Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Préambule

Alain Lombard

Texte intégral

1Au-delà de la découverte des bateaux antiques, médiévaux et d’époque moderne, qui constitue un des points les plus spectaculaires de la fouille préventive du Parc Saint-Georges et qui restera longtemps gravée dans la mémoire des Lyonnais, cette opération apporte pour l’histoire de la ville de Lyon une multitude d’informations sur l’évolution du site et sur la vie des habitants qui se sont fixés sur la rive de droite de la Saône, au pied de la colline de Fourvière, du début de notre ère jusqu’à aujourd’hui.

2L’opération archéologique a été réalisée de 2002 à 2004 par l’Inrap sur les bases des conventions qui avaient été négociées entre la Drac Rhône-Alpes, le service régional de l’Archéologie, le maître d’ouvrage Lyon Parc Auto (lpa) et l’Afan, avant la mise en place de la législation de 2001 sur l’archéologie préventive. Le financement de la fouille et les prestations d’entreprises qui y étaient nécessairement liées ont été intégralement pris en charge par lpa.

3La découverte de seize embarcations a entraîné des difficultés dans le déroulement normal du chantier qui ont pu être surmontées grâce à une concertation régulière entre les différentes parties (lpa, le Grand Lyon, propriétaire des terrains, la Ville de Lyon, le département du Rhône, l’État, la préfecture de Région, la Drac et l’Inrap). Les arrêts de chantier, imposés par ces découvertes exceptionnelles, ont été assumés par lpa.

4L’issue a été trouvée grâce à un financement complémentaire très important apporté par l’État, le Grand Lyon et le département du Rhône, permettant l’enlèvement des bateaux antiques et leur stockage provisoire dans un plan d’eau en attente de leur restauration. Il n’est pas inutile de rappeler que l’État a contribué à hauteur de 60 % avec le conseil général du Rhône et de 80 % avec le Grand Lyon à l’apport des financements qui a permis d’orienter favorablement les décisions des autres partenaires et, ainsi, de contribuer de manière plus que conséquente à l’extraction et à la sauvegarde de dix épaves et un couvercle.

5Les décisions favorables à la conservation de ces épaves n’auraient pu être prises sans les soutiens permanents de Patrice Béghain, élu en charge de la culture à la Ville de Lyon et de Simone Blazy, conservatrice du musée d’Histoire de Lyon (musées Gadagne), ainsi que ceux du département du Rhône notamment de Jacques Lasfargues, conservateur du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière. La réactivité et les savoir-faire des spécialistes du laboratoire Arc-Nucléart de Grenoble mobilisés durant les extractions des épaves doivent être également soulignés.

6De telles découvertes ne doivent pas masquer le travail quotidien des archéologues qui est fait de l’analyse des plus humbles structures du passé, d’enregistrements rigoureux et systématiques des traces les plus modestes et dont la somme permet de reconstruire l’histoire du site et de son environnement. Ainsi, une étude fine des sédiments déposés par la Saône et le Rhône a apporté la preuve définitive que le confluent se trouvait au pied de la colline de Fourvière à Saint-Georges à l’âge du Fer, et que ce n’est qu’au cours de la fin du Haut-Empire que la Saône, en se déplaçant vers l’est, a adopté son tracé actuel.

7Il faut saluer le travail de l’équipe archéologique de l’Inrap, qui durant près de vingt mois de terrain a su maintenir les objectifs scientifiques, s’adapter au travail en coactivités avec les entreprises de travaux publics et à l’avancement parallèle d’un chantier de gros œuvre complexe. Il faut aussi remercier lpa qui a absorbé les retards de chantiers imposés par la dépose des bateaux et les entreprises engagées dans ces travaux qui ont intégré les archéologues au même titre que les autres corps de métier dans la réalisation de ce vaste chantier.

8Il faut également souligner la pugnacité de l’équipe archéologique et des différents spécialistes associés qui, sous la conduite du responsable de l’opération, Grégoire Ayala, encouragés par les instances décisionnelles, ont su maintenir les efforts et ont toujours cru à l’intérêt de poursuivre l’ensemble des études qui permet d’aboutir à la présente publication.

9Si les bateaux mis au jour lors de la fouille constituent des éléments mobiliers hors du commun, ils ne doivent pas masquer le reste de la collection archéologique regroupant des milliers de fragments d’objets de la vie quotidienne de toutes périodes dont la somme, une fois conditionnée, représente plus de trois cents mètres linéaires de réserve archéologique.

10Ces précieuses « archives du sol » permettront dans les années à venir de nourrir les recherches sur la vie quotidienne des Lyonnais, l’histoire des techniques et du commerce. Ces fragments de vie illustrent en effet ce que les textes anciens laissent en général dans l’ombre.

11Les résultats proposés dans cette monographie justifient l’effort important consenti par l’État et les collectivités territoriales pour concilier la prise en compte du patrimoine et la réalisation d’un équipement collectif indispensable pour la ville de Lyon. Cette opération démontre une fois de plus la nécessité de maintenir en France une archéologie préventive de haut niveau au service de la recherche historique.

Auteur

Directeur régional des Affaires culturelles Rhône-Alpes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search