Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Chapitre 2. La formation d’un espace fluvial

Agnès Vérot-Bourrély et Grégoire Ayala

Résumé

Fondée sur une patiente étude géomorphologique, la variabilité du site a été confrontée aux observations micromorphologiques et aux résultats des analyses paléoécologiques. Cette étude retrace tous les déplacements des niveaux de berge, modifiés plusieurs siècles durant par la circulation des eaux du Rhône et de la Saône. L’emplacement du Parc Saint-Georges se trouve aux confluences successives des deux cours d’eau qui marquent la topographie de la plaine alluviale lyonnaise. L’ensemble des informations propose une restitution du paysage qui détecte, sur fond de métamorphoses fluviales, une présence humaine bien avant la colonisation romaine. Ces résultats caractérisent l’anthropisation progressive du site qui va s’émanciper de la contrainte hydrologique grâce à des conditions bioclimatiques favorables. À la fin du ier s. ap. J-C., un ponton de bois et une première embarcation sont les témoins du début de l’activité sur la rive. Cinq chalands de fort tonnage matérialisent un site d’ancrage, d’abord à la confluence de la Saône primitive avec son nouveau tracé puis en rive droite de la nouvelle Saône. L’activité portuaire qui se développe du milieu du iie s. au début du ive s. contribue à faire de Lugdunum une plaque tournante du trafic sur l’axe Rhône-Saône et attire dans la métropole des approvisionnements d’origine méditerranéenne. Un amoncellement de blocs au nord du site suggère l’existence d’un mur de bord de Saône qui isole la ville basse au cours de l’Antiquité tardive. On observe un retrait de l’occupation entre le ve et le xe s.

Texte intégral

2.1 Du substrat granitique aux alluvions holocènes

1La conduite de la fouille en même temps que la construction du parc en paroi moulée étanche a permis d’observer des niveaux profonds rarement atteints à Lyon dans le cadre de fouilles préventives. Il a été également possible d’interrompre ponctuellement des phases profondes de terrassement, hors de tout niveau archéologique, afin d’effectuer des relevés dans le secteur 13 et dans les secteurs 17 à 20.

2À la base, les différents dépôts reconnus, quoique ponctuels, révèlent sur le substrat granitique, représenté par son niveau d’altération (arène), des alluvionnements fluvioglaciaires et tardiglaciaires. Ces dépôts ne sont conservés qu’en lambeaux, puisqu’ils ont été remaniés par des écoulements du Rhône et de la Saône d’âge holocène indéterminé. Ces derniers sont à l’origine d’une construction graveleuse dont le sommet est daté au plus tard du iis. av. J.-C. L’ensemble de ces formations, présenté rapidement, témoigne de la mise en place du sous-sol du site archéologique et explique l’absence de tout vestige pré-et protohistorique au cours de cette période.

2.1.1 L’arène granitique

3Le substrat est représenté par un conglomérat de base, à granulométrie sableuse grossière de couleur orangée et à structure plus ou moins indurée renfermant des fragments centimétriques de granite non altérés (Us. 1674). Cette arène résulte de l’altération du socle granito-gneissique composant le soubassement du plateau de Fourvière qui domine le site à près de 300 m d’altitude à l’ouest. Ce plateau appartient au Plateau Lyonnais, élément de la bordure orientale du Massif central.

4Le toit de cette formation est irrégulier puisqu’il a été érodé par les processus morphogénétiques suivants, et plus particulièrement par ceux du Quaternaire, dont les grandes glaciations du Pléistocène. Cette arène, observée in situ, affleure au maximum à 154,90 m dans la partie orientale du secteur 7, et à 153,25 m au plus bas dans la partie ouest des secteurs 18 et 19. L’étude des sondages géotechniques, préalables à la construction du parc, a révélé un pendage globalement sud-nord de 153 m à 149 m au pied des immeubles, et de 153,88 m à 147 m le long de la rive actuelle [fig. 10].

fig. 10 à gauche altitudes du toit de l’arène granitique d’après les sondages géotechniques et les observations in situ ; à droite coupe synthétique des niveaux profonds vierges d’anthropisation d’après les sondages géotechniques et les observations in situ, et localisation des prélèvements datés au radiocarbone.

© W. Widlak, A. Dagand.

2.1.2 Des formations fluvio-glaciaires

5Des formations composées de matériaux hétérométriques emballés dans une matrice argilo-sableuse de couleur jaune orangé semblent caractériser une moraine lavée, remaniée par les eaux de fonte. Les blocs de roches cristallines (dont des roches vertes), de schistes et de calcaires peuvent atteindre 0,10 m à plus de 1 m d’axe (la plus grande largeur) et sont mêlés à des graviers et à des galets (Us. 1667, 1797). Les blocs moyens sont bien roulés alors que les plus volumineux sont simplement émoussés et portent des stries glaciaires. On note quelques variations de texture et de structure dans ces dépôts. Des lits sédimentaires renferment des matériaux plus roulés (tels les Us. 1760 et 1796) qui supposent des écoulements chenalisés. D’autres, avec une matrice de sables très grossiers, granuleux et mal lavés, de couleur orange à rouille, semblent indiquer des processus de pédogenèse qu’il est difficile de démontrer par ailleurs : ils pourraient correspondre à des lambeaux de terrasse fluvioglaciaire colonisés par la végétation en période interglaciaire.

6La mise en place de ces formations résiduelles est probablement à mettre en relation avec le front du glacier rhodanien würmien atteignant l’Est lyonnais (70 000 à 15 000 ans). À l’aval du front du glacier, les écoulements ont édifié les terrasses fluvioglaciaires, dont celle de Villeurbanne, commune mitoyenne de Lyon, à plus de 170 m d’altitude. Ces écoulements ont remanié les dépôts de l’extension glaciaire maximale antérieure (moraines externes) rattachée à la période du Riss (200 000 à 100 000 ans) et atteignant le sommet du plateau de la Croix-Rousse, à Lyon. C’est la première fois que ces dépôts ont pu être observés dans la plaine au centre de la ville. Ils ont été caractérisés majoritairement dans la partie orientale de la fouille et dans les secteurs 15, 14, 10 et 7, où ils culminent au plus haut à 155,20 m. Des formations similaires, qui atteignent 154,75 à 154,90 m d’altitude, ont été relevées dans la partie occidentale de l’emprise au niveau du secteur 17 et du secteur 13. Cette topographie de surface irrégulière est héritée de la dynamique alluviale tardiglaciaire et holocène [fig. 10].

2.1.3 Des alluvions tardiglaciaires

  • 1 Réalisées au laboratoire de datation au radiocarbone de l’Université de Laval (Québec, Canada), fin (...)

7Les alluvions reposent tantôt directement sur l’arène granitique, tantôt sur les alluvions fluvioglaciaires. Trois datations radiocarbones1 de bois fossiles ou de matières organiques dans ces niveaux offrent une chronologie du Tardiglaciaire. Si les dates ainsi obtenues apportent des précisions sur la mise en place de ces alluvions, d’autres datations en cours devront permettre d’affiner la reconstitution des processus tardiglaciaires ici impliqués. Nous présenterons donc brièvement ces alluvions anciennes, repérées entre 153,80 m, au plus bas, et 155,55 m.

8La texture des alluvions observées traduit deux processus. Les dépôts composés de cailloutis, de graviers et de galets emballés dans une matrice sableuse relèvent de courants tractifs dans le lit mineur, et caractérisent la charge de fond des cours d’eau. Deux dates radiocarbones ont été obtenues dans ces matériaux grossiers. Au nord de l’emprise, dans le secteur 22, un tronc d’un diamètre de 0,14 m (Us. 1795), dégagé à 155,55 m lors de terrassements, est daté du Bölling : 12 250 ± 140 BP (ul-3205). Plus en aval, au secteur 20, un fragment de bois dégagé à 154,70 m est daté du Dryas récent : 10 250 ± 130 BP (ul-3204).

  • 2 L’extension spatiale de ce chenal NE-SO ne peut être proposée en raison de sa localisation à proxim (...)

9Au sein de cette accumulation caillouteuse, un paléochenal à remplissage fin a été isolé dans la partie occidentale du secteur 20 [fig. 11]. Son talweg a été repéré sur 5 m de large ouest-est, avec un talweg au minimum à 154,25 m à l’ouest et sur 12 m de long nord-sud, avec un fond au minimum à 153,80 m au sud2. Inscrit dans les formations graveleuses, il témoigne d’une phase d’incision des lits fluviaux : la berge orientale présente une pente douce de 17 % minimum. Le remblaiement de ce micro-chenal est assuré par une succession de lits alluviaux à texture fine, observés sur 1 à 1,6 m de hauteur. À la base, des sables grossiers, évoluant vers des sables moyens puis fins, sont la trace d’une lame d’eau de moins en moins compétente : ce premier remplissage sableux (Us. 1805) atteint un minimum de 155,25 m (arasé par terrassement mécanique). Au sein de la formation, deux lits centimétriques, obliques est-ouest, et limono-argileux carbonatés, de couleur blanche, peuvent traduire des épisodes d’étiage favorables à la précipitation des car bonates (climat plus chaud que l’actuel). Ce remplissage sableux est ensuite raviné jusqu’à 154,40 m minimum. Puis, une succession de lits fins (Us. 1806) assure le remblaiement terminal du chenal, qui atteint au minimum 155,40 m d’altitude. La granulométrie décroissante (sables moyens, fins, puis limoneux à limono-argileux légèrement organiques) témoigne de courants de débordement de plus en plus lents depuis un chenal éloigné et/ou encaissé ; elle révèle l’atterrissement progressif de ce chenal. Au contact des sables grossiers et moyens de l’Us. 1805, des fragments de brindilles de 0,01 à 0,05 m de diamètre forment un amas de 0,10 m à 0,20 m de large, entre 154,50 m et 154,70 m d’altitude, et peuvent correspondre à une laisse de crue. Une datation radiocarbone de ces brindilles fournit une chronologie de l’Alleröd : 10940 ± 130 BP (ul-3203).

fig. 11 Stratigraphie du paléochenal ancien daté de l’Alleröd.

© W. Widlak, A. Dagand.

10Ces quelques éléments sont du plus grand intérêt pour affiner la reconstitution de l’histoire de la plaine alluviale lyonnaise après la déglaciation. En attendant de nouvelles dates, les données connues par ailleurs sur la plaine (Bravard et al. 1997 ; Franc et al. 2007) mais aussi dans le bassin rhodanien (Berger et al. 2008), permettent d’élaborer les hypothèses d’interprétation suivantes, qui devront être critiquées.

11L’alluvionnement daté du Bölling, autour de 155,55 m et au nord du site (secteur 22), pourrait caractériser un banc caillouteux de cette période, laquelle représente la première phase de réchauffement postglaciaire accélérée.

12Le paléochenal à moins de 154 m d’altitude et à remblaiement fin définit une phase d’incision de l’Alleröd, en totale cohérence avec les observations locales et régionales. Ce bas niveau topographique, associé à des sédiments fins à organiques, a déjà été caractérisé dans la vallée de la Saône, notamment en amont du site, sur la plaine de Vaise (autour de 156 m), mais également sur la plaine lyonnaise en rive gauche du Rhône (Bravard et al. 1997). Cette incision des lits fluviaux est à corréler à la disparition du glacier würmien, qui entraîne une baisse des débits liquides et solides, et au réchauffement du Bölling qui se poursuit à l’Alleröd. Cette amélioration des températures permet une recolonisation des versants par la végétation (Jorda 1980), ce qui entraîne une réduction de la charge sédimentaire atteignant les cours d’eau : les talwegs s’encaissent et une sédimentation à dominante organique se développe (Rosique 1996). Sur le site lyonnais, le Rhône coule alors à l’est en position déprimée, en raison du retrait glaciaire en amont, et ce bas niveau entraîne une vidange du remblaiement de la Saône par érosion régressive.

13Le cailloutis daté du Dryas récent à 154,70 m est en position topographique déprimée par rapport au sommet du remplissage du chenal Alleröd (155,40 m) : cette stratigraphie pourrait indiquer une phase d’incision. Jusqu’à présent, aucune date de cette période n’avait été obtenue à Lyon, où il reste difficile de reconstituer la dynamique alluviale de la fin du Tardiglaciaire. La période du Dryas récent est réputée sèche et froide, et se traduit par une avancée glaciaire dans les Alpes. Elle a pu fournir une importante masse de matériaux par gélifraction mais l’évolution des débits liquides en plaine sur la période reste mal connue. Il est possible que la nappe graveleuse du Dryas soit dans un premier temps localement ravinante, d’autant que les matériaux fins de l’Alleröd sont facilement affouillables, puis provoque dans un deuxième temps une accumulation. On note dans la partie orientale de l’emprise un niveau d’érosion similaire, mais non daté. Sur des formations graveleuses, un revêtement de sables fins limoneux est érodé autour de 154,80 m d’altitude.

14Les dates radiocarbones à venir permettront d’une part de critiquer ces hypothèses d’interprétation, et d’autre part de reconstituer la paléodynamique de ce site fluvial au Tardiglaciaire. Cette dernière conditionne l’occupation humaine préhistorique et la conservation du potentiel archéologique dans cette plaine de confluence.

2.1.4 Un site aquatique

15Sur les alluvions tardiglaciaires précédentes, 5 m de formations graveleuses se développent jusqu’à 161,30 m au nord (secteur 24) et jusqu’à 160,60 m, 50 m plus au sud, au niveau du secteur 15 [fig. 12]. Ces alluvions ont été repérées principalement dans la partie nord-occidentale de l’emprise, en raison des processus ultérieurs d’érosion.

fig. 12 Stratigraphie des formations graveleuses exhaussées au nord par les alluvions Rhône˗Saône (La Tène finale, phase 1), et recoupées au sud par la rive gauche de la Saône primitive progressivement remblayée (du millieu du iiie s. au millieu du ive s., phases 6˗8) puis fréquentée (de la fin du ive s. au début du ve s., phase 9).

© W. Widlak, A. Dagand.

16Ces formations sont majoritairement composées de cailloutis, de graviers et de galets emballés dans une matrice sableuse. La texture des matériaux transportés caractérise la charge de fond des cours d’eau : les matériaux sont roulés et tractés au fond du lit vif. Le site est en milieu aquatique, c’est-à-dire inscrit dans le lit mineur jusqu’au iie s. av. J.-C.

17Quelques variations de texture sont à noter, tels des lits à texture plus fine composés uniquement de sables, ou encore des lits de cailloutis sans matrice (structure en open-work) témoins d’une forte turbulence des courants. La structure des dépôts varie également d’une structure entrecroisée à une structure litée. L’orientation des lits montre une sédimentation sub-horizontale (top set bedding) ou oblique (foreset bedding) avec des inclinaisons NE-SO (en provenance du Rhône ?) ou au contraire NO-SE (en provenance de la Saône ?). Enfin, des figures d’érosion, tantôt en berceau, tantôt provoquant un nivellement plan, témoignent de phases d’incision dans cette construction graveleuse.

  • 3 Actuellement, la Saône au régime pluvial-océanique affiche de hautes eaux d’hiver et des étiages d’ (...)

18L’identification du bassin-versant d’origine ne peut être approchée que par l’analyse de la composition minéralogique de la matrice du sédiment. En effet, le cailloutis de Saône provient du remaniement des dépôts quaternaires d’origine alpine. Seule la fraction fine de la rivière et ses revêtements fins sur banc, avec une composante massif-centralienne (minéraux orangés dont l’orthose, prépondérance des quartz hyalins, muscovite, grains polyminéraux…) se différencient des minéraux alpins du Rhône (minéraux noirs, biotite, quartz laiteux…) [fig. 13]. Cette répartition minéralogique fait que les alluvions du Rhône apparaissent généralement de couleur gris-bleu, alors que celles de la Saône sont roses à orangées. Quelques observations d’échantillons à la loupe binoculaire permettent une approche qualitative et suggèrent plusieurs remarques. Les formations des deux cours d’eau alternent le plus souvent et rarement se mélangent. Cette superposition résulte probablement des variations hydrologiques saisonnières propres à chaque bassin versant3. Les apports de la Saône sont de plus en plus grossiers vers le sommet de l’accumulation, et parallèlement ces matériaux progressent vers le nord-est. A contrario, les apports du Rhône sont de moins en moins grossiers et sont représentés au sommet de cette accumulation par l’Us. 1477. Cette unité présente une alternance de lits à petits cailloutis et de lits sableux – granulométrie qui témoigne de l’affaiblissement de la compétence des courants : le fleuve a débuté son retrait vers l’est, et probablement son encaissement.

fig. 13 Superposition des formations sédimentologiques du Rhône et de la Saône. .

© A. Vérot˗Bourrély

2.1.4.1 Chronologie

19Ces alluvions post-glaciaires s’accumulent au cours de l’Holocène, jusqu’au iie s. av. J.-C. au plus tard. En effet, le sommet de cette construction graveleuse est calé par une datation radiocarbone sur un tronc fossile et sur deux fragments de céramique.

  • 4 Laboratoire de datation radiocarbone de l’université Claude-Bernard Lyon 1.

20Le tronc Us. 1535, retrouvé entre 158,75 m et 158,90 m d’altitude dans le secteur 19, est daté par radiocarbone de 2030 ± 35 bp, soit en calibré de -147 à +52 (Ly-12977)4. Localisé sur un banc graveleux de progression latérale, il semble en place ce qui rend sa datation fable. La large fourchette chronologique se rapproche de la datation fournie par le mobilier archéologique disposé à la surface de l’accumulation caillouteuse. En effet, deux fragments d’amphores italiques Dressel 1 sont piégés au sommet de cette dernière, à deux niveaux d’altitude différents : un fragment de panse à 158,10 m au sud dans le secteur 11, et un fragment d’anse à 160,60 m au nord dans le secteur 17, au sommet de l’Us. 1512, à 160,10 m. L’anse appartient à une Dressel 1A dont le début de production date des années 140-130 av. J.-C. (soit au plus tôt à partir du iie s. av. J.-C. ce qui agit comme un terminus post quem) et dont la circulation s’étire jusqu’au siècle suivant.

2.1.4.2 La confluence du Rhône et de la Saône

21Cette construction graveleuse s’est donc mise en place entre le Dryas récent et le iie s. av. J.-C., et traduit la dynamique du système fluvial régional Rhône-Saône. Dans ce système, le Rhône est le moteur de la dynamique en raison « des caractéristiques de son régime hydrologique, de l’importance du volume de sa charge de fond et de sa pente liée au calibre des matériaux » (Bravard et al. 1997 : 182). Aucun élément sur le site du Parc Saint-Georges ne permet de dater le rythme de cette construction alluviale, ni d’isoler les phases à fort dynamisme, souvent d’accumulation (tressage de multiples chenaux entre des îles graveleuses), des phases plus calmes, souvent d’incision (méandrage d’un chenal unique moins large et plus profond). Toutefois, ces grandes phases alluviales qui suivent la déglaciation sont par ailleurs connues et datées (Bravard et al. 1997 ; Franc et al. 2007 ; Berger et al. 2008 ; Berger et al. 2009). Elles répondent aux modifications bioclimatiques qui contrôlent la charge grossière fournie aux cours d’eau, ainsi que l’évolution des débits liquides.

22Ainsi, deux principales phases d’accumulation sont identifées au sein de cette construction graveleuse. Le fort dynamisme fluvial à la charnière Tardiglaciaire-Holocène (11000 à 9000 bp), dont témoigne la terrasse moyenne de Villeurbanne (164 m), représente une accumulation de près de 10 m depuis l’Alleröd. La seconde accumulation date du début du Subatlantique. Cette crise bioclimatique, dite « crise du 1er âge du Fer » ou « crise de la transition Subboréal-Subatlantique », s’inscrit dans une période plus humide, alors que le bassin versant alpin est marqué par les défrichements débutés dès le Néolithique. Centrée sur le viiie s. av. J.-C., la synthèse des enregistrements sédimentaires sur le haut bassin rhodanien (Berger et al. 2008) tend à démontrer que cette crise hydrologique pourrait s’amorcer dès 2980 cal. bp (soit vers 1030 av. J.-C.). Son terme est plus ou moins calé autour de 2480 cal. bp (soit vers 630 av. J.-C.). Dans un premier temps, un régime de crue prédomine, relayé dans un second temps par un régime torrentiel. L’érosion des versants, de plus en plus fragilisés par l’activité agropastorale croissante, fournit alors une forte charge caillouteuse au fleuve, qui tresse. Ce tressage, observé en plusieurs points dans le bassin, est à l’origine du plancher caillouteux de la Presqu’île actuelle qui culmine autour de 164 m.

23Entre ces phases d’accumulation, deux importantes phases d’incision ont été enregistrées sur Lyon. Elles sont marquées notamment par un Rhône en position déprimée à l’est. La première s’inscrit au cours de l’Atlantique, entre 6800 bp et 5800 bp : les alluvions de la Saône atteignent alors le cœur de la Presqu’île, à 155 m – l’observation en fut conduite lors de la fouille de la place des Célestins (Arlaud et al. 2000 : 21). La seconde, au cours de La Tène, période plus sèche, est marquée par l’abandon du tressage, une simplification des tracés et un encaissement des lits fluviaux. Sur le haut bassin rhodanien, cette phase d’encaissement est centrée sur la période de 2150 BP (soit vers 200 av. J.-C.). Elle est en totale adéquation avec le maximum de retrait glaciaire dans les Alpes, de même qu’avec une longue phase de régression lacustre qui se prolonge jusqu’à la fin du ier s. ap. J.-C. Cette période porte d’ailleurs le nom de « période chaude romaine » (Roman Warm Period).

24En référence à ces grandes phases de dynamisme alluvial, la partie supérieure de l’accumulation caillouteuse du Rhône et de la Saône observée lors de notre fouille peut être attribuée au début du Subatlantique. Le site est sous la confluence des deux cours d’eau. Le Rhône, puissant et doté d’une dynamique de tressage, construit des îles caillouteuses instables à 163-164 m d’altitude, isolées par des chenaux irrigués à 161-162 m, orientés NE-SO dans la plaine tels ceux observés sur les sites archéologiques des places de la Bourse et de la République (Arlaud et al. 2000) et de la place Bellecour (Vérot-Bourrély et al. 1989). Cette arrivée abondante de matériaux rhodaniens repousse le lit de la Saône sur sa rive droite. Depuis le défilé de Pierre-Scize en amont, celle-ci est alors contrainte contre la colline de Fourvière dans un chenal resserré, sur le tracé des actuelles rues du Bœuf et Tramassac [fig. 14]. Le Rocher du Change, qui correspondait à un éperon rocheux granitique orienté SO-NE dans le lit de la Saône actuelle –en face de la place du Change, soit environ 750 m en amont du site– n’a probablement joué aucun rôle dans cette contrainte morphologique. Cet ancien seuil qui affleurait à 160 m d’altitude (Russo, Audin 1961 : 329) était donc à l’époque non affleurant et enfoui sous les alluvions rhodaniennes. Ces dernières atteignent au moins 164 m dans la partie amont de la plaine.

fig. 14 La confluence Rhône˗Saône au début du Subatlantique : plan et coupe du site sous les eaux.

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 5 Depuis la fin du Paléolithique (Fouille de la rue Auguste-Isaac, Inrap, 2010, documentation inédite (...)

25Cette Saône primitive est rejointe par les bras rhodaniens au sud de l’îlot Tramassac, dans le quartier Saint-Jean (Arlaud et al. 1994), et au nord du Parc Saint-Georges, déjà sous les eaux de la confluence. La topographie de la plaine est alors très différente de celle d’aujourd’hui : d’une part la Presqu’île est échancrée par les chenaux mobiles du Rhône, et adopte une forme générale orientée NE-SO, d’autre part la confluence est située plus en amont et à l’ouest qu’aujourd’hui, plaquée contre le plateau de Fourvière. Cette dynamique alluviale expliquerait pourquoi aucun vestige de la préhistoire et de la protohistoire n’a été découvert dans la plaine alluviale au cœur de Lyon. On sait que l’occupation se développe pourtant depuis le Néolithique, et même en deçà5, dans la plaine de Vaise, unité morphologique abritée en rive droite de la Saône, au nord de la colline de Fourvière (Bellon, Perrin 2007 : 127-133).

26Les datations démontrent que le site du Parc Saint-Georges, en position aval, reste encore partiellement sous les eaux jusqu’au iie s. av. J.-C. En amont, sur la Presqu’île, le recouvrement fin sablo-limoneux, daté de La Tène, démontre en revanche que le Rhône, décalé sur sa rive orientale, a déjà adopté un tracé simplifié libérant progressivement des espaces de plaine. Les deux fragments de céramique découverts au sommet de l’accumulation caillouteuse sont les plus précoces trouvés à ce jour au niveau de la presqu’île de Lyon. Il est possible que ces artefacts datent déjà l’encaissement progressif des cours d’eau. Situés dans l’axe des flux de la Saône primitive, ces tessons d’amphores peuvent provenir des occupations protohistoriques qui longent en amont la rivière, dans la plaine de Vaise, en rive droite, ou au quartier Saint-Vincent en rive gauche. Toutefois, les bords de ces artefacts n’apparaissent pas émoussés par l’eau, aussi peuvent-ils aussi bien témoigner d’une fréquentation sur les bancs émergés en période d’étiage –d’autant que le sédiment y est favorable à l’enfoncement.

2.1.4.3 Éléments du paysage

27La nature du paysage à la fin de la période (au plus tard au iie s. av. J.-C.) peut être précisée essentiellement grâce aux mollusques terrestres significatifs tirés de deux échantillons prélevés au sommet de la formation dans des alluvions sablo-caillouteuses : échantillon no 25 (Us. 1477 à 160,30 m) et échantillon no 26 (Us. 1477 à 160,05 m). La présence majoritaire d’espèces de prairies humides (Vallonia pulchella, Trichia hispida, Cochlicopa lubrica agg.) et d’espèces palustres (Zonitoides nitidus, Carychium minimum), ainsi que celle plus discrète d’espèces à affinité forestière (Cochlodina laminata laminata, Discus rotundatus, Vitrea contracta et Merdigera obscura), indique l’existence de berges marécageuses supportant des milieux principalement herbacés, alors que la ripisylve apparaît encore ouverte. Les rares coquilles dulcicoles sont associées à la paludification de la berge (présence discrète de Anisus leucostoma, Valvata cristata, Radix peregra, espèces d’eau stagnante, souvent temporaire). Un autre échantillon no 16 (Us. 1512 à 159,80 m), plus ancien, présente seulement deux espèces aquatiques très communes, Bithynia tentaculata (surtout) et Valvata piscinalis, qui signent des milieux permanents d’eau stagnante ou légèrement courante, chargée en plantes aquatiques.

28Ces données écologiques semblent décrire le paysage à la fin de l’accumulation caillouteuse de la confluence : des bancs sont partiellement émergés et les chenaux ont entamé leur incision, permettant aux premières colonisations végétales de se développer alors que des mouilles à hauteur d’eau variable peuvent se maintenir dans les dépressions.

2.1.5 Conclusion

  • 6 Les débordements épisodiques des cours d’eau durant la période historique resteront peu contraignan (...)

29Sur l’arène granitique jusqu’au iie s. av. J.-C., les alluvions tardiglaciaires et holocènes résultent de la dynamique alluviale du système Rhône-Saône, qui s’exprime tant sur le plan vertical que sur le plan horizontal (déplacement d’est en ouest des talwegs). En relation avec les conditions bioclimatiques, cette morphogenèse consiste en une succession de phases d’accumulation et de phases d’incision des lits fluviaux. La dernière grande respiration de la plaine est matérialisée par l’incision des corridors fluviaux au cours de La Tène (Bravard et al. 1992 ; Bravard et al. 1997 ; Franc et al. 2007 ; Berger et al. 2008). Cette métamorphose fluviale, qui se traduit progressivement par un chenal du Rhône unique, moins large et plus profond, va permettre de libérer des espaces de plaine alluviale qui deviennent accessibles aux sociétés riveraines et ainsi à la colonisation6.

2.2 La topographie protohistorique

30Au cours de la période I, l’encaissement des deux cours d’eau entraîne le déplacement de la confluence du Rhône et de la Saône vers l’aval. Durant la première phase, dès la fin du iie s. av. J.-C., une presqu’île se dessine au nord du site bordé par le talweg de la Saône primitive au sud. Ces nouvelles terres émergées sont exhaussées par les débordements successifs des deux cours d’eau. Les traces d’une première intervention humaine et la caractérisation d’une mise en culture témoignent d’une colonisation rapide de ce nouvel espace. La deuxième phase correspond à la mise en place d’un nouveau chenal de la Saône, plus à l’est, qui conflue avec son bras primitif dans la partie sud du site. Au nord, l’emprise recoupe la pointe méridionale de l’île Saint-Jean, que les deux bras de la rivière enserrent. La plaine devient progressivement accessible aux riverains. Jusqu’à la fin de la protohistoire et, peut-être, jusqu’au milieu du ier s. ap. J.-C., ce secteur aval de la plaine est resté mobile et instable, ce qui peut expliquer l’absence de toute trace d’occupation.

2.2.1 La rive gauche de la Saône primitive

  • 7 Dans la partie orientale de l’emprise, cette phase alluviale a été érodée par la dynamique alluvial (...)

31Durant la phase 1, les débordements de la Saône primitive et du Rhône exhaussent, sur plus de 2 m, la partie nord-ouest de l’emprise de la fouille (secteurs 18 à 24). Cette partie du site correspond à une presqu’île, alors qu’au sud-ouest l’emprise recoupe le talweg de la Saône primitive (secteurs 1 à 17)7. Les témoins d’une première intervention humaine sont datés au plus tôt de la charnière des iie et ier s. av. J.-C. L’impact anthropique est révélé par l’étude paléoenvironnementale.

2.2.1.1 Première intervention humaine

32Au nord-ouest, l’exhaussement alluvial, entre 160 m et 162,50 m d’altitude en moyenne, se subdivise en deux grandes séquences illustrant une baisse progressive de la compétence des courants inondants.

33Dans un premier temps, à l’extrémité nord, des lits obliques nord-sud de cailloutis et graviers, à fort pendage (près de 36 %), témoignent de projections de crue et de la proximité du lit vif du chenal. Cet alluvionnement est mis en place essentiellement par la Saône (Us. 1628, 1630) mais l’influence rhodanienne est envisageable au moins pour deux dépôts (Us. 1629, 1631). Les courants édifient un banc à progression amont-aval observé sur une largeur de 7 m et sur une hauteur de 1 m [fig. 15]. Ce banc renferme deux amphores incomplètes dans l’Us. 1630, à environ 160,60 m d’altitude, au niveau du secteur 24. Elles présentent les caractéristiques d’un groupe de vases produit au passage du iie au ier s. av. J.-C.

fig. 15 Stratigraphie des formations graveleuses, exhaussées au nord par les alluvions Rhône˗Saône. Dans un banc de Saône, deux fragments d’amphores de la fin de La Tène (phase 1).

© W. Widlak, A. Dagand.

34Ces deux amphores italiques de type Dressel 1, côte à côte, disposées le col en haut, ont été mises au jour lors du dégagement d’une coupe en limite de paroi moulée. En position instable dans les alluvions meubles, elles se sont rapidement effondrées avant qu’un relevé et une couverture photographique soient réalisés. La texture des alluvions (cailloutis de 0,01 à 0,03 m de diamètre) qui les englobent permet d’affirmer que la compétence des courants n’a pu entraîner des objets d’une taille aussi importante. La présence de ces deux conteneurs établit de façon certaine la plus ancienne intervention humaine enregistrée sur la plaine alluviale entre la Saône et le Rhône. Toutefois, leur situation en limite d’emprise n’a pas permis de déceler si elle correspond à un aménagement organisé ou à un rejet volontaire.

35Dans un deuxième temps, des lits entrecroisés de sables plus ou moins grossiers, de sables limoneux ou de limons fins se développent. La texture fine caractérise un secteur qui devient terrestre, puisqu’il est atteint seulement par les courants débordants la berge depuis des chenaux qui se sont éloignés et/ou encaissés. La variabilité texturale exprime la variabilité de la compétence des courants. Si les sables, transportés en suspension graduée dans une lame d’eau à courants turbulents, assurent l’exhaussement de bancs fréquemment ennoyés, les sables limoneux, transportés en suspension uniforme dans une lame d’eau à courants lents, débordent la berge. Enfin, les limons décantent en eau calme, sans classement, dans des flaques résiduelles ou lors de la décrue. Ces variations de débit, probablement saisonnières, sont illustrées par la succession des dépôts observée sur les stratigraphies sud-nord et ouest-est dans le secteur 21. Ces relevés offrent la possibilité de caractériser pour la première fois l’alluvionnement des deux cours d’eau. Il a fait l’objet d’une étude détaillée, et de nombreux prélèvements ont été réalisés en vue d’une analyse paléoenvironnementale. Les huit épisodes fluviatiles, différenciés au sein de cet exhaussement, sont détaillés ci-dessous, afin de rendre compte de la complexité des courants inondant le secteur. La structure permet en effet de caractériser des figures d’érosion, avec notamment des micro-chenaux, rapidement remblayés par les apports des crues suivantes.

36La base de l’Us. 1513 dessine un micro-chenal de la Saône, large de 3 m et à fond de berceau dont le remblaiement est assuré par des sables grossiers à moyens (épisode 1) [fig. 16]. L’Us. 1450 représente une crue turbulente du Rhône qui dépose des cailloutis et des graviers sur environ 0,40 m d’épaisseur lors de l’épisode 2. Une nouvelle érosion de la Saône dessine un micro-chenal profond d’environ 0,60 m sur 4,50 m de large (base des Us. 1453 et 1451), bordé par un banc sur la coupe ouest-est [fig. 17]. Le remblaiement est composé de lits de sables fins gris puis de lits orangés riches en fragments organiques et pouvant témoigner d’une crue d’automne (Us. 1451 : prise en charge sur les berges des feuilles et des branchages), et se poursuit par des petits cailloutis et des graviers dans des sables moyens supposant des courants plus turbulents (Us. 1453). Cet alluvionnement de la Saône distingue l’épisode 3. Des limons argileux à sableux (Us. 1454) ferment le précédent paléochenal, et assurent l’exhaussement du banc. Ils proviennent de crues débordantes sans vitesse des deux cours d’eau, et caractérisent l’épisode 4 –l’influence de la Saône est cependant beaucoup plus marquée à l’ouest (Us. 1514). Les litages de sables (Us. 1515, 1455), supposent des crues turbulentes de la Saône qui construisent un banc au nord, à structure entrecroisée non ravinante, dans le cadre de l’épisode 5. Ce banc borde sur la coupe sud-nord un micro-chenal représenté par la base de l’Us. 1456. Il est remblayé par des lits de matières organiques et par des limons issus de courants sans vitesse. La base de l’Us. 1516 définit ensuite une nouvelle figure d’érosion remblayée par des sables fins limoneux issus de courants lents à stagnants au cours de l’épisode 6. Les lits de sables moyens et grossiers (Us. 1517 et, peut-être, la base de l’Us. 1457, plus sableuse) traduisent le retour de courants turbulents et la proximité du chenal inondant lors de l’épisode 7. Enfin, les sables fins limoneux (Us. 1518 et la partie supérieure de l’Us. 1457) terminent l’exhaussement et sont issus de courants de débordement lents de la Saône dans le dernier épisode 8.

fig. 16 Stratigraphie des formations graveleuses (lits alluviaux obliques, foreset bedding, et lits plans, top sed bedding) exhaussées par les alluvions Rhône˗Saône (La Tène finale, phase 1), et négatif d’érosion (autour du ier s. ap. J.˗C., phase 2) de la rive droite de la nouvelle Saône.

© W. Widlak, A. Dagand.

fig. 17 Stratigraphie des formations graveleuses exhaussées au nord par les alluvions Rhône˗Saône provenant de différents épisodes fluviatiles (La Tène finale, phase 1).

© W. Widlak, A. Dagand.

37Ces épisodes fluviatiles successifs en milieu terrestre démontrent l’encaissement et l’éloignement des cours d’eau par rapport à l’accumulation caillouteuse précédemment décrite. Les formations les plus grossières relèvent de la Saône primitive, dont le lit actif est plus proche à l’ouest, alors que le Rhône présente des dépôts à granulométrie décroissante, dont l’extension vers l’ouest est de plus en plus limitée. Le fleuve se retire sur sa rive orientale.

38La berge et une partie du talweg de la Saône primitive [fig. 18], dont le lit s’est encaissé, ont été relevées dans la partie sud-ouest de l’emprise. La topographie de la rive gauche de ce chenal a été partiellement appréhendée en raison de sa localisation en limite d’emprise, elle a été recoupée en biais et non perpendiculairement. Le fond du talweg (Us. 1739) atteint au minimum 157 m d’altitude, soit une profondeur minimale de 5 m par rapport à la presqu’île dominant au nord à 162,50 m. Ce chenal primitif déjà observé en amont, lors d’une fouille archéologique sur la ligne D du métro (Arlaud et al. 1994), est large de 100 m pour une profondeur moyenne de 7 m, avec un talweg à 156 m d’altitude. Ce bras de la Saône, au pied de la colline de Fourvière, a déjà été identifié par les importants travaux d’Amable Audin, associé au géographe Philippe Russo, dès le début des années 1960 (Russo, Audin 1961 : 53). Il a toutefois été interprété comme un bras secondaire de la rivière, et appelé « bras Tramassac », ou encore « bras Marsaux ».

fig. 18 La berge de rive gauche de la Saône primitive : à droite exhaussement alluvial fin Rhône˗Saône (La Tène finale, phase 1) sur les formations graveleuses ; à gauche remblaiement caillouteux contre la berge (milieu du iiie s., phase 6).

© A. Vérot˗Bourrély.

39Entre les deux lits fluviaux, les terres émergées mais régulièrement inondées forment une presqu’île en cours d’élargissement. Le site de la confluence a progressé vers l’aval, c’est-à-dire au sud, et probablement vers l’est [fig. 19].

fig. 19 Plan et coupe du site en rive gauche de la Saône primitive, à La Tène finale (phase 1).

© W. Widlak, A. Dagand.

2.2.1.2 Chronologie et discussion

40La chronologie de l’exhaussement alluvial de plaine ne peut être abordée que par les deux amphores piégées à la base du dernier banc caillouteux autour de 160,60 m (Us. 1630). Produites au tournant du IIe et du ier s. av. J.‑C., ces amphores datent au mieux la base de cet exhaussement qui par ailleurs atteint au moins 162,50 m d’altitude. Cette chronologie aurait pu être précisée par le résultat d’une datation radiocarbone réalisée sur un fragment de branche piégé dans des sables moyens gris à 160,20 m d’altitude (Us. 1454 de l’épisode fluviatile 4 ; [fig. 16]). Cependant, la date obtenue présente une fourchette large : 2110 ± 35 bp, soit de -339 à -4 (Ly-12976). Néanmoins, la chronologie des phases postérieures permet de proposer un terminus à cet exhaussement. La présence de quelques tessons précoces, trouvés après la phase 2 d’érosion, fournit un terminus au tout début du ier s. ap. J.-C. (petits fragments de céramique augustéenne dans l’Us. 1496 du secteur 21, et fragment d’une amphore Dressel 1B dans l’Us. 1813 sous l’épave no 8). Les aménagements de la phase 3, datés de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C., permettent de caler ce terminus au plus tard au milieu du ier s. ap. J.-C. Ces différentes données chronologiques conduisent à placer cet exhaussement de plaine alluviale entre la fin du iie s. av. J.-C. et la première moitié du ier s. ap. J.-C., au plus large.

41L’évolution morphologique du site, qui passe d’un milieu aquatique à un milieu terrestre dans ce cadre chronologique, est cohérente avec les données déjà existantes sur la Presqu’île, et appelle plusieurs remarques.

42La période de La Tène est définie par un climat plus sec et un changement de dynamique hydrologique : le tracé des chenaux se simplifie, les lits deviennent moins larges et plus profonds (méandrage) (Bravard et al. 1997 ; Arlaud et al. 2000 ; Berger et al. 2008, 2009). Suite à l’encaissement des cours d’eau, seuls les courants de crue débordants la berge assurent l’exhaussement de la plaine par des sables limoneux d’inondation. Trois datations étaient jusqu’alors disponibles pour ce recouvrement fin sur la Presqu’île actuelle : un squelette humain retrouvé fossilisé dans l’exhaussement sableux du Rhône, rue Palais-Grillet (2e arr.), est daté de 2015 ± 150 bp (Ly-5659) (Ayala 1992 : 298) ; un lit de feuilles mortes (161,90 m) piégées dans les premiers niveaux de remblaiement d’un ancien chenal du Rhône, place de la Bourse, est daté de 2020 ± 60 bp, soit entre 179 av. J.-C. et 88 cal. ap. J.-C. (Ly-Oxa 3945) (Arlaud et al. 2000 : 52) ; et un charbon (163,54 m) trouvé dans des alluvions fines rhodaniennes, sous le site du Grand-Bazar (Le Mer, Chomer 2007 : notice 199), au centre de la Presqu’île, est daté 2115 ± 40 bp, soit entre 347 et 43 av. J.-C. (Lyon-3694-GrA) (Berger et al. 2008 : 136). Parallèlement, une meilleure connaissance des productions amphoriques permet de réévaluer deux datations issues du site de l’îlot Clément-V (Maza 1998, 2003). Sur cette fouille, localisée au nord-ouest du site, les alluvions fines d’exhaussement de la plaine entre la Saône primitive et le Rhône ont été caractérisées jusqu’à 163-162,20 m d’est en ouest. À l’époque, la datation augustéenne d’un fragment d’amphore de type Dressel 1 (à 159,30 m, à la base de l’exhaussement), avait conduit à considérer deux fragments de bois, datés de La Tène et découverts dans des niveaux postérieurs, comme remaniés. Or, il apparaît que ce fragment de Dressel 1 pourrait être beaucoup plus précoce. Ces deux datations concernent un premier bois, extrait au sommet d’une levée de berge sableuse de la Saône vers 160,90 m d’altitude, daté de 2200 ± 50 bp, soit entre -378 et -134 (Ly-5900) et un deuxième fragment, retrouvé à 161,40 m d’altitude dans des sédiments fins issus de courants de débordements du Rhône, daté 2140 ± 50 bp, soit entre -356 et -59 (Ly-5899).

43La chronologie de la base de l’exhaussement, ici à la charnière des iie et ier s. av. J.-C., démontre que la partie sud de la Presqu’île ne devient véritablement terrestre que tardivement, à partir du ier s. av. J.-C. Comme précédemment pour l’accumulation graveleuse, la position aval du site et la proximité de la confluence, probablement peu décalée vers le sud, semblent conférer sur ce secteur une certaine mobilité aux rives, tandis que des crues inondantes persistent sur cette zone de plaine jusqu’au changement d’ère. Cette mobilité aval est cohérente, puisque la stabilité des berges et l’émersion des terres alluviales progressent d’amont en aval, au fur et à mesure de l’encaissement des lits.

44En ce qui concerne le terminus chronologique de l’exhaussement fin, au plus tard dans la première moitié du ier s. ap. J.-C., signalons les données archéologiques et paléohydrologiques proches connues pour cette période. Au nord-ouest de l’emprise du Parc Saint-Georges, dans la partie orientale du site de l’îlot Clément-V, de petits aménagements, datés du règne d’Auguste, ont été identifiés autour de 162 m d’altitude. Très sommaires, ils sont représentés par un empierrement de blocs de granite liés par des cailloutis entre 161,80 m et 162 m (surface minimale de 1 m2), détruit par une crue caillouteuse et fossilisé par des sables grossiers. Cette granulométrie suppose la proximité de la berge du chenal inondant. Suivent des niveaux anthropisés matérialisés par des lits charbonneux, des trous de poteaux, des blocs décimétriques de granite, ou encore des niveaux de décrue anthropisés pouvant atteindre 162,50 m d’altitude. Ces aménagements précaires suggèrent une simple fréquentation du site. Entre ce site et le Parc Saint-Georges, la fouille de la rue Monseigneur-Lavarenne a révélé des traces de fréquentation dès le début du ier s. ap. J.-C., représentée par un niveau de circulation sur les alluvions à 164,30 m au nord, et à 164,36 m au sud (Le Mer, Chomer 2007 : notice 383). Cette topographie beaucoup plus élevée pourrait correspondre à un banc. Enfin, les sites de la ligne D du métro, avenue Adolphe-Max et îlot Tramassac, n’ont pas révélé de vestiges d’occupation si précoces (Villedieu 1990 ; Arlaud et al. 1994).

45Sur le plan paléohydrologique, les données lyonnaises plaident en faveur d’une augmentation du régime hydrologique dès la fin du ier s. av. J.-C. et jusqu’au cours du ier s. ap. J.-C. Elle se traduit par l’importance de l’alluvionnement, et par la granulométrie croissante des alluvions (sables grossiers par rapport aux sables limoneux de La Tène), notamment en rive droite du Rhône. Dans ce secteur, les dépôts alluviaux sont interstratifiés entre les niveaux de fréquentation augustéens puis entre les niveaux d’occupation datés des règnes de Tibère et de Claude (Arlaud et al. 2000 : 56-65). Cette hydrologie accrue a été également identifiée à l’échelle du bassin versant rhodanien (Arnaud-Fassetta 2000 ; Provansal et al. 1999 ; Berger et al. 2008). Étant donné l’imprécision du terminus chronologique, il reste difficile de faire la part éventuelle des inondations de la première moitié du ier s. ap. J.-C., et de celles de la fin de La Tène dans l’alluvionnement fin de la Saône et du Rhône au Parc Saint-Georges.

2.2.1.3 Éléments du paysage

46Cette phase alluviale, et plus particulièrement les sables limoneux d’exhaussement déposés entre le ier s. av. J.-C. et la première moitié du ier s. ap. J.-C au plus tard, a fait l’objet de nombreux prélèvements en vue d’une reconstitution paléoenvironnementale, plus particulièrement dans le secteur 21 où ont été caractérisés les huit épisodes hydrologiques précédemment évoqués. Cet aperçu des résultats, qui seront plus amplement développés au chapitre 8, s’appuie principalement sur l’analyse palynologique, relayée par l’étude de carporestes et celle des mollusques.

47Les quatorze prélèvements palynologiques analysés ont privilégié les dépôts fins plus favorables à la conservation du pollen, en l’occurrence les lits limono-argileux des épisodes hydrologiques 4, 5 et 6. Les résultats donnent une idée de la végétation couvrant la presqu’île en rive gauche de la Saône primitive, mais également le versant de Fourvière dominant la rive droite de la rivière. L’évolution du spectre pollinique conduit à une subdivision en quatre groupes (dénommés « psg 1 » à « psg 4 ») et caractérise dans un premier temps une séquence d’anthropisation (psg 1 à 3, dans les alluvions de l’épisode hydrologique 4), suivie d’une séquence de déprise anthropique (psg 4, concernant les épisodes fluviatiles 5 et 6). Dans le premier groupe (psg 1 : nos 79 à 77, Us. 1454), les pollens d’arbres sont relativement abondants. Ces derniers peuplent les pentes et le plateau de Fourvière, ainsi que les rives du Rhône et de la Saône. Malgré tout, des zones défrichées existent, et une activité agricole est attestée. Puis, le recul des arbres (sapin et hêtre surtout), au profit des Poacées et des plantes rudérales, marque une phase de défrichement (psg 2 : nos 76 à 74, Us. 1454) qui vise à dégager des espaces pour l’habitat et des cultures (céréales entre autres), tout en évitant les berges, inhospitalières car régulièrement inondées. La ripisylve et la chênaie qui peuvent lui être associées semblent en effet subir peu de changement. Le pic de Chénopodiacées de l’échantillon no 73 (début psg 3) provoque une augmentation ponctuelle du taux de rudérales. Elle évoque une ouverture limitée, liée à l’exploitation d’une parcelle proche de l’eau, et, de ce fait, a priori facile à travailler et fertile. Ce pic peut aussi s’expliquer par des raisons taphonomiques, ou bien traduire la présence d’un accès au cours d’eau, par exemple pour un emplacement de pêche. Le net développement de la flore aquatique et hélophyte qui apparaît ensuite (psg 3 : nos 73 et 71, Us. 1454 ; nos 69 et 68, Us. 1514) peut également indiquer l’existence d’un aménagement artificiel au niveau des berges, lié à l’activité anthropique. Au début du groupe 4, l’augmentation significative de pollen d’aulne au sein de l’échantillon no 65 (Us. 1515) peut être liée à une diminution de la profondeur de l’eau. La déprise anthropique est caractérisée à la fin de la séquence (psg 4b : nos 57, 55 puis 53, Us. 1516) et concerne à la fois les lieux proches de la berge (absence des céréales), et des sites plus lointains, avec la recrue des taxons forestiers, en particulier hêtre et sapin, et la diminution manifeste des rudérales et des Poacées. Les plantes aquatiques et hélophytes se raréfient, ce qui indique une baisse du niveau de l’eau, et par conséquent un secteur de moins en moins soumis aux inondations.

48Les données carpologiques et malacologiques confirment ce paysage relativement ouvert et marqué par l’action humaine. Les carporestes, peu nombreux (125 au total), résultent d’un échantillon pauvre prélevé au sommet de l’accumulation caillouteuse précédente à 160,05 m (no 14, Us. 1477), et d’un second prélevé dans les sables de crue de Saône à 160,95 m (no 8, Us. 1516, épisode fluviatile 6). Le caractère caillouteux et sableux des dépôts est probablement peu favorable à l’enregistrement de paléosemences. Dans un ensemble dominé par les plantes aquatiques, les plantes de la roselière et les arbres de la ripisylve (aulne, bouleau), les cortèges des cultures, friches et lieux rudéraux sont très bien représentés. Relevons même la présence de quelques semences de messicoles typiques comme la nielle des blés (Agrostemma githago), l’alchémille des champs (Aphanes arvensis), le scléranthe annuel (Scleranthus annuus), et la mâche potagère (Valerianella locusta) qui tend à montrer l’existence de cultures céréalières à proximité de la rive. Dans ce contexte de bonne convergence avec les données palynologiques, la présence de deux akènes de figue (ficus carica) apparaît d’autant plus troublante. Faut-il envisager la remontée naturelle de ce taxon méditerranéen, peut-être favorisé par l’amélioration climatique de la fin du deuxième âge du Fer ou privilégier l’idée d’une introduction précoce sous la forme de plantations ou d’échanges commerciaux ?

49Sur les neuf échantillons malacologiques, seul l’échantillon no 21 (Us. 1515) à 160,60 m dans des sables de crues de la Saône (épisode fluviatile 5), présente des taxons terrestres significatifs : des espèces de formations prairiales humides (Vallonia pulchella, Succinea oblonga, Vertigo pygmæa, Trichia hispida), voire très humides (présence d’une espèce palustre Oxyloma elegans) indiquent une berge à végétation exclusivement ouverte. Ce spectre malacologique se distingue de celui du sommet de l’accumulation graveleuse datée du iie s. av. J.-C. par le recul de la couverture arborée (uniquement Discus rotundatus et Vitrea contracta en tant que représentants des espèces sciaphiles, absence des Clausiliidæ). La diminution de la diversité des espèces à affinité forestière suggère une augmentation de la pression anthropique. La composition des taxons aquatiques reste relativement identique à la précédente : Bithynia tentaculata domine les assemblages. Cependant, elle est ici associée à tout un cortège bien diversifié (surtout pour les échantillons no 21, no 19, Us. 1517, épisode fluviatile 7 ; et no 17, Us. 1518, épisode 8) d’espèces aquatiques de milieux permanents ou temporaires d’eau plutôt stagnante ou très faiblement courante (Valvata piscinalis surtout, et aussi Gyraulus crista, Valvata cristata, Radix ovata, Gyraulus albus et Galba truncatula). C’est l’échantillon no 21 qui montre le maximum de développement de ces taxons aquatiques. Les sédiments des épisodes fluviatiles 1 (échantillon no 24, Us. 1513) et 7 (échantillon no 19) sont particulièrement pauvres en espèces. Deux échantillons, des épisodes 4 (échantillon no 22, Us. 1454) et surtout 6 (échantillon no 20, Us. 1616, plus riche), se distinguent puisqu’ils comportent une majorité de Valvata piscinalis, espèce plus exigeante quant à la qualité du milieu aquatique que Bithynia tentaculata. L’échantillon no 20 correspond donc à des milieux aquatiques permanents d’eau calme. Ainsi, dans un paysage de berge recouverte de prairies humides, le milieu aquatique est peu profond et stagnant ou très faiblement courant, avec de nombreuses plantes aquatiques.

2.2.1.4 Conclusion

50À partir du ier s. av. J.-C., et peut-être jusqu’au milieu du ier s. ap. J.-C., les débordements saisonniers des cours d’eau entretiennent un paysage de prairies humides sur une presqu’île à la forme bien différente de l’actuelle. Le Rhône s’écoule en position topographique déprimée à l’est et ses paléochenaux NEN-SOS, observés lors des fouilles des places de la Bourse, de la République et Bellecour (Lyon, 2e arr.), ont débuté leur remblaiement. La Saône primitive, plaquée contre la colline de Fourvière, est bordée d’une ripisylve. Suite à l’encaissement des lits fluviaux, la confluence des deux cours d’eau s’est décalée au sud du site. Pour la première fois sur cette plaine de confluence lyonnaise stricto sensu, est démontrée l’intervention humaine dès la fin de La Tène. Si elle se traduit simplement par deux amphores retrouvées à la limite de l’emprise de fouille, l’étude paléoenvironnementale confrme l’impact anthropique. La mise en culture de ces nouvelles terres alluviales est attestée par la présence de céréales associées à un cortège de plantes rudérales et messicoles, tandis que le défrichement est avéré.

51Peut-on alors envisager que ces nouvelles terres alluviales – peut-être encore trop sujettes aux inondations pour être occupées – soient réservées à la mise en culture ? Relativement plane et à terre arable, cette plaine peut apparaître facile à cultiver d’autant que le limonage de crue fournit un amendement régulier.

2.2.2 La confluence des deux Saône

52L’accumulation graveleuse et l’exhaussement alluvial sablo-limoneux qui la recouvre sont ensuite érodés par un chenal nord-sud. Cette incision (Us. 1511) se traduit par un grand talus d’érosion de plus de 7 m de profondeur (phase 2). Seule la rive occidentale de ce chenal a pu être observée dans la partie nord-occidentale, du secteur 18 au secteur 24. Cette érosion dessine une berge convexo-concave : la pente est convexe dans la partie supérieure qui recoupe les alluvions fines, car les sédiments compacts ont mieux résisté à l’érosion, tandis qu’elle est concave dans la partie inférieure, car les formations graveleuses sont très meubles et instables. Le talus a dû s’effondrer régulièrement, et le profil dégagé accuse une pente moyenne de 50 %.

53Cette rive représente la berge de rive droite d’un nouveau chenal de la Saône qui a décaissé les formations alluviales précédentes. Le fond du talweg a été repéré autour de 154 m d’altitude, soit 2 m plus profond que le talweg du tracé primitif, repéré, 175 m en amont, sur le site de l’îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 30).

54Aucun mobilier archéologique ne peut dater cette modification topographique, qui s’exprime par une incision. En revanche, la position stratigraphique de cette phase au sein de l’histoire du site conduit à proposer une date assez large autour du changement d’ère. Comme nous l’avons vu, la fin de la phase 1 n’est pas datée précisément. Les tessons précoces augustéens retrouvés dans les premiers dépôts scellant cette nouvelle berge, puis l’occupation postérieure (phase 3), permettent d’étirer le terminus chronologique jusqu’au milieu du ier s. ap. J.-C. Ainsi, cette érosion, qui constitue la phase 2, se trouve dans un cadre chronologique qu’il est possible de situer entre le début du ier s. av. J.-C. et la première moitié du ier s. ap. J.-C. Étant donné que sur la large période chronologique de la phase 1 plus de deux mètres d’alluvions fines se sont déposées avant l’incision, nous retiendrons pour cette deuxième phase la fin de la période qui va du changement d’ère jusqu’au milieu du ier s. ap. J.-C.

  • 8 Un talus d’érosion a également été observé plus au sud, mais il ne s’inscrit pas dans le même conte (...)

55Au cours de cette période, la Saône traverse la plaine dans un nouveau chenal beaucoup plus direct, depuis sa sortie du défilé de Pierre-Scize. Ce nouveau lit rejoint, au sud du secteur 18, le chenal de la Saône primitive8. La majorité du site est noyée sous les eaux de la confluence des deux bras de la rivière, alors qu’au nord le lambeau de terres alluviales, conservé entre les deux lits, forme une île [fig. 20].

fig. 20 Plan et coupe du site à l’extrémité de la pointe méridionale de l’île Saint˗Jean, autour du ier s. ap. J.˗C. (phase 2).

© W. Widlak, A. Dagand.

56Si cette métamorphose du tracé de la Saône a été pressentie en 1992, lors de l’étude géoarchéologique conduite en urgence sur le site presque mitoyen de l’îlot Clément-V, la fouille de l’emprise du Parc Saint-Georges a fourni les moyens d’observer et de démontrer d’une part cette défluviation, d’autre part le fonctionnement concomitant des deux bras de la rivière enserrant une île. Cette dernière avait déjà été décrite par Amable Audin qui l’avait nommée « île Saint-Jean » (Russo, Audin 1961). L’apport de la fouille a été de prouver que ce bras, autrefois considéré comme secondaire, constitue la Saône primitive à la protohistoire. Ce chenal ne devient secondaire qu’à partir de la mise en place du nouveau lit de la rivière, autour du changement d’ère. À partir de cette époque, la topographie est donc très proche de celle proposée par Amable Audin : l’île Saint-Jean se dessine entre la Saône primitive, plaquée contre la colline et son nouveau tracé proche de l’actuel, environ 40 m plus à l’ouest qu’aujourd’hui. Sur l’emprise de fouille, seule la partie nord présente le talus de la diffluence de la Saône, qui correspond donc à la pointe méridionale de l’île Saint-Jean [fig. 21]. Les limites de cette île devaient être relativement mobiles et instables : en période de basses-eaux, l’île était probablement plus large et, a contrario, sa surface émergée plus réduite lors des hautes-eaux.

fig. 21 Confluence des deux Saône au début de l’époque antique superposée au cadastre actuel et à la localisation des opérations archéologiques environnantes.

© W. Widlak, A. Dagand.

57Le déplacement du lit principal de la Saône s’inscrit à la suite de la période climatique plus sèche qu’est La Tène, laquelle a conduit au retrait du Rhône sur sa rive orientale dans un lit simplifié (Bravard et al. 1997). Le lit de la Saône, libéré de la poussée rhodanienne sur sa rive gauche, s’ouvre un passage plus direct dans la Presqu’île. La présence du Rocher du Change, 750 m en amont du site [fig. 20], dont l’affleurement était à 160 m d’altitude (Russo, Audin 1961 : 329), a pu servir de déflecteur aux courants, provoquant une courbe du nouveau lit de la rivière vers l’est. Philippe Russo et Amable Audin ont suggéré que le Rocher du Change a servi d’ancrage à la formation de l’île Saint-Jean. Il faut plutôt considérer que cette masse rocheuse en amont a protégé de l’érosion une partie des terres émergées dès la phase 1, en détournant les courants de la rivière vers l’ouest et l’est. La forte courbe vers l’est du nouveau chenal de la rivière a d’ailleurs été démontrée sur le site de la place des Célestins : la berge de rive gauche identifiée sur ce site se trouve à près de 110 m à l’est du tracé actuel, et son édification s’inscrit dans la première moitié du ier s. ap. J.-C. (Arlaud et al. 2000 : 53). Cette datation valide la fourchette chronologique la plus large obtenue sur le Parc Saint-Georges pour la défluviation de la Saône.

2.3 Les berges gallo-romaines

58La longue période II qui s’étend du ier s. ap. J.-C. au ive s. a été divisée en six phases. L’apport de lots homogènes de céramiques, dans un contexte peu touché par les remaniements que l’occupation humaine infligera aux constructions ultérieures, est venu au secours d’une lecture stratigraphique rendue difficile par l’imbrication des dépôts sédimentaires. Le feuilletage observé par endroits a été bien souvent unifié en une seule et même unité afin d’alléger l’enregistrement et de faciliter la gestion des informations.

2.3.1 Les prémices

59Après un engraissement alluvial de la nouvelle berge de rive droite, deux importantes structures –une embarcation et un aménagement en bois caractérisant un ponton–, témoignent d’une première installation au nord du site, et ce dans la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. [fig. 22]. Parallèlement, au sud du secteur 12, plusieurs formations alluviales assurent le remblaiement partiel de la Saône primitive (phase 3).

fig. 22 Plan des premiers aménagements sur la rive droite de la nouvelle Saône, de la seconde moitié du ier s. ap. J.˗C. (phase 3).

© W. Widlak, A. Dagand.

60Alors qu’un site d’accostage s’inscrit sur la rive nouvellement formée au nord, et tandis que le bras primitif au sud est utilisé comme dépotoir par les riverains, l’utilisation agricole des terres émergées, conservées sous la forme d’une île, se poursuit. Les espèces végétales indiquent une pratique locale de céréaliculture dans le même temps que les rives sont bordées d’une ripisylve.

61L’ensemble du mobilier céramique réuni dans cette phase 3 propose un horizon situé au tournant des ier et iie s. ap. J.-C., avec des formes sigillées de Gaule du Sud dont la production s’étend des années 80-100 au milieu du iie s. De même, le profil des amphores à huile Dressel 20 fournit une proposition chronologique située à partir de la période flavienne.

2.3.1.1 Les alluvions de la nouvelle berge

62Au niveau du secteur 18, à proximité de la confluence des deux bras de la rivière, légèrement en aval, les dépôts enregistrés sur la nouvelle berge de la rivière sont composés de lits obliques ouest-est, majoritairement alluviaux. La pente s’adoucit légèrement (40 %) au fur et à mesure de l’engraissement de la rive vers l’est [fig. 23]. La berge progresse en moyenne de 2 mètres sur le lit mineur. Les premiers dépôts alluviaux reconnus (Us. 1726 à 1733, Us. 1491, 1489, 1490) montrent localement des fragments centimétriques de limons argileux lités, orangés et gris, disposés sous forme de paquets non orientés dans les lits sableux à limoneux (Us. 1732, 1729, 1491). Ils proviennent de l’érosion par la nouvelle Saône des sédiments fins Rhône-Saône édifiés auparavant. Le profil de la berge est d’ailleurs marqué par un effondrement dû à l’instabilité de ce talus d’érosion. À la base de la berge, vers 157 m d’altitude, l’Us. 1729 renferme des cailloutis qui ont été roulés dans la tranche d’eau la plus basse de la section mouillée. Cet alluvionnement, vierge d’artefacts, peut être en tout ou partie sub-contemporain de l’ouverture du nouveau chenal de la rivière. Toutefois, devant l’importance de cette modification topographique, il nous est apparu nécessaire d’individualiser l’incision (phase 2) sans les dépôts corrélatifs de ce changement (phase 3). En effet, les dépôts, liés à l’érosion puis à l’engraissement de la rive, peuvent s’étendre sur une plus large période chronologique que l’érosion elle-même. L’engraissement se poursuit par des sables de plus en plus grossiers, et localement par des petits cailloutis renfermant un mobilier céramique abondant et très fragmenté (Us. 1459, 1734) ou plus diffus (Us. 1458, 1459, 1467-1470). Ce mobilier, pas ou peu roulé, témoigne d’une activité riveraine proche, entre la fin du ier s. ap. J.-C. et le début du siècle suivant. Enfin, cet engraissement se termine par une couche (Us. 1735, 1472), épaisse de 0,30 à 0,40 m, qui associe des blocs centimétriques et décimétriques (schistes, granites…) dans des sédiments hétérogènes d’origine anthropique et des lits alluviaux de sables et de limons. Ces matériaux dénotent des rejets anthropiques accumulés sur la berge et lavés par les fluctuations du niveau de la Saône.

fig. 23 Stratigraphie de l’érosion de la nouvelle Saône (autour du ier s. ap. J.˗C., phase 2) et des dépôts obliques sur la nouvelle berge (seconde moitié du ier s. ap. J.˗C., phase 3) fossilisés par une accumulation sableuse à partir du milieu du iiie s. (phase 7).

© W. Widlak, A. Dagand.

63Légèrement plus au nord, 12 m en amont, dans le secteur 21, ces dépôts renferment des fragments anthropiques dès le début de l’engraissement (Us. 1496) [fig. 24]. Ils dessinent également des lits obliques ouest-est, qui adoptent le profil de la nouvelle berge. Dans le détail, l’engraissement est formé d’une multitude de petites couches, de 0,02 à 0,15 m d’épaisseur, à matrice sableuse et/ou limoneuse, localement triées et litées, soit une structure d’origine alluviale, interrompues par des blocs anguleux centimétriques à décimétriques.

fig. 24 Stratigraphie de l’érosion de la nouvelle Saône (autour du ier s. ap. J.˗C., phase 2), de l’appontement disposé sur l’engraissement de la nouvelle berge (seconde moitié du Ier s. ap. J.˗C., phase 3), de l’érosion et de l’accumulation alluvio˗anthropique, entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. (phase 9-10).

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 9 La numérotation des bateaux suit l’ordre de leur découverte.

64La présence de ces blocs sur la nouvelle berge témoigne de l’action humaine : il reste difficile de déterminer si ces apports résultent d’une action délibérée en vue de consolider le talus de la berge ou simplement de rejets de dépotoirs à la rivière. Toutefois, la plus forte concentration de ces blocs dans le secteur 21, où est installé le premier aménagement, laisse envisager un geste volontaire. Les secteurs 18-19, où les alluvions sont les plus propres, ne sont probablement pas propices à l’activité humaine en raison de la proximité de la confluence des deux tracés de la rivière. En revanche, en amont, le talus de berge, plus marqué, est stabilisé par des blocs et offre une possibilité d’accostage. C’est sur ces dépôts à blocs que s’appuient l’embarcation no 89 et la structure d’appontement (Us. 1625-1627).

2.3.1.2 Un appontement

65Il s’agit d’un aménagement plan (Us. 1625), autour de 159,50 m d’altitude, construit de quinze pièces de bois horizontales (H1 à H15) et de quatorze pièces de bois verticales (V1 à V14). En formant une sorte de marchepied entre le niveau de l’eau et le sommet de la berge, ce ponton est destiné à faciliter l’accostage d’embarcations et le transfert des personnes [fig. 25]. L’analyse dendrochronologique fournit, par synchronisation d’un lot de quatre pieux (V1 à V4), une date d’abattage fixée à la fin de l’année 77 et pouvant s’étendre jusqu’au printemps 78.

fig. 25 Disposition des pièces de bois de l’appontement (Us. 1625).

© W. Widlak, A. Dagand.

66Les quatorze pieux équarris présentent des sections diverses : trois pieux sont à section circulaire (V4, V10, V11), dix éléments à section quadrangulaire (V1, V2, V3, V5, V6, V7, V9, V12, V13, V14) et un seul est à section indéterminée (V8).

67Ce qui semble surprenant, c’est l’apparente discontinuité de l’alignement des pieux. À la lecture du plan, on peut isoler une ligne qui intègre les pieux V1, V2, V4, V10 et V14, et une ligne parallèle plus à l’ouest qui rejoint les pieux V8, V9, V11, V12 et V13. Les pieux V3, V6 et V7 ont une position médiane. Il se peut que nous ayons en fait les restes de deux lignes de pieux plus ou moins parallèles ayant servi à arrimer les pièces de bois horizontales. La hauteur restante des éléments verticaux est très variable : les conditions d’enfouissement ont pu en détruire une partie. La répartition des pieux présente un aspect légèrement disparate entre le sud, où cinq pieux se succèdent selon un intervalle de 1 m à 1,50 m environ sur une ligne de 5 m de long, et un groupe au nord, qui compte neuf pieux étirés sur 6 m et dont l’écart est irrégulier (de 0,50 m à 1,25 m). Il semble très probable qu’une autre ligne de pieux plantés dans la rivière, à l’est, ait dû être nécessaire afin d’assurer la stabilité de cet aménagement.

68Quinze poutres horizontales, également équarries, forment l’armature d’un niveau de circulation. Toutes présentent une section circulaire. Il faut remarquer l’absence d’autres éléments horizontaux entre les poutres H9 et H10. Cette absence ne paraît pas structurelle. La raison est selon toute vraisemblance due à une altération du vestige. Ces éléments horizontaux ont dû supporter un platelage en planches en bois, comme la fouille du site de Pommeroeul, en Belgique, a déjà pu l’illustrer (De Boe, Hubert 1977). Aucun élément de cette plate-forme de circulation ne nous est parvenu. Il ne reste donc que l’ossature de la construction. La longueur des poutres varie entre 4,50 m (H3) et 2,50 m (H9). Seule l’extrémité de H3 paraît intacte. Les autres présentent des marques d’arrachement. C’est donc à partir de ce seul élément que l’on évalue la largeur minimum du ponton à 4,50 m. Les pièces de bois horizontales H1, H2, H3, H10 et H12 sont déposées sur un axe globalement est-ouest. Les pièces H4 à H9, H13 à H15 présentent une orientation SO-NE, ce qui les rend perpendiculaires à l’axe des pieux. Cette dernière disposition donne l’orientation de l’aménagement par rapport à la berge. Les poutres ne sont pas encochées pour se maintenir entre elles, et ne sont pas non plus liées par un tenon ou une mortaise : leur système d’attache n’est pas connu. Les quelques blocs dégagés sur les poutres horizontales sont à rapprocher de la couche qui recouvre le ponton, dans la composition de laquelle entrent de nombreux éléments hétérogènes.

69Les pieux sont alignés selon un axe d’orientation SO-NE. Quoiqu’ils ne soient pas dans le même alignement que les pièces horizontales auxquelles ils devaient être attachés, c’est certainement cet axe qui oriente l’ensemble du ponton. Les alignements perpendiculaires à cet axe sont H5 à H10, H14 et H15. Les autres poutres ont visiblement subi une modification de leur position d’origine dont la raison doit être imputée aux altérations que la berge a subies.

70Aucune évolution notable de cette construction n’a été enregistrée du fait d’une absence de réfection ou d’un réaménagement. Cette première structure définit donc un aménagement disposé le long du lit mineur de la rivière dans le but de faciliter l’accostage. Autour de 159,50 m d’altitude, il doit être construit au-dessus du niveau moyen de la rivière (que l’on peut estimer autour de 158,50 m) afin de faciliter les opérations de chargement et déchargement. Ce ponton paraît assez fruste et précaire, comme devaient l’être d’autres installations éparpillées au long des bords de la rivière, dont le nombre compensait la fragilité.

2.3.1.3 L’épave no 8

  • 10 Le bordé est constitué de l’ensemble des bordages, c’est-à-dire de l’ensemble des planches formant (...)

71Au sud de ce ponton se trouve l’embarcation no 8, réalisée entièrement en chêne et assemblée à l’aide de clous en fer forgé (Guyon 2010 : 48-54). En raison d’une conservation incomplète, réduite à une partie de la sole et à un des bordés10, il est impossible de restituer ses dimensions d’origine [fig. 26]. Les dimensions conservées sont de 17,41 m de longueur pour une largeur de 2,80 m. Cette barque appartient au groupe des barques polygonales de type rectangulaire (Arnold 1992 : 74).

fig. 26 Épave no 8, seconde moitié du ier s. ap. J.˗C. (phase 2). Vue de l’est.

© M. Guyon.

72Cette précision la distingue des chalands de fort tonnage des phases suivantes, qui concrétiseront l’activité portuaire du secteur. Ici, il s’agit d’une embarcation peut-être liée au transport de matériaux à volume réduit, mais aussi spécialisée dans le transport des personnes. Il est donc tout à fait plausible d’associer ce bateau à un bac, hypothèse qu’accrédite la faible hauteur du bordé (0,50 m). S’il est habituel d’emprunter le réseau routier, qui autorise des déplacements peu onéreux et relativement rapides, la circulation par voie d’eau à but utilitaire n’est pas dédaignée surtout dans le contexte de confluence lyonnaise où les allers-retours entre les rives doivent suivre un rythme assez soutenu. La proue est dirigée vers l’est, dans le sens du départ, avant que l’échouage n’intervienne, comme l’indique une levée marquant le bordé à cette extrémité. L’étanchéité est réalisée avec du tissu poissé. Aucune trace d’outil n’a été observée sur les surfaces du bois. L’analyse dendrochronologique et l’étude descriptive de cette embarcation spécifient que son utilisation ne s’est pas étirée dans le temps. La synchronisation des séries issues de six bois de cette épave propose un terminus post quem fixé à 55 ap. J.-C., qui indique que les bois ont pu être abattus à partir du milieu du iers. ap. J.-C. Ces résultats autorisent à situer la mise en circulation de cette barque au cours de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C., datation en parfaite corrélation avec celle du ponton et avec l’analyse du mobilier céramique.

73Il n’est peut-être pas inutile de souligner que cette épave n’est pas la première embarcation antique recensée dans le périmètre lyonnais. L’intervention conduite dans la plus grande urgence place Tolozan, en 1989, en rive droite du Rhône, a mis au jour un chaland à coque monoxyle-assemblée, dont la date d’abattage des bois, par analyse dendrochronologique, remonte au début du iers. ap. J.-C. L’épave s’appuie sur un enrochement constitué d’un amoncellement de blocs orienté nord-sud qui, bien qu’il n’ait pu être totalement dégagé, semble destiné à abriter les embarcations (Becker, Rieth 1995). Cette véritable digue de protection en gros blocs de granite et de galets noyés dans une matrice sableuse, est conservée sur une hauteur de près d’un mètre et sur une largeur de 3 m environ. On note la présence de pieux datés par dendrochronologie de 62 et 66 ap. J.-C. alignés nord-sud, à l’est de l’enrochement. Ils suggèrent la mise en place d’une protection contre l’érosion par les courants.

2.3.1.4 Chronologie et discussion

74Si les dates d’abattage des bois qui composent l’épave aussi bien que le ponton placent cet aménagement au plus tôt dans la seconde moitié du ier s. ap. J.-C., sa durée d’utilisation est déterminable essentiellement par le mobilier céramique présent dans les dépôts qui scellent ce fonctionnement entre la fin du ier s. ap. J.-C. et le début du iie s. Des formes en sigillée gauloise commercialisées au cours des règnes de Tibère et Claude sont associées à des bols flaviens. Les parois fines révèlent un horizon chronologique fixé à la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. De cette période datent également des formes de vaisselle culinaire. L’association des amphores gauloises de deuxième génération, et des amphores hispaniques, au profil spécifique de la lèvre et de l’anse, constitue un bon traceur chronologique permettant de confirmer l’époque flavienne. Le mobilier céramique extrait de la couche Us. 1626, marquant la fin du ponton, fournit une datation fin du ier s. ap. J.-C., voire début du iis. Signalons que dans les secteurs 18 et 19, en aval, où les dépôts sur berge ne peuvent être reliés à cet aménagement, les céramiques reflètent également la période de la fin du ier s. ap. J.-C., voire du début du iie s. (Us. 1459). On n’observe pas de diversité dans les productions céramiques et en particulier parmi les conteneurs d’importation dont le nombre est encore limité par rapport à ce que seront les déversements de fragments d’amphores au cours des phases 5 à 7, qui se déroulent au iiie s.

75Cette chronologie va dans le sens d’une occupation de l’appontement sur une durée relativement courte. Différentes raisons peuvent être évoquées et plus particulièrement celles liées au milieu naturel. D’une part, la rive, appuyée sur la pointe de l’île Saint-Jean, présente une berge raide et concave qui doit s’effondrer régulièrement. D’autre part, les limites du sud de l’île, fluctuantes en fonction des hautes et des basses eaux, ont pu être un frein au développement de l’activité riveraine.

76Il faut rappeler que le premier aménagement connu sur la Saône à Lyon a été repéré sur la rive droite du lit primitif, en amont, au niveau de l’îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 34). Il s’agit d’un appontement constitué de deux alignements de pieux en chêne découvert en rive droite du tracé primitif de la Saône, alors que le remblaiement du chenal a débuté sur la marge ouest, affleurant à l’altitude supérieure de 160 m (datation dendrochronologique des pieux : 28 et 8 av. J.-C., 18 ap. J.-C.). Cette mesure permet d’estimer le niveau moyen de la rivière primitive à 159 m d’altitude pour la période se situant au début du ier s. ap. J.-C. Cette structure, interprétée comme un aménagement de berge, est recouverte par des alluvions gravelo-sableuses datées de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. Cet aménagement précoce a donc fonctionné brièvement lui aussi durant environ 50 ans. Le début du remblaiement naturel du chenal primitif a pu obliger à trouver un nouveau site d’accostage. Les riverains sont alors parvenus à s’approprier très rapidement les toutes récentes berges de la nouvelle Saône par l’installation d’un ponton sur l’île. Ces terres semblent à ce moment encore faire l’objet d’une activité agricole, comme le démontrent les résultats paléoenvironnementaux.

2.3.1.5 Le couvert végétal sur l’île Saint-Jean

77L’étude des carporestes de deux échantillons (no 19 à 159,6 m [Us. 1497], et no 20 à 159,25 m [Us. 1508]) montre la diversification des plantes cultivées, surtout attestées par des restes imbibés. Parmi les plantes à fruits, le figuier persiste, le melon/ concombre (Cucumis melo/sativus) apparaît, ainsi que le mûrier noir (Morus sp.), le noyer (Juglans regia), le pommier (Malus sp.), l’olivier (Olea europæa), la vigne (Vitis vinifera), et éventuellement le cerisier (Prunus avium). Plusieurs plantes domestiques herbacées font également leur apparition : il s’agit de condiments tels l’aneth (Anethum graveolens) et la moutarde noire (Brassica nigra), d’une céréale représentée par le blé nu hexaploïde (Triticum æstivum sl), et d’une légumineuse, la lentille (Lens culinaris). Notons que le petit cortège de messicoles semble à dominance acidophile, ce qui s’accorde bien avec l’hypothèse d’une céréaliculture locale. Le cortège forestier possède toujours un faciès ripicole (de type aulnaie). Les plantes aquatiques sont diversifées et prennent un poids quantitatif (nombre de restes) particulièrement fort dans ces échantillons, signe de l’impact de l’apport naturel dans la constitution de ces assemblages.

  • 11 Procédé consistant à étanchéifer une embarcation par application de tissu ou de mousse entre les pl (...)
  • 12 Produit de la pyrolyse de bois résineux, la poix est un goudron résultant de la transformation ther (...)

78L’étude malacologique de quatre échantillons (no 29 [Us. 1510], no 30 [Us. 1497], nos 31 et 32 [Us. 1508], entre 158,4 et 159,95 m) identifie des individus terrestres trop peu nombreux, ne permettant que de confirmer l’existence d’une berge supportant une prairie humide assez dense. L’échantillon no 31, dominé par les espèces aquatiques, évoque un milieu d’eau stagnante (Bithynia tentaculata, associée à Valvata piscinalis moins abondante). Signalons que l’analyse des prélèvements palynologiques effectués dans le calfatage11 de l’épave no 8 (échantillons nos 142, 206, 207 et 208) s’est avérée négative en raison de la présence de poix12.

2.3.1.6 Disparition de l’appontement et de l’embarcation

79Visiblement, la topographie du ponton a été modifiée par les conditions taphonomiques. Il existe une déclivité de 0,70 m entre les poutres H9 et H1, partant de 159,49 à 158,76 m. Celles plus au nord (H10 à H15) présentent une plus grande diversité d’altitudes, de laquelle il est impossible de déduire l’organisation originelle de l’ouvrage à cette extrémité. Les pieux, à l’ouest, à proximité du talus, sont inclinés vers la rivière. Il est probable que des processus d’érosion, liés au battement de la rivière contre cette structure, ont peu à peu fait reculer le talus de berge. Les sédiments arrachés se sont alors déposés au pied du talus, sous le ponton, et cet effondrement a dû provoquer un ralentissement des courants et une sédimentation d’exhaussement. En effet, la disposition des matériaux observés respectivement au sud et au nord de l’appontement, en dessous des bois horizontaux, révèle que ces dépôts se sont mis en place après son installation. Ces dépôts ont provoqué un obstacle aux flux principaux de la rivière. Le ralentissement des courants a conduit ensuite à la sédimentation d’alluvions fines limoneuses à légèrement sableuses. Érosion et accumulation forcée ont fragilisé la structure qui s’est peu à peu affaissée : les pieux du côté oriental se sont effondrés dans la rivière, et les alluvions piégées sous la structure ont conduit à l’engraissement de la berge (Us. 1497-1500, 1507, 1508, 1510, 1626).

80Parallèlement, l’embarcation a coulé. Aucune perforation n’a été enregistrée sur la sole de l’épave. Les quelques petites réparations que l’étude a décelées, suggèrent un entretien de l’embarcation mais ne disent rien des raisons de son échouage ou de son abandon. La fine couche de limons argileux (Us. 1534), qui tapisse le fond sur 5 à 10 cm d’épaisseur, témoigne de la présence d’une nappe d’eau stagnante à l’intérieur du bac. Toutefois, cette dernière traduit probablement la période de fonctionnement de l’embarcation qui devait contenir en permanence un peu d’eau. La disposition de l’épave légèrement O-NO – E-SE révèle que les courants de la nouvelle Saône ont légèrement déplacé son extrémité orientale vers l’aval. Les matériaux sableux qui fossilisent l’épave n’évoquent pas d’épisode hydrologique violent, ils sont venus remplir l’embarcation alors qu’elle était déjà échouée, au moins partiellement. Cette épave s’appuie alors sur le talus de berge dont elle a adopté la pente après échouage. De fait, elle présente un fort pendage transversal axé sud-nord et longitudinal axé ouest-est de 159,60 m à l’ouest à 154,34 m à l’est. Elle forme ainsi un obstacle perpendiculaire aux flux de la rivière sur plus de 17,40 m de long, et a pu participer à l’accumulation sédimentaire condamnant le ponton.

2.3.1.7 Le début du remblaiement naturel de la Saône primitive

81Dans la partie sud-ouest du site, des alluvions témoignent de ce remblaiement. La particularité de ces dépôts alluviaux est de renfermer un abondant mobilier céramique roulé par les flux de la rivière, qui permet de distinguer deux séquences : une première majoritairement graveleuse de la fin du ier s. ap. J.-C., et une seconde sablo-limoneuse dépassant le début du iie s. [fig. 27].

82La première séquence graveleuse à matrice sableuse à caillouteuse a été observée sur les coupes ouest-est (Us. 1385, 1575, 1648, 1651 à 1654, et 1740 à 1742 sur les secteurs 3 à 4 ; Us. 1576 à 1578 sur les secteurs 9 à 10). Ces alluvions traduisent la charge de fond du lit mineur de la rivière primitive. Une coupe sud-nord révèle la topographie transversale du remblaiement : il atteint près de 2 m de hauteur jusqu’à 159 m d’altitude. Les premiers lits alluviaux sont sub-horizontaux (Us. 1681, 1682, 1740, 1741) puis progressivement obliques nord-sud (Us. 1742, 1684), et forment un bourrelet au nord sur la rive gauche du bras : le chenal non seulement se remblaye, mais se rétrécit en construisant des accumulations sur ses berges. Ces formations ont donc un double pendage ouest-est de l’ordre de 20 %, et nord-sud d’au minimum 3 % : pente de 160 à 159 m sur 35 m de long. Ce dernier pendage globalement amont-aval est sous-évalué, puisque la limite occidentale du site n’est pas dans l’axe longitudinal du tracé de la Saône primitive. Dans ce sens amont-aval, les lits adoptent un faciès deltaïque à lits plongeants (foreset bedding) surmontés de lits plans terminaux (top set bedding) qui peut s’expliquer par la confluence des deux lits de la rivière. Les matériaux apportés par le chenal primitif sont probablement remaniés par les flux du nouveau chenal. La présence d’un abondant mobilier céramique grossièrement fragmenté aux bords émoussés (Us. 1608, 1611, et Us. 1752, 1755) ainsi que celle de fragments anthropiques (tuiles, briques, blocs, faune, mortier, etc.) démontrent que le remblaiement naturel est accéléré par les rejets des riverains. Comme les flux principaux s’écoulent dans la nouvelle Saône, dont le talweg est au moins à 155 m, la vitesse et donc la compétence des courants diminuent dans le tracé primitif : le lit se remblaye progressivement, et le fond du talweg primitif se retrouve perché d’environ 4 m au-dessus du nouveau lit de la rivière.

83Le remblaiement majoritairement sablo-limoneux se superpose au précédent. Il est composé de dépôts alluviaux lacunaires en raison des processus postérieurs de remaniement par les eaux courantes. La texture et la structure de ces alluvions révèlent une succession d’épisodes hydrologiques globalement caractérisés par une forte diminution du débit hydrique transitant dans ce chenal primitif. La vitesse des courants peut devenir quasiment nulle. Mobilier céramique et fragments anthropiques, moins denses que précédemment, sont toujours associés aux alluvions. La présence de fragments centimétriques de granite, peu roulés, suggère que ces derniers ont pu être arrachés au talus de Fourvière qui limite en amont la rive droite, par les courants tractifs précédents (Us. 1640).

fig. 27 Stratigraphie des dépôts alluviaux enrichis en mobilier archéologique assurant progressivement le remblaiement du chenal de la Saône primitive (phases 3, 5 et 6), et de l’occupation du secteur sud en seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© W. Widlak, A. Dagand.

84Dans le détail, ce remblaiement débute par un épisode érosif qui entaille les niveaux précédents, ce qui suppose une augmentation du débit. Il est suivi par une accumulation à lits obliques ouest-est, composés de limons argileux à restes organiques abondants et de sables fins limoneux (Us. 1573, Us. 1655-1660). Des dépôts similaires ont été repérés dans le secteur 2 (Us. 1529). Ces alluvions marquent une rupture par rapport à celles déposées au cours de la séquence précédente. Elles résultent d’un transport en suspension uniforme dans une lame d’eau à courants très lents. Le chenal primitif doit présenter alors l’aspect d’un bras plus ou moins mort, avec une nappe d’eau très calme, quasiment déconnectée de la Saône principale. Le remblaiement se poursuit avec des formations sableuses mais à granulométrie très variable : certains lits sont composés de sables très grossiers parfois à cailloutis, d’autres comportent des sables moyens à fins, telle l’Us. 1493 sur laquelle repose l’épave no 3. Cette variabilité texturale résulte de la variation des débits et de la hauteur de la lame d’eau dans le chenal primitif.

85Les petites coupes ouest-est qui ont été réalisées entre les bateaux, puis les multiples coupes sud-nord, lors du démontage de ces derniers, permettent d’observer la complexité stratigraphique du secteur. La géométrie des dépôts démontre l’existence d’un double pendage : du sud vers le nord au niveau des secteurs 1 à 3, où il peut signaler la proximité de la rive droite (Us. 1612, 1613, 1614, 1615), il est à l’inverse des secteurs 4 à 9, où il traduit l’engraissement de la berge de rive gauche. Le chenal se remblaye sur environ 1,3 m d’épaisseur jusqu’à 161-160,50 m d’altitude en limite occidentale de l’emprise, et il se rétrécit. À l’extrémité sud, les lits obliques ouest-est atteignent environ 159,60 m à l’ouest et 158,30 m à l’est sur une longueur de 13 m (sous l’épave no 3). Ce pendage longitudinal proche de 10 % illustre, au débouché du chenal primitif, l’épandage des alluvions sous forme deltaïque dans le nouveau lit.

2.3.1.8 Le couvert végétal au sud

86Dans le secteur sud, l’environnement est illustré par l’étude de deux échantillons carpologiques (no 33, Us. 1612 ; no 35, Us. 1615), qui ont livré plus de 10 000 carporestes, essentiellement conservés par imbibition (plus de 99 %). Cette importante documentation permet l’enregistrement de 120 taxons et procure ainsi des informations précises sur l’économie et l’environnement du site. L’assemblage carpologique est dominé quantitativement par deux types de végétation : les plantes aquatiques et celles des bords des eaux d’une part, les plantes cultivées, et tout particulièrement les fruits d’autre part. Ceci reflète certainement les deux modes d’apport principaux des macrorestes : l’apport naturel par les eaux de la rivière, qui explique la forte représentation des hydrophytes et hygrophiles ; l’apport anthropique direct, qui explique le rôle joué par les plantes à valeur économique.

87Cet apport anthropique pourrait être imputé pour une part à des pertes lors des activités commerciales de chargement et de déchargement de produits, mais la majeure partie résulte de rejets de consommation, comme en témoigne la forte proportion de pépins (de figue en particulier) rejetés dans les déjections, et de fragments de coques (noix, noisette).

88Outre la figue et la noix, ce cortège de fruits comprend notamment le melon (Cucumis cf. melo), la gourde calebasse (Lagenaria siceraria), le mûrier (Morus sp.), l’olivier (Olea europæa), le cerisier-merisier (Prunus avium) et la vigne (Vitis vinifera). Résultant d’apports anthropiques et non naturels, il est impossible de savoir lesquels de ces fruits sont cultivés localement. La présence de plusieurs taxons méditerranéens ou exotiques (Lagenaria est d’origine africaine) plaide pour l’existence d’apports commerciaux.

89Aux côtés des fruits on observe diverses autres plantes cultivées. Le millet (Panicum miliaceum), et les blés nu (Triticum æstivum/turgidum) et vêtu (Triticum dicoccum/spelta), qui apparaissent sous forme carbonisée, sont des céréales. Le lin (Linum usitatissimum) est une plante oléagineuse ou textile, l’oignon (Allium cf. cepa) un légume-racine. Aneth, céleri (Apium graveolens), coriandre, moutarde noire et sarriette (Satureja hortensis) sont des plantes condimentaires.

90Les nombreuses mauvaises herbes des cultures, messicoles et adventices des cultures sarclées et/ou de printemps, constituent probablement, au moins en partie, des rejets anthropiques directs, liés à des activités de traitement des récoltes.

91Les faciès de pelouses et prairies, même s’ils ne réunissent pas un très grand nombre de restes, offrent une importante diversité taxinomique qui pourrait témoigner du rôle de ces groupements dans l’environnement local à supra-local. Cette diversification des pelouses et prairies est une nouveauté par rapport au secteur nord, alors que ce type de végétation est déjà bien perçu par la malacologie. Faut-il en conclure que les prairies sont plus développées dans la partie sud de la plaine ?

92Malgré leur représentation assez faible, les groupements forestiers méritent quelque attention. Si l’on excepte les marqueurs des forêts alluviales, l’aulne en particulier, ces taxons sont souvent des héliophiles des fourrés et des fruticées : le buis (Buxus sempervirens), le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), l’aubépine (Cratægus monogyna), le rosier (Rosa sp.), le noisetier (Corylus avellana), le prunellier (Prunus spinosa), le framboisier (Rubus sp.), le sureau noir (Sambucus nigra). Ils pourraient indiquer la présence de haies dans l’environnement.

2.3.1.9 Conclusion

93De la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. au début du iie s. (phase 3), l’occupation se traduit dans la partie nord du site par un ponton et une embarcation de type bac définissant un site d’accostage sur l’île Saint-Jean. Cette dernière est encore marquée par la céréaliculture – justifant, peut-être, la nécessité d’un appontement. Parallèlement, au sud, la diminution de la vitesse des courants qui transitent dans le chenal primitif conduit au remblaiement partiel du lit par une accumulation caillouteuse suivie de matériaux plus fins. La nature et la chronologie du remblaiement sont en totale cohérence avec celles issues de la fouille de l’îlot Tramassac, 175 m en amont (Arlaud et al. 1994). À l’époque, les relevés en urgence des stratigraphies alluviales profondes renfermant du mobilier céramique ont conduit à isoler deux séries alluviales, relevées entre 156 m et 161 m, et datées de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. au début du iie s. La première caractérise une séquence d’hydrologie active, avec des dépôts de graviers et de galets dans une matrice de sables grossiers, tandis que la seconde apparaît plus calme et dépose des sables et des limons. Les riverains utilisent donc comme zone dépotoir une grande longueur du bras devenu secondaire (plus de 200 m) : leurs rejets, d’origine minérale (céramique notamment, tuiles, briques) et organique (déchets de consommation ou de récoltes), peuvent d’ailleurs s’inscrire dans une politique d’accélération de la fermeture du bras primitif. La plaine environnante est recouverte de prairies et probablement de haies, alors que les rives sont bordées d’une ripisylve. La présence d’espèces végétales méditerranéennes suppose déjà des échanges commerciaux.

94Dans ce contexte chronologique, le seul site proche qui révèle une occupation à l’ouest de la Saône, est celui de la rue Monseigneur-Lavarenne. Cette rue, au nord du Parc Saint-Georges, s’inscrit topographiquement sur l’île Saint-Jean. Sa fouille a révélé dans la partie sud une fosse, profonde de plus de 2,10 m et dont le niveau d’ouverture est supérieur à 164,36 m, ainsi qu’un niveau alluvial anthropisé autour de 164,73 m pour la période de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. Pour la fin du ier-début iie s. ap. J.-C., un bâtiment aux fondations maçonnées et aux élévations en matériaux légers a été dégagé dans la partie sud autour de 164,50 m d’altitude, tandis qu’un dépotoir du début du iie s. occupe la partie nord vers 164,03 m d’altitude (Le Mer, Chomer 2007 : notice 383).

2.3.2 Un site d’ancrage à la confluence des deux Saône

95Durant la phase 4 qui couvre la seconde moitié du iie s. ap. J.-C., une embarcation, l’épave no 3, est abandonnée au sud du site puis fossilisée par des alluvions qui porteront les embarcations nos 2, 4 et 5 de la phase 5 suivante [fig. 28]. Ce remblaiement alluvial, peu développé en raison du remaniement par les épisodes hydrologiques postérieurs, permet toutefois d’établir une chronologie relative entre les embarcations : l’épave no 3 est la plus précoce des quatre épaves gallo-romaines localisées dans la partie méridionale du terrain. Étant donné la date d’abattage des bois formant l’embarcation no 3 et la chronologie de la phase suivante, cette nouvelle installation est calée dans la seconde moitié du iie s. Le mobilier constitue à cet égard un traceur chronologique sûr : apparition de la sigillée claire B rhodanienne à Lyon durant le deuxième quart du iie s., et surtout arrivée sur le marché lyonnais au milieu du iie s. des céramiques communes originaires du Val de Saône. L’échouage de l’épave no 3 et cette nouvelle phase alluviale de remblaiement ont pu intervenir à la fin de la seconde moitié de ce siècle. L’embarcation no 3 a donc été utilisée durant un court laps de temps.

fig. 28 Localisation de l’épave no 3 dans le remblaiement de la Saône primitive, seconde moitié du iie s. (phase 4).

© W. Widlak, A. Dagand.

2.3.2.1 L’épave no 3

  • 13 Les membrures sont les poutres transversales attachées à la sole, sur lesquelles est fixé le bordag (...)

96Cette embarcation a été dégagée à l’extrémité sud de l’emprise où elle apparaît partielle en raison de sa position en limite de paroi moulée (Guyon 2010 : 54-62). Seule une partie de la sole avec ses membrures13 de fond est conservée. L’embarcation est en chêne et se classe parmi les chalands de type monoxyle-assemblé. Elle ne possède plus de bordés, mais des négatifs de clous, nécessaires à son assemblage à la sole, sont encore présents. Toutes les parties supérieures des courbes ont été cassées. Elle est orientée légèrement O-NO – E-SE, et mesure au minimum 14,64 m de long pour 3,05 m de large. Elle est étanchée par du tissu enduit de poix. Des traces d’outils (hache et herminette) ont été observées en divers endroits. L’embarcation ne semble pas avoir été utilisée très longtemps, car elle présente peu de traces d’usure et seulement quelques réparations constituées de plaques métalliques clouées. La datation, issue de l’analyse de séries d’échantillons, fournit un terminus en 159 ap. J.-C. (absence d’aubier) avec une proposition d’abattage entre les années 160 et 185 ap. J.-C.

97La stratigraphie des alluvions est malheureusement trop complexe, en raison des remaniements postérieurs, pour préciser la position initiale de cette embarcation dans le lit primitif de la Saône. Toutefois, sous l’épave les alluvions adoptent un pendage sud-nord de 23,5 % sur une distance de 8,50 m : de 159,70 m d’altitude jusqu’à 157,70 m. Cette topographie sous-jacente tend à démontrer que l’embarcation no 3 s’inscrit à la base de la rive droite de la Saône primitive où il est possible qu’elle ait été amarrée. Il est néanmoins difficile de localiser précisément la berge (probablement hors emprise au sud-ouest) et l’axe précis du talweg vers le nord, au-delà du secteur 3.

98Cette embarcation traduit un nouvel ancrage de l’activité humaine dans le secteur. Après l’abandon de l’appontement au nord du site, sur la rive droite de la nouvelle Saône, à la fin du ier s. ap. J.-C., une nouvelle installation semble se développer au sud du site. Elle s’inscrit à proximité de la confluence des deux bras de la Saône, et probablement sur la rive droite du chenal primitif. Ce dernier, en cours de remblaiement, doit offrir une faible hauteur d’eau facilitant la manœuvre de ces grands chalands tractés par la force animale ou humaine. La berge de rive droite, probablement en pente douce et stable, doit former une courbe au niveau de la confluence qui offre un abri à l’écart des courants principaux de la nouvelle Saône.

2.3.2.2 L’abandon de l’épave no 3

  • 14 Assemblage de planches constituant le fond d’une embarcation.

99La disposition de cette épave témoigne de son abandon et de son échouage. Son bord nord est incliné de 10 %. Sur la plus grande largeur, la sole14 de l’épave présente une légère déclivité sud-nord de 13 % (de 159,70 à 159,40 m). Si les raisons de son échouage sont difficiles à déterminer, les alluvions qui la recouvrent peuvent avoir joué un rôle au moins partiel. En effet, ces formations alluviales à granulométrie variable associent des sables grossiers à très grossiers (Us. 1384, 1617, 1618, 1620) témoins de la proximité du lit vif (banc aquatique). D’autres, renfermant des cailloutis (Us. 1382), traduisent la persistance de courants tractifs dans ce secteur du chenal primitif. Cette hydrologie active peut être en relation avec la saison des hautes eaux ou liée à de fortes crues. Parallèlement, les petits lits interstratifés sablo-limoneux, voire limono-argileux organiques, témoignent d’épisodes de répit hydrologique avec des courants lents à très lents, qui peuvent être rapportés à la saison des basses eaux ou aux épisodes de décrue. Les lits très riches en fragments de mollusques ainsi que les lits limono-argileux où sont piégés des branchages (Us. 1555, 1566, 1556) peuvent exprimer les épisodes de décrue, favorables à la concentration par flottaison des éléments légers. Ces alluvions viennent fossiliser l’épave no 3 jusqu’à 159,80 m au minimum, et conservent une inclinaison sud-nord suggérant que le talweg du bras primitif est toujours décalé vers le nord (au-delà du secteur 3) après ce nouveau remblaiement alluvial engraissant la rive droite.

100Signalons que cette épave no 3 ne possède pas de bordé sur son flanc nord. On peut envisager qu’un épisode hydrologique violent a pu l’arracher. Parallèlement, les sables de l’Us. 1383 viennent se bloquer contre la seule courbe conservée sur ce bord septentrional. Celle-ci est couchée partiellement sur la sole de l’épave, et constitue un obstacle qui semble à l’origine de la formation d’un microbanc. Comme précédemment, ces alluvions renferment de nombreux fragments anthropiques, dont des céramiques, témoins des rejets des riverains.

2.3.3 Le chenal de la Saône primitive

101La phase 5, qui est datée de la première moitié du iiie s., comprend plusieurs formations alluviales qui poursuivent le remblaiement du chenal primitif à l’extrémité sud du site, à sa confluence avec le lit principal. Leur particularité est de renfermer les chalands romains nos 2, 4 et 5 [fig. 29]. La stratification alluviale est très complexe et laisse envisager des épisodes d’érosion alternant avec des épisodes de remblaiement. Cette dynamique hydrologique est de plus fortement perturbée par les embarcations elles-mêmes qui, du fait de leur dimension, forment des obstacles aux écoulements et sont susceptibles tantôt de dévier, tantôt de concentrer les flux.

fig. 29 Localisation des épaves nos 5, 2 et 4 dans le remblaiement de la Saône primitive, première moitié du iiie s. (phase 5).

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 15 Au fl de l’ouvrage, les chiffres précédés d’un C renvoient vers le catalogue des monnaies disposé a (...)

102Ce remblaiement alluvial est toujours accéléré par les rejets des riverains puisque de nombreux tessons de céramique, lavés par les flux de la rivière, sont encore présents. La datation s’appuie sur le mobilier prélevé dans le niveau organique développé sur la sole de l’embarcation no 4 (Us. 1379), dans les alluvions piégées entre les épaves nos 2 et 4 (Us. 1524, 1533, 1557) et dans celles remplissant l’épave no 2 (Us. 1322). Le mobilier homogène est daté du début du iiie s., ce que confrme également la monnaie de Commode (C115), émise entre les années 180 à 192, prise dans une couche recouvrant l’épave no 4.

2.3.3.1 Les épaves nos 5, 4 et 2

103Ces trois chalands sont sensiblement parallèles et légèrement orientés O-NO – E-SE, comme le précédent [fig. 30]. Leurs extrémités sont hors-emprise, coupées par la paroi moulée du parc de stationnement. Avec un fond plat et une forte membrure, ces embarcations de fort tonnage sont destinées au transport de lourdes marchandises.

fig. 30 Les épaves gallo˗romaines à la confluence avec le lit principal, vues du sud˗est 3 épave no 3, seconde moitié du iie s. ap. J.˗C. (phase 4) ; 2 épave no 2, première moitié du iiie s. ap. J.˗C. (phase 5) ; 4 épave no 4, première moitié du iiie s. ap. J.˗C. (phase 5) ; 5 épave no 5, première moitié du iiie s. ap. J.˗C. (phase 5)

© M. Guyon.

104L’embarcation no 5 est très partielle (Guyon 2010 : 82-85). Seules des parties de la sole et du bordé septentrional (hauteur 0,55 m) ont été préservées du contact de la paroi moulée sud-ouest puisque seulement 0,83 m de largeur maximale ont pu être relevés sur une longueur de 7,30 m. Sur cette faible largeur, l’embarcation repose directement sur l’épave no 3. Cette épave se classe dans la catégorie des bateaux de type monoxyle-assemblé. Elle se caractérise par un bordé monoxyle réalisé dans un demi-tronc de sapin. Le restant de l’embarcation est en chêne. Sa membrure a disparu. Elle est étanchée par du tissu enduit poissé, produit dont on retrouve quelques traces sur la surface interne du bordé. La face interne du bordé a été recouverte de poix. L’étude dendrochronologique des bois (sans aubier) donne un terminus post quem de 150 ap. J.-C., soit un abattage postérieur à l’année 160.

  • 16 Suite de planches du bordage formant une ligne longitudinale d’un bout à l’autre d’une embarcation.
  • 17 La varangue est une pièce courbe servant de raidisseur pour la sole, placée perpendiculairement à l (...)

105Le chaland no 4 à coque monoxyle-assemblée (Guyon 2010 : 73-82), quoique privé de sa partie arrière par la paroi moulée, ainsi que de son extrémité avant, est le mieux conservé, avec une longueur observable de 18,53 m pour une largeur moyenne de 4,67 m. Les bordés en demi-troncs de sapin sont uniquement conservés dans la partie basse monoxyle (hauteur 1,35 m), à part en trois endroits où une partie de la virure16 supérieure est présente. L’originalité du bateau no 4 est de comporter une impressionnante varangue-emplanture17 qui permet de déduire l’existence d’une mâture importante. On peut en déduire que la proue est tournée vers l’est. Signalons le revêtement argileux présent sur tout le fond de l’embarcation, adoptant par endroits une texture tourbeuse (Us. 1379-1321). Il correspond à l’utilisation de l’embarcation, qui devait toujours contenir des flaques d’eau résiduelles. Certains outils utilisés pour sa fabrication ont pu être identifiés grâce aux traces qu’ils ont laissées sur la surface du bois (hache, herminette et marteau). Les principales réparations ont été réalisées sur la partie avant à l’aide de feuilles de plomb. Ce palâtrage est fixé à la sole par des petits clous formant une couture périphérique. Avant sa pose, les charpentiers ont pris soin de découper la membrure à l’emplacement de cette réparation. Toujours dans cette partie avant du bateau, les bordés ont tendance à diminuer en hauteur, ainsi que les courbes, suggérant la présence d’une levée. Au centre de l’épave, l’embarcation présente une rupture qui lui donne un pendage de plus en plus prononcé en direction de la proue. Le matériau utilisé pour l’étanchéité est le tissu enduit de poix et les faces internes de chacun des bordés sont traitées d’une fine couche d’enduit de poix qui protégeait le bois des bactéries et des intempéries. L’analyse dendrochronologique donne une date d’abattage moyenne de 157 ap. J.‑C., mais la présence d’aubier permet une fourchette entre 158 et 185 au plus large. La présence, sous une varangue plate de cette épave, d’un as de Marc-Aurèle ou de Commode (C2) frappé entre les années 161 et 192 est un élément déterminant pour une chronologie déjà bien établie par le mobilier céramique. L’usure peu prononcée de cette unité suggère une circulation limitée dans le temps : le seuil du iiie s. est à peine dépassé. Ce chaland peut être contemporain de l’embarcation no 5, mais les bois sont issus de milieux écologiques très différents.

106Coupé transversalement par la paroi moulée du parc de stationnement, le chaland de type monoxyle-assemblé no 2, partiellement conservé, a été dégagé sur une longueur de 15,11 m pour une largeur maximale de 2,83 m. L’embarcation a été étanchée par un calfatage de tissu poissé. La face interne du bordé est recouverte d’une fine couche de protection. Elle a subi quelques réparations ou consolidations matérialisées par plusieurs palatrages de plomb. Un grand nombre de chevilles (par endroits jusqu’à 60 au m2) laisse supposer la longue période d’utilisation de ce bateau ou, plus vraisemblablement, une utilisation intensive sur environ un demi-siècle. Le palâtrage est fixé au bois par des petits clous disposés les uns à côté des autres. Des traces ont été laissées par des outils au moment de la construction (scie de long, hache et herminette). La date d’abattage des bois de chêne (sans aubier) fournit un terminus fixé à 206 ap. J.-C., soit une datation après les années 210-215. On note un bordé monoxyle réalisé dans un demi-tronc de sapin (Guyon 2010 : 62-73).

107En référence aux dates d’abattage des bois mis en œuvre dans la construction de ces chalands et au phasage chronologique du site, ces trois embarcations ont pu atteindre le site dans le courant de la première moitié du iiie s.

108Ces chalands confirment le maintien d’une activité portuaire à la confluence des deux bras de la Saône. Cette zone de débarquement semble effectivement occuper un lieu géographique privilégié qu’expliquent plusieurs raisons non exhaustives. Le chenal primitif en cours de remblaiement offre une faible hauteur d’eau sans courant par rapport au lit principal, ce qui n’est pas un obstacle pour ces embarcations à fond plat. Il présente ainsi une section mouillée abritée et plus stable, puisque les fortes variations de débit de la rivière sont atténuées par rapport à celles qu’enregistre la Saône principale. Au contraire, au nord du site, la rive droite de la nouvelle Saône, proche de la confluence, doit être plus instable et mobile. Enfin, en arrière de la rive droite du bras primitif, au sud-ouest, s’étend un secteur plan qui permet des activités propices au commerce (circulation, stockage, etc.), alors qu’en amont, la rive droite appuyée contre le talus du plateau de Fourvière ne laisse qu’un dégagement très limité. Précisons que seule la zone aquatique de ce port a été observée, la zone terrestre étant hors emprise.

2.3.3.2 L’échouage des embarcations

109Comme précédemment, la disposition de ces épaves fait état de leur échouage et fournit des indices sur ce processus. Conjointement, les données morphologiques et texturales des alluvions apportent des éléments interprétatifs à la reconstitution des circonstances de l’abandon des embarcations.

110Les épaves nos 2 et 4, détruites sur leur extrémité orientale, adoptent une pente longitudinale plus élevée que celle de l’épave no 3, avec un profil particulier. Le bord nord de l’épave no 4 est incliné de 22 % sur 17 m de long (de 160,20 m à 156,50 m), et l’épave no 2 de 15 % sur 12,25 m de long (de 159,90 m à 158,80 m). Ces épaves présentent une cassure à mi‑longueur et un pendage ouest-est plus fort à l’extrémité orientale, ce qui leur confère un profil convexo-concave. Sur l’épave no 4, le changement d’inclinaison se produit entre les varangues 14 et 15, où le bordé est cassé. À l’ouest de ce point d’inflexion, le pendage est d’environ 12 % (de 160 à 158,95 m sur 8,50 m de long), alors qu’à l’est de ce point, il est de 28 % (de 158,95 à 156,70 m sur 8 m de long). Associé à cette courbure, on note également que le pendage transversal de la sole est plutôt N-EN – S-OS dans la partie haute à l’ouest, tandis qu’il est S-OS – N-EN dans la partie fortement inclinée. L’épave no 2, quant à elle, se retrouve pliée et basculée vers le sud. Il semblerait que lors de l’échouage l’épave no 4 ait été poussée latéralement depuis le nord contre l’épave no 2, laquelle s’est retrouvée bloquée contre le banc alluvial appuyé sur l’épave no 3 sous-jacente.

111Les alluvions qui englobent ces épaves ont une texture généralement sableuse. Des dépôts se sont partiellement accumulés entre les épaves nos 2 et 4, où le faible espace qui les sépare doit se comporter comme un drain concentrant les courants. La succession de lits à texture différente exprime des variations de vitesse : les minces lits limono-sableux, parfois argilo-organiques (Us. 1557) témoignent d’une nappe d’eau sans vitesse, tandis que les sables très grossiers, renfermant localement des petits cailloutis, sont triés dans la partie basse de la lame d’eau plus turbulente (Us. 1524). Certains lits sableux renferment des paquets de sédiments hétérogènes et compacts qui peuvent correspondre à des fragments de berge arrachés par les crues (Us. 1533). Au-dessus des épaves et à l’intérieur des chalands, la texture grossière et l’épaisseur des sables localement caillouteux traduisent une phase d’hydrologie active, et témoignent d’une forte crue. Les sables piégés dans l’épave no 2 (Us. 1322) ont une structure litée [fig. 31] : les flux sont d’intensité croissante puis diminuent progressivement, peut-être en raison de leur situation (ralentissement brutal du courant au sein de l’embarcation). La structure litée de ces matériaux permet d’affirmer que le sable présent dans les chalands d’une part ne correspond pas à un chargement, d’autre part n’a pas été disposé volontairement pour couler les embarcations afin, éventuellement, de fermer définitivement le chenal primitif. Argument complémentaire : il serait surprenant de disposer ces obstacles à l’aval plutôt qu’à l’amont du bras afin de bloquer les entrées solides et liquides. Ce dernier dispositif semblerait beaucoup plus efficace et cohérent pour fermer le bras. Ainsi, ce sont de fortes crues, c’est-à-dire des contraintes hydrologiques, qui ont rempli les embarcations, les ont déformées et les ont fait couler. Les épaves ont été alors abandonnées.

fig. 31 Les alluvions piégées dans l’épave no 2 durant la première moitié du iiie s. (phase 5), puis les alluvions fermant le chenal primitif au milieu du iiie s. (phase 6), puis l’assainissement˗ exhaussement de la seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© A. Vérot˗Bourrély.

112La déformation du profil longitudinal des embarcations (convexo-concave) laisse supposer que la nappe d’eau est plus profonde à l’extrémité orientale. Deux hypothèses peuvent expliquer ce profil, l’une se déroulant concomitamment à l’échouage, l’autre a posteriori – les deux n’étant pas contradictoires. Il est possible que la hauteur d’eau dans la Saône primitive soit parfois très faible et qu’il soit nécessaire que la partie orientale des embarcations flotte au niveau de la confluence avec la nouvelle Saône, tandis que la partie occidentale est échouée sur la rive de la Saône primitive pour faciliter les opérations de déchargement. La partie orientale des bateaux, plus basse topographiquement que l’extrémité occidentale, est remplie par les sables de crue, s’écrase et se déforme. Parallèlement, à la confluence, les flux de la nouvelle Saône ont pu provoquer le sapement des sédiments sous-jacents aux embarcations (banc subaquatique), et ainsi repousser les extrémités orientales des épaves. Par exemple, les flux de la nouvelle Saône ont pu pousser vers le sud l’extrémité orientale de l’épave no 4, laquelle, en s’appuyant sur l’épave no 2, a provoqué son basculement. Cet enchaînement est d’autant plus plausible que l’épave no 2 peut difficilement se déplacer vers le sud, puisqu’elle est limitée par le banc sableux appuyé lui-même contre l’épave no 3 sous-jacente.

113L’ensemble de ces alluvions démontre que le remblaiement naturel de la Saône primitive se poursuit : le lit s’exhausse sur une épaisseur minimale de 1 m, et sa largeur diminue. Le fond du chenal est proche de 161 m d’altitude au niveau du secteur 4. La topographie de ce nouveau remblaiement maintient le profil transversal et longitudinal du bras primitif. Le pendage amont-aval est toujours O-NO – E-SE. Transversalement, le profil est incliné du sud vers le nord depuis le bord méridional de l’emprise jusqu’au bord septentrional de l’épave no 4, où semble s’inscrire le talweg. À partir du secteur 5, et au-delà vers le nord, la pente transversale du nord vers le sud illustre la rive gauche du bras.

2.3.3.3 Conclusion

114Le fonctionnement des trois embarcations sur le site (phase 5) est calé sur le début du iiie s., notamment en raison des dates d’abattage des bois de l’épave no 2. La datation de la crue qui a condamné ces chalands peut s’étendre sur la première moitié du iiie s. Cette chronologie confère une longue utilisation aux embarcations nos 4 et 5, tandis que la no 2 semble avoir connu une durée de vie relativement courte, en dépit de nombreuses réparations qui, par conséquent, indiquent une utilisation intense ou une construction d’origine peu solide.

115Cet accroissement de l’hydrologie de la Saône durant la première moitié du iiie s. a déjà été caractérisé en amont, lors de l’étude du bras primitif le long de l’îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 30-34). Les niveaux de remblaiement naturel –traités par grands ensembles en sauvetage urgent– ont révélé deux grandes phases chronologiques. La dernière, datée entre le milieu du iie s. et la première moitié du iiie s., se traduit dans un premier temps par des alluvions sablo-limoneuses témoins d’un affaiblissement du courant, et dans un deuxième temps par des sables grossiers qui manifestent le retour de courants relativement violents. Cette hydrologie accrue de la rivière est contemporaine d’une part d’une hydrologie de haute énergie prédominant dans l’ensemble des bassins versants du haut bassin rhodanien (Berger et al. 2008). Cette crise hydrologique, centrée sur le iiie s., pourrait combiner un régime de fortes crues et des aquifères encore hauts provoquant une activité hydrosédimentaire élevée. Le régime torrentiel semble généralisé entre Aoste (Isère) et Lyon. Parallèlement, le développement de la tourbification dans certains lits fluviaux peut témoigner d’une baisse des capacités de drainage des talwegs qui sont alors exhaussés et encombrés. La très forte instabilité des lits fluviaux conduit non seulement à la défluviation du cours du Rhône dans les basses terres dauphinoises (Bravard 1983 ; Salvador et al. 2005) mais semble également à l’origine des épisodes de défluviation de trois rivières nord-dauphinoises, la Bourbre, le Guiers et le Girondan (Berger 2005). Ces données paléohydrologiques sont également validées sur des affluents rhodaniens de rive gauche en moyenne vallée du Rhône (Berger 1996 ; Berger 2003) et jusque dans le delta du Rhône comme sur le site d’Arles entre 270 et 290 (Arnaud-Fassetta 2000), mais également plus en aval (Provansal et al. 1999 ; Bruneton et al. 2001). Notons que cette crise a été également caractérisée dans de petits cours d’eau du bassin de la Saône (Petit et al. 2006). En revanche, pour cette période les sites lyonnais en rive droite du Rhône sont marqués par la mise en place de remblais d’assainissement datés de la fin du iie s. – début du iiie s., puis par une désertion jusqu’au xiiie s. au plus tôt, phases entre lesquelles aucune trace d’activité hydrologique n’a pu être démontrée (arasement ?) (Arlaud et al. 2000 ; Vérot-Bourrély, Franc 2008).

116Les riverains de la Saône semblent s’adapter aux fluctuations hydrologiques : par leurs rejets, ils contribuent à accentuer le remblaiement naturel du chenal primitif qui est fortement accéléré par un épisode hydrologique particulier dans la première moitié du iiie s. Cette politique d’intervention a été observée sur les trois sites recoupant le chenal primitif : îlot Tramassac, îlot Clément-V et Parc Saint-Georges.

2.3.4 Vers la fermeture de la Saône primitive

117Au cours du milieu du iiie s. (phase 6), l’alluvionnement se poursuit et assure la fin du remblaiement du chenal primitif [fig. 32]. Ce dernier se rétrécit fortement au milieu du iiie s., et ce depuis ses berges nord (secteurs 15 à 20) et sud (secteurs 1 à 11). Au nord, la limite sud-ouest de l’île Saint-Jean progresse, au détriment du chenal, par la formation d’un banc latéral, puis seuls des courants lents exhaussent l’île (autour de 161,80 m) qui est en cours de rattachement à la plaine occidentale. Au sud-ouest, les alluvions engraissent la berge de rive droite et remblayent le lit primitif. Elles atteignent 162,30 m contre la paroi ouest de l’emprise puis dessinent le talus ouest-est de la nouvelle rive droite jusqu’à 158,30 m vers le centre de l’emprise. Entre les secteurs 11 et 15, il est possible que s’écoulent encore quelques courants résiduels dans un chenal rétréci à une vingtaine de mètres et fortement remblayé.

fig. 32 Vers la fermeture de la Saône primitive, milieu du iiie s. (phase 6).

© W. Widlak, A. Dagand.

118L’abondance du mobilier céramique permet une argumentation chronologique très fable au milieu du iiie s. L’usure des trois monnaies frappées sous la dynastie antoninne (C3-C5) révèle qu’elles ont circulé tout au long du iiie s.

2.3.4.1 La rive gauche de la Saône primitive

119Sur la rive gauche de la Saône primitive, longeant l’île Saint-Jean à proximité de la confluence des deux tracés, les alluvions renferment des artefacts témoins d’une fréquentation permanente sur le bord de cette île. Au niveau des secteurs 18 et 19, l’Us. 1478, composée de sables fins limoneux et de sables fins (0,20 à 0,30 m d’épaisseur autour de 161,80 m) issus de débordements lents, renferme des petits cailloutis parfois concentrés, des fragments de terre cuite et du mobilier céramique. Les quelques fragments datés du ier s. ap. J.-C. au iiie s. démontrent que la fréquentation de l’île a pu se poursuivre pendant près de trois siècles durant lesquels le chenal primitif s’est progressivement remblayé. Ensuite, cet espace de circulation est érodé côté sud, puis remblayé par des alluvions grossières (Us. 1479). Repérés sur 12 m de long au minimum, jusqu’au secteur 15, entre 160,40 m et 161,30 m d’altitude, ces sables grossiers suivis de cailloutis et de graviers traduisent la proximité du lit vif qui construit un banc latéral progressant vers le sud-ouest. Le chenal se rétrécit d’environ 10 m. Au pied sud de ce banc, se succèdent des sables lités légèrement obliques nord-sud, puis des sables grossiers à petits cailloutis alternant avec des sables moyens (Us. 1484). Ces dépôts sont à nouveau entaillés par un micro-chenal, large de 0,80 m et profond de 0,40 m, lui-même remblayé par des sables grossiers abondants renfermant du mobilier céramique fragmenté (Us. 1485). Sur le sommet du banc, seuls des débordements par-dessus la berge à courants lents et sans relation directe avec le fond du chenal, inondent la zone. L’île s’élargit au détriment du chenal primitif : elle est en cours de rattachement à la plaine. Elle est exhaussée par 0,20 à 0,40 m de sables moyens, rythmés par des lamines de sables fins limoneux ou de limons argileux (Us. 1480). Le dernier niveau sédimentaire montre des litages sableux et des fragments anthropiques (Us. 1481). Blocs de calcaire, de granite, dont certains atteignent 0,10 m de longueur, galets, graviers, fragments de tuiles et de briques côtoient des fragments de céramiques. Si la matrice sableuse du dépôt suppose des courants lents d’inondation, ces matériaux hétérogènes indiquent l’intervention humaine. Ces micro-sols de circulation sont autour de 161,70-161,30 m d’altitude au bord de la Saône primitive rétrécie et en cours d’atterrissement.

2.3.4.2 La nouvelle rive droite de la Saône

120À l’extrémité méridionale, ce remblaiement alluvial débute par un ensemble sédimentaire à structure compacte et à texture hétérogène [fig. 33]. Composé de paquets de limons argileux renfermant des fragments anthropiques tels des briques, des tuiles, des cailloutis (Us. 1323, 743, 1569, 1650), cette sédimentation correspond à des « sols » de bord de berge arrachés par les crues de la rivière puis transportés en paquets et redéposés au sein du remblaiement. C’est le cas du dépôt compact (Us. 1650) dégagé dans le secteur 4 –et qui d’ailleurs se développe en plan sur un niveau d’érosion recoupant les précédents dépôts obliques. Ce dépôt renferme un mobilier céramique assez homogène s’étalant sur une période allant de la fin du ier s. ap. J.-C. au début du iie s. Il provient donc d’un sol plus ancien, raviné et transporté un siècle et demi plus tard dans le remblaiement de la Saône primitive. Sur ces niveaux hétérogènes, le remblaiement alluvial se poursuit par des formations homogènes, souvent meubles, composées dans un premier temps de couches à sables grossiers –c’est le cas notamment des Us. 1376 et 1375 au sud de l’épave no 2, et de l’Us. 1378 au-dessus de l’épave no 4. Ces sables, moyens à grossiers, renferment souvent des débris malacologiques. Dans un deuxième temps, les matériaux transportés deviennent plus fins (Us. 1373, 1374, 1262) et renferment des artefacts peu nombreux et millimétriques (charbons, tessons, cailloutis, etc.). Parallèlement, les lits millimétriques –qu’ils soient ondulés et de nature argileuse, témoins alors de la décrue, ou à fragments organiques typiques de laisses de crue – évoquent l’affaiblissement des courants. Le chenal primitif se déconnecte du lit vif et évolue vers un milieu terrestre qui va devenir accessible aux riverains. Sur la marge occidentale de l’emprise, les derniers lits alluviaux sont sub-horizontaux et atteignent 162-162,20 m d’altitude. Ils caractérisent la plaine bordière inondable. C’est le cas des Us. 756 à 762 et Us. 691 du secteur 3, ou encore de l’ensemble sédimentaire Us. 1580 à la limite des secteurs 10 et 11. Au sud, ces niveaux portent localement des dépôts renfermant des matériaux de démolition et du mobilier céramique (Us. 714, 983, 657) pouvant correspondre à des dépotoirs témoins de l’intervention continue des riverains. Une partie de ces matériaux a glissé sur la pente de la nouvelle rive dominant la nouvelle Saône (Us. 1662).

fig. 33 Stratigraphie du remblaiement progressif de la Saône primitive (phases 3 à 6) et position stratigraphique des épaves nos 2, 3 et 4, puis atterrissement de la zone et occupation de la seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© W. Widlak, A. Dagand.

121La topographie de cette nouvelle rive, coiffée localement de rejets de dépotoir, dessine un talus de berge ouest-est abrupt où les lits sédimentaires obliques sont inclinés de même. Le pendage dans la partie supérieure est de 60 à 80 %, puis les couches adoptent une pente plus douce vers le bas du talus, évoluant de 40 à 30 %. La transition entre les dépôts alluviaux et ceux d’origine exclusivement anthropique de la phase suivante est représentée dans la partie haute de la berge par l’Us. 1261. Cette dernière, composée de lits alluviaux de limons argileux et de sables fins à moyens, renferme une forte densité d’artefacts non roulés à son sommet, exprimant une volonté d’exhausser et d’assainir le secteur. À la base de la berge, c’est-à-dire à proximité du lit mineur de la nouvelle Saône, deux dépôts organiques particuliers (Us. 1356, 1357) se développent au minimum entre 158,50 m et 159,80 m d’altitude. La première unité (Us. 1356, 0,20 à 0,50 m d’épaisseur) est composée essentiellement de restes organiques dont des fragments de bois. Elle présente localement des lentilles plus minérales, sableuses. L’Us. 1357, toujours à matrice limono-argileuse organique, est plus hétérogène puisqu’elle englobe des petits cailloutis très denses et des poches sableuses. L’originalité de ces deux couches organiques est de renfermer énormément d’artefacts, notamment ceux en matières périssables. Ces deux dépôts inclinés dans la partie supérieure, et davantage plans dans la partie inférieure, peuvent résulter de rejets anthropiques particuliers depuis la rive. L’analyse des carporestes confrme un type de rejets à dominante organique. Parallèlement, à la base du talus, le léger replat observé autour de 159,50 m d’altitude, a pu entretenir épisodiquement une nappe d’eau résiduelle et stagnante favorable à la dégradation de cette matière organique. La nouvelle rive droite au sud du site accuse une pente moyenne de 35 % jusqu’à 158,30 m.

122Cette dernière phase de remblaiement de la Saône primitive ainsi que sa chronologie sont cohérentes avec les données des sites archéologiques en amont, qu’elles précisent. Au niveau de l’îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994), la première moitié du iiie s. caractérise un chenal primitif rétréci à une cinquantaine de mètres de large et remblayé jusqu’à 163,5 m : le pendage amont-aval sur près de 175 m de long est évalué à 0,8 %. Il présente encore à cette période des micro-chenaux résiduels de crue. Sur le site de l’îlot Clément-V, quasi mitoyen de l’emprise du Parc Saint-Georges, au niveau des secteurs 22 à 24, la partie occidentale (au bord du chenal primitif) enregistre un alluvionnement et des remblais jusqu’à 163,10 m au cours du premier quart du iiie s., tandis que le deuxième quart de ce siècle connaît encore quelques crues sableuses et le maintien d’un micro-chenal.

2.3.4.3 Éléments du paysage et pratiques économiques

123Cette approche est abordée majoritairement par l’étude de carporestes. Toutefois, quelques données palynologiques et anthracologiques fournissent des informations complémentaires.

124L’analyse carpologique concerne un seul échantillon (no 39 [Us. 1356]), dont la composition est assez particulière. Il est issu des formations organiques du replat bordant la rive. Si l’on se réfère au matériel imbibé, le profil d’ensemble des carporestes est très proche de la phase 3 étudiée. L’ensemble des fruits cultivés, dont le poids quantitatif reste élevé, se diversifie encore avec l’arrivée du néflier (Mespilus germanica), du prunier domestique (Prunus domestica), de l’amandier (Prunus dulcis) et du pêcher (Prunus persica). Les plantes domestiques herbacées documentées par les restes non carbonisés sont presque identiques à celles de la phase 3. Les groupements de plantes non cultivées affichent toujours les tendances apparues précédemment : rôle fort des pelouses/prairies d’une part et des fruticées/haies/lisières d’autre part. La seule différence pourrait concerner une baisse de la diversité des messicoles. La plus grande différence dans la composition de cet échantillon concerne le poids du matériel carbonisé (8,6 % des restes) et la variété taxinomique qu’il exprime (13 taxons au minimum). Cette montée en puissance concerne essentiellement le groupe des céréales : des grains d’orge (Hordeum vulgare), de blé nu et de seigle (Secale cereale) sont attestés pour la première fois ou en plus grand nombre. Les restes de vannes surtout sont beaucoup plus abondants. Ils proviennent des mêmes taxons, mais pour une large part ne peuvent être identifiés avec précision. Ces éléments, les entrenœuds d’épis, les fragments de barbes, les fragments de glumes et glumelles, sont en grande partie éliminés lors des premières étapes de nettoyage (vannage et tamisage grossier) qui suivent le battage des céréales à grains nus. Leur présence en contexte archéologique est considérée comme un marqueur de la pratique locale du battage, et permet donc de caractériser un site producteur (Hillman 1981, 1984). Même si l’abondance de ces vannes demeure assez limitée sur le site du Parc Saint-Georges, l’existence de cultures céréalières aux abords de la cité et de la pratique d’opérations de battage et de traitement des récoltes à proximité peut être envisagée. Les restes témoignant des opérations succédant au battage sont toujours carbonisés au Parc Saint-Georges. Il n’existe aucune trace de ce phénomène dans le matériel imbibé. Il ne faut donc pas imaginer que les sous-produits du battage ont été déposés naturellement dans le lit du cours d’eau à partir d’une aire à battre voisine. Ils ont été brûlés et rejetés sur le site, sans doute parallèlement au rejet des déchets de consommation. Traditionnellement, dans les sociétés agricoles non mécanisées, ces sous-produits peuvent être utilisés tantôt comme combustible, ce qui est susceptible d’entraîner leur conservation par carbonisation, tantôt comme fourrage pour les animaux domestiques, tantôt pour la réalisation de torchis (Hillman 1981, 1984). Compte tenu de la modestie de ces usages, ce type de sous-produit n’est pas susceptible d’être transporté sur de longues distances. Il se distingue en cela de la paille longue, qui peut être utilisée comme litière, comme matériau de construction (toiture ?) ou comme matière première artisanale.

125Si l’analyse palynologique d’un coprolithe de canidé de bonne taille peut paraître anecdotique, d’autant que le degré d’errance du chien ne peut être estimé, les résultats qui en découlent présentent une importante similitude avec les résultats carpologiques. Il a d’ailleurs été retrouvé dans l’Us. 1356, c’est-à-dire dans le même sédiment ayant fourni les carporestes. Sur les 276 grains comptés, 36 taxons ont été identifés et caractérisent l’existence de milieux ouverts, de prairies et de cultures de céréales. Les 23 % de pollens d’arbres montrent l’absence d’espèces de ripisylve, mais la présence du chêne, du bouleau, du noisetier, de l’orme et du pin (ce dernier représenté par un seul grain de pollen). Le taxon le plus abondant est une Rosaceæ du genre Sorbus (soit l’alisier blanc Sorbus aria qui a pu se développer sur les pentes de la colline de Fourvière, soit le sorbier domestique Sorbus domestica qui supporte des sols humides). Les 212 grains d’herbacées sont répartis entre plantes cultivées et plantes de prairies mésophiles, tandis que les plantes rudérales restent discrètes. Les quelques plantes hygrophiles sont représentées en particulier par le pourpier d’eau (Lythrum portula) dont le pollen se répand peu. L’originalité de l’échantillon est de renfermer un important taux de céréales (21 %), qui suggère une aire de battage, une litière ou un champ ou encore la consommation d’une bouillie à base de céréales. Cette abondance de pollens de céréales semble concorder avec l’étude carpologique : reste à définir l’origine de cette concentration de paille brûlée sur la berge. On notera également la présence de 2 grains de chanvre qui pose la question d’une possible mise en culture à proximité.

126Les deux échantillons malacologiques étudiés dans ce même niveau organique (nos 56 et 100 [Us. 1356]) présentent un faible nombre de restes (à l’exception des opercules de Bithynia tentaculata) pour le premier et des espèces de milieux aquatiques permanents d’eau faiblement courante pour le second.

127Le tamisage des Us. 1356, 1323 et 1378 a permis la récolte de charbons de bois. L’étude anthracologique révèle la présence d’une ripisylve dominée par l’aulne. Cette espèce caractérise des sols plutôt tourbeux, toutefois la présence du saule, quoiqu’en très petite quantité, montre que des crues surviennent encore sur la berge. Les essences à affinité montagnarde (hêtre et sapin), extrêmement bien représentées, dénotent peut-être un climat frais et humide. La chênaie caducifoliée, probablement acidiphile, installée sur des sols frais, semble assez diversifiée, avec une proportion importante de frêne à tel point qu’elle pourrait être définie comme une chênaie-frênaie secondaire. La bonne représentation des essences à affinité montagnarde (hêtre et sapin) peut dénoter un climat plus frais et humide au cours du iiie s., étayant l’évolution climatique qui se traduit par une phase d’hydrologie accrue.

2.3.5 La rive droite de la Saône

128À partir du milieu du iiie s. (phase 7), la configuration du site évolue progressivement vers celle qui est connue actuellement, c’est-à-dire un rivage globalement nord-sud. Toutefois, au centre du site, se dessine une anse (ou courbe) sableuse où est échouée l’embarcation no 7, le plus imposant des cinq chalands découverts. Dans le même temps, mais dans l’angle sud-ouest de l’emprise, une succession d’apports anthropiques assure un exhaussement de la plaine bordière sur près de 200 m2. Au dessus, deux murs orientés nord-sud suggèrent l’existence d’un bâtiment dominant la rive, aux proportions relativement importantes, avec une longueur conservée sur près de 17 m. Cette occupation de la plaine au sud, vers 162-162,55 m d’altitude, domine la courbe de la rive, au nord, où est échouée l’épave no 7 à 160 m d’altitude [fig. 34].

fig. 34 Localisation de l’épave no 7 et des aménagements construits sur la rive droite de la nouvelle Saône, seconde moitié du iiie s. (phase 7).

© W. Widlak, A. Dagand.

129L’imposant mobilier céramique, contenu notamment dans le niveau d’assainissement-exhaussement au sud, permet une datation de la deuxième moitié du iiie s, contemporaine de la rive sableuse où a été dégagée l’épave no 7. Il n’est pas rare que des monnaies de Trajan ou d’Hadrien (C6, C7) circulent très longtemps, comme leur usure tend à le démontrer.

2.3.5.1 Une concavité marquée du tracé de la rive

130Suite à la fermeture du tracé primitif, la nouvelle rive droite de la Saône semble tout d’abord subir une érosion latérale (négatif Us. 1395) qui est plus marquée sur la partie centrale du site entre les secteurs 9 à 15. Ce rajeunissement de berge est démontré sur le plan longitudinal par la présence, ou par l’absence, de dépôts sur la berge renfermant du mobilier du iiie s. En effet, au nord du secteur 19, aucun dépôt ne renferme de mobilier de cette époque, et les niveaux précoces de la fin du ier s. sont directement recouverts par des formations datées de l’an Mil. Au sud de ce secteur, la rive de la seconde moitié du iiie s., mesurée autour de 160 m d’altitude, a été repérée à 15,30 m à l’est de la paroi moulée au secteur 19 et seulement à 2,5 m de cette dernière au niveau du secteur 15. Au sud du secteur 9, la berge taillée dans les alluvions fournies par la Saône primitive est plus difficile à cerner, avec une pente très douce. Toutefois, la rive a été repérée à 4,20 m de la paroi moulée dans le secteur 9, puis à 6,60 m de celle-ci dans le secteur 6. Plus au sud, les alluvions précédentes, déposées lors de la phase 6, ont déjà repoussé la rive à plus de 10 m de la paroi moulée. Ainsi, le tracé de cette rive est en retrait de la rive actuelle d’environ 30 m, et au niveau de l’anse de la rive en retrait de 40 m.

131Ce talus d’érosion a été observé dans le secteur 9, entre 162 m d’altitude au minimum (contre la paroi moulée occidentale) et 154,40 m d’altitude (18 m plus à l’est), où le fond du talweg est inscrit sur le substrat morainique. Le profil du talus, plutôt concave, a une pente moyenne estimée à 42 %. La formation de cette section incurvée de la rive (ou anse) peut avoir plusieurs origines. En amont, la présence de l’appontement associé à l’épave no 8 (phase 3) forme un obstacle aux flux, qui sont ralentis et déportés vers l’est, alors qu’a contrario, au sud de ces structures, les courants retrouvent leur vitesse et érodent la rive. Au centre, le caractère affouillable des alluvions de la Saône primitive a probablement facilité l’érosion. À l’extrémité sud, la part grandissante des remblais sur la berge a stabilisé la rive, alors que les embarcations sous-jacentes (épaves nos 2, 3 et 4) ont formé une ossature à sa base, rendant ainsi la berge plus résistante au sapement latéral.

2.3.5.2 Une accumulation sableuse dans la courbe de la rive

132Dans la courbe de la rive se développe une succession de dépôts alluviaux sableux lités et obliques ouest-est qui engraissent la berge vers l’est et lui confèrent progressivement une pente légèrement plus douce. Les variations texturales des dépôts expriment les fluctuations du cours de la Saône, tandis que la présence de matériaux anthropiques allogènes illustre l’impact des riverains sur cette berge.

133Si les couches sont inclinées ouest-est dans la partie supérieure de la berge, elles deviennent progressivement sub-horizontales à la base, c’est-à-dire au contact du lit de la rivière dans la partie orientale du site. Dans la partie supérieure de la berge, l’engraissement est composé de petits lits de sables (telles les Us. 1696, 1668, 1670, 1596, 1718, 1461, 1463) rythmés par des apports anthropiques (Us. 1692, 1462) qui peuvent prendre la forme de dépotoir (Us. 1407 et Us. 1460 directement sur le talus d’érosion autour de 160,50 m en secteur 19) [fig. 35]. À la base, dans le lit de la rivière, l’accumulation est formée d’une matrice de sables caillouteux (Us. 1705) qui emballe des éléments anthropiques décimétriques tels des blocs de calcaire et de granite, mais aussi du mobilier céramique et faunique (Us. 1543, 1704, 1707, 1709, 1710, 1715, 1746, 1747). Les fragments à module décimétrique jetés probablement depuis la berge ont roulé par gravité jusqu’au fond du lit de la Saône. Les alluvions grossières à petits cailloutis triés témoignent de la tranche d’eau la plus basse du lit mineur. Sur la berge, ponctuellement, des niveaux plus organiques (telle l’Us. 1717) renferment des fragments de bois et de nombreux débris de malacofaune qui peuvent traduire un embâcle local ou un rejet particulier depuis le sommet de la berge.

fig. 35 Stratigraphie de l’accumulation sableuse en seconde moitié du iiie s. (phase 7) sur la berge de la Saône faiblement inclinée au centre du site, suivi des dépôts alluvio˗anthropiques du haut Moyen Âge (phase 10).

© W. Widlak, A. Dagand.

134L’ensemble de cette accumulation, inclinée d’ouest en est, atteint au plus haut 161 m à 159 m dans la partie ouest du secteur 19, au nord de l’épave no 7, et seulement 159 à 157 m en aval de l’épave. La progression de la berge sur le lit mineur est différente selon les secteurs et le niveau topographique considéré : elle est de 4 m à 161 m d’altitude dans le secteur 19, de 6 m à 160 m au niveau du secteur 15, et de 5,5 m à 158 m au niveau du secteur 9. Notons que durant cette accumulation, des épisodes d’hydrologie accrue sont venus rajeunir localement la berge qui a reculé vers l’ouest. Les lits obliques ouest-est ont été entaillés, et l’érosion a abandonné un niveau plan sur le talus de berge. Ce rajeunissement a été identifié dans le secteur 19 amont sur 1 m au minimum de large autour de 157,50 m d’altitude, dans le secteur 13 sur près de 2 m de large autour de 156,70 m, ou encore en aval dans le secteur 9 autour de 157,40 m sur un peu plus de 1m.

2.3.5.3 L’épave no 7

135Dans cette berge sableuse a été dégagée une nouvelle embarcation (Guyon 2010 : 85-95) . Elle repose à 160,60 m dans le secteur 12 (poupe) et au plus bas à environ 155 m dans le secteur 10 (proue). Elle est orientée O-NO – E-SE, comme l’ensemble des embarcations antiques [fig. 36]. Ce chaland présente une longueur minimale de 19,82 m pour une largeur de 5,05 m exactement. La hauteur du bordé en demi-tronc de sapin est de 1,13 m. Si les extrémités sont symétriques, ses dimensions pourraient atteindre les 40 m d’extension ce qui en fait la plus grande embarcation retrouvée sur le site. Ce bateau appartient au même groupe typologique que les quatre précédentes. Le choix d’orienter la poupe à l’ouest réside dans l’absence d’un massif d’emplanture, théoriquement disposé à l’avant. Du plus, cette extrémité présente une légère levée. L’étanchéité de la sole est réalisée à l’aide de tissu poissé. Le produit d’étanchéité de l’assemblage des parties monoxyles, basses et hautes, des bordés s’étale largement au-delà, aussi bien sur la face interne que sur la face externe. Par endroits, de la mousse de calfatage se trouve entre les parties basse et haute des bordés, probablement insérée en guise de réparation. Au moins trois outils utilisés pour la fabrication ont pu être localisés au centre de notre espace de fouille : la scie de long, la hache à tranchant large et l’herminette à tranchant concave. Le cloutage de la membrure à la sole suit le même principe que celui adopté pour les épaves nos 2, 3 et 4.

fig. 36 Lépave no 7, seconde moitié du iiie s. (phase 7). vue de l’est.

© M. Guyon.

136L’analyse dendrochronologique propose un terminus de 253, avec une fourchette d’abattage large entre 254 et 280, resserrée grâce à une partie de l’aubier entre 254 et 260. Cette embarcation peut indiquer un nouveau site de débarcadère lié à l’évolution topographique de la rive. L’anse, à l’abri des flux principaux, et sa berge à pente plus douce sont susceptibles de faciliter l’accostage de ces chalands à fond plat.

137La position précise de l’épave dans l’accumulation sableuse reste difficile à établir. Le mobilier contenu dans les alluvions déposées sur et sous l’embarcation partage le même horizon chronologique (seconde moitié du iiie s.), ce qui confère une courte durée d’utilisation à cette embarcation. Notons que des sables très grossiers riches en mobilier (Us. 1624), ont été observés directement sous la partie occidentale de l’épave no 7. Les sables de l’Us. 1677 ont été dégagés au-dessus de l’épave no 7, tandis que les Us. 1673 et 1701 regroupent les séries sableuses dégagées pour extraire l’embarcation. Son orientation O-NO – E-SE démontre que le sens du courant a fait dériver l’extrémité orientale vers le sud. L’inclinaison de l’épave confère à la berge sous-jacente une pente de 30 %. Il est possible que cette embarcation ait été simplement abandonnée sur la berge, puis progressivement enfouie sous les alluvions sableuses de la rivière. Contrairement aux embarcations de la phase 5, rien ne permet d’identifier une hydrologie violente à même d’expliquer l’échouage de cette épave.

2.3.5.4 Les premières maçonneries

138Deux maçonneries installées sur les dernières alluvions de la Saône primitive matérialisent l’existence d’un bâtiment en bordure de la Saône [fig. 37]. Ces murs totalisent une longueur conservée de près de 17 m selon un axe sud-nord, du secteur 1 au secteur 4. La largeur moyenne est de 0,70 m.

fig. 37 Plan des maçonneries nos 980 et 617. Relevé du parement oriental de la maçonnerie no 617.

© W. Widlak, A. Dagand.

139Seul le parement oriental de ces maçonneries a pu être dégagé en raison de la proximité de la paroi moulée, qui a rendu impossible l’observation de la face occidentale des murs. Trois coupes ouest-est dressées dans un espace très exigu ont cependant permis de préserver quelques informations sur les dépôts sédimentaires en relation avec ces maçonneries.

140La construction septentrionale porte le no 617. L’assise d’affleurement de ce vestige oscille autour de 162,50 m. Une très nette perturbation dans la partie centrale a provoqué une chute de la cote d’affleurement d’environ 0,50 m. Le mur s’enfonce jusqu’à une ligne dont on peut situer la cote à 161,50 m. Ces indications révèlent que la maçonnerie se déploie sur un terrain relativement plan et que cette maçonnerie, en dépit des lacunes dans la facture de sa construction, s’inscrit dans une topographie de plaine non conditionnée par le pendage contraignant d’un talus de berge.

141Aucun traitement particulier n’a été apporté au parement visible. Les pierres apparaissent sans la protection d’un enduit. Un mortier de chaux est lié à de nombreux petits galets et gravillons. Les blocs souvent mal équarris sont de taille très variable (petits moellons de 0,10 m et gros blocs jusqu’à 0,50 m). Les matériaux utilisés sont disparates : la plupart sont en calcaire blanc, à laquelle se mêlent galets et blocs de grès. Quelques rares fragments de tuiles ou de briques entrent dans la composition de cette construction. Malgré une longueur importante, la structure no 617 est plutôt mal bâtie. Les assises sont irrégulières, la taille des blocs très variable, et le mur présente une inclinaison, malgré la présence d’un ressaut de fondation stabilisant la construction. La tranchée de fondation Us. 763, comblée par l’Us. 764, n’est pas creusée à la même profondeur sur toute la largeur dégagée. Elle s’enfonce jusqu’à la cote 161,38 m, soit à peine plus de 0,10 m au-dessous de la cote inférieure de la maçonnerie. Le ressaut de fondation présente une disparité provoquée, côté sud-est, par l’utilisation de matériaux divers pour lesquels le liant fait plus ou moins défaut. Dans la partie nord, des matériaux de moindre calibre ont été utilisés. Au centre du mur, les assises s’insèrent directement dans le sédiment hétérogène Us. 736.

fig. 38 Sur les alluvions sableuses assurant la fermeture de la Saône primitive (phase 6), des remblais d’assainissement-exhaussement avant la maçonnerie no 617 (phase 7). Vue du sud˗est.

© A. Vérot˗Bourrély.

142Ces disparités ne sont pas sans évoquer plusieurs phases de réfection, dont témoigne la section centrale no 1829, plus hétéroclite dans sa constitution. Cette reprise s’appuie sur un apport de terres très anthropiques (Us. 736) préalablement bloquées par la présence du no 617. Le mobilier de ces Us. est en circulation à partir du milieu du iiie s. La lecture du plan des maçonneries nos 617 et 1829 permet d’ajouter à ces constructions des éléments de structuration déterminants. Des blocs liés aux parties basses des maçonneries de façon perpendiculaire, à l’ouest, laissent deviner des espaces de faible extension (3 m de largeur pour la plus grande). Doit-on apporter la même hypothèse au débordement de la maçonnerie no 980, à l’ouest ? Dans ce cas, l’espace est encore plus réduit. Cependant, leur appartenance à de simples contreforts n’est pas exclue. L’exiguïté du champ d’observation ne permet pas d’apporter de réponse satisfaisante. Il est significatif que ces installations ne soient pas présentes à l’est des murs, compte tenu de la topographie du secteur offrant le seul déploiement possible du bâti à l’ouest.

143Le contact entre la première assise de fondation du no 617 et le sédiment sur lequel le mur est installé se fait par un hérisson composé de pierres concassées sur une épaisseur de 0,15 m (161,35 à 161,50 m environ). Il est recouvert par une couche de terre très compacte. Seule l’extrémité sud de la maçonnerie en est pourvue. Cette observation suggère que cette partie est d’origine.

144Après un hiatus d’environ deux mètres, la maçonnerie no 980 se déroule dans un axe légèrement divergent de celui du no 617. La partie conservée atteint une longueur de 2,60 m. La cote d’affleurement de ce vestige est semblable à celle du no 617, soit environ 162,50 m. La maçonnerie s’enfonce à la cote 161,60 m, soit une cote sensiblement identique à celle de la base de fondation du no 617. Les matériaux qui entrent dans sa composition sont de même nature que ceux du no 617 (blocs de petits modules et galets dans l’élévation, et blocs moyens au bas du mur qui doit correspondre à sa fondation). La largeur de cette section de mur s’écarte de 0,10 m de celle de l’extrémité sud du no 617 qui atteint à cet endroit 0,80 m. Une perturbation due à la présence de la paroi moulée limite l’observation de la partie méridionale du no 980. Cependant, un examen attentif permet de déceler que le mur no 980, effectuant un retour vers l’ouest, fait un angle. Celui-ci enferme un espace qui se déploie vers le nord-ouest. La présence de deux fosses à l’extrémité méridionale du no 617 et à l’extrémité septentrionale du no 980 –que l’urgence de l’intervention n’a malheureusement pas permis d’explorer finement– laisse envisager que l’interruption entre les nos 617 et 980 n’est pas liée à une destruction mais plutôt volontaire. La présence de ces deux excavations suggère l’existence de négatifs d’éléments verticaux appartenant à une ouverture construite (pieds-droits de porte, chambranles). Les quelques galets retrouvés en surface dans la fosse Us. 981 laissent envisager l’existence d’un calage destiné à assurer le maintien du montant sud de cette ouverture.

145Enfin, la couche de destruction de ces maçonneries (Us. 787) est épaisse de seulement 0,20 m jusqu’à 162,70 m, en raison de l’enfoncement d’une cave moderne. Elle associe des lits de sable et des éléments de démolition. L’analyse des céramiques trouvées dans ce niveau démontre une datation située dans la seconde moitié du iiie s. ce qui attribue à cette construction une durée d’utilisation assez limitée.

146Les résultats de la fouille voisine du Parc Saint Georges, l’îlot Clément-V situé dans le secteur occidental de l’île Saint-Jean, ne vont pas dans le sens de puissants aménagements de berge capables de limiter les fluctuations de la rivière au cours du Haut-Empire. Sur ce site, seul un petit édifice régulièrement inondé témoigne d’une occupation pérenne durant le iiie s. L’exhaussement réalisé au cours du iie s. ne paraît pas recevoir une installation fixe. Ces niveaux comblent une zone déprimée. Rien n’évoque une quelconque utilisation de la berge en liaison avec un dispositif lié au trafic fluvial. Les dispositions de l’imposant bâtiment élevé plus tard, au cours de l’Antiquité tardive, oriente sa fonction vers une activité artisanale spécifique.

2.3.5.5 Assainissement par exhaussement

147En même temps que la construction des murs, un remblai d’environ 1 m d’épaisseur (Us. 1227, 794, 739, 738, 736) est installé d’un seul tenant à l’est des maçonneries. Ce remblai est appuyé contre le mur no 617, et il recouvre même en un point la fondation du mur (Us. 794). L’absence de ce remblai au niveau de la trouée entre les murs nos 617 et 980 confirme l’étroite relation de la construction et de l’assainissement. Ces apports massifs de terres sont composés d’éléments de démolition dont les modules peuvent atteindre 0,20 m à 0,30 m : tuiles, briques, blocs de granite, de schistes, de calcaire jaune, nodules de mortier, de chaux, de tuileau, etc. [fig. 38]. Ces dépôts renferment, vers le sud-ouest, des litages centimétriques de sables fins à moyens, témoins de débordements épisodiques. Ces lits alluviaux sont inférieurs à 161,30 m d’altitude. L’ensemble exhausse le secteur sur 0,50 m à 1 m d’épaisseur devant les murs, du côté de la rivière. Le replat ainsi formé présente une légère déclivité ouest-est de 8 %. Le sommet atteint environ 161,90 m d’altitude contre le mur, puis 160,95 m à 12 m de la paroi moulée occidentale. Au-delà vers l’est, le talus adopte un profil plus abrupt qui amorce une pente d’environ 45 % jusqu’à 160,25 m. Comme les processus postérieurs ont ensuite entaillé ce nouveau talus, il est difficile de savoir si cette dernière forme est contemporaine de la mise en place du remblai ou postérieure.

148Ce remblai a donc nivelé le secteur sur une largeur minimum de 12 m vers l’est, et a ainsi permis de gagner de l’espace sur la berge. La masse de matériaux apportés sur une surface d’environ 200 m2 semble traduire une action collective et intentionnelle de stabilisation du secteur autour de 162 m d’altitude, tandis que la section de rive où est échouée l’épave no 7 se trouve 2 m en contrebas au nord.

2.3.5.6 Une hydrologie contraignante

149Après la reprise du mur no 1829, plusieurs dépôts alluviaux, composés majoritairement de sables fins suivis de lits millimétriques de limons argileux de décrue, montrent que les eaux de débordement de la Saône atteignent encore cet espace exhaussé. Ces dépôts alluviaux se développent dans l’espace libre entre les deux murs et sont également appuyés contre le mur. Dans la trouée, les alluvions (Us. 704, 690, 702) exhaussent le secteur jusqu’à 162,60 m d’altitude. L’Us. 704, correspondant à 0,60 m de sables fins, est marquée par des figures de ripple marks traduisant la variabilité du courant. L’Us. 702, qui la recouvre, définit un petit horizon de 0,10 m d’épaisseur autour de 162,50 m, qui se caractérise par des traces de bioturbation. Ces dernières suggèrent que ce niveau est resté suffisamment à l’air libre pour que se développe un petit sol à support végétal. Contre la façade orientale du mur, les alluvions forment un banc sableux jusqu’à 162,45 m (Us. 788 à 793).

150Il reste difficile d’évaluer le rôle de ces débordements réguliers d’une part dans la destruction partielle des maçonneries nécessitant alors des travaux de réfection, et d’autre part dans la condamnation du bâtiment auquel elles appartiennent. De même, comment définir si ces courants débordant la berge proviennent du lit principal de la rivière ou encore du chenal primitif remblayé ? Cette hypothèse ne peut être exclue, puisque des micro-chenaux de crue se maintiennent dans le bras primitif en amont sous l’îlot Tramassac et l’avenue Adolphe-Max. Dans la seconde moitié du iiie s., ils sont encore parcourus par des courants très vifs et ne sont totalement asséchés qu’à la fin de ce siècle (Arlaud et al. 1994 : 38-39). Si aucun chenal résiduel n’a été caractérisé sur l’emprise du Parc Saint-Georges, il n’est pas impossible que ces courants de crue aient pu parvenir sur le site depuis le nord-ouest.

2.3.5.7 Éléments du paysage

151L’environnement de cette phase est abordé par l’analyse carpologique de deux prélèvements : no 40 (Us. 1675) correspondant au revêtement organique de la sole de l’épave no 7, et no 41 (Us. 1690) représentant des lits ouest-est limono-argileux à organique sur la berge.

152Le spectre de l’échantillon no 41 montre que les fruits sont abondants et toujours diversifiés, avec pour la première fois le prunier crèque, et peut-être le concombre. Les plantes domestiques herbacées sont comparables à celles de la phase 6 précédente, avec peut-être la première apparition de l’épeautre. Les pelouses/prairies et les lisières/haies se maintiennent. Le changement est caractérisé par le regain des taxons forestiers partagés entre ripisylve et forêt mésophile à chêne, hêtre, if et tilleul. Ce regain peut traduire une évolution locale du milieu plus frais et plus humide, et illustrer le refroidissement du iiie s., enregistré précédemment sur le site par l’anthracologie mais également sur le plan régional. Il est également possible qu’un resserrement de l’habitat sur les berges permette une reprise forestière sur les pentes. Par ailleurs, il n’est pas exclu que ces taxons résultent d’un apport plus lointain de semences. On notera que l’échantillon no 40, qui provient du niveau organique collé sur la sole de l’épave no 7 –traduisant plutôt le temps d’activité de l’embarcation– enregistre également ce faciès forestier mésophile, avec l’érable en plus. La part des groupements anthropiques (plantes cultivées et mauvaises herbes) diminue, tandis que celle des plantes aquatiques explose quantitativement (plus de 71 % des restes), ce qui peut s’expliquer par la nature du dépôt piégé dans l’embarcation. Toutefois, la nature des occupations de cette phase traduit une certaine récession de l’activité riveraine (chute du mobilier et des éléments d’anthropisation). Cette régression peut à la fois expliquer le regain des taxons forestiers et des plantes aquatiques, l’activité humaine se retirant progressivement de la rive.

2.3.6 La berge de la Saône

  • 18 Cette phase individualisée a posteriori, lors de l’étude synthétique, n’a pas fait l’objet de prélè (...)

153Au milieu du ive s. (phase 8), le site enregistre des dépôts d’inondation sur son lit majeur, vers 162 m, tandis que les rejets des riverains associés à l’engraissement naturel de la berge repoussent le lit mineur vers l’ouest. La chronologie des dépôts, issue de l’inventaire du mobilier céramique, a conduit à regrouper des couches qui, bien que lacunaires, peuvent s’intégrer dans une phase18 située au milieu du ive s. Sur la plaine, des niveaux de recharges anthropiques témoignent du passage des riverains. La rivière poursuit une dynamique d’accumulation active sur sa berge la plus basse, au centre, jusqu’à 161,50 m d’altitude en moyenne. À ce niveau, elle progresse d’environ 4 m sur la rivière, et la rive adopte un tracé nord-sud presque rectiligne.

2.3.6.1 Des dépôts de plaine terrestre

  • 19 Nous tenons à remercier vivement Odile Franc (Inrap) qui a assuré au pied levé la lecture géomorpho (...)

154Les dépôts de plaine terrestre, autour de 162-162,50 m d’altitude en moyenne, ont été appréhendés notamment par les coupes sud-nord19. La nature et la texture des différentes formations sédimentaires révèlent que le secteur reste épisodiquement inondable. En effet, des couches relativement homogènes sont composées de sables meubles, parfois lités et triés, ou de limons plus compacts. Si les courants sont lents à très lents dans l’ensemble, de fines couches à sables grossiers bien triés supposent des balayages de courants plus turbulents, qui traduisent la proximité du lit mineur – des petits éléments anthropiques peuvent d’ailleurs être repris en charge par la lame d’eau. La géométrie des dépôts est irrégulière et fonction de la topographie initiale de la plaine. Citons des sables jusqu’à 162 m dans le secteur 10, où plusieurs blocs épigraphiques ont été retrouvés, ou encore au nord contre la paroi moulée, les Us. 1237 (secteurs 14 à 17) et 1482 (secteurs 16 à 20) qui atteignent 162,20 m d’altitude. La présence de quelques fragments de tuiles et de petits blocs centimétriques tassés, qui n’ont pu être transportés par les courants de débordements à très faible vitesse, traduit le passage des riverains. Ces dépôts mixtes (alluvions anthropisées) ne constituent pas un sol bien défini : il semble que ce bord de rive ne fasse l’objet que d’une simple fréquentation, peut-être liée à des rejets dans la rivière. Ces derniers sont prouvés par des dépôts hétérogènes renfermant des éléments de démolition (blocs, tuiles, etc.), des cailloutis et des graviers plus ou moins denses. Cette fréquentation, qui laisse une empreinte par définition peu marquée, est d’autant moins lisible que les traces peuvent être lavées par les eaux débordantes de la rivière.

155Le sud-ouest des secteurs 1 et 2 se distingue toujours du reste de la plaine par des dépôts anthropiques plus épais, de 0,20 à 0,60 m, qui peuvent prendre la forme de remblai d’exhaussement (Us. 689, 692, 735, 703, 644, 640, 648), notamment à l’extrémité ouest. Inclinés d’ouest en est, ils atteignent 163,50 m d’altitude contre la paroi moulée occidentale et seulement 162 m à proximité de la rive, 8 m plus loin vers l’est. Entre ces remblais, s’intercalent de petits lits alluviaux propres (Us. 809, 819, 641, 643) ou des lits d’alluvions anthropisées (Us. 806-814, Us. 816-825, Us. 1225, 1226) [fig. 39]. Les riverains circulent autour de 163 m au plus haut à l’ouest et seulement à 161,40 m d’altitude 12 m plus à l’est sur cette rive inclinée dominant la Saône.

fig. 39 coupe La-La’ stratigraphie de l’exhaussement alluvial au sud˗ouest de la fouille, milieu du ive s. (phase 8) ; coupe Lb-Lb’ implantation du mur médiéval no 755, en zone sud.

© W. Widlak, A. Dagand.

156Il est probable que les inondations de faible ampleur qui contribuent à l’exhaussement du site ne soient que l’expression des variations du régime de la rivière : basses et hautes eaux.

2.3.6.2 L’évolution du talus de berge

157Il a été enregistré par les relevés ouest-est, et plus particulièrement par ceux localisés au centre du site (secteurs 9, 10, 13). Les dépôts lités sont toujours obliques ouest-est et adoptent le profil précédent de la berge concave. Ils viennent progressivement l’engraisser. Les premiers apports sont composés de nombreux blocs architecturaux, moulurés et/ou épigraphiques, associés à de plus petits blocs de démolition. Ces matériaux de gros module (0,5 m3 à plus de 1 m3) semblent avoir glissé ou roulé sur le talus de berge par gravité (Us. 1581, 1419). On notera que ces blocs, répartis un peu partout sur la rive, affichent une plus forte concentration au centre de l’emprise, c’est-à-dire au niveau de la courbe de la rive.

158Ces gros éléments sont ensuite fossilisés par une succession de couches inclinées ouest-est qui engraissent la berge de 4 m vers l’est en moyenne, et un peu plus au niveau de la rive légèrement courbe. La forme particulière du tracé de rive est progressivement gommée. La matrice des couches est majoritairement sableuse, triée et litée à localement limoneuse (Us. 1466, 1582). Au niveau du secteur 10, le talus de la berge affiche une pente de 38 % sur les 7,40 m de long observés.

159Signalons, que des dépôts retrouvés à la base de la berge subaquatique (Us. 1744, 1622, 1550, 1549) ou directement au fond du lit de la rivière (Us. 1759, 1761) appartiennent également à cette phase. La plupart d’entre eux sont formés de matériaux divers : blocs, galets, fragments de tuiles, le plus souvent dans une matrice de sables très grossiers, voire caillouteuse en raison des flux tractifs au fond du lit mineur. Ils ont été repérés entre 155 m et 158,70 m d’altitude en amont dans les secteurs 13 à 17, et entre 156,40 m et 157,40 m au niveau des secteurs 3 et 4. Ils renferment également des blocs architecturaux.

160La présence de nombreux blocs moulurés et épigraphiques, étalés de la rive à la berge jusqu’au fond du lit de la Saône, soulève différentes questions. Faut-il envisager le démontage volontaire d’un bâtiment dont les éléments sont rejetés sur la rive ? Témoignent-ils de l’existence d’un imposant bâtiment à proximité de la rivière, mais hors emprise du site –dont la localisation exacte reste toutefois inconnue– détruit en tout ou en partie ? Rien dans les résultats de la fouille très voisine de l’îlot Clément-V ne le laisse supposer. Les fluctuations de la Saône ont-elles pu jouer un rôle dans cette destruction et/ou dans la distribution de ces blocs le long de la rive (recul de la berge par sapement latéral) ?

161La fonction première de ces blocs est également soulevée par l’étude technique développée au chapitre 6. Cette analyse, qui démontre l’existence d’un ensemble monumental, souligne la présence de blocs portant des traces de remploi, ainsi que la présence de blocs provenant de différents monuments.

2.4 Le retrait de l’occupation jusqu’à l’an Mil

162La stratification nous fait passer sans transition, ou presque, de la fin de l’Antiquité à l’orée de l’an Mil –après quoi les données de la stratigraphie deviendront de plus en plus consistantes. Les indices réunis dans cette période III étant très sommaires, il n’est pas aisé de les concentrer dans un seul et même épisode de l’histoire de la berge. Ils se réduisent à quelques structures fossoyées et des restes de maçonneries dont la forme et les dimensions restent difficiles à restituer sur la base des seuls témoins observés. Leur attribution à cette période est plus suggérée par la stratigraphie que par l’examen des rapports qui lient ces constructions.

  • 20 Il est possible que dans ces séries sédimentaires, certaines puissent être rapprochées des niveaux (...)

163Sur le plan géomorphologique, on déplore des données succinctes ou fragmentaires en raison des altérations postérieures. La phase 9 enregistre des dépôts d’origine alluviale, vierges de mobilier céramique20. La régularité de ces couches sur l’ensemble du site a conduit à les regrouper, même si leur mise en place traduit plusieurs épisodes de fluctuations de la Saône. Ces dernières se traduisent d’une part par des dépôts sub-horizontaux, entre 162,70 m et 163,20 m d’altitude en moyenne sur la plaine bordière, et d’autre part par des matériaux qui engraissent le talus de la berge. La rive se décale progressivement vers l’est, de 1 à 2 m selon les endroits. L’apport majeur sur le plan hydrologique concerne la phase 10 et réside dans la caractérisation d’une forte érosion latérale de berge au nord du site. Ce recul de la rive vers l’ouest provoque, autour des xe-xie s., l’écroulement d’un mur édifié dans la plaine, dont les fragments s’étalent sur la berge jusqu’au fond du lit de la rivière.

2.4.1 Des témoins isolés

164La phase 9 réunit un certain nombre de constructions dont la destination n’a pas toujours été établie. Ces aménagements sont la conséquence d’une campagne de travaux qui touche le bord de la rivière. L’analyse de terrain a aussi révélé des unités isolées qui n’entrent en rien dans la structuration de l’espace, mais dont le remplissage contient un mobilier appartenant à la vie quotidienne. L’ordre que nous impose la stratification incite à les rapprocher, sans pour autant nous autoriser à considérer que les événements décrits ci-dessous sont contemporains. Ces éléments sont répartis sur des secteurs de la fouille parfois assez éloignés les uns des autres, ce qui n’a pas facilité leur association : seuls les repères chronologiques obtenus par analyse des quelques céramiques auxquels ont été conjuguées les références altimétriques ont autorisé des regroupements [fig. 40].

fig. 40 Vestiges de l’antiquité tardive en rive droite de la Saône, entre la fin du ive s. et le début du ve s. (phase 9).

© W. Widlak, A. Dagand.

165Sous l’angle de la chronologie, le mobilier céramique fragmentaire recueilli dans des structures fossoyées, tout en offrant une certaine diversité typologique, forme un ensemble qui souffre d’une faiblesse relative des quantités. Associé à de nombreuses monnaies (C17-C26), ce mobilier atteste un remplissage intervenu sur une période pouvant s’étendre de la seconde moitié du ive s. au début du ve s. (Silvino 2007 : 217-218).

2.4.1.1 Des structures fossoyées

166La construction de la paroi moulée, à l’ouest, a préservé quelques vestiges dont la nature n’est pas clairement définie. Il s’agit de deux dépressions (Us. 1447, 1483), au profil irrégulier mais au remplissage similaire, distantes d’à peine 2 m. Elles sont creusées dans des sables limoneux correspondant aux niveaux fréquentés sur l’ancien tracé de la Saône primitive. Ces deux structures ont été observées sur une très faible surface : on ne connaît pas l’orientation générale du creusement, ni le niveau d’ouverture exacte et la profondeur d’origine.

167Plus au sud, dans le secteur 9, en contrebas du talus de berge, a été mise au jour une fosse (Us. 960), dont la cote supérieure est à 161,37 m et d’une profondeur d’environ 0,40 m. Contenant un mobilier de même époque, elle a pu être associée aux dépressions Us. 1447 et 1483, sans qu’aucun lien stratigraphique ne confrme pour autant une formation synchrone.

  • 21 Ce minimum est imposé par l’altitude de la phase de terrassement technique no 8.

168La dépression en secteur 17 (Us. 1447) est large de 5,50 m pour une profondeur moyenne observée de 0,40 m. Le niveau d’ouverture est au minimum à 162 m d’altitude21. Elle présente un fond irrégulier marqué par trois lobes. Deux sont à fonds plats. L’un est large de 2,2 m avec un fond à 161,42 m, et l’autre large de 1,60 m atteint 161,54 m d’altitude. Le lobe septentrional présente un profil en V à 161,54 m d’altitude, et une largeur de 1,70 m dans la partie supérieure. Les bords de ce creusement sont dans l’ensemble assez nets, à l’exception de la paroi sud, plus diffuse, rythmée par des lentilles de sables qui témoignent d’une reprise par des courants hydriques.

169La structure du secteur 18 (Us. 1483) est large de 3,7 m pour une profondeur minimale de 0,60 m avec un niveau d’ouverture minimum à 162 m d’altitude. La paroi septentrionale dessine trois replats : le premier est à 161,80 m d’altitude, large de 0,50 m, l’intermédiaire atteint 161,50 m d’altitude sur une largeur d’environ 1,10 m, alors que celui situé plus au sud descend à 161,22 m d’altitude et conserve une largeur moyenne de 1,20 m. Comme précédemment, si la paroi nord est nette, la paroi sud est diffuse avec des lits sableux témoins d’écoulements hydriques.

170Les profils de ces deux structures semblent indiquer dans un premier temps un creusement anthropique dont la fonction reste cependant inconnue. Dans un deuxième temps, un remaniement par des eaux d’écoulement n’affecte que les bords méridionaux.

171Les composantes du remblaiement associent rejets anthropiques et lentilles alluvionnaires qui démontrent l’existence d’écoulements parfois intenses. Le remplissage débute par un dépôt anthropique, épais en moyenne de 0,20 m et formé de matériaux hétérogènes, tels des blocs centimétriques à décimétriques, des fragments de tuiles et de briques, emballés dans une matrice limoneuse hétérogène à cailloutis. Sur ces rejets anthropiques, se développe une alternance de dépôts alluviaux. Les lits alluviaux sont souvent de forme lenticulaire incurvée, et composés alternativement de sables grossiers, parfois à cailloutis triés et de limons fins compacts. Cette variation granulométrique ainsi que la forme des lits témoignent d’écoulements hydriques guidés par les structures. L’intensité des flux varie du courant vif et turbulent au courant lent de décantation. Il reste difficile de déterminer l’origine des écoulements. Ceux-ci peuvent provenir des eaux pluviales de ruissellement depuis le pied de la colline et/ou des eaux de débordement de la rivière. Le fait que seule la paroi sud soit remaniée par les eaux indique que les écoulements sont probablement NO-SE.

172Les informations font défaut pour supposer une action intentionnelle qui associerait ces vestiges à un procédé pour lutter contre l’inondation (chenaux ou drains).

173Ces dépressions rappellent deux structures presque similaires retrouvées en amont, dans le quartier Saint-Jean, mais interprétées comme des micro-chenaux de crue résiduelle (Arlaud et al. 1994 : 38-39). Sur le site de la rue Carriès, avec un prolongement identifié sur l’îlot Tramassac, ces chenaux entaillent le dernier niveau de remblaiement alluvial de la Saône primitive, vers 163,50 m d’altitude, sur 1 m de profondeur. Leur remblaiement est constitué de lits alluviaux incurvés, composés localement de sables grossiers à très grossiers, témoins de courants de crue encore très vifs, alors que l’habitat commence à se développer de part et d’autre, sur l’ancien tracé de la Saône primitive atterrie. Ces chenaux de crue résiduels ont été définitivement remblayés par des apports anthropiques à la fin du iiie s. On peut distinguer plusieurs différences entre ces micro-chenaux et les dépressions du Parc Saint-Georges. Sur le site de l’avenue Adolphe-Max, les creusements sont plus profonds et présentent un profil d’érosion naturelle (Villedieu 1990 : 20). Leur sommet a été conservé, ce qui n’est pas le cas sur notre fouille. Leur talweg, vers 162,50 m, est 1 m plus haut que sur notre site, mais il peut traduire un pendage amont-aval de 0,5 %. Enfin, le mobilier céramique démontre qu’ils ont été remblayés un siècle plus tôt avenue Adolphe-Max. Les éléments font défaut pour associer les deux dépressions informes du Parc Saint-Georges aux chenaux résiduels repérés en amont.

2.4.1.2 Éléments du paysage

174En dépit d’un nombre très réduit d’échantillons prélevés, l’analyse permet d’aborder l’environnement végétal à la charnière des ive et ve s. Six prélèvements anthracologiques des Us. 1447 et Us. 1483 révèlent que la tendance déjà amorcée précédemment, au cours du iiie s., se maintient : une ripisylve marquée encore par la présence de l’aulne et du saule, certes sporadique, signifie un net recul de l’ennoiement de la berge, ou un éloignement des sols à engorgement. Cette situation provient soit d’une stabilisation des flux du cours d’eau, soit de la présence d’un obstacle entre la terre et l’eau. La raison tient-elle à la présence d’un mur de berge que laissent entrevoir les maçonneries très arasées au nord et au sud du site ? De plus, le développement de la chênaie à charme, joint à celui de l’orme, suggère les indices d’une anthropisation proche, que renforce la présence du noyer. La régression des essences à affinité montagnarde (sapin et frêne) révèle une exploitation du bas des pentes de la colline sous forme d’une occupation ou d’une mise en culture. Les deux prélèvements carpologiques (Us. 1483, nos 1 et 2) témoignent de l’exploitation céréalière à base d’orge, de millet et de blé. Le maintien d’une activité agropastorale semble se poursuivre durant cette période.

2.4.1.3 Un mur en bord de Saône

  • 22 Rappelons que l’ouverture du sondage II, lors de la phase de diagnostic conduite en 1997, avait per (...)

175Dans la partie nord-ouest du terrain, seules les deux premières assises de fondation d’une maçonnerie (Us. 1270), ont été retrouvées. Elles souffrent d’une observation très partielle qui rend difficile l’analyse des relations liant les strates à la maçonnerie22. L’état de conservation précaire du vestige n’a pas contribué non plus à faciliter sa compréhension [fig. 41]. Seule la limite occidentale de la maçonnerie est encore en place. Elle est constituée d’un alignement de blocs moyens régulièrement disposés. Cette disposition n’a pas été retrouvée sur la face orientale de la structure. Il faut donc envisager une largeur d’origine supérieure au 1,85 m retrouvé. La longueur suivie ne dépasse pas les 4,50 m. Son orientation suit un axe NE‑SO. Ce mur très arasé est assemblé de blocs de granite et de schiste mal équarris, de taille variable (de 0,13 m à 0,25 m) et de galets mêlés à un mortier rosé contenant des petits gravillons. La cote d’affleurement de ce vestige, inséré dans le sédiment sableux (Us. 1272) à 161,39 m, atteint 161,76 m. La texture de cette unité stratigraphique, de sables moyens à litages gris limoneux, suggère une origine alluviale : des débordements lents ont pu encore atteindre ce secteur fréquenté.

fig. 41 Relevé en plan de la maçonnerie no 1270.

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 23 Une monnaie trouvée dans la maçonnerie du mur effondré no 1791, en contre-bas du no 1270, a été dat (...)

176La largeur conservée laisse supposer une construction imposante, vraisemblablement déterminante dans la topographie de la ville basse de Lyon. On peut regretter l’absence d’éléments de datation23. Du fait d’un arasement très avancé, aucune céramique n’a en effet été prélevée dans les strates en concordance avec la maçonnerie no 1270. Seule sa position stratigraphique permet de l’associer aux structures environnantes datées du milieu du ive s. et localisées dans la partie sud-ouest du terrain. Il est placé à la même cote que l’affleurement de la fosse Us. 960, à 161,40 m. La mise en relation avec les deux dépressions préalablement décrites (Us. 1447, 1483) intervient aussi pour aider à localiser dans le temps ce vestige puisque, à l’identique, leur position altimétrique semble correspondre à celle de la maçonnerie no 1270. Ce faisceau d’indications stratigraphiques permet d’estimer l’installation de cette maçonnerie au cours de l’Antiquité tardive, soit une période qui couvre la seconde moitié du ive s., et peut bien sûr s’étendre au ve s. On notera que la maçonnerie arasée est fossilisée par la couche Us. 1271 qui atteint 162,50 m d’altitude. L’Us. 1271, qui présente encore des litages à la base, est ensuite très hétérogène : pierres et galets ont été rapportés par les riverains sur cet espace inondable.

2.4.1.4 Des constructions de bord de Saône

fig. 42 Les maçonneries au sud du site, entre la fin du ive s. et le début du ve s. (phase 9) : relevés a et b élévation et plan de la maçonnerie no 851 ; relevé c coupe des maçonneries nos 850, 851 et 852.

fig. oofig. fig. ooxiieoxiiiexiveo

© W. Widlak, A. Dagand.

fig. 43 La maçonnerie no 851, vue du nord.

© G. Ayala.

fig. 44 La maçonnerie no 852, vue du sud.

© G. Ayala.

177Plus au sud, une maçonnerie (Us. 797) s’enfonce dans l’Us. 1226, constituée de limons sableux auxquels sont mêlés quelques graviers épars et des fragments de tuiles [fig. 39]. Elle ne nous est parvenue que par quelques assises car elle a été découverte à la jonction des phases de terrassement nos 6 et 8, gênant grandement son observation. Cette maçonnerie, dont la largeur atteint 1,20 m, est élaborée à l’aide de gros blocs de calcaire. Elle est recouverte en partie par la maçonnerie no 755 qui suit son orientation, soit un axe NE-SO selon le tracé du cours de la Saône.

178Malheureusement, le mobilier qui aurait pu aider à établir la datation des opérations et donc à tisser des liens entre les vestiges éloignés dans l’espace, n’est d’aucun recours. Il faut donc se résoudre à caler cette phase de travaux en relation avec celle qui la précède et avec la suivante. Seul le rapport stratigraphique permet de situer cette phase entre la fin du ive s. et le haut Moyen Âge. Ainsi ne s’agit-il ici que d’une simple proposition, car il est même difficile de fixer une chronologie relative pour des aménagements dont nous avons du mal à trouver une justification au sol sur le plan structurel ou fonctionnel. Nous ignorons si les travaux qui ont présidé à l’érection des maçonneries isolées, au nord comme au sud, et que nous réunissons dans cette phase de l’occupation de la berge, ont été réalisés durant une unique campagne de construction. Il est probable que leur chronologie soit fort proche. Cependant, nous reconnaissons que la situation analysée ici ne peut déboucher sur aucune certitude, et nous la soumettons au lecteur sans être convaincu de la justesse de l’interprétation.

2.4.1.5 La berge et sa plaine bordière

179Entre les niveaux datés de l’Antiquité tardive et ceux du haut Moyen Âge, des dépôts réguliers d’origine alluviale traduisent plusieurs épisodes de fluctuations de la Saône. Des lits alluviaux relativement plans, entre 162,70 m et 163,20 m d’altitude en moyenne sur la plaine démontrent le caractère inondable du secteur. Des lits inclinés sur le talus de la berge et renfermant des matériaux traduisent la progression de la berge sur la rivière. La berge présente une pente douce autour de 20 %, de 163 à 161,80 m, alors que plus profondément elle est plus raide : autour de 40 % de 161 à 159 m d’altitude. Il est possible qu’une partie de ces dépôts soit en relation avec la crise hydrosédimentaire caractérisée dans le bassin rhodanien entre la seconde moitié du ive s. et le viie s., c’est-à-dire à la charnière entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Berger et al. 2008). Cette phase d’hydrologie accrue, abordée par Jean-Paul Bravard en 1996 a été par la suite vérifiée dans les basses terres dauphinoises (Salvador et al. 2005), dans les Terres Froides (Brochier et al. 2007) et dans les piémonts du Vercors et en Valdaine (Berger, Brochier 2006). Le rôle accru des activités humaines à proximité des lits fluviaux a pu favoriser la concentration des ruissellements sur certains versants.

180À la limite occidentale de l’emprise et dans la partie nord, la présence de lits alluviaux homogènes interstratifiés entre des niveaux anthropiques traduit les épisodes de débordement de la Saône. Par exemple, au nord, en secteur 20, a été observé un mètre d’exhaussement majoritairement alluvial jusqu’à 162,70 m d’altitude (Us. 1336-1340), reposant sur des niveaux de sables fins (Us. 1341, 1342) dont la datation n’a pu être déterminée avec certitude (phase 8 ?) [fig. 45]. Composé de sables fluides plus ou moins grossiers ou de sables fins à limoneux, seule l’Us. 1338 représente 0,15 m d’apports anthropiques dans cette série. Les lits suivants (Us. 1335, 1334, 1333) sont sub-horizontaux et présentent une alternance de rejets anthropiques et de dépôts d’inondation atteignant 163,20 m à 163,30 m d’altitude. D’autres exemples confirment cette réalité. Au niveau des secteurs 16 et 17, des formations alluviales ont été enregistrées jusqu’à 162,70 m, sur une épaisseur minimale de 0,80 m. Dans le secteur 15, des dépôts alluviaux sont rythmés par des lits hétérogènes témoins de recharges anthropiques, lesquelles se densifient vers le sommet. L’exhaussement de 1 m atteint 163,10 m, et présente entre 162,40 m et 162,50 m d’altitude un niveau limono-argileux plutôt compact. Ce niveau (Us. 1258) renferme des petits éléments de démolition (blocs, tuiles) sur 0,15 m d’épaisseur. Il peut définir un niveau de circulation observé également contre la paroi moulée [fig. 12]. À l’aval, dans les secteurs 11 et 12, un exhaussement alluvial de 0,60 m est composé de sables fins et moyens, micro-lités (Us. 1355). Anthropisé en surface (Us. 1353), il atteint des altitudes plus basses entre 161,50 m et 161,80 m, mais il s’effectue au niveau de la rive légèrement incurvée et semble démontrer que la topographie de ce secteur reste quelque peu en contrebas. Dans les secteurs 8 et 9, ces débordements atteignent 162,60 m d’altitude, puis se fondent dans un remblai caillouteux. La structure des dépôts montre ici que des sables moyens fluides et rosés peuvent reprendre en charge le limon sous-jacent. La compétence des courants forme alors des petites vagues (Us. 1043), ou encore transporte des petits éléments anthropiques pour les redistribuer dans le dépôt alluvial (Us. 1044).

fig. 45 Stratigraphie des lits alluviaux de débordement sur la plaine au nord du site.

© W. Widlak, A. Dagand.

181Les observations perpendiculaires à la rivière révèlent une succession de dépôts inclinés sur le talus de berge. Ils se composent d’une alternance de sédiments homogènes d’origine alluviale et de niveaux hétérogènes à graviers, blocs, ou lits de charbons de bois, correspondant à des rejets sur le tombant de la berge. Cette dernière continue de s’engraisser et de progresser sur la rivière.

182D’amont en aval, citons quelques exemples. Dans le secteur 24, des lits relativement plans à l’ouest deviennent progressivement inclinés vers l’est, et épaississent la berge d’environ 1,20 m : le pendage est proche de 18 % sur les 2,80 m observés, de 162,80 à 162,30 m d’altitude. Au niveau du secteur 21, l’exhaussement repéré jusqu’à 162,70 m à l’ouest reste relativement plan en direction de l’est où il atteint 161,80 m. La pente est similaire au secteur précédent. Dans le secteur 18, des alluvions homogènes (Us. 1141) puis des alluvions anthropisées (Us. 1140) de 163 à 161,60 m sont caractérisées sur 4,50 m de long. L’engraissement de 1,30 m au minimum dessine une pente de 31 %. Au contact des secteurs 15 et 16, mais plus profondément, la pente de la berge est plus raide avec une valeur autour de 47 %, de 160,20 à 159,30 m d’altitude sur les 1,90 m observés suite à l’engraissement. Ce dernier est composé de différents dépôts : une progression de 1,60 m vers l’est est assurée par 0,50 m de litages ouest-est exclusivement alluviaux (Us. 1602), puis 0,80 m de progression résulte de 0,40 m de rejets anthropiques lavés par les fluctuations du niveau de la rivière (Us. 1603 à litages de sables entre les blocs). Le dernier niveau est plus hétérogène (Us. 1604). Dans le secteur 13, la sédimentation, épaisse au minimum de 1,20 m, culmine de 162,95 à 161,90 m vers l’est : la pente est proche de 20 % sur les 5,20 m observés. La superposition des lits alluviaux inclinés est localement perturbée par des rejets anthropiques (Us. 1078 à 1073). On note la présence d’un petit micro-chenal qui érode une première sédimentation de sables fins lités avec des argiles jaunes, puis qui est remblayé par des sables fins lités et des petits graviers remaniant des paquets d’argile verte (Us. 1081). Au niveau des secteurs 9 et 10, l’engraissement de la berge gagne près de deux mètres sur le lit de la rivière, et la pente est d’environ 44 %, de 161,50 à 159 m d’altitude sur les 5,60 m observés. Si au départ les dépôts sont alluviaux (sableux ou limoneux) et témoignent d’une dynamique d’accumulation sur la rive, les suivants renferment une densité croissante de fragments anthropiques (cailloutis, blocs, briques, tuiles, fragments de mortier repris localement en charge par l’eau), dans une matrice de plus en plus hétérogène et caillouteuse. Plus au sud, à la limite des secteurs 4 et 5, l’alternance des couches alluviales et des lits de rejets hétérogènes à topographie plane à l’ouest, devient légèrement inclinée vers l’est, de 161,20 à 160 m d’altitude.

2.4.2 Une fréquentation clairsemée

183Le haut Moyen Âge est de toutes les phases de l’histoire du site la moins bien représentée au sein de la stratification examinée. Cela laisse supposer que l’occupation du site n’a pas connu de développement remarquable durant cette longue période, ce qui ne peut manquer de nous surprendre. Ce secteur de la ville de Lyon a, en effet, été touché par un développement des constructions édilitaires dont les traces ont été mises en évidence au cours des dernières décennies, principalement à l’occasion des fouilles archéologiques proches de la nôtre : avenue Adolphe-Max, îlot Tramassac et îlot Clément-V. Le site de Saint-Georges semble déserté. L’occupation du sol sur l’essentiel du secteur fouillé, à compter du ve s., reste difficile à restituer. Quelques fragments de céramiques africaines retrouvés en bordure de Saône matérialisent une simple fréquentation des lieux.

184Sur le plan géomorphologique, cette phase permet de démontrer que la plaine bordière progresse toujours au détriment de la rivière repoussée vers l’est, et plus particulièrement au centre du site. Cette zone semble conserver un léger retrait vers l’ouest dans le tracé en plan nord-sud de la rive. Au nord, une forte érosion latérale de berge rajeunit la rive vers l’ouest et provoque, autour des xe-xie s., l’écroulement et la dislocation d’un long mur dont les fragments se sont étalés jusqu’au fond du lit de la rivière [fig. 46].

fig. 46 Plan des structures du haut Moyen Âge et effondrement du mur de berge no 1270 (phase 10).

© W. Widlak, A. Dagand.

2.4.2.1 Des formations sédimentaires sur la berge

185Seul le centre de l’emprise (secteurs 9 et 10) a révélé des formations sédimentaires inclinées d’ouest en est avec un mobilier céramique daté du viie s. Si les données restent succinctes, elles montrent que le secteur n’est pas complètement déserté à cette époque. Les rejets de matériaux sur la berge de la Saône témoignent d’une fréquentation de la rive. Fait marquant, ces dépôts ont été individualisés uniquement dans la section de la rive légèrement incurvée depuis le iiie s. (phase 7) : il est possible que la forme de ce tronçon de rive, rentrant dans les terres, ait perduré jusqu’à la fin de l’Antiquité, et que cette zone ait attiré les rejets jusqu’à constituer une rive relativement rectiligne. Étant donné les éléments en notre possession pour cette période chronologique, il est difficile d’aller plus loin dans l’interprétation.

186Dans ce secteur central, les formations révèlent la présence de séries alluviales alternant avec des dépôts anthropiques. L’ensemble des dépôts fait progresser la berge sur la rivière d’environ 3 m entre 161 m et 157 m d’altitude. Le détail de la composition des couches et de leur forme appelle plusieurs commentaires. Le premier dépôt est composé, à l’ouest, de blocs centimétriques disposés sur un replat vers 161 m d’altitude (Us. 1583-1697). À l’est, sur la pente, des lits à sédiments triés, mais de granulométrie variable, traduisent les variations de l’intensité des courants : sables à petits gravillons, sables fins voire limoneux (Us. 1584-1698), sables moyens et grossiers, voire très grossiers à la base du talus vers 157,40 m d’altitude. Au-dessus, une couche, épaisse d’environ 0,55 m, hétérogène et compacte, à cailloutis et graviers, renferme au moins trois blocs moulurés pluri-décimétriques, entre 159 m et 160 m d’altitude (Us. 1585-1699). La présence de lits millimétriques successifs de limons argileux et de débris organiques vers 159 m d’altitude définit un niveau calme de la rivière permettant la décantation des particules fines et le piégeage des fragments organiques au pied de ces blocs : ces derniers ont pu en effet perturber localement les écoulements de la rivière en les repoussant vers l’est. Enfin, la dernière formation relève d’une action anthropique puisqu’elle est essentiellement composée de matériaux centimétriques et décimétriques dans une matrice sablo-caillouteuse (Us. 1586-1700). Les fins horizons de sables lités et triés au sein du dépôt démontrent que la rivière vient régulièrement laver ses rejets.

187Un peu plus en aval, en limite des secteurs 8 et 9, la couche Us. 1408 traduit cet épisode. Elle se distingue par la présence, côté ouest, de nombreux blocs souvent décimétriques sur une épaisseur de 0,60 m, qui assure une progression de berge de 1 m vers l’est, au niveau de l’altitude 161 m. L’influence anthropique y est très marquée. En dessous de 160 m d’altitude, les blocs sont concentrés dans des lits inclinés. Ils alternent avec des sédiments hétérogènes ou avec quelques lentilles de sables triés fournis par la rivière.

188Peu d’éléments sont porteurs de datation au sein d’un lot de faible quantité et renfermant des parties de vases non significatives (panses). Cependant, parmi les dix tessons provenant de l’Us. 1408 et les cinq de l’Us. 1698, l’association de la forme de sigillée claire D typique du vie s. (Hayes 99 B) et de fragments d’amphores d’origine africaine à circulation tardive, déjà attestée dans un contexte lyonnais du viie s., assure à la formation du gisement une datation au début du Moyen Âge (Ayala et al. 2003a : 43).

189Enfin, signalons pour cette période chronologique la présence sur la plaine de deux fosses, profondes d’une soixantaine de centimètres, et de taille assez réduite, Us. 1213 (secteur 11) et Us. 1214 (secteur 12). Leur niveau d’ouverture a été enregistré respectivement à 161,91 m et à 161,78 m d’altitude. Leur comblement contient un mobilier céramique pauvre au sein duquel émerge un bord en bandeau de la deuxième génération, en céramique commune grise (Horry 2000), correspond à une fourchette chronologique large fixée au haut Moyen Âge (viie-ixe s.).

2.4.2.2 L’écroulement du mur antique

  • 24 Ces coupes ont été réalisées contre la paroi moulée qui dessine un arrondi au nord de l’emprise du (...)

190Un épandage de blocs architecturaux non organisés sur le talus de berge au nord du site, est associé à des pans entiers de mur renversés sur un profil d’érosion de berge, au fond du lit de la rivière. Ces vestiges épars conduisent à privilégier l’interprétation d’un sapement latéral de berge ayant provoqué la chute d’un mur dans le lit mineur. Cette érosion a rajeuni la rive droite de la Saône au nord de l’emprise qui, par rapport à l’aval (secteur 21), devait être auparavant plus engagé vers l’est. Les flux ont alors sapé le soubassement de la plaine, qui portait probablement le mur no 1270, et provoqué son écroulement dans la rivière [fig. 47]. Les coupes réalisées contre la paroi moulée dans le secteur 24 montrent la disposition de cet ensemble hétérogène sur le talus de berge24. Les formations à blocs s’étalent en plan sous la forme d’un cône qui atteint au sud le secteur 21.

  • 25 Une première ébauche de reconstitution des courbes de niveau pour les différents talus de berge par (...)

191À l’extrémité nord du site, les blocs architecturaux (Us. 1623) reposent sur une surface d’érosion témoin dans un premier temps d’un rajeunissement du talus de berge. Ce profil d’érosion s’étend de 161,50 à 159,50 m d’altitude selon une pente de 69 % relativement rectiligne, sur 2,90 m de long, et recoupe les niveaux de berge datés de la fin du ier s. ap. J.-C. au début du iie s. (phase 3). Plus bas, de 159,50 à 158 m d’altitude, le profil s’inscrit directement dans les alluvions caillouteuses rhodaniennes mises en place au cours de l’âge du Fer au plus tard. La pente concave est d’environ 36 % sur 4,40 m de long. Enfin, la base de la berge au contact du lit de la rivière a été repérée autour de 154 m d’altitude. Ce profil d’érosion latérale a dégagé les différents niveaux de berge qui ont dû épaissir le talus au cours de l’Antiquité. Cette incision suppose une forte augmentation du débit de la rivière. Au niveau du secteur 21, ce talus d’érosion a été observé entre 161 m et 155,20 m d’altitude sur 11,80 m de longueur : le profil est plutôt rectiligne avec une pente de 49 %, et s’inscrit dans les dépôts de la phase 3 qui correspondent aux premiers aménagements sur la nouvelle rive droite. La présence dans ce secteur de structures sous-jacentes, comme l’appontement et l’épave no 8, a probablement conféré à la berge une plus forte résistance face aux violents débits du cours d’eau, ce qui expliquerait la conservation partielle de ces dépôts plus anciens. Il semblerait que l’érosion latérale en direction de l’ouest soit beaucoup moins prononcée dans ce secteur qu’en amont25.

192Sur le profil d’érosion, se développe l’Us. 1623, formée d’un amoncellement de quelque 116 blocs architecturaux et des fragments de murs épars témoins d’une puissante maçonnerie, d’une construction bien soignée (phase 9). Les blocs sont répandus de façon confuse d’ouest vers l’est selon une déclivité assez importante s’étageant depuis 161,54 m à l’ouest sur le talus de berge. Les blocs les plus bas atteignent le gravier du Rhône à 157,86 m. Légèrement plus au sud, et en contrebas vers 155,50 m, se trouve une maçonnerie renversée de 12,60 m de long, tronçon d’une puissante construction no 1774/1791 en blocs de calcaire blanc et en schiste liés par un mortier assez dur, beige, contenant des graviers et des petits galets. Quoique les assises ne soient pas régulières, le parement visible présente un aspect soigné. Deux autres portions de mur de moindres dimensions, mais de configuration tout à fait semblable, peuvent lui être rapprochées. Sur une face du tronçon, la plus au nord, une stèle romaine en remploi adhère encore à la maçonnerie. Ces vestiges se trouvent à proximité de leur point de chute. L’ensemble des blocs et des pans de murs sont emballés dans une matrice de sables grossiers à moyens déposés par la rivière après leur chute. La disposition de cet amas caractérise un effondrement de mur par gravité sur le talus de berge : les blocs et les fragments les plus gros de maçonnerie, donc les plus denses, sont concentrés au fond du lit de la rivière.

fig. 47 Stratigraphie de l’effondrement de la maçonnerie no 1270 dans la rivière, lié à une crue érosive provoquant un sapement de berge, au nord du site durant le haut Moyen Âge (phase 10).

© W. Widlak, A. Dagand.

193Sur cet amas a été isolée une couche d’environ 0,10 à 0,20 m d’épaisseur (Us. 1646), composée de litages de sables fins limoneux et de limons argileux. Ces textures, témoins de courants lents à stagnants, peuvent attester un bas niveau de la rivière après l’effondrement. En effet, l’amas des blocs a dû fortement contraindre les écoulements de la rivière ponctuellement décalés vers l’est. Cet ensemble est ensuite recouvert par des dépôts qui ne renferment plus de blocs architecturaux, mais des blocs centimétriques à décimétriques plus ou moins concentrés dans une matrice à lentilles de sables triés et de sables limoneux (Us. 1501). Au niveau du secteur 21, ces matériaux sont en relation directe avec le profil d’érosion, puisque les blocs architecturaux sont concentrés plus au nord : ils viennent s’appuyer au fond du lit de la rivière sur le tronçon de mur le plus méridional (Us. 1774). Cet épandage à petits blocs a été également observé sur le tombant de la berge, jusqu’au centre de l’emprise (Us. 1676, secteurs 10 et 11). L’épaisseur, l’extension (plus de 50 m du nord au sud) et la densité des matériaux de ce dernier épandage à petits blocs traduisent un effondrement. Après ces dépôts sur la berge, le talus présente une pente de 54 % au niveau du secteur 21.

194Quelques fragments de céramique commune grise contenus dans les couches recouvrant les blocs et les fragments de maçonnerie (Us. 1793, 1646) datent cette phase des xe-xie s. La présence d’un denier féodal, émis entre 1044 et 1092 (C27), trouvé sur un pan du mur no 1774, fournit un indice opportun de datation avant lequel l’écroulement s’est nécessairement produit.

  • 26 Rappelons que le pom est précédé d’une crise hydro-sédimentaire polyphasée bien caractérisée sur le (...)

195Ce sapement latéral de berge provoquant la rupture d’un mur installé sur la rive traduit un fonctionnement hydrologique particulier à fort débit. Il peut résulter d’un épisode hydrologique local, ou s’inscrire dans des modifications d’ordre bioclimatique de grande échelle. Or, la datation de cet écroulement, au plus tard autour de l’an Mil, s’inscrit dans une période bioclimatique stable sur le plan morphologique. Appelé « petit optimum médiéval » (ou « pom »), cet épisode se caractérise par une forte diminution de l’activité fluviale sur l’ensemble du cours du Rhône. Des travaux synthétiques récents sur le bassin rhodanien permettent de le caler entre le viiie s. et la première moitié du xie s. (Berger et al. 2008). Dans ce contexte, la datation de l’impact hydrologique caractérisé ici ne semble pas corrélée avec une crise morpho-sédimentaire profonde26. De hautes eaux saisonnières de la rivière, associées à un quelconque impact anthropique en amont, ont pu provoquer cette érosion latérale et entraîner la chute du mur vieux de plusieurs siècles dans la rivière.

Notes

1 Réalisées au laboratoire de datation au radiocarbone de l’Université de Laval (Québec, Canada), financées par l’Institut de recherches géographiques de l’université Lumière Lyon 2 (umr 5600 « Environnement, ville et société »).

2 L’extension spatiale de ce chenal NE-SO ne peut être proposée en raison de sa localisation à proximité de la paroi moulée occidentale.

3 Actuellement, la Saône au régime pluvial-océanique affiche de hautes eaux d’hiver et des étiages d’été marqués, alors que le Rhône, au régime nivopluvial, donne lieu à de hautes eaux printanières et à des crues d’hiver et de printemps.

4 Laboratoire de datation radiocarbone de l’université Claude-Bernard Lyon 1.

5 Depuis la fin du Paléolithique (Fouille de la rue Auguste-Isaac, Inrap, 2010, documentation inédite).

6 Les débordements épisodiques des cours d’eau durant la période historique resteront peu contraignants et seront plus ou moins maîtrisés par les riverains jusqu’à la dernière crise climatique du Petit Âge glaciaire. Cette crise, au sens large, débute, selon les auteurs et les enregistrements sédimentaires retenus, dès le xie s. sur le haut bassin rhodanien, ou au cours du xive s. dans les massifs alpins (Bravard 1996). Elle se traduit par une importante charge grossière qui transite d’amont en aval dans des chenaux multiples. Le tressage des cours d’eau atteint Lyon au moins au xvie s., comme en témoigne l’iconographie de la ville, et cette dynamique conduira à une hydrologie accrue (inondations répétées et catastrophiques au xviiie s. et surtout au xixe s.). Cette dernière sera contrôlée à son tour par la mise en œuvre de grands travaux d’endiguement.

7 Dans la partie orientale de l’emprise, cette phase alluviale a été érodée par la dynamique alluviale des phases ultérieures.

8 Un talus d’érosion a également été observé plus au sud, mais il ne s’inscrit pas dans le même contexte chronologique.

9 La numérotation des bateaux suit l’ordre de leur découverte.

10 Le bordé est constitué de l’ensemble des bordages, c’est-à-dire de l’ensemble des planches formant l’enveloppe extérieure d’une embarcation.

11 Procédé consistant à étanchéifer une embarcation par application de tissu ou de mousse entre les planches du bordage.

12 Produit de la pyrolyse de bois résineux, la poix est un goudron résultant de la transformation thermique de la résine de conifère (pin maritime, pin sylvestre et pin d’Alep).

13 Les membrures sont les poutres transversales attachées à la sole, sur lesquelles est fixé le bordage.

14 Assemblage de planches constituant le fond d’une embarcation.

15 Au fl de l’ouvrage, les chiffres précédés d’un C renvoient vers le catalogue des monnaies disposé au chapitre 4.4.

16 Suite de planches du bordage formant une ligne longitudinale d’un bout à l’autre d’une embarcation.

17 La varangue est une pièce courbe servant de raidisseur pour la sole, placée perpendiculairement à l’axe de l’embarcation. L’emplanture est destinés à supporter le pied d’un mât.

18 Cette phase individualisée a posteriori, lors de l’étude synthétique, n’a pas fait l’objet de prélèvements en vue d’une étude paléoenvironnementale.

19 Nous tenons à remercier vivement Odile Franc (Inrap) qui a assuré au pied levé la lecture géomorphologique de ces niveaux (fin de la phase de terrassement technique no 6, et début de la suivante), en raison d’une absence prolongée d’Agnès Vérot-Bourrély.

20 Il est possible que dans ces séries sédimentaires, certaines puissent être rapprochées des niveaux de berge du milieu du ive s. (phase 8), ou au contraire soient en relation avec des niveaux de berge du haut Moyen Âge (phase 10).

21 Ce minimum est imposé par l’altitude de la phase de terrassement technique no 8.

22 Rappelons que l’ouverture du sondage II, lors de la phase de diagnostic conduite en 1997, avait permis de localiser une maçonnerie (M148s), affleurant à 162 m, dont le tracé se superpose exactement à la structure no 1270. L’exiguïté du fond du sondage et la remontée de la nappe phréatique avaient limité l’analyse de cette maçonnerie. Sa fondation n’a pas été atteinte. Les quelques céramiques remontées des niveaux les plus bas du sondage (parmi les plus récentes, mentionnons une paroi de sigillée claire B tardive, un bord d’amphore africaine Agora 254) couvrent un horizon que l’on peut situer dans le courant du iiie s. Mais les conditions de ramassage n’ont pas favorisé une répartition stratigraphique précise de ces quelques fossiles directeurs de datation.

23 Une monnaie trouvée dans la maçonnerie du mur effondré no 1791, en contre-bas du no 1270, a été datée du dernier tiers du iiie s. ou du courant du ive s. L’absence totale de relation stratigraphique interdit toute relation immédiate entre ces deux vestiges. Les besoins de la démonstration et la logique du raisonnement autorisent cependant leur rapprochement.

24 Ces coupes ont été réalisées contre la paroi moulée qui dessine un arrondi au nord de l’emprise du parc. La coupe GG’ est globalement orientée ouest-est, c’est-à-dire perpendiculairement à la rive. Cet arrondi modife la vue linéaire de l’association des coupes : le lecteur doit en tenir compte.

25 Une première ébauche de reconstitution des courbes de niveau pour les différents talus de berge par phase semble démontrer que des secteurs 24 à 21 la rive était légèrement NE-SO à l’ouverture de la nouvelle Saône (phase 2), tandis que l’érosion latérale, qui s’est produite au cours de cette phase 9, la rendrait plus rectiligne, nord-sud.

26 Rappelons que le pom est précédé d’une crise hydro-sédimentaire polyphasée bien caractérisée sur le bassin rhodanien, et calée plus précisément entre la seconde moitié du ive et le viie s., c’est-à-dire à la charnière entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Berger et al. 2008).

Table des illustrations

Légende fig. 10 à gauche altitudes du toit de l’arène granitique d’après les sondages géotechniques et les observations in situ ; à droite coupe synthétique des niveaux profonds vierges d’anthropisation d’après les sondages géotechniques et les observations in situ, et localisation des prélèvements datés au radiocarbone.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende fig. 11 Stratigraphie du paléochenal ancien daté de l’Alleröd.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende fig. 12 Stratigraphie des formations graveleuses exhaussées au nord par les alluvions Rhône˗Saône (La Tène finale, phase 1), et recoupées au sud par la rive gauche de la Saône primitive progressivement remblayée (du millieu du iiie s. au millieu du ive s., phases 6˗8) puis fréquentée (de la fin du ive s. au début du ve s., phase 9).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende fig. 13 Superposition des formations sédimentologiques du Rhône et de la Saône. .
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende fig. 14 La confluence Rhône˗Saône au début du Subatlantique : plan et coupe du site sous les eaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende fig. 15 Stratigraphie des formations graveleuses, exhaussées au nord par les alluvions Rhône˗Saône. Dans un banc de Saône, deux fragments d’amphores de la fin de La Tène (phase 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende fig. 16 Stratigraphie des formations graveleuses (lits alluviaux obliques, foreset bedding, et lits plans, top sed bedding) exhaussées par les alluvions Rhône˗Saône (La Tène finale, phase 1), et négatif d’érosion (autour du ier s. ap. J.˗C., phase 2) de la rive droite de la nouvelle Saône.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende fig. 17 Stratigraphie des formations graveleuses exhaussées au nord par les alluvions Rhône˗Saône provenant de différents épisodes fluviatiles (La Tène finale, phase 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende fig. 18 La berge de rive gauche de la Saône primitive : à droite exhaussement alluvial fin Rhône˗Saône (La Tène finale, phase 1) sur les formations graveleuses ; à gauche remblaiement caillouteux contre la berge (milieu du iiie s., phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende fig. 19 Plan et coupe du site en rive gauche de la Saône primitive, à La Tène finale (phase 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende fig. 20 Plan et coupe du site à l’extrémité de la pointe méridionale de l’île Saint˗Jean, autour du ier s. ap. J.˗C. (phase 2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende fig. 21 Confluence des deux Saône au début de l’époque antique superposée au cadastre actuel et à la localisation des opérations archéologiques environnantes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende fig. 22 Plan des premiers aménagements sur la rive droite de la nouvelle Saône, de la seconde moitié du ier s. ap. J.˗C. (phase 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende fig. 23 Stratigraphie de l’érosion de la nouvelle Saône (autour du ier s. ap. J.˗C., phase 2) et des dépôts obliques sur la nouvelle berge (seconde moitié du ier s. ap. J.˗C., phase 3) fossilisés par une accumulation sableuse à partir du milieu du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende fig. 24 Stratigraphie de l’érosion de la nouvelle Saône (autour du ier s. ap. J.˗C., phase 2), de l’appontement disposé sur l’engraissement de la nouvelle berge (seconde moitié du Ier s. ap. J.˗C., phase 3), de l’érosion et de l’accumulation alluvio˗anthropique, entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. (phase 9-10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende fig. 25 Disposition des pièces de bois de l’appontement (Us. 1625).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende fig. 26 Épave no 8, seconde moitié du ier s. ap. J.˗C. (phase 2). Vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende fig. 27 Stratigraphie des dépôts alluviaux enrichis en mobilier archéologique assurant progressivement le remblaiement du chenal de la Saône primitive (phases 3, 5 et 6), et de l’occupation du secteur sud en seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende fig. 28 Localisation de l’épave no 3 dans le remblaiement de la Saône primitive, seconde moitié du iie s. (phase 4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende fig. 29 Localisation des épaves nos 5, 2 et 4 dans le remblaiement de la Saône primitive, première moitié du iiie s. (phase 5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende fig. 30 Les épaves gallo˗romaines à la confluence avec le lit principal, vues du sud˗est 3 épave no 3, seconde moitié du iie s. ap. J.˗C. (phase 4) ; 2 épave no 2, première moitié du iiie s. ap. J.˗C. (phase 5) ; 4 épave no 4, première moitié du iiie s. ap. J.˗C. (phase 5) ; 5 épave no 5, première moitié du iiie s. ap. J.˗C. (phase 5)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende fig. 31 Les alluvions piégées dans l’épave no 2 durant la première moitié du iiie s. (phase 5), puis les alluvions fermant le chenal primitif au milieu du iiie s. (phase 6), puis l’assainissement˗ exhaussement de la seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende fig. 32 Vers la fermeture de la Saône primitive, milieu du iiie s. (phase 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende fig. 33 Stratigraphie du remblaiement progressif de la Saône primitive (phases 3 à 6) et position stratigraphique des épaves nos 2, 3 et 4, puis atterrissement de la zone et occupation de la seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende fig. 34 Localisation de l’épave no 7 et des aménagements construits sur la rive droite de la nouvelle Saône, seconde moitié du iiie s. (phase 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 35 Stratigraphie de l’accumulation sableuse en seconde moitié du iiie s. (phase 7) sur la berge de la Saône faiblement inclinée au centre du site, suivi des dépôts alluvio˗anthropiques du haut Moyen Âge (phase 10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende fig. 36 Lépave no 7, seconde moitié du iiie s. (phase 7). vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende fig. 37 Plan des maçonneries nos 980 et 617. Relevé du parement oriental de la maçonnerie no 617.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende fig. 38 Sur les alluvions sableuses assurant la fermeture de la Saône primitive (phase 6), des remblais d’assainissement-exhaussement avant la maçonnerie no 617 (phase 7). Vue du sud˗est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende fig. 39 coupe La-La’ stratigraphie de l’exhaussement alluvial au sud˗ouest de la fouille, milieu du ive s. (phase 8) ; coupe Lb-Lb’ implantation du mur médiéval no 755, en zone sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende fig. 40 Vestiges de l’antiquité tardive en rive droite de la Saône, entre la fin du ive s. et le début du ve s. (phase 9).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende fig. 41 Relevé en plan de la maçonnerie no 1270.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende fig. 42 Les maçonneries au sud du site, entre la fin du ive s. et le début du ve s. (phase 9) : relevés a et b élévation et plan de la maçonnerie no 851 ; relevé c coupe des maçonneries nos 850, 851 et 852.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende fig. 43 La maçonnerie no 851, vue du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende fig. 44 La maçonnerie no 852, vue du sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende fig. 45 Stratigraphie des lits alluviaux de débordement sur la plaine au nord du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende fig. 46 Plan des structures du haut Moyen Âge et effondrement du mur de berge no 1270 (phase 10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende fig. 47 Stratigraphie de l’effondrement de la maçonnerie no 1270 dans la rivière, lié à une crue érosive provoquant un sapement de berge, au nord du site durant le haut Moyen Âge (phase 10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20217/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search