrième fond, le seul qui soit rattaché à une forme complète, un plat de la famille des assiettes [fig. 117 : 10], bien que fragmentaire, est vraisemblablement de ce type.

Les éléments de préhension et de suspension

47Les éléments de préhension ou de suspension sont plutôt rares dans cet assemblage et certains ont un caractère décoratif. Une indentation digitée formant un petit bourrelet interne sur le bord d’une écuelle, est encadrée de deux trous de suspension [fig. 118 : 5]. Cet élément est apparemment destiné à permettre la suspension, même si ses caractères décoratifs et préhensifs sont indéniables. Deux autres fragments de ce type ont été retrouvés isolés au sein du dépotoir. Par ailleurs, des modelages appliqués sur des carènes de pots et destinés à la préhension ont été relevés sur deux individus : le pot verseur, qui possède deux mamelons bilobés en forme de poulie [fig. 125 : 1], et un fragment de pot ou de bouteille, qui porte sur sa carène un mamelon simple [fig. 125 : 11]. Une seule anse rubanée est présente sur un bord de pot [fig. 121 : 5]. Comme cela a été décrit plus haut, elle est non fonctionnelle en tant que poignée à cause de son étroitesse, mais elle a certainement servi comme élément de préhension ou de suspension. On observe également un fragment isolé d’une probable oreille [fig. 111 : 8 ; fig. 125 : 15]. Une de ses faces est convexe et lisse, l’autre est soulignée d’un petit bord ourlé. Enfin, un petit mamelon est appliqué sous le bord droit ondulé d’un récipient de forme indéterminée [fig. 125 : 16].

Les ustensiles

Les fumigateurs

48Quatre ustensiles de forme cylindrique sont identifiés comme fumigateurs, dont trois sont représentés ici [fig. 126 : 9-11]. Le « fumigateur » est un ustensile spécifique des séries précolombiennes des Antilles. Il est également dénommé « brûle-parfum », mais ce terme apparaît trop spécialisé au regard de sa fonction qui était vraisemblablement de produire de la fumée destinée à écarter les insectes. De tels ustensiles sont encore utilisés à Sainte-Lucie, ce qui permet d’en connaître le fonctionnement : le fumigateur est placé sur des braises ardentes recouvertes de végétaux qui se consument, produisant une fumée qui s’échappe par l’orifice supérieur. La fonction de fumigateur semble la plus probable à Baie Orientale 2. Cependant, certains de ces ustensiles sont dénommés « cylindres » dans la littérature archéologique car ils ont pu servir de support de récipient. La forme des exemplaires présentés ici, de petit diamètre, à bord irrégulier et parfois très fin, permet d’écarter cette hypothèse. Les quatre ustensiles sont assez similaires quant à la forme, la pâte et le traitement de surface. Deux d’entre eux n’ont pu être différenciés qu’en mesurant leur circonférence à l’ouverture, car tous les autres paramètres descriptifs tendaient à n’en faire qu’un.

49Le fumigateur n° 11 est archéologiquement complet [fig. 126 ; également photographié en fig. 111 : 10]. La base est plate, l’ouverture est irrégulière, la lèvre a été lissée puis légèrement brunie. L’épaisseur des parois est très variable. Le traitement de surface externe par frottage grossier a laissé des stries subverticales sur le corps et subhorizontales autour de l’embouchure. Ce frottage très sommaire, effectué sur pâte humide avec, probablement, un tampon végétal, a été en partie effacé par un brunissage rapide. Seules les stries les plus profondes demeurent. L’intérieur est traité par un simple frottage orienté également de façon subhorizontale. Le montage au colombin est visible à l’intérieur, surtout au niveau du bord. Le fumigateur n° 10 est d’un diamètre légèrement plus large à l’ouverture, soit 9,5 cm. Son façonnage est dans l’ensemble plus soigné. L’ustensile a été frotté dans un premier temps, puis lissé et enfin poli. Le frottage externe est presque effacé, l’intérieur est lissé. Les autres fumigateurs présentent un traitement très similaire [fig. 126 : 9].

Les tessons perforés
  • 4 Le filage du coton est attesté aux Antilles à la fin de l’époque néoindienne par la découverte de fus (...)

50Des tessons de panse probablement récupérés sur des récipients devenus inutilisables montrent des traces de réutilisation. Un seul de ces objets semble achevé [fig. 126 : 1], les autres correspondent apparemment à des ébauches [fig. 126 : 2-8]. L’élément le plus abouti est un fragment de disque de 7 cm de diamètre, perforé dans sa partie centrale et dont le bord est régularisé. Les huit exemplaires permettent de retrouver le schéma opératoire. Le premier stade correspond à la taille grossière d’un disque, probablement par percussion sur enclume, à partir d’un tesson plat récupéré sur une panse de récipient. La seconde étape, le percement du trou, est identifiée sur deux exemplaires abandonnés en cours de fabrication. Pour l’élément n° 7 [fig. 126], une amorce de perforation est visible sur une face ; pour le n° 8, un forage bifacial a été entamé puis interrompu parce que le tesson s’est probablement fracturé durant l’opération. La perforation est réalisée par rotation circulaire créant un trou de section conique qui est par la suite agrandi, comme le montrent les pièces dont le forage est achevé. Le troisième stade consiste en la régularisation des bords par abrasion, comme sur l’exemplaire n° 1. Les exemplaires n° 2, 3, 4 et 6, dont le bord n’a pas été régularisé, se sont peut-être fracturés en fin de forage mais on peut également envisager qu’ils aient servi et que la fracture soit liée à l’utilisation. Le diamètre de ces pièces varie entre 2,5 et 8 cm. Ces objets peuvent être interprétés comme des volants d’inertie assurant la bonne rotation d’un axe en bois : foret, allume-feu ou fuseau4. On peut y voir également des poids de filets de pêche ou encore des éléments de parure.

FIG. 126 Baie Orientale 2. Classe des ustensiles :
1-8 : les tessons perforés ;
9-11 : les fumigateurs.

FIG. 126 Baie Orientale 2. Classe des ustensiles : 1-8 : les tessons perforés ; 9-11 : les fumigateurs.

© D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.

Les décors

51Les décors sont rares et matérialisés essentiellement par un engobe rouge appliqué sur certains contenants. Nous avons vu que le nmi comprend seulement 6,7 % de récipients décorés ; ce chiffre traduit surtout la présence d’engobe sur les bords. Le taux de représentation des décors a également été calculé en nombre de restes (nr), soit seulement 4 % du total. L’engobe rouge se retrouve sur des familles de formes bien spécifiques dont les assiettes et les bouteilles, et accessoirement un pot à encolure et deux écuelles. Concernant les assiettes, soit seul le bord est engobé, soit tout l’intérieur du corps [fig. 117 : 7, 8]. Un engobe est également appliqué sur le bord ou sur le corps des bouteilles [fig. 125 : 2, 3, 6, 7]. Des fragments de panses ventrues, appartenant probablement aux bouteilles, sont soit totalement engobés [fig. 125 : 10] soit décorés d’un bandeau [fig. 125 : 8, 9]. Un engobe est également identifié à l’intérieur de l’encolure d’un pot [fig. 123 : 2] et sur deux écuelles, soit à l’intérieur de l’une d’elles et à l’extérieur de l’autre [fig. 118 : 5, 13]. La couleur des engobes s’échelonne du rouge au rouge-brun ou rouge orangé, couleur identifiée sur un goulot de bouteille [fig. 125 : 2] mais non référencée avec la Charte de couleur des sols de Munsell car trop érodée. La tonalité des couleurs a été relevée pour seulement cinq pièces – assiettes et bouteilles – dont les plages colorées étaient suffisamment épaisses ; il s’agit de tons rouges (7.5R 4/6 red) et rouge-brun (10R 4/4 weak red).

52Les éléments modelés et appliqués tels que les préhensions décrites plus haut – mamelons, oreille, indentation – participent également au système décoratif de cet ensemble, mais ils sont rares. Le dernier de la série est une petite pastille collée sous un fragment de bord [fig. 125 : 16]. Aucun décor incisé ou cannelé n’a été relevé.

Observations technologiques

53Comme cela a été décrit, le montage des pièces est effectué à partir de colombins, de plaques embouties et de quelques éléments modelés appliqués sur les contenants. Le degré de finition des récipients et ustensiles met en lumière les diverses étapes de la chaîne opératoire du traitement de leur surface. Ainsi, les traces du montage sont d’abord sommairement régularisées par brossage ou frottage, probablement à l’aide d’une brosse ou d’un tampon végétal. Cette opération, qui vise à effacer les traces de jonction entre les colombins, constitue la phase de lissage pour les surfaces traitées rapidement. La surface est ensuite plus ou moins brunie selon les individus et les traces de brossage sont plus ou moins effacées. Pour les formes polies et engobées, on distingue difficilement le stade du frottage qui semble être suivi par un lissage soigné à l’eau en vue de la pose d’un engobe, complété par le polissage de la pièce.

54Pour l’ensemble du corpus, l’épaisseur des parois est très variable selon les individus et la partie concernée du récipient, en moyenne entre 5 et 8 mm pour le corps.

55Sans entrer dans le détail de la composition des pâtes en l’absence d’analyse pétrographique, quelques observations ont été effectuées sur l’assemblage. En général, les pâtes sont bien cuites, ce que confirme leur état de conservation, surtout au niveau de l’aspect de surface. Deux types de dégraissants ont été rencontrés : l’un est minéral et de très loin le plus fréquent, le second correspond à de la chamotte. Quelques règles générales s’observent sur certaines familles de formes. Pour les plaques, le dégraissant est minéral et plutôt grossier. On rencontre dans la pâte de l’une des assiettes [fig. 117 : 7] l’association des deux dégraissants : minéraux broyés et chamotte. La pâte des goulots de bouteilles est très fine et comporte également à la fois de la chamotte et des minéraux. Dans le cas des pâtes des fumigateurs, le dégraissant est très fin et minéral. Pour certaines pièces plus sommaires, la pâte est sableuse et de ce fait moins bien conservée. Globalement, les pâtes des familles décorées comme les assiettes et les bouteilles ont des dégraissants plus fins auxquels on a parfois adjoint de la chamotte.

56Par ailleurs, plusieurs indices suggèrent que la production de céramique n’a pas été réalisée sur le site. En effet, bien que tout le sédiment du dépotoir ait été tamisé, il n’y a aucun tronçon de colombin ni boulette informe de pâte cuite par inadvertance ni fragment surcuit, éléments généralement présents sur les sites de production. De surcroît les plaques semblent avoir été moulées sur un support de terre battue. D’autre part, les brunissoirs ne sont pas représentés dans le mobilier lithique.

3.2.3 Attribution culturelle et traits communs avec les séries régionales

3.2.3.1 Baie Orientale 2, le premier stade du Néoindien récent de Saint-Martin

57L’assemblage céramique de Baie Orientale 2 se compose pour l’essentiel de récipients à caractère utilitaire, les formes décorées étant rares. Le traitement de surface de la majorité des pièces leur donne un aspect assez brut où l’on reconnaît des traces de frottage ou de brossage. Les formes ouvertes sans décor sont les plus fréquentes et sont représentées par des plaques apodes, par de grands plats à profil rectiligne, par toute une série d’écuelles et différents types de jattes plus ou moins carénées [fig. 127]. Les formes fermées sont illustrées par divers types, dont les pots à encolure qui apparaissent spécifiques. Les formes décorées correspondent à plusieurs sortes de récipients engobés en rouge : des assiettes à marli, des écuelles et un pot à encolure. Deux types de goulots de bouteilles probablement ventrues sont également engobés. Une seule anse rubanée et une seule oreille sont présentes, ainsi que des perforations doubles destinées à la suspension. Les quelques modelages appliqués sont des mamelons ou des pastilles et une indentation. L’assemblage comprend également deux catégories d’ustensiles : des fumigateurs et des tessons perforés.

FIG. 127 Baie Orientale 2. Typologie de la céramique.

FIG. 127 Baie Orientale 2. Typologie de la céramique.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

58Cet assemblage se caractérise donc par la rareté des décors : une parcimonieuse utilisation d’un engobe dans les tons de rouge et quelques modelages, l’absence totale de motifs incisés ou cannelés. Cette pauvreté décorative, perceptible non seulement dans les modes mais aussi dans la rareté du décor – seuls 6,7 % du nmi sont concernés – est d’autant plus surprenante que la sous-série cédrosan-saladoïde antérieure comporte généralement près de 40 % d’individus décorés, selon des modes complexes qui plus est (Bonnissent 2008). Les spécificités de cet assemblage permettent donc de le distinguer nettement du Cédrosan-saladoïde du fait de l’absence des schémas décoratifs caractéristiques de cette sous-série, même si les datations radiométriques indiquent pratiquement la même plage chronologique que le site saint-martinois d’Anse des Pères, clairement cédrosan-saladoïde (Knippenberg 1999c : 70 ; Hamburg 1999). Comme il s’agit du premier faciès rencontré sur l’île qui montre une rupture avec la longue sous-série cédrosan-saladoïde, on considère que cet assemblage est attribuable au début du Néoindien récent. Les productions céramiques du village de Pointe du Canonnier à Saint-Martin (Bonnissent 2008) et de Spring Bay 1b à Saba (Hofman 1993) présentent de nombreux points communs avec celles de Baie Orientale 2.

3.2.3.2 Pointe du Canonnier à Saint-Martin

  • 5 Traduit parfois en français par « blanc-sur-rouge », ce terme désigne un type de décor à motifs pei (...)

59Le village de Pointe du Canonnier est localisé sur la péninsule des Terres Basses [fig. 4]. Il a fourni un mobilier céramique similaire à celui de Baie Orientale 2 et des datations absolues qui couvrent la même plage chronologique, soit entre le milieu du viie s. et le xe s. ap. J.-C. (Bonnissent 2003b ; 2008 : 144, 277). L’assemblage de Pointe du Canonnier comporte également des plaques apodes, des assiettes à marli engobé, des écuelles et des jattes carénées, des pots à encolure évasée engobés ou non, les deux types de goulots de bouteilles engobés, des fragments de panses ventrues, des fumigateurs et des tessons perforés (Bonnissent 2008 : 144-148, 518-528). On y retrouve la pauvreté des modes décoratifs – essentiellement de l’engobe rouge –, une utilisation peu fréquente du mode WOR (white-on-red)5 limité à des traits et des bandes, la rareté des modelages ornementaux et l’absence totale de décors incisés. Cependant, certaines formes sont spécifiques à Pointe du Canonnier : des assiettes et des écuelles à bords ourlés engobés de rouge qui rappellent les productions du Cédrosan-saladoïde. En revanche les trous de suspension, les indentations sur les bords, les oreilles et le pot à goulot verseur, présents à Baie Orientale 2, y sont absents.

60Les deux assemblages du premier stade du Néoindien récent de Saint-Martin se distinguent également par une inégale représentation des formes décorées, soit 19 % du nmi à Pointe du Canonnier (Bonnissent 2008 : 526) et seulement 6,7 % à Baie Orientale 2. Ainsi, le village de Pointe du Canonnier concentre plus de formes décorées et en particulier des assiettes (Bonnissent 2008 : 204-205), alors que le campement de Baie Orientale 2 a fourni plus d’ustensiles à vocation technique, des fumigateurs et des tessons perforés. On observe ainsi une variation du corpus céramique selon le statut des sites, autrement dit une possible adaptation de l’assemblage à la fonction du lieu d’utilisation (Bonnissent 2008 : 209-210).

61Les spécificités observées permettent donc de distinguer nettement les corpus de style Mill Reef de ceux du Cédrosan-saladoïde, même si les datations radiométriques les situent dans la même plage chronologique que le site d’Anse des Pères, résolument cédrosan-saladoïde (Hamburg 1999 ; Knippenberg 1999c). On ne peut attribuer ces productions à des occupations spécialisées du Cédrosan-saladoïde du fait de l’absence des schémas typologiques établis et de la présence de formes inédites sur les deux gisements. Nous verrons dans le chapitre 4 comment interpréter cet apparent chevauchement culturel.

62Néanmoins, on distingue une filiation entre le Cédrosan-saladoïde et les assemblages du stade 1 du Néoindien récent grâce à certains éléments typologiques et traits stylistiques qui peuvent être interprétés comme des réminiscences. L’application d’engobe rouge sur certains bords, l’utilisation du mode décoratif WOR, la présence de plaques apodes, d’un pot à goulot et à préhensions latérales, de bords ourlés et d’un fragment d’oreille, évoquent effectivement les productions antérieures. Ces éléments témoignent donc d’une filiation des assemblages du début du Néoindien récent avec les productions cédrosan-saladoïdes antérieures.

3.2.3.3 Spring Bay 1b à Saba

63Le site de Spring Bay 1b sur l’île de Saba, daté selon une plage chronologique large entre les ixe et xiiie s. ap. J.-C. (Hofman 1993), a livré des productions céramiques très comparables à celles du stade 1 du Néoindien récent de Saint-Martin. Les traits communs entre les productions sont les plaques apodes (Hofman 1993 : 94), des assiettes et des écuelles à bord ourlé engobé de rouge (Hofman 1993 : 85), plusieurs types d’écuelles et de bols carénés à ouverture plus ou moins resserrée (Hofman 1993 : 87-88) et différents types de pots avec ou sans encolure (Hofman 1993 : 89, 90). Les éléments les plus caractéristiques sont les deux types de goulots de bouteilles (Hofman 1993 : 91a-b). Des trous de suspension sont également présents (Hofman 1993 : 83i-j) ainsi que des indentations (Hofman 1993 : 83g) et des mamelons bilobés « en poulie » (Hofman 1993 : 83e). On note également un goulot verseur sur un pot (Hofman 1993 : 83d). Les fonds de récipients sont plats ou légèrement convexes (Hofman 1993 : 91a-d). Des décors WOR sont également observés dans cet assemblage (Hofman 1993 : 85a-c). En outre, certaines formes de récipients absentes à Baie Orientale 2 sont représentées à Pointe du Canonnier et à Spring Bay 1b. Il s’agit d’assiettes et d’écuelles à bord ourlé engobé de rouge qui rappellent le répertoire cédrosan-saladoïde.

3.2.3.4 Comparaisons avec le style Mill Reef

64Afin de replacer les productions du stade 1 du Néoindien récent de Saint-Martin dans la chronologie précolombienne des Petites Antilles, elles ont été comparées aux référentiels établis pour la sous-série mamoran-troumassoïde définie pour ce secteur des Îles du Nord. Cette sous-série couvre la période 850-1500 ap. J.-C. et trois styles sont définis : Mill Reef, Mamora Bay et Freeman’s Bay, d’après les réalisations en céramique d’Antigua (Rouse 1974 ; 1976 ; Rouse et al. 1995 ; Rouse, Faber Morse 1998 ; 1999 ; Murphy 2004). Le style Mill Reef est considéré comme le déclin de la sous-série cédrosan-saladoïde, perceptible dans l’appauvrissement du répertoire morphologique et décoratif des assemblages céramiques entre 500-600 et 900 ap. J.-C. (Rouse 1976 ; 1992 ; Murphy 2004). Les comparaisons avec les productions de Baie Orientale 2 et de Pointe du Canonnier s’avèrent délicates du fait du petit nombre des planches typologiques disponibles pour les assemblages de référence d’Antigua. Néanmoins des parallèles mais aussi des différences peuvent être établies avec les descriptions et les quelques représentations publiées du style Mill Reef (Rouse 1974 : 172 ; 1976 ; Rouse, Faber Morse 1998 : 327-330 ; 1999 : 30-32 ; Murphy 2004). Rappelons que les productions du stade 1 du Néoindien récent de Saint-Martin sont datées entre 660 et 960 ap. J.-C. (Bonnissent 2008 : 277), elles couvrent en partie la même plage chronologique.

65Les traits communs entre les assemblages du stade 1 du Néoindien récent et le style Mill Reef sont une très faible représentation des décors et des modes décoratifs et la rareté des éléments de préhension (Rouse, Faber Morse 1998 ; 1999). Une de leurs caractéristiques communes est le traitement de surface des récipients et ustensiles, qui ont subi un brossage ou un frottage qui leur donne un aspect rayé et brut (Rouse 1974 ; 1976). Les bords et profils de récipients sont globalement comparables à ceux du style Mill Reef (Rouse, Faber Morse 1998 : 327 ; 1999 : 31) : certains bords sont également engobés de rouge et on note la présence de tessons perforés (Rouse 1974 ; 1976 ; Rouse, Faber Morse 1998 ; 1999) ; les assemblages ont également en commun les trous de suspension et les indentations formant échancrure sur le bord de certaines écuelles

66(Rouse, Faber Morse 1999 : 30i-k).

67A contrario, la comparaison entre les assemblages révèle l’absence de certains éléments. Le mode décoratif WOR est utilisé uniquement en lignes et en bandes à Pointe du Canonnier alors qu’il dessine des motifs à chevrons dans le style Mill Reef d’Antigua (Rouse 1974 : 172 ; 1976 ; Rouse, Faber Morse 1998 : 328-329 ; 1999 : 32 ; Murphy 2004). Les incisions parallèles disposées à l’intérieur d’un bord épaissi, motif considéré comme caractéristique, les cannelures, et les représentations zoomorphes et anthropomorphes du style Mill Reef (Rouse, Faber Morse 1999 : 32) sont absentes des assemblages saint-martinois. Les plaques à pied qui apparaissent à cette période à Antigua ne sont pas représentées ici, ni d’ailleurs plus au nord, à cette période. Les fumigateurs disparaissent du style Mill Reef (Rouse 1974 ; 1976 ; Murphy 2004) alors qu’ils sont présents dans les corpus de Baie Orientale 2 et de Pointe du Canonnier.

68Ainsi, même si des différences sont observées entre les productions saint-martinoises du stade 1 et le référentiel du style Mill Reef (Bonnissent 2008 : 144-148, 151-158), les assemblages montrent que le déclin de la sous-série cédrosan-saladoïde prend, à Saint-Martin comme ailleurs, la forme d’un appauvrissement du répertoire morphologique et décoratif. En substance, les spécificités des assemblages céramiques du stade 1 du Néoindien récent de l’île permettent de les affilier au style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde, bien que des différences soient perceptibles.

3.2.3.5 Les problèmes d’affiliation culturelle dans les Îles du Nord

69Comme nous l’avons vu, l’assemblage de Baie Orientale 2 présente des traits communs avec ceux de Pointe du Canonnier et de Spring Bay 1b dont les dates couvrent une plage chronologique commune, qui s’étend du milieu du viiie au xe s. ap. J.-C. Des ressemblances mais aussi des différences sont observables avec le style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde défini pour Antigua. Cependant les assemblages céramiques de Baie Orientale 2, Pointe du Canonnier et Spring Bay 1b témoignent d’une certaine homogénéité. Leurs ressemblances sont probablement liées à la proximité géographique des implantations humaines, état de fait qui a dû favoriser les échanges culturels, peut-être dans le cadre d’une communauté d’îles. En effet, les affinités avec le style Mill Reef d’Antigua, île plus éloignée géographiquement, sont moins prononcées, même si un fond culturel commun s’en dégage. Des similitudes ont déjà été relevées pour la fin du Néoindien récent entre les îles de Saba, Anguilla et Saint-Martin (Hofman 1993 ; Bonnissent 2008). Ces remarques mettent en exergue, une fois de plus, le développement d’un microrégionalisme culturel dans les Îles du Nord durant cette période, qui pourrait bien s’inscrire dans une organisation du territoire en chefferies hiérarchisées inter-îles (Crock, Petersen 2004).

70On remarquera également que vers le sud, en Guadeloupe, le site de Rivière du Grand Carbet à Capesterre-Belle-Eau (Toledo i Mur 2004) a livré des fragments de goulots de bouteilles (Chancerel 2004 : fig. 33) similaires à ceux du stade 1 de Saint-Martin, dans un contexte transitionnel entre le Cédrosan-saladoïde et le Néoindien récent. Le site d’Anse à la Gourde, sur la commune de Saint-François, en Guadeloupe a fourni une occupation Early Mamoran Troumassoid affiliée au style Mill Reef datée de 700-900 ap. J.-C. (Hofman et al. 2004). Mais ces productions céramiques s’avèrent plus proches de celles du stade 2 du Néoindien récent de Saint-Martin identifiées sur le site de Baie aux Prunes (Bonnissent 2008). Les deux types de bouteilles très caractéristiques des sites de Baie Orientale 2, Pointe du Canonnier et Spring Bay 1b, apparaissent donc spécifiques à cette phase transitionnelle. Ils indiquent une certaine relation stylistique et de ce fait culturelle entre la Guadeloupe et les Îles du Nord dans le contexte troumassoïde précoce.

3.3 L’origine des matières premières lithiques

Christian Stouvenot, Auran Randrianasolo

71Le site du Néoindien récent a fourni 568 pièces lithiques – objets ou éclats – dont 32,7 % sont en cherto-tuffite, 2,5 % sont en tufs à quartz utilisées comme meule-polissoir, 37,1 % en autres tuffites, tufs ou roches volcaniques massives et 17,8 % en calcite. Les 9,8 % restants rassemblent différentes matières : silex, « roche à zémis », laves, calcédoine, quartz, marbre, pélite, calcaire corallien et cristal de roche [fig. 60 ; fig. 62].

3.3.1 Les roches volcaniques et volcano-sédimentaires (tuffites)

3.3.1.1 Les cherto-tuffites

  • 6 Information P. Rostan, géologue-géotechnicien, Bureau d’études géologiques Téthys, Châteauroux-les- (...)

72Toutes les haches et pilons (186 pièces ou fragments, soit 32,7 %) sont réalisés dans une roche vert clair, parfois légèrement translucide, d’aspect saccharoïde, de densité 2,63 et d’une ténacité exceptionnelle. Ainsi, la résistance à la compression simple a été mesurée et s’établit entre 178 et 280 MPa (cf. infra, § 3.4.2.2), et un essai de fragmentation dynamique (norme française NFP 18-574) a donné un indice exceptionnellement élevé de 3,83, voisin des éclogites alpines6. On remarque sur de nombreux échantillons une alternance de lits de nuances de couleur différentes, en général obliques ou allongés dans le sens de l’outil. Ce litage indique que la roche est issue d’un dépôt sédimentaire ou volcanique. Le matériau présente la particularité de s’altérer en formant une gangue crayeuse calcaire qui peut envahir une grande partie du volume des objets archéologiques, voire leur totalité, ce qui rend impossible la lecture des stigmates de leur mise en forme. Cette matière a successivement été décrite par plusieurs auteurs qui la qualifient de « radiolarite calcaire » (B. Fouke mentionné dans Haviser 1999 : 189) puis de « téphrite » dans son sens anglais de roche volcano-sédimentaire qui se traduirait par « tuffite » en français. J. Haviser distingue une « téphrite A » peu altérée (ici 1/3 des pièces) et une « téphrite B » (ici 2/3 des pièces) transformée en gangue calcaire. En fait, les deux types peuvent se retrouver sous forme de lits peu épais sur un même objet ou dans un même banc naturel. Knippenberg donne également une description de ces roches qu’il nomme « greenstone from St. Martin » et dont il souligne la complexité et la variabilité des compositions (Knippenberg 2007 : 86-92).

73En lame mince, les matériaux – archéologiques et naturels – peuvent présenter soit un aspect microgrenu, à quartz imbriqués, avec épidote et chlorite abondantes, soit un aspect fibreux avec des gerbes de filaments qui paraissent être de la wollastonite, minéral (il s’agit de silicate de calcium) caractéristique des cornéennes, soit un aspect floconneux avec une épidote envahissante. On constate la présence de rares fragments d’organismes (algues, radiolaires ?) très affectés par la silicification et difficilement identifiables. À ce stade de l’analyse, une caractérisation pétrographique plus approfondie n’est pas indispensable pour l’étude de la provenance de cette matière.

74Plusieurs affleurements de cette roche ont été repérés dans la formation de Pointe Blanche (Dagain et al. 1989), en particulier dans le secteur de Hope Hill et dans la Ravine Moho, en face de la roche gravée de Moho où la présence d’une aire d’extraction ne fait aucun doute (cf. infra, § 3.4.2.2). La singularité de ce matériau et la similitude des roches issues des affleurements – en particulier celui de la Ravine Moho – et des échantillons archéologiques est telle que l’origine saint-martinoise peut être considérée comme certaine. Cette roche a été dénommée « cherto-tuffite » par Bonneton et Vila (Bonneton, Vila 1983) en raison de la silicification générale de la formation où on la trouve (Dagain et al. 1989). Faute de mieux, nous garderons cette dénomination qui permet de différencier cette roche de toutes les autres tuffites, calcaires tuffitiques et tufs que l’on retrouve à Saint-Martin.

  • 7 L’épigénèse est le remplacement lent, au sein d’une roche, d’un minéral par un autre.

75La gangue d’altération si particulière et présente sur de nombreux échantillons, pourrait se former par altération et épigenèse7. Les minéraux siliceux – feldspaths, quartz et wollastonite – réagissant avec les eaux carbonatées superficielles pour donner des argiles, de la silice soluble et de la calcite qui formeraient la croûte visible sur les échantillons. Cette croûte serait d’autant plus épaisse que la roche d’origine est pauvre en quartz.

76Plusieurs auteurs ont montré la grande diffusion archéologique de cette roche (Van Tooren, Haviser 1998 ; Knippenberg 2004 ; 2007) jusqu’à Porto Rico au nord et jusqu’en Martinique au sud. Le succès de cette matière étant probablement lié à ses grandes qualités mécaniques et aux volumes importants disponibles sur les gîtes naturels à Saint-Martin.

3.3.1.2 Les tufs à quartz

77Il s’agit d’une roche grise à gris orangé, grenue, très dure, se prêtant assez bien à une utilisation abrasive. Elle est représentée par quatorze pièces (soit 2,5 %) qui sont des meules-polissoirs ou des fragments. Ce matériau est également très fréquent sur d’autres sites des périodes céramiques à Saint-Martin. En lame mince [fig. 63b] il apparaît constitué par une matrice à quartz recristallisé – avec cristaux de quartz imbriqués – dans laquelle flottent de larges cristaux de plagioclase. On note la présence d’épidote interstitielle.

78Ce faciès pourrait éventuellement se trouver à Saint-Martin dans des formations éocènes de laves ou des tufs silicifiés et recristallisés. Si jusqu’à ce jour nos prospections ne nous ont pas permis de localiser une roche de ce type, on peut toutefois considérer que son origine saint-martinoise est très probable.

3.3.1.3 Les autres tuffites, tufs et roches volcaniques massives

79Ces roches à grain fin sont difficiles à identifier formellement. Elles constituent la matière de 211 pièces, soit 37,1 %. Elles sont semblables à celles trouvées sur le site mésoindien et ont une provenance probablement très locale.

3.3.2 Les silex

80Les silex restent anecdotiques sur le site néoindien récent (huit pièces, soit 1,4 %). 4 éléments sont en silex blanc laiteux, les quatre autres en silex coloré. On se reportera au § 2.7.1 pour la caractérisation et la provenance de ces matières.

3.3.3 La calcirudite ou « roche à zémis »

  • 8 La précision sur la matière est une observation non publiée de Arie Boomert et Christian Stouvenot.

81Cette roche est représentée par cinq pièces (soit 0,9 %) dont une pierre à trois pointes. Elle a déjà fait l’objet de plusieurs descriptions (Haviser 1993 ; Haviser 1999 ; Van Tooren, Haviser 1998 ; Knippenberg 2004 ; 2007). Il s’agit d’un microconglomérat [fig. 63d] dont les éléments sont formés soit de grains arrondis de couleur sombre – des roches volcaniques et volcano-sédimentaires – de taille plurimillimétrique, soit de fragments d’algues rhodophytes – des mélobésiées –, de foraminifères et de fragments de mollusques, le tout étant cimenté par une matrice calcaire peu abondante [fig. 63c]. Il est à noter que le terme « calcirudite » ne rend compte que partiellement de sa composition. Le gisement a été retrouvé lors de nos prospections : il s’agit d’un banc d’épaisseur plurimétrique (et présentant un dédoublement) affleurant à l’extrémité de la Pointe Arago, près de Marigot. La roche, très originale, a des caractéristiques macroscopiques et microscopiques identiques aux échantillons archéologiques. Il est intéressant de constater que la diffusion de cette roche est forte sur Saint-Martin et dans les îles voisines et en particulier à Anguilla. On l’a retrouvée sur des sites archéologiques jusqu’à Porto Rico et en Martinique (Knippenberg 2004 ; 2007) et même jusqu’à Tobago, à plus de 800 km, où une pierre à trois pointes confectionnée dans cette matière8 a été récoltée sur le site précolombien de Mount Irvine 3 (Boomert 2000 : 488, fig. 68 : 5).

3.3.4 Les calcaires coralliens clairs

82Les calcaires coralliens sont représentés par sept pièces (soit 1,2 %) dont une pierre à trois pointes. Elles peuvent provenir indifféremment des formations calcaires miocènes des Terres Basses, de Cupecoy ou de Tintamarre ou de formations coralliennes plio-pleistocènes comme celles de Caye Verte.

3.3.5 Le calcaire noir

83Le calcaire noir est représenté par deux pièces qui sont deux fragments d’une hache [fig. 134 : 3]. Ce calcaire est similaire à celui trouvé sur le site mésoindien (cf. supra, § 2.6.4) et provient probablement de Saint-Barthélemy.

3.3.6 Les perles en calcite

84Le site néoindien récent a fourni 101 pièces (soit 17,8 %) en calcite cristallisée translucide, grise à brune. On y trouve des perles ou des ébauches de perles. On peut raisonnablement considérer que les autres pièces sont de la matière première non utilisée ou des déchets liés à la fabrication des perles. La calcite est fréquente à Saint-Martin : on la retrouve en particulier dans les fractures karstifiées de la formation des Terres Basses et elle forme des concrétions dans certains abris sous-roche. Par exemple, l’abri des Mornes de Lake fouillé par D. Bonnissent en 2003 (Bonnissent 2003a) comporte, sur ses parois, plusieurs concrétions de calcite cristallisée brune. La matière première est donc très probablement originaire de Saint-Martin, quoiqu’on puisse également la trouver sur d’autres îles.

3.3.7 Les quartz et calcédoines

85Ces matières (36 pièces, soit 6,3 %) sont tantôt cristallisées, tantôt massives, de couleur généralement blanche. Elles proviennent probablement des nombreuses minéralisations filoniennes présentes dans la partie est de Saint-Martin.

3.3.8 Conclusions

86Les deux sites, mésoindien et néoindien récent, fournissent chacun des matières premières lithiques très différentes qui traduisent d’une part des utilisations spécifiques mais aussi des modalités d’acquisition distinctes. Ainsi, pour la période mésoindienne on constate que les matières les plus représentées sont les silex qui proviennent pour la plupart d’Antigua, distante de 170 km. De même, les calcaires noirs constituant certains objets du dépôt lithique F7 proviennent de Saint-Barthélemy, à 30 km dans la même direction. Les meules-polissoirs sont façonnées dans un tuf vert clair provenant de cette même île. Par contre, les roches saint-martinoises utilisées durant cette période sont probablement ramassées uniquement à proximité immédiate du site.

87À l’inverse, durant le Néoindien récent, les matières d’origine lointaine se limitent aux huit pièces en silex, alors que les roches saint-martinoises sont nettement privilégiées : les cherto-tuffites sont intensément exploitées pour la fabrication des haches et des pilons, les roches à meules-polissoirs ne proviennent plus de Saint-Barthélemy mais sont probablement d’origine locale. Les tuffites locales continuent à être utilisées sous forme de galets ou d’éclats tranchants. Tous les autres éléments, y compris les objets rituels ou de parure – perles en calcite et pierres à trois pointes en calcirudite ou en calcaire corallien –, sont façonnés sur des matériaux que l’on trouve à Saint-Martin.

88Si l’on considère que la provenance des matières premières lithiques est un marqueur des interrelations avec d’autres territoires et/ou leurs populations, les différences mises en évidence suggèrent que, si les Mésoindiens de Baie Orientale 1 avaient plutôt des relations aisées avec des régions assez éloignées – quelques centaines de kilomètres –, et donnaient même l’impression d’être des étrangers à Saint-Martin, arrivés « avec leurs bagages », les communautés néoindiennes de Baie Orientale 2, en revanche, se satisfont des ressources présentes sur l’île qu’elles connaissent parfaitement et exploitent avec une grande maîtrise. Les Néoindiens apparaissent comme des autochtones plus « casaniers » bien que des relations avec des régions éloignées existent également, comme le montre la grande diffusion à cette période des roches saint-martinoises – cherto-tuffite et calcirudite/ « roche à zémis » – dans tout l’arc Antillais.

89Bien sûr, ce discours n’est valable que pour les deux sites étudiés, qui peuvent être très spécialisés et ne sont pas forcément caractéristiques de leur période respective. Il n’en reste pas moins que, d’un point de vue méthodologique, la mise en évidence par cette étude de différences très nettes dans les modalités d’acquisition des matières premières des deux occupations et les conclusions qu’on peut en tirer, devraient nous encourager à généraliser cette approche dans l’étude des sites précolombiens des Petites Antilles.

3.4 Le matériel lithique

Pierrick Fouéré

  • 9 Le matériel lithique provenant de la fouille de 1992 a néanmoins été intégré à la carte de répartit (...)
  • 10 Ils sont conservés au Musée de Saint-Martin.

90L’industrie lithique de l’ensemble du Néoindien récent de Baie Orientale 2 compte 568 pièces, pour une masse de plus de 45 kg, en incluant une ébauche de hache en cherto-tuffite, seule pièce provenant de la tranchée 50 [fig. 6]. Le reste du matériel provient exclusivement du secteur 6 de la fouille. Le traitement du sédiment recueilli dans les restes de malacofaune a complété la série d’une trentaine de petites pièces, soit 5 % du total disponible, mais le tamisage systématique à 5 mm du sédiment lors de l’intervention a montré que le matériel lithique de dimensions réduites manquait sur le site. Cet inventaire ne tient pas compte du matériel issu de la fouille de sauvetage de 19929 (Hénocq et al. 1992). Toutefois, quelques objets caractéristiques qui en proviennent seront mentionnés10.

91Le matériel est dans un état de conservation variable selon la nature des matières premières. Les silex et roches volcaniques massives présentent généralement une forte patine mais peu d’émoussés ou d’ébréchures. Le quartz et la calcite, inaltérables, sont parfaitement conservés. En revanche, les roches volcano-sédimentaires, représentées principalement par les cherto-tuffites, montrent un état de dégradation très avancé, caractéristique de cette roche.

3.4.1 Les matières premières

92Nous renvoyons à la contribution précédente pour une description plus précise des différents faciès et de leur provenance. Nous reprendrons ici les mêmes ensembles que pour le Mésoindien, en y ajoutant la calcite et la calcirudite [fig. 66].

93Les silex apparaissent de façon négligeable, puisque l’on compte seulement huit pièces représentant une masse de 40 g. Peu de remarques, donc, à faire sur les stratégies d’approvisionnement. Notons que la présence abondante de silex dans les niveaux mésoindiens a pu constituer une source de matière première locale opportune, et nécessiter par conséquent un effort d’acquisition réduit.

94Le quartz et la calcédoine sont présents sous la forme de cristaux (N = 19) ou de blocs amorphes (N = 11) non usés, attestant probablement que la collecte a été réalisée directement sur une source filonienne, et de 2 galets qui proviennent du littoral ou des ravines. Quatre éléments enfin, à l’aspect laiteux et à grain plus grossier, correspondent plus vraisemblablement à de la calcédoine. Parmi les formes cristallisées, on remarquera six plaques à cristaux millimétriques, de quelques centimètres à une dizaine de centimètres pour la plus grande [fig. 135 : 4]. Deux éclats montrent que la roche a pu être taillée à titre exceptionnel.

95Nous avons regroupé sous le terme de « roches volcano-sédimentaires » tous les tufs, tuffites et roches litées, mais la majorité des pièces de cet ensemble est constituée des roches saint-martinoises caractéristiques dénommées dans la littérature archéologique « radiolarites », « téphrites », « cherts calcaires » ou encore « cherts lités ». À la suite des géologues nous adopterons ici le nom de « cherto-tuffite » donné par Bonneton et Vila (1983), qui désigne les tufs lités silicifiés (Dagain et al. 1989). Ces roches sont particulièrement bien représentées dans le dépôt, avec 186 pièces représentant près de 20 kg. Elles sont utilisées principalement pour le façonnage des haches, et quelques dalles ont également été employées comme polissoirs.

  • 11 Sur la différence entre tuffites volcano-sédimentaires et tuffites volcaniques massives, cf. supra, (...)

96Nous regroupons dans la catégorie des « roches volcaniques massives » les roches massives : tufs, tuffites11, andésites, basaltes et autres laves homogènes sombres. Elles dominent en poids et en nombre la série avec 225 pièces mais pour l’essentiel il ne s’agit que de blocs brisés non débités (158 pièces) et de 52 galets, pour un poids total de 20,5 kg. Moins d’une dizaine d’éclats attestent d’un débitage occasionnel de ces matériaux.

97Les calcaires ont été peu employés sur le site. Ils sont représentés par sept pièces seulement (899 g). Il s’agit de deux blocs amorphes, de deux galets en calcaire dur, mais aussi de deux fragments appartenant à une même hache polie, ainsi que d’une pierre à trois pointes.

98On comptabilise 101 fragments (838 g) de calcite monocristalline, de 0,5 g à quelques dizaines de grammes pour les plus gros. Elle semble avoir été recherchée uniquement pour la fabrication des perles.

  • 12 Couramment appelée « roche à zémis ».

99La calcirudite12 est présente de façon anecdotique : cinq pièces pour 108 g. Elle est utilisée préférentiellement pour les « pierres à trois pointes ».

100Parmi tous ces matériaux, les cherto-tuffites et la calcite cristalline présentent l’intérêt de documenter deux chaînes de production particulières : le façonnage des haches et la fabrication des perles. Ce sont ces deux aspects qui seront principalement abordés ici.

3.4.2 Un atelier de façonnage de haches en cherto-tuffite

3.4.2.1 Description des pièces

101La série du Néoindien récent de Baie Orientale 2 comprend 186 pièces en cherto-tuffite, en incluant l’ébauche de hache issue de la tranchée 50. La surface de la plupart des objets est fortement affectée par une altération souvent profonde qui lui donne un aspect crayeux. Cette altération se produit par desquamation, provoquant un encroûtement en feuillets, parfois sur plusieurs millimètres d’épaisseur, qui peut atteindre la totalité de la pièce. Cette couche fait effervescence à l’acide alors que le cœur, gris-vert, compact, ne réagit pas.

102Cet état rend souvent difficile la détermination précise des objets, les arêtes pouvant être totalement émoussées. Les stigmates de façonnage ne sont plus visibles alors, et l’on ne peut se fier la plupart du temps qu’à une vague forme. Les éclats peuvent être réduits à une simple lentille, dont seules quelques aspérités résiduelles permettent de repérer la face supérieure et une certaine dissymétrie la position du talon. Dans le même ordre d’idées, l’étude des fragments de haches pose également le problème de savoir si l’on a affaire à des ébauches brisées en cours de façonnage ou à des pièces finies cassées en cours d’utilisation, voire à de simples galets…

103Quoi qu’il en soit, le tabl. XXX montre que la cherto-tuffite a été utilisée principalement pour les haches, avec plus d’une cinquantaine de pièces qui rappellent grossièrement la forme d’un tranchant ou d’un talon pour les moins bien conservées [fig. 128 : 2-5 ; fig. 129 : 1-5, 8]. De rares exemplaires gardent encore les stigmates du façonnage ou du polissage [fig. 129 : 6, 7, 9].

TABL. XXX Baie Orientale 2. Roches volcano-sédimentaires (cherto-tuffite) : décompte des produits.

désignation

nbre

remarque

éclats corticaux (cortex > 80 % de la surface)

1

provenant d’un galet

éclats épais (l > 4 x ép.)

48

dont 3 fragments à plage polie

éclats minces (l < 4 x ép.)

27

divers, cassons

49

dont 2 percuteurs

haches ou ébauches, (entières ou fragmentées)

52

galets
esquilles, petits éclats (< 1 cm)

1
8

total

186

FIG. 128 Baie Orientale 2. Industrie lithique en quartz :
1 : percuteur-boucharde ; industrie lithique en cherto-tuffite ;
2 : percuteur-boucharde ;
3, 4 : éclats ;
5 : ébauche.

FIG. 128 Baie Orientale 2. Industrie lithique en quartz : 1 : percuteur-boucharde ; industrie lithique en cherto-tuffite ; 2 : percuteur-boucharde ; 3, 4 : éclats ; 5 : ébauche.

© P. Fouéré, A. Dagand.

FIG. 129 Baie Orientale 2, industrie lithique en cherto-tuffite. Ébauches de haches :
1-3 : tranchants ;
4, 5, 7 : talons ;
6 : talon d’une hache polie probablement brisée à l’utilisation ;
8 : pièce entière ;
9 : talon sur plaquette.

FIG. 129 Baie Orientale 2, industrie lithique en cherto-tuffite. Ébauches de haches : 1-3 : tranchants ; 4, 5, 7 : talons ; 6 : talon d’une hache polie probablement brisée à l’utilisation ; 8 : pièce entière ; 9 : talon sur plaquette.

© P. Fouéré, A. Dagand.

104Les galets ne semblent pas avoir servi de matière première. Ils apparaissent de façon exceptionnelle dans la série avec un seul exemplaire d’une trentaine de grammes qui ne porte pas de traces d’utilisation, et un éclat cortical dont la face supérieure présente l’usure caractéristique. Selon toute vraisemblance, la roche utilisée provient des gîtes primaires ou de leurs abords immédiats, peut-être des ravines, comme le suggère une plaquette peu transformée [fig. 129 : 9]. Le faible nombre des éclats par comparaison avec celui des fragments d’ébauches tend à montrer qu’une partie du façonnage a été réalisée ailleurs, en dehors du site. On peut également supposer qu’une partie des petites pièces a disparu avec l’altération.

105Pour les raisons déjà évoquées, cette série ne contribuera que faiblement à la connaissance des caractères technologiques et méthodologiques de l’industrie considérée. Les rares ébauches bien conservées montrent que la première phase de mise en forme se fait par percussion directe au percuteur dur avec, semble-t-il, des chocs portés violemment en raison de la forte ténacité de la roche. Les talons sont fortement écrasés et les éclats souvent rebroussés ou cassés lors du débitage [fig. 129 : 7]. Une deuxième phase de façonnage utilise le bouchardage, dont les stigmates sont encore visibles sur quelques exemplaires [fig. 129 : 1, 6]. Deux pièces massives aux contours fortement usés peuvent d’ailleurs correspondre aux percuteurs employés. L’une est en quartz [fig. 128 : 1], l’autre en cherto-tuffite [fig. 128 : 2]. Le polissage a probablement été effectué sur place, plusieurs fragments de polissoirs en roches volcaniques diverses ont été retrouvés sur le secteur, avec parfois la difficulté de les différencier des meules [fig. 135 : 1-3]. Seul le talon d’une hache non altérée, probablement brisée à l’utilisation, montre encore clairement une surface partiellement polie [fig. 129 : 6]. On y remarque quelques négatifs d’enlèvements attestant de la taille bifaciale préliminaire, sans doute très partielle puisque l’une des deux faces est restée brute. L’autre est partiellement polie. Les bords, arrondis, sont soigneusement bouchardés. Le talon n’est pas ou que peu façonné.

106La forte fragmentation des pièces ne permet guère de se faire une idée précise de la dimension recherchée pour les produits finis. Tout au plus les six ébauches considérées comme entières présentent-elles une longueur comprise entre 8 et 24 cm – deux d’entre d’elles sont représentées en fig. 129 [8, 9]. La taille des pièces brisées suggère que les haches devaient avoir une longueur d’une quinzaine de centimètres au maximum, ce qui semble le cas de la plupart des haches pétaloïdes connues façonnées dans cette matière.

107À la suite de ces quelques observations, plusieurs questions peuvent se poser à propos de ces productions, auxquelles le matériel archéologique de Baie Orientale 2 ne suffit pas pour répondre. En premier lieu, l’utilisation préférentielle de la cherto-tuffite, matière en apparence plutôt ingrate à travailler, pose problème. Elle a été largement privilégiée par rapport à d’autres roches locales pourtant plus facilement taillables, en particulier les andésites ou les basaltes dont les qualités apparentes semblent tout à fait acceptables pour réaliser ce type d’outil. Son utilisation massive, reconnue à toutes les époques céramiques précolombiennes, et sa diffusion dépassant largement les limites de l’île montrent que cet engouement n’est pas un phénomène ponctuel. Bien qu’elle ait déjà fait l’objet de plusieurs études, on ignore encore tout à son propos : gîtes exploités, principes d’acquisition et modes de façonnage des haches. Pour apporter quelques éléments de réponse, des prospections et expérimentations ont été initiées dans le cadre de l’étude ici présentée.

3.4.2.2 Données expérimentales

108À notre connaissance, si la chaîne opératoire de façonnage des haches en cherto-tuffite a souvent été abordée malgré la mauvaise conservation des artéfacts (Chauvière 1997 ; Knippenberg 1999a ; De Waal 1999 ; Knippenberg 2007), aucune tentative expérimentale de reconstitution de cette chaîne ne semble avoir été tentée. Les premiers essais, rapidement présentés ici, ont été effectués afin de juger de la taillabilité de la roche et de comparer ses caractères avec d’autres matériaux. Ils avaient pour but également de caractériser et de quantifier les déchets. Toutefois il ne sera question ici que des premières réflexions, ces études encore en cours et de longue haleine sortant du cadre de ce travail.

Phase 1 : le choix de la matière (tests de résistance)

109Une des premières interrogations concerne l’attrait singulier pour cette matière, particulièrement appréciée pour les haches pétaloïdes sur les sites amérindiens, et ceci aussi bien à Saint-Martin (Chauvière 1997 ; Bonnissent 1998 ; Hofman, Hoogland 1999…) que sur les autres îles, voisines souvent, beaucoup plus éloignées parfois (Crock 1998 ; Knippenberg 1999d ; 2007 ; Chancerel 2005…). Cette sélection et la large diffusion des produits suggèrent que la roche possède des propriétés particulières qui permettent à la fois une production massive et de qualité. Le premier point implique une abondance de matière exploitable et une bonne taillabilité, le second reste déterminant et concerne la résistance des lames de haches utilitaires, celles-ci devant supporter des chocs violents.

110À Saint-Martin, plusieurs roches dures homogènes paraissent répondre à ces critères, en particulier les andésites microcristallines et les basaltes. L’évaluation de la fragilité d’une matière première peut se faire de façon empirique, au cours d’expérimentations de taille : plus la roche est tenace, plus les chocs nécessaires pour en détacher des éclats doivent être violents ou produits par un percuteur lourd. Cette ténacité peut être quantifiée plus précisément au cours de tests de compression simple ou uniaxiaux habituellement pratiqués pour l’analyse de résistance-élasticité en mécanique des roches et des sols. L’objectif est de mesurer la force nécessaire à la rupture d’un échantillon normalisé soumis à écrasement, en l’occurrence un cylindre de roche carotté de 1 cm de diamètre sur 2 cm de hauteur. L’expérience consiste à mettre l’échantillon sous presse et à le comprimer progressivement jusqu’à fracturation. La force nécessaire à l’obtention du résultat, relevée au moment de la rupture, est exprimée en méga-pascals (MPa).

  • 13 Aujourd’hui intégré au laboratoire Ghymac (Géosciences, Hydrosciences, Matériaux, Construction).

111Pour cette première analyse, dix échantillons ont été soumis au Centre de développement des géosciences appliquées (cdga) de l’université Bordeaux 113, et plus précisément à Richard Fabre, spécialiste de la mécanique des sols. Neuf provenaient de Saint-Martin, où ils avaient été prélevés sur le matériel archéologique et dans les gîtes. Le dixième avait été prélevé dans un silex turonien de l’Ouest de la France (en Charente) et servait d’étalon de référence, pour comparaison avec les résultats d’analyses similaires déjà effectuées dans cette dernière région (Fouéré 1994). Les échantillons de cherto-tuffites prélevés sur les gîtes avaient été sélectionnés en raison de leur similitude avec ceux de Baie Orientale 2. Bien que tous les gîtes n’aient pas encore été totalement visités, peu d’entre eux ont donné des matériaux comparables (cf. infra, § 3.3.1.1), et plusieurs affleurements potentiels apparaissant sur la carte géologique semblent d’ores et déjà devoir être rejetés : Pointe Blanche, Sentry Hill, Fort Hill…

112Malgré le nombre d’échantillons analysés, trop faible pour représenter une valeur statistique, plusieurs remarques peuvent être faites à partir des résultats obtenus [tabl. XXXI] :

  • Le silex turonien de référence (éch. 10), qui est utilisé pour la fabrication des haches dans l’Ouest de la France, présente les caractéristiques de résistance les plus élevées, avec des valeurs identiques à celles déjà obtenues sur cette matière (Fouéré 1994) qui variaient entre 400 et 800 MPa.

  • Mis à part le silex, ce sont les échantillons 1 et 2, des cherto-tuffites archéologiques provenant de Baie Orientale 2, qui ont donné les valeurs les plus fortes : 197 et 280 MPa, attestant de la bonne ténacité des matériaux employés sur le site par comparaison avec les autres échantillons saint-martinois analysés.

  • Les échantillons de cherto-tuffite prélevés dans la ravine de Baie Orientale (éch. 3, 5, 6) et dans la carrière de Hope Estate (éch. 4, 4bis), bien que proches sur le plan macroscopique des pièces archéologiques, ont donné des résultats médiocres en termes de résistance à la compression. L’un de ceux provenant de la ravine (éch. 3), à grain assez fin, s’est écrasé prématurément en raison d’un défaut de la roche (une fente). Le même bloc avait pourtant permis la réalisation expérimentale d’une hache polie pétaloïde de 12 cm de longueur en 7 h 30 mn. L’échantillon lité prélevé dans la carrière (éch. 4, 4bis), en apparence le plus tenace, a donné des valeurs assez proches de celles des pièces archéologiques bien qu’un peu plus faibles. Les deux prélèvements effectués, l’un dans le sens du litage, l’autre perpendiculaire à lui, ont donné des résultats identiques traduisant probablement une parfaite silicification de la roche, rendue homogène malgré la stratification.

  • Les quatre prélèvements effectués dans les andésites (éch. 5 à 8) ont montré que la résistance de cette roche à l’écrasement était inférieure – bien que proche pour l’échantillon 6 – à celle des cherto-tuffites. Cette fragilité apparente est probablement à l’origine du désintérêt dont elle a fait l’objet pour la réalisation des haches alors qu’elle se prête parfaitement à la taille bifaciale et au polissage.

TABL. XXXI Baie Orientale 2. Essais de compression simple, résultats (MPa mégapascal).

TABL. XXXI Baie Orientale 2. Essais de compression simple, résultats (MPa mégapascal).

113En conclusion, la forte ténacité des cherto-tuffites employées sur Baie Orientale 2 semble avoir été un critère important dans le choix de cette matière. D’autres peuvent également être évoqués, tels que l’aspect esthétique de la roche non altérée, aux teintes gris verdâtre voire bleuté, ou encore sa forte densité (2,63 : cf. infra, § 3.3.1.1), proche de celle des roches les plus lourdes, qui augmente les performances de la hache.

Phase 2 : le façonnage des pièces (essais de taille)

114Quelques expérimentations de façonnage de haches ont été tentées sur les différents matériaux testés précédemment afin de juger de leur taillabilité et de rechercher des arguments pour l’interprétation des séries, souvent dans un état de grande dégradation. Les démarches et résultats ne seront pas détaillés ici, les expérimentations n’étant pas totalement achevées. Nous nous contenterons d’en donner les premières conclusions.

115Les cherto-tuffites à grain fin – un essai – et les basaltes – deux essais – ont montré une très bonne aptitude à la taille et au polissage. Cependant ces roches n’ont pas été utilisées pour les lames de haches dans la série, sans doute en raison de leur fragilité plus grande que celle des variétés à grain plus grossier. Une petite hache polie en basalte de 10 cm a été réalisée en 8 h 50 mn et une autre, de 12 cm, en 7 h 40 mn. Pour les deux types de matières le débitage au percuteur dur – un galet de tuffite de 455 g – a produit des éclats plutôt courts, parfois rebroussés, mais sans grand problème de prédétermination des enlèvements. De ce fait, la taille bifaciale complète a pu être réalisée jusqu’à l’obtention des préformes prêtes au polissage. Le nombre de déchets produits, dont les dimensions sont toujours supérieures à 2 cm, ne dépasse pas 80 éclats dans tous les cas.

116Les cherto-tuffites à grain grossier comparables à celles des séries archéologiques ont montré des qualités médiocres à la taille – cinq essais ont été réalisés dont trois n’ont pu être menés à terme en raison d’accidents de taille – et sans doute par défaut d’un savoir-faire particulier pour le façonnage que nous ne prétendons pas avoir encore acquis. Le détachement des gros éclats demande une percussion violente avec des percuteurs lourds – en l’occurrence un galet en tuffite de 560 g et un galet en grès-quartzite dur de 730 g – avec pour résultat de fréquents éclats rebroussés, quelques fractures Siret et d’autres transversales. Les enlèvements envahissants sont difficiles à obtenir. Les talons présentent un point d’impact très diffus et les bulbes sont peu prononcés. Les accidents de taille semblent fréquents, soit par fracture des ébauches lors de leur mise en forme, soit par détachement d’éclats rebroussés ou cassés transversalement qui produisent des protubérances sur le corps de la hache. Deux préformes ont été brisées au cours de cette phase au niveau du talon. Les fractures observées sont planes – l’une oblique, l’autre transversale par rapport à l’axe de la pièce – et sont comparables à celles observées sur le matériel archéologique de Baie Orientale 2. Nos premières ébauches ont donc approché grossièrement la forme d’une hache, avec de nombreuses imperfections telles que des gibbosités ou des crêtes latérales écrasées ou épaisses, sans possibilité directe de rattrapage. Le travail fait alors appel au bouchardage, technique observée sur les rares pièces archéologiques bien conservées, afin de réduire les protubérances et de retrouver la symétrie de la préforme. La roche se prête assez bien à cette technique de façonnage, bien qu’elle soit assez fastidieuse, les aspérités étant réduites par écrasement progressif. Les percuteurs utilisés sont nécessairement aussi durs que la roche, en quartz ou en cherto-tuffite, ceux en andésite et en basalte s’usant trop rapidement sans être efficaces. L’autre avantage du bouchardage est de tester la résistance et l’homogénéité de la matière, souvent incertaines. Une ébauche s’est brisée lors de cette phase. On peut ainsi avancer que les préformes qui ont passé avec succès toutes les étapes de façonnage offrent également toutes les garanties de résistance pour leur usage futur.

117De ces quelques essais, qui demanderont à être complétés, on peut déjà tirer certains enseignements :

  • Les difficultés rencontrées lors de la taille des ébauches montrent que ce n’est sans doute pas pour des raisons d’aptitude à la taille que la cherto-tuffite a été choisie, du moins autant que l’on puisse en juger à partir de notre modeste apprentissage.

  • Il y a de fortes chances qu’une production spécialisée de préformes de lames de haches se traduise par une quantité importante de déchets, matériaux délaissés en raison de leur mauvaise qualité ou débris issus d’accidents de taille lors du façonnage. Ces déchets comptent peu d’éclats de mise en forme, ceux-ci étant d’ailleurs souvent plus larges que longs, mais de nombreuses esquilles et petits cassons et une grande quantité de poussière issue du bouchardage. La forte altérabilité de la roche fait qu’il y a peu de chances que l’on retrouve ces petits éléments résiduels sur les sites archéologiques.

  • L’irrégularité de la forme des haches pétaloïdes en cherto-tuffite, souvent observée sur les pièces archéologiques, peut trouver une explication dans la difficulté qu’il y a à produire des ébauches symétriques, la performance de l’outil étant alors préférée à l’esthétique.

Éléments de réflexion

118Cette première approche de la série de Baie Orientale 2 permet de proposer quelques éléments de réflexion sur divers points de la fabrication des haches saint-martinoises.

119En premier lieu, la provenance de la matière première appelle quelques remarques : si les tuffites silicifiées sont abondantes sur l’île de Saint-Martin avec les formations de Pointe Blanche, Fort Hill, Sentry Hill, Quartier d’Orléans et Hope Hill par exemple (Dagain et al. 1989), très peu d’entre elles présentent les qualités requises pour les lames de haches. Quatre types de gîtes ont pu être exploités : les affleurements eux-mêmes, les chaos de dépôt de pente, les cailloux des ravines et les galets côtiers. Les ravines, observées en arrière de Baie Orientale, Hope Estate ou Pointe Blanche, abritent des blocs de tailles diverses mais en quantité et surtout de qualité très variable. Les galets côtiers que nous avons pu observer à la base des formations de Koolbaai Berg ou de Pointe Blanche présentaient rarement une forme adéquate, et leur aspect surtout était très différent de celui des pièces archéologiques étudiées. Une autre remarque, valable également pour les galets côtiers, concerne la morphologie des blocs, dont la plus grande longueur se trouve souvent perpendiculaire au plan de stratification de la roche, alors que les haches que nous avons pu observer ont leur grand axe plutôt orienté dans le plan des strates. La fracturation tectonique de la roche en place, diaclasée suivant des plans obliques par rapport à celui des stratifications, en est probablement à l’origine. Cela s’observe par exemple pour la formation de Pointe Blanche où une silicification inégale s’ajoute à la fracturation de la roche, la rendant peu propice à l’exploitation.

120L’exploitation intensive des cherto-tuffites, illustrée par l’abondance des pièces dans les séries locales, leur exportation sur de longues distances et la qualité souvent incertaine de la roche rendent peu probable une collecte occasionnelle de la matière dans des ravines ou autres gîtes secondaires. De plus, le fait que peu de gîtes primaires soient aptes à livrer de bons matériaux réduit les possibilités d’approvisionnement. Ces observations suggèrent d’y voir plutôt l’exploitation d’un nombre réduit de gîtes offrant une matière abondante et de qualité suffisante, exploitable à l’aide de moyens rudimentaires. Il est fort probable que la cherto-tuffite a été exploitée en carrière et les haches en partie préformées sur place, conformément aux chaînes opératoires observées sur tous les continents, aussi bien par le passé qu’actuellement. Les remarques précédentes impliquent que ces sites doivent être relativement aisés à détecter : ils associent nécessairement la matière première avec d’importants rejets de carrière et de nombreux ratés de taille laissés sur place comme le suggère l’expérimentation.

121Bien que tous les affleurements n’aient pas encore été totalement visités sur l’île, quelques secteurs sont éligibles au statut de carrière. Il semble peu vraisemblable que les zones diaclasées de la partie néerlandaise aient été exploitées, de même que celles d’Eastern Point, trop carbonatées et trop tendres. La butte de Hope Hill, qui domine le site de Hope Estate – d’où provient une partie de nos échantillons –, a déjà été vue comme un gîte probable par Van Tooren et Haviser (Van Tooren, Haviser 1998). Il ne nous a pas été possible de prospecter les flancs de la colline en raison d’une végétation trop abondante pour qu’un éventuel site d’exploitation y soit repérable. En revanche, le flanc nord de la ravine Moho [fig.62a], à l’est de Quartier d’Orléans, qui abrite un des rares pétroglyphes de l’île, présente toutes les caractéristiques recherchées : déblais probables de carrière et ébauches abandonnées de haches y abondent.

3.4.3 Une fabrique de perles en calcite ?

122La série lithique du Néoindien récent comprend 101 éléments de calcite monocristalline, parmi lesquels treize sont transformés, probablement pour la fabrication d’objets de parure. Ils permettent de proposer une restitution des étapes de la chaîne opératoire. Toutefois, l’absence des produits finis laisse une incertitude en ce qui concerne les dernières phases. On leur ajoutera trois pièces provenant des diagnostics de 1992 (Hénocq et al. 1992).

123La matière première utilisée est une calcite presque monocristalline jaune clair, plus rarement miel ou brune, provenant probablement du remplissage filonien de diaclases et d’origine probablement saint-martinoise (cf. infra, § 3.3.6). Les quelque 88 cristaux bruts plus ou moins fragmentés disponibles dans la série ne montrent guère d’usure naturelle pouvant indiquer que la collecte s’est déroulée dans les formations fluviatiles ou littorales. Il s’agit donc d’une récolte réalisée dans ou à proximité immédiate des gîtes de matière première.

124La calcite a probablement été préférée aux autres roches et minéraux en raison de sa faible dureté (3 sur l’échelle de Mohs) qui facilite le travail de polissage. Une quinzaine de cristaux de quartz ont également été apportés sur le site mais n’ont pas été travaillés. La similitude entre les deux types de cristallisation [fig. 130] a peut-être entraîné une confusion de la part des collecteurs, et l’absence de traitement visible sur les surfaces des cristaux de quartz suggère que ces derniers ont été écartés par les tailleurs en raison de leur dureté (7 sur l’échelle de Mohs). Cela peut également signifier que les collecteurs et les artisans étaient des acteurs différents, les premiers ne maîtrisant pas toutes les subtilités de la minéralogie. On soulignera qu’aucune perle en quartz n’est présente dans la série, alors que les Amérindiens savaient parfaitement travailler et perforer cette matière si on en juge par les nombreux exemplaires présents dans les collections.

FIG. 130 Baie Orientale 2. Ressemblance des deux variétés cristallines recueillies dans le dépotoir :
1, 2 : calcite ;
3, 4 : quartz.

FIG. 130 Baie Orientale 2. Ressemblance des deux variétés cristallines recueillies dans le dépotoir : 1, 2 : calcite ; 3, 4 : quartz.

© P. Fouéré, A. Dagand.

125Les quelques ébauches disponibles ne présentent pas de traces de taille évidente. Cependant une des caractéristiques de la calcite cristalline est de présenter trois plans de clivage parfaits, découpant naturellement le minéral en rhomboèdres. Ce sont ces plans de fracture qui constituent les principaux risques de cassure lors de la réalisation des objets [fig. 131 : 1-3, 14]. Un tailleur habile pouvait donc réduire les pièces de grandes dimensions par percussion en utilisant les plans de clivage, sans que les stigmates habituels des roches à débitage conchoïdal n’apparaissent. Les cristaux de calcite pouvaient également être sélectionnés proches des dimensions finales désirées et être soumis directement au polissage. Le fait qu’aucune pierre de la série ne présente de dimensions supérieures à 5 cm peut aller dans ce sens [fig. 132]. Ainsi, les pierres de petites dimensions, toutes non travaillées, sont probablement des pièces rejetées par les tailleurs, ou des déchets de taille.

126Il semble que la première phase de réalisation vise à obtenir une forme proche du cylindre [fig. 133]. Le cristal est usé, probablement sur un polissoir de pierre voire de corail, pour faire disparaître progressivement ses facettes ou les surfaces des plans de clivage. Les stries bien visibles montrent un mouvement oblique ou transverse par rapport à l’allongement de la pièce avec de fréquents changements d’orientation [fig. 131]. Nous n’avons pas remarqué de stries parallèles à l’allongement du cristal, les polissoirs correspondants devaient par conséquent présenter des surfaces planes, non des rainures. Le risque d’accident devait sans doute être assez réduit lors de ce travail limité à une abrasion sans chocs. Toutefois, des plans de clivage déjà fragilisés pouvaient s’ouvrir et entraîner une fracture [fig. 131 : 3, 11]. On peut supposer que les pièces 5 à 7 [fig. 131], abandonnées en cours de polissage, n’avaient pas le volume suffisant, soit qu’elles fussent trop courtes soit au contraire trop minces pour aboutir à un cylindre dans les dimensions souhaitées. Six pièces cylindriques bien avancées, aux dimensions variant de 35 à 45 mm pour la hauteur et de 15 à 20 mm pour le diamètre et d’une masse d’une quinzaine de grammes, semblent représenter le standard dimensionnel final [fig. 131 : 9-12 ; fig. 132].

FIG. 131 Baie Orientale 2. Ébauches de perles en calcite.

FIG. 131 Baie Orientale 2. Ébauches de perles en calcite.

© P. Fouéré, A. Dagand.

FIG. 132 Baie Orientale 2. Rapport longueur / largeur des cristaux de calcite présents dans le dépotoir. Observation réalisée sur 66 cristaux.

FIG. 132 Baie Orientale 2. Rapport longueur / largeur des cristaux de calcite présents dans le dépotoir. Observation réalisée sur 66 cristaux.

© P. Fouéré, A. Dagand.

FIG. 133 Baie Orientale 2. Séquences de fabrication des perles en calcite.

FIG. 133 Baie Orientale 2. Séquences de fabrication des perles en calcite.

© P. Fouéré, A. Dagand.

127La suite de la chaîne opératoire pose plus de problèmes. Dans un premier temps, nous avions pensé que les petits cylindres étaient des objets finis pouvant correspondre à des ornements labiaux ou d’oreilles. Aucune perle tubulaire en calcite de ce format n’a, à notre connaissance, été signalée sur les sites amérindiens des Petites Antilles. Deux pièces présentent cependant des débuts de perforation, montrant que les cylindres ne sont qu’une étape d’une chaîne opératoire sans doute plus complexe. L’une provient de la fouille de 2000, l’autre de l’intervention de 1992 (Hénocq et al. 1992). Une perle brisée, issue également de la fouille de 1992, permet de confirmer ces hypothèses.

128La première a manifestement été abandonnée dès le début du forage en raison d’une fracture suivant un plan de clivage oblique [fig. 131 : 14]. L’essai s’est limité à la réalisation d’une petite cupule centrée sur une des bases du cylindre, et montre que la perforation devait être souhaitée sur toute la hauteur de la pièce, pour en faire une perle tubulaire. Un élément de parure de ce type a été découvert en 1992 par C. Hénocq [fig. 131 : 16]. Il présente un diamètre moindre, entre 8,5 et 9 mm, pour une longueur non connue et une lumière cylindrique excentrée de 2 mm. Ce type de perle peut représenter l’aboutissement d’une suite logique passant par la réalisation de cylindres de fort diamètre : la perforation sur grande longueur qui apparaît délicate du fait des forts risques de fracture sur des matériaux aussi fragiles, semble moins aventureuse sur une pièce plus robuste. Le diamètre de la perle aurait été réduit ensuite par abrasion.

129La seconde montre probablement un autre aspect de la chaîne opératoire [fig. 131 : 15]. Il s’agit d’une pièce grossièrement discoïde qui présente un diamètre comparable à celui des cylindres. Deux perforations coniques opposées, une sur chaque face, sont restées inachevées en raison d’un fort décalage de leurs axes, montrant que l’on a affaire sans nul doute à une ébauche de perle discoïde. Dans l’hypothèse où cette pièce intègre une étape passant par les cylindres dans sa conception, il faut envisager une phase de segmentation dont nous ne percevons guère ici les modalités. Celle-ci est naturellement délicate à cause des trois plans de clivage de la calcite dont deux au moins se trouvent en position oblique par rapport à l’allongement du cylindre. Cela impliquerait que l’artisan maîtrise parfaitement les principes de la cristallographie pour être assuré de placer, dès le départ du polissage, l’un des plans de clivage parallèlement à la base du cylindre afin de pouvoir le sectionner par simple percussion. Les ratés de taille montrent qu’il n’en était rien. Il paraît par conséquent difficile de faire l’hypothèse d’une segmentation par choc. Le sciage peut être évoqué, et on pourrait voir dans les deux encoches de la pièce 9 de la fig. 131 les prémices de cette opération. Cependant il est curieux de constater que nous ne disposons d’aucun autre élément illustrant cette phase, qui devait probablement représenter un risque de fracture assez grand et sans doute un nombre important de ratés de fabrication. Un doute subsiste également sur le moment où intervient la perforation : la pièce 14 de la même figure, fragmentée suivant un plan de clivage, suggère qu’elle s’effectuait directement sur le cylindre encore entier ; la n° 15 au contraire, montre qu’elle pouvait être réalisée après segmentation. Les modalités du forage sont différentes dans les deux cas : dans celui du cylindre, il faut évoquer un percement à l’aide d’une mèche longue, peut-être aidé d’un archet ; dans celui de la rondelle, l’emploi d’un perçoir de pierre suffit. Peut-être faut-il alors envisager deux types de production, l’une de perles cylindriques, l’autre de perles discoïdes ?

130De larges compléments seront nécessaires pour caractériser cette fabrication de perles qui reste encore inédite dans l’arc Caraïbe. Les seules références, à notre connaissance, sont quelques éléments découverts à Hope Estate où sont mentionnés de la matière première brute, deux petits blocs subcylindriques ébauchés ainsi qu’une perle discoïde. Cette dernière a, semble-t-il, un diamètre voisin de 12mm, donc plus réduit que les cylindres (Chauvière 1997). À Tourlourous, sur l’île de Marie-Galante, un dépotoir tardif a livré trois cylindres polis en calcaire non perforés de 30 à 60 mm de longueur pour 20 à 30 mm de diamètre (Chancerel 2002). Les perles en calcite apparaissent rares sur les sites amérindiens, sans doute en raison de leur fragilité. Elles sont plutôt discoïdes ou cylindriques. On leur préfère les roches plus dures, souvent de provenance lointaine. Une perle cylindrique en roche volcanique (diorite ?) découverte lors de la fouille de 1992 [fig. 134 : 6] montre que d’autres matériaux ont été utilisés à Baie Orientale. Une perle comparable en diorite a été signalée à Hope Estate (Chauvière 1998).

FIG. 134 Baie Orientale 2. Objets lithiques divers :
1 : trigonolite, calcaire ;
: trigonolite, calcirudite ;
: fragment de hache polie, calcaire noir ;
4 : hache à encoches, roche volcanique ;
5 : nucléus unipolaire, silex ;
6 : perle tubulaire, roche volcanique (diorite ?).

FIG. 134 Baie Orientale 2. Objets lithiques divers : 1 : trigonolite, calcaire ; 2 : trigonolite, calcirudite ; 3 : fragment de hache polie, calcaire noir ; 4 : hache à encoches, roche volcanique ; 5 : nucléus unipolaire, silex ; 6 : perle tubulaire, roche volcanique (diorite ?).

© P. Fouéré, A. Dagand.

3.4.4 Autres éléments lithiques remarquables

131Le reste de la série ne compte guère d’éléments technologiquement pertinents. Quelques-uns sont à signaler cependant.

3.4.4.1 Les roches volcaniques massives

132Il s’agit de blocs récoltés dans les ravines ou de galets ramassés sur les cordons littoraux. La plupart ne présentent aucune trace d’utilisation [tabl. XXXII]. Huit éclats, dont un provenant d’un polissoir ou d’une meule, signent un débitage occasionnel, probablement pour obtenir des outils tranchants. La grande majorité des éléments sont des blocs bruts à débit prismatique et des galets, brûlés pour 163 d’entre eux. Il s’agit probablement de vestiges de foyers à pierres chauffées.

TABL. XXXII Baie Orientale 2. Roches volcaniques massives : décompte des produits.

TABL. XXXII Baie Orientale 2. Roches volcaniques massives : décompte des produits.

133Les meules ou polissoirs sont tous très fragmentés, les éléments les plus gros ne dépassant pas 1,5 kg. Les trois fragments les plus importants montrent deux plages ou cuvettes de travail opposées avec des états d’usure très avancés, peut-être à l’origine de la fracturation [fig. 135 : 1-3]. Deux galets ont été utilisés comme percuteur ou comme boucharde.

FIG. 135 Baie Orientale 2. Objets lithiques divers :
1-3 : fragments de meules ou polissoirs, roche volcanique ;
4 : fragment de géode de quartz (râpe ou écailleur à poisson ?).

FIG. 135 Baie Orientale 2. Objets lithiques divers : 1-3 : fragments de meules ou polissoirs, roche volcanique ; 4 : fragment de géode de quartz (râpe ou écailleur à poisson ?).

© P. Fouéré, A. Dagand.

3.4.4.2 Le silex

134Avec huit éléments, le silex est peu abondant [fig. 109d], et les observations technologiques à son propos sont très limitées. Il s’agit de deux petits nucléus, l’un atypique présentant quelques enlèvements pluridirectionnels en percussion directe, l’autre unipolaire pyramidal probablement débité sur enclume [fig. 134 : 5]. Le reste du mobilier en silex est composé de deux éclats portant des encoches et de quatre esquilles.

3.4.4.3 Objets divers

135Trois trigonolites au moins – des pierres à trois pointes, autrement appelées « zémis » – proviennent de la fouille. Deux sont issus directement du dépotoir et un de la tranchée 50, ouverte un peu plus au sud [fig. 6 ; fig. 107]. L’un d’entre eux (dim : 96 x 56 x 76 mm), en calcaire, est un fragment très dégradé (Bonnissent 2008 : 533, fig. 414). Un second élément en calcaire est partiellement conservé, la partie apicale brisée [fig. 134 : 1]. Il présente une gorge sur sa base, en partie masquée par l’érosion (dim : 111 x 33 x 51 mm). Le troisième est façonné dans un microconglomérat – de la calcirudite –, matériau caractérisé par Van Tooren et Haviser (Van Tooren, Haviser 1998), communément employé pour ce type d’objet et dont la source probable se trouve à Saint-Martin (cf. supra, § 2.6). Il est de petites dimensions (40,5 x 20,5 x 27 mm) et présente également une gorge sur sa base [fig. 134 : 2]. Deux autres fragments polis et deux esquilles proviennent probablement d’autres trigonolites brisés.

136Une hache, dont il ne reste qu’une partie du tranchant, est façonnée dans un calcaire noir [fig. 134 : 3]. Elle devait être d’assez grandes dimensions, probablement une vingtaine de centimètres de longueur. Il en reste deux fragments provenant des carrés J13 et M12, distants d’environ 3 m. Ils s’ajustent suivant une cassure en languette, caractéristique d’une fracture par compression lors de l’utilisation. À la suite des grandes pièces bifaciales de l’ensemble mésoindien, cette hache pose le problème de l’emploi de roches relativement fragiles pour ce type d’outil. Une autre hache de ce type est cependant signalée à Tourlourous, sur Marie-Galante (Chancerel 2002).

137Parmi les pièces en quartz, sept plaques ne dépassant pas une dizaine de centimètres, tapissées de cristaux millimétriques, ont pu être employées comme râpe voire comme écailleur à poissons. Leur surface peut présenter des traces d’utilisation, sous réserve qu’il ne s’agisse pas d’une usure naturelle : la plus grande, de 90 x 57 mm, a ses cristaux les plus exposés détruits, d’autres ont leur apex brisé ou ébréché, celles qui ont été retrouvées dans les dépressions du terrain sont préservées [fig. 135 : 4].

138Enfin on rappellera la présence d’une hache à encoches ou oreilles, malheureusement découverte hors contexte sur un tas de déblais des exploitations de sable lors des prospections de surface (Hénocq et al. 1992). Elle est fortement asymétrique, façonnée dans une roche volcanique grise altérée en surface, et mesure 135 x 100 x 23 mm pour une masse de 444 g [fig. 134 : 4]. Son état de conservation est assez médiocre. Le tranchant, oblique par rapport à l’axe de la pièce, est totalement émoussé. Il semble que l’une des faces conserve encore une plage corticale de la dalle originelle. Quelques enlèvements de façonnage sont encore visibles, de même que des traces de bouchardage sur le talon, les bords et localement les faces. Les encoches semblent avoir été faites par piquetage. Enfin le polissage du corps de la hache est très partiel, même s’il est beaucoup plus marqué au niveau du tranchant. Cette pièce renvoie de nouveau à Tourlourous, où une dizaine de haches de ce type a été signalée en contexte saladoïde tardif (Chancerel 2002) : comme à Baie Orientale 2, on retrouve en association sur ce site des trigonolites, des haches en cherto-tuffite, des cylindres en calcaire et peu de silex. Il y a donc de fortes chances pour que cette hache appartienne à l’occupation du Néoindien récent de Baie Orientale 2, apportant ici un argument indirect en faveur d’une attribution culturelle pour ce type d’outil encore mal daté.

3.4.5 Conclusions

139Bien qu’il soit sans doute aventureux de comparer directement les données d’un sol d’habitat avec celles d’un dépotoir, les deux ensembles de Baie Orientale font ressortir des pôles d’intérêt distincts en ce qui concerne les matières premières, observations déjà développées au § 3.3.

140De toute évidence, les roches locales saint-martinoises ont été privilégiées dans la série du Néoindien récent, et travaillées en grande partie sur place. Ainsi en va-t-il des cherto-tuffites pour les haches et de la calcite pour les perles. D’autres, telles que la calcirudite ou les calcaires, ont vraisemblablement été introduites déjà transformées, sous forme de trigonolites ou de haches polies. Le silex semble avoir perdu de son intérêt, les rares éléments présents pouvant même appartenir aux occupations mésoindiennes. Toutefois, il apparaît encore bien représenté dans les séries pourtant contemporaines de l’Anse des Pères à Saint-Martin, dont il représente au moins 10 % et où il est associé au débitage sur enclume (Knippenberg 1999d).

  • 14 Le terme est utilisé ici dans son acception franco-hispano-néerlandaise. La zone considérée est dit (...)

141L’étude de l’exploitation de la cherto-tuffite pour la réalisation des haches reste un sujet de recherche à approfondir. L’exploitation locale massive n’est pas l’apanage de Baie Orientale 2. On en trouve d’autres illustrations : sur le site de Hope Estate tout d’abord, où elle représente plus de 50 % de la masse du matériel (Chauvière 1997), et d’une façon générale sur tous les sites néoindiens de Saint-Martin (Bonnissent 2008), sur les îles voisines ensuite. Ainsi, on la ramasse en abondance et à tous les stades de son façonnage sur les sites du Néoindien à Anguilla (Crock 1998). Les haches sont largement diffusées, parfois à plus de 150 miles marins de Saint-Martin. Elles le sont dès la sous-série huecan-saladoïde (Chauvière 1997 ; Bonnissent, Romon 2004 ; Fouéré 2006 ; Bonnissent 2008) et durant tout le Néoindien, période à laquelle on les retrouve dans la plupart des sites de la partie nord des Îles du Vent14 (Tourlourous à Marie-Galante : Chancerel 2005). Vers l’est, on les retrouve encore probablement à Porto Rico (Knippenberg 1998 ; 2007 ; Rodríguez Ramos 2001).

142Si la présence des perles en nombre plus ou moins important apparaît récurrente dans la description des séries amérindiennes, peu de données concernent leur réalisation, en particulier celles en calcite. Leur façonnage a été décrit pour le site de Trants à Montserrat en contexte saladoïde ancien mais sur roche dure importée du continent (Bartone, Crock 1991 ; Crock, Bartone 1998). Baie Orientale 2 apporte sans doute ici des éléments nouveaux à la discussion, bien que la chaîne opératoire apparaisse incomplète.

143Sans doute ce dépotoir ne reflète-t-il qu’un aspect incomplet des productions.

3.5 L’usage du corail

Dominique Bonnissent, Franck Mazéas

144Les coraux issus du site néoindien récent de Baie Orientale 2 sont dans un contexte totalement différent de ceux du gisement mésoindien puisqu’ils sont rassemblés dans un dépotoir. Leur statut de rebut exclut toute recherche d’éventuelles aires de travail. Aussi, la distribution spatiale des différents types de restes ne sera pas abordée. La carte de répartition pondérale montre que les coraux sont associés à l’aire de rejet (cf. supra, § 3.1.4), indiquant qu’ils ont été traités au même titre que les autres déchets [fig. 109]. L’étude vise donc essentiellement à la détermination des espèces exploitées, à l’identification des traces technologiques et à la formulation de quelques hypothèses quant à leur fonction.

3.5.1 Les espèces représentées

145Alors que les Mésoindiens ont privilégié l’exploitation des coraux branchus (cf.supra, §2.8.6), le choix des communautés du Néoindien récent est axé sur les coraux cerveau avec une nette prépondérance pour Diploria sp. qui représente 54 % de la masse totale des restes [tabl. XXXIII]. Néanmoins, parmi les autres taxons identifiés dans le dépotoir néoindien les principaux correspondent, par ordre d’abondance, à ceux du gisement mésoindien : Acropora palmata, Colpophyllia natans et Acropora cervicornis [fig. 136]. On peut donc en déduire que les deux communautés ont axé leur collecte sur les mêmes taxons, mis à part l’espèce phare de chaque site.

TABL. XXXIII Baie Orientale 2. Espèces de corail présentes dans le dépotoir du Néoindien récent, en poids (PdR, exprimé en grammes) et en nombre de restes (NR).

TABL. XXXIII Baie Orientale 2. Espèces de corail présentes dans le dépotoir du Néoindien récent, en poids (PdR, exprimé en grammes) et en nombre de restes (NR).

FIG. 136 Baie Orientale 2. Représentation des coraux par espèces :
a : en poids (exprimé en grammes) ;
b : en nombre de restes (NR).

FIG. 136 Baie Orientale 2. Représentation des coraux par espèces : a : en poids (exprimé en grammes) ; b : en nombre de restes (NR).

© D. Bonnissent, A. Dagand.

3.5.2 Méthode d’étude

146Globalement, la procédure utilisée pour l’étude des coraux du site mésoindien a été appliquée ici, bien que certaines spécificités soient notables. Le matériel provient de 76 m2 du dépotoir et a été récolté dans l’unité stratigraphique 4, après un tamisage par carré sur une maille de 5 mm. Il correspond à une masse de 24 839 g pour 483 restes.

147Les restes de coraux sont dans l’ensemble moins bien conservés que sur le site mésoindien. Certains éléments sont très fragmentés et parfois couverts d’un encroûtement carbonaté qui rend difficile la lecture des traces d’usure, relevées sur 56,5 % des restes [tabl. XXXIII]. L’origine anthropique des stigmates est parfois délicate à attester.

148L’identification des éléments brûlés est problématique car le sédiment encaissant, un paléosol brun-gris, a teinté les vestiges, phénomène accentué par la présence de cendres qui ont participé à la coloration des coraux en gris. Ainsi, seules les traces charbonneuses très marquées ont pu être relevées, soit sur 2,9 % des coraux seulement. Il est probable que la part des restes brûlés soit en fait beaucoup plus importante.

3.5.3 La collecte des coraux

149Comme dans le cas du site mésoindien, la question du contexte de ramassage des coraux se pose. Concernant l’origine des restes de corail cerveau, il est difficile de se prononcer car leur surface est généralement très abrasée, aussi il peut s’agir de blocs échoués, collectés sur les plages, comme de blocs prélevés sur les massifs en mer. C’est le corail cerveau Diploria sp., retrouvé sous la forme de têtes hémisphériques ou de fragments de plaques, qui a été majoritairement collecté. Ce taxon se rencontre entre 1 et 40 m de profondeur (Humann 1999), il était donc accessible dans son milieu, avec comme contrainte de le détacher du fond. Comme cela a déjà été évoqué pour le site mésoindien (cf. infra, § 2.8.3), la collecte en mer et le ramassage dans les dépôts de tempêtes sont deux hypothèses envisageables pour les coraux cerveau, alors que les coraux branchus ont plus certainement été collectés sur les récifs.

3.5.4 Les restes coralliens

3.5.4.1 Le corail cerveau symétrique (Diploria strigosa) et le corail bosselé (D. clivosa)

150Deux espèces sont représentées : Diploria strigosa, le corail cerveau symétrique, et Diploria clivosa, le corail cerveau bosselé [fig. 137]. Elles sont très voisines, et ne se différencient que par des crêtes légèrement plus aiguës sur l’une et une surface plus ou moins bosselée sur l’autre. L’érosion de leur surface rend souvent difficile voire impossible la détermination de leur appartenance à l’une ou l’autre espèce. Étant donné qu’elles présentent des qualités mécaniques et abrasives similaires, il est probable que les Précolombiens ne les aient pas distinguées d’un point de vue technologique. Ces deux espèces ont donc été comptabilisées et étudiées ensemble. Sur les 91 restes retrouvés, près de 50 % sont abrasés et seulement 3,3 % présentent des traces de contact au feu.

151Les vestiges correspondent à des têtes hémisphériques ou à des fragments de plaques très compactes [fig. 138]. Ces blocs de forme ovalaire ou rectangulaire mesurent globalement de 18 à 25 cm. On compte huit principaux blocs, les autres restes correspondent à de petits fragments. Le degré d’altération de leur surface est variable et un encroûtement carbonaté masque parfois les traces d’utilisation. Les remontages effectués sur certains blocs montrent des disparités dans la conservation des restes [fig. 138 : 4, 6]. Mis à part un exemplaire de forme rectangulaire dont la surface est peu abrasée [fig. 138 : 5], tous les autres le sont à un stade avancé. Ces traces d’usure sont assez marquées, et dans la plupart des cas les crêtes normalement proéminentes sont quasiment effacées et rapportées sur le même plan que le fond des vallées. On observe également dans la partie centrale de plusieurs blocs une aire de petites dimensions, plus érodée et marquant comme l’emplacement de points d’impacts [fig. 138 : 2-5]. Pour la majorité des blocs fragmentés, les fractures passent par la zone de choc.

FIG. 137 Le corail cerveau bosselé (Diploria clivosa) dans son milieu naturel (réserve de Petite-Terre, Guadeloupe, août 2004).

FIG. 137 Le corail cerveau bosselé (Diploria clivosa) dans son milieu naturel (réserve de Petite-Terre, Guadeloupe, août 2004).

© F. Mazéas.

FIG. 138 Baie Orientale 2. Blocs utilisés de Diploria sp. :
1 : O9 ; 2 M11 ;
3 : P10-Q10 ;
4 : L10 ;
5 : F15 ;
6 : L10-P10-P11.

FIG. 138 Baie Orientale 2. Blocs utilisés de Diploria sp. : 1 : O9 ; 2 M11 ; 3 : P10-Q10 ; 4 : L10 ; 5 : F15 ; 6 : L10-P10-P11.

© D. Bonnissent.

152Compte tenu de la forme de ces blocs et des traces d’utilisation relevées – surfaces abrasées, traces de points d’impacts, fractures – l’interprétation de leur fonction s’oriente vers une utilisation polyvalente en tant que polissoir, meule et enclume. Il s’avère cependant difficile de retrouver quels matériaux ont été broyés, abrasés ou polis au contact de ces blocs de corail cerveau en l’absence de traces lisibles.

3.5.4.2 Le corail corne d’élan (Acropora palmata)

153La forme et les dimensions des fragments de corail corne d’élan (Acropora palmata) [fig. 95] sont très hétérogènes, ceux-ci n’étant absolument pas calibrés contrairement aux restes recueillis sur le site mésoindien (cf. supra, § 2.8.4.1). Ils représentent 18,4 % du poids total des coraux du dépotoir. 91,8 % des restes portent des traces d’abrasion qui témoignent d’une utilisation courante, même si elle apparaît moins normalisée que durant la période mésoindienne. Seulement 4,9 % des restes révèlent des traces de contact au feu, mais comme cela a été dit plus haut, celles-ci étant difficilement décelables elles sont peut-être sous-évaluées. Aucune tache de colorant minéral de type ocre n’a été relevée comme c’est le cas pour les restes mésoindiens.

154Les traces observées correspondent à des plages d’abrasion de configuration et de localisation variées dont témoignent certains fragments [fig. 139]. Ils ont apparemment servi d’abrasif comme l’atteste l’usure des corallites, et ont été utilisés de façon anarchique, aussi bien longitudinalement que transversalement.

FIG. 139 Baie Orientale 2. Fragments d’Acropora palmata portant des traces nettes d’abrasion :
1 : N11 ;
2 : A13.

FIG. 139 Baie Orientale 2. Fragments d’Acropora palmata portant des traces nettes d’abrasion : 1 : N11 ; 2 : A13.

© D. Bonnissent.

155Un élément se détache du lot car la branche de corail elle-même a été modifiée et pas uniquement les corallites comme c’est généralement le cas. Il s’agit d’un fragment façonné, probablement dans le but de réaliser un objet spécifique dont la finalité reste inconnue [fig. 140]. De section globalement triangulaire, cette ébauche porte deux plages latérales polies et planes. Elle provient du carré B3 situé au sud du dépotoir [fig. 107], dans l’aire d’occupation portant des traces de combustion. Cet élément révèle que des objets ont pu être réalisés dans ce matériau, comme ceux qui ont été retrouvés sur le site cédrosan-saladoïde de Golden Rock, essentiellement des zémis (Steenvoorden 1992).

FIG. 140 Baie Orientale 2. Élément façonné dans une branche d’Acropora palmata, carré B3.

FIG. 140 Baie Orientale 2. Élément façonné dans une branche d’Acropora palmata, carré B3.

© D. Bonnissent.

3.5.4.3 Le corail cerveau natan (Colpophyllia natans)

156Parmi les restes de corail cerveau natan (Colpophyllia natans) [fig. 104] exhumés du dépotoir, deux blocs se distinguent. Le premier a une forme naturelle en tête hémisphérique [fig. 141], le second est fracturé. Il faut y ajouter de nombreux petits fragments qui étaient dispersés au sein du dépotoir. Sur les deux blocs, les crêtes naturellement très marquées sont partiellement abrasées. Si cette espèce se distingue des autres par ses faibles qualités mécaniques et une certaine friabilité, sa surface en revanche, avec ses septes en feuillets, apparaît très abrasive. Il semble donc que ce soit pour cette spécificité qu’elle a été collectée ; mais elle a pu être exploitée également pour la pêche ou toute autre activité marine du fait de sa capacité à flotter.

FIG. 141 Baie Orientale 2. Tête hémisphérique de Colpophyllia natans, carré K13.

FIG. 141 Baie Orientale 2. Tête hémisphérique de Colpophyllia natans, carré K13.

© D. Bonnissent.

3.5.4.4 Le corail corne de cerf (Acropora cervicornis)

157Acropora cervicornis, ou corail corne de cerf [fig. 101], est l’espèce la plus abondante en nombre de restes avec 141 éléments alors qu’elle ne représente que 8,2 % de la masse totale des coraux. Mis à part des tronçons et des extrémités de branches, on note également la présence de fragments d’embranchements. Comme pour le site mésoindien, l’abrasion différentielle – une usure des corallites très localisée – indique que l’espèce a été collectée sur le milieu vivant. Les tronçons distribués par classes de longueur se répartissent entre 1 et 18 cm, avec un seul exemplaire plus long sortant du lot [fig. 142]. La classification des longueurs de tronçons révèle des dimensions plus variables que pour le site mésoindien.

FIG. 142 Baie Orientale 2. Classification des tronçons d’Acropora cervicornis d’après leur longueur.

FIG. 142 Baie Orientale 2. Classification des tronçons d’Acropora cervicornis d’après leur longueur.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

158Sur de nombreux éléments, l’extrémité distale est appointée et effilée, signe qu’elle a souvent été sollicitée [fig. 143]. Certains fragments présentent uniquement une légère plage d’usure le long de la branche, alors que d’autres portent des bandes d’abrasion sur toute leur circonférence, alternant parfois avec des plages non modifiées qui révèlent une utilisation également transversale [fig. 143 : 1]. Enfin, quelques éléments sont totalement abrasés. Là encore, c’est une utilisation comme lime qui semble la plus cohérente. La présence de portions de branches non modifiées et pourtant rejetées dans le dépotoir, indique que cette matière première était facilement accessible, et qu’elle n’a pas été économisée.

FIG. 143 Baie Orientale 2. Branches modifiées d’Acropora cervicornis :
1 : M11 ;
2 : P9 ;
3 : D12 ;
4 : K14 ;
5 : K13 ;
6 : I10 ;
7 : J9 ;
8 : P9.

FIG. 143 Baie Orientale 2. Branches modifiées d’Acropora cervicornis : 1 : M11 ; 2 : P9 ; 3 : D12 ; 4 : K14 ; 5 : K13 ; 6 : I10 ; 7 : J9 ; 8 : P9.

© D. Bonnissent.

3.5.4.5 Le corail porite étoile (Porites astreoides)

159On trouve les colonies de corail porite étoile (Porites astreoides) entre 1 et 55 m de profondeur (Weinberg 2000). Les restes exhumés du dépotoir ont l’apparence de petites têtes de forme hémisphérique, à la surface régulière car les corallites qui y sont enchâssées produisent une structure à pores, fine et uniforme. Le squelette calcaire est de texture rugueuse, à grain fin, et il a la consistance de la pierre ponce. Cette espèce possède donc des qualités abrasives non négligeables. Elle représente 5,1 % de la masse totale des coraux exploités.

160Mis à part deux éléments correspondant clairement à des outils, la plupart des restes portent des traces d’abrasement (70 %) difficiles à interpréter du fait de leur forte fragmentation. Les deux outils sont assez similaires, l’un est complet, l’autre est cassé [fig. 144]. Il s’agit d’éléments en forme de quartier de sphère avec une partie active formée par deux facettes d’utilisation qui se rejoignent pour former un angle vif. Ces facettes sont vraisemblablement le résultat d’abrasions et il est clair que le tranchant qui en résulte ne correspond pas à la partie active. Ces éléments ont probablement été employés pour poncer, affûter ou polir des objets, comme en témoignent des stries longitudinales sur les facettes d’utilisation.

FIG. 144 Baie Orientale 2. Outils sur Porites astreoides :
1 : L11 ;
2 : P9.

FIG. 144 Baie Orientale 2. Outils sur Porites astreoides : 1 : L11 ; 2 : P9.

© D. Bonnissent.

3.5.4.6 Le corail étoilé lisse (Solenastrea bournoni) et le corail étoilé bosselé (S. hyades)

161Le corail étoilé rassemble deux espèces, Solenastrea bournoni et Solenastrea hyades, qu’il est ardu de différencier sur des restes modifiés. Il représente 2,6 % de la masse des coraux et 4,6 % du nombre de restes. Sa surface à pores est robuste, son squelette est compact et dense. Au sein d’un ensemble de petits fragments on distingue trois éléments plus significatifs. Ils sont de section semicirculaire et leurs faces supérieures et inférieures sont partiellement usées [fig. 145]. Il est délicat d’interpréter leur fonction.

FIG. 145 Baie Orientale 2. Outils sur Solenastrea sp. :
1 : J9 ;
2 : M8.

FIG. 145 Baie Orientale 2. Outils sur Solenastrea sp. : 1 : J9 ; 2 : M8.

© D. Bonnissent.

162Enfin, un petit fragment de plaque, sans trace d’utilisation particulière, a servi à racler un résidu carboné [fig. 146]. Il s’agit d’un matériau organique durci, de couleur brun-noir contenant entre autres de petits fragments de coquilles pilées. Il est difficile à ce stade de déterminer la nature de ce matériau, soit un bitume fossile, soit un résidu végétal de type résine ou encore un résidu alimentaire. Ce racloir improvisé illustre le concept de l’outil d’économie.

FIG. 146 Baie Orientale 2. Résidu carboné sur Solenastrea sp., carré H10.

FIG. 146 Baie Orientale 2. Résidu carboné sur Solenastrea sp., carré H10.

© D. Bonnissent.

3.5.4.7 Le corail méandreux (Meandrina meandrites)

163Les colonies de corail méandreux (Meandrina meandrites) forment des têtes hémisphériques et des plaques que l’on rencontre entre 1 et 72 m de profondeur (Humann 1999). Sa structure, dont les crêtes sont formées de septes à parois épaisses, est assez robuste [fig. 147]. Les restes sont peu abondants avec seulement 1 % de la masse totale des coraux et leur forte fragmentation ne permet pas de lire l’utilisation qui en a été faite.

FIG. 147 Meandrina meandrites actuel.

FIG. 147 Meandrina meandrites actuel.

© D. Bonnissent.

3.5.5 Hypothèses et interprétations

164Il apparaît que durant cette occupation du Néoindien récent, le principal usage des coraux a été orienté vers la production d’un outil polyvalent sur Diploria sp., à la fois meule, polissoir et enclume. Cet outil dormant à fonctions multiples a probablement servi au traitement de différents matériaux. Si le corail Acropora palmata est peut-être en relation avec le travail de la coquille sur le site mésoindien, il n’a en revanche pas eu spécifiquement cette fonction sur le site du Néoindien récent, comme en témoignent les rares éléments d’industrie (cf. infra, § 3.6.5). De plus, les restes d’Acropora palmata sont beaucoup moins standardisés que sur le site mésoindien. Un seul élément en cours de façonnage signale une production d’objets dans ce matériau.

165D’une façon générale, les coraux ont été exploités ici pour leurs qualités abrasives comme durant la période mésoindienne, mais d’autres usages sont également attestés : enclume, matière première pour la confection d’un objet et racloir improvisé. Il semble donc que leur utilisation soit plus diversifiée que durant la période mésoindienne mais elle apparaît en revanche moins standardisée. Les lames sur coquille et une porcelaine modifiée sont les seuls éléments conservés dans le dépotoir qui ont pu être, éventuellement, façonnés à l’aide de coraux. Mais d’autres hypothèses d’utilisation sont envisageables compte tenu de la variété de formes et de textures des différentes espèces exploitées. Elles impliquent plusieurs modes opératoires, peut-être pour le travail du bois et le traitement de végétaux destinés à la consommation alimentaire.

166L’étude des restes coralliens laisse entrevoir des schémas opératoires encore méconnus pour les cultures précolombiennes des Petites Antilles et dévoile une exploitation spécifique de ce matériau original au cours du temps.

3.6 Les restes d’invertébrés marins

Nathalie Serrand

167Les restes de mollusques et de crustacés néoindiens sont, contrairement à ceux du gisement mésoindien (cf. supra, § 2.3.4), en situation secondaire de rejet – en dépotoir – et ne permettent pas d’aborder la question de la structuration du site. L’analyse stratigraphique ayant mis en évidence l’existence d’un niveau unique, l’assemblage est traité globalement. La méthode d’analyse de ces restes est identique à celle suivie pour l’assemblage mésoindien.

  • 15 Le matériel malacologique issu de la fouille de 1992 a été inventorié [fig. 109] mais pas analysé, (...)

168L’ensemble totalise 34 017 restes correspondant à au moins 10 245 individus [tabl. II]15. Ils appartiennent à 79 espèces de mollusques, soit 53 espèces de gastéropodes marins, au moins 2 de gastéropodes terrestres, 22 de bivalves et 4 de polyplacophores. On décompte aussi des représentants d’au moins 3 genres de crustacés terrestres, de 2 genres de crustacés marins et d’échinodermes non déterminés. Les éléments d’industrie sont peu nombreux.

3.6.1 Composition du matériel

169Les trois composantes déjà identifiées dans l’ensemble mésoindien se retrouvent ici. Les restes de taxons dont l’apport sur le site est d’origine anthropique [tabl. II] dominent, tant en nr (77,3 % du total ; 26 305 restes) qu’en nmi (66,5 % du total ; 6 815 individus). Ce sont le burgo Cittarium pica, les nérites N. versicolor et N. peloronta, les astrées Lithopoma tuber et L. cælata, la littorine Cenchritis muricata, le turbo Turbo canaliculatus, le lambi (Strombus gigas), le chiton Acanthopleura granulata et, dans une moindre mesure, Thais deltoidea, Neritina virginea, Codakia orbicularis et les crustacés terrestres gécarcinidés.

170Les taxons d’origine mixte, ramassés morts ou de manière occasionnelle voire accidentelle, pouvant provenir de la matrice sableuse du site ou introduits par les bernard-l’ermite, sont peu nombreux. Roulés, érodés, les fragments retrouvés sont ceux de petits gastéropodes comme l’acmée Acmæa leucopleura et la fissurelle Fissurella nodosa, mais aussi Leucozania nassa, Pisania auritula, Cymatium sp., Nodolittorina tuberculata, Modulus modulus, etc. Cette catégorie comprend aussi quelques bivalves tels Antigona rigida, Arca zebra, Lucina pectinata, Chama macerophylla et Anomalocardia brasiliana, représentés chacun par moins de 5 fragments. Étant donné les faibles quantités impliquées (< 4 % nr et nmi) et la difficulté où l’on se trouve d’en identifier l’origine, ces éléments ne modifient pas les résultats majeurs. Ils sont donc intégrés dans les calculs de fréquence relative (%).

171Plus nombreux sont les restes de taxons intrusifs, en particulier ceux de balanes (N = 8) et de vermets (N = 1) qui se sont détachés des coquilles des strombes, et ceux du gastéropode terrestre Bulimulus cf. guadalupensis (nr = 6270 ; nmi = 3002) et du bernard-l’ermite terrestre Cœnobita clypeatus (nr = 256 ; nmi = 81). Comme pour l’ensemble mésoindien, on tient ces derniers restes pour ceux d’individus vivant sur le site et l’on considère leur présence comme d’origine naturelle. Les perturbations éventuelles induites par eux dans l’assemblage – introduction ou soustraction de coquilles de gastéropodes – sont mineures en regard de la représentation des espèces concernées : nérites, astrées, burgo. Ils représentent 19,2 % des restes et 30 % des individus de l’assemblage. Considérés comme intrusifs, ils ne sont pas pris en compte dans le calcul des fréquences relatives (%) visant à déterminer les espèces consommées.

3.6.2 Taxons et milieux exploités

172Sans les composantes intrusives et en tenant compte de la faible part d’éléments potentiellement introduits de manière involontaire, 27 482 restes soit 7 157 individus témoignent de la collecte anthropique [tabl. III]. Les mollusques dominent (95,2 % nr ; 99,5 % nmi), en particulier les gastéropodes (90 % nr ; 96 % nmi) puis les polyplacophores (3,7 % nr ; 1,7 % nmi). Les bivalves (< 2 % nr et nmi) et crustacés (4,8 % nr ; 0,5 % nmi) sont faiblement représentés.

  • 16 Toutes les proportions sont désormais établies sans les composantes intrusives.

17310 taxons totalisent à eux seuls près de 92 % des restes et individus16 : Cittarium pica, Nerita cf. versicolor, N. cf. peloronta et Nerita sp., Cenchritis muricata, Lithopoma tuber, Turbo canaliculatus, Strombus gigas, Acanthopleura granulata et Thais deltoidea [fig. 35b]. S’y ajoutent Neritina virginea, Codakia orbicularis, les crustacés gécarcinidés, palinuridés et indéterminés, Tellina radiata, Purpura patula, ainsi que plusieurs espèces de Thais et de Donax.

174Ces taxons reflètent une collecte centrée sur le médiolittoral rocheux, avec 87 % des individus provenant de cette zone (et 89,3 % nr ; fig. 36b), en particulier Cittarium pica, Nerita versicolor, N. peloronta et Acanthopleura granulata. Des espèces complémentaires ont également été capturées dans les herbiers infralittoraux sur substrats sablo-vaseux (3,6 % nr ; 8 % nmi) comme Strombus gigas, Lithopoma cælata, L . tuber et Turbo canaliculatus. L’exploitation de milieux secondaires vient compléter le spectre : crustacés gécarcinidés dans les milieux terrestres (au moins 2,8 % nr mais seulement 0,4 % nmi) et espèces diverses dans des milieux mêlant fonds sablo-vaseux, rochers, poches d’herbiers, éléments coralliens et franges de mangrove (2,2 % nr ; 4,3 % nmi).

175Les occupants néoindiens du site ont donc ciblé leur collecte sur le burgo Cittarium pica et sur quelques taxons accompagnateurs – nérites, chitons… – concentrés dans la zone rocheuse du médiolittoral. Ces espèces sont actuellement abondantes sur la bande rocheuse qui relie la Baie Orientale et la Baie de l’Embouchure [fig. 37], sur le bord et dans le premier mètre d’eau. Les taxons d’herbiers infralittoraux – strombes, astrées, turbos – ont, quant à eux, pu être collectés dans les premiers mètres d’eau de la Baie Orientale, jusqu’à l’îlet de Caye Verte au large et dans la Baie de l’Embouchure. Les fonds sableux y sont couverts de zones plus ou moins denses d’herbiers à Thalassia testudinum dès le premier mètre d’eau. Cette zone devait, notamment, concentrer les strombes juvéniles (Stoner, Ray 1993). Les taxons secondaires de milieux mixtes ont été prélevés à l’occasion dans les zones intermédiaires parsemant les fonds sableux de la Baie Orientale et de la Baie de l’Embouchure, zones où ont également été prélevées les quelques langoustes dont la présence de restes atteste la consommation. Enfin, les crustacés terrestres ont été capturés dans les formations de mangrove et dans les zones d’arrière-plage des deux baies : Salines d’Orient, Étang aux Poissons et Étang Chevrise.

3.6.3 Collecte, traitement et consommation des taxons majeurs

3.6.3.1 Le burgo Cittarium pica

176Le burgo Cittarium pica est l’espèce phare consommée durant l’occupation néoindienne et représente plus de la moitié des individus de l’assemblage : 53,9 % nmi et 75,2 % nr [tabl. III]. Les coquilles complètes (N = 456) et subcomplètes (dépourvues d’ouverture, de base ou de spire, N = 847) sont fréquentes (6,3 % des restes du taxon) mais les fragments différenciables, attribuables à un individu, et les fragments indifférenciés sont également nombreux (20,6 % des restes). Ce fort taux de fragmentation est assez caractéristique pour ce taxon mais pourrait avoir été amplifié, comme sur le gisement mésoindien, par la cuisson des animaux dans leur coquille (cf. supra, § 2.3.3).

177Peu de restes, une majorité de fragments de base, présentent des traces nettes d’exposition au feu (0,6 % nr). Des traces fugaces grisâtres sont par ailleurs notables sur environ 15 % des éléments mais, comme pour les autres vestiges matériels – le corail notamment –, il est difficile de distinguer si elles résultent d’une exposition au feu ou d’une coloration due au séjour dans le sédiment encaissant – un paléosol brun-gris –, accentuée par la présence de cendres. Les indices clairs d’une exposition directe au feu sont donc au total assez rares. Cela pourrait indiquer que la majorité des coquilles n’a été exposée au feu que sur une très courte durée. Toutefois, aucune structure de cuisson du type de celles observées sur le gisement mésoindien n’a été mise au jour, et seules des traces de combustion diffuses, localisées au sud-ouest du dépotoir, ont été repérées (Bonnissent et al. 2002). Il faut donc peut-être envisager un autre mode de cuisson n’impliquant pas d’exposition directe au feu, ce qui pourrait être le cas d’une cuisson par ébouillantage, dans des contenants céramiques par exemple.

178751 coquilles (sub)complètes ont été mesurées auxquelles s’ajoutent des éléments fragmentaires mesurés selon au moins une dimension [tabl. VI]. La longueur moyenne des individus est de 57,9 mm, variant entre 13,1 et 218,5 mm. Le maximum d’enregistrements concerne la mesure de la largeur 2 (N = 1 766) dont la moyenne est de 49,5 mm, variant entre 2,8 et 91,5 mm. La distribution des individus en classes de taille (selon la mesure de la largeur 1 ; fig. 40a) est régulière avec toutes les classes de taille couvertes, une majorité de spécimens de taille moyenne (40-60 mm : 45 % des individus mesurés), quelques individus de petite taille (< 40 mm : 13,5 %) et une bonne part d’individus de taille grande (60-100 mm : 39,2 %) à très grande (> 100 mm : 2,3 %). Les occupants néoindiens ont donc collecté en majorité des individus moyens et grands de burgo là où leurs prédécesseurs mésoindiens en avaient capturé surtout des petits et des moyens.

3.6.3.2 Les nérites (Nerita sp.)

  • 17 Dans les lignes qui suivent, la mention cf. ne signifie pas que seuls les incertains sont pris en co (...)

179Les nérites sont représentées par trois espèces : la nérite à quatre dents (N. versicolor), la nérite dent saignante (N. peloronta) et la nérite tesselée (N. tessellata). Rassemblées, elles totalisent 6,2 % nr [tabl. III] soit 18,3 % nmi. Les deux espèces les plus grandes, N. cf. versicolor17 (nr = 739, soit 2,7 % ; nmi = 690, soit 9,6 %) et N. cf. peloronta (nr = 271, soit 1 % ; nmi = 161, soit 2,2 %) ont été préférentiellement collectées. Elles comptent respectivement pour 52,6 % et 12,3 % des individus de nérite. Les deux spécimens de l’espèce N. tessellata, de plus petite taille, ont sans doute été collectés de manière occasionnelle ou involontaire avec ces deux espèces ciblées. Les 701 restes de Nerita sp. non déterminés à l’espèce du fait de l’altération des dents peuvent, du fait de leurs caractéristiques métriques, aussi bien appartenir aux espèces tessellata que versicolor. S’il s’agit de spécimens de N. tessellata, cette espèce serait alors représentée au même rang que N. versicolor et l’ensemble des nérites disponibles aurait été exploité de manière équilibrée.

180La fragmentation est faible pour les nérites : les coquilles (sub)complètes dominent avec parfois seulement l’absence des dents de l’ouverture, résultat sans doute de l’extraction de l’animal. Nerita cf. versicolor compte 531 coquilles complètes et 17 subcomplètes (74,2 % des restes) et Nerita cf. peloronta, 120 coquilles complètes et 5 subcomplètes (46 % des restes). Seules 9 coquilles complètes de Nerita cf. versicolor et 2 coquilles complètes de Nerita cf. peloronta portent un impact sur la portion dorso-ventrale, stigmate courant dans l’assemblage mésoindien, qui semble lié au geste d’extraction sur des coquilles fragilisées par la cuisson. Les autres restes consistent surtout en ouvertures complètes ou fragmentaires qui se sont sans doute détachées lors de l’extraction de l’animal. Enfin pour les spécimens de Nerita sp., la fragmentation est moyenne avec 58,3 % de coquilles (sub)complètes (401 complètes et 8 dépourvues d’ouverture).

181Comme pour le burgo, la fréquence de restes présentant des traces nettes d’exposition au feu est faible (2,6 % nr) tandis que les traces fugaces grises ont été notées sur près de 40 % des éléments. Les indices clairs d’une exposition directe au feu sont donc rares et, comme pour les burgos, l’hypothèse d’une cuisson par ébouillantage doit être envisagée. Le degré de fragmentation des coquilles de nérites, moindre que celui observé dans l’assemblage mésoindien, pourrait aussi s’expliquer par ce mode de cuisson différent qui entraîne moins fréquemment la fracturation de la coquille lors de l’extraction de l’animal.

182C’est dans leur largeur que la majorité des individus de Nerita versicolor (N = 636) et N. peloronta ont pu être mesurés (N = 153) [tabl. VII ; fig. 41]. Si N. versicolor présente la même distribution en classes de largeur dans les ensembles néoindien et mésoindien, ce n’est pas le cas de N. peloronta. Dans le dépotoir néoindien, les individus de grande taille de cette espèce dominent en effet, ce qui suggère que la collecte a ciblé les gros spécimens.

3.6.3.3 Les polyplacophores (Polyplacophora)

183Les polyplacophores sont représentés par quatre espèces : Acanthopleura granulata, Chiton tuberculatus, C. marmoratus et Ceratozona squalida. Rassemblés, ils totalisent 3,7 % nr et 1,7 % nmi [tabl. III]. L’espèce la plus grande, Acanthopleura granulata, qui est en outre localisée plus haut sur le médiolittoral que les autres (Glynn 1970), a été collectée préférentiellement (3,6 % nr ; 1,6 % nmi). Elle compte pour 98,3 % des restes et 96,6 % des individus de polyplacophore. S’y ajoutent de rares spécimens de trois autres espèces de plus petite taille, Chiton tuberculatus (nr = 7 ; nmi = 2), C. marmoratus (nr = 6 ; nmi = 1) et Ceratozona squalida (nr = 4 ; nmi = 1), qui ont sans doute été collectés occasionnellement ou involontairement en parallèle. Les restes de polyplacophores sont peu fragmentés avec 61,8 % de valves médianes, postérieures ou antérieures désolidarisées mais complètes. Comme pour le burgo et les nérites, la majorité des restes ne présente que des traces charbonneuses fugaces et peu claires évoquant un mode de cuisson sans exposition directe au feu.

3.6.3.4 Le lambi (Strombus gigas)

184Alors qu’il dominait dans le gisement mésoindien, le lambi (Strombus gigas) n’est représenté ici que par 380 restes (1,4 % nr) correspondant à au moins 123 individus (1,7 % nmi) [tabl. III]. 14 autres restes n’ont pas été considérés comme strombes mais appartiennent vraisemblablement aussi à l’espèce S. gigas. Les attributs enregistrés pour chaque reste sont les mêmes que pour l’ensemble mésoindien : état, stade de croissance, données métriques (cf. infra, § 2.3.3).

Stades de croissance et fragmentation

185122 restes fragmentaires (32 % nr) n’ont pu être attribués à aucun stade précis, mais ils ne représentent pas d’individus à proprement parler [tabl. IV].

186Seuls 25 éléments se rapportent au stade juvénile (6,6 % nr) : outre 9 portions fragmentaires, il s’agit de 6 coquilles complètes et de 10 (sub)complètes (sans spire et/ou bord de dernier tour) dont deux des plus petites présentent de possibles traces d’une occupation par un bernard-l’ermite. Les juvéniles pourraient donc représenter au moins 21 individus soit 17,1 % du nmi de strombe [fig. 38a].

18764 éléments (16,8 % nr) se rapportent au stade suivant : juvénile/ subadulte, c’est-à-dire non pourvus de labre. Ce sont surtout des fragments, 54 exactement, et seulement 2 individus complets et 8 subcomplets, c’est-à-dire dépourvus d’apex/spire, de bord de dernier tour ou de columelle. Ce stade compte donc au moins 15 individus, ce qui représente 12,2 % du nmi de strombe.

188Le stade subadulte/adulte est le mieux représenté avec 106 éléments (27,9 % nr) dont 21 individus subcomplets, c’est-à-dire dépourvus de spire et/ou de bord de dernier tour/labre. Avec les restes fragmentaires, ce stade pourrait compter au moins 42 individus, représentant 34,1 % du nmi de strombe.

189Également bien représenté, le stade adulte, avec 39 éléments (10,3 % nr) dont 25 individus subcomplets, compte avec les restes fragmentaires au moins 26 individus représentant 21,1 % du nmi de strombe.

190Enfin, 24 éléments (6,3 % nr) se rapportent au stade adulte/ mature dont 5 individus complets, 11 subcomplets et 4 portions de labre. Avec les restes fragmentaires, ce stade pourrait totaliser 19 individus soit 15,4 % du nmi de strombe.

191Le petit ensemble de lambis compte ainsi 380 restes dont une majorité de fragments issus du dernier tour, du labre, de la spire et de la columelle et 88 spécimens (sub)complets (23,2 % nr) appartenant surtout aux stades les plus avancés : subadulte/adulte, adulte et adulte/mature. La collecte de lambis s’est donc concentrée sur les individus les plus grands.

Traitement des strombes pour la consommation

192La quantité moyenne et la nature des restes fragmentaires, portions de dernier tour essentiellement, quel que soit le stade de croissance ainsi que la rareté des éléments d’industrie (6 éléments avérés) [tabl. VII] sont le signe, contrairement au cas du gisement mésoindien, que les lambis ont été exploités à des fins majoritairement alimentaires, sans fracturation systématique ni utilisation de la coquille.

193Le traitement alimentaire adopté pour les strombes par les occupants néoindiens semble également différent de celui observé dans l’assemblage mésoindien, où les individus étaient cuits dans leur coquille, sur pierres chauffées, avant extraction (cf.infra, § 2.3.3). Ici, près d’un quart (N = 21) des 88 individus (sub)complets des différents stades porte un percement sur le troisième tour de sa spire ; cela concerne 3 juvéniles/subadultes, 6 subadultes/adultes, 8 adultes et 4 adultes/matures [fig. 148]. Ce percement est généralement opéré pour faciliter l’extraction de l’animal par l’ouverture du labre avant cuisson. Dans le cas de 26 autres spécimens, l’absence de la spire ne permet pas de constater la présence ou non d’un orifice mais il est possible qu’elle résulte de la réalisation du percement. Au total, plus de la moitié des spécimens, en particulier ceux des stades subadulte à mature, pourrait donc témoigner d’une extraction de l’animal avant cuisson. Pour les 41 spécimens restants appartenant aux différents stades, il est difficile de se prononcer.

FIG. 148 Baie Orientale 2. Individu mature complet de Strombus gigas (carré L11) présentant un percement caractéristique de l’extraction de l’animal à des fins alimentaires.

FIG. 148 Baie Orientale 2. Individu mature complet de Strombus gigas (carré L11) présentant un percement caractéristique de l’extraction de l’animal à des fins alimentaires.

© N. Serrand.

194Par ailleurs, l’action du feu ne se manifeste que sur une proportion assez faible des strombes : 8 % seulement présentent des traces nettes d’exposition, 25 % environ n’en conservent que des traces brunes fugaces. Il s’agit de 20 fragments et de 12 spécimens (sub)complets, ces derniers appartenant surtout aux stades adulte et adulte/mature (N = 9), avec des traces concentrées sur la spire. Sur les 32 pièces soumises au feu, 12 portent un orifice d’extraction et 3 sont dépourvues de spire. Les spécimens (sub)complets portant des traces d’exposition sont donc minoritaires. Il est possible que tous les strombes n’aient pas reçu le même traitement culinaire : pour la moitié des individus (sub)complets, la rareté des indices clairs d’une exposition directe au feu, combinée à la présence fréquente d’un orifice d’extraction, évoque plutôt une cuisson de la chair hors de la coquille, après extraction. Pour les individus ne présentant pas d’orifice d’extraction et pour ceux des stades les plus avancés, dont la chair est plus difficile à extraire sans cuisson – la masse de chair est plus importante, et la coquille plus épaisse –, il faut envisager une variante dans le traitement culinaire, avec cuisson dans la coquille.

Caractéristiques métriques

  • 18 Sur la classification « en fourchette », cf. supra, § 2.3.3.1, note 11.

195Les enregistrements métriques n’ont concerné que les individus complets et subcomplets de chacun des stades [tabl. V]. Les constatations faites sur la longueur des individus et les stades de croissance auxquels on les a rapportés sont en bonne adéquation malgré des recouvrements partiels inévitables pour les individus de transition, que l’on a tenté d’intégrer dans les champs de la classification par la détermination des groupes mixtes juvéniles/subadultes, subadultes/adultes et adultes/matures18 [fig. 38a]. Elles confirment, a contrario de ce qui a été observé sur l’ensemble mésoindien, une nette préférence, lors de la collecte, pour les individus de grande taille.

3.6.3.5 Autres taxons

  • 19 Le supralittoral est une zone émergée atteinte uniquement par les embruns.

196Quelques taxons ont été exploités sur le médiolittoral rocheux en complément du burgo, des nérites et des chitons. La littorine granuleuse (Cenchritis muricata : nr = 861, soit 3,1 % ; nmi = 674, soit 9,4 %) [tabl. III], qui occupe le haut du médiolittoral et le supralittoral19 a pu être ramassée dans les anfractuosités de rochers ou sur les végétaux vivants ou échoués sur le littoral, au gré de la fréquentation de ce dernier pour la collecte d’autres mollusques ou d’autres ressources – végétaux, bois flotté, corail échoué. Il est possible toutefois qu’elle ait été introduite involontairement avec ces éléments collectés sur le littoral. Il est difficile de se prononcer mais la présence de petites espèces consommées – nérites, astrées – et l’évidence d’une fréquentation importante du littoral rocheux, pourtant éloigné de la zone du site néoindien, ne permettent pas d’exclure sa consommation. Les restes sont surtout des coquilles (sub)complètes (92,3 % nr) qui, comme pour les autres espèces, présentent des traces brunâtres fugaces. En complément, plusieurs espèces de pourpres ont été prélevées sur le médiolittoral rocheux : Thais cf. deltoidea, T. cf. rustica et T. cf. hæmastoma (respectivement 95, 21 et 13 restes, soit 92, 21 et 12 individus) et la pourpre des Antilles Purpura patula (nr = 30, soit 0,1 % ; nmi = 22, soit 0,3 %).

197En ce qui concerne les taxons des herbiers infralittoraux, les astrées (1,6 % nr et 4,2 % nmi). Lithopoma tuber, L. cælatum et Astralium phœbium ont pu être prélevées en même temps que les strombes. L’espèce L. tuber a été collectée préférentiellement (nr = 357, 1,3 % ; nmi = 248, 3,5 %) et compte pour 81,9 % des restes et 82,7 % des individus d’astrée. Viennent ensuite L. cf. cælatum (nr = 58, 0,2 % ; nmi = 38,0,5 %) et quelques spécimens de A. cf. phœbium (nr = 15 ; nmi = 14) qui pourraient avoir été collectés occasionnellement avec l’espèce ciblée. Six restes d’Astræa sp. n’ont pu être déterminés. Les astrées, toutes espèces confondues, sont moyennement fragmentées avec 29 % de coquilles (sub)complètes, c’est-à-dire dépourvues d’ouverture ou de spire. Les autres restes sont fragmentaires, avec surtout des portions de spire, de base ou de dernier tour/ouverture ainsi que 16 opercules témoignant de l’introduction des spécimens à l’état vivant et de leur préparation sur place. La majorité des restes d’astrées présente des traces légères d’exposition au feu, suggérant que si les coquilles ont été chauffées, elles n’ont pas été directement exposées au feu ou seulement sur une courte période. Provenant également des herbiers, le Turbo canaliculatus compte pour 0,5 % nr et 1,8 % nmi et est représenté par une majorité de coquilles complètes et subcomplètes, c’est-à-dire sans bord d’ouverture, ouverture ou spire.

FIG. 149 Baie Orientale 2. Répartition spatiale des restes d’invertébrés en nombre de restes.

FIG. 149 Baie Orientale 2. Répartition spatiale des restes d’invertébrés en nombre de restes.

© N. Serrand, A. Dagand.

198Tous ces taxons ont sans doute été ramassés de manière occasionnelle, éventuellement comme appoint ou variante, en même temps que les taxons majeurs provenant des deux milieux principaux.

3.6.3.6 Les crustacés (Crustacea)

  • 20 Un gastrolithe est une sécrétion calcaire contenue dans la tête et permettant la solidification rapi (...)

199Les crustacés sont moyennement représentés avec 1 321 restes (4,8 % nr) [tabl. III]. Il s’agit surtout de fragments (98,6 % nr) avec seulement 18 dactyles ou propodes de doigt complets ; s’y ajoutent 26 gastrolithes20 complets ainsi que 29 mandibules complètes (22 droites, 7 gauches). Cet état de dégradation suggère que des altérations taphonomiques ont pu faire baisser le niveau de représentation de ces taxons, comme c’est le cas dans l’assemblage mésoindien. Leur représentation est toutefois bien supérieure ici.

200Du fait de leur forte fragmentation, nombreux sont les éléments de carapace qui n’ont pu être rapportés à une espèce déterminée, d’où la forte proportion de crustacés indéterminés dans les comptages (42 % nr de crustacés). L’essentiel des restes déterminés appartient aux crabes de terre (Gecarcinidæ ; 57 % nr de crustacés) avec deux genres représentés, Gecarcinus et Cardisoma – et plus précisément l’espèce Cardisoma guanhumi, le crabe de terre blanc –  qu’il n’a pas souvent été possible toutefois de distinguer. Les deux étaient présents dans les environs du site, puisque le premier est caractéristique de milieux secs plus ou moins éloignés du littoral et le second plutôt inféodé aux terres basses côtières et aux sols boueux proches de mangroves (Chace, Hobbs 1969 ; Burggren, Mc Mahon 1988). Les restes de Gecarcinidæ non déterminés au genre peuvent appartenir à l’un ou l’autre de ces taxons. Enfin, 12 restes de langouste, peut-être la langouste de la Caraïbe (Panulirus cf. argus), dont 3 mandibules, laissent entrevoir une consommation au moins ponctuelle – au moins 3 individus – de cette espèce fournissant un bon apport carné.

3.6.3.7 Une collecte ciblée

201Une évaluation grossière des valeurs relatives de quantité de chair des principaux taxons, tentée selon les mêmes principes que pour l’ensemble mésoindien (cf.infra, §2.3.3), révèle que le burgo Cittarium pica a fourni non seulement le nombre d’individus, mais aussi la masse de chair la plus importante avec sans doute plus de 70 % du poids de chair, devant Strombus gigas et les nérites.

202Les occupants néoindiens de Baie Orientale ont donc mené une collecte sélective mais différente de ce qu’elle fut à l’époque mésoindienne : le ramassage est surtout ciblé sur le burgo et le médiolittoral rocheux, d’où proviennent aussi quelques espèces de complément, en particulier les nérites et chitons. D’autres espèces ont été collectées plus accessoirement dans les herbiers infralittoraux – le lambi et les astrées – et, de manière marginale, dans les zones intermédiaires mêlant fonds sablo-vaseux, rochers et éléments coralliens et dans les franges terrestres de mangrove – les crustacés gécarcinidés.

203Pour les taxons majeurs – burgo, lambi, nérites et chitons – les occupants néoindiens ont par ailleurs ramassé préférentiellement des spécimens de bonne taille.

3.6.4 Répartition spatiale des restes

204L’analyse stratigraphique a mis en évidence un unique niveau archéologique avec une couche principale 3, reconnue dans la plus grande partie du secteur 6, qui a ciblé le dépotoir, et une couche 5 présente dans la petite zone d’occupation sud-ouest (carrés A-E/1-5). La répartition générale des restes d’invertébrés [fig. 149a] indique une forte concentration au centre et au nord de l’aire fouillée (carrés H-Q/9-14), au nord de la tranchée 6. L’importance des restes diminue graduellement sur les pourtours de cette zone comme on peut s’y attendre en contexte de dépotoir. Dans la mesure où le burgo domine, la répartition générale des restes reflète d’abord celle de ce taxon. En ce qui concerne les nérites et les strombes [fig. 149b- c], les concentrations sont situées dans la même zone, partie la plus dense de l’aire de rejet où se concentrent également les autres vestiges matériels. Il est difficile en revanche de faire ressortir une structuration cohérente de l’accumulation pour les strombes, qu’il s’agisse de la distribution des spécimens (sub)complets ou de celle des spécimens portant un orifice d’extraction, un indice qui témoigne clairement de la préparation de l’animal pour la consommation.

3.6.5 Le travail de la coquille

205Le travail de la coquille apparaît anecdotique dans cet assemblage : les individus de Strombus gigas adultes/matures ne témoignent pas du débitage systématique du labre puisqu’au moins sept individus matures complets présentent encore leur labre [fig. 150a]. De plus, les éléments de labre modifiés comme les déchets de production sont rares : un seul outil avec tranchant fini non cassé sur labre de S. gigas subadulte/adulte a été mis au jour, dans le carré F8 [fig. 150b] ; il correspond probablement à une herminette. On compte également une partie distale d’outil fini – un tranchant – sur labre adulte (carré P10), un labre adulte/mature probablement débité (carré O10), un labre débité présentant un début de mise en forme (carré O11) et deux fragments de labres adultes (carrés C12 et P10). S’y ajoute un éventuel outil sur labre de Cassis cf. tuberosa aux surfaces émoussées (carré I10). Enfin, parmi les seize éléments dispersés de porcelaine, peut-être la porcelaine zébrée (Macrocypræa cf. zebra) [tabl. II], deux sont modifiés : le premier est une portion dorsale qui présente des bords façonnés par abrasion et un bord latéral anal portant un biseau (carré O9) ; l’autre est un déchet de débitage de portion dorsale (carré N10). S’y ajoutent quatorze éléments fragmentaires, peut-être liés à la production de portions dorsales. Ces quelques pièces d’industrie sont dispersées dans la zone fouillée sans concentration particulière [fig. 151].

FIG. 150 Baie Orientale 2. Le travail sur coquille de Strombus gigas :
a : individu mature pourvu de son labre (carré N10) ;
b : outil tranchant fini sur labre (carré F8).

FIG. 150 Baie Orientale 2. Le travail sur coquille de Strombus gigas : a : individu mature pourvu de son labre (carré N10) ; b : outil tranchant fini sur labre (carré F8).

© N. Serrand, A. Dagand.

FIG. 151 Baie Orientale 2. Répartition spatiale des éléments d’industrie.

FIG. 151 Baie Orientale 2. Répartition spatiale des éléments d’industrie.

© N. Serrand, A. Dagand.

206En comparaison de l’assemblage mésoindien, la part d’industrie sur coquille est restreinte et il est impossible de comparer les chaînes opératoires ou les procédés techniques des deux ensembles. Néanmoins, comme pour le gisement mésoindien, on peut supposer un lien technique avec les éléments coralliens (cf. supra, § 3.5.5). Ces derniers, même s’ils comprennent moins de restes standardisés que dans le gisement mésoindien, ont pu au moins accessoirement être utilisés pour leurs qualités abrasives, en particulier pour le traitement des parties actives de l’outil avec tranchant de type herminette et de la portion dorsale de porcelaine présentant un biseau.

207Bien que l’on ne puisse exclure la présence de restes d’industrie sur coquille ailleurs, dans la partie détruite du dépotoir, l’activité de consommation alimentaire semble avoir été dominante durant l’occupation néoindienne.

3.6.6 Éléments de réflexion sur les assemblages néo- et mésoindiens

208L’exploitation néoindienne des mollusques à Baie Orientale est centrée sur le burgo Cittarium pica, complété par quelques taxons accompagnateurs – nérites, chitons, littorine, pourpres – aisément collectés, comme lui, sur la bande rocheuse médiolittorale entre la Baie Orientale et la Baie de l’Embouchure. S’y ajoutent quelques taxons d’herbiers – lambi, astrées – collectés dans les premiers mètres d’eau de ces mêmes baies et quelques espèces ramassées de façon occasionnelle dans des milieux intermédiaires.

209La finalité majeure de la collecte semble avoir été la consommation alimentaire, l’industrie sur coquille n’étant documentée que par de rares éléments. Il est possible que des témoins d’industrie aient été emportés ou déposés ailleurs, hors du dépotoir, mais l’assemblage conséquent, vraisemblablement représentatif, en comprend trop peu – signalons la rareté des déchets de production notamment – pour laisser supposer une réelle importance des activités d’industrie sur le site. Cela est surprenant compte tenu du nombre d’individus de Strombus gigas adultes au labre exploitable, et contraste avec la situation observée pour le gisement mésoindien.

210Les deux assemblages de Baie Orientale révèlent, de fait, une exploitation différente des invertébrés sur une même zone côtière aux périodes méso- puis néoindienne.

211Les spectres d’espèces sont très proches tant dans leur composition que dans leur richesse. Seul un quart des espèces – l’ensemble mésoindien en compte 69 et l’assemblage néoindien 79 – diffère et il s’agit surtout de taxons peu représentés, totalisant moins de 1 % du nmi de chaque spectre. De fait, les espèces et milieux exploités, que ce soit de manière ciblée ou au contraire anecdotique, sont peu ou prou les mêmes : ce sont les espèces du médiolittoral rocheux – burgo, nérites, chitons – et des herbiers sur fonds sableux – strombes, astrées –, les plus accessibles et riches aux environs de la Baie Orientale.

212En revanche, l’importance des ressources principales – burgo, nérites, strombes – diffère dans les deux occupations. Même si, dans les deux, burgo et nérites sont numériquement prépondérants en nombres de restes et d’individus [fig. 35], durant l’occupation mésoindienne c’était la collecte des strombes qui avait une importance capitale (cf. supra, § 2.3.3.1). Elle a fourni la matière première essentielle à une des activités majeures liée à la fréquentation du site et a procuré l’apport carné maximal. Le reste des ressources coquillières était exploité en complément, de manière pragmatique, par la mise à profit des ressources accessibles et suffisamment productives sans recherche avancée de rendement. En revanche, durant l’occupation néoindienne, la collecte est avant tout alimentaire et vise un rendement efficace en privilégiant la capture en masse d’une espèce, le burgo, tout en mettant à profit les plus gros spécimens des autres ressources disponibles. Les burgos ne sont pourtant accessibles que dans des zones assez restreintes, situées à la jonction entre les baies Orientale et de l’Embouchure et sur l’îlet Caye Verte. Au contraire, les strombes accessibles dans les herbiers présents dans ces baies ont été nettement moins mis à profit que durant l’occupation mésoindienne et, s’ils contribuent encore en second à l’apport carné, ils ne jouent plus de rôle prépondérant pour l’industrie.

213Le traitement culinaire des strombes durant l’occupation néoindienne semble également différer de celui mis en évidence sur le gisement mésoindien : la cuisson dans la coquille au sein de foyers n’est pas attestée tandis que la pratique de l’extraction de l’animal avant cuisson est avérée sur une bonne partie des spécimens. Les autres taxons ne présentent pas non plus de fréquentes traces d’exposition au feu et ont pu également être cuits sans exposition directe, par exemple par ébouillantage dans des contenants céramiques.

  • 21 Pas de modification radicale des profils de population par exemple.

214Hormis la préférence donnée à des spécimens de taille moyenne à grande dans le spectre néoindien, les données métriques ne révèlent pas de différence radicale dans le profil des populations exploitées durant les deux occupations [fig. 38 ; fig. 39 ; fig. 40]. Il n’apparaît pas d’indice de dégradation locale des populations21 des espèces majeures à une époque ou une autre, et l’explication de ces schémas d’exploitation différents alors que les potentialités locales en ressources restent a priori les mêmes, se trouve sans doute plutôt dans les modalités d’installation et les types d’activités propres à chacune des occupations.

215Les données sur les invertébrés combinées aux autres éléments d’information suggèrent ainsi que, dans le gisement mésoindien, l’activité de production d’outils sur lambi était majeure et l’accès à des fonds d’herbiers et à des strombes matures au labre exploitable, déterminant (cf. supra, §2.3.7). Dans l’occupation néoindienne, l’exploitation est avant tout alimentaire et ciblée sur une espèce rentable, le burgo, et quelques espèces accompagnatrices.

216La forte spécialisation sur le burgo pourrait refléter un type particulier d’occupation, une spécificité fonctionnelle ou temporelle du site. Comme l’indique D. Bonnissent, l’occupation néoindienne de Baie Orientale ne répond pas au schéma classique du grand « village » mais plutôt à une petite occupation de bord de plage ou à un site côtier « satellite » associé à un site majeur d’habitat (Bonnissent et al. 2002 : 94). Le dépotoir de Baie Orientale 2 pourrait alors témoigner d’épisodes très spécialisés de collecte, en l’occurrence ciblés sur les populations locales de burgos, propres à une période de l’année ou à des besoins particuliers ou favorisés par la conduite d’autres activités côtières comme la pêche, éventuellement spécifique et saisonnière, elle aussi.

217Si cette hypothèse était avérée, on pourrait considérer comme probable que d’autres espèces étaient acquises sur d’autres « spots » correspondant à d’autres sites satellites au gré de ces activités ou calendriers, éventuellement cycliques. Dans ce cas, seul l’ensemble des données des sites d’acquisition et du site majeur d’habitat pourrait rendre compte du champ complet des espèces exploitées ainsi que des stratégies et activités d’alimentation et d’industrie mises en œuvre par les occupants néoindiens de Saint-Martin.

3.7 Baie Orientale 2, un site satellite spécialisé

3.7.1 Spécificités des productions matérielles et des pratiques alimentaires

218L’analyse de l’ensemble des vestiges provenant du dépotoir de Baie Orientale 2 offre une image relativement précise des productions matérielles et des activités de subsistance pratiquées sur le site.

219Les productions céramiques sont en grande partie à caractère utilitaire et leur façonnage est souvent sommaire, mis à part quelques éléments plus soignés et engobés dont certains servent de marqueur chronoculturel. Parallèlement, des traits stylistiques témoignent d’une filiation avec la phase antérieure cédrosan-saladoïde. L’assemblage de Baie Orientale 2 présente des similitudes avec ceux de Pointe du Canonnier à Saint-Martin (Bonnissent 2002c ; 2008) et de Spring Bay 1b à Saba (Hofman 1993). Tous trois caractérisent le stade 1 du Néoindien récent dans cette partie de l’archipel, ils sont affiliés au style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde définie pour ce secteur géographique.

220La production sur coquille est très limitée, bien que le dépotoir ait fourni de la matière première potentiellement exploitable telle que des strombes de taille suffisamment importante pour être transformés en outils. Seulement deux lames sur coquille et une cuillère en porcelaine ont été retrouvées aux côtés de quelques produits de débitage et de rares éléments peu modifiés de type « outils d’économie ». On suppose que l’aspect anecdotique de cette industrie est une spécificité de cette occupation. Par ailleurs, la rareté des lames sur coquille semble compensée par la production de l’atelier de haches en cherto-tuffite.

221Le corail est utilisé principalement pour la production d’un outil polyvalent sur têtes hémisphériques ou fragments de plaques de Diploria sp., à la fois meule, enclume et polissoir. Cet outil dormant à fonction multiple a probablement servi à traiter différents matériaux. Si le corail Acropora palmata est certainement en relation avec le travail de la coquille sur le site mésoindien voisin de Baie Orientale 1, il n’a en revanche pas eu spécifiquement cette fonction sur le site de Baie Orientale 2, comme en témoigne la rareté des outils sur test. De plus, les restes d’Acropora palmata apparaissent ici beaucoup moins standardisés. Un élément en cours de façonnage signale une production d’objets dans ce matériau. Deux sortes de « racloirs » en corail caractérisent la série aux côtés d’éléments moins normalisés. D’une façon générale les coraux ont été exploités pour leurs qualités abrasives mais ils ont eu également d’autres usages : enclume, matière première pour la confection d’un objet et racloir. Il semble donc que leur utilisation soit assez diversifiée. Comme les éléments sur coquille susceptibles d’avoir été façonnés avec des coraux sont rares, d’autres hypothèses d’utilisation sont envisagées compte tenu de la variété de formes et de textures des différentes espèces exploitées. Elles impliquent plusieurs modes opératoires, peut-être le travail du bois et le traitement de végétaux pour la consommation alimentaire. Là encore, la complémentarité fonctionnelle entre les outils en pierre, en coquille et en corail reste à établir.

222Les productions lithiques sont réalisées sur des roches récoltées sur l’île, mis à part quelques rares éléments en silex. Deux chaînes opératoires sont particulièrement bien représentées. La première est celle des haches en cherto-tuffite dont une partie du façonnage pourrait s’être déroulée ailleurs, comme semble le montrer le faible nombre d’éclats retrouvés en regard de l’abondance d’ébauches. Les grandes performances de cette roche – ténacité et forte densité – expliquent probablement sa large diffusion en dehors de l’île de Saint-Martin. Un lieu d’extraction, situé dans la partie orientale de l’île, le long de la ravine Moho, a pu être identifié comme l’un des sites possibles d’acquisition de la matière première d’après la qualité de la roche et l’abondance des déblais de carrière, formés d’ébauches de lames de haches abandonnées. La seconde chaîne opératoire est celle des perles cylindriques et discoïdes sur calcite cristalline, dont seuls les premiers stades du façonnage sont connus car les produits finis sont absents. Quelques éléments plus marginaux comme les percuteurs, les meules ou les polissoirs complètent cet outillage. Par ailleurs, des pierres à trois pointes – ou zémis –, dont deux sont ornés d’une gorge à la base, illustrent le domaine du symbolique. La production de haches en cherto-tuffite, de perles et de zémis révèle également une certaine continuité culturelle avec la sous-série cédrosan-saladoïde antérieure (Bonnissent 2008).

223En plus des similitudes établies entre les assemblages céramiques de Baie Orientale 2 et Pointe du Canonnier, des ressemblances sont également observées parmi les autres productions. L’industrie lithique de Pointe du Canonnier a fourni une série de haches sur cherto-tuffite, des meules ou polissoirs, des percuteurs et des zémis, en particulier le type avec une gorge à la base (Bonnissent 2008 : 529). Trois lames et une cuillère sur coquille ainsi qu’un racloir en corail sont similaires aux exemplaires de Baie Orientale 2, ils soulignent encore les ressemblances entre les productions des deux sites (Bonnissent 2008 : 530).

224L’alimentation carnée du site de Baie Orientale 2 a été appréhendée à travers l’analyse des restes de malacofaune, de crustacés et d’un ossement de faune vertébrée. Les moyens de subsistance sont axés sur la consommation des gastéropodes marins les plus accessibles. Le burgo s’avère être le taxon le plus représenté en nombre de restes et en nmi devant le lambi et les nérites. L’estimation du rapport entre le nmi et le poids de chair, compte tenu de la différence de taille de ces trois espèces, confirme également que le burgo a fourni au moins 70 % de l’apport carné. Les coquilles de burgo sont peu fragmentées et ne portent pas de trace d’exposition directe au feu. Il est pourtant certain que ces espèces ont été cuites car l’extraction du mollusque cru est impossible, à moins de perforer ou de casser la coquille, ce qui n’est pas le cas ici. Cela implique donc un autre traitement pour le décoquillage, probablement un mode de cuisson différent, que la présence de récipients en céramique peut expliquer. Ainsi, les coquillages ont pu être cuits dans leur coquille par ébouillantement dans un récipient, traitement thermique expliquant le mode d’extraction, la faible fragmentation des coquilles et la rareté des traces de brûlures. Une partie des coquilles de lambi porte en revanche une perforation circulaire entre les épines, preuve du décoquillage du mollusque vivant, donc avant cuisson. Ce mode de décoquillage a été également utilisé à Pointe du Canonnier pour les strombes (Bonnissent 2008 : 530). Ces observations révèlent un changement de pratique alimentaire entre le Mésoindien et le Néoindien pour la consommation des strombes et autres gastéropodes. Des restes de crustacés attestent de la consommation de crabes de terre, de la famille des Gecarcinidæ essentiellement, mais cette ressource a été peu exploitée. Il est difficile d’envisager que les Amérindiens d’une installation côtière précolombienne aient eu très peu recours à la pêche comme moyen de subsistance. Pourtant, le seul reste attesté est l’otolithe d’un poisson de récifs de la famille des Hæmulidæ découvert dans une coquille. Cette absence presque totale de faune vertébrée et particulièrement d’ossements de poissons est certainement liée à un problème de conservation différentielle. L’ensemble des restes de faune montre une exploitation ciblée exclusivement sur les ressources présentes dans l’environnement proche du site, qu’elles soient marines ou terrestres.

3.7.2 De l’analyse des rebuts à l’identification des activités anthropiques

225Les activités pratiquées sur le site ne sont perceptibles qu’à partir de vestiges dont le statut de rebut a été clairement affirmé par les occupants. Bien que ces rebuts ne soient plus dans leur contexte initial de fonctionnement, ils impliquent néanmoins l’existence de certaines pratiques anthropiques. La présence de charbons de bois, d’abondantes pierres chauffées et de cendres dispersées au sein du dépotoir, indique que des vidanges de foyers y ont été déversées, révélant de ce fait l’existence d’aires de combustion et l’utilisation de pierres de chauffe. Ces probables foyers étaient donc régulièrement nettoyés, ce qui nous prive par ailleurs de la possibilité d’en retrouver conservés. Rappelons que l’analyse de l’état d’altération des restes de gastéropodes corrobore l’hypothèse d’une probable cuisson des coquillages, avec ou sans coquille selon les espèces, dans des récipients, peut-être à l’aide de pierres préalablement chauffées.

226Concernant la céramique, l’absence de déchets liés à sa production laisse supposer que récipients et ustensiles ont été apportés sur le site. En revanche, la reconstitution des chaînes opératoires de l’industrie lithique atteste d’une production sur place de lames de haches dont les premiers stades du façonnage se sont déroulés en dehors du site, et une production de perles en calcite pour laquelle les produits finis manquent.

227Du point de vue de l’organisation spatiale, la particularité de ce gisement est donc la concentration des déchets sur un lieu spécifique : le dépotoir. Un dépotoir, par nature, ne contient pas de traces d’activités fonctionnelles in situ, mais uniquement des éléments inorganisés issus des activités humaines et rejetés lorsqu’ils sont considérés comme devenus inutiles. Ce regroupement des déchets implique une gestion de l’espace incluant le nettoyage de la zone occupée, ce qui induit une certaine sédentarité même si aucune trace de bâti n’a été mise en évidence.

3.7.3 Le statut de l’occupation

228La taille du dépotoir de Baie Orientale 2 et sa morphologie en amas très localisé permettent d’appréhender la catégorie fonctionnelle dans laquelle s’inscrit le gisement afin de proposer quelques hypothèses quant à son statut. Même si les investigations n’ont pas révélé de traces de bâti, il apparaît évident que la configuration du site n’est pas celle d’un village. En effet, l’occupation se limite à un unique dépotoir de forme ovalaire, d’une superficie d’environ 200 m2, isolé sur un ancien haut de plage. Ce gisement ne s’inscrit pas dans le schéma fonctionnel classique du « village » tel qu’il est connu à cette période et il est légitime de s’interroger sur sa fonction. Il est acquis que depuis le Néoindien ancien l’occupation du territoire est organisée selon un réseau de sites satellites spécialisés dépendant d’un village, lieu où se tient la plus grande part des activités anthropiques (Bonnissent 2008). Les villages du Néoindien connus dans les Petites Antilles sont caractérisés par une grande superficie, souvent de plusieurs hectares, avec une aire centrale d’habitat auréolée d’une ceinture de dépotoirs comme c’est le cas pour les sites de Hope Estate et de Pointe du Canonnier à Saint-Martin (Bonnissent et al. 2003 ; Bonnissent 2008), de Trants à Montserrat (Watters 1994) ou d’Anse à la Gourde en Guadeloupe (Hofman et al. 2001).

229On peut émettre l’hypothèse que le dépotoir de Baie Orientale 2 corresponde à un site spécialisé, à vocation peut-être saisonnière, axé sur l’exploitation du milieu marin de la façade atlantique. Il pourrait donc s’agir d’un site satellite en relation avec un village, vraisemblablement celui de Pointe du Canonnier, situé à l’extrémité occidentale de l’île, sur la péninsule des Terres Basses. Ce dernier a fait l’objet de plusieurs campagnes de sondages (Bonnissent 2008) et d’une fouille en 2012. Bien que partiellement documenté, ce vaste gisement présente le schéma classique du village néoindien, avec une partie centrale réservée à la zone d’habitat – marquée par la présence d’un pétroglyphe, d’une sépulture et d’un trou de poteau – entourée d’aires de rejet correspondant à des dépotoirs (Bonnissent 2008 : 512). Les deux gisements ont fourni des assemblages céramiques affiliés au style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde, des productions lithiques, sur coquille et sur corail similaires, et ils correspondent de surcroît à la même plage chronologique, soit entre 740 et 958 ap. J.-C. pour Baie Orientale 2 et entre 660 et 960 ap. J.-C. pour Pointe du Canonnier (Bonnissent 2008 : 277). Ainsi, on est tenté d’assimiler le dépotoir isolé de Baie Orientale 2 à un site satellite spécialisé dépendant du village de Pointe du Canonnier. Cette hypothèse est confortée par deux absences : celle de vestiges liés à la production de céramique et celle de produits finis de la chaîne de fabrication des perles sur calcite à Baie Orientale 2. D’autre part, la position géographique des deux gisements, l’un sur la côte atlantique, l’autre sur la côte caraïbe, corrobore l’hypothèse selon laquelle la présence de ce site satellite serait liée à une exploitation diversifiée des milieux naturels.

230On signalera l’existence de plusieurs autres sites satellites potentiellement contemporains et donc impliqués dans un très probable circuit d’échanges fonctionnels avec Pointe du Canonnier [fig. 152]. Il s’agit du gîte de la Ravine Moho, non daté mais identifié comme un possible lieu d’extraction de la cherto-tuffite pour la taille de lames de hache, du gîte de calcirudite de la Pointe Arago, exploité pour le façonnage des zémis, et du site de décoquillage de strombes de Petite Plage 1 (Bonnissent 2008 : 161-162). Ainsi, on distingue au début du Néoindien récent l’existence d’un schéma d’exploitation du territoire associant le village de Pointe du Canonnier qui concentre la plus grande partie des activités (Bonnissent 2008), des campements satellites qui constituent des sortes de relais sur l’île pour la fabrication d’objets utilitaires ou pour l’exploitation des ressources marines, des sites très spécialisés comme ceux de décoquillage et d’autres sites enfin, à vocation technique uniquement, axés sur l’extraction de roches destinées à l’industrie lithique. Il a été démontré que ce système d’exploitation du territoire était l’héritage direct de la tradition des communautés du Néoindien ancien (Bonnissent 2008). L’ethnologie nous offre un exemple contemporain et similaire de ce schéma d’occupation du territoire : un camp de base ou village et des campements satellites provisoires, saisonniers et spécialisés, sont décrits pour des collecteurs de coquillages en Australie (Meehan 1982), communautés qui ont un mode de vie très comparable à celui des populations néoindiennes des Petites Antilles.

FIG. 152 Possibles relations spatio-fonctionnelles et chronologiques entre les sites du stade 1 du Néoindien récent à Saint-Martin.

FIG. 152 Possibles relations spatio-fonctionnelles et chronologiques entre les sites du stade 1 du Néoindien récent à Saint-Martin.

© D. Bonnissent.

Notes

1 Les plaques ont pu servir à la cuisson des cassaves (galettes de manioc) et sont alors dénommées « platines à manioc ». Elles ont pu servir également à celle des tortillas de maïs dont la culture à l’époque néoindienne a été mise en évidence sur le site de Yuiketi, près de Bisdary (cmne de Gourbeyre), en Basse-Terre de Guadeloupe (Bonnissent 2011).

2 Les numéros de la description sont ceux du placement dans la planche et non les références d’enregistrement des objets.

3 C’est pour cette raison qu’il n’apparaît pas sur la figure de typologie [fig. 127].

4 Le filage du coton est attesté aux Antilles à la fin de l’époque néoindienne par la découverte de fusaïoles modelées.

5 Traduit parfois en français par « blanc-sur-rouge », ce terme désigne un type de décor à motifs peints en blanc sur un engobe rouge.

6 Information P. Rostan, géologue-géotechnicien, Bureau d’études géologiques Téthys, Châteauroux-les-Alpes.

7 L’épigénèse est le remplacement lent, au sein d’une roche, d’un minéral par un autre.

8 La précision sur la matière est une observation non publiée de Arie Boomert et Christian Stouvenot.

9 Le matériel lithique provenant de la fouille de 1992 a néanmoins été intégré à la carte de répartition pondérale du mobilier pour l’analyse spatiale du site [fig. 109].

10 Ils sont conservés au Musée de Saint-Martin.

11 Sur la différence entre tuffites volcano-sédimentaires et tuffites volcaniques massives, cf. supra, § 2.7.1.3 et 2.7.1.4.

12 Couramment appelée « roche à zémis ».

13 Aujourd’hui intégré au laboratoire Ghymac (Géosciences, Hydrosciences, Matériaux, Construction).

14 Le terme est utilisé ici dans son acception franco-hispano-néerlandaise. La zone considérée est dite « des Îles sous le Vent » (Leeward Islands) par les anglophones.

15 Le matériel malacologique issu de la fouille de 1992 a été inventorié [fig. 109] mais pas analysé, il n’est donc pas pris en compte dans la présente étude.

16 Toutes les proportions sont désormais établies sans les composantes intrusives.

17 Dans les lignes qui suivent, la mention cf. ne signifie pas que seuls les incertains sont pris en compte. Elle implique au contraire que le calcul tient compte à la fois des individus identifiés avec certitude et de ceux qui sont incertains.

18 Sur la classification « en fourchette », cf. supra, § 2.3.3.1, note 11.

19 Le supralittoral est une zone émergée atteinte uniquement par les embruns.

20 Un gastrolithe est une sécrétion calcaire contenue dans la tête et permettant la solidification rapide de la carapace après la mue.

21 Pas de modification radicale des profils de population par exemple.

Table des illustrations

Titre FIG. 107 Baie Orientale 2. Plan du dépotoir du Néoindien récent, secteur 6.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre FIG. 108 Baie Orientale 2. Vue vers le sud du dépotoir du Néoindien récent.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre FIG. 109 Baie Orientale 2. Plans de répartition pondérale du mobilier par mètre carré dans le dépotoir du Néoindien récent.
Crédits © T. Romon, D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre FIG. 110 Baie Orientale 2. Log du dépotoir.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre FIG. 111 Baie Orientale 2. Céramique du dépotoir : 1 : plaque moyenne [cf. fig. 118 : 6] ; 2 : pot à encolure évasée [cf. fig. 124 : 1] ; 3 : plat à marli engobé [cf. fig. 118 : 8] ; 4 : pot à goulot verseur [cf. fig. 126 : 1] ; 5-7 : goulots de bouteilles [cf. fig. 126 : 2, 3, 6], 8 : oreille [cf. fig. 126 : 15] ; 9 : mamelon [cf. fig. 126 : 11] ; 10 : fumigateur [cf. fig. 127 : 11].
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre TABL. XXVII Baie Orientale 2. Quantification de la population de récipients et d’ustensiles du dépotoir iden : indentation digitée ; past. : pastillage ; NR : nombre de restes, PdR : poids des restes, en grammes ; g/NR : grammes/reste ; ID : individu décoré ; IND : individu non décoré ; FO : forme ouverte ; FF : forme fermée ; FI : forme indéterminée ; NMI : nombre minimum d’individus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre FIG. 112 Méthode de classification de la céramique précolombienne des Antilles.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre FIG. 113 Procédure de quantification de la population de récipients et d’ustensiles en céramique pour les Antilles FO : forme ouverte ; FF : forme fermée ; FI : forme indéterminée ; ind. : indéterminé.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre FIG. 114 Typologie des bords du site de Baie Orientale 2.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre FIG. 115 Code de représentation des céramiques néoindiennes de Baie Orientale 2.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABL. XXVIII Baie Orientale 2. Répartition des bords en nombre de restes (NR) par catégories.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre FIG. 116 Baie Orientale 2. Répartition du nombre minimum d’individus céramiques par familles de formes.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre TABL. XXIX Baie Orientale 2. Répartition des récipients et ustensiles en nombre minimum d’individus (NMI) par familles de formes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre FIG. 117 Baie Orientale 2. Classe des récipients : 1-6 : la famille des plaques ; 7-10 : la famille des assiettes (7 : catégorie des petites assiettes, 8-10 : catégorie des plats).
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre FIG. 118 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des écuelles : 1-5 : la catégorie des petites écuelles ; 6-14 : la catégorie des plats creux.
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre FIG. 119 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des bols, catégorie des jattes : les jattes de type 1.
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre FIG. 120 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des bols, catégorie des jattes : les jattes de type 1 de grand diamètre.
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre FIG. 121 Baie Orientale 2. Classe des récipients : 1-3 : famille des bols, la catégorie des jattes atypiques ; 4-5 : famille des pots, le type « à embouchure légèrement resserrée » (type 1).
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre FIG. 122 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des pots : 1 : le type « à embouchure légèrement resserrée » (type 1) ; 2-4 : le type « à large embouchure » (type 2).
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre FIG. 123 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des pots : le type « à encolure évasée » (type 3, sous-types 1 et 2).
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre FIG. 124 Baie Orientale 2. Classe des récipients, famille des pots : 1-3 : le type « à encolure évasée » (type 3, sous-type 3) ; 4-6 : le type « à encolure droite » (type 4, sous-type 1 et 2).
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre FIG. 125 Baie Orientale 2. Classe des récipients : 1 : famille des pots, le pot à goulot verseur (type 5) ; 2, 3, 5-7 : famille des bouteilles, les goulots, 8-10 : les probables panses de bouteilles ; 11 : famille des pots, fragment de pot à goulot verseur ? (type 5 ?) ; 12-14 : fonds ; 15-16 : éléments de préhension.
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre FIG. 126 Baie Orientale 2. Classe des ustensiles : 1-8 : les tessons perforés ; 9-11 : les fumigateurs.
Crédits © D. Bonnissent, P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre FIG. 127 Baie Orientale 2. Typologie de la céramique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre FIG. 128 Baie Orientale 2. Industrie lithique en quartz : 1 : percuteur-boucharde ; industrie lithique en cherto-tuffite ; 2 : percuteur-boucharde ; 3, 4 : éclats ; 5 : ébauche.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre FIG. 129 Baie Orientale 2, industrie lithique en cherto-tuffite. Ébauches de haches : 1-3 : tranchants ; 4, 5, 7 : talons ; 6 : talon d’une hache polie probablement brisée à l’utilisation ; 8 : pièce entière ; 9 : talon sur plaquette.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre TABL. XXXI Baie Orientale 2. Essais de compression simple, résultats (MPa mégapascal).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre FIG. 130 Baie Orientale 2. Ressemblance des deux variétés cristallines recueillies dans le dépotoir : 1, 2 : calcite ; 3, 4 : quartz.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre FIG. 131 Baie Orientale 2. Ébauches de perles en calcite.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre FIG. 132 Baie Orientale 2. Rapport longueur / largeur des cristaux de calcite présents dans le dépotoir. Observation réalisée sur 66 cristaux.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 133 Baie Orientale 2. Séquences de fabrication des perles en calcite.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre FIG. 134 Baie Orientale 2. Objets lithiques divers : 1 : trigonolite, calcaire ; : trigonolite, calcirudite ; : fragment de hache polie, calcaire noir ; 4 : hache à encoches, roche volcanique ; 5 : nucléus unipolaire, silex ; 6 : perle tubulaire, roche volcanique (diorite ?).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre TABL. XXXII Baie Orientale 2. Roches volcaniques massives : décompte des produits.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre FIG. 135 Baie Orientale 2. Objets lithiques divers : 1-3 : fragments de meules ou polissoirs, roche volcanique ; 4 : fragment de géode de quartz (râpe ou écailleur à poisson ?).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre TABL. XXXIII Baie Orientale 2. Espèces de corail présentes dans le dépotoir du Néoindien récent, en poids (PdR, exprimé en grammes) et en nombre de restes (NR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 136 Baie Orientale 2. Représentation des coraux par espèces : a : en poids (exprimé en grammes) ; b : en nombre de restes (NR).
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre FIG. 137 Le corail cerveau bosselé (Diploria clivosa) dans son milieu naturel (réserve de Petite-Terre, Guadeloupe, août 2004).
Crédits © F. Mazéas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre FIG. 138 Baie Orientale 2. Blocs utilisés de Diploria sp. : 1 : O9 ; 2 M11 ; 3 : P10-Q10 ; 4 : L10 ; 5 : F15 ; 6 : L10-P10-P11.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre FIG. 139 Baie Orientale 2. Fragments d’Acropora palmata portant des traces nettes d’abrasion : 1 : N11 ; 2 : A13.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIG. 140 Baie Orientale 2. Élément façonné dans une branche d’Acropora palmata, carré B3.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre FIG. 141 Baie Orientale 2. Tête hémisphérique de Colpophyllia natans, carré K13.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre FIG. 142 Baie Orientale 2. Classification des tronçons d’Acropora cervicornis d’après leur longueur.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre FIG. 143 Baie Orientale 2. Branches modifiées d’Acropora cervicornis : 1 : M11 ; 2 : P9 ; 3 : D12 ; 4 : K14 ; 5 : K13 ; 6 : I10 ; 7 : J9 ; 8 : P9.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre FIG. 144 Baie Orientale 2. Outils sur Porites astreoides : 1 : L11 ; 2 : P9.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre FIG. 145 Baie Orientale 2. Outils sur Solenastrea sp. : 1 : J9 ; 2 : M8.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre FIG. 146 Baie Orientale 2. Résidu carboné sur Solenastrea sp., carré H10.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre FIG. 147 Meandrina meandrites actuel.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre FIG. 148 Baie Orientale 2. Individu mature complet de Strombus gigas (carré L11) présentant un percement caractéristique de l’extraction de l’animal à des fins alimentaires.
Crédits © N. Serrand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre FIG. 149 Baie Orientale 2. Répartition spatiale des restes d’invertébrés en nombre de restes.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre FIG. 150 Baie Orientale 2. Le travail sur coquille de Strombus gigas : a : individu mature pourvu de son labre (carré N10) ; b : outil tranchant fini sur labre (carré F8).
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre FIG. 151 Baie Orientale 2. Répartition spatiale des éléments d’industrie.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre FIG. 152 Possibles relations spatio-fonctionnelles et chronologiques entre les sites du stade 1 du Néoindien récent à Saint-Martin.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20518/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search