Version classiqueVersion mobile

Les gisements précolombiens de la Baie Orientale

 | 
Dominique Bonnissent

Chapitre 2. L’occupation mésoindienne

Chapter 2 / The Mesoindian Occupation

Capítulo 2 / La ocupación mesoindia

Résumé

La stratégie d’intervention à Baie Orientale 1 a consisté en la réalisation d’une cinquantaine de tranchées destinées à évaluer le potentiel archéologique de la parcelle. Des sondages complémentaires ont ensuite permis de délimiter l’extension du gisement mésoindien découvert et de définir plus de 500 m2 d’aires de fouille. Les résultats des investigations révèlent cinq zones très riches et exceptionnellement bien conservées qui ont été finement explorées par des décapages manuels. Ces zones regroupent un ou deux secteurs eux-mêmes divisés en carrés désignés sous le terme de locus. Une fois les vestiges dégagés et prélevés, les sédiments ont été systématiquement tamisés sur une épaisseur de 0,30 m. Des plans de répartition pondérale du mobilier par catégories de restes et par loci permettent d’analyser la répartition des vestiges. Des relevés planimétriques de terrain ont été réalisés pour les secteurs les plus organisés. Les données archéologiques montrent que l’occupation, de configuration linéaire, suit un ancien haut de plage, témoin de l’existence d’un paléorivage à environ 200 m du rivage actuel.

Le site s’organise en une succession d’aires de campement, témoins de son occupation par des communautés de même tradition culturelle qui ont fréquenté le lieu en y répétant les mêmes activités : cuisson et consommation de coquillages, de quelques crustacés et de rares poissons, et fabrication d’outils sur coquille, sur pierre et sur corail. Ces activités sont matérialisées par des foyers, des épandages de pierres chauffées, des concentrations de coquilles entières ou débitées, des produits de débitage et des outils, parfois rassemblés en dépôts (fig. 14 à fig. 33). La consommation de mollusques marins apparaît comme la principale source d’alimentation carnée (fig. 34 à fig. 42 ; tabl. 2 à tabl. 8). La collecte est ciblée sur les gastéropodes, dont Strombus gigas qui est le plus représenté. Ces gastéropodes étaient facilement accessibles car proches du rivage, sur le médiolittoral rocheux et dans les herbiers, milieux encore présents aujourd’hui à proximité du site. Il est démontré que ces coquillages, et en particulier Strombus gigas, étaient cuits dans leur coquille sur des lits de pierres chauffées formant des sortes de grils. Ces données sur les techniques de cuisson et de consommation sont inédites et ont été validées par l’expérimentation (fig. 50 à fig. 53). La consommation de poissons apparaît anecdotique en revanche, probablement pour des raisons de conservation différentielle.

L’activité technologique prédominante sur le site est sans conteste la production de lames sur coquille, sortes d’outils tranchants réalisés sur labre de Strombus gigas. La chaîne opératoire a pu en être reconstituée : débitage par percussion lancée tout d’abord, polissage par abrasion ensuite (fig. 43 à fig. 49, tabl. 9 à tabl. 16). Les outils, les ébauches et la matière première exploitable sont rassemblés en dépôts, alors que les éléments érodés et cassés sont abandonnés, épars, sur la zone d’occupation. Les aires d’activité reconnues correspondent à des ateliers de débitage de lames sur coquille mais aussi au lieu de leur utilisation, comme en témoignent les traces d’usure visibles sur certains outils.

L’industrie lithique apparaît plus diversifiée dans les productions et les matériaux exploités (fig. 56 à fig. 60) : les techniques utilisées sont le débitage par percussion lancée, le bouchardage et le polissage ; les supports principaux sont le silex, les roches volcaniques et volcano-sédimentaires, et les calcaires (fig. 61 à fig. 82 ; tabl. 17 à fig. 21). La production consiste essentiellement en petits éclats de silex parmi lesquels les outils sont rares. Leur fonction et les modalités de leur utilisation laissent perplexe ; et il est envisagé qu’ils aient pu être enchâssés dans un montant de bois pour le traitement de tubercules en contexte protoagricole. Le silex est à la fois la matière première la plus utilisée et celle dont l’acquisition a nécessité le plus d’investissement, car elle n’est pas présente sur l’île. On interprète d’ailleurs avec difficulté l’apparente contradiction entre la complexité de l’acquisition de la roche et le produit très basique qu’on en tire – des éclats – alors que des matériaux disponibles sur l’île pourraient présenter des qualités similaires. Mais on ne peut que constater que toutes les étapes de son exploitation sont représentées sur le site, comme l’atteste la présence d’éclats corticaux. Certains objets sont réalisés quant à eux dans une roche provenant de l’île de Saint-Barthélemy, un calcaire dont la fragilité donne à penser qu’ils ne sont pas fonctionnels ou très peu. Il s’agit des pièces exceptionnelles d’un dépôt constitué uniquement de mobilier lithique et de quelques objets épars dont une ébauche de pendeloque sur galet, unique parure retrouvée sur le gisement, très certainement indicatrice d’identité clanique (fig. 83 à fig. 93). Achevées ou non, avec leur forme parfois énigmatique, ces pièces à la vocation peut-être cérémonielle sont une évocation de l’univers esthétique et symbolique des occupants du site. Par ailleurs, les mortiers ou vases en pierre, seuls contenants mis au jour, sont les premiers à être réellement datés en contexte mésoindien dans l’archipel. L’industrie lithique compte également des meules ou polissoirs, et des galets utilisés comme percuteur et enclume.

Le corail, certainement exploité pour ses qualités abrasives, a dû être utilisé à des fins particulières comme l’indique le choix largement majoritaire de deux espèces : Acropora palmata et Acropora cervicornis (fig. 94 à fig. 106 ; tabl. 22 à tabl. 26). Caractéristiques à cet égard sont les tronçons de branches qui portent des traces d’abrasion résultant de leur utilisation, peut-être dans les derniers stades de la chaîne opératoire de production de lames sur coquille. L’étude du corail suggère en effet l’existence d’une « chaîne opératoire mixte » recourant à différents matériaux pour la production d’objets et donc une certaine complémentarité fonctionnelle entre les outils en pierre, les outils en coquille et les outils en corail.

Ce gisement renouvelle complètement notre vision des modes de vie dans l’archipel à l’époque mésoindienne. Les hommes installés sur le littoral disposaient des ressources marines nécessaires à leur alimentation et à la fabrication de lames sur coquille. Cette industrie orientée vers la production d’un seul type d’outil pendant près d’un millénaire, répond assurément à un besoin particulier. Il est très probable que les lames sur coquille, compte tenu de leur fragilité, aient servi à travailler le bois, peut-être après que celui-ci ait été brûlé pour faciliter le travail. Étant donné le mode de vie nomade des communautés mésoindiennes et l’importance numérique des dépôts de lames mis au jour, on pense que ces dernières étaient utilisées dans la fabrication des canoës. Ainsi, on peut émettre l’hypothèse que cette production et son stockage sont en relation avec la fabrication et l’entretien d’embarcations, nécessaires aux déplacements de populations tournées vers la mer.

Texte intégral

2.1 Méthodes d’investigation et de recherche

2.1.1 Stratégie d’intervention

1La grande superficie de la parcelle concernée par les travaux d’aménagement du « Village d’Orient » a offert l’opportunité de sonder 1/6e du littoral de la Baie Orientale [fig. 13], soit plus de 6 ha, ce qui est exceptionnel dans le contexte de l’île de Saint-Martin et d’une façon générale dans les Petites Antilles. La stratégie de fouille a été adaptée au contexte stratigraphique et au caractère d’urgence de l’intervention dont la durée était limitée à 2,5 mois sur le terrain.

FIG. 13 La Baie Orientale vue vers le sud-est. Au premier plan, la zone des recherches.

FIG. 13 La Baie Orientale vue vers le sud-est. Au premier plan, la zone des recherches.

Cliché aimablement confié à l’auteur par la Gendarmerie nationale.

2Dans un premier temps, une prospection systématique et mécanique de la parcelle, représentant une cinquantaine de sondages en tranchée, soit 1,4 km de sondages linéaires, a permis d’explorer 3 % de la superficie du terrain [fig. 6]. Les tranchées de reconnaissance, implantées dans la grande majorité des cas perpendiculairement à la côte, ont permis de délimiter l’extension du gisement mésoindien et d’effectuer une observation continue du contexte géologique depuis les pentes du Morne Griselle jusqu’à l’arrière-plage. C’est à cette occasion que le gisement de Baie Orientale 1 a été découvert (Bonnissent 2000).

3Dans un second temps, des sondages complémentaires ont permis d’évaluer précisément l’extension du gisement précéramique (Bonnissent, Romon 2000). Les niveaux anthropisés ont été repérés par la présence de lits diffus de mobilier constitués, pour l’essentiel, par l’association de coquilles marines, de fragments de roches brûlées ou débitées et de corail, exogènes dans ce milieu exclusivement sableux. Ces niveaux d’occupation sont apparus de prime abord très fugaces et peu structurés. Ils ont été correctement interprétés dès la mise en œuvre du décapage de grandes surfaces, qui a permis d’identifier, en plan, des concentrations correspondant à une occupation organisée. Les niveaux ont été dégagés par de fins décapages à la pelle mécanique, en récoltant le mobilier par unités stratigraphiques en fonction du maillage d’un carroyage préétabli. Les mailles ou « loci », directement implantées sur le terrain, présentent des surfaces de 2,25 m2 environ, ce qui correspond en fait à des carrés dont le côté équivaut à la largeur du godet de la pelle mécanique (1,50 m). Cette méthode permet de localiser immédiatement les vestiges récoltés, les artéfacts et écofacts se repérant aisément dans le sable. L’extension des loci est guidée par le repérage des concentrations de mobilier au fur et à mesure des décapages. Cette méthode de prospection mécanique a été employée lorsque les vestiges étaient peu abondants et dispersés. Elle était interrompue dès l’apparition de niveaux organisés nécessitant une exploration plus précise par une fouille manuelle. La procédure, adaptée au contexte des recherches, a permis de documenter le maximum de superficie en limitant la perte d’information et de circonscrire rapidement les zones les plus susceptibles de livrer des données pertinentes.

4L’ouverture des aires de fouille a été déterminée par le résultat des investigations conduites le long de la bande d’occupation mésoindienne. Cinq zones (A, B, C, D et E) réparties du nord au sud ont été délimitées [fig. 6]. Elles regroupent un ou deux secteurs désignés par le numéro de la tranchée de reconnaissance initiale : la zone A (secteur 4), la zone B (secteurs 11 et 41) la zone C (secteurs 23 et 39) la zone D (secteur 26) et la zone E (secteur 29). Les secteurs sont divisés en loci selon le maillage décrit plus haut. Chaque locus porte un numéro qui permet son repérage en plan sur le site et détermine l’origine du mobilier. Ces cinq zones riches en informations et les mieux conservées ont été précisément explorées par des décapages manuels sur une superficie totale de plus de 500 m2. Une fois les vestiges dégagés et prélevés, les sédiments ont été systématiquement extraits sur une épaisseur de 0,30 m, et tamisés sur une maille de 4 ou 5 mm et plus rarement de 10 mm selon la précision souhaitée. Les résultats sont transcrits sur des plans de répartition pondérale du mobilier, les vestiges ayant été enregistrés par catégories en poids par loci pour toutes les zones étudiées. Des relevés planimétriques de terrain ont été réalisés pour les secteurs les plus organisés. La zone C, située dans la partie centrale du gisement et exceptionnellement bien conservée, a fait l’objet d’une étude plus détaillée.

2.1.2 Élaboration des plans de répartition

Thomas Romon

5Des plans de répartition présentent, par unités stratigraphiques, le poids des différents mobiliers récoltés par loci : coquille, corail, silex, autres matières lithiques, crustacés et, uniquement pour la zone D où ils étaient suffisamment abondants, les ossements [fig. 31]. Les charbons, trop peu nombreux, ne sont pas figurés. Tous les loci n’ayant pas la même surface, celle-ci a été calculée pour chacun d’entre eux afin d’obtenir un poids par mètre carré de la façon suivante : le poids rapporté à une surface de 1 m2 = poids réel / surface du locus. Des comparaisons peuvent ainsi être effectuées par catégories de mobilier et par loci quelle que soit leur surface. Tous les secteurs ont été traités selon les mêmes classes de poids pour un matériel identique. Ceci permet d’effectuer des parallèles directs entre les cinq zones explorées du site. Sur les plans de répartition, une trame d’un gris plus ou moins soutenu est affectée à chaque locus en fonction du poids du matériel récolté.

2.1.3 Le contexte stratigraphique

6Le contexte sédimentaire de formation des gisements de Baie Orientale 1 et 2 est très original car il n’y a pas, à proprement parler, de succession stratigraphique verticale. On note uniquement et très localement, en zone D, deux niveaux archéologiques superposés dont un très diffus et superficiel. Les occupations humaines se sont en effet déplacées latéralement au cours des siècles sur les hauts de plages qui se sont succédé au fur et à mesure de l’ensablement de la baie (cf.supra, § 1.2.2). Ce phénomène se vérifie encore aujourd’hui avec une ligne de bâtiments touristiques implantée le long du rivage actuel, en avant des gisements archéologiques. Le contexte géomorphologique a donc limité la sédimentation verticale et l’empilement stratigraphique des niveaux archéologiques qui sont de ce fait très peu enfouis, à moins de 0,50 m en moyenne sous le niveau du sol actuel. Cette configuration, dans un contexte sableux très homogène, nous prive des informations de chronologie relative concernant les aires d’activité mésoindiennes, retrouvées ici au même niveau mais avec des datations radiométriques échelonnées sur plusieurs siècles.

2.2 Les stations d’occupation

2.2.1 Organisation spatiale du gisement

7L’ensemble des données archéologiques, recueillies lors de l’exploration systématique de la parcelle puis des investigations approfondies de certaines zones, montre que l’occupation s’organise selon une longue bande subparallèle au rivage actuel qui s’étend sur près de 300 m de longueur et sur une trentaine de mètres de large. Elle suit un ancien haut de plage, témoin d’un paléorivage, à environ 200 m du rivage actuel. L’extension du gisement est déterminée par la présence des vestiges qui se raréfient puis disparaissent rapidement au-delà des limites de l’ancien cordon.

8Les traces d’occupation sont repérées à partir du nord-ouest de la parcelle, en zone A, où un îlot de vestiges est conservé au milieu d’une zone partiellement arasée et remblayée [fig. 6]. Le gisement, de configuration linéaire, se poursuit vers le sud avec des restes coquilliers assez dispersés et peu cohérents comme en témoignent les données issues des sondages. Au-delà, la zone B a révélé un ensemble organisé dont seule une partie a pu être étudiée, le gisement s’étendant hors des limites de la propriété. Plus loin, l’espace compris entre les zones B et C est partiellement arasé, et des excavations anciennement remblayées y ont été rencontrées. C’est la partie centrale du site, la zone C, qui présente l’ensemble le plus cohérent et la plus grande densité de vestiges. Les autres zones correspondent à des secteurs d’occupation comparables, tant du point de vue des activités qui s’y sont déroulées que du mobilier, mais les données de répartition spatiale y sont plus lacunaires. La zone C, qui correspond également à la plus grande superficie explorée, a livré des aires d’activité préservées. Enfin, la partie sud du gisement a révélé des vestiges peu denses et perturbés par des excavations formant des mares artificielles parfois comblées par d’épais remblais. Néanmoins, les zones d’étude D et E présentent des vestiges de cette période.

2.2.2 La zone C

2.2.2.1 Configuration générale

  • 1 ngg : nivellement général de la Guadeloupe.

9La zone C, d’une superficie de presque 300m2, regroupe les secteurs 23 et 39 [fig. 14 ; fig. 15 ; fig. 16]. L’occupation est marquée par un épandage de mobilier d’orientation nord-ouest - sud-est qui suit l’ancien haut de plage. Ces vestiges se répartissent sur environ 35 m de longueur avec des concentrations qui prennent place dans la partie axiale de cette zone alors que le mobilier est de plus en plus diffus sur les bordures, comme l’indiquent les plans de répartition pondérale. Le niveau archéologique qui recouvre le dos de l’ancien cordon en révèle la topographie originelle, soit un sommet culminant à une altitude de 1,1 m ngg1 et des flancs allant en décroissant jusqu’à 0,40 m.

FIG. 14 Baie Orientale 1. Zone C :
a : schéma de tamisage ;
b-f : répartition du mobilier en poids par loci.

FIG. 14 Baie Orientale 1. Zone C : a : schéma de tamisage ; b-f : répartition du mobilier en poids par loci.

© T. Romon, D. Bonnissent.

FIG. 15 Baie Orientale 1. Plan général des vestiges de la zone C, secteur 23.

FIG. 15 Baie Orientale 1. Plan général des vestiges de la zone C, secteur 23.

© D. Bonnissent, T. Romon, J.-J. Faillot.

FIG. 16 Baie Orientale 1. Plan général et vue des vestiges de la zone C, secteur 39.

FIG. 16 Baie Orientale 1. Plan général et vue des vestiges de la zone C, secteur 39.

© D. Bonnissent, T. Romon, J.-J. Faillot, A. Dagand.

10Les zones de concentration des vestiges sont liées à des activités d’ordre domestique ou technologique, ou à connotation symbolique [fig. 17 ; fig. 18]. Il s’agit de foyers, de niveaux coquilliers, d’amas de débitage, d’aires de pierres brûlées et d’outils façonnés à partir de coquilles, de roches et de corail. Parmi les mobiliers retrouvés, sont les coquilles de gastéropodes qui sont, en poids, les plus représentés. Le schéma général de leur répartition pondérale par loci est linéaire avec des concentrations qui tracent en quelque sorte les limites de la zone d’occupation [fig. 14b]. Des fragments de corail sont concentrés dans la partie centrale du secteur 23 et autour de foyers [fig. 14c], alors que les matières lithiques autres que le silex apparaissent plus dispersées [fig. 14d]. Le silex et les crustacés sont répartis de façon plus homogène [fig. 14e-f]. Les plans de répartition montrent un déficit général des petits éléments dans le secteur 39, et particulièrement des crustacés. Ce déficit correspond à un biais méthodologique résultant de l’emploi, pour gagner du temps, d’une maille de tamisage plus large, soit 10 mm, alors qu’elle est de 5 mm pour le secteur 23.

FIG. 17 Baie Orientale 1. La zone C.

FIG. 17 Baie Orientale 1. La zone C.

© D. Bonnissent.

FIG. 18 Baie Orientale 1, zone C. Vues des aménagements anthropiques du secteur 39 :
: aire de cuisson F4 ;
: foyer F2 (aire de chauffe des pierres) ;
: dépôt F1 (vingt-deux préformes et outils) ;
: dépôt F3 (quatre labres débités et empilés).

FIG. 18 Baie Orientale 1, zone C. Vues des aménagements anthropiques du secteur 39 : a : aire de cuisson F4 ; b : foyer F2 (aire de chauffe des pierres) ; c : dépôt F1 (vingt-deux préformes et outils) ; d : dépôt F3 (quatre labres débités et empilés).

© D. Bonnissent.

11La couche d’occupation est irrégulière et suit la microtopographie du niveau de sol de l’époque, assez bosselé dans ce milieu sableux. Le sédiment est légèrement plus grossier par endroits et on note la présence du petit gastéropode terrestre Bulimulus cf. guadalupensis, fréquemment associé aux dépôts anthropiques précolombiens. Le sable est légèrement grisé dans la partie axiale de la bande d’occupation où se trouvent les foyers. Cette coloration est liée à la diffusion des particules carbonisées issues des aires de combustion. Néanmoins, les charbons y sont très rares et très mal conservés.

12La stratigraphie de cette zone est assez élémentaire [fig. 19] et reflète la séquence type retrouvée ailleurs sur le site. À la base, on observe un sable corallien grossier de couleur beige clair (us 39.03), surmonté par un sable plus fin de couleur beige foncé (us 39.02). La séquence se termine par un fin niveau d’humus, ici partiellement arasé (us 39.01) et un remblai sableux récent. Le niveau archéologique (us 39.04) forme un lit de mobilier diffus scellé au sein de la couche de sable beige clair, celle-ci ayant enseveli, après leur abandon, les rebuts liés aux activités humaines.

FIG. 19 Baie orientale 1, zone C. Coupe stratigraphique ouest du secteur 39

FIG. 19 Baie orientale 1, zone C. Coupe stratigraphique ouest du secteur 39

© D. Bonnissent, T. Romon.

13L’impact de facteurs post-dépositionnels éventuellement responsables de remaniements au sein de la zone C, et d’une façon générale sur le site, paraît négligeable. En effet, la durée d’exposition des vestiges à l’air avant ensevelissement, la présence d’animaux fouisseurs tels que les crabes de terre, la nature meuble du sédiment et l’action d’éventuelles vagues ont pu favoriser les déplacements de petits d’objets, mais l’ensemble de ces phénomènes taphonomiques reste sans incidence sur la répartition spatiale des vestiges puisque des aires d’activité clairement individualisées sont conservées. En substance, ce sont manifestement les activités humaines durant les réoccupations qui sont à l’origine de la majeure partie des déplacements d’objets. Les vestiges sont donc pour l’essentiel en contexte primaire de rejet ou en position secondaire du fait des gestes effectués par les occupants du site comme nous le verrons plus loin. La qualité contextuelle des données archéologiques permet de dissocier aisément les vestiges liés soit à la consommation alimentaire soit aux activités techniques et symboliques.

2.2.2.2 Une zone de cuisson et de consommation des coquillages

14Les activités de subsistance pratiquées par les communautés mésoindiennes de Baie Orientale 1 sont ici presque exclusivement axées sur la consommation de coquillages et accessoirement de crustacés (cf. infra, § 2.3.3). On note quelques restes anecdotiques de poissons dont la faible représentation est peut-être biaisée par des problèmes de conservation différentielle (cf.infra, § 2.5 ; Bonnissent 2008 : 185-186). Ce sont les gastéropodes qui ont été particulièrement ciblés dont le lambi, Strombus gigas, exploité à la fois pour sa masse de chair importante et son épaisse coquille utilisée comme matière première pour la fabrication d’outils (cf.infra, § 2.3.5). Les principaux taxons exploités forment des niveaux coquilliers qui sont mis en relation avec une série d’aires d’activité liées aux pratiques culinaires : cuisson et consommation des coquillages. Ainsi, nous allons voir dans quelle mesure il est possible de reconstituer la chaîne opératoire de la consommation des coquillages, la première étape consistant en la réalisation de foyers où sont chauffées des pierres très vraisemblablement exploitées pour leur cuisson.

Foyers

15Deux aires de combustion caractérisées par des surfaces cendreuses et des petits blocs brûlés ont été retrouvées au nord et au sud de la zone d’occupation C. La première, située au nord, couvre globalement une superficie de 1,5 m2 avec des limites diffuses [fig. 16 : F2]. Elle est formée d’un niveau de sable gris, coloré par des particules carbonisées sur une dizaine de centimètres d’épaisseur. Elle renferme quelques charbons de bois et des petits blocs présentant des stigmates d’exposition au feu [fig. 18b]. Certains sont légèrement noircis, d’autres sont intensément rubéfiés et portent des traces d’enlèvements thermiques. Les blocs sont dans l’ensemble calibrés, d’un module qui varie entre 10 et 15 cm de côté. Quelques fragments de coquilles brûlées de Strombus gigas y sont associés. Une mesure radiocarbone réalisée sur un charbon de ce foyer a livré le résultat de 760-620 av. J.-C. et 590-400 av. J.-C. en années calibrées (Beta-145372) [tabl. I]. La seconde aire de combustion, située dans la partie sud de la zone d’occupation, concentre également de nombreuses pierres brûlées, elles aussi calibrées et intensément rubéfiées [fig. 15 : F4], qui constituent, sur un seul niveau, une aire globalement circulaire [fig. 17]. Un halo gris autour de l’amas de pierres correspond à la trace laissée par le feu lors de la combustion. Les charbons y sont rares et très mal conservés, l’un d’eux a fait l’objet d’une datation par le radiocarbone. Le résultat, 400-340 av. J.-C. et 320-210 av. J.-C. en années calibrées (Beta-146425), indique que ce foyer est plus récent que celui du secteur 39, décrit précédemment.

16Enfin, un petit regroupement de pierres brûlées retrouvé dans la partie axiale de la bande d’occupation en locus 65 se distingue des deux précédents foyers [fig. 15 ; fig. 17 : F6] car il ne comporte ni cendres ni charbons, ce qui semble indiquer que les pierres ont été récupérées dans les aires de combustion adjacentes. Elles ont été chauffées, comme l’attestent les traces liées à leur exposition au feu. Soit les pierres ont été collectées encore chaudes pour une utilisation calorifique quelconque, ce qui paraît le plus probable, soit elles ont été ramassées froides et rassemblées dans l’attente d’organiser un nouveau foyer. Cet amas pourrait aussi témoigner de la récupération d’éléments utilisés antérieurement, comportement opportuniste qui permet en somme d’exploiter rationnellement les ressources disponibles au cours d’une réoccupation du site. Ces vestiges indiquent par ailleurs le déplacement d’éléments et donc un remodelage de la zone au fur et à mesure de son occupation. De petites concentrations de pierres chauffées très similaires ont été également repérées sur le site mésoindien d’Étang Rouge 1 à Saint-Martin où elles ont été interprétées comme des calorifères (Bonnissent 2008). Ainsi ce type d’aménagement constituant des sortes de calorifères apparaît spécifique du Mésoindien.

17Les blocs calibrés retrouvés dans les deux foyers et dans le probable calorifère, dont l’apport sur le cordon littoral est indéniablement anthropique, ont une origine locale. Il s’agit d’éléments vraisemblablement collectés aux abords de la Baie Orientale, sur les pentes des mornes environnants et dans les fonds de ravines ou le long du rivage, comme l’atteste la présence de quelques galets. L’association de plusieurs types de roches révèle que ces blocs ont été collectés de façon assez aléatoire. Il est acquis que les roches, d’après leurs caractéristiques pétrographiques, ne présentent pas toujours les mêmes qualités calorifiques (Orliac, Wattez 1989). Cet aspect ne paraît pas avoir préoccupé les communautés mésoindiennes de la Baie Orientale. La dimension des blocs semble être en définitive le critère qui a prévalu.

18On peut donc déduire de ces premières observations que les foyers ont servi, entre autres, à la chauffe de pierres exploitées pour leur pouvoir calorifique.

Aires de cuisson

19Trois aires cendreuses forment des concentrations aux limites floues où sont dispersées des pierres brûlées et des coquilles de gastéropodes, des Strombus gigas pour la plupart. Elles jouxtent les foyers et prennent place également dans la partie axiale de la zone d’occupation : F4 en secteur 39, F10 et F11 en secteur 23 [fig. 15 ; fig. 16].

20La première concentration, F4, est située au nord du foyer F2 dans le secteur 39, où un niveau de sable gris cendreux délimite une surface ovale d’environ 4 m2 [fig. 18a]. On observe à la base un épandage de pierres chauffées, recouvert d’un niveau de coquilles, où les S. gigas juvéniles sont abondants et partiellement brûlés. Les pierres sont de même calibre que celles retrouvées dans les foyers adjacents et portent également des traces d’exposition au feu : éclats thermiques et rubéfaction. Les coquilles de Strombus gigas sont réparties sur une surface plus importante que la zone cendreuse associée aux pierres brûlées. En coupe, cette aire est marquée par un niveau horizontal de sable gris, coloré par des particules cendreuses (39.05) [fig. 20].

FIG. 20 Baie Orientale 1, zone C, secteur 39. L’aire de cuisson F4 en coupe.

FIG. 20 Baie Orientale 1, zone C, secteur 39. L’aire de cuisson F4 en coupe.

© D. Bonnissent, T. Romon.

21Les deux autres concentrations du même type (F10 et F11), situées dans la partie centrale du secteur 23, sont, en revanche, moins structurées mais présentent des caractéristiques similaires : une aire cendreuse recouverte d’un épandage de pierres et de coquilles, essentiellement des strombes juvéniles et divers gastéropodes. Leurs limites sont difficiles à cerner en plan car la zone d’occupation présente un semis diffus de mobilier. Là aussi, de petits blocs calibrés portent les marques du feu.

22Plusieurs arguments convergent pour interpréter ces trois concentrations comme les vestiges de cuissons de coquillages sur des lits de pierres chauffées. D’une part les trois aires rassemblent des gastéropodes choisis préférentiellement pour la consommation alimentaire : Strombus gigas, Cittarium pica et nérites (cf. infra, § 2.3.1) ; d’autre part leurs coquilles portent des traces de contact au feu. De surcroît, S. gigas est un gros gastéropode qui, vivant, nécessite que l’on perfore ou que l’on fracture sa coquille pour en extraire la chair. Les coquilles retrouvées ici ne portent pas de trace de fracturation, ce qui implique que le mollusque en a été extirpé une fois cuit. En effet, la rétraction de la chair provoquée par la cuisson en permet une extraction aisée, comme cela a pu être vérifié par l’expérimentation (cf. infra, § 2.4.3.1).

23La répartition spatiale des vestiges résulte également d’actions liées à la consommation des coquillages après cuisson. Il est certain que des gestes comme le prélèvement des coquilles pour l’extraction du mollusque puis leur rejet, ont participé à la désorganisation partielle de ces aires initialement plus structurées. Des descriptions archéologiques et ethnographiques de systèmes de cuisson parfois différents du schéma de Baie Orientale 1, mais dont les aménagements sont composés de pierres chauffées et de coquillages, illustrent très clairement que la consommation détruit l’agencement initial (Orliac, Orliac 1980 ; Meehan 1982 ; Conte 1988 ; Carlier 1993). Quoi qu’il en soit, la concentration F4 du secteur 39 a conservé une certaine lisibilité archéologique qui permet, par analogie, d’interpréter les aires d’activité F10 et F11 comme des aires de cuisson déstructurées. En effet, la répartition des vestiges en deux niveaux, pierres chauffées à la base et coquilles au-dessus, est nettement moins évidente ; néanmoins, certaines de leurs caractéristiques autorisent la comparaison. Ainsi les aires d’activité F10 et F11 procèdent probablement du même schéma fonctionnel comme aire de cuisson et de consommation, mais elles ont dû être soumises à des remaniements ultérieurs, vraisemblablement effectués durant l’occupation et peut-être liés à la récupération occasionnelle de matière première, pierres ou coquilles, pour un autre usage.

Mode de préparation des coquillages

24L’analyse des données archéologiques permet de reconstituer la chaîne opératoire de la cuisson et de la consommation des coquillages. Des pierres, préalablement chauffées dans un foyer indépendant, sont étalées sur le sol, puis les coquillages sont disposés sur l’épandage de pierres brûlantes afin d’y être cuits dans leur coquille. Leur consommation est pratiquée in situ comme en témoigne la dispersion des coquilles. Bien que l’on n’ait plus accès à l’aire de cuisson initiale car elle a été modifiée par l’acte de consommation, il est possible d’envisager qu’il y ait eu, à l’origine, un agencement spécifique des coquillages selon les espèces. En effet, la différence de taille importante entre les gastéropodes majoritairement consommés (cf. infra, § 2.3.3) implique, en fonction de chaque espèce, un temps d’exposition à la chaleur et une disposition spécifique au sein de l’aire de cuisson, comme l’a montré l’expérimentation (cf. infra, § 2.4.3.5). L’analyse de la répartition spatiale des restes donne finalement une image du lieu de consommation qui révèle de nettes concentrations par espèces dans et à proximité des aires de cuisson (cf. infra, § 2.3.4). Cela pourrait indiquer qu’il existait des phases de consommation distinctes et donc logiquement des modes de cuisson différenciés.

25Les exemples archéologiques et ethnographiques de cuissons sur lit de pierres chauffées sont abondants depuis la Préhistoire jusqu’à l’époque actuelle, et la morphologie de ces aménagements est très variable. Ici, la répartition spatiale des pierres brûlées et des coquilles atteste d’un aménagement de surface par épandage et non en fosse comme c’est par exemple le cas du « four polynésien » où la cuisson est réalisée à l’aide de pierres chauffées disposées dans une fosse fermée (Conte 1988 : 489-493 ; Orliac, Wattez 1989). Un autre procédé de cuisson, apparemment spécifique aux gastéropodes, et dans ce cas réservé aux turbos, est mentionné par E. Conte en Polynésie (Conte 1988 : 493). Il décrit une cuisson sur « gril », où les gastéropodes sont déposés dans leur coquille sur des pierres auparavant chauffées, système comparable à celui observé à Baie Orientale 1. Il semble que dans ce type de cuisson, la coquille des gastéropodes serve d’étuve. Une cuisson expérimentale de coquillages sur lit ou « gril » de pierres chauffées a confirmé ces interprétations.

26En conclusion, les différentes observations permettent d’attester que les aires de cuisson de Baie Orientale 1 correspondent à un procédé spécifique, un « gril » de pierres chauffées, dont le but est d’assurer la cuisson des mollusques dans leur coquille. L’étude de la zone C révèle donc des pratiques alimentaires originales, avec un mode de cuisson adapté à un aliment spécifique, le coquillage, et plus particulièrement les gastéropodes de toutes tailles. On peut même envisager que, au sein même des aires de cuisson, les coquillages étaient disposés de façon particulière selon la taille des espèces et le temps de cuisson requis par chacune d’elles.

Fonctionnement des aires de consommation

27Les foyers sont très probablement liés à la production de pierres de chauffe destinées à alimenter les aires de cuisson. Cette dissociation entre « aires de chauffe des pierres » et « aires de cuisson » exprime la nécessité de faire usage de deux aménagements distincts. Des exemples archéologiques étayés par des observations ethnographiques font état effectivement de la chauffe des pierres dans des foyers indépendants (Carlier 1992 ; Orliac, Orliac 1980). Dans ce cas, les foyers subsistent et peuvent être exploités pour d’autres activités domestiques ou technologiques, comme la cuisson de différents aliments, le séchage, le chauffage, l’utilisation de la vapeur, le fumage, l’éclairage… Il est donc envisageable que les foyers aient pu avoir d’autres fonctions que la simple chauffe des pierres.

28Les mesures radiocarbones obtenues pour les deux foyers de la zone C – 400-340 / 320-210 av. J.-C. d’une part (Beta-146425), 760- 620 / 590-400 av. J.-C. (Beta-145372) d’autre part – montrent qu’ils sont d’âge différent malgré des positions stratigraphiques équivalentes, comme les autres aires d’activité. Ainsi, il est probable que les foyers et les aires de cuisson aient pu fonctionner conjointement, même s’il n’est pas envisageable d’établir une chronologie relative compte tenu des problèmes de lisibilité stratigraphique déjà évoqués.

2.2.2.3 Un atelier de débitage de lames sur coquille de Strombus gigas

29Parallèlement aux activités liées à la consommation, des restes coquilliers sont identifiés comme les vestiges d’une industrie sur labre de Strombus gigas adulte, exclusivement consacrée à la production d’outils tranchants en forme de lames. Les produits et sous-produits de débitage retrouvés, qu’ils aient été rejetés sur les aires même d’occupation ou rassemblés en dépôts organisés [fig. 21], permettent d’en reconstituer la chaîne opératoire. Les vestiges de cette industrie sont matérialisés par des concentrations de fragments de S. gigas, des labres débités, des préformes de lames et des lames prêtes à l’emploi dont certaines ont été utilisées et parfois cassées (cf. infra, § 2.3.5).

FIG. 21 Baie Orientale 1, zone C. Dépôts de lames sur coquille du secteur 23 :
a : sommet du dépôt F9 ;
b : dépôt F9 après démontage du premier niveau ;
c : sommet du dépôt F2 ;
d : dépôt F2 après démontage du premier niveau.

FIG. 21 Baie Orientale 1, zone C. Dépôts de lames sur coquille du secteur 23 : a : sommet du dépôt F9 ; b : dépôt F9 après démontage du premier niveau ; c : sommet du dépôt F2 ; d : dépôt F2 après démontage du premier niveau.

© D. Bonnissent.

Amas de débitage

30Trois concentrations de fragments de S. gigas se distinguent de celles correspondant aux aires de cuisson où les coquilles sont retrouvées entières ou peu fragmentées. Par ailleurs, l’absence de traces de combustion sous-entend que ces restes ne sont pas liés à des épisodes de cuisson. Comme ces amas rassemblent surtout des fragments, sachant que les coquilles de S. gigas sont très résistantes et que par ailleurs il n’a pas été mis en évidence de facteurs post-dépositionnels pouvant être à l’origine de cette fragmentation, ils ont été analysés indépendamment comme des aires spécifiques de débitage.

31L’amas F1, situé dans le sud du secteur 23 [fig. 15 ; fig. 17], constitue une aire ovalaire d’environ 2 m de diamètre (loci 28-29, 33-34) avec une répartition des restes assez hétérogène et des limites floues. Le deuxième amas, F3, localisé juste au nord du précédent (loci 30-31, 35-36), forme une surface circulaire de taille plus réduite, de 1 m de diamètre, avec une distribution des fragments plus ramassée [fig. 17]. Vers le nord-ouest, le troisième amas, F5 (locus 49) occupe une petite superficie de moins de 1 m de diamètre et se superpose en partie à l’aire de cuisson F11. Il est impossible d’établir une chronologie relative entre ces deux aires d’activité car elles ne sont individualisées que par la répartition spatiale des coquilles, ce qui ne permet pas de distinction stratigraphique. Par ailleurs, cette superposition met en évidence des activités différées dans le temps qui ont provoqué de très probables déplacements d’éléments durant l’occupation. Cela étant, ils sont limités puisque les deux aires d’activité ont conservé une certaine lisibilité.

32Ainsi, ces trois amas de S. gigas fragmentés, dont les modalités de fracturation sont répétitives comme l’attestent les remontages, résultent d’actions anthropiques. Ils sont interprétés comme le résultat du débitage des coquilles de S. gigas pour la production de lames.

Un dépôt de quatre labres débités et empilés

33Un unique dépôt de labres de S. gigas, F3, a été découvert in situ dans le locus 23 du secteur 39 [fig. 16]. Il s’agit de 4 labres d’individus adultes, débités suivant le même schéma, et retrouvés empilés et emboîtés les uns sur les autres [fig. 18d]. Il n’a pas été possible de déterminer si ce dépôt avait été effectué en fosse car les creusements ne sont pas visibles dans le sédiment sableux. Cependant il apparaît très vraisemblable au regard des autres dépôts, comme nous le verrons plus loin, qu’il ait été enfoui.

34Outre son aspect anecdotique – il permet d’accéder aux « gestes » des Amérindiens –, il documente la première étape de la chaîne opératoire du débitage des lames qui consiste à séparer le labre du corps de la coquille [fig. 22a]. Une trentaine de labres ainsi débités ont été retrouvés dispersés sur la zone d’occupation C. Ils témoignent d’un schéma de taille récurrent (cf. infra, § 2.3.5). Ce dépôt est interprété comme une réserve de matière première pour la fabrication de lames sur coquilles.

FIG. 22 Baie Orientale 1. Produits de débitage sur Strombus gigas :
: labre débité ;
: préforme de lame ; c lame.

FIG. 22 Baie Orientale 1. Produits de débitage sur Strombus gigas : a : labre débité ; b : préforme de lame ; c lame.

© D. Bonnissent, N. Serrand, A. Dagand.

Dépôts de lames et de préformes

35Quatre dépôts ont été dégagés sur la zone C. Ils regroupent entre 4 et 22 éléments rassemblés intentionnellement [fig. 15 ; fig. 16]. Il s’agit aussi bien de préformes dont le tranchant n’a pas été affûté que d’outils finis ou utilisés. Tous ces éléments, au nombre de 48, sont fonctionnels, que ce soit les 18 préformes prêtes à être affûtées ou les 40 lames achevées. Ces dépôts renferment les deux tiers de la production retrouvée sur la zone d’occupation C.

36Le dépôt F1 du secteur 39 est situé en locus 14, à côté du foyer F2, sans pour autant qu’il y ait de rapport fonctionnel entre eux [fig. 18c]. Il s’agit du lot numériquement le plus important puisqu’il contient 22 éléments : 9 préformes et 13 lames [fig. 22b-c]. Lors de leur découverte, ces éléments étaient empilés plus ou moins parallèlement, selon trois niveaux correspondant chacun à un stade de façonnage et d’utilisation. Ainsi, la base du dépôt était constituée de quatre éléments usagés dont les deux plus petits ont été apparemment les plus utilisés. Au-dessus, un niveau était formé de 10 outils finis. Enfin, au sommet, le dernier niveau contenait 9 préformes. L’organisation verticale du dépôt, sur presque 30 cm d’épaisseur, révèle un effet de paroi qui évoque un creusement limité au volume des pièces à enfouir et éventuellement la présence d’un contenant en matière périssable. Ainsi, ce dépôt a probablement été effectué dans une petite fosse dont aucune limite n’était visible dans le sédiment sableux.

37Un deuxième dépôt de lames, F8, est situé dans le locus 61 du secteur 23, à l’ouest de l’aire de cuisson F10. Il est constitué de 4 éléments : 3 préformes et une lame. L’agencement des pièces y est assez lâche, trois d’entre elles sont rassemblées plus ou moins parallèlement, alors que la quatrième est perpendiculaire. Il est difficile de mettre en évidence ici un effet de paroi, mais il est très probable que ces éléments aient été enfouis, comme dans le cas du dépôt précédemment décrit. Le seul outil fini, bien que fragmentaire, apparaît toujours fonctionnel. Il a probablement été endommagé lors d’une utilisation antérieure et a, malgré tout, été stocké pour son tranchant encore exploitable.

38Situé au nord de l’aire de cuisson F10, un troisième lot, F9, découvert dans le locus 67 du secteur 23, renferme uniquement des outils finis, au nombre de 10. Le dépôt apparaît très organisé : les pièces, toutes parallèles, reposent les unes sur les autres et révèlent l’existence d’un effet de paroi nettement marqué [fig. 21a]. L’agencement des pièces y est très serré, et il est fort probable qu’un contenant en matière périssable ait contribué à la cohésion de l’ensemble. La position de trois outils à la base du dépôt indique clairement un creusement en forme de V [fig. 21b]. Il apparaît donc que la fosse correspond précisément au volume des pièces à enfouir.

39Un dernier lot, F2, a été dégagé en locus 28, dans le sud du secteur 23. Il contient 12 éléments : 6 préformes et 6 outils finis, répartis plutôt en amas qu’en niveaux superposés [fig. 21c]. Certains éléments sont disposés de chant et le tout est agencé de façon un peu anarchique par comparaison avec les autres dépôts. La position de chant évoque, là encore, un effet de paroi. Les éléments ne sont pas réellement classés par catégories fonctionnelles, mais on note cependant que la majorité des préformes a été déposée au sommet de l’ensemble alors que quatre des six lames finies occupent la base [fig. 21d].

40Les quatre dépôts de préformes et de lames sur coquille découverts sur la zone C présentent des traits communs. Ils ont certainement été effectués dans de petites fosses, comme l’attestent les effets de paroi et surtout leur position topographique au-dessous du niveau général d’occupation, même si les limites des creusements n’étaient pas visibles. Pour certains, l’agencement des pièces laisse également supposer la présence d’un contenant ou d’un lien en matière périssable, peut-être de type vannerie ou filet, qui a garanti leur cohésion.

41Ces lots mettent en évidence le soin apporté par les Amérindiens au stockage des éléments exploitables dans leur système de production et d’utilisation des lames. Par ailleurs, le classement des éléments par catégories selon les stades du façonnage, reflète une certaine organisation du travail. Ces dépôts sont interprétés comme des points de stockage temporaire d’ébauches et d’outils en vue d’une utilisation ultérieure. Le dépôt F1, de 22 éléments, pèse un poids total de presque 8 kg, et son éventuel transport devait représenter une charge pondérale non négligeable pour des populations nomades. De surcroît les déplacements en mer pouvaient entraîner la perte des outils. Aussi le stockage des lames apparaît comme une solution pratique. D’autre part, il est envisageable que ces dépôts enterrés aient été signalés en surface pour leur repérage. Malheureusement aucun indice signalétique n’a été retrouvé. On peut supposer que, oubliés ou perdus, ils représentent une très faible partie de ceux qui se sont succédé sur le site.

Production et utilisation des lames

42La zone C a fourni une série de vestiges permettant de reconstituer la chaîne opératoire de la fabrication des lames sur coquilles de Strombus gigas. Les concentrations de fragments constituent la trace tangible du premier stade du débitage, lorsque le labre est séparé par percussion du reste de la coquille. Le labre ainsi préparé est ensuite débité, également par percussion, afin d’obtenir une préforme. Les bords de cette ébauche et son tranchant sont ensuite façonnés par abrasion pour donner l’outil fini [fig. 22].

43Les labres préparés, les préformes et les lames sont retrouvés dans deux types de contextes très différents : soit isolés et dispersés sur la zone d’occupation, soit rassemblés sous forme de dépôts. Les éléments isolés sont le plus souvent fragmentaires, usés et pour la plupart inutilisables, alors que les éléments stockés dans les dépôts sont fonctionnels (cf. infra, § 2.3.5). Cette répartition démontre clairement une logique de production et d’utilisation par une gestion organisée et rationnelle de la matière première et des outils. Ces observations impliquent que les ateliers de fabrication de lames sur coquille sont aussi leurs lieux d’utilisation.

2.2.2.4 Les activités auxiliaires

44La présence de deux autres catégories de vestiges (des fragments de coraux utilisés et des roches débitées ou façonnées) répartis sur l’ensemble de la zone d’occupation, signalent des activités parallèles.

45De nombreux fragments de coraux participent probablement à la production des lames sur coquille. La raison de leur présence est ici clairement anthropique, comme l’atteste la sélection des espèces (cf. infra, § 2.8.1). En effet, la majorité des restes correspond à des tronçons d’Acropora palmata, très certainement collectés pour leurs qualités abrasives. Ils sont peut-être à mettre en relation avec le façonnage par abrasion des outils sur coquille, au moins dans le dernier stade de la chaîne opératoire, bien que des éléments lithiques de type polissoir aient pu également être utilisés (cf. infra, § 2.7.1.4). Ainsi, une partie des outils sur corail pourrait participer à la production des lames sur coquille. La principale concentration de fragments de coraux est localisée dans le sud de la zone C, par ailleurs riche en produits et sous-produits de la fabrication des lames [fig. 14]. En substance, on observe que le débitage des matières lithiques et l’exploitation des coraux sont associés aux activités de consommation de coquillages et de fabrication de lames sur coquille, comme en témoignent les vestiges répartis sur toute la zone d’occupation.

46Des matières lithiques taillées se rencontrent dans la plupart des loci avec quelques concentrations notables [fig. 14d-e] et un dépôt intentionnel d’objets, F7, retrouvé dans le nord du secteur 23, locus 73-74 [fig. 15]. Hormis les éléments du dépôt et quelques objets façonnés, la majeure partie de cette industrie correspond à une production de petits éclats comportant de rares outils. Les identifications pétrographiques, les origines géographiques et l’analyse technologique sont abordées plus loin dans ce volume (cf. infra, § 2.6 et 2.7).

47L’unique dépôt lithique F7 représente un poids de plus de 12 kg [fig. 17]. Il s’agit d’un lot exceptionnel de sept éléments dont certains, aux formes inédites, ont été façonnés sur des calcaires noirs provenant vraisemblablement de l’île voisine de Saint-Barthélemy. Ils sont associés à trois blocs de matière première. Ces éléments ont été rassemblés intentionnellement sur une petite surface ovalaire d’une cinquantaine de centimètres de diamètre [fig. 23a]. L’épaisseur de cet aménagement et la position de certaines pièces révèlent des effets de paroi qui suggèrent la présence d’une fosse. La base du dépôt comportait un élément courbe en forme d’ancre [fig. 23d : 10] surmonté d’un bloc de matière première érodée, de texture limoneuse et friable (9), et d’une pièce bifaciale pédonculée [fig. 23c : 8]. Une plaque d’argile crue (7) couvre presque en totalité ce premier niveau d’objets, formant ainsi une sorte de séparation avec le lot supérieur. La plaque d’argile, dont la composante sableuse révèle l’origine lagunaire, est épaisse de 5 à 10 cm selon les endroits. Elle a conservé l’empreinte (6bis) d’une enclume provenant du second niveau d’objets, le premier étant en quelque sorte scellé par l’argile. La partie supérieure du dépôt comporte également plusieurs éléments empilés : une enclume circulaire [fig. 23b : 6], un objet partiellement fragmenté en forme d’ancre [fig. 23a : 5], une pièce bifaciale à une pointe (4), deux blocs de matière première (2, 3) dont un très dégradé (3) de même type que celui trouvé à la base du dépôt (9) et dont la forme originelle n’est plus clairement discernable. Une grande pièce bifaciale à deux pointes (1) occupe le sommet du dépôt.

FIG. 23 Baie Orientale 1, zone C, locus 73-74. Dépôt lithique F7 :
a : sommet du dépôt ;
b : après démontage du premier niveau ;
: niveau intermédiaire ;
: niveau inférieur.
1 : pièce bifaciale à deux pointes
2 : pièce cylindrique
3 : bloc de matière première altérée
4 : pièce bifaciale à une pointe
5 : élément en forme d’ancre droit
6 : enclume
6 bis : empreinte de l’enclume dans l’argile
7 : plaque d’argile
8 : pièce bifaciale pédonculée
9 : bloc de matière première altérée
10 : élément en forme d’ancre courbe

FIG. 23 Baie Orientale 1, zone C, locus 73-74. Dépôt lithique F7 : a : sommet du dépôt ; b : après démontage du premier niveau ; c : niveau intermédiaire ; d : niveau inférieur. 1 : pièce bifaciale à deux pointes 2 : pièce cylindrique 3 : bloc de matière première altérée 4 : pièce bifaciale à une pointe 5 : élément en forme d’ancre droit 6 : enclume 6 bis : empreinte de l’enclume dans l’argile 7 : plaque d’argile 8 : pièce bifaciale pédonculée 9 : bloc de matière première altérée 10 : élément en forme d’ancre courbe

© D. Bonnissent.

48Comme dans le cas des dépôts de préformes et de lames sur coquille, on retrouve ici des éléments peut-être achevés, d’autres à l’état d’ébauche et des matières premières logiquement destinées à être exploitées ultérieurement. Cette composition confère à ce dépôt une vocation qui est plutôt celle du stockage. Cependant, les formes surprenantes et inédites de certains éléments et la fragilité du matériau qui les constitue, un calcaire, les rendent a priori impropres à une utilisation fonctionnelle. Comme le suggère leur étude, il semble que la forme de l’objet l’emporte sur une éventuelle fonction technique (cf. infra, § 2.7.8). Il pourrait donc s’agir d’objets à vocation symbolique ou cérémonielle, comme il en existe plus fréquemment dans la série casimiroïde des Grandes Antilles. La signification de ce dépôt et des objets qu’il contient est délicate à établir au regard des autres vestiges, et les informations recueillies ne permettent pas réellement d’en préciser la fonction et de trancher entre les deux interprétations envisagées : dépôt rituel ou de stockage.

2.2.3 La zone A, limite nord de l’occupation

49Explorée sur une superficie de 82,5 m2, la zone A matérialise l’extrémité nord du gisement mésoindien [fig. 24a]. Elle forme un îlot de vestiges partiellement conservés au milieu de nombreuses excavations produites par des emprunts de sable ensuite remblayés. La couche d’occupation est soit totalement détruite, soit en partie arasée, ce qui explique la très faible densité du mobilier figuré sur les plans de répartition [fig. 24b-c]. Le niveau archéologique est conservé uniquement dans la partie ouest de la zone dégagée ; vers le sud-est il disparaît, arasé sous un épais remblai comme on le distingue en stratigraphie [fig. 25].

FIG. 24 Baie Orientale 1, zone A :
: plan général des vestiges ;
b-c : répartition du mobilier en poids par loci.

FIG. 24 Baie Orientale 1, zone A : a : plan général des vestiges ; b-c : répartition du mobilier en poids par loci.

© D. Bonnissent, T. Romon, A. Dagand.

FIF. 25 Baie Orientale 1, zone A. Coupe stratigraphique du secteur 4.

FIF. 25 Baie Orientale 1, zone A. Coupe stratigraphique du secteur 4.

© D. Bonnissent, T. Romon, A. Dagand.

50Les vestiges découverts correspondent essentiellement à des dépôts d’ébauches et de lames sur coquille. Les dépôts F1 et F2 sont repérés dans les sections nord et sud de la tranchée de reconnaissance 4 [fig. 26]. Le troisième dépôt, F3, a été dégagé sur l’aire décapée. Le dépôt F1, situé en locus 15, contient une préforme et un outil. Le dépôt F2, dégagé en locus 1, a livré trois lames. Enfin, le dépôt F3, découvert en locus 12, a fourni quatorze éléments empilés parallèlement. Comme cela a été décrit précédemment pour la zone C, ces dépôts ont été très certainement effectués dans de petites fosses creusées dans le sable depuis la couche d’occupation. Ils sont à une altitude inférieure au niveau d’arasement, ce qui explique qu’ils soient préservés alors que la couche archéologique est ici pratiquement détruite.

FIG. 26 Baie Orientale 1, zone A. Dépôt de lames sur coquille F2 en coupe.

FIG. 26 Baie Orientale 1, zone A. Dépôt de lames sur coquille F2 en coupe.

© D. Bonnissent.

  • 2 Le test est l’enveloppe externe dure, calcaire ou chitineuse, de certains invertébrés (mollusques, (...)

51Par ailleurs, des labres de Strombus gigas débités attestent également de la production de lames sur coquille dans cette zone du gisement. Le labre provenant du locus 24 a servi d’échantillon pour l’une des datations par le radiocarbone et a fourni un résultat de 790-450 av. J.-C. en années calibrées (Beta-146427) [tabl. I]. Un élément coquillier original au regard de la monotonie de la production de lames sur coquille, a été retrouvé en locus 12, à côté du dépôt F3. Il s’agit d’un Cassis sp. partiellement évidé, l’un des rares artéfacts sur test2 qui n’entre pas dans le système de production des lames. Un seul élément lithique, découvert en locus 32, correspond à une sorte de polissoir qui a pu servir dans la chaîne opératoire de production des lames sur coquille de strombe (cf. infra, § 2.7.5) [fig. 84 : 3].

52Malgré l’érosion, il est possible de caractériser l’occupation de la zone A. En effet, la présence d’éléments issus de la chaîne opératoire de la fabrication de lames sur Strombus gigas – labres débités, préformes et outils – atteste de cette production. Cette zone se distingue également par une concentration artificielle de ces outils, conservés car enterrés dans des dépôts en dessous du niveau d’occupation, ici arasé. D’autre part, les quelques strombes entiers associés à des pierres calibrées et brûlées (dépôt F2) découverts entre deux perturbations au-delà de la limite est de la zone, dans la tranchée de reconnaissance 4, témoignent certainement une fois encore d’activités relatives à la cuisson et à la consommation des coquillages. Cette aire peu organisée n’a pas fait l’objet d’investigations plus poussées mais elle est probablement à mettre en relation avec les activités de la zone A.

53Leurs similitudes, tant dans les activités anthropiques que les datations absolues, attestent d’une certaine homogénéité culturelle entre les zones A et C.

2.2.4 La zone B

54Une autre station d’occupation, la zone B, est localisée entre les zones A et C décrites précédemment [fig. 27a]. Elle a été explorée sur une superficie de 95,5 m2 divisée en deux secteurs : 11 et 41. La séquence sédimentaire est similaire à celle des autres zones du site, même si elle est ici légèrement plus dilatée [fig. 28]. Le niveau anthropisé (us 11.04) y est très nettement visible car la coupe traverse un niveau dense de strombes (F1). Il s’insère, avec un léger pendage est/ouest, dans un sable beige grossier et homogène [fig. 29].

FIG. 27 Baie Orientale 1, zone B :
: schéma de tamisage ;
b-e : répartition du mobilier en poids par loci.

FIG. 27 Baie Orientale 1, zone B : a : schéma de tamisage ; b-e : répartition du mobilier en poids par loci.

© T. Romon, D. Bonnissent, A. Dagand.

FIG. 28 Baie Orientale 1, zone B. Coupe stratigraphique A-C du secteur 11.

FIG. 28 Baie Orientale 1, zone B. Coupe stratigraphique A-C du secteur 11.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

FIG. 29 Baie Orientale 1, zone B. Section B du secteur 11.

FIG. 29 Baie Orientale 1, zone B. Section B du secteur 11.

© D. Bonnissent.

55Une série d’aires d’activité n’est pas sans rappeler celle décrite pour la zone C. La majorité des vestiges est localisée dans la partie ouest de la zone dégagée [fig. 30]. Ils se poursuivent hors de l’emprise des recherches, comme en témoigne la section A-C réalisée en loci 0, 1, 8, 15 et 16. On y retrouve des concentrations de coquilles de strombes [fig. 27b] et des fragments de coraux distribués autour du foyer F2 [fig. 27c]. Les matières lithiques autres que le silex sont plutôt regroupées dans l’ouest du secteur 11 [fig. 27d], alors que le silex est réparti plus uniformément [fig. 27e]. La faible représentation des carapaces de crustacés, seulement 26 g pour toute la zone, est imputable à la maille de tamisage de 10 mm, trop large pour récolter ce type de restes.

FIG. 30 Baie Orientale 1, zone B :
: plan général des vestiges (les différences dans le mode de représentation des loci 23 à 32 tiennent à l’absence de relevé de terrain pour cette zone) ;
: vue du secteur 11 avec, au second plan, la coupe A-C.

FIG. 30 Baie Orientale 1, zone B : a : plan général des vestiges (les différences dans le mode de représentation des loci 23 à 32 tiennent à l’absence de relevé de terrain pour cette zone) ; b : vue du secteur 11 avec, au second plan, la coupe A-C.

© D. Bonnissent, T. Romon, A. Dagand.

2.2.4.1 Les aires de combustion

56Différentes traces de combustion, inégalement conservées, ont été repérées sur la zone B. Des pierres calibrées et brûlées associées à quelques charbons de bois très mal conservés, sont réparties sur 1,5 m de diamètre au milieu du secteur 41 : F2 [fig. 30]. Ces vestiges peu structurés semblent néanmoins traduire l’existence d’un foyer, peut-être en relation avec la chauffe de pierres. Dans le locus 8 du secteur 11, une aire cendreuse ovalaire, quelques charbons de bois et des fragments de Strombus gigas témoignent également de la présence d’une petite aire de combustion : F3. Plus au sud, dans le locus voisin 16, un halo cendreux, des roches et des coquilles brûlées révèlent également l’activité d’un foyer : F4. L’analyse d’un des charbons par le radiocarbone donne le résultat le plus tardif du gisement, soit 110 av. J.-C. - 70 ap. J.-C. en années calibrées (Beta- 146424) [tabl. I].

2.2.4.2 Une concentration de Strombus gigas

57Seules les bordures de la concentration ont été étudiées car celle-ci est située en limite de parcelle, dans le sud de la zone B, hors de l’emprise du projet d’aménagement [fig. 30 : F1]. La concentration, qui se développe vers l’ouest, forme une aire de Strombus gigas comportant quelques autres gastéropodes, le tout associé à des particules de charbon de bois. Les coquilles de strombes sont globalement entières et ne présentent pas de traces de fracturation. Quelques éléments sont nettement brûlés. L’ensemble des observations témoigne de la consommation de S. gigas, certainement cuits auparavant dans leur coquille, peut-être au contact de pierres chauffées. Hormis cette concentration structurée nettement visible, la zone B compte de nombreux strombes qui témoignent probablement du même traitement alimentaire.

2.2.4.3 Les produits de débitage de lames sur coquille

58Une série d’éléments issus de la production de lames – labres débités, préformes et outils – constitue autant d’indices d’une activité technologique sur coquille de Strombus gigas [fig. 27 ; fig. 30]. Ils sont répartis de façon apparemment assez aléatoire dans cette zone dense en vestiges.

2.2.4.4 Des ossements de Scaridæ

59La zone B compte 9 des 40 restes de poissons retrouvés sur le gisement. Il s’agit d’ossements de Scaridæ, concentrés surtout dans les loci mitoyens 27, 31 et 32 du secteur 11. Pour des raisons de temps, ce secteur a fait l’objet d’un tamisage avec une maille de 10 mm alors que le secteur 23 de la zone C, tamisé à 5 mm, n’a fourni qu’un seul reste. La conservation des ossements apparaît ici surprenante par comparaison avec la zone C. Cette question de la représentation des restes de poissons sur le site sera abordée plus loin (cf. infra, § 2.5 et 2.9).

60Les spécificités de la zone B permettent de l’interpréter comme une aire d’occupation mésoindienne, même si les données de répartition spatiale sont moins cohérentes que dans la zone C. Le choix des espèces collectées, particulièrement axé sur les gastéropodes et l’absence de trace de fracturation sur les coquilles de Strombus gigas tendent à montrer que les mollusques ont été cuits dans leur coquille par l’intermédiaire de pierres chauffées. Pour ce qui concerne l’activité industrielle, cette zone présente également des traits communs avec la zone C. En effet, les artéfacts générés par la production de lames sur coquille, les matières lithiques débitées et les tronçons d’Acropora palmata sont présents. Ainsi, de nouveau, activités de subsistance et activités technologiques semblent intimement liées.

2.2.5 La zone D

61Elle est localisée dans la partie sud du gisement sur une superficie d’une centaine de mètres carrés [fig. 31a]. La taille des loci y est irrégulière du fait de la topographie accidentée. Le terrain forme en effet des creux et des monticules artificiels résultant d’emprunts de sable. Les données stratigraphiques permettent d’individualiser deux niveaux archéologiques [fig. 32]. Le niveau supérieur (us 26.04) n’a révélé que des éléments coquilliers dispersés, quelques fragments de coraux et de matières lithiques débitées. Seules les données de l’unité stratigraphique inférieure (us 26.05) sont analysées ici. Ce niveau d’occupation assez dense a livré un ensemble d’éléments similaire à celui des autres zones du site : des coquilles de strombes, des matières lithiques, des fragments de coraux et des restes de crustacés et d’ossements de poissons. La répartition pondérale des coquilles par loci montre une concentration d’orientation est/ouest nettement visible dans la fenêtre dégagée [fig. 31b]. Cette bande regroupe également la majeure partie des autres vestiges.

FIG. 31 Baie Orientale 1, zone D :
: plan général des vestiges (la topographie accidentée de la zone est à l’origine de l’irrégularité des loci) ;
b-g : répartition du mobilier en poids par loci.

FIG. 31 Baie Orientale 1, zone D : a : plan général des vestiges (la topographie accidentée de la zone est à l’origine de l’irrégularité des loci) ; b-g : répartition du mobilier en poids par loci.

© T. Romon, D. Bonnissent, A. Dagand.

FIG. 32 Baie Orientale 1, zone D. Log réalisé en locus 37.

FIG. 32 Baie Orientale 1, zone D. Log réalisé en locus 37.

© D. Bonnissent.

62Des coquilles entières de strombes témoignent là encore d’une probable consommation. Ces restes apparaissent néanmoins peu organisés, avec une concentration principale sur trois loci. À l’ouest de cette concentration, on retrouve des éléments de la chaîne de fabrication des lames sur coquille : préformes et outils. De plus, au sud de la concentration de coquilles, une aire cendreuse à cheval sur les loci 7 et 8 est associée à quelques fragments de coquilles brûlées et à des particules carbonisées [fig. 31a : F1]. Cette aire, bien que de superficie réduite – environ 1 m de diamètre – atteste assurément de l’action du feu. Comme elle ne recèle pas de pierres chauffées, elle rappelle l’une des petites aires de combustion dégagées sur la zone B, indiquant peut-être différentes utilisations du feu.

63L’aspect le plus singulier de ce secteur est qu’il concentre des vestiges d’activités apparemment liées au travail de l’argile. Ces traces, très fugaces, sont délicates à interpréter. Une plaque d’argile crue mise en forme de façon ovalaire a été retrouvée à plat en locus 8 [fig. 31a]. Elle mesure une cinquantaine de centimètres de diamètre pour une dizaine de centimètres d’épaisseur. Sa forme n’est pas sans rappeler celle dégagée dans le dépôt lithique de la zone C, en revanche sa fonction est ici plus difficile à concevoir. Les loci 17 et 42 ont également livré de l’argile crue, mais sous forme de deux petites boules de moins d’une dizaine de centimètres de diamètre.

64Par ailleurs, dans le locus 9, tout près de la plaque d’argile, une enclume façonnée dans une écaille de roche [fig. 85] a été retrouvée posée à plat sur le niveau d’occupation. Elle était peut-être impliquée dans le travail de l’argile, comme l’aire de combustion contiguë, sans pour autant qu’il soit possible de déterminer si ces vestiges sont imbriqués dans un même schéma opératoire ou s’ils relèvent d’activités décalées dans le temps. Des éléments lithiques assez inédits pour cette période ont également été découverts : une pièce en forme d’ancre en locus 45 [fig. 83] et une ébauche de pendeloque sur galet en locus 17 [fig. 82 : 2]. À ces éléments remarquables sont associés des petits éclats de silex (cf. infra, § 2.7).

65Cette zone a fourni également les trois quarts des ossements de poissons retrouvés sur le gisement [tabl. XV]. Deux concentrations principales, situées dans la partie orientale du secteur, indiquent très vraisemblablement le lieu de leur consommation, de même que pour la zone B, où les restes étaient aussi regroupés [fig. 30].

66Bien que la fenêtre ouverte sur cette zone D soit réduite, elle reflète toujours le même type d’activités et semble reproduire, à quelques détails près, celles observées dans la zone C où production et subsistance sont intimement liées. En effet, les restes coquilliers de Strombus gigas font apparaître des schémas de consommation et de fabrication d’outils très similaires à ce qu’ils étaient en zone C. Ainsi, même si la zone D n’a pas fait l’objet de datations absolues, l’exploitation de coquillages, de crustacés et de poissons, la présence d’éléments lithiques singuliers et les fragments de coraux attestent d’une certaine homogénéité culturelle. Son originalité tient à ce que l’on y trouve les traces de l’exploitation d’argile crue, probablement liée à des activités technologiques spécifiques. Bien que notre vision de son organisation spatiale soit limitée, les vestiges répartis sur le site de Baie Orientale 1 selon une longue bande figurent des aires de campement disséminées sur le haut de plage de l’ancien rivage.

2.2.6 La zone E, extrémité sud du gisement

67Cette zone marque les limites de l’extension du gisement vers le sud car au-delà les sondages n’ont pas révélé de vestiges. La fenêtre ouverte ici, réduite à 27 m2, a néanmoins permis de reconnaître la présence d’une occupation dans un contexte stratigraphique similaire à celui de l’ensemble du site [fig. 33]. Son exploration a révélé des restes coquilliers, essentiellement de Strombus gigas, dont il est difficile de reconnaître la répartition spatiale. Des produits de débitage sur coquille, des matières lithiques dont un mortier ou vase en pierre retrouvé dans le prolongement de la tranchée de reconnaissance 29 [fig. 84 : 1] et quelques fragments de coraux illustrent le même éventail d’activités de consommation et de production. En l’absence de datations radiométriques, on suppose, d’après la nature des vestiges et leur contexte de dépôt, qu’ils correspondent à une occupation mésoindienne, comme en témoigne également leur position topographique dans le prolongement de l’ancien cordon littoral.

FIG. 33 Baie Orientale 1, zone E :
: plan général des vestiges ;
b-f : répartition du mobilier en poids par loci.

FIG. 33 Baie Orientale 1, zone E : a : plan général des vestiges ; b-f : répartition du mobilier en poids par loci.

© T. Romon, D. Bonnissent, A. Dagand.

2.3 Les restes d’invertébrés

Nathalie Serrand

68L’analyse de l’assemblage mésoindien et celle de l’ensemble trouvé dans le dépotoir néoindien appelant la comparaison, les illustrations et tableaux regroupent ici, et lorsqu’il y a lieu, les éléments des deux ensembles qui peuvent être directement confrontés. L’analyse comparative de ces différents points est quant à elle développée dans le chapitre consacré au dépotoir néoindien (cf. infra, § 3.6).

69Les restes de mollusques et de crustacés sont abondants dans les cinq zones fouillées du gisement mésoindien. Ils ont été identifiés selon les clefs de détermination classiques (Warmke, Abbott 1961 ; Kaas 1972 ; Abbott 1974 ; Voss 1976 ; Burggren, Mc Mahon 1988 ; Pointier, Lamy 1998) et quantifiés par le poids des restes (pdr en grammes) et le nombre des restes (nr). Ces décomptes par espèces sont présentés dans le tabl. II ; ils prennent en considération tous les éléments découverts sur le site, qu’ils soient complets ou fragmentaires et quelle que soit la façon dont ils y sont arrivés, ce qui inclut les restes d’animaux ramassés morts et les éléments intrusifs ou témoignant du travail de la coquille, qui sont traités spécifiquement ensuite. Un nombre minimum d’individus a également été estimé à partir de la combinaison des éléments uniques les plus fréquents (nmi de fréquence, abrégé en nmi au tableau) (Poplin 1976 ; Serrand 2002).

TABL. II Baie Orientale 1 et 2. Décompte des invertébrés présents dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien. La taxinomie suit les ouvrages de Warmke et Abbott (1961), Abbott (1974), et Pointier et Lamy (1998) pour les bivalves et gastéropodes, Kaas (1972) pour les polyplacophores, et Voss (1976) et Burggren et Mc Mahon (1988) pour les crustacés.
Signes et abréviations :
NR : nombre total de restes,
NMI : nombre minimum d’individus ;
anthr : taxons dont l’apport sur le site est d’origine anthropique ; 
? : taxons dont l’origine est incertaine ou mixte ;
intrus : taxons intrusifs ;
cf : certainement ;
/ : ou ;
= : autrement appelé.
La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.

TABL. II Baie Orientale 1 et 2. Décompte des invertébrés présents dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien. La taxinomie suit les ouvrages de Warmke et Abbott (1961), Abbott (1974), et Pointier et Lamy (1998) pour les bivalves et gastéropodes, Kaas (1972) pour les polyplacophores, et Voss (1976) et Burggren et Mc Mahon (1988) pour les crustacés. Signes et abréviations : NR : nombre total de restes, NMI : nombre minimum d’individus ; anthr : taxons dont l’apport sur le site est d’origine anthropique ; ? : taxons dont l’origine est incertaine ou mixte ; intrus : taxons intrusifs ; cf : certainement ; / : ou ;= : autrement appelé. La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.
  • 3 Le nmi total n’équivaut pas nécessairement à la somme des nmi des subdivisions ; il est recalculé à (...)

70L’assemblage mésoindien comprend 25 028restes représentant au moins 5 350 individus3. Ils appartiennent à 72 espèces (58 genres) de mollusques, soit 44 espèces de gastéropodes marins, 1 de gastéropode terrestre, 23 de bivalves marins et 4 de polyplacophores. S’y ajoutent des représentants d’au moins 3 genres de crustacés terrestres (familles de Cœnobitidæ et des Gecarcinidæ) et des représentants non déterminés de crustacés marins et d’échinodermes.

71La moitié des éléments (nr = 12 635 ; nmi = 2741, soit 51,2 %) est concentrée dans la zone C ; la seconde moitié (nr = 12393) se répartit sur les quatre autres zones : 25 % des restes dans la zone B, 16,8 % dans la zone D, 7,5 % dans la E et le restant dans la zone A, les tranchées de diagnostic et les contextes isolés (11 éléments d’industrie).

2.3.1 Composition du matériel

72Trois types de taxons peuvent être distingués selon leur origine [tabl. II].

73Les plus importants sont les taxons dont l’apport sur le site est d’origine anthropique [fig. 34] : le lambi (Strombus gigas), le burgo Cittarium pica, les nérites dent saignante (Nerita peloronta) et à quatre dents (N. versicolor), le chiton poilu (Acanthopleura granulata) et, dans une moindre mesure, les astrées spiralée (Lithopoma cælatum) et verte (L. tuber), la nérite tesselée (Nerita tessellata), la littorine granuleuse (Cenchritis muricata), le turbo marron (Turbo castanea), les pourpres deltoïdes (Thais deltoidea), de Floride (T. hæmastoma) et des Antilles (Purpura patula) et des crustacés indéterminés et terrestres dont les crabes terrestres (Gecarcinidæ). Ces taxons comptent pour 87,4 % des restes et 81,6 % des individus.

FIG. 34 Baie Orientale 1. Espèces principales de faune invertébrée.

FIG. 34 Baie Orientale 1. Espèces principales de faune invertébrée.

© N. Serrand, A. Dagand.

74Un second groupe comprend les restes de taxons dont l’origine est incertaine : soit ils ont été ramassés morts ou de manière occasionnelle ou accidentelle lors de la collecte des taxons majeurs, soit ils proviennent de la matrice sableuse du site, en relation avec les paléorivages identifiés par P. Bertran (cf. supra, § 1.2), soit ils ont été introduits par des bernard-l’ermite. Il s’agit de restes fragmentés, roulés ou érodés de bivalves, en particulier de lucines tigrées (Codakia orbicularis), de quelques petits gastéropodes et d’indéterminés [tabl. II]. Étant donné les faibles quantités concernées (< 5 % nr et nmi), la difficulté à identifier leur origine et parce que cela ne modifie pas les résultats majeurs, ces éléments sont intégrés dans les calculs de fréquence relative (%).

  • 4 L’utilisation de la chair des bernard-l’ermite pour la consommation ou comme appât de pêche ne peut (...)

75Enfin, l’assemblage comprend des restes de taxons intrusifs : vermets et balanes détachés des coquilles de strombes – certains en présentent encore attachés sur leur spire –, gastéropodes terrestres (bulimules cf. de la Guadeloupe = Bulimulus cf. guadalupensis) et bernard-l’ermite terrestres (Cœnobita clypeatus). La présence de ces deux dernières espèces sur le site est très probablement un simple fait de nature, compte tenu de l’écologie des taxons (Coomans 1967 ; Chace, Hobbs 1969 ; Burggren, Mc Mahon 1988)4. Le bernard-l’ermite a pu provoquer quelques perturbations dans l’assemblage (introduction ou soustraction de coquilles), mais celles-ci restent mineures en regard de la représentation dominante des espèces concernées, nérites, astrées et burgos surtout. Ces éléments intrusifs représentent 7,3 % des restes et 15 % des individus. Ils sont exclus par la suite des fréquences relatives (%) visant à évaluer le prorata des différentes espèces consommées.

2.3.2 Taxons et milieux exploités

76Sans les composantes intrusives, le matériel totalise 23 198 restes, correspondant à 4 551 individus [tabl. III]. Les mollusques dominent (97 % nr ; 98,5 % nmi), en particulier les gastéropodes (91,2 % nr ; 94,9 % nmi). Les bivalves sont faiblement représentés (2,3 % nr ; 1,9 % nmi), en majorité par des restes isolés et roulés, et les crustacés (2,9 % nr ; 1,4 % nmi) sont peu présents.

TABL. III Baie Orientale 1 et 2. Décompte des espèces d’invertébrés, hors éléments intrusifs, dans les différentes zones des gisements mésoindien et néoindien
(NR : fréquence brute des restes, NMI : nombre minimum d’individus).
La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.

TABL. III Baie Orientale 1 et 2. Décompte des espèces d’invertébrés, hors éléments intrusifs, dans les différentes zones des gisements mésoindien et néoindien (NR : fréquence brute des restes, NMI : nombre minimum d’individus). La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.
  • 5 Toutes les proportions sont désormais établies sans les composantes intrusives.

77Sur cet ensemble, cinq espèces de mollusques totalisent à elles seules près de 85 % des restes et un peu plus de 80 % des individus5 [fig. 35a] : Strombus gigas, Cittarium pica, Nerita cf. versicolor, N. cf. peloronta et Acanthopleura granulata. Viennent ensuite Lithopoma cælatum et L. tuber, Cenchritis muricata, Thais deltoidea, T. hæmastoma, Turbo castanea et Purpura patula.

FIG. 35 Baie Orientale 1 et 2. Représentation des taxons dominants et des autres composantes de la faune invertébrée :
: dans l’ensemble mésoindien ;
: dans l’ensemble néoindien ; en fréquence relative de restes (% NR) et d’individus (% NMI).

FIG. 35 Baie Orientale 1 et 2. Représentation des taxons dominants et des autres composantes de la faune invertébrée : a : dans l’ensemble mésoindien ; b : dans l’ensemble néoindien ; en fréquence relative de restes (% NR) et d’individus (% NMI).

© N. Serrand, A. Dagand.

78Cette constatation laisse apparaître que la collecte est centrée sur deux milieux majeurs : le médiolittoral rocheux (54,3 % nr ; 74,8 % nmi) [fig. 36a] où ont été prélevés burgos, nérites et chitons, et les herbiers infralittoraux sur substrat sablo-vaseux (39,3 % nr ; 20,5 % nmi) d’où proviennent le lambi, les astrées et les turbos. Ce spectre était complété par l’exploitation occasionnelle de milieux secondaires (1 % nr ; 2 % nmi) terrestres (crabes terrestres de la famille des Gecarcinidæ) et marins, sablo-vaseux et coralliens, éventuellement liés à des franges de mangrove.

FIG. 36 Baie Orientale 1 et 2. Fréquence relative des restes (% NR) et des individus (% NMI) dans les ensembles fauniques invertébrés, en fonction des biotopes locaux :
: au Mésoindien ;
: au Néoindien.

FIG. 36 Baie Orientale 1 et 2. Fréquence relative des restes (% NR) et des individus (% NMI) dans les ensembles fauniques invertébrés, en fonction des biotopes locaux : a : au Mésoindien ; b : au Néoindien.

© N. Serrand, A. Dagand.

79Les occupants mésoindiens ont donc ciblé leur collecte sur cinq espèces – lambis, burgos, nérites, astrées et chitons –dans deux environnements principaux, accessibles à proximité du site [fig. 37]. Les taxons du médiolittoral rocheux ont sans doute été collectés sur la bande rocheuse qui relie la Baie Orientale et la Baie de l’Embouchure où une prospection a confirmé leur présence en relative abondance sur le bord rocheux et dans le premier mètre d’eau. Quant aux taxons d’herbiers, ils devaient être collectés dans la Baie Orientale, depuis le premier mètre d’eau jusqu’à l’îlet de Caye Verte au large, ainsi que dans la Baie de l’Embouchure. Les fonds sableux et couverts de zones plus ou moins denses d’herbiers à Thalassia testudinum devaient notamment y présenter des concentrations d’individus juvéniles de Strombus gigas (Stoner, Ray 1993). Les taxons complémentaires ont pu être prélevés dans les zones intermédiaires parsemant les fonds de la Baie Orientale et de la Baie de l’Embouchure. C’est également là que les quelques langoustes représentées dans l’assemblage ont pu être pêchées. Quant aux crustacés terrestres, ils étaient sans doute capturés dans les formations de mangrove et les zones d’arrière-plage des deux baies (Salines d’Orient, Étang aux Poissons, Étang Chevrise).

FIG. 37 Baie Orientale 1 et 2. Représentation cartographique schématique des biotopes marins et littoraux exploités par les Précéramiques.
Les contours retenus sont ceux de 1987.

FIG. 37 Baie Orientale 1 et 2. Représentation cartographique schématique des biotopes marins et littoraux exploités par les Précéramiques. Les contours retenus sont ceux de 1987.

© N. Serrand, A. Dagand.

2.3.3 Les taxons majeurs

2.3.3.1 Le lambi (Strombus gigas)

80C’est l’espèce dominante de l’assemblage mésoindien, en termes numériques comme en rendement en poids de chair. Strombus gigas compte en effet 8 165 restes (35,2 % nr) [tabl. III] correspondant à au moins 672 individus (14,8 % nmi). Il a été exploité pour la consommation alimentaire et la production d’outils (cf.infra, §2.3.5). Plusieurs caractères ont été analysés pour les restes qui le permettaient : l’état (complet, fragment, type de fragment, etc.), le stade de croissance (selon Randall 1964a ; Alcolado 1976 ; Keegan 1984 : fig. 35), le poids et les dimensions.

Stades de croissance et fragmentation

814 974 restes étaient trop fragmentaires pour que leur stade de croissance puisse être reconnu (61 % nr), mais ils ne représentent que 39 individus (5,8 % nmi) [tabl. IV]. Les strombes dont le stade de croissance est connu consistent en 154 spécimens complets auxquels s’ajoutent 299 spécimens subcomplets – sans labre, bord de dernier tour ou extrémité siphonale – et 2 738 fragments, pour un total de 3 191 pièces (39 % nr).

TABL. IV Baie Orientale 1 et 2. Fréquence brute et relative des restes, individus, éléments (sub)complets et fragmentaires de Strombus gigas selon les stades de croissance dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien
(NR : fréquence brute des restes, NMI : nombre minimum d’individus).
La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.

TABL. IV Baie Orientale 1 et 2. Fréquence brute et relative des restes, individus, éléments (sub)complets et fragmentaires de Strombus gigas selon les stades de croissance dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien (NR : fréquence brute des restes, NMI : nombre minimum d’individus). La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.

Le NMI de fréquence
La méthode utilisée pour l’estimation du nombre minimal d’individus est celle du NMI de fréquence (Poplin 1976 ; 1977). Celui-ci est établi pour chaque taxon sur la base des combinaisons d’éléments uniques les plus fréquents qui renvoient à un seul individu. Pour Cittarium pica par exemple, et la majorité des autres gastéropodes, le NMI de fréquence optimal correspond à la combinaison des coquilles complètes, des coquilles complètes sans apex et des coquilles complètes sans base. Dans certains cas toutefois, il peut être préférable de quantifier les coquilles complètes et les apex seuls. La combinaison des départs, extrémités ou totalités des dactyles et propodes gauches ou droits des crustacés permet la meilleure estimation, à moins que le nombre de mandibules unilatéralisées soit supérieur. Néanmoins, au sein d’un genre, les restes de taxons non déterminés au rang de l’espèce, surtout s’ils sont fragmentaires, ne peuvent pas toujours être comptabilisés dans l’évaluation du NMI. L’estimation des NMI de fréquence de chaque taxon pour chaque échelle d’observation (site, locus, unité stratigraphique) est une lourde tâche : elle ne peut être obtenue par la somme des différentes subdivisions mais doit être réestimée sur la base des meilleures combinaisons propres à chaque échelle. Ainsi, dans les tableaux, le nombre d’individus estimé pour un ensemble n’équivaut pas nécessairement à la somme des individus des sous-parties qui le constituent.

82Peu d’éléments se rapportent au stade juvénile [fig. 38] : un individu complet, roulé, ramassé mort ou inclus dans la matrice sableuse, un individu dépourvu de dernier tour et d’extrémité de columelle, et 12 fragments. Les juvéniles ne comptent donc que pour 0,2 % des restes et 0,3 % des individus de S. gigas.

FIG. 38 Baie Orientale 1 et 2. Strombus gigas dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien :
: fréquence des individus (% NMI) selon leur stade de croissance et la fréquence relative des restes (% NR) de coquillages (sub)complets ;
: principe de la classification par stades de croissance.

FIG. 38 Baie Orientale 1 et 2. Strombus gigas dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien : a : fréquence des individus (% NMI) selon leur stade de croissance et la fréquence relative des restes (% NR) de coquillages (sub)complets ; b : principe de la classification par stades de croissance.

© N. Serrand, A. Dagand.

  • 6 La classification « en fourchette » est utilisée lorsqu’un élément ne peut être rattaché à un stade (...)
  • 7 Par « (sub) complets » on entend « complets ou subcomplets ».

83Les individus de la fourchette juvénile/subadulte6, non pourvus de labre, sont plus nombreux : 128 individus complets et 27 subcomplets ainsi que 11 individus estimés sur les 521 fragments restants. Cette fourchette représente donc 8,3 % nr et 24,7 % nmi de S. gigas. Le taux de fragmentation est faible : si seuls 23 % des individus sont (sub)complets7, près de 70 % des fragments sont des marges de dernier tour, fracturées dans le sédiment du fait de leur fragilité. Six labres sont modifiés : le premier a été débité, les cinq autres sont des préformes (cf. infra, § 2.3.5). Ces éléments d’industrie comptent pour 1,2 % des restes fragmentaires de ce stade (la part de déchets est difficile à évaluer).

84La fourchette subadulte/adulte comprend 50 individus complets et 193 subcomplets ainsi que 1 758 fragments comptant pour 125 individus. Elle représente donc 24,5 % nr et 54,8 % nmi de S. gigas.

85Enfin, la fourchette adulte/mature comprend 9 individus complets, 44 subcomplets et 447 fragments divers renvoyant à au moins 44 individus, ce qui représente 6 % nr et 14,4 % nmi de S. gigas.

86Pour ces deux dernières fourchettes, le taux de fragmentation est élevé et représente respectivement 88 % et 89,4 % du nombre total des restes du stade considéré. De plus, parmi les éléments non fragmentaires, les individus subcomplets dominent : il leur manque un ou plusieurs tours de coquille – le dernier tour surtout –, une partie du labre et parfois de l’extrémité siphonale de la columelle. Parmi les fragments, les éléments divers dominent, puis viennent les extrémités de columelle attachées à des parties de dernier tour, les derniers tours seuls, les épaules, les labres et les columelles.

87Pour la fourchette subadulte/adulte, on dénombre 91 labres modifiés, dont 39 labres débités, 16 préformes, 24 outils et 12 fragments d’outils (cf. infra, § 2.3.5), qui comptent pour 5,2 % des restes fragmentaires du stade. Pour la fourchette adulte/mature, on dénombre 109 labres modifiés, soit 18 labres débités, 36 préformes, 47 outils et 8 fragments d’outils qui comptent pour 24,4 % des restes fragmentaires du stade, proportion la plus élevée de tous les stades. Ces éléments, dans les deux cas, s’accompagnent de probables déchets de débitage et de façonnage sous la forme de nombreux fragments de labre et de dernier tour (respectivement plus de 45 % et 20 % des restes fragmentaires).

Traitement pour la consommation

88Les S. gigas de la fourchette juvénile/subadulte sont dépourvus de labre exploitable ; ils sont, par ailleurs, faiblement fragmentés dans l’assemblage mésoindien, ce qui indique l’absence d’utilisation de leur coquille, à l’exception de quelques individus plus matures (6 labres modifiés), et une exploitation essentiellement alimentaire n’impliquant pas de fracturation. Au contraire, la forte fragmentation observée pour les individus des stades subadulte à mature, pourvus d’un labre exploitable, reflète l’utilisation des coquilles, sans doute après consommation, pour la production d’outils avec tranchant sur labre (cf. infra, § 2.3.5).

89Aucun des individus, quel que soit son stade de développement, ne présente par ailleurs le percement de la spire généralement opéré par les Amérindiens, surtout à la période néoindienne, pour faciliter l’extraction de l’animal. Le traitement culinaire adopté pour les individus de la fourchette juvénile/subadulte, non utilisés après consommation, implique donc probablement la cuisson dans la coquille. De fait, de nombreux spécimens présentent de légers stigmates d’exposition au feu – une couleur brunâtre –, souvent concentrés sur la spire et le bord du dernier tour (cf. infra, § 2.4.4.1). Ces traces ténues sont néanmoins difficiles à observer du fait de la coloration liée au séjour dans le sédiment cendreux et du fin encroûtement sableux qui couvre les coquilles. Elles n’ont donc pu être attestées que sur 21 % des restes de juvéniles/subadultes, mais leur fréquence est vraisemblablement plus élevée. Il est plus délicat d’affirmer que tous les individus subadultes à matures, les plus utilisés pour l’industrie sur labre, ont également été cuits dans leur coquille. Il est possible que les coquilles aient d’abord été fracturées suivant le procédé de détachement du labre pour obtenir le support de production des outils, ce qui aurait ensuite permis l’extraction de l’animal et sa cuisson hors de la coquille, ou la cuisson dans ce qui restait de la coquille sans endommager le labre. Cette variante de traitement culinaire pour les individus subadultes à matures doit être envisagée dans la mesure où l’exposition au feu de la partie utilisée dans l’industrie aurait pu modifier ses propriétés mécaniques et, dans le cas d’une exposition trop prolongée, entraîner sa perte. Toutefois, la chauffe de certaines parties des coquillages dans le cadre de la production d’objets est attestée (Kozuch 2003) et pourrait, dans certains cas, la faciliter. Il est donc possible que les individus subadultes à matures aient également été cuits dans leur coquille, ce qui avait pour conséquence de faciliter le débitage du labre. 29,6 % des restes de la fourchette subadulte/adulte et 40 % des restes de la fourchette adulte/mature présentent, de fait, le même type de traces de brûlure que les juvéniles/subadultes, mais certaines de ces traces, très profondes et ayant entraîné la fragmentation des pièces, pourraient aussi être liées au rejet dans les foyers après consommation et débitage.

90Ces observations sur la fragmentation et les traces d’exposition à la chaleur viennent s’ajouter à celles établies en fouille sur les structures de cuisson, en particulier sur la structure F4 (sud de la zone C) [fig. 16], constituée d’un épandage de pierres rubéfiées surmonté d’une couche de coquillages (cf.supra, § 2.2.2). Elles concordent par ailleurs avec les résultats de l’expérience de cuisson de mollusques dans leur coquille sur lit de pierres chauffées menée par D. Bonnissent et ses collaborateurs (cf. infra, § 2.4) : l’observation des coquilles après ce type de cuisson a révélé que les marges de leur dernier tour étaient prédisposées à la fracturation (immédiate ou post-dépositionnelle), une caractéristique notée pour les individus archéologiques juvéniles et subadultes ; et que des traces de brûlure similaires à celles observées sur les spécimens archéologiques des différents stades étaient produites lors de la cuisson. Toutes ces constatations amènent donc à conclure à une cuisson de la majorité des S. gigas dans leur coquille sur lit de pierres chauffées, dans des structures du même type que la structure F4. Probablement rapide, cette préparation n’aurait pas entraîné de trace nette de brûlure sauf exception, mais aurait permis la cuisson de l’animal et son extraction subséquente sans difficulté, voire facilité le débitage du labre des individus de la fourchette adulte/mature.

Caractéristiques métriques

91Les enregistrements métriques ont concerné les individus complets et subcomplets de chacun des stades de développement [tabl. V] mais, de ce fait, favorisent la représentation des individus juvéniles à subadultes, moins fragmentés [fig. 39]. Les mesures de longueur des individus (sub)complets sont en bonne adéquation avec les stades de croissance qui leur ont été attribués malgré des recouvrements partiels inévitables pour les individus de transition.

TABL. V Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif métrique pour les spécimens complets et (sub)complets de Strombus gigas des ensembles fauniques mésoindien et néoindien (en mm).
Le nombre d’individus mesurés est variable pour chacune des mesures, en fonction de l’état de conservation des coquilles.

TABL. V Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif métrique pour les spécimens complets et (sub)complets de Strombus gigas des ensembles fauniques mésoindien et néoindien (en mm). Le nombre d’individus mesurés est variable pour chacune des mesures, en fonction de l’état de conservation des coquilles.

FIG. 39 Baie Orientale 1 et 2. Strombus gigas dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien : rapport entre stade de croissance et longueur maximale du coquillage.
Mesures effectuées sur les individus (sub)complets.

FIG. 39 Baie Orientale 1 et 2. Strombus gigas dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien : rapport entre stade de croissance et longueur maximale du coquillage. Mesures effectuées sur les individus (sub)complets.

© D. Bonnissent, N. Serrand.

2.3.3.2 Le burgo Cittarium pica

92Second en importance, le burgo Cittarium pica est représenté par 7 143 restes (30,8 % nr) correspondant à au moins 1 082 individus (23,8 % nmi) [tabl. III]. Ce taxon est fortement fragmenté avec seulement 65 coquilles complètes et 84 subcomplètes (dépourvues d’ouverture, de base ou de spire), soit 2,1 % des restes du taxon. Plus de 60 % des restes sont des fragments indifférenciés : cela est dû au fait que, une fois l’apex/spire, la base et le dernier tour fracturés (ces portions se conservent bien et sont très représentées dans le matériel), les autres portions de coquille se désolidarisent en fragments moins cohérents (Serrand 2002). La chauffe et la fragilisation de leur test durant la cuisson des animaux dans leur coquille ont sans doute aussi favorisé une forte fragmentation durant l’extraction et après le dépôt, ce que confirme l’expérience de cuisson de mollusques réalisée non loin de là (cf. infra, § 2.4.4.2). La faible fréquence de restes présentant des brûlures nettes (5,1 % nr dont une majorité de fragments indifférenciés) suggère toutefois que les coquilles n’ont pas été directement exposées au feu ou seulement sur une très courte durée. C’est le cas, comme pour les Strombus gigas, lors d’une préparation sur lit de pierres chauffées qui autorise une cuisson assez rapide de l’animal et son extraction.

93Du fait du taux de fragmentation élevé des coquilles, seuls 186 éléments ont pu être mesurés [tabl. VI]. La longueur moyenne des individus est de 58 mm pour une amplitude maximum comprise entre 22,8 et 170,3 mm. Le plus grand nombre d’enregistrements concerne la largeur 2 (n = 186), avec une moyenne de 53,7 mm pour une amplitude maximum comprise entre 23,1 et 95 mm. La distribution des individus en classes de largeur 1 [fig. 40a] montre qu’une majorité de spécimens se situe dans les classes petite (20 à 40 mm) et moyenne (40 à 60 mm) avec quelques individus de grande taille (60 à 100 mm) qui toutefois ne dépassent que rarement une largeur de 95 mm. Étant donné que cette représentation est biaisée par la forte fragmentation, le poids des restes fragmentaires les plus proches d’une coquille complète a été observé en complément pour la zone C [fig. 40b] : les fragments les plus proches d’une coquille complète dépassent rarement un poids de 100 g qui est la marge supérieure observée pour la majorité des individus (sub)complets. Les fragments de la zone C les plus proches d’une coquille complète appartiennent eux aussi principalement à des individus petits à moyens. En complément pour toutes les zones, une estimation relative de la taille des individus a été menée (petit, petit à moyen, moyen, etc.).

TABL. VI Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif métrique pour les spécimens complets et (sub)complets de Cittarium pica des ensembles fauniques mésoindien et néoindien.
Le nombre d’individus mesurés est variable pour chacune des mesures, en fonction de l’état de conservation des coquilles.

TABL. VI Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif métrique pour les spécimens complets et (sub)complets de Cittarium pica des ensembles fauniques mésoindien et néoindien. Le nombre d’individus mesurés est variable pour chacune des mesures, en fonction de l’état de conservation des coquilles.

FIG. 40 Baie Orientale 1 et 2. Cittarium pica :
: distribution en classes de largeur 1 dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien (mesures effectuées sur les individus [sub]complets) ;
: répartition du poids des coquilles complètes et des types de restes les plus proches d’une coquille complète dans l’ensemble mésoindien.

FIG. 40 Baie Orientale 1 et 2. Cittarium pica : a : distribution en classes de largeur 1 dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien (mesures effectuées sur les individus [sub]complets) ; b : répartition du poids des coquilles complètes et des types de restes les plus proches d’une coquille complète dans l’ensemble mésoindien.

© N. Serrand, A. Dagand.

94La répartition des 1 255 éléments pour lesquels l’estimation a été possible confirme la domination d’éléments provenant d’individus petits (n = 484 ; 38,6 %), petits à moyens (n = 283 ; 22,6 %) et moyens (n = 210 ; 16,7 %). Les individus de taille moyenne à grande sont moins présents (n = 167 ; 13,3 %) et les spécimens grands (n = 90 ; 7,2 %), très grands (n = 17 ; 1,4 %) et très petits (n = 4 ; 0,3 %) sont rares.

95La collecte de Cittarium pica s’est donc concentrée sur des individus petits à moyens. Or, ce taxon occupe le littoral rocheux depuis la limite des eaux jusqu’à plusieurs mètres en profondeur, mais les jeunes individus sont particulièrement concentrés dans les zones intertidales les plus élevées (Lewis 1960 ; Randall 1964b : 426). Il semble donc que les Amérindiens de Baie Orientale 1 aient peu investi dans la collecte de ce taxon et se soient contentés de ramasser les individus les plus accessibles.

2.3.3.3 Les nérites (Nerita sp.)

96Les nérites sont représentées par trois espèces : la nérite dent saignante (Nerita peloronta), la nérite à quatre dents (N. versicolor) et la nérite tesselée (N. tessellata). Rassemblées, elles totalisent 4 293 restes (18,5 % nr) [tabl. III], soit au moins 1 993 individus (43,8 % nmi). Les deux espèces les plus grandes, N. versicolor et N. peloronta, ont été préférentiellement collectées : N. versicolor (8,8 % nr ; 23,6 % nmi) et N. peloronta (7 % nr ; 17,6 % nmi) comptent respectivement pour 54 % et 40,2 % des individus de nérite. Les rares spécimens de l’espèce la plus petite N. tessellata (nr = nmi = 8) ont sans doute été ramassés de manière occasionnelle ou involontaire avec ces deux espèces. 601 restes de nérites Nerita sp. (107 individus) n’ont pu être déterminés mais appartiennent très vraisemblablement aux deux espèces majeures.

97La fragmentation est élevée : pour N. peloronta, seuls 18,2 % des restes sont des coquilles complètes (n = 267) et subcomplètes (dépourvues d’ouverture ou de spire ; n = 33). Pour N. versicolor, seuls 8 % des restes correspondent à des coquilles complètes (n = 85) et subcomplètes (n = 77). Les autres restes de ces deux espèces présentent des attributs assez récurrents : 4 % des coquilles complètes de N. versicolor portent un impact sur la partie dorso-ventrale (le stigmate ne concerne que deux coquilles de N. peloronta), tandis que les deux espèces comptent aussi de nombreuses ouvertures détachées (respectivement 31,9 % et 48,4 % des restes) et des fragments d’ouverture (8 % et 4 % des restes).

98Comme pour Cittarium pica, la fragmentation récurrente des nérites résulte sans doute d’une fragilisation des coquilles par la cuisson avant extraction qui a favorisé la fracturation lors de l’extraction et après leur rejet, ce que confirme l’expérience de cuisson de mollusques (cf. infra, § 2.4.3.4). La faible fréquence de restes présentant des brûlures nettes (2,6 % nr de N. peloronta et 5,2 % nr de N. versicolor) suggère toutefois que les coquilles n’ont pas été directement exposées au feu ou seulement sur une très courte durée, ce qui est le cas lors d’une cuisson sur lit de pierres chauffées.

99La prise de mesures sur les individus des deux espèces principales n’a été réalisée que pour les zones A, B, D et E. Dans les deux cas, c’est la largeur qui a été mesurée sur le plus grand nombre d’individus : 218 spécimens pour Nerita peloronta et 328 pour N. versicolor [tabl. VII]. La répartition des individus selon cette dimension [fig. 41] indique pour la première une majorité de spécimens compris entre 14 et 21 mm, et pour la seconde une majorité de spécimens compris entre 13 et 17 mm. Les individus de ces deux espèces ne semblent donc pas avoir été particulièrement sélectionnés selon leur taille : ceux de taille moyenne dominent mais quelques individus de plus petite et de plus grande taille les accompagnent.

TABL. VII Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif métrique pour les spécimens complets et (sub)complets de nérites (Nerita peloronta, N. versicolor et Nerita sp.) des ensembles fauniques mésoindien et néoindien.
Le nombre d’individus mesurés est variable pour chacune des mesures, en fonction de l’état de conservation des coquilles.

TABL. VII Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif métrique pour les spécimens complets et (sub)complets de nérites (Nerita peloronta, N. versicolor et Nerita sp.) des ensembles fauniques mésoindien et néoindien. Le nombre d’individus mesurés est variable pour chacune des mesures, en fonction de l’état de conservation des coquilles.

FIG. 41 Baie Orientale 1 et 2. Distribution en classes de largeur de Nerita versicolor (a) et N. peloronta (b) dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien.
Seuls sont pris en compte les individus assez complets pour être mesurés.

FIG. 41 Baie Orientale 1 et 2. Distribution en classes de largeur de Nerita versicolor (a) et N. peloronta (b) dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien. Seuls sont pris en compte les individus assez complets pour être mesurés.

© N. Serrand, A. Dagand.

2.3.3.4 Les polyplacophores (Polyplacophora)

100Ils sont représentés par quatre espèces : le chiton poilu (Acanthopleura granulata), le chiton des Caraïbes (Chiton tuberculatus), le chiton marbré (C. marmoratus) et très certainement le chiton à ceinture rugueuse (Ceratozona squalida). Rassemblés, ils totalisent 628 restes (2,7 % nr) soit 79 individus (1,7 % nmi) [tabl. III]. C’est l’espèce la plus grande, Acanthopleura granulata qui, localisée plus haut que les autres sur le médiolittoral (Glynn 1970), a été collectée préférentiellement (2,6 % nr ; 1,5 % nmi). Elle compte pour 94,7 % des restes et 83,5 % des individus de polyplacophore. Les rares spécimens des trois autres espèces de plus petite taille, Chiton tuberculatus (nr = 26 ; nmi = 8), C. marmoratus (nr = 6 ; nmi = 4) et Ceratozona squalida (nr = nmi = 1) ont dû être collectés occasionnellement ou involontairement avec ceux de l’espèce ciblée. La fragmentation des polyplacophores est faible : 64,5 % des restes sont des valves médianes, postérieures ou antérieures désolidarisées mais complètes. Le taux de restes brûlés est moyen pour Acanthopleura granulata (15,8 % des restes) ce qui évoque une cuisson par exposition indirecte à la chaleur comme pour les autres taxons majeurs.

2.3.3.5 Autres coquillages

101Les astrées spiralée (Lithopoma cælatum), verte (L. tuber) et soleil (Astralium phœbium) ont pu être prélevées dans les herbiers infralittoraux parallèlement aux Strombus gigas. Elles totalisent 864 restes (3,7 % nr) soit 205 individus (4,5 % nmi) [tabl. III]. Deux espèces ont été collectées préférentiellement : L. tuber (2,2 % nr ; 2,5 % nmi) et L. cælatum (1,4 % nr ; 1,9 % nmi). La première représente 59 % des restes et 54,6 % des individus d’astrée ; la seconde 38,1 % des restes et 42,4 % des individus. Les rares spécimens d’A. phœbium (nr = nmi = 4) pourraient avoir été collectés occasionnellement ou involontairement avec ceux des deux espèces majoritaires. 21 restes (2 individus) d’Astræa sp. non déterminés appartiennent plus sûrement aux deux espèces les mieux représentées.

102La fragmentation est assez élevée pour les astrées toutes espèces confondues ; seuls 5,7 % des restes sont des coquilles (sub)complètes. Parmi les restes de L. cælatum, on compte aussi 57 opercules et fragments d’opercules témoignant de la préparation sur place des spécimens. Seuls 2,8 % des restes d’astrées (1,4 % pour L. tuber ; 4,9 % pour L. cælatum) présentent des brûlures nettes suggérant que si les coquilles ont été chauffées, elles n’ont pas été directement exposées au feu, ou durant une courte période.

103Également extraits des herbiers infralittoraux, les turbos marron (Turbo castanea) et canaliculé (T. canaliculatus) sont représentés respectivement par 17 et 6 restes (0,1 et 0,03 % nr) soit 17 et 5 individus (0,4 et 0,1 % nmi). À l’exception de 4 fragments, il s’agit de coquilles complètes et subcomplètes (sans bord d’ouverture ou ouverture).

104De leur côté, la littorine granuleuse (Cenchritis muricata ; 0,4 % nr ; 1,8 % nmi), les pourpres deltoïde (Thais deltoidea), de Floride (T. hæmastoma) et rustique (T. rustica) (respectivement 154, 13 et 7 restes, et 73, 11 et 4 individus) et la pourpre des Antilles (Purpura patula : 0,9 % nr ; 1 % nmi) ont pu être prélevés sur le médiolittoral rocheux en même temps que Cittarium pica, les nérites et les chitons.

105Tous ces taxons ont sans doute été ramassés de manière occasionnelle, éventuellement comme appoint ou variante.

2.3.3.6 Les crustacés (Crustacea)

106Ils sont faiblement représentés avec 668 restes (2,9 % nr) hors taxons intrusifs, soit au moins 65 individus (1,4 % nmi) [tabl. III]. Il s’agit surtout de fragments (71 % nr), ce qui pourrait suggérer que leur représentation est tronquée par des altérations taphonomiques – observées par ailleurs sur les restes de vertébrés (cf. infra, § 2.5.3.3). Du fait de cette fragmentation, une majorité d’éléments de carapace n’a pas pu être déterminée et les crustacés indéterminés dominent (75,4 % nr et 43 % nmi de crustacé). L’essentiel des restes identifiés appartient aux crabes de terre (Gecarcinidæ) (21,1 % nr et 43 % nmi de crustacé) avec deux genres représentés, Gecarcinus sp. (le crabe noir) et Cardisoma sp. (en l’occurrence Cardisoma guanhumi, le crabe blanc) qu’il n’a toutefois pas souvent été possible de distinguer. Le premier est caractéristique de milieux secs plus ou moins éloignés du littoral et compte 83 restes soit 14 individus ; le second est inféodé aux terres basses côtières et aux sols boueux proches de mangroves-marais et compte 17 restes soit 3 individus (Chace, Hobbs 1969 ; Burggren, Mc Mahon 1988). Enfin, 41 restes de Gecarcinidæ correspondant à 11 individus n’ont pu être déterminés et pourraient appartenir à l’un ou l’autre des deux genres. Les autres éléments (nr = 23 ; nmi = 9) appartiennent à des crustacés marins. Il faut noter la présence de 17 restes (au moins 4 individus) de la langouste de la Caraïbe, Panulirus argus. Ils évoquent une consommation au moins ponctuelle de cette espèce qui fournit un bon apport carné. Enfin, 2 restes (1 individu) de Xanthidæ, sans doute du genre Menippe, et 4 restes/individus de la famille des Majidæ complètent l’ensemble.

2.3.3.7 Collecte et traitement

107La collecte paraît manifestement sélective et pragmatique. Outre qu’elle est ciblée sur cinq taxons (Strombus gigas, Nerita versicolor et N. peloronta, Cittarium pica et Acanthopleura granulata) et sur deux milieux principaux – le médiolittoral rocheux et les herbiers infralittoraux –, les espèces disponibles les plus grandes, parmi les plus accessibles, ont souvent été privilégiées. C’est le cas pour Acanthopleura granulata, le plus grand des polyplacophores, pour Nerita peloronta et N. versicolor, les plus grandes des nérites, et pour Lithopoma tuber et L. cælatum, les plus grandes des astrées. Au contraire, pour les deux taxons majoritairement représentés, le burgo Cittarium pica et le lambi (Strombus gigas), les individus les plus grands n’ont pas été systématiquement choisis puisque les spécimens de taille petite à moyenne sont nombreux. Or, ces derniers sont concentrés, pour C. pica, dans les zones les plus hautes du médiolittoral et, pour S. gigas, dans les herbiers infralittoraux les moins profonds (Stoner, Waite 1990 ; Stoner, Ray 1993), c’est-à-dire dans des zones aisément accessibles. L’ensemble évoque une exploitation pragmatique privilégiant les zones d’accès facile, celles qui concentrent à la fois certaines grosses espèces et les individus les plus accessibles et les plus rentables parmi les autres taxons. En parallèle, dans le cas de S. gigas, la collecte a également ciblé des individus adultes qui, consommés, ont aussi et surtout satisfait les besoins en matière première pour la production d’outils.

108Parmi les espèces collectées, Strombus gigas a fourni la plus importante masse de chair consommable. Une évaluation grossière des quantités relatives de chair des principaux taxons a été tentée en attribuant une valeur arbitraire de 200 g pour S. gigas – pour tenir compte de la part des individus jeunes, moins rentables – et pour les autres taxons, par ordre décroissant : 30 g pour Cittarium pica, 10 g pour les nérites, 10 g pour les astrées et 10 g pour Purpura patula, 5 g pour Cenchritis muricata, 5 g pour les chitons et 5 g pour les Thais. Strombus gigas domine ainsi largement avec sans doute plus de 70 % de la quantité de chair évaluée, devant Cittarium pica, les nérites et tous les autres taxons considérés.

109Du point de vue du traitement culinaire des coquillages, les données de fouille sur les foyers et les aires de combustion (nord de la zone C notamment ; cf. supra, § 2.2.2.2 et infra, § 2.3.4.1), l’expérience de cuisson et la comparaison de l’état des coquilles expérimentales et archéologiques (cf. infra, § 2.4.4) suggèrent que la majorité des taxons, en particulier les Strombus gigas, a été cuite à l’intérieur de la coquille, sur lit de pierres chauffées, sans exposition directe au feu. Cette préparation a permis la cuisson des mollusques et leur extraction sans difficulté, en ne générant que de légères traces de brûlure mais en favorisant la fragmentation des coquilles les plus fragiles (Cittarium pica et nérites notamment) au moment de l’extraction de la chair ou après rejet. Ce type de cuisson des mollusques est signalé par Éric Conte (1988 : 489-493) en Polynésie française et plus précisément à Napuka, dans l’archipel des Tuamotu : les mollusques sont placés sur un lit de pierres chauffées couvert de feuillages et sont eux-mêmes recouverts de feuilles pour une cuisson rapide. Des essences végétales différentes sont utilisées selon que l’on désire ou non que l’eau contenue dans la chair s’évapore. Ce procédé est utilisé pour cuire les bénitiers sans leur coquille et les coques, palourdes et turbos dans leur coquille. Betty Meehan (1982 : 87-89) a observé un procédé proche chez les Anbarra (Australie) qui cuisent de grandes quantités de mollusques – des bivalves – dans leur coquille sur des braises mélangées à de vieilles coquilles vides chauffées et recouvertes de branchages et de feuillages.

2.3.4 Données spatiales

110La zone C, qui concentre la plus grande part du matériel (50,4 % nr total) [tabl. III], est la plus cohérente et la mieux préservée. Nous examinerons donc en détail l’organisation spatiale des restes qui y ont été recueillis [fig. 42] ; les caractéristiques des autres zones seront ensuite présentées plus brièvement.

FIG. 42 Baie Orientale 1, zone C. Répartition des restes d’invertébrés dans les loci des secteurs 39 et 23.

FIG. 42 Baie Orientale 1, zone C. Répartition des restes d’invertébrés dans les loci des secteurs 39 et 23.

© N. Serrand, A. Dagand.

2.3.4.1 La zone C

111Cette grande zone de près de 300 m2 a livré, sans les composantes intrusives, 11 690 restes [tabl. III] correspondant à 2 546 individus. Ils appartiennent surtout, d’une part aux espèces alimentaires communes (60,7 % nr) [tabl. VIII] dont le burgo Cittarium pica (22,2 % nr), les nérites à quatre dents (Nerita versicolor : 13,8 %) et dent saignante (N. peloronta : 10,8 %), le chiton poilu (Acanthopleura granulata : 2 %) et l’astrée spiralée (Lithopoma cælatum : 0,8 %), d’autre part au lambi (Strombus gigas), représenté par 4 597 restes (39,3 % nr).

TABL. VIII Baie Orientale 1 et 2. Fréquence brute et relative des restes (NR) et des individus (NMI) pour les grandes composantes des assemblages par zones.
La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.

TABL. VIII Baie Orientale 1 et 2. Fréquence brute et relative des restes (NR) et des individus (NMI) pour les grandes composantes des assemblages par zones. La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.

Répartition spatiale des restes

112Des concentrations de restes sont observables [fig. 42a] dans le secteur 39 autour de l’aire de cuisson F4 et, dans une moindre mesure, du foyer F2, au nord du secteur 23 au-dessus de l’aire charbonneuse F10, et au sud-est entre les amas F5 et F1, à l’est de l’aire de cuisson F4. Les restes des taxons autres que S. gigas [fig. 42b] sont concentrés au nord du secteur 39 et de l’aire de cuisson F4, et au nord du secteur 23 et de l’aire charbonneuse F10. Le reste du secteur 23 présente quelques zones moins denses, aux alentours de l’aire charbonneuse F11 et de l’aire de chauffe de pierres F4. Les restes de C. pica sont concentrés essentiellement au nord de la zone C autour de l’aire de cuisson F4 (secteur 39) et de l’aire charbonneuse F10 (secteur 23) [fig. 42f] ; une zone assez dense en restes apparaît également au sud du secteur 23 au niveau de l’amas F1. C’est également le cas pour les restes de Nerita sp. et d’A. granulata [fig. 42h]. Enfin, les restes de crustacés sont également concentrés dans ces zones mais plus inégalement répartis sans doute du fait de leur faible nombre [fig. 42i] ; à noter la concentration dans les loci 51-52 à l’est du secteur 23 et celle du locus 72 (et ses voisins 64, 68, 77), toutes deux essentiellement composées de fragments. Les restes de S. gigas [fig. 42c] sont, eux, concentrés dans et autour du foyer F2 et de l’aire de cuisson F4 du secteur 39 et au sud-est du secteur 23, à l’est du foyer – aire de chauffe de pierres F4, correspondant à l’amas F1 et à son prolongement au-delà de la tranchée 23. La zone située entre les aires charbonneuses F10 et F11, plus au nord, présente aussi quelques concentrations.

113L’analyse de la répartition des restes fait donc apparaître de notables différences : les restes de S. gigas se concentrent au sud du secteur 23 et au centre du secteur 39, en relation avec les zones charbonneuses de ces secteurs, alors que les autres taxons se concentrent au nord de la zone C en relation avec les aires de cuisson F4 du secteur 39 et F10 du secteur 23.

Strombus gigas

114Les 4 597 restes de Strombus gigas de la zone C comprennent 158 coquilles complètes et 194 subcomplètes [tabl. VIII]. Les fragments dominent donc (92,3 % nr). Hormis 2 199 fragments (47,8 % nr S. gigas) pour lesquels le stade de développement n’a pu être précisé, les restes appartiennent pour 35,5 % à la fourchette subadulte/adulte (n = 1 632 dont 49 individus complets), pour 10,1 % à la fourchette juvénile/subadulte (n = 464 dont 100 complets) et pour 6,6 % à la fourchette adulte/mature (n = 302 dont 8 complets). Les labres modifiés sont nombreux (n = 131 ; 2,9 % nr S. gigas et 1,1 % des restes de la zone) avec 40 labres débités, 33 préformes et 58 outils complets et fragmentaires.

115Les restes de S.gigas de la fourchette juvénile/subadulte, concernés surtout par la consommation, sont concentrés au nord de l’aire de cuisson F4 (secteur 39) et au nord du secteur 23 [fig. 42d-e], c’est-à-dire dans les mêmes zones que les autres taxons récoltés pour la consommation. En revanche, les restes de S. gigas des stades subadulte à mature sont plus diversement répartis. Toutefois, on note peu de restes dans le secteur 39 et deux concentrations dans le secteur 23, la principale se trouvant au sud-est, à proximité de l’aire de chauffe de pierres F4, avec un prolongement au-delà de la tranchée 23.

Synthèse

116Les restes des autres taxons ramassés pour être consommés et ceux de Strombus gigas des stades juvénile à adulte qui ne témoignent d’aucune exploitation de la coquille sont concentrés autour des zones charbonneuses du nord de la zone C. En contexte primaire de rejet, ils témoignent d’activités de consommation groupées dans ce secteur, sans doute associées à la structure foyère F4. Quelques individus (sub)complets correspondant aux autres stades de croissance – potentiellement exploitables pour leur labre mais qui n’ont pas été exploités – sont également présents dans ces aires, ce qui suggère qu’ils ont été préparés et consommés, comme les juvéniles et les subadultes. Dans les autres parties de la zone C, en particulier au sud, les restes témoignant d’activités de consommation ne sont pas absents mais sont moins concentrés. Les plus fortes concentrations y sont constituées d’éléments fragmentés de S. gigas appartenant surtout à la fourchette adulte/mature, qui sont caractérisés par un labre exploitable. La chair de ces individus a probablement été consommée, mais les coquilles ont ensuite été utilisées pour la production d’outils entraînant une forte fragmentation. Ainsi, certains de ces restes sont en contexte primaire (amas cohérents ; cf. infra, § 2.3.5.1) et les autres en contexte secondaire de rejet, voire de dispersion. Les structures charbonneuses qui leur sont associées au sud de la zone C ont donc pu servir à la fois dans un contexte de consommation et dans un contexte de production sans que l’on puisse dire si, dans ce dernier cas, elles ont joué un rôle direct.

2.3.4.2 Les autres zones

La zone A

  • 8 Ce locus a aussi livré, hors dépôt, une coquille de Cassis sp. modifiée (portion ventrale évidée).

117Malgré sa relative étendue (82,5 m2), la zone A, à la limite nord-ouest du gisement, présente une faible densité de restes (49, soit 25 individus) [tabl. VIII] du fait de la destruction partielle par arasement du niveau archéologique. Plus de la moitié des restes sont de Strombus gigas (59,2 % nr) [tabl. VIII ; fig. 43]. Les espèces alimentaires hors S. gigas sont seulement représentées par quelques éléments isolés, essentiellement de Cittarium pica (nr = 11), et répartis dans neuf des quarante-et-un loci. En ce qui concerne S. gigas, les éléments subadultes à matures dominent. Les coquilles complètes sont absentes, les déchets de débitage/façonnage rares, et ce sont les labres modifiés qui dominent (n = 22, soit 73,3 % des restes de S. gigas et 45 % des restes de la zone). Quatorze sont concentrés dans le locus 12 [fig. 44] et correspondent au dépôt F3, composé de neuf préformes, quatre outils et un fragment d’outil8. [tabl. IX]. S’y ajoutent deux préformes correspondant au dépôt F1, une préforme et deux outils correspondant au dépôt F2 (Bonnissent, Romon 2000), et deux labres débités et une préforme dispersés dans les huit autres loci.

FIG. 43 Baie Orientale 1. Récapitulatif du nombre minimum d’individus (NMI) des espèces majeures dans les cinq zones du site.

FIG. 43 Baie Orientale 1. Récapitulatif du nombre minimum d’individus (NMI) des espèces majeures dans les cinq zones du site.

© N. Serrand, A. Dagand.

TABL. IX Baie Orientale 1. Composition des dépôts mésoindiens en labres débités, préformes et outils finis.

TABL. IX Baie Orientale 1. Composition des dépôts mésoindiens en labres débités, préformes et outils finis.

118Si la zone A semble caractérisée par une concentration d’éléments en cours de production – labres débités et préformes – et quelques outils finis stockés en dépôt, l’existence de perturbations ne permet pas d’interpréter cette concentration. Toutefois, la similarité du mobilier et des contextes de dépôt des zones A et C confirment leur homogénéité culturelle.

La zone B

119Cette zone de taille moyenne (95,5 m2) présente une forte densité de restes : 6 232 sans les composantes intrusives, soit 852 individus [tabl. III]. Ils sont concentrés dans sa partie occidentale, à la jonction entre les secteurs 11 et 41 ; la partie orientale du secteur 11 est, elle, quasiment dépourvue de restes [fig. 44]. Il s’agit pour moitié d’espèces communes alimentaires (58,7 % nr hors Strombus gigas) [tabl. VIII ; fig. 43] dominées par Cittarium pica, les astrées, les nérites et Acanthopleura granulata, et pour l’autre moitié de restes de S. gigas (n = 2 574 ; 41,3 % nr) auxquels s’ajoutent trois restes de Strombus sp., trois de S. costatus et un de S. pugilis (un fragment de labre). La zone B est la seule à avoir livré des restes de ces deux dernières espèces. S. costatus compte deux restes/individus subcomplets et un labre vraisemblablement débité et brûlé suggérant que ce taxon a pu être accessoirement exploité pour sa coquille. En ce qui concerne S. gigas, la part des éléments juvéniles à subadultes concernés par la consommation et celle des individus subadultes à matures concernés par l’industrie sont assez équilibrées. Les spécimens complets et subcomplets sont rares (3,3 % nr) et les fragments divers de coquille, possibles déchets de débitage/façonnage, sont bien représentés pour les différents stades. En revanche, les labres modifiés sont peu nombreux (n = 24, soit 0,4 % nr total et 0,9 % nr S. gigas). Il s’agit de neuf labres débités, cinq préformes, cinq outils finis et cinq fragments d’outils sans répartition particulière.

120La zone pourrait donc avoir été le lieu à la fois d’activités de traitement alimentaire – en particulier des espèces autres que S. gigas – et d’industrie, ce que traduit la représentation équilibrée des labres débités, des préformes et des outils.

FIG. 44 Baie Orientale 1. Récapitulatif de la répartition des strombes dans les cinq zones au prorata des composantes industrielle et alimentaire des assemblages, en nombre de restes (NR).
Certains objets affichés ici n’apparaissent pas sur les relevés de terrain [fig. 15 ; fig. 16 ; fig. 24 ; fig. 30 ; fig. 31]. Ils ont été prélevés lors du diagnostic ou identifiés après la fouille, lors du tamisage systématique du sédiment réalisé sur une épaisseur de 30 cm.

FIG. 44 Baie Orientale 1. Récapitulatif de la répartition des strombes dans les cinq zones au prorata des composantes industrielle et alimentaire des assemblages, en nombre de restes (NR).Certains objets affichés ici n’apparaissent pas sur les relevés de terrain [fig. 15 ; fig. 16 ; fig. 24 ; fig. 30 ; fig. 31]. Ils ont été prélevés lors du diagnostic ou identifiés après la fouille, lors du tamisage systématique du sédiment réalisé sur une épaisseur de 30 cm.

© N. Serrand, A. Dagand.

La zone D

121Cette zone de taille moyenne présente une densité élevée de restes : 3 930 sans les composantes intrusives, soit 748 individus [tabl. III], répartis dans deux niveaux superposés individualisés à la fouille (Bonnissent et al. 2002). La couche inférieure 5 en concentre la plus grande partie (3 418 restes) devant la couche supérieure 4. Les espèces communes alimentaires (sans Strombus gigas) dominent (80,2 % nr) [tabl. VIII ; fig. 43] avec les mêmes taxons majoritaires dans les deux couches : Cittarium pica, nérites, astrées, Purpura patula et Acanthopleura granulata. S. gigas, avec 779 restes, ne compte que pour 19,8 % nr. Il est majoritairement représenté par des restes d’individus subadultes à matures. Les spécimens (sub)complets sont rares (n = 14) et les fragments apparentés à des déchets de débitage/ façonnage dominent (98,2 % nr). En revanche, la part de labres modifiés est faible avec seize pièces (0,4 % nr total et 2,1 % nr S. gigas). Ils proviennent surtout de la couche supérieure avec trois labres débités, cinq préformes, trois outils et deux fragments d’outils concentrés au nord de la zone, autour de l’aire cendreuse, d’où proviennent également le labre débité, la préforme et l’outil de la couche inférieure.

122La zone pourrait donc avoir joué un rôle dans le cadre d’activités alimentaires et, dans une moindre mesure, dans la fabrication d’outils, en particulier pour les premières étapes de production ; c’est ce que donne à penser la présence de déchets de débitage. Les restes liés à la consommation ou à l’industrie sont distribués de la même manière dans les couches 5 et 4, c’est-à-dire dans toute la zone avec une concentration dans la bande nord, aux alentours de l’aire cendreuse contenant des coquillages brûlés (loci 7, 8) et à l’est [fig. 44].

La zone E

123Cette petite zone (27 m2), à l’extrémité sud du gisement, présente une densité assez élevée de restes : 1 286 sans les composantes intrusives, soit 370 individus [tabl. III]. Ils appartiennent surtout aux espèces alimentaires (86,4 % nr) [tabl. VIII ; fig. 43] : burgo, nérites, astrées et chiton. S’y ajoutent 179 restes de strombes dont 175 de Strombus gigas (13,6 % nr) qui correspondent à 34 individus. Pour ce dernier, les éléments d’individus subadultes à matures dominent. Les coquilles complètes sont rares (un individu subcomplet de la fourchette adulte/mature) et les fragments divers, possibles déchets de débitage/façonnage, nombreux. En revanche, les labres travaillés sont rares (n = 8 ; 4,6 % nr S. gigas et 0,6 % des restes de la zone) : six labres débités, une préforme et un fragment d’outil [fig. 44]. La présence de déchets de débitage laisse penser que la zone a concentré des activités alimentaires et, dans une moindre mesure, d’industrie sur coquille, en particulier pour les premières étapes de production.

124Les restes des espèces communes alimentaires et de S. gigas sont concentrés dans la partie occidentale de la zone, dans les loci 1 à 3 et 9 à 12.

125En conclusion, les zones centrales B et C présentent une combinaison d’éléments renvoyant à la fois aux activités de consommation et de production – voire de stockage pour la zone C – d’outils. Les zones D et E, les plus éloignées au sud, présentent une dominante d’éléments liés à la consommation alimentaire. En ce qui concerne la zone A, la destruction de la couche d’occupation ne permet pas d’interprétation.

2.3.5 Production d’outils avec tranchant sur labre de Strombus gigas

126Les individus subadultes à matures (30,6 % des restes de S. gigas) ont été sélectionnés pour leur labre. Ils ont sans doute nécessité une collecte en eaux plus profondes que les juvéniles et ont peut-être fait l’objet d’une recherche particulière pour satisfaire les besoins de la production tout en fournissant un apport alimentaire important. Leur labre a été utilisé pour la production d’un seul type d’outil avec tranchant.

2.3.5.1 Apport du remontage des coquilles

127La nature et la forme des fragments d’individus subadultes à matures de S. gigas sont assez récurrentes sur l’ensemble des zones [fig. 45]. Ces fragments sont particulièrement nombreux dans la zone C, dans trois concentrations du secteur 23 interprétées à la fouille comme des amas de débitage (cf. supra, § 2.2.2.3 ; amas F5 au centre, F3 au sud-est et F1 à l’extrémité sud-est) et au-delà de la tranchée 23. Le remontage de ces fragments a été systématiquement tenté, en particulier dans les trois amas. Pour chacun, une estimation du nmi a été établie sur les quatre loci permettant de couvrir la zone d’amas ainsi que sur les loci adjacents où des remontages ont été possibles.

FIG. 45 Baie Orientale 1. Fragments récurrents de Strombus gigas, notamment pour les individus subadultes à matures (le coquillage entier retenu pour exemple est issu du sect. 23, loci 54 et 55 ; les fragments proviennent de divers loci du sect. 23) :
: spire attachée à un morceau de columelle ;
2-3 : columelles fracturées en plusieurs parties dont l’une isole le canal siphonal (loci 49 et 34) ;
: parties internes du dernier tour, sous le point d’attache du labre (locus 33) ;
: parties du tour interne de la columelle (locus 33) ;
: dernier tour portant les derniers nodules ;
: labre débité, parfois modifié (locus 14).

FIG. 45 Baie Orientale 1. Fragments récurrents de Strombus gigas, notamment pour les individus subadultes à matures (le coquillage entier retenu pour exemple est issu du sect. 23, loci 54 et 55 ; les fragments proviennent de divers loci du sect. 23) : 1 : spire attachée à un morceau de columelle ; 2-3 : columelles fracturées en plusieurs parties dont l’une isole le canal siphonal (loci 49 et 34) ; 4 : parties internes du dernier tour, sous le point d’attache du labre (locus 33) ; 5 : parties du tour interne de la columelle (locus 33) ; 6 : dernier tour portant les derniers nodules ; 7 : labre débité, parfois modifié (locus 14).

© N. Serrand.

128Pour l’amas F1, 58 éléments sont engagés dans des remontages : 27 dans le locus 33, 18 dans le locus 34, et 13 entre ces loci et/ou avec le locu 28 et entre les loci 82 et 81b. Ces remontages concernent 17 individus dont 11 ont pu être remontés entièrement à l’exception du labre. La dispersion des éléments est limitée puisqu’aucun remontage n’a été possible avec des loci plus éloignés. Les 1 080 restes livrés par les loci 23, 28, 29, 33 et 34 indiquent la présence d’au moins 65 individus alors que les labres débités ou façonnés renvoient à neuf individus.

129Pour l’amas F3, 22 éléments sont engagés dans des remontages : six dans le locus 26, quatre dans le locus 35, quatre dans le locus 30, deux dans le locus 20, deux au sein du locus 24 et quatre entre ces loci. Ils laissent entrevoir une plus forte dispersion des éléments de l’amas. Seuls huit individus sont concernés dont deux ont été quasi entièrement remontés sans le labre. Les 374 restes livrés par les loci 20, 21, 25, 26, 30, 31, 35 et 36 indiquent la présence d’au moins 18 individus alors que les labres renvoient à sept individus.

130Enfin, pour l’amas F5, 95 éléments sont engagés dans des remontages : 40 dans le locus 49, 26 dans le locus 47, sept au sein du locus 45, cinq dans le locus 21, trois dans le locus 54, deux dans le locus 44 et 12 entre ces loci. La dispersion des restes est donc importante. 27 individus sont concernés dont 12 ont été presque entièrement remontés, sans le labre cependant. Les 497 restes livrés par les loci 12, 17, 21, 44, 47, 48, 49, 54, 55 et 56 indiquent la présence d’au moins 59 individus, tandis que les labres renvoient à 13 individus. La sous-représentation des labres dans ces amas s’explique sans doute par le fait qu’ils ont été transformés et déposés ailleurs ou emportés hors du site.

131Les fragments récurrents, en particulier dans les amas de la zone C, présentent une fragmentation dont les caractéristiques sont systématiques et composent des coquilles entières dépourvues de leur labre : ces fragments résultent donc du débitage du labre. Quelques individus subcomplets, remontés au sein des amas, l’attestent encore, comme l’individu adulte associé à l’amas F5 (secteur 23) : constitué de trois éléments provenant du locus 54 et d’un du locus 55 [fig. 46a], il porte encore son labre attaché par la partie siphonale à la columelle, tandis que sa spire s’est détachée avec une partie de la columelle et que deux portions de dernier tour se sont fracturées : ce spécimen porte les stigmates d’une tentative avortée de débitage du labre. Un autre individu adulte, également associé à l’amas F5, est constitué de six éléments provenant du locus 49 et d’un élément issu du locus 17 [fig. 46b]. Il témoigne des mêmes fracturations que les exemplaires décrits ci-dessus mais, dans ce cas, le labre – qui a sans doute été débité avec succès – est absent. De nombreux autres spécimens partiellement remontés sont toujours constitués des mêmes types de fragments correspondant aux points de fragilité de la coquille susceptibles de rompre lors du débitage du labre. Ces individus subcomplets remontés sont similaires aux individus complets dépourvus de leur labre, ce qui atteste que l’opération de débitage du labre n’a pas toujours entraîné la fracturation souhaitée de la coquille.

FIG. 46 Baie Orientale 1. Deux exemples de remontages effectués dans l’amas F5 :
: trois éléments provenant du locus 54 s’ajustent à un élément du locus 55 ;
b : six pièces issues du locus 49 remontent avec une pièce provenant du locus 17.

FIG. 46 Baie Orientale 1. Deux exemples de remontages effectués dans l’amas F5 : a : trois éléments provenant du locus 54 s’ajustent à un élément du locus 55 ; b : six pièces issues du locus 49 remontent avec une pièce provenant du locus 17.

© N. Serrand.

2.3.5.2 Chaîne opératoire

132Trois étapes de production ont été identifiées :

  • le débitage du labre ;

  • le façonnage des labres débités ; il implique la mise en forme d’au moins une des extrémités et/ou du bord externe ; on distingue d’une part les ébauches dont la forme est seulement dégrossie, d’autre part les préformes qui présentent une forme quasi finie ;

  • la finition des outils.

Débitage du labre

133Les labres ont vraisemblablement été débités par percussion directe lancée, appliquée sur les points d’attache à la coquille suivant un schéma récurrent : le long de la suture entre la spire et le dernier tour, et le long de la limite du dernier nodule sur le dernier tour jusqu’à l’extrémité siphonale. Le débitage direct du labre au plus proche de la forme des outils finis, qui implique des risques importants de fracturation incontrôlée, n’a pas été observé.

134Soixante labres débités ont été comptabilisés sur l’ensemble des zones [tabl. X]. Ces pièces [fig. 47] comprennent souvent le labre proprement dit et une partie du dernier tour – quand elle est absente, il est difficile de dire si elle s’est fracturée au débitage ou si elle a été enlevée par un début de mise en forme. Les extrémités siphonale et/ou anale du labre sont parfois absentes ; elles ont pu rester attachées au dernier tour lors du débitage– en témoignent de nombreux fragments présents dans les amas –ou être détachées lors d’une première mise en forme visant à aménager ces portions qui constitueront respectivement le tranchant et le talon de l’outil. Quelques labres encore attachés à des coquilles fragmentées et des labres débités irréguliers, cassés ou trop courts attestent d’accidents survenus lors du débitage [tabl. X]. Certains de ces labres endommagés ont néanmoins été mis en forme. Par ailleurs, quatre labres débités présentent des surfaces altérées par des encroûtements d’organismes marins et douze autres sont presque trop fins pour pouvoir être exploités. Le débitage malgré tout de ces éléments pourrait signer des difficultés d’approvisionnement en labres de bonne qualité. Aucun labre débité n’a pu être remonté sur une coquille subcomplète, probablement du fait de l’altération du bord des labres par les impacts de débitage.

TABL. X Baie Orientale 1. Labres débités de Strombus gigas présents dans les dépôts mésoindiens (– non mesuré ou absent).

TABL. X Baie Orientale 1. Labres débités de Strombus gigas présents dans les dépôts mésoindiens (– non mesuré ou absent).

FIG. 47 Baie Orientale 1. Exemples de labres débités.

FIG. 47 Baie Orientale 1. Exemples de labres débités.

© N. Serrand, A. Dagand.

Façonnage

  • 9 « Externe » est utilisé dans le sens anatomique : face du labre présentant des reliefs naturels ; l (...)

135Pour la mise en forme des labres débités on procède par percussion répétée, directe ou sur enclume, appliquée surtout sur la face externe de la coquille9 [fig. 48 : 1, 2] : sur les tranches longitudinales pour détacher la portion restante du dernier tour et aménager des bords droits ou légèrement convexes ; sur l’extrémité anale désormais extrémité proximale de la pièce, afin de rompre la portion restante du canal anal et d’y aménager un talon ; sur l’extrémité siphonale désormais extrémité distale [fig. 48 : 3], afin d’y aménager un profil plus ou moins convexe. Les déchets typiques de cette mise en forme [fig. 48 : 10-18] consistent en parties de dernier tour – précédemment attachées au labre débité –, en extrémités siphonales et anales, en parties marginales et autres fragments de labre.

FIG. 48 Baie Orientale 1. Le débitage des labres de Strombus gigas (tous les exemples présentés sont issus de la zone C) :
1-3 : procédé de débitage pour l’obtention d’une préforme ;
4-9 : exemples de préformes ;
10-18 : déchets typiques résultant de la mise en forme.

FIG. 48 Baie Orientale 1. Le débitage des labres de Strombus gigas (tous les exemples présentés sont issus de la zone C) : 1-3 : procédé de débitage pour l’obtention d’une préforme ; 4-9 : exemples de préformes ; 10-18 : déchets typiques résultant de la mise en forme.

© N. Serrand, A. Dagand.

136Sur l’ensemble des zones, 57 préformes complètes, une préforme cassée et un fragment ont été décomptés [tabl. XI ; fig. 48 : 4-9]. Parmi les préformes complètes, plus de la moitié (n = 31) sont standard tandis que neuf correspondent à des ébauches encore grossières où l’on reconnaît le labre débité, neuf sont étroites, quatre sont irrégulières et quatre sont à la fois étroites et irrégulières (la majorité en zone A). Les préformes irrégulières et/ou étroites montrent que certains supports assez médiocres, éventuellement endommagés lors du débitage ou des premiers stades de mise en forme, ont quand même été utilisés. Une préforme très émoussée et endommagée en longueur pourrait avoir été travaillée sur un labre ramassé sur la plage. En revanche, la présence d’un seul fragment (talon) de préforme et d’une préforme cassée (sur l’extrémité distale) indique que les accidents étaient rares durant le façonnage.

Finition

13772 outils complets et 20 fragmentaires sont finis ou en cours de finition [tabl. XII ; fig. 49]. La finition a été réalisée par abrasion, peut-être sur une surface abrasive dormante, éventuellement en matériau corallien (cf. infra, § 2.8.6). L’abrasion concerne surtout l’extrémité distale où elle est bifaciale et vise à l’aménagement d’un tranchant. Elle concerne également les bords, sur leur longueur et surtout en zone distale ; rarement bifaciale, elle est surtout appliquée sur la face externe pour faire disparaître les enlèvements de mise en forme et certains reliefs. L’abrasion des bords est couvrante sur la face externe mais avec une emprise très variable sur les reliefs, plus importante en zone distale. Le talon n’est jamais abrasé ni la face interne, hormis en partie distale (tranchant).

FIG. 49 Baie Orientale
1. Exemples d’outils finis :
1-6 : outils standards non utilisés ;
7-9 : outils étroits ;
10-11 : outils utilisés ;
12-15 : outils cassés.

FIG. 49 Baie Orientale 1. Exemples d’outils finis : 1-6 : outils standards non utilisés ; 7-9 : outils étroits ; 10-11 : outils utilisés ; 12-15 : outils cassés.

© N. Serrand.

TABL. XI Baie Orientale
1. Préformes présentes dans les dépôts mésoindiens
hs : hors stratigraphie,
: à 15 m depuis le sud,
b : coupe nord 403,
: à 12 m du sud,
: à 36,5 m du sud vers le nord, à 65 cm sous le sol actuel,
: dépôt de la coupe sud 403,
: entre 1 et 6 m au sud-ouest,
tr : tranchée,
– : non mesuré ou non mesurable.
Le détail des points observés sur le profil des tranchants, des bords et des talons, et sur les stigmates de percussion, est accessible dans les tableaux présentés dans les rapports de fouille et auprès de l’auteur. Ils ont été retirés pour des raisons de présentation.

TABL. XI Baie Orientale 1. Préformes présentes dans les dépôts mésoindiens hs : hors stratigraphie, a : à 15 m depuis le sud, b : coupe nord 403, c : à 12 m du sud, d : à 36,5 m du sud vers le nord, à 65 cm sous le sol actuel, e : dépôt de la coupe sud 403, f : entre 1 et 6 m au sud-ouest, tr : tranchée,– : non mesuré ou non mesurable.Le détail des points observés sur le profil des tranchants, des bords et des talons, et sur les stigmates de percussion, est accessible dans les tableaux présentés dans les rapports de fouille et auprès de l’auteur. Ils ont été retirés pour des raisons de présentation.

138Parmi les 72 outils finis complets, 19 sont des pièces standard qui ne présentent pas d’altération du tranchant et n’ont donc pas été utilisées [fig. 49 : 1‑6]. Elles sont concentrées dans la zone C (n = 17), en particulier dans les dépôts : dix dans le dépôt F1 et quatre dans le dépôt F9. Les deux dernières proviennent de la tranchée 49. 23 autres outils finis sont également assez standards mais un est cassé, 16 portent des altérations du fil du tranchant – de légères encoches – et ont sans doute été utilisés, et six ont clairement été utilisés ; dans leur cas, le fil du tranchant présente des encoches se prolongeant en enlèvements conséquents sur la face interne dans l’axe long de l’outil.

139Les autres pièces sont de forme moins régulière. Huit sont courtes, leur faible longueur semblant avoir été déterminée dès le débitage (accident ?) ; une présente de possibles traces d’utilisation. 14 autres outils sont étroits [fig. 49 : 7-9] : quatre pièces sont dépourvues de stigmates d’utilisation, trois semblent utilisées et sept ont clairement été utilisées – dont une est cassée. L’étroitesse de ces pièces a pu être délibérément recherchée dès le débitage, à moins qu’elle ne résulte d’accidents survenus soit durant la fabrication – il s’agit de labres mal débités ou de qualité médiocre dont seule une partie était exploitable – soit, pour les pièces usagées, durant l’utilisation – les fractures sont alors survenues dans la largeur. Enfin cinq outils courts ont été utilisés et semblent avoir été repris [fig. 49 : 10, 11]. Ils proviennent tous du secteur 23 de la zone C, dont quatre du dépôt F2. Ces pièces présentent une moindre longueur que les autres outils, et le tranchant, large et quasi rectiligne, est localisé à hauteur de la largeur maximale du labre. Le fil du tranchant est, par ailleurs, cassé avec des encoches et des enlèvements conséquents sur la face interne dans l’axe longitudinal de la pièce. Le fait que ces outils courts présentent systématiquement un tranchant altéré évoque un réaffûtage et un réaménagement du tranchant au fur et à mesure de son utilisation, entraînant la réduction de longueur et le positionnement du tranchant au niveau de la plus grande largeur. Ces observations sur les outils courts pourraient valoir aussi pour les sept outils étroits utilisés : il pourrait s’agir également d’outils finis, endommagés durant l’utilisation et repris et réaffûtés dans leur largeur. Mais, encore une fois, ils pourraient aussi constituer une autre catégorie d’outils (de type « ciseau ») dont la forme aurait été décidée dès l’étape du débitage et dont l’utilisation pourrait être légèrement différente de celle des autres outils.

140Au total, 21 des 72 outils finis complets ont donc clairement été utilisés, voire réaffûtés (29,2 %) et 20 autres pourraient l’avoir été (27,8 %) même si les stigmates d’altération du tranchant sont moins nets.

141À cela s’ajoutent 20 fragments d’outils [fig. 49 : 12-15] : douze extrémités distales (tranchants) et sept extrémités proximales (talons) fracturées dans le sens de la largeur, parallèlement au tranchant, avec pour cinq pièces distales et deux pièces proximales une extension de la fracturation sur le côté externe ou interne ; et un fragment de surface externe. Si quelques fragments d’extrémités distales peuvent présenter des altérations du tranchant résultant d’une utilisation, il est impossible de se prononcer pour les extrémités proximales fracturées, mais il est probable que ces pièces se sont fracturées durant leur utilisation, la finition n’engageant pas de risque particulier de fracturation. S’ils témoignent bien de fractures dues à l’utilisation, ces fragments assez similaires traduisent un type de fracturation récurrent qui pourrait permettre d’identifier les modalités d’utilisation des outils et leur fonction.

Techniques de fabrication

142Les modes opératoires observés dans la chaîne de production sont principalement la percussion et l’abrasion.

143La percussion est utilisée pour le débitage des labres et pour leur mise en forme par retouches progressives. Elle est appliquée surtout sur la face externe et ne l’est, sur la face interne, que pour l’aménagement du talon et, accessoirement, du tranchant. Cela est sans doute lié aux contraintes de la matière, la coquille étant plus dense sur la face interne tandis qu’elle se délite mieux sur la face externe. Parmi les éléments lithiques présents sur le site (cf. infra, § 2.7.6), certains des galets en roche volcanique massive et en roche volcano-sédimentaire ont pu servir de percuteur tandis que certains blocs ont pu être utilisés bruts comme enclume, les uns comme les autres pour débiter et travailler les labres dans les premiers stades de leur façonnage.

144L’abrasion est utilisée pour la finition et pour l’aménagement et le réaffûtage de l’extrémité distale de la pièce. Elle permet de régulariser le profil du tranchant, d’en définir l’épaisseur et de lui donner l’angle désiré par rapport aux faces. De plus, elle augmente sans doute la solidité générale de l’outil et de sa partie active en particulier, en empêchant son esquillement ou son délitage durant l’utilisation. Les outils ayant servi pour l’abrasion des parties actives et des surfaces des outils en coquille sont sans doute à rechercher parmi les éléments du matériel corallien (cf. infra, § 2.8.4) : l’analyse des traces relevées sur ce matériau abrasif indique qu’il était utilisé comme lime, râpe, meule ou polissoir, selon les espèces et selon leurs dimensions. Certains des éléments, notamment des tronçons d’Acropora palmata, ont ainsi pu être utilisés dans le cadre du travail de la coquille comme pièces dormantes ou actives. Ces mêmes éléments ont pu aussi servir au réaffûtage du tranchant des outils. On ne peut exclure par ailleurs que certains éléments lithiques en roche volcano-sédimentaire (cf. infra, § 2.7.4) aient servi de meule ou de polissoir, notamment la grande dalle en cherto-tuffite provenant de la tranchée 49, même si leur répartition spatiale n’établit pas de lien direct avec les activités de production d’outillage en coquille.

145Le processus technique de transformation des labres est relativement simple [fig. 50] : débitage du labre → support (labre) débité → façonnage (mise en forme) par retouche → préforme retouchée → polissage de la préforme et finition → outil avec tranchant fini.

FIG. 50 Baie Orientale 1. Chaîne opératoire de la production d’outils avec tranchant sur labre de Strombus gigas.

FIG. 50 Baie Orientale 1. Chaîne opératoire de la production d’outils avec tranchant sur labre de Strombus gigas.

© N. Serrand.

146Il est bien adapté au matériau puisque peu de traces d’accidents ont été observées. Ces derniers sont surtout intervenus durant le débitage, avec pour résultat la production de supports courts ou étroits néanmoins utilisés ensuite – ce qui peut expliquer l’existence de préformes et d’outils finis courts ou étroits. Peu d’accidents semblent être intervenus durant l’étape de mise en forme – pour la production de préformes. Enfin, les fragments d’outils finis n’attestent que de quelques accidents survenus durant l’utilisation et ayant entraîné la fracturation des pièces. Pour finir, l’utilisation de labres altérés en surface ou d’épaisseur moyenne, de produits de débitage endommagés dans leur longueur ou leur largeur – outils courts ou étroits – et la reprise d’outils usagés par réaffûtage jusqu’à un point avancé, attestent de la volonté ou de la nécessité d’exploiter au maximum la matière première et les outils produits.

2.3.5.3 Morphotypologie des labres débités, préformes et outils Strombus finis

147Les 60 labres débités mesurables [tabl. X ; fig. 51 ; fig. 52] ont un poids moyen de 350 g, une longueur moyenne de 186 mm et une largeur moyenne de 128 mm. Leur morphologie est avant tout déterminée par le schéma récurrent de débitage exposé précédemment et par l’âge de l’individu débité, c’est-à-dire par l’épaisseur de son labre. Les grandes variations d’épaisseur et de qualité des labres évoquent peut-être un relatif opportunisme dans l’acquisition ou des difficultés dans l’approvisionnement.

148Les 58 préformes (sub)complètes [tabl. XI ; fig. 51 ; fig. 52] sont relativement standardisées : elles présentent toutes des bords droits ou légèrement convexes, mis en forme par percussion depuis la face externe. La morphologie de leur extrémité distale est plus variable, de rectiligne à fortement convexe, vraisemblablement en fonction de l’épaisseur du matériau, et non régularisée par abrasion. Leur épaisseur varie entre 5 et 21 mm et leur largeur entre 28 et 77 mm. La morphologie des talons est également variable, de rectiligne à fortement convexe, avec une dissymétrie, le plus souvent externe. Leur largeur varie entre 27 et 67 mm. En revanche, le poids de ces pièces (moyenne = 307 g) et leur épaisseur (moyenne = 17 mm) varient beaucoup selon la densité du labre – celle-ci est fonction de l’âge de l’individu. De même, du fait de l’existence de pièces courtes ou étroites vraisemblablement produites sur des labres accidentés durant le débitage ou au début de la mise en forme, leur longueur et leur largeur sont variables : la première varie entre 115 et 212 mm (moyenne = 170 mm) et la seconde entre 52 et 106 mm. Ces valeurs indiquent néanmoins que la mise en forme des labres débités implique un faible enlèvement de matière dans la longueur. La réduction de la largeur est plus importante puisqu’il faut retirer la partie de dernier tour encore attachée à ce stade au labre débité. La variabilité des formes semble moins correspondre à un choix délibéré de l’artisan qu’à une contrainte de la matière et aux éventuels accidents de débitage ou de première mise en forme.

FIG. 51 Points d’établissement des mesures et terminologie employée pour les pièces d’industrie sur labre de Strombus gigas aux différents stades de la chaîne opératoire.

FIG. 51 Points d’établissement des mesures et terminologie employée pour les pièces d’industrie sur labre de Strombus gigas aux différents stades de la chaîne opératoire.

© N. Serrand.

FIG. 52 Baie Orientale 1. Projection des principales mesures des pièces d’industrie aux différents stades de la chaîne opératoire.

FIG. 52 Baie Orientale 1. Projection des principales mesures des pièces d’industrie aux différents stades de la chaîne opératoire.

© N. Serrand.

149Les 72 outils finis complets [tabl. XII ; fig. 51 ; fig. 52] sont également assez standardisés : tous présentent des bords droits ou légèrement convexes, mis en forme par abrasion sur la face externe. La morphologie de leur extrémité distale est plus variable, de rectiligne à fortement convexe. Elle est toujours pourvue d’un tranchant aménagé par abrasion bifaciale, de profil plano-convexe, dont l’épaisseur varie entre 3,4 et 17,1 mm et la largeur entre 31,4 et 90,3 mm, et dont l’emprise sur la face externe varie entre 5,2 et 32,4 mm. La morphologie du talon est assez constante : elle est fortement convexe avec une dissymétrie le plus souvent externe. En revanche, la morphométrie des pièces varie beaucoup, avec notamment la présence de pièces courtes ou étroites.

150Le poids et l’épaisseur des 42 outils finis de morphologie standard, non fracturés, usagés ou non, sont variables selon la densité du labre – c’est-à-dire, encore une fois, de l’âge de l’individu. Leur longueur varie entre 120 et 200 mm et leur largeur entre 55 et 91 mm, valeurs qui indiquent que l’abrasion des préformes implique un faible enlèvement de matière. Les caractéristiques métriques des autres pièces, moins régulières, c’est-à-dire les outils courts, étroits et endommagés, sont présentées dans le tabl. XII.

TABL. XII Baie Orientale 1. Outils finis présents dans les dépôts mésoindiens.
hs : hors stratigraphie ;
: de 1 à 6 m au sud-ouest,
b : à 5 m amas,
c : coupe nord 403,
: à 2,5 m extérieur sud et à 35 cm sous le sol actuel,
: à 14,5 m du sud et à 55 cm sous le sol actuel,
: à l’extrémité ouest des déblais,
: de 10 à 35 mw,
tr :tranchée, 
 : non mesuré ou non mesurable.

TABL. XII Baie Orientale 1. Outils finis présents dans les dépôts mésoindiens.hs : hors stratigraphie ; a : de 1 à 6 m au sud-ouest, b : à 5 m amas, c : coupe nord 403, d : à 2,5 m extérieur sud et à 35 cm sous le sol actuel, e : à 14,5 m du sud et à 55 cm sous le sol actuel, f : à l’extrémité ouest des déblais, g : de 10 à 35 mw, tr :tranchée, – : non mesuré ou non mesurable.

2.3.5.4 Répartition spatiale

151Les labres débités, les préformes et les outils sont répartis sur l’ensemble des zones avec une plus forte proportion dans les zones B et C et, pour les préformes, dans la zone A [tabl. XIII ; fig. 44]. Dans la zone C, la plus structurée, les labres débités, les préformes ainsi que les déchets de débitage et de façonnage sont associés aux amas de débitage reconnus en fouille. Ils ont pu y être déposés, voire stockés, au fur et à mesure de la production. En revanche, la répartition des outils finis, usagés ou non, semble déterminée par les modalités de stockage ou d’utilisation. Ainsi, de nombreux labres modifiés ont été observés concentrés en huit dépôts [tabl. IX] : trois dans la zone A (F1, F2, F3) et cinq dans la zone C (F1-F2, F4, F8-F9). Les trois dépôts de la zone A totalisent 19 pièces dominées par des préformes. Ceux de la zone C totalisent 53 pièces et rassemblent des préformes (35,8 % des pièces) et des outils finis (56,6 %), y compris usagés (mais aucun fragment d’outil fini), plutôt que des labres (seulement quatre dans le dépôt F4, secteur 39) qui sont, eux, concentrés dans les zones de débitage. Préformes et outils, qui ont fait l’objet d’un fort investissement, sont prêts à l’emploi : les préformes à être transformées en outils finis et les outils finis à être utilisés ou, pour ceux qui ont déjà été utilisés, repris par un ravivage du tranchant.

TABL. XIII Baie Orientale 1. Répartition des labres débités, des préformes et des outils finis dans les zones et secteurs du gisement mésoindien.
Le détail des points observés sur le profil des tranchants, des bords et des talons, et sur les stigmates de percussion, est accessible dans les tableaux présentés dans les rapports de fouille et auprès de l’auteur. Ils ont été retirés pour des raisons de présentation.

TABL. XIII Baie Orientale 1. Répartition des labres débités, des préformes et des outils finis dans les zones et secteurs du gisement mésoindien. Le détail des points observés sur le profil des tranchants, des bords et des talons, et sur les stigmates de percussion, est accessible dans les tableaux présentés dans les rapports de fouille et auprès de l’auteur. Ils ont été retirés pour des raisons de présentation.

2.3.5.5 Caractéristiques de la production

152La production d’outils avec tranchant sur labre de Strombus gigas est l’une des activités majeures attestées sur le site. La production est standardisée, avec un seul type d’outil. Seuls deux éléments produits sur Cassis sp. sortent du lot : une coquille complète évidée (zone A) et une extrémité distale (hors contexte). Cette dernière présente un tranchant similaire à celui des outils sur labre de Strombus gigas, suggérant qu’il peut s’agir d’une variante isolée. La totalité de la chaîne opératoire est représentée, depuis l’acquisition de la matière première jusqu’à l’utilisation in situ des outils finis, voire leur reprise par réaffûtage du tranchant au fur et à mesure de l’utilisation – on parle ici des outils au tranchant endommagé et des outils finis courts. Les caractéristiques des éléments coralliens associés dans le gisement (cf. infra, § 2.8) suggèrent que ce matériau aux qualités abrasives, notamment les tronçons d’Acropora palmata, a été utilisé sous la forme de pièces dormantes ou actives pour les étapes d’abrasion – régularisation des bords et aménagement du tranchant – et de réaffûtage des outils.

153Les outils avec tranchant sont relativement standardisés du point de vue morphologique et métrique. Leurs caractéristiques principales sont l’existence d’un talon net, de morphologie variable, et d’un tranchant plano-convexe. L’existence d’un système d’emmanchement est envisageable puisque la forme du talon s’y prête, mais reste difficile à attester. En ce qui concerne le tranchant, sa localisation, sa forme, les enlèvements qu’il présente dans le cas des outils utilisés et les types de fracturation observés suggèrent qu’il était utilisé perpendiculairement à l’axe d’application de la force – au manche donc si celui-ci a existé – plutôt que parallèlement. Cela exclurait l’utilisation des outils comme hache et conduit à évoquer trois catégories d’objets : le racloir, le ciseau et l’herminette. Les différences entre ces catégories résident surtout dans le mode d’application de la force :

  • le racloir implique l’usage de la percussion posée (Leroi-Gourhan 1943) avec ou non présence d’un système d’emmanchement ;

  • le ciseau implique l’usage de la percussion posée avec percuteur (Leroi-Gourhan 1943) puisque l’outil, jouant le rôle de pièce intermédiaire, est frappé au niveau du talon par un autre outil ;

  • l’herminette implique l’usage de la percussion lancée sans que celle-ci engage nécessairement la mise en œuvre d’une force importante, et l’existence d’un système d’emmanchement.

154Les trois catégories ne sont pas nécessairement exclusives l’une de l’autre, et l’on peut envisager que certains outils aient pu être utilisés à la fois selon ces différents modes, peut-être en fonction des surfaces et matériaux à traiter. Dans tous les cas, l’action produite permet le travail de surface de matériaux semi-durs ou durs par enlèvements successifs de matière, plus ou moins conséquents et plus ou moins contrôlés (Lammers-Keijsers 2007). Ce type d’outil pourrait convenir au travail du bois, attendri ou non, par enlèvements de copeaux tel qu’on peut l’envisager notamment dans la manufacture de canoës.

155Pour finir, plusieurs indices évoquent une exploitation maximale des matériaux : utilisation de labres d’épaisseur moyenne à la limite des potentialités d’exploitation, de labres altérés en surface et peut-être ramassés morts, utilisation de produits de débitage endommagés dans leur longueur ou leur largeur et non conformes au schéma type, et reprise d’outils usagés par réaffûtage jusqu’à un point avancé. Cela est surprenant étant donné la proximité des réserves de matière première : les herbiers susceptibles d’abriter des populations importantes de Strombus gigas. Toutefois, les herbiers les plus accessibles, peu profonds, fournissaient peut-être principalement des concentrations de juvéniles (Stoner, Waite 1990 ; Stoner, Ray 1993) dépourvus de labre exploitable ; les adultes, plus mobiles et moins grégaires, pouvaient être plus difficiles à récolter, ce qui expliquerait cette gestion « à l’économie » du matériau.

2.3.6 Intégration dans le cadre local et régional (nord des Petites Antilles)

156Dans le nord des Petites Antilles, l’ensemble le plus conséquent de sites mésoindiens est documenté à Saint-Martin, avec les gisements de Norman Estate (Brokke 1999 ; Knippenberg 1999b), Étang Rouge 3 (Martias 2005 ; Romon et al. 2007), Étang Rouge 1, Baie Longue 2, Trou David 1, Salines d’Orient et Pointe du Bluff (Bonnissent 2010). Les autres occupations mésoindiennes majeures de la zone sont Krum Bay à Saint-Thomas (Bullen 1973 ; Lundberg 1989), Whitehead’s Bluff à Anguilla (Crock et al. 1995), Plum Piece à Saba (Hofman, Hoogland 2003), Corre Corre Bay à Saint-Eustache (Versteeg et al. 1993 ; Delvoye 1994), Sugar Factory Pier à Saint-Christophe (Armstrong 1979 ; Goodwin 1978), Hichman’s Shell Heap à Niévès (Wilson 1989), Jolly Beach à Antigua (Davis 1974 ; 1982 ; Nodine 1990), River Site à Barbuda (Watter et al. 1992) et, en Guadeloupe, Morel 0, Porte d’Enfer, Baie du Nord-Ouest et Pointe des Pies (Bonnissent 2010).

157Ces sites sont tous en position côtière, à l’exception de Plum Piece à Saba. D’après les dates radiocarbones, les phases initiales d’Étang Rouge correspondent aux occupations les plus anciennes et sont attribuables au premier des trois stades chronologiques définis par D. Bonnissent (avant 2600 BC : Bonnissent 2010). Les autres sites ont pour la plupart été occupés entre les 3e et 2e millénaires av. J.-C. (stade 2 défini par D. Bonnissent) et sont plus anciens que Baie Orientale 1 dont l’occupation est attribuée au stade 3, comme Hichman’s Shell Heap, Corre Corre Bay et Pointe des Pies qui sont datés du 1er millénaire av. J.-C.

158La disparité des données recueillies, des méthodes de fouille employées et des études fauniques réalisées sur cet ensemble de sites ne permet pas de proposer un schéma synthétique des stratégies mésoindiennes d’exploitation des mollusques. Quelques récurrences peuvent toutefois être soulignées.

159Les mollusques exploités sont essentiellement des grands gastéropodes et des bivalves. Les premières phases d’occupation d’Étang Rouge 3 à Saint-Martin font état de la consommation de Strombus gigas au stade 1 de la période (Serrand 2005 ; Bonnissent 2010). Le stade 2 concerne la majorité des autres occupations mésoindiennes mais il est particulièrement documenté par les premières phases d’Étang Rouge 1, qui se caractérisent encore par une exploitation ciblée sur Strombus gigas et Cittarium pica. Par la suite en revanche, ce sont les bivalves, particulièrement Arca zebra et Codakia orbicularis qui dominent (Serrand 2005 ; Bonnissent 2010). Ces taxons sont également majoritaires sur les sites de Trou David 1 et Pointe du Bluff à Saint-Martin (Bonnissent 2010), comme à Norman Estate où ils sont associés à Chama sarda et Anadara notabilis (Brokke 1999). À Sugar Factory Pier, A. zebra et A. notabilis dominent (Armstrong 1979 ; Goodwin 1978), et à Jolly Beach ces deux taxons majeurs (A. zebra : 50 % nmi) sont associés à Codakia orbicularis, Ostrea equestris et A. notabilis, mais aussi à Strombus gigas, S. pugilis, Murex brevifrons et Lucina pectinata (Davis 1974 ; 1982 ; Nodine 1990 : 9-10). En revanche, à Baie Longue 2, l’exploitation cible les gastéropodes Strombus gigas et les nérites (Bonnissent 2010) tandis que sur le site de Whitehead’s Bluff (Crock et al. 1995) ce sont les taxons du médiolittoral rocheux Cittarium pica, Acanthopleura granulata, Nerita peloronta et Purpura patula qui sont majoritaires, avec une petite composante d’Arca zebra et de Strombus gigas. Enfin, pour le stade 3, les seules données recueillies sur Saint-Martin proviennent du gisement de Baie Orientale 1 où l’exploitation, on l’a montré, est ciblée sur les gastéropodes Strombus gigas, Cittarium pica, Nerita versicolor et N. peloronta. Le site de Hichman’s Shell Heap à Niévès (Wilson 1989) présente un spectre assez proche avec Cittarium pica, Arca zebra, Nerita sp. et S. gigas. Les données de Corre Corre Bay et Pointe des Pies ne sont pas connues.

2.3.7 Synthèse

160Le gisement mésoindien de Baie Orientale 1 se caractérise par l’exploitation sélective et pragmatique de quelques taxons, en particulier le lambi (Strombus gigas), les nérites à quatre dents (Nerita versicolor) et dent saignante (N. peloronta), le burgo Cittarium pica et le chiton poilu (Acanthopleura granulata). La majorité de ces taxons a été collectée strictement pour la consommation alimentaire, excepté S.gigas dont les individus adultes, tout en étant consommés, ont aussi été utilisés pour la production intensive et standardisée d’outils tranchants sur labre, activité qui semble avoir joué un rôle prépondérant dans l’organisation du gisement.

161Les taxons récoltés sont tous accessibles à proximité du site : dans les herbiers infralittoraux sur fond sablo-vaseux des eaux de la Baie Orientale et de la Baie de l’Embouchure, sur la pointe rocheuse séparant les deux baies, dans les milieux intermédiaires présents en poches dans ces baies et dans les zones de mangrove localisées en arrière du littoral. Le caractère sélectif et pragmatique de la collecte apparaît dans le faible nombre d’espèces utilisées pour la consommation et dans les choix effectués au sein de ces espèces et de leurs individus : les espèces les plus grandes, disponibles dans les zones les moins profondes du médiolittoral et de l’infralittoral, ont été privilégiées aux dépens d’espèces plus petites accessibles dans les mêmes milieux. De même, les individus ciblés de Cittarium pica et Strombus gigas sont ceux de taille petite à moyenne qui, s’ils ne sont pas les plus rentables, sont les plus accessibles : zones les plus hautes du médiolittoral pour C. pica et herbiers peu profonds pour S. gigas (Stoner, Waite 1990 ; Stoner, Ray 1993). Tous les indices convergent donc vers l’hypothèse d’une exploitation pragmatique privilégiant les zones d’accès aisé, suffisamment productives, qui concentrent à la fois certaines grosses espèces et les individus accessibles et assez rentables des deux taxons majeurs.

162Du point de vue alimentaire, le site témoigne de manière inédite du recours à un mode de cuisson original : la majorité des Strombus gigas et les autres taxons ont été cuits dans leur coquille, sans doute sur les aires de combustion observées en fouille, en particulier dans la zone C. Des récurrences dans le mode de fracturation de plusieurs taxons, les nérites notamment, suggèrent que cette exposition à la chaleur a fragilisé les coquilles et, dans certains cas, entraîné leur fragmentation, notamment lors de l’extraction de la chair ou après rejet des coquilles vides.

163Pour ce qui est de l’industrie, les labres des Strombus gigas adultes et matures ont, après consommation de l’animal, été exploités de manière intensive pour la production d’outils. Le débitage des labres a été opéré par percussion selon un schéma standardisé. Les labres débités ont ensuite été mis en forme par percussion sur les bords et les extrémités distale et proximale. Cette mise en forme a été effectuée dans les mêmes lieux que le débitage, en tout cas pour la zone C. Les préformes ont ensuite été abrasées sur leurs bords et leur extrémité distale, aménagée en tranchant plano-convexe. En outre, quelques pièces finies attestent d’une utilisation des outils in situ et du ravivage du tranchant au fur et à mesure de leur usure. La production est standardisée – un seul type d’outil aux caractéristiques morphologiques et métriques assez constantes – et la totalité de la chaîne opératoire est représentée jusqu’à l’utilisation des outils finis, voire leur reprise. D’après leurs caractéristiques, ces outils avec tranchant ont pu fonctionner comme des herminettes (Lammers-Keijsers 2008), hypothèse qui devra être validée par des analyses tracéologiques.

164Cette production d’outils avec tranchant sur labre de S. gigas semble être une des activités majeures liées à l’implantation mésoindienne à Baie Orientale 1 puisqu’elle se perpétue tout au long de périodes d’occupation vraisemblablement courtes mais récurrentes. L’accès à des fonds recouverts d’herbiers et à des individus matures de S. gigas pourvus d’un labre exploitable, primordial pour cette production, a donc dû déterminer en partie le choix de l’installation humaine. La collecte de subsistance, moins prépondérante, a sans doute été organisée en fonction des nécessités de l’activité de fabrication d’outils. D’où la mise à profit, assez pragmatique et sans recherche de rendement optimal, de quelques taxons aisément accessibles dans les milieux environnants et suffisamment productifs pour satisfaire les besoins alimentaires.

165Ce type d’organisation déterminée par une activité spécialisée se répétant dans les niveaux d’occupation successifs évoque une éventuelle organisation saisonnière de l’acquisition des ressources par les populations mésoindiennes qui ont fréquenté les bords de la Baie Orientale.

2.4 Modes de cuisson et de consommation des coquillages : expérimentation

Dominique Bonnissent, Nathalie Serrand

2.4.1 Problématique

166Cette expérimentation avait pour objectif de tester, pour la période mésoindienne, les hypothèses archéologiques suggérant que les coquillages, et particulièrement des lambis, étaient cuits sur lit ou « gril » de pierres chauffées (cf. supra, § 2.3.3.1). L’objectif était de comparer et d’interpréter les observations faites sur l’ensemble des restes coquilliers – traces de brûlures et fragmentation – y compris pour les petits et moyens gastéropodes. L’étude archéomalacologique montre que les lambis se divisent en deux groupes : ceux dont les coquilles ont été volontairement fragmentées pour les besoins de l’industrie et ceux dont les coquilles sont des déchets de consommation alimentaire ; elles sont alors quasiment complètes. C’est ce dernier groupe qui nous intéresse plus particulièrement ici.

167Les gastéropodes ont comme particularité d’être fixés dans leur coquille par une contraction des muscles qui crée un effet de succion. Pour en extraire l’animal, plusieurs méthodes sont possibles :

  • la cuisson qui provoque la rétraction des chairs et permet de retirer l’animal,

  • la fracturation ou le percement de la coquille dans la région de l’apex qui, en créant un appel d’air, supprime l’effet de succion.

168Il s’agit donc de vérifier par l’expérimentation si les lambis peuvent être cuits sur des pierres chauffées et si l’animal est par la suite extrait sans fracturation de sa coquille, comme les restes semblent en témoigner. On souhaite savoir par ailleurs si la fragmentation des coquilles des moyens et petits gastéropodes résulte de l’exposition à la chaleur lors de leur cuisson ou d’un traitement particulier lié à la consommation, ou encore de la combinaison des deux phénomènes. Il s’agit donc également de tester le mode de cuisson sur pierres chauffées pour les moyens et petits gastéropodes. Enfin, on suppose un agencement spécifique des différents coquillages sur l’aire de cuisson selon la taille des espèces et les temps de cuisson requis. Aucune organisation nette par espèce n’a pu être clairement mise en évidence au sein des aires de cuisson du fait de leur destruction par l’acte de consommation, mais des zones de rejet concentrant certaines espèces permettent de le présumer.

2.4.2 Protocole

169L’expérimentation de cuisson sur « gril » de pierres chauffées a été réalisée en avril 2002 à Anse Heureuse sur l’île de Saint-Martin, une plage de sable corallien choisie pour son contexte sédimentaire, comparable à celui de Baie Orientale. Le protocole en était assez simple. Les espèces testées étaient celles retrouvées sur le gisement mésoindien. Elles étaient au nombre de huit, dont sept gastéropodes : le lambi (Strombus gigas) [fig. 53], le burgo Cittarium pica, les trois nérites (la nérite dent saignante = Nerita peloronta, la nérite tesselée = N. tessellata et la nérite à quatre dents = N. versicolor), ainsi que l’astrée verte (Lithopoma tuber) et le turbo marron (Turbo castanea). La huitième était un polyplacophore, le chiton poilu (Acanthopleura granulata), également consommé. Les coquillages ont été prélevés vivants autour de l’île de Saint-Martin.

FIG. 53 Le lambi (Strombus gigas).

FIG. 53 Le lambi (Strombus gigas).

© C. Stouvenot.

170Le foyer, implanté sur la plage, a été alimenté par du bois mort ramassé dans les environs. Dès que le feu a pris, des pierres collectées au pied des formations rocheuses alentour y ont été jetées pour y être chauffées. La première observation intéressante est que les sujets qui se sont prêtés à cette expérimentation ont récolté des pierres de même calibre que celles retrouvées sur le gisement mésoindien. Leur critère de sélection, non prémédité, était en fait que le bloc tienne dans la main. Le feu a été alimenté régulièrement pendant 1 h 30, à haut régime, jusqu’à ce que certaines pierres éclatent. La chaleur dégagée a rendu le foyer inaccessible et a montré la nécessité d’en extraire les pierres – ce qui a été fait à l’aide d’un long bâton –, et de les rassembler à quelques mètres.

171Les différentes espèces de coquillages ont été déposées sur et entre les pierres pour leur cuisson [fig. 54]. Les petites nérites ont été groupées sur des pierres un peu plus plates afin qu’elles ne s’égarent pas dans le sable. On réalise très rapidement qu’il est nécessaire de classer et de regrouper les coquillages par espèces car les temps de cuisson varient beaucoup selon leur taille.

FIG. 54 Cuisson expérimentale de coquillages sur pierres chauffées.

FIG. 54 Cuisson expérimentale de coquillages sur pierres chauffées.

© D. Bonnissent.

172Pour extraire les mollusques cuits dans leur coquille, afin de les consommer, les expérimentateurs avaient à leur disposition dents et ongles, ainsi que de petits bâtonnets de bois – piques à brochettes et cure-dents. Des accessoires comparables ont pu être utilisés par les populations mésoindiennes.

2.4.3 Constatations

2.4.3.1 Le lambi (Strombus gigas)

173L’expérimentation a été effectuée sur six individus : des juvéniles (dont le labre n’est pas encore formé : fig. 38b) et des adultes jeunes. Dès que le coquillage est déposé sur les pierres brûlantes, l’animal se rétracte très rapidement, en moins de 1 mn. L’eau se met à bouillonner dans les coquilles dont l’ouverture est située vers le haut. Le labre, de couleur jaune rosé, blanchit légèrement et sa partie interne, d’aspect brillant initialement, s’opacifie. Le périostracum brûle partiellement et devient marron ou noir sur les zones de la coquille les plus exposées ou en contact direct avec les pierres. Après 20 mn de cuisson, la chair est tendre ; elle est restée jaune pâle. Le moyen le plus facile d’extraire l’animal consiste à soulever l’opercule avec une pique puis à le saisir à pleine main avec une partie de la chair et à retirer le mollusque en force [fig. 55]. Parfois, l’extrémité des parties viscérales, localisées au niveau de l’apex, se déchire et reste coincée dans le fond de la coquille. L’exposition à une forte chaleur fragilise les bords de la coquille, très fins sur les individus collectés. Ils s’ébrèchent alors facilement au cours de l’extraction du mollusque. Le prolongement de la cuisson rend cette extraction plus difficile car l’animal se rétracte de plus en plus, sèche et devient difficile à saisir. Le lambi est un mets actuellement recherché ; sa chair un peu élastique a un goût iodé assez prononcé et délicieux.

FIG. 55 Strombus gigas. Extraction du mollusque cuit sur pierres chauffées.

FIG. 55 Strombus gigas. Extraction du mollusque cuit sur pierres chauffées.

© D. Bonnissent.

2.4.3.2 Le burgo Cittarium pica

174Il se rétracte également au contact des pierres chaudes. Il est cuit après 5 ou 6 mn d’exposition. Au-delà de 10 mn, l’animal sèche et devient très difficile à retirer ; sa coquille se fragmente alors facilement au cours des manipulations. Une pique en bois est nécessaire pour saisir le mollusque et l’extraire. Les bords de la coquille autour de l’ouverture ont tendance à se fragmenter sous l’action de la pique et du mouvement de levier qu’on lui imprime. La chair de l’animal, bien qu’un peu caoutchouteuse, est savoureuse.

2.4.3.3 L’astrée verte (Lithopoma tuber) et le turbo marron (Turbo castanea)

175Ils se comportent comme le burgo lors de la cuisson en se rétractant, mais cuisent plus rapidement, en 3 à 4 mn, car ils sont de taille plus réduite. L’animal est extrait à l’aide d’une pique en bois et sort plus ou moins facilement selon les individus et leur temps de cuisson. Les coquilles apparaissent plus résistantes que celles du burgo, et le goût du mollusque est semblable avec une chair légèrement plus craquante.

2.4.3.4 Les nérites dent saignante (Nerita peloronta), à quatre dents (N. versicolor) et tesselée (N. tessellata)

176Elles cuisent très rapidement, en 2 ou 3 mn, et il faut les consommer immédiatement car en refroidissant l’animal sèche et se colle à la paroi interne de la coquille. Seules Nerita peloronta et N. versicolor ont été consommées, N. tessellata s’est avérée trop petite. Les nérites archéologiques sont en effet de taille plus importante que celles d’aujourd’hui. La chaleur altère la résistance de la coquille de la nérite, particulièrement pour N. peloronta, et transforme son aspect : elle perd sa couleur, s’opacifie et devient très fragile. Elle se fragmente d’une simple pression des doigts pendant l’extraction, pour laquelle une pique est absolument nécessaire. Son goût est agréable et sa chair est tendre.

2.4.3.5 Le chiton poilu (Acanthopleura granulata)

177Dès que l’on dépose les chitons sur les pierres brûlantes ils se recroquevillent en s’enroulant légèrement sur eux-mêmes. Ils cuisent relativement vite, environ 5 mn. Au-delà ils deviennent secs et de plus en plus caoutchouteux car leur carapace formée de plaques est largement ouverte et ne joue pas le rôle d’étuve. Pour les consommer, on épluche les plaques qui se détachent très facilement du mollusque rabougri. Cette espèce présente peu d’intérêt d’un point de vue gastronomique, aussi bien au niveau du goût que de la texture, mais il en était peut-être autrement de l’appréciation des Mésoindiens. Signalons à ce propos qu’il est consommé aujourd’hui encore sur l’île de Saint-Martin.

178
En conclusion, le temps de cuisson des coquillages est assez court et doit être minuté en fonction de la taille des espèces. Dans le cas des gastéropodes, la chaleur provoque la rétraction de l’animal vers le fond de sa coquille et la réduction de sa masse de chair par évaporation de l’eau. Il n’y a plus l’effet de succion et le mollusque peut être extrait sans que l’on ait besoin de fracturer sa coquille. Ces observations se vérifient pour tous les gastéropodes cuits lors de l’expérience. De même, une cuisson trop prolongée rend l’extraction très difficile car l’animal est de plus en plus rétracté, il sèche, se colle parfois à la paroi interne et offre alors moins de prise. Par ailleurs, la chair devient nettement moins savoureuse à consommer car très élastique.

179Il apparaît également que la montée brutale des coquilles en température au contact de pierres brûlantes provoque leur fragilisation, la disparition de leur couleur – en général elles blanchissent – et la transformation de l’aspect de leur surface interne – de brillante elle devient opaque.

180Il faut noter que certains coquillages ont été égarés au milieu des pierres brûlantes où ils n’étaient plus accessibles. Retrouvés après la cuisson, ils portaient des traces de brûlure beaucoup plus marquées que celles des coquilles consommées et l’animal était carbonisé. L’expérimentation a montré qu’il valait mieux rassembler les petits coquillages sur les bords de l’aire de cuisson, parce que la température y est moins élevée, qu’ils cuisent très vite, et qu’ils sont plus difficilement accessibles au milieu des pierres brûlantes.

2.4.4 Comparaison avec les données archéomalacologiques

181Tous les restes issus de la cuisson et de la consommation expérimentale ont été conservés, coquilles, fragments et opercules. Ils ont été stockés à l’air libre durant quelques mois entre deux tamis, le temps d’un nettoyage naturel, avant d’être étudiés. Après quelques semaines d’exposition à l’air, à la pluie et au soleil, les parties brûlées et non brûlées du périostracum des lambis se désagrègent et certaines traces marrons, préalablement nettement visibles, disparaissent. Les restes, au nombre de 173, correspondent à 122 spécimens plus ou moins complets, 28 fragments et 23 opercules. Pour chaque élément, l’état, la coloration, la localisation des traces de brûlure et des cassures/ébréchures ainsi que le poids et les données métriques classiques ont été notés [tabl. XIV].

TABL. XIV Descriptif de l’état des coquilles des espèces utilisées dans l’expérimentation, après cuisson et consommation
(PdR poids des restes ; NR nombre de restes).
Les mesures de longueur sont données en millimètres, les mesures de poids en grammes.

TABL. XIV Descriptif de l’état des coquilles des espèces utilisées dans l’expérimentation, après cuisson et consommation (PdR poids des restes ; NR nombre de restes). Les mesures de longueur sont données en millimètres, les mesures de poids en grammes.

2.4.4.1 Les traces de brûlure

182Pour la majorité des éléments (n = 122 ; 70,5 %), les traces de contact au feu sont de légers stigmates qui prennent la forme d’une coloration beige ou brune : c’est le cas de 21,4 % des restes de Strombus gigas, 29 % des restes de Nerita peloronta, 33,3 % des restes de N. tessellata, 71,4 % des restes de Cittarium pica et de 100 % des restes de Nerita versicolor, Lithopoma tuber et Acanthopleura granulata. Cette coloration est généralisée ou, plus souvent, localisée sur des portions proéminentes ou exposées : la partie dorsale, la partie ventrale, la spire  – c’est le cas des six spécimens complets de S. gigas – et les bords de dernier tour et d’ouverture – c’est le cas notamment de 10 des 15 restes de L. tuber.

183La cuisson expérimentale n’a provoqué aucune trace de brûlure ni aucun changement de coloration pour un quart des éléments (n = 47 ; 27,2 %) : c’est le cas de 19 des 31 restes de N. peloronta (61,3 %), de 3 des 6 restes de N. tessellata (50 %), de deux des sept restes de C. pica (28,6 %), de 22 des 28 restes de S. gigas (dont tous les fragments et les opercules ; 78,6 %) et de l’un des deux éléments de T. castanea.

184La cuisson a rarement provoqué la carbonisation, qui n’a été observée que sur trois spécimens de N. peloronta (dont deux sont présentés en illustration) [fig. 56 : 7, 9] et un de N. tessellata (2,3 % des restes), petites espèces dont l’expérimentation a montré qu’elles cuisaient très vite et que leur coquille pouvait rapidement s’altérer ou se perdre au milieu des pierres brûlantes.

185Les observations enregistrées sur le matériel archéologique sont proches : la carbonisation a rarement été constatée et les traces d’exposition à la chaleur sont généralement légères et en proportions moyennes. Elles sont toutefois difficiles à observer du fait de la coloration de la coquille liée à son séjour en milieu cendreux et du fin encroûtement carbonaté qui la recouvre parfois. Les traces de contact au feu ont été attestées sur 21 % des restes de strombes juvéniles, 29,6 % des restes de subadultes/adultes et 40 % des restes d’adultes/matures ; sur 5,1 % des restes de C. pica, dont une majorité de fragments indifférenciés ; 2,6 % des restes de N. peloronta, 5,2 % de N. versicolor, 15,8 % de A. granulata et 2,8 % des astrées L. tuber et A. cælatum. Ces traces se concentraient, comme dans l’expérimentation, surtout sur des parties telles que la spire pour les strombes, et les bords de dernier tour et d’ouverture pour les petits gastéropodes : astrées et nérites.

2.4.4.2 La fragmentation

186La cuisson et la consommation ont entraîné la fragmentation de 64 des coquillages expérimentaux (soit 37 % d’entre eux) : 8 des 31 spécimens de N. peloronta (25,8 %) [fig. 56 : 7-10], 6 des 14 spécimens de N. versicolor (42,9 %), 6 des 7 spécimens de C. pica (85,7 %), 3 des 15 spécimens de L. tuber (20 %), 1 (le seul) spécimen de T. castanea, 3 des 6 spécimens de S. gigas – les trois autres ne présentent que des ébréchures – et une bonne moitié des valves de A. granulata. Aucun spécimen de N. tessellata n’est fragmenté. Cette fragmentation concerne surtout les parties exposées à la chaleur – spire, bords de dernier tour et d’ouverture –, en particulier celles qui subissent l’action mécanique d’extraction, notamment le bord du dernier tour des strombes [fig. 56 : 2] et le bord de l’ouverture, l’ouverture complète et/ou la partie dorsale de l’ouverture des nérites [fig. 56 : 7-10].

FIG. 56 Pièces archéologiques et expérimentales après cuisson sur lit de pierres chauffées : Strombus gigas subadulte :
: individu archéologique,
: ind. expérimental ; Nerita peloronta, avec les différents types de fractures et de traces de brûlure observés :
3-6 : individus archéologiques,
7-10 : ind. expérimentaux.

FIG. 56 Pièces archéologiques et expérimentales après cuisson sur lit de pierres chauffées : Strombus gigas subadulte : 1 : individu archéologique, 2 : ind. expérimental ; Nerita peloronta, avec les différents types de fractures et de traces de brûlure observés : 3-6 : individus archéologiques, 7-10 : ind. expérimentaux.

© N. Serrand, A. Dagand.

187Les observations enregistrées sur le matériel archéologique sont très proches : on avait remarqué que les individus de S. gigas archéologiques concernés exclusivement par le traitement alimentaire (des juvéniles et des subadultes) étaient peu fragmentés, et que la majorité des fragments correspondait à des parties marginales de dernier tour ou de labre [fig. 56 : 1] comme c’est le cas dans le matériel expérimental [fig. 56 : 2]. Pour Cittarium pica, la fragmentation était élevée (97,9 % du lot était constitué de fragments), ce qui n’est pas observé dans le matériel expérimental. Pour Nerita peloronta et N. versicolor, la fragmentation était également élevée (les lots comptaient respectivement 81,8 % et 92 % de fragments) avec des éléments récurrents : coquilles complètes portant des impacts sur la partie dorso-ventrale [fig. 56 : 4], parties d’ouverture détachées [fig. 56 : 5, 6] et fragments d’ouverture. Les mêmes types de fragments ont été observés dans le matériel expérimental [fig. 56 : 7-10]. Enfin, la fragmentation était également assez élevée (94,3 % de fragments) pour les astrées Astralium cælatum et L. tuber avec, parmi les restes de A. cælatum, 57 opercules et fragments d’opercules.

188La fragmentation des coquilles expérimentales comme archéologiques semble donc résulter en grande partie de leur fragilisation par l’exposition à la chaleur lors de la cuisson. Ainsi les coquilles se sont-elles fragmentées parfois durant la cuisson elle-même mais surtout, une fois fragilisées par la chaleur, lors de l’extraction après cuisson – c’est le cas des nérites et des strombes juvéniles/subadultes, dont les fragments correspondent le plus souvent aux parties susceptibles d’être fracturées à ce moment-là – et durant leur séjour dans le sédiment – c’est le cas du burgo et des astrées, très fragmentés dans le matériel archéologique.

2.4.5 Résultats

189Les comparaisons effectuées entre les matériaux expérimentaux et archéologiques confirment les hypothèses proposées pour le traitement alimentaire des coquillages sur le gisement de Baie Orientale 1. Il apparaît, au vu des résultats de l’expérimentation, que les coquillages consommés par les Mésoindiens – des gastéropodes de toutes tailles – ont certainement été cuits sur les aires de cuisson retrouvées sur le site, dont la mieux conservée, en zone C, est formée d’un épandage de pierres brûlées surmonté d’une couche de coquilles. Avec cette technique, les temps de cuisson des coquillages et donc d’exposition à la chaleur sont trop courts pour laisser des marques de brûlure nettes. En revanche, la chaleur fragilise certaines coquilles et entraîne leur fracturation, soit lors des gestes d’extraction – c’est le cas des nérites, et peut-être du burgo et de certains lambis –, soit après le rejet des coquilles, durant leur séjour dans le sédiment – ainsi en va-t-il de la majorité des coquilles de burgo et d’astrées. Avec cette méthode de cuisson, l’extraction de la chair s’effectue sans difficulté et surtout sans qu’il soit nécessaire de recourir à la fracturation volontaire des coquilles.

190Les informations résultant de la cuisson expérimentale confirment donc les données de terrain et celles de l’étude malacologique, tout en apportant des précisions complémentaires sur la fracturation des coquillages, leur résistance au feu et les traces visibles après cuisson. La variabilité des temps de cuisson selon la taille des espèces indique que celles-ci devaient être disposées de façon spécifique sur les aires de cuisson.

191Il n’y a pas, à notre connaissance, d’autre exemple archéologique d’aire de cuisson de coquillages sur lit de pierres chauffées décrit pour les Petites et les Grandes Antilles. Il s’agit donc là de données inédites. Les chroniqueurs de la période de « contact » avec les Amérindiens ne décrivent pas ce procédé. On note toutefois dans un récit du xviie s. que le lambi ou ottabou « est un poisson, qui est dedans une coquille fort épaisse lequel, encore que quatre hommes se mettent tous ensemble pour le tirer, ils ne le sortiront de là-dedans et pour ce faire il le faut faire cuire dans sa coquille et après avec un petit bâton on le fait sortir aisément » (Moreau 2002).

2.5 La faune vertébrée

Sandrine Grouard

2.5.1 Introduction et problématiques

192Le régime alimentaire des populations qui ont vécu sur le site de Baie Orientale est fondamentalement lié à l’environnement insulaire et marin, comme sur l’ensemble des Antilles. Cependant, chaque site d’installation humaine présente des particularités qui sont la preuve d’autant de choix dans ce domaine. Autrement dit, les composantes de l’alimentation des populations antillaises ont varié aussi bien en proportion qu’en substance au cours de leur histoire (Grouard 2003). Ainsi, l’analyse des comportements alimentaires est-elle un puissant révélateur des structures et des évolutions des rapports sociaux et culturels (Mauss 1978).

193L’étude de l’alimentation et du système technique d’exploitation des animaux par les méthodes de l’archéozoologie permet non seulement d’identifier les espèces animales qui ont été en relation directe avec les groupes humains mais également d’établir la nature de ces relations. Elle révèle la raison de la présence des espèces sur un site : charognage, chasse, pêche, domestication, commensalisme… et l’usage qui en a été fait : comme nourriture ou énergie, instrument de l’accomplissement des rites, outils de production artistique, etc. Enfin, elle s’associe aux autres disciplines de l’archéologie pour envisager les restes animaux dans un cadre plus large (Gautier 1984 ; Chaix, Méniel 2001). Les animaux sont alors des constituantes de l’espace archéologique, un lien entre le milieu naturel et le milieu culturel. Les études sur l’alimentation contribuent donc à la définition de l’histoire des relations entre l’homme et les animaux (Poplin 1978-1979 ; Vigne 1998 ; Archéozoologie 1999).

  • 10 Sandrine Grouard, non publié.
  • 11 Ce site n’a livré que cinq restes de vertébrés piégés dans les lambis. Découverts tardivement, lors (...)
  • 12 Un seul os provient du site néoindien récent de Baie Orientale 2 (sect. 6, carré C5, c. 5). Il est (...)

194À Saint-Martin, les restes de faune vertébrée sont nombreux sur les sites archéologiques néoindiens, tels que Hope Estate, Baie aux Prunes ou Pointe du Canonnier10 (Grouard 1997 ; 1998 ; 2004 ; 2005), mais extrêmement rares sur les sites mésoindiens tels qu’Étang Rouge 111 et Baie Orientale 1. Sur le site mésoindien de Baie Orientale 1, la quantité de faune vertébrée est très faible au regard de l’abondance des restes malacologiques. Il est important d’en comprendre les raisons. Les restes de faune vertébrée étudiés proviennent des zones B (secteurs 11 et 41), C (secteur 23) et D (secteur 26)12. Ils correspondent à la période mésoindienne ; or, celle-ci n’a que très rarement été étudiée. Par l’analyse des restes carnés, nous voulons évaluer le rôle des ressources vertébrées et l’importance techno-économique de l’exploitation des espèces capturées pour cette période encore mal connue. Enfin, la très faible quantité de restes osseux pose non seulement la question de l’importance des ressources vertébrées dans l’alimentation des populations mésoindiennes des Antilles, mais également celle de la conservation différentielle des restes et d’une possible fonte taphonomique.

2.5.2 Matériel et méthodes

  • 13 umr 7209 « Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements » (cnrs, Muséum (...)
  • 14 Gainesville, Floride, États-Unis.

195Les restes de faune proviennent du tamisage de secteurs fouillés manuellement. Le sédiment du site mésoindien a été tamisé à 4, 5 ou 10 mm et n’a livré aucun autre ossement. Un test à 2,7 mm s’est également révélé négatif. Les restes de faune vertébrée ont été identifiés grâce aux collections patrimoniales du laboratoire d’Anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, de la collection ostéologique de recherche « Caraïbes » déposée à l’umr 720913 et des collections du Florida Museum of Natural History14. Le nombre de restes déterminés (nrd), le nombre minimal d’individus de combinaison (nmic), le nombre de taxons et la masse des ossements (en grammes) ont été comptabilisés par taxons et par échantillons. Chacune de ces méthodes de dénombrement a ses avantages et ses inconvénients (Chaplin 1971 ; Ducos 1975 ; Poplin 1976 ; 1977 ; 1978-1979 ; Grayson 1984 ; Lyman 1994) ; nous les avons donc employées alternativement en fonction de chaque problématique.

196Les modes de subsistance des populations considérées, les choix qu’elles ont effectués dans l’éventail des espèces accessibles, ainsi que le type et l’allure de l’économie de subsistance qu’elles ont adoptée ont été étudiés en analysant les spectres de faune, la répartition des taxons et leur nombre (Grayson 1984 : 160 ; Bobrowski, Ball 1989 ; Leonard, Jones 1989).

  • 15 Les paramètres de taille et de poids des poissons pêchés donnent des indications sur les différente (...)
  • 16 On trouvera des précisions sur la notion de longueur standard au tabl. xvi.

197Aucun outil de pêche n’a été retrouvé sur le site. La seule façon d’appréhender les techniques de capture est donc de retrouver la taille des poissons15. Cette restitution de la taille, dite « longueur standard », se fonde sur la régression – linéaire ou puissance – constatée entre les mesures effectuées sur les ossements et la longueur des poissons frais selon le principe d’allométrie de taille et de croissance constatée sur les poissons (Casteel 1974 ; Brinkhuizen, Clason 1986 ; Desse et al. 1987 ; 1996). Ces mesures sont réalisées sur les parties les moins fragiles des ossements. Seules les régressions correspondant aux corrélations les plus significatives ont été retenues. Certaines parties anatomiques ne sont pas toujours identifiables au rang de l’espèce. Par conséquent, nous avons utilisé des formules valables au rang du genre et de la famille lorsque cela s’avérait nécessaire (Desse, Desse-Berset 1996a ; 1996b). Certaines de ces équations et des statistiques correspondantes [tabl. XVI] sont présentées pour les seuls ossements concernés dans cette étude, mais la totalité des équations sont accessibles par ailleurs (Grouard 2001a ; 2001b). La faible quantité des ossements mesurables nous a conduits à prendre en compte la totalité de l’assemblage. Nous avons opté pour la notion de longueur standard16 de préférence à celle de poids des individus, car elle permet de visualiser plus aisément la dimension de la maille du filet ou de la nasse qui a servi à leur capture. Regroupés par classes de taille de 2 cm, les résultats sont présentés ci-après sous la forme d’un histogramme [fig. 58]. Des maxima, des minima et des moyennes ont également été obtenus.

198La composition des écosystèmes exploités a été appréhendée au regard de ces estimations de taille et par analogie avec les données actuelles d’éthologie des poissons antillais. La caractérisation des techniques de pêche utilisées est fondée sur les données des chroniqueurs et des ethnographes de la Caraïbe ou des Guyanes (par ex. Handler 1970 ; Hurault 1972 ; Dissertation sur les pesches 1975 ; Bonniol 1980 ; 1981).

  • 17 Une thanatocœnose, ou thanatocénose (de thanatos, mort, et koïnos, en commun), est une accumulation (...)

199La petite quantité de matériel vertébré recueillie pose la question de la conservation différentielle des restes fauniques sur le site. En effet, un assemblage fossile est le résultat de différents processus de concentration et d’altération pré- ou post-dépositionnels de la thanatocœnose17 originelle (Behrensmeyer 1975 ; 1978 ; Hill 1980 ; Andrews, Nesbit Evans 1983 ; Denys 1985 ; Denys et al. 1987 ; Bonnichsen 1989 ; Andrews 1990 ; Schmitt, Lupo 1995). C’est pour cela que nous avons tenté de distinguer la part de responsabilité des agents anthropiques de celle des agents taphonomiques dans l’état actuel de conservation de l’assemblage mis au jour. Conservation différentielle et fonte taphonomique sont perceptibles dans la représentation des parties squelettiques, leur degré de fragmentation, la densité des restes et les traces laissées sur les ossements.

2.5.3 Résultats et interprétations

2.5.3.1 Spectre faunique et dénombrement

  • 18 Un otolithe supplémentaire de Hæmulon sciurus a été prélevé dans le secteur 6 (néoindien récent).

200Au total, huit taxons ont été identifiés, pour un nmi total de 16 (le nmic par locus est de 29 individus). Les 40 restes décomptés ne représentent que 194 g [tabl. XV]. Les restes de poissons perroquets (Scaridæ du genre Sparisoma) sont les plus nombreux (30 restes). Il s’agit essentiellement de pièces buccales – des éléments pharyngiens, dentaires et prémaxillaires –, mais également de trois vertèbres et d’un carré. Les Hæmulidæ sont représentées par quatre restes18 : trois otolithes de gorette et un articulaire de cagna. Une vertèbre de poisson chirurgien (Acanthuridæ), une de carangue (Carangidæ) et trois éléments vertébraux et crâniens de mérou (Serranidæ) ont également été mis au jour. Les reptiles, les amphibiens, les oiseaux et les mammifères ne sont pas représentés.

201Ces dénombrements illustrent deux choses : d’une part la relative pauvreté taxinomique et donc la faible diversité des espèces choisies par les Précéramiques, d’autre part sans doute un effet de conservation différentielle.

202En effet, il est probable que les Mésoindiens de Baie Orientale aient orienté leur pêche sur certains taxons, et privilégié la capture d’espèces vivant sur les récifs coralliens ou rocheux. Or, dans l’île de Saint-Martin, ces environnements abritent de très nombreuses espèces – il s’agit d’un contexte de « hot spot de la biodiversité » –, abondance qui n’est absolument pas représentée dans le gisement archéologique. Cela implique une sélection drastique des espèces pêchées. Cette supersélection devrait alors être confirmée par l’examen des techniques de pêche employées.

TABL. XV Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif des restes de vertébrés identifiés.
NRd : nombre de restes déterminés ;
NMIc : nombre minimum d’individus de combinaison ;
cf. : certainement)
La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de combinaison.
* Le secteur 6 (néoindien récent) est indiqué pour information mais n’est pas comptabilisé dans les totaux.

TABL. XV Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif des restes de vertébrés identifiés.NRd : nombre de restes déterminés ; NMIc : nombre minimum d’individus de combinaison ; cf. : certainement) La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de combinaison. * Le secteur 6 (néoindien récent) est indiqué pour information mais n’est pas comptabilisé dans les totaux.

Le NMI de combinaison
La méthode utilisée pour l’estimation du nombre minimal d’individus est celle du NMI de combinaison, ce qui explique les distorsions apparentes entre NR et NMI d’une part, entre NMI par loci, NMI par secteurs et NMI totaux d’autre part. En effet, le NMIc ne prend en compte qu’un seul ossement, le plus représenté, pour une espèce donnée, par exemple ici le dentaire pour les Scaridæ. Les autres ossements entrent en ligne de compte si la taille, l’âge ou le sexe permettent d’en déduire qu’on est en présence d’un nouvel individu (Poplin 1976 ; 1977). Avec cette méthode, il est interdit d’additionner les NMI calculés pour chaque échantillon. Il faut les recalculer pour chaque situation, c’est-à-dire ici pour chaque couche d’un locus, puis pour chaque locus dans un secteur, puis pour chaque secteur, puis pour la totalité du chantier.

2.5.3.2 Taille des poissons, techniques de pêche et écosystèmes exploités

  • 19 Hors individu néoindien.
  • 20 Chiffres de novembre 2005.

203La population archéologique mesurée (n = 3519) présente une majorité d’individus compris entre 17 et 30 cm, la moyenne des longueurs standard s’élevant à 25,8 cm et l’écart type étant de 6,7 (mini. 17 cm, maxi. 49 cm) [tabl. XVI ; fig. 57 ; fig. 58]. Or, la « population naturelle » actuelle20 des poissons perroquets selon Froese et Pauly (2005) présente une longueur standard moyenne de 47,2 cm (de 23 à 163 cm, avec un écart type de 15,8), ce qui semble indiquer que les poissons archéologiques pêchés étaient de petite taille. Au regard des données de pêcheries actuelles, qui éliminent les plus petits et les plus grands individus, il apparaît que le diagramme de taille des poissons archéologiques reflète une sélection calibrée sur des individus de taille petite à moyenne.

TABL. XVI Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif des dimensions des ossements (en mm) et estimation de la taille des poissons (calcul de la longueur standard LS ; en mm).
* L’individu provenant du secteur 6 (néoindien récent) est indiqué pour information mais n’est pas comptabilisé dans les totaux.

TABL. XVI Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif des dimensions des ossements (en mm) et estimation de la taille des poissons (calcul de la longueur standard LS ; en mm). * L’individu provenant du secteur 6 (néoindien récent) est indiqué pour information mais n’est pas comptabilisé dans les totaux.

Principe de restitution de la longueur standard des poissons
Comme pour les vertébrés, les mesures prises sur les os des poissons permettent de restituer leur taille (et leur poids) en fonction d’un référentiel préalablement établi et mis en équation.
L’allométrie est un concept qui définit une similarité géométrique entre deux corps. Si la plupart des organismes vivants ne présentent pas une allométrie proche de 1 (isométrie) au sein de leurs composantes, ce n’est pas le cas des poissons. En effet, chez les poissons (dont la croissance est continue), la corrélation est très forte entre la longueur de l’individu et son poids, et entre les mesures de chacun de ses ossements et sa longueur. Ce qui veut dire que les individus de grande taille et les plus petits au sein d’une même espèce de poissons sont « virtuellement isométriques ». La plupart des mesures morphologiques ou physiologiques sont mises en relation avec la taille du corps par une équation du type y = axb ou y = ax + b. Le coefficient de corrélation (proche de 1) permet de mesurer la robustesse de cette relation. Nos référentiels possèdent entre une et cinq mesures par ossement. Les ossements mesurés ont été sélectionnés en fonction de leur robustesse et de leur représentativité dans les échantillons archéologiques. Chaque mesure (pour un os par espèce) fournira sa propre formule avec sa propre pente, puisque les poissons diffèrent sur différents aspects, tels que leur mode de nage ou d’alimentation. Les mesures de dimension de l’animal frais sont mises en corrélation entre elles et avec les mesures de dimension des ossements par la méthode des moindres carrés. On tire de ces lois des rapports de proportions pour chaque espèce et famille, que l’on peut appliquer aux fossiles, par site et par période. Les résultats sont présentés sous forme de diagrammes de dispersion. Les études de corrélation allométrique ont été effectuées par plusieurs équipes de recherche dans plusieurs régions du monde, sur différentes espèces, genres, familles, et sur différentes parties squelettiques. Les estimations de taille effectuées sur les espèces actuelles de poissons des Caraïbes ne concernaient jusqu’à présent que la longueur de l’otolithe et la largeur de la première vertèbre précaudale de certaines espèces.
Or, les corrélations entre ces mesures et les longueurs ou masses des poissons frais sont faibles. Les équations permettant de reconstruire la taille des poissons archéologiques d’après leurs ossements ont été publiées dans Grouard 2001 pour les Hæmulidæ, les Scaridæ et les Lutjanidæ. Les autres familles n’ont pas encore été publiées. Dans le tableau ci-dessus, les mesures retenues pour appliquer une équation apparaissent en gras. Il s’agit des plus robustes, celles dont l’équation a le meilleur coefficient de corrélation.

FIG. 57 Baie Orientale 1. Les poissons recueillis sur le site et les pièces osseuses mesurées pour l’estimation de leur taille (longueur standard).

FIG. 57 Baie Orientale 1. Les poissons recueillis sur le site et les pièces osseuses mesurées pour l’estimation de leur taille (longueur standard).

© S. Grouard, A. Dagand.

FIG. 58 Baie Orientale 1. Classement selon leur taille (longueur standard) des poissons archéologiques pêchés sur le site mésoindien.

FIG. 58 Baie Orientale 1. Classement selon leur taille (longueur standard) des poissons archéologiques pêchés sur le site mésoindien.

© S. Grouard, A. Dagand.

204Selon le spectre de faune identifié, l’écosystème le mieux représenté est celui des récifs coralliens. Actuellement, ces espèces de poissons sont pêchées toute l’année, avec des casiers et des nasses ou bien à la ligne (Wing 1977 ; 1989 ; 1994 ; Aubin-Roy 1968 ; Odum 1971 ; Bonniol 1980 ; 1981 ; Wing, Reitz 1982). La petite taille des individus mesurés laisse supposer l’emploi d’un engin de pêche à mailles ou à goulet calibrés : casier, nasse ou filet. Toutefois, le recours aux casiers ou aux nasses entraîne la capture simultanée d’une grande variété d’espèces. Or, ce n’est pas ce que reflète l’assemblage étudié. Seules quelques espèces sont représentées. Cela implique deux choses : soit les Précolombiens ont sélectionné uniquement les poissons perroquets, les poissons chirurgiens, les mérous et les carangues, en éliminant les autres, soit les taxons dont les ossements étaient plus fins ou plus fragiles ont disparu par un effet de conservation différentielle.

2.5.3.3 Conservation différentielle

205La préservation après enfouissement est liée aux caractéristiques chimiques du sol, à son acidité notamment. Si un phénomène de conservation différentielle a eu lieu sur le site, alors non seulement les taxons les plus fragiles, mais aussi les parties anatomiques les plus petites et fragiles ont disparu. Or, ici, toutes les parties squelettiques des poissons ne sont pas représentées. En effet, pour les poissons perroquets, seules les plus robustes ont survécu. Il s’agit des prémaxillaires, des dentaires et des os pharyngiens centraux. Ces pièces squelettiques sont protégées par de nombreuses dents incisiformes robustes. Chez les gorettes et cagnas, seuls les otolithes et un articulaire sont conservés. En dehors de ces éléments, seuls six vertèbres, deux épines dorsales, un fragment de basi-occipital et un carré ont été trouvés.

206Les pièces conservées sont particulièrement robustes, pièces buccales et otolithes notamment. En effet, la part minérale est majoritaire dans l’émail (97 %), alors que celle des os est de 70 % seulement, la fraction organique étant de l’ordre de 30 %. En outre, l’émail de dents de poissons, du fait de la grande taille des cristallites qui le composent et de sa haute teneur en fluor, présente une résistance particulière à la diagenèse. L’otolithe quant à lui est un biominéral stable, composé de cristaux de carbonate de calcium enrobés dans une matrice protéique. Par conséquent, ces pièces, plus robustes que les os, subissent moins l’effet de conservation différentielle.

  • 21 Les différents processus d’altération physico-chimique laissent des traces distinctes sur les os : (...)

207En cas de fonte taphonomique, différents types de traces d’altération d’origine physico-chimiques21 peuvent être notés sur les ossements. Dans notre assemblage, les attaques acides sont claires : l’os est corrodé sur certaines zones, voire sur sa totalité, et seules les articulations et les zones les plus robustes ont survécu. En outre, l’ensemble des pièces identifiées portait des traces chimiques de corrosion. Les surfaces osseuses des dentaires et des prémaxillaires de poissons perroquets sont desquamées et seules les parties recouvertes par des incisives sont conservées [fig. 59]. Ces traces d’altération, très différentes d’une attaque acide due à l’ingestion par un carnivore, pourraient correspondre à des attaques acides portées par les eaux d’infiltration ou de ruissellement.

FIG. 59 Baie Orientale 1. Dentaire droit de poisson perroquet (Scaridæ, Sparisoma sp.) portant des traces d’altération physico-chimiques et des traces de feu sur la symphyse
à gauche : vue labiale ;
à droite : vue linguale.

FIG. 59 Baie Orientale 1. Dentaire droit de poisson perroquet (Scaridæ, Sparisoma sp.) portant des traces d’altération physico-chimiques et des traces de feu sur la symphyse à gauche : vue labiale ;à droite : vue linguale.

© S. Grouard.

208Par ailleurs, il existe quelques traces liées aux actes anthropiques sur les ossements de notre assemblage. En effet, si aucune pièce ne portait de trace de décarnisation, dix d’entre elles portaient des traces de chauffe ou de feu (voir la littérature portant sur ces traces : Vigne et al. 1981 ; Vigne, Marinval-Vigne 1983 ; Vigne 1988). Ces traces ne permettent pas de déterminer s’il s’agit d’une action culinaire ou fortuite. Néanmoins, l’action du feu et la présence de cendres dans les sédiments ont permis la conservation de ces ossements.

209Enfin, le ratio du nombre des restes (nr) par rapport à leur poids (pdr) permet d’appréhender le degré de fragmentation différentielle des ossements. Dans cet assemblage l’indice est de 2,1, ce qui indique que le nombre des restes est relativement important par rapport au poids des restes, donc que le poids par élément est faible. Cela sous-entend que non seulement les pièces squelettiques sont de petite taille – ce que confirme l’estimation de la taille des poissons –, mais qu’elles ont également subi une fragmentation in situ.

210L’unique ossement conservé sur le site néoindien récent de Baie Orientale 2 [tabl. XV ; tabl. XVI] confirme l’existence de problèmes de conservation différentielle. En effet, un possible effet de variation latérale du sédiment encaissant a pu favoriser la fonte taphonomique des éléments osseux correspondant à cette occupation.

211Ces différents paramètres témoignent du processus de fonte taphonomique qui a transformé l’assemblage initial.

2.5.4 Conclusion

212Le faible nombre de restes de vertébrés recueillis sur ce site est dû à différents facteurs. D’une part, la population qui y a vécu n’a pas exploité la richesse et la diversité des taxons vertébrés marins, car seuls cinq taxons ont été retrouvés, qui provenaient tous de récifs coralliens. Les poissons perroquets, les mérous, les gorettes et cagnas, le poisson chirurgien, et la carangue retrouvés sont de petite taille, correspondant sans doute à un engin de pêche à mailles ou goulet calibrés : nasse ou filet. D’autre part, des agents physico-chimiques ont dégradé la matière osseuse – mais pas les tissus minéralisés – lorsqu’elle n’avait pas subi l’action du feu. Des eaux d’infiltration acides pourraient être à l’origine de ce phénomène.

213La pauvreté du site en ossements de vertébrés ne s’explique pas uniquement pas l’effet de conservation différentielle, car de nombreux taxons coralliens (diodons, balistes et poissons chirurgiens par exemple) possèdent des ossements particulièrement solides (pièces buccales et épines dorsales) qui devraient résister de la même façon que ceux des poissons perroquets aux effets de la fonte osseuse. Or, ils ne sont quasiment pas représentés : seule une vertèbre de poisson chirurgien nous est parvenue.

  • 22 Il convient de noter à ce propos que l’absence de tamisage fin systématique induit la surreprésenta (...)

214Enfin, les autres sites mésoindiens des Antilles ont livré des restes de faune, certes peu nombreux, mais plus abondants qu’à Baie Orientale 1. En effet, dans les Grandes Antilles et les Îles Vierges, rares sont les données sur de tels restes : il en est signalé à Beach Access sur Saint-John, à Krum Bay sur Saint-Thomas, à Puerto Ferro sur Vieques et à Maruca et Maria de la Cruz sur Porto Rico (Newsom, Wing 2004). Sur les îles continentales, une poignée de sites en a livré : Malmok sur Aruba, Sint Michielsberg sur Curaçao, Wanapa sur Bonaire ; et l’on en trouve aussi sur La Blanquilla (Antczak, Antczak 1992). Tous ces sites ont livré des restes de tortues marines (Cheloniidæ), avec une particularité pour les deux premiers, des cimetières : les carapaces de tortues associées aux sépultures étaient exclusivement celles de la tortue verte (Chelonia mydas) (Newsom, Wing 2004)22.

  • 23 Sandrine Grouard, non publié.
  • 24 Seuls les oiseaux ont été étudiés sur ce site.

215Dans les Petites Antilles, seuls quelques sites précéramiques ont fourni des informations sur le régime carné : Heywoods sur La Barbade, Jolly Beach sur Antigua, Hichman’s Shell Heap sur Niévès (Newsom, Wing 2004), Norman Estate (Nokkert 1999a) et Étang Rouge 123 sur Saint-Martin, ainsi que Plum Piece sur Saba (Hofman, Hoogland 2003). Sur La Barbade, Antigua et Niévès (Newsom, Wing 2004), les poissons coralliens dominent les assemblages, notamment les poissons perroquets (Scaridæ) ; quelques restes d’oiseaux littoraux (Sulidæ et Rallidæ) et d’iguanes (Iguanidæ), des cétacés, des phoques moines (Monachus tropicalis) et des tortues marines accompagnent des orphies (Belonidæ), des barracudas (Sphyrænidæ), des mérous (Serranidæ), des poissons chirurgiens (Acanthuridæ) et quelques autres espèces de poissons. Au total, l’ensemble du matériel osseux précéramique des trois îles comprend 41 taxons d’animaux marins ou littoraux. Les restes de rats des rizières (Oryzomyini) y sont également abondants, mais les agoutis (Dasyprocta leporina) et les chiens (Canis familiaris) sont absents. Sur Saba (Hofman, Hoogland 2003), Plum Piece a livré un grand nombre de restes de crabes terrestres (Gecarcinidæ) et d’oiseaux marins, essentiellement des puffins (Procellariidæ), ainsi qu’une faible quantité de restes de poissons et de coquillages24. À Norman Estate sur Saint-Martin (Nokkert 1999a), quelques restes de crabes terrestres ont été collectés. Les restes de vertébrés sont exclusivement ceux de poissons : les poissons perroquets du genre Sparisoma dominent ; les autres espèces sont des poissons herbivores et carnivores vivant dans les récifs coralliens peu profonds et les environnements rocheux ; les reptiles, les amphibiens, les oiseaux et les mammifères sont absents. Enfin, à Étang Rouge 1, qui témoigne du même effet de conservation différentielle que Baie Orientale 1, seuls cinq restes de poissons ont été conservés, piégés dans des lambis : trois otolithes de gorette (Hæmulidæ, Hæmulon plumieri), une vertèbre de Perciforme indéterminé et une vertèbre caudale de poisson chirurgien (Acanthuridæ, Acanthurus sp.) brûlée.

216Ainsi, chaque site présente un spectre de faune unique et totalement différent des autres. Cela tend à montrer que chaque occupation mésoindienne a exploité les milieux environnants de façon opportuniste. Ce manque d’homogénéité des ressources alimentaires des sites côtiers archaïques est expliqué par une mobilité forte des groupes humains et une saisonnalité de l’occupation en fonction des ressources recherchées (Lundberg 1991 ; Keegan 1994). Par ailleurs, si l’abondance de restes de vertébrés sur certains sites mésoindiens des Petites Antilles souligne l’apparente pauvreté taxinomique et la faible diversité des espèces collectées à Baie Orientale 1, cette antinomie illustre surtout l’existence d’un phénomène de conservation différentielle sur les sites côtiers. Enfin, il ne faut pas omettre la possibilité que la population ayant vécu sur ces sites ait également pu installer certaines aires de rejets alimentaires en dehors des zones fouillées.

2.6 L’origine des matières premières lithiques

Christian Stouvenot, Auran Randrianasolo

  • 25 Et dont on trouvera au § 3.3 la partie qui concerne le site néoindien de Baie Orientale 2.
  • 26 large ea 4098. Les clichés ont été réalisés au laboratoire Géologie des systèmes carbonatés de l’un (...)

217Les sites de la Baie Orientale 1 et 2 ont fourni des objets en pierre façonnés dans un nombre relativement limité de matières premières. L’étude que nous en avons faite25 s’est donné deux objectifs : tout d’abord caractériser les matières exploitées sur ces sites et ensuite tenter de retrouver leur provenance. Cette étude se base sur l’examen macroscopique et microscopique des échantillons des roches utilisées ou issues des gîtes géologiques supposés. Ces gîtes ont été choisis à partir des données de la lithothèque du service régional de l’Archéologie de la Guadeloupe. Les lames minces ont été réalisées à l’université des Antilles et de la Guyane (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe), au Laboratoire de recherche en géosciences26.

218Sur 1 319 pièces récoltées sur le site mésoindien, 66,9 % sont des silex, 29 % des roches volcaniques ou volcano-sédimentaires plus ou moins métamorphisées dont 23 % de tuffites et 6 % d’andésites, basaltes, microdiorites, tufs volcaniques consolidés et roches siliceuses indéterminées. Les 4,1 % restant sont des calcaires noirs (0,5 %) et diverses roches (3,7 %) : calcaires coralliens beiges, fragments d’hydroxyde de fer, marnes et quartz [fig. 60].

FIG. 60 Baie Orientale 1 et 2. Répartition des matières premières lithiques retrouvées sur les sites mésoindien (a) et néoindien (b), en nombre d’objets.

FIG. 60 Baie Orientale 1 et 2. Répartition des matières premières lithiques retrouvées sur les sites mésoindien (a) et néoindien (b), en nombre d’objets.

© C. Stouvenot, A. Dagand.

2.6.1 Les roches volcaniques (tufs et laves) et volcano-sédimentaires (tuffites)

219Il s’agit d’un ensemble de 383 pièces, soit 29 % du total.

2.6.1.1 Groupe des roches dures et compactes

220Ces roches très dures constituent la presque totalité des roches volcanique et volcano-sédimentaires (380 pièces). Leur couleur varie du noir au vert pâle en passant par le gris. La forte compaction et le métamorphisme rendent difficile la différenciation macroscopique entre les tufs, roches clastiques exclusivement volcaniques, et les tuffites, qui sont des roches volcano-sédimentaires. Ceci explique les écarts entre les décomptes affichés dans la présente étude [fig. 60a] et ceux produits par l’étude du matériel lithique [fig. 66]. Les tuffites et tufs sont de granulométrie variable, allant d’un faciès très fin (grains de 50 µm ou moins) à un faciès grenu (grains de 1 000 µm). Les éléments clastiques correspondent à des fragments de roches (des andésites microlithiques) [fig. 61f] ou de minéraux (des feldspaths) [fig. 61e-f]. Les laves sont des andésites aphanitiques – sans phénocristaux – et des basaltes.

FIG. 61 Origine des matières premières lithiques de Baie Orientale 1 et 2. Lames minces :
a-b : tuffites de la ravine de New Grove (NG1) à Saint-Martin (gîte naturel) ;
: tuffite ou tuf gris-noir du site mésoindien de Baie Orientale 1 (BO 2613 : zone D, sect. 26, lc 5, c. 5) ;
: tuffite ou tuf noir du site mésoindien de Baie Orientale 1 (BO 1221 : zone B, sect. 11, lc 26, c. 4) ;
e-f : tuf andésitique de la ravine de New Grove (NG2) à Saint-Martin (gîte naturel).

FIG. 61 Origine des matières premières lithiques de Baie Orientale 1 et 2. Lames minces : a-b : tuffites de la ravine de New Grove (NG1) à Saint-Martin (gîte naturel) ; c : tuffite ou tuf gris-noir du site mésoindien de Baie Orientale 1 (BO 2613 : zone D, sect. 26, lc 5, c. 5) ; d : tuffite ou tuf noir du site mésoindien de Baie Orientale 1 (BO 1221 : zone B, sect. 11, lc 26, c. 4) ; e-f : tuf andésitique de la ravine de New Grove (NG2) à Saint-Martin (gîte naturel).

© C. Stouvenot, A. Dagand.

221Leur origine est à rechercher localement [fig. 62a] : les roches volcaniques et volcano-sédimentaires à grain plus ou moins fin et très compactes sont très fréquentes à Saint-Martin. Elles apparaissent à plusieurs niveaux de la série géologique éocène (Dagain et al. 1989), et sont souvent présentes sous forme de galets dans les alluvions torrentielles et les plages. Nous avons récolté quelques blocs de ces roches dans la ravine voisine de New Grove qui débouche sur la mer à 450 m au nord du site. Plusieurs faciès y sont présents et sont macroscopiquement très semblables à ceux trouvés sur le site archéologique. On note certaines différences au niveau microscopique, par exemple la présence de bioclastes dans certains échantillons de la ravine de New Grove [fig. 61a-b], qui peuvent toutefois être attribuées à la variabilité du matériau. La présence d’un cortex alluvial sur certaines pièces de Baie Orientale 1 accrédite l’hypothèse d’une récolte dans la ravine de New Grove, gîte le plus proche.

FIG. 62 Baie Orientale 1 et 2. Origine des matières premières lithiques utilisées sur les sites mésoindien et néoindien :
: gîtes de l’île de Saint-Martin ;
: gîtes des autres îles des Petites Antilles ;
carré noir : sources du site mésoindien (Baie Orientale 1) ;
rond noir : sources du site néoindien (Baie Orientale 2) ;
triangle noir cerclé de noir : sites archéologiques de Baie Orientale 1 et 2.
Désignation de la matière première lithique :
1 : silex (Antigua)
2 : calcaire noir (Saint-Barthélemy)
3 : tuf vert pâle (Saint-Barthélemy)
4 : calcaires (et calcite) miocènes
5. tuffite grise (ravine de New Grove)
6 : cherto-tuffite (ravine de Moho)
7 : roche à zémis (Pointe Arago).

FIG. 62 Baie Orientale 1 et 2. Origine des matières premières lithiques utilisées sur les sites mésoindien et néoindien : a : gîtes de l’île de Saint-Martin ; b : gîtes des autres îles des Petites Antilles ; carré noir : sources du site mésoindien (Baie Orientale 1) ; rond noir : sources du site néoindien (Baie Orientale 2) ; triangle noir cerclé de noir : sites archéologiques de Baie Orientale 1 et 2. Désignation de la matière première lithique : 1 : silex (Antigua) 2 : calcaire noir (Saint-Barthélemy) 3 : tuf vert pâle (Saint-Barthélemy) 4 : calcaires (et calcite) miocènes 5. tuffite grise (ravine de New Grove) 6 : cherto-tuffite (ravine de Moho) 7 : roche à zémis (Pointe Arago).

© C. Stouvenot, A. Dagand.

2.6.1.2 Les tufs vert clair lités

222Lors de la fouille ont été récoltés plusieurs objets (trois, soit 0,2 % du total) de type meules ou polissoirs confectionnés dans un tuf vert clair compact et relativement tendre. Il s’agit d’une roche non métamorphisée, d’aspect gréseux varvé, avec des lits clairs et foncés soulignés par des mouchetures orangées. En lame mince [fig. 63a], elle apparaît composée d’éléments volcano-clastiques de 50 à 1 000 µm (quartz, feldspaths et fragments de roches) cimentés par une matrice peu abondante d’aspect microgrenu et contenant des minéraux opaques (des oxydes de fer ?).

FIG. 63 Origine des matières premières lithiques de Baie Orientale 1 et 2. Lames minces (a-c) et macrophotos (d-e) :
a : tuf vert pâle du site mésoindien de Baie Orientale 1 (zone B, sect. 11, lc 23) ;
b : roche à meule du site néoindien de Baie Orientale 2 (polissoir, sect. 6, H10, c. 3) ;
c-d : roche à zémis de la pointe Arago, à Saint-Martin (gîte naturel) ;
: calcaire gris-noir du site mésoindien de Baie Orientale 1 (zone C, sect. 23, lc 73-74).

FIG. 63 Origine des matières premières lithiques de Baie Orientale 1 et 2. Lames minces (a-c) et macrophotos (d-e) : a : tuf vert pâle du site mésoindien de Baie Orientale 1 (zone B, sect. 11, lc 23) ; b : roche à meule du site néoindien de Baie Orientale 2 (polissoir, sect. 6, H10, c. 3) ; c-d : roche à zémis de la pointe Arago, à Saint-Martin (gîte naturel) ; e : calcaire gris-noir du site mésoindien de Baie Orientale 1 (zone C, sect. 23, lc 73-74).

© C. Stouvenot, A. Dagand.

  • 27 Prospections personnelles.

223Aucun gisement naturel de ce type de matière n’est connu à Saint-Martin. En revanche, cette roche est bien représentée dans la formation éocène (Westercamp, Andreieff 1983) de Grand Fond à Saint-Barthélemy et en particulier à l’Anse de Chauvette [fig. 62b]27 où les affleurements fournissent un matériau tout à fait semblable macroscopiquement et microscopiquement à celui de Baie Orientale 1. La provenance depuis Saint-Barthélemy ne fait pratiquement aucun doute.

2.6.2 Les silex colorés

224Ces 698 pièces représentent 52,9 % du total. Elles sont généralement de petites dimensions (1 à 2 cm), souvent patinées, ce qui rend difficile la caractérisation macroscopique du matériau. Quelques pièces sont pourvues d’un cortex beige crayeux, de nature calcaire, présentant une limite nette avec la partie siliceuse. La matière est généralement peu translucide, sauf pour quelques pièces de silex blond (neuf pièces de la zone C, secteur 23). Pour les silex opaques, les couleurs associent des gammes de brun et d’orangé variant d’un pôle très clair (blanc à beige) à un pôle très foncé (brun-noir à noir) avec parfois des plages de couleur orange formant un fort contraste. Cette particularité indique une grande variabilité des couleurs de la matière d’origine, même au sein d’un unique rognon.

225Des gisements naturels de silex sont connus dans les Grandes Antilles et dans le nord des Petites Antilles. Dans les Grandes Antilles (Butterlin 1956 : 34-35, 79) ils sont présents dans les formations jurassiques et crétacées de Cuba, et dans celles, éocènes et oligocènes, de Haïti, de la République Dominicaine et de la Jamaïque. Ils semblent absents à Porto Rico : les roches décrites à Cabo Rojo par Pike et Pantel (Pike, Pantel 1974) et dénommées flint ne paraissent pas être des silex, mais plutôt des variétés de jaspe et de calcédoine. Dans les Petites Antilles, plusieurs gisements ont été repérés. Le plus important est celui de Long Island à Antigua, daté de l’Oligocène et étudié par Van Gijn en 1989 (Van Gijn 1993), et dont le silex a été caractérisé par Knippenberg (Knippenberg 1998 ; 2007). D’autres sources plus anecdotiques sont signalées à Antigua (Martin-Kaye 1959 ; Knippenberg 1999a ; 2007), et sont de même âge et macroscopiquement très proches du type décrit à Long Island. Trois gisements sont signalés sur les plages de galets de Saint-Christophe (Walker 1980 : 61-62) ; cependant l’absence d’une roche-mère laisse subsister un doute sur leur réalité géologique, il pourrait s’agir d’anciens ballasts rejetés par des navires venant d’Europe. Pour être complet il faut signaler deux autres gisements découverts lors de nos prospections archéologiques. Le premier est localisé dans les formations calcaires éocènes de Saint-Barthélemy où peuvent être récoltés par endroits des silex gris à noirs, de petites dimensions, mais qui sont affectés d’une fracturation ne permettant pas l’obtention d’éclats de taille conséquents. Le second se situe dans la formation miocène de Tintamarre à Saint-Martin. Il se présente sous la forme d’un affleurement très réduit – décimétrique – d’un silex beige très fossilifère de bonne qualité. Aucune trace d’exploitation n’y a été constatée. Enfin, nous avons repéré en Guadeloupe, sur l’Îlet à Cochon et la commune de Baie-Mahault, trois épandages côtiers de galets de silex gris et noirs, alors qu’aucun silex naturel n’est présent dans les roches voisines. Il s’agit très probablement de ballasts rejetés par les bateaux à l’époque coloniale.

226La différenciation entre ces différentes sources potentielles est assez facile à faire car l’aspect macroscopique des silex archéologiques et leur variabilité dans le même rognon correspondent bien aux différentes descriptions faites du silex de Long Island à Antigua [fig. 62a]. Les lames réalisées dans les pièces archéologiques [fig. 64a-c] montrent des faciès périrécifaux compatibles avec les milieux de dépôt des formations carbonatées d’Antigua. La détermination générique de la microfaune retrouvée dans les pièces archéologiques – bolivines, textulaires, milioles, globigérines – ne confirme ni n’infirme leur datation : ni le rattachement au Cénozoïque plus conforme à ce que l’on attendrait si le silex venait d’Antigua, ni l’attribution au Crétacé. Par défaut de ressources plus proches, nous considérons toutefois que l’île d’Antigua constitue la provenance la plus probable des silex colorés du site mésoindien de Baie Orientale 1.

FIG. 64 Origine des matières premières lithiques du site mésoindien de Baie Orientale 1. Lames minces :
a-b : silex coloré (zone D, sect. 26, lc 22) ;
: silex coloré BO 3945 (zone C, sect. 39, lc 40) ;
d-e : silex laiteux BO 1257 (zone B, sect. 11, lc 27).

FIG. 64 Origine des matières premières lithiques du site mésoindien de Baie Orientale 1. Lames minces : a-b : silex coloré (zone D, sect. 26, lc 22) ; c : silex coloré BO 3945 (zone C, sect. 39, lc 40) ; d-e : silex laiteux BO 1257 (zone B, sect. 11, lc 27).

© C. Stouvenot, A. Dagand.

2.6.3 Les silex blanc laiteux

227Il existe également une autre matière qui est un silex blanc laiteux. Il est représenté par 184 pièces, soit 14 % du total. Son aspect macroscopique est très différent de celui des silex colorés. Une lame réalisée dans l’échantillon bo 1257 montre une importante porosité originelle remplie de calcédoine fibro-radiée et de calcite [fig. 64e]. La faune est constituée de foraminifères benthiques (des milioles) [fig. 64d]. Cette matière est fortement représentée sur les sites archéologiques de Saint-Martin, en revanche on ne la connaît pas en Guadeloupe. La provenance de ce silex reste inconnue, aucun des gisements décrits jusqu’à aujourd’hui n’ayant fourni une matière semblable.

2.6.4 Les calcaires noirs

228Six pièces dont les cinq du dépôt lithique F7 de la zone C représentent 0,4 % du total. L’examen macroscopique [fig. 63e] permet d’identifier un calcaire très caractéristique, à grain fin, noir à gris, compact, dur et parfois très fossilifère : coraux, foraminifères – dont des nummulites de plusieurs millimètres – et algues mélobésiées. Une lame réalisée sur le sixième élément, un simple éclat (échantillon bo 82), montre des faciès périrécifaux et une microfaune cénozoïque [fig. 65].

FIG. 65 Baie Orientale 1 (zone C, sect. 23, lc 29) : calcaire à grain fin, compact, noir (éclat BO 82).

FIG. 65 Baie Orientale 1 (zone C, sect. 23, lc 29) : calcaire à grain fin, compact, noir (éclat BO 82).

© C. Stouvenot, A. Dagand.

229Deux formations cénozoïques contenant des bancs de calcaires noirs sont connues dans la région :

  • la formation éocène de Red Pond Bay (Dagain et al. 1989), qui affleure en plusieurs points entre 3 et 6 km au sud de la Baie Orientale ; les calcaires que nous y avons récoltés sont volcano-sédimentaires, riches en épidote et silice, et ne présentent pas de faciès semblables aux échantillons archéologiques ;

  • les calcaires éocènes de Saint-Barthélemy [fig. 62a], qui affleurent sous la forme de plusieurs barres bien visibles dans le paysage. Certains niveaux sont macroscopiquement identiques aux échantillons archéologiques, et les descriptions micropaléontologiques (Westercamp, Andreieff 1983) montrent une faune – milioles et corail – qui paraît comparable à celle des pièces archéologiques mais où l’identification ne permet pas d’aller au-delà du genre. En l’absence d’autres formations de calcaires noirs dans les Petites Antilles on peut considérer que cette provenance est extrêmement probable.

2.6.5 Conclusions

230L’étude permet de constater que les matières premières lithiques utilisées par les populations mésoindiennes peuvent être d’origine assez lointaine – Antigua par exemple – ou au contraire avoir été récoltées à proximité immédiate du site. Les autres potentialités de l’île de Saint-Martin ne sont pas exploitées, contrairement à l’usage des populations néoindiennes qui saisissent toutes les possibilités offertes par la géologie saint-martinoise (cf. infra, § 3.4.5).

2.7 Le matériel lithique

Pierrick Fouéré, Antoine Chancerel

231La fouille de l’ensemble mésoindien, incluant le matériel des sondages diagnostiques et de la phase d’évaluation, a livré 1 319 objets lithiques totalisant une masse de près de 53 kg, auxquels il faut ajouter une grande dalle en cherto-tuffite de plus de 5 kg utilisée comme meule ou polissoir. Aucune particularité d’ordre stratigraphique ou topographique, ou encore qualitatif, du mobilier n’a justifié de distinguer plusieurs lots dans cet ensemble, considéré comme homogène. Les remarques suivantes concerneront par conséquent la totalité du mobilier.

232Un nettoyage à l’acide dilué de la plupart des pièces, fortement encroûtées par les carbonates, s’est avéré nécessaire afin de pouvoir observer correctement les matières premières et de tenter les remontages. Il n’a pas été effectué sur les pièces calcaires ou les surfaces concrétionnées par les organismes marins : serpules, coraux, etc. D’une façon générale, le mobilier lithique est assez bien conservé, bien que la plupart des pièces soit marquée d’une patine très prononcée. Cette dernière a pu effacer les lustrés d’utilisation, rendant le matériel peu propice à l’étude tracéologique. Les bords sont rarement ébréchés. Près de 10 % du matériel (122 pièces) ont été plus ou moins affectés par le feu.

233Le tamisage a été limité aux zones fouillées manuellement, sur tamis de 5 ou 10 mm [fig. 14a]. Les conditions matérielles de la fouille, en particulier le temps limité, n’ont pas permis d’effectuer un tamisage sur mailles plus fines. De toute évidence, il manque le mobilier de petites dimensions, inférieures à 5 mm. À titre d’indication, pour les niveaux mésoindiens le seul traitement du sédiment récupéré dans le remplissage des coquilles par Nathalie Serrand lors de son étude de la malacofaune, correspondant à quelques dizaines de litres, a livré 94 objets en silex et 16 en d’autres roches, soit près de 10 % de la série. Quoi qu’il en soit, la collection constitue un ensemble unique pour les Petites Antilles, et nous nous attacherons à en donner une interprétation dans les lignes suivantes.

2.7.1 Les matières premières

234La description précise des matières premières sur le plan pétrographique ayant été traitée au chapitre précédent, nous regrouperons ici les différents faciès en sept types, correspondant à des groupes de matières premières aux caractéristiques pétrographiques et mécaniques comparables [tabl. XVII ; fig. 66].

FIG. 66 Baie Orientale 1 et 2. Comparaison des quantités de matières premières présentes sur les sites méso- et néoindien, en nombre et en masse.

FIG. 66 Baie Orientale 1 et 2. Comparaison des quantités de matières premières présentes sur les sites méso- et néoindien, en nombre et en masse.

© P. Fouéré, A. Dagand.

2.7.1.1 Les silex

235Les silex ont été largement utilisés, puisque l’on compte 882 pièces dans la série mésoindienne. Il semble que la série en comprenne deux variétés principales, l’une beige et l’autre brune, souvent difficilement déterminables en raison de la forte patine qui masque les surfaces. Toutes deux apparaissent en quantité équivalente. Elles semblent avoir des propriétés mécaniques comparables, du fait d’une matière d’assez bonne qualité, souvent homogène, probablement assez tenace, demandant des chocs assez violents pour le détachement des éclats. Quelques fentes ou microdiaclases pourraient être à l’origine de certaines fracturations en prismes. Toutefois, nous n’avons pas eu encore l’occasion de tester ce type de matière, dont l’origine probable est l’île de Long Island à l’est d’Antigua (Davis 1974 ; Van Gijn 1993 ; Knippenberg 1998 ; 2007) ou peut-être Porto Rico (Pike, Pantel 1974), guère plus éloignée, si la roche décrite est bien du silex (cf. supra, § 2.6.2). En ce qui concerne les interprétations technologiques, nous nous référerons par conséquent à ce qui a pu être observé sur d’autres silex aux caractéristiques en apparence comparables.

236Selon toute vraisemblance, les rognons de silex ont été apportés bruts sur le site. La proportion d’éclats corticaux est forte, près de 11 %, et plus d’un tiers des pièces conserve une plage corticale. Leur courbure, plus ou moins régulière, montre que les rognons devaient être de taille assez modeste, 10 à 15 cm au maximum. Différents types de gîtes semblent avoir été exploités, depuis ceux proches de la roche-mère, à cortex encore crayeux non usé, jusqu’aux formations remaniées, probablement littorales pour certains blocs à surfaces roulées présentant des traces de chocs « en coup d’ongle ». Quelques pièces portent des concrétions organiques marines telles que des Serpulidæ ou des coraux [fig. 67].

FIG. 67 Baie Orientale 1. Corail implanté sur le cortex d’un éclat de silex à dos naturel.

FIG. 67 Baie Orientale 1. Corail implanté sur le cortex d’un éclat de silex à dos naturel.

© P. Fouéré, A. Dagand.

2.7.1.2 Les quartz et calcédoines

237Les quartz et calcédoines sont peu représentés dans le contexte mésoindien. Les sept pièces de la série n’appellent guère de commentaires, il s’agit de fragments de galets et d’un cristal non travaillé.

2.7.1.3 Les roches volcaniques massives

238Nous regroupons ici les roches volcaniques massives, plus ou moins mélanocrates, telles que les andésites, les basaltes et les tuffites sombres, pas toujours aisément identifiables sous la couche d’altération. Toutes sont affectées d’une patine assez prononcée leur donnant une teinte grise uniforme ou veinée, plus claire que la roche saine. Quelques roches volcaniques plus claires, telles que certains tufs qui semblent avoir subi le même traitement, ont été intégrées à ce groupe. Ces roches, utilisées pour le macro-outillage, sont logiquement les plus représentées en termes de masse, avec près de 35 kg, dont la moitié en galets bruts. Comme les silex, elles ont été apportées non transformées sur le site. Elles ont été collectées dans les ravines ou sur le littoral d’où proviennent probablement la plupart des galets.

2.7.1.4 Les roches volcano-sédimentaires

239Nous avons isolé dans cette catégorie des tufs plus ou moins lités, présents dans leurs variétés gréseuse, carbonatée ou silicifiée (cherto-tuffites). Ils forment l’ossature de plusieurs massifs de l’île : le Pic du Paradis, Eastern Point, Pointe Blanche… Avec vingt et un éléments, ces roches ont été peu employées, il s’agit surtout de galets et de quelques dalles utilisées comme meule ou comme polissoir.

2.7.1.5 Les calcaires

240Plusieurs variétés de calcaire d’origines diverses sont présentes. Il s’agit pour la plupart de galets très roulés récoltés sur l’estran, correspondant à des calcaires bioclastiques, parfois coralliens, souvent de couleur claire. La série comprend aussi quelques objets en calcaire gris ou noir provenant tous, à l’exception d’un éclat, du dépôt d’objets F7 du secteur 23 de la zone C. Ces pièces ont probablement été façonnées hors du site, l’unique éclat présent dans cette série ne pouvant prétendre à lui seul témoigner de leur réalisation sur place. Ces derniers ont été identifiés comme originaires de l’île voisine de Saint-Barthélemy par C. Stouvenot (cf. supra, § 2.6.4).

2.7.1.6 Les autres roches

241Les autres types de roches de la série mésoindienne regroupés ici n’ont pas été transformés ou ne portent pas de traces d’utilisation évidentes, et nous les mentionnons sans pouvoir réellement interpréter les raisons de leur présence. Il s’agit d’un galet en grès à éléments et ciment calcaires (beach rock), d’une dizaine de fragments d’une roche rouge, de l’hématite, localisés dans le secteur 11, et de quelques amas limono-argileux ou limono-sableux dont certains peuvent avoir été des objets façonnés mais détruits par l’altération.

2.7.2 Répartition du matériel lithique

242Le matériel lithique n’est pas régulièrement réparti sur l’ensemble du site, il se trouve principalement au niveau des zones B et C où on note une densité moyenne de quatre pièces au mètre carré, tandis que les zones D et E, plus au sud, ne comptent plus qu’un objet par mètre carré [tabl. XVII]. La zone A n’a livré qu’une seule pièce, un petit bloc de tuf gréseux rectangulaire soigneusement régularisé non identifié : meule, polissoir ou autre [fig. 84 : 3]. De même, le seul élément provenant de la tranchée 49 voisine est une large plaque de tuffite utilisée comme meule ou comme polissoir. Aucune pièce débitée en silex ou en roche volcanique n’a été découverte à l’extrémité nord du site.

TABL. XVII Baie Orientale 1. Répartition spatiale de l’industrie lithique mésoindienne (masse en grammes).

TABL. XVII Baie Orientale 1. Répartition spatiale de l’industrie lithique mésoindienne (masse en grammes).

243Seule la zone C, correspondant aux secteurs 23 et 39, offre suffisamment de surface pour permettre quelques observations [fig. 68]. La fouille a mis en évidence plusieurs aires de combustion plus ou moins démantelées, marquées par des charbons et des groupements de pierres chauffées [fig. 15 ; fig. 16]. Ces dernières, qui n’ont pas été prélevées, ne sont pas prises en compte dans le cadre de cette étude. Le matériel lithique, 704 pièces pour le secteur 23, et 63 pour le secteur 39, provient en totalité de la couche 4. Dans le même niveau ont été reconnues des aires d’exploitation des coquillages [fig. 14b], vouées soit à leur consommation, plutôt autour des foyers F4 du secteur 39 et F10 du secteur 23, soit à leur transformation en outils, surtout dans la partie sud-est de la zone fouillée (cf. supra, § 2.3.4.1).

244D’une façon générale, le mobilier lithique semble se répartir en deux bandes orientées est-ouest, selon l’axe du cordon littoral, avec des densités assez faibles variant de zéro à une vingtaine d’objets par locus [fig. 68a]. De part et d’autre de ces bandes, la densité de mobilier diminue rapidement, peut-être pour des raisons taphonomiques. Elles semblent séparées par une zone plus pauvre en vestiges qui correspond grossièrement aux aires de combustion F6, F10, F11 et F4 du secteur 23. Le secteur 39 suit le même schéma de répartition. La distribution des éléments lithiques paraît toutefois inégale, avec des zones de plus forte densité dans la partie ouest, à proximité du foyer F10.

245En observant la distribution par catégories de matières premières, on s’aperçoit qu’en ce qui concerne le silex [fig. 68b], majoritairement représenté, la répartition suit logiquement celle du matériel lithique en général, avec semble-t-il une zone plus riche autour de F10 et quelques concentrations isolées. Les essais de remontage, peu convaincants, ont été contrariés par les teintes faiblement contrastées de la matière première souvent fracturée, par les méthodes de débitage elles-mêmes qui présentent des séquences souvent courtes et désordonnées obéissant à des schémas opportunistes, et enfin par la taille des objets souvent réduite. Les quelque 535 éléments en silex du secteur 23 proviennent sans doute de plusieurs dizaines de rognons différents. Quoi qu’il en soit, le taux de remontage est resté très faible, moins de 5 %, mais il s’agit probablement là d’une donnée a minima, les tentatives de rapprochement n’ayant pas été poussées au maximum faute de temps. Les rares remontages ont été faits sur de courtes distances, au sein d’un même locus ou avec les carrés voisins. Le plus éloigné porte sur une douzaine de mètres. La répartition de deux variétés de silex particulières, que l’on peut supposer appartenir à deux blocs uniques au départ, montre une dispersion sur tout le secteur, qui reste compatible avec le remontage le plus distant. Dans ces conditions, on ne peut guère individualiser d’amas de débitage du silex, même si on peut affirmer qu’une activité de taille a bien eu lieu sur place. La fréquence plus grande d’éléments autour du foyer F10 pourrait situer l’origine d’un atelier de débitage dans ce secteur, comme d’autres concentrations, en particulier en limite est de la zone, vers les loci quatre-vingts, de l’autre coté de la tranchée 23, ou autour de l’aire de cuisson F4 du secteur 39. On remarque par ailleurs que la localisation des silex brûlés, plus nombreux sur la bande nord, n’a pas de relation directe avec l’emplacement des foyers [fig. 68d]. Ils n’ont donc probablement pas de rapport direct avec le fonctionnement des feux et n’en sont vraisemblablement pas strictement contemporains, à moins d’envisager un déplacement des pièces brûlées.

FIG. 68 Baie Orientale 1. Zone C, secteurs 23 et 39 : répartition du matériel lithique.

FIG. 68 Baie Orientale 1. Zone C, secteurs 23 et 39 : répartition du matériel lithique.

© P. Fouéré, A. Dagand.

246Les roches volcaniques massives suivent une distribution fort différente du silex, avec une densité plus forte autour de F11 [fig. 68c]. Les essais de remontage ont été facilités par le nombre plus réduit des pièces (n = 92) si on ne prend pas en compte les galets. Cela correspond probablement à moins d’une dizaine de blocs à l’origine. Les dimensions plus importantes des éclats, souvent supérieures à 2 cm, ont également aidé aux rapprochements. Pour ces raisons, le taux de remontage a atteint 25 %, sur des distances souvent voisines de 6 m, ce qui évoque des amas de débitage remobilisés. Comme pour le silex, la forte concentration observée (autour de F11) n’est pas en adéquation avec le faible nombre des remontages. Les produits de débitage du bloc 93, qui correspondent essentiellement à son décorticage [fig. 80 : remontage 2], sont étalés sur plusieurs dizaines de mètres carrés, sans doute plus si l’on considère que le remontage 1 appartient probablement au même bloc. Cette dispersion montre que l’amas est perturbé, d’autant que les éclats restants ne semblent pas avoir été utilisés. Ce n’est pas le cas pour le remontage 3, pour lequel l’éclat intermédiaire n° 16 porte des retouches sur les bords [fig. 81 : 6] et signe un déplacement anthropique.

247La distribution des galets ne suscite pas beaucoup de commentaires : ils semblent uniformément répartis sur le secteur, plutôt en périphérie des concentrations de silex [fig. 68e] mais aussi des aires d’utilisation des coquillages. Seuls cinq d’entre eux portent des traces évidentes de percussion. Certains, manifestement brûlés, ont pu participer à la construction des foyers mais ne semblent pas en relation directe avec eux.

248Enfin, quelques outils, rares dans la série, peuvent prendre place dans la discussion sur la répartition spatiale des objets dans le secteur, en particulier les perçoirs qui, avec neuf pièces dont certaines utilisées, représentent près de la moitié des effectifs du site. Ils semblent assez dispersés, sept se trouvant plutôt dans la moitié ouest de la zone, autour de F10 [fig. 68f]. Il n’est guère possible, dans le cadre de cette étude, d’engager une réflexion sur leur destination. L’usure par rotation visible sur certains prouve leur utilisation comme perçoir, et on ne peut guère évoquer que le travail du bois, peut-être de la pierre, aucune coquille ne présentant de traces de perforation. La seule parure de l’ensemble mésoindien est une ébauche de pendeloque à la perforation inachevée [fig. 82 : 3], provenant du secteur 26, situé une cinquantaine de mètres plus à l’est.

249Les éléments que nous appellerons « nucléus-burins » et « chutes de burin » présentent des répartitions différentes, les premiers étant plutôt groupés dans la moitié est du secteur, les seconds plus au sud, dans une zone peu riche en silex. Ils semblent donc éloignés de la zone principale de débitage du silex, groupée autour de F10, et participent probablement d’une autre activité. Notons qu’aucun remontage entre ces deux types de produits n’a pu être réalisé.

250La répartition du matériel lithique, avec ses concentrations et ses remontages sur des distances de plusieurs mètres, est difficile à interpréter au regard de l’organisation spatiale du secteur, compte tenu d’une probable remobilisation d’une partie des éléments après leur dépôt. On ajoutera à ceci que cet épandage de mobilier, s’il semble bien appartenir à une même aire culturelle, n’est pas le résultat d’une occupation unique si l’on en juge par les datations14C, qui couvrent presque tout le dernier millénaire avant Jésus-Christ. Cette distribution particulière du mobilier, dans laquelle chaque trace tangible d’activité peut être spatialement déconnectée des autres ou au contraire étroitement liées à elles, voire s’y substituer, fait de la zone C une sorte de palimpseste stratigraphique.

251Même si le débitage des roches a été pratiqué sur place, on ne peut guère individualiser clairement les amas de taille sur le site, tout d’abord en raison de l’indigence du matériel concerné, ensuite en raison du petit nombre des remontages dont certains s’effectuent sur une douzaine de mètres. On remarquera que la plupart des raccords se font suivant un axe grossièrement est-ouest, dans le sens de l’allongement du cordon littoral, pour des raisons qui nous échappent. Les deux concentrations principales, orientées elles aussi dans l’axe du cordon, sont sans doute contemporaines, certains remontages effectués entre ces deux zones tendant à le prouver, en particulier le débitage du nucléus en andésite [fig. 80 : remontage 2]. Un déplacement anthropique d’une partie du mobilier est indubitable, puisqu’une partie des produits débités ont été retouchés ou utilisés par la suite, mais des processus naturels ont sans doute également contribué à la déstructuration des amas.

252L’interprétation d’aires de travail sur la base de concentrations apparentes d’outils spécifiques appelle les mêmes remarques que précédemment. Outre que nous sommes en présence d’une aire de débitage du silex, on peut supposer que les perçoirs étaient utilisés préférentiellement autour du foyer F10 et les nucléus-burins plutôt dans la moitié est de la zone. La relation des outils de pierre avec le travail des coquilles n’est pas évidente, seule la percussion et le polissage étant retenus pour le façonnage des lames en labre de lambi (cf. supra, § 2.3.5.2). On aurait pu voir dans les nucléus-burins un outil utilisé pour le rainurage des coquilles afin de guider la fracture, mais il n’en est rien. Les rares percuteurs du secteur n’apportent pas beaucoup de renseignements, mais il faut souligner que n’ont été retenus comme tels que les galets présentant des traces évidentes de martelage, stigmates qui ne se développent peut-être pas aussi nettement en cas de percussion sur coquille. L’absence de référentiel ne permet pas de conclure, et il est possible qu’une partie des galets considérés comme bruts, particulièrement bien représentés dans les aires supposées de travail des coquilles, aient servi à cette fin. Les deux polissoirs du secteur sont quant à eux situés aux deux extrémités est et ouest, en dehors des zones de concentration maximale des labres polis. L’un d’eux, provenant du locus 85, aurait très bien pu être utilisé pour le polissage des lames sur coquille [fig. 84 : 4], l’autre, représenté par un petit fragment d’une dizaine de centimètres avec une surface usée, n’apporte pas beaucoup de renseignements.

2.7.3 L’industrie en silex

253Avec 882 pièces, le corpus des silex de Baie Orientale 1 constitue une série assez rare pour les Petites Antilles et permet d’aborder de façon satisfaisante les schémas de débitage rencontrés sur le site.

254La première impression laissée par la série, comme il est de règle pour les industries lithiques des sites précolombiens des Petites Antilles, est celle d’une industrie assez fruste, caractérisée par un débitage peu élaboré sans recherche de standardisation des produits, répondant de façon opportuniste à un probable besoin immédiat de pièces coupantes. Cet aspect sommaire du débitage contraste avec l’importance de l’investissement nécessaire à l’acquisition de la matière première, dont les principales sources se trouvent à plusieurs jours de pagayage, alors que l’île aurait pu fournir des matériaux de substitution tels que le quartz ou certaines roches volcaniques à grain fin. Une première interrogation concerne la finalité du débitage et l’utilisation des produits, qui justifient sans doute les efforts consentis pour récupérer la matière première. L’absence de données tracéologiques sur le matériel de Baie Orientale ne permet guère pour l’instant d’aller plus loin que la simple analyse technologique et méthodologique du débitage. Celle-ci apparaît en outre, en l’absence de produits transformés, comme l’un des rares moyens d’apporter des éléments de caractérisation des cultures précolombiennes pour les industries lithiques (Bérard 2001). Pour ces raisons, on interprétera les quelques pièces à retouches simples telles que les encoches, les denticulés ou les burins comme la trace tangible des étapes premières d’une chaîne de débitage plus longue, bien que l’on ne puisse guère les écarter de façon péremptoire comme outils.

255En l’absence de remontages significatifs, la plupart des propositions méthodologiques présentées ont été effectuées par « reconstitution mentale » (Pelegrin 1995) sur la base de l’analyse technologique des pièces. Le matériel en silex se répartit, tous secteurs confondus, comme il est montré dans le tabl. XVIII.

TABL. XVIII Baie Orientale 1. Répartition du matériel en silex sur la base de l’analyse technologique des pièces.

TABL. XVIII Baie Orientale 1. Répartition du matériel en silex sur la base de l’analyse technologique des pièces.

256Le débitage est résolument tourné vers la production d’éclats, les trois lamelles inventoriées apparaissant soit comme des produits issus de nucléus unipolaires, soit comme des pièces obtenues de façon accidentelle. La grande quantité de pièces corticales indique que l’ensemble des étapes du débitage doit être présent, depuis le décorticage des rognons jusqu’aux produits désirés. Les produits obtenus sont de dimensions modestes, les plus grands ne dépassant pas 80 mm de longueur et étant représentés par les éclats de décorticage [fig. 69]. La majorité des produits de débitage a une longueur comprise entre 10 et 35 mm pour des largeurs équivalentes. Leur épaisseur est très importante, avec un rapport largeur/ épaisseur qui se situe entre 2 et 4, tous types de produits confondus [fig. 70]. Il semble que le débitage ait fourni préférentiellement des éclats courts, souvent plus larges que longs, et épais, quelle que soit leur place dans la chaîne de production. Près d’un quart des éclats épais et près de la moitié des éclats minces de la série sont rebroussés. Les accidents Siret sont visibles sur une vingtaine de pièces.

FIG. 69 Baie Orientale 1. Rapport longueur / largeur des pièces en silex.

FIG. 69 Baie Orientale 1. Rapport longueur / largeur des pièces en silex.

© P. Fouéré, A. Dagand.

FIG. 70 Baie Orientale 1. Rapport largeur / épaisseur des pièces en silex.

FIG. 70 Baie Orientale 1. Rapport largeur / épaisseur des pièces en silex.

© P. Fouéré, A. Dagand.

2.7.3.1 Les techniques de débitage

257Les techniques de débitage paraissent des plus sommaires. L’absence de préparation des corniches et des plans de frappe, les talons larges, le plus souvent lisses avec un point d’impact bien marqué, plus rarement deux, attestent de l’utilisation majoritaire d’un percuteur dur en percussion lancée [tabl. XIX]. Les bulbes sont peu prononcés et les esquilles bulbaires rarement présentes, observations qui, en l’absence d’expérimentation de notre part sur ce type de silex, ne sauraient se traduire pour l’instant en termes techniques.

TABL. XIX Baie Orientale 1. Caractères des talons des éclats de silex.

TABL. XIX Baie Orientale 1. Caractères des talons des éclats de silex.

258L’utilisation de la percussion avec nucléus posé sur enclume peut être évoquée pour certaines pièces, bien que discutable. Quelques nucléus présentent en effet des marques d’écrasement peu prononcées sur l’extrémité opposée au plan de frappe, marques qui pourraient résulter de l’utilisation d’une enclume [fig. 72 : 12 ; fig. 73 : 1, 7…]. Toutefois, ces stigmates ne sont pas systématiquement présents. Ils sont inexistants notamment sur de nombreux nucléus de petites dimensions, y compris ceux dont la taille est trop réduite pour qu’on les maintienne simplement entre les doigts. On observe cependant des enlèvements, souvent rebroussés, à talon large, associés à des plans de frappe formant un angle proche de 90° avec les surfaces de débitage. Ils évoquent une percussion lancée assez violente, difficile à mettre en œuvre sans calage du nucléus. L’expérimentation avec des silex comparables montre que l’on peut aisément obtenir ce type de produit en maintenant le nucléus sur un support en bois dur, sans que celui-ci ne produise les stigmates de réaction et d’écrasement d’une enclume de pierre.

2.7.3.2 Les méthodes

259Il semble qu’on puisse distinguer deux phases de débitage. La première concerne l’exploitation directe des blocs de matière première. Elle fournit les éclats corticaux et les grands éclats. La seconde, complémentaire, utilise les produits de la phase primaire comme nucléus.

Phase initiale

260Le grand nombre des pièces corticales montre que les premières phases du débitage se sont déroulées sur le site, à partir des rognons importés à l’état brut. L’initialisation du débitage se fait à partir des plans de frappe naturellement les plus adéquats, sans préparation apparente (phase 1a) [fig. 71] : il y a six éclats d’entame de rognon dans la série, caractérisés par une surface supérieure et un talon entièrement corticaux. Le travail se poursuit par le décorticage – souvent partiel – du rognon, et l’obtention d’éclats qui ont été dits « corticaux » lorsqu’ils avaient plus de 80 % de surface naturelle, et « à dos naturel » lorsque la plage corticale concernait un bord de l’éclat (phases 1b et 1c). Une partie de ces produits a été reprise dans les étapes de débitage suivantes. D’autres, abandonnés, ont permis parfois des remontages [fig. 72 : 1].

FIG. 71 Baie Orientale 1. Interprétation des schémas opératoires du débitage des silex : la phase initiale.

FIG. 71 Baie Orientale 1. Interprétation des schémas opératoires du débitage des silex : la phase initiale.

© P. Fouéré, Nelly Le Masne, A. Dagand.

FIG. 72 Baie Orientale 1. Le débitage initial du silex :
1 : remontage de deux éclats corticaux ;
2 : flanc de nucléus ou tablette partielle ;
3 : remontage de deux éclats à directions d’enlèvement croisées ;
4 : éclat à pan latéral ;
5 : fragment d’éclat cassé par percussion sur la face supérieure ;
6 : tablette ;
7 : nucléus unipolaire et tablette ;
8 : nucléus atypique ;
9 : nucléus unipolaire ;
10, 11 : nucléus à plans croisés ;
12 : nucléus épuisé.

FIG. 72 Baie Orientale 1. Le débitage initial du silex : 1 : remontage de deux éclats corticaux ; 2 : flanc de nucléus ou tablette partielle ; 3 : remontage de deux éclats à directions d’enlèvement croisées ; 4 : éclat à pan latéral ; 5 : fragment d’éclat cassé par percussion sur la face supérieure ; 6 : tablette ; 7 : nucléus unipolaire et tablette ; 8 : nucléus atypique ; 9 : nucléus unipolaire ; 10, 11 : nucléus à plans croisés ; 12 : nucléus épuisé.

© P. Fouéré, A. Dagand.

261L’exploitation des nucléus se poursuit apparemment de façon assez opportuniste par la mise à profit des plans de frappe naturellement existants, c’est-à-dire de ceux qui présentent un angle suffisamment aigu avec la surface de débitage pour permettre le détachement de l’éclat. Un enlèvement transversal peut être observé dans quelques cas (phase 1d), soit qu’il ait servi à raviver la surface en dégageant une tablette (phase 1g) [fig. 72 : 6] et à poursuivre le débitage unipolaire, soit qu’il ait préludé à une nouvelle orientation des enlèvements en mode bipolaire (phases 1e et 1f). Dans le premier cas les nucléus résultants sont à plan de frappe unique [fig. 72 : 9 ; fig. 73 : 1, 9, 10, 12], dans le second cas ils sont opposés (phase 1e) [fig. 73 : 2, 4-6] ou croisés (phase 1f) [fig. 72 : 3, 11]. La morphologie du nucléus peut entraîner un débitage mixte, laissant apparaître des enlèvements multipolaires (phase 1h) [fig. 72 : 10]. Certains nucléus sont difficiles à caractériser, soit parce que les enlèvements sont désordonnés [fig. 72 : 8], soit en raison d’un débitage plus achevé [fig. 72 : 12 ; fig. 73 : 7]. Les nucléus présentent une forme généralement prismatique, grossièrement inscrite dans un volume parallélépipédique [fig. 72 : 7, 9, 10 ; fig. 73 : 3-6], ou une forme pyramidale, à base quadrangulaire [fig. 73 : 8-12]. Il y a très peu de nucléus globuleux ou coniques. Il semble que cette forme prismatique ne soit pas fortuite mais plutôt liée à la recherche d’éclats à talon épais et/ou à pan latéral (phase 1h) [fig. 72 : 4] qui seront utilisés dans la deuxième phase du débitage.

FIG. 73 Baie Orientale 1. Le débitage initial du silex :
1, 3, 6, 7, 9 : nucléus unipolaires ;
2, 4, 5 : nucléus bipolaires à plans de frappe opposés ;
8 : nucléus sur éclat à débitage centripète ;
10 : nucléus épuisé (- objet hors inventaire).

FIG. 73 Baie Orientale 1. Le débitage initial du silex : 1, 3, 6, 7, 9 : nucléus unipolaires ; 2, 4, 5 : nucléus bipolaires à plans de frappe opposés ; 8 : nucléus sur éclat à débitage centripète ; 10 : nucléus épuisé (- objet hors inventaire).

© P. Fouéré, A. Dagand.

262De rares pièces peuvent être interprétées comme produits d’entretien des nucléus, en premier lieu deux tablettes partielles (phase 1g) [fig. 72 : 6] dont l’une remonte [fig. 72 : 7], et six éclats pouvant correspondre à des flancs de nucléus à plans de frappe croisés (phase 1f) [fig. 72 : 2].

263Une partie des blocs, pour lesquels on n’observe que quelques enlèvements, montre que le débitage n’a pas toujours été poussé jusqu’à l’exhaustion. Ces grandes pièces pouvaient encore constituer une réserve de matière première. Les nucléus trop petits peuvent difficilement être replacés avec certitude dans la logique des schémas d’exploitation. Ils peuvent résulter également de la phase de débitage secondaire [fig. 73 : 7].

Phase secondaire

264Elle concerne le débitage des éclats produits lors de la phase initiale. On peut évoquer deux modes de débitage : le premier est effectué dans le plan de l’éclat-nucléus, produisant des petits éclats plutôt larges et minces, souvent rebroussés, le second exploite la pièce dans son épaisseur par des enlèvements « en coup de burin » [fig. 74].

FIG. 74 Baie Orientale 1. Interprétation des schémas opératoires du débitage des silex : la phase secondaire.

FIG. 74 Baie Orientale 1. Interprétation des schémas opératoires du débitage des silex : la phase secondaire.

© P. Fouéré, Nelly Le Masne, A. Dagand.

Les nucléus-burins

265Lors de l’analyse de cette série, plusieurs pièces nous ont posé un problème d’interprétation. Sur le plan typologique, plus d’une vingtaine correspond à des burins de types variés, à enlèvements transversaux [fig. 75] ou latéraux [fig. 76 : 8-13] sur cassure ou non, voire dièdres [fig. 76 : 1-7]. L’analyse technologique de plusieurs nucléus en phase d’exploitation avancée, en particulier de certains nucléus unipolaires pyramidaux, nous a conduits à une réinterprétation de la plupart des burins non plus comme outils mais comme une première phase de débitage en vue de l’obtention de petits éclats ou de lamelles trapues courtes [fig. 78 : 17-34], rejoignant ainsi certaines interprétations faites sur des séries paléolithiques (Bon 2000 ; Bordes, Lenoble 2002 ; Le Brun-Ricalens, Brou 2003…). Notons qu’il ne s’agit que d’une interprétation technologique qui demanderait encore à être confirmée – ou infirmée – par des analyses tracéologiques. Nous adopterons en conséquence les termes d’attente de « nucléus-burin » pour ces objets et de « chutes de burin » pour les produits ou éventuels déchets.

FIG. 75 Baie Orientale 1. Nucléus-burins à enlèvements transversaux, issus de la seconde phase de débitage des silex (chaîne opératoire 2) :
159, 14 : enlèvements transverses proximaux – sur éclat fracturé (1), – sur distal d’éclat cortical (5), – sur distal d’éclat (9, 14) ;
6 : nucléus bipolaire à plans de frappe opposés ;
7 : nucléus unipolaire ;
3, 8, 11-13 : nucléus-burins à enlèvements transverses distaux – sur éclat (3, 8, 13), – sur éclat cortical (11), – sur éclat avec enlèvements latéraux (12) ;
2, 4, 10 : enlèvements transverses proximaux et distaux (HZ hors zone).

FIG. 75 Baie Orientale 1. Nucléus-burins à enlèvements transversaux, issus de la seconde phase de débitage des silex (chaîne opératoire 2) : 1, 5, 9, 14 : enlèvements transverses proximaux – sur éclat fracturé (1), – sur distal d’éclat cortical (5), – sur distal d’éclat (9, 14) ; 6 : nucléus bipolaire à plans de frappe opposés ; 7 : nucléus unipolaire ; 3, 8, 11-13 : nucléus-burins à enlèvements transverses distaux – sur éclat (3, 8, 13), – sur éclat cortical (11), – sur éclat avec enlèvements latéraux (12) ; 2, 4, 10 : enlèvements transverses proximaux et distaux (HZ hors zone).

© P. Fouéré, A. Dagand.

FIG. 76 Baie Orientale 1. Nucléus-burins issus de la seconde phase de débitage des silex (chaîne opératoire 2) :
1-7 : enlèvements dièdres distaux ;
8-13 : enlèvements latéraux.

FIG. 76 Baie Orientale 1. Nucléus-burins issus de la seconde phase de débitage des silex (chaîne opératoire 2) : 1-7 : enlèvements dièdres distaux ; 8-13 : enlèvements latéraux.

© P. Fouéré, A. Dagand.

266Le support initial est donc un éclat épais, souvent tout ou partie cortical. Le pan latéral obtenu parfois sur les nucléus parallélépipédiques trouve ici tout son intérêt. Il est utilisé en effet comme plan de frappe pour un premier enlèvement transversal. Dans le cas où cette surface n’est pas préexistante, elle peut être dégagée soit par un premier enlèvement « en coup de burin », soit par fracturation, celle-ci étant obtenue par percussion sur l’une des faces de l’éclat-source (phase 2a) [fig. 74]. La série contient plusieurs fragments bruts issus de ce type d’éclatement, montrant nettement le point d’impact, voire des cônes de percussion avortés [fig. 66 : 5]. Le pan latéral peut enfin être produit par l’accident Siret qui concerne plus d’une vingtaine d’éclats dans la série.

267Par la suite, lorsque le plan de frappe est latéral, les enlèvements sont transverses et semblent concerner dans un premier temps la partie distale, plus rarement la partie proximale [fig. 75 : 1, 5, 9, 14], donnant des pièces qui correspondent sur le plan typologique à des burins transversaux (phase 2b). L’extrémité proximale de l’éclat-support est souvent bien repérable encore, avec tout ou partie du talon et du point d’impact préservés [fig. 75 : 3, 8, 11, 13]. Le débitage peut se poursuivre à partir de l’extrémité opposée, toujours à partir du même plan de frappe (phase 2c), la réduction produisant pour finir un nucléus unipolaire pyramidal, à deux surfaces principales de débitage opposées [fig. 75 : 2, 4, 10]. Lorsque le débitage n’est pas poussé à l’exhaustion, les deux surfaces primaires de l’éclat source – une surface supérieure souvent corticale et une surface inférieure ou d’éclatement – restent assez facilement reconnaissables. Le débitage peut aussi être initialisé à partir d’un pan transversal ou légèrement oblique par rapport à l’axe de débitage de l’éclat-nucléus, les premières phases donnant alors des objets assimilables sur le plan typologique à des burins sur cassure ou à des burins dièdres (phase 2d) [fig. 76].

268Les vingt-huit « chutes de burin » apparaissent robustes mais irrégulières [fig. 78 : 17-34]. Elles montrent toutefois une certaine standardisation dans leurs dimensions, avec une longueur le plus souvent comprise entre 20 et 30 mm pour une largeur deux fois moindre [fig. 69] et une épaisseur forte [fig. 70]. Les chutes de premier ordre présentent une partie des faces supérieure et inférieure de l’éclat source, ce qui permet parfois de les interpréter comme enlèvements transverses [fig. 78 : 17, 18, 28…] ou latéraux [fig. 78 : 20-22…]. Quelques pièces plus régulières sont assimilables à des lamelles [fig. 78 : 33, 34].

269Sous réserve de confirmation par un apport tracéologique il semble donc, en raison de l’exhaustion de certains nucléus, que les produits recherchés soient plutôt les « chutes de burins », c’est-à-dire des éclats assez épais et allongés, dans un but qui nous échappe. Signalons que cette production semble totalement déconnectée de celle des perçoirs, seules véritables pièces retouchées du site.

Les nucléus à débitage centripète

270Le deuxième mode de débitage secondaire (chaîne opératoire 2’) se fait grossièrement dans le plan de l’éclat-source, donnant des produits plutôt plus larges que longs [fig. 74]. Là encore, en l’absence de remarques tracéologiques se pose le problème de l’interprétation de ces pièces qui correspondent sur le plan typologique à des encoches ou des denticulés à enlèvements clactoniens et qui peuvent tout aussi bien être considérées comme des outils. Une certaine progression dans le travail de débitage peut cependant être déduite de l’analyse de l’ensemble des pièces, un schéma que l’on retrouve par ailleurs dans la série provenant de la fouille récente du site mésoindien d’Étang Rouge 1 (Bonnissent 2005b ; 2008).

271Les premiers enlèvements sont effectués de façon directe (phase 2’b) ou inverse (phase 2’a). Dans ce cas, le premier enlèvement est un éclat à deux faces lisses (Kombewa), obtenu apparemment sans préparation du plan de frappe, ce qui donne un talon lisse [fig. 77 : 2, 4]. Un des cinq éclats recensés montre cependant un talon facetté, qui peut correspondre aux négatifs d’une première série d’enlèvements directs plus qu’à une volonté qui paraîtrait tout à fait exceptionnelle, d’aménager un plan de frappe [fig. 77 : 3]. L’éclat-nucléus abandonné à ce stade est une pièce à encoche [fig. 77 : 5] ou un denticulé lorsqu’un bord est affecté de plusieurs enlèvements contigus [fig. 77 : 8, 10…]. Les produits obtenus sont alors des petits éclats courts, plus larges que longs, à angle de chasse très aigu correspondant au bord de l’éclat-nucléus. On peut supposer que certains nucléus unipolaires, dont le plan de frappe correspond manifestement à une ancienne face d’éclatement, soient une évolution logique de la poursuite du débitage direct [fig. 73 : 7, 9]. Les nucléus ont une morphologie qui se rapproche alors progressivement de celle des nucléus-burins en fin d’exploitation, avec des enlèvements exploitant l’épaisseur de l’éclat-nucléus.

272Enfin, quelques pièces montrent que le débitage plan peut s’effectuer de façon bifaciale (phase 2’c) [fig. 77 : 1, 10…]. D’autres combinent débitage plan et enlèvements burinants, montrant que les deux méthodes ne sont pas obligatoirement exclusives (phase 2’e) [fig. 77 : 6, 9, 11].

FIG. 77 Baie Orientale 1. Nucléus à débitage centripète sur éclat, issus de la seconde phase de débitage des silex (chaîne opératoire 2’) :
1 : enlèvements directs ;
2-4 : éclats Kombewa ;
5, 7, 8 : enlèvements inverses ;
6, 9-11 : enlèvements bifaciaux.

FIG. 77 Baie Orientale 1. Nucléus à débitage centripète sur éclat, issus de la seconde phase de débitage des silex (chaîne opératoire 2’) : 1 : enlèvements directs ; 2-4 : éclats Kombewa ; 5, 7, 8 : enlèvements inverses ; 6, 9-11 : enlèvements bifaciaux.

© P. Fouéré, A. Dagand.

Les pièces retouchées

273Nous préférerons le terme de « pièce retouchée » à celui d’« outil » car il est manifeste que la caractérisation de l’outillage nous échappe presque totalement. En effet, à l’exception de quelques perçoirs, rares sont les supports transformés. On se bornera, à la suite de nos prédécesseurs, à évoquer une utilisation probable des produits bruts comme outil tranchant ou grattant pour l’accomplissement d’activités quotidiennes. Signalons qu’aucun lustré d’utilisation évident – pour l’œil d’un observateur non tracéologue – n’a été remarqué sur les pièces. La forte altération qui affecte la plupart des surfaces, commune en milieu tropical, en est peut-être la cause (Berman et al. 1999). Nous restons donc dans l’impossibilité d’expliquer les raisons qui ont poussé les Amérindiens de Baie Orientale 1 à exploiter le silex.

274En tenant compte des remarques faites précédemment, en excluant les « burins », encoches et denticulés, les seules pièces retouchées sont vingt petits perçoirs en silex, façonnés sur des supports variés [fig. 78 : 1-15]. Ils semblent sans relation apparente avec les schémas de débitage proposés précédemment, les chutes de burin en particulier ne semblent pas avoir été utilisées de façon systématique alors qu’elles auraient pu constituer un support adéquat. Seules les pièces brisées 12 et 13, et peut-être 7, de la fig. 78 évoquent ce type de produit. Les pointes sont dégagées de façon assez sommaire, par retouches directes, inverses ou bifaciales, de façon à former une mèche robuste. Certains perçoirs montrent des traces d’utilisation marquées, produites par rotation [fig. 78 : 1, 4, 10].

FIG. 78 Baie Orientale 1. Produits du débitage des silex :
1-16 : perçoirs ;
17-32 : chutes de burin ;
33-34 : lamelles (- objet hors inventaire).

FIG. 78 Baie Orientale 1. Produits du débitage des silex : 1-16 : perçoirs ; 17-32 : chutes de burin ; 33-34 : lamelles (- objet hors inventaire).

© P. Fouéré, A. Dagand

275Un éclat, fracturé par percussion, présente une retouche continue sur un bord qui témoigne peut-être du façonnage d’un ancien outil guère identifiable en raison de son état [fig. 78 : 16].

2.7.4 L’industrie en roche volcanique et volcano-sédimentaire

276La série mésoindienne comprend 384 éléments en roches volcaniques diverses. Elle se compose principalement de galets plus ou moins ovoïdes qui ne semblent pas avoir fait l’objet d’un débitage. Ce sont plutôt les blocs plus quadrangulaires ou aplatis, moins roulés et récoltés probablement dans les ravines qui ont été taillés. L’ensemble du matériel sur roche volcanique se répartit comme l’indique le tabl. XX.

TABL. XX Baie Orientale 1. Répartition du matériel sur roche volcanique, sur la base de l’analyse technologique des pièces.

désignation

nbre

dont

éclats corticaux (cortex > 80 % de la surface)

34

1 retouché

éclats à dos naturel

21

2 retouchés

éclats épais (l > 4 x ép.)

55

2 retouchés

éclats minces (l < 4 x ép.)

37

nucléus atypiques

3

nucléus à débitage centripète

2

nucléus à plans croisés

1

nucléus unipolaires

1

divers, supports naturels ou non identifiables

98

11 retouchés

esquilles, petits éclats, débris (< 1 cm)

48

galets

84

13 utilisés

total

384

277Le débitage des roches volcaniques est assez peu exprimé, il concerne principalement les « roches noires », difficilement identifiables pour un œil non exercé, c’est-à-dire les andésites, basaltes et autres roches sombres. Nous ne prendrons pas en compte ici les galets, qui feront l’objet d’un autre développement (cf. infra, § 2.7.6). Quelques blocs ont été utilisés bruts, soit comme enclume, soit comme meule ou polissoir, sans qu’aucun aménagement n’ait été effectué.

278Les sept nucléus de la série font apparaître des séquences de débitage courtes, montrant par là que l’on cherche à obtenir des éclats d’assez grandes dimensions. Les nucléus disponibles sont par conséquent peu exploités, et présentent pour la plupart trois à cinq enlèvements tout au plus. Il en résulte un pourcentage élevé d’éclats corticaux ou à dos naturel, et plus d’un tiers des éclats présente encore une plage corticale. Les dimensions des produits restent assez comparables à celles des silex, avec des pièces excédant rarement 80 mm de long, la plupart des éclats se situant entre 10 et 30 mm [fig. 79]. Les pièces plus larges que longues représentent plus d’un tiers de l’ensemble, il s’agit souvent d’éclats rebroussés (15 %).

FIG. 79 Baie Orientale 1. Rapport longueur / largeur des pièces en roche volcanique.

FIG. 79 Baie Orientale 1. Rapport longueur / largeur des pièces en roche volcanique.

© P. Fouéré, A. Dagand.

2.7.4.1 Les techniques de débitage

279Les techniques employées ne diffèrent guère de celles utilisées pour le silex. Il s’agit exclusivement de la percussion lancée au percuteur de pierre, la nuance entre pierre dure et pierre tendre étant difficile à faire en raison de la nature de la roche débitée, souvent elle-même assez tendre. Bien que l’échantillon statistique soit assez modeste, on observe souvent des talons sans point d’impact marqué, voire avec une lèvre au départ du bulbe [tabl. XXI]. Les talons sont souvent larges, lisses, et les angles d’éclatement sont très ouverts, proches de 120°. Les corniches ne sont jamais préparées. De tels stigmates correspondent à ceux que l’on peut observer en utilisant un galet de même nature que la roche en percussion directe lancée. Les fractures Siret sont assez fréquentes et concernent 12 % des éclats.

TABL. XXI Baie Orientale 1. Caractères des talons des éclats en roche volcanique.

TABL. XXI Baie Orientale 1. Caractères des talons des éclats en roche volcanique.

2.7.4.2 Les méthodes

280Il semble que les tailleurs se soient rapidement contentés des premiers éclats, ce qui fait que les schémas opératoires sont peu développés. Le débitage se limite donc le plus souvent aux éclats d’entame, détachés à partir d’une aspérité naturelle du bloc. Les nucléus les plus exploités ont fait l’objet d’un débitage bifacial centripète [fig. 80 ; fig. 81 : 2] ou encore à plans de frappe croisés [fig. 81 : 1]. Dans les deux cas, les supports recherchés sont d’assez grandes dimensions, probablement dans le but d’obtenir des outils robustes. Une partie des éclats de petites dimensions provient vraisemblablement du façonnage des quelques outils [fig. 81 : 7 ; fig. 82 : 2-4].

FIG. 80 Baie Orientale 1. Remontage de trois pièces en roche volcanique.

FIG. 80 Baie Orientale 1. Remontage de trois pièces en roche volcanique.

© P. Fouéré, A. Dagand.

FIG. 81 Baie Orientale 1. Industrie en roche volcanique :
1 : nucléus à débitage centripète ;
2 : nucléus à plans de frappe croisés ;
3 : éclat à bords écrasés ;
4 : éclat retouché ;
5 : perçoir ?
6 : éclat à dos naturel, utilisé ;
7 : couteau à retouche bifaciale ;
8 : nucléus sur éclat.

FIG. 81 Baie Orientale 1. Industrie en roche volcanique : 1 : nucléus à débitage centripète ; 2 : nucléus à plans de frappe croisés ; 3 : éclat à bords écrasés ; 4 : éclat retouché ; 5 : perçoir ? 6 : éclat à dos naturel, utilisé ; 7 : couteau à retouche bifaciale ; 8 : nucléus sur éclat.

© P. Fouéré, A. Dagand.

FIG. 82 Baie Orientale 1. Pièces lithiques diverses :
1 : polissoir à rainure sur galet, tuffite gréseuse ;
3 : ébauche de pendeloque sur galet, roche volcanique ;
2, 4 : fragments de pièces bifaciales bouchardées, roche volcanique noire (- objet hors inventaire).

FIG. 82 Baie Orientale 1. Pièces lithiques diverses : 1 : polissoir à rainure sur galet, tuffite gréseuse ; 3 : ébauche de pendeloque sur galet, roche volcanique ; 2, 4 : fragments de pièces bifaciales bouchardées, roche volcanique noire (- objet hors inventaire).

© P. Fouéré, A. Dagand.

281Un débitage secondaire a pu avoir lieu comme pour les silex, dans le plan de l’éclat [fig. 81 : 8] ou dans son épaisseur suivant la méthode Kombewa [fig. 81 : 4].

2.7.4.3 Les pièces retouchées

282Comme pour le silex, les éclats en roche volcanique sont peu modifiés, avec parfois la difficulté de faire la distinction entre une retouche possible et des traces d’utilisation [fig. 81 : 6]. Ils se limitent à :

  • quatre éclats à retouche continue sur un bord, parfois écrasée par un probable emploi en percussion [fig. 81 : 3, 4] ;

  • un possible perçoir épais à pointe usée grossièrement dégagée [fig. 81 : 5] ;

  • un gros éclat cortical à retouche bifaciale d’un bord [fig. 81 : 7] que nous interprétons comme un couteau ; des pièces comparables, portant des traces évidentes d’utilisation du tranchant (des stries parallèles au tranchant ou un poli), sont connues sur des sites amérindiens de Guadeloupe, à Rivière du Grand Carbet (Toledo i Mur 2004) ou à Bisdary par exemple (Romon et al. 2006) ; ce n’est apparemment pas le cas ici, bien que les traces aient pu être oblitérées par l’altération.

283Quelques objets particuliers, parfois énigmatiques, sont issus d’un façonnage complexe ou sont au contraire mis en forme sommairement, mettant à profit la morphologie naturelle des blocs. Outre sept percuteurs sur galets sur lesquels nous reviendrons, la série comprend :

284Un objet ancriforme. Il provient de l’us 5 du locus 45, sect. 26 de la zone D [fig. 83]. Il peut s’agir d’un gros éclat ou d’une écaille naturelle, mais l’érosion des arêtes et surfaces de la pièce rend difficile la détermination du support. La partie la plus épaisse a été aménagée en pédoncule ou en rostre, dégagé par deux larges encoches à retouches bifaciales. Le bord opposé, tranchant, est brut. Ses dimensions sont de 125 x 91 x 29 mm pour une masse de 193 g. En première approximation, il pourrait s’agir d’une ébauche de hache, qui pourrait entrer dans la catégorie « à talon étroit et long tranchant arqué » de Harris et dont quelques exemplaires achevés sont signalés sur Saint-Vincent ou Sainte-Lucie (O’Brien Harris 1983). En fait, cette interprétation est probablement à reconsidérer et cet objet à rapprocher des deux pièces comparables du dépôt F7 [fig. 92].

FIG. 83 Baie Orientale 1. Objet ancriforme, roche volcanique.

FIG. 83 Baie Orientale 1. Objet ancriforme, roche volcanique.

© P. Fouéré, A. Dagand.

285Deux fragments de pièces allongées bouchardées. Ils proviennent du même secteur 26 de la zone D [fig. 82 : 2, 4]. Bien qu’ils soient proches dans l’espace et sur le plan technologique, il ne semble pas que ces deux morceaux appartiennent à une même pièce brisée. La matière première, dans les deux cas une roche volcanique noire, semble légèrement différente, l’une étant plus grenue. Ces deux pièces gardent encore localement les traces d’un façonnage bifacial, en grande partie effacé par le bouchardage qui couvre la quasi-totalité de la surface. Elles présentent une section ovalaire. On pourrait y voir les fragments d’ébauches de haches pétaloïdes : la pièce 4, par sa morphologie, pourrait correspondre au talon achevé, tandis que l’autre n’est pas loin de ressembler à un tranchant. L’absence de toute trace de polissage incite à y voir des pièces brisées lors du façonnage. Toutefois, elles s’apparentent également à certaines pièces du dépôt F7 que l’on aurait du mal à interpréter comme haches [fig. 91].

286Deux récipients en pierre volcanique blanche tendre, sans doute des mortiers. Le premier est un fragment d’un gros vase presque sphérique découvert, lors des premiers sondages, dans la tranchée 29 (Bonnissent 2000). Il est suffisamment important pour que l’on puisse restituer sa forme, assez irrégulière, à ouverture sans doute ovalaire de 150 x 200 mm environ [fig. 84 : 1]. Sa hauteur conservée est de 130 mm. Le vase a sans doute été façonné dans un bloc ou un galet proche de la forme finale, régularisé par bouchardage de la surface externe et largement évidé par piquetage de façon à préserver une paroi de 30 à 40 mm d’épaisseur. Le second est de taille plus modeste et provient du locus 26 du secteur 23, en zone C [fig. 84 : 2]. Il a une forme plus cylindrique, une hauteur de 105 mm, une section ovalaire de 83 x 67 mm et une masse de 665 g. Son bord semble avoir été brisé ou érodé. Sa surface externe présente localement les traces du piquetage qui a permis de régulariser la pièce, mais elle est lisse dans son ensemble sans qu’il soit possible de dire s’il s’agit d’une abrasion volontaire ou d’une usure naturelle de la pierre tendre. Le récipient est peu profond : le faible évidement du bloc d’origine, sur une profondeur maximale de 40 mm, a ménagé une paroi dont l’épaisseur varie de 10 à 20 mm pour le bord et atteint environ 65 mm pour le fond.

FIG. 84 Baie Orientale 1. Pièces lithiques diverses :
1-2 : mortiers, roche volcanique ;
3 : meule ou polissoir, tuf gréseux ;
4 : polissoir, cherto-tuffite (- objet hors inventaire).

FIG. 84 Baie Orientale 1. Pièces lithiques diverses : 1-2 : mortiers, roche volcanique ; 3 : meule ou polissoir, tuf gréseux ; 4 : polissoir, cherto-tuffite (- objet hors inventaire).

© P. Fouéré, A. Dagand.

287Une grosse écaille. Peut-être d’origine naturelle, elle porte sur une de ses faces des traces localisées de piquetage traduisant sa probable utilisation comme enclume [fig. 85]. Elle provient du locus 9 du secteur 26 [fig. 31]. Ses dimensions sont de 297 x 111 mm pour une épaisseur de 31 mm et une masse de 1 194 g. Sa forme en demi-lune et son profil lenticulaire pourraient faire penser à un gros éclat obtenu par percussion. Toutefois, aucune trace de point d’impact, même diffus, ne peut être remarquée sur le plan latéral qui pourrait prendre la place du talon. Le « bulbe », très large, montre quelques stries presque effacées, convergeant vers le point d’impact supposé. Ces stries pourraient faire interpréter l’objet comme un éclat débité mais existent parfois sur des détachements naturels. Les traces de piquetage les plus marquées sont groupées sur la partie la plus épaisse de la pièce, au centre, là où elle est la plus résistante. D’autres marques plus diffuses sont un peu décalées vers le bord.

FIG. 85 Baie Orientale 1. Écaille lunulaire à piquetage central, roche volcanique (- objet hors inventaire).

FIG. 85 Baie Orientale 1. Écaille lunulaire à piquetage central, roche volcanique (- objet hors inventaire).

© P. Fouéré, A. Dagand.

288Un petit fragment de roche volcanique claire. Long de 100 mm, il provient de l’angle ouest du secteur 23, locus 74 et montre une plage usée qui pourrait correspondre à la surface de travail d’un polissoir brisé.

289Deux autres pièces en roche volcanique : un objet ancriforme et une enclume. Recueillies dans le dépôt F7, elles seront décrites dans le passage consacré à cette structure (cf. infra, § 2.7.7).

2.7.5 Les autres matériaux

290Les autres matières premières lithiques recueillies sur le site archéologique de Baie Orientale n’ont été, à de rares exceptions près, ni taillées ni débitées. Il s’agit essentiellement de galets ou de fragments de roches non transformés.

291Le quartz. Il n’est représenté que par quatre galets et un cristal non travaillé.

292Les roches volcano-sédimentaires. Litées, elles sont présentes sous la forme de neuf galets plus ou moins fragmentés et de quatre blocs aplatis, utilisés en polissoirs ou en meules. Le premier élément provient du locus 27 du secteur 11 (zone B). Il s’agit d’un probable petit polissoir sur galet aplati de 110 x 69 x 18 mm, en tuffite gréseuse faiblement litée [fig. 82 : 1]. Une de ses faces présente une large rainure peu prononcée. La deuxième pièce est isolée dans le locus 32 du secteur 4 (zone A). Il s’agit d’un petit bloc de tuf gréseux de forme rectangulaire, probablement brisé à une extrémité, avec des dimensions actuelles de 149 x 110 x 39 mm pour une masse de 1 054 g [fig. 84 : 3]. Ses deux faces convexes semblent avoir été régularisées par l’utilisation, mais il reste difficile de dire, compte tenu de l’altération des surfaces, si l’on a affaire à une meule, un petit polissoir ou tout autre chose… Le troisième élément provient du locus 85 du secteur 23 (zone C). Il s’agit d’une petite dalle en cherto-tuffite bien litée montrant une alternance de lits bruns gréseux et de lits verdâtres plus fins [fig. 84 : 4]. Ses dimensions, assez modestes, sont de 220 x 180 x 37 mm pour une masse de 1 700 g. Les deux faces ont été utilisées et révèlent une usure par polissage variable en fonction de la dureté des différentes strates, les lits les plus verdâtres apparaissant les plus durs : l’une présente deux petites cuvettes jointives faiblement prononcées, sans doute dues uniquement au lit plus résistant qui les sépare ; l’autre est polie sur toute sa surface avec peut-être trois rainures peu prononcées, dues là aussi aux variations de dureté de la roche. La dernière pièce est une dalle ovalaire en tuffite gréseuse grise, faiblement litée, découverte hors stratigraphie dans la tranchée 49 [fig. 86]. Il s’agit d’un polissoir ou d’une meule de dimensions plus imposantes : 450 x 260 x 47 mm pour une masse de plus de 5 kg. Une face, plus utilisée que l’autre, présente une voire deux cuvettes peu accentuées, l’autre est moins usée avec une plage de polissage plus diffuse. Les bords semblent légèrement régularisés par quelques enlèvements, mais ils sont peut-être d’origine naturelle, de tels stigmates étant fréquents sur les blocs roulés en contexte torrentiel.

FIG. 86 Baie Orientale 1. Polissoir ou meule, tuffite gréseuse.

FIG. 86 Baie Orientale 1. Polissoir ou meule, tuffite gréseuse.

© P. Fouéré, A. Dagand.

293Le calcaire. Sur les vingt et une pièces en calcaire, onze sont des galets entiers ou fragmentés, et cinq sont des objets en calcaire gris sombre ou noir issus du dépôt F7 et sur lesquels nous reviendrons. Seul un éclat cortical témoigne d’un possible débitage de ces calcaires sur place.

294Les autres types de roches recueillis sur le site comprennent une dizaine de petits fragments d’hématite provenant tous du secteur 11 et qui ont pu jouer un rôle comme colorant minéral, ainsi que des amas limono-argileux ou des blocs pulvérulents issus de la désagrégation de roches volcaniques, dont on ne peut plus guère tirer de renseignements.

2.7.6 Les galets

295Sur les 1 320 pièces de la série, 97 sont des galets réguliers dont 63 sont encore entiers. Parmi les éléments classés « divers », une quarantaine de débris informes avec des plages corticales roulées sont sans doute à ajouter à la liste. La plupart sont en roche volcanique et volcano-sédimentaire, mais onze sont en calcaire. Ces éléments ont été apportés sur le site pour des raisons encore difficiles à comprendre. Certains, manifestement brûlés, ont pu participer à la constitution des foyers. D’autres, aux extrémités piquetées, ont été utilisés sans conteste comme percuteur. Mais la plupart ne portent pas de traces évidentes d’utilisation.

296Leur taille varie entre 20 et 160 mm dans leurs plus grandes dimensions, la majorité se situant entre 40 et 80 mm [fig. 87]. C’est parmi les galets les plus gros, entre 80 et 120 mm, que l’on trouve les traces d’une utilisation comme percuteur. On remarquera que la série ne comprend que très peu de galets de petites dimensions, inférieures à 30 mm, alors que ces pièces, dites « avellanaires », abondent dans les assemblages saladoïdes. Peut-être pouvons-nous trouver là un argument supplémentaire à l’interprétation de certains de ces petits galets comme lissoir à céramique, mais rappelons qu’ils apparaissent majoritaires à Norman Estate en contexte mésoindien (Knippenberg 1999a).

FIG. 87 Baie Orientale 1. Rapport longueur / largeur des galets en fonction de leur matière première et de leur destination. Observation réalisée sur 59 galets entiers.

FIG. 87 Baie Orientale 1. Rapport longueur / largeur des galets en fonction de leur matière première et de leur destination. Observation réalisée sur 59 galets entiers.

© P. Fouéré, A. Dagand.

297Enfin, l’analyse tridimensionnelle montre que le choix des galets s’est porté plutôt sur des formes sphériques, et plus rarement sur des formes allongées ou aplaties [fig. 88].

FIG. 88 Baie Orientale 1. Caractéristiques dimensionnelles des galets utilisés sur le site. Observation réalisée sur 59 galets entiers.

FIG. 88 Baie Orientale 1. Caractéristiques dimensionnelles des galets utilisés sur le site. Observation réalisée sur 59 galets entiers.

© P. Fouéré, A. Dagand.

298Sur les galets présentant des traces de percussion, au nombre d’une douzaine, on n’observe pas de localisation sélective de la zone utilisée qui aurait pu traduire une façon préférentielle de tenir l’outil. D’une façon générale, ces traces sont peu prononcées, attestant d’une utilisation peu prolongée. Elles concernent aussi bien les extrémités [fig. 89 : 1-3] que le bord [fig. 89 : 1, 2] ou la face la plus large de façon centrée ou non [fig. 89 : 2, 3]. Les pièces représentées montrent qu’un même galet a pu être utilisé différemment. Classiquement, on attribue le piquetage centré sur une face à une utilisation comme enclume, en pièce dormante. Un seul galet présente ces traces, faiblement prononcées, sur ses deux faces [fig. 89 : 2]. Aucun galet ne porte de traces suffisamment développées pour suggérer qu’ils ont été utilisés pour boucharder, alors que plusieurs objets en cours de fabrication attestent du recours à cette technique. Six galets montrent des surfaces qui semblent surpolies par rapport à une usure naturelle et évoquent une utilisation comme molette ou lissoir.

FIG. 89 Baie Orientale 1. Galets utilisés :
1-3 : percuteurs sur roche volcanique ;
: galet à gorge, calcaire corallien (- objet hors inventaire).

FIG. 89 Baie Orientale 1. Galets utilisés : 1-3 : percuteurs sur roche volcanique ; 4 : galet à gorge, calcaire corallien (- objet hors inventaire).

© P. Fouéré, A. Dagand.

  • 28 Des galets pilons sont conservés au dépôt du musée Edgar Clerc (Le Moule, Guadeloupe) et au Musée d (...)

299Un galet en calcaire corallien grossièrement cylindrique de 145 x 76 x 53 mm, provenant du niveau 2 du secteur 39, présente un piquetage à une de ses extrémités et sur les deux tiers de sa circonférence, préfigurant une gorge [fig. 89 : 4] ; le reste de la pièce semble brut, avec peut-être un léger surpoli sur une des faces. Il est difficile d’attribuer une fonction à cet objet. Une utilisation comme percuteur apparaît peu vraisemblable compte tenu de la localisation du piquetage. L’hypothèse d’une ébauche de hache à gorge est à exclure, la matière première étant trop fragile pour assurer la fonction et parce que la forme cylindrique du galet ne préfigure en rien celle d’une hache. Sans doute faut-il rapprocher cet objet des galets à rainure ou bouton, interprétés comme pilon. Ces derniers sont cependant plutôt façonnés dans des roches plus tenaces et de forme plus globuleuse28. Mal datés, ils sont attribués par défaut aux contextes précéramiques.

300Enfin, un petit galet allongé en roche volcanique présente, à l’une de ses extrémités et sur ses deux faces, un début de perforation biconique pratiquée en vue d’en faire une pendeloque [fig. 82 : 3].

2.7.7 Le dépôt lithique F7

301Un des apports majeurs de l’opération a été la découverte au niveau du locus 73-74, secteur 23, de la zone C, d’un dépôt constitué de dix éléments lithiques soigneusement disposés dans une fosse : F7 [fig. 15 ; fig. 23].

302Quatre sont des objets à caractère symbolique :

303• Le plus spectaculaire de la série est sans doute une grande pièce bifaciale épaisse à deux extrémités pointues, façonnée dans un bloc calcaire dont la couleur varie du gris sombre au noir [fig. 90 : 1]. Sa longueur est de 420 mm pour une section lenticulaire de 87 x 70 mm et une masse de 3 048 g. Le façonnage de la pièce, qui montre au moins trois générations d’enlèvements bifaciaux, a presque totalement masqué les surfaces du support originel ; seules subsistent quelques zones corticales au centre des deux faces. Plusieurs plages bouchardées sont visibles sur ses parties les plus proéminentes, ce piquetage ayant permis la réduction des gibbosités que la taille n’avait pas permis d’éliminer. Ses deux extrémités sont soigneusement appointées, sans trace apparente d’utilisation. L’emploi de cet objet comme pic apparaît peu vraisemblable, car la matière première sans doute trop fragile et les extrémités en apparence peu robustes semblent peu aptes à résister aux chocs. Toutefois quelques haches en calcaire sont mentionnées dans la littérature, un exemplaire existant en outre dans le dépotoir néoindien récent de Baie Orientale 2 [fig. 134 : 3], ce qui montre que les Amérindiens pouvaient parfois s’accommoder de calcaires durs pour ce type d’outil.

FIG. 90 Baie Orientale 1. Dépôt F7 :
1 : grande pièce bifaciale à deux pointes, calcaire noir ;
: grande pièce bifaciale à une pointe, calcaire noir.

FIG. 90 Baie Orientale 1. Dépôt F7 : 1 : grande pièce bifaciale à deux pointes, calcaire noir ; 2 : grande pièce bifaciale à une pointe, calcaire noir.

© P. Fouéré, A. Dagand.

304• Une plaquette en forme de T ou d’ancre, d’épaisseur irrégulière, est façonnée dans une dallette en roche volcanique claire [fig. 92 : 1]. Sa forme actuelle est en grande partie d’origine naturelle. Elle a été obtenue par simple découpe de la pierre suivant les plans de clivage et de diaclase de la roche qui devait être à l’origine un triangle isocèle à large base. Seule entorse à ce principe, deux encoches grossières, bifaciales, faites de part et d’autre du sommet du « triangle » et profitant d’une épaisseur moindre de la plaque, viennent dégager un rostre grossier. Il était en partie brisé dans le dépôt. Le large bord opposé, correspondant à la base du triangle, est marqué par un méplat d’une largeur irrégulière de 20 à 43 mm. La pièce, assez grande, mesure 274 x 123 x 43 mm pour une masse de 848 g.

305• Une autre pièce [fig. 91 : 1] est elle aussi façonnée dans une écaille naturelle mais adopte la forme d’une raquette ou plutôt d’une hache pédonculée ou à tranchant « en bêche » et talon étroit selon la classification de Harris (O’Brien Harris 1983). La roche, un calcaire noir, présente une surface de corrosion probablement marine ou météorique, tandis que l’autre est presque totalement retouchée. La pièce mesure 262 x 103 x 43 mm pour une masse de 1 011 g. Pour la mise en forme du pédoncule, on s’est sans doute appuyé sur la morphologie originelle de l’écaille. La taille a été achevée par retouches alternes, abruptes pour une face, semi-abruptes pour l’autre. Les aspérités ont été effacées par la suite par le bouchardage plus ou moins appuyé des encoches et de l’épaulement qui marque la limite avec la partie la plus large. Le « tranchant » est régularisé par des retouches bifaciales envahissantes, ce qui lui donne une forme grossièrement ogivale. Aucune trace de polissage n’est visible sur la pièce.

FIG. 91 Baie Orientale 1. Dépôt F7 :
1 : pièce bifaciale pédonculée, en calcaire noir ;
2 : pièce cylindrique, calcaire noir ;
3 : lentille à piquetage central, roche volcanique claire (enclume ?).

FIG. 91 Baie Orientale 1. Dépôt F7 : 1 : pièce bifaciale pédonculée, en calcaire noir ; 2 : pièce cylindrique, calcaire noir ; 3 : lentille à piquetage central, roche volcanique claire (enclume ?).

© P. Fouéré, A. Dagand.

306• Un objet est grossièrement façonné en forme d’ancre ou de hache pédonculée sur une grosse écaille en calcaire noir [fig. 92 : 2]. Ses dimensions sont de 289 x 198 x 45 mm, pour une masse de 2 012 g. Une de ses faces présente les traces d’une corrosion météorique fortement prononcée, en l’occurrence une série de petites cuvettes de dissolution jointives comparables aux lapiez que l’on peut observer sur certaines falaises marines. L’autre face est lisse et correspond à la surface de détachement de la lentille, restée posée sur le sol ou le rocher et protégée des agents corrosifs. De longues fentes parcourent la pièce, ajoutant à sa fragilité. Un large pédoncule, sans doute en partie naturellement préformé, a été dégagé par la réalisation de deux encoches à retouches bifaciales. Le bord opposé, courbe, a été régularisé localement par une série de petits enlèvements bifaciaux donnant à la pièce sa relative symétrie. La partie courbe, non tranchante, est localement plane. Aucune trace évidente d’utilisation n’a été remarquée.

307Deux éléments sont des outils :

308• Le premier rappelle la grande pièce bifaciale par sa matière et sa forme, bien qu’il ne présente qu’une seule pointe, l’autre extrémité étant plane [fig. 90 : 2]. Il s’agit d’une autre pièce allongée taillée bifacialement, de 277 mm de longueur pour une section subcirculaire maximale de 63 x 59 mm. Sa masse est de 1 284 g. Tout comme pour le premier objet, le cortex est encore visible sur les faces les plus larges, montrant que le bloc originel devait être une dalle de 70 mm d’épaisseur environ. Les éclats de la taille bifaciale qui ont permis la mise en forme finale de la pièce sont encore bien marqués sur les deux faces principales, en revanche les bords ont largement été piquetés, contribuant à la réduction des crêtes latérales et à la régularisation de la pièce en une forme grossièrement cylindrique. Enfin, on observe un polissage partiel des bords masquant localement le bouchardage. Cependant nous ne sommes pas en mesure, à l’issue de ces simples observations, de dire s’il s’agit d’une ultime phase de façonnage ou d’une usure due à l’usage. De même, il est difficile de dire si l’on avait à l’origine une pièce à deux extrémités pointues dont une serait brisée ou s’il s’agit de la forme initiale de la pièce. Aucune trace d’usure évidente n’a été relevée sur la pointe et l’autre extrémité, légèrement concave, ne semble pas avoir été utilisée non plus. Il pourrait s’agir d’une fracture produite lors du bouchardage, les bords de la cassure étant localement piquetés. On peut évoquer également un pilon, objet assez récurent dans les contextes précéramiques antillais.

309• Le second est une grosse écaille lenticulaire naturelle en roche volcanique claire, grossièrement discoïde, de 200 x 182 mm pour une épaisseur de 50 mm [fig. 91 : 3]. Elle présente, centrée sur l’une de ses faces, une zone circulaire piquetée de 110 mm de diamètre environ, surcreusée au centre par une autre plus profonde de 55 mm. Ces deux zones sont planes, ce qui les distingue des cupules habituellement observées sur certains galets interprétés comme enclume. Leur extension et la régularité des impacts sur la surface de l’écaille évoquent plus un aménagement volontaire que le résultat d’une utilisation comme enclume.

310Quatre éléments sont des blocs de matière première :

311• Un bloc subcylindrique, façonné dans un calcaire noir de 146 mm de longueur pour une section ovalaire de 94 x 69 mm [fig. 91 : 2]. Sa masse est de 1 556 g. Le bloc originel devait être une dalle de 70 mm d’épaisseur environ si l’on en juge par les surfaces d’érosion encore bien visibles sur les grandes faces de la pièce. La convexité de sa surface naturelle, conservée sur une partie du bord de la pièce, montre que le fragment devait se placer en bordure de la dalle. Celle-ci a été réduite à sa forme actuelle par retouches abruptes, les unes régularisant le bord naturel de la dalle, les autres diminuant sa largeur, et par enlèvements plans sur l’une des faces formant plan de frappe. Les derniers enlèvements, contigus, courts, ont été portés à partir d’une des extrémités dans l’axe de la pièce. De toute évidence on est en présence d’une pièce brisée accidentellement, peut-être lors du façonnage, et dont les deux extrémités manquent. Il se pourrait donc qu’il s’agisse de l’ébauche d’un objet comparable à celui que nous venons de décrire ou encore à la pièce bifaciale à une seule pointe découverte en dessous [fig. 90 : 2]. Aucune trace de bouchardage n’a été relevée sur le bloc, ce qui pourrait suggérer qu’il s’agit d’un objet cassé en cours de façonnage.

312• Un bloc de roche volcanique très fortement arénisé présente un état de dégradation qui ne permet plus de restituer sa forme originelle [fig. 23 : 3]. Il n’en reste qu’une forme grossièrement parallélépipédique d’une vingtaine de centimètres de longueur, fragmentée en plusieurs petits prismes. Cette altération rappelle celle que l’on peut observer sur certaines tuffites, la fracturation étant due à la tectonique.

313• Un bloc parallélépipédique en roche altérée [fig. 23 : 9], comparable à celui précédemment décrit. Bien qu’argilisé sur une forte épaisseur, il apparaît moins dégradé en son centre. La roche est claire, sans doute un tuf. Aucune observation d’ordre technologique ne peut être faite sur cette pièce.

314• Une plaque d’argile non cuite de 50 à 110 mm d’épaisseur couvrant la quasi-totalité du dépôt intermédiaire [fig. 23 : 7].

315Nous ne nous étendrons pas sur l’interprétation de ce dépôt qui est probablement de même type que celui découvert à Niévès bien que ce dernier ne soit pas daté (Wilson 2006). Il est certain qu’une attention particulière a été accordée à ces objets, dont on peut penser qu’ils ont été cachés dans cette fosse pour les soustraire à la convoitise. Ceci ajoute à leur valeur, encore augmentée par le choix des matières premières et la qualité de la réalisation de certains d’entre eux. Pour d’autres il reste difficile de dire si l’on a affaire à des objets finis ou des pièces en cours de façonnage. Pour les pièces en calcaire noir, le seul éclat en cette matière trouvé sur la fouille ne suffit pas à prouver qu’elles ont été fabriquées sur place. On pourrait supposer que les pièces bifaciales, en forme de pic ou de haches pédonculées, étaient des préformes destinées au polissage. Toutefois, la relative fragilité de la matière première n’en aurait sans doute pas fait des objets fonctionnels très longtemps. On imagine par ailleurs assez mal de finaliser une hache à partir de la pièce ancriforme [fig. 92 : 2], la section fortement asymétrique et les nombreuses fentes parcourant la roche justifiant l’abandon d’un tel projet. Rappelons cependant que la littérature archéologique fournit plusieurs exemples de haches dites « votives » en pierre tendre. À Baie Orientale 1, la matière première choisie, trop fragile, souligne l’importance symbolique que l’on accordait à ces outils. L’objet en forme de T [fig. 92 : 1] et celui en forme d’ancre [fig. 92 : 2] ont tous deux subi un façonnage identique : deux plaques, sans doute de morphologie originelle déjà satisfaisante, ont été sommairement mises en forme par la création de deux encoches cherchant à dégager un rostre. Les formes finales sont différentes, l’une opposant au rostre un « tranchant » en forme de demi-lune, l’autre au contraire un large méplat rectiligne. Toutefois, on ne peut s’empêcher de rapprocher ces deux objets de celui en forme de « hache pédonculée » [fig. 91 : 1] qui présente un façonnage identique, le pédoncule dégagé sur une écaille calcaire brute étant plus long que les précédents. On peut se demander si ces trois objets ne relèvent pas d’une même intention. On leur adjoindra également sans problème celui de dimensions plus modestes provenant de la zone D (sect. 26, locus 45, couche 5) [fig. 31 ; fig. 83]. La même zone a d’ailleurs livré dans les loci voisins des fragments de pièces bouchardées [fig. 82 : 2, 4], une écaille piquetée [fig. 85] et une plaque d’argile, groupés sur quelques mètres carrés, l’association de ces quatre types d’objets n’étant pas sans rappeler celle du dépôt F7. On pourrait être tenté de penser, en l’absence d’objets plus aboutis sur le site, que ces pièces sont achevées. Cependant on ne peut ignorer la présence, dans le même contexte, de lames sur labre de lambi en cours de façonnage, stockées dans des fosses servant probablement de cachette, là encore. Il se pourrait donc que l’enfouissement des objets en pierre obéisse au même souci de mettre en réserve des outils finis ou à finir. Il se pourrait donc que l’enfouissement des objets en pierre obéisse au même souci de mettre en réserve des outils finis ou à finir. Leur rôle précis nous échappera sans doute encore longtemps. Ils pourraient tout aussi bien n’avoir de valeur que symbolique, simples rappels de formes, évocations d’outils, de haches notamment, à l’image des énigmatiques zémis – ou trigonolites – qui apparaîtront quelques siècles plus tard sur les îles antillaises (Rouse 1992 : 13).

FIG. 92 Baie Orientale 1. Dépôt F7 :
1 : objet ancriforme à bord plat, roche volcanique ;
2 : objet ancriforme à bord courbe, calcaire noir.

FIG. 92 Baie Orientale 1. Dépôt F7 : 1 : objet ancriforme à bord plat, roche volcanique ; 2 : objet ancriforme à bord courbe, calcaire noir.

© P. Fouéré, A. Dagand.

2.7.8 Conclusions sur l’industrie mésoindienne

316La série lithique de Baie Orientale 1 apporte des informations scientifiques de première importance. Elle constitue une référence majeure pour la fin de la période mésoindienne dans les Petites Antilles, où les phases anciennes de peuplement restent très peu documentées. Elle concerne également, ce qui lui confère un intérêt supplémentaire, le milieu du 1er millénaire av. J.‑C, période qui voit naître les premières cultures céramiques. Elle apparaît donc capitale pour la compréhension de ce moment de transition qui représente un des bouleversements majeurs de la Préhistoire régionale.

317Sur le plan géographique, cette série se place au contact des deux principales traditions lithiques précéramiques reconnues dans l’arc Antillais : la série ortoiroïde du Mésoindien des Petites Antilles, caractérisée par une production de petits éclats, et la série casimiroïde des Grandes Antilles, caractérisée par une production laminaire bien affirmée et attribuée au Paléoindien (Rouse, Allaire 1978 ; Rouse 1986 ; 1992 ; Boomert 2000). Pour l’instant, le débat sur l’attribution du site de Baie Orientale 1 à l’une ou à l’autre de ces traditions paraît encore prématuré et finalement peu fécond faute de données comparatives suffisantes. On se bornera à signaler, du fait de la production exclusive d’éclats, le rapprochement avec les séries mésoindiennes des Petites Antilles, exception faite de celles de Jolly Beach à Antigua et de façon plus discrète de Whitehead’s Bluff sur Anguilla, dans lesquelles certains auteurs reconnaissent l’influence des Grandes Antilles (Davis 1993 ; 2000 ; Crock et al. 1995) et que d’autres interprètent comme une adaptation des populations à un environnement riche en matière première (Knippenberg 1999a). Toutefois, à Cuba, une série de sites – notamment Playitas et les sites du complexe de Canímar-Aguas Verdes – qualifiés de « protoagricoles », livre une industrie microlithique qui, sous réserve d’un examen plus approfondi, se rapproche de celles des Petites Antilles (Dacal Moure, Rivero de la Calle 1986). Une réalité certainement plus complexe devrait donc se dégager à l’avenir d’un meilleur cadrage chronotypologique de ces sites.

318Plus importants aujourd’hui sont la position géographique de Baie Orientale 1 et son âge avéré qui permettent une caractérisation fine des industries mésoindiennes tardives dans cette région charnière. Comme c’est le cas pour la plupart des sites amérindiens des Petites Antilles, le matériel lithique de Baie Orientale donne à voir que l’industrie y est fondée sur des processus techniques simples. Le débitage, tout comme la fabrication des outils, témoigne d’un faible investissement – d’un savoir-faire minimum pourrait-on dire – qui entraîne souvent une difficulté à préciser la finalité même de la taille de la pierre. Pour autant, on ne saurait se contenter de la qualifier de purement opportuniste. Dans le cas présent, le silex, roche étrangère à l’île, occupe une place importante dans l’assemblage, pour une raison qui nous échappe en grande partie, tant ce matériel a finalement été peu transformé. L’absence de données tracéologiques n’aide pas non plus à la compréhension de ces industries. Il y a donc là, malgré tout, le signe un peu paradoxal d’un investissement évident mais limité à l’acquisition de la matière première. Le silex a été importé très probablement de Long Island, à l’est d’Antigua, une île distante de Saint-Martin d’environ 180 km. On peut s’étonner que ce transfert ait été justifié par la seule recherche des qualités spécifiques du silex, alors que précisément celles-ci n’ont pas été ensuite exploitées à leur juste mesure – tout au moins à nos yeux de préhistoriens européens accoutumés à l’examen d’industries plus élaborées. Faut-il voir dans ce fait l’existence d’une tradition culturelle contraignante, d’une rémanence de comportements plus anciens ou de toute autre obligation requérant une explication non triviale ? Les données manquent évidemment pour répondre, mais on verra plus loin que, suivant le principe du primat de la cause vérifiable, le raisonnement tend malgré tout à privilégier la proposition initiale.

  • 29 Autrement appelées « grages ».

319Ce qui est certain, c’est que toutes les étapes de l’exploitation de cette matière première sont présentes sur le site, depuis le décorticage des blocs jusqu’à l’abandon des déchets de taille et des nucléus, épuisés ou non. Le débitage du silex semble résolument tourné vers la production de petits éclats que les auteurs associent fréquemment, pour les périodes plus récentes, à la réalisation de dents de râpes à manioc29, quel que soit le type de roche (Deboer 1975 ; Walker 1980 ; Berman 1995…). Ici, la rareté des pièces retouchées conduit à penser soit que les petits éclats ont pu être utilisés tels quels, soit que les produits finis étaient systématiquement exportés hors du site. Encore une fois, l’absence de données tracéologiques, à quoi se conjugue le faible score des remontages – conséquence des processus taphonomiques en cours sur le site – ne permet pas de valider l’une ou l’autre de ces hypothèses. Jusqu’à présent, les études tracéologiques demeurent très rares sur les produits de débitage (Walker 1983 ; Lammers-Keijsers 2008) et ont surtout été focalisées sur les dents de râpe à manioc (Lewenstein, Walker 1984 ; Walker 1980). D’une façon générale, le mauvais état de conservation des silex en milieu tropical n’aide pas à ce type d’analyse (Berman et al. 1999). On en est donc réduit à poser l’idée, intéressante bien sûr, que la production de très petits éclats de silex à la période mésoindienne peut être mise au crédit de la préparation de tubercules, peut-être de manioc. On ne voit guère en effet aujourd’hui quel autre usage peut justifier la recherche de ce matériau exogène et surtout son débitage en si petits produits. De surcroît, le découplage, avéré dans maintes régions des Amériques, entre l’apparition d’une économie de production et celle de la céramique montre que les modèles de néolithisation de l’Europe ne sont pas applicables ici (Lavallée 2005). Il n’est donc pas infondé de s’interroger sur la présence d’une protoagriculture antérieure à l’introduction de la céramique dans les îles des Petites Antilles, à l’instar du Mexique par exemple où celle-ci apparaît tardivement, entre 2000 et 1500 av. J.-C., dans un contexte économique différent mais largement sédentaire et agricole (Lavallée 2005).

320La date d’apparition du manioc, un tubercule originaire des forêts tropicales du bassin de l’Amazone, est encore incertaine. Mais on relèvera avec intérêt les premiers résultats issus de l’analyse de résidus organiques présents sur des objets de mouture mis au jour en contexte précéramique dans les Grandes Antilles, qui révèlent la présence de traceurs chimiques du manioc (Rodríguez Ramos, Pagán Jiménez 2007).

321Les méthodes de débitage mises en évidence à Baie Orientale 1 semblent différentes de celles qui caractérisent par la suite l’économie des agriculteurs céramistes. La percussion bipolaire sur enclume qui produit, entre autres, nombre de petites pièces esquillées, semble absente ici ou peu exprimée, alors qu’elle apparaît récurrente sur les sites cédrosan-saladoïdes et plus tardifs (Walker 1980 ; Bérard 2001 ; Etrich et al. 2003). Les schémas de débitage proposés pour le silex à partir d’enlèvements burinants demanderont probablement à être rediscutés. Toutefois la présence de « burins » ou de pièces interprétées comme telles dans les séries n’est pas une nouveauté, elle a déjà été signalée dans les abondantes séries de Cabo Rojo à Porto Rico (Pike, Pantel 1974). Les petits perçoirs en silex constituent une originalité, plus par leur nombre d’ailleurs que par leur typologie. Ces outils ubiquistes sont connus en toutes périodes dans l’arc Antillais, mais on notera avec intérêt qu’on les retrouve en grande quantité et à l’identique précisément sur les sites protoagricoles de Cuba, où ils sont associés à de rares tessons de céramique mais dans des dépotoirs qualifiés par les auteurs de « remaniés » (Dacal Moure, Rivero de la Calle 1986).

322Le débitage des roches volcaniques locales ne paraît pas présenter de caractéristiques spécifiques. Les premiers éclats obtenus, d’assez grandes dimensions, ont suffi aux tailleurs, ce qui implique des schémas d’exploitation courts et des techniques là encore peu élaborées qui ont été décrites de façon récurrente sur la plupart des sites antillais toutes périodes confondues. Considérés comme sans grande valeur, les produits obtenus, réellement opportunistes ceux-là, ont une fonction sans doute très distincte de celle des objets en silex. Dédiés à des usages non spécifiques, ils ont fourni des tranchants sans doute peu efficients mais jugés amplement satisfaisants par leurs utilisateurs. L’usage d’une partie de ces artéfacts comme couteau ou racloir paraît en effet fort probable. D’autres, aux bords écrasés, constituent un macro-outillage certainement très polyvalent, à même de répondre à de nombreux besoins courants.

323La présence de galets participe du même opportunisme : on a utilisé les ressources disponibles sur place. Elle est constante sur les sites amérindiens et n’appelle pas beaucoup de commentaires. On soulignera cependant à nouveau la rareté des galets de petites dimensions – les galets « avellanaires » – qui accompagnent quasi systématiquement les séries céramiques.

324On remarque également l’absence de haches polies en pierre, les seuls objets polis étant des récipients et pour partie l’un des objets allongés du dépôt F7. On a vu en effet qu’il était difficile de considérer les pièces bouchardées ou façonnées du secteur 26 comme des ébauches de haches. Si pour d’autres sites leur absence a pu être expliquée par la perte ou l’abandon des outils brisés sur les lieux d’utilisation, ce qui expliquerait la découverte de haches hors contexte, principalement dans la forêt (Knippenberg 1999a), elle est ici plus vraisemblablement à mettre en rapport avec la présence en grand nombre de lames sur coquille. Ces dernières pouvaient constituer un outillage de substitution tout à fait satisfaisant et plus facile à réaliser car moins dispendieux en travail de finition.

  • 30 Une pièce assez semblable est cependant conservée dans le dépôt de fouille du service régional de l (...)

325Ce qui fait la grande originalité de la série, c’est bien entendu le lot de pièces provenant du dépôt F7 complété par celles du secteur 26. À notre connaissance, on n’a encore guère trouvé d’éléments comparables ailleurs, y compris dans les ramassages de surface30. Pour certains objets peu travaillés tels ceux en forme d’ancre, on peut envisager qu’ils n’aient pas retenu l’attention des prospecteurs, mais pour d’autres telles les grandes pièces fusiformes, il ne peut en être de même. Bien des pièces demeurent énigmatiques sur le plan fonctionnel et le jeu des comparaisons s’avère décevant. La pièce pédonculée [fig. 91 : 1] peut être rapprochée de pièces similaires nommées « haches protobifaces » découvertes dans la province de Villa Clara à Cuba, malheureusement non datées (Sampedro et al. 2001). L’une est mentionnée par les auteurs en contexte « protoagrocéramique » dans la Cueva del Muerto à Cifuentes, sans plus de précision chronologique. Aucune de ces pièces ne semble bouchardée, sauf si l’écrasement des bords, interprété comme marque de réutilisation sur la pièce de la Cueva del Muerto, en est le témoignage. Les autres objets pédonculés ou en ancre ne trouvent guère de parallèles convaincants. Il en est de même des grandes pièces allongées. On ne peut s’empêcher de noter cependant une parenté certaine entre la pièce partiellement polie à méplat distal [fig. 90 : 2], bien qu’il y ait hésitation sur le caractère intentionnel de ce dernier, avec les pilons précéramiques entièrement polis et plus ou moins allongés des Grandes Antilles. Les autres objets tels que les plaquettes piquetées, le fragment de polissoir et les blocs altérés non identifiables sont assez ubiquistes et donc dépourvus de valeur chronoculturelle.

326Les récipients en pierre, en revanche, semblent plus caractéristiques, bien que la plupart du temps trouvés en dehors de tout contexte daté. C’est le cas des quelques exemplaires de Guadeloupe conservés au musée Edgar Clerc, attribués par analogie morphologique à la période précéramique. Un fragment de petit vase d’une dizaine de centimètres de diamètre a été récemment découvert sur le site de Rivière du Grand Carbet à Capesterre-Belle-Eau (Toledo i Mur et al. 2004). Il figurait en contexte cédrosan-saladoïde, sous réserve qu’il ne témoigne pas d’une occupation antérieure.

327Sur le plan chronologique, la série de Baie Orientale 1 se place un bon millénaire après l’occupation mésoindienne de Norman Estate à Saint-Martin (Hofman, Hoogland 1999), et plus de deux millénaires après celle d’Étang Rouge 1, découverte sur cette même île (Bonnissent 2005b ; 2008). On y retrouve les mêmes matériaux employés, le silex égalant ou surpassant largement en nombre les produits en roche volcanique locale (Fouéré 2005). L’acquisition du silex est favorisée par le mode de vie nomade des Mésoindiens qui, voyageant d’île en île, emportaient au passage dans leurs pirogues les matériaux dont ils avaient besoin et dont ils savaient ne pas pouvoir disposer partout. Les modes de transfert de cette matière première ne sont pas partout identiques. Ainsi, sur l’île de Saint-Martin, les rognons arrivent-ils probablement déjà débarrassés de leur cortex à Norman Estate et à Hope Estate (Knippenberg 1999a), comme l’attestent les séries mises au jour sur ce dernier site (Chauvière 1997 ; Bonnissent, Stouvenot 1998 ; Haviser 1999) alors qu’ils arrivent entiers à Étang Rouge et Baie Orientale 1. La même absence de pièces corticales est signalée sur le site de Plum Piece à Saba (Hofman, Hoogland 2003). La taille sur enclume n’apparaît pas de façon évidente dans le Précéramique antillais (Knippenberg 1999a ; Bonnissent 2005b). Les quelques galets à piquetage centré sur une face, présents de façon assez récurrente dans les séries et interprétés comme des enclumes, n’avaient sans doute pas de relation avec la taille du silex. Le débitage secondaire sur éclat est mentionné à Norman Estate (Knippenberg 1999a). À Étang Rouge 1, il est représenté plutôt par le débitage plan, les enlèvements burinants apparaissant occasionnels (Fouéré 2005).

328Les possibilités de comparaison entre Baie Orientale 1 et le reste de l’archipel sont encore très limitées pour cette période. En effet, hors ceux de Saint-Martin et de Saba, les sites mésoindiens de la zone Petites Antilles – Îles Vierges apparaissent soit mal documentés soit incomplètement publiés. Ils concernent plutôt des occupations plus anciennes, centrées sur le 2e millénaire. Quelques découvertes trop récentes pour être encore totalement portées à la connaissance apporteront sans nul doute d’importants éléments complémentaires : celles de Plum Piece sur l’île de Saba par exemple. Toutes les études mettent l’accent sur la monotone production d’éclats et sur la présence marquée du silex, sauf à Krum Bay sur l’île de Saint-Thomas, dans les Îles Vierges (Bullen 1973 ; Lundberg 1991) ou à Sugar Factory Pier à Saint-Christophe, où des matériaux de substitution remplacent le silex absent des séries (Walker 1980). Jolly Beach à Antigua, situé sur les gisements mêmes de matière première, fait figure d’exception avec une forte production laminaire (Davis 1974 ; 2000). À Trants sur l’île de Montserrat, la plus vieille occupation du site, contemporaine de Baie Orientale 1, remonte au milieu du dernier millénaire av. J.-C. mais se situe déjà en contexte cédrosan-saladoïde précoce (Bartone, Crock 1991). Le silex y a été introduit sous forme de rognons ou de galets bruts, Antigua et ses sources de silex n’étant éloignée que de 45 km. Le débitage y suit un mode bipolaire, une technique propre au Cédrosan-saladoïde. À la Martinique, les deux sites mésoindiens de Boutbois et Le Godinot ne peuvent prétendre pour l’instant servir de référence (Allaire, Mattioni 1983 ; Bérard 2003). Mal datés et peu documentés avec moins de soixante-dix pièces par site, les seuls éléments de comparaisons que l’on puisse trouver pour eux résident dans les éclats sur jaspe que l’on y produit de façon exclusive et une pièce dont l’un des bords porte des retouches bifaciales et qui pourrait être identifiée comme un couteau. Les polissoirs latéraux décrits dans ces ensembles constituent une particularité que l’on ne retrouve pas, semble-t-il, à Saint-Martin.

  • 31 Le terme est utilisé ici dans son acception franco-hispano-néerlandaise.

329Plus au sud, à Trinidad et dans les Îles sous le Vent31, l’occupation mésoindienne de l’arc Antillais est encore, à notre connaissance, trop embryonnaire pour apporter des éléments de comparaison pertinents et faire le lien avec le continent Sud-Américain (Hackenberger 1991 ; Sutty 1991 ; Boomert 2000 ; Bonnissent 2008). Enfin, les productions lithiques des Grandes Antilles apparaissent pour le moment bien éloignées de celles de leurs petites voisines, depuis longtemps considérées comme un monde à part à la période précéramique (Rouse, Allaire 1978 ; Veloz Maggiolo 1991 ; Lundberg 1991). Toutefois, à ce jour, aucun faciès tardif d’âge équivalent et bien documenté n’a encore été identifié, sauf à reconsidérer certains sites protoagricoles de la période comprise entre 500 av. J.-C. et 500 ap. J.-C. Par conséquent, il semble encore prématuré de vouloir éliminer a priori toute tentative de rapprochement avec cette aire culturelle.

2.8 L’usage du corail

Dominique Bonnissent, Franck Mazéas

330La présence de fragments de coraux est quasiment systématique sur les gisements précolombiens des Petites Antilles, toutes périodes confondues. Ces vestiges sont rarement documentés, et une seule étude complète est disponible pour le nord de l’archipel : celle du gisement cédrosan-saladoïde de Golden Rock, situé sur l’île voisine de Saint-Eustache (Steenvoorden 1992). Pour la période mésoindienne, l’exploitation des coraux est méconnue. L’objet de cette étude est de déterminer quelles sont les espèces collectées et d’analyser les traces de leur utilisation afin d’apporter des éléments de réponse à la question de leur fonction.

2.8.1 Les espèces représentées

331Les coraux dont on a retrouvé des fragments sur le gisement sont appelés communément « coraux durs » ou « coraux pierres », en référence à leur squelette minéral qui constitue la structure de base des récifs coralliens. Classés parmi les cnidaires, ces coraux sont des invertébrés marins minuscules qui vivent en colonies regroupant des milliers d’individus. Les espèces recensées ici appartiennent à la sous-classe des hexacoralliaires, du groupe des anthozoaires, dont les tentacules et les cloisons sont au nombre de six ou d’un multiple de six (Humann 1999). Ces coraux de l’ordre des scléractiniaires ou madréporaires sécrètent des squelettes calcaires nommés « polypiers » qui, dans des conditions favorables, forment des constructions récifales. Le squelette, partie morte du corail, est recouvert de la mince couche de tissu vivant qui a sécrété la masse calcaire. Cette partie vivante est constituée de petits organismes, les polypes, occupant les corallites, logettes aménagées dans le squelette (Humann 1999). Ces coraux se présentent sous de multiples formes : ils peuvent être encroûtants et créer parfois des dômes hémisphériques, ils peuvent aussi monter en colonnes ou affecter des formes ramifiées, voire foliacées. Leurs dimensions sont très variables, de quelques centimètres à plusieurs mètres.

332Ce sont les coraux ramifiés ou branchus de la famille des Acroporidæ et un corail cerveau du genre Colpophyllia qui ont été collectés de façon privilégiée par les populations mésoindiennes de la Baie Orientale. La particularité des coraux branchus est que l’animal, le polype, sécrète une corallite en forme de petit tube saillant qui protège son corps. C’est probablement la présence de ces corallites proéminentes aux qualités abrasives qui a été recherchée par l’homme. Dans le cas du corail cerveau, les corallites sont fusionnées et forment des systèmes étirés de crêtes et de vallées ; les crêtes elles-mêmes sont constituées de fines plaques parallèles appelées « septes ». La surface de ce corail présente, elle aussi, des qualités abrasives.

333Les taxons représentés sur le gisement sont au nombre de huit, sachant que deux d’entre eux ne sont identifiés que par un seul fragment. C’est le corail corne d’élan (Acropora palmata), qui est de loin le plus fréquent avec 89 % du poids total des restes [fig. 93], puis le corail corne de cerf (Acropora cervicornis) avec 4 % et un corail cerveau, Colpophyllia natans, avec également 4 %. Les autres espèces sont anecdotiques et représentent chacune au plus 1 % de la masse totale des coraux [tabl. XXII]. C’est dans la zone C du gisement que le panel de taxons est le plus large alors qu’il est limité aux trois espèces les plus représentées dans les zones B, D et E.

FIG. 93 Baie Orientale 1. Représentation des coraux par espèces :
: en poids (exprimé en grammes) ;
: en nombre de restes (NR).

FIG. 93 Baie Orientale 1. Représentation des coraux par espèces : a : en poids (exprimé en grammes) ; b : en nombre de restes (NR).

© D. Bonnissent, A. Dagand.

TABL. XXII Baie Orientale 1. Espèces de corail collectées sur le site mésoindien, en nombre de restes (NR) et en poids (PdR, en grammes).

TABL. XXII Baie Orientale 1. Espèces de corail collectées sur le site mésoindien, en nombre de restes (NR) et en poids (PdR, en grammes).

2.8.2 Méthode d’étude

334Le squelette minéral des coraux morts correspond finalement à une sorte de calcaire à structure organique, devenu blanc à la mort de la colonie et dont les qualités mécaniques varient considérablement selon les espèces. Les restes retrouvés sur le site mésoindien correspondent à une masse de 18 099 g pour 246 restes. Ils sont issus de l’unité stratigraphique 4 des zones B, C et E, et de l’unité stratigraphique 5 de la zone D, la zone A n’ayant pas livré de coraux. Ce mobilier a été étudié globalement, sans distinction chronologique, puisqu’il appartient à la même phase culturelle. C’est pour la zone C, où la série est importante numériquement, que l’analyse est la plus significative.

335Le matériel a été récolté par unités stratigraphiques et par loci après un tamisage sur une maille de 4, 5 ou 10 mm selon les zones (cf. supra, § 2.2.2.1). Il offre dans l’ensemble une certaine « fraîcheur », les restes étant exceptionnellement bien conservés mis à part quelques éléments couverts d’un encroûtement carbonaté post-dépositionnel, qui n’a généralement affecté qu’une face des pièces.

336Les espèces ont été déterminées par l’observation macroscopique dans un premier temps, puis à l’aide d’un grossissement de x 8 à x 100 selon les cas. Cependant, l’identification de certains taxons est problématique car la surface des coraux peut être très modifiée et les clefs de détermination n’être plus lisibles. Les restes archéologiques ont été comparés avec un référentiel de coraux actuels non altérés et de coraux érodés par la mer, afin de déterminer clairement la part anthropique des modifications observées. Les restes ont été triés par espèces (Veron 2000) et comptabilisés en nombre de restes (nr) et en poids. Quelques remontages ont été effectués au sein d’un même locus et entre les loci mais ils sont, dans l’ensemble, peu fréquents et peu significatifs. L’aspect de surface des coraux et la localisation d’éventuelles traces de modification ont été enregistrés ainsi que les stigmates de contact au feu et la présence d’ocre sur certains tronçons de coraux branchus. La dimension des pièces pertinentes a été enregistrée.

2.8.3 La collecte des coraux

337La présence de restes de coraux sur le gisement pose bien évidemment la question de leur provenance. Il existe deux sources d’approvisionnement : les récifs en mer et les coraux échoués sur le rivage.

  • 32 Également orthographié « Petites Cailles » et « Grandes Cailles ».

338L’hypothèse que les coraux aient été prélevés directement sur les formations récifales est envisageable compte tenu de leur proximité de la côte et particulièrement de la Baie Orientale [fig. 94]. C’est en effet dans le secteur nord – nord-est de l’île de Saint-Martin que les principales formations récifales bioconstruites sont implantées (Porcher et al. 2001). Constituées au cours de l’Holocène, elles étaient aisément accessibles aux Mésoindiens. Les coraux arrachés des fonds marins et rejetés sur le rivage ont pu être une seconde source d’approvisionnement. En effet, on rencontre sur les côtes du nord de l’île et particulièrement sur les plages de Petites Cayes et Grandes Cayes32 des dépôts cycloniques en gradins de plusieurs mètres d’épaisseur constitués presque exclusivement de coraux. La grande majorité d’entre eux sont altérés et émoussés même si certains blocs plus récemment échoués ne sont pas érodés. Il est probable que ces dépôts aient été plusieurs fois repris par la mer, comme en témoigne l’hétérogénéité de la surface des coraux. Lors des cyclones, le niveau de la mer augmente et les fortes vagues des marées de tempête déposent des coraux sur les hauts de plage, ce qui les isole par la suite de la houle. Ainsi hors d’atteinte de la mer, ils se conservent généralement bien. Quant aux coraux rejetés par la houle dans la zone intertidale, ils sont émoussés de façon très homogène, ce qui ne correspond pas à l’aspect général de ceux retrouvés sur le gisement, mis à part deux éléments provenant de la zone D. Mais, on rencontre parfois sur les plages des éléments fraîchement arrachés, qui ont alors un aspect très frais, avec une surface bien conservée. Ils ont pu occasionnellement être utilisés. Mais la collecte dans des dépôts de plage par nature très aléatoires n’a vraisemblablement pas été le principal mode d’approvisionnement des Mésoindiens de Baie Orientale, même s’ils ont pu y recourir ponctuellement. Ces populations très proches du milieu marin n’ont probablement pas attendu un hypothétique échouage de coraux et se sont très certainement servies sur les récifs, compte tenu de l’évidente sélection des coraux branchus Acropora palmata et A. cervicornis. En effet, leur prélèvement en mer est aisé, les branches se brisant sous une simple pression de la main (Humann 1999). En revanche, la collecte sur récifs de têtes de coraux cerveau solidement fixés au substrat paraît plus difficile et il est envisageable que ces espèces aient été ramassées dans les dépôts de tempête.

FIG. 94 Cartographie des récifs coralliens de la partie française de l’île de Saint-Martin.

FIG. 94 Cartographie des récifs coralliens de la partie française de l’île de Saint-Martin.

© D. Bonnissent (d’après Porcher et al. 2001).

2.8.4 Les restes coralliens

339L’analyse des restes est intimement liée à l’espèce car chacune d’elle offre des caractéristiques propres du point de vue de la forme, de la dureté, de la compacité et de la texture de surface. L’essentiel des données provient de la zone C pour laquelle la série est la plus représentative, les autres zones de fouilles ayant fourni des résultats très similaires mais numériquement moins conséquents.

2.8.4.1 Le corail corne d’élan (Acropora qspalmata)

340Acropora palmata [fig. 95] est largement l’espèce la plus commune du gisement, que ce soit numériquement ou pondéralement [tabl. XXII]. Comme son nom l’indique, les colonies forment des ensembles de branches aplaties, palmées, aux formes évoquant des cornes d’élan. Cette espèce se rencontre actuellement sur les formations coralliennes bioconstruites et vit entre 0,30 et 17 m de profondeur (Humann 1999). Elle était donc facilement accessible.

FIG. 95 Le corail corne d’élan (Acropora palmata) dans son milieu naturel (Anse à la Barque, Guadeloupe, 7 déc. 2007).

FIG. 95 Le corail corne d’élan (Acropora palmata) dans son milieu naturel (Anse à la Barque, Guadeloupe, 7 déc. 2007).

© F. Mazéas.

341Le gisement mésoindien a fourni 165 restes dont 73,3 % portent des traces d’abrasement et plus de la moitié, 60,6 %, des traces de contact au feu. Les restes se présentent sous la forme de fragments de branches rompues, prélevées sur les ramifications secondaires. Ils ont été classés suivant cinq catégories [tabl. XXIII] : les grands tronçons de branches avec palme, les grands tronçons de branches sans palme [fig. 96], les fragments de palmes, les petits tronçons de branches [fig. 97] et les petits fragments non caractéristiques. Ce sont les tronçons de branches d’Acropora palmata avec ou sans palme qui apparaissent comme caractéristiques de cet outillage original. Ils sont calibrés et la face supérieure, convexe, de tous les tronçons porte de très nettes traces d’usure [tabl. XXIV]. Plus de la moitié d’entre eux (n = 13) ont également leur face inférieure abrasée, sachant que la face convexe est toujours beaucoup plus modifiée [fig. 98]. Les traces d’usure forment des plages localisées sur la partie centrale des tronçons alors que les bords ont généralement conservé leurs corallites intactes. Cette usure différentielle confirme que ceux-ci ont été ramassés frais, très certainement sur les récifs.

TABL. XXIII Baie Orientale 1. Classification des fragments de corail corne d’élan (Acropora palmata) après remontage (NR nombre de restes).

TABL. XXIII Baie Orientale 1. Classification des fragments de corail corne d’élan (Acropora palmata) après remontage (NR nombre de restes).

TABL. XXIV Baie Orientale 1. Caractéristiques des tronçons de corail corne d’élan (Acropora palmata) après remontage.

TABL. XXIV Baie Orientale 1. Caractéristiques des tronçons de corail corne d’élan (Acropora palmata) après remontage.

FIG. 96 Baie Orientale 1. Grands tronçons de branches d’Acropora palmata avec palme et sans palme, zone C, sect. 23 :
1 : lc 57 ;
2 : lc 63 ;
3 : lc 12 ;
4 : lc 48 ;
5 : lc 81 ;
6 : lc 21 ;
7 : lc 24.

FIG. 96 Baie Orientale 1. Grands tronçons de branches d’Acropora palmata avec palme et sans palme, zone C, sect. 23 : 1 : lc 57 ; 2 : lc 63 ; 3 : lc 12 ; 4 : lc 48 ; 5 : lc 81 ; 6 : lc 21 ; 7 : lc 24.

© D. Bonnissent.

FIG. 97 Baie Orientale 1. Petits tronçons de branches d’Acropora palmata, zone C :
1 : sect. 39, lc 29 ;
2 : sect. 23, lc 20 ;
3 : sect. 23, lc 49 ;
4 : sect. 23, lc 12 ;
5 : sect. 23, lc 21.

FIG. 97 Baie Orientale 1. Petits tronçons de branches d’Acropora palmata, zone C : 1 : sect. 39, lc 29 ; 2 : sect. 23, lc 20 ; 3 : sect. 23, lc 49 ; 4 : sect. 23, lc 12 ; 5 : sect. 23, lc 21.

© D. Bonnissent.

342La dimension des surfaces abrasées est variable, il peut s’agir d’une simple plage très localisée [fig. 99] ou, plus fréquemment, d’une abrasion de toute la surface du tronçon [fig. 98]. De même, différents degrés d’utilisation sont observés grâce au stade d’usure des corallites. Proéminentes lorsqu’elles sont intactes ou peu abrasées [fig. 100 : 1], elles forment de petits trous correspondant à leur section lorsqu’elles sont totalement usées [fig. 100 : 2, 3]. Sur certains éléments, les trous sont colmatés par un encroûtement carbonaté post-dépositionnel [fig. 100 : 4]. Les tronçons ne sont apparemment plus exploités après l’abrasement des corallites, la surface de la branche elle-même n’étant pas modifiée. Ces traces, vraisemblablement produites par le frottement de matériaux provoquant l’usure des corallites, indiquent que ce sont ici des qualités abrasives qui ont été recherchées.

FIG. 98 Baie Orientale 1. Tronçon d’Acropora palmata (zone C, sect. 39, lc 29) :
à gauche : partie supérieure abrasée ;
à droite : partie inférieure non utilisée.

FIG. 98 Baie Orientale 1. Tronçon d’Acropora palmata (zone C, sect. 39, lc 29) : à gauche : partie supérieure abrasée ; à droite : partie inférieure non utilisée.

© D. Bonnissent.

FIG. 99 Baie Orientale 1 (zone C, sect. 23, lc 57). Plage d’usure sur un tronçon d’Acropora palmata.

FIG. 99 Baie Orientale 1 (zone C, sect. 23, lc 57). Plage d’usure sur un tronçon d’Acropora palmata.

© D. Bonnissent.

FIG. 100 Baie Orientale 1. Aspects de surface types des tronçons d’Acropora palmata de la zone C :
1 : surface légèrement abrasée, les corallites sont saillantes ;
2 : les corallites sont très abrasées, une petite protubérance est encore visible autour de leur section ;
3 : les corallites sont totalement usées et seul l’orifice subsiste ;
4 : les corallites sont totalement usées et couvertes d’un encroûtement carbonaté.

FIG. 100 Baie Orientale 1. Aspects de surface types des tronçons d’Acropora palmata de la zone C : 1 : surface légèrement abrasée, les corallites sont saillantes ; 2 : les corallites sont très abrasées, une petite protubérance est encore visible autour de leur section ; 3 : les corallites sont totalement usées et seul l’orifice subsiste ; 4 : les corallites sont totalement usées et couvertes d’un encroûtement carbonaté.

© D. Bonnissent.

343Deux éléments provenant de la zone D, un segment de tronçon et un fragment, tous deux émoussés de façon très homogène, ont très certainement été ramassés sur la côte, soit dans les dépôts de tempête soit dans la zone intertidale. Il est difficile d’assurer ici qu’ils ont été exploités par l’homme.

344D’une façon générale, mis à part les traces d’abrasion et de contact au feu, les seuls témoignages conservés de l’utilisation des branches d’Acropora palmata sont des taches de colorant rouge-brun relevées sur trois exemplaires issus du secteur 23 (loci 2, 21 et 57). L’observation à un grossissement x 100 montre qu’il s’agit de grains de minéraux, probablement de l’ocre, piégés dans les aspérités du corail. Soit il s’agit de traces fortuites, soit ces éléments ont servi à désagréger des nodules de colorant ou d’une façon générale ils ont participé à l’élaboration de préparations colorées.

345Hormis ces maigres indices, il faut raisonner par élimination pour proposer des hypothèses pertinentes sur l’usage de ces tronçons de coraux. Les roches de l’industrie lithique présente sur le site sont beaucoup trop dures pour avoir été façonnées par leur intermédiaire. Les matériaux ayant pu être modifiés sont la coquille et l’os comme cela est attesté dans la majeure partie des sociétés qui ont exploité le corail. Ainsi, ces tronçons pourraient être en relation avec la fabrication des lames sur coquille et avoir servi d’abrasif pour régulariser les préformes et aménager les tranchants. Le bois, matériau tendre et assurément exploité par les Mésoindiens, au moins pour la fabrication d’embarcations, a également pu être travaillé avec ces tronçons.

2.8.4.2 Le corail corne de cerf (Acropora cervicornis)

346Les colonies de corail corne de cerf (Acropora cervicornis) forment des ensembles de branches cylindriques et ramifiées rappelant étrangement des bois de cervidés [fig. 101]. On rencontre cette espèce sur les récifs mais aussi sur des substrats sableux, fréquemment entre 3 et 20 m (Humann 1999). Le corail corne de cerf dont la surface est très proche de celle d’Acropora palmata avec des corallites tubulaires et saillantes, a probablement été collecté pour ses qualités abrasives.

FIG. 101 Le corail corne de cerf (Acropora cervicornis) dans son milieu naturel (Grand-Cul-de-Sac Marin, Guadeloupe nord, juillet 2005).

FIG. 101 Le corail corne de cerf (Acropora cervicornis) dans son milieu naturel (Grand-Cul-de-Sac Marin, Guadeloupe nord, juillet 2005).

© F. Mazéas.

347Le gisement mésoindien a fourni trente-huit restes [tabl. XXII] dont 86,8 % portent des traces d’abrasement et 31,6 % des traces de contact au feu [tabl. XXV]. Ces vestiges se présentent sous la forme de tronçons, rarement ramifiés, de section circulaire ou ovalaire d’un diamètre compris entre 0,8 et 2,5 cm. Il s’agit essentiellement de branches secondaires assez courtes, dont les longueurs les plus fréquentes oscillent entre 2 et 9cm [fig. 102]. Un seul exemplaire se distingue par une longueur de 24 cm [fig. 102 ; fig. 103 : 1].

TABL. XXV Baie Orientale 1. Classification des restes de corail corne de cerf (Acropora cervicornis) : traces d’utilisation et remontages (NR : nombre de restes).

TABL. XXV Baie Orientale 1. Classification des restes de corail corne de cerf (Acropora cervicornis) : traces d’utilisation et remontages (NR : nombre de restes).

FIG. 102 Baie Orientale 1. Classification des tronçons d’Acropora cervicornis d’après leur longueur.

FIG. 102 Baie Orientale 1. Classification des tronçons d’Acropora cervicornis d’après leur longueur.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

348La localisation, l’extension et le degré d’usure des plages abrasées sont très variables. Certains exemplaires présentent simplement une très légère plage d’usure [fig. 103 : 2, 6], alors que d’autres sont totalement abrasés sur toute leur circonférence [fig. 103 : 3, 4]. Pour les deux exemplaires les plus longs, on remarque que la base de la branche n’est pas modifiée, ce qui correspond probablement à la zone de préhension, alors que la partie supérieure est entièrement abrasée [fig. 103 : 1, 5]. Le tronçon le plus long est coloré de pigments rouge-brun [fig. 103 : 1], comme cela a été également observé pour certains restes d’Acropora palmata. On note donc à nouveau l’association de corail à des matières colorantes minérales de type ocre. Seulement cinq éléments participent à des remontages dont la plus grande branche, reconstituée à partir de fragments provenant des loci 66, 67 et 69 du secteur 23 de la zone C [fig. 103 : 1].

FIG. 103 Baie Orientale 1. Branches modifiées d’Acropora cervicornis :
1 : sect. 23, lc 66, 67, 69 ;
2 : sect. 39, lc 5 ;
3 : sect. 23, lc 23 ;
4 : sect. 41, lc 7 ;
5 : sect. 23 lc 86 ;
6 : sect. 11, lc 10.

FIG. 103 Baie Orientale 1. Branches modifiées d’Acropora cervicornis : 1 : sect. 23, lc 66, 67, 69 ; 2 : sect. 39, lc 5 ; 3 : sect. 23, lc 23 ; 4 : sect. 41, lc 7 ; 5 : sect. 23 lc 86 ; 6 : sect. 11, lc 10.

© D. Bonnissent.

349Ces éléments, certainement utilisés comme des sortes de limes, sont récurrents sur les gisements précolombiens. Ils ont pu être utilisés comme mèche pour l’alésage de pièces en bois, en os ou en coquille, bien qu’aucun élément perforé n’ait été conservé sur le gisement. Les limes d’Acropora cervicornis sont très fréquentes dans toutes les sociétés ayant exploité le corail à travers le monde (Charpentier, Méry 1997).

2.8.4.3 Le corail cerveau natan (Colpophyllia natans)

  • 33 Le mot « natan » est la francisation du latin natans qui signifie « flottant » ou « nageant ».

350Le corail cerveau natan (Colpophyllia natans) [fig. 104] vit sur les récifs entre 7 et 28 m de profondeur (Humann 1999). Sa structure, constituée de fins feuillets, est légère et fragile, il se fragmente très facilement et les blocs échoués ont pour particularité de flotter33. Les douze restes recensés, dont dix ont été mis au jour en zone C, peuvent être classés selon trois catégories [tabl. XXVI]. La première est représentée par une tête hémisphérique de 508g (zone C, sect. 23, lc 22) ne portant pas de trace d’utilisation évidente, les crêtes étant très peu érodées. Cette tête de corail a été apportée sur l’aire de campement vraisemblablement comme réserve de matière première. La seconde catégorie compte trois éléments façonnés en boule par abrasion [fig. 105 : 1, 2]. Les crêtes et les vallées de la surface naturelle, normalement très marquées (au moins 1 cm de hauteur), sont rapportées ici sur le même plan car totalement usées. Ces éléments ne portent pas de traces de contact au feu ni de colorants. Là encore ce sont leurs propriétés abrasives qui ont sûrement été recherchées ou peut-être leur capacité à flotter une fois mort. Enfin, la troisième catégorie rassemble les petits fragments informes.

TABL. XXVI Baie Orientale 1. Classification des restes de corail cerveau natan (Colpophyllia natans) par catégories (NR : nombre de restes ; PdR : poids, en grammes).

TABL. XXVI Baie Orientale 1. Classification des restes de corail cerveau natan (Colpophyllia natans) par catégories (NR : nombre de restes ; PdR : poids, en grammes).

FIG. 104 Le corail cerveau natan (Colpophyllia natans) dans son milieu naturel (Anse à la Barque, Guadeloupe, 25 mai 2006).

FIG. 104 Le corail cerveau natan (Colpophyllia natans) dans son milieu naturel (Anse à la Barque, Guadeloupe, 25 mai 2006).

© F. Mazéas.

FIG. 105 Baie Orientale 1. Deux spécimens de Colpophyllia natans façonnés en boule par abrasion :
1 : sect. 23, lc 58 ;
2 : sect. 23, lc 77.

FIG. 105 Baie Orientale 1. Deux spécimens de Colpophyllia natans façonnés en boule par abrasion : 1 : sect. 23, lc 58 ; 2 : sect. 23, lc 77.

© D. Bonnissent.

2.8.4.4 Les taxons peu représentés

351Alors que les trois espèces Acropora cervicornis, Acropora palmata et Colpophyllia natans ont été retrouvées sur plusieurs zones, les quatre taxons peu représentés et les indéterminés ne se rencontrent qu’en zone C [tabl. XXII]. Le taxon Solenastrea sp. est connu par seulement quatre restes très abrasés. On dénombre dix-neuf fragments de coraux à pores, en l’occurrence Porites astreoides, dont quatorze portent des traces d’abrasion et huit de contact au feu. De structure compacte, ils sont trop fragmentés pour être correctement analysés. Les deux autres espèces, Montastrea cavernosa et Siderastrea siderea, sont représentées chacune par un fragment de très petite dimension, également délicat à interpréter.

2.8.5 La répartition spatiale des coraux de la zone C

352L’analyse spatiale a été réalisée uniquement pour la zone C (secteurs mitoyens 23 et 39), les autres zones d’occupation recélant peu de restes et sur des surfaces réduites. Globalement, la répartition spatiale des coraux suit la bande d’occupation au même titre que les autres vestiges. Si la carte de répartition pondérale dessine des concentrations dans et autour des aires de combustion [fig. 14c], la distribution en nombre de restes souligne une accumulation dans la partie sud du secteur 23 [fig. 106]. Elle est liée à la présence de nombreux petits fragments de Porites astreoides brûlés et usés, comme on le distingue sur les différentes cartes.

FIG. 106 Baie Orientale 1. Plans de répartition des coraux de la zone C par espèces et par nombre de restes, modifiés ou brûlés.

FIG. 106 Baie Orientale 1. Plans de répartition des coraux de la zone C par espèces et par nombre de restes, modifiés ou brûlés.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

353D’une façon générale, les principales concentrations de coraux modifiés et brûlés prennent place dans la partie sud-est du secteur 23. La distribution des tronçons d’Acroporidæ, ocrés ou non, ne permet pas de définir d’aire d’activité spécifique. La forte représentation des restes d’Acropora palmata, dispersés sur toute la zone d’occupation, révèle un usage relativement commun de ces coraux dans le fonctionnement du gisement. On se demande s’il y a une relation particulière avec le feu, étant donné que 49,6 % des coraux portent des traces de contact au feu, que ce soit des traces charbonneuses ou des éléments totalement brûlés.

2.8.6 Hypothèses et interprétations

354Le gisement mésoindien a fourni 92,2 % de coraux branchus qui, compte tenu de leur aspect, ont certainement été collectés sur les récifs, même si un ramassage occasionnel sur le littoral n’est pas à exclure. Les plages d’usure relevées sur les coraux sont d’origine anthropique, une érosion naturelle aurait provoqué le même degré d’altération sur toute la surface du corail ce qui n’est pas le cas ici.

355La présence massive d’Acropora palmata suggère que les besoins en cette espèce étaient prépondérants sur le site par rapport à Acropora cervicornis et au corail cerveau Colpophyllia natans, moins représentés. La variété des taxons collectés implique cependant une fonction technologique différenciée, chaque espèce ayant des qualités spécifiques. Bien qu’il soit difficile de retrouver l’usage qu’en ont fait les communautés mésoindiennes, néanmoins quelques hypothèses peuvent être envisagées.

356L’analyse des traces relevées sur ces vestiges à caractère abrasif indique qu’ils étaient utilisés comme lime, râpe, meule ou polissoir, selon les espèces et selon leurs dimensions. Outils dormants ou outils actifs, ils ont pu servir à travailler la coquille, le bois et l’os ou râper toutes sortes de végétaux pour la consommation : fruits, graines ou tubercules.

357Comme près de la moitié des coraux sont brûlés à divers degrés (49,6 %), on se demande si leur contact au feu est intentionnel ou fortuit. Ils ont pu être jetés dans les foyers comme pierres de chauffe ou de calage ou bien volontairement brûlés afin de les débarrasser du tissu vivant qui les recouvrait, et qui gênait peut-être pour leur utilisation.

358Les seuls éléments du gisement ayant pu être travaillés avec du corail sont les lames sur coquille. Ainsi, on envisage qu’après le débitage des préformes par percussion, le façonnage par abrasion – régularisation des bords et aménagement du tranchant – ait pu être réalisé au moyen de tronçons d’Acropora palmata, probablement utilisés comme outil dormant. Ils ont pu également servir au réaffûtage des tranchants, régulièrement effectué sur le site comme en témoignent les nombreux vestiges (cf. supra, § 2.3.5.5).

359La présence d’ocre observée sur les branches d’Acroporidæ atteste de leur participation au traitement de matières colorantes. Certains auteurs ont également suggéré que ces éléments servaient d’écailleur pour la préparation des poissons (Goodwin et al. 1979) ou comme râpe dans le traitement de végétaux (Steenvoorden 1992).

360À l’échelle de l’île de Saint-Martin, d’après les données actuellement disponibles, l’exploitation des coraux durant la phase mésoindienne apparaît assez disparate. Pour le site de Norman Estate, la présence de corail n’est pas signalée (Knippenberg 1999b). La séquence stratigraphique du cordon littoral de Baie Longue aux Terres Basses a livré des vestiges mésoindiens mais pas de restes de coraux (bonnissent 2003b). Enfin, pour le gisement d’Étang Rouge 1, 12 kg de coraux utilisés ont été retrouvés sur la zone d’occupation, il s’agit pour l’essentiel de tronçons d’Acropora palmata et de blocs de corail cerveau (Bonnissent 2005b ; 2008).

361Globalement, les observations effectuées sur les gisements précolombiens de la Caraïbe depuis Trinidad jusqu’aux Bahamas montrent, toutes cultures confondues, que ce sont les Acroporidæ et les Poritidæ les plus communément utilisés (Veloz Maggiolo et al. 1976 ; Steenvoorden 1992 ; Rostain 1997).

362Les populations passées de l’océan Indien et du Pacifique ont également exploité le corail pour ses qualités abrasives (Emory et al. 1959 : 19-21 ; Charpentier, Méry 1997). Là encore ce sont des branches d’Acroporidæ et de Poritidæ qui ont été privilégiées (Sinoto 1996 : 137). Dans la majorité des cas, les limes de corail ont été utilisées pour la production d’hameçons et d’éléments de parure en coquille. Ces limes servaient à l’alésage des perforations et au façonnage des parties courbes, particulièrement pour les hameçons.

363Les qualités abrasives du corail, exploitées à travers le monde, n’ont pas échappé aux populations préhistoriques de la Caraïbe et particulièrement aux communautés mésoindiennes de la Baie Orientale. L’étude du corail ouvre une nouvelle porte sur la connaissance des activités technologiques des populations précéramiques et il est fort probable que les tronçons d’Acroporidæ aient été employés dans le stade terminal de la chaîne opératoire de la fabrication des lames sur coquille.

2.9 Apport du site à la connaissance de la fin de la période

364À ce stade de l’étude, l’analyse globale du gisement permet d’exposer très précisément les modalités de l’occupation mésoindienne. On soulignera en premier lieu l’importance majeure du contexte géomorphologique dans la conservation du site, qui apparaît exceptionnelle dans le cas présent. Ce contexte très spécifique, qui a provoqué l’ensablement de la baie au cours des siècles plutôt que son érosion, a permis de soustraire le gisement aux agressions marines. En effet, les marées de tempête, hautes de plusieurs mètres durant les épisodes cycloniques, provoquent parfois le retrait massif et momentané des sables de plage et par la même occasion celui des éventuels dépôts anthropiques (Bonnissent 2008 : 180).

365Durant près de 900 ans, des aires d’activité réparties sur 300 m de longueur d’un ancien haut de plage ont conduit à la formation du gisement de Baie Orientale 1 dont la structure linéaire figure le trait de côte fossile. Les critères qui ont guidé l’installation des communautés mésoindiennes dans cette petite section de la baie apparaissent en relation directe avec leur système de prédation et de production.

2.9.1 Le menu des communautés mésoindiennes

366La consommation de mollusques marins apparaît ici comme la principale ressource alimentaire carnée. La collecte est ciblée sur quatre gastéropodes, Strombus gigas qui est le plus représenté, Cittarium pica, Nerita peloronta et N. versicolor. Cette pratique, qui privilégie quelques taxons principaux, reflète en définitive un schéma classique en milieu coquillier (Chenorkian 1988). Ces espèces étaient facilement accessibles car proches du rivage, sur le médiolittoral rocheux et les herbiers. Elles ont été très certainement collectées à proximité du site où ces milieux sont encore actuellement présents.

367La préservation exceptionnelle de la répartition spatiale des vestiges permet d’accéder ici aux pratiques culinaires des communautés mésoindiennes. Ainsi, il a pu être démontré que les coquillages, et particulièrement Strombus gigas, étaient cuits dans leur coquille sur des lits de pierres formant des sortes de grils. Ces données sur les techniques de cuisson et de consommation sont tout à fait inédites pour cette période et plus largement pour les cultures précolombiennes des Petites Antilles.

368Parallèlement à la consommation de coquillages, des restes de carapaces de crustacés retrouvés sur les cinq zones de recherche attestent de leur exploitation alimentaire. Il s’agit essentiellement de crabes de terre et de quelques langoustes. L’étude de la faune vertébrée révèle également la consommation de poissons provenant des zones récifales. Une seule famille est bien représentée, celle des Scaridæ, les poissons perroquets. Des traces de brûlure relevées sur une partie des ossements pourraient être fortuites mais le regroupement de ces restes en dehors des aires de combustion suggère que les poissons étaient cuits et consommés sur place, au moins certains d’entre eux. La consommation de poissons apparaît ici occasionnelle et axée sur les espèces du littoral. La rareté des ossements sur le gisement avec seulement quarante restes et leur quasi-absence sur le site néoindien récent de Baie Orientale 2, situé à une centaine de mètres, découle vraisemblablement d’un problème de conservation différentielle comme semble l’indiquer la seule présence des parties anatomiques les plus robustes. En effet, il apparaît peu vraisemblable que ces communautés vivant essentiellement sur le littoral n’aient pas ou peu exploité cette ressource alimentaire. Cet aspect est débattu dans les paragraphes suivants.

2.9.2 Évaluation des problèmes de conservation différentielle des ossements

369Afin de mesurer pleinement les raisons de la présence ou de l’absence d’ossements sur les gisements précolombiens, il s’avère nécessaire d’élargir notre propos à l’île tout entière, toutes périodes confondues. Des ossements de vertébrés ont été retrouvés dans deux types de contextes sédimentaires à Saint-Martin. Dans le premier cas il s’agit de terrains argilo-sableux et limono-sableux où les os sont généralement bien conservés comme c’est le cas du gisement mésoindien de Norman Estate (Nokkert 1999a) et des sites néoindiens de Hope Estate (Wing 1995 ; 1998 ; Grouard 1997 ; 1998) et d’Anse des Pères (Nokkert 1999b). Le second contexte correspond à des gisements implantés sur les cordons sableux du littoral et deux cas de figure sont distingués : soit les ossements sont très bien conservés et abondants, c’est le cas des gisements néoindiens de Pointe du Canonnier (Bonnissent 2008), Baie aux Prunes (Grouard 2005) et Baie Rouge (Hénocq, Petit 1998a), soit ils sont très faiblement représentés, c’est le cas des sites mésoindiens de Baie Orientale 1 et d’Étang Rouge 1 (Bonnissent 2005b ; 2008) où quelques ossements ont été retrouvés dans des coquilles par Nathalie Serrand lors de l’étude malacologique. Il en est de même pour les sites néoindiens de Pinel Ouest avec 10g de restes (Bonnissent 2008) et de Baie Orientale 2 où un seul ossement a été retrouvé, également dans une coquille.

370Le sédiment de la majeure partie des plages de Saint-Martin est un sable corallien, algaire et coquillier qui, par sa nature calcaire, est un milieu favorable à la conservation de vestiges susceptibles d’être dégradés, tels les ossements et les tests de mollusques (Chenorkian 1990). Le bon état de conservation des coquilles permet d’attester a priori le caractère peu destructeur du milieu naturel. Néanmoins, le contraste observé dans la représentation des ossements selon les sites, aussi bien pour la période mésoindienne que pour la période néoindienne, soulève le problème d’une altération différentielle. L’enjeu de cette problématique est important car il s’agit ici d’évaluer les arguments en faveur ou non d’une exploitation plus importante de la faune vertébrée, en particulier des poissons, par les populations précolombiennes.

371Pour tous ces gisements, il faut en premier lieu écarter les problèmes de prélèvement et d’échantillonnage car les sédiments ont été systématiquement tamisés sur des mailles fines. Sur le site mésoindien de Baie Orientale 1, la majorité des ossements a été récoltée au sud en zone D, quelques-uns proviennent de la partie centrale en zone B et un seul reste est issu de la zone C. Il est difficile d’expliquer cette répartition hétérogène et particulièrement la présence du seul ossement retrouvé sur la zone C, exceptionnellement bien conservée par ailleurs. Le site néoindien récent de Baie Orientale 2, situé à une centaine de mètres, n’a fourni qu’un seul reste retrouvé dans une coquille.

372Plusieurs hypothèses sont proposées pour tenter d’expliquer la rareté ou l’absence des ossements, en particulier ceux de poissons, sur certains sites de bord de plage. Elles peuvent être d’ordre culturel et liées aux pratiques des Amérindiens ou d’ordre naturel. Ainsi, nous allons examiner la part des processus post-dépositionnels induits par des phénomènes physico-chimiques et biologiques, ayant pu affecter une partie du matériel.

373Une première possibilité, d’ordre culturel, est que certaines communautés mésoindiennes et néoindiennes n’aient quasiment pas exploité ou de façon anecdotique cette ressource alimentaire. Mais, il paraît très peu vraisemblable que ces populations installées le long du rivage n’aient pas pratiqué la pêche. Les Amérindiens des Petites Antilles sont un peuple tourné vers la mer, comme le démontrent toutes les études conduites à leur propos. Les autres hypothèses culturelles envisageables concernent la gestion des déchets de poissons et les pratiques alimentaires. Le dépeçage des poissons a pu être effectué sur le rivage et seules les parties consommables ramenées sur les gisements, hypothèse peu probable pour le site mésoindien de Baie Orientale 1, compte tenu de la petite taille des poissons pêchés et de l’outillage de découpe dont disposaient les pêcheurs. Les restes de poissons consommés ont pu également être rejetés sur des aires spécifiques qui n’ont pas été retrouvées lors des recherches. Mais une gestion organisée de ce type de déchets semble peu probable dans le contexte culturel mésoindien et les quarante ossements retrouvés sur le site sont associés aux aires d’occupation avec les rejets de coquilles. À propos de l’occupation néoindienne de Baie Orientale 2, ce serait également la première fois que ce type de pratique serait mis en évidence, car la faune vertébrée, dont les restes de poissons, est systématiquement retrouvée avec les coquilles, au sein des mêmes dépotoirs. Une autre hypothèse serait que les restes de poissons ont été utilisés pour fabriquer un aliment dérivé comme la farine de poisson. Bien qu’on ne puisse complètement écarter de telles pratiques, on est plutôt tenté d’invoquer une cause d’origine naturelle à la faible représentation des ossements de poissons sur certains sites.

374Des facteurs d’ordre taphonomique permettent d’envisager que ces ossements ont été soumis à une altération différentielle car, comme le signale Sandrine Grouard dans son étude sur la faune vertébrée du site (cf. supra, § 2.5.3.3), certains d’entre eux nous sont parvenus très érodés. La dégradation des vestiges avant leur enfouissement peut avoir plusieurs causes : la dessiccation, l’humidité, la salinité et le vent. Ces facteurs sont d’autant plus importants à prendre en compte que les vestiges sont restés exposés à l’air libre avant d’être ensevelis. Il n’est pas non plus exclu qu’une altération d’ordre biologique et liée à la présence de charognards tels que les crustacés et les reptiles, attirés par ces restes, ait également contribué à leur disparition. Après enfouissement, on peut également envisager des altérations d’ordre physico-chimique du fait de l’acidité des eaux de pluie. En effet, les processus d’attaque chimique sont importants en zone intertropicale pour des raisons tenant à la chaleur et à l’humidité (Paskoff 1985). Le sable, sédiment très perméable, a probablement favorisé la circulation d’acides humiques dans le sol, même s’il a dû atténuer leur impact sur certaines catégories de vestiges du fait de sa nature carbonatée. Cette altération serait ponctuellement plus au moins marquée, selon les gisements et selon l’emplacement des ossements sur les sites, d’après le contexte microenvironnemental. Ainsi une certaine acidité du milieu, peut-être épisodique, a pu provoquer la dissolution partielle des restes osseux, généralement plus fragiles que les restes coquilliers. Les restes osseux de poissons qui nous sont parvenus sont altérés et le segment anatomique le plus représenté est la mâchoire, où la corticale compacte est épaisse. Certains sont brûlés, ce qui a probablement participé à leur préservation.

375Comme on le perçoit, il est délicat d’interpréter la faible représentation des restes de vertébrés sur certains sites précolombiens de Saint-Martin. On est obligé de constater que le phénomène se reproduit sur plusieurs gisements en contexte littoral sableux, quelle qu’en soit la chronologie : Étang Rouge 1, Salines d’Orient, Baie Orientale 1 et 2 et Pinel Ouest (Bonnissent 2008). Il est difficile d’imaginer que les mêmes processus culturels en soient à l’origine. L’enfouissement plus ou moins rapide des restes après leur rejet semble être le facteur principal qui a prévalu dans la conservation des ossements. En l’état, il reste très délicat de déterminer pour les gisements où les ossements sont peu abondants et mal conservés et pour ceux où ils sont totalement absents, comme sur le site de Baie Longue 2 (Bonnissent 2008), la part réelle des activités halieutiques dans l’exploitation des ressources marines.

2.9.3 Productions matérielles et activités technologiques

376L’analyse des vestiges a mis en évidence une très grande homogénéité des pratiques technologiques, récurrentes sur toute l’étendue du gisement. L’outillage, comme nous l’avons vu, est réalisé à partir de trois catégories de matière première : la coquille, la pierre et le corail.

377L’activité technologique prédominante sur le site est sans conteste la production de lames sur coquille, sortes d’outils tranchants sur labre de Strombus gigas, dont la chaîne opératoire a pu être entièrement reconstituée. Les techniques utilisées pour leur fabrication sont le débitage par percussion lancée puis le polissage par abrasion. En règle générale, les outils finis, les ébauches et les labres débités constituant la matière première exploitable sont rassemblés sous forme de dépôts, alors que les éléments érodés et cassés sont abandonnés épars sur la zone d’occupation. L’ensemble des observations permet d’interpréter ces aires d’activité comme des ateliers de débitage de lames sur coquille mais il s’agit également des lieux d’utilisation si l’on se réfère aux stigmates d’usure de certains outils.

378D’un point de vue chronotypologique, les lames sur coquille sont attestées dans toutes les phases de l’occupation précolombienne de Saint-Martin et d’une façon générale dans toutes les cultures des Petites Antilles. Il a parfois été relevé que certaines formes d’outils étaient plus caractéristiques de certaines phases. La série de lames de Baie Orientale 1 montre une variété de faciès qui incite à la prudence en ce qui concerne une éventuelle typologie de cet outil, à la fois transculturel et probablement polyvalent. Ainsi, il apparaît vain de définir un type mésoindien.

379Par comparaison, l’industrie lithique est plus diversifiée, avec une certaine variété dans les productions et les matériaux exploités. Les techniques utilisées sont le débitage par percussion lancée au percuteur dur, le bouchardage par piquetage et le polissage, en particulier pour les deux récipients. Les principaux matériaux sont le silex, les roches volcaniques et volcano-sédimentaires et les calcaires. Trois principales caractéristiques se dégagent des cinq fenêtres ouvertes sur le gisement. D’une part, une production de petits éclats de silex comportant de rares outils, essentiellement des perçoirs, d’autre part une composante non transformée et enfin le façonnage de grands éléments. Il s’agit de récipients, d’outils (pilons, percuteurs, enclumes, meules ou polissoirs) et d’objets à caractère symbolique a priori peu fonctionnels. On relèvera également la présence d’une ébauche de pendeloque sur galet, unique objet de parure retrouvé sur le gisement et très probablement indicateur d’identité clanique, ethnique ou symbolique.

380La fonction et les modalités d’utilisation des petits éclats de silex laissent perplexe et on envisage qu’ils aient été enchâssés sur un montant de bois et utilisés comme dents de râpe pour le traitement de tubercules, dans un contexte protoagricole. À ce stade de l’étude, il semble que seule la tracéologie pourrait apporter des éléments de réponse. Le silex est à la fois la matière première la plus utilisée en nombre de pièces et celle qui a demandé le plus d’investissement pour son acquisition puisqu’elle est exogène et pourrait provenir du secteur de Long Island-Antigua, à 160 km au sud-est de Saint-Martin, de Saint-Christophe ou encore de Porto Rico. Comme le souligne l’étude des produits de débitage, on interprète avec difficulté le contraste qui existe entre une acquisition complexe pour une utilisation somme toute très basique, alors que des matériaux de substitution disponibles sur l’île semblent offrir les qualités requises pour une production similaire. Toutes les étapes de l’exploitation du silex sont représentées sur le site comme l’attestent les éclats corticaux.

381Il faut souligner ici l’importance de la découverte de mortiers ou récipients en pierre, seuls contenants retrouvés sur le site et les premiers à être réellement datés en contexte mésoindien. De nombreux objets en pierre alliant les techniques de percussion, de bouchardage et de polissage ont été retrouvés sur la majorité des îles des Petites Antilles, souvent hélas hors contexte stratigraphique. Ces objets dont l’utilisation reste assez énigmatique ont la plupart du temps des formes très étonnantes, comme c’est le cas pour ceux de Baie Orientale 1 (Bonnissent 2008). Le dépôt lithique F7 apparaît exceptionnel, puisqu’il n’en existe que deux recensés dans les Antilles (Bonnissent 2008) avec celui de Niévès qui n’a pour ainsi dire pas été fouillé. Ce dépôt lithique non daté, dénommé « The Cache at the Seventeenth Hole » apparaît comparable à celui de Baie Orientale 1 car il renfermait un ensemble d’éléments façonnés par piquetage et polissage sur une roche noire, dont un mortier ou vase en pierre et des objets symboliques aux formes étranges, typiquement mésoindiennes (Wilson 2006).

382Les pièces étonnantes du dépôt lithique de Baie Orientale 1 et les quelques autres éléments aux formes énigmatiques trouvés sur le site et à la vocation peut-être cérémonielle, laissent entrevoir l’existence d’un univers de la pensée, esthétique et symbolique. Le dépôt lui-même a de prime abord une vocation de stockage ou de cache, comme c’est le cas pour les dépôts de lames sur coquille et de préformes. Cependant, la valeur intellectuelle de la plaque d’argile qui sépare les éléments du dépôt en deux niveaux lui donne un caractère symbolique ou rituel. L’association d’éléments similaires, dont certain sans valeur fonctionnelle apparente, dans une autre partie du site, souligne également l’hermétisme de telles pratiques. On notera en tous les cas que les Mésoindiens ont la même perception que nous des matières et que le monde minéral a été clairement dissocié de l’organique des coquilles dans les dépôts.

383Le corail, très certainement exploité pour ses qualités abrasives, a dû avoir des usages variés et spécifiques comme en témoignent les trois espèces principalement utilisées : Acropora palmata, A. cervicornis et Colpophyllia natans. Les vestiges caractéristiques correspondent à des tronçons de branches d’A. palmata et d’A. cervicornis qui portent des traces d’abrasion résultant de leur utilisation. Comme près de la moitié des coraux sont brûlés à divers degrés, on se demande si leur contact au feu est intentionnel ou fortuit. Si l’incertitude plane sur la fonction et les modalités d’utilisation de ce matériau, la présence de différentes espèces de coraux permet néanmoins de supposer des schémas fonctionnels plus complexes qu’on aurait pu l’imaginer. L’étude de ce matériau ouvre donc une nouvelle voie sur les chaînes opératoires. En domaine tropical et insulaire comparable, les coraux branchus sont utilisés comme lime ou râpe pour la fabrication d’objets en coquille (Emory et al. 1959 ; Charpentier, Méry 1997), pour polir du bois (Lavondès 1990) ou encore pour écailler les poissons (Conte 1988). Toutes ces possibilités sont envisageables ici, et particulièrement le façonnage par abrasion des lames sur coquille. Le corail est également évoqué à Baie Orientale 1 comme possible percuteur tendre pour le débitage des matières lithiques. D’autre part, des tronçons de corail semblent également associés au traitement de colorants.

2.9.4 Complémentarité fonctionnelle entre les outils

384La complémentarité fonctionnelle dans laquelle s’inscrivent les outils en pierre, en coquille et en corail n’est pas encore clairement établie car les modes opératoires sont difficiles à décrypter. Cependant, l’étude du corail ouvre une porte sur un type nouveau de « chaîne opératoire mixte » alliant différents matériaux pour la production et l’utilisation d’objets. En effet, des percuteurs en pierre ont pu servir au débitage des préformes de lames sur coquille, et le corail a pu être utilisé dans le dernier stade du façonnage des lames puis pour leur réaffutage, à quoi ont pu servir aussi des polissoirs en pierre. Ainsi, on suppose une certaine interactivité entre ces matériaux. D’autres indices, comme les plaques d’argile crue retrouvées à Baie Orientale 1 mais également sur le site mésoindien d’Étang Rouge 1 à Saint-Martin, laissent entrevoir eux aussi des schémas techniques inconnus (Bonnissent 2008).

2.9.5 Le contrôle des ressources

385La gestion des ressources apparaît en définitive majeure dans l’organisation sociale des communautés mésoindiennes de Baie Orientale 1. L’atelier de débitage de lames sur coquille, activité prépondérante du site, est implanté en bordure de la zone d’approvisionnement en Strombus gigas. Les préformes et les outils finis en coquille, qui ont demandé un certain investissement technologique, sont soigneusement stockés dans des dépôts dont la finalité apparaît fonctionnelle. Le contrôle des ressources est également perceptible dans la nature des matières lithiques apportées sur le site. Le silex, qui provient plus certainement de Long Island ou d’Antigua, et les calcaires noirs de Saint-Barthélemy, témoignent également d’une gestion de ces matériaux exogènes. Nous savons que le silex est arrivé brut sur le gisement, comme l’indiquent les éclats corticaux, alors que les éléments calcaires ont été taillés probablement ailleurs, peut-être sur le lieu d’approvisionnement. On dénombre en effet un seul éclat de cette roche sur tout le gisement. Les communautés mésoindiennes de Baie Orientale 1 ont pu se déplacer sur les gîtes ou bien acquérir ces matières premières auprès d’autres communautés. Quoi qu’il en soit, la présence de matériaux exogènes atteste à la fois de l’exploitation d’un vaste territoire et d’une anticipation contrôlée des ressources qui reflètent, en substance, une organisation économique et donc une structuration certaine des communautés mésoindiennes.

2.9.6 Analyse de l’espace archéologique et interprétation chronologique

386La qualité des données archéologiques a permis de caractériser des aires d’activité qui, dans une certaine mesure, forment un ensemble interprétable globalement. Nous avons vu que les datations couvrent une durée de près de neuf siècles, correspondant à la fin de la période mésoindienne, pendant laquelle les activités pratiquées sur le site sont d’une remarquable constance. La durée d’occupation du gisement induit que ces activités, toujours identiques, sont le fait de différentes communautés qui l’ont successivement fréquenté. Plusieurs arguments démontrent que nous sommes face à des occupations ponctuelles et répétées plutôt qu’à une occupation continue.

387En premier lieu, les datations par le radiocarbone fournissent quatre résultats qui couvrent une plage chronologique relativement longue, comprise entre 790 av. J.-C. et 70 ap. J.-C., et bien que notre connaissance de la période d’occupation du gisement repose sur un faible nombre de datations, le contexte géomorphologique confirme d’une certaine façon cette chronologie. D’autre part, parmi ces résultats, ceux fournis par les deux foyers de la zone C, distants d’une douzaine de mètres seulement, montrent qu’ils n’ont pas fonctionné durant la même période. Ils ont produit respectivement une date comprise entre 760-620 et 590-400 av. J.-C. et une date comprise entre 400-340 et 320-210 av. J.-C. Ils indiquent donc la juxtaposition d’occupations de chronologies différentes et révèlent qu’elles ne sont pas toutes simultanées. Enfin, le caractère ponctuel des occupations est attesté par l’individualisation des aires d’activité, rarement superposées. Elles correspondent à des événements brefs et non à une accumulation continue de rejets. On suppose également que si les Mésoindiens ont soigneusement stocké et caché une partie de leur outillage dans des dépôts, c’est en prévision d’un retour sur le site momentanément abandonné. L’organisation spatiale, qui correspond en définitive à une succession d’aires de campement, implique une certaine continuité chronoculturelle dans le fonctionnement global du gisement, du fait de la récurrence des activités, de l’homogénéité des mobiliers et de la permanence des schémas opératoires.

388Ainsi, l’exploitation spatiale et chronologique du gisement permet de préciser certains points. Même si toutes les aires d’activité ne peuvent être rattachées à des événements contemporains, elles résultent de l’occupation intermittente de communautés de même tradition culturelle, ayant fréquenté la Baie Orientale pour y répéter toujours les mêmes activités technologiques – la fabrication d’outils sur coquille, sur pierre et sur corail – et de subsistance – la cuisson et la consommation de coquillages, de crustacés et de poissons. Ces deux grandes catégories d’activités, domestiques et techniques, impliquées dans le système fonctionnel du site, caractérisent des pratiques propres aux populations mésoindiennes et résultent apparemment d’une démarche globale d’exploitation des ressources et particulièrement de Strombus gigas.

2.9.7 Mode de vie des populations mésoindiennes

389Ce gisement, inédit sur bien des points, élargit considérablement notre vision des communautés amérindiennes de la fin du Mésoindien dans l’archipel des Petites Antilles. Les hommes étaient installés en bordure de rivage, disposant des ressources marines nécessaires à l’alimentation et à la fabrication des lames sur coquille. Cette industrie, orientée vers la production d’un seul type d’outil pendant près d’un millénaire, répond assurément à un besoin particulier. Il est généralement admis dans la Caraïbe que les lames sur coquille servaient à travailler le bois et particulièrement à évider des troncs au préalablement brûlés, pour la fabrication de canoës (Nicholson 1983). Même si rien n’atteste actuellement cette utilisation, elle apparaît comme la plus vraisemblable. Ainsi, on peut émettre l’hypothèse que cette production et son stockage sont en relation avec la fabrication et l’entretien d’embarcations, nécessaires aux déplacements de ces populations tournées vers la mer. Les données acquises par l’étude de ce gisement offrent l’image d’une population nomade probablement très mobile et qui se déplace en fonction de ses besoins, qu’ils soient matériels ou socioculturels. La nature de l’occupation revêt assurément un caractère économique et peut-être symbolique, comme le suggèrent les éléments étonnants du dépôt lithique. Dans ce contexte insulaire, il est démontré que le territoire exploité dépasse largement celui de l’île, comme l’atteste la présence de matières lithiques exogènes sur le site. Elles témoignent, de la part de ces populations, de stratégies d’approvisionnement et de déplacements inter-îles. La fréquentation épisodique de la Baie Orientale par les Amérindiens durant plusieurs siècles pour y reproduire toujours les mêmes activités, révèle une pérennité dans la fonction du site et dans les modes de vie de ces communautés mésoindiennes. La spécialisation du gisement, axée sur la production de lames sur coquille, semble correspondre à l’objectif ultime des incursions effectuées par les Amérindiens à Baie Orientale, et cette activité est vraisemblablement en rapport avec la construction et l’entretien de leurs embarcations. La périodicité de ces occupations est bien évidemment impossible à évaluer, mais il n’est pas exclu qu’elle soit en relation avec une éventuelle saisonnalité des activités. Ainsi, on est tenté de voir dans ce gisement à occupations intermittentes un lieu de rassemblement autour de la collecte de Strombus gigas, avec peut-être une certaine dimension cérémonielle.

Notes

1 ngg : nivellement général de la Guadeloupe.

2 Le test est l’enveloppe externe dure, calcaire ou chitineuse, de certains invertébrés (mollusques, crustacés, etc.). Synon. coque, coquille, carapace (dictionnaire en ligne du Centre national de ressources textuelles et lexicales [cnrs]).

3 Le nmi total n’équivaut pas nécessairement à la somme des nmi des subdivisions ; il est recalculé à chaque changement d’échelle (secteur, couche, etc.). Par ailleurs, au sein d’un genre, les restes de taxons non déterminés au rang de l’espèce, surtout s’ils sont fragmentaires, ne peuvent pas toujours être comptabilisés dans l’évaluation du nmi.

4 L’utilisation de la chair des bernard-l’ermite pour la consommation ou comme appât de pêche ne peut être exclue faute de preuve contraire mais la taille des individus est rédhibitoire et leur chair n’est pas consommée actuellement.

5 Toutes les proportions sont désormais établies sans les composantes intrusives.

6 La classification « en fourchette » est utilisée lorsqu’un élément ne peut être rattaché à un stade de croissance stricto sensu, ce qui est souvent le cas des fragments. Ces éléments sont alors intégrés dans des champs de classification mixtes : les fourchettes « juvéniles/subadultes », « subadultes/matures » et « adultes/matures ».

7 Par « (sub) complets » on entend « complets ou subcomplets ».

8 Ce locus a aussi livré, hors dépôt, une coquille de Cassis sp. modifiée (portion ventrale évidée).

9 « Externe » est utilisé dans le sens anatomique : face du labre présentant des reliefs naturels ; la face anatomique opposée est dite « interne ». Cette dénomination est adoptée pour la raison que, si l’on peut utiliser les termes « distal » et « proximal », la partie active des outils étant claire, il est difficile d’identifier une face ventrale et une face dorsale.

10 Sandrine Grouard, non publié.

11 Ce site n’a livré que cinq restes de vertébrés piégés dans les lambis. Découverts tardivement, lors de l’étude de la malacofaune par Nathalie Serrand en 2004, ils n’ont pu être intégrés à notre rapport.

12 Un seul os provient du site néoindien récent de Baie Orientale 2 (sect. 6, carré C5, c. 5). Il est présenté pour information dans les tableaux de décompte, mais n’est pas comptabilisé dans les totaux ni les graphiques.

13 umr 7209 « Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements » (cnrs, Muséum national d’Histoire naturelle).

14 Gainesville, Floride, États-Unis.

15 Les paramètres de taille et de poids des poissons pêchés donnent des indications sur les différentes formes d’exploitation et de capture. En effet, les juvéniles naissent souvent dans un écosystème – par exemple la mangrove – puis migrent à l’âge adulte dans un autre écosystème – par exemple le récif corallien. Or, les matériels de pêche (filet, épervier, casier, nasse, hameçon, lance, arc, harpon, etc.) sont différents selon les lieux de pêche. Par conséquent, les paramètres biométriques des poissons laissent entrevoir par quelles techniques ils ont été capturés.

16 On trouvera des précisions sur la notion de longueur standard au tabl. xvi.

17 Une thanatocœnose, ou thanatocénose (de thanatos, mort, et koïnos, en commun), est une accumulation d’animaux morts.

18 Un otolithe supplémentaire de Hæmulon sciurus a été prélevé dans le secteur 6 (néoindien récent).

19 Hors individu néoindien.

20 Chiffres de novembre 2005.

21 Les différents processus d’altération physico-chimique laissent des traces distinctes sur les os : traces d’altération climatique (Behrensmeyer 1978 ; Behrensmeyer, Dechant Boaz 1980), traces d’altération marine (à l’occasion de tempêtes ou de marées importantes), traces d’attaques bactériennes (attaques acides stomacales de carnivores), traces d’altération chimique (modification de la chimie du sol par laquelle l’acidification du sédiment du fait des pluies tropicales et de la présence de sel provoque la fonte des pièces les plus fragiles). Les eaux d’infiltration, également, peuvent entraîner certains os dans leurs déplacements (les plus fins, les plus petits, les moins denses, etc.) ou bien les rendre plus ou moins friables, cassants (Korth 1979). En région tropicale humide, les paramètres d’intempérisation (Poplin 1977) sont très marqués et accélèrent la fonte taphonomique.

22 Il convient de noter à ce propos que l’absence de tamisage fin systématique induit la surreprésentation des gros animaux dans les ensembles fauniques archéologiques.

23 Sandrine Grouard, non publié.

24 Seuls les oiseaux ont été étudiés sur ce site.

25 Et dont on trouvera au § 3.3 la partie qui concerne le site néoindien de Baie Orientale 2.

26 large ea 4098. Les clichés ont été réalisés au laboratoire Géologie des systèmes carbonatés de l’université de Provence à Marseille (fre cnrs 2761).

27 Prospections personnelles.

28 Des galets pilons sont conservés au dépôt du musée Edgar Clerc (Le Moule, Guadeloupe) et au Musée de Saint-Martin.

29 Autrement appelées « grages ».

30 Une pièce assez semblable est cependant conservée dans le dépôt de fouille du service régional de l’Archéologie de Martinique (inédit).

31 Le terme est utilisé ici dans son acception franco-hispano-néerlandaise.

32 Également orthographié « Petites Cailles » et « Grandes Cailles ».

33 Le mot « natan » est la francisation du latin natans qui signifie « flottant » ou « nageant ».

Table des illustrations

Titre FIG. 13 La Baie Orientale vue vers le sud-est. Au premier plan, la zone des recherches.
Crédits Cliché aimablement confié à l’auteur par la Gendarmerie nationale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre FIG. 14 Baie Orientale 1. Zone C : a : schéma de tamisage ; b-f : répartition du mobilier en poids par loci.
Crédits © T. Romon, D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre FIG. 15 Baie Orientale 1. Plan général des vestiges de la zone C, secteur 23.
Crédits © D. Bonnissent, T. Romon, J.-J. Faillot.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre FIG. 16 Baie Orientale 1. Plan général et vue des vestiges de la zone C, secteur 39.
Crédits © D. Bonnissent, T. Romon, J.-J. Faillot, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre FIG. 17 Baie Orientale 1. La zone C.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre FIG. 19 Baie orientale 1, zone C. Coupe stratigraphique ouest du secteur 39
Crédits © D. Bonnissent, T. Romon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre FIG. 20 Baie Orientale 1, zone C, secteur 39. L’aire de cuisson F4 en coupe.
Crédits © D. Bonnissent, T. Romon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre FIG. 21 Baie Orientale 1, zone C. Dépôts de lames sur coquille du secteur 23 : a : sommet du dépôt F9 ; b : dépôt F9 après démontage du premier niveau ; c : sommet du dépôt F2 ; d : dépôt F2 après démontage du premier niveau.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre FIG. 22 Baie Orientale 1. Produits de débitage sur Strombus gigas : : labre débité ; : préforme de lame ; c lame.
Crédits © D. Bonnissent, N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre FIG. 23 Baie Orientale 1, zone C, locus 73-74. Dépôt lithique F7 : a : sommet du dépôt ; b : après démontage du premier niveau ; : niveau intermédiaire ; : niveau inférieur. 1 : pièce bifaciale à deux pointes 2 : pièce cylindrique 3 : bloc de matière première altérée 4 : pièce bifaciale à une pointe 5 : élément en forme d’ancre droit 6 : enclume 6 bis : empreinte de l’enclume dans l’argile 7 : plaque d’argile 8 : pièce bifaciale pédonculée 9 : bloc de matière première altérée 10 : élément en forme d’ancre courbe
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre FIG. 24 Baie Orientale 1, zone A : : plan général des vestiges ; b-c : répartition du mobilier en poids par loci.
Crédits © D. Bonnissent, T. Romon, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre FIF. 25 Baie Orientale 1, zone A. Coupe stratigraphique du secteur 4.
Crédits © D. Bonnissent, T. Romon, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 26 Baie Orientale 1, zone A. Dépôt de lames sur coquille F2 en coupe.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre FIG. 27 Baie Orientale 1, zone B : : schéma de tamisage ; b-e : répartition du mobilier en poids par loci.
Crédits © T. Romon, D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre FIG. 28 Baie Orientale 1, zone B. Coupe stratigraphique A-C du secteur 11.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre FIG. 29 Baie Orientale 1, zone B. Section B du secteur 11.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre FIG. 30 Baie Orientale 1, zone B : : plan général des vestiges (les différences dans le mode de représentation des loci 23 à 32 tiennent à l’absence de relevé de terrain pour cette zone) ; : vue du secteur 11 avec, au second plan, la coupe A-C.
Crédits © D. Bonnissent, T. Romon, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre FIG. 31 Baie Orientale 1, zone D : : plan général des vestiges (la topographie accidentée de la zone est à l’origine de l’irrégularité des loci) ; b-g : répartition du mobilier en poids par loci.
Crédits © T. Romon, D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre FIG. 32 Baie Orientale 1, zone D. Log réalisé en locus 37.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre FIG. 33 Baie Orientale 1, zone E : : plan général des vestiges ; b-f : répartition du mobilier en poids par loci.
Crédits © T. Romon, D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre TABL. II Baie Orientale 1 et 2. Décompte des invertébrés présents dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien. La taxinomie suit les ouvrages de Warmke et Abbott (1961), Abbott (1974), et Pointier et Lamy (1998) pour les bivalves et gastéropodes, Kaas (1972) pour les polyplacophores, et Voss (1976) et Burggren et Mc Mahon (1988) pour les crustacés. Signes et abréviations : NR : nombre total de restes, NMI : nombre minimum d’individus ; anthr : taxons dont l’apport sur le site est d’origine anthropique ; ? : taxons dont l’origine est incertaine ou mixte ; intrus : taxons intrusifs ; cf : certainement ; / : ou ;= : autrement appelé. La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre FIG. 34 Baie Orientale 1. Espèces principales de faune invertébrée.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre TABL. III Baie Orientale 1 et 2. Décompte des espèces d’invertébrés, hors éléments intrusifs, dans les différentes zones des gisements mésoindien et néoindien (NR : fréquence brute des restes, NMI : nombre minimum d’individus). La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre FIG. 35 Baie Orientale 1 et 2. Représentation des taxons dominants et des autres composantes de la faune invertébrée : : dans l’ensemble mésoindien ; : dans l’ensemble néoindien ; en fréquence relative de restes (% NR) et d’individus (% NMI).
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre FIG. 36 Baie Orientale 1 et 2. Fréquence relative des restes (% NR) et des individus (% NMI) dans les ensembles fauniques invertébrés, en fonction des biotopes locaux : : au Mésoindien ; : au Néoindien.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre FIG. 37 Baie Orientale 1 et 2. Représentation cartographique schématique des biotopes marins et littoraux exploités par les Précéramiques. Les contours retenus sont ceux de 1987.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre TABL. IV Baie Orientale 1 et 2. Fréquence brute et relative des restes, individus, éléments (sub)complets et fragmentaires de Strombus gigas selon les stades de croissance dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien (NR : fréquence brute des restes, NMI : nombre minimum d’individus). La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre FIG. 38 Baie Orientale 1 et 2. Strombus gigas dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien : : fréquence des individus (% NMI) selon leur stade de croissance et la fréquence relative des restes (% NR) de coquillages (sub)complets ; : principe de la classification par stades de croissance.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre TABL. V Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif métrique pour les spécimens complets et (sub)complets de Strombus gigas des ensembles fauniques mésoindien et néoindien (en mm). Le nombre d’individus mesurés est variable pour chacune des mesures, en fonction de l’état de conservation des coquilles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre FIG. 39 Baie Orientale 1 et 2. Strombus gigas dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien : rapport entre stade de croissance et longueur maximale du coquillage. Mesures effectuées sur les individus (sub)complets.
Crédits © D. Bonnissent, N. Serrand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre TABL. VI Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif métrique pour les spécimens complets et (sub)complets de Cittarium pica des ensembles fauniques mésoindien et néoindien. Le nombre d’individus mesurés est variable pour chacune des mesures, en fonction de l’état de conservation des coquilles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIG. 40 Baie Orientale 1 et 2. Cittarium pica : : distribution en classes de largeur 1 dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien (mesures effectuées sur les individus [sub]complets) ; : répartition du poids des coquilles complètes et des types de restes les plus proches d’une coquille complète dans l’ensemble mésoindien.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABL. VII Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif métrique pour les spécimens complets et (sub)complets de nérites (Nerita peloronta, N. versicolor et Nerita sp.) des ensembles fauniques mésoindien et néoindien. Le nombre d’individus mesurés est variable pour chacune des mesures, en fonction de l’état de conservation des coquilles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre FIG. 41 Baie Orientale 1 et 2. Distribution en classes de largeur de Nerita versicolor (a) et N. peloronta (b) dans les ensembles fauniques mésoindien et néoindien. Seuls sont pris en compte les individus assez complets pour être mesurés.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre FIG. 42 Baie Orientale 1, zone C. Répartition des restes d’invertébrés dans les loci des secteurs 39 et 23.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre TABL. VIII Baie Orientale 1 et 2. Fréquence brute et relative des restes (NR) et des individus (NMI) pour les grandes composantes des assemblages par zones. La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de fréquence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre FIG. 43 Baie Orientale 1. Récapitulatif du nombre minimum d’individus (NMI) des espèces majeures dans les cinq zones du site.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre TABL. IX Baie Orientale 1. Composition des dépôts mésoindiens en labres débités, préformes et outils finis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 44 Baie Orientale 1. Récapitulatif de la répartition des strombes dans les cinq zones au prorata des composantes industrielle et alimentaire des assemblages, en nombre de restes (NR).Certains objets affichés ici n’apparaissent pas sur les relevés de terrain [fig. 15 ; fig. 16 ; fig. 24 ; fig. 30 ; fig. 31]. Ils ont été prélevés lors du diagnostic ou identifiés après la fouille, lors du tamisage systématique du sédiment réalisé sur une épaisseur de 30 cm.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre FIG. 45 Baie Orientale 1. Fragments récurrents de Strombus gigas, notamment pour les individus subadultes à matures (le coquillage entier retenu pour exemple est issu du sect. 23, loci 54 et 55 ; les fragments proviennent de divers loci du sect. 23) : : spire attachée à un morceau de columelle ; 2-3 : columelles fracturées en plusieurs parties dont l’une isole le canal siphonal (loci 49 et 34) ; : parties internes du dernier tour, sous le point d’attache du labre (locus 33) ; : parties du tour interne de la columelle (locus 33) ; : dernier tour portant les derniers nodules ; : labre débité, parfois modifié (locus 14).
Crédits © N. Serrand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre FIG. 46 Baie Orientale 1. Deux exemples de remontages effectués dans l’amas F5 : : trois éléments provenant du locus 54 s’ajustent à un élément du locus 55 ; b : six pièces issues du locus 49 remontent avec une pièce provenant du locus 17.
Crédits © N. Serrand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre TABL. X Baie Orientale 1. Labres débités de Strombus gigas présents dans les dépôts mésoindiens (– non mesuré ou absent).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre FIG. 47 Baie Orientale 1. Exemples de labres débités.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre FIG. 48 Baie Orientale 1. Le débitage des labres de Strombus gigas (tous les exemples présentés sont issus de la zone C) : 1-3 : procédé de débitage pour l’obtention d’une préforme ; 4-9 : exemples de préformes ; 10-18 : déchets typiques résultant de la mise en forme.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre FIG. 49 Baie Orientale 1. Exemples d’outils finis : 1-6 : outils standards non utilisés ; 7-9 : outils étroits ; 10-11 : outils utilisés ; 12-15 : outils cassés.
Crédits © N. Serrand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre TABL. XI Baie Orientale 1. Préformes présentes dans les dépôts mésoindiens hs : hors stratigraphie, : à 15 m depuis le sud, b : coupe nord 403, : à 12 m du sud, : à 36,5 m du sud vers le nord, à 65 cm sous le sol actuel, : dépôt de la coupe sud 403, : entre 1 et 6 m au sud-ouest, tr : tranchée,– : non mesuré ou non mesurable.Le détail des points observés sur le profil des tranchants, des bords et des talons, et sur les stigmates de percussion, est accessible dans les tableaux présentés dans les rapports de fouille et auprès de l’auteur. Ils ont été retirés pour des raisons de présentation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre FIG. 50 Baie Orientale 1. Chaîne opératoire de la production d’outils avec tranchant sur labre de Strombus gigas.
Crédits © N. Serrand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre FIG. 51 Points d’établissement des mesures et terminologie employée pour les pièces d’industrie sur labre de Strombus gigas aux différents stades de la chaîne opératoire.
Crédits © N. Serrand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre FIG. 52 Baie Orientale 1. Projection des principales mesures des pièces d’industrie aux différents stades de la chaîne opératoire.
Crédits © N. Serrand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre TABL. XII Baie Orientale 1. Outils finis présents dans les dépôts mésoindiens.hs : hors stratigraphie ; : de 1 à 6 m au sud-ouest, b : à 5 m amas, c : coupe nord 403, : à 2,5 m extérieur sud et à 35 cm sous le sol actuel, : à 14,5 m du sud et à 55 cm sous le sol actuel, : à l’extrémité ouest des déblais, : de 10 à 35 mw, tr :tranchée,  : non mesuré ou non mesurable.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre TABL. XIII Baie Orientale 1. Répartition des labres débités, des préformes et des outils finis dans les zones et secteurs du gisement mésoindien. Le détail des points observés sur le profil des tranchants, des bords et des talons, et sur les stigmates de percussion, est accessible dans les tableaux présentés dans les rapports de fouille et auprès de l’auteur. Ils ont été retirés pour des raisons de présentation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre FIG. 53 Le lambi (Strombus gigas).
Crédits © C. Stouvenot.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre FIG. 54 Cuisson expérimentale de coquillages sur pierres chauffées.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre FIG. 55 Strombus gigas. Extraction du mollusque cuit sur pierres chauffées.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre TABL. XIV Descriptif de l’état des coquilles des espèces utilisées dans l’expérimentation, après cuisson et consommation (PdR poids des restes ; NR nombre de restes). Les mesures de longueur sont données en millimètres, les mesures de poids en grammes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre FIG. 56 Pièces archéologiques et expérimentales après cuisson sur lit de pierres chauffées : Strombus gigas subadulte : : individu archéologique, : ind. expérimental ; Nerita peloronta, avec les différents types de fractures et de traces de brûlure observés : 3-6 : individus archéologiques, 7-10 : ind. expérimentaux.
Crédits © N. Serrand, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre TABL. XV Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif des restes de vertébrés identifiés.NRd : nombre de restes déterminés ; NMIc : nombre minimum d’individus de combinaison ; cf. : certainement) La méthode de calcul utilisée est celle du NMI de combinaison. * Le secteur 6 (néoindien récent) est indiqué pour information mais n’est pas comptabilisé dans les totaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre TABL. XVI Baie Orientale 1 et 2. Récapitulatif des dimensions des ossements (en mm) et estimation de la taille des poissons (calcul de la longueur standard LS ; en mm). * L’individu provenant du secteur 6 (néoindien récent) est indiqué pour information mais n’est pas comptabilisé dans les totaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre FIG. 57 Baie Orientale 1. Les poissons recueillis sur le site et les pièces osseuses mesurées pour l’estimation de leur taille (longueur standard).
Crédits © S. Grouard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre FIG. 58 Baie Orientale 1. Classement selon leur taille (longueur standard) des poissons archéologiques pêchés sur le site mésoindien.
Crédits © S. Grouard, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 59 Baie Orientale 1. Dentaire droit de poisson perroquet (Scaridæ, Sparisoma sp.) portant des traces d’altération physico-chimiques et des traces de feu sur la symphyse à gauche : vue labiale ;à droite : vue linguale.
Crédits © S. Grouard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre FIG. 60 Baie Orientale 1 et 2. Répartition des matières premières lithiques retrouvées sur les sites mésoindien (a) et néoindien (b), en nombre d’objets.
Crédits © C. Stouvenot, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre FIG. 61 Origine des matières premières lithiques de Baie Orientale 1 et 2. Lames minces : a-b : tuffites de la ravine de New Grove (NG1) à Saint-Martin (gîte naturel) ; : tuffite ou tuf gris-noir du site mésoindien de Baie Orientale 1 (BO 2613 : zone D, sect. 26, lc 5, c. 5) ; : tuffite ou tuf noir du site mésoindien de Baie Orientale 1 (BO 1221 : zone B, sect. 11, lc 26, c. 4) ; e-f : tuf andésitique de la ravine de New Grove (NG2) à Saint-Martin (gîte naturel).
Crédits © C. Stouvenot, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre FIG. 62 Baie Orientale 1 et 2. Origine des matières premières lithiques utilisées sur les sites mésoindien et néoindien : : gîtes de l’île de Saint-Martin ; : gîtes des autres îles des Petites Antilles ; carré noir : sources du site mésoindien (Baie Orientale 1) ; rond noir : sources du site néoindien (Baie Orientale 2) ; triangle noir cerclé de noir : sites archéologiques de Baie Orientale 1 et 2. Désignation de la matière première lithique : 1 : silex (Antigua) 2 : calcaire noir (Saint-Barthélemy) 3 : tuf vert pâle (Saint-Barthélemy) 4 : calcaires (et calcite) miocènes 5. tuffite grise (ravine de New Grove) 6 : cherto-tuffite (ravine de Moho) 7 : roche à zémis (Pointe Arago).
Crédits © C. Stouvenot, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre FIG. 63 Origine des matières premières lithiques de Baie Orientale 1 et 2. Lames minces (a-c) et macrophotos (d-e) : a : tuf vert pâle du site mésoindien de Baie Orientale 1 (zone B, sect. 11, lc 23) ; b : roche à meule du site néoindien de Baie Orientale 2 (polissoir, sect. 6, H10, c. 3) ; c-d : roche à zémis de la pointe Arago, à Saint-Martin (gîte naturel) ; : calcaire gris-noir du site mésoindien de Baie Orientale 1 (zone C, sect. 23, lc 73-74).
Crédits © C. Stouvenot, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre FIG. 64 Origine des matières premières lithiques du site mésoindien de Baie Orientale 1. Lames minces : a-b : silex coloré (zone D, sect. 26, lc 22) ; : silex coloré BO 3945 (zone C, sect. 39, lc 40) ; d-e : silex laiteux BO 1257 (zone B, sect. 11, lc 27).
Crédits © C. Stouvenot, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre FIG. 65 Baie Orientale 1 (zone C, sect. 23, lc 29) : calcaire à grain fin, compact, noir (éclat BO 82).
Crédits © C. Stouvenot, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre FIG. 66 Baie Orientale 1 et 2. Comparaison des quantités de matières premières présentes sur les sites méso- et néoindien, en nombre et en masse.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre FIG. 67 Baie Orientale 1. Corail implanté sur le cortex d’un éclat de silex à dos naturel.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre TABL. XVII Baie Orientale 1. Répartition spatiale de l’industrie lithique mésoindienne (masse en grammes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre FIG. 68 Baie Orientale 1. Zone C, secteurs 23 et 39 : répartition du matériel lithique.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre TABL. XVIII Baie Orientale 1. Répartition du matériel en silex sur la base de l’analyse technologique des pièces.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre FIG. 69 Baie Orientale 1. Rapport longueur / largeur des pièces en silex.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre FIG. 70 Baie Orientale 1. Rapport largeur / épaisseur des pièces en silex.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre TABL. XIX Baie Orientale 1. Caractères des talons des éclats de silex.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 71 Baie Orientale 1. Interprétation des schémas opératoires du débitage des silex : la phase initiale.
Crédits © P. Fouéré, Nelly Le Masne, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre FIG. 72 Baie Orientale 1. Le débitage initial du silex : 1 : remontage de deux éclats corticaux ; 2 : flanc de nucléus ou tablette partielle ; 3 : remontage de deux éclats à directions d’enlèvement croisées ; 4 : éclat à pan latéral ; 5 : fragment d’éclat cassé par percussion sur la face supérieure ; 6 : tablette ; 7 : nucléus unipolaire et tablette ; 8 : nucléus atypique ; 9 : nucléus unipolaire ; 10, 11 : nucléus à plans croisés ; 12 : nucléus épuisé.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre FIG. 73 Baie Orientale 1. Le débitage initial du silex : 1, 3, 6, 7, 9 : nucléus unipolaires ; 2, 4, 5 : nucléus bipolaires à plans de frappe opposés ; 8 : nucléus sur éclat à débitage centripète ; 10 : nucléus épuisé (- objet hors inventaire).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre FIG. 74 Baie Orientale 1. Interprétation des schémas opératoires du débitage des silex : la phase secondaire.
Crédits © P. Fouéré, Nelly Le Masne, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre FIG. 75 Baie Orientale 1. Nucléus-burins à enlèvements transversaux, issus de la seconde phase de débitage des silex (chaîne opératoire 2) : 159, 14 : enlèvements transverses proximaux – sur éclat fracturé (1), – sur distal d’éclat cortical (5), – sur distal d’éclat (9, 14) ; 6 : nucléus bipolaire à plans de frappe opposés ; 7 : nucléus unipolaire ; 3, 8, 11-13 : nucléus-burins à enlèvements transverses distaux – sur éclat (3, 8, 13), – sur éclat cortical (11), – sur éclat avec enlèvements latéraux (12) ; 2, 4, 10 : enlèvements transverses proximaux et distaux (HZ hors zone).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre FIG. 76 Baie Orientale 1. Nucléus-burins issus de la seconde phase de débitage des silex (chaîne opératoire 2) : 1-7 : enlèvements dièdres distaux ; 8-13 : enlèvements latéraux.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre FIG. 77 Baie Orientale 1. Nucléus à débitage centripète sur éclat, issus de la seconde phase de débitage des silex (chaîne opératoire 2’) : 1 : enlèvements directs ; 2-4 : éclats Kombewa ; 5, 7, 8 : enlèvements inverses ; 6, 9-11 : enlèvements bifaciaux.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre FIG. 78 Baie Orientale 1. Produits du débitage des silex : 1-16 : perçoirs ; 17-32 : chutes de burin ; 33-34 : lamelles (- objet hors inventaire).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre FIG. 79 Baie Orientale 1. Rapport longueur / largeur des pièces en roche volcanique.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre TABL. XXI Baie Orientale 1. Caractères des talons des éclats en roche volcanique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre FIG. 80 Baie Orientale 1. Remontage de trois pièces en roche volcanique.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre FIG. 81 Baie Orientale 1. Industrie en roche volcanique : 1 : nucléus à débitage centripète ; 2 : nucléus à plans de frappe croisés ; 3 : éclat à bords écrasés ; 4 : éclat retouché ; 5 : perçoir ? 6 : éclat à dos naturel, utilisé ; 7 : couteau à retouche bifaciale ; 8 : nucléus sur éclat.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre FIG. 82 Baie Orientale 1. Pièces lithiques diverses : 1 : polissoir à rainure sur galet, tuffite gréseuse ; 3 : ébauche de pendeloque sur galet, roche volcanique ; 2, 4 : fragments de pièces bifaciales bouchardées, roche volcanique noire (- objet hors inventaire).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre FIG. 83 Baie Orientale 1. Objet ancriforme, roche volcanique.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre FIG. 84 Baie Orientale 1. Pièces lithiques diverses : 1-2 : mortiers, roche volcanique ; 3 : meule ou polissoir, tuf gréseux ; 4 : polissoir, cherto-tuffite (- objet hors inventaire).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre FIG. 85 Baie Orientale 1. Écaille lunulaire à piquetage central, roche volcanique (- objet hors inventaire).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre FIG. 86 Baie Orientale 1. Polissoir ou meule, tuffite gréseuse.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre FIG. 87 Baie Orientale 1. Rapport longueur / largeur des galets en fonction de leur matière première et de leur destination. Observation réalisée sur 59 galets entiers.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre FIG. 88 Baie Orientale 1. Caractéristiques dimensionnelles des galets utilisés sur le site. Observation réalisée sur 59 galets entiers.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre FIG. 89 Baie Orientale 1. Galets utilisés : 1-3 : percuteurs sur roche volcanique ; : galet à gorge, calcaire corallien (- objet hors inventaire).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre FIG. 90 Baie Orientale 1. Dépôt F7 : 1 : grande pièce bifaciale à deux pointes, calcaire noir ; : grande pièce bifaciale à une pointe, calcaire noir.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre FIG. 91 Baie Orientale 1. Dépôt F7 : 1 : pièce bifaciale pédonculée, en calcaire noir ; 2 : pièce cylindrique, calcaire noir ; 3 : lentille à piquetage central, roche volcanique claire (enclume ?).
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre FIG. 92 Baie Orientale 1. Dépôt F7 : 1 : objet ancriforme à bord plat, roche volcanique ; 2 : objet ancriforme à bord courbe, calcaire noir.
Crédits © P. Fouéré, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre FIG. 93 Baie Orientale 1. Représentation des coraux par espèces : : en poids (exprimé en grammes) ; : en nombre de restes (NR).
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre TABL. XXII Baie Orientale 1. Espèces de corail collectées sur le site mésoindien, en nombre de restes (NR) et en poids (PdR, en grammes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre FIG. 94 Cartographie des récifs coralliens de la partie française de l’île de Saint-Martin.
Crédits © D. Bonnissent (d’après Porcher et al. 2001).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre FIG. 95 Le corail corne d’élan (Acropora palmata) dans son milieu naturel (Anse à la Barque, Guadeloupe, 7 déc. 2007).
Crédits © F. Mazéas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre TABL. XXIII Baie Orientale 1. Classification des fragments de corail corne d’élan (Acropora palmata) après remontage (NR nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre TABL. XXIV Baie Orientale 1. Caractéristiques des tronçons de corail corne d’élan (Acropora palmata) après remontage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre FIG. 96 Baie Orientale 1. Grands tronçons de branches d’Acropora palmata avec palme et sans palme, zone C, sect. 23 : 1 : lc 57 ; 2 : lc 63 ; 3 : lc 12 ; 4 : lc 48 ; 5 : lc 81 ; 6 : lc 21 ; 7 : lc 24.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre FIG. 97 Baie Orientale 1. Petits tronçons de branches d’Acropora palmata, zone C : 1 : sect. 39, lc 29 ; 2 : sect. 23, lc 20 ; 3 : sect. 23, lc 49 ; 4 : sect. 23, lc 12 ; 5 : sect. 23, lc 21.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre FIG. 98 Baie Orientale 1. Tronçon d’Acropora palmata (zone C, sect. 39, lc 29) : à gauche : partie supérieure abrasée ; à droite : partie inférieure non utilisée.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre FIG. 99 Baie Orientale 1 (zone C, sect. 23, lc 57). Plage d’usure sur un tronçon d’Acropora palmata.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre FIG. 100 Baie Orientale 1. Aspects de surface types des tronçons d’Acropora palmata de la zone C : 1 : surface légèrement abrasée, les corallites sont saillantes ; 2 : les corallites sont très abrasées, une petite protubérance est encore visible autour de leur section ; 3 : les corallites sont totalement usées et seul l’orifice subsiste ; 4 : les corallites sont totalement usées et couvertes d’un encroûtement carbonaté.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre FIG. 101 Le corail corne de cerf (Acropora cervicornis) dans son milieu naturel (Grand-Cul-de-Sac Marin, Guadeloupe nord, juillet 2005).
Crédits © F. Mazéas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre TABL. XXV Baie Orientale 1. Classification des restes de corail corne de cerf (Acropora cervicornis) : traces d’utilisation et remontages (NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Titre FIG. 102 Baie Orientale 1. Classification des tronçons d’Acropora cervicornis d’après leur longueur.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre FIG. 103 Baie Orientale 1. Branches modifiées d’Acropora cervicornis : 1 : sect. 23, lc 66, 67, 69 ; 2 : sect. 39, lc 5 ; 3 : sect. 23, lc 23 ; 4 : sect. 41, lc 7 ; 5 : sect. 23 lc 86 ; 6 : sect. 11, lc 10.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre TABL. XXVI Baie Orientale 1. Classification des restes de corail cerveau natan (Colpophyllia natans) par catégories (NR : nombre de restes ; PdR : poids, en grammes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre FIG. 104 Le corail cerveau natan (Colpophyllia natans) dans son milieu naturel (Anse à la Barque, Guadeloupe, 25 mai 2006).
Crédits © F. Mazéas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre FIG. 105 Baie Orientale 1. Deux spécimens de Colpophyllia natans façonnés en boule par abrasion : 1 : sect. 23, lc 58 ; 2 : sect. 23, lc 77.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre FIG. 106 Baie Orientale 1. Plans de répartition des coraux de la zone C par espèces et par nombre de restes, modifiés ou brûlés.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20473/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search