Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Avant-propos

Françoise Dumasy

Texte intégral

1C’est à la Commission interrégionale de la recherche archéologique (Cira) de la région Rhône-Alpes qu’a été annoncé, en 1998, le projet de construction d’un parc de stationnement dans un secteur très sensible de la ville antique et médiévale de Lyon, en bordure de l’église Saint-Georges, le long du quai bordant la rive droite de la Saône. Un premier diagnostic –assez limité–, puis la réalisation de logs stratigraphiques à partir de neuf sondages géotechniques avaient permis d’apprécier l’épaisseur (10 m) et la nature des niveaux rencontrés. Au vu des résultats présentés dans le rapport d’évaluation, j’avais pu écrire –en tant qu’expert de la Cira– que « si le parking se fait, il devra donner lieu à une opération archéologique d’envergure, puisque c’est à la fois un lit de fleuve, ses rives et les aménagements humains de bordure qui sont concernés sur plus de quinze siècles, sans exclure la possibilité d’une découverte majeure telle que quais, installations portuaires ou bateaux ». On sait que le site a livré tout cela et bien plus encore… En février 2001, la Cira a proposé la validation du rapport d’évaluation (c’était avant la loi de 2001 qui a consacré le terme de « diagnostic ») et celle du projet de fouille monté par le service régional de l’Archéologie (sra). Ainsi commençaient à se dérouler les premiers maillons d’une chaîne archéologique exemplaire dont l’ouvrage que nous avons sous les yeux constitue le dernier. Entre 2001 et 2010, les membres de la Cira Rhône-Alpes ont accompagné le projet dans ses grandes étapes, depuis la qualification de « découverte d’importance exceptionnelle » la mise au jour dans le lit du fleuve des seize épaves antiques, médiévales et modernes jusqu’à la réception du « rapport final d’opération » livré en douze tomes à la fin de l’année 2005 et la réflexion sur les modalités de publication de données aussi riches et aussi diverses. C’est en fait un vrai plaisir de se remémorer, à l’occasion de la publication de cet ouvrage dans la collection des « Documents d’archéologie française », les étapes de ce qui constitue à la fois un grand moment de l’archéologie préventive à Lyon et une réussite remarquable de l’Inrap et des services ou institutions qui ont été associés à ce vaste chantier.

2Avec ses 3 750 m2 de superficie, ses 40 000 m3 de sédiments correspondant à une stratigraphie de plus de 10 m d’épaisseur, cette intervention archéologique est probablement la plus importante menée jusqu’ici à Lyon, qui a déjà connu des opérations d’envergure, comme lors de la construction des lignes du métro ou des parcs de stationnement de la Presqu’île. Se déployant au pied de la colline de Fourvière sur 126 m de longueur et 30 m de largeur, le site du Parc Saint-Georges apparaît comme un lieu privilégié pour observer l’évolution bi-millénaire d’une ville, d’un fleuve, de ses rives : histoires mêlées de l’eau et de l’homme, rythmes changeants offerts aux regards de l’archéologue. Dans cette longue relation, on perçoit désormais des moments très différents : des déplacements du cours de la Saône pendant l’âge du Fer aux premiers signes de l’activité humaine marquée par la présence de chalands peu à peu ensablés ; de la construction, à la fin de l’Antiquité, d’un puissant mur de berge à son effondrement sous l’effet d’une crue aux environs de l’an Mil ; de l’urbanisation progressive du secteur à partir du xiiie s. à la mise en place, au xvie s., du port Sablet qui consacre la vocation économique du site avec des activités de pêche et de transport, jusqu’à l’édification, au xixe s., du quai Fulchiron et l’utilisation, tout au long de la période moderne, des bords de rivière comme dépotoir domestique et artisanal.

3Aux informations multiples sur l’histoire de la Saône et des activités humaines qui lui sont liées –batellerie, aménagements de rives, habitats, mobilier de toutes sortes stocké, entassé, jeté, perdu– a répondu la nécessité de les exploiter dans les temps impartis – temps de l’intervention sur le terrain, temps du traitement des données et des études en laboratoire, temps de la rédaction du rapport, temps de l’écriture du manuscrit. Ce calendrier très serré, Grégoire Ayala et son équipe ont réussi à le maîtriser et c’est un autre aspect de la réussite de l’opération. Le premier chapitre est en cela essentiel puisqu’il présente « L’organisation de la recherche ». Il s’agit d’un exposé méthodologique des choix effectués au fur et à mesure des différents travaux. Les pages consacrées aux modalités d’intervention, à la restitution des données de la fouille, au traitement des données récoltées sont particulièrement bienvenues car elles apparaissent comme l’« histoire d’une intervention archéologique ». Elles relatent les spécificités du site, les contraintes rencontrées et les solutions mises au point avec ingéniosité, voire inventivité, pour mener à bien le travail d’investigation archéologique et permettre la compréhension des phénomènes observés.

4Jusqu’en avril 2004, le rapport devait se dérouler selon un plan chronologique, toutes les informations étant rassemblées période par période. Puis devant la masse des données récoltées, la richesse des études spécialisées et la diversité des approches, les auteurs se sont orientés vers une présentation thématique, la primauté étant donnée à la description des structures d’origine fluviale ou humaine, solidement soutenue par l’observation stratigraphique et ponctuée des éléments les mieux argumentés de la chronologie. L’écriture et le contenu des deux chapitres consacrés à la formation d’un espace fluvial, puis à son urbanisation progressive emportent l’adhésion. Ces différents développements illustrent ce qui constitue la méthode de l’archéologue : rigueur et maîtrise des données de terrain grâce à un savoir-faire éprouvé, mais aussi interrogations constantes sur la validité des preuves. Ils consacrent également la réussite de l’interdisciplinarité : environnementalistes et archéologues ont œuvré ensemble, mêlant leurs observations et leurs analyses comme le fleuve mêle ses eaux et ses sédiments aux traces de l’activité humaine.

5Un tel choix a également permis la réalisation, dès le rapport, d’un tome entièrement consacré à l’architecture navale : ici encore, la décision de ne pas fragmenter ces données en les introduisant dans des chapitres chronologiques, mais de les saisir dans une même approche, préfigurant ainsi la monographie qui vient d’être publiée dans la collection « Archæonautica » (no 16), apparaît particulièrement judicieuse. L’étude architecturale et technologique de chacune des épaves y renouvelle nos connaissances sur la batellerie fluviale antique, médiévale et moderne, en insistant sur les spécificités liées à l’existence d’un vaste bassin Rhône-Saône, spécificités qui n’excluent pas, comme le signalent les auteurs, une grande variété de formes. Elle s’accompagne aussi d’études – rarement présentées ensemble, faute de découvertes – sur les enduits d’époque antique, les tissus ou les mousses de calfatage.

6Les chapitres suivants, déclinés par type de mobilier ou d’approche, achèvent de convaincre du bien-fondé du parti adopté. Viennent en tête la céramique et les monnaies qui fondent la chronologie : il s’agit d’étayer les datations proposées. On salue ici le travail des céramologues qui ont su dégager d’une impressionnante masse documentaire les éléments qui permettent de caractériser et de dater les activités humaines. Je donnerai comme exemple le mobilier de l’Antiquité tardive –les amphores en particulier– dont l’étude modife la carte des échanges méditerranéens à cette période et invite à réévaluer le rôle de Lyon, sous-estimé jusqu’ici, ou l’analyse de la vaisselle en terre cuite moderne, renouvelée grâce à la diversité des productions rarement retrouvées en nombre aussi important. Et le reste du mobilier ? Et les innombrables témoins d’activités domestiques ou artisanales des différentes périodes ? Ils sont présentés au chapitre 5 comme autant de révélateurs de la vie quotidienne et de l’inventivité humaine. Leur succède un chapitre consacré aux vestiges antiques d’architecture, de décor ou de statuaire : ils rappellent l’importance des membra disjecta dans la ville durant le haut Moyen Âge, qui sont souvent la meilleure source d’informations sur la parure publique ou privée des villes de Gaule romaine.

7Il est évident que ces trois chapitres consacrés aux divers types de mobilier n’épuisent pas le sujet : de façon très intelligente, les auteurs n’ont pas prétendu atteindre une exhaustivité qui aurait considérablement alourdi et retardé la publication. Ils ont au contraire parié sur des études à venir, prises en charge par des spécialistes ou des étudiants en formation universitaire : Grégoire Ayala cite déjà plus d’une douzaine de travaux réalisés ou en cours. Ainsi, l’abondance du mobilier, loin d’être considérée comme un handicap pour la publication, est-elle vue comme une source quasi inépuisable d’approfondissement et de renouvellement.

8Les études se terminent sur un chapitre consacré à la faune et un second consacré aux marqueurs du paysage et aux végétaux. Dans cette approche globale d’un espace fluvial peu à peu intégré à la ville, il était essentiel de donner à ces études trop souvent, aujourd’hui encore, présentées comme des annexes, une place égale aux côtés des structures et du mobilier, car elles sont révélatrices et du cadre écologique et des effets de l’anthropisation. Ici aussi des choix méthodologiques, trop peu pratiqués en contexte préventif comme le tamisage de sédiments, ont obtenu des résultats inattendus : citons par exemple un mode de découpe spécifique à l’Antiquité pour la consommation d’oiseaux de petite taille. Les analyses polliniques, les carporestes et les mollusques permettent d’évoquer ce « paysage de confluences », très marqué par les activités humaines mais aussi par les phases de circulation ou de stagnation de l’eau, et dominé à l’ouest –à l’époque antique– par une forêt de chênes et de sapins qui s’étend sur les pentes. Pour cette partie aussi, le traitement diachronique des informations environnementales livrées par ce bord de rivière apparaît comme un révélateur essentiel dans l’histoire du site.

9Dans un dernier chapitre, Grégoire Ayala nous offre une remarquable synthèse, un raccourci de ce temps décomposé et analysé tout au long de l’étude, un accéléré des évolutions et des rythmes suivis avec tant d’attention dans l’ouvrage. Comme il le dit lui-même « retrouver les étapes de l’histoire d’un port fluvial constitue sans doute l’un des plus beaux thèmes proposés à la recherche archéologique, parce que cette recherche intervient directement dans un foyer urbain actif et dynamique… ». On sent à quel point avec son équipe, il s’est donné avec passion –et rigueur– à cette fouille urbaine qui apparaît comme une des réussites majeures de l’archéologie préventive française de la décennie 2000-2010.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search