Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Chapitre 5. Aspects de la vie quotidienne

Céline Galtier, Pierre Mille, Agata Poirot, François Bérard, André Cochet, Fabienne Médard et Christian Cécillon

Résumé

L’étude des principales catégories d’objets de la vie quotidienne dépasse le simple classement typologique. Ces artefacts restituent de véritables instantanés de l’activité humaine au bord de la Saône depuis l’Antiquité. La variété de leurs fonctions prouve la polyvalence des riverains. Pour la période moderne, le mobilier prélevé est inhabituellement abondant, riche et varié. Cela s’explique par la proximité d’une zone d’habitat densément occupée, mais aussi par les conditions de conservation, l’eau assurant celle des matières organiques périssables (cuir, bois et tissu). L’originalité de certaines séries, tels les accessoires de batellerie, renseigne sur l’activité principale du site à vocation portuaire. De plus, les objets prélevés dans un niveau ennoyé de la berge appartiennent à une séquence chronologique précise. Chaque objet contribue ainsi au développement de référentiels chronotypologiques propres à analyser les cultures matérielles et techniques qui se sont succédé sur le site.

Texte intégral

5.1 Les activités gallo-romaines

  • 1 Nous adressons nos remerciements à Michel Feugère qui a bien voulu relire ce travail et y apporter (...)

Céline Galtier et Pierre Mille, avec la coll. de François Bérard, André Cochet et Fabienne Médard1

1La collection du Parc Saint-Georges, composée de cent quatre-vingt-treize objets antiques, présente un extrême intérêt. Elle est issue d’une zone d’activité en bord de berge de Saône, située en périphérie de la ville, or ce type d’espace est resté jusqu’à présent très peu concerné par les grands travaux de fouilles archéologiques urbaines.

  • 2 Rappelons que les objets métalliques ont été traités au Centre de restauration et d’études archéolo (...)

2Les niveaux humides de la berge ont favorisé la conservation de matières périssables tels le cuir, le bois et le tissu. Les étapes de nettoyage et de stabilisation ont en outre rendu leur lisibilité à de nombreux objets en fer et leur solidité aux objets de bois2. Cette restauration a permis la réalisation des dessins ad hoc.

3Loriginalité de certaines séries est remarquable, évoquons en premier lieu celle des apparaux de batelier. Ces accessoires de batellerie, abondamment recueillis, témoignent d’une intense circulation d’embarcations et de marchandises sur ce bord de Saône. La collection concernant les activités artisanales et commerciales révèle quant à elle de précieux indices sur des activités spécifiques comme le traitement des peaux et des tissus, mais aussi le travail du bois, domaines pour lesquels la documentation touchant la Gaule romaine reste encore très sporadique. Labsence d’objets militaires accentue la nature commerciale de l’occupation de ce secteur. Les activités réservées à l’alimentation émergent distinctement. Elles sont représentées par de la vaisselle de cuisine et de table ainsi que par de nombreux ustensiles. Le tamisage des sédiments a permis d’extraire des objets d’aussi petite taille que des dés à jouer : le seul ramassage sur le terrain n’aurait pas suffi pour les trouver, surtout dans des conditions de fouille mécanisée. On doit enfin signaler l’absence inexpliquée d’artefacts en verre.

4L’instrumentum gallo-romain appartient à des séquences stratigraphiques précises, elles-mêmes intégrées à l’évolution chronologique bien définie de l’occupation. Le phasage de l’occupation débute à la fin du ier ap. J.-C. et s’achève à la fin du ive s. Ce secteur de la berge de Saône ne semble pas occupé durant les trois premiers quarts du ier ap. J.-C. L’occupation, faiblement marquée au début, progresse rapidement pour atteindre son apogée au iiie  s. Dès le ive  s., la décroissance très nette est vraisemblablement liée à une désaffection momentanée de ce quartier de Lugdunum.

5L’essai d’analyse spatiale des objets n’a que peu de sens dans la mesure où la majorité d’entre eux proviennent des niveaux ennoyés de la berge. Il s’agit donc d’un mobilier perdu, ou jeté volontairement, et dès lors retrouvé hors de son contexte primaire d’utilisation (à l’exception de quelques objets de batellerie ou de pêche).

  • 3 Les questions relatives au classement des artefacts sont aujourd’hui encore en cours de discussion (...)

6Nous avons pris le parti d’une présentation par catégorie d’activités3 plutôt que d’un classement par matériaux [tabl. xxvitabl. xxvii] ou d’une description des artefacts par phases chronologiques –le phasage intervenant à l’intérieur de chaque catégorie. Celles-ci sont au nombre de six, elles-mêmes subdivisées en plusieurs domaines [tabl. xxviii] :

tabl. xxvi Inventaire des objets antiques constitués d’un matériau uniforme, par catégorie d’activités (- aucun objet).

tabl. xxvii Inventaire des objets antiques constitués de matériaux associés, par catégorie d’activités (- aucun objet).

tabl. xxviii Inventaire des objets antiques par catégorie d’activités et par phase (- aucun objet).

  • cadre de vie (construction, menuiserie, huisserie, mobilier domestique) ;

  • activités personnelles (toilette, habillement, coiffure, ornement et parure, effets personnels) ;

  • travaux domestiques (éléments de foyer, instruments de préparation, récipients de cuisine, accessoires de cuisine, couverts de table ou de cuisine, récipients de table, couture) ;

  • activités riveraines (engins de marinier, autres objets de batellerie, instruments d’accastillage, transport de denrées, traction, pêche) ;

  • activités productives et commerciales (filage, tissage, tannerie, agriculture, moulage, travail du bois et de la pierre, outils à usage divers, pesage) ;

  • vie sociale (écriture, jeux).

7Chaque catégorie d’activités fait l’objet d’un commentaire documenté : comparaison, identification et attribution sont discutées, illustrées par de nombreuses découvertes locales, nationales ou étrangères. Il reste cependant quelques pièces souvent fragmentaires dont l’identification est incertaine ou inconnue. Il nous est apparu utile de présenter ici ces objets indéterminés qui sont trop souvent écartés des catalogues archéologiques.

8Les notices de chaque objet du quotidien catalogué dans ces catégories d’activités sont construites comme suit :

9Q [pour « Quotidien », suivi du no de cat.] • Identification de l’objet [réf. à lillustration]. Type de matériau.
Dimensions (en mm) / dimensions des éventuelles sous-parties / poids éventuel.
Numéro d’inventaire / contexte archéologique / datation Description.
(Bibliographie.)
Abréviations utilisées pour ce catalogue :
diam. : diamètre
épais. : épaisseur
g : gramme
h. : hauteur
ind. : indéterminé
inv.: inventaire
kg : kilogramme
L. : longueur
l. : largeur
mm : millimètre
sect. : section
– : information manquante ou sans objet

5.1.1 Cadre de vie

5.1.1.1 Construction

10Q1 • Tuyau [fig. 172 : 1].
Plomb.
L. (tuyau) 1340 mm ; épais. (tuyau) 70 mm /
L. (cordon) 40 mm ; l. (cordon) 10 mm. inv.1385.6 / alluvions de la rivière / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Tuyau aux parois crevées, présentant des cassures et de nombreuses entailles (coups d’outils tranchants ou de pioche).
Il est marqué de deux inscriptions comprises à l’intérieur de deux cartouches juxtaposés.
À gauche de ces marques, quelques centimètres de soudure sont décollés. Type IB.
Cartouche terminé par deux extrémités concaves et deux éléments décoratifs circulaires (L. 308 mm ; h. 28 mm / h. [lettre] 21 mm), portant l’inscription : L(ucius) S[i]l (ius ?) Maximus L(uguduni) [f (ecit) ?].
À droite du cartouche se situe un second (L. 110 mm / h. [lettres] 35 mm) au relief inégal dont les bords sont matérialisés par un trait discontinu formé par des parallélogrammes aux extrémités inclinées
à 45°. On discerne un O ou un C (douteux) séparé d’un P : R(ei ?) p (ublicae ?) c (oloniae ?) L(ugudunensis ?).
Extrémité du cartouche connu également sur le tuyau Q2 (L. 110 mm ; l. 35 mm).

11Q2 • Tuyau [fig. 172 : 2].
Plomb.
L. (tuyau) 540 mm / L. (cordon) 30 mm ;
l. (cordon) 12 à 13 mm.
inv.1385.4 / alluvions de la rivière / fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Tuyau proprement scié aux deux extrémités, présentant deux inscriptions identiques, à l’intérieur d’un unique cartouche rectangulaire (L. 210 mm ; h. 38 mm / h. [lettre] 29 mm) décoré à chaque extrémité par deux demi-cercles affrontés suivis (ou précédés) par deux cercles concentriques. Type IB.
Inscription : R(ei ?) p (ublicae ?) c (oloniae ?) L(ugudunensis ?). À gauche de la troisième lettre (C) et accolée à celle-ci, une trace est difficile à interpréter : interponction ou premier C, plus petit (c (oloniae) C(opiae) ?). Faute de parallèle sûr, l’interprétation reste incertaine (voir cependant Cochet 2000 : 172, no 7 = ae, 2000, 958a : r (ei ?) p (ublicae ?) f (actum ?)).

fig. 172 1-2 Tuyaux en plomb, fin du i er  ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).

© T. Silvino.

12Q3 • Feuille [fig. 173].
Plomb.
L. 1380-1450 mm ; l. 840 mm. inv.1385.6 et inv.1696.2 / alluvions d’inondation / seconde moitié du iiie s.
Deux fragments d’une même feuille de plomb portant chacun le même décor et la même inscription dans le même cartouche (L. 242 mm ; h. 47 mm / L. [champ ép.] 236 mm ; h. [champ ép.] 46 mm / h. [lettre] 18 mm).
Le bord longitudinal supérieur bien net est consolidé par un renfort de fonderie présentant une surépaisseur de section triangulaire variant entre 5, 8 et 12 mm. La largeur de ce glacis est de 15 mm. Les autres côtés sont grossièrement découpés. Le long du bord supérieur, sous le renfort, court une frise formée d’une arcature entre deux rinceaux. Le tout est moulé à l’aide d’une même plaque-modèle d’environ 265 x 70 mm.
Cette frise est complétée par un alignement de perles et de pirouettes moulé avec un autre outil. Sur la plaque se trouvent également deux barres longues de 105 mm avec, pour l’une aux deux extrémités, pour l’autre à une des extrémités seulement, une pointe, le tout moulé avec l’arête d’une planchette, à l’instar des faisceaux de dards des sarcophages.
Inscriptions :
• inv.1385.6 : M(arcus) Car () Vassedo et / M(arcus ?) Val (erius) Centurio L(uguduni) f (ecerunt).
• inv.1696.2 : M(arcus) Car () Vassedo et / M(arcus ?) Val (erius) Centurio L(uguduni) [f (ecerunt)]. Au début de la ligne 2, M dont la dernière haste est incomplète, plutôt que N.

fig. 173 Feuille en plomb, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© T. Silvino.

13Q4 • Clou [fig. 174 : 1].
Fer.
L. (tige) 135 mm ; sect. 13 mm.
inv.1510.7 / alluvions de crue /
fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Tête hémisphérique pseudo-circulaire et tige de section quadrangulaire, pointe manquante.

14Q5 • Clou.
Fer.
L. (tige) 90 mm ; sect. 9 mm.
inv.1725.4 / alluvions de crue /
fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Tête plate discoïdale et tige de section
quadrangulaire, pointe manquante.

15Q6 • Clou.
Fer.
L. (tige) 120 mm ; sect. 9 mm.
inv.1322.1 / alluvions de crue / début du iiie s.
Tige de section quadrangulaire et pointe
effilée. Tête non identifiable. (Objet non restauré.)

16Q7 • Clou [fig. 174 : 2].
Fer.
L. 120 mm ; sect. 11 mm.
inv.1374.6 / alluvions de berge / milieu du iiie s.
Tige fragmentaire de section quadrangulaire.
Tête et pointe manquantes.

17Q8 • Clou.
Fer.
L. (tige) 120 mm ; sect. 10 mm.
Inv.1261.3 / dépôts anthropiques d’assainissement / milieu du iiie s.
Tige fragmentaire de section quadrangulaire.
Tête et pointe manquantes.

18Q9 • Clou.
Fer.
L. (tige) 122 mm ; sect. 10 mm.
inv.1261.4 / dépôts anthropiques d’assainissement / milieu du iiie s.
Tige de section quadrangulaire et pointe effilée. Tête circulaire bombée.

fig. 174 Clous : 1 fin du i er ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

5.1.1.2 Menuiserie

19Q10 • Clou [fig. 175 : 1].
Fer.
L. (tige) 85 mm ; sect. 7 mm.
inv.1510.4 / alluvions d’inondation / fin du i er s. ap. J.-C. – début du iie s.
Tête pseudo-circulaire légèrement bombée et tige de section quadrangulaire. Pointe manquante.

20Q11 • Clou.
Fer.
L. (tige) 45 mm ; sect. 9 mm.
inv.1261.2 / dépôts anthropiques d’assainissement / milieu du iiie s.
Tête plate discoïdale, tige de section quadrangulaire et pointe effilée.

21Q12 • Piton fermé à deux pointes.
Fer.
L. 34 mm ; diam. 16 mm.
inv.1356.35 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
fiche à tête en forme d’anneau et à deux branches appointées. (Objet non restauré.)
(Guillaumet 2003 : 138 ; Castella et al. 1999 : 369-370, 420, pl. 118.)

22Q13 • Piton fermé à deux pointes [fig. 175 : 2].
Fer.
L. (branche) 66 mm / diam. (anneau) 23 mm. inv.691.1 / dépôt alluvial d’inondation / milieu du iiie s.
fiche à tête en forme d’anneau et à deux branches appointées.
(Guillaumet 2003 : 138 ; Castella et al. 1999 : 369-370, 420, pl.118.)

fig. 175 1 Clou de menuisierie, fin du i er ap. J.˗C.– début du iie s. (phase 3) ; 2 piton fermé à deux pointes, milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

5.1.1.3 Huisserie

23Q14 • Clenche [fig. 176].
Alliage cuivreux.
L. 210 mm ; section 8 mm.
inv.1761.1 / alluvions anthropiques / milieu du ive s.
Tige courbe de section circulaire opposant une extrémité bifide à une pointe taillée en biseau. Les branches de l’extrémité bifide sont ouvertes à 45°. Lune se situe dans l’axe de la tige, tandis que la seconde présente un léger méplat qui correspond au réceptacle d’une pièce transmettant le mouvement d’ouverture de la porte. La partie inférieure de la tige présente un appendice triangulaire servant de fixation et de guide, à partir duquel la tige se cintre et s’affine légèrement jusqu’à sa pointe biseautée.

fig. 176 Clenche, milieu du ive s. (phase 8).

© É. Bayen.

5.1.1.4 Mobilier domestique

24Q15 • Clochette.
Alliage cuivreux.
L. 54 mm ; l. 50 mm.
inv.1385.9 / alluvions de rivière / fin du i er  s. ap. J.-C.
Clochette hémisphérique très fragmentaire présentant un simple anneau de suspension, en méplat percé de deux trous.
(Boucher, Tassinari 1980 : 84-85 ; Daremberg et al. 1963-1969 : 341-344.)

25Q16 • Clochette [fig. 177 : 1].
Alliage cuivreux.
h. 71 mm ; diam. 39 mm.
inv.1543.27 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Clochette haute de section circulaire pourvue d’une bélière de suspension hexagonale.
(Boucher, Tassinari 1980 : 84-85 ; Daremberg et al. 1963-1969 : 341-344.)

26Q17 • Applique [fig. 177 : 2].
Os.
L. 25 mm ; l. 22 mm.
inv.1356.13 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Élément découpé en forme de palmette simplifiée et ajourée présentant une face plane. Il peut s’agir d’un fragment de décor d’incrustation de meuble.

fig. 177 1 Clochette, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 applique, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 manette en U, milieu du iiie s. (phase 6) ; 4 disque, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 5 boîte à compartiments, milieu du iiie s. (phase 6) ; 6 charnière, milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

27Q18 • Plateau [fig. 178].
Marbre blanc (gros cristaux).
diam. (reconstitué) 650 mm ; h. 41 mm.
inv.1357.5 / dépôt anthropique
d’assainissement / milieu du iiie s.
Fragment d’un récipient correspondant à un plateau de grande taille. Ne présentant pas d’usures liées à un quelconque usage, il est probablement à ranger parmi le mobilier domestique.

fig. 178 Plateau, milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

28Q19 • Manette en U [fig. 177 : 3].
Alliage cuivreux.
L. 95 mm ; sect. (manette) 4 mm. inv.1227.2 / dépôt anthropique d’assainissement / milieu du iiie s.
Élément composé d’une tige coudée de section carrée aux extrémités moulurées formant anneau. À chacune d’elle est insérée la tête en anneau d’un piton fermé à pointes rivetées. Les pitons permettaient la fixation de la manette sur un coffre ou un meuble. (Castella et al. 1999 : 359-360, 397, pl.165 ;
Dubant 2000 : 18, 38, pl.5 ; Guillaumet 2003 : 139 ; Riha 2001 : 31, 33, 52, fig. 14, 15, 24.)

29Q20 • Disque [fig. 177 : 5].
Alliage cuivreux.
diam. 86 mm ; épais. 2 mm.
inv.1543.23 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Disque présentant une face polie et une seconde où sont visibles des traces de martelage et d’usure. Cette dernière présente une excroissance centrale parallélépipédique, décorée de deux incisions parallèles sur ses faces latérales, et percée en son centre. Cette perforation circulaire permet de supposer soit que l’élément était fixé sur un meuble ou une pièce de harnachement, soit qu’il tournait autour de l’axe d’un mécanisme.
(Boucher, Tassinari 1980 : 92.)

30Q21 • Boîte à compartiments [fig. 177 : 6].
Bois (buis).
L. 54mm ; l. 21 mm ; h. 11 mm.
inv.1356.19 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Deux fragments non raccordables appartiennent à cette boîte. Celle-ci possédait au moins quatre compartiments séparés par trois fines parois. Un bord latéral présente une feuillure droite sans doute aménagée pour le passage d’un couvercle coulissant. Ce travail a été réalisé au ciseau.

31Q22 • Charnière [fig. 177 : 4].
Os.
L. 27 mm ; diam. 23 mm. inv.1227.1 / dépôt anthropique d’assainissement / milieu du iiie s. Court cylindre en os creux tourné et muni d’un trou latéral à mi-longueur. Une goupille, de bois ou de fer, fichée dans le trou permettait la fixation de cet élément de charnière soit au montant, soit au battant d’un meuble ou d’un grand coffre. Type Béal AXI, 2.
(Béal 1983 : 110-122 ; Prévot 2005 : 19-21.)

5.1.1.5 Commentaire

32Dans la catégorie présentant le cadre de vie, nous avons inventorié :

33• concernant la construction, la menuiserie et l’huisserie : deux fragments de tuyau de canalisation marqués (Q1, Q2), une feuille décorée et marquée (Q3), onze clous de construction (dont Q4-Q9), quarante-quatre clous de menuiserie (dont Q10, Q11), deux pitons (Q12, Q13) et une clenche (Q14) ;

34• concernant le mobilier domestique : deux clochettes (Q15, Q16), un fragment d’applique (Q17), un fragment de plateau (Q18), une manette en U (Q19), un disque (Q20) dont on ne peut préciser l’utilisation exacte, une boîte à compartiments (Q21) et un élément de charnière (Q22).

35Une dizaine de fragments de tuyaux de plomb (probablement des conduites appartenant à des systèmes de canalisation ou d’adduction d’eau) a été trouvée lors de la fouille. Ceux-ci sont en mauvais, voire très mauvais état de conservation. Ils portent des traces de découpages irréguliers et de nombreuses traces anciennes d’instruments tranchants. Aucun n’a été trouvé en position fonctionnelle. Il semble que l’on ait ici affaire à du métal issu de la récupération et destiné à la refonte. Les longueurs de ces fragments de tuyau varient de 300 à 1340 mm. Seuls deux d’entre eux, en raison de leurs marques de plombiers, paraissent mériter une description plus détaillée dans ce catalogue.

36L’exemplaire Q1 présente un cartouche en très faible relief qui est sans doute un nouvel exemplaire de la marque déjà connue à la fontaine de Choulans et dans la collection des Lazaristes (Cochet 2000 : 170-171, no 5a et b = ae, 2000, 955-956. Le second reproduit la marque inscrite sur Q2. Sur le fragment conservé, les marques semblent n’exister que d’un seul côté, ce qui correspond à un placement normal.

37L’exemplaire Q2 présente deux cartouches composés en haut et en bas d’un filet discontinu de petits éléments séparés par des obliques à 45°.

38Faute de connaître leur destination exacte, deux fragments d’une même grande feuille de plomb (Q3), porteurs d’un décor et d’une marque de plombier associés, ont aussi été intégrés aux objets indéterminés. Des traces montrent qu’ils ont été pliés dans le sens de la longueur et de la largeur, puis remis dans leur état d’origine avant leur enfouissement. À en juger par la déformation d’un des petits côtés de la partie de la feuille la plus longue, c’est sans doute la remise à plat qui a provoqué la cassure de la feuille primitive en deux morceaux. Dans un cartouche à queues d’aronde, on lit deux noms superposés, celui de M. Car () Vassedo (ligne 1) et celui de M(?) Val (erius) Centurio (ligne 2). Vassedo était déjà connu par quatre tuyaux portent la marque Vassedo V(iennae) f (ecit) (cil, XII, 5701/54 ; ae, 1941, 30 ; Cochet, Hansen 1986 : no 62a-d, provenant d’Arles, Vienne, Dijon et Chalon). C’est en revanche la première mention de son activité à Lyon, et la première marque qui donne le nom complet de ce plombier, ainsi que celui d’un associé jusqu’ici inconnu. Le gentilice était peut-être Car (antius), assez répandu à Vienne, mais d’autres restitutions sont possibles. Vassedo est un nom gaulois bien attesté en Narbonnaise (cil, XII, 1304, 3031, 3410 ; cf. ae, 1982, 686 et ae, 1995, 1053 ; Delamarre 2007 : 190). Lassocié porte un gentilice très répandu, mais un cognomen fort rare qu’on ne trouve qu’en Gaule (Kajanto 1965 : 319 ; cfila Bordeaux, 84, 106, 216). La plaque pourrait avoir appartenu à un récipient en bronze, telle la chaudière fabriquée par une autre entreprise de plomberie viennoise, celle de Staia Saturnina (Cochet, Hansen 1986 : 197-203, no A6).

39Tous les clous prélevés sur le site ne sont pas présentés dans ce catalogue. Suivant la méthode de classement des clous proposée par Jean-Paul Guillaumet (2003 : 49-58), nous avons distingué deux types : les clous de construction dont la longueur est supérieure à 90 mm et la section supérieure à 8 mm (Q4-Q9) ; et les clous de menuiserie dont la longueur est comprise entre 20 et 80 mm et la section entre 4 et 8 mm (Q10, Q11).

40L’activité de menuiserie est la mieux représentée sur le site. On dénombre en effet un total de quatre clous de menuiserie entiers et quarante clous fragmentaires regroupés en lots (ces lots ne figurent pas dans le catalogue), contre seulement six clous de construction et un seul lot de cinq fragments.

41La clouterie est particulièrement bien représentée dans les niveaux du iiie s. correspondant au remblaiement de la Saône primitive. Cinquante-deux individus ont en effet été mis au jour dans des contextes datés du iiie s, contre trois seulement pour ceux des ier et du iie s.

42Les deux pitons (Q12, Q13), parfois appelés « agrafe à bois », « paumelle » ou « goupille fendue » sont datés du milieu du iiie s. Une fois fixées dans leur support en bois, ces pièces faisaient office de charnière et servaient de point d’ancrage afin de suspendre ou de laisser coulisser un lien ou un autre élément métallique (un second piton, une anse, une chaîne…). Ces artefacts ayant été mis au jour isolément de leur support, il est difficile de préciser leur fonction. Ce type de matériel est attesté dès l’époque romaine, et sa forme n’a pas varié jusqu’à nos jours (Guillaumet 2003 : 138 ; Castella et al. 1999 : 369-370, 420, pl.118).

43Appartenant le plus souvent au mobilier domestique, les clochettes (tintinnabula) sont d’usage courant à l’époque romaine. Utilisées à des fins apotropaïques, elles étaient parfois suspendues à des lampes ou à des bustes d’applique. C’est cette dernière hypothèse que nous privilégions pour les deux exemplaires Q15 et Q16. Mais il n’est pas exclu qu’elles aient pu servir à agrémenter le décor d’harnachements de chevaux (cingula). Des modèles semblables mais beaucoup plus grands (200 à 300 mm) servaient de cloches pour le bétail (Boucher, Tassinari 1980 : 84, 85 ; Daremberg et al. 1963-1969 : 341-344).

44La manette en U fixée par des pitons (Q19), correspond à une poignée mobile de coffre ou de meuble. Ce type de poignée est attesté dès la fin du ier ap. J.-C., des exemplaires similaires proviennent par exemple des fouilles de Vertault (Côte-d’Or), de la nécropole de Wederath (Allemagne), de celle d’En Chaplix à Avenches (Suisse), ou bien du Palais des congrès de Tours (Indre-et-Loire) (Guillaumet 2003 : 80, 139 ; Castella et al. 1999 : 359-360, 397, pl.165 ; Dubant 2000 : 18, 38, pl.5).

45La fonction exacte du disque (Q20) n’a pas été élucidée. Est-ce un élément purement ornemental, ou destiné à intégrer un mécanisme plus complexe ? Un objet de facture et de dimensions comparables, conservé au Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, soulève les mêmes interrogations (Boucher, Tassinari 1980 : 92).

46Parmi les objets en bois et en os du mobilier domestique, la boîte à compartiments (Q21), qui a probablement servi au logement d’objets précieux, n’a pas d’équivalent, sinon les boîtes à intailles trouvées à Besançon et à Nîmes. L’élément de charnière en os correspond à un modèle très répandu à l’époque antique (cardinea de cardo : gond). Les charnières de ce type sont le plus souvent montées sur des meubles de grand gabarit (armoire ou buffet) ou sur de grands coffres (Prévot 2005 : 19-21 ; Mols 1999 : 125-200). Ces charnières peuvent être constituées de quatre à six pièces, chaque petit tourillon (gond) recevant le creux (paumelles) du cylindre suivant. Les chevilles disposées sur le flan de ces cylindres sont fichées alternativement sur les éléments fixe et mobile du meuble ou du coffre. Des exemplaires uniquement en bois, ou constitués de bois et d’os, nous sont parvenus complets, comme ceux de Reims, de Lyon, de Tours ou de Lattes. Attesté dès le vie s. av. J.-C. ce type de charnière n’est apparemment abandonné qu’au cours de l’ntiquité tardive (Béal 1983 : 110-123 ; Ferdière 1988 : 232 ; Dubant 2000 : 35 ; Chabal, Feugère 2005 : 159).

5.1.2 Activités personnelles

5.1.2.1 Toilette

47Q23 • Cuillère-sonde [fig. 179 : 1].
Alliage cuivreux.
L. 127 mm / diam. (manche) 2 mm / diam. (jonction cannelée) 4 mm / l. (cuilleron) 9 mm.
inv.1374.3 / alluvions de berge / milieu du iiie s. Ustensile aujourd’hui ployé. Il est composé d’une tige facettée de section octogonale prolongée d’un décor de cannelures encadrant une moulure permettant la jonction avec un long cuilleron creux. Extrémité proximale manquante. Type Riha Löffelsonden D.

48Q24 • Cuillère ou spatule-sonde [fig. 179 : 2].
Alliage cuivreux.
L. 104 mm / diam. (manche) 2,5 mm. inv.1543.22 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Ustensile fragmentaire composé d’une tige lisse de section circulaire présentant en son centre deux cannelures encadrant une moulure. L’extrémité distale présente un décor cannelé qui établissait la transition vers le cuilleron ou la spatule aujourd’hui manquante. Extrémité proximale renflée en forme d’olive.

49Q25 • Spatule-sonde [fig. 179 : 3].
Alliage cuivreux.
L. 174 mm / l. (cuilleron) 14 mm / diam. (manche) 4 mm.
inv.1746.1 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Ustensile composé d’une tige de section quadrangulaire prolongée d’une palette lancéolée plate. Extrémité proximale renflée en forme d’olive. Type Riha Spatelsonde A.

50Q26 • Cure-oreille [fig. 179 : 4].
Alliage cuivreux.
L. 125 mm / diam. (curette) 5 mm / diam. (manche) 2 mm.
inv.1543.21 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Ustensile composé d’une tige effilée de section circulaire, muni d’une palette circulaire légèrement incurvée. Le tiers supérieur du manche est décoré de cannelures entourant une moulure assurant une meilleure préhension. Extrémité proximale cassée. Type Riha Ohrlöffelchen D.

fig. 179 1 Cuillère sonde, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 cuillère ou spatule sonde, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 3 spatule sonde, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 4 cure˗oreille, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.2.2 Habillement

51Q27 • Clou de chaussure. Fer.
L. 10 mm / sect. (tige) 2 mm / diam. (tête) 11 mm.
inv.1356.36 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête conique pleine et tige courte appointée de section quadrangulaire.

52Q28 • Clou de chaussure. Fer.
L. 9 mm / sect. (tige) 3 mm / diam. (tête) 9 mm.
inv.1356.49 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête conique pleine et tige courte appointée de section quadrangulaire.

53Q29 • Clous de chaussures. Fer.
L. 5-8 mm / sect. (tige) 2-4 mm / diam. (tête) 7-8 mm.
inv.1483.4 / dépôts anthropiques de berge / fin du ive s. – début du ve s.
Lot de six clous à tête bombée pleine et à tige courte appointée de section quadrangulaire.

54Q30 • Semelage.
Cuir et fer.
L. 210 mm.
inv.1493.2 / alluvions d’inondation / fin du ier s ap. J.-C. – début du iie s.
Semelage de grand gabarit composé de quatre épaisseurs de cuir assemblées par des clous sur leur pourtour et sur une rangée dans l’axe. Emboîtage étroit.
Semelle première présentant deux incisions en bordure.

55Q31 • Semelle cloutée.
Cuir et fer.
L. 200 mm.
inv.1493.3 / alluvions d’inondation / fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Semelle cloutée de grand gabarit à bout carré.

56Q32 • Semelle [fig. 180 : 1].
Cuir.
L. 71 mm ; l. 74 mm.
inv.1405.4 / alluvions de berge / fin du ier s ap. J.-C. – début du iie s.
Fragment de semelle de grand gabarit. Le pourtour est décoré d’un bandeau incisé formé par des chevrons encadrés par quatre lignes parallèles.

57Q33 • Semelle [fig. 180 : 2].
Cuir.
L. 98 mm ; l. 43 mm.
inv.1379.12 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Fragment de semelle première de petit gabarit. Traces de couture.

58Q34 • Semelle cloutée [fig. 180 : 3].
Cuir et fer.
L. 115 mm ; l. 50 mm.
inv.1379.13 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Fragment de semelle d’usure cloutée.

59Q35 • Semelle [fig. 180 : 4].
Cuir.
L. 143 mm ; l. 65 mm.
Inv.1379.14 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Semelle première de petit gabarit à bout arrondi.

60Q36 • Semelle [fig. 180 : 5].
Cuir.
L. 221 mm ; l. 71 mm.
inv.1356.70 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Deux fragments de semelle incomplète de grand gabarit. Traces de couture.

61Q37 • Semelle enfant [fig. 180 : 6].
Cuir.
L. 116 mm ; l. 51 mm.
inv.1356.71 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Semelle de petit gabarit présentant un emboîtage étroit et un bout arrondi.

62Q38 • Semelle [fig. 180 : 7].
Cuir.
L. 132 mm ; l. 72 mm.
inv.1356.73 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment de semelle première de petit gabarit. Traces de ligneul.

63Q39 • Semelle [fig. 180 : 8].
Cuir et fer.
L. 132 mm ; l. 57 mm.
inv.1356.76 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment de semelle cloutée de petit gabarit.

64Q40 • Semelle cloutée [fig. 180 : 9].
Cuir et fer.
L. 157 mm ; l. 71 mm.
inv.1356.77 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment de semelle d’usure cloutée de grand gabarit.

65Q41 • Semelage clouté [fig. 180 : 10].
Cuir et fer.
L. 234 mm ; l. 98 mm
inv.1356.78 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Semelage de grand gabarit formé d’une semelle première assemblée à la semelle d’usure. On reconnaît dans la disposition des clous un cercle pointé au niveau de l’avant pied.
(Coulthard, Montembault 2000 : 185 ; Jones, Rhodes 1980 : 104.)

66Q42 • Semelage [fig. 180 : 11].
Cuir.
L. 147 mm ; l. 60 mm.
inv.1356.80 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Semelage de petit gabarit composé de la semelle première et de la semelle d’usure.

fig. 180 Semelles :1 fin du i er ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2-4 début du iiie s. (phase 5) ; 5-11 milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

67Q43 • Semelle.
Cuir.
L. 109 mm ; l. 42 mm.
inv.1356.81 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Semelle première de petit gabarit. Traces de couture.

68Q44 • Semelle [fig. 181 : 1].
Cuir.
L. 147 mm ; l. 72 mm.
inv.1356.82 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Lot de trois fragments de semelles de grand gabarit. Traces de couture.

69Q45 • Bouton [fig. 181 : 2].
Cuir.
diam. 17 mm.
inv.1379.17 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Rondelle percée de deux petits trous oblongs parallèles. Il s’agit vraisemblablement d’un bouton servant à orner ou à fermer un accessoire de costume.

70Q46 • Chaînette [fig. 181 : 3].
Alliage cuivreux.
L. 49 mm / l. (maillon) 5 mm ; épais. 1 mm. inv.1374.2 / alluvions de berge / milieu du iiie s.
Chaînette en laiton composée de trois maillons doubles en 8. Chaque maillon est constitué d’un anneau de section quadrangulaire replié sur lui-même. (Bishop 1996 : 45.)

fig. 181 1 Semelle, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 bouton, début du iiie s. (phase 5) ; 3 chaînette, milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

5.1.2.3 Coiffure

71Q47 • Épingle [fig. 182 : 1].
Os.
L. 94 mm / diam. (tête) 4 mm / diam. (tige) 3 mm.
inv.1322.3 / alluvions de crue / début du iiie s. Tête ovoïde, tige de section circulaire renflée en sa partie médiane et pointe conique. Type Béal AXX, 7.

72Q48 • Épingle [fig. 182 : 2].
Os.
L. 56 mm / diam. (tête) 5 mm / diam. (tige) 4 mm.
inv.1356.8 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête sphérique, tige de section circulaire renflée en sa partie médiane. Pointe manquante. Type Béal AXX, 7.

73Q49 • Épingle [fig. 182 : 3].
Os.
L. 50 mm / diam. (tête) 3,5 mm / diam. (tige) 3 mm.
inv.1356.9 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête ovoïde irrégulière (une face aplanie), tige de section circulaire renflée en sa partie médiane. Pointe manquante. Type Béal AXX, 7.

74Q50 • Épingle [fig. 182 : 4].
Os.
L. 92 mm / diam. (tête) 4 mm / diam. (tige) 3 mm
inv.1356.46 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête ovoïde irrégulière (une face aplanie), tige de section circulaire renflée en sa partie médiane et pointe conique. Type Béal AXX, 7.

75Q51 • Épingle [fig. 182 : 5].
Os.
L. 85 mm ; diam. (tête) 8 mm ; diam. (tige) 4 mm.
inv.1543.18 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Tête sphérique, tige de section circulaire renflée en sa partie médiane et pointe conique. Type Béal AXX, 7.

76Q52 • Épingle [fig. 182 : 6].
Os.
L. 89 mm / diam.
(tête) 4 mm / diam. (tige) 4 mm.
inv.1356.6 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête ovoïde (faces latérales légèrement aplanies), tige de section circulaire renflée en sa partie médiane et pointe effilée.Type Béal AXX, 8.

77Q53 • Épingle [fig. 182 : 7].
Os.
L. 44 mm / diam. (tête) 3 mm / diam. (tige) 3 mm.
inv.1356.63 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête ovoïde (faces latérales légèrement aplanies), tige de section circulaire renflée en sa partie médiane et pointe effilée. Pointe manquante. Type Béal AXX, 8.

78Q54 • Épingle [fig. 182 : 8].
Os.
L. 87 mm / diam. (tête) 5 mm / diam. (tige) 4 mm.
inv.1376.1 / alluvions de crue / milieu du iiie s.
Tête ovoïde (faces latérales légèrement aplanies), tige de section circulaire renflée en sa partie médiane et pointe effilée. Type Béal AXX, 8.

79Q55 • Épingle [fig. 182 : 9].
Os.
L. 53 mm / diam.
4 mm / diam. (tige) 3 mm.
inv.1356.7 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête conique, tige de section circulaire renflée en sa partie médiane. Pointe manquante. Type Béal AXX, 9.

80Q56 • Épingle.
Os.
L. 51 mm / diam (tête) 4,5 mm / diam. (tige) 3 mm.
inv.1356.62 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête conique, tige de section circulaire renflée en sa partie médiane. Pointe manquante. Type Béal AXX, 9.

81Q57 • Épingle [fig. 182 : 10].
Os.
L. 76 mm / diam. (tête) 3,5 mm / diam. (tige) 3 mm.
inv.1356.59 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Tête moulurée (sphère encadrée de deux disques), tige de section circulaire renflée en sa partie médiane. Pointe manquante. Type Béal A XX, 10, quoique le décor sommital diffère de ce type.

82Q58 • Tête d’épingle [fig. 182 : 11].
Os.
L. 24 mm / diam. (tête) 7 mm / diam. (tige) 3 mm.
inv.1447.4 / dépôt anthropique de berge / fin du ive s. – début du ve s.
Tête d’épingle en forme de pomme de pin. Décor losangé composé d’incisions parallèles entrecroisées. Type Béal A XXI, 1b.

83Q59 • Peigne [fig. 182 : 12].
Bois (buis).
L. 49 mm ; l. 19 mm ; épais. 10 mm.
inv.1356.27 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment d’un peigne de section biconvexe à doubles endentures opposées.
Le dimorphisme des dents est prononcé. L’aplat central séparant les rangées de dents est décoré d’une large moulure tore.
(Parias 1959 : 309 ; Audin 1986 : 43 ; Pugsley 2003 : 14-26 ; Mille 2000 : 232-233.)

fig. 182 1 Épingle, début du iiie s. (phase 5) ; 2-4 épingles, milieu du iiie s. (phase 6) ; 5 épingle, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 6-10 épingles, milieu du iiie s. (phase 6) ; 11 tête d’épingle, fin du ive s. – début du ve s. (phase 9) ; 12 peigne, début du iiie s. (phase 5).

© É. Bayen.

5.1.2.4 Ornement et parure

84Q60 • Fibule [fig. 183 : 1].
Alliage cuivreux.
L. 49 mm ; l. 23 mm / diam. (arc) 1 mm. inv.1534.1 / alluvions de décantation / fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Ardillon et partie de l’arc filiforme d’une fibule en laiton. Celle-ci présente une bague martelée qui venait se fixer sur la corde interne de l’arc aujourd’hui manquante. L’extrémité opposée conservée est déformée. Elle est pliée à angle droit au niveau de la gouttière formant le porte-ardillon. Le ressort et la corde interne sont manquants. Type Feugère 3b. (Feugère 1985 : 190-200.)

fig. 183 1 Fibule, fin du i er ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2-3 anneaux, milieu du iiie s. (phase 6) ; 4 reconstitution de fragments de fibule, milieu du ive s. (phase 8) : la déformation de la corde externe, accentuant l’ouverture de l’angle du pied initialement aigu, ne permet pas de restituer la position de la bague qui à l’origine venait se fixer sur l’arc.

© É. Bayen.

85Q61 • Camée [fig. 184 : 1].
Onyx et or.
L. 20 mm ; l. 14 mm ; épais. 4,5 mm. inv.1321.2 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Camée en onyx noir et blanc enchâssé dans une capsule en or. Le décor représente le buste de Galène de profil, tournée vers la gauche, épaule gauche de dos, le dos couvert par les longues mèches de sa chevelure déployée. Un bourrelet en demi-cercle, strié, borde le buste de la Néréide.
(Guiraud 2008 : 177-178, pl. XXXVI, cat. no 1454.)

  • 4 Il est à noter que, conformément à l’usage en glyptologie, Hélène Guiraud s’attache à présenter le (...)

86Q62 • Bague [fig. 184 : 2].
Pâte de verre-nicolo et alliage cuivreux. L. (intaille) 8,5 mm ; l. (intaille) 6,5 mm ; épais. (intaille) 2 mm.
inv.1356.15 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Intaille en pâte de verre-nicolo bleue enchâssée sur une bague en bronze de forme Guiraud 2c. Le décor représente un lion marchant vers la gauche, la patte avant droite levée. Une ligne de sol est incisée.
(Guiraud 2008 : pl. XXVI, cat. no 13244.)

87Q63 • Intaille.
Pâte de verre.
L. 8,5 mm ; l. 7 mm ; épais. 3 mm. inv.1356.48 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Intaille en pâte de verre dont le décor présente une silhouette tenant dans sa main droite une corne d’abondance. Cette dernière est le plus souvent l’attribut des personnifications de Tellus et de Fortuna de la mythologie romaine.

88Q64 • Anneau [fig. 183 : 3].
Alliage cuivreux.
diam. 22 mm ; diam. (section) 3 mm. inv.1356.40 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Anneau circulaire fermé de section quadrangulaire.

fig. 184 1 Camée, début du iiie s. (phase 5) ; 2 bague, milieu du iiie s. (phase 6).

© mgr Lyon˗Fourvière / photo J.˗M. Degueule.

89Q65 • Anneau [fig. 183 : 2].
Alliage cuivreux.
diam. 26 mm ; sect. 4 mm. inv.1374.4 / alluvions de berge / milieu du iiie s. Anneau circulaire fermé de section polygonale.

90Q66 • Anneau.
Os.
L. 12 mm ; sect. 3 mm. inv.1356.53 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment d’anneau de section semi-circulaire. Type Béal A XXX, 1.

91Q67 • Perle.
Verre.
diam. 56 mm.
inv.1356.5 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Perle sphérique incolore contenant une feuille d’or. Cet objet a sans doute fait partie d’une parure plus complexe.

92Q68 • Bijou.
Or.
inv.1356.42 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Deux maillons assemblés, formés d’un fil d’or terminé par une boucle aplanie maintenue par une épissure.

93Q69 • Bijou (boucle d’oreille ?).
Or.
L. 14 mm ; diam. 2 mm.
inv.1356.50 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Élément formé d’un fil d’or spiralé, terminé par deux boucles. Il correspond probablement à un pendant de boucle d’oreille qui était orné d’une ou plusieurs perles.
(Castella et al. 1999 : 315, pl.173, nos1812-1813.)

94Q70 • Bijou.
Or.
L. 20 mm ; l. max. 10 mm.
inv.1543.20 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Feuille d’or présentant plusieurs pliures parallèles dans le sens de la largeur. Elle appartient certainement à une parure plus complexe. Il est probable qu’il s’agisse d’un élément de bijou en cours d’élaboration.

95Q71 • Fibule [fig. 183 : 4].
Alliage cuivreux et émail.
L. 56 mm ; l. 26 mm.
inv.1622.1 / aménagement de berge / milieu du ive s.
Fibule cruciforme émaillée à charnière. Les branches sont formées de quatre cercles, renfermant un second cercle concentrique, disposées autour d’une forme carrée. Le pied et la tête présentent des décors zoomorphes (têtes de reptile ou d’oiseaux). Ardillon manquant. Type Feugère 26c4.
(Feugère 1985 : 357-367.)

96Q72 • Perles.
Verre.

inv.1483.3 / dépôts anthropiques de berge / fin du ive s. – début du ve s.
Deux perles bleu cobalt, l’une prismatique bipyramidale, l’autre cordiforme.

5.1.2.5 Effets personnels

97Q73 • Manche de couteau sculpté [fig. 185 : 1].
Os.
L. 78 mm ; diam. 15 mm. inv.1378.1 / alluvions de crue / milieu du iiie s.
Manche de couteau à lame articulée. Une rainure longitudinale sur le fût permet le logement de la lame. Le fût est tronconique, son extrémité arrondie est soulignée par une triple moulure transversale. Le manche reproduit la forme d’un palmier. Le tronc est figuré par un motif d’écailles, et le feuillage par l’extrémité gravée de chevrons.
(Dureuil, Béal 1996 : 64, 75.)

98Q74 • Fourreau de poignard [fig. 185 : 2]. Bois.
L. 215 mm ; l. 48 mm ; épais. 18 mm.
inv.1543.63 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Étui monoxyle de forme parallélépipédique à l’extrémité brisée. Aucun élément métallique, ni pièce d’assemblage ni lame intérieure, n’est aujourd’hui visible.

fig. 185 1 Manche de couteau, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 fourreau de poignard, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

5.1.2.6 Commentaire

99Cette catégorie, subdivisée en deux domaines distincts, comprend tout d’abord les objets liés aux soins du corps et aux effets personnels, puis ceux liés aux travaux domestiques. Parmi les soins du corps, ont été différenciés : la toilette, l’habillement, la coiffure et la parure. Les effets personnels ne sont représentés que par un manche de couteau en os et un fourreau de poignard. Les travaux domestiques regroupent les artefacts utilisés en cuisine ou à table, et ceux employés pour la couture.

100Quatre accessoires probablement liés à la toilette sont datés du milieu du iiie s. et de la seconde moitié du iiie s. Il s’agit de trois cuillères ou spatules-sondes (Q23-Q25) et du cure-oreille (Q26). Les utilisations les plus courantes des spatules-sondes sont liées à la préparation et à la manipulation des cosmétiques sur des palettes dites « à fards ». D’autres utilisations sont néanmoins reconnues dans les domaines de la peinture (dosage et mélange des pigments, des poudres ou des huiles) et de la médecine ou de la pharmacie (préparer et appliquer des pommades, des onguents ou autres formes de pâtes) (Riha 1986 : 70, 74). Cette dernière utilisation, qui reste exceptionnelle, est attestée par la découverte de spatules-sondes qui, associées à d’autres instruments médicaux composent des trousses d’oculiste.

101Ne différant des précédents ustensiles que par sa petite palette lenticulaire, le cure-oreille (Q26) est un instrument qui semble voué à être utilisé au contact de la peau. Certains auteurs pensent que le cure-oreille pourrait également être employé dans le cadre du maquillage et de la médecine (Riha 1986 : 56-60 ; Bertrand 2003 : 97-112 ; Boucher, Tassinari 1980 : 118, 119).

102L’habillement est représenté par trois clous de chaussures (Q27-Q29), onze éléments de semelage (Q30, Q32, Q33, Q35-Q39, Q42-Q44) et un bouton de cuir (Q45). À ces différents témoins de la cordonnerie gallo-romaine s’ajoute une chaînette (Q46) ayant probablement appartenu à un élément de costume.

103La découverte de clous de chaussures est fréquente dans les fouilles de sites gallo-romains. Le cloutage des souliers de cuir est courant sur les semelages voués à un usage en extérieur. Il empêchait l’abrasion trop rapide des semelles d’usure et facilitait la marche en terrain meuble. Les clous permettaient en outre de tenir ensemble les différentes épaisseurs de cuir des semelles, et évitaient la réalisation de nombreuses coutures. On dénombre neuf clous de soulier, dont une tête sans pointe. Ils sont bien reconnaissables par leur tête de forme conique, plus ou moins abrasée en fonction de l’usage. D’après Jean-Paul Guillaumet, ce type de clou est aussi appelé « clou à bateau ». Le lot de six individus (Q29) correspond au type ordinaire des clous de chaussures ou « à bateau », tandis que les Q27 et Q28 sont de type « militaire », identiques à ceux découverts sur le site d’lésia en Côte-d’Or (Guillaumet 2003 : 131).

© É. Bayen.

104Cet ensemble de clous est à mettre en relation directe avec les semelles découvertes sur le site. À l’époque romaine, les cordonniers travaillaient fréquemment en collaboration avec les tanneurs, à proximité ou dans l’enceinte des tanneries, mais le cuir était aussi bien travaillé dans les habitats, à l’instar des textiles destinés à la confection des vêtements (Leguilloux 2004 : 60).

105Parmi les semelles, quatre sont garnies de clous (Q31, Q34, Q40, Q41) implantés en lignes courbes parallèles suivant le bord de la semelle, selon un espacement variant de 10 à 15 mm. Une étude approfondie permettrait d’apporter différents renseignements sur les techniques de confection, le schéma iconographique du cloutage, les formes et pointures des semelles. Elle éclairerait ainsi sur le type de soulier dont il s’agit. À défaut, il est difficile de dire si nous sommes en présence de chaussures militaires (caligae), de chaussures civiles fermées (calcei) ou de sandales (solae), qui sont les trois groupes de souliers antiques susceptibles d’être garnis de clous (Castella et al. 1999 : 328-329 ; Coulthard, Montembault 2000 : 185 ; Goubitz et al. : 2001 ; Göpfrich 1986). Cette recherche permettrait alors d’envisager le statut de leur propriétaire, puisque la chaussure est aussi un marqueur d’appartenance sociale.

106L’exemplaire le plus complet (Q41), montre l’assemblage de la semelle intermédiaire à la semelle d’usure. On reconnaît dans la disposition des clous un cercle pointé au niveau de l’avant-pied. Ce motif a été observé à Rouen sur des semelles datées de la seconde moitié du iie ou du iiie s. ap. J.-C., ou encore sur celles de Longueil-Saint-Marie dans l’Oise. Cette disposition est fréquemment répertoriée par Mc Connoran au sein de la collection londonienne de Billingsgate datée du milieu du iiie s. (Coulthard, Montembault 2000 : 185 ; Bernard, Dietrich 1990 : 154 ; Jones, Rhodes 1980 : 104). Une empreinte de semelle cloutée de petit gabarit, laissée sur une brique (inv.1483.1, fig. 186), issue d’un contexte daté de la fin du ive s. – début du ve s., informe sur un type de cloutage supplémentaire. Les clous, distribués en un réseau beaucoup plus dense que les exemples précédents, ne sont présents que sur les zones d’appuis (avant-pied, emboîtage et contour de la partie externe du pied).

fig. 186 Empreinte de semelle cloutée sur une brique, contexte de la fin du ive s. – début du ve s. (phase 9).

© É. Bayen.

107La coiffure est représentée par des épingles ainsi que par un peigne. Le type d’épingle le plus représenté (Q47-Q51) est le type Béal AXX, 7. Il correspond à une catégorie très répandue durant les iie-iiie s. ap. J.-C. (Béal 1983 : 189-193). Les autres types attestés (Q51-Q53) sont les types Béal AXX, 8, Béal AXX, 9 (Q55, Q56) et Béal AXX, 10 (Q57), fréquents dans tout l’Empire romain du ier ap. J.-C. au ve s. (Béal 1983 : 193-200).

108Le peigne recueilli (Q59) est un peigne monoxyle à deux endentures opposées. Alors que les découvertes de ce genre d’artefacts abondent, tant en France (Toulon, Marseille, vallée du Rhône et Val de Saône) qu’à l’étranger, aucune étude typochronologique n’a été tentée jusqu’à présent. Nous distinguons au moins deux types parmi les peignes à double endenture : ceux avec un aplat latéral haut et plat, et ceux avec un aplat mouluré. Celui de Lyon appartient au deuxième type. Des peignes semblables ont été mis au jour au Clos du Détour (Loiret), à Pommereoul (Hainault) en Belgique, à Vindolanda (Northumberland), Londres et Winchester (Hampshire) au Royaume-Uni, et au camp militaire de Saalburg (Hesse) en Allemagne (Mille 2000 : 230 ; De Boé, Hubert 1977 : 52 ; Pugsley 2003 : 19). À l’époque romaine, sans doute à partir du ier ap. J.-C., une partie de la production destinée à l’exportation se fait en Gaule, dans les régions des Préalpes, du Vivarais, du Sud du Massif central et des Pyrénées (Mille 2000 : 232-233). La récente découverte du peigne de bois estampillé de Clermont-Ferrand vient en quelque sorte confirmer cette organisation structurée en grands centres de production qui commercialisent au lointain (Mille 2006 : 36).

109Ornements et parures sont représentés par deux fibules, un camée, deux bagues à intaille, trois anneaux, deux perles (Q67, Q72) et deux éléments de bijoux (Q68, Q70).

110La fibule Q60 est incomplète et déformée, cependant la corde restante et la présence de la bague lisse permet de l’attribuer au type Feugère 3b. Ces fibules sont caractéristiques du ier ap. J.-C. La seconde fibule Q71 est de type Feugère 26c4. Ce type correspond à des fibules aux formes variées, toujours composées d’un motif géométrique placé entre deux têtes de reptile, ou autre élément zoomorphe. Ces fibules émaillées semblent apparaître en Gaule à la fin du ier ap. J.-C. et se retrouvent encore à la fin du iiie s.

111La bague Q62, le camée Q61 et l’intaille Q63 sont d’une facture et d’une iconographie représentatives du iie s. ap. J.-C. Cette datation confrontée aux données chronostratigraphiques du site permet de supposer que le courant artistique reconnu perdure au moins jusqu’au milieu du iiie s. Le camée provient en effet d’un niveau du début iiie s. ap. J.-C., et l’intaille d’un contexte du milieu du iiie s. ap. J.-C. (Guiraud 2008 : pl. XXXVI, cat. no 1454., pl. XXVI, cat. no 1324.).

112Les anneaux inventoriés sont probablement des bagues (trois individus). Deux sont en alliage cuivreux (Q64, Q65) et un autre incomplet est en os (Q66). Ces objets de forme invariable, à l’exception des menues variantes dans la section du jonc, ne permettent pas d’établir un classement chrono-typologique pertinent.

113Un bijou semblable, daté du iie s. ap. J.-C. (Castella et al. 1999 : 315), provenant de la fouille de la nécropole gallo-romaine d’Avenches (En Chaplix) permet de supposer que l’élément de bijou en or (Q69) daté du milieu iiie s. est un pendant de boucle d’oreilles.

114Parmi les objets personnels ont été classés un manche de couteau en os (Q73) et un fourreau de poignard en bois (Q74). Le manche correspond à un couteau pliant. Ce type d’objet est connu depuis le premier âge du Fer, mais les modèles décorés ne semblent pas apparaître avant la romanisation de la Gaule. Certains, habilement sculptés et estampillés, sont fabriqués dans des ateliers actifs aux iie et iiie s. Un exemplaire gallo-romain similaire, malheureusement lacunaire et sans datation précise, fait partie de la collection du musée d’Histoire de Paris (musée Carnavalet) (Dureuil, Béal 1996 : 64, 75). D’autres exemplaires ont été retrouvés à Paris, ainsi qu’à Lyon lors de la fouille du Verbe-Incarné. Son aspect ornemental justifie de classer cet ustensile parmi les effets personnels pl186utôt que parmi les couverts de table ou de cuisine.

  • 5 Communication de Pascale Chantriaux (Créam, Vienne).

115Le fourreau de poignard en bois ne révèle à la radiographie aucune présence de métal. La forte corrosion sulfureuse des métaux sur le site Saint-Georges ne permet cependant pas d’exclure qu’il ait pu comporter des éléments métalliques à présent complètement dissous5.

5.1.3 Travaux domestiques

5.1.3.1 Éléments de foyer

116Q75 • Grille de foyer [fig. 187 : 1]. Fer.
L. 274 mm ; l. 176 mm.
inv.1543.44 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Grille de foyer incomplète constituée d’un bandeau et de deux barreaux de section quadrangulaires.

117Q76 • Crochet de crémaillère [fig. 187 : 2].
Fer.
L. 215 mm ; sect. 7 mm.
inv.1466.3 / alluvions d’inondation / milieu du ive s.
Tige de section quadrangulaire présentant une extrémité en crochet. L’autre extrémité coudée sur le plan opposé, est brisée.

fig. 187 1 Grille de foyer, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 2 crochet de crémaillère, milieu du ive s. (phase 8).

© É. Bayen.

5.1.3.2 Instruments de préparation

118Q77 • Spatule [fig. 188 : 1].
Bois (buis).
L. 281 mm ; l. 42 mm / épais. (manche) 8 mm / épais. (palle) 5 mm.
inv.1379.1 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Spatule quasi complète composée d’un manche plat et d’une partie utile en forme de longue palle légèrement cintrée.
L’extrémité du manche large et arrondie est percée d’un trou de suspension.
Un épaulement bien marqué sépare le manche de la spatule dont l’extrémité est arrondie. Des traces de patine alimentaire sont visibles sur l’ensemble de l’objet.

119Q78 • Manche de batteur [fig. 188 : 2].
Bois (buis).
L. 130 mm ; diam. 17 mm.
inv.1620.1 / alluvions de crue / milieu du iie s.
Lextrémité plate est pourvue d’une petite perforation, tandis qu’un trou de suspension est percé transversalement. Le corps du manche est décoré d’un bourrelet et d’une incision de tournage. L’objet est recouvert d’une patine noire alimentaire correspondant à un dépôt de graisse végétale ou animale.

120Q79 • Batteur [fig. 188 : 3].
Bois (buis).
L. 276 mm ; diam. (manche) 18 mm.
inv.1524.1 / alluvions de crue / début du iiie s.
Batteur constitué d’un manche et d’une partie utile de dix-huit chevilles disposées en croix, dont plusieurs sont cassées.
L’extrémité du manche est plate. À proximité de celle-ci un trou de suspension est percé transversalement. La partie utile quadrangulaire reçoit transversalement et alternativement quatre séries de chevilles jumelles. La dernière série n’en compte qu’une seule. Ces chevilles, originellement plus longues, faisaient office de dents. (Parias 1959 : 341.)

121Q80 • Manche de batteur [fig. 188 : 4].
Bois (buis).
L. 110 mm ; diam. max. 19 mm. inv.1356.1 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment correspondant probablement à un manche de batteur. Il présente en effet les caractéristiques observées sur le batteur Q79 : extrémité plate et trou de suspension.
Le corps du manche est décoré d’un bourrelet et d’une incision de tournage. Lobjet est recouvert d’une patine noire alimentaire.

fig. 188 1 Spatule, début du iiie s. (phase 5) ; 2 manche de batteur, milieu du iie s. (phase 4) ; 3 batteur, début du iiie s. (phase 5) ; 4 manche de batteur, milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

5.1.3.3 Récipients de cuisine

122Q81 • Fond de mortier.
Marbre.
haut. 79 mm ; l. max. 107 mm. inv.1543.15 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fragment d’un fond d’un mortier.

123Q82 • Chaudron [fig. 189].
Alliage cuivreux.
diam. 368 mm ; h. 218 mm ; épais. 4 mm. inv.1543.69 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Récipient tronconique formé d’une seule pièce en tôle de bronze martelée, présentant un fond bombé. Le bassin aux flancs évasés est très déformé. La tôle présente en outre plusieurs percements et déchirures.
Sur le bord, des traces d’oxyde de fer laissent supposer l’existence d’une anse de préhension fixée par des attaches en fer aujourd’hui disparues. Celles-ci étaient rivetées de part et d’autre du bassin par trois rivets disposés en triangle.
(Baratte et al. 1984 : 19-26 ; Boucher, Tassinari 1980 : 137-138.)

fig. 189 Chaudron, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.3.4 Accessoire de cuisine

124Q83 • Couvercle [fig. 190].
Bois (buis).
diam. 60 mm ; épais. 22 mm. inv.1356.3 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment très déformé qui correspond peut-être à un couvercle en cours de fabrication. Il se présente comme un disque épais pourvu d’une surépaisseur centrale circulaire.

fig. 190 Couvercle, milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

5.1.3.5 Couverts de table ou de cuisine

125Q84 • Cuilleron de louche.
Bois (buis).
diam. 70 mm ; épais. 6 mm. inv.1356.57 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Deux fragments déformés appartenant probablement à un cuilleron de louche circulaire et globulaire. Un départ de manche est visible.

126Q85 • Cuillère [fig. 191 : 1].
Bois (buis).
L. 155 mm ; l. 58 mm.
inv.1543.1 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fragment d’une grande cuillère présentant un cuilleron ovalaire assez profond. Le manche dans le prolongement du cuilleron possède un raccord quadrangulaire massif.

127Q86 • Manche de couteau [fig. 191 : 2].
Bois (buis).
L. 198 mm ; l. 27 mm ; épais. 11 mm. inv.1356.29 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment appartenant probablement à un manche monoxyle de couteau. Originellement de section ovalaire (cylindrique très légèrement conique), il est percé d’une cavité centrale longitudinale sans doute destinée à recevoir la soie de la lame.

128Q87 • Couteau.
Fer et bois (indéterminé).
L. 168 mm ; l. 37 mm.
inv.1373.1 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Large lame de forme triangulaire présentant un dos droit et un tranchant très altéré par la corrosion. Le manche monoxyle est conique.

129Q88 • Couteau [fig. 191 : 3].
Fer.
L. 312 mm ; l. 32 mm.
inv.1543.49 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Lame présentant un dos droit, un tranchant courbe et une pointe acérée. Le dos est souligné sur chaque face d’une rainure de 93 mm de long. La soie plate recevait des côtes aujourd’hui disparues qui étaient maintenues par deux rivets conservés en place.

fig. 191 1 Cuillère, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 2 manche de couteau, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 couteau, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.3.6 Récipients de table

130Q89 • Coupelle [fig. 192 : 1].
Bois (buis).
diam. 59 mm ; h. 27 mm.
inv.1356.22 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment déformé d’une petite coupelle à pied court, large et plat. La paroi est arrondie.
Le bord, droit et mouluré en creux, est décoré à l’extérieur de cinq petits bourrelets tores.

131Q90 • Coupelle [fig. 192 : 2].
Bois (buis).
diam. 66 mm ; h. 25 mm.
inv.1356.23 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment déformé d’une petite coupelle à pied court, large et plat. La paroi est arrondie. Le bord, droit et mouluré en creux, est décoré à l’extérieur de deux incisions qui encadrent une rainure ronde.

132Q91 • Vasque [fig. 192 : 3].
Marbre blanc.
L. 70mm ; l. 50mm ; h. 26mm. inv.1357.1 / dépôt anthropique d’assainissement / milieu du iiie s. Fragment de pied de vasque.

133Q92 • Plat.
Marbre blanc.
L. max. 191 mm ; h. max. 25 mm. inv.1357.8 / dépôt anthropique d’assainissement / milieu du iiie s.
Fragment de fond d’un plat.

134Q93 • Vase.
Calcaire blanc oolithique d’origine locale possible (Bathonien du Bas-Beaujolais). h. 90 mm ; l. 75 mm.
inv.1543.14 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fragment de fond de vase ou d’un mortier.

135Q94 • Vase.
Marbre blanc.
h. 43 mm ; l. 125 mm.
inv.1543.15 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fragment de fond d’un vase.

136Q95 • Cruche ou pichet [fig. 192 : 4].
Alliage cuivreux.
L. 69 mm ; diam. 89 mm.
inv.1543.26 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Col de récipient concave évasé à embouchure circulaire et à lèvres obliques.

137Q96 • Cruche ou pichet à embouchure trilobée [fig. 192 : 5].
Alliage cuivreux.
h. 140 mm ; l. max. 119 mm.
inv.1543.25 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Récipient coulé présentant une panse ovoïde au profil discontinu. Les lèvres épaisses de l’embouchure trilobée sont projetées vers l’extérieur. La base du col est soulignée d’une incision doublée de deux autres filets concentriques. Le fond et l’anse sont manquants. Type Tassinari Brocche a imboccatura bi-trilobata D.
(Tassinari 1993 : 68, nos 1836, 13374 ; Baratte et al. 1984 : 81, no 115).

138Q97 • Casserole [fig. 192 : 6].
Alliage cuivreux.
L. max. 257 mm ; l. max. 139 mm.
inv.1543.24 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Récipient à vasque circulaire en tôle de bronze aujourd’hui très fragmentaire. Le manche à terminaison discoïdale est percé d’un large trou de suspension circulaire souligné d’une moulure et d’un filet concentrique à sa périphérie. Une seconde moulure en partie effacée devait également border le disque. Le haut du bassin est orné de trois moulures.
Type Tassinari Casseruole G.
(Tassinari 1975 : 16-19, II ; Tassinari 1995 : 52, fig. 30 ; Tassinari 1993 : 117, 119, nos 12324, 7043).

139Q98 • Coupe [fig. 192 : 7].
Alliage cuivreux.
h. 63 mm ; diam. 223 mm.
inv.1466.2 / alluvions d’inondation / milieu du ive s.
Récipient dégradé et très lacunaire. Cette coupe creuse à profil convexe présente un large fond plat horizontal mouluré (cercles concentriques en relief autour de l’ombilic central). Le bord du bassin est décoré à l’extérieur de deux lignes incisées.
Type Tassinari Coppe‚ colatoi e piatti fondi M.
(Tassinari 1993 : 167, no 3610.)

fig. 192 1-2 Coupelles, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 vasque, milieu du iiie s. ; 4-5 cruche ou pichet, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 6 casserole, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 7 coupe, milieu du ive s. (phase 8).

© É. Bayen.

5.1.3.7 Couture

140Q99 • Aiguille à chas.
Os.
L. 57 mm ; sect. 3,5 mm.
inv.1356.61 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment d’aiguille à chas. Tête et pointe incomplètes.

141Q100 • Aiguille à chas [fig. 193 : 1].
Os.
L. 127 mm / diam. (tige) 5 mm.
inv.1356.12 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Aiguille dont la tête de section ovale est cassée au niveau du chas. La tige de section circulaire s’amincit régulièrement. Pointe manquante.

142Q101 • Aiguille à chas.
Os.
L. 10 mm ; l. 5 mm ; épais. 2,5 mm.
inv.1356.47 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment de l’extrémité arrondie d’une aiguille à chas.

143Q102 • Aiguille à chas [fig. 193 : 2].
Os.
L. 86 mm / diam. (tête) 4 mm / diam. (tige) 3 mm.
inv.1705.2 / alluvions d’inondation / seconde moitié du iiie s.
Aiguille présentant une tête conique et un chas de forme oblongue. La tige, de section circulaire, s’amincit régulièrement. Pointe manquante. Type Béal AXIX, 3.
(Béal 1983 : 167-168.)

fig. 193 Aiguilles à chas : 1 milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.3.8 Commentaire

144Nous avons regroupé dans la catégorie « travaux domestiques » deux éléments de foyer (Q75, Q76), mais aussi quatre ustensiles de préparation des aliments (Q77-Q80), deux récipients de cuisine (Q81, Q82), un accessoire de cuisine (Q83), cinq couverts (Q84-Q88) et dix récipients de table (Q89-Q98).

145Les découvertes d’éléments de foyer hors contexte d’habitation sont rares. La carte archéologique de Lyon mentionne plusieurs exemplaires de grilles de foyer issues de fouilles anciennes, notamment celles trouvées montée des Carmélites et montée Saint-Barthélemy à Lyon, dont la facture est fort proche de Q75.

146Les fouilles de Grigneuseville (Seine-Maritime) ont livré un crochet de crémaillère, daté du début du iiie s., semblable à l’exemplaire Q76, appartenant quant à lui au ive s.

147Les ustensiles de préparation des aliments sont en bois, ils regroupent une spatule (Q77) et trois batteurs (Q78-Q80), et une dent non inventoriée. Ces ustensiles, qui ont pu servir pour le brassage de pâtes à cuire ou pour le caillage du lait, sont recouverts d’une patine alimentaire noire brillante. Ce dépôt de graisse végétale et/ou animale a pénétré le bois au point de le teinter. Si un objet fort proche du modèle lyonnais a été mis au jour au Fayoum (Égypte romaine tardive), l’exemplaire de comparaison le plus pertinent provient des fouilles de Malemort (près de Brives en Corrèze) et est daté fin iie-iiie s. ap. J.-C. (Parias 1959 : 341 ; Hanry 2006 : non paginé). Ce dernier batteur complet est en tout point semblable à ceux de Lyon ou de Marseille (place Jules-Verne), dont ils partagent la temporalité (milieu du iie – milieu du iiie s. ap. J.-C.). Par ses dimensions et sa facture, nous pouvons même envisager la signature d’un même atelier, tant la ressemblance est parfaite. Les traces des pointeaux aux deux extrémités montrent que ces objets ont été travaillés au tour, entre pointes, à l’aide d’un archet. Le profilage a été assuré par un fermoir, sorte de ciseau à tranchant très légèrement courbe. Le trou de suspension, comme les trous de chevilles de la partie utile ont été percés à l’aide d’une drille à archet, alors que l’objet était immobilisé dans un étau. La taille des dents a été réalisée au couteau.

148La spatule en buis (Q77) s’apparente à des objets au profil et aux dimensions identiques trouvés dans la Saône, visibles au musée Denon à Chalon-sur-Saône. Les spatules exposées au musée de la Bourse, à Marseille, ont été recueillies lors des fouilles de la place Jules-Verne. D’autres spatules semblables, en buis et en Pommoïdae‚ ont été mises au jour à Londres, à York et sur le limes écossais à Vindolanda (Pugsley 2003 : 167 et 169). Tous ces artefacts taillés à la plane et au couteau datent pour la plupart du iiie s. ap. J.-C., comme celui de Sarrebourg (Moselle) (Arc-Nucléart 2002 : 31). Il s’agit là encore d’un type d’objets produit de manière standardisé et diffusé sur une aire géographique beaucoup plus vaste que nous l’aurions soupçonné (Mille 2000 : 233 ; Mille 2006 : 26).

149Les récipients de cuisine sont représentés par un fond de mortier (Q81) et un chaudron (Q82). Le mortier en marbre sert sans doute au pilage ou au malaxage des denrées alimentaires. Mais cet usage n’est pas restreint : il a également pu être utilisé pour des préparations pharmaceutiques ou cosmétiques.

150L’identification du chaudron est moins évidente, aucun récipient similaire de comparaison n’étant à notre disposition. Toutefois, ses dimensions, sa facture et certaines caractéristiques comme la présence d’anses, incitent à identifier ce récipient comme tel (Baratte et al. 1984 : 19-26 ; Boucher, Tassinari 1977 : 137-138).

151Les couverts sont représentés par un cuilleron de louche (Q84), une cuillère (Q85) et des couteaux (Q86-Q88). Il est probable que le cuilleron a été façonné au tour, ce qui est tout à fait exceptionnel à l’époque antique. Nous n’avons pu trouver de parallèle significatif concernant les couteaux. Leur forme et leur taille permettent de supposer qu’ils étaient principalement destinés à un usage domestique et non à une activité artisanale, à la chasse ou au combat. Mais en l’absence d’indice typologique, cette identification fonctionnelle n’est pas pleinement satisfaisante.

152Les récipients réservés au service de table sont très variés tant par leurs fonctions que par leurs matériaux. Il s’agit de deux coupelles en buis (Q89, Q90), de vases et plat en pierre (Q91-Q94), de pots (Q95, Q96) en alliage cuivreux, ainsi qu’une coupe (Q98) et une casserole (Q97). Les deux coupelles, de belle facture, devaient servir à la présentation d’épices ou de condiments.

153L’identification fonctionnelle de la vaisselle minérale a posé quelques difficultés, car la plupart des fragments ne présentaient aucune trace d’usure particulière sur la face interne. Il était difficile dans ces conditions d’en déduire la fonction exacte. Ce sont les dimensions qui nous ont orientés vers l’identification que nous proposons.

154Le pot à bec trilobé (Q96) du type Tassinari Brocche a imboccatura bi-trilobata D provient d’un niveau stratigraphique daté de la seconde moitié du iiie s. ap. J.-C. Un récipient similaire daté de la fin du i er ap. J.-C. – début du iie s. a été trouvé dans la Saône à Thorey (Saône et Loire) (Baratte et al. 1984 : 81, no 115). Un exemplaire comparable appartient aux collections du musée d’Archéologie nationale (Tassinari 1975 : 21, pl. XXXI). De la même façon que pour le Q97, l’usage de ce type de récipient était sans doute prolongé au moyen de réparations. Remarquons cependant que certains auteurs sont réservés quant à des durées d’utilisation dépassant un siècle (Tassinari 1990 : 201).

155Concernant le récipient Q97, nous avons choisi d’utiliser la détermination la plus courante, retenue dans la classification de Suzanne Tassinari, « casserole », qui n’est certes pas la plus appropriée. Ce terme évoque en effet un rôle dans la cuisson des aliments. Pourtant, d’après ce même auteur la forme des foyers infirme cette hypothèse. Leur rôle essentiel serait plutôt de participer au service du vin (Tassinari 1975 : 16), c’est pourquoi nous associons cette casserole aux récipients de table. Q97 est de type Tassinari Casseruole G (Tassinari 1993 : 117, 119, nos 12324, 7043). Ce type, fabriqué en grande quantité, se distingue par la forme ronde du trou de suspension du manche (Tassinari 1975 : 18). Q97 présente un profil lacunaire, mais ressemble par son type aux exemplaires découverts anciennement dans la Saône, à Vichy, et à un autre de provenance inconnue conservé au musée de Rouen (Baratte et al. 1984 : 72-73 ; Boucher, Tassinari 1980 : 118 ; Tassinari 1995 : 52, fig. 30). Ceux-là sont datés des ier et iie s. ap. J.-C. Ce type de récipient devait avoir une durée d’utilisation assez longue, et a dû être fabriqué de la même manière durant plusieurs siècles : Q97 appartient en effet à un contexte attribué à la seconde moitié du iiie s. ap. J.-C.

156L’activité de couture est ici représentée par des aiguilles à chas en os. Sur le lot de quatre aiguilles à chas (Q99-Q102), Q102 est attribuable au type Béal AXIX, 3, très courant dans le monde romain, et dont l’usage s’étend du i er ap. J.-C. au ve s. ap. J.-C. (Béal 1983 : 167-168).

5.1.4 Activités riveraines

5.1.4.1 Engins de marinier

157Q103 • Perche à bouter [fig. 194].
Fer et bois (épicéa).
L. 1370 mm / L. (fer) 255 mm ; diam. 70 mm.
inv.1493.1 / alluvions d’inondation / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Engin conservé en cinq fragments, composé d’un manche de section ovale recevant à son extrémité un fer à douille fixé par un clou traversant. La partie utile du fer de bout est plate et triangulaire.

fig. 194 Perche à bouter, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).

© É. Bayen.

158Q104 • Fer de perche à bouter [fig. 195 : 1].
Fer.
L. 176 mm ; diam. 53 mm.
inv.1543.39 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fer à douille fermée présentant une pointe plate et triangulaire.
(Armand-Calliat 1960)

159Q105 • Fer de perche à bouter [fig. 195 : 2].
Fer.
L. 274 mm ; diam. 43 mm.
inv.1543.38 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fer à douille ouverte présentant une pointe plate et triangulaire.
(Armand-Calliat 1960.)

160Q106 • Gaffe [fig. 195 : 3].
Fer.
L. 165 mm ; diam. 50 mm.
inv.1626.1 / alluvions d’inondation / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Fer de gaffe à longue douille ouverte présentant un croc ouvert. Le fer est fixé au manche à l’aide de deux rivets non traversants. La tête de l’un d’eux est conservée.
(Armand-Calliat 1960.)

161Q107 • Gaffe [fig. 195 : 4].
Fer.
L. 197 mm ; l. 39,5 mm.
inv.1620.2 / alluvions de crue / milieu du iie s. Fer de gaffe à longue douille fermée
présentant un croc refermé. Le fer a conservé un rivet de fixation.
(Armand-Calliat 1960.)

162Q108 • Gaffe [fig. 195 : 5].
Fer.
L. 228 mm ; l. 135 mm ; diam. 57 mm.
inv.1543.43 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fer de gaffe à douille ouverte percée de deux orifices circulaires opposés et présentant un croc largement ouvert.
(Armand-Calliat 1960.)

163Q109 • Arpi [fig. 195 : 6].
Fer.
L. 180 mm ; l. 120 mm ; diam. 43 mm.
inv.1510.2 / alluvions d’inondation / fin du ier  ap. J.-C. – début du iie s.
Fer incomplet, seuls la pointe et le croc disposés sur le même plan sont conservés. La douille a aujourd’hui disparu.
(Armand-Calliat 1960.)

164Q110 • Arpi [fig. 195 : 7].
Fer.
L. 295 mm ; l. 151 mm / diam. (douille) 52 mm.
inv.1534.3 / alluvions de décantation /
fin du ier ap. J.-C. – début du iie s. Fer composé d’une pointe et un croc disposés sur le même plan. Un anneau mobile de section ronde est fixé à leur base.
L’emmanchement se fait à l’aide d’une douille ouverte percée de deux orifices opposés. La fixation est assurée par deux clous non traversants de section quadrangulaire. La douille conserve des restes de bois desséchés.
(Armand-Calliat 1960.)

fig. 195 1-2 Fers de perches à bouter, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 3 gaffe, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 4 gaffe, milieu du iie s. (phase 4) ; 5 gaffe, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 6-7 arpis, fin du i er ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3)

© É. Bayen.

165Q111 • Arpi [fig. 196 : 1].
Fer.
L. 245 mm ; l. 159 mm / diam.
(douille) 53 mm. inv.1543.40 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iie s.
Fer composé d’une pointe et d’un croc disposés sur le même plan et emmanchés à l’aide d’une douille. Celle-ci est percée de trois orifices circulaires qui recevaient les clous de fixation.
(Armand-Calliat 1960.)

166Q112 • Arpi [fig. 196 : 2].
Fer.
L. 153 mm ; l. 145 mm.
inv.1543.41 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fer incomplet, seuls la pointe et le croc disposés sur le même plan sont conservés. La douille a aujourd’hui disparu.
(Armand-Calliat 1960.)

167Q113 • Arpi [fig. 196 : 3].
Fer.
L. 198 mm ; l. 115 mm ; diam. 53 mm.
inv.1543.42 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fer composé d’une pointe et d’un croc disposés sur le même plan, emmanchés à l’aide d’une douille courte. Celle-ci est percée d’un seul orifice dans lequel est encore fiché un clou non traversant (section quadrangulaire et pointe effilée).
(Armand-Calliat 1960.)

168Q114 • Arpi [fig. 196 : 4].
Fer et bois.
L. 297 mm ; l. 135 mm ; diam. 43 mm. inv.1543.46 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fer incomplet, seul la pointe est conservée, le croc est cassé à la base. La douille est percée de deux orifices opposés permettant le passage de deux clous de fixation. L’un, de section quadrangulaire, est encore en place. La partie emmanchée de la perche est conservée, perminéralisée à l’intérieur.
(Armand-Calliat 1960.)

169Q115 • Arpi [fig. 196 : 5].
Fer.
L. 185 mm ; l. 133 mm ; diam. 55 mm.
inv.1543.53 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fer incomplet, seuls la pointe et le croc disposés sur le même plan sont conservés. La douille est très fragmentaire.
(Armand-Calliat 1960.)

fig. 196 Arpis : 1 seconde moitié du iie s. (phase 4) ; 2-5 seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.4.2 Autres objets de batellerie

170Q116 • Broche [fig. 197 : 1].
Fer.
L. 372 mm ; sect. 29 x 42 mm ; diam. 66 mm.
inv.1385.10 / alluvions de rivière / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Élément présentant un plan de frappe circulaire proéminent surmonté d’une longue pointe de section quadrangulaire qui s’amincit vers l’extrémité manquante. Il s’agit probablement d’une broche d’amarrage.

171Q117 • Chaîne [fig. 197 : 2].
Fer.
L. (totale) 930 mm / L. (maillon) 85 mm / diam. (anneau) 98 mm.
inv.1543.68 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iie s.
Chaîne composée de vingt-quatre maillons rectangulaires et d’un anneau circulaire fermé disposé à une extrémité. La taille de l’objet nous permet de supposer une fonction d’attache en rapport avec la batellerie (conservé en deux fragments).

172Q118 • Anneau d’amarrage [fig. 197 : 3].
Fer.
L. (piton) 143 mm / diam. (anneau) 75 mm.
inv.1543.52 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Anneau mobile monté sur piton à deux pointes droites.
(Guillaumet 2003 : 129.)

fig. 197 1 Broche, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 chaîne, seconde moitié du iie s. (phase 4) ; 3 anneau d’amarrage, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.4.3 Instruments d’accastillage

173Q119 • Pierre de mouillage [fig. 198].
Calcaire.
H. 320 mm ; diam. 420 mm / diam. (orifice central) 195 mm / 72 kg.
inv.1620.4 / alluvions de crue / milieu du iie s.
Pierre calcaire taillée en cylindre et évidée en son centre.
(Langouët et al. 1999 ; Tripati, Patnak 2008 : 386-390.)

fig. 198 Pierre de mouillage, milieu du iie s. (phase 4).

© MGR Lyon˗Fourvière / photo J.˗M. Degueule.

174Q120 • Bobine d’amarrage [fig. 199 : 1].
Bois (buis).
diam. 78 mm / épais. (demi-sphère) 33 mm /
L. (axe) 24 mm ; diam. (axe) 18 mm. inv.1356.4 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Objet incomplet composé d’une demi-sphère et d’une portion de l’axe central. La seconde demi-sphère opposée a disparu. Une incision de tournage est visible sur le rebord de la demi-sphère conservée. Sans traces d’usure, il s’agit sans doute d’un objet neuf.
(Hedinger, Leuzinger 2002 : 80, 122, 124 ; Jacquet et al. 1995 : 329 ; Marsden 1994 : 18 ; Bonnamour 2000 : 93.)

175Q121 • Butée [fig. 199 : 2].
Bois (buis).
L. 100 mm ; diam. 26 mm / sect. (tenon) 6 x 8 mm.
inv.1379.7 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Butée incomplète possédant un corps de section circulaire évasé, à l’extrémité proximale capitée. Extrémité distale évasée présentant un épaulement droit et un départ de tenon de section quadrangulaire. Elle est décorée de trois incisions de tournage.

176Q122 • Butée.
Bois (buis).
L. 67 mm ; diam. 19 mm /
sect. (tenon) 6 x 7 mm.
inv.1356.30 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Butée complète conservée en deux fragments. Corps évasé de section circulaire, à l’extrémité proximale capitée. Extrémité distale évasée présentant un épaulement droit et un tenon de section quadrangulaire. Elle est décorée d’une incision centrale de tournage.

177Q123 • Butée [fig. 199 : 3].
Bois (buis).
L. 45 mm ; diam. restitué 23 mm. inv.1356.31 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment de butée dont l’extrémité conservée est capitée.

fig. 199 1 Bobine « de batellerie », milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 butée, début du iiie s. (phase 5) ; 3 butée, milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

5.1.4.4 Transport de denrées

178Q124 • Bouchon d’amphore.
Bois (écorce de chêne liège).
diam. max. 107 mm ; diam. min. 99 mm ; épais. max. 23 mm.
inv.1725.1 / alluvions de crue / fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Bouchon tronconique et plat encore en place dans un col d’amphore Dressel 2-4.

179Q125 • Bouchon d’amphore.
Bois (écorce de chêne liège).
diam. max. 71 mm ; diam. min. 59 mm ; épais. max. 27 mm.
inv.1385.1 / alluvions de rivière / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Bouchon tronconique et plat encore en place dans un col d’amphore Gauloise 4.

180Q126 • Bouchon d’amphore.
Bois (écorce de chêne liège).
diam. max. 63 à 70 mm ;
diam. min. 60 à 63 mm ; épais. max. 23 mm. inv.1405.1 / alluvions de berge /
fin du ier ap. J.-C. – début du iie s. Ces deux fragments appartiennent à un bouchon en liège, tronconique et plat. Ils obturaient un col d’amphore Gauloise 4.

181Q127 • Bouchon d’amphore.
Bois (écorce de chêne liège).
diam. max. 72 mm ; diam. min. 58 mm ; épais. max. 21 mm.
inv.1543.2 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Bouchon tronconique et plat encore en place dans un col d’amphore Gauloise 4.

182Q128 • Bouchon de cruche.
Bois (écorce de chêne liège).
diam. max. 22 mm ; diam. min. 18 mm ; épais. max. 15 mm.
inv.1543.3 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Bouchon tronconique et plat encore en place dans un col de cruche à pâte claire.

5.1.4.5 Traction

183Q129 • Fer d’équidé [fig. 200].
Fer.
épais. 6 mm ; l. 104 mm.
inv.1543.50 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Objet fragmentaire. Une branche est fracturée sous la première étampure, l’autre présente trois étampures quadrangulaires et une extrémité amincie probablement brisée avant le crampon ou mouche, à présent manquant(e). La ferrure présente une légère ondulation des rives autour des quatre étampures conservées. La face appliquée contre le sabot est lisse, tandis que la face externe est légèrement profilée.
(Armand-Calliat 1952 ; Motykova 1994.)

fig. 200 Fer d’équidé, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.4.6 Pêche

184Q130 • Plombs de filet de pêche [fig. 201]. Plomb.
L. moyenne 35 mm ; l. moyenne 10 mm. inv.1534.2 / alluvions de décantation / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Vingt-sept cylindres obtenus par l’enroulement longitudinal d’une feuille de plomb directement martelée sur la ligne de fond d’un filet de pêche.
(Bonnamour 1987b : 215-227.)

fig. 201 Plombs de filet de pêche, fin du ier s. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).

© T. Silvino.

185Q131 • Plombs de filet de pêche.
Plomb.
L. moyenne 35 mm ; l. moyenne 10 mm.
inv.1534.4 / alluvions de décantation / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Trente-huit cylindres obtenus par l’enroulement longitudinal d’une feuille de plomb directement martelée sur la ligne de fond d’un filet de pêche. (Bonnamour 1987b : 215-227.)

186Q132 • Plomb de filet de pêche. Plomb.
L. 24 mm ; l. 18 mm. inv.1356.39 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Cylindres obtenus par l’enroulement longitudinal d’une feuille de plomb directement martelée sur la ligne de fond d’un filet de pêche.
(Bonnamour 1987b : 215-227.)

187Q133 • Plomb de filet de pêche.
Plomb.
L. 41,5 mm ; l. 10 mm.
inv.1705.1 / alluvions d’inondation / seconde moitié du iiie s.
Cylindres obtenus par l’enroulement longitudinal d’une feuille de plomb directement martelée sur la ligne de fond d’un filet de pêche.
(Bonnamour 1987b : 215-227.)

188Q134 •
Plomb de filet de pêche [fig. 202].
Plomb.
diam. 63 mm. ; épais. 9 mm.
inv.1677.1 / dépôts d’alluvions anthropiques de berge / seconde moitié du iiie s.
Disque plat percé d’un orifice circulaire au centre.

fig. 202 Plomb de filet de pêche, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

189Q135 • Nasse [fig. 203].
Bois (saule).
L. 800 mm ; l. 150 mm à 430 mm. inv.1379.8 / alluvions de décantation sur l’épave no 4 / début du iiie s.
Vannerie de forme évasée partiellement conservée. Contexte, lieu de découverte et morphologie permettent d’envisager une utilisation liée aux activités de pêche : il s’agit probablement d’une nasse. Seule subsiste une partie du corps, l’entrée et le goulet ayant entièrement disparu.
(Balfet 1952 ; Jaoul, Goldstein 1990.)

fig. 203 Nasse issue de l’épave no 4. Vannerie de type clayonné ou « à montants parallèles, armure toile et texture en plein ».

© C. Plantevin.

190Q136 • Nasse [fig. 204].
Bois (saule).
Fragment 1 : L. 330 mm ; l. 160 mm /
fragment 2 : L. 260 mm ; l. 260 mm /
fragment 3 : L. 190 mm ; l. 160 mm.
inv.1262.1 / alluvions de décantation sur l’épave no 2 / milieu du iiie s.
Vannerie très incomplète recueillie en trois fragments. Aplatie et amputée de l’essentiel, elle garde cependant la cohérence morphologique caractéristique d’une nasse, dont il reste l’entrée (étranglement et goulet) et une partie du corps.
(Balfet 1952 ; Jaoul, Goldstein 1990.)

fig. 204 Nasse issue de l’épave no 2. Vannerie « cordée serrée » ou « à montants parallèles, brins cordés et texture en plein », ou encore « en super ».

© C. Plantevin.

191Q137 • Plomb de ligne de fond [fig. 205].
Plomb.
L. 40 mm ; l. 10 mm. inv.1705.1 / alluvions d’inondation / seconde moitié du iiie s.
Plomb de forme oblongue et section ovalaire. L’extrémité amincie présente une perforation circulaire.

fig. 205 Plomb de ligne de fond, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.4.7 Commentaire

192Les témoins des activités riveraines comprennent les artefacts liés à la batellerie (engins de mariniers et instruments d’accastillage), aux transports des denrées (bouchons de récipients), à la traction (fer d’équidé) et aux activités de pêche, celles-ci regroupant les accessoires de la pêche à la ligne, au filet et à la nasse. Ils sont représentés dès le ier ap. J.-C., et leur nombre culmine au iiie s. : ce qui confirme la fréquentation en constante croissance de la rive droite de la Saône.

193De nombreux apparaux de marinier ont été retrouvés : au total, treize individus, dont cinq sont datés de la fin du ier ap. J.-C. au milieu du iie s., tandis que huit sont de la seconde moitié du iiie s. Tel qu’on le constate de nos jours, ces engins sont aussi bien utilisés dans le domaine fluvial que maritime jusqu’à nos jours. À Saint-Georges, trois types de fer qui armaient de grandes perches en bois mesurant parfois plusieurs mètres ont été mis en évidence.

194Le premier type (trois individus : Q103-Q105) possède un fer à douille, fermée ou ouverte, présentant une pointe plate et triangulaire. Ainsi armées, ces perches permettent de bouter, c’est-à-dire de pousser sur un obstacle, sur une autre embarcation, sur la rive ou sur un quai pour en écarter le bateau. C’est la ferrata trudis mentionnée dans le poème épique de Virgile, l’Éneïde, le fer à pousser utilisé par les marins de Ségeste pour tenter d’écarter le bateau des récifs sur lesquels il menace de s’échouer (Armand-Calliat 1960 : 22-46).

195Le deuxième type (trois individus : Q106-Q108) est constitué d’une longue douille, ouverte ou fermée, présentant un croc, fermé ou ouvert, en croissant de lune. Sa principale fonction est d’accrocher (un objet ou une autre embarcation), notamment pour récupérer un cordage tombé à l’eau, ou échanger un cordage d’une embarcation à l’autre. Il s’agit là du contus, gaffe en crochet.

196Le troisième type (sept individus : Q109-Q115), caractérisé par une pointe et un croc disposés sur le même plan et emmanchés à l’aide d’une douille, revêt les deux fonctions précédemment décrites : bouter et accrocher.

197Chacun des trois types semble correspondre à une ou plusieurs fonctions précises, mais l’on envisage aisément que dans l’urgence de certaines manœuvres, ces outils deviennent multifonctionnels (Izarra 1993 : 160). Ils permettent aussi, lors de la navigation, de sonder la profondeur de l’eau et d’éviter l’engravement sur les hauts fonds. Ils sont désignés sous les vocables locaux de « arpis » dans le Lyonnais, ou de « bourdes » dans l’Allier et la Loire.

198L’arpi Q110 possède en outre un anneau mobile. Il s’agit de l’unique exemplaire trouvé à Saint-Georges (toutes époques confondues) présentant cette particularité. Cet anneau servait à la fixation d’une corde qui permettait au marinier de récupérer l’embout lorsque, au cours des manœuvres, le manche venait à se briser.

199Parmi les autres atefacts en rapport avec la batellerie, l’anneau d’amarrage (Q118) présente une singularité. Suite à leur rivetage, les extrémités des branches de son piton n’ont pas été recourbées. Cela suggère que le support sur lequel il était fixé était plus épais que la longueur de ces branches –c’est le cas d’une maçonnerie, par exemple. Ce type de pièce, aussi appelé « anneau d’écurie » ou encore « anneau d’attache », est connu dès la fin de la période gauloise et est encore utilisé aujourd’hui (Guillaumet 2003 : 129). Dans le contexte portuaire du Parc Saint-Georges, il correspond sans doute à un anneau d’amarrage fixé à la maçonnerie du quai plutôt que sur les bateaux.

200Les pièces d’accastillage sont représentées par la pierre de mouillage (Q119), la bobine d’amarrage (Q120) et les butées (Q121-Q123).

201Loïc Langouët, Yannick Garcia et André Lorin proposent une typologie des ancres lithiques en fonction de leur poids, de leur forme et de leurs fonctions. Pouvant peser de 15 à plus de 50 kg, elles se présentent sous des formes variées : trapézoïdale, ovoïde, oblongue, parallélépipédique ou réemploi de catillus de meule. Leurs fonctions sont multiples : immobiliser un bateau, mouiller provisoirement de petites embarcations, lester des engins de pêche, etc. (Langouët et al. 1999 : 5-24).

202La pierre de mouillage Q119 est cylindrique et pèse 72 kg. Elle présente un évidement en son centre correspondant à l’emplacement d’un pieu de section circulaire dont une extrémité était fichée au fond de l’eau et l’autre raccordée à l’embarcation par des chaînes ou des cordages (Tripati, Patnak 2008 : 386-390). Son poids, ses dimensions et son système de fixation contribuent à indiquer que l’ouvrage a été utilisé pour amarrer une embarcation de taille importante. Cependant, il ne comporte pas les traces d’usure que l’on retrouve habituellement sur les exemplaires provenant de milieux marins.

203Les bobines d’amarrage du type de celle trouvée à Lyon (Q120) sont régulièrement mises au jour dans les contextes portuaires du pourtour méditerranéen, tels Toulon, Marseille ou Fos-sur-Mer, ou sur des sites installés le long de grands axes fluviaux, tels le Rhône ou la Saône (Leffy 1990 : pl. 7). C’est sans aucun doute pour cette raison que certains auteurs identifient ces objets comme cabillots d’amarrage (Marsden 1994 : 18). Mais il n’est pas rare d’exhumer ces bobines de sites continentaux, ce qui fait dire à Louis Bonnamour que « ces bobines, souvent considérés comme pièce d’accastillage de bateaux semblent, avoir eu une utilisation beaucoup plus répandue et avoir servi pour des usages plus courants » (Bonnamour 2000 : 93). Les découvertes suisses et celle de Frotey-lès-Lure (Haute-Saône), loin d’un environnement maritime ou fluvial, semblent donner raison à Bonnamour (Hedinger, Leuzinger 2002 : 80, 122 ; Jacquet et al. 1995 : 329).

204Certains auteurs anglais et allemands confrontés comme nous à l’identification de ces objets énigmatiques suggèrent d’autres utilisations, les auteurs suisses, plus prudents, les ont classés parmi les objets « rares et curieux ». Rare et curieux est sans conteste l’objet de ce type découvert dans le golfe de Fos-sur-Mer. Il est en effet constitué d’une demi-sphère et d’un axe, tout comme l’objet de Lyon, mais au lieu de la seconde demi-sphère attendue, il présente un olisbos (phallus). Ces artefacts sont habituellement façonnés au tour. Lucie Chabal et Michel Feugère, qui ont étudié trois d’entre eux trouvés sur le site de Lattes, ont tenté de comprendre leur fonction et proposent une interprétation nouvelle : « Ces gros boutons pourraient avoir été utilisés pour fixer ensemble deux bâches, pour former un écran de protection pour une boutique […], fixer une tente sur un navire ou relier deux voiles sur un bateau » (Chabal, Feugère 2005 : 161). Cette dernière utilisation n’explique cependant pas l’usure si caractéristique de ces objets.

205De la même façon, et compte tenu du contexte de découverte, nous choisissons de classer les butées ou calles (Q121-Q123) parmi les pièces d’accastillage. Il est toutefois possible qu’elles aient été utilisées dans un autre domaine que celui de la batellerie, telle la corderie ou l’ourdissage par exemple.

206Le transport de denrées est attesté par des bouchons d’amphores et de cruches retrouvés encore scellés à la poix. Tous en liège, ils ont été mis en forme à l’aide d’un simple couteau bien affûté. Ce sont les témoins des activités commerciales exercées sur la rive droite de la Saône dès la fin du ier . ap. J.-C. (trois individus : Q124-Q126) et jusqu’au iiie s. (deux individus : Q127, Q128).

207La traction est illustrée par un fer d’équidé (Q129). Les origines de la ferrure à clou ont longtemps soulevé bien des interrogations, malgré les prises de positions de plusieurs chercheurs en faveur de son existence à l’époque romaine et non à la période médiévale (Armand-Calliat 1952 ; Lebel 1952 ; Motykova 1994 ; Brouquier-Reddé, Deyber 2001). Il est désormais admis que l’utilisation de ferrure fixée sur le sabot des équidés à l’époque romaine, coexiste avec celle de l’hipposandale. D’après Karla Motykova, l’usage du fer d’équidé est connu en Europe centrale dès l’époque tardo-laténienne, et la pratique, qui n’était alors que régionale, se généralise à la fin de cette époque (Motykova 1994 : 163). Q129 est une pièce assez courte, qui ne devait comporter que six étampures (Brouquier-Reddé, Deyber 2001 : 320-321 ; Lebel 1952 : 33-34).

208Dans l’Antiquité, la pêche est un mode de subsistance non négligeable. L’iconographie antique souligne parfois l’aspect commercial de cette activité. Citons par exemple une représentation d’un marchand de poisson sur une sculpture lyonnaise (Ferdière 1988 : 182). Au Parc Saint-Georges, trois techniques de pêche sont représentées : au filet (Q130-Q134), à la ligne (Q137) et à la nasse (Q135, Q136).

209Parmi les nombreux lests de filet en plomb, deux types sont à distinguer : le plus courant est celui le lest de forme cylindrique obtenu par enroulement longitudinal d’une feuille de plomb directement sur la ligne de fond. Il regroupe soixante-sept individus répartis sur une période s’étendant de la fin du ier ap. J.-C. à la seconde moitié du iiie s. Notons par ailleurs qu’un seul filet de pêche peut parfois porter plus d’une centaine de plombs. Ces lests sont bien connus dans les régions littorales et fluviales pendant l’Antiquité. Le second type de lest est illustré par un élément discoïdal plat percé en son centre. Nous n’avons pu établir aucune comparaison concernant ce lest discoïdal en plomb.

210La pêche à la ligne est attestée par un lest de ligne de fond (Q137). De forme oblongue, il présente une perforation sur son extrémité amincie.

Les nasses

211Deux nasses incomplètes en vannerie, préservées grâce à l’humidité du terrain, ont été retrouvées sur l’épave no 4 (Q135) et à proximité de l’épave no 2 (Q136). Elles témoignent d’une autre technique de pêche en eau douce à l’époque romaine. Les exemplaires du Parc Saint-Georges sont exceptionnels en raison de leur rareté en contexte archéologique terrestre.

212La disposition des éléments qui composent la nasse (Q135) trouvée dans l’épave no 4 atteste une réalisation de forme galbée [fig. 203]. Lagencement des brins témoigne d’un élargissement régulier vers le haut, perceptible malgré la présence de nombreuses cassures. On ne peut en revanche rien préciser quant à la partie supérieure : les morphologies de l’entrée et du goulet sont inconnues.

  • 6 Les bois ont été identifiés par Pierre Mille (Inrap, Rhône-Alpes).

213Les montants et les brins les plus saillants sont souvent arasés : ce phénomène n’est vraisemblablement pas dû à une caractéristique de fabrication (écorçage des bois, par exemple) mais plutôt à l’érosion des fragiles rameaux lors du dégagement. Les éléments constitutifs de la vannerie présentent le plus souvent une section ovale, en raison de la pression exercée sur les matériaux lors de l’enfouissement. Pour assurer la détermination des bois6, plusieurs échantillons ont été analysés : quatre provenant des montants et six provenant des brins. Le rapport d’analyse mentionne qu’il s’agit de rameaux de saule (Salix sp.) d’un ou deux ans, non écorcés et non refendus. Les montants sont constitués de branches continues : aucun raccord n’est visible sur la partie conservée. Plusieurs séries de mesures montrent que le diamètre moyen des montants atteint 7 mm dans la partie supérieure de la nasse (vers l’entrée) et 4 mm dans la partie inférieure (vers la sortie). Lors de la fabrication, les rameaux de saule étaient donc orientés de sorte que la partie la plus robuste de la tige soit placée vers l’entrée de la nasse, et l’extrémité la plus souple vers la sortie. Cette observation livre une indication essentielle quant au sens de fabrication. Les brins mesurent entre 4 et 8 mm de diamètre.

214La nasse est constituée de montants disposés par groupes de trois, sans qu’apparaissent ni ajout ni suppression de montants lié à sa forme concave. Au niveau du corps et dans la partie la plus large, on dénombre sept séries de trois montants chacune, soit vingt-et-un éléments environ pour la construction d’une moitié de nasse, soit encore, plus de quarante pour la construction du corps entier. Les brins passent alternativement au-dessus et au-dessous de chaque groupe de montants, à la manière d’un tissage en armure toile. Il s’agit d’une vannerie « de type clayonné » (Balfet 1952) ou d’une vannerie « à montants parallèles, armure toile et texture en plein » (Jaoul, Goldstein 1990). Il résulte de cet assemblage un système d’entrelacs où les montants sont moins nombreux que les brins, et où les brins sont répartis de manière à former une paroi dense destinée à ne laisser passer aucune prise.

215La vannerie (Q136) mise au jour au niveau de l’épave no 2 présente des contours endommagés [fig. 204]. L’orientation des montants permet cependant d’appréhender la forme de l’objet dans ses parties les mieux conservées. Leur disposition laisse deviner une ouverture en forme d’entonnoir, dont la partie étranglée se trouve à environ 160 mm du bord supérieur, et un corps s’élargissant vers le bas, à partir de la zone d’étranglement. À l’entrée de la nasse, on dénombre quatre groupes de trois montants chacun, disposés de façon rayonnante.

216L’étranglement est révélé par l’inclinaison des montants qui, à cet endroit, se resserrent. Il se situe environ à 200 mm de l’entrée. Le diamètre au niveau du rétrécissement est difficile à évaluer, car le côté gauche est fortement endommagé –il pourrait hypothétiquement être de 200 mm environ. Seule la partie du corps en contact avec le sol a été préservée ; la superposition du goulet sur le clayonnage du corps montre que la zone conservée correspond à l’intérieur, non à l’extérieur de la nasse. Les restes du goulet ont été trouvés sur deux blocs de sédiment disjoints, ce qui rend leur lecture malaisée. Les montants convergent vers la base de la nasse. Espacés de 40 mm dans la partie la plus large, les montants se resserrent pour n’être plus distants que de 20 mm dans la zone la plus étroite, marquant probablement une des extrémités du goulet. Cette partie est conservée sur 400 mm de longueur –dimension qui ne correspond pas à sa longueur totale, car il manque la jonction avec l’entrée.

217Le matériau utilisée n’a pas été identifié à ce jour, mais pourrait être le même que celui employé pour la réalisation de la nasse Q135. Le volume de la nasse a disparu et ses éléments ont été aplatis, notamment les plus fins, désormais de section ovale. Qu’il s’agisse de l’entrée, du corps ou du goulet, les montants mesurent entre 6 et 8 mm de diamètre (mesure prise dans la partie la plus large). Associés par groupes de trois au niveau du corps, ils sont isolés au niveau du goulet. Les brins actifs, en revanche, attestent l’utilisation de branches de différents diamètres, selon qu’elles sont destinées au col, au corps ou au goulet de la nasse. Au niveau du col et du corps, elles mesurent entre 6 et 8 mm de diamètre ; au niveau de l’étranglement, elles deviennent plus fines, et mesurent entre 4 et 7 mm de diamètre. Au niveau du goulet, les brins sont nettement plus fins : compris entre 4 et 5 mm de diamètre, ils assurent un clayonnage dense.

218Les parties conservées de la nasse permettent d’identifier plusieurs points de vannerie. Le premier est associé à la fabrication du col : les brins se croisent deux à deux derrière chaque montant. Il s’agit d’une vannerie dite « cordée serrée » (Balfet 1952) ou « à montants parallèles, brins cordés et texture en plein » (Jaoul, Goldstein 1990). Le corps de la nasse est formé de brins passant alternativement au-dessus et au-dessous des montants, à la manière du tissage en armure toile. Il s’agit de la vannerie de type clayonné. Le goulet associe les deux techniques : conçu majoritairement en armure toile et texture en plein, son extrémité est formée de brins cordés et texture en plein. Le point de vannerie à brins cordés semble, pour sa part, réservé à la confection des extrémités, en l’occurrence celle du goulet et de l’entrée. Cela est vraisemblablement lié au besoin de cohésion et de maintien de ces parties.

219Les vanneries apparaissent parfois sous forme d’empreintes accidentelles, par exemple sur des tessons de céramique, mais rarement en tant qu’objet. Des conditions de conservation particulières sont nécessaires à leur préservation : la sécheresse et le froid constituent des facteurs favorables, mais il arrive également qu’au contact du métal, des fragments de vannerie soient préservés par minéralisation (voir les vestiges de la sépulture de Vix, en Côte-d’Or) (Médard 2003). Un enfouissement en milieu hermétique, pauvre en oxygène est également propice. Ainsi, de nombreux restes organiques, parmi lesquels des vanneries remarquablement conservées, ont été mis au jour sur les sites lacustres du Néolithique et de l’âge du Bronze (voir, par exemple, les paniers du site d’Auvernier-Nord, canton de Neuchâtel en Suisse, datés de 850 av. J.-C.) (Egloff 1985 : 81-87). Plus rares sont les découvertes hors des contextes lacustres. Les terrains humides sont propices, tel le site du Petit-Creusot (Saône-et-Loire). Fouillé par Gérard Monthel au cours de l’hiver 1986, ce gisement du bord de Saône a livré de nombreux vestiges organiques, parmi lesquels une corbeille en osier et une nasse admirablement conservée (Monthel et al. 1998 ; Monthel et al. 2001).

220Si les vanneries sont peu fréquentes en contexte archéologique, les nasses le sont encore davantage. Des restes de nasses préhistoriques ont été découverts dans les pays scandinaves (Cleyet-Merle 1990). En France, la plus ancienne est sans nul doute celle de Noyen-sur-Seine mise au jour sur le site mésolithique du Haut-des-Nachères (Seine-et-Marne). Datée de 7000 av.J.-C., elle reposait dans le lit fossile d’un bras de Seine (Mordant 1989 : 121). Une grande vannerie, supposée être une nasse mais dont la forme au moment de la découverte n’a pas permis d’identifier clairement sa fonction, a également été recueillie sur le site du Gué des Piles à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ; datée de l’âge du Bronze final III, elle reposait dans le lit actuel de la Saône (Bonnamour 1987- 1988 : 39). En raison de son exceptionnelle conservation la nasse de Melz-sur-Seine (Seine-et-Marne) compte parmi les plus connues. Complète au moment de la découverte, elle se trouvait dans un ancien méandre de la Seine sur un site d’habitat celtique daté de La Tène II finale (Tomasson 1992 : 69-98 ; Tomasson, Bally 2000 : 79-83). Pour la période antique, les fouilles de Saint-Doulchard (Cher), au lieu-dit « Les Avrillages », ont livré, dans un contexte situé en bord de rivière, l’Yèvres, une nasse en osier associée à d’autres vestiges liés aux activités de pêche. Au site de Lux « Le Port-Guillot » (Saône-et-Loire), sur la rive droite de la Saône, Louis Bonnamour a mis au jour une nasse reposant dans le lit de la Saône ; enfin, découverte dans un contexte similaire, la nasse du Petit-Creusot représente l’exemplaire le plus complet pour cette époque. Les nasses gallo-romaines du Parc Saint-Georges viennent aujourd’hui compléter cet inventaire.

221Fragmentaires, elles ne peuvent être restituées intégralement, mais certaines caractéristiques de fabrication permettent d’effectuer des rapprochements avec les exemplaires mieux conservés. Les nasses de Melz-sur-Seine et du Petit-Creusot constituent des exemplaires de choix pour plusieurs raisons : ils ont fait l’objet chacun d’une étude détaillée et publiée, ils sont (ou étaient) bien conservés au moment de l’étude, ils sont chronologiquement proches (Melz-sur-Seine) et contemporains (Le Petit-Creusot) des nasses de Saint-Georges.

222Au-delà des vestiges archéologiques, rares et fragiles, les nasses sont également présentes dans l’iconographie des premiers siècles après J.-C. Le propos n’est pas ici d’en faire un inventaire complet –nous renvoyons pour cela aux publications très complètes de Raymond Tomasson (1992) et de Gérard Monthel (Monthel et al. 2001 : 171), mais simplement d’en mentionner quelques exemples parmi les plus connus. Monthel le notait dans la publication consacrée à la nasse du Petit-Creusot : aucun document ne provient de Gaule. Les documents les plus explicites proviennent du monde romain : ce sont notamment les mosaïques d’Afrique du Nord. L’une d’entre elles, mise au jour dans une des maisons de Thugga (Dougga, Tunisie) datée d’environ 250 ap. J.-C., illustre la pêche par chaîne de nasses (musée national du Bardo, Tunis). Une autre, conservée au musée de Sousse (Tunisie), figure également une scène de pêche où les nasses, accrochées à la file, sont plongées dans l’eau. Il semble que cette méthode ait été couramment utilisée, car elle apparaît à maintes reprises, non seulement sur des mosaïques mais aussi sur des céramiques africaines (Lissi-Caronna 1995). Il s’agit néanmoins de pêche en mer et, en réalité, ni les textes ni l’iconographie n’apportent d’informations substantielles sur la pêche en eaux douces au moyen de nasses à l’époque romaine (Monthel et al. 2001 : 171). Les méthodes, tout comme les espèces de poissons capturées en contexte fluvial, demeurent donc inconnues. Seul indice : l’adoption de la texture en plein va de pair avec de petites prises et des proies fines. Les nasses gallo-romaines du Parc Saint-Georges présentent de ce point de vue des similitudes avec les nasses à anguille actuelles (Jaoul, Goldstein 1990 : 151-155).

5.1.5 Activités productives et commerciales

5.1.5.1 filage

223Q138 • Fuseau [fig. 206 : 1].
Bois (if).
L. 196 mm ; diam.
8 mm. inv.1379.4 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Fuseau de fusaïole complet possédant deux fines extrémités arrondies. La partie renflée est située au tiers inférieur de la hauteur du fuseau.
(Ferdière 1988 : 199-200 ; Guillaumet 1996 : 76 ; Jones, Rhodes 1980 : 130.)

224Q139 • Fusaïole [fig. 206 : 2].
Bois (buis).
diam. 57 mm ; épais. (max.) 16 mm. inv.1379.3 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Fragment déformé appartenant peut-être à une fusaïole en cours de fabrication. En forme de cône plat, elle présente sur sa face plane un début de perçage. Le faible diamètre de l’objet laisse penser qu’elle était destinée au filage.
(Chabal, Feugère 2005 : 178 ; Passard, Urlancher 1997 : 177 ; Bernard, Dietrich 1990 : 151.)

225Q140 • Fusaïole [fig. 206 : 3].
Bois (buis).
diam. 48 mm ; épais. 14 mm /
diam. (trou central) 5 mm.
inv.1356.21 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment d’une petite fusaïole décorée sur ses deux faces d’incisions concentriques. La circonférence est arrondie. La perforation centrale est de section bitronconique.
Le faible diamètre de l’objet laisse penser qu’il était utilisé pour le filage.
(Chabal, Feugère 2005 : 178 ; Passard, Urlancher 1997 : 177 ; Bernard, Dietrich 1990 : 151.)

226Q141 • Fusaïole [fig. 206 : 4].
Bois (buis).
diam. 93 mm ; épais. 24 mm.
inv.1356.2 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment d’une fusaïole de grand diamètre, décorée sur une face d’incisions concentriques régulièrement espacées.
La circonférence est arrondie. La perforation centrale n’est pas visible. Cet objet de grande taille servait sans doute au retordage des fils.
(Chabal, Feugère 2005 : 178 ; Passard, Urlancher 1997 : 177 ; Bernard, Dietrich 1990 : 151.)

227Q142 • Fusaïole [fig. 206 : 5].
Bois (buis).
diam. 82 mm ; épais. 20 mm.
inv.1356.20 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment d’une fusaïole de grand diamètre, décorée sur une face de deux incisions concentriques, sur l’autre d’une succession de ressauts concentriques. La circonférence est arrondie. La perforation centrale n’est pas visible. Cet objet de grande taille servait sans doute au retordage des fils.
(Chabal, Feugère 2005 : 178 ; Passard, Urlancher 1997 : 177 ; Bernard, Dietrich 1990 : 151.)

228Q143 • Fusaïole.
Bois (buis).
diam. 83 mm ; épais. 16 mm ;
diam. (trou central) 15 mm.
inv.1356.24 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment d’une fusaïole de grand diamètre, sans décor. En forme de cône plat, présentant une perforation centrale. Cet objet servait sans doute au retordage des fils.
(Chabal, Feugère 2005 : 178 ; Passard, Urlancher 1997 : 177 ; Bernard, Dietrich 1990 : 151.)

fig. 206 1 Fuseau de filage, début du iiie s. (phase 5) ; 2 fragment de fusaïole, début du iiie s. (phase 5) ; 3-5 fusaïoles, milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

5.1.5.2 Tissage

229Q144 • Bobine [fig. 207].
Bois (buis).
L. 46 mm ; diam. 44 mm.
inv.1725.2 / alluvions de crue / fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Extrémité d’une grande bobine à plusieurs logements. Les deux rebords conservés sont décorés d’une incision de tournage. (Hedinger, Leuzinger 2002 : 80-122.)

fig. 207 Bobine de métier à tisser, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).

© É. Bayen.

5.1.5.3 Tannerie

230Q145 • Poinçon type « alêne » [fig. 208 : 1].
Fer.
L. 110mm ; diam. (max.) 11mm.
inv.1374.5 / alluvions de berge / milieu du iiie s.
Poinçon incomplet présentant un manche pseudo-pyramidal, terminé par un bouton et prolongé par une tige brisée de section quadrangulaire amincie à son extrémité. (Derion 2006 : 54, no 377 ; Leguilloux 2004 : 68.)

231Q146 • Couteau de tanneur [fig. 208 : 2].
Fer et bois (pommier ou poirier).
L. 620 mm / L. (tranchant) 345 mm /
L. (manche) 127 mm ; diam. (manche) 30 mm.
inv.1668.1 / alluvions d’inondation / seconde moitié du iiie s.
Couteau de tanneur complet dit « couteau rond » (conservé en trois parties). Composé d’un fer large au dos, son tranchant est convexe. Il est emmanché à chaque extrémité par une poignée latérale de section circulaire située dans le prolongement du plan du fer. Les soies sont noyées et traversantes.
(Daremberg et al. 1963-1969 : 1505-1507 ; Leguilloux 2002 : 267-282 ; Leguilloux 2004 : 16-19 ; Proust 1985 : 632-633, 635, 637, 874.)

fig. 208 1 Poinçon type « alêne », milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 couteau de tanneur, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.5.4 Agriculture

232Q147 • Serfouette [fig. 209].
Fer et bois.
L. 272 mm / L. (lame) 147 mm ;
l. (lame) 99 mm / L. (dent) 210 mm.
inv.1677.2 / dépôt d’alluvions anthropiques de berge / seconde moitié du iiie s.
Outil composé d’une lame s’élargissant progressivement opposée à une fourche aux dents de section quadrangulaires. L’emmanchement est assuré par un œil. Le manche a été renforcé par une virole. (Duvauchelle 2005 : 92, 195, 196, pl.47, pl.48 : 252-254.)

fig. 209 Serfouette, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.5.5 Moulage

233Q148 • Moule [fig. 210 : 1].
Pierre calcaire.
L. 88 mm ; épais. 35 mm.
inv.1405.2 / alluvions de berge / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Fragment de moule dont l’empreinte comporte deux alignements de trois matrices rectangulaires reliées longitudinalement et transversalement par des lignes de coulée. Un percement non perforant de section circulaire servait à l’ajustement des deux parties du moule.

234Q149 • Moule [fig. 210 : 2].
Terre cuite.
L. 67 mm ; l. 54 mm.
inv.1379.9 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Fragment d’un probable moule de masque dont l’emprunte évoque un fragment de bandeau végétal.

235Q150 • Moule [fig. 210 : 3].
Terre cuite.
L. 78 mm ; l. 55 mm.
inv.1543.6 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fragment d’un probable moule de masque dont l’empreinte comporte une volute ainsi que d’autres formes que nous n’avons pu reconnaître.

236Q151 • Moule [fig. 210 : 4].
Terre cuite.
L. 78 mm ; l. 46 mm.
inv.1543.7 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fragment d’un probable moule de masque dont l’emprunte évoque un décor végétal.

fig. 210 1 Moule, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 moule (de masque ?), début du iiie s. (phase 5) ; 3-4 moule (de masque ?), seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.5.6 Travail du bois et de la pierre

237Q152 • Hache [fig. 211 : 1].
Fer.
L. 197 mm / l. (lame) 89 mm / 900 g.
inv.1510.3 / alluvions d’inondation / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Hache présentant un dos d’abord droit puis fléchissant légèrement à l’approche du tranchant. Celui-ci est légèrement cintré. La face inférieure est courbée vers le bas. La nuque courte est terminée par une table carrée. L’œil est de section ovale.
(Duvauchelle 2005 : 36, 158 et 136, variante de la forme 2, pl.10, no 61.)

238Q153 • Hache [fig. 211 : 2].
Fer.
L. 203 mm / l. (lame) 86 mm / 1325 g. inv.1543.64 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Hache présentant un dos droit et une face inférieure nettement courbée vers le bas. Le tranchant est droit. La nuque marquée est terminée par une table carrée. L’œil est de section circulaire et présente des restes du manche en bois.
(Duvauchelle 2005 : 36, 158 et 136, variante de la forme 2, pl.10, no 61.)

239Q154 • Hache [fig. 211 : 3].
Fer.
L. 194 mm / l. (lame) 42 mm / 650 g.
inv.1543.51 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Hache dont une partie du manche en bois est conservée. Le dos est droit tandis que la face inférieure est cintrée. Le tranchant est droit, et plus étroit que la nuque. Celle-ci est terminée par une large table rectangulaire. Lœil est de section circulaire.
(Duvauchelle 2005 : 36, 158 et 136, variante de la forme 2, pl.10, no 61.)

240Q155 • Herminette [fig. 211 : 4].
Fer.
L. 210 mm / l. (lame) 47 mm ; sect. (lame) 21 x 22 mm / sect. (marteau) 30 x 31 mm / 430 g.
inv.1543.47 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Herminette combinée d’un marteau. Caractérisé par un tranchant perpendiculaire à l’axe du manche en bois (aujourd’hui disparu) et positionné plus bas que l’œil. La lame de section losangique se courbe nettement vers le bas tout en s’aplatissant jusqu’au tranchant étroit. À l’opposé de celui-ci se situe un long marteau. L’œil de section ovale est bordé d’œillères.
(Duvauchelle 2005 : 44-45, variante de la forme 4.)

fig. 211 1 Hache, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2-3 haches, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 4 herminette, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

241Q156 • Scie de long [fig. 212].
Fer et bois (frêne).
L. 700 mm ; l. 170 mm / épais. (lame) 5 mm / épais. (manche) 47 mm.
inv.1671.1 / alluvions de décantation / seconde moitié du iiie s.
Fragment de scie de long (huit fragments). Lame pourvue d’un dos droit opposé à un fil de coupe à dents avoyées. La denture est formée par une succession de triangles équilatéraux de dix à quinze millimètres de long. Une pièce de bois en forme de U est fixée perpendiculairement à la lame, à l’aide de clous à tête circulaire bombée. Les deux branches du U, de section ovale, sont incomplètes.
(Guillaumet 1996 : 10 et 22 ; Adam, Varène 1986 : 223 ; Adam 2008 : 94-104.)

fig. 212 Scie de long, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

242© É. Bayen

5.1.5.7 Outils à usage divers

243Q157 • Levier [fig. 213 : 1].
Fer.
L. 727mm ; l. 43mm ; sect. 18 x 22mm.
inv.1385.12 / alluvions de rivière / fin du i er – début du iie s.
Tige en fer de section quadrangulaire légèrement courbe à l’approche de la partie active. Celle-ci a été martelée à chaud, son extrémité élargie n’est pas conservée. L’extrémité opposée de l’outil est arrachée.

244Q158 • Pointe [fig. 213 : 2].
Fer.
L. 191 mm ; sect. 15 mm.
inv.1626.2 / alluvions d’inondation / fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Tige droite de section carrée présentant une extrémité pointue et une autre brisée. Cet outil a probablement été utilisé pour percer. (Dubant 2000 : 28.)

245Q159 • Aiguisoir sur galet [fig. 213 : 3].
Roche.
L. 68 mm ; sect. 25 mm.
inv.1379.11 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Aiguisoir parallélépipédique présentant un léger amincissement. Il comporte des arêtes arrondies ainsi que des traces d’usures témoignant d’une utilisation prolongée et intensive. (Petit 2000 : 267.)

246Q160 • Aiguisoir [fig. 213 : 4].
Roche plutonique (quartz et mica blanc).
L. 150 mm ; l. 65 mm ; sect. 33 mm.
inv.1543.16 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Aiguisoir ou polissoir de forme trapézoïdale dont les extrémités sont taillées en biseau. Il comporte des arêtes arrondies. Une face plane est opposée à une face présentant une cupule qui témoigne d’une utilisation prolongée et intensive.

247Q161 • Barre à mine ou levier [fig. 213 : 5].
Fer.
L. 647 mm ; l. 29 mm. inv.1371.1 / occupation de berge / seconde moitié du iiie s.
Barre de section circulaire, dont les deux extrémités sont manquantes. Les sections ne sont pas nettes et ne permettent pas de préciser sa fonction.

fig. 213 1 Levier, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 pointe, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. ; 3 aiguisoir sur galet, début du iiie s. (phase 5) ; 4 aiguisoir, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 5 barre à mine ou levier, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.5.8 Pesage

248Q162 • Fléau de balance [fig. 214 : 1].
Fer.
L. 498 mm ; l. 18 mm ; sect. (a) 11 mm ; sect.
(b) 12 x 13 mm ; sect. (c) 13,5 mm. inv.1385.11 / alluvions de rivière / fin du ier ap. J.-C. – début du iie s.
Fléau de balance asymétrique (statera) de section circulaire sur les trois premiers quarts de sa longueur. Sur le quatrième quart, de section quadrangulaire, est aménagé un système de cinq bélières incomplètes, tandis que son extrémité moulurée est de section circulaire.
Il présente une courbure probablement accidentelle à son extrémité opposée, terminée par un bouton conique.
(Boucher, Tassinari 1980 : 78-81.)

249Q163 • Fléau de balance [fig. 214 : 2].
Fer.
L. 148 mm ; sect. 5,5 x 6 mm.
inv.1356.17 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Fragment de fléau de balance de section carrée. Une extrémité est terminée par un bouton conique, l’autre, sectionnée présente un élargissement.
(Boucher, Tassinari 1980 : 78-81.)

250Q164 • Fléau de balance [fig. 214 : 3].
Alliage cuivreux.
L. 600 mm ; diam. 16 mm.
inv.1543.61 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Fléau de balance symétrique (libra) de section circulaire. Un pivot mouluré terminé par un anneau de suspension est fixé en son centre. Il divise le fléau en deux bras de même longueur dont un est gradué. Chaque extrémité moulurée se termine par un anneau.
(Boucher, Tassinari 1980 : 78-81.)

251Q165 • Contrepoids de balance [fig. 214 : 4].
Plomb et alliage cuivreux.
H. 80 mm ; diam. 50 mm.
inv.1510.1 / alluvions d’inondation / fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Élément ovoïde prolongé d’un col tronconique en bronze rempli de plomb. Il est traversé d’un trou, d’abord large au niveau du col puis se resserrant à la base. Le col faisait office de douille, et l’élément emmanché à un fléau de balance –en métal ou en bois, d’une section quadrangulaire de 15 mm environ– avait probablement fonction de contrepoids de balance.

fig. 214 1 Fléau de balance, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 fléau de balance, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 fléau de balance, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 4 contrepoids de balance, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).

© É. Bayen.

5.1.5.9 Commentaire

252Les nombreux outils ou chutes de matériaux mis au jour témoignent de la grande diversité des métiers exercés : travail des textiles, travail des cuirs et des peaux, de la terre cuite, de l’os, du bois et de la pierre, travaux agricoles, auxquels s’ajoutent les activités de pesage liées au commerce. L’importance des artefacts en rapport avec l’artisanat est à mettre en relation avec le développement des échanges commerciaux à Lyon au iiis.

253Concernant le travail des textiles, le filage est particulièrement bien représenté avec la découverte d’un petit fuseau complet (Q138) en if et de deux fusaïoles en buis de petit diamètre (Q139, Q140). Les grandes fusaïoles (supérieures à 70mm : Q141-Q143) étaient plus particulièrement utilisées pour le retordage des fils. De belle facture, elles sont toutes tournées au bédane et au grain d’orge. Elles étaient montées sur des fuseaux spécifiques plus lourds, différents des modèles à filer évoqués précédemment. Par leur forme plate, elles se distinguent des fusaïoles mises au jour à Lattes (Hérault), à Besançon (Doubs), à Longueuil-Sainte-Marie (Oise), toutes de profil biconique (Chabal, Feugère 2005 : 178 ; Passard, Urlancher 1997 : 177 ; Bernard, Dietrich 1990 : 151). Le fragment de bobine (Q144) est un autre témoignage des diverses étapes propres au tissage. L’exemplaire lyonnais ressemble à celui découvert à Oberwinterthur en Suisse. Ce dernier, de diamètre plus petit, possède neuf rebords et huit logements de fil. Les auteurs expliquent qu’elle était probablement garnie de plusieurs fils de couleurs (Hedinger, Leuzinger 2002 : 80, 122).

254Les objets archéologiques issus de l’artisanat textile sont rares. La plupart du temps, ils ne sont pas reconnaissables, à moins d’être trouvés complets, garnis et munis de leur fusaïole en bois, tels ceux découverts à Württemberg (Stuttgart) (Ferdière 1988 : t. 2, 199-200 ; Guillaumet 1996 : 76). Celui, complet, mis au jour à Lattes ou ceux récemment trouvés à Nîmes (Gard), malheureusement très fragmentés, font exception (Chabal, Feugère 2005 : 178 ; Conche 2006 : 158). Le fuseau lyonnais ne semble pas avoir été tourné, mais simplement taillé.

255D’autres éléments permettent de compléter l’ensemble de la chaîne opératoire du textile : des blocs de soufre servant au traitement et à la teinture des textiles ; des amphores d’Italie du Sud (Lipari) destinées à contenir de l’alun (sulfate d’alumine et de potasse), utilisé comme mordant pour les teintures ; de même que des fragments de minerais de cuivre en forme de grappes bleues pouvant correspondre à du sulfate de cuivre (vitriol bleu). Ces produits étaient d’ailleurs utilisés par les tanneurs lors des opérations de corroyage (assouplissement) des cuirs préparés pour les cordonniers, selliers et bourreliers (Daremberg et al. 1963-1969 : 1506 ; Leguilloux 2004 : 31-39).

256Tel qu’il est représenté ici, l’artisanat du cuir comprend le tannage et la peausserie (travail de la peau en général), illustrés par un poinçon, un couteau rond et de nombreuses chutes de cuir dont la plupart correspondent à des découpes de semelles. Quelques-unes d’entre elles, qui n’ont pas été intégrées dans le catalogue, présentent des traces de couture. Les poinçons antiques de types « alêne » étaient utilisés pour percer le cuir et autres matériaux souples ou peu épais. Comme le poinçon Q145, ces outils sont fréquemment retrouvés la pointe brisée. Il est difficile, dans ces conditions, d’en fournir une typologie précise. Des exemplaires similaires ont été retrouvés pour l’époque gauloise sur le site de Lacoste en Gironde (Derion 2006 : 54, no 377, pl.39), et pour le iie s. ap. J.-C. dans l’urne funéraire d’un cordonnier de Trèves (Leguilloux 2004 : 68).

257La forme et les dimensions du couteau Q146 correspondent à celles d’un couteau rond de tanneur tel qu’il est figuré au siècle des Lumières dans les planches qui complètent L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences‚ des arts et des métiers… (Diderot, Alembert 1771 : 191, pl. III, fig. 4). Cet outil, également appelé peloir, servait à éliminer les tissus adipeux et le pelage encore accrochés à la peau après la trempe. Les peaux étaient disposées sur un chevalet de façon à adopter une forme en arc de cercle à l’intérieur de laquelle l’artisan faisait glisser l’outil en lents mouvements de va-et-vient. Des exemplaires semblables, retrouvés au xixe s. dans des tanneries antiques à Mayence et dans la cour de l’insula V à Pompéi, attestent la persistance de cet outil et des gestes de l’artisan du cuir de l’ntiquité à nos jours (Daremberg et al. 1963-1969 : 1505-1507 ; Leguilloux 2002 : 267-282 ; Leguilloux 2004 : 16-19). Ce couteau est encore employé par les hongroyeurs, les chamoiseurs ou les parcheminiers, qui travaillent traditionnellement sur rivière (Proust 1985 : 632-633, 635, 637, 874). Le travail du cuir a toujours demandé de nombreuses installations hydrauliques (cuves, bassins, tuyaux d’adduction d’eau, canaux d’évacuation des eaux usées, etc.), son implantation en bord de Saône est donc fort justifiée.

258La serfouette (Q147), sert aux menus travaux d’agriculture dans les jardins et les vignobles. Cet outil polyvalent est utilisé pour sarcler, biner, creuser, griffer, piocher ou sillonner. D’après Anika Duvauchelle, l’instrument apparaîtrait au début de l’époque romaine dans les provinces de Germanie et de Bretagne, principalement dans les camps militaires ou les villes fortement romanisées. Plusieurs exemplaires proches de celui du Parc Saint-Georges ont été mis au jour sur le site antique d’Avenches (Suisse). Ceux-ci présentent toutefois une inclinaison moins marquée des deux parties actives opposées (Duvauchelle 2005 : 92, 195, 196, pl. 47 et 48, nos 252-254).

259L’activité de moulage est illustrée par quatre fragments de moules, l’un est en pierre, les trois autres en terre cuite. Le fragment en pierre calcaire Q148, daté de la fin du ier . ap. J.-C. – début du iie s., semble avoir été utilisé pour couler de petites formes rectangulaires. Mais nous ne savons pas s’il s’agit d’un moule à plomb, d’un moule destiné aux alliages à base de cuivre ou aux métaux précieux. Les trois exemplaires en terre cuite (Q149-Q151) provenant des niveaux du iiie s. correspondent probablement à des moules de masques, voire d’acrotères.

260Un travail de tabletterie est illustré par de petites plaques en os de section rectangulaire comportant des perforations semi-circulaires et circulaires de diamètres différents. Ces plaques correspondent aux rebuts de fabrication d’objets plats et circulaires. Les diamètres des perforations, entre 22 et 67 mm correspondent à des pions de jeux (Béal 1983 : 321). Deux longues matrices cylindriques de section trapézoïdale présentant une perforation centrale pourraient elles aussi correspondre à ce type de chutes artisanales. Ces éléments ne sont pas présentés dans le catalogue.

261Trois types d’outil utilisés pour travailler le bois et la pierre sont représentés au Parc Saint-Georges. Il s’agit de la hache (Q152-Q154), de l’herminette (Q155) et de la scie (Q156). Les haches sont spécifiquement utilisées pour le travail de bois : abattre, fendre, couper ou façonner. Elles servent dans le cadre de divers métiers. Le contexte de découverte nous incite à imaginer que l’activité installée le long de la berge est celle de charpentier naval plutôt que celle de bûcheron, qui relèverait plutôt d’un contexte rural.

262Certains auteurs considèrent que le poids d’une hache, tout autant que sa forme, est un élément important pour la détermination de sa fonction. L’exemplaire Q153 appartient au groupe A de Martin Pietsch, qui rassemble les grandes haches lourdes. Q152 et Q154 appartiennent au groupe B qui rassemble les haches de tailles et de poids moyens (Pietsch 1983 : 12). Leurs formes se rapprochent de celle de l’exemplaire non daté d’Avenches, une variante sans œillères de la forme 2 de la classification des outils proposé par Anika Duvauchelle. Elles ont toutes trois un tranchant déporté par rapport à l’axe du manche, attestant de la relative finesse de l’ouvrage qu’elles étaient susceptibles d’effectuer (Duvauchelle 2005 : 35). Alors que ces deux haches sont de type cogné, Q154 qui présente un tranchant étroit est une hache d’abattage typique de la période antique. Son fer a un pouvoir de pénétration bien supérieur aux autres tranchants plus larges.

263L’herminette est un outil polyvalent qui pouvait être utilisé pour le travail du bois mais aussi pour celui de la pierre tendre. Q155 était probablement utilisée pour le bois. Cet outil permet à l’artisan de dresser, creuser, façonner des surfaces afin de réaliser des ouvrages de précision. Elle s’apparente à la forme 4 de la classification des outils proposée par Duvauchelle, mais présente un marteau sensiblement plus long. Cette forme qui n’est pas représentée à Avenches, est cependant fréquente dans les camps du limes.

  • 7 Ce sujet a été largement abordé lors des colloques « Énergie hydraulique et machines élévatrices d’ (...)

264L’unique poignée (Q156) conservée de la scie est composée de deux branches incomplètes qui étaient probablement réunies dans leur partie supérieure. Il est envisageable qu’une poignée semblable se trouvait à l’extrémité opposée. Un tel dispositif ne correspond pas à celui des scies « passe-partout » maniées par deux ouvriers. La robustesse de la fixation de la poignée caractérise les scies de long mécaniques. Le sciage de long à la période antique utilise la force hydraulique pour la découpe de la pierre7 (Adam, Varène 1985 : 223).

265Quelques outils à usage divers complètent la panoplie des outils de métier. Il s’agit de deux leviers (Q157, Q161), d’une pointe (Q158), et de deux aiguisoirs (Q159, Q160). Un objet similaire à la pointe Q158, découvert sur le site du Palais des Congrès à Tours est daté du dernier quart du ier s. ap. J.‑C. (Dubant 2000 : 28). Les aiguisoirs étaient utilisés pour parfaire le tranchant des lames de couteaux, de rasoirs et d’autres outils à lames. Les exemplaires trouvés à Saint-Georges sont sans doute liés à l’affûtage d’outils domestiques ou artisanaux. Nous pouvons établir un parallèle avec un objet semblable daté du Haut-Empire, provenant de Bliesbruck en Moselle (Petit 2000 : 267).

266L’activité commerciale est représentée par trois fléaux (Q162-Q164) et un contrepoids de balance (Q165). Deux fléaux sont en fer et le troisième en alliage à base de cuivre. Lexemplaire Q163 est incomplet, mais les deux autres correspondent aux deux types de balance utilisés à l’époque romaine : la statera et la libra. Le fléau Q162 comporte deux bras asymétriques (statera). Ce type de balance à plateau unique semble être le plus employé à l’époque romaine. Le fléau Q164, quant à lui, est symétrique (libra) et fonctionnait à l’aide de deux plateaux équidistants. Des découvertes anciennes à Lyon et dans le Rhône permettent d’établir des parallèles intéressants (Boucher, Tassinari 1980 : 78-81). Il s’agit de modèles plus complets qui montrent des fléaux de balance munis de plusieurs bélières où sont suspendus différents poids, crochets ou chaînettes, modèles semblables à l’exemplaire complet mis au jour dans le Rhône au niveau d’Arles (Long 2008 : 179). Un fléau symétrique présente de nombreuses analogies avec l’exemplaire Q164. Outre la symétrie de ses deux bras terminés par des anneaux, il est aussi muni en son centre d’un pivot mouluré et articulé.

5.1.6 Vie sociale

5.1.6.1 Écriture

267Q166 • Stylet [fig. 215 : 1].
Fer et os.
L. 128 mm ; sect. 11 mm.
inv.1479.1 / alluvions de rivière / milieu du iiie s.
Manche en os de forme oblongue et de section ovale s’amincissant vers son extrémité semi-sphérique soulignée d’une double strie. Il renferme un fragment d’une tige de fer dont la pointe a aujourd’hui disparu.
(Desbat 2005 : 157-159.)

268Q167 • Stylet [fig. 215 : 2].
Os.
L 139 mm ; l. 6,5 mm.
inv.1543.54 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Manche de forme pyramidale et de section trapézoïdale comportant des arêtes vives. Il est taillé en pointe vers l’extrémité.
(Desbat 2005 : 157-159.)

fig. 215 1 Stylet, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 stylet, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.1.6.2 Jeux

269Q168 • Dé [fig. 216 : 1].
Os.
L. (côté) 7 mm.
inv.1356.45 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Dé plein, aux faces planes et aux arêtes vives. Le chiffrage régulier est composé de cercles simples pointés. Le total des nombres portés sur deux faces opposées est égal à sept.
(Béal 1983 : 349-354.)

270Q169 • Dé [fig. 216 : 2].
Os.
L. (côté) 7 mm.
inv.1356.56 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Dé plein, aux faces planes et aux arêtes vives. Le chiffrage régulier est composé de deux cercles concentriques pointés. Le total des nombres portés sur deux faces opposées est égal à sept.
(Béal 1983 : 349-354.)

271Q170 • Jeton [fig. 216 : 3].
Os.
diam. 20 mm ; épais. 8 mm.
inv.1321.1 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Rondelle en os découpée et tournée. Une face présente une dépression concave entourée d’une couronne plate, l’autre un point central qui correspond à l’emplacement du pointeau en fer d’un tour à archet. Type Béal 5.
(Béal 1983 : 301-303.)

272Q171 • Jeton [fig. 216 : 4].
Os.
diam. 16 mm ; épais. 3,5 mm.
inv.657.2 / dépotoir de berge / milieu du iiie s.
Rondelle en os découpée et tournée. Une face présente trois moulures concentriques séparées par deux gorges et une dépression centrale, sur l’autre face figure un point central qui correspond à l’emplacement du pointeau en fer d’un tour à archet. Type Béal 6, 8, et 9.
(Béal 1983 : 303-305, 307-313.)

fig. 216 1-2 Dés, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 jeton, début du iiie s. (phase 5) ; 4 jeton, milieu du iiie s. (phase 6).

© É. Bayen.

273Q172 • Rondelle [fig. 217 : 8].
Terre cuite.
diam. 92 mm ; épais. 15 mm.
inv.1405.3 / alluvions de berge / fin du i er ap. J.-C. – début du iie s.
Rondelle grossièrement taillée dans une amphore.
(Chardron-Picault 2004 : 319-329.)

274Q173 • Rondelle [fig. 217 : 7].
Terre cuite.
diam. 97 mm ; épais. 26 mm.
inv.1357.6 / dépôt anthropique d’assainissement / milieu du iiie s.
Rondelle grossièrement taillée dans une tegula.

275Q174 • Rondelle [fig. 217 : 1].
Terre cuite.
diam. 37 mm ; épais. 11 mm.
inv.1543.8 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Rondelle grossièrement taillée dans une tegula.

276Q175 • Rondelle [fig. 217 : 2].
Terre cuite.
diam. 52 mm ; épais. 14 mm.
inv.1543.9 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Rondelle grossièrement taillée dans une tegula.

277Q176 • Rondelle [fig. 217 : 3].
Terre cuite.
diam. 59 mm ; épais. 14 mm.
inv.1543.10 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Rondelle grossièrement taillée dans une tegula.

278Q177 • Rondelle [fig. 217 : 6].
Terre cuite.
diam. 74 mm ; épais. 10 mm.
inv.1543.11 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Rondelle grossièrement taillée dans une tegula.

279Q178 • Rondelle [fig. 217 : 5].
Terre cuite.
diam. 70 mm ; épais. 10 mm.
inv.1543.12 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Rondelle grossièrement taillée dans une tegula.

280Q179 • Rondelle [fig. 217 : 4].
Terre cuite.
diam. 67 mm ; épais. 10 mm.
inv.1543.13 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Rondelle grossièrement taillée dans une tegula.

fig. 217 1-8 Rondelles en terre cuite, milieu et seconde moitié du iiie s. (phases 6˗7).

© É. Bayen.

5.1.6.3 Commentaire

281Les éléments relevant de la vie sociale sont deux objets liés à l’écriture (Q166, Q167) et douze autres aux jeux (Q168-Q179).

282À l’époque romaine, les stylets sont utilisés pour écrire sur des tablettes recouvertes de cire : la partie pointue sert à graver les lettres, et l’extrémité proximale arrondie ou parfois plane est utilisée pour effacer en grattant et en lissant la cire. Le stylet Q166, à l’instar des nombreux exemplaires issus de fouilles lyonnaises, présentait ces deux caractéristiques (Desbat 2005 : 157-159). En revanche, nous n’avons trouvé aucun parallèle au stylet Q167. Sa facture et sa morphologie générale répondent aux caractéristiques d’un stylet, mais sa forme pyramidale à angles vifs en fait un exemplaire original.

283Les pièces de jeux trouvées à Saint-Georges comportent deux dés (Q168, Q169) et deux jetons en os (Q170, Q171), ainsi que huit rondelles en céramique (Q172-Q179).

284Les dés en os sont des découvertes fréquentes en contexte gallo-romain (Béal 1983 : 349-354).

285Les jetons se répartissent en deux groupes : celui présentant une dépression en cuvette entourée d’une couronne plate (Q170) correspond au type Béal 5, celui orné de moulures concentriques (Q171) se rapporte aux types Béal 6, 8 et 9. Ces types sont attestés du ier ap. J.-C. au ive s. (Béal 1983 : 301-305, 307-313).

286Les rondelles de terre cuite sont connues dès l’âge du Bronze, et sont retrouvées en lots plus ou moins importants sur les sites gaulois et romains. Leur diamètre est généralement de l’ordre de 30 à 40 mm. Elles sont le plus souvent interprétées comme des palets ou des jetons de jeu. Elles ont pourtant éveillé la curiosité de différents chercheurs dont Pascale Chardron-Picault (Chardron-Picault 2004 : 319-339) et Romain Guichon (Guichon 2006 : 517-524) qui insistent sur leur nature polyvalente. Des éléments de comparaison nous sont donnés par Chardron-Picault pour les sites antiques d’Autun, Avenches, Chartres, Limoges, Lyon, Melun, et Trèves (Chardron-Picault 2004 : 338-339). On constate que le plus souvent les rondelles sont mises au jour sur des sites cultuels ou d’habitat. Les fouilles du quartier artisanal du lycée militaire d’utun en ont livrées neuf cent cinquante, leur diamètre étant compris entre 10 et 119 mm. Les huit exemplaires (Q172-Q179) ont des diamètres de 37 à 97 mm, ce qui correspondrait au calibre des palets utilisés pour les jeux d’adresse tels que le jeu de marelle, le jeu de latroncules ou le jeu des douze lignes assimilé au tric-trac contemporain. Il n’est cependant pas improbable que ces objets aient pu être utilisés à d’autres fins : opercules jetables, fonds d’étuis, cales ou jetons de comptabilité (calculi). Ce dernier usage est suggéré par le relief de la stèle funéraire du « comptable ou commerçant » provenant d’Autun, qui figure un homme en buste sous une niche tenant une tablette ou plateau sur lequel reposent des éléments circulaires en relief, qu’il semble déplacer de sa main droite (Espérandieu 1910 : no 1916).

5.1.7 Objets indéterminés

5.1.7.1 Métaux

287Q180 • –
Plomb.
diam. 65 mm.
inv.1543.60 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Boule de plomb creuse qui semble avoir été sectionnée. Elle comporte un trou lisse non perforant ayant pu contenir une tige.

288Q181 • Crémaillère
ou suspensoir (?) [fig. 218 : 1].
Fer.
L. 255 mm ; l. 48 mm ; épais. 10 mm.
inv.1543.45 / dépôt anthropique de berge, secteurs 4 à 5 / seconde moitié du iiie s.
Tige de section rectangulaire recourbée présentant une extrémité en anneau et l’autre bifide.

289Q182 • – [fig. 218 : 2].
Plomb.
L. 58 mm ; diam.
2 mm.
inv.1374.1 / alluvions de berge / milieu du iiie s.
Élément en forme de crochet ouvert à pointe effilée. Il présente une hampe de section circulaire dont la partie supérieure semble déformée accidentellement. Ce fil de plomb était probablement utilisé pour des opérations de soudure.

290Q183 • Candélabre (?) [fig. 218 : 3].
Fer.
L. 500 mm ; l. max. 80 mm / diam. (tige) 7 mm.
inv.1744.1 / alluvions d’inondation / milieu du ive s.
Longue tige de section circulaire pleine à l’extrémité évasée creuse.

291Q184 • Plaquage (?) [fig. 218 : 4].
Fer.
diam. 79 mm, épais. 1 mm.
inv.1447.2 / dépôt anthropique de berge / fin du ive s. – début ve s.
Plaque semi-circulaire percée d’un trou quadrangulaire.

fig. 218 1 Élément de crémaillère (ou suspensoir ?) en fer, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 2 objet en plomb, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 élément de candélabre (?) en fer, milieu du ive s. (phase 8) ; 4 élément de plaquage (?) en fer, fin du ive s. – début ve s. (phase 9)

© É. Bayen.

5.1.7.2 Os

292Q185 • Cheville (?) [fig. 219 : 1].
Os.
L. 81 mm ; diam. 7 mm.
inv.1543.17 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Baguette facettée présentant une section quasi octogonale et une extrémité pointue de section triangulaire.

293Q186 • – [fig. 219 : 2].
Os.
L. 107 mm ; l. 9 mm.
inv.1744.2 / alluvions d’inondation / milieu du ive s.
Baguette fusiforme en os, aux deux faces longitudinales bombées et présentant une perforation sommitale.

fig. 219 Objets indéterminés en os : 1 seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 2 milieu du ive s. (phase 8).

© É. Bayen.

5.1.7.3 Bois

294Q187 • – [fig. 220 : 1].
Bois (frêne).
L. 161 mm ; diam. 36 mm.
inv.1620.3 / alluvions de crue / milieu du iie s.
Long galet de bois pourvu d’une large encoche aménagée dans l’axe transversal, suivie d’une incision longitudinale.

295Q188 • –
Bois (chêne).
L. 184 mm ; l. 89 mm ; épais. 12 mm.
inv.1322.4 / alluvions de crue / début du iiie s.
Planchette percée transversalement de trois orifices irrégulièrement disposés, l’un contient encore un clou en place.
Les parements sont plats, les rives et les extrémités droites. Un parement présente une dégradation cubique (exposition aux intempéries), l’autre face montre les traces de deux appuis transversaux de fixation.

296Q189 • – [fig. 220 : 2].
Bois (buis).
L. 171 mm ; diam. 9 mm.
inv.1356.26 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Deux fragments appartenant à une baguette de section ovale brisée aux deux extrémités. L’une d’elles présente trois bourrelets tores surmontés d’un petit cône galbé. Le corps de la baguette est décoré de deux séries d’incisions et d’un bourrelet tore.

297Q190 • – [fig. 220 : 3].
Bois (viorne).
L. 178 mm ; sect. 6 x 10 mm.
inv.1379.2 / alluvions de décantation / début du iiie s.
Baguette fusiforme de section ovale taillée en pointe.

fig. 220 Objets indéterminés en bois : 1 milieu du iie s. (phase 4) ; 2 milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 début du iiie s. (phase 5).

© É. Bayen.

5.1.7.4 Matériaux associés

298Q191 • Manche [fig. 221 : 1].
Métal et os.
L. 44 mm ; diam. 15 mm.
inv.1357.3 / dépôt anthropique d’assainissement / milieu du iiie s.
Fragment de manche orné de cannelures de type Béal A V (Béal 1983 : 77), traversé d’une tige métallique.

299Q192 • – [fig. 221 : 2].
Métal et os.
L. 72 mm ; l. 21 mm.
inv.1356.60 / alluvions de décantation / milieu du iiie s.
Élément trapézoïdal de section quadrangulaire, traversé d’une fine tige métallique.

300Q193 • Manche (?) [fig. 221 : 3].
Plomb et bois (cornouillier).
h. 116 mm ; diam. 50 mm / poids : 725 g.
inv.1747.1 / dépôt anthropique de berge / seconde moitié du iiie s.
Pièce incomplète composée d’un bâton de section circulaire faisant probablement office de manche, à l’extrémité duquel a été coulé et martelé un cylindre de plomb en forme de masse.

fig. 221 Objets indéterminés composites : 1-2 objets en métal et os, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 objet (manche ?) en plomb et bois, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© É. Bayen.

5.2 Usages et décors médiévaux et modernes

  • 8 Le texte a été revu par Céline Galtier, Alban Horry et Michel Feugère que nous remercions.

Agata Poirot, avec la coll. de Christian Cécillon8

301Les objets médiévaux et modernes constituent une collection exceptionnelle à double titre : d’abord par leur nombre, ensuite par la variété des catégories d’activités concernées et des formes représentées.

302Le site a livré un mobilier abondant : 120 objets pour le Moyen Âge et 1350 pour l’époque moderne, soit un total de 1470 pièces. La raison est que la berge a servi dès son urbanisation, à partir du Moyen Âge central, de lieu de dépotoir. Celui-ci s’est constitué au fl des siècles dans les eaux de la rivière. L’activité et l’affluence associées au port Sablet ont dû de surcroît multiplier les pertes involontaires.

303Dans ce décompte, il est plus adéquat de parler d’enregistrements que d’objets, car certains d’entre eux sont en fait des lots regroupant plusieurs individus. Ainsi, un des lots d’épingles regroupe à lui seul 1356 unités. De ces chiffres sont exclus les éléments architecturaux et en matériaux périssables (cuirs) – à l’exception des éléments en bois, étudiés par Pierre Mille. Devant la masse d’informations à traiter, l’essentiel est de déterminer comment aborder le sujet. Il n’est pas envisageable d’établir un catalogue exhaustif, qui d’une part nécessiterait une étude approfondie de longue haleine, et d’autre part exigerait à lui seul la publication d’un volume. Le choix de l’étude exhaustive d’un groupe d’objets est à écarter par manque d’argumentation : comment justifier la sélection d’une unité stratigraphique, d’une période, d’une matière ou encore d’une catégorie alors que l’ensemble du mobilier présente un caractère exceptionnel ? De plus, les objets médiévaux et modernes, contrairement au mobilier antique, n’ont pas été restaurés et sont très oxydés.

304La méthode a finalement consisté à répartir l’ensemble des pièces par catégorie d’activités en s’appuyant, dans la mesure du possible, sur le catalogue établi pour l’Antiquité. Par souci de clarté, les objets sont pour la plupart regroupés dans des tableaux suivis d’une courte notice explicative, et parfois de propositions de comparaison. Le mobilier est classé en sept catégories. Une thématique rassemble des objets dont la fonction est indéterminée parce qu’ils sont incomplets, trop altérés ou non encore débarrassés de leur gangue de corrosion. Ces catégories couvrent vingt-cinq domaines d’activités diversifiés allant de l’éclairage à l’outillage, ou encore de la batellerie à l’armement. La variété que recouvrent certains domaines d’activités, tels les soins du corps, les effets personnels et la cuisine, a nécessité une subdivision en dix groupes. Pour exploiter au mieux les avantages de cette collection, les colonnes des tableaux reprennent les découpages chronologiques fournis par la stratigraphie du terrain, de la phase 10 à la phase 17.

305D’une manière générale, l’étude du mobilier provenant d’un site archéologique est confrontée à deux difficultés : l’identification des objets et leur classement. Quand bien même l’identification n’est pas à discuter, l’usage pose des problèmes d’interprétation. Une pointe mise au jour sur un site archéologique peut être un fragment de clou, une dent d’outil ou un poinçon lié à un artisanat. Le contexte de découverte est susceptible d’informer sur son utilisation, et donc de contribuer à son classement dans une catégorie adéquate. Dans le cas de cette fouille, la forte empreinte du port Sablet sur la rive de la Saône a des répercussions très nettes dans la composition de la collection. Mais les domaines de la batellerie ou de la pêche ne sont pas exclusifs. Les deux îlots d’habitations qui enserrent l’esplanade du port ont orienté la tendance générale du mobilier vers les activités domestiques.

  • 9 En l’absence du nettoyage nécessaire pour débarrasser la collection des objets ferreux des produits (...)

306Certaines classifications d’objets du Parc Saint-Georges proposées ci-dessous restent à confirmer. À l’avenir, certaines attributions se révéleront sans doute erronées : l’absence actuelle de restauration et de radiologies n’y sera pas étrangère9.

5.2.1 Cadre de vie [tabl. xxix]

tabl. xxix Inventaire des objets dans la catégorie « cadre de vie » par phase (- aucun objet).

5.2.1.1 Construction

307Seulement cinq objets ont été répertoriés pour ce domaine d’activité. Faute d’étude approfondie, les clous ont été classés dans la catégorie des objets divers.

308Un fragment du xiiie s. est un plomb de vitrail. Il s’agit d’un profilé en forme de H qui sert à sertir les pièces de verre (inv.476.27). La proximité des églises de Saint-Pierre-le-Vieux, près du quartier Saint-Jean et de celle de Saint-Georges, plus au sud, paraît mieux justifier cette présence que l’habitat en bordure de la Saône, à cette époque encore précaire.

309Pour l’époque moderne, les objets les plus anciens sont deux fragments de cadrans solaires. Ce système est généralement placé sur les façades, mais des petits cadrans solaires portatifs existent à l’époque moderne. Le premier fragment date de la seconde moitié du xvie s. (inv.1541.10), l’autre de la seconde moitié du xviiie s. (inv.1547.175).

310Les deux derniers objets sont un fragment de tuyau en fer et un raccord de tuyau en plomb, tous deux datés de la seconde moitié du xviiie s. (inv.587.44, inv.1713.106).

5.2.1.2 Huisserie

311Le Moyen Âge rassemble près de 12 % du mobilier de ce domaine d’activités, avec une prépondérance pour la rubrique des clefs [fig. 222]. Seules les clefs de grande taille sont répertoriées ici, les petites étant classées dans le mobilier domestique puisqu’il s’agit de façon certaine de clefs de coffrets. Certaines des grandes clefs de l’époque médiévale pourraient néanmoins se révéler être aussi des clés de coffres. Alors que les clefs inv.476.40 [fig. 222 : 1] et inv.476.41 [fig. 222 : 2], datées de la seconde moitié du xiiie s. et les clefs inv.1545.15 [fig. 222 : 3], inv.1545.16 [fig. 222 : 4] et inv.1545.32, datées du xive s., illustrent l’activité des maisons installées au sud de la ville dans le quartier de Saint-Georges, l’inv.1793.3 [fig. 222 : 5] témoigne des premiers signes de l’occupation de la berge aux xe-xie s. Les clefs inv.531.58 [fig. 222 : 7] et inv.523.68 [fig. 222 : 6] sont datés respectivement de la seconde moitié du xvie s. et du xviiie s.

fig. 222 1-4 Clefs, seconde moitié du xiiie s. – courant xive s. (phase 13) ; 5 clef, xe˗xie s. (phase 10) ; 6 clef, xviiie s. (phase 15) ; 7 clef, seconde moitié du xvies. (phase 14) ; 8 clef et châtelaine, xvies. (phase 14) ; 9 clef et châtelaine, fin du xviies. – début du xviiie s. (phase 15) ; 10 crochet de porte, xvie s. ; 11 gond de porte, fin du xviie s. – début du xviiie s.

© C. vélien.

312Trois clefs de l’époque moderne sont attachées à une châtelaine, c’est-à-dire à une chaîne généralement accrochée à la ceinture pour retenir les objets usuels. Elles datent respectivement du xvie s. (inv.531.57, fig. 222 : 8), du xviie s. (inv.1716.13) et de la fin xviie – début du xviiie s. (inv.523.197, fig. 222 : 9).

313Parmi les serrures, outre un élément daté de l’époque médiévale, et plus précisément de la seconde moitié du xiiie s. (inv.476.31), deux d’entre elles, de la première moitié du xviiie s., semblent complètes (inv.1547.117, inv.1547.118). Une autre serrure entière n’est pas à exclure, dotée d’une clef du xvie s. Il s’agit d’un agglomérat rouillé attaché à une châtelaine où est suspendue la clef (inv.531.57).

314Concernant les éléments de porte, on dénombre une poignée du xiiie s. (inv.476.45), un crochet du xvie s. (inv.531.38, fig. 222 : 10), un gond de la fin du xviie s. ou du début du xviiie s. (inv.523.5, fig. 222 : 11), et autres ferrures.

5.2.1.3 Mobilier domestique

315Le mobilier domestique [fig. 223] regroupe des objets décoratifs et usuels –il exclut les objets voués à l’alimentation qui forment un sous-domaine à part. Les objets du Moyen Âge représentent 16 % de l’ensemble, mais sont absents de la rubrique des accessoires et des crochets, très importante à partir du xviie s. et surtout au xviiie s.

fig. 223 1 Aiguière miniature, début du xviie s. (phase 15) ; 2 seau miniature, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 3 clef de coffre, xive s. (phase 13) ; 4-6 clefs de coffre, xviie s. (phase 15) ; 7 placage de serrure de coffre, xive s. (phase 13) ; 8 écusson d’entrée de clef de coffre, début du xviie s. (phase 15) ; 9 clou décoratif de meuble, xviie˗xviiie s. (phase 15) ; 10 applique de meuble (phase 15).

© C. vélien.

316Dans le groupe des accessoires sont référencés deux clochettes (inv.535.5, inv.1713.7) et quatre fragments de boîtes en bois (inv.1406.1, inv.582.48, inv.1713.1). Ce dernier classement reste toutefois aléatoire : les boîtes servant à conserver ou protéger toutes sortes de produits, elles pourraient être répertoriées en tant qu’accessoires de cuisine ou de pharmacologie.

317Deux miniatures en étain ou en plomb sont classées dans le mobilier décoratif. Ces deux miniatures ne dépassent pas 30 mm de hauteur chacune et leur fonction décorative reste à prouver. Il s’agit d’une aiguière du début du xviie s. (inv.1647.30, fig. 223 : 1) et d’un seau de la première moitié du xviiie s. (inv.474.83, fig. 223 : 2).

318Parmi les éléments de coffrets, on compte quatre clefs, une du xive s. (inv.1545.26, fig .223 : 3) et trois du xviie s. (inv.1647.28, fig. 223 : 4 ; inv.1647.47, fig. 223 : 5 ; inv.582.38, fig. 223 : 6) ainsi qu’un placage de serrure du xive s. (inv.1545.27, fig. 223 : 7) et un écusson, qui sert à l’entrée de la clef, du début du xviies. (inv.1647.24, fig. 223 : 8). Une des clefs (inv.1647.28 ou inv.1647.47) pourrait faire partie du même coffret que l’écusson (inv.1647.24).

319Les appliques de meubles, présentes sur le site dès le xiie s., ont des tailles et des formes variées et sont souvent très décoratives. Quant aux autres décors de meubles, indépendamment des ferrures, sont recensés : trois clous décoratifs des xviie-xviiie s. (inv.582.4 ; inv.523.134, fig. 223 : 9 ; inv.476.146), deux poignées de la seconde moitié du xviiie s. (inv.535.12, inv.1713.140) et deux probables pommeaux de lit, dont un du xiiie s. (inv.476.39), et l’autre du xviiie s. (inv.1547.146). L’élément de décoration le plus original de la collection est une applique de meuble représentant un soleil orné d’un visage (inv.523.85, fig. 223 : 10). Une pointe au revers servait à maintenir l’objet sur son support.

5.2.1.4 Éclairage

fig. 224 Supports à harpon de lampes. 1 xviie s. (phase 15) ; 2-3 seconde moitié du xviiie s. (phase 15).

fig. fig. xvie

© C. Vélien.

fig. 225 1 Chandelier, seconde moitié du xviiie s. (phase 15) ; 2 candélabre à suspendre, fin du xviiie s. (phase 15)

© C. Vélien.

320Les lampes à huile sont souvent attribuées au mobilier domestique, mais elles sont facilement transportables et peuvent être utilisées en d’autres lieux, à bord d’embarcations par exemple. Les lampes sont à accrocher : le support à harpon, appelé ainsi à cause de sa forme, est le plus souvent utilisé à cet effet, son crochet pouvant être suspendu à un clou, posé sur un rebord ou encore planté dans une poutre. L’inv.547.8 [fig. 224 : 1] est daté du xviie s., l’inv.535.19 [fig. 224 : 2] et l’inv.1544.20 [fig. 224 : 3] sont datés de la seconde moitié du xviiie s.

321Le chandelier, allant du bougeoir au candélabre, est le deuxième type d’éclairage rencontré sur le site. L’inv.1547.28 [fig. 225 : 1] est daté de la seconde moitié du xviiie s. Les chandelles sont en utilisation depuis le Moyen Âge, elles peuvent être faites de cire ou de suif, moins coûteux. Le bougeoir est un simple plateau, avec ou sans tube d’encastrement pour la chandelle. Les chandeliers à broches possèdent des pointes sur lesquelles les chandelles sont enfoncées. Parmi tous les objets de cette catégorie, le plus spectaculaire est sans aucun doute un candélabre à suspendre, sorte de lustre à sept branches daté de la fin du xviiie s. (inv.587.28, fig. 225 : 2). Il est à noter qu’un bougeoir en céramique a été retrouvé sur le fond de l’épave no 1. Il est intégré à l’étude d’Alban Horry dans ce volume.

322La mouchette, ou éteignoir à bougie, a souvent la forme de ciseaux équipés d’un petit réceptacle sur une des lames ; elle permet d’éteindre la bougie et de tailler la mèche brûlée. La mouchette répertoriée sur le site est un simple réceptacle à l’extrémité d’une tige.

5.2.2 Activités personnelles [tabl. xxx]

tabl. xxx inventaire des objets dans la catégorie « activités personnelles » par phase (- aucun objet).

5.2.2.1 Soin du corps

Médecine et pharmacologie

323Le seul mobilier lié à la médecine date du xviiie s. (inv.474.93, fig. 226 : 1). Il s’agit plus certainement de clystères (seringues à lavement) que de seringues à injection intraveineuses. Ces dernières, modèles réduits de clystères, sont fabriquées par le chirurgien français Dominique Anel au début du xviiie s., mais leur utilisation ne se généralise que beaucoup plus tard.

fig. 226 Objets liés au soin du corps, xviiie s. (phase 15) : 1 clystère ; 2 cuillère de préparation pharmaceutique.

© C. Vélien.

324Les pyxides ont ici été rattachées à la pharmacologie. Ces petites boîtes généralement rondes originellement destinées à conserver l’Eucharistie ont en effet vu leurs fonctions s’étendre au fil du temps. Elles servent également de boîte à bijoux, et parfois à porter la communion aux malades.

325La cuillère de préparation (inv.523.179, fig. 226 : 2), utilisée encore aujourd’hui par les pharmaciens, est une longue tige, aplatie d’un côté et incurvée de l’autre, pour prélever de petites quantités de poudre ou de liquide.

326Les éléments de balance de précision, notamment le trébuchet, ont été classés à la rubrique des instruments de mesure commerciaux. Toutefois, à cette époque des balances de précision étaient aussi utilisées en pharmacologie. Leur attribution à l’une ou l’autre des deux domaines d’activités reste donc à confirmer.

Toilette

327Les objets classés à la rubrique des récipients sont trois bassines et un plat à barbe du xviiie s. (inv.474.173, fig. 227). Ce dernier est une bassine ovale à large marli, avec une échancrure arrondie.

fig. 227 Plat à barbe, xviiie s. (phase 15).

© C. Vélien.

328Les rasoirs sont de courts couteaux sans pointe. Ils représentent à eux seuls un tiers du mobilier moderne de toute la catégorie.

329Les objets divers sont un cure-ongles potentiel du xvie s. (inv.1541.26), un probable manche de brosse en os du xviiie s. (inv.1713.109) et un robinet de réservoir à fontaine, servant à la toilette et à la préparation des aliments, daté du début du xviie s. (inv.1647.43).

Coiffure

330Quinze épingles sont à dénombrer pour onze numéros d’objets enregistrés. Toutes datent du xviiie s. Parmi elles, trois seulement sont en os (inv.1547.11, fig. 228 : 1 ; inv.474.28, fig. 228 : 2 ; inv.474.169, fig. 228 : 3), les autres étant en alliages métalliques. La taille de ces épingles varie entre 70 et 135 mm, sauf pour une qui atteint la longueur de 185 mm. En dépit de sa taille, cette dernière ne saurait être une épingle à chapeaux, accessoire de vêtement qui n’apparaît que dans les années quatre-vingt du xixe s. (Cerval 1998). Outre les épingles, un peigne en bois (inv.582.1) fait partie du mobilier lié à la coiffure.

fig. 228 1-3 Épingles à coiffure, xviiie s. (phase 15).

© C. Vélien.

5.2.2.2 Effets personnels

Parure et ornement

331Il est très étonnant de constater que le site n’a livré aucun objet de parure médiéval, alors que l’époque moderne fournit pour ce domaine près de 6 % de l’ensemble du mobilier.

332La plupart des anneaux pour doigt sont en alliage à base de cuivre. Font exception un anneau en fer datant du xviiie s. (inv.474.162) et trois autres en or, des xviie et xviiie s. (inv.475.1, inv.474.5, inv.1547.6). Deux des trois anneaux d’or portent des poinçons dont l’étude affinerait certainement la datation et déterminerait leur provenance.

  • 10 Cette bague pourrait être considérée comme un objet de dévotion et non de parure, puisque « IHS » e (...)

333Parmi les bagues, trois présentent une platine servant à sertir une pierre, et six sont à chaton, support de gravage tels les anneaux inv.474.4 [fig. 229 : 1] et inv.523.55 [fig. 229 : 2], tous deux du xviiie s. Une bague du xviie s. (inv.582.6, fig. 229 : 3) est dite « de roulier » (Deloche 1929), le trigramme « IHS » est gravé sur son chaton10.

fig. 229 1-2 Bagues, xviiie s. (phase 15) ; 3 bague « de roulier », xviie s. (phase 15).

© C. Vélien.

334Les diverses chaînes se présentent de différents types de maillons. Toutefois, onze d’entre elles se caractérisent par un tressage de fils métalliques très fins rendant un aspect de lacet. Elles montrent une certaine pérennité dans l’utilisation de cette forme, leur usage s’étendant du xvie au xviiie s. Certaines de ces chaînes « tressées » possèdent des embouts, tel le seul bracelet entier répertorié qui, par ailleurs, est fabriqué de la même façon. Rien n’empêche donc d’envisager que quelques-unes de ces chaînes soient des fragments de bracelets.

335Parmi les pendentifs, trois sont en forme de rouelle et datent du xviie s. ou du début du xviiie s. (inv.582.31, inv.523.58, inv.523.58).

336Parmi sept éventails, un seul est complet (inv.587.55), les autres sont des fragments.

337À la rubrique des objets divers sont classées deux perles et une pierre à enchâsser ayant appartenu à un collier ou à une grosse bague (inv.1647.29). La perle la plus ancienne (inv.1101.1) est en verre, et pourrait faire aussi bien partie d’un collier que d’un chapelet.

Accessoires de vêtements

338La châtelaine possède des maillons plus gros qu’une chaîne de parure. Pour autant, sa facture n’est pas plus grossière. Deux des châtelaines répertoriées ici (inv.1647.12, fig. 230 : 1 ; inv.474.141, fig. 230 : 2) sont identiques aux chaînes qui accompagnent les clefs, classées en huisserie.

fig. 230 1-2 Châtelaines, xviie s.˗xviiie s. (phase 15) ; 3 crochet de vêtement à décor anthropomorphe, seconde moitié du xvie s. (phase 14) ; 4-5 agrafes, fin du xviie s. – première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 6-7 boutons xviis.˗xviiie s. (phase 15) ; 8 boutons de manchette, xviiie s. (phase 15) ; 9 fermail (ou boucle de ceinture ?), début du xviiie s. (phase 15) ; 10-13 fermaux (ou boucles de ceinture ?), seconde moitié du xvie s. (phase 14) ; 14 boucle de chaussure, seconde moitié du xviiie s. (phase 15) ; 15-16 mordants de ceintures, seconde moitié du xvie s. (phase 14).

© C. Vélien.

339Les crochets de vêtements ont la même forme que ceux en usage aujourd’hui. Ils se composent de deux pièces : une barbacane dans laquelle s’accroche un fl à crochet. L’un d’eux (inv.531.15, fig. 230 : 3) porte un décor anthropomorphe. Dans cette rubrique sont également comptabilisées deux agrafes, sous forme d’aiguilles torsadées de la fin du xviie s. ou de la première moitié du xviiie s. (inv.523.149, fig. 230 : 4 ; inv.425.26, fig. 230 : 5).

340Les boutons sont presque tous à brides et en alliages métalliques sauf un qui est en os (inv.424.1, fig. 230 : 6). Seulement deux d’entre eux sont décorés (inv.1647.13 ; inv.474.155, fig. 230 : 7). Une paire de boutons de manchette du xviiie s. (inv.474.147, fig. 230 : 8) fait partie de ce groupe.

341Parmi les appliques de vêtement sont classées de petites appliques, souvent de ceinture, comme les banquelets.

342La distinction entre un fermail et une boucle de ceinture (inv.523.84, fig. 230 : 9), est difficile à faire en l’absence de leur support d’origine. Le fermail est un accessoire de vêtement fréquemment utilisé depuis le Moyen Âge pour attacher les manteaux, les chapes, les robes ou pour suspendre les bourses. Les fibules et les broches sont des exemples de fermaux. Le fermail fonctionne comme une agrafe permettant de réunir les deux parties d’un vêtement ou d’un tissu. La boucle, en revanche, est cousue ou rivée à l’une des extrémités d’une courroie ou d’une bande d’étoffe, tandis que l’autre extrémité, percée de trous, permet de serrer plus ou moins cette attache autour de ce qu’elle doit maintenir. Les fermaux ou les boucles de ceinture trouvés sur le site constituent une belle collection avec une vingtaine de formes répertoriées (inv.531.26-531.29, fig. 230 : 10-13 ; inv.474.14). Quant aux boucles de chaussure (inv.425.9, fig. 230 : 14), elles se caractérisent par leur forme rectangulaire et leur profil, arrondi pour s’adapter à celui du soulier.

343Le mordant de ceinture est une pièce métallique constituée de deux plaques soudées entre elles à une de leurs deux extrémités, tandis qu’un rivet tenant à l’autre assure la fixation de la pièce sur le cordon ou le tissu. L’inv.531.31 [fig. 230 : 15] et inv.531.32 [fig. 230 : 16] sont datés de la seconde moitié du xvie s.

fig. 232 Canif, xviiie s. (phase 15).

© C. Vélien.

344Les aiguillettes, sous forme de fins tubes, ont une fonction semblable. Elles garnissent les bouts de lacets destinés à attacher les différentes pièces d’habillement.

345Deux grelots (inv.523.126, inv.523.127) et un clou de chaussure (inv.523.57) sont classés en « objets divers ».

Objets à usage religieux

346Les objets à usage religieux présents seulement au Moyen Âge sont une bulle pontificale (inv.476.2) et deux enseignes de pèlerinage : la première (inv.476.3, fig. 231 : 2), datée de la seconde moitié du xiiie s., représente un personnage religieux en prière face à un lutrin, la seconde (inv.1471.2, fig. 231 : 3), datée de la fin du xiie s. ou du début du xiiie s., présente la forme d’une gourde et est ornée d’une croix de Malte. Les enseignes de pèlerinage, loin d’être de simples souvenirs de voyage, ont de multiples fonctions. Elles servent d’attestation pour un pèlerinage imposé par la justice, de sceaux, de laissez-passer assurant aumônes et hospitalité, de certificat d’honorabilité sociale ou même de relique secondaire. La coquille Saint-Jacques, portée souvent par les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, remplit-elle aussi la fonction d’enseigne de pèlerinage, tout en restant un objet quotidien à usage de gobelet (Berthod, Hardouin-Fugier 2006 : 109-110, 152-153).

fig. 231 1 Bulle pontificale en plomb, seconde moitié du xiiie s. (phase 13) ; 2 enseigne de pèlerin, seconde moitié du xiiie s. (phase 7) ; 3 enseigne de pèlerin, fin du xiie s. – début du xiiie s. (phase 12) ; 4 dizain de chapelet, début du xixe s. (phase 15) ; 5 médaille à la vierge, seconde moitié du xixe s. (phase 16).

© mgr Lyon˗Fourvière / photo J.˗M. Degueule ; © dessins C. Vélien.

347Pour la période moderne et contemporaine, on trouve des chapelets et des médailles. Une bulle en plomb (inv.476.2, fig. 231 : 1) du pape Innocent IV (1243-1254), étudiée par Christian Cécillon, provient d’un niveau de berge médiévale daté de la seconde moitié du xiiie s. Elle se présente ainsi :

348D/ SPA – SPE (« Sanctus Paulus – Sanctus Petrus ») ; T formé des saints apôtres Paul et Pierre de face séparés par un sceptre surmonté d’une croix.

349R/ INNO – CENTIVS – PP (« PaPpa ») IIII ; l’inscription est disposée en trois lignes dans le champ (à noter que les représentations des effigies des papes étaient interdites sur le monnayage et les scellés).

350L’usage du plomb pour la confection des bulles destinées à sceller et authentifer les courriers du pape ou de la chancellerie pontificale est très ancien. Sous Benoît III (855-858), le nom du pape apparaît sur les bulles. Ce n’est cependant que vers 1100 que la bulle pontificale adopte sa forme et son iconographie définitive. C’est à cette époque que Pascal II (1099-1118) fait, le premier, graver sur les bulles les effigies des apôtres Paul et Pierre.

351Les missives pontificales (papes et légats du pape) non bullées sont extrêmement rares. Le volume de lettres émises par la chancellerie était considérable. C’est pourquoi la découverte de bulles en contexte de fouille ne revêt pas forcément un caractère exceptionnel. Pour exemple, une bulle du pape Innocent IV a été découverte en 1985 sur le site de Gorge-de-Loup (Lyon, 9e arr.) (Burnouf 1985-1987 : 33). Une seconde, du pape Grégoire IX (1145-1241), a été mise au jour rue du Bourbonnais sur le site des « Blanchisseries » à Vaise (Lyon, 9e arr.) (Rahatsöz et al. 1995 : 81). Le pape Innocent IV, nommé sur l’objet qui nous intéresse, séjourne en 1245 à Lyon où il réunit le XIIIe Concile œcuménique qui prononce la déchéance et l’excommunication de Frédéric II Hohenstaufen, empereur du Saint-Empire romain germanique.

352Trois des quatre chapelets découverts sont très fragmentés. Il s’agit de grains enflés sur des maillons individuels. Le dernier (inv.192.5) est un dizain, sous forme d’une rouelle. Il comporte dix protubérances pour dix prières et est surmonté d’une croix [fig. 231 : 4].

  • 11 La médaille religieuse est l’objet de dévotion le plus répandu dans le monde chrétien. Ses attribut (...)

353Une des deux médailles11 mise au jour est oxydée et donc illisible à ce stade de l’étude, quant à l’autre (inv.054.2, fig. 231 : 5), elle présente la figuration classique de l’Immaculée Conception, la Vierge debout sur le globe éclairé par les rayons de ses mains, et porte une inscription : « Ô Marie conçue sans péché priez pour nous. » Cette médaille, dont les premiers exemplaires ont été frappés en 1832, est liée aux apparitions de la Vierge à Catherine Labouré, fille de la Charité, rue du Bac à Paris.

Objets du quotidien

354Une pointe ferrée (inv.476.18), interprétée comme l’extrémité d’un bâton de marche, est le seul objet personnel du quotidien médiéval.

355Quant au mobilier moderne, on dénombre deux paires de lunettes sans verre (inv.587.10, inv.587.41) et un verre de lunette (inv.1713.10), ainsi que des couteaux à lame repliable. Les couteaux à lame repliable sont encore aujourd’hui considérés comme des couteaux de poche. Toutefois, il existe des coupe-papier à lame repliable et il n’est pas à exclure non plus que certains de ces couteaux aient pu servir d’outils, notamment pour les bateliers et les pêcheurs. Les objets inv.535.24 [fig. 232], inv.1547.26 et inv.1547.27, tous datés du xviiie s., sont des canifs avec manche en bois.

5.2.3 Activités domestiques [tabl. xxxi]

tabl. xxxi inventaire des objets dans la catégorie « activités domestiques » par phase (- aucun objet).

5.2.3.1 Cuisine

Éléments de foyer et de four

356Parmi les éléments du foyer, un seul objet sur les douze répertoriés est médiéval. Il s’agit d’un porte-manches, accessoire qui prend la forme d’une tige verticale fixe ou articulée, de dimensions variées et terminée par un U, servant à suspendre les ustensiles. Au sein du lot de porte-manches modernes, un objet du xviiie s. (inv.1547.188, fig. 233 : 1) pourrait être interprété comme un reposoir d’arquebuse, dont il a la forme un peu évasée. Cependant, la période semble tardive pour cette interprétation, l’arquebuse, massivement employée aux xve et xvie s., est rapidement remplacée par le mousquet – beaucoup moins lourd pour une portée de tir équivalente, et ne nécessitant donc pas de reposoir. Autres objets de cette catégorie : des pelles à braises, petites et aux rebords étroits (inv.1547.49) ; une pelle à défourner, plate aux bords arrondis ; des racloirs appelés aussi grattoirs terminés par un taillant arrondi qui sert à pousser ou à tirer les braises ; une crémaillère (inv.523.173, fig. 233 : 2), servant à suspendre une marmite au-dessus du foyer ; et une plaque de poêle.

fig. 233 1 Reposoir d’arquebuse (?), xviiie s. (phase 15) ; 2 crémaillère, xviiie s. (phase 15).

© C. vélien.

Instruments et récipients de cuisine

  • 12 La différence entre une anse et une poignée, qui ont toutes les deux la même fonction, réside dans (...)

357Les anses12 dont l’écartement est inférieur à 250 mm ont été recensées dans la catégorie des récipients de cuisine, tandis que les anses plus grandes sont interprétées comme des anses de seaux. Toutefois, il s’agit encore une fois d’une classification arbitraire, car il paraît difficile de distinguer une anse de seau d’une anse de grande marmite.

358Les pilons posent le même problème d’interprétation. Ces outils servant à broyer des ingrédients peuvent être utilisés aussi bien en cuisine qu’en pharmacologie.

359Tous les couvercles sont en métal, sauf un, datant du xvie s., qui est en ardoise (inv.1541.43). Un des couvercles (inv.1547.187) dont le diamètre de 141 mm est articulé [fig. 234 : 3] ; un autre, rond mais avec une base carrée, pourrait être un couvercle en bois pour forme à fromage (inv.476.14). Certains couvercles possèdent des poignées. Une écumoire, comptabilisée parmi les passoires, date du xviiie s. (inv.1540.13). Deux pièces de tôle ajourée pourraient appartenir à des moules à fromage (Arminjon, Blondel 1984 : 12-13).

360On trouve, à la rubrique des objets divers, une petite casserole avec un long manche (inv.1544.3, fig. 234 : 1), un fouet de la seconde moitié du xvie s. (inv.1780.6, fig. 234 : 2), un tire-bouchon avec un manche en os (inv.1547.120, fig. 234 : 4), un objet en terre cuite (inv.474.139, fig. 234 : 5) et un en métal (inv.587.24) qui sont sans doute des bouchons.

fig. 234 1 Couvercle, seconde moitié du xviiie s. (phase 15) ; 2 fouet, seconde moitié du xvie s. (phase 14) ; petite casserole, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 4 tire˗bouchon, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 5 bouchon (?) en terre cuite, première moitié du xviiie s. (phase 15).

© C. vélien.

Couverts et récipients de table

361Les couverts et les récipients de table [fig. 235] appartiennent à la partie la mieux fournie du mobilier. Elle représente pour le Moyen Âge 13 % du mobilier et pour l’époque moderne presque 17 %.

fig. 235 1-3 Fourchettes, xviie s. (phase 15) ; 4-7 couteaux, de la seconde moitié du xiiie s. au xviiie s. (phases 13˗15) ; 8 assiette, xive s. (phase 13) ; 9 pichet, seconde moitié du xvie s. (phase 14) ; 10 pichet, xviie s. (phase 15) ; 11-13 taste˗vin.

© C. Vélien.

362Les couverts, les grandes cuillères notamment, démontrent une pérennité de formes depuis le xviie s. jusqu’à nos jours. Quatre cuillères sont en bois, dont deux, plus anciennes, datent du xiiie s. Les cuillères à manche plat sans ornement sont au nombre de sept et leur datation s’échelonne entre la seconde moitié du xvie s. et la fin du xviiie s. Trois cuillères, issues des niveaux de la seconde moitié du xvie s. à la première moitié du xviiie s., ont des manches de section carrée. Six cuillères, au manche arrondi avec une arête au milieu, dont les plus anciennes datent du xviie s., présentent une forme en usage encore aujourd’hui dans les ménagères de coutellerie de marque. Il en est de même pour le dernier groupe, qui comptabilise à lui seul dix-huit cuillères, de forme semblable à la précédente mais avec une échancrure de chaque côté engendrant une protubérance à l’extrémité du manche.

363Les premières fourchettes apparaissent sur le site au xviie s., période tout à fait conforme, puisque leur usage ne se généralise qu’à partir de cette époque. Les premières fourchettes n’ont que deux dents et c’est le cas ici pour deux d’entre elles, les plus anciennes (inv.475.17, fig. 235 : 1 ; inv.523.120, fig. 235 : 2). Une petite fourchette à trois dents du xviie s. (inv.1716.11, fig. 235 : 3), diffère du reste du lot, pour lequel les manches sont comparables à ceux des cuillères. Une de ces fourchettes a été transformée en araignée, outil servant à repêcher les seaux tombés dans les puits (inv.1716.17).

364Les couteaux sont les couverts de table les plus représentatifs et les plus diversifiés (inv.474.62, fig. 235 : 4 ; inv.1713.22, fig. 235 : 5). Ils existent longtemps avant l’apparition des fourchettes et des cuillères en alliages métalliques : voir par exemple l’inv.476.49 [fig. 235 : 6] daté de la seconde moitié du xiiie s. Ce sont des objets aux finitions desquels on apporte plus de soins, notamment pour les manches. Au Moyen Âge, la fonction du couteau n’est pas seulement de couper, mais aussi de saisir le morceau coupé pour l’apporter jusqu’à la bouche. Une des formes de l’époque est le couteau équipé d’une pointe arrondie à l’aspect de dent. Un couteau de ce type a été retrouvé dans les niveaux du xiiie s. (inv.476.46). À l’époque moderne, une des formes utilisées est une fine lame recourbée quelques fois avec des dents, pour hacher la viande. Cinq couteaux de ce type datent de la fin xviie s. jusqu’à la seconde moitié du xviiie s. (inv.523.46 ; inv.582.39 ; inv.1547.206 ; inv.1713.90, inv.1713.23, fig. 235 : 7).

365La soie du couteau, partie métallique sur laquelle le manche est fixé, peut être apparente. Elle l’est lorsque le manche est divisé en deux parties similaires plaquées de part et d’autre de la soie et maintenues au moyen de rivets. Trente-trois des couteaux possèdent ce type de soie sur la période du xiiie s. à la première moitié du xviiie s. La soie n’est pas apparente lorsque, effilée en pointe, elle s’encastre dans le manche comme dans un fourreau. Vingt-quatre des couteaux sont pourvus d’une telle soie sur une période analogue.

366La vaisselle de table découverte sur le site se divise en deux groupes : les récipients servant à manger et les contenants pour boissons.

367Les assiettes, au nombre de sept, sont presque toutes entières, y compris la plus ancienne du xive s. (inv.1545.10, fig. 235 : 8). Une d’entre elles, du xviie s., est estampillée (inv.582.47). Toutes en métal, vraisemblablement en étain, à l’exception d’une, datée du xvie s., qui est en bois (inv.531.85) à l’instar du bol médiéval (inv.1545.1).

368Les récipients pour boissons, au nombre de seize, témoignent d’une large variété de contenants. Ils sont tous en alliages métalliques. Deux pichets modernes équipés de couvercle sont entiers (inv.1541.38, fig. 235 : 9 ; inv.1716.3, fig. 235 : 10). Les tastevins ou goûte-vin, dont un objet (inv.1547.30, fig. 235 : 11) orné d’une scène figurant deux personnages au bord d’un puits, sont des petits récipients bas et circulaires généralement munis d’une anse pleine ou d’un anneau. Un tastevin (inv.1541.15, fig. 235 : 12) de la seconde moitié du xvie s. est muni du trigramme « IHS ». Il pourrait s’agir d’un récipient utilisé pendant la messe. Un de ces récipients (inv.1541.19, fig. 235 : 13), muni de deux oreilles, prend la forme d’une écuelle. Du fait de ses proportions –les écuelles ayant des bords beaucoup plus hauts–, il reste toutefois une tasse à vin. Les gobelets sont des récipients de forme cylindrique, parfois légèrement évasés vers le haut et éventuellement appuyés sur un pied. Une coupe (inv.474.49) date de la première moitié du xviiie s. C’est un contenant hémisphérique sur un pied. Quant aux chopes, il pourrait s’agir tout aussi bien de chopines, la différence dépendant de la capacité volumique mais aussi de l’usage. Les chopines servent de mesure pour les alcools, notamment pour le vin, avec une contenance d’un demi-litre alors que les chopes sont des récipients pour boire la bière, sans capacité volumique établie (Arminjon, Blondel 1984 : 178-191).

369À la rubrique des objets divers sont classés des fragments de récipients et un manche d’ustensile en os (inv.523.166).

5.2.3.2 Couture

  • 13 Lot de 12 épingles (inv.859.1), lot de 8 (inv.531.19), lot de 1356 (inv.1647.6), lot de 21 (inv.582 (...)

370Les objets de couture les plus nombreux sont les épingles, par ailleurs seuls témoins de cette activité au Moyen Âge. Elles peuvent avoir servi aussi à l’habillement (coiffes), aux langes ou à d’autres usages de la vie quotidienne. Si elles ne totalisent que douze numéros d’objet enregistrés, c’est que neuf d’entre eux sont en fait des lots13 – dont le plus important totalise 1 356 épingles.

  • 14 Lot de 7 aiguilles (inv.531.22), lot de 4 (inv.523.138), lot de 3 (inv.523.140), lot de 3 (inv.474. (...)

371Les aiguilles14, toutes à chas, ont des longueurs allant de 85 mm à 153 mm. Une d’entre elles (inv.523.138, fig. 236 : 1), de la fin du xviie s. ou du début du xviiie s., porte l’inscription « L’AMOVR », une autre [fig. 236 : 2], appartenant au lot inv.474.89, datée de la première moitié du xviiie s., est ouvragée.

fig. 236 1-2 Aiguilles de couture, fin du xviie s. – première moitié du xviiie s. (phase 15).

© C. vélien.

372Les forces sont considérées comme des ancêtres de ciseaux et leurs usages sont multiples. Les forces et les ciseaux mis au jour sur le site sont de petites tailles, ils pouvaient servir aux travaux de couture aussi bien qu’à tailler les barbes et les cheveux.

5.2.3.3 Puisage

373Parmi les quatre seaux inventoriés, deux sont en métal et deux autres en bois ferré. Ces derniers, sont du xiiie s. (inv.476.8) et de la seconde moitié du xviiie s. (inv.587.4). Toutes les anses de seaux comptabilisées ici ont un écartement supérieur à 270 mm, le plus grand étant de 370 mm (inv.547.5).

374Est aussi présent un rouet de puits (inv.474.23).

375Une araignée est un crochet en fer à plusieurs crocs servant à retirer les seaux tombés dans un puits (Boucard 2006 : 34) ou dans l’eau de la rivière. Tels se présentent les objets inv.1547.138, inv.1547.139 [fig. 237 : 1], inv.1547.140 [fig. 237 : 2] et inv.1713.38 [fig. 237 : 3]. Il faut mentionner l’objet (inv.523.98, fig. 237 : 4), qui porte plusieurs crochets de fer. Tous ces éléments sont datés du xviiie s. La forme des crochets peut élargir l’usage de l’araignée à la fixation d’une embarcation, mais leurs dimensions réduites sont peu propices à cet emploi, d’autant moins qu’elles sont ici montées par trois, sur une barre de plus de 300 mm de long.

fig. 237 1-4 Araignées, xviiie s. (phase 15).

© C. vélien.

5.2.4 Activités riveraines [tabl. xxxii]

tabl. xxxii Inventaire des objets dans la catégorie « activités riveraines » par phase (- aucun objet).

5.2.4.1 Batellerie

376La batellerie est représentée par deux types d’objets, d’un côté des outils, de l’autre des éléments de bateaux. Les outils sont avant tout liés aux manœuvres qu’effectuent les bateliers. L’« arpi » ou « harpie » est une appellation régionale pour désigner une gaffe, elle peut s’appeler aussi « croc de batelier ». C’est une longue perche munie d’une pointe et d’un crochet qui sert à pousser et à tirer le bateau. La gaffe à croc est un solide crochet qui aide à tirer, tel l’inv.1647‑65 [fig. 238 : 4]. Quant au fer à bouter, ou « gaffe à pousser » (inv.474.59, fig. 238 : 2), c’est une perche se terminant par deux pointes écartées qui sert à pousser pour s’éloigner de la rive. L’extrémité des gaffes à crocheter, ou « crocs d’abordages » (inv.1547.93, fig. 238 : 1), du xviiie s. est un crochet tantôt simple tantôt double –cette forme s’est maintenue pendant des siècles : l’inv.1623.2 [fig. 238 : 3] remonte aux xe-xie s. Ils facilitent l’amarrage et peuvent aussi aider à repêcher les outils tombés à l’eau. Les outils des trois premières rubriques sont tous, sauf un (inv.1547.36), munis d’une douille destinée à emmancher la perche. Les arpis – exception faite de celle du haut Moyen Âge (290 x 150 mm) – varient en longueur de 170 à 200 mm et en largeur de 130 à 170 mm.

fig. 238 1 Gaffe à crocheter, xviiie s. (phase 15) ; 2 fer à bouter, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 3 gaffe à crocheter, xe˗xie s. (phase 10) ; 4 gaffe à croc, début du xviie s. (phase 15).

© C. Vélien.

377Un objet (inv.475.13) fait penser à un fragment de mousqueton, pièce d’accastillage dotée d’un système à ressort.

378La majorité de ces outils date de l’époque moderne, seuls 6 sur 119 sont du Moyen Âge avec une d’absence entre la seconde moitié du xiiie s. et le début du xvie s.

379Les éléments de bateaux sont des happes, ou « appes ». Il s’agit de petits crampons métalliques maintenant les baguettes de protection du calfatage des flancs d’un bateau. Les happes apparaissent sur le site dans la seconde moitié du xvie s. Elles sont vraisemblablement à mettre en liaison avec la présence des bateaux viviers.

5.2.4.2 Pêche

380Le seul objet médiéval lié à la pêche est un épissoir en bois (inv.476.17), outil servant à écarter les cordages.

381Pour l’époque gallo-romaine, Céline Galtier a répertorié sur le site trois catégories de pêche, la pêche à la ligne, la pêche aux flets et la pêche au moyen de nasses en vannerie. En ce qui concerne le mobilier moderne, les hameçons sont le témoignage de la pêche à la ligne (inv.1647.11, inv.582.56-60). En revanche, il reste à confirmer à quel genre de pêche servent les plombs de lestage. Un de ces plombs est en terre cuite (inv.1649.3).

382Les navettes sont de longues aiguilles de pêcheur fourchues à chaque extrémité pour permettre le tissage et la réparation de flets. Leur présence sur le site confirme l’existence de la pêche au filet à l’époque moderne.

383Le couteau de pêcheur (inv.474.61) est un couteau de poche, sorte de canif à plusieurs lames et accessoires (Boucard 2006 : 208).

5.2.5 Élevage [tabl. xxxiii]

tabl. xxxiii Inventaire des objets dans la catégorie « élevage » par phase (- aucun objet).

5.2.5.1 Équipement équestre

384Le nombre de fers à cheval (inv.1547.128, fig. 239 ; inv.1547.132- 1547.134) et le nombre d’éperons (inv.1545.17, inv.531.42, inv.464.1, inv.523.202) sont presque égaux. Ils sont présents sur le site depuis le Moyen Âge et montrent un emploi constant du cheval comme moyen de locomotion.

fig. 239 Fer à cheval, première moitié du xviiie s. (phase 15).

© C. Vélien.

5.2.5.2 Trait

385Il revient à un unique fer à bœuf (inv.474.102), du xviiie s. de témoigner, modestement, de l’utilisation d’un autre animal que le cheval pour l’acheminement des marchandises.

5.2.6 Activités artisanales et commerciales [tabl. xxxiv]

tabl. xxxiv Inventaire des objets dans la catégorie « activités artisanales, productives et commerciales », par phase (- aucun objet).

5.2.6.1 Métiers du textile

386Mis à part une quenouille en os et un peson en terre cuite, tous les objets liés aux métiers du textile sont en bois.

387La dentellerie est représentée uniquement par des fuseaux. Une clavette de tournette pourrait être le témoin de la présence de tapissiers. Les bobines étudiées appartenaient à des métiers de passementiers ou de soyeux. La quenouille témoigne de l’activité de filage et le peson du tissage. Si le nombre de ces objets n’est pas très important, treize au total, ils font preuve de la diversité des métiers liés au textile dans les habitations découvertes en bord de Saône ou à proximité.

5.2.6.2 Boucherie

388Les grands couteaux qui n’entrent pas dans le sous-domaine des couverts de table ont été classés dans celui des outils de boucher. Le choix de cette répartition est lié au fait que les treize plus grands couteaux sont indéniablement destinés aux opérations de boucherie (inv.476.19, fig. 240). Le rajout des seize autres couteaux dans ce classement reste à confirmer. Souvent fragmentaires, ils ont des lames oxydées qui nécessitent des radiographies. Si de nombreuses boucheries existent dans le quartier, il ne faut pas perdre de vue que cette profession n’a pas l’exclusivité de l’usage des grands couteaux.

fig. 240 Couteau de boucherie, seconde moitié du xiiie s. (phase 13).

© C. Vélien.

389Les hachoirs, appelés également « berçoirs » (Boucard 2006 : 69), permettent de couper la viande dans un mouvement de bascule. Quant à la hache, c’est la courte longueur de son manche conservé qui permet de la classer parmi les instruments de boucherie.

5.2.6.3 Travail du bois

390Les outils employés pour le travail du bois se divisent en deux groupes : ceux qui peuvent être attribués à des corps de métiers précis, et ceux qui, à ce stade de l’étude, restent sans affectation définie.

391La menuiserie est illustrée par deux forets (inv.475.6, inv.474.68), un marteau du xviiie s. (inv.1547.191), un petit marteau avec un long manche et une panne rectangulaire pleine d’un côté qui s’amincit de l’autre.

392Deux haches du xviiie s. (inv.1547.32, inv.1547.225) sont identifiées comme outil de charpentier. Ce sont des haches à l’esquierre, en forme de trapèze, servant à équarrir les poutres afin de les rendre carrées (Boucard 2006 : 371).

393La pelotte ou polotte (inv.1547.51) est une sorte de racloir en forme de pelle triangulaire permettant d’écorcer et de peler les troncs d’arbres (Boucard 2006 : 510). Elle ressemble au fer à calfat, outil de bateliers servant à étanchéifer les bateaux. La différence réside dans la fabrication du manche, qui possède une douille, tandis que le fer à calfat est muni d’un manche court et plein.

394Le marteau (inv.474.67) est un outil servant à palissader le bois.

5.2.6.4 Maçonnerie

395La truelle, outil de maçon, peut avoir des formes variées en fonction de son usage. Trois truelles triangulaires ont été mises au jour sur le site : une dans les niveaux de la seconde moitié du xvie s. (inv.1541.30), une autre dans ceux de la fin du xviie s. ou du début du xviiie s. (inv.523.19), et la dernière dans ceux de la seconde moitié du xviiie s. (inv.588.1).

5.2.6.5 Sellerie

396Le métier de sellier (ou de bourrelier) est illustré par deux serpettes de corroyeur du xive s. (inv.1545.5, fig. 241 : 1 ; inv.1545.24, fig. 241 : 2) et par deux marteaux de bourrelier, dont un de la seconde moitié du xvie s. (inv.1780.1) et l’autre du xviie s. (inv.582.49). La serpette de corroyeur est un outil de forme spécifique servant à découper le cuir. Le marteau de bourrelier est un petit marteau à tête carrée et chanfreinée avec un nez plat (Boucard 2006 : 450, 646).

fig. 241 1-2 Serpettes de corroyeur, xive s. (phase 13).

© C. Vélien.

5.2.6.6 Culture

397Les faucilles (inv.523.64, inv.531.74, inv.1545.24, inv.1547.129), outil à lame recourbée, servent aussi bien à couper les céréales que les herbes. Les houes (inv.1540.7, fig. 242 ; inv.1547.31) datées du xviiie s., outils équipés de fers de formes diverses mais toujours perpendiculaires au manche, servent à préparer la terre pour les plantations.

fig. 242 Houe, xviiie s. (phase 15).

© C. Vélien.

398Parmi les objets spécifiques, on distingue au Moyen Âge un égrenoir, et à l’époque moderne deux serpettes de vigneron, un greffoir (inv.531.6) et un arrosoir.

399L’égrenoir est un grattoir à deux lames parallèles en dents de scie. Il sert, comme son nom l’indique, à détacher les graines d’un épi. Deux serpettes vigneronnes (inv.1545.13, inv.535.39) se caractérisent par un taillant recourbé à l’opposé duquel se trouve un autre taillant plus petit appelé « huppe ». Le premier taillant est dévolu aux branches à fruits et l’autre au bois mort (Boucard 2006 : 644-645). Le greffoir est un couteau de jardin repliable.

5.2.6.7 Autre

400Sont rassemblés ici les instruments qui, à ce stade de l’étude, ne peuvent être attribués à un seul type d’activité.

401Les pelles sont pour la plupart carrées, si bien que certains des outils ainsi classés sont peut-être des bêches.

402Un outil (inv.476.53, fig. 243), daté de la seconde moitié du xiiie s., est constitué d’une lame étroite et recourbée, longue d’environ 2 500 mm, non coupante et s’élargissant en trapèze vers son extrémité. Le manche en os est orné de petits motifs circulaires.

fig. 243 Outil indéterminé, seconde moitié du xiiie s. (phase 13).

© C. Vélien.

403Les fourches (inv.1547.38 ; inv.1547.39 ; inv.1547.40, fig. 244 : 1) ont toutes trois dents, à l’exception d’une fourche à deux dents (inv.1713.59, fig.244 : 2) datée de la seconde moitié du xviiie s.

fig. 244 1-2 Fourches, seconde moitié du xviiie s. (phase 15) ; 3-4 burins, début du xviie s. (phase 15) ; 5-6 outils de précision, seconde moitié du xiiie s. (phase 13) ; 7 outil indéterminé, xiiie s. (phase 13).

© C. Vélien.

404Parmi les burins, deux du début du xviie s. en particulier sont courts : long seulement de 50 et de 140 mm (inv.1647.27, fig. 244 : 3 ; inv.1647.67, fig. 244 : 4).

405Parmi les outils divers et indéterminés on distingue : deux petits outils de précision de la seconde moitié du xiiie s. correspondent à un artisanat qui reste à déterminer (inv.476.34, fig. 244 : 5 ; inv.476.35, fig. 244 : 6) ; un outil indéterminé en pierre du xiiie s. (inv.1099.1, fig. 244 : 7) ; un probable vilebrequin de la seconde moitié du xvie s. (inv.531.40) ; une possible tarière du xviie s. (inv.582.62, fig. 245 : 1) ; et un compas de la seconde moitié du xviiie s. (inv.587.22, fig. 245 : 2).

fig. 245 1 Tarière, xviie s. (phase 15) ; 2 compas, seconde moitié du xviiie s. (phase 15).

© C. Vélien.

5.2.6.8 Matériaux et chutes de matériaux

406Parmi les objets en plomb, deux semblent être des joints : l’un date du xviie s. et l’autre de la première moitié du xviiie s. (inv.1647.15, inv.425.1).

407Dans les objets en fer sont comptabilisés des fragments de tôle et un éventuel joint de la fin du xviie s. ou du début du xviiie s. (inv.523.23).

408Les objets en alliage cuivreux sont des chutes de cuivre, de laiton ou de bronze, et un élément de tréflerie en laiton de la fin du xviie s. ou du début du xviiie s. (inv.523.136).

409En ce qui concerne l’os, il s’agit d’une chute d’artisanat liée à la fabrication de boutons.

5.2.6.9 Instruments de mesure et d’échange commercial

410Le méreau est une sorte de ticket ou de « bon pour… » sous la forme d’une pièce en plomb. Il sert de monnaie d’échange, de laissez-passer ou de signe de reconnaissance. Trois valves de moules à méreaux des xiie-xve s. ont été découvertes. Il s’agit de petites plaquettes de marbre ou de calcaire comportant les empreintes gravées en creux de trois, quatre et cinq motifs de méreaux. Le premier exemplaire est confectionné dans une plaquette de marbre de Carystos (Eubée) plus communément connu sous le nom de cipolin : la réutilisation d’un élément de plaquage antique pour la réalisation de ce moule est certaine. De manière générale, on utilise pour les moules à méreaux une pierre tendre (calcaire, schiste ou ardoise) afin de faciliter la gravure des empreintes. Sur cette valve, trois canaux de section triangulaire qui partent d’un même point depuis une extrémité de la pierre permettent au plomb en fusion de se diriger vers les empreintes gravées.

411La conception du second moule (inv.732.1, fig. 246) provenant d’un contexte daté du xiie s., est plus élaborée. Un large canal de section triangulaire naissant à une extrémité de la plaquette alimente quatre canaux de plus petite taille et de section triangulaire disposés de part et d’autre du canal principal (deux de chaque côté). Une empreinte de méreaux est gravée à chacune des extrémités des cinq canaux disposés en éventail. Cette valve présente deux perforations, aux deux angles opposés d’une diagonale, destinées à maintenir pendant le coulage du métal en fusion l’autre valve du moule qui possède des picots (mortaises), et sur laquelle est gravée l’autre face des méreaux.

fig 246 Moule à méreaux extrait d’un contexte du xiie s. (phase 12).

© mgr Lyon˗Fourvière / photo Ch. Thioc.

412La troisième valve (inv.935.1), extraite d’un niveau daté du xiiie s., présente quatre empreintes de méreaux disposées sur deux rangs parallèles comportant chacun deux empreintes. Un canal principal, de section triangulaire, qui part de l’extrémité de la plaquette de calcaire distribue quatre canaux très courts disposés de part et d’autre de la veine centrale. Contrairement au moule à cinq empreintes décrit ci-dessus, l’extrémité principale ne débouche pas sur une empreinte supplémentaire.

413Des plombs de commerce, autrement dit des cachets en plomb, servaient à sceller les marchandises ou à certifer l’acquittement de certains droits –de douane, par exemple. Ils sont à mettre en relation directe avec l’intense activité commerciale générée par le port Sablet. Un des plombs est gravé de la lettre M (inv.582.71).

414Les poids monétaires correspondent au poids exact d’une monnaie. Ils sont utilisés comme élément de comparaison afin de déceler les contrefaçons. L’un d’eux (inv.523.54, fig. 247 : 1) possède une inscription. Un godet à pile (inv.474.143), sorte de petit récipient servant à recevoir une pile et qui permet de déterminer en poids la masse d’une monnaie, a également été placé dans cette rubrique.

fig. 247 1 Poids monétaire, fin du xviie s. – début du xviiie s. (phase 15) ; 2 trébuchet de balance, début du xviie s. – première moitié du xviiie s. (phase 15) ; anneau pivotant de balance, début du xviie s. – première moitié du xviiie s. (phase 15).

© C. Vélien.

415Parmi les éléments de balance, trois objets concernant des outils de précision ont été inventoriés, notamment un trébuchet – appelé ainsi du fait que la moindre augmentation de poids le faisait trébucher. Ce sont un plateau de trébuchet en laiton estampillé (inv.1647.38, fig. 247 : 2), un petit plateau de balance rond (inv.523.121) et une anse avec anneau pivotant en laiton (inv.1647.39, fig. 247 : 3). La datation de ce mobilier oscille entre le début du xviie et la première moitié du xviiie s. Des éléments de balance ont été isolés (inv.523.98, inv.523.99).

5.2.7 Vie sociale [tabl. xxxv]

tabl. xxxv inventaire des objets dans la catégorie « vie sociale » par phase (- aucun objet).

5.2.7.1 Écriture

416Parmi le mobilier d’écriture, on compte pour le Moyen Âge un stylet ou calame. Quant aux objets modernes, ils sont au nombre de neuf : un encrier (inv.317.2) et huit grattoirs. Il s’agit de couteaux à lame courte, parfois à double tranchant, utilisés pour gratter l’encre des manuscrits.

5.2.7.2 Jeux et musique

417Les jetons sont les seuls témoins de la présence de jeux sur le site. La guimbarde est un petit instrument de musique composé de deux éléments, une armature en forme de boucle terminée par deux barres parallèles et une membrane, et une fine languette fixée à l’armature, passant à l’intérieur de celle-ci (inv.476.32, inv.523.78). Les trois guimbardes mises au jour étaient dépourvues de leur membrane. Il faut cependant rester prudent quant à l’interprétation de ces objets : les guimbardes ressemblent fort à des paumelles, éléments de rotation de volets, ou à des attaches de verrou.

5.2.7.3 Armement

418Les armes découvertes se partagent en deux groupes : armes blanches et armes à feu.

419Les armes blanches sont notamment illustrées par des dagues (inv.523.210, fig. 248 : 1 ; 1541.41, fig. 248 : 2 ; inv.1545.31 ; inv.1547.149, fig.248 : 3), armes à courte lame à double tranchant, et par des épées. Le sabre se distingue de l’épée par sa lame généralement courbe à un seul tranchant. Les fragments de lames trouvés sont tous à double tranchant. L’extrémité d’une épée cassée (inv.1713.29, fig. 249) conserve encore sa lame dans le fourreau orné d’un anneau de suspension.

fig. 248 1‚ 3 Dagues, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 2 dague, seconde moitié du xvie s. (phase 14).

© C. Vélien.

fig. 249 Épée, seconde moitié du xviiie s. (phase 15).

© C. Vélien.

420La lance (inv.1545.23), arme d’assaut, est composée d’une pointe emmanchée sur une hampe. Seule la pointe est ici conservée.

421L’arbalète, arme de jet, est un arc monté sur un support. Ses flèches s’appellent des carreaux (inv.582.54, inv.582.55).

422Les armes à feu sont représentées par un boulet de canon (inv.1713.66) et deux pierres à fusil (inv.582.66, inv.474.135).

5.2.8 Objets indéterminés [tabl. xxxvi]

tabl. xxxvi inventaire des objets dans la catégorie « objets indéterminés » par phase (- aucun objet).

423À ce stade de l’étude, l’identification de cent quatre objets n’a pu aboutir à un résultat satisfaisant. Pour le Moyen Âge, les seize objets concernés correspondent à 11,5 % du mobilier médiéval, mais les quatre-vingt-huit objets modernes ne représentent que 6,5 % du mobilier de cette époque.

424Si l’interprétation de deux objets du xiie s. (inv.1173.1) et de la seconde moitié du xviiie s. (inv.1713.91) est impossible du fait de leur dégradation, d’autres pourraient être identifiés après un examen plus attentif. C’est notamment le cas de onze objets très oxydés, dont deux datent du xiie s. (inv.1173.3, inv.1220.2), qui mériteraient d’être radiographiés.

425Parmi les autres objets dont l’usage reste à déterminer, on compte cinq boucles en fl de laiton, datant de la seconde moitié du xvie s. à la première moitié du xviiie s. (inv.531.21, inv.582.21, inv.523.147, inv.523.148, inv.474.167) ; deux fragments d’os scié, peut-être des rebuts de boucherie (inv.531.4, inv.475.4) ; trois cylindres en os provenant vraisemblablement de manches ou d’étuis figurés, dont un date du haut Moyen Âge (inv.1623.1), un autre des xiiie-xive s. (inv.906.1) et le dernier de la seconde moitié du xviiie s. (inv.1713.5).

5.2.9 Conclusion

426La fouille a livré un mobilier important surtout d’époque moderne –pour laquelle 1308 objets ou lots d’objets ont été enregistrés. La catégorie la plus représentée, aussi bien au Moyen Âge qu’à l’époque moderne, est celle des activités domestiques, et parmi elles le domaine de la cuisine avec 25 objets répertoriés pour le Moyen Âge (près de 18 % du mobilier) et 363 objets pour l’époque moderne (27,5 % du mobilier).

427Pour le Moyen Âge, les objets les plus présents sont ensuite ceux du mobilier lié au cadre de vie (18 individus, soit 13 % du mobilier) et les objets indéterminés (16 individus, soit 11,5 % du mobilier). Une étude exhaustive permettrait néanmoins, selon toute vraisemblance, de diminuer les chiffres de ces deux dernières catégories au profit de catégories plus significatives. Le xiie s. est modestement pourvu avec seulement 2 objets, alors que la seconde moitié du xiiie s. en fournit à elle seule 57 (41 % du mobilier médiéval). Cette forte représentation de la culture matérielle est liée à la création du port Sablet et au développement de l’intense activité riveraine que celle-ci a dû engager. Cette époque voit aussi la progression d’un espace fluvial dont l’urbanisation se matérialise par le développement de l’habitat. On remarque que certains groupes d’objets sont complètement absents, concernant notamment l’éclairage, la parure et certains métiers.

428Pour l’époque moderne, immédiatement après les activités domestiques se distinguent les activités personnelles (255 objets, soit 19 % du mobilier) et les outils (205 objets, soit 15,5 % du mobilier). La seconde moitié du xixe s. fait exception, avec seulement 2 individus. Les xve et xvie s. livrent peu de mobilier : seulement trois objets chacun. Ce constat est à rapprocher de l’étude du mobilier céramique. À l’inverse, le xviiie s. fournit 473 objets (36 % du mobilier).

429L’étude de ce mobilier est riche d’enseignements sur la pérennité de certaines formes, particulièrement pour les outils et les couverts de table, à l’exemple de grandes cuillères pour lesquelles les décors de manches restent inchangés du xviie s. à nos jours.

430Les domaines représentés sont très variés et de nombreux outils témoignent de la diversité des activités artisanales du lieu. Il serait particulièrement instructif de mettre en relation ces découvertes avec celles issues de catalogues de sites lyonnais, principalement ceux de la Presqu’île (Arlaud et al. 2000). Nous pourrions aussi envisager de mettre en parallèle la collection du Parc Saint-Georges avec celles étudiées précédemment à Charavines (Colardelle, Verdel 1993), à Corné (Lassure 1998), à Marseille (Bouiron 2001) et à Rougiers (Démians d’Archimbaud 1980).

5.3 Les bois

Pierre Mille

431Cette collection totalise 76 artefacts. Hormis quelques objets en rapport avec les activités personnelles et domestiques, la plus grande part de ceux-ci provient d’activités de production, au nombre desquelles la boucherie et les activités textiles tiennent la première place. La proportion des armes blanches est elle aussi singulière. Enfin, quelques artefacts n’ont pas été identifiés [tabl. xxxvii].

tabl. xxxvii inventaire des bois médiévaux et modernes par domaine d’activités et par essence (nb. nombre).

5.3.1 Activités personnelles

432Parmi les objets liés aux activités personnelles, nous avons classé le peigne en buis (Buxus sempervirens) (inv.582.1), daté du xviie s., parmi les ustensiles de toilette. Ce peigne incomplet à deux endentures opposées de grosses et de petites dents possède un corps biconvexe. Les rives et les aplats latéraux ne sont pas conservés. Ce peigne appartient au type E de notre typochronologie construite à partir d’un corpus de 278 artefacts issus de trente-cinq sites français et étrangers (Mille 2008 : 50). Rectangulaires et à grosses dents très espacées, ces peignes sont typiques de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance. Les plus anciens sont datés de la fin du xve s., ils proviennent de Bristol (Good 1987 : 108) ou de Hull au Royaume-Uni (Armstrong 1977 : 68). Une belle collection de peignes de ce type a été mise au jour à Tours (Indre-et-Loire) dans un dépotoir attribué au premier quart du xvie s. (Couderc, Fouillet 2003 : non paginé). À Tours encore, un exemplaire a été trouvé lors de la fouille de l’ancien Hôtel-Dieu. Il est estimé de la première moitié du xvie s. (Jouquand et al. 1996 : 199). Ceux découverts dans l’épave du Mary Rose, bateau coulé en 1558, datent de la première moitié du xvie s. (McKee 1982 : 132, 134). Certains peignes de ce type sont encore présents dans les collections datées de la seconde moitié du xvie s., comme à Lyon (Arlaud 1996 : 659-663) ou à Toulouse (Filippo 1988 : 14). D’autres sont attribués sans plus de précisions au xvie s. C’est le cas des objets trouvés à Meaux (Magnan 1992 : 48) ou à Besançon (Guillhot, Goy 1992 : 22). Ceux de Toulouse sont des xvie-xviie s. (Filippo 1988 : 14). Le peigne du Parc Saint Georges ferait partie des modèles les plus récents de ce type E.

433Parmi les ustensiles liés à la pharmacopée, trois éléments de pyxides ont été classés ici (inv.476.14, inv.1541.21, inv.1647.2). L’une date de la seconde moitié du xiiie s., les deux autres de la fin du xvie s. ou du début du xviie s.

434L’élément inv.1541.21 correspond au corps d’une petite pyxide circulaire tournée, en buis. Il présente une base plane et une paroi, décorée à sa base d’une série de trois incisions parallèles. Le corps s’effile très légèrement jusqu’à l’ouverture. Cette dernière possède une feuillure droite propre à recevoir un couvercle encastrable, à présent disparu. Cette pyxide possède les dimensions et les caractères des petites boîtes à onguents en usage à la Renaissance (Mille 1999 : 21 ; Jouquand et al. 1996 : 196). Les deux autres artefacts sont deux grands couvercles encastrables. Le plus grand (inv.476.14) est tourné en peuplier (Populus sp.), l’autre en buis. Quelques couvercles de pyxide ont été mis au jour lors d’une fouille de la place des Terreaux à Lyon, dans un contexte d’enfouissement de la seconde moitié du xvie s. (Arlaud 1996 : 584), ils ne sont toutefois d’aucun secours pour dater ceux de Saint-Georges, la forme de ces objets étant sans changement de la fin du Moyen Âge à l’époque moderne.

435Au registre des objets de confort nous sont parvenues une branche d’un maître brin d’éventail en robinier (Robinia pseudoacacia) (inv.474.29) et une pointe ferrée d’un bâton de marche en frêne (Fraxinus exelsior) (inv.476.18).

436La branche extérieure (maître brin) composite d’une monture d’éventail est plane. Cette pièce, encore appelée « bois » ou « pied », présente un parement droit et un autre cintré. La base en forme d’olive est percée d’un trou circulaire (rivure). L’extrémité supérieure (tête) est profilée en forme de tenon plat. Celle-ci est sensée protéger la feuille en position fermée. Quoique l’éventail soit un objet ancien, le modèle de maître brin auquel nous avons à faire ne semble pas diffusé avant les xviie-xviiie s. L’usage de bois de robinier valide de son côté la datation récente du contexte xviiie s. de l’Us. d’origine.

437La pointe de fer du bâton de marche est fichée au bout de celui-ci, où elle est maintenue par une virole circulaire et quatre clous de fer disposés en croix. Le bâton en frêne de section circulaire est très endommagé. Il provient d’un contexte stratigraphique de la seconde moitié du xiiie s.

438Parmi les objets du quotidien, deux petits fonds de boîtes composites en épicéa (Picea abies) et en sapin (Abies alba) (inv.1406.1, inv.1713.1), et une plaque de brosse en hêtre (Fagus sylvatica) (inv.1713.2) sont datés entre le début du xviie et le xviiie s.

439Les boîtes composites sont toujours formées d’un disque plat sur lequel est enroulé un feuillard souple. Ce dernier est maintenu en place par un ou plusieurs petits clous, de bois ou de métal selon les époques. Ce type de boîte existe dès le bas Moyen Âge. Elles sont fabriquées par les boisseliers. Leur usage perdure aujourd’hui, pour l’emballage des camemberts, par exemple. Mais au Moyen Âge et à l’époque moderne, ces boîtes avaient des usages bien plus variés : alimentaires, pharmacologiques ou rangement d’effets de toutes sortes. Les disques de fond fabriqués au compas de coupe sont systématiquement en résineux. Les boîtes mises au jour place des Terreaux, datées du xvie s., sont complètes et comparables aux modèles trouvés à Saint-Georges (Arlaud 1996 : 540).

440La plaque de brosse rectangulaire, archéologiquement restituable, est percée de neuf rangées transversales de six trous régulièrement espacés. À proximité d’une des rives du bois sont conservés trois clous métalliques qui retenaient à l’origine un cuir replié. Les filaments fichés sur le bois ont disparu. L’objet a été tiré d’un contexte d’enfouissement de la seconde moitié du xviiie s.

5.3.2 Activités culinaires

441Parmi les objets culinaires, et plus précisément les récipients pour la conservation des aliments, on remarque deux seaux ferrés et un fragment très lacunaire de fond de seau.

442Quoique de facture identique, ces deux objets ont été extraits de deux ensembles fort distincts, le premier daté de la seconde moitié du xiiie s., l’autre de la seconde moitié du xviiie s.

443Le seau en chêne (Quercus sp.) (inv.476.8), tronconique, est quasiment complet. Il est constitué d’un fond circulaire et de douze douelles de chêne maintenues en place par trois cercles de fer. Le parement intérieur du fond est très légèrement bombé, l’autre est plat. La circonférence du fond est taillée en biseau simple. Les douelles à bases étroites sont jablées en V à 20 mm de la base. Le dos des douelles est toujours arrondi, tandis que le parement interne est tantôt plat tantôt cintré en creux. Le sommet des douelles est profilé en quart-de-rond. Un cercle de fer est disposé à la base du seau, un second à mi-hauteur. Le dernier cercle est assujetti à 10 mm du rebord sommital. Deux pattes métalliques verticales opposées, disposées à l’extérieur du seau, sont terminées chacune par un anneau. Ces derniers servent d’accroche aux deux extrémités recourbées de l’anse semi-circulaire.

444Le second objet (inv.587.4, fig. 250) est également en chêne. Il est tronconique et complet, de même facture quoique légèrement plus grand que le précédent. Il est constitué d’un fond circulaire et de quatorze douelles de chêne maintenues en place par trois cercles de fer. La circonférence du fond est taillée en biseau simple. Le dos des douelles est toujours arrondi, tandis que leur parement interne est cintré en creux. Les clains radiaux au centre du récipient sont rigoureusement rectilignes. Ils ont vraisemblablement été dressés à la colombe (grand rabot dormant). La disposition des cercles et le système d’accrochage sont identiques au seau précédent.

fig. 250 Seau en chêne, xviiie s. (phase 15).

© P. Mille.

445Au registre des ustensiles pour la préparation des aliments, on distingue une louche et deux hachoirs modernes.

446La louche en hêtre (inv.531.7.2), incomplète, a été trouvée dans un contexte stratigraphique de la seconde moitié xvie s. Elle est composée d’un manche droit de section circulaire. Le raccord au cuilleron est légèrement coudé. Le cuilleron, de section circulaire, assez profond, est recouvert d’une patine noire couvrante.

447Le premier hachoir (inv.1547.162, fig. 251), complet, possède une puissante lame à tranchant courbe. Les manches en peuplier (Populus sp.), perpendiculaires à la lame, sont de section circulaire. Ils sont maintenus chacun par une virole. Les soies sont noyées et traversantes. Elles sont recourbées et martelées sur les extrémités capitées des manches. L’objet reposait dans un contexte stratigraphique du xviiie s.

fig. 251 Hachoir extrait d’un contexte du xviiie s. (phase 15)

© P. Mille.

448Le second hachoir (inv.1476.1) possède, comme le premier, une puissante lame à tranchant courbe. Le manche en buis conservé perpendiculaire à la lame est de section circulaire. La soie noyée et traversante est recourbée, elle est martelée sur l’extrémité plate du manche en place. Ce hachoir est daté de la seconde moitié du xviiie s.

© P. Mille.

449Des instruments liés aux activités domestiques, et plus particulièrement à la consommation des aliments, ont été identifés. Il s’agit d’une assiette, d’un bol, de cinq cuillères et de huit couteaux.

450L’assiette (inv.531.7.3), issue d’une Us. datée de la seconde moitié du xvie s., est fragmentée et incomplète. En frêne, elle possède une base très légèrement convexe et une paroi plutôt fine et ouverte. Le bord est constitué d’un large et puissant marli éversé.

451Le bol (inv.1545.1) en prunier (Prunus sp.) est malheureusement très fragmenté et déformé. Il possède un pied court et plat. La paroi est globulaire et fine. Le bord est pourvu d’une lèvre débordante, éversée ou plane. Il provient d’un contexte d’enfouissement du xvie s.

452Ces deux récipients, bien que typologiquement distincts, présentent tous deux un bord pourvu d’une lèvre éversée (qui prend l’aspect d’un marli pour l’inv.531.7.3). Cette caractéristique apparaît sur les récipients de table de la fin du xve s. et constitue la principale caractéristique des collections de l’époque moderne – encore que cette apparition soit plus précoce dans le Sud de la France (Mille 2002 : 36).

  • 15 Unité d’archéologie de Saint-Denis, Nicole Rodrigues-Wiss, étude Pierre Mille.

453Les cinq cuillères, toutes en buis, peuvent être classées en deux lots. Celles qui possèdent un manche droit circulaire tourné et un cuilleron rond au creux peu prononcé datent de l’époque médiévale, plus précisément des xiiie et xive s. (inv.476.15, inv.476.16). Ce type de cuillères est particulièrement bien représenté à Saint-Denis (93) au xives.15. Au Parc Saint-Georges, ces deux cuillères sont d’ailleurs issues d’un ensemble daté de la seconde moitié du xiiie s.

454Le second lot de cuillères comprend trois objets (inv.425.4, inv.1547.4, inv.474.26). Le premier, au manche court et au cuilleron ovalaire, rappelle certaines formes datées de la fin du xvie s. ou du xviie s., telles les cuillères mises au jour sur le site du lycée Condé à Besançon dans un contexte d’enfouissement du xviie s. (Goy et al. 2000 : 150). Les deux autres, aux manches spatulés et au cuilleron allongé, apparaissent dans les corpus à partir du xviie s. Elles caractérisent les collections des xviiie-xixe s. Elles sont semblables aux modèles fabriqués en métal (L’Hour, Veyrat 1991 : pl. 43 ; L’Hour, Veyrat 2003 : 116). Ces cuillères sont datées par le contexte stratigraphique du xviiie s.

455Les couteaux se répartissent selon les trois ensembles chronologiques. L’un est médiéval, daté du xive s., les deux autres sont modernes, datés respectivement du xviie s. et du xviiie s.

456Le petit couteau médiéval (inv.1545.22, fig. 252) présente un manche court de section ovalaire monoxyle taillé dans une loupe d’érable (Acer sp.). La soie noyée est traversante. La lame prise dans une gangue métallique semble cassée. Les caractéristiques d’emmanchement et la forme du manche sont ceux des modèles A du groupe 2 de la typologie de Saint-Denis datés des xive-xve s.

fig. 252 Couteau, xive s. (phase 13).

© P. Mille.

457Le premier ensemble moderne concerne les couteaux du xviie s. (inv.475.5, fig. 253 : 1 ; inv.475.7 ; inv.582.2). Le premier (inv.475.5) présente deux côtes de buis maintenues plaquées sur la soie plate à l’aide de trois rivets. La mitre métallique est solidaire de la soie. L’extrémité proximale en forme de petite crosse est pourvue d’une cuvette capitée non enveloppante et d’un œillet circulaire matérialisé par un anneau en alliage cuivreux. Ce couteau présente de nombreuses analogies typologiques avec les couteaux de Tours datés de la seconde moitié du xvie s. (Couderc, Fouillet 2003 : non paginé).

fig. 253 1 Couteau, xviie s. (phase 15) ; 2 couteau à manche de buis sculpté, xviie s. ; 3 Couteau de table, xviiie s. (phase 15).

458Le couteau inv.475.7 [fig. 253 : 2], dont la sculpture est tout à fait exceptionnelle, est incontestablement une œuvre de la Renaissance. Ce couteau complet possède une lame en pointe longue. Le dos est légèrement courbe. Le manche monoxyle en buis de section octogonale est bloqué à l’aide d’une douille. Il est entièrement sculpté. Sur la crosse apparaît une tête de chien à grands yeux, à bajoues et à oreilles pendantes. Le décor latéral est composé au niveau de la crosse du profil de la tête de chien et de volutes de feuillages. Un tressage échiqueté et cantonné de points se développe sur le manche lui-même. Le décor de la partie supérieure du manche est composé d’un registre longitudinal central où sont sculptés des fleurs et des feuillages. Deux grènetis longitudinaux encadrent ce registre sommital. La partie inférieure du manche montre un grènetis à grains croissants.

459Le dernier couteau de cet ensemble, sans caractéristiques typochronologiques précises, présente une lame à dos droit et un manche à côtes en buis maintenues plaquées sur la soie plate à l’aide de trois rivets.

460Dans le dernier lot de couteau (xviiie s.), nous avons classé les objets inv.1547.26, inv.1547.115 [fig. 253 : 3], inv.1547.116 et inv1547.126. Les deux premiers, à lame repliable, possèdent chacun un manche en cotonéaster (Rosaceae cotoneaster). Le manche du troisième (inv.1547.116) est en buis. Le système de blocage de la lame est identique, constitué d’un ressort à cran pour le maintien du couteau en position ouverte. Ce système est en usage aux xviie-xviiie s. (Fougeroux de Bondaroy 1772 : pl. VII). Le quatrième (inv.1547.126) est lui aussi à lame repliable. Il présente un manche décoré monoxyle et cintré en buis. Il s’effile régulièrement jusqu’à l’extrémité proximale, qui présente une sculpture en forme d’ergot. Le manche est décoré de deux registres de flèches affrontées faites aux points. Ces registres sont limités par trois séries de doubles incisions parallèles. Le système de blocage de la lame est constitué par un rivet noyé et une virole mobile. Ce couteau est le seul de la collection à présenter une telle virole, toujours en usage sur les opinels actuels. Si la date exacte d’apparition de ce système n’est pas connue, il y a lieu de penser qu’elle est récente (xviiie s.).

461Le couteau de table (inv.1547.115) possède quant à lui une lame à dos droit et à pointe ronde. Le manche monoxyle d’essence indéterminée, de section hexagonale, est maintenu à l’origine par une mitre en alliage cuivreux. La soie noyée est traversante. L’extrémité proximale est capitée. Il s’agit d’un couteau caractéristique des services de table qui constituaient et constituent encore les trousseaux de mariage (xixe-xxe s.).

5.3.3 Activités productives

5.3.3.1 Outils agricoles

462Le seul outil agricole identifié (inv.531.6) a été extrait d’un contexte d’enfouissement du xvie s. Ce petit outil à lame repliable possède un manche monoxyle tourné en buis. La lame à dos cintré présente un tranchant courbe et concave. Le système de blocage, entièrement pris dans une gangue métallique, n’a pas été vu. Ce couteau a pu servir sans certitude de greffoir (Fougeroux de Bondaroy 1772 : pl. IV ; Larousse 1910 : t. 4, 949).

5.3.3.2 Outils de métier

463Parmi les autres outils de métiers, deux forets de menuiserie ont été mis au jour (inv.475.6, inv.474.68).

464De même type, quoique datés respectivement du xviie s. et du xviiie s., ces petits forets ou vrilles présentent chacun un manche et une mèche métallique. Les manches monoxyles en buis sont transversaux. L’un ressemble à un tonnelet, l’autre, fusiforme, est galbé [fig. 254]. La mèche du foret inv.474.68 est terminée par une vrille. Les soies sont noyées et traversantes. Des outils de ce type, bien que plus précoces, ont été mis au jour lors des fouilles de la place des Terreaux à Lyon (Arlaud 1996 : 535). Ils servent en menuiserie au perçage des trous pour le chevillage des assemblages. Les mèches peuvent être de différents diamètres. En fouilles, les extrémités de mèche ne sont que très rarement retrouvées, ce qui rend tout à fait remarquable l’objet inv.474.68.

fig. 254 Manche de foret de menuiserie, xviiie s. (phase 15).

© P. Mille.

465Le marteau (inv.474.67, fig. 255) est un modèle à palissader daté du xviiie s. Il possède un fer court et trapu. L’extrémité plane bifide sert d’arrache-clou, l’autre, courte et de section carrée, sert au martelage. Le manche de section circulaire en Pomoïdeae (pommier ou poirier) est maintenu en place dans l’œil du fer par deux tiges métalliques opposées, calées dans la lumière et clouées sur le manche. Ces tiges servent de renfort de traction latérale lors de l’arrachage des clous. Ce type de marteau est plus particulièrement utilisé par les ouvriers qui palissadent en bois (Larousse 1910 : t. 5, 967).

fig. 255 Marteau à palissader extrait d’un contexte du xviiie s. (phase 15).

© P. Mille.

466Deux truelles de maçon (Velter, Lamothe 1976 : 372 ; Diderot, Alembert 1762 : 255, pl. XII, fig. 126-127) identiques ont été mises au jour (inv.1541.30 ; inv.588.1, fig. 256). Elles sont respectivement datées de la seconde moitié du xvie s. et du xviiie s. Ces truelles à larges palles triangulaires possèdent un raccord, à l’équerre, puissant et court. Les manches de section circulaire, l’un en bouleau (Betula sp.), l’autre en buis, sont maintenus chacun à l’aide d’une douille et d’une soie, noyée et traversante, martelée sur les extrémités proximales planes.

fig. 256 Truelle de maçon, xviiie s. (phase 15).

© P. Mille.

467Un marteau de bourrellerie, un épissoir, une brosse métallique et une vannerie complètent la panoplie des outils de métiers. Le marteau (inv.1780.1), daté de la seconde moitié du xvie s., possède un fer assez long et fin. Le talon du fer de section carré est capité. La pointe du fer rectangulaire est fine. Le manche circulaire en érable champêtre (Acer campestra), qui ne semble pas d’origine, est épointé et bloqué en force dans l’œil du fer.

468L’épissoir (inv.476.17), incomplet, présente une poignée ronde décorée de huit séries de deux incisions parallèles. La partie distale est en forme de pointe longue. Celui-ci est daté par la fouille de la seconde moitié du xiiie s.

469La brosse métallique (inv.588.3, fig. 257) provient d’un contexte stratigraphique de la seconde moitié du xviiie s. Très lacunaire, elle est composée d’une planchette (monture) en hêtre sur laquelle est plaquée une feuille de métal. Celle dernière est recourbée sur le rebord conservé de la brosse. Les pointes métalliques rondes (garniture) sont fichées de façon régulière, en quinconce.

fig. 257 Fragment d’une brosse métallique extraite d’un contexte de la seconde moitié du xviiie s. (phase 15).

© P. Mille.

470Le fragment très partiel d’une vannerie cordée à claire-voie (inv.588.2) correspond sans doute à une corbeille en saule (Salix sp.). Il est constitué par des montants verticaux simples sur lesquels sont cordées deux séries de deux brins sur champ, espacés de 900 mm. Un montant sur deux est doublé à chaque passage de brins. L’objet appartient à un contexte d’enfouissement de la seconde moitié du xviiie s.

471La hache (inv.1541.33, fig. 258), datée du xvie s., que nous avions classée originellement parmi les outils de boucherie, a sans doute servi à des usages plus variés. Le manche court, qui ne semble pas d’origine, est en if (Taxus baccata). Il est maintenu dans l’œil du fer triangulaire par un coin métallique (épître).

fig. 258 Hache extraite d’un contexte du xvie s. (phase 14).

© P. Mille.

5.3.3.3 Outils de boucherie

  • 16 Je remercie Jacques Bégnier, boucher à La Côte Saint-André (38), pour l’identification de cette col (...)

472Parmi les outils de métiers, les couteaux de boucherie tiennent le premier rang. On compte trois couteaux à saigner, six couteaux à dépouiller (ou à tracer), trois couteaux à désosser et deux couteaux à fendre les têtes16. Tous sont datés du xviiie s., sauf l’inv.1541.31, issu d’un contexte stratigraphique du xvie s., et deux autres (inv.1647.1, inv.1716.1) de deux Us. datées du xviie s. L’inv.476.19, daté de la seconde moitié du xiiie s., a une longueur d’environ 650 mm.

473Les trois couteaux à saigner (inv.474.31, inv.1547.2, inv.1547.27) sont des modèles de 250 à 300 mm de long. Si les lames de ces trois couteaux sont identiques, à dos et tranchants droits terminés en pointe longue, les trois manches sont de factures différentes : celui de l’inv.474.31 est monoxyle en noyer (Juglans regia) et de section quadrangulaire. Rainuré longitudinalement dans sa partie proximale, il est fixé sur la soie plate par deux rivets. Le manche de l’inv.1547.2 possède une large mitre sur laquelle viennent s’appuyer les côtes en buis. Elles sont maintenues sur la soie plate par quatre rivets. La partie proximale de ce manche quadrangulaire est arrondie. Le manche du dernier couteau à saigner est composite et de section octogonale. Les côtes en buis sont maintenues sur la soie plate par trois rivets. L’extrémité proximale est plate.

474Les six couteaux à dépouiller sont de grands modèles de 300 à 380 mm de longueur (inv.nos 587.1 ; inv.1544.1, fig. 259 : 1 ; inv.1544.2, fig. 259 : 2 ; inv.1716.1, fig. 259 : 3 ; inv.1547.125, fig. 259 : 4 ; inv.1647.1). Tous possèdent de puissantes lames à dos droits et à talons arrondis. Les pointes, larges et courtes, sont triangulaires. Seule la lame à talon fuyant et à tranchant cintré de l’inv.1544.1 diffère quelque peu. Les manches sont de deux types, monoxyles (inv.587.1, inv.1544.2, inv.1647.1) et composites. Les premiers, taillés en buis, sont de section ovalaire pour l’un et octogonale pour les deux autres. Rainurés longitudinalement pour le logement de la soie plate, ils sont fixés respectivement par deux et trois rivets. Les trois derniers manches composites sont taillés respectivement en buis, en Pomoïdeae et en épicéa (Picea abies). Les objets inv.1544.1 et inv.1547.125 présentent une crosse peu prononcée. Les côtes sont maintenues sur les soies plates par trois ou quatre rivets.

fig 259 1-4 Couteaux à dépouiller, xviie ˗xviiie s. (phase 15). ; 5 couteau à désosser, seconde moitié du xvie s. (phase 14).

© P. Mille.

475Les trois couteaux à désosser (inv.474.20 ; inv.1541.31, fig. 259 : 5 ; inv.1547.1) sont des couteaux de 270 à 290 mm de longueur. Les lames à dos droits présentent des pointes courtes. Un objet (inv.474.20) est endommagé. Les deux premiers manches sont composites, à côtes rivetées sur la soie plate par trois grands rivets. Le couteau en aulne (Alnus sp.) (inv.1541.31) possède une large crosse arrondie. L’autre, daté par la fouille de la seconde moitié du xvie s., est en robinier. Le manche du dernier couteau (inv.1547.1), en buis de section octogonale, est monoxyle. Il est fixé sur la soie plate par trois rivets.

476Les couteaux à fendre les têtes et les carcasses (inv.1547.1, inv.1547.5) sont de puissants modèles de plus de 500 mm de longueur. Le premier, complet, possède une large lame à dos droit, à talon arrondi et à pointe courte et trapue. Le manche pris dans une gangue métallique possède peut-être une crosse ronde comparable à celle de l’inv.1547.5. Les manches composites de section circulaire montrent de petites mitres sur lesquelles viennent s’appuyer les côtes. En robinier pour les deux exemplaires, elles sont maintenues sur la soie plate par trois grands rivets.

477Cette panoplie de couteaux de boucherie n’est pas très variée, mais suffisante pour attester l’installation, à proximité de l’église Saint-Georges, de boucheries en bord de rivière entre les xviie s. et xviiie s. Les couteaux à saigner sont généralement à lame courte et pointue. Les couteaux à dépouiller, ou à tracer, servent à retirer la peau, principalement des moutons. Ils ont généralement de puissantes lames à larges pointes. Les couteaux à désosser sont plutôt courts mais à lame large. Enfin, les grands couteaux sont des outils à fendre les carcasses, et plus sûrement ici les crânes d’animaux de taille moyenne comme les moutons, les chèvres et les veaux.

478L’utilisation du robinier pour les manches de couteaux n’est pas envisageable avant la fin du xviie s. Cette espèce n’étant introduite d’Amérique du Nord par Jean Robin qu’au début du xviie s. (Rameau et al. 1989 : 593), son utilisation dans la coutellerie est plus probable au siècle suivant. Il en va de même pour la technique d’emmanchement utilisée sur certains couteaux : manche monoxyle à rainure longitudinale qui ne semble pas apparaître avant le xviiie s.

5.3.3.4 Instruments de textile

479Des métiers du textile, nous avons reconnu de nombreux artefacts pour le traitement du fl : une clavette de tournette (inv.474.30), trois bobines (inv.476.10, inv.476.24, inv.476.25) et une poulie de renvoi (inv.1541.13).

480La petite clavette en buis obtenue au tour, sans aucun doute plus longue à l’origine, présente au niveau de l’extrémité supérieure un large bourrelet tore que surmonte une sphère bouletée. Nous avons choisi de classer cet objet parmi les métiers du textile car il ressemble effectivement aux modèles visibles sur les tournettes utilisées par les tapissiers de haute lisse au xviiie s. (Diderot, Alembert 1771 : 231, pl. III, fig. 2-4).

481Des trois bobines, la première, en forme de tronc de cône très allongé, est percée longitudinalement d’une large cavité circulaire. L’extrémité arrondie est décorée d’une série de bourrelets tores et de doucines moulurées. En buis, elle a été soigneusement profilée au tour.

482Les deux autres bobines de même type présentent chacune un corps cylindrique percé d’une large cavité longitudinale. Une extrémité possède un large rebord semi-circulaire, tandis que l’autre se termine en pointe arrondie. Ces bobines sont utilisées sur plusieurs modèles de machines, en premier lieu –et presque exclusivement– sur les rouets et les moulins à retordre des passementiers et des soyeux (Falcot 1852 : pl. 28 ; Diderot, Alembert 1771 : 236, pl. VIII). Elles sont également présentes sur quelques métiers à tisser de gaziers. Notons que ces outils sont d’un type différent de la bobine à deux rebords historiée d’un blason découverte place des Terreaux (Arlaud 1996 : 556).

483La poulie de renvoi d’ourdissoir (inv.1541.13) est un cylindre massif percé en son centre et longitudinalement d’une cavité circulaire. Les deux extrémités sont planes, l’une présente un petit rebord en doucine en quart-de-rond. Sur le second plat sont lisibles deux marques de fabrique : « GG » cantonné en exergue d’une étoile à cinq branches, et une lune couchée.

  • 17 Communication de Nadine Besse, musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne.

484Cette grosse poulie tournée à partir d’un érable de Montpellier (Acer monspessulanum) ressemble à celles qui servent à guider les fls sur les ourdissoirs des soyeux des xviiie s. et xixe s. (Falcot 1852 : pl.2 ; Diderot, Alembert 1771 : 231, pl. III, fig. 2-317).

  • 18 Communication d’Isabelle fliegler, Cité internationale de la dentelle et de la mode de Calais.

485Cinq objets ont été classés parmi les fuseaux de dentellière (inv.474.21, inv.474.22, inv.1547.2, inv.523.113, inv.523.114). Complets, ils présentent des têtes bitronconiques. Les emplacements des charges sont assez hauts. Le rebord inférieur est souvent situé au milieu du fuseau. Les poids en forme de gouttes rondes sont décorés d’une à trois séries d’incisions parallèles. Tous ont été soigneusement tournés en buis. Ces artefacts sont tous de même type et servent à la fabrication de dentelle dite « au fuseau ». Le métier est constitué d’un carreau, d’un coussin ou d’un tambour qui reçoit la dentelle et de plusieurs fuseaux porteurs de fils. Le nombre et la grosseur de ces derniers varient selon la dentelle à exécuter. Si les fuseaux fins (inv.523.113, inv.474.22) ont plutôt été garnis d’un fl léger, un fl de soie par exemple, les autres plus lourds peuvent supporter des fls plus gros, de lin ou de coton. Ces fuseaux viennent vraisemblablement du Puy. Au xviiie s., les artisans tourneurs installés en Haute-Loire approvisionnaient Lyon et sa région18. La dentelle au fuseau existe depuis le xvie s., elle connaît un développement particulièrement important sous le règne de Louis XV.

5.3.4 Armes

486La collection d’armes a été classée parmi les objets de la vie sociale. On y a reconnu un modèle de dague, trois modèles d’épées et un sabre. Certaines épées sont exceptionnellement bien conservées.

487La dague (inv.476.9, fig. 260) complète possède une lame à dos droit et une poignée constituée d’une garde, d’une fusée et d’un pommeau. La garde métallique quadrangulaire est courte. La fusée monoxyle, en érable madré (Acer cf.), possède à sa base un bourrelet arrondi qui complète le dispositif de la garde métallique. Au sommet, un autre bourrelet similaire constitue le pommeau de la poignée. La soie est noyée et traversante. Cette arme possède plusieurs caractères propres aux dagues de la fin du Moyen Âge (Viollet-le-Duc 2003 : 110). Bien que nous n’ayons pas retrouvé dans les ouvrages consultés ce type particulier à poignée monoxyle tournée, nous pouvons, sans grand risque d’erreur, penser que celle-ci est en usage entre la seconde moitié du xiiie s. (datation stratigraphique) et les xive-xve s. (Lhoste, Buigné 1994 : 125 ; Coe et al. 1990 : 77).

fig. 260 Dague, seconde moitié du xiiie s. (phase 13).

© P. Mille.

488L’épée complète (inv.1541.1, fig. 261) possède une fusée de section quadrangulaire, formée de deux platines en hêtre (Fagus sylvatica) plaquées contre la soie plate de la lame. La fusée est surmontée d’un pommeau bi-tronc octogonal. Les barrettes de la garde sont recourbées vers la lame. Cette dernière, à double tranchant, s’effile régulièrement jusqu’à la pointe. Un méplat médian marque les plats. Bien que nous n’ayons pas retrouvé de modèle semblable, les caractéristiques de la poignée sont celles de la fin du Moyen Âge (Viollet-le-Duc 2003 ; Histoire médiévale 2000 ; Lhoste 1997). Les pommeaux de section hexagonale et octogonale montés sur ce type d’arme n’apparaissent qu’à partir de 1360 (Histoire médiévale 2000 : 16). Les barrettes de garde recourbées sont semblables à celles des épées des xive-xve s. (Histoire médiévale 2000 : 28 ; Viollet-le-Duc 2003 : 141). Les lames larges régulièrement effilées et à méplat médian semblent quant à elle caractériser les épées du xve s., les lames devenant plus fines aux siècles suivants (Histoire médiévale 2000 : 28-34 ; Lhoste 1997 : 56). Cette épée médiévale a été mise au jour dans un contexte stratigraphique daté de la seconde moitié du xvie siècle. Peut-être y était-elle résiduelle, à moins que son usage ait perduré jusqu’à cette période.

fig. 261 Épée, seconde moitié du xvie s. (phase 14).

© P. Mille.

489L’épée incomplète (inv.1548.1, fig. 262) possède une fusée de section quadrangulaire, formée de deux platines en hêtre plaquées contre la soie plate de la lame. La fusée est brisée sans doute à quelques centimètres du pommeau. La garde, assez large, est droite. La lame à double tranchant qui s’effle régulièrement est interrompue par une cassure. Malgré l’absence du pommeau, qui est un élément important de datation, cette épée possède plusieurs caractères des armes de la fin du Moyen Âge. Le type de garde métallique, droite et large se retrouve souvent sur les épées des xiiie et xive s. (Lhoste 1997 : 76). Les formes de la fusée et de la lame sont celles que l’on rencontre sur les épées du xive s. (Histoire médiévale 2000 : 24) et de la fin du xive s. (Viollet-le-Duc 2003 : 136). Le contexte de l’Us. 1548 est en effet daté du xive s.

fig. 262 Épée, xive s. (phase 13).

© P. Mille.

490L’épée (inv.587.3, fig. 263), datée de la seconde moitié du xviiie s. et encore disposée dans son fourreau, est dite « uniforme ». L’âme en bois du manche, inaccessible à moins d’endommager l’objet, reste indéterminée. Le fourreau de cuir présente une bouterolle en alliage cuivreux. Dans la partie supérieure du fourreau, deux bagues d’alliage cuivreux retiennent chacune un petit anneau métallique mobile. Ces derniers permettaient l’accroche du fourreau à la ceinture. La poignée est constituée d’un plateau, d’une garde, d’un quillon, d’une fusée et d’un pommeau. Le plateau en alliage cuivreux est échancré en avant. La garde est constituée d’un quillon court et d’un arc de jointure soudé sous le pommeau. La fusée de section quadrangulaire est constituée d’un fligrane en fl de laiton ou de cuivre enroulé sur une âme de bois. Le pommeau représente un casque empanaché tourné vers la gauche (alliage cuivreux recouvert de dorure).

fig. 263 Épée, seconde moitié du xviiie s. (phase 15).

© P. Mille.

491Les épées uniformes de la garde nationale apparaissent vers 1787-1789, et perdurent jusqu’en 1816. Elles connaissent leur apogée à l’époque révolutionnaire (Lhoste 1997 : 230). Notre exemplaire possède un plateau caractéristique de la période révolutionnaire type 2 (Lhoste 1997 : 231) que nous pouvons dater de 1789-1802.

492Le sabre (inv.1547.174, fig. 264) est un sabre droit. Il a été trouvé dans une couche stratigraphique datée du xviiies. Il possède une forte lame à dos droit terminée par une pointe symétrique à double tranchant. Les plats de la lame présentent chacun un méplat mouluré longitudinal. La fusée monoxyle en châtaignier (Castanea sativa), de section ovalaire, est maintenue par une virole. La soie, noyée et traversante, est martelée sur l’extrémité proximale capitée de la fusée. Cette fusée est nue. Le pommeau et la garde sont manquants. Ces derniers auraient été de bons auxiliaires de datation. On sait néanmoins que les lames à dos droit, à méplat mouluré et à pointe à double tranchant sont des lames qui ont été montées sur des sabres droits de la gendarmerie de France entre 1740 et 1780 (Pétard 1999 : 83), ou sur des sabres d’officiers de la maréchaussée de 1783 à 1787 (Pétard 1999 : 113).

fig. 264 Sabre droit, xviiie s. (phase 15).

© P. Mille.

5.3.5 Objets indéterminés

493Enfin, six objets ont été classés parmi les indéterminés. Il s’agit d’une ébauche de tournage (inv.425.6), d’un outil non identifié (inv.587.5), d’un possible stylet (inv.1471.1), d’une éventuelle clé de serrure (Us. 424), d’un possible bardeau (inv.476.12) et d’un disque de fer (inv.474.23). Ils appartiennent tous à des contextes xviie s. et xviiie s., à l’exception du stylet qui est attribué à la fin du xiie s. ou au début du xiiie s.

494Le cylindre de buis taillé à la hache et percé d’une cavité circulaire longitudinale est l’ébauche d’un objet que nous n’avons pas reconnu.

495L’outil indéterminé, entièrement pris dans une gangue métallique, est composé d’un fer et d’un manche fragmenté perpendiculaire au fer. On ne peut en dire grand-chose.

496Le fragment de planchette en sapin, très endommagé et usé, qui conserve un clou traversant vers une extrémité taillée en pointe, est, sous toute réserve, celui d’un bardeau.

497Le disque en robinier épais est percé d’un large trou central circulaire. Un renfort fait de plusieurs lamelles de fer doux est plaqué dans le trou et sur les parements du disque. Le cerclage est maintenu à l’aide de clous forgés irrégulièrement espacés. Cette pièce fait sans aucun doute partie d’un système d’entraînement. Il peut s’agir d’un rouet de puits.

498La petite baguette facettée, en if, qui possède à une extrémité une pointe longue a éventuellement servi de calame ou de stylet.

5.3.6 Conclusion

499La majorité des objets (62) a été trouvée dans des contextes d’époque moderne, 14 seulement ont été extraits d’unités stratigraphiques médiévales. Tous sont témoins des activités pratiquées aux abords du port fluvial de Saint-Georges entre le xiiie s. et le xviiie s. Les outils de métiers sont particulièrement bien représentés dans les dépôts de berges datés du siècle des Lumières puisque 43 des 62 artefacts mis au jour s’y rattachent.

500Pour cette collection d’objets médiévaux et modernes, les essences de bois sont variées. Cette relative diversité s’explique essentiellement par un nombre important d’artefacts composites. Le buis est majoritaire dans les comptages. Il est privilégié par les artisans tourneurs pour sa dureté et son grain fin susceptible d’un bon poli. Il est employé pour la réalisation des manches de forets, d’épissoirs, de couvercles de pyxide, de truelles et de fuseaux de dentellière.

501Les tourneurs ont aussi employé l’érable pour la confection de bobines, de poulies et de poignées de dague, le prunier pour un bol, le frêne une assiette, le peuplier encore pour un couvercle de pyxide.

502Le buis, excellent bois de sculpture, a été privilégié par les couteliers pour la réalisation des manches des nombreux couteaux (13 individus) d’autres ont été réalisés en robinier (3), en Pomoïdeae (3), en noyer (1), en érable (1), en aulne (1), en châtaignier (1) et en peuplier (1).

503Les artisans « cuilleronniers » médiévaux et modernes ont presque exclusivement choisi le buis pour la confection des cuillères, à l’exception d’une louche taillée dans du hêtre. Cette dernière espèce est également utilisée par les facteurs d’armes pour la réalisation des fusées des épées. Le chêne, seule espèce adaptée à cet usage, a logiquement été sélectionné pour la réalisation des seaux. Un maître brin d’éventail et une roue de puits sont confectionnés à partir de robinier. Cette espèce est relativement bien représentée dans cette collection. Des résineux ont fourni la matière d’un manche de hache en if, et d’un manche de couteau en épicéa. Des deux fonds de boîtes composites, l’un est en sapin (Abies alba), l’autre en épicéa.

504Grâce à la belle collection de couteaux mise au jour, il sera possible de retracer une partie de l’évolution des emmanchements depuis le xive s. jusqu’à la fin du xviiie s., aussi bien pour les couteaux à manches monoxyles que pour les couteaux à côtes.

Notes

1 Nous adressons nos remerciements à Michel Feugère qui a bien voulu relire ce travail et y apporter de précieuses remarques et corrections, ainsi qu’à Hugues Savay-Guerraz pour les déterminations pétrographiques des principales pièces lapidaires. Une partie de la collection présentée ici a fait l’objet d’un diplôme de master 1 mené par Marie Gagnol, en 2006-2007, dirigé par Jean-Claude Béal (université Lumière Lyon 2). Céline Galtier a rédigé l’ensemble du texte et y a réuni les passages concernant le bois dus à Pierre Mille, celui sur les tuyaux en plomb dû à André Cochet, celui sur les inscriptions des tuyaux en plomb dû à François Bérard, ainsi que le développement concernant les nasses dû à Fabienne Médard, d’après le tome 5 du rapport final d’opération de la fouille (Ayala 2005).

2 Rappelons que les objets métalliques ont été traités au Centre de restauration et d’études archéologiques municipal Gabriel-Chapotat de Vienne (Créam), ceux en matières organiques (cuir, bois, os et fibres) l’ont été à l’telier régional de conservation pour la sauvegarde du patrimoine culturel de Grenoble (Arc-Nucléart). Ils sont à présent conservés au Musée d’histoire de Lyon qui a commandité ces restaurations. Le programme de restauration du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière a bénéficié d’un financement exceptionnel consacré à la collection issue de la fouille, en raison de l’extrême fragilité des ensembles d’objets en bois, métaux et tissus qui nécessitent un traitement d’urgence. Ce financement a été subventionné pour partie par l’État et le département du Rhône. La qualité de ces collections les destine à l’évidence à intégrer l’exposition permanente du musée où une section spéciale leur sera réservée

3 Les questions relatives au classement des artefacts sont aujourd’hui encore en cours de discussion afin de tendre vers des bases communes, notamment au sein du groupe de travail « Étude du mobilier métallique et de l’instrumentum » initié par Bérangère Fort dans le cadre d’un Projet d’activité scientifique de l’Inrap (arc 29, 2009-2012).

4 Il est à noter que, conformément à l’usage en glyptologie, Hélène Guiraud s’attache à présenter le motif de cette bague à partir de son empreinte (la droite et la gauche inversées par rapport à l’original). Elle décrit donc, pour sa part, le lion marchant vers la droite.

5 Communication de Pascale Chantriaux (Créam, Vienne).

6 Les bois ont été identifiés par Pierre Mille (Inrap, Rhône-Alpes).

7 Ce sujet a été largement abordé lors des colloques « Énergie hydraulique et machines élévatrices d’eau dans l’ntiquité » (Vers-Pont-du-Gard, sept.2006) et « Archéologie des moulins hydrauliques, à traction animale et à vent, des origines à l’époque médiévale » (Lons-le-Saunier, nov. 2011).

8 Le texte a été revu par Céline Galtier, Alban Horry et Michel Feugère que nous remercions.

9 En l’absence du nettoyage nécessaire pour débarrasser la collection des objets ferreux des produits de corrosion et des concrétions qui les recouvrent, certaines pièces ont été dessinées dans leur gangue d’oxydes, tel qu’ils proviennent de la fouille.

10 Cette bague pourrait être considérée comme un objet de dévotion et non de parure, puisque « IHS » est un trigramme grec qui, transcrit par l’Église latine signifie « Iesus hominum salvator » (« Jésus sauveur des hommes »). Il est très largement représenté dans l’iconographie des « triomphes » de saints jésuites.

11 La médaille religieuse est l’objet de dévotion le plus répandu dans le monde chrétien. Ses attributions et ses fonctions sont multiples. Elle peut être commémorative ou miraculeuse, objet de dévotion isolé ou partie d’un objet composite, souvenir de pèlerinage, bijou, ou même petit reliquaire lorsqu’elle s’ouvre.

12 La différence entre une anse et une poignée, qui ont toutes les deux la même fonction, réside dans le fait qu’une anse est amovible, grâce à des crochets, alors qu’une poignée, soudée ou vissée à son support, reste fixe.

13 Lot de 12 épingles (inv.859.1), lot de 8 (inv.531.19), lot de 1356 (inv.1647.6), lot de 21 (inv.582.24), un lot de 6 (inv.523.150), lot de 4 (inv.523.151), lot de 24 (inv.474.142), lot de 50 (inv.425.7) et un lot de 20 (inv.1547.195).

14 Lot de 7 aiguilles (inv.531.22), lot de 4 (inv.523.138), lot de 3 (inv.523.140), lot de 3 (inv.474.165), lot de 9 (inv.474.89), lot de 7 (inv.1540.17), et un lot de 4 (inv.535.8).

15 Unité d’archéologie de Saint-Denis, Nicole Rodrigues-Wiss, étude Pierre Mille.

16 Je remercie Jacques Bégnier, boucher à La Côte Saint-André (38), pour l’identification de cette collection.

17 Communication de Nadine Besse, musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne.

18 Communication d’Isabelle fliegler, Cité internationale de la dentelle et de la mode de Calais.

Table des illustrations

Légende tabl. xxvi Inventaire des objets antiques constitués d’un matériau uniforme, par catégorie d’activités (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende tabl. xxvii Inventaire des objets antiques constitués de matériaux associés, par catégorie d’activités (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende tabl. xxviii Inventaire des objets antiques par catégorie d’activités et par phase (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende fig. 172 1-2 Tuyaux en plomb, fin du i er  ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende fig. 173 Feuille en plomb, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende fig. 174 Clous : 1 fin du i er ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9k
Légende fig. 175 1 Clou de menuisierie, fin du i er ap. J.˗C.– début du iie s. (phase 3) ; 2 piton fermé à deux pointes, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende fig. 176 Clenche, milieu du ive s. (phase 8).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Légende fig. 177 1 Clochette, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 applique, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 manette en U, milieu du iiie s. (phase 6) ; 4 disque, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 5 boîte à compartiments, milieu du iiie s. (phase 6) ; 6 charnière, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende fig. 178 Plateau, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende fig. 179 1 Cuillère sonde, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 cuillère ou spatule sonde, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 3 spatule sonde, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 4 cure˗oreille, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende fig. 180 Semelles :1 fin du i er ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2-4 début du iiie s. (phase 5) ; 5-11 milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende fig. 181 1 Semelle, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 bouton, début du iiie s. (phase 5) ; 3 chaînette, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende fig. 182 1 Épingle, début du iiie s. (phase 5) ; 2-4 épingles, milieu du iiie s. (phase 6) ; 5 épingle, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 6-10 épingles, milieu du iiie s. (phase 6) ; 11 tête d’épingle, fin du ive s. – début du ve s. (phase 9) ; 12 peigne, début du iiie s. (phase 5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende fig. 183 1 Fibule, fin du i er ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2-3 anneaux, milieu du iiie s. (phase 6) ; 4 reconstitution de fragments de fibule, milieu du ive s. (phase 8) : la déformation de la corde externe, accentuant l’ouverture de l’angle du pied initialement aigu, ne permet pas de restituer la position de la bague qui à l’origine venait se fixer sur l’arc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende fig. 184 1 Camée, début du iiie s. (phase 5) ; 2 bague, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende fig. 185 1 Manche de couteau, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 fourreau de poignard, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende fig. 186 Empreinte de semelle cloutée sur une brique, contexte de la fin du ive s. – début du ve s. (phase 9).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende fig. 187 1 Grille de foyer, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 2 crochet de crémaillère, milieu du ive s. (phase 8).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende fig. 188 1 Spatule, début du iiie s. (phase 5) ; 2 manche de batteur, milieu du iie s. (phase 4) ; 3 batteur, début du iiie s. (phase 5) ; 4 manche de batteur, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende fig. 189 Chaudron, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende fig. 190 Couvercle, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende fig. 191 1 Cuillère, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 2 manche de couteau, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 couteau, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende fig. 192 1-2 Coupelles, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 vasque, milieu du iiie s. ; 4-5 cruche ou pichet, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 6 casserole, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 7 coupe, milieu du ive s. (phase 8).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende fig. 193 Aiguilles à chas : 1 milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5k
Légende fig. 194 Perche à bouter, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende fig. 195 1-2 Fers de perches à bouter, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 3 gaffe, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 4 gaffe, milieu du iie s. (phase 4) ; 5 gaffe, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 6-7 arpis, fin du i er ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende fig. 196 Arpis : 1 seconde moitié du iie s. (phase 4) ; 2-5 seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende fig. 197 1 Broche, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 chaîne, seconde moitié du iie s. (phase 4) ; 3 anneau d’amarrage, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 198 Pierre de mouillage, milieu du iie s. (phase 4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende fig. 199 1 Bobine « de batellerie », milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 butée, début du iiie s. (phase 5) ; 3 butée, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende fig. 200 Fer d’équidé, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Légende fig. 201 Plombs de filet de pêche, fin du ier s. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende fig. 202 Plomb de filet de pêche, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4k
Légende fig. 203 Nasse issue de l’épave no 4. Vannerie de type clayonné ou « à montants parallèles, armure toile et texture en plein ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende fig. 204 Nasse issue de l’épave no 2. Vannerie « cordée serrée » ou « à montants parallèles, brins cordés et texture en plein », ou encore « en super ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende fig. 205 Plomb de ligne de fond, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k
Légende fig. 206 1 Fuseau de filage, début du iiie s. (phase 5) ; 2 fragment de fusaïole, début du iiie s. (phase 5) ; 3-5 fusaïoles, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 207 Bobine de métier à tisser, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
Légende fig. 208 1 Poinçon type « alêne », milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 couteau de tanneur, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende fig. 209 Serfouette, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende fig. 210 1 Moule, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 moule (de masque ?), début du iiie s. (phase 5) ; 3-4 moule (de masque ?), seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende fig. 211 1 Hache, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2-3 haches, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 4 herminette, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende fig. 212 Scie de long, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende fig. 213 1 Levier, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 pointe, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. ; 3 aiguisoir sur galet, début du iiie s. (phase 5) ; 4 aiguisoir, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 5 barre à mine ou levier, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 214 1 Fléau de balance, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) ; 2 fléau de balance, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 fléau de balance, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 4 contrepoids de balance, fin du ier ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 215 1 Stylet, milieu du iiie s. (phase 6) ; 2 stylet, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Légende fig. 216 1-2 Dés, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 jeton, début du iiie s. (phase 5) ; 4 jeton, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende fig. 217 1-8 Rondelles en terre cuite, milieu et seconde moitié du iiie s. (phases 6˗7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende fig. 218 1 Élément de crémaillère (ou suspensoir ?) en fer, seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 2 objet en plomb, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 élément de candélabre (?) en fer, milieu du ive s. (phase 8) ; 4 élément de plaquage (?) en fer, fin du ive s. – début ve s. (phase 9)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende fig. 219 Objets indéterminés en os : 1 seconde moitié du iiie s. (phase 7) ; 2 milieu du ive s. (phase 8).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Légende fig. 220 Objets indéterminés en bois : 1 milieu du iie s. (phase 4) ; 2 milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 début du iiie s. (phase 5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende fig. 221 Objets indéterminés composites : 1-2 objets en métal et os, milieu du iiie s. (phase 6) ; 3 objet (manche ?) en plomb et bois, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende tabl. xxix Inventaire des objets dans la catégorie « cadre de vie » par phase (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende fig. 222 1-4 Clefs, seconde moitié du xiiie s. – courant xive s. (phase 13) ; 5 clef, xe˗xie s. (phase 10) ; 6 clef, xviiie s. (phase 15) ; 7 clef, seconde moitié du xvies. (phase 14) ; 8 clef et châtelaine, xvies. (phase 14) ; 9 clef et châtelaine, fin du xviies. – début du xviiie s. (phase 15) ; 10 crochet de porte, xvie s. ; 11 gond de porte, fin du xviie s. – début du xviiie s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende fig. 223 1 Aiguière miniature, début du xviie s. (phase 15) ; 2 seau miniature, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 3 clef de coffre, xive s. (phase 13) ; 4-6 clefs de coffre, xviie s. (phase 15) ; 7 placage de serrure de coffre, xive s. (phase 13) ; 8 écusson d’entrée de clef de coffre, début du xviie s. (phase 15) ; 9 clou décoratif de meuble, xviie˗xviiie s. (phase 15) ; 10 applique de meuble (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende fig. 224 Supports à harpon de lampes. 1 xviie s. (phase 15) ; 2-3 seconde moitié du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 225 1 Chandelier, seconde moitié du xviiie s. (phase 15) ; 2 candélabre à suspendre, fin du xviiie s. (phase 15)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende tabl. xxx inventaire des objets dans la catégorie « activités personnelles » par phase (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende fig. 226 Objets liés au soin du corps, xviiie s. (phase 15) : 1 clystère ; 2 cuillère de préparation pharmaceutique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende fig. 227 Plat à barbe, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende fig. 228 1-3 Épingles à coiffure, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende fig. 229 1-2 Bagues, xviiie s. (phase 15) ; 3 bague « de roulier », xviie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende fig. 230 1-2 Châtelaines, xviie s.˗xviiie s. (phase 15) ; 3 crochet de vêtement à décor anthropomorphe, seconde moitié du xvie s. (phase 14) ; 4-5 agrafes, fin du xviie s. – première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 6-7 boutons xviis.˗xviiie s. (phase 15) ; 8 boutons de manchette, xviiie s. (phase 15) ; 9 fermail (ou boucle de ceinture ?), début du xviiie s. (phase 15) ; 10-13 fermaux (ou boucles de ceinture ?), seconde moitié du xvie s. (phase 14) ; 14 boucle de chaussure, seconde moitié du xviiie s. (phase 15) ; 15-16 mordants de ceintures, seconde moitié du xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende fig. 232 Canif, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende fig. 231 1 Bulle pontificale en plomb, seconde moitié du xiiie s. (phase 13) ; 2 enseigne de pèlerin, seconde moitié du xiiie s. (phase 7) ; 3 enseigne de pèlerin, fin du xiie s. – début du xiiie s. (phase 12) ; 4 dizain de chapelet, début du xixe s. (phase 15) ; 5 médaille à la vierge, seconde moitié du xixe s. (phase 16).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende tabl. xxxi inventaire des objets dans la catégorie « activités domestiques » par phase (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende fig. 233 1 Reposoir d’arquebuse (?), xviiie s. (phase 15) ; 2 crémaillère, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende fig. 234 1 Couvercle, seconde moitié du xviiie s. (phase 15) ; 2 fouet, seconde moitié du xvie s. (phase 14) ; petite casserole, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 4 tire˗bouchon, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 5 bouchon (?) en terre cuite, première moitié du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende fig. 235 1-3 Fourchettes, xviie s. (phase 15) ; 4-7 couteaux, de la seconde moitié du xiiie s. au xviiie s. (phases 13˗15) ; 8 assiette, xive s. (phase 13) ; 9 pichet, seconde moitié du xvie s. (phase 14) ; 10 pichet, xviie s. (phase 15) ; 11-13 taste˗vin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende fig. 236 1-2 Aiguilles de couture, fin du xviie s. – première moitié du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Légende fig. 237 1-4 Araignées, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende tabl. xxxii Inventaire des objets dans la catégorie « activités riveraines » par phase (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende fig. 238 1 Gaffe à crocheter, xviiie s. (phase 15) ; 2 fer à bouter, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 3 gaffe à crocheter, xe˗xie s. (phase 10) ; 4 gaffe à croc, début du xviie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende tabl. xxxiii Inventaire des objets dans la catégorie « élevage » par phase (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende fig. 239 Fer à cheval, première moitié du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende tabl. xxxiv Inventaire des objets dans la catégorie « activités artisanales, productives et commerciales », par phase (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende fig. 240 Couteau de boucherie, seconde moitié du xiiie s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende fig. 241 1-2 Serpettes de corroyeur, xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende fig. 242 Houe, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende fig. 243 Outil indéterminé, seconde moitié du xiiie s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende fig. 244 1-2 Fourches, seconde moitié du xviiie s. (phase 15) ; 3-4 burins, début du xviie s. (phase 15) ; 5-6 outils de précision, seconde moitié du xiiie s. (phase 13) ; 7 outil indéterminé, xiiie s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende fig. 245 1 Tarière, xviie s. (phase 15) ; 2 compas, seconde moitié du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende fig 246 Moule à méreaux extrait d’un contexte du xiie s. (phase 12).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende fig. 247 1 Poids monétaire, fin du xviie s. – début du xviiie s. (phase 15) ; 2 trébuchet de balance, début du xviie s. – première moitié du xviiie s. (phase 15) ; anneau pivotant de balance, début du xviie s. – première moitié du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende tabl. xxxv inventaire des objets dans la catégorie « vie sociale » par phase (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende fig. 248 1‚ 3 Dagues, première moitié du xviiie s. (phase 15) ; 2 dague, seconde moitié du xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende fig. 249 Épée, seconde moitié du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende tabl. xxxvi inventaire des objets dans la catégorie « objets indéterminés » par phase (- aucun objet).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende tabl. xxxvii inventaire des bois médiévaux et modernes par domaine d’activités et par essence (nb. nombre).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende fig. 250 Seau en chêne, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende fig. 251 Hachoir extrait d’un contexte du xviiie s. (phase 15)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende fig. 252 Couteau, xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k
Légende fig. 253 1 Couteau, xviie s. (phase 15) ; 2 couteau à manche de buis sculpté, xviie s. ; 3 Couteau de table, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende fig. 254 Manche de foret de menuiserie, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende fig. 255 Marteau à palissader extrait d’un contexte du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende fig. 256 Truelle de maçon, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende fig. 257 Fragment d’une brosse métallique extraite d’un contexte de la seconde moitié du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 258 Hache extraite d’un contexte du xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende fig 259 1-4 Couteaux à dépouiller, xviie ˗xviiie s. (phase 15). ; 5 couteau à désosser, seconde moitié du xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende fig. 260 Dague, seconde moitié du xiiie s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende fig. 261 Épée, seconde moitié du xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende fig. 262 Épée, xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 263 Épée, seconde moitié du xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende fig. 264 Sabre droit, xviiie s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20257/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteurs

Inrap Rhône-Alpes – Auvergne.

Maison de l’Orient et de la Méditerranée, université Lumière Lyon 2

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search