Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Chapitre 8. Les marqueurs du paysage et les végétaux

Jacqueline Argant, Laurent Bouby, Catherine Latour-Argant et Sophie Martin

Résumé

L’étude paléoenvironnementale a essayé de reconstituer l’aspect des paysages depuis la fin de la protohistoire. La détermination des pollens, des paléosemences et des macrorestes végétaux d’origines diverses contenus dans les sédiments permet de restituer les variations du couvert végétal sous la pression anthropique correspondant à un défrichement progressif à la limite de la zone urbanisée. Les plantes cultivées se diversifient dès le début de l’occupation romaine. La variété des pelouses et des prairies reste élevée entre la fin du ier s. ap. J.-C. et le iiie s. La qualité des milieux a également été perçue grâce à l’étude des mollusques aquatiques, tandis que l’étude des gastéropodes terrestres documente la structure des formations végétales.

Texte intégral

8.1 Les pollens

Jacqueline Argant et Catherine Latour-Argant

1Au fur et à mesure de l’avancement des travaux, la fouille a fait l’objet de prélèvements systématiques d’échantillons –cent dix au total répartis sur les coupes nord et ouest– en vue d’une analyse pollinique. Seuls sont présentés ici les résultats concernant les épais dépôts alluviaux de sables limoneux déposés au cours de La Tène finale (phase 1), et ceux résultant de l’analyse d’un coprolithe de canidé recueilli dans des sédiments datés du iie s. ap. J.-C. (phase 3). Dans tous les cas, le traitement des échantillons a été effectué selon la méthode, couramment et très efficacement utilisée pour les sédiments minéraux, de concentration en liqueur dense (solution de Thoulet de densité 2). Le comptage de plusieurs lames de préparation microscopique de 22x32mm a parfois été nécessaire pour obtenir une somme pollinique suffisante, la plus proche possible de 300 grains. Au total, plus de quarante taxons différents ont pu être identifiés, permettant de rendre compte correctement de la végétation. Le calcul des pourcentages a été effectué sur la somme pollinique totale (pollen d’arbres et d’herbacées).

8.1.1 L’environnement végétal à la fin de La Tène

8.1.1.1 Répartition et position des échantillons

2Au nombre de quarante-neuf, les échantillons sont répartis en deux colonnes, sur les coupes nord et ouest dont les stratigraphies se complètent. Ils concernent tous la phase 1, divisée en sept Us., datée de la fin de La Tène. Vingt-et-un d’entre eux ont été retenus pour analyse, en privilégiant les couches a priori les plus favorables (sables fins limoneux à sable moyen gris-bleu) pour lesquelles le pas d’échantillonnage a été resserré jusqu’à 2 ou 3 cm selon les cas. Plus riches en pollen que ceux de la coupe ouest, les échantillons de la coupe nord (Fb-Fb’) [fig. 4] répartis entre les cotes d’altitude 160,91m et 160,11m [fig. 308 ; tabl. lxxiii] ont été analysés en priorité et leurs résultats [tabl. lxxivtabl. lxxv] traduits sous forme de diagrammes [fig. 309‚ fig. 310]. Ceux de la coupe ouest (D-D’) [tabl. lxxvitabl. lxxvii] figurent à titre comparatif en traits gris clair sur le premier diagramme. Moins riches en pollen, ces échantillons n’ont pas été pris en considération dans la discussion afin de ne pas introduire de biais dans l’interprétation des données. Le diagramme permet toutefois de constater que la composition qualitative des spectres reste homogène d’une coupe à l’autre.

tabl. lxxiii Inventaire des prélèvements palynologiques datés de La Tène finale (phase 1), coupe nord (X analysé ; / pauvre en pollen).

fig. 308 Coupe nord. Emplacement des vingt˗sept prélèvements pour analyse pollinique, La Tène finale (phase 1). Les échantillons nos 58 à 64, manquants sur cette figure, ont été prélevés sur la coupe ouest.

© J. Argant.

tabl. lxxiv Pourcentage des pollens d’arbres au sein de quelques échantillons, La Tène finale (phase 1), coupe nord (AP « arborean pollen » : pollen d’arbres ; - aucun élément).

tabl. lxxv Pourcentage des pollens d’herbacées au sein de quelques échantillons, La Tène finale (phase 1), coupe nord (NAP « non arboreal pollen » : pollen d’herbacées ; - aucun élément).

fig. 309 Coupe nord et ouest. Diagramme pollinique, La Tène finale (phase 1).

© C. Latour˗Argant, J. Argant.

tabl. lxxvi Quantité et pourcentage des pollens d’arbres au sein de quelques échantillons, La Tène finale (phase 1), coupe ouest (ap « arborean pollen » : pollen d’arbres ; - aucun élément).

tabl. lxxvii Quantité et pourcentage des pollens d’herbacées au sein de quelques échantillons, La Tène finale (phase 1), coupe ouest (nap « non arboreal pollen » : pollen d’herbacées ; - aucun élément).

fig. 310 Diagramme des groupements de végétation de la coupe ouest˗est, La Tène finale (phase 1).

© C. Latour˗Argant.

8.1.1.2 Zonation pollinique

3Qualitativement, l’ensemble des spectres obtenus apparaît homogène [fig. 309]. La courbe du pollen d’arbres oscille entre 75 et 34 %, ce qui traduit toujours un paysage ouvert. Les variations enregistrées dans le détail sont suffisamment importantes pour distinguer quatre zones polliniques (psg 1-4). Ce sont, de la plus ancienne à la plus récente :

4psg 1 (160,11 à 160,17 m) : cette zone est caractérisée par un taux de pollen arboréen assez élevé. Abies (le sapin, 19 à 24 %) accompagné de Fagus (le hêtre, 2 à 8 %) et de Picea (l’épicéa) dominent et témoignent d’une présence forestière sans doute morcelée mais non négligeable, très probablement sur les pentes et le plateau de Fourvière. La ripisylve bordant le Rhône et la Saône est représentée essentiellement par Alnus (l’aulne), Fraxinus (le frêne), Salix (le saule). L’ensemble formé par Quercus (le chêne, 10 à 19 %), Corylus (le noisetier), Betula (le bouleau), Ulmus (l’orme) et Tilia (le tilleul) peut faire partie de la forêt riveraine mais participer également au boisement des pentes voisines en mélange avec Fagus (le hêtre), comme tend à le prouver l’évolution observée dans la zone pollinique psg 2 suivante.

5Les herbacées jouent un rôle plus limité, avec essentiellement Poaceæ et Cyperaceæ évoquant des surfaces herbeuses où apparaissent également, entre autres, Plantago (le plantain), Rumex (l’oseille), Centaurea (la centaurée), Polygonum type aviculare (la renouée), Artemisia (l’armoise), Chenopodiaceæ. Leur présence, ainsi que celle des fougères révélée par leurs spores, indique l’existence d’espaces ouverts, zones défrichées et mal entretenues sans utilisation précise mais supposant le passage des hommes ou d’animaux. Une activité humaine proche est confrmée par deux grains de pollen de céréales qui attestent la mise en culture de certaines portions de terrain. La végétation hygrophile est peu représentée, mais le pollen de Myriophyllum (myriophylle), plante aquatique, indique une zone d’eau libre proche, d’au moins 0,50 à 3 m de profondeur.

6psg 2 (160,2 à 160,27 m) : le pourcentage de pollen d’arbres subit une diminution importante, due surtout au recul du sapin et du hêtre, puisque dans le même temps le chêne progresse. Ceci s’explique facilement s’il s’agit du chêne pédonculé (Quercus robur), espèce très exigeante en lumière. Même si cette ouverture n’entraîne pas l’extension significative de cet arbre, elle favorise à coup sûr sa floraison. Ceci prouve sa proximité. On enregistre également une augmentation significative du bouleau, arbre héliophile, celle des Poaceæ et de la plupart des herbacées, ainsi qu’une poussée des Ericaceæ. Tout indique vraisemblablement une action de défrichage créant des clairières dans la sapinière-hêtraie et la chênaie. L’augmentation très forte des Chenopodiaceæ, enregistrée à la cote 160,27 m, est peut-être exagérée par une concentration exceptionnelle de pollen liée à des conditions particulières de dépôt, avec faible transport, comme le prouve l’observation de plusieurs fragments d’étamines bourrés de pollen. Une prolifération de ces plantes rudérales n’est toutefois pas à exclure, d’autant plus qu’elle coïncide avec le développement d’un autre taxon caractéristique des lieux piétinés ou fréquentés par les animaux, la renouée (Polygonum type aviculare). Les céréales, toujours présentes, continuent de témoigner d’une activité agricole à proximité.

7psg 3 (160,29 à 160,43 m) : cette zone est d’abord caractérisée par l’abondance relative du pollen de myriophylle qui, ajouté à celui de la renoncule (de type aquatique), indique une possible remontée du niveau de l’eau. Les signes d’activité humaine sont toujours bien visibles, en particulier par le biais des céréales, de Poaceæ, de plantain, d’oseille et de la progression des orties. La représentation des arbres reste assez stable au niveau de la ripisylve où on note cependant une présence accrue de la vigne sauvage, amorcée déjà en psg 2. Une meilleure perception du sapin et du pin s’observe à la cote 160,29 m, puis ces deux taxons se réduisent considérablement. Le hêtre reste très peu abondant, et le chêne a tendance à diminuer à la fin de cette séquence.

8psg 4. Deux sous-zones peuvent être distinguées :

— psg 4a (160,53 à 160,81 m) : la représentation des herbacées reste stable, les céréales sont toujours présentes tandis que les arbres continuent à diminuer dans leur ensemble, à l’exception de l’aulne qui devient très abondant. D’autre part, le pollen de myriophylle disparaît presque. Ces deux dernières observations pourraient être interprétées comme la conséquence d’une réduction de la profondeur de l’eau par exhaussement du fond – colmatage d’un chenal par exemple – entraînant une modification de la configuration locale du relief et permettant une extension de la ripisylve. Mais ceci repose sur un seul échantillon et ne peut être vérifié sur les prélèvements de la coupe ouest. Cette interprétation reste donc à l’état d’hypothèse.
— psg 4b (160,81 à 160,91 m) : cette sous-zone voit le retour de conditions comparables à celles de la zone psg 1, avec sapin, hêtre et chêne relativement développés. En revanche, les herbacées sont moins diversifées. Les indicateurs de prairies se raréfient, de même que les rudérales, et les céréales n’apparaissent plus. Cette évolution évoque un abandon au moins partiel de la berge et des environs immédiats où le milieu boisé peut reprendre une partie de ses droits.

8.1.1.3 Synthèse

9Cette analyse pollinique donne une idée de la végétation d’une portion de berge en rive gauche de la Saône primitive et des reliefs situés en rive droite. Le regroupement des taxons suivant leur répartition spatiale probable et leur signification en termes d’occupation humaine du milieu permet de synthétiser les résultats détaillés précédents [fig. 310]. Deux phases essentielles peuvent ainsi être distinguées.

Phase d’anthropisation

10De l’échantillon no 79 au no 65, cette première phase est marquée par le recul des arbres –surtout des taxons montagnards (sapin, hêtre) présents sur les pentes et le plateau de Fourvière– au profit des Poacées et des plantes rudérales. Ce recul est dû à un défrichage visant à dégager des espaces pour l’habitat et les cultures (céréales entre autres), tout en évitant les berges rendues inhospitalières par les crues successives mises en évidence par l’analyse sédimentologique. La ripisylve, et la chênaie qui peut lui être associée, semblent en effet subir peu de changement. Le pic de Chénopodiacées observé dans l’échantillon no 73 provoque une augmentation ponctuelle du taux de rudérales qui peut faire penser à une ouverture limitée liée à l’exploitation d’une parcelle proche de l’eau et, de ce fait, a priori facile à travailler et fertile. Ce pic peut aussi s’expliquer par des raisons taphonomiques ou traduire un accès au cours d’eau pour un petit débarcadère ou un emplacement de pêche par exemple.

11Le net développement de la flore aquatique et hélophyte entre les échantillons nos 73 et 68 est bien mis en évidence par ce diagramme. Ce phénomène indique soit une remontée durable du niveau de l’eau de la rivière, due aux crues débordantes et sans vitesse, soit l’existence d’un aménagement artificiel créé au niveau des berges et lié à l’activité anthropique.

12L’augmentation significative du pollen d’aulne dans l’échantillon no 65 peut être liée à une diminution de la profondeur de l’eau, en raison peut-être de l’exhaussement du fond, et à un déplacement du cours du Rhône vers l’est.

Phase d’abandon relatif

13Elle concerne les échantillons nos 57, 55 et 53. Il s’agit d’un stade de déprise anthropique touchant à la fois les lieux proches de la berge (absence de céréales), mais également plus lointains avec le redéveloppement des taxons forestiers, en particulier hêtre et sapin. Tous les marqueurs de l’anthropisation, les rudérales et les Poacées, surtout, diminuent de manière manifeste au cours de cette période. Les plantes aquatiques et hélophytes se raréfient, indiquant un possible exhaussement important du fond du cours d’eau lié à des dépôts sédimentaires apportés par les crues (zone de décharge).

8.1.1.4 Conclusion

14Un milieu ouvert permet des cultures (céréales au moins) et des prairies. Mais si la pression humaine se lit nettement sur les berges, elle n’apparaît que très ponctuellement forte. Les modifications les plus importantes affectent vraisemblablement davantage le milieu forestier, composé principalement de chêne, de sapin et de hêtre, qui devait recouvrir partiellement les pentes et le plateau dominant la vallée à l’ouest.

15Les analyses polliniques qui ont pu être réalisées dans l’agglomération lyonnaise depuis une quinzaine d’années ont fait progresser notre connaissance de la végétation entre Saône et Rhône à l’âge du Fer. La fouille de Gorge-de-Loup (Argant 1990 ; Vérot-Bourrély et al. 1995 ; Argant 1993) et surtout le site du 24-34 rue Berthet / Saint-Pierre-de-Vaise (Latour-Argant 2004), en rive droite de la Saône (9e arr.), livrent des indications sur le paysage végétal durant la période de Hallstatt. Les sites de la zac Charavay (Argant 2000a) et de la rue du Souvenir (Argant 1999) offrent quant à eux des renseignements sur la fin de La Tène. Une comparaison entre les différentes analyses fait apparaître la grande homogénéité qualitative des résultats obtenus pour tout l’âge du Fer sur la rive droite de la Saône :

  • même composition des spectres – en particulier, permanence du sapin et du hêtre alors présents à basse altitude, comme le confirment pour ce dernier les faînes trouvées en abondance grâce à l’analyse carpologique menée sur le site de la rue Berthet ;

  • indication de culture des céréales et de prairies ;

  • permanence de la ripisylve.

16Cependant, l’importance de l’ouverture du milieu et l’impact des activités humaines varient suivant les sites. Pour la zac Charavay et la rue du Souvenir, situées au cœur des habitats, les herbacées, exprimant pour la plupart les cultures, et leurs adventices ou les rudérales liées à la fréquentation humaine et animale forment l’écrasante majorité des taxons. Les berges de la Saône et du Rhône à hauteur du Parc Saint-Georges paraissent beaucoup moins occupées et le milieu naturel y est moins transformé. Si des aménagements ont existé à ce niveau, ils n’ont pas affecté profondément la végétation de cette presqu’île entre la Saône et le Rhône.

8.1.2 Analyse d’un coprolithe de canidé

17Un coprolithe de bonne taille (72 mm x 42 mm dans ses plus grandes dimensions) a été découvert dans l’Us. 1356 datée du début du iie s. ap. J.‑C. Par sa taille et sa forme, ce coprolithe évoque une déjection humaine, mais l’observation à la loupe binoculaire de plusieurs débris osseux en surface permet de dire qu’il s’agit très probablement d’un coprolithe de canidé.

18La surface a d’abord été nettoyée très soigneusement par brossage vigoureux afin d’éliminer toute pollution due à la fixation de pollen exogène à la surface. Le coprolithe est ensuite broyé et décalcifié. Après cette étape, un tamisage permet d’éliminer les fragments de trop grosse taille non attaqués. L’examen du refus de tamis montre des éléments noirs et brillants vacuolaires attribuables à de l’os brûlé, et des fragments plus massifs nettement osseux, ce qui confrme bien l’observation de surface. Le coprolithe contient aussi de nombreux charbons de bois à surface très brillante ainsi que des débris végétaux. La préparation pour l’analyse se termine par une concentration en liqueur dense.

8.1.2.1 Le contenu pollinique

19Rappelons que le contenu pollinique d’un coprolithe apporte la certitude que les pollens observés sont bien contemporains de la mise en place du sédiment qui le contient, donc bien datés. Comme les autres éléments (charbons, débris végétaux), les grains de pollen ont été absorbés par l’animal avec sa nourriture et l’eau de boisson, et par léchage du pelage et des pattes. Si les déplacements du canidé qui a produit ce coprolithe peuvent représenter quelques kilomètres, la probabilité est grande que l’animal soit resté dans les limites du quartier où il vit habituellement. Dans ces conditions, l’image de la végétation donnée par le pollen a une portée essentiellement locale. Les résultats sont présentés dans le [tabl. lxxviii].

tabl. lxxviii Analyse du coprolithe de canidé (ap « arborean pollen » : pollen d’arbres ; nap « non arboreal pollen » : pollen d’herbacées ; + présence non comptabilisée).

20L’observation de 20 µl du culot a permis de déterminer trente-six taxons différents parmi 276 grains de pollen comptés. Les arbres représentent seulement 23 % de la somme pollinique et sont peu diversifiés. Les arbres les plus typiques de la ripisylve tels l’aulne, le frêne, le saule, n’apparaissent pas. Le chêne, le bouleau, le noisetier, l’orme, le pin ne sont évoqués chacun que par un grain de pollen. Le seul taxon abondant peut être attribué à une Rosaceæ du genre Sorbus. S’agit-il de Sorbus aria (alisier blanc), capable de se développer sur le sol des pentes de Fourvière ou d’une espèce tolérant les sols humides plus proches du cours d’eau tel Sorbus domestiqua ? La morphologie du pollen ne permet pas de le préciser, les deux sont possibles.

21Les herbacées s’expriment quant à elles par 212 grains de pollen qui appartiennent majoritairement à deux catégories de plantes.

22Les plantes cultivées d’abord : les céréales triomphent avec 21 % des grains de pollen. Ce taux très élevé pour des plantes cléistogames suppose que l’animal a été en contact direct avec des épis ou des grains (sur une aire de battage ou une litière, ou dans un champ par exemple) ou, encore, qu’il a consommé une bouillie à base de céréales. C’est en tout cas la preuve de l’existence de champs cultivés, sans doute proches. Deux grains de pollen de chanvre suggèrent timidement une culture de cette plante textile.

23Les plantes de prairies mésophiles : Poaceæ, diverses Asteraceæ (au moins six genres différents), Apiaceæ, Brassicaceæ, Dipsacaceæ, etc. et des plantes donnant une indication de rocailles et de prairies ou de landes sur sol siliceux. C’est le cas d’une Campanulaceæ du genre jasione (Jasione perennis ?), d’une Cistaceæ –Cistus salviifolius qu’on trouvait jadis en piedmont lyonnais (Nétien 1993 : 370)– et d’une Calluna, présentes à presque toutes les époques dans les analyses polliniques réalisées à Lyon.

24Les plantes rudérales telles Artemisia, Plantago, Rumex, Polygonum, etc. apparaissent très discrètement, et les plus nitrophiles sont absentes. Les plantes hygrophiles se manifestent avec quelques grains de pollen de Cyperaceæ, de filipendula (reine des prés) et Lythrum portula (pourpier d’eau) qui appartiennent aux groupements pionniers des lieux humides (Nétien 1993 : 371). On peut y ajouter une Ranunculaceæ de type aquatique et sans doute une Lamiaceæ de type mentha.

8.1.2.2 Les parasites

25Des œufs de deux genres de vers nématodes, parasites intestinaux, ont été trouvés en abondance.

  • 1 Informations trouvées sur le site internet de l’École nationale vétérinaire de Lyon (http://www2.ve (...)

26Le plus abondant (15 000 œufs au moins dans le coprolithe) est Capillaria sp. Ce parasite –devenu très rare aujourd’hui en raison de meilleures conditions d’hygiène– est commun entre autres à plusieurs genres de mammifères. Certaines espèces peuvent infester l’homme, mais il est surtout observé chez le chien. Ce détail est un argument de plus en faveur de l’origine canine du coprolithe1.

27Beaucoup moins nombreux (600 environ), les œufs de Trichuris correspondent à un ver assez fréquemment trouvé dans les analyses polliniques de sédiments provenant de lieux fréquentés intensivement par l’homme et par les animaux. Il se développe aussi chez plusieurs espèces de mammifères, dont l’homme et le chien.

28Sauf exception, ces parasites ne provoquent pas de désordres graves dans l’organisme infesté.

29Dans les deux cas, les œufs dispersés avec les excréments restent infestants longtemps dans le milieu extérieur tant que persiste une certaine hygrométrie, condition remplie dans les zones de berge où devait évoluer le chien parasité. Il a dû lui-même ingérer des œufs par léchage du sol contaminé ou par consommation d’aliments et d’eau souillés par des excréments.

30Les conditions sanitaires étaient sans doute loin d’être satisfaisantes dans ce secteur pour l’homme comme pour les animaux et les parasitoses devaient être fréquentes.

8.1.2.3 Conclusion

31L’analyse pollinique du coprolithe de chien trouvé dans l’Us.1356 nous donne des indications sur la végétation des berges de la Saône et du piedmont de la colline de Fourvière au iie s. ap. J.-C. L’interprétation est limitée par le fait que le contenu pollinique d’un coprolithe dépend de facteurs liés à l’activité de l’animal, à ce qu’il a consommé, à ses déplacements, facteurs qui peuvent favoriser la représentation de certains taxons ou au contraire l’exagérer. D’un point de vue qualitatif cependant, les taxons présents, très diversifiés, indiquent avec certitude l’existence de milieux ouverts, prairies et cultures de céréales. Les arbres paraissent peu abondants et la ripisylve est mal représentée bien que cet animal ait probablement circulé sur les berges si on en juge par la présence des plantes hygrophiles et en particulier de Lythrum portula dont le pollen se répand peu. Ceci suggère un boisement très limité, à la fois sur les pentes de la colline et sur les berges. Il n’existe pas de référence à Lyon pour cette période précise, mais toutes les analyses qui portent sur l’Antiquité, à Vaise au ier s. av. J.-C. (Argant 2000a), à Fourvière au ier s. ap. J.-C. (Argant 1998), rue de la République aux ier et iiie s., par exemple, montrent un paysage extrêmement ouvert où les arbres sont toujours rares. Les résultats obtenus ici vont dans le même sens et prouvent que le défrichement important à la limite de la zone urbanisée en rive droite de la Saône et du Rhône ne laisse subsister que des lambeaux d’une couverture forestière exploitée sans doute depuis fort longtemps (Argant 1990 ; Argant 1993).

8.2 Les carporestes

Laurent Bouby

8.2.1 Configuration du site et origines potentielles des restes végétaux

32Site de berge localisé à la confluence de deux cours d’eau pour la période protohistorique, et lié à des activités humaines portuaires pour les périodes suivantes, le Parc Saint-Georges s’est avéré riche en carporestes d’origines diverses.

33Le site associe les excellentes capacités de conservation du milieu humide, autorisant préservation des restes végétaux carbonisés et imbibés, et la synergie de multiples agents et phénomènes potentiels pourvoyeurs de diaspores. Ces sources renvoient à deux agents de transport principaux : le milieu aquatique et l’homme. Les assemblages carpologiques sont donc potentiellement à la fois d’origine naturelle et culturelle. Les paléosemences apportées par l’homme renseignent principalement sur les activités de ce dernier (alimentaires, commerciales, agricoles, etc.). À noter que l’apport de déchets domestiques, vecteur humain le plus commun de restes carpologiques, est vraisemblablement limité ici en raison de l’éloignement supposé des zones d’habitat pour les périodes protohistorique et gallo-romaine. En revanche, le site possédant une fonction portuaire, l’hypothèse de produits du commerce doit faire l’objet d’une considération particulière. Pour sa part, l’apport naturel peut exprimer un reflet de l’environnement. Mais de quel environnement ? Il est admis que, à la différence des pollens dont les possibilités de dispersion sont beaucoup plus importantes, les macro-restes trouvés en milieu humide naturel témoignent généralement de la végétation à l’échelle locale à subrégionale (Birks 1993, 2003 ; Jackson et al. 1997). Toutefois, les mécanismes conduisant à la constitution des assemblages fluviatiles demeurent mal connus. Le niveau énergétique des flux joue sur la nature des macrorestes transportés et sur la distance sur laquelle ce transport peut s’effectuer. Dans les dépôts résultant de flux à forte énergie (notamment les dépôts de crues) on peut rencontrer non seulement des marqueurs de la végétation riveraine mais aussi de la forêt se développant sur les versants (Spicer, Wolfe 1987). La probabilité de rencontrer un transport sur de longues distances est par ailleurs naturellement plus forte dans les grandes rivières. On considère généralement, malgré tout, que les enregistrements fluviatiles restent à valeur principalement locale (Spicer, Wolfe 1987 ; Greenwood 1991 : 157).

34Sur le site du Parc Saint-Georges, nous pouvons postuler que, aux côtés d’une majorité de restes végétaux d’origine locale, provenant du lit, des berges proches de la Saône ou de son bras fossile, il est possible de rencontrer, en nombre sans doute restreint, des éléments renvoyant à des formations végétales situées éventuellement très en amont dans le bassin versant de la Saône, voire du Rhône pour ce qui est des niveaux les plus anciens.

8.2.2 Échantillonnage et méthodes d’analyse

8.2.2.1 Choix des prélèvements et tamisage

35Les treize prélèvements analysés ont été choisis de façon à être répartis dans les huit ensembles chronostratigraphiques ayant fait l’objet d’un échantillonnage sur le terrain [tabl. lxxix].

tabl. lxxix Inventaire des prélèvements étudiés (- aucun élément).

36Trois prélèvements se rapportent à l’âge du Fer, plus particulièrement à La Tène finale (phase 1). Tous les autres sont d’époque romaine, notamment du ier s. ap. J.-C. au début du iie s. (phase 3), de la seconde moitié du iiie s. (phase 7), et enfin pour deux d’entre eux de la charnière des ive et ve s. (phase 9).

37Les sédiments ont été lavés sous jet d’eau. Dans la mesure où le volume de chaque prélèvement le permettait, nous avons tamisé un sous-échantillon de 2 litres sur une colonne de cribles de 4, 2, 1 et 0,5 mm, le sédiment restant étant lavé sur une colonne limitée aux tamis de 4, 2 et 1 mm. Cette double approche a été choisie afin d’analyser l’ensemble des fractions grossières (4 et 2 mm), en particulier dans le but de recueillir le maximum d’informations sur les fruits et autres plantes économiques qui produisent souvent de grosses semences, tout en limitant le temps de tamisage qui augmente fortement avec l’utilisation d’une maille de 0,5mm. Un sous-échantillon de 2 litres a été jugé a priori suffisamment représentatif de l’ensemble du prélèvement. Les prélèvements de volume réduit (inférieur ou égal à 4 litres) ont habituellement fait l’objet d’un tamisage fin (jusqu’à 0,5 mm) dans leur totalité.

8.2.2.2 Tri et sous-échantillonnage

38Le tri des refus de tamisage a été réalisé sous loupe binoculaire. Cette opération peut s’avérer longue et fastidieuse pour les fractions 1 et 0,5 mm. Afin de déterminer le volume minimal à trier pour obtenir des résultats représentatifs de la totalité du refus, nous avons trié par tranches de 25 ml les fractions 1 et 0,5 mm d’un prélèvement (éch. no 41, Us. 1690). Les carporestes recueillis ont chaque fois été déterminés et comptabilisés indépendamment. Ces résultats permettent d’établir deux graphes pour chaque fraction de tamisage : l’un présente l’évolution du nombre de taxons identifiés en fonction du volume trié, l’autre la valeur moyenne répétée du nombre de restes pour les cinq taxons les plus abondants [fig. 311]. À la lecture de ces graphiques, il apparaît qu’un volume minimal de 200 ml de la fraction 1 mm doit être analysé pour obtenir une image globalement stable et représentative de la diversité taxinomique et de l’abondance des principaux taxons.

fig. 311 Détermination du volume minimal à trier pour les refus de tamisage des fractions 1 et 0,5 mm à partir de l’analyse de l’échantillon no 41 (Us. 1690) : a et c évolution de la diversité taxinomique en fonction du volume trié, par tranches de 25 ml ; b et d calcul de la moyenne répétée du nombre de restes des taxons les plus abondants, en fonction du volume trié.

© L. Bouby.

39Les résultats sont moins significatifs en ce qui concerne la fraction 0,5 mm car le volume de refus disponible (150 ml) n’a pas permis d’atteindre le plateau, au moins en ce qui concerne la diversité taxinomique. L’allure des courbes permet néanmoins d’évaluer le volume minimal à trier à 200 ml là aussi. Il faut par ailleurs admettre que, en raison sans doute d’une diversité taxinomique particulièrement élevée, le volume de 2 litres que nous avons retenu pour les sous-échantillons tamisés à 0,5 mm était trop restreint, au moins pour certains prélèvements, dont l’échantillon no 41 constitue un exemple, ce qui implique une perte d’informations (quelques taxons minoritaires ne pouvant être enregistrés).

40Pour l’analyse des échantillons suivants, notre protocole standard a consisté à trier l’intégralité de fractions 4 et 2 mm, et un volume de 200 ml pour les fractions 1 et 0,5 mm. Pour chaque taxon, le nombre de restes total dans le prélèvement est calculé par péréquation entre la valeur obtenue dans les volumes sous-échantillonnés et le volume total.

8.2.3 Considérations taphonomiques

8.2.3.1 Densité carpologique

41Les conditions anaérobies de la plupart des sédiments ont permis la conservation de quantité de restes végétaux non carbonisés, imbibés, aux côtés des éléments carbonisés.

42Un seul prélèvement (éch. no 32, Us. 1610) s’est révélé totalement stérile. La richesse archéobotanique dans les autres prélèvements varie considérablement, entre 1 et plus de 4 076 restes/ litre de sédiment [fig. 312 : a]. En moyenne, et sur l’ensemble du site, la densité carpologique frôle les 450 restes/litre de sédiment. Elle varie considérablement d’un ensemble chronostratigraphique à l’autre et à l’intérieur même de ces derniers. Cette variabilité est en grande partie conditionnée par la nature du sédiment et le type de dépôt (alluvial grossier, alluvial fin, organique, anthropique, etc.). La densité est faible à l’intérieur des trois prélèvements protohistoriques, constitués de sédiments alluviaux sableux ou argileux faiblement organiques. Elle augmente sensiblement dans la phase 1 (éch. nos 19 et 20 composés de sables légèrement organiques). Le seul prélèvement de la phase 2 (éch. no 32), très sableux, est totalement stérile. La densité carpologique augmente de façon significative (1 418 restes/litre de sédiment, en moyenne) et reste élevée dans tous les prélèvements des phases 3 et 7, correspondant à la période durant laquelle l’aire de déchargement sur les rives droites de l’ancienne et de la nouvelle Saône est la plus active. Tous ces échantillons proviennent de sédiments très organiques. Le dernier ensemble que nous avons étudié (Us. 1483) voit la densité carpologique chuter brutalement à moins de 3 restes/ litre de sédiment.

fig. 312 a Densité carpologique ; b proportion de carporestes carbonisés.

© L. Bouby.

43Les éléments carbonisés représentent seulement 2,2 % du total. Ceux-ci sont néanmoins présents dans neuf échantillons sur treize. Si on excepte les échantillons nos5, 1 et 2, dans lesquels les restes carbonisés semblent atteindre une proportion comprise entre 30 et 50 % [fig. 312 : b] mais dont le nombre total n’est pas significatif, la proportion de restes carbonisés est généralement inférieure à 1 %. Le seul prélèvement qui affiche une proportion significativement élevée (8,6 % pour un nombre de restes total supérieur à 7400) est l’échantillon no 39 (Us. 1356). Celui-ci regroupe de fait près de 86 % de l’ensemble des carporestes carbonisés du site.

8.2.3.2 Conservation des restes imbibés et carbonisés

44Les sédiments du Parc Saint-Georges contiennent, en fréquence relativement faible, des carporestes imbibés qui sont parmi les plus fragiles que l’on puisse rencontrer dans un assemblage de milieu humide (tels les caryopses de graminées, les cloisons carpellaires de pommes, les semences de lin, d’apiacées). Ces éléments disparaissent rapidement dès qu’un dépôt humide est altéré (Ruas 1995 : 234). Leur présence, ajoutée à la densité carpologique élevée, conduit donc à conclure à la bonne conservation des restes imbibés sur le site et à la bonne représentativité des assemblages. De plus, la fragmentation des semences imbibées est globalement faible : dans les échantillons suffisamment riches pour que ce chiffre ait un sens, le taux de fragmentation est toujours inférieur à 40 % (19,3 % en moyenne) [fig. 313]. Notons toutefois que les semences non carbonisées sont assez fréquemment déformées : légèrement aplaties en raison du poids exercé sur les couches qui les contenaient.

fig. 313 Fragmentation des restes carpologiques.

© L. Bouby.

45La bonne conservation des restes imbibés souffre cependant une exception ; elle concerne l’Us. 1483 (éch. nos 1 et 2), dans laquelle la densité carpologique est faible et où les seuls restes non carbonisés qui ont pu être conservés sont très résistants (pépins de sureaux exclusivement). L’assemblage humide est donc ici fortement dégradé suite à l’oxydation prolongée de la couche.

46Les restes carbonisés se trouvent également dans un bon état de conservation. L’altération des surfaces est dans l’ensemble très peu marquée. La fragmentation semble plus prononcée que pour le matériel imbibé (77 % en moyenne), mais il est difficile d’obtenir une appréciation fable pour plusieurs échantillons en raison du nombre trop restreint de restes.

8.2.4 Plantes attestées et groupements écologiques

47Les treize prélèvements analysés ont livré un nombre estimé de 34 856 restes, dont 34 104 éléments non carbonisés. Ils conduisent à l’identification d’un nombre minimal de 211 taxons : 194 taxons sont documentés par le matériel imbibé et 30 taxons par les restes carbonisés, 13 taxons étant identifiés sous les deux formes. La diversité taxinomique est donc très élevée, en particulier celle qui s’exprime par le matériel imbibé. Cette diversité résulte certainement de la variété des sources potentielles d’apport de semences dans ce site fluvial mais aussi peut être de l’épaisseur chronologique de la séquence étudiée.

48Globalement, si l’on se réfère au matériel imbibé, la diversité taxinomique est croissante en fonction de la chronostratigraphie, jusqu’à l’ensemble de l’Antiquité tardive qui, on l’a vu, est affecté d’un biais taphonomique lié à l’oxydation de l’Us. 1483 [fig. 314]. Le nombre de taxons identifiés par ce type de matériel varie entre 0 et 140 par échantillon. L’évolution de la diversité est corrélée à la densité carpologique (R de Pearson = 0,747 ; p = 0,005 ; R2 = 0,558) et surtout au nombre de restes déterminés (R de Pearson = 0,925 ; p < 0,0001 ; R2 = 0,856). La diversité taxinomique augmente donc avec l’accentuation de la sédimentation organique, comme la densité carpologique, mais aussi, peut être, avec la diversification des sources d’apport et en particulier la montée en puissance de l’apport anthropique.

fig. 314 Diversité taxinomique dans les échantillons : a d’après les restes carbonisés ; b d’après les restes imbibés.

© L. Bouby.

49La diversité taxinomique exprimée par le matériel carbonisé (de 0 à 13 par échantillon) ne suit pas exactement le même modèle. Elle connaît un pic dans l’échantillon no 39 (phase 6) puis redescend et reste à un niveau relativement élevé dans les ensembles des phases 6, 7 et 9 [fig. 313]. Pour les restes pyrolysés, la diversité taxinomique est également corrélée à la densité (R de Pearson = 0,816 ; p = 0,001 ; R2 = 0,666) et au nombre (R de Pearson = 0,749 ; p = 0,005 ; R2 = 0,561) ; elle n’est en revanche pas significativement dépendante de la densité carpologique totale (R de Pearson = 0,373 ; p = 0,232 ; R2 = 0,139). La diversité des plantes enregistrée par le matériel carbonisé dépend de l’impact proprement anthropique bien plus que de la sédimentation organique.

50L’ensemble des résultats carpologiques est ici présenté pour les restes carbonisés [tabl. lxxx] et pour les restes imbibés [tabl. lxxxi]. Sur la base de leur écologie actuelle, les plantes identifiées sont classées en plusieurs grands groupes écologiques. Leur importance globale peut être évaluée en fonction du nombre de restes et du nombre de taxons qu’ils totalisent [fig. 315‚ fig. 316]. Le comportement phytosociologique des plantes sauvages est établi principalement à partir de Guinochet et Vilmorin (1973-1984), leurs propriétés autécologiques à partir d’Ellenberg (1988).

fig. 315 Principaux groupements écologiques et économiques représentés par les carporestes non carbonisés : a pourcentage du nombre de restes ; b nombre minimal de taxons.

© L. Bouby.

fig. 316 Principaux groupements écologiques et économiques représentés par les carporestes carbonisés : a pourcentage du nombre de restes ; b nombre minimal de taxons.

© L. Bouby.

tabl. lxxx Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).

tabl. lxxx (suite) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).

tabl. lxxx (suite) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).

tabl. lxxx (suite) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).

tabl. lxxx (suite) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).

tabl. lxxx (suite et fin) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).

tabl. lxxxi Restes carpologiques imbibés (nr nombre de restes ; - aucun élément).

tabl. lxxxi (suite et fin) Restes carpologiques imbibés (nr nombre de restes ; - aucun élément).

8.2.4.1 Plantes cultivées et ressources économiques

Céréales

51Sept céréales différentes sont répertoriées : l’orge polystique vêtue (Hordeum vulgare vulgare), le millet commun (Panicum miliaceum), le seigle (Secale cereale), le blé nu hexaploïde, ou blé tendre (Triticum æstivum/turgidum hexaploïde), le blé nu tétraploïde ou blé dur au sens large (Triticum æstivum, Triticum turgidum), l’amidonnier (Triticum dicoccum) et peut-être l’épeautre (Triticum cf. spelta). À celles-ci pourrait éventuellement s’ajouter l’avoine mais les rares fragments de barbes retrouvés n’autorisent pas une identification au rang de l’espèce (Avena sp.). Les céréales sont représentées à la fois par des grains et par des vannes (éléments de l’épi, entrenœuds, glumes, glumelles, barbes éliminés au cours du nettoyage des grains) sous forme de restes tantôt carbonisés tantôt imbibés. Ces derniers sont peu fréquents. Ils appartiennent surtout au millet mais aussi au blé. En revanche, les caryopses et surtout les vannes de céréales représentent la très grande majorité du matériel carbonisé [fig. 316]. Une grande partie des vannes n’est pas identifiable avec précision : fragments de glumes ou glumelles, fragments de barbes.

52Finalement, les restes identifiés au rang de l’espèce sont relativement peu nombreux et il est difficile d’évaluer le rôle économique réel joué par certaines des céréales mises en évidence. Les espèces les plus communes semblent être les blés nus, l’orge et le millet. Elles jouaient certainement un rôle important. L’orge vêtue et surtout le blé nu sont des céréales dont la place dans l’agriculture gallo-romaine est bien connue (Ruas 1992 : 20 ; Matterne 2001 : 106-111 ; Lepetz et al. 2003 : 83-84). Ce sont, avec le millet commun, les seules céréales documentées parmi les offrandes végétales des nécropoles lyonnaises ; on les trouve plus particulièrement dans les incinérations de la plaine de Vaise (Frascone 1999). Il est d’un intérêt particulier de relever la présence relativement exceptionnelle de nombreux éléments de rachis –ou entrenœuds de l’épi de blé nu– qui livrent de précieux éléments de détermination permettant de trancher entre les deux grands types génétiques, tétraploïde et hexaploïde (Maier 1996). Parmi les entrenœuds du Parc Saint-Georges, les deux types sont identifiés dans des proportions qui donnent sensiblement l’avantage au groupe hexaploïde. Le grain des blés tétraploïdes (Triticum durum, Triticum turgidum) se prête à la fabrication des pâtes et de la semoule. Les grains des blés hexaploïdes, du type du froment (Triticum æstivum s.l.), sont plus riches en gluten et produisent une farine panifable. Il est aujourd’hui démontré que les deux types de blés nus étaient présents dès le Néolithique dans le domaine alpin (Maier 1996 ; Schlumbaum et al. 1998). En revanche, à notre connaissance, les données archéobotaniques sont beaucoup moins parlantes sur la présence des blés tétraploïdes durant la période romaine ; les grains de blés nus sont fréquemment considérés a priori comme provenant du froment.

53Les données du Parc Saint-Georges prouvent –s’il était nécessaire– le caractère abusif et simplificateur de cette assertion. La lecture des textes antiques conduit Jacques André (1981 : 52) à considérer que les blés durs étaient bien connus et utilisés dans la cuisine romaine. Leur culture semble répandue, notamment en Afrique. Les entrenœuds du Parc Saint-Georges doivent être considérés comme une preuve de leur culture en Gaule au iiie s. ap. J.-C. car s’ils résultaient d’un commerce lointain, il est difficile d’imaginer que la paille fut transportée avec les grains.

54Le seigle et les blés vêtus ne sont pas attestés au Parc Saint-Georges avant le iiie s. Leurs restes sont plutôt rares ; l’identification de l’épeautre ne peut d’ailleurs pas être totalement assurée. Il est de ce fait difficile d’affirmer que ces céréales étaient exploitées et consommées à Lyon à l’époque romaine. Elles auraient pu ne constituer que des adventices d’autres cultures. Le doute s’impose d’autant plus que ces céréales, globalement secondaires, connaissaient un sort variable d’une région à l’autre. Le Sud de la France n’a, à ce jour, malheureusement pas encore fait l’objet d’une véritable synthèse des résultats carpologiques pour l’époque romaine. L’importance relative des céréales secondaires demeure donc mal connue. Toutefois, seigle, amidonnier et épeautre semblent plutôt rares, voire totalement absent pour ce dernier (Ruas 1992). Plusieurs mentions récentes montrent la présence du seigle dans la vallée du Rhône pendant la période romaine, mais aucune ne permet de certifer sa mise en culture. Dans le Nord de la France, le seigle semble exploité au moins à partir du début du iie s. en milieu urbain et à partir du ve s. en milieu rural (Matterne 2001 : 112 ; Lepetz et al. 2003 : 83). En Suisse et dans le Sud-Ouest de l’Allemagne, le seigle était bien cultivé aux ier-iiie s. ap. J.-C. mais, semble-t il, de façon ponctuelle (Rösch et al. 1992 : 221). L’épeautre était également cultivé localement, sur sols crayeux, dans le Nord de la France, et constituait la première céréale dans une grande partie de la Suisse et du Sud-Ouest germanique (Matterne 2001 : 108-110 ; Matterne 2003 ; Rösch et al. 1992 : 222). L’épeautre et l’amidonnier sont en outre fréquemment mentionnés en Bourgogne (Wiethold 2003 : 278). Compte tenu de situations disparates dans les régions périphériques, toutes les hypothèses restent donc ouvertes en ce qui concerne le rôle du seigle et de l’épeautre dans le Lyonnais.

Légumes, oléagineux, condiments

55La catégorie des légumineuses est très mal documentée : trois espèces sont éventuellement présentes, la gesse (Lathyrus cf. sativus), la lentille (Lens culinaris) et, peut être, la fève (cf. Vicia faba). Chacune étant représentée par un reste isolé, leur exploitation n’est pas certaine. Il est à noter que la lentille serait particulièrement fréquente en France à l’époque romaine (Ruas 1992).

56Les plantes oléagineuses annuelles comportent le lin (Linum usitatissimum), mais le taxon le plus présent est le pavot œillette (Papaver somniferum).

57La bette (Beta vulgaris) n’est attestée que par quelques restes. Ces derniers peuvent néanmoins être considérés comme significatifs d’une probable utilisation de la plante car, à l’état sauvage, celle-ci est relativement rare hors du domaine côtier. Les Romains consommaient la racine de la bette ainsi que ses feuilles quoiqu’elles fussent considérées comme un mets fade et vulgaire (André 1981 : 18, 23). Quelques graines paraissent attester la présence de l’oignon (Allium cf. cepa) à partir de la fin du ier s. ap. J.-C. ou du début du iie s. Jusqu’à cette découverte, la carpologie ne relevait pas l’existence de l’oignon en France (Ruas, Marinval 1991), même si sa consommation par les Romains est présentée dans les textes comme habituelle (André 1981 : 19-20).

58Le groupe des plantes condimentaires et aromatiques cultivées comprend cinq taxons : l’aneth (Anethum graveolens), le céleri (Apium graveolens), la coriandre (Coriandrum sativum), la moutarde noire (Brassica nigra) et la sarriette (Satureja hortensis). Tous sont relativement bien représentés, et attestés dès le ier ap. J.-C., sinon au début du iie s. Il est à noter que la moutarde noire et la sarriette n’étaient jusqu’à présent pas répertoriées dans la moitié sud de la France, à la différence du nord du pays (Matterne 2001, 2003 : 254-255).

59Parmi les taxons identifiés, quelques plantes supplémentaires sont connues pour avoir été cultivées et consommées par les Romains comme légumes ou condiments. Toutefois, ces dernières étant fréquentes à l’état sauvage ou subspontané et aucun indice particulier ne venant accréditer une éventuelle utilisation, nous avons préféré les classer à l’intérieur des groupements de plantes sauvages. Au rang de ces espèces, on peut mentionner l’amarante (Amaranthus sp.), la carotte (Daucus carota), la mauve (Malva sp.), l’oseille (Rumex sp.), le panais (Pastinaca sativa), le pourpier (Portulaca oleracea) et l’ortie (Urtica dioica).

Fruits et arbres fruitiers

60Distinguons tout d’abord trois plantes annuelles cultivées pour leurs fruits : le concombre (Cucumis cf. sativus), la gourde calebasse (Lagenaria siceraria) et le melon (Cucumis cf. melo). Les arbres fruitiers sont plus variés. Ceux dont les restes sont les plus communs sont le figuier (ficus carica), le mûrier noir (Morus nigra), le noyer (Juglans regia), l’olivier (Olea europæa), le pommier (Malus sp.) et la vigne (Vitis vinifera ssp. vinifera). Cette dernière est attestée à la fois par des pépins et par de nombreux pédicelles de baies. La présence conjointe de ces deux types de restes pourrait signer le rejet de marc de raisin plutôt qu’un simple déchet alimentaire. L’hypothèse d’une fabrication de vin locale doit donc être prise en considération. La présence éventuelle du figuier dès la fin du iie s. av. J.‑C. ou au début du ier s. av. J.-C. (éch. no 8, Us. 1516) appelle quelques commentaires. Étant limitée à deux akènes, il faut avant tout envisager la possible existence de pollutions depuis les niveaux postérieurs, d’autant que –à considérer un fragment de pépin de raisin comme provenant de la lambrusque– ces deux semences constitueraient la seule trace de plantes cultivées dans les niveaux de l’âge du Fer. Si l’on devait néanmoins admettre la présence du figuier, l’espèce, étant d’origine méditerranéenne, pourrait révéler soit une importation des fruits, soit une acclimatation de l’arbre via l’activité romaine. On ne peut non plus exclure une implantation naturelle dans des stations ripicoles bien exposées en bordure de cours d’eau, correspondant à une remontée de végétation méditerranéenne le long du Rhône, éventuellement favorisée par l’amélioration climatique du second âge du Fer. Rappelons que la série du chêne vert est ponctuellement présente de nos jours dans des stations favorables jusqu’à la latitude de Vienne (Dobremez et al. 1986 : carte).

61L’amandier (Prunus dulcis), le néflier (Mespilus germanica), le pêcher (Prunus persica), le prunier domestique (Prunus domestica ssp. domestica) et le prunier crèque (Prunus domestica ssp. insititia) sont nettement moins fréquents.

62Parmi cet ensemble de fruits cultivés plusieurs témoignent vraisemblablement d’apports commerciaux, tout particulièrement la gourde calebasse, originaire d’Afrique tropicale mais fréquemment cultivée en Méditerranée durant l’Antiquité, l’amandier et l’olivier, tous deux méditerranéens. Rappelons toutefois que la gourde peut être cultivée, en des lieux particulièrement bien exposés et chauds, jusque dans le Nord de la France et en Allemagne (Marinval et al. 2002 : 267). Régionalement, l’espèce est également présente aux ier-iie s. ap. J.-C. dans des fossés de drainage, en périphérie de la villa du Vernai, à Saint-Romain-de-Jalionas (Royet et al. 2006 : 311). En Bourgogne on la retrouve dans deux contextes des iie-iiie s., à Cosne-sur-Loire et à Alésia (Wiethold 2003 : 274). Non seulement des graines mais également deux pédoncules et deux fragments de fruits sont répertoriés dans la première moitié du ier s. ap. J.-C. dans l’agglomération romaine d’Oedenburg, sur la rive alsacienne du Rhin (Reddé et al. 2005 : 254).

63Outre les espèces cultivées, quantité de petits fruits sauvages a pu être cueillie et consommée. Cependant, tout comme il est difficile, parmi certaines herbacées, de distinguer légumes cultivés et plantes sauvages cueillies, il est difficile de classer certains arbres à fruits (Ruas 1996 : 96). Le doute existe plus particulièrement en ce qui concerne le cerisier/merisier (Prunus avium) et le noisetier (Corylus avellana). Certains des noyaux de cerises trouvés dans les échantillons du Parc Saint-Georges montrent des traces de dents de rongeurs. Un apport naturel par les animaux doit donc être envisagé. Cela prouve que les arbres devaient pousser à proximité de la rivière ; le merisier est parfois rencontré dans les forêts riveraines de l’Alno-Padion (Rameau et al. 1989 : 537). Cela ne suffit cependant pas à exclure que ces arbres aient pu faire l’objet d’une mise en culture locale.

8.2.4.2 Les groupements de plantes sauvages

Les mauvaises herbes des cultures d’hiver

64Le groupement des messicoles est représenté par 19 taxons qui comptent pour 1,55 % des restes imbibés, et par 2 espèces qui cumulent seulement 0,67 % des restes carbonisés. Ces plantes sont pour la plupart des thérophytes, dont huit de germination hivernale stricte ou préférentielle, parfaitement adaptées au cycle des céréales d’hiver, dont le dernier travail du sol et le semis s’effectuent en automne. Cependant, si la plupart d’entre elles sont caractéristiques du groupement, elles ne renvoient pas l’image d’une totale uniformité écologique. Certaines affectionnent par exemple les terrains plutôt pauvres en éléments nutritifs (Ajuga chamæpitys, Legousia speculum-veneris, Rumex acetosella) tandis que d’autres sont plus fréquentes sur sol relativement riche (Anthemis arvensis, Atriplex cf. litoralis, Fallopia convolvulus, Valerianella dentata). On relève une semblable diversité quant à l’humidité du sol. Il est particulièrement intéressant de remarquer que les deux principales variantes du groupement des messicoles, déterminées par la réaction du sol, sont présentes. Les adventices des moissons sur sols siliceux (Scleranthion annui) sont représentées surtout par Rumex acetosella et par Scleranthus annuus, auxquelles on pourrait ajouter Anthemis arvensis, Vicia cf. tetrasperma et Viola cf. tricolor. Cet ensemble s’accorde bien avec la dominante acide des sols de Lyon et de ses environs. Il a déjà été attesté sur les sites locaux de l’âge du Fer, de la zac des Feuilly et de la rue Berthet (Bouby 2010). Un plus grand nombre d’espèces est typique du groupement sur sols calcaires (Caucalion lappulæ) : Ajuga chamæpitys, Legousia speculum-veneris, Lolium temulentum, Medicago lupulina, Ranunculus arvensis, Stachys annua, Vaccaria hispanica.

Les mauvaises herbes des cultures sarclées ou de printemps

65Le deuxième grand groupement de mauvaises herbes des cultures possède une diversité taxinomique tout à fait comparable au précédent. Sa représentation quantitative est toutefois nettement supérieure [fig. 315‚ fig. 316].

66Ces adventices se rencontrent dans les cultures sarclées, les vergers, les jardins mais aussi dans les céréales de printemps et, pour certaines, dans les lieux rudéraux. Naturellement, les composantes de ce groupement ont une préférence pour des sols plus riches que le précédent mais aussi pour des sols un peu plus frais. Les acidophiles sont ici absentes et plusieurs taxons préfèrent des sols plus ou moins calcaires.

Plantes des friches, des lieux rudéraux et des décombres

67Les plantes des friches, lieux rudéraux et décombres sont très nombreuses. Ce groupement est le plus diversifié, tant à l’intérieur du matériel imbibé (31 taxons) que du matériel carbonisé (4 taxons). Son poids numérique reste cependant limité (7,1 % des restes imbibés, 5,3 % des restes carbonisés). Écologiquement, cet ensemble recouvre une certaine diversité, depuis les communautés rudérales provisoires jusqu’aux friches pérennes. Mais il s’agit toujours d’une végétation qui se développe spontanément dans des lieux très fortement perturbés et enrichis par l’activité anthropique : proximité des installations humaines et des voies de circulation, terrains défrichés et laissés à l’abandon… Plusieurs plantes identifiées sont à forte tonalité nitrophile. La diversité de ce groupement signe le fort impact anthropique sur la végétation de la berge de Saône.

Pelouses et prairies

68L’ensemble des pelouses et prairies est le second par ordre d’importance en ce qui concerne la diversité taxinomique. Sa représentation par nombre de restes est toutefois de moindre importance [fig. 315‚ fig. 316]. Parmi cet ensemble, certains éléments sont caractéristiques de la prairie mésophile de fauche ou de pâture entretenue (Achillea millefolium, Knautia arvensis, Leontodon autumnalis, Leucanthemum vulgare). D’autres sont typiques de formations herbeuses humides (filipendula ulmaria, Lychnis flos-cuculi, Lythrum salicaria, Mentha suaveolens, Mentha longifolia, Ranunculus cf. repens, Thalictrum flavum). Leur nombre peut cependant être considéré comme modeste compte tenu de la localisation du site en berge de cours d’eau. À l’inverse, les témoins des groupements méso-xérophiles à xérophiles des pelouses et des ourlets forestiers paraissent relativement nombreux dans ce contexte fluviatile (Agrimonia eupatoria, Carex caryophyllea, Clinopodium vulgare, Herniaria glabra, Petrorhagia prolifera, Potentilla erecta, Ranunculus cf. bulbosus, Sanguisorba minor, Stachys cf. recta). Il faut toutefois considérer que la tendance générale est à des sols d’humidité moyenne. Les indicateurs de sols franchement secs demeurent rares.

69On relève qu’en dehors de cet ensemble des pelouses et prairies, quatre taxons sont typiques de lieux secs franchement rocailleux et pauvres en substances nutritives.

Les milieux boisés

70Les milieux boisés sont de plusieurs types selon l’ouverture du milieu et l’humidité du sol. Un ensemble de taxons affectionne les formations ouvertes, de type fruticées-haies-lisières, tandis qu’un autre groupe est plus typique de milieux forestiers plus fermés. L’attribution à l’un ou l’autre de ces ensembles n’est cependant pas toujours aisée, la fruticée constituant une forme transitoire de dégradation de la forêt ou de reconquête de cette dernière. Les espèces que nous classons dans l’ensemble des fruticées-haies-lisières se distinguent principalement par leur caractère héliophile. Elles sont au nombre de 14 et apparaissent uniquement à l’intérieur du matériel non carbonisé (2,5 % des restes). Ce groupe comporte un nombre élevé de plantes produisant de petits fruits qui ont pu être cueillis, voire cultivés pour certains (notamment Cornus sanguinea, Cratægus sp., Fragaria vesca, Prunus spinosa, Rosa sp., Rubus cæsius, Rubus fruticosus, Rubus idæus, Sambucus nigra). L’apport anthropique est donc envisageable pour quelques-uns de ces restes.

71L’ensemble forestier est composé de 13 taxons qui comptent pour 1,8 % des restes imbibés. Il n’est pas perceptible du tout au sein du matériel carbonisé. Nombre de ces taxons sont des arbres, petits à grands, souvent mésophiles ou très tolérants à l’humidité du sol. Les seuls composants typiques d’une ripisylve sont l’aulne (Alnus glutinosa), le bouleau (Betula cf. pendula) et le coqueret (Physalis alkekengi). À ceux-ci pourrait s’ajouter la vigne sauvage : elle n’est pas clairement identifiée mais le fragment de pépin de l’âge du Fer possède de grandes chances de provenir de cette sous-espèce.

72Les autres taxons pouvaient constituer une forêt de fond de vallée sur sol frais et bien drainé. La persistance du hêtre jusqu’au Moyen Âge dans les forêts des plaines alluviales du bassin du Rhône et de la région méditerranéenne est une donnée aujourd’hui bien documentée (Durand 1992 ; Delhon, Thiébault 2005 : 127). Un possible fragment d’aiguille de sapin (cf. Abies alba) est présent mais n’autorise malheureusement pas une identification certaine. Faut-il envisager que cette essence, aujourd’hui typiquement combinée au hêtre dans les forêts montagnardes, ait pu également lui être associée dans les forêts de plaine au cours de l’Antiquité ? L’anthracologie atteste sa présence dans la moyenne vallée du Rhône, plus particulièrement au Bronze final (Delhon 2005 : 613).

La végétation des bords d’eau

73Les plantes herbacées qui occupent les groupements riverains, plus ou moins soumis à l’influence du cours d’eau, sont au nombre de 22 et représentent 8,5 % des restes imbibés. Ce groupement est également reconnu par le matériel carbonisé [fig. 316]. Un nombre élevé de ces plantes est caractéristique de la roselière (Phragmitetea), végétation spontanée qui se forme en bordure des eaux calmes et participe à son atterrissement (Alisma plantago-aquatica, Cladium mariscus, Eleocharis palustris, Galium palustre, Oenanthe aquatica, Oenanthe cf. fistulosa, Rumex cf. aquaticus, Scirpus lacustris).

74D’autres taxons, en nombre également conséquent, sont plus caractéristiques de groupements à tendance rudérale (Bidentetea, Artemisietea) se développant sur des sols nitratés périodiquement inondés (Carex hirta, Cyperus fuscus, Eupatorium cannabinum, Myosoton aquaticum, Polygonum hydropiper, Polygonum minus, Ranunculus scleratus, Rorippa cf. palustris). Ces groupements peuvent en partie résulter d’atteintes anthropiques portées à la roselière.

Les plantes aquatiques

75Les hydrophytes sont numériquement très représentées parmi le matériel non carbonisé [fig. 315]. Cette abondance signe évidemment le rôle important du milieu aquatique et de l’apport naturel dans la constitution des dépôts de carporestes. L’absence des plantes aquatiques au sein du matériel pyrolysé est également à mettre en relation avec leur mode d’apport, essentiellement naturel –le principal agent favorisant la carbonisation des restes végétaux étant l’homme.

76La présence de ce groupement, que l’on peut assimiler au Potametea, indique un recouvrement permanent par une lame d’eau peu agitée. Il peut notamment se développer dans les bras morts ou les parties calmes des rivières. Il n’est pas facile d’évaluer la profondeur de l’eau ; aucun élément caractéristique des eaux peu profondes, inférieures à 1 m, n’est détecté. L’allure globale du cortège combiné à l’abondance des characées conduit à privilégier l’hypothèse d’une lame d’eau d’au moins 50 cm –quand bien même elles peuvent se développer jusqu’à des profondeurs de seulement 10 cm–, étant entendu que celle lame a pu varier avec le temps et l’évolution du bras de Saône. Parmi les characées, la prédominance des gyrogonites du genre Chara sur le genre Nitella indique des eaux non ou peu acides.

8.2.5 Évolution du paysage selon le phasage stratigraphique

77Une représentation, pour chaque échantillon, du pourcentage de taxons appartenant à chaque groupement écologique donne une image de l’évolution chronologique de la diversité taxinomique de ces groupements – la diversité taxinomique pouvant être considérée comme un indicateur de l’importance des divers milieux. La représentation des groupements varie chronologiquement très peu, les différences étant parfois plus fortes entre échantillons d’une même phase chronostratigraphique qu’entre phases différentes.

78Dès que le nombre de restes étudiés est suffisamment représentatif (éch. no 8, Us. 1516), les principaux types de milieux sont attestés, en particulier les indicateurs directs de l’activité humaine (plantes cultivées, mauvaises herbes des cultures) qui sont déjà présents au second âge du Fer. L’ensemble des friches et des plantes rudérales est parmi le mieux représenté tout au long de la séquence. Globalement, les ensembles de mauvaises herbes, les plantes des bords des eaux et les hydrophytes restent diversifiés dans tous les échantillons. Les plantes cultivées se diversifient assez fortement dès le début de la période romaine. La diversité des pelouses et prairies est croissante puis reste stable et élevée aux phases 3, 5 et 7. Le groupement des rocailles n’apparaît qu’à partir de la phase 3, mais compte tenu de sa faible diversité cela n’est pas significatif. Les variations des groupements de milieux boisés semblent plus aléatoires ; les taxons héliophiles (buissons-haies-lisières) connaissent cependant un certain développement à partir de la phase 3.

8.2.5.1 La fin de La Tène

79Deux échantillons, éch.no 14 (Us.1477) et éch.no 8 (Us.1516), viennent documenter cette phase 1 . Seul le second comporte un nombre de restes représentatifs. Nous avons déjà signalé la présence de deux akènes de figue isolés. Le faible nombre et la présence précoce de ces éléments jettent un doute sur leur validité. Il convient cependant de remarquer que l’impact anthropique ne se limite pas à ces restes isolés : les groupements de mauvaises herbes sont très bien constitués et la rudéralisation des berges semble forte. À partir de cette phase 1 au moins, le milieu semble déjà bien marqué par la présence humaine. Les éléments forestiers renvoient systématiquement à la ripisylve.

8.2.5.2 Du ier siècle ap. J.-C.au début du iie siècle

80Les éch. no 19 (Us. 1497) et no 20 (Us. 1508), qui appartiennent à cette phase 3, possèdent un profil comparable. Par rapport à la phase précédente, la différence principale réside dans la diversification des plantes cultivées, surtout attestées par des restes imbibés. Chez les plantes à fruits, le figuier persiste, le melon/concombre apparaît, ainsi que le mûrier noir, noyer, le pommier, l’olivier, la vigne, éventuellement le cerisier. Plusieurs plantes domestiques herbacées font également leur apparition : aneth, moutarde noire, blé nu hexaploïde, lentille. Notons que le petit cortège de messicoles semble à dominance acidophile. Le cortège forestier possède toujours un faciès ripicole (type aulnaie). Les plantes aquatiques sont diversifées et prennent un poids quantitatif (nombre de restes) particulièrement fort dans ces échantillons, signe de l’impact de l’apport naturel dans la constitution de ces assemblages. Dans les échantillons no 33 (Us. 1612) et no 35 (Us. 1615), l’ensemble des fruits possède un profil comparable à celui de la phase précédente. Le poids numérique de cette catégorie augmente cependant sensiblement. La gourde calebasse apparaît pour la première fois. Les plantes cultivées herbacées se diversifient davantage et sont quantitativement mieux représentées. Le millet commun est identifié par des restes imbibés, présence d’un blé vêtu, de l’oignon, du céleri, de la coriandre, du lin usuel, de la sarriette. L’augmentation des restes de plantes cultivées ou consommées témoigne peut-être, pour une certaine part, d’apports commerciaux directs, produits perdus au chargement ou au déchargement des bateaux, mais pour la plupart elle doit être imputée à la croissance des rejets de consommation, comme en témoigne la part que jouent dans ce phénomène les pépins ingérés en consommant les fruits (figue en particulier) et les fragments de coques (noix, noisettes).

81Les mauvaises herbes des cultures d’hiver voient l’attestation de nouvelles espèces plus calcicoles aux côtés des acidophiles toujours présentes.

82Sur le plan environnemental, la nouveauté de cette phase est, nous l’avons dit, le développement des différents faciès de pelouses et prairies, du plus sec au plus humide. Le groupement des buissons-haies-lisières se diversifie par rapport à la phase précédente, avec notamment l’arrivée ou la réapparition de taxons comme le buis, le cornouiller sanguin, l’aubépine, l’églantier, le prunellier. Assiste-t on à la mise en place de haies ?… d’autant que le milieu plus franchement forestier est corrélativement beaucoup plus discret.

8.2.5.3 Première moitié du iiie siècle

83Cette phase 5 n’est représentée que par un échantillon, mais dont la composition est assez particulière. Si l’on se réfère au matériel imbibé, le profil d’ensemble est très proche de la phase précédente. L’ensemble des fruits cultivés, dont le poids quantitatif reste élevé, se diversifie encore avec l’arrivée du néflier, du prunier domestique, de l’amandier et du pêcher. Les plantes domestiques herbacées documentées par les restes non carbonisés sont presque identiques à celle de la phase 3. Les groupements de plantes non cultivées affichent toujours les tendances apparues précédemment : rôle fort des pelouses-prairies et des fruticées-haies-lisières d’autre part. La seule différence pourrait concerner une baisse de la diversité des messicoles.

84La grande différence dans la composition de cet échantillon concerne le poids du matériel carbonisé (8,6 % des restes) et la variété taxinomique qu’il exprime (treize taxons au minimum). Cette montée en puissance concerne essentiellement le groupe des céréales : des grains d’orge, de blé nu et de seigle sont attestés tantôt pour la première fois, tantôt en plus grand nombre qu’auparavant. Les restes de vannes, surtout, sont beaucoup plus abondants. Ils proviennent des mêmes taxons mais ne peuvent être identifiés avec précision. Ces éléments, les entrenœuds d’épis, les fragments de barbes, les fragments de glumes et glumelles, sont en grande partie éliminés lors des premières étapes de nettoyage (vannage et tamisage grossier) qui suivent le battage des céréales à grains nus. Leur présence en contexte archéologique est considérée comme un marqueur de la pratique locale du battage et permet donc de caractériser un site producteur (Hillman 1981, 1984). Même si pour notre fouille la quantité de ces vannes demeure assez limitée, la question de l’existence de cultures céréalières aux abords de la cité et de la pratique d’opérations de battage et de traitement des récoltes à proximité du site doit être posée. Les restes témoignant des opérations succédant au battage sont ici uniquement carbonisés : il n’existe aucune trace de ce phénomène dans le matériel imbibé. Il ne faut donc pas imaginer que les sous-produits du battage ont été déposés naturellement dans le lit du cours d’eau à partir d’une aire à battre voisine. Ceux-ci ont été brûlés, pour une raison indéterminée, puis transportés et rejetés sur le site, sans doute parallèlement au rejet des déchets de consommation. Traditionnellement, dans les sociétés agricoles non mécanisées, ces sous-produits peuvent être utilisés comme combustible –ce qui favorise leur conservation par carbonisation–, comme fourrage pour les animaux domestiques ou pour la réalisation de torchis (Hillman 1981, 1984). À l’inverse de la paille longue qui peut être utilisée comme litière ou comme matériau de construction (toiture) et d’artisanat, la modestie d’usage de ces sous-produits ne justifie pas qu’ils soient transportés sur de longues distances.

85L’échantillon no 39 pourrait témoigner d’un autre type de rejet de traitement et de transformation de produit agricole : le marc de raisin. Il contient en effet la plus forte proportion de pédicelles en relation avec le nombre de pépins.

8.2.5.4 Deuxième moitié du iiie siècle

86Deux échantillons appartiennent à cette phase 7, l’éch.no 40 (Us. 1675), qui provient du remplissage organique de l’épave 7, et l’éch. no 41 (Us. 1690), issu d’un niveau de limon organique contenant des branchettes. Ils possèdent un profil quelque peu différent.

87L’éch. no 41 est assez comparable à l’éch. no 39, pour sa partie imbibée, et à la phase 3. Les fruits, abondants et diversifiés, sont sensiblement les mêmes. Le prunier crèque et, peut-être, le concombre sont attestés pour la première fois. Les plantes domestiques herbacées sont également comparables, à la différence de la bette et peut être de l’épeautre qui font leur première apparition. Les autres groupements affichent toujours des proportions et des diversités identiques : le rôle des pelouses-prairies et des lisières-haies en particulier se maintient. En revanche les taxons plus forestiers connaissent un regain. Ils se partagent entre ripisylve et forêt mésophile à chêne, hêtre, if et tilleul. L’enregistrement de ce nouvel élément forestier traduit-il une évolution locale de l’environnement ou un apport plus lointain de semences ?

88L’éch. no 40 enregistre plus ou moins les mêmes phénomènes. Ce nouveau faciès forestier mésophile inclut l’érable. Mais la part des ensembles terrestres est globalement atténué, en particulier celle des groupements anthropiques (plantes cultivées et mauvaises herbes). À l’inverse, la part des plantes aquatiques explose à nouveau quantitativement (plus de 71 % des restes), ce qui signe à nouveau un apport à forte dominance fluviatile. La nature de ces hydrophytes n’est toutefois pas modifiée. À noter que les éch. nos 40 et 41 contiennent aussi des déchets des premières opérations de nettoyage des céréales mais en proportions bien moindres que l’éch. no 39.

8.2.5.5 De la fin du ive s. au début du ve s.

89Compte tenu de la mauvaise conservation des restes imbibés, cette phase 9 est beaucoup plus mal connue que les précédentes. Les restes carbonisés suggèrent la persistance de l’exploitation de l’orge, du millet et d’un blé inconnu.

8.2.6 Discussion et conclusion

90Les prélèvements du Parc Saint-Georges se sont avérés globalement très riches en carporestes, mais avec une forte variabilité entre eux. Cette diversité tient à des causes taphonomiques ; certains échantillons ont connu de mauvaises conditions de conservation (tel l’ensemble de l’Antiquité tardive). Elle découle surtout de la variabilité des processus de sédimentation et des modes d’apport des paléosemences. La densité en paléosemences et la diversité taxinomique enregistrées augmentent naturellement avec la sédimentation organique. Plus les sédiments sont minéraux et sableux, plus faible est la densité carpologique. D’autre part, la diversité, la nature et l’abondance des taxons dépendent fortement de la balance entre les deux grands types d’apports, naturel (aquatique) et anthropique. La synergie entre ces deux modes d’apport aboutit à l’enregistrement d’une diversité taxinomique exceptionnelle mais complique beaucoup l’interprétation des spectres. Aux deux principaux modes d’apport correspondent deux grands types de milieux.

91Les divers types de plantes cultivées et les deux groupements de mauvaises herbes, qui totalisent plus de 36 % des restes imbibés et près de 90 % des restes carbonisés, sont largement à mettre au crédit de l’apport anthropique. Les informations recueillies sur les plantes utilisées sont variées. Des taxons jusqu’à présent méconnus ou non, répertoriés dans la moitié sud de la France, sont déterminés. Citons plus particulièrement le blé nu tétraploïde (Triticum æstivum/turgidum type tétraploïde), le seigle (Secale cereale), la bette (Beta maritima), la moutarde noire (Brassica nigra), la sarriette (Satureja hortensis), l’oignon (Allium cf. cepa), la gourde calebasse (Lagenaria siceraria), le néflier (Mespilus germanica) et l’amandier (Prunus dulcis). Le poids quantitatif des restes de plantes cultivées demeure assez limité. Ceci tient sans doute à l’éloignement des activités domestiques génératrices de déchets. Il semble néanmoins impossible de considérer que tous, ou même la majorité des restes de plantes cultivées, proviennent directement des pertes des produits commerciaux transbordés à cet endroit. Cet apport direct est vraisemblablement minime, même s’il demeure très probable notamment pour certains taxons thermophiles (Olea europæa plus particulièrement).

92La plupart des restes de plantes cultivées constitue des déchets de consommation ou de traitement des plantes cultivées. La consommation est suggérée par l’abondance des pépins, possibles rejets fécaux, et des fragments de coques brisées pour consommer l’amande. La bonne représentation des groupements de mauvaises herbes va dans le sens du traitement et de la préparation alimentaire des plantes cultivées aux abords du site. L’existence locale d’activités de traitement des récoltes pourrait être directement suggérée par la présence dans l’échantillon no 39 de sous-produits carbonisés du battage des céréales nues et de restes de marc de raisin (vinification). Un apport depuis l’extérieur de la ville de ces sous-produits demeure évidemment possible.

93Il est impossible de localiser les terres cultivées sur lesquelles se sont développées les plantes consommées. La diversité des adventices suggère une variété de terroirs. L’enregistrement de messicoles de sols siliceux (Scleranthion annui) s’accorde bien avec l’hypothèse d’une origine locale d’une partie des récoltes.

94Les autres groupements végétaux correspondent très probablement en grande majorité à l’apport des semences par les eaux de la rivière, comme le suggère la domination des plantes directement liées au cours d’eau (aquatiques et riveraines). Tous poussaient vraisemblablement en fond de vallée –ce qui ne signifie pas que l’apport soit strictement local. L’image d’ensemble est celle d’un cours d’eau lent ou stagnant, dont les bords sont colonisés par une roselière et une aulnaie, où s’étend à distance une forêt plus mésophile. Le milieu forestier est cependant très ouvert comme le montre la présence des ligneux héliophiles de la fruticée et des lisières, et surtout la grande diversité des rudérales et des plantes des pelouses et prairies. Les abords de la rivière sont très anthropisés, caractérisés par une forte rudéralisation aux dépens de la roselière et de la forêt riveraine, et par le maintien de zones herbeuses, vraisemblablement destinées au pâturage.

95Si l’on considère la diversité taxinomique propre à chacun des grands groupements écologiques comme un indicateur de leur importance au sein de l’environnement [fig. 317], on conclut à une image relativement stable au cours du temps du paysage décrit. Les différences sont parfois plus fortes entre échantillons d’un même ensemble chronostratigraphique qu’entre phases différentes. Signalons pour résumer que dès que le nombre de restes étudiés est suffisamment représentatif (éch. no 8, Us. 1516 par exemple), les principaux types de milieux sont attestés, en particulier les indicateurs directs de l’activité humaine (plantes cultivées, mauvaises herbes des cultures), déjà présents au second âge du Fer. L’ensemble des friches et des plantes rudérales figure parmi les mieux représentés tout au long de la séquence. Globalement, les ensembles de mauvaises herbes, les plantes des bords des eaux et les hydrophytes restent diversifiés dans tous les échantillons. La tendance générale est donc celle d’une anthropisation forte, perçue dès la charnière entre les iie et ier s. av. J.-C., et d’une rudéralisation constante de la berge qui s’exerce sans doute aux dépens de la roselière et de la ripisylve.

fig. 317 Évolution de la diversité taxinomique des groupements écologiques et économiques exprimée en pourcentage du nombre total de taxons représenté par le matériel imbibé.

© L. Bouby.

96Les plantes cultivées se diversifient assez fortement dès le début de la période romaine. La diversité des pelouses et des prairies est croissante puis reste stable et élevée dans les ensembles entre la fin du ier et la fin du iiie s. ap. J.-C. Les variations des groupements de milieux boisés semblent plus aléatoires ; les taxons héliophiles (buissons-haies-lisières) connaissent cependant un certain développement à partir de la fin du ier s. ap. J.-C.

97Faut-il voir une corrélation entre le développement des espaces en herbe (pelouses et prairies) et, semble-t il, celui des petits ligneux héliophiles des haies et lisières, qui pourrait traduire la mise en place d’un paysage bocager ?

8.3 Les mollusques

Sophie Martin

98Dans le contexte de notre fouille, l’étude malacologique a eu pour objectifs de caractériser les activités humaines sur les berges des cours d’eau et de définir la qualité des milieux aquatiques et leur évolution. En effet, les gastéropodes terrestres sont de bons marqueurs des changements environnementaux, car ils sont étroitement inféodés à la structure des formations végétales et plus généralement à la structure du paysage (Rousseau 1985 ; Magnin et al. 1995 ; Labaune, Magnin 2001 ; Magnin, Tatoni 1995). Ils s’avèrent donc particulièrement utiles pour étudier les conséquences de l’action humaine sur le paysage et caractériser les différents modes de gestion du milieu (Martin 2004 ; Magnin, Martin 2008). Quant aux mollusques fluviatiles, ils peuvent permettre de reconstituer finement la nature du milieu aquatique et son évolution.

99La stratégie d’échantillonnage a été déterminée par l’équipe archéologique, avec une priorité donnée à une section qui regroupe l’essentiel des autres données paléoenvironnementales. Ce choix a finalement laissé de côté des niveaux qui semblaient plus propices à l’analyse malacologique, au profit d’un échantillonnage commun aux disciplines paléoécologiques. Par conséquent, les résultats malacologiques sont maigres, principalement du fait de la forte dissolution des coquilles dans les niveaux analysés.

8.3.1 Matériel et méthodes

8.3.1.1 Échantillonnage

100Dix-neuf échantillons au total ont été prélevés en vue de l’analyse malacologique dans la coupe du secteur 11. Ils couvrent la fin de la période protohistorique, la fin de La Tène (phase 1), le début de l’époque gallo-romaine (phase 3) et le milieu du iiie s. (phase 6). Les échantillons nous sont parvenus sous forme de sédiment brut ou de refus de tamis supérieurs à 2 mm.

8.3.1.2 Protocole d’analyse

101Les tamisages ont été réalisés en laboratoire. Après séchage à l’étuve, le sédiment est lavé à l’eau sur un tamis à maille de 500 µm. Le refus est ensuite séché, puis fractionné sur une colonne de tamis afin d’en faciliter le tri.

102Après extraction à l’aide d’une loupe binoculaire, les coquilles sont déterminées et comptées, selon la méthode préconisée par Bruce Wilfred Sparks : le comptage consiste à dénombrer les individus entiers, les apex (sommet de la coquille) pour chaque espèce, ainsi que les opercules pour les espèces qui en possèdent (Sparks 1961). Pour certaines espèces, les ouvertures sont plus abondantes que les apex. En ce cas, on a retenu le nombre d’ouvertures. Les fragments non caractéristiques sont pris en compte uniquement s’ils sont les seuls restes d’une espèce, ce qui est fréquent pour les plus grosses d’entre elles, particulièrement fragiles. Ils sont comptés au minimum (plusieurs fragments donnent un seul individu au comptage).

103Étant donné que les prélèvements n’étaient pas à l’origine d’un volume équivalent (de 2 à 15 litres), les comptages des malacofaunes ont été pondérés au final et rétablis sur une base de 5 litres, afin de rendre tous les échantillons comparables entre eux.

  • 2 Collection de Frédéric Magnin, équipe « Variabilité climatique et changements environnementaux » de (...)

104L’identification des taxons et l’interprétation écologique sont réalisées par comparaison avec une collection de référence2 et par le recours à des ouvrages de référence, notamment en ce qui concerne les espèces terrestres l’adaptation française du livre de Michael P. Kerney et Robert A.D. Cameron (Kerney et al. 2006), et pour les taxons aquatiques les ouvrages de Peter Glöer et al. (1998) et de Louis Germain (1931) ainsi que la thèse de Mohammed Yacine-Kassab (1979). La nomenclature utilisée ici tient compte des récents changements apportés par la liste de référence des mollusques continentaux de France (Falkner et al. 2002) dans sa version réactualisée (Gargominy et al. 2011).

8.3.2 Résultats

105Quelque 77250 restes malacologiques (coquilles ou opercules de gastéropodes) ont été pris en compte (total établi après pondération) : ils sont répartis en 32 taxons terrestres et 17 taxons aquatiques. Cecilioides acicula (20 individus), un escargot terrestre, n’est pas pris en compte dans l’analyse du fait de son caractère fouisseur.

106Certains individus n’ont pu être déterminés au niveau spécifique, du fait soit de l’extrême mauvaise conservation des coquilles (Clausiliidæ, Oxychilus et Monacha pour les taxons terrestres, Unio pour les taxons aquatiques), soit de coquilles insuffisamment caractéristiques (tels Hauffenia, Viviparus). Enfin, le genre aquatique Pisidium nécessite, pour une détermination spécifique, son étude par un spécialiste des bivalves, ce qui n’a pas paru nécessaire dans le cadre de cette étude.

107Le premier résultat découlant de l’examen du tableau de données est la sous-représentation des taxons terrestres par rapport aux taxons aquatiques pour tous les échantillons [fig. 318] : 702 individus terrestres pour 76548 individus aquatiques en tout.

fig. 318 a Abondance des individus terrestres ; b abondance des individus aquatiques ; c fréquence des individus terrestres et aquatiques.

© S. Martin.

108Deux raisons peuvent être données à cette disproportion. La première raison est d’ordre écologique : la faible résolution spatiale des assemblages de mollusques (Martin, Magnin 2010) et la localisation de la séquence principale au sein du remplissage des anciens lits des cours d’eau induisent une médiocre perception de la berge, d’autant plus que les populations aquatiques sont généralement plus prolifiques que les espèces terrestres.

109La deuxième raison est d’ordre taphonomique. On observe en effet une forte dissolution des coquilles. Les comptages ont donc été en partie effectués sur les opercules de certains gastéropodes, qui se conservent mieux que les coquilles. Une des espèces les plus abondantes est le gastéropode aquatique Bithynia tentaculata qui comporte un opercule particulièrement résistant à la corrosion. La fig. 319 permet d’évaluer l’importance de la dissolution des coquilles par l’examen des restes de Bithynia tentaculata. Alors qu’on devrait trouver une coquille pour un opercule, on constate que ce n’est le cas que pour le seul échantillon M20, les autres échantillons montrant une représentation écrasante des opercules aux dépens des coquilles (de 67 % à 100 % d’opercules). L’échantillon M100 montre une meilleure conservation des coquilles, mais cette estimation peut être en partie faussée, car seule la fraction supérieure à 2 mm du refus de tamis a pu être examinée. Ce graphique confrme ainsi la très forte dissolution des coquilles liée vraisemblablement à leur dépôt au sein de sédiments siliceux (sables de la Saône ou du Rhône). Elle a pour conséquence la surreprésentation des taxons aquatiques.

fig. 319 Observation de la dissolution des coquilles par l’examen des restes (coquilles et opercules) de Bithynia tentaculata (Linnaeus, 1758).

© S. Martin.

110Les rares individus terrestres que nous avons récoltés peuvent être considérés comme indicateurs du milieu local. Si certaines coquilles sont effectivement dissoutes, les autres ne présentent pas les traces caractéristiques d’éléments roulés : les apports en provenance de l’amont semblent limités. De plus, on sait que les assemblages malacologiques récoltés près des cours d’eau renseignent essentiellement et paradoxalement sur les conditions locales du milieu, comme l’ont montré Briggs et al. (1990).

111Malgré l’importante dissolution des coquilles, qui biaise largement l’image que l’on peut se faire à partir des mollusques de l’évolution du paléoenvironnement du site, nous proposons ci-dessous une caractérisation des milieux, basée sur l’examen des variations de composition des différents groupes écologiques terrestres [fig. 320], sur l’examen des proportions des espèces aquatiques les plus abondantes [fig. 321], ainsi que sur les tableaux de comptage par phase [tabl. lxxxii-lxxxv].

fig. 320 Évolution des assemblages malacologiques terrestres. Fréquence des différents groupes écologiques représentés par les gastéropodes terrestres, pour les échantillons présentant un nombre suffisant de restes.

© S. Martin.

fig. 321 Évolution des assemblages malacologiques aquatiques. Fréquence des espèces dulcicoles les plus abondantes.

© S. Martin.

8.3.3 Interprétation écologique par phase

8.3.3.1 Jusqu’au iie s. av. J.-C.

112Les cinq échantillons remontant à la période de la confluence du Rhône et de la Saône comportent très peu de malacofaune terrestre, alors que le cortège aquatique représente de 75 à 100 % des assemblages. Ces proportions mettent en évidence la prédominance du milieu aquatique [tabl. lxxxii].

tabl. lxxxii Restes de mollusques au sein des échantillons de la fin de l’âge du Fer (- aucun individu).

113Pour les deux échantillons M28 et M16, les taxons aquatiques sont réduits à seulement deux espèces, Bithynia tentaculata (surtout) et Valvata piscinalis. Ces deux espèces très communes indiquent des milieux aquatiques permanents d’eau stagnante ou légèrement courante, chargée en plantes aquatiques (Yacine-Kassab 1979 : 149, 155). Selon Jules Favre (1927 : 262), Bithynia tentaculata caractérise les fonds vaseux à tranche d’eau peu profonde, à forte composante en plantes aquatiques, ainsi que les bordures marécageuses de rivière. C’est une espèce à laquelle ne conviennent pas les eaux claires et très courantes. Enfin, Bithynia tentaculata se rencontre principalement à proximité de milieux ouverts caractérisés par des groupements végétaux de type prairies à renoncules (Yacine-Kassab 1979 : 153).

114M27 et M26 comportent fort peu de coquilles aquatiques comparativement aux autres échantillons. Ces coquilles indiquent elles aussi des milieux d’eau stagnante, éventuellement temporaires (présence discrète de Anisus leucostoma, Valvata cristata, Radix balthica). C’est également le cas de l’échantillon M25 qui comprend les mêmes espèces, mais avec des effectifs plus importants.

115Seuls M26 et M25 ont livré des taux significatifs d’individus terrestres. La présence discrète d’espèces à affinité forestière (Cochlodina laminata, Discus rotundatus, Vitrea contracta et Merdigera obscura) signale l’existence d’une couverture arborée. Cependant, les espèces dominantes sont bien indicatrices de prairies humides (Vallonia pulchella, Trochulus hispidus, Cochlicopa lubrica agg.) et de milieux palustres (Zonitoides nitidus, Carychium minimum).

116Les niveaux antérieurs au iie s. av. J.-C. correspondent à des milieux aquatiques d’eau stagnante ou peu courante. Pour ce qu’on en perçoit, la berge supporte une ripisylve très dégradée, significative d’un impact anthropique conséquent.

8.3.3.2 fin du iie s. et début du ier s. av J.-C.

117Pour la majorité des assemblages de la phase 1, la composition du cortège aquatique reste identique : Bithynia tentaculata domine. Elle est ici associée à un ensemble bien diversifié (surtout pour M21, M19, M17) d’espèces aquatiques de milieux permanents ou temporaires d’eau plutôt stagnante ou très faiblement courante (Valvata piscinalis surtout, et aussi Gyraulus crista, Valvata cristata, Radix balthica, Gyraulus albus et Galba truncatula). L’échantillon M21 correspond au maximum de développement de ces taxons aquatiques avec près de 34000 coquilles récoltées, tandis que les assemblages M24 et M18 sont particulièrement pauvres, comptant seulement deux et trois espèces et montrant ainsi l’extrême dissolution qu’ils ont subie [tabl. lxxxiii].

tabl. lxxxiii Restes de mollusques au sein des échantillons de la fin de La Tène finale (phase 1) (- aucun individu).

118Du point de vue écologique, seuls M20 et M22 se distinguent, puisqu’ils comportent une majorité de Valvata piscinalis. Cependant, étant donné que M22 est globalement très pauvre en mollusques, seul M20 peut être interprété. M20 montre des milieux aquatiques de meilleure qualité que les autres échantillons : Valvata piscinalis est plus exigeante quant à la qualité du milieu aquatique que Bithynia tentaculata, puisque selon Louis Germain (1931 : 670) elle habite « les eaux à courant peu rapide et les eaux stagnantes assez pures et limpides ». Cet échantillon correspond donc à des milieux aquatiques permanents d’eau calme.

119Le milieu terrestre de cette phase n’est perçu qu’à travers l’assemblage M21, les autres échantillons proposant un nombre d’individus terrestres trop faibles pour être significatif. Les espèces présentes sont indicatrices de formations prairiales humides (Vallonia pulchella, Succinella oblonga, Vertigo pygmæa et Trochulus hispidus), voire très humides (présence d’une espèce palustre Oxyloma elegans). Elles traduisent une berge à végétation très ouverte, qui se distingue de la phase précédente par le recul de la couverture arborée (les seules espèces sciaphiles sont Discus rotundatus et Vitrea contracta ; les Clausiliidæ sont absents).

120Les niveaux datés de la fin du iie s. av. J.-C. au début du ier s. av. J.-C. correspondent à des milieux aquatiques d’eau stagnante ou peu courante, chargée en plantes aquatiques. Ils se distinguent peu de la phase précédente. En revanche, la berge – quand elle est perçue – est couverte de formations herbeuses quasi-exclusives qui témoignent d’un recul de la strate arborée et de ce fait suggèrent une intensification de la pression humaine sur le milieu.

8.3.3.3 Milieu du ier s. ap. J.-C.

121Les cortèges aquatiques de la phase 3 sont assez bien diversifiés et abondants [tabl. lxxxiv]. Ils sont à nouveau dominés par Bithynia tentaculata associée à Valvata piscinalis, Radix balthica, Gyraulus albus et Gyraulus crista. Ils sont significatifs de milieux d’eau calme peu profonde chargée en plantes aquatiques, analogues aux échantillons précédents.

tabl. lxxxiv Restes de mollusques au sein des échantillons du début du iie s. (fin de la phase 3) (- aucun individu).

122Les quelques restes terrestres présents dans les échantillons M30, M29 et M32 indiquent l’existence probable d’une berge à prairie humide (Vallonia pulchella, Trochulus hispidus). On note les occurrences de taxons de broussailles (Monacha sp.) ou sciaphiles (Discus rotundatus, Ægopinella nitidula) qui impliquent la présence d’une couverture au moins arbustive. Malgré les faibles effectifs, l’éventualité d’une reprise de la ripisylve peut être proposée.

8.3.3.4 Milieu du iiie s.

123Pour la phase 6, les espèces aquatiques, lorsqu’elles sont suffisamment abondantes et bien conservées, indiquent systématiquement des milieux aquatiques permanents d’eau stagnante (forte présence de Bithynia tentaculata associée en moindres proportions à Valvata piscinalis) [tabl. lxxxv]. C’est le cas pour l’échantillon M100, tandis que M56 est plus difficilement interprétable : à l’exception des opercules de Bithynia tentaculata, il contient fort peu de restes. Les individus terrestres ne sont plus assez nombreux pour proposer une interprétation écologique valable : les quelques restes présents confirment la probabilité d’une berge à prairie humide assez dense (M100).

tabl. lxxxv Restes de mollusques au sein des échantillons du milieu du iiie s. (fin de la phase 6) (- aucun élément).

8.3.4 Conclusion

124À l’issue du diagnostic malacologique, nous pouvons conclure que les milieux aquatiques présents à Saint-Georges varient peu tout au long de la séquence : les malacofaunes aquatiques montrent principalement la présence de milieux permanents d’eau stagnante ou faiblement courante.

125Les milieux terrestres sont mal représentés, probablement du fait de la localisation des prélèvements dans les anciens milieux aquatiques, et, conséquemment, du fait de la dissolution des coquilles dans ce contexte sableux. Quand ils sont enregistrés, ils correspondent à une berge supportant un milieu probablement assez arboré avant le iie s. av. J.-C., qui s’ouvre à partir de la fin du iie s. av. J.-C. et au début du ier s. av. J.-C. pour donner lieu à des prairies humides, puis semble se refermer quelque peu au changement d’ère.

Notes

1 Informations trouvées sur le site internet de l’École nationale vétérinaire de Lyon (http://www2.vet-lyon.fr/etu/copro/sommaire/diagnostic_par_especes/chien/fiche_para/fcapillaria.htm).

2 Collection de Frédéric Magnin, équipe « Variabilité climatique et changements environnementaux » de l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (umr cnrs 7263, ird 237).

Table des illustrations

Légende tabl. lxxiii Inventaire des prélèvements palynologiques datés de La Tène finale (phase 1), coupe nord (X analysé ; / pauvre en pollen).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende fig. 308 Coupe nord. Emplacement des vingt˗sept prélèvements pour analyse pollinique, La Tène finale (phase 1). Les échantillons nos 58 à 64, manquants sur cette figure, ont été prélevés sur la coupe ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende tabl. lxxiv Pourcentage des pollens d’arbres au sein de quelques échantillons, La Tène finale (phase 1), coupe nord (AP « arborean pollen » : pollen d’arbres ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende tabl. lxxv Pourcentage des pollens d’herbacées au sein de quelques échantillons, La Tène finale (phase 1), coupe nord (NAP « non arboreal pollen » : pollen d’herbacées ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende fig. 309 Coupe nord et ouest. Diagramme pollinique, La Tène finale (phase 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende tabl. lxxvi Quantité et pourcentage des pollens d’arbres au sein de quelques échantillons, La Tène finale (phase 1), coupe ouest (ap « arborean pollen » : pollen d’arbres ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende tabl. lxxvii Quantité et pourcentage des pollens d’herbacées au sein de quelques échantillons, La Tène finale (phase 1), coupe ouest (nap « non arboreal pollen » : pollen d’herbacées ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende fig. 310 Diagramme des groupements de végétation de la coupe ouest˗est, La Tène finale (phase 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende tabl. lxxviii Analyse du coprolithe de canidé (ap « arborean pollen » : pollen d’arbres ; nap « non arboreal pollen » : pollen d’herbacées ; + présence non comptabilisée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende tabl. lxxix Inventaire des prélèvements étudiés (- aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende fig. 311 Détermination du volume minimal à trier pour les refus de tamisage des fractions 1 et 0,5 mm à partir de l’analyse de l’échantillon no 41 (Us. 1690) : a et c évolution de la diversité taxinomique en fonction du volume trié, par tranches de 25 ml ; b et d calcul de la moyenne répétée du nombre de restes des taxons les plus abondants, en fonction du volume trié.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende fig. 312 a Densité carpologique ; b proportion de carporestes carbonisés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende fig. 313 Fragmentation des restes carpologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende fig. 314 Diversité taxinomique dans les échantillons : a d’après les restes carbonisés ; b d’après les restes imbibés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende fig. 315 Principaux groupements écologiques et économiques représentés par les carporestes non carbonisés : a pourcentage du nombre de restes ; b nombre minimal de taxons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende fig. 316 Principaux groupements écologiques et économiques représentés par les carporestes carbonisés : a pourcentage du nombre de restes ; b nombre minimal de taxons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende tabl. lxxx Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende tabl. lxxx (suite) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende tabl. lxxx (suite) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende tabl. lxxx (suite) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende tabl. lxxx (suite) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende tabl. lxxx (suite et fin) Restes carpologiques carbonisés (NR nombre de restes ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende tabl. lxxxi Restes carpologiques imbibés (nr nombre de restes ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende tabl. lxxxi (suite et fin) Restes carpologiques imbibés (nr nombre de restes ; - aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende fig. 317 Évolution de la diversité taxinomique des groupements écologiques et économiques exprimée en pourcentage du nombre total de taxons représenté par le matériel imbibé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende fig. 318 a Abondance des individus terrestres ; b abondance des individus aquatiques ; c fréquence des individus terrestres et aquatiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende fig. 319 Observation de la dissolution des coquilles par l’examen des restes (coquilles et opercules) de Bithynia tentaculata (Linnaeus, 1758).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende fig. 320 Évolution des assemblages malacologiques terrestres. Fréquence des différents groupes écologiques représentés par les gastéropodes terrestres, pour les échantillons présentant un nombre suffisant de restes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende fig. 321 Évolution des assemblages malacologiques aquatiques. Fréquence des espèces dulcicoles les plus abondantes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende tabl. lxxxii Restes de mollusques au sein des échantillons de la fin de l’âge du Fer (- aucun individu).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende tabl. lxxxiii Restes de mollusques au sein des échantillons de la fin de La Tène finale (phase 1) (- aucun individu).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende tabl. lxxxiv Restes de mollusques au sein des échantillons du début du iie s. (fin de la phase 3) (- aucun individu).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende tabl. lxxxv Restes de mollusques au sein des échantillons du milieu du iiie s. (fin de la phase 6) (- aucun élément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20327/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteurs

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search