Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Chapitre 6. Techniques‚ matériaux et sculptures

François Bérard, Maria-Pia Darblade-Audoin, Djamila Fellague et Hugues Savay-Guerraz

Résumé

Les blocs de grand appareil retrouvés au Parc Saint-Georges constituent des ensembles provenant de différents monuments lyonnais. Ils se distinguent par la grande diversité de nature de leurs matériaux (calcaires régionaux et marbres colorés de provenance lointaine). La présence du marbre de Campan dans un contexte du ive s. complète la carte de diffusion de cette roche issue des carrières pyrénéennes. La collection de blocs d’architecture enrichit considérablement la connaissance de la parure monumentale de la ville antique, en particulier pour la période julio-claudienne, et met en évidence la vitalité de l’architecture publique de pierre dans les premières décennies de l’Empire à Lyon. Au sein de cet ensemble unique, on distingue particulièrement neuf blocs inscrits appartenant à la frise clavée d’un édifice aux dimensions très développées entouré d’un portique. Par ailleurs, quelques éléments renvoient à des édifices privés. Parallèlement à ces découvertes architecturales, la collection lyonnaise des Antiques est enrichie de statues de tout premier ordre touchant aux domaines du culte, du prestige et du genre, dont il est à ce jour impossible de préciser la provenance originelle.

Texte intégral

6.1 Les blocs d’architecture

Djamila Fellague et François Bérard

6.1.1 Présentation générale

1Si des blocs de grand appareil ont été signalés au xixe s. dans le quartier Saint-Georges (Fellague 2007 : 116-119), la mise au jour de près de deux cents éléments d’architecture dans la fouille de la place Benoît-Crépu n’en demeure pas moins exceptionnelle. Il s’agit de la plus grande découverte à Lyon de blocs d’architecture dissociés de leur édifice d’origine. Elle enrichit considérablement notre connaissance de la parure monumentale dela ville, en particulier pour la période julio-claudienne, montrant ainsi la vitalité de l’architecture publique de pierre dans les premières décennies de l’Empire.

  • 1 Sur l’allure des enceintes tardives des Trois Gaules, voir Jean Hiernard (2003).

2Les blocs d’architecture étaient en position secondaire. On compte douze contextes stratigraphiques différents, dont trois principaux. Au nord (secteurs 23 à 24), plus d’une centaine de pièces enchevêtrées provenaient en majorité de l’effondrement d’un mur maçonné, de 2m de large, parallèle à la Saône. Construit vraisemblablement dans l’Antiquité tardive, il possédait au moins une première assise d’élévation en blocs de grand appareil récupérés sur des monuments romains. Sa destruction intervient aux environs de l’an Mil, au xe ou au xie s., lors d’un effondrement probablement provoqué par une puissante crue. S’agit-il d’un mur de quai ou du mur de l’enceinte urbaine tardive, comme pourrait le laisser supposer le mode de construction1 ? On ne saurait trancher, mais il est prudent d’envisager un mur édifié pour stabiliser la berge (Ayala 2007 : 167).

3Dans le secteur central (secteurs 9 à 20), en particulier sur la partie ouest du chantier, les blocs étaient plus distants les uns des autres. Une vingtaine de blocs se trouve à l’emplacement où était la rive droite de la Saône de la seconde moitié du iiie s. Une trentaine de pièces prenait place sur la berge de la Saône du milieu du ive s. Pour les archéologues qui ont fouillé, il n’est pas imprudent de suggérer que les blocs contenus dans la berge du ive s. pourraient procéder du démontage d’un quai.

4La plupart des pièces sont conservées au parc archéologique de Fourvière, sur l’esplanade de l’Odéon, tandis que des blocs de frise inscrits ont été placés à l’abri dans les réserves du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière. Ce n’est pas ici le lieu de présenter en détail les deux cents blocs d’architecture dont les pièces les plus significatives ont été décrites et analysées dans une thèse de doctorat (Fellague 2007 : 116-168). Nous nous attarderons sur une trentaine de pièces qui proviennent de l’ensemble le plus fourni.

  • 2 Pour le détail de l’origine des matériaux de construction, cf. infra, § 6.2.

5Afin de constituer des ensembles de blocs appartenant au même monument, nous avons regroupé les pièces par type (bases, fûts, chapiteaux, architrave, claveaux, frises, corniches, simples blocs parallélépipédiques, divers) tout en distinguant la nature des matériaux. Ces derniers offrent une grande diversité2 : calcaire de Seyssel, abondamment utilisé, pierre du Midi, calcaire oolithique, grès, choin, calcaire à gryphées, autres calcaires durs, marbre blanc et divers marbres de couleur. Les critères utilisés pour distinguer les ensembles sont l’identité de style (moulurations semblables) ; l’identité de matériau ; l’identité technique, c’est-à-dire l’identité de travail (taille, mode de scellement) ; les dimensions ; et la chronologie, pour les pièces qui ont pu être datées.

  • 3 Il est possible que plusieurs ensembles de blocs appartiennent au même monument, mais aucun indice (...)
  • 4 Il n’est pas toujours aisé de savoir si un bloc errant appartient à un monument public ou privé. Le (...)

6Nous avons reconnu une quarantaine d’ensembles de blocs3, dont une vingtaine au moins est susceptible de provenir de monuments publics et peut-être une dizaine d’édifices privés4.

7On compte parmi eux trois bases, trente-sept fûts de colonnes et de pilastres, cinq chapiteaux, un bloc d’architrave, deux claveaux, neuf blocs d’une frise, treize blocs de corniches, deux blocs taillés en sifflet, deux consoles, trois piédroits de portes, un probable appui de fenêtre, un linteau de niche, un bloc de caniveau, des dalles, et des blocs de couronnement. Les pièces les plus nombreuses sont les simples blocs parallélépipédiques, ce qui se conçoit aisément dans le contexte de remploi du mur nord, puisque ce sont les blocs les plus faciles à réutiliser.

  • 5 Nous l’avions signalé à Maria-Pia Darblade-Audoin qui l’a intégré au Nouvel Espérandieu de Lyon (NE (...)

8Quelques blocs qui n’ont en soit rien d’exceptionnel sont néanmoins importants car peu représentés parmi le matériel architectural gallo-romain de Lyon. Ainsi, on connaît peu de chapiteaux toscans et les dépôts archéologiques de Lyon ne conservaient jusqu’à maintenant aucun claveau, piédroit de porte ou appui de fenêtre. D’autres blocs sont assez rares, comme des fûts de demi-colonnes à facettes (Fellague 2007 : 130, 591, St.-G. 28-29) dont le sommet est qui plus est solidaire du tiers inférieur de la première couronne de feuilles d’acanthe de chapiteaux corinthiens ; un chapiteau de colonnette avec trois astragales successifs sous un abaque (Fellague 2007 : 134, St.-G. 45) ; une console dont deux faces étaient ornées de protomés de taureau (Fellague 2007 : 138, St.-G.52)5. Soulignons enfin le caractère en apparence exceptionnel d’une architrave à quatre fasces, dont le parallèle publié le mieux connu, quoique fort éloigné, est une pièce du temple d’Apollon in Circo à Rome (Fellague 2007 : 135-136 et 631-632, St.-G. 48).

9Sur les blocs remployés dans le mur nord aussi bien que sur les autres pièces, les traces de remploi ne sont pas rares : faces abattues, cavités creusées pour un second usage, fûts de colonnes dont le sens a été inversé, trou de louve cruciforme. Il est possible que certains blocs du mur nord aient été remployés plusieurs fois.

6.1.2 Les membra disjecta d’un sanctuaire

10Parmi la quarantaine d’ensembles identifiés, un retient particulièrement l’attention. Il comporte une trentaine de blocs en calcaire de Seyssel, de dimensions importantes et d’une grande qualité de taille. On dispose principalement des parties hautes de constructions : neuf blocs d’une même frise, douze blocs de corniches similaires, dont deux pièces d’angle, et deux blocs taillés en sifflet provenant du tympan d’un fronton. D’autres pièces sont attribuées au même ensemble, avec un degré moins important de certitude. Ce sont cinq blocs parallélépipédiques, dont il est plus difficile de préciser l’emplacement.

11Tous ces blocs ont été trouvés assez dispersés dans la zone centrale de la fouille, entre le secteur 10 et le secteur 20, dans plusieurs contextes stratigraphiques. Parmi les pièces qui appartiennent assurément au même ensemble, une partie est en relation avec la rive de la Saône de la seconde moitié du iiie s. (phase 7) (blocs de frise B128, B133, B140, B142, B144, bloc en sifflet B141). D’autres blocs, parmi les mieux conservés, sont en relation avec la berge de la rivière du milieu du ive s. (phase 8) (frises : B3, B7, B8 ; corniches : B1, B2, B4, B5, B14, B149-B151 ; bloc en sifflet B9). Un bloc, enfin, est en lien avec des drains de la fin du ive s. ou du début du ve s. (phase 9) (frise B12).

12Au fil de ces chapitres, les notices de chaque bloc ou de chaque ensemble de blocs sont systématiquement construites comme suit :

13B [pour « Bloc », suivi du no de cat.]• Identificiation du (des) bloc(s) [référence à lillustration].
Numéro(s) de secteur(s) de découverte / numéro(s) d’Us. / dimensions.
/ Lieu de conservation / état de conservation. Description.

14Abréviations utilisées pour ce catalogue :
ca : circa
cons. : conservé (l’abréviation « cons. » placée après une mesure signifie que la dimension conservée ne correspond pas à la dimension originelle)
h. : hauteur
inv. : inventaire
L. : longueur
l. : largeur
mgr : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière prof. : profondeur
psg : Parc Saint-Georges
Us. : unité stratigraphique

6.1.2.1 Les blocs de frise inscrits

Description générale

15B3, B7, B8, B12, B128, B133, B140, B142, B144 • Blocs de frise inscrits.
9 à 18 / Us. 1419, 1447, 1461, 1672, 1693, 1709-1710 / L. : 86,7 à 92,5 cm (B8, B12, B133) ; L. : 174,5 à 197,3 cm (B3, B7) ; h. : ca 50,6 à 53,5 cm ; prof. : 54,1 à 57,5 cm.
/ Réserves du mgr / quatre blocs sont presque complets (B3, B7, B8, B12) ; les autres sont plus dégradés, une face latérale manque souvent. Traces de remploi sur la face latérale gauche de B140.

16Neuf blocs inscrits présentant les mêmes caractéristiques (dimensions, forme et taille des blocs, mise en page des lettres) appartiennent à une seule frise. Les faces sont dressées au marteau taillant et au ciseau droit.

17L’inscription gravée sur la face antérieure n’est pas centrée dans la hauteur. En effet, l’espace entre le lit de pose et l’inscription (15 à 15,5 cm ; B140 : 17 cm ; B133 : 18 cm) est deux fois plus important que la distance entre le sommet de l’inscription et le lit d’attente des blocs (7-8 cm). La hauteur des lettres est d’environ 28 cm : elle varie entre 27,5 cm et 28,3 cm.

  • 6 Un prélèvement de peinture rouge à la base de la lettre V du bloc B7 a été réalisé par Emmanuelle B (...)

18La gravure est très soignée et les lettres rondes, très larges, sont quasiment circulaires. Les lettres sont le plus souvent partagées entre deux blocs (ainsi O entre B7 et B12, I entre B12 et B3 ; voir aussi B8 et B128), ce qui montre, sans surprise, que l’inscription a été gravée après la mise en place de la frise. Dans quelques cas, le début d’un bloc coïncide avec le début d’une lettre (B133). Les mots étaient séparés par des points triangulaires curvilignes pointés vers le bas dont il reste trois exemplaires (B3, B7 et B140, dans la cassure). Des traces de la peinture rouge qui rehaussait les lettres sont encore perceptibles au creux de certaines d’entre elles6.

19Le lit de pose de quatre blocs (B7, B12, B133, B144) comporte un trou de pince coudé en bordure de l’arête de gauche. Il en était certainement de même pour le lit de pose de B128, mais le fait que la face latérale gauche manque ne permet pas de le vérifier. Un seul bloc (B140) comporte un trou de pince en bordure de l’arête de droite. Deux blocs (B3, B8) ont la particularité de comporter des petites protubérances carrées vers les faces de joint, en saillie de quelques millimètres (0,8 cm pour B3 ; 1 à 1,4 cm pour B8). En plus d’un trou de pince, B144 présente une protubérance, dans un seul des deux angles conservés, en saillie d’à peine 1 ou 2 millimètres.

20Les faces latérales convergent tantôt vers le lit de pose (80-84° : B3, B7, B8, B128, B144), tantôt vers le lit d’attente (98-102 : B12, B133, B140). On se trouve donc en présence d’une frise clavée. Les blocs dont les faces latérales convergent vers le lit de pose correspondaient en quelque sorte à des clefs, tandis que les blocs intermédiaires, qui les maintenaient, jouaient le rôle de contre-clefs. Certaines faces latérales présentent un traitement particulier. Elles sont travaillées au ciseau, à l’exception d’une bande centrale d’à peu près 7 cm de large, traitée au marteau taillant (B3, B7, B133 et faces latérales droites de B8 et B128).

21La face postérieure est lisse (B3, B7, B12) ou comporte une bande en saillie en bordure de l’arête supérieure (B8, B128, B144).

22Dans tous les cas où le lit d’attente est entièrement conservé, un trou de louve est présent. On constate par ailleurs l’existence de trous d’agrafes sur au moins six blocs (B3, B7, B8, B12, B133, B142), en bordure des arêtes latérales.

Description de chaque bloc

23B3 • Bloc de frise clavée portant six lettres gravées dont deux incomplètes [fig. 265].
11 / Us. 1419 / L. : 174,5 cm ; h. : 50,9 cm ; prof. : 57,4 cm.
/ Réserves du mgr / partie du lit de pose cassée en bordure de l’arête de gauche.
Inscription gravée à environ 15-16 cm du lit de pose et à environ 7,5 à 8 cm du lit d’attente. Le creux des lettres comporte des traces de minium. On distingue le sommet d’un I suivi de trois lettres complètes (CVM). Un petit triangle sert de séparation avec le mot suivant, qui commence par un C suivi d’un V, dont il ne reste que le sommet d’une branche :
[---]/ICVM · CV/[---]
Le lit de pose présente deux petites protubérances carrées (ca 7,5 x 8 cm ; saillie : 0,8 cm), près de l’arête droite. Il y avait probablement ces mêmes protubérances près de l’arête gauche, mais on ne peut le vérifier car cette partie est manquante.
Les faces latérales sont convergentes vers le lit de pose et elles sont travaillées au ciseau, à l’exception d’une bande centrale en léger démaigrissement d’une largeur de 5 à 7 cm, traitée au marteau taillant (taille en chevrons).
Face postérieure : non visible, mais semble lisse au toucher.
Au lit d’attente : trou de louve (3,4 x 11 cm ; prof. : ca 11 cm) ; trou de pince à environ 5 cm de la précédente cavité (4 x 4,5 cm ; prof. : ca 6,5 cm) ; empreinte du joint au-dessus, à 6 cm à droite du trou de pince ; deux cavités pour des agrafes en bordure des arêtes latérales (à g. : ca 16,5 x 4 cm ; à dr. ca 13,7 x 5,5 cm).

fig. 265 Bloc de frise B3 : à gauche face antérieure ; à droite face latérale droite et lit de pose.

© D. Fellague.

24B7 • Bloc de frise clavée portant sept lettres gravées dont deux incomplètes [fig. 266].
14 / Us.1419 / L. : 197,3cm ; h. : de 51 cm à g. à 50cm à dr. ; prof. : 57,1 cm.
/ Réserves du mgr / assez bon état de conservation.
Fragment d’inscription sur la face antérieure. Les lettres sont gravées à environ 14,8 à 15 cm du lit de pose et à environ 7,8 à 8 cm du lit d’attente. On distingue la fin d’un M suivi des lettres P L V M et d’un point triangulaire qui marque la séparation avec le mot suivant. Celui-là commence par un P et un O dont il ne reste que la moitié :
[---]/MPLVM · PO/[---]
Au lit de pose, non observé complètement, nous avons distingué une partie d’un trou de pince coudé, en bordure de l’arête de gauche (ca 5 x 18 cm ; h. à l’ouverture : 7 cm).
Les faces latérales convergent vers le lit de pose : elles forment un angle d’environ 82° avec le lit d’attente. Elles sont travaillées au ciseau, à l’exception d’une bande centrale en léger démaigrissement, d’une largeur de 4,5 à 7 cm, travaillée au marteau taillant (taille en chevrons). Cette bande se situe dans le même axe que le trou de pince du lit de pose et que les trous d’agrafe du lit d’attente.
Face postérieure lisse.
Au lit d’attente : trou de louve au centre (2,7 x 7,6 cm ; prof. : 5,9 cm) ; cavités pour des agrafes aux deux extrémités (à g. : ca 17 x 3,5 cm ; prof. : 3,2 et 6,3 cm ; à dr. : ca 15,7 x 5 cm ; prof. : ca 2,6 et 7,2 cm) et probables trous de pince, au nombre de deux (3,7 x 5,5 cm ; prof. : 4,4 cm ; et 4 x 5,1 cm ; prof. : 5,3 cm).

fig. 266 Bloc de frise B7, face antérieure.

© MGR Lyon˗Fourvière / photo J.˗M. Degueule.

25B8 • Bloc de frise clavée portant quatre lettres gravées dont deux incomplètes [fig. 267].
13-14 / Us. 1419 / L. : 92,5 cm ; h. : de 50,6 à g. à 51,6 cm à dr. ; prof. : 57,5 cm.
/ Réserves du mgr / bon état de conservation.
Sur la face antérieure, des lettres sont gravées à 15-15,5 cm du lit de pose et à 7-7,5 cm du lit d’attente. On reconnaît la moitié d’un S, un I, un C et l’angle supérieur gauche d’une haste verticale qui peut correspondre à un E ou à un R plutôt qu’à un I. Il semble en effet que la barre horizontale supérieure de la lettre soit trop longue à droite et au contraire trop courte à gauche pour l’empattement d’un I [fig. 267 : d ; à comparer avec la fig. 267 : c] :
[---]/SIC+/[---]
Le lit de pose [fig. 267 : a], qui est travaillé au marteau taillant, présente une protubérance carrée dans chaque angle (côté : 5,5 à 7 cm ; saillie de 1 à 1,4 cm).
Les faces latérales convergent vers le lit de pose : elles font un angle de 80° avec le lit d’attente. La face latérale droite est travaillée au ciseau, à l’exception d’une bande centrale de 7 cm de large, dressée au marteau taillant. La face latérale gauche est uniformément traitée au ciseau.
Sur la face postérieure, une bande est en saillie au sommet (l. : 9,5 à 12,5 cm ; saillie de 1,6 cm), tandis qu’une bande est en démaigrissement vers l’arête de gauche (l. : ca 4,5 à 6,3 cm ; retrait de 1,2 à 1,6 cm).
Au lit d’attente : trou de louve (2,8 x 7,5 cm ; prof. : 7,2 cm) ; cavités pour des agrafes en bordure des faces latérales (à g. : 13 x 4,5 cm ; prof. : 8 cm ; à dr. : 11 x 4,5 cm ; prof. : 7 cm).

fig. 267 Bloc de frise B8 : a face antérieure et lit de pose ; b face latérale droite et lit de pose ; c détail du I entre le S et le C ; d détail de la dernière lettre.

© D. Fellague.

26B12 • Bloc de frise clavée portant quatre lettres gravées dont deux incomplètes [fig. 268].
18 / Us. 1447 / L. : 90,1 cm ; h. : 51,5 à 52 cm ; prof. : 56,1 cm. / Réserves du mgr / assez bon état de conservation ; face latérale gauche manque.
Sur la face antérieure sont gravés la moitié d’un O, un R, un T et l’extrémité inférieure d’un I :
[---]/ORTI/[---]
Le lit de pose comporte un trou de pince coudé en bordure de l’arête de gauche (9,6 cons. x 4 cm ; prof. : 7,6 et 10,5 cm).
La face latérale droite converge vers le lit d’attente en formant un angle d’environ 97-98°.
Face postérieure lisse.
Au lit d’attente : présence de cavités pour des agrafes en bordure des arêtes latérales (à g. : vestige de la cavité terminale : 3 x 5 cm ; à dr. : L. : ca 15 cm ; cavité terminale : 4,5 x 5 cm) ; trou de louve (ca 8,5 x 3,5 cm ; prof. : plus de 3 cm).

fig. 268 Bloc de frise B12, face antérieure.

© D. Fellague.

27B128 • Bloc de frise clavée portant trois lettres gravées dont deux incomplètes [fig. 269].
10 / Us. 1672 / L. : 81,6 cm cons. ; h. : 52,7 cm ; prof. : 56,1 cm.
/ Réserves du mgr / face latérale gauche manque ; quelques cassures.
Sur la face antérieure, trois lettres sont gravées à 16 cm du lit de pose et à 7,5 cm du lit d’attente : la moitié d’un O, un M et le haut d’un N :
[---]OMN/[---]
Lit de pose : absence de trou de pince à droite ; il faut probablement restituer un trou de pince en bordure de la face latérale gauche manquante.
La face latérale droite décrit un angle de 77° avec le lit d’attente. On a donc un bloc dont les faces latérales convergeaient vers le lit de pose. La face latérale droite est travaillée au ciseau, à l’exception d’une bande centrale (l. : 6,5 cm), dressée au marteau taillant.
Face postérieure : bande en saillie au sommet (l. de 11 à 19,5 cm ; saillie : 1,3 cm) et bande en léger démaigrissement en bordure de l’arête droite (l. : 3,2 cm ; retrait de 1,9 cm).
Lit d’attente lisse. Si le bloc a comporté un trou de louve, il mesurait alors au moins 170 cm de long.

fig. 269 Bloc de frise B128, face antérieure.

© D. Fellague.

28B133 • Bloc de frise clavée portant deux lettres gravées [fig. 270].
9 / Us. 1693 / L. : 86,7 cm ; h. : ca 53,5 cm ; prof. : 54,6 cm.
/ Réserves du mgr / cassures principalement sur la face latérale droite, dont une partie est néanmoins conservée. Face antérieure : deux lettres sont gravées à 18 cm du lit de pose et 7,5 cm du lit d’attente : un N suivi d’un T :
[---]/NT/[---]
Lit de pose : trou de pince coudé (16 x 5 cm ; prof. : 7,3 et 12,6 cm) en bordure de l’arête gauche.
Faces latérales : bande centrale travaillée au taillant (l. 12 cm sur la face latérale gauche) tandis que le reste est traité au ciseau. Les faces latérales convergent vers le lit d’attente. Elles forment un angle de 84° avec le lit de pose.
Face postérieure non visible.
Au lit d’attente : trou de louve (6,8 x 3 cm ; prof. : 9,3 cm) ; deux trous d’agrafes, en bordure des arêtes communes avec les faces latérales (21,4 x 3,5 cm ; prof. : 6,3 et 11,9 cm / 15,5 x 3 cm ; prof. : 4,5 et 7,2 cm) et deux petites cavités (1 x 2 cm ; prof. : 2,4 cm / 3,7 x 4,5 cm ; prof. : 6,8 cm), probables trous de pince. Un trait incisé, avec une légère différence de niveau de part et d’autre, marque l’emplacement du joint entre les blocs qui se plaçaient au-dessus.

fig. 270 Bloc de frise B133, face antérieure.

© D. Fellague.

29B140 • Bloc de frise clavée sur lequel subsiste une lettre gravée [fig. 271].
13 / Us. 1709-1710 / L. : ca 108 cm cons. ;
h. : de 52,7 cm à g. à 53,3 cm à dr. ; prof. : 54,1 cm.
/ Réserves du mgr / face antérieure dégradée ; tous les angles manquent ; signes de remploi sur la face latérale gauche ; seule une petite partie de la face latérale droite est conservée.
Sur la face antérieure, un M est gravé à 17 cm du lit de pose et à 7,5 cm du lit d’attente. La lettre est précédée d’un vacat de 20 cm en moyenne (23 cm en bas et 16 cm en haut) et elle est suivie d’un point triangulaire. On a donc affaire soit à la fin d’un mot soit à une lettre isolée en raison du vacat :
[---]M · /[---]
Lit de pose : présence d’un trou de pince coudé (9,5 cm cons. x 5,8 cm ; prof. : 7,7 cm et 13 cm) en bordure de l’arête droite.
La face latérale droite décrit un angle de 102° avec le lit d’attente. Les faces latérales devaient donc être convergentes vers le lit d’attente. La face latérale gauche est curviligne et comporte une bande centrale en creux. Ce curieux dispositif suggère sans aucun doute que le bloc a été remployé.
Au lit d’attente : peut-être les vestiges de la cavité terminale d’un trou d’agrafe à droite ; un trou de louve semble ébauché (8,2 x 2,2 cm). Nous ne savons pas s’il y avait un autre trou de louve à gauche de la partie conservée, ce qui impliquerait une longueur minimale de 200 cm, ou s’il faut restituer, sur la base de ce trou de louve ébauché, un bloc d’environ 110 cm de long. Sur le lit d’attente, il existe à gauche un ressaut de quelques millimètres, qui est peut-être la trace du joint du bloc du dessus.

fig. 271 Bloc de frise B140 : en haut face antérieure ; en bas face latérale gauche.

© D. Fellague.

30B142 • Bloc de frise portant trois lettres gravées [fig. 272].
13 / Us. 1709-1710 / L. : ca 100 cm cons. ;
h. : 52,4 cm ; prof. : 55,8 cm.
/ Réserves du mgr / les faces latérales manquent.
Trois lettres gravées sur la face antérieure, à 16,5 cm du lit de pose et à 7,7 cm du lit d’attente. Entre un V et un L une haste verticale peut appartenir à un T (qui conviendrait mieux à l’espace important séparant la haste du L) ou plutôt à un I (un peu éloigné du L, mais qui offrirait de plus nombreuses possibilités de restitution) :
[---]V+L[---]
Face postérieure non observée.
Au lit d’attente, mortaise pour une agrafe (6 cm cons. x 4,5 cm ; prof. : 6,7 cm et 9,2 cm) en bordure de l’arête droite ; trou de louve (4 x 10,5 cm ; prof. : 15,1 cm), à environ 72,5 cm de cette arête. On peut ainsi évaluer la longueur du bloc à 150 cm et supposer qu’il manque deux lettres avant le V. La longueur du bloc étant importante, on a probablement affaire à une clef.

fig. 272 Bloc de frise B142, face antérieure.

© D. Fellague.

31B144 • Bloc de frise clavée portant deux lettres [fig. 273].
13 / Us. 1709-1710 / L. : 64,5 cm cons. ;
h. : 53 cm (sans le tenon) ; prof. : 56,5 cm.
/ Réserves du mgr / face latérale droite manque ; cassures importantes sur le lit d’attente.
Sur la face antérieure, les lettres ER sont gravées à 16 cm du lit de pose et à environ 8,5 cm du lit d’attente : [---]/ER[---]
Lit de pose : trou de pince coudé (14,1 x 5 cm ; prof. : 7,4 et 9,8 cm) en bordure de l’arête gauche. Deux traits incisés ont servi de repère pour creuser cette cavité : ces traits subsistent après le trou de pince sur 10 cm de long. Petite protubérance carrée (4-5 cm de côté) en saillie d’à peine 0,1 cm, en bordure de l’arête antérieure, à 10,4 cm de l’arête gauche.
La face latérale gauche fait un angle de 100° avec le lit de pose. La face latérale droite, qui n’est pas conservée, décrivait certainement un même angle avec le lit de pose. Les faces latérales devaient donc être convergentes vers le lit de pose.
Face postérieure : présence d’une bande en saillie (l. : ca 9 cm). Au lit d’attente : vestiges de la cavité terminale d’un trou d’agrafe (?) à environ 16 cm de l’arête gauche ; vestiges d’un trou de pince (3,2 cm cons. x 3 cm ; prof. : 6 cm), à 48,5 cm de la face latérale gauche et à 12,5 cm de l’arête antérieure. À 1,5 cm de ce trou de pince, il existe une incision, sur une profondeur de 29 cm, qui correspond à l’empreinte d’un joint.

fig. 273 Bloc de frise B144, face antérieure.

© D. Fellague.

Disposition des blocs

32Grâce à l’inscription, il ne fait aucun doute que trois des blocs de frise clavée conservés étaient jointifs [fig. 274] : les blocs B7, B12 et B3 forment l’inscription [---TE]MPLVM · PORTICVM · CV[M---]. Dans cette séquence, deux grands blocs (L. : 174-197 cm) alternent avec un bloc de longueur plus modeste (L. : 90 cm). Les grands blocs, qui présentent des faces latérales convergentes vers le lit de pose, devaient servir de clefs et le petit, dont les faces latérales convergent vers le lit d’attente, de contre-clef. Ce schéma se vérifie pour le petit bloc B133. Toutefois, le bloc B8 (SIC+), qui fonctionnait comme une clef, prouve par ses petites dimensions que l’alternance de grands et de petits blocs devait présenter une irrégularité au moins à un endroit. Ceci ne surprend guère. Dans les exemples de frise clavée que nous avons recueillis, la disposition des blocs est rarement uniformément régulière.

fig. 274 Proposition de restitution des blocs de la frise.

© F. Bérard.

33Les longueurs des quatre autres blocs sont très incomplètes, ce qui n’empêche pas de répartir ces pièces en clefs (B128, B144, sans doute B142) et contre-clefs (B140). L’analyse des lits d’attente permet de supposer qu’au moins deux blocs pouvaient être de grandes dimensions : B142, qui présente juste avant la cassure gauche un trou de louve qui devait être en position centrale, et sans doute aussi B128, où l’on peut supposer au contraire que le trou de louve central a disparu avec toute la moitié gauche du bloc. On peut ainsi évaluer la longueur de B142 à 150 cm et restituer une longueur minimale de 170 cm pour B128. Quant à la contre-clef B140, on peut hésiter entre une longueur d’environ 110 cm ou de près de 200 cm.

  • 7 Voir par exemple l’illustration dans l’ouvrage de Pierre Gros (1976 : pl. II. 2).
  • 8 Le même dispositif de contre-clefs est employé pour la frise du Capitole de Brescia (Schörner 1995  (...)

34L’intérêt d’une frise clavée est de décharger l’architrave. Pour remplir ce rôle, il fallait que les clefs de la frise fussent légèrement surélevées par rapport aux contre-clefs. Ainsi au temple de Bel à Palmyre, les blocs de la frise clavée placés au-dessus des entrecolonnements étaient suspendus à 5 cm au-dessus de l’architrave (Seyrig et al. 1968-1975 : 20). Pour le temple des Dioscures de Rome, un dessin de Gustave Giovannoni montre que les clefs étaient également surélevées de quelques millimètres par rapport aux contre-clefs7. À la Maison Carrée de Nîmes, il est aujourd’hui difficile d’observer cet écart, qui existait néanmoins (Amy, Gros 1979 : 55). Un bloc de contre-clef de frise clavée conservé au Musée gallo-romain de Périgueux présente une zone en ressaut sur la partie centrale de son lit de pose. Dans ce cas, seule la partie centrale des contre-clefs reposait sur l’architrave8.

35Un des moyens pour surélever les clefs de la frise consiste à donner une hauteur plus grande aux contre-clefs. Ceci se vérifie sur la portion de frise constituée des blocs B7, B12 et B3 : la contre-clef B12 (h. : 51,5 à 52 cm) est de 1 à 1,5 cm plus haute que les clefs B7 (h. : 50-51 cm) et B3 (h. : 50,9 cm).

  • 9 Le dispositif le plus proche est peut-être celui qui a été mis en évidence à Mérida sur le « temple (...)

36La présence de tenons sur le lit de pose de certaines clefs (B3, B8), devait permettre d’éviter que la face inférieure de ces blocs ne repose sur le lit d’attente des architraves. Il s’agit donc probablement d’un dispositif de précaution visant à assurer que les charges s’exercent sur les contre-clefs contiguës et ainsi empêcher le glissement des clefs. Nous manquons de comparaisons pour ce dispositif sur des frises clavées. Cela tient en partie au fait qu’il est difficile de mettre en évidence un tel système sur des entablements en place9.

37L’existence de protubérances ou de trous de pince sur le lit de pose des clefs suggère que les blocs ont été agencés de deux manières. Les clefs dotées de protubérances (B3, B8) ont été installées après que les deux contre-clefs aient été en place, tandis que chaque clef à trous de pince (B7, B128 ?) a logiquement été placée à la suite d’une contre-clef, avant la seconde contre-clef qui devait la jouxter. Le bloc B144, qui présente à la fois un trou de pince et une protubérance près d’un angle, peut paraître énigmatique, mais la protubérance est si peu saillante qu’elle n’a pas dû servir.

  • 10 On rapprochera cette observation de la remarque faite sur les clefs de la frise du temple de Bel à (...)
  • 11 Il en est de même pour les blocs de frise du temple de Bel à Palmyre (Seyrig et al. 1968 : 21), du (...)

38La taille particulière observée sur les faces latérales des clefs (deux bandeaux d’anathyrose très larges séparés par une petite bande verticale dressée au marteau taillant, sur B3, B7, B8) correspond sans doute à une volonté d’obtenir une plus grande surface d’adhérence10. Le clavage des blocs de frise n’empêche pas que ceux-ci étaient aussi agrafés11.

39Sur les monuments qui emploient une frise clavée, les blocs qui servent de contre-clefs sont en général disposés à l’aplomb des colonnes. En s’inspirant de ce schéma, il est possible de restituer un entraxe d’environ 275 cm.

Restitution du texte

40La restitution de l’inscription repose à la fois sur le texte conservé et sur la forme des blocs, puisqu’on ne peut pas avoir à la suite deux blocs appartenant à la même catégorie (clefs ou contre-clefs).

  • 12 Par exemple : aedem et port (icum) (ILLRP, 658 = ILS, 6248 [Préneste]) ; aed (em), port (icum), col (...)

41La restitution doit partir des trois blocs jointifs, les deux clefs B7 et B3 encadrant la contre-clef B12, qui mis bout à bout donnent le texte [--- te]mplum porticum cu[---]. Le monument auquel ces blocs appartenaient était donc un temple accompagné d’un portique, association logique dont il existe de nombreux exemples épigraphiques, tant avec templum qu’avec aedes12.

  • 13 Voir : aedem, signa IIII, port (icum) cum marceriis et culina (m) (cil, V, 781 = 8230 = IAquil, 236 (...)
  • 14 Voir : porticus cum cubiculis (AE, 1976, 561 = idr, III, 2, 11 [Sarmizégéthuse]) ; porticum cum aed (...)

42Pour les deux dernières lettres conservées (CV), les parallèles existants offrent deux types de restitution possible. On peut envisager un troisième substantif, sur le même plan que les deux premiers, par exemple culina, custodia ou custodiarium13, et surtout cubiculum, qui est plus fréquent et plusieurs fois associé, au singulier ou au pluriel, à porticus14. Une autre restitution possible est évidemment la préposition cum, qui est très fréquemment attestée dans ces formulaires, suivie d’un ou plusieurs substantifs précisant d’autres éléments du bâtiment ou de son décor, comme ornamentis, statuis, signis, etc.

  • 15 Voir, par comparaison, l’espace qui sépare le O du M sur B128, ainsi que l’espace entre le V et le (...)
  • 16 Pour d’autres exemples de vacat important entre deux lettres d’un même mot, voir B142 (22 cm entre (...)

43Il serait tentant de chercher la fin de la préposition [cu]m sur le bloc B140, qui porte un M suivi d’un point encore visible dans la cassure droite. On obtiendrait alors un ensemble de quatre blocs jointifs, d’autant plus satisfaisant que la partie conservée de la face latérale droite montre qu’il s’agissait d’une contre-clef. Mais la difficulté vient de l’important vacat précédant le M (16 cm en haut et 23 en bas)15, qui n’invite pas à restituer une désinence, même avec un V ; et ce d’autant moins que le bloc, déjà large de 108 cm, ne pouvait être beaucoup plus grand à gauche, si du moins il s’agit bien d’un bloc de petit module, comme le laisse penser le trou de louve creusé sur le lit d’attente. Même si aucune de ces observations n’est vraiment décisive16, il est sans doute prudent de renoncer à un rapprochement aussi hypothétique. Cela n’empêche pas la préposition cum de rester la lecture épigraphiquement la plus vraisemblable, puisque c’est de loin la plus fréquemment attestée dans les inscriptions. Mais la fin du mot pouvait se trouver sur un bloc aujourd’hui disparu.

  • 17 Voir : [--- templ]um dei Mercuri cum suis aedificiis » (cil, XIII, 3012 [Melun]) ; et aussi (CIL, X (...)
  • 18 Voir : portic (um) cum statuis et [ui]ridibus (AE, 1971, 85 [Nola, au ve s.]).
  • 19 Par exemple : templum c[um] om[nib]us ornamentis (CIL, XII, 2458 = ILN, Vienne, 696 [Aix-les-Bains] (...)

44Après cum, le formulaire épigraphique offre un assez grand choix de substantifs possibles, tant dans le domaine de la construction, tel aedificiis17, que dans celui du décor, tel statuis18 ou ornamentis, pour lequel il existe de nombreux parallèles19. Ornamentis, qui est un des plus fréquemment attestés, pourrait être envisagé pour le bloc B133, qui porte les deux lettres NT. Une restitution comme [---te]/mplum po/rti/ cum cu/[m o/rname]/nt/[is---] aurait notamment l’avantage de respecter l’alternance entre blocs longs et courts ; mais elle reste très aléatoire, la séquence NT figurant dans de très nombreux mots latins et le bloc B133 pouvant trouver place à un autre endroit du texte.

  • 20 Outre (CIL, XIII, 2902 et 3063) (note précédente), voir par exemple : aedem Victoriae cum sui[s orn (...)
  • 21 Voir : [--- cir]ca templum basilicas duas cum ceteris ornamentis ac [munimentis ---] (CIL, XIII, 95 (...)
  • 22 Voir par exemple supra, note 19 (CIL, XII, 2458 ; CIL, XIII, 2902).
  • 23 Comme dans supra, note 19 (CIL, XIII, 2902).

45Les noms introduits par cum sont souvent accompagnés d’adjectifs tels suis20, ceteris21 ou omnibus, qu’on peut trouver aussi bien avant qu’après le substantif22. Parmi les blocs conservés, aucun texte ne convient pour le premier de ces adjectifs, et la séquence ER sur le bloc B144 est beaucoup trop fréquente en latin pour qu’une lecture [---cet]er[is---] puisse avoir une grande probabilité. Omn[ibus] est en revanche une restitution très vraisemblable pour le bloc B128. Celui-ci, qui est incomplet à gauche, ne peut être placé immédiatement après B3, car c’est également une clef ; et insérer entre les deux une contre-clef portant les lettres VM, un point et le début du O serait une solution très peu satisfaisante car elle suppose la succession de deux blocs courts et ferait de B128 une clef très courte, alors que les deux précédentes (B7, B3) sont longues. Beaucoup plus vraisemblablement, B128 était un bloc long dont la moitié gauche a disparu, et l’adjectif omnibus prenait place dans la suite du texte, avant ou après le ou les substantifs auxquels il se rapportait23.

  • 24 Cf. supra, note 14 (CIL, XIV, 158-159).
  • 25 Voir : porti[cum cum] apparat[orio ?] (CIL, III, 4792 = ILLPRON, 789 [Virunum]) ; porticum cum appa (...)
  • 26 Cf. supra, note 12.
  • 27 Par exemple : tectum porticus cum suis columnis et paenulis duabus et opere tectorio (CIL, XII, 239 (...)
  • 28 Voir : omni [impendi]o (cil, XIII, 11824).

46Si ornamentis est un des plus fréquents, beaucoup d’autres noms sont possibles, non seulement statuis ou aedificiis, mais aussi signis, aediculis24, apparatorio et bien d’autres25. On ne peut exclure une énumération de plusieurs termes qui décriraient l’ensemble de l’équipement prévu pour le temple et le portique, soit sur le même plan que ceux-ci26, soit de manière subordonnée, introduits par la préposition cum27. L’adjectif omnibus paraît mieux assuré, mais il pourrait aussi être employé avec un autre substantif qu’ornamentis, voire au singulier omni, dont on trouve quelques exemples avec des noms comme cultu, impendio ou apparatu28. Dans ces conditions, il est vain de proposer une restitution qui, avec les données dont nous disposons, ne pourrait être que très hypothétique. Mais les quelques éléments qui paraissent un peu plus solides, l’adjectif omnis et sans doute aussi, même si la lecture est un peu moins certaine, la préposition cum, nous assurent au moins qu’il était bien question de l’équipement ou de la décoration du sanctuaire.

47En comparaison avec la description du monument, dont le vocabulaire, bien connu, est assez facile à identifier, le reste du texte demeure très énigmatique. On peut supposer qu’il y avait au moins le nom de la divinité, sans doute en tête, et une formule de dédicace, plutôt à la fin, éléments indispensables auxquels pouvait éventuellement s’ajouter, soit au début, soit à la fin, le nom du ou des donateurs ou de l’autorité chargée de la dédicace. Malheureusement les cinq blocs qui n’entrent pas dans la description du monument, ou y entrent de manière très hypothétique, sont tous d’interprétation délicate.

48Le plus parlant est peut-être le plus court, le bloc B140, qui porte un M suivi d’un point encore visible dans la cassure droite. S’il ne s’agit pas d’une désinence en – um– em ou – am, ce que l’ampleur du vacat précédent rend peu probable (voir supra), la seule lecture possible est une abréviation, qui ne peut guère être que le prénom M(arcus) : on aurait alors le début d’un nom de personne, qui pourrait désigner soit un donateur, soit un magistrat qui dédierait le monument. Une telle conclusion reste cependant incertaine, d’une part parce que l’espacement des lettres pouvait varier d’un bloc à l’autre ou d’une partie de l’inscription à l’autre, et d’autre part parce qu’on ne voit pas avant le M le point qu’on s’attendrait plutôt à trouver s’il s’agissait du début d’un nouveau mot.

49Le bloc B8 est également un des plus intéressants, avec une séquence de quatre lettres, ou plutôt de trois lettres et demie. On ne peut en effet identifier à coup sûr la quatrième lettre, dont il ne reste qu’une haste verticale avant la cassure ; mais la gravure relativement profonde qu’on observe dans la partie supérieure droite semble mieux convenir à un E ou à un R qu’à un I, dont l’empattement serait un peu trop important. Quelle que soit la lettre finale, une telle séquence est très rare dans le vocabulaire latin et il est donc tentant d’y chercher plutôt un nom propre. Mais on peut alors hésiter entre divers gentilices, tels Asicius, déjà connu à Lyon, Crassicius, Sicinius, etc. ou des cognomina tels Pasicrates, Sosicenus, Sosicrates, Sicellitanus, Tisicrates, etc.

  • 29 Cf. supra, note 16.
  • 30 Avec un I, le choix est très large, par exemple : Servilius, Villius, Ciuilis, etc. Avec un T : Rut (...)

50B142 présente trois lettres, dont la deuxième est endommagée dans sa partie supérieure, de sorte qu’on peut hésiter entre I et T, qui aurait été préférable compte tenu de l’important espace (22 cm) qui la sépare du L ; mais là encore ce genre de calcul reste incertain29. La séquence VTL est extrêmement rare, tandis que VIL entre dans de nombreux mots. Ici aussi, un nom propre est une solution tentante30, mais qui reste à démontrer.

51Les deux derniers blocs (B133, B144) n’ont conservé que deux lettres, dont l’association est trop usuelle pour être discriminante. Tous deux pourraient prendre place dans la description du monument aussi bien que dans le reste du texte. Mais en l’absence de rapprochement plus précis, ils n’éclairent pas plus l’une que l’autre. Au moins peut-on exclure une restitution qui associerait les deux blocs dans une formule de dédicace du type [dedicau]er[u]nt. En effet, l’absence de trou de louve sur la partie conservée du lit d’attente de B144 indique que le bloc devait être considérablement plus long et qu’il manque davantage qu’une seule lettre dans la partie perdue à droite.

52La restitution de l’inscription conserve donc de nombreuses incertitudes. En résumé, voici les différentes séquences que nous pouvons proposer :

53B7, B13, B3 et peut-être B128 : [--- te]/mplum po/rti/cum cu/[m ? - -] omn/[ibus ? ---]
B140 : [---] M(arcus ?) /[---]
B8 : [---]/SIC+/[---]
B142 : [---]V+L[---]
B133 : [---]/NT/[---]
B144 : [---]/ER[---]

54En l’état de nos connaissances, rien ne permet de placer les pièces isolées plutôt avant ou plutôt après l’ensemble constitué par les trois blocs jointifs auxquels B128 est sans doute associé.

55En prenant en compte la forme des blocs et les séquences épigraphiques attendues, nous pouvons évaluer la longueur minimale de la frise à 25-30 m. L’inscription doit donc être restituée sur le portique, qui seul présente une place suffisante. En outre, on ne mentionnerait sans doute pas cet édifice annexe dans la dédicace d’un temple.

6.1.2.2 Les corniches

Description générale

56B1, B2, B4, B5, B14, B149-B151, B209-B212 • Blocs de corniche. 11-20 / Us. 1419, 1497, 1723, 1744 / L. : 89 à 177,5 cm ; h. : 54,5 à 57 cm en moyenne ; prof. : 104,5 à 110,3 cm et ca 140 cm cons. (soit ca 150 cm pour les blocs complets) ; prof. lit de pose : 52,5 à 60,5 cm et 95,5 à 102,8 cm.
/ Parc archéologique / la plupart des corniches sont assez bien conservées, quelques-unes sont dégradées. Traces de retaille sur B5.

57Douze blocs de corniche présentent une mouluration identique avec des hauteurs similaires. On a donc affaire à une même série de corniches, parmi laquelle on compte un bloc d’angle (B149) et une corniche de rampant assurée (B212).

58La face antérieure comporte une série de moulures lisses. À la base du larmier se profilent un cavet, un quart-de-rond entre deux listels, un bandeau taluté, un listel et un talon. Le larmier est constitué d’un bandeau taluté, et son soffite présente une mouchette (gorge) plus ou moins plate, excepté sur un bloc où elle est concave. Le larmier est surmonté d’un talon suivi d’un listel, d’une doucine et d’un bandeau.

59Sur presque tous les lits de pose, il existe un trou de pince en bordure de l’arête gauche (B1, B2, B5, B150, B151, B209-B211) ou droite (B4, B14, B212). La corniche d’angle B149 présente deux trous de pince en bordure de l’arête postérieure. La majorité de ces trous de pince sont coudés ; dans seulement un cas, le trou de pince est « normal » (B5).

60Les faces latérales comportent deux ou trois bandeaux d’anathyrose, le plus souvent en bordure de l’arête commune avec la face antérieure, le lit d’attente et la face postérieure (dans le cas où le troisième bandeau existe). Les longueurs ne sont pas toujours les mêmes selon qu’on les mesure au lit de pose ou au lit d’attente, les faces latérales étant légèrement convergentes, tantôt vers l’un (B14, B150, B209, B210) tantôt vers l’autre (B2, B4, B151, B211).

61La face postérieure est traitée à la pointe (B1, B2, B4, B150, B209-B211) ou au marteau taillant par bandes parallèles étagées (B5, B14). Font exception les corniches d’angle, qui présentent un ou plusieurs bandeaux d’anathyrose.

62Le lit d’attente est souvent rendu inaccessible par la disposition des blocs au parc archéologique. Néanmoins, quand il est possible de l’observer, on devine la présence d’un trou de louve et d’une partie en ressaut, à une trentaine de centimètres de l’arête antérieure. Cette partie en ressaut semble se développer jusqu’à l’arête antérieure. Dans d’autres cas, sa profondeur paraît se réduire par un bandeau démaigri (prof. 5-13 cm), qui se trouve en bordure de cette même arête.

63Un des deux blocs d’angle (B212) comporte une face biseautée (angle d’environ 152,5° avec le lit de pose) avec deux cavités pour des goujons (4,1 x ca 3,8 cm ; prof. : 8,7 cm / 3,5 x 3,2 cm ; prof. : 7,4 cm).

Description de chaque bloc

64B1 • Bloc de corniche
11 / Us. 1419 / L. : 141,6 cm. ; h. : ca 54,9 cm ; prof. : ca 107,5 cm. ; prof. lit de pose : ca 53,6 cm.
/ Parc archéologique / deux angles cassés.
Lit de pose : trou de pince coudé (18 x ca 4,2 cm ; prof. : 7,3 cm et ?) en bordure de l’arête gauche.
Trois bandeaux d’anathyrose sur la face latérale droite, en bordure des arêtes communes avec la face antérieure, la face postérieure et le lit d’attente. Au moins deux bandeaux d’anathyrose sur l’autre face latérale (l. : 7-10 cm), en bordure des arêtes communes avec la face antérieure et le lit d’attente.
Face postérieure traitée à la pointe.
Lit d’attente non observé complètement. On distingue néanmoins un bandeau (prof. : ca 10 cm) légèrement démaigri, en bordure de l’arête antérieure. Il existe peut-être aussi une partie en ressaut, grossièrement taillée, qui commence à environ 30 cm de l’arête antérieure. Sur une photographie de fouille, on distingue un trou de louve.

65B2 • Bloc de corniche [fig. 275].
11 / Us. 1419 / L. : ca 89,3 cm vers le lit de pose (ca 87,9 cm vers la doucine) ; h. : 56 cm ; prof. : 105,6 cm. ;
prof. lit de pose : ca 53 cm.
/ Parc archéologique / quelques cassures sur les moulures de la face antérieure.
Lit de pose : difficile à observer pleinement à cause d’un bloc posé dessus. On distingue néanmoins un trou de pince en bordure de l’arête gauche. Cette observation est confrmée par une photographie de fouille.
Les faces latérales présentent trois bandeaux d’anathyrose (l. : de 8 à 14 cm), en bordure des arêtes communes avec la face antérieure, la face postérieure et le lit d’attente.
Face postérieure traitée à la pointe.
Lit d’attente non observé. On sent un bandeau légèrement démaigri en bordure de l’arête antérieure ; travail à la pointe.

fig. 275 Bloc de corniche B2, lit de pose et face antérieure.

© D. Fellague.

66B4 • Bloc de corniche
12 / Us. 1419 / L. : 177,6 cm (L. 176,5 cm vers le larmier) ; h. : ca 53 cm ; prof. : ca 135 cm cons. ; prof. lit de pose : ca 92 cm. / Parc archéologique / les trois dernières moulures de la face antérieure sont cassées (listel, doucine et bandeau).
Au lit de pose : deux trous de pince coudée en bordure de l’arête droite : l’un à environ 17 cm de l’arête antérieure (17 x ca 4,6 cm ; prof. : 7,8 et 11,5 cm), l’autre à environ 17 cm de l’arête postérieure (14,5 x ca 3,8 cm ; prof. : 6,9 et 10,5 cm). En vidant le premier trou de pince, nous avons trouvé un petit clou (tête arrondie, extrémité inférieure pointue ; L. : ca 1,6 cm).
Faces latérales : trois bandeaux d’anathyrose (l. : 8-11 cm) en bordure des arêtes communes avec la face antérieure, la face postérieure et le lit d’attente.
Face postérieure traitée à la pointe.
Lit d’attente non observé. On distingue néanmoins une partie en ressaut, en bordure de l’arête antérieure, sur une profondeur correspondant à peu près à la distance entre l’arête et le larmier.

67B5 • Bloc de corniche [fig. 276].
13 / Us. 1419 / L. : ca 75,2 cm cons. ; h. : ca 55,4 cm ; prof. : ca 110 cm ; prof. lit de pose : ca 60,5 cm.
/ Parc archéologique / un angle cassé ; la face latérale droite manque ; la face latérale gauche est en partie cassée. Traces de retaille ?
Au lit de pose : trou de pince (11 x 4 cm ; prof. : 4,9 cm).
Sur la face antérieure, la gorge du larmier n’est creusée qu’à partir de 8 cm de l’arête commune avec la face latérale gauche. La face latérale gauche comporte trois bandeaux d’anathyrose (l. : de 9 à 13 cm), en bordure des arêtes communes avec le lit de pose, la face antérieure et le lit d’attente. Il semble que la partie intérieure démaigrie ait été retravaillée.
La face postérieure présente un étagement de cinq bandes parallèles travaillées au taillant (l. : ca 12 cm ; 8 cm ; 11,5 cm ; 12 cm ; 11,5 cm).
Lit d’attente non observé complètement. On distingue néanmoins un bandeau (prof. : ca 8 cm) légèrement démaigri, en bordure de l’arête antérieure.

fig. 276 Bloc de corniche B5, face latérale gauche, lit de pose et face antérieure.

© D. Fellague.

68B14 • Bloc de corniche [fig. 277].
20 / Us. 1497 / L. : 101 cm vers la doucine (99,5 cm vers le lit de pose) ; h. : ca 54 cm ; prof. : ca 108 cm ; prof. lit de pose : ca 56,6 cm.
/ Parc archéologique / deux angles cassés (face antérieure).
Lit de pose : trou de pince coudé (18,6 x 4,2 cm ; prof. : 7,8 et 12,4 cm) en bordure de l’arête droite.
Faces latérales : deux bandeaux d’anathyrose (l. : 9-14,5 cm) en bordure des arêtes communes avec la face antérieure et le lit d’attente. Peut-être existe-t-il un troisième bandeau en bordure de l’arête postérieure (l. : 7-9 cm).
Face postérieure travaillée au marteau taillant, dessinant cinq bandes parallèles (h. : ca 6,5 cm pour la première, ca 12 cm pour les autres).
Lit d’attente non observé complètement. Néanmoins, on distingue un trou de louve ; un trait incisé à environ 15 cm de l’arête antérieure ; une bande en léger ressaut sur 8,5 cm de profondeur.

fig. 277 Bloc de corniche B14 : à gauche face postérieure ; à droite face antérieure et face latérale gauche.

© D. Fellague.

69B149 • Corniche d’angle horizontale [fig. 278]. 16 / Us. 1723 / L. : 156 cm cons. ; h. : 53,9 cm ; prof. : 137,2 cm cons. ; prof. lit de pose : 102,8 cm.
/ Parc archéologique / dernières moulures cassées ; quelques cassures sur la face latérale de joint.
Corniche d’angle horizontale.
Lit de pose : deux trous de pince (14,8 x 6 cm ; prof. : 7 et 11 cm / 19,1 x 4,5 cm ; prof. : 7,4 et 12 cm) en bordure de l’arête postérieure.
Face latérale de joint : décrochement vers l’arrière (L. : 31,1 cm ; prof. : 8 cm) ; trois bandeaux d’anathyrose (l. : 9-10 cm) en bordure des arêtes commune avec la face antérieure, le lit d’attente et en bordure du renfoncement.
Face postérieure : au moins deux bandeaux d’anathyrose, en bordure des arêtes communes avec la face latérale de joint et la face latérale moulurée.
Lit d’attente non observé.

fig. 278 Corniche d’angle horizontale B149, lit de pose et faces moulurées.

© D. Fellague.

70B150 •Bloc de corniche.
17 / Us. 1744 / L. : 92,2 cm vers le lit d’attente
(90,9 cm vers le lit de pose) ; h. : 55,6 cm ; prof. : 104,5 cm ; prof. lit de pose : 52,5 cm.
/ Parc archéologique / quelques cassures des moulures de la face antérieure et sur le lit de pose.
Au lit de pose : trou de pince coudé (18,2 x 5,5 cm ; prof. : 7,2 et 10 cm) en bordure de l’arête gauche.
Faces latérales : trois bandeaux d’anathyrose (l. : 8,5 à 10,5 cm) en bordure des arêtes communes avec la face antérieure, la face postérieure et le lit d’attente.
Face postérieure : travail à la pointe.
Lit d’attente : non observé complètement. Néanmoins, on distingue une bande légèrement démaigrie en bordure de l’arête antérieure, sur une profondeur d’environ 13 cm, et on sent au toucher un trou de louve.

71B151 • Bloc de corniche.
17 / Us. 1744 / L. : 91,8 cm vers le lit de pose
(90,7 cm vers le lit d’attente) ; h. : 55,4-56,8 cm ; prof. : ca 105,5 cm ; prof. lit de pose : 52,5 cm.
/ Parc archéologique / trois angles manquent, le quatrième est dégradé ; arêtes épaufrées ; quelques cassures sur les moulures de la face antérieure.
Lit de pose : trou de pince (14 x 4,3 cm ; prof. : 7 et 10,1 cm) en bordure de l’arête gauche.
Faces latérales : trois bandeaux d’anathyrose (l. : 10-12 cm) en bordure des arêtes communes avec la face antérieure, la face postérieure et le lit d’attente.
Face postérieure : non visible.
Lit d’attente : non visible, mais on sent au toucher une surface lisse et un trou de louve.

72B209 • Bloc de corniche [fig. 279].
24 / Us. : 1623 / L. : ca 89 cm (L. vers le lit de pose : 88,2 cm) ; h. : ca 56,5 cm ; prof. : 106,8 cm ; prof. lit de pose : 53 cm.
/ Parc archéologique / quelques cassures, notamment sur le lit de pose, la face postérieure et le lit d’attente ; angles épaufrés.
Lit de pose : vestige d’un trou de pince coudé en bordure de l’arête gauche, avec un fragment de l’agrafe en bronze.
Les faces latérales comportent trois bandeaux d’anathyrose, en bordure des arêtes communes avec la face antérieure, la face postérieure et le lit d’attente (l. : 12-14 cm pour la face latérale gauche ; l. : 10-10,5 cm pour la face latérale droite).
La face postérieure est travaillée à la pointe.
Le lit d’attente présente un trou de louve (7,6 x 3 cm ; prof. : 11,3 cm) et une partie en ressaut (0,9 à 2 cm), d’une profondeur d’à peu près 32 cm en bordure de l’arête antérieure.

fig. 279 Bloc de corniche B209 : en haut face antérieure et face latérale ; au milieu lit d’attente ; en bas profil.

© D. Fellague.

73B210 • Bloc de corniche [fig. 280].
24 / Us. : 1623 / L. : ca 118,2 cm (vers la doucine ; L. : 117,8 cm vers le lit de pose) ; h. : 54,5 cm ; prof. : 110,3 cm ; prof. lit de pose : 54,5 cm.
/ Parc archéologique / quelques petites cassures.
Sur le lit de pose, trou de pince coudé (13,3 x 5 cm ; prof. : 6,9 et 11,3 cm) en bordure de l’arête gauche.
Sur la face antérieure, la gorge du larmier n’est pas creusée sur une longueur d’environ 5 cm à partir de l’arête gauche.
Sur la face latérale gauche, présence de trois bandeaux d’anathyrose, en bordure de l’arête antérieure (l. : 10-14 cm), de la face postérieure (l. : ca 10 cm) et du lit d’attente (l. : 7-8 cm). La face latérale droite compte trois bandeaux d’anathyrose (l. : 8-14 cm) en bordure des arêtes communes avec la face antérieure, la face postérieure et le lit d’attente, autour d’une partie centrale travaillée au marteau taillant par bandes parallèles.
Face postérieure grossièrement travaillée à la pointe.
Lit d’attente non observé complètement. On distingue néanmoins un bandeau (prof. : ca 5,5 cm) légèrement démaigri (ca 1,7 cm), en bordure de l’arête antérieure, suivi d’une partie en ressaut (ca 2,7 cm) jusqu’à la profondeur de 30,5 cm depuis l’arête antérieure.

fig. 280 Bloc de corniche B210, face latérale gauche, lit de pose et face antérieure.

© D. Fellague.

74B211 • Bloc de corniche.
24 / Us. : 1623 / L. : 142,3 cm au lit de pose ;
L. : 140 cm au lit d’attente ; h. : ca 56,1 cm ; prof. : ca 101 cm cons ; prof. lit de pose : ca 53,5 cm.
/ Parc archéologique / un angle cassé, quelques cassures minimes sur les moulures de la face antérieure ; angles et arêtes épaufrés.
Lit de pose : trou de pince coudé (17 x 4,6 cm ; prof. : 7,9 et 11,8 cm), en bordure de l’arête gauche.
Sur la face antérieure, la gorge du larmier n’est creusée qu’à partir de 7,2 cm de l’arête droite.
Les faces latérales présentent deux bandeaux d’anathyrose (l. : 13-14 cm), en bordure des arêtes communes avec la face antérieure et le lit d’attente.
Face postérieure : traces de pointe.
Lit d’attente non observé complètement. On distingue néanmoins un bandeau (prof. : ca 30 cm) en bordure de l’arête antérieure, à la surface grossière et une ciselure périmétrale (l. : 4-5 cm), près des arêtes antérieure et latérales.

75B212 • Corniche de rampant à un angle de fronton [fig. 281].
24 / Us. : 1623 / L. : ca 109 cm cons. ; h. : ca 56,5 cm ;
prof. : ca 141 cm cons. ; prof. lit de pose : 95,5 cm.
/ Parc archéologique / cassures plus ou moins importantes sur toutes les faces ; un angle manque sur la face antérieure. Il manque aussi la moitié supérieure de la doucine et le bandeau qui terminait la corniche.
Lit de pose : trou de pince coudé (16,4 x 4 cm ; prof. : de 7,5 et 11 cm), en bordure de l’arête droite.
« Face latérale » gauche biseautée (angle d’environ 27,5° avec le lit de pose), qui comporte deux petites cavités presque carrées (4,1 x ca 3,8 cm ; prof. : 8,7 cm / 3,5 x 3,2 ; prof. : 7,4 cm). Ces mortaises servaient probablement à loger des goujons pour lier ce bloc à un autre.
Face latérale droite : deux bandeaux d’anathyrose (l. : 17-18 cm) en bordure des arêtes communes avec la face antérieure et la face postérieure.
Face postérieure : peut-être un bandeau d’anathyrose.
Lit d’attente : non visible et en grande partie cassé. Néanmoins, on sent au toucher qu’il est lisse et qu’il comporte un trou de louve.

fig. 281 Corniche de rampant B212, face antérieure, lit de pose et face biseautée.

© D. Fellague.

Analyse

76La mouluration de ces blocs présente des caractéristiques notables : un grand développement des moulures lisses ; un larmier à gorge ionique ; des bandeaux talutés, y compris le front du larmier. Parmi la centaine de corniches conservées à Lyon que nous avons étudiées, peu de pièces présentent un aussi grand développement des moulures et rares sont les pièces avec un véritable larmier (larmier ionique).

77L’interprétation de ces pièces ne s’impose pas au premier abord. On peut hésiter entre les corniches d’un entablement et des couronnements de podium. Plusieurs arguments orientent vers la première hypothèse : les blocs ont été trouvés en grand nombre avec les frises ; leur hauteur est relativement proche de celle des frises (h. frise : ca 51,4 cm ; h. corniches : ca 55,4 cm), ce qui est souvent le cas pour les entablements ; le développement important des moulures est davantage répandu pour des corniches d’entablement que pour des couronnements de podium, même si on connaît des couronnements de podiums développés. L’argument décisif est la configuration de B212 avec une face biseautée, qui est le traitement attendu pour une corniche rampante.

78La majorité des corniches comporte la même mouluration avec des hauteurs et des profondeurs similaires. Trois blocs (B4, B149, B212) se distinguent par leur profondeur plus importante. On a donc affaire à une même série de corniches, mais avec deux types de profondeur, les premières corniches ayant une profondeur au lit de pose proche de la hauteur des blocs. Il n’est pas insignifiant que parmi les trois blocs de grande profondeur, deux soient des blocs d’angle (B149, B212). Ce choix de profondeur différente s’explique vraisemblablement par la volonté de donner une plus grande stabilité aux blocs d’angle.

6.1.2.3 Les blocs taillés en sifflet et le fronton

79Deux blocs taillés en sifflet (B9, B141), de mêmes caractéristiques, appartenaient sans doute au tympan d’un fronton, leur lit d’attente oblique recevant une corniche du rampant.

80B9 • Bloc taillé en sifflet [fig. 282].
13 / Us. 1419 / L. : 58,1 cm cons. ; h. : ca 46,6 cm ; prof. : 91 cm.
/ Parc archéologique / une face latérale ou un angle du sifflet manque ; angles épaufrés.
Face antérieure lisse.
Au lit de pose : trou de pince (4 x 11 cm ; prof. 7,4 cm), en bordure de l’arête droite.
La face latérale décrit un angle de 67° avec le lit d’attente. Elle présente deux bandeaux d’anathyrose (l. : ca 11-11,5 cm) en bordure des arêtes communes avec la face antérieure et la face postérieure. La surface délimitée par ces bandeaux est traitée à la pointe au centre et au marteau taillant de part et d’autre.
À la face postérieure : existence d’une ciselure périmétrale (l. : ca 1 cm) autour d’un panneau taillé à la pointe.
Le lit d’attente comporte une cavité pour une agrafe et une autre mortaise, carrée.

fig. 282 Bloc en sifflet B9, dessin de la face principale.

© D. Fellague.

81B141 • Bloc taillé en sifflet [fig. 283].
13 / Us. 1709-1710 / L. : 87 cm cons. ; h. : 49 cm cons. ;
h. restituée : 50,4 cm ; prof. : 63 à 63,5 cm.
/ Parc archéologique / manquent le lit de pose et l’angle entre les lits de pose et d’attente ; la surface de la face latérale est érodée ; arêtes épaufrées.
Face antérieure lisse.
La face latérale décrit un angle de 64° avec le lit d’attente. Elle comporte un bandeau d’anathyrose (l. : 16 à 16,5 cm) en bordure des arêtes communes avec les faces antérieure et postérieure. La surface délimitée par les deux bandeaux est traitée au marteau taillant.
Face postérieure traitée à la pointe ; peut-être existe-t-il un bandeau ciselé en bordure de l’arête supérieure (l. : 6 cm).
Au lit d’attente : cavité pour une agrafe (25,5 x 4,2 cm ; prof. : 1,8 et 8,3 cm) en bordure de l’arête latérale ; trou de pince (4,7 x 4 cm ; prof. : 6,7 cm) à quelques centimètres d’une zone en léger ressaut correspondant à l’emplacement du joint vertical des deux blocs qui se situaient au-dessus.

fig. 283 Bloc en sifflet B141 : a Dessin du lit d’attente ; b dessin de la face principale.

© D. Fellague.

  • 31 Il serait possible de trouver des indices propres à déterminer la place des corniches en examinant (...)

82L’existence d’un fronton est confrmée par la corniche à face biseautée B212, qui se plaçait à l’angle du rampant d’un fronton. L’existence d’un fronton suppose en général deux types de corniches : des corniches à cimaise, sur les rampants et sur les longs côtés, et des corniches courantes sans cimaise, sur la face principale (et la face postérieure). Les douze blocs de corniche comportant tous ici une cimaise, ou bien il ne reste aucun vestige de corniches courantes, ou bien les corniches courantes comportaient aussi une cimaise. Nous privilégions la seconde possibilité. Excepté pour B212, il est donc difficile d’établir quelles corniches faisaient partie du rampant ou des différentes faces31. De ce fait, ces seules corniches ne suffisent pas à évaluer la longueur de l’entablement de la face principale.

83Il y a une forte probabilité pour que les blocs de tympan et la corniche proviennent du même fronton [fig. 284] puisque l’angle entre les lits de pose et d’attente de B9 (23°) et de B141 (26°) est proche de l’angle entre le lit de pose et la face biseautée de la corniche B212 (27,5°).

fig. 284 Hypothèse de restitution des blocs de corniche et de tympan.

© Th. Fournet, D. Fellague.

84Si nous connaissons l’inclinaison des rampants du fronton, proche de 25°, il manque la longueur de l’entablement pour restituer le fronton. Quoi qu’il en soit, cette longueur devait être moins importante que celle de la frise clavée inscrite, aussi proposons-nous de restituer les corniches et le fronton à un autre monument du complexe (temple) ou à une autre partie du portique.

6.1.2.4 Les blocs parallélépipédiques

85Parmi la centaine de blocs parallélépipédiques recueillis sur le chantier, un certain nombre doit appartenir à ce même ensemble monumental en calcaire de Seyssel. Avec toute la réserve qui s’impose, les blocs que nous attribuons à cet ensemble sont des pièces qui ont été trouvées à côté des frises et des corniches, et dont certaines présentent des similitudes techniques. Ainsi, nous incluons des blocs parallélépipédiques en pierre de Seyssel dont la face postérieure est travaillée par bandes parallèles au marteau taillant (B15, B29), comme ce que nous avons observé sur deux corniches. Nous incluons aussi le bloc B16, dont la face postérieure est travaillée à la pointe.

86B15 • Bloc parallélépipédique.
14 / Us. 1585 / L. : 87 cm cons. ; h. : 44,6 cm ; prof. : 62 cm.
/ Parc archéologique / une face latérale manque.
Face antérieure lisse (traces de ciseau).
La distinction entre le lit de pose et le lit d’attente n’est pas aisée : l’une des faces n’est pas visible, l’autre ne présente pas de cavité.
Sur la face latérale conservée : bandeau d’anathyrose (l. : 10 cm). Face postérieure travaillée au marteau taillant avec cinq bandes parallèles superposées.

87B29 • Bloc parallélépipédique.
15 / Us. 1440 / L. : 91 cm ; h. : 53 cm ; prof. : 60,5 cm.
/ Parc archéologique / un angle cassé ainsi qu’une partie du lit d’attente.
Face antérieure lisse.
Lit de pose non observé.
Faces latérales : probables vestiges de deux bandeaux d’anathyrose (l. : 10,5 à 20 cm), en bordure des arêtes postérieure et supérieure.
Face postérieure : présence d’une ciselure périmétrale en bordure des arêtes latérales. La zone entre ces deux ciselures est dressée au marteau taillant avec quatre bandes parallèles. Au lit d’attente : trou de louve (3,3 x 8,7 cm ; prof. : 4,4 cm) et deux cavités pour des agrafes, en bordure des arêtes latérales (15 x 3,3 à 4 cm ; prof. : 2,8 à 3,3 cm et 7,8 cm).

88B16 • Bloc parallélépipédique.
12 / Us. 1419 / L. : 86,8 cm cons. ; h. : 53,1 cm ; prof. : 91,2 cm.
/ Parc archéologique / la face latérale gauche manque ; angles épaufrés. On remarque des vestiges de mortier (?) rougeâtre sur la face postérieure.
Face antérieure lisse.
Lit de pose difficile à observer, mais il semble lisse.
La face latérale conservée (droite) comporte un bandeau d’anathyrose (l. 10 à 10,5 cm), en bordure de l’arête antérieure. Face postérieure travaillée à la pointe.
Au lit d’attente : un trou d’agrafe, en bordure de l’arête de droite (L. : 13 cm ; prof. : 3,3 et 6,8 cm) ; deux trous de pince dans le même axe (4,6 x 4,6 cm ; prof. : 5cm / 5,6 x 4,5 cm ; prof. : 7,6 cm) ; deux petites cavités, peut-être deux trous de pince supplémentaires (ca 2,5 x 2 cm ; prof. : ca 2,4 cm).
Deux blocs, B18 et B6, qui ont la particularité de comporter un D gravé sur l’une de leurs faces (lit d’attente ou face postérieure), devaient faire partie du même monument. L’un a été trouvé dans le secteur 2, l’autre provient du secteur 14 et a été extrait de la même Us. 1419 que certains blocs de frise et de corniche (B3, B7, B8 et B1, B2, B4, B5). Les deux blocs pourraient faire partie de l’ensemble monumental en calcaire de Seyssel auquel appartiennent les frises inscrites. Dans cette hypothèse, cela signifierait que des éléments de cet ensemble étaient éparpillés au moins jusqu’au secteur 2. Le bloc B6 présente une grande cavité rectangulaire sur la face antérieure (36,5 x ca 21 cm ; prof. : 16,7 cm) qui aurait pu recevoir l’extrémité d’une poutre (pronaos du temple ? intérieur du portique ?).

89B18 • Bloc parallélépipédique portant une lettre gravée sur le lit d’attente [fig. 285].
2 / Us. 1543 / L. : 153,1 cm ; h. : 67,1 cm ; prof. : 57,2 cm.
/ Parc archéologique / quelques cassures, notamment à un angle, sur la face antérieure et sur la face postérieure.
Face antérieure difficilement observable. On distingue néanmoins un décrochement (L. : 11 cm, prof. : 8,5 cm) vers l’arête de gauche.
Le lit de pose comporte trois trous de pince coudés : deux en bordure de l’arête commune avec la supposée face antérieure (14,3 x 4,6 cm ; prof. : 7,4 et 12,1 cm / 14,8 x 5,2 cm ; prof. : 10,1 et 14,4 cm) et un troisième en bordure de l’arête de droite (9,8 x 4,1 cm ; prof. : 9 et 14,2 cm).
La face latérale droite, qui n’est pas rigoureusement perpendiculaire à la face postérieure, présente deux bandeaux d’anathyrose traités au marteau taillant, en bordure des arêtes postérieure (l. : ca 11 cm) et supérieure (l. ca 20 cm). On remarque plus difficilement un troisième bandeau, en bordure de l’arête antérieure (l. : ca 12 cm). Peut-être existe-t-il aussi un bandeau d’anathyrose sur la face latérale gauche, en bordure de l’arête postérieure (l. : ca 8 cm).
Sur la face postérieure : un trait est incisé sur toute la hauteur du bloc, au centre d’une bande de 7 cm en léger démaigrissement (0,8 cm) par rapport au reste de la surface.
Au lit d’attente : trou de louve en forme de T (9,5 x 4,3 cm ; prof. : ca 14,5 cm) ; petite cavité qui sert probablement de trou de pince (5,7 x 3,8 cm ; prof. : 6,3 cm) et troisième cavité en bordure de l’arête droite (L : 14,5 cm ; prof. : 4,6 cm). Enfin, un grand D est gravé à gauche du trou de louve (L. : 26 cm, l. : 9 cm).

fig. 285 Bloc B18 : en haut vue générale ; en bas détail du D gravé.

© D. Fellague.

90B6 • Bloc parallélépipédique portant une lettre gravée sur la face postérieure [fig. 286].
14 / Us. 1419 / L. : 187,6 cm ; h. : 74,6 cm ; prof. : 95,7 cm. / Parc archéologique / un angle cassé, autres angles et arêtes épaufrés.
La face antérieure, qui est lisse, comporte une grande cavité rectangulaire (36,5 x ca 21 cm ; prof. : 16,7 cm).
Lit de pose non observé.
La face postérieure est principalement travaillée à la pointe. Elle comporte, en bordure de l’arête de gauche, une bande en retrait (ca 1 cm) d’une largeur d’environ 5,8 cm, sculptée au ciseau, et une autre bande en retrait (ca 3,5 cm), en bordure de l’arête supérieure, parée à la pointe. Ce traitement pourrait indiquer que la face postérieure était visible. Notons la présence d’un D gravé (h. : ca 14 cm ; l. : ca 6,5 cm).
Un seul bandeau d’anathyrose est présent sur la face latérale gauche (l. ca 10 cm), en bordure de l’arête postérieure, tandis qu’on en distingue deux sur la face latérale droite (l. : 15,5 à 18,5 cm), en bordure des arêtes postérieure et supérieure.
Le lit d’attente comporte un trou de louve (3,5 x 10,4 cm ; prof. : 14,9 cm) ; deux cavités pour le logement d’agrafes (14,5 x 4,7 cm ; prof. : ca 4,3 et 9,3 cm / 15,7 x 3,6 cm ; prof. : 4,6 et 7,4 cm) et deux probables trous de pince (4 x 5,3 cm ; prof. : 8,4 cm / 3,5 x 4,2 cm ; prof. : 5,8 cm). Le trou de louve et les trous d’agrafes étaient comblés par des fragments de pierre de Seyssel.
À l’angle commun entre la face latérale droite, la face antérieure et le lit d’attente, deux « marches » ont été sculptées à la pointe (l. : 14-15 cm cons. ; pour celle qui est la mieux conservée, prof. : ca 12,5 cm et h. : ca 34,2 cm). La première « marche » est sculptée à environ 23 cm du lit d’attente.

fig. 286 Bloc B6 : en haut face antérieure et sa cavité rectangulaire ; au milieu face latérale ; en bas détail du D gravé sur la face latérale.

© D. Fellague.

6.1.2.5 Informations sur le sanctuaire

  • 32 Aucun indice ne permet de faire un quelconque rapprochement entre ce sanctuaire et les fragments de (...)

91L’inscription mentionne un templum et un portique, ce qui oriente vers la restitution d’un complexe avec un temple entouré d’un portique à trois ou quatre branches ou un temple précédé par un portique à une seule branche. En l’absence de vestiges en place ou de blocs plus nombreux, il n’est pas possible de préciser le plan du sanctuaire. Il n’est pas non plus raisonnable d’émettre une hypothèse concernant la divinité à laquelle était consacré le sanctuaire32. Il reste certain que nous avons affaire à un ensemble monumental important, ce dont témoignent le soin apporté à la taille des moulures et la dimension des blocs.

92Plusieurs indices peuvent être utilisés pour dater le sanctuaire : le type de matériau choisi, la technique de taille, le style et la typologie de certains blocs, ainsi que la forme des lettres de l’inscription. Il faut reconnaître que ces indices sont ici assez ténus, mais leur convergence permet de proposer une datation à l’époque julio-claudienne, voire au début de cette époque.

Matériau

93Sur les édifices lyonnais, le calcaire de Seyssel se rencontre essentiellement à l’époque julio-claudienne même si son emploi persiste jusqu’au milieu du iie s. ap. J.-C. Cet indice chronologique doit donc être considéré avec beaucoup de prudence.

Technique de taille

94La taille par bandes parallèles réalisée au marteau taillant sur la face postérieure de certains blocs (corniches et blocs parallélépipédiques) et la taille en chevrons sur les faces latérales des frises sont courantes, dans le Sud de la France, à partir de l’époque hellénistique (Bessac 1989 : 10, 13 ; Rolland 1951 : 91-92) jusqu’au début de l’Empire. Citons en exemple le mur de Crinas à Marseille (Bouches-du-Rhône) au milieu du iie s. av. J.-C., le rempart hellénistique de Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône) (Rolland 1951 : 91, 236, fig. 121-122 ; Bessac 1980 : 139, 143-146, 157, fig. 6, 8, 12), le temple de Valetudo à Glanum (Bouches-du-Rhône) (Rolland 1955 : 44), le plus petit des temples géminés de Glanum (Gros 1981 : 151, fig. 49), certaines maisons de Glanum (Gros 2001 : 146). Nous avions observé cette même technique de taille sur certains blocs des mausolées de Trion à Lyon, datés de la fin de la République ou du début de l’époque impériale (Fellague 2000 : 106, 119-120, 234).

  • 33 « Le marquage des blocs, « très répandu dans les aires hellénistiques, s’estompe à la fin de l’époq (...)

95Deux blocs parallélépipédiques (B6, B18) que nous avons attribués à cet ensemble présentent une marque de carrier gravée, dont l’usage semble surtout répandu durant la République et le début de l’Empire (Adam 1989 : 42)33. Cet argument est à utiliser avec précaution car des marques de carrier existent sur des monuments plus récents (par exemple au temple du Puy-de-Dôme, au iie s. apr. J.-C.). On notera cependant que les marques sur les blocs apparaissent plus fréquemment en Narbonnaise que dans le reste de la Gaule, tout comme l’utilisation du marteau taillant est prépondérante sur les sites du Sud de la Gaule. Ces deux usages sont un héritage de la technique de construction grecque. Si les premiers monuments en pierre du Sud de la France ont pu être réalisés grâce à l’intervention d’équipes venues du monde grec, les premiers monuments de Lyon ont pu être réalisés en partie par des équipes ayant œuvré dans le Sud de la France et ayant hérité du savoir-faire grec.

Style et typologie

La frise clavée

96En Occident aussi bien qu’en Orient, un grand nombre de frises clavées datent de la fin de la République et de la période julio-claudienne. D’après Pierre Gros (1976 : 75-76 et 106), l’emploi de la frise clavée témoigne du manque d’assurance des architectes aux premiers temps de l’Empire. Voici quelques exemples :

97• fin de la République : une frise conservée au musée du Capitole (première moitié du ier s. av. J.-C.) (Schörner 1995 : pl. 1, no 226) ; la frise du temple rectangulaire du Forum Boarium à Rome (Fiechter 1906 : pl. 8-9) ; la frise du temple d’Assise (Italie) (Kähler 1970 : pl. 43).

98• Règne d’Auguste : temple de Mars Ultor à Rome (Kockel 1983 : 429, fig. 8 ; 434, fig. 15 ; 444, fig. 19) ; temple des Dioscures à Rome (Gerkan 1953-1954 : 203) ; arc d’Auguste à Rimini (Italie) (Mansuelli 1944 ; Mansuelli 1960 : pl. 7b) ; Maison Carrée de Nîmes (Gard) ; un monument d’Aquilée (Cavalieri Manasse 1978 : 73-74, no 41, pl. 16.2).

99• Règne de Tibère : « Temple de Diane » à Mérida (Espagne) (Alvarez Martínez 1992 : 91 ; Alvarez Martínez, Nogales Basarrate 2003 : 108, fig. 24) ; un monument de Narbonne (Aude) (Janon 1986 : 75-78, no 55-56, pl. 17-22) ; temple de Bel à Palmyre (Syrie) (Seyrig et al. 1968-1975 : 149).

100• Règne de Claude : frise du théâtre romain de Vérone (calcaire) (Schörner 1995 : 184, no 326, pl. 62.1).

  • 34 « On a recueilli une pierre portant une inscription […]. Cette pierre a la forme d’un claveau de pl (...)
  • 35 Voir Philippe Leveau (2007), qui fait le point sur la datation et propose une nouvelle interprétati (...)

101À la différence de Pierre Gros, Frédéric Rossi (Rossi et al. 1995 : 131, n. 137) ne considère pas que cette méthode de construction définisse une fourchette chronologique. Il cite le portique du forum de Pompéi, postérieur à 63 ap. J.-C., qui ne correspond cependant pas à notre cas de figure puisque l’architrave et la frise y sont taillés dans le même bloc. Néanmoins, on connaît un certain nombre de contre-exemples susceptibles de rendre caduc l’argument chronologique : une frise calcaire du Capitole de Brescia (Italie), datée de 73 ap. J.-C. (Schörner 1995 : 150, no 50, pl. 68 : 1-3) ; un édifice de Grand (Vosges) qui comportait peut-être une frise clavée ne serait pas antérieur à la fin du ier s. ap. J.-C.34 ; l’édicule en place à Arles (Bouches-du-Rhône), dont il subsiste la moitié d’un fronton soutenu par des colonnes de granite, se placerait au moins à l’époque flavienne (Gans 1990 : 115), voire à l’époque d’Hadrien (Pensabene 1994 : 300, fig. 9) ou de Constantin ; une frise de l’ordre externe du temple de Vénus Genitrix à Rome date de l’époque de Trajan (marbre de Luni) (Schörner 1995 : 174, no 243, pl. 71.6) ; une frise clavée à rinceaux conservée au musée Vésone de Périgueux est datée de la seconde moitié du iie s. (Tardy 2005 : 91) ; le tombeau-temple d’Aix-les-Bains (Savoie) est daté du courant du iie s., mais sur la base d’arguments assez fragiles35.

102En définitive, il est assez difficile d’admettre cette technique de la frise clavée au rang des indices chronologiques.

Les corniches
  • 36 Pierre Gros (1978 : 471) faisait cette remarque pour les corniches d’Afrique. On peut toutefois ren (...)
  • 37 Selon ces auteurs, le talutage du front du larmier est un trait normal des entablements de la fin d (...)

103L’utilisation d’une corniche monumentale à larmier ionique sans modillons semble antérieure au grand développement des corniches modillonnaires, tout comme les corniches monumentales lisses sont rares à partir de l’époque flavienne36. Le talutage des bandeaux, en particulier du front du larmier, serait un indice supplémentaire de datation haute (Strong, Ward-Perkins 1960 : 28)37.

La forme des lettres de l’inscription
  • 38 Voir par exemple à Lyon sous Tibère (CIL, xiii, 1769, 1819 ; ILTG, 217).

104Il est toujours hasardeux de dater trop précisément une inscription d’après le seul critère paléographique. C’est particulièrement vrai pour les blocs de cette frise, dans la mesure où nous n’avons guère d’équivalent de ce genre de dédicace monumentale, non seulement en Gaules mais dans l’ensemble de l’empire. Ce qu’on peut dire c’est que l’allure générale des lettres, en particulier la largeur des lettres rondes, qui équivaut quasiment à leur hauteur (Hübner 1885 : LXIII), et la netteté du sillon triangulaire dans lequel sont gravées les lettres droites plaident en faveur d’une date assez haute, le ier s. ap. J.-C. à coup sûr, et même plutôt la première moitié de celui-ci. Les formes de quelques lettres, comme les P à panse non fermée et les R, constituent un autre indice d’ancienneté38, sans toutefois autoriser une datation plus précise, puisqu’on les observe tout au long du ier s. ap. J.-C. et encore au siècle suivant (Hübner 1885 : LXIII-LXIV ; Cagnat 1914 : 20).

Ruine du sanctuaire

105Les Us. les plus anciennes dans lesquelles ont été trouvés les blocs du sanctuaire sont datées de la seconde moitié du iiie s. Au moins à cette date, le sanctuaire était donc en ruine, ce qui ne surprend guère puisqu’on considère généralement qu’à cette époque la plupart des monuments antiques de la colonie étaient déjà démantelés.

Situation du sanctuaire

106Malgré le parfait état de conservation d’un grand nombre de frises, en particulier des blocs trouvés dans les couches du milieu du ive s., ces blocs en calcaire de Seyssel ne semblent pas issus de l’effondrement d’édifices à proximité du chantier. Les blocs étaient en position secondaire, comme en témoignent des traces de remploi sur un bloc de frise et sur un bloc de corniche, et les pièces provenant d’autres monuments trouvées dans les mêmes couches.

107Rien ne permet de savoir si les blocs ont été extraits d’un édifice qui se situait à proximité (près de Saint-Jean ?) ou sur un site plus éloigné (colline de Fourvière, Presqu’île ou sanctuaire fédéral de la Croix-Rousse). Si l’on peut exclure avec certitude une provenance du sanctuaire du Verbe-Incarné, à la Sarra, qui était en calcaire du Midi, il demeure tellement de possibilités que toute hypothèse serait aventureuse. Seule une nouvelle découverte de blocs du même type sur un autre site, ou la mise au jour des vestiges en place du sanctuaire pourraient nous éclairer. En attendant, ces membra disjecta restent les uniques témoins d’un des monuments qui faisaient la gloire de la capitale de la Lyonnaise.

6.2 Les matériaux de construction

Hugues Savay-Guerraz

108Parmi les matériaux de construction analysés, l’ensemble le plus intéressant est un lot hétérogène de blocs d’architecture issus du démontage d’édifices inconnus [tabl. xxxviii].

tabl. xxxviii Matériaux et contextes stratigraphiques de blocs d’architecture résiduels issus du démontage d’édifices inconnus.

6.2.1 Les roches calcaires

109Elles sont ici majoritaires. Rappelons qu’à Lyon durant l’Antiquité, les constructeurs ont utilisé essentiellement des calcaires pour les blocs de pierre de taille et pour les éléments d’architecture lisses, moulurés ou à décor figuré (grand appareil, colonnes, chapiteaux et entablements, portes, gradins, bases, autels, etc.). Il est important de rappeler que ces roches sont absentes du site même de Lyon. Les affleurements les plus proches sont ceux de l’îlot du Mont d’Or, sur la rive droite de la Saône, à quelque 10 kilomètres au nord de Lyon, mais ils sont restés presque inexploités à l’époque romaine. En revanche, il existe à plus grande distance de nombreux massifs calcaires (Beaujolais, Jura, Préalpes, basse vallée du Rhône, Provence…) dont les carrières ont fourni des matériaux d’excellente qualité.

110Précisons d’emblée que tous les blocs du Parc Saint-Georges n’ont pas été analysés et que les déterminations ont été établies sur la base d’un simple examen à la loupe (grossissement x 10). Cela a permis de reconnaître les matériaux les plus caractéristiques, mais une véritable analyse pétrographique mettrait sans doute en lumière plus de diversité (Savay-Guerraz 2007).

6.2.1.1 Vallée du Rhône en amont de Lyon

Calcaire urgonien de Franclens

111Ce calcaire de couleur blanche, communément appelé « pierre de Seyssel », offre à l’œil nu une structure finement grenue avec de rares cristaux de calcite. À la loupe, on distingue des grains de calcite dont la structure interne est invisible. Leur forme arrondie est assez régulière, mais il ne s’agit pas d’oolithes. Ces éléments sont liés par un ciment de calcite cristallisée. C’est une roche tendre (poids spécifique 2020 kg/m3), particulièrement adaptée aux travaux de sculpture, tels les chapiteaux (Savay-Guerraz 1997).

112Elle est majoritaire parmi les blocs découverts au Parc Saint-Georges. On peut citer les éléments suivants, qui se rapportent à un temple : corniches de couronnement de podium, corniche (B19), blocs de frise portant une inscription monumentale appartenant à un temple (B12, B140, B142…), fûts de colonnes cannelées (B39), linteau de fenêtre ou de niche (B17) et de nombreux blocs de grand appareil (B50, B77, B88…).

113Les carrières sont bien localisées sur les deux rives du Haut Rhône, un peu en aval des pertes du Rhône (aujourd’hui du barrage de Génissiat). Les traces d’extraction les plus anciennes sont situées sur la rive gauche, sur la commune de Franclens (Haute-Savoie), tandis que l’appellation traditionnelle renvoie au port de Seyssel situé en aval (Dufournet 1978). Ce matériau qui apparaît à Lyon dès les dernières années du ier s. av. J.-C. reste présent durant toute la période romaine.

Calcaire portlandien du Jura méridional

114C’est le plus caractéristique des matériaux durs utilisés dans les constructions de Lugdunum (Savay-Guerraz 1990). Ce calcaire de structure très fine, sublithographique, de teinte mastic, avec une patine de surface très blanche, est extrêmement compact. Il se situe au sommet de l’échelle des duretés dans la classification des tailleurs de pierre (roche « froide » ; poids spécifique 2700 kg/m3). Sa cassure conchoïdale rappelle celle d’une roche siliceuse.

115Voici quelques éléments observés parmi les blocs recueillis au bord de la Saône : fûts (B33, B34) et bases de colonnes (B146, B155), deux piédroits de porte monumentale (B48, B86), dont l’un présente une couleur grise à veines rouges qui semble due à l’action du feu, blocs de grand appareil (B35)…

  • 39 Le terme « choin » désigne traditionnellement dans la région lyonnaise une pierre de taille calcair (...)

116Le calcaire portlandien affleure de part et d’autre du Rhône, dans la région de Morestel (Isère). Il était connu des carriers sous l’appellation de « choin de Fay39 », du nom d’une des carrières situées en rive droite, au sud de Belley (Ain). Ce matériau est très fréquent dans les constructions publiques et privées à Vienne et à Lyon à partir du milieu du ier s. ap. J.-C. En raison de son extrême compacité, il n’intervient dans les parties décorées que sous la forme de blocs ornés de moulures lisses, jamais sous la forme de chapiteaux ou de tout autre élément nécessitant un travail de refouillement. Son importation à Lyon cesse à la fin de l’époque romaine et ne reprend qu’au xviiie s., ponctuellement, pour des travaux publics. Il reste cependant présent au Moyen Âge, du fait de l’important remploi de blocs antiques (soubassements du chevet de la cathédrale Saint-Jean, par exemple).

6.2.1.2 Basse vallée du Rhône

Calcaire miocène

117La « pierre du Midi » est le nom traditionnel du calcaire miocène (de l’étage burdigalien) qui affleure dans la basse vallée du Rhône, en Provence et en Languedoc. Il s’agit d’un calcaire biodétritique, c’est-à-dire en grande partie composé d’organismes fossiles de natures variées, plus ou moins fragmentés. C’est un matériau peu compact (poids spécifique 1600 à 2000 kg/m3), souvent finement vacuolaire. Quelques éléments isolés utilisent ce matériau : console ornée de têtes de taureaux (B184), blocs de grand appareil (B87, B145).

118L’étude pétrographique des éléments importés à Lyon, conduite par Michel Philippe, a montré que les divers faciès observés à Lyon peuvent provenir de différents niveaux appartenant aussi bien aux carrières de Saint-Restitut et Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drôme, qu’à celles des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône) ou du Vaucluse (Philippe, Savay-Guerraz 1989).

119Ce calcaire, importé précocement à Lyon comme matériau de couverture (établissement romanisé de la rue du Souvenir à Vaise, fin du iie s. av. J.-C.) a été utilisé dès la fin du ier s. av. J.-C. comme pierre de taille dans toutes les parties d’architecture : grand appareil, éléments porteurs (colonnes, piliers), chapiteaux corinthiens, frises décorées. Les rares éléments postérieurs, au milieu du ier s. ap. J.-C., ne sont pas suffisants pour affirmer qu’il a été importé durant toute l’époque romaine.

6.2.1.3 Vallée de la Saône

Calcaire oolithique

120Ce matériau demi-dur, blanc plus ou moins jaunâtre, à structure oolithique, est utilisé à Lyon comme pierre de taille dès le début du ier s. ap. J.-C. et probablement jusqu’au iiie s.

121Parmi les rares éléments recueillis au Parc Saint-Georges, figurent deux blocs qui appartiennent à une même construction : fûts de pilier à demi-colonne lisse, tronçon de fût (B27) et sommet d’un fût avec la partie inférieure de son chapiteau (B180), ainsi qu’un bloc de grand appareil (B40).

122Sa provenance est à rechercher dans la vallée de la Saône, en rive droite, sur les collines du Bas-Beaujolais, (étage du Bathonien). Il est intensément exploité au Moyen Âge (édifices religieux de Lyon), et jusqu’au xixe s. à Anse, Pommiers et Lucenay (Rhône). Plus au nord, il existe également des carrières près de Tournus. On observe de notables différences de faciès (taille des oolithes, couleur…) entre ces deux ensembles, mais il convient de rester prudent, faute d’avoir échantillonné sur toute leur hauteur les fronts de taille de ces carrières.

Calcaire pisolithique

123Ce calcaire tendre de couleur blanche, d’aspect crayeux, contient de nombreuses pisolithes (concrétions sphériques dont le diamètre atteint 1 cm) et de très nombreux fossiles, notamment des coquilles de brachiopodes et de gastéropodes (nérinées). Ces caractéristiques orientent la recherche de la provenance vers les faciès du Rauracien (sous-étage de l’Oxfordien, Jurassique supérieur) qui affleurent sur la rive droite de la Saône, entre Chalon-sur-Saône et Mâcon (Saône-et-Loire). C’est ce matériau qui était extrait de la carrière antique de Saint-Boil (Saône-et-Loire) (Monthel, Pinette 1977). Il a déjà été identifié à Lyon (faciès rosé de la carrière de La Lie à Sommeré, près de Mâcon, Saône-et-Loire), ainsi qu’à Vienne, dans le quartier de Saint-Romain-en-Gal (ier s. ap. J.-C.).

124Trois éléments quadrangulaires (dont le bloc B49) présentent entre eux des différences de faciès (taille des pisolithes, nature et densité des fossiles…) qu’il est impossible de corréler à un affleurement particulier.

6.2.1.4 Provenance inconnue

125C’est sans doute des Alpes que provient un bloc de calcaire dur, de structure très fine semblable à celle du calcaire Portlandien, mais qui en diffère par une couleur jaune très finement veinée de rouge. Ce matériau a déjà été reconnu dans les constructions gallo-romaines de Vienne, plus précisément sur la rive droite du Rhône à Saint-Romain-en-Gal (fût de colonne) et à Sainte-Colombe dans le Rhône (épitaphe remployée dans une tombe de l’Antiquité tardive). L’analyse pétrographique conduite sur le premier élément avait mis en évidence la présence de foraminifères (milliolidés, orbitolinidés) et d’algues (Salpingopo-rella sp.) du Crétacé.

126Il est présent ici sous la forme d’un bloc d’angle mouluré (B116).

6.2.2 Marbres de couleur40

6.2.2.1 Marbre de Numidie

127Deux fragments de fûts de colonne cannelés (B152 et B153) attestent la présence du marbre jaune de Chemtou, bien connu dans la décoration des édifices publics de Lugdunum. Il est présent notamment dans le sol de l’orchestra du petit théâtre (odéon) construit à la fin du ier s. ap. J-C. ou au début du iie s. On connaît également dans les thermes de la rue des Farges (Lyon, 5e arr.) un fragment de fût de colonne, tandis que la taille sur place de blocs de ce marbre a laissé des traces dans le chantier de reconstruction de l’édifice au iies. (Savay-Guerraz, Desbat 1992).

6.2.2.2 Marbre de Téos

128Un fragment de dalle (épaisseur 16 cm) illustre ce matériau bien attesté à Lugdunum (plusieurs blocs errants sur le site des théâtres de Fourvière, pavement de l’orchestra de l’odéon).

6.2.2.3 Calcaire noduleux des Pyrénées

129Le « cipollino mandolato », calcaire noduleux vert et rouge violacé, désigné par le terme générique de « marbre griotte », est bien identifié parmi les marbres d’Aquitaine exportés jusqu’à Rome (Gnoli 1988 : 156, fig. 207 ; Lazzarini 2004 : 99). Cette roche est extraite dès le ier s. ap. J.-C. à Campan (carrière d’Espiadet), dans la haute vallée de l’Adour (Hautes-Pyrénées), mais sa diffusion se développe surtout à partir du iie s. D’autres carrières auraient existé à l’époque romaine : ainsi, sur la base d’analyses géochimiques, Antonelli et Lazzarini (2000) concluent que ce sont surtout les carrières de l’Ariège (Pont de la Taule) qui ont été mises à contribution durant l’Antiquité. Ce marbre est présent dans de nombreux sites de Narbonnaise, mais aussi dans les Trois Gaules, en Espagne, en Bretagne et en Italie (Antonelli 2003). Le calcaire noduleux des Pyrénées est mis en œuvre essentiellement dans les sols en opus sectile, en placages muraux et sous la forme de colonnettes.

130Les découvertes du Parc Saint-Georges sont constituées de trois tronçons (au sens de tambours présentant une longueur supérieure à 1,5 fois leur diamètre) entiers de fûts de colonnes, dont le diamètre atteint 43 à 50 cm. Ils sont probablement issus d’un même édifice. Voici leur description d’après Djamila Fellague (2007 : 128) :

131B159 • Partie inférieure d’un fût de colonne, avec un astragale, un listel et un congé.
diam. (lit de pose) : 43,5 cm ; diam. (au-dessus du congé) :
38,1 cm ; diam. (lit d’attente) : 46 cm ; L. : 244,8 cm ;
h. (astragale) : 3,6 cm ; h. (listel) : 1,8 cm.
Lit de pose : léger démaigrissement circulaire (diam. 2,8 cm) de quelques mm au centre.

132B160 • Extrémité inférieure d’un fût de colonne, avec un listel et un congé.
diam. (lit de pose) : 49,8 cm ;
diam. (au-dessus du congé) : 44,8 cm ;
diam. (lit d’attente) : 45,7 cm ; L. : 103,6 cm ; h. (listel) : 4,8 cm.

133B161 • Extrémité inférieure d’un fût de colonne, avec un listel et un congé.
diam. (lit de pose) : 50,3 cm ;
diam. (au-dessus du congé) : 46,3 cm ;
diam. (lit d’attente) : 45,4 cm ; L. : 96,3 cm ; h. (listel) : 4,4 cm.
Lit de pose : léger démaigrissement circulaire (diam. 2,8 cm) de quelques mm au centre. Le chiffre III est gravé sur le lit de pose (h. : 3 cm).

  • 41 La présence de marbre des Pyrénées a été signalée à Lyon mais sans précision quant à la forme ni à (...)

134Ces découvertes sont instructives à plusieurs titres. Elles attestent formellement l’importation de marbres des Pyrénées à Lugdunum, et même sous la forme de blocs massifs41. Bien que ces fûts ne soient pas monolithes, il faut souligner leurs dimensions : si des colonnes en marbre de Campan d’un diamètre comparable sont connues aux xviie-xviiie s. (Julien 2006), elles sont en revanche exceptionnelles pour l’Antiquité. On remarque également la diversité des faciès, puisqu’on observe les variétés « grand mélange » et « rubanée » (couleur rouge dominante).

  • 42 Sidoine Apollinaire, Lettres, II, 10, 2-4 (Decourt, Lucas 1993 : 121).

135En 469, Sidoine Apollinaire décrit la cathédrale de Lyon en ces termes : « On vient de bâtir à Lyon une église dont la construction en est venue à son point d’achèvement grâce au zèle de l’évêque Patiens […]. Le marbre, qui se moire d’une variété d’éclats, garnit dans son entier la voûte, le sol, les fenêtres… À cet édifice s’appuie un triple portique, orgueilleux de ses supports en marbre d’Aquitaine42. » L’importation de blocs de marbre des Pyrénées est suffisamment exceptionnelle à Lyon pour que soit posée la question d’une éventuelle relation entre la découverte du Parc Saint-Georges et cet édifice. Cependant, même en imaginant que des colonnes importées en vue de la construction de la cathédrale, soient restées non utilisées, le présent dépôt sur la berge de Saône, daté du milieu du ive s. (Us. 1744, phase 8), est trop précoce pour leur être associé.

6.2.2.4 Brèche de Vimines

136Deux fragments de colonnette (B134 : L. 40 cm ; diam. 20-21 cm / non numérotée : L. 49 cm ; diam. 16-18 cm) proviennent de la carrière de Pierre Rouge, à Vimines, près de Chambéry, en Savoie. Il s’agit d’une brèche oligocène constituée d’éléments calcaires anguleux de couleur claire, enveloppés d’encroûtements rouge sombre, et noyés dans un ciment de couleur beige (Mazeran 1995 ; Tritenne, Rival 2006). Ce matériau très caractéristique a été exploité durant l’Antiquité, avec une utilisation surtout régionale (Savoie, Isère). Un fragment de colonnette retrouvé dans les fouilles récentes de la basilique Saint-Denis (Seine -Saint-Denis) indique cependant une diffusion plus lointaine (Blanc 2003).

137C’est la première fois qu’il est attesté à Lyon pour la période romaine (un fragment de colonnette sans provenance appartient toutefois au fonds ancien des collections du Musée gallo-romain, inv. 2000.0.83 ; L. 19 cm ; diam. 16 cm). Son utilisation à l’époque moderne est en revanche bien visible grâce aux deux colonnes monolithes de la porte principale de l’Hôtel de Ville (place des Terreaux).

6.3 La statuaire antique

  • 43 On doit à Benoît Mille (c2rmf) et Patrick Pliska (Créam) l’étude métallurgique dont les premiers ré (...)

Maria-Pia Darblade-Audoin, avec la coll. de Benoît Mille et Patrick Pliska43

6.3.1 Iconographie divine ou religieuse

138Sans vouloir occulter les quelques fragments exhumés de sculptures modernes et médiévales, somme toute assez modestes, force est de reconnaître que le lot de sculptures antiques mis au jour par la fouille se fait remarquer par son exceptionnelle qualité technique et par des apports importants dans le domaine de l’iconographie. Ces nouvelles connaissances ajoutées à l’étude de la sculpture antique lyonnaise peuvent se répartir en divers domaines.

139Dans le domaine de l’iconographie religieuse se distingue l’imposant fragment d’une statue de Minerve en marbre (NEsp 2006 : no 025, pl. 20-21) (inv. no 1543.68 ; contexte stratigraphique de la seconde moitié du iiie s. ; h. : 71 cm ; l. : 53 cm ; épais. : 34 cm). La statue colossale féminine est debout, en position frontale, vraisemblablement en appui sur la jambe gauche [fig. 287]. Elle est vêtue d’un péplos finement ceinturé. La poitrine est recouverte d’une cuirasse lisse décorée d’une tête de Gorgone. La figure joufflue de la Gorgone est auréolée d’une chevelure désordonnée, en petites mèches. Deux ailerons surmontent sa tête. Deux serpents sont noués sous son menton, tandis que deux autres reptiles s’échappent de la chevelure. Sur l’épaule gauche, le péplos forme un bourrelet épais qui bloque l’égide. Il pourrait faire penser à un manteau si la cuirasse n’était parfaitement visible dans le dos. La base du cou montre que la tête était légèrement tournée vers la droite. Là, on peut encore apercevoir la masse volumineuse de la chevelure, un chignon bas et long. Le bras gauche devait être placé le long du corps, légèrement en retrait. Le bras droit devait être à demi levé. On peut discerner une imperceptible torsion du buste vers la droite. Ce fragment appartenait à une figure colossale de Minerve, probablement une statue de culte. L’imposante masse du vêtement, privée toutefois par les épaufrures des replis latéraux du kolpos, évoque l’Athéna Parthénos, mais la pondération est inversée. On ne peut connaître ici la hauteur de l’apoptygma. La statue s’écarte du modèle grec par la forme de l’égide et par la particularité de la ceinture fine immédiatement placée sous la poitrine. L’égide couvre les seins en deux plaques réunies par le gorgoneion. Cette disposition est assez proche de la statue de Minerve du temple d’Apollon de Bulla Regia (Tunisie) (Picard 1984 : no 4), ainsi que de celle conservée au musée national de Tokyo (Canciani 1984 : no 164a). Cette forme assez particulière de l’égide donne son épaisseur à l’objet. Une impression de poids et de force s’en dégage, la cuirasse écrase littéralement le tissu du péplos. Le bras droit à demi levé devait soutenir une lance, tandis que le bras gauche le long du corps s’appuyait peut-être sur un bouclier. Cette attitude la rapprocherait de la statue de Minerve de Cività Lavania (Italie) (Reinach 1897-1930 : II, 275, no 10). La statue lyonnaise se caractérise aussi par la forme particulière de son nœud de ceinture. Les liens tombants ont une forme traditionnelle, mais le nœud lui-même est formé d’une boucle unique verticale originale, qui vient glisser dans le triangle formé par les plaques de l’égide. Cette disposition est symétrique de la forme du premier pli central sous la ceinture. Symétrie, raideur, épaisseur sont les caractères dominants de cette œuvre, où le dessin des plis s’éloigne d’un rendu totalement naturaliste.

fig. 287 Fragment de statue de Minerve, marbre.

© MGR Lyon˗Fourvière / photo J.˗M. Degueule.

140La datation n’est pas aisée. La tentation de situer l’œuvre à l’époque flavienne ne résiste pas à l’observation du traitement et à la facture du buste, de l’égide, de son aspect général, qui trouverait mieux leur place au iie s.

141Un chapitre important de la vie religieuse lyonnaise se lit encore dans le petit relief en pierre de Seyssel représentant une Fortune-Abondance (NEsp 2006 : no 046, pl. 38) (inv. no 1385.8 ; contexte stratigraphique de la seconde moitié du ier s. av. J.-C. ; h. : 40 cm ; l. : 33 cm ; épais. : 24 cm). Le bloc sculpté en bas-relief représente un personnage féminin, vêtu d’un chiton serré sous la taille par une petite ceinture et un large manteau [fig. 288]. Au creux de son bras gauche subsiste le volume d’une corne d’abondance, qui permet d’identifier une Copia ou Fortune-Abondance. Le visage est mutilé, mais on peut encore discerner une coiffure haute et la chevelure qui formait un bandeau épais. Quelques mèches tombent sur les épaules. L’érosion du matériau ne permet pas de préciser la datation, entre le début et la fin du ier s. ap. J.-C.

fig. 288 Relief représentant une Fortune˗Abondance, pierre de Seyssel.

© MGR Lyon˗Fourvière / photo J.˗M. Degueule.

142Dans le même cadre, un petit cheval de bronze témoigne du culte de la déesse Epona (inv. no 1543.59 ; contexte stratigraphique de la seconde moitié du iiie s. ; h. : 10 cm ; l. : 12 cm). Le bronze est aujourd’hui soigneusement restauré [fig. 289]. Le cheval mâle est en action de marche, l’antérieur droit levé, les muscles tendus. La tête légèrement tournée vers la droite est portée fièrement sur un cou droit orné d’une épaisse crinière bouclée, également répartie des deux côtés et travaillée comme une chevelure. Des petits canaux groupent les mèches par deux. Les yeux étaient incrustés d’argent. Le corps de l’animal développe un beau modelé, caractérisant un travail soigné et raffiné, auquel vient s’ajouter l’attitude à la fois vive et calme du cheval. Les traces d’arrachements et de matière sur le dos et le flan droit révèlent l’empreinte d’un cavalier assis en amazone.

fig. 289 Statuette en bronze d’Epona.

© Créam Vienne.

143Il s’agit ici très probablement d’une représentation d’Epona. Cette divinité protectrice des chevaux, des cavaliers et de tous les métiers liés à l’élevage des équidés, est, dans la majorité des cas, assise sur le dos d’un cheval marchant vers la droite, dans la posture d’une amazone (Boucher 1999 : pl. I 1-2, II2, VI 1-3, VII 1-2). On peut citer à titre de comparaison quelques petits bronzes gallo-romains représentant Epona à cheval, la statuette découverte à Loisia dans le Jura (Babelon, Blanchet 1895 : no 689) ; la statuette de Reims, où la déesse était séparée du cheval lors de la découverte et dont la place était nettement indiquée sur le dos de l’animal, tel l’exemplaire lyonnais (Babelon, Blanchet 1895 : no 690) ; l’Epona de la Madeleine dans l’Ain (Babelon, Blanchet 1895 : no 691) ; et, plus proche de Lyon, la statuette de Vienne en Isère (Babelon, Blanchet 1895 : no 693). L’absence de traces d’arra chements sur la crinière invite à penser que la divinité ne tenait pas celle-ci, comme elle le fait parfois, et qu’elle devait donc se tenir assez droite, tournée vers le spectateur.

144La statue pourrait avoir été réalisée au iie s. ap. J.-C.

145Une patte de griffon en marbre [fig. 290] est probablement ce qui demeure d’un vestige d’une statuette d’Apollon (NEsp 2006 : no 408, pl. 152) (inv.1738-1 ; contexte stratigraphique de la seconde moitié du iiie s. ; h. : 8,3 cm ; l. : 10,8 cm ; épais. : 7 cm ; h. (socle) : 3 cm). L’extrémité de la patte de l’animal repose sur un fragment de socle. Le dessin rigoureux et souple indique une œuvre de qualité du ier ou du iie s. ap. J.-C.

fig. 290 Patte de griffon, marbre.

© T. Silvino.

146Un petit ex-voto de plomb [fig. 291] témoigne de la dévotion à Vénus (inv. no 1650-1 ; contexte stratigraphique de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. ; h. : 7,7 cm ; l. : 2,5 cm ; épais. : 0,3 cm). La petite plaque de plomb, très fine, représente une statue de Vénus sur un socle. Debout, nue dans l’attitude de la pudicité, le bras gauche le long du corps, la main masquant le pubis. Son bras droit est légèrement détaché du corps et l’avant-bras replié revient vers l’épaule. Elle porte un bracelet à chaque bras. Sa chevelure relevée en chignon soutient un diadème. Les bracelets sur les bras et l’attitude identifient immédiatement une Vénus de type pudique. La taille de l’objet, ainsi que son exécution sommaire et simplifiée caractérisent un ex-voto antique.

147La datation de l’objet s’accorde au cadre chronologique du contexte dont il a été extrait.

fig. 291 Ex˗voto représentant Vénus, plomb.

© T. Silvino.

148Enfin une tête de statuette de Vénus en marbre se situe à la frontière entre représentation religieuse et sculpture idéale (NEsp 2006 : no 026, pl. 22) (inv. no 1543.66 ; contexte stratigraphique de la seconde moitié du iiie s. ; h. : 15,7 cm ; l. : 16 cm ; épais. : 15 cm). La tête, de demi-grandeur naturelle, laisse encore voir un ovale doux et régulier [fig. 292]. La chevelure est partagée en deux bandeaux par une raie médiane. Ceux-ci se rejoignent à l’arrière pour former un chignon plat très bas sur la nuque. Deux guiches sont placées sur les tempes. Quatre trous de foret devaient permettre l’ajout d’une couronne métallique posée sur les bandeaux. D’après son type de coiffure, cette tête appartenait très probablement à une figure d’Aphrodite-Vénus. Le front court, la largeur des bandeaux, le profil rappellent les Aphrodites hellénistiques, et particulièrement les exemplaires du iie s. av. J.-C. On peut songer par exemple à une statuette délienne (Marcadé 1969 : 234, note 4, pl. 45, inv. A. 2129 ; Delivorias 1984 : no 412) ou à un petit bronze d’Asie Mineure conservé à New York (Delivorias 1984 : no 401). Toutefois, la face du visage est difficile à classer. L’ovale plein, les lèvres très ourlées, sont, avec le traitement des yeux, la signature d’un artiste romain ou grec de la période romaine. Les yeux sont caractérisés par des paupières très épaisses. L’arcade sourcilière forme un bloc proéminent. Elle est séparée du globe oculaire par une ligne incisée profonde qui part du point lacrimal ponctué jusqu’à l’étirement externe de la paupière supérieure. Les lignes des paupières ne se rejoignent pas. Le modelé souple donne du relief à ce visage. La tête, légèrement penchée sur la droite élimine d’emblée l’hypothèse d’une Aphrodite Médicis ou du Capitole.

149On place plutôt cet exemplaire entre la fin du ier s. ap. J.-C. et le début du iie s.

fig. 292 Tête de statuette de Vénus, marbre.

© MGR Lyon˗Fourvière / photo J.˗M. Degueule.

6.3.2 Les portraits et statues honorifiques

150Cette catégorie est représentée par des fragments de draperies en bronze et de statues équestres. Une douzaine de fragments de draperie et divers éléments en bronze (fibule ?, bouton, fragment de chaussure) semblent appartenir à une même statue drapée légèrement plus grande que nature (inv.no 1419.1 ; contexte stratigraphique du ive s. ap.J.-C.). Aucun élément anatomique ne permet de trancher en faveur d’une statue féminine ou masculine. Ce type de statue est en usage en Gaule du ier s. av. J-C. jusqu’au ive s. ap. J.-C. Dans le contexte lyonnais, on resserrera la fourchette chronologique entre le règne d’Auguste et le début du iiie s. La belle facture de l’œuvre indique que le personnage représenté devait au moins appartenir à l’élite de la colonie de Lyon, c’est-à-dire être un haut fonctionnaire impérial, sinon un empereur ou une impératrice.

151De même, trois autres fragments de draperie en bronze (inv. no 1543-28) appartenaient à une même statue plus grande que nature [fig. 293]. Il s’agit de fragments de larges plis tuyautés d’un paludamentum ou manteau antique d’une grande statue honorifique masculine, peut-être impériale, des ier-iiie s. ap. J.-C.

fig. 293 Fragments de draperie de statue, bronze.

© T. Silvino.

152Dans cette catégorie, la découverte la plus importante est celle d’un arrière-train de cheval en bronze (inv. no 1419.2 ; contexte stratigraphique du ive s. ap. J.-C. ; dimensions après restauration : h. totale : 84 cm ; croupe : 60 x 58 x 60 cm). L’arrière-train provient d’une statue creuse en bronze coulé dont les dimensions approchent la grandeur nature. Il comprend les cuisses gauche et droite, une portion du ventre, la croupe, auxquels manquent la queue et les jambes. L’épaisseur de la paroi de la statue varie de 2 à 6 mm et comporte des défauts de coulée sous forme de bulles.

153Tous les éléments restaurés mettent en valeur la nature prestigieuse et l’importance de cet objet [fig. 294]. Cet arrière-train de gabarit moyen appartenait à une statue équestre antique sur laquelle était assis un illustre cavalier : général, haut fonctionnaire impérial, ou plus probablement empereur.

fig. 294 Arrière train de statue de cheval, bronze.

© P. Constantin.

154Outre les restes d’un petit fragment rapporté sur la cuisse gauche (draperie, manteau ?), l’argument décisif en faveur de l’existence d’un cavalier est la présence de morceaux de languettes du tapis ou housse de selle [fig. 295]. Cette housse de selle est largement découpée par un motif géométrique en forme de pyramide de rectangles superposés, que l’on pourrait aussi décrire comme des tours.

fig. 295 Fragment de la cuisse gauche de la statue équestre en cours de restauration, sur laquelle des franges de tapis de selle attestent la présence d’un cavalier.

155© Créam Vienne

156De manière générale, les cavaliers romains de l’époque républicaine comme ceux de l’Empire n’utilisaient pas de selle mais s’asseyaient sur un tapis ou une housse de selle retenue par une sangle qui passait sous le poitrail du cheval (Bergemann 1990 : 8). Ce tapis ou chabraque était à l’origine une peau d’animal, chèvre ou mouton, ou un drap. L’exemple le plus abouti est sans conteste le tapis de la statue équestre de Marc-Aurèle au Capitole. Il est formé de trois étoffes ou de trois peaux superposées. Les bordures se terminent par un motif de tours ou tourelles (Bergemann 1990 : pl. 79). Cet ornement se retrouve sur certaines frises et reliefs italiens (Bergemann 1990 : 8), ils trouvent leur origine dans la période hellénistique, de même que le thème du cavalier victorieux (Bergemann 1990 : 12). On peut rapprocher le motif de tours présent sur la statue lyonnaise de celui de la statue de Marc-Aurèle, sans pour autant préjuger de l’identité du cavalier, ni de la datation.

  • 44 Cicéron, Philippiques, 5, 41 et 9, 13.

157La statue équestre est la forme de représentation la plus prestigieuse de la Rome antique, c’est le maximus honos évoqué par Cicéron44. Ce type de représentation honorifique exalte la virtus. Comme on peut le déduire d’une étude particulière sur l’Italie septentrionale (Slavazzi 1999), cet honneur n’est pas seulement réservé aux empereurs, il s’étend aux membres des classes dirigeantes locales, aux hauts fonctionnaires d’État et militaires, ainsi qu’à l’ordre sénatorial. Ces statues équestres étaient placées en des lieux publics monuments, essentiellement le forum (Bergemann 1990 : 1.), l’amphithéâtre et le théâtre (Fuchs 1987 : 167).

Premiers résultats d’une étude métallurgique

158Le nettoyage mécanique et la restauration de la statue équestre ont été assurés par le Centre de restauration et d’études archéologiques municipal de Vienne (Isère). L’étude métallurgique entreprise par le Centre de recherche et de restauration des musées de France a consisté à déterminer si la jambe antérieure droite découverte dans la Saône en 1766 (Boucher, Tassinari 1977 : no 111) peut être associée aux fragments de la jambe postérieure droite, du ventre et du dos du cheval du Parc Saint-Georges (inv. no 1419.2).

159La question d’une éventuelle association de la statue du Parc Saint-Georges et de l’antérieur droit conservé au Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière (Br117) a gouverné cette première phase. L’hypothèse d’une telle association se justifait aussi bien par le contexte de découverte de la jambe Br117 dans la Saône, en amont du pont d’Ainay, que par les dimensions et le style. Nous allons voir que cette hypothèse résiste à l’examen des surfaces et à la comparaison des techniques de fabrication [tabl. xxxix]. Ainsi, certaines zones de la statue du Parc Saint-Georges présentent des états de surface d’une grande qualité, où la couleur du bronze et son éclat sont encore nettement perceptibles, ce qui caractérise également l’antérieur droit Br117. Par ailleurs, les épaisseurs des parois métalliques sont comparables : relativement constantes et variant selon les zones entre 2 et 4 mm et entre 4 et 6 mm. De surcroît, des assemblages par soudure sont mis en évidence dans les deux cas. Ces soudures sont effectuées par coulée secondaire de métal. Les soudures de la statue équestre de Saint-Georges forment de larges cordons, très visibles au revers, tandis que les soudures de la jambe

.

tabl. xxxix Comparaison des techniques de fabrication mises en œuvre pour les fragments de statue équestre de Saint˗Georges et de la patte antérieure droite Br117 découverte en 1766.

160Br117 sont du type « en cuvettes ». Les défauts de moulage sont particulièrement nombreux, aussi bien pour les fragments de Saint-Georges que pour Br117. Ils ont été dissimulés au moyen de plaquettes, au moment de la phase de reparure. Selon la taille du défaut, les plaquettes sont rectangulaires ou polygonales. Dans les deux cas, un alliage à base de plomb a été appliqué au revers afin d’aider au maintien des plaquettes dans leur logement (fixation par brasure). La couche de plomb est cependant nettement plus épaisse sur la jambe Br117. À l’issue de cette description préliminaire des techniques de fabrication, les ressemblances sont donc nombreuses entre nos fragments et la pièce découverte en 1766, avec toutefois des modalités différentes pour la réalisation des soudures.

  • 45 Précisément par la technique icp-aes (Inductively Coupled Plasma – Atomic Emission Spectrometry), s (...)

161Pour aller plus loin, nous avons souhaité comparer la composition élémentaire des métaux composant les différentes pièces. À cet effet, dix-neuf prélèvements par microforage ont été effectués sur les fragments de Saint-Georges, et quatre sur la jambe Br117. Les copeaux de métal ont été analysés par spectrométrie d’émission optique45. Nous ne nous attarderons pas à décrire l’intégralité des résultats –vingt-six éléments chimiques ont été dosés–, nous nous bornerons ici à commenter les teneurs en éléments d’alliage, c’est-à-dire les éléments volontairement ajoutés au cuivre : étain et plomb [tabl. xl]. La lecture de ce tableau est particulièrement éloquente, la jambe antérieure droite découverte en 1766 a une composition très différente de la statue équestre trouvée sur notre fouille. Pour cette dernière, nous sommes en présence d’un bronze au plomb renfermant 6,4 à 9,8 % d’étain en masse et 1,4 à 8,2 % de plomb. Pour la jambe Br117, les compositions sont beaucoup moins variables et contiennent nettement plus d’étain : entre 10 et 12 % en masse, correspondant cette fois plutôt à un bronze (alliage binaire). La teneur en plomb est en effet inférieure à 1 % pour trois des quatre analyses effectuées. La quatrième correspond à l’alliage utilisé pour la soudure, et contient plus de plomb. On remarque d’ailleurs la même tendance pour les fragments de Saint-Georges : les teneurs en plomb des alliages de soudure sont en moyenne supérieures à ceux des alliages des formes moulées et des palques de reparure.

tabl. xl Moyenne des teneurs en étain et plomb en fonction du type de pièce, pour les fragments de Saint˗Georges et la jambe Br117 (Sn étain ; Pb plomb).

162La moyenne des teneurs en étain et plomb en fonction du différent type de pièce ne laisse guère de doute. Les logiques d’alliage sont parfaitement compréhensibles et complètement indépendantes pour les deux découvertes. La jambe antérieure droite de cheval Br117 découverte en 1766 dans la Saône, et les fragments de statue équestre découverts à Saint-Georges appartiennent donc à deux ensembles statuaires distincts.

6.3.3 La sculpture funéraire

163Ce domaine n’est représenté que par un exemplaire d’un petit buste en pierre de Seyssel (NEsp 2006 : no 249, pl. 93) (inv. 1501.4 ; élément gallo-romain résiduel dans un contexte stratigraphique du haut Moyen Âge ; h. : 24,5 cm ; l. : 22 cm). La tête manque ainsi que les bras. La base du buste porte de face une tabula anépigraphe à queues d’aronde. Les plis en triangle de la tunique indiqueraient un personnage féminin. Le nom de la défunte était gravé ou peint sur la tabula. Ce type de buste est en usage aux iie et iiie s. ap. J.-C.

6.3.4 La sculpture de genre

164La statuette de jeune fille assise en marbre [fig. 296] est un bel exemple de cette catégorie (NEsp 2006 : no 390, pl. 148-149) (inv. no 1543.67 ; contexte stratigraphique de la seconde moitié du iiie s. ; h. : 47,5 cm ; l. : 21 cm ; épais. : 19 cm). La statuette a été mise au jour presque intacte : seuls le bout de ses pieds et le bas du rocher sont brisés. Une large épaufrure marque le genou gauche. Manque le sommet du chignon qui était amovible. La tête, également amovible, a été découverte dans son logement, qui semble assez profond, dans le buste. Le personnage est assis sur un rocher, la jambe gauche croisée sur la droite. Le bras droit est tendu et la main appuyée sur le support. Le bras gauche est replié sur la poitrine, le coude posé sur la cuisse gauche. L’épaule gauche se trouve ainsi légèrement déportée vers l’avant et rabaissée. Elle est vêtue d’une tunique sans manche et d’un manteau qui recouvre le ventre, les cuisses, et enveloppe le bras gauche et l’épaule. À l’arrière, la draperie est simplifiée. Le cou trapu et massif porte une tête au visage large. Le front est bas. Les yeux hauts et longs sont surmontés de paupières épaisses qui s’étirent vers les tempes. Le menton est fort, presque masculin, et les maxillaires carrés. Le crâne bien bombé porte une coiffure en côtes de melon. Une série de vingt côtes travaillées en stries parallèles peu profondes se rejoignent au vertex. Elles devaient former le chignon disparu. En lieu et place de l’appendice, un espace carré épannelé (3,5 x 3,5 cm), avec un trou de fixation de (L. : 0,5 cm) attendait celui-ci. La tête de la statuette s’adapte parfaitement au corps, mais on peut remarquer une légère disproportion de la partie massive du cou. Le visage aux traits grossiers contraste avec l’élégance de la pose et le bel effet de draperie. La statuette était faite pour être vue de face ou légèrement de trois-quarts. À l’arrière, la draperie plus sommaire est coupée par un double pli en travers du dos. Cet arrangement est irréaliste et ne peut correspondre à la disposition du manteau vu de face et sur les épaules.

fig. 296 Statuette de jeune fille assise sur un rocher, marbre.

© mgr Lyon˗Fourvière / photo J.˗M. Degueule.

  • 46 Pausanias, Périégèse, VI, 2, 6.
  • 47 Johannes Malalas, Chronographia, XI, 276.

165Cette physionomie particulière appartenait-elle à un portrait ? Quelle que soit l’identité de cette jeune personne, la partie amovible de sa physionomie a pris place sur un corps dont l’attitude est bien connue des sculpteurs hellénistiques. Le Palais des Conservateurs de Rome abrite une statue qui est probablement à l’origine du modèle lyonnais, ou en est au moins le lointain archétype (Stuart Jones 1926 : 146, no 31, pl. 53 ; Bieber 1961 : 40-41, fig. 101 ; Koch 1994 : 225-226, no 101). Cette jeune fille assise sur un siège se tient exactement dans la même attitude que la statuette lyonnaise, à l’exception de la main gauche qui, plus souple, retombe légèrement. La tête, bien davantage et plus gracieusement penchée, accompagne le mouvement descendant de l’épaule. Cette œuvre est à rapprocher du travail d’Eutychidès de Sicione, élève de Lysippe actif au début du iiie s. av.J.-C. On sait par Pausanias46 et par Johannes Malalas47 que cet Eutychidès avait réalisé une statue de la Fortune pour le nymphée du proscaenium du théâtre d’Antioche. La Tyché du musée du Vatican en serait une copie (Bieber 1961 : 40-41, fig. 102). On sait aussi que Trajan avait offert au nymphée d’Antioche une statue assise, probablement en remplacement de l’œuvre d’Eutychidès (Koch 1994 : 60-61). À l’époque d’Hadrien une émission monétaire de la ville d’Antioche y reprend le type statuaire de la jeune fille assise (Toynbee 1934 : pl. VI, 2). Une statuette en terre cuite, découverte à Cologne, représente une Fortune assise, les jambes croisées, coiffée en côtes de melon. D’après Helmut Schoppa (1938 : 240) et Günther Schauerte (1985 : 210, Kat. 361-376, taf. 46-47), le type de cette Fortune dérive de la statue d’Antioche. La terre cuite est datée par Luise Koch (Koch 1994 : 113) du dernier quart du ier s. ap. J.-C. Un petit bronze de Mâcon, de la collection Denon conservée au musée du Louvre (Reinach 1897-1930 : II, 2, 686, no 1 ; Koch 1994 : 226, no 102 ; Dupuy-Vachet 1999 : 417, no 474) montre un personnage féminin assis sur un tabouret décoré de cornes d’abondances. Son type est en droite ligne de celui de la Fortune de Cologne, mais l’ensemble est plus proche de la statuette lyonnaise. Ce bronze est daté par Koch (1994 : 113) du troisième quart du iie s. ap. J.-C. Il affirme le lien entre le type originaire d’Antioche et l’œuvre lyonnaise avec laquelle il partage une attitude semblable, les plis du drapé sur le ventre, la main gauche posée sur la poitrine, l’inclinaison de la tête et la coiffure. La coiffure même de ce petit bronze indique que la partie manquante sur le vertex de la tête lyonnaise était un chignon en forme de couronne.

166Nous sommes ici en présence de la traditionnelle coiffure dite « en côtes de melon », dont l’origine remonte au ve s. av. J.-C., en vogue à la période hellénistique (Koch 1994 : 114) et qui redevient très à la mode chez les femmes et les jeunes filles au iie s. ap. J.-C., (Fittschen, Zanker 1985 : III, p. 86, les numéros 118 et 119, taf. 149-151, datés du début et du milieu de la période antonine, vers 147-169 ap. J.-C.). Une terre cuite du Louvre, daté du début du règne d’Hadrien, et provenant de Tarse, porte une belle natte posée en couronne sur les côtes de melons (Besques 1954-1992 : 337, E-243). Un petit bronze du musée du Petit-Palais à Paris (Petit 1980 : 57, no 12), représentant un enfant bacchique dansant, ajoute à notre compréhension de cette coiffure, la partie comprise dans la couronne, qui se détermine autour d’une pastille centrale en fines mèches plates. Un autre document en bronze découvert à Lyon, une statuette de Diane (Boucher 1973 : 17, no 31), montre une coiffure de ce type associée à un visage aux traits maladroits, qui rappellent étrangement ceux de la statuette de Saint-Georges. Le travail de la coiffure associé au rendu souple et aux plis adoucis de la draperie, l’étude du type statuaire permettent de proposer, pour cette œuvre d’importation (peut-être micrasiatique ?), une datation proche de 150 ap. J.-C. Le format petit ou moyen de ce type de sculpture de genre convenait à la décoration d’une riche domus.

6.3.5 Apport à la sculpture lyonnaise

167Dans le domaine de la sculpture religieuse et mythologique, la statue de Minerve peut être considérée comme une découverte de premier plan. Cette statue de taille colossale est très probablement une statue de culte. C’est la seule représentation sculptée lapidaire de Minerve aujourd’hui qui nous soit parvenue de la colonie antique de Lugdunum à ce jour.

168L’Abondance ou Fortune est entrée au registre des nombreuses images lyonnaises de Copia. On rappellera simplement à ce sujet que Copia est la divinité protectrice de la cité et que Lyon portait son nom : Colonia Copia Claudia Augusta Lugdunum.

169De même, on peut attirer l’attention sur la découverte du petit cheval de bronze qui appartient à une figuration de la déesse Epona. Cette divinité n’était jusqu’ici présente à Lyon que par un fragment de buste en calcaire découvert rue des Farges (Desbat 1984 : 98, fig. 112 ; NEsp 2006 : no 043, pl. 36) dont l’identification demeure hypothétique. La monture de la divinité trouvée à Saint-Georges confrme donc la pratique de ce culte à Lyon.

170La patte de griffon accompagnait probablement une effigie d’Apollon, peut-être proche de la statuette lyonnaise (NEsp 2006 : no 427, pl. 159).

171La déesse Vénus, bien représentée à Lyon par des documents en marbre, dont un torse (NEsp 2006 : no 028, pl. 23), une statuette du théâtre (NEsp 2006 : no 034, pl. 28), une statuette trouvée à Gadagne (NEsp 2006 : no 027, pl. 23), se voit ici pourvue de deux figurations supplémentaires : un ex-voto, témoignage d’une ferveur à la fois populaire et individuelle, et une tête de statuette inspirée d’une œuvre hellénistique.

172Les fragments de draperie en bronze et l’arrière-train de cheval appartiennent au domaine de la sculpture honorifique, abondante à Lyon si l’on en croit le nombre important d’inscriptions. Peu de fragments de sculptures drapées représentant des personnages municipaux ou impériaux nous sont pourtant parvenus : deux fragments de draperie en bronze, l’un découvert lors de la fouille du théâtre (Boucher, Tassinari 1977 : 93, no 91), l’autre dans le Rhône en 1867 (Boucher, Tassinari 1977 : 93, no 92), et deux statues en marbre, un togatus découvert à Gadagne (NEsp 2006 : no 081, pl. 62) ainsi qu’un buste drapé provenant probablement du site du Verbe-Incarné (NEsp 2006 : no 082, pl. 63). Une statue équestre nous est connue par une inscription (Allmer, Dissard 1887-1888 : I, 23 ; Bergemann 1990 : 139, E60). Elle avait été offerte au procurateur Tiberius Antistius Marcianus sous le règne de Septime Sévère, plus précisément entre 198 et 209 ap. J.-C.

173D’autre part quelques fragments de jambes de cheval ont été mis au jour à Lyon : un fragment rive gauche de la Saône en 1835 (Boucher, Tassinari 1977 : 100, no 107), un deuxième quai Fulchiron en 1840 (Boucher, Tassinari 1977 : 101, no 109), le troisième en ville, clos des Bernardines au xviiies. (Boucher, Tassinari 1977 : 101, no 110), un quatrième dans la Saône en amont du pont d’Ainay en 1766 (Boucher, Tassinari 1977 : 101, no 111), et un cinquième dans la Saône, donné au musée des Beaux-arts en 1865 (Boucher, Tassinari 1977 : 101, no 112).

174Le domaine de la sculpture de genre qui était assez faiblement représenté à Lyon (une statuette de vieux pêcheur (NEsp 2006 : no 389, pl. 147), quelques animaux (NEsp 2006 : no 405, pl. 152 ; no 406, pl. 152 ; no 410, pl. 153) est maintenant enrichi par la découverte d’une statuette exceptionnellement conservée reprenant le thème de la jeune fille assise sur un rocher en vogue à la période hellénistique. Ces sujets de petit et moyen formats décoraient les jardins et les villas (Neudecker 1988).

Notes

1 Sur l’allure des enceintes tardives des Trois Gaules, voir Jean Hiernard (2003).

2 Pour le détail de l’origine des matériaux de construction, cf. infra, § 6.2.

3 Il est possible que plusieurs ensembles de blocs appartiennent au même monument, mais aucun indice ne permet de l’établir. Ces chiffres ne sont donc que des évaluations, d’autant plus qu’ils ne prennent pas en compte la masse des blocs parallélépipédiques pour lesquels il est difficile d’établir des regroupements du fait de l’absence de mouluration et de décor.

4 Il n’est pas toujours aisé de savoir si un bloc errant appartient à un monument public ou privé. Les critères de distinction, qui ne sont pas infaillibles, sont les dimensions, le type de bloc et la nature des matériaux.

5 Nous l’avions signalé à Maria-Pia Darblade-Audoin qui l’a intégré au Nouvel Espérandieu de Lyon (NEsp 2006 : 131, no 373, pl. 142).

6 Un prélèvement de peinture rouge à la base de la lettre V du bloc B7 a été réalisé par Emmanuelle Boissard, membre associé du laboratoire Archéométrie et Archéologie (umr 5138, cnrs, université Lumière Lyon 2, Maison de l’Orient et de la Méditerranée). Le prélèvement a porté sur une surface d’environ 25 mm2, par application d’un adhésif, ce qui a entraîné une pollution par les grains calcaires du bloc et ceux du sable de la terre d’enfouissement résiduelle. La couleur est donnée par un pigment rouge orangé, composé de grains cristallisés très brillants. L’analyse a été effectuée par micro-spectrométrie Raman au Laboratoire de physico-chimie des matériaux luminescents (pcml) de l’université Lyon 1 (umr 5620) dans le cadre d’une collaboration scientifique avec le laboratoire Archéométrie et Archéologie. Cette technique d’analyse de surface ne demande aucune préparation spécifique des échantillons et elle est non destructive. Selon la longueur d’onde et le grossissement utilisé, elle permet de travailler sur des surfaces extrêmement réduites (de l’ordre du micromètre). Le matériel utilisé est un micro-spectromètre Raman Aramis (Jobin-Yvon), équipé d’un laser hélium-néon (raie rouge de longueur d’onde 632,9 nm) et d’un microscope optique (grossissement x 100). Le spectre obtenu identifie clairement le cinabre, ou sulfure de mercure (HgS), minéral composant le rouge vermillon. La calcite résiduelle du bloc apparaît également (raie à 1085,64cm-1). Le vermillon compte parmi les pigments romains les plus onéreux. Pline mentionne un approvisionnement de tout l’Empire romain par l’Espagne, se référant probablement aux mines d’Almaden, qui restent les plus importantes sources de mercure au monde.

7 Voir par exemple l’illustration dans l’ouvrage de Pierre Gros (1976 : pl. II. 2).

8 Le même dispositif de contre-clefs est employé pour la frise du Capitole de Brescia (Schörner 1995 : fig. 68.2), pour la frise du temple d’Evora (Hauschild 1992 : 112) ainsi, semble-t-il, que pour les frises du « temple de Diane » à Mérida et du temple d’Augustobriga (Hauschild 1992 : 112).

9 Le dispositif le plus proche est peut-être celui qui a été mis en évidence à Mérida sur le « temple de Diane » pour lequel les blocs de frises ne reposent pas de toute leur longueur sur les architraves, mais seulement par les extrémités d’une zone rectangulaire. Selon les chercheurs espagnols qui ont étudié le monument, cela permettait d’éviter la fissuration du bloc dans le cas d’un petit mouvement de la structure (Alvarez Martinez, Nogales Basarrate 2003 : 166).

10 On rapprochera cette observation de la remarque faite sur les clefs de la frise du temple de Bel à Palmyre, dont les joints présentent un dispositif particulier d’assemblage « fait de trois anathyroses verticales, une sur chaque bord latéral, une troisième au milieu » (Seyrig et al. 1968 : 21).

11 Il en est de même pour les blocs de frise du temple de Bel à Palmyre (Seyrig et al. 1968 : 21), du temple des Dioscures (blocs cramponnés entre eux et en plus goujonnés avec l’assise du dessus) (Lugli 1957 : 241) ou du forum de Nyon (Rossi et al. 1995 : 118).

12 Par exemple : aedem et port (icum) (ILLRP, 658 = ILS, 6248 [Préneste]) ; aed (em), port (icum), columnas IIII (cil, VIII, 25516 = ILBardo, 240 [Bulla Regia]) ; aede[m I]ouis a solo et porticum cum [aedi]ficiis (cil, X, 5160a [Cassino]) ; templa, porticu{u}s quaeq[ue---] ornamentaque sunt (cil, XI, 3124 [Faléries]) ; templum et porticus uetustate conlabsum (cil, XIII, 5373 = ILS, 4598 [Besançon]) ; templ[um, forum, p]orticus, ex[edram, tabu]larium (AE, 1972, 269 [Munigua]) ; aedem et porticus (ILGN, 358 = ILN, Vienne, 826 [Genève]) ; templum et porticu[s fecit] (IK, 59, 168 [Blaundos]) ; etc.

13 Voir : aedem, signa IIII, port (icum) cum marceriis et culina (m) (cil, V, 781 = 8230 = IAquil, 236 = 239 = ILS, 3119 [Aquilée]) ; aedem, port (icum), culi[nam ?] (cil, IX, 2629 = ILS, 5419 [Aesernia]) ; templum, et basilicam et porticus et cis-ternam et custodiam (AE, 1992, 1817 [Thignica]) ; templ (um), portic (um), custodiarium (cil, IX, 5197 [Asculum]).

14 Voir : porticus cum cubiculis (AE, 1976, 561 = idr, III, 2, 11 [Sarmizégéthuse]) ; porticum cum aediculis suis et cubiculum quod est supra memoriam (cil, XIV, 158-159 = ILS, 8091 [Ostie, mais dans un contexte funéraire]).

15 Voir, par comparaison, l’espace qui sépare le O du M sur B128, ainsi que l’espace entre le V et le M sur B7 ou sur B3.

16 Pour d’autres exemples de vacat important entre deux lettres d’un même mot, voir B142 (22 cm entre le L et la lettre qui précède) ou B128 (18 à 19,5 cm entre M et N).

17 Voir : [--- templ]um dei Mercuri cum suis aedificiis » (cil, XIII, 3012 [Melun]) ; et aussi (CIL, X, 5160a, note 385).

18 Voir : portic (um) cum statuis et [ui]ridibus (AE, 1971, 85 [Nola, au ve s.]).

19 Par exemple : templum c[um] om[nib]us ornamentis (CIL, XII, 2458 = ILN, Vienne, 696 [Aix-les-Bains]) ; temp[lum] cum [signo] et ornamentis (AE, 1927, 70 [Bingen]) ; templum cum suis ornamentis omnibus (CIL, XIII, 2902 [Entrains]) ; porticum cum suis ornamentis (CIL, XIII, 3063 [Orléans]) ; et peut-être [--- po]rticum [cum suis o]rnament (is) (AE, 1987, 769 [Poitiers]).

20 Outre (CIL, XIII, 2902 et 3063) (note précédente), voir par exemple : aedem Victoriae cum sui[s orname]nti[s ---] (cil, V, 7614 = 7626 = I. It., IX, 1, 127, à Pollentia]).

21 Voir : [--- cir]ca templum basilicas duas cum ceteris ornamentis ac [munimentis ---] (CIL, XIII, 953-954 = ILA, Pétrucores, 20-21 [Périgueux]).

22 Voir par exemple supra, note 19 (CIL, XII, 2458 ; CIL, XIII, 2902).

23 Comme dans supra, note 19 (CIL, XIII, 2902).

24 Cf. supra, note 14 (CIL, XIV, 158-159).

25 Voir : porti[cum cum] apparat[orio ?] (CIL, III, 4792 = ILLPRON, 789 [Virunum]) ; porticum cum apparatorio (CIL, IX, 1618 = ILS, 6507 [Bénévent]) ; [--- port]icum c[um ---] (AE, 1899, 209 = 1976, 264 [Turin]) ; etc.

26 Cf. supra, note 12.

27 Par exemple : tectum porticus cum suis columnis et paenulis duabus et opere tectorio (CIL, XII, 2391 = ILS, 5550 [Aoste] ; pronaum, porticu[m cum ---]s et epistilis (CIL, VIII, 4585 = 18647 = ILS, 5597 [Diana]) ; Porticum cum cella sacerdae et cisterna (AE, 1994, 1885 [Simitthus]) ; etc.

28 Voir : omni [impendi]o (cil, XIII, 11824).

29 Cf. supra, note 16.

30 Avec un I, le choix est très large, par exemple : Servilius, Villius, Ciuilis, etc. Avec un T : Rutlius (cil, VI, 20730) ou Cutlanus (CIL, V, 280).

31 Il serait possible de trouver des indices propres à déterminer la place des corniches en examinant les lits d’attente, en particulier la situation des trous de louve. On s’attend en effet à ce que les trous de louve soient désaxés pour les blocs inclinés du rampant. Nous n’avons malheureusement pas pu procéder à cet examen.

32 Aucun indice ne permet de faire un quelconque rapprochement entre ce sanctuaire et les fragments de statues trouvés sur le chantier.

33 « Le marquage des blocs, « très répandu dans les aires hellénistiques, s’estompe à la fin de l’époque républicaine et ne fera sa réapparition à l’époque impériale qu’épisodiquement, notamment sur certains monuments d’Afrique du Nord » (Adam 1989 : 42). Voir aussi Theodor Hauschild (1993). Sur l’usage des marques dans le bassin de la Méditerranée, voir Henri Rolland (1951 : 92). Sur différents types de marques, voir Roland Martin (1965 : 221 sq.).

34 « On a recueilli une pierre portant une inscription […]. Cette pierre a la forme d’un claveau de plate-bande d’une porte de temple ou de tout autre édifice public […] » (Bertaux 1991 : 22).

35 Voir Philippe Leveau (2007), qui fait le point sur la datation et propose une nouvelle interprétation du monument.

36 Pierre Gros (1978 : 471) faisait cette remarque pour les corniches d’Afrique. On peut toutefois rencontrer des contre-exemples (corniche lisse monumentale d’Ostie, qui date de l’époque flavienne) (Pensabene 2002 : 196-197, fig. 1-2).

37 Selon ces auteurs, le talutage du front du larmier est un trait normal des entablements de la fin de la République, qui se trouve encore sur quelques monuments du début de l’époque augustéenne, et se fait rare après 20 av. J.-C. Ce trait survit sur les corniches du début de l’Empire, le dernier exemple connu à Rome, étudié par Donald E. Strong et John B. Ward-Perkins étant celui des corniches de la basilique Aemilia. Voir aussi Robert Amy et Pierre Gros (Amy, Gros 1979 : 164). Autres exemples : la porte des Lions de Vérone (Kähler 1935 : 167, fig. 34) et le théâtre de Ferento (Italie) (Pensabene 1989 : fig. 41 sq.).

38 Voir par exemple à Lyon sous Tibère (CIL, xiii, 1769, 1819 ; ILTG, 217).

39 Le terme « choin » désigne traditionnellement dans la région lyonnaise une pierre de taille calcaire dure.

40 Je remercie Pascal Julien et Dominique Tritenne pour les identifications qu’ils ont réalisées à l’occasion de l’assemblée générale du Conservatoire national des pierres et marbres, à Lyon, en 2005.

41 La présence de marbre des Pyrénées a été signalée à Lyon mais sans précision quant à la forme ni à l’emploi des éléments observés (Braemer 1982).

42 Sidoine Apollinaire, Lettres, II, 10, 2-4 (Decourt, Lucas 1993 : 121).

43 On doit à Benoît Mille (c2rmf) et Patrick Pliska (Créam) l’étude métallurgique dont les premiers résultats sont livrés ici.

44 Cicéron, Philippiques, 5, 41 et 9, 13.

45 Précisément par la technique icp-aes (Inductively Coupled Plasma – Atomic Emission Spectrometry), selon le protocole décrit dans Bourgarit et Mille (2003).

46 Pausanias, Périégèse, VI, 2, 6.

47 Johannes Malalas, Chronographia, XI, 276.

Table des illustrations

Légende fig. 265 Bloc de frise B3 : à gauche face antérieure ; à droite face latérale droite et lit de pose.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende fig. 266 Bloc de frise B7, face antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende fig. 267 Bloc de frise B8 : a face antérieure et lit de pose ; b face latérale droite et lit de pose ; c détail du I entre le S et le C ; d détail de la dernière lettre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende fig. 268 Bloc de frise B12, face antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende fig. 269 Bloc de frise B128, face antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende fig. 270 Bloc de frise B133, face antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende fig. 271 Bloc de frise B140 : en haut face antérieure ; en bas face latérale gauche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende fig. 272 Bloc de frise B142, face antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende fig. 273 Bloc de frise B144, face antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende fig. 274 Proposition de restitution des blocs de la frise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende fig. 275 Bloc de corniche B2, lit de pose et face antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende fig. 276 Bloc de corniche B5, face latérale gauche, lit de pose et face antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 277 Bloc de corniche B14 : à gauche face postérieure ; à droite face antérieure et face latérale gauche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende fig. 278 Corniche d’angle horizontale B149, lit de pose et faces moulurées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende fig. 279 Bloc de corniche B209 : en haut face antérieure et face latérale ; au milieu lit d’attente ; en bas profil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende fig. 280 Bloc de corniche B210, face latérale gauche, lit de pose et face antérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende fig. 281 Corniche de rampant B212, face antérieure, lit de pose et face biseautée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende fig. 282 Bloc en sifflet B9, dessin de la face principale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende fig. 283 Bloc en sifflet B141 : a Dessin du lit d’attente ; b dessin de la face principale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende fig. 284 Hypothèse de restitution des blocs de corniche et de tympan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende fig. 285 Bloc B18 : en haut vue générale ; en bas détail du D gravé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende fig. 286 Bloc B6 : en haut face antérieure et sa cavité rectangulaire ; au milieu face latérale ; en bas détail du D gravé sur la face latérale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende tabl. xxxviii Matériaux et contextes stratigraphiques de blocs d’architecture résiduels issus du démontage d’édifices inconnus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 287 Fragment de statue de Minerve, marbre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende fig. 288 Relief représentant une Fortune˗Abondance, pierre de Seyssel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende fig. 289 Statuette en bronze d’Epona.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende fig. 290 Patte de griffon, marbre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 291 Ex˗voto représentant Vénus, plomb.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende fig. 292 Tête de statuette de Vénus, marbre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 293 Fragments de draperie de statue, bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende fig. 294 Arrière train de statue de cheval, bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende fig. 295 Fragment de la cuisse gauche de la statue équestre en cours de restauration, sur laquelle des franges de tapis de selle attestent la présence d’un cavalier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende tabl. xxxix Comparaison des techniques de fabrication mises en œuvre pour les fragments de statue équestre de Saint˗Georges et de la patte antérieure droite Br117 découverte en 1766.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende tabl. xl Moyenne des teneurs en étain et plomb en fonction du type de pièce, pour les fragments de Saint˗Georges et la jambe Br117 (Sn étain ; Pb plomb).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende fig. 296 Statuette de jeune fille assise sur un rocher, marbre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20292/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Auteurs

CRHIPA (université Pierre-Mendès-France, Grenoble), Institut de recherche sur l’architecture antique (CNRS, Lyon).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search