Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Chapitre 4. Analyse des ensembles de datation

Christian Cécillon, Alban Horry et Tony Silvino

Résumé

L’étude des céramiques s’intègre dans le contexte archéologique régional. L’importance des fragments extraits de la berge de la Saône a permis de dresser un phasage chronologique non seulement de la stratigraphie du terrain mais aussi des productions. Pour l’époque antique, la qualité et la diversité du mobilier amphorique documentent de façon convaincante la consommation d’une grande ville fluviale portuaire en relation avec les contrées méditerranéennes. Pour l’époque comprise entre le xiiie s. et le milieu du xixe s., l’étude montre les transformations d’un vaisselier domestique populaire composé d’une grande variété de groupes techniques issus de régions diverses, dont l’entrée dans le quartier a été facilitée par le port Sablet. Ces modifications sont également à interpréter comme autant de changements dans l’alimentation. Les monnaies constituent le lot le plus important découvert à Lyon depuis trente ans. L’étude rend compte de toutes les périodes d’occupation du site, avec une prépondérance des périodes médiévale et moderne. L’un des aspects les plus singuliers de l’analyse est la mise en évidence de l’utilisation, durant la première moitié du xvie s., de piécettes de cuivre des iiie s. et ive s., qui témoigne de l’importante disette de menues monnaies à cette époque.

Texte intégral

4.1 Les céramiques antiques

Tony Silvino

1La fouille a livré d’importants ensembles céramiques. Sur un total de 32 612 fragments comptabilisés, 18 398 tessons ont été inventoriés. Ils se réfèrent aux lots les plus pertinents propices à établir la chronologie des évènements stratigraphiques, soit 56 % de l’ensemble du mobilier. Les différentes phases archéologiques du site présentent des lots variables. Ainsi, le mobilier du Haut-Empire offre des quantités bien inférieures à celles de l’Antiquité tardive. De manière générale, le matériel reste peu fragmenté et de nombreuses formes archéologiquement complètes ont été mises au jour, permettant d’appréhender des horizons chronologiques précis et fables. La nécessité de faire connaître, sans délai, les résultats de l’étude engagée sur les contextes de l’Antiquité tardive a imposé la rédaction d’un article exposant le détail d’une diversité typochronologique rarement rencontrée à Lyon (Silvino 2007). Cependant, dans le souci d’informer le lecteur de la validité de la chronologie des phases tardo-antiques, un résumé informatif et le tableau des quantités concernées pour les phases 6 à 9 sont inscrits dans le cadre de cette étude.

2Le mobilier pris en compte a été inventorié sur le modèle d’inventaire adopté dans les études régionales. L’identification des céramiques s’appuie sur la typologie des vases, la technique de façonnage, le mode de cuisson, le choix des argiles, et diverses caractéristiques complémentaires : la présence d’un décor, d’un traitement de surface, etc. L’inventaire du mobilier repose sur quatre catégories principales de céramiques : « fine » (vaisselle de table et de service), « commune » (vases destinés à la préparation, à la cuisson ou au stockage des aliments), « amphore » (conteneurs dévolus au transport de produits alimentaires), regroupant elles-mêmes diverses productions, et enfin « divers ».

3Parmi les nombreuses méthodes de comptages, deux ont été utilisées : le comptage par total des tessons (tt) et le comptage par nombre typologique d’individus (nti). La première méthode comptabilise tous les fragments (bords, fonds, anses et panses) avant collage. Elle permet d’obtenir une vision d’ensemble sur de grandes quantités de céramique. Elle a toutefois l’inconvénient d’accroître le total des productions indéterminées (les amphores, par exemple), et de ne pas tenir compte des taux de fragmentation d’une production : certaines peuvent augmenter leur taux de fréquence tandis que d’autres plus solides peuvent le sous-estimer. Le comptage par nti peut dès lors être complémentaire. Ce mode de calcul vise à dénombrer les vases après collage d’après le nombre total des lèvres, des anses et des fonds.

4Exception faite des deux premières phases dont les quantités sont trop faibles, un tableau regroupant les différentes catégories et les types de production avec le nombre de tessons et d’individus accompagne chaque commentaire. Le nombre de formes à dessiner étant important, seuls les vases les plus significatifs ont été retenus. Le mobilier des phases 2 et 4 n’a pas l’objet d’une représentation graphique, impossible en raison de la faible qualité de conservation des objets concernés. Les planches de céramiques sont organisées par catégorie de production et par phase, à différentes échelles selon les dimensions des vases.

4.1.1 La fin de l’âge du Fer

5Ce lot compte 18 tessons pour six individus (Us. 1450, 1451, 1455, 1630). Malgré la faible quantité de ce mobilier, la présence d’amphores vinaires italiques constitue un élément de datation relativement fable.

  • 1 Cette marque est très répandue en Gaule (Olmer 2003 : 338). Par ailleurs, la carte de répartition d (...)

6Un conteneur de type Lamboglia 2 produit sur la côte Adriatique de la péninsule Italique a été répertorié. Ce récipient est produit à partir de la fin du iie s. av. J.-C. jusqu’au milieu du siècle suivant (Cipriano, Carre 1989). Les premières attestations à Lyon datent des années 40 av. J.-C. (Desbat et al. 1998 : 51). Parmi les amphores Dressel 1, deux exemplaires possèdent la particularité d’être en bon état de conservation, quoique le col soit manquant [fig. 107 : 1-2]. Leur morphologie est caractéristique de la variante Dressel 1A. L’une d’entre elles est estampillée sur le pied de la lettre N. D’après leur forme et leur pâte, elles sont originaires des ateliers d’Étrurie méridionale. Elles sont à rapprocher morphologiquement des exemplaires découverts dans les fossés du clos du Verbe-Incarné à Lyon, dont la datation est comprise entre la fin du IIe et le début du ier s. av. J.-C. (Maza 2003 : 102). Le même timbre a d’ailleurs été découvert sur plusieurs fonds (Mandy et al. 1989 : fig. 37 : 5)1.

fig. 107 Amphores italiques, La Tène finale.

© T. Silvino.

7Ces quelques éléments permettent de proposer une datation comprise entre la fin du iie s. av. J.-C. et le début du siècle suivant (phase 1).

4.1.2 La seconde moitié du ier s. av. J.-C.

  • 2 Le témoignage le plus ancien est fourni par un col présent dans la cargaison de l’épave de la Madra (...)

8Quatre fragments ont été répertoriés pour cet ensemble (Us. 1496, 1813). Ils ont la particularité d’avoir été légèrement « roulés » par les flux hydraulogiques et les sédiments. Outre deux tessons appartenant aux céramiques communes, deux cols d’amphores sont attestés. Il s’agit en premier lieu d’un col de conteneur italique de type Dressel 1B. Le début des importations de ces amphores vinaires prend place à Lyon dans le premier tiers du ier s. av. J.-C. et gagne en importance au milieu du siècle (Maza 1998). La commercialisation de ces conteneurs décline vraisemblablement dans les années 40 av. J.-C. (Desbat 1998). De la province de Bétique provient l’amphore à defrutum Haltern 70. Le début de l’importation de ce type de conteneur dans la région est placé autour de 40 av. J.-C. (Desbat et al. 1998 : 447)2 et sa commercialisation perdure à Lyon au moins jusqu’à la période flavienne (Dangréaux, Desbat 1987-1988 : 121). Néanmoins, la pâte ainsi que la forme de cet exemplaire sont caractéristiques de l’époque augustéenne.

9Malgré la faible quantité du mobilier céramique, la présence du conteneur ibérique indique un terminus post quem situé au milieu du ier s. av. J.-C. (phase 2).

4.1.3 De la fin du ier s. ap. J.-C. au début du iie s.

10Le mobilier céramique provient de deux grands ensembles. Le premier, de manière générale assez pauvre en mobilier, correspond au remblaiement de l’ancienne Saône (Us. 1493, 1614, 1640, 1660), sur lequel repose l’épave no 3. Quant au second, il est originaire de la berge de la nouvelle Saône sur laquelle se trouvent l’épave no 8 et le ponton en bois. Il rassemble un nombre important d’Us. (Us. 1458, 1459, 1467, 1468, 1469, 1470, 1497, 1498, 1507, 1508, 1510, 1534, 1575, 1608, 1611, 1625, 1626, 1652, 1681, 1684, 1725, 1741, 1742, 1752, 1755). Ce lot reste très homogène, avec vraisemblablement très peu de mobilier résiduel. Les données quantitatives relativement importantes (1 374 fragments pour 450 vases) apportent une datation assez fable (phase 3) [tabl. III].

tabl. iii Comptage du mobilier céramique daté de la fin du iers. ap. J.‑C. au début du iie s. (phase 3) (nti nombre typologique d’individus).

4.1.3.1 Les céramiques fines

11La sigillée provient essentiellement du Sud de la Gaule, à l’exception de deux fragments italiques ou lyonnais en état résiduel. Parmi les vases individualisés, nombreux sont ceux produits sous les règnes de Tibère et Claude. Il s’agit ici de coupelles Drag. 23, Drag. 24/25 [fig. 108 : 1] et Drag. 33 [fig. 108 : 2], de coupes Drag. 30 [fig. 108 : 4] et Drag. 29B, et d’assiettes Drag. 15/17 et Drag. 18. La production de ces formes peut s’étendre jusqu’aux années 90 (Genin 2007). Les formes produites pendant la période flavienne, et plus précisément à partir des années 70-80, sont également présentes : coupelles Drag. 18 b/c, Drag. 35 [fig. 108 : 3] et Herm. L7, plat Drag. 36 [fig. 108 : 5] et coupes hémisphériques Drag. 37. Les coupes à collerette Curle 11 [fig. 108 : 6] apparaissent plutôt vers les années 80-100 (Genin 2007). Il faut signaler par ailleurs l’absence de productions grésées de Gaule centrale, qui est de manière générale un utile indicateur chronologique, puisqu’au passage du ier s. ap. J.-C. au iie s., les ateliers de sigillée de Lezoux opèrent une transformation technologique permettant le grésage des vases (Picon 1989).

fig. 108 Céramiques fines, fin du ier s. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) : 1-6 sigillées de Gaule du Sud ; 7 paroi fine de Bétique.

© T. Silvino.

12Les vases à paroi fine, essentiellement d’origine lyonnaise, sont représentés par des gobelets sablés ou décorés à la barbotine à pâte calcaire, produits dans les ateliers de la Butte (1er arr.) ou du Chapeau-Rouge (9e arr.) (Bertrand et al. 1997 ; Desbat et al. 2000). Il s’agit essentiellement de vases de la deuxième génération, qui apparaissent à partir de Tibère et sont produits abondamment durant la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. Un bol caréné à vernis orange et décoré de picots de type Mayet 38B correspond en revanche à une importation de la province de Bétique [fig. 108 : 7]. Des pots ovoïdes en céramique grise fine complètent la liste des vases à paroi fine.

4.1.3.2 Les céramiques communes

13La céramique culinaire est essentiellement composée de productions à pâte noire, représentées par des pots à cuire à col côtelé [fig. 109 : 9], à épaule carénée ou à lèvre oblique [fig. 109 : 7] et par un plat à paroi rentrante [fig. 109 : 8]. Un plat à lèvre débordante, une marmite à lèvre débordante moulurée, une jatte à épaule carénée et un couvercle appartiennent également à cette production.

fig. 109 Céramiques communes, fin du iers. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) : 1‑6 céramiques communes rouges ; 7-9 céramiques communes grises.

© T. Silvino.

14Les formes à pâte rouge siliceuse cuites en mode A sont les suivantes : marmites à lèvre pendante [fig. 109 : 5, 6], marmite à lèvre débordante moulurée [fig. 109 : 4], pot à col côtelé, couvercles, bouilloires à bec tréflé et brûle-parfums. Plusieurs formes à engobe micacé sont également attestées mais restent secondaires : pot à lèvre en bourrelet allongé [fig. 109 : 1], à lèvre en bourrelet simple [fig. 109 : 2] ou à lèvre de section triangulaire [fig. 109 : 3], plat à paroi rentrante et marmite à lèvre débordante.

  • 3 La présence de timbre sur ce type de vase n’est pas inconnue à Lyon, puisque plusieurs exemplaires (...)
  • 4 La présence de résidus organiques, notamment de poix, semble indiquer que les cruches n’étaient pas (...)

15La céramique commune à pâte calcaire est représentée par un nombre important de vases. Il s’agit avant tout de cruches à lèvre en bourrelet [fig.110 : 2] ou à lèvre moulurée [fig. 110 : 3]. Un exemplaire de taille plus grande est muni de deux anses [fig. 110 : 1]. Plusieurs fonds annelés appartenant à cette forme ont été inventoriés. Il faut noter la présence d’un fond de cruche estampillé3 de la marque « CIR ». D’autre part, un graffito post cocturam, dont la lecture est « TN », est placé sur une panse de cruche. Signalons enfin la présence systématique sur la paroi interne de la plupart des fragments, de résidus organiques, notamment de poix, stabilisés par les sédiments humides. L’indice de fréquence relativement important de cruches dans ce lot, phénomène inhabituel dans un contexte d’habitat ou de dépotoir domestique, est peut-être lié aux activités spécifiques du quartier riverain, et plus précisément des activités portuaires et marchandes4. Le deuxième groupe est celui des mortiers à lèvre pendante [fig. 110 : 4, 5]. Un exemplaire possède un timbre au nom de « PRIT. MAN. F ». Enfin, un pot à provisions est également présent dans cet ensemble.

fig. 110 Céramiques communes à pâte calcaire, fin du ier s. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) : 1-3 cruches ; 4-5 mortiers.

© T. Silvino.

16La plupart des céramiques communes répertoriées sont bien attestées à Lyon, notamment dans le dépotoir flavien du site de la rue des Farges, et dans l’atelier contemporain de Chapeau-Rouge (Desbat et al. 1979 : pl. VI‑IX ; Desbat et al. 2000 : 43-45).

4.1.3.3 Les amphores

  • 5 Des prélèvements ont été effectués par Catherine Hänni, Célia Maudet et Marilyne Duffraisse, cherch (...)
  • 6 Cette analyse confrme que ces amphores étaient destinées à contenir des salaisons, ce que des inscr (...)
  • 7 Si les ateliers de Gauloise 4 sont généralement localisés en Gaule narbonnaise, une production est (...)

17Les conteneurs d’origine gauloise sont majoritaires, avec notamment les productions lyonnaises issues de la deuxième génération datée de la période flavienne (Maza et al. 2002 : 275-306) : types 2A (Dressel 2/5 similis), 3A (Dressel 9 similis), 3B (Dressel 9 similis) [fig. 111 : 1] et 7 (Haltern 70 similis). Un dépôt d’origine organique a été découvert à l’intérieur d’un fond de Lyonnaise 3, au sein duquel les analyses paléogénétiques5 ont montré la présence de sardines6. Il faut noter que parmi ces productions se trouve une amphore Dressel 8 similis. Cette forme caractérisée par un long col a été repérée dans le matériel issu du dépotoir de l’atelier des Subsistances (Maza et al. 2002 : 286-291), où elle fut dénommée « Lyon type 3C ». Les conteneurs vinaires à fond plat sud-gaulois de la Narbonnaise sont présents parmi une grande majorité de Gauloise 47 [fig. 111 : 3]. En dépit de quelques différences typologiques, on identifie des constantes : lèvre en bourrelet, col haut, sommet des anses à section lenticulaire inférieur à la lèvre, et fond à grand diamètre. D’autres amphores vinaires ont également été inventoriées, telles les Gauloise 3 et 5 [fig. 111 : 2]. Les Gauloise 1 à pâte kaolinitique sont originaires du Vaucluse ou du Gard (Laubenheimer, Bonnet 1998) [fig. 111 : 4]. Par ailleurs, parmi deux amphores à vin Dressel 2/4, un exemplaire présente une pâte micacée caractéristique des ateliers de la région de Marseille (Bertucchi 1992).

fig. 111 Amphores, fin du ier s. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) : 1 amphore lyonnaise ; 2-4 amphores de Gaule du Sud ; 5 amphore de Bétique.

© T. Silvino.

  • 8 Une étude récente a émis l’hypothèse que les amphores dites « à saumures » Dressel 7/11 et Beltrán  (...)
  • 9 La forme générale des Dressel 28 indiquerait un contenu vinaire.

18La péninsule Ibérique est représentée essentiellement par des amphores à huile en provenance de Bétique, Dressel 20 [fig. 111 : 5], dont le profil des lèvres et des anses est caractéristique des modèles flaviens (Silvino 2001 : 339-340). Des conteneurs à saumures et/ou à vin Dressel 7/11 et Beltrán 28, bien attestés à Lyon sous les flaviens (Dangréaux, Desbat 1987-1988 : 139), complètent cette liste, ainsi que deux amphores à fond plat et à lèvre en poulie, Dressel 28, dont le contenu reste toujours incertain9.

  • 10 Leur chronologie est très longue puisqu’elles sont produites depuis l’époque augustéenne jusqu’à l’ (...)

19Le transport du vin oriental est bien représenté, en premier lieu par les conteneurs originaires de l’île de Rhodes. Ces derniers sont caractérisés par des anses de section ronde présentant une corne très accentuée et un fond en pointe souvent torsadé. Deux exemplaires possèdent une inscription peinte en langue grecque sur leur col (Liou, Silvino 2005). Des provinces orientales proviennent aussi les conteneurs de type Dressel 2/5, transportant le vin d’origine égéenne. Les amphores monoansées Agora F65/66, caractérisées par leur petite taille et leur pâte fine marron micacée, entrent également dans la composition de ce lot. Différentes zones de production ont été attribuées à ces conteneurs, notamment la région d’Éphèse (Lemaître 1997)10. Quant au contenu, parmi les produits proposés le vin semble être le meilleur candidat.

  • 11 Des analyses récentes ont démontré que des exemplaires – dont la pâte était différente de celles co (...)
  • 12 L’alun est un agent tanneur employé pour la préparation des cuirs et pour la teinture des tissus.

20Il faut signaler enfin la présence de fragments d’amphores dont la pâte renferme des nodules de verre volcanique caractéristiques. Des études récentes ont montré que ces conteneurs correspondant au type Richborough 527 étaient originaires de Lipari, île située au cœur de l’archipel éolien au nord de la Sicile11. Il est attesté que ces amphores ont transporté de l’alun, produit utilisé pour l’artisanat du cuir et du textile12 (Borgard 2005). Enfin, une amphore vinaire Dressel 2/4 de Campanie, caractérisée par une pâte rouge mêlée de nombreux nodules d’origine volcanique, complète les importations italiques. Il faut signaler la présence d’un col d’amphore Dressel 1B qui est de toute évidence résiduel.

4.1.3.4 Les productions diverses

21Parmi les catégories diverses ont été regroupés des opercules appartenant soit à des pots à provisions, soit à des amphores. Quelques fragments d’ampoules (petits conteneurs « à parfums » en terre cuite), de lampes à huile à volutes et d’une amphorisque ont également été inventoriés.

4.1.3.5 Datation

  • 13 Si les ensembles céramiques de cette période sont aujourd’hui bien connus à Lyon, grâce notamment a (...)

22L’étude de ces données permet de rattacher la phase 13 à la tendance commerciale caractéristique de la période comprise entre les années 70 et la fin du ier s. ap. J.-C13, voire du tout début du siècle suivant.

4.1.4 Le milieu du iie s.

23Les 678 fragments de céramique, issus des Us. 1382, 1384, 1617 et 1618, se répartissent en 103 individus [tabl. iv]. Le nombre des céramiques, moins conséquent que celui de l’ensemble précédent, offre un horizon chronologique moins précis. On ne saurait proposer qu’une tendance chronologique (phase 4).

tabl. iv Comptage du mobilier céramique daté de la seconde moitié du iie s. (phase 4) (nti nombre typologique d’individus).

4.1.4.1 Les céramiques fines

24La céramique sigillée est bien représentée par les productions sud-gauloises, avec des formes anciennes de type Drag. 29B et des vases produits à partir de la période flavienne tels les coupelles Drag. 35, Drag. 35/36 et Drag. 46, et les coupes Drag. 37. Les produits du Centre de la Gaule sont dorénavant attestés par deux fragments à vernis orange grésé, dont un appartient à un mortier Curle 11. Leur présence marque le début du déclin des importations méridionales. Par ailleurs, les vases en sigillée claire B originaires de la moyenne Vallée du Rhône font leur première apparition. Cette vaisselle contribue elle aussi à altérer la suprématie de la sigillée du Sud de la Gaule, en pénétrant progressivement le marché local au cours de la première moitié du iie s. (Desbat 1988 : 94). Les vases identifiés sont un couvercle Desbat 5 et un mortier Desbat 30 – types dont la date d’apparition se situe au milieu du siècle (Desbat 1980 : 283).

25Quelques fragments de parois fines lyonnaises, ainsi qu’un gobelet de type Mayet 38B originaire de Bétique, complètent l’inventaire des céramiques fines.

4.1.4.2 Les céramiques communes

26Le taux de céramique commune noire est nettement inférieur à celui des productions à pâte rouge. Dans cette dernière catégorie, certains vases possèdent une pâte compacte et claire, comportant parfois des nodules rouges. Ils sont systématiquement revêtus d’un engobe rouge-marron ou micacé sur le col. Ce type de production est généralement attribué aux ateliers du Val de Saône (Devauges 1979 ; Bonnamour 1987a) ou, plus généralement, de Bourgogne, région dans laquelle plusieurs centres de production ont été découverts (Joly 1996 : 133-136). Si l’apparition de ces vases culinaires sur les sites de consommation bourguignons date du milieu du iie s., leur usage courant se situe à la fin du siècle (Joly 1996 : 133-136). Les formes attestées sont des pots à col à lèvre en amande oblique ou en bourrelet, ainsi que des marmites à lèvre débordante.

  • 14 L’existence d’une production régionale a « t » avancée d’après le mobilier de Saint-Romain-en-Gal ( (...)

27Plusieurs fragments présentent une pâte plus grossière de couleur rouge orangé. Ils pourraient provenir de la moyenne Vallée du Rhône, région où ils sont attestés à partir de la première moitié du iie s. (Meffre, Raynaud 1993)14.

28La vaisselle culinaire à pâte noire reste secondaire, plusieurs types de vases ont néanmoins été inventoriés : marmites à lèvre débordante quadrangulaire, pot à épaule carénée lustré, pichet et couvercle.

29Par ailleurs, il faut noter la présence d’un plat à vernis rouge pompéien de tradition italique, et surtout l’apparition de productions africaines. En effet, des couvercles de types Hayes 196 marquent le début des importations de cette vaisselle culinaire nord-africaine de très bonne qualité à Lyon. Elle est attestée pour la première fois à Lyon au cours de la première moitié du iie s. (Jegaden 1986 ; Silvino 2008).

30La céramique à pâte calcaire est représentée par une cruche à lèvre en bourrelet et par des mortiers à lèvre pendante. Un seul pot à provisions à lèvre évasée et à gorge interne est attesté.

4.1.4.3 Les amphores

31Les importations gauloises sont toujours majoritaires avec des types à fond plat Gauloise 2 et surtout Gauloise 4. Une amphore vinaire Dressel 2/4 à pâte micacée provient de la région de Marseille. Le vin oriental est principalement originaire de Rhodes. Enfin, l’huile de Bétique et l’alun de Lipari sont chacun représentés par une amphore. L’ensemble de ces conteneurs est en circulation entre la fin du ier s. ap. J.-C. et le courant du siècle suivant. Aucun n’apporte ici d’élément chronologique précis.

4.1.4.4 Les productions diverses

32Trois fragments appartenant à des lampes à huile à volutes ont été répertoriés pour cette phase 4.

4.1.4.5 Datation

  • 15 De nombreux dépotoirs ont ainsi été découverts depuis le xixe s. dans les quartiers de Trion, du Ba (...)
  • 16 Seuls deux ensembles de la première moitié du iie s. sont attestés à Lyon : le dépôt de la citerne (...)

33En l’absence de données plus précises, l’analyse céramologique permet de déterminer un horizon chronologique situé vers le milieu du iie s. Les ensembles de comparaison lyonnais pour cette période ne sont pas nombreux. Cette carence doit être mise au compte de la gestion des déchets domestiques à Lugdunum durant l’Antiquité. Si, dans un premier temps, les ordures sont rejetées dans des fosses creusées parmi les habitations, on suppose qu’à partir du milieu du ier s. un système de collecte des immondices est mis en place dans la ville. Des lieux de décharges ont en effet été découverts à la périphérie de la colonie, notamment sur différents versants de la colline de Fourvière (Desbat 2003)15. Au iie s., ce ramassage être plus systématique, et les zones de décharge semblent situées dans d’autres secteurs périphériques de la ville, encore non repérés aujourd’hui. Un constat similaire a été fait à Augst, en Suisse (Martin-Kilcher 2003)16.

4.1.5 Le début du IIIe s.

34Cet ensemble, qui a livré près de 2060 fragments équivalant à 513 vases, correspond au remblaiement progressif de l’ancienne Saône, qui recouvrit, en phase 5, les épaves nos 2, 4 et 5 (Us. 1322, 1379, 1524, 1533 et 1557). L’une de ces caractéristiques est son homogénéité. Peu de matériel résiduel y a été retrouvé. Comportant de nombreuses formes identifiables, ce mobilier apporte par conséquent des éléments de datation assez précis [tabl. v].

tabl. v Comptage du mobilier céramique daté de la première moitié du iiie s. (phase 5) (nti nombre typologique d’individus).

4.1.5.1 Les céramiques fines

35Les céramiques sigillées égalent les productions de sigillée claire B originaires de la moyenne Vallée du Rhône. En dehors de quelques vases issus du Sud de la Gaule, l’essentiel provient des ateliers du centre. Les formes produites au iie s. sont attestées, tels les coupelles Drag. 33, 35/36 et 46, les coupes Drag. 37 et 38 et les assiettes Lezoux 31 et Drag. 18. Par ailleurs, une forme issue d’une phase de production postérieure a été repérée. Il s’agit du mortier Drag. 45 qui apparaît vraisemblablement au début du iiie s. (Bet et al. 1989). Signalons, parmi les gobelets, un Déchelette 72 orné d’un décor floral à la barbotine, technique développée à partir des années 210 (Delage 2003 : fig. 1).

36L’indice de fréquence de la sigillée claire B, non négligeable, montre une évolution dans le vaisselier de table. Les formes présentes sont des coupes Desbat 15 et des exemplaires à collerette Desbat 19 [fig. 112 : 1], des assiettes Desbat 2 et 3 [fig. 112 : 2], des pots Desbat 58, 64, 66 et surtout 67. Un vase à médaillon de type Desbat 59 est attesté.

fig. 112 Céramiques, début du iiie s. (phase 5) : 1-2 coupe et assiette en sigillée claire B ; 3-4 plats en céramique commune grise ; 5 plat à paroi rentrante tripode en céramique commune rouge ; 6 céramique commune claire ; 7-8 amphores africaines ; 9 amphore de Bétique ; 10 couvercle d’amphore.

© T. Silvino.

37Deux fragments de médaillons ont été inventoriés : le premier représente une scène érotique, le second est trop fragmentaire pour que son sujet soit lisible. Un grand nombre de vases appartient à la troisième phase de production, qui débute au début du iiie s. (Desbat 1988). L’association classique, au iiie s., des bols Desbat 15 et des pots Desbat 67 est d’ailleurs avérée pour cet ensemble.

  • 17 Les sigillées claires A, C et D africaines sont ici appelées « sigillées africaines A, C et D ». L’ (...)
  • 18 Si l’ensemble de la communauté scientifique s’accorde pour fixer l’apparition de cette vaisselle à (...)

38De nouvelles productions sont attestées dans cet ensemble. Il s’agit en premier lieu des sigillées africaines17. La sigillée A est représentée par deux fragments, dont l’un appartient à une coupelle de type Hayes 2/3 décorée de feuilles d’eau. Si cette vaisselle arrive sur les côtes de Gaule narbonnaise à la fin du ier s., elle n’atteint Lyon qu’à partir de la seconde moitié du iis. (Bertrand 1996 : 234). Par ailleurs, trois assiettes à fond annelé de type Hayes 50, de très bonne qualité, ont été identifiées en sigillée claire C. Cette vaisselle est généralement attestée dans la région à partir des années 210-230 (Bertrand 1996 : 235)18.

39D’autre part, les premières importations de vaisselle métallescente sont également perceptibles dans cet ensemble. Il s’agit essentiellement de gobelets à col tronconique de type Niederbieber 33. La caractéristique des pâtes et la bonne qualité des vernis de ces exemplaires suggèrent une origine trévire (Desbat, Picon 1996). Par ailleurs, un fond à pâte jaune et à vernis marron métallescent est probablement originaire des ateliers bourguignons ou du Jura (Creuzenet 1996 ; Charlier 1996). La céramique métallescente est une production typique du iiie s. Les gobelets à col court sont d’ailleurs des vases caractéristiques du début de ce siècle (Desbat, Godard 1999).

4.1.5.2 Les céramiques communes

40Au sein de la vaisselle culinaire, les productions à pâte siliceuse cuites en mode A sont désormais majoritaires par rapport à celles cuites en mode B. Les productions du Val de Saône possèdent dorénavant un taux de fréquence important. Les formes attestées sont des pots à lèvre en bourrelet externe et tout particulièrement des exemplaires à lèvre en amande oblique. Des marmites à lèvre débordante moulurée ou quadrangulaire, un plat à paroi rentrante tripode [fig. 112 : 5], ainsi qu’une bouilloire complètent ce vaisselier. Les sites de consommation situés en Bourgogne révèlent une part importante de ce type de production au iiie s. (Joly 1996). Cette dernière est talonnée par la vaisselle à pâte rouge contenant des inclusions sableuses en abondance et parfois à engobe micacé. Ce sont tout d’abord des pots de différents types : pots à lèvre en amande oblique, pots à lèvre en bourrelet et pots à lèvre incurvée. Signalons enfin la présence de plats à paroi rentrante, à lèvre aplatie débordante et à lèvre en bourrelet interne. Les origines de cette production à pâte rouge très sableuse semblent diverses. S’il est probable que certains ateliers sont implantés dans la région lyonnaise, d’autres peuvent être situés plus loin dans la Vallée du Rhône (Meffre, Raynaud 1993 ; Bonnet et al. 2003 : 161).

41La céramique commune noire, désormais minoritaire, compte des plats à paroi rentrante [fig. 112 : 3] ou rectiligne [fig. 112 : 4], et des marmites à lèvre débordante.

42Signalons, par ailleurs, deux plats à vernis rouge pompéien. D’Afrique du Nord proviennent les plats Hayes 181, la marmite Hayes 197 et le couvercle Hayes 191. De nombreux fragments appartenant à des couvercles, dont le type exact n’a pas pu être déterminé, complètent la liste.

43La céramique commune à pâte calcaire a livré des cruches à lèvre triangulaire ainsi qu’un exemplaire à lèvre en bandeau. Notons la présence d’un bouchon en liège positionné in situ dans un col de cruche. Un mortier à lèvre courte triangulaire est estampillé de la marque « ARO [?] » [fig. 112 : 6].

44De manière générale, l’ensemble des céramiques culinaires et à pâte calcaire est attesté dans les contextes lyonnais du début iiie s., notamment sur les sites de la rue des Farges (Desbat et al. 1979) et de la place des Célestins (Bonnet et al. 2003 : 157-163).

4.1.5.3 Les amphores

45Le mobilier amphorique est bien représenté. On y voit même apparaître de nouveaux produits. Les importations sud-gauloises dominent. Parmi elles, principalement des amphores à vin de type Gauloise 4 caractérisées par des cols courts et des fonds étroits. Ces amphores dites « tardives » sont typiques des contextes sévériens (Dangréaux, Desbat 1987-1988 : 128-129 ; Desbat, Lemaître, Silvino 2003 : 220-221).

  • 19 D’après l’auteur, d’autres officines ont certainement fonctionné dans la région environnante.

46Parmi les conteneurs d’origine ibérique, notons l’apparition des amphores à saumure Almagro 50, dont l’origine est généralement située en Lusitanie (Parker 1977 ; Bost et al. 1992 : 128-132). Plusieurs études ont démontré qu’une production existait aussi dans la province voisine de Bétique (Étienne, Mayet 2002 : 137-141). Ces amphores apparaissent dans les contextes lyonnais du début du iiie s. (Bonnet et al. 2003 : 163- 165 ; Desbat, Lemaître, Silvino 2003 : 223). Les amphores à huile de Bétique Dressel 20 sont toujours attestées et confirment la domination de l’huile hispanique à Lyon. Elles sont munies de lèvres triangulaires massives caractéristiques de la période des Sévères (Silvino 2001 : 340). Notons également l’arrivée des types Matagallares I récemment identifiés dans la région (Bonnet, Lemaître 2001). Il s’agit de récipients de taille importante, à panse ovoïde terminée par un fond ombiliqué caractéristique. La lèvre en bandeau évasé est dessinée de plusieurs sillons horizontaux. Les anses sont de section aplatie et possèdent une nervure médiane. Ces amphores à pâte marron claire et riche en mica proviennent en partie de l’atelier du lieu dit Los Matagallares situé sur la côte andalouse, à Salobreña près de Grenade (Bernal Casasola 1998 : 282-284)19. Leur chronologie s’échelonne tout le long du iiis. (Bernal Casasola 2001 : 298-299). Le produit transporté dans ces conteneurs est probablement du vin, même si aucune inscription peinte n’a été découverte. Les exemplaires de Saint-Georges portent des traces de poix sur la partie interne des parois. Plusieurs fragments appartiennent à des amphores encore mal identifiées à Lyon.

47Il s’agit tout d’abord des types Beltrán 68, qui présentent des fonds creux et presque cylindriques, et une panse recouverte de cannelures. La pâte est de couleur ocre beige et jaune verdâtre à la surface. Classé pour la première fois par Miguel Beltrán Lloris (Beltrán Lloris 1970 : 572-573, fig. 236, no 1), ce conteneur compose la cargaison de l’épave Cabrera III datée du milieu du iiis., découverte aux large des Baléares, dont les auteurs suspectent une origine hispanique (Bost et al. 1992 : 144- 146 et fig. 16, no 7). Divers sites de consommation occidentaux, dont la chronologie s’étend du milieu du iiie au ive s., ont révélé quelques individus (Bernal Casasola 2001 : 290).

  • 20 Plusieurs amphores d’aspect similaire mais d’origine différente ont été regroupées sous l’appellati (...)
  • 21 La variété des formes et des centres de productions accréditent la commercialisation de différents (...)

48D’autre part, plusieurs fragments, notamment un col et des fonds, quoique s’apparentant morphologiquement au type précédent, sont à rattacher à la forme Almagro 51C, notamment à la variante A [fig. 112 : 9] établie par Robert Étienne et Françoise Mayet (Étienne, Mayet 2002 : 143-145). Cette dernière est munie d’une lèvre à section quadrangulaire et d’un fond creux. Cependant, les pâtes brunes assez fines de cet ensemble diffèrent de celles qui ont été découvertes en Lusitanie. Or, Simon J. Keay a distingué plusieurs types de pâtes pour les modèles tardifs et estime que cette amphore a pu être produite dans plusieurs provinces hispaniques, tout comme d’autres types de conteneurs (Keay 1984 : 173-178)20. De nombreux produits ont été proposés pour le contenu de ces amphores : après le vin et l’huile d’olive (Ostia III : 603-605), les sauces de poisson semblent être la denrée exclusive commercialisée (Étienne, Mayet 2002 : 143)21. Ces variantes datent de la fin du iie au milieu du iiie s. (Étienne, Mayet, 2002 : 145). Enfin, il faut signaler l’existence à l’état résiduel d’une amphore Beltrán IIA.

  • 22 Dans un premier temps ces amphores ont été classées en quatre grands sous-types A, B, C et D par Cl (...)
  • 23 Daniele Manacorda emploie le terme « con gradino » (Manacorda 1977 : 160).

49Cette phase voit la pénétration en masse des produits nord-africains à Lyon. Les conteneurs majoritaires sont les types Africaine II, de dimension importante, et notamment la variante IIA122. Cette dernière présente un profil piriforme et une lèvre à « gradin » en léger retrait par rapport au sommet de la lèvre23 [fig.112 : 8]. La présence de poix à l’intérieur de ces amphores exclut l’hypothèse du transport d’huile. Un exemplaire est apparenté aux productions d’Uzita, caractérisés par un bord dit en « doucine » et un col cylindrique. L’étude de la pâte indique qu’elle est originaire de la région de Salakta, située sur la côte orientale de Tunisie.

  • 24 Une production a récemment été recensée en Tunisie (Bonifay 2004 : 148).
  • 25 L’huile d’olive est également proposée comme contenu, mais la présence de poix dans les exemplaires (...)

50Des conteneurs de dimensions modestes Africaine I, avec la présence de la variante A1 [fig. 112 : 7], prouvent que l’huile d’olive africaine parvient désormais à Lyon, sans pour autant détrôner les importations de Bétique (Silvino 2001 : 340). Enfin, on compte plusieurs Dressel 30 originaires de Maurétanie Césarienne24. Cette amphore morphologiquement proche de la Gauloise 4 tardive semble destinée à la commercialisation du vin (Lequément 1980 : 190 et 183 ; Keay 1984 : 95-99)25. La circulation des amphores africaines s’échelonne entre la fin du iie s. et le début du iiie s. pour l’Africaine IA (Bonifay 2004 : 107), et jusqu’au milieu du iiie s. pour l’Africaine IIA1 (Bonifay 2004 : 111). Quant à l’amphore d’Uzita, elle est généralement typique de l’époque flavio-trajane, mais quelques exemplaires ont été retrouvés dans des contextes stratigraphiques du iiie s. (Bonifay 2004 : 103-104). Les conteneurs vinaires Dressel 30 apparaissent à partir du début du iiie s. sur plusieurs sites lyonnais (Bonnet et al. 2003 : 167 ; Desbat, Lemaître, Silvino 2003 : 223). Les exemplaires produits à partir du second tiers du iii sont absents de cet ensemble.

51Le transport de vin oriental est bien représenté, en premier lieu par les productions de Rhodes. De nouveaux types apparaissent dans ce lot, tel le Käpitan 2. Ce dernier est très reconnaissable par leur forme générale et leur pâte rouge orange. Le lieu de production de cette amphore est toujours inconnu, même si Jean-Yves Empereur propose Milet (Empereur 1998 : 398). On la suppose destinée au transport du vin, mais aucun argument consistant n’a été apporté en ce sens. Signalons tout de même que sur notre fouille les exemplaires ont été retrouvés poissés, ce qui coïncide avec cette hypothèse. Un autre type d’amphore orientale est attesté, il s’agit du modèle Cnossos 18, caractérisé par une embouchure en forme d’entonnoir et une pâte rose micacée. Si les ateliers de production sont encore méconnus, il semblerait que le contenu soit de nature oléagineuse (Carreras Monfort 1999 : 98). Les exemplaires de cet ensemble ne présentent aucune trace de poix. Ces deux types d’amphore apparaissent dans les contextes lyonnais à partir de la seconde moitié du iie s., et sont importées en plus grande quantité au iiie s. (Lemaître 1999 : 293 et 297). Enfin, une Agora F65/66 a été identifiée.

  • 26 Ce type d’amphore richement documenté est également appelé Benghazi Middle Roman Amphora 1 ou Ostia (...)

52Pour finir, il faut noter l’importation d’amphores italiques dont la plupart sont d’origine insulaire. Le transport de l’alun est assuré par les amphores de Lipari de type 2B (Borgard 1994 : 1, no 2b). Le vin campanien est par ailleurs commercialisé dans des Dressel 2/4 dites « tardives ». Enfin, un nouveau type d’amphore apparaît dans ces niveaux. Il s’agit de l’Agora M25426, dont l’origine a fait l’objet d’une discussion. Ce conteneur a été longtemps considéré, en raison de son abondance dans les dépôts de fouille de Lepcis Magna, comme une production de Tripolitaine (Villedieu 1984 : 180 ; Galliou 1990). Cependant des recherches récentes ont démontré que certaines d’entre elles étaient d’origine italique, et plus précisément de Sicile (Wilson 1990 : 264). Or, un individu appartenant à l’ensemble suivant possède une pâte africaine, ce qui confirmerait l’hypothèse d’une production de type similaire dans les deux régions (Wilson 2000 : 364-365 ; Bonifay 2004 : 147-148 ; Capelli, Bonifay 2007 : 554). Les exemplaires de cet ensemble présentent une pâte dure rouge pâle avec des inclusions de calcite. Ils possèdent une lèvre biconique et un fond ombiliqué très caractéristiques. La morphologie de ces exemplaires est caractéristique de la période des Sévères, même si le début de leur production semble être plus ancien (Bonifay 2004 : 147-148).

4.1.5.4 Les productions diverses

  • 27 Ces « couvercles » à pâte calcaire très épurée s’adaptent à la lèvre de la plupart des Gauloise 4. (...)

53Parmi les productions diverses se trouvent des opercules d’amphores et des amphorisques. Il faut signaler la présence d’un objet en céramique en forme d’assiette circulaire à bord rentrant [fig. 112 : 10] identique à plusieurs exemplaires trouvés place des Célestins à Lyon. Il s’agirait de couvercles d’amphores utilisés après ouverture (Arlaud et al. 2000 : 92)27.

4.1.5.5 Datation

54Tous les objets de cet ensemble plaident en faveur d’une datation au premier tiers du iiie s. Les caractéristiques de ce lot l’apparentent à celui du remblai d’assainissement trouvé sur le site de la place des Célestins, quoique ses données quantitatives soient différentes (Bonnet et al. 2003 : 145-167).

4.1.6 Le milieu du iiie s.

55Les niveaux de remblaiement de l’ancienne Saône (Us. 657, 691, 714, 983, 1261, 1262, 1323, 1356, 1357, 1373, 1374, 1376, 1378, 1479, 1481, 1484, 1485, 1650, 1662) ont fourni le lot de céramiques gallo-romaines le plus dense du site : 11 820 tessons enregistrés pour 1 838 individus [tabl. vi]. Ce lot très homogène n’est affecté d’aucun élément résiduel. Les multiples données quantitatives apportées par l’étude de cet ensemble offrent un horizon chronologique précis. La sigillée claire B, originaire de la moyenne vallée du Rhône, concurrence fortement celle du centre de la Gaule. L’association des formes Desbat 2, 3, 15 et 67 confrme un horizon chronologique fixé au iiie s. La sigillée africaine C, dont l’importation à Lyon débute vraisemblablement à partir des années 210/220, est illustrée par les assiettes Hayes 50 et 45A. La morphologie des amphores Gauloise 4 de Narbonnaise renvoie aux modèles du iiie s. Si la chronologie des conteneurs ibériques Matagallares 1 et Almagro 50 s’échelonne tout au long du iiie s., celle du type Beltran 68 est centrée au milieu de ce siècle. Les importations issues des provinces de Proconsulaire et de Byzacène (Africaine IB, IIA2, IIA3, IIB) déversent au cours du IIIe s. l’huile, le vin et probablement les saumures à Lugdunum. De Maurétanie Césarienne provient l’amphore Dressel 30 dont la morphologie est typique de la période sévérienne. Les formes orientales Kapitan 2, Cnossos 18, Agora F65/66 et Célestins 1A apparaissent dans les contextes lyonnais au iiie s. L’importance numérique et la typochronologie des conteneurs notamment d’origine africaine proposent une datation fixée au milieu du iiie s. (phase 6) (Silvino 2007 : 190-205).

tabl. vi Comptage du mobilier céramique daté du milieu du iiie s. (phase 6) (nti nombre typologique d’individus).

4.1.7 La deuxième moitié du iiie s.

56Les céramiques provenant des niveaux sableux de la nouvelle berge de la Saône (Us. 617, 690, 736, 952, 954, 1227, 1407, 1460, 1543, 1596, 1603, 1624, 1668, 1670, 1673, 1677, 1692, 1696, 1701, 1704, 1705, 1707, 1709, 1710, 1715, 1717, 1718, 1746 et 1747) sont nettement moins nombreuses que celles du lot précédent. Il est néanmoins possible d’en tirer des statistiques assez fables. Au total, 1082 fragments de céramiques ont été inventoriés, soit 171 vases [tabl. vii]. L’analyse précise des amphores confère à la formation sédimentaire des éléments d’ordre chronologique bien étayés. La diversification du répertoire des céramiques fines fait obstacle au rattachement de quelques formes en présence à des productions connues de la vallée du Rhône. Les nouvelles attestations ont été laissées dans le vrac des céramiques à revêtement argileux non grésé qui annoncent l’arrivée des premières sigillées luisantes d’origine alpine. Parmi la vaisselle de cuisine, quelques formes carénées annoncent une tendance typique du ivs. Les derniers modèles de Dressel 20 s’approchent des formes tardives Dressel 23. Les importations africaines sont toujours majoritaires avec les types Africaine II, A1, A2 et D qui circulent dans la deuxième moitié du iiie s. L’amphore Keay IB, l’évolution tardive de la forme Dressel 30 originaire de Maurétanie Césarienne, est bien documentée à partir de la fin du iiie s. dans la région. Le contexte céramique global permet de situer cet ensemble dans la seconde moitié du iiie s. (phase 7), sans toutefois que le début du siècle suivant soit atteint (Silvino 2007 : 205-210).

tabl. vii Comptage du mobilier céramique daté de la seconde moitié du iiie s. (phase 7) (nti nombre typologique d’individus ; cra céramique à revêtement argileux).

4.1.8 Le milieu du ive s.

57La fouille des sédiments sableux de la berge de la Saône (Us. 89, 692, 1419, 1466, 1549, 1550, 1622, 1744, 1759 et 1761) a permis de récolter quelque 710 fragments de céramique comptabilisés pour 209 individus [tabl. viii]. Ce constat d’un mobilier peu fragmentaire et la variété des productions recensées a favorisé l’établissement de conclusions sur les courants commerciaux à cette période. Quoique sigillées claire B soient visiblement résiduelles, les produits à revêtement argileux rhodaniens tardifs présentent un répertoire du ive s. Mais c’est surtout l’apparition des produits savoyards en sigillée luisante qui marque le ive s. Le profil des vases à pâte rouge témoigne d’un contexte du milieu du ive s. Les formes tardives de types Africaine IID, IIC2 et Keay 25 sont enregistrées pour la première fois et sont caractéristiques du ive s. La forme Keay 27A précise la datation de la phase, puisqu’elle n’apparaît pas avant le milieu du siècle. L’huile de Bétique est exclusivement transportée par l’amphore Dressel 23 et les saumures par l’amphore Almagro 51A/B. Si la datation du mobilier peut s’étendre à l’ensemble du ive s., la présence opportune d’amphores Keay 27A, originaires d’Afrique cerne la formation du gisement au milieu de ce siècle (phase 8) (Silvino 2007 : 210-217).

tabl. VIII Comptage du mobilier céramique daté du milieu du ive s. (phase 8) (nti nombre typologique d’individus).

4.1.9 De la fin du ive s. au début du ve s.

58Un lot de céramiques provient du remplissage de structures en creux témoignant d’une fréquentation de la berge (Us. 960, 1447 et 1483). D’une faiblesse relative, il est très hétérogène et beaucoup plus fragmentaire que les lots des phases précédentes : au total, 723 tessons ont été inventoriés pour 159 individus. Cependant, la variété des types de productions et l’apport de références monétaires précises (C17 à C26) permet de proposer un horizon chronologique précis (phase 9). La sigillée luisante est nettement prépondérante (coupe carénée Lamboglia 1/3, coupelle Lamboglia 3/8, vase caréné Portout 34, variante 70) ce qui traduit un ive s. bien avancé. Si le début des importations de la sigillée africaine D est daté à Lyon du milieu du ive s. l’apparition de la sigillée grise (dsp) rapproche la chronologie de la fin du siècle, voire du début du siècle suivant. Les conteneurs africains sont toujours dominants (Africaine IIC2, Keay 25 sous-type 2 et une possible amphore cylindrique de petites dimensions Keay 26 spatheion) (Silvino 2007 : 217-218) [tabl. ix].

tabl. IX Comptage du mobilier céramique daté de la fin du ive s. au début du ve s. (phase 9) (nti nombre typologique d’individus).

4.1.10 Conclusion

59Le mobilier céramique antique du Parc Saint-Georges est issu d’un site à longue durée d’occupation où les quantités d’objets varient sensiblement d’un ensemble chronologique à l’autre. Certains lots présentés dans cette étude sont quantitativement modestes. Tel est le cas des deux premiers ensembles datés de la fin de l’âge du Fer et de la seconde moitié du ier s. av. J.-C. Le nombre relativement réduit d’objets est cependant compensé par leur diversité typologique et par une bonne répartition quantitative des catégories et des types de production. Les informations fournies par les lots mieux dotés achèvent d’étayer les datations, au point d’indiquer l’évolution des arrivages de divers produits à Lyon de la fin du ier s. ap. J.‑C. au début du iiie s.

4.1.10.1 Les céramiques fines

60La vaisselle de table est, dans un premier temps, dominée par les sigillées originaires des ateliers de la Graufesenque et de ses satellites, avec la commercialisation de formes classiques du répertoire dit « flavien » (Drag. 35/36, Drag. 37, Curle 11, etc.) que l’on retrouve dans les ensembles de la fin du ier s. ap. J.-C. et du début du siècle suivant.

61Au cours de la première moitié du iie s., cette vaisselle est fortement concurrencée par les productions du centre de la Gaule, en particulier celles de Lezoux, qui adoptent la technique du grésage. Avec l’arrêt des exportations massives des sigillées rutènes à partir des années 120, les produits lédoziens prennent effectivement de l’importance dans le vaisselier lyonnais, et ce jusqu’au iiie s., associant des formes caractéristiques : coupes Drag. 37 et Drag. 38, mortiers Drag. 45 et gobelets Déchelette 72. Cette vaisselle doit également faire face aux importations de sigillées claire B de la moyenne vallée du Rhône, qui arrivent sur les marchés lyonnais au cours de la première moitié du iie s. Au siècle suivant, leur taux de fréquence devient plus important et présente l’association classique de pots Desbat 67 et de coupes Desbat 15, accompagnée de quelques formes secondaires telles les assiettes Desbat 3, les coupes à collerette Desbat 27 et les vases à médaillons.

62Il faut enfin signaler l’apparition de la céramique métallescente, même si ce type de production représente un faible pourcentage parmi les céramiques fines. L’apparition de cette vaisselle se situe au début du iiie s. Ce sont essentiellement des gobelets tronconiques de type Niederbieber 33 issus des ateliers trévires ou bourguignons.

63Les sigillées originaires d’Afrique proconsulaire sont en position secondaire. Alors que l’arrivée des sigillées A en Gaule, et notamment à Lyon, date du début du iis., les sigillées africaines apparaissent ici seulement en contexte du début du iiie s. sous la forme d’un bol Hayes 2/3. Il convient toutefois de rappeler la faiblesse des données quantitatives pour le iie s.

64Par ailleurs, les sigillées C sont également attestées au début du iiie s. avec les plats Hayes 50. Quant aux productions locales, en l’occurrence les parois fines engobées, elles sont rapidement éclipsées au cours de la première moitié du iie s.

4.1.10.2 Les céramiques communes

65Les céramiques communes se partagent tout au long de la période concernée entre productions à pâte siliceuse et productions à pâte calcaire. Les premières, généralement dédiées à la cuisson des aliments, rassemblent deux groupes appelés par commodité « communes rouges » et « communes noires ».

66Sur le site, les céramiques cuites en mode B, dont les coloris varient du gris au noir, demeurent majoritaires à la fin du ier s. et au début du siècle suivant. Les formes récurrentes sont bien évidemment le pot caréné accompagné du modèle à col côtelé. Les céramiques cuites en mode A, dont le coloris varie de l’orange au rouge, restent encore assez peu nombreuses mais présentent une réelle variété de formes, incluant des marmites à lèvre pendante et à lèvre débordante moulurée. Au sein de cette production, il faut noter la présence de vases à engobe micacé dont l’origine se situe vraisemblablement en Val de Saône. Les céramiques communes rouges prennent leur essor au cours du iie s. pour devenir prédominantes au début du iiie s. Elles font principalement office de marmites, de pots, de jattes et de plats à cuire. Autant d’usages également dévolus aux céramiques communes noires.

67Les productions à pâte calcaire sont bien attestées de la fin du ier s. ap. J.‑C. au début du iiie s. avec trois groupes de vases : mortiers, pots à provisions et surtout cruches. Ces dernières, dont la fonction principale est la redistribution de denrées à l’échelle de la population locale voire régionale présentent systématiquement des résidus organiques et, pour certaines portent encore leur bouchon de liège.

68Au sein des céramiques culinaires, il faut signaler l’existence de quelques plats à cuire à vernis rouge pompéien dont l’origine n’est plus italique mais gauloise. Quant à la vaisselle culinaire africaine, elle est relativement abondante, notamment à partir du début du iiie s. Les vases d’importation trouvés au Parc Saint-Georges sont des plats Hayes 181, des marmites à fond bombé Hayes 197 et un couvercle Hayes 191.

4.1.10.3 Les amphores

  • 28 D’après une étude récente, ces conteneurs ont pu également transporter du vin (Silvino, Poux 2005).

69Pour les conteneurs gaulois, les importations des ier et iie s. ap. J.-C. restent assez classiques : les conteneurs vinaires de Narbonnaise (Gauloise 1, 3, 4 et 5) dominent, accompagnés par les productions lyonnaises. Le taux de fréquence des modèles Gauloise 4 demeure très important au début du iiie s. La province de Bétique est également bien représentée avec, en premier lieu, les amphores Dressel 20, conteneurs phares du Haut-Empire pour l’huile d’olive. Elles sont majoritaires sur le marché lyonnais jusqu’au règne des Sévères. Les sauces et salaisons de poissons sont conditionnées dans les Dressel 7/11, puis dans les Beltrán 228, les Almagro 50 et les premiers modèles d’Almagro 51c. Quant au vin, il a probablement été transporté en partie dans les amphores Matagallares I, à partir du début du iiie s.

70Si la pénétration des amphores africaines sur le marché lyonnais s’avère encore timide au début du iiie s., elle annonce néanmoins l’incursion massive des produits de Proconsulaire, notamment amphores Africaine IIA1 et de type Uzita, dont le contenu reste incertain (vin et/ou saumures). Les conteneurs de dimensions modestes Africaine I montrent l’arrivée de l’huile d’olive africaine à Lyon. Le vin de Maurétanie Césarienne est également attesté avec les Dressel 30.

71Au Haut-Empire, les importations d’amphores de Méditerranée orientale sont dominées par les conteneurs vinaires de Rhodes ou d’Asie mineure (Agora F65/66). Au début du iiie s., elles sont complétées par des Käpitan 2, probablement destinés à contenir du vin, et des Cnossos 18, dont le contenu demeure encore indéterminé.

72Les amphores italiques, quant à elles, restent minoritaires, mais plusieurs types ont été identifiés notamment dans l’ensemble du début du iiie s. Le vin italique est toujours transporté par les Dressel 2/4 dites « tardives » et les crus de Sicile arrivent pour la première fois dans les Agora M254. Les amphores de Lipari (îles éoliennes) alimentent régulièrement les artisans lyonnais en alun.

73L’ensemble de ces données confrme ainsi sans surprise le rôle économique de Lugdunum au Haut-Empire. Elles complètent d’une part les divers travaux publiés à ce sujet, notamment pour ce qui concerne le début du iiie s. qui est aujourd’hui bien documenté (Bonnet et al. 2003 ; Desbat, Lemaître, Silvino 2003), et apportent d’autre part des éléments nouveaux pour d’autres périodes comme la fin du ier s. ap. J.-C. et le début du siècle suivant – il existe certes une étude de référence, mais qui traite surtout du mobilier amphorique des années 70-90 (Dangréaux, Desbat 1987-1988). Quant aux ensembles du iie s., malgré des quantités très modestes ils permettent de poser un regard nouveau sur ce siècle encore trop peu documenté en contexte lyonnais.

4.2 La vaisselle en terre cuite médiévale

Alban Horry

74Comptant près de 8 000 tessons, le mobilier céramique médiéval est assez disparate, plus ou moins abondant et fragmenté selon les phases. La vaisselle en terre cuite médiévale a été répartie par grands groupes techniques présentant l’évolution et la répartition du vaisselier. Un tableau général est proposé pour chaque phase, indiquant le nombre de tessons et d’individus (nombre minimum d’individus). Les petites quantités de mobilier du haut Moyen Âge (dix tessons) correspondent bien à un secteur peu habité. Les céramiques des environs de l’an Mil sont assez peu représentées (trente-neuf tessons) en raison d’une occupation très parsemée à cette période. Il faut attendre le xiie s. et surtout les xiiie-xive s. pour bénéficier de lots conséquents.

4.2.1 Le mobilier dans le phasage stratigraphique

4.2.1.1 Du viie au viiie s.

75Pour le haut Moyen Âge (phase 10) quelques éléments suffisamment représentatifs permettent d’attester la fréquentation du site à cette période [tabl. x]. Des témoins d’importation d’origine méditerranéenne, assez rares en contexte lyonnais, méritent d’être signalés. Leur exploitation reste très difficile dans la mesure où dix tessons seulement ont été comptabilisés dans l’Us. 1408. Cependant, l’analyse chronologique de certains vases permet d’apporter un terminus post quem : deux fragments de sigillée claire D africaine, dont un fond d’assiette de type Hayes 99B, forme typique du vie s. (Hayes 1972 : 155), et un fond d’amphore du type orlo a fascia attesté dans les contextes du viie s. (Bonifay 2004 : 141-142). On peut citer également quelques éléments de panse en céramique commune grise. Deux fosses (Us. 1213, 1214), ont livré quelques rares indices en céramique commune grise avec pour seul élément typologique un bord en bandeau de deuxième génération renvoyant à un type diffusé entre les viie et xie s. (Horry 2000).

tabl. x Comptage des céramiques datée du viie au viiie s. (phase 10) (nb.t. nombre de tessons).

4.2.1.2 Du xe s. au début du xiie s.

76Malgré une représentation numérique faible, les céramiques des environs de l’an Mil (phase 11) offrent quelques éléments remarquables tels des pots globulaires à fond marqué. Cette chronologie est également étayée par la présence d’un denier de la seconde moitié du xie s. (C27). Le mobilier provient de couches de sédiments (Us. 1264, 1501/1548, 1676/1793) des niveaux de berge. Deux groupes techniques ont été inventoriés : la céramique commune grise et la céramique à pâte grise glaçurée [tabl. xi].

tabl. xi Comptage des céramiques datées du xe s. au début du xiie s. (phase 11) (nb. t. nombre de tessons).

4.2.1.3 Du xiie s. à la première moitié du xiiie s.

  • 29 La pirogue a été datée par dendrochronologie de 1187-1200.

77Le mobilier recueilli pour la phase 12 devient un peu plus abondant [tabl. xii]. Le développement de l’occupation riveraine et l’accroissement du bâti en bordure de Saône sont à l’origine de rejets domestiques plus conséquents le long des berges. Les céramiques sont très homogènes. Elles ont été regroupées au sein d’un même ensemble constitué de 2 244 tessons qui proviennent d’une part des terres noires (Us. 694, 695, 724, 725, 727, 731, 732, 800, 880, 978, 1054, 1069, 1168, 1173, 1220), d’autre part de la berge de Saône (Us. 1218, 1223, 1471, 1770, 1781) et des sables environnants la pirogue no 14 (Us. 1764-1767-1768). Ces trois lots peuvent être placés avec prudence dans une fourchette chronologique située entre le xiie s. et le tout début du xiiie s.29.

tabl. xii Comptage des céramiques datées du xiie s. à la première moitié du xiiie s. (phase 12) (nb.t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).

4.2.1.4 De la seconde moitié du xiiie s. à la fin du xive s.

  • 30 Ces sédiments ont été découverts dans les seuls secteurs du site non décaissés aux xviie-xviiie s. (...)

78Dans le courant du xiiie s., l’occupation du site se densifie à mesure qu’émergent des constructions. Le mobilier céramique est en partie issu de sédiments en liaison avec l’habitat – pour la plus grande part, des terres noires situées dans les différentes parcelles du bâti30. Il est néanmoins assez fragmenté, et une part non négligeable de ce dernier est en position résiduelle (211 tessons sur 2933 enregistrés). Il est apparu clairement lors de la fouille que les dites « terres noires » avaient été utilisées et rapportées, dans certains secteurs, afin de surélever des terrains et d’installer des sols dans le bâti sur un secteur à fort pendage – d’où la présence de mobilier remanié. C’est également au développement de l’habitat que l’on peut associer la découverte de dépotoirs domestiques de berge dans lesquels la céramique occupe une place prépondérante. Ces différents dépôts, recélant des lots abondants et plus diversifiés que pour les périodes précédentes, offrent un panorama assez complet des vaisselles de terre utilisées dans le quartier. Le mobilier céramique du xiiie s. provient de deux ensembles principaux [tabl. xiii] :

tabl. xiii Comptage des céramiques datées de la seconde moitié du xiiie s. (phase 13a) (nb.t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).

  • les terres noires (Us. 845, 870, 871, 948, 961, 982, 1062, 1174) avec
    1 473 tessons ;

    • 31 Le séjour des fragments de pots dans ce sédiment très sombre a par ailleurs parfois considérablemen (...)

    un dépotoir situé sur la berge dans une couche tourbeuse31 (Us. 476) en face de l’ouverture sur la rivière constituée par le port Sablet (1 671 tessons). La constitution de ce lot permet proposer une datation dans la seconde moitié du xiiie s. (phase 13a), chronologie confortée par l’apport de numéraire et par la présence d’une bulle pontificale (inv. 476.2) datée du milieu du xiiie s. Deux groupes techniques majoritaires ont été inventoriés : la céramique commune grise et la céramique à pâte rouge glaçurée. Cette phase voit également apparaître, mais de façon très ponctuelle, une production à pâte blanche fine recouverte d’une glaçure plombifère verte.

79Les céramiques du xive s. (phase 13b) sont issues de deux ensembles totalisant 2382 tessons [tabl. xiv] :

tabl. xiv Comptage des céramiques datées du xive s. (phase 13b) (nb. t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).

  • les terres noires à l’emplacement du port Sablet et dans l’habitat (Us. 829, 898, 873, 902, 906) ;

  • les niveaux de berge ayant servi de dépotoir domestique (Us. 1545/1749).

80Les deux groupes techniques majoritaires sont toujours la céramique commune grise et la céramique à pâte rouge glaçurée auxquels sont désormais associées des productions nouvelles comme les faïences et les produits de divers types et origines.

81Une partie du mobilier céramique (366 tessons) est issue de couches de remblai (Us. 924, 935, 1013, 1015) situées dans l’espace vide de toute construction correspondant à l’emplacement du port Sablet [tabl. xv]. Même faible quantitativement, il permet de déterminer une période située à la fin du xive s. (phase 13c), compte tenu de certaines différences notables avec celui issu du dépotoir de berge.

tabl. xv Comptage des céramiques datées de la fin du xive s. (phase 13c) (nb. t. nombre de tessons).

4.2.2 Les groupes techniques

82L’inventaire céramique a été établi en nombre de tessons au sein de groupes techniques préalablement définis. La distinction des groupes techniques repose sur une observation macroscopique des tessons. Les caractères discriminants sont la couleur de la pâte et le traitement de surface (ou revêtement de type engobe, ou glaçure plombifère). Nous présentons ci-dessous les groupes principaux et leur évolution durant les phases 11 à 13. Les pourcentages par nombre d’individus ne seront fournis que dans le cas où les comptages dépassent les 1 000 tessons.

4.2.2.1 Les céramiques communes grise et grise glaçurée

  • 32 Le type de troisième génération est défini par rapport aux formes du haut Moyen Âge (Horry 2000). I (...)
  • 33 C’est un fond que l’on peut intégrer à la catégorie « intermédiaire » : il s’agit d’un fond plat as (...)

83Aux environs de l’an Mil (phase 11), la céramique commune grise est illustrée par des lèvres en bandeau [fig. 113 : 1-6] d’où les de troisième génération32. Un bord de cruche à bec ponté [fig. 113 : 7] et deux lèvres évasées simples ont également été identifés. Une autre lèvre évasée épaisse présente l’arrachement d’une anse en panier [fig. 113 : 8], une autre encore, en bandeau, est aussi associée à une anse en panier [fig. 113 : 9]. Elles attestent la présence de pots-paniers qui seront plus largement diffusés au siècle suivant. Les fonds des pots sont majoritairement bombés, à l’exception de trois exemplaires plats33. Sur cinq individus, des marques en relief stylistiquement peu élaborées ont pu être observées. Deux des motifs sont presque complets : une étoile à huit branches [fig. 113 : 10] pour le premier, et une croix simple pour le second [fig. 113 : 11]. Les autres tessons permettent d’observer soit des motifs annexes, telle une petite croix [fig. 113 : 13], soit une extrémité qu’il n’est pas possible d’identifier précisément [fig. 113 : 12]. Ces quelques éléments, le marquage des fonds en particulier, sont très révélateurs de la céramique en Lyonnais au xie s. (Reynaud et al. 1975 ; Faure-Boucharlat et al. 1980 ; Faure-Boucharlat 2001). Enfin, un tenon [fig. 113 : 14] appartient à un couvercle.

fig. 113 Céramiques, xie s. – début du xiie s. (phase 11) : 1-14 céramique commune grise ; 15-16 céramique grise glaçurée.

© É. Bayen.

84Mentionnons également la présence de deux fragments portant une glaçure plombifère découverts dans l’Us. 1793. Un bord de cruche ou de pichet [fig. 113 : 15] et une lèvre en bandeau [fig. 113 : 16]. Ils sont en pâte grise recouverte d’une glaçure plombifère de couleur vert olive. Dans cet horizon chronologique le revêtement plombifère fournit quelques repères de datation. En effet, cette technique est attestée à Décines, dans le Rhône (Bouvier et al. 1992 : 254), à la fin du xe s. et sur d’autres sites régionaux aux environs du xie s. (Faure-Boucharlat 2001 : 72-73).

  • 34 Un programme d’analyses sur les céramiques communes du Moyen Âge central permettrait sans doute de (...)
  • 35 La représentation numérique des différents types de lèvre peut constituer un argument chronologique (...)
  • 36 Le profil général de ces pots se maintient jusque dans le courant du xiiie s. Les oules de cette de (...)
  • 37 De nombreuses lèvres évasées munies d’anses ou non, assez fragmentaires par ailleurs, peuvent sans (...)
  • 38 Son format n’est pas sans rappeler certains vases fréquents au cours du Moyen Âge central.
  • 39 La présence de ces pots en assez grande quantité sur le site par rapport à d’autres contextes lyonn (...)
  • 40 Sur le site deux bords de paniers sont attestés au xie s.
  • 41 La taille importante de certains pots est sans doute liée à la présence de bandes d’argiles de renf (...)
  • 42 Les formes ouvertes en céramique sont extrêmement rares dans les contextes du Moyen Âge central. La (...)
  • 43 Il est par ailleurs troublant de constater que le profil de ce vase est presque identique à celui d (...)

85Entre le xiie s. et le début du xiiie s. (phase 12), la céramique commune grise reste majoritaire avec plus de 91 % des tessons. Les productions sont sans doute essentiellement d’origine locale ou régionale34. Le répertoire typologique est encore assez restreint avec des formes déjà attestées dans la phase précédente et des récipients munis de deux types de bords principaux35. En premier lieu, les pots à lèvre en bandeau, bien représentés36 [fig. 114 : 1, 2, 4-7] et identiques à ceux des xe-xie s. On peut citer également un bord en bandeau large évasé [fig. 114 : 3] qui appartient à un type plus tardif attesté localement au xiiie s., ainsi que les pots, ou oules, à lèvre évasée [fig. 114 : 9, 10]. Parmi les autres récipients les plus répandus, on trouve des pots destinés au stockage des liquides, les modèles les plus fréquents étant les cruches à bec ponté [fig. 114 : 14, 15]37 dont certaines sont de taille assez importante [fig. 114 : 16]. Les vases à verser sont eux aussi illustrés par un petit récipient [fig. 114 : 8] à bord évasé et à panse ovoïde, sans doute une petite cruche à bec pincé, destinée par sa taille assez réduite au service des liquides38. Un pot muni d’une lèvre évasée, dont le format évoque assurément une fonction de stockage [fig. 114 : 11] est renforcé à la base de bandes d’argile rapportées et digitées. Cinq fragments de pots se singularisent par un bord constitué d’une très large lèvre évasée [fig. 114 : 13] dont le profil évoque les marmites des contextes lyonnais du tout début du xiiie s. (Vicard 1996 : 228-229). Un autre bord évasé renforcé d’une bande d’argile digitée [fig. 114 : 12] appartient à un récipient impossible à déterminer. Certains bords en bandeau peuvent être assurément identifiés à des oules, d’autres sont des pots-paniers [fig. 115 : 1-4], ces derniers sont particulièrement bien représentés avec 43 individus39. Plus discrets dans les contextes du xie s.40, ils sont identiques aux exemplaires découverts à Lyon, rue Palais-Grillet, dans un contexte daté de la fin du xiie s. ou du début du xiiie s. (Vicard 1996 : 218-219). Ces vases globulaires à fond bombé sont agrémentés d’une anse en panier constituée de deux boudins d’argile réunis et repliés. La présence de cordons d’argile rapportés sur le haut de la panse et sur le bord est également observée41. On peut citer deux exemplaires munis d’une lèvre évasée. Le caractère particulier du site en bordure de rivière explique peut-être la représentation numérique de ces pots qui pouvaient être destinés au puisage de l’eau. Un goulot de gourde ou de bombonne [fig. 115 : 7] évoque une forme attestée régulièrement au cours du Moyen Âge central (Faure-Boucharlat 2001 : 72). Les formes ouvertes sont beaucoup plus rares42, avec seulement deux récipients [fig. 115 : 5, 6]. Le premier récipient est assez proche d’exemplaires à manche creux découverts dans un atelier du xie s. à Bren (Drôme) ou plus près de Lyon, à Saint-Priest (Rhône). Le second rappelle des récipients récemment découverts à Romans (Drôme) dans un atelier de potier du xie s.43. Quelques fragments proviennent d’ustensiles, notamment de plusieurs couvercles [fig. 115 : 8, 9] dont un présente un motif imprimé [fig. 115 : 8]. Enfin, un boudin d’argile en céramique grise appartient à un trépied identique aux exemplaires attestés des xiiie et xive s. sur le site.

fig. 114 Céramique commune grise, xiie s. – début du xiiie s. (phase 12).

© É. Bayen.

fig. 115 Céramique commune grise, xiie s. – début du xiiie s. (phase 12).

© É. Bayen.

86Dans les terres noires datées du xiiie s. (phase 13a), la céramique commune grise représente 56 % des individus et adopte des formes variées qui témoignent de l’amorce de changements. On peut mentionner plusieurs lèvres en bandeau, de format différent de celles du Moyen Âge central [fig. 116 : 1, 2] et attestées jusqu’au bas Moyen Âge. Un bord constitué d’un large bandeau appartient à un pot culinaire [fig. 116 : 6]. Cette phase voit l’apparition de pots à cuire caractéristiques (Vicard 1996 : 222-228). C’est le cas en particulier de pots globulaires munis de lèvres évasées plus ou moins larges [fig. 116 : 3, 4, 5]. On trouve par ailleurs des bords rectangulaires ou triangulaires [fig. 116 : 7] de marmites à fond hémisphérique dont la diffusion est attestée dans la seconde moitié du xiiie s. et au xive s. (Horry 2002b) ; et encore une marmite à lèvre évasée sans gorge [fig. 116 : 12]. D’autres bords plus fragmentaires [fig. 116 : 10, 11] ne permettent pas d’identifier de formes particulières, peut-être s’agit-il de cruches ; une lèvre évasée appartient à un pot-panier [fig. 116 : 13].

fig. 116 Céramique commune grise, xiiie s. (phase 13a).

© É. Bayen.

  • 44 Ces pots rappellent les vases diffusés au xiiie s. dans le département de la Loire et en Bourgogne (...)
  • 45 Ces récipients, originellement destinés à la préparation des aliments portent pour plusieurs exempl (...)

87Les ustensiles en céramique grise sont illustrés par plusieurs couvercles [fig. 116 : 8, 9] et par un fragment de trépied. Dans le dépotoir de berge, le groupe technique à pâte grise ou noire domine largement le vaisselier avec près de 60 % des vases. Les objets culinaires constituent une part importante du répertoire en céramique commune grise, avec essentiellement des marmites aux bords divers : à large lèvre évasée [fig. 117 : 1-3], triangulaires [fig. 117 : 4, 5] et rectangulaires [fig. 117 : 6-9]. Les premières, majoritaires, ont des profils variés et sont assez caractéristiques des contextes du xiiie s. en Lyonnais (Vicard 1996 : 220-230). Les deux autres types sont un peu moins représentés et leur apparition est à ce jour fixée dans le courant de la seconde moitié du xiiie s. L’émergence de cette nouvelle génération de pots à cuire va de pair avec la disparition progressive des oules à lèvre en bandeau vers le milieu du xiiie s. (Vicard 1996 : 262), néanmoins présentes ici en l’espèce d’exemplaires que l’on qualifiera de tardifs [fig. 117 : 10, 11], caractérisés par un format plus important44. Parmi les pots à cuire sans anses, signalons un bord de récipient [fig. 117 : 12] à lèvre triangulaire, très ressemblants aux pots sans anses diffusés en Mâconnais durant le bas Moyen Âge. On peut associer à ces descendants des oules d’autres bords de pots [fig. 117 : 13-17]. Parallèlement à ces formes fermées apparaissent les formes ouvertes culinaires, poêlons [fig. 117 : 20] à lèvre évasée munis d’un manche cylindrique creux – qui ne sont connus en contextes régionaux qu’à partir du bas Moyen Âge. Les autres formes ouvertes restent, faute de profils complets, assez difficiles à identifier, une partie est sans doute constituée de jattes ou de bassines45 [fig. 117 : 18, 19, 21, 22]. Ces grands récipients ont des lèvres horizontales ou évasées, l’un d’entre eux possède en outre des oreilles de préhension [fig. 117 : 22]. Deux fragments de fonds percés de trous [fig. 118 : 13] appartiennent peut-être à des pots destinés à la cuisson des châtaignes. Ces pots sont diffusés aux xiiie et xive s. à Lyon (Vicard 1996) et également plus au sud, en Languedoc, aux xiiie et xive s. (Leenhardt, Vallauri 1997-1998 : 221).

fig. 117 Céramique commune grise, seconde moitié du xiiie s. (phase 13a).

© É. Bayen.

  • 46 Cette particularité les différencie des cruches du Moyen Âge central.

88Les pots destinés au stockage des liquides sont évoqués par plusieurs formats de cruches munies de lèvres horizontales [fig. 118 : 1], en bourrelet [fig. 118 : 2] ou évasées [fig. 118 : 3, 4], à becs verseurs tubulaires [fig. 118 : 1] ou pontés [fig. 118 : 2-4] de taille importante. Le format de ces becs est caractéristique des formes des xiiie et xive s.46. Parmi les objets dévolus au stockage, comme le suggèrent leurs dimensions assez importantes, se trouvent encore deux vases à lèvre évasée renforcée par des bandes d’argile digitée [fig. 118 : 6]. Enfin, dans la catégorie des vases à verser, on signale un bord de petite cruche à bec pincé [fig. 118 : 5].

fig. 118 (p. 166) Céramique commune grise, seconde moitié du xiiie s. (phase 13a).

© É. Bayen.

89Les pots-paniers, apparus au xiie s., sont toujours assez présents : un exemplaire est muni d’une lèvre évasée large identique à celle des marmites, tandis que les autres sont munis de lèvres en bandeau [fig. 118 : 7].

  • 47 Ces instruments de musique cylindriques sont découverts de façon régulière sur les sites de la régi (...)

90On trouve enfin quelques ustensiles de type couvre-feu [fig.118 : 8-10], couvercle [fig. 118 : 11, 12] et trépied [fig. 118 : 14] et pour les objets un peu plus singuliers, on peut également faire mention d’un fragment de trompe d’appel47.

  • 48 Leur fragmentation ne permet cependant pas de savoir si des éléments de préhension leur sont associ (...)

91Au xive s., la céramique commune grise est majoritaire avec un peu plus de 65 % des récipients. Les formes fermées sont pour l’essentiel des vases de cuisine, dont un nombre conséquent de marmites. Elles présentent des profils de bords variés [fig. 119 : 13-19] et sont pourvues d’un col assez court, droit ou convergent avec des lèvres tantôt rectangulaires, tantôt triangulaires. Ce type constitue au xive s. la majorité du répertoire culinaire en Lyonnais et Dauphiné (À la fortune du pot 1990 : 64-85 ; Horry 2002b : 164-166 ; Maccari-Poisson 1991 : 105 ; Vicard 1996 : 218-232). Deux anses plates verticales opposées, rubanées ou cannelées s’accrochent parfois sur le bord ou sur le haut de la panse. La panse très globulaire et le fond hémisphérique, se confondant parfois avec cette dernière, sont couverts assez régulièrement de stries de tournage très accentuées. D’autres pots munis de lèvres de types variés48 sont présents, parfois à l’unité et inédits tel l’exemplaire à carène au niveau de l’épaulement du pot [fig. 119 : 20]. Deux autres pots possèdent de larges lèvres évasées sur lesquelles s’attachent les anses [fig. 119 : 11, 20]. Ils sont identiques à un type attesté à Lyon au xive s. Les autres pots culinaires ont des lèvres évasées, parfois assez larges, assez identiques à celles apparues au siècle précédent [fig. 119 : 2-10, 12]. Il s’agit peut-être de pots sans anses rappelant les oules à lèvre en bandeau, désormais beaucoup plus rares, et qui se singularisent par des types assez particuliers, très évasés [fig. 119 : 1].

fig. 119 (p. 167) Céramique commune grise, xive s. (phase 13b).

© É. Bayen.

  • 49 Cette morphologie les différencie des pots du Moyen Âge central qui possèdent des becs verseurs plu (...)
  • 50 Ces objets sont également connus sous le terme « accote-pots ».

92La céramique commune continue d’équiper le répertoire des pots destinés au stockage des liquides, dont des cruches à bec ponté de taille assez importante [fig. 120 : 2-4]49. Un bord en bourrelet appartient à une forme non identifiée [fig. 120 : 1]. Un pot muni d’une lèvre évasée renforcée d’une bande d’argile digitée [fig. 120 : 5] peut être lui aussi associé aux récipients de stockage. Pour finir avec les formes fermées, on peut encore signaler la présence de quelques pots-paniers à lèvre en bandeau apparus sur le site dans les contextes des xiie et xiiie s. et qui semblent encore diffusés au xive s. Les formes ouvertes apparues le siècle suivant font partie du répertoire. Pour l’essentiel, il s’agit de grands récipients destinés à la préparation des aliments ou à la cuisson : jattes ou bassines aux bords variés [fig. 120 : 6-8] dont certaines sont agrémentées d’oreilles de préhension, et même, pour l’une d’entre elles, d’un bec tubulaire verseur [fig. 120 : 11] ; poêlons à lèvre évasée ou horizontale munis de manches cylindriques [fig. 120 : 9, 10]. Des récipients à lèvre horizontale [fig. 121 : 1, 2] munis de manches et à la paroi et aux fonds largement bombés de grandes dimensions sont sans doute des vases à cuire. Un poêlon percé de trous peut être associé à la catégorie des pots destinés à la cuisson des châtaignes. Enfin, plusieurs ustensiles ou objets divers en céramique commune grise ont été découverts : couvercles de formes diverses et surtout trépieds50 [fig. 121 : 3, 4].

fig. 120 Céramique commune grise, xive s. (phase 13b).

© É. Bayen.

fig. 121 Céramique commune grise, xive s. (phase 13b).

© É. Bayen.

  • 51 C’est le cas d’un dépôt découvert sur la Presqu’île à Lyon, sur le site de la rue Édouard-Herriot e (...)

93À la fin du xive s., la céramique commune grise est encore largement diffusée (37 vases), presque essentiellement dans le répertoire culinaire auquel appartient un peu plus d’une vingtaine de bords de marmites de profils divers [fig. 122 : 1-8] à lèvres rectangulaires, horizontales en bourrelet avec haut col. Ces types sont connus dans d’autres contextes lyonnais51 des xive et xve s. D’autres bords de récipients comptabilisés à l’unité méritent d’être signalés : un bord de pot muni d’une très large lèvre évasée [fig. 122 : 9], un bord de récipient à lèvre en bandeau évasé [fig. 122 : 10], un bord évasé renforcé d’une bande d’argile digitée de grand pot de stockage [fig. 122 : 11], un bord de cruche munie d’un bec tubulaire en gouttière [fig. 122 : 12] et un bord avec lèvre arrondie de pot-panier [fig. 122 : 13]. Mentionnons enfin un fond de pot pour la cuisson des châtaignes. Les autres éléments en céramique commune grise (lèvres en bandeau, panier, cruche à bec ponté) sont résiduels.

fig. 122 Céramique commune grise, fin du xive s. (phase 13c).

© É. Bayen.

4.2.2.2 Les céramiques à pâte rouge glaçurée et non glaçurée

  • 52 La glaçure plombifère des céramiques du début du bas Moyen Âge est peu couvrante et parsemée.
  • 53 Les céramiques à glaçure plombifère du xie s. rappellent les productions connues dans le Sud de la (...)
  • 54 Il s’agit en particulier du répertoire dit « très décoré » et diffusé aux xiiie-xive s. et constitu (...)

94Au xiie s. et au début du xiiie s. (phase 12), la céramique à pâte rouge glaçurée atteint un taux de près de 13 % des individus. Il s’agit d’un groupe technique dont les pâtes sont plus fines que la céramique commune grise et dont les coloris se déclinent dans des teintes de rose, rouge ou beige. La glaçure plombifère, assez couvrante et épaisse, est toujours de couleur vert foncé ou vert olive. Les caractères morphologiques de cette dernière permettent de la différencier de celle que l’on attribue aux xiiie et xive s.52, et rappelle plus volontiers les toutes premières glaçures que l’on trouve dans quelques rares contextes du xie s.53 en région lyonnaise ou en Dauphiné (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993). Le répertoire des formes est restreint, essentiellement caractérisé par des cruches à bec ponté et des pichets, et presque exclusivement consacré à la table ou au stockage des liquides. Les cruches à bec ponté sont de taille un peu plus réduite que celles en céramique commune grise [fig. 123 : 1, 2]. Un bord évasé sans gorge [fig. 123 : 3] évoque une petite forme fermée de type cruche. Une dizaine de bords droits et horizontaux ou légèrement évasés, munis d’anses, à l’instar de fonds plats, dont un en particulier qui forme un pied tronconique [fig. 123 : 12] appartient à de petits récipients à liquide : les pichets [fig. 123 : 4-11]. Ces vases couverts sur la face externe de glaçure assez couvrante sont dépourvus de décor, contrairement à ceux du xiiie s.54. Un bord horizontal rentrant [fig. 123 : 13] appartient peut-être à un petit tonnelet, une anse de panier à un pot-panier et un seul bord fait référence à une forme ouverte [fig. 123 : 14], une jatte ou un plat.

fig. 123 Céramique à pâte rouge glaçurée, xiie s. – début du xiiie s. (phase 12).

© É. Bayen.

  • 55 Ces pots, peut-être des marmites, sont seulement représentés par d’assez grands fragments de fonds (...)
  • 56 Lyon constitue d’ailleurs une des limites méridionales d’utilisation de ce type de vaisselle.
  • 57 Ce type de couvercle a été précédemment observé en Bourbonnais, dans un contexte xiiie-xive s. et é (...)

95Dans la seconde moitié du xiiie s. (phase 13a), la céramique à pâte rouge et glaçure plombifère compte près de 40 % des vases, et la céramique à pâte rouge non glaçurée 3 %, ce qui correspond assurément à un certain accroissement par rapport aux phases précédentes. Il s’agit d’une part de productions à pâte fine, pour les vaisselles de table, qui portent une glaçure plombifère plus ou moins couvrante, et d’autre part de productions en argile un peu plus grossières, pour les vaisselles culinaires. Au sein des formes fermées, quelques fragments permettent d’aborder le répertoire de cuisine : pots globulaires indéterminés de taille plus importante55. C’est surtout au sein des vaisselles de table que s’affirme ce groupe technique à partir du xiiie s. Les récipients pour le service et la consommation des liquides, pichets et cruches occupent une place de choix. Ces vases s’inscrivent dans le style que l’on peut qualifier de « très décoré » emblématique des céramiques de France et d’Europe du Nord-Ouest56 au bas Moyen Âge (Piton 1996). Leur diffusion en Lyonnais est étalée sur les xiiie et xive s. (Horry 2009 ; Vicard 1996 : 220-231). Les décors sur les pichets sont réalisés à l’aide de bandes de barbotine moletées ou poinçonnées, parfois bicolores [fig. 124 : 6, 7] associées à la glaçure plombifère, un bec tubulaire porte également ce type de motif [fig. 124 : 5]. Au sein des vases à verser, on peut citer les cruches à bec pincé, les cruches à bec ponté et à bec tubulaire. Plusieurs bords évasés de pots de dimensions modestes appartiennent peut-être à ces vases [fig. 124 : 2-4]. Six vases [fig. 124 : 8-13] à anse unique et à lèvre évasée arrondie ont un profil général rappelant le coquemar, cependant la pâte assez fine et l’absence de traces de suie excluent tout usage à des fins culinaires. Un couvercle de conception assez élaborée, avec un système de fermeture ou de blocage57 [fig. 124 : 1] est décoré de pastilles d’argile imprimées et recouvert d’une glaçure plombifère relativement épaisse. D’autres couvercles sont bien plus simples et sans décors [fig. 124 : 14, 15]. Les formes ouvertes destinées à la cuisine sont illustrées par des poêlons [fig. 124 : 16] au profil très proche de celui des jattes [fig. 124 : 20]. Une partie d’entre elles est impossible à identifier précisément [fig. 124 : 17-19‚ 21]. Ce groupe technique compte enfin des objets divers telles les tirelires et les trompes d’appel. Les deux fragments de trompe présentent une pâte fine micacée recouverte d’une glaçure de couleur vert vif.

fig. 124 Céramique à pâte rouge glaçurée, seconde moitié du xiiie s. (phase 13a).

© É. Bayen.

  • 58 En raison d’une fragmentation assez importante il n’est pas toujours possible de trancher en faveur (...)

96Au xive s. (phase 13b), les céramiques à pâte rouge et à revêtement plombifère se répartissent en deux groupes. Le premier groupe, utilisé pour les vaisselles de table, est constitué pour l’essentiel de pâtes fines de couleur rose ou rouge. Le second accueille des pâtes plus claires, beiges voire blanches présentant de nombreuses particules de mica. Même si le répertoire de table et de service évolue peu par rapport à celui du siècle précédent, quelques éléments nouveaux apparaissent. Il s’agit pour l’essentiel d’objets fermés voués à contenir des liquides, tels les pichets et les cruches58, dans des formes caractéristiques des xiiie et xive s. (Vicard 1996 : 266-267 ; Horry 2009). Il s’agit d’exemplaires éventuellement assez élancés [fig. 125 : 1], plus généralement trapus [fig. 125 : 2, 4]. Les décors vont de simples incisions [fig. 125 : 2] à l’association, beaucoup plus élaborée, de bandes de barbotine, de pastilles et de molettes polychromes. Un nouveau type apparaît, dont les caractéristiques sont celles d’un vase ou d’un pichet « tonnelet ». Le décor de l’un de ces récipients [fig. 125 : 5] représente un visage stylisé à l’aide de bandes de barbotine associées à des pastilles imprimées ou pincées. On retrouve ce motif et cette technique sur plusieurs exemplaires découverts à Lyon dans des contextes de la seconde moitié du xiiie et du xive s. (Maccari-Poisson 1994 : 102 ; À la fortune du Pot 1990 : 82 ; Horry 2002b ; Vicard 1996 : 230- 231). Un autre pichet [fig. 125 : 7] qui présente des cordons en relief est proche d’autres vases « tonnelets » lyonnais (À la fortune du pot 1990 : 81-82).

fig. 125 Céramique à pâte rouge glaçurée, xive s. (phase 13b).

© É. Bayen.

97Au sein des vases à verser, on signale de petites cruches à bec ponté déjà attestées à Lyon au xive s. (Horry 2006b : 181-182), en pâte claire, dont l’une présente une marque imprimée en forme de fleur de lys à la base de l’anse [fig. 125 : 11]. Un bord appartient sans doute à une petite cruche à bec pincé [fig. 125 : 6], un autre à un pot panier [fig. 125 : 9] et un dernier à un petit vase à lèvre évasée et à panse globulaire [fig. 125 : 10].

98On doit mentionner dans le groupe des pâtes fines micacées, un fond de pichet avec décor de barbotine moletée [fig. 125 : 3] et plusieurs fragments de panses de cruches ou de pichets. Sur certains tessons, il faut signaler la présence d’engobe entre la pâte et la glaçure, en particulier sur un bec tubulaire aux motifs animaliers, appartenant peut-être à un aquamanile [fig. 125 : 8].

  • 59 La forme générale évoque une jatte, mais les fortes traces d’utilisation au feu permettent d’évoque (...)

99Le second groupe dans la catégorie des céramiques à pâte rouge et glaçure plombifère est utilisé pour les vaisselles culinaires. Il est caractérisé par l’utilisation d’argile siliceuse assez grossière de coloris rouge-brique, dont la glaçure peu couvrante affecte la face interne des récipients. On citera en premier lieu deux formes singulières, inédites à ce jour en contexte lyonnais. Une grande marmite59 [fig. 126 : 1] est caractérisée par une large lèvre évasée, une panse évasée qui présente des bandes d’argile digitées rapportées appliquées horizontalement et verticalement, un fond bombé et deux anses. Un second pot culinaire [fig. 126 : 2] possède une lèvre évasée avec bec verseur, une panse globulaire, un fond bombé et deux tenons de préhension. Les autres marmites ont des bords divers, à lèvre en bandeau sans gorge interne [fig. 126 : 3] ou à lèvre évasée renforcée d’une bande d’argile digitée [fig. 126 : 4]. Enfin, des poêlons [fig. 126 : 5, 6], un fragment de lèchefrite [fig. 126 : 7], des couvercles [fig. 126 : 9-12] dont un de taille assez importante [fig. 126 : 13], complètent la batterie des objets utilisés en cuisine. Une anse en forme d’anneau [fig. 126 : 8] évoque un pot de type cruche à anneau attesté dans les contextes du xive s. à Montpellier (Amouric et al. 2008 : 44-45).

fig. 126 Céramique à pâte rouge glaçurée, xive s. (phase 13b).

© É. Bayen.

100Les céramiques à pâte rouge glaçurée sont par ailleurs illustrées par quelques objets particuliers : une lampe à huile sur pied [fig. 126 : 13] et deux trompes d’appel [fig. 126 : 14]. La lampe est proche d’objets connus en Provence au xive s. (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 124-129). Les deux fragments de trompe d’appel, encore appelée « trompe gothique », attestent la présence ponctuelle de ce type d’objet dans les contextes régionaux (Dieu 2003) et méridionaux (Aujourd’hui le Moyen Âge 1981 : 108 ; Démians d’Archimbaud 1980 : 309-310) au bas Moyen Âge.

  • 60 La fragmentation de certains vases incite à rester prudent quant à la classification dans un groupe (...)
  • 61 Il n’est pas exclu que ces pots soient glaçurés. La fragmentation des tessons ne permet pas de le d (...)
  • 62 Ces derniers sont élaborés dans une pâte claire très fine et micacée.

101Quelques fragments de récipients ne sont pas recouverts de glaçure. Ce groupe technique n’est pas très abondamment représenté puisqu’il ne compte que neuf vases60. Ses répertoires sont néanmoins diversifiés : vaisselle culinaire, vaisselle de table et ustensiles. Citons pêle-mêle : un poêlon, une jatte [fig. 127 : 1], des cruches à bec pincé61 [fig. 127 : 2, 3], deux tirelires [fig. 127 : 7, 8], deux petits couvercles62 [fig. 127 : 4, 5] et un pot de poêle [fig. 127 : 6]. Les pots de poêles sont connus dans les contextes régionaux aux xive et xve s. (Benoit 1997 ; La poterie de poêle 1985). Un fragment appartient à un objet difficile à déterminer, dont la largeur de la panse est assez épaisse et munie d’oreilles de préhension. Un fragment de vase en pâte claire, assez fine, sans revêtement, doté d’une bande d’argile digitée évoque une petite jarre [fig. 128] dont l’origine est indéterminée.

fig. 127 Céramique à pâte rouge non glaçurée, xive s. (phase 13b).

© É. Bayen.

fig. 128 Céramique indéterminée engobée à pâte claire, xive s. (phase 13b).

© É. Bayen.

102À la fin du xive s. (phase 13c), la céramique rouge glaçurée est encore répartie entre vaisselle de cuisine et vaisselle de table. Le premier domaine est illustré par un poêlon [fig. 129 : 1], un coquemar [fig. 129 : 9], et un pot à large lèvre évasée [fig. 129 : 7]. Une lèvre en bandeau évasé appartient à un récipient indéterminé [fig. 129 : 8]. Une lèvre évasée agrémentée d’une anse appartient à un récipient de grandes dimensions, soit une marmite soit un récipient de stockage [fig. 129 : 10]. La vaisselle de table s’affrme toujours au sein des formes hautes avec de petites cruches à bec pincé [fig. 129 : 2-6] parfois décorées de simples bandes de barbotine blanche qui évoquent les formes médiévales plus tardives du xve s. trouvées dans plusieurs dépotoirs lyonnais (Maccari-Poisson 1988). Quelques bords et fonds de pichets très décorés dans le style attesté au xiiie et au début du xive s. sont encore présents – peut-être sont-ils résiduels.

fig. 129 Céramique à pâte rouge glaçurée, fin du xive s. (phase 13c).

© É. Bayen.

4.2.2.3 La céramique à pâte blanche glaçurée

103Le xiiie s. (phase 13a) voit l’apparition d’un nouveau groupe dont l’origine est indéterminée. Il s’agit de tessons en pâte blanche ou claire à glaçure verte. Les similitudes avec les productions bressanes de Meillonnas, diffusées plus tard aux xve et xvie s., sont assez troublantes. Peut-être s’agit-il des premières diffusions du service vert dont l’apparition à Lyon est à ce jour mentionnée au xve s., en particulier sur le site de la place des Terreaux (Vicard 1996 : 232-233). L’état fragmentaire des tessons nous prive cependant de renseignements typologiques.

  • 63 La forme rappelle des marmites des régions méridionales, telles la Provence et le Languedoc.

104Dans une autre catégorie, un bord de récipient culinaire à lèvre triangulaire, sans doute une marmite [fig. 130 : 21], est en pâte blanche kaolinitique et porte une glaçure jaune très partielle. Ce récipient porte un décor réalisé à l’aide de molettes disposé en plusieurs registres63.

fig. 130 Céramique engobée, xive s. (phase 13b) : 1 sgraffito ; 2 céramique du Proche˗Orient ; 3-20 faïence ; 21 céramique à pâte blanche glaçurée.

© É. Bayen ; photo A. Horry.

4.2.2.4 La faïence

105La faïence fait son apparition au xive s. (phase 13b). Elle se rapproche ici des éléments découverts régulièrement sur les contextes lyonnais (Horry 2001 : 166-167).

  • 64 Plusieurs contextes lyonnais, tel le site de la place des Terreaux (Horry 2001), ont livré des frag (...)

106Elle est matérialisée par deux groupes de pâtes distinctes. Le premier concerne une pâte calcaire émaillée décorée aux oxydes de cuivre (vert) et de manganèse (brun) identiques aux productions de la région avignonnaise (Le vert et le brun 1995 : 224-226). Les formes qu’il est possible d’identifier appartiennent en majorité au type de la coupe tronconique [fig. 130 : 9-19], tandis qu’un bord appartient à un plat à marli. L’origine provençale ou languedocienne de certains des vases ne fait pas de doute (Le vert et le brun 1995 : 185-235). On peut évoquer également des fragments de couvercles destinés aux jattes [fig. 130 : 7, 8], proches d’exemplaires découverts en Avignon (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 98). Le second groupe d’origine peut-être locale, peut-être plus lointaine64, concerne une pâte assez fine de couleur beige contenant de nombreuses particules de mica, recouverte d’un émail blanc et d’un décor vert et brun. Les tessons évoquent des formes fermées dont des cruches [fig. 130 : 3-6]. À la fin du xive s., la faïence est encore illustrée par un fragment de panse de coupe tronconique à décor vert et brun [fig. 130 : 20] dont la pâte calcaire évoque les productions provençales largement diffusées à cette époque-là.

4.2.2.5 La céramique du Proche-Orient

  • 65 Précédemment, un fragment d’albarello, lui aussi originaire du Proche-Orient avait été découvert su (...)
  • 66 Cette identification reste néanmoins sujette à des modifications après expertise, si l’origine proc (...)

107Parmi plusieurs productions remarquables, les niveaux du xive s. (phase 13b) ont livré dans l’Us. 902 les fragments d’un récipient fermé originaire du Proche-Orient [fig. 130 : 2]. Il constitue à ce jour le second pot originaire de Méditerranée orientale découvert en contexte médiéval à Lyon65 (Thiriot 1991). Ce vase, peut-être originaire de Syrie ou du Liban, est apparenté à un répertoire peint bleu ou noir, sous glaçure incolore transparente, diffusé au xive s. (Soustiel 1985 : 232-233)66.

4.2.2.6 Le sgraffito

  • 67 Il est intéressant de constater qu’il s’agit de la seule assiette découverte dans ce contexte du xi (...)
  • 68 On situe actuellement l’apparition des sgraffitos vers le xvie s. Cependant, la fouille d’un atelie (...)

108Le dépotoir de berge du xive s. (phase 13b) a livré une assiette creuse67, munie d’un assez large marli, en pâte rouge engobée de blanc sur la face interne, avec une glaçure plombifère jaune foncé très couvrante sur les deux faces [fig. 130 : 1]. La face interne de cette forme porte un décor assez grossier incisé composant sur le marli plusieurs registres d’écailles imbriquées et dans le bassin une alternance de motifs géométriques déployés en frise. L’origine de ce récipient n’est pas déterminée68. Il est à ce jour impossible d’opter pour une fabrication locale ou régionale, ou pour une céramique importée de contrées plus lointaines.

4.2.3 Conclusion

109Le mobilier céramique du haut Moyen Âge et jusqu’au début du xve s. malgré ses faibles quantités, livre quelques informations précieuses pour la chronologie. Pour le haut Moyen Âge, il est intéressant de constater la présence d’éléments importés du bassin méditerranéen – rares dans les contextes lyonnais de cette période. Des importations d’origine méditerranéenne datées du vie s. sont attestées notamment sur les sites voisins de l’avenue Adolphe-Max (Villedieu 1990 : 29) et de l’îlot Tramassac (Ayala 1994 : 88-89). Un peu plus tard aux viie-viiie s. on peut mentionner des panses d’amphores cylindriques d’origine africaine découvertes dans un habitat sur les pentes de la Croix-Rousse (Ayala et al. 2003a : 42). Les céramiques de la fin du haut Moyen Âge et des environs de l’an Mil sont aujourd’hui bien caractérisées (Faure-Boucharlat 2001 : 60-75). La vaisselle à pâte grise très rarement glaçurée y est exclusive, marquée de particularismes régionaux tels des fonds à marque en relief.

110Le vaisselier du xiie s. et du début du xiiie s. ne connaît pas de mutations notables par rapport à la période précédente et ne témoigne pas encore d’une grande diversité, en particulier dans le domaine de la vaisselle culinaire. L’hégémonie des céramiques siliceuses cuites en atmosphère post-réductrice, autrement appelées « céramiques communes grises » est encore de mise. Les traditions des deux siècles précédents se maintiennent donc, enrichies par l’apparition de nouveaux produits telles les céramiques à pâte fine glaçurée. Le site de la rue Palais-Grillet à Lyon (Ayala 1992), daté de la fin du xiie s., a livré en ce sens les éléments les plus proches de ceux du Parc Saint-Georges.

111À partir de la seconde moitié du xiiie s., l’occupation du site s’intensifie. La construction d’habitats entraîne une progression du rejet de vaisselles domestiques. C’est à partir de cette période que s’amorce un semblant de diversification du répertoire. Les vaisselles communes à pâte grise à vocations diverses constituent l’essentiel des pots utilisés – leur taux de représentation est systématiquement majoritaire. Les céramiques plus fines à pâte rouge ou rose et à revêtement plombifère livrent leur lot de formes inédites, en particulier parmi les vases culinaires, mais également les cruches et les pichets, parfois très décorés, qui permettent de compléter un répertoire lyonnais et régional déjà assez abondant.

  • 69 Des tessons de pichets très décorés, découverts dans le contexte du xive s., témoignent également d (...)

112Au xive s., les céramiques communes grises continuent d’équiper les cuisines, associées à des produits à pâte rouge glaçurée dévolus à la table. Le xive s. s’illustre en particulier par la présence, parfois à l’unité, de produits d’origines variées, telle la faïence à pâte calcaire recouverte d’émail aux décors verts et bruns, illustrée par une vingtaine de tessons, qui constitue une nouvelle production dans ce contexte médiéval. Celle-ci fait désormais partie du faciès céramologique du bas Moyen Âge lyonnais, comme l’attestent les découvertes régulières dans les dépotoirs (Horry 2001). Les vases originaires du Sud de la France côtoient des productions dont il est à ce jour encore impossible de déterminer l’origine. Parmi les autres produits, dont cependant la représentation numérique reste minime, il faut citer la céramique à pâte engobée recouverte de glaçure, aux décors incisés, dit « sgraffito ». Cette production est illustrée par une assiette à décor incisé stylisé, peut-être d’origine méditerranéenne, qui constitue un des premiers exemples lyonnais de vaisselles engobées69 décorées. Il faut signaler enfin la découverte des tessons d’un vase oriinaire du Proche-Orient dans les terres noires proches des berges. La diffusion certes très ponctuelle de céramique islamique s’inscrit dans un phénomène généralement observé en France (Thiriot 1991 ; Carru 1995), surtout dans les régions méridionales (Amouric et al. 1999 : 9-18), mais constitue un point supplémentaire sur la carte de répartition de ces vases de luxe dans la France médiévale.

  • 70 Mobilier non publié.

113Cet ensemble complète les données accumulées ces dernières années à Lyon pour le bas Moyen Âge. Près du site du Parc Saint-Georges, la fouille de la rue Tramassac a livré des lots proches de celui-ci (Maccari-Poisson 1994 : 98-107). D’autres sites ont fait l’objet de publications, en particulier celui de la rue du Président-Édouard-Herriot (Horry 2002b), et ceux réunis dans le volume no 12 de la collection « Documents d’archéologie en Rhône-Alpes » (Vicard 1996 : 228-232). Par ses constituants, le dépotoir de berge du xive s. est assez proche de celui découvert lors de la fouille du comblement d’un ruisseau à Lyon, dans le quartier de Vaise, rue du Docteur-Horand70.

4.3 Les terres cuites modernes et contemporaines

114Alban Horry

115Avec plus de 62 000 tessons, le mobilier céramique de la période moderne et du début de la période contemporaine constitue un ensemble de choix. Les rejets domestiques sont incontestablement liés à l’essor de l’habitat sur la berge. Parmi ces rejets, le mobilier céramique est le plus représenté.

116Comme pour l’époque médiévale, la vaisselle et les objets en terre cuite ont été répartis au sein de grands groupes techniques. Ces groupes renvoient tantôt à une technique de fabrication particulière, tantôt à une origine géographique. Pour chacune des phases, un tableau synthétique sera ici proposé, indiquant le nombre de tessons et d’individus (nombre minimum d’individus).

117Un déséquilibre numérique est perceptible entre plusieurs phases. Il peut être imputé à plusieurs facteurs. Il faut évoquer en premier lieu, pour le début de la période moderne, un phénomène lié à l’histoire du site : les faibles quantités de mobilier sont peut-être dues à des perturbations des sédiments occasionnées par des remaniements lors de constructions ou à des crues importantes. Pour la seconde moitié du xviiie s., les quantités apparaissent plus faibles que celles des phases précédente et suivante, car une partie du corpus est encore en cours d’étude. Les éléments analysés ici sont néanmoins suffisamment caractérisés pour déterminer avec précision la chronologie.

4.3.1 Le mobilier dans le phasage stratigraphique

4.3.1.1 Entre la fin du Moyen Âge et le début de la période moderne

118Au xve s. (phase 14a), le mobilier céramique présente des analogies avec celui des xiiie et xive s., mais voit apparaître des formes nouvelles. Assez faible numériquement, il provient pour l’essentiel des terres noires (Us. 159, 693) et du remplissage de deux fosses situées dans l’habitat ou dans un jardin jouxtant celui-ci (Us. 1206, 1207). Néanmoins, peu de formes particulières sont à signaler dans ce lot en raison de la taille réduite des tessons et des faibles quantités (seulement 318 fragments [tabl. xvi].

tabl. xvi Comptage des céramiques datées du xve s. (phase 14a) (nb.t. nombre de tessons).

119Un lot de céramique constitué de 383 tessons provient de la fouille des couches de sables situés sous les barques à viviers (Us.1703, 1771, 1792). Les trois unités stratigraphiques contenaient un mobilier très homogène et similaire qu’il a donc été possible de regrouper [tabl. xvii]. Ce dernier bénéficie de la datation absolue fournie par les dendrochronologies effectuées sur les bateaux : le tout début du xvie s. (phase 14b).

tabl. xvii Comptage des céramiques datées du début du xvie s. (phase 14b) (nb.t. nombre de tessons).

120Pour la seconde moitié et la toute fin du xvie s. (phase 14c), le mobilier céramique est assez abondant (2 886 tessons dont 146 résiduels) [tabl. xviii]. Il est issu de la fouille des dépotoirs de berge (Us. 531, 1541, 1780). C’est donc à la fin de la phase 14, au xvie s., que le mobilier connaît un développement considérable, qui n’est pas sans rappeler la richesse des ensembles des xviie et xviiie s. (phase 15).

tabl. xviii Comptage des céramiques datées de la seconde moitié du xvie s. (phase 14c) (nb.t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).

4.3.1.2 La période moderne et le début de la période contemporaine

  • 71 En raison du nombre assez faible de tessons et de vases il ne sera pas proposé de statistiques sur (...)

121Un lot de céramique du début du xviie s. (phase 15a) a été découvert dans une couche (Us. 1406) constituant la berge, antérieur à la construction de l’escalier monumental du port Sablet au milieu du xviie s. [tabl. xix]. Il est constitué de 737 tessons71.

tabl. xix Comptage des céramiques datées du début du xviie s. (phase 15a) (nb.t. nombre de tessons).

  • 72 Sont volontairement exclus de ces comptages, les tessons résiduels antiques et les fragments de pip (...)

122Par la suite, un ensemble très abondant (9 465 tessons)72, daté entre le milieu et la seconde moitié du xviie s. (phase 15b) [tabl. xx], est issu de la fouille des berges de la Saône (Us. 424, 464, 475, 582, 1772) en contact direct avec l’habitat ou près des marches du port Sablet.

tabl. xx Comptage des céramiques datées de la seconde moitié du xviie s. (phase 15b) (nb.t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).

tabl. xxi Comptage des céramiques datées de la première moitié et du milieu du xviiie s. (phase 15c) (nb.t. nombre de tessons ; nb. ind. nombre d’individus).

xviiiexviiietabl. xxi73tabl. xxiioxviiie

tabl. xxii Comptage des céramiques datées de la fin du xviiie s. (phase 15d) (nb. t.nombre de tessons ; nb. ind. nombre d’individus).

  • 74 L’analyse des céramiques du xixe s. reste assez difficile, à l’instar de celles du xviiie s., car l (...)

123Les céramiques du début de la période contemporaine sont, à l’exemple des lots des xviie s. et xviiie s., très abondantes, en particulier pour la première moitié du xixe s. (phase 15e). Ces lots permettent d’envisager pour la première fois à Lyon et de façon quasi intégrale les constituants du vaisselier domestique post-révolutionnaire. Le lot de céramiques provenant de la berge de la première moitié du xixe s. (phase 15) est un des plus riches du site, puisqu’il regroupe 28 691 tessons [tabl. xxiii]. La majorité des céramiques est issue des dépotoirs de berge (Us. 191, 192, 317). La datation est ainsi confortée par la stratigraphie74, puisque ces sédiments sont antérieurs aux travaux d’aménagement du quai Fulchiron à partir de 1839-1840.

tabl. xxiii Comptages des céramiques datées de la première moitié du xixe s. (phase 15e) (nb.t. nombre de tessons ; nb. ind. nombre d’individus).

124La constitution de ce lot est assez particulière : aux côtés de productions et de groupes techniques spécifiques au xixe s., on trouve une part non négligeable de vaisselles vraisemblablement produites au xviiie s. et utilisées sur une longue durée. Cette conservation concerne non seulement les vaisselles de faïence mais également les productions engobées et les productions à vocation culinaire.

4.3.1.3 La seconde moitié du xixe s.

125La seconde moitié du xixe s. (phase 17) est plus avare de mobilier. Les 1 035 tessons proviennent d’une part des comblements consécutifs à la création du quai Fulchiron, d’autre part des couches de terre recoupées par les différents creusements effectués à cette occasion. Une partie des céramiques, roulée, provient de sables de dragage de la Saône utilisés lors du comblement définitif de l’espace entre le quai et la place. Il en résulte un mobilier céramique fragmenté et assez mélangé, comprenant des éléments compris allant du xviie s. à la première moitié du xixe s., et remontant parfois jusqu’à l’époque gallo-romaine.

126Le mobilier associé aux constructions relatives au réseau d’assainissement est lui aussi assez hétérogène. Constitué de 1 452 tessons, il provient en majorité de couches de terre perturbées lors des creusements préalables à la construction de daleaux dans la seconde moitié du xixe s., et s’avère être presque totalement résiduel. Un lot se singularise cependant. Il provient du comblement d’une fosse septique datable de la fin du xixe s. (Us. 301).

4.3.2 Les groupes techniques

4.3.2.1 Les céramiques grise et grise glaçurée

127Au xve s. (phase 14a), la céramique grise est encore majoritaire, avec des éléments identiques à certains lots de la même période découverts par ailleurs à Lyon. Signalons en particulier un bord de marmite à anses coudées et plusieurs marmites à bord de profils divers [fig. 131 : 1-4, 7, 8]. Il est intéressant de constater les similitudes entre ce mobilier et celui découvert au sud de Mâcon (Val de Saône). Un grand récipient de stockage présente une lèvre aplatie et une panse verticale avec sur le haut une bande d’argile rapportée [fig. 131 : 5]. Un autre vase muni d’une lèvre évasée et d’une bande d’argile rapportée [fig. 131 : 6] est peut-être une grande bassine ou un cuvier.

fig. 131 Céramiques communes grises : 1-8 xve s. (phase 14a) ; 9-13 début du xvie s. (phase 14b).

© É. Bayen.

128Au début du xvie s., la céramique grise est essentiellement représentée par des marmites à anses coudées [fig. 131 : 9-13] largement diffusées à Lyon entre la fin du xve s. et le début du xviie s. (Vicard 1996 : 262-263). Les deux fragments de vases percés peut-être destinés à la cuisson des châtaignes, rappellent que cette forme, déjà connue sur le site dans les dépotoirs du bas Moyen Âge, est également diffusée au xve s. et au début du xvie s. (Vicard 1996 : 238-240). La céramique grise glaçurée a livré l’anse d’une gourde et un fragment de panse. Ce large tesson plat, à glaçure plombifère parsemée, percé de trous et portant des cordons d’argile digités pourrait appartenir à une chaufferette ou à un brasero.

  • 75 Ces grands conteneurs ouverts devaient largement servir à la préparation des aliments, mais à d’aut (...)

129Dans le courant de la seconde moitié du xvie s., la production décroît considérablement par rapport aux siècles précédents. Elle ne représente plus que 19 % des céramiques, au profit de nouveaux produits (céramique commune rouge glaçurée et céramique de Meillonnas). Elle est presque exclusivement constituée de marmites à anses coudées, sans doute originaires d’ateliers en Val de Saône, et de vaisselle culinaire de base en pâte grise, tout comme le mobilier des autres contextes lyonnais de la même période (Vicard 1996 : 262). D’autres récipients sont utilisés en cuisine plus ponctuellement : lèchefrite, jatte [fig. 132 : 1] et faisselle. Leur origine est sans doute identique à celle des marmites vues plus haut, et, comme elles, très certainement multifonctionnelles75. Le chauffe-plat, utilisé sur la table, très caractéristique des xvie et xviie s., fait une apparition remarquée. On peut également évoquer des cruches munies d’une anse de panier et d’un bec tubulaire [fig. 132 : 2] identiques à d’autres modèles présents à Lyon dans le courant du xvie s. (Vicard 1996 : 242) et dont on trouve des similitudes dans les productions du Val de Saône.

fig. 132 Céramiques communes grises : 1-3 seconde moitié du xvie s. (phase 14c) ; 4-8 xviie s. (phase 15a).

© É. Bayen.

  • 76 Ce dernier est identique à un exemplaire découvert dans le comblement, daté du xviie s., d’un fossé (...)

130Au début du xviie s., la céramique grise est désormais supplantée dans le domaine de la vaisselle culinaire par les productions bressanes à pâte blanche et à glaçure verte de Meillonnas. On ne peut plus guère mentionner que quelques bords de pots à cuire ou de coquemars dont le type reste diffusé jusque dans le courant du xviiie s. (Vicard 1996 : 263). Les autres tessons découverts appartiennent en particulier à des chauffe-plats, selon une forme diffusée tout au long du xviie s., et à quelques bassines apparues à la fin du xvie s. et diffusées pendant tout le xviie s. Quelques ustensiles, couvercles et couvre-feu76 [fig. 132 : 3, 4] complètent le répertoire.

  • 77 Peut-être faut-il s’orienter vers une aire géographique située dans le Val de Saône, au nord de Lyo (...)
  • 78 Les marmites à anses coudées, diffusées largement jusqu’à la fin du xvie s. et présentes dans ce lo (...)
  • 79 Ces vases ont été découverts en particulier à Lyon, place des Terreaux et place de la République da (...)

131Au xviie s., la céramique commune grise constitue encore près de 8 % des vases. Les pâtes sont moins grossières que celles des pots du xvie s. et l’aspect général des formes révèle une certaine homogénéité qui évoque une origine commune aux productions77. Les formes à vocation culinaire sont désormais plus rares78 : quelques rares coquemars et pots à cuire à lèvres évasées, à paroi ovoïde et à fond plat, des couvercles [fig. 132 : 5] et des lèchefrites. Les chauffe-plats à bain-marie, dont le profil général ne se démarque pas des types du xvie s.79, continuent d’équiper les foyers [fig. 132 : 6, 7]. L’autre forme en céramique commune grise, caractéristique du xviie s., la bassine, est ici bien représentée. Signalons encore d’autres éléments : faisselle et cruche à bec tubulaire et anse de panier, déjà attestée au xvie s.

132Au xviiie s. les céramiques siliceuses à pâte grise sans revêtement se raréfient. Leur taux de présence est alors proche de 1 %. La céramique commune grise poursuit le déclin amorcé au xvie s., n’étant plus présente que de façon très ponctuelle, par quelques rares coquemars ou pots à cuire à fond plat [fig. 132 : 8] apparus dans le courant du xviie s., et par de grandes bassines.

4.3.2.2 La céramique à pâte rouge

133Ce groupe technique apparaît ponctuellement dans les ensembles de la fin de la période moderne et du début de la période contemporaine. Au xviiie s. (phase 15), la céramique commune rouge – dont le taux de proportion est égal à celui des productions à pâtes grises (moins de 1 %) – n’occupe le répertoire qu’au travers de formes très spécialisées, telles les chaufferettes. Ces dernières au profil très caractéristique, dont les tenons portent une marque imprimée représentant une fleur de lys, ont été découvertes régulièrement dans des contextes du xviiie s. à Lyon, rue des Chartreux par exemple, ou plus au nord à Chalon-sur-Saône (Andriot 1993 : 185) dans un contexte de la seconde moitié du xviiie s. Un exemplaire complet a été découvert au Parc Saint-Georges [fig. 133 : 1]. Il porte un motif incisé de fleurs de lys sur les oreilles de préhension. On peut également mentionner un pot globulaire, percé de trous sur la partie supérieure et munis d’anses horizontales en pâte rouge, qui pourrait être un réchaud [fig. 133 : 2].

fig. 133 Céramiques communes rouges, seconde moitié du xviiie s. (phase 15c).

© É. Bayen.

134Dans la première moitié du xixe s., la céramique à pâte rouge, dite aussi « céramique à pâte claire », que l’on ne trouve plus qu’à 1 %, n’est désormais utilisée que pour des vases très spécifiques à vocation horticole : pots de fleurs et jardinières. Les pots munis d’un large rebord en bandeau, avec un pied tronconique percé ou un fond plat percé, s’inscrivent dans un répertoire qui se maintient encore de nos jours.

4.3.2.3 La céramique à pâte rouge glaçurée

135Dans les niveaux du xve s., la céramique commune rouge glaçurée n’est illustrée que par des fragments indéterminés de pots à cuire. On peut aussi faire mention d’un bord de grand récipient ouvert, cuvier ou bassine en pâte rouge assez grossière.

136Au début du xvie s., les vaisselles culinaires à pâte rouge siliceuse et glaçurées semblent concurrencer directement les pots à pâte grise, tant dans le domaine de la cuisson que de la préparation. Ceci est confrmé par une gamme variée de formes fermées [fig. 134 : 1-6‚ 9] et marmites [fig. 134 : 7, 8‚ 10-12] aux profils divers. On peut signaler également un petit coquemar en pâte rouge sans revêtement [fig. 135 : 11]. Les formes de cuisson ouvertes sont illustrées par deux bords de poêlons dont un de petites dimensions [fig. 135 : 1] tandis que la préparation des aliments est représentée par des jattes [fig. 135 : 2-4] à bord en marli horizontal. Tous ces récipients peuvent être comparés à des exemplaires largement attestés dans d’autres contextes lyonnais de la fin du xve et de la première moitié du xvie s. (Vicard 1996 : 262-263). D’autres formes à vocations diverses ont été découvertes : une écuelle [fig. 135 : 5], des cruches [fig. 135 : 8-10], un biberon [fig. 135 : 7] et une tirelire [fig. 135 : 6].

fig. 134 Céramiques communes rouges glaçurées, début du xvie s. (phase 14b).

© É. Bayen.

fig. 135 Céramiques communes rouges glaçurées : 1-11 début du xvie s. (phase 14b) ; 12-13 seconde moitié du xvie s. (phase 14c) ; 14 début du xviie s. (phase 15a).

© É. Bayen.

137Dans la seconde moitié du xvie s., les céramiques communes rouges avec ou sans glaçure totalisent 12 % des vases. Ce groupe technique s’illustre tout particulièrement dans le répertoire de cuisine et de préparation, en essor au xvie s., avec une assez grande variété de marmites aux profils divers et de tailles variées, parfois identiques à ceux attestés dès le début du xvie s. : coquemars, poêlons [fig. 135 : 12] et lèchefrite. Quelques ustensiles ou objets particuliers peuvent être signalés : couvercles et tirelires [fig. 135 : 13], parfois sans glaçure plombifère. Un récipient de grandes dimensions [fig. 136 : 1] à large fond bombé renforcé de bandes d’argile rapportées peut être identifié comme une bassine. Des jattes sont également représentées [fig. 136 : 2]. La vaisselle de table est plus rare dans ce groupe où l’on ne trouve que quelques cruches à bec pincé, des formes basses qui peuvent être des assiettes ou des plats creux, puis des écuelles à oreilles et des chauffe-plats.

fig. 136 Céramiques communes rouges glaçurées, seconde moitié du xvie s. (phase 14c).

© É. Bayen.

138Au début du xviie s., la céramique commune rouge glaçurée est toujours présente, mais dans un répertoire typologique assez peu diversifié : une jatte [fig. 135 : 14], un couvercle et un chauffe-plat qui font référence au vaisselier diffusé dans le courant du xvie s. et au début du xviie s.

139Au xviie s, ce groupe technique se raréfie. On trouve alors des fragments glaçurés de récipients, déjà observés au xvie s. et qui sont peut-être résiduels, quelques bords d’assiettes creuses et d’écuelles à oreilles, ainsi que quelques tirelires.

140Un bord de marmite à pâte siliceuse de couleur beige, assez dure, recouverte d’une glaçure interne vert sombre a été individualisé. Ce pot culinaire possède une large lèvre évasée, pas de col et une anse, qui se greffe à la liaison de la lèvre et de la panse. Par ses caractéristiques morphologiques, il évoque les formes produites dans les ateliers de Biot et de Vallauris (Poteur 1976) au bord de la Méditerranée au xviie s. et connues, par exemple, dans les contextes marseillais (Abel 1987 : 155-156). Cette technique est abandonnée au xviiie s., sans doute face à l’essor des productions à pâte engobée.

4.3.2.4 Le service vert de Meillonnas

141Font partie de ce groupe les céramiques à pâte blanche et glaçure verte issues des ateliers bressans du secteur de Meillonnas-Treffort, dénommées « service vert » (Faure-Boucharlat et al. 1996a : 17-75). Les céramiques portant une glaçure jaune avec parfois des taches vertes, provenant probablement des mêmes ateliers, ont été intégrées à cet ensemble.

  • 80 C’est le cas en particulier dans l’habitat du bas Moyen Âge de la place des Terreaux. Au nord de Ly (...)

142On trouve au xve s. quelques tessons de panses à pâte blanche dure et à glaçure verte, très proches voire identiques à celles du service vert. Leur apparition dans les contextes lyonnais constitue un marqueur chronologique, puisque le service vert est diffusé à partir de la fin du xve s.80 (Vicard 1996 : 232).

143Au début du xvie s., les céramiques à pâte blanche kaolinitique et glaçure verte originaires des ateliers de Meillonnas-Treffort ont une faible représentation qui est loin de l’essor que connaîtront ces produits bressans à partir du milieu du xvie s. (Faure-Boucharlat et al. 1996a : 17-75).

144Une seule forme, une panse de gourde, a pu être identifiée. Le reste consiste en tessons de panse appartenant à des pots indéterminés.

145À partir de la seconde moitié du xvie s., ces céramiques progressent sensiblement au sein du vaisselier domestique, dont ils représentent 11 % des récipients, taux assez proche des autres contextes lyonnais où il est en moyenne de 14 % durant la seconde moitié du xvie s. (Vicard 1996 : 280-281). Elles se partagent entre vaisselles de cuisine et de table. Les vases de cuisine sont essentiellement caractérisés par les deux types de marmites diffusés à Lyon dès le milieu du xvie s. (Vicard 1996 : 192-194), mais aussi par les casseroles, les lèchefrites et les jattes connus eux aussi dès cette époque. La vaisselle de table n’est pas négligeable, avec de nombreuses assiettes, des plats creux à marli et des écuelles à oreilles. Quelques éléments, trouvés parfois à l’unité, peuvent être indiqués : pichet, gourde, chauffe-plat et couvercles.

  • 81 Sa représentation est très proche des taux couramment observés dans les autres contextes lyonnais d (...)

146Au début du xviie s., le service vert progresse nettement81 et concurrence désormais, voire remplace les autres groupes techniques dans le répertoire des pots à cuire : marmites, coquemars et casseroles hautes. Ces types de pots sont connus pour être produits par les ateliers bressans entre le xvie et le xviie s. (Faure-Boucharlat et al. 1996a : 34-38). La vaisselle de table n’est pas en reste, comme en témoignent de nombreuses assiettes et plats creux à large marli de formats divers [fig. 137 : 1].

fig. 137 1 Service vert de Meillonnas, début du xviie s. (phase 15a) ; 2 service vert, début du xviie s. (phase 15a) ; 3-5 service jaune de Larnage, fin du xviiie s. (phase 15d) ; 6‑9 céramiques claires ou kaolinitiques diverses, fin du xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen.

  • 82 Taux qui se rapproche de ceux (pouvant parfois atteindre près de 35 %) observés en divers contextes (...)

147La progression de ces productions se confirme au cours du xviie s. où elles occupent désormais une part importante du vaisselier avec un peu plus de 21 % des vases82. Elles semblent désormais concurrencer sérieusement voire remplacer presque définitivement les céramiques communes grises, en particulier dans le domaine de la cuisson des aliments. Le répertoire typologique est réparti au sein de plusieurs catégories fonctionnelles. La part de la vaisselle culinaire est importante, avec des marmites ovoïdes, des coquemars tripodes, mais également des poêlons, des poêles, des casseroles hautes et basses, communément diffusés à Lyon au xviie s. (Faure-Boucharlat et al. 1996a : 34-39) et jusqu’au début du xviiie s. (Horry 1996 : 160). Plusieurs fragments de formes hautes évoquent, par leur morphologie générale, un récipient de type pichet, dont les traces d’utilisation au feu suggèrent cependant une multifonctionnalité. Le répertoire de table n’est pas en reste, puisqu’on trouve de nombreuses assiettes et plats parfois d’assez grandes dimensions [fig. 137 : 2], munis de très larges marlis, qui évoquent des récipients à utilisation collective.

  • 83 Des vases identiques ont déjà fait l’objet de découvertes dans plusieurs contextes régionaux dans l (...)
  • 84 Il est intéressant de constater que l’apparition de productions de Meillonnas à glaçure jaune coïnc (...)
  • 85 Des plats aux motifs similaires ont déjà fait l’objet d’une découverte dans un dépotoir du début du (...)

148Au xviiie s., le service vert est encore en usage (seulement 1 % des vases), peu à peu remplacé par des productions issues d’autres ateliers régionaux. Aux xviie et xviiie s., aux côtés des productions classiques à glaçure verte il faut toutefois signaler l’apparition de produits à glaçure jaune clair dont les morphologies de pâtes permettent d’envisager une attribution à Meillonnas. Quelques formes, essentiellement des plats creux, des jattes et des poêlons, se distinguent en effet des produits à glaçure jaune des ateliers rhodaniens de Larnage décrits ci-après83. Leur diffusion est connue à ce jour à partir d’une période comprise entre le milieu du xviie s. et le début du xviiie s. (Horry 1996). Ces productions semblent encore diffusées au long du xviiie s.84 dans les répertoires de la table et de la cuisine, avec des plats creux ou des jattes à lèvre évasée et à fond plat, et des écuelles à oreilles. Sur ces quelques formes, il est possible d’observer, outre le décor de taches vertes simples parsemées, des motifs cruciformes grossiers85.

4.3.2.5 Le service jaune de Larnage

  • 86 À la charnière des xviie et xviiie s., ces céramiques représentent 6 % des vaisselles, pour atteind (...)

149La seconde moitié du xviie s. voit l’apparition timide des productions à pâte blanche, originaires de Larnage (moins de 1 % des vases86). Les seules formes qu’il est possible d’identifier sont des pots à cuire, ou marmites, et des plats creux à marli attestés à Lyon dans le courant de la seconde moitié du xviie s. (Faure-Boucharlat et al. 1996b : 109).

  • 87 Une marmite de ce type a été découverte dans un dépotoir du début du xviiie s., rue des Pierres-Pla (...)
  • 88 Ce créneau est sans doute occupé ici par les productions à pâte claire ou kaolinitique diverses, ma (...)
  • 89 La multifonctionnalité des formes est une constante qui parfois déroute dans l’identification de ce (...)

150Au xviiie s., au sein des céramiques culinaires ce sont les productions à pâte blanche et glaçure jaune de Larnage qui occupent l’essentiel du répertoire (9 %, puis un peu moins de 6 % à la fin du siècle). Ces céramiques, originaires de la Vallée du Rhône, sont attestées dans tous les contextes lyonnais et régionaux au cours du xviiie s. (Vicard 1996 : 281). Le répertoire typologique se répartit en formes fermées et en formes ouvertes. Les formes fermées sont représentées par des pots à cuire de trois types : les marmites à haut col munies de manches de préhension [fig. 137 : 3-5], les coquemars de taille moins importante (Faure-Boucharlat et al. 1996b : 109), et les marmites cylindriques tripodes87. Les formes ouvertes sont un peu moins représentées : on trouve un unique bord de casserole dont le type rappelle les productions de Meillonnas et des fragments de lèchefrites. Il est troublant par ailleurs de constater l’absence de poêlons dans ce lot, alors que ceux-ci sont attestés en d’autres contextes lyonnais88. Les autres formes de ce que l’on désigne « service jaune » sont destinées à la table : assiettes creuses, plats creux, écuelle à oreilles et saladier ou jatte89. Cette production semble disparaître au début du xixe s. au profit de produits issus d’ateliers régionaux divers.

4.3.2.6 Les céramiques claires ou kaolinitiques diverses

151Cette catégorie a été créée afin de regrouper des vaisselles dont l’origine reste inconnue mais dont les similitudes des argiles et des traitements de surfaces sont marquées. Pour une part importante, il semble que l’on ait affaire à des productions réalisées dans des argiles kaolinitiques donnant des pâtes blanches ou beige clair. Les pâtes dans lesquelles ces céramiques sont élaborées sont toujours assez fines, exemptes d’inclusions et recouvertes de glaçures plombifères aux coloris divers.

152Au xviiie s., elles représentent près de 8 % des vases. Ces produits, dont l’origine est toujours indéterminée à ce jour, pourraient provenir du Midi, de la vallée du Rhône, de la Drôme, d’Uzège ou, plus au nord, de Bresse ou de Franche-Comté. Ce groupe est essentiellement représenté par des vases à fonction culinaire, pots à cuire, coquemars tripodes [fig. 137 : 9], plats à cuire ou terrines [fig. 137 : 6-8], poêlons, jattes et lèchefrites. En adoptant des profils quasi identiques, les formes de pots à cuire semblent parfois chercher à concurrencer directement les produits de Larnage. Le répertoire de la table n’est pas en reste, mais il est plus modeste avec quelques plats creux [fig. 138 : 1], des écuelles et plusieurs petits récipients de stockage ou service de denrées [fig. 138 : 2‚ 3].

fig. 138 Céramiques claires ou kaolinitiques diverses, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen.

  • 90 À l’instar de ce qu’il a été possible d’observer à partir du milieu du xviiie s., la diversificatio (...)

153Dans la première moitié du xixe s., l’ensemble constitué par les céramiques à pâte claire ou kaolinitique diverses (13 % des vases) regroupe les productions dont la variété de coloris de glaçures et revêtements ne permet pas, au stade actuel de l’étude de constituer des groupes particuliers90. Une énumération rapide, non exhaustive, permet d’illustrer cette diversité : pâte blanche à glaçure interne jaune et externe verte, pâte blanche à glaçure orange, pâte blanche à glaçure jaune, pâte rouge à glaçure jaune et marron, pâte claire à engobe beige et à glaçure jaune avec taches vertes, pâte blanche et engobe beige à glaçure marron foncé, pâte rose et engobe rouge à glaçure et taches brunes… Cette production participe de façon privilégiée à l’équipement de la cuisine sous des formes variées : pots à cuire [fig. 138 : 4‚ 5], marmites copiées du type Vallauris, cocotes, daubières [fig. 138 : 6], coquemars [fig. 138 : 12], plats à cuire [fig. 138 : 9], poêles, poêlons [fig. 138 : 10‚ 11], terrines, tièles et lèchefrites. Des jattes pour la préparation et des passoires complètent cet équipement culinaire. En revanche, comme pour les autres produits à pâte claire ou kaolinitique, le domaine de la table et du service demeure assez marginal avec quelques plats à bord festonné et quelques formes hautes pour les boissons chaudes [fig. 138 : 7‚ 8] ou des récipients pour le service. Une bonne part des nombreux couvercles découverts est à associer aux pots culinaires [fig. 138 : 13‚ 14].

4.3.2.7 La céramique d’Étrepigney

154Il faut remarquer l’apparition, au cours du xviiie s., des céramiques à pâte claire fine, à glaçure jaune clair ou transparente et à décor moucheté au manganèse, sans doute originaires d’Étrepigney dans le Jura (À la fortune du pot 1990 : 201). Leur diffusion est alors moins importante (entre 1 et 5 %) qu’au début du xixe s., mais elles font désormais partie intégrante du vaisselier lyonnais. Elles sont connues par ailleurs à Chalon-sur-Saône (Andriot 1993) dans un contexte du xviiie s. Le lot du parc Saint-Georges est exclusivement destiné à un usage culinaire, avec en grande majorité des formes ouvertes de type poêlon ou terrine.

155Dans le lot de céramiques de la première moitié du xixe s. ces productions jurassiennes représentent 4 % des individus. Ces objets ont des formes ouvertes et des formes hautes de plusieurs types presque exclusivement utilisées en cuisine : poêles [fig.139 : 1], terrines-jattes [fig. 139 : 3], jattes [fig. 139 : 2] plats à cuire, lèchefrites, pots à cuire, cocotes, chocolatières et passoires, auxquels certains couvercles peuvent être associés [fig. 139 : 4‚ 5].

fig. 139 Céramiques, première moitié du xixe s. (phase 15e) : 1-5 céramiques d’Étrepigney ; 6 céramique de Vallauris.

© É. Bayen.

4.3.2.8 La céramique de Vallauris

  • 91 Ces vases ont été intégrés à une catégorie générique « Vallauris » pour des commodités d’inventaire (...)

156Dans la première moitié du xixe s., la céramique méridionale de Vallauris (Alpes-Maritimes) ou apparentée91 remonte jusqu’à Lyon (un peu plus de 2 % des vases). Les pâtes sont fines et roses, parfois mêlées de particules rouges. Elles sont recouvertes à l’intérieur d’une glaçure brillante. Le répertoire, essentiellement culinaire, comprend des poêles et des poêlons et surtout des marmites à paroi cylindrique munies de deux petites anses opposées [fig. 139 : 6], verticales et plates. Les bords de ces dernières se partagent selon deux profils : lèvre rectangulaire plate sur la face supérieure ou lèvre arrondie. Ces vases très caractéristiques sont diffusés à partir de la seconde moitié du xviiie s. et surtout au xixe s. (Amouric et al. 1999 : 131-135).

4.3.2.9 La céramique de Dieulefit

157Dans la première moitié du xixe s., il est également possible d’individualiser une catégorie à pâte claire ou kaolinitique engobée assez bien représentée (plus de 7 % des vases). Ces céramiques sont originaires d’ateliers situés dans la région de Dieulefit (Drôme). Elles trouvent un parallèle dans l’ensemble issu de la fabrique Vignal, entré dans les collections du musée national de la Céramique de Sèvres en 1834 (Pignates et poêlons 1996 : 54-55).

  • 92 Ces formes semblent remplacer dans le vaisselier la place occupée jusqu’à la fin du xviiie s. par l (...)

158Cette production est caractérisée par une pâte rose assez fine enduite d’un engobe rouge recouverte d’une glaçure rouge très brillante. Les parties des vases allant au feu ne sont pas glaçurées. Une partie de la production est également caractérisée par l’apport d’un engobe intérieur blanc sur lequel est appliquée une glaçure jaune brillante. Le répertoire observable est en grande partie dévolu à la cuisine : poêlons [fig. 140 : 1-3], plats à cuire creux munis d’un large marli curviligne [fig. 140 : 4], terrines à tenons [fig. 140 : 5] que l’on peut associer à de nombreux couvercles [fig. 140 : 6]. Les pots à cuire ou marmites de tailles variées complètent ce répertoire92. Il s’agit de formes à panse globulaire agrémentée d’un manche creux et surmontée d’un assez haut col sur lequel sont disposées deux anses rubanées, à l’instar des petits coquemars [fig. 140 : 8]. Leur fond est plat, ce qui permet sans doute de les poser sur le potager. Certaines formes rappellent par leur profil les récipients destinés à l’élaboration des boissons chaudes, chocolat ou café [fig. 140 : 7].

fig. 140 Céramiques de Dieulefit, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen.

4.3.2.10 Les céramiques engobées

159La technique de l’engobage des céramiques apparaît à Lyon, comme en d’autres régions, vers la fin du Moyen Âge (Amouric, Vallauri 2002), de façon ponctuelle, essentiellement par le biais de vases importés. Il faut attendre le début de la période moderne pour la voir appliquée à toute la gamme de vaisselle, et déployer de multiples techniques décoratives. Le début du xvie s est caractérisé par la présence régulière de vases engobés. À partir de la seconde moitié du xvie s., ces productions font partie intégrante du vaisselier et connaissent un essor considérable (plus de 53 % des formes). Cela tend à confirmer l’engouement pour cette technique. Il s’agit là du phénomène marquant au xvie s. dans le domaine de l’artisanat potier en Lyonnais et Dauphiné, par ailleurs observé dans d’autres régions, en particulier en Provence. Au sein de ces produits, on peut distinguer des glaçures à coloris variés et des procédés décoratifs divers.

160Au début du xviie s., ces produits sont toujours très présents (56 % des récipients). C’est encore le cas durant tout le xviie s. où ce groupe est bien affirmé et caractérisé par une variété de procédés, de couleurs d’engobes et de glaçures, qui permettent de déterminer cinq sous-groupes : céramique verte sur engobe, jaune sur engobe, noire sur engobe, engobées diverses, et engobées décorées.

161La fréquence de ces produits diminue sensiblement au xviiie s. (34 % des vases), au proft semble-t-il de la faïence. Ils continuent cependant d’occuper la seconde place parmi les vaisselles employées. Les différents groupes apparus au début de la période moderne continuent d’équiper les foyers, dans des proportions variables d’un objet à l’autre. La vaisselle engobée et glaçurée est très employée à table (plus de 52 % des formes identifiées). Elle est suivie de loin par les vases destinés à l’hygiène corporelle et, dans des proportions moindres, à la préparation et au stockage des denrées alimentaires. Les autres catégories fonctionnelles restent souvent représentées de façon ponctuelle. Une dizaine de groupes techniques a été définie, dont l’origine géographique reste pour la plupart encore indéterminée. Seuls quelques vases assurément ligures, issus de la région d’Albisola (Italie), ont une origine assurée.

  • 93 Pour exemple, certaines écuelles sont recouvertes d’engobe blanc avec une glaçure jaune à l’intérie (...)

162Dans la première moitié du xixe s., les céramiques engobées se caractérisent comme pour les xvie et xviiie s. par une argile assez fine recouverte d’engobe de coloris variés et d’une glaçure plombifère couvrante. Elles accusent néanmoins une baisse sensible par rapport au xviiie s. (15 % des vases). Ce recul peut être imputé sans aucun doute à l’accroissement de la faïence et à l’apparition de productions nouvelles telles la faïence fine et la porcelaine dure. Le lot de la première moitié du xixe s. se démarque également par une diversification des associations d’engobes et de glaçures qui induit une disparité –d’où la difficulté de classer certains vases dans une catégorie particulière93– témoignant d’une multiplication des manufactures. Les procédés décoratifs et le répertoire morphologique évoluent.

163Les grands sous-groupes repérables sont décrits ci-dessous, les éléments discriminants étant l’absence ou la présence de décors et la couleur de l’engobe et de la glaçure.

Verte sur engobe

164Les céramiques à pâte rouge recouvertes d’engobe blanc et à glaçure verte, apparaissent au début du xvie s. (Horry 2009) et s’affirment dans les répertoires culinaires de préparation, de stockage et de table : jattes [fig. 141 : 1], cruches [fig. 141 : 2-4], tasse [fig. 141 : 5].

fig. 141 Céramiques vertes sur engobe, début du xvie s. (phase 14b).

© É. Bayen.

  • 94 Un vase au profil complet a été découvert dans un dépotoir de la fin du xvie s. ou du début du xvii(...)
  • 95 Cette forme avait déjà fait l’objet de découvertes dans plusieurs contextes lyonnais du xvie s.

165Durant la seconde moitié du xvie s., la céramique verte sur engobe est le groupe le plus abondant (46 % des productions engobées). Il est caractérisé par une céramique à pâte rouge ou rose plus ou moins grossière recouverte d’engobe blanc et portant une glaçure plombifère verte assez brillante. La part des récipients destinés à la table est très importante. Elle inclut de remarquables petites écuelles à oreilles destinées à la consommation individuelle. On peut également mentionner des écuelles de plus grandes dimensions [fig. 142 : 2] et d’autres formes basses, assiettes, coupelles ou plats creux à marli [fig. 142 : 4-7]. Le service de la table est complété par des chauffe-plats [fig. 142 : 3], dont certains sont équipés d’un système permettant le réchauffement par bougie94. Le service des boissons est largement évoqué par de nombreuses cruches aux becs verseurs divers (bec pincé, tubulaire, ponté). Des vases aux profils identiques mais de plus grandes dimensions contribuaient au stockage des denrées, à l’instar des pots de conserve et des jarres dont un ou deux exemplaires ont été trouvés. Les cruches à bec ponté, emblématiques des pots du Moyen Âge, refont une timide apparition sous la forme de grands pots globulaires95. Cette production était aussi largement utilisée en cuisine. En témoignent les très nombreux fragments de jattes [fig. 142 : 1] ou bassines de profils et de dimensions divers, avec ou sans bec verseur.

fig. 142 Céramiques vertes sur engobe, seconde moitié du xvie s. (phase 14c).

© É. Bayen.

166Au début du xviie s., ce sous-groupe s’illustre toujours à table avec les écuelles à oreilles, mais également avec des coupelles, des chauffe-plats et avec une assiette plate à très large marli dont le profil identique aux exemplaires décorés. Les autres vases découverts sont essentiellement dévolus à la préparation, telles les jattes, et au stockage ou au service des liquides, telles les cruches à bec verseur pincé.

167Au xviie s., cette production se maintient (30 % des céramiques engobées), conservant le même répertoire typologique que précédemment – écuelles [fig. 143 : 2‚ 3], tasses [fig. 143 : 4] –, et présentant une assez grande diversité de profils de plats dont certains sont munis de très larges marlis [fig. 143 : 5-10]. Le répertoire de table est agrémenté de chauffe-plats de formats divers ressemblant à ceux apparus dans le courant du xvie s. et diffusés au xviie s.

fig. 143 Céramiques, courant xviie s. (phase 15b) : 1 céramique engobée pisane ; 2-10 céramiques vertes sur engobe.

© É. Bayen.

168Une jatte engobée [fig. 143 : 1] porte un motif incisé rayonnant et une glaçure monochrome verte caractéristique des productions « a stecca » originaires de Pise (Italie). Celles-ci connaissent une bonne diffusion dans le Sud de la France aux xvie et xviie s. (Amouric et al. 1999 : 81-82). C’est ici la première attestation en contexte lyonnais, où d’autres céramiques italiques sont connues dans la seconde moitié du xvie s. (Horry 2001 : 173).

  • 96 Il faut noter par ailleurs la présence au sein de ces plats, d’exemplaires à pâte plus grossière et (...)

169Au xviiie s., la céramique verte sur engobe est utilisée (à un taux de 9 %) au sein de formes classiques : jattes, assiettes, plats [fig. 144 : 1] grands plats à très large marli96 et nombreux pots de chambre [fig. 144 : 2]. Comme pour d’autres exemplaires en céramique à décor de taches brunes, les faces internes des pots sont recouvertes d’engobe blanc et de glaçure jaune, parfois d’engobe brun. De grandes cruches à bec pincé et à bec tubulaire, ainsi que des bougeoirs complètent cet inventaire qui s’achève par de très nombreux pots de fleurs [fig. 144 : 3], dont certains présentent des médaillons moulés, diffusés à partir du début du xviiie s.

fig. 144 Céramiques vertes sur engobe : 1-3 courant xviiie s. (phase 15d) ; 4-5 première moitié du xixe s. (phase 15d).

© É. Bayen.

170Durant la première moitié du xixe s., si la céramique verte sur engobe se maintient (11 % des céramiques engobées), c’est uniquement au travers de formes très spécialisées destinées au stockage tels les cruches, les pots à conserve, les pots à graisse [fig. 144 : 5], à la cuisine tels quelques mortiers [fig. 144 : 4], ou encore à l’hygiène corporelle tels les pots de chambre, et destinées surtout à l’horticulture avec des pots de fleurs de formats et de tailles diverses. Quelques objets ponctuels participant à l’équipement domestique méritent d’être signalés : bougeoirs et fragments de jouets (dînette et sifflets).

Jaune sur engobe

  • 97 Il ne faut pas sans doute négliger le fait qu’une partie des tessons puisse appartenir à des vases (...)

171La céramique à pâte rose, engobe blanc et glaçure jaune, dite « jaune sur engobe », sans décor, est présente régulièrement par le biais de quelques vases à vocations diverses. Elle est parfois difficile à individualiser car des tessons fragmentaires peuvent appartenir à des céramiques décorées. La majorité des formes observées au xviiie s. est constituée de pots de chambre et de pots de chaise percée auxquels il est parfois possible d’associer des couvercles. Au xixe s., cette production ne passe pas inaperçue puisqu’elle représente près de 8 % des céramiques engobées97, essentiellement dans le domaine de l’hygiène corporelle avec des pots de chambre [fig. 145 : 10]. D’autres ustensiles divers peuvent cependant être cités : couvercles [fig. 145 : 11-13], pots à conserve de tailles variées [fig. 145 : 1-8], mortier [fig. 145 : 9], jatte et chandelier [fig. 145 : 14].

fig. 145 Céramiques jaunes sur engobe, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen.

Noire sur engobe

172Au xviiie s., une production possède des caractères morphologiques suffisamment marqués pour être distinguée. On la trouve à un taux de 2 %. Il s’agit d’une céramique à pâte claire assez fine, recouverte d’un engobe rouge ou brun et d’une glaçure noire. Elle est d’ailleurs caractérisée par un registre d’objets restreint ne comprenant que des cruches à bec pincé ou à bec tubulaire destinées au stockage de denrées.

173Au début du xixe s., elle représente 6 % des céramiques engobées. Le répertoire est alors toujours aussi peu diversifié, identique à celui du siècle précédent, avec en particulier des cruches de stockage à bec verseur pincé.

Engobées diverses

  • 98 Ces derniers constituent un type particulier rencontré sur le site de parc Saint-Georges dans les c (...)

174Au début du xviie s., d’autres vases offrent une telle variété de coloris de glaçures et d’engobes qu’on ne saurait les intégrer à un groupe particulier. Aussi les classe-t-on dans une catégorie dite « engobées diverses ». Ce sont des écuelles à oreilles, des assiettes, des plats creux98, des pots à conserve, un pot de fleurs, un pot de chambre – dont l’apparition à Lyon n’est pas attestée avant le xviie s. On trouve aussi un vase particulier [fig. 146 : 1] en pâte claire doté d’une glaçure plombifère vert olive, de forme cylindrique percé d’ouvertures, et à fond plat. Par comparaison avec des exemplaires méridionaux similaires (Amouric et al. 2008 : 172-174), on déduit qu’il s’agit sans doute d’un abreuvoir pour oiseaux.

fig. 146 Céramiques engobées diverses : 1 début du xviie s. (phase 15a) ; 2-3 fin du xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen.

  • 99 Ces petits poinçons rappellent ceux présents sur les anses des marmites à anse coudées du xvie s.

175On range dans cette même catégorie de nombreux plats à marli en pâte beige assez fine recouverte d’un engobe brun ou lie de vin et à glaçure transparente brillante. Sur certains exemplaires, des petites marques poinçonnées de type étoilé ont pu être observées99. Ce type qui fait semble-t-il son apparition au xviie s. connaît une diffusion constante jusqu’à la fin du xviiie s. Quelques faisselles ou moules à fromage en pâte beige clair engobée et à glaçure brune peuvent encore être signalés.

176Au xviiie s., ces produits (présents à un taux légèrement supérieur à 10 %) répondent à des critères fonctionnels variés : faisselles ou moules à fromage [fig. 146 : 3], couvercles, couvre-feux, cruches de stockage, jattes ou encore bassines. Pour tous ces objets les pâtes sont le plus souvent claires ou beiges enduites d’engobes bruns, rouges ou marrons et recouverts de glaçures très brillantes. Les plats creux à large marli, à pâte claire recouverte d’un engobe brun-rouge et à glaçure brillante, apparus au xviie s. sont toujours assez bien représentés. Un pot ouvert orné de macarons à visage sur la partie supérieure de la face externe, dénué de glaçure interne, évoque un mortier [fig. 146 : 2].

177Les céramiques engobées diverses représentent près de 11 % des vases engobés dans la première moitié du xixe s. L’intégration dans cet ensemble d’objets aux glaçures et engobes variés reflète bien la diversification que connaît le vaisselier au xixe s., avec un répertoire fonctionnel varié : jattes, faisselles, assiettes, plats, cruches, jarres, pots à conserve, pots de chambre, couvercles, couvre-feux…

Engobées décorées

178Ce sous-groupe est constitué de productions qui associent à l’engobage des décors réalisés le plus souvent à l’aide de barbotine mais éventuellement à l’aide de taches occasionnées par l’adjonction de différents oxydes métalliques dans les glaçures.

  • 100 Ce type se différencie encore nettement des productions diffusées à partir du milieu du xvie s., te (...)

179Dès le début du xvie s., à côté des produits simples que sont les céramiques vertes sur engobe, par exemple, certains objets sont plus élaborés et présentent des décors. Une assiette creuse [fig. 147 : 1] en pâte rouge assez grossière est recouverte d’un engobe blanc et d’une glaçure jaune à décor rouge apposée sur le bassin et le marli100. Un bord d’objet fermé non identifié [fig. 147 : 2] présente lui aussi des traces d’engobe, sans qu’il soit possible de déterminer un thème décoratif particulier. On trouve également des produits recouverts d’engobe blanc aux décors verts, dont le style n’est pas sans rappeler celui des faïences du bas Moyen Âge : une assiette creuse [fig. 147 : 3], une cruche, un bougeoir [fig. 147 : 5] et une forme, proche d’exemplaires découverts en Île-de-France (Ravoire 2006 : 195), qui pourrait être une mangeoire à oiseaux [fig. 147 : 4]. Malgré de faibles quantités, ces éléments décorés se différencient nettement, tant par le style que par la technique, de ceux diffusés plus tard.

fig. 147 Céramiques engobées décorées, début du xvie s. (phase 14b) : 1-2 glaçure jaune à décor rouge ; 3-5 engobe blanc et décors verts.

© É. Bayen.

180Durant la seconde moitié du xvie s., apparaissent des vaisselles dont les décors sont réalisés par association d’engobe et de barbotine. Un plat creux à large marli bénéficie de ce double procédé décoratif [fig. 148]. La face interne, marli et bassin, porte un décor de motifs végétaux verts, bruns et jaunes sur engobe blanc ; la face externe, elle aussi engobée, un motif géométrique linéaire incisé en sgraffito. Des céramiques engobées de ce type sont attestées dans d’autres contextes lyonnais du xvie s. (Maccari-Poisson 1994 : 108-109 ; Horry 2001 : 166-167).

fig. 148 Céramiques engobées décorées, seconde moitié du xvie s. (phase 14c).

© É. Bayen ; photo A. Horry.

181Hormis cet exemple singulier, trois procédés principaux ont pu être identifiés, donnant lieu à trois sous-groupes :

  • céramiques rouges décorées, recouvertes d’engobe rouge ou lie de vin, avec décor à la barbotine jaune et glaçure ;

  • céramiques jaunes décorées, caractérisées par l’emploi d’engobe blanc, d’une glaçure jaune clair et de décors rouges et verts réalisés à l’aide d’oxydes métalliques ;

  • sgraffito sur des pâtes assez fines : production qui associe aux techniques de la céramique jaune décorée des motifs incisés ou gravés.

  • 101 Il faut également signaler dans ce lot l’absence de céramiques à décor jaspé d’engobes mêlés, qui n (...)

182Leurs ateliers d’origine restent aujourd’hui encore inconnus. Le premier sous-groupe est attesté en contexte lyonnais à partir du milieu du xvie s. Les deux autres sont surtout diffusés à partir du début et au milieu du xvie s., comme le confirment les ensembles des places de la Bourse, de la République ou des Terreaux. Mais c’est le fort taux de représentation des céramiques rouges décorées qui est remarquable sur le site du Parc Saint-Georges (23 % du total des individus, 43 % des céramiques engobées). Ces produits, absents des dépotoirs lyonnais du début du xvie s. ne représentent que 3 % des céramiques engobées au milieu du xvie s. Ils ne se développent qu’au début du xviie s.101. On en déduit que l’on a affaire à un ensemble bien ancré dans la seconde moitié du xvie s. À quel phénomène peut-on imputer le fort taux de représentation de la céramique rouge décorée ? La situation du site, dans le secteur commercial important constitué par le port Sablet, a-t-elle eu une influence sur l’approvisionnement en vaisselle du quartier ou faut-il imaginer que les nombreux ateliers de potiers mentionnés dans le quartier Saint-Georges, dont on ne connaît pas la production, ont largement contribué à doter les habitants du quartier de ce type de vaisselle ?

  • 102 Ces vases sont presque identiques à des modèles en faïence attestés dans les contextes lyonnais de (...)
  • 103 Un objet identique provient d’un dépotoir place de la Bourse, dans un contexte compris entre la fin (...)

183D’un point de vue typologique, les formes découvertes dans ce dépotoir de berge appartiennent majoritairement au répertoire de table. À l’instar des céramiques vertes sur engobe, ce sont les petits récipients individuels de type écuelle à oreilles qui tiennent la première place [fig. 149 : 2‚ 3]. Il faut mentionner par ailleurs la découverte d’un type inédit d’écuelle différencié par sa grande taille des standards les plus répandus, et munie de plusieurs oreilles de préhension [fig. 149 : 1]. Les plats et assiettes creuses représentent une part non négligeable de ce répertoire [fig. 149 : 6], auxquels il faut ajouter quelques formes hautes, aiguières102 évoquées par plusieurs piédouches, cruches à bec tubulaire [fig. 149 : 4] ou chevrettes, et pots de pharmacie de type albarello ou pilulier [fig. 149 : 5]. D’autres fragments évoquent des objets particuliers : bénitier mural103, chandelier et petit sifflet, attestés régulièrement dans les contextes du xvie s.

fig. 149 Céramiques engobées décorées : 1-6 céramiques rouges décorées, seconde moitié du xvie s. (phase14v) ; 7-8 céramiques rouges décorées, début du xviie s. (phase 15a) ; 9 céramique jaspée, début du xviie s. (phase 15a).

© É. Bayen.

184Au début du xviie s., les produits décorés engobés sont les plus nombreux, en premier lieu ceux du sous-groupe rouge décorée. Ils sont presque exclusivement dévolus à la table. Il s’agit de récipients de consommation individuelle comme les écuelles à oreilles ou les tasses [fig. 149 : 7]. Sur la table, ces formes sont associées à des plats creux, à de petites cruches à bec tubulaire ou à bec pincé, et à l’écuelle de plus grand format [fig. 149 : 8] –ce dernier type d’objet apparaît sur le site au cours de la seconde moitié du xvie s.

  • 104 Cette forme semble directement inspirée des assiettes dites « à l’italienne », produites en faïence (...)

185Les autres sous-groupes sont un peu moins représentés mais le sont tous dans des proportions identiques. Les céramiques à décor d’engobes mêlés, dite aussi « jaspées », apparaissent sur le site. Elles ne sont d’ailleurs pas attestées sur les sites lyonnais avant le xviie s. (Vicard 1996 : 285). Le lot est illustré en particulier par des tasses [fig. 149 : 9] et des assiettes ou plats à très large marli104 [fig. 150 : 2‚ 3] caractéristiques du xviie s. et diffusés jusqu’au début du xviiie s. (Vicard 1996 : 269), mais également par des formes plus communes comme les écuelles à oreilles. Quelques jattes [fig. 150 : 1] et pots à conserve complètent l’équipement de cuisine. Les autres céramiques engobées sont caractérisées par des produits à glaçure jaune uniforme sur engobe blanc, avec des plats à large marli, des écuelles et une tasse. D’autres relevant de la même technique jaune décorée présentent un décor brun. Citons un fragment de grande écuelle à oreilles identique aux formes observées précédemment, et un fond de plat.

fig. 150 Céramiques jaspées, début du xviie s. (phase 15a).

© É. Bayen.

186En plein xviie s., le sous-groupe « rouge décoré » occupe toujours l’essentiel du répertoire (30 % des céramiques engobées), poursuivant la progression amorcée au milieu du xvie s. Il est suivi d’assez près par la production jaspée (20 %) [fig. 151 : 2-5 ; fig. 152 : 1]. Les autres sous-groupes, jaune décorée (5 %) et sgraffito (moins de 1 %) sont plus discrets. D’un point de vue purement stylistique, les motifs employés pour les céramiques décorées présentent un répertoire d’une assez grande diversité dans une gamme adaptée aux formats des vases. Deux types principaux de décors peuvent être distingués. Le premier présente des motifs stylisés géométriques ou végétaux, parfois religieux (monogramme « IHS »). Le second consiste simplement en un engobe moucheté réparti de façon irrégulière à la surface des vases. Les décors d’engobes mêlés sur la céramique jaspée connaissent une progression sensible. Ils atteignent leur période de diffusion maximale dans le courant du xviie s. Les caractéristiques des céramiques jaunes décorées, minoritaires, ne sont pas sans rappeler les productions contemporaines de l’Huveaune près de Marseille. (Amouric et al. 1999 : 100). Enfin, le sgraffito est très marginal. Le répertoire des vaisselles en céramiques engobées décorées est toujours essentiellement tourné vers la table, comme l’attestent les très nombreux objets découverts. À l’instar du xvie s., l’écuelle avec [fig. 151 : 1] ou sans oreilles constitue la forme individuelle pour la table par excellence. Ce dépotoir en a ainsi livré 1 100 individus, tous groupes engobés confondus. On trouve d’autres récipients de plus petite taille, tasses ou tastevins. Les plats et les assiettes creuses, dont la taille évoque des récipients plutôt destinés au service qu’à la consommation individuelle sont relevés en grand nombre (1 037 individus). L’assiette plate est encore peu répandue : il faut attendre le début du xviiie s. pour percevoir sa nette progression. Enfin, pour achever cet inventaire des formes basses, mentionnons une grande écuelle à oreilles et une coupelle.

fig. 151 Céramiques engobées décorées, seconde moitié du xviie s. (phase 15b) : 1 céramiques rouges décorées ; 2-5 céramiques jaspées.

© É. Bayen.

187Les vases hauts à liquide sont toujours présents, déployant une gamme de cruches de formats variés et à becs verseurs divers, tantôt pincés, tantôt tubulaires. Ces dernières formes possèdent parfois des anses en panier pour le transport.

188On observe chez un individu un bec verseur ponté rappelant par sa morphologie les pots médiévaux, mais avec la particularité de présenter un orifice passoire. Enfin, quelques fragments d’aiguières et de gourdes [fig. 152 : 2] complètent cette collection. Les nombreuses jattes, réparties selon les différents types de production engobés, peuvent être associées à la préparation, mais rien n’exclut une utilisation pour le service de table. La majorité des exemplaires est caractérisée par un marli court sur une panse évasée assez haute. Le stockage des denrées est illustré par les pots à conserve qui présentent presque toujours des décors jaspés ou d’engobe moucheté. On trouve nettement moins de produits pour les autres catégories fonctionnelles. Ce sont alors quelques objets aussi divers que des pots de chambre, des pots à onguents, un bénitier, un bougeoir, des jouets : vaisselle miniature ou dînette.

fig. 152 Céramiques engobées décorées, courant xviie s. (phase 15b).

© É. Bayen.

189Au xviiie s., les céramiques engobées décorées continuent de progresser au sein du vaisselier domestique. La céramique à pâte rose ou rouge recouverte d’un engobe brun, dite « rouge décorée », est la plus importante (18 %). Son répertoire typologique reste quasi inchangé depuis la fin du xvie s. : très nombreuses jattes, assiettes et plats creux [fig. 153 : 1], assiettes à marli court [fig. 153 : 2‚ 3], quelques assiettes à large marli « à l’italienne », écuelles à oreilles [fig. 153 : 4-5], ainsi qu’un petit nombre de formes hautes destinées au service des liquides : petites cruches à bec pincé ou à bec tubulaire. Parmi les nouveaux produits apparus dans le courant du xviiie s., signalons les grandes cruches à bec tubulaire et anse de panier aux décors floraux, caractéristiques des produits attribués au Val de Saône, et qui connaîtront une diffusion importante jusqu’au milieu du xixe s. [fig. 154 : 1]. Mais aussi de nombreux pots à conserve de tailles variées [fig. 154 : 2-4] dont certains munis d’oreilles de préhension [fig. 154 : 4], ainsi que des pots de chambre [fig. 154 : 5]. Le registre décoratif ne connaît pas de mutations profondes par rapport à celui observé au xviie s. Les motifs végétaux stylisés prédominent, côtoyant d’occasionnels thèmes religieux, où figure le monogramme « IHS ».

fig. 153 Céramiques engobées rouges décorées, fin du xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen.

fig. 154 Céramiques engobées rouges décorées, fin du xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen.

190Un autre type de vaisselle recouverte d’engobe rouge, classé dans la catégorie jaspée, est moins représenté (près de 6 % des vases). La méthode décorative d’engobes mêlés est surtout utilisée sur la vaisselle de table avec une large proportion d’écuelles à oreilles. Il faut noter que par rapport aux exemplaires du xviie s., les formes de ces dernières sont beaucoup moins fines et leur décor moins soigné. Les vases assez hauts ont une carène prononcée sur laquelle sont disposées deux oreilles non plus horizontales mais relevées à leur extrémité. Ces changements d’aspects constituent des arguments typologiques qu’il est possible d’associer à la chronologie.

  • 105 La réelle qualité d’exécution de ces décors témoigne d’une bonne maîtrise stylistique et technique.

191La céramique couverte d’engobe blanc, à glaçure jaune et décor à la barbotine, autrement appelée « jaune décorée » (18 %) revêt des aspects divers. Les décors qu’elle présente peuvent être géométriques, végétaux ou animaliers. Les motifs sont élaborés au moyen d’une barbotine de couleur rouge assez épaisse donnant un léger relief aux traits, qui sont parfois rehaussés de taches d’oxydes vertes105. Le répertoire des formes est essentiellement destiné à la table : assiettes plates [fig. 155 : 1], écuelles à oreilles [fig. 155 : 2‚ 3] et tasses. D’autres vases devaient contribuer à la préparation des mets (jattes) et à leur service (saladiers). L’origine de ces produits est encore difficile à cerner, mais il est possible d’envisager pour certains des officines situées dans la Vallée du Rhône.

fig. 155 Céramiques jaunes décorées, fin du xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen.

  • 106 Il est possible de mentionner en particulier le lot provenant de la fouille d’une maison à Condrieu (...)

192Le sgraffito est lui aussi une production également à pâte fine, recouverte d’un engobe blanc portant des décors incisés parfois rehaussés de taches d’oxydes rouges ou vertes. Ce type décoratif est en revanche beaucoup moins diffusé que les autres (7 % des vases). Cette discrétion a déjà été observée dans les autres contextes lyonnais des xviie et xviiie s. (Vicard 1996 : 287-288). Ces décors assez particuliers n’affectent que quelques objets destinés à la table : l’assiette plate, parfois à large marli [fig. 156], et l’écuelle à oreilles. Leur style est identique à celui qu’on observe sur de nombreux sites ayant livré du mobilier du xviiie s.106. Il s’agit de sgraffito dit « tardif », tel qu’il est fréquemment attesté dans une large part méridionale du territoire français (Vindry 1976). Ses décors sont souvent historiés de scènes avec personnages ou animaux, ou bien de motifs végétaux et floraux.

fig. 156 Sgraffito, fin du xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen.

193Un nouveau type de production engobée apparaît au xviiie s. : la céramique dite « à taches brunes ». Il s’agit d’une céramique à pâte rouge recouverte d’un engobe rouge, brun ou lie de vin, à glaçure transparente portant des taches brunes ou noires de manganèse. Son taux de représentation est assez élevé (18 % des formes identifiées au sein des céramiques engobées). L’objet majoritairement représenté est le pot de chambre (290 individus). Dans certains cas, le revêtement d’engobe brun n’intervient que sur les faces externes, il est alors remplacé pour les faces internes par un engobe blanc recouvert d’une glaçure jaune. Assiettes [fig. 157 : 1‚ 2], jattes, écuelles à oreilles, cruches, couvercles, porte-couverts [fig. 157 : 4] ou encore bougeoirs [fig. 157 : 3] constituent le reste du répertoire de cette catégorie. Quelques vases (3 %) portent une glaçure jaune sur engobe blanc ponctuée de taches vertes, parfois mélangées à des taches brunes. Ce mélange de différents oxydes a pu être également observé sur les fragments de pots de fleurs qui rappellent le style des vases d’Anduze (Gard) produits dès le xviiie s. À l’exemple d’un pique-fleur [fig. 157 : 5], certains vases portent un décor constitué de simples taches de coloris variés.

fig. 157 Céramiques engobées décorées à taches brunes, fin du xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen.

  • 107 Cette identification a fait alors l’objet d’une confirmation par Lucy Vallauri, du Laboratoire d’ar (...)
  • 108 La fouille des différents contextes lyonnais témoigne de la présence de céramiques originaires de l (...)

194Pour finir, les niveaux du xviiie s. ont livré huit fragments d’assiettes, pour la première fois attestées à Lyon, qui appartiennent au répertoire des céramiques à taches brunes d’Albisola en Ligurie. Cette production caractéristique, qui apparaît dans le courant de la première moitié du xviiie s., a fait l’objet d’une diffusion à grande échelle. Elle constitue alors sur les rivages de la Méditerranée occidentale, une vaisselle presque commune. En France, elle est attestée de façon systématique sur les sites du littoral méditerranéen et jusque loin dans l’arrière-pays (Amouric et al. 1999 : 120-124). L’aspect particulièrement florissant de son commerce est confrmé par plusieurs découvertes dans des épaves et par sa diffusion dans des contrées aussi éloignées que le Canada (Abel, Amouric 1993 ; Le siècle de Louis XIV à Marseille 1994). Quelques tessons d’objets fermés de type cafetière ou chocolatière ont été découverts sur le site de la rue des Pierres-Plantées (Horry 1996)107. La diffusion de tels produits à Lyon est sans doute à mettre en parallèle avec l’importante communauté italienne de la ville108.

195Au début du xixe s., la céramique rouge décorée occupe la première place (30 % des récipients engobés). Son répertoire de formes, d’usages et de décors est cependant beaucoup moins varié relevé dans les lots du xviiie s. D’un point de vue morphologique, la finesse des pièces qu’il était possible de percevoir au début de la période moderne tend à céder le pas à des profils plus grossiers et plus lourds ornés de barbotine jaune très épaisse. La part de la vaisselle de table individuelle est beaucoup moins importante. Les assiettes plates et creuses [fig. 158 : 3] ainsi que les écuelles à oreilles [fig. 158 : 1] sont toujours présentes. Ces dernières adoptent une morphologie particulière : oreilles évasées et non plus horizontales, et carène très prononcée. En cuisine, les jattes et les bassines sont toujours employées [fig. 158 : 4]. Le mortier est en revanche une des nouveautés de ce répertoire [fig. 158 : 2]. Il semble concurrencer directement les exemplaires en faïence. La vaisselle utilisée au cellier, dans les caves ou à la cuisine pour le stockage est majoritaire : nombreux pots à conserve de tailles variées, pots à boutons, et grandes cruches à bec tubulaire et anses de panier caractéristiques des productions du Mâconnais-Val de Saône (Poteries traditionnelles 1984 : 26-27).

fig. 158 Céramiques engobées décorées, première moitié du xixe s. (phase 15e) : 1-4 céramiques rouges décorées ; 5-8 céramiques jaunes décorées ; 9 sgraffito.

© É. Bayen.

  • 109 Cet aspect tranche assez nettement avec les motifs historiés ou végétaux élaborés que l’on trouve s (...)

196La céramique jaune décorée est présente au même taux (30 % des vases). Son répertoire est quasi identique aux époques précédentes, et son style décoratif marqué par une simplification des motifs privilégiant une adaptation à la morphologie des vases. Il peut s’agir de simples taches d’oxydes ou de traits concentriques de barbotine de couleur verte, rouge ou marron présents sur les marlis des formes ouvertes, et associés parfois à des motifs végétaux très stylisés109 [fig. 158 : 5-8].

197Néanmoins quelques exemplaires portent des motifs végétaux stylisés bicolores verts et marrons.

  • 110 Il ne faut pas exclure l’éventualité que ces vases soient plus anciens et aient été conservés.

198À côté de cette production, signalons des vases en sgraffito (6 %), dont l’aspect, à l’exception de quelques exemplaires [fig. 158 : 9], est généralement proche des vaisselles du siècle précédent110.

199Les céramiques à décor « jaspé » sont toujours en usage (6 % des vases engobés). Parallèlement aux récipients à décor jaune sur engobe rouge, identiques à ceux de la seconde moitié du xviiie s., on observe –exclusivement sur des formes de table ouvertes de type écuelle à oreilles ou écuelle à tenons– des motifs n’occupant que les parois externes et mêlant des coloris bruns, vert ou jaunes, voire bleus.

4.3.2.11 La faïence

200Au début du xvie s., ce groupe technique n’est illustré que par un fragment de panse de cruche à décor bleu qui pourrait être d’origine italienne. Son décor et sa pâte l’éloignent en effet des productions lyonnaises connues à partir du deuxième quart du xvie s. (Horry 2001 : 168-171).

  • 111 Ce procédé décoratif est présent sur les faïences lyonnaises dès la première moitié du xvie s. Son (...)

201Dans la seconde moitié du xvie s., les faïences représentent 7 % du total des vases, taux qui se rapproche de celui des autres contextes lyonnais de la seconde moitié du xvie s. (Horry 2001). Ce groupe technique est caractérisé par des origines diverses. Une part non négligeable, voire majoritaire, consiste en productions polychromes lyonnaises du milieu du xvie s. : coupelles, assiettes, plats creux à marli, aiguières, albarellos. Deux coupes à décor marbré111 sont sans doute lyonnaises. L’inventaire a également révélé la présence de productions importées. Un bord de coupe tronconique à décor bleu ondé et un bord d’écuelle à marli à décor lustré – productions déjà attestées dans des contextes lyonnais du xvie s. (Horry 2002a) – proviennent d’Espagne, sans doute des ateliers valenciens de Manises et Paterna. L’Italie n’est pas en reste. Plusieurs fragments sont issus de divers ateliers de la péninsule :

  • 112 Cette production est diffusée dans tout le bassin méditerranéen et jusqu’en en Europe du Nord, en G (...)
  • 113 Dans le cas de ces deux derniers vases, l’identification, ne reposant que sur des critères stylisti (...)

202• un fragment de plat, un bord d’assiette, un bord d’écuelle et un fragment de fond, originaires de Montelupo (Toscane) portent tous des décors caractéristiques dits « ovali i rombi » diffusés tout au long du xvie s.112. Il est envisageable d’associer à ces productions toscanes un fond de plat orné d’un motif d’entrelacs bleus incisés de blanc, ainsi qu’un bord de plat à motifs polychromes113 (Vannini 1977) ;

203• un fragment de plat décoré d’un motif bianco sopra bianco (Giacomotti 1974 : 410) proche de certaines productions de Faenza (Émilie-Romagne) ou de Venise (Vénétie).

  • 114 Ils constituent des témoins archéologiques rares de ces types de récipients dont, à ce jour, seul u (...)

204L’identification de l’origine du reste des faïences polychromes reste plus problématique, en particulier pour deux fonds, sans doute de grands plats, aux décors historiés qui pourraient être d’origine italienne ou d’origine lyonnaise114. Il en est de même pour un fond de coupe godronnée à émail bleu clair et à motif floral, dont la face inférieure porte une marque non identifiable.

  • 115 Un vase d’autel en faïence blanche à godrons a été découvert dans un dépotoir de la fin du xvie s., (...)

205Pour achever cet inventaire il faut évoquer quelques formes en faïence blanche, parfois décorées de motifs a compendiario : vase d’autel115, coupe à pied annulaire, écuelle à oreilles et bassine. Ces objets appartiennent à un répertoire diffusé à Lyon à partir du milieu, et plus particulièrement à la fin, du xvie s. (Horry 2001 : 173).

  • 116 Ce procédé décoratif, connu aussi sous le terme « guirlande faentine » apparaît en France vers le m (...)
  • 117 De récentes analyses de pâtes réalisées au Laboratoire de céramologie (umr 5138, cnrs, université L (...)
  • 118 Plusieurs exemplaires portant ce type de décor ont été découverts à Lyon dans des contextes de la s (...)

206La faïence régresse à partir du début du xviie s., ce qui paraît correspondre à un phénomène assez général à Lyon : il faudra attendre le milieu du xviiie s. pour que cette production s’impose dans le vaisselier lyonnais. Les faïences polychromes fabriquées à Lyon disparaissent, remplacées majoritairement, semble-t-il, par des productions uniformément blanches ou à décors simplifiés du type a compendiario, dans un répertoire typologique peu diversifié : bassine, coupes ou plat à godrons, et petit albarello. Au sein des exemplaires décorés, on trouve néanmoins une coupe à godrons, ornée d’une guirlande végétale bleue116 sur le haut du bord, et une crespina à décor bleu foncé sur émail bleu clair, qui évoque par ses caractéristiques les productions ligures de la seconde moitié du xvie s.117. Un autre bord de coupe godronnée, porte un émail de couleur turquoise. Il s’agit peut-être d’une production de Nevers (Rosen 2000 : 68-69) dont l’apparition est fixée dans le courant du xviie s. Enfin, une coupe à pied annulaire ornée d’un motif a compendiario représentant un putto [fig. 159] appartient à un groupe d’objets apparaissant en Italie aux alentours de la seconde moitié du xvie s., et diffusés en France jusque dans la première moitié du xviie s.118. L’origine des productions en faïence du Parc Saint-Georges au début du xviie s. est ainsi assez difficile à partager entre Lyon, Nevers et l’Italie.

fig. 159 Faïence ornée d’un motif a compendiario, entre la seconde moitié du xvie s. et le début du xviie s. (phases 14c et 15a).

© A. Horry.

  • 119 Il faut néanmoins modérer cette représentation en raison de l’éventualité que les tessons appartien (...)

207Dans le courant du xviie s., la faïence se maintient à un taux de représentation minime (un peu plus de 3 %) comparativement à celui que l’on connaîtra au xviiie s. sur le site. Les produits changent par rapport à la seconde moitié du xvie s. : on note l’émergence de productions recouvertes d’un simple émail blanc119, de même que de vases portant un simple décor bicolore ou a compendiario. Le répertoire des formes semble connaître une certaine spécialisation orientée vers la production de vases particuliers. Au sein du vaisselier de table, très caractéristiques de ce lot, sont attestés les plats « à l’italienne ». Ils sont uniformément blancs, parfois ornés d’une guirlande végétale bleue. Cette forme basse munie d’un pied annulaire, d’un petit bassin et surtout d’un très large marli, n’est pas sans évoquer les assiettes à large marli élaborées dans les pâtes calcaires engobées et décorées à la barbotine, décrites plus haut. Des exemplaires aux caractéristiques identiques sont connus à Nevers tout au long du xviie s. (Rosen 1995 ; Les Français et la table 1985). Dans cette même catégorie stylistique, les coupes godronnées proches d’exemplaires nivernais du xviie s., occupent une place non négligeable, de même que les bassines à lèvre évasée ou les écuelles, tantôt uniformément blanches, tantôt portant le décor d’inspiration « faentine » évoqué plus haut. Cette dernière forme, associée à ce type de décor, apparaît à Lyon dans les contextes de l’extrême fin du xvie s. et se maintient jusqu’au début du xviiie s. (Horry 2001). On peut également mentionner le domaine des objets liturgiques avec plusieurs fragments de vases d’autel moulés portant des motifs figurés – têtes d’angelots ou têtes de lion. Un bord de bénitier au décor bicolore bleu et jaune est surmonté d’un motif moulé représentant un angelot. Ce type d’objet est attesté à Lyon dans plusieurs contextes de la fin du xvie s. et du xviie s. Il est produit à Nevers au milieu du xviie s. (Rosen 2000 : 68).

208Parmi les autres fragments de vaisselles émaillées, peut-être originaires de la péninsule italienne, mentionnons un bord de crespina à décor bleu foncé sur émail blanc proche de vases fabriqués en Italie, en particulier Montelupo, dans la seconde moitié du xvie s., dont un exemplaire avait déjà fait l’objet d’une découverte à Lyon, place de la Bourse (Horry 2001 : 152). Quelques tessons évoquent également les productions ligures à pâte jaune, émail bleu clair et motifs bleu foncé, imitant les porcelaines chinoises, attestées régulièrement dans les contextes lyonnais de la fin du xvie s. et du début du xviie s.

  • 120 Certains objets ayant pu sans doute être utilisées ou gardées en tant qu’objet précieux.
  • 121 Ce procédé décoratif caractérise les productions lyonnaises de type « Renaissant français »

209La faïence à décors polychromes produite à Lyon durant la seconde moitié du xvie s. est encore attestée120 avec assiettes, écuelles, albarellos et chevrettes. Les productions lyonnaises plus tardives à décor de faux godrons121 bleu et jaune sont attestées par un pot canon, ou pot a onguents, et par plusieurs fragments de chevrettes. Leur présence a été remarquée par ailleurs dans les contextes lyonnais de la fin du xvie et du début du xviie s. (Horry 2001 : 172).

210Au xviiie s., la faïence connaît un accroissement considérable, au point d’arriver en deuxième position dans les catégories de céramiques (28 % des vases). Il faut sans aucun doute imputer cet accroissement au développement des différentes manufactures de faïence en France à partir du début du siècle. L’établissement de telles fabriques à Lyon même, en particulier celle de Joseph Combe fondée en 1733 (Ayala et al. 1994) et celles du quai Pierre-Scize, a dû être un facteur d’approvisionnement local. Il ne faut pas exclure non plus l’importation de produits depuis de grands centres comme Nevers, Moustiers ou Rouen. L’attribution de pièces à telle manufacture ou à tel atelier reste difficile. Même si, comme il le sera décrit plus bas, les pâtes ou l’émail les recouvrant sont parfois différents, rien ne permet d’établir de manière certaine l’origine des produits. Le recours à l’analyse stylistique ne résout rien, en raison de l’utilisation simultanée par plusieurs manufactures de procédés décoratifs identiques.

  • 122 Ces faïences sont ainsi dénommées en raison de leur revêtement externe réalisé au brun ou au violet (...)

211Les produits découverts sur le site se répartissent selon deux types principaux de pâtes : des pâtes roses assez dures et des pâtes jaunes savonneuses plus fragiles sur lesquelles l’émail a tendance à s’écailler. La majorité des objets est élaborée dans une faïence uniformément blanche. Seulement 12 % des tessons découverts portent des décors. Ces motifs sont caractéristiques du xviiie s., avec une nette prépondérance de camaïeux bleus. La faïence à « cul-noir »122 ou faïence brune est également présente dans une argile calcaire enrichie d’argile réfractaire permettant d’utiliser ces vases en cuisine, particulièrement sur le potager. Cette technique ne concerne que quelques formes ouvertes produites à Lyon, dès le début du xviiie s., dans les ateliers du quai Pierre-Scize.

  • 123 Le profil général de cette forme en faïence est identique à celui des céramiques à pâte calcaire en (...)

212L’essentiel du répertoire de faïence découvert dans ce contexte, destiné à la table ou au service, est majoritairement occupé par les assiettes ou plats à marli incurvé123 [fig. 160 : 1-3]. Cette forme ne quittera pas le vaisselier jusqu’au milieu du xixe s. Les exemplaires de ce lot sont tantôt entièrement blancs, tantôt ornés d’une bande bleue ou brune sur le marli, ou agrémentés en quelques cas de motifs un peu plus élaborés : frises, lambrequins, composition florale ou végétale stylisée bleue au centre [fig. 160 : 4]. Ces assiettes constituent un marqueur chronologique assez précis : inconnues en contexte du xviie s., leur apparition semble effective à partir du début du xviiie s. (Horry 1996 ; Vicard 1996 : 269). Pour la table encore, les écuelles à oreilles ou écuelles à bouillon, parfois associées à des couvercles, arrivent en seconde position. Mentionnons également de petites écuelles ou tastevins [fig. 160 : 5‚ 6]. Le service des boissons chaudes et froides est illustré par de nombreuses chocolatières, cafetières ou cruches [fig. 161 : 12]. D’autres pièces plus prestigieuses ont été découvertes, tel ce grand plat orné d’un décor « Bérain » caractéristique de la première moitié du xviiie s. [fig. 161 : 4]. Il faut signaler la qualité de certaines pièces, notamment de ce plat creux à macarons au décor de lambrequins [fig. 161 : 3], peut-être de production lyonnaise.

fig. 160 Faïences, courant xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen ; photo A. Horry.

fig. 161 Faïences, courant xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen.

213Les vases destinés à l’hygiène et à la pharmacie occupent une part non négligeable du lot : pots de chambre, bassines, cuvettes à laver, plats à barbe, albarellos et piluliers. Le reste du répertoire est constitué d’objets divers : boîtes, pots de fleurs, bénitiers. Parmi les vases remarquables, évoquons neuf fragments d’assiettes plates à décors polychromes de Delft (Pays-Bas) datées du xviiie s.

  • 124 Ces restaurations n’affectent pas seulement les faïences, qui pourraient être considérées comme lux (...)

214Au cours de la première moitié du xixe s., la faïence continue la progression amorcée dans les premières décennies du xviiie s. au sein du vaisselier (plus de 34 % des vases), au détriment des céramiques engobées. Une remarque importante doit être formulée en préalable à l’analyse de la constitution de ce lot de vaisselles émaillées. On observe dans ce contexte de la première moitié du xixe s. la présence très régulière d’objets dont les décors sont caractéristiques du milieu et de la seconde moitié du xviiie s. Il apparaît qu’un nombre important de pièces a subi des restaurations au moyen d’agrafes. On peut par conséquent envisager que certaines pièces ont été conservées plusieurs décennies durant dans les foyers124. Ces pièces parfois antérieures d’une cinquantaine d’années, voire plus, ne peuvent être considérées comme résiduelles.

215Le répertoire des formes s’est considérablement développé au sein de catégories fonctionnelles très diverses. Les vases sont fabriqués dans plusieurs types de pâtes dont les critères physiques ne se différencient pas ou peu de ceux connus dans les contextes du xviiie s. Les pâtes roses assez dures sont toujours associées à d’autres de couleur jaune, savonneuses, sur lesquelles l’émail accroche peu. La majorité des vases découverts (plus de 82 % des formes identifiées) sont réalisés dans une faïence monochrome blanche. Les pièces décorées ne représentent pour leur part que 8 % du nombre d’individus. Il faut mentionner des produits à revêtement interne blanc et à revêtement externe divers : violet de manganèse moucheté, bleu moucheté, jaune, bleu azur ou vert.

216Il apparaît à l’analyse de ce lot que plus de 77 % des fragments des formes identifiées sont utilisées pour la table, pour le service des liquides et des aliments. Ce taux élevé explique par ailleurs la baisse considérable des vaisselles engobées dans ce domaine. Les assiettes plates blanches ou à cordon bleu continuent très largement d’équiper les foyers [fig. 162 : 1-6]. Des écuelles à oreilles ou écuelles à bouillon sont également sur la table [fig. 162 : 11‚ 12], où elles côtoient des soupières [fig. 162 : 14], parfois à décors polychromes, des plats festonnés [fig. 162 : 7], des saladiers [fig. 162 : 13], des petites salières plates, blanches ou décorées [fig. 162 : 8-10], et des moutardiers [fig. 163 : 20].

fig. 162 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen.

fig. 163 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen.

217La faïence connaît de plus un essor particulier dans le domaine de l’hygiène corporelle. Les très nombreux pots de chambre uniformément blancs côtoient, au sein de ce répertoire, des objets divers : bourdaloues, plat à barbe, broc ou cruche [fig. 163 : 22‚ 23], cuvette et bassine à laver [fig. 163 : 24] ou encore des petits pots à onguents divers [fig. 163 : 1-19‚ 21].

218La pharmacopée n’est pas en reste, avec albarellos, chevrettes et piluliers. Cet accroissement des vaisselles émaillées passe également par un nombre varié d’objets et d’ustensiles : encriers [fig. 163 : 29‚ 30], bénitiers [fig. 164 : 5‚ 6], vases d’autel, boîtes, pique-fleurs, couvercles divers [fig. 163 : 25-28]…

219Parmi les objets remarquables destinés au décor de l’habitat, il faut mentionner la découverte des fragments de plusieurs bouquetières d’applique. Ces vases portent un décor de grand feu où apparaît le motif caractéristique « à la fleur de pomme de terre » très proche de celui de Moustiers, en version polychrome tel qu’il est présent sur les faïences produites à Lyon durant la seconde moitié du xviiie s.

220La faïence « cul-noir » est assez peu représentée (2 %). Il s’agit de plats creux à marli, d’écuelles à bouillon munies d’oreilles et d’écuelles à tenons horizontaux. L’utilisation sur le feu est attestée par les traces présentes sur les fonds des vases.

  • 125 Une analyse plus poussée des différents motifs et styles devrait permettre par la suite de discerne (...)

221Une assiette porte un décor bleu [fig. 164 : 1] proche des productions de Savone ou d’Albisola (Italie) de la fin du xviiie s. (Amouric et al. 1999 : 125). D’autres productions polychromes sont plus difficiles à déterminer [fig. 164 : 2-4]. Les décors polychromes ou en camaïeu bleu, dont une part est datable de la seconde moitié du xviiie s., sont associés à de nouveaux éléments. Parmi les décors découverts, plusieurs exemplaires appartiennent au répertoire lyonnais de la seconde moitié du xviiie s., notamment les motifs polychromes de grotesques ou de chinois125. De nombreux vases portent des décors polychromes très proches des productions de Roanne à l’extrême fin du xviiie s., mais qui pourraient également être lyonnais. Ces derniers vases, communément désignés à « décors populaires », sont assez bien représentés sur le site. Les thèmes employés sont tantôt des paysages, tantôt des animaux ou des personnages. Ils affectent surtout les assiettes, les saladiers et les bassines. Il faut mentionner par exemple la série de mortiers à sel aux décors de macarons à tête humaine [fig. 165 : 1-5], un petit saladier [fig. 166 : 1] et une bassine [fig. 166 : 2].

fig. 164 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen ; photo A. Horry.

fig. 165 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen ; photo A. Horry.

fig. 166 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen ; photo A. Horry.

4.3.2.12 La faïence fine

222Les faïences fines apparaissent dans le courant du xviiie s. Elles restent très rares cependant –quelques fragments d’assiettes plates et une petite théière–, leur diffusion étant loin de ce qu’il sera possible d’observer au début du xixe s.

223Dans la première moitié du xixe s., la faïence fine ou « terre de pipe » est caractérisée par une pâte blanche très fine sans inclusions, recouverte d’une glaçure plombifère transparente et dont l’argile est blanchie par un apport de chaux. Les taux de représentation (9 %) des formes et produits découverts dans ce contexte de dépotoir sont caractéristiques du xixe s (Minovez 2004). Ce groupe technique est employé en majorité dans le répertoire de table. Les assiettes sont les plus nombreuses. Elles peuvent être peu profondes, avec marli [fig. 167 : 1-5‚ 9-11] ou sans [fig. 167 : 8]. Les bords sont en majorité de facture simple, mais sont parfois festonnés [fig. 167 : 15]. Le fond peut être plat ou muni d’un petit pied annulaire. Le répertoire des formes basses de table est complété par quelques plats, parfois assez larges [fig. 167 : 6‚ 7] et par des coupes godronnées [fig. 167 : 17]. Les plats sont parfois polygonaux, à décor de bande perlée en relief sur le marli [fig. 167 : 18]. Des formes plus réduites, coupelles ou sous tasses sont également représentées, tantôt simplement blanches [fig. 167 : 12-14] tantôt ornée de décors divers [fig. 168 : 2-4]. Les autres formes de table sont associées à la consommation des boissons chaudes comme le thé ou le café. C’est le cas des bols [fig. 168 : 5‚ 6], des tasses [fig. 168 : 7-11‚ 13], dont certaines présentent des godrons [fig. 168 : 10] dont les reliefs sont rehaussés de lignes bleues, et des écuelles à oreilles [fig. 168 : 12]. Enfin, quelques saladiers [fig. 167 : 16] complètent ce répertoire.

fig. 167 Faïences fines, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen.

fig. 168 Faïences fines, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen ; photo A. Horry.

224La majorité des assiettes découvertes sont simplement blanches. Parmi les quelques exemplaires décorés, il est possible de mentionner des liserets bleus simples ou or sur le marli, et des décors en relief. Sur un exemplaire remarquable, originaire d’Arboras (Rhône), on observe un décor imprimé historié assez élaboré, dénommé « Le duo » [fig. 168 : 1]. Sur le fond des assiettes, plusieurs marques d’ateliers ont pu être observées : Sarreguemines, Choisy, Creil-Montereau, Gien et Arboras. Le type de ces marques indique que ces ateliers ont en commun d’avoir été actifs durant la première moitié du xixe s.

225Enfin, on trouve plusieurs ustensiles à fonctions diverses tels les encriers [fig. 168 : 14], les coquetiers, les couvercles [fig. 168 : 15‚ 16], ainsi que quelques vases destinés à l’hygiène corporelle, notamment des pots de chambre.

226Dans la seconde moitié du xixe s., la faïence à pâte calcaire disparaît totalement au bénéfice exclusif de la faïence fine. Signalons dans cette production la présence de deux assiettes à décors historiés provenant des ateliers de Grigny (Rhône) – actifs à partir de 1829 jusqu’à la fin du xixe s.

4.3.2.13 La porcelaine

227Au xviie s., trois fragments de porcelaines à décor bleu, sans doute originaires de Chine, ont été inventoriés. Il s’agit sans doute de petits bols de type Ming. La découverte de ces productions est assez rare dans les contextes lyonnais d’époque moderne. Les plus anciens datent de la seconde moitié du xvie s. (Horry 2001 : 173-174).

228Au xviiie s., la porcelaine est encore assez rare (seulement 18 tessons). Elle est essentiellement originaire d’Extrême-Orient, de Chine, et se caractérise par des décors en camaïeu bleu. Le répertoire des formes n’est pas très diversifié : assiettes, plats, une coupe à godrons, coupelles [fig. 169] et tasses.

fig. 169 Porcelaines, seconde moitié du xviiie s. (phase 15d).

© É. Bayen ; photo A. Horry.

229À partir de la première moitié du xixe s., la porcelaine (11 % des vases) est majoritairement blanche. Les quelques individus décorés sont sans doute originaires d’Extrême-Orient, comme l’atteste un fragment d’assiette dans le style de la Compagnie des Indes. Une très grande partie de la porcelaine blanche est issue d’un secteur particulier du site sur la berge. Un épandage de quelques mètres de large et de long contenait exclusivement de la vaisselle en porcelaine blanche, parfois décorée de motifs à la feuille d’or. La présence répétitive de certaines formes évoque un petit dépotoir lié à une activité particulière : chargement tombé à la rivière, rejets de boutique, rejets d’ateliers ou encore rejets du cabaret voisin. Ce dépotoir a permis d’isoler un catalogue de formes particulier essentiellement constitué de vaisselle de table : sous tasses [fig. 170 : 1-5], coupelles [fig. 170 : 6‚ 7], assiettes [fig. 170 : 8-14], tasses à café [fig. 170 : 15-21], bols [fig. 170 : 23] et passoire de tisanière ou théière [fig. 170 : 24]. Signalons également la présence, plus rare, de petits pots à onguents [fig. 170 : 22] et de vases décoratifs ou « vases Médicis ».

fig. 170 Porcelaines, première moitié du xixe s. (phase 15e).

© É. Bayen.

4.3.2.14 La céramique siliceuse ottomane

  • 126 Il s’agit d’une céramique à pâte siliceuse recouverte d’un engobe blanc, sur lequel est peint un dé (...)

230Au xviie s., parmi les productions inédites à Lyon, citons un fragment de plat en céramique siliceuse126 originaire des ateliers ottomans d’Anatolie en Turquie [fig. 171]. Il porte un décor végétal et floral polychrome bleu et vert. Il constitue le second témoignage archéologique de ces productions dans la région. Un tesson avait été précédemment découvert dans les fouilles d’un château du pays de Gex (Ain) dans un contexte de la fin du xvie s. (Auger et al. 1995 : 8-9). D’autres exemplaires sont connus en France méridionale (Foy et al. 1986 ; Amouric et al. 1999 : 114-115).

fig. 171 Fragment de céramique ottomane d’Iznik, début du xviie s. (phase 15a).

© A. Horry.

4.3.2.15 Le grès

231Au xvie s., le grès est rarissime : seulement quatre tessons qui ne fournissent de renseignements ni sur l’origine des produits, ni sur les objets auxquels ils appartenaient. Au xviie s., on ne trouve qu’un seul tesson, dont il est impossible de déterminer l’origine. Au xviiie s., le grès reste rare : six fragments peu instructifs quant à leur origine, à quoi s’ajoute un fond de pichet peut-être d’origine septentrionale, Alsace ou Allemagne.

  • 127 Comme par exemple : « Besson fls, Brasseur, Lyon ».

232Le grès est attesté de façon plus régulière à partir de la première moitié du xixe s. (3 % du total des vases). Contrairement à d’autres régions de France où ce matériau est destiné à des usages variés, les pièces découvertes au Parc Saint-Georges, qui s’intègrent à une typologie lyonnaise déjà attestée, ne relèvent pas d’une grande diversité. La majorité des pièces se rapporte au répertoire des vases à liquide ou bouteilles. Ces « cruchons » portent des marques qui renseignent sur leur lieu de production et leur contenu127, ou encore sur leur lieu d’utilisation. On lit les marques de fabriques suivantes : « Oriol et Cie, Fabrique de Saint Vallier » (Drôme) ; « Revol à St Uze » (Drôme) ; « Revol, père et fls à St Uze et Ponsas » (Drôme) ; « Près Ponsas, Fontager » (Drôme) ; « Fabrique St Georges, Mme Thorn, Metz ».

233La majorité des marques évoque assurément un approvisionnement privilégié depuis la Vallée du Rhône. Des bouteilles de format plus réduit sont destinées à contenir de la bière. Enfin, plusieurs pichets et cruches en grès de couleur grise aux décors incisés bleus sont sans doute originaires d’Alsace ou d’Allemagne.

4.3.2.16 La céramique lavalloise

  • 128 La forme particulière de ces vases, qui rappelle des exemplaires en grès normands, permet de les id (...)

234Le dépotoir de berge de la seconde moitié du xvie s. a livré en outre plusieurs fragments d’une production lavalloise qualifiée « rose-bleu ». L’aspect bicolore, orangé-rose sur les faces externes et gris bleuté sur les faces internes résulte des techniques particulières de fabrication de ces vases (réoxydation en post-cuisson). Leur pâte est très dure et sonore. Les objets ainsi réalisés sont des pots à beurre128 à lèvre plate munie d’une anse, et de forme ovoïde fuselée. Ce produit originaire d’ateliers situés à Laval (Mayenne), diffusé au xvie s. (Naveau 2001 ; Alaterre 2000) en Bretagne, dans les Pays de Loire, en Poitou, en Limousin, dans le Centre et en Île-de-France est ici attesté pour la seconde fois à Lyon (Horry 2006b).

4.3.3 Conclusion

235Parmi les ensembles céramiques, le xve s. fait figure de parent pauvre. Seuls quelques éléments ont été découverts dans des structures en creux ou des remblais, et n’apportent pas d’éléments supplémentaires à la connaissance du vaisselier de cette période à Lyon. Il est possible d’effectuer quelques remarques sur le « manque » ou la quasi-absence de mobilier céramique du xve s. sur le site. À partir du xiiie s., et jusqu’au début du xixe s., chaque lot est représenté par une quantité variable de tessons issus des différents dépotoirs successifs de la Saône, reflétant les usages liés à l’occupation riveraine. Dès le bas Moyen Âge, le secteur est assez urbanisé. Le port Sablet est attesté dès le xive s. Des informations d’ordre géomorphologique pourraient alors expliquer ce hiatus dans la constitution des lots. Les éventuels dépotoirs présents sur la berge et dans la Saône pourraient en effet avoir été régulièrement « lavés » et déplacés par les fortes crues attestées durant cette période. De plus, l’avancée du bâti sur les rives de la Saône et la construction d’un premier port « monumental » au milieu du xviie s. ont pu engendrer des remaniements dans les dépotoirs constitués.

236Au début du xvie s., même si le lot est assez faible numériquement, le mobilier céramique évolue quelque peu. La céramique commune grise est désormais fortement concurrencée par la céramique à pâte rouge et glaçure plombifère, présente à d’égalité. Les céramiques à pâte calcaire engobées et glaçurées font leur apparition et côtoient désormais les productions de la Bresse en l’espèce des céramiques à pâte blanche et glaçure verte de Meillonnas. Des produits vraisemblablement importés sont évoqués par le grès, ou encore les faïences. Cet ensemble est très proche de celui d’un dépotoir découvert à Lyon sur le site de Bellecordière-République, daté de la fin du xve s. ou du tout début du xvie s. La faible représentation du service vert de Meillonnas, la typologie des formes dans différentes productions, l’absence de faïence lyonnaise du milieu du xvie s., et les éléments de chronologie absolue ont permis de dater ce lot du début du xvie s.

237L’analyse du dépotoir de la seconde moitié du xvie s. fournit, grâce à une abondance de tessons, des jalons supplémentaires pour la connaissance du faciès céramologique lyonnais de cette période. Elle permet de compléter les connaissances acquises grâce aux nombreux ensembles étudiés à Lyon ces vingt dernières années – le lot le plus important étant du milieu du xvie s. découvert place des Terreaux (Arlaud et al. 2000 : 165-182). Les taux de représentation de certaines productions sont nettement différents de ceux du bas Moyen Âge. La régression des productions siliceuses communes grises est remarquable. Ce phénomène peut être induit par l’apparition de nouveaux produits issus de régions diverses et spécialisés dans un répertoire qui entre en concurrence directe avec les céramiques à pâte grise. Désormais, le répertoire de formes est plus restreint, essentiellement tourné vers les pots culinaires. Les céramiques à pâte rouge glaçurée concurrencent directement les céramiques communes grises. Il semble qu’une meilleure maîtrise de la glaçure plombifère, qui désormais n’est plus seulement appliquée pour des raisons décoratives mais pour étanchéifer et faciliter la cuisson, peut expliquer en partie l’engouement pour cette production, renforcé par la possibilité de diversifier le répertoire, qui peu désormais s’étendre de la vaisselle culinaire à la vaisselle de table. Le service vert de Meillonnas amorce une période de prospérité qui s’étalera sur plus de deux siècles. Ce sont cependant les céramiques à pâte calcaire engobée qui connaissent un développement le plus considérable. Celui-ci n’aura de cesse d’augmenter jusqu’à la fin de la période moderne. Parmi les nouveautés de cette seconde moitié du xvie s., il faut mentionner les productions décorées à l’aide d’engobes. Le taux de représentation très important dans ce dépotoir de berge permet d’évoquer une chronologie assez tardive, puisque parmi le mobilier de la place des Terreaux évoqué plus haut, daté du milieu du xvie s., ces produits sont encore très peu présents. Les faïences, même en nombre encore assez restreint, témoignent d’une grande diversité, alternant produits locaux et pièces issues d’Italie ou d’Espagne. Dans des catégories diverses, mentionnons des produits importés de régions septentrionales, rarement trouvés dans les contextes lyonnais, comme les grès ou la céramique « rose-bleu » de l’Ouest de la France. Les constituants de ce dépotoir de berge appartiennent donc à un répertoire qu’il est possible de rattacher à la seconde moitié, voire à la fin du xvie s. La présence de certaines productions de faïences connues dans les vingt dernières années du xvie s. peut constituer un argument de datation. L’analyse du numéraire vient conforter cette chronologie. Ce mobilier confrme ce que les découvertes lyonnaises antérieures avaient permis d’observer partiellement : le xvie s. est une réelle période de transition pour la céramique, au cours de laquelle les traditions médiévales côtoient des innovations qui sont à l’origine de la céramique moderne (Amouric et al. 1997). Le lot de notre fouille daté de la fin du xvie s. permet d’analyser pour la première fois la part réservée à cette période aux productions engobées décorées et aux faïences –deux produits appelés à diversifier le vaisselier domestique.

238Le xviie s. n’occasionne pas de grands changements. Les produits à pâte grise ou rouge poursuivent leur déclin amorcé à la fin du xvie s., et sont peu à peu remplacés dans le domaine de la cuisine par les céramiques à pâte kaolinitique de Meillonnas et, plus tardivement, de Larnage. Les céramiques à pâte calcaire engobée continuent très largement d’équiper les foyers du quartier Saint-Georges et voient leur nombre augmenter. Les faïences sont un peu moins représentées qu’au siècle précédent –ce phénomène étant assez général à Lyon au xviie s. Un des intérêts majeurs de l’ensemble du parc Saint-Georges est de contenir quelques éléments qui attestent la présence de produits « exotiques », à l’exemple de ce fragment de plat ottoman, à ce jour unique à Lyon. La diversification du vaisselier amorcée vers la fin du xvie s., tant dans le domaine des formes et des usages que des groupes techniques, se confrme. Les taux de représentation de ces groupes se rapprochent de ceux de plusieurs ensembles lyonnais découverts précédemment. Le taux assez faible des produits de Larnage peut constituer par exemple un marqueur chronologique permettant d’envisager plutôt la seconde moitié du xviie s.

  • 129 À ce jour, plusieurs ensembles lyonnais et régionaux livrent des éléments de comparaison. La fouill (...)
  • 130 La diversification des types de pâtes et surtout de leurs revêtements, surtout dans le domaine de l (...)

239Les lots céramiques du xviiie s.129 fournissent un mobilier exceptionnel en termes de quantité (30 000 tessons comptabilisés à ce jour) et de diversité de produits. Ils permettent d’étudier avec précision les représentations numériques des différents constituants du vaisselier entre le xviie et la période révolutionnaire. À partir du début du xviiie s., on voit ainsi apparaître des répartitions différentes qui annoncent les changements à venir de la période révolutionnaire et surtout de la première moitié du xixe s. Ces lots constituent un ensemble majeur parmi les contextes de dépotoir du site du Parc Saint-Georges. Le développement considérable que connaît la faïence n’éclipse cependant pas les autres produits telles les céramiques engobées qui continuent très largement d’équiper les foyers de Saint-Georges. Tout au plus est-il possible de noter une répartition différente des catégories fonctionnelles. Désormais, dans le domaine de la vaisselle de table la faïence est très présente grâce aux assiettes blanches ou à cordon bleu, qui constituent la grande majorité des formes identifiées. La diversification concerne également la vaisselle culinaire. Les approvisionnements s’effectuent auprès de divers centres potiers, Larnage, Étrepigney et sans doute d’autres régions non encore identifiées. Enfin, le site a également livré les premiers témoignages des assiettes à taches brunes d’Albisola, et permet ainsi de donner un point supplémentaire à la carte de diffusion de ces produits, typiques du xviiie s., attestés jusqu’au Canada. Les céramiques de la période moderne se démarquent donc par un développement considérable de techniques de fabrication, apparues parfois quelques siècles plus tôt mais qui s’affirment là au travers d’un vaisselier de plus en plus diversifé. Au xviiie s. La place laissée vacante dans le domaine de la vaisselle culinaire par les productions en céramique grise sera désormais occupée par les productions à pâte claire ou blanche, dont une partie peut être qualifiée de kaolinitique, qui représentent plus de 16 % du total des vases130. Ce groupe est composé de quatre sous-groupes : les céramiques kaolinitiques ou claires diverses, le service jaune de Larnage, le service vert de Meillonnas et les céramiques d’Étrepigney.

  • 131 Le catalogue d’exposition À la fortune du pot avait néanmoins pris en compte cette période en prése (...)

240L’analyse des céramiques issues de contextes archéologiques du xixe s. à Lyon reste encore peu développée et ne bénéficie pas comme pour les périodes précédentes d’ensembles de référence sur lesquels l’argumentation chronologique et typologique peut reposer131. C’est tout l’intérêt de ce dépotoir de la première moitié du xixe s. que de livrer pour la première fois des données importantes sur les constituants des vaisselles lyonnaises au début de la période contemporaine. Si quelques grands centres de production peuvent être identifiés, ce n’est pas le cas de tout le mobilier, qui provient sans doute pour une large part d’officines ou d’ateliers dont les productions de vaisselles communes restent encore inconnues. « L’enquête des préfets » menée de 1805 à 1810 par Alexandre Brongniart (Dubus, Pannequin 1999) est à ce titre utile pour essayer de démêler les éléments d’un ensemble riche de nouveautés et par conséquent d’inconnues. Le mobilier céramique de la première moitié du xixe s. témoigne désormais d’une très grande diversité de produits. Le catalogue des formes disponibles s’élargit sans pour autant se différencier complètement de celui qui est apparu deux siècles plus tôt. Cet accroissement des types de production découverts dans les dépotoirs domestiques de notre fouille reflète des approvisionnements auprès de centres divers : locaux, régionaux, plus éloignés voire étrangers. Les céramiques classées dans la catégorie claire ou kaolinitique occupent une place de choix. Ces productions sont caractérisées par des pâtes d’argile kaolinitiques fines sans inclusions dans des coloris de beige clair, rose, parfois presque blanc. Toutes ces céramiques ont en commun l’utilisation d’un revêtement plombifère très couvrant parfois associé à un engobe. Elles s’affirment surtout au sein du répertoire culinaire où se justifie le choix d’une argile résistant aux chocs thermiques provoqués par la mise sur feu. Quatre grands groupes ont été individualisés : les céramiques kaolinitiques diverses, les céramiques de Dieulefit, les céramiques d’Étrepigney et les céramiques de Vallauris. Ceci peut être aisément illustré par les céramiques qui ont été classées dans la catégorie claire ou kaolinitique. En effet, le nombre de type de productions dans cette catégorie tend à se développer avec l’apparition de nouveaux produits. Si l’attribution d’une part de ces derniers à Dieulefit, Étrepigney ou Vallauris ne fait aucun doute, il est plus difficile d’identifier toute une gamme de vaisselles aux caractères morphologiques divers. La faïence est encore très largement représentée mais elle est, en ce début du xixe s., sérieusement concurrencée par les faïences fines et les porcelaines blanches dans le répertoire de table. Les décors appartiennent largement au répertoire dit « populaire » de la fin du xviiie s. et du début du xixe s., proches des productions lyonnaises ou roannaises. Une analyse rapide du lot de faïence témoigne également de l’utilisation de pièces anciennes plusieurs décennies durant, voire sur une cinquantaine d’années, comme l’illustrent les nombreuses pièces, vaisselles émaillées aussi bien que vaisselles communes ou culinaires, certainement datées du milieu ou de la seconde moitié du xviiie s. présentant parfois des traces évidentes de restauration. La faïence fine, ou « terre de pipe », est caractéristique de la production du premier quart du xixe s. Elle est caractérisée par une terre blanche recouverte d’un vernis plombifère. Aux côtés d’exemplaires unis, quelques individus présentent des décors imprimés. La présence significative de bouteilles en grès est sans doute à associer, comme les milliers de fragments de conteneur en verre noir, à la présence d’un cabaret à l’angle du port Sablet au début du xixe s. Les autres céramiques permettent d’offrir un large et abondant aperçu de la vaisselle populaire utilisée dans les foyers d’un quartier de Lyon à l’orée de la période contemporaine.

4. 4 Monnaies, jetons et méreaux

241Christian Cécillon

242Les 274 monnaies, méreaux et jetons trouvés à Saint-Georges constituent à ce jour le plus grand lot monétaire recueilli au cours d’une opération archéologique préventive à Lyon depuis trente ans. Cependant, une grande partie du numéraire récolté s’avère inexploitable dans le cadre d’une étude numismatique raisonnée. En effet, après le retrait d’un nombre élevé d’unités rendues illisibles par leur séjour en milieu humide instable et de monnaies issues de contextes perturbés par les activités saisonnières de la Saône, seule une sélection de 120 monnaies a été retenue pour illustrer les fréquentations successives du site. Une réflexion concertée s’est ainsi attachée à un corpus monétaire restreint fondé sur la pertinence et la représentativité du numéraire étudié plutôt que sur son exhaustivité.

243Replacé dans des contextes de découverte finement analysés, ce corpus délivre des données inédites sur la circulation monétaire à Lyon, notamment pour la période moderne. Lanalyse du mobilier monétaire s’appuie sur des regroupements séquentiels de contextes bien datés et sur la nature des ensembles stratigraphiques antiques, médiévaux et modernes dont le numéraire est extrait (zones dépotoir, niveaux de crues, environnement direct des épaves, niveaux de circulation sur les berges).

244Les monnaies sont ici cataloguées, à l’intérieur de chaque phase stratigraphique, dans l’ordre chronologique des émissions monétaires [tabl. xxivtabl. xxv].

tabl. xxiv Inventaire des monnaies antiques par autorité d’émission et par phase stratigraphique (- aucune monnaie).

tabl. xxv Inventaire des monnaies médiévales et modernes par autorité d’émission et par phase stratigraphique (- aucune monnaie).

245Pour chaque monnaie sont indiqués dans l’ordre :

246C[no de cat.]. Autorité émettrice
• Dénomination de la monnaie (métal)
(Réf. bibliogr.) / atelier ou lieu de production / datation
Numéro d’Us. ou contexte stratigraphique / poids / diamètre
D/ Description du droit si la référence est indéterminable : épigraphe / iconographie.
R/ Description du revers (même système). / Éventuelle précision supplémentaire.
[L’axe d’orientation des coins n’est pas indiqué.]
Abréviations utilisées pour ce catalogue :
à d. : à droite
à g. : à gauche
g : gramme
ind. : indéterminé
mm : millimètre
var. : variante
Av : alliage aurifère
Ae : alliage à base de cuivre
AR : alliage argentifère
Cu : cuivre
L. : livre romaine
Or. : orichalque
Pb : plomb
– : information manquante ou sans objet

247Abréviations des références bibliographiques du catalogue :
Bi. : (Biaggi 1994)
Laf. : (Lafaurie 1951 ; Lafaurie, Prieur 1956)
ric : The Roman Imperial Coinage
[Renvoie sous cette forme à l’ensemble de la collection sans distinction de volume.]

4.4.1 Le iiie s.

248Au iiie s., la fréquentation intensive de la berge enfin stabilisée (zones de rejets, dépotoirs du début à la fin du iiie s.) a déposé les premiers témoins monétaires de l’Antiquité. Ces monnaies reflètent une activité assez soutenue et nous renseignent sur la teneur effective du circuit monétaire de cette époque.

  • 132 Bien qu’Alexandre Sévère (222-235) ait intensivement repris la frappe des monnaies sénatoriales (Ae (...)

249On relève l’usage prédominant de monnaies bien antérieures au contexte, toutes frappées au iie s. ap. J.-C., essentiellement des monnaies de la dynastie antonine (C1-C11), et ce tout au long du iiie s. La plus ancienne, un sesterce de Trajan très usé (C6), circule encore dans la seconde moitié du iiie s. On note que les monnaies frappées sous le règne d’Antonin le Pieux (138-161) dominent proportionnellement dans ce lot. Le fort volume de frappes de la dynastie antonine pallie la pénurie d’espèces divisionnaires émises à partir des Sévères et surtout durant la première moitié du iiie s. au début de la période d’anarchie militaire (Buttrey 1981 ; Estiot 1996)132. On recense, de fait, pour la période concernée seulement deux unités associées aux émissions antonines (C12, C13), frappées vers le milieu et durant la seconde moitié du iiie s.

  • 133 Des deniers de bon poids et de bon aloi du iie s. voire du début du iiie s. étaient utilisés, notam (...)

250Par ailleurs, il convient de signaler que le denier (fourré ?) de faible poids à l’effigie de Faustine II (C4) dont l’association de coins semble inédite, pourrait être l’œuvre d’un faussaire ayant opéré au début ou au cours de la première moitié du iiie s. (Aubin, Monin 1996)133. Cette monnaie a peut-être été retirée de la circulation après contrôle et jetée car elle n’était pas d’argent pur mais de métal vil.

  • 134 Le contexte stratigraphique de cette monnaie n’étant pas celui d’origine (effondrement du mur duran (...)

251Enfin, on note, dans les contextes de la seconde moitié du iiie s., l’absence d’« imitations radiées » de l’Empire gaulois (Tétricus Ier et Tétricus II) ainsi que des types posthumes Divo Claudio (Claude II divinisé), alors que ces piécettes de cuivre sont massivement produites dans des ateliers irréguliers et largement diffusées en Gaule dans le dernier quart du iiie s. Toutefois, il faut signaler la présence d’une de ces imitations radiées prise dans le mortier d’un pan de mur effondré autour de l’an Mil (Us. 1791), placée ici, semble-t-il, comme monnaie de fondation. En l’absence de toute liaison stratigraphique, il n’est cependant pas possible de déterminer l’époque exacte de la construction du mur. Ce dernier a pu être édifié dans le dernier tiers du iiie s. ou dans le courant du ive s., si l’on se réfère aux contextes de circulation ou d’usage de ces piécettes attesté en Gaule et notamment à Lyon et en région lyonnaise134.

4.4.1.1 Début du iiie s.

252C1. Commode
• Sesterce (Or.)
– / Rome / 180-192
Us. 1379 / 21,3 g / 29,5 mm
D/ [IMP] M COMMODVS ANT[…] P FELIX / tête laurée de Commode à d.
R/ […] PM TRP […] / Jupiter debout à g. tenant un long sceptre et le foudre, un aigle à ses pieds.

253C2. Marc-Aurèle ou Commode
As ou dupondius (Cu)
– / Rome / 161-192
Épave no 4 (sous la varangue 2) / 9,76 g / 25,6 mm
D/ illisible / tête de Marc-Aurèle ou de Commode à d.
R/ illisible / personnage debout.

4.4.1.2 Milieu du iiie s.

254C3. Antonin le Pieux
Dupondius (Cu)
– / Rome / 138-161
Us. 1322 / 10,8 g / 25 mm
D/ ANTONINVS AVG P[I]VS […] / tête radiée d’Antonin à d.
R/ […]V[…] / personnage (féminin ?) debout à g.

255C4. Antonin le Pieux
• Faustine II : denier fourré (?) hybride (AR)
– / atelier irrégulier (?) / première moitié du iiie s. (?)
Us. 1356 / 2,60 g / 17,8 mm
D/ FAVSTINA – AVGVSTA / buste de Faustine à d.
R/ CON[C]OR – DIA AVG / la Concorde (?) debout à g. tenant une corne d’abondance et une patère (?). / (ric : [manque]) : type non répertorié ?

256C5. Marc-Aurèle
Dupondius (Cu)
– / Rome / 161-180
Us. 1356 / 12,1 g / 25 mm
D/ [… A]NTONINV[S…] / tête de Marc-Aurèle à d.
R/ [SALVS ?] AV[GVSTI ?] / la Santé assise à g. nourrissant un serpent enroulé autour d’un autel.

4.4.1.3 Seconde moitié du iiie s.

257C6. Trajan
• Sesterce (Or.)
– / Rome / 98-117
Us. 1461 / 19,8 g / 33,2 mm
D/ illisible / tête laurée de Trajan à d.
R/ illisible / [S]C dans le champ / personnage debout.
/ Usure très forte.

258C7. Hadrien
As (Cu)
– / Rome / (117-138)
Us .1461 / 6,45 g (flan rongé) / 24,2 mm
D/ […]S[…] / tête laurée d’Hadrien à d.
R/ illisible / [S]C dans le champ / personnage féminin debout à g.

259C8. Antonin le Pieux
As (Cu)
– / Rome / 138-161
Us. 1461 / 7,66 g (flan rongé) / 25,2 mm
D/ illisible / tête laurée d’Antonin à d.
R/ illisible / personnage debout à g.

260C9. Antonin le Pieux
As (Cu)
– / Rome / 138-161
Us. 1461 / 1,69 g (cassure) / 23 mm
D/ illisible / tête laurée d’Antonin à d.
R/ illisible / personnage (?) debout.

261C10. Marc-Aurèle
Sesterce (Or.) : Faustine II
(ric III : 1673) / Rome / 161-175
Us. 1461 / 20,35 g (flan rongé) / 25,6 mm

262C11. Marc-Aurèle ou Commode
As (Cu)
– / Rome / 161-192
Us. 1461 / 7,69 g (flan rongé) / 25,6 mm
D/ […]AN[…] / tête laurée à d.
R/ illisible / [S]C dans le champ / Mars (?) debout à g. tenant un trophée sur l’épaule ?

263C12. Philippe Ier l’Arabe
Antoninianus (AR) : Otacilla Severa
(ric IV : part. 3, 123c) / Rome / 246-248
Us. 1461 / 3,12 g (flan rongé) / 21 mm

264C13. –
Antoninianus ou aurelianus (AR)
– / – / iiie s. ap. J.-C.
Us. 1461 / - (fragment) / –
/ Illisible.

4.4.2 L’Antiquité tardive

  • 135 Sur le site de l’angle des rues Élie-Rochette/ Père-Chevrier, Lyon (7e), des imitations radiées son (...)
  • 136 Les tombes et les trésors montrent que les « imitations radiées » réapparaissent à chaque pénurie d (...)
  • 137 Pour exemple, quatre minimi de type Victoria auggg des années 380-390 sont recensés sur le site voi (...)

265Seuls des contextes datés du milieu du ive s. et de la fin du ive s. – début du ve s. livrent du numéraire (C14-C26). Le peu d’unités inventoriées (treize monnaies) limite l’interprétation du lot à des constats que viennent cependant corroborer d’autres lots lyonnais. On note tout d’abord la très faible part de monnaies produites dans le premier quart du ive s. : une seule monnaie frappée entre 309 et 312, un nummus de Maxence (C15), est répertoriée dans un contexte du milieu du ive s. Les nummi frappés durant les deux premières décennies du ive s., rapidement thésaurisés, circulent effectivement très peu. Notre exemplaire, moyennement usé, a pu être soustrait un temps aux échanges puis être réintroduit dans le circuit monétaire. L’extrême rareté des monnaies du tout début du ive s. isolées est un fait attesté sur les sites régionaux, et plus généralement gaulois. Le très faible approvisionnement ou le retrait de ces espèces du circuit monétaire favorise le maintien et la fabrication durant la première moitié du ive s. des « imitations radiées » de l’Empire gaulois (Tétricus Ier et Tétricus II, Victorin, etc.) (C17, C18) et de Claude II divinisé (C14). Si la circulation de ce monnayage que l’on peut qualifier « de nécessité » est reconnue sur des sites gaulois (Doyen 1980), on constate qu’à Lyon comme dans le Nord de la Gaule (Delmaire 1982) ce monnayage irrégulier accompagne des émissions officielles ou des imitations des dynasties constantinienne (années 330-360) et valentinienne (années 360-380) (Cécillon et al. 2000)135. Sur le site de Saint-Georges, on retrouve ces piécettes dans des contextes du milieu du ive s. ; elles sont encore présentes dans des niveaux datés de la fin du ive s. où elles côtoient des nummi officiels et des imitations de la dynastie constantinienne (C16, C19-C24) ainsi que des divisionnaires de bronze officielles de la dynastie valentinienne (C25, C26)136. Par ailleurs, trois nummi (deux officiels et une imitation) émis dans les années 341-348 par la dynastie constantinienne (type Victoriae Dd Augg Q Nn) (C19-C21) circulent avec des unités frappées au cours de la seconde moitié du ive s. Des exemplaires de ce type et leurs imitations se trouvent associés à des émissions datées de 348-361 sur un site de l’est lyonnais (Cécillon 2001). Ici, aussi, ces pièces côtoient un nummus officiel (C22) et des imitations du type Fel Temp Reparatio (au cavalier terrassé) dont le prototype a été émis par la dynastie constantinienne de 348 à 361 (C23, C24), mais aussi un nummus de la dynastie valentinienne (type Gloria Romanorum) frappé entre 364 et 367 (C25) et une maïorina de Valentinien II (375-392) au type Reparatio Reipub (C26) frappée entre 378 et 383 ; cette dernière établit le terminus post quem du lot tardif. On constate par ailleurs l’absence, dans les contextes datés de la fin du ive s. au début du ve s., de minimi des empereurs Arcadius (383-408) et Honorius (395-423) (type Victoria Auggg, etc.) qui furent pourtant frappés assez abondamment dans les années 390, notamment à Lyon, et dont la présence n’est pas rare dans les contextes lyonnais de la fin du ive s., voire du ve s.137.

4.4.2.1 Milieu du ive s.

266C14. Claude II
Antoninianus (imitation) (Ae) Prototype : (ric V : 261 ou 263) / atelier irrégulier / du dernier quart du iiie s. au début du ive s.
Us. 1466 / 1,3 g / 17,2 mm

267C15. Maxence (306-312)
Nummus (Ae)
(ric VI : 35) / Ostie (4e officine) / 309-312
Us. 1744 / 4,7 g / 24,5 mm

268C16. Dynastie constantinienne
Nummus (Ae)
– / atelier indéterminé / 330-360
Us. 1744 / - (fragment) / –
D/ illisible / tête laurée (?) à d.
R/ illisible / personnage debout (?).

4.4.2.2 De la fin du ive s. au début du ve s.

269C17. Tétricus IerAntoninianus (imitation) (Ae)
– / atelier irrégulier / 270 à 290-300 – ive s.
Us. 1447 / – (fragment) / –
D/ [… AV]G / tête radiée de Tétricus à d.
R/ illisible / la fides militum (?) debout à g. tenant une enseigne transversale.

270C18. Tétricus Ier – Tétricus II
Antoninianus (imitation) (Ae)
– / atelier irrégulier / 270 à 290-300 – ive s.
Us. 1447 / 1,19 g / 16,5 mm
D/ illisible / tête radiée à d.
R/ illisible / personnage debout à g. tenant un sceptre ou une corne d’abondance.

271C19. Constant (337-350)
Nummus au 1/192e L. (Ae)
– / Lyon / 347-348
Us. 1447 / 1,3 g / 13,5 mm
D/ [DN CONSTAN]S PF AVG / buste de Constant à d.
R/ VICTORIAE DD [AVGG Q NN] ; [S]T superposés dans le champ ; exergue illisible / deux Victoires debout se faisant face tenant chacune une couronne de laurier.

272C20. Dynastie constantinienne (340-361)
Nummus au /192e L. (Ae)
– / atelier ind. / 341-348
Us. 1483 / - (fragment) / –
D/ illisible / tête ou buste à d.
R/ [VICTORIAE DD AVGG Q NN] / même description que R/ de C19.

273C21. Dynastie constantinienne (340-361)
Nummus au 1/192e L. (Ae)
– / atelier irrégulier / 341-348 (?)
Us. 1483 / 1,2 g / 13,8 mm
D/ illisible / tête ou buste à d.
R/ illisible / même description que R/ de C19 et C20.
/ Imitation du type Victoriae Dd Avgg Q Nn.

274C22. Constance Galle (?)
Maiorina réduite ou nummus (Ae)
– / Lyon ou Arles (?) / 351-354
Us. 960 / (fragment) / 17,5 mm
D/ illisible ; A derrière la tête / buste drapé, cuirassé, tête nue de Constance Galle (?) à d.
R/ FEL TEMP REPARATIO / soldat debout frappant de sa lance un cavalier désarçonné.
Imitations et ateliers irréguliers.

275C23. –
Nummus (Ae)
– / – / vers 348-361
Us. 1447 / 0,6 g / 13,8 mm
D/ illisible / tête ou buste à d.
R/ illisible / même description que R/ de C22.
/ Imitation du type Fel Temp Reparatio.

276C24. –
Nummus (Ae)
– / – / vers 348-361
Us. 1447 / 1,14 g / 14,2 mm
D/ illisible / tête ou buste à d.
R/ illisible / même description que R/ de C22 et C23.

277C25. Valens ou Valentinien Ier
Nummus au 1/120e L. (Ae)
– / Arles / 364-375
Us.1447 / 2,94 g (concrétion) / 19,1mm
D/ [DN]VALEN[…] / buste diadémé (perles), drapé et cuirassé à d.
R/ GLORIA RO[MANORVM] ; OF – II dans le champ ; S (?) CON[ST] à l’exergue / l’empereur debout à d. tenant un labarum et tirant un captif par les cheveux.

278C26. Valentinien II (375-392)
Maiorina au 1/60e (Ae)
– / atelier ind. / 378-383
Us. 1447 / 3,00 g / 22,9 mm
D/ DN VALENTI[NIAN]VS [PF] AVG / buste diadémé, drapé et cuirassé de Valentinien II à d.
R/ [REPARATIO REIPVB] / l’empereur debout à g. tenant une victoriola et relevant une femme agenouillée.

4.4.3 Autour de l’an Mil

279Une seule monnaie (C27), un denier de la seigneurie d’Issoudun, témoigne de la fréquentation de la berge au xie s. La singularité de cet exemplaire confirme la rareté du monnayage, notamment d’émanation royale, en circulation durant cette période. Les contextes médiévaux lyonnais du haut Moyen Âge jusqu’aux xie-xiie s. livrent rarement du numéraire de cette période.

280C27. Seigneurie d’Issoudun (Berry)
• Denier anonyme (AR)
Var. : (Poey d’Avant 1961 : 1977) / Issoudun (?) / 1044-1092
Us. 1774 / 0,5 g / 17,4 mm

4.4.4 Le bas Moyen Âge

281Une obole anonyme lyonnaise et deux méreaux à compte proviennent d’un dépotoir des niveaux de berge de la seconde moitié du xiiie s. Celui-là même qui a livré une bulle pontificale en plomb au nom d’Innocent IV (1243-1254) (inv.476.2). L’obole (C28) a été émise par l’archevêché de Lyon dans la seconde moitié du xiiie s. La classification précise du monnayage de l’archevêché lyonnais demande encore à être affinée. Ce type est associé ici à des méreaux à compte de la seconde moitié et de la fin du xiiie s. (C29-C30). La présence du méreau à compte des Franzesi (C30), banquiers italiens attitrés de Philippe IV le Bel, qui officient à la cour de ce dernier entre 1290 et 1307, fournirait un jalon chronologique pour la classification du type particulier de cette obole épiscopale lyonnaise.

  • 138 L’inventaire et la classification des méreaux proviennent du Centre national de recherche sur les j (...)

282Les contextes de berge du xive s. à Saint-Georges montrent l’usage répandu d’une monnaie de substitution, les méreaux, au détriment des monnaies tant royales que seigneuriales, absentes dans ces niveaux pour cette phase. Les quatre méreaux ecclésiastiques et de salaire inventoriés présentent un style datable de la fin du xiiie s. (C31, C32) ou du passage entre la fin du xiiie s. et le début du xive s. (C33, C34)138. Leur position dans des séquences clairement établies par le mobilier céramique dans le courant du xive s. nous incite à affiner les classifications d’usage de ces exemplaires. On note enfin que l’iconographie des méreaux de plomb de la période concernée est très souvent d’inspiration monétaire.

4.4.4.1 Seconde moitié du xiiie s.

283C28. Archevêché de Lyon
• Obole anonyme (AR)
Var. : (Poey d’Avant 1961 : 5033) / Lyon / 1250-1300 Us. 476 / 0,60 g / 15 mm

284C29. –
• Méreau à compte (Pb)
– / atelier ind. / 1250-1300
Us. 476 / 5,5 g / 24,5 mm
D/ anépigraphe / fleur de lys (florentine), décor de bordure.
R/ anépigraphe / châtel tournois entouré d’un cercle de bordure avec oves et lis.
/ Type inspiré au droit du florin florentin (1252) et au revers du gros tournois de Saint-Louis (1266). Méreau utilisé par des marchands lombards.

285C30. Famille des Franzesi
• Méreau à compte (Cu)
– / atelier ind. / 1290-1307
Us. 476 / 1,60 g / 23,6 mm
D/ anépigraphe / écu armorié des Franzesi surmonté d’une croix, entouré d’un décor extérieur de groupes de trois points.
R/ anépigraphe / écu portant en son centre une croix cantonnée de globules et entourée d’un cercle.

4.4.4.2 xive s.

286C31. –
• Méreau ecclésiastique local (?) (Pb)
– / atelier ind. / fin du xiiie s.
Us. 1473 / 0,60 g / 11,5 mm
D/ anépigraphe / croix entourée d’un décor de type « cordé » (hachures obliques et courbes).
R/ SC DIPA ou (DIDA) (lettres rétrogrades) / croix centrale dans un cercle lui-même entouré de caractères formant un texte.
/ La légende mentionnerait un saint local à identifier (SC pour « Sanctus »). Méreau avec décor « cordé » de style daté de la fin du xiiie s.

287C32. –
• Méreau de salaire (Pb)
– / style Toulousain / fin du xiiie s.
Us. 1473 / 0,60 g / 12 mm
D/ anépigraphe / rosace à huit pétales décorés de points.
R/ anépigraphe / croix dans une bordure de traits hachurés inclinés.
/ Décor de droit inspiré des anciennes monnaies des comtes de Tripoli et revers inspiré de l’iconographie de revers du gros tournois.

288C33. –
• Méreau fiscal ou de salaire (Pb)
– / atelier ind. / fin du xiiie s. – début du xive s. (?)
Us. 1473 / 0,98 g (troué) / 13 mm
D/ anépigraphe / fleur de lys aux pétales traités en arcs « outrepassés ».
R/ anépigraphe / croix pattée centrale, centrée d’un globule, entourée d’un cercle de bordure orné de hachures légèrement obliques.
/ Type inspiré du florin et du gros tournois.

289C34. –

290• Méreau de salaire (Pb)
– / atelier ind. / fin du xiiie s. – début du xive s. Us. 1545 / 0,96 g (troué) / 13 mm
D/ illisible.
R/ anépigraphe / croix pattée dans un grénetis.
/ Décor d’inspiration monétaire (revers avec croix).

4.4.5 Le début de l’époque moderne

291La fréquentation du bord de Saône au xvie s. est essentiellement représentée par du numéraire extrait de contextes bien isolés de la seconde moitié et surtout de la fin du xvie s.

292Un lot monétaire « atypique » composé de trente-quatre monnaies, méreaux et jetons provient d’un dépotoir de berge situé au pied de l’habitat. Prélevé dans un contexte fiable en plusieurs points de son étendue, puis tamisé, le sédiment de ce niveau très organique révèle des usages monétaires rarement aussi bien illustrés à Lyon pour la période. Cet ensemble est singulier car s’il contient près de 62 % de monnaies et jetons frappés au xvie s. (C47-C64), il est composé aussi de dix petites divisionnaires antiques des iiie s. et ive s. (« imitations radiées » et nummi !) (C37-C46) alors que la couche ne contient pas d’autre mobilier antique résiduel.

293La majorité des unités recueillies dans ce niveau tourbeux revient aux imitations ou aux frappes officielles des règnes de Louis XII (1498- 1515) (C47), de François Ier pour une large part (1515-1547) (C48-C57) et à un degré moindre à celui d’Henri II (1547-1559) (C58, C59). Enfin, les monnaies royales les plus récentes du lot, des liards frappés sous le règne d’Henri III dans les années 1580 (C60-C62) fixent le terminus post quem de ce lot.

294Le cortège des monnaies royales est complété par deux unités seigneuriales régionales de la seconde moitié du xvie s. (C63, C64), par trois jetons de Nuremberg anonymes ou signés produits entre 1550 et 1600 (C68-C70), et enfin par la présence inattendue de méreaux en plombs médiévaux (C65-C67).

295L’absence de monnaies divisionnaires (deniers, liards, doubles tournois, voire douzains) d’Henri IV (1589-1610) et surtout de liards de Trévoux (principauté de Dombes) de Marie de Montpensier (1608-1628), bien représentés dans les inventaires numismatiques lyonnais du début du xviie s., permet d’envisager que le dépotoir n’était sans doute plus viable au-delà des années 1590-1600.

296L’utilisation de numéraire antique pour pallier le manque de petites divisionnaires est attestée par des exemples au Moyen Âge jusqu’à la période contemporaine (Bresc-Bautier 1984 ; Bronfenbrenner 1987 ; Colbert de Beaulieu 1976 ; Dolley 1975 ; Duplessy, La Perrière 1985).

297L’existence de jetons médiévaux français et anglais à effigies imitant les portraits d’empereurs romains (Gallien [253-268], Postume [260- 268], Constantin Ier [307-337]…) démontre aussi que les types monétaires antiques (des iiie s. et ive s.) ne sont pas inconnus à l’époque médiévale (Labrot 2003 : 56-61). Par ailleurs, la découverte de dépôts monétaires antiques à Lyon durant le xvie s. n’est pas à exclure. Des monnaies antiques ont pu, par ce biais, être injectées dans le circuit monétaire local : une convention d’usage (équivalence basée sur la valeur intrinsèque des pièces antiques par rapport aux petites monnaies de cuivre du xvie s.) pourrait avoir été instaurée par la population lyonnaise et justifierait la présence dans les contextes de la fin du xvie s. de ces piécettes antiques.

  • 139 Un jeton de compte de Nuremberg dit « à l’orbe » (C35) du début de la seconde moitié du xvie s. a é (...)

298Enfin, l’omniprésence dans les niveaux du xvie s. lyonnais de jetons de Nuremberg en laiton, jetons fabriqués en quantités considérables en Bavière et utilisés comme jetons de compte par les marchands ou des particuliers, conduit à s’interroger aussi sur le rôle que ces jetons occupaient dans l’économie locale139. Une bourse contenant dix-sept jetons de Nuremberg datés entre 1551 et 1558, une pièce portugaise de 1550-1557 et une monnaie espagnole dont la frappe débute en 1556 a été trouvée en Bretagne. L’auteur qui en a réalisé l’étude perçoit le contenu de cette bourse comme un « jouet » d’enfant (Dumas 1966) ; mais ce « pécule » ne se substituait-il pas en fait au petit numéraire qui faisait défaut et n’était-il pas utilisé pour les achats quotidiens de premières nécessités ?

  • 140 Méreaux dont le style évoque les xiiie et xve s., mais dont l’iconographie a pu être figée assez lo (...)
  • 141 Une obole de Charles VII ou de Louis XI a été recueillie dans un contexte du xvie s.
  • 142 Sur le site des Jardins du Carrousel à Paris, on relève l’association de deux monnaies du xve s. av (...)

299Lusage de méreaux médiévaux140, de monnaies royales de la seconde moitié du xve s. (C36)141 et de la première moitié du xvie s. ainsi que des imitations qui avaient cours dans les années 1580 confirme l’existence d’une pénurie de petite monnaie durant cette période142.

4.4.5.1 La seconde moitié du xvie s.

300C35. –
• Jeton de compte anonyme dit « à l’orbe » (laiton)
(Mitchiner 1988) / Nuremberg / 1551
Us. 1780, sur épave no15 / 0,57 g (flan rongé) / 22,5 mm
D/ [… 15]51 / rose ou rosette entourée de trois couronnelles et de trois lis alternés.
R/ […]SOBOVR[…]B / globe crucigère dans un Dreipass.

301C36. Charles VII ou Louis XI
• Obole ou bourdelois (Cu)
– / atelier ind. / 1429-1456 ou 1461-1476
Us. 1202 / - (flan incomplet) / 16 mm
D/ illisible / lis dans le champ.
R/ illisible / croix pattée.

4.4.5.2 Un lot atypique de la fin du xvie s.

Les monnaies romaines

302C37. Claude II
Antoninianus (imitation) (Ae)
Prototype : (ricV : 261) / atelier irrégulier /
270-290 à 300 – ive s.
Us. 1647 / 1,32 g / 14,5mm

303C38. Tétricus Ier
Antoniniani (imitation) (Ae)
Prototype : (ricv : 100) / atelier irrégulier /
270-290 à 300 – ive s.
Us. 1647 / 1,34 g / 14 mm

304C39. Tétricus Ier
Antoninianus (imitation) (Ae)
Prototype : (ricv : 100) / atelier irrégulier /
270-290 à 300 – ive s.
Us. 1647 / 1,89 g / 17 mm
D/ IMP C TETR[ICV]S P[F A]VG / tête radiée de Tétricus Ier à d.
R/ P[…] / la Paix (?) stylisée debout à d.

305C40. Tétricus II
Antoninianus hybride (imitation) (Ae)
(ric V : 270) / atelier irrégulier (prototype :Cologne) / 270-290 à 300 – ive s.(prototype : de fin 272 à mi ou fin 273)
Us. 1647 / 1,33 g / 14 mm
D/ [IM]P C TETRICV]S […] / tête radiée de Tétricus Ier à d.
R/ S[PES] AVG[G] (revers réservé habituellement à Tétricus II) / l’Espoir debout à g. relevant un pan de sa tunique et tenant une fleur.

Dynastie constantinienne (330-340)

306C41. –
Nummus au 1/192e L.
– / atelier irrégulier / années 340 (?)
Us. 1647 : 1,25 g ; 12,8 mm
D/ anépigraphe / buste de Rome casquée, portant un sceptre sur l’épaule à g.
R/ URBS ROMA ; * U * au-dessus de la louve / la louve allaitant Romulus et Remus.
/ Imitation du type Urbs Roma.

307C42. –
Nummus au 1/192e L. (Ae)
– / atelier ind. / 347-348
Us. 1647 / 1,27 g / 16 mm
D/ [DV C]ONSTANTI – NVS PT AVGG / tête voilée de Constantin Ier à d.
R/ [V]N – MR dans le champ / Constantin Ier debout à d., voilé et tenant un globe.

308C43. –

309Nummus (imitation) (Ae)
- / atelier irrégulier / 335-341 (prototype : 336-341)
Us. 1647 / 0,61 g / 12,9 mm
D/ […]S ? PF AVG / tête diadémée (?) de Constant à d.
R/ [GLORI]A EXER-CITVS / deux soldats, debout, séparés par un étendard, tenant une haste et s’appuyant sur leur bouclier.

310C44. Constance II (337-361)
Maiorina au 1/120e L. (Ae)
– / atelier ind. / 348-361
1647 / 2,13 g / 21,5 mm
D/ [DN CONSTANT]-IVS P[F AVG] / buste de Constance II à d.
R/ [FE]L TEMP [REPARAT]IO / soldat debout frappant de sa lance un cavalier désarçonné.

311C45. Dynastie constantinienne • Nummus (Ae)
– / atelier irrégulier / –
Us. 1647 / 1,53 g / 13,5 mm
D/ illisible / buste à d.
R/ illisible / soldat debout frappant de sa lance un cavalier désarçonné.
/ Imitation du type Fel Temp Reparatio émis de 348-361

312C46. Gratien (?) (367-383)
Nummus (Ae)
– / atelier irrégulier / –
Us. 1647 / 1,76 g / 13 mm
D/ illisible / buste diadémé à d.
R/ illisible / l’empereur debout à d. tenant un labarum et s’appuyant sur un bouclier.
/ Imitation du type Gloria Novi Saeculi, années 360-370.

Les monnaies royales

313C47. Louis XII
• Hardi de Provence (billon)
(Duplessy 1999 : 680a) / Aix-en-Provence /
1498-1515
Us. 1647 / 0,89 g / 16,5 mm

314C48. François Ier
• Denier tournois, 2e type (Cu)
(Laf. : 728 ; Duplessy 1999 : 870) / atelier ind. / 1515-1540
Us. 1647 / 0,69 g / 14 mm
R/ Obs. : + SIT [NOM… BENEDI]VT [sic] au lieu de [BENEDI]CT

315C49. François Ier
• Denier tournois du Dauphiné, 1er type (Cu)
– / Romans / 1521-1540
Us. 1647 : 0,61 g ; 16 mm
D/ + (Mm) FRACI[SCVS…] / un lis et un dauphin accotés dans un trilobe.
R/ . SIT NO[…]CT ; point 2e ; légende normale du revers = TVRONVS : CIVIS : FRAN / croix dans un quadrilobe.
/ Hybride ? (Duplessy 1999 : [manque]).

316C50. François Ier
• Denier tournois, 2e type (Cu)
(Laf. : 728 ; Duplessy 1999 : 870) / atelier ind. / 1515-1540
Us. 1647 / 0,58 g / 14,5 mm

317C51. François Ier
• Double tournois du Dauphiné, 1er type (Cu)
(Laf. : 731 ; Duplessy 1999 : 871) / Romans /1521-1540
Us. 1647 / 0,77 g / 16,5 mm

318C52. François Ier
• Double tournois du Dauphiné, 1er type (Cu)
(Laf. : 731 ; Duplessy 1999 : 871) / Grenoble / 1521-1540
Us. 1647 / 0,78 g / 15,8 mm

319C53. François Ier
• Double tournois
(Laf. : 724 ; Duplessy 1999 : 867) / atelier ind. / 1521-1540
Us. 1647 / 0,67 g / 16,9 mm
D/ RIX (au lieu de REX)

320C54. François Ier
• Denier tournois dit « à la croisette » du Dauphiné (Cu)
(Laf. : 798 ; Duplessy 1999 : 939) / Grenoble / 1540-1547
Us. 1647 / 0,59 g / 12,8 mm

321C55. François Ier
• Denier tournois dit « à la croisette » (Cu) (Laf. : 793 ; Duplessy 1999 : 936) / Lyon / 1541-1547
Us. 1647 / 0,92 g / 16 mm

322C56. François Ier
• Double tournois (Cu) (Duplessy 1999 : 867, 935) / atelier ind. / 1541-1547
Us. 1647 / 0,51 g / 16 mm
/ Double tournois hybride. Coin de droit : (Duplessy 1999 : 935) ; coin de revers : (Duplessy 1999 : 867).

323C57. François Ier
• Liard dit « à l’F » (billon)
(Laf. : 790 ; Duplessy 1999 : 930) / atelier ind. / 1541-1547
Us. 1647 / 0,51 g (demi-monnaie) / 14,5 mm

324C58. Henri II
• Double tournois dit « à la croisette » (Cu)
(Laf. : 842 ; Duplessy 1999 : 1005) / atelier ind. / 1552-1559
Us. 1647 / 0,81 g / 16 mm

325C59. Henri II
• Liard dit « à l’H » (Cu)
Prototype : (Laf. : 841 ; Duplessy 1999 : 1004) / imitation italienne, Piémont (?) / années 1550-1560 (?)
Us. 1647 / 0,60 g / 13,5 mm
D/ + H[…] G. T[…] D.X / H couronnée dans le champ.
R/ C[… ]I.I. […]OICEDI[…] / croix plaine alésée.

326C60. Henri III
• Liard dit « au Saint-Esprit » (billon)
(Laf. : 987 ; Duplessy 1999 : 1146) / Lyon / 1586 Us. 1647 / 0,87 g / 15,5 mm

327C61. Henri III
• Liard dit « au Saint-Esprit » (billon)
(Laf. : [manque] ; Duplessy 1999 : f 1146a) / Lyon / 1583-1587
Us. 1647 / 0,62 g / 15 mm

328C62. Henri III
• Liard dit « au Saint-Esprit » (billon)
(Laf. : 987 ; Duplessy 1999 : 1146) / atelier ind. / 1583-1587
Us. 1647 / 0,68 g / 15,5 mm

Les monnaies féodales

329C63. Emmanuel-Philibert (duché de Savoie)
Quarto di soldo, 1er type (billon)
(Bi. : 461b ; Poey d’Avant 1961 : 547) / Bourg-en-Bresse / 1559-1580
Us. 1647 / 0,85 g / 15,1 mm

330C64. Louis II de Bourbon-Montpensier(1560-1582)
• Liard (billon)
Prototype : (Divo 2004 : 44-51) ; var. : (Poey d’Avant 1961 : 5128) / imitation italienne (?) de la principauté de Dombes, Piémont (?) / seconde moitié du xvie s. (prototype émis de 1574 à 1584).
Us. 1647 /- (fragment) / –
D/ + AVGV[…]IC / L couronné dans le champ. R/ […]ICI MP / croix filetée fleurdelisée.

Les méreaux et jetons

331C65. –
• Méreau de mouture (moulin banal) (Pb)
– / région de Toulouse ou de Montségur (?) / xiiie-xive s. (?) (pérennité du type au xvie s.?)
Us. 1647 / 0,89 g (incomplet : troué) / 13,5mm
D/ anépigraphe / point central où convergent huit rayons (roue de moulin ou de meule ?) et hachures inclinées sur le pourtour.
R/ anépigraphe / croix entourée de hachures inclinées.

332C66. –
• Méreau de salaire (?) (Pb)
– / provenance ind. / xve s. (?) (pérennité du type au xvie s.?)
Us. 1647 / 0,52 g (incomplet) / 12 mm
D/ illisible.
R/ anépigraphe / une croix dans un grénetis, et pourtour hachuré.

333C67. –
• Méreau de salaire (?) (Pb)
– / région de Toulouse (?) / xve s. (?) (pérennité du type au xvie s.?)
Us. 1647 / 0,69 g / 12,5 mm
D/ anépigraphe / rosace à huit pétales décorés de points (motif dégénéré du décor des anciennes monnaies des comtes de Tripoli).
R/ anépigraphe / croix pattée cantonnée de quatre couronnelles et de quatre besants ; le listel étant hachuré.
/ Décor inspiré du revers du blanc guénar (?) de Charles VII émis en 1435 (Duplessy 1999 : 478).

334C68. –
• Jeton signé dit « à l’orbe » (laiton)
(Mitchiner 1988) / Damian Krauwinckel (maître-graveur), Nuremberg / 1543-1581
Us. 1647 / 1,46 g / 24 mm
D/ […] DAMIA[N K]RAV[WINCKEL] / rose centrale entourée de trois couronnelles et de trois lis alternés.
R/ CWNO[…]SV[…]RC / globe crucigère dans un Dreipass.

Jetons anonymes

335C69. –
– / – / –
Us. 1647 / 1,22 g / 25 mm
D/ [OBCV[…]BOC [B[…] / même description que D/ de C68.
R/ […]OBOBO[…] / même description que R/ de C68.

336C70. –
– / – / –
Us. 1647 / 0,97 g / 24,5 mm
D/ Lis […]OVBO[…]B[…]BO / même description que D/ de C68 et C69.
R/ […]BOVB[… ]B. O[…] / même description que R/ de C68 et C69.
/ Jeton percé de deux trous (utilisé comme bouton ?).

4.4.6 La fin de l’Ancien Régime

  • 143 La vaisselle inventoriée a été tournée tout au long du xviie s. La plus grande part de la productio (...)

337L’activité portuaire à Saint-Georges se développe au xviie s. notamment grâce à la construction des marches du port Sablet. Des témoins monétaires perdus sur la berge durant cette période (au début de la seconde moitié de ce siècle) illustrent la continuité de la fréquentation de cette zone d’embarquement et de débarquement de marchandises. Il s’agit uniquement de petites monnaies divisionnaires de cuivre et de billon (un denier tournois et des liards, piécettes utilisées pour les achats quotidiens) perdues par des « gagne-deniers ». On compte trois liards originaires de la principauté voisine de Dombes (monnaies produites dans la ville de Trévoux située à quelques kilomètres au nord de Lyon) (C72-C74) pour un seul denier tournois frappé à Lyon sous le règne d’Henri IV (C71). Cette légère disproportion relevée, certes sur un faible échantillonnage, tend à montrer que la population lyonnaise accepte pour ses échanges quotidiens, jusqu’au début du règne de Louis XIV (années 1650), une monnaie locale seigneuriale faute de petit numéraire émis en quantité suffisante par le pouvoir royal. Par ailleurs, on constate de nouveau la présence dans des niveaux datés de manière large du xviie s. par la céramique143 de jetons de compte de Nuremberg en laiton (type « à l’orbe ») (C75- C77) dont la fabrication et l’utilisation se poursuivirent depuis 1550 jusque vers les années 1640-1650 (Trombetta 1991 : 377-378).

338L’intense fréquentation des berges de Saint-Georges au xviiie s., liée à l’activité commerciale du port Sablet et à l’implantation d’un habitat dense « pieds dans l’eau », peut se juger à l’aune du numéraire perdu sur cette rive durant la fin du règne de Louis XIV et pendant celui de Louis XV.

339Deux lots distincts provenant de contextes de la première moitié du xviiie s. et de la seconde moitié du xviiie s. apportent des informations sur les types de monnaies qui circulent à Lyon –essentiellement dans les mains du peuple– entre 1700 et 1770. En effet, la grande quantité et la diversité des monnaies recueillies dans ces contextes bien définis constituent un référent pour la période.

340Un lot de trente-quatre monnaies et jetons extrait d’un dépotoir situé sur la berge au pied de l’habitat date de la première moitié du xviiie s.

341Un jeton de cuivre de 1723 figurant le sacre de Louis XV (C109) côtoie, deux doubles sols de Louis XV frappés dans les ateliers de Lyon et Grenoble en 1739 et 1740 (C93, C94). Ces deux monnaies royales qui sont « à fleurs de coins » ont sans doute été perdues peu de temps après leur frappe.

  • 144 Une ordonnance royale de Louis XIII datée de juin 1640 promulguait déjà la prolongation de la circu (...)
  • 145 Lusure parfois totale de toutes ces pièces ne peut être imputée à l’action de la rivière (courant e (...)

342Ces trois unités, les plus récentes du lot, sont associées à de petites divisionnaires royales contremarquées d’un lis et rendues quasiment lisses par une très longue circulation –blanc de François Ier (C80) et douzain d’Henri IV (C81)144– ainsi qu’à un double tournois de Louis XIII lui aussi bien usé (C82). L’inventaire du lot se compose aussi de petites espèces seigneuriales tout aussi usées du xviie s. ou du début du xviiie s. (C95-C98), par deux jetons de Nuremberg du xviie s. (C110, C111) et par un lot de divisionnaires des xviie-xviiie s. (royales ou seigneuriales ?) rendues totalement lisses par une longue circulation (C99-C108)145. Enfin, la part majoritaire du monnayage de cuivre identifiable revient au règne de Louis XIV : on recense des liards de France des trois types émis entre 1654 et 1699 et présentant des degrés d’usure variable – moyenne à forte – (C83-C88), une fausse pièce de 10 sols « aux insignes » dont le prototype a été émis de 1703 à 1708 (C89), et enfin trois pièces aux empreintes presque effacées de 6 deniers de France dites « Dardenne » frappées entre 1710 et 1712 (C90-C92).

343L’échantillon de monnaies parfois très anciennes et fortement usées associé à des monnaies de la première moitié du xviiie s. offre un aperçu du petit numéraire en circulation et des pratiques monétaires à Lyon durant la première moitié du xviiie s. jusqu’à 1740 environ. On constate que le circuit monétaire des petites espèces durant la première partie du règne de Louis XV est essentiellement alimenté par le numéraire de cuivre du règne précédent, pendant lequel furent frappés dans tous les ateliers du royaume des millions de pièces (liards et pièces de 6 deniers). L’appoint de monnaies seigneuriales, parfois anciennes, témoigne par ailleurs de la pénurie de petites espèces royales qui semble se perpétuer règne après règne depuis le xvie s.

344L’inventaire numismatique de cette phase ne saurait être complet sans la mention de la découverte de deux monnaies d’or isolées (Cécillon 2006). L’écu d’or « au soleil » du Dauphiné de François Ier (C78) et l’escudo de Philippe II d’Espagne (C79) issus d’un niveau de berge daté du début du xviiie s. constituent une double découverte exceptionnelle. En effet, les espèces d’or au fort pouvoir libératoire étaient thésaurisées ou utilisées lors d’importantes transactions.

  • 146 Si l’on se réfère à leur valeur intrinsèque (valeur fixée par leur poids de métal précieux) ces deu (...)

345Le statut exceptionnel des monnaies d’or françaises et étrangères dans le circuit monétaire du royaume de France des xviie s. et xviiie s. (on trouve souvent des monnaies d’or très anciennes dans des trésors des xviie s. et xviiie s.) explique la présence de ces deux monnaies dans ce niveau stratigraphique bien postérieur à leurs dates d’émission146.

346Un second lot de neuf monnaies et jetons provient de sédiments qui recouvraient l’épave no 1 datée de 1746. Le numéraire prélevé dans cet horizon stratigraphique présente de fortes similitudes avec celui recueilli dans le dépotoir, daté quant à lui de la première moitié du xviiie s.

347Un double sol de Louis XV (C115) au millésime 1742 est associé à des liards de Louis XIV ayant longuement circulé (C112, C113), à une pièce de 6 deniers de France très usée du même roi (C114), à des monnaies seigneuriales elles aussi très usées (C116, C117) et à deux liards indéterminés rendus totalement lisses par une très longue circulation (C118, C119). Enfin, un jeton frappé sous la régence de Philippe d’Orléans (1715-1723) complète l’inventaire de la couche (C120).

348Le double sol de Louis XV, la pièce la plus récente du lot, présente des traces d’usure qui nous incite à penser que cette divisionnaire frappée en 1742 a été perdue dans la seconde moitié du xviiie s., contrairement aux deux doubles sols précités qui semblent être tout juste sortis de leur atelier de frappe au moment de leur perte.

349Ce lot de monnaies issu d’une couche scellant l’épave no 1 se caractérise une nouvelle fois par l’appoint d’un numéraire parfois très ancien. L’absence de sols, demi-sols et liards de cuivre dits « à la vieille tête » de Louis XV, pourtant frappés massivement à partir de 1766 et 1767 jusqu’en 1773, semblerait indiquer que nous sommes en présence d’un échantillon de la circulation monétaire lyonnaise des années 1750, antérieur à 1766.

350Un lot monétaire semblable a été inventorié sur le site lyonnais du Grand-Bazar, place des Cordeliers (Lyon 2e) dans un puits comblé à la fin du xviiie s. La monnaie la plus ancienne, complètement lisse, qui pourrait être un douzain ou un quinzain des xvie ou xviie s. est associée à un double tournois de la principauté de Sedan (entre 1634 et 1636), à deux liards de France de Louis XIV (3e type frappé entre 1693 et 1715), à trois pièces de 6 deniers de France dites « Dardennes » émises entre 1710 et 1712, et à un jeton de Nuremberg de 1699 (?) à l’effigie de Louis XIV (Vicard 2006 : 140).

351Ainsi, malgré la production massive d’espèces de cuivre à la fin du règne de Louis XV puis celui de son successeur, l’usage de monnaies très anciennes dans le circuit monétaire du royaume de France semble se poursuivre sous le règne de Louis XVI ; en effet, un arrêt de la Cour des monnaies daté du 18 mars 1778 met en garde la population française, « qui fait défenses à toutes personnes de recevoir ou de donner en paiement aucunes vieilles espèces, et notamment celles dites de Quatre sous, ni aucunes autres Pièces de monnoie dont l’empreinte seroit totalement effacée » (Arrest 1778). Les monnaies, retrouvées dans le puits du Grand-Bazar, n’ayant plus cours par arrêté, peut-être y ont-elles été jetées intentionnellement.

4.4.6.1 Le xviie s.

La monnaie royale

352C71. Henri IV

353• Denier tournois, 1er type (Cu)

354(Laf. : 1112 ; Duplessy 1999 : 1274) / Lyon / 1608

355Us. 475 / 1,31 g / 17,1 mm

Les monnaies féodales147

  • 147 Les monnaies et jetons C72-C77 pré-inventoriés partiellement lors de la phase terrain et déposés da (...)

356C72. Henri II de Bourbon-Montpensier
• Liard de Trévoux (billon)
(Divo 2004 : 115) / principauté de Dombes / 1608 Us. 582 / 0,65 g / 17,2 mm

357C73. Marie de Bourbon-Montpensier
• Liard de Trévoux (billon)
(Divo 2004 : 136) / principauté de Dombes / 1613
Us. 582 / 0,48 g / 14 mm

358C74. Marie de Bourbon-Montpensier
ou Anne-Marie-Louise d’Orléans
• Liard de Trévoux (billon)
(Divo 2004 : 132-149) entre 1609-1628 ; (Divo 2004 : 240-241) pour 1667 et 1670 / principauté de Dombes / 1609-1628, ou 1667, ou 1670
Us. 582 / 0,54 g / 14,2 mm

Les jetons de Nuremberg dits à « l’orbe »

359C75. –
• Jeton de Nuremberg (laiton)
(Mitchiner 1988) / Egidius Kravwinckel (maître-graveur) / 1581-1613
Us. 582 / 1,58 g / 24 mm
D/ […]EGIDIVS – lis – KRA[V]WINC[KEL] / rose centrale à pétales entourée de trois coronelles et de trois lis alternés.
R/ NOE (rétrograde) […]KCORS – lis – […] / globe crucigère dans un Dreipass.

360C76. –
• Jeton de Nuremberg (laiton)
(Mitchiner 1988) / Hanns Krauwinckel II (maître-graveur) / 1585-1635
Us. 582 / 0,84 / 21,9 mm
D/ (rose intiale) HANNS. KRAVWINCKEL. IN. NV / rose centrale à six pétales entourée de trois coronelles et de trois lis alternés.
R/ (rose intiale) GOTTES. GA – coronelle – EN. SOL. MAN. OB / même description que D/.

361C77. –
• Jeton de Nuremberg (laiton)
– / Nuremberg (non signé ?) / 1550-1650
Us. 582 / 0,34 g (fragment) / 23,9 mm
D/ illisible / rose centrale à cinq ou six pétales entourée de trois coronelles et de trois lis alternés.
R/ illisible / même description que D/ et R/ de C76.

4.4.6.2 Première moitié du xviiie s.

Les monnaies d’or

362C78. François Ier
• Écu dit « au soleil » du Dauphiné, 4e type
(Laf. : 648 ; Duplessy 1999 : 785 ; Cécillon 2006 :278-279, fig. 1) / Crémieu / 1526-1530
Us. 523 / 3,35 g / 27 mm

363C79. Philippe II
• Escudo de type « macuquino »
(Cayón et al. 2005 : 4079 [et var.] ; Cécillon 2006 : 279-280, fig. 2) / Séville / 1580 à 1590
Us. 523 / 3,32 g / 18 mm

Les monnaies royales

364C80. François Ier
• Blanc Franciscus, 2e type (?) (billon)
(Duplessy 1999 : 858) / Angers (?) / 1519-1547 : émis à partir du 21 juillet 1519, circulation prolongée par l’apposition d’un lis dans le champ (ordonnance de juin 1640)
Us. 474 / 1,27 g / 23 mm
/ Contremarque : lis au centre du champ.
Très forte usure, revers lisse.

365C81. Henri IV
• Douzain, 1er ou 9e type (billon)
– / atelier ind. / 1594-1595
Us. 474 / 0,90 g / 23,5 mm
D/ [. HENRICVS I]III [. D.G. FRANC.] ET NAVA. [REX] / écu de France couronné accosté de deux H.
R/ [+ SI]T NOMEN [. DNI BENEDICT] / croix échancrée, cantonnée de deux couronnelles et de deux lis.
/ Contremarque : lis au centre du champ. Forte usure.

366C82. Louis XIII
• Double tournois (Cu)
– / Lyon / 1610-1643 (émission ind.)
Us. 474 / 1,82 g / 20,5 mm
D/ LO[VIS ou LOYS. XIII. R. DE. FRAN. ET N]AVA / lettre D ss. le b. ; B. dr. (?) du roi à d.
R/ [+ DOVBLE TOVRNOIS] / trois lis posés, deux et un.

367C83. Louis XIV
• Liard de France, 1er ou 2e type (Cu)
(Duplessy 1999 : 1587 ou 1588) / atelier ind. / 1654-1658
Us. 474 / 2,12 g / 22 mm
/ Usure très forte (revers lisse).

368C84. Louis XIV
• Liard de France, 2e type (Cu)
(Duplessy 1999 : 1588) / Vimy / 1655-1657
Us. 474 / 2,68 g / 22 mm

369C85. Louis XIV
• Liard de France, 2e type (Cu) – / atelier ind. / –
Us. 474 / 2,55 g / 22 mm
/ Usure très forte (revers lisse).

370C86. Louis XIV
• Liard de France, 2e type (Cu)
– / atelier ind. / –
Us. 474 / 2,82 g / 22 mm
/ Usure très forte (revers lisse).

371C87. Louis XIV
• Liard de France, 2e type (Cu)
Var. à double grénetis : (Duplessy 1999 : 1588A) / Vimy / 1656
Us. 474 / 2,61 g / 25 mm

372C88. Louis XIV
• Liard de France 3e type (Cu)
(Duplessy 1999 : 1589) / Lyon (Vaise) / 1693-1699
Us. 474 / 2,80 g / 22,5 mm

373C89. Louis XIV
• Pièce de 10 sols dite
« aux insignes » (fausse) (Cu)
Prototype : (Duplessy 1999 : 1566) / atelier irrégulier / début du xviiie s. (prototype : 1703-1708)
Us. 474 / 2,24 g / 23 mm
/ Cuivre ( !) au lieu d’argent.

374C90. Louis XIV
• Pièce de 6 deniers de France
dite « Dardenne » (Cu)
(Duplessy 1999 : 1593) / Aix-en-Provence / 1710-1712
Us. 474 / 5,14 g / 26 mm

375C91. Louis XIV
• Pièce de 6 deniers de France dite « Dardenne » (Cu)
– / atelier ind. / –
Us. 474 / 6,05 g / 26 mm

376C92. Louis XIV
• Pièce de 6 deniers de France dite « Dardenne » (Cu)
– / atelier ind. / –
Us. 474 / 5,61 g / 25,6 mm

377C93. Louis XV
• Double sol (billon)
(Duplessy 1999 : 1690) / Grenoble / 1739 Us. 474 / 1,15 g / 22,1 mm

378C94. Louis XV
• Double sol (billon)
– / Lyon / 1740
Us. 474 / 1,51 g / 21 mm

Les monnaies féodales

379C95. Frédéric-Henri de Nassau (1625-1647)
• Denier tournois (Cu)
(Crépin 2002 : 782) / Orange (comtat Venaissin, principauté d’Orange / 1625-1647)
Us. 474 / 1,04 g / 19,9 mm

380C96. Anne-Marie-Louise d’Orléans
• Liard (Billon)
(Divo 2004 : 240-241) / Trévoux (principauté de Dombes) / 1667-1670
Us. 474 / 0,65 g / 14 mm

381C97. Gaston d’Orléans
• Double tournois (Cu)
Var. : (Divo 2004 : 201 ; Poey d’Avant 1961 : 5196) / Trévoux (principauté de Dombes) / 1636
Us. 474 / 1,72 g / 20 mm
/ Var. sans la lettre d’atelier.

382C98. Léopold Ier
• Liard de Lorraine (Cu)
– / Nancy (duché de Lorraine) / 1708
Us. 474 / 1,76 g / 21 mm

Les monnaies frustes royales ou féodales

383Les monnaies suivantes ont été rendues totalement lisses par une très longue circulation. Cependant, par leur composition métallique, leur module, l’épaisseur de leur flan et leur poids (comparaisons pondérales avec des unités très usées mais identifiables), on peut déduire qu’il s’agit soit de liards royaux, soit de pièces de 4 et 2 deniers de Louis XIV, ou bien encore de liards ou de petites divisionnaires féodales de la seconde moitié du xviie s. et du début du xviiie s.

384Monnaies présentant les modules et caractéristiques des liards royaux de Louis XIV du 1er au 3e type (1654-1715) (Duplessy 1999 : 1587, 1588 ou 1589), ou de 4 deniers (atelier de Strasbourg, 1695) (Duplessy 1999 : 1591) :

385C99. –
• – (Cu)
Us. 474 / 2,44 g / 21,9 mm

386C100. –
• – (Cu)
Us. 474 / 2,14 g / 22 mm

387C101. –
• – (Cu)
Us. 474 / 2,33 g / 22 mm

388C102. –
• – (Cu)
Us. 474 / 2,46 g / 22 mm

389C103. –
• – (Cu)
Us. 474 / 2,67 g / 22 mm

390C104. –
• – (Cu)
Us. 474 / 2,01 g (cisaillé) / 21 mm

391Monnaies présentant les caractéristiques des doubles tournois royaux ou féodaux (de la fin du xvie s. à la fin du xviie s.), ou des pièces de 2 deniers de Louis XIV (atelier de Strasbourg, 1695) (Duplessy 1999 : 1592), ou des liards féodaux (de la fin du xviie s. à la première moitié du xviiie s.?) :

392C105. –
• – (Cu)
Us. 474 / 1,19 g / 20 mm

393C106. –
• – (Cu)
Us. 474 / 1,48 g / 21 mm

394C107. –
• – (Cu)
Us. 474 / 1,76 g / 22,1 mm

395C108. –
• – (Cu)
Us. 474 / 1,21 g / 20 mm

Les jetons

396C109. Louis XV
• Jeton du sacre (laiton)
(Feuardent 1904 : 7896) / Paris / 1723
Us. 474 / 6,02 g / 27 mm

397C110. Louis XIV
• Jeton de Nuremberg (laiton)
(Mitchiner 1988) / atelier de Cornélius Lauffer / 1658-1663
Us. 474 / 1,24 g / 22,1 mm
D/ LOVIS. XIV. ROY – D. FR. ET D. NAV. / buste cuirassé, tête nue de Louis XIV à d.
R/ CORN. LAVFFER. [REI]CH. PFENNING / écu de France couronné.

398C111. –
• Jeton de Nuremberg anonyme (laiton)
(Mitchiner 1988) / atelier ind. / xviie s.
Us. 474 / 1,48 g / 21,5 mm
D/ anépigraphe / buste drapé et casqué d’un aurige antique à d., entouré d’une bordure constituée de lis.
R/ anépigraphe / globe crucigère dans un Dreipass, le tout dans un grénetis entouré d’une bordure de rosettes.

4.4.6.3 Début de la seconde moitié du xviiie s.

Les monnaies royales

399C112. Louis XIV
• Liard de France, 2e type (Cu)
(Duplessy 1999 : 1588) / Meung-sur-Loire, puis Châtellerault / 1655-1656, puis 1656-1658
Us. 588 / 3,70 g / 22 mm

400C113. Louis XIV
• Liard de France, 3e type (Cu)
(Duplessy 1999 : 1589) / Lyon (Vaise) / 1693-1699
Us. 588 / 2,58 g / 22 mm

401C114. Louis XIV
• Pièce de six deniers de France dite « Dardenne » (Cu)
(Duplessy 1999 : 1593) / atelier ind. / 1710-1712
Us. 588 / 5,17 g / 26 mm

402C115. Louis XV
• Double sol (billon)
(Duplessy 1999 : 1690) / atelier ind. / 1742
Us. 588 / 1,65 g / 21,5 mm

Les monnaies féodales

403C116. Charles Ier de Gonzague
• Liard (Cu)
(Poey d’Avant 1961 : 6148) / Charleville-
Mézières (principauté souveraine d’Arche et Charleville) / 1608-1621
Us. 588 / 3,30 g / 25 mm

404C117. Léopold Ier (1690-1729)
• Liard de Lorraine (Cu)
– / Nancy (duché de Lorraine) / 1727
Us. 588 / 2,08 g / 20 mm

Les monnaies frustes royales ou seigneuriales (féodales) indéterminées

405Ces monnaies sont rendues totalement lisses par une longue circulation.

406C118. Louis XIV (?)
• Liard de France (1er-3e type), ou pièce de 4 deniers de Strasbourg (Cu)
(Duplessy 1999 : 1587-1589), ou (Duplessy 1999 : 1591) / atelier ind. / 1654-1715, ou 1695
Us. 588 / 2,59 g / 22 mm

407C119. Seigneurie (?)
• Liard ind. (seigneurial ?) (Cu)
– / atelier ind. / xviie-xviiie s. (?)
Us. 588 / 1,24 g / 21 mm
/ flan au module d’un liard féodal.

Le jeton

408C120. Louis XV (Régence)
• Jeton royal (laiton)
(Feuardent 1904 : 8093) / Paris / 1715-1723
Us. 588 / 3,92 g / 26,5 mm

4.4.7 Conclusion

409Le corpus numismatique analysé représente près de 44 % du lot monétaire total recueilli sur le site. Les lots étudiés témoignent pour chaque période d’occupation de pratiques et d’usages monétaires parfois singuliers mais qui découlent toujours in fine d’une pénurie des petites divisionnaires, ces monnaies utilisées pour les achats quotidiens de premières nécessités. À l’exception des deux monnaies d’or modernes, il s’agit bien là d’un échantillon de monnaies détenues et perdues majoritairement par une population de condition modeste.

410Si l’utilisation de monnaies anciennes ou d’imitations pour pallier la pénurie de monnaies de bronze ou de cuivre est aujourd’hui largement attestée en Gaule pour les périodes qui nous concernent ici (iiie, ive et ve s.), les exemples d’usages monétaires attachés à la menue monnaie des périodes médiévales et modernes demandent à être plus systématiquement relevés et mentionnés.

  • 148 Le numéraire médiéval est beaucoup moins représenté sur le site que le matériel monétaire des pério (...)
  • 149 Un moule à méreaux a également été découvert non loin du site du Parc Saint-Georges lors des fouill (...)

411Ainsi, malgré un faible contingent148, le numéraire médiéval, recueilli notamment dans les niveaux de berges du site des xiiie et xive s., met en relief l’existence d’une économie populaire, dans laquelle l’utilisation d’une monnaie de substitution en plomb (méreaux de salaire, banaux et d’aumône) semble tenir une place importante. La découverte, sur le site, de trois moules à méreaux datés des xiiie et xive s. semble confirmer l’usage répandu de ce monnayage parallèle peu coûteux, facile à produire et à dupliquer149.

  • 150 Les méreaux pouvaient être échangés aussi contre de la nourriture (pain et autres denrées).

412Les méreaux étaient distribués en guise de rémunération quotidienne ou de prestations150 à des journaliers qui constituaient sans doute la majeure partie de la main d’œuvre du port Sablet (portefaix, ouvriers bateliers, mariniers, etc.). L’usage de méreaux de rétribution se poursuit aux xve et xvie s. Des méreaux de styles médiévaux en plomb se trouvent associés à de petites monnaies de cuivre frappées au xvie s. et à des pièces antiques. Il est cependant difficile d’apprécier si ces méreaux sont utilisés durant de nombreuses décennies ou s’ils continuent longtemps d’être produits selon des types figés, des motifs stéréotypés. Aussi, leur classification chronologique demanderait à être affinée par l’analyse de nombreuses occurrences.

  • 151 Les jetons de compte, dont la Ville de Nuremberg avait le monopole de la fabrication aux xvie-xviii(...)

413Par ailleurs, l’omniprésence dans les contextes modernes lyonnais de jetons de compte de Nuremberg mérite d’être soulignée et conduit à s’interroger : leur présence récurrente dans les couches d’occupation de cette période est-elle due à une forte représentativité de jetons allemands151, ou bien ces derniers alimentaient-ils aussi un circuit monétaire parallèle instauré par la population en se substituant à la petite monnaie royale de cuivre qui faisait tant défaut ? Dans ce contexte économique, l’utilisation de piécettes de cuivre antiques des iiie-ive s. témoigne certainement de l’importante disette de menues monnaies qui règne durant la seconde moitié du xvie s. Si la composition de ce lot monétaire moderne apparaît de prime abord hétéroclite, elle met en relief, au contraire, des phénomènes de rémanence monétaire et confirme la pérennité de la « monnaie noire » royale de la fin du xve s. et de la première moitié du xvie s., dictée par une pénurie de petites espèces durant la période des guerres de religions : ces piécettes de cuivre, indispensables aux achats de première nécessité avaient, pour le pouvoir royal, des coûts de fabrication très élevés : ce dernier en limitait, de fait, la fabrication.

414Les monnaies de la période moderne (xviie-xviiie s.) sont majoritaires sur le site. Ce numéraire est constitué essentiellement de petites divisionnaires de cuivre ou de billon (denier tournois, doubles tournois, liards, doubles sols, etc.) et de jetons allemands perdus par la population qui se déplaçait et s’activait sur les berges aux abords du port Sablet.

415L’intense fréquentation des berges de la Saône a déposé un échantillon varié des petites espèces en circulation à Lyon durant cette période. Les lots les plus représentatifs, issus de contextes des années 1740-1770, révèlent l’usage prédominant de monnaies très anciennes, royales et seigneuriales, présentant des degrés d’usure très importants, ou de pièces totalement lisses qui illustre la forte pénurie de menues monnaies émises par le pouvoir royal. Cette pénurie de petites espèces semble se perpétuer de règne en règne depuis le xvie s.

416Si la grande quantité de petites espèces récoltées sur les berges du xvie s. au xviiie s. révèle une forte fréquentation des lieux par une population laborieuse issue du milieu populaire, la découverte de deux monnaies d’or isolées du xvie s. perdues dans la zone portuaire par des personnes plus argentées –peut-être de grands négociants– témoignerait aussi de transactions importantes effectuées sur la rive droite de la Saône à Saint-Georges. Par ailleurs, la présence de nombreux jetons de compte, d’un plateau estampillé de balance monétaire (no 1647.38), de poids monétaires (no 523.54) et d’un godet de « pile à godets » (no 474.143) dans les contextes des xviie-xviiie s. indiquerait aussi que le quartier ou les abords du port Sablet étaient fréquentés à ces époques par des manieurs d’argent (changeurs, commerçants).

Notes

1 Cette marque est très répandue en Gaule (Olmer 2003 : 338). Par ailleurs, la carte de répartition des amphores italiques retrouvées dans ce secteur de la ville à la fin de la période gauloise se limite à ce seul exemple. Seule la fouille de l’hôtel Gadagne situé au nord du quartier Saint-Jean (5e arr.) a livré un petit lot de conteneurs italiques daté du deuxième quart du ier s. av. J.-C. (Batigne-Vallet, Lemaître 2008 : 219-221).

2 Le témoignage le plus ancien est fourni par un col présent dans la cargaison de l’épave de la Madrague, à Giens, datée des années 60-50 av.J.-C. (Tchernia et al. 1978 : 17). Non mentionné dans la publication relative à l’épave, il a été étudié par André Tchernia dans un ouvrage consacré au vin de l’Italie romaine (Tchernia 1986 : 142).

3 La présence de timbre sur ce type de vase n’est pas inconnue à Lyon, puisque plusieurs exemplaires estampillés ont été retrouvés lors de la fouille de l’atelier des Subsistances (Maza et al. 2002 : 46, 47). Cette marque-ci n’est cependant pas répertoriée.

4 La présence de résidus organiques, notamment de poix, semble indiquer que les cruches n’étaient pas utilisées pour le service à boire mais plutôt pour la vente au détail de produits divers, tels le vin, l’huile, voire les saumures. Les exemplaires des ensembles postérieurs le confrment.

5 Des prélèvements ont été effectués par Catherine Hänni, Célia Maudet et Marilyne Duffraisse, chercheurs rattachés à l’umr 5543 « Évolution moléculaire et adn fossile » (cnrs, Centre de génétique moléculaire et cellulaire). Une collaboration a été menée entre cette équipe et l’Inrap dès que les premiers résidus organiques ont été découverts à l’intérieur des céramiques antiques. Les résultats des analyses des restes d’amphores appartenant à des contextes tardifs ont fait l’objet d’une publication distincte (Silvino et al. 2007).

6 Cette analyse confrme que ces amphores étaient destinées à contenir des salaisons, ce que des inscriptions peintes indiquaient déjà (Desbat, Dangréaux 1997 : 88-89 ; Laubenheimer 2004).

7 Si les ateliers de Gauloise 4 sont généralement localisés en Gaule narbonnaise, une production est attestée sur la côte méditerranéenne de la péninsule Ibérique, notamment à Denia dans la région de Valence (Laubenheimer, Gisbert Santonja 2001). Leur aspect général est très proche de celui des fabrications sud-gauloises. Que ce soit à l’œil nu ou au télescope binoculaire, il est très difficile de distinguer les pâtes de ces deux productions.

8 Une étude récente a émis l’hypothèse que les amphores dites « à saumures » Dressel 7/11 et Beltrán 2 ont en réalité connu un usage plus polyvalent, et servi à transporter divers produits (Silvino, Poux 2005).

9 La forme générale des Dressel 28 indiquerait un contenu vinaire.

10 Leur chronologie est très longue puisqu’elles sont produites depuis l’époque augustéenne jusqu’à l’Antiquité tardive sous l’appellation Late Roman Amphora 3.

11 Des analyses récentes ont démontré que des exemplaires – dont la pâte était différente de celles communément attribuées aux îles éoliennes – avaient transporté de l’alun provenant de l’île de Mélos en Grèce (Picon 2001). Or, Maurice Picon et Michèle Vichy (umr 5138 « Archéologie et Archéométrie ») ont procédé à des analyses sur des exemplaires du Parc Saint-Georges et ont démontré l’origine lipariote de la plupart des fragments sélectionnés.

12 L’alun est un agent tanneur employé pour la préparation des cuirs et pour la teinture des tissus.

13 Si les ensembles céramiques de cette période sont aujourd’hui bien connus à Lyon, grâce notamment aux opérations d’archéologie préventive, aucune publication n’a encore été consacrée à ces lots. Seuls certains types de productions, telles les amphores et les céramiques communes, ont fait l’objet de présentations par le biais d’articles déjà anciens (Desbat et al. 1979 ; Dangréaux, Desbat 1987-1988).

14 L’existence d’une production régionale a « t » avancée d’après le mobilier de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) (Godard, Leblanc 2003).

15 De nombreux dépotoirs ont ainsi été découverts depuis le xixe s. dans les quartiers de Trion, du Bas-de-Loyasse et des Hauts-de-Saint-Just (Allmer, Dissard 1887-1988 ; Dangréaux, Desbat 1987-1988 ; Desbat 2003).

16 Seuls deux ensembles de la première moitié du iie s. sont attestés à Lyon : le dépôt de la citerne du clos du Verbe-Incarné ainsi que le dépotoir du 14 rue des Tuileries dans le quartier de Vaise (Jegaden 1986 ; Silvino 2008).

17 Les sigillées claires A, C et D africaines sont ici appelées « sigillées africaines A, C et D ». L’expression « claire » fait désormais date et disparaît progressivement des discours céramologiques.

18 Si l’ensemble de la communauté scientifique s’accorde pour fixer l’apparition de cette vaisselle à cette période, il faut signaler que la datation ne repose sur aucun argument plausible, dans la mesure où les éléments chronologiques proviennent des données des autres catégories de céramiques, qui elles-mêmes reposent sur la datation de la sigillée claire C. Toutefois, le début de commercialisation de cette vaisselle est à situer de toute évidence dans la première moitié du iiie s.

19 D’après l’auteur, d’autres officines ont certainement fonctionné dans la région environnante.

20 Plusieurs amphores d’aspect similaire mais d’origine différente ont été regroupées sous l’appellation Almagro 51C. C’est ainsi, par commodité, que ce type est devenu un « fourre-tout ».

21 La variété des formes et des centres de productions accréditent la commercialisation de différents produits.

22 Dans un premier temps ces amphores ont été classées en quatre grands sous-types A, B, C et D par Clementina Panella d’après le matériel trouvé à Ostie (Panella 1982). Or, nous suivrons la typochronologie élaborée par Michel Bonifay qui a récemment mis à jour la typologie des amphores d’importation africaine en reprenant le matériel découvert dans les ateliers de production tunisiens, sur les différents sites de consommation du bassin méditerranéen et dans diverses épaves (Bonifay 2004). Pour les Africaine IIA, il distingue trois variantes (Bonifay 2004 : 111).

23 Daniele Manacorda emploie le terme « con gradino » (Manacorda 1977 : 160).

24 Une production a récemment été recensée en Tunisie (Bonifay 2004 : 148).

25 L’huile d’olive est également proposée comme contenu, mais la présence de poix dans les exemplaires de Saint-Georges exclut cette hypothèse.

26 Ce type d’amphore richement documenté est également appelé Benghazi Middle Roman Amphora 1 ou Ostia I.

27 Ces « couvercles » à pâte calcaire très épurée s’adaptent à la lèvre de la plupart des Gauloise 4. Des formes similaires ont été retrouvées sur plusieurs sites dans le Sud de la France, notamment en Arles et à Toulon (Piton 1996 : fig. 7, nos 61-63).

28 D’après une étude récente, ces conteneurs ont pu également transporter du vin (Silvino, Poux 2005).

29 La pirogue a été datée par dendrochronologie de 1187-1200.

30 Ces sédiments ont été découverts dans les seuls secteurs du site non décaissés aux xviie-xviiie s. par la construction des caves dans les maisons.

31 Le séjour des fragments de pots dans ce sédiment très sombre a par ailleurs parfois considérablement altéré les couleurs des céramiques rouges à glaçure plombifère.

32 Le type de troisième génération est défini par rapport aux formes du haut Moyen Âge (Horry 2000). Il possède les caractéristiques suivantes : lèvre en bandeau à axe divergent, paroi globulaire, absence d’éléments de préhension, fond bombé ou fond intermédiaire.

33 C’est un fond que l’on peut intégrer à la catégorie « intermédiaire » : il s’agit d’un fond plat assez large qui se différencie de ceux plus étroits du haut Moyen Âge, et dont la diffusion est attestée en Lyonnais et Dauphiné aux xe-xie s. (Faure-Boucharlat 2001 : 59-75).

34 Un programme d’analyses sur les céramiques communes du Moyen Âge central permettrait sans doute de définir des aires d’approvisionnement.

35 La représentation numérique des différents types de lèvre peut constituer un argument chronologique en région lyonnaise aux xe-xiie s. En effet le taux de lèvres évasées tend à prendre le pas sur celui des lèvres en bandeau à mesure qu’on avance dans le temps. Ici, les pourcentages, à prendre avec prudence, sont quasi identiques pour les deux types. La forte représentation des bandeaux peut être imputée à une présence élevée des paniers en céramique.

36 Le profil général de ces pots se maintient jusque dans le courant du xiiie s. Les oules de cette dernière période sont néanmoins remarquables par leurs dimensions plus importantes, et se différencient des exemplaires découverts sur le site.

37 De nombreuses lèvres évasées munies d’anses ou non, assez fragmentaires par ailleurs, peuvent sans doute être attribuées également à cette forme.

38 Son format n’est pas sans rappeler certains vases fréquents au cours du Moyen Âge central.

39 La présence de ces pots en assez grande quantité sur le site par rapport à d’autres contextes lyonnais, est peut-être liée à la proximité de la rivière, en effet, leur profil général devait aisément faciliter le puisage de l’eau. La présence sur certains exemplaires de fortes traces de combustion évoque également leur utilisation sur le feu à des fins culinaires.

40 Sur le site deux bords de paniers sont attestés au xie s.

41 La taille importante de certains pots est sans doute liée à la présence de bandes d’argiles de renfort.

42 Les formes ouvertes en céramique sont extrêmement rares dans les contextes du Moyen Âge central. La part assez importante des vaisselles en bois utilisées à table durant cette période, comme l’attestent les contextes de Charavines (Isère) au xie s. ou plus tardivement de Montpellier au xiiie s., en est peut-être une raison.

43 Il est par ailleurs troublant de constater que le profil de ce vase est presque identique à celui des vases en bois connus à Charavines, par exemple.

44 Ces pots rappellent les vases diffusés au xiiie s. dans le département de la Loire et en Bourgogne du Sud.

45 Ces récipients, originellement destinés à la préparation des aliments portent pour plusieurs exemplaires des traces d’utilisation au feu qui n’écartent pas une utilisation à des fins culinaires.

46 Cette particularité les différencie des cruches du Moyen Âge central.

47 Ces instruments de musique cylindriques sont découverts de façon régulière sur les sites de la région lyonnaise dans des contextes compris entre le xie et le xive s.

48 Leur fragmentation ne permet cependant pas de savoir si des éléments de préhension leur sont associés.

49 Cette morphologie les différencie des pots du Moyen Âge central qui possèdent des becs verseurs plus petits.

50 Ces objets sont également connus sous le terme « accote-pots ».

51 C’est le cas d’un dépôt découvert sur la Presqu’île à Lyon, sur le site de la rue Édouard-Herriot en particulier (Horry 2002b).

52 La glaçure plombifère des céramiques du début du bas Moyen Âge est peu couvrante et parsemée.

53 Les céramiques à glaçure plombifère du xie s. rappellent les productions connues dans le Sud de la France, en particulier en Provence, qui pour leur part sont originaires d’Italie du Nord ou d’Italie centrale. En Lyonnais et en Dauphiné, des analyses ont permis de déduire une origine locale.

54 Il s’agit en particulier du répertoire dit « très décoré » et diffusé aux xiiie-xive s. et constitué de bandes de barbotine moletées et de pastilles polychromes en argile imprimée.

55 Ces pots, peut-être des marmites, sont seulement représentés par d’assez grands fragments de fonds bombés ou de panses – l’absence de bords associés ne permet pas de le préciser.

56 Lyon constitue d’ailleurs une des limites méridionales d’utilisation de ce type de vaisselle.

57 Ce type de couvercle a été précédemment observé en Bourbonnais, dans un contexte xiiie-xive s. et équipait une cruche.

58 En raison d’une fragmentation assez importante il n’est pas toujours possible de trancher en faveur d’une identification particulière. Pour cette raison, les deux vases, présentant des caractéristiques morphologiques assez proches, ont été regroupés.

59 La forme générale évoque une jatte, mais les fortes traces d’utilisation au feu permettent d’évoquer son utilisation comme marmite.

60 La fragmentation de certains vases incite à rester prudent quant à la classification dans un groupe technique à part. En effet, certains vases ne sont par ailleurs couverts que très partiellement de glaçure plombifère.

61 Il n’est pas exclu que ces pots soient glaçurés. La fragmentation des tessons ne permet pas de le déterminer.

62 Ces derniers sont élaborés dans une pâte claire très fine et micacée.

63 La forme rappelle des marmites des régions méridionales, telles la Provence et le Languedoc.

64 Plusieurs contextes lyonnais, tel le site de la place des Terreaux (Horry 2001), ont livré des fragments de faïences à décor vert et brun et de céramiques engobées copiant ces faïences, dont l’origine n’est pas connue. L’éventualité d’une production locale n’est pas écartée.

65 Précédemment, un fragment d’albarello, lui aussi originaire du Proche-Orient avait été découvert sur le site de Tramassac-Carriès dans un contexte de la fin du xiiie et du xive s.

66 Cette identification reste néanmoins sujette à des modifications après expertise, si l’origine proche-orientale est assurée, le secteur géographique de production reste encore difficile à établir.

67 Il est intéressant de constater qu’il s’agit de la seule assiette découverte dans ce contexte du xive s.

68 On situe actuellement l’apparition des sgraffitos vers le xvie s. Cependant, la fouille d’un atelier de potier du xive s. à Aoste (Isère) a livré des assiettes ou des plats aux décors incisés (mobilier inédit en cours de publication). Des céramiques à pâte kaolinitique originaires de l’Uzège, aux décors incisés, sont également attestées en Avignon au xive s. (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 112-117).

69 Des tessons de pichets très décorés, découverts dans le contexte du xive s., témoignent également de l’utilisation d’engobes à des fins décoratives.

70 Mobilier non publié.

71 En raison du nombre assez faible de tessons et de vases il ne sera pas proposé de statistiques sur ce lot.

72 Sont volontairement exclus de ces comptages, les tessons résiduels antiques et les fragments de pipes en terre blanche.

73 Ce lot est pour la plus grande part en cours d’étude, et sera intégré à une publication à venir sur les céramiques modernes régionales. Ne sont donc présentés ici que les éléments issus de l’Us. 587, qui a fait l’objet d’un inventaire complet. Quelques éléments particuliers issus des Us. 1547 et 1713 viendront toutefois illustrer cette période.

74 L’analyse des céramiques du xixe s. reste assez difficile, à l’instar de celles du xviiie s., car la diversification des types de production ne permet pas de cerner d’origines précises. On attendrait de cette période récente qu’elle fournisse des données céramologiques précises. Il reste pourtant de nombreuses inconnues, liées sans doute à l’absence de publication des ensembles de référence. L’analyse ici présente repose pour une grande part sur une description simple des productions et des formes rencontrées.

75 Ces grands conteneurs ouverts devaient largement servir à la préparation des aliments, mais à d’autres usages encore, dont la lessive.

76 Ce dernier est identique à un exemplaire découvert dans le comblement, daté du xviie s., d’un fossé de la rue des Fossés de Trion à Lyon.

77 Peut-être faut-il s’orienter vers une aire géographique située dans le Val de Saône, au nord de Lyon, comme l’attestent les nombreuses découvertes de formes identiques et d’ateliers dans le secteur de Sevrey (Renimel 1974).

78 Les marmites à anses coudées, diffusées largement jusqu’à la fin du xvie s. et présentes dans ce lot sont peut être résiduelles car il a été observé systématiquement, dans les contextes lyonnais, que ces pots à cuire sont absents du vaisselier dès le début du xviie s.

79 Ces vases ont été découverts en particulier à Lyon, place des Terreaux et place de la République dans des contextes de la seconde moitié du xvie s.

80 C’est le cas en particulier dans l’habitat du bas Moyen Âge de la place des Terreaux. Au nord de Lyon, à Saint-Romain-au-Mont-d’Or, un dépotoir daté du xve s. a livré lui aussi quelques tessons de céramique de Meillonnas.

81 Sa représentation est très proche des taux couramment observés dans les autres contextes lyonnais du xviie s. (Vicard 1996 : 281).

82 Taux qui se rapproche de ceux (pouvant parfois atteindre près de 35 %) observés en divers contextes lyonnais au xviie s., qui est l’époque la plus faste pour la diffusion de ces produits bressans à Lyon.

83 Des vases identiques ont déjà fait l’objet de découvertes dans plusieurs contextes régionaux dans l’Ain, en Savoie ou encore à Lyon.

84 Il est intéressant de constater que l’apparition de productions de Meillonnas à glaçure jaune coïncide presque simultanément avec l’apparition du service dit « jaune » de Larnage. Faut-il y voir une tentative de répondre à une concurrence nouvelle ? La question mérite d’être posée.

85 Des plats aux motifs similaires ont déjà fait l’objet d’une découverte dans un dépotoir du début du xviiie s. à Lyon, rue des Pierres-Plantées (Horry 1996 : 161-162)

86 À la charnière des xviie et xviiie s., ces céramiques représentent 6 % des vaisselles, pour atteindre 25 % au xviiie s. (Vicard 1996 : 281).

87 Une marmite de ce type a été découverte dans un dépotoir du début du xviiie s., rue des Pierres-Plantées (Horry 1996 : 162-163).

88 Ce créneau est sans doute occupé ici par les productions à pâte claire ou kaolinitique diverses, mais il faut aussi prendre en considération le fait que le lot du xviiie s. n’est pas totalement inventorié. De nouveaux éléments sont appelés à s’ajouter à cet inventaire.

89 La multifonctionnalité des formes est une constante qui parfois déroute dans l’identification de certains vases. En témoignent les traces d’exposition au feu de vaisselles initialement destinées à la table.

90 À l’instar de ce qu’il a été possible d’observer à partir du milieu du xviiie s., la diversification du répertoire, tant morphologique que typologique, est largement amorcée.

91 Ces vases ont été intégrés à une catégorie générique « Vallauris » pour des commodités d’inventaire. Une analyse plus précise révélera sans doute des attributions différentes, car il reste possible que d’autres centres de productions aient copié les marmites de Vallauris.

92 Ces formes semblent remplacer dans le vaisselier la place occupée jusqu’à la fin du xviiie s. par les pots à cuire ou marmites de Larnage.

93 Pour exemple, certaines écuelles sont recouvertes d’engobe blanc avec une glaçure jaune à l’intérieur et une glaçure verte à l’extérieur qui fait qu’elles pourraient être classées soit en jaune sur engobe, soit en vert sur engobe.

94 Un vase au profil complet a été découvert dans un dépotoir de la fin du xvie s. ou du début du xviie s., place de la Bourse (Arlaud et al. 2000 : 245).

95 Cette forme avait déjà fait l’objet de découvertes dans plusieurs contextes lyonnais du xvie s.

96 Il faut noter par ailleurs la présence au sein de ces plats, d’exemplaires à pâte plus grossière et plus dure qui présentent presque systématiquement des traces d’utilisation sur le feu.

97 Il ne faut pas sans doute négliger le fait qu’une partie des tessons puisse appartenir à des vases en céramique jaune décorée. Sans collages systématiques, ils sont donc inclus à cette catégorie.

98 Ces derniers constituent un type particulier rencontré sur le site de parc Saint-Georges dans les contextes des xviie et xviiie s. Ils sont caractérisés par une pâte fine jaune clair recouverte d’un engobe rouge, lui-même recouvert d’une glaçure transparente très brillante. Ils possèdent un large marli sur lequel des marques réalisées au poinçon ont parfois été observées.

99 Ces petits poinçons rappellent ceux présents sur les anses des marmites à anse coudées du xvie s.

100 Ce type se différencie encore nettement des productions diffusées à partir du milieu du xvie s., telles celles de la place des Terreaux (Arlaud et al. 2000 : 177), et surtout au xviie s.

101 Il faut également signaler dans ce lot l’absence de céramiques à décor jaspé d’engobes mêlés, qui ne sont diffusées à Lyon qu’à partir du début du xviie s.

102 Ces vases sont presque identiques à des modèles en faïence attestés dans les contextes lyonnais de la seconde moitié du xvie s. (Horry 2001).

103 Un objet identique provient d’un dépotoir place de la Bourse, dans un contexte compris entre la fin du xvie s. et le début du xviie s. (Arlaud et al. 2000 : 246).

104 Cette forme semble directement inspirée des assiettes dites « à l’italienne », produites en faïence au xviie s.

105 La réelle qualité d’exécution de ces décors témoigne d’une bonne maîtrise stylistique et technique.

106 Il est possible de mentionner en particulier le lot provenant de la fouille d’une maison à Condrieu (Rhône) qui a révélé la présence de plusieurs assiettes et écuelles dont les décors offrent de fortes similitudes avec deux objets du Parc Saint-Georges (Feuillet, Maccari-Poisson 1998).

107 Cette identification a fait alors l’objet d’une confirmation par Lucy Vallauri, du Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne (umr 6572, cnrs, université de Provence), Aix-en-Provence.

108 La fouille des différents contextes lyonnais témoigne de la présence de céramiques originaires de la péninsule italique dès le début du xvie s., en particulier de majoliques provenant de centres de production divers.

109 Cet aspect tranche assez nettement avec les motifs historiés ou végétaux élaborés que l’on trouve sur les céramiques du xviiie s.

110 Il ne faut pas exclure l’éventualité que ces vases soient plus anciens et aient été conservés.

111 Ce procédé décoratif est présent sur les faïences lyonnaises dès la première moitié du xvie s. Son origine locale a été confrmée par plusieurs analyses effectuées sur des lots issus d’un dépotoir de faïencier rue Childebert à Lyon (Laboratoire de céramologie, umr 5138, cnrs, université Lumière Lyon 2, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux).

112 Cette production est diffusée dans tout le bassin méditerranéen et jusqu’en en Europe du Nord, en Grande Bretagne et aux Pays-Bas. À Lyon, on la retrouve à maintes reprises dans des dépotoirs du xvie s. (Horry 2001 : 167-168).

113 Dans le cas de ces deux derniers vases, l’identification, ne reposant que sur des critères stylistiques, n’écarte toutefois pas une origine locale. Seules des analyses le confirmeraient.

114 Ils constituent des témoins archéologiques rares de ces types de récipients dont, à ce jour, seul un fragment de biscuit avait été découvert dans une fosse dépotoir d’atelier de la rue Childebert (Horry 2001 : 146).

115 Un vase d’autel en faïence blanche à godrons a été découvert dans un dépotoir de la fin du xvie s., place de la Bourse (Horry 2001 : 154).

116 Ce procédé décoratif, connu aussi sous le terme « guirlande faentine » apparaît en France vers le milieu du xvie s.

117 De récentes analyses de pâtes réalisées au Laboratoire de céramologie (umr 5138, cnrs, université Lumière Lyon 2, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux) ont confrmé la production à Lyon au xvie s. de ce type que l’on aurait jadis attribué sans trop de doutes à l’Italie. Il convient donc désormais de rester prudent quant à l’attribution d’une origine précise aux vaisselles émaillées diffusées à Lyon aux xvie et xviie s.

118 Plusieurs exemplaires portant ce type de décor ont été découverts à Lyon dans des contextes de la seconde moitié du xvie s., place des Terreaux, et du début du xviie s., place de la Bourse (Horry 2001).

119 Il faut néanmoins modérer cette représentation en raison de l’éventualité que les tessons appartiennent à des faïences décorées a compendiario.

120 Certains objets ayant pu sans doute être utilisées ou gardées en tant qu’objet précieux.

121 Ce procédé décoratif caractérise les productions lyonnaises de type « Renaissant français »

122 Ces faïences sont ainsi dénommées en raison de leur revêtement externe réalisé au brun ou au violet de manganèse.

123 Le profil général de cette forme en faïence est identique à celui des céramiques à pâte calcaire engobées.

124 Ces restaurations n’affectent pas seulement les faïences, qui pourraient être considérées comme luxueuses, mais également les vaisselles plus communes et même certains vases culinaires en céramique d’Étrepigney.

125 Une analyse plus poussée des différents motifs et styles devrait permettre par la suite de discerner les différents centres producteurs présents dans ce dépotoir.

126 Il s’agit d’une céramique à pâte siliceuse recouverte d’un engobe blanc, sur lequel est peint un décor à base d’émaux. L’ensemble est ensuite recouvert d’une glaçure alcalino-plombifère.

127 Comme par exemple : « Besson fls, Brasseur, Lyon ».

128 La forme particulière de ces vases, qui rappelle des exemplaires en grès normands, permet de les identifier comme pots à beurre.

129 À ce jour, plusieurs ensembles lyonnais et régionaux livrent des éléments de comparaison. La fouille de la place Antonin-Poncet à Lyon a livré un mobilier compris dans une période charnière entre la fin du xviie et le début du xviiie s. (Becker et al. 1989). Le comblement d’une glacière sur le site de la rue des Pierres-Plantées, sur les pentes de la Croix-Rousse, a livré un lot du début du xviiie s. (Horry 1996). Plusieurs contextes lyonnais datés du xviiie s., tels Saint-Vincent et l’îlot Vieille-Monnaie (Vicard 1996 : 258-260), ont été publiés dans le volume no 12 de la collection « Documents d’archéologie en Rhône-Alpes ». Plusieurs dépotoirs lyonnais inédits, mais dont les données sont présentées dans des documents finaux de synthèse peuvent être utilisés. Au sud de Lyon, un dépotoir daté de la première moitié du xviiie s. a été découvert dans un habitat à Condrieu (Feuillet, Maccari-Poisson 1998) et fournit également de bons repères comparatifs. Plus au nord, à Chalon-sur-Saône, la publication des céramiques provenant de la fouille d’un couvent de Visitandines (Andriot 1993), constitue un ensemble de référence sur les vaisselles en usage au xviiie s., et présente de fortes similitudes avec le mobilier lyonnais. L’abondante vaisselle issue des fouilles de Besançon (Guillhot, Goy 1992) permet également d’appréhender largement les formes en usage au xviiie s. en Franche-Comté, comme pour les contextes de Montbéliard et Belfort (Ex Pots 1995) – là encore, les comparaisons sont évidentes avec les céramiques lyonnaises. En région Provence et Languedoc (Amouric et al. 1999 ; Le siècle de Louis XIV à Marseille 1994), de nombreuses publications permettent de fournir des informations, en particulier pour les vaisselles importées.

130 La diversification des types de pâtes et surtout de leurs revêtements, surtout dans le domaine de la vaisselle culinaire n’a pas facilité la classification dans des types de production particuliers.

131 Le catalogue d’exposition À la fortune du pot avait néanmoins pris en compte cette période en présentant quelques exemples issus de l’archéologie préventive, et constituait par ailleurs un précédent (À la fortune du pot 1990 : 200-218). À ce jour, l’essentiel de la documentation sur la vaisselle du xixe s. est d’ordre stylistique, de nombreux ouvrages abordant en outre ce mobilier au travers des productions prestigieuses (Ernould-Gandouet 1969). Quelques études traitent cependant d’une vaisselle plus populaire (Les Français et la table 1985 : 316-345), à quoi se rattache celle de l’ensemble découvert dans notre dépotoir de berge.

132 Bien qu’Alexandre Sévère (222-235) ait intensivement repris la frappe des monnaies sénatoriales (Ae), ces dernières n’empruntent plus les circuits de diffusion des provinces occidentales, Gaules et Bretagne.

133 Des deniers de bon poids et de bon aloi du iie s. voire du début du iiie s. étaient utilisés, notamment à Lyon, durant la première moitié du iiie s. pour la réalisation des empreintes de moules monétaires de contrefaçon en terre cuite.

134 Le contexte stratigraphique de cette monnaie n’étant pas celui d’origine (effondrement du mur durant la période médiévale), cette pièce n’a pas été incluse dans le catalogue du corpus sélectionné.

135 Sur le site de l’angle des rues Élie-Rochette/ Père-Chevrier, Lyon (7e), des imitations radiées sont associées à des monnaies des années 370-380.

136 Les tombes et les trésors montrent que les « imitations radiées » réapparaissent à chaque pénurie de bronze : vers 350 et vers 380, par exemple (Delmaire 1982).

137 Pour exemple, quatre minimi de type Victoria auggg des années 380-390 sont recensés sur le site voisin de l’îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 140).

138 L’inventaire et la classification des méreaux proviennent du Centre national de recherche sur les jetons et méreaux du Moyen Âge. Ce centre est dirigé par Jacques Labrot, qui a procédé à l’identification des méreaux et que je remercie ici.

139 Un jeton de compte de Nuremberg dit « à l’orbe » (C35) du début de la seconde moitié du xvie s. a été trouvé entre les planches du fond de l’épave no 15 datée par dendrochronologie de 1525. La présence de ce jeton permet d’évaluer le temps d’utilisation de ce bateau-vivier, mais encore de penser que ce jeton n’était peut-être pas seulement destiné à « être jeté » sur un abaque de marchands.

140 Méreaux dont le style évoque les xiiie et xve s., mais dont l’iconographie a pu être figée assez longtemps, à l’image des jetons de compte de Nuremberg. La classification de ces méreaux demanderait peut-être à être réévaluée.

141 Une obole de Charles VII ou de Louis XI a été recueillie dans un contexte du xvie s.

142 Sur le site des Jardins du Carrousel à Paris, on relève l’association de deux monnaies du xve s. avec des jetons de Nuremberg des années 1550-1600, une monnaie de la première moitié du xvie s., une monnaie de 1550 et une pièce frappée entre 1577 et 1589 (Trombetta 1991).

143 La vaisselle inventoriée a été tournée tout au long du xviie s. La plus grande part de la production date cependant de la seconde moitié du xviie s.

144 Une ordonnance royale de Louis XIII datée de juin 1640 promulguait déjà la prolongation de la circulation d’espèces anciennes, les validant par l’apposition d’un lis (contremarque) dans le champ des pièces concernées.

145 Lusure parfois totale de toutes ces pièces ne peut être imputée à l’action de la rivière (courant et sables abrasifs) car certaines monnaies et le jeton royal récoltés dans les mêmes couches de terrain sont intacts et « à fleur de coins ».

146 Si l’on se réfère à leur valeur intrinsèque (valeur fixée par leur poids de métal précieux) ces deux pièces avaient cours, chacune, au début du xviiie s., pour la valeur d’un demi-louis d’or.

147 Les monnaies et jetons C72-C77 pré-inventoriés partiellement lors de la phase terrain et déposés dans un dépôt archéologique du département du Rhône n’ont pu être accessibles pour l’étude présente, c’est pourquoi les poids et diamètres ne sont pas précisés dans les notices descriptives de ces pièces.

148 Le numéraire médiéval est beaucoup moins représenté sur le site que le matériel monétaire des périodes antique et surtout moderne.

149 Un moule à méreaux a également été découvert non loin du site du Parc Saint-Georges lors des fouilles de l’îlot Tramassac dans le quartier Saint-Jean (Arlaud et al. 1994 : 145).

150 Les méreaux pouvaient être échangés aussi contre de la nourriture (pain et autres denrées).

151 Les jetons de compte, dont la Ville de Nuremberg avait le monopole de la fabrication aux xvie-xviiie s., étaient utilisés par de nombreuses corporations voire par des particuliers.

Table des illustrations

Légende fig. 107 Amphores italiques, La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende tabl. iii Comptage du mobilier céramique daté de la fin du iers. ap. J.‑C. au début du iie s. (phase 3) (nti nombre typologique d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende fig. 108 Céramiques fines, fin du ier s. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) : 1-6 sigillées de Gaule du Sud ; 7 paroi fine de Bétique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende fig. 109 Céramiques communes, fin du iers. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) : 1‑6 céramiques communes rouges ; 7-9 céramiques communes grises.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende fig. 110 Céramiques communes à pâte calcaire, fin du ier s. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) : 1-3 cruches ; 4-5 mortiers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende fig. 111 Amphores, fin du ier s. ap. J.˗C. – début du iie s. (phase 3) : 1 amphore lyonnaise ; 2-4 amphores de Gaule du Sud ; 5 amphore de Bétique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende tabl. iv Comptage du mobilier céramique daté de la seconde moitié du iie s. (phase 4) (nti nombre typologique d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende tabl. v Comptage du mobilier céramique daté de la première moitié du iiie s. (phase 5) (nti nombre typologique d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende fig. 112 Céramiques, début du iiie s. (phase 5) : 1-2 coupe et assiette en sigillée claire B ; 3-4 plats en céramique commune grise ; 5 plat à paroi rentrante tripode en céramique commune rouge ; 6 céramique commune claire ; 7-8 amphores africaines ; 9 amphore de Bétique ; 10 couvercle d’amphore.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende tabl. vi Comptage du mobilier céramique daté du milieu du iiie s. (phase 6) (nti nombre typologique d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende tabl. vii Comptage du mobilier céramique daté de la seconde moitié du iiie s. (phase 7) (nti nombre typologique d’individus ; cra céramique à revêtement argileux).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende tabl. VIII Comptage du mobilier céramique daté du milieu du ive s. (phase 8) (nti nombre typologique d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende tabl. IX Comptage du mobilier céramique daté de la fin du ive s. au début du ve s. (phase 9) (nti nombre typologique d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende tabl. x Comptage des céramiques datée du viie au viiie s. (phase 10) (nb.t. nombre de tessons).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k
Légende tabl. xi Comptage des céramiques datées du xe s. au début du xiie s. (phase 11) (nb. t. nombre de tessons).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
Légende tabl. xii Comptage des céramiques datées du xiie s. à la première moitié du xiiie s. (phase 12) (nb.t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 7,3k
Légende tabl. xiii Comptage des céramiques datées de la seconde moitié du xiiie s. (phase 13a) (nb.t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Légende tabl. xiv Comptage des céramiques datées du xive s. (phase 13b) (nb. t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende tabl. xv Comptage des céramiques datées de la fin du xive s. (phase 13c) (nb. t. nombre de tessons).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1k
Légende fig. 113 Céramiques, xie s. – début du xiie s. (phase 11) : 1-14 céramique commune grise ; 15-16 céramique grise glaçurée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende fig. 114 Céramique commune grise, xiie s. – début du xiiie s. (phase 12).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende fig. 115 Céramique commune grise, xiie s. – début du xiiie s. (phase 12).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende fig. 116 Céramique commune grise, xiiie s. (phase 13a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende fig. 117 Céramique commune grise, seconde moitié du xiiie s. (phase 13a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende fig. 118 (p. 166) Céramique commune grise, seconde moitié du xiiie s. (phase 13a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende fig. 119 (p. 167) Céramique commune grise, xive s. (phase 13b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende fig. 120 Céramique commune grise, xive s. (phase 13b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende fig. 121 Céramique commune grise, xive s. (phase 13b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende fig. 122 Céramique commune grise, fin du xive s. (phase 13c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende fig. 123 Céramique à pâte rouge glaçurée, xiie s. – début du xiiie s. (phase 12).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende fig. 124 Céramique à pâte rouge glaçurée, seconde moitié du xiiie s. (phase 13a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende fig. 125 Céramique à pâte rouge glaçurée, xive s. (phase 13b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende fig. 126 Céramique à pâte rouge glaçurée, xive s. (phase 13b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende fig. 127 Céramique à pâte rouge non glaçurée, xive s. (phase 13b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende fig. 128 Céramique indéterminée engobée à pâte claire, xive s. (phase 13b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende fig. 129 Céramique à pâte rouge glaçurée, fin du xive s. (phase 13c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende fig. 130 Céramique engobée, xive s. (phase 13b) : 1 sgraffito ; 2 céramique du Proche˗Orient ; 3-20 faïence ; 21 céramique à pâte blanche glaçurée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende tabl. xvi Comptage des céramiques datées du xve s. (phase 14a) (nb.t. nombre de tessons).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Légende tabl. xvii Comptage des céramiques datées du début du xvie s. (phase 14b) (nb.t. nombre de tessons).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende tabl. xviii Comptage des céramiques datées de la seconde moitié du xvie s. (phase 14c) (nb.t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende tabl. xix Comptage des céramiques datées du début du xviie s. (phase 15a) (nb.t. nombre de tessons).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende tabl. xx Comptage des céramiques datées de la seconde moitié du xviie s. (phase 15b) (nb.t. nombre de tessons ; nb.ind. nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende tabl. xxi Comptage des céramiques datées de la première moitié et du milieu du xviiie s. (phase 15c) (nb.t. nombre de tessons ; nb. ind. nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende tabl. xxii Comptage des céramiques datées de la fin du xviiie s. (phase 15d) (nb. t.nombre de tessons ; nb. ind. nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende tabl. xxiii Comptages des céramiques datées de la première moitié du xixe s. (phase 15e) (nb.t. nombre de tessons ; nb. ind. nombre d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 131 Céramiques communes grises : 1-8 xve s. (phase 14a) ; 9-13 début du xvie s. (phase 14b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende fig. 132 Céramiques communes grises : 1-3 seconde moitié du xvie s. (phase 14c) ; 4-8 xviie s. (phase 15a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende fig. 133 Céramiques communes rouges, seconde moitié du xviiie s. (phase 15c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende fig. 134 Céramiques communes rouges glaçurées, début du xvie s. (phase 14b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende fig. 135 Céramiques communes rouges glaçurées : 1-11 début du xvie s. (phase 14b) ; 12-13 seconde moitié du xvie s. (phase 14c) ; 14 début du xviie s. (phase 15a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende fig. 136 Céramiques communes rouges glaçurées, seconde moitié du xvie s. (phase 14c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende fig. 137 1 Service vert de Meillonnas, début du xviie s. (phase 15a) ; 2 service vert, début du xviie s. (phase 15a) ; 3-5 service jaune de Larnage, fin du xviiie s. (phase 15d) ; 6‑9 céramiques claires ou kaolinitiques diverses, fin du xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-54.png
Fichier image/png, 23k
Légende fig. 138 Céramiques claires ou kaolinitiques diverses, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende fig. 139 Céramiques, première moitié du xixe s. (phase 15e) : 1-5 céramiques d’Étrepigney ; 6 céramique de Vallauris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende fig. 140 Céramiques de Dieulefit, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende fig. 141 Céramiques vertes sur engobe, début du xvie s. (phase 14b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende fig. 142 Céramiques vertes sur engobe, seconde moitié du xvie s. (phase 14c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende fig. 143 Céramiques, courant xviie s. (phase 15b) : 1 céramique engobée pisane ; 2-10 céramiques vertes sur engobe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende fig. 144 Céramiques vertes sur engobe : 1-3 courant xviiie s. (phase 15d) ; 4-5 première moitié du xixe s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende fig. 145 Céramiques jaunes sur engobe, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende fig. 146 Céramiques engobées diverses : 1 début du xviie s. (phase 15a) ; 2-3 fin du xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende fig. 147 Céramiques engobées décorées, début du xvie s. (phase 14b) : 1-2 glaçure jaune à décor rouge ; 3-5 engobe blanc et décors verts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende fig. 148 Céramiques engobées décorées, seconde moitié du xvie s. (phase 14c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende fig. 149 Céramiques engobées décorées : 1-6 céramiques rouges décorées, seconde moitié du xvie s. (phase14v) ; 7-8 céramiques rouges décorées, début du xviie s. (phase 15a) ; 9 céramique jaspée, début du xviie s. (phase 15a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende fig. 150 Céramiques jaspées, début du xviie s. (phase 15a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende fig. 151 Céramiques engobées décorées, seconde moitié du xviie s. (phase 15b) : 1 céramiques rouges décorées ; 2-5 céramiques jaspées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende fig. 152 Céramiques engobées décorées, courant xviie s. (phase 15b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende fig. 153 Céramiques engobées rouges décorées, fin du xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende fig. 154 Céramiques engobées rouges décorées, fin du xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende fig. 155 Céramiques jaunes décorées, fin du xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende fig. 156 Sgraffito, fin du xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende fig. 157 Céramiques engobées décorées à taches brunes, fin du xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende fig. 158 Céramiques engobées décorées, première moitié du xixe s. (phase 15e) : 1-4 céramiques rouges décorées ; 5-8 céramiques jaunes décorées ; 9 sgraffito.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende fig. 159 Faïence ornée d’un motif a compendiario, entre la seconde moitié du xvie s. et le début du xviie s. (phases 14c et 15a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende fig. 160 Faïences, courant xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende fig. 161 Faïences, courant xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende fig. 162 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende fig. 163 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende fig. 164 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende fig. 165 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende fig. 166 Faïences, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende fig. 167 Faïences fines, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende fig. 168 Faïences fines, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende fig. 169 Porcelaines, seconde moitié du xviiie s. (phase 15d).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende fig. 170 Porcelaines, première moitié du xixe s. (phase 15e).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende fig. 171 Fragment de céramique ottomane d’Iznik, début du xviie s. (phase 15a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende tabl. xxiv Inventaire des monnaies antiques par autorité d’émission et par phase stratigraphique (- aucune monnaie).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende tabl. xxv Inventaire des monnaies médiévales et modernes par autorité d’émission et par phase stratigraphique (- aucune monnaie).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20242/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteurs

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search