Version classiqueVersion mobile

Lyon, Saint-Georges

 | 
Grégoire Ayala

Remerciements

Grégoire Ayala

Texte intégral

1Outre la variété et la richesse des renseignements qu’elle a fournies, l’opération archéologique Lyon – Parc Saint-Georges a eu ceci d’exceptionnel qu’elle s’est étalée dans le temps. La durée de vingt mois de présence sur le terrain, à laquelle a succédé plus d’un an de mise en forme des données rassemblées dans le rapport final de l’opération, et un temps équivalent pour rédiger la monographie destinée à la publication, est sans précédent dans les annales de l’archéologie lyonnaise. Mais y a-t-il de durée sans épreuves ? Certes pas, et ma reconnaissance va à tous ceux qui, très nombreux, m’ont aidé par leur présence, leur compétence et leur gentillesse à surmonter cette longue traversée. Il est clair que cette opération d’archéologie préventive de grande envergure n’aurait pu aboutir sans un véritable travail d’équipe. Aussi, il me semble légitime de mentionner et de remercier les archéologues de l’Inrap et tous les intervenants qui ont participé à cette belle aventure archéologique commune, depuis les prémices de la fouille en 2002 jusqu’à la parution de cet ouvrage en 2012. C’est un tour de force, en vérité, de publier aujourd’hui, dans des délais si brefs, un aussi gros ouvrage qui offre des connaissances historiques innovantes à la communauté scientifique.

2Je citerai en premier lieu la direction de Lyon Parc Auto, et plus particulièrement François Gindre, qui a fait preuve d’un vif intérêt pour notre profession et d’une réelle compréhension pour nous permettre de mener à bien notre intervention dans le phasage contraignant du creusement d’un parc de stationnement. L’appui décisif qu’il nous a apporté a été déterminant pour la réussite de notre opération archéologique.

3Nulle opération que celle de Saint-Georges ne réfute mieux le préjugé selon lequel une fouille archéologique ne serait affaire que du seul personnel scientifique. Dans le contexte particulier de coactivités et de fouille mécanique auquel nous étions confrontés, le rôle de l’entreprise accompagnatrice ne pouvait être que décisif. Je rends hommage aux personnels techniques, en particulier à celui de l’entreprise Blondet Marius et à son conducteur de travaux Bertrand Fournier, qui ont contribué au bon déroulement de cette opération depuis son commencement jusqu’à son terme.

4Une concertation régulière tout au long de l’intervention de terrain a été entretenue avec le service régional de l’Archéologie de la région Rhône-Alpes, prescripteur de l’opération, envers qui j’éprouve une gratitude particulière pour m’avoir confié le dossier si exaltant du Parc Saint-Georges.

5Le caractère exceptionnel des découvertes des bateaux de Saint-Georges a entraîné la mobilisation de l’État, du conseil général du Rhône et de la Ville de Lyon. La convergence d’intervenants institutionnels réunis pour la sauvegarde d’un patrimoine archéologique unique constitue un événement dans l’histoire de l’archéologie lyonnaise dont l’opération Parc Saint-Georges ne peut que se prévaloir.

6Je reconnais ma dette envers la conservation du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, en la personne de Jacques Lasfargues, son conservateur d’alors, sans qui rien n’eût été de l’exposition « Romains d’eau douce » en 2004 et de sa reprise en 2007 dédiées aux premiers résultats obtenus à Saint-Georges. Des remerciements personnalisés doivent être adressés à Hugues Savay-Guerraz (conservateur au Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière), dont les précieux conseils m’ont aidé à réduire les aspérités du manuscrit.

7Qu’Élise Boucharlat (inspectrice générale des Patrimoines) soit tout particulièrement remerciée pour avoir marqué d’une énergique sollicitude la progression de notre enquête archéologique. Ses encouragements et ses conseils ont souvent calmé mes inquiétudes et parfois évité que je me perde dans la conduite d’une trop grande entreprise.

8C’est pour moi un agréable devoir de remercier Françoise Dumasy, professeur émérite de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui a suivi avec beaucoup d’attention toutes les étapes de la recherche engagée place Benoît-Crépu, depuis les sondages ouverts en 1998 jusqu’à l’édition de ce nouveau volume de la collection « Documents d’archéologie française » de la Fondation Maison des sciences de l’homme. À mon sens, le regard qu’elle porte sur ce livre qui fait état des fruits de nos analyses scientifiques ajoute une dimension significative à notre travail collectif.

9De nombreux collègues archéologues, personnels scientifiques d’institutions de recherche ou de laboratoires, dont la longue liste ne peut être fournie ici, ont facilité nos recherches et ont bien voulu nous faire profiter de leurs connaissances. Nous devons aux observations bienveillantes qu’ils nous ont communiquées d’avoir pu améliorer en maints endroits notre travail.

10Le laboratoire Arc-Nucléart, à Grenoble, et le Centre de restauration et d’études archéologiques municipal Gabriel-Chapotat, à Vienne, ont été des partenaires indispensables pour la conservation et le traitement des vestiges ligneux et métalliques. J’aimerais les remercier de leur collaboration.

11J’adresse ma plus sincère reconnaissance à tous les auteurs de cet ouvrage de l’ascèse qu’ils se sont imposée pour mettre en forme, avec objectivité, les résultats de leur recherche dont la solide érudition ne doit pas masquer l’intérêt. Je suis convaincu que chacun a fait de son mieux pour être clair et précis, sans omettre l’essentiel et l’important.

12En nous faisant l’honneur d’accepter notre manuscrit, le comité scientifique de la collection « Documents d’archéologie française » couronne l’étape finale de notre aventure archéologique qui atteint ici son point d’orgue. Il me tient à cœur de lui exprimer ma profonde gratitude. Je suis heureux de remercier tout particulièrement les personnes qui ont fait preuve d’un total engagement et de beaucoup de détermination pour mener à son terme la réalisation de cet ouvrage. Ils ont rendu toutes les étapes de sa fabrication bien plus agréables qu’un auteur n’est en droit de l’attendre. Tout d’abord Bernard Mandy, directeur de la collection, avec qui j’ai entrepris, sous les meilleurs augures, la pratique de l’archéologie au début des années 1980. Je lui sais gré d’avoir placé sur les rails d’une carrière durable mes premiers pas d’archéologue sur la fouille lyonnaise du Verbe-Incarné. Je dois beaucoup à Alain Dagand sans le talent duquel la difficulté de transcrire en langage éditorial la lecture ardue des outils techniques que sont les relevés de terrain n’était pas surmontée. Nelly Le Masne de Chermont mérite une reconnaissance spéciale pour avoir affronté, avec grâce, le défi d’aboutir l’édition définitive de cet extraordinaire dossier historique que représente l’ensemble des découvertes du Parc Saint-Georges. Mais surtout, il convient de saluer l’apport essentiel de Laurent Bruel. Je suis absolument redevable du soin et de l’intelligence qu’il a dispensés au cours de la préparation éditoriale. La fabrication de ce livre lui a permis de se familiariser avec le travail de l’archéologue qu’il a aidé en grande conscience et longanimité prouvée (et bien souvent fort éprouvée). C’est en étroite concertation que nous avons travaillé et c’est un nom que j’ai plaisir à écrire au seuil de cet ouvrage puisque ce qui me paraît le plus juste est de lui dédier ce dAf 106, nouvel opus de la collection.

13Enfin, j’associerai à ces remerciements les archéologues de l’Inrap impliqués sur le terrain. Ils ont enduré ces longs mois de fouille dans les conditions difficiles d’un chantier de travaux publics. Il s’agit principalement de Christian Cécillon, Patricia Constantin, Marc Guyon, Alban Horry, Fabrice Laurent, Catherine Plantevin, Tony Silvino, Nathalie Valour et Agnès Vérot-Bourrély. La stabilité et la permanence de l’efectif ont été un élément déterminant dans la réussite de cette opération. Sans l’énergie magnifique qui nous a rassemblés, la cohésion de l’équipe, une des clés de la réussite de cette fouille, n’aurait pu se maintenir. Chacun, contribuant à la réalisation et à l’aboutissement d’une opération d’archéologie préventive, est, de fait, porteur de la mémoire du site. Sans amoindrir d’aucune manière le mérite de résister aux effets d’une fouille longue et difficile, peut-on cependant envisager la pratique de notre profession sans un brin de passion, gage d’une implication personnelle forte ?

14Il reste à espérer maintenant que l’éclairage nouveau apporté à l’histoire d’un espace fluvial en bord de Saône à Lyon, par les découvertes fructueuses et par la masse impressionnante d’informations récoltées vienne récompenser les eforts accomplis par tous pour mener à bien une telle entreprise.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search