Version classiqueVersion mobile

Les gisements précolombiens de la Baie Orientale

 | 
Dominique Bonnissent

Préface

Antoine Chancerel

Texte intégral

1Longtemps oubliées des instances de la recherche archéologique, les Antilles françaises offrent aujourd’hui un terrain encore neuf où il est relativement aisé de faire des découvertes fondamentales. Toute opération, même peu importante, y est susceptible de déboucher sur des perspectives totalement nouvelles ou d’entraîner une remise en cause des acquis. Autant dire que, pour le chercheur, cette archéologie pionnière est source de satisfaction inépuisable, mais déroutante parfois aussi. En effet, que ce soit avec l’archéologie coloniale qui fait s’intéresser de façon inhabituelle à des vestiges du xixe s. ou plus encore avec l’archéologie précolombienne qui s’attache à des civilisations particulièrement originales, terrestres autant que maritimes, et dont les modes de vie ont été enregistrés de visu par des observateurs européens à la fin de l’Ancien Régime, elle ne cesse de surprendre et d’exciter. À vrai dire, une telle archéologie ne se laisse pas facilement enfermer dans les stéréotypes.

2Pour en dire un peu plus l’attrait, on ajoutera que, pour la période précolombienne, ces îles des Antilles comptent des sites en grand nombre, bien conservés, d’une prodigalité souvent inouïe en vestiges parmi lesquels abondent des objets parfois incroyablement ouvragés ou décorés, pour tout dire exotiques, et qui nous fascinent.

3Affaire de curieux et de passionnés au départ, l’archéologie des Antilles françaises s’est construite tardivement. En Martinique, les premières fouilles datent des années trente et inaugurent une recherche féconde. En Guadeloupe, sous l’impulsion d’Edgar Clerc au tournant des années cinquante-soixante, les débuts sont également enthousiastes et prometteurs. Des fouilles sont entreprises sur une série de gisements phares et les premiers inventaires mis en chantier. En 1961 se tient à Fort-de-France le premier congrès de l’Association internationale d’archéologie caribéenne (Aiac), devenu au fil des ans une rencontre bisannuelle incontournable et dont les actes constituent aujourd’hui une référence majeure. Dans les deux départements, les collectivités se mobilisent et créent chacune un musée départemental d’archéologie, tandis qu’en Guadeloupe le conseil régional se dote également d’un poste d’archéologue.

4La création, par le ministère de la Culture, de services régionaux de l’Archéologie au sein des Drac, en 1987 pour la Martinique et en 1993 pour la Guadeloupe, prolonge cette dynamique en permettant une multiplication des recherches de terrain grâce notamment au développement de l’archéologie préventive.

5Depuis la fin du dernier millénaire, les départements français d’Amérique disposent en effet d’un atout formidable en comparaison des autres îles de la Caraïbe que sont les Antilles néerlandaises, anglaises, américaines ou les républiques des Grandes Antilles. Leurs îles sont les seules à être intégrées à l’espace Schengen et à la zone Euro (comme on peut le voir avec de – très – bons yeux sur nos billets de banque), et surtout à bénéficier des dispositions de la Convention de Malte (1992) en matière de protection du patrimoine archéologique et des obligations juridiques qui en découlent. La législation française sur l’archéologie préventive s’y applique donc de plein droit et permet d’intervenir efficacement, en amont des travaux, sur les projets d’infrastructure et d’urbanisme. Cette archéologie qui porte sur des emprises souvent considérables avec des moyens conséquents, représente une chance extraordinaire que nous envient bien des collègues étrangers. Mais elle fait aussi de nous les obligés de la communauté scientifique caribéenne en nous condamnant à l’exemplarité. Comment concevoir en effet qu’avec de telles ressources, notre pays ne soit pas en mesure d’apporter plus que tout autre en matière de sauvegarde du patrimoine et de progrès des connaissances ?

6Or, curieusement, le rayonnement de l’archéologie française dans cette partie du monde demeure encore, c’est peu de le dire, assez discret. Les causes de cette atonie sont sans doute multiples et imputables pour partie au fait que d’autres écoles, en particulier anglo-américaines ou hollandaises, appuyées sur de gros chantiers et des cursus universitaires spécifiques, se sont largement développées dans les Petites Antilles, voire même imposées comme, par exemple, dans le domaine de la chronologie. L’ouverture récente (moins d’une décennie) d’un grand nombre d’opérations préventives d’envergure dans les départements français d’Amérique ainsi que l’arrivée de jeunes chercheurs professionnels qui composent aujourd’hui une petite communauté dynamique, sont des signes encourageants d’un retour vers un positionnement plus visible de notre recherche. Positionnement qu’il conviendra cependant de consolider par un développement des publications et plus encore des monographies. Actuellement, malgré plusieurs thèses brillantes, la production scientifique française de haut niveau reste insuffisante et trop peu diffusée.

7On ne pourra donc que se réjouir de la parution, dans une collection nationale, des résultats de la fouille des sites de la Baie Orientale conduite par Dominique Bonnissent, chargée de recherches à l’Institut national de recherche archéologiques préventives et docteur en Préhistoire de l’université de Provence.

8Le gisement, situé sur l’île de Saint-Martin, est bien plus qu’un site précolombien parmi d’autres. Il a été l’assiette de la première grande opération d’archéologie préventive des Antilles françaises à suivre les mêmes protocoles qu’en métropole, c’est-à-dire à être financée entièrement par l’aménageur et réalisée avec des archéologues professionnels dans des délais contraints. Il appartient également pour l’essentiel à un type de site et à une période ancienne jusqu’alors quasiment inconnue. Détecté en grande partie au moment de l’opération, puis méticuleusement analysé ensuite, son exploitation scientifique a fait progresser plus que tout autre la connaissance du peuplement précéramique de la Caraïbe.

9L’origine de ce chantier remonte à la découverte, en 1992, des premiers vestiges sur le site par l’Association archéologique Hope Estate, acteur décisif du démarrage de l’archéologie à Saint-Martin, et son histoire a connu, comme c’est souvent le cas, quelques méandres administratifs. Sans entrer dans les détails, après un premier sauvetage urgent limité sur ces vestiges du Néoindien récent, les interventions de la Drac ont abouti au refus conservatoire du premier permis de construire en 1993 sans que les négociations engagées par la suite pour lever les contraintes archéologiques n’aient alors abouti. Une nouvelle demande de permis de lotir, déposée en 2000, a finalement déclenché les recherches préventives, sous la forme d’une première tranche comptant un diagnostic et une évaluation détaillée. Puis, au vu des résultats très positifs, d’une seconde tranche correspondant à la fouille. En 2003, une aide de l’État, pour la préparation de la publication a permis de transformer le rapport de fouille, remis l’année précédente mais encore incomplet sur certains thèmes, en manuscrit de publication. Celui-ci a été finalisé en 2007 et proposé aux « Documents d’archéologie française » qui l’ont accepté. Quelques ajustements et compléments lui ont ensuite donné sa forme définitive.

10Si l’on considère a posteriori les prémices de cette opération fondatrice à bien des égards, il fallait avoir les yeux de la foi, je dois dire, lors du diagnostic, tout au moins pour moi qui était en poste depuis peu et pas encore familiarisé avec ces civilisations lointaines, pour voir au-delà des fragments de coquillages qui sortaient sous le godet de la pelle dans le secteur précéramique, le formidable potentiel de ce site exceptionnel. Et c’est tout à l’honneur de la responsable d’en avoir pressenti, dès cette phase, la richesse scientifique. L’opération d’évaluation qui s’en est suivie a d’ailleurs apporté une confirmation éclatante de ses intuitions en mettant au jour les premiers éléments structurés. La fouille, qu’on aurait aimé après coup plus extensive encore, a permis de documenter une partie significative du gisement et de jeter pour la première fois un éclairage ethnographique intelligible sur les témoins de ces occupations anciennes particulièrement rares.

11Car le site bénéficie en fait de conditions de fossilisation remarquables au sein d’un système tout à fait original de cordons littoraux sableux en accrétion. Véritable Pincevent des Antilles, toutes proportions gardées, il se compose d’une juxtaposition d’installations sans doute brèves, faites à même la plage, qui traduisent un mode de fréquentation épisodique, centré sur les activités de prédation et de façonnage d’outils.

12Les séries de vestiges exhumées de deux sites, l’un mésoindien et l’autre néoindien, donnent lieu à l’établissement de corpus particulièrement bien documentés et analysés de façon exhaustive. Les référentiels qui en découlent aussi bien en matière de typochronologie que de technologie sont remarquables et les interprétations, avancées avec une grande exigence scientifique, ouvrent naturellement des pistes de réflexion inédites.

13La concrétisation de cette étude est liée autant à la ténacité de la responsable qu’à son talent de coordination qui lui a permis d’agréger autour d’elle une équipe soudée et de l’amener jusqu’au rendu final. En la circonstance, il n’y a pas de miracles, mais seulement beaucoup de travail pour avoir su faire aboutir une entreprise aussi lourde.

14Aujourd’hui encore, l’intérêt du site dépasse largement le cadre des seuls départements français et concerne plus généralement toute la Mésoamérique insulaire. On peut facilement prédire qu’il servira longtemps de référence pour l’archéologie précolombienne caribéenne.

Auteur

Archéologue, spécialiste de Préhistoire récente et ancien conservateur régional de l’Archéologie de Guadeloupe, Antoine Chancerel est aujourd’hui conservateur en chef du Patrimoine au Musée national de Préhistoire des Eyzies-de-Tayac. Il est membre de la Commission interrégionale de la recherche archéologique (Cira) Sud-Ouest.
Conservateur régional de l’Archéologie à la direction régionale des Affaires culturelles de Guadeloupe
De 1999 à 2005

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search