Version classiqueVersion mobile

Les gisements précolombiens de la Baie Orientale

 | 
Dominique Bonnissent

Introduction

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les résultats de recherches archéologiques préventives conduites en 2000 sur deux gisements précolombiens de l’île de Saint-Martin, collectivité d’outre-mer située dans les Petites Antilles. Le projet de construction d’un complexe touristique, Le Village d’Orient [fig.1], portant sur plus de 6 ha de l’arrière-plage de la Baie Orientale, menaçait de destruction des vestiges précolombiens. Ce volume propose, à travers plusieurs domaines de l’archéologie, une analyse et une interprétation des spécificités culturelles des communautés amérindiennes ayant occupé la Baie Orientale à deux périodes préhistoriques très distinctes.

2Le site mésoindien de Baie Orientale 1, préservé de façon exceptionnelle, a été dégagé sur une superficie de plus de 500 m2. Son organisation spatiale, inédite dans l’arc Caraïbe, révèle une succession d’aires de campement précéramiques où sont associées des activités de subsistance et de production d’outils sur coquille, sur pierre et sur corail. Les occupations les plus anciennes sont datées entre 800 et 400 av. J.-C. L’état de conservation du gisement en a permis une lecture révélant des aspects jusque-là inconnus du mode de vie de ces populations : le site a fourni un assemblage lithique, une industrie sur coquille et des datations radiométriques qui permettent de le replacer à la fin de la série ortoiroïde, correspondant à la période archaïque ou mésoindienne, établie pour les Petites Antilles (Rouse 1992).

3Baie Orientale 2, le second gisement, est un dépotoir du Néoindien récent d’environ 200 m2. Il rassemblait un abondant mobilier, dont un assemblage céramique, jusque-là inconnu à Saint-Martin. Il est daté, par des mesures d’âge absolu, des viiie et xe s. ap. J.-C., et le style des poteries permet de le rattacher à la sous-série mamoran-troumassoïde définie pour ce secteur géographique (Rouse, Faber Morse 1998 ; Petersen et al. 2004). Ces deux gisements offrent une sorte « d’instantané culturel » permettant d’établir des référentiels pertinents pour l’étude de ces deux périodes, à l’échelle de Saint-Martin et d’une façon plus large à l’échelle des Petites Antilles (Bonnissent 2008).

4Ces interventions ont été réalisées selon les méthodes classiques de l’archéologie préventive telle qu’elle est pratiquée en métropole. Leur déroulement en trois phases successives – diagnostic, évaluation, fouille – a permis d’appréhender rapidement et précisément le contenu archéologique du sous-sol, bien que la durée totale des recherches de terrain ne fût que de deux mois et demi. Les résultats démontrent l’intérêt de telles interventions sur les zones côtières et les plages pour la compréhension de sites étendus en superficie et intimement liés au contexte environnemental.

5Le premier chapitre de cet ouvrage décrit le cadre chronologique et culturel des occupations précolombiennes dans leur contexte environnemental et son évolution. Les deuxième et troisième chapitres sont consacrés respectivement à l’analyse des vestiges des deux périodes, le Mésoindien et le Néoindien récent. La géométrie des dépôts et leur lecture spatiale y sont décrites et interprétées. Par l’intermédiaire d’études spécifiques, les moyens de subsistance, l’équipement technique dont disposaient les Amérindiens et les signes de leur monde symbolique sont exposés afin de cerner leur mode de vie. Le quatrième et dernier chapitre évalue les changements culturels et leurs implications dans le processus d’évolution des sociétés précolombiennes de l’île. Si la connaissance des populations précolombiennes du Néoindien dans les Petites Antilles s’appuie sur une documentation relativement abondante, on dispose de peu d’éléments sur les communautés mésoindiennes qui ont sillonné les mers depuis le continent Américain. Ainsi, nous verrons dans quelle mesure l’univers des Amérindiens précéramiques des Petites Antilles peut être enrichi : il révèle des pratiques culturelles complexes jusque-là insoupçonnées.

FIG. 1 La Baie Orientale. Au premier plan le Village d’Orient, en arrière les Salines d’Orient et l’Étang aux Poissons :
1. campements du Mésoindien ;
2. dépotoir du Néoindien récent.

FIG. 1 La Baie Orientale. Au premier plan le Village d’Orient, en arrière les Salines d’Orient et l’Étang aux Poissons : 1. campements du Mésoindien ; 2. dépotoir du Néoindien récent.

© D. Bonnissent.

Table des illustrations

Titre FIG. 1 La Baie Orientale. Au premier plan le Village d’Orient, en arrière les Salines d’Orient et l’Étang aux Poissons : 1. campements du Mésoindien ; 2. dépotoir du Néoindien récent.
Crédits © D. Bonnissent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search