Version classiqueVersion mobile

Les gisements précolombiens de la Baie Orientale

 | 
Dominique Bonnissent

Chapitre 1. Contexte environnemental et chronologique des occupations précolombiennes

Chapter 1 Environmental and Chronological Context of the Pre-Columbian Occupations

Capítulo 1 Contexto ambiental y cronometría de los campamentos precolombinos

Résumé

Cet ouvrage présente les résultats de recherches archéologiques préventives conduites en 2000 sur deux gisements précolombiens de l’île de Saint-Martin, collectivité d’outre-mer située dans les Petites Antilles. Le projet de construction d’un complexe touristique, Le Village d’Orient, portant sur plus de 6 ha de l’arrière-plage de la Baie Orientale, menaçait de destruction des vestiges précolombiens. L’intervention a été réalisée selon les méthodes classiques de l’archéologie préventive telle qu’elle est pratiquée en France métropolitaine par l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives). Le déroulement des recherches en trois phases successives – diagnostic, évaluation, fouille – a permis d’appréhender rapidement et précisément le contenu archéologique du sous-sol et d’étudier les zones les mieux conservées.

Ce volume propose, à travers plusieurs domaines de l’archéologie, une analyse et une interprétation des spécificités culturelles des communautés amérindiennes qui ont occupé la Baie Orientale à deux périodes préhistoriques très distinctes : le Mésoindien et le Néoindien. Le site mésoindien de Baie Orientale 1 est constitué d’aires de campement préservées de façon exceptionnelle, et les occupations y sont datées entre 800 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. Le second gisement, Baie Orientale 2, est un dépotoir du Néoindien récent. Formé entre la fin du viiie s. et le milieu du xe s. ; il est constitué d’un niveau de rejets comportant, entre autres, un assemblage de céramiques rattaché au style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde, définie pour ce secteur géographique.

L’île de Saint-Martin est située dans la partie nord de l’archipel des Petites Antilles, à 260 km au nord de la Guadeloupe. L’île est partagée depuis 1648 par une frontière est-ouest qui sépare la partie française, au nord, du territoire des Antilles Néerlandaises au sud : Sint Maarten. D’une superficie de 90 km2, elle est marquée par un relief de collines dont le sommet le plus haut, le Pic du Paradis, culmine à 424 m. Son littoral est découpé en baies et lagunes où se succèdent plages de sable et pointes rocheuses. Géologiquement, Saint-Martin fait partie des îles anciennes dont le soubassement volcanique érodé est partiellement recouvert de formations calcaires. La Baie Orientale est située sur la côte au vent de la façade atlantique. Les recherches ont été conduites dans le secteur central de la baie où une série de cordons sableux emboîtés constitue l’arrière-plage. L’occupation mésoindienne s’y développe sur une longue bande de près de 300 m où cinq zones ont été analysées et regroupées sous le nom de Baie Orientale 1 (fig. 6 : A à E). Le dépotoir de Baie orientale 2 quant à lui est situé à l’est sur un cordon plus récent, en avant du gisement mésoindien. Une troisième occupation, le site mésoindien de Salines d’Orient, occupé entre 1925 et 1430 av. J.-C., est localisée hors de la zone de recherche, sur l’un des plus anciens cordons sableux de la baie. La présence de trois sites précolombiens d’âges différents dans ce secteur permet ainsi de dater la formation des cordons successifs.

L’occupation précolombienne de l’île se développe sur près de cinq millénaires, entre 3300 av. J.-C. et 1600 ap. J.-C. Elle est calée en chronologie absolue par 94 datations radiométriques issues de dix-sept gisements. Le Mésoindien ou Archaic Age est représenté par la série ortoiroïde, reconnue sur l’île pour la période comprise entre 3300 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. Cette culture a fourni à Saint-Martin les vestiges de huit gisements, dont le plus ancien des Petites Antilles selon les données actuellement connues du peuplement. Le Néoindien ancien ou Early Ceramic Age est ensuite signalé par la colonisation des premiers agriculteurs-potiers sur l’île entre 400 av. J.-C. et 960 ap. J.-C. Cette période est caractérisée par les sous-séries huecan et cédrosan-saladoïde : quatre gisements ont été étudiés dont les villages de Hope Estate et celui plus tardif d’Anse des Pères. Le Néoindien récent ou Late Ceramic Age se développe entre 660 et 1600 ap. J.-C. sur l’île : les sites de Baie Orientale 2 et Pointe du Canonnier sont rattachés au Mamoran-troumassoïde de style Mill Reef, le site de Baie aux Prunes au Mamoran-troumassoïde de style Mamora Bay, et celui de Baie Rouge à la sous-série chican-ostinoïde.

L’étude géomorphologique montre que la Baie Orientale est formée d’une succession d’anciens cordons sableux qui épousent la forme arquée du fond de la baie. Ils sont le résultat de l’engraissement progressif de la plage par des sables apportés par les tempêtes durant l’Holocène, provoquant une migration du trait de côte qui a conditionné les implantations humaines successives. Ainsi, le site mésoindien de Baie Orientale 1, aujourd’hui en retrait d’environ 200 m du rivage, était-il installé en bordure de mer, sur un ancien haut de plage fossilisé sous la forme d’un bourrelet sableux. Il en est de même pour le dépotoir de Baie Orientale 2, alors très proche du rivage. Les cartes anciennes montrent que depuis la fin du xviiie s. la plage de la partie est de la baie est en cours d’érosion.

La stratigraphie des dépôts littoraux de la Baie Orientale présente différents faciès. Dans l’ordre chronologique on observe des accumulations de coulées boueuses de pied de versant qui atteignent 1,5 à 2 m d’épaisseur, puis des dépôts de sables de plage sur environ 4,5 m, au sommet desquels s’est développé un sol. Celui-ci comprend un horizon superficiel humifère (Ah) et un horizon sous-jacent (Sca) d’altération des sables marins. En surface, des sables argileux correspondent à des dépôts lagunaires qui colmatent les dépressions séparant les cordons sableux.

Si la connaissance des populations précolombiennes du Néoindien dans les Petites Antilles est relativement bien documentée, on dispose de peu d’éléments sur les communautés du Mésoindien qui ont sillonné les mers depuis le continent Américain. Ainsi, nous verrons dans quelle mesure notre compréhension de l’univers des Amérindiens précéramiques des Petites Antilles peut être enrichie : il révèle des pratiques culturelles complexes jusque-là insoupçonnées.

La isla de San Martín está situada en la zona norte de las Antillas Menores, a 260 km al norte del archipiélago de Guadalupe [fig.2; fig.3]. Desde 1648, está dividida por una línea fronteriza que va de este a oeste y que separa la parte francesa, al norte, de Sint Maarten, Estado autónomo del Reino de los Países Bajos, al sur [fig. 4]. Su superficie es de 90 km2 y su relieve está formado por colinas que alcanzan su punto culminante a los 424 m de altura, en el Pic Paradis. El recortado litoral presenta bahías, albuferas, playas de arena y puntas rocosas. Desde un punto de vista geológico, San Martín es una isla antigua, cuyo basamento volcánico erosionado se encuentra parcialmente cubierto por formaciones calcáreas (Westercamp, Tazieff 1980). La Baie Orientale está situada en el frente atlántico, en la parte expuesta al viento. Los estudios se llevaron a cabo en el sector central de la bahía, donde la parte trasera de la playa presenta una serie de cordones de arena unidos unos a otros [fig.5]. La ocupación mesoindia se desarrolló en una larga franja de cerca de 300 m, donde se determinaron cinco zonas, que luego se analizaron y agruparon bajo el nombre de Baie Orientale 1 [fig.6: A a E]. Por otro lado, el depósito de Baie Orientale 2 está situado al este, en un cordón más reciente, delante del yacimiento mesoindio. Un tercer evento de ocupación se produjo entre el 1925 y el 1430 a. C. (Stouvenot 2006; Bonnissent 2008) en el sitio mesoindio de Salinas de Oriente, situado fuera del área de estudio, en uno de los cordones de arena más antiguos de la bahía. La presencia de tres sitios precolombinos de edades diferentes en este sector permite fechar la formación de los cordones sucesivos.

Texte intégral

1.1 Milieu insulaire et cadre chronologique

1.1.1 L’île de Saint-Martin dans les Antilles

1Les îles des Antilles forment en Amérique centrale un archipel qui s’étend en arc de cercle sur 2 000 km, de la péninsule du Yucatán, au Mexique, aux côtes du Venezuela près du delta de l’Orénoque [fig. 2]. Ce chapelet d’îles isole de l’océan Atlantique la mer des Caraïbes ou « mer des Antilles ». Le nord de l’archipel est constitué des Grandes Antilles qui regroupent quatre îles d’importance : Cuba, la Jamaïque, Porto Rico et l’ancienne Hispaniola que se partagent Haïti et la République Dominicaine. Les Petites Antilles s’échelonnent au sud-est depuis les Îles Vierges jusqu’à Trinidad sur environ 900 km de longueur et comptent une vingtaine d’îles principales. Le schéma géographique très particulier de cet arc insulaire a conditionné la Préhistoire de la région du fait des migrations et des influences venues du continent par l’Amérique du Sud, peut-être par l’Amérique du Nord et très probablement par l’Amérique Centrale.

FIG. 2 L’archipel des Antilles.

FIG. 2 L’archipel des Antilles.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

2L’île de Saint-Martin est située dans la partie nord de l’archipel des Petites Antilles (18°5’N / 63°5’O), à 260 km au nord de la Guadeloupe. Elle constitue avec ses voisines, Anguilla à une dizaine de kilomètres au nord et Saint-Barthélemy à environ 30 km au sud-est [fig. 3], un petit regroupement d’îles et d’îlets relativement proches et situés sur la plate-forme sous-marine d’Anguilla (Westercamp, Tazieff 1980). Cet ensemble est isolé au nord des Îles Vierges et des Grandes Antilles par le canal d’Anegada. L’archipel se prolonge vers le sud avec les îles de Saba, Saint-Eustache et Saint-Christophe, toutes visibles depuis Saint-Martin. Si cet environnement insulaire et tropical est hospitalier, il est néanmoins soumis à des événements naturels violents : cyclones parfois dévastateurs, phénomènes sismiques liés à la mobilité de la plaque Caraïbe et épisodes éruptifs du volcanisme de certaines îles (Andreieff et al. 1989). Les Amérindiens des Petites Antilles ont été confrontés dans le passé à cette vigueur de la nature (Delpuech 2004).

FIG. 3 Le nord de l’archipel des Petites Antilles.

FIG. 3 Le nord de l’archipel des Petites Antilles.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

3Après une histoire politique complexe (Hartog 1981), l’île est partagée en 1648 par une frontière est-ouest [fig. 4] qui délimite, au nord, la partie française : la collectivité d’outre-mer de Saint-Martin. Au sud, Sint Maarten est un pays autonome du royaume des Pays-Bas. L’île, d’une superficie de 90 km2, est marquée par un relief de mornes ou de collines arrondies de faible altitude, dont le sommet le plus haut, le Pic du Paradis, culmine à 424 m. Son littoral est découpé en baies et lagunes où se succèdent plages de sable et pointes rocheuses. Géologiquement, Saint-Martin fait partie des îles anciennes dont le soubassement volcanique érodé est partiellement recouvert de formations calcaires (Westercamp, Tazieff 1980). L’île est située sur l’arc externe des Petites Antilles, attribué au volcanisme ancien. On y distingue quatre principales formations : les séries volcaniques et volcano-sédimentaires éocènes, les intrusions granodioritiques de l’Oligocène qui forment les deux plutons de Grand Case et de Philipsburg, les calcaires récifaux du Miocène dans la partie ouest de l’île, et enfin les formations plioquaternaires et actuelles (Dagain et al. 1989). C’est dans ce contexte particulier, maritime et tropical, que se sont développées les cultures précolombiennes.

FIG. 4 Dix-sept gisements précolombiens datés par le radiocarbone sur l’île de Saint-Martin.

FIG. 4 Dix-sept gisements précolombiens datés par le radiocarbone sur l’île de Saint-Martin.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

1.1.2 Historique des recherches

4Les premières recherches archéologiques conduites à la Baie Orientale ont débuté en 1992 lors de la découverte d’un site du Néoindien récent repéré à l’occasion d’extractions de sable. Une intervention de sauvetage organisée par l’aahe avait permis une première reconnaissance des lieux et révélé la présence d’un dépotoir précolombien (Hénocq et al. 1992). L’existence de ce gisement et le contexte environnemental de la Baie Orientale très favorable à l’implantation humaine, ont conduit en 2000 à une intervention préventive en amont du projet d’aménagement du « Village d’Orient ».

5Les investigations archéologiques se sont déroulées en trois phases. Dans un premier temps, des sondages ont permis de délimiter l’extension du gisement néoindien récent de Baie Orientale 2 et de vérifier la présence soupçonnée d’autres occupations (Bonnissent 2000). Ce diagnostic de la parcelle, qui consistait en une cinquantaine de tranchées, a permis d’explorer 3 % de la superficie du terrain et de déceler, outre le site néoindien récent, la présence d’un gisement mésoindien jusque-là inconnu : Baie Orientale 1.

6La phase suivante d’évaluation a permis de caractériser la nature de l’occupation mésoindienne, de délimiter l’extension des vestiges et d’en mesurer l’importance, grâce à des recherches conduites dans différentes zones de la parcelle. C’est à cette occasion que plusieurs éléments inédits ont été reconnus, dont les restes d’une chaîne complète de production de lames sur coquille, des aires de cuisson de coquillages et des dépôts d’objets (Bonnissent, Romon 2000). Ces recherches ont permis de délimiter les zones les plus riches en vestiges et les mieux conservées, qu’il était prioritaire de documenter.

7L’intérêt et le potentiel archéologique des deux gisements ont conduit à la troisième étape de l’intervention, une fouille extensive des zones exceptionnellement bien conservées du gisement mésoindien de Baie Orientale 1 (Bonnissent 2001). Le dépotoir néoindien récent de Baie Orientale 2 a fait l’objet d’une fouille intégrale. Les effectifs de l’équipe de terrain de l’Afan se sont accrus durant cette dernière phase, du fait de la participation d’archéologues de l’aahe et de techniciens de terrain mis à disposition par l’aménageur. L’équipe, alors forte d’une douzaine de personnes, a pu explorer de grandes surfaces et accéder à des données spatiales inédites.

1.1.3 La Baie Orientale

8La Baie Orientale est située sur la côte au vent de la façade atlantique, face aux îlets Caye Verte, Petite Clef et Pinel [fig. 4]. Les recherches ont été conduites sur le cordon littoral sableux de l’arrière-plage, dans le secteur central de la baie [fig. 5]. En arrière, le Morne Griselle domine la côte à 58 m d’altitude ; au sud s’étendent les Salines d’Orient. La Baie Orientale et la Baie de l’Embouchure offrent à la fois des fonds sableux à herbiers et des secteurs rocheux qui constituent un ensemble très riche en faune marine. L’étude géomorphologique montre que cette zone est formée d’une succession d’anciens cordons sableux qui épousent la forme arquée du fond de la baie (cf. infra, § 1.2.1). Ils résultent de l’engraissement progressif de la plage par des sables amenés au cours des tempêtes durant l’Holocène, provoquant une migration du trait de côte qui a conditionné les implantations humaines successives. Ainsi, le site mésoindien de Baie Orientale 1, aujourd’hui en retrait d’environ 200 m du rivage, était-il alors installé en bordure de mer, sur un ancien haut de plage fossilisé sous la forme d’un bourrelet sableux. L’occupation s’y développe sur une longue bande de près de 300 m où cinq zones ont été documentées [fig. 6 : A à e]. La grande superficie de la zone explorée permet d’accéder à des données spatiales jusque-là inédites pour la période précéramique dans les Antilles.

FIG. 5 La Baie Orientale sur la façade atlantique (état de 1987).

FIG. 5 La Baie Orientale sur la façade atlantique (état de 1987).

© P. Galibert, A. Dagand.

FIG. 6 Plan des sites précolombiens de la Baie Orientale.

FIG. 6 Plan des sites précolombiens de la Baie Orientale.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

9Le second site précolombien, Baie Orientale 2, est localisé sur un cordon plus récent, en avant du gisement mésoindien. Il forme une aire ovalaire d’environ 200 m2, constituée d’un niveau de rejets où sont rassemblés des restes de coquillages consommés et des vestiges de la culture matérielle du Néoindien récent.

10Une troisième occupation, le site mésoindien de Salines d’Orient, est localisée, hors de notre zone de recherche, sur l’un des plus anciens cordons sableux de la baie. Elle s’avère donc être la plus ancienne, et elle est datée entre 1925 et 1430 av. J.-C. (Stouvenot 2006 ; Bonnissent 2008). La présence de trois sites précolombiens d’âges différents dans ce secteur permet ainsi de dater la formation des cordons successifs. Il faut également signaler l’occupation dénommée « Griselle sm-033 » située dans la partie centrale de la baie, au pied d’un petit morne en bord de plage, en dehors de la zone des investigations. Il s’agit d’une aire d’une quinzaine de mètres de diamètre qui a fourni des coquilles et une industrie lithique sur éclats (Haviser 1995). L’auteur suggère que cette occupation acéramique pourrait dater de la période archaïque, soit du Mésoindien.

  • 1 Création de Colbert au xviiie s., la zone dite « des cinquante pas géométriques » se définit comme u (...)

11Les 6 ha de l’arrière-plage concernés par les recherches sont constitués de terrains sableux dont l’altitude varie entre 0 et 3 m au-dessus du niveau de la mer. Ils sont recouverts d’une végétation clairsemée à broussailles caractéristique du littoral. La parcelle est limitée vers la mer par les « 50 pas géométriques »1 à environ 80 m du rivage actuel et en arrière par la zone inondable des Salines d’Orient. De nombreuses excavations, visibles dans la topographie du site, résultent de l’extraction de sable marin. Certaines se sont transformées en petites mares artificielles alors que d’autres, révélées par les sondages, ont été anciennement comblées. Des remblais superficiels couvrent les terrains dans le nord de la parcelle et certaines zones, dans la partie occidentale, ont été arasées lors de l’aménagement d’une piste.

1.1.4 Le contexte précolombien de l’île

12La séquence chronologique de l’occupation précolombienne de l’île, actuellement la plus longue des Petites Antilles, se développe sur près de cinq millénaires, soit entre 3300 av. J.-C. et 1600 ap. J.-C. [fig. 7]. Elle est calée en chronologie absolue par quatre-vingt-quatorze datations radiométriques (Bonnissent 2008 : tabl. 1-4) issues de dix-sept gisements [fig. 4]. Les grands changements culturels sont marqués par les transformations des modes de vie perçus à travers les économies de production, l’exploitation du milieu naturel et les phénomènes de migration (Bonnissent 2008). Les trois principaux stades culturels définis pour les Petites Antilles y sont identifiés.

FIG. 7 Datations radiométriques en années calibrées des gisements précolombiens de Saint-Martin (2 sigma, 95 % de probabilité). La correction de l’effet réservoir global (400 ans) sur les coquilles marines a été effectuée pour les datations concernées.

FIG. 7 Datations radiométriques en années calibrées des gisements précolombiens de Saint-Martin (2 sigma, 95 % de probabilité). La correction de l’effet réservoir global (400 ans) sur les coquilles marines a été effectuée pour les datations concernées.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

13Le Mésoindien ou Archaic Age (Willey, Phillips 1958 ; Rouse 1992 ; Boomert 2000) est représenté par la série ortoiroïde, reconnue sur l’île entre 3300 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. Cette culture a fourni à Saint-Martin les vestiges les plus anciens des Petites Antilles selon les données actuellement connues du peuplement. Le Mésoindien est documenté par huit principaux gisements [fig. 4] : Étang Rouge 3 (Bonnissent 2005b ; Martias 2005 ; Bonnissent 2008), Pont de Sandy Ground 2 (Bonnissent 2008) Norman Estate (Knippenberg 1999b ; Bonnissent 2008), Trou David 1, Pointe du Bluff, Baie Longue 2 (Bonnissent 2003b ; 2008), Salines d’Orient (Stouvenot 2006 ; Bonnissent 2008) et Baie Orientale 1 (Bonnissent et al. 2001 ; Bonnissent 2008). Il s’agit de communautés nomades de collecteurs de coquillages et de pêcheurs qui occupent de façon privilégiée le littoral.

14Le Néoindien ancien ou Early Ceramic Age (Siegel 1989 ; Rouse 1992) est signalé par une nouvelle colonisation de l’île vers 500 av. J.-C., qui se prolonge jusque vers 960 ap. J.-C. Cette période est caractérisée par les sous-séries huecan – dont le statut est encore discuté – et cédrosan-saladoïde. Ces premiers agriculteurs-potiers qui vivent regroupés en villages sont attestés par l’occupation huecan du gisement de Hope Estate (Haviser 1991 ; Hofman, Hoogland 1999 ; Bonnissent et al. 2003 ; Bonnissent 2008), à laquelle succède une phase cédrosan-saladoïde également reconnue sur les sites de l’Îlet Pinel Ouest (Bonnissent 2003c), de Cul-de-sac (Martias 2006) et plus tardivement d’Anse des Pères (Knippenberg 1999c). On distingue alors les lieux d’habitat – les villages – des sites satellites spécialisés dans l’exploitation des ressources marines, dans le décoquillage ou dans l’extraction de matières premières lithiques (Bonnissent 2008).

15Le Néoindien récent ou Late Ceramic Age (Rouse, Faber Morse 1998 ; Petersen et al. 2004) est identifié entre 660 et 1600 ap. J.-C., et trois stades culturels sont clairement individualisés sur l’île par les productions céramiques et les datations absolues : le stade 1, reconnu sur les sites de Baie Orientale 2 et de Pointe du Canonnier, est affilié au style Mill Reef de la sous-série mamoran-troumassoïde (Bonnissent 2003d ; 2008) ; le stade 2, attesté sur le site de Baie aux Prunes, est attribué au style Mamora Bay, également de la sous-série mamoran-troumassoïde (Bonnissent 2005a ; 2008) ; enfin, les productions céramiques du site de Baie Rouge, affiliées à la sous-série chican-ostionoïde, constituent le stade 3 (Hénocq, Petit 1998a ; Bonnissent 2008). L’exploitation du territoire, organisée selon un système de villages et de sites satellites spécialisés, perdure tout au long du Néoindien récent.

1.1.5 Les datations radiométriques

1.1.5.1 Baie Orientale 1

16Le site de Baie Orientale 1 a fourni quatre datations radiométriques qui couvrent la fin de la période mésoindienne et s’échelonnent entre le viiie s. av. J.-C. et le ier s. ap. J.-C. (Bonnissent 2008) [tabl. I]. Elles ont été réalisées sur des charbons et sur une coquille marine de Strombus gigas échantillonnés dans le niveau principal des occupations des zones A, B et C. Les analyses et la calibration ont été effectuées par le laboratoire Beta Analytic de Miami, aux États-Unis.

TABL. I Datation radiométrique des gisements précolombiens de Baie Orientale 1 et 2. La correction de 400 ans de l’effet réservoir a été effectuée sur les échantillons en coquille.

TABL. I Datation radiométrique des gisements précolombiens de Baie Orientale 1 et 2. La correction de 400 ans de l’effet réservoir a été effectuée sur les échantillons en coquille.

17Deux datations fournissent des résultats qui se situent, en années calibrées, entre 800 et 400 av. J.-C. La première de ces mesures d’âge (Beta-145372) a été réalisée sur un charbon provenant d’un foyer de la zone C (F2, locus 15) [fig. 16]. La seconde (Beta- 146427) a été effectuée sur un produit issu de l’industrie sur coquille, un labre débité de Strombus gigas provenant de la zone A [fig. 24].

18Les deux autres datations, plus tardives, couvrent la fin du 1er millénaire av. J.-C. et l’une d’elles s’étend jusqu’au ier s. ap. J.-C. La datation Beta-146425 a été réalisée sur un charbon prélevé dans un second foyer de la zone C (F4, locus 20) [fig. 16]. Enfin, la dernière datation (Beta-146424) a été effectuée sur un charbon provenant d’une petite structure de combustion de la zone B (secteur 11, F4, locus 16) [fig. 30].

19Ces datations posent plusieurs problèmes d’interprétation : d’une part à l’échelle du site pour lequel elles indiquent que sur près de mille ans les occupations qui se sont succédé sont de même tradition culturelle, et d’autre part à l’échelle de la chronologie interne de l’île où elles apparaissent contemporaines des premières installations du Néoindien ancien.

1.1.5.2 Baie Orientale 2

  • 2 Basiseenheid centrum voor isotopen onderzoek = Centre for Isotope Research (cio) / univ. de Groning (...)

20Lors des premières recherches engagées sur le dépotoir de Baie Orientale 2 (Hénocq et al. 1992), deux datations avaient été réalisées sur un élément provenant du carré G2 de l’unité 4 [fig. 107]. Il s’agit d’une coquille marine de Cittarium pica (GrN-20164) et d’un parasite, une sorte de ver marin fixé dessus et formant une concrétion carbonatée (GrN-20177). Les deux invertébrés ont été datés et ont fourni des résultats proches [tabl. I]. La coquille et le ver sont obligatoirement contemporains car ce dernier a dû se fixer sur le coquillage vivant avant que celui-ci ne soit collecté par les Amérindiens. Si l’on extrapole ces résultats en prenant en compte la période recouvrement des deux dates calibrées, on réduit la fourchette de datation à la période comprise entre 740 et 815 ap. J.-C. Ces analyses ont été effectuées par le Laboratoire de recherche isotopique de Groningue, aux Pays-Bas2, et la calibration par Beta Analytic (Hénocq, Petit 1998b).

  • 3 umr 5138 « Archéométrie et archéologie (origine, datation et technologie des matériaux) »/ cnrs, un (...)
  • 4 Univ. d’Oxford, School of Archaeology, Research Laboratory for Archaeology & the History of Art.

21À la suite des dernières investigations, une troisième datation a été réalisée sur un résidu organique carbonisé, un « caramel », retrouvé dans le fond d’une poterie. Cet élément a été prélevé dans le carré J10 de la couche de rejets du dépotoir [fig. 107 : 3] et traité au Centre de datation par le radiocarbone3 de Lyon (Lyon-1455 [OxA]). La taille réduite de l’échantillon a nécessité une analyse par spectrométrie de masse à l’Accelerator Radiocarbon Unit4 à Oxford. La datation a été calibrée par le laboratoire de Lyon. Le résultat se situe dans une fourchette chronologique similaire aux deux autres datations, soit entre 776 et 958 ap. J.-C. Les trois datations disponibles permettent donc de situer la formation du dépotoir entre la fin du viiie s. et le milieu du xe s.

1.1.5.3 Les transitions culturelles

22Les datations absolues obtenues pour les gisements de Baie Orientale 1 et 2 permettent d’aborder les transitions culturelles majeures de l’île, soit le passage du Mésoindien au Néoindien ancien puis le hiatus entre le Néoindien ancien et le Néoindien récent. Ces périodes de transition apparaissent complexes du fait de l’éventuelle interaction de plusieurs phénomènes concomitants : évolution des sociétés, migration, acculturation ou disparition de communautés préhistoriques. Des éléments de réponse sont proposés face à ces questions sur la chronologie interne de l’île et à une plus large échelle sur celle de l’archipel. Ainsi nous verrons dans quelle mesure on peut interpréter les dates tardives du gisement mésoindien de Baie Orientale 1 au regard des installations précoces du Néoindien ancien attestées dès le ve s. av. J.-C. sur le site de Hope Estate. On s’interroge sur la possible coexistence de communautés de traditions culturelles différentes sur le même territoire géographique, ici restreint à l’échelle d’une petite île.

23Les viiie et ixe s. ap. J.-C. apparaissent également comme une période charnière où la formation du dépotoir néoindien récent de Baie Orientale 2 semble contemporain de la fin de la sous-série cédrosan-saladoïde connue sur le site d’Anse des Pères à Saint-Martin et sur les îles voisines. Si la plage d’incertitude des datations radiocarbones peut expliquer en partie ce chevauchement chronologique, elle n’est pas la seule réponse à cette rapide modification culturelle.

1.2 Géoarchéologie

Pascal Bertran

1.2.1 Cadre géomorphologique général

24Le fond de la Baie Orientale est fermé par une large barrière sableuse qui relie une colline de roches volcano-sédimentaires éocènes, le Morne Griselle, à un ancien îlot formé par des grès et des calcaires pléistocènes (Dagain et al. 1989). Ce cordon sableux isole de la mer une petite lagune peu profonde (moins de 0,5m en moyenne : Assor 1986), selon une configuration très commune dans l’île. La lagune, très dépendante du bilan précipitations-évaporation et donc soumise à de grandes variations de son niveau, produit « naturellement du sel dans les années peu pluvieuses » (Descoudrelles, vers 1760, cité dans aahe 1996). Elle a fait l’objet d’un aménagement en saline au cours du xixe s. : la Saline d’Orient [fig. 5]. En 1833, D. C. Van Romondt Jr. écrit que celle-ci « fait presque tous les ans de 4 à 5000 barils de sel » (aahe 1996 : 103).

  • 5 Cabinet de géomètre Pivetta, Île de Saint-Martin.

25L’examen des photographies aériennes de l’ign [fig. 8 ; fig. 9] montre que la bande de sable, qui atteint environ 250 m de large, est composée par une succession de rides parallèles qui marquent la progradation du rivage vers l’océan au cours du temps. D’après le relevé topographique effectué par le cabinet Pivetta5, l’altitude de ces rides croît sensiblement de la lagune vers la plage actuelle et passe de 1-1,3 m à plus de 2,5-3 m. Les plus anciennes rides, en position interne, sont périodiquement inondées par les eaux de la lagune et apparaissent sur la photographie aérienne comme d’étroites bandes partiellement végétalisées émergeant des terrains salins, de couleur claire. Plusieurs petits marais allongés apparaissent également en différents points entre les rides sableuses. Ils sont liés à l’affleurement de la nappe phréatique dans les secteurs les plus bas. Ce type d’organisation en rides et dépressions couvertes par des dunes embryonnaires, est interprété comme le résultat de la fixation et de la juxtaposition périodique de bancs de sable en migration le long du rivage et/ou de l’action des tempêtes (Otwos 2000 ; Buynevich et al. 2004). Diverses observations, et notamment celles de Rueda (1995) à Saint-Martin, indiquent que les cyclones jouent probablement un rôle majeur dans la constitution des rides, dont la hauteur dépasse très largement la zone atteinte par le déferlement des vagues habituelles. À l’occasion de ces événements, la morphogenèse littorale évolue en effet très rapidement. Le déferlement des vagues sur le rivage associé à la marée cyclonique provoque son retrait rapide, qui atteint couramment plusieurs dizaines de mètres et laisse la place à un escarpement. L’arrière-plage est simultanément recouverte par des projections de sable dues au vent et aux vagues (overwash). Une grande partie des sables entraînés vers le large par les courants de retour des vagues est ramenée sur le rivage par les petites houles au cours des mois qui suivent l’épisode paroxysmique, reconstituant le cordon à l’avant de l’escarpement de tempête.

FIG. 8 La Baie Orientale. Photographie aérienne (1968-1969).

FIG. 8 La Baie Orientale. Photographie aérienne (1968-1969).

© ign.

FIG. 9 La Baie Orientale. Schéma géomorphologique interprétatif du cliché présenté en fig. 8.

FIG. 9 La Baie Orientale. Schéma géomorphologique interprétatif du cliché présenté en fig. 8.

© P. Bertran, A. Dagand.

26Dans la partie est de la baie, le trait de côte est sécant aux rides anciennes. Cela indique que la plage est actuellement en cours de retrait dans ce secteur. La comparaison avec des cartes anciennes, aimablement mises à disposition par le Musée de Saint-Martin, montre que cette érosion est une tendance générale qui se poursuit au moins depuis la fin du xviiie s. [fig. 10]. Le recul atteindrait très approximativement 150 m depuis 1775 à la hauteur de l’îlot de Caye Verte (alors dénommé Île Chaloupe). Dans la zone érodée, le fond est constitué par un grès de plage, le beach rock – cimentation des sables par des carbonates au point de contact entre l’eau de mer et la nappe phréatique faiblement salée – mis à nu par le retrait de la plage.

FIG. 10 Évolution du trait de côte depuis 1775 d’après la cartographie.

FIG. 10 Évolution du trait de côte depuis 1775 d’après la cartographie.

Carte de gauche : extrait de Plan de l’île St. Martin appartenant aux François & aux Hollandois : doc. cartographique, éch. 1 : 44000 env. s. n. : s. l., 1775.
Carte centrale : extrait de Dornseiffen (J.) — Kaart van het eiland St. Martin : doc. cartographique lithographié, éch. 1 : 42000. Cette carte a été publiée par l’auteur dans son article Het eiland St. Martin, dans la revue Koninklijk Nederlands Aardrijkskundig Genootschap. Utrecht : Éd. C. L. Brinkman et J. J. Beijers, 1883, VII, 1re série, p. 127-132.
Carte de droite : extrait de la carte de l’île de Saint-Martin, n° 4608G, éch. 1 : 25000. Paris : IGN, 1987.

Carte de gauche : © Bibliothèque nationale de France, Paris, inv. : coll. Klaproth, 0601 ;
Carte centrale : © Archives nationales des Pays-Bas, La Haye (fonds HYDRO Dienst Hydrografie Minuut- en Constructiebladen West-Indië, 1777-1937, n° d’inventaire : 4. HYDRO131, 87) ;
Carte de droite : © IGN - 2013, autorisation n° 80-1314.

27Ces phénomènes d’érosion de la plage ne sont pas propres à la Baie Orientale mais affectent probablement d’autres sites à Saint-Martin. Le cas de la Baie de l’Embouchure, qui borde l’Étang aux Poissons au sud des Salines d’Orient, est évoqué dans le travail d’Assor (1986). L’érosion du cordon littoral y est actuellement très active et a nécessité la mise en place d’enrochements au niveau du complexe touristique du Galion. Le rôle des pillages de sable dans le déséquilibre des transferts de sédiment le long de la côte est mis en avant par l’auteur de l’étude. Cette explication n’est probablement que très partielle dans la mesure où il semble que la tendance à l’érosion soit un phénomène relativement ancien.

1.2.2 Stratigraphie des dépôts littoraux

28La stratigraphie des dépôts littoraux de la Baie Orientale a pu être appréhendée de manière relativement précise à partir, d’une part, des tranchées de reconnaissance archéologique et, d’autre part, des données géotechniques obtenues dans le cadre des opérations immobilières prévues sur le site. Les différents faciès observés en coupe ou en sondage sont, dans l’ordre chronologique [fig. 11] : un diamicton de couleur jaune à brun rouge, composé de cailloux anguleux ou arrondis (roches volcaniques à altération en boules) dispersés dans une matrice argilo-sableuse ; des sables calcaires moyens à grossiers, de couleur blanc rosé, avec un litage peu marqué à faible pente en direction de l’océan ; des sables argileux de couleur gris verdâtre à noir, plus ou moins fétides, qui forment des lentilles d’épaisseur métrique et d’une dizaine de mètres de largeur ; des remblais divers remplissant de grandes fosses d’extraction des sables marins.

FIG. 11 La Baie Orientale. Stratigraphie générale des dépôts littoraux.

FIG. 11 La Baie Orientale. Stratigraphie générale des dépôts littoraux.

© P. Bertran, A. Dagand.

29Les dépôts diamictiques, à litage très rudimentaire, ont été observés au pied du Morne Griselle et sont interprétés comme des accumulations de coulées boueuses. De telles accumulations sont répandues au pied des versants de Saint-Martin et semblent essentiellement provenir de glissements de terrain provoqués par les pluies très intenses qui accompagnent certains cyclones. De nombreux glissements au sein de la couverture détritique des versants raides, évoluant en coulées boueuses, ont ainsi été observés dans le secteur après le passage du cyclone Lenny en 1999. À l’aval, notamment dans la tranchée 2, ces dépôts atteignent 1,5 à 2 m d’épaisseur et s’interstratifient avec des lits d’argile grise plus ou moins riches en matière organique, qui correspondent à des faciès de bordure de la lagune. Des dépôts diamictiques ont également été rencontrés à la base des sondages géotechniques à une profondeur croissante du sud-ouest vers le nord-ouest de la parcelle ; ils correspondent à des formations torrentielles antérieures à la mise en place des dépôts sableux marins.

30Les sables calcaires correspondent à des dépôts de plage. Ils ont été reconnus en sondage sur une épaisseur maximale de 4,5 m environ et forment un biseau d’épaisseur croissante vers l’océan, dont la granulométrie devient plus grossière en profondeur (faciès de bas de plage). Une telle géométrie reflète la progradation du trait de côte vers l’intérieur des terres au cours de la dernière transgression marine (transgression flandrienne). Un sol s’est développé sur ces dépôts ; il comprend un horizon superficiel humifère (Ah) brun-gris sombre, sablo-limoneux, et un horizon sous-jacent (Sca) d’altération des sables marins, de couleur brun clair [fig. 12]. L’horizon Sca est d’autant plus développé que l’on va en direction de la lagune ; cette évolution reflète l’âge croissant des rides sableuses et donc de la surface sur laquelle se développe le sol. Dans la partie sud-est de la parcelle, un paléosol est enterré sous 0,5 à 1 m de sables calcaires ; ce paléosol marque une ancienne surface qui a été enfouie sous les dépôts de plage. Il est vraisemblable que cet événement soit une conséquence du retrait récent de la côte et corresponde à des épandages de sables marins sur les rides anciennes à l’occasion des cyclones. Bien que le sol ait pu subir une certaine accrétion grâce à des apports éoliens, aucune formation typiquement éolienne n’a été observée dans la parcelle prospectée.

FIG. 12 Baie Orientale 1. Vue du sol développé sur les sables marins, tranchée T4. On distingue, sous les déblais de creusement de la tranchée, l’horizon humifère Ah du sol, de couleur brun-gris sombre, qui surmonte un horizon brunâtre d’altération des dépôts marins (Sca). Le niveau archéologique mésoindien est situé à la base de l’horizon Ah.

FIG. 12 Baie Orientale 1. Vue du sol développé sur les sables marins, tranchée T4. On distingue, sous les déblais de creusement de la tranchée, l’horizon humifère Ah du sol, de couleur brun-gris sombre, qui surmonte un horizon brunâtre d’altération des dépôts marins (Sca). Le niveau archéologique mésoindien est situé à la base de l’horizon Ah.

© D. Bonnissent, A. Dagand.

31Les sables argileux verdâtres correspondent à des dépôts lagunaires qui colmatent les dépressions séparant les rides sableuses. On observe parfois une cimentation des sables par des carbonates (grès de plage) au contact entre ces derniers et les dépôts lagunaires. Dans la tranchée 2, des argiles colmatent localement un chenal qui recoupe les dépôts antérieurs. En raison de sa morphologie et notamment de sa faible largeur, il nous semble peu probable que le creusement du chenal ait une origine naturelle ; il correspond plus vraisemblablement à un ancien chenal aménagé au xixe s. en liaison avec la saline.

1.2.3 Évolution sédimentaire du site

32L’organisation spatiale des différents faciès observés permet de proposer le schéma d’évolution suivant :

331. Pendant une période de bas niveau marin (Pléistocène et début de l’Holocène), des dépôts torrentiels se mettent en place dans la vallée qui deviendra plus tard la Baie Orientale. Ces dépôts sont encore localement visibles au pied des collines et ont été déposés en grande partie sous forme de coulées de boue.

342. Au cours de l’Holocène, le niveau de la mer remonte et les sables littoraux progressent sur les formations torrentielles antérieures. En admettant en première approche que l’île de Saint-Martin ait été relativement stable du point de vue tectonique au cours des derniers millénaires, la mise en place des premiers cordons et la constitution d’une lagune plus ou moins isolée du milieu marin peut être située approximativement vers 4000 à 5000 ans bp, d’après la courbe de remontée de la mer connue par ailleurs (Mörner 1996 ; Angulo, Lessa 1997) et les données acquises sur la lagune de Grand Case à Saint-Martin (Bertran et al. 2004).

353. Selon le schéma proposé pour le golfe du Mexique (Morton et al. 2000), la tendance régressive qui caractérise l’Holocène récent a ensuite favorisé l’engraissement du cordon littoral, marqué par une succession de rides qui jalonnent la progradation du rivage vers la mer. Des marais se développent dans les zones basses situées entre les rides.

364. Au xixe s., la lagune est exploitée en saline (les Salines d’Orient) et subit pour cela un certain nombre d’aménagements. Depuis l’arrêt de son entretien, les chenaux qui la reliaient à la mer sont totalement colmatés, et la lagune n’a plus de communication directe avec le milieu marin. Le niveau de l’eau est soumis à des variations importantes et les rides sableuses internes ont tendance à être détruites. Le trait de côte tend également à subir un retrait dans la partie est de la baie depuis quelques siècles.

1.2.4 Géoarchéologie des sites amérindiens

37Deux sites amérindiens ont été trouvés sur le cordon littoral. Le plus ancien, daté entre le viiie s. av. J.-C. et le ier s. ap. J.-C. par le radiocarbone (période précéramique) forme une longue bande subparallèle au rivage actuel, qui correspond à une ride sableuse en position très interne, actuellement éloignée de plus de 200 m du rivage. Cette ride matérialise un stade relativement précoce de la formation du cordon. Il semble probable que les hommes se soient installés sur le haut de plage de l’époque ou à une faible distance en arrière : en stratigraphie, les niveaux d’occupation sont en effet localisés soit au sommet des sables marins – donc sur une surface qui ne recevait plus d’apports détritiques –, soit sous une couche de sables de 50 à 70 cm d’épaisseur. L’enfouissement local du niveau archéologique sous des sables indique que les zones basses du cordon littoral étaient encore atteintes par les apports de l’océan, probablement sous la forme de projections de sable sur l’arrière-plage à l’occasion des cyclones, et suppose donc une plus grande proximité de la mer qu’actuellement. Des fragments de coquilles roulées ont également été trouvés en profondeur dans la tranchée 18, à une vingtaine de mètres au nord-est du site. Ces éléments peuvent correspondre à du matériel archéologique roulé par les vagues et donnent une indication sur la localisation du trait de côte au moment de l’occupation amérindienne.

38Le second site correspond à un dépotoir qui a livré un matériel néoindien récent, daté par le radiocarbone des viiie-xe s. ap. J.-C. Il est localisé au nord du site mésoindien sur une ride sableuse plus récente.

39Différents travaux sur les conditions de préservation des niveaux archéologiques dans des dépôts sableux ont montré que ce type d’environnement peut être favorable à des modifications importantes de la distribution des vestiges au cours de leur enfouissement. Ces modifications sont d’origine anthropique, comme le piétinement (Courtin, Villa 1982 ; Gifford-Gonzalez et al. 1985), ou naturelles – elles sont alors le fait du vent, des vagues de tempêtes, de la pluie et de l’activité bio-logique. Les exemples des sites paléolithiques et mésolithiques de Meer, en Belgique (Van Noten 1978), et de Hengitsbury Head, en Angleterre (Barton 1992), où la dispersion verticale des vestiges atteint 50 cm, sont démonstratifs à cet égard. En raison des contraintes de temps liées au type d’intervention effectuée – il s’agit d’une opération d’archéologie de sauvetage –, aucune étude taphonomique précise des vestiges n’a été réalisée. Certains indices suggèrent cependant que les niveaux d’occupation sont bien préservés, probablement en raison d’un nappage éolien et du développement de la végétation arbustive typique des arrière-plages de l’île, qui joue un rôle protecteur vis-à-vis des processus de remaniements naturels et stabilise les dépôts sableux. L’argument qui paraît le plus déterminant est la présence de concentrations bien délimitées de matériel archéologique, correspondant à des aires d’activité homogènes, ce qui suppose que les vestiges n’ont pas subi de redistribution spatiale postérieurement à l’occupation. Les remontages de fragments de coquilles de mollusques, très nombreux au sein de ces aires d’activité, plaident également en faveur de cette hypothèse.

40Les données radiocarbones obtenues sur le niveau mésoindien suggèrent que celui-ci provient de la juxtaposition de plusieurs occupations étalées sur plus d’un demi-millénaire. Dans la mesure où l’accrétion du sol a été très faible après la stabilisation des sables marins – le niveau archéologique est en effet localisé le plus souvent à la base de l’horizon humifère superficiel du sol, soit à moins de 20 cm de la surface –, il n’a malheureusement pas été possible d’établir une chronologie relative pour les différentes aires d’activité sur une base stratigraphique.

1.2.5 Conclusion

41L’étude géoarchéologique des sites de Baie Orientale permet de proposer une première restitution des paléoenvironnements physiques contemporains des occupations et de l’évolution sédimentaire de la baie à l’Holocène. Elle suggère également que, dans ce type de contexte géomorphologique, les occupations amérindiennes ne s’organisent pas selon une stratigraphie verticale mais selon une succession horizontale, les occupations étant grosso modo d’autant plus proches de la mer qu’elles sont récentes. Les niveaux précéramiques sont donc localisés sur les portions les plus internes, c’est-à-dire les plus anciennes, du cordon littoral. Ce type d’implantation – occupation sur la partie haute d’une plage, puis déplacement du trait de côte au cours du temps – est susceptible de s’être reproduit dans les autres baies de Saint-Martin qui ont subi une accrétion latérale importante ; ceci peut donc servir de guide pour décrypter la distribution des sites anciens. Une telle distribution contraste avec les observations faites dans certains secteurs des Terres Basses à Saint-Martin, où l’accrétion des plages s’est faite surtout verticalement. C’est notamment le cas à Baie Longue 2 et à Étang Rouge 1, qui ont livré des niveaux d’occupation mésoindiens enfouis dans le cordon littoral sous une épaisseur importante de couches de sables de tempête et de sables éoliens (Bonnissent 2003e ; 2005b). Cette évolution contrastée des cordons semble être liée principalement à la morphologie de la zone subtidale, une pente douce favorisant l’amortissement des houles de tempêtes avant qu’elles n’atteignent le rivage.

Notes

1 Création de Colbert au xviiie s., la zone dite « des cinquante pas géométriques » se définit comme une bande littorale, de 50 pas de large comptés à partir du rivage, relevant du domaine public de l’État, inaliénable et imprescriptible, utilisée à l’époque à des fins militaires dans un souci de protection des habitants. Cette ligne fictive est tracée à 80,20 m du rivage.

2 Basiseenheid centrum voor isotopen onderzoek = Centre for Isotope Research (cio) / univ. de Groninge, faculté de mathématiques et sciences naturelles.

3 umr 5138 « Archéométrie et archéologie (origine, datation et technologie des matériaux) »/ cnrs, univ. Claude Bernard (Lyon 1) et univ. Lumière (Lyon 2).

4 Univ. d’Oxford, School of Archaeology, Research Laboratory for Archaeology & the History of Art.

5 Cabinet de géomètre Pivetta, Île de Saint-Martin.

Table des illustrations

Titre FIG. 2 L’archipel des Antilles.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre FIG. 3 Le nord de l’archipel des Petites Antilles.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre FIG. 4 Dix-sept gisements précolombiens datés par le radiocarbone sur l’île de Saint-Martin.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre FIG. 5 La Baie Orientale sur la façade atlantique (état de 1987).
Crédits © P. Galibert, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre FIG. 6 Plan des sites précolombiens de la Baie Orientale.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre FIG. 7 Datations radiométriques en années calibrées des gisements précolombiens de Saint-Martin (2 sigma, 95 % de probabilité). La correction de l’effet réservoir global (400 ans) sur les coquilles marines a été effectuée pour les datations concernées.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre TABL. I Datation radiométrique des gisements précolombiens de Baie Orientale 1 et 2. La correction de 400 ans de l’effet réservoir a été effectuée sur les échantillons en coquille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre FIG. 8 La Baie Orientale. Photographie aérienne (1968-1969).
Crédits © ign.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre FIG. 9 La Baie Orientale. Schéma géomorphologique interprétatif du cliché présenté en fig. 8.
Crédits © P. Bertran, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre FIG. 10 Évolution du trait de côte depuis 1775 d’après la cartographie.
Légende Carte de gauche : extrait de Plan de l’île St. Martin appartenant aux François & aux Hollandois : doc. cartographique, éch. 1 : 44000 env. s. n. : s. l., 1775. Carte centrale : extrait de Dornseiffen (J.) — Kaart van het eiland St. Martin : doc. cartographique lithographié, éch. 1 : 42000. Cette carte a été publiée par l’auteur dans son article Het eiland St. Martin, dans la revue Koninklijk Nederlands Aardrijkskundig Genootschap. Utrecht : Éd. C. L. Brinkman et J. J. Beijers, 1883, VII, 1re série, p. 127-132. Carte de droite : extrait de la carte de l’île de Saint-Martin, n° 4608G, éch. 1 : 25000. Paris : IGN, 1987.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre FIG. 11 La Baie Orientale. Stratigraphie générale des dépôts littoraux.
Crédits © P. Bertran, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre FIG. 12 Baie Orientale 1. Vue du sol développé sur les sables marins, tranchée T4. On distingue, sous les déblais de creusement de la tranchée, l’horizon humifère Ah du sol, de couleur brun-gris sombre, qui surmonte un horizon brunâtre d’altération des dépôts marins (Sca). Le niveau archéologique mésoindien est situé à la base de l’horizon Ah.
Crédits © D. Bonnissent, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20463/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search