Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Chapitre 1. L’organisation de la recherche

Grégoire Ayala

Résumé

La fouille préventive du Parc Saint-Georges, préalable à la construction d’un parc de stationnement souterrain situé sur la rive droite de la Saône à Lyon, constitue un précédent dans les annales de l’archéologie lyonnaise. L’ouverture à un champ de compétences pluri-institutionnelles et pluridisciplinaires, élargies à toute la diversité des thématiques abordées, a permis de dépasser le simple registre de l’analyse chronologique du site. Après un rapide exposé des circonstances de l’intervention, sont décrites les conditions techniques et la complexité des moyens mis en œuvre pour cette opération archéologique de grande ampleur. L’apport majeur de l’intervention est d’avoir suivi la formation et l’évolution d’un grand espace fluvial à vocation portuaire. Puis, sont détaillées les modalités de la gestion d’une masse documentaire très importante touchant le mobilier archéologique, en raison de l’utilisation de la berge comme dépotoir, et le corpus des unités enregistrées.

La diffusion des informations s’est étendue aussi bien auprès du grand public qu’auprès de la communauté scientifique. La présentation des résultats de la fouille entend rappeler rapidement le contenu de l’ouvrage. Le cadre de l’étude comprend la présentation du milieu physique et l’état des connaissances nourri par les données que l’archéologie a récemment acquises. La définition de l’enjeu scientifique de cette fouille relie deux ensembles morphologiques différents : une berge de la Saône, milieu instable et humide, et un port fluvial, abri fixe pour les bateaux et les marchandises. À la fin du chapitre, on se propose d’examiner ce que transmet la matière de l’ouvrage.

Texte intégral

1.1 Un grand chantier d’archéologie urbaine

1.1.1 Le projet d’intervention

  • 1 Le nivellement général de la France (ngf) constitue le réseau de référencement des altitudes citées (...)

1L’opération d’archéologie préventive Parc Saint-Georges s’est déroulée à Lyon (5e arr.) en bordure du quartier Saint-Georges, sur la rive droite de la Saône, au sud du quartier Saint-Jean, centre historique de la ville durant le Moyen Âge et la Renaissance. Une figure cartographie tous les sites archéologiques lyonnais qui seront mentionnés dans cet ouvrage [fig. 1]. Saint-Georges, de taille modeste, est l’une des trois divisions administratives qui bordent la rive droite de la Saône, avec Saint-Paul à la limite septentrionale et Saint-Jean au centre [fig. 2]. Adossé, à l’ouest, à la colline de Fourvière qui culmine à 300 m d’altitude, ce quartier est délimité par deux frontières urbaines : au nord par l’avenue Adolphe-Max et au sud par la montée de Choulans. L’emprise du chantier, grand rectangle de 126 x 30 m, aux contours relativement réguliers (l’extrémité septentrionale présente une pointe arrondie), affleure à l’altitude1 de 165,50 m.

fig. 1 Localisation du chantier archéologique de Saint˗Georges et des fouilles archéologiques lyonnaises citées dans l’ouvrage.

© G. Ayala, L. Bruel.

fig. 2 La rive droite de la Saône à Saint˗Georges, vue du nord˗est.

© G. Ayala.

  • 2 Pour simplifer la description des unités structurelles, nous avons pris le parti de considérer que (...)
  • 3 La fouille préventive de ce tunnel d’accès a été réalisée par une équipe du Service archéologique d (...)

2La fouille a été menée en préalable à l’aménagement d’un parc de stationnement automobile souterrain. La nouvelle construction s’intègre entre les immeubles mitoyens et anciens à l’ouest, du côté de la colline de Fourvière, et les bas-ports de la Saône à l’est [fig. 3]. Elle longe la Saône selon un axe nord-sud2. Le parc de stationnement est conçu sur la base de deux travées parallèles séparées par une rangée de vingt piliers (ou barrettes) disposées selon un axe longitudinal. Son organisation architecturale s’étage sur six niveaux en sous-sol. Les sept cent douze places disponibles sont destinées aux stationnements riverain, commercial et aussi touristique, dans un périmètre inscrit par l’Unesco sur la Liste du patrimoine mondial de l’humanité depuis 1998. Ce parc est accessible, au nord depuis l’avenue Adolphe-Max, par un tunnel souterrain situé sous la rue Monseigneur-Lavarenne3, et au sud par une entrée aménagée depuis le chevet de l’église Saint-Georges. La société d’économie mixte Lyon Parc Auto a réalisé ce parc en concession pour la communauté urbaine de Lyon.

fig. 3 Vue aérienne de la partie nord du chantier.

© M. Guyon.

  • 4 Benoit Crépu (1819-1883) acquit une fortune comme corroyeur, qu’il légua en partie à la Ville de Ly (...)

3La proximité du Vieux-Lyon, l’étude documentaire préalable (Ayala 1997) et les sondages de diagnostic (Ayala et al. 1998), auxquels a succédé une lecture géoarchéologique des sondages géotechniques (Vérot-Bourrély et al. 2001), ont mis en évidence l’extrême sensibilité archéologique du périmètre menacé par le projet de construction. L’impact de ces travaux dans le sous-sol de la place Benoît-Crépu4 imposait une fouille préalable. Les négociations d’usage ont abouti à la signature d’une convention en 2001, établie entre l’État (ministère de la Culture et de la Communication, direction régionale des Affaires culturelles de Rhône-Alpes, service régional de l’Archéologie), l’opérateur désigné par la communauté urbaine de Lyon (la société d’économie mixte Lyon Parc Auto, lpa), et l’Afan. La société lpa a pris en charge l’intégralité du financement de l’opération archéologique, de l’équipement et des prestations techniques. L’État a confié la fouille à l’Afan, dont les missions sont reconduites et complétées avec la création, par la loi sur l’archéologie préventive de janvier 2001, d’un établissement public, l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

1.1.2 Mise en œuvre

  • 5 Issu d’une famille de marchands de soie, Jean-Claude Fulchiron (1774-1859) était un homme politique (...)

4L’intervention sur le terrain débute au printemps 2002 par l’ouverture de sondages de reconnaissance et par une surveillance de travaux menés alors le long de l’ancien collecteur principal situé sous le quai Fulchiron5. La fouille archéologique (hormis quelques petites périodes d’interruption) s’est étirée du 28 octobre 2002 au 18 juin 2004. L’équipe était constituée exclusivement d’archéologues de l’Inrap :

  • titulaire de l’autorisation de fouille : Grégoire Ayala ;

  • archéologie : Christian Cécillon, Patricia Constantin, Alban Horry, Tony Silvino (cdd) et Nathalie Valour (et Véronique Savino) ;

  • relevés graphiques de terrain : Grégoire Ayala, Patricia Constantin ;

  • relevés photographiques de terrain : Wojciech Widlak ;

  • géomorphologie : Agnès Vérot-Bourrély (et Odile Franc) ;

  • dessin des épaves : Catherine Plantevin (et Pierre Mille) ;

  • dao : Wojciech Widlak ;

  • batellerie : Marc Guyon, Fabrice Laurent ;

  • topographie : Sylviane Couteau et Véronique Vachon ;

  • archives : Sophie Savay-Guerraz ;

  • communication : Cécile Cottin.

  • 6 Il n’est pas inutile de rappeler ici que les perturbations du sous-sol, occasionnées par la constru (...)

5Une paroi de béton moulée préalablement à l’arrivée des archéologues a présenté l’avantage d’isoler le terrain de la nappe phréatique de la Saône abaissée au fur et à mesure de l’avancement du terrassement technique. Cette étanchéité du chantier archéologique a permis d’entreprendre la fouille de ce bord d’eau et d’explorer tous les aménagements et les objets qui lui sont liés, dont d’éventuels bateaux, dans un contexte terrestre affranchi des contraintes qui assujettissent l’archéologie subaquatique. Cet avantage technique a allégé la conduite de la fouille, menée en grande partie à l’aide d’engins mécaniques. En revanche, l’installation des barrettes centrales sur lesquelles s’appuient les poutres (ou butons) qui assurent la stabilité de la construction a provoqué des pertes irrémédiables sur les vestiges (perforation des épaves nos 7 et 8) et sur la lecture stratigraphique, en raison de la difficulté de raccordement des coupes relevées de part et d’autre de l’alignement central6.

  • 7 Dès les années 1980, l’expérience lyonnaise a constitué un laboratoire de l’archéologie du bas Moye (...)

6L’opération s’est avérée très représentative des fouilles préventives urbaines : chaque jour se sont posées des questions d’ordre stratégique relatives à la progression de la construction, aux contraintes de calendrier et à la nature des découvertes qui se sont succédé. Il n’était pas question, bien sûr, de définir a priori une échelle de valeurs conduisant à négliger les niveaux supérieurs au prétexte de leur caractère récent (xviie-xixe s.) et de la disponibilité des sources écrites et iconographiques les concernant7. Il était clair qu’un tel choix pouvait avoir un fort impact sur le déroulement de la fouille, dans la mesure où il risquait d’affecter les délais impératifs à tenir –donc la maîtrise du temps.

7Le site, comme tous ses homologues en milieu urbain, se caractérise par une stratification fragmentée, résultant des nombreuses lacunes provoquées par les démolitions et les creusements ayant accompagné les travaux de construction successifs. Cependant, la création du quai Fulchiron qui longe le côté oriental de la place Benoît-Crépu, et s’implante en partie en bordure du lit de la rivière, n’a pas occasionné de profonds décaissements, qui eussent entraîné la totale disparition des sédiments archéologiques. Les travaux de remblaiement qu’il a nécessités ont préservé les soubassements des maisons qui longeaient la rive de la Saône, « pieds dans l’eau ». Seules les caves et les réseaux d’assainissements créés aux époques les plus récentes (xviiie et xixe s.) sont, pour une bonne part, à l’origine des disparitions d’éléments parfois déterminants pour la compréhension des bâtiments et pour leur analyse. La rareté des sols de circulation dans les constructions médiévales et dans celles du début de l’époque moderne doit leur être imputée.

8La fouille a été menée dans le cadre du phasage général des travaux prévu par le projet de construction du parc de stationnement (au total, neuf phases de terrassement technique). Ce n’est donc pas tant la logique du dégagement des structures archéologiques que les nécessités de suivre le programme de travail de l’ouvrage qui ont conduit la marche du chantier. Les archéologues ont été contraints de segmenter la fouille d’un terrain pourtant formé de très longues strates présentant un pendage plus ou moins régulier, d’ouest en est. La berge de la première moitié du xviiie s. a ainsi été effleurée dès la fin de l’année 2002 en phase de terrassement technique no 3, rencontrée à nouveau au début de l’année 2003 en phase de terrassement technique no 5, et son extrémité atteinte au début de l’année 2004 en phase de terrassement technique no 9. De même, une embarcation romaine (épave no 7) est dégagée en deux fois sans qu’il soit possible d’en faire une observation d’ensemble directe (novembre 2003 pour la partie ouest, mars 2004 pour la partie est).

9Il est apparu dès le départ que la construction du parc de stationnement allait nous emboîter immédiatement le pas. Une coactivité s’est, de fait, établie entre archéologues et entreprises de travaux publics, avec les risques d’une mitoyenneté dont on a craint qu’elle entrave la marche du chantier archéologique.

10Progressant du sud vers le nord, le travail sur le terrain s’est articulé en deux temps : un temps actif, où l’activité archéologique s’est employée à dégager des structures, à prélever du mobilier et à enregistrer des vestiges, et un temps passif au cours duquel le terrassement est intensif et l’évacuation des déblais importante. Cette fouille, dite « de repli », n’a permis d’appréhender que des ensembles archéologiques relativement limités, au détriment d’une vision plus globale qu’aurait fournie un décapage général du terrain. Dans l’équipe, réduite, mobile et permanente, aucune notion de compétence spécifique (antiquisant, médiéviste et/ou moderniste) n’a été retenue (exception faite pour la géomorphologie). Elle était composée de six personnes possédant une excellente pratique du terrain en milieu urbain : rapidité d’intervention, maîtrise des méthodes d’enregistrement et prise en compte des consignes de sécurité –vitales dans un chantier de construction qui, au fur et à mesure qu’il s’enfonçait dans le sous-sol, voyait son espace de travail (capacité mécanique et personnel technique) se déployer au détriment de celui du chantier archéologique. Seule la perspective d’ouvrir le chantier au public lors des Journées européennes du patrimoine, les 20 et 21 septembre 2003, a retardé la démolition des parties analysées sur la moitié nord du chantier.

1.1.3 Après la fouille

11L’opération d’archéologie préventive urbaine de grande ampleur que nous avons menée a confronté les chercheurs au problème du traitement de la masse des données enregistrées au cours d’une durée presque ininterrompue de vingt mois de terrain. Le corollaire de cette opération qui a exploré près de 40 000 m3 de sédiments, fortement marqués par une intense activité riveraine depuis le xiiie s., est la récolte d’un nombre considérable d’informations, dont l’étude a réclamé des modalités extrêmement rigoureuses. Face à la quantité impressionnante de mobilier archéologique prélevé et face à l’ampleur de la documentation enregistrée, le risque d’engorgement était réel, tant dans la phase de terrain que lors de la mise en forme des données. La transcription des renseignements accumulés à l’issue de l’opération a imposé des choix. C’est la construction du discours archéologique qui les a guidés. À l’analyse exhaustive des informations recueillies, qui risquait de pénaliser lourdement le temps d’étude accordé à chacune des disciplines, des angles d’approche reléguant à l’arrière-plan des données secondaires, ont argumenté de façon claire la stratigraphie. Par nécessité, je n’ai pas tenu à maximiser les résultats de chacun des domaines abordés, comme la céramologie, le paléoenvironnement ou la numismatique. J’ai préféré isoler les séquences stratigraphiques les plus représentatives, les plus pertinentes, c’est-à-dire les mieux datées, sur l’ensemble du site.

  • 8 Afin de procéder aux opérations de conservation, de restauration, d’exploitation scientifique et mu (...)

12L’élection naturelle de la berge en dépotoir a provoqué une accumulation de rejets anthropiques, la population abandonnant là immondices et déchets de toutes sortes qui ont favorisé une sédimentation lente ayant pour effet la formation de strates d’aspects et de consistance hétérogènes. Le ramassage exhaustif de ce mobilier archéologique a totalisé 1 071 caisses, dont la catégorie la plus importante est de loin la céramique (680 caisses, soit près de 140 000 fragments). Les objets du quotidien, expressions de la culture citadine dans la mesure où ils contribuent à la connaissance de la stratification sociale riveraine, sont au nombre de 1 912 pièces8. Le traitement de l’ensemble du contenu des 1 071 caisses ne pouvait s’envisager dans le cadre du temps imparti à la mise en forme des données. Compte tenu du budget accordé à la phase post-fouille, et face aux énormes volumes de mobilier recueillis, limiter les études mobilières n’a pas été un choix facile. Sur un total de 53 628 tessons comptabilisés dans la berge du xviiie s., seuls 48 %, correspondant aux lots les plus pertinents, ont été inventoriés et ont contribué à l’établissement de la chronologie. Sur les 121 848 fragments de céramiques médiévales et modernes rassemblés, 72 387 ont été inventoriés (soit 59 %). Les éléments d’époque antique ont subi le même traitement. Cette opération, qui visait à alléger le travail des céramologues, a apporté un gain substantiel de temps mis à profit pour d’autres tâches (rédaction, mise en forme de la documentation). Tous les lots ont néanmoins été comptabilisés et examinés afin d’être rapprochés des séquences stratigraphiques.

13Les 274 monnaies, méreaux et jetons recueillis totalisent un lot important pour Lyon puisque, à titre comparatif, l’opération archéologique de la place des Terreaux en 1991 a livré 161 monnaies et jetons, et celles des places de la République et des Célestins réunissent 245 monnaies et jetons. La réflexion concertée des intervenants a conclu à la nécessité de restreindre l’étude approfondie du numéraire aux seules monnaies apportant des données éclairantes sur la chronologie de l’occupation du site (soit 43,79 % du total recueilli) sans négliger cependant de délimiter les grandes séries locales et sans omettre de les insérer dans leurs contextes économique et technique.

14Plusieurs disciplines connexes à l’archéologie ont été mobilisées pour reconstituer le paysage végétal de ce bord de Saône, ce qui n’a pas manqué d’élargir les investigations proprement archéologiques aux études environnementales. Le Parc Saint-Georges est un exemple d’étroite collaboration entre archéologues, biologistes et géomorphologues. Les prélèvements couvrent toute la chronologie du site, même si pour la plus ancienne (la confluence Saône-Rhône à l’âge du Fer et celle des deux Saône au cours de l’époque augustéenne), la collecte est particulièrement développée. En ce qui concerne l’analyse des éléments recueillis, le choix a finalement porté sur un échantillonnage commun aux disciplines paléoécologiques en laissant de côté les lots propices aux analyses strictement spécialisées. On a ainsi obtenu une tendance du paysage pour cette époque dont il est possible de déduire une somme d’informations cohérente.

15Ces choix sont-ils judicieux ? La part de matériel délaissé ne risque-t-elle pas de limiter la portée des conclusions auxquelles un traitement exhaustif aurait pu aboutir ? Les recherches à venir, que l’ampleur du mobilier archéologique ne saurait manquer de susciter, étofferont sans doute les connaissances de chaque thème d’étude. Modifieront-elles pour autant l’approche d’une stratigraphie et d’une chronologie d’ores et déjà solidement ancrées ? Si l’exposé qui va suivre peut parfois se teinter d’une relative sobriété au goût des spécialistes (les quelques repères fournis par la présentation préliminaire des objets du quotidien médiévaux et modernes et les choix décidés pour l’analyse malacologique ont toutefois permis à ces renseignements livrés par la fouille d’apparaître dans les pages de ce volume), les temps forts d’une occupation bimillénaire de la berge, et même d’une histoire plus longue encore, n’en seront pas moins abordés – et ils sont nombreux.

16L’analyse systématique de l’espace fluvial dans lequel nous avons évolué a effectivement remis en ordre un réseau d’indices particulièrement enchevêtrés, résultant de traces d’activités qui se sont succédées dans un cadre temporel très long, parfois de plusieurs siècles. Grâce, en particulier, à un équipement technique adapté (le diagramme stratigraphique qui a identifié des ensembles relativement cohérents et décelé des articulations pertinentes) et grâce à une gestion stricte du corpus des unités enregistrées, nous avons pu hiérarchiser rigoureusement des données trop abondantes pour être maîtrisées de façon immédiate. De fait, tous les secteurs de la fouille ont offert les garanties de fiabilité stratigraphique requises. Ils ont été délimités selon la disposition interne de l’emprise du chantier : l’écartement des vingt butons en béton soutenant l’ossature de la construction a servi de limites aux vingt-quatre secteurs archéologiques [fig. 4]. Pour que l’image du passé que nous entrevoyions devienne intelligible, il a fallu hiérarchiser rigoureusement les divers phénomènes d’occupation, maîtriser le réseau complexe de leurs relations stratigraphiques, en dégager les lignes majeures, établir les faits et événements archéologiques selon une progression linéaire et continue, celle de la chronologie, bref introduire de l’ordre dans cette accumulation complexe, informe mais réelle, que nous fournissait le recueil des connaissances livrées par la fouille. Ce ne fut pas une mince affaire. La tâche a été rude.

fig. 4 Lemprise de la fouille découpée en secteurs et localisation des coupes stratigraphiques commentées.

© W. Widlak, A. Dagand.

17L’utilisation de l’outil informatique a bien sûr facilité la manipulation et la consultation de la documentation de terrain, massive et diverse (unités stratigraphiques, photographies et relevés graphiques), du fait de la simplicité et de la souplesse des modalités de saisie. Il en résulte la création d’un fonds d’archives de fouille complet, ordonné de manière rigoureuse, destiné à être remis aux autorités compétentes de l’État lorsque nous arriverons au terme des recherches.

18Quoique l’on ait eu soin de ne pas alourdir inutilement l’enregistrement de terrain par le déploiement d’une micro-stratigraphie –qui aurait brouillé la perception des phénomènes archéologiques essentiels–, le corpus documentaire de l’ensemble des données est très important : 1 829 unités stratigraphiques, près de 12 000 photographies, quelque 528 relevés de terrain, et 471 caisses de mobilier archéologique inventorié sur les 1 071 caisses de mobilier ramassé.

19La configuration du chantier a offert l’opportunité de construire de très grandes coupes couvrant une hauteur de 10 m, qui ont facilité la compréhension des processus de dépôt sédimentaire. L’ensemble des relevés stratigraphiques permet d’élaborer des sections cumulatives ponctuelles où sont synthétisées les données archéologiques. C’est un outil bâti de façon abstraite, c’est-à-dire sur la base de la documentation graphique et non sur l’observation directe. Ce principe consiste à étager les informations repérées essentiellement sur des axes privilégiés du chantier de fouille. L’orientation des coupes suit l’évolution de la berge, qui se développe de manière continue vers l’est au détriment de la rivière. Ces constructions stratigraphiques, augmentées de grands relevés dressés en plusieurs endroits du terrain, ont combiné la progression chronologique et l’agencement rationnel de l’occupation de la rive. À titre d’exemple, nous avons inséré dans cet ouvrage la version très simplifiée d’une de ces sections cumulatives assemblée dans la partie méridionale du terrain [fig. 5]. Le traitement de tels dessins stratigraphiques couvrant une surface importante a nécessité de prendre en compte le format de cette publication. Les réductions consenties ont abouti à une vision réduite et schématique de l’organisation bimillénaire de la berge de la Saône, gommant maints aspects de la stratification pourtant présents sur les relevés minutieux de terrain qui ont participé à toutes les étapes de la réflexion. Les strates appartenant à la même formation sédimentaire ont parfois été drastiquement compactées. Si de sérieuses difficultés ont été rencontrées par la cellule infographie des dAf dans la recherche de solutions rendant lisibles dans une gamme de gris cinq des six périodes chronologiques qui habillent l’arbre stratigraphique du site (la période VI reste blanche), le résultat obtenu par cet effort louable est cependant loin de traduire une échelle stratigraphique aussi tendue que celle du Parc Saint-Georges. Toutefois, l’intérêt de cette figure est de restituer la continuité de la trame sédimentaire et structurelle grâce à une plongée altimétrique vertigineuse de plus de dix mètres dans l’épaisseur du sous-sol de la place Benoît-Crépu. Seuls les relevés [fig. 68‚ fig. 69] donnent au lecteur une meilleure vue d’ensemble de la complexité de l’état des constructions que nous avons affronté. Quant aux nombreuses coupes stratigraphiques qui émaillent le commentaire archéologique des chapitres 2 et 3, elles reproduisent le plus souvent des tranches de terrains atteignant parfois plusieurs mètres de hauteur. Leur lecture engendre un embarras certain puisqu’elles font apparaître des numéros de phases dont la mention est antérieure ou postérieure au commentaire dans lequel la figure est référencée. Il n’a évidemment pas été possible d’isoler un détail de ces vues générales pour ne pas tronquer excessivement la stratification examinée.

fig. 5 Section cumulative en zone sud de la fouille replacée dans l’enceinte du parc de stationnement.

© M. Guyon, A. Dagand.

1.1.4 La diffusion des informations

20L’intervention de terrain a assumé l’ensemble des tâches qui incombent à l’archéologie préventive, c’est-à-dire les impératifs de la recherche, la gestion des archives du sol et le travail de médiation indispensable à la restitution au public. Cette dernière mission a paru particulièrement naturelle en raison des fortes implications de l’opération sur l’environnement urbain et de la répercussion médiatique des découvertes majeures, telles les bateaux. Plusieurs actions de communication ont été développées sur le site (journées portes ouvertes des 20-21 septembre 2003 pour les Journées européennes du patrimoine, et du 25 octobre 2003 pour la présentation publique des bateaux romains au sud du chantier) et hors du site (exposition-actualité « Romains d’eau douce », réalisée à l’initiative du service des expositions du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière en 2004, et renouvelée en 2007 au Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal).

  • 9 Cinq analyses chimiques sur les blocs de verre brut ont été réalisées par Michèle Vichy au laborato (...)
  • 10 Thèse de doctorat en cours sur « L’architecture navale dans le bassin rhodanien entre le ve et le x (...)

21Pour ce qui est de la destination auprès du public scientifique, on peut d’ores et déjà indiquer des lectures auxquelles se reporter : bilan préliminaire des découvertes (Ayala 2007), exposé sur le port de Lyon abordant de façon frontale les questions environnementales d’un site alluvial peu à peu maîtrisé (Ayala, Vérot-Bourrély 2009) et apports à l’étude des aménagements riverains et des activités portuaires (Ayala 2011). D’autres travaux plus spécialisés, d’excellente facture, concernent les céramiques de l’Antiquité tardive (Silvino 2007), la statuaire gallo-romaine (NEsp 2006), une inscription sur un autel funéraire (Bérard 2006), deux monnaies en or (Cécillon 2006), l’approvisionnement de Lugdunum en poissons au iiies. (Piquès et al. 2008), deux bijoux antiques (Guiraud 2008), des blocs de verre brut d’époque gallo-romaine9 (Fontaine, Foy 2007), l’analyse paléogénétique des résidus organiques conservés dans les amphores (Silvino et al. 2007), des inscriptions peintes sur des panses d’amphores (Liou, Silvino 2005), et l’évolution paléoenvironnentale du site aux époques protohistorique et gallo-romaine (Vérot-Bourrély et al. 2010). Des travaux universitaires conduits par Alban Horry (Horry 2006a), Djamila Fellague (2007) et Fabrice Laurent10 ont pris pour thème respectivement la céramique moderne –dont le but n’est pas uniquement de proposer un référentiel typologique mais d’offrir une vision cohérente de la culture matérielle d’un secteur de la ville de Lyon–, l’architecture publique à Lugdunum et la batellerie fluviale médiévale et moderne.

  • 11 Afin de conserver une archive fidèle de la géométrie et des textures des barques antiques, une numé (...)

22Les seize épaves de bateaux fluviaux découvertes à Saint-Georges sont remarquablement conservées grâce à des conditions environnementales favorables. Elles représentent les vestiges les plus symboliques, les plus impressionnants et aussi les plus révélateurs, en matière d’histoire, que ce site portuaire urbain unique sur les bords de la Saône a livrés [fig. 6]. Excellents objets d’analyse11, ces vestiges permettent la mise au point d’une typologie batelière de premier ordre, qui se définit par l’identification des essences de bois, les conceptions architecturales et les procédés de construction. Soulignons d’emblée que les pratiques de renflouage ou de démantèlement en vue de remploi dans des pièces de charpente auraient pu faire disparaître ces trouvailles.

fig. 6 Localisation des seize épaves dans l’emprise du chantier.

© W. Widlak, A. Dagand.

  • 12 Depuis la parution, en 2003, de l’ouvrage La Couzonnaire de Saint-Georges (Ayala et al. 2003b), l’é (...)

23Cette découverte d’embarcations fluviales marque une étape majeure dans la connaissance de l’histoire de la batellerie sur le plan national. Les datations égrènent un grand nombre de périodes : la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. (épave no 8), une période allant du milieu du iie s. au milieu du iiie s. (épaves nos 3, 2, 4, 5, 7), la période médiévale (épaves nos 6 et 14), le xvie s. (épaves nos 9, 10, 11, 12, 13, 15, 16) et le milieu du xviiie s. (épave no 1)12. Du fait de cette longue durée, la diversité architecturale des bateaux est importante, tant au niveau de leur structure que de leur morphologie et de leur fonction. Les seize épaves sont toutes inscrites à l’intérieur du même espace nautique fluvial fermé, strictement limité aux secteurs navigables du bassin Rhône-Saône. Cette caractéristique ouvre une série de perspectives historiques nouvelles, notamment du point de vue des traditions architecturales régionales et de celle des relations de ces bateaux avec un territoire rural et urbain particulièrement réceptif sur le plan économique. Ces embarcations permettent de réexaminer sous un angle neuf l’histoire d’un site portuaire en bord de Saône, en liaison avec le développement de la cité de Lyon et son débouché économique vers la Saône et le Rhône, tant du point de vue des transports de fret et de personnes, à plus ou moins longue distance, que de celui de la pêche.

  • 13 L’étude descriptive des bateaux antiques a été menée par Marc Guyon (Inrap), et celle des bateaux m (...)
  • 14 Il a été décidé, d’un commun accord entre l’État, le Grand Lyon et le département du Rhône d’assure (...)

24L’intérêt scientifique exceptionnel de ces vestiges de bateaux nécessitait la publication d’une monographie exclusive qui mette à la disposition de la communauté scientifique spécialisée cette étape majeure dans l’avancement de la connaissance de la batellerie antique, médiévale et moderne. L’étude de la structure architecturale d’un bateau réclame l’usage d’une terminologie spécialisée relevant d’un savoir-faire technique. Aussi a-t-il semblé préférable d’orienter la publication exhaustive de cet ensemble unique –qui aurait terriblement alourdi le présent ouvrage– vers la collection « Archæonautica », dont la thématique répond aux recherches d’archéologie sous-marine et subaquatique (Rieth 2010)13. Le lecteur ne trouvera dans les pages qui suivent ni les choix méthodologiques qui ont présidé à l’enregistrement des épaves sur le terrain, ni l’étude détaillée des éléments structurels des bateaux ni les définitions architecturales dans lesquels ceux-ci s’intègrent. Seule une description succincte de chaque épave interviendra dans le corps du descriptif archéologique14.

25Des sujets d’études environnant le domaine de la batellerie ont été intégrés à la publication globale des épaves de Saint-Georges : la chronoécologie (Lavier, Driget 2010), les tissus de calfatage (Médard 2010), l’étude géochimique des échantillons organiques prélevés sur les épaves romaines (Connan, Charrié-Duhaut 2010) et l’identification des mousses utilisées dans le calfatage des bateaux (Bailly 2010).

1.1.5 Présentation des résultats

  • 15 Une aide substantielle a été apportée à la préparation de la présente publication par le ministère (...)

26Les données archéologiques sont exposées dans un descriptif basé sur la reconstitution des événements chronologiques que livre la stratigraphie du site à partir de son anthropisation15. Ces événements ont marqué son identité tenant à cette double empreinte d’une nature impérieuse et d’une histoire encore visible malgré le poids des destructions. Dans la plupart des cas, les vestiges ont été plutôt malmenés au fl du temps. Dès lors que celui-ci est porteur de nouveautés, la question est de savoir ce qui changeait et ce qui subsistait. Pour y répondre, le travail a consisté, en identifiant les ruptures, en datant les modifications et en leur donnant une définition, à établir les faits historiques dans une progression continue. C’est la périodisation qui a fourni un cadre à la reconstruction séquentielle des événements. À Saint-Georges, l’évolution morphologique et structurelle est répartie en six périodes historiques majeures, sur un temps long qui témoigne des six étapes successives de l’histoire du site (périodes I à VI), de la fin du iie s. av. J.-C. à nos jours [tabl. I]. Les formations sédimentaires et les campagnes de travaux synchrones sont réparties en dix-sept phases stratigraphiques. Une phase s’inscrit dans un temps relativement court –parfois un demi-siècle– et son extension ne dépasse jamais deux siècles. Ce rythme laisse entrevoir la lente progression de l’occupation, qui s’est échelonnée sur plus de vingt siècles. Chaque phase se démarque de la précédente par un changement topographique que l’on peut associer à une évolution chronologique.

tabl. I Tableau des événements remarquables de l’histoire du site répartis en périodes chronologiques et en phases stratigraphiques.

  • 16 Ces couches décisives pour la compréhension du site sont parfois environnées, sur les dessins de co (...)

27La description a essayé, la plupart du temps, de restituer au lecteur les indications nécessaires pour comprendre la situation examinée dans notre espace de fouille. De fait, les épisodes mineurs observés sur le terrain qui demeurent privés de réelles implications dans l’histoire du site ne sont pas rapportés dans le texte descriptif. Lorsqu’il s’agit de restituer les informations extraites d’un chantier de fouille archéologique, la difficulté est de rendre compte des acquis sans infliger au lecteur la description des centaines de strates analysées en amont du travail de publication. Le récit est soulagé du détail de tous les éléments stratigraphiques organisés de façon systématique dans les diagrammes de chacun des secteurs de l’espace de fouille. Le texte est élaboré en ne tenant compte que des références aux numéros d’unités stratigraphiques importantes soit parce qu’elles se rapportent à des lots de mobiliers archéologiques significatifs, présentés dans les études complémentaires, soit parce qu’elles désignent des éléments structurels ou morphologiques déterminants16.

28L’explication du substrat autant que celle des premières formations alluviales vierges de toute trace anthropique, même si elles participent au tronc commun stratigraphique, sont exclues du phasage général qui articule la stratigraphie. Essentielles pour la compréhension de la mise en place du site, ces données sont présentées au début du chapitre 2. Celui-ci aborde la formation de l’espace alluvial depuis l’époque géologique : la première phase chronologique est réservée à la berge de la rive gauche de la Saône primitive, où deux amphores témoignent d’un premier aménagement voulu par l’action humaine. Neuf autres phases rythment ce chapitre et sont regroupées en trois grandes périodes, depuis la mise en place du décor naturel du secteur (période I) jusqu’au haut Moyen Âge (période III), qui connaît un recul très net de l’occupation. La période II règle, quant à elle, l’activité riveraine à l’époque antique, centrée sur la présence d’un port fluvial dont seule la zone aquatique a été observée (embarcations coulées et rejets massifs de produits d’importation), la zone terrestre étant située hors du périmètre de nos recherches.

29Le chapitre 3 traite de l’urbanisation progressive de cette rive et de son occupation dès son apparition, au xies. Les premiers éléments structurant le parcellaire médiéval se maintiennent jusqu’au milieu du xixe s. Ce temps, très long, qui s’étend des phases 11 à 17 est divisible en trois parties distinctes. Les premières occupations (phases 11 et 12 de la période IV) sont implantées extra-muros, au sud du secteur ecclésiastique, en dehors des limites connues de la ville alors cantonnée à l’intérieur de l’enceinte canoniale. À partir de la seconde moitié du xiiies., la fouille a permis de vérifier une structuration progressive de l’espace fluvial qui témoigne du développement d’un quartier absorbé par le tissu urbain lyonnais. On voit la mise en valeur d’un espace civil public (portus Sablicium ou port Sablet), au centre du terrain de la fouille, et le lotissement de la façade sur rive par un habitat privé (îlots nord et sud de part et d’autre de l’esplanade du port Sablet). En ce qui concerne la restitution de l’évolution des maisons dans les îlots au nord et au sud, j’ai choisi de suivre par phases stratigraphiques la succession des travaux de construction intervenus à l’intérieur de chacune des seize maisons reconnues au cours des phases 13 à 15. C’est la période V qui s’étire de la fin du Moyen Âge au milieu du xixe s. Les quantités de céramique recueillies ont nécessité une articulation de ces trois phases en 13a, 13b et 13c, en 14a, 14b et 14c et en 15a, 15b, 15c, 15d, 15e afin de fournir à l’étude conduite par Alban Horry les moyens d’étayer les raisonnements céramologiques. Enfin, les phases 16 et 17, période VI, retracent la restructuration du quartier suite aux grands travaux urbains engagés à partir du milieu du xixe s. Monde en parallèle de l’habitat mais qui en a conditionné l’évolution, la rivière et son trafic, matérialisé par sept bateaux à vivier au xvie s. et un chaland de transport au xviiie s., terminent ce lourd chapitre.

30Durant une longue période qui s’étend du xie s. au début de l’époque contemporaine, les modifications qu’a connues le bord de la Saône ont contribué à accroître les difficultés rencontrées pour interpréter les aménagements successifs de l’occupation. Reconnaissons que l’analyse des transformations conduites à l’intérieur des bâtiments et le long de la berge durant les siècles qui suivirent leur édification s’est parfois révélée particulièrement difficile. La situation stratigraphique est passablement altérée par les creusements de l’époque moderne ou par les creusements plus récents (canalisations, fosses d’aisance, caves) qui, créant des coupures dans la sédimentation, ont fait disparaître une bonne part des structures antérieures et des niveaux primitifs. Ces spoliations sont responsables de nombreuses pertes affectant parfois la destination des aménagements et leur agencement. Cette situation a compromis la qualité des indices recueillis et a influé sur la lecture du terrain. De fait, les rapports stratigraphiques analysés intéressent, presque exclusivement, à l’intérieur du bâti, les éléments construits. Si la synchronie des travaux engagés dans les îlots de maisons, au nord et au sud de l’esplanade du port Sablet, est indubitable, en revanche leur datation est parfois incertaine. À ce propos, la fouille à l’intérieur des maisons n’a pas retrouvé de dépôts hétérogènes composés d’éléments importants produits par les destructions des états préalables, qui nous auraient renseignés sur les étapes de l’histoire de ces maisons et aussi sur leur environnement matériel. Force est de constater que les périodes de construction sont précédées d’interventions préparatoires destructives qui ont eu pour effet d’évacuer les traces tangibles de ces démolitions. Les informations sont parfois alors à chercher en dehors du bâti : au pied de la façade de la maison 2, un gros fragment de mur a été précipité sur le talus de la berge. Il reste difficile d’évaluer l’origine de cet effondrement relevant soit d’une action volontaire soit du régime contraignant de la Saône.

31Seules les constructions reposant sur des strates associées à la berge profitent d’une datation bien établie. La berge, constituée de déblais hétérogènes dont l’aspect change en fonction de la distribution et de la diversité des composantes, a livré un mobilier susceptible de fournir une datation précise corrélée aux analyses dendrochronologiques. Quand les éléments datants faisaient défaut, nous nous sommes laissés guider par le jeu de la chronologie relative qui permet d’apporter une datation collective à un ensemble de travaux. Pour les phases les plus récentes (phases 14 à 17), le recours aux textes d’archives a été indispensable.

  • 17 Les prélèvements et les datations des bois antiques ont été réalisés par le laboratoire de chronoéc (...)

32Céramiques et monnaies forment des ensembles très homogènes générés par le contexte de site de berge que les recreusements, pourvoyeurs de mobiliers résiduels, ont épargnés. L’exposé des études spécialisées réunies dans le chapitre 4 fournit les arguments sur lesquels nous avons établi la chronologie du site. Les résultats des analyses dendrochronologiques opérées sur les bateaux et sur les pieux de fondation sont intervenus de façon opportune pour conforter des datations déjà bien étayées par l’analyse des mobiliers archéologiques et des relations stratigraphiques17. Le mobilier céramique moderne en particulier, grâce à une recherche fine et continue, apporte des explications nouvelles aux connaissances déjà acquises régionalement. Son étude a su élargir la typologie par la mise en évidence de nouveaux groupes techniques qui enrichissent le répertoire des formes. Disposant d’un matériel suffisant, on peut désormais apprécier, à travers de nombreux exemples singulièrement révélateurs partageant plusieurs traits significatifs, les mutations certaines qui affectent la composition de la vaisselle utilisée au quotidien sur la rive de la Saône, à Saint-Georges.

33Le chapitre 5 offre un regard sur la vie quotidienne des riverains à travers les objets antiques, médiévaux et modernes. La proximité de la Saône et le contexte humide dont elle a imprégné le sous-sol fouillé ont permis la conservation d’objets organiques périssables en bois, en cuir et en vannerie. Quant à l’ensemble des 193 objets du quotidien d’époque antique, il constitue la preuve de l’originalité du site, puisqu’il couvre une variété de fonctions –bien qu’inégalement représentées– qui prouve la polyvalence de ses riverains.

34La quantité de fragments de lapidaire et de statuaire a conduit à la rédaction du chapitre 6. L’importance des restes fauniques fait l’objet du chapitre 7. Enfin, le chapitre 8 expose par disciplines les résultats des études paléoenvironnementales.

  • 18 L’analyse chimique des amphores à alun a été conduite par Maurice Picon et Michèle Vichy (umr 5138  (...)

35Parmi les études complémentaires, ne figure pas le verre antique, en raison d’un nombre réduit de pièces, qui plus est peu significatives. Les éléments en verre d’époques médiévale et moderne sont épars et difficiles à étudier car ils ne sont rattachés ni à un atelier, ni à une cargaison, ni à un emballage de diffusion. Leur présentation n’a donc pas été retenue. L’étude des 592 fragments d’amphores de Lipari18, qui font du Parc Saint-Georges l’un des plus importants gisements français d’amphores de cette production, est intégrée à une enquête sur la diffusion de l’alun en Europe occidentale menée par Philippe Borgard (cnrs, Centre Camille-Jullian, Aix‑en‑Provence) (Borgard 2005). Les contextes datés des iiie-ive s., ainsi que ceux datés des xiie-xiiie s. ont livré un nombre suffisant de charbons de bois mais les phases les plus anciennes en sont privées. Quand bien même les données obtenues sur le site s’intègrent au cadre environnemental plus large correspondant à la moyenne vallée du Rhône, les conclusions de l’étude menée par Sylvie Coubray-Macchiarelli (Inrap Centre – Île-de-France), trop isolées dans le cadre de cette fouille, ne seront pas présentées ici in extenso. Si besoin, elles seront néanmoins intégrées aux commentaires généraux sur l’histoire du site. Il en est de même pour les analyses carpologique et malacologique des époques médiévale et moderne conduites respectivement par Bénédicte Pradat (Inrap Centre – Île-de-France) et Sophie Martin (Inrap Centre – Île-de-France).

36À l’issue de l’exposé des résultats scientifiques, il sera temps de démêler l’essentiel à partir de l’écheveau des événements en dressant le bilan de l’acquis sur un espace nautique né de relations complexes, modelé autant par les hommes que par les eaux. Il sera temps de franchir les limites du parc de stationnement et de tenter de replacer les fruits de notre analyse du terrain dans la perception d’ensemble que nous avons aujourd’hui de la rive droite de la Saône, et parfois même au-delà. C’est l’objet de la synthèse, au chapitre 9. Les dimensions du secteur traité restent bien réduites à l’échelle de la ville, mais la tentation a été grande de développer les aspects transversaux des disciplines requises par la fouille pour apprécier les incidences notables que ces apports, inédits, ont eues dans l’histoire lyonnaise. Encore que –étant donné la longue durée d’utilisation du site– il s’agisse d’un simple balayage, le canevas du chapitre 9 montre la volonté de « coller » le plus possible aux grandes étapes de la succession des périodes stratigraphiques qui suivent un découpage strict.

37Je ne saurais terminer cette présentation des résultats de la fouille sans évoquer l’impressionnante bibliographie rassemblée avec beaucoup d’obstination en fin d’ouvrage. Ces références majoritairement récentes, accordées aux critères scientifiques, sont dominées par des travaux de grande qualité qui nous ont beaucoup appris. Par son ampleur, cette masse de publications érudites donne la mesure de la progression de la connaissance archéologique.

1.2 Le cadre de l’étude

1.2.1 Le milieu physique

38De la présentation du cadre géographique lyonnais déjà connue (Bravard et al. 1997 : 177-201 ; Arlaud et al. 2000 : 15-16 ; Franc et al. 2007 : 95-108 ; Blaizot et al. 2010 : 9-14) sont extraites et exposées ici quelques précisions ponctuelles qui seront reprises dans les commentaires ultérieurs.

39La ville de Lyon, qui s’inscrit dans un carrefour géographique où la Saône est venue confluer tardivement avec le Rhône au début de l’Holocène, se développe dans la plaine de confluence Rhône-Saône (170-165 m d’altitude) dominée par deux collines, celle de la Croix-Rousse au nord et celle de Fourvière à l’ouest. Ces unités morphologiques résultent de l’histoire géologique du couloir Saône-Rhône qui sépare les zones jurassienne et alpine à l’est, de la bordure orientale du Massif central à l’ouest [fig. 7].

fig. 7 Localisation de Lyon dans son contexte géomorphologique.

© W. Widlak, A. Dagand.

40À l’ouest, la retombée orientale du Massif central est représentée par un grand plateau cristallin. Sa topographie relativement plane est inclinée d’ouest en est depuis une altitude de 400-450 m au pied des monts du Lyonnais à une altitude de 300 m environ au plateau de Fourvière, qui domine le site. Ce socle affleure en rive gauche de la Saône, au pied occidental du plateau de la Croix-Rousse. Il apparaît au défilé de l’Homme de la Roche, ou défilé de Pierre-Scize, et affleurait, autrefois, en face de la place du Change, à environ 750 m en amont du site, dans le lit de la Saône actuelle. En ce point, l’éperon rocheux granitique, orienté SO-NE et dénommé « Rocher du Change », a ancré le premier pont sur la Saône entre 1050 et 1071. Il est détruit en 1846 avec le pont qu’il supportait, afin de faciliter la navigation. Ce rocher affleurait à 160 m d’altitude (Russo, Audin 1961 : 329). Lors de sa destruction, l’étiage de la Saône a baissé d’environ 1,60 m en amont, au niveau de la gare d’eau à Vaise (Pelletier 2007 : 33).

41On notera, au nord du plateau primaire, le relief des monts d’Or (625 m au mont Thou), dont les couches du Secondaire sont formées de calcaire (pierre dorée de Couzon, calcaire à gryphées ou pierre de Saint-Fortunat) et de marnes du Jurassique et du Lias, pourvoyeuses de matériaux mis en œuvre dans la construction des maisons et des aménagements du port Sablet, que la fouille a retrouvés (Savay-Guerraz 2007 : 192-197).

42La jonction des deux cours d’eau, la Saône à l’ouest et le Rhône à l’est, dans une topographie structurale contraignante, a édifié un lambeau de terres alluviales dénommées « Presqu’île » dont la morphologie a fortement évolué au cours du Tardiglaciaire et de l’Holocène.

1.2.2 Le contexte historique

  • 19 Le « plan scénographique de Lyon, vers 1550 » est conservé aux Archives municipales de Lyon (2 sat  (...)
  • 20 « Opération programmée d’amélioration de l’habitat » dont le but est de susciter des investissement (...)

43La compréhension des vestiges de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne est guidée par l’examen des plans anciens –en particulier du plan scénographique de Lyon établi entre 1548 et 155319 [fig. 8], l’approche succincte des archives, et surtout la compilation des sources documentaires. Pour ces périodes récentes, historiens et chroniqueurs locaux ont colporté jusqu’au lieu commun la caractéristique propre à Saint-Georges d’un quartier populaire de mauvaise réputation. L’église collégiale éponyme ne paraît pas avoir fixé des points de développements importants, pas plus que la proche commanderie de l’ordre de Malte. Associé à Saint-Jean jusqu’à la Renaissance, Saint-Georges devient au milieu du xixe s., après la migration du cœur urbain sur la Presqu’île au cours des xviie et xviiies., un quartier amputé de son activité commerciale, déserté par la bourgeoisie et isolé entre la Saône et la colline de Fourvière. Situé à la marge du prestigieux quartier Saint-Jean, il faut attendre la création du quai Fulchiron, au milieu du xixe s., pour que Saint-Georges se réinsère dans un ensemble urbain plus vaste. La mise en œuvre d’une politique de réhabilitation lors de la création de l’Opah du Vieux-Lyon20, en 1975 –qui entre dans sa phase opérationnelle à Saint-Georges en 1982– revêt alors un caractère d’extrême urgence. Il s’agit effectivement d’une « nouvelle donne » pour le quartier, qui va aboutir en 1998 à l’intégration dans le périmètre inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

fig. 8 Extrait du plan scénographique de Lyon. Fac˗similé gravé par Antoine Séon, publié par la Société de topographie historique de Lyon, 1872˗1876 (Archives municipales de Lyon, 2 sat 6, feuille 9).

© aml / photo G. Bernasconi.

44C’est sur ce fond de marginalisation et de dépérissement observé par le passé, et à l’issue d’une série de mutations touchant les commerces, le bâti et la population, qu’une intervention de nature urbanistique de l’ampleur d’un parc de stationnement souterrain, et les aménagements de surface qui l’accompagnent, participe à la revalorisation du quartier. La création du Parc Saint-Georges témoigne, de la part du Grand Lyon, d’un intérêt pour la reconquête des rives, dans le double contexte d’un projet d’aménagement urbain et d’une relance économique.

45Pour l’époque antique, en revanche, les documents archéologiques dont nous disposons ne transmettent pas le souvenir de monuments remarquables, contrastant en cela avec les pentes de la Croix-Rousse et la colline de Fourvière –exception faite toutefois de la présence hypothétique du port des Nautes, dont l’emplacement avant notre intervention n’était pas situé avec certitude. Le recensement d’objets suspectés dans la majorité des cas d’être isolés de leur contexte d’origine (Boucher, Tassinari 1977 ; Boucher, Tassinari 1980), et les découvertes au gré des travaux de construction ou de voirie (Artaud 1846 ; Allmer, Dissard 1887-1888) confèrent à cette partie la plus méridionale du Vieux-Lyon la possibilité d’une occupation humaine dès l’Antiquité. Si tout laisse supposer l’existence d’une trame urbaine dense et resserrée, il est malaisé d’en établir précisément le plan. Des segments de voie ont été identifiés à la voie de Narbonnaise. Cet axe, qui relie le Rhin à la Méditerranée, longe l’étroite bande de terrain entre la colline de Fourvière et la Saône, selon le tracé des rues Gadagne, du Bœuf et Tramassac, de la rue Saint-Georges et, plus au sud, de la rue de la Quarantaine (Audin 1964). C’est vraisemblablement un tronçon de cette même voie qui est reconnu lors de la fouille de l’îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 41, fig. 22) et en 2006 par le Service archéologique de la Ville de Lyon.

46Il faut particulièrement signaler une inscription à caractère honorifique gravée sur un piédestal découvert dans les fondations de la commanderie des chevaliers de Malte, rue Saint-Georges, en 1815-1816. Elle évoque un transporteur fluvial, le naute Caius Julius Sabinianus, qui a élevé un monument en l’honneur des nautes du Rhône (Allmer, Dissard 1887-1888, II : 466-468, no 175 ; cil XIII). De forme rectangulaire, ce bloc en calcaire du Jura (choin de Fay) pouvait porter une ou plusieurs statues, ainsi qu’en témoignent les marques encore présentes sur la partie supérieure. Cette dédicace tend à prouver que l’emplacement correspond à un espace portuaire ou à un bâtiment appartenant à la corporation. Quoique le bloc inscrit ait été visiblement déplacé de sa localisation initiale, cette découverte à proximité de la rivière a fourni l’argument de l’existence d’un port fluvial à Saint-Georges (Steyert 1895-1899 ; Audin 1964). Il est clair que le site, près de la voie de Narbonnaise, offre une place de transbordement idéal. Le formulaire épigraphique invite à dater l’érection du monument vers le iie s. Cette dédicace fait partie de la vingtaine d’inscriptions lyonnaises qui évoque les trois corporations des nautes du Rhône, de la Saône, et du Rhône et de la Saône –cette dernière étant certainement la plus prestigieuse et la plus puissante.

47Des fragments de statues en bronze ont été découverts lors de la construction du quai Fulchiron en 1840, en aval de l’église Saint-Georges. Il s’agit en premier lieu de l’avant-bras droit masculin et de la partie antérieure d’un pied droit (Boucher, Tassinari 1977 : no 76, no 85). Il s’agit ensuite d’une jambe de cheval pourvue d’un orifice qui servait à fixer la statue sur un socle (Boucher, Tassinari 1977 : no 109). Cette découverte est à rapprocher d’une autre plus ancienne, une jambe de cheval d’une excellente qualité plastique, trouvée en 1766 dans la Saône, rive gauche, en amont du pont d’Ainay (Boucher, Tassinari 1977 : no 111). La présence, dans les sables de la rive droite de la Saône explorés par notre fouille à Saint-Georges, de l’arrière-train d’une statue équestre antique, en bronze doré, a redonné à ces anciennes découvertes une certaine actualité : l’appartenance à une seule et même statue n’était pas, en effet, à exclure. L’analyse métallurgique a été conduite depuis lors par le Centre de recherche et de restauration des musées de France (c2rmf). Les résultats inscrits dans les pages de ce livre ont prouvé qu’il n’en était rien.

1.2.3 L’environnement archéologique

48Les décennies antérieures aux fouilles scientifiques menées sur la rive de la Saône, à partir des années 1970, ont vu l’élaboration d’hypothèses –parfois des plus contradictoires– sur l’histoire ancienne de ce secteur de la ville, de la thèse avancée par André Steyert (1895-1899), partisan d’une installation des exilés de Vienne et des colons de Plancus au pied de la colline de Fourvière, à celle défendue par Amable Audin (1964), qui ne voit aucune installation à cet endroit avant l’Antiquité tardive. Historiens et archéologues s’accordent pour réfuter la présence de tout établissement stable à Lyon avant sa fondation, fixée en 43 av. J.-C., excepté le quartier de Vaise, en amont de la rive droite de la Saône (Goudineau 1989 ; Tranoy, Ayala 1994). Les premières trames d’habitation apparaissent sur la ville haute (plateau de Fourvière) peu après cette date (Desbat, Mandy 1991 ; Delaval 1994). Les plus anciennes traces d’occupation, tant sur les pentes de la Croix-Rousse que sur la Presqu’île, n’apparaissent qu’à la fin du ier s. av. J.-C., soit une trentaine d’années plus tard (Ayala 1992 ; Arlaud et al. 2000). Notons toutefois qu’il s’agit plus là d’une simple fréquentation que d’une véritable occupation, laquelle n’interviendra pas avant le milieu du ier s. ap. J.‑C. Si l’amorce de l’urbanisation de la ville basse est relativement lente, les découvertes issues des fouilles menées à Saint-Jean et Saint-Georges prouvent que cette urbanisation s’est ensuite accélérée à partir du iiie s.

  • 21 Il faut aussi mentionner des sondages ouverts en 1990 dans la Maison du Chamarier, 37 rue Saint-Jea (...)

49L’archéologie au pied de la colline de Fourvière est déjà forte de plusieurs actions richement documentées qui ont renouvelé la connaissance de la ville basse et de son environnement à toutes les périodes de son histoire [fig. 9]. Ces révélations extraites des archives du sol s’intègrent peu à peu dans l’histoire de la ville de Lyon. Les nombreux vestiges, que les opérations successives sur la rive droite de la Saône ont révélés, appartiennent à un quartier dont l’occupation n’a pas connu d’interruption depuis l’Antiquité. Les interventions menées sur le groupe épiscopal visant à dégager les abords du chevet de la cathédrale Saint-Jean (Reynaud 1998), celles de l’avenue Adolphe-Max (Villedieu 1990), de l’îlot Tramassac et de la rue Carriès (Arlaud et al. 1994) en préalable à l’ouverture de la ligne D du métro qui dessert d’est en ouest l’agglomération lyonnaise, ainsi que celle de l’îlot Clément-V (Le Mer, Chomer 2007 : notice 380), qui a pour origine la construction d’un immeuble sur parc de stationnement souterrain, illustrent la qualité et la richesse d’une documentation archéologique qui prend en compte tous les aspects d’une longue évolution chronologique21. Les trois sondages ouverts sur la bordure ouest de la place Benoît-Crépu, en amont du projet de construction du parc de stationnement à Saint-Georges, en 1997, sont venus apporter leur lot d’informations sur le sous-sol, et donner une idée de la topographie antique à cet endroit et de la réalité de l’épaisseur stratigraphique.

fig. 9 Localisation des opérations archéologiques (mentionnées en italiques) proches du Parc Saint˗Georges.

© W. Widlak, A. Dagand.

1.3 Acquis et enjeux

50Les résultats solides obtenus lors de ces interventions tiennent leur singularité du contexte topographique complexe de ce secteur de la plaine alluviale de Lyon, sur la rive droite de la Saône. Depuis les années 1980, la mise en place d’analyses géomorphologiques en relation avec les études archéologiques a reconstitué peu à peu la genèse du site de Lyon, site de plaine né de la confluence du Rhône et de la Saône. Les contextes géographique et topographique ainsi que les fluctuations paléohydrologiques reconnues dans les niveaux les plus bas des stratigraphies montrent à quel point la conquête du site lyonnais est conditionnée par la stabilisation des berges des deux cours d’eau qui le traversent. Ces résultats étaient cependant limités au secteur médian de la rive droite de la Saône. Il restait à attendre l’ouverture d’une fouille en aval des précédentes, qui puisse confirmer la localisation de la confluence du Rhône et de la Saône primitive, celle de deux cours simultanés de la rivière et étayer le rôle joué par les riverains dans cette évolution topographique commandée par l’environnement bioclimatique. La fouille du Parc Saint-Georges, parce que localisée en un point stratégique, à proximité de la rivière et en aval des opérations préalables, a fourni l’opportunité d’aborder ces questions et d’y répondre.

51L’hypothèse liée plus particulièrement à la nature de l’occupation de la berge à l’emplacement exact du projet de construction du parc de stationnement, concernait quant à elle l’existence d’un port. En effet, dès le xvie s., ainsi que l’atteste le plan scénographique, l’endroit apparaît voué définitivement à une activité tournée vers la rivière. Il restait à vérifier si ce port moderne, le port Sablet, pouvait être l’héritier d’une création médiévale et s’il trouvait des antécédents dans l’Antiquité. Hormis l’attrait de fouiller une séquence stratigraphique apparemment intacte –c’est du moins ce que les observations géotechniques conduites en 2000 laissaient entrevoir– l’enjeu consistait donc à relier deux ensembles morphologiques opposés : celui d’une berge par définition instable parce que marquée par la bande active des eaux de la Saône, et celui d’un abri fixe, le port, pour les bateaux et les marchandises. Il pouvait, par la suite, en résulter deux niveaux d’approche, l’un répondant à l’analyse d’une construction naturelle, difficilement saisissable, et l’autre concernant la construction d’un espace fluvial par les riverains et les adaptations de ceux-ci aux contraintes de la rivière. Une telle entreprise d’exploration archéologique d’un secteur de la rive de la Saône converti en terrain d’observation et transmué en objet d’analyse, est sans précédent dans les annales de l’archéologie lyonnaise.

1.4 Matière de l’ouvrage

52Le présent ouvrage que nous confons au public n’a pas été conçu comme une juxtaposition d’études traitant à fond chacun des sujets abordés –ce que les exigences de l’espace éditorial n’auraient d’ailleurs pas permis de déployer. La documentation archéologique exhumée par notre fouille est si abondante qu’il serait bien difficile, à l’heure actuelle, de regrouper l’ensemble des observations menées sur les recherches lancées depuis la clôture de l’opération. L’ampleur du sujet traité –une aubaine qui échoit à très peu d’archéologues de métier–, tout en interdisant à ce volume vocation à l’exhaustivité, méritait qu’on en dressât un état. À l’orée du projet éditorial, l’idée était de bâtir un bilan des découvertes de la fouille et d’exposer la réflexion conduite à leur suite. Cette idée aboutit. Cependant, une fois l’œuvre terminée et remise à l’éditeur devait-elle être considérée comme définitivement achevée ? Pour tout dire, non. De concert avec les auteurs, la partition fut revisitée, repensée, nettoyée, mais sans pour autant que sa physionomie s’en trouvât remodelée. On sait que la responsabilité de la préparation d’un texte à éditer incombe autant aux savants qui l’ont rédigé qu’au savant qui l’établit, le corrige et l’annote. On ne peut que se réjouir du chemin parcouru et s’ébahir de l’énorme travail que représentent toutes ces révisions. Les exigences de lisibilité et de rigueur inhérentes à la diffusion de l’information archéologique trouvent ici leur meilleure expression. De fait, l’un des points forts de notre entreprise nous le devons à la Fondation de la Maison des sciences de l’homme, à qui a été déléguée la fabrication matérielle de notre livre et qui nous rend un immense service en nous faisant disposer d’une toute belle édition papier. Ouverte par deux épigraphes associant l’élan vital de la recherche et la fluidité du temps, la matière de cet ouvrage couvre quelque 435 pages, tout au long desquelles se déploie une profusion de connaissances multiformes cimentées par le dernier chapitre du livre. Le plan adopté, pris entre des exigences contraires, est résolument thématique. Aussi n’évite-il pas forcément le cloisonnement. Le sujet, Lyon Saint-Georges, fort vaste, trouve une explication dans le sous-titre qui désigne avec précision l’objet de cette étude. Qu’entendons-nous par là ? Une enquête globale et décisive mettant à contribution plusieurs disciplines pour mieux cerner son objet, la frange fluviale du quartier Saint-Georges servant de cadre à la réflexion historique. L’objet propre de cet ouvrage restitue le travail de nombreux experts qui ont participé soit à la fouille du terrain soit à l’analyse engagée par la suite. Il était donc légitime que le caractère collectif de cette tache fût exprimé, au fil du texte, à la première personne du pluriel. Cependant, le sujet narrant a pris ou prendra parfois une forme singulière lorsqu’une hypothèse ou une opinion n’engage que la personne qui l’exprime. Pour d’évidentes raisons économiques, il a fallu restreindre l’iconographie, mais j’ai approuvé ce choix. Le souci constant fut d’équilibrer les images au texte écrit afin de rendre les démonstrations convaincantes. Si les représentations photographiques des bateaux nos 1 à 16 ne permettent pas d’en décrypter l’architecture, au moins rendent-elles justice à la réputation de la fouille du Parc Saint-Georges. Pour autant que l’archéologie est productrice d’objets –spectaculaires, certes, dans le cas de Saint-Georges, mais riches de sens aussi–, l’ouvrage qui en rend compte ne survalorise pas l’exceptionnel : en règle générale, la fonction informative de l’image et celle du texte se situent sur deux plans indissociables, l’une desservant l’autre. Les notes, nombreuses, qui figurent en bas de pages nous permettent d’échapper heureusement au calamiteux renvoi en fin de volume, trop fréquent dans l’édition. Reste l’étonnement face à la capacité de la mise en page à présenter cette somme de sciences documentaires et techniques de façon aussi claire et uniforme, rendant ainsi accessible ce livre au public le plus large pour peu qu’il se soumette à une lecture attentive.

53Grâce aux résultats de notre enquête collective, qui ont permis de décrypter le passé de Saint-Georges, le questionnement historique au sujet du quartier se renforce sensiblement. La reconstruction de son histoire se fait ici à partir d’une documentation nouvelle soutenue par des procédures méthodologiques des plus affinées. En s’appuyant sur le solide terrain du matériau archéologique, il est possible de restituer « ce qui s’est passé » avec un continuel souci d’objectivité. Le travail de déblaiement massif qu’ont constitué l’exploration du champ de fouille et la mise au point du schéma stratigraphique au sein duquel la minutie des chronologies s’est avérée indispensable ont permis de rassembler et de charpenter un maximum de données dans une mise en place qui se veut forcément liée à l’histoire.

54Si les résultats acquis à Saint-Georges ne bousculent pas les enjeux scientifiques déjà établis autour de ce secteur de la ville de Lyon, ils les renouvellent par un faisceau de particularités composant, au final, un tableau parfois inattendu. Sur ce tableau est tracé le passé du site de Saint-Georges. Écrire cette histoire monographique a répondu à un besoin impérieux de l’esprit, celui de montrer le plus complètement et le plus clairement possible, l’enchaînement et l’explication des faits.

55En mettant à la disposition de la communauté scientifique une bonne part des informations engrangées lors d’une intervention de terrain qui a assumé la diversité des démarches intellectuelles qui singularise notre profession, ouverte à de multiples champs disciplinaires indépendants (sédimentologie, archéobotanique, archéozoologie, méthodes de datation absolue, archives), ce livre répond à une double préoccupation. Il donne l’occasion d’afficher en quelque sorte un parallélisme entre l’apparition d’une actualité saisissante dans le panorama de la recherche archéologique lyonnaise et l’illustration de la mission de service public d’intérêt général de l’Inrap, qui livre les résultats d’une grande opération de fouille préventive en contexte urbain quelques années seulement après son terme, en 2004.

Notes

1 Le nivellement général de la France (ngf) constitue le réseau de référencement des altitudes citées dans cet ouvrage. Les cotes altitudes sont donc systématiquement indiquées en mètres ngf.

2 Pour simplifer la description des unités structurelles, nous avons pris le parti de considérer que l’axe longitudinal de la fouille est orienté nord-sud alors qu’il est en fait orienté selon un axe NE-SO.

3 La fouille préventive de ce tunnel d’accès a été réalisée par une équipe du Service archéologique de la Ville de Lyon, de janvier à juillet 2005.

4 Benoit Crépu (1819-1883) acquit une fortune comme corroyeur, qu’il légua en partie à la Ville de Lyon.

5 Issu d’une famille de marchands de soie, Jean-Claude Fulchiron (1774-1859) était un homme politique et un homme de lettres lyonnais. Il a contribué au financement du quai qui porte son nom.

6 Il n’est pas inutile de rappeler ici que les perturbations du sous-sol, occasionnées par la construction des vingt barrettes au centre du terrain, et de la paroi moulée qui en constitue la limite périphérique, restent malgré tout minimes au regard de l’ampleur d’une telle opération. Si le centre du terrain a été affecté par ces travaux, la compréhension des niveaux archéologiques perforés par ces barrettes ne s’en est pas gravement ressentie. Il reste à souligner la performance de génie civil mis en œuvre sur ce chantier.

7 Dès les années 1980, l’expérience lyonnaise a constitué un laboratoire de l’archéologie du bas Moyen Âge et de l’époque moderne, en particulier grâce aux travaux de réhabilitation du Vieux-Lyon, aux fouilles préventives occasionnées par le passage du métro à Saint-Jean et dans la Presqu’île, et des travaux universitaires motivés par ces opérations.

8 Afin de procéder aux opérations de conservation, de restauration, d’exploitation scientifique et muséographique des objets archéologiques, leur dévolution à des collectivités territoriales et à des institutions culturelles compétentes a été organisée. Compte tenu de l’importance scientifique des résultats obtenus et de l’intérêt public des objets recueillis, il a été décidé d’assurer le transfert des séries concernant l’époque antique (317 objets) vers les collections du département du Rhône, et concernant les époques médiévale et moderne (1595 objets) vers les collections de la Ville de Lyon. Une convention a ainsi été établie entre l’État, la Communauté urbaine de Lyon et le département du Rhône pour le mobilier antique, et entre l’État, la Communauté urbaine de Lyon et la Ville de Lyon pour le mobilier médiéval et moderne (Musée d’histoire de Lyon, Musées Gadagne). Cette dévolution concerne également la céramique antique (122 caisses inventoriées et 177 caisses conditionnées) et les céramiques médiévales et modernes (349 caisses inventoriées et 182 caisses conditionnées).

9 Cinq analyses chimiques sur les blocs de verre brut ont été réalisées par Michèle Vichy au laboratoire Archéométrie et Archéologie (umr 5138, cnrs, université Lumière Lyon 2, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux).

10 Thèse de doctorat en cours sur « L’architecture navale dans le bassin rhodanien entre le ve et le xixe s. », sous la direction d’Étienne Hubert (ehess, Paris) et Éric Rieth (Paris-Sorbonne Paris-IV), umr 5648 « Histoire et archéologie médiévale » (université Lumière Lyon 2).

11 Afin de conserver une archive fidèle de la géométrie et des textures des barques antiques, une numérisation des nos 2, 3, 4 et 5 a été réalisée par le cabinet de géomètre Guy Perazio (Moirans), grâce à des scanners laser 3D permettant le relevé de zones d’accessibilité difficile. Cette technique a déjà été utilisée dans les grottes ornées de Lascaux et de Chauvet par la même équipe.

12 Depuis la parution, en 2003, de l’ouvrage La Couzonnaire de Saint-Georges (Ayala et al. 2003b), l’épave no 1 est désignée sous l’appellation abusive « couzonnaire ». Elle est dorénavant présentée au public, en visite libre, dans un espace réservé du parc de stationnement de la Fosse-aux-Ours, à Lyon, en rive gauche du Rhône.

13 L’étude descriptive des bateaux antiques a été menée par Marc Guyon (Inrap), et celle des bateaux médiévaux et modernes par Fabrice Laurent. Éric Rieth (directeur de recherche au cnrs, responsable du département d’archéologie navale du Musée national de la Marine), a assuré la coordination de la publication des études descriptives des bateaux de Saint-Georges dans le no 16 de la collection « Archæonautica » – collection propre au cnrs, éditée par cnrs Éditions, dont la direction est assurée par le Centre Camille-Jullian (umr 6573, cnrs, université de Provence). Une première information sur les bateaux de Saint-Georges a été publiée par Guyon et Rieth (2009).

14 Il a été décidé, d’un commun accord entre l’État, le Grand Lyon et le département du Rhône d’assurer la sauvegarde de trois des six embarcations gallo-romaines découvertes aux mois d’octobre et novembre 2003 (nos4, 7, 8). Ces barques ont été retenues en raison de leur bon état à des fins de conservation et d’une présentation muséographique. La Communauté urbaine de Lyon a fait procéder au démontage, à l’enlèvement et au transport de ces embarcations. L’opération de découpage, réalisée par une entreprise de travaux publics, a débuté mi-février 2004 et s’est déroulée sur 12 semaines. Les trois embarcations, tronçonnées en 21 fragments de 2 m de longueur, ont été immergées près de Lyon dans un plan d’eau isolé, non exploité touristiquement, et seront dirigées vers un laboratoire spécialisé dans le traitement des matériaux organiques (Arc-Nucléart, Grenoble). Les trois autres embarcations gallo-romaines non retenues ont fait l’objet d’un découpage et d’une analyse par l’équipe des archéologues de l’Inrap. Dans l’attente de leur complète extraction, toutes les embarcations ont dû être préservées du gel et arrosées régulièrement pour les conserver dans une atmosphère humide. L’État et la Ville de Lyon ont pris en charge l’intégralité des frais de dépose et de conservation des bateaux médiévaux et modernes. L’épave no 1, découverte en avril 2003, a été démontée pièce après pièce par l’équipe des archéologues de l’Inrap. Les épaves nos 10, 11, 12, 13, 14, 15 et le couvercle de l’épave no 16 ont été déposés avec l’assistance du laboratoire Arc-Nucléart. L’épave no 6, très fragmentaire, a été remise au laboratoire de Grenoble peu après sa découverte. L’épave no 9 et le fond de l’épave no 16 n’ont pas été sélectionnés.

15 Une aide substantielle a été apportée à la préparation de la présente publication par le ministère de la Culture et de la Communication.

16 Ces couches décisives pour la compréhension du site sont parfois environnées, sur les dessins de coupes, par des Us. qui n’ont aucune pertinence stratigraphique et qui ne figurent donc pas dans le commentaire descriptif.

17 Les prélèvements et les datations des bois antiques ont été réalisés par le laboratoire de chronoécologie (umr 6565, ufr « Sciences et techniques ») à Besançon (Doubs). Les prélèvements et les datations des embarcations médiévales et modernes, ainsi que des pieux soutenant les marches du port Sablet, ont été confiés au laboratoire Archéolabs, à Saint-Bonnet-de-Chavagne (Isère).

18 L’analyse chimique des amphores à alun a été conduite par Maurice Picon et Michèle Vichy (umr 5138 « Archéométrie et Archéologie », cnrs, université Lumière Lyon 2, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux).

19 Le « plan scénographique de Lyon, vers 1550 » est conservé aux Archives municipales de Lyon (2 sat 3). Ce plan en perspective cavalière, remarquable par ses dimensions et par sa précision autant que par ses qualités esthétiques, est gravé sur vingt-cinq feuillets de papier et rehaussé de couleurs. Il est hélas altéré par endroits. Le port Sablet (feuillet 7), notamment, y est à demi effacé par l’usure. Aussi avons-nous préféré employer pour notre ouvrage l’un des plus célèbres fac-similés du plan, réalisé en 1872-1876 sous la direction de Léon Charvet, et conservé lui aussi aux aml (2 sat 6). Cette eau-forte a été gravée par deux Lyonnais : Antoine Séon, dit « Joany », pour la partie topographique et François Dubouchet pour les ornements. Le port Sablet est figuré en planche 9. Pour un exposé complet sur le plan scénographique, voir Gérard Bruyère (1990).

20 « Opération programmée d’amélioration de l’habitat » dont le but est de susciter des investissements en vue de l’amélioration des logements existants dans un périmètre précis. À Lyon, le premier quartier à en bénéficier a été celui d’Ainay, au sud de la Presqu’île, en 1978.

21 Il faut aussi mentionner des sondages ouverts en 1990 dans la Maison du Chamarier, 37 rue Saint-Jean, qui ont livré un important mobilier céramique de l’Antiquité tardive (début du ive s.) lié à des niveaux d’occupation constitués d’un radier associé à un mur.

Table des illustrations

Légende fig. 1 Localisation du chantier archéologique de Saint˗Georges et des fouilles archéologiques lyonnaises citées dans l’ouvrage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende fig. 2 La rive droite de la Saône à Saint˗Georges, vue du nord˗est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende fig. 3 Vue aérienne de la partie nord du chantier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende fig. 4 Lemprise de la fouille découpée en secteurs et localisation des coupes stratigraphiques commentées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende fig. 5 Section cumulative en zone sud de la fouille replacée dans l’enceinte du parc de stationnement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende fig. 6 Localisation des seize épaves dans l’emprise du chantier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende tabl. I Tableau des événements remarquables de l’histoire du site répartis en périodes chronologiques et en phases stratigraphiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende fig. 7 Localisation de Lyon dans son contexte géomorphologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende fig. 8 Extrait du plan scénographique de Lyon. Fac˗similé gravé par Antoine Séon, publié par la Société de topographie historique de Lyon, 1872˗1876 (Archives municipales de Lyon, 2 sat 6, feuille 9).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende fig. 9 Localisation des opérations archéologiques (mentionnées en italiques) proches du Parc Saint˗Georges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/20212/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search