Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Chapitre 3. Une maîtrise croissante de l’espace fluvial

Grégoire Ayala, Alban Horry, Sophie Savay-Guerraz et Agnès Vérot-Bourrély

Résumé

Les niveaux archéologiques datés du xie s. recèlent les premières traces de la création d’un faubourg au sud du centre historique de Lyon. Un grand édifice, dont la fonction reste inconnue, témoigne de la réappropriation de l’espace par la ville qui va progressivement englober ce noyau primitif. Une robuste pirogue monoxyle évoque une activité riveraine déjà orientée vers la pêche. Entre le xiie et le xiiie s., un mur de bord de Saône, qui conserve dans les sables de son lit un frêle esquif en excellent état de conservation, rompt l’isolement du premier bâtiment. Bientôt contrebuté en raison d’un manque de stabilité de la berge exposée à une forte hydrologie, ce mur soutient les premières constructions d’habitations privées « pieds dans l’eau » à partir de la deuxième moitié du xiiie s. Elles se concentrent de part et d’autre d’un terrain laissé libre au sein de cet ensemble urbain, qui constitue dès lors un mouillage pérenne : le port Sablet. La confrontation des documents d’archives et des observations de terrain permet de suivre la mise en place du parcellaire, qui s’amplifie à partir du module installé aux xie-xiie s. Sept bateaux à vivier datés du xive s. témoignent d’une économie de subsistance liée à la rivière. Au milieu du xviie s., une intervention architecturale d’envergure remodèle le bord de Saône. De puissants escaliers donnent dorénavant accès à l’esplanade du port Sablet. À l’intérieur des maisons, des travaux sont entrepris pour assainir le cadre de vie. Un bateau piégé dans les sables de la Saône au milieu du xviiie s. est un apport capital pour percevoir le savoir faire des constructeurs de navigation intérieure qui le plus souvent tenait de la tradition orale. La restructuration du quartier à l’époque contemporaine passe par la construction du quai Fulchiron, qui engage la fermeture du port fluvial et la destruction des maisons qui bordent la rivière. À leur emplacement est créée la place Benoît-Crépu.

Texte intégral

1Cette partie de l’ouvrage traite de l’appropriation progressive d’un bord de Saône, de son utilisation et de son organisation par ses riverains. Grâce à l’archéologie, les modifications formelles engagées de façon à peu près continue par la succession des travaux ont pu être restituées et vont être décrites ci-dessous. Au cours d’une utilisation qui s’étend sur plusieurs siècles, un milieu urbain se transforme. Quantifier les rythmes des changements opérés équivaut à suivre une stratification largement étayée par l’abondance et la cohérence documentaire. La mise en regard des sources écrites (archives) et des données de terrain (mobiliers archéologiques, analyses structurelle et sédimentaire) fournit matière à connaître la gestion spatiale d’un secteur de la façade sur la Saône, en aval du centre historique de la ville de Lyon. Il sera question dans ce chapitre de suivre le détail des constructions, d’évaluer la modification du plan des bâtiments et de décliner les usages d’un espace bordier d’abord situé hors de la ville, entre le xie et le xiiie s. (période IV), puis absorbé par elle à la fin du Moyen Âge (période V).

2Une série de transformations touche les habitations jusqu’au milieu du xixe s., mais bien souvent l’état des vestiges retrouvés laisse bien peu de chance de succès à qui tente d’organiser les informations pour donner une vision précise de l’ensemble des constructions. Le remodelage qui s’inscrit parfaitement dans le cadre du programme de grands travaux lancé par la municipalité à partir du milieu du xixe s. entraînera une rupture catégorique d’un schéma pérenne depuis plusieurs siècles (période VI). Les liaisons entre tous ces aspects de la vie du quartier soulèvent toutefois une série de problèmes que nous ne pourrons qu’énoncer sans pour autant toujours apporter de solutions satisfaisantes car bien des aspects de ces questions demeureront irrésolus. Mais sans vouloir revêtir notre commentaire descriptif d’une tendance par trop laconique, la cohérence de l’évolution des transformations du bâti doit être regardée comme l’apport le plus éloquent de notre recherche sur le terrain et de la réflexion qui y fit suite. L’observation des formes des parcelles transmue la morphologie urbaine en véritable objet d’histoire dès lors que celles-ci apparaissent comme autant de preuves d’une fonction culturelle, quantifiable et datable. Ce paysage urbain, fortement dominé par une activité portuaire récurrente qui privilégie le rôle du commerce, s’est organisé entre deux établissements religieux : la paroisse Saint-Georges, en aval du secteur étudié, et, plus près du centre historique en amont, celle de Saint-Pierre-le-Vieux.

3Il apparaît très vite que l’allotissement des terres en bordure de la Saône a été conçu comme définitif. Le contour des maisons se fixe rapidement. Le parcellaire bâti, directement observable, revêt immédiatement une forme régulière. L’appropriation et l’aménagement de ce nouvel espace urbain se maintiennent tout au long du Moyen Âge central et jusqu’au milieu du xixe s. On assiste à l’application d’une formule répétitive qui définit une certaine continuité typologique de la forme parcellaire. Comment en est-on arrivé à évaluer et délimiter le contour des maisons, à en arrêter la forme ? Quelle a été la base du système métrologique ? Les méthodes de travail nous sont totalement inconnues. La réalité concrète des seules mesures est accessible. Il ne semble pas que l’esplanade du port elle-même, rapidement dominée par une croix, signe de repérage spatial fort, fonctionne comme une véritable unité de mesure. Une forme élémentaire de la maison se dessine de part et d’autre du port Sablet, distincte de celle recensée ailleurs sur cette même rive droite de la Saône, où deux bâtiments étaient séparés aux xve et xvie s. par une cour (Arlaud et al. 1994 : 26). L’absence de dégagement immédiat de la maison s’explique par le fait que celle-ci s’intercale exactement entre la rue et la rive.

4L’observation formelle du paysage urbain (forme des maisons et organisation parcellaire générale, groupement de l’habitat en îlots méridional et septentrional dont aucun n’apparaît dans son intégralité, de part et d’autre d’un espace ouvert et spécialisé) traduit la précision de l’espace bordier de la rivière.

5Au-delà des aspects métrologiques, cette augmentation de la surface investie par l’agglomération et ces nouvelles implantations humaines correspondent vraisemblablement à un accroissement de la population urbaine.

3.1 À l’origine de l’implantation urbaine

3.1.1 Un avant-poste de la ville

6Ce n’est qu’au seuil de l’an Mil que l’histoire du site du Parc Saint-Georges commence à se dessiner un peu plus clairement. Un nouvel épisode d’occupation se concrétise au sol par l’implantation d’un unique bâtiment. Il est représenté par des maçonneries encore en place mais certainement insuffisantes pour mesurer l’impact des travaux le concernant. Cette phase d’occupation (phase 11) est le plus ancien témoignage d’une amorce de parcellaire appelée à se développer par la suite.

3.1.1.1 Les premières traces de bâti

7Le plan d’un bâtiment rectangulaire, dont seule une partie des murs a été conservée en raison de leur intégration dans des constructions ultérieures, est intégralement compris à l’intérieur de l’enceinte du parc de stationnement [fig. 48]. Il est constitué des murs nos 1090 et 1091 au sud, nos 1138 et 1103 à l’est [fig. 50], et no 1219 à l’ouest. Ses dimensions sont de 16 m de long et 7,50 m de large, soit une surface d’environ 120 m2. Les trois murs conservés sont construits, majoritairement, à l’aide de petits blocs irréguliers qui se distinguent par la solidité de leur assemblage. Les maçonneries nos 1090 et 1091 s’alignent sur la pente ouest-est du talus de berge. Le niveau d’implantation inférieur du mur cote vers l’ouest 162,10 m et atteint sa cote la plus basse, vers l’est, à 161,13 m [fig. 49]. Il recoupe à ce niveau des alluvions anthropisées mises en place au cours de l’Antiquité tardive (Us. 1237, 1259). Une couche sablo-limoneuse (Us. 1300) recouvre le ressaut de fondation et va s’appuyer sur le parement occidental de la maçonnerie. Le mur sud du bâtiment est large de 0,90 m et lié au mortier de chaux. L’appareil, de module variable, comprend essentiellement des pierres froides anguleuses combinées à quelques blocs de calcaire en remploi. Le mur est installé dans une tranchée de fondation bien visible, comblée de limon sableux brun gris et de graviers (Us. 1302) qui entaille une strate d’alluvions (Us. 1254). Nous entrevoyons clairement les conséquences produites par l’instabilité du terrain sur lequel a été construit le corps principal du bâtiment puisque la berge assez pentue a provoqué une cassure de la maçonnerie à l’endroit où le relief présente une forte irrégularité. Pourtant, les deux structures (no 1090 à l’ouest, no 1091 à l’est), construites en même temps, sont liées bien solidement. Les constructeurs ont-ils eu conscience des dégâts que provoquerait la nature de ce terrain ? La fouille n’a pas apporté sur ce point de réponse directe, sinon le constat du soin apporté à la réalisation de cette construction. Si le tassement probable des niveaux de berge sous-jacents, fraîchement déposés, a provoqué la chute du mur, rien n’a été retrouvé qui puisse l’affirmer. Étonnamment, cette rupture ne semble pas avoir compromis la stabilité de la construction, ainsi que le prouve son insertion dans les aménagements postérieurs. Notons par ailleurs qu’une stèle funéraire antique (Bérard 2006) a été remployée dans la construction des parties basses du mur. La face nord de cette maçonnerie est recouverte d’un enduit présentant des joints tirés au fer, ce qui suggère l’existence d’un espace habité, bien que nous n’ayons pas trouvé pour en apporter la preuve de trace d’empreinte trahissant un niveau de circulation. Les aménagements qui ont suivi n’ont pas laissé d’indice susceptible d’inférer la forme et la nature de l’élévation supportée par cette fondation.

fig. 48 Plan des vestiges au cours du Moyen Âge central, entre le xie s. et le début du xiie s. (phase 11).

© W. Widlak, A. Dagand.

fig. 49 Élévation du parement méridional du bâtiment isolé, mur no 1090/1091.

© W. Widlak, A. Dagand.

fig. 50 La face externe du bâtiment isolé, vue du nord˗est.

© G. Ayala.

8Le bâtiment est bordé à l’ouest par un mur (no 1219) dont la première assise de fondation épouse le pendage sud-nord du terrain. Onze assises sont conservées au sud et quatre à l’extrémité nord. Elles sont composées de blocs de schiste, granite et calcaire et de galets ainsi que de quelques fragments de tuiles et de briques, liés à un mortier de chaux blanc.

9À l’est, deux sections de mur (nos 1138, 1103) s’alignent le long de la Saône. Elles ont été bien malmenées lors des restructurations de l’époque moderne. Le mur no 1103 [fig. 51] a été construit partiellement dans une fosse (Us. 1139) [fig. 52] emplie de dépôts successifs de nature sablo-limoneuse (Us. 1125, 1126, 1128, 1130, 1143, 1144) auxquels s’intègrent parfois des inclusions anthropiques : mortier, charbons de bois et fragments de tuile (Us. 1126, 1130). Elle a perforé un épais niveau de terre noire (Us. 1105), sous une strate également anthropique (Us. 1127) renfermant quelques fragments de vases en céramique qui ont permis d’établir la chronologie de la construction du mur no 1103. Les céramiques communes grises composent l’essentiel de la vaisselle en terre cuite, avec en particulier la présence de fonds marqués datables des xe-xie s. Cette proposition chronologique s’aligne sur la date d’abattage fournie par l’analyse du bois de l’épave no 6.

fig. 51 Élévation du parement oriental du bâtiment isolé, mur no1103.

© W. Widlak, A. Dagand.

fig. 52 Coupe stratigraphique à l’intérieur du bâtiment isolé.

© W. Widlak, A. Dagand.

10Le mur no 1103 présente une facture très soignée : il s’agit d’un blocage de galets dans un mortier à blocs de petits modules entre deux parements bien assisés. Cependant, la construction n’est pas toujours uniforme. Le parement ouest se compose d’une succession d’assises de nature différente où alternent blocs de petit calibre et fragments de mortier de tuileau en remploi.

11La construction no 1138 a été en partie arasée lors de l’installation du sol de galets no 1101 au début de l’époque moderne. Seules demeurent quelques assises, dont la plus basse cote à 161,01 m, dépourvues d’enduit et liées au mur no 1090. Les mêmes matériaux entrent d’ailleurs dans la composition des deux maçonneries. Aucun indice ne permet d’envisager la présence d’ouvertures au-dessous de la cote d’arasement, à 164,75 m. L’installation sur des terres de berge peu stables a engendré une inclinaison prononcée des murs côté rivière. L’ampleur de la déformation du mur a ainsi entraîné la mise en place de contreforts que nous décrirons dans la phase suivante.

12La fouille n’a pas livré d’informations concernant la limite nord du bâtiment, dont aucun témoin contemporain n’a été sauvegardé. Cependant, la question peut être résolue et nous restituons cette limite grâce à l’extrémité méridionale du mur no 1150 construit au cours de la phase suivante. Tout laisse envisager que cette maçonnerie, entraînée par le fort affaissement des remblais sous-jacents, a suivi un sort différent de son homologue méridional en raison d’une cassure plus prononcée. Rien, en effet, n’a permis de la maintenir dans les constructions postérieures, puisqu’une nouvelle maçonnerie, élevée au cours des travaux qui affecteront la phase 14, occupe son emplacement.

13Le plan du bâtiment n’évoque pas l’organisation d’une habitation. Tout porte à penser que ses différents éléments appartiennent à un complexe unitaire. De fait, aucune partition de l’espace intérieur n’a été retrouvée. La superficie relativement étendue de l’édifice nous oriente vers un usage collectif – sans qu’aucune certitude puisse être apportée.

14L’observation d’une coupe taillée à l’angle du mur moderne no 1115 [fig. 45] a isolé ce que nous avons interprété comme le plus ancien niveau de circulation préfigurant selon toute vraisemblance le tracé de la rue reliant Saint-Jean à la paroisse Saint-Georges (Us. 1533). Dénommée tantôt rue de la Pierre-Percée tantôt rue du Sablet à la fin du Moyen Âge, elle sera baptisée rue des Prêtres à partir du xviiie s.

15Un dépôt d’alluvions très anthropisées (Us. 1333-1336), se développe de façon sub-horizontale sur le sommet du talus de berge (Us. 1337) dont la chronologie a été fixée à l’Antiquité tardive. Une couche de sables limoneux noirs est recouverte par un fin niveau de graviers, à 163,14 m (Us. 1333) qui peut matérialiser un niveau de circulations. La fouille de cette séquence stratigraphique n’a pas livré de mobilier datant, ce qui ne facilite pas la définition du cadre chronologique de cet élément déterminant pour la compréhension de l’évolution du paysage urbain. Rien, au cours du haut Moyen Âge, ne nous autorise à y reconnaître une voie de passage même si une fréquentation du secteur n’est pas exclue. Aussi ne pouvons-nous que situer la formation de ce niveau à une période postérieure au début du Moyen Âge. Recouvert par des remblais soutenant la rue des Prêtres installée à la période moderne (Us. 1120), ce niveau originel peut prendre place dans une large période s’étalant au cours du Moyen Âge central. Il n’est donc pas exclu qu’il ait pu servir de desserte au bâtiment isolé élevé autour de l’an Mil dont le mur de limite occidentale no 1219 descend à près de 162,25 m.

16La lecture des travaux qui touchent la partie méridionale du terrain n’est pas facile à suivre : nous disposons de trop peu d’indices pour comprendre comment a été organisé cet espace, précédemment vierge de construction. Deux maçonneries (nos 755, 850) [fig. 48], ont été épargnées en raison de leur réutilisation dans des bâtiments construits au bas Moyen Âge. Cependant, leurs transformations successives ont rendu l’analyse de ces vestiges maltraités par les siècles difficile et même très incertaine [fig. 53]. Restituer ici la succession exacte des opérations est impossible. De fait, nous ne sommes pas en mesure de déterminer quel rôle ont pu jouer ces nouveaux murs. Les observations faites durant la fouille sont insuffisantes, ou nous n’avons pas examiné avec assez d’attention l’état des constructions. Rien ne permet d’établir une quelconque liaison avec le bâtiment précédemment décrit, puisqu’aucun creusement traversant la partie centrale du site n’en rapporte le souvenir. Ce constat accorde-t-il à l’emplacement vierge de construction une position privilégiée annonçant l’installation future du port Sablet ? On peut avancer l’idée, mais on ne saurait être assuré de sa justesse puisque la fouille n’a pas fourni d’élément concret à l’appui de cette hypothèse.

fig. 53 Élévation du parement oriental de la maçonnerie no 755.

© W. Widlak, A. Dagand.

17Aucune prolongation des constructions vers le sud ne peut non plus être prouvée. L’observation de la stratification permet tout au plus de rattacher au même épisode de construction ces deux murs, mais la situation analysée ne peut déboucher sur aucune certitude.

18Il s’agit en premier lieu du mur no 755 que prolonge le mur no 850 au nord. La maçonnerie no 755, suivie sur une longueur de 7,50 m, est un assemblage de blocs équarris de calcaire, de module moyen, liés à un mortier gris graveleux formant un double parement avec blocage interne. L’appareillage est régulier et bien assisé. Cette structure suit grossièrement l’axe tracé par la maçonnerie no 797, construite lors de la phase précédente. Au nord, le mur no 850 est édifié à l’aide de matériaux divers. Il s’agit de blocs de calcaire et de granite liés avec un mortier de chaux gris et graveleux, assemblés en double parement. Le blocage interne est constitué d’un remplissage de galets et de petits blocs de calcaire. Aucune autre structure n’a été associée à ces maçonneries. Leur organisation spatiale initiale demeure donc inconnue.

19L’analyse d’un pan de stratification épargné contre le parement occidental de la maçonnerie no 755 fournit une indication chronologique précise de sa construction [fig. 39]. Les strates Us. 727 à 732 qui viennent s’appuyer contre le parement oriental du mur no 755, contiennent un peu de mobilier céramique dont la datation est située entre le xiie et le xiiie s.

3.1.1.2 La berge méridionale

20Quelques points d’observation sur l’emprise illustrent la nature de la rive au cours de cette époque, tandis que les premiers bâtis commencent à structurer la plaine bordière.

21À l’extrémité sud du site (secteurs 1 et 2), la berge est sommairement aménagée, comme le démontre la présence d’un ensemble sans ordre apparent de piquets et de petits pieux assez courts, d’une longueur maximale de 1 m (Us. 526 affleurant à 159,82 m) inséré dans un aménagement de galets (Us. 527 affleurant à 159,66 m) [fig. 48]. La plupart sont en chêne et se développent selon un réseau très dense. Plantés verticalement dans un sédiment meuble, ils sont calés par de gros galets. Cet aménagement semble avoir pour objectif de stabiliser la berge organique et gorgée d’eau. Une petite palissade dont il ne reste qu’une planche horizontale reliant deux pieux espacés de 2 m complète cet aménagement de berge à l’extrémité sud, lequel apparaît très provisoire et assez précaire.

22Le talus de berge sous-aquatique a été caractérisé en raison du mobilier céramique du dépôt, (Us. 1548), à la limite des secteurs 3 et 4, dans la partie orientale de l’emprise. Cette couche d’environ 0,60 m d’épaisseur affiche un pendage ouest-est proche de 30 % entre 157,95 m et 156,40 m d’altitude sur les 5,20 m observés. L’ensemble des apports, témoins de l’activité sur la rive, se déverse donc sur la berge jusqu’au fond du lit de la Saône, et assure progressivement l’avancée de la berge sur la rivière.

23Au niveau de la plaine bordière au centre du site (secteurs 8-10), plusieurs coupes révèlent une succession relativement plane de recharges caillouteuses qui alternent avec des lits alluviaux sableux anthropisés. Cette succession permet de définir un niveau de circulation autour de 163 m à l’extrémité ouest de l’emprise : il est très légèrement incliné vers l’est, de 10 %. Ce niveau n’ayant pas été suivi en plan, il est difficile de savoir s’il appartient à une voie de circulation longeant la rive ou s’il s’agit simplement du terre-plein d’accès à la rivière.

3.1.1.3 L’épave no 6

24Une section du talus de berge, à la limite des secteurs 7 et 8, a livré un tronçon long de 3,35 m, d’une pirogue monoxyle en chêne à coque massive, disposée à l’horizontale et sur le flanc [fig. 54]. Cette épave, no 6, a été dégagée vers 159,40 m d’altitude (159,64 m au nord, 159,19 m au sud). Il s’agit de l’extrémité –que l’existence d’un puissant mât de halage indique être la proue– d’une très grande pirogue (Laurent 2010a : 173-177). Elle est installée dans une berge toujours composée d’une alternance de couches issues des rejets anthropiques depuis la rive (blocs, fragments de tuiles et de mortier) et de dépôts lités alluviaux (sables grossiers à coquilles, sables moyens). Les formations sont inclinées d’ouest en est selon un pendage proche de 50 % : ce dernier est plus fort que dans la phase 10 (40 %). En dessous de 160 m d’altitude, la forme concave des lits et leur composition très sableuse démontrent que les flux de la Saône viennent éroder le pied du talus. Cette contrainte peut expliquer la nécessité de renforcer le talus de berge par tous les moyens, y compris par l’emploi d’une épave hors-service.

fig. 54 Lépave no 6, xie s. (phase 11). Vue de l’est.

© F. Laurent.

25Dans les couches de recouvrement de l’épave no 6 (Us. 1410, 1413) se trouvent des blocs visiblement installés là pour stabiliser la position de l’épave. La pirogue présente d’ailleurs de nombreux négatifs laissés par des cailloux comprimés contre le bois. Sous la pression des blocs, mais également des niveaux sédimentaires la recouvrant, le fragment de pirogue qui repose sur le flanc s’est scindé en deux. La position et l’imbrication de l’embarcation dans les couches de la berge confirment qu’il ne s’agit pas d’une épave coulée in situ, mais qu’elle a bien été utilisée en renfort de berge.

  • 1 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

26Au vu de l’analyse dendrochronologique de trois échantillons prélevés dans la coque1, le bois de cette pirogue monoxyle a été abattu à la fin du xie s., peu après 1085.

3.1.2 Topographie du bord de Saône

27Au xiie s. ou au début du xiiie s. (phase 12), la mise en place du parcellaire urbain se traduit par l’édification d’un mur de berge au nord, en appui sur le bâtiment de la phase précédente, le long d’une berge à composés très organiques. Cette berge particulière se développe sur toute la longueur du site autour de 160 m d’altitude. Homogène et régulière, sa nature suppose une période d’hydrologie très calme et un bas niveau moyen de la Saône. Il est possible d’imaginer une rive très végétalisée, peut-être une ripisylve. En arrière de la rivière, des niveaux de terres noires caractérisent la plaine bordière à l’ouest, autour de 163,50 m d’altitude (secteur 6). Sur l’emprise du site, la rive dessine alors en plan un léger arc de cercle qui se situe entre 25 m et 28 m en retrait à l’ouest par rapport au rivage actuel [fig. 55]. Le dégagement de l’épave no 14 au fond de la rivière permet par ailleurs d’appréhender les dépôts dans le lit mineur de la Saône au nord (secteurs 19 et 20).

fig. 55 Plan des vestiges et localisation de l’épave no 14, entre le xiie s. et la première moitié du xiiie s. (phase 12).

© W. Widlak, A. Dagand.

3.1.2.1 Une berge à composés organiques

  • 2 Ce profil d’érosion latérale de la rive méridionale est présenté dans cette phase en raison des cou (...)

28Avant le développement de la berge organique, signalons au sud (secteur 2) la présence d’un profil d’érosion latérale, également observé légèrement en amont. Ce profil concave, suivi sur 2 m de longueur, entre 161,40 m et 160 m d’altitude au minimum, présente une pente de 70 %. Il recoupe des niveaux de circulation sous-jacents relativement plans autour de 161,40 m d’altitude2. Sur ce profil se développe en secteurs 2 et 3 un recouvrement sableux d’environ 0,20 m (Us. 1224) confirmant la proximité de la rivière.

29Après cet épisode propre au secteur sud, se développe en contrebas de la berge, autour de 160 m d’altitude, un niveau tourbeux homogène (Us. 1223). Il témoigne d’un épisode d’hydrologie très calme et relativement long. En effet, pour que les matériaux organiques se sédimentent, il faut une nappe d’eau stagnante sans courants qui favorise la décomposition progressive des fragments organiques. Sur cette tourbe se développent des matériaux hétérogènes (poches de graviers et de galets ou d’argile organique compacte) dans lesquels s’insèrent de minces lits sableux triés, témoins de petites fluctuations du niveau de la rivière (Us. 1222 et Us. 1360 à 1363 au sud). Cet ensemble sédimentaire, très organique à la base puis organique à poches hétérogènes et lits alluviaux dans sa partie supérieure, identifie également la berge septentrionale (secteurs 15 à 24). Cette dernière est enregistrée soit sous la forme d’une seule Us. (telles 1471, 1494, 1605), soit comme plusieurs unités différenciant le niveau très organique du niveau hétérogène. Elle a été repérée entre 161 m et 160 m en moyenne, et son tracé est relativement rectiligne. Elle livre régulièrement des piquets et des petits poteaux en bois plantés verticalement qui peuvent assurer la stabilité de ce remblai organique relativement meuble : au centre de l’emprise (secteur 15) se distingue un aménagement isolé de petits pieux mêlés de restes de branchages.

30Au niveau du secteur 21, le sommet de cette berge a été observé de 162 à 155,20 m d’altitude. Le talus présente donc un pendage moyen de 56,5 % sur 12 m de long selon un profil relativement rectiligne jusqu’au fond du lit de la rivière. Le dépôt organique n’est conservé en profondeur que jusqu’à 157 m d’altitude, là où il repose sur des dépôts essentiellement à blocs dans une matrice caillouto-sableuse. On peut noter qu’au-dessus de 161 m le pendage est beaucoup plus faible et par endroits relativement plan, laissant entrevoir la proximité de la plaine.

31Dans l’ensemble, au cours de cette phase, la berge progresse de 2 à 4 m sur la rivière. Au nord, le sommet de la rive va porter un mur de berge. Au sud, signalons, contre la paroi orientale de la fondation du mur no 850 édifié lors de la phase 11, une succession de dépôts (Us. 972-979) qui se développe entre 161,20 m et 161,75 m d’altitude selon un plan sub-horizontal sur près de 2 m d’extension. Au-delà, les lits commencent à s’incliner d’ouest en est et témoignent du talus de la berge. Ces dépôts présentent des micro-litages de sables et de limons qui peuvent traduire le battement de la ligne d’eau de la Saône.

32Le mobilier céramique découvert dans cette berge n’est pas très abondant mais assez homogène. Il peut être daté entre le xiie s. et le début du xiiie s. Cette berge est également riche en macrorestes divers, et présente en particulier des poches importantes emplies de céréales.

33La mise en place d’une berge organique suppose que les courants de la Saône ne soient pas contraignants sur cette rive. Le fl d’eau de la rivière semble présenter un niveau bas, autour de 160 m d’altitude, qui peut résulter d’une hydrologie déficiente et/ou d’une incision du lit. Reste à démontrer les facteurs bioclimatiques et/ou anthropiques qui ont pu provoquer ce répit hydrologique. Sur le plan bioclimatique régional, cette phase datée des xiie-xiiie s. est postérieure au « petit optimum médiéval » (entre le viiie s. et la première moitié du xie s.) caractérisé par une forte diminution de l’activité fluviale (Berger et al. 2008). Toutefois, les travaux de compilation récents identifient les prémices du Petit Âge glaciaire dès la seconde moitié du xie s., période de forte activité associée au développement de tourbes. Ensuite sont caractérisées des oscillations, parmi lesquelles une phase de répit hydrologique entre la fin du xiie s. et la fin du xiiie s., juste avant une phase d’activité hydrologique majeure qui s’étend de la fin du xiiie s. au second tiers du xive s. Les enregistrements sédimentaires du Parc Saint-Georges, bien que ponctuels, semblent décrire des fluctuations de la Saône qui pourraient s’accorder avec la reconstitution de l’activité fluviale du haut Rhône.

3.1.2.2 Création d’un mur de berge

34Le bâtiment rectangulaire isolé décrit plus haut est encore en place puisque la création d’un long mur de berge d’orientation nord-sud semble l’intégrer dans la trame urbaine qui se déploie au sud de la cité médiévale et plus précisément dans la trame du quartier Saint-Jean [fig. 55].

35Cette nouvelle construction gagne du terrain sur la berge. Du fait des nombreuses spoliations dues à l’installation des réseaux d’assainissement et du bâti moderne, seuls quelques tronçons en ont été dégagés. La partie la plus méridionale du mur est constituée d’un assemblage irrégulier de blocs de calcaire, gneiss, granite et schiste (no 1150). En remontant vers le nord, le mur de bord de Saône regroupe les maçonneries nos 1170, 1166, 1179, 1201, 1195, et enfin la maçonnerie no 1217 dont la tranchée de fondation (Us. 1218) contient un abondant mobilier céramique sur laquelle la chronologie s’appuie en partie. Des décrochements scandent cet alignement. Son tracé sinueux est sans doute révélateur de la topographie accidentée que doit alors présenter la rive. La composition de ces maçonneries est toujours identique : blocs de calcaire, de gneiss et de schiste associés parfois à des galets, le tout lié par un mortier clair très graveleux. Un niveau de sol est en relation avec le ressaut du mur no 1166, à l’est, à 161,80 m d’altitude. À l’ouest, le niveau de circulation atteint 162,85 m. Plus au nord, à l’intérieur de l’espace délimité par le mur no 1217, un lambeau de sol en terre battue rubéfiée (Us. 1248), amorce un léger pendage vers l’est, de 162,80 m environ à 162,30 m. Si ce niveau indique peut-être un sol de circulation, l’absence d’éléments datants dans cette couche, comme dans le remblai qui le recouvre, ne permet pas d’affirmer qu’il appartient à la même phase.

36Cette campagne de construction qui longe régulièrement la berge de la Saône ne trouve pas d’autre raison que celle de vouloir matérialiser en dur la rive et isoler les abords de la plaine alluviale des débordements de la rivière. D’ailleurs, la présence de niveaux d’inondation à l’ouest de cette ligne de murs permet de juger du risque permanent qui menace les riverains.

37Une occupation relativement clairsemée du site à l’arrière du mur, dans la partie occidentale, est matérialisée par l’accumulation d’une stratification d’apparence uniforme faite de couches humifères. Il s’agit de dépôts parfois épais, indifférenciés le plus souvent, généralement de couleur foncée, bioturbés. La superposition des dépôts laisse parfois entrevoir une stratification litée témoin d’une succession d’actions anthropiques. Ces couches ont été recensées sous l’appellation générique « terres noires ». Elles se développent entre 162 m et 163 m d’altitude en moyenne, et ont tendance à s’étendre sur l’ensemble de la plaine bordière. À l’extrémité occidentale du secteur 6, ces niveaux de terres noires, relativement plans, ont été estimés à près de 1,40 m d’épaisseur entre 162,40 m et 163,80 m d’altitude. Les 0,60 premiers mètres sont rythmés par trois petits lits de sables moyens. La texture et la structure de ces sables démontrent que des courants de débordement de la rivière peuvent atteindre encore 163 m d’altitude à l’ouest de l’emprise, là où aucun mur ne borde la rive.

38Le mobilier céramique est assez fragmenté. Il résulte peut-être plus d’un épandage que d’un rejet domestique. Du nord vers le sud, il s’agit des Us. 1168, 1173, 1054, 1069, 1220, 880, 978, 800, 695 et 694. L’analyse céramique permet d’estimer le caractère plus ou moins résiduel des éléments recueillis, ce qui conduit à considérer les terres comme rapportées. La complexité de ces dépôts ne peut être résolue sans la sollicitation des disciplines naturalistes, telle la micromorphologie qui s’attache à définir la nature et l’organisation des constituants naturels et anthropiques, mais dont l’application n’a pas été envisagée lors de notre intervention. La fouille conduite à Saint-Georges n’apporte malheureusement pas de complément à ce dossier, dans la mesure où les terres noires retrouvées ont été fouillées de façon traditionnelle. Tous ces sédiments contiennent un mobilier céramique qu’il est possible de placer dans une fourchette chronologique située entre le xiie s. et le tout début du xiiie s. Il faut également évoquer la présence régulière de mobilier gallo-romain résiduel, et parfois de tessons du haut Moyen Âge qui renforcent l’idée qu’il s’agit de déblais et non de dépotoirs domestiques.

39La fosse Us. 786, à laquelle est associé le trou de poteau Us. 785, coupe des niveaux antiques sous-jacents représentés par des sables moyens, fluides : au niveau de l’Us. 800, elle marque une fréquentation sporadique dans le sud du terrain.

40L’activité au bord de la Saône peut être évoquée par la forte présence de pots à anses de panier liés sans doute au puisage de l’eau de la rivière.

3.1.2.3 L’épave no 14

41Cette pirogue monoxyle à fond et flancs plats, aux extrémités rectangulaires, qu’un trou dans la coque (usure, accident ou acte volontaire, la question reste posée) a envoyé au fond de la rivière, a été retrouvée inclinée entre 155,30 m et 153,80 m d’altitude d’amont en aval [fig. 56]. Longue de 8,26 m, elle est dans un état de conservation remarquable ce qui suggère qu’elle n’a pas navigué longtemps (Laurent 2010a : 178-185). Cependant, des réparations ont été effectuées sur la coque et rendues étanches à l’aide de mousse. L’épave est très étroite puisque sa largeur, à l’extérieur des bordés, atteint seulement 0,78 m. Sa profondeur ne dépasse pas 0,44 m à la poupe. À la proue, une large entaille évoque le frottement d’une corde d’amarrage. Elle est orientée légèrement NO-SE, la proue dans le sens du courant. Les embarcations étant normalement amarrées dans le sens inverse, on peut penser que ce bateau a coulé tandis qu’il naviguait. Il a pu être retourné par les courants de fond durant ou après son échouage. Toutefois, compte tenu de son état de conservation et de la faible épaisseur des bordés et de la sole, les conditions d’enfouissement ont probablement été calmes. Seule une faible érosion des bordés, surtout à tribord, et quelques déformations des flancs et du bouchain, probablement liées aux poids des sédiments qui la recouvrent, sont à signaler.

fig. 56 L’épave no 14, xiie s. (phase 12). Vue du sud˗est.

© F. Laurent.

  • 3 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

42D’après l’étude dendrochronologique3, la date d’abattage du chêne dans lequel la pirogue a été taillée est proche de l’année 1187. Cette pirogue repose sur l’Us. 1781 dont le mobilier céramique se situe entre le xiie s. et le début du siècle suivant. Des lits de sables grossiers piégés à l’intérieur de la pirogue suggèrent un ralentissement du courant dans un espace clos. Ils fossilisent le recouvrement argilo-organique qui tapisse la sole de l’épave, lequel témoigne probablement de son utilisation (décantation des particules fines dans les flaques d’eau résiduelles relativement constantes au fond d’une embarcation). La pirogue est ensuite fossilisée par une succession de blocs centimétriques à décimétriques emballés dans une matrice caillouto-sableuse. Ces matériaux sont témoins des dépôts ayant glissé sur le talus de la berge, et qui ont ensuite été remaniés par les courants au fond du lit. Le mobilier qu’il renferme reste calé sur la période qui va du xiie s. au début du xiiie s.

3.1.2.4 Éléments du paysage

43Les résultats de l’analyse des quelques prélèvements carpologiques (Us. 1471 : 3, 4, 60 ; Us. 1764 : 55 ; Us. 1767 : 57) se sont avérés particulièrement éloquents. Les observations malacologiques (Us. 1471 : 57, 101 ; Us. 1764 : 81 ; Us. 1767 : 83) proposent le profil d’une eau calme qui va dans le sens d’une amplification de l’anthropisation, ce que l’analyse anthracologique pressent avec la régression de l’aulne et le maintien du saule sur l’examen des échantillons pris dans l’Us. 1471. La mise en culture de ce secteur est sensible grâce à la présence du noyer et de la vigne. La vision d’une berge herbeuse bordant une rivière au flux paisible va dans le sens de ce que l’hydrographie nous apprend pour cette période avant que les fluctuations hydrologiques en relation avec le Petit Âge glaciaire n’apportent plus de contraintes dans l’environnement. En effet, les références bioclimatiques indiquent que cette période est favorable au développement de fonds humides avec des cours d’eau à hydrologie déficiente et à faible activité morphogénétique (Berger et al. 2008). Ces conditions bioclimatiques ont d’ailleurs pu favoriser le développement urbain sur la berge.

3.2 Habitats privés et domaine public

44Il est admis que le choix de la stratégie d’investigation sur les textes documentaires se fait au regard des questions posées par la fouille, même si le temps de dépouillement et d’analyse est parfois incompatible avec la vitesse d’intervention à laquelle les archéologues sont soumis sur le terrain. Aussi, il nous a semblé pertinent d’associer, ici, la documentation d’archives aux observations permises par la fouille archéologique, afin de confronter simultanément les informations extraites du terrain et celles que la documentation d’archives a livrées, indissociables de l’évolution individuelle de chacune des maisons et du port de quartier. Nous le verrons, le raisonnement archéologique a bien souvent bénéficié des apports décisifs de la discipline archivistique, au même titre d’ailleurs que les études complémentaires à l’archéologie. En faisant alterner la démarche archéologique et l’analyse des sources documentaires, nous voulons souligner ici que l’association des deux disciplines en dépit d’un niveau très variable d’exploitation, demeure une composante essentielle de la fouille préventive en milieu urbain.

  • 4 aml. – 321 wp 98.

45Nous avons pensé qu’il était tout d’abord nécessaire de présenter, tant pour l’habitat privé que pour l’espace public du port Sablet, les sources, c’est-à-dire l’ensemble du matériau archivistique utilisé. Le fonds exploré est imposant, même si la quête est restée quelque peu limitée dans la mesure où la gestion des bâtiments privés portant sur les étapes de la construction –caractéristiques architecturales et réparations dont l’archéologie est si friande– a laissé peu de traces dans la documentation comparativement, par exemple, à celle que recouvre le fonds ancien du chapitre de la cathédrale Saint-Jean toute proche (Villedieu 1990 : 168). Le bilan des recherches sur chaque maison dégagée par la fouille est intégré au descriptif des vestiges qui la composent. Mais le résultat est mitigé. La disposition intérieure des lieux, qui aurait grandement facilité l’analyse des vestiges mis au jour, n’a pas toujours pu être restituée, hormis par quelques allusions : un texte d’expertise de vente rédigé en 18444 est à cet égard si remarquable qu’il nous a paru utile de le retranscrire intégralement. L’intérêt de citer le statut des occupants des maisons (propriétaires ou locataires) est de leur associer, dans la mesure du possible, la profession à laquelle ils se sont consacrés : quelques mariniers, pêcheurs, prêtres et ouvriers colorent un secteur fluvial, proche du centre ecclésiastique de Saint-Jean, voué aux activités fluviales et artisanales.

3.2.1 La présentation des sources

  • 5 Le travail entrepris sur le site du Parc Saint-Georges s’inscrit dans le développement que connaît (...)

46La confrontation des informations d’archives avec les vestiges découverts sur le terrain permet d’évaluer la nature des sources disponibles et de faire évoluer la réflexion sur le développement du tissu urbain5. Elles ont pu bien souvent permettre d’établir ou de confirmer la chronologie des phases de construction identifiées au cours de la fouille, et aussi de rapporter à ces habitations leur contexte social. Cependant, dans le cas du Parc Saint-Georges, le fonds documentaire n’a pu fournir autant d’informations que l’opération archéologique. La connaissance du secteur avant la fouille a été facilitée par l’existence des sources iconographiques et des textes d’archives.

47L’édification des bords de Saône à l’époque moderne trouve un écho dans de nombreuses représentations graphiques réalisées au xixe s. Mais seule la fouille en a restitué tous les détails.

  • 6 Ce lavis, que nos recherches n’ont pas permis de localiser, est connu grâce à deux reproductions co (...)

48Les plans dressés entre le xviie et le xixe s., complétés par les textes d’archives et les nombreuses gravures, rendent compte du développement progressif du bâti sur le secteur fouillé et proposent une vision d’ensemble de la partie de la ville à laquelle il se rattache. Si ces documents ne peuvent prétendre à une représentation rigoureuse, la corrélation de ces plans et gravures et des relevés de fouille suggère de leur accorder un certain crédit : nombre d’indications documentaires ont été retrouvées dans les vestiges livrés par la fouille. En atteste notamment la confrontation du plan de la zone au nord et de l’élévation du quartier Saint-Georges réalisée au lavis sépia par Laurent-Hippolyte Leymarie6 en 1837 [fig. 57].

fig. 57 Les Maisons du bord de l’eau avant la construction du quai Fulchiron, Laurent˗Hyppolite Leymarie, dessin au lavis, 1837. Reproduction par phototypie extraite de l’ouvrage d’Eugène Vial, Dessins de trente artistes lyonnais du xixe siècle (Musée des beaux˗arts de Lyon, inv. 116946)

© Lyon MBA / photo A. Basset.

  • 7 Le document figuré le plus célèbre et le plus ancien de la ville de Lyon est le grand plan scénogra (...)

49L’exploitation de cette documentation a saisi le reflet des niveaux d’occupation les plus récents du Parc Saint-Georges. Dans le contexte des fouilles urbaines, surtout pour la période moderne, l’intervention des données d’archives reste déterminante7. Elles offrent un complément indispensable à la réflexion sur le terrain de fouille et pose la question des rapports histoire-archéologie et de leurs apports respectifs.

3.2.1.1 L’apport des archives à l’étude du bâti

Le fonds Joseph-Pointet

  • 8 Industriel et érudit lyonnais (1851-1943).
  • 9 aml. – 37 ii, volumes 34-35.

50Il s’agit des travaux que l’érudit Joseph Pointet8 a consacrés à l’histoire des maisons de la ville de Lyon. Seule la partie nord du 1er arrondissement a été publiée, le reste des dépouillements que Pointet a effectué dans les archives fiscales de la Ville et dans celles des établissements ecclésiastiques est encore à l’état de manuscrits. Ces volumineux dossiers (plus de dix mille pages) sont déposés au musée d’Histoire de Lyon (musées Gadagne) mais une copie est consultable aux Archives municipales de Lyon9.

51Cette étude constitue la base obligée pour toute recherche historique sur l’habitat à Lyon. La démarche même de cet érudit prévaut encore de nos jours, qu’il s’agisse de la méthode régressive qu’il a mise en œuvre comme du choix des sources. Les recherches actuelles enrichissent le corpus mis au point par Joseph Pointet sans le remettre en cause.

Les archives fiscales

  • 10 adr. – 10 G 1000.

52Quelle que soit leur origine (laïque ou ecclésiastique), il subsiste plusieurs séries de registres fiscaux qui recensent les biens immobiliers lyonnais et leur valeur au regard de l’impôt. Première source pour la connaissance de l’habitat, les registres les plus anciens remontent au xive s., à 1303 précisément10 pour notre étude. Sauf exemptions ponctuelles, la totalité des immeubles lyonnais ont servi pour asseoir l’assiette des taxes qui étaient perçues, régulièrement ou non, par telle ou telle institution (la commune, un établissement religieux, un chapitre de chanoines, le roi…). L’estimation des biens était confiée à des enquêteurs. Ceux-ci ont consigné la nature de l’immeuble, son propriétaire, sa situation, parfois ses occupants et sa destination (auberge, hôpital…). Ce sont ces données qui constituent l’essentiel des renseignements sur l’histoire des maisons de la ville.

  • 11 Un inquilin est un locataire.
  • 12 aml. – cc 5.

53Les archives communales qui recensent les maisons remontent à 1388 (Philippon 1927). Il s’agit des premiers registres des « nommées », qui rendaient compte des biens des Lyonnais, et qui furent par la suite, au moins jusqu’au xvie s, épisodiquement mis à jour. Ces estimations sont parfois précises, comme le stipule l’avant-propos de celles établies en 1493 « pour procéder à la réfaction des papiers des biens meubles et immeubles des habitants de la ville de Lyon », où ordre était donné aux enquêteurs de faire une « visite des maisons, jardins et autres biens immeubles de ladite ville et des inquilins11 d’iceulx, tant contribuables que non contribuables »12. D’autres évaluations sont beaucoup plus laconiques (celle de 1446, par exemple). La situation des immeubles est à l’avenant : du simple nom de la rue (« en Porcherie ») ou de la place (« au Sabliz ») à la localisation des biens selon leurs confins, c’est-à-dire les propriétés voisines énoncées selon les quatre points cardinaux.

  • 13 À quelques exceptions près, on a choisi de ne pas recourir systématiquement aux appels de note pour (...)

54Les « terriers » des communautés religieuses, qui exerçaient une rente sur la presque totalité du territoire de la ville, contiennent les reconnaissances successives dues sur chaque propriété. Ces registres énoncent la nature des biens (maison, grange, jardin…) qui définissaient la redevance et ils sont parfois agrémentés de plans levés, pour la plupart, au cours du xviiie s. À l’inverse des registres municipaux, on dispose de séries de terriers ecclésiastiques jusqu’au xviiie s. Les maisons établies à l’emplacement du chantier de fouille relevaient toutes de la rente de l’archevêché, c’est-à-dire que les revenus étaient perçus au bénéfice de l’archevêque de la ville. Elle était mitoyenne de la rente du chapitre Saint-Jean, qui couvrait la section nord de la rue du Sablet. La conservation des terriers de l’archevêché est malheureusement très lacunaire, ce qui nous prive d’une source d’information majeure pour l’histoire des immeubles du Parc Saint-Georges, surtout pour les deux derniers siècles de la période moderne13.

Plans terriers, géométraux et cadastraux

  • 14 adr. – 1 G 233. Ce plan ne figure pas en illustration, du fait de sa faible valeur graphique.

55La pratique qui consiste à dresser des plans géométraux –ancêtres du plan cadastral napoléonien– est assez récente. Rares sont les exemplaires antérieurs au xviie s. Leur conservation est en outre aléatoire. Sous l’appellation générique de « cartes terristes » ou « plans terriers » en fait sont regroupés des documents d’inégale valeur cartographique. On peut citer en exemple pour le secteur du port et de la rue du Sablet un plan14 réalisé au xviiie s. qui récapitule les reconnaissances successives de terriers rédigés entre le xive et le xvie s. Il possède deux particularités :

  • Il positionne les reconnaissances sur un plan certes très schématique mais nettement plus intelligible que les classiques énoncés par confins. Il est d’ailleurs fort probable que ces croquis terristes, parfois très sommaires, aient été tracés par les notaires chargés de la révision des terriers, pour vérifier la localisation des reconnaissances : à même problème même réponse, malgré les siècles écoulés !

  • Il reproduit des reconnaissances extraites de terriers aujourd’hui disparus. Terrier Burgensis (fin xive s.), terrier Canalis (milieu xve s.) terrier Croppet (début xvie s.) et terrier Michel (non daté). Les dénominations correspondent aux patronymes des notaires responsables de leur rédaction.

56En contrepartie, ce document a le défaut de ne figurer que les parcelles situées au nord du port Sablet. On ne possède donc pas de données équivalentes pour la partie sud, à l’aval du port.

  • 15 adr. – Galle A 103.

57Un autre plan terrier couvre, quant à lui, tout le secteur de la fouille : il s’agit de la copie contemporaine d’un plan disparu, sans doute dressé pour justifier les droits perçus par l’archevêché. La légende est muette sur ses origines15 [fig. 58]. À l’inverse du simple schéma qu’était le précédent, ce plan est coté en pieds (en pied de ville, équivalent à 0,342 m) et appartient à la catégorie des plans dits « géométraux ». On a d’ailleurs pu mesurer la justesse des cotes inscrites sur chaque parcelle, en les confrontant au relevé des façades mises au jour sur la fouille : la coïncidence est presque parfaite. Certes, les tracés parcellaires ne sont pas très bien orientés (désaxement nord-sud), mais l’ensemble offre tout de même un très grand intérêt cartographique.

fig. 58 Plan terrier coté en pieds (de ville), rive droite de la Saône, avec le port Sablet, vers 1750˗1760. Copie contemporaine sans date, ni nom d’auteur.

(Archives départementales du Rhône, fonds Galle A 103).

  • 16 adr. – 3 P, section N dite « de la Métropole ».

58Enfin, on a analysé les plans et les matrices du premier cadastre napoléonien16, daté de 1831 [fig. 59]. Les limites des parcelles figurant sur ces plans cadastraux correspondent dans les grandes lignes aux tracés des maisons des phases 15 et 16, sans toutefois coïncider parfaitement. Pour cette raison, on a préféré utiliser la notation « à la Pointet » (par numéro de maison) pour désigner les constructions successives, plutôt que les numéros du parcellaire napoléonien [fig. 60]. À l’inverse, on a pu constater la parfaite correspondance des largeurs des façades sur Saône indiquées sur le plan terrier de 1750-1760 en les comparant à celles obtenues par la fouille archéologique de chaque maison.

fig. 59 Limite du chantier de fouille superposée au cadastre napoléonien, section N dite de la Métropole, vers 1831 (Archives municipales de Lyon, 1491 wp 255).

© Archives départementales du Rhône.

fig. 60 Plan général du bâti avec la numérotation des maisons.

© W. Widlak, A. Dagand.

3.2.1.2 Le port Sablet dans les fonds municipaux

59On a entrepris l’étude documentaire du port Sablet dans l’optique de connaître ses aménagements successifs et ses modalités de fonctionnement. Il n’existe pas d’archives spécifiques à l’aménagement des ports. En fait, la plupart des documents ayant trait à la création d’un port, à ses aménagements ou à son fonctionnement est pour l’essentiel dispersée dans les fonds municipaux, selon leur origine « administrative ». Les registres des délibérations consulaires –municipales– consignent les décisions relatives à leur création, à leurs améliorations, éventuellement à leur police… ; les archives comptables enregistrent les mémoires, les quittances, etc. pour les travaux qui y ont été réalisés (aml série cc). À partir du xviie s., le service de la voirie devient autonome et dispose de ses archives propres (aml, série dd).

60De même, les archives de la Ville ne possèdent pas à proprement parler d’actes consignant l’activité commerciale des ports. Il existait bien une maîtrise des ports, ponts et péages, mais pas de journaux livrant l’état des denrées ou des marchandises transitant ou livrées dans chaque port. Pour la voie terrestre, les droits étaient perçus aux portes de la ville : Saint-Just, Saint-Sébastien… Pour la voie fluviale, les droits étaient perçus porte Saint-Georges. Située en aval, à la hauteur de l’abbaye de Saint-Martin d’Ainay, la porte Saint-Georges marquait l’entrée méridionale de la ville. En cas d’« effroi » ou de menace, la Saône y était d’ailleurs barrée par un dispositif de chaînes.

61Il faut ainsi se contenter de données éparses, au gré de contestations ou de décisions prises par le consulat, pour évoquer les activités du port.

Le fonds Vermorel

  • 17 Érudit et « voyer » de la Ville (c’est-à-dire responsable du service de la voirie) dans la seconde (...)

62Le « dossier 32 » (aml 3 II 32) conserve les notes manuscrites de Benoît Vermorel17 sur les ports et les quais de la Saône. Il s’agit de mentions que cet érudit a rencontrées au fl de ses recherches dans les archives de la Ville, répertoriées dans des listes chronologiques, avec des renvois à ses cahiers de notes. En dépit de l’intérêt indéniable de cette compilation, son exploitation se heurte à plusieurs difficultés. D’abord, on ne retrouve pas systématiquement le cahier contenant la note initiale, ensuite le recollement avec le document d’archives originel n’est pas toujours possible. Malgré tout, il a paru indispensable de consulter ces notes qui contiennent parfois des références inédites.

Les archives consulaires

63Il s’agit pour l’essentiel de quatre fonds ou séries : les délibérations proprement dites des échevins de la Ville, les comptabilités, qui représentent sans doute la masse documentaire la plus volumineuse, les fonds de la voirie et les registres des notaires de la ville.

  • 18 Séries anciennes des Archives municipales de Lyon.

64La recherche dans les inventaires d’archives a été effectuée par mots-clés. Ce travail n’a pas été exhaustif ; l’interrogation par occurrence (port, toponyme…) aurait sans doute été optimale, mais elle outrepassait les objectifs définis pour l’étude liée à la fouille du Parc Saint-Georges. Seule l’entrée « Sablet, Sabliz… » a été systématiquement traitée. Il faut noter que ce type de recherche est limité aux inventaires informatisés18 ou à ceux qui disposent d’un index. Par ailleurs, il ne s’agit que de dépouiller des inventaires, c’est-à-dire, au mieux, un résumé des actes ou des pièces conservés sous une cote commune. Les choix qui ont été faits lors de l’établissement de ces inventaires, leur nature même (sommaire ou analytique) produisent des documents d’intérêts très divers : les événements historiques, les grands personnages sont toujours privilégiés par les rédacteurs d’inventaires. En revanche, les mentions relatives aux aménagements urbains sont plus aléatoires. Enfin, le degré de précision est radicalement différent, selon qu’il s’agit de pièces anciennes ou d’archives plus récentes : ainsi les inventaires détaillent très précisément le contenu des premières comptabilités de la Ville, mais réduisent à une ou deux lignes l’analyse des registres comptables des xviie et xviiie s. De manière paradoxale, il est donc plus facile de repérer le paiement d’un chantier des xve et xvie s. que ceux d’un chantier des années 1700, exception faite bien entendu des comptabilités isolées (construction de l’Hôtel de Ville, etc.). Quoi qu’il en soit, cette recherche par mots-clés a livré des informations qui ont donné lieu, ou non, au dépouillement et à la transcription des archives conservées sous la cote indiquée dans l’inventaire.

Les plans généraux et particuliers de la ville

65On a étudié les plans historiques de la ville, plans généraux et plans particuliers, parmi lesquels ces sources majeures : le plan scénographique (vers 1550), les états successifs du plan de Simon Maupin (1635 et 1659-1714), le plan dit « de Séraucourt » (1740) et le plan général de 1840.

L’iconographie

  • 19 BnF, recueil factice Va 69 (volumes 1-12).

66On a cherché à collecter les représentations iconographiques les plus pertinentes pour illustrer la physionomie des berges à diverses époques, même si la plupart des gravures, tableaux, aquarelles, dessins à la plume ou au crayon du paysage lyonnais sont déjà connus et souvent publiés. Les réserves du musée d’Histoire de Lyon ont fourni des pièces fort intéressantes ; ceux de la Bibliothèque municipale de Lyon possèdent (entre autres) le très abondant fonds Sylvestre, consacré aux photographies et aux dessins du xixe s. On a rapidement exploré les volumes lyonnais du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France19.

3.2.2 Description des maçonneries de l’habitat privé

67Quand elle est envisageable, cette description résulte donc d’une confrontation des données du terrain et des données des archives. Le mode de désignation des parcelles et des bâtiments qui les occupent est différent de la numérotation adoptée par Joseph Pointet [fig. 60]. L’emplacement de la place Benoît-Crépu appartient à la section N du cadastre napoléonien. Les parcelles 122-129, au nord du port Sablet (îlot nord), et 133-137, au sud (îlot sud), sont situées sur l’emprise de la fouille. Au cours de son étude, Pointet a identifié des maisons repérables depuis le début du xve s., et qu’il a désignées par « maison 1, 2, 3, etc. ». Il a presque toujours été possible de distribuer ces maisons sur le parcellaire napoléonien. Les aléas des restructurations, par la réunion ou la destruction des bâtiments, font que ces maisons sont en nombre supérieur à celui des parcelles : respectivement 16 pour 12. Sur le secteur situé au nord du port Sablet, les mentions les plus anciennes témoignent de la complexité d’occupation des lieux : les mutations de propriétés sont fréquentes et les maisons subissent des changements notoires. On assiste aussi à la réduction de la superficie dévolue à la construction privée (maison 10) en faveur de l’espace public qu’est le port Sablet.

68Les vestiges du bâti maçonné médiéval sont ceux qui eurent à souffrir le plus des constructions postérieures qui, dans bien des cas, ont entraîné une rupture de la sédimentation. La reprise des élévations et les remaniements internes successifs, en particulier lors de l’aménagement de caves modernes et du réseau d’assainissement au xixe s., ont bien souvent rendu peu lisibles les noyaux primitifs. Si les murs de limite des parcelles ont été épargnés, du fait de leur intégration dans le parcellaire plus tardif, le cloisonnement intérieur de ces espaces et leurs niveaux d’utilisation font défaut, peut-être parce que fondés trop superficiellement pour échapper à une totale disparition. En effet, on ne trouve à l’intérieur des murs aucune trace de niveaux de sols, ce qui peut suggérer un ancrage plus haut que l’arase des murs conservés. Les difficultés rencontrées au stade de l’analyse ne peuvent être contournées que par l’étude du mobilier.

  • 20 Il est bien évident que la réalisation du dessin des maisons a nécessité l’intervention active et l (...)

69La séquence chronologique des événements archéologiques du site dont le détail de construction est décrit ci-dessous s’étend de la seconde moitié du xiiie s. (phase 13) à la première moitié du xixe s. (phase 15), la phase 14 occupant la fin du Moyen Âge et le tout début de la période moderne. Nous avons pris le parti d’exposer la diversité des travaux liés aux transformations engagées à l’intérieur d’une maison sur toute la durée de son histoire au détriment d’une mise en ordre des informations qui aurait privilégié les aménagements synchrones dans une vision étendue à l’ensemble du site. Le lecteur pourra ainsi suivre la succession des réalisations apportées périodiquement dans chacune des seize unités structurelles que constituent les maisons. Ce choix de présentation des données devrait contribuer à alléger une exposition de faits archéologiques souvent difficile à suivre en raison de leur technicité. Le dialogue entre le texte où abonde la numérotation adoptée pendant la fouille et la représentation des vestiges archéologiques sur les plans de détail se trouve ainsi plus resserré, l’un se fondant sur l’autre. En préalable aux plans sur lesquels est tracée l’évolution individuelle de chaque maison, nous proposons trois plans phasés qui fournissent un état des constructions mises au jour sur l’ensemble du site. Ils illustrent la densification progressive des maçonneries que nous avons fait réapparaître à l’intérieur d’un vaste espace urbain structuré dès le début du Moyen Âge central. Ces plans attribués à chacune des trois phases chronologiques (13, 14 et 15) donnent au lecteur la possibilité d’évaluer les éléments de constructions sur lesquels sont basées nos hypothèses de restitution. Un soin particulier a été pris pour distinguer les parties du bâti toujours en usage d’une phase à l’autre, celles supposées (que nous avons restituées) de celles nouvellement construites (que nous avons observées). Cela n’a pas été sans difficulté de trouver la solution graphique la mieux à même d’éclairer la situation livrée par le terrain puis enrichie par nos réflexions. Plus nous remontons dans le temps, plus la lecture des espaces construits est réduite. La [fig. 61] prouve très clairement l’extrême fragmentation des restes de la phase 13, tandis que le plan de la phase 15 [fig. 63] propose une distribution fort dense des murs, le plan de la phase 14 se situant en position médiane [fig. 62]20.

fig. 61 Plan des vestiges à partir de la seconde moitié du xiiie s. et durant le xive s. (phase 13).

© W. Widlak, A. Dagand.

fig. 62 Plan des vestiges depuis le début du xve s. jusqu’à la fin du xvie s. (phase 14).

© W. Widlak, A. Dagand.

fig. 63 Plan des vestiges depuis le début du xviie s. jusqu’au milieu du xixe s. (phase 15).

© W. Widlak, A. Dagand.

3.2.2.1 L’îlot nord

70Il s’étire sur environ 80 m de long, depuis la limite septentrionale de notre aire de fouille jusqu’à l’esplanade du port Sablet. L’îlot est parfaitement positionné entre la rue de la Pierre-Percée (ou des Prêtres) et la rive de la Saône. Les dix maisons qui le composent présentent des surfaces qui, sans être rigoureusement identiques les unes aux autres, offrent des dimensions proches. Leur extension s’accroît aux grés des ajouts réalisés durant trois campagnes de travaux qui ont concerné tant les façades des habitations que les aménagements intérieurs. La complexité de ces interventions n’a pas toujours trouvé de solution stratigraphique satisfaisante, et c’est bien souvent en faisant primer la chronologie relative que nous avons pu lier les constructions entre elles. Si les dimensions des maisons ont pu être établies avec une assez grande sûreté, les formes qu’a pu revêtir la disposition des partitions, en l’état de chicots aux dimensions fort modestes parfois, sont difficiles à restituer sur la base des seuls témoins qui nous sont parvenus. Ainsi, les limites entre les maisons 6 et 7, purement conjecturales à l’origine de l’occupation des maisons (à tel point que l’hypothèse d’une seule habitation a été retenue au fil de la rédaction du descriptif), apparaissent avec plus de certitude par la suite. Dans cet îlot, les espaces intérieurs assument un plan de forme régulière ajustée à l’exiguïté de la bande de terrain comprise entre la rue et la rivière. L’observation du plan des maisons donne l’impression d’une organisation du parcellaire pensée clairement et donc parfaitement adaptée à la disposition des lieux. La cohérence des relations spatiales et stratigraphiques entre les maisons ne laisse pas de doute sur une création simultanée des bâtiments et de la rue qui les longe d’où est exclu tout changement dans l’orientation d’origine. Celle-ci établit un lien direct entre les deux ensembles qui occupent le site immédiatement au sud, l’esplanade du port et l’îlot méridional. La disparité des maçonneries est peut-être synonyme de constructions de facture assez grossière ou pauvre, élevées sans grand soin, nécessitant des réfections constantes sans cesse gommées ou adjointes aux créations ultérieures. Il sera instructif de développer comment la gestion de l’espace relative à l’esplanade du port Sablet a engagé la suppression d’une habitation privée dotée de son jardin pour accroître vers le nord et non vers le sud le potentiel d’activités du port fluvial de Saint-Georges. Aucune fonction spécifique des bâtiments n’est ressortie de nos analyses hormis celle de l’hébergement privatif. L’usage demeure, dans la plupart des cas, anonyme. Seuls quelques noms et professions émergeant des textes d’archives parviennent à animer, mais à peine, le champ de ruines.

La maison 1

71La situation au nord de cet îlot est extrêmement perturbée [fig. 64]. Les remaniements importants opérés pendant la période moderne et les travaux à l’emplacement de la paroi moulée du parc de stationnement ont largement contribué au gommage de la maison 1, dont on peut retrouver les limites par superposition du cadastre napoléonien. Une structure antérieure demeure. Il est ainsi possible d’envisager que la maçonnerie no 1217, mur de berge de Saône construit entre le xiie s. et le début xiiie s., ait été englobée dans cette maison, dès le début de sa construction en phase 13.

fig. 64 Plan des maisons 1 et 2, entre la seconde moitié du xiiie s. et la fin du xive s. (phase 13).

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 21 Terme local. Il s’agit de calcaire aalénien exploité dans une zone au nord-ouest de Lyon, les monts (...)
  • 22 aml. – cc 31 (f° 42v°).

72Le mur de façade (no 597) de la maison 1 qui nous est parvenu date de la phase 14. Il borde au plus près la berge de la Saône, est élaboré en blocs de pierres dorées21 liés à un mortier grisâtre [fig. 65]. Le massif de fondation de ce mur, dont l’arase cote à 161,05 m, est coffré en bois (no 598). Aucune limite de maison n’a été repérée du côté de la rue de la Pierre-Percée. Cette maison marque la limite entre les paroisses de Saint-Georges et de Saint-Romain dont l’église, désaffectée en raison de sa vétusté dès le milieu du xviie s., sera vendue en tant que bien national en 1791 (Villedieu 1990 : 95-96). Elle est située dans l’enceinte canoniale de Saint-Jean, à l’emplacement de l’actuelle avenue Adolphe-Max. Une borne est d’ailleurs plantée entre les maisons 1 et 2. Elle indique également la frontière entre les terrains sur lesquelles s’exercent les « directes » (taxations) levées au profit de l’archidiaconné (du chapitre Saint-Jean), au nord, et de l’archevêché au sud. La maison est dite « neuve » en 151622.

fig. 65 Plan des maisons 1 et 2, du xve au xvie s. (phase 14).

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 23 adr. – 10 G 1535.
  • 24 adr. – Galle A 103.

73L’archéologie est impuissante à déterminer l’ampleur des restructurations de la maison 1 au cours de la phase 15. Les documents d’archives prennent donc ici le relais des observations. Un plan daté de 174223 signale que cette maison et celle qui lui est immédiatement mitoyenne, au nord donc à l’extérieur des limites de notre espace de fouille, sont éboulées. Elles sont sans doute reconstruites peu après car dans les années 1750 et 1760, des bâtiments sont représentés à leur emplacement24 [fig. 58].

La maison 2

  • 25 adr. – 1 G 233.

74De même, ne subsistent de la maison 2 [fig. 64] –désignée la première fois en 1377 comme appartenant à Johannes Foreys « in sablicio »25– que les fragments des murs de façade sur la Saône (nos 1195, 1201), tous deux édifiés entre le xiie et le début du xiiie s. Les autres murs structurant la maison ont sans doute disparu lors de sa reconstruction au cours de la seconde moitié du xviiie s. Le contrefort no 1194, plaqué contre la maçonnerie no 1195, a été introduit lors d’une campagne de travaux visant à soutenir des maçonneries fragilisées par le manque de stabilité des terrains sous-jacents. Cette opération va toucher toutes les sections de murs de berge élevés précédemment le long de la rivière. Dans la construction du no 1194, apparaissent quelques blocs de granite et calcaire. Ils sont liés par un mortier de chaux pulvérulent jaune rosé.

75La façade sur Saône de la maison 2 [fig. 65], qui prend le relais du précédent au cours de la phase 14, est établie par plusieurs tronçons de maçonneries (nos 1188, 1190, 359, 1193, 595) qui indiquent vraisemblablement une série de réfections ponctuelles que la fouille n’a pas été en mesure d’ordonner. Ils reposent sur une portion de berge gagnée sur le cours d’eau. La superficie interne de la maison, nettement délimitée, atteint environ 40 m2. Ces murs sont fondés à l’aide de pieux en bois (Us. 1621). Un escalier droit (no 336) donnant accès à la rivière y est encastré. Il se développe à partir de la cote 164,15 m et atteint 161,85 m. Les marches en pierre calcaire de 0,40 m de large reposent sur une base maçonnée (no 347). Par la suite, la base nord de l’escalier est recouverte par un sol en galets (no 366) affleurant à la cote 162,27 m. Ce sol est installé dans une couche de sable orangé (Us. 348) recouvrant les deux premières marches de l’escalier. En avant du mur de façade et de l’escalier, un massif maçonné (no 354/590) fait office, dans sa partie nord, de quai dont le niveau de circulation atteint 161,86 m. Il est élaboré à l’aide de grandes dalles de calcaire à gryphées. Dans sa partie sud, le no 590 est lié à une sortie d’égout (no 356) et fait office de piédroit nord. Sa fondation repose sur des pieux en bois (Us. 599) noyés dans une chape de mortier très compact. La limite sud de la maison s’étend jusqu’aux murs no 352/1180. Elle est doublée au nord par le mur no 355 dont la fonction n’a pas été établie. Les murs nos 1183 et 1198 longent la rue de la Pierre-Percée et limitent la maison à l’ouest. Le no 1183, en blocs taillés de granite et de pierres dorées liés avec un mortier gris fin, est chaîné au mur no 1180 d’orientation est-ouest.

  • 26 adr. – 1 G 233.
  • 27 adr. – 1 G 233.
  • 28 adr. – 1 G 233.
  • 29 aml. – cc 3.
  • 30 aml. – cc 5.
  • 31 adr. – 1 G 233.
  • 32 aml. – cc 31.
  • 33 aml. – cc 38 (f° 98).
  • 34 aml. – cc 42 (f° 264v°).
  • 35 aml. – cc 150.
  • 36 aml. – cc 47 (f° 17).

76En 1403, les propriétaires de cette maison sont Joannes et Joanna Mercerii26. Le même Jean Mercier, pêcheur, est cité en 1406 rue du Sablet27. En 1438, le propriétaire est Stephanus Mercerii, pêcheur, fls de Johannis Mercerii28. Un jardin appartenant à Tieven Mercier est mentionné en 144629. Il est cependant difficile de placer ce jardin en raison de l’exiguïté de la maison. La maison est dite « haute et basse » (un ou deux étages) en 1493. Son propriétaire est François Faure de Marclopt30, son locataire Alexandre Ferroul, vanneur. En 1502, rue du Sablet, la maison appartient à Johannes Cachibo, marchand à Montbrison et tuteur de Francescia, fille de feu Joannis Fabri31. La maison est par la suite décrite « haute, moyenne et basse » (deux étages et plus) en 1516. Elle est localisée rue du Sabliz et a pour propriétaire Guillaume Henry, prêtre32. Son locataire est Jehan Teveney, pêcheur. On remarquera cette mutation architecturale aux mêmes dates pour la maison 4. Effet de rédaction ou reconstruction ? En faveur de la seconde hypothèse, on note que la valeur locative de la maison est doublée entre ces deux dates. En sa défaveur, la maison immédiatement mitoyenne au nord est dite « neuve » dans le même registre. En 1528, la maison est localisée dans la rue du Sablet, « depuis la croix du Sablit jusqu’au cloistre Sainct Jehan ». Elle est habitée et appartient à Messire Andrevet, prêtre attaché à l’église Saint-Jean33. En 1551, « grande rue tirant au Sablet », elle est toujours possédée par un prêtre dénommé Claude Piney, et possède une valeur locative annuelle estimée à 6 livres34. En 1571, c’est un procureur de Montbrison, Claude Henry, qui est propriétaire35. Enfin, en 1586 elle appartient à Léonard Merlin, batelier36.

  • 37 adr. – Galle A 103.

77Au cours d’une étape de construction que nous avons située en phase 15, la façade sur Saône de la maison 2 [fig. 66] est avancée de 2 m par l’édification du mur no 290, lequel gagne sur le quai (no 590) qui désormais fait office de fondation pour ce mur de façade. La partie supérieure de ce mur a subi une restauration indiquée par la présence d’un niveau de briques dans l’appareillage qui se détache d’une majorité de pierres dorées. Une ouverture (no 296) est pratiquée, sans doute pour assurer l’évacuation des eaux usées, à l’extrémité sud. Deux contreforts (no 549, 550) sont accolés à l’ancien quai. À ces structures de forme carrée sont incorporés des éléments grossiers en pierres dorées, calcaires, schistes et galets, liés par du mortier. Leur base est composée de blocs de calcaire taillés. Elles peuvent, outre leur fonction éventuelle de contreforts, faire office de bases de piliers supportant une galerie. En effet, durant la période 1750-176037, la maison est agrémentée d’une « gallerie ».

fig. 66 Plan de la maison 2, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).

© W. Widlak, A. Dagand.

78L’espace compris entre l’ancienne façade et la nouvelle est en partie transformé en cave. L’escalier no 336 est obstrué par la construction du mur no 291 qui délimite la cave, au sud. Du côté de la rue des Prêtres, le mur de façade no 1198, édifié au cours de la phase précédente, est remplacé par le no 1197. Ce mur est fait de gros blocs équarris de calcaire, granite, schiste galets et pierres dorées, le tout lié à l’aide d’un mortier de chaux blanc. Ce mur de façade est percé d’un soupirail donnant sur une cave reliée au rez-de-chaussée par un escalier droit (no 1184) à quatre marches en calcaire. Notons la présence d’alluvions (Us. 416) sur les premières marches de cet escalier, entre 162,15 m et 162,40 m d’altitude. Des limons fins, surmontés de sables moyens, puis de sables plus grossiers homogènes et orangés, traduisent des fluctuations du niveau de la rivière relativement hautes qui viennent recouvrir ces marches.

79L’escalier donne sur un couloir compris entre les murs no 1191, à l’est, et les nos 1199 et 1203, par lesquels il est encadré, à l’ouest. La cave est délimitée au sud par la maçonnerie no 1186 qui s’appuie sur le mur de façade no 1197. Sur le mur de limite de parcelle nord (no 1196) de cette maison, mitoyen à la maison 1, repose la voûte couvrant la cave. Le mur est élevé en assises régulières en pierres dorées, calcaires et schistes. Il a été sans doute édifié lors de la construction de la cave, à l’emplacement d’une structure plus ancienne, comme le suggère le désaxement par rapport au mur de limite orientale.

  • 38 adr. – Galle A 103.
  • 39 aml. – 10 G 883.
  • 40 adr. – 10 G 1535.
  • 41 adr. – 3 P 0123-143.
  • 42 adr. – S 1821.

80Les dimensions de la maison, dont les propriétaires sont les héritiers de Jean-Baptiste Mallet, sont de 27,6 pieds, soit 7,80 m sur la rue des Prêtres et de 23 pieds, soit 9,23 m en bordure de Saône38. En 1758, la maison appartient à Anne Mallet, épouse de Jean-Antoine Guillon, fabricant, et à Gabrielle, Marie et Marianne Mallet (ses sœurs), héritières de Benoît Mallet, leur frère39. Cette famille est citée jusqu’en 177440. En 1839, elle porte le no 23 de la rue des Prêtres. Son propriétaire est Vallette, teinturier, y demeurant, puis appartient à la veuve Radet en 1847. En 1852, la maison a pour propriétaire Pelletot, agent d’affaires, qui l’acquit suite à une vente judiciaire datée du 2 mars 1852. La maison comporte trois étages, avec au rez-de-chaussée une boutique sur rue et une pièce sur Saône, et au premier étage une pièce sur rue et une sur Saône, à l’instar des autres étages. Cette maison sera démolie en 1854 et convertie en voie publique en 185641. Un dossier iconographique a été réuni à l’occasion de la démolition de cette maison42.

La maison 3

  • 43 adr. – 1 G 233.
  • 44 adr. – 1 G 233.

81La façade sur Saône (no 1178) de la maison 3 [fig. 67], construite en phase 13 au moyen de deux rangées de blocs taillés de calcaire, réutilise le mur no 1179 édifié au xiie s. ou au début du xiiie s. (phase 12). L’affaissement très net de ce dernier vers la Saône est contrebuté par la construction du contrefort no 1177 : c’est un assemblage irrégulier de blocs de schiste, granite et calcaire liés par un mortier blanc fin. Cette maison, citée en 1386, est localisée « in sablicio » (« au Sablet »). Elle est détenue par Stephanus de Viverio, alias Bachaton ou Burlaton43. En 1399, le propriétaire est Johannes Bisseti, alias de Genas44.

fig. 67 Plan des maisons 3 et 4, de la seconde moitié du xiiie s. au xive s. (phase 13).

© W. Widlak, A. Dagand.

82Le mur de façade occidental des trois premières maisons sur la rue de la Pierre-Percée est inconnu pour cette époque : il a sans doute été détruit lors de la construction du mur no 1181 élevé, bien plus tard, au cours de la phase 15.

83Au cours de la phase 14, la façade sur Saône de la maison 3 est matérialisée par le mur no 259 et son ressaut (no 589), dont l’assise supérieure cote à 161,43 m [fig. 68, fig. 69, fig. 70]. Cette maçonnerie est composée à son niveau inférieur de blocs de calcaire blanc dont les dimensions varient de 0,55 à 1,20 m, le reste est élaboré à l’aide de pierres dorées de module moyen. En avant de cette façade, la berge est aménagée par un quai (no 545) assemblé par sept dalles de calcaire. Elles sont de tailles variables et jointes par un mortier gris-blanc contenant quelques gravillons. La fondation est assise dans la berge, stabilisée par un ensemble de petits pieux disposés en vrac (Us. 579). Les interstices entre les dalles sont bouchés par des fragments de schiste et de tuiles. Le sud de cette maison a été partiellement délimité par le mur no 1176 qu’un double parement formé de blocs de granite et calcaire, disposés en assises régulières isole d’un blocage interne de pierres calcaires, de galets et de briques.

fig. 68 Relevé en plan des limites orientales des maisons 3 et 4, entre le xve et le xvie s. (phase 14).

© W. Widlak, A. Dagand.

fig. 69 Relevé des fondations et du parement oriental des maisons 2, 3 et 4, entre le xve et le xvie s. (phase 14).

© W. Widlak, A. Dagand.

fig. 70 Plan des maisons 3 et 4, entre le xve et le xvie s. (phase 14).

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 45 aml. – cc 2.
  • 46 adr. – 1 G 233.
  • 47 aml. – cc 5 (f° 62v°).
  • 48 adr. – 1 G 233.
  • 49 aml. – cc 31 (f° 42v°).
  • 50 aml. – cc 38 (f° 98).
  • 51 aml. – cc 42 (f° 264).
  • 52 aml. – cc 47-1 (f° 66) ; aml. – cc 150 (f° 136).
  • 53 aml. – cc 47-2 (f° 17).

84Cette maison est la plus étroite mise au jour sur le site. En 1406, rue du Sablet, elle appartient à messire Jean de Genas45. En 1431, « dicto Sablicio », elle appartient à Johanetta, fille de Joannis Escullerii46. En 1493, c’est Messire Claude Pajot, prêtre, qui possède à cet emplacement une habitation haute et basse dont la valeur est estimée à 10 livres47. En 1503, « Carreria Sablici », la propriétaire est noble : Margarita de Viel, veuve de feu Johannis Mal[…]eux48. En 1516, la bâtisse est toujours qualifiée de maison haute et basse. Messire Guillaume Briquet, jadis sergent royal, est son propriétaire et occupant49. En 1528, ce sont ses héritiers qui la possèdent et qui y demeurent50, et ce jusqu’en 155151. En 1571, elle appartient à Maurice Racquin, tripier, et aux héritiers de Guillaume Briquet52. Le locataire est Claude Bernard, dit « le Bourguignon », tonnelier qui en devient propriétaire en 1586 alors qu’il réside désormais à Bourgneuf53.

85La partie supérieure de la façade sur Saône de la maison 3 (Us. 259) est restaurée par la suite (phase 15). Elle présente dès lors quelques assises en briques [fig. 71]. Ce mur est percé d’une ouverture en plein cintre [fig. 68, fig. 69] donnant accès à la rivière avec à l’arrière, sans doute, un escalier repris par une construction plus récente (no 297). Il s’agit, pour cette dernière, d’une suite de degrés en calcaire de Villebois installés sur un blocage (no 321) et desservis par un seuil (no 299), à 161,80 m. La cage d’escalier est matérialisée par le no 353 et par les nos 339 et 340 qui intègrent les marches. Enfin, la partie nord (no 259) comporte, dans sa partie supérieure, deux corbeaux ou consoles appartenant à un balcon.

fig. 71 Plan des maisons 3 et 4, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).

© W. Widlak, A. Dagand.

86Le mur mitoyen avec la maison 2 (no 264), n’a été retrouvé que très partiellement, sur moins de 1 m. Il est lié au mur de façade no 259. Au xviiie s., l’escalier intérieur no 297, sans doute à l’occasion de la construction de l’escalier monumental no 266, est abandonné et la porte donnant sur la Saône est obturée par le bouchage no 268. Ce bouchage est composé en majorité de gros blocs de pierres dorées.

87Le mur médiéval (nos 1177, 1179), entre les parties est et ouest de la maison reprises au xvie s., est toujours utilisé. Un espace, à l’ouest, est alors aménagé par un sol en terre battue (Us. 1167) présentant de fortes traces de rubéfaction. Il cote à 163,78 m. Le mur de façade sur rue (no 1181) est bâti en gros blocs de granite et pierres dorées noyés dans du mortier gris-blanc. Le mur mitoyen entre les maisons 3 et 4 (no 1175), est réalisé en blocs de calcaire à gryphées et de granite. Il présente vers le nord un départ de voûte couvrant l’espace en cave et reposant au nord sur le mur no 1180.

88Plus tardivement, au début du xixe s., une conduite d’évacuation d’eaux usées ou de latrines (no 260) est accolée au mur no 259. Cette structure très hétérogène est construite à l’aide de matériaux divers, blocs calcaires, pierres dorées, briques. Elle abrite un tuyau de terre cuite. Une fosse d’aisances no 1182 est aménagée dans le courant du début du xixe s., à l’angle nord-ouest de la maison. Elle prend appui sur les murs no 1180 et no 1181. Elle est recouverte d’un enduit hydraulique.

La maison 4

89Donnant sur la rue de la Pierre-Percée, seul le no 1172 fait office de mur de façade de la maison 4 élevé lors de la phase 13 [fig. 67]. Il est constitué, au sud, de plusieurs assises de gros blocs en calcaire blanc, en granite et de quelques galets liés avec un mortier de chaux blanc et chargé en graviers. Il faut signaler la présence en remploi, au sud du mur, d’un autel antique ne portant aucune inscription. Les assises sont plus ou moins horizontales. Plus au nord, la maçonnerie présente un aspect un peu différent avec des modules de blocs plus petits. Cette disparité est peut-être liée à une réfection ultérieure. Côté Saône, ce sont les murs nos 1166 et 1170 qui délimitent la maison 4.

90À l’extérieur de cette maison, à l’ouest, une partie de la rue de la Pierre-Percée mise en circulation en phase 13 a été observée en coupe [fig. 45]. Un alignement de quelques galets posés sur une épaisse préparation compacte de limons sableux, avec de nombreux graviers, gravillons, cailloutis et petits blocs de schistes (surface à 164,20 m), correspond au niveau de rue (Us. 1330, 1332). Nous avons pu rattacher ce niveau de circulation à cette phase de construction sur la base des altitudes de fondations des maçonneries proches (Us. 1158, 1171) dont les premières assises s’enfoncent respectivement à 163,86 m et 162,07 m, soit bien au‑dessous du niveau de sol.

  • 54 aml. – 1 G 233.
  • 55 aml. – 1 G 233.

91Dans les archives, la maison est mentionnée « dicto Sablicio », et a pour propriétaire en 1381 Petri de Viverio54. Avant 1388, c’est Petrus Bel Monteil, alias Boblant, qui la possède55, puis elle est qualifiée en 1388 de maison haute et basse appartenant à André Feretier ou Forestier (Philippon 1927).

92Le mur médiéval (no 1166) qui limite l’espace entre les parties ouest et est de la maison est repris par le mur no 1164 [fig. 70] au cours de la phase 14. Ce mur présente une tranchée de construction (Us. 1239) qui n’a cependant été observée qu’en coupe. Elle entaille un limon sableux brun orangé comprenant de nombreux fragments de tuiles/briques et des blocs taillés et non taillés (Us. 1202) dans lequel a été retrouvée une obole (C36) de la seconde moitié du xvie s. La maison, de 4 m environ de large sur une douzaine de mètres de profondeur possède une superficie d’une quarantaine de m2.

93Le mur de façade sur Saône de la maison 4 (no 294) est assemblé en sa partie inférieure de façon irrégulière par des moellons calcaires. Deux puissantes assises de blocs parallélépipédiques de calcaire blanc, d’environ 1 m de longueur, coiffent ce soubassement et confèrent un effet de solide bossage. De l’élévation qui prend appui sur l’assise la plus haute du soubassement, à 162,70 m, il ne reste que quelques blocs réguliers de la première assise. Cette base de mur est percée d’une ouverture d’égout pour l’évacuation des eaux usées au sud (no 295), qui possède une voûte en plein cintre élaborée avec des pierres dorées jointées par un mortier de chaux gris. Elle est bouchée dans un deuxième temps, lors du réalignement de façade, par la construction du mur no 256. La berge est aménagée à l’avant de la façade de la maison par une chape maçonnée no 552. La fondation de cette construction est renforcée par des pieux en bois (Us. 576) pris dans le mortier [fig. 72]. Un coffrage en bois (Us. 577) est construit pour cette installation. Quelques marches, appartenant au premier état de l’escalier no 257 ont été découvertes à l’extrémité sud de la façade.

fig. 72 Pieux de fondation (Us. 576) de la maçonnerie no 552, entre le xve et le xvie s. (phase 14), vus du nord˗est.

© G. Ayala.

94La maison est limitée à l’est par un mur (no 258) percé d’une ouverture voûtée (no 270). La partie nord de la berge, face à la maison, est aménagée par un quai de dalles de calcaire blanc (no 265). Ce quai est légèrement plus haut que celui du sud. Il repose sur une chape de mortier gris graveleux (no 601/602) coulée entre des pieux en bois (Us. 578) de section rectangulaire. À l’ouest, le mur de façade sur la rue de la Pierre-Percée conserve encore les nos 1171 et 1172 construits à l’époque médiévale. Les assises sont irrégulières et utilisent des matériaux divers comme le calcaire, le granite, le schiste et quelques pierres dorées. La liaison avec la maison 3 située au nord est difficile à observer en raison des destructions occasionnées par l’édification du mur no 1175 aux xviie-xviiie s. et du mur no 1163 au xixe s.

95À l’ouest de cette maison 4, un ensemble sédimentaire conservé sur 0,50 m d’épaisseur évoque différents niveaux de rue (Us. 1246). À la base, 0,10 m de sables limoneux brun gris à petits gravillons évoque un niveau de circulation autour de 163 m d’altitude. Il est fossilisé par 0,30 m de sables fins orangés, homogènes et fluides dont le sommet atteint 163,40 m – 163,25 m d’altitude d’est en ouest, bloqués contre le mur de façade. La fluidité des sables et leur structure homogène semblent indiquer une mise en place par des courants de crue. Il est possible que les débordements de la Saône, contraints par un bâti « pieds dans l’eau », s’écoulent alors par les rues. Par-dessus ces alluvions, des limons sableux grisâtres compacts renfermant des graviers semblent illustrer un nouveau niveau de circulation déroulé à au moins 163,45 m d’altitude. Il reste difficile d’étayer la réalité d’une crue sur la présence d’un seul enregistrement sédimentaire, mais dans cette plaine urbanisée il est possible que d’autres dépôts alluviaux aient été dégagés afin de ne pas gêner l’activité humaine.

  • 56 aml. – CC 2.
  • 57 aml. – CC 31 (f° 98).

96Mentionnée en 140656, la maison présente un historique peu documenté. En 1516, qualifiée de maison « haute, moyenne et basse » (c’est-à-dire à deux ou plusieurs étages) elle est propriété et domicile de Zacharie Minguet, tuilier, dont l’atelier est établi rue Saint-Georges, au sud de l’église Saint-Georges57. Les nombreuses tuiles canal presque entières découvertes dans les dépotoirs de berge du xvie s. (Us. 1541), face à cette maison, sont vraisemblablement liées à la présence de l’atelier de cet artisan.

  • 58 Les résultats du diagnostic effectué en 1997, principalement ceux extraits de l’ouverture du sondag (...)

97Lors de l’étape de diagnostic archéologique58, l’ouverture du sondage II a décelé une maçonnerie (no 106s) dont les altitudes (comprises entre 164,50 m et 164,80 m) rejoignent celles du rehaussement de la rue de la Pierre-Percée [fig. 45]. Cela nous a autorisé à réunir cette maçonnerie à cette phase de construction. À cet endroit, le long des maisons 4 et 5, on estime à 4,20 m la largeur de la rue de la Pierre-Percée. Un niveau de tomettes à l’ouest du mur no 106s matérialise un sol de circulation (Us. 105s) cotant à 164,70 m, ce qui correspond à l’altitude supérieure de cette rue.

  • 59 adr. – Galle A 103.

98Lors d’un dernier aménagement réalisé en phase 15, le mur no 294 de la maison 4 est recouvert par la construction du mur no 256, sans doute parallèlement à l’aménagement de l’escalier no 266 [fig. 71]. Il s’agit d’une reprise formée de matériaux assez divers, disposés de façon irrégulière (pierres dorées, calcaire et granite). L’escalier présente un double parement avec blocage interne. Il est recouvert d’un enduit en mortier lissé. Au xviiie s., un nouvel escalier (no 266) est construit sur le quai no 265, le long du mur de façade. Il s’agit d’un escalier tournant de treize marches installées sur un appareillage très soigné de moellons en pierres dorées, aux joints tirés au fer dans la partie supérieure, et de gros blocs de calcaire dans la partie inférieure [fig. 73]. Les marches présentent au moins deux états de réparation avec, dans une première phase, l’utilisation d’un calcaire gris englobé dans le mur (no 256) et par la suite de nouvelles marches en calcaire gris, désormais plaquées contre le mur précédemment cité. Cette structure est perforée d’une conduite d’évacuation constituée d’un petit canal en pierre et aménagée dans la partie supérieure. L’angle nord-est de la plate-forme présente un pan coupé surmonté d’une trompe. Ces différentes composantes évoquent une construction à caractère monumental dont l’aspect esthétique est incontestable. La fondation, affleurant à 161,84 m environ, est également très élaborée. En effet, vu sa situation soumise aux fluctuations régulières du courant de la Saône, elle a été fortement ancrée dans la berge au moyen de pieux en bois ferrés. Sur la partie supérieure du mur de façade sur Saône, deux corbeaux en calcaire restent les seuls vestiges d’un petit balcon. Sur le plan de 1750-1760, une galerie et un escalier de descente à la rivière, ou « pille », sont figurés : il s’agit vraisemblablement du no 26659.

fig. 73 L’escalier d’accès (no 266) à la maison 4, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15), vu de l’est.

© G. Ayala.

99Au nord, la maison 4, mitoyenne de la maison 3, est délimitée par le mur no 1175. Cette structure recoupe partiellement le mur de façade sur rue no 1172. Les traces d’un départ de voûte subsistent et évoquent un espace en cave. L’ouverture (no 270) donnant accès sur la rivière est obturée par un bouchage (no 267).

  • 60 adr. – 3 P 0123-143.
  • 61 adr. – 3 P 0123-143.
  • 62 aml. – 321 wp 98.

100Entre la fin du xviiie s. et le début du xixe s., les maisons 3 et 4 sont réunies en une seule propriété. Y a-t-il eu reconstruction ou bien s’agit-il seulement d’une réunion juridique ? En 1839, à la veille de sa démolition, elle est constituée de trois étages, composés simplement de deux pièces chacun60. En 1847, ce sera la première maison démolie61 en raison de la construction du quai Fulchiron, sans doute pour créer un accès à la rivière dans le prolongement de l’actuelle rue du Vieil-Renversé. Une estimation est réalisée en 1844, à l’initiative de la mairie de Lyon. À cette date, le propriétaire est Pierre Jacquet, marchand épicier droguiste demeurant à Lyon, rue du Bât-d’Argent. À sa demande, un procès-verbal d’évaluation est rédigé par l’architecte et un plan au sol est dressé62. Il s’agit du seul texte décrivant précisément le dernier état d’une maison mise au jour lors de la fouille. C’est une évocation de ce que pouvaient être les autres maisons :

  • 63 aml. – 321 wp 98.

« Cette maison sans cave est composée de rez-de-chaussée, deux étages au-dessus pour la partie méridionale et trois étages au-dessus de la partie septentrionale.
Elle est de construction ancienne, composée de maçonnerie de moellons de pierre de taille ; les planchers sont à la française, celui du 1er a souffert par suite de l’atelier de teinturier qui y était établi. L’aire du rez-de-chaussée est couvert en dalles, celles des appartements supérieurs sont en carreaux de terre cuite. L’escalier est en pierre de St-Cyr et à rampes droites. La toiture est en charpente de sapin et à deux pentes, recouverte en tuiles creuses.
La façade sur la rue est percée de quinze ouvertures, dont six au 1er, six au 2e et trois au 3e étage ; lesdites garnies de leurs croisées ferrées de fiches et espagnolettes.
La façade sur le quai a douze ouvertures de fenêtres : cinq au 1er, cinq au 2e et deux au 3e étages avec croisées.
La baie de la porte d’allée est fermée par une porte en sapin piquée de cloux [sic], ladite ferrée de deux gonds, serrure et verroux [sic].
Sous l’escalier qui est un petit cavon fermé par une porte en sapin garnie de sa ferrure et serrure.
Le rez-de-chaussée prend son entrée par une porte en sapin piquée de cloux [sic] et ferrée de gonds pentures et ferrures. Au-dessus de cette porte et de celle du caveau sont deux impostes barraudés.
L’aire du dit rez-de-chaussée est couvert en dalles. Il est éclairé par trois ouvertures barraudées du côté du quai, avec volets et leur ferrure, plus une porte de sapin, ferrée de grands pentures, serrure et arc bouttant [sic] en fer.
Une grande porte sur la rue, ladite en sapin piquée de cloux [sic] à deux ventaux. Elle est ferrée de six gonds, six pentures et deux sortes verroux à moin [sic].
Le 1er étage distribué en trois pièces et prennent leur entrée sur le palier d’escalier ; elles sont fermées chacune par une porte en bois de chêne garnie de leur ferrure, une seule serrure et loquet à poignée. À l’intérieur de ladite pièce trois portes en sapin garnies de leur ferrure et loquet à poignée. Dans la cuisine, une pierre d’évier et sa conche, une cheminée à console en pierre de Tournus.
2e étage même disposition et même agencement qu’au premier. Le 3e étage composé de deux pièces, celle sur la rue prend son entrée par une ouverture sur le palier, elle est garnie d’une porte en sapin avec leurs ferrures, gonds, pentures, serrure et loquet. plus une pierre d’évier et sa conche, une cheminée à console. Dans la pièce, côté du quai, un placard en bois de sapin à trois portes ferrées de fiches ; une porte en sapin dans la cloison, ladite ferrée de fiches et loquet.
Lyon, le 29 novembre 1843
[signé] Tenon, aide architecte63 ».

  • 64 adr. – 3 P 0123-143.

101La maison est démolie en 184764.

La maison 5

102Dans la maison 5, une maçonnerie (no 1151), en grande partie composée de galets noyés dans un mortier jaune sableux induré auquel se mêlent quelques fragments de briques est élevée au cours de la phase 13. Elle soutient un mur construit au xiie s (no 1150) [fig. 74]. Elle présente un profil tronconique qui répond à sa fonction, avec une large base et un sommet plus étroit. Un enduit recouvre la face est. On notera que ce contrefort est appuyé à l’est sur deux niveaux de recharges : no 1473 dont la fouille a livré trois monnaies (C31-C33) datées du xive s., et no 1474 qui consolide le talus de berge sous-jacent entre 161 m et 161,50 m d’altitude. Le reste de façade sur la rue de la Pierre-Percée (no 1204) ne totalise qu’une longueur de 2,50 m. Cette maçonnerie (blocs de calcaire et galets) est en très mauvais état de conservation et seule la dernière assise a été conservée.

FIG. 74 Plan des maisons 5, 6 et 7, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).

© W. Widlak, A. Dagand.

103Contre la limite nord-ouest de l’emprise de fouille, une maçonnerie (no 1289) d’orientation SE-NO n’a été observée que très partiellement. Il s’agit d’un mur construit de blocs calcaires et de galets liés par un mortier de chaux. Il est installé sur un épais remblai hétérogène (Us. 1296) qui recouvre des niveaux d’alluvions anthropisées (Us. 1290-1295). La précarité de sa conservation ne permet pas d’effectuer de remarques sur sa fonction. Cependant, la superposition du cadastre napoléonien démontre l’alignement de ce mur avec celui de la façade occidentale de l’îlot nord, bordant la rue, et détruit lors des travaux de restructuration du quartier au xixe s. En dépit de l’absence totale de mobilier archéologique datant, il est permis d’intégrer la création de cette structure dans cette phase en raison de l’altitude d’affleurement de son arasement, proche de celle de l’Us. 1158, soit entre 164 m et 163,70 m.

104La façade sur Saône de la maison 5 a presque totalement disparu lors de constructions liées à l’édification d’une des barrettes centrales du parc de stationnement. Un lambeau de mur (no 1155) en pierres dorées et schistes situé dans le prolongement du no 1157, a néanmoins pu être relevé [fig. 75]. C’est l’unique témoin d’une limite orientale de la maison au cours de la phase 14 de son histoire.

fig. 75 Plan des maisons 5, 6 et 7, entre le xve et le xvie s. (phase 14).

© W. Widlak, A. Dagand.

105Au nord, dans son prolongement, un mur (no 263) de même facture a été presque entièrement détruit lors de la construction d’un égout (no 254), au xxe s. L’angle nord de la maçonnerie no 263 est caractérisé par un chaînage [fig. 76]. La base du mur (no 262), non liée au no 263, est principalement dressée en blocs taillés en boutisses, dont une majorité de blocs de calcaire, tuiles et briques ainsi que deux blocs de molasse. Le mur présente un anneau d’amarrage scellé dans un bloc calcaire. Dans les parties médiane et supérieure, les deux maçonneries sont liées. Le mur sud de la maison 4 (no 256) est mitoyen du mur nord (no 262) de la maison 5. À l’avant de cette façade orientale, la berge est aménagée. Six dalles taillées en calcaire dur portant des marques de tâcheron, en assez mauvais état de conservation (no 552), évoquent une construction apparentée à un quai ou à un embarcadère. Les blocs reposent sur un radier (no 551) composé de blocs grossiers de calcaire et de pierres dorées, liés à un mortier de chaux blanc friable mélangé à des gravillons. Cette structure a été suivie sur une longueur de 4,40 m.

  • 65 adr. – 1 G 233.
  • 66 aml. – cc 5 (f° 62v°).
  • 67 aml. – cc 31 (f° 42).

106La maison 5 est citée en 1381 « in sablicio » et appartient à Stephanus Turelat, prêtre65. Elle est dite « haute et basse » en 1388 (Philippon 1927) et en 149366. En revanche, elle est qualifiée de « haute, moyenne et basse » à partir de 151667. Sa valeur locative est d’ailleurs multipliée par trois entre ces deux dates. Il peut s’agir d’un remaniement au cours duquel les maçonneries nos 262 et 263 ont pu être élevées. Tout au long de cette période, la maison est régulièrement citée comme propriété d’hommes d’église. On entre effectivement, avec la rue, dans la zone d’influence du groupe cathédral.

107Une séquence d’utilisation de la rue de la Pierre-Percée a pu être saisie, bordant le mur no 1158 construit lors de la phase précédente [fig. 45]. Il s’agit des Us. 1327 à 1329. Le niveau supérieur, cotant à environ 164,60 m, est constitué de cailloutis et de gravillons, incluant à son extrémité orientale, le long de la maison, des éclats de calcaire associés à des traces de mortier blanc-gris.

  • 68 adr. – Galle A 103.

108On peut suivre sur le plan de 1750-1760 les dernières constructions qui affectent cette maison. Un escalier d’accès à la rivière y est figuré, flanquant la façade sur Saône de la maison68. Le quai (no 551/552) est recouvert au xviiie s. par la construction de l’escalier (no 269) plaqué contre le mur de façade de la maison 5 (no 263) [fig. 76]. Il fait face à l’escalier desservant la maison 4 au nord (no 266). Il a été très endommagé par les constructions du xxe s. Les quelques marches sont en calcaire de Villebois, sur un massif maçonné (no 544) composé de blocs en pierres dorées.

fig. 76 Plan des maisons 5, 6 et 7, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).

© W. Widlak, A. Dagand.

109La limite entre les parties est et ouest de cette maison est toujours marquée par les murs médiévaux (no 1150/1151), désormais couverts par le mur no 1152. Le mur mitoyen entre les maisons 5 et 6 (no 1118/1104), est composé de blocs de calcaire et de schiste liés par un mortier blanc. Une campagne de travaux ou de restaurations affecte la maison 5, de même que la maison 6 qui lui est mitoyenne. Le mur de façade médiéval sur rue (no 1204), utilisé également à l’époque moderne, est remplacé par un mur plus large (no 1115) formé de blocs en pierres dorées, calcaire et schiste, enduit sur son parement oriental. Contre ce mur est installé un puits en béton (no 1149). Au sud, un escalier de sept marches en calcaire (no 1162) dessert la cave. L’entrée de la maison donnant sur la rue des Prêtres est composée d’un pavage de dalles en calcaire de taille variable (no 1161), vraisemblablement issues de récupération, à 164,69 m. Ce sol en dallage repose sur un remblai de nivellement sableux (Us. 1122). Cette entrée donne sur un escalier à vis qui conduit aux étages. Le massif de fondation (no 1117), que la maison 5 partage avec la maison mitoyenne, est composé d’un mélange de béton avec des blocs en schiste et en pierres dorées.

  • 69 adr. – 3 P 0123-143.

110En 1838, la maison comporte une boutique sur rue et une pièce sur la rivière au rez-de-chaussée. Elle s’élève sur trois étages69. Dans la première moitié du xixe s., un puits en blocs noyés dans un béton gris (no 1153) est installé contre le mur de façade no 1155. Un égout (no 1119) délimite les maisons 5 et 6. Il est composé des murs nos 1104, 1111, 1118, 1145 et 1146. Le piédroit sud-ouest de cet égout est également utilisé comme limite nord d’une fosse d’aisances. Sur la rue des Prêtres, la maison est limitée par le mur no 1158, doté d’une tranchée de fondation (Us. 1326) observée très partiellement en coupe.

111Le mur de séparation des maisons 5 et 6 (no 1118) est très fragmentaire car il a été détruit en partie par l’établissement de fosses d’aisances au xixe s. La limite sud de la maison, côté rue, est affectée à la maçonnerie no 1104, de construction grossière (blocs de schiste, calcaire, pierres dorées, galets, granite et tuiles). Elle sera utilisée au xixe s. comme piédroit de l’égout no 1119. Vraisemblablement, en même temps que pour la maison 5, la partie sur la rue des Prêtres est restaurée. La façade en pierres dorées et blocs de calcaire (Us. 1115) possède deux ouvertures avec deux seuils composés de blocs de calcaire à gryphées et de pierres dorées.

112Dans la première moitié du xixe s., une fosse d’aisances, limitée au sud par le mur no 1147, prenant appui sur le no 1137, et au nord par le mur no 1148, est construite dans l’espace entre le mur de façade sur Saône et le mur no 1138. Plus en arrière, une structure comblée (Us. 1110), assez lacunaire, est constituée d’une disposition semi-circulaire de blocs en pierres dorées noyés dans un mortier jaune induré. Cette margelle d’une hauteur de 0,45 m repose sur deux murs de blocs équarris de diverse nature. Ce puits à eau est l’un des rares éléments livré par la fouille qui accorde à l’espace dans lequel il se trouve la fonction d’une cour intérieure. La maison est démolie en 1903, sa cave est comblée par les gravats (Us. 1102).

  • 70 adr. – 3 P 0123-143.

113À l’égal des autres parcelles, les données d’archives sont très laconiques pour la période moderne. Le bâtiment comporte deux étages partagés entre quatre ou cinq propriétaires différents. En 1839, la maison possède toujours deux étages divisés en une ou deux pièces sur Saône et une sur rue70.

114Le long de la façade occidentale, une portion de la rue des Prêtres (Us. 1120) a été isolée dans son dernier état avant la restructuration du secteur. Il s’agit d’un pavement de galets ronds régulièrement disposés à 165,03 m. Il repose sur une couche de préparation relativement homogène recouvrant une succession de remblais d’installation limono-sableux contenant des cailloutis et des gravillons, des petits blocs, des fragments de terre cuite et des poches de mortier. Le sondage II du diagnostic de 1997 a atteint un niveau présentant les mêmes caractéristiques structurelles et altimétriques (Us. 100s).

Les maisons 6 et 7

115La maison 6, comme la maison 7, résulte de l’installation, au sein du bâtiment isolé des environs de l’an Mil (phase 11), d’une maçonnerie en galets (no 1114) érigée au cours de la phase 13 qui délimite à présent deux espaces restreints [fig. 74].

116Ce mur est édifié à partir de 163,30 m sur des matériaux assurant un exhaussement de l’espace intérieur de l’ancien bâtiment. Cet exhaussement est composé de dépôts alluviaux et de l’apport parfois assez considérable de remblais sous la forme de terres noires. Les courants de débordement de la rivière atteignent l’intérieur du bâtiment de la phase 11, alors détruit, et l’arrière de ce dernier à l’ouest.

117Dans le détail, à l’intérieur du précédent bâti, le mur no 1114 se développe sur un remblai de nivellement (Us. 1121) aménagé à la surface d’un dépôt d’inondation relativement important (Us. 1123). Épaisses de 0,20 m à l’ouest et de 0,30 m à l’est, ces alluvions sont composées de sables moyens à fins beiges, triés mais non lités et friables. Ces sables renferment des petits graviers (dont certains de chaux) épars ou alignés. Le sommet de cette couche d’inondation atteint 164 m à l’ouest et 163,50 m contre la paroi occidentale du mur (no 1103) bordant la rive dans la phase 11. Dans ce secteur, la nature des alluvions révèle trois épisodes d’inondation bloqués contre ce mur, entre 161,70 m et 163,50 m d’altitude. Dans un premier temps, des sables grossiers à moyens, caractérisent des courants de crue turbulents qui entrent dans le bâtiment et déposent des sables sur au moins 0,40 m d’épaisseur, jusqu’à 162,25 m d’altitude (Us. 1107). Ensuite, un lit millimétrique de fragments de mortier arrachés par l’eau à la paroi du mur est redéposé à la surface du dépôt précédent (Us. 1109). Enfin, une hauteur de 1,20 m de sables moyens à grossiers, qui renferment des graviers, des petits graviers de charbons de bois roulés et des fragments de tuiles, traduit un épisode de débordement qui remanie des artefacts redéposés en vrac dans cet espace contraint par les murs restés en élévation (Us. 1108).

118À l’extérieur de l’ancien bâti, à l’ouest, un exhaussement sédimentaire, entre 162,80 m et 164 m d’altitude en moyenne, associe des couches d’occupation et de remblaiement (Us. 1343, 1230, 1221, 1252, 1251, 1250). Elles englobent des lentilles alluviales à texture sableuse (Us. 1229), localement gravillonneuse (Us. 1253), d’environ 0,10 m d’épaisseur autour de 163,20 m d’altitude.

  • 71 adr. – 10 G 1000.
  • 72 adr. – 1 G 233.
  • 73 aml. – cc 2.

119Les données d’archives fournissent des éléments parfois difficiles à interpréter. En 1303, quatre maisons possédées par E. de Rochetaillée, peuvent être replacées sur les maisons 6 à 871. Avant 1381, les mentions diffèrent quelque peu. Il est de fait impossible de situer exactement les maisons mentionnées. Tout au plus peut-on énumérer, du sud au nord, un bâtiment divisé pour être vendu en trois parties, dont une partie située sur la maison 8, au sud72. Enfin, en 1388, un grand jardin aurait occupé l’emplacement de la maison 6 ou 7 (Philippon 1927). Cette information corrobore ce que la fouille a révélé : la présence, dans cet espace, de terres noires ayant livré du mobilier céramique des xiiie et xive s., et l’absence de niveaux de sols construits ou en terre battue accréditent la réalité, à cet emplacement, d’un jardin clos. En 1406, il semble que cette partition se maintient : au nord une maison mitoyenne de deux autres au sud73. Il est par ailleurs troublant de constater que ce secteur est celui dont on possède les mentions d’archives les plus anciennes en 1303. Faut-il y voir un attrait suffisamment important de la part d’un établissement plus ancien, le bâtiment des environs de l’an Mil, auquel viennent s’appuyer des maisons par la suite ?

  • 74 La façade des maisons 6 à 8 est dans un bon état de conservation puisqu’elle atteint par endroits p (...)

120À partir de la phase 14, il n’y a plus de division entre les maisons 6 et 7, désormais associées [fig. 75]. La maison 6 s’agrandit de 3 m vers l’est. Elle est maintenant limitée côté Saône par une maçonnerie (no 1157)74 dont la largeur varie entre 0,70 m et 0,80 m. Le mur est monté en assises irrégulières de blocs plus ou moins équarris en calcaire blanc et en pierres dorées. Le ressaut de fondation, à 161,55 m, est composé de galets noyés dans un mortier jaune très induré. Les deux niveaux de blocs de calcaire de la fondation (no 1486) reposent sur une série de pieux en bois (Us. 1495) plantés dans la berge médiévale (Us. 1471). Un massif de blocs non équarris en schiste (no 1488) liés par un mortier fin sableux de couleur grise, est venu étayer cette forêt de pieux jusqu’à l’altitude 159,79 m. L’extrémité méridionale du mur no 1157 a subi des modifications lors de l’ouverture d’une évacuation d’eaux usées (no 1135) mise en place postérieurement à l’édification de la façade de la maison. Cette ouverture est bien agencée par des blocs en calcaire blanc utilisés vraisemblablement en remploi. Un anneau métallique est conservé à mi-hauteur. D’autres orifices, vides, correspondent sans doute à des anneaux disparus. De même, le centre de la façade subira une modification en vue d’un meilleur confort intérieur par la création d’une percée nécessaire à l’évacuation des eaux usées. Cette transformation a nécessité l’intervention de matériaux de construction d’usage courant (briques). Cette ouverture a été bouchée, par la suite, au moyen d’une grande dalle en calcaire blanc. Il nous est impossible de hiérarchiser la succession de ces deux installations d’assainissement.

121Au nord, la maçonnerie de façade est coupée, au début du xixe s., par la construction d’un mur (no 1111) destiné à délimiter une fosse d’aisances. L’espace situé à l’arrière du no 1103 est agrémenté d’un puits en béton (no 1112).

122Les limites de la maison 7 ne sont pas claires [fig. 75]. Accolée à la limite septentrionale de la maison 8 (nos 1090, 1091, 1089), elle ne paraît pas, en phase 14, être distincte de la maison 6, car la seule maçonnerie enregistrée correspond à une réfection plus récente. Il semble donc que ces deux maisons aient eu, au début de leur existence en phase 13, une histoire commune qui a gommé leur mur mitoyen, vraisemblablement démantelé lors de leur réunion en une même propriété.

  • 75 adr. – 1 G 233.
  • 76 aml. – cc 38 (f° 97v°).
  • 77 Technique de construction lyonnaise consistant à juxtaposer des galets ronds afin de constituer un (...)

123La façade sur la Saône est particulièrement brouillée en raison de travaux ponctuels qui ont malmené sa structure initiale. Un bouchage (no 1133) est venu, au xixe s., interrompre la continuité des murs nos 1093 et 1134. Tout porte à croire que l’emplacement est dévolu au passage d’une évacuation d’eaux usées rendue par la suite inutile du fait de l’installation d’une fosse d’aisances. Ces deux tronçons sont construits en moyen appareil irrégulier composé en grande partie en pierres dorées. La base de la construction, ou soubassement, est également caractérisée par la présence de gros blocs de calcaire blanc. La fondation de ce mur (no 1448), au plus bas à 159,83 m, repose sur deux files de pieux parallèles dont les têtes sont noyées dans le mortier. Ces pieux, d’une hauteur de 2 m environ pour un diamètre de 0,15 m, sont dépourvus de sabots métalliques. Cette avancée de la maison sur la berge a été consignée dans les archives puisqu’en 1489 la maison 7 est imposée pour une extension de deux toises gagnée sur la Saône75. De la même manière, la maison 6 est taxée pour trois toises. S’agit-il de toises de compte, de toises carrées ou de toises linéaires ? Dans l’ignorance, nous préférons ne pas leur donner d’équivalence et de ne pas les reporter sur les vestiges. On peut néanmoins proposer de les identifier. Elles sont mentionnées une deuxième fois en 152876. Une ouverture sur la rivière, soutenue par le piédroit nord (no 1134) est située dans la partie nord de la maison. Une ouverture aménagée dans le mur no 1138 et reprise partiellement, par la suite, par le no 1097, en face de celle précédemment citée, dessert la partie arrière de la maison. L’espace situé directement à l’arrière de la façade sur Saône, est recouvert par un sol caladé (no 1101) de galets assez bien calibrés disposés en « têtes de chat77 » et blocs posés à plat. Ce pavement, à 163,17 m, dessert sans doute une allée qui donne sur la rivière par l’intermédiaire d’une porte qui a pu exister à l’emplacement du bouchage no 1133. Aucune descente d’escalier n’a été découverte à l’avant de celle-ci. On ne peut cependant exclure l’existence d’une structure en bois.

  • 78 aml. – cc 2.
  • 79 aml. – cc 5 (f° 62).
  • 80 Il semble que cette mention « Pierre-Percée » provienne d’un trou assez profond laissé par une pote (...)
  • 81 adr. – Galle A 103.
  • 82 aml. – cc 31 (f° 41v° et 42).
  • 83 aml. – cc 38 (f° 97v°).

124Jusqu’au milieu du xvie s., les maisons 7 et 6 appartiennent à une même propriété. Dans les faits, il n’est pas aisé d’attribuer sûrement les mentions à l’une ou l’autre. Elles sont donc traitées conjointement pour cette période. En 140678, il semble que la partition décrite au xive s. se maintient. De 1493 à 1550 environ, l’histoire des deux maisons est à peu près similaire. Le propriétaire est commun. Seule variante, il est fait état tantôt d’une maison, tantôt de deux. Par défaut, on a considéré qu’elles correspondent à partir de cette date aux maisons 7 et 6. À partir de 149379, les maisons 7 et 6 sont désignées sous la dénomination « La Pierre-Percée », qui a donné son nom à la rue, allusion à un aménagement représenté sur le plan de 1750-1760, mais dont on ignore l’usage ou la destination80. Elles sont occupées par deux locataires, tisserands de leur état81. En 1516, les deux maisons contiguës hébergent dix locataires, artisans ou manœuvres pour la plupart. C’est de loin l’immeuble le plus peuplé de toutes les maisons mises au jour sur le site82. En 1528 toutefois, les deux maisons n’abritent plus que six locataires83.

125À partir de 1550, l’histoire de chacune des deux maisons s’individualise : les propriétaires sont distincts. On ignore s’il s’agit d’une division purement juridique, car cette partition n’est pas perceptible dans les murs.

126Le sol en galets (no 1101), à 163,17 m, correspond à la dernière occupation de la maison 7, en phase 15 [fig. 76]. Plus tardivement, dans la première moitié du xixe s., l’espace derrière la façade sur Saône est réduit par l’adjonction d’une cloison (no 1094) qui correspond à l’établissement d’une fosse d’aisances dont la cuve est recouverte d’un enduit. En parallèle, l’ouverture sur la rivière est bouchée par le mur no 1133, à l’instar de celle donnant sur la partie arrière de la maison, occultée par le mur no 1095. Une évacuation est aménagée à la base de ce bouchage. Sur la partie arrière de la maison, une pièce est créée avec une ouverture, à l’ouest. Celle-ci permet d’accéder à un second espace, limité par une cloison en pierres dorées (no 1092) accolée au mur no 1091. Elle possède une ouverture limitée par deux chambranles en calcaire, obturée ultérieurement. Un placard (no 1096) est aménagé dans son mur ouest. Sa limite nord est matérialisée par le mur no 1160 qui vient s’appuyer sur le mur médiéval (no 1138). La création de cet espace induit le bouchage de la porte ouvrant sur la grande pièce à l’ouest, le tout peut-être consécutivement à la création d’une fosse d’aisances au nord. Cette dernière est délimitée au sud par deux structures maçonnées (nos 1094, 1156).

  • 84 adr. – Galle A 103.

127Les mentions d’archives relatives à la maison 7 sont trop laconiques pour être exploitées. On peut néanmoins noter la petitesse de la maison. La largeur interne ne dépasse pas 3,50 m. Elle est dotée de trois étages, comportant chacun deux pièces84.

La maison 8

128Au sud, la maçonnerie no 1159 sur lit de mortier associé à des sables limoneux hétérogènes (Us. 1221), prolonge la limite occidentale du bâtiment initial et constitue la façade de la maison 8 sur la rue de la Pierre-Percée [fig. 77]. La limite, à l’est, sur la Saône, est formée par les murs nos 1086 et 1087 au cours d’une série de travaux entrepris en phase 13 dont les similitudes de construction en font deux tronçons d’une même maçonnerie, en dépit de l’absence de lien physique. Il s’agit de murs parementés de moellons en granite avec blocage interne confectionné d’un mélange hétéroclite de galets, de fragments de briques et de schiste amalgamé dans un mortier de chaux. Le mur no 1087 a conservé sept assises d’élévation et douze assises de fondation, dont les deux dernières ont une disposition en épi. Le tracé des murs nos 1086 et 1087 est en léger retrait vers l’est par rapport à la limite orientale du bâtiment initial, adoptée par les maisons 7 et 6 en raison du doublement de l’angle sud-est de la maison 7 contre la paroi intérieur du no 1087. Cette disposition, peut-être inspirée par l’état de fragilité des constructions déjà vieilles de deux siècles, a pu induire un tracé parcellaire légèrement différent. Il n’est pas exclu que la berge, plus engraissée à cet endroit, ait pu favoriser une extension du bâti sur un terrain encore vierge de construction. Le tronçon no 1132 limite au sud cette maison. Un léger ressaut de fondation, en blocs mal équarris dotés d’un liant peu abondant, apparaît à la cote 162,56 m. La construction suit la déclivité du terrain. Dans cette parcelle, l’affleurement de deux niveaux épais de terres noires (Us. 1062, Us. 1099/1174) d’une épaisseur de 0,65 m affleurant à 163,15 m, donne l’altitude minimum du niveau de circulation à l’intérieur de cet habitat.

fig. 77 Plan des maisons 8, 9 et 10, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).

© W. Widlak, A. Dagand.

129Les limites de la maison no 8 durant la phase 14 reposent sur des indices un peu plus solides. Elle subit des aménagements assez importants [fig. 78]. Elle est bordée au sud par le mur no 1085 en pierres dorées, d’une largeur de 0,60 m. Construit en tranchée étroite, il recouvre une structure médiévale (no 1132) dans sa partie centrale. Sur la rue, à l’ouest, la maison conserve sa limite (no 1159), élevée aux xiiie et xive s. La façade sur Saône est désignée par le no 1053. Elle est construite sur sa face externe en blocs de petit et moyen appareil de facture variée. Les matériaux utilisés sont divers : granite, pierres dorées, galets, schiste et briques. La facture des angles sud et nord est plus soignée grâce à l’introduction de gros moellons de calcaire qui en solidifie l’élévation. Cette façade sur Saône présente un « fruit » très marqué. La face interne est exclusivement en petit appareil de blocs de granite, calcaire, schiste et galets. Elle présente également trois cavités de forme rectangulaire qui peuvent être des trous de boulins ou de solives. Cette maçonnerie fait une avancée sur la berge de 1,50 m environ par rapport aux façades médiévales (no 1086, 1087). Ces dernières, bien que vraisemblablement ruinées, sont toujours utilisées pour cloisonner l’espace intérieur et sont englobées dans des constructions qu’elles contribuent à soutenir. Les limites nord (no 1089) et sud (no 1085) donnent à cette maison une superficie de 75 m2. Les extrémités de ces maçonneries liées au mur no 1053 plaident en faveur d’une réalisation synchrone de ces éléments.

fig. 78 Plan des maisons 8, 9 et 10, entre le xve et le xvie s. (phase 14).

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 85 adr. – cc 38 (f° 97).

130En 1528, la maison 8 est rebâtie de nouveau. Il est probable que les travaux d’exhaussement sont alors entrepris pour accroître la capacité d’accueil de la demeure, dont la valeur locative augmente sensiblement, et qui accueille bientôt cinq locataires85.

131L’espace intérieur qu’il est possible de rattacher à la maison 8 lors de la phase 15 de son occupation est cloisonné [fig. 80]. Il est semble-t-il transformé en cave, et les derniers niveaux de sols de l’époque moderne reposent directement sur des remblais de terres noires d’où provient un mobilier céramique médiéval. Une première séparation est matérialisée par le mur no 1060 qui prend appui au sud sur le no 1085, et au nord sur le no 1089. Le tracé de ce mur semble reprendre néanmoins l’axe d’une structure plus ancienne, disparue, comme en témoigne l’aspect du lien avec le mur no 1089. Cette maçonnerie n’est pas très soignée : des blocs hétérogènes (calcaire, pierre dorée, granite) se mêlent à de galets de taille variée liés par un mortier gris.

132Une évacuation (no 1061) est aménagée sur la façade sur Saône. Lors de cette phase de construction, un muret (no 1088), reliant le mur de façade no 1053 et la portion de mur médiéval arasé no 1087, engendre un espace qui porte un enduit hydraulique. C’est une descente d’eaux usées dont le remplissage (no 1100, 1200) a livré un peu de mobilier céramique du xixe s., correspondant à sa dernière utilisation. Le mur no 1085 est réutilisé, dans la première moitié du xixe s., pour la construction d’un égout (no 1059).

Les maisons 9 et 10

133La façade sur la Saône de la maison 9 (no 1064/1082), qui se rapporte à la première étape de son histoire, est composée de blocs de gneiss, calcaire et granite liés par un mortier friable de couleur grisâtre [fig. 77]. Elle a été en partie détruite par les récupérations de matériaux à la fin du xvie s. ou au cours de la première moitié du xviie s. (phase 15) lors des restructuration et agrandissement du port Sablet. Son installation suit l’alignement de façade de la maison 8, située au nord. La base de fondation de cette maçonnerie atteint environ 162,70 m. L’espace ne trouve de limite ni à l’ouest, ni au sud. La juxtaposition du plan cadastral laisse envisager une limite que les remaniements postérieurs ont dû gommer. Il est clair que, dans ce cas précis, ce sont les limites d’extension des maisons mitoyennes, la 8 au nord et la 10 au sud, qui ont fixé celles de la maison 9.

134La maison 10 est accolée au sud du précédent habitat. Le vestige (no 1216) du mur de façade sur la rivière est, dans son ensemble, de construction très irrégulière et assez disparate. Il présente un appareil en assises formées de petits modules de granite ou calcaire, retouchés ou bruts. Cette disposition contraste avec la facture des murs élevés à l’extrémité du bâti. Il est construit légèrement en avant sur la berge par rapport à la façade de la maison 9. À l’ouest, la limite no 1211 borde la rue de la Pierre-Percée. Son implantation est axée sur la limite occidentale de la maison 8 (no 1159). La maison 10, délimitée par les maçonneries no 1209 au sud et no 1210 à l’est, couvre un vaste espace solidement ancré, puisque les angles des maçonneries nos 1209/1211 et nos 1209/1210 sont chaînés. Ces trois maçonneries présentent des caractéristiques communes de construction. Leur fondation, légèrement débordante, est formée de blocs équarris, de gros modules de calcaire pris dans un mortier de chaux. Sous la fondation du mur no 1209 se trouvent quatre assises de régulation qui permettent de compenser le pendage ouest-est de la rive droite de la Saône. L’élévation est constituée de galets et de blocs calcaires bien équarris associés à un mortier blanc fortement graveleux. Le niveau d’arasement de ces structures n’a pas permis de déceler une amorce d’ouverture. L’intérieur de cet espace, bien circonscrit sur trois côtés, est vide de traces d’occupation. De même, aucune trace d’enduit ne figure tant sur les parements extérieurs qu’intérieurs. Le no 1212, quoique très endommagé, puisque seule subsiste son amorce qui forme un angle avec le no 1216, concrétise une éventuelle partition d’un vaste espace.

  • 86 aml. – cc 2.
  • 87 aml. – cc 5 (f° 62).
  • 88 aml. – cc 150 (f° 135).
  • 89 aml. – cc 47 2 (f° 16v°).

135Au début du xve s., en 1406 exactement86, s’échelonnent les maisons 9 et 10 [fig. 78]. Cette dernière est à l’angle du Sablet. Au milieu du xve s., la maison 10 semble encore debout. À l’inverse, la maison centrale, la 9, n’est plus que ruine, ou jardin « dans lequel fut une maison » ou encore « emplacement » de maison. Ce schéma est-il compatible avec les vestiges, ou bien doit-on supposer une confusion des données : la place vacante correspond déjà à la partie la plus méridionale de la parcelle (maison 10). En 1493, la situation évolue encore87. Un jardin, peut-être clôturé par les murs nos 1209, 1211, 1215 et sa réfection no 1210 [fig. 79], rejoint la place du Sablet. Se trouve-t-il pour partie à l’emplacement de la maison 10 ? Une maison, qualifiée de « neuve, haute moyenne et basse » en deux corps, est propriété de deux hommes d’église et d’un libraire. Le mur de façade sur Saône (no 1064) peut éventuellement être rapporté à cette phase de construction. Il s’agit donc de la maison 9. Les maisons 9 et 10 sont toujours contiguës à un jardin, au nord du port Sablet en 157188, mais on peine à le situer. Enfin, en 158689, elles sont toutes deux remaniées en un seul bâtiment : le mur no 1055 a-t-il été édifié à cette occasion ? Dorénavant, il n’est plus fait mention du jardin. La création de la place du Port-Sablet dans ses limites définitives (c’est-à-dire jusqu’à la création du quai Fulchiron, au xixe s.) daterait donc, au plus tôt, des années 1580. Le plan scénographique vient au secours des données de la fouille en restituant l’état des lieux du port Sablet et des élévations qui le bordent, en particulier de celles qui se dressent au nord de l’esplanade. Si l’emprise au sol des constructions ne doit pas faire illusion, en raison des déformations d’une vue cavalière, l’emplacement du port est cependant nettement délimité. La croix du port fournit un repère visuel opportun. Elle apparaît au centre de l’esplanade, ce qui laisse envisager le maintien des maisons 10 et 9, du moins en date des années 1550. Rien n’atteste la présence d’un jardin, mais l’angle de vue, au nord-est, n’est pas favorable à sa restitution. Cette proposition ne contredit pas les documents d’archives où figure une esplanade encore réduite au milieu du xvie s. Si les données de la fouille ne sont pas éloquentes, il semble plausible de justifier de l’existence de ces deux maisons jusqu’au milieu de la seconde moitié du xvie s. Ce que nous pouvons retenir de la fouille est qu’aucun indice ne concerne d’éventuelles réfections des deux bâtiments au cours de la phase 14. Toutes les céramiques recueillies sont apparemment contemporaines. Cela nous conduit à attribuer à une phase antérieure la campagne de travaux qui a permis de bâtir les maisons. On est conduit à penser que l’activité au sein de ces habitations a été ralentie, peut-être du fait de la mutation progressive des espaces. Seules deux fosses (Us. 1206 et 1207, elle-même recoupant la fosse Us. 1213) creusées dans un niveau de terres noires (Us. 1220), apportent une information fable sur la chronologie de l’occupation de la maison 10, puisque leur remplissage comporte un mobilier céramique remontant au xve s.

fig. 79 Le mur no 1215, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13), vu du nord.

© G. Ayala.

136Les maisons 9 et 10 ont connu, on l’a vu, de nombreuses modifications, y compris dans leur extension [fig. 80]. Le terrain est occupé initialement par deux maisons ou bâtiments dont les remaniements sont complexes et interdépendants. Le programme architectural du secteur du port Sablet, sans doute abordé vers la fin du xvie s. et le début du xviie s., induit également des modifications dans la topographie du bâti. Les maisons édifiées aux xiiie et xive s. (en particulier les murs nos 1211, 1215, 1216) encore en place aux xve-xvie s., malgré un état assez précaire, sont totalement détruites vers la fin du xvie s. Une fosse (Us. 1208), contenant dans son remplissage du mobilier céramique du xviie s., recoupe le mur no 1209, qui est alors considérablement arasé. Le mur de façade sur Saône (no 1064), lui aussi construit au bas Moyen Âge, est totalement récupéré (no 1082). Une nouvelle maison est alors édifiée à l’emplacement de la maison 9, sur ce qui concrétisera l’angle sud du port jusqu’au milieu du xixe s. La face sud est limitée par la maçonnerie no 1055 : assez massive et assez large (0,84 m), elle est composée majoritairement de pierres dorées associées à quelques rares moellons en schiste et à des galets. Elle a pu être construite entre la fin du xvie s. et le début du xviie s.

fig. 80 Plan des maisons 8 et 9, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 90 aml. – bb 218 (f° 24v°).

137Les vestiges témoignent d’une importante reconstruction matérialisée par les maçonneries nos 1050 et 1055, parallèlement ou peu de temps avant la construction des gradins massifs du port. Sachant que des travaux de restauration des marches du port Sablet ont lieu en 166390, il est permis de proposer l’hypothèse, au cours de la première moitié du xviie s., d’une nouvelle campagne de travaux pour la maison située à cet endroit.

138La façade sur Saône est la plus singulière et présente un parti pris décoratif incontestable, en rapport avec les escaliers du port [fig. 81]. Le mur no 1050 est assez large (0,80 m en moyenne). Il présente une inclinaison de son parement extérieur sur 2,40 m de hauteur. Il est édifié en grand appareil de blocs de calcaire à gryphées, de calcaire blanc et de granite. Les blocs de calcaire blanc assez monumentaux (0,50 m) de l’angle sud du mur résultent sans doute pour certains d’entre eux d’un remploi. La partie supérieure du mur est réalisée en petit appareil. L’extrémité nord est percée d’une ouverture, réalisée en deux phases, permettant l’évacuation des eaux usées. Il faut également signaler la présence d’anneaux d’amarrage en métal encore en place dans la maçonnerie. Ce mur est construit dans le prolongement sud du no 1053. La fondation (no 1422) du mur no 1050 présente également un traitement architectural soigné de blocs de calcaire à gryphées englobés dans un radier maçonné graveleux beige. Ce soubassement repose sur des pieux en bois. Les marches du port Sablet sont construites par la suite et viennent s’appuyer contre ce bâtiment.

fig. 81 Le mur no 1050, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15), vu du nord˗est.

© G. Ayala.

139La limite nord (no 1085) est mitoyenne avec la maison 8. Le mur no 1050 est doublé par l’adjonction de la maçonnerie no 1056. Cette dernière, dont la tranchée de fondation contient du mobilier céramique du xviie s. (Us. 1049, remplissage Us. 1068, 1079 et 1080), est installée conjointement à la transformation de l’espace en cave et à la pose d’une voûte. Au début du xixe s., un puits (no 1057) en blocs de pierres dorées liés avec un mortier gris dur est construit dans l’angle sud-ouest de la cave. Un égout, se déversant directement dans la Saône par une ouverture ménagée dans la façade no 1050, est aménagé. Il utilise le mur no 1058 comme piédroit. Dans la partie ouest de la maison, une fosse d’aisances (no 1052) occupe l’intérieur de la cave. Son fond est carrelé et enduit. Les parois portent également un enduit. Cette structure condamne au nord l’égout no 1059 au moyen du mur no 1083. À l’arrière de la maison 9, un escalier en béton (no 1084) est construit pour desservir la cave.

  • 91 adr. – Galle A 103.

140En 1750-1760, la maison est figurée dans ses limites définitives. Elle est agrémentée d’un avancement sur Saône et d’une « galerie couverte en bois »91.

  • 92 adr. – 3 P 013-143.

141En 1839, la maison compte trois étages. Malgré le peu de profondeur de la parcelle, chacun est composé de quatre pièces : deux sur rue et deux sur Saône. Le rez-de-chaussée est occupé par une « vaste salle de cabaret » qui ouvre sur la rue des Prêtres. Il faut sans doute imputer à la présence de cet établissement les centaines de bouteilles à vin et à bière jetées dans la Saône à proximité, et trouvées dans un contexte de la première moitié du xixe s.92.

3.2.2.2 L’îlot sud

142En positon symétrique par rapport au port Sablet, apparaît l’îlot sud. Il est bien plus difficile de suivre l’évolution de son schéma initial dans la mesure où la limite méridionale de l’emprise du parc de stationnement a largement amputé les surfaces concernées. Seule la façade orientale des habitations apparaît avec quelque netteté. Nous sommes donc tentés d’entrevoir, à l’encontre de ce qui s’est passé dans l’îlot nord, une plus grande liberté d’extension des maisons profitant d’une topographie favorable. Le tracé de la rue de la Pierre-Percée paraît s’enfoncer à l’intérieur du quartier ou tout au plus s’éloigner de la proximité de la Saône pour rejoindre vraisemblablement les abords de l’église Saint-Georges. La surface au sol des habitations s’étire en lanières (en « touches de piano » selon l’expression lyonnaise consacrée) profitant d’une meilleure disposition du terrain libre. Au cours des xiiie et xive s., l’îlot sud est caractérisé par le développement d’un bâti qui s’appuie partiellement sur les murs de la phase précédente, et qui se développe de part et d’autre de ceux-ci, c’est-à-dire à l’ouest et à l’est.

143Dans l’extrémité septentrionale de cet îlot, les étuves du Sabliz ouvertes dès la fin du xive s. [fig. 82] contribuent à la notoriété des découvertes archéologiques dégagées au Parc Saint-Georges reléguant dans le quasi-anonymat les maisons 13 à 16. Les limites spatiales de l’établissement de bains fixées par le champ de nos recherches s’étendent très sûrement aux maisons 11 et 12. L’extension dans la maison 13 n’est pas assurée. C’est aussi ce que les sources documentaires nous apprennent. Elles contribuent à dresser un cadre chronologique dans lequel s’inscrit la construction des étuves. Si le reste de la structure de chauffe que nous avons dégagée est loin d’autoriser une lecture précise du dispositif, les quelques éléments restant ont donné les moyens de localiser ces bains, d’en reconstruire un petit plan et d’en suivre les transformations même si des creusements partiels contre le mur de limite septentrionale sont venus perturber les liens existant entre les vestiges. De fait, les informations que nous aurions aimé retrouver lors de la fouille pour suivre tous les détails techniques du fonctionnement de ces bains font défaut. Cet établissement paraît avoir connu une fréquentation assidue au moins jusqu’au xvie s. puisqu’il a été épargné par les travaux d’agrandissements du port Sablet. Mais il apparaît qu’un changement incontestable de vocation est intervenu dans cet édifice : les archives nous assurent, suite à leur fermeture, d’une conversion en logement de rapport.

fig. 82 Plan des maisons 11, 12 et 13, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 93 aml. – cc 2.
  • 94 aml. – cc 5 (f° 61).
  • 95 aml. – cc 38 (f° 96v°).

144Avant de nous attacher aux dispositions stratigraphiques des structures exhumées, voyons la chronologie de la vie de l’établissement telle que la dévoilent les textes. De 1388 à 1446, les mentions relatives aux maisons 11, 12 et 13 ne sont pas dissociables. En 1388, deux ou trois maisons « hautes et basses » situées au Sablet sont décrites comme « esquelz sont les estues » (Philipon 1927 : 49). En 1406, il s’agit de maisons où sont les « estues du Sabliz93 ». À l’extrême fin du xve s., 1493 plus précisément, ces bains sont encore mentionnés sous le nom d’« estuves de Saint-Georges94 ». Enfin, peu après le premier quart du xvie s., la maison 11 est citée comme étant celle « où furent les étuves95 », ce qui indique donc que cette activité spécifique a cessé – sans pour autant que la date de fermeture de l’établissement soit connue.

  • 96 Les étuves de la Pêcherie, situées en rive gauche, au débouché de la rue, sont sans doute l’établis (...)

145En 1493, les étuves occupent encore les maisons 11 et 12. Le mur no 677 les sépare de la maison 13 « haute et basse » alors propriété d’un marinier. En 1516, les étuves sont toujours logées dans les maisons 11 et 12. À cette date, la maison 13 est déjà organisée en maison sur rue et maison sur Saône, divisée par le mur no 850. Elle est toujours qualifiée de « haute et basse ». En 1528, les étuves ne fonctionnent plus, mais jusqu’à la fin du xvie s., les maisons 11 et 12 appartiennent à un même propriétaire et leur valeur locative est nettement supérieure à celle de la maison 13. L’archéologie a cependant eu du mal à retrouver dans les aménagements intérieurs des maisons 12 et 13 de quoi renvoyer à des installations spécifiques liées aux bains96.

La maison 11 (les étuves du Sablet)

146Au cours des xiiie-xive s. (phase 13), la berge devant le secteur septentrional de l’îlot sud, soumis ponctuellement encore aux fluctuations de la Saône, est rehaussée autour de 163 m d’altitude, et progresse vers l’est au détriment de la rivière.

147À proximité de la berge, la façade orientale du mur no 868, édifié précédemment, bloque une formation alluviale. Épaisse de 0,60 m, elle est composée d’une succession de micro-lits de sables fins à moyens et d’argiles sableuses rythmée par des lits d’argile pure et de sables indurés par la précipitation des carbonates (Us. 995, 994, 993, 971). Ces litages, sur un espace relativement plan entre 161,60 m et 162,20 m d’altitude à l’avant du mur, sont témoins de micro-séquences de crues. Cet exhaussement alluvial est ensuite érodé sur au moins 1 m d’épaisseur par la rivière ; la berge est inclinée de 42 %, de 162,20 m à 161,20 m d’altitude. Ce talus de berge rajeuni, sur une distance minimale de 4 m en retrait vers l’ouest, est ensuite fossilisé par de nouvelles alluvions sableuses (Us. 982, 970, 968). Celles-ci renferment de nombreuses poches d’argiles, des charbons, des petits galets et des fragments de briques, le tout déposé en vrac dans la lame d’eau inondante. Les sables sont plus grossiers dans la partie supérieure, qui atteint 162 m d’altitude en moyenne. La rivière reste donc contraignante dans le secteur sud non construit. Le nivellement alluvial porte ensuite, sur près de 1 m d’épaisseur jusqu’à 163,10 m, des niveaux d’occupation matérialisés principalement par des terres noires (Us. 967, 966, 961) lesquelles s’appuient également contre la façade orientale du mur no 868. À l’arrière de ce dernier, un lambeau de terre noire (Us. 805), épais d’environ 0,25 m et incliné d’ouest en est, est conservé contre le mur jusqu’à 162,25 m d’altitude. Parallèlement, d’autres terres noires (Us. 948, 949) se développent contre les murs no 851/950 de la phase 9.

148Un peu plus à l’ouest dans la plaine, les étuves vont se développer sur une série de dépôts associant également des couches alluviales et des terres noires. Les épisodes de débordement de la rivière, représentés par des sables à litages argileux (Us. 903-906), sont présents entre 162 m et 163-162,40 m, selon une pente ouest-est [fig. 83]. Au sein de cet exhaussement s’insèrent une fosse (Us. 907) et un trou de poteau (Us. 908). Ensuite, des terres noires (Us. 901, 902) rehaussent ce secteur jusqu’à 163,40 m d’altitude en moyenne, à l’emplacement des futures étuves.

fig. 83 Coupe stratigraphique de l’hypocauste no 829, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).

© W. Widlak, A. Dagand.

149La façade sur Saône de la maison 11 (no 831), située à l’angle du port Sablet, recouvre en partie le noyau de maçonnerie no 911 [fig. 82]. Le mur no 831 serait donc une restauration appliquée sur le no 911, en raison de l’exposition régulière de ce dernier aux crues de la rivière. Il est composé majoritairement de blocs mal équarris de gneiss, de calcaire et de fragments de terre cuite. La limite nord est maçonnée par le no 909. Enfin, le mur no 912, conservé de façon très lacunaire, est mitoyen avec la maison 12. C’est dans l’angle sud-est de la maison 11 qu’a été découverte une étuve à hypocauste, dispositif qui reflète un aspect particulier de la vie urbaine médiévale et qui permet d’attribuer à cet espace une fonction spécifique. Cependant, ce qui reste du vestige est loin d’en autoriser une lecture précise.

150Il s’agit d’une petite pièce de forme rectangulaire où se trouvent les traces d’un système de chauffe (no 829) alimenté par un foyer-alandier (no 866) situé à l’ouest, dont il ne subsiste que six rangées de briques. Un large massif en béton a presque totalement détruit l’ensemble au xxe s. L’arasement du dispositif n’a pas permis de déceler l’existence de conduits en terre verticaux destinés à la circulation de l’air chaud dans les parois. Des cloisons ont pu diviser l’espace afin de resserrer le volume à chauffer et procurer d’autres services (vestiaires, salles de repos…). Mais la fouille n’en a retrouvé aucun indice. Les vestiges préservés au-dessous du niveau de sol installé sur les pilettes de l’hypocauste ne restituent aucun élément d’adduction d’eau. La localisation en bordure de rivière a été sans doute dictée par la nécessité d’un approvisionnement en eau régulier et abondant. Quoique le no 829, ou hypocauste, ait été endommagé par les installations récentes d’un égout sur son flanc nord et d’un mur (no 683) au sud, la lecture du dispositif de chauffe restitue deux états de fonctionnement. Dans un premier temps, le dispositif s’installe sur des niveaux de terres noires (Us. 901, 902) contenant un mobilier céramique de la seconde moitié du xiiie s. Il recouvre le niveau argileux (Us. 900) qui prend appui sur des dépôts sableux à litages argileux pouvant résulter d’épisodes de débordement (Us. 903, 904, 905, 906). Ceux-ci recouvrent la fosse Us. 907 dont le comblement recèle quelques fragments de céramique datés du xive s. Le fond de la structure de chauffe construit sur un radier d’installation (no 898), d’une épaisseur d’environ 0,20 m, est pavé de carreaux de terre cuite dont les dimensions varient de 0,28 m à 0,32 m. Sur ce sol recouvert d’un dépôt très charbonneux, dont l’altitude supérieure cote à 163,62 m, se dressent cinq pilettes constituées d’un empilement de carreaux de dimensions variables. Les pilettes et le sol forment un ensemble solidaire : aucune trace de combustion n’apparaît au démontage des pilettes. L’hypocauste prend appui à l’est, sur une maçonnerie composée majoritairement de blocs de schiste et de blocs en calcaire blanc qu’un lit de briquettes vient réguler. Le mortier utilisé est extrêmement sableux, très friable. Une coloration orangée, qui évoque une forte rubéfaction, marque la face interne de la maçonnerie. Aucune trace d’enduit n’a été conservée. Ce mur est fondé au moins 0,35 m plus bas que la sole du four. Il s’appuie sur le mur no 831, large de 0,70 m et enduit sur le parement extérieur, qui fait office de mur de façade sur la rivière de cet espace de chauffe. Dans un second temps, une réfection visible relie les pilettes entre elles par un agglomérat de mortier. La cloison ainsi obtenue n’offre pas de traces de rubéfaction très violente, ce qui indique un usage peu fréquent ou peu étalé dans le temps. La mise hors service de ce dispositif a dû suivre la réfection. L’indication chronologique, fournie par les formes céramiques contenues dans le remblai d’installation de l’hypocauste, indique que l’activité semble avoir débuté au xive s.

151Dans la partie occidentale de la maison, les restes d’une calade de galets et de petits blocs ont été dégagés (no 873). La fouille de ce niveau a livré du mobilier du bas Moyen Âge. Elle est recouverte par une couche sableuse (Us. 897). Il est sans doute possible d’en déduire que l’espace ouest de la maison 11 est alors occupé par une cour. Si l’on tient compte de l’altitude supérieure du sol Us. 873, à environ 164,15 m, il est possible de restituer un niveau de circulation de la cour attenant à la chambre d’hypocauste. Il est donc autorisé d’affirmer que le niveau d’arasement des pilettes de l’hypocauste (à 164 m) est plus ou moins équivalent à la base de la couche de préparation du sol de cette cour (à 163,96 m).

152Au cours de la phase 14, la maison 11 est séparée de la maison 12 au sud par le mur no 683. Ce mur d’une largeur de 0,80 m est présent sur toute la longueur de la parcelle dans le sens est-ouest. Il est édifié en pierres dorées associées à quelques briques et galets liés à un mortier de chaux. La façade sur Saône de cette maison, du début de la période moderne, est relativement mal conservée. Les murs nos 411 et 1377 présentent une arcade pleine en pierres dorées liées avec un mortier de chaux. Ce mur est enduit par un mortier de tuileau lissé. Il est bien difficile de se faire une idée du type d’aménagement que présente la berge en avant de cette façade. Le mur mitoyen no 909, au sud de l’esplanade du port Sablet, a été considérablement modifié au xixe s. par la construction d’une fosse d’aisances puis d’un daleau. Il est alors détruit en partie par la maçonnerie no 910 en béton, qui reprend néanmoins son orientation générale.

153Dans la seconde moitié du xviiie s. (phase 15), la façade de la maison 11 gagne sur la Saône avec la construction du mur no 183, qui se prolonge aussi au niveau des maisons 12 et 13 [fig. 85]. Cette nouvelle limite crée une avancée de la berge d’environ 3 à 4 m par rapport à la phase 13, et d’environ 2,30 m par rapport à la phase 14. D’une largeur de 1 m, cette maçonnerie est composée d’assises de blocs taillés de pierres dorées liées avec un mortier jaune. L’angle nord du bâtiment, caractérisé par un gros bloc de calcaire monolithe en L, est formé par le mur no 310.

154L’occupation est matérialisée par deux niveaux de sols superposés : le niveau en tomettes de terre cuite (no 311, à 164,77 m), a été suivi partiellement sous le sol (no 309, à 164,88 m) lui aussi en tomettes de terre cuite posées sur un lit de chaux et de graviers. La partie ouest de cette maison est sans doute occupée aux xviie-xviiie s. par une cour. En effet, cet espace ne comprend pas de cave et le sol n’a pas été décaissé. Sur celui-ci, le fond d’une structure de chauffe (no 872), de dimensions moyennes (1,70 m par 0,80 m), est carrelé de pierres plates et de fragments de tuile, à 163,78 m. Le remplissage très charbonneux de ce que l’on peut identifier comme la base d’un four, contenant quelques déchets métalliques et des restes de combustion de houille, semble indiquer une utilisation pour le chauffage domestique.

La maison 12

155Lors de sa première occupation, la maison est bornée en façade sur Saône par une section de mur no 678 [fig. 82]. La maçonnerie no 868, alignée avec le mur no 850 édifié au cours de la phase 12, fait office de limite occidentale de la maison. La partie méridionale est délimitée par le mur no 677 qui se prolonge, vers l’ouest, par le no 861. La partie donnant sur la rue a été assez perturbée par les structures contemporaines. Le mur no 677 est construit en petits blocs de schiste, gneiss et calcaire associés à quelques galets et fragments de terre cuite. Il a subi de nombreuses réparations comme l’atteste la diversité des mortiers utilisés pour des réfections occasionnelles. Sur son parement nord, ce mur présente un enduit blanchâtre et deux petites ouvertures à la fonction indéterminée. Sa fondation repose sur des poutres en bois. Pour sa part, le mur no 861 présente une construction plus soignée, avec principalement des blocs de granite rosé et quelques rares galets et fragments de tuiles. Le tout est lié par un mortier gris très sableux comportant de nombreux graviers et gravillons.

156Au cours de la phase 14, l’installation du mur no 958 légèrement en avant du mur médiéval no 678 avance la façade orientale de la maison 12 vers la Saône [fig. 84]. Cette maçonnerie no 958 est partiellement détruite par l’implantation des barrettes centrales du parc de stationnement. Essentiellement construite en pierres dorées, elle possède une fondation principalement composée de gros blocs taillés en pierres dorées. Le mur no 868 édifié au Moyen Âge central (phase 13) est toujours utilisé comme séparation intérieure de cette maison – à l’instar du mur no 850 de la maison 13. L’espace situé derrière la façade sur Saône n’a pas été transformé en cave durant la période moderne, ce qui a engagé une meilleure conservation des vestiges. Le mur mitoyen avec la maison 11 porte le no 683. À son extrémité orientale, cette maçonnerie est longée par la structure de combustion no 688. Les blocs et pierres directement à son contact présentent de fortes traces de rubéfaction. Cette installation a subi des remaniements jusqu’à la fin de la période moderne. Elle est placée dans un sédiment brun, ou terre noire (Us. 693), qui contient un mobilier céramique daté du xve s. L’alandier no 682 est construit en grosses dalles de gneiss posées de chant liées par du mortier. Des dalles de blocs de pierres dorées (no 684) composent la sole dont l’affleurement est à 164,43 m. Les murs encadrant la chambre de chauffe sont le no 685, en gros blocs de granite et le no 686 en pierres dorées. Ce dernier, à l’ouest, est en demi-cercle. La vocation de cet aménagement reste indéterminée. S’agit-il d’un four domestique, d’un four lié à un artisanat particulier, ou bien vient-il pallier l’abandon de l’hypocauste dans la pièce mitoyenne ?

fig. 84 Plan des maisons 11, 12 et 13, entre le xve et le xvie s. (phase 14).

© W. Widlak, A. Dagand.

157À l’ouest, l’espace de la maison est cloisonné par la construction no 862. Elle est appuyée contre la maçonnerie no 861. Elle présente une construction soignée avec deux états. Un premier est caractérisé par l’emploi de gros blocs taillés de pierres dorées liés par un mortier grisâtre. Le second est caractérisé par des blocs de calcaire, granite et galets liés par un mortier grisâtre friable.

158Dans la pièce centrale de la maison 12, plusieurs structures antérieures au xixe s. sont difficiles à interpréter en raison de la précarité de leur conservation [fig. 85]. Il s’agit principalement d’une fosse maçonnée à l’aide de plusieurs blocs liés par un mortier gris (no 680) et d’un angle (no 869, entre 164,28 m et 163,89 m) composé de gros blocs mal équarris liés par un mortier gris friable. Seule l’hypothèse d’une glacière peut être retenue. Un sol en tomettes (no 679) couvre l’intérieur de la pièce nord-est (à 164,37 m). L’ancien mur de limite de la partie ouest (no 868) est en grande partie détruit pour implanter deux bases de piliers (no 865, 867/951), qui évoquent la mise en place d’un porche intérieur.

fig. 85 Plan des maisons 11, 12 et 13, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).

© W. Widlak, A. Dagand.

159Dans la partie ouest, l’espace est cloisonné par l’adjonction du no 863, mur conservé de façon très lacunaire, construit parallèlement à la maçonnerie no 862.

  • 97 aml. – 37 ii, volume 35, p. 9611.
  • 98 adr. – Galle A 103.

160En 1696 et en 1698, des travaux de reconstruction et d’exhaussement sont entrepris par un teinturier, propriétaire de la parcelle97. Il est possible de considérer que les maisons 12 et 13 sont réunies à cette date en un nouvel immeuble. En 1750-1760, le plan98 représente une maison à allée centrale, desservie par un escalier en vis et agrémentée d’une galerie sur la Saône, à l’aplomb du mur de façade no 183. Les cotes indiquent 16,75 m de profondeur est-ouest pour le mur nord (no 683) et 17 m pour le mur sud (no 861).

La maison 13

161À l’aube de sa construction, la maison 13 est limitée sur la Saône par un court tronçon de mur (no 461) qui se distingue par un mortier clair utilisé avec du schiste, des galets et des fragments de tuiles et de briques [fig. 86]. Malheureusement, aucune cloison n’indique la limite de la maison 14 qui lui succède au sud. On est donc réduit à conjecturer deux surfaces homogènes et à restituer une limite, à mi-distance, entre les deux murs opposés nos677 et 665. D’épais niveaux de terres noires (Us. 845) occupent l’espace de la maison donnant sur la rue. Affleurant à 164,05 m, il est possible d’envisager que ce recouvrement corresponde aussi à celui de la cour de la maison à hypocauste (maison 11).

fig. 86 Plan des maisons 13, 14 et 15, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).

© W. Widlak, A. Dagand.

162C’est dans un second temps que la maison 13 est délimitée au nord par les murs nos 677 et 861. Sa façade sur Saône est toujours matérialisée par le mur (no 461) édifié aux xiiie-xive s. [fig. 87]. À l’ouest de ce mur, un puits (no 827) paré d’un enduit interne est construit en blocs de schiste et galets noyés dans un ciment gris. Le conduit, d’un diamètre de 0,95 m, est délimité par des parois d’une largeur atteignant les 0,55 m qui s’enfoncent jusqu’à 162,30 m dans des terres noires datées du xiiie s. (no 845). De nombreuses traces verticales correspondent à la remontée de récipients de puisage. À l’ouest de la parcelle, se trouve une structure en creux circulaire peu profonde (no 858) dont l’ouverture est bordée de pierres plates (164,13 m). Le sol (à 163,42 m) présente un remplissage très organique qui suggère un fond de latrine. Il n’a livré aucun mobilier.

fig. 87 Plan des maisons 13 à 16, entre le xve et le xvie s. (phase 14).

© W. Widlak, A. Dagand.

163En retrait de la façade sur Saône des maisons 12 et 13, le mur (Us. 461) de l’ancienne maison médiévale, certainement ruiné, est repris par la maçonnerie no 307/673 installée dans une tranchée de fondation (Us. 848/849) [fig. 88]. La pièce centrale de cette habitation possède un four (Us. 674) composé de plusieurs petits espaces mal définis hormis la chambre de chauffe, à l’ouest. Une cloison (Us. 687) partage l’espace intérieur de la pièce. Son état de conservation assez médiocre en rend l’analyse difficile. Les matériaux utilisés pour cette cloison sont divers, avec en particulier quelques blocs en pierres dorées et en granite, et des galets. La taille évoque plutôt une vocation domestique. À la superposition de deux murets de séparation posés sur un sol de pierres plates (à 164,01 m), on note une réfection. La maison 13 est délimitée au sud par la maçonnerie no 650. D’une largeur de 0,95 m, celle-ci a été suivie sur près de 4,50 m. Une allée est matérialisée par les murs no 649 au sud, et no 861 au nord. Ce dernier mur est mitoyen avec la maison 12.

164La façade sur Saône est avancée durant la seconde moitié du xviiie s. Un mur (no 183) est édifié sur l’aménagement du quai no 458 qui longe les maisons 11, 12, 13 et 14. Une cave (no 197) est accolée au mur de façade (no 183). Au sud, un mur (no 186) matérialise la limite d’une pièce. Il est très partiel car démoli au xxe s. par des constructions souterraines. L’espace compris entre les maçonneries nos 186 et 183 et, à l’ouest, par la maçonnerie no 307/673 est transformé en fosse d’aisances durant la première moitié du xixe s. Le fond est tapissé d’un radier en béton (no 472). Entre les murs nos 307/673 et 850, à l’ouest, l’espace est occupé par une pièce cloisonnée par la maçonnerie no 675 que recouvre un pavement en tomettes (no 676, à 164,47 m).

165À l’est, le sol de tomettes (no 188) est posé sur le ressaut interne du mur de façade (à 164,04 m). Dans la partie donnant sur la rue, un puits en béton (no 857) est creusé au xixe s. Il est enchâssé dans les murs nos 854 et 649. L’ouvrage no 854 est une construction composée de deux assises de fondation et de cinq assises (dont l’élévation atteint 163,79 m) grossièrement élaborée en pierres dorées, en pierres calcaire et en galets noyés dans un mortier dur. Il forme un angle avec le mur no 860, de même facture. L’orientation du no 854, légèrement désaxée par rapport au no 649, évoque plutôt une reprise consécutive à la construction du puits. Le mur no 854 vient s’appuyer à l’est contre le mur médiéval no 850, et est installé dans un niveau de préparation (Us. 855).

  • 99 adr. – Galle A 103.
  • 100 Archéolabs, réf. arc 09/R2964D/2.

166Parallèlement à l’avancement des façades des parcelles 133, 134 et 135, entrepris à partir de 1770, de nouvelles maçonneries sont associées à la construction d’un escalier vers la rivière. Cet aménagement peut être placé assurément dans la seconde moitié du xviiie s. Par ailleurs, un plan99 daté des environs de 1750-1760, figurant des réalisations plus modestes au nord, ne représente pas cette construction. La solide fondation (no 458) longe du nord au sud les parcelles 133 à 135. Elle a été suivie sur une longueur de 24 m. Sur une largeur moyenne de 2,50 m, elle présente de grands blocs parallélépipédiques en calcaire dur (choin de Villebois) superposés sur deux niveaux. Ces blocs sont liés par un mortier gris ou blanchâtre. La fondation présente un ressaut d’épaisseur variable dans sa partie inférieure. La hauteur totale est de 1,10 m. La construction coupe au nord les marches du port Sablet. Cette structure maçonnée prend appui sur un assemblage de pièces de bois ou platelage (Us. 404, 405, 406, 407, 408, 409, 473, 478) qui repose sur un remblai d’installation (no 479). Madriers ou planches parallèles et horizontales reposent sur d’autres madriers perpendiculaires, le tout sur deux niveaux. Ces pièces sont scellées par de grands clous sur des pieux plantés verticalement (Us. 514) ou sur des entretoises. Un remblai (Us. 469) est rapporté entre les bois. Des prélèvements pour analyse dendrochronologique ont été effectués sur le platelage en chêne (Quercus sp.)100, soit dix-sept échantillons pour la seule Us. 478. Les dates d’abattage se divisent en trois lots : onze échantillons se concentrent autour des années 1770-1772, quatre échantillons proposent l’automne-hiver 1696-1697, et deux échantillons l’automne-hiver 1559-1560 –ces six derniers traduisant des pièces en remploi.

167L’escalier est composé de deux volées de douze marches. La première volée (Us. 184), dont la descente est orientée du nord vers le sud, est la mieux conservée. Neuf marches en calcaire blanc, larges en moyenne de 0,90 m, sont conservées. Un dépôt alluvial (Us. 416) recouvrait les premières marches entre 162,15 m et 162,40 m d’altitude. Cet escalier donne sur un palier (Us. 306, à 163,02 m) qui forme une plate-forme de dalles calcaires accédant à la rivière. Ce premier escalier est implanté sur un massif maçonné (Us. 185) accolé au mur de façade (Us. 183), au niveau de la maison 12. Cette construction massive, munie d’un ressaut à sa base, est élaborée en pierres dorées et calcaire blanc liés par du mortier jaune. Un bloc de calcaire porte un gros anneau de fer sur son parement visible. Au centre, la maçonnerie est percée d’une ouverture permettant le passage d’un égout (Us. 170/189). La seconde volée de l’escalier fait face à la première, contre la maison 14.

La maison 14

168Seules les limites sud et ouest de la maison 14 construites en phase 13 sont observables [fig. 86]. Le reste a été totalement démoli au xxe s. par un ouvrage lié à l’entretien du grand collecteur construit sous le quai Fulchiron. La partie méridionale est limitée par le mur no 665, mitoyen de la maison 15 (dont la cote d’apparition s’élève à 164,47 m). À l’ouest, le mur médiéval (no 755) est toujours utilisé.

  • 101 aml. – cc 2.
  • 102 aml. – cc 5 (f° 60v°).
  • 103 adr. – 10 g 1668.
  • 104 aml. – cc 150 (f° 135) ; aml. – cc 47-2 (f° 16).

169Toute la partie est de la maison 14 [fig. 87] a été fortement perturbée au xviiie s. lors de la transformation en cave de l’espace, et au xixe s. par l’implantation d’un daleau. La première mention d’une maison à cet emplacement remonte à 1406101. Qualifée de « haute et basse », il semble qu’il s’agisse d’une construction modeste, possédée en 1493 par Guérin Torvéon, hôtelier et marchand102, puis par ses héritiers jusqu’en 1560103. Par la suite, en 1571 et en 1586104, elle devient la propriété d’artisans tonneliers. Le dernier est imposé à cette adresse pour sa taxe professionnelle, il est donc probable que même son atelier soit installé là.

170Dans la seconde moitié du xviiie s. (phase 15), la façade sur Saône de la maison 14 (no 175) est avancée sur la berge [fig. 88]. C’est une maçonnerie large de 0,60 m, réalisée en grand appareil de pierres dorées liées par un mortier jaune, qui possède un double parement avec blocage interne. L’angle sud de la maison est matérialisé par un large bloc (no 176) en calcaire blanc taillé en L. L’espace situé derrière la façade est transformé encave. Le mur (no 175) est doublé (no 178) pour asseoir une voûte. À l’ouest, celle-ci prend appui sur le no 181. La face sud de la cave est constituée du mur no 133. Ces structures sont réalisées à l’aide de blocs en pierres dorées de modules moyens liées à l’aide d’un mortier jaune. Le mur ouest présente en particulier un appareillage soigné où alternent de gros blocs taillés en calcaire blanc et de plus petits blocs en pierres dorées.

fig. 88 Plan des maisons 13 à 16, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).

© W. Widlak, A. Dagand.

171La pièce orientale du rez-de-chaussée de la partie sur Saône est traversée par un caniveau (no 668) qui se jette dans une conduite voûtée (no 669) ouvrant elle-même sur la rivière. Cet aménagement est peut-être à mettre en relation avec l’activité de teinturerie qui marque cet espace à la fin du xviiie s.

172La partie ouest de la maison 14 est occupée par une cave. Cet espace est délimité au sud par les murs no 613, mitoyen avec la maison 15, no 618 à l’est, no 629 à l’ouest et no 650 au nord. Un fragment de la voûte de cette cave (no 619) repose à la fois sur le no 613 et le no 618. L’espace est cloisonné par deux maçonneries (nos 620, 651) formant un couloir dont le niveau de sol est attribué à l’Us. 652 (164,78 m d’altitude). Le mur no 620 possède une ouverture desservant la partie sud de la cave. Dans l’axe de cette porte et le long du mur no 620, l’alignement de dalles calcaires (no 623, affleurant à 163,27 m) constitue une sorte de cheminement.

  • 105 adr. – Galle A 103.

173Dans la partie sud de la cave, des dalles calcaire (no 622) reposant sur une maçonnerie pourraient correspondre à un aménagement destiné au stockage de tonneaux, qui serait cohérent avec la présence d’un marchand de vin au milieu du xviiie s., puisqu’on sait –après un hiatus dans la documentation tout au long du xviie s.– que la maison est possédée en indivision entre un artisan en soie et un vendeur de vin. Elle est figurée sur le plan de 1750-1760 : sa façade sur Saône est alignée sur celle des parcelles 136 et 137 (maisons 15 et 16). Cet alignement ne pouvait être confirmé par des vestiges car la zone est fortement perturbée, comme nous l’avons vu. Sur le cadastre napoléonien, la façade est déjà alignée sur les maisons 12/13. Elle possède au moins trois étages sur rez-de-chaussée. Ce dernier est occupé par le teinturier en soie : son atelier y est sans doute aménagé105.

174Dans la partie centrale, la pièce du rez-de-chaussée est couverte par un sol en mortier (no 671, altitude 164,16 m). Elle est occupée, à l’ouest, par une structure indéterminée (no 672) en dalles de pierres dorées posées sur un massif maçonné. Il s’agit peut-être des restes d’un emmarchement.

175Dans la première moitié du xixe s., quelques modifications interviennent sur l’organisation de la cave, à l’ouest. L’ouverture dans le mur no 620 est obstruée par un bouchage (no 621). Un escalier (no 625) permet d’accéder à la cave par l’angle nord-ouest. Il est à présent en partie condamné et recouvert, à la base, par une maçonnerie rectangulaire non fondée (no 624) dont la destination n’a pas été explicitée. Il est possible d’attribuer deux maçonneries chaînées (nos 626, 627) à des réfections de la cave.

176L’escalier sud qui fait face à celui de la maison 13 (no 184), est fortement perturbé par des constructions du xxe s., mais il relève du même principe de construction que le précédent. Il est implanté sur un massif maçonné no 174 longeant le mur de façade. Il est également construit à l’aide de pierres dorées et de blocs en calcaire blanc. Le bloc d’angle, comme pour le massif nord, porte la trace d’un anneau d’amarrage en métal. Son soubassement (nos 452, 453) supporte de gros blocs calcaires reposant sur un platelage en bois (Us. 466, 467). Il s’agit d’un assemblage identique à celui de l’escalier nord. Des terres (Us. 468) ont été rapportées entre les bois.

  • 106 Archéolabs réf. arc 09/R2964D/2.
  • 107 L’autorisation relève en effet du domaine royal, qui exerce ses droits de propriété sur les rives d (...)
  • 108 adr. – S 1818.

177Comme pour la maison 13, des prélèvements pour analyse dendrochronologique ont été effectués sur le platelage, soit onze échantillons pour l’Us. 466. Les résultats sont remarquablement homogènes pour cette série : l’abattage des chênes (Quercus sp.) aurait eu lieu aux environs de 1770 pour quatre des échantillons, et au cours des automnes-hivers 1770-1771 ou 1771-1772 pour sept des échantillons106. On peut souligner la belle concordance entre la date d’abattage de ces bois et celle du projet des travaux entrepris sur la partie sur Saône de la maison 14, à l’aplomb du platelage (Us. 466). En effet, c’est le 13 novembre 1771 que le propriétaire de la maison 14, un maître teinturier qui réside au port Sablet, obtient la permission de la municipalité pour démolir son mur de façade sur Saône ainsi que la pile « y attenante ». Dans le même temps (et par un acte daté du même jour), il obtient l’autorisation du roi107 de construire, en l’avançant, une nouvelle façade sur Saône, y compris le « degré vulgairement appelé piles pour descendre à la rivière »108. Sans doute s’agit-il de l’édification de tout ou partie de l’escalier monumental (Us. 184) dont la largeur ne doit pas excéder 2 m, à compter du mur de façade susdit. Il est prévu de poser un palier à 1,40 m au-dessus des basses eaux : les marches devront être posées dans le prolongement du palier, le long de la façade, sans faire saillie. Il est possible que la façade sur rue ait été reconstruite à la même date, ou au moins exhaussée, car le remplacement de chenaux du toit est évoqué dans le permis de construire.

178Au minimum (les prescriptions ne précisent pas si les mesures sont hors ou dans l’œuvre), l’édifice gagne ainsi 3,5 m sur la rivière. L’aspect décoratif, sinon monumental, est formellement encouragé, et les évacuations des eaux usées provenant des éviers ou des latrines sont interdites. Les travaux réalisés à partir de 1771 le sont à l’initiative de son propriétaire, ils sont donc d’ordre privé. L’étude des vestiges évoque plutôt une réalisation publique, mais l’absence de mention dans les archives municipales de la fin du xviiie s. ne permet pas de l’affirmer. Défaillance de la recherche, dans une documentation abondante, mais pas toujours bien inventoriée, ou erreur d’interprétation ? La question reste posée.

La maison 15

179Dès son origine, elle est assez bien circonscrite [fig. 86]. Avant l’édification des murs qui la composent, plusieurs dépôts permettent de caractériser l’évolution de la berge dans ce secteur sud : soumise aux fluctuations de la Saône, elle est rehaussée (autour de 163,00 m d’altitude) et progresse vers l’est au détriment de la rivière. Un premier ensemble sédimentaire, d’au moins 1 m de hauteur jusqu’à 163,00 m d’altitude, présente une succession de micro-litages épais de 0,05 à 0,10 m (Us. 156, 198, 199). La première moitié de cet ensemble correspond à des niveaux de recharges (terres noires plus ou moins mêlées de graviers, blocs et fragments de tuiles) fortement inclinés d’ouest en est : le sommet présente une pente de 47 %, de 162,25 à 161,50 m d’altitude. Sur ces dépôts inclinés, autour de 161,90 m d’altitude, trois lits alluviaux, épais d’environ 0,20 m, témoignent de la contrainte de la rivière dans cet espace. Une première lentille de sables grossiers orangés, renfermant quelques graviers projetés, est coiffée d’une lentille de sables moyens bruns de décrue, puis de nouveaux sables à fragments de mortier concrétionnés marquent la fin de la séquence alluviale. De nouveaux apports de terres noires, plus ou moins graveleuses et riches en fragments de mortier, conduisent à rendre plan ce secteur jusqu’à 162,80-163 m d’altitude. Elles sont ensuite rehaussées par au moins 0,40 m de recharges de matériaux, mais ces dernières sont à nouveau inclinées d’ouest en est et atteignent 163,00 m (Us. 157) : il est possible que ce pendage exprime un épisode d’érosion entre les deux séries sédimentaires. Au sein de ce dernier remblaiement, une lentille de sables grossiers et triés démontre que les crues de la Saône atteignent encore l’altitude 162,90 m. C’est à partir de 163,00 m d’altitude qu’est installée la tranchée de fondation du mur no 162 qui délimite la partie orientale de la maison 15.

180La limite sud est constituée par la maçonnerie no 119/745. À l’ouest, le mur no 755, élevé au xiie s., est maintenu. Enfin, le mur no 162 clôt l’espace à l’est, en bord de Saône. Sa tranchée de fondation (Us. 158, 190) contient quelques rares tessons de céramique qu’il est possible de dater du bas Moyen Âge. Dans un espace réduit, situé dans l’angle nord-ouest formé par les murs nos 665 et 162, quelques éléments appartenant à l’espace intérieur de cette maison ont été enregistrés. Il s’agit en premier lieu du sol à 163,55 m (no 169). Il est composé d’une grande dalle en calcaire blanc associée à de plus petits blocs liés par un mortier blanc. Le tout est installé dans un niveau sableux Us. 168 qui renferme quelques fragments de céramique du xive s.

181Lors de la deuxième tranche de travaux survenus en phase 14, cette maison est limitée, à l’est, en façade sur Saône, par le mur no 110/748, qui reprend et englobe le mur (no 162) construit au bas Moyen Âge [fig. 87]. Cette maçonnerie présente principalement un très grand appareil soigné de blocs en calcaire gris, avec parfois la présence de quelques rares petits blocs en pierres dorées, des blocs en schiste et des fragments de tuiles et de briques sur la partie inférieure. La partie supérieure est moins ordonnée. Le tout est lié par un mortier sableux compact grisâtre. Un enduit très érodé de couleur beige recouvre l’ensemble. Ce mur est percé d’une ouverture qui sera modifiée au xviiie s. lors de l’édification de l’escalier no 121. Au nord, un assemblage de blocs calcaires disposés en arc de cercle propice au fonctionnement d’une porte, affleure à 163,50 m. À l’extrémité nord du même mur, quatre assises de blocs de calcaire taillés composent un pied-droit (no 179). Quatre autres blocs en calcaire blanc organisés en arc de cercle (no 166) s’appuient contre le mur no 133 et reposent sur une fondation (nos 165, 171, 465) emplie de fragments de terre cuite et de blocs liés par un mortier. Cette structure évoque un système de fermeture de porte. Si un escalier d’accès à la rivière a existé aux xve-xvie s., il a ici disparu, remplacé par un escalier moderne fondé par un massif en mortier (no 512/513).

182Dans sa partie sur Saône, l’espace nord de la maison 15, converti en couloir de circulation à partir des xviie-xviiie s., facilite la conservation de structures sans doute liées à des travaux de construction. Une fosse (Us. 159), profonde d’une soixantaine de centimètres, affleure à 163,52 m. Son remplissage par des blocs et des rebuts de démolition contient un mobilier pauvre mais qu’il est possible de dater du xve s. Sous cette fosse, une épaisse couche de démolition (Us. 132, altitude supérieure à 163,44 m) est associée à un négatif de poteau (Us. 163). Ces structures et couches de démolition, antérieures à la construction de l’élément no 166, pourraient correspondre à une campagne de réfection ou de travaux touchant la maçonnerie no 162, située au xve s. ou au début du xvie s. Sur ces niveaux et avant l’installation de la fosse, deux lits sédimentaires, conservés en lambeaux entre 162,30 m et 162,40 m d’altitude, peuvent résulter de débordements de la Saône (Us. 413). Le premier lit composé de sables fins limoneux est surmonté d’un lit de sables moyens à grossiers bien triés.

183Le nord de cette maison est limité par le mur no 133/665. Ce mur a subi un affaissement vers l’ouest, comme l’atteste une grande ligne de fracture, plus ou moins oblique, visible sur toute la hauteur de la maçonnerie. Cet incident peut être imputé à l’installation d’un piédroit, consécutivement à la construction de la porte no 134, lors de la mise en place de l’escalier no 121 au xviiie s. Sur l’élévation, le mur no 133 est recouvert d’un enduit et porte les traces longitudinales de trois sols plus tardifs évoqués par des bourrelets horizontaux de mortier. Il est édifié en petits blocs (granite et pierres dorées) liés par un mortier sableux compact gris-beige. Sa fondation (Us. 164), édifiée en tranchée étroite qui descend jusqu’à 161,80 m, présente un ressaut assez large majoritairement composé de pierres dorées et de galets noyés dans un mortier. Les niveaux de sols du xvie s. de cette maison ont été considérablement perturbés par les aménagements postérieurs. Seul un lambeau de sol en tomettes (no 160, à 163,74 m) a été observé en coupe. L’aspect aux xve-xvie s. de la partie arrière de cette maison est difficile à observer en raison des profonds remaniements effectués entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. Seuls quelques remblais successifs (Us. 801, 804, 632) contenant de nombreux restes de construction (tuiles, mortiers et galets) ont été enregistrés à cet emplacement [fig. 39]. Rien ne permet de nous renseigner sur leur fonction.

  • 109 aml. – cc 2.
  • 110 aml. – cc 5 (f° 60v°).
  • 111 aml. – cc 38 (f° 96v°).

184La première mention d’une maison à cet emplacement n’est pas antérieure à 1406109. À partir de 1493, la construction est qualifiée de « haute et basse », c’est-à-dire, comme pour la maison 16, avec un ou deux étages sur rez-de-chaussée110. Ses propriétaires, identifiés tout au long des xve et xvie s., exercent des activités liées à la rivière : pêcheur en 1406, puis mariniers de 1493 à 1550 environ. L’édifice est aussi leur lieu de résidence. En 1528, par exemple, il est même précisé que le propriétaire « y demeure avec sa femme, enfants et serviteurs111 ». Pour autant, les indices ne sont pas assez nombreux pour affirmer que la maison se développe sur les parties sur Saône et sur rue au nord du mur no 654.

185Au cours de la phase 15, les travaux entrepris sont multiples. L’ouverture d’une porte (no 134) induit une surélévation du niveau de sol. La partie supérieure du chambranle de la porte no 172, des xve-xvie s., est toujours utilisée, mais noyée dans la maçonnerie du nouveau seuil.

186À l’extérieur, en bordure de rivière, un escalier (no 121) est construit le long de la maçonnerie no 110/748 [fig. 88]. Cette construction, d’une largeur de 1,30 m, se compose de gros blocs taillés non liés au mortier, dont un exemplaire forme la rampe. Ils sont tous élaborés dans un calcaire gris (ou pierre de Villebois). L’escalier repose sur un massif en mortier (no 525). L’espace situé au sud du mur no 133 est alors transformé en couloir par l’adjonction d’une cloison enduite (no 113), qui recouvre par ailleurs l’arasement de l’ancienne structure no 166. Un sol (no 116/667, d’altitude 164,08 m) en galets ronds associés à de grandes dalles équipe ce couloir et la pièce mitoyenne. De l’autre côté de la cloison, un sol de tomettes en terre cuite (no 114) recouvre partiellement la pièce et se développe à 164,06 m. Cette allée apparaît par ailleurs sur le plan de 1750-1760.

187La limite sud de la maison 15 est matérialisée par le mur no 119/662/745, mitoyen avec la maison 16 dans sa partie est et par le mur no 654 dans sa partie ouest. Le long de ce mur, un égout d’évacuation des eaux usées est installé. Le fond est garni par un niveau de galets (no 733) qui sera par la suite partiellement repris au xixe s. par une fosse septique.

188La partie ouest de la maison est alors occupée par une cave. L’espace est cloisonné par le no 611 au sud, le no 613 au nord et le no 612 à l’est, qui sont installés dans des niveaux de remblais (Us. 632, 631, 803) recouverts d’un fin niveau de construction contenant un mortier pulvérulent (no 802). Un niveau de comblement d’environ un mètre d’épaisseur recouvre ces niveaux (Us. 801). Ce mur présente au nord un soupirail et une porte avec escalier d’accès à la cave. Sa tranchée de fondation était lisible en coupe (Us. 647). Tous les murs de cet espace sont réalisés de façon assez hétérogène (mélange de pierres dorées majoritaires, de briques et de galets liés par un mortier). Ils portent un enduit lissé.

189Sur le plan de 1750-1760, le dessin au sol de la maison possède des dimensions proches de la maison 16 –mitoyenne au sud mais qui n’a pu être entièrement suivie en raison de la limite méridionale de notre espace de fouille. Une courette centrale est délimitée par les murs nos 611 et 612.

190Dans la première moitié du xixe s., l’espace sud-est de la maison 15 est transformé en fosse d’aisances. Les murs nos 746 et 747 sont édifiés. La voûte qui couvre la fosse, d’orientation est-ouest, repose sur les murs, doublés à cet effet. Une ouverture carrée (no 117) de construction soignée, donnant accès à la fosse, est aménagée dans cet espace. Un enduit hydraulique épais est appliqué sur toutes ses parois, mais le fond (no 749) est en béton. À l’extrémité ouest de cette structure, une ouverture donne accès à une autre fosse dans laquelle se déverse la conduite no 664 avec deux tuyaux en terre cuite. Sur ses faces sud, elle est reliée à un égout dont le niveau inférieur est couvert de galets (no 733) et qui se jette dans la Saône.

191Dans le courant de la seconde moitié du xixe s., l’ouverture no 510 est utilisée dans le mur no 118/509, pour le passage d’un daleau (no 752) accolé au no 119 sur sa face nord.

192Dans la pièce sur rez-de-chaussée, au-dessus de la fosse, la cloison no 113 est détruite. Un sol en tomettes de terre cuite de différents modules (no 112) équipe désormais cette pièce à 164,38 m. Le sol repose sur un radier en mortier gris. Il correspond au dernier état d’occupation de cette maison.

193La face nord du mur no 133 est réutilisée dans un deuxième temps, vers le milieu du xixe s., comme piédroit sud du daleau no 182.

  • 112 Cet escalier n’est attesté que sur le plan daté du milieu du xviiie s. (Séraucourt 1740). Les trace (...)

194L’espace séparant la partie sur rue de la partie sur rivière, situé entre les murs no 612 à l’ouest, et no 663 à l’est, est un passage de 2 m de large environ desservi par un escalier112. Le mur no 663, limitant à l’est ce couloir, est une reprise partielle d’un mur médiéval (no 755) toujours utilisé comme cloisonnement.

195À l’extrémité de la pièce à l’ouest, un massif en béton (no 656) est sans doute un vestige d’une descente d’escalier desservant une cave. Un sol damé (no 616, à 163,51 m) correspond à la dernière occupation au milieu du xixe s.

  • 113 adr. – 3 P 0123-143.
  • 114 aml. – 342 wp 7 1.

196Le remblaiement de la berge pour la construction du quai Fulchiron a eu pour conséquence la condamnation de l’écoulement direct des conduits des latrines dans la rivière, système d’assainissement alors en vigueur pour les riverains. C’est après 1840 qu’est effectuée la construction des fosses d’aisances. En 1847, soit immédiatement après la réalisation du quai Fulchiron, la maison comporte quatre étages et chaque partie, sur rue et sur Saône, est divisée en deux chambres. Le rez-de-chaussée de la partie donnant sur la Saône, est occupé par une buanderie113. Jean Guillaume est cité parmi les propriétaires des bateaux à laver et sera expulsé avant la création du quai114.

La maison 16

197La limite nord, commune avec la maison 15, matérialisée par la maçonnerie no 119/745 est la seule structure conservée de la maison 16 datant du bas Moyen Âge, gravement endommagée par les constructions plus récentes [fig. 86].

198La maison 16 suit l’orientation des structures construites dans le courant du bas Moyen Âge [fig. 87]. La fouille n’a pas livré d’informations sur son extrémité méridionale, située hors de l’emprise du site. En revanche, la façade nord, mitoyenne avec la maison 15, est délimitée par la maçonnerie no 662 qui est une reprise du no 119/745. Elle est prolongée, à l’ouest, par la maçonnerie no 654. Le mur no 509/511 sert de façade sur Saône. L’observation de ce dernier ensemble est difficile en raison des profonds remaniements opérés par la suite, lors de sa reprise pour l’édification du mur no 118 et de la construction de l’escalier no 121. Une partie de l’élévation, sur 0,90 m de hauteur, et le ressaut de fondation (no 511) sont cependant conservés. À l’ouest, un mur de partition (no 751) à l’intérieur de la maison est érigé sur des niveaux de remblais anthropisés (Us. 798, 799).

  • 115 aml. – cc 2.
  • 116 aml. – cc 5 (f° 60v°).
  • 117 aml. – cc 31 (f° 39).
  • 118 aml. – cc 31 (f° 39) ; aml. – cc 38 (f° 96).

199En 1406, une construction est attestée par la simple mention d’une maison située devant la cure Saint-Georges115. À la fin du xve s., en 1493, elle est décrite comme une « maison basse et haute, joignant, au sud la ruelle par laquelle l’eau de la fontaine de Saint-Georges tire à la Saône116 ». Les mentions de cet édifice sont par la suite peu prolixes : son caractère modeste est confrmé au moins jusqu’au début du xvie s. En 1516, la maison est encore qualifiée de « haute et basse » : cette formule indique une construction d’un étage (avec ou sans grenier) sur rez-de-chaussée, mais il n’est pas possible d’en déduire qu’elle occupe la seule partie sur Saône, ou bien que la partie sur rue est déjà édifiée117. Au xve s., les propriétaires de la maison appartiennent au clergé. À partir de 1516 jusqu’au début du xviie s. (1619 au moins), la maison entre dans le patrimoine d’une famille de mariniers, les Bas dit « Deria », qui en font, au moins en 1516 et en 1528, le lieu de leur résidence118.

200L’extrémité sud-ouest de la maison 16 [fig. 88] est difficile à interpréter en raison des destructions occasionnées lors de l’installation de la paroi moulée. Seule la maçonnerie no 655, d’orientation sud-nord est perceptible. Elle est édifiée dans le courant des xviie-xviiie s. La maçonnerie no 658, presque totalement détruite par l’installation de conduites en béton au xxe s., se superpose à la structure médiévale no 751, dont seule la partie inférieure est conservée. Elle établit une séparation entre les parties est et ouest de la maison. La partie supérieure de cette limite est reprise par la maçonnerie no 660 au xixe s., construction composée de galets de taille moyenne, de quelques blocs et tuiles liés à un mortier de chaux gris contenant des petits gravillons. Le mur no 660 est percé en sous-œuvre afin de permettre l’installation du daleau. Son ouverture est bouchée ultérieurement (no 753). L’ouverture de ce conduit a engagé une réfection (no 661) du mur no 663. Ces derniers travaux ferment la marche des constructions engagées dans cette maison.

  • 119 adr. – Galle A 103.

201Le plan de 1750-1760119 figure une parcelle étroite et irrégulière qui occupe les parties sur Saône et sur rue. L’édifice est desservi par une allée située au sud et par un escalier en vis, qui pourrait se trouver dans l’alignement des murs de séparation (nos 658, 660) évoqués plus haut. Le plan ne représente pas de cour centrale, mais on peut se demander si un tel espace n’est pas délimité, à l’ouest, par la cloison no 655.

202Les travaux entrepris sur la maison au cours de la période moderne sont bien visibles sur la fouille mais très peu détaillés par les textes. Une rénovation de l’enduit extérieur des murs de façade (sur rue ?), soumise à autorisation de la municipalité, est accordée au propriétaire en 1740. S’agit-il de la dernière étape d’une campagne de reconstruction ?

3.2.3 Le portus sablicium : ce qu’en disent les archives

203Quelle définition peut-on donner au qualificatif « portus » ? Selon Jacques Rossiaud (1994), le terme désigne un passage, un franchissement tout autant qu’un débarcadère aménagé pour le déchargement des biens et des personnes. À Lyon, il semble que le terme soit néanmoins réservé à un espace plus ou moins dégagé pour accéder à la rivière, sans qu’il soit toujours possible d’y associer des constructions particulières.

  • 120 adr. – 1 G 233.
  • 121 « Plâtre » est un terme local qui désigne une place ou un lieu non construit.

204S’il n’est pas qualifié expressément de « port » dans les manuscrits les plus anciens, il est probable que, dès 1388, « le Sablet », terme employé dans les registres fscaux de la ville, désigne indifféremment le port au sens strict et le quartier immédiatement environnant. Par la suite, cette confusion entre la rue et le port subsiste parfois. Mais dès le xve s., la distinction est faite. En 1435, il est par exemple question du « plastrum seu plateam portus Sablicii » et, dans le même texte120, de la « rutam Sablicii » : soit le plâtre121 ou la place du port du Sablet et la rue du Sablet. Objet de nombreuses variantes lexicales (Sablé, Sablis, Sabliz, Sablet…), le terme « sablicium » renvoie sans doute à quelque activité liée au bâtiment : zone d’extraction de sable ou plus probablement référence au déchargement de matériaux destinés à la construction. Plus précis encore, Jacques Rossiaud (1994 : 94) propose de rapprocher ce nom des tuileries et briqueteries établies au sud le long de la rue Saint-Georges, en aval de la commanderie.

3.2.3.1 Nos connaissances pour le Moyen Âge

205Quel aspect pouvait présenter le port Sablet aux xive et xvie s.? Les archives n’en offrent aucun élément descriptif. En cela, elles témoignent du flou qui prévaut dans la gestion de structures dont la vocation relevait pourtant bien de l’intérêt commun. Le phénomène est le même pour l’entretien ou l’ouverture des places, la réfection du pavé des rues, etc., car ces activités dépendaient encore largement de l’initiative privée. Sur le secteur du port Sablet, les mentions les plus anciennes témoignent de la complexité de l’occupation des lieux. Les mutations sont fréquentes et le parcellaire subit des changements notoires, entre autres par la réduction de la superficie dévolue à la construction privée en faveur de l’espace public.

3.2.3.2 Nos connaissances pour les xve et xvie s.

206C’est au cours de cette période que l’autorité et la compétence de la Ville dans la gestion de l’espace public s’affirment peu à peu. Comme le souligne justement Jacques Rossiaud (1994 : 94) à propos du port Sablet, Saint-Georges, « éloigné du centre urbain, ne connaît pas de problèmes de communication avec la rivière de bien d’autres quartiers ». En d’autres termes, faute de difficultés il n’y a pas nécessité à chercher l’arbitrage ou l’intervention du pouvoir municipal. Les riverains se chargeaient seuls de l’entretien du port : « La paroisse est dirigée par une confrérie très puissante (dont le siège est voisin du Sablis) qui, composée majoritairement d’affaneurs, de pêcheurs ou de nautes, s’est évidemment attachée à prendre soin de cet instrument de travail » (Rossiaud 1994). À défaut, il faut donc se reporter à la représentation du plan scénographique, qui offre la vision d’une grève sédimentaire en pente douce, prolongée par une place décorée d’une croix et équipé de dispositifs d’attache pour les barques ou les bêches des pêcheurs et des mariniers du quartier.

Comparaison avec le port Saint-Éloi

207Par comparaison, les données relatives au port Saint-Éloi (puis port La Douane), en amont du Sablet, font figure d’exception. Ce port [fig. 89], ouvert au cœur même du quartier d’affaires de la ville, puisqu’il se trouvait au débouché du pont de pierre, a été l’objet d’une importante campagne de rénovation au cours des années 1480. La municipalité ayant choisi d’en soutenir le financement, on dispose des comptes de construction de cet ouvrage. Grâce aux quittances pour matériaux, main-d’œuvre, etc., il est possible d’en reconstituer les principaux caractères : le port Saint-Éloi était composé de degrés qui permettaient de descendre par paliers à la rivière, et comprenait un abreuvoir pour les chevaux et les mules.

fig. 89 Mention des ports fluviaux sur le plan scénographique de Lyon. Fac˗similé publié par la Société de topographie historique de Lyon, 1872˗1876 (Archives municipales de Lyon, 2 sat 6).

© aml / photo G. Bernasconi.

  • 122 aml. – cc 473 (1483) : Mandements, quittances… « pour planter les pilotis et transporter les matéri (...)

208Plus de 500 paux [pilotis] de chêne furent plantés au mouton pour asseoir les fondations, 72 pieds [240 m linéaire] de pierre de choin achetés pour faire les degrés ; la ville acheta enfin, les boucles de fer et paya l’entrepreneur qui se chargea de 40 toises carrées de pavage [250 m2]122.

209À l’issue des travaux, le port se trouvait tel qu’on peut le voir représenté sur le plan scénographique, quelque soixante-dix ans plus tard : des escaliers en trapèze, largement ouverts sur la Saône, auxquels communiquait une place pavée, d’une vingtaine de mètres de large, selon les estimations de Jacques Rossiaud.

Comparaison avec le port de Roanne

210Autre port d’importance, le port de Roanne – du nom du palais de Roanne, siège de la Sénéchaussée, de la maîtrise de ports, etc., bref, « symbole bien visible du pouvoir monarchique » (Rossiaud 1994 : II, 88). Situé en limite nord du cloître canonial, il assurait l’approvisionnement des beaux quartiers de la rive droite. À partir de 1538, il fut l’objet d’une campagne de travaux entrepris par les échevins, qui souhaitaient « faire de la Saône la grande place urbaine où il deviendrait aisé de commercer, agréable de se promener et possible de déployer des cortèges » (Rossiaud 1994 : II, 88). Projet édilitaire par excellence donc, en ce milieu de xvie s., qui prévoyait outre la réfection et l’élargissement du port de créer une « levée sur Saône », c’est-à-dire un quai, sur 300m de long, jusqu’à Bourgneuf. Extraites des comptabilités de la ville, des pièces d’archives renseignent les modalités techniques des travaux entrepris au port de Roanne : la pierre, utilisée pour la construction des marches provient des carrières de Saint-Germain-au-Mont-d’Or (calcaire aalénien) ; les pilotis (ou « paux ») sont ferrés et plantés au mouton. Les mémoires signalent par ailleurs que le « vieux » bois des plateaux du pont de la Guillotière est acheminé par charrette pour être réutilisé aux travaux du port. La destination finale de ces bois n’est pas précisée, mais cette mention attire l’attention sur les remplois et sur les éventuelles perturbations qu’ils peuvent provoquer dans les datations dendrochronologiques.

211Il n’est donc pas possible d’extrapoler des travaux au port Sablet à partir de ceux exécutés aux ports Saint-Éloi et de Roanne. Les vestiges portuaires, somme toute modestes, mis au jour sur la fouille concordent d’ailleurs bien avec ce schéma : un espace fonctionnel, entretenu par les populations de mariniers et de pêcheurs, dans un quartier populaire et encore excentré.

212Les réfections des ports Saint-Éloi, dans les années 1480, et de Roanne, en 1538-1545, furent-elles des opérations isolées ? On est tenté de le croire, si on se réfère aux modalités, chaque fois singulières, qui motivèrent les travaux de l’un et de l’autre. Au xvie s., la notion d’urbanisme est encore naissante : il serait anachronique d’imaginer à l’œuvre une politique globale d’aménagement des berges de la Saône. Certes, l’ambition était là, le projet d’un quai continu, ponctué de ports, a vu le jour au cours de la première moitié du xvie s., mais les conditions de sa réalisation étaient loin d’être réunies et le resteront longtemps. Il faut en effet attendre le milieu du xixe s. et l’achèvement du quai Fulchiron, soit plus de trois cents ans, pour qu’il se concrétise.

3.2.3.3 Les campagnes de travaux commandités par la Ville

  • 123 Les mentions dans les inventaires sont plus rares : elles reflètent, somme toute, l’importance du s (...)

213Les travaux entrepris au port Sablet au cours de l’Ancien Régime ne sont guère mieux documentés que ceux de la période précédente, même si les causes de ce manque sont un peu différentes. En droit, les berges des rivières et des fleuves appartiennent au domaine royal ; dans la pratique, leur gestion est le plus souvent d’ordre local (par défaut ou par usurpation). Il est donc toujours légitime de s’interroger sur la part des travaux respectivement assumée par les pouvoirs publics (la Ville) ou par les riverains, pour leur commodité ou pour celle de leur industrie : teinturerie ou lavage de soie, batellerie, pêche… De plus en plus de grands travaux sont à l’initiative de la Ville, le fait est indéniable et les actes consignant ces réalisations sont également de plus en plus nombreux. L’entretien des rives de la Saône en fait partie mais, là encore, il y a inégalité de traitement entre les ouvrages : les grands ports de la rive gauche (port des Célestins, port du Roi…) sont assez bien documentés, les travaux aux ponts (pont de pierre ou pont de bois de l’Archevêché) produisent de volumineux dossiers. Il est en revanche bien plus délicat de repérer les données sur l’aménagement du seul port Sablet123.

Les années 1660 : l’installation des degrés du port

214Une pose de pilotis est commanditée par la Ville, à partir de 1661. Elle concerne les berges de la Saône et du Rhône, sans détail, ni précision de lieux, ni définition des ouvrages à réaliser : s’agit-il de renforcer les ports ou de soutenir les amorces de quais existant ? Il semble à peu près exclu que les ponts soient concernés par ces travaux : la plupart du temps, ils sont en effet expressément désignés dans les archives. En fait, les actes postérieurs confirment que le port Sablet faisait bel et bien partie de cette campagne de réfection des ports et des quais de la Saône.

  • 124 aml. – dd 100 (f° 334-335).
  • 125 aml. – dd 100 (f° 334-335) : 16 avril 1161 : « Fournira led. Renaud pour cet effect tous les mouton (...)

215Le 16 avril 1661, un contrat « à prix fait » est conclu par les conseillers pour la pose de pilotis sur la Saône et sur le Rhône, aux endroits qu’ils désigneront. Les modalités techniques sont ensuite détaillées : « Lesquelz pieux seront plantez par la teste et grosseur en bas dans l’eau et chacun sera battu en troys diverses fois ; la première se fera à reffus de mouton, la seconde se fera [rature : huict ?] jours après aussi à reffus de mouton et la troisiesme autres huict jours après de mesme à reffus de mouton. Après ce, led. Renaud les fera razer, fere faire poser toutes les quaissent [rajout : ou bastardeau] et cengles et attachera tous les platteaux, comme aussy attacher et posera les pointes, liens, chappellets et autres ferrements que sera necessaires »124. La pose sera faite au mouton, qui est à la charge de l’entrepreneur. La liste des fournitures restant à la charge de la municipalité est énumérée à la suite125. Le chantier est réalisé en période de basses eaux.

  • 126 aml. – dd 101 (f° 288-289) : 14 novembre 1662 : « Par devant le notaire royal soussigné… les consul (...)

216Le 14 novembre de la même année, un autre mandement est passé pour la pose de « tous les pieux tant pour l’agrandissement que pour la conservation des ports de la rivière de Saosne du costé de Fourvière ». Il n’est pas fait mention expresse du port Sablet, mais il est possible qu’il fasse partie des lieux jugés « à propos » par les échevins. Il est précisé que « lesquelz pieux avec leurs poinctes seront fournis par lesd. sieurs prévost et eschevins aud. priffacteur qui les fera charrier de la place de Bellecourt et de l’Arcenac [sic pour Arsenal] ou desd. autres endroictz de lad. ville où lesd. pieux se trouveront »126.

  • 127 aml. – bb 217 (f° 527).

217La fourniture par le consulat des pointes des pilotis est confrmée par un acte du 20 décembre 1662, en faveur d’Antoine Rivoire, forgeur de la Ville pour « les poinctes de fert pour les pieux, crosses, chappellets et autres ouvrages de fert, qu’il a fourny pour estre employez aux réparations que le consulat a faict faire, tant à la digue, au port de la Croix du Sablet et à celluy de la Balleyne, que autres endroictz de ceste ville »127.

  • 128 aml. – dd 100 (f° 374-375) : 19 mai 1661.

218De même, un acte daté du 19 mai 1661 consigne la commande par la Ville pour 2 000 arbres à un marchand de Tournus. Il s’agit de bois de chêne, de 9,7 m de long (pied de roi) et de 0,30 à 0,42 m de diamètre « en teste ». Les grumes « revestus » (avec l’aubier ?) devront être livrées sur la Saône, au port du Roi (en rive gauche) ou au port proche de l’Archevêché (port de Roanne en rive droite128 ?). Ni la destination finale, ni l’usage de ces bois d’œuvre ne sont précisés, mais il n’est pas exclu qu’ils aient pu faire partie de la fourniture des pieux, prévus dans le mandement du 14 novembre 1661. L’essence –le chêne– correspond aux pieux découverts sur la fouille.

  • 129 Archéolabs réf. arc 09/R2964D/2.

219Les résultats des analyses dendrochronologiques129 réalisées sur les pieux sont plus ou moins conformes aux actes de 1661 : qu’il s’agisse de l’essence, du chêne revêtu de son aubier, comme il est préconisé dans la commande du 19 mai ; ou qu’il s’agisse de la datation des grumes les plus anciennes, 1653, et surtout de celle des années 1661-1662. Les plus récentes, celles de l’automne-hiver 1662-1663 précèdent immédiatement le chantier de construction du port proprement dit.

  • 130 Saint-Fortunat-au-Mont-d’Or, commune du Rhône, dans le massif du Mont-d’Or.
  • 131 aml. – bb 218 (1663) (f° 16) : « Mandement pour Mathieu Charé maitre tailleur de pierre de St Fortu (...)
  • 132 25,78 m3, s’il s’agit du pied de roi. Un quartier est en moyenne égal à 9,2 pieds3.
  • 133 aml. – bb 218 (1663) (f° 24v°) : « Mandement pour Jean Grand, perreyeur de Sainct Fortunat au Mont (...)
  • 134 200 livres = 222 pieds3 (8,8 m3) de pierre.
  • 135 222 pieds3 (8,8 m3) = 24 quartiers ou blocs.
  • 136 Une portion de la première livraison de 758 pieds3 concerne aussi le port de l’Arche de Noël, petit (...)

220À partir de cette date, en effet, il semble que le chantier de la pose des marches en pierre de Saint-Fortunat est bien engagé. La pierre de Saint-Fortunat130 est un calcaire gris, dit « à gryphées » (coquilles d’huîtres fossiles), de l’étage sinémurien. Elle a abondamment été mise en œuvre, à Lyon, pour les degrés d’escalier. On possède en effet deux pièces faisant état de livraison de pierres de taille, par deux « perreyeur de Sainct Fortunat au Mont d’Or ». Comme toujours, il est peu probable qu’on ait retrouvé l’intégralité des ordres de paiement (ou mandements). De ce fait, les estimations de matériaux mis en œuvre sont forcément minorées. Le premier mandement ordonne le paiement de 758 pieds cube de pierre de taille de Saint-Fortunat, représentant 82 quartiers (au prix de 20 sous par pied), « pour être employé aux réparations que le consulat fait faire au port appellé du Sablet »131. Soit un volume de 30,32m3, si la mesure est en pied de ville132. Deux autres pièces consignent, toujours en 1663, la livraison pour le prix de 200 livres133, d’une quantité inconnue de « quartiers » de pierre de la même provenance, à 18 sous le pied cube134. Soit 222 pieds cube (8,8 m3) ou 24 quartiers135. On aurait donc environ 106 quartiers livrés au port Sablet136 pour un volume total de 39,2 m3. Pour une densité de pierre d’environ 2,5, le poids moyen du « quartier » s’élève à 900 kg.

221Il n’est pas possible, au seul vu de ces documents, d’assurer que l’escalier a (ou n’a pas) été édifié dans son intégralité au cours de la campagne de travaux de 1663. Tout au plus peut-on avancer que les volumes de pierre mis en œuvre sur le chantier évoquent au minimum une très importante réfection des gradins du port.

Les suites de la crue de 1711

  • 137 aml. – 701 764.

222Suite à la crue de 1711 s’engage un vaste chantier de restauration des berges et des ports de la Saône. Les réfections sont malheureusement attribuées globalement à un entrepreneur adjudicataire, aussi ne peut-on identifier les travaux éventuellement réalisés au seul port Sablet : « Devis des ouvrages de maçonnerie, pierres de taille de choin de Fay… pilotis, madriers ou plateaux, fer et plomb qu’il faut faire et fournir pour les réparations et nouvelles constructions des ports, quays, descentes, degrés, abrevoirs de la ville de Lyon, des deux côtés du canal de la rivière de saône, depuis les chaînes de la porte d’Alincourt, jusqu’aux chaînes de la porte d’Enay, qui sont en partie ruinées, hors de service, prêts à renverser, comme il est arrivé en quelques endroits, depuis les derniers débordements des eaux »137.

223À l’article XIII du devis : « Depuis le pont de bois de Saint Vincent jusqu’au port de la Sable [Sablet] il y a 87 toises de long [224,5 m] de port qui n’est qu’un mauvais terrain tout ruiné, faire quatre descentes de degrés et quatre places, en face du canal de la rivière pour l’utilité et commodité du déchargement de toutes les marchandises et denrées, dont tous les pilotis sont plantés, et battus dans toute la longueur, il ne reste pour les achever qu’à les recepter [couper] à fleur des plus basses eaux, pour y assembler à tenons et mortoises, au rang extérieur, un chapeau sur neuf pouces d’équarissage, chevillé de fer ou bois, poser les madriers pour l’encaissement, bien attachés, qui seront remplis d’un bon betton chaux… Chaque descente sera de huit toises [20,6 m] de long à l’entrée sur treize à quatorze par le bas [33,54 m à 36 m] et les places de quatorze toises à l’entrée [36 m] sur dix dans le fond [25,8 m], pavé en douce pente de seize pieds [5,5 m] de large suivant la même ligne des degrés. »

224Il n’est pas certain que les dimensions des « descentes », c’est-à-dire les degrés ou escaliers des ports, ni celles de places mitoyennes soient partout respectées strictement. Il n’est pas non plus possible d’assurer que le port Sablet fait partie des quatre chantiers prévus, surtout si on considère que les marches du port sont alors encore en état de fonctionnement.

En 1745, un rare témoignage du fonctionnement du port

225Enfin un dernier texte évoque le fonctionnement du port. Exceptionnel, il enregistre, le 22 avril 1745, le transfert de la livraison du vin du port Sablet vers celui, plus septentrional de l’Abondance. Jusqu’en 1745, le port Sablet, ainsi que celui de Saint-Vincent en rive gauche, constituait les lieux de déchargement privilégiés du vin, sans doute conditionné en tonneaux ou en barriques.

  • 138 aml. – bb 311.

Sur ce qui a été représenté au consulat que les ports de St Vincent et de la Sable, destinés au déchargement des vins, sont situés dans un endroit où le peu de largeur du lit de la rivière mettoit les batteaux dans un danger évident, surtout lorsqu’elle grossissoit ou qu’elle se couvroit de glace, ce qui avoit exposé dans la dernière foire une partie de ceux qui y avoient été conduits à un submergement qu’on n’avoit évité qu’avec beaucoup de peine ; que d’ailleurs le peu d’espace qui étoit au-devant de ces mêmes ports, gênoit extrêmement la manœuvre pour le déchargement et l’enlèvement des vins, et que le nombre des charettes qui y étoient employées rendoit le quay impratiquable aux autres voitures et même dangereux pour les gens de pied ; en sorte que rien n’étoit plus convenable que de désigner et affecter un autre port pour y placer les batteaux chargés de vins, lesquels se trouvant confondus à ceux des différentes denrées nécessaires aux aprovisonnemens des citoyens, la quantité qui étoit pour lors dans les ports de saint Vincent et de la Sable, occupant la plus grande partie de la rivière, rendoit la navigation très difficille et dangereuse138.

226Le déchargement du vin est donc transféré au port de l’Abondance :

Enjoignons en conséquence, à tous bateliers, voituriers par eau et autres conducteurs des vins entrans dans cette ville par la chaîne d’Alincourt [au pied du fort Saint-Jean] d’arrêter et placer leurs bateaux aud. port de l’Abondance pour y être déchargés.

3.2.3.4 La physionomie du port au début du xixe s.

  • 139 BnF Estampes Va 69, vol. 8, H 147743.
  • 140 Dessin de F. A. Pernot (BnF Estampes Va 69, vol. 5, H 147451).

227Il est nécessaire de se tourner vers la documentation d’archives pour connaître la physionomie du port Sablet dans la première moitié du xixe s. Sur le sujet, les gravures de cette époque sont d’un faible intérêt, car la vision des lieux est le plus souvent prise depuis l’un ou l’autre des ponts : Tilsitt en amont, Ainay en aval. Ce qui prédomine sur ces images est l’encombrement par les bateaux, comme le montre une vue prise du pont d’Ainay139 et une autre du pont Tilsitt140. Même sur le lavis de Leymarie, le port est occulté par la présence de deux vastes « plates » (ou bêches, ou barques ?) [fig. 57].

  • 141 adr. – État des sections 3 P 123-143.

228Une douzaine d’embarcations (plates ou bateaux de teinturiers) est figurée sur le plan cadastral de la section N [fig. 59]. De tailles et de formes diverses, elles sont toutes reliées par une passerelle à une maison ou à un escalier d’accès à la rivière. Ils sont numérotés, comme des parcelles terrestres, mais on ne les retrouve pas inventoriées sous ces numéros dans la matrice correspondante141. Cinq bateaux sont amarrés sur le plan. Deux sont identifables dans les matrices : la plate appartenant à Delhorme, cabaretier et boisselier, propriétaire demeurant dans la maison 11, et le bateau de teinturier, appartenant à Dubost, occupant la maison 13.

229Le musée d’Histoire de Lyon conserve deux lavis attribués à E. A. B. Hubert de Saint-Didier, datés de 1841. Le premier lavis regarde le pont d’Ainay depuis le pont Tilsitt [fig. 90]. Les deux berges y sont bien visibles. En rive gauche se développent les bâtiments de l’arsenal, avec les vastes escaliers du port adjacent, et en rive droite sont visibles les premières maisons situées à la descente du pont Tilsitt. Du fait de la concavité de la rive, le groupe des maisons situées au nord du port Sablet n’apparaît pas (maisons 2 à 10). Le groupe des maisons méridionales est traité en silhouette. On a comparé cette représentation au dessin de Leymarie. La limite nord du lavis de Saint-Didier correspond peu ou prou à celle de Leymarie (à une maison près). Sur les deux œuvres, on retrouve figurés le canal d’égout ou d’adduction des eaux usés, ainsi qu’un escalier de descente à la rivière. Sur le lavis de Saint-Didier, le comblement de la berge semble en cours ; un petit groupe d’ouvriers serait occupé à mettre en place les caissons ou les premiers pilotis du quai Fulchiron (voir le crible dessiné au premier plan).

fig. 90 Saint-Georges avant la construction du quai Fulchiron, E.A.B. Hubert de Saint˗Didier, dessin au lavis et encre de chine, avril 1841.

© Lyon, Musées Gadagne (inv. N 2481.7).

230Pour son deuxième lavis, le peintre s’est placé sous une arche du pont d’Ainay et a représenté le développé de toute la rive droite jusqu’au pont Tilsitt [fig. 91]. Cette fois, toutes les maisons mises au jour sur le chantier du parc Saint-Georges sont dessinées, mais c’est surtout le chantier du « nouveau quai Fulchiron » (la mention est portée, dans le quart inférieur gauche du dessin), que l’artiste a choisi de mettre en valeur. Sans doute sa vision est-elle empreinte de romantisme et ne rend pas justice à l’ampleur d’un chantier de cette envergure, mais, à cette réserve près, on peut dire que ces deux œuvres, tout comme celle de Leymarie, offrent une représentation fidèle et évocatrice de la berge de la Saône à la veille de sa disparition.

fig. 91 Vue de la rive droite de la Saône depuis la dernière voûte du Pont d’inay, E.A.B. Hubert de Saint˗Didier, dessin au lavis et à la plume, 1841.

© Lyon, Musées Gadagne (inv. N 2481.8).

3.2.4 Le port Sablet : l’apport de l’archéologie

3.2.4.1 La création au xive s.

231Aucune structure maçonnée d’aménagement de la plaine bordière n’a été mise au jour pour l’époque médiévale (phase 13) au centre de la fouille (secteurs 6 à 9). Seule une lecture est-ouest des différentes couches se développant au cours de la période, dans la partie ouest de l’emprise, permet de traduire l’évolution de ce secteur considéré comme une esplanade entre deux îlots bâtis. Parallèlement, l’analyse des dépôts sur le talus de la berge, en avant de cette plaine, révèle l’occupation du secteur. L’ouverture de l’esplanade sur la rivière est d’environ 15 m, soit la distance comprise entre les deux angles des îlots nord et sud. Sa création peut être située au cours du xive s. –ce que les données d’archives laissent entrevoir.

232L’observation des profils stratigraphiques perpendiculaires à la rivière démontre que ce secteur de plaine non bâtie est régulièrement remblayé, tandis que la rivière l’inonde épisodiquement.

233À la limite nord, à proximité du bâti et donc plus à l’abri des débordements de la Saône (secteur 10), le remblaiement domine sur plus d’un mètre d’épaisseur (Us. 1030, 1029, 1019, 1015 1014, 1013, 1012, 1011). Il est composé d’une succession de couches d’occupation [fig. 92] peu épaisses (0,05 à 0,10 m en moyenne), formées de cailloutis, de graviers à matrice sablo-limoneuse, et localement de lits de mortier plus ou moins discontinus ; ces couches se développent entre 162,50 m et 163,36 m d’altitude à l’ouest. Dans cet exhaussement anthropique, seule l’Us. 1028, qui correspond à une fine couche de sables fins à micro-lits de limons verts, peut traduire un niveau de débordement de la Saône rythmant l’évolution de ce secteur non construit autour de 163,20 à 162,10 m, d’ouest en est. Au sommet, l’Us. 1011 dessine un possible niveau de circulation composé de gravillons dans un sédiment brun noir mêlé à quelques débris de brique. Il offre un faible pendage vers la rivière, depuis 163,36 m, à l’ouest, jusqu’à 162,12 m à l’est, ce qui permet de définir la pente de la plaine bordière de 20 % vers l’est.

fig. 92 Coupe stratigraphique de l’esplanade du port Sablet.

© W. Widlak, A. Dagand.

234Au sud (secteur 7), près de 2 m d’exhaussement se développent à l’ouest, selon une inclinaison d’ouest en est de 27,5 % : le sommet est plan sur près de 2,20 m à 163,50 m d’altitude puis incliné sur 6,90m jusqu’à 161,60 m d’altitude minimum. Cet exhaussement est composé d’une succession de couches rapportées en remblai (formations caillouteuses, terres noires, Us. 946, 929, 937, 944, 925, 943, 924), lesquelles sont rythmées par des lentilles discontinues, épaisses de 0,05 à 0,10 m, et composées de sables fins à moyens à micro-lits de limons (Us. 947, 945, 935, 936, 942, 941). Ces texture et structure caractérisent des épisodes de débordement animés par des courants hydriques lents. La rivière ennoie ponctuellement cette zone non bâtie sous une faible lame d’eau sans énergie qui au plus haut atteint 163,26 m d’altitude. On notera que le remblai Us. 937 est composé de galets et de graviers relativement fluides : ces derniers peuvent provenir d’alluvions caillouteuses extraites de la rivière pour rehausser le secteur. L’analyse de l’abondant mobilier céramique issu de ces quelques couches de remblai (Us. 924, 935, 1013, 1015) apporte des données suffisamment fables pour placer leur formation dans le courant du xive s.

235L’installation des puissants escaliers du port Sablet au milieu du xviie s. (phase 15) a coupé toute jonction de cette esplanade avec le cours d’eau. Toutefois, les différents dépotoirs retrouvés sur le talus de la berge, le long de cet espace, attestent qu’un accès direct à la rivière facilite l’évacuation de déchets domestiques par les riverains. La composition du mobilier céramique indique une légère distinction chronologique : Us. 476 formée au cours de la seconde moitié du xiiie s. (secteurs 7 à 12) et Us. 1545/1749 (secteurs 3 à 14) qui lui succède au xive s. Cette datation est confortée par les indices monétaires (Us. 476, C28-C30 ; Us. 1545, C34). Mention spéciale doit être faite d’une bulle pontificale (inv. 476.2) frappée en 1245, lors du séjour d’Innocent iv à Lyon à l’occasion du xiiie concile œcuménique, et retrouvée dans un état de conservation remarquable dans l’Us. 476.

236Dans le détail, la première série de rejets à la rivière a été caractérisée au pied de l’esplanade, secteur 7, sur le talus de berge sous le niveau de l’eau de l’époque ; sur une hauteur minimum de 1,50 m, elle engraisse la berge de près de 3 m vers l’est entre les cotes d’altitude 160 m et 158 m. À ce niveau, le tombant de la berge présente une pente moyenne de 45 %, précisément de 160,40 à 157,80 m d’altitude. La composition des unités individualisées, (Us. 515, 516, 517, 518/519 équivalent à l’Us. 476) montre la succession et la variabilité des rejets à la rivière : petits ou gros blocs et mobilier céramique dans une matrice à la base sableuse puis de plus en plus limoneuse à organique. En amont (secteurs 10 à 12), la palissade no 534 est visiblement effondrée, mais elle évoque les limites de cette berge. Autour de celle-ci une forêt de pieux atteste d’un renforcement régulier de la berge à cet endroit.

237La deuxième série de rejets, datée du xive s., est notamment représentée par le dépotoir Us. 1545 dont l’extension dépasse l’ouverture de la plaine sur la rivière, puisqu’il a été repéré du secteur 14, en amont, au secteur 3 en aval. Secteur 13, ce dépotoir dessine un talus de berge sous-aquatique doté d’une pente moyenne de 45 %, de 157,70 à 156,75 m d’altitude (Us. 1711). Dans ce secteur, la succession de lits sableux avec des micro-litages limoneux, inclinés d’ouest en est, présente des fragments de pieux décomposés. Plus à l’est, dans ce secteur, le dépôt Us. 1545 disparaît vers 157,15 m d’altitude où il a été érodé par les courants de fond, tandis qu’en aval, dans le secteur 3, il est conservé au moins sur une épaisseur de 0,60 m et dessine un talus de 35 %, de 158,05 à 156,45 m d’altitude. Enfin, des dépôts sub-horizontaux contemporains (Us. 1748, 1749) sont partiellement conservés au fond du lit mineur, entre 154 m et 154,50 m d’altitude au niveau du secteur 10 devant le port.

3.2.4.2 Le développement de l’activité aux xve-xvie s.

238L’espace correspondant au port est situé entre les maisons 10 et 11. Sa configuration à l’est, en bordure de rivière, n’est plus perceptible en raison des profonds remaniements opérés au milieu du xviie s. pour la création du port monumental. Les niveaux d’occupation de cette esplanade ont pu néanmoins être observés en coupe à chaque extrémité nord et sud.

239À la limite septentrionale de l’espace non construit, une série de remblais (Us. 1032) mêle des sédiments sableux à des matériaux de construction (galets, mortier, tuiles), et assure un exhaussement du secteur sur au moins 0,30 m de hauteur – mais le sommet reste incliné d’ouest en est. Par-dessus, un niveau de sol se développe sur environ 0,20 m d’épaisseur. Il s’agit de l’Us. 1010 constituée de sables limoneux renfermant de nombreuses particules de mortier. Ce sol suit le pendage du remblai sous-jacent : il est d’environ 36 %, de 163,68 à 162,02 m à l’est, sur une longueur de 4,60 m.

240En limite méridionale du port, l’exhaussement est épais de 1,60 m. Il évoque la mise en place d’une sorte de plateforme faiblement inclinée ouest-est, qui atteint 164 à 163,75 m d’altitude sur cet espace non construit. La partie inférieure des terres rapportées présente sur environ 0,60 m d’épaisseur un pendage ouest-est important de 38 %. Dans cette série, des lentilles de sables triés, fins à moyens, témoignent d’épisodes de balayages de crue (Us. 928, 927, 922, 933, 920, 926). Ces lits sont de moins en moins épais (de 0,20 à 0,05 m) au fur et à mesure du remblaiement anthropique, et atteignent au plus haut 163,10 m d’altitude. Ces lentilles restent discontinues mais les sables qui les composent reprennent souvent en charge des petits graviers ou des nodules de mortier des remblais sous-jacents. Après le dernier épisode de débordement, la disposition des remblais et des terres noires (Us. 918, 917, 915) de la partie supérieure de l’exhaussement montre une progression d’ouest en est, en direction de la rivière, ce qui tend à établir une plate-forme sur ce secteur sud de l’esplanade.

241Au centre de cette esplanade, une maçonnerie (no 959) de forme carrée évoque le socle de la croix monumentale figurée sur le plan scénographique [fig. 8]. Les côtés est et nord de cette structure présentent un parement en blocs calcaires de taille assez importante. Les parements sud et ouest, moins bien conservés, sont quant à eux en blocs partiellement équarris de taille moyenne. Il faut noter la présence sur la face ouest de dalles posées sur champ. Ces dernières portent toutes des marques lapidaires. Le tout est lié par un mortier blanchâtre. Par ailleurs, son recouvrement par le niveau de galets constituant le sol du port à son dernier état, dans la première moitié du xixe s., et par des remblais contenant du mobilier des xviie-xviiie s. nous permet de placer cette structure aux xve-xvie s. (entre 163,55 m et 161,73 m).

242Aucun aménagement élaboré prenant la forme d’un quai ou d’un escalier ne se trouvait au contact de l’esplanade et de la rivière. Les travaux monumentaux du milieu du xviie s. ont pu avoir pour effet de faire disparaître ces éventuels aménagements.

3.2.4.3 Les grandes transformations conduites sous l’Ancien Régime

243Dans l’ample espace du port Sablet qui ouvre sur la rivière s’inscrit un nouvel épisode de l’histoire du site. Il se matérialise par l’introduction d’une construction architecturale complexe en blocs de pierre qui imprime à l’accès au port un caractère monumental [fig. 93]. Les éléments les plus importants restés in situ appartiennent aux escaliers desservant l’esplanade du port encore partiellement revêtue d’un sol en galets. Perforée par l’implantation des barrettes du parc de stationnement, cette composition impressionnante laissait encore apparaître la suite régulière des marches empilées sur neuf degrés à montée droite. Les lacérations infligées par le gros œuvre n’ont pas pour autant rendu le plan incomplet et les données livrées par nos recherches ont permis de restituer l’ordonnance générale de l’ouvrage. Cet assemblage est indépendant des constructions qui l’entourent. Son impact sur la berge de la Saône a dû engager la mise en place d’importants remblais et rehausser du même coup le niveau de circulation de l’esplanade du port fluvial. Que peut-on dire de l’organisation des travaux ? On devine un schéma directeur privilégiant une orientation dominante de la construction, celle de se plier principalement à la topographie naturelle c’est-à-dire suivre le tracé de la rivière. Cependant, la rigidité de la construction estompe la courbe de la berge, encore visible sur plan scénographique, qui résulte du débouché de l’ancienne Saône.

fig. 93 Relevé en plan des escaliers d’accès à l’esplanade du port Sablet, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).

© W. Widlak, A. Dagand.

244Un large creusement (Us. 1409) témoigne par endroits de l’ampleur des travaux liés à cet aménagement. Il recoupe au nord l’Us. 1406 et au sud l’Us. 1647. Le tamisage de ce dernier a fourni un important lot de trente-trois monnaies. Si la plupart atteste une datation fixée au cours de la fin du xvie s. (C47-C70), une série de dix monnaies romaines illustre une pratique monétaire originale visant à réinsérer dans la circulation des numéraires des unités émises au ive s. (C37-C46). La couche de dépotoir (Us. 1406) est constituée de sédiments parfois tourbeux et contient un mobilier assez riche. Elle a été observée de façon lacunaire en raison des restructurations opérées lors de l’édification des marches. Elle témoigne d’une occupation légèrement antérieure à l’escalier monumental, datée de la première moitié du xviie s.

245Plusieurs étapes de la construction du port Sablet ont été identifiées. Deux maisons sont d’abord détruites au nord afin d’agrandir la place. Suite à la destruction de la maison 10, l’angle méridional de la maison 9 bénéficie d’une construction plus massive (no 1050/1055). Un apport considérable de sédiments et de remblais divers (Us. 916, 1002, 1003, 1004, 1005, 1006, 1007, 1008, 1009, 1048) précède l’aménagement de l’escalier monumental. La construction s’articule en plusieurs éléments : l’escalier (no 524, 913, 955), le massif en mortier (no 1023, 1033, 1266) et la fondation en pieux de bois et mortier (no 528, 530, 533). Une volée de neuf marches (no 524, 913, 955), dalles de calcaire à gryphées rectangulaires jointes tantôt à l’aide d’un mortier, tantôt simplement à la terre, dessert la place pavée à l’ouest [fig. 81], et descend directement dans la rivière, à l’est. Ces dalles présentent sur leur face visible de nombreuses marques lapidaires [fig. 94, fig. 95].

fig. 94 Marques sur la face externe des marches du port Sablet, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).

© Ch. Cécillon.

fig. 95 Répertoire des marques lapidaires du port Sablet : a Marques simples ; b marques doubles.
Le répertoire formel des signes taillés dans le même matériau (calcaire à gryphées extrait du massif du Mont d’Or, au nord du Lyon) peut être classé selon deux catégories : l’une à caractère épigraphique et l’autre à caractère géométrique, encore que la distinction n’est pas toujours facile à établir. Il y a des signes géométriques purs et d’autres dont l’analogie à une lettre est peut-être une simple coïncidence. On constate l’absence de signes figuratifs (tels les outils liés au travail de la pierre qui sont particulièrement fréquents), zoomorphes ou anthropomorphes. Quelques marques sont doubles, c’est-à-dire juxtaposent deux signes différents sur un même bloc. Leur répartition sur le bloc suggère la volonté de les associer et de marquer l’intervention de deux tailleurs de pierre, ce qui pose la question de l’organisation du travail. Le signe lapidaire est situé sur l’une des deux faces visibles de la pierre de taille, la contremarche, et non sur le plat de la marche. Son emplacement est variable mais il occupe dans la majorité des cas le centre du bloc. Les signes se lisent dans un sens ou dans un autre, le renversement opère parfois à 90° ou à 180 , ce qui démontre qu’ils ont été gravés avant la pose. Le démontage des escaliers n’a permis de localiser aucun signe lapidaire sur les faces non visibles des marches, ces faces étant en général simplement dégrossies. Les dimensions des signes ne sont pas rigoureusement identiques, cette variabilité étant le témoin d’une taille manuelle. La conservation des signes est plutôt bonne et leur lecture n’a pas eu à souffrir des effets de l’érosion qu’auraient pu infliger les flux de la rivière. L’interprétation du marquage dans l’histoire d’un chantier de construction à l’époque moderne est teintée de nombreuses limites. Il est bien sûr impossible, à ce jour, de comprendre si le signe lapidaire se rapporte à un individu ou à un groupe de tailleurs de pierre. Cependant, on peut raisonnablement penser que la diversité du catalogue des marques du port Sablet est trop grande (une cinquantaine) pour envisager que chacune d’entre elles puisse correspondre à la signature d’un tailleur de pierre œuvrant sur place, à Saint-Georges. Dans cet ordre d’idée, il n’est donc pas exclu de penser que chacun des signes a pu être inscrit en carrière et non gravé lors de la construction des degrés du port. Leur présence, ici, serait liée plus à la fourniture des pierres que de leur mise en œuvre, donc aux hasards de l’approvisionnement en matériaux nécessaires à l’embellissement du port Sablet.

© dessin : C. Pelletier˗Bioul, A. Dagand.

246L’extension des marches s’étend de 163,48 à 160,54 m, soit sur plus de trois mètres d’amplitude. Les marches reposent sur un massif ou radier compact (no 1023-1266) en mortier ou béton de couleur grise auquel se mêlent des graviers. L’espace entre certaines marches et le massif est colmaté par un apport (no 1427) de sable, de gravier, de fragments de pierres dorées, de calcaire, de briques et de tuiles.

247L’escalier est implanté dans la berge au moyen d’un système de quatre files de pieux de fondation armés à leur pointe d’un sabot métallique, dont la disposition est complexe. Le soin apporté à cette construction est nécessité par le contact direct avec la rivière et les fluctuations de la ligne d’eau. Les quatre rangées de pieux, plus ou moins alignées, espacées de 1,80 à 2 m, dont la hauteur peut atteindre 2,50 m (Us. 528 à 533) permettent l’ancrage de la base de l’escalier dans la berge. Les pilotis des deux files extérieures composant la ceinture du pilotis sont reliés par des colliers métalliques ceinturant le sommet de chacun des pieux. Une semelle de béton gris (Us. 528), coulée entre les pieux et recouvrant leur tête sur une épaisseur avoisinant les 0,30 m, achève le maintien supérieur des pieux. À l’avant de la dernière marche vers la Saône et de la ligne de pieux la plus à l’est, des madriers (Us. 529) disposés horizontalement constituent une bordure. Enfin, la présence de restaurations sur les marches est perceptible à plusieurs endroits. Au sud, les marches du port sont coupées par l’installation, au début du xviiie s., de l’esplanade du quai (Us. 458). Au xviiie s. ou au début du xixe s., une maçonnerie (Us. 303) matérialise un aménagement non identifié appuyé sur la limite méridionale du port (Us. 310). Ce mur est doublement appareillé avec un blocage interne de pierres dorées liées à un mortier de chaux jaune-beige. Les traces d’un enduit sont présentes sur le seul parement visible, à l’est.

248La disposition du port Sablet ne profite d’aucun changement avant sa fermeture. L’esplanade est toujours pavée de galets (Us. 914, 1024) dont l’altitude oscille de 164,34 m à l’ouest, du côté de la rue des Prêtres, à 163,46 m à la jonction des marches du port. De petites réparations interviennent cependant. Une fosse (Us. 956) perfore le revêtement à la cote 163,40 m. Elle est profonde de 0,60 m.

3.2.5 La rivière et son trafic jusqu’à la fin de l’Ancien Régime

249Si les fluctuations saisonnières de la Saône ont parfois augmenté son débit lors de crues hivernales, faisant progresser naturellement la berge vers l’est au détriment de la rivière par l’accumulation de dépôts alluviaux, c’est principalement son utilisation comme moyen de transport (de personnes, de marchandises et de matériaux) ou comme lieu de pêche qui nous intéresse ici. Les sept bateaux à vivier découverts sur le lit de la rivière sont le témoignage d’une amélioration de l’équipement de pêche, étrangement limitée, ici, au xvie s. Quant à l’épave no 1, elle rappelle une importante séquence de l’histoire du transport fluvial de masse que la ville de Lyon a connue au cours du xviiie s.

3.2.5.1 La berge à l’époque médiévale

250Les différents dépôts repérés avant la construction des maisons peuvent éclairer l’évolution de la berge et de la plaine bordière en rapport avec le bâti de cette phase datée des xiiie-xive siècles.

251Le site enregistre dans un premier temps une contrainte alluviale qui se traduit notamment par une érosion latérale de la berge au sud et un exhaussement alluvial au nord, piégé à l’arrière du mur de berge précédent mais également dans le bâtiment détruit. C’est peut-être cette contrainte hydrologique qui a amené d’une part à conforter le mur de berge dans l’îlot nord et d’autre part à remblayer la plaine.

252Dans un deuxième temps, le développement du bâti montre un cours d’eau apparemment maîtrisé par les riverains. Seul au centre, l’espace libre du port, également rehaussé, conserve des lits alluviaux de débordement au plus haut à 163,20 m d’altitude à l’extrémité occidentale. Les derniers travaux synthétiques sur la reconstitution de l’activité fluviale du haut Rhône (Berger et al. 2008) tendent à caractériser une phase majeure d’hydrologie sur le fleuve qui s’étend de la fin du xiiie siècle au second tiers du xive siècle. Les données de notre fouille pour cette période illustrent une certaine contrainte de la Saône sur sa rive droite à Lyon. Si celle-ci ne peut être qualifiée de majeure, les différents aménagements (remblais et murs de rive) peuvent d’une part masquer la réalité d’une hydrologie plus contraignante, d’autre part traduire une bonne adaptabilité des riverains aux fluctuations de cette rivière de plaine.

3.2.5.2 Les bateaux à viviers dans le lit de la rivière au xvie s.

253Le quartier est résolument tourné vers la rivière, ainsi que l’attestent, dans la partie orientale de l’emprise de fouille, sept épaves retrouvées au fond du lit mineur dans des dépôts datés du début du xvie s. (Laurent 2010b : 182-202). Il s’agit d’embarcations spécialisées dans la conservation du poisson fraîchement péché destiné à être vendu au marché. Elles sont toutes construites selon le même principe : le poisson est maintenu vivant dans un compartiment couvert faisant corps avec le bateau, percé de trous dans le fond et les flancs afin de laisser circuler l’eau (le vivier). D’une architecture différente – deux bateaux assemblés (épaves nos 9, 13) et cinq pirogues monoxyles (épaves nos 10, 11, 12, 15, 16) –elles offrent toutes des qualités de résistance, hormis quelques réparations et consolidations, et de bonne flottabilité grâce aux compartiments à l’avant et à l’arrière. L’étanchéité est assurée par des mousses bloquées par des baguettes fixées par des happes. Ces épaves témoignent d’une navigation de proximité, mais leur faible capacité de charge semble avoir eu raison de leur utilisation. De fait, leur présence est exclusivement centrée sur la première moitié du xvie s.

L’épave no 15

  • 142 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

254Au nord, l’épave no 15 (Laurent 2010b : 189, fig. 123) est échouée dans des couches litées caillouto-sableuses à forte densité de blocs et à mobilier céramique abondant (Us. 1780). Cette pirogue monoxyle en chêne [fig. 96], longue de 5,89 m, est orientée SO-NE à l’inverse des précédentes (Laurent 2010b : 195). Elle repose entre 157,15 m d’altitude au sud et 156,20 m au nord. Sa proue est orientée dans le sens du courant. Cette pirogue a la particularité d’être dotée d’un tableau arrière, ce qui est très rare. De section rectangulaire, elle est caractérisée par un compartiment troué sur la sole et les bordés. Il s’agit du compartiment vivier central, séparé des compartiments extérieurs par des cloisons étanchéifiées avec de la mousse maintenue par des costes, fixés par des happes. Les deux compartiments adjacents présentent de multiples renforts (courbes, varangue, tirant et souche) et réparations (planches insérées dans la sole, calfatage). Sur les trois éléments prélevés en vue de l’analyse dendrochronologique, aucun ne possède une limite d’aubier distincte. La croissance des bois permet toutefois d’estimer une date d’abattage postérieure à 1508 et probablement antérieure à 1550142. La chronologie située dans la seconde moitié du xvie s. –fournie par l’analyse des céramiques contenues dans les alluvions de l’Us. 1780– atteste que la pirogue no 15 est l’embarcation à vivier du Parc Saint-Georges qui a navigué le plus tardivement sur la Saône mais aussi le plus longtemps : une quarantaine d’années environ. Un jeton de Nuremberg (C35), retrouvé sur le bois de cette épave, dont la frappe fut abondante aux alentours du milieu et de la seconde moitié du xvie s., vient confirmer cette datation.

fig. 96 Épave no 15, première moitié du xvie s. (phase 14). Vue du nord.

© F. Laurent.

255Dans la partie centrale du site, une couche de sables très grossiers à petits graviers localement lités renferme un mobilier céramique contemporain (Us. 1750). Conservée sur 0,50 m, elle se développe entre 154,40 m et 154,90 m d’altitude selon des lits plans. Ces derniers caractérisent le fond du lit de la rivière où s’écoulent les courants tractifs.

256Enfin au sud, pour la même période chronologique, a été caractérisé un dépôt de blocs peu denses constitués de nombreux fragments de tuiles et de briques ainsi que de céramiques emballés dans des sables sur 1 m d’épaisseur (Us. 1541). Il permet de gagner environ 2 m sur la rivière, entre 157,80 m et 156,40 m d’altitude. Le talus présente alors en ce point un pendage moyen de 37 %, entre 157,80 m et 156,30 m.

L’épave no 16

257L’épave no 16 (Laurent 2010b : 189, fig. 123), orientée nord-sud, est posée entre 155,60 m d’altitude au nord et 155,10 m au sud. Il s’agit d’une pirogue à vivier monoxyle [fig. 97] en chêne découverte sous l’épave no 13, à quelques mètres en face d’un aménagement de berge (Laurent 2010b : 195). L’embarcation repose à l’envers, la proue orientée dans le sens du courant. L’épave no 16 est conservée sur une longueur de 5,77 m. Elle est amputée d’environ un tiers de sa longueur : il manque un compartiment étanche. Dans celui qui est conservé, une partie de la sole est également arrachée. L’embarcation a conservé un couvercle sur le vivier : deux ouvertures, dont l’une fermée par une trappe bloquée par un loquet, permettent d’accéder à l’intérieur du vivier. L’embarcation a subi quelques réparations caractérisées par l’ajout de pièces rapportées et de calfatage en mousse bloquée par des baguettes, les costes, et fxée par des agrafes métalliques en forme de pique, les happes. L’épave no 16 s’inscrit dans une accumulation sédimentaire épaisse d’environ 1 m, inclinée d’ouest en est, entre 158 m d’altitude et 155,50 m. Le profil de la berge est concave et marque le fond du lit de la rivière vers 155,50 m, altitude à partir de laquelle la sédimentation s’effectue quasiment à l’horizontal. Le pendage est proche de 45 % entre 158 m et 156,50 m d’altitude, puis s’adoucit à une valeur de 29 % jusqu’à 155,50 m d’altitude. Le dépôt alluvio-anthropique (Us. 1792), daté de la première moitié du xvie s. par le mobilier céramique, recouvre cette épave.

fig. 97 Épave no 16, début du xvie s. (phase 14). Vue de l’est.

© F. Laurent.

258Au centre de la fouille, en face de l’ouverture du port Sablet, les épaves nos 9, 10, 11 et 12 sont à proximité les unes des autres contre la paroi moulée orientale.

L’épave no 13

  • 143 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

259Au nord, se trouve l’épave no 13 (Laurent 2010b : 189, fig. 123). Ce bateau assemblé en planches monoxyles de chêne est orienté légèrement NO-SE entre les altitudes 156 m et 155,30 m (Laurent 2010b : 196-201). L’embarcation n’est conservée que sur une longueur de 4,03 m [fig. 98]. Elle est dotée d’un compartiment vivier. Des paires de courbes assurent l’assemblage des planches de la sole et de chaque bordé. Ces planches sont chevillées. De nombreuses réparations en palâtres de résineux cloués sont visibles. Deux membrures, possédant une limite d’aubier, ont permis de situer la date d’abattage de ces bois en 1499, ou dans les dix années qui suivent143.

fig. 98 Épave no 13, début du xvie s. (phase 14). Vue de l’est.

© F. Laurent.

L’épave no 10

  • 144 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

260L’épave no 10 (Laurent 2010b : 189, fig. 123), pirogue monoxyle en chêne [fig. 99] située légèrement plus au nord de la précédente, est orientée NO‑SE, entre 155,40 m et 155,70 m d’altitude au sud (Laurent 2010b : 192-193). Conservée sur une longueur de 9,30 m, la largeur extérieure des bordés est de 0,97 m. Elle se caractérise par un compartiment central mité de perforations sur la sole et les bordés. De part et d’autre de ce caisson percé, deux compartiments étanches assurent la flottabilité de l’embarcation. Au niveau de la sole et des bordés, l’étanchéité des cloisons est assurée par un jointement en tissu, le calfatage, enchâssé sous et surtout contre les tranches de la cloison. L’ensemble est fixé à la pirogue par des happes. La pirogue no 10 présente de multiples réparations sur la sole et les bordés. Ces derniers ont été calfatés. Un palâtrage en sapin est visible au départ de la levée, à la poupe. Il a été cloué. Des perforations, chevillées ou non, sont présentes sur la sole, plane, ainsi que sur les bordés. L’épave est partiellement comblée par l’Us. 1771, dépôt alluvial anthropisé. Aucun des bois analysés ne possède une limite d’aubier distincte. Néanmoins, la croissance de ces éléments permet d’estimer une date d’abattage postérieure à 1525, et probablement antérieure à 1565144.

fig. 99 Épave no 10, Xvie s. (phase 14). Vue du sud.

© F. Laurent.

L’épave no 12

261L’épave no 12 correspond à une pirogue monoxyle en chêne (Laurent 2010b : 195). L’embarcation se présente sous la forme de deux grands fragments d’une longueur de 3,40 m à 3,60 m. L’un correspond à une extrémité qui a subi quelques réparations, et l’autre à une partie du compartiment vivier. La sole est mitée de perforations. L’étanchéité des différents éléments composant l’extrémité est assurée par un jointement en tissu enchâssé entre les planches. L’ensemble est fixé de la même façon que pour les épaves précédentes. Râbles et courbes, chevillées, assurent la cohésion de tous les éléments de l’embarcation. Une chaîne d’amarrage est encore accrochée à une extrémité. Elle a été retrouvée au contact des épaves nos 10 et 11.

262Les dépôts sableux, riches de divers matériaux rejetés depuis la rive, et associés aux épaves nos 10, 11 et 12, sont conservés sur au moins 0,50 m d’épaisseur. Inclinés d’ouest en est, leur pente de 29 % sur les 4 m observés en dessous de 157 m d’altitude, dessine, comme précédemment, un talus concave marquant la proximité du fond du lit de la rivière vers 155,80 m dans ce secteur.

263La datation est fournie par la présence de céramiques dans les Us. 1703 et 1771 enregistrées sous l’épave. Leur diffusion sur les marchés lyonnais est située entre la fin du xve et le début du xvie s. Cette chronologie est confortée par les résultats des analyses dendrochronologiques obtenus sur les bateaux nos 11 et 13 (1499 environ) et no 10 (proche de 1524).

264Au pied du talus de berge, au contact du lit mineur, d’autres dépôts alluviaux riches en matériaux anthropiques sont datés quant à eux de la seconde moitié du xvie s. Ils ne sont pas réguliers sur la longueur de la rivière car ils ont été érodés par les processus postérieurs. Ils sont conservés en lambeaux et ont été caractérisés principalement au nord (où ils renferment l’épave no 15, secteurs 22 et 23), au centre (contre la paroi moulée orientale du parc, secteur 10), et à l’extrême sud (où ils engraissent le pied de la berge, secteurs 3 et 4).

L’épave no 11

  • 145 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

265L’épave no 11 (Laurent 2010b : 189, fig. 123), appuyée contre l’épave no 10, est orientée légèrement NO-SE entre 155,30 m et 155 m (Laurent 2010 : 193). Elle se présente de biais par rapport au lit de la rivière, la poupe dans le sens contraire du courant. La longueur conservée de cette pirogue monoxyle en chêne est de 5,40 m, et la largeur à l’extérieur des bordés est de 1,06 m [fig. 100]. La date d’abattage de l’arbre dans lequel elle a été creusée est située en 1499, ou dans les cinq années qui suivent145.

fig. 100 Épave no 11, Xvie s. (phase 14). Vue du sud˗est.

© F. Laurent.

L’épave no 9

266L’épave no 9 est un bateau en planches de chêne monoxyles assemblées (Laurent 2010b : 201-202). Elle est conservée sur 7,44 m de long sous la forme de deux bordages très abîmés assemblés par trois courbes. Elle est orientée ouest-est, entre les altitudes 155,55 m à 155,94 m (qui est aussi l’altitude de l’Us. 1703, niveau de décantation et de piégeage lié à la présence de cette épave). Elle n’a pas fait l’objet de prélèvements à des fins d’analyses dendrochronologiques. Seul le rapport stratigraphique associe cette épave à l’ensemble des bateaux à viviers daté du début du xvie s.

3.2.5.3 La berge du xviie s. à la première moitié du xixe s.

267Alors que l’habitat « pieds dans l’eau » s’embellit de part et d’autre du port Sablet et voit ses conditions sanitaires améliorées par des systèmes de rejet à la rivière, la Saône joue son rôle d’assainissement. Les différents dépotoirs fluviaux renferment un abondant mobilier céramique qui autorise à suivre l’évolution du talus de berge sur la période concernée. Ce mobilier caractérise quatre séquences chronologiques : celle du xviie s., celle de la première moitié du xviiie s., celle de la seconde moitié du xviiie s., qui renferme l’épave no 1, et enfin celle de la première moitié du xixe s. avant le remblaiement du lit de la rivière et son déplacement vers l’est pour la construction du quai Fulchiron.

268L’accumulation des rejets sur le talus de berge est lavée par le flux de la rivière. Selon l’intensité des courants et la densité des rejets, ces dépôts anthropiques sont soit repris en charge localement et redéposés quelques mètres en aval ou vers le fond du lit mineur, soit érodés et déplacés beaucoup plus loin, puis remplacés par les alluvions sablo-caillouteuses de la charge de fond de la rivière. Si la nature des rejets conservés peut illustrer l’activité sur la rive, la nature des alluvions ainsi que la forme des dépôts mixtes (anthropiques et alluviaux) traduit la variabilité des débits de la rivière. Cette évolution, présentée d’une part devant l’îlot nord et d’autre part devant l’esplanade du port, révèle une forte activité hydrologique de la Saône débutant au moins à partir de la seconde moitié du xviiie s. Cette augmentation de l’activité hydrologique se traduit entre autres par des séquences d’érosion latérale (rajeunissement de la berge en direction de l’ouest) et par des séquences de fort remblaiement à matériel caillouteux. Elle s’inscrit dans la crise hydroclimatique du Petit Âge glaciaire dont le dernier pic d’activité, pour le Haut-Rhône, est calé entre 1720 et 1900 (Berger et al. 2008).

La rivière et l’épave no 1

269L’évolution du profil du talus de la rivière a été plus particulièrement étudiée au nord, devant la maison 2, car il renfermait la première épave découverte sur le site [fig. 101].

fig. 101 Coupe stratigraphique du talus de la berge devant l’îlot nord. © W. Widlak, A. Dagand.

270Dans ce secteur, le talus du xviie s. présente des dépôts fortement inclinés d’ouest en est (Us. 547, 584, 583, 582). Le premier correspond à une formation majoritairement alluviale, épaisse de 0,20 m, à lits de sables fins à grossiers et triés. Le second, épais de 0,40 m, résulte d’un dépotoir comprenant quelques blocs de construction décimétriques et de gros galets emballés dans des sables caillouteux. Le troisième, épais de 0,80 m, correspond à des rejets à forte densité de blocs taillés décimétriques, la plupart en calcaire doré, surtout à la base du dépôt dont la matrice montre des litages alluviaux en dessous de 158,50 m d’altitude. La particularité de cet ensemble est de renfermer deux lits, d’environ 0,10 m d’épaisseur, dont un à la base et un au sommet comprenant des fragments de scories sur une épaisseur de 0,05 m à 0,10 m. L’ensemble des rejets du xviie s. fait progresser le tombant de la berge d’environ 2 m vers l’est, entre 160 m et 158 m d’altitude ; la pente est très forte, d’environ 60 % sur les 3,15 m de longueur recoupés. Dans les niveaux inférieurs, mais 10 m plus en aval, ce talus du xviie s. a été suivi entre 158 m et 156,50 m d’altitude. Il dessine un profil concave en dessous de 157 m d’altitude, lequel annonce le fond du lit de la rivière.

271Le talus de la première moitié du xviiie s. présente toujours une succession de dépôts inclinés d’ouest en est dans lesquels se succèdent processus alluviaux et rejets anthropiques depuis la rive (Us. 571, 572, 573, 580, 581, 582). Le premier dépotoir se caractérise par une forte densité de fragments d’os de boucherie (Us. 581). Épais en moyenne de 0,20 m, il est appuyé sur le talus de berge du xviie s. Au plus haut, au contact des façades, il atteint près de 161 m d’altitude, et se développe principalement en dessous de 160 m d’altitude. Il s’agit d’un dépotoir spécialisé par l’abondance de parties crâniennes de caprinés décalottées – ce qui traduit le prélèvement de la cervelle.

  • 146 Au niveau de l’îlot sud, devant les maisons 13 et 14, des dépôts datés de la première moitié du xvi (...)

272Ensuite, des lits alluviaux de sables plus ou moins grossiers (Us. 580) se succèdent, épais de 0,15 à 0,30 m à la base, puis des rejets anthropiques de petits blocs qui se fossilisent dans des sables cendreux sur environ 0,40 m d’épaisseur (Us. 571). La formation suivante (Us. 572) se distingue par sa texture sableuse d’origine alluviale mais aussi par son extension puisqu’elle atteint 161 m au pied de la façade, où les lits sont plus homogènes et sub-horizontaux. Il est possible que ces dépôts scellent un niveau d’érosion de la rivière. En effet, le léger replat à l’ouest autour de 160 m d’altitude, et large de près de 2,5 m, semble correspondre à un rajeunissement de berge et à son recul. Ce replat est relayé à l’est par une pente moyenne de 52 %, entre 159,70 m et 158,15 m d’altitude, sur 3 m de long. Après le dépôt de l’Us. 572, le talus présente une pente d’environ 47,5 %, de 161 m à 158,15 m, sur les 6 m d’extension. Sur ce nouveau talus se développe un premier lit de décharge, composé de fragments de scories de 0,05 à 0,10 m de longueur (Us. 573), lavés par les courants de la rivière comme le montre la présence de petits cailloutis. L’accumulation de ces dépotoirs ouest-est dans la rivière se développe sur près de 2 m vers l’est, entre 160 m et 158 m d’altitude. Il est difficile d’évaluer la pente du talus après ces apports –dont le sommet atteint au minimum 161 m d’altitude au pied des façades à l’ouest–, car ils ont été fortement érodés au cours de la seconde moitié du xviiie s. En contrebas, dans le lit mineur, mais 10 m plus en aval, ce talus de la première moitié du xviiie s. est également caractérisé par un premier niveau très riche en fragments d’os de boucherie, dont une concentration de cornes de bœuf. Le dépotoir s’étale au fond du lit de la rivière jusqu’à environ 157 m d’altitude selon un pendage de plus en plus doux. Le sommet des dépôts reste également difficile à préciser en raison d’une succession d’érosions ; les courants rapides qui s’écoulent au fond du lit ont fortement modifié la géométrie des rejets anthropiques accumulés là. Devant la maison 5, le talus de la première moitié du xviiie s. est semblable et possède notamment un dépotoir caractérisé par une forte densité en os de boucherie (Us. 566)146.

273Le talus de la seconde moitié du xviiie s. a été caractérisé devant la maison 2, mais également devant la maison 5 où est échouée l’épave no 1. Cette période chronologique se caractérise par une forte activité hydrologique que démontrent les niveaux d’érosion ; ces derniers recoupent les précédents dépôts en donnant de nouveaux pendages et/ou reculent par endroits le talus de berge vers l’ouest (érosion latérale de la Saône).

  • 147 L’absence de mobilier dans certaines couches formant le tombant de la berge ne permet pas toujours (...)

274Devant la maison 2, le talus précédent, daté de la première moitié du siècle, apparaît fortement raviné entre 161 m et 160 m d’altitude au moins ; cette érosion a formé, à l’ouest, un léger replat en forme de cuvette large d’environ 5 m, tandis que le pendage est très abrupt entre 160 m et 158 m d’altitude, avec une valeur proche de 57 % sur les 2,80 m de longueur suivi. Ce niveau d’érosion est remblayé jusqu’à 160,20 m d’altitude par des matériaux essentiellement alluviaux où les lits présentent des densités variables de galets, graviers et cailloutis emballés dans une matrice sableuse grossière de couleur rouille (Us. 574). On note la présence de lits de cailloutis à structure en open-work (c’est-à-dire sans matrice) qui révèle une forte turbulence des courants. Les matériaux correspondent à la charge de fond de la rivière, qui est roulée, et caractérisent une hydrologie accrue de la Saône ainsi que son déplacement vers sa rive droite. Sur ce remblaiement caillouteux se développent quasi horizontalement des dépôts (Us. 575, 553). Le premier correspond aux rejets depuis la rive, formés de scories centimétriques et décimétriques emballés dans des sables hétérogènes. Ces rejets sont repris plus ou moins en charge par les eaux de la rivière, côté est dans le lit mineur, où se succèdent des lits de sables très grossiers imbriqués avec des lits fins limoneux. Les pendages ouest-est sont alors totalement masqués, puisque le sommet des dépôts forme un plan très légèrement incliné de 15 % (de 161,20 m à 160,20 m d’altitude sur 6,5 m de long). À l’aplomb de la maison 5, ce ravinement –remblayé par une phase caillouteuse caractéristique de la charge de fond roulée au fond du lit– a également été observé. Il atteint environ 157 m de profondeur en moyenne le long de la paroi orientale du parc de stationnement147.

  • 148 Archéolabs, réf. arc 03/R3016D.

275C’est dans ce contexte de rajeunissement de berge par érosion latérale de la rivière que l’épave no 1 s’est fossilisée devant la maison 5. Cette épave [fig. 102] est un bateau assemblé fusiforme à fond plat construit sur sole, aux flancs évasés peu élevés, dont l’architecture répond à une méthode de construction assez élaborée (Laurent 2010 : 203-220). L’embarcation se présente en travers de la Saône, la proue dans le sens du courant – comme en témoigne par exemple la présence de la carlingue. Les dimensions conservées atteignent une longueur de 12,24 m et une largeur de 2,56 m. Le calfatage est assuré par des cordons de mousse végétale recouverts de baguettes en bois blanc fixées par des agrafes métalliques de forme triangulaire (Bailly 2010 : 221-229). Les conclusions de l’analyse palynologique estiment que ces mousses proviennent vraisemblablement du Sud du Jura (Argant 2010 : 230-234). L’état général de l’embarcation, sans réparations majeures, laisse penser que la raison du naufrage est due à une dislocation de la sole au départ de la poupe – absente de l’épave. Si cette explication justifie l’absence de la poupe, on ne peut exclure de façon certaine que l’arrachement de l’extrémité du bateau soit antérieur à son échouage. Malgré l’absence des bordages de sole à la poupe et de quelques membrures, ce bateau est bien conservé. Néanmoins, les bordés ont quelque peu souffert des conditions du naufrage ou de l’enfouissement. L’importance des renforts horizontaux placés sur la fonçure suggère un transport de matériaux lourds, sans doute des pierres de taille. Cependant, l’embarcation a été découverte vide de toute cargaison. Si le mobilier céramique et les indices monétaires contenus dans le comblement de l’épave accordent une chronologie fixée à la première moitié du xviiie s., l’apport de l’analyse dendrochronologique affine cette datation au milieu du règne de Louis XV, plaçant la date d’abattage des bois autour de l’année 1746148.

fig. 102 L’épave no 1 (xviiie s., phase 15) en cours de dégagement. Vue du nord.

© G. Ayala.

276Le fort pendage ouest-est de cette embarcation sur le tombant de la berge donne une idée de la forme du lit mineur au moment de son échouage. Par sa longueur (12,24 m), cette épave a dû former un véritable obstacle aux écoulements comme le montrent les séquences d’érosion contre le bordé nord. Les courants, qui butent sur le bordé, déblayent localement les sédiments sous-jacents, créant des vides, lesquels piègent alors un mobilier céramique sous l’épave postérieurement à l’échouage. Enfin, l’épave s’est retrouvée remplie de sables, de graviers et de cailloutis piégés à l’intérieur de la structure (Us. 587, 588) avec un mobilier archéologique abondant. Ce dernier permet de dater son échouage. On trouve en particulier huit monnaies du règne de Louis XV (C112-C120) datées d’avant les années 1768-1770.

277Enfin, dans ce secteur nord le tombant de la berge au cours de la première moitié du xixe s. démontre que l’hydrologie accrue enregistrée précédemment se poursuit et se développe. Le talus sous l’eau est régulièrement raviné, et les dépôts essentiellement alluviaux se recoupent mutuellement. Ils reprennent en charge localement un mobilier céramique homogène qui permet la datation des dépôts. L’alternance de séquences caillouteuses à graveleuses (Us. 557, 561) et de séquences à sédimentation plus fine (lits sableux et limoneux, Us. 556, 560) traduit la variation de l’intensité des courants qui anime la rivière à cette époque. Dans l’ensemble, cet important remblaiement alluvial atteint au minimum 161,50 m d’altitude au pied des façades, et la succession des dépôts est quasi plane [fig. 101].

La berge devant le port Sablet

278Au pied des marches du port, le talus du xviie s. présente dans un premier temps des dépôts sous influence alluviale qui viennent s’appuyer sur l’escalier et recouvrent la première marche (qui se tient autour de 160,50 m d’altitude). Les Us. 502 et 501 (ou Us. 451 et 450) sont horizontales et s’appuient contre la face orientale du deuxième niveau de marche. Des litages organiques alternent avec des sables fins à grossiers localement riches en graviers jusqu’à 160,55 m d’altitude ; ils semblent caractériser les battements du niveau de la rivière à hauteur de ces marches. Tout porte à estimer le niveau de la Saône à cette époque à 160 m d’altitude (plus ou moins 0,50 m). Dans un deuxième temps, un dépotoir hétérogène à sables limoneux gris-noir, et localement dense en blocs décimétriques (Us. 500 ou 449), vient fossiliser la base de l’escalier au moins jusqu’à 161,20 m d’altitude, et recouvrir le deuxième niveau des marches. Ensuite, de nouveaux apports depuis le port (Us. 475, 448, 447) épaississent le talus sur une hauteur de 0,40 m. Ils sont composés d’une première série de blocs et de tuiles décimétriques emballés dans des sables fins gris-vert de la Saône, puis d’une série où les blocs sont plus rares au profit des tuiles dans des sables gris-noir. Ces formations résultent probablement de l’activité des riverains associée aux fluctuations du lit de la rivière : les alluvions issues des débordements comblent les vides interstitiels entre les matériaux rejetés. La pente ouest-est du talus est alors d’environ 34 % entre les côtes d’altitudes 161,40 m et 160,10 m, sur les 3,85 m observés. En contrebas mais plus en aval, à l’extrémité sud du port, les dépôts du xviie s. se développent entre 159,60 m et 158,40 m d’altitude, également selon un pendage de 34 % sur les 3,50 m conservés. Épais en moyenne de 0,40 m, les rejets se caractérisent par quelques blocs et graviers emballés dans des alluvions grossières.

279La nature du talus de la première moitié du xviiie s. devant le port démontre que les rejets à la Saône se poursuivent et que la rivière les remodèle. Un ensemble de couches à dominante sableuse, hétérogènes, avec des galets, des blocs, des fragments de terre cuite et des cailloutis est rythmé par des lentilles alluviales (Us. 474). Épais d’environ 0,50 m, ces apports confèrent au talus une pente ouest-est proche de 30 %, entre 161,70 m et 160,10 m d’altitude, sur les 5,5 m observés. En contrebas, au niveau du lit mineur, un dépotoir hétérogène similaire et emballé dans des sables (Us. 1547) traduit un engraissement du talus d’au minimum 2 m vers l’est entre 157,60 m et 156 m.

280Enfin, dans la première moitié du xixe s., en avant du port, les dépôts s’étendent beaucoup plus haut, à plus de 162 m d’altitude. Ils sont représentés par un imposant dépotoir très riche en mobilier céramique (Us. 192), lequel vient s’étaler dans le lit mineur où il est localement repris en charge par les courants de la rivière.

281L’évolution du tombant de la berge au pied des façades, mais également devant le port, permet de caractériser une hydrologie accrue de la Saône, au moins à partir de la seconde moitié du xviiie s. et au cours de la première moitié du xixe s., bien que la crue de 1711 ait déjà marqué les riverains. Le remblaiement alluvial caillouteux associé à la crise hydrologique du Petit Âge glaciaire semble fortement exhausser le lit mineur de la rivière (jusqu’à 161,50 m par endroits), ce qui conduit à s’interroger sur le niveau moyen de la Saône à cette époque. Quel est le rôle joué par le port, qui offre à la Saône un espace plan mais situé à plus de 163,20 m pour étaler ses hauts débits tandis que la rivière est contrainte par les façades « pieds dans l’eau » en amont ? Rappelons que sur les façades actuelles bordant la place Benoît-Crépu sont notés les niveaux atteints par les grandes crues centennales du milieu du xixe s. ; celle du 5 septembre 1840 est cotée à 167,205 m (plus de 2 m au-dessus du niveau de la place actuelle), et celle du 21 mai 1856 à 166,232 m (plus de 4 m au-dessus du niveau de l’esplanade de l’époque).

3.3 La restructuration du quartier jusqu’à nos jours

282Ces dernières pages font état de la profonde mutation que connaît la rive droite de la Saône à partir du milieu du xixe s. L’archéologie passe ici le relais aux documents d’archives pour retracer les péripéties d’un nouvel aménagement urbain qui a pour conséquences la neutralisation de l’activité du port Sablet et l’agrandissement de son esplanade au détriment des maisons vétustes qui le bordent. Les dernières démolitions d’immeubles bordant auparavant la Saône remontent au tout début du xxe s. Cette soudaine rupture dans la physionomie de la rive met en lumière la transformation radicale du paysage urbain. Force est de reconnaître que les vestiges pris en compte ici pour l’essentiel liés à l’installation d’équipements sanitaires, ne représentent pas une part considérable de la stratification du site. Leur contribution à l’histoire du bord de Saône est somme toute limitée. Elle s’inscrit dans un processus de régénération d’un quartier (assainissement, espace public et parc de stationnement souterrain) dont les effets enrayent, petit à petit, la marginalisation et le dépérissement du secteur jusqu’au milieu du xxe s.

3.3.1 La construction du quai Fulchiron

283Les travaux menés sur le tracé de l’actuel quai Fulchiron (1839-1856) ont été l’occasion de dragages importants du lit de la Saône afin de combler l’espace délimitant la nouvelle voie de circulation le long de la Saône. Un volume très important de sable fut ainsi accumulé entre l’ancien alignement des maisons « pieds dans l’eau » et le mur de parapet nouvellement créé (no 006). Cette accumulation s’est opérée entre l’altitude d’environ 160 m et le nouveau niveau de circulation établi à 165,50 m. L’essentiel des Us. enregistrées traduit des couches d’apports de sable de Saône mêlées à de nombreux restes de construction (mortiers, blocs de taille) et à quelques recharges anthropiques. Il n’est pas superflu de préciser que lors de l’installation de ce remblaiement préalable à la construction du quai, l’opération d’extraction des sables de la rivière a été l’occasion de découvertes archéologiques, telle une jambe de cheval en bronze antique (Boucher, Tassinari 1977 : no 111). Aucun élément de cette qualité n’a cependant été retrouvé lors de la surveillance –effectuée par nos soins– des opérations d’évacuation de ces niveaux. Le nouveau niveau de circulation a été atteint grâce à la mise en place de remblais d’environ 1 m d’épaisseur disposés sur l’ancienne esplanade du port Sablet –qui prend alors le nom de place du Port-Sablet. Cette opération a eu pour effet d’enterrer le niveau d’accès aux immeubles disposés sur le front occidental de la rue des Prêtres.

284C’est à partir des années 1840 que sont entrepris les travaux de construction du quai Fulchiron, qui constitue l’une des strates archéologiques les plus récentes mises au jour par la fouille. Le quai possède un bas-port, accessible par des rampes et des escaliers. Il débute par un bel alignement de façades simples dont certaines ont été reprises au xixe s. L’immeuble du no 7, connu comme « immeuble Blanchon », date de 1845. L’église Saint-Georges est construite en 1848 par Pierre Bossan, le futur architecte de la basilique de Fourvière. Les archives des Ponts et Chaussées, conservées dans la série S des Archives départementales du Rhône, et les fonds de la voirie municipale, série wp, des Archives municipales de Lyon fournissent l’essentiel de la documentation sur ce sujet. Ce sont en effet les ingénieurs et les techniciens employés au sein de ces deux services qui ont dirigé la réalisation du quai.

  • 149 aml. – 342 wp 7 1 : ordonnance déclarant les travaux du quai d’utilité publique, en date du 5 septe (...)

285Exceptée une ordonnance royale de Louis Philippe149, les décisions étaient prises à l’échelon municipal ou préfectoral, plus rarement en Conseil d’État. Des copies des délibérations, des courriers, des arrêts etc. étaient le plus souvent jointes à la documentation technique, ce qui a épargné la nécessité de consulter les fonds des instances décisionnelles. Quant aux travaux proprement dits, ils ont été adjugés à un entrepreneur privé dont les « papiers » ne nous sont pas parvenus. En conséquence, les données relatives aux fournitures de matériaux ou aux aléas du chantier sont assez peu nombreuses, si ce n’est au gré des mémoires comptables dressés par l’administration pour justifier les dépenses engagées.

286À l’inverse, la documentation graphique liée au projet –ou plutôt aux projets successifs– d’aménagement du quai est à peu près intégralement conservée dans les cartons des Ponts et Chaussées comme dans ceux des services de la voirie. Parfois déplacés de leurs dossiers d’origine et dispersés sans logique perceptible dans l’un ou l’autre des deux fonds, ces plans, ces coupes, ces profils concernent à la fois des projets abandonnés et ceux menés à terme, sans qu’il soit toujours facile de les distinguer. Malgré tout, ils apportent une documentation essentielle. La plupart de ces plans appartiennent à des cartons ou à des registres d’archives, et ne sont pas identifiés comme plan ou dessin au fl des inventaires des séries S ou wp.

3.3.1.1 Un projet ancien mais toujours remis

287Dès le xvie s., la Ville projetait de réaliser un quai continu en rive droite, ponctué de ports, pour améliorer la circulation tant sur terre que sur eau, mais le projet s’était dans les faits réduit à l’aménagement du seul port de Roanne, en amont de Saint-Jean, à la hauteur du palais de justice.

  • 150 aml. – aa 135, « Mémoire concernant l’ouverture d’une grande route sur la rive droite de la Saône, (...)

288L’impossibilité de circuler en rive droite est à nouveau rappelée, par voie de pétition, à la fin du xviiie s. En 1783, « les députés des paroisses de Saint-Georges et de Sainte-Croix », exposent dans un mémoire tout l’intérêt qu’il y aurait pour le roulage à désenclaver les quartiers de Saint-Georges et de Saint-Pierre-le-Vieux par l’ouverture d’une « grande route sur la rive occidentale de la Saône au lieu du bien nommé chemin des Étroits »150. L’administration municipale reprend l’argumentaire pour le dénoncer, effrayée par l’ampleur des travaux à entreprendre, et peut-être plus encore par celle de leur coût. Cette fois encore, les conditions de la réalisation d’un quai à la hauteur du quartier Saint-Georges n’étaient pas réunies.

3.3.1.2 Chronologie des travaux

289À l’inverse, au début du xixe s., le contexte est favorable et le projet peut enfin prendre corps. Au nord du pont Tilsitt, le prolongement du quai de la Baleine, depuis la rue de la Baleine jusqu’au pont du Change, est réalisé. Trois décennies plus tard, à partir de 1837, la mise en chantier du quai Fulchiron ouvrira vers l’aval la circulation en rive droite. Jusqu’alors, la seule route possible suivait la rue Saint-Georges, étroite et malcommode, tandis que la berge était inaccessible aux voitures –et même au halage–, bordée tout au long par des constructions fondées dans la rivière.

  • 151 adr. – S 1818 : lettre du directeur des Ponts et Chaussées, 27 mars 1838.

L’intention du projet sera le complément de l’ensemble des quais du Rhône et de la Saône quand seront terminés ceux qui se trouvent maintenant en construction. Les travaux qu’il suppose ouvriront une communication sur la rive droite de la Saône entre les routes de Paris et celle vers Beaucaire et St-Étienne et affranchiront le roulage qui fréquente ces routes du double passage de la rivière et du péage élevé du pont de la Mulatière. Les travaux fourniront au halage un nouveau chemin qui fera suite à celui des Étroits ; ils changeront en un beau quartier un amas de mauvaises constructions et un foyer d’insalubrité. Enfin, ils entretiendront dans la seconde ville du royaume des ateliers pour les ouvriers nécessiteux. Le projet dressé par M. l’ingénieur ordinaire a été calqué sur celui d’ouvrages du même genre, approuvés récemment ou exécutés depuis quelques années à Lyon et qui ont reçu la sanction de l’expérience151.

tabl. II Calendrier des principales étapes de la construction du quai Fulchiron, milieu du xixe s. (phase 16).

290Dans sa totalité, le projet prévoit d’établir un quai depuis l’aval du pont Tilsitt jusqu’au quai des Étroits, dans le quartier de la Quarantaine. Le premier tronçon s’étend du pont jusqu’à la rue du Jardinet, au sud du pont d’Ainay (démoli en 1944) et doit initialement s’appeler quai Saint-Georges.

291Pour une meilleure compréhension des phases de la construction du quai et de la création de la place Benoît-Crépu, les informations issues des dossiers d’archives sont synthétisées dans un tableau chronologique [tabl. II] : les principaux événements y sont présentés depuis les années 1830 jusqu’à leur achèvement en 1862.

De l’origine à la crue de 1840

  • 152 adr. – S 1818.
  • 153 aml. – 342 wp 7 1.
  • 154 adr. – S 1818. Cette perspective de rentrée fiscale expliquant sans doute la décision prise le 18 j (...)

292Sur demande ministérielle, les services des Ponts et Chaussées élaborent un projet de quai entre les ponts Tilsitt et d’Ainay dès 1836. Le dossier est bouclé en janvier 1837 et soumis au maire de Lyon : il semble qu’il s’étende à cette date jusqu’au chemin des Étroits. Le 18 janvier 1838, le conseil municipal adopte et ratifie le projet du quai mais exige de contribuer pour moitié aux dépenses des travaux, tandis que l’État proposait un partage 1/3 pour la Ville et 2/3 à la charge de la nation152. Le 23 mars 1838, le député Jean-Claude Fulchiron (1774-1859) propose d’augmenter l’extension du quai Saint-Georges de 2 m à 2,50 m sur la Saône. Le but en est de limiter le nombre des démolitions des maisons sur la rive et par là même de réduire les indemnisations prévues au titre de l’expropriation153. Mieux, il n’échappe pas aux élus que la création du quai leur permettra de réclamer une plus-value sur les propriétés qui le borderont, au titre de l’amélioration du quartier, à partager pour moitié avec l’État154.

  • 155 adr. – S 1818.
  • 156 aml. – 342 wp 7 2.
  • 157 adr. – 3 P 123-143.

293Le 10 mai 1838, par délibération municipale, il est décidé que le quai portera le nom de Fulchiron « en témoignage de gratitude pour le zèle et le dévouement qu’il a porté à tout ce qui touche aux intérêts de notre cité »155. Le 28 juin, les enquêtes d’utilité publique sont prescrites par arrêté préfectoral156. Les réactions ne se font pas attendre : les riverains font part de leurs doléances, tel le propriétaire d’une des maisons mises au jour sur la fouille (maison 8/9). Il dénonce les risques d’enterrement des rez-de-chaussée, liés pour partie à l’irrégularité de la rue des Prêtres (actuelle rue Monseigneur-Lavarenne) plus haute ou plus basse dans certains endroits : « Ce qui fera qu’il y aura des maisons enfouies dans la terre, ce qui alors ferait que les boutiques ne deviendront que des caves ; ma maison se trouve dans ce cas-là. Du côté de la rue des Prêtres, on me prend une partie de ma maison, on enfouit mes boutiques, on ébranle les murs. Il ne reste qu’une parcelle, enfin une gaine : ma maison ébranlée [et] privée d’appui ou d’entretien diminuerait de valeur chaque jour ; ne pouvant subsister, je deviendrais la proie des spéculateurs ou des entrepreneurs. » Mais il ajoute que « si l’on répond d’indemniser lorsque le quai avancera sur la propriété à proportion de l’étendue du sol qui sera envahi, je consens au projet ». Sans contester les réels problèmes évoqués par ce pétitionnaire, on peut noter que son bâtiment, situé à l’angle nord du port Sablet ne fut effectivement démoli qu’en 1903, et qu’en 1839 il abritait « une vaste salle de cabaret »157 – d’où proviennent sans doute les nombreuses bouteilles mises au jour dans la berge du début du xixe s.

  • 158 adr. – S 1029.
  • 159 adr. – S 1818 : 9, 11, 19, 29 oct., novembre 1839 ; aml. – 342 wp 7 1 : 13 déc. 1839.
  • 160 aml. – 342 wp 7 1 : 13 décembre 1839.
  • 161 aml. – 342 wp 7 1.

294Le plan et le projet du quai sont définitivement approuvés le 20 décembre 1838158. Au cours de l’année 1839, les expropriations rendues nécessaires par la construction du quai sont recensées par la municipalité159. De son côté, l’administration départementale publie la liste des propriétés qui bénéficieront d’une plus-value160. La quasi-totalité des parcelles situées sur l’emprise de la fouille sont concernées par l’une et l’autre liste. En juillet, c’est au tour des bateaux à laver les soies et le linge, stationnés entre le pont Tilsitt et le pont d’Ainay : seize bateaux, dont huit pour laver les soies, qui « appartiennent à de teinturiers dont les établissements sont dans la rue des Prêtres, de St George, qui ont besoint à chaque instant d’aller laver à la rivière les soies teintes ». Leur enlèvement est prévu « par suite du commencement immédiat des travaux du quai Fulchiron […] dès que les alignements auront été tracés et les pieux de fondation battus »161. En mai de la même année, les travaux sont mis en adjudication. La soumission de l’entrepreneur Jean Gaulliard est retenue. Un an plus tard exactement, le soumissionnaire demande la résiliation de son contrat, à la suite du renchérissement de la plupart des matériaux nécessaires au chantier. Ce qui lui est refusé.

La crue de 1840

  • 162 aml. – 342 wp 7 1 ; 30 mars 1841.
  • 163 adr. – S 1029.

295Du 27 octobre au 19 novembre 1840, la Saône connaît une crue exceptionnelle dont les conséquences sur les travaux sont nombreuses. Dans le quartier Saint-Georges, le maximum de la crue est atteint début novembre : le 3 « toute la rue des Prêtres est envahie ; l’eau monte de six pieds [2 m] dans les boutiques ; elle couvre les jardins et les terrasses de Saint-Georges qui donnent sur la Saône ; l’eau entre dans les appartements par les fenêtres des premiers étages. La Saône est couverte de débris d’usines, de moulins, de bateaux, de pièces de bois ; la pluie tombe toujours […]. Le 4 novembre, les arches du pont Tilsitt sont presque bouchées. La Saône envahit les quais du Rhône […]. Jeudi 5 : la Saône a atteint la hauteur de 7 mètres 41 centimètres à l’aval du pont Tilsitt [dont la hauteur était de 7,85 m] » (Kauffmann 1840 : 25-26). Sachant que la hauteur du quai projeté est de 5,70 m, on comprend l’émoi de ses concepteurs. En 1841, ces derniers vont ainsi jusqu’à envisager son exhaussement de 1,80 m (ce qui l’aurait porté à 7,50 m !) afin de le mettre hors crue. Ce projet reste sans suite162. Le 8 février 1841, de nouveaux « dessins de détail » sont dressés pour l’achèvement du quai, ainsi qu’une nouvelle série de profils « en longs et en travers »163.

  • 164 adr. – S 1818 : lettre de l’ingénieur en chef au préfet du Rhône, mai 1841 ; arrêté préfectoral, 4  (...)
  • 165 adr. – S 1818. L’entrepreneur se verra encore refuser une – ultime ? – demande de résiliation en ma (...)

296Autre conséquence majeure de la crue : le ralentissement, sinon l’interruption totale, des travaux proprement dits qui amènent l’entrepreneur Jean Gaulliard à réitérer, en avril 1841, sa demande de résiliation, au motif que « l’inondation a occasionné à ses ouvrages des avaries dont l’état n’a pas encore été dressé »164. Débouté une fois de plus, il est sommé le 10 mai de reprendre les travaux. L’entrepreneur confrme le 18 juin qu’il s’apprête « sous peu à continuer les travaux du quai Fulchiron »165.

La fin des travaux

  • 166 adr. – S 1818 : lettre de Jean Gaulliard au préfet du Rhône, 17 mai 1842.
  • 167 adr. – S 1818 : pétition, 19 mai 1842.

297À compter de l’année 1842, les pièces relatives aux travaux du quai se raréfient. En mai de cette même année, l’entrepreneur requiert le préfet de hâter l’acquisition des maisons et jardins « nécessaires à l’établissement des murs de quai »166. Il considère que l’avancement des travaux réclame ces acquisitions de façon urgente. L’expropriation de ces bâtiments situés en aval de la commanderie Saint-Georges semble indiquer que les travaux sont déjà bien avancés à la hauteur du port Sablet. Hypothèse confrmée, pour partie, par une pétition adressée le 19 mai au préfet par les propriétaires des « maisons nouvellement construites sur le quai Fulchiron, près du pont de l’archevêché »167. Ces maisons sont situées au nord de la rue Ferrachat, au no 6 (?) du quai Fulchiron.

  • 168 aml. – 342 wp 7 1 : rapport de l’ingénieur Garella, 17 juin 1842.
  • 169 Il s’agit très certainement de Hyacinthe Garella (1775-1852), ingénieur des Ponts-et-chaussées ital (...)
  • 170 adr. – S 1818 : 26 septembre 1842.
  • 171 adr. – S 1818 : 18 janvier 1843.

298En juin 1842, l’ingénieur propose pour l’amélioration d’une portion du quai, entre le pont Tilsitt et la place Saint-Georges, de raccorder les rues du Viel-Renversé, Ferrachat et Bellièvre au quai (elles s’arrêtent encore à cette date à la rue des Prêtres)168. Le 26 septembre, il est fait allusion à un rapport, daté du 20 septembre, envoyé par l’ingénieur Garella169, faisant un « état comparatif des travaux exécutés et ceux restant à faire au 31 août dernier pour achever les travaux du quai Fulchiron sur la Saône, à Lyon. », pièce malheureusement disparue170. Enfin, les travaux sont suffisamment avancés sur le port Sablet pour qu’au début de 1843, l’installation d’un égout provisoire, destiné à collecter les eaux pluviales et de ruissellement, soit en cours de réalisation171.

  • 172 aml. – 342 wp 7 1 : demande de la fabrique de Saint-Georges, 9 déc. 1843.
  • 173 adr. – S 1818 : 6 janvier 1846 ; 17 avril 1847.

299Le 9 décembre 1843, le quai est dit « ni terminé, ni reçu », mais les remblais et les pavés sont déjà bien achevés à la hauteur de l’église Saint-Georges172. L’achèvement du quai au sud se poursuit jusqu’au début de l’année 1846, date à laquelle une lettre du ministère des Travaux publics fait connaître que les travaux touchent à leur fin. En avril 1847, les bilans comptables des travaux sont transmis au préfet, pour un montant total de 506 626,71 francs : « Les travaux étant terminés, c’est pour la dernière fois que cette longue entreprise figurera dans les comptes à régler »173.

3.3.1.3 Le projet et les préconisations techniques

Physionomie

  • 174 adr. – S 1818 : lettre du directeur des Ponts et Chaussées, 27 mars 1838.
  • 175 adr. – S 1029.
  • 176 Le mauvais état du document technique est dû aux nombreuses manipulations par les ingénieurs qui on (...)
  • 177 adr. – S 1818 : lettre de la direction des Ponts et Chaussée, 19 nov. 1839.
  • 178 adr. – S 1821, 1856.

300Sur le plan technique, le projet se divise en trois sections, séparées par des pilastres de refends, sur une longueur totale de 1167 m, portée par la suite à 1418 m par l’adjonction au sud d’un port, à la suite de la Quarantaine. « Les ouvrages seront fondés entièrement sur béton avec double ou simple enceinte, suivant les hauteurs du sol. Toutes les dispositions adoptées pour les épaisseurs de murs, cordons, aqueducs, etc. sont analogues à celles qui existent sur la rive opposée »174, traduisent la volonté d’un programme urbanistique cohérent. Des plans et des « profils en long et en travers » datés de la fin de l’année 1838 sont établis, de même qu’un devis pour la réalisation du chantier175. Ce sont ces documents figurés qui fournissent l’image la plus précise du projet : un quai large, à la hauteur du port Sablet, d’une vingtaine de mètres, soutenus par de puissants murs de pierre de taille hauts de plus de 8m, fondations sur pieux comprises. L’aménagement du port Sablet proprement dit donne lieu quant à lui à un véritable feuilleton sur le choix d’un port « en gradins » (en escaliers) ou « à rampes » [fig. 103]176 jusqu’à un bas port. Au terme de nombreux atermoiements, décision est prise en novembre 1839 de réaliser un port « en escaliers »177. Ce projet est maintenu jusqu’en 1856, date à partir de laquelle il est définitivement transformé en port à rampes178 [fig. 104].

fig. 103 Plan d’aménagement du quai sur la rive droite de la Saône en 1838

(Archives départementales du Rhône, S 1029).

fig. 104 Plan du nivellement du quai Fulchiron, incluant la place du port « Sablé », 1859˗1870 (Archives municipales de Lyon, 922 wp 14/1).

© AML / photo G. Bernasconi.

Données techniques

  • 179 adr. – S 1029 : lettre du préfet du Rhône au maire de Lyon, 30 mars 1841. adr. – S 1029 : décision (...)

301Il a paru intéressant d’extraire du devis l’article consacré aux remblais : il y est précisé qu’« une partie des remblais proviendra des fouilles à exécuter pour l’établissement des fondations entre le chemin des Étroits exécuté récemment et le pont Tilsitt, mais la plus grande partie de ces remblais sera prise ou draguée dans les atterrissements du Rhône et de la Saône et transportée par voiture ou par bateau, suivant que les déblais seront faits à main d’homme ou au moyen de machines à draguer »179. Ce qui précise la provenance des remblais mis au jour au cours des travaux archéologiques.

  • 180 adr. – S 1818 : 18 mai 1840 : « 1° le moellon de Couzon, qui au devis estimatif est porté à 4 F 50  (...)

302Les matériaux mis en œuvre sont évoqués pour la première fois en mai 1840, lorsque l’entrepreneur soumissionnaire, Gaulliard, cherche à résilier son contrat, arguant du renchérissement des prix des matériaux : ce sont des moellons en pierre de Couzon-au-Mont-d’Or (calcaire aalénien), de la pierre de taille de Villebois (calcaire bathonien du Jura méridional et de l’Île Crémieu), et enfin de la pouzzolane pour le béton180.

  • 181 adr. – S 1029 : 16 novembre 1846.

303Les matériaux sont évoqués une seconde fois à l’issue des travaux, le 16 novembre 1846, par un état comptable qui en recense les coûts181. Sont mentionnés du bois de sapin pour les pieux et les palplanches ; de la fonte pour les sabots (des pieux) ; des « frais de sonnettes » pour battre 1 303 pieux ; des moellons employés aux enrochements, provenant de Pierre-Scize (gneiss), du Haut-Rhône, d’Irigny, de Couzon-au-Mont-d’Or ; de la pierre de taille de Villebois. L’essentiel des données demeure strictement comptable. Le tirant à sonnette et les pieux du « nouveau quai Fulchiron » sont d’ailleurs figurés sur les lavis de 1841.

De l’intérêt des plans techniques du projet

304Les représentations graphiques (plans, coupes ou profils « en travers ou en longs », selon l’expression en usage) constituent des documents précieux pour l’historien et l’archéologue. Ils l’étaient tout autant pour les ingénieurs et les entrepreneurs qui ont conçu et réalisé le projet – à cet égard, l’état de grande fatigue du plan de 1838 est significatif. L’emprunt ou la communication de ces pièces techniques essentielles entre les services de la Ville et ceux de la préfecture étaient fréquents, mais la réintégration au dossier ne suivait pas toujours. L’inventaire des pièces joint au dossier S 1818 ou S 1029 révèle les pertes subies : seules deux pièces subsistent dans le premier, pour une dizaine recensée. S’il est probable que les plans disparus (pièces 1 et 2) de S 1818 sont conservés de nos jours sous la cote S 1029, il n’est est pas de même pour les devis (pièce 4), et surtout pour les rapports des ingénieurs (pièces 8 et 9) qui ont, semble-t-il, disparu à tout jamais.

305Malgré ces lacunes, la richesse de ces dossiers est certaine : ils fournissent par exemple deux séries de levées des profils des berges de la Saône. La première a été exécutée en 1837 (et corrigée en 1839) [fig. 105], et la deuxième en 1841. L’emplacement des coupes est identique dans les deux séries et ces dernières sont précisément positionnées sur le plan général du projet [fig. 103]. Quatre coupes se trouvent à l’intérieur du périmètre de la fouille : les coupes 5, 6, 7 et 8 ; la coupe no 7 est située au milieu de l’espace du port Sablet. Signalons d’emblée que les marches ne sont pas figurées : simplification ou réalité, on ne sait. Il se peut en effet que les marches ne soient plus en fonction à cette date et qu’elles soient enfouies sous un remblai.

fig. 105 Profils du projet du quai Fulchiron en 1838

(Archives départementales du Rhône, S 1029).

306La deuxième série de profils date donc de 1841. Elle a sans doute été effectuée à l’occasion de la reprise du chantier de construction, interrompu pendant plusieurs mois du fait de la crue de novembre 1840. L’inachèvement des murs de quai semble visible sur le dessin : les murs projetés, coloriés en rose, reposent en effet sur des massifs grisés, plus ou moins élevés selon les coupes. On sait que la crue de 1840 a un temps remis en question le projet, mais les modifications envisagées étaient relatives à la hauteur totale du remblaiement, pas au tracé du quai. L’implantation des murs est conservée à l’identique et les largeurs maximales projetées pour le quai ne varient pas (19,93 m ou 19,83 m selon les plans : les 0,10 m d’écart représentant sans doute la marge d’erreur). Les variations de tracé du profil de la berge, faibles mais perceptibles, entre les relevés de 1839 et ceux de 1841 sont-ils réalistes ? Dans l’affirmative, les différences sont-elles imputables aux travaux du quai, qui étaient en cours en 1841, ou bien faut-il plutôt les attribuer à la crue de 1840 ou, autre hypothèse, à une combinaison des deux ?

307Enfin, soulignons que ces plans font apparaître avec clarté les modifications radicales apportées à la rive droite de la Saône afin d’en corriger les irrégularités. Pour conserver un tracé rectiligne au quai, il a parfois fallu entailler la berge, comme à l’aval de la commanderie de Saint-Georges, ou, à l’inverse, procéder à d’importants remblaiements, comme à la hauteur du port Sablet. Combiné à l’avancée progressive de la berge d’ouest en est au cours du temps, ce deuxième cas de figure a assuré une exceptionnelle préservation des vestiges accumulés depuis l’époque antique jusqu’aux années 1840.

3.3.2 Une conversion progressive en domaine public

308La création du quai Fulchiron a coupé les maisons de leur exutoire, c’est-à-dire la rivière. Préalablement à l’installation du grand collecteur ovoïde no 003, construit en béton et moellons dans les années 1870-1880, un certain nombre de conduites (daleaux) évacue les eaux usées dans la rivière en traversant le nouveau quai sous la chaussée. Ce sont des canalisations voûtées construites en tranchée étroite dans les remblais, où alternent des blocs de différentes dimensions, principalement en pierres dorées, liés par un mortier gris assez dur. Les tranchées de fondation sont le plus souvent comblées par un mobilier céramique mêlé appartenant à des périodes plus anciennes. Quelques maçonneries de fosses d’aisances ont été installées ou réparées après la construction du quai Fulchiron.

309L’agrandissement de la place Benoît-Crépu, au début du xxe s., fait suite à la démolition progressive des bâtiments [fig. 106]. Les opérations prennent fin avec un dernier apport de remblais au terre-plein du port Sablet (Us. 1001 qui cote à 163,83 m, et Us. 1000), sur lequel le niveau de circulation de la place va se dérouler. Ce niveau de place a pu évoluer. Il atteint 165,74 m à l’arrivée des archéologues. La place vient en prolongement de la rue Monseigneur-Lavarenne et dessert la rue du Vieil-Renversé. Elle ouvre sur l’actuelle place François-Beltras qui longe le flanc nord de l’église Saint-Georges. Le nom actuel lui est attribué, par délibération du conseil municipal du 23 novembre 1894, en hommage au legs d’une partie de sa fortune à la Ville par Benoît Crépu, corroyeur né à Lyon en 1839 et mort dans cette même ville en 1893. Dans le courant du xxe s., le réseau d’assainissement s’intensife par le branchement de plusieurs raccords en béton au grand collecteur, et par l’installation d’un local de service destiné à surveiller son bon fonctionnement.

fig. 106 À l’emplacement de la place Benoît˗Crépu, les maisons de l’îlot nord, alors devenues des taudis, photographiées peu de temps avant leur démolition. Photographie de Jules Sylvestre, 1901. (Archives municipales de Lyon, 1 ph 0087a).

© aml / photo G. Bernasconi.

310Le dernier épisode de l’histoire du site se résume en deux phrases. La construction du parc de stationnement souterrain, au début du xxie s., participe à la revalorisation globale du quartier Saint-Georges dans le cadre d’un vaste projet d’aménagement urbain. À l’issue du chantier de construction, à la fin de l’année 2005, le lieu a retrouvé l’aspect, rénové, d’une place publique.

Notes

1 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

2 Ce profil d’érosion latérale de la rive méridionale est présenté dans cette phase en raison des couches qui le recouvrent, mais aucun élément ne permet de préciser la chronologie de ce rajeunissement de berge : il s’insère entre la phase 8 ou 9 et la phase 12. Cette érosion est peut-être à mettre en relation avec le mur mis en place dans ce secteur au cours de la phase 11 : l’érosion de la rivière a pu en effet contraindre les riverains à se protéger par la mise en place d’un mur ; elle est peut-être contemporaine de l’érosion de berge caractérisée au nord au cours de la phase 10.

3 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

4 aml. – 321 wp 98.

5 Le travail entrepris sur le site du Parc Saint-Georges s’inscrit dans le développement que connaît actuellement l’archéologie des périodes moderne et contemporaine. Ne manquons pas de mentionner le dossier consacré à « L’archéologie moderne et contemporaine » dans le no 96 des Nouvelles de l’archéologie paru en 2004, où les missions des études d’archives et le déroulement d’une opération d’archéologie préventive sont exposés à travers un exemple de fouilles lyonnaises (Faure-Boucharlat et al. 2004).

6 Ce lavis, que nos recherches n’ont pas permis de localiser, est connu grâce à deux reproductions contemporaines : une phototypie parue dans Dessins de trente artistes lyonnais du XIXe siècle (Vial 1905) et un dessin de Joannès Drevet, imprimé dans Le Lyon de nos pères (Vingtrinier 1901 : 66-67).

7 Le document figuré le plus célèbre et le plus ancien de la ville de Lyon est le grand plan scénographique, dessiné vers 1550. Par un assemblage de vingt-cinq feuilles gravées en taille-douce, il présente une vue perspective et cavalière de la ville depuis l’est. C’est un document unique qui offre une occasion exceptionnelle de connaître le quartier fluvial de Saint-Georges. Les plans géométraux d’Ancien Régime de la ville sur lesquels on peut aisément localiser le quartier Saint-Georges constituent autant de jalons de l’évolution du tissu urbain. Ils sont une sorte de préfiguration du plan cadastral napoléonien établi vers 1830. Il existe quelques plans techniques liés à l’aménagement des berges de Saône, mais aucune ne date d’avant le xixe s. Des œuvres d’artistes proposent tantôt une reproduction fidèle du paysage, tantôt une évocation de la vie du quartier. Parmi les principaux illustrateurs du quartier Saint-Georges, on peut citer Guillaume le Roy (illustration de l’œuvre de Pierre Sala, xvie s.), Israël Sylvestre (xviies.) et Laurent-Hippolyte Leymarie (xixe s.). On reconstitue l’évolution des maisons au fl des registres fscaux qui répertorient les contribuables ou les biens imposés, complétés parfois par les archives notariales. L’aménagement des ports de la Saône incombait aussi au pouvoir municipal : délibérations, estimations ou expertises, comptabilité consignant les travaux réalisés, paiements des matériaux (bois, pierre de construction). Les grands épisodes de crue de la Saône (1570, 1711, 1840, 1856) et les dégâts qu’elles provoquaient étaient suivis de grands travaux, plus ou moins menés à terme. Enfin, la volonté de création d’une voie de circulation continue sur la rive droite, devenue indispensable, se traduit à partir de 1839 par la réalisation du quai Fulchiron. Les archives des Ponts et Chaussées permettent d’en suivre le déroulement.

8 Industriel et érudit lyonnais (1851-1943).

9 aml. – 37 ii, volumes 34-35.

10 adr. – 10 G 1000.

11 Un inquilin est un locataire.

12 aml. – cc 5.

13 À quelques exceptions près, on a choisi de ne pas recourir systématiquement aux appels de note pour les références aux terriers consultés, mais plutôt de les énumérer ici, par cote et par date, afin d’alléger les notes de bas de page : aml. – cc 5 (1493, f° 59-63v°) ; aml. – cc 31 (1516, f° 39-44) ; aml. – cc 38 (1528, f° 2, f° 95-98), aml. – cc 42 (1551, f° 261v° – 266), aml. – cc 86 (1586, f° 1, f° 56, f° 60-68), aml. – cc 47/2 (1571 révisé en 1586, f° 15-17), aml. – cc 150 (1571, f° 121-136v°).

14 adr. – 1 G 233. Ce plan ne figure pas en illustration, du fait de sa faible valeur graphique.

15 adr. – Galle A 103.

16 adr. – 3 P, section N dite « de la Métropole ».

17 Érudit et « voyer » de la Ville (c’est-à-dire responsable du service de la voirie) dans la seconde moitié du xixe s., Benoît Vermorel a été l’initiateur de l’histoire urbaine de Lyon.

18 Séries anciennes des Archives municipales de Lyon.

19 BnF, recueil factice Va 69 (volumes 1-12).

20 Il est bien évident que la réalisation du dessin des maisons a nécessité l’intervention active et la collaboration permanente des archéologues qui ont suivi le dégagement des constructions (Alban Horry et le responsable de l’opération de fouille). Les noms crédités pour chaque illustration des plans de phases ne désignent que les auteurs de la mise en forme définitive.

21 Terme local. Il s’agit de calcaire aalénien exploité dans une zone au nord-ouest de Lyon, les monts d’Or. La teinte dorée provient de la circulation d’oxydes de fer. Les pierres dorées sont massivement utilisées à l’époque médiévale mais sont déjà attestées dans les constructions lyonnaises à l’époque gallo-romaine.

22 aml. – cc 31 (f° 42v°).

23 adr. – 10 G 1535.

24 adr. – Galle A 103.

25 adr. – 1 G 233.

26 adr. – 1 G 233.

27 adr. – 1 G 233.

28 adr. – 1 G 233.

29 aml. – cc 3.

30 aml. – cc 5.

31 adr. – 1 G 233.

32 aml. – cc 31.

33 aml. – cc 38 (f° 98).

34 aml. – cc 42 (f° 264v°).

35 aml. – cc 150.

36 aml. – cc 47 (f° 17).

37 adr. – Galle A 103.

38 adr. – Galle A 103.

39 aml. – 10 G 883.

40 adr. – 10 G 1535.

41 adr. – 3 P 0123-143.

42 adr. – S 1821.

43 adr. – 1 G 233.

44 adr. – 1 G 233.

45 aml. – cc 2.

46 adr. – 1 G 233.

47 aml. – cc 5 (f° 62v°).

48 adr. – 1 G 233.

49 aml. – cc 31 (f° 42v°).

50 aml. – cc 38 (f° 98).

51 aml. – cc 42 (f° 264).

52 aml. – cc 47-1 (f° 66) ; aml. – cc 150 (f° 136).

53 aml. – cc 47-2 (f° 17).

54 aml. – 1 G 233.

55 aml. – 1 G 233.

56 aml. – CC 2.

57 aml. – CC 31 (f° 98).

58 Les résultats du diagnostic effectué en 1997, principalement ceux extraits de l’ouverture du sondage II – le sondage I étant hors emprise, le plan du parc de stationnement n’étant alors pas encore fixé, et le sondage III étant trop partiel [fig. 9] – sont pris en compte dans le commentaire descriptif lorsqu’ils apportent des informations complémentaires. Afin de les distinguer, le numéro des structures est alors suivi d’un « s » pour « sondage ».

59 adr. – Galle A 103.

60 adr. – 3 P 0123-143.

61 adr. – 3 P 0123-143.

62 aml. – 321 wp 98.

63 aml. – 321 wp 98.

64 adr. – 3 P 0123-143.

65 adr. – 1 G 233.

66 aml. – cc 5 (f° 62v°).

67 aml. – cc 31 (f° 42).

68 adr. – Galle A 103.

69 adr. – 3 P 0123-143.

70 adr. – 3 P 0123-143.

71 adr. – 10 G 1000.

72 adr. – 1 G 233.

73 aml. – cc 2.

74 La façade des maisons 6 à 8 est dans un bon état de conservation puisqu’elle atteint par endroits près de 3,5 m d’élévation. Sa conservation s’explique par le fait que l’arasement des îlots effectué au xixe s. a tenu compte du niveau de circulation de la place du Port-Sablet, qui donne accès à la rivière par une volée de neuf marches. De fait, les élévations de ces maisons, à l’est, régulièrement bordées par les eaux de la Saône, ont pu être préservées.

75 adr. – 1 G 233.

76 aml. – cc 38 (f° 97v°).

77 Technique de construction lyonnaise consistant à juxtaposer des galets ronds afin de constituer un sol de circulation en usage dans les cours et les ruelles.

78 aml. – cc 2.

79 aml. – cc 5 (f° 62).

80 Il semble que cette mention « Pierre-Percée » provienne d’un trou assez profond laissé par une potence enfoncée dans une « cadette » (nom donné autrefois aux trottoirs étroits).

81 adr. – Galle A 103.

82 aml. – cc 31 (f° 41v° et 42).

83 aml. – cc 38 (f° 97v°).

84 adr. – Galle A 103.

85 adr. – cc 38 (f° 97).

86 aml. – cc 2.

87 aml. – cc 5 (f° 62).

88 aml. – cc 150 (f° 135).

89 aml. – cc 47 2 (f° 16v°).

90 aml. – bb 218 (f° 24v°).

91 adr. – Galle A 103.

92 adr. – 3 P 013-143.

93 aml. – cc 2.

94 aml. – cc 5 (f° 61).

95 aml. – cc 38 (f° 96v°).

96 Les étuves de la Pêcherie, situées en rive gauche, au débouché de la rue, sont sans doute l’établissement thermal le plus célèbre de Lyon au Moyen Âge. Réputation sans doute motivée par leur importance, mais plus sûrement encore provoquée par une procédure fameuse intentée à leur encontre pour fait de prostitution. Cette spécialité est d’ailleurs évoquée sur le plan scénographique par la présence de filles de joies déambulant aux abords de ces étuves. L’association entre lieux de libertinage et bains publics est classique aux xve et xvie s. : des affaires comparables ont été engagées dans plusieurs villes du royaume, entraînant à terme la fermeture des établissements. Un autre établissement de bains est installé sur la même rive que celui du Sablet : les étuves Tresmonnoye, à proximité de la place de Roanne, près du chevet de la cathédrale Saint-Jean.

97 aml. – 37 ii, volume 35, p. 9611.

98 adr. – Galle A 103.

99 adr. – Galle A 103.

100 Archéolabs, réf. arc 09/R2964D/2.

101 aml. – cc 2.

102 aml. – cc 5 (f° 60v°).

103 adr. – 10 g 1668.

104 aml. – cc 150 (f° 135) ; aml. – cc 47-2 (f° 16).

105 adr. – Galle A 103.

106 Archéolabs réf. arc 09/R2964D/2.

107 L’autorisation relève en effet du domaine royal, qui exerce ses droits de propriété sur les rives des fleuves et des rivières.

108 adr. – S 1818.

109 aml. – cc 2.

110 aml. – cc 5 (f° 60v°).

111 aml. – cc 38 (f° 96v°).

112 Cet escalier n’est attesté que sur le plan daté du milieu du xviiie s. (Séraucourt 1740). Les traces éventuelles de cette structure ont été totalement gommées par l’édification de diverses conduites au xxe s.

113 adr. – 3 P 0123-143.

114 aml. – 342 wp 7 1.

115 aml. – cc 2.

116 aml. – cc 5 (f° 60v°).

117 aml. – cc 31 (f° 39).

118 aml. – cc 31 (f° 39) ; aml. – cc 38 (f° 96).

119 adr. – Galle A 103.

120 adr. – 1 G 233.

121 « Plâtre » est un terme local qui désigne une place ou un lieu non construit.

122 aml. – cc 473 (1483) : Mandements, quittances… « pour planter les pilotis et transporter les matériaux nécessaires à l’ouvre du port Saint-Éloy, en la rue de la Saonnerie, sur la rivière de Saonne ».
aml. – cc 509 : Mémoires et quittances pour « acquisition, transport et mise en ouvre des matériaux ; terrassements, réparations d’outils, plantation de pilotis, scellement de boucles en fer », pour les réparations au port Saint-Éloi.

123 Les mentions dans les inventaires sont plus rares : elles reflètent, somme toute, l’importance du sujet !

124 aml. – dd 100 (f° 334-335).

125 aml. – dd 100 (f° 334-335) : 16 avril 1161 : « Fournira led. Renaud pour cet effect tous les moutons, angins, oultilz, cordages, radeaux, journées d’ouvriers et générallement ce qu’il conviendra pour led. Posage et plan[te], excepté les pieux, platteaux, boys pour lesd. cengles quaisses et les pointes, liens, chappellets, cloux et autres ferremens nécessaires qui luy seront founis sur place par lesd. Sieurs prévost des marchans et eschevins ».

126 aml. – dd 101 (f° 288-289) : 14 novembre 1662 : « Par devant le notaire royal soussigné… les consuls, échevins de la ville de Lyon et Claude Poncet maitre charpentier ont conclu le marché à prix-fait suivant : “Scavoir que led. Poncet maitre charpentier a promis et promet ausd. sieurs prévôt des marchands et échevins de faire planter tous les pieux tant pour l’agrandissement que pour la conservation des ports de la rivière de Saosne du costé de Fourvière, qu’ilz jugeront à propos, lesquelz pieux avec leurs poinctes seront fournis par lesd. sieurs prévost et eschevins aud. priffacteur qui les fera charrier de la place de Bellecourt et le l’Arcenac [sic] ou deds autres endroictz de lad. ville où lesd. pieux se trouveront ; les appoinctera et cy attachera les poinctes de fert et les plantera à reffus de mouton et au declef suivant l’ordre et les lieux que le consulat luy indiquera : plus led. priffacteur sera tenu de faire toutes les quaisses qui seront nécessaires, cy posera les [limandes ?] qu’il conviendra, les bois desd. quaisses que lesd. sieurs feront refandre, il est à propos lesd. limandes claver, crosser pour les atta[cher et ?] seront fournis aussy par lesd. sieurs prévost des marchands et eschevins comm… les liens pour attacher et battre lesd. pieux ; led. priffacteur n’estant obligé qu’à la fourni[ture] desd. charroys, radeaux, moutons, cordages, oultiz, équipages et journées d’ouvriers pour led. plantage ; à laquelle œuvre il commencera à faire travailler des d… prochain, avec bon nombre d’ouvriers et continuera incessamment tout aultant que la bassesse des eaux le luy pourra permectre.” »

127 aml. – bb 217 (f° 527).

128 aml. – dd 100 (f° 374-375) : 19 mai 1661.

129 Archéolabs réf. arc 09/R2964D/2.

130 Saint-Fortunat-au-Mont-d’Or, commune du Rhône, dans le massif du Mont-d’Or.

131 aml. – bb 218 (1663) (f° 16) : « Mandement pour Mathieu Charé maitre tailleur de pierre de St Fortunat au Mont d’Or de la somme de huict cens quatre vingtz dix livres que lesd. sieurs luy ont ordonné, scavoir sept cens cinquante huict livres pour sept cens cinquante huict piedz pierre de taille en huictante deux quartiers, à raison de vingt solz le pied qui ont esté employez aux réparations que le consulat a fait faire au port de l’Arche de Noel [sic] et à celluy de la Croix du Sablet. »

132 25,78 m3, s’il s’agit du pied de roi. Un quartier est en moyenne égal à 9,2 pieds3.

133 aml. – bb 218 (1663) (f° 24v°) : « Mandement pour Jean Grand, perreyeur de Sainct Fortunat au Mont d’Or les sommes de deux cens livres… à bon compte de ce à quoy se monteront les piedz des quartiers de pierre qu’il a fourny à raison de dix huict solz le pied cubbe pour estre employés aux réparations du port appelé du Sablet. »
aml. – dd 34 : « Du jeudy 4e janvier 166[3]. Les prévôt des marchands et échevins de la ville de Lyon, à Me François du Faure, receveur des deniers communs… de lad. ville, nous vous mandons que des deniers de votre charge vous payez et délivriez comptant à Jean Grand perreyeux de St Fortunas au Mont d’Or, la somme de deux cents livres tournois que lesd. sieurs lui ont accordée à bon compte de ce à quoi se monteront les pieds des quartiers de pierre qu’il a founi à raison de 18 s. le pied cube pour être employé aux réparations que le consulat fait faire au port appellé du Sablet et raportant le présent mandement et quitance sur ce suffisant de lad. somme de 200 £… »

134 200 livres = 222 pieds3 (8,8 m3) de pierre.

135 222 pieds3 (8,8 m3) = 24 quartiers ou blocs.

136 Une portion de la première livraison de 758 pieds3 concerne aussi le port de l’Arche de Noël, petit port situé en amont du port Saint-Paul.

137 aml. – 701 764.

138 aml. – bb 311.

139 BnF Estampes Va 69, vol. 8, H 147743.

140 Dessin de F. A. Pernot (BnF Estampes Va 69, vol. 5, H 147451).

141 adr. – État des sections 3 P 123-143.

142 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

143 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

144 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

145 Archéolabs, réf. arc 04/R3206D.

146 Au niveau de l’îlot sud, devant les maisons 13 et 14, des dépôts datés de la première moitié du xviiie s. ont pu être isolés entre 157,85 m et 156,30 m d’altitude sur le tombant de la berge. Localisés dans la partie orientale du site, sur une épaisseur moyenne de 1,5 m, ils atténuent progressivement le pendage qui, avec une valeur faible de 25 %, caractérise la proximité du talweg de la rivière.

147 L’absence de mobilier dans certaines couches formant le tombant de la berge ne permet pas toujours de préciser la chronologie de son évolution, et plus particulièrement de différencier les dépôts de la seconde moitié du xviiie s. de ceux de la première moitié du xixe s. Toutefois, l’apport principal sur le plan de la paléohydrologie est l’observation de la succession de séquences érosives de la Saône après la première moitié du xviiie s.

148 Archéolabs, réf. arc 03/R3016D.

149 aml. – 342 wp 7 1 : ordonnance déclarant les travaux du quai d’utilité publique, en date du 5 septembre 1839.

150 aml. – aa 135, « Mémoire concernant l’ouverture d’une grande route sur la rive droite de la Saône, au sortir de la porte Saint-Georges, en remplacement du sentier dit des Étroits ».

151 adr. – S 1818 : lettre du directeur des Ponts et Chaussées, 27 mars 1838.

152 adr. – S 1818.

153 aml. – 342 wp 7 1.

154 adr. – S 1818. Cette perspective de rentrée fiscale expliquant sans doute la décision prise le 18 janvier, de réduire la participation de l’État aux dépenses.

155 adr. – S 1818.

156 aml. – 342 wp 7 2.

157 adr. – 3 P 123-143.

158 adr. – S 1029.

159 adr. – S 1818 : 9, 11, 19, 29 oct., novembre 1839 ; aml. – 342 wp 7 1 : 13 déc. 1839.

160 aml. – 342 wp 7 1 : 13 décembre 1839.

161 aml. – 342 wp 7 1.

162 aml. – 342 wp 7 1 ; 30 mars 1841.

163 adr. – S 1029.

164 adr. – S 1818 : lettre de l’ingénieur en chef au préfet du Rhône, mai 1841 ; arrêté préfectoral, 4 mai 1841.

165 adr. – S 1818. L’entrepreneur se verra encore refuser une – ultime ? – demande de résiliation en mai 1844.

166 adr. – S 1818 : lettre de Jean Gaulliard au préfet du Rhône, 17 mai 1842.

167 adr. – S 1818 : pétition, 19 mai 1842.

168 aml. – 342 wp 7 1 : rapport de l’ingénieur Garella, 17 juin 1842.

169 Il s’agit très certainement de Hyacinthe Garella (1775-1852), ingénieur des Ponts-et-chaussées italien naturalisé par Louis XVIII. D’abord en charge des travaux des ports de la Méditerranée, il est affecté à ceux de la vallée du Rhône à partir de 1837. Nommé inspecteur divisionnaire en 1842, il est en charge de la 16e puis de la 8e division.

170 adr. – S 1818 : 26 septembre 1842.

171 adr. – S 1818 : 18 janvier 1843.

172 aml. – 342 wp 7 1 : demande de la fabrique de Saint-Georges, 9 déc. 1843.

173 adr. – S 1818 : 6 janvier 1846 ; 17 avril 1847.

174 adr. – S 1818 : lettre du directeur des Ponts et Chaussées, 27 mars 1838.

175 adr. – S 1029.

176 Le mauvais état du document technique est dû aux nombreuses manipulations par les ingénieurs qui ont supervisé la réalisation du quai.

177 adr. – S 1818 : lettre de la direction des Ponts et Chaussée, 19 nov. 1839.

178 adr. – S 1821, 1856.

179 adr. – S 1029 : lettre du préfet du Rhône au maire de Lyon, 30 mars 1841. adr. – S 1029 : décision ministérielle rejetant le projet d’exhaussement, 4 mai 1841. adr. – S 1818 : lettre de l’ingénieur au préfet, début mai 1841.

180 adr. – S 1818 : 18 mai 1840 : « 1° le moellon de Couzon, qui au devis estimatif est porté à 4 F 50 rendu déchargé sur le chantier, revient aujourd’hui à 6 F 40 […] ; 2° lors de la réaction des devis par M. l’ingénieur Garella, la compagnie des cent ouvriers était formée depuis peu à Villebois et avait par l’effet de la concurrence, fait baisser considérablement les prix de la pierre de taille ; on pouvait espérer qu’il en serait toujours ainsi ; mais, loin de là, cette diminution de prix n’a été que momentanée, en sorte que la pierre de taille brute qui au devis a été estimée à 35 F le mètre cube, ne peut s’obtenir aujourd’hui à moins de 46 F. […] ; 3° la Poussolane servant au béton estimée 22F le mètre cube par le devis, s’élève actuellement au prix de 40 F […] ;
4° les changements apportés au projet pour la construction du Port Sablé, ainsi que la rectification des alignements projetés et décrits dans le devis ont eu pour effet de porter la construction du quai plus en avant sur la Saône et, par suite, d’augmenter considérablement les travaux de fondations et de plus de moitié le cube des remblais, lesquels ont été estimés à 0,99 le m3 et qui ne peuvent être exécutés à moins d’1,50 F. »

181 adr. – S 1029 : 16 novembre 1846.

Table des illustrations

Légende fig. 48 Plan des vestiges au cours du Moyen Âge central, entre le xie s. et le début du xiie s. (phase 11).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 49 Élévation du parement méridional du bâtiment isolé, mur no 1090/1091.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende fig. 50 La face externe du bâtiment isolé, vue du nord˗est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende fig. 51 Élévation du parement oriental du bâtiment isolé, mur no1103.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende fig. 52 Coupe stratigraphique à l’intérieur du bâtiment isolé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende fig. 53 Élévation du parement oriental de la maçonnerie no 755.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende fig. 54 Lépave no 6, xie s. (phase 11). Vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende fig. 55 Plan des vestiges et localisation de l’épave no 14, entre le xiie s. et la première moitié du xiiie s. (phase 12).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende fig. 56 L’épave no 14, xiie s. (phase 12). Vue du sud˗est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende fig. 57 Les Maisons du bord de l’eau avant la construction du quai Fulchiron, Laurent˗Hyppolite Leymarie, dessin au lavis, 1837. Reproduction par phototypie extraite de l’ouvrage d’Eugène Vial, Dessins de trente artistes lyonnais du xixe siècle (Musée des beaux˗arts de Lyon, inv. 116946)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende fig. 58 Plan terrier coté en pieds (de ville), rive droite de la Saône, avec le port Sablet, vers 1750˗1760. Copie contemporaine sans date, ni nom d’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende fig. 59 Limite du chantier de fouille superposée au cadastre napoléonien, section N dite de la Métropole, vers 1831 (Archives municipales de Lyon, 1491 wp 255).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende fig. 60 Plan général du bâti avec la numérotation des maisons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende fig. 61 Plan des vestiges à partir de la seconde moitié du xiiie s. et durant le xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende fig. 62 Plan des vestiges depuis le début du xve s. jusqu’à la fin du xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende fig. 63 Plan des vestiges depuis le début du xviie s. jusqu’au milieu du xixe s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende fig. 64 Plan des maisons 1 et 2, entre la seconde moitié du xiiie s. et la fin du xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende fig. 65 Plan des maisons 1 et 2, du xve au xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende fig. 66 Plan de la maison 2, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende fig. 67 Plan des maisons 3 et 4, de la seconde moitié du xiiie s. au xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende fig. 68 Relevé en plan des limites orientales des maisons 3 et 4, entre le xve et le xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende fig. 69 Relevé des fondations et du parement oriental des maisons 2, 3 et 4, entre le xve et le xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende fig. 70 Plan des maisons 3 et 4, entre le xve et le xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende fig. 71 Plan des maisons 3 et 4, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende fig. 72 Pieux de fondation (Us. 576) de la maçonnerie no 552, entre le xve et le xvie s. (phase 14), vus du nord˗est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende fig. 73 L’escalier d’accès (no 266) à la maison 4, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15), vu de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 74 Plan des maisons 5, 6 et 7, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende fig. 75 Plan des maisons 5, 6 et 7, entre le xve et le xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende fig. 76 Plan des maisons 5, 6 et 7, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende fig. 77 Plan des maisons 8, 9 et 10, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende fig. 78 Plan des maisons 8, 9 et 10, entre le xve et le xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende fig. 79 Le mur no 1215, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13), vu du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende fig. 80 Plan des maisons 8 et 9, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende fig. 81 Le mur no 1050, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15), vu du nord˗est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende fig. 82 Plan des maisons 11, 12 et 13, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende fig. 83 Coupe stratigraphique de l’hypocauste no 829, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende fig. 84 Plan des maisons 11, 12 et 13, entre le xve et le xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende fig. 85 Plan des maisons 11, 12 et 13, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende fig. 86 Plan des maisons 13, 14 et 15, entre la seconde moitié du xiiie s. et le xive s. (phase 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende fig. 87 Plan des maisons 13 à 16, entre le xve et le xvie s. (phase 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende fig. 88 Plan des maisons 13 à 16, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende fig. 89 Mention des ports fluviaux sur le plan scénographique de Lyon. Fac˗similé publié par la Société de topographie historique de Lyon, 1872˗1876 (Archives municipales de Lyon, 2 sat 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende fig. 90 Saint-Georges avant la construction du quai Fulchiron, E.A.B. Hubert de Saint˗Didier, dessin au lavis et encre de chine, avril 1841.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende fig. 91 Vue de la rive droite de la Saône depuis la dernière voûte du Pont d’inay, E.A.B. Hubert de Saint˗Didier, dessin au lavis et à la plume, 1841.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende fig. 92 Coupe stratigraphique de l’esplanade du port Sablet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende fig. 93 Relevé en plan des escaliers d’accès à l’esplanade du port Sablet, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende fig. 94 Marques sur la face externe des marches du port Sablet, entre le xviie s. et la première moitié du xixe s. (phase 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende fig. 95 Répertoire des marques lapidaires du port Sablet : a Marques simples ; b marques doubles.Le répertoire formel des signes taillés dans le même matériau (calcaire à gryphées extrait du massif du Mont d’Or, au nord du Lyon) peut être classé selon deux catégories : l’une à caractère épigraphique et l’autre à caractère géométrique, encore que la distinction n’est pas toujours facile à établir. Il y a des signes géométriques purs et d’autres dont l’analogie à une lettre est peut-être une simple coïncidence. On constate l’absence de signes figuratifs (tels les outils liés au travail de la pierre qui sont particulièrement fréquents), zoomorphes ou anthropomorphes. Quelques marques sont doubles, c’est-à-dire juxtaposent deux signes différents sur un même bloc. Leur répartition sur le bloc suggère la volonté de les associer et de marquer l’intervention de deux tailleurs de pierre, ce qui pose la question de l’organisation du travail. Le signe lapidaire est situé sur l’une des deux faces visibles de la pierre de taille, la contremarche, et non sur le plat de la marche. Son emplacement est variable mais il occupe dans la majorité des cas le centre du bloc. Les signes se lisent dans un sens ou dans un autre, le renversement opère parfois à 90° ou à 180 , ce qui démontre qu’ils ont été gravés avant la pose. Le démontage des escaliers n’a permis de localiser aucun signe lapidaire sur les faces non visibles des marches, ces faces étant en général simplement dégrossies. Les dimensions des signes ne sont pas rigoureusement identiques, cette variabilité étant le témoin d’une taille manuelle. La conservation des signes est plutôt bonne et leur lecture n’a pas eu à souffrir des effets de l’érosion qu’auraient pu infliger les flux de la rivière. L’interprétation du marquage dans l’histoire d’un chantier de construction à l’époque moderne est teintée de nombreuses limites. Il est bien sûr impossible, à ce jour, de comprendre si le signe lapidaire se rapporte à un individu ou à un groupe de tailleurs de pierre. Cependant, on peut raisonnablement penser que la diversité du catalogue des marques du port Sablet est trop grande (une cinquantaine) pour envisager que chacune d’entre elles puisse correspondre à la signature d’un tailleur de pierre œuvrant sur place, à Saint-Georges. Dans cet ordre d’idée, il n’est donc pas exclu de penser que chacun des signes a pu être inscrit en carrière et non gravé lors de la construction des degrés du port. Leur présence, ici, serait liée plus à la fourniture des pierres que de leur mise en œuvre, donc aux hasards de l’approvisionnement en matériaux nécessaires à l’embellissement du port Sablet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende fig. 96 Épave no 15, première moitié du xvie s. (phase 14). Vue du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende fig. 97 Épave no 16, début du xvie s. (phase 14). Vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende fig. 98 Épave no 13, début du xvie s. (phase 14). Vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende fig. 99 Épave no 10, Xvie s. (phase 14). Vue du sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende fig. 100 Épave no 11, Xvie s. (phase 14). Vue du sud˗est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende fig. 101 Coupe stratigraphique du talus de la berge devant l’îlot nord. © W. Widlak, A. Dagand.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende fig. 102 L’épave no 1 (xviiie s., phase 15) en cours de dégagement. Vue du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende tabl. II Calendrier des principales étapes de la construction du quai Fulchiron, milieu du xixe s. (phase 16).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende fig. 103 Plan d’aménagement du quai sur la rive droite de la Saône en 1838
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende fig. 104 Plan du nivellement du quai Fulchiron, incluant la place du port « Sablé », 1859˗1870 (Archives municipales de Lyon, 922 wp 14/1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende fig. 105 Profils du projet du quai Fulchiron en 1838
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende fig. 106 À l’emplacement de la place Benoît˗Crépu, les maisons de l’îlot nord, alors devenues des taudis, photographiées peu de temps avant leur démolition. Photographie de Jules Sylvestre, 1901. (Archives municipales de Lyon, 1 ph 0087a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20227/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteurs

Ancien élève de l’université Lumière Lyon 2, diplômé en histoire et civilisation de l’Antiquité classique, Grégoire Ayala est ingénieur de recherche à l’institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) où il exerce les fonctions de responsable d’opérations de terrain dont il a régulièrement diffusé les résultats. Il a conduit de nombreuses fouilles préventives sur d’importants sites stratifiés occupés depuis l’âge du Fer jusqu’à l’époque moderne, en milieu urbain mais aussi rural en région Rhône-Alpes. Son expérience professionnelle s’est aussi largement forgée à l’étranger (Maroc et Tunisie avec le cnrs) et en tant que boursier des Écoles françaises de Rome et d’Athènes. Il a mené des recherches sur le mobilier céramique de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Rhône-Alpes et a élargi ses connaissances de la culture matérielle de l’Antiquité en participant à l’étude du mobilier archéologique de la fouille de la Vigna Barberini sur le Palatin à Rome. Il a été désigné membre de la Commission interrégionale de la recherche archéologique (cira) du Centre-Nord au titre de spécialiste de l’archéologie gallo-romaine et nommé membre de la commission des opérations sous-marines du Conseil national de la recherche archéologique. Il est chercheur associé à l’umr 5138 « Archéométrie et Archéologie» (cnrs, université Lumière Lyon 2, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search