Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Chapitre 9. Synthèse : la part de l’histoire

Grégoire Ayala

Résumé

Ce dernier chapitre porte un regard d’ensemble sur les phénomènes de formation et d’évolution de la rive droite de la Saône explorée. Par cette synthèse décloisonnant archéologie et histoire lyonnaises, il s’agit de dresser, à travers un bilan raisonné des acquis majeurs de la fouille, un panorama diachronique de l’histoire globale du site. L’exposé développe les aspects transversaux des disciplines abordées par l’opération archéologique afin d’apprécier les incidences remarquables de leurs apports non seulement sur la connaissance que nous avons aujourd’hui de la rive droite de la Saône mais aussi sur celle de l’histoire lyonnaise.

Texte intégral

1L’équilibre entre l’attraction incontestable de la rive d’un cours d’eau sur l’activité humaine qui cherche à faciliter la circulation des biens, et les craintes suscitées par la vulnérabilité aux crues établit entre la ville et le cours d’eau qui la traverse une relation à la fois mouvante et tenace. La ville doit se développer au contact d’un élément incertain et d’un obstacle parfois difficile à franchir. Le choix d’un site s’éprouve alors dans la capacité à dominer ce paradoxe, à concilier ces deux facteurs antinomiques pourtant essentiels à la réussite de la ville qui l’occupe. Cette aptitude consacre, de fait, la ville portuaire qui maîtrise peu à peu les débordements imprévisibles du cours d’eau, fournit des surfaces de déchargements et pare ses rives d’aménagements liées à l’organisation du cadre de vie. C’est dans cet environnement à la fois préventif, utilitaire et esthétique que la fouille du Parc Saint-Georges, en rive droite de la Saône, a porté. Les résultats de cette intrusion dans le sous-sol de la place Benoît-Crépu touchent à la mise en place de la plaine alluviale lyonnaise et relatent l’évolution d’une berge de la Saône, milieu humide et instable progressivement urbanisé.

2L’agencement des vestiges s’est étalé sur une très longue durée de plus de 2 000 ans, depuis la mise en place de leur décor naturel jusqu’à leur complète intégration dans la trame urbaine lyonnaise [fig. 322 fig. 323]. Ce lieu de rencontre entre archéologues, spécialistes des sciences de la terre et de l’environnement a associé des découvertes spectaculaires à des indices ténus, moins attrayants, certes, mais tout aussi propices à révéler l’histoire d’un quartier méconnu de Lyon, Saint-Georges. La collaboration entre disciplines s’est avérée fructueuse. De la lecture de notre analyse ressortent l’extrême durée d’utilisation d’une berge de Saône et le développement de l’habitat par un gain de nouveaux espaces peu à peu investis sur la rivière. Cette fouille a le mérite de fournir un repère topographique nouveau pour l’histoire de la ville de Lyon dans un secteur qui a connu de profondes restructurations au xixe s. Elle a suivi l’évolution et la chronologie de l’implantation humaine en bordure d’une ligne de repère fondamentale pour l’orientation et la perception urbaine, la voie d’eau, et ce depuis la fin de la période protohistorique.

fig. 322  Évolution de l’espace fluvial.

© G. Ayala, L. Bruel et A. Dagand.

fig. 323 Évolution de l’espace fluvial.

© G. Ayala, L. Bruel et A. Dagand.

3Le champ de la recherche historique lyonnaise s’en trouve élargi : c’est dire le chemin parcouru depuis les premiers sauvetages engagés par la direction des Antiquités historiques en Rhône-Alpes, au début des années 1980, et c’est aussi entrevoir celui, très prometteur, que ce nouveau débouché historique a ouvert à Saint Georges. Inattendue du point de vue des découvertes majeures qu’elle a livrées, cette opération est en fait l’héritière des nombreuses années d’expérience de l’archéologie lyonnaise qui ont abouti à la mise au point d’une pratique de terrain adaptée aux contraintes de la fouille d’urgence en contexte urbain. En abordant une stratification dans sa continuité spatiale et temporelle, la campagne d’analyses que nous avons conduite reflète la maturité des opérateurs qui, par l’application de méthodes aguerries (quantification, statistiques, informatique, sériation, formalisation des raisonnements constituent les fers de lance de l’élaboration de plus en plus poussée de moyens mis en œuvre pour traiter l’information), ont surmonté les difficultés du terrain. Le Parc Saint-Georges s’inscrit dans la lignée des grandes fouilles lyonnaises, dont le premier exemple de convention signée entre des archéologues et un aménageur remonte à 1983, à l’occasion des travaux de l’avenue Adolphe-Max (Villedieu 1990), suivis par ceux qui, places des Terreaux, de la Bourse, de la République et des Célestins, ont dévoilé entre les années 1990 et 1994 les dessous de la Presqu’île (Arlaud et al. 2000).

4Plusieurs facteurs ont rendu l’entreprise du Parc Saint-Georges peu commune, certains relevant du domaine archéologique, d’autres de contingences techniques. Cette fouille émerge incontestablement du lot des opérations d’archéologie préventive lyonnaises par de nombreux aspects que sont la conception de l’ouvrage de stationnement, la durée de l’intervention, le défi interdisciplinaire, les enjeux scientifiques du site, la diversité des domaines abordés et la qualité des découvertes mobilières au pouvoir évocateur (batellerie, statuaire, architecture, épigraphie…). Les résultats obtenus ouvrent des perspectives historiques fécondes sur le quartier Saint-Georges. Car c’est bien d’histoire qu’il s’est agi, élaborée après des mois de recherches et d’efforts accumulés. La localisation de l’intervention a rendu possible la description d’un paysage fluvial à l’exact emplacement de la confluence de deux formes hétérogènes, le Rhône et la Saône, puis de la Saône et de son cours primitif, à la fin de la protohistoire, avant l’arrivée des colons romains. Ces acquis décisifs soldent définitivement les hypothèses, parfois très hasardeuses, qui ont alimenté depuis la fin du xixe s. l’histoire de la genèse de la plaine alluviale lyonnaise (Desbat 1982 ; Bravard et al. 1997). Gageons que d’ici peu cette route déjà bien balisée aboutisse à une analyse formelle, à la fois ample et facile d’accès, de l’évolution du site lyonnais que la communauté scientifique est en droit d’attendre après plus de vingt-cinq années d’investigations sur le terrain : au cours de ces trois dernières décennies, le champ de l’archéologie lyonnaise s’est en effet élargi aux études à caractères biologiques, replacées dans leur contexte morpho-sédimentaire, auxquelles il faut adjoindre le rôle majeur que tiennent les activités humaines dans les processus géoécologiques, grâce aux progrès des méthodes d’analyses, d’identification, de datation, et à l’impressionnant effort théorique. Pour le dire en passant et poser le problème en termes clairs, on a souvent à demi aperçu, à demi décrit cette histoire naturelle du milieu lyonnais ; jamais, ce me semble, on n’en a eu la vue complète. Le moment semblerait donc venu de procéder à un bilan.

5Les apports de notre opération ont nourri la réflexion sur le développement du tissu urbain d’un quartier de la ville médiévale et moderne, dans la mesure où le port, établi à Saint-Georges depuis le xiiie s. mais qui marque la berge dès l’Antiquité, a été l’un des points d’ouverture de la cité lyonnaise jusqu’au milieu du xixe s. C’est le voisinage des cours d’eau qui, en dépit des dangers qu’il implique, a favorisé l’agglomération et contribué à la prospérité de son économie, grâce à la création d’une zone portuaire où confluent et transitent les richesses comme les hommes. Le cadre naturel lui-même, à travers ses changements, a été un facteur d’histoire non négligeable puisqu’il a influé sur les conditions d’implantation des aménagements portuaires : des mutations topographiques importantes s’effectuent dans les décennies encadrant le début du ier s. ap. J.-C., puis l’accumulation massive de sédiments de la Saône va déplacer peu à peu la ligne de rivage vers l’est. Ces terrains humides, favorisant la conservation des vestiges mobiliers périssables, recélaient un abondant matériel archéologique sans commune mesure sur les sites terrestres. Parallèlement à l’histoire des événements dont la trame devient au fl du temps de moins en moins discontinue, de plus en plus complexe, l’opération du Parc Saint-Georges a pu développer une archéologie de l’existence quotidienne.

  • 1 Les progrès des fouilles similaires à celles de Saint-Georges fourniront sans doute des renseigneme (...)

6La fouille que nous avons menée propose une nouvelle approche des rapports de la ville avec le milieu aquatique en combinant les trois thèmes principaux d’une recherche scientifique adaptée à l’exploration de sites urbains portuaires : l’origine paléohydrologique, la continuité de l’occupation humaine et son insertion dans la trame urbaine. Pour Lyon, la documentation a longtemps été déficitaire sur ces trois points1.

7Après l’exposé de tous les phénomènes de formation et d’évolution du site, il est nécessaire à présent de porter un regard d’ensemble sur la rive droite de la Saône que nous avons explorée. Les résultats de notre intervention permettent de développer quelques thèmes de réflexion qui se dégagent de la formation, de l’évolution, de l’organisation et de l’utilisation de cette section de façade fluviale investie par nos travaux. L’ambition de cette synthèse est de dresser un panorama diachronique à travers un bilan raisonné qui marque nettement les véritables lignes de force de nos acquis. Examiner l’apport du présent et l’additionner aux connaissances déjà engrangées est l’objectif de la dernière partie de cet ouvrage.

8Il s’agit aussi de disposer d’un relais entre les études techniques spécialisées, parfois difficiles d’accès, et les événements matériels, disparates et multiformes, que la fouille a livrés. En l’état actuel de l’avancement de notre réflexion sur les analyses pluridisciplinaires qui précèdent, les interprétations des résultats les plus significatifs de la fouille du Parc Saint-Georges, poussées et développées jusqu’à leur terme, conduisent à la construction d’une réalité historique, logique et crédible. Car, remonter maintenant du témoin à ses causes exprime le refus de cantonner l’archéologue à un rôle passif qui consisterait à fournir des matériaux bruts, accablants par leur masse, à l’historien(ne) qui se chargera par la suite de les interpréter. L’élucidation du phénomène d’urbanisation progressive qu’a connu la frange fluviale du quartier Saint-Georges grâce à une maîtrise croissante de l’espace consiste à extraire la part de l’histoire que recélaient les vestiges conservés dans la terre. En conduisant l’analyse archéologique vers un récit chronologiquement ordonné qui unit les événements advenus à Saint-Georges, cette synthèse est aussi un signe de reconnaissance que j’adresse à Françoise Villedieu, chercheur au cnrs affectée au Centre Camille-Jullian (mmsh, Aix-en-Provence), pour l’enseignement qu’elle m’a donné d’une archéologie qui ne se limite pas à une fastidieuse administration de preuves matérielles mais contribue à la connaissance du passé humain par la restitution d’un discours historique.

9.1 Les métamorphoses fluviales

9La fouille a permis de relever les grands changements topographiques naturels d’un espace que les cours d’eau ont rudement modifié. La mise en évidence des changements majeurs des régimes fluviaux, conjugués aux mutations environnementales, dont l’intensité est enregistrée de façon variable selon la réceptivité des bio-indicateurs conservés, a défini les grandes phases de modification de l’environnement. Les résultats sont particulièrement éloquents pour les périodes protohistorique et gallo-romaine.

9.1.1 Une topographie changeante

  • 2 La colline de Fourvière (300 m d’altitude), prolongée à l’ouest par le plateau de la Sarra, représe (...)
  • 3 Parmi les mentions relatives à l’installation de la ville de Lugdunum à la confluence du Rhône et d (...)
  • 4 La presqu’île lyonnaise dépendait tantôt d’une île, selon les hypothèses d’André Steyert en 1895 et (...)
  • 5 L’historiographie traditionnelle lyonnaise, en dehors des divergences sur le tracé de cette conflue (...)
  • 6 Les contraintes hydrologiques qui ont conditionné l’installation humaine sur les terres basses de l (...)

10La ville de Lyon est façonnée par des données géographiques contrastées : d’un côté la ville des collines et de l’autre la ville des fleuves. La Saône est à l’ouest, le Rhône à l’est. Au pied de ces collines, ou plateaux2, se développe la plaine alluviale où viennent confluer les deux cours d’eau3. L’idée que la configuration de cette plaine ait pu jadis être différente de celle que nous connaissons remonte à la fin du xixes.4. Les hypothèses divergentes sur la localisation d’une confluence qui isole, selon les auteurs, jusqu’à plusieurs îles, reposaient sur des indices peu étayés du fait d’un manque d’observations rigoureuses5. Ces perspectives vieillies ont été modifiées, ces erreurs d’interprétations balayées. Avec le développement des fouilles archéologiques préalables aux aménagements urbains dans les années 19806, la voie était ouverte à la recherche d’éléments contribuant à démontrer, sur des arguments bien fondés, l’évolution de la confluence. L’association de l’archéologie et des disciplines paléoenvironnementales a conduit les chercheurs lyonnais à percevoir comment l’action de la société romaine locale, est devenue un facteur morphologique déterminant dans l’évolution du milieu.

11Les fouilles de la rive droite de la Saône sont les plus riches en indices topographiques. Les résultats de travaux récents ont aidé à préciser la configuration des terres au pied de la colline de Fourvière. La fouille de l’avenue Adolphe-Max a établi comment les Gallo-Romains, tirant profit d’une topographie en cours de nivellement, ont engagé d’importants travaux d’assainissements qui marquent, au cours des dernières décennies du iie s. ap. J.-C., à un moment où les crues se font rares, la volonté de soustraire des terres à la Saône (Villedieu 1990 : 21).

  • 7 Fouille Afan, 1990 (documentation inédite hormis l’étude des céramiques Ayala 1998).

12L’association de l’archéologie à la géomorphologie, lors de la fouille de l’îlot Tramassac, a révélé dans un premier temps la complexité des formations sédimentaires, puis a estimé l’apport favorable d’une modification climatique à cette action anthropique (Arlaud et al. 1994 : 18-19). Si le site de l’îlot Clément-V a détecté la présence du Rhône7, la fouille du Parc Saint-Georges confrme de façon significative sa confluence avec la Saône. Ces informations ont trouvé une prolongation ici, en aval, place Benoît-Crépu, par la mise en évidence du débouché de la Saône primitive qu’une analyse géomorphologique aussi persévérante que patiente a isolé.

13Le lecteur qui a lu attentivement le chapitre 2 connaît déjà les causes de ce phénomène. Ce serait abuser de sa patience que de les indiquer de nouveau ici. Je me contenterai de rappeler les trois temps forts de cette mutation topographique de la plaine alluviale lyonnaise. Suite à la formation du réseau hydrographique, le site est sous l’eau jusqu’à la fin de l’époque protohistorique. Un atterrissement lent dont la formation a une double origine, naturelle et anthropique, va modifier progressivement le rivage. Au cours du premier âge du Fer, les forts courants du Rhône s’imposent à la Saône qui s’en trouve plaquée contre le pied de la colline de Fourvière. L’emplacement de la fouille est alors à la confluence de la Saône et d’un bras de ce Rhône multiple. Au cours du second âge du Fer, le climat est plus sec. Les cours d’eau s’approfondissent et adoptent un tracé simplifié. Au début du ier s. ap. J.-C., le Rhône se retire et se stabilise vers l’est. La Saône, libérée de la contrainte du Rhône, s’ouvre un passage plus direct dans la Presqu’île, sensiblement identique à l’actuel. Une île se dessine entre la Saône primitive, toujours plaquée contre la colline, et son nouveau tracé. C’est l’île Saint-Jean, dénommée ainsi par Amable Audin dès 1957 (Audin, Méjat 1957). Au sud de notre aire de fouille se trouve la confluence de la nouvelle Saône et de son ancien cours. Sous l’action de l’entreprise conjuguée de la nature et des hommes qu’ont traduit des processus naturels de sédimentation associés à des rejets riverains, la Saône primitive va peu à peu se rétrécir depuis ses deux rives. Cette politique de remblaiements massifs conduira à rattacher cette langue de terre, l’île Saint-Jean, au pied du versant de la colline de Fourvière. Au iiie s., un espace de plaine, stable, est créé le long de la rive droite de la nouvelle Saône favorisant l’expansion progressive de nouvelles installations dans la ville basse de Lugdunum. C’est donc l’analyse des alluvions fluviatiles qui a expliqué les raisons de l’urbanisation tardive des quartiers situés sur la rive droite de la Saône.

9.1.2 Essai de reconstitution paysagère

14L’opération Parc Saint-Georges, point de rencontre entre la terre et l’eau, a constitué un excellent domaine de recherches pour répondre aux préoccupations des différentes sciences de l’environnement. Les couches extraites de la fouille ont fait l’objet de multiples prélèvements d’échantillons bio-archéologiques qui ont apporté des renseignements utiles sur l’évolution du paysage végétal. L’intervention des disciplines naturalistes (malacologie, carpologie, palynologie et anthracologie) menée conjointement à l’étude géoarchéologique, a défini les rapports entre les formes d’occupation humaine et le milieu. Les mutations majeures de l’environnement ont ainsi été caractérisées par l’analyse des différents enregistreurs végétaux : grains de pollens, macrorestes végétaux (fragments de bois carbonisé), carporestes et animaux (mollusques). La confrontation étroite de ces données a restitué une image des paléopaysages qui se sont succédé en bord de Saône. Soulignons que le choix des indicateurs est assujetti à des ensembles stratigraphiques préalablement sélectionnés en fonction de leur cohérence paléoécologique. Il est cependant significatif de rappeler que chacune des disciplines a enregistré, de façon sinon identique du moins semblable, les mêmes césures des écosystèmes à des niveaux altimétriques proches.

15Au cours de La Tène finale, les plantes considérées comme rudérales, quoique marqueurs d’activités anthropiques, peuvent figurer des communautés naturelles en l’absence de céréales qui permettent de déceler l’impact humain dans les environs. Les malacofaunes mettent en évidence le caractère encore humide de l’environnement naturel. Mais peu après, la diversification de la végétation locale atteste une présence humaine qui se déploie progressivement. Le faciès ripicole prononcé (aulnaie), lié à une forte diversification des plantes aquatiques, sous-entend une intervention volontaire de l’homme, mais reste loin de témoigner de la fondation d’une colonie sur les terres des Ségusiaves, maîtres du confluent de la Saône et du Rhône. Les études des restes bio-archéologiques ont isolé des instantanés qui dégagent des dynamiques paysagères reflétant l’insertion d’un groupe humain dans un environnement proche. Les résultats des analyses palynologiques, carpologiques et malacologiques révèlent une évolution des composantes de l’espace végétal subissant une certaine pression humaine avant la colonisation romaine. L’existence de mise en culture, dévoilée par la présence de rares pollens de céréales et de vannes, surprend à une époque où rien ne laisse entrevoir une installation humaine dans un contexte instable, encore fortement soumis aux fluctuations des cours d’eau. L’action humaine est mise aussi en évidence par les défrichements pratiqués au détriment de la chênaie et marqués par le noisetier et le bouleau, essences héliophiles propres aux zones ouvertes. Parallèlement, la strate arboréenne décline. Les cortèges polliniques proposent un assemblage légèrement dominé par les herbacées qui entrent dans la composition des prairies.

16Les résultats des analyses sur les carporestes accréditent aussi un milieu marqué par la présence humaine dès une époque relativement haute, à la charnière entre les iie et ier s. av. J.-C., qu’un milieu forestier, toujours attesté à proximité, n’est pas sans nuancer. Toutefois, ce paysage n’est pas celui d’un terroir agricole organisé de façon durable. L’absence, parmi le mobilier de notre fouille, d’outillage daté de La Tène finale tend à suggérer le faible développement des activités agricoles. La fragilité des données indique que ces zones de culture sont peu étendues ou éloignées du site. Ces résultats se posent néanmoins comme un indicateur précieux sur les formations végétales dominant le paysage, antérieurement à l’urbanisation de la cité. Il est donc nécessaire de les considérer avec la plus grande attention car l’enjeu est déterminant.

9.1.3 Les premières manifestations anthropiques

  • 8 En 1956-1957, un suivi de travaux conduit rue Tramassac localise des vestiges de murs scellant un a (...)

17Les indices d’une occupation précoloniale, recensés grâce aux acquis de l’archéologie préventive bousculent nos connaissances historiques d’une occupation de Lyon liée à la fondation de Munatius Plancus en 43 av. J.-C. Rappelons que la position des deux amphores Dressel 1, retrouvées dans un exhaussement alluvial de la Saône en limite septentrionale d’emprise, procède d’un acte volontaire –dont on ignore la raison. Ces deux conteneurs constituent a première intervention humaine rencontrée à ce jour sur la plaine alluviale lyonnaise. Une installation très ancienne, bien que révélée par des vestiges partiels, a été mise au jour lors des investigations conduites sous le sol de l’hôtel Gadagne (5e arr.), en rive droite de la Saône. Les niveaux enregistrés se succèdent dans un temps assez court, centré sur le deuxième quart du ier s. av. J.-C. (Becker et al. 2006 : 62-65). À ce jour, un seul site, la zac Saint-Vincent (1er arr.), où se trouve une officine de potier datée de la première moitié du ier s. av. J.-C., est localisé en rive gauche de la Saône, au pied de la colline de la Croix-Rousse (Widlak, Lascoux 1996). Non loin de là, sur le site de la montée de la Butte (4e arr.), de rares témoins d’une fréquentation protohistorique sont détectés au sommet de dépôts alluviaux de la Saône, sous la forme d’une petite fosse contenant quelques tessons de céramique non tournée dont la chronologie est estimée au premier âge du Fer (Le Mer, Chomer 2007 : notice 12). Des tronçons de fossés localisés dans la plaine de Vaise (9e arr., rue du Souvenir, rue Marietton et îlot Cordier) et sur les hauteurs du plateau de Fourvière (5e arr., Verbe-Incarné, Hôpital Sainte-Croix, Saint-Just), dont la véritable organisation spatiale et la fonction restent encore à discuter, attestent une présence humaine disséminée en divers lieux de la ville actuelle (Bellon, Perrin 2007 : 130). Sur le versant oriental de Fourvière, dans l’enceinte du parc archéologique, les recherches conduites dans le sanctuaire dit « de Cybèle » entre 1991 et 2003 ont localisé quelques indices anthropiques qui indiquent une occupation antérieure à la colonisation mais sans structure associée (Le Mer, Chomer 2007 : notice 516). Le site de la rue du Souvenir, à Vaise également, est le seul à offrir un habitat de terre et de bois, rattaché à la fin du iie s. av. J.-C., associé à des traces de construction de tradition italique : tuiles et enduits peints (Le Mer, Chomer 2007 : notices 680-682). Ces informations prouvent que Lyon, profitant d’une réduction de l’activité fluviale à la fin de l’âge du Fer, cherche à investir son site, tentative qui n’aboutira cependant qu’après la conquête romaine lorsque le tracé des cours d’eau sera stabilisé, autour du début du iers. ap. J.-C. Les renseignements fournis dans l’espace fouillé renouvellent les acquis de l’archéologie lyonnaise sur l’origine de l’occupation du site de Lyon, longtemps limitée au secteur de la plaine de Vaise. En s’ajoutant à la liste déjà longue des informations concernant l’existence d’une occupation datable entre le iie et le début du ier s. av. J.-C., elles démentent la création ex nihilo de la colonie par Plancus8. Les données recueillies ont pour effet d’élargir le cadre géographique de cette occupation. Si elles n’ont pas permis, faute de mobilier archéologique, d’estimer l’origine de la communauté qui a séjourné près du bord de la Saône, elles indiquent qu’avant même l’arrivée des Romains, le site est favorable à une sédentarisation dont témoigne une activité agropastorale.

9.2 Le dynamisme méridional de la ville gallo-romaine

18Une quarantaine d’opérations d’archéologie préventive a été menée dans le centre-ville lyonnais depuis les années 1970. Hormis la fouille de la place Tolozan en rive droite du Rhône, trop rapidement menée, on regrettait qu’aucune d’entre elles n’ait atteint une rive antique. Il manquait une opération qui puisse restituer tous les aspects de la vie au bord de l’eau. Les fruits de notre recherche ont répondu en grande partie à cette attente.

9.2.1 Les prémices de l’activité sur la rive

19Un ponton sur la rive droite de la nouvelle Saône, à la pointe méridionale de l’île Saint-Jean située dans la partie nord du terrain, facilite l’accostage et stabilise à cet endroit un secteur soumis aux mouvements de la rivière. Légèrement au sud, en contrebas, se trouve une embarcation (épave no 8) appuyée sur le talus de berge. Parallèlement, les premiers dépôts alluviaux, dans la partie méridionale du chantier, assurent le début du remblaiement de la Saône primitive qui se rétrécit et se comble progressivement sous l’action de processus naturels accélérés par les rejets des riverains. Le mobilier de la fin du ier s. ap. J.-C. ou du début du iie s. ap. J.-C. donne un terminus post quem assez sûr, dans la mesure où les éléments à caractère résiduel sont pratiquement absents.

20Ce ponton ne cadre pas avec la définition d’une aire de déchargement, qui nécessite un lieu abrité du courant de la rivière et un faible tirant d’eau. Fruit d’une nécessité ponctuelle, il s’agit d’une création plutôt destinée à l’accostage qu’au transfert de lourdes cargaisons. De fait, la typologie de l’épave no 8, que caractérisent la hauteur limitée du bordé et l’étroitesse de la coque, correspond à celle d’un bac de passage. La rive droite de la nouvelle Saône présente alors sans doute une berge haute offrant une bonne position d’accostage, abandonnée dès le début du iie s. ap. J.-C. du fait de fortes contraintes hydrologiques.

21Les lieux d’accostage, rudimentaires dans tous les cas, ne sont guère documentés dans le répertoire des fouilles lyonnaises (Ayala 2011). Il faut citer, en premier lieu, la fouille de l’îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 34-35). Un appontement formé de deux alignements de pieux en chêne est découvert en rive droite du tracé primitif de la Saône alors que son remblaiement débute sur sa marge ouest. Il affleure à l’altitude supérieure de 160 m. La datation dendrochronologique des pieux s’étend de 28 et 8 av. J.-C. à 18 ap. J.-C. Sur la rive gauche de la Saône, dans l’emprise de la fouille de l’avenue Adolphe-Max, une palissade en bois retient des terres apportées pour asseoir un premier bâtiment. Elle n’est pas l’équivalent d’un aménagement de berge à proprement parler puisqu’il s’agit de la partie exposée à la rivière d’une construction qui se développe au nord et à l’ouest (Villedieu 1990 : 106). Les découvertes de la fouille de l’îlot Clément-V, en rive gauche du chenal primitif, sur la pointe méridionale de l’île Saint-Jean, ne nous ont pas apporté la preuve de puissantes réalisations capables de limiter les fluctuations de la rivière au cours du Haut-Empire. Sur ce site, seul un petit édifice, régulièrement inondé, matérialise une occupation pérenne durant tout le iiie s. L’exhaussement réalisé au cours du iie s. ne paraît pas recevoir une installation fixe. Ces niveaux comblent une zone déprimée. Rien n’évoque une utilisation de la berge en liaison avec un dispositif lié au trafic fluvial.

9.2.2 Un port fluvial à Lugdunum

22Alors que le premier aménagement construit et l’embarcation qui lui est associée, au nord du terrain, sont recouverts par des alluvions et les rejets des riverains, l’activité se déplace au sud du site, à la confluence des deux Saône. Cette topographie, conditionnée par le remblaiement et le rétrécissement de l’extrémité aval du tracé de la Saône primitive, s’avère un lieu propice à l’accostage : une première embarcation (épave no 3) s’inscrit, au milieu du iie s. en rive droite de la Saône primitive, dans le chenal à faible tirant d’eau. Puis, à proximité, trois nouveaux bateaux lui succèdent au début du iiie s. (épaves nos 2, 4, 5). Ces trois épaves sont situées le long de la rive droite de la Saône primitive, juste avant sa confluence avec le nouveau tracé. À peu près parallèles, elles sont orientées, comme l’épave no 3, ONO-ESE. L’apport conjoint de sédiments de crues et de rejets liés à l’activité humaine réduit progressivement le débouché de la Saône primitive et conduit à son comblement au milieu du iiie s. Ce fort impact anthropique a déjà été observé sur les chantiers ouverts avenue Adolphe-Max (Villedieu 1990 : 106), îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 37) et îlot Clément-V. À présent, le site s’inscrit tout au long de la rive droite de la nouvelle Saône où l’épave no 7, dans la seconde moitié du iiie s., révèle une zone d’accostage au centre d’une courbe de la rive.

23Un imposant remblai d’assainissement et d’exhaussement vient stabiliser le secteur sud et l’élargir. Deux murs, orientés NO-SE en bordure de la Saône, laissent soupçonner l’existence d’un bâtiment assez vaste sur lequel viennent buter les dépôts de crue. Un mobilier céramique homogène de la seconde moitié du iiie s. lui est associé. Trois monnaies de la dynastie antonine, qui circulent encore au iiie s., étayent cette chronologie. L’analyse dendrochronologique de l’épave no 7 la révèle contemporaine de ces bâtisses méridionales. Puis, dans le dernier tiers du iiie s., la rive droite de la rivière enregistre un exhaussement alluvial dû à des débordements fréquents. De fait, à cette date les deux maçonneries citées plus haut ne sont plus en fonction.

24De nombreux accessoires de batellerie confirment l’existence d’une activité portuaire dans le secteur. Il s’agit d’engins de marinier, fer à bouter, gaffes et arpis pour manœuvrer, de pièces d’accastillage en bois, de pierre de mouillage en calcaire et d’objets de batellerie divers.

25La continuité chronologique des cinq chalands de charge, mis en circulation entre le milieu du iie s. ap. J.-C. et le iiie s., démontre la persistance d’une activité de débarquement et de déchargement en bordure du quartier, alors que les contraintes topographiques et hydrologiques sont peu à peu maîtrisées. Le secteur semble voué dès l’Antiquité à une économie portuaire au sein de laquelle les produits de la pêche locale, tels l’esturgeon, la tanche, la perche ou la truite (Piquès et al. 2008), constituent un apport substantiel. Les faits analysés ici offrent, pour la première fois, une contribution plus formelle à la reconnaissance de ces installations qui traduisent le dynamisme du réseau fluvial dans la capitale de la Gaule lyonnaise.

  • 9 La notion de port, à Lyon, n’est pas clairement avancée dans les textes anciens. Au livre IV (3, 2) (...)

26Si le terrain en bord de Saône, à Saint-Georges, s’intègre à partir du milieu du iie s. ap. J.-C. dans un réseau d’installations portuaires qui contribue à faire de Lugdunum une plaque tournante du trafic sur l’axe Rhône-Saône, l’évocation de Lyon comme « emporium » par Strabon dès l’époque augustéenne suggère l’existence d’aménagements bien antérieurs à ceux de Saint-Georges. Jusqu’à présent, les aménagements portuaires à Lugdunum restaient hypothétiques, malgré les très nombreux témoignages épigraphiques mentionnant l’existence de corporations de batellerie et les découvertes anciennes de vestiges liés aux activités commerciales9. L’existence de ports antiques à Lyon était basée sur les données rapportées par Joseph-François Artaud dans la première moitié du xixe s. sur la base de dragages de la Saône, de suivis de travaux de rue ou d’observations des fondations d’édifices démontés (Artaud 1846).

  • 10 En raison de la découverte de vestiges mobiliers qui suggèrent leur présence, mais aussi peut-être (...)
  • 11 Il y avait à Lyon trois groupes de nautes, c’est-à-dire des entrepreneurs de transports fluviaux à (...)
  • 12 D’énormes dolia étaient enfoncés dans le sol, dont certains sont conservés au Musée gallo-romain de (...)
  • 13 Sur la base de l’île médiévale d’Ainay et de découvertes anciennes, Amable Audin isole une île, dit (...)
  • 14 L’édifice de la commanderie relevait de l’autorité de l’Ordre de Malte (Hospitaliers de Saint-Jean- (...)

27Quatre ports antiques sont traditionnellement situés en bordure de Saône10, dont les eaux étaient, selon les auteurs anciens, plus favorables à la navigation que celles du Rhône. Cinq inscriptions évoquant les nautes de la Saône11 ainsi que plusieurs centaines de sceaux de commerce en plomb ont été retrouvées, au nord de la ville, quai Pierre-Scize (Turcan 1987). Quai Tilsitt, en rive droite, face à l’actuel quartier Saint-Georges, on suppose l’existence du port des Vinarii qui desservait le quartier des Canabae, zone portuaire d’échanges et d’entrepôts nécessaires à la distribution des marchandises. Enfin, au sud de Lyon, quai des Étroits, au débouché de l’ancienne voie romaine de Narbonnaise, ont été dégagés, d’après l’auteur, d’importants docks à dolia d’époque flavienne12. Selon Amable Audin, son emplacement aurait changé. Au début du iie s., le port aurait été transféré plus au nord, à Saint-Georges, juste en face de l’île des Canabae13. Audin tire parti de l’absence de monnaies d’Hadrien dans un important gisement monétaire découvert dans la Saône, en face de Choulans, pour établir le déplacement du port (Audin 1964 : 141). Mais, c’est l’existence d’une inscription découverte dans les fondations de la commanderie de l’Ordre de Malte14 qui aboutit à établir plus sûrement le nouveau port à Saint-Georges (CIL, XIII, 2002, 2041 ; Allmer, Dissard 1887-1888 : Il, 319). La pierre qui supporte cette inscription devait servir de piédestal à une statue érigée en l’honneur des nautes du Rhône. Elle fait mention d’un Viennois, deux fois curateur des nautes (CIL, XIII, 1918). Ambroise Comarmond supposait de son côté que le port Sablet médiéval succédait à un ancien port romain bâti sur pilotis, près de l’église Saint-Georges.

28Il convient néanmoins de nuancer la notion de port antique fluvial. Loin de correspondre à celle de port maritime destiné à recevoir les navires de fort tonnage, le port fluvial a pu se limiter à des installations rudimentaires profitant de topographies privilégiées éparpillées le long d’un cours d’eau, tel un bras mort, une berge facile d’accès ou un rétrécissement de bras. C’est le cas à Saint-Georges.

29Reconnaissons que, hormis un équipement bien sommaire au nord du site, daté de la fin du ier s. ap. J.-C., la fouille n’a mis au jour aucune trace d’aménagement portuaire : seule la zone aquatique de ce port a été observée, la zone terrestre où se trouvaient les installations de déchargements et de stockage restant hors du périmètre de nos recherches.

  • 15 Sur la rive droite de l’Auron, à 3km en amont de Bourges, a été découvert en 1974 un petit port flu (...)
  • 16 Des aménagements de rivière ont été reconnus dans plusieurs villes de France. Le site de Strasbourg (...)

30La structure d’un quai, si on se réfère à la description de celui découvert à Bourges15, est faite d’un parement qui maintient en arrière un blocage puis d’une accumulation de couches de remblais sur lesquels se déploie le niveau du sol. Rien de tel à Saint-Georges. On ignore donc tout de son insertion dans la trame urbaine antique, et les résultats de la fouille mitoyenne de l’îlot Clément-V ne fournissent aucune donnée susceptible d’épaissir le dossier de la localisation du port, d’un ou de quais pour la réception et la manutention de marchandises, en particulier les lourds matériaux (bois de construction et de chauffage, pierres de taille). Si aucun élément construit n’intervient pour isoler une aire de déchargement destinée à faciliter l’accostage de bateaux de fort tonnage et de leur volumineuse cargaison, le débouché de la Saône primitive marque cependant une configuration naturelle concave qui offre une topographie propice à un lieu de débarquement. Le choix de l’implantation d’un port n’est pas arbitraire, il est, la plupart du temps, dicté par les conditions géographiques. La recherche de sécurité incite à privilégier les endroits abrités, les moins exposés au courant. La courbe naturelle que suit la rivière Saône à l’endroit de Saint-Georges s’insère dans ce schéma. Le port de Bourges s’est établi dans un bras mort de l’Auron, celui de Pommeroeul (Belgique) a profité du rétrécissement d’un bras de la Haine, ceux de Bordeaux, Rouen, Nantes et Seyssel ont choisi de petits affluents. Quant au port antique de Strasbourg, il a élu la rivière Ill plutôt que le Rhin16.

9.2.3 De la rivière et des hommes

  • 17 Ainsi que l’illustre le bas-relief de la scène de hallage de Cabrières d’Aigues – l’une des œuvres (...)
  • 18 La découverte en contexte archéologique de ces restes de tissus usagés en situation de réemploi, co (...)

31L’étude descriptive détaillée et systématique des six épaves antiques de Saint-Georges a déjà accumulé une masse impressionnante d’informations sur leurs aspects structurels, morphologiques et fonctionnels (Rieth 2010). Le mode d’assemblage des bateaux à fond plat est une réponse architecturale aux contraintes de la navigation intérieure, étant donné la limitation du mouillage. Destinés au transport lourd, ces géants sont difficiles à construire car ils exigent des bois longs et nombreux. Ils appartiennent à un groupe d’embarcations où l’élément directeur est concrétisé par un fond plus ou moins plat formé par la juxtaposition de divers éléments rigides assemblés entre eux par des gros clous en fer. Un mât retrouvé le long de l’épave no 4 a été rapproché de l’embarcation : faisait-il partie du dispositif de propulsion situé vers la proue, facilitant le hallage à la force animale ou, plus vraisemblablement, humaine17? Les flancs, ou bordés, sont peu élevés. L’ensemble des bois est en chêne et en sapin. Le colmatage des joints est effectué au moyen de bourrelets de tissu poissé18, combiné avec de la mousse pour l’épave no 7. Un certain nombre de caractéristiques significatives observées sur ces bateaux témoigne d’une tradition de construction navale fluviale romaine. Les traces de l’influence méditerranéenne sont visibles dans les bordages assemblés par des tenons et mortaises non chevillées, le calfatage de tissus poissés et les réparations au moyen de plaques de plomb. Il est néanmoins fort probable que certaines techniques s’appuient sur un savoir-faire régional plus ancien. Cette tradition architecturale qui se caractérise par l’utilisation du fond plat s’est maintenue avec des variantes, mais sans rupture technique, bien au-delà de l’époque antique.

32En l’absence de cargaison, on ignore aussi bien le poids des marchandises embarquées et leur nature que le lieu de départ du dernier voyage de l’embarcation. Le matériel de bord (objets personnels, ustensiles divers, à l’exception de deux nasses) manque à la restitution de la vie quotidienne de l’équipage. Dans le cas d’une immersion brutale qui aurait pu résulter d’un chavirage à la suite d’une mauvaise manœuvre ou d’un heurt violent avec un autre bateau, la cargaison, si elle avait été chargée, aurait été conservée ce que la fouille n’a nullement révélé. Cette absence d’équipement de bord et de cargaison est le signe du déchargement volontaire des bateaux. Reste la probabilité des conséquences d’une crue brutale entraînant un déplacement des bateaux sur le fond de la Saône, arrachant une partie de leur fond et brisant une partie de leurs flancs.

33Si d’autres exemples sont connus au sein de l’ensemble régional Rhône-Saône, à Chalon-sur Saône (Lonchambon 2000) en Arles (Long et al. 2009) et à Lyon (Becker, Rieth 1995), les découvertes de Saint-Georges concentrent le plus grand nombre de bateaux de navigation intérieure pour la moyenne vallée du Rhône et la basse vallée de la Saône (Rieth 2010 : 98-100).

34L’étude de cet ensemble de moyens de transport fluvial est enrichie par différentes disciplines complémentaires qui analysent les essences du bois, les cernes, la technique d’abattage, les différents matériaux assurant l’étanchéité (textile, poix, mousse). L’examen dendrochronologique a évalué quatre phases de coupes successives et distinctes : les années 55-78 pour l’épave no 8 et le ponton Us. 1625, les années 160-180 pour les épaves nos 3, 4 et 5, les années 210-215 pour l’épave no 2 et les années 254-260 pour l’épave no 7. La longévité de l’activité portuaire est ainsi comprise entre les deux pôles chronologiques des épaves nos 3, 4 et 5 d’une part et no 7 d’autre part. Il est possible de repousser cette activité jusqu’au début du ive s. en raison de la forte proportion de mobilier céramique importé retrouvée dans les sables de la berge. S’il est pour l’heure impossible de déterminer l’origine des bassins d’approvisionnement des bois employés, des croissances très similaires lient les épaves nos 2, 3, 4 et 5, ce qui équivaut à établir des milieux écologiques identiques ou, du moins proches. Aucune affinité avec ce groupe ne se dégage de l’analyse de l’épave no 7, qui paraît plus exotique. De même, aucun lien n’apparaît avec le groupe uniforme de l’épave no 8 et du ponton (Lavier, Driget 2010 : 133-134). Malheureusement, la stérilité des tissus de calfatage en restes polliniques, due à l’imprégnation de poix, rend impossible la détermination de l’origine des lieux de construction de ces bateaux qui ont navigué dans un large bassin nautique. Loin de considérer l’espace fluvial comme un paysage naturel vide d’histoire, ces découvertes incitent à le concevoir comme le témoin d’un riche passé dont ces épaves représentent l’une des expressions majeures.

  • 19 Le bateau était bien l’unique moyen de véhiculer les lourds assemblages de marchandises sans risque (...)
  • 20 La ville de Lyon est restée bien longtemps logée sur les seules rives de la Saône car celle-ci étai (...)
  • 21 Un tronçon de voie dallée d’orientation nord-sud, daté de l’Antiquité tardive (ive-ve s.), a été su (...)

35Nos embarcations sont d’un apport considérable non seulement à l’histoire de la charpenterie fluviale mais aussi à la connaissance des modes de transport le long de l’axe de pénétration nord-sud de la Gaule. La situation géographique fait de Lyon la plaque tournante de la navigation intérieure, et l’affranchit de la précarité relative des transports terrestres19. L’artère par excellence de la navigation intérieure en Gaule est formée par les vallées du Rhône et de la Saône20 : la vallée du Rhône, à laquelle fait suite le couloir de la Saône, offre une magnifique voie de pénétration dans l’intérieur du pays. Lyon est le point d’attache, dès le ier s. ap. J.-C, du réseau routier mis en place par Agrippa, gendre et ami d’Auguste, et des voies de navigation fluviale destinées à approvisionner, par le relais de points de transbordement des cargaisons, toutes les régions de la Gaule. Il est donc clair que la vallée que dessert le cours d’eau, auquel se nouent les voies terrestres, peut passer pour favorable à l’établissement urbain en raison des facilités qu’y trouvent les communications. Vers le sud-ouest, on emprunte la voie d’Aquitaine pour gagner l’océan Atlantique. Les marchandises sont aussi véhiculées par les routes alpines pour passer en Italie. Par le nord, le limes est atteint. La proximité de voies terrestres facilitant la circulation des marchandises n’est pas étrangère à la fondation d’un port fluvial. Celui de Saint-Georges s’est fixé plus d’un siècle après la mise en place, dès la période augustéenne, du réseau routier par Agrippa. Des dalles de voie repérées en plusieurs points le long de la rive de la Saône matérialisent un axe de circulation21.

  • 22 Sur les neuf cents inscriptions inventoriées à ce jour sur l’ancien territoire de la Gaule lyonnais (...)
  • 23 Ajoutons à cela la présence d’une communauté chrétienne attestée en 177, qui avait des liens avec l (...)
  • 24 Cette situation d’une prospérité centrée sur les seuls ier et iie s. ressort d’une analyse, déjà an (...)

36Lyon est donc un lieu de passage, un carrefour important du monde romain occidental, ce qui laisse deviner une cité cosmopolite22. On peut en estimer les composantes à partir des épitaphes qui nous sont restées. Le nombre relativement élevé de noms d’origine grecque ou orientale parmi les inscriptions prouve l’ouverture de la ville aux courants culturels venus de cette partie de l’Empire23. Les échanges à longue distance tiennent une bonne place dans nos découvertes. Les transporteurs fluviaux organisés en corporations (collegia) négocient les produits de base (l’huile et les vins). La stimulation des importations que notre fouille a démontrée étend la période de prospérité de la ville jusqu’au début du ive s.24. Les nombreuses découvertes archéologiques en rive droite de la Saône attestent le développement de l’habitat à partir du iiie s., qui se pare parfois d’un décor élaboré traduisant une qualité de vie certaine, telle la salle d’apparat d’une grande maison privée dégagée rue Carriès en 1985 (Arlaud et al. 1994 : 39). De même, quelques lambeaux de sol en opus signinum agrémentés de plaques de marbre ont été mis au jour en 1983 dans un bâtiment qui se développait sur la rive gauche de la Saône primitive, à la fin du iie s. (Villedieu 1990 : 195).

9.2.4 La vitalité des échanges

37Si quelques instruments de pesage concrétisent la réalité des transactions commerciales, c’est principalement le mobilier céramique qui enrichit la documentation sur l’économie antique de Lyon et ouvre des pistes nouvelles sur les approvisionnements de Lugdunum. Certes, les apports extérieurs d’amphores et de vaisselle permettent de resserrer la chronologie par de nouveaux jalons typologiques. Mais l’étude des céramiques raconte autrement, et avec quelle talent, les flux commerciaux qui convergent vers la plus grande métropole des Gaules (Silvino 2007). En tendant à privilégier l’histoire des productions et de ses moyens, elle jette un regard neuf sur la vie économique de Lyon antique et apporte sa contribution à la connaissance des courants d’échange transméditerranéens. Cette nouvelle documentation invite à réévaluer la position excentrée de la ville par rapport aux rives de la Méditerranée qui suggérait la précarité de son commerce extérieur dès le iiie s. On portait au compte de la perte de son statut politique une régression économique certaine. La découverte de lots céramiques bien stratifiés à partir des années 1980 dans le quartier Saint-Jean a fourni l’occasion de dresser le panorama des importations lyonnaises, accréditant l’ouverture de la ville aux influences extérieures (Villedieu 1990 ; Ayala 1994, 1998). Depuis, les études portant sur l’identification des types en circulation, sur l’origine et le contenu des amphores tardives, ont mis en évidence le maintien des relations de Lugdunum avec les principales régions exportatrices de l’Empire jusqu’au ive s. : nos recherches permettent de déceler que les champs d’influences nord-africaines et orientales sont encore prédominants. Le potentiel amphorique améliore les connaissances dans la mesure où y sont d’ores et déjà intégrées des analyses paléogénétiques qui en précisent le contenu (Silvino et al. 2007).

  • 25 Les nombreux sceaux en plomb d’époque gallo-romaine découverts au xixe s., le long de la Saône, son (...)

38L’importance numérique des amphores et la cohérence des lots de céramique desquels elles sont extraites résultent d’une formation immédiate en dépotoirs primaires et non pas de brassages postérieurs et successifs. Les importations des denrées de base (vin, huile, sauces et salaisons de poisson) répondent aux demandes incessantes d’une population en pleine croissance. La diversité des produits importés suggère la modification des habitudes de consommation en vigueur aux deux premiers siècles de l’Empire. Les amphores retrouvées dans la berge de la Saône sont la preuve des échanges que la ville de Lyon a entretenus entre le iie s. et le début du ive s. L’huile d’olive continue de provenir de la péninsule Ibérique, acheminée notamment par les Dressel 20, bientôt relayées par les Dressel 23 à partir de la seconde moitié du iiies. Celle produite en Afrique du Nord à partir du début du iiie s. est importée dans les conteneurs Africaine I et Tripolitaine III. Les sauces et salaisons de poisson proviennent en majeure partie des côtes africaines à partir du début du iiie s. jusqu’au siècle suivant. Les produits hispaniques, telle l’huile originaire principalement du Sud de la Bétique et de l’Ouest de la Lusitanie, ne dominent plus désormais le marché. Les nombreuses Africaine II sont largement majoritaires face aux Almagro 50 ou 51A/B. Le vin de Bétique est attesté grâce aux amphores Matagallares I et autres productions du Sud de la péninsule Ibérique, diffusées au iiie s. Les vignobles de l’Afrique proconsulaire, voire ceux de la Tripolitaine, atteignent le sol lyonnais grâce aux amphores polyvalentes Africaine II, Agora M254 et très certainement aux Keay 25, 26 et 27 jusqu’à une date tardive avec notamment la forme con orla a fascia, dans un contexte de berge remontant au viie s. Le vin de la Maurétanie Césarienne est également apprécié des habitants de Lugdunum. Il en est de même des cépages de Sicile véhiculés par la forme Agora M254. Les crus orientaux continuent d’être consommés, importés dans des d’amphores égéennes ou d’Asie Mineure (Käpitan 2, Agora F65/66, Rhodienne) et des conteneurs originaires du Proche-Orient (Célestins IA) et d’Égypte (Bitronconique). Que dire du vin de Narbonnaise ! Les amphores Gauloise 4, nettement majoritaires de la fin du ie ap. J.-C. au début du ive s., prouvent la production vinicole significative des surfaces plantées dans le Sud de la Gaule, du moins pour ce qui concerne la majorité des grands domaines (Brun 2005 : 68-75). Parallèlement à ces cargaisons, afflue la vaisselle originaire de différentes régions de la Gaule : sigillée claire B de la vallée du Rhône, sigillée luisante des ateliers de Savoie, céramique métallescente de la région trévire, de Bourgogne ou du Jura et sigillée du Massif central. Les importations de vaisselle viennent également de provinces lointaines comme les sigillées claires C et D et les céramiques culinaires africaines. Ces nombreux témoignages manifestent le poids économique lié à la rive de la Saône. Une petite réserve modife cependant ce panorama de l’économie du site. En effet, seules quelques monnaies ont été recueillies grâce à la fouille fine des remblais antiques déversés en bordure ou dans le lit de la rivière. On est surpris par la rareté du numéraire –les premières attestations n’interviennent pas avant la première moitié du iiie s.– et par l’absence de plombs douaniers25 dans un secteur dévolu à une intense activité économique.

  • 26 Produit pétrolier résiduel résultant d’altérations en conditions naturelles (biodégradation, évapor (...)
  • 27 Étant donné le caractère exceptionnel de cette découverte, le produit a fait l’objet d’une vérifica (...)

39Pour clore l’évocation de ces échanges parfois à très longue distance, dont la documentation archéologique a conservé la preuve, comment ne pas mentionner un produit exotique, en provenance exclusive d’Afrique tropicale occidentale, l’huile de palme retrouvée dans une amphorette d’origine gauloise (Silvino et al. 2007 : 307). Plus près de nous, je ne peux manquer d’évoquer le résultat très inattendu d’une analyse moléculaire d’un bloc retrouvé sur le fond de l’épave no 7 qui a diagnostiqué un bitume26. Il s’agit de la première découverte de cette nature dans une épave antique27. Ce produit s’intègre à la famille des asphaltes de la pointe méridionale du Jura (région de Seyssel), en amont de Lyon, dans une région proche du Rhône. Son exploitation, artisanale à l’époque antique, était dévolue à des pratiques agricoles (traiter les arbres et enduire les bêtes).

9.2.5 Les métiers de l’artisanat

  • 28 La localisation des établissements d’activités artisanales est un thème d’actualité à Lyon. Un prog (...)

40La localisation du Parc Saint-Georges, en aval de la cité, l’inscrit dans un secteur où sont regroupés les métiers liés au traitement des matières textiles et des peaux (îlot Clément-V et avenue Adolphe-Max), qui utilisent de l’eau en grande quantité. Les résultats de notre fouille ouvrent un nouveau chapitre de cette recherche déjà bien explorée à Lyon28.

  • 29 L’aspect incolore de ce matériel évoque en effet un groupe de composition qui se distingue par ses (...)
  • 30 Les ateliers des Subsistances, fouillé en 2000, et de la Butte, fouillé en 2002, dans le 4e arr., n (...)

41Une dizaine de fragments de blocs de verre brut presque parfaitement incolore proviennent du débitage d’une grande dalle de verre. C’est une découverte rare hors du pourtour méditerranéen. Elle jalonne l’itinéraire de la chaîne de fabrication de cette matière vitreuse, depuis son origine située selon toute vraisemblance dans la région de Méditerranée orientale. Ces restes d’une cargaison débarquée en aval de Lugdunum s’inscrivent entre les trouvailles de l’épave des Embiez, près de la côte provençale, et celles d’ateliers situés à l’intérieur des terres, comme celui de Besançon29. Mais rien n’exclut un approvisionnement de verre brut destiné à alimenter les ateliers locaux lyonnais, fondu pour être transformé en vaisselle ou en verre à vitre30.

  • 31 Il s’agit d’un certain Vestorius, connu de Cicéron, de Vitruve et de Pline l’Ancien, originaire de (...)

42La présence de grappes de pigments bleu vif, renvoie à une activité très spécifique, basée sur l’utilisation d’un procédé à base de cuivre. Son invention en Égypte, plus précisément à Alexandrie, a légitimé l’appellation de « bleu d’Égypte ». Sa commercialisation en Occident a été initiée par un riche homme d’affaire romain du ier s. av. J.-C31. Ce colorant artificiel, dont l’utilisation est attestée jusqu’au ixe s., était utilisé pour la teinte des encres et la réalisation des peintures murales.

43Une étape importante de la fabrication des tissus consiste en l’opération complexe de foulage par laquelle une pièce tissée est transformée en une étoffe à porter. Les blocs de souffre dans le mobilier archéologique extrait du terrain, probablement issus des régions volcaniques sud-italiques, laissent supposer l’existence d’une activité liée au traitement du textile puisque le souffre était utilisé pour le blanchiment des étoffes.

44Parmi les trente-deux unités en cuir antique, hormis les vingt-trois éléments de semelle dont certains sont cloutés, figurent des chutes et des déchets de taille. Une analyse précise permettra de les associer à des restes d’activités spécifiques. Il est clair en effet que si l’essentiel des trouvailles provient d’éléments de cordonnerie, d’autres domaines requièrent eux aussi l’utilisation du cuir, tels la maroquinerie, la sellerie et la tannerie.

  • 32 L’alun possède un rôle d’agent tannant pour la fabrication de certains cuirs, et celui surtout de m (...)
  • 33 Fouille Afan, 1990 (documentation inédite).

45L’alun, provenant des îles Lipari situées au nord de la Sicile, était utilisé pour l’artisanat du textile et du cuir32. La fréquence élevée des fragments d’amphores de Lipari dans les séquences stratigraphiques de notre fouille qui jalonnent le iiie s. marque l’importance de la distribution de ce produit en Gaule. Sur le site de l’avenue Adolphe-Max, deux bassins placés dans une aire revêtue de mortier de tuileau et reliés entre eux par un petit canal sont comblés de fragments d’amphores à alun et de restes de bovins. Ils sont mis au jour dans un contexte du premier quart du iiie s. environ (Villedieu 1990 : 21). La description d’amphores alors non identifiées, extraites de l’îlot Tramassac, a facilité leur rapprochement des conteneurs lipariotes (Ayala 1994 : 91-92). La fouille de l’îlot Clément-V, à la limite nord-ouest de l’emprise du site, a livré un bloc en mortier de tuileau entaillé en surface de rainures convergeant vers une cupule33. Cette structure, dont l’interprétation n’est pas parfaitement établie, peut être concernée par les travaux liés au textile ou au cuir, hypothèse que viennent renforcer les nombreux fragments d’amphores de Lipari retrouvés lors de la fouille (Ayala 1998 : 233).

46Cette concentration d’indices dans un même secteur, à laquelle viennent s’associer la découverte d’un couteau de tanneur, de récipients en plomb, de restes de bovins, d’accessoires utilisés pour le flage ou le tissage, est un facteur déterminant pour envisager l’exercice d’activités artisanales diversifées. Elles devaient requérir une grande quantité d’eau claire à en juger par leur localisation en bordure de Saône, durant le iiie s. et jusqu’au début du ive s.

  • 34 Une équipe tuniso-française, dirigée par Latifa Slim (Institut national du patrimoine, Tunis) et Mi (...)

47L’étude archéo-ichtyofaunique laisse envisager que les dérivés de sauces à base de poissons marins (maquereau commun, pageot, sole, rouget) étaient fltrés à Lyon avant d’être distribués en Gaule (Piquès et al. 2008). Cette manipulation devait nécessiter des installations appropriées. À ce propos, n’oublions pas de mentionner que la connexion des résultats de cette étude et de celles menées par le laboratoire de paléogénétique confrme la présence d’anchois et de sardine à l’intérieur de récipients importés d’Afrique et abandonnés dans la berge au iiie s.34. Ces éléments s’inscrivent comme autant de jalons qui définissent la chaîne opératoire complexe présidant à la fabrication et à la diffusion du résultat des industries de salaisons antiques, très loin de la mer Intérieure.

9.2.6 La consommation alimentaire

48La fouille a offert la possibilité de connaître la nature des denrées consommées. C’est là un cas rare dans l’histoire de l’archéologie lyonnaise car, il y a peu encore, le commerce des produits alimentaires était limité à la connaissance des amphores. Il ressort que l’alimentation carnée repose sur la triade classique du troupeau (bovins, ovicaprins, porcins) ce qui ne surprend pas. Cependant, la détection la plus ancienne et la plus septentrionale du lapin dans les déchets alimentaires rejetés dans une berge du iiie s. mérite d’être signalée. L’apport d’espèces sauvages n’intervient que très ponctuellement. Force est de constater que presque rien dans les variétés de mammifères et d’oiseaux enregistrées n’évoque le caractère naturel de la berge, du fait que la quasi-totalité des restes recueillis appartient au domaine domestique. L’étude des vestiges osseux démontre en effet la rareté d’espèces aviaire hydrophiles (on dénombre quelques os bien anecdotiques de râle d’eau, de canard souchet et de sarcelle d’hiver), ce qui confirme la forte anthropisation du secteur fouillé, corollaire d’une activité portuaire notable. La consommation de petits passériformes est assez inhabituelle pour ne pas être soulignée.

49Les résultats des analyses carpologiques ont montré que la préparation alimentaire aux abords du site est à base de céréales (blé, orge, millet, seigle) et de légumes (bettes, fèves, oignon, dont notre fouille a révélé l’existence dans la moitié sud de la France à partir de la fin du ier s. ap. J.‑C., de même que la moutarde noire et la sariette). Les fruits ont aussi fourni un appoint alimentaire, en particulier le raisin, le melon et les noix, mais aussi les amandes, les nèfles, les prunes et les pêches. La présence de figues et de vigne sauvage dénotent, dès l’âge du Fer, un contact avec les régions méridionales, voire méditerranéennes (la Lagenaria, d’origine africaine, est une Cucurbitacée donnant une variété de courge).

50On ne peut manquer de souligner la consommation d’amineum, célèbre cépage de Campanie qui était aussi connu en Sicile et en Gaule, ainsi que l’assure une inscription peinte à l’encre noire portée sur le milieu de la panse d’un petit vase en céramique à bec trilobé. La taille du vase invite à envisager la possibilité d’un échantillon.

9.2.7 Statuaire et lapidaire

51Grâce aux découvertes de Saint-Georges, la collection lyonnaise des « Antiques » est enrichie de statues de tout premier plan qui touchent aux domaines du culte, du prestige ou du genre. Trois œuvres vraisemblablement créées dans le courant du iie s. ap. J.-C. méritent une attention particulière. Le buste d’une statue colossale de Minerve, cuirassée et vêtue du péplos, en marbre blanc, évoque l’existence d’un culte éponyme à Lugdunum. De même, une tête en marbre blanc d’une statue de Vénus rappelle les Aphrodite hellénistiques. Enfin, la statuette de jeune fille assise a sans doute intégré la décoration d’une riche domus.

52Des bris de draperie en bronze doré proviennent d’une pièce de grande taille. Si on leur associe l’arrière-train d’une statue équestre elle aussi en bronze doré, on est certain de détenir les fragments provenant de la représentation d’un haut fonctionnaire ou de l’empereur lui-même. Par la nature prestigieuse du sujet et la qualité des matériaux, l’importance de ces vestiges ne fait aucun doute.

53Parmi les cinq inscriptions funéraires se détachent deux documents : une épitaphe très fragmentaire portant une formulation poétique peu courante, et un autel funéraire presque intact, en remploi dans un mur médiéval, dont l’épigraphie est propre aux productions lyonnaises de la fin du iie s. et du début du iiie s. (Bérard 2006).

54Mais ce qui ressort incontestablement de cette étude demeure l’analyse de neuf blocs architecturaux trouvés dans des niveaux de berge dont la datation s’échelonne de la seconde moitié du iiie s. au début du ve s. Cet écart chronologique suggère un démantèlement progressif du monument auquel ils appartenaient. Neuf blocs de calcaire tendre proviennent de la frise clavée, malheureusement incomplète, d’un édifice important entouré d’un portique. La lecture savante de ces éléments paraît avoir épuisé toutes les possibilités que l’épigraphie peut apporter à la restitution de l’inscription. L’observation attentive de la disposition des arêtes supérieures et inférieures des neuf éléments a déterminé la succession des blocs inscrits. Une partie du texte dédicatoire est restituée. Si on ignore le nom de la divinité concernée ainsi que le ou les dédicants, le bloc B5 sous-entend qu’ornements et statues accompagnaient un temple et son portique (blocs B1, B2, B3). Les conclusions remarquables des analyses épigraphique et architecturale se rejoignent pour situer la frise non au fronton d’un monument mais sur les côtés d’un portique, ce que l’inscription laissait pressentir. La lecture des blocs B4, B6 et B7 reste dans le domaine du doute car ces éléments portent des lettres courantes dont l’attribution est par trop hypothétique.

55Il reste à aborder enfin la plus grande découverte de blocs d’architecture gallo-romains jamais faite à Lyon, eu égard à la masse des éléments (193 blocs inventoriés), à la diversité typologique (pièces appartenant à la décoration d’un habitat ou d’un monument public) et à la variété des matériaux : éléments locaux provenant des carrières du bord de Saône (massif du Mont d’Or) ou du Rhône (pierre de Seyssel), voire du Jura méridional (Choin de Fay), éléments provenant de moyenne distance, comme la pierre du Midi extraite de la basse vallée du Rhône et du Languedoc, ou de plus loin tels les marbres blanc et de couleur. L’originalité et l’intérêt de cette collection tiennent aussi à la présence du marbre de Campan dans un contexte du ive s. Cette découverte éclaire la carte de diffusion de cette roche au début de l’époque de son extraction des carrières pyrénéennes.

56Si la majorité des blocs est simplement parallélépipédique, quelques pièces émergent du lot en raison de leur caractère inédit au sein des ensembles lyonnais déjà répertoriés (architrave à quatre fasces, bloc B194, dont la seule comparaison est celle du temple d’Apollon in Circo à Rome !) ou au style très marqué (corniche à denticules très ornementale, bloc B19).

  • 35 Cet édifice, inscrit dans l’importante fouille de sauvetage du Verbe-Incarné entre 1977 et 1987, es (...)
  • 36 Son organisation reste encore mal connue (Tranoy, Ayala 1994 : 182-185).

57Parmi les 193 blocs d’architecture, une trentaine d’éléments témoigne certainement de l’un des apports les plus déterminants de la fouille. Retrouvé dans des contextes stratigraphiques différents, l’ensemble combine la qualité du matériau (en calcaire de Seyssel) à des critères stylistiques et techniques précis (taille, dimensions et mode de scellement). Aux neuf blocs à inscription signalés plus haut s’ajoutent dix corniches d’entablement parfois à grand développement de moulures. Deux corniches et deux blocs taillés en sifflet, extraits du dispositif nécessaire à la réalisation d’un fronton, intègrent la liste de ces pièces d’architecture. Il ressort que ces blocs proviennent d’un monument aux dimensions très développées. Aucun de ces blocs n’est issu du démantèlement des grands ensembles architecturaux connus actuellement sur le sol de Lyon, tel le sanctuaire municipal du culte impérial sur le plateau de la Sarra (5e arr.)35 ou le sanctuaire fédéral des Trois Gaules sur les pentes de la Croix-Rousse (1er arr.)36. Si l’existence d’un monument d’une telle ampleur, dont la ville de Lyon a perdu jusqu’au souvenir, est assurée, le problème de sa localisation reste entier. La date d’édification, fixée à l’époque julio-claudienne, est fondée sur un faisceau d’indices tiré de l’analyse stylistique. C’est l’époque où le secteur étudié est encore soumis à une topographie mouvante. Les résultats des fouilles conduites sur la rive droite de la Saône n’envisagent aucune urbanisation avant le milieu du iies., soit plus d’un siècle après l’érection du monument. Une localisation de ce côté-ci de la rivière ne paraît pas envisageable. Compte tenu des difficultés liées à la remonte quand il s’agit de haler des matériaux lourds contre le courant, une origine méridionale (Vienne, Arles) est peu probable. Il reste à envisager un secteur du territoire de la ville de Lyon qu’aucune fouille archéologique, à ce jour, n’est parvenue à localiser.

9.2.8 Des thermes en bord de Saône

  • 37 Il s’agit des thermes de Caius Ulattius Aper, prêtre, connus par une inscription mise au jour en 18 (...)

58Des objets dans un état de conservation très précaire renvoient à l’existence d’un établissement de bains publics sur ce secteur de la rive droite antique de la Saône. Il s’agit d’une dizaine de fragments de tuyaux de plomb, probablement des conduites destinées au transport de l’eau, et de deux fragments d’une même grande feuille de plomb portant dans un cartouche le nom du plombier Vassedo qui peuvent provenir d’une chaudière. Des briquettes liées par un mortier, extraites du même contexte stratigraphique de la seconde moitié du iiie s., appartiennent vraisemblablement à une suspensura d’hypocauste. Un grand établissement balnéaire édifié au iiie s. a été dégagé dans le cadre de la fouille voisine de l’avenue Adolphe-Max. Il reste en usage jusqu’à la fin de l’Antiquité, en dépit de la réduction de ses espaces intérieurs. Dans les espaces dégagées sont identifiées une cour palestre ainsi qu’une piscine et quatre salles à hypocaustes (Villedieu 1990 : 29-40). La position de cet ensemble demeure malgré tout trop marginale par rapport à l’emplacement des découvertes dans la berge de la Saône. De plus, la chronologie de nos éléments métalliques (la fin du ier s. ap. J.-C. ou le début du iie s. pour deux fragments de tuyaux les plus anciens et la seconde moitié du iiie s. pour la plaque), ne concorde pas avec celle de la mise en œuvre et de l’activité des thermes de l’avenue Adolphe-Max. De rares témoignages épigraphiques attestent l’existence de thermes à Lyon37 et plus précisément à Saint-Georges. Un certain Pompeius Catussa, sur une épitaphe retrouvée dans les fondations de la commanderie de l’ordre de Malte, invite à fréquenter les bains d’Apollon (Allmer, Dissard 1887-1888 : II, 65, 307, 504-507, no 187). Cette inscription ne peut rien nous apprendre sur la localisation exacte des thermes. Mais le culte d’Apollon semble bien confrmé par l’enseigne de l’auberge de Septumanus qui en évoque les bienfaits (Allmer, Dissard 1887-1888 : II, 65-66). Le regroupement de ces indices épigraphiques et archéologiques donne crédit à l’hypothèse d’un établissement de bains publics à Saint-Georges.

9.2.9 L’abandon du port antique

59La zone portuaire cesse son activité à la fin de l’Antiquité car la forte réduction des importations céramiques suggère un affaiblissement réel du trafic de ce secteur de la ville avec l’extérieur au ive s. Comment estimer l’ampleur de cette déprise dès lors qu’elle se traduit par un considérable appauvrissement de notre documentation ? Les blocs épars retrouvés dans la berge du ive s. évoquent le rejet dans la rivière des éléments d’un bâti situé à l’ouest des limites du chantier archéologique. Proviennent-ils du démontage d’un quai tombé en désuétude ? Le secteur est-il déjà converti en une zone de récupération de matériaux destinés à alimenter un programme monumental à Saint-Jean ? La présence de ces matériaux procède-t-elle d’une opération planifiée de déblaiement de bâtiments ruinés aux abords de la ville ? Ces questions restent pour le moment sans réponse.

60On ne peut donner aucune interprétation satisfaisante aux premières structures construites au sud du site au cours de la seconde moitié du iiie s. Elles sont installées sur un remblai déversé préalablement pour surélever et assainir le terrain. Au soin apporté à l’appareillage ne répond aucune décoration des murs ni aucun sol. Les murs dégagés appartiennent à un bâtiment dont l’extension dépasse le périmètre de la fouille, ce qui ne permet pas de restituer un plan d’ensemble. Il n’est pas possible non plus de déceler s’il s’agit d’espace ouvert ou couvert. Des contreforts plaqués contre la face interne du bâti tendraient à suggérer l’existence d’une charpente, mais rien dans les niveaux de destruction n’en rappelle l’emploi. Cependant, l’absence de fondations solides conduit à considérer une élévation d’une ampleur limitée. Cette édification correspond vraisemblablement à une extension du centre urbain au iiie s. et plus probablement vers la fin de ce siècle. Doit-on considérer la fonction de cet édifice en relation avec son emplacement en bordure de la Saône ? Dans ce cas, il pourrait être lié à l’existence du port fluvial méridional à Lugdunum au cours de l’Antiquité tardive. Les travaux que son installation a engagés concernent la transformation du quartier qui atteint alors la rivière. Ils sont sans aucun doute l’indice de réalisations plus vastes affectant ce secteur de la ville. Mais il est impossible d’estimer l’ampleur du programme d’urbanisme dont ils dépendent. On ne peut qu’être assuré que leur implantation traduit les mutations que la berge de la Saône connaît à partir du iiie s. Ces constructions témoignent de la conquête de nouveaux espaces au pied de la colline de Fourvière sur laquelle le noyau ancien de la ville s’est établi. Elles prennent le relais de l’abandon dont souffrent les hauteurs de la ville à partir du iiie s. Le développement du quartier fluvial à Saint-Georges aux iie et iiie s. va dans le sens du déplacement du centre urbain de Lyon, à partir de cette époque, de la ville du haut, sur le plateau de Fourvière, vers la ville basse nouvellement stabilisée. C’est l’originalité de l’urbanisation antique de la ville de Lyon de ne pas s’installer sur l’ancienne civitas, à la différence de villes comme Metz, Autun ou Strasbourg. L’expansion de l’habitat sur la plaine alluviale s’inscrit dans la logique simple d’une croissance urbaine à la recherche de nouveaux espaces à coloniser (Arlaud et al. 1994 : 18).

  • 38 L’hypothèse d’un passage antique sur le Rhône à l’emplacement de l’actuel pont de l’Université a ét (...)

61La découverte de tronçons de voie en bon état sur la rive droite de la Saône, à l’angle des rues Tramassac et Laurent-Mourguet en 1948 et 1956, puis à l’angle des rues Tramassac et Carriès en 1986 (Audin 1964 : 125 ; Arlaud et al. 1994 : 41) démontre que les conditions de circulation se maintiennent tant en direction de la Bourgogne que de la Provence : la voie du compendium, raccourci reliant Lyon à Vienne sur la rive gauche du Rhône (Blaizot et al. 2010 : 28-32), est utilisée jusqu’au ive s. La question du franchissement des cours d’eau reste néanmoins pour cette époque encore entière. L’idée d’un pont romain sur la Saône, édifié sur l’île rocheuse du Change, repose sur de simples conjectures sans fondements scientifiques véritables, bien que la découverte d’un autel taurobolique de bonne taille ait inspiré l’idée que ce pont a utilisé des fondations antiques. Le fait de n’avoir trouvé aucun pieu romain parmi ceux datés du Moyen Âge démontre que le pont de la Guillotière traversant actuellement le Rhône ne se trouve pas à l’emplacement d’un pont antique (Burnouf et al. 1991 : 126)38.

62Ces observations ne vont pas dans le sens de l’isolement de la ville qui serait livrée aux séditions militaires et aux représailles des armées de Septime Sévère après sa victoire sur Clodius Albinus en 197. Ne se ressentent pas non plus les effets d’une mise à sac de la ville livrée par Tétricus Ier à l’empereur Aurélien en 273, pas plus que ceux qui ont dû succéder aux sympathies de Lyon pour Proculus, vers 280. Si des mutations sont perçues dans le développement de la ville au iiie s., celles-ci ne touchent pas le domaine économique ; pour preuve, la formidable importation du vin de Narbonnaise reflétée par les rejets massifs d’amphores Gauloise 4 sur la berge de la Saône. La présence de l’épave no 7 dément les difficultés de la navigation fluviale vers Lyon au iiie s.

  • 39 Lyon reste néanmoins une ville importante puisqu’on y trouve un atelier monétaire, réouvert sous Au (...)

63Comment expliquer alors la fermeture du port fluvial méridional de la ville au début du ive s.? On peut s’instruire de ce que nous livre la documentation primaire. La ville souffre d’une mesure économique qui malmène la grande corporation des marchands de vin et porte un coup fâcheux à celle des bateliers du Rhône et de la Saône. En révoquant l’Édit de Domitien, établi vers 80 ap. J.-C., qui limitait la culture de la vigne dans les provinces de l’Empire pour protéger la viticulture italienne, l’empereur Probus, vers 280, entend favoriser les grands propriétaires et l’aristocratie foncière en Hispanie et en Gaule (Steyert 1895-1899 : I, 457-458). Mais, du coup, le rôle économique de Lyon, très lié au commerce du vin, s’en trouve affecté puisque cette révocation autorise l’extension de la production de vin à d’autres régions de la Gaule. À cette décision s’ajoute le renouveau de la puissance impériale voulu par Dioclétien qui est défavorable à la ville (Steyert 1895-1899 : I, 463-464). La réorganisation de l’administration provinciale et du pouvoir central par le système de la Tétrarchie, qui transforme profondément la Gaule et lui donne une physionomie nouvelle, prive Lyon de sa fonction de capitale. Trop éloignée du limes où tous les efforts militaires sont portés pour réprimer les infiltrations germaniques et défendre la frontière rhénane, Lyon n’est plus désormais que la capitale de la Lyonnaise Première, une des provinces créées à partir de 297 à cette occasion avec Autun et Langres. La nouvelle influence exercée par les villes de Rouen, Trêves, Reims et Arles est désastreuse pour les bateliers-negociatores lyonnais qui souffrent dès lors de la diminution de leur industrie39.

9.3 Le crépuscule de l’occupation

64Comment s’inscrit dans le paysage urbain lyonnais, à l’époque antique tardive, la rive de la Saône que nous avons explorée ? L’apport des renseignements est mitigé. De fait, l’abandon de l’occupation du quartier méridional, paysage composite difficile à délimiter où devaient se juxtaposer habitat dispersé et aspect rural, n’est pas total. La chute de l’activité anthropique est perceptible dans les éléments du paysage qui privilégie un faciès forestier mésophile et des plantes aquatiques laissant envisager un retrait progressif de la berge.

9.3.1 En marge de la ville

65Une occupation sporadique et mal caractérisée marque encore le site. Des éléments sont répartis sur des secteurs de la fouille parfois assez éloignés les uns des autres : seuls les repères chronologiques obtenus par l’analyse des céramiques conjuguée aux références altimétriques, ont autorisé le regroupement de ces structures. Deux dépressions, alternant rejets anthropiques et séquences de sédimentation naturelle d’origine alluviale, entaillent la surface de la plaine. Leur présence sauve le secteur du complet abandon. L’absence de débouché sur la rivière ne permet pas de rattacher ces dépressions à un système élaboré de drainage supposant l’existence d’une occupation plus en retrait, à l’ouest. Il semble que nous ayons affaire ici à de simples ravines résultant d’un creusement naturel, sans aucune fonction précise. Plus au sud, à proximité de la berge, une fosse leur est associée mais aucune relation spatiale ne le confrme. L’homogénéité du mobilier céramique sert de fl conducteur et permet de rapprocher des vestiges éloignés au sein d’une même intervention. Une formation synchrone est accordée à l’ensemble : leur remplissage est intervenu sur une période s’étendant de la fin du ive s. au début du ve s., datation que viennent confirmer les indices monétaires.

66Au sud du terrain, les quelques restes de maçonneries associés à ce contexte chronologique, quoique forts dégradés, suggèrent un programme de construction assez ambitieux. Cependant, on peine à suivre les organisations spatiale et structurelle de ces vestiges dont les rapports ont été gommés par les interventions postérieures. Nous n’avons pas pu résoudre tous les problèmes que pose la lecture de ces témoignages architecturaux. La restitution de l’agencement de l’espace méridional qui rassemble les structures dégagées nos 852, 851/950 et 797, n’a pas donné une entière satisfaction. Ainsi, parmi les problèmes non réglés par notre fouille, ces quelques ruines médiocrement parlantes occupent une place de choix. Seule l’existence d’un mur septentrional nous retient davantage : si la fouille n’en a révélé que quelques traces, son interprétation a des conséquences qui dépassent le cadre strict des limites spatiales fixées par le champ de nos recherches. En effet, des éléments peuvent être avancés pour ouvrir un dossier qui touche à l’ensemble de la défense de la Gaule au Bas-Empire, l’insécurité étant la toile de fond de toute cette époque.

9.3.2 Enceinte ou pas…

67Le tronçon de mur no 1270, dont nous avons suivi très attentivement le dégagement, est détruit au niveau du lit d’attente de la première assise de fondation. Le témoin qui subsiste (4,50 m de long et près de 2 m de large) suit un axe d’orientation SSO-NNE qui n’épouse pas parfaitement la ligne de la rive. De son élévation, nous ne savons rien. Le matériel enregistré au cours de cette longue période n’attribue aucune datation précise à son existence. Les difficultés auxquelles se sont heurtées les tentatives pour établir la chronologie de cette structure ont déjà été énoncées dans l’analyse de la stratigraphie. L’arasement brutal qui a caractérisé une phase de terrassement technique menée avant le retour des archéologues n’est certainement pas étranger à cette situation.

68Pour épaissir l’enquête, il est nécessaire d’intégrer à la discussion un amoncellement de 117 blocs architecturaux et des tronçons d’élévation (Us. 1774, 1791), précipités dans la Saône par une crue violente au xie s. Ils se situent à l’extrémité nord du terrain, en contrebas de la maçonnerie no 1270.

  • 40 La mise en œuvre des constructions d’enceintes fortifiées entraîna des bouleversements de la trame (...)

69La concentration des blocs architecturaux, les tronçons de maçonnerie épars auxquels il est possible d’adjoindre la maçonnerie no 1270 très arasée d’une largeur atteignant près de 2 m sont autant d’indices d’une architecture monumentale qui renvoie au modèle de murs d’enceinte dont de nombreuses villes de la Gaule de l’Antiquité tardive ont réclamé la protection. Leur édification suit les mêmes règles architecturales. Posée sur le sol superficiel, la fondation est bâtie en blocs de grand appareil, disposés en assises horizontales de hauteur variable, bien ajustés, sans liant. Le soubassement en opus quadratum offre de véritables carrières d’inscriptions, de bas-reliefs, de blocs à décor d’architecture, témoins de la parure monumentale de la ville antérieure40. L’élévation est une construction comprenant un blocage de moellons non calibrés, noyé dans un bain de mortier entre deux parements. Ces composantes ne sont pourtant pas associées ici. Si l’archéologie apporte la preuve irréfutable de l’existence en bordure de Saône d’un mur appareillé de bonnes proportions, pouvons-nous pour autant y reconnaître une portion de l’enceinte tardive de la ville basse de Lyon et, de fait, en prouver l’existence, surtout compte tenu de la faible longueur observée ?

  • 41 Au début de l’Empire, les remparts ne sont pas toujours présents dans le programme urbanistique, la (...)
  • 42 Ville dont l’édification du rempart a dû prendre place dans le vaste programme de défense du territ (...)

70Les villes du Haut-Empire entourées d’une enceinte ne représentent qu’une minorité41. En revanche, à partir des dernières années du iiie s., la situation s’inverse de manière décisive. Il semble que le développement des enceintes urbaines au Bas-Empire, entre la fin du iiie s. et le ve s., résulte de l’application d’un programme d’ensemble dû aux secousses occasionnées par les invasions germaniques. Il y a donc toutes les raisons de penser que Lyon, bien que réduite au rang de simple capitale de la Lyonnaise Première, n’échappe pas à la règle42. Quels en sont les témoignages dont la ville a pu garder le souvenir ? Avouons-le, ils sont infimes, ce qui laisse perplexe compte tenu de l’ampleur de ces ouvrages. Les allusions littéraires qui évoquent le rempart ne fournissent aucune indication topographique, ni descriptive, ni relative à son édification. Lyon semble, sous Julien l’Apostat, une ville fortifiée au point que le rempart en assez bon état a pu contenir une attaque surprise des Lètes, peuple germanique expert à saisir l’occasion de piller (Ammien Marcellin, XVI, 11, 4). Une seule mention fait référence à un lieu de passage à travers les remparts, ce qui suppose une porte (Sidoine Apollinaire, I, 5, 2). Enfin, le témoignage de Grégoire de Tours (V, 63) ne mentionne pas la fondation ou la réparation mais au contraire la destruction d’une « muraille » de la ville de Lyon suite à une crue dévastatrice du Rhône mêlé à la Saône, en l’an 580. Cependant, la traduction de murus reste sujette à caution : le terme peut indiquer un ensemble de maçonneries et non pas un mur en particulier.

  • 43 Cependant, il ajoute que les pieux découverts sont postérieurs à la statue romaine trouvée préalabl (...)

71Les observations conduites au cours du xixe s. valident, dans une certaine mesure, l’existence d’une construction monumentale en différents points de l’agglomération lyonnaise : le mur-digue mentionné par Joseph-François Artaud, rue Mercière, peut matérialiser un tronçon de cette enceinte (Artaud 1846 : 172), de même un pavage en blocs de remploi, rue Lanterne. La mention la plus troublante se trouve dans le compte-rendu des travaux préalables à l’aménagement du quai Fulchiron. Ambroise Comarmond y mentionne « un fragment d’architrave […, ] la portion d’un rinceau, et en dessous une moulure à feuille d’eau et à rang de perles […, ] un reste de pilastre cannelé et, sur les côtés, un commencement d’archivolte. Enfin, […] un quart de fût de colonne engagé dans un massif en pierre » (Comarmond 1840 : 68). Tous ces fragments d’architecture sont « en calcaire blanc de Seyssel ». Cette description « d’ornements de style romain [qui] peuvent être considérées, néanmoins, comme appartenant à une assez haute époque » évoque sans conteste la disposition et la composition de l’amoncellement retrouvé au Parc Saint-Georges d’autant que « tous ces débris sont placés pêle-mêle avec des moellons, des briques romaines fragmentées et des morceaux de mortier et de ciment ». Comarmond indique que cette découverte s’étend sur presque toute la tranchée longue de plus de 100 m, ouverte pour l’établissement du quai43. Une indication topographique permet de faire un rapprochement supplémentaire non dépourvu d’intérêt : « L’espèce de cahos [sic], d’éboulement qu’on remarque en cet endroit va de l’ouest à l’orient » (Comarmond 1840 : 69), ce qui signifie que l’effondrement suit la pente du talus de la berge.

72La ville de Lyon s’avère donc un cas où les allusions contenues tant dans les sources documentaires que dans les chroniques lyonnaises rédigées au xixe s. n’ont pas été confirmées par les résultats des fouilles récentes. Quels sont les éléments que l’archéologie préventive peut ajouter à ce dossier ?

73Lors de la fouille menée au chevet de la cathédrale Saint-Jean dans les années 1970, on a cru voir une section de l’enceinte tardive de la ville basse de Lyon dans une maçonnerie bien appareillée en gros blocs de remploi, datée de la fin du iiie s. ou de la première moitié du ive s. Les archéologues, s’appuyant sur les observations d’Ambroise Comarmond, prolongeaient cette maçonnerie le long de la Saône jusqu’à Saint-Georges. Une hésitation ressort néanmoins de la publication des résultats de cette fouille : l’auteur réaffirme sans pour autant la développer l’hypothèse d’une enceinte de la ville basse (Reynaud 1998 : 57), mais y renonce par la suite (Reynaud 1998 : 187). La diversité des opinions éclaire assez bien les difficultés auxquelles se heurte toute tentative de résolution du problème. Cependant, quelques analogies de construction suggèrent d’établir un lien entre les deux maçonneries : largeur moyenne entre les parements similaire sinon identique, radier de moellons pris dans un mortier de tuileau (décrit rosé lors de l’enregistrement de la maçonnerie no 1270), altitude rapprochée de la base de la fondation si l’on tient compte de la déclivité amont-aval (de 163 m au nord à 162 m au sud), présence de blocs à moulures convexes dans la construction ou l’effondrement des deux murs. Malheureusement, le vestige dégagé par notre fouille n’est pas associé à un riche mobilier archéologique (céramiques et monnaies) comme l’était son voisin de Saint-Jean. Cette déficience notoire a rendu périlleuse l’établissement de la chronologie.

  • 44 2,20 m à Aix-en-Provence, 2,50 m à Vienne, avec des dimensions intermédiaires à Avenches et à Colog (...)

74La découverte de Saint-Georges apporte-t-elle donc des éléments concluants ? Une largeur de près de 2 m paraît limitée pour un mur d’enceinte dont le caractère défensif repose sur la robustesse de sa base44. Mais la Saône a pu servir de système défensif naturel, procurant une économie dans les moyens à investir.

75En résumé, si on accepte d’associer les restes de fondation no 1270 et l’écroulement no 1791 au même ensemble architectural, le caractère défensif cède le pas à une fonction plus modeste, conditionnée par la topographie. On ne retiendra pas l’hypothèse d’un mur de quai puisque, en l’occurrence, l’activité du port à Saint-Georges, au cours de l’Antiquité tardive, est au point mort. Plusieurs facteurs me conduisent à atténuer le rôle purement et simplement défensif –ne serait-ce que parce que l’ouvrage est moins exposé à des risques militaires du fait de la présence de la rivière à cet endroit. Il reste prudent d’opter pour un mur de bord de Saône destiné à parer au risque d’inondation qui menace les occupations placées plus à l’ouest.

9.4 L’éclosion des implantations médiévales

76L’occupation du sol sur le secteur fouillé à compter du ves., lorsque la ville passe sous domination burgonde, reste difficile à restituer. On ne peut exclure la possibilité d’activités agricoles ou de jardinage mais dont aucune trace ne subsisterait. Tout au plus pouvons-nous envisager un terrain rendu à la végétation. Le souvenir du haut Moyen Âge est préservé par deux fosses peu profondes creusées en haut du talus de berge (Us. 1213, 1214). Leur cote d’ouverture et celle des ravines creusées entre la fin du ive et le début du ve s. (Us. 1447, 1483), qui apparaît à 161,85 m environ, laisse envisager que la berge nourrie d’alluvions et de recharges domestiques n’a pas évolué durant plusieurs siècles. Le secteur reste en l’état sans qu’il soit possible de préciser une éventuelle utilisation des lieux. En dehors de ces maigres indices, nous ne pouvons rien apporter de plus à l’histoire du secteur durant le tout début de l’époque médiévale.

9.4.1 L’isolement

  • 45 Les derniers témoignages de produits méridionaux à Lyon sont visibles dans un ensemble de cette épo (...)

77Pour le haut Moyen Âge, la faiblesse des données fournies par la stratigraphie conforte l’idée d’une topographie urbaine imprécise. Le site est déserté, sans que l’on puisse pour autant affirmer que cet isolement s’étend à toute la périphérie méridionale du centre de la ville : la fouille de l’îlot Clément-V, mitoyenne de la nôtre, révèle une occupation continue à la même période. Les quelques fragments de céramique africaine retrouvés en bordure de la Saône nous assurent que Lyon n’est pas isolé du monde extérieur au cours du viie s.45 Ces attestations matérialisent les rares et derniers témoins d’un lien commercial méditerranéen que la ville a pu encore entretenir à cette date, pâle reflet des riches approvisionnements que la berge recelait entre le milieu du iie s. et le début du ive s. Ces témoins ne plaident pas pour une rupture brutale entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge et laissent envisager une porosité de l’arrière-pays aux influences étrangères mais en quantité minime. On peut reconnaître ici une certaine continuité dans les modes de vie avec les périodes précédentes. Le transit est encore réel à Lyon, au viie s., puisqu’un impôt sur les marchandises transportées est perçu par Dagobert Ier (Villedieu 1990 : 115). Ce recul des rapports commerciaux que nous livre la stratigraphie contraste avec les signes d’opulence qui se manifestent au sein du groupe cathédral en expansion au même moment : dégagés lors de la fouille de l’avenue Adolphe-Max, des thermes, quoique remodelés, restent en usage jusqu’au vie s. (Villedieu 1990 : 44-49).

  • 46 Auquel peut faire exception un ensemble funéraire du haut Moyen Âge localisé au nord de l’ancienne (...)
  • 47 Suite au partage de l’empire carolingien, Lyon se trouve aux confins de deux entités politiques. À (...)

78On se gardera donc bien d’étendre à l’échelle de la ville ce processus de retrait de l’occupation. Il n’y a pas lieu d’évoquer une crise urbaine généralisée, mais plutôt un étiolement du tissu urbain, perçu en plusieurs points de la ville, et un repli de l’agglomération au sein de ce qui sera le lieu de la future ville médiévale. La multiplication des sépultures isolées aux vie-viie s., qui témoigne d’un espacement de l’habitat (Ayala et al. 2003a), contraste avec la concentration des nécropoles aux ive-ve s. autour des deux basiliques funéraires de Saint-Just et de Saint-Irénée46. Il est en effet certain que la ville de Lyon ne se trouve pas totalement marginalisée dans le monde carolingien. Elle conserve un statut de lieu de passage pour les gens qui se rendent, du nord ou de l’ouest, vers l’Italie ou la région méridionale. La renovatio – ordonnée par Charlemagne et organisée par Leidrade de Bavière puis par Agobard de Septimanie, dont l’archéologie a du mal toutefois à percevoir les effets – apporte la preuve de l’intérêt porté à la ville par le pouvoir central47.

9.4.2 Le changement

79Les rythmes de l’occupation vont dès lors traduire une revitalisation graduelle des activités. Après un hiatus de plusieurs siècles, entre les ve et xe s., les substructions retrouvées concrétisent la lente transformation de la berge en espace urbanisé. Ce schéma s’applique à l’ensemble de la ville, puisqu’à partir du xie s. le tissu urbain acquiert plus d’homogénéité : les noyaux anciens se rejoignent, quoiqu’imparfaitement.

  • 48 Ceci s’explique sans doute par la stagnation des affaires de la ville au cours des xiie et xiiie s. (...)
  • 49 À la sortie du défilé de Pierre-Scize, la Saône débouche sur un vaste bassin dont la largeur maxima (...)

80Si au cours du haut Moyen Âge le secteur ne paraît guère attractif, l’occupation de la rive, à partir de l’an Mil, se développe selon un rythme progressif, phénomène qui traduit une pression urbaine assez modérée48. La construction, entre 1070 et 1076, d’un pont de pierre solidement ancré sur le rocher de l’île de Saint-Nizier49, ou île du Change, procure un passage permanent et sûr qui favorise l’installation de la population sur les deux rives de la Saône. Ce pont de pierre est le signal du renouveau de la ville de Lyon, ce qui permet de considérer rétrospectivement que son affaiblissement jusqu’au xes. découle manifestement de la disparition des points de passage sur les cours d’eau. Bien que peu d’éléments soient disponibles pour tirer des conclusions chronologiques fables, l’étude stratigraphique met en évidence deux phases d’aménagement réparties entre le xie s. et le début du xiiie s.

81Dans un premier temps, au sud du site, une pirogue monoxyle en chêne (épave no 6) de la fin du xie s., évoque une activité riveraine déjà orientée vers la pêche. Rien n’assure encore la réalité d’une aire de déchargement pour les marchandises à cet endroit. Seul le vide à l’emplacement de ce qui sera le port Sablet, au bas Moyen Âge et à l’époque moderne, localise la part de terrain réservée à un usage spécifique parce que vierge de tout bâti. Il constitue un point d’accostage accessible, facile à mettre en communication avec la ville, qui peu à peu va participer à la stabilité de la rive dans son ensemble, quoique dans des dimensions variables, depuis la grève terreuse jusqu’au port construit. Grâce à l’archéologie, l’évolution des singularités morphologiques de cette cellule active de la façade fluviale, à proximité du noyau urbain primitif, a été suivie.

82Au sud du site, un ensemble sans ordre apparent de piquets et de petits pieux assez courts stabilise la berge et compense la faiblesse d’un terrain tourbeux gorgé d’eau. Une palissade mal ajustée contient la berge mais de façon provisoire.

83Plus au nord, un grand bâtiment, dont l’espace intérieur dessine en plan une forme régulière orientée nord-sud, est édifié en partie à l’aide de remplois. Si on s’interroge encore sur la fonction assez énigmatique de cette construction, elle traduit la réappropriation de l’espace par la ville, qui peu à peu enveloppe ce noyau primitif. Il n’est toutefois pas possible de déterminer si son orientation est liée aux contraintes de la configuration d’un terrain bordé par la rivière ou si elle est tributaire de la genèse du quartier méridional de Lyon. Ces vastes dimensions, couvrant près de 70 m2, suggèrent une utilisation collective. Dans un environnement naturel probablement dominé par la végétation, une vocation agricole est plausible.

84Cet édifice marque une empreinte au sol autour de laquelle seront déployées les bâtisses futures. Il s’agit donc du plus ancien témoignage de l’orientation parcellaire qui se développera par la suite. Si l’étude d’archives a bien établi la présence d’habitat dès le début du xive s., l’apport de l’archéologie a décelé les premières traces d’une installation humaine sur le site vers l’an Mil. Le bâtiment isolé sur le site correspond donc à la plus ancienne attestation d’occupation médiévale de l’espace civil que les fouilles lyonnaises ont révélée de ce côté-ci de la Saône.

85Des niveaux sédimentaires, homogènes et réguliers, caractérisent une période d’hydrologie permettant la décomposition de la matière organique en eau calme. Il est possible d’entrevoir une rive très végétalisée, peut-être avec des arbres de ripisylve. Les références bioclimatiques connues pour cette période sont favorables au développement de fonds humides avec des cours d’eau à hydrologie calme et à faible activité morphogénétique. Ces conditions bioclimatiques ont pu favoriser le développement urbain sur la berge.

86Dans un second temps, entre le xiie et le début du xiiie s., un mur édifié le long de la Saône rompt l’isolement du bâtiment. L’aspect assez sinueux du tracé est révélateur de la topographie accidentée que doit alors revêtir la rive. Les apports de la rivière recouvrent régulièrement la berge par un sédiment sableux parfois mêlé à des déchets. Quelques vestiges disséminés, fosses ou trous de poteau, sont associés par relation stratigraphique. Aucun niveau de sol n’a été relevé. Les structures sont environnées de dépôts de sédiments, à stratification d’apparence uniforme, appelées « terres noires ». La diversité du corpus céramique dans ces niveaux, appartenant à des parties de vases non significatives et de surcroît à des groupes techniques qui ne facilitent pas la définition d’une chronologie des plus fines, exclut en conséquence l’hypothèse d’un seul et même remblai. On peut donc supposer l’existence de sédiments riches en matériaux de toutes sortes, auxquels ont pu s’ajouter des céramiques. La pollution par des charbons issus des travaux domestiques et artisanaux, liée à une intense activité biologique synchrone, est selon toute vraisemblance à l’origine de la coloration noire de ces niveaux. Enfin, la fouille des sables du lit mineur de la Saône a livré une seconde pirogue monoxyle (épave no 14), frêle esquif conservé dans un excellent état et daté de la fin du xiie s.

  • 50 En 1157, la Bulle d’Or de l’empereur Frédéric Barberousse concède à l’archevêque de Lyon l’exercice (...)
  • 51 Une transaction établie au xiie s. entre l’archevêque de Lyon et le comte du Forez touchant à leurs (...)

87La conquête de nouveaux espaces le long de la Saône suppose que les terrains, détenus légalement par un ou des propriétaires dont on ignore le nom et le statut (à moins qu’il ne s’agisse de l’Église de Lyon, maître temporel de la ville jusqu’à la fin du xiiie s.50), sont alloués ou vendus51. Les opérations archéologiques menées en amont, dans le quartier Saint-Jean, n’ont révélé aucun hiatus de l’occupation au sein du quartier épiscopal, siège du nouveau pouvoir politique local, entre l’Antiquité et le Moyen Âge (Villedieu 1990 ; Arlaud et al. 1994 ; Reynaud 1998). Les bâtiments édifiés aux ve et vies., avenue Adolphe-Max, restent en usage jusqu’aux ixe-xe s. Cette fouille a aussi permis d’observer que l’activité se développe entre le xe et le xiiie s. Ce résultat prouve un certain changement de l’occupation dans la mesure où, jusqu’alors, les campagnes de constructions avaient pour objectif d’entretenir ce qui pouvait être sauvegardé (Villedieu 1990 : 115). Les observations archéologiques menées préalablement au creusement de la ligne D du métro de Lyon et l’analyse occasionnée par les restaurations d’habitats anciens ont établi que le parcellaire actuel est un héritage médiéval qui se met en place dès le xie s. sur la rive droite de la Saône (Arlaud et al. 1994), ce que valident les résultats obtenus à Saint-Georges.

  • 52 La topographie et l’histoire religieuse du quartier Saint-Georges ne sont pas exemptes d’obscurités (...)

88Au final, on perçoit qu’au cours du Moyen Âge central le secteur tend à s’organiser. Espace à consonance laïque, il occupe une place médiane au sein de l’agglomération blottie sur la rive droite de la Saône : entre le monde clos du groupe épiscopal au nord qui s’affrme par l’achèvement –vers 1180 durant l’épiscopat de Guichard de Pontigny– du mur d’enceinte autour d’un vaste quadrilatère isolant le monde ecclésiastique et l’église, au sud, placée sous le patronage de Saint-Georges depuis 802 par Leidrade, au pied des coteaux de Saint-Just52.

  • 53 Fouille Afan, 1996 (mobilier non publié).

89Sur la presqu’île lyonnaise, à la même époque, le panorama urbain diffère totalement. Le développement du réseau viaire et la distribution des parcelles en lanières interviennent seulement au xiiie s., à une époque où la ville connaît un essor de son activité économique et démographique. Les fouilles menées préalablement à la création des parcs de stationnement souterrains, places de la République et de la Bourse, ont montré un vide de l’occupation entre le ive s. et le xiiie s. sans pour autant en imputer la raison à un creusement postérieur ou à une véritable interruption dans l’espace de vie (Arlaud et al. 2000 : 266-267). Fosses, trous de poteau, solins de pierre enregistrés sur le chantier de la Vieille-Monnaie et celui de la place des Célestins, appartenant sans doute à des cabanes des viiie-ixe s., ne vont pas dans le sens d’une restructuration urbaine puisque les traces d’occupation disparaissent de ces secteurs fouillés jusqu’au xiiie s. (Arlaud et al. 2000 : 106-116). L’occupation se resserre autour des multiples bourgs monastiques, installés entre les deux cours d’eau et, dans les limites de l’ancienne capitale romaine, autour d’une modeste civitas, en rive droite de la Saône. À Saint-Nizier, le burgus carolingien constitue un noyau de peuplement autour duquel la ville médiévale va se développer. Plus au sud, les sources textuelles prennent le relais de l’archéologie puisqu’une église carolingienne est consacrée dans le quartier d’Ainay (Reynaud 1998 : 196-197). Les fouilles à la périphérie de ces interventions ont également pu constater la même désertion au cours du haut Moyen Âge. Rue Palais-Grillet, c’est un niveau de rue déroulé sur des fosses contenant un mobilier archéologique de la fin du xiie s. qui témoigne de la viabilisation d’un secteur en complet abandon depuis la lointaine fréquentation du Bas-Empire (Ayala 1992 : 304). Les résultats obtenus places de la Bourse et de la République rendent compte du développement de ce réseau viaire (Arlaud et al. 2000 : 215) : la rue Buisson crée au xiiie s. un axe privilégié le long duquel les tènements vont s’agglutiner. Les premières attestations d’activités sur le site de la rue Bellecordière, quoique modestes puisque teintées d’une ruralité certaine, n’interviennent pas avant le xiiie s., suite à un long relâchement amorcé depuis le ive s.53.

90Notre fouille a déterminé que le tracé de la rue du Sablet, ou encore rue de la Pierre-Percée, que la stratigraphie valide depuis le xiiie s., n’a pu conditionner l’implantation du bâtiment isolé. Si tel était le cas, c’est le long de ce cheminement que l’implantation des tènements se serait développée.

9.5 L’épanouissement d’un noyau urbain

  • 54 À partir du xiiie s, on assiste à une reprise de la circulation monétaire à Saint-Georges, certes e (...)

91La mise en place du parcellaire s’amplifie sur le module installé aux xie-xiie s. Cette tendance laisse présager une évolution qui dépasse les limites du secteur analysé et touche une grande partie du quartier et de la ville. Il semble en effet certain qu’à partir du xiiie s. l’urbanisation s’accélère de façon uniforme sur le territoire de la ville, limité encore aux deux rives de la Saône. Plusieurs éléments y concourent mais l’archéologie ne peut en fournir les preuves. L’ouverture que la ville de Lyon connaît durant ce siècle est motivée par un fort accroissement démographique rendu possible par le développement des activités commerciales et artisanales (Pelletier et al. 2007 : 193-194). Les chutes de découpe retrouvées dans la berge du xiiie s. tendent à suggérer une spécialisation dans le travail du cuir en bord de Saône. L’augmentation de la population a une influence sur les échanges locaux basés sur les denrées alimentaires, les matières premières et les produits manufacturés. C’est par la voie d’eau, axe de communication naturel, que l’ensemble des marchandises à dominante vraisemblablement locale est acheminé vers Lyon. Bien qu’aucune embarcation ne nous soit parvenue de cette époque, la création de ports spécialisés sur les berges de la Saône est nécessaire. Ces pôles d’échanges et de redistributions interviennent comme autant de marchés d’approvisionnements urbains. L’archéologie apporte son témoignage irréfutable sur celui qui existe à Saint-Georges54.

9.5.1 Mise en place

92J’ai évoqué que, dans le courant du xiie s., le bâtiment édifié au xie s. devait apparaître comme un point de repère réellement fort pour être rattaché à la ville par un mur de grandes dimensions élevé le long de la berge. De puissants contreforts viennent, à présent, contrebuter l’affaissement provoqué par le manque de stabilité de la berge exposée à une forte hydrologie. Des dépôts d’alluvions montrent en effet que les débordements de la Saône s’étendent sur la plaine alluviale, à l’ouest, conditionnant l’activité des habitants. La berge est, semble-t-il, confortée régulièrement en certains endroits par un apport massif de pieux en bois de modules divers. Les données de la fouille indiquent une certaine contrainte de la Saône sur sa rive droite. Les différents aménagements (remblais et murs de rive) traduisent une bonne adaptabilité des riverains aux fluctuations de cette rivière de plaine.

93À partir de la seconde moitié du xiiie s., la berge est investie par une véritable campagne de construction d’habitations privées. Celles-ci se concentrent de façon compacte le long de la Saône. L’étroitesse de la bande laissée libre entre la rue reliant le port Sablet au quartier canonial, à l’ouest, et la Saône, à l’est, ne permet pas le déploiement de la parcelle lyonnaise traditionnelle, dite « en touche de piano » où une maison à un ou deux corps est associée à une cour ou un jardin. Seul le secteur situé au sud du port Sablet possède une largeur suffisante pour développer un corps de maison sur rue, séparé par une cour d’un corps arrière qui donne directement sur la rivière. Les limites de notre aire de fouille n’ont pas donné la possibilité de vérifier l’exactitude de ces dispositions au sol.

94C’est à cette époque que le port Sablet est clairement délimité par un terrain vide encadré au nord par la maison 10 et au sud par la maison 11. L’archéologie apporte ainsi une preuve irréfutable de la création du port Sablet au xiiie s. et rajeunit d’un siècle la datation que les archives laissaient entrevoir.

9.5.2 Les étuves du Sablet

95L’espace analysé abandonne sa physionomie plutôt rurale encore en vigueur au début du Moyen Âge central. Le mur de bord de Saône daté entre la fin du xiie s et le début du xiiie s., associé au bâtiment érigé aux environs de l’an Mil, jette les bases du quartier médiéval, avec une orientation et des axes forts qui s’adaptent à la topographie du bord de rivière. En dépit d’une conservation partielle (le plan restitue pour la seconde moitié du xiiie s. un réseau discontinu de murs), les vestiges regroupés ici laissent apparaître une trame assez organisée. L’espace va continuer à se structurer progressivement. Les vestiges dégagés dorénavant sont clairement liés à l’habitat privé, à destination vraisemblablement domestique. Seul fait exception un dispositif balnéaire.

96Une structure de combustion, en bordure méridionale de l’esplanade du port, se réfère à l’un des faits marquants de l’occupation médiévale du site. Sur une sole en briques reposent des pilettes alignées qui rappellent le système de chauffage par hypocauste. Le mobilier céramique de la phase de restauration de l’hypocauste est daté, sans plus de précision, de la fin du xiiie et du xive s.

  • 55 La fouille de la rue Saint-Jean, à Douai, a livré une habitation incluant dans ses arrières cours u (...)

97Les textes d’archives mentionnent l’existence d’étuves, ou bains publics, situées dans une maison en bordure du port sous l’appellation « estuves du Sabliz ». L’archéologie vient donc étayer ce que les sources documentaires évoquaient. Le bain est, au Moyen Âge, pris dans de simples chambres où sont disposés des cuviers remplis d’eau. Le dispositif que la fouille a révélé s’étend vraisemblablement sur deux pièces dont l’une est munie d’équipement fonctionnel. L’iconographie et la littérature médiévales permettent de savoir que le bain existe et que l’immersion prolongée dans l’eau chaude est appréciée. Malgré tout, les preuves archéologiques manquent et une certaine confusion subsiste couramment entre une pièce équipée de baignoires et un aménagement spécifique dévolu au bain de vapeur. Quoique l’un et l’autre aient pu être complémentaires, seule l’existence de vestiges structurés (foyer ou chaudière) valide celle de l’étuve. Le local de sudation et la salle de bain forment un ensemble détaché de toute habitation. Cette découverte est une nouveauté à Lyon55.

9.5.3 Le portus Sablicum

98L’absence de toute construction à l’emplacement du port Sablet (nommé « Sabliz » dès le xive s.) atteste sans doute la pérennité d’une vocation portuaire du lieu depuis l’Antiquité. Hormis un soubassement isolé, destiné à supporter une croix, repère visuel et symbolique qui figure encore sur le plan scénographique dressé au milieu du xvie s., aucune structure maçonnée n’a été mise au jour au sein de cet espace. Seule une lecture ouest-est pratiquée en deux endroits, au centre du site, permet de suivre un possible niveau de circulation assez rudimentaire. Ce terrain plat et uni suit un tracé assez doux, sans accident topographique majeur. Il offre un faible pendage vers la rivière : à l’ouest, la côte atteint 163,30 m pour décliner, à l’est, à 162,10 m, et couvre une superficie d’environ 170 m2.

99S’il n’est pas qualifié expressément de « port » dans les manuscrits les plus anciens, il est probable que, dès 1388, le « Sablet », terme employé dans les registres fscaux de la Ville, désigne indifféremment le port au sens strict et le quartier immédiatement environnant.

9.5.4 Morphologie et croissance urbaines

100Pour cette nouvelle phase de l’histoire du sous-sol de la place Benoît-Crépu, qui se déroule au début de l’époque moderne, nous nous sommes souvent tournés vers les sources documentaires afin de trouver un écho aux travaux analysés sur le terrain. Il a été opportun, de plus, de confronter les données livrées par la fouille avec le plan scénographique, repère chronologique irréfutable qui restitue les élévations en usage au milieu du xvie s. Entre la Saône et la colline de Fourvière, ainsi qu’autour du port Sablet, le bâti est arrivé à saturation dans les parcelles, et la surélévation des maisons agglutinées devient systématique dans le but de créer de nouveaux espaces habitables. Mais les résultats obtenus interviennent parfois pour nuancer ce panorama urbain : une légère distinction s’opère entre le bâti « pieds dans l’eau » et l’existence d’un quai (Us. 590) le long de la maison 2, au nord. Au sol, les maisons progressent sensiblement vers la rivière et stabilisent la berge. À l’ouest, le tracé de la rue Pierre-Percée – que l’on imagine active et commerçante – est définitivement fixé car les façades occidentales des îlots au nord et au sud de l’esplanade du port suivent un alignement continu et régulier. L’exiguïté persistante de ce parcellaire est vraisemblablement l’indicateur d’un statut modeste de la population. Au sein de cet ensemble urbain, le port Sablet constituera dès lors un mouillage pérenne.

101Les xve et xvie s. réunissent des éléments du bâti qui ne sont pas directement associés à des strates à forte concentration de céramiques utilitaires que l’intensive urbanisation du secteur aurait dû permettre de retrouver. Les quantités enregistrées pour le xve s. et le début du siècle suivant (respectivement 356 et 361 fragments) ne vont pas dans le sens d’une progression logique par rapport à ceux inventoriés pour les deux siècles précédents, dont le total est bien supérieur (6 208 tessons). La faible proportion de mobilier archéologique pour cette époque s’explique difficilement. Les travaux liés aux constructions élevées aux xviie et xviiie s. ont eu pour effet d’empiéter sur la rivière de plusieurs mètres par endroits afin d’augmenter la surface habitable au détriment d’une berge plus ancienne. Cette opération a occasionné l’évacuation de niveaux sous-jacents. L’installation des puissants emmarchements donnant accès à l’esplanade du port Sablet a eu le même effet à l’endroit le plus propice à recevoir les rejets domestiques des habitants du quartier. Il n’est pas exclu enfin qu’une forte crue ait nettoyé la berge et entraîné toute une séquence de sa formation, nous privant ainsi de la cohérence chronologique de l’occupation de la rive. Il est indiscutable cependant que la campagne de travaux engagée du xve au xvies. exprime une nette progression des constructions au regard des travaux précédents, mais reste en retrait par rapport à la campagne d’aménagements suivante. C’est cette logique appliquée à la conquête de la berge qui garantit la stratigraphie que nous avons proposée.

102Ces transformations correspondent à un programme de travaux cohérent qui affecte l’ensemble des maisons des îlots au nord et au sud, à l’exception peut-être des maisons 9 et 10 dont la transformation est liée à la proximité du port Sablet. Preuve en est la volonté d’intervenir en utilisant de gros moyens en faveur d’architectures plus soignées. Il s’agit de grands appareils, en blocs de calcaire gris du Bathonien de l’île de Crémieu ou de calcaire dur du Portlandien du Jura, dont l’origine antique n’est pas écartée. Cette volonté sera encore plus manifeste au cours des siècles suivants, où un éclat certain sera accordé à l’agencement des marches du port Sablet.

103L’occupation entrevue au xive s. tend à se pérenniser. Les nombreux vestiges attestent le renforcement de la présence humaine et la fixation du découpage initial des habitations. Le réseau de maçonneries est densifié, structurant un peu plus l’espace dorénavant mieux délimité. L’ordonnance des bâtiments s’intègre au paysage urbain qui développe une visible scénographie. Cette évolution connaît une certaine ampleur et il est fort probable que cela touche l’ensemble des bords de Saône. Mais reconnaissons que, perçue dans sa globalité, l’architecture domestique que la fouille a retrouvée ne révèle aucune surprise remarquable : elle confrme les observations archéologiques menées en d’autres points de la ville. Sur les deux rives de la Saône, l’ensemble des études portant sur le bâti civil a démontré que le parcellaire, composé de bandes en lanières plus ou moins longues, se forme dès le xiie s. Ces parcelles évolueront peu, hormis par rachats de parties ou à l’occasion de partages ponctuels lors de successions. Le bâti dans les parcelles à Saint-Jean et sur la Presqu’île s’accompagne de jardin ou d’une cour, typologie dont l’exiguïté de la surface observée sur la rive de la Saône ne permet pas le développement.

104Les deux îlots qui bordent l’esplanade du port sont pourvus de maisons « hautes et basses ». Pour autant, les maisons bâties progressivement ne s’inscrivent pas dans des espaces parfaitement réguliers. L’étroitesse de certaines parcelles (les maisons 2 et 4 ne couvrent qu’une quarantaine de m2 au sol) ne peut manquer de surprendre. Il semble que le découpage ait été motivé par d’autres raisons que la régularité ou les largeurs standard. Les espaces à lotir sont conditionnés par la topographie légèrement concave de la rive.

105On assiste à des reprises incessantes à l’intérieur des maisons, révélatrices d’un quartier qui s’appauvrit et se compose d’une population laborieuse, socialement peu élevée, privée des moyens nécessaires aux rénovations que la vétusté des habitations réclame. Les demeures épargnées d’un dépeçage méthodique du fait de la continuité de leur occupation abritent sans doute des conditions modestes : maçons, charpentiers, bateliers, pêcheurs et tuiliers. Quelques identités professionnelles de locataires de l’îlot nord, proche du quartier canonial, de l’îlot sud, plus proche de l’église Saint-Georges, ressortent des textes d’archives et donnent un aperçu de la topographie sociale des maisons. Les métiers de rive dominent. Par exemple, si plusieurs prêtres sont enregistrés dans la maison 2 en 1516 (Guillaume Henry), 1528 (Messire Andrevet) et 1551 (Claude Pinet), elle abrite en 1406 un pêcheur (Stephanus Mercerii) et en 1586 un batelier (Léonard Merlin). La maison 3 voit elle aussi se succéder, au cours du xve s., des statuts sociaux contrastés : en 1431 une servante (Johanetta), en 1493 un homme d’Église (Claude Pajot), en 1516 un laïc (Guillaume Briquet, sergent royal). À l’extrémité méridionale de l’îlot sud, à la même époque, la maison 16 est l’habitation de Pierre Saint Romans, clerc de Saint-Jean et de Jean Bas, marinier.

106Pour clore ce passage sur le domaine du familier et accentuer la couleur sociale de cette époque, on ne saurait se passer d’évoquer le caractère tout à fait insolite de la situation de petites divisionnaires antiques associées à un lot de monnaies frappées au xvie s. dans un contexte stratigraphique daté de ce même siècle. L’époque vit encore sur son passé. Ce fait marquant est à rattacher à l’une des périodes troublées de l’histoire monétaire de la ville de Lyon. La dépréciation de l’unité monétaire devait étroitement être liée à l’augmentation des prix des denrées de première nécessité. L’introduction de ce numéraire qui ne possédait aucune valeur fiduciaire réelle, n’était acceptée et ne circulait qu’en raison de sa reconnaissance momentanée par les pouvoirs publics affrontant une situation économique déséquilibrée.

9.5.5 Une desserte occidentale

107La connaissance du développement d’un espace construit en bord de Saône apporte un repère topographique supplémentaire dans ce secteur de la ville. La rectitude du tracé de la rue Pierre-Percée ou du Sablet qui longe le site depuis le milieu du Moyen Âge, à l’ouest, oriente clairement l’agencement urbain. La fouille n’a pas permis de suivre son évolution depuis sa création. Les remaniements successifs ont peu à peu masqué le niveau primitif de la rue. Le tracé de la rue du Sablet demeure jusqu’à ce qu’au xixe s. les réaménagements de la zone du port le fondent avec la place du même nom. Le débouché actuel de la rue du Vieil-Renversé, dont l’appellation n’est pas attestée avant 1680, procède d’un récent agencement. Pendant des siècles, la rue de la Pierre-Percée, qui prend le nom « des Prêtres » à partir du début du xviiie s., longeant le bâtiment ecclésial de Saint-Jean-le-Vieux et son cimetière adjacent, borde, à l’ouest, l’îlot nord puis se fond avec l’esplanade du port pour relier au-delà l’église et le cimetière paroissial de Saint-Georges.

9.5.6 Altérations climatiques

  • 56 Il est évidemment très difficile de se faire une idée des perturbations climatiques à Lyon durant l (...)

108Dans la partie méridionale du site, des terres rapportées exhaussent la plaine bordière jusqu’à 163 m d’altitude et font progresser la berge vers l’est au détriment de la rivière. Au centre, l’espace libre du port conserve des lits alluviaux de débordement au plus haut à 163,20 m d’altitude à l’extrémité occidentale. De fait, le site a enregistré la contrainte hydrologique exercée par la Saône. Ces observations permettent de constater les irrégularités du climat lyonnais. La fin du Moyen Âge est le moment d’une péjoration climatique et d’une évolution fluviologique défavorable –celle du Petit Âge glaciaire reconnue dans toute l’Europe occidentale (du xve au xixe s.)–, susceptible de menacer les aménagements antérieurement réalisés56. Pour la période moderne, les dépôts alluviaux mêlés à des rejets anthropiques massifs traduisent la variabilité des débits de la rivière. Des limons de débordements enregistrés à l’intérieur de la maison 2 manifestent la forte activité hydrologique de la Saône.

9.5.7 Le trafic sur la rivière

109En 1494, en choisissant Lyon comme base arrière des campagnes militaires qu’il mène en Italie –et que reconduiront ses successeurs Louis XII et François Ier–, Charles VIII met fin au Moyen Âge lyonnais et favorise le développement économique de la ville et de ses ports fluviaux. Le plan scénographique permet de dénombrer pas moins de six ports sur la Saône (port Sablet, port Saint-Jean, port de Roanne, coste de la Balleyne, port Saint-Éloi et port Saint-Paul), tous très animés à en juger par les embarcations qui y sont accostées. Les principaux ports de Saône de la ville étaient installés en rive gauche. Sans doute les raisons en sont-elles multiples : d’une manière générale, la rive concave est plus adaptée à l’abordage et au halage des embarcations, mais aussi, à Lyon en particulier, c’est sur la rive droite que les constructions en bord de rivière sont les plus précoces et les plus denses. Raison de plus, peut-on dire, pour réserver les pratiques du halage à la rive gauche. Du côté de Fourvière, il fallait recourir à l’intermédiaire des crocheteurs, main d’œuvre spécialisée dans la pénible technique de la traction des bateaux depuis l’aval, par tout un jeu de câbles et de crochets. En rive gauche, la trame urbaine, plus lâche, était propice à l’installation de vastes débarcadères : port du Temple, des Augustins…, même si la déclivité des berges ou le courant y étaient sans doute plus accentués. À l’inverse, la demande était forte du côté de la rive droite et de la ville d’affaires, surtout pour la fin du Moyen Âge et le xvie s., et il était nécessaire de ménager des débarcadères suffisants pour son approvisionnement. Trois principaux ports, Roanne, Saint-Éloi (ou Douane) et Saint-Paul, remplirent cette fonction et furent précocement l’objet de travaux municipaux, puisque la Ville entreprit la rénovation du port de Saint-Éloi au cours des années 1480. Malgré un site difficile obligeant à serrer les maisons, toutes les grèves demeurées libres sont utilisées pour l’accostage des barques. La fouille révèle, par la mise au jour de plusieurs épaves, l’intense activité que connaît alors la rivière.

110Les sept embarcations du xvie s., cinq pirogues monoxyles (nos 10, 11, 12, 15, 16) et deux bateaux assemblés (nos 9, 13), sont des bateaux à vivier, des « bachuels » qui servaient au transport de poisson frais et à sa conservation à destination des marchés flottants. Ils témoignent d’une économie de subsistance liée à la présence de la Saône : les coutumes alimentaires imposaient la consommation de poissons de rivière pendant une bonne partie de l’année. On peut considérer ces embarcations, caractérisées par un compartiment central perforé sur la sole et les bordés, comme un échantillon unique et diversifié, représentatif de ces bateaux spécialisés jusqu’alors méconnus en contexte archéologique. Ils se sont déplacés dans un espace nautique réduit, bien délimité, et il y a tout lieu de croire qu’ils ont été construits en un site proche. Les mousses servant à colmater les coutures de la sole des bateaux modernes (xvie s., épaves nos 10, 15 ; xviiie s., épave no 1) renferment des indices qui laissent envisager qu’elles proviennent de la pointe méridionale du Jura – ce qui paraît la localisation la plus satisfaisante dans la mesure où les différents biotopes révélés dans les spectres polliniques se retrouvent dans cette région desservie par voie d’eau (le haut Rhône) et où, pour cette époque, dominent les surfaces défrichées.

111Les enregistrements sédimentaires dans le lit mineur de la Saône et sur la berge sont denses et multiples à la fin de l’Ancien Régime. L’analyse des composantes naturelles de ces contextes stratigraphiques n’a pas la portée de celle, détaillée et approfondie, appliquée aux périodes protohistorique et gallo-romaine dans la mesure où, pour ces époques anciennes, le besoin de nouvelles terres a dû s’accommoder de l’évolution du régime de la Saône. L’analyse des horizons les plus récents permet toutefois de distinguer une hydrologie accrue de la rivière, au moins dès la seconde moitié du xviiie s. Ainsi, selon l’intensité des crues, la berge apparaît successivement noyée par les flux de la rivière ou au contraire apparentée au milieu terrestre. Le vaste ensemble architectural qui occupe la berge à l’époque moderne contient les débordements du cours d’eau, même si parfois la force des inondations envahit les habitations. On enregistre une alternance de décharges détritiques en période de stabilité hydrologique, et d’épisodes de crue en période de dérèglement hydrologique.

112La présence d’un bateau piégé dans les sables de Saône au milieu du xviiie s. est un apport capital pour percevoir le savoir-faire des constructeurs de navigation intérieure à l’époque moderne qui, le plus souvent, tenait de la tradition orale. L’absence presque totale de description méthodique d’un bateau et de sa construction confère à chaque découverte un caractère des plus singuliers. Les dimensions de l’épave no 1 évoquent celle des « bâches » de dragage ou des « bêches » de pêche en usage jusqu’au début du xxe s. Cependant, l’importance des renforts horizontaux placés sur la fonçure peut indiquer le transport de matériaux particulièrement lourds, sans doute des pierres de taille. Le mobilier céramique et les indices monétaires contenus dans les couches de comblement de cette épave fixent sa chronologie à la première moitié du xviiie s. L’apport des analyses dendrochronologiques donne une fourchette comprise entre les années 1745 et 1750, date d’abattage du bois. Cette épave reposait à 40 m environ au nord-est des marches du port Sablet, devant la façade des maisons 4 et 5, qui possédaient un escalier privatif. Comme l’ensemble des épaves de Saint-Georges, elle a été découverte vide de toute cargaison.

9.5.8 Organisation urbaine

113Les travaux conduits au cours des xviie et xviiie s. coïncident avec la dernière intervention d’envergure ayant touché le bord de Saône. De la campagne de travaux de construction ou de réfection des grands ensembles urbains commandités par la Ville au début des années 1660 (quais, ports et ponts), dont l’étude d’archives a retranscrit – et avec quelle maîtrise – les modalités techniques et le calendrier, l’archéologie a retenu les imposants degrés du port Sablet fondés sur de solides rangées de pieux munis de sabots métalliques. Cet habillage qui ordonne l’espace public vise à établir une véritable scénographie urbaine et concourt à l’embellissement d’un quartier fluvial en aval de la ville. Du même coup, l’esplanade de circulation du port fluvial s’agrandit et couvre à présent une surface d’environ 270 m2.

114Les modifications enregistrées à l’intérieur des maisons vont dans le sens de l’assainissement du cadre de vie grâce à l’installation de fosses d’aisances, même si, parfois, elles relèvent de réparations ou de retouches de détail. Nous n’avons pas toujours pu établir dans quel ordre les travaux se sont déroulés car les données concrètes manquent sur certains points. Nous ne disposons pas de témoignages assez éloquents pour comprendre si les habitations sont modifiées partout au même moment ou selon un rythme différent. On peut penser que la totalité du front oriental est reconstruite, ce qui suppose l’édification simultanée de toute la berge qui en supporte les soutènements par la mise en place de pieux de fondation. Nous pensons que l’ensemble du bâti, de part et d’autre du port Sablet, a subi des restructurations au cours d’une seule et même campagne de travaux. Cela sous-entend une décision concertée de plusieurs propriétaires, ce que les sources textuelles dépouillées sont impuissantes à confirmer.

115Le contour et l’ossature des différents corps de maisons forment à présent un ensemble extrêmement cohérent. L’existence d’un plan terrier dressé dans les années 1750-1760 apporte un témoignage irréfutable sur la disposition des constructions que la fouille est venue confirmer. Quelle logique a présidé à la mise en place du parcellaire ? Est-il possible de percevoir, de façon régressive, un système de calcul de surface des maisons d’après un module de base –un étalon– prédéterminé ? Hormis les deux maisons dont le plan n’est pas complet du fait des limites de l’emprise du chantier, les maisons possèdent suffisamment d’éléments pour effectuer des mesures car elles sont toutes isolées par des murs de séparation mitoyens. Mais force est de constater que l’intégralité de la surface de l’espace loti que nous avons exploré n’obéit pas au même principe. L’annexion des terres ne s’accompagne pas nécessairement de plan de lotissement organisé. Les unités d’habitations s’accolent les unes aux autres et résultent davantage d’initiatives individuelles que d’un programme d’urbanisme codifié et rationnel. Les solutions techniques s’adaptent à des superficies qui ne sont pas toujours aisées à architecturer (voir par exemple la maison 3). Pour le xviiie s., la fouille a démontré que l’alignement de la façade de la maison 2 sur la rue des Prêtres a la particularité d’empiéter sur le domaine public. C’est le seul exemple que nous avons pu observer : l’initiative, non édictée par le Consulat, paraît relever du privé. Cette particularité assez rare dans l’urbanisme lyonnais va à l’encontre des dispositions de l’époque qui stipulent d’établir les largeurs de rue les mieux adaptées aux besoins de la circulation.

9.5.9 Des lieux et des hommes

116Les vestiges découverts illustrent le soin apporté à l’aménagement des bords de Saône à la fin de la période moderne. Le caractère monumental s’accentue, s’alimentant majoritairement en pierre de Villebois dont la mise en œuvre est fréquente dans l’architecture lyonnaise au xviiie s. Des accès à la rivière sous forme d’escaliers imposants sont également dégagés. Les marches du port Sablet sont en calcaire dur, gris à bleuté, extrait du massif du Mont d’Or, caractérisé par la présence de coquilles fossiles d’huîtres d’où le nom usuel de « calcaire à gryphées » qui lui est généralement attribué. Il est intensivement utilisé à Lyon dès le début de la période moderne. Dans la base des murs de façades des maisons est employé le grand appareil de calcaire gris de l’île de Crémieu, matériau traditionnel dans l’histoire de l’approvisionnement de la ville de Lyon. Ces divers témoins d’exploitation des carrières régionales alimentent notre connaissance des embellissements de la cité lyonnaise à l’époque moderne : les bords de la Saône sont alors parés d’édifices linéaires qui contribuent à l’éclat des façades urbaines et éclairent la puissance des moyens mis en œuvre. Ces modifications du paysage urbain touchent à l’intérêt général et trouvent leurs moyens de réalisation dans le financement public.

117Les résultats de la fouille contredisent l’idée d’une rive droite assoupie et figée dans son développement urbain à partir du xvie siècle, et d’un dynamisme des quartiers indexé sur leur seule proximité avec la rue Mercière, située sur la Presqu’île.

118Comment vivait-on dans ces immeubles ? L’identification de l’usage des pièces n’a pas été établie. Rien ne permet de se faire une idée de leur distribution dans les appartements. Les vestiges des maisons 3 et 4 offrent quelques sources d’informations : de lourdes consoles supposent que l’étage noble de la maison est doté d’un petit balcon en encorbellement. Une haute porte cintrée donne accès à un escalier intérieur. Travaillé sans anglet ni bossage sur aucune partie du parement, le grand appareil de blocs de calcaire et de granite employé à l’angle de la maison 9, celle donnant sur le port, est dépourvu de parti pris décoratif. Il faut toutefois préciser que si notre commentaire descriptif rend compte des détails de l’agencement des structures, aucune trace de décor n’a été retrouvée en place, ni d’ailleurs parmi les rares remblais de démolition rencontrés.

119Un regard sur le mobilier archéologique apporte des compléments utiles pour restituer le cadre de vie des habitants du bord de Saône. La rivière apparaît à cette époque comme un facteur d’assainissement de la ville. Les riverains utilisent la berge en tant que dépotoir de vaisselles domestiques, que parfois le maigre flux de la Saône peine à nettoyer. L’évacuation massive des déchets de boucherie et de tannerie altère la propreté de la rive et du port. La masse de produits du quotidien retrouvés dans la berge de la Saône fournit une occasion opportune d’en apprendre davantage sur la culture matérielle lyonnaise à l’époque moderne. L’approvisionnement en vaisselle céramique s’effectue dans la proche région, en particulier la Bresse, le val de Saône ou encore la vallée du Rhône. Il faut noter, au xviie s., l’expansion des céramiques décorées aux engobes qui utilisent un répertoire décoratif quelquefois assez élaboré. Le xviiie s. connaît un accroissement de faïences d’origines diverses. La verrerie se distingue par des objets destinés soit à la consommation, tels les verres à boire, soit au stockage, telles de très nombreuses bouteilles à vin. Un marchand de vin a été recensé dans la maison 14 au xviiie s. L’abondance et la qualité des objets en métal, en bois et en cuir contribuent à illustrer la vie quotidienne du quartier en raison de la diversité des domaines d’activité abordés, principalement domestique (table, cuisine, toilette, éclairage, habillement…) et professionnel (construction, travail du bois, textile, boucherie, pêche…).

120Le classement que propose la présentation des objets médiévaux et modernes éclaire de façon significative les activités quotidiennes des riverains bien au-delà de l’espace restreint de la maison : les objets professionnels et religieux contribuent à la restitution d’une histoire concrète et globale des riverains de Saint-Georges depuis l’occupation pérenne de la rive à partir du Moyen Âge central. Si l’objet est parfois unique (rouet de puits, fer à bœuf, marteau de bourrelier, hache, arrosoir ou greffoir), la fonction marginale qu’il évoque n’en est pas moins tangible.

  • 57 Désignée en 1536 par lettres patentes de François Ier pour être le centre de la production textile (...)

121On peut extraire de l’ensemble des objets de métier présentés ceux reflétant une activité spécifique. Outre quelques pièces significatives faisant écho à l’intense activité commerciale que connaît le port Sablet (instruments de mesure et d’échange tels que méreaux, plombs de commerce, poids monétaires et éléments de balance), 119 outils (crocs d’abordage et gaffes à pousser) et élément de bateau (fragment de mousqueton) relatent le passé fluvial du secteur fouillé caractérisé par une batellerie active depuis le Moyen Âge et particulièrement intense durant l’époque moderne. L’activité de boucherie, à quoi renvoie le rejet dans la rivière de très nombreux crânes décalottés de caprinés, est confrmée par plusieurs couteaux nécessaires à la chaîne opératoire du traitement des bestiaux (couteaux à saigner, à découper et désosser les carcasses). Enfin, clavettes, bobines, fuseaux et poulies ont été utilisés par les professionnels du textile : tapissiers, passementiers, dentellières et soyeux –la présence de ces derniers à Saint-Georges avant la migration de leur corporation vers la colline de la Croix-Rousse au début du xixes.57 est ainsi documentée pour la première fois à Saint-Georges.

9.6 Les dernières créations

  • 58 Une plaque au no 9 de la place Benoît-Crépu rappelle le triste souvenir de ces événements.

122Au milieu du xixe s., la place du port Sablet n’a pas encore pris l’extension de l’actuelle place Benoît-Crépu. Elle le fera au détriment des maisons d’habitation progressivement détruites. Les contraintes hydrologiques, incessantes depuis le xviiie s., amènent les autorités lyonnaises à engager les premiers grands travaux d’endiguement. Les grandes crues centennales de la Saône de 1840 et 185658 causent de tels dommages sur les plans humain et économique qu’une nouvelle campagne de protection est engagée à partir du milieu du xixe s. Elle consiste à bâtir des quais le long de la Saône. La Ville de Lyon a concédé un effort technique et financier considérable pour assurer sa croissance urbaine, en particulier dans la plaine alluviale de la rive gauche du Rhône. L’actuel boulevard périphérique est supporté, en partie du moins, par la digue des Brotteaux construite entre les années 1857 et 1859, ce qui masque sa fonction primitive.

  • 59 Vers les années 1860, après la construction du quai Fulchiron, la rue des Prêtres demeure en positi (...)

123La construction du quai Fulchiron entraîne des modifications de l’environnement et renouvelle considérablement la physionomie du secteur. Son aménagement, dont le financement est partagé entre l’État et la Ville comme celui des autres quais, entend rompre avec la tradition lyonnaise du front bâti sur l’eau. C’est ainsi que les maisons mal bâties et malsaines qui bordent la rivière sont détruites. Les projets successifs montrent cependant une hésitation quant au nouveau profil à adopter : la première version présente un plan incliné à gradins, la seconde un mur vertical. C’est ce dernier profil qui est adopté et qui offre aux rives de la Saône son unité architecturale puisqu’à partir de 1842 il est imposé comme modèle par la municipalité pour tous les quais à venir. Il s’agit en fait d’un profil à trois composantes : un quai haut servant de promenade, un mur vertical comportant des rampes d’accès ou des escaliers, et un bas-port fondé sur un mur construit dans l’eau et destiné à la manutention. En conséquence de l’écart entre le niveau de circulation et celui du bas-port, on assiste à un exhaussement général mais variable du secteur –faible sur le périmètre du port Sablet. Le risque d’enterrer le rez-de-chaussée des bâtiments le bordant, à l’ouest, est pressenti. La fouille a vérifié que le dernier niveau de circulation au centre de l’esplanade pentue du port Sablet, à 163,80 m, se trouve à près de 1,90 m sous l’actuel sol de la place Benoît-Crépu qui affleure à la cote 165,74 m. Contre les façades des immeubles à l’ouest, l’exhaussement est moindre car le dernier niveau de circulation de la rue des Prêtres est estimé à environ 0,60 m sous l’actuelle rue Monseigneur-Lavarenne59. L’exhaussement du sol des rues et des cours d’immeubles est plus sensible vers Saint-Jean. La percée de l’avenue de l’Archevêché, aujourd’hui Adolphe-Max, entraînera la régularisation du niveau de circulation au débouché du pont de Saint-Jean, actuel pont Bonaparte (Villedieu 1990 : 128).

9.6.1 La conversion de l’espace fluvial

124Le coup porté au transport fluvial par son concurrent ferroviaire est fatal aux zones portuaires de la ville. Après des siècles d’osmose entre Lyon et ses ports, la mise en place du réseau ferré marque un irrémédiable tournant. L’aménagement des quais achève de modifer la physionomie urbaine et condamne les ports. Une nouvelle ère s’ouvre marquée par un processus de distension : l’outil portuaire fluvial devient marginal et déserte progressivement le centre-ville pour s’échelonner, plus en aval, le long du couloir fluvial sur une vingtaine de kilomètres de part et d’autre du confluent.

125La fermeture du port Sablet profite à la place éponyme créée à son emplacement, qui s’étend également au détriment des maisons vétustes peu à peu abattues. Les reprises incessantes à l’intérieur des maisons, témoignant du vieillissement de l’habitat, vont dans le sens d’une paupérisation du quartier au xixe s. Parallèlement, les quartiers de Saint-Georges, Saint-Jean et Saint-Paul connaissent une émigration de leurs marchands et notables vers les Brotteaux et les quartiers neufs de la rive gauche du Rhône.

126Les modifications de la trame urbaine se doublent de travaux de régénération par l’installation de canalisations d’eau et de dispositifs souterrains parfois complexes. Les témoignages archéologiques nous instruisent sur leur fonctionnement d’alors mais aussi sur un aspect de la vie de la société urbaine tout au long du xixe s. Préalablement à la construction des quais de berge, le dispositif matériel et fonctionnel est assez sommaire : les riverains évacuent leurs eaux usées directement dans la rivière (décharge brute), ainsi qu’en témoignent non seulement les ouvertures pratiquées dans le bas des façades des habitations mais aussi les représentations iconographiques. Bien entendu, cela ne va pas sans engendrer des espaces fangeux le long de la rivière.

  • 60 Par temps sec, on imagine aisément qu’au débouché se produit une accumulation de matières nauséabon (...)
  • 61 L’installation du réseau d’assainissement va de pair avec l’évolution d’une réglementation d’usage (...)

127Avec la prise en compte de l’hygiène, la situation va changer. La protection de la santé publique devient progressivement la fonction dominante des réseaux d’assainissement peu à peu mis en place à partir de la seconde moitié du xixe s. Le dispositif technique spécifiquement urbain de fosses étanches associées à un système de vidange se substitue aux latrines rudimentaires de la fin du Moyen Âge qui s’évacuaient dans la rivière ou dans la nappe60. Dans les années 1870-1880, la municipalité entreprend la mise en place d’un réseau d’égouts qui résulte d’une véritable politique d’équipement sanitaire. Un long collecteur ovoïde (no 003) est déroulé sous le quai Fulchiron à peine construit, longeant le cours d’eau, auquel sont greffés des égouts transversaux (ou daleaux)61.

9.6.2 In fine

128Une création de génie civil de l’ampleur du parc de stationnement souterrain ouvert à Saint-Georges concourt à la conquête de la rive droite de la Saône et accélère la valorisation globale du quartier. C’est la dernière empreinte de l’intervention humaine dans le sous-sol de la place Benoît-Crépu à l’aube du xxie s. Nul doute que ces travaux aient occasionné la découverte d’un ensemble de significations archéologiques enchevêtrées qui a fourni la possibilité de reconstituer un enchaînement rationnel de phases historiques menant jusqu’à nos jours et d’écrire un des chapitres les plus novateurs de l’histoire de Lyon, Saint-Georges.

129Le livre qui en rend compte et qui voit le jour aujourd’hui était attendu. Il vient à son heure, répondant par l’ampleur de la documentation mise en œuvre aux riches perspectives de temps et d’espace qu’il lui convenait d’étreindre. Témoins de la recherche fondamentale érudite, les examens minutieux, concrets et lucides qui traduisent la naturelle complexité des documents bruts ont permis de suivre la lente évolution archéologique, environnementale et historique d’un espace fluvial en bord de Saône.

Notes

1 Les progrès des fouilles similaires à celles de Saint-Georges fourniront sans doute des renseignements complémentaires à nos conclusions. L’ouverture, prévue en 2013, du parc de stationnement souterrain quai Saint-Antoine en rive gauche de la Saône (2e arr.) est en tout point prometteuse. Ce prochain chantier archéologique, confié au Service archéologique de la Ville de Lyon, partagera avec le Parc Saint-Georges le même schéma d’évolution d’un site de berge.

2 La colline de Fourvière (300 m d’altitude), prolongée à l’ouest par le plateau de la Sarra, représente la terminaison occidentale du plateau lyonnais et la colline de la Croix-Rousse (250m d’altitude), prolongée au nord par le plateau de Caluire, la terminaison méridionale du plateau de La Dombes.

3 Parmi les mentions relatives à l’installation de la ville de Lugdunum à la confluence du Rhône et de l’Arar (ancien nom de la Saône) figurent, au premier plan, celles contenues dans la Géographie de Strabon (IV, 3,2), auxquelles on peut adjoindre une évocation poétique mais très évocatrice de la topographie de Lyon par Sénèque (Apocoloquintose du Divin Claude, VII, 2).

4 La presqu’île lyonnaise dépendait tantôt d’une île, selon les hypothèses d’André Steyert en 1895 et 1899, et d’Amable Audin en 1919 ; tantôt de deux îles, selon les hypothèses d’Audin à partir de 1947, et d’Auguste Allmer et Paul Dissard en 1887 et 1888 ; tantôt de trois îles, selon l’hypothèse de Camille Germain de Montauzan en 1924 ; voire de quatre îles, selon Edmé-Camille Martin-Daussigny en 1853. En 1980, Robert Turcan reprend avec prudence l’hypothèse d’une échancrure du Rhône au niveau de la place Bellecour (Turcan 1980). Les apports des fouilles récentes ont fait avancer les connaissances sur ce dossier (Desbat 1982 ; Desbat, Lascoux 1999 ; Arlaud et al. 2000).

5 L’historiographie traditionnelle lyonnaise, en dehors des divergences sur le tracé de cette confluence, est basée sur une situation géographique ressentie comme un facteur déterminant du développement de la ville. Ce déterminisme géographique qui aurait présidé à l’occupation du site a été remis en question par une lecture critique des études historiques à laquelle s’intègrent les apports récents de l’archéologie lyonnaise (Desbat 1982). S’il est clair que cette question revêtait une importance extrême pour l’évolution de la topographie de la Presqu’île, elle permettait aussi par voie de conséquence, de régler la localisation du sanctuaire fédéral des Trois Gaules sis ad confluentem Araris et Rhodani dans les textes anciens.

6 Les contraintes hydrologiques qui ont conditionné l’installation humaine sur les terres basses de la ville de Lyon ont été suivies à partir du milieu des années 1980. La succession d’analyses micro-topographiques, issues des interventions d’archéologie préventive, a facilité l’observation de séquences sédimentaires qui ont permis de définir les variations de l’environnement alluvial. Avec les résultats de ces interventions commençait la longue histoire de la colonisation de ces milieux hostiles. L’apport de plus d’une quarantaine d’opérations d’archéologie préventive réalisée depuis 1978, dans les quartiers fluviaux, a été déterminant pour l’histoire naturelle et urbaine de la ville (Desbat, Lascoux 1999, annexe I : 60-69).

7 Fouille Afan, 1990 (documentation inédite hormis l’étude des céramiques Ayala 1998).

8 En 1956-1957, un suivi de travaux conduit rue Tramassac localise des vestiges de murs scellant un aménagement considéré comme un gué préromain ou le « reste d’une voie gréco-celte » (Villedieu 1990 : 141).

9 La notion de port, à Lyon, n’est pas clairement avancée dans les textes anciens. Au livre IV (3, 2) de sa Géographie, Strabon qualifie d’« emporium » la cité fluviale qu’est Lugdunum, établie au pied d’une colline, au confluent de l’Arar (Saône) et du Rhône. Le terme ne qualifie pas forcément un port fluvial, mais un lieu d’échanges entre des économies différentes et souvent complémentaires, tels des produits locaux contre des produits étrangers.

10 En raison de la découverte de vestiges mobiliers qui suggèrent leur présence, mais aussi peut-être en raison de ports modernes qui pourraient être les héritiers d’une tradition d’échange et de commerce à ces endroits.

11 Il y avait à Lyon trois groupes de nautes, c’est-à-dire des entrepreneurs de transports fluviaux à qui l’on confiait le transport des marchandises par voie d’eau. À Lyon, il existait les nautes du Rhône, les nautes de la Saône, et les nautes du Rhône et de la Saône. Groupés en corporation, ils avaient le monopole du transport sur ces deux cours d’eau, ce qui leur procurait richesse et considération. Des places leur étaient réservées dans l’amphithéâtre de la Croix-Rousse. Une trentaine d’inscriptions les concerne.

12 D’énormes dolia étaient enfoncés dans le sol, dont certains sont conservés au Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière (Leglay 1968).

13 Sur la base de l’île médiévale d’Ainay et de découvertes anciennes, Amable Audin isole une île, dite des Canabae, dans la partie sud-ouest de la Presqu’île (Audin 1964 : 131). Le terme désigne des entrepôts en liaison avec le commerce des vins associés à de riches résidences de negociatores.

14 L’édifice de la commanderie relevait de l’autorité de l’Ordre de Malte (Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem) qui la fit construire vers 1315 sur le bord de la Saône, en aval de l’église Saint-Georges. Il semble que l’Ordre de Malte ait eu une vie à part et que son histoire ne se mêlât jamais à celle de la ville, si ce n’est à l’occasion de quelques différends qui surgirent entre les commandeurs et le corps consulaire de Lyon. De fait, la commanderie ne paraît pas avoir dynamisé le quartier puisque, à son sujet, on n’hésitait pas à affirmer qu’elle était dans la ville comme un corps étranger. Construction massive dominée par deux tours rondes baignant dans la Saône, elle subit un grave incendie en 1854 et fut entièrement démolie peu après.

15 Sur la rive droite de l’Auron, à 3km en amont de Bourges, a été découvert en 1974 un petit port fluvial qui a fonctionné durant tout le Iers. ap. J.-C., période des plus grands besoins de la ville en matériaux de construction (Ferdière 1979).

16 Des aménagements de rivière ont été reconnus dans plusieurs villes de France. Le site de Strasbourg était favorable en ce que les voies fluviales et terrestres constituaient potentiellement un nœud de circulation dense. Les vestiges d’un port romain sont associés à la découverte de radeaux très bien conservés. La fouille, ancienne, n’a pu fournir de datation très précise. Le début de l’Empire a été évoqué (Hatt 1980). À Bordeaux, au confluent de la Devèze et du Peugue, des aménagements constitués de pieux et de planches, non antérieurs au ive s., stabilisaient les terres. Quoique la fouille n’en ait pas retrouvé les traces, il n’est pas exclu que ce dispositif ait été utilisé par des petites barques (Premiers temps 1986 : 45-46, no 59-61). Des aménagements urbains en zone fluviale ont été fouillés place Jean-Jaurès et place de la Bourse, point de contact de la ville primitive et de la Garonne entre les années 2002 et 2003 à Bordeaux (documentation inédite). Au cours des deux premiers siècles ap. J.-C., la Seine est dotée d’aménagements de quai que la fouille de la crypte sous le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris a permis de suivre sur plus de 20 mètres. La localisation du port de Lutèce n’est cependant pas assurée à cet endroit (Lutèce 1984). C’est apparemment l’organisation des liaisons routières à proximité du confluent de la Seille et de la Moselle qui a entraîné le développement de l’agglomération antique de Metz. Le site se trouve en effet au carrefour de deux voies d’importance commerciale et militaire, celle de la vallée de la Moselle, par laquelle passait le trafic de Lyon à Trêves et celle qui depuis Reims reliait Strasbourg (Frézouls 1991). On ne peut manquer d’évoquer, plus près de nous, la vie portuaire intense que la ville de Vienne a connue au cours des deux premiers siècles de l’Empire, à l’examen des immenses entrepôts qui bordaient les deux rives du Rhône dont la digne publication peine à aboutir. Très récemment, une équipe de l’Inrap a mis au jour, à Reims, capitale de la Gaule Belgique, un tronçon de la rive droite de la Vesle bordée de constructions liées à l’artisanat et au stockage de marchandises, dont la chronologie s’étend du début du ier au ive s ap. J.-C. Si un quai le long de la rivière, complété par un système de digues perpendiculaires au cours d’eau, a été reconnu, rien n’indique la destination portuaire de ces aménagements (documentation inédite).

17 Ainsi que l’illustre le bas-relief de la scène de hallage de Cabrières d’Aigues – l’une des œuvres les plus célèbres du musée Calvet d’Avignon : une barque est chargée de deux tonneaux de taille moyenne, un mât de halage placé à l’avant partent trois câbles tenus par des haleurs dont seuls deux sont visibles.

18 La découverte en contexte archéologique de ces restes de tissus usagés en situation de réemploi, coincés entre les planches des embarcations, est assez fréquente. Mais, par méconnaissance, par manque de temps ou de budget, ils sont ignorés et livrés à une dégradation inéluctable. L’initiative du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière de restaurer l’ensemble des prélèvements recueillis sur le Parc Saint-Georges doit donc être saluée. L’examen technique de ces tissus a été conduit avec cohérence par Fabienne Médard (2010). Quant aux matériaux ayant servi à l’étanchéité des barques romaines, il apparaît qu’assez souvent leur nature exacte demeure incertaine car privée de contrôle chimique. Afin de lever les incertitudes, a été entreprise une étude structurale précise du corpus d’échantillons prélevés sur les calfats des épaves nos 2, 3, 4, 7 et sur les blocs de poix retrouvés dans les épaves nos7 et 8 (Connan, Charrié-Duhaut 2010).

19 Le bateau était bien l’unique moyen de véhiculer les lourds assemblages de marchandises sans risque de les voir disloquer par les cahots des chemins. Mais le cycle annuel des cours d’eau est impitoyable : la libre circulation des bateaux est gênée tant l’été, à cause de l’inévitable étiage, que l’hiver, en raison de la prise des glaces et de la débâcle qui s’ensuit.

20 La ville de Lyon est restée bien longtemps logée sur les seules rives de la Saône car celle-ci était plus facilement navigable et traversable.

21 Un tronçon de voie dallée d’orientation nord-sud, daté de l’Antiquité tardive (ive-ve s.), a été suivi légèrement plus en amont du Parc Saint-Georges, lors de la fouille de l’îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 40-41). Rien n’indique une création plus ancienne. Déjà, à l’occasion de sondages ouverts à l’angle des rues Mourguet et Tramassac, en 1948 et en 1956, un niveau de voie dallée avait été repéré (Audin 1964 : 125). Plus récemment, l’existence de cette voie a été seulement détectée, au sud-ouest de la place Benoît-Crépu, rue Bâtonnier Valensio par quelques dalles qui n’étaient pas en place. L’aménagement du nord-ouest des abords de l’église Saint-Georges a permis de mettre au jour la bordure orientale d’une voie romaine qui devait se dérouler selon un axe nord-sud. Son tracé suit celui de l’actuelle rue Saint-Georges. En usage au cours du iiie s., ses phases de mise en place et d’abandon n’ont pas été établies en raison de l’absence de mobilier datant (surveillance de travaux en 2001 et diagnostic archéologique en 2006 du Service archéologique de la Ville de Lyon ; documentation inédite).

22 Sur les neuf cents inscriptions inventoriées à ce jour sur l’ancien territoire de la Gaule lyonnaise, plusieurs évoquent l’origine étrangère du dédicataire (étude conduite par François Bérard).

23 Ajoutons à cela la présence d’une communauté chrétienne attestée en 177, qui avait des liens avec le monde grec dont certains de ses membres étaient originaires.

24 Cette situation d’une prospérité centrée sur les seuls ier et iie s. ressort d’une analyse, déjà ancienne, sur le thème de la composition de la société lyonnaise antique (Cracco-Ruggini 1978). Certes, la connaissance des corporations socio-professionnelles est attestée par l’abondance de la documentation épigraphique disponible à Lyon. Elle révèle qu’il existait une économie urbaine fondée sur la circulation et la distribution des marchandises qui jouissait d’une vitalité certaine. Les résultats de l’étude des céramiques extraites de la fouille de l’îlot Clément-V (Ayala 1998) confirment que la ville n’est pas en pleine récession et attestent jusqu’au milieu du ve s. l’existence d’un commerce méditerranéen encore viable. S’il est hors de doute que ces résultats apportaient leur lot d’informations sur les contextes encore peu abordés à Lyon, on ne pouvait guère considérer ceux-ci comme assis sur des bases définitives : l’apport du Parc Saint-Georges confirme cette analyse. Cependant, il n’est pas sûr que l’on puisse étendre à l’ensemble du territoire de la ville antique les conclusions tirées de notre fouille. Il y a lieu sur ce point de rester particulièrement prudent. Donc, s’il est probable que la ville de Lyon soit un peu délaissée au profit d’autres capitales (Arles, Trêves), cela ne peut être envisagé que sur le plan politique. Le Rhône reste longtemps l’axe qui convoie le ravitaillement destiné aux armées du Rhin.

25 Les nombreux sceaux en plomb d’époque gallo-romaine découverts au xixe s., le long de la Saône, sont d’un intérêt supplémentaire pour aider à définir le cadre géographique du commerce lyonnais antique puisque leur origine peut s’étendre jusqu’à Alexandrie (Turcan 1987 : 17-18).

26 Produit pétrolier résiduel résultant d’altérations en conditions naturelles (biodégradation, évaporation, lessivage, voire oxydation), extrait et concentré pour donner une masse solide qui pourra être conditionnée par fusion. Le bitume peut également être extrait d’une roche mère à l’aide d’un solvant organique.

27 Étant donné le caractère exceptionnel de cette découverte, le produit a fait l’objet d’une vérification qui a validé la première analyse (Connan, Charrié-Duhaut 2010 : 151, 162-169).

28 La localisation des établissements d’activités artisanales est un thème d’actualité à Lyon. Un programme collectif a eu pour objectif de réaliser, entre les années 1996 et 1998, un inventaire chronologique et topographique des structures artisanales. Voir Becker (2002), ainsi que Borgard (2002) dans le même ouvrage.

29 L’aspect incolore de ce matériel évoque en effet un groupe de composition qui se distingue par ses teneurs faibles en aluminium, magnésium, fer et phosphore, et par l’utilisation d’un décolorant, l’antimoine (Fontaine, Foy 2007).

30 Les ateliers des Subsistances, fouillé en 2000, et de la Butte, fouillé en 2002, dans le 4e arr., n’ont pu bénéficier de ces arrivages puisque leur chronologie ne dépasse pas le iie s. ap. J.-C. La datation de l’atelier de la Vieille-Monnaie demeure imprécise puisqu’à la fois iie et iiie s. sont avancés (Foy 1995). Pour confirmer la réalité de l’activité de verrier à Lyon, au iiie s., il faut évoquer la découverte au xviiie s. de la stèle funéraire d’un Carthaginois venu exercer son métier dans la métropole gauloise (Bérard 2005).

31 Il s’agit d’un certain Vestorius, connu de Cicéron, de Vitruve et de Pline l’Ancien, originaire de Pouzzoles (Leclant 2005 : 245-246, notice « Artisanat (Rome) »).

32 L’alun possède un rôle d’agent tannant pour la fabrication de certains cuirs, et celui surtout de mordant pour la teinture des tissus.

33 Fouille Afan, 1990 (documentation inédite).

34 Une équipe tuniso-française, dirigée par Latifa Slim (Institut national du patrimoine, Tunis) et Michel Bonifay (cnrs, Centre Camille-Jullian / mmsh, Aix-en-Provence), a entrepris depuis 1995 des recherches dans un quartier de fabriques de salaison de Nabeul. Un aspect sous-estimé de l’économie antique en Afrique Proconsulaire, celui des industries des dérivés de la pêche, s’ajoute aux connaissances déjà acquises sur les productions céréalières et oléicoles.

35 Cet édifice, inscrit dans l’importante fouille de sauvetage du Verbe-Incarné entre 1977 et 1987, est malheureusement peu documenté (Le Mer, Chomer 2007 : notice 484).

36 Son organisation reste encore mal connue (Tranoy, Ayala 1994 : 182-185).

37 Il s’agit des thermes de Caius Ulattius Aper, prêtre, connus par une inscription mise au jour en 1865 quai Pierre-Scize (9e arr.).

38 L’hypothèse d’un passage antique sur le Rhône à l’emplacement de l’actuel pont de l’Université a été émise sur la base d’un amoncellement de pierres taillées associé à des pieux (Desbat, Lascoux 1999 : 56).

39 Lyon reste néanmoins une ville importante puisqu’on y trouve un atelier monétaire, réouvert sous Aurélien probablement en 274 du fait de l’activité des légions à payer en ces temps troublés. Cet atelier ferme définitivement au début du ve s.

40 La mise en œuvre des constructions d’enceintes fortifiées entraîna des bouleversements de la trame urbaine d’alors. Les remparts utilisaient des matériaux de remploi résultant de l’usure des villes du Haut-Empire : « Les enceintes attestent la construction des villes nouvelles avec les débris des anciennes » (Garmy, Maurin 1996 : 10). On peut se reporter aussi, pour les circonstances dans lesquelles ces murailles ont été bâties, à Jean Hiernard (2003).

41 Au début de l’Empire, les remparts ne sont pas toujours présents dans le programme urbanistique, la sécurité à laquelle accède la Gaule ne justifiant pas cette importante dépense. Si Fréjus, Arles, Nîmes, Vienne sont des villes entourées dès leur création, la question reste très mal élucidée pour Lyon.

42 Ville dont l’édification du rempart a dû prendre place dans le vaste programme de défense du territoire entre la Garonne (Périgueux, Dax, Bordeaux et Bazas) et le Rhin (Trèves et Tongres) à l’époque de l’empire gaulois jusqu’au début du ve s. Seule Autun a été dotée d’un rempart au Haut-Empire (Colin 1987).

43 Cependant, il ajoute que les pieux découverts sont postérieurs à la statue romaine trouvée préalablement. Ces références feraient-elles allusion au quai moderne et aux pieux de fondations qui le caractérisaient ? La description peut s’appliquer au contexte de la fouille du Parc Saint-Georges même si les découvertes ont été faites quelques dizaines de mètres en aval, au sud de l’église Saint-Georges : « Les rangées de ces pilotis n’affectent point toujours des lignes droites, elles suivent, dans quelques points, les sinuosités de cette partie du rivage ; ils ne sont point espacés d’une manière uniforme, et leur arrangement présente des irrégularités très remarquables dans quelques parties. » La suite du texte laisse envisager la présence de la berge médiévale analysée en phase 11 : « On voit des espaces assez étendus qui sont de véritables forêts de pilotis ; ils se touchent tous » (Comarmond 1840 : 66-67).

44 2,20 m à Aix-en-Provence, 2,50 m à Vienne, avec des dimensions intermédiaires à Avenches et à Cologne. Le maximum est atteint à Nîmes avec 2,95 m. Les remparts de Bordeaux et de Périgueux atteignent des largeurs pouvant atteindre les 5 m (Garmy, Maurin 1996). À Bourges, on passe d’une largeur à la base de 8 m à une largeur au niveau du départ de l’élévation de près de 3 m. Ces valeurs sont chaque fois le fruit d’adaptations aux conditions locales.

45 Les derniers témoignages de produits méridionaux à Lyon sont visibles dans un ensemble de cette époque extrait d’une fouille menée sur les pentes de la Croix-Rousse, rue des Chartreux (Ayala et al. 2003a).

46 Auquel peut faire exception un ensemble funéraire du haut Moyen Âge localisé au nord de l’ancienne église Saint-Georges, place François-Bertras, simplement détecté lors du diagnostic préalable à l’opération du Parc Saint-Georges (Ayala et al. 1997).

47 Suite au partage de l’empire carolingien, Lyon se trouve aux confins de deux entités politiques. À partir de 1032 et jusqu’en 1312, la rivière marque la limite entre les terres rattachées à la couronne de France jusqu’à la rive droite de la Saône, et celles qui dépendaient du Saint Empire romain germanique à partir de la rive gauche de la Saône. L’annexion de Philippe le Bel, suite au traité par lequel l’archevêque Pierre de Savoie fut contraint de transférer toute juridiction temporelle au roi de France, repousse la frontière jusqu’au Rhône et ôte à la Saône tout fondement politique. Cependant, la partie du Royaume exerce jusqu’au xive s. une domination sans partage dans les domaines ecclésiastique et judiciaire. En termes de topographie urbaine, la partie de l’Empire, hormis aux abords immédiats des bourgs de Saint-Nizier, du Puits Pelu et le long de la via Mercatoria (actuelle rue Mercière), se réduit à un paysage encore rural marqué cependant par la mise en place d’un réseau viaire – rue Buisson, suivie lors de la fouille de la place de la Bourse, et rue de l’Hôpital, suivie lors de la fouille de la place de la République – autour duquel vont se développer petit à petit des parcelles d’habitat (Arlaud et al. 2000 : 267-268). Il faut attendre la grande mutation des xve et xvies., sous l’effet conjugué des foires, de l’imprimerie et de l’introduction de l’industrie de la soie par François Ier pour que les constructions englobent la majeure partie des terres de la Presqu’île lyonnaise.

48 Ceci s’explique sans doute par la stagnation des affaires de la ville au cours des xiie et xiiie s., période à laquelle succéderont la reprise économique et la croissance démographique.

49 À la sortie du défilé de Pierre-Scize, la Saône débouche sur un vaste bassin dont la largeur maximale se situe à la hauteur de l’ancienne barre rocheuse dite des « rapides de la mort qui trompe », au droit de l’église Saint-Nizier et de la place d’Albon en rive gauche de la Saône, et de la place du Change en rive droite. Cet obstacle historique, aggravé par l’ancien pont du Change et son unique arche franchissable en période d’étiage, dite l’arche des Merveilles (les rochers obstruant les autres arches du pont), est un danger pour les transports fluviaux. En 1846, le pont du Change démoli laisse la place au moderne pont de Nemours, établi légèrement en aval, remplacé au début des années 1970 par l’actuel pont Maréchal-Juin construit dans l’axe de la rue Grenette qui traverse la Presqu’île. Les résidus de la démolition à l’explosif des « rapides de la mort qui trompe » encombrent plusieurs années durant le lit de la rivière, gênent l’écoulement des flots et font courir de gros risques à la navigation. Les campagnes de dérochement s’achèvent au début des années 1850.

50 En 1157, la Bulle d’Or de l’empereur Frédéric Barberousse concède à l’archevêque de Lyon l’exercice des pouvoirs publics sur « le corps entier de la cité de Lyon et de tous les droits régaliens établis dans l’archidiocèse à l’est de la Saône, à l’intérieur et à l’extérieur de cette ville », source d’affrontement inévitable avec le comte de Forez. Le pouvoir effectif de l’Église se traduit par une assise foncière très importante (Arlaud et al. 1994 : 20-21).

51 Une transaction établie au xiie s. entre l’archevêque de Lyon et le comte du Forez touchant à leurs droits respectifs dans la cité de Lyon apporte un éclairage sur ce point. Il est indiqué que si quelque édifice est bâti au rivage des fleuves ou des places, la propriété éminente en appartient à tous deux. De même, les places, les rivages des rivières, et les avenues sont communs (Paradin 1973 : 129).

52 La topographie et l’histoire religieuse du quartier Saint-Georges ne sont pas exemptes d’obscurités. On sait qu’en 547, le roi Childebert Ier rapporta d’Espagne les reliques de sainte Eulalie, vierge espagnole née à Mérida, dont le martyr est traditionnellement fixé sous l’empereur Maximien vers 303-304. Il les donna à Sacerdos, évêque de Lyon, qui fit construire sur la rive droite de la Saône un monastère de religieuses et une petite église qu’il dédia à la sainte (Reynaud 1998 : 192). Cette église n’est pas mentionnée par les sources avant Leidrade, mais elle est certainement ancienne puisque ce dernier déclare l’avoir reconstruite et consacrée à saint Georges.

53 Fouille Afan, 1996 (mobilier non publié).

54 À partir du xiiie s, on assiste à une reprise de la circulation monétaire à Saint-Georges, certes encore timide. Ce numéraire témoigne d’opérations financières entretenues soit à longue distance, soit par des banquiers étrangers séjournant à Lyon (le no 30 porte l’écu armorié des Francezi, banquiers italiens attitrés de Philippe IV le Bel). La convocation du Ier concile œcuménique à Lyon, en 1245, par le pape Innocent IV, dont la fouille a préservé le souvenir sous la forme d’un sceau en plomb retrouvé dans les strates de la berge de la seconde moitié du xiiie s., atteste l’intérêt du monde extérieur pour la ville de Lyon. De fait, entre 1245 et 1251, Lyon est le séjour continu de la cour pontificale. Au concile Lyon I succéderont le concile Lyon II en 1274 dans la cathédrale Saint-Jean encore en construction, et le couronnement du pape Clément V en 1305, préalablement à l’installation permanente de la papauté à Avignon.

55 La fouille de la rue Saint-Jean, à Douai, a livré une habitation incluant dans ses arrières cours une série de constructions à usage d’étuves. On a pu distinguer l’étuve proprement dite, la « baigneraie » (salle de bains) et les « caudières » (fours à chauffer l’eau des bains). L’établissement est connu sous le nom « étuves des Papegeais » par divers textes des xive et xve s. (Demolon, Louis 1994 : 49)

56 Il est évidemment très difficile de se faire une idée des perturbations climatiques à Lyon durant le Moyen Âge. Il faut pour cela puiser dans les rares chroniques narratives, brèves et imprécises, pour trouver un écho des années néfastes d’autrefois. Après l’optimum climatique du Moyen Âge central, la région connaît, du fait d’une pluviosité accrue, nombre de mauvaises années et de récoltes désastreuses, génératrices de disette et de paupérisation. La fin du xve s. est particulièrement rude. Les rythmes naturels conditionnent la bonne marche des activités de circulation des marchandises sur la rivière. Ils ralentissent ou suspendent les approvisionnements urbains. Or, les hivers rigoureux sont fréquents. On note que « la Saône fut prise une bonne douzaine de fois » et que « quatre fois le Rhône et la Saône mêlèrent leurs eaux » pendant cette période (Piery 1946 : 155-158). Les pluies continuelles et torrentielles que ce climat laisse envisager ont des implications néfastes sur les récoltes, entraînant de sérieux problèmes de nourriture pour la population, auxquels il faut ajouter de lourdes conséquences sanitaires : l’éclosion de nombreux foyers infectieux (récurrence de la peste) alarme continuellement les municipes.

57 Désignée en 1536 par lettres patentes de François Ier pour être le centre de la production textile de la soie, Lyon abrite jusqu’au xviiie s. de nombreux petits ateliers indépendants installés dans plusieurs quartiers de la ville dont celui de Saint-Georges. La production lyonnaise de soierie est alors une activité artisanale. Au début du xixe s., l’invention et la généralisation du métier Jacquard bouleversent cette situation. Cette machine de grande dimension impose des ateliers hauts de plafond et un surcroît de lumière naturelle. Au cours des années 1820-1840, les soyeux entreprennent d’installer de tels ateliers dans des secteurs encore peu urbanisés. Ils s’implantent prioritairement le long des voies existantes des pentes et du plateau de la Croix-Rousse.

58 Une plaque au no 9 de la place Benoît-Crépu rappelle le triste souvenir de ces événements.

59 Vers les années 1860, après la construction du quai Fulchiron, la rue des Prêtres demeure en position basse et ainsi sujette aux inondations, ce qui provoque de nombreuses plaintes des riverains. Les travaux de rehaussement entraînent un alignement de la rue des Prêtres qui conduit à la destruction de certains immeubles à l’ouest de la rue, à la destruction de l’église Saint-Pierre-le-Vieux et au percement de l’avenue de l’Archevêché. Ces travaux s’inscrivent dans un projet plus global de restructuration des abords de la cathédrale Saint-Jean.

60 Par temps sec, on imagine aisément qu’au débouché se produit une accumulation de matières nauséabondes, manifestations sensibles de la présence de miasmes morbides dangereux pour la santé publique. Déjà en 1845, un rapport du comité de salubrité du département du Rhône, publié sous le titre L’État sanitaire de la ville de Lyon, exposait les conditions déplorables de fonctionnement des quelques canalisations installées seulement dans certaines rues, qui donnaient lieu à des odeurs pestilentielles et à des réparations fréquentes. Les regrets portaient exclusivement sur l’absence d’un système général d’égouts, principe qui est l’amorce d’une idée de réseau arborescent de collecte et d’évacuation.

61 L’installation du réseau d’assainissement va de pair avec l’évolution d’une réglementation d’usage des réseaux d’égouts lyonnais concernant la collecte des eaux usées et des eaux-vannes. Les eaux de ruissellement et de voierie sont évacuées à part. Il faut attendre 1902 pour que l’évacuation des eaux usées et des eaux-vannes soit définie dans une loi qui précise la responsabilité communale en matière de salubrité publique et impose l’obligation d’un règlement sanitaire. Les eaux ménagères, vannes et industrielles, sont reçues dans le réseau des eaux usées proprement dit. Les eaux de pluies et de lavage des chaussées s’écoulent de leur côté dans des égouts qui leur sont dédiés et qui aboutissent le plus directement possible au milieu naturel.

Table des illustrations

Légende fig. 322  Évolution de l’espace fluvial.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende fig. 323 Évolution de l’espace fluvial.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search